Vous êtes sur la page 1sur 4

MPSI du lycée Rabelais http://mpsi.saintbrieuc.free.

fr à rendre le mercredi 2 novembre 2011

CORRIGÉ DU DEVOIR LIBRE N˚04

PROBLÈME 1

1.a. La fonction restreinte cos| : [0, π] → [−1] est une fonction bijective
décroissante. La fonction Arccos est sa bijection réciproque. C’est  Arccos (x) est
donc la fonction Arccos : [−1, 1] → [0, π] qui vérifie pour tout couple l’unique antécédent
(x, t) de réels de x par la fonction

  cosinus qui est compris


x ∈ [−1, 1] t ∈ [0, π] entre 0 et π
⇐⇒
t = Arccos (s) x = cos(t)

La fonction Arccos est dérivable sur l’ouvert ] − 1, 1[  comme fonc-  Fomule de la


dérivée d’une bijection
tion réciproque d’une fonction dérivable bijective dont la dérivée ne dérivable
s’annule pas. Et d’après ce même théorème
1
(f −1 )′ =
−1 f ′ ◦ f −1
∀x ∈] − 1, 1[, Arccos ′ (x) = √
1 − x2

b. On en déduit
4
x −1 1
y = Arccos
2 (x)
Arccos ′ (x) −
1 0
&0
Arccos (x) −2 0 2 4
y = cos| (x)
−2
c. Soit x ∈ [−1, 1], on pose t = π − Arccos (x) alors  t ∈ [0, π] et  t est l’unique
cos(t) = −x. Finalement, on a bien Arccos (−x) = π − Arccos (x). antécédent de −x par
la fonction cos qui
d. Soit x ∈ [−1, 1], on pose t = Arccos (x) de sorte que t ∈ [0, π] et
x = cos(t).  Ainsi, soit compris entre 0
et π, par définition,

cos(Arccos (x)) = x t = Arccos (−x)

sin(Arccos (x)) = sin(t) =


q
sin2 (t) =
p
1 − cos2 (t)
 ainsi sin(t) ≥ 0

= 1 − x2

1
2.a. Soit x ∈ R, quelques lignes de trigo donnent
cos(2x) = 2 cos2 (x) − 1
cos(3x) = cos(2x + x) = cos(2x) cos(x) − sin(2x) sin(x)
= cos(x) 2 cos2 (x) − 1 − 2 cos(x) sin2 (x)


= cos(x) 2 cos2 (x) − 1 − 2 cos(x) 1 − cos2 (x)


 

= 4 cos3 (x) − 3 cos(x)


x+y x−y
b. Soit (x, y) ∈ R2 . Posons a = et b = , de sorte que x = a+b
2 2
et y = a − b. On a alors   formules d’addition
pour cos
cos(x) + cos(y) = cos(a + b) + cos(a − b)
= cos a cos b − sin a sin b + cos a cos b + sin a sin b
= 2 cos a
cos b   
x+y x−y
= 2 cos cos
2 2
Définition : Soit n ∈ N. On définit la fonction Tn : D → R par
Tn (x) = cos(nArccos (x)).
3.a. Soit n ∈ N, alors
Tn (1) = cos(nArccos (1)) = cos(0) = 1

0 si n est impair
Tn (0) = cos(nArccos (0)) = cos nπ/2) =
(−1)k si n = 2k est pair
Tn (−1) = cos(nArccos (−1)) = cos(nπ) = (−1)n

b. La fonction x 7→ g(x) = Tn (cos(x)) − cos(nx) est bien définie sur R.


De plus, g est clairement 2π périodique et paire, car la fonction cos
l’est. On étudie g sur [0, π, on cmplétera par symétrie.
Soit donc x ∈ [0, π. Alors Arccos (cos(x)) = x, par suite g(x) =
cos(nArccos (x)) − cos(nx) = 0.
Par symétrie, on en déduit que la fonction g est la fonction constante
nulle. Autrement dit
Pour tout réel x ∈ R, Tn (cos(x) = cos(nx)

c. Soit x ∈ [−1, 1], on a   question 1c


Tn (−x) = cos(nArccos (−x)) = cos(nπ − nArccos (x))
= (−1)n Tn (x)
En conséquence, la fonction Tn est paire si n l’est et impaire si n l’est.

2
d. Soit x ∈ [−1, 1], arbitraire fixé   il y avait longtemps
qu’on ne l’avait pas
T0 (x) = cos(0) = 1 rappelé ! !
T1 (x) = cos(Arccos (x)) = x
T2 (x) = cos(2Arccos (x)) = 2 cos2 (Arccos (x)) − 1 = 2x2 − 1

4.a. Soit a ∈ R, n ∈ N. On a cos(na)  + cos(n + 2)a = 2 cos a cos(n + 1)a,


d’où l’on tire que cos (n + 2)a = 2 cos (n + 1)a cos(a) − cos(na).
b. Soit x ∈ [−1, 1]. On pose a = Arccos (x) et on applique le résultat de
la question précédente :
Tn+1 (x) = cos(n + 2)a = 2 cos a cos(n + 1)a − cos(na)
= 2xTn+1 (x) − Tn (x)

c. On applique successivement la fomrulebde récurrence précédente avec


n = 2, 3, 4. Il vient pour x ∈ [−1, 1]
T3 (x) = 4x3 − 3x
T4 (x) = 8x4 − 8x2 + 1
T5 (x) = 16x5 − 20x3 + 5x

5. Soit n ∈ N⋆ .
a. Soit x ∈ [−1, 1].
Tn (x) = 0 ⇐⇒ cos(nArccos (x)) = 0
π
⇐⇒ nArccos (x) ≡ [π]
2
π π
⇐⇒ Arccos (x) ≡ [ ]
2n n
π + 2kπ
⇐⇒ ∃k ∈ Z, Arccos (x) =
2n
π + 2kπ
⇐⇒ ∃k ∈ [[0, n − 1]], Arccos (x) =
 2n
π + 2kπ
⇐⇒ ∃k ∈ [[0, n − 1]], x = cos
2n
   
π + 2kπ
Finalement S = cos ; k ∈ [[0, n − 1]] .
2n
6.a. Soit a ∈ R. On utilise les formules de Moivre :
(cos(a) + i sin(a))n + (cos(a) − i sin(a))n = (cos(na) + i sin(na)) + (cos(na) − i sin(na))
= 2 cos(na)

3
n sin(nArccos (x))
b. Soit x ∈] − 1, 1[, Tn′ (x) = √ . Par suite
1 − x2

Tn′ (x) = 0 ⇐⇒ x ∈] − 1, 1[ et sin(nArccos (x)) = 0


⇐⇒ x ∈] − 1, 1[ etnArccos (x) ≡ 0[π]
π π
⇐⇒ x ∈] − 1, 1[ etArccos (x) ≡ [ ]
n n

⇐⇒ x ∈] − 1, 1[ et∃k ∈ Z, Arccos (x) =
n

⇐⇒ ∃k ∈ [[1, n − 1]], Arccos (x) =
 2n

⇐⇒ ∃k ∈ [[1, n − 1]], x = cos
n
   
′ kπ
Finalement S = cos ; k ∈ [[1, n − 1]] .
n
c. Soit x ∈ [−1, 1], on pose a = Arccos (x). Alors
1 1
Tn (x) = cos(na) = (cos(a) + i sin(a))n + (cos(a) − i sin(a))n
√ 2 n √ 2n
x+i 1−x 2 + x−i 1−x 2
=
2

Vous aimerez peut-être aussi