Vous êtes sur la page 1sur 283

Remerciements 2016-2017

REMERCIEMENTS

Si le premier mérite d’un travail c’est d’exister, le principal mérite revient ce pendant à tous
ceux qui, de loin ou de près, ont contribué à sa réalisation.

En effet, cette étude n’aurait pu aboutir sans le concours de plusieurs personnes morales et
physiques ; qu’il nous soit permis ici de leur exprimer toute notre gratitude.

Nous tenons avant toute chose à remercier Mr Hatem HARIZI, Ingénieur Ponts et Chaussées
et chef secteur de la réalisation du projet et Mr Abdessalem HILAL de nous avoir donné
l'opportunité de travailler sur le projet et d'avoir misent à notre disposition tout éléments
nécessaires a l'avance et au bon déroulement du projet.

Nous remercions profondément Mr Maher CHAKHARI, pour l’encadrement, tout le temps


consacrés, ces conseils et suivis dont nous avons été l’objet durant ces 4 mois de stage dans ce
présent projet.

Nos plus vifs remerciements s’adressent aussi à tout le cadre professoral et administratif de
l’EPI-Polytec de Sousse.

Nos remerciements vont enfin à toutes personnes ayant contribué de près ou de loin à
l’élaboration de ce travail.

Nous sommes redevables à toutes ces personnes qui n’ont ménagé aucun effort pour répondre
à nos multiples besoins et préoccupations.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page i


Dédicace 2016-2017

DEDICACE

Nous dédions notre mémoire de fin d’étude à nos parents


respectifs pour l’effort, le soutien et surtout pour le sacrifice
qu’ils ont consenti à notre égard pour que nous bénéficions de
ses études à l’Ecole Privée Internationale d’Ingénieur de Sousse
(EPI-Polytec) ;

Cette dédicace va aussi à nos frères, à nos sœurs, et a toutes


l'étendu de nos familles respectives quelque soit le lieu où ils
sont qui nous ont aidé dans nos études;

A tous ceux qui nous ont soutenus d’une manière ou d’une


autre, sachez que vous n’êtes pas en reste, ce mémoire vous est
aussi dédié

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page ii


Table des matières 2016-2017

Table des matières


REMERCIEMENTS ............................................................................................................................... 1
DEDICACE ............................................................................................................................................. 2
LISTES DES FIGURES .......................................................................................................................... 9
RESUME ............................................................................................................................................... 17
ABSTRACT .......................................................................................................................................... 18
INTRODUCTION GENERALE ........................................................................................................... 19
Chapitre 1 : PRESENTATION DU PROJET........................................................................................ 20
I. Localisation du projet ................................................................................................................ 21
II. Données fonctionnelles ............................................................................................................. 21
II.1. Données relatives à la voie portée ........................................................................................ 22
II.2. Données relatives à l’obstacle franchi .................................................................................. 22
III. Données naturelles ................................................................................................................ 23
III.1. Données géotechniques ........................................................................................................ 23
III.2. Données hydrologiques et hydrauliques .............................................................................. 23
III.3. Données topographiques ..................................................................................................... 24
III.4. Actions climatiques ............................................................................................................. 24
Climat Gabes - Tunisie .......................................................................................................................... 25
IV. Impact sur l'environnement, social et risques du projet......................................................... 26
IV.1. Impact environnement et social.......................................................................................... 26
IV.2. Risques du projet ................................................................................................................. 28
Chapitre 2 : CHOIX DE LA VARIANTE OPTIMALE ....................................................................... 29
I. Choix du type d'ouvrage ............................................................................................................ 30
II. Critères de choix du type d'ouvrage .......................................................................................... 30
III. Paramètres intervenants dans le choix du type d'ouvrage ..................................................... 30
IV. Comparaison multicritère ...................................................................................................... 30
V. CONCLUSION ......................................................................................................................... 32
Chapitre 3 : conception de l'ouvrage ..................................................................................................... 33
I. Pré-dimensionnement des éléments du tablier .......................................................................... 34
1. Variantes 1: Ponts à poutres à travées indépendantes en BA (TI-BA) ................................. 34
2. Variante 2 : ponts à poutres préfabriquées précontraintes (VIPP) ........................................ 36

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page iii


Table des matières 2016-2017

II. Caractéristique transversale du pont ........................................................................................ 40


Chapitre 4 : Etude des poutres principales ............................................................................................ 41
I. Rigidité à la flexion ................................................................................................................... 42
II. Rigidité à la torsion ................................................................................................................... 42
III. Coefficient de répartition CRT .............................................................................................. 43
1. Poutre intermédiaire .............................................................................................................. 43
2. Poutre de rive......................................................................................................................... 45
IV. Détermination du CRT .......................................................................................................... 48
1. Poutre intermédiaire .............................................................................................................. 48
2. Poutre de rive......................................................................................................................... 59
Chapitre 5 : Calcul des sollicitations ..................................................................................................... 69
I. Charges permanentes ................................................................................................................. 70
1. Détermination de la charge permanente ................................................................................ 70
2. Moments fléchissants : .......................................................................................................... 72
3. Efforts tranchants .................................................................................................................. 73
II. Sollicitations dues à la charge Bc .............................................................................................. 75
1. Poutre de rive......................................................................................................................... 75
2. Poutre intermédiaire : ............................................................................................................ 87
III. Système de charge Al : .......................................................................................................... 99
IV. Charge Mc80............................................................................................................................. 109
3. Poutre intermédiaire ............................................................................................................ 109
4. Poutre de rive....................................................................................................................... 111
V. Charge Mc120 ......................................................................................................................... 113
1. Poutre intermédiaire ............................................................................................................ 113
2. Poutre de rive....................................................................................................................... 116
VI. Récapitulatifs des résultats .................................................................................................. 117
1. Moments fléchissants .......................................................................................................... 117
2. Efforts tranchants ................................................................................................................ 118
VII. Sollicitations de calcul....................................................................................................... 119
1. Poutre intermédiaire ............................................................................................................ 119
2. Poutre de rive....................................................................................................................... 119
VIII. Ferraillage des poutres......................................................................................................... 120
1. Caractéristiques des matériaux ............................................................................................ 120
Enrobage : e = 5 cm ................................................................................................................ 121

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page iii


Table des matières 2016-2017

2. Calculs des armatures longitudinales .................................................................................. 121


Chapitre 6 : Etudes des entretoises d’about ......................................................................................... 126
I. Détermination des charges : .................................................................................................... 127
II. Calculs des sollicitations ......................................................................................................... 127
1. Modélisation de l'entretoise ................................................................................................. 128
2. Moments fléchissants .......................................................................................................... 128
3. efforts tranchants : ............................................................................................................... 128
III. Calcul de ferraillage : .......................................................................................................... 129
1. Caractéristiques des matériaux ............................................................................................ 130
2. Armatures longitudinales : .................................................................................................. 130
3. Condition de non fragilité :.................................................................................................. 131
4. Armatures transversales : .................................................................................................... 132
Chapitre 7: Etude de l'hourdis ............................................................................................................. 134
I. Flexion locale .......................................................................................................................... 135
1. Détermination des sollicitations : ........................................................................................ 137
II. Flexion globale : ...................................................................................................................... 151
1. Moment fléchissant : ........................................................................................................... 152
2. Détermination du coefficient μ :.......................................................................................... 152
3. Détermination des moments globaux : ................................................................................ 155
III. Calcul des sollicitations : ..................................................................................................... 170
1. Calcul des moments fléchissants : ....................................................................................... 171
2. Calcul des efforts tranchants ............................................................................................... 173
IV. Calcul du ferraillage : .......................................................................................................... 173
Chapitre 8 : Etude des appareils d'appuis ............................................................................................ 177
I. Pré dimensionnement des appareils d’appuis : ........................................................................ 178
1. Détermination de l’aire de l’appareil d’appui : ................................................................... 179
2. Hauteur nette de l’élastomère(T) : ....................................................................................... 179
3. Dimensions en plan : ........................................................................................................... 180
II. Répartition des efforts horizontaux : ....................................................................................... 180
1. Souplesse des appuis : ......................................................................................................... 180
2. Efforts de freinage : ............................................................................................................. 181
3. Efforts horizontaux due à la déformation thermique et au retrait ........................................ 182
4. Rotations :............................................................................................................................ 183
III. Vérification de la validité des appareils d’appuis :.............................................................. 186

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page iv


Table des matières 2016-2017

1. Condition de cisaillement : .................................................................................................. 186


2. Condition de non glissement : ............................................................................................. 187
3. Condition sur l’épaisseur des frettes : ................................................................................. 188
IV. Bossage :.............................................................................................................................. 188
1. Pré-dimensionnement : ........................................................................................................ 188
2. Acier de frettage : ................................................................................................................ 188
chapitre 9 : Etude des Eléments de la culée ........................................................................................ 190
I. Mur garde grève : .................................................................................................................... 191
1. Pré-dimensionnement: ......................................................................................................... 191
2. Calcul des sollicitations ....................................................................................................... 192
3. Ferraillage du mur garde-grève ........................................................................................... 195
II. Dalle de transition : ................................................................................................................. 197
1. Rôle ..................................................................................................................................... 197
2. Pré dimensionnement : ........................................................................................................ 198
3. Sollicitations : ...................................................................................................................... 198
4. Calcul de ferraillage : .......................................................................................................... 201
III. Corbeau d'appui de la dalle de transition ............................................................................. 203
1. Efforts et sollicitations......................................................................................................... 203
2. Ferraillage du corbeau d'appui............................................................................................. 205
3. Calcul des aciers .................................................................................................................. 205
IV. Mur en retour ....................................................................................................................... 207
1. Pré-dimensionnement du mur.............................................................................................. 207
2. Détermination des sollicitations .......................................................................................... 207
3. Ferraillage du mur de retour ................................................................................................ 208
chapitre 10 : Etude des chevêtres ........................................................................................................ 210
I. Introduction: ............................................................................................................................ 211
II. Chevêtre sur culée : ................................................................................................................. 211
1. Pré -dimensionnement : ....................................................................................................... 211
2. Evaluation de la charge : ..................................................................................................... 211
3. Moment de flexion longitudinaux et effort tranchant : ........................................................ 214
4. Moment produit par l’excentrement transversal des charges : ............................................ 217
4. Calcul du ferraillage du chevêtre :....................................................................................... 219
III. Chevêtre sur appui intermédiaire : ...................................................................................... 223
1. Pré-dimensionnement : ........................................................................................................ 223

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page v


Table des matières 2016-2017

2. Evaluation de la charge : ..................................................................................................... 224


3. Moments produit par l’excentrement transversal des charges :........................................... 227
4. Calcul du ferraillage du chevêtre :....................................................................................... 228
chapitre 11 : Etude des colonnes ......................................................................................................... 232
I. Souplesse et rigidité des appuis ............................................................................................... 233
1. Souplesse de l'appareil d'appui ............................................................................................ 233
2. Souplesse de l'appui............................................................................................................. 234
3. Souplesse de la fondation .................................................................................................... 234
II. Etudes des piles ....................................................................................................................... 235
1. Evaluations des efforts horizontaux .................................................................................... 235
III. Etude de la pile intermédiaire .............................................................................................. 236
1. Combinaisons des charges ................................................................................................... 237
2. Dimensionnement du fût ..................................................................................................... 237
Chapitre 12 : Etude de la fondation ..................................................................................................... 241
I. Analyse géotechnique.............................................................................................................. 242
1. Au laboratoire ...................................................................................................................... 242
2. Matériels utilisés : ............................................................................................................... 242
3. Procèdes opérations et principes des essais : ....................................................................... 242
II. Dimensionnement des pieux par la méthode pressiométriques ............................................... 247
1. Détermination de la contrainte limite de pointe qpu ............................................................. 247
III. Combinaison et vérification ................................................................................................ 249
1. Calcul de la charge limite de pointe Qp : ............................................................................ 249
2. Calcul du terme de frottement ............................................................................................. 251
3. Calcul de la charge limite .................................................................................................... 252
4. Calcul de la charge de fluage : ............................................................................................ 253
IV. vérification des pieux .......................................................................................................... 254
1. Charges appliquées : ............................................................................................................ 254
2. Détermination de nombre des pieux : .................................................................................. 255
V. Vérification des charges .......................................................................................................... 256
1. Descente de charge pour un pieu ......................................................................................... 256
2. Combinaison des charges .................................................................................................... 256
3. Vérifications des charges ..................................................................................................... 257
4. Interprétations...................................................................................................................... 258
VI. Ferraillage des pieux: .......................................................................................................... 258

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page vi


Table des matières 2016-2017

1. Armatures longitudinales..................................................................................................... 258


2. Armatures transversales....................................................................................................... 259
VII. Semelle de liaison ................................................................................................................ 261
1. Ferraillage de la semelle de liaison ..................................................................................... 261
2. Armatures principales.......................................................................................................... 262
Conclusion Générale ........................................................................................................................... 282
I. Lancement du projet sur le logiciel ......................................................................................... 266
II. Réglage des préférences: ......................................................................................................... 266
III. Lignes de construction: ....................................................................................................... 267
IV. Définition des sections pour les éléments des barres (colonne , poutre et chevêtre ):......... 269
V. Création des éléments de structure : ........................................................................................ 270
VI. Définition des charge........................................................................................................... 277
VII. verification de la structure et calcul..................................................................................... 280
VIII. Ferraillage.................................................................................. Error! Bookmark not defined.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page vii


Listes des Figues 2016-2017

LISTES DES FIGURES


Figure 1 : localisation du projet ............................................................................................................. 21
Figure 2 : coupe longitudinale du pont .................................................................................................. 34
Figure 3 : coupe transversale du pont ................................................................................................... 36
Figure 4 : schéma de la membrure supérieure ...................................................................................... 38
Figure 5 : schéma mécanique du talon de poutre VIPP ......................................................................... 38
Figure 6 : Coupe transversale du pont ................................................................................................... 40
Figure 7: ligne d’influence de K pour la poutre intermédiaire .............................................................. 45
Figure 8: ligne d’influence de K pour la poutre de rive .......................................................................... 48
Figure 9 : chargement de Bc dans le sens transversal : 1er cas une voie chargé .................................. 49
Figure 10 : chargement Bc dans le sens transversal : 2ème cas deux voies chargées .......................... 50
Figure 11 : chargement de Bc dans le sens transversal : cas de trois voies chargées ........................... 51
Figure 12 : chargement de Bc dans le sens transversal : 4ème cas quatre voies chargées................... 52
Figure 13: chargement d’Al dans le sens transversal pour les quatre cas de charge ............................ 53
Figure 14: chargement de Mc80 dans le sens transversal pour les trois cas de charge........................ 57
Figure 15 : chargement de Mc120 dans le sens transversal poutre intermédiaire dans les trois cas de
charge .................................................................................................................................................... 58
Figure 16: Chargement de Al dans le sens transversal poutre de rive dans les quatre cas de charge .. 60
Figure 17: Chargement de Bc dans le sens transversal poutre de rive dans les quatre cas de charge . 64
Figure 18: Chargement de Mc80 dans le sens transversal poutre de rive............................................. 66
Figure 19: Chargement de Mc80 dans le sens transversal poutre de rive............................................. 67
Figure 20: Diagramme des moment fléchissants sous l’effet de la charge permanente ...................... 72
Figure 21: Diagramme des efforts tranchants sous l’effet de la charge permanente........................... 74
Figure 22: Distribution des charges longitudinalement ........................................................................ 75
Figure 23: Diagramme des moments fléchissants dûs aux charges Bc de la poutre de rive ................. 76
Figure 24: Diagramme des efforts tranchants dûs aux charges Bc ....................................................... 78
Figure 25: Diagramme des moments fléchissants de la poutre intermédiaire dû aux charges Bc ..... 88
Figure 26: diagramme des efforts tranchants de la poutre intermédiaire dû aux charges Bc .............. 90
Figure 27: disposition de la charge Mc80 ............................................................................................ 109
Figure 28: Diagramme des moments fléchissants dus aux charges Mc80 .......................................... 109
Figure 29: Diagramme des efforts tranchants dus aux charges Mc80................................................ 111
Figure 30: Disposition de la charge Mc120 ......................................................................................... 113
Figure 31: Diagramme des moments fléchissants dus aux charges Mc120 ........................................ 114
Figure 32: Diagramme des efforts tranchants dus aux charges Mc120.............................................. 115
Figure 33: schéma de ferraillage de la poutre ..................................................................................... 125
Figure 34: Schéma mécanique de l’entretoise en phase de vérinage.................................................. 128
Figure 35: Diagramme des moments fléchissants............................................................................... 128
Figure 36: Diagramme des efforts tranchants .................................................................................... 129
Figure 37: Schéma de ferraillage des entretoises ................................................................................ 134
Figure 38: Vue en plan d’un panneau d’hourdis .................................................................................. 135
Figure 39: Diffusion des charges dans l'hourdis .................................................................................. 136
Figure 40: Système de charge Bc ......................................................................................................... 138
Figure 41: Courbes de μ1 et de μ3 en fonction de (e.10-4) ................................................................. 155
Figure 42: Chargement de gper dans le sens transversal .................................................................... 155
Figure 43: Chargement de Bc (1ercas :1éredisposition) dans le sens transversal ............................... 157
Figure 44: Chargement de Bc (1ércas : 2émedisposition) dans le sens transversal ............................ 157

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page ix


Listes des Figues 2016-2017

Figure 45: Chargement de Bc (2émecas : 1éredisposition) dans le sens transversal .......................... 158
Figure 46: Chargement de Bc (2émecas : 2émedisposition) dans le sens transversal ........................ 158
Figure 47: Chargement de Bc (3émecas : 1erdisposition) dans le sens transversal ............................ 159
Figure 48: chargement de Bc (3émecas : 2émedisposition) dans le sens transversal ......................... 160
Figure 49: Chargement de Bc (4émecas : 1erdisposition) dans le sens transversal ............................ 161
Figure 50: Chargement de Bc (4émecas : 2émedisposition) dans le sens transversal ........................ 161
Figure 51: Chargement de Mc80 (1ercas) dans le sens transversal .................................................... 165
Figure 52: Chargement de Mc80 (2éme cas) dans le sens transversal ............................................... 166
Figure 53: Chargement de Mc80 (3émecas) dans le sens transversal ................................................ 166
Figure 54: Disposition la plus défavorable de la surcharge Mc80 ....................................................... 167
Figure 55: Chargement de Mc120 (1ercas) dans le sens transversal .................................................. 168
Figure 56: Chargement de Mc120 (2éme cas) dans le sens transversal ............................................. 169
Figure 57: Chargement de Mc120 (3émecas) dans le sens transversal .............................................. 169
Figure 58: Disposition la plus défavorable de la surcharge Mc120 ..................................................... 169
Figure 59: Répartition des moments sur la dalle continue .................................................................. 170
Figure 60: Appareil d'appui en élastomère fretté ............................................................................... 178
Figure 61: schéma ferraillage appareil d'appui ................................................................................... 189
Figure 62: éléments de la culée ........................................................................................................... 191
Figure 63: schéma du mur garde grève ............................................................................................... 192
Figure 64: Résultante des poussées des terres .................................................................................... 193
Figure 65: Répartition transversale et longitudinale de la charge par rapport au mur-garde grève. 194
Figure 66: poussée de la charge .......................................................................................................... 195
Figure 67: Schéma de ferraillage du mur garde grève ........................................................................ 197
Figure 68: Dalle de transition .............................................................................................................. 198
Figure 69: Charge Bt appliquée longitudinalement............................................................................. 199
Figure 70: Diagramme de calcul des moments ................................................................................... 199
Figure 71: Diagramme de calcul des efforts tranchants ..................................................................... 200
Figure 72: Schéma du corbeau d'appui ............................................................................................... 204
Figure 73: schéma de ferraillage du corbeau d'appui de dalle de transition ..................................... 206
Figure 74: Dimensions du mur en retour ............................................................................................. 207
Figure 75: Efforts appliqués sur le mur en retour ................................................................................ 208
Figure 76: Schéma ferraillage du mur de retour ................................................................................. 209
Figure 77: Chevêtre sur colonne .......................................................................................................... 214
Figure 78: Sollicitations de calcul du chevêtre sous l'action de la réaction du tablier ........................ 215
Figure 79: Sollicitations de calcul du chevêtre sous l'action des réactions des vérins ......................... 216
Figure 80: Excentrements transversaux pour la culée ........................................................................ 217
Figure 81: Schéma mécanique chevêtre .............................................................................................. 221
Figure 82: Section équivalente ............................................................................................................ 222
Figure 83:ferraillage du chevêtre sur culée ......................................................................................... 223
Figure 84: Schéma statique du chevêtre ............................................................................................. 224
Figure 85: calcul des sollicitations (effort tranchant) dû à la réaction du tablier ............................... 225
Figure 86: Calcul des sollicitations (moments fléchissant) dû à la réaction du tablier........................ 225
Figure 87: Schéma mécanique du chevêtre ......................................................................................... 226
Figure 88: Calcul des sollicitations(effort tranchant) dû à la réaction du vérin) ................................. 226
Figure 89: Calcul des sollicitations (moment fléchissant) dû à la réaction du vérin ............................ 226
Figure 90: Illustration de l'état de charge du chevêtre intermédiaire ................................................. 227
Figure 91: schéma de ferraillage du chevêtre intermédiaire............................................................... 231
Figure 92: Schéma de ferraillage des colonnes ................................................................................... 240

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page x


Listes des Figues 2016-2017

Figure 93:Tableau des résultats des essais pressiométriques ............................................................. 245


Figure 94: Encastrement d'un pieu dans le sol .................................................................................... 248
Figure 95: Ferraillage coupe longitudinale du pieux ........................................................................... 260
Figure 96: capture d'écran de démarrage du logiciel Robot Structural Analysis ................................ 266
Figure 97: Etape des préférences de la taches .................................................................................... 267
Figure 98: Etape d'insertion des lignes de construction axe x ............................................................. 268
Figure 99: Etape d'insertion des lignes de construction axe y et axe z ............................................... 268
Figure 100: Vue 3D des lignes de construction .................................................................................... 269
Figure 101: Etapes d'insertion des profilés .......................................................................................... 269
Figure 102: Insertion des colonnes ...................................................................................................... 270
Figure 103: Vue 3D des colonnes insérer ............................................................................................. 270
Figure 104: Insertion des chevêtres ..................................................................................................... 271
Figure 105: Vue 3D du chevêtre insérer .............................................................................................. 271
Figure 106: insertion des appuis .......................................................................................................... 272
Figure 107: Vue 3D des ensembles: appuis colonnes et chevêtre ...................................................... 272
Figure 108: Vue 3D des ensembles: appuis colonnes et chevêtres ...................................................... 273
Figure 109: Insertion des poutres ........................................................................................................ 273
Figure 110: Vue 3D de la poutre insérer .............................................................................................. 274
Figure 111: Vue 3D de l'ensemble des poutres insérer ........................................................................ 274
Figure 112: Insertion de la dalle .......................................................................................................... 275
Figure 113: Etapes d'insertion de la dalle............................................................................................ 275
Figure 114: Vue plan de la dalle insérer .............................................................................................. 276
Figure 115: Vue 3D de l'ensemble de l'ouvrage .................................................................................. 276
Figure 116: Etapes de définition des cas des charges ......................................................................... 277
Figure 117: Etapes de définition des surcharges ................................................................................. 278
Figure 118: Vue 3D des surcharges insérer ......................................................................................... 278
Figure 119: Etapes de définition des charges Al .................................................................................. 279
Figure 120: Vue 3D des charges Al insérer .......................................................................................... 279
Figure 121: Etapes d'insertion des charges roulantes ......................................................................... 280
Figure 122: Etapes de vérification de la structure ............................................................................... 281
Figure 123: Etapes de calcul de la structure ........................................................................................ 281

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page xi


Listes des Tableaux 2016-2017

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1: climat Gabes sur mois de janvier à juin ............................................................................... 25
Tableau 2 : Etude Comparative De La Variante Ponts à Poutres .......................................................... 31
Tableau 3 : Etude Comparative De La Variante Ponts Dalle ................................................................. 32
Tableau 4: formulation hauteur d'hourdis ............................................................................................ 39
Tableau 5 : coefficient K en fonction de b/a pour le calcul de l’inertie de torsion ................................ 42
Tableau 6 : coefficient K de θ1=1.2 par interpolation par rapport à α poutre intermédiaire .............. 44
Tableau 7 : coefficient K de θ1=1.3 par interpolation par rapport à α poutre intermédiaire .............. 44
Tableau 8 : coefficient K de θ=1.22 par interpolation par rapport à θ1=1.2 et θ2=1.3 poutre
intermédiaire ......................................................................................................................................... 44
Tableau 9 : coefficient K de θ=1.2 , α=0 par interpolation par rapport à y poutre de rive .................. 45
Tableau 10 : coefficient K de θ=1.2 , α=1 par interpolation par rapport à y poutre de rive ................ 46
Tableau 11 : coefficient K de θ=1.3 , α=0 par interpolation par rapport à y poutre de rive ................ 46
Tableau 12 : coefficient K de θ=1.3 , α=1 par interpolation par rapport à y poutre de rive ................ 46
Tableau 13 : coefficient K de θ1=1.2 par interpolation par rapport à α poutre rive ............................ 46
Tableau 14 : coefficient K de θ1=1.3 par interpolation par rapport à α poutre rive ............................ 47
Tableau 15 : coefficient K de θ=1.22 par interpolation par rapport à θ1=1.2 et θ2=1.3 poutre rive .. 47
Tableau 16: récapitulatif du coefficient de répartition transversale(CRT) pour la charge Bc de la poutre
intermédiaire ......................................................................................................................................... 53
Tableau 17: récapitulatif du coefficient de répartition transversale(CRT) pour la charge Al de la poutre
intermédiaire ......................................................................................................................................... 56
Tableau 18: récapitulatif du coefficient CRT poutre intermédiaire ....................................................... 59
Tableau 19: récapitulatif du coefficient de répartition transversale(CRT) pour la charge Al de la poutre
rive ......................................................................................................................................................... 63
Tableau 20: récapitulatif du coefficient de répartition transversale(CRT) pour la charge Bc de la poutre
rive ......................................................................................................................................................... 65
Tableau 21: récapitulatif du coefficient CRT poutre de rive .................................................................. 68
Tableau 22: Récapitulatif des charges permanentes ............................................................................ 72
Tableau 23: Moments fléchissant dues à la charge permanente.......................................................... 73
Tableau 24: Moments fléchissant dues à la charge permanente.......................................................... 73
Tableau 25: Valeurs de l’effort tranchant due à la charge permanente ............................................. 74
Tableau 26: Valeurs de l’effort tranchant due à la charge permanente ............................................. 75
Tableau 27: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu d’une Vc ; 1 file de Bc.. 76
Tableau 28: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 1Vc ; 1 file de Bc ........ 77
Tableau 29: Moments fléchissant dû aux charges Bc, 1Vc ; 1 files de Bc .............................................. 77
Tableau 30: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 1Vc ; 1 file de Bc........ 78
Tableau 31: efforts tranchants du aux charge Bc, 1Vc ; 1 file de Bc ..................................................... 79
Tableau 32: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 2Vc ; 2 files de Bc ....... 79
Tableau 33: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 2Vc ; 2 files de Bc ....... 80
Tableau 34: Moments fléchissant dû aux charges Bc, 2Vc ; 2 files de Bc .............................................. 81
Tableau 35: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 2Vc ; 2 files de Bc ....... 81
Tableau 36: Efforts tranchants du aux charges Bc, 2Vc ; 2 files de Bc .................................................. 81
Tableau 37: somme des produits de ∑ yi. Pi pour chaque position de l’essieu, 3Vc ; 3 files de Bc ........ 82
Tableau 38: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 3Vc ; 3 files de Bc ....... 83
Tableau 39: Moments fléchissant dû aux charges Bc, 3Vc ; 3files de Bc ............................................... 83
Tableau 40: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 3Vc ; 3fils ................... 84

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page xii


Listes des Tableaux 2016-2017

Tableau 41: efforts tranchants dû aux charges Bc, 3Vc ; 3 files de Bc .................................................. 84
Tableau 42: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 4Vc ; 4 files de Bc ....... 85
Tableau 43: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 4Vc ; 4 files de Bc ....... 85
Tableau 44: Moments fléchissant dû aux charges Bc, 4Vc ; 4files de Bc ............................................... 86
Tableau 45: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 4Vc ; 4files de Bc........ 86
Tableau 46: efforts tranchants dû aux charges Bc, 4Vc ; 4 files de Bc .................................................. 87
Tableau 47: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu d’une Vc ; 1 file de Bc.. 89
Tableau 48: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 1Vc ; 1 file de Bc ........ 89
Tableau 49: moments fléchissant dû aux charges Bc, 1Vc ; 1 file de Bc................................................ 90
Tableau 50: somme des produits de ∑ yi. Pi .pour chaque position de l’essieu, 1Vc ; 1 file de Bc......... 90
Tableau 51: efforts tranchants du aux charge Bc, 1Vc ; 1 file de Bc ..................................................... 91
Tableau 52: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 2Vc ; 2 files de Bc ....... 92
Tableau 53: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 2Vc ; 2 files de Bc ....... 92
Tableau 54: moments fléchissant dû aux charges Bc, 2Vc ; 2 files de Bc .............................................. 93
Tableau 55: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 2Vc ; 2 files de Bc ....... 93
Tableau 56: efforts tranchants dû aux charges Bc, 2Vc ; 2 files de Bc .................................................. 94
Tableau 57: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 3Vc ; 3 files de Bc ....... 94
Tableau 58: somme des produits de ∑ yi×Pi pour chaque position de l’essieu, 3Vc ; 3 files de Bc ........ 95
Tableau 59: moments fléchissant dû aux charges Bc, 3Vc ; 3files de Bc ............................................... 95
Tableau 60: somme des produits de ∑ yi×Pi pour chaque position de l’essieu, 3Vc ; 3files de Bc ......... 96
Tableau 61: efforts tranchants dû aux charges Bc, 3Vc ; 3 files de Bc .................................................. 96
Tableau 62: somme des produits de ∑ yi×Pi pour chaque position de l’essieu, 4Vc ; 4 files de Bc ........ 97
Tableau 63: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 4Vc ; 4 files de Bc ....... 98
Tableau 64: moments fléchissant dû aux charges Bc, 4Vc ; 4files de Bc ............................................... 98
Tableau 65: somme des produits de ∑ yi×Pi pour chaque position de l’essieu, 4Vc ; 4files de Bc ......... 99
Tableau 66: efforts tranchants dû aux charges Bc, 4Vc ; 4 files de Bc .................................................. 99
Tableau 67: Valeur d’a1 en fonction de Nv et de la classe du pont..................................................... 100
Tableau 68: dimension de chaussée au niveau du pont ...................................................................... 100
Tableau 69: Valeurs du moment fléchissant due à la charge Al poutre intermédiaire en (t.m) ......... 100
Tableau 70: Valeurs de ωAl et qAl de l'effort tranchant due à la charge Al ................................... 101
Tableau 71: Valeurs de l'effort tranchant due à la charge Al poutre intermédiaire en (t) ................. 101
Tableau 72: Valeurs du moment fléchissant due à la charge Al poutre intermédiaire en (t.m) ......... 101
Tableau 73: Valeurs de ωAl et qAl de l'effort tranchant due à la charge Al ................................... 102
Tableau 74: Valeurs de l'effort tranchant due à la charge Al poutre intermédiaire en (t) ................. 102
Tableau 75: Valeurs du moment fléchissant due à la charge Al poutre intermédiaire en (t.m) ......... 102
Tableau 76: Valeurs de ωAl et qAl de l'effort tranchant due à la charge Al ................................... 103
Tableau 77: Valeurs de l'effort tranchant due à la charge Al poutre intermédiaire en (t) ................. 103
Tableau 78: Valeurs du moment fléchissant due à la charge Al poutre intermédiaire en (t.m) ......... 104
Tableau 79: Valeurs de ωAl et qAl de l'effort tranchant due à la charge Al ................................... 104
Tableau 80 : Valeurs de l'effort tranchant due à la charge Al poutre intermédiaire en (t) ................ 104
Tableau 81: Valeurs du moment fléchissant due à la charge Al poutre de rive en (t.m) .................... 105
Tableau 82: Valeurs de ωAl et qAl de l'effort tranchant due à la charge Al ................................... 105
Tableau 83: Valeurs de l'effort tranchant due à la charge Al poutre de rive en (t) ............................ 105
Tableau 84: Valeurs de ω_Al et q_Al de l'effort tranchant due à la charge Al ............................... 106
Tableau 85: Valeurs de l'effort tranchant due à la charge Al poutre de rive en (t) ............................ 106
Tableau 86: Valeurs du moment fléchissant due à la charge Al poutre de rive en (t.m) .................... 107
Tableau 87: Valeurs de ωAl et qAl de l'effort tranchant due à la charge Al ................................... 107
Tableau 88: Valeurs de l'effort tranchant due à la charge Al poutre de rive en (t) ............................ 107

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page xiii


Listes des Tableaux 2016-2017

Tableau 89: Valeurs du moment fléchissant due à la charge Al poutre de rive en (t.m) .................... 108
Tableau 90: Valeurs de ωAl et qAl de l'effort tranchant due à la charge Al ................................... 108
Tableau 91: Valeurs de l'effort tranchant due à la charge Al poutre de rive en (t) ............................ 108
Tableau 92: valeur de t, yi et w du moment fléchissant pour le système de charge Mc80 ................ 110
Tableau 93: Valeurs du moment fléchissant due à la charge Mc80 poutre intermédiaire en (t.m).... 110
Tableau 94: valeur de yi et w de l'effort tranchant pour le système de charge Mc80 ....................... 111
Tableau 95: Valeurs de effort tranchant due à la charge Mc80 poutre intermédiaire en (t) .............. 111
Tableau 96: valeur de t, yi et w du moment fléchissant pour le système de charge Mc80 ................ 112
Tableau 97: Valeurs du moment fléchissant due à la charge Mc80 poutre de rive en (t.m)............... 112
Tableau 98: valeur de yi et w de l'effort tranchant pour le système de charge Mc80 ....................... 113
Tableau 99: Valeurs de effort tranchant due à la charge Mc80 poutre intermédiaire en (t) .............. 113
Tableau 100: valeur de t, yi et w du moment fléchissant pour le système de charge Mc120 ............ 114
Tableau 101: Valeurs du moment fléchissant due à la charge Mc120 poutre intermédiaire en (t.m) 114
Tableau 102: valeur de yi et w de l'effort tranchant pour le système de charge Mc120 ................... 115
Tableau 103: Valeurs de effort tranchant due à la charge Mc120 poutre intermédiaire en (t).......... 115
Tableau 104: valeur de t, yi et w du moment fléchissant pour le système de charge Mc120 ............ 116
Tableau 105: Valeurs du moment fléchissant due à la charge Mc120 poutre de rive en (t.m) .......... 116
Tableau 106: valeur de yi et w de l'effort tranchant pour le système de charge Mc120 ................... 117
Tableau 107: Valeurs de effort tranchant due à la charge Mc120 poutre intermédiaire en (t).......... 117
Tableau 108: récapitulatifs des moments des poutres intermédiaire ................................................. 117
Tableau 109: récapitulatifs des moments des poutres de rive ............................................................ 118
Tableau 110: récapitulatifs des efforts tranchants des poutres rive ................................................... 119
Tableau 111: Tableau des sollicitations de calcul pour la poutre intermédiaire ................................. 119
Tableau 112: Tableau des sollicitations de calcul pour la poutre de rive ............................................ 120
Tableau 113: récapitulatif du choix d'armature de la poutre principale ............................................ 123
Tableau 114: récapitulatif des sollicitations ....................................................................................... 129
Tableau 115: récapitulatif du calcul longitudinal d'armature et choix des aciers pour l'entretoise ... 132
Tableau 116: Détermination des coefficients du 1er cas de charge Bc : ............................................. 139
Tableau 117: Détermination des moments du 1er cas de charge Bc par mètre linéaire : .................. 139
Tableau 118: Détermination des efforts tranchants du 1er cas de charge Bc : .................................. 140
Tableau 119: Détermination des coefficients du 2ème cas de charge Bc : ......................................... 141
Tableau 120: Détermination des moments du 2ème cas de charge Bc par mètre linéaire :............... 141
Tableau 121: Détermination des efforts tranchants du 2ème cas de charge Bc : ............................... 142
Tableau 122: Détermination des coefficients du 3éme cas de charge Bc : ......................................... 144
Tableau 123: Détermination des moments du 3éme cas de charge Bc : ............................................ 144
Tableau 124: Détermination des efforts tranchants du 3éme cas de charge Bc :............................... 145
Tableau 125: Détermination des coefficients du 4éme cas de charge Bc : ........................................ 147
Tableau 126: Détermination des moments du 4éme cas de charge Bc : ............................................ 147
Tableau 127: Détermination des efforts tranchants du 4éme cas de charge Bc :............................... 148
Tableau 128: Moments de la charge MC120: ..................................................................................... 149
Tableau 129: efforts tranchants de la charge MC120: ........................................................................ 150
Tableau 130: Moments de la charge MC80: ....................................................................................... 150
Tableau 131: efforts tranchants de la charge MC80 ........................................................................... 151
Tableau 132: Récapitulatif des surcharges (flexion locale) ................................................................. 151
Tableau 133: tableau d’interpolation du coefficient μ(α=0.75) ; θ= 0.30 ........................................... 153
Tableau 134: tableau d’interpolation du coefficient μ(α=0.75) ; θ= 0.40 ........................................... 153
Tableau 135: tableau d’interpolation du coefficient μ(α=0.75) ; θ= 0.35 ........................................... 154
Tableau 136: tableau d’interpolation du coefficient μ(α=0.75) ; θ= 1.00 ........................................... 154

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page xiv


Listes des Tableaux 2016-2017

Tableau 137: tableau d’interpolation du coefficient μ(α=0.75) ; θ= 1.20 ........................................... 154


Tableau 138: tableau d’interpolation du coefficient μ(α=0.75) ; θ= 1.04 ........................................... 154
Tableau 139: Expression du moment maximale sous l'effet du convoi Bc dans une poutre à travée
indépendante....................................................................................................................................... 162
Tableau 140: Disposition la plus défavorable de la charge Bc sens longitudinal ................................ 163
Tableau 141: Moments en y-y (flexion global) .................................................................................... 167
Tableau 142: Moments en y-y (flexion global) .................................................................................... 170
Tableau 143: Récapitulatif des surcharges (flexion globale) ............................................................... 170
Tableau 144: moments (flexion globale) à L’ELU et L’ELS ................................................................... 171
Tableau 145: moments (flexion locale) à L’ELU et L’ELS ..................................................................... 171
Tableau 146: moments suivant x en travée de rive ............................................................................. 172
Tableau 147: moments suivant x en travée intermédiaire .................................................................. 172
Tableau 148: moments sur appuis intermédiaire................................................................................ 172
Tableau 149: moments sur appuis intermédiaire................................................................................ 172
Tableau 150: moments suivant y (en travée de rive et intermédiaire) ............................................... 173
Tableau 151: tableau des efforts suivant x et y................................................................................... 173
Tableau 152: détermination des armatures d’hourdis à l’ELS............................................................. 174
Tableau 153: schémas de ferraillage de l’hourdis ............................................................................... 176
Tableau 154: Valeurs de l'épaisseur des frettes en fonction de l'épaisseur de l'élastomère ........... Error!
Bookmark not defined.
Tableau 155: récapitulatif des Caractéristiques géométriques de l’appareil d’appui ......................... 180
Tableau 156: souplesse totale ............................................................................................................. 181
Tableau 157: rigidité totale ................................................................................................................. 181
Tableau 158: récapitulatif des efforts horizontal de freinage dû aux charges ................................... 182
Tableau 159: récapitulatif les rotations dues aux charges .................................................................. 186
Tableau 160: les dimensions de l’appareil d’appui et le bossage........................................................ 188
Tableau 161: moments engendrés de la poussée de terre .................................................................. 193
Tableau 162: moments engendrés par le camion Bc .......................................................................... 194
Tableau 163: moments engendrés par les forces de freinage............................................................. 195
Tableau 164: moments d’encastrements totaux appliqués sur le mur garde-grève........................... 195
Tableau 165: Ferraillage mur garde grève .......................................................................................... 196
Tableau 166: tableau récapitulatif des efforts du aux charges permanentes..................................... 199
Tableau 167: Moments fléchissant dû aux surcharges ....................................................................... 200
Tableau 168: efforts tranchants dû à la dalle de transition ................................................................ 200
Tableau 169: efforts dû à la dalle de transition .................................................................................. 201
Tableau 170: schémas de ferraillages de la dalle de transition .......................................................... 203
Tableau 171: poids propre de chevêtre pondéré ................................................................................. 212
Tableau 172: récapitulatif des moments sur mur garde grève ........................................................... 212
Tableau 173: Réaction du à la dalle de transition ............................................................................... 213
Tableau 174: Récapitulation de la réaction du tablier ........................................................................ 213
Tableau 175: Récapitulation de la réaction du vérin........................................................................... 213
Tableau 176: formule de calcul des sollicitations dues aux charges répartie ..................................... 214
Tableau 177: sollicitation due aux charges répartie ........................................................................... 214
Tableau 178: Les sollicitations retrouvées dans le chevêtre à l’ELU et l’ELS ....................................... 216
Tableau 179: moments de flexion longitudinaux et les efforts tranchants à retenir .......................... 217
Tableau 180: formules de sollicitations produites par l’encastrement transversal des charges. ....... 218
Tableau 181: valeurs de sollicitations produites par l’encastrement transversal des charges ........... 218
Tableau 182: sollicitation due aux charges excentrées ....................................................................... 219

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page xv


Listes des Tableaux 2016-2017

Tableau 183: Récapitulation des sollicitations retrouvées dans le chevêtre ....................................... 225
Tableau 184: Récapitulation de la réaction du vérin (chevêtre sur appui intermédiaire) ................... 225
Tableau 185: Récapitulation de sollicitation retrouvée dans le chevêtre pour phase de vérinage ..... 227
Tableau 186: Réactions du tablier au niveau de l'appareil d'appui .................................................... 227
Tableau 187: Valeur des sollicitations produites par l’excentrement transversal des charges........... 228
Tableau 188: Section d'armature du chevêtre sur appui intermédiaires ............................................ 230
Tableau 189: Souplesse des appareils d'appui .................................................................................... 233
Tableau 190: Déformation de l'appui .................................................................................................. 234
Tableau 191: Souplesses et rigidités résultantes ................................................................................. 234
Tableau 192: Efforts de freinage ......................................................................................................... 235
Tableau 193: Efforts de retrait et température ................................................................................... 235
Tableau 194: récapitulatif des efforts horizontaux ............................................................................. 235
Tableau 195: Valeur des charges appliquées sur l'appui intermédiaire .............................................. 236
Tableau 196: Charges nécessaires pour les combinaisons .................................................................. 236
Tableau 197: Sollicitations du calcul de l'appui intermédiaire ............................................................ 237
Tableau 198: calcul des armatures longitudinale des colonnes de pile .............................................. 238
Tableau 199: classification des sols ..................................................................................................... 243
Tableau 200: Caractéristiques mécaniques du sol (SP1) ..................................................................... 244
Tableau 201: Sondage pressiométriques SP1 ...................................................................................... 246
Tableau 202: S = f (Ø) .......................................................................................................................... 247
Tableau 203: charge de fluage notée Qc............................................................................................. 249
Tableau 204: Combinaison de vérification d'un pieu isolé .................................................................. 249
Tableau 205: Résultats du calcul des termes de pointes Qp ............................................................... 250
Tableau 206: Résultat de Qsu .............................................................................................................. 251
Tableau 207: Charge limite Ql ............................................................................................................. 252
Tableau 208: Charge de fluage Qc ...................................................................................................... 253
Tableau 209: Charges maximales totales pour des pieux Ф 1m ......................................................... 255
Tableau 210: détermination de nombre des pieux .............................................................................. 255
Tableau 211: Formulation combinaison des charges ......................................................................... 257
Tableau 212: résultats vérification des charges .................................................................................. 257
Tableau 213: diamètres d'armatures transversale a adopté .............................................................. 259

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page xvi


Résumé 2016-2017

RESUME

L'ensemble du projet couvre deux Gouvernorats tunisiens, Gabès et Médenine et se développe


sur une longueur totale de 188 Km. Il est composé de trois sections : Gabès Ŕ Médenine : 84
Km, Médenine Ŕ Ben Guerdane : 91 Km et Ben Guerdane Ŕ Ras Jédir : 11 Km. il comporte
de nombres ouvrages hydrauliques.

Ce présent travail relate la conception et le dimensionnement des différents éléments en


béton armé du grand ouvrage hydraulique de franchissement sur l’Oued el Fard du lot2
Kettana-Mareth de la section Gabès-Médenine.

Le projet dans son ensemble s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de priorisation du
développement de l’autoroute Trans-Maghrébine, en vue d’assurer un système de transport
de qualité, efficace, sécurisé et de permettre ainsi une meilleure mobilité des populations et
une meilleure accessibilité aux différents pôles économiques de Tunisie.

Ce projet nous a été proposé par la société Tunisie autoroute dont conception retenue est un
pont à poutres a travées indépendantes.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page xvii


Abstract 2016-2017

ABSTRACT

The entire project covers two Tunisian governorates, Gabés and Médenine, and develops over
a total length of 188 km. It is composed of three sections: Gabés-Médenine: 84 km,
Médenine-Ben Guerdane: 91 km and Ben Guerdane-Ras Jédir: 11 Km. It comprises of
hydraulic works.
This work describes the design and dimensioning of the various reinforced concrete elements
of the large hydraulic crossing structure on the wadi el Fard of lot2 Kettana-Mareth of the
Gabès-Médenine section.
The project as a whole is part of the national strategy to prioritize the development of the
Trans-Maghreb motorway, with a view to ensuring a quality, efficient and secure transport
system, Populations and better accessibility to the various economic poles of Tunisia.
This project has been proposed to us by Tunisia highway company of which conception
retained is a bridge with beams has independent spans.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page xviii


Introduction Générale 2016-2017

INTRODUCTION GENERALE

Le développement économique d’un pays se traduit par une libre circulation des biens et
service. La cohérence avec les objectifs gouvernementaux qui s'inscrit dans le cadre de la stratégie
nationale de priorisation du développement de l’autoroute Trans-Maghrébine.
Le projet est conçu en vue d’assurer un système de transport de qualité, efficace, sécurisé et
de permettre ainsi une meilleure mobilité des populations et une meilleure accessibilité aux
différents pôles économiques de Tunisie.

De ce fait, le pont définir un comme étant un ouvrage permettant de franchir un obstacle


naturel ou une voie de circulation terrestre, fluviale ou maritime.
La conception d’un pont doit satisfaire à bon nombre d’exigences. En effet, en plus d'assurer des
services à des usagers, il doit impérativement répondre à des exigences vis-à-vis de son
environnement.
Le souci de l’ingénieur est de répondre à la question : comment construire un ouvrage qui
assure parfaitement son service avec un coût optimal ? Il est également essentiel de veiller à la
réalisation des ouvrages d’art ayant des formes et proportions permettant une intégration
satisfaisante dans le site.
Ce projet qui se présente dans la concrétisation de nos connaissances théoriques et leur mise
à l’épreuve aussi bien sur le plan de conception que sur le plan de calcul d'un grand ouvrage
hydraulique en béton armé.
Afin de mener convenablement cette étude, ce travail est divisé en quatre parties : la première partie
la présentation du projet . Ensuite la seconde partie le choix des variantes optimales . La
troisième partie la conception et le dimensionnements des différents éléments en béton armé de la
variante choisie. Pour finir la quatrième partie la modélisation sur logiciel robot structurale analyse

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 19


Présentation du Projet 2016-2017

Chapitre 1 :
PRESENTATION DU
PROJET

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 20


Présentation du Projet 2016-2017

Cette étude porte sur la réalisation d'un grand ouvrage hydraulique sur oued El Fard de l'autoroute
Maghrébine liaison Gabes-Ras Jedir, Section Gabes Médenine au Lot N° 2 (Kettana-Mareth).
Dans le but d'assurer un système de transport de qualité, efficace, sécurisé et de permettre ainsi une
meilleure mobilité des populations et une meilleure accessibilité aux différents pôles économiques
de la Tunisie. Plusieurs ouvrage hydraulique on été réalisé sur l'ensemble donc le grand ouvrage
hydraulique sur oued El Fard.

I. Localisation du projet

Figure 1 : localisation du projet

La conception d’un pont doit satisfaire un certain nombre d’exigences, puisqu’il est destiné à offrir
des services aux usagers, on distingue :
Les exigences fonctionnelles qui sont l’ensemble des caractéristiques permettant au pont
d’assurer sa fonction d’ouvrage de franchissement.
Les exigences naturelles qui sont l’ensemble des éléments de son environnement influant sur
sa conception et enfin l’esthétique de façon à ne pas interrompre la vue d’ensemble.

II. Données fonctionnelles


La définition des caractéristiques fonctionnelles d’un ouvrage n’est pas laissée à la libre
imagination du projecteur, un certain nombre de documents normatifs encadrent les possibilités de

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 21


Présentation du Projet 2016-2017

choix en fonction du statut et de la nature de la voie portée et notamment, la vitesse de référence des
véhicules qui l’emprunteront. En ce qui concerne les ponts routes. Pour les routes 2×2 voies ces
documents suivant :

 ARP (Aménagement des Routes Principales) ce texte s’applique aux routes


bidirectionnelles, aux artères inter urbains à 2×2 voies et aux routes à une chaussée.
 ICTAAL (Instructions sur les Conditions Techniques et Aménagement de Autoroutes
de liaison) pour les autoroutes et routes de 2*2 voies de types autoroutiers en milieu
urbain

II.1. Données relatives à la voie portée


 Trace en plan

Le tracé en plan est la ligne définissant la géométrie de l’axe de la voie portée, dessinée sur un
plan de situation et repérée par les coordonnées de ces points caractéristiques.
 Profil en long

Le profil en long est la ligne située sur l’axe de l’ouvrage, définissant en élévation du tracé en plan.
Il doit être défini en tenant compte de nombreux paramètres liés aux contraintes fonctionnelles de
l’obstacle franchit ou aux contraintes naturelles,
 Profil en travers
Le profil en travers est l’ensemble des éléments qui définissent la géométrie et les équipements de
la voie dans le sens transversal.

II.2. Données relatives à l’obstacle franchi

Lorsque l’ouvrage projeté franchit une voie de communication ou un oued, il faut respecter certains
gabarits ou hauteurs libres et certaines ouvertures.

 Gabarit : (Calage d’un pont)

Plusieurs formules empiriques ont été proposées pour trouver les débits maximas. Les plus
employés sont des formules locales telles que les formules de Kallel, Ghorbel et Frigui ou celle de
Frankou-Rodier. Une fois le débit hydrologique a été déterminé pour une période de retour donnée,
couramment prise 100 ans pour les ponts, on détermine le débit hydraulique, c’est à dire, la quantité
d’eau possible passant sous le pont. L’égalité de ces deux débits donne le niveau du Plus Haute

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 22


Présentation du Projet 2016-2017

Eaux (PHE). Ensuite, nous ajoutons une revanche (un tirant d’air) pour tenir compte du phénomène
du remous, pour tenir les appareils d’appui hors d’eau et pour éviter que des troncs d’arbres ne
heurtent le tablier en cas de crue. Souvent, cette revanche varie de 1 à 2 m ou plus.
 Ouverture
Une fois la hauteur du pont sur oued est connue, sa longueur est déterminée d’après la topographie
du lit de l’oued. Souvent, la longueur du pont est choisie d’après une multitude d’ouvertures. Tour
d’abord, on évite de prendre un nombre pair de travée en vue d’éviter de mettre un appui (avec ses
fondations au milieu de l’oued). Ceci, décrit l’ouverture et la longueur totale du pont.

III. Données naturelles

III.1. Données géotechniques


Les données naturelles sont évidemment fondamentales dans l’étude d’un ouvrage, non seulement
elles déterminent le type de fondation des appuis, mais elles constituent l’un des éléments du choix
de la solution pour le franchissement projeté. Ces données sont généralement fournies d’après des
sondages pressiométriques et carottiers (échantillons intacts, échantillons remaniés) qui doivent
donner les informations désirées sur le terrain naturel. Le niveau de la nappe qui permettra de
choisir le type d’ouvrage et de fondation des appuis, ainsi que les procèdes d’exécutions de ces
fondations. L’emplacement de ces sondages doit être fourni et généralement on le retrouve sur le
plan topographique.
Enfin la reconnaissance géotechnique doit donner des indications quantitatives sur la nature
rencontrée :
 Paramètres mécaniques de résistance : pour les problèmes de capacité portance
 Paramètres rhéologies : pour les problèmes de tassements et fluage
 Compacité : pour les problèmes de tassement
 Perméabilité : pour les problèmes d’épuisements ou de bétonnage dans les fouilles
 Granulométrie du sol ; est aussi nécessaire en cas d’un pont sur un oued. Cette
donnée est nécessaire pour l’étude hydraulique et pour l’étude des affouillements.
Pour les ouvrages en site montagneux, la reconnaissance doit permettre de connaitre les zones
instables éventuelles, les failles de la matrice rocheuse et si possible les cheminements d’eau
préférentiels qui constituent l’un des principaux facteurs d’instabilités des couches éboulis.

III.2. Données hydrologiques et hydrauliques


Lorsque l’ouvrage franchit une cour d’eau ou un canal certains nombre de renseignements sont
nécessaires Pour caler un pont sur un oued, il est nécessaire de connaître le niveau des Plus Haute

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 23


Présentation du Projet 2016-2017

Eaux Connues, PHEC, ou assez souvent noté sous le nom des PHE (Plus Hautes Eaux). Afin de
trouver ce niveau, des données hydrologiques sont nécessaire : soit, on peut se baser sur le niveau
de la plus grande crue observée à travers l’historique de l’oued, soit, on peut se baser sur des
formules semi-empiriques basées elles-mêmes sur des données statistiques de la pluviométrie
enregistré pour l’oued. Ces données sont souvent disponibles aux services compétents tels qu’en
Tunisie, la Direction des Ressources en Eaux (DRE) et les services météos. Cette étude
hydrologique et hydraulique nécessite aussi des connaissances de lit de l’oued tel que l’existence ou

non de la végétation, la forme du lit (berge, talus) et la granulométrie du lit de l’oued.

III.3. Données topographiques


Ces données sont présentées sur un plan côté (avec côte de référence) et qui traduit un relevé précis
des points topographiques. Ce plan topographique, travaillé en général sur support informatique est
nécessaire pour la détermination d’un profil en long et d’un tracé en plan de l’ouvrage.

III.4. Actions climatiques


 Température : le climat Sud-est tunisien est de climat méditerranéen qui passe du sous étage
bioclimatique aride inférieur au sous étage bioclimatique saharien supérieur.
Les températures sont généralement douces et même chaudes en hiver pour les zones littorales de la
région où pénètre l'influence maritime.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 24


Présentation du Projet 2016-2017

Tableau 1: climat Gabes sur mois de janvier à juin

Climat Gabes - Tunisie

Température - Précipitation - Heures de soleil °C | °F

Jan Fév Mar Avr Mai Juin

Temp. max. en °C 17 18 20 22 25 27

Temp. min. en °C 8 8 10 14 17 21

Précipitations en mm 24 19 23 13 7 3

Journées avec précip. 4 3 3 3 2 1

Heures de soleil 220 216 251 267 313 321

Tableau 2: Variation des températures et des précipitations selon les saisons

Juil Aou Sep Oct Nov Dec

Temp. max. en °C 31 31 30 26 22 18

Temp. min. en °C 23 24 22 17 12 8

Précipitations en mm 1 1 23 44 32 33

Journées avec précip. 0 0 3 6 3 3

Heures de soleil 372 353 279 260 228 211

 Le vent et pluies : Les pluies, qui représentent entre 150 et 200 mm/an, sont généralement
amenées par des vents chargés d’humidité au-dessus de la Méditerranée orientale.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 25


Présentation du Projet 2016-2017

Figure 3: densité de pluie durant les saisons

Ces pluies sont caractérisées par de très fortes irrégularités interannuelles et inter saisonnières et
orageuses.
 Effets chimiques : présence du gypse dans le sol de fondation qui varie entre 0.086 à 0.231 %
selon les essais géotechniques.

IV. Impact sur l'environnement, social et risques du projet

Etant donné que le grand ouvrage hydraulique de l'autoroute Gabès-Médenine est réalisé sur l'oued
El Fard permettant ainsi son franchissement, il est sans oublier qu’un tel projet dans son ensemble
aura plusieurs composantes à l'impact environnemental et social :

IV.1. Impact environnement et social

IV.1.1. Impacts négatifs


 Phase du chantier :
L’exploitation de quelques zones d’emprunt, existantes ou nouvelles, peut augmenter l’érosion
des sols. Les aires d’emprunt non réhabilitées favorisent la stagnation d’eau insalubre et la
prolifération de vecteurs de maladies tels que les moustiques.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 26


Présentation du Projet 2016-2017

Les installations d’enrobage comportent également un potentiel de pollution des nappes en plus
de la pollution de l’air par les poussières et les émissions liées à la combustion.
Les bases de vie sur les chantiers peuvent engendrer une pollution limitée par les eaux usées ou
par la mauvaise gestion des déchets ;
Les travaux vont générer des quantités de poussières fines relativement importantes sur le
chantier et dans son voisinage.

 Phase d’exploitation :
Les émissions supplémentaires de CO2 générées par l’augmentation de trafic ;
la perturbation des écoulements des oueds sujets à aménagement, auxquels s’additionneront les
ruissellements qu’induit la présence des zones de déblais et de remblais de la future emprise de
l’ouvrage.

IV.1.2. Impacts positifs


L’amélioration du réseau routier classé permettra le renforcement des échanges intra et
interrégionaux et renforcera l’intégration du territoire par la réduction des disparités sociales
régionales ;
Le projet contribuera à réaliser les objectifs de croissance économique, d’évolution sociale et
d’équilibre interrégional escomptés par le Gouvernement à travers le 11 èmePlan (2007-2011) et
reconduits sur le 12ème plan
Liaison entre les villes et les deux nouvelles sections autoroutières, pour une diminution des
risques de collision des cheptels en transhumance avec un trafic automobile réduit sur la RN1.
Ceci concerne tous les agro -pasteurs pratiquant la transhumance dans la plaine de la Jeffara
entre Gabès et Ras Jdir ;
Observation et amélioration de la desserte des sites archéologiques de la Plaine de la Jeffara ainsi
qu’une amélioration de la liaison Tunis-Tripoli, et donc une amélioration de la liaison
Transmaghrébine.
Le projet viendra en appui aux programmes du développement rural intégré, aux projets du
développement du tourisme culturel, écologique et saharien y compris les programmes de
création de zones industrielles et commerciales en cours dans le pays (Tejra ,Zarzis) ,
amélioration du port de Zarzis et l'exploitation efficiente de son infrastructure, avec la mise en
place d'une base logistique à vocation industrielle et commerciale, reliée à ce port, dans les
régions de Zarzis et de Ben Guerdane.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 27


Présentation du Projet 2016-2017

IV.2. Risques du projet


 Risque d’érosion, ou d’affouillement des éléments d’ouvrages à leur aval, est le seul non
accidentel qu’on peut relativement craindre. Il concerne l’ouvrage de franchissement.
L’importance de ce risque découle du fait que la partie amont des bassins versants des 145
écoulements interceptés, située en majeure partie dans une zone de forte pente, est soumise à un
régime pluviométrique de type méditerranéen aride où les pluies sont rares, mais brutales (une
pluviométrie de 100 mm tombant en moins de 2 heures est toujours possible), et où les terrains
sont sensibles à l’érosion. La survenue de cette érosion aurait un impact, non seulement sur les
sols, mais aussi sur la stabilité de l’infrastructure elle ‐même. Pour cela un surdimensionnement
a été opéré sur l’ouvrage tenant compte aussi bien des règles de dimensionnement que des
conséquences aux changements climatiques. les débits centennaux ont été pris en considération
pour l’ouvrage.
 Risque de déversement accidentel : Il est important et il est lié à des accidents de la
circulation impliquant un ou plusieurs véhicules de transport de matières dangereuses
(hydrocarbures, produits chimiques, etc. …).
 Risque d’accidents de la circulation : le projet à l’étude peut se traduire par une augmentation
de la gravité des accidents quand ils surviennent, de blessés et de tués.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 28


Choix de la Variante Optimale 2016-2017

Chapitre 2 : CHOIX DE
LA VARIANTE OPTIMALE

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 29


Choix de la Variante Optimale 2016-2017

I. Choix du type d'ouvrage


L’objectif est de déterminer du point de vue technique, esthétique et économique le type
d’ouvrage capable de satisfaire le mieux possible toutes les conditions imposées et les
contraintes existantes.

II. Critères de choix du type d'ouvrage


Dans le cas de cet ouvrage, plusieurs propositions peuvent être envisagées. Leur classement
est réalisé de la manière suivante :
 Selon la voie portée : pont (route, rails, canaux, aqueducs, passerelles et pour avions).
 Selon le matériau principal dont ils sont constitués.
 Selon la fonction mécanique : isostatique ou hyperstatique.
 Selon la disposition en plan : droits, biais, courbes.
 Selon leur durée de vie prévue : définitif ou provisoire.

III. Paramètres intervenants dans le choix du type d'ouvrage


 Les profils de la chaussée (en long, en travers, en plan).
 Les positions possibles des appuis.
 La nature du sol de fondation.
 Le gabarit à respecter.
 Les conditions d’exécution et d’accès à l’ouvrage.

IV. Comparaison multicritère


Le projet donné a d'étudié est un ouvrage de franchissement d'un oued donc la longueur
totale est d'environ 302.40 m. En premier lieu on va éliminer les ouvrages de types pont cadres et
portiques.
Le Pont Mixte est aussi à éliminer vu son coût de fabrication et d'entretien élevé d’une part,
d'autre part l'ouvrage est implanté sur un oued donc il est fortement exposé aux intempéries du au
milieu agressif ce qui augmente le risque de sa corrosion et donc sa dégradation rapide. On peut
envisager les ouvrages suivants:
 Ponts à poutres

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 30


Choix de la Variante Optimale 2016-2017

Tableau 3 : Etude Comparative de la Variante Ponts à Poutres


Ponts à Poutres
Avantages Inconvénients
Ponts à poutres à travées continues en BA PSI-BA

+ Tablier plus minces : diminution des


+ Pas de préfabrication;
moments en travées;
+ Coulée sur place; + Plus sensibles aux tassements différentiels;
+ Moins des joints de chaussée; + Besoins de plus de mains d'œuvres qu'un
pont dalle;
+ Charge verticale transmise sur appuis est
non concentrée; + Coulage sur place donc l'exécution est
+ Portées plus importantes. Lente;

Ponts à poutres à travées indépendantes en BA TI-BA

+ Possibilité de la préfabrication; + Surface à coffrer important pour le tablier;


+ Moins sensibles aux tassements + Besoins de plus de mains d'œuvres qualifiées;
différentiels; + Portée limitée;
+ Système de calcul simplifié (poutre + Appuis intermédiaires tous doubles et donc
isostatique); plus d’appareils d’appuis et dimensions des
+ Réutilisation de coffrage. chevêtres plus importantes.

Ponts à poutres en BP par post-tension VIPP


+ Economique (coût modéré); + Matériaux et matériels coûteux: câbles de la
+ Rapidité du délai de construction; précontrainte, gaines, système d'ancrage;
+ Bonne qualité d’exécution; + Poids modéré du tablier;
+ Insensible à d’éventuels tassements + Nécessité une main d'œuvre hautement
différentiel d’appuis (travées indépendantes); qualifiée et spécialisée pour la maîtrise de
+ Très grande portée limite la précontrainte;
+ Besoin des engins de manutention plus
puissants.

 Ponts dalles

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 31


Choix de la Variante Optimale 2016-2017

Tableau 4 : Etude Comparative de la Variante Ponts Dalles


Ponts Dalles
Avantages Inconvénients
Ponts dalles PSIDA

+ Tablier mince donc esthétique; + Actuellement pas de préfabrication;


+ Bonne résistance au cisaillement et à la + Consomme plus de matière (25 à 30 % plus)
torsion ; que les ponts à poutres;
+ Employé en biais ou en courbe; + sensibilité aux tassements différentiels;
+ Robustes et d'exécution facile; + Portée limitée (L<15m);
+ Employé en zone urbaine (en ville et sur + Problème d'étaiement;
autoroute). + Coulage sur place donc l'exécution est lente.

V. CONCLUSION
Malgré qu'il possède un tablier plus mince que celui d'un pont à poutres et donc plus esthétique, le
pont dalle est à écarter puisque les intérêts esthétique de l'ouvrage étudié ne sont pas primordiaux
puisqu'il est situé dans une zone rurale sur oued.
Le choix d'un pont dalle est à écarter puisque ce type d'ouvrage nécessite pour son coffrage des
échafaudages au sol. Dans ce cas, il s'agit d'un ouvrage de franchissement sur un oued, d'où ce
procédé est techniquement difficile à réaliser. Tous ces justifications permettent l'élimination du
pont dalle en faveur du pont à poutres.
On opte donc pour les deux(02) variantes suivantes :
 Variante 1 : ponts à poutres à travées indépendantes en BA (TI-BA)
 Variante 2 : ponts à poutres préfabriquées précontraintes (VIPP)

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 32


Conception de l'ouvrage 2016-2017

Chapitre 3 :
conception de
l'ouvrage

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 33


Conception de l'ouvrage 2016-2017

Le profil en travers comporte 2 voies de 3.5 m , une voie auxiliaire de 3 m , une barrière BN4 de
0.76 m a l'extrémité droite de la route, une bande d'arrêt d'urgence de 1.74 m , une sur-largueur de
1.5 m , une glissière de sécurité de 0.5 m a l'extrémité gauche de la route

Données:

+ Longueur du pont : 302.4 m;

+ Largueur du tablier : 14.5 m;

I. Pré-dimensionnement des éléments du tablier

1. Variantes 1: Ponts à poutres à travées indépendantes en BA (TI-BA)


a. poutres principales

longueur du pont 302.4


+ NTravées ≥ = = 13.74 Travées
Portée Max 22

Soit 14 travées d’égale longueur de 21.60 m.

 Longueur de calcul Lc :

La longueur de calcul est donnée par : Lc = portée – 2×d Avec d ∈ [0.30m;0.40m]:


L'about, c'est la distance entre l'extrémité de la poutre et l'axe de l'appareil d'appui.
On choisit d = 0.35 m ⇒ Lc = 20.90 m

Figure 2 : coupe longitudinale du pont

 Hauteur de la poutre hp :
ℎ𝑝 1 1 Lc Lc
hp est déterminé selon le règlement tel que : = à ⇒ hp = à = 1.23m à 1.39m
𝐿𝑐 17 15 17 15

 soit hp = 1.35 m

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 34


Etudes des Poutres Principales 2016-2017

 Largeur de la poutre bp :
1 1
bp = ( à ) hp = 0.27m à 0.45m on prend bp = 0.45 m
5 3

 Espacement entre axes des poutres b0 :

n. bo + 2 Le = 14.5 m
bp bo
{ ≤ Le ≤
2 2
1m ≤ bo ≤ 2m

bp 14.05
le tablier ne contient pas des trottoirs. Pour cela, on choisit: Le = ⇒ b0 =
2 n
14.05
D'ou 1 m ≤ ≤2m
n

 7.025 m ≤ n ≤ 14.05 m Donc n ∈ {8; 9; 10; 11; 12; 13; 14}

14.05
+ Pour n = 8 ⇒ b0 = = 1.76 m vérifications : b0 - bp = 1.31 m ∉ [0.6 m , 1 m] non vérifié
8
14.05
+ Pour n = 9 ⇒ b0 = = 1.56 m vérifications : b0 - bp = 1.11 m ∉ [0.6 m , 1 m] non vérifié
9
14.05
+ Pour n = 10 ⇒ b0 = = 1.405 m vérifications : b0 - bp = 0.955 m ∈ [0.6 m , 1 m]vérifié
10
14.05
+ Pour n = 11 ⇒ b0 = = 1.28 m vérifications : b0 - bp = 0.83 m ∈ [0.6 m , 1 m]vérifié
11
14.05
+ Pour n = 12 ⇒ b0 = = 1.17 m vérifications : b0 - bp = 0.72 m ∈ [0.6 m , 1 m]vérifié
12
14.05
+ Pour n = 13 ⇒ b0 = = 1.1 m vérifications : b0 - bp = 0.65 m ∈ [0.6 m , 1 m] vérifié
13
14.05
+ Pour n = 14 ⇒ b0 = = 1 m vérifications : b0 - bp = 0.55 m ∉ [0.6 m , 1 m] non vérifié
14

n = 10 espacements
On Choisit : | bo = 1.405 m
Np = 11 poutres

b. Entretoises :
 Hauteur de l'entretoise he
he = ( 0.8 à 0.9 ) hp = 1.08 m à 1.21 m soit he = 1.15 m

 Epaisseur de l’entretoise be
be = 0.12 m à 0.16 m et peut aller jusqu'a 0.2 m on opte pour : be = 0.20 m

c. Hourdis hd :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 35


Etudes des Poutres Principales 2016-2017

Le règlement impose que la valeur de la hauteur de l’hourdis doit appartenir à


[0.12m ;0.16m] et peut aller jusqu'a 0.22 m. On opte pour :
 hd = 0.20 m

d. prédalles :
 L'épaisseur de la pré-dalle e
L'épaisseur de la pré-dalle est imposé par le règlement tel que : 4 cm ≤ e ≤ 12cm . on opte:
 e = 8cm
 Largeur libre
Largeur libre : b0 - bp = 0.95 m ∈ [0.6 m , 1 m] vérifié
 Enfoncement c
Enfoncement : 0.05 m ≤ c ≤ 0.15 m on opte pour : c = 5 cm

Figure 3 : coupe transversale du pont

2. Variante 2 : ponts à poutres préfabriquées précontraintes (VIPP)

longueur du pont 302.4


NTravées ≥ = = 7.56 travées
Portée idéale 40

 Soit 8 travées
 Portée
Jrive = 4 cm à 8 cm
Longueur pont = 8×portée + 2×JRive + 7×JIntermédiaire avec : |
Jintermediaire = 8 cm
Jrive = 6 cm
On opte pour :
Jintermediaire = 8 cm
long pont −(2×Jrive +7×Jinter) 302.4 −(2×0.06 +7×0.08)
Portée = = = 37.71 m
8 8
 Longueur de calcul Lc :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 36


Etudes des Poutres Principales 2016-2017

La longueur de calcul est donnée par : Lc = portée – 2×d Avec d ∈ [0.40m;0.60m]:


L'about, c'est la distance entre l'extrémité de la poutre et l'axe de l'appareil d'appui.
On choisit d = 0.5 m ⇒ Lc = 36.71 m

a. poutre principale

 Elancement :
hp 1 1 Lc Lc
= à ⇒ hp = à = 2.04 m à 2.29 m
lc 18 16 18 16

 soit hp = 2.20 m

 Espacement entre axes des poutres b0 :

n. bo + Lt = 14.5 m
{ 1.8m ≤ Lt ≤ 2.5 m
2.5m ≤ bo ≤ 3.5m
12.4
1.8m ≤ Lt ≤ 2.5 m on choisit Lt = 2.1 m ⇒ n × bo + 2.1 = 14.5 ⇒ bo = n

12.4
2.5m ≤ ≤ 3.5m ⇒ 3.54 m ≤ n ≤ 4.96 m soit n = 4 espacements ⇒ bo = 3.1
n

Vérification : bo - Lt = 3.1 - 2.1 = 1 m ∈ [0.6 m , 1 m] vérifié.

𝐧 = 𝟒 𝐞𝐬𝐩𝐚𝐜𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭𝐬
| 𝐛𝐨 = 𝟑. 𝟏 𝐦
𝐍𝐩 = 𝟓 𝐩𝐨𝐮𝐭𝐫𝐞𝐬

 Membrure supérieure :

𝐞𝐫𝐢𝐯𝐞 ≥ 𝟖 𝐜𝐦
| ⇒ soit erive = 12 cm et einter = 17 cm
𝐞𝐢𝐧𝐭𝐞𝐫 ≥ 𝟏𝟓 𝐜𝐦

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 37


Etudes des Poutres Principales 2016-2017

Figure 4 : schéma de la membrure supérieure

 Ame
On envisage l'utilisation d'un coffrage métallique par conséquence : ba = 18 cm à 22 cm
 Soit ba = 20 cm

 Talon :

bt = 60 cm à 80 cm soit bt = 70 cm

h1 = 15 cm à 30 cm soit h1 = 25 cm

bt−ba
h2 = ( ) × tg 56.5° = 37.5 cm
2

𝐛𝐭 = 𝟕𝟎 𝐜𝐦
| 𝐡𝟏 = 𝟐𝟓 𝐜𝐦
𝐡𝟐 = 𝟑𝟕. 𝟓 𝐜𝐦

Figure 5 : schéma mécanique du talon de poutre VIPP

b. Hourdis :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 38


Etudes des Poutres Principales 2016-2017

Tableau 5: formulation hauteur d'hourdis


Entretoisé Non entretoisé
hd
𝐿𝑑 𝐿𝑑
Béton armé 16 15
𝐿𝑑 𝐿𝑑
Béton précontraint 14 13

Dans le cas de ce projet on prévoit l'utilisation d'un hourdis en béton entretoisé par conséquence : hd
Ld bo−ba 3.1−0.2
= = = = 0.20 m ⇒ hd = 0.20 m
16 16 16

c. Entretoise :
 hauteur des entretoises
he = hp - ( h1 + hd + erive ) = 2.20 +(0.25 + 0.2+ 0.12 ) = 1.63m
o he = 1.63 m
 Epaisseur entretoises :
be = 14 cm à 22 cm et peut aller jusqu'a 25 cm soit be = 22 cm
 Longueur entretoise :
Le = nesp × Lte = nesp × ( bo - ba ) = 4 × ( 3.1 - 0.2 ) = 11.6 m
 Le = 11.6 m
d. Pédale
 Epaisseur des prédalles e :
e = 4 cm à 12 cm soit e = 5 cm
 Enfoncement c :
c = 5 cm à 15 cm soit c = 5 cm

Conclusion
Au terme de cette conception des deux variantes proposé, on constate que :
 le pont VIPP a un avantage de point de vu nombre de travées et portée avec 8 travées
identique de 37.71 m par rapport au pont TI-BA avec 14 travées identiques de 21.6 m
portée.
 En Tunisie, les longueurs courantes sont soit de l’ordre de 35 m pour un emploi d’un lanceur
des poutres, soit de l’ordre de 30 m pour une possibilité d’emploi des grues pour la
manutention des poutres préfabriquées.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 39


Etudes des Poutres Principales 2016-2017

 bien que la grande portée du pont VIPP est un avantage qui minimise le nombre des appuis
dans le lit de l’oued.
 Néant moins avec un pont sur l'oued El fard par conséquent, pas besoin de limité le nombre
des poteaux bien que ce soit économique.
 Le domaine d’utilisation de pont VIPP s’étend entre 25 et 45m. Leurs portés la plus
économique est de l’ordre de 35m ce qui implique pour une telle portée de 37.71 m. Il serait
moins économique de réaliser un pont à poutres de type VIPP que de type TI-BA.

II. Caractéristique transversale du pont


 Largeur de chaussée roulable : Lr = largeur - (distance glissière sécurité + barrière BN4)
=13.24 m
 Largeur chargeable (Lch) : Lch = Lr - n ×0.5 avec n: nombre des dispositifs de retenue
Lch = Lr - n ×0.5 = 13.24 - 2×0.5 = 12.24m
Lch 12.24
 Nombre des voies (Nv) : Nv = E( ) = E( ) = 4.08 soit 4 voies
3 3
Lch 12.24
 Largeur réelle des voies : V = = = 3.06m
Nv 4

 Classe du pont : Lr = 13.24 m > 7 m pont de 1ére classe et V0 = 3.5 m

Figure 6 : Coupe transversale du pont

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 40


Etudes des Poutres Principales 2016-2017

Chapitre 4 : Etude
des poutres principales

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 41


Etudes des Poutres Principales 2016-2017

Cette étude porte sur un pont a poutre a travée indépendante de type TI-BA a 14 travées
identiques de 21.60m de portée qui est la variante retenue.
Dans cette étude nous allons déterminer les différentes sollicitations (moments fléchissant et
efforts tranchants) dues aux différents cas des charges permanentes et d’exploitations

I. Rigidité à la flexion
Moment d'inertie pour une section de poutre :

2 2
1 1 [(b0 −bp )× hd + bp × h2p ]
IP = [(bo − bp) × h3d + bp × h3p ]−
3 4 [(b0 −bp ) × hd + bp × hp ]

1 1 [(1.405−0.45)×0.22 + 0.45 × 1.352 ]2


= [(1.405 − 0.45) × 0.23 + 0.45 × 1.353 ] −
3 4 [(1.405−0.45) × 0.2+ 0.45 × 1.35 ]

 IP = 140.094 × 𝟏𝟎−𝟑 m4

Poutres principales
Bp E × Ip E ×140.094 ×10−3
ρp = = = = 100.316 × 10-3 E
𝑏1 b1 1.405

Entretoise
BE E × IE E × h3d E ×0.23
ρE = = = = = 0.666 × 10-3 E
L1 LC 12 12

II. Rigidité à la torsion


Moment d'inertie de torsion de la poutre
1 1
Hourdis : Γ1 = × b0 × h3d = × 1.405 × 0.23 = 1.873 × 10−3 m4
6 6

(hp − hd )
Ame: Γ2 = K × [2 × ] × (hp − hd ) × b3p
bp

(1.35− 0.2)
= K × [2 × ] × (1.35 − 0.2) × 0.453 = K(5.11) × 0.10479375
0.45

K(5.11) = ?

Tableau 6 : coefficient K en fonction de b/a pour le calcul de l’inertie de torsion


b/a 1.00 1.20 1.50 1.75 2.00 2.25 2.50 3.00 4.00 5.00 10.00
K 0.141 0.166 0.196 0.213 0.229 0.240 0.249 0.263 0.281 0.292 0.312

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 42


Etudes des Poutres Principales 2016-2017

K(5)=0.292, K(10)=0.312
5.11−5
K(5.11) = 0,292 + [(0.312 − 0.292) × ] = 0.29244
10−5

 Γ2 = K (5.11) × 0.10479375 = 0.29244 × 0.10479375 = 30.646 ×10-3 m4


D'ou le moment d'inertie de torsion : KP = Γ1 + Γ2 = 1.873 × 10−3 + 30.646 ×10-3
 KP = 32.519 × 10-3 m4

Poutres principales
cp G × Kp E E
γP = = avec G = ;∇=0 ; G=
b1 b0 2(1+ ∇) 2

E × Kp 32.519 ×10−3 𝐸
= = = 11.572×10-3 E
2 × b0 2×1.405

 𝛄𝐏 = 11.572×10-3 E

Entretoises
3
CE 𝐺 × 𝐾𝐸 ℎ𝑑
γE = = = = 0.666×10-3 E
L1 𝐿𝐶 12

 𝛄𝐄 = 0.666×10-3 E

Paramètres de torsion
γp + γE (11.572+0.666)×10−3 𝐸
α= = = 0.75
2×√ρP × ρE 2×√100.316×10−3 𝐸 × 0.666×10−3 𝐸

 𝛂 =0.75

Paramètre d'entretoisement

b 4 ρ 7.25 4 100.316×10−3 E
θ= ×√ P = ×√ = 1.22 > 0.3 d'ou on utilise la méthode de Guyon-
Lc ρ 20.9 E 0.666×10−3 E

Massonnet

III. Coefficient de répartition CRT


1. Poutre intermédiaire

Courbe de K

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 43


Etude des poutres principales 2016-2017

 Interpolation sur 𝜶

𝐾𝛼 = 𝐾0 + (𝐾1 − 𝐾0 )√𝛼 = 𝐾0 + (𝐾1 − 𝐾0 )√0.75

𝑲𝜶 = 0.13 𝑲𝟎 + 𝟎. 𝟖𝟕 𝑲𝟏

Tableau 7 : coefficient K de θ1=1.2 par interpolation par rapport à α poutre intermédiaire


θ1 = 1.2
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25

𝛼=0 -0,6677 0,0199 0,8805 2,005 2,7541 2,005 0,8805 0,0199 -0,6677

𝛼=1 0,3352 0,5233 0,8834 1,4614 1,9124 1,4614 0,8834 0,5233 0,3352

K
0,204823 0,457858 0,883023 1,532068 2,021821 1,532068 0,883023 0,457858 0,204823

Tableau 8 : coefficient K de θ1=1.3 par interpolation par rapport à α poutre intermédiaire


𝜃2 = 1.3
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b

-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25

𝛼=0
-0,6266 -0,0365 0,7931 2,0413 2,9483 2,0413 0,7931 -0,0365 -0,6266

𝛼=1
0,2793 0,4648 0,8491 1,5105 2,0601 1,5105 0,8491 0,4648 0,2793

K
0,161533 0,399631 0,84182 1,579504 2,175566 1,579504 0,84182 0,399631 0,161533

 Interpolation sur 𝜽

𝐊 𝛉 = 𝟎. 𝟖𝐊 𝛉𝟏 + 𝟎. 𝟐𝐊 𝛉𝟐

Tableau 9 : coefficient K de θ=1.22 par interpolation par rapport à θ1=1.2 et θ2=1.3 poutre intermédiaire
𝜃 = 1.22
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b

-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25


K
0,196165 0,4462126 0,8747824 1,5415552 2,05257 1,5415552 0,8747824 0,4462126 0,196165

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 44


Etude des poutres principales 2016-2017

Figure 7: ligne d’influence de K pour la poutre intermédiaire

2. Poutre de rive
 Interpolation sur y
Pour déterminer y=f(b) on a : y = 5 b0 =7.025 m
b = 7.25 m
7.025 3b
y= 𝑏 = 0.97b ∈ [ 4 ; b]  Ky = 0.12𝐊 𝟑𝐛 + 𝟎. 𝟖𝟖𝑲𝒃
7.25 𝟒

Tableau 10 : coefficient K de θ=1.2 , α=0 par interpolation par rapport à y poutre de rive
𝜽=1,20 , 𝜶=0
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25
3
y=4b 0,0279 -0,0594 -0,1424 -0,1685 0,0199 0,6851 2,0114 3,5547 4,3049
y=b 0,1439 0,0279 -0,1317 -0,3856 -0,6677 -0,6038 0,662 4,3049 10,6635
K 0,12998 0,017424 -0,132984 -0,359548 -0,585188 -0,449132 0,823928 4,214876 9,900468

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 45


Etude des poutres principales 2016-2017

Tableau 11 : coefficient K de θ=1.2 , α=1 par interpolation par rapport à y poutre de rive
𝜽=1,20 , 𝜶=1
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25
3
y=4b 0,0348 0,0621 0,1217 0,2534 0,5233 1,0306 1,8501 2,7114 2,8817
y=b 0,0188 0,0348 0,0706 0,1533 0,3352 0,7182 1,4827 2,8817 5,0266

K 0,02072 0,038076 0,076732 0,165312 0,357772 0,755688 1,526788 2,861264 4,769212

Tableau 12 : coefficient K de θ=1.3 , α=0 par interpolation par rapport à y poutre de rive
𝜃=1,30 , 𝛼=0
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25
3
y=4b 0,0432 -0,0348 -0,1191 -0,1733 -0,0365 0,6061 2,0173 3,6614 4,2119
y=b 0,0975 0,0432 -0,0585 -0,2848 -0,6266 -0,7438 0,3448 4,2119 11,552
K 0,090984 0,03384 -0,065772 -0,27142 -0,555788 -0,581812 0,5455 4,14584 10,671188

Tableau 13 : coefficient K de θ=1.3 , α=1 par interpolation par rapport à y poutre de rive
𝜽=1,30 , 𝜶=1
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25
3
y=4b 0,0228 0,0434 0,0923 0,2086 0,6448 0,9823 1,8761 2,8483 2,9631
y=b 0,0115 0,0228 0,0501 0,1182 0,2793 0,6446 1,4282 2,9631 5,4455
K 0,012856 0,025272 0,055164 0,129048 0,32316 0,685124 1,481948 2,949324 5,147612

 Interpolation sur 𝜶

𝐾𝛼 = 𝐾0 + (𝐾1 − 𝐾0 )√𝛼 = 𝐾0 + (𝐾1 − 𝐾0 )√0.75

𝑲𝜶 = 0.13 𝑲𝟎 + 𝟎. 𝟖𝟕 𝑲𝟏

Tableau 14 : coefficient K de θ1=1.2 par interpolation par rapport à α poutre rive


𝜽=1,20
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b

-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 46


Etude des poutres principales 2016-2017

𝛼=0 0,12998 0,017424 -0,132984 -0,359548 -0,585188 -0,449132 0,823928 4,214876 9,900468

𝛼=1 0,02072 0,038076 0,076732 0,165312 0,357772 0,755688 1,526788 2,861264 4,769212

K 0,0349238 0,03539124 0,04946892 0,0970802 0,2351872 0,5990614 1,4354162 3,03723356 5,43627528

Tableau 15 : coefficient K de θ1=1.3 par interpolation par rapport à α poutre rive


𝜽=1,30
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b

-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25

𝛼=0 0,090984 0,03384 -0,065772 -0,27142 -0,555788 -0,581812 0,5455 4,14584 10,671188

𝛼=1 0,012856 0,025272 0,055164 0,129048 0,32316 0,685124 1,481948 2,949324 5,147612

K 0,02301264 0,02638584 0,03944232 0,07698716 0,20889676 0,52042232 1,36020976 3,10487108 5,86567688

 Interpolation sur 𝜽

𝐊 𝛉 = 𝟎. 𝟖𝐊 𝛉𝟏 + 𝟎. 𝟐𝐊 𝛉𝟐

Tableau 16 : coefficient K de θ=1.22 par interpolation par rapport à θ1=1.2 et θ2=1.3 poutre
rive
𝜃 = 1.22

-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b

-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25

K 0,03254157 0,03359016 0,0474636 0,09306159 0,22992911 0,58333358 1,42037491 3,05076106 5,5221556

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 47


Etude des poutres principales 2016-2017

Figure 8: ligne d’influence de K pour la poutre de rive

IV. Détermination du CRT


1. Poutre intermédiaire
a. charge BC
1ér cas : une voie chargée (1vc)

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 48


Etude des poutres principales 2016-2017

Figure 9 : chargement de Bc dans le sens transversal : 1er cas une voie chargé

1ére disposition : deux files de roues placées symétriquement par rapport à l’axe central
KBc
ɳ1vc
Bc = np
1
K Bc = 1
k e  0  100  k e  0  100 = 2
[1.8599 + 1.8599] = 1.8599
2
1.8599
ɳ1vc
Bc = = 0.169
11
2éme disposition : une file de roues placée sur l’axe central, l’autre file distante de 2,00 m
1
K Bc = 1 k e  0  200  k e  0 = 2 [1.464714 + 2.05277] = 1.758642
2

1.758642
ɳ1vc
Bc = = 0.159
11

on retenir pour le 1er cas de chargement : 1er disposition

ɳ𝟏𝐯𝐜
𝐁𝐜 = 0.169 avec bc =1.20

2ème cas : deux voies chargées (2vc)

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 49


Etude des poutres principales 2016-2017

Figure 10 : chargement Bc dans le sens transversal : 2ème cas deux voies chargées
1er disposition : les 2 véhicules de Bc placés symétriquement par rapport l’axe central
KBc
ɳ2vc
Bc = np

1
K Bc = 1 k e  0  225  k e  0  25  k e  0  25  k e  0  225 = [1.364197 + 2.038376 +
2
2
2.038376 + 1.364197] = 3.402573
KBc 3.402573
 ɳ2vc
Bc
= = = 0.309
np 11

2éme disposition : une des files de roues adjacente au 2éme camion est placée sur l’axe central

1
K Bc = 1 k e  0  200  k e  0  k e  0  50  k e  0  250 = [1.464714 + 2.05257 + 1.998683 +
2
2
1.266425] = 3.391196
KBc 3.391196
 ɳ2vc
Bc
= = = 0.308
np 11

on retenir pour le 2ème cas de chargement : 1er disposition

ɳ𝟐𝐯𝐜
𝐁𝐜 = 0.309 avec bc =1.10

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 50


Etude des poutres principales 2016-2017

3ème cas : trois voies chargées (3vc)

Figure 11 : chargement de Bc dans le sens transversal : cas de trois voies chargées

1er disposition : deux files de roues d’un des camions est placées symétriquement par rapport à
l’axe central
KBc
ɳ3vc
Bc = np

K Bc = 1 k e  0  350  k e  0  150  k e  0  100  k e  0  100  k e  0  150  k e  0  350


2
1
= 2 [0.9136 + 1.670344 + 1.8599 + 0.9136 + 1.670344 + 1.8599]
K Bc = 4.443844
KBc 4.443844
 ɳ3vc
Bc
= = = 0.404
np 11

2éme disposition : une des files de roues adjacente au 2éme camion est placée sur l’axe central

K Bc = 1 k e  0  250  k e  0  50  k e  0  k e  0  200  k e  0  250  k e  0  450


2

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 51


Etude des poutres principales 2016-2017

1
= 2 [1.266425 + 1.998683 + 2.05257 + 1.464714 + 1.266425 + 0.638497]

K Bc = 4.343806
KBc 4.343806
 ɳ3vc
Bc = = = 0.395
np 11

on retenir pour le 3ème cas de chargement : 1ère disposition

ɳ𝟑𝐯𝐜
𝐁𝐜 = 0.404 avec bc =0.95

4ème cas : quatre voies chargées (4vc)

Figure 12 : chargement de Bc dans le sens transversal : 4ème cas quatre voies chargées

1ere disposition : les 4 véhicules de Bc placée symétriquement par rapport l’axe central
KBc
ɳ4vc
Bc = np

1 k e  0  475  k e  0  275  k e  0  225  k e  0  25  k e  0  25  k e  0  225


K Bc =
2  k e  0  275  k e  0  475 

1
= 2 [0.581474 + 1.171962 + 1.364197 + 2.038376 + 2.038376 + 1.364197 + 1.171962 +
0.581474]

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 52


Etude des poutres principales 2016-2017

K Bc = 5.156009
KBc 5.156009
 ɳ4vc
Bc
= = = 0.469
np 11

on retenir pour le 4ème cas de chargement :

ɳ𝟒𝐯𝐜
𝐁𝐜 = 0.469 avec bc =0.80

Tableau 17: Récapitulatif des coefficients de répartition transversale(CRT) pour la charge Bc de


la poutre intermédiaire
Nombre de voie 1vc 2vc 3vc 4vc
ɳ𝐁𝐜 0.169 0.309 0.404 0.469
bc 1.20 1.10 0.95 0.80

b. charge Al

Figure 13: chargement d’Al dans le sens transversal pour les quatre cas de charge

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 53


Etude des poutres principales 2016-2017

1er cas : une voie chargée (1vc) LAl = V = 3.06m


Pont de la 1ère classe et 1 voie chargée ⇒ a1=1.0
KAl
ɳ1vc
AL = np

Le coefficient K pour ce cas de chargement d’Al est l'aire ωAl de la Li correspondant à la charge
divisée par la largeur du chargement:
ωAl
K Al =
LAl

ωAl = 1 k  e  v   k e  0 ×   + 1 k  e  v   k e  0 ×  


v v
2  2  2 2  2  2

1  1 
=  1.658112  2.05257  1.53 +  1.658112  2.05257  1.53
2  2 

ωAl = 5.67734346
ωAl 5.67734346
K Al = = = 1.855341
LAl 3.06
KAl 1.855341
ɳ1vc
AL = = = 0.169
np 11

 ɳ𝟏𝐯𝐜
𝐀𝐋 = 0.169

2ème cas : deux voies chargées (2vc) LAl = 2V = 6.12m

Pont de la 1ère classe et 2 voies chargées ⇒ a1=1.0


KAl
ɳ2vc
AL = np

 b
ωAl = 1 k e  v   k  e   b  ×  v   + 1 k  e   b   k e  0 × b +1 
  
 b   b 
k e  v   k  e   ×  v  
2  4   4 2  4  4 2  4   4 

+ 1 k  e  b   k e  0 × b


 
2  4  4

2
= 2 ( 1.060228  1.541555 1.2475 + 1.541555  2.05257 1.8125 )

ωAl = 9.760075856

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 54


Etude des poutres principales 2016-2017

ωAl 9.760075856
K Al = = = 1.594783637
LAl 6.12
KAl 1.594783637
ɳ2vc
AL = = = 0.145
np 11

 ɳ𝟐𝐯𝐜
𝐀𝐋 = 0.145

3ème cas : deux voies chargées (3vc) LAl = 3V = 9.18m

Pont de la 1ère classe et 3 voies chargées ⇒ a1=0.90


KAl
ɳ3vc
AL = np

ωAl = k  e  3 v   k  e   b  ×  v   + k  e   b   k  e   b  ×  b 


3 b b
+ k  e   b   k e  0 ×  
  2 2  
  2   2    2  4  4   4  4

= 0.617464  0.874782 0.965 + 0.874782 1.541555 1.8125 +


1.541555  2.05257 1.8125

ωAl = 12.33397977
ωAl 12.33397977
K Al = = = 1.343570781
LAl 9.18
KAl 1.343570781
ɳ3vc
AL = = = 0.122
np 11

 ɳ𝟑𝐯𝐜
𝐀𝐋 = 0.122

4ème cas : deux voies chargées (4vc) LAl = 4V = 12.24m


Pont de la 1ère classe et 4 voies chargées ⇒ a1=0.75
KAl
ɳ4vc
AL = np

 3b 
ωAl = k e  2v   k  e   3b  ×  2v   + k  e   3b   k  e   b  × b +  
  
b  b   b 
k  e     k  e    ×   +
  4   4   4  2  4   2  4   4 

  b  × b 
k  e   4   k e  0  4 
     

= 0.339352  0.446213 0.6825+ 0.446213  0.874782 1.8125 + 0.874782 1.541555 1.8125+


1.541555  2.05257 1.8125

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 55


Etude des poutres principales 2016-2017

ωAl = 13.82441393
ωAl 13.82441393
K Al = = = 1.129445583
LAl 12.24
KAl 1.129445583
ɳ4vc
AL = = = 0.103
np 11

 ɳ𝟒𝐯𝐜
𝐀𝐋 = 0.103

Tableau 18: Récapitulatif des coefficients de répartition transversale(CRT) pour la charge Al de


la poutre intermédiaire
Nombre de voie 1vc 2vc 3vc 4vc
ɳ𝐀𝐥 0.169 0.145 0.122 0.103
a1 1.00 1.00 0.90 0.75

c. Charge Mc80

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 56


Etude des poutres principales 2016-2017

Figure 14: chargement de Mc80 dans le sens transversal pour les trois cas de charge

1er cas : Deux chenilles avec LMc80 =0,85m , l'extrémité extérieur d'une des deux chenilles
est sur l'axe central
KMc80= 1 k e  0  2l Mc80  195  K e  0  l Mc80  195  k e  0  l Mc80   k e  0
4

KMc80= 1 0.867178  1.153515  1.908422  2.05257 = 1.49542125


4

ηMc80 = K Mc80 → ηMc80= 1.49542125  0.136


n 11
 ηMc80 = 0.136

2ème cas : Deux chenilles avec LMc80 =0,85m , l'axe d'une des deux chenilles est sur l'axe
centrale

KMc80= 1 k  e  0  3 l Mc80  195   K  e  0  1 lMc80  195   k  e  0  1 l Mc80   k  e  0  1 l Mc80 


4  2   2   2   2 

KMc80= 1 1.003496  1.1314932  2.013012  2.013012 = 1.586113


4

ηMc80 = K Mc80 → ηMc80= 1.586113  0.144


n 11
 ηMc80 = 0.144

3ème cas : Deux chenilles avec LMc80 =0,85m , le convois est placé symétriquement par
rapport à l'axe centrale

KMc80= 1 k  e  0  lMc80  195   K  e  0  195   k  e  0  195   k  e  0  lMc80  195 


4  2   2   2   2 

KMc80= 1 1.536399  1.86833  1.86833  1.536399= 1.7023645


4

ηMc80 = K Mc80 → ηMc80= 1.7023645  0.155


n 11
 ηMc80 = 0.155

on retenir pour le 3er cas de chargement :

ɳ𝐌𝐜𝟖𝟎 = 0.155

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 57


Etude des poutres principales 2016-2017

d. Charge Mc120

Figure 15 : chargement de Mc120 dans le sens transversal poutre intermédiaire dans les trois cas
de charge
1er cas : Deux chenilles avec LMc120 =1.00m , l'extrémité extérieur d'une des deux chenilles
est sur l'axe centrale
KMc120= 1 k e  0  2l MC120  230  K e  0  l MC120  230  k e  0  l MC120   k e  0
4

KMc120= 1 2.05257  1.8599  10.978385  0.687324 = 1.39454475


4

ηMc120 = K MC120
→ ηMc80= 1.39454475  0.127
n 11
 ηMc120 = 0.127

2ème cas : Deux chenilles avec LMc80 =1.00m , l'axe d'une des deux chenilles est sur l'axe
centrale

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 58


Etude des poutres principales 2016-2017

KMc120= 1 k  e  0  3 l MC120  230   K  e  0  1 l MC120  230   k  e  0  1 l MC120   k  e  0  1 l MC120 


4  2   2   2   2 

KMc80= 1 0.822659  1.153515  1.998683  1.998683 = 1.493385


4

ηMc120 = K MC120
→ ηMc80= 1.493385  0.136
n 11
 ηMc120 = 0.136

3ème cas : Deux chenilles avec LMc80 =1.00m , le convois est placé symétriquement par
rapport à l'axe centrale

KMc80= 1 k  e  0  lMC120  230   K  e  0  230   k  e  0  230   k  e  0  lMC120  230 


4  2   2   2   2 

KMc80= 1 1.404107  1.806802  1.806802  1.404107 = 1.6054545


4

ηMc80 = K Mc120 → ηMc120= 1.6054545  0.146


n 11
 ηMc120 = 0.146

on retenir pour le 3er cas de chargement :

ɳ𝐌𝐜𝟏𝟐𝟎 = 0.146

Tableau 19: récapitulatif du coefficient CRT poutre intermédiaire


1vc 2vc 3vc 4vc
Bc 0.169 0.309 0.404 0.469
Al 0.169 0.145 0.122 0.103
Mc80 0.155 - - -
Mc120 0.146 - - -

2. Poutre de rive
a. charge Al
On place la charge Al suivant les règles de chargement de la manière la plus défavorable.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 59


Etude des poutres principales 2016-2017

A cause de la variation de Al et de la largeur de chargement LAl, on essaye différents cas comme


présente la figure ci-dessus (1 voie, 2voies, 3voies ; 4voies).

Figure 16: Chargement de Al dans le sens transversal poutre de rive dans les quatre cas de charge

1er cas : une voie chargée de largeur LAl = V = 3.06m


Pont de la 1ère classe et 1 voie chargée ⇒ a1=1.0

Le coefficient K pour ce cas de chargement de Al est l'aire ωAl de la Li correspondant à la charge


divisée par la largeur du chargement:

ωAl
K Al =
LAl

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 60


Etude des poutres principales 2016-2017

ωAl =  1  b   ×  b  1   b  3b   ×
  k e  b  ltr
  v   k  e    v  ltr   +   k e  2   k e  4  
2   2    2    
2    

 b  +  1  k  e  3b   k e  b  l  ×  3b 
      tr 
    ltr 
4 2   4    4 

=  1 1,295  1.417   0,195   1 1,417  3,056  1,813 +  1 3,056  4,425  1,0525


 2    2    
2 

ωAl = 8,25 m²
8.25
K Al = = 2,696
3.06
KAl 2.696
ɳAl = = = 0,245
np 11

2.696
ɳAl = = 0,245
11

 ɳAl = 0,245

2ème cas: 2 voies chargées, de largeur LAl = 2×V = 6.12 m


Pont de la 1ère classe et 2 voies chargées ⇒ a1=1.0.

   b    b
ωAl =  1  k e  b  ltr  2v  k  e  b   ×  2v   +  1  k  e  b   k e  b  ltr  v ×  v   +
2   4    4  2   4    4 
1   b    b  1   b  3b    3b b 
  k e  b  ltr  v   k  e    ×  v  2  +   k  e    k  e    ×  4  2  +
2   2     2   2  4    
1   3b    3b 
  k  e    k e  b  ltr  ×  v  4 
2   4   

1  1  1  1 
ωAl =  0,274  0,578  1,443   0,578  1,295  1,618 +  1,295  1.417   0,195   1,417  3,056  1,813
2  2  2  2 

1 
+  3,056  4,425  1,0525 = 10,38
2 

10,38
K Al = =1,696
6,12

1,696
ɳAl = = 0,15
11

 ɳAl = 0,15

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 61


Etude des poutres principales 2016-2017

3ème cas: 3 voies chargées, de largeur LAl = 3×V = 9.18 m


Pont de la 1ère classe et 3 voies chargées ⇒ a1= 0,9.

   b    b 
ωAl =  1  k e  3v  b  k  e   b   ×  3v   +  1  k  e   b   k e  0 ×    0  +
2   4    4  2   4   4 
1  1  b    b
 2 k e  0  k e  b  ltr  2v  × 0  2v +  2  k e  b  ltr  2v   k  e  4   ×  2v  4  +

    
1   b   b 1   b    b
  k  e    k e  b  ltr  v  ×  v  4  +   k e  b  ltr  v   k  e    ×  v  2  +
2   4    2   2    
1   b  3b    3b b  1   3b    3b 
  k  e    k  e    ×  4  2  +   k  e    k e  b  ltr  ×  v  4 
2   2  4     2   4   

ωAl =  0,063  0,091  0.8775   0,091  0.226  1.8125 +  0,226  0,274  0.37  
1 1 1
2  2  2 
1  1  1 
 2 0,274  0,578  1,443 +  2 0,578  1,295  1,618 +  2 1,295  1.417   0,195 

1  1 
 2 1, 417  3,056   1,813 +  2 3,056  4,425  1,0525

ωAl = 10,8275

10,8275
K Al = =1,18
9,18
1,18
ɳAl = = 0,11
11
 ɳAl = 0,11

4ème cas: 4 voies chargées, de largeur LAl = 4.V = 12.24 m ; de largeur roulable est chargée
Pont de la 1ère classe et 4 voies chargées ⇒ a1= 0,75

ωAl =  1  k e  4v  b  k  e   3b   ×  4v 


3b   1      3b   3b 
 +   k  e   3b   k  e   b   ×  +
2   4    4  2   4  2    2 4 
1   b  ×   b  3v   1   b   ×  3v  b 
  k  e     k e  3v  b   
  2    k e  3v  b   k  e      +
  2  4   
+
2   2   4
1   b  ×   b  0   1 k e  0  k e  b  l  2v  ×
  k  e     k e  0    + tr  0  2v +
2   4   4  2

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 62


Etude des poutres principales 2016-2017

1   b    b 1   b   b
  k e  b  ltr  2v   k  e    ×  2v  4  +   k  e    k e  b  ltr  v  ×  v  4  +
2   4     2   4   
1   b    b  1   b  3b    3b b 
  k e  b  ltr  v   k  e    ×  v  2  +   k  e    k  e    ×  4  2  +
2   2     2   2  4    
1   3b    3b 
  k  e    k e  b  ltr  ×  v  4 
2   4   

1  1  1 
ωAl =  0,033  0,035  0.3125   0,035  0,047   1,8125   0,047  0,063  0,935 
2  2  2 
1  1  1 
 2 0,063  0,091  0.8775 +  2 0,091  0.226  1.8125  2 0,226  0,274  0.37  

1  1  1 
 2 0,274  0,578  1,443 +  2 0,578  1,295  1,618 +  2 1,295  1.417   0,195 

1  1 
 2 1,417  3,056  1,813 +  2 3,056  4,425  1,0525

ωAl = 10,9635
10,9635
K Al = =0,896
12.24
0,896
ɳAl = = 0.08
11

 ɳAl = 0.08

Tableau 20: Récapitulatif des coefficients de répartition transversale(CRT) pour la charge Al de


la poutre rive
Nombre de voie 1vc 2vc 3vc 4vc
ɳ𝐀𝐥 0.25 0.15 0.11 0.08
a1 1.00 1.00 0.90 0.75

b. Charge Bc
Le règlement d`application de la charge Bc exige que dans le sens transversal du pont le nombre de
files de camions Nf ne doit pas dépasser le nombre des voies Nv. De plus une distance minimale de
0,25m est exigée entre l`axe de la file de roues la plus excentrée et le bord de la largeur chargeable.
Le coefficient bc dépend du nombre de files de camions à placer.
Pont de la 1ère classe :
1 file bc=1,2 ; 2 files bc=1,1 ; 3 files bc=0,95 ; 4 files bc= 0,8

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 63


Etude des poutres principales 2016-2017

A cause de la variation de bc, on essaye 4 cas différents (1 file, 2 files, 3 files et 4 files de Bc)
(figure). On place les différentes files de roues sur la largeur chargeable de la manière la plus
défavorable. Donc on place les convois de Bc décalées à droite en laissant 0,25 m entre le bord du
trottoir et la première file de roues.

Figure 17: Chargement de Bc dans le sens transversal poutre de rive dans les quatre cas de charge

1er cas : 1 file de Bc avec bc= 1,20

1 2
KBc = 
2 i 1
ki = 1 (K1+ K2)
2
→ KBc = 1 4,08  1.87  =2,975
2

ηBc = K Bc → ηBc = 2,975


 0.27
n 11

 ηBc = 0.27

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 64


Etude des poutres principales 2016-2017

Le facteur 1 est introduit pour indiquer que longitudinalement on prend la charge d'un essieu et
2
non pas d'une roue. Les Ki sont déterminées graphiquement sur la figure (figure ).

2éme cas : 2 files de Bc avec bc= 1,10

1 4
KBc =  ki = 1 (K1+ K2+K3+K4) → KBc = 1 4,08  1.87  1.49  0.56 = 4
2 i 1 2 2

ηBc = K Bc → ηBc = 4
 0.36
n 11

 ηBc = 0.36

3éme cas : 3 files de Bc avec bc= 0,95

1 6
KBc = 
2 i 1
ki = 1 (K1+ K2+K3+K4+K5+K6)
2

KBc = 1 4,08  1.87  1.49  0.56  0.43  0.15 =4.29


2

ηBc = K Bc → ηBc = 4.29


 0.39
n 11

 ηBc = 0.39

4éme cas : 4 files de Bc avec bc= 0,80

1 8
KBc =  ki = 12 (K1+ K2+K3+K4+K5+K6+K7+K8)
2 i 1

KBc = 1 4,08  1.87  1.49  0.56  0.43  0.15  0.12  0.05 =4.375
2

ηBc = K Bc → ηBc = 4.375


 0.40
n 11

 ηBc = 0.40

Tableau 21: Récapitulatif des coefficients de répartition transversale(CRT) pour la charge Bc de


la poutre rive
Nombre de voie 1vc 2vc 3vc 4vc
ɳ𝐁𝐜 0.27 0.36 0.39 0.40
Bc 1.20 1.10 0.95 0.80

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 65


Etude des poutres principales 2016-2017

c. charge Mc80
Le rectangle d`impact de chaque chenille est uniformément chargé dans le sens transversal, un seul
convoi est supposé circuler quel que soit la largeur de la chaussée, sa disposition est choisie de
manière à obtenir l`effet le plus défavorable.
1 Char, avec 2 chenilles avec LMc80 = 0,85 m

Figure 18: Chargement de Mc80 dans le sens transversal poutre de rive

1 chargement: Deux chenilles avec LMc80 =0,85m :

KMc80= 1 k e  b  ltr   K e  b  ltr  0.85  k e  b  ltr  2,8  k e  b  ltr  3,65


4

KMc80= 1 4,43  3,297  1,46  0.967 = 2,54


4

ηMc80 = K Bc → ηMc80= 2,54


 0.23
n 11

 ηMc80 = 0.23

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 66


Etude des poutres principales 2016-2017

d. Charge Mc120
Le rectangle d`impact de chaque chenille est uniformément chargé dans le sens transversal, un seul
convoi est supposé circuler quel que soit la largeur de la chaussée, sa disposition est choisie de
manière à obtenir l`effet le plus défavorable

1 Char, avec 2 chenilles avec LMc120 =1,00 m

Figure 19: Chargement de Mc80 dans le sens transversal poutre de rive

1 chargement: Deux chenilles avec LMc120 =1,00m

KMc120= 1 k e  b  ltr   K e  b  ltr  1,0  k e  b  ltr  3;30  k e  b  ltr  4,30


4

KMc120= 1 4,43  3,12  1,16  0.704 =2.3535


4

ηMc120= K Bc → ηMc120= 2,3535


 0.21
n 11

 ηMc120 = 0.21

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 67


Etude des poutres principales 2016-2017

Tableau 22: Récapitulatif des coefficients CRT poutre de rive


1vc 2vc 3vc 4vc
Bc 0.27 0.36 0.39 0.40
Al 0.25 0.15 0.11 0.08
Mc80 0.23
Mc120 0.21

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 68


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Chapitre 5 : Calcul
des sollicitations

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 69


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Les charges permanentes et les surcharges sont supportées par les poutres principales, une
comparaison entre les effets de la charge Al et Bc est necessaire. Le résultat est à comparer avec
les charges à caractères particuliers s'ils sont donnés. Le principe est toujours le même, c.à.d.

M(x) = Mper + sup (MAl; MBc ; MMc80 ; MMc120)

T(x) = Tper + sup (TAl ; TBc ; T Mc80 ; TMc120)

I. Charges permanentes
1. Détermination de la charge permanente
La charge permanente que supporte la poutre intermédiaire est celle de son poids propre, du poids
du hourdis, celui du trottoir et de la superstructure. La poutre est soumise également à l’effort
concentré de l’entretoise.

Poutre intermédiaire

gper = gpp+gprédalles+ghourdis+ géquipements


 poids propre de la poutre

gp = ƔBA ×bp× (hp – hd) = 2,50×0,45× (1,35-0,20) = 1,294 t /ml


 poids propre de l’hourdis

gd = ƔBA×hd ×bo = 2,50× 0,20× 1,405 = 0,7025 t /ml


 poids propre prédalles

gpréd = ƔBA × (bo –bp) ×e = 2,50× (1,405-0,450) × 0,05 =0,12 t /ml


 La superstructure

La superstructure ou équipements, géquipements (étanchéité, couche de roulement, trottoir, garde-


corps, corniches, etc.)

Les charges de la superstructure sont majorées pour des incertitudes de leur poids (Gmax).

Ainsi, l’étanchéité est majorée par 1,20, la couche de roulement par 1.4 et pour les autres éléments
(trottoirs, corniches,…) de 1,05.

géquipements = gétchanche+ groulement+ gbarrière+ gcorniche + gcontre-corniche ……………….

L’étanchéité est généralement prise à 3 cm d’épaisseur (Ɣétanch = 2,1 t /m3). La couche de roulement
d’épaisseur généralement de 6 cm d’épaisseur (Ɣroul = 2,2 t /m3)

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 70


Calcul des Sollicitations 2016-2017

La superstructure est composée par les éléments suivants :

 poids de la couche d’étanchéité


gétanch = 1,20 ×Ɣétanch ×bo× e = 1,20× 2,10 ×1,405× 0,03 = 0,106 t /ml

 poids de la Couche roulable


groul = 1,40 × Ɣroul ×bo× e = 1,40 × 2,20× 1,405 × 0,06 = 0,26 t /ml

 Gper de la poutre intermédiaire = 2,4825 t /ml

Poutre de rive

gper = gpp+gprédalles+ghourdis + gbarrière + gcorniche + gcontre corniche


 poids propre de la poutre
gpp = ƔBA ×bp× (hp – hd) = 2,50×0,45× (1,35-0,20) = 1,294 t /ml

 poids propre de l’hourdis

 bo  bp   1,405  0,45 
gd = ƔBA×hd ×   = 2,50× 0,20×   = 0,464 t /ml
 2   2 

 poids propre prédalles

 bo  bp   1,405  0,45 
gpréd = ƔBA ×   ×e = 2,50×   × 0,05 =0,06 t /ml
 2   2 

 poids de la couche d’étanchéité

 bo  bp   1,405  0,45 
gétanch = 1,20 ×Ɣétanch ×   lDr  × e = 1,20× 2,10 ×   0,76  × 0,03
 2   2 

gétanch = 0,013 t /ml


 poids de la Couche de roulement

 bo  bp   1,405  0,45 
groul = 1,40 × Ɣroul×   lDr  × e = 1,40 ×2,20 ×   0,76  ×0,06
 2   2 

groul = 0.03t /ml

 poids de la barrière BN4


gbar = 0, 065 t /ml

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 71


Calcul des Sollicitations 2016-2017

 poids de la corniche

gcorniche = ƔBA × Sc = 2,50 × 0,093 = 0.23 t /ml


 poids de la contre corniche

gcontre corniche =ƔBA × Scc = 2,50 × 0,12 = 0.3 t /ml


 Gper total de la poutre de rive = 2.451 t /m

Tableau 23: Récapitulatif des charges permanentes


charges permanentes
poutre intermédiaire poutre de rive
2,4825 t / ml 2,457 t /ml

2. Moments fléchissants :
La charge permanente est une charge répartie sur toute la poutre. Pour déterminer les sollicitations
dues à cette charge, on n’a pas besoin des lignes d’influence, il suffit de déterminer les sollicitations
de la charge permanente uniformément répartie sur une poutre sur appuis.

Les calculs sont les suivantes :

Figure 20: Diagramme des moment fléchissants sous l’effet de la charge permanente

 xLC  x  
Mper (x) = ƔG × ηper ×gper ×  
 2 

Avec: ηper est le CRT de la charge permanente. Il est pris égal à 1

Coefficient de pondérations:

ƔG =1,35 à l'ELU

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 72


Calcul des Sollicitations 2016-2017

ƔG =1,00 à l'ELS
Poutre intermédiaire

 xLC  x  
P.inter
Mper (x) = ƔG × 𝑔per × 
 2 

g P.inter
per = 2,4825 t / ml ; Lc = 20.90 m

Tableau 24: Moments fléchissants dus à la charge permanente

 LC   LC 
X(m) 0    
 4   2 

MX (t.m) ELU 0 137,241 182,989

ELS 0 101,66 135,55

Poutre de rive :

 xLC  x  
P.rive
Mper (x) = ƔG × 𝑔per × 
 2 

g P.rive
per = 2,457 t /ml ; Lc = 20.90 m

Tableau 25: Moments fléchissant dues à la charge permanente

 LC   LC 
X(m) 0    
 4   2 

MX (t.m) ELU 0 135,50 180,667

ELS 0 100,37 133,827

3. Efforts tranchants
De même pour les efforts tranchants, on utilise le diagramme des efforts tranchants d’une charge
répartie sur une poutre simple.

L’effort tranchant a l’expression suivante :

 Lc 
Tper(x) = ƔG ×gper×   x
 2 

Pour x = 0 on a :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 73


Calcul des Sollicitations 2016-2017

lc
Tper(x) = ƔG ×gper × + Gentretoise
2

Figure 21: Diagramme des efforts tranchants sous l’effet de la charge permanente

Poutre intermédiaire
Charge de l’entretoise

Ge = ƔBA × be× (he-hd)×(b0-bp) = Ge = 2.5× 0.20 ×1.00 ×0.955 = 0,48 t


p.inter
g per = 2,4825 t / ml ; Lc = 20.90 m

Tableau 26: Valeurs des efforts tranchants dus à la charge permanente

 LC   LC 
X(m) 0    
 4   2 

TX (t.m) ELU 35,67 17,51 0

ELS 26,422 12,97 0

Poutre de rive
Charge de l’entretoise

ƔBA × (b0 −bp )be× (he−hd) 2,5× 0,20 ×1×0.955


Ge = = = 0.24 t/ml
2 2

p.rive
g per = 2,457 t /ml ; Lc = 20.90 m

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 74


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Tableau 27: Valeurs de l’effort tranchant due à la charge permanente

 LC   LC 
X(m) 0    
 4   2 

TX (t.m) ELU 34,94 17,29 0

ELS 25,88 12,81 0

II. Sollicitations dues à la charge Bc


1. Poutre de rive
a) Valeur de la charge

Figure 22: Distribution des charges longitudinalement

b) Coefficient bc

On doit multiplier la valeur de la charge par le coefficient bc qui dépend du nombre de file et de
la classe du pont

c) Coefficient de majoration dynamique δBc

δBc = 1  0,4 0 .6

1  0,2 Lc 1  4 G
S

Lc : longueur de la travée ; Lc =20,90m

G : poids total de cette travée.


p.inter p.inter
G = (g per × np.inter + g per ×np.rive) × (lc+2d) + 2×nesp× Ge

G = (2.4825 ×9 + 2.457× 2) ×21.60 +2×10×0.48 = 606.52 t

S : poids total le plus élevé du système B placé sur la travée (en tenant compte du bc)

1ercas : une voie chargée ; une seule file de BC

Avec : ɳBc = 0,27

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 75


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Coefficients de pondération :

ƔQ = 1,60 à l’ELU

ƔQ = 1,20 à l’ELS

bc = 1,2 ; Nf = 1 file de camion

 p 2  12 12  6  60t


i

SBC  bc  Nf   pi  1,2 1 60  72t

δBc = 1  0,4 0.6


  1.09
1  0,2  20,90 606.52
1 4
72

 Moments fléchissant :

Les moments des charges Bc sont calculés à l’aide de leur ligne d’influence dans la section
considéré en plaçant la charge Bc dans le sens longitudinal de manière la plus défavorable. La ligne
d’influence des moments est une ligne brisée formée de segments de droites. Il en résulte que la
position la plus défavorable du convoi comporte toujours la présence d'un essieu au droit de la
section considérée.

MBC (x) = ƔQ× ɳBc × δBc ×bc p y


i i

Figure 23: Diagramme des moments fléchissants dûs aux charges Bc de la poutre de rive

 1ére disposition : position du dernier essieu par rapport au premier appui


Tableau 28: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu d’une Vc ; 1 file de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 m x= = 10,45 m
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi

1 x 0 0 3.92 12 47,04 5,225 12 62,7


(l c  x ) 12
lc

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 76


Calcul des Sollicitations 2016-2017

2 lc  x  1,5 0 0 3,54 12 42,48 4,475 12 53,7


y1  12
lc  x
3 lc  x  6 0 0 2,42 6 14,52 2,225 6 13,35
y1  6
lc  x
4 lc  x  10,50 0 0 1,94 12 23,28 -0,025 12
y1  12
lc  x
5 lc  x  12 0 0 0,92 12 11,04 -0,775 12
y1  12
lc  x
6 lc  x  16,50 0 0 -0,21 6 -3,025 6
y1  6
lc  x

p y i i
0
p y i i
138,36
p y i i
129,75

 2éme disposition : position de l’avant dernier essieu par rapport au premier appui
Tableau 29: somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 1Vc ; 1 file de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 m x= = 10,45 m
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi

1 lc  x  1,50 0 12 0 3,54 12 42,48 4,475 12 53,70


y2 
lc  x
2 x 0 12 0 3.92 12 47,04 5,225 12 62,70
(l c  x )
lc
3 lc  x  4,50 0 6 0 2,79 6 16,74 2,975 6 17,85
y2 
lc  x
4 lc  x  9 0 12 0 1,67 12 20,04 0,725 12 8,7
y2 
lc  x
5 lc  x  10,50 0 12 0 1,29 12 15,48 12
y2 
lc  x
6 lc  x  15 0 6 0 0,167 6 1,002 6
y2 
lc  x
p y i  p  y 142,782  p  y 142,95
i
0
i i i i

p y i i
= supérieur (  p  y de la première disposition;  p  y de la deuxième disposition)
i i i i

MBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc p y i i

Tableau 30: Moments fléchissant dû aux charges Bc, 1Vc ; 1 files de Bc

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 77


Calcul des Sollicitations 2016-2017

état limite ƔQ ɳBc δBc bc


p y
i i
MBC (t.m)

X =0 ELU 1,60 0,27 1,09 1,2 0 0


ELS 1,20 0,27 1,09 1,2 0 0
Lc ELU 1,60 0,27 1,09 1,2 142,782 80,680
X =4
ELS 1,20 0,27 1,09 1,2 142,782 60,510
Lc ELU 1,60 0,27 1,09 1,2 142,95 80,775
X= 2
ELS 1,20 0,27 1,09 1,2 142,95 60,581

 Effort tranchant:

Figure 24: Diagramme des efforts tranchants dûs aux charges Bc

TBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc × p yi i

Tableau 31: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 1Vc ; 1 file de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi
1 x 1 12 12 0,75 12 9 0,5 12 6
1
lc
2 lc  x  1,5 0,93 12 11,16 0,678 12 8,136 0,428 12 5,136
y1 
lc  x
3 lc  x  6 0.71 6 4,26 0,463 6 2,778 0,213 6 1,278
y1 
lc  x
4 lc  x  10,50 0.50 12 6 0,248 12 2,976 0 12 0
y1 
lc  x
5 lc  x  12 0,43 12 5,16 0,176 12 2,112 0 12 0
y1 
lc  x

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 78


Calcul des Sollicitations 2016-2017

6 lc  x  16,50 0,21 6 1,26 0 6 0 0 6 0


y1 
lc  x
p y i i
39,84
p yi i
25,002
p y i i
12,414

Tableau 32: Efforts tranchants dus aux charges Bc, 1Vc ; 1 file de Bc
état limite ƔQ ɳBc δBc bc
p y
i i
TBC (t)

X= 0 ELU 1,60 0,27 1,09 1,2 39,84 22,512


ELS 1,20 0,27 1,09 1,2 39,84 16,884
Lc ELU 1,60 0,27 1,09 1,2 25,002 14,126
X =4
ELS 1,20 0,27 1,09 1,2 25,002 10,596
Lc ELU 1,60 0,27 1,09 1,2 12,414 7,015
X= 2
ELS 1,20 0,27 1,09 1,2 12,414 5,261

2émecas : deux voies chargées ; deux files de BC

Avec : ɳBc = 0,36

Coefficients de pondération :

ƔQ = 1,60 à l’ELU

ƔQ = 1,20 à l’ELS

bc = 1,1 ; Nf = 2 files de camion

 p 2  12  12  6  60t
i

S BC  bc  Nf   pi  1,1 2  60  132t

δBc = 1  0,4 0.6


  1,11
1  0,2  20,90 606.52
1 4
132

 Moments fléchissant :

MBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc p i  yi

 1ére disposition : position du dernier essieu par rapport au premier appui

Tableau 33: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 2Vc ; 2 files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi
yi

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 79


Calcul des Sollicitations 2016-2017

1 x 0 24 0 3.92 24 94,08 5,225 24 125,40


(l c  x )
lc
2 lc  x  1,5 0 24 0 3,54 24 84,96 4,475 24 107,40
y1 
lc  x
3 lc  x  6 0 12 0 2,42 12 29,04 2,225 12 26,70
y1 
lc  x
4 lc  x  10,50 0 24 0 1,94 24 46,56 0 24 0
y1 
lc  x
5 lc  x  12 0 24 0 0,92 24 22,08 0 24 0
y1 
lc  x
6 lc  x  16,50 0 12 0 0 12 0 0 12 0
y1 
lc  x

p y i i
0
p y i i
276,72
p y i i
259,5

 2éme disposition : position de l’avant dernier essieu par rapport au premier appui
Tableau 34: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 2Vc ; 2 files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi

1 lc  x  1,50 0 24 0 3,54 24 84,96 4,475 24 107,40


y2 
lc  x
2 x 0 24 0 3.92 24 94,08 5,225 24 125,40
(l c  x )
lc
3 lc  x  4,50 0 12 0 2,79 12 33,48 2,975 12 35,70
y2 
lc  x
4 lc  x  9 0 24 0 1,67 24 40,08 0,725 24 17,40
y2 
lc  x
5 lc  x  10,50 0 24 0 1,29 24 30,96 24
y2 
lc  x
6 lc  x  15 0 12 0 0,167 12 2,004 12
y2 
lc  x
p y i i
0
p y i i
285,564
p y i i
285,90

p yi i
= supérieur (  p  y de la première disposition;  p  y de la deuxième disposition)
i i i i

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 80


Calcul des Sollicitations 2016-2017

 Moments fléchissant :

MBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc p y i i

Tableau 35: Moments fléchissants dus aux charges Bc, 2Vc ; 2 files de Bc
état limite ƔQ ɳBc δBc bc
 pi  yi MBC (t.m)

X =0 ELU 1,60 0,36 1,11 1,1 0 0


ELS 1,20 0,36 1,11 1,1 0 0
Lc ELU 1,60 0,36 1,11 1,1 285,564 200.84
X =4
ELS 1,20 0,36 1,11 1,1 285,564 150.63
Lc ELU 1,60 0,36 1,11 1,1 285,90 201.07
X= 2
ELS 1,20 0,36 1,11 1,1 285,90 150.80

 Effort tranchant:

TBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc ×  p i  y i

Tableau 36: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 2Vc ; 2 files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi
1 x 1 24 24 0,75 24 18 0,5 24 12
1
lc
2 lc  x  1,5 0,93 24 22,32 0,678 24 16,272 0,428 24 10,272
y1 
lc  x
3 lc  x  6 0.71 12 8,52 0,463 12 5,556 0,213 12 2,556
y1 
lc  x
4 lc  x  10,50 0.50 24 12 0,248 24 5,952 0 24
y1 
lc  x
5 lc  x  12 0,43 24 10,32 0,176 24 4,224 0 24
y1 
lc  x
6 lc  x  16,50 0,21 12 2,52 0 12 0 12
y1 
lc  x
p y i i
79,68
p y i i
50,004
p y i i
24,828

Tableau 37: Efforts tranchants dus aux charges Bc, 2Vc ; 2 files de Bc
état
limite
ƔQ ɳBc δBc bc
p y i i
TBC (t)

X= 0 ELU 1,60 0,36 1,11 1,1 79,68 56.04

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 81


Calcul des Sollicitations 2016-2017

ELS 1,20 0,36 1,11 1,1 79,68 42,03


Lc ELU 1,60 0,36 1,11 1,1 50,004 35,17
X= 4
ELS 1,20 0,36 1,11 1,1 50,004 26,38
Lc ELU 1,60 0,36 1,11 1,1 24,828 17,46
X= 2
ELS 1,20 0,36 1,11 1,1 24,828 13,10

3émecas : trois voies chargées ; trois file de BC

Avec : ɳBc = 0,39

Coefficients de pondération :

ƔBc = 1,60 à l’ELU

ƔBc = 1,20 à l’ELS

bc = 0,95 ; Nf = 3 files de camion

 p 2  12  12  6  60t
i

S BC  bc  Nf   pi  0,95  3  60  171t

δBc = 1  0,4 0.6


  1,12
1  0,2  20,90 606.52
1 4
171

 Moments fléchissant :

MBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc p y i i

 1ére disposition : position du dernier essieu par rapport au premier appui

Tableau 38: Somme des produits de ∑ yi. Pi pour chaque position de l’essieu, 3Vc ; 3 files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi
yi
1 x 0 36 0 3.92 36 141,12 5,225 36 188,10
(l c  x )
lc
2 lc  x  1,5 0 36 0 3,54 36 127,44 4,475 36 161,10
y1 
lc  x
3 lc  x  6 0 18 0 2,42 18 43,56 2,225 18 40,05
y1 
lc  x
4 lc  x  10,50 0 36 0 1,94 36 69,84 0 36
y1 
lc  x

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 82


Calcul des Sollicitations 2016-2017

5 lc  x  12 0 36 0 0,92 36 33,12 0 36
y1 
lc  x
6 lc  x  16,50 0 18 0 0 18 0 18
y1 
lc  x

p y i i
0
p y i i
415,08
p y i i
389,25

 2éme disposition : position de l’avant dernier essieu par rapport au premier appui
Tableau 39: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 3Vc ; 3 files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi

1 lc  x  1,50 0 36 0 3,54 36 127,44 4,475 36 161,10


y2 
lc  x
2 x 0 36 0 3.92 36 141,12 5,225 36 188,10
(l c  x )
lc
3 lc  x  4,50 0 18 0 2,79 18 50,22 2,975 18 53,55
y2 
lc  x
4 lc  x  9 0 36 0 1,67 36 60,12 0,725 36 26,10
y2 
lc  x
5 lc  x  10,50 0 36 0 1,29 36 46,44 36
y2 
lc  x
6 lc  x  15 0 18 0 0,167 18 3,006 18
y2 
lc  x
p y i i p  y 428,346  p  y 428,85
0
i i i i

p yi i
= supérieur (  p  y de la première disposition;  p  y de la deuxième disposition)
i i i i

MBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc p y i i

Tableau 40: Moments fléchissants dus aux charges Bc, 3Vc ; 3files de Bc
état limite ƔQ ɳBc δBc bc
p y
i i
MBC (t.m)

X =0 ELU 1,60 0,39 1.12 0,95 0 0


ELS 1,20 0,39 1.12 0,95 0 0
Lc ELU 1,60 0,39 1.12 0,95 428,346 284.39
X =4
ELS 1,20 0,39 1.12 0,95 428,346 213.30
Lc ELU 1,60 0,39 1.12 0,95 428,85 284.73
X= 2
ELS 1,20 0,39 1.12 0,95 428,85 213.55

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 83


Calcul des Sollicitations 2016-2017

 Efforts tranchants :

TBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc × p yi i

Tableau 41: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 3Vc ; 3files(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi
1 x 1 36 36 0,75 36 27 0,5 36 18
1
lc
2 lc  x  1,5 0,93 36 33,48 0,678 36 24,408 0,428 36 15,408
y1 
lc  x
3 lc  x  6 0.71 18 12,78 0,463 18 8,334 0,213 18 3,834
y1 
lc  x
4 lc  x  10,50 0.50 36 18 0,248 36 8,928 0 36
y1 
lc  x
5 lc  x  12 0,43 36 15,48 0,176 36 6,336 0 36
y1 
lc  x
6 lc  x  16,50 0,21 18 3,78 0 18 0 18
y1 
lc  x
p y i i
119,52
p y i i
75,006
p y i i
37,242

Tableau 42: Efforts tranchants dus aux charges Bc, 3Vc ; 3 files de Bc
état
limite
ƔQ ɳBc δBc bc
p y i i
TBC (t)

X= 0 ELU 1,60 0,39 1.12 0,95 119,52 79.35


ELS 1,20 0,39 1.12 0,95 119,52 59.51
Lc ELU 1,60 0,39 1.12 0,95 75,006 49.80
X =4
ELS 1,20 0,39 1.12 0,95 75,006 37.35
Lc ELU 1,60 0,39 1.12 0,95 37,242 24.73
X= 2
ELS 1,20 0,39 1.12 0,95 37,242 18.54

4émecas : quatre voies chargées ; quatre file de BC

Avec : ɳBc = 0,40

Coefficients de pondération :

ƔBC = 1.60 à l’ELU

ƔBC = 1.20 à l’ELS

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 84


Calcul des Sollicitations 2016-2017

bc = 0,80 ; Nf = 4 files de camion

 p 2  12  12  6  60t
i

S BC  bc  Nf   pi  0,80  4  60  192t

δBc = 1  0,4 0.6


  1.12
1  0,2  20,90 606.52
1 4
192

 Moments fléchissants :

MBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc p y


i i

 1ére disposition : position du dernier essieu par rapport au premier appui

Tableau 43: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 4Vc ; 4 files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi
yi
1 x 0 48 0 3.92 48 188,16 5,225 48 250,80
(l c  x )
lc
2 lc  x  1,5 0 48 0 3,54 48 169,92 4,475 48 214,80
y1 
lc  x
3 lc  x  6 0 24 0 2,42 24 58,08 2,225 24 53,40
y1 
lc  x
4 lc  x  10,50 0 48 0 1,94 48 93,12 0 48
y1 
lc  x
5 lc  x  12 0 48 0 0,92 48 44,16 0 48
y1 
lc  x
6 lc  x  16,50 0 24 0 0 24 0 24
y1 
lc  x

p y
i i
0
p y i i
553,44
p y i i
519

 2éme disposition : position de l’avant dernier essieu par rapport au premier appui
Tableau 44: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 4Vc ; 4 files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 85


Calcul des Sollicitations 2016-2017

2 lc  x  1,50 0 48 0 3,54 48 169,92 4,475 48 214,80


y2 
lc  x
1 x 0 48 0 3.92 48 188,16 5,225 48 250,80
(l c  x )
lc
3 lc  x  4,50 0 24 0 2,79 24 66,96 2,975 24 71,40
y2 
lc  x
4 lc  x  9 0 48 0 1,67 48 80,16 0,725 48 34,80
y2 
lc  x
5 lc  x  10,50 0 48 0 1,29 48 61,92 48
y2 
lc  x
6 lc  x  15 0 24 0 0,167 24 4,008 24
y2 
lc  x
p y i i
0
p y i i
571,128
p y i i
571,80

p y i i
= supérieur (  p  y de la première disposition;  p  y de la deuxième disposition)
i i i i

MBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc p y i i

Tableau 45: Moments fléchissants dus aux charges Bc, 4Vc ; 4files de Bc
état limite ƔQ ɳBc δBc bc
p y i i
MBC (t.m)

X =0 ELU 1,60 0,40 1,12 0.80 0 0


ELS 1,20 0,40 1,12 0.80 0 0
Lc ELU 1,60 0,40 1,12 0.80 571,128 327.51
X =4
ELS 1,20 0,40 1,12 0.80 571,128 245.63
Lc ELU 1,60 0,40 1,12 0.80 571,80 327.89
X= 2
ELS 1,20 0,40 1,12 0.80 571,80 245.92

 Effort tranchant:

TBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc × p y i i

Tableau 46: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 4Vc ; 4files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi
1 x 1 48 48 0,75 48 36 0,50 48 24
1
lc

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 86


Calcul des Sollicitations 2016-2017

2 lc  x  1,5 0,93 48 44,64 0,678 48 32,544 0,428 48 20,544


y1 
lc  x
3 lc  x  6 0.71 24 17,04 0,463 24 11,112 0,213 24 5,112
y1 
lc  x
4 lc  x  10,50 0.50 48 24 0,248 48 11,904 0 48
y1 
lc  x
5 lc  x  12 0,43 48 20,64 0,176 48 8,448 0 48
y1 
lc  x
6 lc  x  16,50 0,21 24 5,04 0 24 0 24
y1 
lc  x

p y i i
159,36
p y i i
100,008
p yi i
49,656

Efforts tranchants

Tableau 47: Efforts tranchants dû aux charges Bc, 4Vc ; 4 files de Bc


état limite ƔQ ɳBc δBc bc
p y i i
TBC (t)

X= 0 ELU 1,60 0,40 1,12 0.80 159,36 91.38


ELS 1,20 0,40 1,12 0.80 159,36 68.54
Lc ELU 1,60 0,40 1,12 0.80 100,008 57.35
X=
4
ELS 1,20 0,40 1,12 0.80 100,008 43.01
Lc ELU 1,60 0,40 1,12 0.80 49,656 28.47
X= 2
ELS 1,20 0,40 1,12 0.80 49,656 21.36

2. Poutre intermédiaire :

Coefficient de majoration dynamique δBc.

δBc = 1  0,4 0 .6

1  0,2 Lc 1  4 G
S

Lc : longueur de la travée ; Lc =20,90m


p.inter p.rive
G : poids total de cette travée. G = (g per × np + g per × np ) × L+(2 ×nesp× gentretoise)

G = (2,4825 ×9 + 2,457× 2) ×21.60 + 2×10×0.48 = 606.52 t

S : poids total le plus élevé du système B placé sur la travée (en tenant compte du bc)

1ercas : une voie chargée ; une seule file de BC

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 87


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Avec : ɳBc = 0.17

Coefficients de pondération :

ƔBc = 1,60 à l’ELU

ƔBc = 1,20 à l’ELS

bc = 1,2 ; Nf = 1 file de camion

 p 2  12 12  6  60t


i

SBC  bc  Nf   pi  1,2 1 60  72t

δBc = 1  0,4 0.6


  1.09
1  0,2  20,90 606.52
1 4
72

 Moments fléchissants :

Les moments des charges Bc sont calculés à l’aide de leur ligne d’influence dans la section
considéré en plaçant la charge Bc dans le sens longitudinal de manière la plus défavorable. La ligne
d’influence des moments est une ligne brisée formée de segments de droites. Il en résulte que la
position la plus défavorable du convoi comporte toujours la présence d'un essieu au droit de la
section considérée.

MBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc  pi  yi

Figure 25: Diagramme des moments fléchissants de la poutre intermédiaire dû aux charges Bc

 1ére disposition : position du dernier essieu par rapport au premier appui

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 88


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Tableau 48: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu d’une Vc ; 1 file de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi

1 x 0 12 0 3.92 12 47,04 5,225 12 62,7


(l c  x )
lc
2 lc  x  1,5 0 12 0 3,54 12 42,48 4,475 12 53,7
y1 
lc  x
3 lc  x  6 0 6 0 2,42 6 14,52 2,225 6 13,35
y1 
lc  x
4 lc  x  10,50 0 12 0 1,94 12 23,28 -0,025 12
y1 
lc  x
5 lc  x  12 0 12 0 0,92 12 11,04 -0,775 12
y1 
lc  x
6 lc  x  16,50 0 6 0 -0,21 6 -3,025 6
y1 
lc  x

p y i i
0
p y i i
138,36
p y i i
129,75

 2éme disposition : position de l’avant dernier essieu par rapport au premier appui
Tableau 49: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 1Vc ; 1 file de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi

1 lc  x  1,50 0 12 0 3,54 12 42,48 4,475 12 53,70


y2 
lc  x
2 x 0 12 0 3.92 12 47,04 5,225 12 62,70
(l c  x )
lc
3 lc  x  4,50 0 6 0 2,79 6 16,74 2,975 6 17,85
y2 
lc  x
4 lc  x  9 0 12 0 1,67 12 20,04 0,725 12 8,7
y2 
lc  x
5 lc  x  10,50 0 12 0 1,29 12 15,48 12
y2 
lc  x
6 lc  x  15 0 6 0 0,167 6 1,002 6
y2 
lc  x

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 89


Calcul des Sollicitations 2016-2017

p y i i
0
p y i i
142,782
p y i i
142,95

p y i i
= supérieur (  p  y de la première disposition;  p  y de la deuxième disposition)
i i i i

MBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc p y i i

Tableau 50: Moments fléchissants dus aux charges Bc, 1Vc ; 1 file de Bc
état limite ƔQ ɳBc δBc bc
p y i i
MBC (t.m)

X =0 ELU 1,60 0,17 1,09 1,2 0 0


ELS 1,20 0,17 1,09 1,2 0 0
Lc ELU 1,60 0,17 1,09 1,2 142,782 50,798
X =4
ELS 1,20 0,17 1,09 1,2 142,782 38,099
Lc ELU 1,60 0,17 1,09 1,2 142,95 50,858
X=
2
ELS 1,20 0,17 1,09 1,2 142,95 38,144

 Effort tranchant:

Figure 26: diagramme des efforts tranchants de la poutre intermédiaire dû aux charges Bc
TBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc × p y i i

Tableau 51: Somme des produits de ∑ yi. Pi .pour chaque position de l’essieu, 1Vc ; 1 file de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi
1 x 1 12 12 0,75 12 9 0,5 12 6
1
lc
2 lc  x  1,5 0,93 12 11,16 0,678 12 8,136 0,428 12 5,136
y1 
lc  x
3 lc  x  6 0.71 6 4,26 0,463 6 2,778 0,213 6 1,278
y1 
lc  x

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 90


Calcul des Sollicitations 2016-2017

4 lc  x  10,50 0.50 12 6 0,248 12 2,976 0 12 0


y1 
lc  x
5 lc  x  12 0,43 12 5,16 0,176 12 2,112 0 12 0
y1 
lc  x
6 lc  x  16,50 0,21 6 1,26 0 6 0 0 6 0
y1 
lc  x
p y i i
39,84
p y i i
25,002
 pi  yi 12,414

Tableau 52: Efforts tranchants dus aux charge Bc, 1Vc ; 1 file de Bc
état limite ƔQ ɳBc δBc bc
p y i i
TBC (t)

X= 0 ELU 1,60 0,17 1,09 1,2 39,84 14,174


ELS 1,20 0,17 1,09 1,2 39,84 10,631
Lc ELU 1,60 0,17 1,09 1,2 25,002 8,895
X =4
ELS 1,20 0,17 1,09 1,2 25,002 6,671
Lc ELU 1,60 0,17 1,09 1,2 12,414 4,417
X= 2
ELS 1,20 0,17 1,09 1,2 12,414 3,312
éme
2 cas : deux voies chargées ; deux files de BC

Avec : ɳBc = 0,31

Coefficients de pondération :

ƔBc = 1,60 à l’ELU

ƔBc = 1,20 à l’ELS

bc = 1,1 ; Nf = 2 files de camion

 p 2  12  12  6  60t
i

S BC  bc  Nf   pi  1,1 2  60  132t

δBc = 1  0,4 0.6


  1,11
1  0,2  20,90 606.52
1 4
132

 Moments fléchissant :

MBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc p y i i

 1ére disposition : position du dernier essieu par rapport au premier appui

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 91


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Tableau 53: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 2Vc ; 2 files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi
yi
1 x 0 24 0 3.92 24 94,08 5,225 24 125,40
(l c  x )
lc
2 lc  x  1,5 0 24 0 3,54 24 84,96 4,475 24 107,40
y1 
lc  x
3 lc  x  6 0 12 0 2,42 12 29,04 2,225 12 26,70
y1 
lc  x
4 lc  x  10,50 0 24 0 1,94 24 46,56 0 24 0
y1 
lc  x
5 lc  x  12 0 24 0 0,92 24 22,08 0 24 0
y1 
lc  x
6 lc  x  16,50 0 12 0 0 12 0 0 12 0
y1 
lc  x

 pi  yi 0
 pi  yi 276,72
 pi  yi 259,5

 2éme disposition : position de l’avant dernier essieu par rapport au premier appui
Tableau 54: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 2Vc ; 2 files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi

1 lc  x  1,50 0 24 0 3,54 24 84,96 4,475 24 107,40


y2 
lc  x
2 x 0 24 0 3.92 24 94,08 5,225 24 125,40
(l c  x )
lc
3 lc  x  4,50 0 12 0 2,79 12 33,48 2,975 12 35,70
y2 
lc  x
4 lc  x  9 0 24 0 1,67 24 40,08 0,725 24 17,40
y2 
lc  x
5 lc  x  10,50 0 24 0 1,29 24 30,96 24
y2 
lc  x
6 lc  x  15 0 12 0 0,167 12 2,004 12
y2 
lc  x

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 92


Calcul des Sollicitations 2016-2017

p y i i
0
p y i i
285,564
p y i i
285,90

p y i i
= supérieur (  p  y de la première disposition;  p  y de la deuxième disposition)
i i i i

Moments fléchissant :

MBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc p y i i

Tableau 55: Moments fléchissants dus aux charges Bc, 2Vc ; 2 files de Bc
état limite ƔQ ɳBc δBc bc
 pi  yi MBC (t.m)

X =0 ELU 1,60 0,31 1,11 1,1 0 0


ELS 1,20 0,31 1,11 1,1 0 0
Lc ELU 1,60 0,31 1,11 1,1 285,564 172.94
X =4
ELS 1,20 0,31 1,11 1,1 285,564 129.71
Lc ELU 1,60 0,31 1,11 1,1 285,90 173.15
X= 2
ELS 1,20 0,31 1,11 1,1 285,90 129.86

 Effort tranchant:

TBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc × p y i i

Tableau 56: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 2Vc ; 2 files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi
1 x 1 24 24 0,75 24 18 0,5 24 12
1
lc
2 lc  x  1,5 0,93 24 22,32 0,678 24 16,272 0,428 24 10,272
y1 
lc  x
3 lc  x  6 0.71 12 8,52 0,463 12 5,556 0,213 12 2,556
y1 
lc  x
4 lc  x  10,50 0.50 24 12 0,248 24 5,952 0 24
y1 
lc  x
5 lc  x  12 0,43 24 10,32 0,176 24 4,224 0 24
y1 
lc  x
6 lc  x  16,50 0,21 12 2,52 0 12 0 12
y1 
lc  x
p y i i
79,68
p y i i
50,004
p y i i
24,828

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 93


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Tableau 57: Efforts tranchants dus aux charges Bc, 2Vc ; 2 files de Bc
état limite ƔQ ɳBc δBc bc
p y i i
TBC (t)

X= 0 ELU 1,60 0,31 1,11 1,1 79,68 48.25


ELS 1,20 0,31 1,11 1,1 79,68 36.19
Lc ELU 1,60 0,31 1,11 1,1 50,004 30,28
X =4
ELS 1,20 0,31 1,11 1,1 50,004 22.71
Lc ELU 1,60 0,31 1,11 1,1 24,828 15.04
X= 2
ELS 1,20 0,31 1,11 1,1 24,828 11.28

3émecas : trois voies chargées ; trois files de BC

Avec : ɳBc= 0,40

Coefficients de pondération :

ƔBc = 1,60 à l’ELU

ƔBc = 1,20 à l’ELS

bc = 0,95 ; Nf = 3 files de camion

 p 2  12  12  6  60t
i

S BC  bc  Nf   pi  0,95  3  60  171t

δBc = 1  0,4 0.6


  1,12
1  0,2  20,90 606.52
1 4
171

 Moments fléchissant :

MBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc p y


i i

 1ére disposition : position du dernier essieu par rapport au premier appui

Tableau 58: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 3Vc ; 3 files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi
yi
1 x 0 36 0 3.92 36 141,12 5,225 36 188,10
(l c  x )
lc
2 lc  x  1,5 0 36 0 3,54 36 127,44 4,475 36 161,10
y1 
lc  x

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 94


Calcul des Sollicitations 2016-2017

3 lc  x  6 0 18 0 2,42 18 43,56 2,225 18 40,05


y1 
lc  x
4 lc  x  10,50 0 36 0 1,94 36 69,84 0 36
y1 
lc  x
5 lc  x  12 0 36 0 0,92 36 33,12 0 36
y1 
lc  x
6 lc  x  16,50 0 18 0 0 18 0 18
y1 
lc  x

p y i i
0
p y i i
415,08
p y i i
389,25

 2éme disposition : position de l’avant dernier essieu par rapport au premier appui

Tableau 59: Somme des produits de ∑ yi×Pi pour chaque position de l’essieu, 3Vc ; 3 files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi

1 lc  x  1,50 0 36 0 3,54 36 127,44 4,475 36 161,10


y2 
lc  x
2 x 0 36 0 3.92 36 141,12 5,225 36 188,10
(l c  x )
lc
3 lc  x  4,50 0 18 0 2,79 18 50,22 2,975 18 53,55
y2 
lc  x
4 lc  x  9 0 36 0 1,67 36 60,12 0,725 36 26,10
y2 
lc  x
5 lc  x  10,50 0 36 0 1,29 36 46,44 36
y2 
lc  x
6 lc  x  15 0 18 0 0,167 18 3,006 18
y2 
lc  x
p y i i
0
p y i i
428,346
p y i i
428,85

p yi i
= supérieur (  p  y de la première disposition;  p  y de la deuxième disposition)
i i i i

MBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc p y i i

Tableau 60: Moments fléchissant dû aux charges Bc, 3Vc ; 3files de Bc

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 95


Calcul des Sollicitations 2016-2017

état limite ƔQ ɳBc δBc bc


p y i i
MBC (t.m)

X =0 ELU 1,60 0,40 1.12 0,95 0 0


ELS 1,20 0,40 1.12 0,95 0 0
Lc ELU 1,60 0,40 1.12 0,95 428,346 291.69
X =4
ELS 1,20 0,40 1.12 0,95 428,346 218.76
Lc ELU 1,60 0,40 1.12 0,95 428,85 292.03
X= 2
ELS 1,20 0,40 1.12 0,95 428,85 219.02

 Effort tranchant:

TBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc × p y i i

Tableau 61: Somme des produits de ∑ yi×Pi pour chaque position de l’essieu, 3Vc ; 3files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi
1 x 1 36 36 0,75 36 27 0,5 36 18
1
lc
2 lc  x  1,5 0,93 36 33,48 0,678 36 24,408 0,428 36 15,408
y1 
lc  x
3 lc  x  6 0.71 18 12,78 0,463 18 8,334 0,213 18 3,834
y1 
lc  x
4 lc  x  10,50 0.50 36 18 0,248 36 8,928 0 36
y1 
lc  x
5 lc  x  12 0,43 36 15,48 0,176 36 6,336 0 36
y1 
lc  x
6 lc  x  16,50 0,21 18 3,78 0 18 0 18
y1 
lc  x
p y i i
119,52
p y i i
75,006
p y i i
37,242

Tableau 62: Efforts tranchants dû aux charges Bc, 3Vc ; 3 files de Bc


état limite ƔQ ɳBc δBc bc
 pi  yi TBC (t)

X= 0 ELU 1,60 0,40 1.12 0,95 119,52 81.39


ELS 1,20 0,40 1.12 0,95 119,52 61.04
Lc ELU 1,60 0,40 1.12 0,95 75,006 51.08
X =4
ELS 1,20 0,40 1.12 0,95 75,006 38.31
Lc ELU 1,60 0,40 1.12 0,95 37,242 25.36
X= 2
ELS 1,20 0,40 1.12 0,95 37,242 19.02

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 96


Calcul des Sollicitations 2016-2017

4émecas : quatre voies chargées ; quatre files de BC

Avec : ɳBc = 0,47

Coefficients de pondération :

ƔBc = 1,60 à l’ELU

ƔBc = 1,20 à l’ELS

bc = 0,80 ; Nf = 4 files de camion

 p 2  12  12  6  60t
i

S BC  bc  Nf   pi  0,80  4  60  192t

δBc = 1  0,4 0.6


  1.12
1  0,2  20,90 606.52
1 4
192

 Moments fléchissant :

MBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc  pi  yi


 1ére disposition : position du dernier essieu par rapport au premier appui

Tableau 63: Somme des produits de ∑ yi×Pi pour chaque position de l’essieu, 4Vc ; 4 files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi
yi
1 x 0 48 0 3.92 48 188,16 5,225 48 250,80
(l c  x )
lc
2 lc  x  1,5 0 48 0 3,54 48 169,92 4,475 48 214,80
y1 
lc  x
3 lc  x  6 0 24 0 2,42 24 58,08 2,225 24 53,40
y1 
lc  x
4 lc  x  10,50 0 48 0 1,94 48 93,12 0 48
y1 
lc  x
5 lc  x  12 0 48 0 0,92 48 44,16 0 48
y1 
lc  x
6 lc  x  16,50 0 24 0 0 24 0 24
y1 
lc  x

p y
i i
0
p y i i
553,44
p y i i
519

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 97


Calcul des Sollicitations 2016-2017

 2éme disposition : position de l’avant dernier essieu par rapport au premier appui
Tableau 64: Somme des produits de ∑ yi×Pi .pour chaque position de l’essieu, 4Vc ; 4 files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi

2 lc  x  1,50 0 48 0 3,54 48 169,92 4,475 48 214,80


y2 
lc  x
1 x 0 48 0 3.92 48 188,16 5,225 48 250,80
(l c  x )
lc
3 lc  x  4,50 0 24 0 2,79 24 66,96 2,975 24 71,40
y2 
lc  x
4 lc  x  9 0 48 0 1,67 48 80,16 0,725 48 34,80
y2 
lc  x
5 lc  x  10,50 0 48 0 1,29 48 61,92 48
y2 
lc  x
6 lc  x  15 0 24 0 0,167 24 4,008 24
y2 
lc  x
p y i i
0
p y i i
571,128
p y i i
571,80

p y i i
= supérieur (  p  y de la première disposition;  p  y de la deuxième disposition)
i i i i

MBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc p y i i

Tableau 65: Moments fléchissants dus aux charges Bc, 4Vc ; 4files de Bc
état limite ƔQ ɳBc δBc bc
 pi  yi MBC (t.m)

X =0 ELU 1,60 0,47 1,12 0.80 0 0


ELS 1,20 0,47 1,12 0.80 0 0
Lc ELU 1,60 0,47 1,12 0.80 571,128 384.82
X =4
ELS 1,20 0,47 1,12 0.80 571,128 288.62
Lc ELU 1,60 0,47 1,12 0.80 571,80 385.27
X= 2
ELS 1,20 0,47 1,12 0.80 571,80 288.96

 Effort tranchant:

TBC (x) = ƔQ× ɳBc× δBc ×bc × p y i i

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 98


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Tableau 66: Somme des produits de ∑ yi×Pi pour chaque position de l’essieu, 4Vc ; 4files de Bc(m)
x= 0 𝐿𝑐 𝐿𝑐
x= = 5,225 x= = 10,45
4 2
yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi yi pi Pi × yi
1 x 1 48 48 0,75 48 36 0,50 48 24
1
lc
2 lc  x  1,5 0,93 48 44,64 0,678 48 32,544 0,428 48 20,544
y1 
lc  x
3 lc  x  6 0.71 24 17,04 0,463 24 11,112 0,213 24 5,112
y1 
lc  x
4 lc  x  10,50 0.50 48 24 0,248 48 11,904 0 48
y1 
lc  x
5 lc  x  12 0,43 48 20,64 0,176 48 8,448 0 48
y1 
lc  x
6 lc  x  16,50 0,21 24 5,04 0 24 0 24
y1 
lc  x
p y i i
159,36
p y i i
100,008
p y i i
49,656

Tableau 67: Efforts tranchants dû aux charges Bc, 4Vc ; 4 files de Bc


état
limite
ƔQ ɳBc δBc bc
p y i i
TBC (t)

X= 0 ELU 1,60 0,47 1.12 0.80 159,36 107.37


ELS 1,20 0,47 1.12 0.80 159,36 80.53
Lc ELU 1,60 0,47 1.12 0.80 100,008 67.38
X =4
ELS 1,20 0,47 1.12 0.80 100,008 50.54
Lc ELU 1,60 0,47 1.12 0.80 49,656 33.46
X= 2
ELS 1,20 0,47 1.12 0.80 49,656 25.09

III. Système de charge Al :


Ce système de charge se compose des charges uniformément réparties d’intensités variables suivant
la longueur surchargé et qui correspondent à une ou plusieurs files de véhicules à l’arrêt sur le pont.
36
AL = 0.23 + Avec: Lc: longueur chargée
Lc +12

36
AL = 0.23 + = 1.324 t / m2
20.9+12

q Al = a1 × a2 × AL × LAl Avec :

a1 : coefficient donné dans le tableau ci-dessous

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 99


Calcul des Sollicitations 2016-2017

V0
a2 =
V

Lch
V=
NV

Tableau 68: Valeur d’a1 en fonction de Nv et de la classe du pont


Nombre de voies chargées 1 2 3 4 ≥5

Classe de 1ére 1 1 0.9 0.75 0.7


pont 2ème 1 0.9 - - -
3ème 0.9 0.8 - - -

 Largeur de chaussée roulable : Lr = 13.24m ≥ 7 m pont de 1ére classe ,


 largeur standard d’une voie de communication qui dépend de la classe du pont. V0 = 3.5 m
 Largueur chargeable : Lch = Lr - 2×0.5 = 12.24m

Tableau 69: Caractéristiques de la chaussée


Largueur Largueur Largeur Nombre de Largeur Classe du
calculé roulable chargeable voie d'une voie pont
20.90 m 13.24m 12.24m 4 3.06m 1ére classe

1. Poutre intermédiaire
a. 1er cas : une seule voie chargée LAl = V = 3.06 m
Moments fléchissants
3.5
a1 = 1.0 ; a2 = 3.06 = 1.14

qAl = 1×1.14×1.324×3.06 = 4.62 t/ml


x
MAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × 2 (Lc − x) avec ɳAl = 0.169

γ = 1.2 à l′ ELS
Coefficient de pondérations : { Al
γAl = 1.6 à l′ ELU

Tableau 70: Valeurs des moments fléchissants dus à la charge Al poutre intermédiaire en (t.m)
X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 100


Calcul des Sollicitations 2016-2017

ELS 1.2 0 38.37 51.16


MAl (t. m)
ELU 1.6 0 51.16 68.21

Efforts tranchants
TAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × ωAl avec ɳAl = 0.169
γ = 1.2 à l′ ELS
Coefficient de pondérations : { Al
γAl = 1.6 à l′ ELU
1 x (Lc − x)2
ωAl = (1 − ) (Lc − x) =
2 Lc 2Lc
36
q Al = a1 × a2 × [0.23 + [ ]] × LAl
(LC − x) + 12

Tableau 71: Valeurs de ωAl et qAl de l'effort tranchant due à la charge Al


0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
X(m) 4 2
10.45 5.88 2.61
ωAl (m2)
q Al (t/ml) 4,62 5,34 6,4

Tableau 72: Valeurs de l'effort tranchant due à la charge Al poutre intermédiaire en (t)
X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1.2 9,79 6,37 3,39
TAl (t)
ELU 1.6 13,05 8,49 4,52

b. 2ème cas : deux voies chargées LAl = 2V = 6.12 m


Moment fléchissant
3.5
a1 = 1.0 ; a2 = 3.06 = 1.14

qAl = 1×1.14×1.324×6.12 = 9.24 t/ml


x
MAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × 2 (Lc − x) avec ɳAl = 0.145

Coefficient de pondérations : γAl = {1.2 à l′ ELS


1.6 à l′ ELU

Tableau 73: Valeurs des moments fléchissants dus à la charge Al poutre intermédiaire en (t.m)

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 101


Calcul des Sollicitations 2016-2017

X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1.2 0 65.84 87.79
MAl (t. m)
ELU 1.6 0 87.79 117.05

Efforts tranchants
TAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × ωAl avec ɳAl = 0.145

Coefficient de pondérations : γAl = {1.2 à l′ ELS


1.6 à l′ ELU
1 x (Lc − x)2
ωAl = (1 − ) (Lc − x) =
2 Lc 2Lc
36
q Al = a1 × a2 × [0.23 + [ ]] × LAl
(LC − x) + 12

Tableau 74: Valeurs de ωAl et qAl de l'effort tranchant due à la charge Al


0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
X(m) 4 2
10.45 5.88 2.61
ωAl (m2)
q Al (t/ml) 9,24 10,68 12,79

Tableau 75: Valeurs des efforts tranchants dus à la charge Al poutre intermédiaire en (t)
X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1.2 16,80 10,93 5,81
TAl (t)
ELU 1.6 22,40 14,57 7,74

c. 3éme cas : trois voies chargées LAl = 3V = 9.18 m


Moments fléchissants
3.5
a1 = 0.9 ; a2 = 3.06 = 1.14

qAl = 0.9×1.14×1.324×9.18 = 12.47 t/ml


x
MAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × 2 (Lc − x) ; Avec ɳAl = 0.122

Coefficient de pondérations : γAl = {1.2 à l′ ELS


1.6 à l′ ELU

Tableau 76: Valeurs des moments fléchissants dus à la charge Al poutre intermédiaire en (t.m)

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 102


Calcul des Sollicitations 2016-2017

X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1.2 0 74.76 99.68
MAl (t. m)
ELU 1.6 0 99.68 132.9

Effort tranchant
TAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × ωAl ; Avec ɳAl = 0.122

Coefficient de pondérations : γAl = {1.2 à l′ ELS


1.6 à l′ ELU
1 x (Lc − x)2
ωAl = (1 − ) (Lc − x) =
2 Lc 2Lc
36
q Al = a1 × a2 × [0.23 + [ ]] × LAl
(LC − x) + 12

Tableau 77: Valeurs de ωAl et qAl de l'effort tranchant due à la charge Al


0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
X(m) 4 2
10.45 5.87 2.61
ωAl (m2)
q Al (t/ml) 12,47 14,42 17,27

Tableau 78: Valeurs des efforts tranchants dus à la charge Al poutre intermédiaire en (t)
X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1.2 19,08 12,39 6,60
TAl (t)
ELU 1.6 25,44 16,52 8,80

d. 4ème cas : quatre voies chargées LAl = 4V = 12.24 m


Moments fléchissants
3.5
a1 = 0.75 ; a2 = 3.06 = 1.14

qAl = 0.75×1.14×1.324×12.24 = 13.85 t/ml


x
MAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × 2 (Lc − x) Avec ɳAl = 0.103

Coefficient de pondérations : γAl = {1.2 à l′ ELS


1.6 à l′ ELU

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 103


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Tableau 79: Valeurs des moments fléchissants dus à la charge Al poutre intermédiaire en (t.m)
X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1.2 0 70.10 93.47
MAl (t. m)
ELU 1.6 0 93.47 124.63

Efforts tranchants
TAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × ωAl Avec ɳAl = 0.103

Coefficient de pondérations : γAl = {1.2 à l′ ELS


1.6 à l′ ELU
1 x (Lc − x)2
ωAl = (1 − ) (Lc − x) =
2 Lc 2Lc
36
q Al = a1 × a2 × [0.23 + [ ]] × LAl
(LC − x) + 12

Tableau 80: Valeurs de ωAl et qAl de l'effort tranchant due à la charge Al


0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
X(m) 4 2
10.45 5.88 2.61
ωAl (m2)
q Al (t/ml) 13,86 16,02 19,19

Tableau 81 : Valeurs des efforts tranchants dus à la charge Al poutre intermédiaire en (t)
X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1.2 17,90 11,64 6,19
TAl (t)
ELU 1.6 23,87 15,52 8,25

2. Poutre de rive
a. 1er cas : une voie chargé LAl = V =3.06m
Moments fléchissants
3.5
a1 = 1.0 ; a2 = 3.06 = 1.14

qAl = 1×1.14×1.324×3.06 = 4.62 t/ml


x
MAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × 2 (Lc − x) Avec ɳAl = 0.25

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 104


Calcul des Sollicitations 2016-2017

γ = 1.2 à l′ ELS
Coefficient de pondérations : { Al
γAl = 1.6 à l′ ELU

Tableau 82: Valeurs des moments fléchissants dus à la charge Al poutre de rive en (t.m)
X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1.2 0 56.76 75.68
MAl (t. m)
ELU 1.6 0 75.68 100.90

Efforts tranchants
TAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × ωAl Avec ɳAl = 0.25
γ = 1.2 à l′ ELS
Coefficient de pondérations : { Al
γAl = 1.6 à l′ ELU
1 x (Lc − x)2
ωAl = (1 − ) (Lc − x) =
2 Lc 2Lc
36
q Al = a1 × a2 × [0.23 + [ ]] × LAl
(LC − x) + 12

Tableau 83: Valeurs de ωAl et qAl de l'effort tranchant due à la charge Al


0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
X(m) 4 2
ωAl (m2) 10.45 5.88 2.61
q Al (t/ml) 4,62 5,34 6,40

Tableau 84: Valeurs des efforts tranchants dus à la charge Al poutre de rive en (t)
X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1.2 14,48 9,42 5,01
TAl (t)
ELU 1.6 19,31 12,56 6,68

b. 2ème cas : deux voies chargées LAl = 2V = 6.12 m


Moments fléchissants
3.5
a1 = 1.0 ; a2 = 3.06 = 1.14

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 105


Calcul des Sollicitations 2016-2017

qAl = 1×1.14×1.324×6.12 = 9.24 t/ml


x
MAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × 2 (Lc − x). Avec ɳAl = 0.15

Coefficient de pondérations : γAl = {1.2 à l′ ELS


1.6 à l′ ELU
Tableau 6.62 : Valeurs des moments fléchissants dus à la charge Al poutre de rive en (t.m)
X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1.2 0 68.11 90.81
MAl (t. m)
ELU 1.6 0 90.81 121.08

Efforts tranchants
TAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × ωAl avec ɳAl = 0.15

coefficient de pondérations : γAl = {1.2 à l′ ELS


1.6 à l′ ELU
1 x (Lc − x)2
ωAl = (1 − ) (Lc − x) =
2 Lc 2Lc
36
q Al = a1 × a2 × [0.23 + [ ]] × LAl
(LC − x) + 12

Tableau 85: Valeurs de ωAl et qAl de l'effort tranchant due à la charge Al


0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
X(m) 4 2
ωAl (m2) 10.45 5.88 2.61
q Al (t/ml) 9,24 10,68 12,79

Tableau 86: Valeurs des efforts tranchants dus à la charge Al poutre de rive en (t)
X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1.2 17,38 11,30 6,01
TAl (t)
ELU 1.6 23,17 15,07 8,01

c. 3éme cas : trois voies chargées LAl = 3V = 9.18 m


Moments fléchissants

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 106


Calcul des Sollicitations 2016-2017

3.5
a1 = 0.9 ; a2 = 3.06 = 1.14

qAl = 0.9×1.14×1.324×9.18 = 12.47 t/ml


x
MAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × 2 (Lc − x) avec ɳAl = 0.11

Coefficient de pondérations : γAl = {1.2 à l′ ELS


1.6 à l′ ELU

Tableau 87: Valeurs des moments fléchissants dus à la charge Al poutre de rive en (t.m)
X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1.2 0 67.41 89.88
MAl (t. m)
ELU 1.6 0 89.88 119.83

Efforts tranchants
TAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × ωAl avec ɳAl = 0.11

Coefficient de pondérations : γAl = {1.2 à l′ ELS


1.6 à l′ ELU
1 x (Lc − x)2
ωAl = (1 − ) (Lc − x) =
2 Lc 2Lc
36
q Al = a1 × a2 × [0.23 + [ ]] × LAl
(LC − x) + 12

Tableau 88: Valeurs de ωAl et qAl de l'effort tranchant due à la charge Al


0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
X(m) 4 2
ωAl (m2) 10.45 5.88 2.61
q Al (t/ml) 12,47 14,42 17,27

Tableau 89: Valeurs des efforts tranchants dus à la charge Al poutre de rive en (t)
X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1.2 17,20 9,33 5,95
TAl (t)
ELU 1.6 22,93 12,44 7,93

d. 4ème cas : quatre voies chargées LAl = 4V = 12.24 m

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 107


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Moments fléchissants
3.5
a1 = 0.75 ; a2 = 3.06 = 1.14

qAl = 0.75×1.14×1.324×12.24 = 13.85 t/ml


x
MAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × 2 (Lc − x) avec ɳAl = 0.08

Coefficient de pondérations : γAl = {1.2 à l′ ELS


1.6 à l′ ELU

Tableau 90: Valeurs des moments fléchissants due à la charge Al poutre de rive en (t.m)
X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1.2 0 54.45 72.60
MAl (t. m)
ELU 1.6 0 72.60 96.80

Efforts tranchants
TAl (x) = γAl × ɳAl × q Al × ωAl avec ɳAl = 0.08

Coefficient de pondérations : γAl = {1.2 à l′ ELS


1.6 à l′ ELU
1 x (Lc − x)2
ωAl = (1 − ) (Lc − x) =
2 Lc 2Lc
36
q Al = a1 × a2 × [0.23 + [ ]] × LAl
(LC − x) + 12

Tableau 91: Valeurs de ωAl et qAl de l'effort tranchant due à la charge Al


0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
X(m) 4 2
ωAl (m2) 10.45 5.88 2.61
q Al (t/ml) 13,86 16,02 19,19

Tableau 92: Valeurs des efforts tranchants dus à la charge Al poutre de rive en (t)
X(m) γAl 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1.2 13,40 9,04 4,81
TAl (t)
ELU 1.6 17,87 12,06 6,41

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 108


Calcul des Sollicitations 2016-2017

IV. Charge Mc80


Les charges militaires MC80 étant une charge répartie. En utilisant les lignes d'influences, on
détermine les sollicitations en multipliant la charge par l'aire correspondante ω

Figure 27: disposition de la charge Mc80

Coefficient de pondérations : γMc80 = {1.00 à l′ ELS


1.35 à l′ ELU
S
S= 72t ; q = = 14.7t/m ; G = 606.52 t/m
4.9
0.4 0.6
δMc80 = 1 + α + β = 1 + +
1 + 0.2 × Lc 1 + 4 G
S
Avec : G: poids de la travée ; S : poids des véhicules sur la travée
0.4 0.6
δMc80 = 1 + + = 1.09
1 + 0.2 × 20.90 1 + 4 × 606.52
72

3. Poutre intermédiaire
Moments fléchissants
MMc80 (x) = γMc80 × ɳMc80 × δMc80 × qMc80 × ωMc80 avec ɳMc80 = 0.155

Figure 28: Diagramme des moments fléchissants dus aux charges Mc80

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 109


Calcul des Sollicitations 2016-2017

x−t t + 4.90 − x
ωMc80 = (y1 + y2 ) ( ) + (y2 + y3 ) ( )
2 2

x
t= (Lc − 4.90)
Lc

x
y2 = ymax = (Lc − x)
Lc

t
y1 = y2 ×
x

Lc − t − 4.90
y3 = y2 ( )
Lc − x

Tableau 93: Valeurs des t, yi et w des moments fléchissants pour le système de charge Mc80(m)
X=0 Lc Lc
x= x=
4 2
t yi w t yi w t yi w
1 0 0 3 4
2 0 0 0 4 3.92 16.954 8 5.225 22.601
3 0 0 3 4

Tableau 94: Valeurs des moments fléchissants dus à la charge Mc80 poutre intermédiaire en (t.m)
X(m) γMc80 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1 0 42.11 56.13
MMc80 (x)
ELU 1.35 0 56.84 75.78

Effort tranchant

TMc80 (x) = γMc80 × ɳMc80 × δMc80 × qMc80 × ω′Mc80 avec ɳMc80 = 0.155

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 110


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Figure 29: Diagramme des efforts tranchants dus aux charges Mc80

4.9
ωMc80 = (y1 + y2 ) ( )
2
x
y1 = ymax = 1 −
Lc

Lc − x − 4.9
y2 = y2 ×
Lc − x

Tableau 95: valeur de yi et w de l'effort tranchant pour le système de charge Mc80(m)


X=0 Lc Lc
x= x=
4 2
yi w yi W yi w
1 1 4.312 0.75 3.087 0.5 1.862
2 0.76 0.51 0.26

Tableau 96: Valeurs des efforts tranchants dus à la charge Mc80 poutre intermédiaire en (t)
X(m) γMc80 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1 10.71 7.67 4.62
TMc80 (x)
ELU 1.35 14.46 10.35 6.24

4. Poutre de rive

Moments fléchissants

MMc80 (x) = γMc80 × ɳMc80 × δMc80 × qMc80 × ωMc80 ; Avec ɳMc80 = 0.23

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 111


Calcul des Sollicitations 2016-2017

x−t t + 4.90 − x
ωMc80 = (y1 + y2 ) ( ) + (y2 + y3 ) ( )
2 2

x
t= (Lc − 4.90)
Lc

x
y2 = ymax = (Lc − x)
Lc

t
y1 = y2 ×
x

Lc − t − 4.90
y3 = y2 ( )
Lc − x

Tableau 97: Valeurs de t, yi et w des moments fléchissants pour le système de charge Mc80(m)
X=0 Lc Lc
x= x=
4 2
T yi w t yi w t yi w
1 0 0 3 4
2 0 0 0 4 3.92 16.954 8 5.225 22.601
3 0 0 3 4

Tableau 98: Valeurs des moments fléchissants dus à la charge Mc80 poutre de rive en (t.m)
X(m) γMc80 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1 0 62.48 83.29
MMc80 (x)
ELU 1.35 0 84.35 112.44

Efforts tranchants

TMc80 (x) = γMc80 × ɳMc80 × δMc80 × qMc80 × ω′Mc80 ; Avec ɳMc80 = 0.23

4.9
ωMc80 = (y1 + y2 ) ( )
2
x
y1 = ymax = 1 −
Lc

Lc − x − 4.9
y2 = y2 ×
Lc − x

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 112


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Tableau 99: Valeurs de yi et w des efforts tranchants pour le système de charge Mc80(m)
X=0 Lc Lc
x= x=
4 2
yi W' yi W yi W'
1 1 4.312 0.75 3.087 0.5 1.862
2 0.76 0.51 0.26

Tableau 100: Valeurs des efforts tranchants dus à la charge Mc80 poutre intermédiaire en (t)
X(m) γMc80 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1 15.89 11.38 6.86
TMc80 (x)
ELU 1.35 23.84 15.36 9.26

V. Charge Mc120
Les charges militaires MC120 étant une charge répartie. En utilisant les lignes d'influences,
on détermine les sollicitations en multipliant la charge par l'aire correspondante ω.

Figure 30: Disposition de la charge Mc120

Coefficient de pondérations : γMc80 = {1.00 à l′ ELS


1.35 à l′ ELU
S
S= 110t ; q = 6.1 = 18t/m ; G = 606.52 t/m
0.4 0.6
δMc120 = 1 + α + β = 1 + +
1 + 0.2 × Lc 1 + 4 G
S
Avec : G: poids de la travée ; S : poids des véhicules sur la travée
0.4 0.6
δMc120 = 1 + + = 1.10
1 + 0.2 × 20.90 1 + 4 × 606.52
110

1. Poutre intermédiaire
Moment fléchissant

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 113


Calcul des Sollicitations 2016-2017

MMc80 (x) = γMc120 × ɳMc120 × δMc120 × qMc120 × ωMc120 ; Avec ɳMc120 = 0.146

Figure 31: Diagramme des moments fléchissants dus aux charges Mc120

x−t t + 6.10 − x
ωMc120 = (y1 + y2 ) ( ) + (y2 + y3 ) ( )
2 2
x
t= (Lc − 6.10)
Lc
x
y2 = ymax = (Lc − x)
Lc
t
y1 = y2 ×
x

Lc − t − 6.10
y3 = y2 ( )
Lc − x

Tableau 101: Valeurs de t, yi et w des moments fléchissants pour le système de charge Mc120(m)
X=0 Lc Lc
x= x=
4 2
T yi W t yi W t yi W
1 0 0 2.77 3.7
2 0 0 0 3.7 3.92 20.40 7.4 5.225 27.22
3 0 0 2.77 3.7

Tableau 102: Valeurs des moments fléchissants dus à la charge Mc120 poutre intermédiaire en (t.m)
X(m) γMc80 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1 0 58.97 78.69
MMc120 (x)

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 114


Calcul des Sollicitations 2016-2017

ELU 1.35 0 79.61 106.23


Efforts tranchants

TMc80 (x) = γMc120 × ɳMc120 × δMc120 × qMc120 × ω′Mc120 ; Avec ɳMc80 = 0.146

Figure 32: Diagramme des efforts tranchants dus aux charges Mc120

6.10
ωMc80 = (y1 + y2 ) ( )
2

x
y1 = ymax = 1 −
Lc

Lc − x − 6.10
y2 = y2 ×
Lc − x
Tableau 103: Valeurs de yi et w des efforts tranchants pour le système de charge Mc120(m)
X=0 Lc Lc
x= x=
4 2
yi W' yi W' yi W'
1 1 4.91 0.75 3.233 0.5 2.165
2 0.61 0.31 0.21

Tableau 104: Valeurs des efforts tranchants dus à la charge Mc120 poutre intermédiaire en (t)
X(m) γMc80 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1 14.19 9.34 6.26
TMc120 (x)

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 115


Calcul des Sollicitations 2016-2017

ELU 1.35 19.16 12.62 8.45

2. Poutre de rive

Moments fléchissants

MMc80 (x) = γMc120 × ɳMc120 × δMc120 × qMc120 × ωMc120 ; Avec ɳMc80 = 0.21

x−t t + 6.10 − x
ωMc80 = (y1 + y2 ) ( ) + (y2 + y3 ) ( )
2 2

x
t= (Lc − 6.10)
Lc

x
y2 = ymax = (Lc − x)
Lc

t
y1 = y2 ×
x

Lc − t − 6.10
y3 = y2 ( )
Lc − x
Tableau 105: Valeur de t, yi et w des moments fléchissants pour le système de charge Mc120(m)
X=0 Lc Lc
x= x=
4 2
T yi W t yi W t yi W
1 0 0 2.77 3.7
2 0 0 0 3.7 3.92 20.40 7.4 5.225 27.22
3 0 0 2.77 3.7

Tableau 106: Valeurs des moment fléchissants dus à la charge Mc120 poutre de rive en (t.m)
X(m) γMc80 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1 0 84.82 113.18
MMc80 (x)
ELU 1.35 0 114.51 152.79

Efforts tranchants

TMc80 (x) = γMc120 × ɳMc120 × δMc120 × qMc120 × ω′Mc120 ; Avec ɳMc80 = 0.21

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 116


Calcul des Sollicitations 2016-2017

6.10
ωMc80 = (y1 + y2 ) ( )
2
x
y1 = ymax = 1 −
Lc
Lc − x − 6.10
y2 = y2 ×
Lc − x
Tableau 107: Valeur de yi et w des efforts tranchants pour le système de charge Mc120(m)
X=0 Lc Lc
x= x=
4 2
yi W' yi W' yi W'
1 1 4.91 0.75 3.233 0.5 2.165
2 0.61 0.31 0.21

Tableau 108: Valeurs des efforts tranchants dus à la charge Mc120 poutre intermédiaire en (t)
X(m) γMc80 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELS 1 20.41 13.44 9
TMc80 (x)
ELU 1.35 27.56 18.15 12.15

VI. Récapitulatifs des résultats


1. Moments fléchissants
Poutre intermédiaire

Tableau 109: Récapitulatifs des moments des poutres intermédiaire


X(m) 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELU 0 137,241 182,989
Mper (x)
ELS 0 101,66 135,55
ELU 0 384.82 385.27
MBc (x)
ELS 0 288.62 288.96
ELU 0 99.68 132.9
MAl (x)
ELS 0 74.76 99.48
ELU 0 56.84 75.78
MMc80 (x)
ELS 0 42.11 56.13
ELU 0 79.61 106.23
MMc120 (x)
ELS 0 58.97 78.69

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 117


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Poutre rive

Tableau 110: Récapitulatifs des moments des poutres de rive


X(m) 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELU 0 135,50 180,667
Mper (x)
ELS 0 100,55 133,827
ELU 0 327.51 327.89
MBc (x)
ELS 0 245.63 245,92
ELU 0 90.81 121.08
MAl (x)
ELS 0 68.11 90.81
ELU 0 84.35 112.44
MMc80 (x)
ELS 0 62.48 83.29
ELU 0 114.51 152.79
MMc120 (x)
ELS 0 84.82 113.18

2. Efforts tranchants
Poutre intermédiaire
Tableau 6.89 : Récapitulatifs des efforts tranchants des poutres intermédiaire
X(m) 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELU 36.85 18.15 0
Tper (x)
ELS 27.44 13.44 0
ELU 107.37 67.38 33.46
TBc (x)
ELS 80.53 50.54 25.09
ELU 25,44 16,52 8,80
TAl (x)
ELS 19,08 12,39 6,60
ELU 14.46 10.35 6.24
TMc80 (x)
ELS 10.71 7.67 4.62
ELU 19.16 12.62 8.45
TMc120 (x)
ELS 14.19 9.34 6.26

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 118


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Poutre rive

Tableau 111: Récapitulatifs des efforts tranchants des poutres rive


X(m) 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
ELU 36.53 18.13 0
Tper (x)
ELS 27.13 13.43 0
ELU 91.33 57.35 28.47
TBc (x)
ELS 68.54 43.01 21.36
ELU 23,17 15,07 8,01
TAl (x)
ELS 17,38 11,03 6,01
ELU 23.84 15.36 9.26
TMc80 (x)
ELS 15.89 11.38 6.86
ELU 27.56 18.15 12.15
TMc120 (x)
ELS 20.41 13.44 9

VII. Sollicitations de calcul


Enfin, on applique cette combinaison pour le calcul de moment fléchissant et de l’effort tranchant :
M(x) = Mper + Sup ( MAl + MTr ; MBc + MTr ; MMc80 + MTr ; MMc120 + MTr )

T(x) = Tper + Sup ( TAl + TTr ; TBc + TTr ; TMc80 + TTr ; TMc120 + TTr ;)

1. Poutre intermédiaire
Tableau 112: Tableau des sollicitations de calcul pour la poutre intermédiaire
X(m) 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
Mx (t.m) ELU 0 522,061 567,511
ELS 0 390,280 424,510
Tx (t) ELU 143,04 50,97 33,46
ELS 106,952 38,06 25,09

2. Poutre de rive

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 119


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Tableau 113: Tableau des sollicitations de calcul pour la poutre de rive


X(m) 0 𝐿𝐶 𝐿𝐶
4 2
Mx (t.m) ELU 0 469.59 517.33
ELS 0 350.87 388.22
Tx (t) ELU 126,28 74,64 28,47
ELS 94,42 55,09 21,36

VIII. Ferraillage des poutres


1. Caractéristiques des matériaux

Résistance à la compression du béton

Le béton est défini par sa valeur de résistance à la compression à 28 jours d’âge, notée, fc28.
Elle est définit en tenant compte essentiellement de la qualité des matériaux utilisées de la qualité de
contrôle sur chantier et des équipements de mise en œuvre disponibles
Dans notre cas, nous avons adopté: fc28 = 30 MPa.

Resistance a la traction du béton

La résistance caractéristique à la traction du béton à j jours est conventionnellement déterminée


par la relation suivante :
ftj = 0.6 + 0.06 fc28 =2.4 MPa

Contrainte limite de compression dans le béton

0.85 f cj 0.85 f c 28 0.85  30


f bu  =   17 Mpa
 b  b 1 1.5

1 lorsque la durée probable d’application de la combinaison d’action ≥ 24h (cas le plus


courant)
θ= 0.85 Lorsqu’elle est ≤ à 1h

0.9 Lorsque a durée comprise entre 1h et 24 h

1.5 En général
γb =
1.15 En cas de combinaison accidentelle

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 120


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Contrainte limite
a. ELU :

fe
f ed  ; Avec : fe=400 MPa
1,15

400
f ed   348 MPa
1.50
b. ELS :

Contrainte limite de compression dans le béton :


 bc  0.6 fc28 = 0.6×30 = 18Mpa
 bc  18MPa
Contrainte limite de l’acier :
s Dépend de la fissuration :

s = min 
2 1
fe ; max [2 fe; 110  f tj ]  Si la fissuration est préjudiciable.
3
2 1
= min  ×348 ; max [2 400; 110 1.6  2.40 ]  = min  232Mpa; max [200Mpa;
3
215.55 Mpa  = 215.55Mpa
s = min  1 fe ; max [200 MPA ; 90  f ]  Si la fissuration est très préjudiciable.
tj
2

Enrobage : e = 5 cm

2. Calculs des armatures longitudinales


Caractéristiques de la section :
hp = 1.35m ; bp = 0.45m ; hd = 0.2m ; e =0.05m

Calcul des armatures à ELU :

 Mu = 567,511 t.m ; Mser = 424.510 t.m


 fbu = 17Mpa
 fed = 348Mpa
 ft28 = 2.40Mpa

567,511
   Mu   1.34
Mser 424,510

 d = (hp-hd) - e = (1.35-0.20) - 0.05 = 1.1 m

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 121


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Mu 567,511×10−2
 µbu = b 2
= = 0.609
p ×d ×fbu 0.45×1.12 ×17
𝑓𝑐28
 µlim = 104 µlu = (3440 × 𝜃 × 𝛾) + (49 × ) − 3050
𝜃

 30 
104 µlu = (3440× 1.34× 1) + 49   - 3050 = 3029.6
 1 
 µlim = 0.303Mpa < µbu = 0.609Mpa A'≠0
Donc l’existence des aciers comprimés
 Mlu = µlim × bp × d2 × fbu = 0.303×0.45×1.12×17 = 2.805MN
 𝐌𝐥𝐮 = 2.805MN

 σsce = (9 × γ × fc28 ) − 0.9 × δ′ (13fc28 + 415)k ≤ 348Mpa


𝑑′ 0.05
 avec δ′ = = = 0.045
𝑑 1.1

= (9 × 1.34 × 30) − 0.9 × 0.045(13 × 30 + 415)1 = 361.8 - 32.6025 = 329.1975


 σsce = 329.20Mpa ≤ 348Mpa

M −M 5,675−2.805
 A′u = (d−d
u
′ )σ
lu
= (1.1−0.05)×348
= 7,85 × 10−3 m2 = 78,5 cm2
sce

 𝐀′𝐮 =78,5cm2

 α1 = 1.25 × [1 − √1 − 2μlu ] = 1.25 × [1 − √1 − 2 × 0.303] =0.465


 𝛂𝟏 = 0.465

 zbl = d(1 − 0.4 × α1 ) = 1.1 × (1 − 0.4 × 0.465) = 0.8954


 𝐳𝐛𝐥 = 𝟎. 𝟖𝟗𝟓𝟒m

Mlu ′ σsce 2.805 329,2


 Au =
zbl ×fed
+ Au
fed
= 0.8954×348 + 7,8 × 10−3 348
= 0.0170m2 = 163,8cm2
 𝐀 𝐮 = 𝟏𝟔𝟑, 𝟖𝐜𝐦𝟐

Calcul des armatures à ELS :


̅𝑏𝑐
15×𝜎
 𝛼̅1 = 15×𝜎̅ ̅𝑠
avec σ
̅bc = 18 Mpa et σ
̅s =215.55Mpa
𝑏𝑐 +𝜎

15×18
= 15×18+215.55 = 0.556

1 ̅1
𝛼 1 0.556
 𝑀𝑟𝑏 = 2 × 𝛼̅1 (1 − ) 𝑏𝑝 × 𝑑2 × σ
̅bc = 2 × 0.556 (1 − ) 0.45 × 1.12 × 18
3 3
 𝑴𝒓𝒃 = 𝟐. 𝟐𝟐𝐌𝐍. 𝐦

Alors Mser =4.245MN.m > 𝑴𝒓𝒃 = 𝟐. 𝟐𝟐𝐌𝐍. 𝐦 (A'≠0)

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 122


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Donc l’existence des aciers comprimés

̅ 1 −𝛿 ′
𝛼 0.556−0.045
 σsc = 15 × σ
̅bc × ̅1
= 15 × 18 × = 247.95Mpa
𝛼 0.556
M −M 4.245−2.22
 A′ser = (d−d
ser rb
′ )×σ = (1.1−0.05)×247.95 = 7.77 × 10−3 m2 = 77,7cm2
sc
 𝐀′𝐬𝐞𝐫 = 77.7 cm2

̅1
𝛼 0.556
 𝑧̅𝑏1 = 𝑑 (1 − ) = 1.1(1 − ) = 0.896m
3 3
𝑀𝑟𝑏 σsc 2.22 248.15
 Aser = 𝑧̅ + A′ser = 0.896×215.55 + 7.77 × 10−3 = 0.0204m2 = 204cm2
𝑏1 × ̅
σs ̅σs 215.55
 Aser = 204cm2

Choix :

Tableau 114: Récapitulatif du choix des armatures des poutres principales


Aciers tendus Aciers comprimés
Acalculé Aréelle Acalculé Aréelle
77.7 cm2 80,4 cm2 204cm2 210 cm2
10HA32 20HA32+10HA25

Condition de non fragilité :

f t 28b 0  d
Amin = 0,23 × =0,23 × 2,4  0,245  1,1 = 3,72× 10-4 =3.72 cm²
fe 400
Condition vérifiée pour tous les sections d’armature.
3. Armatures transversales :
a. Contrainte tangentielle conventionnelle :

Vu 126,3  102
τu = = =2,84Mpa
0,90  d  b p 0,90  1,1  0,45
b. Vérification du béton :

𝑓𝑐28
0,15 × = 3MPa
τlim = min{ γb = 3 Mpa
4 𝑀𝑝𝑎

τlim= 3 Mpa > τu=2,84 Mpa ; On utilise les armatures d’âme droit α = 90ᵒ
c. armatures d’âme

A t  u  0,3  k  f t 28   b p
S t 0,90  cos   sin    f ed

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 123


Calcul des Sollicitations 2016-2017

f ed
Avec reprise de bétonnage, k = 0; Et fe = ;
1,15
At 2,84  0,3  0  2,4  45 = 0,404 cm²/cm

St 0,90  1  348
d. pourcentage minimal
At b p  0,40 45 0,40
≥ = = 0,052 cm²/cm < 0,404 cm²/cm
St f ed 348
La condition est vérifiée
e. diamètre des armatures d’âme

Ɵt ≤ min  
h bp
 l  40mm; 35  32,86mm; 10  45mm 
 
Soit Ɵt = 12mm

At = 6× d = 6×  1,2 = 6,78 cm²


2 2

4 4
St1 ≥ At × 1 = 6,78× 1 =16,79cm
0,404 0,404
f. espacement maximal
St2 = min 0,9  d  99cm;40cm;15  l  60cm
St2 = 40cm
g. Condition de non fragilité

u
≥ ×max  
Ast 1
  1,42Mpa ;0,40Mpa 
b e  St f e 2 

At  fe 9,05  400
St3= = = 46,65cm
b e  1,42 45 1,42

h. Espacement :

S t ≤ min s t1 , s t 2 , s t 3= 16,78cm

 Soit : St = 15cm

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 124


Calcul des Sollicitations 2016-2017

Figure 33: schéma de ferraillage de la poutre

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 125


Etudes des Entretoises d'about 2016-2017

Chapitre 6 : Etudes
des entretoises d’about

Le tablier du pont TI-BA est constitué des poutres donc celles-ci sont préfabriquées. Cette
préfabrication permet d’empêcher les coffrages encombrants le passage ou un pont traversant un

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 126


Etudes des Entretoises d'about 2016-2017

oued ce qui rend plus complexe l’exécution de l’entretoise. Le coulage de l’entretoise aux appuis
sans étaiement après la mise en place des poutres est plus aisé, le chevêtre sert d’appuis pour
l’exécution de l’entretoise. La conception dans ce type de pont amené à l’utilisation des entretoises
d’appuis.

I. Détermination des charges :


Les vérins jouent un rôle d’appui provisoire pour les entretoises pendant l’opération du
vérinage, ainsi les charges de la superstructure (équipements), hourdis et les poutres principales
sont supportées (charges concentrées) par l’entretoise en plus de son poids propre (charge repartie).

L’entretoise est calculée comme une poutre continue sur plusieurs appuis.

Charge du poids propre de l’entretoise

La travée comporte deux entretoises sur chaque appuis donc les caractéristiques sont :

Hauteur : he = 1,20 m

Epaisseur : be= 0,20 m

Charge de l’entretoise

Gent= ƔBA × be× (he-hd) = 0,5t/m

Charges concentrées

Le poids propre de l’entretoise est supporté par celui-ci et aussi les charges transmis par les poutres
principales (G rive et G int) qui est une charge concentrée.

𝐋𝐜 𝟐𝟎,𝟗𝟎
Gint = gint ×( 𝟐 + 𝐝) → Gint= 2,4825 × ( + 𝟎, 𝟑𝟓) = 26.811 t
𝟐

𝐋𝐜 𝟐𝟎,𝟗𝟎
Grive =grive ×( 𝟐 + 𝐝) → Grive = 2,457 × ( + 𝟎, 𝟑𝟓)= 26.536t
𝟐

II. Calculs des sollicitations


La détermination des efforts internes se fait à l’aide du logiciel RDM 6 Pendant l’opération du
vérinage l’entretoise se comporte comment une poutre continue reposant sur 10 appuis, (10 vérins)
et supportent son poids propre et 11 forces concentrées.

Gent = 0,50 t/ml ; Gint = 26.811 t ; Grive = 26.536 t

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 127


Etudes des Entretoises d'about 2016-2017

1. Modélisation de l'entretoise

Figure 34: Schéma mécanique de l’entretoise en phase de vérinage

2. Moments fléchissants

Figure 35: Diagramme des moments fléchissants

3. efforts tranchants :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 128


Etudes des Entretoises d'about 2016-2017

Figure 36: Diagramme des efforts tranchants

Tableau 115: Récapitulatif des sollicitations


Moment fléchissant (kN.m) Effort tranchant
Etats limites Sur appuis En travées (kN)

Appuis de rive -266,83 82,634 362,975


ELU Appuis intermédiaire -78,21 231,323
Appuis de rive -197,65 268,87
ELS Appuis intermédiaire -57,93 61,21 171,35

III. Calcul de ferraillage :

Le ferraillage des entretoises est continu sur toute la longueur (pas d’arrêt de barres). Ainsi, on
détermine le moment maximum positif (pour avoir le ferraillage inférieur) et le moment maximum
négatif (pour avoir le ferraillage supérieur).Toutes les sections critiques doivent être dimensionnées
selon les règles du BAEL 91 modifié 99.

La fissuration est considérée comme préjudiciable, le calcul des armatures se fera à l’ELU et à
l’ELS pour choisir l’état limite le plus sécuritaire.
L’enrobage des armatures est pris égal à 3 cm.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 129


Etudes des Entretoises d'about 2016-2017

1. Caractéristiques des matériaux


a. Béton
fc28 = 25 Mpa

0,85  f c 28   0,85  25 
fbu=  =  = 14 ,166 Mpa
   b   1  1,5 

 bc = 0,6 × fc28= 0,6 × 25 = 15 Mpa

ft28 = 0,6+0,06 ×fc28 = 0,6+0,06 25 = 2.1 Mp


b. Aciers
Fissuration préjudiciable :

2 1  201,63 Mpa
 s = min  3 f e ; max  2 f e ,110 n  f tj  =
  
Avec : η =1 pour RL et η =1,60 pour HA ; f e= 400Mpa

2. Armatures longitudinales :
a. A l’appui de rive :
 Dimensionnement à l’ELU
Hauteur utile
d= h- 0.03 = 0,97m
Contrainte dans le béton

µbu=  Mu = 266,83  10-3 


 b  d  fb   0.20  0,97  14,166 
  =0,1
2 2
 u 

Contrainte limite dans le béton

µlim = 104 µlu = 3440× Ɣ× θ+49 


 fc 28  -3050 ; avec Ɣ =  M u 
  
    M ser 

Avec : Ɣ =  266,83  =1,35


 197,65 

104 µlu = (3440× 1,35× 1) +49   -3050 = 0,282


25
1
µbu= 0.1 < µlim = 0,282 alors Au'= 0

α = 1,25(1- 1  2 ) = 1,25(1- 1  2  0,1 =0,132

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 130


Etudes des Entretoises d'about 2016-2017

Bras de levier dans la section du béton


z = d×(1- 0,40α)= 0,97×(1-0,40×0,132)= 0,9472m
Section d’aciers à l’ELU

Au =  M u  ; avec fed =  400  =347,83 MPa


 
 Z  f ed   1,15 
 3 
Au =  266,83  10  10 4  = 8,1 cm2
 0,9472  347,83 

 Dimensionnement à l’ELS
15  bc 15 15
1 = = = 0,527
15  bc  s 15 15  201,63
Moment résistant du béton en service

  0,527 
Mrb = 1 × 1 1  1  ×be ×d2×  = 0,5×0,527 × 1 
3 
× 0,20×0,902 ×15
2  3 bc 
Mrb = 0,528 MN.m
Mrb > Mser = 197,65×10-3 MN.m; alors Asc = 0

M ser 197,65 10 3


μs = = = 0,0052
b  d 2  s 0,20  0,97 2  201,63
40 s  1 15
Zb1= 15 d = × 0,97× 40  0,0052  1 = 0,858m
16 54 s  1 16 54  0,0052  1

Mser 197,65 103


Aser = = 104 = 11,42 cm2
Zb1  s 0,858  201,63

3. Condition de non fragilité :


f b  d
Amin = 0,23 × t 28 0 =0,23 × 2,1 0,20  0,97 = 2,34× 104 =2,34 cm²
fe 400
Condition vérifiée pour tous les sections d’armatures.

 Choix des barres : 6HA16 = 12,06 cm²

Les sections d’armatures à l’ELS sont plus grandes qu’à l’ELU ce qui nous permet de
choisir les quantités au même état pour le reste des appuis et les travées :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 131


Etudes des Entretoises d'about 2016-2017

Tableau 116: Récapitulatif du calcul longitudinal des armatures et choix des aciers pour l'entretoise
Mser 1 Mrb Asc μs Zb1(m) Aser th choix des
(kN.m) (kN.m) (cm²) (cm²) barres
appuis de 197,65 0,527 0,528 0 0,0052 0,858 11,42 6HA16
rive
Appuis 57,93 0,527 0,528 0 0,0015 0,892 3,22 3HA12
intermédiaire
en travée 61,21 0,527 0,528 0 0,0016 0,891 3,34 3HA14

4. Armatures transversales :
Contrainte tangentielle conventionnelle :

Vu 362,975 103
τu = = =2,08MPa
0,90  d  b0 0,90  0,97  0,20
Vérification du béton :
𝑓𝑐28
0,15 × = 3,26 MPa
τlim = min{ γb = 2,5 MPa
4 𝑀𝑝𝑎
τlim= 2,5 Mpa > τu=2,08Mpa on utilise les armatures d’âme droit α = 90ᵒ
armatures d’âme
A t u  0,3  k  f t 28  be
S t 0,90  cos   sin   f ed

f ed
Avec reprise de bétonnage, k =0. Et fe =
1,15

At 2,08  0,3  0  2,1  20


≥ = 0,133 cm²/m
St 0,90  1  347,83
pourcentage minimal
A t b 0  0,40 20 0,40
≥ = = 0,02 cm²/m < 0,133 cm²/m ; condition est vérifiée
St f ed 400
diamètre des armatures d’âme

Ɵt ≤ min  
h be
 l  16mm; 35  28,57mm; 10  20mm 
 
Ɵt= 10mm

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 132


Etudes des Entretoises d'about 2016-2017

At = 3× d = 3 ×   1 = 2,355 cm²
2 2

4 4

St1 ≤ At × 1 = 2,355× 1 = 17,19cm


0,137 0,137
Espacement maximal
St2 ≤min (0,9×d ; 40cm) = 40cm
Condition de non fragilité
Ast 1  
≥ ×max  u  1,04Mpa ;0,40Mpa 
b e  St f e 2 
At  fe
St3= = 2,355  400 = 45,29cm
b e  1,04 20  1,04
Espacement :

S t ≤ min st1 , st 2 , st 3  = 17,19 cm


Soit: St = 15cm

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 133


Etudes des Entretoises d'about 2016-2017

Figure 37: Schéma de ferraillage des entretoises

Chapitre 7: Etude
de l'hourdis

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 134


Etude de l'hourdis 2016-2017

L’hourdis est un élément plan ayant une épaisseur faible par rapport aux autres dimensions. Il est
chargé perpendiculairement à son plan moyen et calculé comme une dalle travaillant à la flexion, il
est considéré comme une dalle continue. Les moments seront déduits à partir d’une dalle articulée
sur ses quatre appuis :
- 2 poutres en ses grands cotés.
- 2 tronçons d’entretoises en ses petits cotés
Les effets dans l’hourdis son sur tout donnés par le calcul dans les poutres (par la méthode de
Gayon-Massonnet). Dans ce cas, le hourdis va jouer le rôle d’entretoisement. Ainsi, il supporte en
plus de la flexion locale et une flexion globale.

I. Flexion locale

Figure 38: Vue en plan d’un panneau d’hourdis

Avec :
Lx: largeur de la dalle (le petit côté) = b0 - bp = 1.405 – 0,45= 0.955 m
Ly : longueur de la dalle (le grand côté) = Lc - be = 20.90 – 0.20 = 20.70 m
b0 : distance entraxes des poutres principales = 1.405m
bp : épaisseur de l’âme des poutres principales = 0.45 m
be : épaisseur des entretoises = 0,20 m

Mx : moment fléchissant au centre de la dalle dans la direction lx (autour de ly).


My : moment fléchissant au centre de la dalle dans la direction ly (autour de lx).

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 135


Etude de l'hourdis 2016-2017

lx 0.955
ρ=
ly
=
20.7
= 0.05 ≪ 0.40 → Dalle portant sur un seul sens (X-X)

L’hourdis est calculé sous l’effet de(s) :


- La charge permanente.
- Surcharges roulantes de type BC .
- Surcharges militaires Mc120 et Mc80.

Diffusion des charges localisées :

Soit une charge localisée P s'appliquant suivant une aire rectangulaire de dimension (uo,vo).

Figure 39: Diffusion des charges dans l'hourdis

La charge se répartie au niveau du plan moyen de la dalle sur une aire rectangulaire de dimension
(u,v), appelée rectangle de répartition, tel que:
hd
u = u0 +2 tg 37°hr + 2 2

u = u0 + 1.5hr+ hd
De même : v = v0 + 1.50hr + hd

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 136


Etude de l'hourdis 2016-2017

La dimension de la roue parallèlement à l'axe xx est notée u, celle parallèlement à l'axe yy est notée
v, (u // lx et v // ly).
u = uo + 1.5hr + hd et v = vo + 1.5hr + hd

Moments fléchissant des charges concentrées :


Les moments fléchissant se calculent par les expressions suivantes :
𝐌𝐨𝐱 = (𝐌𝟏 + 𝛎𝐌𝟐) 𝐏
{
𝐌𝐨𝐲 = (𝐌𝟐 + 𝛎𝐌𝟏) 𝐏

M1 et M2 sont des coefficients dont les valeurs sont calculées, et mises sous forme d'abaques
en fonction des rapports ρ, u/lx et v/ly.( voir a0nnexe : abaque de Mougins)
ν = 0 à l′ ELU
Avec ν est un coefficient de poisson : {
ν = 0.2 à l′ ELS

1. Détermination des sollicitations :


a. Charge permanente :
Dans ce cas, le moment fléchissant My ainsi que l’effort tranchant Ty dans le sens de la plus grande
portée sont faibles, on les néglige et on admet que la dalle ne porte que dans une seule direction,
celle de la petite portée. Les moments fléchissant et les efforts tranchants (valeurs maximum par
unité de longueur) sont respectivement :
gper ×l2x
Mox = , Moy = 0
8
gper × lx
Tapx = , Tapy = 0
2

g per = g h + g étancheité + g roulement = γh × hd + γétanch × hétanch + γroul × hroul


= 2.5 × 0.2 + 2.1 × 0.03 + 2.2 × 0.06 = 0.695 t/ml

g per × l2x 0.695 × 0.9552


Mox = = = 0.08t. m/ml
8 8
g per × lx 0.695 × 0.955
Tapx = = = 0.33t/𝑚𝑙
2 2

b. Système de charge Bc :
La charge Bc est un camion dispos sur l’axe longitudinal de la chaussée. Les caractéristiques
de cette roue sont présentées ci-dessous :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 137


Etude de l'hourdis 2016-2017

Figure 40: Système de charge Bc

1 VC : 1ére disposition : Illustration de deux roues de Bc placées sur le hourdis, avec une
centrée et une autre sur l’axe longitudinal
Effet de deux rectangles situés sur un axe et symétriques par rapport à un autre. L'effet des deux
rectangles d'impact (A1,A2,B3,B4) et (B1,B2,B3,B4) est
égal à l'effet du rectangle (A1,A2,B3,B4) moins l'effet du
rectangle (A4,A3,B2,B1) avec la même densité de charge p
sachant que les deux derniers rectangles sont centrés.
(A1, A2,A3,A4) + (B1,B2,B3,B4) = (A1,A2,B3,B4) -
(A4,A3,B2,B1)
u0 = v0 =0.25m
v = u = 0.25 +1.5hr + hd = 0.25 +1.5(hroul +hétanch) + hd
= 0.25+1.5×0.09+0.2 = 0.585m
v1 = 1.5+ v =1.5+0.585 = 2.085m
v2 = 1.5 - v = 1.5 - 0.585 = 0.915m
p 6
p1 = = = 17.53t/m2
u × v 0.5852

 Moments fléchissants :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 138


Etude de l'hourdis 2016-2017

Les moments fléchissant se calculent par les expressions suivantes :


𝐌𝐨𝐱 = (𝐌𝟏 + 𝛎𝐌𝟐) 𝐏
{
𝐌𝐨𝐲 = (𝐌𝟐 + 𝛎𝐌𝟏) 𝐏

Rectangle (A1, A2, B3, B4):


u 0.585 v1 2.085
α = l = 0.955 = 0.61 , β = = = 0.1 , p = p1 × u × v1 = 21.38t
x ly 20.7

M1 et M2 sont deux moments données par les abaques de MOUGIN (voir annexe):
𝑀1 (0.05) = 0.078
{
𝑀2 (0.05) = 0.006
Rectangle (B1, B3, A3, A4):
u 0.585 v2 0.915
α = l = 0.955 = 0.61 , β = = = 0.044 , p = p1 × u × v2 = 9.38t
x ly 20.7

M1 et M2 sont deux moments données par les abaques de MOUGIN (voir annexe):
𝑀1 (0.05) = 0.11
{
𝑀2 (0.05) = 0.034
Tableau 117: Détermination des coefficients du 1er cas de charge Bc :
u(m) v(m) α β 𝑀1 (0.05) 𝑀2 (0.05) P(t)
(A1, A2, B3, B4) 0.585 2.085 0.61 0.10 0.078 0.006 21.38
(B1, B3, A3, A4) 0.585 0.915 0.61 0.044 0.11 0.034 9.38

Tableau 118: Détermination des moments du 1er cas de charge Bc par mètre linéaire :
ELU ELS
MOX(t.m) MOY(t.m) MOX(t.m) MOY(t.m)
(A1, A2, B3, B4) 1.67 0.13 1.69 0.46
(B1, B3, A3, A4) 1.03 0.32 1.1 0.52
(A1, A2, B3, B4) - (B1, B3, A3, A4) 0.64 -0.19 0.59 -0.06

 Efforts tranchants:
On effectue ensuite les calculs des efforts tranchants, les résultats sont donnés dans le
Tableau suivant :
1er cas u ≥ v
P
Tox = 3×u au milieu de v dans le sens de x-x

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 139


Etude de l'hourdis 2016-2017

P
Toy = 2×u+v au milieu de u dans le sens de y-y

2ème cas u < v


P
Tox = 2×v+u au milieu de v dans le sens de x-x
P
Toy = 3×v au milieu de u dans le sens de y-y

Tableau 119: Détermination des efforts tranchants du 1er cas de charge Bc :


Tap,x(t) Tap,y(t)
(A1, A2, B3, B4) 4.50 3.42
(B1, B3, A3, A4) 3.88 3.42
(A1, A2, B3, B4) - (B1, B3, A3, A4) 0.62 0.00

1 VC : 2ème disposition :
Effet d'un rectangle centré et d'un rectangle placé sur l’axe de symétrie on considère les deux
rectangles d'impact (A1, A2, A3, A4) et (B1, B2, B3, B4).
Afin de pouvoir appliquer la méthode des
différences de rectangles centrés, on ajoute un impact
fictif (C1, C2, C3, C4) symétrique de (A1, A2, A3, A4)
par rapport à l'axe transversal. Le rectangle (A1, A2, C3,
C4) est de dimensions (U x V1). Le rectangle (A4, A3,
C2, C1) est de dimensions ((U x V2). Le rectangle (B1,
B2, B3, B4) est de dimensions (U x V)
1
(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) = 2[(A1, A2, C3,

C4) - (A4, A3, C2, C1) ] + (B1,B2,B3,B4)


u0 = v0 =0.25m
v = u = 0.25 +1.5hr + hd = vo+1.5(hroul +hétanch) + hd
= 0.25+1.5×0.09+0.2 = 0.585m
v1 = 3+ v =3+0.585 = 3.585m
v2 = 3 - v = 3 - 0.585 = 2.415
p 6
p1 = = = 17.53t/m2
u × v 0.5852

 Moments fléchissants :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 140


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Les moments fléchissant se calculent par les expressions suivantes :


𝐌𝐨𝐱 = (𝐌𝟏 + 𝛎𝐌𝟐) 𝐏
{
𝐌𝐨𝐲 = (𝐌𝟐 + 𝛎𝐌𝟏) 𝐏
Rectangle (A1, A2, C3, C4):
u 0.585 v1 3.585
α = l = 0.955 = 0.61 , β = = = 0.17 , P = p1 × u × v1 = 36.76t
x ly 20.7

M1 et M2 sont deux moments données par les abaques de MOUGIN (voir annexe):
𝑀 (0.05) = 0.05
{ 1
𝑀2 (0.05) = 0.0008
Rectangle (A4, A3, C2, C1):
u 0.585 v2 2.415
α = l = 0.955 = 0.61 , β = = = 0.12 , P = p1 × u × v2 = 27.76t
x ly 20.7

M1 et M2 sont deux moments données par les abaques de MOUGIN (voir annexe):
𝑀 (0.05) = 0.075
{ 1
𝑀2 (0.05) = 0.0055
Rectangle (B1, B2, B3, B4):
u 0.585 V 0.585
α = l = 0.955 = 0.61 , β = l = = 0.03 , P = p1 × u × v = 6t
x y 20.7

M1 et M2 sont deux moments données par les abaques de MOUGIN (voir annexe):
M1 (0.05) = 0.12
{
M2 (0.05) = 0.05
Tableau 120: Détermination des coefficients du 2ème cas de charge Bc :
u(m) v(m) α β 𝑀1 (0.05) 𝑀2 (0.05) P(t)
(A1, A2, C3, C4) 0.585 3.585 0.61 0.17 0.05 0.0008 36.76
(A4, A3, C2, C1) 0.585 2.415 0.61 0.12 0.075 0.0055 27.76
(B1, B2, B3, B4) 0585 0.585 0.61 0.03 0.12 0.05 6

Tableau 121: Détermination des moments du 2ème cas de charge Bc par mètre linéaire :
ELU ELS
MOX(t.m) MOY(t.m) MOX(t.m) MOY(t.m)
(A1, A2, C3, C4) 1.84 0.03 1.84 0.40
(A4, A3, C2, C1) 2.082 0.15 2.11 0.57
(B1, B2, B3, B4) 0.72 0.3 0.78 0.44
𝟏 0.6 0.24 0.645 0.355
[(A1, A2, C3, C4) - (A4, A3, C2,
𝟐

C1) ] + (B1,B2,B3,B4)

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 141


Etudes de l'hourdis 2016-2017

 Efforts tranchants:
On effectue ensuite les calculs des efforts tranchants, les résultats sont donnés dans le
Tableau suivant :
1er cas u ≥ v
P
Tox = 3×u au milieu de v dans le sens de x-x
P
Toy = 2×u+v au milieu de u dans le sens de y-y

2ème cas u < v


P
Tox = 2×v+u au milieu de v dans le sens de x-x
P
Toy = 3×v au milieu de u dans le sens de y-y

Tableau 122: Détermination des efforts tranchants du 2ème cas de charge Bc :


Tap,x(t) Tap,y(t)
(A1, A2, C3, C4) 4.74 3.42
(A4, A3, C2, C1) 5.13 3.83
(B1, B2, B3, B4) 3.42 3.42
𝟏 3.225 3.215
[(A1, A2, C3, C4) - (A4, A3, C2, C1) ] + (B1,B2,B3,B4)
𝟐

2 VC : 1ère disposition :

Quatre rectangles non centrés et symétriques deux à deux


uo = vo = 0,25 m
v = u = vo +1.5hr+hd = 0.585 m
v1 = 1.50 + v = 2.085 m
v2 = 1.50 - v = 0.915 m
u1 = 0.50 + u = 1.085 m
u2 = 0.50 - u = - 0.085 m

p 6
p1 = = = 17.53t/m2
u × v 0.5852

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 142


Etudes de l'hourdis 2016-2017

(A1, A2, A3, A4) + (B1,B2,B3,B4) + (C1,C2,C3,C4) + (D1,D2,D3,D4)


=
(A1,B2,C3,D4) - (A2,B1,C4,D3) - (A4,B3,C2,D1) + (A3,B4,C1,D2)

Rectangle (A1, B2, C3, D4):

u1 1.085 V1 2.085
α= = 0.955 = 1.14 , β = = = 0.10 , P = p1 × u1 × v1 = 39.66t
lx ly 20.7

M1 et M2 sont deux moments données par les abaques de MOUGIN (voir annexe):
M (0.05) = 0.056
{ 1
M2 (0.05) = 0.0044
Rectangle (A2, B1, C4, D3):
u2 −0.085 V1 2.085
α= = = −0.09 , β = = = 0.10 , P = p1 × u2 × v1 = −3.11t
lx 0.955 ly 20.7

M1 et M2 sont deux moments données par les abaques de MOUGIN (voir annexe):
M1 (0.05) = 0.11
{
M2 (0.05) = 0.008

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 143


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Rectangle (A4, B3, C2, D1):


u1 1.085 V2 0.915
α= = 0.955 = 1.14 , β = = = 0.04 , P = p1 × u1 × v2 = 17.40t
lx ly 20.7

M1 et M2 sont deux moments données par les abaques de MOUGIN (voir annexe):
𝑀1 (0.05) = 0.08
{
𝑀2 (0.05) = 0.03
Rectangle (A3, B4, C1, D2) :
u2 −0.085 V2 0.915
α= = = −0.09 , β = = = 0.04 , P = p1 × u2 × v2 = −1.36t
lx 0.955 ly 20.7

M1 et M2 sont deux moments données par les abaques de MOUGIN (voir annexe):
𝑀1 (0.05) = 0.2
{
𝑀2 (0.05) = 0.05

Tableau 123: Détermination des coefficients du 3éme cas de charge Bc :


u(m) v(m) α β 𝑀1 (0.05) 𝑀2 (0.05) P(t)
(A1, B2, C3, D4) 1.085 2.085 1.14 0.1 0.056 0.0044 39.66
(A2, B1, C4, D3) -0.085 2.085 -0.09 0.1 0.11 0.008 -3.11
(A4, B3, C2, D1) 1.085 0.915 1.14 0.04 0.08 0.03 17.40
(A3, B4, C1, D2) -0.085 0.915 -009 0.04 0.2 0.05 -1.36

Tableau 124: Détermination des moments du 3éme cas de charge Bc :


ELU ELS
MOX(t.m) MOY(t.m) MOX(t.m) MOY(t.m)
(A1, B2, C3, D4) 2.22 0.17 2.26 0.62
(A2, B1, C4, D3) -0.34 -0.025 -0.35 -0.09
(A4, B3, C2, D1) 1.39 0.52 1.50 0.8
(A3, B4, C1, D2) -0.27 -0.07 -0.28 -0.12
(A1,B2,C3,D4) - (A2,B1,C4,D3) - 0.90 -0.37 0.83 -0.21
(A4,B3,C2,D1) + (A3,B4,C1,D2)

 Efforts tranchants:
On effectue ensuite les calculs des efforts tranchants, les résultats sont donnés dans le

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 144


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Tableau suivant :
1er cas u ≥ v
P
Tox = 3×u au milieu de v dans le sens de x-x
P
Toy = 2×u+v au milieu de u dans le sens de y-y

2ème cas u < v


P
Tox = 2×v+u au milieu de v dans le sens de x-x
P
Toy = 3×v au milieu de u dans le sens de y-y

Tableau 125: Détermination des efforts tranchants du 3éme cas de charge Bc :


Tap,x(t) Tap,y(t)
(A1, B2, C3, D4) 7.55 6.34
(A2, B1, C4, D3) -0.76 -0.5
(A4, B3, C2, D1) 5.34 5.64
(A3, B4, C1, D2) -0.78 -0.49
(A1,B2,C3,D4) - (A2,B1,C4,D3) - (A4,B3,C2,D1) + (A3,B4,C1,D2) 2.19 0.71

2VC : 2ème disposition


Comme pour le 2ème cas, afin de pouvoir
appliquer la méthode des différences des
rectangles centrés, on rajoute 2 impacts
fictifs (E1,E2,E3,E4) et (F1,F2,F3,F4)
symétriques par rapport à l'axe transversal
des impacts (A1,A2,A3,A4) et
(B1,B2,B3,B4)
uo = vo = 0.25 m
v = u = vo +1,5hr+hd = 0,585 m
v1 = 3 + v = 3,585 m
v2 = 3 - V= 2,415 m
u2 = 0,50 - u = -0,085 m
u1 = u2 + 2u = 1,085 m

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 145


Etudes de l'hourdis 2016-2017

p 6
p1 = = = 17.53t/m2
u × v 0.5852

(A1,A2,A3,A4 ) + (B1,B2,B3,B4) + (C1,C2,C3,C4) + (D1,D2,D3,D4)


=
𝟏
[(A1, B2, E3, F4 – (A2, B1, E4, F3) - (A4,B3,E2,F1) + (A3,B4,E1,F2) ]
𝟐
+ (D1,C2,C3,D4) - (D2,C1,C4,D3)

Rectangle (A1,B2,E3,F4):
u1 1.085 V1 3.585
α= = 0.955 = 1.14 , β = = = 0.17 , P = p1 × u1 × v1 = 68.19t
lx ly 20.7

M1 et M2 sont deux moments données par les abaques de MOUGIN (voir annexe):
M (0.05) = 0.037
{ 1
M2 (0.05) = 0.0006
Rectangle (A2,B1,E4,F3) :
u2 −0.085 V1 3.585
α= = = −0.09 , β = = = 0.17 , P = p1 × u2 × v1 = −5.34t
lx 0.955 ly 20.7

M1 et M2 sont deux moments données par les abaques de MOUGIN (voir annexe):
𝑀1 (0.05) = 0.07
{
𝑀2 (0.05) = 0.013
Rectangle (A4,B3,E2,F1) :
u1 1.085 V2 2.415
α= = 0.955 = 1.14 , β = = = 0.12 , P = p1 × u1 × v2 = 45.93t
lx ly 20.7

M1 et M2 sont deux moments données par les abaques de MOUGIN (voir annexe):
M1 (0.05) = 0.054
{
M2 (0.05) = 0.003
Rectangle (A3,B4,E1,F4) :
u2 −0.085 V2 2.415
α= = = −0.09 , β = = = 0.12 , P = p1 × u2 × v2 = −3.60t
lx 0.955 ly 20.7

M1 et M2 sont deux moments données par les abaques de MOUGIN (voir annexe):
𝑀 (0.05) = 0.095
{ 1
𝑀2 (0.05) = 0.0035
Rectangle (D1,C2,C3,D4) :
u1 1.085 v 0.585
α= lx
= 0.955 = 1.14 , β = l = 20.7
= 0.03 , P = p1 × u1 × v = 11.13t
y

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 146


Etudes de l'hourdis 2016-2017

M1 et M2 sont deux moments données par les abaques de MOUGIN (voir annexe):
𝑀1 (0.05) = 0.085
{
𝑀2 (0.05) = 0.035
Rectangle (D2,C1,C4,D3) :
u2 −0.085 v 0.585
α= = = −0.09 , β = l = = 0.03 , P = p1 × u2 × v = −0.87t
lx 0.955 y 20.7

M1 et M2 sont deux moments données par les abaques de MOUGIN (voir annexe):
M1 (0.05) = 0.25
{
M2 (0.05) = 0.075
Tableau 126: Détermination des coefficients du 4éme cas de charge Bc :
u(m) v(m) Α β 𝑀1 (0.05) 𝑀2 (0.05) P(t)
(A1, B2, E3, F4) 1.085 3.585 1.14 0.17 0.037 0.0006 68.19
(A2, B1, E4, F3) -0.085 3.585 -0.09 0.17 0.07 0.013 -5.34
(A4, B3, E2, F1) 1.085 2.415 1.14 0.12 0.054 0.003 45.93
(A3, B4, E1, F2) -0.085 2.415 -0.09 0.12 0.095 0.0035 -3.60
(D1, C2, C3, D4) 1.085 0.585 1.14 0.03 0.085 0.035 11.13
(D2, C1, C2, D3) -0.085 0.585 -0.09 0.03 0.25 0.075 -0.87

Tableau 127: Détermination des moments du 4éme cas de charge Bc :


ELU ELS
MOX(t.m) MOY(t.m) MOX(t.m) MOY(t.m)
(A1, B2, E3, F4) 2.52 0.04 2.53 0.54
(A2, B1, E4, F3) -0.37 -0.07 -0.39 -0.14
(A4, B3, E2, F1) 2.48 0.14 2.51 0.63
(A3, B4, E1, F2) -0.342 -0.013 -0.34 -0.081
(D1, C2, C3, D4) 0.95 0.39 1.02 0.58
(D2, C1, C2, D3) -0.22 -0.06 -0.23 -0.11
𝟏 1.204 0.43 1.285 0.67
[(A1, B2, E3, F4 – (A2, B1, E4, F3) -
𝟐
(A4,B3,E2,F1) + (A3,B4,E1,F2) ] +
(D1,C2,C3,D4) - (D2,C1,C4,D3

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 147


Etudes de l'hourdis 2016-2017

 Efforts tranchants:
On effectue ensuite les calculs des efforts tranchants, les résultats sont donnés dans le
Tableau suivant :
1er cas u > v
P
Tox = 3×u au milieu de v dans le sens de x-x
P
Toy = 2×u+v au milieu de u dans le sens de y-y

2ème cas u < v


P
Tox = 2×v+u au milieu de v dans le sens de x-x
P
Toy = 3×v au milieu de u dans le sens de y-y

Tableau 128: Détermination des efforts tranchants du 4éme cas de charge Bc :


Tap,x(t) Tap,y(t)
(A1, B2, E3, F4) 8.26 6.34
(A2, B1, E4, F3) -0.75 -0.496
(A4, B3, E2, F1) 7.76 6.34
(A3, B4, E1, F2) -0.76 -0.497
(D1, C2, C3, D4) 3.42 4.04
(D2, C1, C2, D3) -0.80 -0.496
𝟏 4.465 4.535
[(A1, B2, E3, F4 – (A2, B1, E4, F3) -(A4,B3,E2,F1)
𝟐
+ (A3,B4,E1,F2) ] + (D1,C2,C3,D4) - (D2,C1,C4,D3)

c. Système de charge Mc120:


Lorsque les travées ne sont pas entretoisées dans leur intermédiaire, les efforts dans l’hourdis sont
surtouts données par le calcul des efforts transversaux dans les poutres et de ce fait l’hourdis va
jouer le rôle d’entretoise, ce qui lui permet de supporter la flexion local et plus la flexion globale.
L’hourdis doit être dimensionné afin de bien supporter les charges des convois des types Mc80 et
Mc120 qui sont souvent dans certains cas plus défavorable par rapport aux charges A et B. on ne
peut qu’avoir un seul convoi sur le sens transversal et dans le sens longitudinal a une distance
limitée.

Uo =1 m et Vo = 6,10 m ; Poids du convoi = 110 tonnes


U=U + 1,5hr + hd = 1 + 1,5×0,09+ 0,20 = 1,335m

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 148


Etudes de l'hourdis 2016-2017

V=V + 1,5hr + hd = 6,10+1,5×0,09+0,20 = 6,435 m

Moments fléchissants:

Rectangle (A1, A2, A3, A4)

α = U = 1,335 =1,4 ; β = V = 6,435 = 0,31 et P = 55t


Lx 0,955 Ly 20,70
À l’aide des valeurs α et β on lit les moments M1 et M2 qui sont données par les abaques de
MOUGIN :
M1= 0.021 et M2 =0,0001

Détermination des moments de la charge MC120:

ELU: (0,021 + 0 × 0.0001)55 = 1,16 t. m/ml


Mox = {
ELS: (0, 021 + (0,20 × 0,0001))55 = 1.16 t. m/ml

ELU: (0,0001 + 0 × 0.021)55 = 0,006 t. m/ml


Moy = {
ELS: (0, 0001 + (0,20 × 0,021))55 = 0,24 t. m/ml

Tableau 129: Moments de la charge MC120:


Mo (t. m/m) ELU ELS
Mox Moy Mox Moy
(A1, A2, A3, A4) 1,16 0,006 1,16 0,24

Efforts tranchants:
2ème cas: u < v :

Tox = P Au milieu de V dans le sens x-x


2 V  U

Toy = P Au milieu de U dans le sens y-y


3 V
Détermination des efforts tranchants de la charge MC120

Tox = 55 = 3.87 t
2  6,435  1,335

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 149


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Toy = 55 = 2,85 t
3  6,435
Tableau 130: efforts tranchants de la charge MC120:
Tx (t) Ty (t)
(A1, A2, A3, A4) 3,87 2,85

d. Système de charge MC80 :


Uo =0,85 m et Vo = 4,90 m ; Poids du convoi = 72 tonnes

U=Uo +1,5hr+hd = 1,185 m

V=Vo +1,5hr+ hd = 5,235 m

Moments fléchissants:

Rectangle (A1, A2, A3, A4)

α = U = 1,185 =1,24 ; β = V = 5,235 = 0,253 et P = 36t


Lx 0,955 Ly 20,70
À l’aide des valeurs α et β on lit les moments M1 et M2 qui sont données par les abaques de
MOUGIN :
M1= 0.025 et M2 =0,00019

Détermination des moments de la charge MC80


ELU: (0,025 + 0 × 0.00019)36 = 0,9 t. m/ml
Mox = {
ELS: (0, 025 + (0,20 × 0,00019))36 = 0.9 t. m/ml

ELU: (0,00019 + 0 × 0.025)36 = 0,007 t. m/ml


Moy = {
ELS: (0, 00019 + (0,20 × 0,025))36 = 0,19 t. m/ml

Tableau 131: Moments de la charge MC80:


Mo (t. m/m) ELU ELS
Mox Moy Mox Moy
(A1, A2, A3, A4) 0,9 0,007 0.9 0,19

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 150


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Efforts tranchants:
2ème cas: u < v :

Tox = P Au milieu de V dans le sens x-x


2 V  U

Toy = P Au milieu de U dans le sens y-y


3 V
Détermination des efforts tranchants de la charge MC120

Tox = 36 = 3.09t
2  5,235  1,185

Toy = 36 = 2,3 t
3  5,235
Tableau 132: efforts tranchants de la charge MC80
Tx (t) Ty (t)

(A1, A2, A3, A4) 3,09 2,3

Tableau 133: Récapitulatif des surcharges (flexion locale)


moment Mox(t.m) moment Moy(t.m) effort tranchant
surcharge ELU ELS ELU ELS Tapx Tapy
Gper 0.108 0.08 0 0 0.33 0
1vc :1er cas 0.64 0.59 -0.19 -0.06 0.62 0
Bc 1vc :2éme cas 0.6 0.645 0.24 0.35 3.225 3.215
2vc : 1er cas 0.9 0.83 -0.37 -0.21 2.19 0.71
2vc :2éme cas 1.204 1.285 0.43 0.67 4.465 4.535
Mc80 0.9 0.9 0.007 0.19 3.87 2.85
Mc120 1.16 1.16 0.006 0.24 3.09 2.3

II. Flexion globale :


Le hourdis joue le rôle de l'entretoisement. Ainsi, une flexion générale est née. Cette flexion
représente la flexion qu'elle qu'aurait endossée l'entretoise intermédiaire si elle existe. Cette flexion
globale (parfois on l'appelle aussi flexion générale) est déterminée d'après la méthode de Guyon-
Massonnet en prenant 1 ml du hourdis comme étant une entretoise intermédiaire.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 151


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Les efforts dans le hourdis, sous l'effet de la flexion globale, sont ainsi calculés comme dans le cas
d'entretoise. Ainsi, cette flexion globale est surtout importante dans le cas des ponts à poutres sans
entretoises intermédiaires.

1. Moment fléchissant :

b n×π×x
My = ∑ μn × q n × sin
8 Lc
n=1
LT 14.5
Avec : b: demi-largeur active = = = 7.25m
2 2

μn : Coefficient de Guyon-Massonnet
q n : Charge appliquée en forme de lame de couteau (développement en série de Fourrier)

𝐿𝑐 𝑛×𝜋×𝑥 𝑛×𝜋
Le moment maximum est au centre de la dalle d'ou 𝑥 = sin = sin
2 𝐿𝑐 2
𝑛×𝜋
Si n est pair : sin =0
2
𝑛×𝜋
Si n est impair : sin = ±1
2

Ainsi, on ne retient donc que les harmoniques impairs (n = 1, 3, 5, 7, …). Pour un calcul manuel, on
peut se contenter des deux premiers termes (à savoir n=1 et n=3). Ainsi,
b π 3π b
My = 8 (u1 × q1 × sin 2 − u3 × q 3 × sin 2 ) My = 8 (u1 × q1 − u3 × q 3 )

2. Détermination du coefficient μ :
Le coefficient μn dépend de: μn = f (α, θ, y, e)
𝛾𝑝 +𝛾𝐸
 La valeur du paramètre de torsion 𝛼 = 2 = 0.75
√𝜌𝑝 +𝜌𝐸

 La valeur du paramètre d'entretoisement θ


 L’ordonnée de la fibre considérée du hourdis y
 La position de la charge e
Cette fois on cherche les moments dans la fibre centrale (y=0). Ainsi, on n’utilise uniquement que la
première ligne (y=0) de chaque table. C'est pourquoi les tables à employer (et les courbes obtenues
par la suite) sont toujours symétriques par rapport à e=0.
Calcul de μ1 :
n×b 1×b 7.25
θn = Lc
θ1 = Lc
= 20.9 = 0.35

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 152


Etudes de l'hourdis 2016-2017

De la même manière que pour le calcul de ce dernier (CRT K), l'interpolation sur α fait intervenir
μ0 pour α = 0 et μ1 pour α = 1(à ne pas confondre ce μ1 pour α = 1 avec μ1 pour
n =1). L'interpolation peut se faire d'après la relation de Massonnet.
Pour : 0.10 < θ < 1:

𝜇1 = 0.50𝜇01 + 0.50𝜇11

Calcul de μ3 :
n×b 3×b 3×7.25
θn = θ3 = = = 1.04
Lc Lc 20.9

Pour : 0.10 < θ < 1:

𝜇1 = 0.80𝜇03 + 0.20𝜇13

Tableau 134: tableau d’interpolation du coefficient μ(α=0.75) ; θ= 0.30


θ = 0.30

-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


e
-7.25 -5.4375 -3.625 -1.8125 0 1.8125 3.625 5.4375 7.25
4
μ(α = 0). 10
-2430 -1220 -7 1217 2457 1217 -7 -1220 -2430
4
μ(α = 1). 10
-1401 -787 -102 734 1820 734 -102 -787 -1401
4
μ(α = 0.75). 10
-1534.77 -843.29 -89.65 796.79 1902.81 796.79 -89.65 -843.29 -1534.77

Tableau 135: tableau d’interpolation du coefficient μ(α=0.75) ; θ= 0.40


θ = 0.40

-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


e
-7.25 -5.4375 -3.625 -1.8125 0 1.8125 3.625 5.4375 7.25
4
μ(α = 0). 10
-2292 -1161 -20 1151 2372 1151 -20 -1161 -2292
4
μ(α = 1). 10
-1016 -617 -131 546 1563 546 -131 -617 -1016
μ(α = 0.75). 104
-1181,88 -687,72 -116,57 624,65 1668,17 624,65 -116,57 -687,72 -1181,88

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 153


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Tableau 136: tableau d’interpolation du coefficient μ(α=0.75) ; θ= 0.35


θ = 0.35

-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


e
-7.25 -5.4375 -3.625 -1.8125 0 1.8125 3.625 5.4375 7.25
𝟒
𝛍. 𝟏𝟎
-1358,325 -765,505 -103,11 710,72 1785,49 710,72 -103,11 -765,505 -1358,325

Tableau 137: tableau d’interpolation du coefficient μ(α=0.75) ; θ= 1.00


θ = 1.00

-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


e
-7.25 -5.4375 -3.625 -1.8125 0 1.8125 3.625 5.4375 7.25
4
μ(α = 0). 10
-393 -329 -185 231 1159 231 -185 -239 -393
4
μ(α = 1). 10
-145 -149 -124 58 779 58 -124 -149 -145
μ(α = 0.75). 104
-177,24 -172,4 -131,93 80,49 828,4 80,49 -131,93 -160,7 -177,24

Tableau 138: tableau d’interpolation du coefficient μ(α=0.75) ; θ= 1.20


θ = 1.20

-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


e
-7.25 -5.4375 -3.625 -1.8125 0 1.8125 3.625 5.4375 7.25
μ(α = 0). 104
-120 -190 -190 80 940 80 -190 -190 -120
μ(α = 1). 104
-77 -94 -102 7 657 7 -102 -94 -77
4
μ(α = 0.75). 10
-82,59 -106,48 -113,44 16,49 693,79 16,49 -113,44 -106,48 -82,59

Tableau 139: tableau d’interpolation du coefficient μ(α=0.75) ; θ= 1.04


θ = 1.04

-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


e
-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25
𝛍. 𝟏𝟎𝟒 -
-158,31 -159,216 128,232 67,69 801,478 67,69 -128,232 -149,856 -158,31

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 154


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Figure 41: Courbes de μ1 et de μ3 en fonction de (e.10-4)

3. Détermination des moments globaux :


a. Charge permanente :
Transversalement :

On charge toute la largeur transversale puisque cette charge existe toujours. Vu que cette charge est
uniformément répartie on détermine les coefficients μ1 et μ3 en prenant les différentes surfaces
positives et négatives des courbes. On prend l'avantage de la symétrie en traitant deux fois la moitié.
1 3b b b 1 b
μ1 = 2 ( μ1 (e = −b) + μ1 (e = − ) + μ1 (e = − ) + μ1 (e = − ) + μ1 (e = 0)) ×
2 4 2 4 2 4

Figure 42: Chargement de gper dans le sens transversal

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 155


Etudes de l'hourdis 2016-2017

1 1 7.25
μ1 = 2 ( × (−0.104109) + (−0.0621975) + (−0.0128232) + (0.0553775) + (0.1567985)) ×
2 2 4
 𝛍𝟏 = 𝟎. 𝟎𝟐𝟒m

1 3b b b 1 b
μ3 = 2 ( μ3 (e = −b) + μ3 (e = − ) + μ3 (e = − ) + μ3 (e = − ) + μ3 (e = 0)) ×
2 4 2 4 2 4

1 1 7.25
μ3 = 2 ( × (−0.0158310) + (−0.0159216) + (−0.0128232) + (0.007705) + (0.0783993)) ×
2 2 4
 𝛍𝟑 = 𝟎. 𝟎𝟑𝟕m

Longitudinalement :

Figure 8.6 : Chargement de gper dans le sens longitudinal


gper = 0.695 t/m2
4×gper 4×0.695
pour K=1 : q1 = = = 0.885 t/ml
π π
4×gper 4×0.695
pour K=3 : q3 = = = 0.295 t/ml
3π 3π

Enfin, on obtient le moment de la flexion globale sous l'effet de la charge permanente:


𝑏 7.25
My = 8 (𝜇1 𝑞1 − 𝜇3 𝑞3 ) = (0.024 × 0.885 − 0.037 × 0.295) = 9.36 × 10−3 t.m
8

 My = 𝟗. 𝟑𝟔 × 𝟏𝟎−𝟑 t.m

b. Surcharge Bc :
Transversalement :
1er cas : une voie chargée ; une seule file de BC :
1ére disposition : deux files de roues placées symétriquement par rapport à l’axe central

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 156


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Figure 43: Chargement de Bc (1ercas :1éredisposition) dans le sens transversal

1
μ1 = × 2μ1 (e = 100) = 0.113
2
1
μ3 = × 2μ3 (e = 100) = 0.047
2

2éme disposition : une file de roues placée sur l’axe l’autre distante de 2.00m

Figure 44: Chargement de Bc (1ércas : 2émedisposition) dans le sens transversal

1 1
μ1 = 2 × (μ1 (e = 0) + μ1 (e = −200)) = 2 × (0.1567985 + 0.0445413 ) = 0.1

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 157


Etudes de l'hourdis 2016-2017

1 1
μ3 = 2 × (μ3 (e = 0) + μ3 (e = −200)) = 2 × (0.0801478 + 0.0015802 ) = 0.041

2ème cas : deux voies chargées ; 2 files de BC:


1éredisposition : les 2 convois de Bc placés symétriquement par rapport l’axe centrale

Figure 45: Chargement de Bc (2émecas : 1éredisposition) dans le sens transversal

1
μ1 = 2 × [μ1 (e = 25) + μ1 (e = 225)] = 0.1533267 + 0.0321527 = 0.185
2
1
μ3 = 2 × [μ3 (e = 25) + μ3 (e = 225)] = 0.077433 − 0.0044224 = 0.073
2

2éme disposition: Une des files des roues placée sur l’axe central :

Figure 46: Chargement de Bc (2émecas : 2émedisposition) dans le sens transversal

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 158


Etudes de l'hourdis 2016-2017

1
μ1 = [μ (e = −200) + μ1 (e = 0) + μ1 (e = 50) + μ1 (e = 250)]
2 1
1
= × (0.0445413 + 0.1567985 + 0.1438993 + 0.0216886) = 0.184
2
1
μ3 = [μ3 (e = −200) + μ3 (e = 0) + μ3 (e = 50) + μ3 (e = 250)]
2
1
= × (0.0015802 + 0.0801478 + 0.0701504 − 0.0084109) = 0.072
2

3ème cas : trois voies chargées ; 3 files de BC:


1éredisposition : les 3 convois de Bc placés symétriquement par rapport l’axe centrale

Figure 47: Chargement de Bc (3émecas : 1erdisposition) dans le sens transversal

1
μ1 = 2 × [μ1 (e = −350) + μ1 (e = −150) + μ1 (e = −100)]
2
1
= × 2(−0.00913 + 0.0764643 + 0.1131807) = 0.180
2
1
μ3 = 2 × [μ3 (e = −350) + μ3 (e = −150) + μ3 (e = −100)]
2
1
= × 2(−0.0127768 + 0.0211718 + 0.0470943) = 0.055
2

2éme disposition: Une des files des roues placée sur l’axe central :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 159


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Figure 48: chargement de Bc (3émecas : 2émedisposition) dans le sens transversal

1
μ1 = [μ (e = −250) + μ1 (e = −50) + μ1 (e = 0) + μ1 (e = 200) + μ1 (e = 250) + μ1 (e = 450)]
2 1
1
= (0.0216886 + 0.1438993 + 0.1567985 + 0.0445413 + 0.00216886 − 0.00368255)
2
= 0.176
1
μ3 = [μ3 (e = −250) + μ3 (e = −50) + μ3 (e = 0) + μ3 (e = 200) + μ3 (e = 250) + μ3 (e = 450)]
2
1
= (−0.0083517 + 0.0701526 + 0.0801478 + 0.0015822 − 0.0084109 − 0.0141308)
2
= 0.060

4ème cas : quatre voies chargées ; 4 files de BC:


1éredisposition : les 4 convois de Bc placés symétriquement par rapport l’axe centrale

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 160


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Figure 49: Chargement de Bc (4émecas : 1erdisposition) dans le sens transversal

1
μ1 = 2 × [μ1 (e = 25) + μ1 (e = 225) + μ1 (e = 275) + μ1 (e = 475)]
2
1
= × 2(−0.0437809 + 0.0127176 + 0.0321527 + 0.1533267) = 0.154
2
1
μ3 = 2 × [μ3 (e = 25) + μ3 (e = 225) + μ3 (e = 275) + μ3 (e = 475)]
2
1
= × 2(−0.0145967 − 0.0108152 − 0.0043429 + 0.0774346) = 0.048
2

2éme disposition: Une des files des roues placée sur l’axe central :

Figure 50: Chargement de Bc (4émecas : 2émedisposition) dans le sens transversal

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 161


Etudes de l'hourdis 2016-2017

1
μ1 = [μ (e = −450) + μ1 (e = −250) + μ1 (e = −200) + μ1 (e = 0) + μ1 (e = 50) + μ1 (e = 250)
2 1
+ μ1 (e = 300) + μ1 (e = 500)]
1
= (−0.0368255 + 0.0216886 + 0.0445413 + 0.1567985 − 0.1438993 + 0.0216886
2
+ 0.0048392 − 0.050632) = 0.153
1
μ3 = [μ3 (e = −450) + μ3 (e = −250) + μ3 (e = −200) + μ3 (e = 0) + μ3 (e = 50) + μ3 (e = 250)
2
+ μ3 (e = 300) + μ3 (e = 500)]
1
= (−0.01408 − 0.0083517 + 0.001502 + 0.0801478 + 0.0701502 − 0.0084109
2
− 0.0121011 − 0.0151741) = 0.047

Longitudinalement :
Tableau 140: Expression du moment maximal sous l'effet du convoi Bc dans une poutre à travée
indépendante

Lc = 20.90 m > 18.38 m ; δ = 1.725 m

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 162


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Tableau 141: Disposition la plus défavorable de la charge Bc sens longitudinal

Lc
d3 = − δ = 10.45 − 1.725 = 8.725m d4 = d3 − 4.50 = 13.225m
2

d2 = d3 − 1.50 = 7.225m d5 = d4 + 4.50 = 17.725m


d1 = d2 − 4.50 = 2.725m d6 = d5 + 1.50 = 19.225m

2 × 𝑃𝑖 𝜋×𝑑
𝑞=∑ × sin
𝐿𝑐 𝐿𝑐

2×𝑃 1 𝜋𝑑1 𝜋𝑑2 𝜋𝑑3 1 𝜋𝑑4 𝜋𝑑5 𝜋𝑑6


𝑞1 = [ sin + sin + sin + sin + sin + sin ]
𝐿𝑐 2 𝐿𝑐 𝐿𝑐 𝐿𝑐 2 𝐿𝑐 𝐿𝑐 𝐿𝑐

2×12 1 180×2.725 180×7.225 180×8.725 1 180×13.225 180×17.725 180×19.225


q1 = [2 sin + sin + sin + 2 sin + sin + sin ]
20.9 20.9 20.9 20.9 20.9 20.9 20.9

 𝐪𝟏 = 𝟑. 𝟔𝟗𝟑 𝐭/ml

2×𝑃 1 3𝜋𝑑1 3𝜋𝑑2 3𝜋𝑑3 1 3𝜋𝑑4 3𝜋𝑑5 3𝜋𝑑6


𝑞3 = [ sin + sin + sin + sin + sin + sin ]
𝐿𝑐 2 𝐿𝑐 𝐿𝑐 𝐿𝑐 2 𝐿𝑐 𝐿𝑐 𝐿𝑐

2×12 1 540×2.725 540×7.225 540×8.725 1 540×13.225 540×17.725 540×19.225


q3 = [2 sin + sin + sin + 2 sin + sin + sin ]
20.9 20.9 20.9 20.9 20.9 20.9 20.9

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 163


Etudes de l'hourdis 2016-2017

 𝐪𝟑 = 𝟏. 𝟑𝟑𝟕 𝐭/ml

1er cas : une voie chargée ; une seule file de BC :


1ére disposition : deux files de roues placées symétriquement par rapport à l’axe central
𝑏 7.25
My = 8 (𝜇1 𝑞1 − 𝜇3 𝑞3 ) = (0.113 × 3.693 − 0.047 × 1.337) = 0.321 t.m
8

 My = 𝟎. 𝟑𝟐𝟏 t.m

2éme disposition : une file de roues placée sur l’axe l’autre distante de 2.00m
𝑏 7.25
My = (𝜇1 𝑞1 − 𝜇3 𝑞3 ) = (0.1 × 3.693 − 0.041 × 1.337) = 0.285 t.m
8 8

 My = 𝟎. 𝟐𝟖𝟓 t.m

2ème cas : deux voies chargées ; 2 files de BC:


1ére disposition : deux files de roues placées symétriquement par rapport à l’axe central
𝑏 7.25
My = 8 (𝜇1 𝑞1 − 𝜇3 𝑞3 ) = (0.185 × 3.693 − 0.073 × 1.337) = 0.531 t.m
8

 My = 𝟎. 𝟓𝟑𝟏 t.m

2éme disposition : une file de roues placée sur l’axe l’autre distante de 2.00m
𝑏 7.25
My = 8 (𝜇1 𝑞1 − 𝜇3 𝑞3 ) = (0.184 × 3.693 − 0.072 × 1.337) = 0.528 t.m
8

 My = 𝟎. 𝟓𝟐𝟖 t.m

3ème cas : Trois voies chargées ; 3 files de BC:


1ére disposition : deux files de roues placées symétriquement par rapport à l’axe central
𝑏 7.25
My = 8 (𝜇1 𝑞1 − 𝜇3 𝑞3 ) = (0.180 × 3.693 − 0.055 × 1.337) = 0.536 t.m
8

 My = 𝟎. 𝟓𝟑𝟔 t.m

2éme disposition : une file de roues placée sur l’axe l’autre distante de 2.00m
𝑏 7.25
My = 8 (𝜇1 𝑞1 − 𝜇3 𝑞3 ) = (0.176 × 3.693 − 0.060 × 1.337) = 0.516 t.m
8

 My = 𝟎. 𝟓𝟏𝟔 t.m

4ème cas : quatre voies chargées ; 4 files de BC:


1ére disposition : deux files de roues placées symétriquement par rapport à l’axe central

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 164


Etudes de l'hourdis 2016-2017

𝑏 7.25
My = 8 (𝜇1 𝑞1 − 𝜇3 𝑞3 ) = (0.154 × 3.693 − 0.048 × 1.337) = 0.457 t.m
8

 My = 𝟎. 𝟒𝟓𝟕 t.m

2éme disposition : une file de roues placée sur l’axe l’autre distante de 2.00m
𝑏 7.25
My = 8 (𝜇1 𝑞1 − 𝜇3 𝑞3 ) = (0.153 × 3.693 − 0.047 × 1.337) = 0.455 t.m
8

 My = 𝟎. 𝟒𝟓𝟓 t.m

Le 3émecas est le plus défavorable :


My = 0,536 t.m

c. Surcharge MC80 :
Transversalement :

1ercas: 2 chenilles symétriques:

Figure 51: Chargement de Mc80 (1ercas) dans le sens transversal


L MC80
µ1=  1,i = 0,85 × 2  0,115  0,048  = 0,07
4 4

L MC80
µ3=  3,i = 0,85 × 2  0,048  0,007  = 0,023
4 4

2émecas: 1 chenille sur l'axe, l'autre à 1,95 m.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 165


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Figure 52: Chargement de Mc80 (2éme cas) dans le sens transversal


L MC80
µ1= 1,i =
0,85  0,147  0,147  0,0027  0,0016  = 0,068
4 4

L MC80
µ3= 3,i =
0,85  0,073  0,073  0.007  0.013 = 0.027
4 4

3émecas: 1 chenille dont l'extrémité est sur l'axe, l'autre à 1,95 m.

Figure 53: Chargement de Mc80 (3émecas) dans le sens transversal

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 166


Etudes de l'hourdis 2016-2017

L MC80
µ1= 1,i =
0,85  0,157  0,124  0,011  0,013 = 0,059
4 4

L MC80
µ3= 3,i =
0,85  0,080  0,053  0.011  0.013 = 0.024
4 4

Longitudinalement :

Figure 54: Disposition la plus défavorable de la surcharge Mc80


LC V0 4,90
d= = 10,45m ; q= U 0 P V0 = 0,8536 = 8,64 t/m² ; c=
2  4,90 2 = 2 = 2,45m
4q c d 4  8,64   2,45
q1= sin L sin L = ×sin
 c c  20,90 ×1= 3,96 t/m²
4  q 3c 3d 4  8,64 3  2,45
q3=
3 sin Lc sin Lc =
3
×sin
20,90 × (-1)= -3,28 t/m²
7,25
1ére cas : My = b × 1  q1  3  q 3  = 8 × 0,07  3,96  0,023  3,28  = 0,32 t.m/ml
8
7,25
2éme cas : My= b × 1  q1  3  q 3  = 8 × 0,068  3,96  0,027  3,28  = 0,324 t.m/ml
8
7,25
3éme cas : My= b × 1  q1  3  q 3  = 8 × 0,059  3,96  0,024  3,28  = 0,283 t.m/ml
8
Tableau 142: Moments en y-y (flexion global)
Moments en y-y
b (m) 1 q1 (t/m²) 3 q 3 (t/m²) My (t.m/ml)
8
1ére cas 0.90625 0,07 3,96 0,023 -3,28 0,32
2éme cas 0.90625 0,068 3,96 0,027 -3,28 0,324
éme
3 cas 0.90625 0,059 3,96 0,024 -3,28 0,283

Le 2éme cas est le cas le plus défavorable avec :

My = 0,324 t.m/ml

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 167


Etudes de l'hourdis 2016-2017

d. Surcharge MC120 :
Transversalement :

1ercas : 2 chenilles symétriques :

Figure 55: Chargement de Mc120 (1ercas) dans le sens transversal


L MC80
µ1=
4  1,i = 14 × 2  0,102  0,037  = 0,07
L MC80
µ3=
4  3,i = 14 × 2  0,039  0,0023  = 0,018
2émecas: 1 chenille sur l'axe, l'autre à 2,30 m.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 168


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Figure 56: Chargement de Mc120 (2éme cas) dans le sens transversal


L MC80
µ1=
4 1,i = 14  0,144  0,144  0,011  0,017  = 0,071
L MC80
µ3=
4 3,i = 14  0,070  0,070  0.011  0.013 = 0.029
3émecas: 1 chenille dont l'extrémité est sur l'axe, l'autre à 2,30 m.

Figure 57: Chargement de Mc120 (3émecas) dans le sens transversal


L MC80
µ1=
4 1,i = 14  0,157  0,113  0,004  0,031 = 0,059
L MC80
µ3=
4 3,i = 14  0,080  0,047  0.013  0.014  = 0.025
Longitudinalement :

Figure 58: Disposition la plus défavorable de la surcharge Mc120

LC V0 6,10
d= = 10,45m ; q= U 0 P V0 = 1 55 = 9,02 t/m² ; c=
2 6,10 2 = 2 = 3,05m

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 169


Etudes de l'hourdis 2016-2017

4q c d 4  9,02   3,05


q1= sin sin = ×sin
 Lc Lc  20,90 ×1= 5,08 t/m²
4  q 3c 3d 4  9,02 3  3,05
q3=
3 sin Lc sin Lc =
3
×sin
20,90 × (-1)= -3,76 t/m²
7,25
1ére cas : My = b × 1  q1  3  q 3  = 8 × 0,07  5,08  0,018  3,76  = 0,38 t.m/ml
8
7,25
2éme cas : My= b × 1  q1  3  q 3  = 8 × 0,071  5,08  0,029  3,76  = 0,426 t.m/ml
8
7,25
3éme cas : My= b × 1  q1  3  q 3  = 8 × 0,059  5,08  0,025  3,76  = 0,357 t.m/ml
8
Tableau 143: Moments en y-y (flexion global)
Moments en y-y
b (m) 1 q1 (t/m²) 3 q 3 (t/m²) My (t.m/ml)
8
1ére cas 0.90625 0,07 5,08 0,018 -3,76 0,38
2éme cas 0.90625 0,071 5,08 0,029 -3,76 0,426
éme
3 cas 0.90625 0,059 5,08 0,025 -3,76 0,357

Le 2éme cas est le cas le plus défavorable avec :

My = 0,426 t.m/ml

Tableau 144: Récapitulatif des surcharges (flexion globale)


surcharge gper Bc Mc80 Mc120
My(t.m/ml) 0,09 0,536 0,324 0,426

III. Calcul des sollicitations :


La flexion totale est obtenue de la manière suivante :

Figure 59: Répartition des moments sur la dalle continue

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 170


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Pour chaque type de charge (permanente, Bc et Mc).


En travées :
Dans la direction lx :
- travée de rive Mtr(x)= 0,80 Mox
- travée intermédiaire Mtr(x)= 0,75 Mox
Dans la direction ly :
- travée de rive Mtr(y)= 0,80 Moy

Sur appuis:
Dans la direction lx
- appui intermédiaire Map(x)= - 0,50 Mox et -0,4Mox
- appui de rive Map(x)= - Sup (0,50 Mox; |Me|)
Dans la direction ly
- appui intermédiaire : Map(y)= - 0,50 Mox ; -0,4 Mox = Map(x)
- appui de rive : Map(y)= - 0,50 Mox = Map(x)

g  Md
ap
M ap
Dans tous les cas, on doit respecter la condition que : M tr   1,25M ox
2
Les efforts tranchants dans la dalle continue sont les mêmes que dans le cas de la dalle articulée.
ƔG =1,35 ; ƔQ1 =1

1. Calcul des moments fléchissants :

Mox = ƔG× M ox + sup (  B  QB1 ( b c  M ox ; bt  M ox ; M ox )  Mc   Q


per Bc Bc Br
1 M
Mc Mc
)

Tableau 145: Moments (flexion globale) à L’ELU et L’ELS


charge Gper Bc Mc80 Mc120
My(t.m/ml)ELU 0,12 0,858 0,437 0,575
My(t.m/ml)ELS 0,09 0,643 0,324 0,426

Tableau 146: Moments (flexion locale) à L’ELU et L’ELS


charge Mox (t.m/ml) Moy (t.m/ml)
ELU ELS ELU ELS
Gper 0,108 0,08 0 0
Bc 2.35 1.88 0.84 0.98
Mc80 0,90 0,90 0,007 0,19
Mc120 1,16 1,16 0,006 0,24

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 171


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Dans le sens x-x :

En travée de rive : Mx = 0,80×Mxloc

Tableau 147: Moments suivant x en travée de rive


Charge MxELU (t.m/ml) MxELS (t.m/ml)
Mxloc Mx Mxloc Mx
Gper 0,108 0,0864 0,08 0,064
Bc 2.35 1.88 1.88 1.504
Mxtot 1.97 Mxtot 1.57

En travée intermédiaire : Mx = 0,75 Mxloc

Tableau 148: Moments suivant x en travée intermédiaire


Charge MxELU (t.m/ml) MxELS (t.m/ml)
Mxloc Mx Mxloc Mx
Gper 0,108 0,081 0,08 0,06
Bc 2.35 1.76 1.88 1.41
Mxtot 1.84 Mxtot 1.47

Sur appuis intermédiaire : Map = -0,50Mxloc

Tableau 149: Moments sur appuis intermédiaire


Charge MxELU (t.m/ml) MxELS (t.m/ml)
Mxloc Mx Mxloc Mx
Gper 0,108 -0,054 0,08 -0,04
Bc 2.35 -1.175 1.88 -0.94
Mxtot -1.23 Mxtot -0.98

Sur appuis intermédiaire : Map = -0,40Mxloc

Tableau 150: Moments sur appuis intermédiaire


Charge MxELU (t.m/ml) MxELS (t.m/ml)
Mxloc Mx Mxloc Mx
Gper 0,108 -0,043 0,08 -0,032
Bc 2.35 -0,48 1.88 -0.784
Mxtot -0.98 Mxtot -0.82

Dans le sens y-y :

En travée : My= 0,80 (Myloc+Myglob)

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 172


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Tableau 151: Moments suivant y (en travée de rive et intermédiaire)


charge MyELU (t.m/ml) MyELS (t.m/ml)
local global local global
Gper 0 0,12 0,096 0 0,09 0,072
Bc 0.84 0,858 1.36 0.98 0,643 1.30
Mytot 1,46 Mytot 1,37

Sur appuis: Map = -0,50 Mxloc

Tableau 152: Moments sur appuis intermédiaire


Charge MxELU (t.m/ml) MxELS (t.m/ml)
Mxloc Mx Mxloc Mx
Gper 0,108 -0,054 0,08 -0,04
Bc 2.35 -1.175 1.88 -0.94
Mxtot -1.23 Mxtot -0.98

2. Calcul des efforts tranchants


Tox = ƔG× Tox + sup (  B  QB1 ( b c  Tox ; bt  Tox ; Tox )  Mc   Q
per Bc Bc Br
1 T
Mc Mc
)

L’effort tranchant ne se présente que dans l’étude locale :

Tableau 153: Tableau des efforts suivant x et y


surcharge ELU(t/ml) ELS(t/ml)
Tapx Tapy Tapx Tapy
Tper 0,459 0 0,33 0
Bc 8.723 8.860 6.542 6.645
Mc80 5.093 3.791 3.773 2.808
Mc120 7.560 5.568 4.725 3.480
T 9.182 8.860 6.882 6.645

IV. Calcul du ferraillage :


En travée de rive :
Suivant X-X :
 Dimensionnement à L’ELU :
Mu 1.97×10−2
 µbu = b 2
= 1×0,17²×14,16 = 0.048
o ×d ×fbu

𝑓𝑐28
 µlim = 104 µlu = (3440 × 𝜃 × 𝛾) + (49 × ) − 3050
𝜃

104 µlu = (3440× 1.25× 1) + 49  25  - 3050 = 2475


 1 

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 173


Etudes de l'hourdis 2016-2017

 µlim = 0.25Mpa > µbu = 0,048Mpa A'=0


 α1 = 1.25 × [1 − √1 − 2μbu ] = 1.25 × [1 − √1 − 2 × 0.048]
 𝛂𝟏 = 0.061
 zbl = d(1 − 0.4 × α1 ) = 0,17 × (1 − 0.4 × 0.033)
 𝐳𝐛𝐥 = 𝟎. 𝟏𝟔𝟔 m
Mu 1.97 × 10−2
Au = =
zbl × fed 0,168 × 348
 𝐀 𝐮 = 𝟑. 𝟒𝟏 𝐜𝐦²
 Dimensionnement à l’ELS:
15  bc
1 = = 15 15 = 0,527
15  bc  s 15 15  201,63
Le moment résistant du béton en service

  0,527 
Mrb = 1 × 1 1  1  ×bo ×d2×  = 0,5×0,527 × 1 
3 
× 1×0,172 ×15
2  3 bc 
Mrb = 0,094 MN.m
Mrb > Mser = 1.57×10-2 MN.m; alors Asc = 0

M ser 1.57  10 2
μs = =  = 0,00269
b  d 2  s 1 0,17 2  201,63

40s  1 15
Zb1= 15 d = × 0,17× 40  0,00269  1 = 0,15m
16 54s  1 16 54  0,00269  1

Mser 1.57  10 2
Aser = =  10 4 = 5.19cm2
Zb1  s 0,15  201,63
Tableau 154: Détermination des armatures d’hourdis à l’ELS
Mser 1 Mrb Asc μs z (m) Aser réel acier
(MN.m/ml) (MN.m/ml) (cm²) (cm²/ml) (/ml)
travée X-X 1.57×10-2 0.527 0.094 5.19 0.00269 0.15 6.78 6HA12
de
Y-Y 1.37×10-2 0.527 0.094 4.53 0.00235 0.15 6.78 6HA12
rive

travée 1.47×10-2 0.527 0.094 4.86 0.00252 0.15 6.78 6HA12


intermédiaire
sur X-X 0.98×10-2 0.527 0.094 3.24 0.00168 0.15 4.71 6HA10
appui Y-Y

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 174


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Condition relative au poinçonnement sous charge localisée :


Q u × γb
hd ≥
0.045 × uc × fc28
Qu : Charge de calcul vis-à-vis de l'ELU Qu = γQ × δ × P
6 t pour Bc
avec : P = { 8 t pour Bt
10 t pour Br
P = 6 t ; γQ = 1.6 à L'ELU ; δ : coefficient de majoration dynamique pour le système Bc=1.12
Qu = 1.6 × 1.12 × 6 = 𝟏𝟎. 𝟕𝟓 𝐭
uc : périmètre du rectangle de répartition : uc = 2 (U+V) = 2(0,585+0,585) = 2,34 m
fc28 = 25 MPa ; γb =1,50
10.75 × 10−2 × 1.5
hd = 0.2m ≥ = 0.061m
0.045 × 2.34 × 25
La condition relative au poinçonnement sous charges localisées est vérifiée.

Valeur minimale des armatures: Condition de non-fragilité


Sens Ly :
12 × h0 ∶ rond lisse
Aymin = { 8 × h0 ∶ Fe400
6 × h0 ∶ Fe500 ou TS
Aymin = 8 × h0 = 8 × 0.2 = 1.6 cm2 /ml
Sens Lx :
Lx 14.5
α= = = 0.66
Ly 21.6
3−α 3 − 0.67
Axmin = Aymin × = 1.6 × = 1.86cm2 /ml
2 2
 Condition vérifiée pour toutes les armatures

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 175


Etudes de l'hourdis 2016-2017

Tableau 155: schémas de ferraillage de l’hourdis

section en travée
suivant y-y

section en travée
suivant x-x

section sur appui


suivant y-y

section sur appui


suivant x-x

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 176


Etude des appareils d'appuis 2016-2017

Chapitre 8 : Etude
des appareils d'appuis

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 177


Etude des appareils d'appuis 2016-2017

Un appareil d'appui de pont est un élément de l’ouvrage placé entre le tablier et les appuis, dont le
rôle est de transmettre les actions verticales dues à la charge permanente et aux charges
d'exploitation, routières ou ferroviaires, et de permettre des mouvements de rotation ou de
translation.
Il existe quatre types d'appareils d'appui:
o Appareils rétrécis en béton
o Appareils d'appui en élastomère fretté
o Appareils d'appui métalliques
o Appareils d'appui spéciaux
Le type choisi pour cet ouvrage est en élastomère fretté.

I. Pré dimensionnement des appareils d’appuis :

Figure 60: Appareil d'appui en élastomère fretté

a : Dimension n plan du côté // à l'axe longitudinale du pont


b : Dimension n plan du côté ⊥ à l'axe longitudinale du pont
t: épaisseur d'un feuillet élémentaire de l'élastomère
ts: épaisseur d'une frette intermédiaire
T: Epaisseur totale de l'élastomère
Le dimensionnement des appareils d'appui est essentiellement basé sur la limitation des contraintes
de cisaillement qui se développent dans l'élastomère au niveau des plans de frettage et qui sont dues
aux efforts appliqués ou aux déformations imposées à l'appareil. L'appareil d'appui est soumis à la
compression, à la distorsion et la rotation.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 178


Etude des appareils d'appuis 2016-2017

1. Détermination de l’aire de l’appareil d’appui :


Nmax
σm =
a×b
 Condition de non écrasement : σm ≤ 15Mpa
 condition de non cheminement : σm ≥ 2Mpa
Avec :
a : longueur d’appareil d’appui
b : largeur d’appareil d’appui
σm : Contrainte maximale de l’appareil d’appuis
Nmax : Effort tranchant maximal sur un appareil d’appuis donné par l’écriture suivante :
Nmax = Nper + max{NAL + Ntr ; NBc + Ntr ; NBt + Ntr ; NBr + Ntr ; NMc80 + Ntr ; NMc120 + Ntr }
= 36.85 + 107.37 = 144.22 t
o 𝐍𝐦𝐚𝐱 = 𝟏𝟒𝟒. 𝟐𝟐 𝐭
Nmax Nmax Nmax
2 ≤ σm = ≤ 15 ↔ ≤a×b≤ ↔ 961.5cm2 ≤ a × b ≤ 7211cm2
a×b 15 2

2. Hauteur nette de l’élastomère(T) :


T > 2u1
u1 : raccourcissement due au retrait (et fluage) et due à l’effet de longue durée de température.
On a : u1 = ur + ut
4 × 10−4 ouvrage en BA (retrait)
ur = εr × LC ; Avec {
7 × 10−4 ouvrage en BP(retrait + fluage)
ur = 4 × 10−4 × 20.9 = 8.36 × 10−3m
4 × 10−4 action de courte durée
ut = εt × LC ; Avec {
3 × 10−4 action de longue durée
ur = 4 × 10−4 × 20.9 = 8.36 × 10−3m action de courte durée
ur = 3 × 10−4 × 20.9 = 6.27 × 10−3m action de longue durée
D’ou : u1 = 8.36 × 10−3 + 8.36 × 10−3 = 16.72 × 10−3 m
Donc : T > 2 × 16.72 × 10−3 = 33.44 × 10−3 m

On choisit : n feuillet de t épaisseur : T= n×t T = 3×12 = 36mm

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 179


Etude des appareils d'appuis 2016-2017

3. Dimensions en plan :
a a
 Condition de non flambement : ≤ T ≤ 5 avec a ≤ b
10

5T ≤ a ≤ 10T 18cm ≤ a ≤ 36cm


o soit a = 30cm et b =40cm

961.5cm2 ≤ a × b = 1200cm2 ≤ 7211cm2 Condition vérifiée

c. Choix de l’épaisseur des frettes (ts)


L’épaisseur des frettes varie généralement de 1 à 4mm. Elle est dépendante et proportionnelle avec
l’épaisseur de l’élastomère
Tableau 9.1 : Valeurs de l'épaisseur des frettes en fonction de l'épaisseur de l'élastomère

T = 36mm Ceci fournit 3 couches d’élastomère d’épaisseur 12 mm chacune


D’où la hauteur totale de l’appareil d’appui (E) devient :
E = T + 3 × t s = 36 + 3 × 3 = 45mm

Tableau 156: récapitulatif des Caractéristiques géométriques de l’appareil d’appui


a (cm) b (cm) t (cm) ts (cm) E (cm)
30 40 1.2 0.30 4.50

II. Répartition des efforts horizontaux :


Les efforts horizontaux exercés sur le tablier (freinage, vent, …) sont transmis aux différents
appuis. Ils sont calculés et vérifiés ci-après

1. Souplesse des appuis :


Souplesse totale :
st = u1 + u2 + u3
st ∶ La souplesse calculée de manière instantanée et différée.
u1 : La souplesse des appareils d’appuis.
u2 : La souplesse des colonnes.
u3 : La souplesse des fondations.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 180


Etude des appareils d'appuis 2016-2017

On tient compte de l’hypothèse que les colonnes et la fondation sont infiniment rigides ce qui
implique que u2 = u3 = 0

Souplesse des appareils d’appuis :


T
S(inst,d) =
nα × A × Gd
Avec :
Sinst : Souplesse différée
Sd : Souplesse différée
nα : Nombre d`appareils par ligne d`appui égal à 11.
T : épaisseur totale de l`élastomère T= 3.6 cm
A : surface de l’appareil d`appui : 1200cm²
Gd : module d`élasticité transversale de l`élastomère qui dépend du type de la souplesse en
effet Gd = 0,80 MPa en différé et Gi = 1,60MPa en instantané

Tableau 157: Souplesse totale


Souplesse Différée Instantanée
St (m/KN) 3.41×10-4 1.70×10-4

Rigidité totale :
1
𝐾=
𝑆𝑡

Tableau 158: Rigidité totale


Rigidité Différée Instantanée
K(KN/m) 2932 5882

2. Efforts de freinage :
Ces efforts ne sont calculés que pour les systèmes de charges AL et Bc
 Freinage due à la charge AL :
Force de freinage AL :
a1 × a2 × Al × (lch × Lc) 360
FAl = avec ∶ Al = 2.3 + = 13.24 kN
20 + 0.0035 × (Lch × Lc) Lc + 12

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 181


Etude des appareils d'appuis 2016-2017

1 × 1 × 13.24 × (12.24 × 20.9)


FAl = = 162.09kN
20 + 0.0035 × (12.24 × 20.9)

Effort horizontal de freinage :


K inst 5882
HAL = FAL × = 162.09 × = 14.73kN
∑ Ki 11 × 5882

 Freinage due à la charge Bc :


Force de freinage Bc :
Pour ce chargement, la force de freinage ne dépend pas des cas de chargement : FBc = 300 KN
K inst 5882
HBC = FBC × = 300 × = 27.27kN
∑ Ki 11 × 5882

Tableau 159: Récapitulatif des efforts horizontaux de freinage dû aux charges


Surcharge Hfrain

Al (kN) 14.73

Bc (kN) 27.27

3. Efforts horizontaux due à la déformation thermique et au retrait


On définit les coefficients de retrait et de la température de longue et de courte durée comme suit :
- er =7x 10 4 : Raccourcissement unitaire du au retrait
- er =4x 10 4 : Raccourcissement unitaire due à la température de la courte durée
- et =3x 10 4 : Raccourcissement unitaire due à la température de la longue durée

Le déplacement horizontal (distorsion) des têtes d’appuis :

D i  Lc  e i

Déplacement due au retrait :


D r = L c ×e r = 20,90×7× 10 4 = 146,30× 10 4 m
Déplacement due à la température « courte durée » :
D DCD = L c ×e T = 20,90×4× 10 4 = 83,60× 10 4 m
Déplacement due à la température « longue durée » :
D DLD = L c ×e T = 20,90×3× 10 4 = 62,70× 10 4 m

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 182


Etude des appareils d'appuis 2016-2017

Efforts horizontaux dues aux déplacements :

Effort due au retrait :

Hr= Kdiff ×Dr = 2932×146,30× 10 4 = 42.89 kN

Effort due à la température « courte durée » :


H DCD = K inst ×D DCD = 5882 × 83,60× 10 4 = 49.17 kN
Effort due à la température « longue durée » :
H DLD = K diff ×D DLD = 2932 × 62,70× 10 4 = 18.38 kN

4. Rotations :
Avec :
E : Le module d’élasticité pour les charges
3
Pour les charges permanentes, module différée: Ev = 3700× √ fc28 =11496,76 MPa
3
Pour les surcharges, module instantanée : Ei = 11000×√ fc28 f = 34179,56 MPA
I: Le moment d’inertie du composant de l’appui par rapport à la ligne d’appui
I = 0,0923 m4 (section homogène sur appuis avec hourdis)

Rotation due à la charge permanente :

g per  L3c
θper =
24  E  I

24,825  20,90 3
θper = = 8,89× 10 3 rad
24  11496 ,76  0,0923

Rotation due à la surcharge AL :

q Al =a1 ×a 2×AL×LaL =1×1×13,24 × 3,06 = 40,51kN/m

q Al  L3c 40,51  20,90 3


θAl = = = 4,88× 10 3 rad
24  Ei  I 24  34179 ,56  0,0923

Rotation due à la surcharge Bc :

p bc  a  b  L c  b 
θBc =
6  Ei  I

Détermination de a et b :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 183


Etude des appareils d'appuis 2016-2017

Pour une position x, la rotation s’écrit comme suit :

XL c  x 2Lc  x 
θa =
6  Ei  I  Lc

La position de la rotation maximale est celle qui correspond à la résolution de l’équation

suivante :

d a x 
 3x 2  6xL c  2L2c =0
dx

3x2- 125,4x+873,62=0

X= 8,83m et Lc - x = 20,90 - 8,83 =12,07 m

PBc = p = 120 = 5,74 kN/m


Lc 20,90

θBc = 5,74  8,83  12,07  20,90  12,07  = 1,07× 10 3 rad


6  34179 ,56  0,0923

Rotation due à la surcharge MC80 :

θ Mc80 = q Mc80× ω Mc80

Avec :
ω Mc80 : la surface dans la ligne d’influence de l’application de la charge Mc80

x−t t + 4.90 − x
ωMc80 = (y1 + y2 ) ( ) + (y2 + y3 ) ( )
2 2

q Mc80: la surcharge de Mc80 par mètre linéaire

q Mc80 = 72 = 147 kN/m


4,90

lc
Pour x= ;
2

x lc  20,90 10,45


t=
lc
= 20,90  4,90 =8m
20,90

x
y2 = ymax = Lc (Lc − x) =
10,45
20,90  10,45 =5,225m
20,90

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 184


Etude des appareils d'appuis 2016-2017

t
y1 = y2 × x = 5,225  8 =4m
10,45

)= 5,225   20,90  8  4,90  =4m


Lc−t−4.90
y3 = y2 ( Lc−x  20,90  10,45 

ωMc80 = 4  5,225  10,45  8   5,225  4 8  4,90  10,45 


 2   2 

ωMc80 =22,42 m²

θ Mc80 = 147×22,42 = 3,295× 10 3 rad

Rotation due à la surcharge MC120 :

θ Mc120 = q Mc120× ω Mc120

Avec :
ω Mc120 : la surface dans la ligne d’influence de l’application de la charge Mc120

x−t t+6.10−x
ωMc120 = (y1 + y2 ) ( ) + (y2 + y3 ) ( )
2 2

qMc120: la surcharge de Mc120 par mètre linéaire

q Mc80 = 110 = 180 kN/m


6,90

lc
Pour x= :
2

x lc  20,90 10,45


t=
lc
= 20,90  6,10 =7,4m
20,90

x
y2 = ymax = Lc (Lc − x) =
10,45
20,90  10,45 =5,225m
20,90

t 7,4
y1 = y2 × x = 5,225  =3,7m
10,45

)= 5,225   20,90  7,4  6,10  =3,7m


Lc−t−6,10
y3 = y2 ( Lc−x  20,90  10,45 

ωMc80 = 3,7  5,225  10,45  7,4   5,225  3,7  7,4  6,10  10,45 
 2   2 

ωMc80 =27,22 m²

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 185


Etude des appareils d'appuis 2016-2017

θ Mc80 = 180×27,22 = 4,89× 10 3 r

Tableau 160: Récapitulatif des rotations dues aux charges


Charge gper Bc Al Mc80 Mc120
θ( 10 3 ) rad 8,89 1,07 4,88 3,295 4,89

Rotation total :

θt = θper+1,20θMc120

θt =8,89× 10 3 +1,204,89 10 3 = 14,758 10 3 rad

III. Vérification de la validité des appareils d’appuis :


1. Condition de cisaillement :
Pour que l’appareil d’appui ne soit pas cisaillé les conditions suivantes doit être
vérifiées faites :

 H  N    < 5×G

 H < 0,70×G
 H1 < 0,50×G
Avec :

 H : Contrainte conventionnelle de calcul ;


 N : Contrainte de cisaillement ;
  : Contrainte maximale de cisaillement sous l’effet de rotation ;
G : module d’élasticité transversal.
Contrainte de cisaillement :

 N = 1,5   max

ab 30  40
=
2  t  a  b  2  1,2  30  40
= = 7.14

 max = N max = 144,22  10 2 = 12.02MPa


ab 0,30  0,40

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 186


Etude des appareils d'appuis 2016-2017

 N = 1,5  12.02 = 2.52 MPa


7.14

Distorsion sous déformation lente  H1 :


16.72
 H1 = G U1 = 0,80 =0.372 MPa
T 36
U1 : souplesse différée

Distorsion sous effort dynamique  H 2 :

H2 = H2
ab
1,20  27,273
H2= 1,20  H Bc = =2,98kN
n appuis 11

 H 2 = 2,98  10 3 =0,025 MPa


0 ,3  0 ,4

τH =  H1 + 0,50×  H 2 = 0,372 + 0,50×0,025= 0.385 MPa < 0,70G= 0,56 MPa « Condition
vérifiée »
Contrainte de cisaillement maximale sous l’effet de rotation τα :
G  a 2
τα =
2  t    t
×

Avec
T   0
t =
n
α0 = 3× 10 3 rad : Tablier en béton coulé sur place ; θT =14,758 10 3 rad
n : nombre de feuilles en élastomères
14,758  10 3  3  10 3
t = = 4,44 10 3
4
2
0,8  30 
τα= ×    4,44  10 3 =1.11 Mpa
2  1,2 

Contrainte totale de cisaillement :

H +  N + τα = 0,385+2.52+1,11= 4 MPa < 5×G = 50,80 = 4 MPa « Condition non vérifiée »

2. Condition de non glissement :


H < f × Nmin
H = Hr +1,20 Hfrain + HDCD = 42.89 + 1,20 × 27,27 + 49.17 = 124.784 kN

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 187


Etude des appareils d'appuis 2016-2017

f = 0,10 + 1,5 k f ; avec kf = 0,60 pour le béton


 max

1,5  0 ,60
f = 0,10 + = 0,075
12.02
Nmin = Nper = 368,50 kN
H = 124.784 = 11.344 kN < 0,20 × 368,50 = 73,64 kN « Condition vérifiée »
np 11

3. Condition sur l’épaisseur des frettes :

a   max 300  12.02


ts = 3 mm > = = 2.15mm
  e 7.14  235

IV. Bossage :
1. Pré-dimensionnement :
Le bossage est une surface sur laquelle repose un appareil d’appui. Une distance de débord
minimale de 5cm est exigée de chaque côté. La hauteur est définit entre la face supérieure de
l’appui et l’intrados du tablier, soit au moins de 5cm ; cette condition traduit la possibilité de
visite et de soulèvement aisé du tablier.
Tableau 161: les dimensions de l’appareil d’appui et le bossage
Appareils d’appui a= 30cm b= 40cm
Le bossage a’= 40cm b’= 50cm

2. Acier de frettage :
La répartition des aciers de frettage ce fait de la même façon dans les deux directions, dont la section est
donnée par la formule suivante :

N max
A = 0,04×
f ed
2
A = 0,04× 144 ,22  10 = 1,66cm²
347 ,43

Choix des barres : 5HA8 pour les deux directions d’où A = 2.51 cm²

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 188


Etude des appareils d'appuis 2016-2017

Figure 61: schéma ferraillage appareil d'appui

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 189


Etudes des Éléments de la culée 2016-2017

chapitre 9 : Etude des


Eléments de la culée

Les culées seront dotées d’un ensemble d’éléments, dont l’existence est justifiée par des contraintes
d’ordre géométrique, mécanique et de bon fonctionnement de l’ouvrage. Ce sont :
o Le mur garde grève
o Le mur en retour

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 190


Etudes des Éléments de la culée 2016-2017

o La dalle de transition

Figure 62: éléments de la culée

I. Mur garde grève :


Le mur garde grève a pour fonction de séparer physiquement le remblai de l’ouvrage . Il retient le
remblai derrière le tablier au-dessus du chevêtre tout en assurant l’étanchéité vis-à-vis de ces
dernières. Cet élément permet aussi d'établir des joints de chaussée quelque soit le type de joint
utilisé.
Il est soumis essentiellement à l’action des forces horizontales sur la face arrière de contact avec les
terres : poussée des terres, poussée des charges locales en arrière du mur et des efforts de freinage.
Le mur garde grève comporte une discontinuité réservée à l’appui de la dalle de transition, appelée
corbeau d’appui.

1. Pré-dimensionnement:
 La hauteur du mur est déterminée géométriquement par :
h = hpoutre + happareil,appui + hbossage = 1.35 + 0.045 + 0.05 = 1.45m

 épaisseur
h h
e = max [ 8 ; 0.3m] = max [ 8 ; 0.3m] = 0.30m

L’épaisseur conseillée (Selon SETRA) pour h entre 1 et 3 m est e = 0.30 m


par conséquent on adopte : e = 0.30m

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 191


Etudes de chevêtre 2016-2017

Figure 63: schéma du mur garde grève

2. Calcul des sollicitations


Le mur garde grève est soumis à des forces verticales et horizontales qui produisent des efforts
de flexion et de cisaillement dont les valeurs maximales ont lieu au niveau de la section
d’encastrement dans le chevêtre.

a. Efforts verticaux
Elles comprennent :
 Le poids propre.
 La réaction d’une charge directement applique sur le mur garde – grève
 La réaction d’une dalle de transition éventuelle
Le poids propre et la réaction d’une charge suppose centrées ne créent pas un moment dans le garde
grève. en effet, leur rôle est plutôt favorable vis- à-vis des efforts de flexion dus aux efforts
horizontaux, qui est excentrée d’environ 0,3 m par rapport au plan moyen de mur garde grève . Il en
résulte un moment indépendant de la hauteur du mur garde grève mais dont l’effet vient en
déduction des moments maximaux produit par les forces horizontales.
Pour ses différentes raisons, on peut donc négliger l’effet des forces verticales.

b. Forces horizontales
Elles comprennent :
Poussée des terres :
Moment maximal à l’encastrement dû à la poussée des terres: Mt = Pa × Z (t.m/ml)

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 192


Etudes de chevêtre 2016-2017

Où :
P ∶ Force resultante des pousée des terres
{ a
Z ∶ Bras de levier
on a donc :
1
Pa = × K a × γ × h2
{ 2
1
Z= ×h
3
avec :
Figure 64: Résultante des poussées des terres

 K a ∶ Coefficient de poussée
π φ
Pour un sol purement frottant : Cu=0 K a = tg 2 ( − ) et φ = 30°
4 2

 d'ou : 𝐊 𝐚 = 𝟎. 𝟑𝟑
 γ : poids volumique γ = 2t/m3
 h : hauteur du mur garde grève h = 1.45m
d'ou :
1
Pa = × 0.33 × 2 × 1.452 = 0.694 t/m
2
{ 1 Mt = 0.333t.m/ml
Z = 3 × 1.45 = 0.48m

Avec : le coefficient de pondération : γQ = {1.6 à l′ELU


1.2 à l′ELS

Tableau 162: Moments engendrés de la poussée de terre


Mt(t.m/ml)
ELU ELS
0.53 0.40

poussée d’une charge locale située en arrière de mur garde grève :

La sollicitation engendrée par le camion type (Bc) étant le plus défavorable pour le mur garde grève
dans le domaine considéré (0.5<Hg <3m) que les autres charges telles que le tandem Bt et Mc.
L’effort nominal étant produit par les deux roues arrière de 6tonnes chacune des deux camions
accolés, placés d’une manière telle que les rectangles d’impact soient en contact avec la face arrière

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 193


Etudes de chevêtre 2016-2017

du mur. Les charges réelles (2roues de 6tonnes distantes de 0.5m) sont remplacées par une roue
équivalente uniforme de 12tonnes répartie sur un rectangle de (0.25m 0.75m). Il sera admis que la
pression sur le rectangle d’impact ainsi définit se repartira à 45° latéralement et en arrière du mur.

Figure 65: Répartition transversale et longitudinale de la charge par rapport au mur-garde


grève
Pour une profondeur h, le moment fléchissant d’encastrement à la base du mur garde grève est
donnée par :
h
12 × K h−x
Mp = ∫ dx
0.75 + 2 × h 0 0.25 + x
12 × K
Mp = × [(0.25 × h) × ln(h + 0.25) − (h + 0.25) ln(0.25) − h]
0.75 + 2 × h

Avec : K = Ka × γ × δ × bc ;
γ : Coefficient de pondération. (γ = 1.6 à l'ELU , γ = 1.2 à l'ELS)
δ : Coefficient de majoration dynamique. δ = 1 (les charges sur remblai)

Tableau 163: Moments engendrés par le camion Bc


Mp (t.m/ml)
ELU ELS
1.53 1.15

Force de freinage d’un essieu lourd de camion Bc :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 194


Etudes de chevêtre 2016-2017

On considère un essieu lourd au contact du garde grève et l’on néglige l’effet de l’essieu situé à
1,5m en arrière :

Figure 66: poussée de la charge


6×h
Mf = γ avec : h = 1.45m
0.25+2×h

Avec : le coefficient de pondération : γQ = {1.6 à l′ELU et h = 1.45m


1.2 à l′ELS

Tableau 164: Moments engendrés par les forces de freinage


Mf (t.m/ml)
ELU ELS
4.42 3.31

Moment d’encastrement total :

Mtot = Mt + MP + Mf

Tableau 165: Moments d’encastrements totaux appliqués sur le mur garde-grève


Mtot (t.m/ml)
ELU ELS
6.48 4.86

3. Ferraillage du mur garde-grève


Armatures longitudinales :

Mu 6.48×10−2
 µbu = = = 0.06
bo ×d2 ×fbu 1×0,27²×14,16

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 195


Etudes de chevêtre 2016-2017

𝑓𝑐28
 µlim = 104 µlu = (3440 × 𝜃 × 𝛾) + (49 × ) − 3050
𝜃

104 µlu = (3440× 1.33× 1) + 49  25  - 3050 = 2750


 1 
 µlim = 0.275Mpa > µbu = 0.06Mpa A'=0

 α1 = 1.25 × [1 − √1 − 2μbu ] = 1.25 × [1 − √1 − 2 × 0.06]


 𝛂𝟏 = 0.077

 zbl = d(1 − 0.4 × α1 ) = 0,27 × (1 − 0.4 × 0.077)


 𝐳𝐛𝐥 = 𝟎. 𝟐𝟔𝟎 m
Mu 6.48×10−2
 Au = =
zbl ×fed 0,260×348

 𝐀 𝐮 = 𝟕. 𝟏𝟔 𝐜𝐦²/ml 7HA12 = 7.92 cm2/ml

Condition de non fragilité :

ft28 × b0 × d 2.1 × 1 × 0.27 𝑐𝑚2


Amin = 0.23 × = 0.23 × = 3.26 < Au 𝐜𝐨𝐧𝐝𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐯𝐞𝐫𝐢𝐟𝐢é
fe 400 𝑚𝑙

Tableau 166: Ferraillage mur garde grève


Ferraillage du mur garde grève Face arrière Face avant
Vertical ∅HA12 tous les 15cm ∅HA12 tous les 15cm
Horizontal ∅HA10 tous les 15cm ∅HA10 tous les 15cm

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 196


Etudes de chevêtre 2016-2017

Figure 67: Schéma de ferraillage du mur garde grève

II. Dalle de transition :


1. Rôle
L'intérêt de la dalle de transition est d'atténuer les efforts des dénivellations se produisant entre la
chaussée courante et l’ouvrage d’art, résultant d’un compactage nécessairement imparfait du
remblai ou de légers tassements de ce dernier. Elle permet également de protéger le remblai d'accès
contre l'infiltration des eaux.
D’après les documents SETRA, la dalle de transition est supposée simplement appuyée d’un coté
sur le corbeau de la culée, sur une bande de 0,15m. Elle est mise en place avec une pente de 5% et
de l’autre côté sur le remblai d’accès sur une largeur de 0,60m.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 197


Etudes de chevêtre 2016-2017

Figure 68: Dalle de transition

2. Pré dimensionnement :
 longueur : D = min[6m ; max(3m ; 0.6H)]
Avec H : hauteur du remblai : H = hp - erevêtement = 1.27m D = 3m
 épaisseur : 0.20𝑚 < 𝑒 < 0.30𝑚 l'épaisseur courant : e = 0.30 m
 Largeur d: C'est la même largeur de la chaussée augmentée de 0.50m de chaque côté.
d = Ltab d = 14.5 m

3. Sollicitations :
Charges permanentes:
Gper = gdalle + grevêtement + gremblai
 Poids propre de la dalle : gdalle = 0.3×1×2.5 = 0.75t/ml
 Charge du revêtement : grevêtement = (0.03+0.06)×2.2 = 0.2t/ml
 Gper = 0.95t/ml
2
Gper ×L′c
Moments fléchissants : MG = 8
Gper ×L′c
Efforts tranchants : TG = 2

Avec : 𝐿′𝑐 : longueur de calcul de la table de compression :


0.6 0.3
L′c = D − ( + ) = 0.3 − 0.2 − 0.15 = 2.65m
3 2

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 198


Etudes de chevêtre 2016-2017

Tableau 167: Tableau récapitulatif des efforts du aux charges permanentes


moment fléchissant MG (t.m/ml) effort tranchant TG (t/ml)
ELU ELS ELU ELS
1.126 0.834 1.70 1.26

Surcharge d’exploitation équivalente :


On adopte la disposition des charges Bt qui entraîne les moments maximaux.

Figure 69: Charge Bt appliquée longitudinalement

Moments fléchissant :

Figure 70: Diagramme de calcul des moments

MBt (x) = γQ × ∑ Pi × Yi

La section la plus sollicité est la section x= lc’/2


L′c x(L′c − x) 𝐿′𝑐 2.65
Y( ) = = = = 0.6625𝑚
2 L′c 4 4
𝑌×0.95 0.6625×0.95
𝑌1 = 𝑌2 = = = 0.39m
1.625 1.625

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 199


Etudes de chevêtre 2016-2017

Tableau 168: Moments fléchissants dus aux surcharges


moment fléchissant MBt (t.m/ml)
ELU ELS
19.97 14.98

Efforts tranchants :
L’effort tranchant maximal correspond à la disposition représentée ci –dessous

Figure 71: Diagramme de calcul des efforts tranchants

TBt (x) = γQ × ∑ Pi × Yi
x
Y(x) = 1 −
L′c

Y0=1 et Y1.35=0.49m

Tableau 169: Efforts tranchants dus à la dalle de transition


Effort tranchant TBt (t/ml)
ELU ELS
38.14 28.61

Efforts totaux :
𝑀𝑡𝑜𝑡 = 𝑀𝐺 + 𝑀𝐵𝑡

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 200


Etudes de chevêtre 2016-2017

𝑇𝑡𝑜𝑡 = 𝑇𝐺 + 𝑇𝐵𝑡

Tableau 170: efforts dû à la dalle de transition


Moment fléchissant Mtot (t.m/ml) Effort tranchant Ttot (t/ml)
ELU ELS ELU ELS
21.10 15.81 39.84 29.87

4. Calcul de ferraillage :
Armatures longitudinales :
Mu 21.10×10−2
 µbu = = = 0.20
bo ×d2 ×fbu 1×0,27²×14,16
𝑓𝑐28
 µlim = 104 µlu = (3440 × 𝜃 × 𝛾) + (49 × ) − 3050
𝜃

104 µlu = (3440× 1.33× 1) + 49  25  - 3050 = 2750


 1 
 µlim = 0.275Mpa > µbu = 0.20Mpa A'=0

 α1 = 1.25 × [1 − √1 − 2μbu ] = 1.25 × [1 − √1 − 2 × 0.20]


 𝛂𝟏 = 0.282

 zbl = d(1 − 0.4 × α1 ) = 0,27 × (1 − 0.4 × 0.282)


 𝐳𝐛𝐥 = 𝟎. 𝟐𝟑𝟗 m
Mu 21.10×10−2
 Au = =
zbl ×fed 0,239×348

 𝐀 𝐮 = 𝟐𝟓. 𝟑𝟕 𝐜𝐦²/ml 9HA20 = 28.27 cm2/ml

Armatures transversales :
 Condition relative au poinçonnement sous charge localisée :
Q u × γb
hd ≥
0.045 × uc × fc28
Qu : Charge de calcul vis-à-vis de l'ELU
Q u = γQ × φ × P
P = 16 t ; γb = 1.60 à L′ELU ; φBt : coefficient de majoration dynamique pour le système Bt=1
Qu = 1.6 × 1 × 16 = 25.60t

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 201


Etudes de chevêtre 2016-2017

uc : périmètre du rectangle de répartition


uc = 2 (U+V) = 2(0,935+0,585) = 3.04 m
f = 25 MPa ; γ =1.50
25.6 × 10−2 × 1.5
hd = 0.3m ≥ = 0.11m
0.045 × 3.04 × 25
La condition relative au poinçonnement sous charges localisées est vérifiée.
 Section minimale :
Sens Ly :
12 × h0 ∶ rond lisse
Aymin = { 8 × h0 ∶ Fe400
6 × h0 ∶ Fe500 ou TS
Aymin = 8 × h0 = 8 × 0.3 = 2.4 cm2 /ml
Sens Lx :
Lx 3
α= = = 0.216
Ly 13.9

3−α 3 − 0.216
Axmin = Aymin × = 2.4 × = 3.34cm2 /ml
2 2

 Condition vérifiée pour toutes les armatures

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 202


Etudes de chevêtre 2016-2017

Tableau 171: Schémas de ferraillages de la dalle de transition

III. Corbeau d'appui de la dalle de transition

Le corbeau d'appui a pour fonction de soutenir la dalle de transition

1. Efforts et sollicitations
Le corbeau d'appui est considéré comme une console courte et puisque les consoles courtes sont
justifiées exclusivement aux états-limites ultimes le corbeau d'appui est donc calculé conformément
à l’annexe E.6 du BAEL 91.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 203


Etudes de chevêtre 2016-2017

Figure 72: Schéma du corbeau d'appui

Effet provenant de la dalle de transition :

Le moment de flexion conventionnel dans la section d’encastrement est donné par:


Mu = Vu × a
avec :
 Vu : Charge ponctuelle ou résultante de charge répartie provenant de la dalle de transition
(Vu = 39.84t).
 a : distance d'application de Vu par rapport à la section d’encastrement.( a = 15 cm)
 Mu = 39.84 × 0.15 = 5.98t

Effet provenant de la force de freinage :


L'effort horizontal de freinage d’un Bc à l'ELU est :
1.6 × Mf
Hu = avec ∶
1.2 × hc
hc = 1.45 m
Mf = 4.42 t.m : Moment d’encastrement du mur garde-grève sous une force de freinage d’un
camion lourd Bc.

1.6×4.42
 Hu = 1.2×1.45 = 𝟒. 𝟎𝟔 𝐭

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 204


Etudes de chevêtre 2016-2017

2. Ferraillage du corbeau d'appui


Vérification de la console courte
d = h - e avec e : enrobage = 5 cm d'ou : d = 0.6m -0.05 = 0.55m
d ≥ a et d ≥ d' donc il s'agit d'une console courte

3. Vérification de la contrainte tangentielle

Vu 39.84 τu 0.727
τu = b = = 0.727 MPa τu1 = H = 4.06×10−2
= 0.774 Mpa
0 ×d 0.55 1−0.6 u 1−0.6×
Vu 0.3984

d
τu = min(0.03 × (2 + δ)fc28 ; 4MPa) avec δ = min ( ; 4) = 3.67 → τu = min(4.25MPa ; 4 MPa)
a
 τu = 4 MPa > τu1 = 0.774 MPa ↔ 𝐜𝐨𝐧𝐝𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐯𝐞𝐫𝐢𝐟𝐢é

3. Calcul des aciers


Armatures supérieures
La section d’armatures supérieures lorsqu’il existe un effort horizontal de traction dans le cas de
fissuration préjudiciable est donnée par la formule ci-dessous où 0.9 est un coefficient minoratif sur
la valeur de fe/γs pour l’acier Fe 400.

Mu Hu
Asup = +
f f
0.9 × γe 0.9 × γe
s s

avec :
Z = min[0.7 × d(1 + 0.1 × δ) ; 2.4 × a(0.4 + 0.1δ) ] = min[0.7 × 0.55(1 + 0.1 × 3.7) ; 2.4 ×
0.15(0.4 + 0.1 × 3.7) ] = 𝟎. 𝟐𝟖𝐦

21.10 × 10−2 4.06 × 10−2


Asup = + = 8.03 cm2
400 400
0.9 × 0.9 ×
1.15 1.15
 soit 8HA12 = 9.05 cm2/ml

Armatures inférieures
Asup
Ainf = = 0.803 cm2 soit : 4HA10 = 3.14 cm2/ml
10

Armatures réparties

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 205


Etudes de chevêtre 2016-2017

L’aire totale Ar de la section de ces armatures est donnée par la formule: A A
r

1 𝜏𝑢1 1 0.774
avec : = (𝛿 + 12 × − 1) 𝑜𝑢 ∶ 𝛿 = 3.7 ↔ 4 (3.67 + 12 × 25
− 1) = 0.760 > 0.1
4 𝑓𝑐28

Donc il faut disposer des armatures reparties.


1 1
Il vient donc : ∑ 𝐴𝑟 = ( × Asup ↔ ∑ Ar = (0.76 − ) × 8.03 = 𝟓. 𝟑𝟎𝐜𝐦𝟐 /𝐦𝐥
10 10

 soit : 5HA12 = 5.65 cm2/ml

Figure 73: schéma de ferraillage du corbeau d'appui de dalle de transition

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 206


Etudes de chevêtre 2016-2017

IV. Mur en retour

Le mur en retour a comme fonction d'assurer une excellente tenue des terres dans les
zones latérales du tablier

1. Pré-dimensionnement du mur

Longueur théorique : 2m ≤ L ≤ 6m d′ ou ∶ 𝐋 = 𝟒𝐦
L+2
Epaisseur du mur : dans les cas courants e= = 0.3m
20

Hauteurs : h = 1.45 + 1.2 = 𝟐. 𝟔𝟓𝐦 et h1 = 𝟏. 𝟐𝟎𝐦

Figure 74: Dimensions du mur en retour

2. Détermination des sollicitations


Le mur en retour est soumis aux charges suivantes:
 Poids propre, y compris superstructures.
 Poussée horizontale répartie.
 Charges concentrées vers l’extrémité du mur appliquées à 1 m de l’extrémité théorique du
mur.
Les charges concentrées comprennent conventionnellement une charge verticale de 4 t et une
charge horizontale de 2 t. Elles représentent les actions appliquées en cours de construction, les
poussées sur le mur dues à des charges locales sur le remblai ainsi que les charges accidentelles
appliquées au mur en service.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 207


Etudes de chevêtre 2016-2017

Figure 75: Efforts appliqués sur le mur en retour

Sollicitions dues aux forces verticales


Elles sont dues aux actions du:
Poids propres du mur + Poids des superstructures + Force concentrées verticales
L×h 4×2.67
Effort tranchant : T = 2.5 × × e + 0.3 × L + 4 = 2.5 × + 0.3 × 4 + 4
2 2

 𝐓 = 𝟗. 𝟐𝟎𝟓 𝐭
L2 ×h L2
Moment d'axe horizontal: Mv = 2.5 × × e + 0.3 × + 4(L − 1)
6 2

 𝐌𝐯 = 𝟏𝟗. 𝟕𝟒 𝐭. 𝐦

Sollicitions dues aux forces horizontales


h L×h
Effort tranchant : H = (3 + 0.5) × + 2 ↔ 𝐇 = 𝟗. 𝟒𝟐 𝐭
2
h L2 ×h
Moment d'axe vertical : MH = (3 + 0.5) × + 2(L − 1) ↔ 𝐌𝐇 = 𝟏𝟓. 𝟗𝟎 𝐭. 𝐦
6

3. Ferraillage du mur de retour


Ferraillage des Sollicitions dues aux forces verticales
MH 21.465×10−2
 µbu = = = 0.0022
bo ×d2 ×fbu 1×2.62²×14,16
𝑓𝑐28
 µlim = 104 µlu = (3440 × 𝜃 × 𝛾) + (49 × ) − 3050
𝜃

104 µlu = (3440× 1.35× 1) + 49  25  - 3050 = 2819


 1
 µlim = 0.282Mpa > µbu = 0.0022Mpa A'=0
 α1 = 1.25 × [1 − √1 − 2μbu ] = 1.25 × [1 − √1 − 2 × 0.0022]
 𝛂𝟏 = 0.00275

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 208


Etudes de chevêtre 2016-2017

 zbl = d(1 − 0.4 × α1 ) = 2.62 × (1 − 0.4 × 0.00275)


 𝐳𝐛𝐥 = 𝟐. 𝟔𝟏𝟕 m
Mu 21.465×10−2
 Au = =
zbl ×fed 2.617×348

 𝐀 𝐮 = 𝟐. 𝟑𝟔 𝐜𝐦²/ml
Etant donné le ferraillage calculé très petit On adopte le ferraillage proposé par le document
SETRA, soit alors les armatures suivantes:
Reprise du moment d’axe verticale :
Soit 10 HA20 à disposer comme suit:
h1
 5 HA20 à disposer sur : = 0.3m
4
h1
 5 HA20 à disposer sur : ℎ − = 2.35m
4

Reprise du moment d’axe horizontal : Soit 2 HA20


On doit disposer des armatures transversales dans le sens verticale, il s'agit des cadres verticales
ϕ10 tous les 30 cm.

Figure 76: Schéma ferraillage du mur de retour

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 209


Etudes de chevêtre 2016-2017

chapitre 10 : Etude
des chevêtres

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 210


Etudes de Chevêtre 2016-2017

I. Introduction:
Le chevêtre est une poutre continue recevant du côté du pont les actions provenant du tablier, de la
superstructure et des charges roulantes, et de l’autre côté les actions provenant de la dalle de
transition et de transmettre ses efforts aux piles et au culés par l’intermédiaire des appareils
d’appuis. Elle solidarise l’ensemble des colonnes. Elle permet également de répartir uniformément
les efforts provenant du tablier et supporter les vérins pour soulever le tablier lors du vérinage.

On distingue deux types de chevêtre :

 Chevêtre sur culée


 Chevêtre sur pile intermédiaire

II. Chevêtre sur culée :


Le chevêtre peut être soumis, en plus de son poids propre:

 Mur garde grève


 Dalle de transition
 Tablier lorsqu’il y a des points d’appui qui ne coïncident pas avec les axes des
colonnes, donc le tablier exerce des efforts sur le chevêtre.

1. Pré -dimensionnement :
Hauteur: Hch = 1.20 m.
Lt = 14.50m et e = 0.30m ⇒ Lch = Lt+2e = 15.1 m
Largeur: lch = 1.40m
e = 0.3 m : Epaisseur du mur garde grève.

2. Evaluation de la charge :
2.1. Poids propre :

Soit S la section total du chevêtre y compris le mur de garde grève et le corbeau ; la densité de
charge correspondant est : 1= 2×γb ×S
γb : poids volumique du béton
S = S1 +S2+S3
S1 section du chevêtre:

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 211


Etudes de Chevêtre 2016-2017

S1 = lc ×h =1,40×1,20 =1,68 m²
S2 section mur de garde grève :
S2 = e×h = 0,3×1,45 = 0,435 m²
(0.60+0,30)×0,30
S3 section du corbeau : S3 = = 0,135 m²
2

Section total : S =2,25m²


22.5 t/ml
Tableau 172: poids propre de chevêtre pondéré
Action Coefficient (t/ml)
ELS 1 11,25
ELU 1,35 15,19

2.2. Mur garde grève:


Charges verticale : ce sont les charges produites par les roues du système Bc et Bt ne sont pas
considérées vu qu’il y a une dalle de transition.
Charges horizontales : ce sont l’effet des charges horizontales sur le mur garde grève (freinage,
poussée des terres...)
Mt : moment du à la poussée des terres
Mv : moment du aux charges verticales
Mf : moment du aux forces de freinage

Tableau 173: Récapitulatif des moments sur mur garde grève


Action Mt Mp Mf Total(t/ml)
ELS 0,40 1,15 3,31 4,86
ELU 0,53 1,53 4,42 6,48

a. . Dalle de transition :
Il faut prendre en compte les effets de la dalle de transition pour calculer le chevêtre.
D : Longueur de la dalle de transition ; D = 3m
hD : épaisseur de la dalle de transition ; hD =30 cm
En pratique, la densité de la réaction maximal Δmax au niveau du chevêtre peut être prise égale à :
Δmax = (15+D) en (t/ml)
Δmax = (15+3) =12t/ml

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 212


Etudes de Chevêtre 2016-2017

La densité de la réaction minimale Δmin au niveau du chevêtre correspond à une dalle de transition
non chargée exerçant une action égale à :
Δmin = D×(1,25×hd) = 12×(1,25×0,30) =4,5 (t/ml)
Tableau 174: Réaction du à la dalle de transition
Action max (t/ml) min (t/ml)
ELS 12 4,5
ELU 16.3 6,075

b. Réaction du tablier :
Le tablier n’exerce pas d’effort sur le chevêtre ; mais pour notre cas il y a des appuis qui ne
coïncident pas avec les axes des colonnes, d’où le tablier exerce des efforts sur le chevêtre.
La réaction du tablier est calculée d’après cette formule :
G
Rtab = 2×m

Avec : G = 606.52t et m : nombre de poutre ; m=11


606.52
Rtab = = 27,569 t
2×11

Tableau 175: Récapitulation de la réaction du tablier


Actions Rtablier (t)
ELS 27,569
ELU 37.218

c. Réaction des vérins :


Lorsque le chevêtre n’est pas porteur, les opérations de vérinage créent dans le chevêtre des efforts
tranchants essentiellement qui doivent être pris en compte pour le dimensionnement des chevêtres
(ce qui correspond à notre cas)
G
Rtab =
2×m
606.52
Rtab = = 30.326 t
2×10
Avec : G =606.52 t et m : nombre de vérins ; m=10
Tableau 176: Récapitulation de la réaction du vérin
Actions Rverins (t)
ELS 30.326
ELU 40.940

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 213


Etudes de Chevêtre 2016-2017

3. Moment de flexion longitudinaux et effort tranchant :

Figure 77: Chevêtre sur colonne

Avec :
a : distance entre axe de la colonne de rive et le bord du chevêtre, a = 1.49 m
e : distance entre axe des colonne ; e = 2.98m

Tableau 177: formule de calcul des sollicitations dues aux charges répartie
M <0 M1 𝑎2
- 2
(t.m) M2 𝑎2
-10

M>0 MA 𝑒2
12
(t.m)
MB 𝑒2
12

T (t) Tmax 0,6e

étant la somme des réaction réparties ;1+ max


Δ = 11,25+29,5 = 40,75 t/ml

Tableau 178: sollicitation due aux charges répartie


M<0 M>0
M (t.m) -32,469 21,646
-6,494 21,646
Tmax (t) 52,299

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 214


Etudes de Chevêtre 2016-2017

a. Sollicitations dues à la réaction du tablier :

Le chevêtre sera calculé comme une poutre continue appuyée sur quatre fûts.

Figure 78: Sollicitations de calcul du chevêtre sous l'action de la réaction du tablier

b. Sollicitations dues aux vérins :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 215


Etudes de Chevêtre 2016-2017

Figure 79: Sollicitations de calcul du chevêtre sous l'action des réactions des vérins

Tableau 179: Sollicitations retrouvées dans le chevêtre à l’ELU et l’ELS


Nature de la Sollicitation Moment fléchissant (t.m) Efforts
charge M<0 M>0 tranchant (t)

Réaction du ELS 21,455 8,33 31,12


tablier ELU 28,965 11,244 42,011
Poids propre ELS 24,051 16,034 38,74
ELU 32,469 21,646 52,299
Mur garde grève ELS 0 4,860 0
ELU 0 6,480 0
Réaction du vérin ELS 31,135 10,577 22,161
ELU 42.033 14.28 29,917

Total ELS 76,641 43,504 92,021


ELU 103,463 52,03 124,227

Les formules suivantes sont utilisées pour déterminer les moments de flexion longitudinaux et les
efforts tranchants :

M  M tablier  M M.g.gréve
 G per
M < 0 = - sup ou
 M Gper  M vérin  M M.g.gréve

M  M tablier  M M.g.gréve
 G per
M > 0 = sup ou
 M Gper  M vérin  M M.g.gréve

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 216


Etudes de Chevêtre 2016-2017

T  Ttablier  TM.g.gréve
 G per
T = sup ou
 TGper  Tvérin  TM.g.gréve

Tableau 180: moments de flexion longitudinaux et les efforts tranchants à retenir


Sollicitation Moment (t.m) Effort
tranchant (t)
M<0 M>0 T
ELS 55,186 26,611 69,86
ELU 74,502 35,926 94,31

4. Moment produit par l’excentrement transversal des charges :

a. Détermination des excentrements transversaux :

Figure 80: Excentrements transversaux pour la culée

Eg : Excentricité de garde grève ; Eg=0,55m


Ed : Excentricité de la dalle de transition ; Ed=0,85cm
Dt : distance entre axe des appareils d’appui et le point d’appui de la dalle ; Dt=0,85cm
Ea : Excentricité de l’axe des appareils d’appui ; Ea=0 m
e : Espacement des colonnes ; e = 2.98m
hg : Hauteur de mur garde grève ; hMg = 1,45m

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 217


Etudes de Chevêtre 2016-2017

b. Calcul des efforts :


Tableau 181: Formules de sollicitations produites par l’encastrement transversal des charges.
Charge Mur de garde grève Dalle de Tablier
transition
Flexion Vertical M - 2×Rtablier×Ea
M’ - (15+D)×e×Ed -
Horizontal M 2,50×(hMg+0,50×hchevétre+1)×e - -
M’ -3,50×e - -
Torsion Vertical C - - -
C’ - Ed R×Ea
(15+D)×e×
2
Horizontal C 1,25×(hMg+0,50×hchevétre+1)×e - -
C’ 1, 75e - -

Tableau 182: valeurs de sollicitations produites par l’encastrement transversal des charges
Charge Mur de garde Dalle de transition Tablier Total
grève (t.m) (t.m) (t.m) (t.m)

Flexion Vertical M - - 0 0
M’ - 45,594 - 45,594
Horizontal M 22,7225 - - 22,7225
M’ -10,43 - - -10,43
Torsion Vertical C - - - 0
C’ - 22,797 0 22,797
Horizontal C 7,636 - - 7,636
C’ 5,215 - - 5,215

c. Détermination des efforts extrêmes :


Le moment résultant maximal est donné par la combinaison le plus défavorable : c’est-à-dire la
somme des moments horizontaux et verticaux.
Pour la flexion transversale du chevêtre :

M = maxM ; M '= 28,60; 51,375 = 51,375t.m

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 218


Etudes de Chevêtre 2016-2017

Pour la torsion du chevêtre :

M = maxC ; C'= 14,30; 25,688=25,688 t.m

Tableau 183: Sollicitations dus aux charges excentrées


Action pondération M (t.m) C (t.m)
ELS 1 45,594 22,797
ELU 1.35 61,5519 30,776

4. Calcul du ferraillage du chevêtre :


a. Armature de flexion longitudinale :
Calcul des armatures longitudinales :
 Largeur du chevêtre ; b =1,40 m
 Hauteur du chevêtre ; h = 1,20 m
 Position de l'acier par rapport à la fibre supérieure ; d = 1,15 m
 La contrainte traction de l'acier ; σs =201,63 MPa
 La contrainte de compression du béton ; σbc = 15 Mpa78
 Les sollicitations ; M = 55,186 t.m et T =69,86 t
15  bc 15 15
1 = = = 0,527
15  bc  s 15 15  201,63

Le moment résistant du béton en service

  0,527 
Mrb = 1 × 1 1  1  ×bc ×d2×  = 0,5×0,527 × 1 
3 
× 1.4×1,152 ×15
2  3 bc 
Mrb = 6,0325MN.m

Mrb > Mser = 0,55186MN.m; alors Asc = 0


M ser 0,55186
μs = =  = 0,0015
b  d  s
2
1,40 1,152  201,63
40 s  1 15
Zb1= 15 d = × 1,15× 40  0,0015  1 = 1,1m
16 54 s  1 16 54  0,0015  1
Mser
Aser = = 0,55186  10 4 = 24,8 cm2
Zb1  s 1,1 201,63

 Soit : 6HA16 + 6HA16

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 219


Etudes de Chevêtre 2016-2017

Vérification de la condition de non-fragilité (section rectangulaire) :


2,1  1,40  1,15
Amin = 0,23 × f t 28b c  d =0,23 × = 19,44cm²
fe 400
Amin = 19,44 cm² < Aser = 21,16cm² : Condition vérifiée
Armature transversales :

- Vérification du béton :
T = 0,5901 MN ; Tu = 0,7666MN
 Contrainte tangentielle conventionnelle :
τu = Vu = 0,7666 =0,53Mpa
0,90  d  b c 0,90  1,15  1,40
 Vérification du béton :
𝑓𝑐28
0,15 × = 3,26 MPa
τlim = min{ γb = 2,5 Mpa
4 𝑀𝑝𝑎
τlim= 2,50 Mpa > τu=0,53Mpa ; on utilise les armatures d’âme droit α = 90ᵒ
 armatures d’âme
At

 u  0,3  k  f t 28   b c
St 0,90  cos   sin    f ed
f ed
Avec fissuration très préjudiciable, k =0. Et fe = ;
1,15
At 0,7666  0,3  0  2,1140
≥ = 0,343 cm²/m
St 0,90  1 347,83
 pourcentage minimal
At
≥ b c  0,40 = 140  0,40 = 0,02 cm²/m < 0,343 cm²/m La condition est vérifiée
St f ed 400
 diamètre des armatures d’âme
Ɵt ≤ min  l  16mm; h  34,30mm; b c  14mm
 35 10 
Ɵ t= 12mm
 Espacement :
Soit: St = 15cm

b. Calcul des armatures de flexion transversale :


Largeur du chevêtre ; b =1,20 m
Hauteur du chevêtre ; h = 1,40 m
Position de l'acier par rapport à la fibre supérieure ; d = 1,35 m
La contrainte traction de l'acier ; σs =201,63 MPa
La contrainte de compression du béton ; σbc = 15 MPa
Les sollicitations ; M = 45,594 t.m

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 220


Etudes de Chevêtre 2016-2017

15  bc 15 15
1 = = = 0,527
15  bc  s 15 15  201,63

Le moment résistant du béton en service

  0,527 
Mrb = 1 × 1 1  1  ×bc ×d2×  = 0,5×0,527 × 1 
3 
× 1.20×1,352 ×15
2  3 bc 
Mrb = 7,126MN.m

Mrb > Mser = 0,51375 MN.m; alors les armatures comprimée ne sont pas nécessaire; Asc = 0
M ser 0.45594
μs = =  = 0,0010
b  d 2  s 1,20  1,35 2  201,63
40 s  1 15
Zb1= 15 d = × 1,35× 40  0,0010  1 = 1,25m
16 54 s  1 16 54  0,0010  1

Mser
Aser = = 0,45594 10 4 = 18,1cm2
Zb1  s 1,25  201,63

 Soit : 16HA16 +6HA14 avec A = 21,23cm2

Vérification de la condition de non-fragilité (section rectangulaire) :

2,1  1,20  1,35


Amin = 0,23 × f t 28b c  d =0,23 × = 19,56cm²
fe 400

Amin = 19,56 cm² > Aser = 18,46cm² : Condition non vérifiée

Aser = Amin = 19,56 cm2

c. Armature de torsion :

Figure 81: Schéma mécanique chevêtre

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 221


Etudes de Chevêtre 2016-2017

Pour la détermination du ferraillage nécessaire pour résister aux efforts de torsion, on considérera
une section en forme de rectangle ayant la hauteur du chevêtre et dont la largeur lt est limitée à la
somme du diamètre des colonnes et de la hauteur du chevêtre.
lt = +h si lc > +hc
lt = lc si lc < +hc
m et hc=1,20m
lt = lc= 1,40 m

Figure 82: Section équivalente

a h 1,40
 Epaisseur de la paroi mince ; b0 = = = =0,233m
6 6 6
 Aire moyenne ;  a  b o  × l t  b o  = 1,20  0,233  × 1,40  0.233  =1,285m²
 Périmètre ; U= 2× a  b o   l t  b o  = 2× 1,20  0,233  1,40  0,233  = 4,268m
 C couple de torsion à l’ELU ; C = 30,776t.m

Soit :
 uv: Contrainte tangente due à l’effort tranchant Tu
 ut: Contrainte tangente due au couple de torsion
Il faut vérifier que :  uv  +  ut  ≤  lim 
2 2 2

 uv 2 = 0,532 =0,2809
2 2
ut 2 =  c   0,30776 
 =  =0,264
 2    b o   2  1, 285  0, 233 
0,2809+0,264= 0,5449 ≤ 2,50  =6,25 ; condition vérifiée
2

Armatures longitudinales :
0,30776  4,268 1,15
Section d’acier de torsion : a= C  U   s = × 10 4 =14,69cm²
2    fe 2 1,285  400
Soit 8HA16 / ml

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 222


Etudes de Chevêtre 2016-2017

0,4  0,233  4,268


Section d’acier minimal: Amin= 0,4  b o  U = × 10 4 =9,94cm²
fe 400
Armatures transversales :

A t = 0,6  c   s = 0,6  0,30776  1,15 × 10 4 = 3,79cm²/ml


St a  b b o  f e 1,20  1,40  0,233  400

 At  0,4  1,40
  = 0,4  b o = × 10 4 =14 cm²/ml
 St  min fe 400

Tableau 11.11 : Section d’armature du chevêtre sur culée

Armature Longitudinales transversales


nappe supérieure 6HA16 + 6HA 14 1 cadre + 4 étriers HA12
Flexion
nappe inférieure 6 HA16 + 6 HA 16
torsion 8HA16 1 cadre + 2 épingles
HA12

Figure 83:ferraillage du chevêtre sur culée

III. Chevêtre sur appui intermédiaire :


1. Pré-dimensionnement :
Longueur du chevêtre : L= 14.50 m
Largeur du chevêtre : l= 1.50 m
Hauteur du chevêtre : h= 1 ,20 m

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 223


Etudes de Chevêtre 2016-2017

2. Evaluation de la charge :
a. . Poids propre :
Soit S la section total du chevêtre : 1 b S Avec :
 poids volumique du béton b
 S = 1,20×1,50 = 1,80m²
γ ×S = 2,51,80 = 4.5 t/ml

Tableau 11.12 : poids propre de chevêtre pondéré


Actions coefficient (t/ml)
ELS  
ELU  

b. Réaction du tablier :
Les points d’appui du tablier ne coïncident pas avec les axes des colonnes, donc le tablier exerce
des efforts sur le chevêtre. Les réactions du tablier sur le chevêtre sont des charges concentrées
telles que :
R’tablier = 2×R tablier ; avec: Rtablier déjà calculé pour le chevêtre sur culée

Tableau 11.13 : réaction du tablier du chevêtre sur appui intermédiaire

Action Rtablier (t) R’ (t)


ELS 27,197 54,394
ELU 36,716 73,432

Figure 84: Schéma statique du chevêtre

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 224


Etudes de Chevêtre 2016-2017

Figure 85: calcul des sollicitations (effort tranchant) dû à la réaction du tablier

Figure 86: Calcul des sollicitations (moments fléchissant) dû à la réaction du tablier

Tableau 184: Récapitulation des sollicitations retrouvées dans le chevêtre


Moments maximums Moments maximums Effort tranchants
En appui (t.m) En travée (t.m) Maximums (t)
ELS 67,467 26,146 99,362
ELU 91.080 35.297 134.139

c. . Réaction du vérin :
La force concentrée exercée sur le chevêtre est égale à deux fois la réaction d’un vérin
Rvérin = 2×Rvérin
Tableau 185: Récapitulation de la réaction du vérin (chevêtre sur appui intermédiaire)
action Rvérin (t) R’vérin (t)
ELS 29,917 59,834
ELU 40,388 80,776

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 225


Etudes de Chevêtre 2016-2017

Figure 87: Schéma mécanique du chevêtre

Figure 88: Calcul des sollicitations(effort tranchant) dû à la réaction du vérin)

Figure 89: Calcul des sollicitations (moment fléchissant) dû à la réaction du vérin

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 226


Etudes de Chevêtre 2016-2017

Tableau 186: Récapitulation de sollicitation retrouvée dans le chevêtre pour phase de vérinage
Moments maximums Moments maximums Effort tranchants
En appui (t.m) En travée (t.m) Maximums (t)
ELS 82,402 24,937 61,729
ELU 111,143 33,665 83,334

3. Moments produit par l’excentrement transversal des charges :

Le moment de torsion dans la section d'encastrement du chevêtre sur la colonne est maximal
si la réaction au niveau de l'un des appareils d'appui est maximale et elle est minimale dans l'autre
cas.
L’excentricité de la réaction du tablier est Er =0.4m

Figure 90: Illustration de l'état de charge du chevêtre intermédiaire

Tableau 187: Réactions du tablier au niveau de l'appareil d'appui


Réaction du tablier Rmax (t) Rmin (t)
ELS 59,834 29,917
ELU 80,776 40,388

Les moments de flexion transversal et celui de torsion sont donnés par le tableau suivant :

Avec :
 R= Rmax-Rmin
 Ctablier =R×Er
 Mtablier =2× R×Er

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 227


Etudes de Chevêtre 2016-2017

Tableau 188: Valeur des sollicitations produites par l’excentrement transversal des charges
moments M (t.m) C (t.m)
ELS 23,934 11,967
ELU 32,31 16,155

4. Calcul du ferraillage du chevêtre :


a. Armature de flexion longitudinale :
Calcule des armatures longitudinales :
Largeur du chevêtre ; b =1,50 m
Hauteur du chevêtre ; h = 1,20 m
Position de l'acier par rapport à la fibre supérieure ; d = 1,15 m
La contrainte traction de l'acier ; σs =201,63 MPa
La contrainte de compression du béton ; σbc = 15 MPa
Les sollicitations ; M = 82,402t.m et T = 61,729t

α = 0.527
15  bc 15 15
1 = = = 0,527
15  bc  s 15 15  201,63
Le moment résistant du béton en service
  0,527 
Mrb = 1 × 1 1  1  ×bc ×d2×  = 0,5×0,527 × 1   × 1.20×1,152 ×15
2  3  bc  3 
Mrb = 5,171MN.m
Mrb > Mser = 0,82402 MN.m; alors les armatures comprimée ne sont pas nécessaire; Asc = 0
M ser 0,82402
μs = =  = 0,0021
b  d  s
2
1,50 1,152  201,63
40 s  1 15
Zb1= 15 d = × 1,15× 40  0,0021  1 = 1,05m
16 54 s  1 16 54  0,0021  1
Mser
Aser = = 0,82402  10 4 = 38,92cm2
Zb1  s 1,05  201,63
Soit donc Soit donc 14HA20 avec A = 44 cm2

Vérification de la condition de non-fragilité (section rectangulaire) :


2,1  1,50  1,15
Amin = 0,23 × f t 28b c  d =0,23 × = 20,83cm²
fe 400
Amin = 20,83 cm² < Aser = 38,92cm² : Condition vérifiée

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 228


Etudes de Chevêtre 2016-2017

Vérification de la condition de non-fragilité (section rectangulaire) :

2,1  1,50  1,15


Amin = 0,23 × f t 28b c  d =0,23 × = 20,83cm²
fe 400

Amin = 20,83 cm² < Aser = 43,62cm² : Condition vérifiée

b. . Armature de flexion transversale :


Largeur du chevêtre ; b =1,20 m
Hauteur du chevêtre ; h = 1,50 m
Position de l'acier par rapport à la fibre supérieure ; d = 1,45 m
La contrainte traction de l'acier ; σs =201,63 MPa
La contrainte de compression du béton ; σbc = 15 MPa
α = 0.527
Les sollicitations ; M = 23,934 t.m
15  bc 15 15
1 = = = 0,527
15  bc  s 15 15  201,63
Le moment résistant du béton en service
  0,527 
Mrb = 1 × 1 1  1  ×bc ×d2×  = 0,5×0,527 × 1   × 1.20×1,352 ×15
2  3  bc  3 
Mrb = 7,126MN.m
Mrb > Mser = 0,2175 MN.m; alors les armatures comprimée ne sont pas nécessaire; Asc = 0
M ser 0,23934
μs = =  = 0,00047
b  d 2  s 1,20 1,452  201,63
40 s  1 15
Zb1= 15 d = × 1,45× 40  0,00047  1 = 1,351m
16 54 s  1 16 54  0,00047  1
Mser 0,23934
10 4 = 8,79cm
2
Aser = =
Zb1  s 1,351 201,63
Vérification de la condition de non-fragilité (section rectangulaire) :
2,1  1,20  1,45
Amin = 0,23 × f t 28b c  d =0,23 × = 21,101cm²
fe 400
Amin = 21,101 cm² > Aser = 8,79cm² : Condition non vérifiée
Aser=Amin = 21,101 cm²
Soit donc Soit donc 7HA20 avec A = 22 cm2

c. Armatures de torsion :
lt = +h si lc > +hc

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 229


Etudes de Chevêtre 2016-2017

lt = lc si lc < +hc
m et hc=1,20m
lt = lc= 1,50 m
a h 1,20
 Epaisseur de la paroi mince ; b0 = = = =0,2m
6 6 6
 Aire moyenne ;  a  b o  × l t  b o  = 1,20  0,2 × 1,50  0.2 =1,3m²
 Périmètre ; U= 2× a  b o   l t  b o  = 2× 1,20  0,20   1,40  0,20  =4,4m
 C couple de torsion à l’ELU ; C = 10,874 t.m

Armatures longitudinales :
Section d’acier de torsion : a= C  U   s = 0,10874  4,4 1,15 × 10 4 =5,30cm²
2    fe 2 1,3  400
0,4  0,20  4,4
Section d’acier minimal : Amin= 0,4  b o  U = × 10 4 =8,8cm²
fe 400
Amin = 8,80 cm² > Aser = 5,30 cm²
Aser=Amin = 8,80 cm²
 Soit : 4HA16 / ml

Armature transversale :
At
= 0,6  c   s = 0,6  0,10874 1,15 × 10 4 = 1,2cm²/ml
St a  b  b o   f e 1,20  1,50  0,20  400

 At  0,4  1,40
  = 0,4  b o = × 10 4 =12 cm²/ml
 t  min
S f e 400

l  20 mm

t  min  h  34,28mm
 35
b
10  150 mm

Soit 1cadre 12 et 7 étriers 12
 Disposition des armatures transversales :
L’espacement minimal est donnée par la condition : St < min (0.9d = 108cm ; 40cm) = 40cm.
Soit St =15cm

Tableau 189: Section d'armature du chevêtre sur appui intermédiaires


Armature Longitudinales transversales
nappe supérieure 7HA20 1 cadre + 7 étriers HA12
Flexion
nappe inférieure 14HA20
torsion 4HA16 1 cadre + 2 épingles
HA12

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 230


Etudes de Chevêtre 2016-2017

Figure 91: schéma de ferraillage du chevêtre intermédiaire

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 231


Etudes des colonnes 2016-2017

chapitre 11 : Etude
des colonnes

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 232


Etudes des colonnes 2016-2017

Les appuis ont pour but de transmettre les descentes des charges à la fondation, ils sont reliés à la
partie supérieure par l'intermédiaire des chevêtres. Le dimensionnement des appuis colonnes d'un
pont nécessite la connaissance des efforts qui lui sont appliqués, ces efforts sont repartis en fonction
de la rigidité de chaque appui.

I. Souplesse et rigidité des appuis

1
La rigidité de l'appui est donné par : R =
S
s : Déplacement de la tête d'appui sous l'action d'une force horizontale unitaire.
S = U1 + U2 + U3 avec :

 U1 : Distorsion de l'appareil d'appui.


 U2 : Déformation du corps de l'appui.
 U3 : Déformation de la fondation.

1. Souplesse de l'appareil d'appui


On considère que les appareils d'appui sont identiques pour toutes les piles et culés.

La souplesse d'un appareil d'appui est donnée par:

T
U1 =
na × G × a × b

T : Epaisseur de l'élastomère.

a et b : Dimensions de l'appareil d'appui.

na : Nombre des appareils d'appui par ligne d’appui.

G : Module d'élasticité transversale de l'élastomère. Ginst = 1.8MPa ; Gdiff = 0.9MPa.

Tableau 190: Souplesse des appareils d'appui


Appui Pile
Instantané 0.00758
𝐔𝟏 .10-3 (m/t)
Différé 0.0151

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 233


Etudes des colonnes 2016-2017

2. Souplesse de l'appui
On considère l'ensemble colonne-chevêtre comme étant un seul élément rigide encastrée dans la
fondation. Les culées sont entièrement noyée dans les remblais d'accès, elles sont donc considérées
infiniment rigides (pas de déplacement) et seule les appareils d'appui qui se déforment.

Le déplacement des appuis est donné par :


u + Cθ
U2 = avec ∶
n
l3 C×l2
u : déplacement en tête de colonne u = 3EI + 2EI

C : hauteur de chevêtre.
n : nombre des colonnes.
l2 C×l
θ : Rotation en tête de colonne. θ = 2EI + EI

l : la hauteur de l'appui.
E : module d'élasticité du béton : Ei = 32164.20 MPa ; Ed = 10818.86 MPa
I : Inertie des colonnes, I = 0.05 m4.
Tableau 191: Déformation de l'appui
Appui Pile
Instantané 0.03219
𝐔𝟐 .10-3 (m/t)
Différé 0.01051

3. Souplesse de la fondation
La fondation est supposée est infiniment rigide c'est-à dire sans déformation, d'ou U3 = 0.

Tableau 192: Souplesses et rigidités résultantes


Appui Pile
Instantané S (m/t) 0.03977
R (t/m) 25.14
Différé S (m/t) 0.02561
R (t/m) 39.05

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 234


Etudes des colonnes 2016-2017

II. Etudes des piles


1. Evaluations des efforts horizontaux
 Efforts horizontaux de freinage:

FR i
H= avec F: Force appliqué au niveau des appuis.
∑ Ri
 Charge Bc : Freinage d'un camion Bc : FBC = 30t.
 Charge AL : FAL = 16.21 t (Voir chapitre appareil d'appui).

Tableau 193: Efforts de freinage


Appui Pile
HAL (t) 1.473
HBC (t) 2.727

 Efforts horizontaux de retrait et température:


 Effort horizontal du au retrait :

R d × Ur
Hret = Avec ∶ U r = 8.36 mm , n = 5 ∶ nombre des colonnes
n
 Effort horizontal dû à la température de longue durée :
R d × Ut
Ht,Ld =
n
 Effort horizontal dû à la température de courte durée :
R i × Ut
Ht,Cd =
n
Tableau 194: Efforts de retrait et température
Appui Pile
Hret (t) 4.289
Ht,Ld (t) 1.838
Ht,Cd (t) 4.917

Tableau 195: Récapitulatif des efforts horizontaux


Appui HBc(t) HAL (t) Ht,Cd (t) Ht,Ld (t) Hret (t)
pile 2.727 1.473 4.917 1.838 4.289

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 235


Etudes des colonnes 2016-2017

III. Etude de la pile intermédiaire


 Evaluation des charges verticales par fûts
Pour les efforts permanents minimaux et maximaux Gmax et Gmin, leurs sollicitations sont
déterminées comme suit :
Gmax = 1.03 Gper
{ avec:
Gmin = 0.97 Gper

 Gper : L’effort au pied de la colonne dû aux charges permanentes


Gper = g per + Pp.c + Pp.che
πD2
 Poids du fût : Pp.c = ( ) × h × 2.5 ou h = 5m (hauteur colonne) et D = 1 m
4

o Pp.c = 9.82 𝑡
 Poids du tablier : g per = R tablier × 2 = 55.138 t
14.5×1.5×1.2×2.5
 Poids du chevêtre : Pp.che = = 13.05 𝑡
5

Tableau 196: Valeur des charges appliquées sur l'appui intermédiaire


Charge totale par fût
Désignation ELS (t) ELU (t)
Tablier 55.138 74.436
Fût 9.82 13.257
Chevêtre 13.05 17.617
Gmax 80.348 108.469
Gmin 75.668 102.151

 Charges horizontales :
Force de freinage:
 Charge Bc : Freinage d'un camion Bc : FBC = 30t. (le cas le plus défavorable).
 Charge AL : FAL = 16.21 t (tout l’ouvrage est chargé)
Tableau 197: Charges nécessaires pour les combinaisons
Sollicitations Effort vertical V(t) Effort horizontal H(t)
ELS ELU
Gmax 80.348 108.469 -
Gmin 75.668 102.151 -

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 236


Etudes des colonnes 2016-2017

Al 19.08 25.44 -
Bc 80.53 107.37 -
Mc120 14.19 19.16 -
FAl - 16.209
HBc - 2.727
Hretrait - 4.289
Ht,Cd - 4.917
Ht,Ld - 1.838

1. Combinaisons des charges


A l'ELS:
 C1= Gmax + Hretrait
 C2 = C1 + 1.2 ( AL + HAL ) +0.6 Ht,Ld
 C3= C1+1.2 ( Bc + HBc ) + 0.6 Ht,Ld
 C4 = C1 + Mc120 + 0.6 Ht,Ld
 C5 = Gmin + Hretrait + Ht,Cd
A l'ELU:
 C6 = 1.35 C1 + 1.6(AL+ H AL) + 0.78 Ht,Ld
 C7 = 1.35 C1+1.6 ( Bc + HBc ) +0.78 Ht,Ld
 C8 = C1 + 1.35 Mc120 + 0.78 Ht,Ld
 C9 = Gmin + Hretrait + 1.35 Ht,Cd
Les combinaisons les plus défavorables sont: C3 à ELS et C7 à ELU.
Tableau 198: Sollicitations du calcul de l'appui intermédiaire
N (t) H (t) M (t.m)
ELS 176.984 8.664 17.6984
ELU 237.318 11.587 28.47816

2. Dimensionnement du fût
Les colonnes sont sollicitées à la flexion composée on se rapportera donc aux abaques de flexion
composée. Le Leur dimensionnement sera effectué à l'ELU et la vérifié à ELS.
Vérification vis-à-vis du flambement:
On vérifie que :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 237


Etudes des colonnes 2016-2017

lf ea + e0
≤ max (15 , 20 ) avec ∶
D D
 lf : Longueur de flambement. lf = 0.7 × h = 3.5 m
 h : hauteur de la pile. l = 5 m
 D : Diamètre de la pile. D = 1 m
Mu l
 e0 : Excentricité. e0 = = 0.12 m et ea = sup (2cm ; ) = 0.02 m
Nu 250

lf
= 3.5 ≤ 15 ⇒ Il n′y a pas risque pas de flambement.
D

Ferraillage:
La section sera justifiée en flexion composée en remplaçant l'excentricité par une autre majorée tel
que:
maj
Mu = emaj × Nu avec ∶
3l2f (2 + α × ∅) 3 × 3.52 (2 + 0.824 × 0.032)
emaj = e0 + ea + e2 ; e2 = = = 7.45 × 10−3 m
104 × D 104 × 1
 emaj = 0.147 m
maj
Mu = emaj × Nu = 0.147 × 237.318 = 𝟑𝟒. 𝟖𝟖𝟔 𝐭 . 𝐦

 Armatures longitudinales:
Pour le dimensionnement des armatures de flexion on se ramène aux Abaques à 1'ELU dont les
variables d'entrée sont :
0.85fc28 0.85×30
 fbc = = = 17 MPa
γb 1.5
moj
4Mu 4×0.34886
 μG = = = 0.03
πD3 fbc π×13 ×17
4Nu 4×2.37318
 ν= = = 0.18
πD2 fbc π×13 ×17
4Afe
ρ= = 0.25 (d'après l'abaque de dimensionnement à l'ELU d'une section circulaire
γs πD2 fbc

partiellement comprimé)

 As = 95.97 cm2 d'ou le Choix des aciers : 12HA32 = 96.51 cm2

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 238


Etudes des colonnes 2016-2017

Tableau 199: Abaque de dimensionnement à l'ELU d'une section circulaire partiellement comprimé

 Armatures transversales:
Conformément aux instructions de SETRA, on dispose des cerces HA12 tous les 30 cm et 15 cm
dans les zones de recouvrement des armatures verticaux.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 239


Etudes des colonnes 2016-2017

Figure 92: Schéma de ferraillage des colonnes

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 240


Etude de la Fondation 2016-2017

Chapitre 12 : Etude
de la fondation

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 241


Etude de la Fondation 2016-2017

I. Analyse géotechnique
Dans le cadre de « l’étude de l’autoroute Magrébine liaison Gabes-Ras Jedir », SCET/DIT a
confié à GETU (Géotechnique Tunisie) l’exécution d’une campagne de reconnaissance
géotechnique. Ce chapitre s’étudie avec les résultats de la campagne d’investigation réalisée au
niveau d’Oued El Fard. Conformément au plan d’implantation, la campagne de reconnaissance a
comporté l’exécution de :
 Deux sondage carotté, désigne par SC1 et SC2 de 25m de profondeur de chacun avec
prélèvement d’échantillonnage pour analyse au laboratoire.
 Trois sondages pressiométriques, désignes par SP1, SP2 et SP3 de 25m de profondeur
chacun avec réalisation des essais pressiométriques tous les mètres.

1. Au laboratoire
Les échantillons prélevés ont fait l’objet des essais au laboratoire :
 D’identification : granulométrique, sédimentométrique, Ɣh, Ɣd, Ɣs, limites d’Atterberg,
teneur en eau ;
 Analyses chimiques : pourcentages en sulfates.

2. Matériels utilisés :
 Sondage sur chenille type « S-750» ;
 Pressiométre APAGEO type « Ménard» avec des sondes BX60 ;
 Carottiers simples et doubles de diamètre 101mm ;
 Tricône 3mm.

3. Procèdes opérations et principes des essais :


A l’in-situ :
 Sondages carottés et prélèvement d’échantillons : réalisés suivant la norme XP P94-
202
 Sondages pressiométriques : réalisés selon la norme NF P 94-110
Au laboratoire :
 Teneur en eau : déterminé suivant la norme NF P P94-050
 Poids volumique : déterminé suivant la norme NF P94-053
 Poids spécifique: déterminé suivant la norme NF P94-054
 Analyse granulométrique par tamisage et sédimentation : réalisé suivant les normes
NF P94-056 et NF P94-057

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 242


Etude de la Fondation 2016-2017

 Limites d’Atterberg : d »terminé suivant la norme NF P94-051 ;


Pour le dimensionnement des fondations à partir du Pressiométre Ménard, le fascicule 62 - Titre V
définit les catégories conventionnelles des sols en fonction de la pression limite
Pl* mesurée par le Pressiométre Ménard.

Le tableau ci-après nous permet de faire la classification du sol.

Tableau 200: Classification des sols


Coefficient de portance (Kp)
Eléments mis en Eléments mis en
Classe du sol Description Pl * œuvre sans œuvre avec
(MPa) refoulement du sol refoulement du sol
Argiles, A Argile et limon mous < 0.7 1,1 1,4
Limons B Argile et limon fermes 1.2 - 2.0 1,2 1,5
C Argile très fermes à > 2.5 1,3 1,6
dures
Sables, A Lâche < 0.5 1,0 4,2
Graves B Moyennement compacts 1.0 - 2.0 1,1 3,7
C Compacts > 2.5 1,2 3,2
Craies A Molles < 0.7 1,1 1,6
B Altérées 1.0 - 2.5 1,4 2,2
C Compacts > 3.0 1,8 2,6
Marnes, A tendres 1.5 - 4.0 1,8 2,6
marno- B Compacts > 4.5 1,8 2,6
calcaires
Roches 1,1 à 1,8 1,8 à 3,2
alterées (*)
(*) la valeur Kp pour cette formation est prise égale à celle de la formation meuble du tableau à
laquelle le matériau est concerné s’apparente le plus.

Les résultats de la compagne géotechnique montrent qu’il s’agit d’un sol de moyennes
caractéristiques mécaniques

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 243


Etude de la Fondation 2016-2017

Tableau 201: Caractéristiques mécaniques du sol (SP1)


Profondeurs (m) Désignation des couches
1,4 Sable fin à galets de calcaire de diamètre millimétriques à centimétriques
3,7 galets de calcaire de diamètre millimétriques à centimétriques
5,0 Argile siliteuse légèrement graveleuse brunâtre
5,3 Tuf calcaire blanchâtre
6 Sable tufeux blanchâtre
6,8 Tuf calcaire blanchâtre à galets de calcaire par endroits
10,0 Argile brunâtre légèrement graveleux par endroits
15 Tuf calcaire blanchâtre à passage argileux par endroits
20 Silt argilo-tuffeux belge à blanchâtre
25 Argile siliteuse belge à brunâtre

Voici les résultats du sondage pressiométriques SP1 :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 244


Etude de la Fondation 2016-2017

Figure 93:Tableau des résultats des essais pressiométriques

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 245


Etude de la Fondation 2016-2017

Tableau 202: Sondage pressiométriques SP1


Profondeur Module EP Pl * Profondeur Description classe
(m) (MPa) (MPa) (m)
1 10,5 0,69 Sable fin à galets de
2 16,1 1,06 1,4 calcaire

3 18,4 1,22 3,7 galets de calcaire

4 21,2 1,45 Argile silteuse


2,13 5,0
5 42,1
2,28 5,3 Tuf calcaire blanchâtre
6 44,7 6 Sable tufeux blanchâtre

Tuf calcaire blanchâtre à


7 46,0 2,35 6,8 galets de calcaire

8 43,1 2,23
9 39,4 2,12 10 Argile brunâtre

10 41,0 2,13
11 49,9 2,50
12 48,9 2,46
13 45,6 2,38 15 Tuf calcaire blanchâtre à

14 44,3 2,32 passage argileux

15 46,0 2,41
16 44,9 2,36
17 41,3 2,21
18 45,1 2,39 20 Silt argilo-tuffeux belge

19 42,7 2,29 à blanchâtre

20 42,5 2,30
21 45,0 2,44
22 47,2 2,50

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 246


Etude de la Fondation 2016-2017

23 49,3 2,60 25 Silt argilo-tuffeux belge


24 54,0 2,79 à blanchâtre
25 52,9 2,75

II. Dimensionnement des pieux par la méthode pressiométriques


La force portante d’un pieu est la somme de deux termes : la résistance en pointe et la résistance
due au frottement latéral. Pour des raisons de sécurité, on multiplie chacun de ces termes par un
coefficient de sécurité pour obtenir la charge admissible du pieu.
• La charge limite d’un pieu est donnée par :Ql Qpu Qsu
• La charge de fluage d’un pieu est donnée par Qc 0.5 Qpu 0.7Qsu
Qpu : terme de pointe
Qpu= qpu S


q p  K P  Ple

Avec : 

S  section du pieu
Dans ce qui suit, nous allons utiliser deux diamètres différents pour les pieux :
Ø = 1000 mm; Ø = 1200 mm
Tableau 203: S = f (Ø)
Ø (m) 1 1,2
S (m²) 0.79 1,13

1. Détermination de la contrainte limite de pointe qpu


Le fascicule 62 titre V définit une hauteur d’encastrement équivalente De selon la formule suivante
:
1 D
De=
Ple  d pl  (z).dz
Avec :
- pl*e : pression limite nette équivalente
- pl*(z) : pression limite nette à la profondeur z
- d : pris en général égal à 0
- D : hauteur d’encastrement réelle du pieu

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 247


Etude de la Fondation 2016-2017

1 D3a

b  3a Db l
 Ple * : pression limite nette équivalente donnée par : pl*e = p *(z).dz

Avec :
B
a= , si B> 1m
2

a = 0,5m sinon
b : min (a, h)
h: ancrage dans la couche où se situe la pointe du pieu
La contrainte limite de pointe qpu est donnée par la formule :
Qsu= Σ qsu × A
Avec :
- A = π×R
- qs : Frottement latéral unitaire le long du fût du pieu déterminé à partir de la classe du sol
et de type de pieu, on travaille sur un pieu foré à la boue.
La contrainte limite de pointe qpu est donnée par la formule :
Qpu =Kp× pl*e
kp est appelé coefficient de portance. Il traduit la proportionnalité entre la contrainte limite de
pointe et la pression limite nette équivalente mesurée au Pressiométre.

Figure 94: Encastrement d'un pieu dans le sol

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 248


Etude de la Fondation 2016-2017

III. Combinaison et vérification


Pour la vérification des pieux on a dû recourir aux règles du fascicule 62 Titre V qui tient compte
des combinaisons de charge et qui sont les suivante :
A l’E.L.S., selon le fascicule 62, il est fait référence à la charge de fluage notée Qc.

Tableau 204: Charge de fluage notée Qc


Charge de fluage en Charge de fluage en
compression traction
Pieux forés Qc = 0.5 Qpu + 0.7 Qsu
Qtc = 0.7 Qsu
Pieux battus Qc = 0.7 Qpu + 0.7 Qsu

Les valeurs des charges admissibles sont données dans le tableau ci-dessous :

Tableau 205: Combinaison de vérification d'un pieu isolé


Etat limites combinaisons Traction Qmin Compression Qmax
ELS fondamentales Qtu Qu

1,40 1,40
accidentelles Qtu Qu

1,30 1,20
ELU Rares Qtc Qc

1,40 1,20
Quasi-permanentes 0(1) Qu
1,40

La vérification vis à vis des états limites ultimes est donc faite par rapport à la charge limite Qc et la
vérification vis à vis des états limite de services par rapport à la charge critique de fluage Qu.

1. Calcul de la charge limite de pointe Qp :

Qpu Ple S kp


Les résultats du calcul des termes de pointes pour les trois diamètres sont présentés dans
le tableau suivant

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 249


Etude de la Fondation 2016-2017

Tableau 206: Résultats du calcul des termes de pointes Qp


Profondeur Ple * (MPa) Qpu (1m)
(m)
1 1,035 0,899
2 1,59 1,76
3 1,83 2,02
4 2,175 2,41

5 3,195 3,03
6 3,42 2,97
7 3,525 3,89
8 3,345 3,69
9 3,18 3,52
10 3,195 3,02
11 3,75 3,55
12 3,69 3,49
13 3,57 3,38
14 3,48 3,30
15 3,615 3,99
16 3,54 3,91
17 3,315 3,66
18 3,585 3,96
19 3,435 3,79
20 3,45 3,81
21 3,66 3,47
22 3,75 3,55
23 3,9 3,69
24 4,185 3,96
25 4,125 3,91

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 250


Etude de la Fondation 2016-2017

2. Calcul du terme de frottement

Qs= Σ qs × A
Pour le calcul du terme de frottement latéral nous avons besoin du frottement latéral unitaire qs que
nous allons déterminer à partir du graphe ci-après qui représente qs =f (Pl*).
Mais, avant cela nous devons savoir quelle courbe à utiliser. Pour notre cas nous allons exécuter des
pieux forés tubés avec tubage récupéré et il s’agit d’un sol qui présente une couche de grave et
quatre couches d’argile.
D’après le tableau du choix des abaques pour le calcul du frottement latéral unitaire limite qs on
utilisera pour :
-La couche d’argile (classe A) : l’abaque Q 1
-Les couches de sable (classe A) : l’abaque Q 1
Tableau 207: Résultat de Qsu
Profondeur qs Qsu (1m)
(m)
1 0,017 0,0534
2 0,02 0,116

3 0,02 0,093
4 0,02 0,242
5 0,02 0,304

6 0,02 0,367

7 0,02 0,430

8 0,02 0,493
9 0,02 0,555
10 0,02 0,618
11 0,02 0,681
12 0,02 0,744
13 0,02 0,807
14 0,02 0,869
15 0,02 0,932

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 251


Etude de la Fondation 2016-2017

16 0,02 0,995
17 0,02 1,058
18 0,02 1,121
19 0,02 1,130
20 0,02 1,246
21 0,02 1,09
22 0,02 1,318
23 0,02 1,435
24 0,02 1,497
25 0,02 1,560

3. Calcul de la charge limite


Qu = QPu + Qsu
Le tableau suivant nous présente les résultats de calcul de la charge limite Ql
Tableau 208: Charge limite Ql
Profondeur Qu(MN) (1m)
(m)
1 0,9524
2 1,876
3 2,113
4 2,652
5
3,334
6
3,337
7 4,32
8 4,183
9 4,075
10 3,638
11 4,231
12 4,234
13 4,187

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 252


Etude de la Fondation 2016-2017

14 4,169
15 4,922
16 4,905
17 4,718
18 5,081
19 4,92
20 5,056
21 4,56
22 4,868
23 5,125
24 5,457
25 5,47

4. Calcul de la charge de fluage :


Qc 0.5 Qp 0.7Qs
Le tableau suivant nous présente les résultats de calcul de la charge de fluage Qc
Tableau 209: Charge de fluage Qc
Profondeur Qc(MN) (1m)
(m)
1 0,48688

2 0,9612

3 1,0751

4 1,3744

5
1,7278

6
1,7419

7 2,246

8 2,1901

9 2,1485

10 1,9426

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 253


Etude de la Fondation 2016-2017

11 2,2517

12 2,2658

13 2,2549

14 2,2583

15 2,6474

16 2,6515

17 2,5706

18 2,7647

19 2,686

20 2,7772

21 2,498

22 2,6976

23 2,8495

24 3,0279

25 3,047

IV. vérification des pieux

1. Charges appliquées :
Le règlement prévoit des coefficients de sécurité pour la justification des pieux aux deux états
limites.
Pour le cas de deux files ces charges deviennent :
𝑁 𝐻+ℎ𝑇
Nmax = +
2 𝑒

 e : est l’entraxe des pieux suivant la largeur. 


 hT : est la distance entre le point d’application de H (tête du pieu) :
hT = hchevêtre+ hcolonne + hsemelle
 N : représente la réaction des colonnes vis-à-vis les efforts verticaux 
 H : est la réaction des colonnes vis-à-vis les efforts horizontaux 


Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 254


Etude de la Fondation 2016-2017

Les tableaux suivants récapitulent les charges maximales totales appliquées sur les pieux de
diamètre de 1m.

Tableau 210: Charges maximales totales pour des pieux Ф 1m


Etats limites Nmax(MN) Hmax(MN)
ELS 7.26 0.1446

ELU 7.92 0.1929

2. Détermination de nombre des pieux :

Qpu Qsu
Q adm= +
2,8 2,1
𝑁𝑢,𝑚𝑎𝑥
Le nombre des pieux : E(
𝑄𝑎𝑑𝑚
)+1

Tableau 211: détermination de nombre des pieux


Profondeur Qadm (1m) Nombre de pieux
(m)
1 0,3465 24

2 0,68380952 13

3 0,76571429 11

4 0,97595238 9

5
1,22690476 7

6
1,23547619 7

7 1,59404762 6

8 1,55261905 6

9 1,52142857 6

10 1,37285714 7

11 1,59214286 6

12 1,60071429 6

13 1,59142857 6

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 255


Etude de la Fondation 2016-2017

14 1,59238095 6

15 1,86880952 5

16 1,8702381 5

17 1,81095238 5

18 1,94809524 5

19 1,89166667 5

20 1,95404762 5

21 1,75833333 6

22 1,89547619 5

23 2,00119048 5

24 2,12714286 5

25 2,13928571 5

On fixe le nombre de pieux à 8 (deux pieux de diamètre 1m par file) et on vérifie les
combinaisons de charge à 10 m.

V. Vérification des charges


1. Descente de charge pour un pieu
 Charge permanente G
Réaction du tablier : R = 0,3672 MN
Poids du chevêtre + 5 colonne + semelle =4.2107 MN
Total G =4,2107MN
Charge d’exploitation Q
Charge (Al)= 0.258MN

2. Combinaison des charges


La combinaison des charges s’écrit :
A l’ELS :
Combinaison quasi-permanente fondamentale : G=4,4107MN Combinaison rare :
G + 1,2 × Q =4,5203 MN
A l’ELU :
Combinaison fondamentale : 1,35 × G = 5,9544 MN Combinaison accidentelle :
1,35 × G + 1,6 × Q = 6,3673MN

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 256


Etude de la Fondation 2016-2017

3. Vérifications des charges

Tableau 212: Formulation combinaison des charges


ELS Combinaison quasi-permanente fondamentale Qc
𝑄 < 𝑄𝑝 =
1,40
Combinaison rare Qc
𝑄 < 𝑄𝑟 =
1,10
ELU Combinaison fondamentale Qu
𝑄 < 𝑄𝑓 =
1,40
Combinaison accidentelle Qu
𝑄 < 𝑄𝑎 =
1,20

Les vérifications sont effectuées dans les tableaux ci-après :


Tableau 213: Résultats vérification des charges
Chargement 3637,4 5221,4 4914,1 7022,3 vérifications
Q
(KN)( 8
pieux)
Profondeur
(m) Qp (KN) Qr (KN) Qf (KN) Qa (KN)
1 339,489 432,078 2152,978 2511,98 non

2 859,928 1094,454 3822,980 4460,143 non

3 1318,296 1677,831 4750,144 5541,834 non

4 1901,342 2419,890 6600,803 7700,937 non

5 9248,606 10790,040 non


2691,197 3425,160

6 12391,832 non
3111,144 3959,638 10621,280

7 859,928 3649,417 8834,428 10306,832 non

8 3456,527 3992,798 8531,808 9953,776 non

9 3521,101 4481,401 9518,089 11104,437 non

10 3690,202 4696,620 11460,580 13370,677 non

11 4447,108 5659,955 13186,571 15384,333 oui

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 257


Etude de la Fondation 2016-2017

12 4979,114 6337,054 15760,523 18387,2768 oui

13 5705,226 7261,19673 20415,286 23817,8337 oui

14 6083,939 7743,19509 21345,938 24903,5943 oui

15 6234,747 7935,13255 19833,441 23139,0145 oui

16 6385,555 8127,07 18320,943 21374,4335 oui

17 6600,176 8400,224 17492,528 20407,9493 oui

18 6812,974 8671,05782 16644,567 19418,6615 oui

19 7011,612 8923,86982 16512,426 19264,497 oui

20 7254,315 9232,76455 1542,457 1799,53317 oui

4. Interprétations
Les résultats ci-dessus montrent que toutes les conditions sont vérifiées à partir d’une profondeur de
11m .Nous choisissons alors d’exécuter 8 pieux Ф1000 (deux pieux par file) de 11 m de longueur.

VI. Ferraillage des pieux:


D’après le document SETRA pour les pieux de section circulaire, les armatures longitudinales sont
disposées suivant la génératrice du pieu et pour les armatures transversales on utilise des cerces
fixées autour des armatures longitudinales. Le diamètre extérieur de la cage d’armature est égal au
diamètre intérieur du tubage provisoire diminué de 10 cm.

1. Armatures longitudinales
Le nombre minimal de barres longitudinales est de 6 et leur diamètre minimal est de 12 mm.
Elles sont entièrement ancrées dans la semelle de liaison au sens des règles du B.A.E.L.
La section minimale d’armatures longitudinales A min est alors égale à :

 1  1
0,005   0,005  1 0,005
 
Amin =max  =  =max  = 50cm²
0,0035 0,0035 0,0035
 

Amin = 50 cm² soit un ferraillage 11 HA 25 avec A réelle= 54cm²

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 258


Etude de la Fondation 2016-2017

2. Armatures transversales
L’écartement des armatures transversales et est au plus égal à 15 fois le plus petit diamètre des
barres longitudinales avec un maximum de 35 cm. Leur diamètre est au moins égal aux quatre
dixièmes du plus grand diamètre des barres longitudinales avec un minimum de 10 mm. On prend

et = 35cm
Pour le diamètre des armatures transversales. Il est recommandé d’adopter les valeurs suivantes :

Tableau 214: diamètres d'armatures transversale a adopté


Ø armatures longitudinales 12-14 16 20 25 32
Ø armatures transversales 6-8 10-12 12-14 14-16 16

Nous prenons HA12 comme armatures transversales.


Le ferraillage des pieux Ø 1000 (de longueur 11m) est : 11 HA 25 + 3 cerces HA12 /ml tel que St =
33cm

Figure 95: schéma ferraillage des pieux

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 259


Etude de la Fondation 2016-2017

Figure 95: Ferraillage coupe longitudinale du pieux

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 260


Etude de la Fondation 2016-2017

VII. Semelle de liaison


1. Ferraillage de la semelle de liaison
Méthode adaptée (méthode de bielle):
Pour le ferraillage de ce dernier on a adopté la méthode de bielle qui consiste à supposer que les
charges appliquées sur la semelle à travers les colonnes sont transmises aux pieux par des bielles de
béton comprimées. Les efforts horizontaux de traction résultant de la décomposition des forces
transmises par ces bielles sont équilibrés par des armatures placées à la partie inférieure des
semelles.
Pour l’utilisation de cette méthode il faut vérifier deux conditions :
45


Figure 96: Coupe transversale de la semelle de liaison

Entraxe des pieux : l 3l 3m

 l 
Hauteur de la semelle : hs ≥     hs=1,5m
2 4
Largeur de la semelle : B l 20.5B 5m
Longueur de la semelle : L 332.11m donc L=14,40m
Vérification de condition :
hs hs
tg(α) =
l = l 
= α=50,19
2 4 2 4
50,1945Condition vérifiée
=>Donc on peut utiliser la méthode des bielles

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 261


Etude de la Fondation 2016-2017

2. Armatures principales

a. Armatures du pieux :
Chaque colonne ramène un moment Mu et un effort normal Nu.
L’effort normal qui revient à chaque pieu est donné par la formule suivante :

Pu M u
R= +
2 d
Les sollicitations maximales à l’ELU sont données par la combinaison C7 lors de l’étude des
colonnes qui nous donne :
Nu=2373,18 KN
Mu=284,78KN.m
Le poids totale de semelle est donnée par : Ps kN
Ps
Le poids de semelle par zone est donnée par : Ps/ zone = =900kN
3
Pu= Ps/ zone+ Nu = 900+2373,18=3273,18kN

Pu M u 3273,18 284,78
R= + => R= + = 1832,99kN
2 d 2 d
La Section d’armature est donnée par la formule suivante :
MH 1832,99×10−2
 µbu = = = 0.0123
bo ×d2 ×fbu 5×1.45²×14,16
𝑓𝑐28
 µlim = 104 µlu = (3440 × 𝜃 × 𝛾) + (49 × ) − 3050
𝜃

104 µlu = (3440× 1.35× 1) + 49  25  - 3050 = 2819


 1
 µlim = 0.282Mpa > µbu = 0.0123Mpa A'=0
 α1 = 1.25 × [1 − √1 − 2μbu ] = 1.25 × [1 − √1 − 2 × 0.123]
 𝛂𝟏 = 0.0155
 zbl = d(1 − 0.4 × α1 ) = 1,45 × (1 − 0.4 × 0.0155)
 𝐳𝐛𝐥 = 𝟏, 𝟒𝟒 m
Mu 1832,99×10−2
 A1 = =
zbl ×fed 1,441×348

 𝐀 𝟏 = 𝟑𝟔, 𝟓𝟓𝐜𝐦²
 Soit 12HA20 (section réelle est de 37,68cm²)
Ces armatures transversales sont placées dans des bandes axées sur les pieux et de largeur égale à la

somme du diamètre du pieu et de la hauteur de la semelle : hs = 2.5 m

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 262


Etude de la Fondation 2016-2017

  hs  c
St= =0,1884m soit St=0,15m
n 1

b. Armatures longitudinales inférieures


Elles jouent un rôle de répartition des efforts transmis des colonnes vers les pieux de fondation,
elles sont calculées par mètre de largeur.

A 2 = 1 A1=15,7cm²
3
On prend 5HA20/ml
lc
St= = 0.23m
n 1

c. Armatures de construction
Armatures transversales supérieures
1
Ats = A1=4,71cm² (section réelle A2=4,52cm²)
10
On prend 4HA12/ml
  hs  c
St= =0,5m
n 1
Armature longitudinales supérieures

A ls = 1 A1=15,7cm²
3
Choix : 5HA20/ml
lc
St= = 0.23m
n 1

d. Armatures de répartition
La semelle doit être munie sur ses faces d’un réseau d’armatures verticales et horizontales ; les
armatures verticales sont constituées par des cadres formant la ceinture des barres longitudinales
supérieures et inférieures, les armatures horizontales sont constituées par des cadres formant la
ceinture des armatures verticales.
La section d'une barre du réseau est donnée par l'expression :
Ar 0.002b’ t
Avec t est l'espacèrent des barres du réseau et b' désigne la largeur de l’élément calculé.
Pour les armatures transversales b’= 1,45 m
Ar
=0.002 1,45=0,29cm
t
On va utiliser des cadres HA 10 pour maintenir les 33 files

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 263


Etude de la Fondation 2016-2017

Ar 0.7915cm²
Ar
Dont t=
0,29 = 23,7 : on prend 15 cadre HA10 + un étrier chaque 40cm

e. Contrainte conventionnelle de compression des bielles


A l’ELU on admet que la contrainte maximale de compression du béton doit être inférieure à 0,9×
fc28
R≤0,9fc28sin² (θ) min(scol,2spieu)
R=2,519MN≤10,31MN condition vérifié
2.h s
Avec tan (θ)=
d  colonne
= 72,428
2
R≤0,2shsfc28
2,519kN ≤ 37,5MN condition vérifiée

Figure 96: Schéma de ferraillage de la semelle sur fondation

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 264


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

Chapitre 13 :
Modélisation avec le logiciel
Autodesk Robot Structural
Analysis

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 265


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

Robot Structural Analysis permet de pré-dimensionner, de calculer et de vérifier tout type de


structure, en bois, en béton armé ou en acier. Il s’appuie pour cela sur un maillage en éléments finis
automatique, des modules métiers par matériaux, et des solveurs mathématiques d’origine Robobat.

I. Lancement du projet sur le logiciel


Au démarrage du logiciel cliquez sur le module « Etude d'une coque » ( l'utilisation de ce module
facilite la modélisation des voiles et des dalles pleines) :

Figure 97: capture d'écran de démarrage du logiciel Robot Structural Analysis

II. Réglage des préférences:


Avant d'entamer la modélisation il faut régler les préférences (langue, affichage, ) et préférences de
l'affaire (Unités, Matériaux, Normes, ). Pour cela, cliquez sur le menu déroulant outils/préférences
(ou outils/préférences de la tache) :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 266


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

Figure 98: Etape des préférences de la taches

Dans notre cas nous avons utilisé comme préférences de la tache :

 Unités et formats : Force en tonne (t) ; Moments (t.m) ; contrainte (MN/m2)


 Matériaux : Béton25

III. Lignes de construction:


La première étape de modélisation est le dessin des lignes de construction. Ces lignes représentent
les axes de la structure (X, Y et Z). Dans la fenêtre de Robot on vas à la première icône de la barre
d'outils qui se trouve sur la droite de la fenêtre pour y insérer les ligne de construction lié au projet :

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 267


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

Figure 99: Etape d'insertion des lignes de construction axe x

Figure 100: Etape d'insertion des lignes de construction axe y et axe z

Après avoir insérer tous les coordonnées cartésiens que voici ci-dessus , l'on clique sur appliquer et
activer la vu 3D pour obtenir ce résultat:

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 268


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

Figure 101: Vue 3D des lignes de construction

IV. Définition des sections pour les éléments des barres (colonne ,
poutre et chevêtre ):
On clique sur l'icone profilés de barre a droit de l'interface du logiciel ouvert ensuite on créer des
nouveaux profils correspondant (colonne , poutre et chevêtre ) :

Figure 102: Etapes d'insertion des profilés

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 269


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

V. Création des éléments de structure :


Colonnes
Pour insérer les colonnes on clique sur l'icone" barre" a droite de l'interface de robot , une boite de
dialogue s'ouvre ,ensuite on modifie le type de barre en "poteau BA" et section en "colonne100"
insérer au préalable dans les profilés

Figure 103: Insertion des colonnes

sans ferme la boite barre on insère les colonnes en se plaçant sur le repère YZ et X=0 m

Figure 104: Vue 3D des colonnes insérer

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 270


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

Chevêtres
Pour insérer les chevêtres on clique sur l'icone" barre" a droite de l'interface de robot , une boite de
dialogue s'ouvre ,ensuite on modifie le type de barre en "poutre BA" et section en "chevêtre
150*120" insérer au préalable dans les profilés .
se placer sur le repère XY et Z = +5.00m

Figure 105: Insertion des chevêtres

Figure 106: Vue 3D du chevêtre insérer

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 271


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

Ensuite l'on insère les appui de type nodaux et encadrés sous les colonnes , avant une translation par
copie de l'autre rive du projet

Appuis
Pour insérer les appuis on clique sur l'icone appui a droite de l'interface robot ouvert; Puis une boite
de dialogue s'ouvre. De la on active "nodaux" et on sélectionne "encastrement". Sans fermé la
boite dialogue appui l'on insère les appuis sous les différentes colonne

Figure 107: insertion des appuis

Figure 108: Vue 3D des ensembles: appuis colonnes et chevêtre

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 272


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

Ensuite l'on effectue une translation/copie vers l'autre rive de l'ouvrage , en cliquant sur "édition"--
"transformer" -- "translation/copier", puis sélectionner un point de repère pour la translation et le
déplacer vers l'autre point ou on désir déplacer l'objet. Tout ceci après avoir sélectionner l'ensemble
des objet a translater/copier

Figure 109: Vue 3D des ensembles: appuis colonnes et chevêtres

Poutres :
Pour insérer les poutres on clique sur l'icone" barre" a droite de l'interface de robot , une boite de
dialogue s'ouvre ,ensuite on modifie le type de barre en "poutre BA" et section en "poutre45*135"
insérer au préalable dans les profilés . Se placer sur le repère XY et Z = +5.00m et insérer des deux
point d'extrémité au dessus des chevêtres.

Figure 110: Insertion des poutres

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 273


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

Figure 111: Vue 3D de la poutre insérer

Apres insertion d'une poutre l'on effectue un translation/copie en cliquant sur "édition"--
"transformer" -- "translation/copier", puis sélectionner un point de repère pour la translation et le
déplacer vers l'autre point ou on désir déplacer l'objet. Tout ceci après avoir sélectionner l'ensemble
des objet a translater/copier

Figure 112: Vue 3D de l'ensemble des poutres insérer

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 274


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

Dalle :
Tout d'abord avant d'insérer la dalle hourdi , l'on défini une épaisseur en cliquant sur l'icone
"Epaisseur élément fini(EF)" a droite de l'interface de robot ouvert . une boite de dialogue s'ouvre
ou on défini une nouvelle épaisseur "hourdi20" qui correspond a une dalle de 20cm d'épaisseur

Figure 113: Insertion de la dalle


Ensuite après avoir définir l'épaisseur dans la boite de dialogue cliquer sur fermer , puis se place sur
le repère XY et Z =5m .
Cliquer sur l'icone "Eléments de construction" a droite de l'interface ouvert de Robot , une
première boite de dialogue s'ouvre, cliquer sur l'icone "Dalle" de la boite de dialogue, une seconde
boite de dialogue s'ouvre activer "épaisseur : hourdi20" , "modèle: coque" enfin "contour" et
l'insérer sur le contour de l'ouvrage puis "fermer" les boite de dialogues.

Figure 114: Etapes d'insertion de la dalle

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 275


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

Figure 115: Vue plan de la dalle insérer

Figure 116: Vue 3D de l'ensemble de l'ouvrage

Une fois tous les éléments de structure défini et insérer comme présenter ci dessus il ne nous reste
qu'a défini les charges appliquées sur la dalle, notamment les charges : Surfaciques, Bc, Al et
convois militaire Mc et lancé la vérification de la structure puis le calcul.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 276


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

VI. Définition des charge

cas de charge
Pour insérer le cas de charge on clique sur "chargements"-- "cas de charge" , une boite de
dialogue cas des charge s'ouvre ou on insère les différents cas de charge a savoir : "poids
propre(PP)", "charge surfacique(Gsurf)", "charge Al" puis fermer la boite de dialogue cas de
charge.

Figure 117: Etapes de définition des cas des charges

Définition des charges:


a. Surcharges
Pour définir les surcharges on active tout d'abord le cas 2 : surcharge préalablement défini en haut,
puis on clique sur "chargements"-- "définir charge" , une première boite de dialogue "charge"
s'ouvre on clique sur "charge surfacique(Gsurf)", puis on sélectionne "surface" , puis "charge
surfacique uniforme"; Une seconde boite de dialogue s'ouvre ou on inscrit la charge -0.23 t/m2
suivant l'axe Z et l'inscrire sur la dalle.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 277


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

Figure 118: Etapes de définition des surcharges

Figure 119: Vue 3D des surcharges insérer

b. charge Al
Pour définir les charges Al on active tout d'abord le cas 3 : Al préalablement défini en haut, puis on
clique sur "chargements"-- "définir charge" , une première boite de dialogue "charge" s'ouvre ,

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 278


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

puis on sélectionne "surface" , puis "charge surfacique uniforme"; Une seconde boite de
dialogue s'ouvre ou on inscrit la charge -13 t/m2 suivant l'axe Z et l'inscrire sur la dalle.

Figure 120: Etapes de définition des charges Al

Figure 121: Vue 3D des charges Al insérer

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 279


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

c. charge roulante
Pour définir les charges roulante Bc on clique sur "chargements"-- "autres charges"--
"roulantes", une première boite de dialogue "charge roulante " s'ouvre on clique sur "nouveau"
pour une nouvelle charge , puis "définir" une seconde boite de dialogue s'ouvre , puis on
sélectionne "ligne" pour inserer une plyligne qui represente la charge Bc sur l'ouvrage enfin fermer
tout les onglets.

Figure 122: Etapes d'insertion des charges roulantes

VII. vérification de la structure et calcul


Cette étape consiste a effectue une vérification de la structure après insertion de toute les
combinaison de charge et se clôture pas le calcul de la structure.
On clique sur "analyse"- "vérifier structure"; si aucune erreur détecter on passe au "calcul" en
cliquent sur "analyse"--"calcul"

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 280


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

Figure 123: Etapes de vérification de la structure

Figure 124: Etapes de calcul de la structure

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 281


Bibliographie 2016-2017

Conclusion Générale

Le projet de fin d’étude est une phase importante dans le cycle de formation d’élève ingénieur et
c’est la meilleure occasion pour l’étudiant de mettre en évidence ses connaissances théoriques
acquises durant les trois années de formation en cycle ingénieur.
Dans la partie de la conception, nous avons essayé par le biais de ce travail de répondre à la
problématique du choix de la variante qui sera la plus satisfaisant vis-à-vis les facteurs déterminants
dans l’inscription du pont dans son environnement.
Cette étude nous a permis d’acquérir les différentes techniques d’assimilation des phénomènes
physiques, le passage vers le logiciel à partir d’une modélisation correcte, la maîtrise de la
réglementation régissant les principes de calcul des structures dans le domaine des ouvrages d’art,
ainsi d’approfondir nos connaissances théoriques et pratiques acquises pendant notre formation en
cycle ingénieur et en projet de fin d’étude Ceci se fait à partir de la lecture des déférentes références
bibliographiques, l’utilisation du logiciel comme moyen de calcul et surtout grâce à la
communication entre nos encadreurs du projet.
En générale, l’étude d’un pont met en évidence la maîtrise de plusieurs domaines des sciences de
l’ingénieur telles que la résistance des matériaux, béton armé aux états limites (BAEL), les
document technique unifié SETRA, la mécanique des milieux continus, la rhéologie des matériaux,
les procédés de construction ainsi le calcul numérique par ordinateur.

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 282


Modélisation avec le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis 2016-2017

Bibliographie

[1] : BEN OUEZDOU, Mongi. Cours d’ouvrages d’art : Tome 1° éd. Tunis. Ecole Nationale
d’Ingénieurs de Tunis, 2008.
[2] : BEN OUEZDOU, Mongi. Cours d’ouvrages d’art : Tome 2° éd. Tunis. Ecole Nationale
d’Ingénieurs de Tunis, 2008.

[3] : [SETRA] Construction des ouvrages d’art »,1995.

[4]: Maitrise du BAEL 91

Gislain KOUAM & Alveric ZEUKENG Page 283