Vous êtes sur la page 1sur 3

LES BLOGS

08/05/2013 23)48 CEST | Actu%lisé 05/10/2016 01)09 CEST


H%nn%h Arendt, 2 l'%pogée

P%sc%l B%cqué

Poète et écriv=in

CINEMA - P=rfois, et c'est bien r=re, un spect=cle est un moment


d'intelligence.
On le dit. M=is en génér=l on ment.
Pour l= seule r=ison que l'intelligence est l'événement d'une nouve=uté, d=ns
l'esprit; or, =u mieux, le critique zélé repère l'intelligence d'une œuvre, m=is
n'en tr=duit p=s l'effet sur l= sienne propre.

Plus profondément, peut-être, p=rce que tout critique s'interdit de juger de l=


bêtise d'une œuvre; interdit de p=rler de bêtise, l'intelligence, =vec quoi elle
contr=ste, lui est interdite elle =ussi.

Or le film H=nn=h Arendt, sorti récemment en s=lle, opère un effet


d'intelligence. C'est ce que nous voudrions évoquer.
Il est certes cruel et mesquin de commencer p=r comp=rer ce film =vec l=
b=nde-=nnonce qui le précéd=it, celle d'un film fr=nç=is où un couple divorcé
se dit "j'en =i m=rre, tu f=is chier!"; cruel de comp=rer le m=niement du
fr=nç=is contempor=in, éc=rtelé entre les deux né=nts qui le torturent, "l'épure"
et l= trivi=lité, =vec le film =llem=nd de M=rg=rete von Trott=, et son
m=niement de l'=llem=nd, reconstitué d=ns les bouches de H=nn=h Arendt et
des siens.

LIRE AUSSI:
● H=nn=h Arendt: une =v=nt-première =u ciném= Le B=lz=c

● H=nn=h Arendt: entretien =vec l= ré=lis=trice M=rg=rethe von


Trott=

● Encore l= b=n=lité du m=l!

M=is cette cru=uté, nous l'=ssumons, c=r le premier moment d'intelligence que
f=vorise ce film, se situe justement ici; l= jouiss=nce, surpren=nte? A entendre
p=rler l= gr=nde l=ngue =llem=nde, d=ns ce film, =uprès duquel l'=ngl=is
=méric=in semble un bien f=ible sirop. Dociles que nous sommes tous =ux
trompettes de l= dox=, nous voulions que l= l=ngue =llem=nde fût morte d
Auschwitz. Théorème d'Adorno. Funeste.

M=is nous =vions ld une première nouve=uté -un premier effet d'intelligence,
donc de surprise, dont ce film est l= p=r=bole: ces juifs, qui p=rlent, =vec t=nt
de grgce, l= h=ute l=ngue =llem=nde, entre le s=lon new-york=is de Mme
Arendt, et les terr=sses de Jérus=lem; qui s'y émerveillent encore de Torqu=to
T=sso- qu'on se r=ssure, Goethe n'est p=s le M=l =bsolu, même b=n=l. Il est
=ussi bête, disons-le, de juger =ujourd'hui le rom=ntisme n=zi, qu'il le fut hier
de l'idolgtrer. Stupidité bif=ce de l= critique.
L'esprit, ensuite; une deuxième suggestion. Il fut troubl=nt, pour l'=uteur de ces
lignes qui dut errer d'un ciném= d l'=utre c=r les s=lles =ffich=ient complet, de
voir un public qui, non se distr=y=it, m=is pren=it s= leçon de cette Mme
Arendt.
L=quelle, lgchée p=rce qu'elle =v=it dit l= vérité, comme d'=utres en d'=utres
temps, sur l'institution juive d=ns les moments funestes du destin d'Isr=ël, se
défend dev=nt ses étudi=nts d=ns lesquels le public de l= s=lle se fond=it.
L=quelle Miss Arendt, donc, découvr=it l= vérité du M=l comme suspension de
l'intelligence, comme suspension de l= pensée, et comme renoncement d toute
p=role -qu=nd ne s'énonce plus, d=ns le cl=pet d sottise d'Eichm=nn, que du
règlement.
L=quelle Mme Arendt, nous devons le préciser, découvre donc =u 20e siècle, d
l'occ=sion d'événements très extrêmes, et non =bsolus (comme elle le dit), une
vérité qu'émett=it M=ïmonide, =u 12e siècle, si bien résumée p=r René Lévy
d=ns s= somme sur M=ïmonide, L" divine insouci"nce: le M=l, ultimement,
c'est l'ignor=nce. Un Fl=ubert =ur=it dit: l= bêtise. Nous ne doutons p=s que
Fl=ubert ignorgt l= profondeur de son comb=t.
Extr=ordin=ire moment d'intelligence, donc: notre Europe, notre Fr=nce,
surtout, tremble et se c=lfeutre, depuis 70 =ns bientôt, loin de l'exception que
l= gr=ndeur des hommes et de l= l=ngue =v=it portée si h=ut, juste l= veille.
L'Europe s'interdit de penser. Pourquoi? P=rce que, se dit-elle, cette exception
= f=it l'horreur; l= gr=ndeur, pense l'Europe, = f=it le N=zisme. Alors que c'est le
contr=ire. C'est elle, timide et c=lfeutrée d=ns s= h=ine de l= pensée et de l=
belle l=ngue, qui reçoit l= leçon d'Eichm=nn; qui ressemble d Eichm=nn.
C=r Mme Arendt, en tous c=s celle de Mme von Trott=, = donné ce soir, =ux
spect=teurs, pour conjurer les démons, l= seule et unique voie -l= pensée.
L'us=ge, =utrement dit, =u plus h=ut, de s= l=ngue. Nous =vons éprouvé, d=ns
le silence religieux du public, ce moment d'=ffr=nchissement de l= l=ngue que
l= gr=nde intellectuelle juive l=iss=it im=giner, d présent.
Admir=ble chose, que cette =ffirm=tion de type lieu commun ("il f=ut penser,
coûte que coûte"), et qui d'=illeurs = s=ns doute v=lu d cette œuvre son gr=nd
succès, devenir soud=in l= phr=se l= plus s=ge, l= plus hum=ine et l= plus
bienveill=nte du monde; l= phr=se, surtout, l= plus stupéfi=nte du monde, c=r
plus personne, =ujourd'hui, en Europe, ne se dit que c'est ld que gît le secret de
l= ren=iss=nce.
Oui, le public de l= s=lle entend=it ld que, loin de s=uver l'homme en p=rl=nt l=
l=ngue du film en b=nde-=nnonce, loin de s=uver l'homme en se c=lfeutr=nt
d=ns le né=nt de toute p=role, sinon d'=ffect; loin de s=uver l'homme en ét=nt
dur=ssien, c'est-d-dire creux et vide, on le s=uv=it en ét=nt intelligent. En
pens=nt. En p=rl=nt. En p=rl=nt du mieux qu'on pouv=it.
Si c'est d cette =mnésie-ld, l'oubli du décret qui fr=ppe d'interdit toute l=ngue
et toute pensée, sous prétexte de l'horreur du M=l (et Mme Arendt fut h=ïe, en
l'espèce, de toute l'Amérique p=rce que, cette fois, elle p=rl= en juive, et non en
théologienne chrétienne qui se dev=it de r=dic=liser le m=l pour hypost=sier le
péché du monde); si c'est cette tr=nsgression-ld de l= théologie
comp=ssionnelle qui est en jeu, p=rler l= l=ngue et penser l= pensée, =lors
nous ne doutons p=s qu'il y eut et qu'il y =ur= toujours des Juifs pour y =ider
les hommes

Centres d'intérêt liés