Vous êtes sur la page 1sur 7

En français ci-dessous

 
For Immediate Release

President Obama: Act to End Lord’s Resistance Army Violence


in Central Africa
(Washington, D.C. 24 May 2010) – President Barack Obama should move swiftly to
implement landmark legislation he signed today committing the US to help civilians in central
Africa threatened by the Lord’s Resistance Army (LRA), a coalition of 49 human rights,
humanitarian, and faith-based groups said today. The rebel group has carried out one of the
world’s longest-running and most brutal insurgencies.

The Lord’s Resistance Army Disarmament and Northern Uganda Recovery Act of 2009 was
signed into law by President Obama during a White House ceremony today that included key
Members of Congress and representatives of civil society organizations. It states that it is U.S.
policy to support efforts “to protect civilians from the Lord’s Resistance Army, to apprehend or
remove Joseph Kony and his top commanders from the battlefield in the continued absence of a
negotiated solution, and to disarm and demobilize the remaining LRA fighters.” It also requires
President Obama to develop a comprehensive, multilateral strategy to protect civilians in central
Africa from LRA attacks and take steps to permanently stop the rebel group’s violence.
Furthermore, it calls on the United States to increase humanitarian assistance to countries
currently affected by LRA violence and to support economic recovery and transitional justice
efforts in Uganda.

The coalition of supporting organizations includes groups in Democratic Republic of Congo and
South Sudan – where communities face ongoing attacks by the LRA – as well as in Uganda, where
the conflict originated.

Human rights defenders in Niangara, a town in northern Congo deeply affected by recent LRA
attacks, in a public letter to President Obama, published last week, pleaded for concrete and
urgent action against the LRA. “We feel forgotten and abandoned. Our suffering seems to bring
little attention from the international community or our own government,” the letter says. “We
live each day with the fear of more LRA attacks. What chance do we have if no one hears our
cries and if no one comes to our aid?”

The law was introduced into the US Senate and House of Representatives in May 2009, and has
since become the most widely supported Africa-specific legislation in recent Congressional
history. The law was cosponsored by a bipartisan group of 65 Senators and 201 Representatives,
representing 49 states and 90% of US citizens. Tens of thousands of Americans mobilized in
support of the legislation, participating in hundreds of meetings with Congressional offices
across the country.

“For years civilians in central Africa have suffered immensely from LRA violence,” said Anneke
Van Woudenberg, Senior Researcher at Human Rights Watch. “This legislation gives President
Obama a clear mandate to work with international and national partners to apprehend indicted
LRA commanders as part of a comprehensive strategy to permanently stop LRA atrocities.”

“President Obama should move swiftly to take advantage of this historic opportunity to help
bring closure to one of the worst human rights crises of our day,” added Van Woudenberg.

LRA violence has plagued central Africa for more than two decades. In northern Uganda,
thousands of civilians were killed and nearly two million displaced by the conflict between the
rebels and the Ugandan government. In July 2005, the International Criminal Court issued arrest
warrants for the senior leaders of the LRA for crimes they committed in northern Uganda, but the
suspects remain at large. Though the rebel group ended attacks in northern Uganda in 2006, it
then moved its bases to the northern Democratic Republic of Congo and has since committed
acts of violence against civilians in Congo, Sudan, and the Central African Republic. Kony and his
top commanders sustain their ranks by abducting civilians, including children, to use as soldiers
and sexual slaves.

In December 2008, following the collapse of a negotiations process, Sudan, Uganda and Congo
began a joint military offensive, “Operation Lightening Thunder,” against the rebel group, with
backing from the United States. In the subsequent 17 months the LRA has dispersed into
multiple smaller groups and has brutally murdered at least 1,500 civilians and abducted at least
1,600 people, many of them children. LRA violence has often targeted churches, school and
markets, and includes the massacre of over 300 Congolese civilians in an attack last December.

"If left unchecked, the LRA leadership will continue to kill and abduct throughout central Africa,
threatening stability in four countries and potentially undermining the referendum in southern
Sudan. The LRA is a clear threat to international peace and security,” said John Prendergast, Co-
founder of the Enough Project. “The US now is tasked with leading a global effort to end this
threat once and for all."

The law also aims to help secure a lasting peace in Uganda by increasing assistance to war-
affected communities in northern Uganda and supporting initiatives to help resolve longstanding
divisions between Uganda’s north and south. It seeks to increase funding for transitional justice
initiatives and calls on the Ugandan government to reinvigorate its commitment to a transparent
and accountable reconstruction process in war-affected areas.

“Until now the world has turned its back to the suffering of our people,” said Bishop Samuel
Enosa Peni of the Episcopal Church of the Sudan’s Nzara Diocese, which has been deeply
affected by LRA violence. “We are praying for US and international leaders to hear our cries and
end this violence once and for all.”

To read the letter to President Obama from human rights defenders in Niangara, click here.

With questions, please contact:

Anneke Van Woudenberg, Human Rights Watch (English, French): London +44-77-1166-4960
(mobile) woudena@hrw.org
Michael Poffenberger, Resolve Uganda (English): Washington, DC +1 202-596-2517 /
michael@resolveuganda.org
Jonathan Hutson, Enough Project (English): Washington, DC +1 587-919-5130 /
jhutson@enoughproject.org

Supporting organizations include:


Human Rights Watch
Resolve Uganda, USA
Enough Project, USA
Invisible Children, USA
Refugees International, USA
Athletes for Africa / GuluWalk, USA
Genocide Intervention Network, USA
Global Action for Children, USA
Citizens for Global Solutions, USA
Institute on Religion and Democracy, USA
International Center for Religion & Diplomacy, USA
Advocates Coalition for Development and Environment, Uganda
Foundation for Human Rights Initiative, Uganda
Grassroots Reconciliation Group, Uganda
Centre d’Intervention Psychosociale (CIP), Niangara, Democratic Republic of Congo
Voix des Opprimes, Niangara, Democratic Republic of Congo
Commission Paroissiale Justice et Paix, Niangara, Democratic Republic of Congo
Société Civile Niangara, Democratic Republic of Congo
Société Civile Faradje, Democratic Republic of Congo
Commission Justice et Paix (Dungu-Duru), Democratic Republic of Congo
Encadrement des Femmes Indigènes et Ménages Vulnérables (EFIM), Democratic Republic of
Congo
Centre de Recherche sur l’Environnement, la Démocratie et les Droits de l’Homme (CREDDHO),
Democratic Republic of Congo
L’Action Humanitaire pour le Développement Intégral (AHDI), Democratic Republic of Congo
Centre d’Appui pour le Développement Rural Communautaire (CADERCO), Democratic Republic
of Congo
Fondation Mères et Enfant (FME), Democratic Republic of Congo
Campagne Pour Paix (CPP), Democratic Republic of Congo
Fondation Point de vue des Jeunes Africains pour le Développement (FPJAP), Democratic Republic
of Congo
Action Sociale pour la Paix et le Développement (ASPD), Democratic Republic of Congo
Programme d’Appui a la lutte contre la misère (PAMI), Democratic Republic of Congo
Groupe d’Hommes pour la Lutte Contre les Violences (GHOLVI), Democratic Republic of Congo
Association des Jeunes Engagés pour le développement et la santé (AJDS), Democratic Republic
of Congo
Action Globale pour la Promotion Sociale et la paix (AGPSP), Democratic Republic of Congo
Union d’Action pour les Initiatives des Développement (UAID), Democratic Republic of Congo
Africa Justice Peace and Development (AJPD), Democratic Republic of Congo
Synergie des Femmes pour les Victimes des Violences Sexuelles  (SFVS), Democratic Republic of
Congo
Ligue pour la Solidarité Congolaise (LSC), Democratic Republic of Congo
Collectif des Organisations des Jeunes Solidaires du Congo (COJESKI), Democratic Republic of
Congo
Nzara Diocese, Episcopal Church of the Sudan, South Sudan
Tombura-Yambio Diocese, Catholic Church, South Sudan
Nabanga Development Agency, South Sudan
Maridi Service Agency, South Sudan
Young Women Christian Association, South Sudan
Mundri Relief & Development Association, South Sudan
New Sudan Women Association, South Sudan
Gbudue Construction Company, South Sudan
Yubu Development Association, South Sudan
Zande Cultural Association, South Sudan
Yambio Farmers Association, South Sudan
Joint Effort for Support of Orphans, South Sudan
Pour publication immédiate
 
États-Unis : Le Président Obama devrait prendre des mesures pour
mettre un terme aux violences commises par l’Armée de Résistance
du Seigneur en Afrique centrale
 
(Washington, le 24 mai 2010) – Le Président Barack Obama devrait agir sans tarder pour mettre
en œuvre la loi historique qu’il a signé aujourd’hui, engageant les États-Unis à prendre des
mesures visant à aider les civils d’Afrique centrale menacés par l’Armée de Résistance du
Seigneur (LRA, Lord’s Resistance Army), a déclaré aujourd’hui une coalition de 49 organisations
de défense des droits humains, associations humanitaires et associations basées sur la foi. Le
groupe rebelle a mené l’une des rébellions les plus anciennes et les plus brutales au monde.
 
La loi de 2009 relative au désarmement de l'Armée de Résistance du Seigneur et à la relance du
nord de l'Ouganda (LRA Disarmament and Northern Uganda Recovery Act) a été signée
aujourd’hui lors d’une cérémonie à la Maison Blanche en présence d’éminents membres du
Congrès américain et de représentants d’organisations de la société civile. Cette loi stipule que
la politique des États-Unis est d’appuyer les efforts visant à « protéger les civils contre l’Armée
de Résistance du Seigneur, à appréhender ou écarter du champ de bataille Joseph Kony et ses
hauts commandants en l’absence persistante d’une solution négociée, ainsi qu’à désarmer et à
démobiliser le reste des combattants de la LRA ». Cette loi requiert également du Président
Obama qu’il mette au point une stratégie globale et multilatérale visant à protéger les civils
d'Afrique centrale face aux attaques de la LRA et qu’il prenne des mesures pour mettre
définitivement fin aux violences perpétrées par le groupe rebelle. La loi appelle par ailleurs les
États-Unis à accroître leur soutien humanitaire aux pays actuellement affectés par les violences
de la LRA et à appuyer les efforts de relance économique et de justice transitionnelle en
Ouganda.
 
La coalition qui soutient la loi rassemble notamment des associations de la République
démocratique du Congo et du Soudan – où des communautés sont la proie d’attaques
incessantes de la LRA – ainsi que de l'Ouganda, où le conflit a pris naissance.
 
Dans une lettre ouverte adressée au Président Obama et publiée la semaine passée, les
défenseurs des droits humains de Niangara, une ville du nord du Congo profondément affectée
par de récentes attaques menées par la LRA, plaident en faveur d’une action concrète et urgente
contre la LRA. « Nous nous sentons oubliés et abandonnés. Notre souffrance semble ne pas
beaucoup attirer l’attention de la communauté internationale ni de notre propre
gouvernement », déplore la lettre. « Nous vivons chaque jour dans la crainte de nouvelles
attaques de la LRA. Quelles sont nos chances si personne n’entend nos cris et si personne ne
vient à notre secours ? »
 
La loi a été présentée devant le Sénat américain et la Chambre des Représentants en mai 2009,
devenant depuis lors la législation relative à l’Afrique bénéficiant du plus large soutien de toute
l’histoire du Congrès américain. La loi a été coparrainée par un groupe bipartite de 65 sénateurs
et de 201 députés, représentant 49 États et 90% des citoyens américains. Des centaines de
milliers d’Américains se sont mobilisés pour appuyer la loi, participant à des centaines de
réunions avec des bureaux du Congrès à travers tout le pays.
 
« Cela fait des années que les civils d’Afrique centrale souffrent effroyablement des violences
commises par la LRA », a déclaré  Anneke Van Woudenberg, chercheuse principale auprès de la
division Afrique à Human Rights Watch. « Cette loi confie clairement au Président Obama le
mandat d’œuvrer aux côtés de partenaires nationaux et internationaux pour appréhender les
commandants de la LRA inculpés, ceci dans le cadre d’une stratégie globale visant à mettre
définitivement fin aux atrocités perpétrées par la LRA. »
 
« Le Président Obama devrait agir sans tarder et tirer parti de cette occasion historique de
contribuer à tourner la page sur l’une des pires crises des droits humains de notre époque », a
ajouté Anneke Van Woudenberg.
 
Les violences commises par la LRA rongent l’Afrique centrale depuis plus de deux décennies.
Dans le nord de l’Ouganda, des milliers de civils ont été tués et près de deux millions ont été
déplacés par le conflit opposant les rebelles et le gouvernement ougandais. En juillet 2005, la
Cour pénale internationale a délivré des mandats d’arrêt contre les commandants supérieurs de
la LRA pour des crimes commis dans le nord de l’Ouganda, mais les accusés demeurent
en liberté. Bien que le groupe rebelle ait mis fin à ses attaques dans le nord de l’Ouganda en
2006, il a transféré ses bases dans le nord-est de la République démocratique du Congo et a
commis des actes de violence à l’encontre des civils au Congo, au Soudan et en République
centrafricaine. Kony et ses hauts commandants renouvellent leurs troupes en enlevant des civils,
y compris des enfants, afin de les utiliser comme soldats et esclaves sexuels.
 
En décembre 2008, suite à l’échec du processus de négociation, le Soudan, l'Ouganda et le
Congo ont lancé contre le groupe rebelle une offensive militaire conjointe, « l'Opération Coup de
tonnerre », avec le soutien des États-Unis. Depuis lors, en l’espace de 17 mois, la LRA s'est
dispersée en une multitude de groupes plus petits et a assassiné brutalement plus de 1 500
civils et enlevé plus de 1 600 personnes, dont beaucoup d’enfants. Les violences de la LRA ont
souvent pris pour cible des églises, des écoles et des marchés, et lors d’une attaque menée en
décembre dernier, le groupe rebelle a massacré plus de 300 civils congolais.
 
« Si aucune mesure n’est entreprise contre les chefs de la LRA, ils continueront à perpétrer des
meurtres et des enlèvements dans toute l’Afrique centrale, menaçant la stabilité dans quatre
pays et risquant de compromettre le référendum prévu dans le Sud-Soudan. La LRA constitue
une menace flagrante pour la paix et la sécurité internationales », a déclaré John Prendergast,
co-fondateur du projet Enough. « Il incombe maintenant aux États-Unis de mener une initiative
internationale pour mettre fin à cette menace une fois pour toutes. »  
 
La loi a également pour objectif de contribuer à garantir une paix durable en Ouganda en
augmentant l’assistance destinée aux communautés du nord de l’Ouganda affectées par la
guerre et en soutenant des initiatives pour aider à résoudre des conflits qui divisent depuis
longtemps le nord et le sud du pays. Elle demande un financement accru des initiatives en
matière de justice transitionnelle et appelle le gouvernement ougandais à raffermir son
engagement en faveur d'un processus de reconstruction transparent et responsable dans les
zones affectées par la guerre.
 
« Jusqu’à présent, le monde est resté sourd à la souffrance de notre peuple », a déploré Mgr
Samuel Enosa Peni, évêque de l’Église épiscopale du Soudan pour le diocèse de Nzara,
circonscription gravement affectée par la violence de la LRA. « Nous supplions les États-Unis et
les dirigeants internationaux d’entendre nos cris et de mettre fin à ces violences une fois pour
toutes. »
 
Pour consulter la lettre adressée au Président Obama par les défenseurs des droits
humains de Niangara, veuillez suivre le lien :
http://www.hrw.org/fr/node/90570
 
Pour toute question, veuillez prendre contact avec :
À Londres, pour Human Rights Watch, Anneke Van Woudenberg (anglais, français) :
+44-77-1166-4960 (portable) ; ou woudena@hrw.org
À Washington, pour Resolve Uganda, Michael Poffenberger (anglais) : +1 202-596-2517 ;
ou michael@resolveuganda.org
À Washington, pour Enough Project, Jonathan Hutson (anglais) : +1 857-919-5130 ;
ou  jhutson@enoughproject.org
 
Parmi les organisations qui appuient cette initiativefigurent :
Human Rights Watch
Resolve Uganda, USA
Enough Project, USA
Invisible Children, USA
Refugees International, USA
Athletes for Africa / GuluWalk, USA
Genocide Intervention Network, USA
Global Action for Children, USA
Citizens for Global Solutions, USA
Institute on Religion and Democracy, USA
International Center for Religion & Diplomacy, USA
Foundation for Human Rights Initiative, Ouganda
Advocates Coalition for Development and Environment, Ouganda
Grassroots Reconciliation Group, Ouganda
Centre d’Intervention Psychosociale (CIP), Niangara, République démocratique du Congo
Voix des Opprimés, Niangara, République démocratique du Congo
Commission Paroissiale Justice et Paix, Niangara, République démocratique du Congo
Société Civile Niangara, République démocratique du Congo
Société Civile Faradje, République démocratique du Congo
Commission Justice et Paix (Dungu-Duru), République démocratique du Congo
Encadrement des Femmes Indigènes et Ménages Vulnérables (EFIM), République démocratique
du Congo
Centre de Recherche sur l’Environnement, la Démocratie et les Droits de l’Homme
(CREDDHO), République démocratique du Congo
Action Humanitaire pour le Développement Intégral (AHDI), République démocratique du Congo
Centre d’Appui pour le Développement Rural Communautaire (CADERCO), République
démocratique du Congo
Fondation Mère et Enfant (FME), République démocratique du Congo
Campagne Pour la Paix (CPP), République démocratique du Congo
Fondation Point de vue des Jeunes Africains pour le Développement (FPJAP), République
démocratique du Congo
Action Sociale pour la Paix et le Développement (ASPD), République démocratique du Congo
Programme d’Appui a la lutte contre la misère (PAMI), République démocratique du Congo
Groupe d’Hommes pour la Lutte Contre les Violences (GHOLVI), République démocratique du
Congo
Association des Jeunes Engagés pour le développement et la santé (AJDS), République
démocratique du Congo
Action Globale pour la Promotion Sociale et la paix (AGPSP), République démocratique du Congo
Union d’Action pour les Initiatives des Développement (UAID), République démocratique du
Congo
Africa Justice Peace and Development (AJPD), République démocratique du Congo
Synergie des Femmes pour les Victimes des Violences Sexuelles  (SFVS), République
démocratique du Congo
Ligue pour la Solidarité Congolaise (LSC), République démocratique du Congo
Collectif des Organisations des Jeunes Solidaires du Congo (COJESKI), République démocratique
du Congo
Nzara Diocese, Episcopal Church of the Sudan, Sud-Soudan
Tombura-Yambio Diocese, Catholic Church, Sud-Soudan
Nabanga Development Agency, Sud-Soudan
Maridi Service Agency, Sud-Soudan
Young Women Christian Association, Sud-Soudan
Mundri Relief & Development Association, Sud-Soudan 
New Sudan Women Association, Sud-Soudan
Gbudue Construction Company, Sud-Soudan
Yubu Development Association, Sud-Soudan
Zande Cultural Association, Sud-Soudan
Yambio Farmers Association, Sud-Soudan
Joint Effort for Support of Orphans, Sud-Soudan