Vous êtes sur la page 1sur 6

DIAGNOSTIC DU SECTEUR DES RETRAITES

décembre 2014

1. Contexte :
Le système de retraite marocain est caractérisé par un pluralisme institutionnel non coordonné et
une couverture limitée à une population relativement réduite (de l’ordre de 33% selon des données
les plus récentes). Les principaux régimes de retraite existant différent les uns des autres quant à
leurs statuts juridiques, leurs modes de gestion, leurs ressources et leurs modalités de prestations.

Le paysage de la retraite est composé principalement de 4 régimes à caractère général :


i) trois régimes publics obligatoires :
- le régime des fonctionnaires et des militaires, géré par la Caisse Marocaine des Retraites
(CMR),
- le Régime Collectif d’Allocation de Retraite (RCAR), qui couvre le personnel contractuel de
l’Etat et des collectivités locales et le personnel de certains établissements publics, géré
conjointement par la Caisse Nationale de Retraites et d’Assurances (CNRA), du point de vue
administratif, et par la Caisse de Dépôt et Gestion (CDG), du point de vue financier,
- le régime des salariés du secteur privé, géré par la Caisse Nationale de Sécurité Sociale
(CNSS),
ii) un régime facultatif géré par le secteur privé
- le régime volontaire des salariés du secteur privé, géré par la Caisse Interprofessionnelle
Marocaine de Retraites (CIMR)

A côté de ces 4 régimes, le dispositif de retraite comprend également :


- des régimes complémentaires pour les affiliés à la CIMR, à la CMR et au RCAR.
- des produits proposés par les compagnies d’assurances, y compris la CNRA qui a conçu le
produit « Régime Complémentaire de Retraite » (RECORE) destiné à toutes les catégories
socio-professionnelles.

Le schéma1 ci-dessous cartographie, de manière sommaire, le secteur des retraites au Maroc au


travers de la couverture de la population par secteur d’activité et par tranche de revenu.

Cette cartographie met en évidence l’inefficacité sociale du dispositif actuel notamment au regard du
taux de couverture retraite de la population et des catégories d’actifs qui ne disposent d’aucune
couverture retraite.

1
Commission technique de la réforme des retraites (2010)
2. Diagnostic et panorama fonctionnel des quatre principales caisses de retraite2 :

Secteur public Secteur privé


CMR RCAR CNSS CIMR
Statut La Caisse Marocaine des Retraites est Le Régime Collectif d'Allocation de La Caisse Nationale de Sécurité Sociale La Caisse Interprofessionnelle
un établissement public doté de la Retraite (RCAR) est une institution de est un établissement public marocain, Marocaine de Retraite est une caisse de
personnalité morale et de l’autonomie prévoyance sociale dotée de la à vocation sociale et à caractère retraite qui a le statut d´association à
financière qui assure une double personnalité morale et de l'autonomie administratif, placée sous la tutelle but non lucratif
mission sociale et financière, placée financière dont la gestion est assurée par administrative du ministère de l'emploi
sous la tutelle (contrôle financier) du la Caisse Nationale de Retraites et et des affaires sociales
ministère de l'économie et des finances d'Assurances (CNRA)
Date de création 1930 1977 1959 1949
Champs d'application - le régime des pensions civiles Régime général : Salariés du secteur privé Salariés du secteur privé dont
(fonctionnaires de l’Etat, agents des'-Le personnel non titulaire de l'Etat et des l'entreprise est affiliée à la CIMR.
collectivités locales et de certains Collectivités Locales (temporaires,
établissements publics) ; journaliers, occasionnels), CIMR Al Kamil est un régime de retraite
- le régime des pensions militaires - Le personnel contractuel de droit ouvert à toutes les entreprises à partir
(Forces Armées Royales et Forces commun, de 3 salariés.
Auxiliaires); - Le personnel des organismes soumis au CIMR Al Mounassib est ouvert aux PME
contrôle financier de l'Etat prévu par le
- le régime de retraite complémentaire dont l'effectif est inférieur ou égal à 50
ATTAKMILI ; Dahir n° 1-59-271 du 17 chaoual 1379 salariés
Régime complémentaire :
- les régimes non cotisants de pensions
(pensions d’invalidité, allocations des
est un régime conventionnel. Sont soumis
Anciens Résistants et Anciens Membresobligatoirement à ce régime les affiliés
de l’Armée de Libération) au régime général justifiant d'un salaire
supérieur au plafond des salaires fixé
annuellement par le RCAR, et dont
l'employeur est signataire de la
convention d'adhésion à ce régime
Caractéristique Régime de base obligatoire Régime général obligatoire Régime de base obligatoire Régime complémentaire facultatif
+ +
un régime de retraite complémentaire un régime complémentaire conventionnel
facultatif - Attakmili - destiné (obligatoire si convention d'adhésion
uniquement aux affiliés du régime de signée entre l'employeur et le régime)
base de la CMR (uniquement des
cotisations salariales)
Financement Régime par répartition Régime général: Régime par répartition Régime par répartition
capitalisation (2/3) - répartition (1/3)
Régime complémentaire :
capitalisation (1/2) - répartition (1/2)
Taux de cotisation 20% Régime général : 18% 11,89% CIMR Al Kamil : de 6,9% à 23%
(part patronale - part salariale) (10% - 10%), soit 1/2 - 1/2 (12% - 6%), soit 2/3 - 1/3 (7,93% - 3,96%), soit 2/3 - 1/3 CIMR Al Mounassib : de 13,8% à 27,6%
Régime complémentaire : 6%
(3% - 3%), soit 1/2 - 1/2
Age de liquidation 60 ans 60 ans 60 ans 60 ans
à l'exeption de quelques corps de
fonctionnaires : enseignement
supérieur (65 ans) et majistrat (66 ans)
Plafond mensuel Aucun Régime général (2015 : 16 117dhs) 6000 dhs Aucun (Vs plafond de la CNSS)
Régime complémentaire : aucun (Vs
plafond régime général)
Base de calcul pour la liquidation Rémunération statutaire servie au Salaire moyen de carrière Salaire moyen des 96 derniers mois (8 Intégralité de la carrière
de la pension moment du départ à la retraite (dernier ans) de cotisation.
salaire)
Mode d'acquisition des droits Régime en annuité à prestations Régime général : Régime en annuité à prestations Régime en points
définies Régime en annuité définies
Régime complémentaire :
Régime en points
Mode de calcul 2,5% par année de prise en charge par 2% par année de service valable du - Justifier à l'âge du départ en retraite Les points accumulés par les salariés
le régime avec un maximum de 40 salaire moyen de carrière revalorisé de 3240 jours de cotisation constituent la base de calcul des
annuitées. - 50% de la moyenne des salaires des pensions.
96 derniers mois (8ans) de cotisation
Maximum 100% du dernier salaire 90% du salaire moyen de carrière 70% du salaire moyen des 96 derniers Aucun
(voire plus dans certains cas en raison mois (8 ans) de cotisation
de l'abattement fiscal (55%) applicable = 50% de la moyenne des salaires des
aux pensions de retraite.) 96 derniers mois de cotisation pour les
salariés ayant accumulé 3240 jours de
cotisations + majoration de 1% par
tranche de 216 jours accomplis en sus
des 3240 jours
Pension minimale 1000 dhs 1000 dhs 1000 dhs Aucun
Anticipation 21 ans de service effectif pour les 55 ans ou 21 ans de service valable 55 ans et 3240 jours de cotisations 55 ans
hommes / 15 ans pour les femmes
Pension d'invalidité Oui Oui Oui Non

2
Synthèse interne
Le système de retraite marocain se caractérise, donc, par la coexistence de plusieurs régimes de
retraite différents les uns des autres quant à leurs statuts juridiques, leurs modes de gestion, leurs
ressources et leurs modalités de prestations.

En juillet 2013, la cour des comptes, dans son rapport3, dédié au système des retraites au Maroc, a
mis en évidence les traits saillants suivants :

- Diversité et non convergence des régimes : chaque régime a été institué à un moment donné,
pour une population déterminée, dans des circonstances particulières et avec un cadre
juridique distinct. Les régimes de retraite en vigueur sont régis par des règles et des
paramètres de fonctionnement non harmonisés.

- Faible taux de couverture des actifs : malgré le fait qu’il soit aussi diversifié, le dispositif actuel
arrive à peine à couvrir 33% de la population active, soit 3,4 millions d’actifs sur 10,5 millions.

- Non pérennité et déséquilibre structurel de certains régimes : selon les projections actuarielles
à l’horizon 2060, le total des engagements non couverts des régimes de la CMR, du RCAR et de
la CIMR, actualisé à fin 2013, s’élève à 852,6 milliards de dirhams4.
Les déficits financiers des régimes sont attendus dès 2014 pour la CMR, 2026 pour la CNSS et
2021 pour le RCAR. La situation du régime des pensions civiles de la CMR est la plus
préoccupante et la plus urgente à traiter.

- Absence de passerelles entre les régimes existants : ce qui entrave la mobilité des travailleurs
entre le secteur privé et le secteur public et contribue à la non fluidité dans le marché de
l’emploi.

- Diversité des modes de gouvernance : chaque régime est géré selon un modèle de
gouvernance différent.

3
« Rapport sur le Système de retraite au Maroc : Diagnostic et propositions de réformes ».
4
Les auteurs du rapport mentionnent 813 milliards de dirhams à fin 20111 regroupant la CMR, le RCAR, la CNSS et la CIMR.
En raison de l’absence de données récentes sur la CNSS, le montant total présenté à titre indicatif regroupe uniquement les
3 caisses citées.
3. Diagnostic démographique et actuariel des régimes de retraite :

CMR RCAR CIMR CNSS (1)


(En unité) 2013 2012 2013 2012 2013 2012 2013 2012
Affiliés/actifs cotisants 884 892 879 704 211 837 208 751 304 193 297817 2 710 000
Pensionnés 496 487 471 272 109 682 107 519 150 725 145 322 435 509
dont ayants cause 132 824 133 353 43 786 42 928 44 366 42 690
Rapport démographique 1,8 1,9 1,9 1,9 2,0 2,0 6,2
Nbre d'employeurs adhérents 3 279 3432 5965 5385 150 467
(En milliards de dirhams)
Total contributions 21,9 20,4 2,3 2,2 5,3 5,3
Total prestations 20,9 18,4 3,8 3,6 3,2 2,9 7,4

BILAN ACTUARIEL Analyse en groupe semi-fermé(2)


(En milliards de dirhams)

VAP (3) Ressources 180,8 186,2 29,9 27,9 60,2 55,9


Engagements techniques (4) 81,2 77,7 82,7 82,9 32,0 28,4
Total Ressources 262,0 263,8 112,6 110,8 92,2 84,3
(3)
VAP Prestations 1 017,7 1 009,3 164,4 156,7 137,3 127,8
Total engagements (des droits acquis) 691,8 649,8 169,5 164,4 84,7 78,9
Engagement net non couvert -755,7 -745,5 -51,8 -45,9 -45,1 -43,5
Taux de couverture (%) (5)
(des droits acquis) 11,7% 11,9% 48,8% 50,4% 37,8% 36,0%
(6)
Taux de préfinancement (%) 25,7% 26,1% 68,5% 70,7% 67,2% 66,0%

Horizon de viabilité (7)


(épuisement des reserves) 2022 2041 néant 2037
Année du 1er déficit technique (8) 2014 2021 néant 2026
Sources : Rapports d'activité des organismes et analyse interne
(1) - Rapport d'activité 2013 non dis ponible et pour 2012, absence de bila n actuariel pour l'ass urance vieiless e.
(2) - Avec arrêt de toute nouvelle a ffiliation et continuité d’a cquisition des droits pour les effecti fs d’a ctifs a ctuels.
- Pour la CMR : uniquement le Régime Civil
(3) Valeur actuelle probable des flux (presta tions ou cotisations) en groupe s emi fermé = la va leur actuelle des flux fina nciers proba bles de
la population a ctuelle des actifs et retra ités (hors nouveau entrants ). Ces flux intègrent les droits pa ssés et futurs.
(4) Corres pond aux réserves de prévoya nce = fonds réglementa ires + provisions techniques +rés erves réglementaires.
(5) Ratio des engagements techniques (réserves de prévoya nce) sur le total des engagements.
(6) Ra tio de la somme des enga gements techniques et de la VAP res sources (réserve + cotisations) s ur la VAP prestations.
(7) Pour la CNSS : Commiss ion technique de la réforme des retra ites (2010).
(8) Pour le RCAR et la CNSS : Commission technique de la réforme des retraites (2010).

La Caisse Marocaine des Retraites est la plus fragile sur le plan actuariel

La CMR est particulièrement sous tension en raison d’une dette implicite (évaluée dans le cadre
d’une analyse en groupe semi-fermé - hypothèse de fermeture du régime aux nouveaux entrants - où
les cotisants actuels cotisent et acquièrent des droits jusqu’à la liquidation) qui culminant à près de
692 milliards de dirhams, représentant près de 80% du PIB national en 20135. La dette implicite du
RCAR (169,5 milliards de dirhams) et de la CIMR (84,7 milliards de dirhams) représentent
respectivement 20% et 10% du PIB.

La valeur actuelle probable des prestations des trois caisses étudiées, s’élève à près de 1320 milliards
de dirhams contre une valeur actuelle probable cumulée des ressources de 271 milliards de dirhams.
Au niveau de la VAP prestations, la CMR concentre à elle seule près de 1020 milliards de dirhams.

5
Ministère de l’Economie et des Finances, Comptes nationaux (2013) - PIB aux prix courants : 872,8 Gdhs
L’engagement net non couvert des trois caisses étudiées s’établit à 852,6 milliards de dirhams en
2013. Il correspond à la différence entre i) la valeur actuelle probable (VAP) des ressources, à laquelle
s’ajoutent les engagements techniques (réserves de prévoyance) qui ont atteint 81,2 milliards de
dirhams et ii) la VAP des prestations. 89% de cet engagement net non couvert relève de la seule
CMR.

Au niveau des indicateurs actuariels, dans l’hypothèse de la fermeture du régime aux nouveaux
entrants en 2013, les engagements constitués uniquement des droits acquis sont couverts à hauteur
de 11,7% pour la CMR, 48,8% pour le RCAR et 37,8% pour la CIMR.

L’analyse du taux de préfinancement en 2013, dans le cadre de l’analyse des régimes en groupe
semi-fermé où les cotisants actuels cotisent et acquièrent des droits jusqu’à la liquidation, montre les
engagements de :

- la CMR, sont couverts à hauteur de 25,7%, par les engagements techniques6 (81,2 milliards
de dirhams) et par les cotisations futures actualisées7 (180,8 milliards de dirhams),
- le RCAR, sont couverts à hauteur 68,5% par les engagements techniques (82,7 milliards de
dirhams) et les cotisations futures actualisées (29,9 milliards de dirhams)
- la CIMR, sont couverts à hauteur de 67,2% par les engagements techniques (32 milliards de
dirhams) et les cotisations futures actualisées (60,2 milliards de dirhams)

Entre 2012 et 2013, ce taux de préfinancement connait un recul de 0,4 point pour la CMR et de 2,2
points pour le RCAR. Cette baisse s’explique essentiellement par le rythme d’accroissement des
engagements actuariels du régime supérieur à celui des ressources. En revanche, pour la CIMR, ce
taux connait une progression de 1,2 points.

L’horizon de viabilité est également un point d’inquiétude pour la pérennité du système des
retraites. La CMR a annoncé dans son rapport d’activité, son premier déficit technique pour l’année
2014.

Concernant la CNSS, malgré le peu d’informations récoltés quant à ses données financières et
actuarielles, nous pouvons souligner que le nombre d’actifs cotisants de 2,71 millions de personnes
masque une réalité quant à la déclaration régulière des salariés du secteur privé. Seuls 46% des
employés sont déclarés tout au long de l’année.

Salariés déclarés à la CNSS (2012)


Nombre de mois Salariés déclarés
1à3 15%
4à5 8%
6à9 16%
10 6%
11 9%
12 46%
Source : Rapport annuel 2012

6
Réserves de prévoyance
7
VAP ressources
4. Projections démographiques

Par ailleurs, la situation financière du système de retraite sera encore plus affectée dans l’avenir en
raison de la transition démographique avancée au Maroc et du changement profond qu’il produit
dans la structure de la population marocaine. L’effectif des personnes âgées de 60 ans et plus
passerait de 2,7 millions en 2010 à 10,1 millions d’individus en 2050, année où elle représenterait
24% de la population totale alors qu’elle n’en constituait que 8% en 2010.
La part de la population en âge de travailler (15-59 ans) connaitra une tendance baissière avec
un déclin de 6 points en quarante ans.

Evolution de la population marocaine par tranche d’âge à horizon 2050 8

En termes de flux, la population âgée de 60 ans et plus verra un apport additionnel de près de
7,5 millions de personnes quand celle des personnes en âge de travailler (15-59 ans) n’augmentera
que de 3,7 millions de personnes. Quant à la tranche d’âge 0-14 ans, elle verra ses effectifs baisser de
1,7 millions d’individus sur la période.

Evolution en flux de la population marocaine par tranche d’âge entre 2010 et 2050

8
Projections du Haut-Commissariat au Plan

Vous aimerez peut-être aussi