Vous êtes sur la page 1sur 334
Grevisse (Oey ia lat (ato atelaa) (elem ELL Seles v de boeck LZ i CHEZ LE MEME EDITEUR De Maurice GREVISSE et André GOOSSE Le bon usage. Grammaire francaise, 13° édition refondue par André Goosse, 1993. Nouvelle grammaire francaise, 3* édition revue, 1995. Nouvelle grammaire francaise. Applications, 2° édition revue, 1989. Nouvelle grammaire francaise. Corrigé des Applications, avec \a collaboration de Frangoise Tasset, 1989. De Maurice GREVISSE Le petit Grevisse, Grammaire francaise, 31* édition, 2005. Exercices de grammaire francaise, 3° édition, 2005. Corrigé des exercices de grammaire francaise, 3° édition, 2005. Cours d’analyse grammaticale, 7* édition, 1968. Cours d’analyse grammaticale, Livre du maitre, 6* édition, 1969. Dans la collection «Entre guillemets» Savoir accorder le participe passé. Régles, exercices et corrigés, 5* édition, 1996. Quelle préposition ?, 4° édition, 1996. Le frangais correct. Guide pratique, 5* édition revue par M. Lenoble, 1998. La force de l'orthographe. 300 dictées progressives commentées, 3° édition, 2004. Pour toute information sur notre fonds, consultez notre site web: www.education.deboeck.com © De Boeck & Larcier s.a., 2005 3° édition Editions De Boeck Rue des Minimes 39, B- 1000 Bruxelles Méme si la loi autorise, moyennant le paiement de redevances (via la société Reprobel, créée & cet effet), la photocopie de courts extraits dans certains contextes bien déterminés, il reste totalement interdit de reproduire, sous quelque forme que ce soit, en tout ou en partie, le présent ouvrage. (Loi du 30 juin 1994 relative au droit d'auteur et aux droits voisins, modifiée par la loi du 3 awil 1995, parue au Moniteur du 27 juillet 1994 et mise a jour au 30 aodt 2000.) La reprographie sauvage cause un préjudice grave aux auteurs et aux éditeurs. Le «photocopillage» tue le livre! Printed in Belgium D 2005/0035/8 ISBN 2-8011-1367-0 Note au lecteur Le «livre du maitre» des Nouveaux exercices francais est aujourd'hui rebaptisé Corrigé des exercices de grammaire francaise. Sa présentation intérieure et son contenu sont identiques 4 ceux de I’édition précédente. Cet ouvrage peut étre utilisé aussi bien avec les Exercices de grammaire francaise (3° éd, 2005) qu’avec les Nouveaux exercices francais (2 éd. de 1977). Léditeur Avant-propos Ces NouveAUX EXERCICES FRANCAIS sont une refonte des EXERCICES SUR LA GRAMMAIRE FRANGAISE. L’ancien manuel a 616 trouvé parfois un peu compliqué, un peu difficile, un peu austere. Celui-ci est plus simple, plus pratique, plus agréable aux yeux, mieux adapté — du moins on vou- drait le croire — au goiit des jeunes éleves, aux nécessités aussi de I'ensei- gnement de la grammaire frangaise et plus généralement de la langue fran- gaise, dans les classes inférieures du cycle secondaire ou dans les classes d'un niveau analogue. La matiére essentielle de ce manuel consiste dans des exercices sur la grammaire, adaptés au PRECIS DE GRAMMAIRE FRANGAISE, mais il s'y ajoute des exercices variés se rapportant au vocabulaire, a l'orthographe, & la cor- rection du langage, @ la prononciation, & la phraséologie, 4 la conjugaison, a I'analyse, & la ponctuation. Ce sont ces exercices généraux sur la langue qui, pour une part notable, donnent au présent manuel sa nowvelle physionomie. Is se trowvent dissé- minés @ travers tout le livre: les maitres pourront, un peu au hasard s’ils le veulent, les choisir, capricieusement méme, Id oit ils les jugeront oppor- tuns, en s'arrétant, comme on fait quand on feuillette un atlas, sur tel ou tel petit canton de la langue. M.G. CHAPITRE f Les Eléments de la langue LES MOTS — LEURS DIVERSES ESPECES Milou veut faire une fable. Milou (...) se dispose & faire « la fable » projetée. Mais les mots, tous les mots de la langue frangaise sont la, rangés comme une armée qui lui barre la route. Bravement, il s’élance sur eux, et s’attaque d’abord a deux ou trois mots qu'il voit au premier rang, et qu'il counait bien. Mais ceux-la méme le repoussent. Et toute l’armée des mots l'entoure, immo- bile, profonde, haute comme des murailles. Il tente un dernier assaut; Oh! se rendre maitre d'une centaine de mots seulement et les forcer dire cette chose trés importante qu'il a a dire! Un dernier effort tend son esprit, cela se gonfle 4 éclater, c’est un muscle désespérément raidi qui fait mal... Il suc- combe soudain, et abandonne I'entreprise, accablé, avec une sorte d’écaure- ment, et la sensation d'un vide immense en lui-méme. Valery LARBAUD, Enfantines. © Editions Galimard. 1. - Discernez, dans le texte ci-dessus, les noms et les verbes. Ecrivez, dans une 1°* colonne, les noms ; — dans une 2* colonne, les verbes. ‘© On amis, dans le texte de Valery Larbaud, en italique les noms ; en gras les verbes (et aussi les participes passés, qui sont des formes verbales). 2. - Copiez les phrases suivantes et soulignez d'un trait les noms ; de deux traits les verbes. © On a mis ici les noms en italique ; les verbes en gras. a) 1. Le printemps revient : air est plus doux, les prés reverdissent, les oiseaux chantent, tout renait. — 2. Les petits ruisseaux font les grandes rivieres. — 3. L'en- nui accable les paresseux.—4. Le corbeau de la fable tenait en son bec un fro- mage. — 5, Ml tonne ; de larges éclairs déchirent le ciel ; les arbres se tordent dans le vent. b) 1. Un agneau se désaltérait Dans le courant d'une onde pure, Un loup sur- vient & jeun, qui cherchait aventure, Et que la faim en ces liewx attirait, (La Fon- taine,) — 2. Sai connu un vieux forgeron. 11 était gai au temps de sa force et 'azur entrait dans sa forge noire par les rayonnants midis. (Fr. Jammes.)— 3. C’était un ramage & ne pas s'entendre ; chaque feuille cachait un nid, chaque arbre était un orchestre. (Th. Gautier.) —4, Je me souviens comme nous fermions les yeux, comme nous ouvrions les narines pour recevoir ce vent espagnol sur nos petites figures. (Fr. Mauriac.) 8 LES ELEMENTS DE LA LANGUE 3.- VOCABULAIRE : 1. Comment appelle-t-on : un recueil de tous les mots d'une langue ?—un recueil abrégé des mots d'une langue [racine grecque : /exis, mot) :—I'art de faire de tels recueils ?—I'art d’écrire correctement les mots dune langue ? © Un recueil de tous les mots d'une langue : un dictionnaire ; — un recueil abrégé des mots d'une langue : un fexigue; —Vart de faire de tels recueils : tx Jexicographie; —V'art d’éerire correctement les mots dune langue : lorthographe. 2. Donnez 5 verbes de la famille de parsitre. © Apparaitre, comparaltre, disparaitre, rfapparaltre, reparaitre. 4.- ORTHOGRAPHE : Notez dans le carnet d’orthographe : orthographe, succomber, paresseux, & jeun, jedner, déjeuner, inonder, physique. §.- PHRASEOLOGIE : « Oh | se rendre maitre d'une centaine de mots | » — Imitez dans une petite phrase ce tour exclamatif. © Oh ! marquer beaucoup de buts et gagner la coupe ! 6.- LANGAGE : 1. Ne dites pas : « prendre un cougon » (de chemin de fer) (bel- gicisme) ; — dites : « ... un billet ... ». — Employez dans une petite phrase Nexpression correcte. © Déja le train entrait en gare ; ‘avais juste le temps de prendre mon billet, 2. Des Canadiens disent : « Ce bijou codte cing piastres et une cenne[pour: «... cing dollars et un cent » (pronone. : sén’t)]. — Employez dans une phrase de votre invention les termes corrects. ¢ Saurais voulu m'acheter une guitare, mais je n'avais qu'un dollar et cing cents. 7. PRONONCIATION : Prononcez bien : tranquilfe (wan-kil’, et non; tran-kiy’], semaine (se-mén’, et non : se-min-n'], baleine (ba-lén’. et non : ba-lin-n’), escalier [2s-ka-lyé, et non : &s-ka-y6], millet [mi-ye}. 8.- Dites quelle est la nature de chacun des mots en italique (noms ou verbes) : © On a mis ici en italique les noms ; en gras les verbes. La Passion des mots. J'avais la passion des mots; en secret, sur un petit carnet, j’en faisais une collection, comme d’autres font pour les timbres. P'adorais « grenade », « fumée», « bourru », « vermoulu » et surtout « manivelle »: et je me les répétais souvent, quand j’étais seul, pour le plaisir de les entendre. Or, dans les discours de l’oncle, il y en avait de tout nouveaux, et qui étaient délicieux: « damasquiné », « florilége », « filigrane », ou grandioses: « archi- épiscopal », « plénipotentiaire ». Lorsque sur le fleuve de son discours, je voyais passer l'un de ces vaisseaux a trois ponts, je levais la main et je demandais des explications, qu'il ne me refusait jamais. Marcel PAGNOL, La Gloire de mon pére. (Pastorelly, édit.). LES MOTS 9 9.-A chacun des noms suivants joignez un article et un adjectif : livre — récit — chien — récompense — saison. © Le bon livre. Un récit fabuleux. Un jeune chien. La grosse recompense. La saison froide. 10. - A chacun des verbes suivants joignez un adverbe répondre — courir — dormir — écrire — voyager. © Répondre calmement. Courit vite. Dormir profondément. Bien écrire. Voyager pew. 11. Soulignez, dans tes expressions suiventes, les prépositions : 1, La maison de mes parents, — 2. Voyager par avion. — 3. Dans ta peine et dans la joie. — 4, Se réconcilier avec son frére. — 5, Cacher un trésor sous une pierre. — 6. Arriver avant heure. — 7. Venir d I'école. — 8. Une audace sais égale. 12.-Reliez par une préposition tes éléments de chaque couple 1, Le clocher de mon village. — 2. Extraire une dent sans douleur, ~ 3. Une histoire pour rire. — 4, Un serpent @ sonnettes. -- 5. Se rendre chez l'épicier. — 6. Prendre un médicament avant Jes repas. — 7. Etre bon pour les malheureux. 13. -Dans les phrases suivantes, remplacez par un pronom les mots en italique : 1. La cigale était fort dépourvue ; eile alla crier famine chez la fourmi et fa pria de lui préter quelque grain. — 2, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage et polissez-le sans cesse. — 3. Quand une lecture vous éléve esprit et qu'elle vous inspire de nobles sentiments, estimez qu'elle est excellente, — 4, Une grenouille vit un boeuf qui lui sembla de belle taille. — 5. Respectez vos parents ; ne Jeur parlez qu’avec déférence. 14, - VOCABULAIRE : 1. De quel nom général appelle-t-on celui qui collectionne les timbres-poste ? © Philatéliste. 2. Cherchez dans Je dictionnaire le sens de: damasquiner. Horilége, fili- grane, plénipotentiaire. @ damasquiner : incruster de petits filets d'or ou d'argent dans un objet. florilége : recueil de piéces choisies de poésie. filigrane: réseau de fils (d'or, d'argent, de verre) qui peut étre appliqué ou apparaitre dans a masse d'un objet transparent. plénipotentiaire: agent diplomatique muni de pleins pouvoirs. 3. Rangez dans lordre alphabstique ; grenade, manivelle, fleuve, col- lection, refuser, caret. © Carnet, collection, fleuve, grenade, manivelle, refuser. 15. - ORTHOGRAPHE : Notez dans le carnet d’orthographe : bourry, piénipotentiaire, excellent, réconcilier, les journaux, carbonnade. 10 Les ELEMENTS DE LA LANGUE 16. - LANGAGE : Ne dites pas (pour marquer une quantité que vous ne voulez ou ne pouvez préciser) : « Je vous donnerai autant par jour » ; — dites : « ... tant par jour», — Inventez une phrase o vous emploierez expression correcte. ‘* Je fis mon petit calcul : sant pour une nouvelle bicyclette, sant pour une gui tare. Il me manquait trois cents francs... 17. -PHRASEOLOGIE : Remplacez par un verbe simple les mots en italique : « On rangera par groupes tous ces objets » ; — « Marquez d'un point les noms des absents » ; — « Je vais résoudre brusquement la difficulté » ; — « Il faudrait rendre moins lourd ce fardeau ». © On groupera tous ces objets. —~ Pointez ies noms des absents. — Je vais srancher la difficulté, — Il faudrait alléger ce fardeau. 18.-PRONONCIATION : Prononcez bien : avril [faire entendre I'/), juin Uwin, et non : jou-in}, juillet (jwi-y’, et non : jou-il-yé], a00t (ne faire entendre ni Va ni le t], septembre (faire entendre le p), octobre [ne pas dire : ok-t6p']. 19, - Dites si, dans les phrases suivantes, les mots en italique sont des préposi- tions, ou des conjonctions, ou des interjections : 1, La mouche et [conj.] la fourmi contestaient de (prép.] leur prix, (La Fontaine.) — 2. Vous vendrez le nécessaire si (conj.] vous achetez le superftu, — 3. Toujours enveloppé d" [prép.] une pelisse de {prép.] renard, le bon seigneur se promenait dans [prép.] sa maison, (Flaubert.) — 4. Quand {conj.] tes chats sont partis, les souris dansent. — 5. Revenez donc {conj.], hélas ! [interj.] revenez dans [prép.] mon ombre, Si [conj.] vous ne voulez pas que [conj.] je sois triste et sombre. (Hugo.) — 6. Ok ! finterj.] ces journées de (prép.) neige, quelle transformation elles opé- raient en {prép.) nous ! (F. Carco,) — 7, Le lendemain, quand {conj,) j‘ouvris ma fenétre, les sauterelles étaient parties, mais {conj.] quelles ruines elles avaient tais- sées derriére [(prép.] elles ! (A. Daudet.) — 8. Le bonheur, c'est le dévouement @ {prép.] un réve ou [conj.] 4 [prép.] un devoir. (Renan.) . pluri 20. - Présentez sous leurs diverses formes possibies (singuli 3 masculin, féminin) les noms ou adjectifs suivants : champ — utile — tableau —- menteur — beau — cheval — chateau — doux. © Champ, champs. — Utile, utiles, — Tableas, tableaux. — Menteur, menteurs, menteuse, menteuses. — Beau, beaux, belle, belles. — Cheval, chevaux. — Chateau, chateaux. — Doux, douce, douces. 21.-Rangez en deux colonnes, les mots en italique en distinguant : a) les mots variables ; 5) les mots invariables : Les Charpentiers. Je les ai bien connus, ces deux braves artisans, bons a tout faire, 4 mettre la main A toutes sortes de gros et de petits rravaux, au village. Ils étaient LES MOTS i un peu vieux déjd, mais droits comme des chénes encore, et vifs a plai- Santer tout aussi bien qu’a travailler. C’étaient deux fréres, unis comme les deux doigts de la main. Ils étaient charpentiers, mais dans un sens si /arge et si élastique qu’ils étaient aussi, 4 occasion, menuisiers, vitriers, serruriers et autre chose encore. Ils vous rajustaient le mieux du monde un pied de chaise, remplagaient un carreau cassé, libéraient une serrure bloquée, remettaient en place un rai de roue. Ils faisaient aussi un peu de jardinage et d’élevage, et méme un peu de braconnage, pour varier les plaisirs... VARIABLES INVARIABLES travaux large bien mais droits ils deux aussi plaisanter rajustaient peu encore unis serrure déja de 22, - Faites une phrase contenant au moins ; un nom, un article, un adjectif, un ad- — une phrase contenant au moins : un pronom, un verbe, un adjectif, une préposition, une conjonction, une interjection. © 1. Souvent un bon conseil nous éclaire. — 2. Hélas ! quand une légere diffi- culté se dresse devant toi, tu manques de courage ! 23.-VOCABULAIRE: 1. Cherchez dans le dictionnaire le sens de: contester, pelisse, chémer, une maladie chronique. © contester ; refuser de reconnaitre (un droit) ; mettre en discussion la justesse, la vérité (d'une chose). pelisse : manteau auaté ou garni de fourrure. chémer : suspendre son travail pendant les jours fériés ; cesser le travail par manque d’ouvrage. maladie chronique : maladie qui évolue lentement et se protonge. 2. Donnez un diminutif de: mouche, — renard; — maison: — chat: — chéne; — jardin. ‘© Mouche, moucheron [et non : mouchette] ; — renard, renardeaw ; — maison, maisonnette ; — chat, chaton ; — chéne, chéneau ; — jardin, jerdinet. 24,-ORTHOGRAPHE : Notez dans le caret d'orthographe : envelopper, pelisse, Fopere, nous opérons, un champ, grisonner, les excellentes gens, les gens excellents. 25. -LANGAGE : Dites : «le doigt m’é/ance » (= me fait sentir une douleur aigué) — et non : «... me /ance ». — Inventez une courte phrase ob vous emploierez expression correcte. © Jai un affreux mal de dents ; toute la machoire m’élance. 26, - PRONONCIATION : ment [ne pas faire entendre le p]. tandis que [ne pas fai de marée (ne pas faire entendre lez}. rononcez bien : rédempteur [faites entendre le p}, prompte- ntendre I's], raz 12 Les ELEMENTS DE LA LANGUE 27, - PHRASEOLOGIE : Complétez par un terme de comparaison : blanc comme .. jais, un renard, un cout.) © Blane comme neige. — Noir comme jais. — Amer comme chicotin [ehicotin : suc amer tiré de Ia coloquinte, de l'aloés}. — Rusé comme un renard. — Adroit comme un singe. — Tétw comme une mule, — Plein comme un cut. 28. - Dites quelie est la nature de chacun des mots en italique : Le Poéte et les Enfants, Je [pron.] sors. J’entre [vbe] en passant chez [prép.] des amis que [pron.] j'ai. On [pron.] prend [vbe] le frais [nom}, au fond du jardin, en [prép.] famille. Le [art.] serein [nom] mouille un peu les bancs sous [prép.] la charmille; N'importe! je m’ [pron.] assieds, et [conj.] je ne sais pourquoi Tous /es [art.] petits [adj.] enfants viennent [vbe] autour de moi. Dés que je suis assis, les voil tous gui ([pron.] viennent. Cest qu'ils savent que (conj.] j'ai leurs gofits; ils se souviennent Que j'aime comme {conj.] eux [pron.] l’air, les fleurs, les papillons [nom] Et les bétes qu’on voit courir dans [prép.] les sillons. Ils savent que je suis un [art.] homme qui les [pron.] aime. Victor HuGo. 29. - VOCABULAIRE : 1. Rangez dans l'ordre alphabétique : jardin, fleur, famille, froid, fagon, courir, charrette, charmilte, © Charmille, charrette, courir, fagon, famille, fleur, froid, jardin. 2. Cherchez dans le dictionnaire le sens de: /e serein; charmilfe ; esprit mercantile. © le serein : humidité ou fraicheur tombant avec le soir aprés une belle journée. churmille : plant de petits charmes ; allée plantée de charmes. esprit mercantile : esprit avide de gain. 3. Quel est le contraire de magnanime ? [Pensez au latin pusillus, tres petit.) —- de philanthrope ? [Pensez au grec misos, haine.] © Magnanime / pusillanime. — Philanthrope / misanthrope. 30, - ORTHOGRAPHE : Notez dans le carnet d’orthographe : serin (oiseau), un ciel serein, voila, gout. papilionner, courit, nourtir, groseillier. 31, - PRONONCIATION : « Parler net», «mettre un devoir au net» [faites entendre le t). LES MOTS 13 32. - LANGAGE : 1. Ne dites pas : « une belle /igne » (dans les cheveux) ; — dites : «une belle raie ». Employez ce dernier mot dans une courte phrase. © Je portais les cheveux un pew longs ; ma mére veillait, avant mon départ pour Vécole, & ce que ma raie fat bien faite. 2. Provincialismes : « L’établi du menuisier est chargé de cro/fes » (wal- lonisme*) ;~«... de ripes (ou d’écopeaux*) » (canadianismes). — En bon frangais, on «... de copeaux ». — Employez ce demier mot dans une petite phrase. © De la varlope du menuisier, de longs copeaux s'échappaient comme de pales rubans. 33. -PHRASEOLOGIE : Imitez, dans une courte phrase, le tour «Ils viennent : c'est qu'ils savent que j'ai leurs godts» («c'est que...» marque la cause]. © Si je me plains de vous, c'est que j'en ai sujet : vous manquez d’ordre. 34, - CONJUGAISON ; Conjuguez au présent de |'indicatif : prendre. © Je m’assieds, tu Vassieds, il s‘assied, nous nous asseyons, vous vous asseyez, ils s'asseyent (ou : je m'assois, tu t'assois, il s‘assoit, nous nous assoyons, Yous vous assoyez, ils s'assoient). Je viens, tu viens, il vient, nous venons, vous venez, ils viennent. Je prends, tu prends, il prend, nous prenons, vous prenez, ils prennent. S’asseoir; — venir; — 1. En Walloni rututa. 2. Ecopeau ; survivance du vieux frangais escoupeau, escopeau. pour « copeau », outre crolle, on a aussi, selon les régions: cresse, huturu, CHAPITRE I La Proposition PHRASE SIMPLE Baignade. Tl fait beau. Un maillot plonge. On nage sur le flanc, sur le nez, sur le dos, sur le menton, sur le coeur, on barbote, on fait des ronds, on fait des huit, on tourbillonne, on s’ébroue, on piaffe, on s’endort, on brasse l’onde, on cabriole, on coule a pic, on remonte d’un coup de talon net, on tape 4 tour de bras sur l’eau, on escalade une échelle de fer, on s’étend sur le sable et le varech. On séche. Henri Bosco, Le Quartier de sagesse. © Editions Gallimard. 35, - Relevez, dans le texte d’Henri Bosco: a) 9 propositions 4 deux termes (su- jet. verbe) ; — 6) 4 propositions 4 trois termes (sujet, verbe, objet direct). © Propositions & deux termes (sujet, verbe) : 1. It fait beau. — 2. Un maillot plonge. —3. On barbote. 4. On tourbillonne. — 5. On s'ébroue. — 6. On piaffe. — 7. On s'endort, — 8. On cabrioie, — 9. On séche. Propositions & trois termes (sujet, verbe, objet direct): 1. On fait des ronds, — 2. On fait des buit. — 3. On brasse l’onde. — 4. On escalade une échelle de fer. 36. - Dans ies phrases suivantes, séparez par un trait vertical les termes de chaque Proposition et soulignez chaque fois le verbe, base de la proposition : ) Propositions @ deux termes: sujet, verbe (chaque terme peut re accom- pagné d’un complément circonstanciel) : 1. Le paresseux | bdille. —- 2. La nou- veauté | plait. — 3. Le tonnerre ; gronde. — 4. Vint | la Saint-Nicolas. — 5. On} nage sur le flanc. — 6. Le rossignol | chante merveilleusement.—7. Tout | renaft au printemps. — 8. Bicntét reviendront | les beaux jours. — 9. Le pére de mon ami | frayaille & usine, — 10, Le long d'un clair ruisseau buvait | une colombe. (La Fon- taine.) — 11, Des flaques d'eau | miroitaient au loin parmi les vaches. (E. Fro- mentin.) b) Propositions a trois termes : sujet, verbe, attribut ou complément cote direct (chaque terme peut étre accompagné de mots qui le complétent) : mer | est | immense. — 2, Les beaux jours | sont | courts, — 3, Uo svt mesacatl semble | agréable. — 4. Rares | sont | les jours déticieux. — 5. La lune | versait sur Jes campagnes | sa lumiére pale. — 6. Chaque Age | a | ses plaisirs. — 7. Les bornes du chemin | avaient | des reflets de linges livides. (R. Rolland.) — 8. Maitre cor- beau, sur un arbre perché, | Tenait en son bec | un fromage. (La Fontaine.) PHRASE SIMPLE 15 37.- Inventez trois propositions & deux termes (sujet, verbe intransitif) — et trois propositions & trois termes (sujet, verbe, attrib. ou compl. d’obj. direct). © 8) Propositions 4 deux termes (sujet, verbe intransitif) : 1. Le mensonge avilit. — 2 La mer | écume. ~ 3. Le sport | fortific. © b) Propositions & trois termes (sujet, verbe, attribut ou compl. d’objet direct) : 1. La Suisse | est | pittoresque. —- 2. Les voyages | forment | la jeunesse. — 3. Tout | chante | le renouveau, 38, - Inventez une proposition & deux termes et une proposition a trois termes (chacun des termes sera accompagné de mots le complétant). © 8) Proposition @ deux termes: La multitude des étoiles | étonne toujours. b) Proposition a trois termes : La cigale du fabuliste | implora vainement | la fourmi, sa voisine. 39.-VOCABULAIRE: 1. Rangez dans [ordre alphabétique: mailfot, fanc, fer, varech, nager, menton, brasser, taper, sable, mensonge. © Brasser, fer, flanc, maillot, mensonge, menton, nager, sable, taper, varech. 2. Donnez 3 mots de {a famille de nez (lat. nasus) ; — 3 de la famille de dos (lat. dorsus) ; — & impliquant I'idée de coeur (lat. cor, cordis ; grec kardia) ‘© Nasal, nasiller, nasarde ; — dorsal, dossier, dossard ; — cordial, miséri- corde, cardiologue, cardiogramme, cardiaque. 40. -ORTHOGRAPHE : Notez dans le carnet d’orthographe : barboter, tourbilfonner, piatfer, varech, bailler (de sommeil), la vie de saint Nicolas, la Saint-Nicolas. 41, -PRONONCIATION : Maillot [ma-yo), fat [faire entendre le t], on nage [ne pas dire : nach’), colombe (ne pas dire : co-/omp }. 42, - LANGAGE : 1, Ne dites pas : « Il est faché sur moi » ; — dites «... contre moi ». Employez ce dernier tour dans une petite phrase. © Si vous vous étes fAché contre votre ami, voyez si les torts ne sont pas de votre cdté. 2. Des Canadiens disent : «On franchit le creek » (pour : «... le ruisseau» Ou: «... a petite riviére »].—Inventez deux phrases 00 vous emploierez les expressions francaises. © D'un bond, je franchis le ruisseau et je continuai mon chemin. — Une petite riviére jasait le long de Ia prairie. 43, - PHRASEOLOGIE : Imitez, dans une courte phrase. le tour « Rares sont les jours délicieux » (sujet & la fin de la phrase). © Grande fut ma surprise. 44, -CONJUGAISON : Conjuguez au présent de l'indicatif: s‘endormir, sécher. © Je m'endors, tu t'endors, il s'endort, nous nous endormons, vous vous endar- ‘mez, ils s'endorment. | Je séche, tu séches, il séche, nous séchons, vous séchez, ils séchent, 16 LA PROPOSITION PHRASE COMPOSEE 45. - Dans le texte suivant, soulignez chaque verbe 4 un mode personnel, puis séparez par un trait vertical les diverses propositions. Combat contre un ours. Un ours décimait le troupeau du berger Arriou-Mourt. | Celui-ci jura qu'il se vengerait. | Il releva patiemment les traces de la béte. | Un soir, il enroula son manteau autour de son bras gauche, | il arma son bras droit d'un couteau large, au fil ardent | et il attendit l'animal. Quand l’ours ar- riva, | Arriou-Mourt mit un genou en terre. | La béte se dressa | et s‘avanga en se balangant. Le berger cacha sa téte sous son bras gauche | et serra son arme. | Comme !’animal s‘abattait sur lui, | le berger le fendit d'un seul coup, de la poitrine l’arriére-train, | puis il se dégagea, tout sanglant. | L’ours, avec des hurlements furieux, vow/ut l’atteindre, | mais i] marchait sur ses entrailles, | qu'il arrachait lui-méme de ses flancs; | il s’are-bouta sur ses quatre pieds | et resta la. Le berger coupa une badine, | en frappa A coups redoublés la béte éventrée, qui agonisa bientdt. D'aprés Joseph de Pesquipoux, Chez nous. Librairie Plon. Tous droits réservés. 46. - Séparez par un trait vertical les diverses propositions des phrases suivantes ; soulignez chaque fois le verbe, base de la proposition. 1. Une brise fraiche soufflait, | les seigles et les colzas verdoyaient, | des goutte- lettes de rosée tremblaient au bord du chemin, sur les haies d’épines, (Flaubert.) — 2. Aussitét que les arbres ont dévefoppé leurs fleurs, | mille ouvriers com- mencent leurs travaux, (Chateaubriand.) — 3. O buffet du vieux temps, tu sais bien des histoires, | Et tu voudrais conter tes contes, | et tu bruis | Quand s‘ouvrent Jentement tes grandes portes noires. (A. Rimbaud.) — 4, Je ne savais plus | si je pensais encore | ou si, plutot, je ne révais pas | que je pensais. (G. Duhamel.) — 5. Lavion avait gagné d'un seul coup, a la seconde méme | oit il émergeait, | un calme | qui semblait extraordinaire. (Saint-Exupéry.) 47. - Prenant pour théme «la nuit», inventez deux phrases composées (vous sépa- rerez par un trait vertical les diverses propositions). © 1. Quand vient 1a nuit, | j'aime a regarder les étoiles, | dont fe doux scintillement éveille dans mon ame, des réveries sans fin. — 2. La nuit tombe lourdement sur Ja forét | qui s’endort | et entasse partout ses ombres | oi circulent de mystérieux murmures. ‘SUJET WwW 48.-VOCABULAIRE : 1. Cherchez dans le dictionnaire le sens de: décimer, fil (d'un couteau), s‘arc-bouter, une badine, colza. © décimer : autrefois : faire périr une personne sur dix ; aujourd'hui : faire périr un grand nombre ‘de personnes. fil (d’un couteau) : tranchant. sarc-bouter : prendre appui sur les pieds pour exercer un effort de résistance. badine : baguette, canne mince et flexible. colza : plante voisine du chou, a fleurs jaunes, cultivée pour ses graines. 2. Comment appelie-t-on la femelle de l'ours ? — le petit de ours ? © La femelte de Vours s'appelle ourse. Le petit de Mours s'appelle ourson. 3. Donnez une série d’onomatopées par lesquelles, dans les bandes des- sinées, on exprime un bruit, un choc, une chute, etc. ‘© Onomatopées : Crac (bruit sec) ; bang (choc) ; plouf (chute dans l'eau) ; err (grondement d'un chien furieux) ; vrr (vrombissement d'un moteur); serountch (bruit violent de qa.ch. qui se casse) ; snif (pleurnicheries) ; niam-niam (masti- cation savoureuse) ; z2z (ronflement de dormeur). 49.- ORTHOGRAPHE : Notez dans le carnet d’orthographe : patiemment. s‘abattre, fraiche, développer, souftier, il émerg 50. - PRONONCIATION : Entier [bien prononcer le ; ne pas dire : en-tchier), moitié [ne pas dire : mwa-tché), pitié (ne pas dire : pi-tché}. 51.-LANGAGE : Ne dites pas : « Il a fait assez bien de fautes » ; — dites : «... assez de fautes» ou: «... pas mal de fautes ». — Inventez deux phrases ot vous emploierez, pour exprimer l'idée de «un bon nombre» ou de «une bonne quantité », les expressions « assez de», « pas mal de». #1, Ilya, dans notre verger, beaucoup de pommiers, assez de cerisiers aussi. — 2. Grand-papa me versait un peu de vin, mais il le tempérait de pas mal d'eau. 52. - PONCTUATION : Mettez la ponctuation : Un jour, /e berger prit un couteau, en arma son bras droit et attendit animal. Comme Sours s‘ebattait sur lui, it te fendit d'un seu! coup, puis il se dégagea. SUJET 53. - Mettez dans une 1"* colonne les verb faisant correspondre sur chaque ligne, et, dans une 2* colonne, en les 6 Sujets ot les groupes sujets. L’Aviateur monte vers les étoiles. Et voici qu’il montait vers des champs de lumiére. Il s’élevait peu a peu, en spirale, dans le puits qui s’était ouvert, et se refermait au-des- sous de lui. Et les nuages perdaient, 4 mesure qu'il montait, leur boue | d’ombre, ils passaient contre lui, comme des vagues de plus en plus pures et blanches. Fabien émergea. 18 LA PROPOSITION Sa surprise fut extréme: la clarté était telle qu'elle l’éblouis: II dut, quelques secondes, fermer les yeux. Il n’aurait jamais cru que les nuages, la nuit, pussent éblouir. Mais la pleine lune et toutes les constellations les changeaient en vagues rayonnantes. Antoine de Saint-Exurtry, Vol de nuit. © Editions Gallimard. © VERBES SUJETS VERBES SUJETS montait at fut sa surprise s'dlevait it ait la elarté s'était ouvert qui eblouissait elie se refermait qui ut a perdaient les nuages aurait cru il monitait il pussent les nuages passaient its changeaient la pleine lune et toutes émergea Fabien Jes constellations 54. - Méme exercice pour les phrases suivantes : a) 1, Looisiveté est funeste, — 2. Les passions tyrannisent homme. — 3. Le temps fuit : le sage ne le gaspille pas. — 4. Déja le ciel blanchit ; bient6t le soleil paraitra et les oiseaux commenceront leurs concerts. — $. Par la persévérance vous parviendrez au succés. — 6. Chacun récoltera ce qu'il aura semé. — 7. Trop parler nuit. b) 1. Nul n’est prophéte en son pays, dit un proverbe, — 2. Qui pourrait comp- ter les étoiles du ciel ? — 3. Trahir sa patrie est un crime odieux. — 4. Les pour- quoi des enfants sont parfois embarrassants. — 5. Souris qui n’a qu'un trou est bientét prise. — 6. Ceux qui achétent le superfiu vendront bient6t le nécessaire. — 7. Qui veut la fin veut les moyens. © VERBES SUJETS VERBES SUJETS a) est Voisiveté b) est nul tyrannisent les passions ait un proverbe fuit le temps pourrait qui? gaspille le sage est trahir sa patrie blanchit te ciet sont es pourquoi des enfants paraitra Ie soleil est souris qui n'a qu'un trou commenceront les oiseaux a qui parviendrez vous vendront ceux qui achétent le superflu récoltera chacun achétent qui aura semé il veut qui veut Ia fin nuit trop parler veut qui 55. -Soulignez les sujets ou groupes sujets. @ On a mis ici les sujets (ou groupes sujets) en inulique. 8) 1. Quand vint V’hiver, la cigale se trouva fort dépourvue. — 2. Quiconque ne sait pas souffrir n'a pas un grand coeur. — 3. Pouvez-vous me dire ob méne ce chemin ? — 4, Nos bonheurs ne durent guére. — 5. Que sert de dissimuler ? — 6, Vivent des vacances / crient les écoliers. — 7, Nobles foréts qu'’émeuvent des vents, puissent les tempétes ne pas ravager vos ramures ! SUJET 19 b) I. Tout autour de la plage montaient de hautes roches escarpées. (A. Dau- det.) — 2. Parurent alors entre les piliers de longues files d'enfants des écoles. (A. de Chateaubriant.) — 3. Ainsi dit le renard, et flatteurs d'applaudir. (La Fon- taine.) — 4. Ce que l'on congoit bien s'énonce clairement. (Boileay.) — 5. L'eau courait le long du trottoir, boweuse, avec cette ondulation particuliére que lui imprimait la forme des pierres. — 6. Les poutrelles du plafond étaient vermou- lues, les murailles noires de fumée, les carreaux gris de poussiére, (Flaubert.) — 7. Mais bien plus que Ie monde miintéressent Jes passants du monde. (J. Gué- henno,) — 8. Mais jouer avec Odile ne m’amusait plus comme autrefois. (J. Green.) — 9. Le long d'un clair ruisseau buvait une colombe. (La Fontaine.) — 10. Per- Sonne n’osait plus sortir dés que tombait le soir. (Maupassant.) 56.-VOCABULAIRE : 1. Cherchez dans le dictionnaire le sens de : émerger, conste/- lation, escarpé, © émerger : s'élever, surgir au-dessus de l'eau ; se montrer. constellation : groupe d°étoiles fixes, voisines pour notre ail, présentant une figure conventionnelle. ‘escarpé : qui a une pente raide ; d'accés difficile. 2. Donnez 4 mots de Ja famille de ombre. ‘© Ombrage, ombreux, pénombre, ombreile. 57. - ORTHOGRAPHE : Notez dans le carnet d’orthographe : /e ouits, au-dessous de, je vous ai cru, la rivibre a rd, rayonner, tyranniser, embarrassant, intéresser. 58. - PRONONCIATION : La we [ne pas faire entendre un w final], ter [ne pas pro- noncer : tu-wer), église [ne pas prononcer : é-glisse], rose [bien fermer I'o; ne pas prononcer : rOsse], seconde [se-gond’). 59, -LANGAGE : 1. Ne dites pas : « une buse de poéle » ; — dites : «un tuyau de poéle », Employez dans une courte phrase l'expression correcte. ®@ Fabriquons, pour nous amuser, une locomotive ! La cheminée en sera ce vieux tuyaw de poéle... 2. Helvétisme : « Le cibarre d'un stand de tir (= celui qui indique sur la cible Kendroit of arrivent les coups) ». — Le terme francais est marqueur. Employez- le dans une phrase de votre invention. @ T'avais longuement visé ; sirement le marqueur allait attester mon babileté de jeune tireur. 60. - PHRASEOLOGIE : Imitez, dans deux courtes phrases, le tour : « Vinrent bientOt les premiers froids » (verbe en téte de la phrase). 1. Parut soudain, dans le rectangle de la porte, un personnage étrange. — 2. Belata alors dans Iassemblée un tonnerre d’applaudissements. 61. - PONCTUATION : Mettez la ponctuation : Je ne suis pas de ceux qui disent: «Ce nest rien, Cest une femme qui se noie.» (La Fontaine.) 20 LA PROPOSITION 62.- Soulignez les sujets ou groupes sujets. Au Collége ; les visites. Sur le conseil méme du curé d’Abrecave, avec son aide aussi, /’enfant fut mis au collége d'une petite ville des environs. Sa mére et son protecteur ly allaient visiter parfois, aux jours de marchés, grimpés sur une charrette surchargée d'agneaux et de fromages. Et /e décor glissait doucement avec ses chaumiéres, ses arbres, ses piitres, ses bétes, ses ceillets. On dételait dans une auberge. On allait acheter des gateaux pour renforcer le petit paquet de saucisson. Et /’on causait a trois dans le parloir du collége, et /’on était bien content, car /es professeurs faisaient l’éloge de leur éléve, gui, presque 4 son insu, dans une habitation médiocre et sublime, s’engageait dans cette voie éternelle que son premier maitre lui avait tracée. Francis Jammes, M. le Curé d'Ozeron. (Mercure de France, édit.). 63. - Mémeexercice. Calme et silence. Le ciel était blanc, sans nuages, mais sans soleil. Sa courbe pdle s’éten- dait au large, couvrait la campagne d'une monotonic froide et dolente. On n’entendait aucun bruit, /es oiseaux ne chantaient pas; /‘horizon méme n’avait point de murmure, et des sillons vides ne nous envoyaient ni les glapissements des corneilles gui s’envolent ni le bruit doux du fer des charrues. Gustave FLAUBERT. 64, - Formez de courtes phrases en prenant comme sujets les mots ou groupes de mots suivants : a) Mer — bonté — champs — instruction — ies exploits des cosmonautes. © 1. Quelle mer n’a pas ses tempétes ? — 2. La bonté rayonne sur le visage de grand- maman, — 3. Les champs frémissent sous Ia brise. — 4, L'instruction vaut mieux que Ja fortune. — 5. Les exploits des cosmonautes étonnent imagination, b) Chanter — lire — nous — chacun — pourquoi — quiconque s'éléve — qu'on nous reprenne de nos fautes. * 1. Chanter n'est pas crier. — 2. Lire est une de mes distractions, — 3, Nous préférons I'utile 4 I'agréable. — 4. Chacun est artisan de sa propre fortune. — 5. Le pourquoi de bien des choses nous échappe. — 6. Souvent quiconque s’éléve sera abaissé. — 7. Qu’on nous reprenne de nos fautes déplait & notre amour-propre. suseT 21 65. - Remplacez les trois points par un sujet. © 1. La nouveauté plait. — 2. La critique est aisée, mais l'art est difficile, — 3, Chacun récoltera ce qu'il aura semé. — 4. Le vrai peut parfois n’étre pas vrai- sembiable. — 5. Mourir pour la patrie est un noble sort. — 6, Que vaut /a richesse sans Ia santé ? -—- 7. Rien ne sert de courir, — 8. Qui veut voyager loin ménage sa monture, 66. -VOCABULAIRE : 1. Cherchez dans le dictionnaire le sens de: 4 son insu, sublime, épars, aristoloche, parasite, jadis. © A son insu : sans qu'il le sache, sublime : le plus élevé (en parlant des choses morales, intellectuelles) ; dont Je mérite ou le génie est trés grand. épars: répandu gh et 1; en désordre, aristoloche : plante grimpante, a fleurs jaunes, dont certaines espéces sont cultivées pour les tonnelles. parasite : personne qui vit aux dépens des autres ; étre vivant en association durable avec un autre dont il se nourrit. jadis : dans Je temps passt, il y a longtemps. 2. Exprimez de deux autres maniéres: « beaucoup dannées ». © De nombreuses années. Pas mal d’années. 67.- ORTHOGRAPHE : Notez dans le carnet d’orthographe : charrette, chariot, décor, gateau, professeur, presquiile, presque achevé, apercevoir. 68. - PRONONCIATION : Articulez bien les consonnes finales : étre propre [et non: &t' prop’), notre maitre {et non : not’ mait’], quatre litres [et non : quat’ lit’), poudre rouge [et non : pod’ rouch’), vase vide [et non : vss’ vit'], voyage & Lourdes [et non : voyache & Lourt’). 69. - LANGAGE : Ne dites pas : « Sa méro lui a fait de belles cro/fes » (belgicisme) ; —~ dites : «... de belies boucles» ou: «...1'a bien frisé». Employez, dans une phrase de votre invention, une des expressions correctes. © Ce petit gargon, dans l'album de photographies, c'est moi & quatre ans. Les jolies houcles que j'avais ! 70. - PHRASEOLOGIE : Dans la phrase « On était content, car les professeurs faisaient Véloge de leur éléve », exprimez de deux autres manitres le rapport de cause * On était content, parce que les professeurs faisaient éloge de leur éleve. — On était content, puisque les professeurs faisaient Méloge de leur éléve. 71. - Trouvez les sujets convenables. Les Travailleurs. Pendant que /e cultivateur séme le blé, le boulanger cuit le pain, le tisserand tisse le drap, /e tailleur confectionne les habits, l‘architecte trace des plans, 22 LA PROPOSITION Je magon construit des murs, /e forgeron forge des outils, /’ébéniste fabrique des meubles, /e cordonnier fait des chaussures, /e mineur extrait la houille, le facteur distribue les lettres, Je paveur pave la rue, /’instituteur instruit les enfants. Tous ces travailleurs accomplissent une besogne utile 4 leurs semblables; chacun travaille pour tous, et tous travaillent pour chacun. Ainsi les hommes ont besoin les uns des autres. 72. - Inventez trois phrases od le sujet sera repris par un pronom personnel. © 1. Pierre aime le basket ; Paul, lui, préfére Je football. — 2. La santé ne vaut-elle pas mieux que la fortune ? — 3. A peine le soleil est-if levé, les oiseaux com- mencent leurs concerts. 73. - Distinguez les suje apparents et les sujets réels des verbes impersonnels. ¢ On a mis ici les sujets apparents en italique les sujets réels, en gras. 1. Le ciel est gris ; if pleut. — 2, Dans nos mes, if flotte une vague tristesse. — 3. Lihiver sévit : i neige, i vente ; if faudrait des secours aux malheureux. — 4. I importe que chacun fasse son devoir. — 5. N’est-if pas juste que tout dom- mage soit réparé par celui qui I'a causé ? — 6. 1 ne suffit pas d'avoir du talent, if faut encore du caractére, 74. - Tournez les phrases suivantes par la forme impersonnelle, avec sujet apparent et sujet réel : 1. Mourir pour son pays est héroique. / H est héroique de mourir pour son pays. — 2. Chercher un abri sous un arbre pendant un orage est imprudent. / I! est impra~ dent de chercher un abri sous un arbre pendant un orage. —- 3. Louer quelqu'un comme il veut étre loué est difficile, / I! est difficile de lower quelqu'un comme il veut étre lowé. — 4. Se tirer d'un tel embarras efit été impossible. / i! edit été impossible de se tirer d'un tel embarras. — 5. On aurait dit que de la neige était tombée. / I semblait que de la neige était tombée. — 6. Quelque chose de mystérieux se passe dans ce chiteau. / Il se passe quelque chose de mystériewx dans ce chateau. 75. Tournez par la forme personnelle les phrases suivantes : 1, I me vint une idée. / Une idée me vint. — 2. It surviendra des difficultés. / Des difficultés surviendront. — 3. Vi ne suffit pas toujours de quelques efforts pour réussir. / Quelques efforts ne suffisent pas toujours pour réussir. — 4, Ml sera mis fin & ces extravagances. / On mettra fin a ces extravagances. — 5. Il se trouvera toujours des Anes pour braire contre la science. / On trowvera toujours des anes (ou : Des dnes se trouveront toujours) pour braire contre la science. 76. -Soulignez les sujets ou groupes sujets des infinitits ou des participes en itatique. © Les sujets ow groupes sujets sont mis ici en gras. a) 1. Sentends siffler te train. — 2. Dieu aidant, nous vaincrons bien des dif ficultés. — 3, Je vois la premiére hirondelle fourner autour du clocher. —- 4. Nous allons, toutes précautions prises, nous engager dans cette affaire. LE SUJET 23 b) 1. Laissez dire les sots : le savoir a son prix. (La Fontaine.) — 2. La pritre finie, nous revinmes tristement vers le coin de ile ob la barque était amarrée, (A. Daudet.) — 3. On voyait entre les arbres courir Jes esclaves des cuisines. (Flaubert.) — 4. Je regardais au loin toutes les petites clartés des maisons s'é- teindre une & une dans le bourg. (G. Sand.) — 5. Moi je suis resté seul, toute Jole ayant fui, Seul avec ce pédant qu'on appelle ennui. (Hugo.) 77.-VOCABULAIRE : 1. Cherchez dans le dictionnaire le sens de: sévir, pédant, typhon. © sévir : punir avec rigueur ; se faire sentir vivement. pédant : personne qui fait éalage ou parade de son savoir typhon : dans les mers de Chine ou du Japon, violente tempéte. 2. Par quel nom général désigne-t-on : celui qui creuse des puits ?— qui pprend un métier ? — qui cultive la vigne ?— qui s’occupe de la culture des (lat. hortus, jardin) ? — qui fait des statues ? © Celui qui creuse des puits : le puisatier ; — qui apprend un métier : Yap- prenti : — qui cultive la vigne : le vigneron ou le viticulteur ; —- qui s'occupe de la culture des jardins : 'horticulteur ou le jardinier ; — qui fait des statues : le statuaire. 3. Donnez 2 homonymes de so/; — 2 de chat. © Deux homonymes de sof: sole (poisson) ; un so! ditse. — Deux homo- nymes de chat : le chas d'une aiguille ; le schah (ou : chah, ou : shah) d'Iran. 78. - ORTHOGRAPHE : Notez dans le carnet d’orthographe : embarras, débarrasser, mystére, extravagant, travail fatigant, amerrer, bourg. 79, - PRONONCIATION : Prononcez bien : zéde {zéd’, et non: z8t'}, oncle [onkl’, et non : onk’}, peuple {peuol’, et non : peup’], clown [kloun’), gageure (ga- jr} 80. - LANGAGE : Dites : «|'outil dont j'ai besoin» [et non: ... que j'ai besoin); — «vous le ferez facilement » ou «il vous sera facile de le faire» [et non: «vous aurez facile de le faire »}. — Employez dans deux phrases de votre invention : «... dont j'ai besoin», — ot; «ll me sera facile de... ». © Dans ma petite bibliothéque, les auteurs sont rangés par ordre alphabé- tique : je mets rapidement la main sur le livre dont j'ai besoin. — Hl me sera facile de vous donner Je renseignement que vous me demandez. 81. - PHRASEOLOGIE ; Imitez, dans deux courtes phrases, le tour (infinitif en téte e Ia phrase) : « Oublier ma promesse, je ne le ferai pas. » © 1. Faire cinquante kilometres a pied en deux heures, c’était impensable. — 2 Abandonner nos amis dans le malheur, comment le pourtions-nous ? 24 LA PROPOSITION COMPLEMENTS DU VERBE 1, COMPLEMENT D'OBJET DIRECT Une Servante a tout faire, 4 tout dire... La Péguinotte, qui devait bien friser la soixantaine, rouge, rablée, le poil gris, raide comme crin, avait accaparé les gros travaux domestiques. Elle /avait les carreaux, coupait le bois, allumait le feu, coulait \a lessive, cassait les olives, salait le jambon, fumait le lard, repassait le linge, cui- sait les confitures, servait la patée aux chiens, étrillait la mule, béchait le potager et ne refusait jamais de donner un coup de main, quand on battait te bié en juillet, sur aire bralante. Moyennant quoi elle s‘érait arrogé le droit de tout dire, et particuligrement ce qui lui semblait désa- gréable 4 entendre. Le plus souvent elle se plaignait. Rien ne pouvait la satisfaire. Elle avait un haut sentiment de la perfection. C’est pour- quoi elle grondait le cochon, gourmandait la chévre, morigénait la volaille et cowvrait le chien de reproches. Parfois méme, s’en prenant avec vio- lence a linvisible, elle insultait les vents qui ne soufflaient pas a son gré. Henri Bosco, L’Ane Culotte. © Editions Gallimard. 82. - Ectivez dans une 1°* colonne les verbes en italique du texte d’Henri Bosco, — et dans une 2* colonne, en les faisant correspondre 4 chacun d'eux, les com- pléments d’objet directs. © VERBES OBJETS DIRECTS | VERBES OBJETS DIRECTS friser la soixantaine refusait de donner un coup avait accaparé de main Javait donner un coup de main coupait le bois battait fe ble allumait te few stétait arroge le droit de... coulait la lessive dire tout cassait les olives satistaire a salait Je jambon avait un haut sentiment... fumait le lard srondait le cochon repassait Je linge gourmandait la chévre cuisait les confitures morigénait 1a volailie servait Ia patée | couvrait Je chien éccilait ta mule insultait Jes vents qui... béchait Je potager 83. - Mame exercice. 8) 1. Qui de nous n’aime Ja louange ? — 2. La richesse fait-elle le bonheur ? — 3. Une fime courageuse ne craint pas le danger. — 4. Si vous avez acquis des COMPLEMENT D'OBJET DIRECT 25 connaissances, considérez-les comme un capital précieux. — $. Les amis que vous avez, les aurez-vous encore dans l’adversité ? — 6. On rencontre certaines gens qui prétendent tout savoir. b) 1. Qui ne risque rien n’a rien. — 2. Avez-vous bien fait ce que vous ont commandé vos parents? — 3. Que de gens ont deux caractéres : celui qu’lls montrent et celui qu’ils ont — 4, L’esprit qu’on veut avoir gate celui qu’on a. (Gresset.) ¢ VERBES = OBJETS DIRECTS | VERBES OBJETS DIRECTS #) aime la louange b) risque rien fait le bonheur a rien craint Je danger aver fait ce que... avez acquis des connaissances ‘ont commandé que considérez les ‘ont deux caractéres avez que montrent qu’ aurez les, ‘ont qu’ rencontre _certaines gens avoir qu’ prétendent tout savoir a qu’ savoir tout 84. - Relevez les compléments d‘objet directs ; dites quel verbe chacun deux complete. Ne gardons pas rancune, Avoir de la rancune contre quelqu’un, c’est garder, d’une fagon tenace, le souvenir des offenses qu'il nous a faites et désirer, en méme temps, en tirer une vengeance qu’on attendra patiemment. Considérez bien Ia laideur d'un tel sentiment, ot l'on trouve a la fois de I'hypocrisie, de la poltronnerie et de la méchanceté. Elle prend, a l'oc- casion, des apparences aimables, elle suit des sentiers tortueux, elle épie sa victime sans oser la frapper en face. © VERBES OBJETS DIRECTS | VERBES OBJETS DIRECTS avoir de la rancune... considérez Ia laideur... garder le souvenir. trouve de I'hypocrisie.. a faites qu’ prend des apparences aimables désirer en tirer... suit des sentiers tortueux tirer tune vengeance epie sa_victime attendra qu’ frapper ta 85. - Remplacez les trois points par un complément d’objet direct : a) 1, Je prends /e train. — 2. Le soleil éclaire a terre. — 3. Le retour des hiron- delles annonce fe printemps. — 4, Les belles plumes font les beaux oiseaux. — 5. Nous fuirons toujours fe mal, — 6. Il est utile d’apprendre plusieurs langues étrangéres. — 7. Qui cherchez-vous ? —- 8. Notre patrie nous est chére : nous Ja défendrons si on I'attaque. 26 LA PROPOSITION b) 1. Le sage supporte les défauts du prochain. — 2. Un véritable ami console son ami. —~ 3. La Seine arrose Paris. — 4. Gutenberg a inventé !"imprimerie, — 5. Socrate fut condamné A boire Ja cigué. — 6. II faut casser le noyau pour avoir Vamande. 86. -Employez dans de courtes phrases les mots (ou groupes) suivants comme compléments d’objet directs : a) 1. Nous aimons nos parents. — 2. Battons /e fer quand il est chand, — 3. Je hais le mensonge. — 4. Je lis volontiers les podtes. — 5, Vous aimerez votre pro- fession. — 6. Que de gens cherchent les richesses !— 7. Le fourbe aura son chéti- ment. — 8. Notre mére sait partager nos peines. b) 1. Jaime @ dire. — 2. Le sport nous fortifie. — 3. Je ferais rout pour vous plaire. — 4. Quine risque rien n'a rien. — 5. Ecoutez le vent gémir dans la ramure. — 6, Le sage sait que fout passe. — 7. Dites-moi si vous viendrez. — 8, Je me demande pourquoi tu hésites. 87. -Soulignez les compléments d’objet directs et quand le compiément est un groupe de mots, encadrez le centre du groupe. @ On a mis ici en gras le centre de chaque groupe. 1. Le vice montre parfois des dehors trompeurs. — 2. Qu'attendez-vous de ja vie ?— 3. Notre histoire nationale atteste /a vaillance de nos afeux. —4, L’homme droit abhorre tout accroc @ la vérité, — 5. Sachons réfléchir avant de prendre une résolution importante. — 6. Les chels-d’ceuvre de Tart charment quiconque a fe godt délicat. — 7. Nous craindrons les trompeuses amorces des charlatans. — 8. Comment un autre gardera-t-il ton secret si tu ne le gardes pas toi-méme ? 8 Soulignez les noms compléments d’objet directs et encadrez chaque fois Je pronom de reprise. © On a mis ici en gras le pronom de reprise. 1. Notre avenir, nous le préparons nous-mémes. — 2. Ce probléme, vous le résoudrez si vous réfléchissez bien. — 3. Poules, poulets, canards, chapons, le renard trouvait tout A son godt. — 4, Les difficultés, vous les surmonterez si vous étes patients et méthodiques. — 5. Quelle surprise m’a causée votre lettre, je ne saurais la décrire. — 6. Cet immense bourdonnement des étés de mon enfance, je ne Ventends plus qu’au-dedans de moi. (Fr. Mauriac.) 89. - Joignez & chacun des verbes suivants un sujet et un complément d'objet direct : défend coate connait procure porte pase pardonne racontent © 1. La loi morale défend le vol. — 2. Le bois debout porte de lourds fardeaux. — 3. Ce travail me co0te beaucoup d’efforts. — 4, On pese le colis avant de l'expé- dier. — 5. Qui se connait bien soi-méme ? — 6, Quand vous vous repentez, on vous pardonne votre faute. — 7. La péche a fa ligne procure & bien des gens une douce tranquillité. — 8. Les cieux racentent la gloire de Dieu. COMPLEMENT D’OBJET INDIRECT 27 90. - VOCABULAIRE : 1. Rangez dans l'ordre alphabétique : semer, arbre, salade, Jettre, dormir, dominer, sécher, dorer. © Arbre, dominer, dorer, dormir, lettre, salade, sécher, semer. 2. Expliquez : « /riser la soixantaine », « étriffer la mule », « battre le bié sur Hire », « Serroger un droit », « morigéner queiqu’un », « gourmander quelqu‘un ». © Friser la soixantaine = avoir tout prés de soixante ans. — Evriller la mule = la brosser, Ja panser. — Battre le blé sur I'aire = ... sur une place unie et préparte A cet effet. — Svarroger un droit = se lattribuer mal & propos. — Morigéner qqn = le gronder en lui faisant de vives remontrances. — Gourmander qqn = le réprimander avec dureté. 3. Quel est le nom général désignant (suffixe -aire) : un homme agé de 50 ans ? — de 60 ans ? — de 70 ans ? — de 80 ans ? — de 90 ans ? — de 100 ans ? © Un homme Sgé de $0 ans = un guinguagénaire ; — de 60 ans = un sexa- génaire ; — de 70 ans = un septuagénaire ; — de 80 ans = un octogénaire ; — de 90 ans = un nonagénaire ; — de 100 ans = un centenaire. 91, -ORTHOGRAPHE : Notez dans le carnet d’orthographe : accaparer, aire (d'une grange), s’arroger (un droit), souffier, siffler. persitier, hypocrisie. 92. -PRONONCIATION : Articulez bien les consonnes finales: /essive [et non: lessit'], désegréable & entendre {et non: désagréap’ a entent’], fa chévre {et non : chat'}, ‘invisible (et non : invisip’). 93. -LANGAGE : Nedites pas :« s‘acceparer de quelque chose » ; —dites : « accaparer quelque chose », Employez le tour correct dans une phrase de votre invention. * On accuse ce profiteur de vouloir accaparer tout le beurre du canton. 94, -PHRASEOLOGIE : Inventez deux courtes phrases of vous emploierez moyen- nant quoi. © 1. On se procure un bon, moyennant quoi on obtient de essence. — 2. Vous me signerez un chéque de dix mille francs, moyennant quoi nous serons @accord, 95. - PONCTUATION : Mettez la ponctuation : Chaque fois et 4 plusieurs reprises, chemin faisant, elle lui disait : « Retournez-vous, ce n'est pas la peine de me conduire, on ne risque rien ici.» (André Chamson.) 2. COMPLEMENT D‘OBJET INDIRECT Le Culte des aieux, Comment ne vouerions-nous pas 4 nos aieux un amour filial quand tout nous rappelle les bienfaits que nous leur devons, quand tout nous inspire des pensées de reconnaissance envers eux, qui ndus ont légué tant de choses dont nous jouissons? Ces champs fertiles, ces maisons, ces 28 LA PROPOSITION ponts, ces routes, c'est eux qui nous en ont transmis la possession ou l'u- Sage; ces connaissances, cette langue, ces libertés, trésors que nous pré- férons a n’importe quels biens, c’est eux encore qui en ont assuré A chacun de nous le bénéfice. Qui pourrait en douter et qui n'obéirait pas a ces élans profonds qui nous poussent 4 leur rendre un filial hommage? 96. - Ecrivez dans une 1'* colonne les verbes en italique du texte ci-dessus, — et dans une 2* colonne, en les faisant correspondre sur chaque ligne, les com- pléments d’objet indirects. © VERBES = OBJETS INDIR. | VERBES OBJETS INDIR. vouerions @ nos aleux ont transmis nous rappelle nous préférons A n'importe quels biens devons leur ont assuré —& chacun de nous inspire nous douter en ont Kegué nous obéirait & ces élans profonds jouissons dont rendre leur 97. - Méme exercice. a) 1. Qui donne au pauvre préte & Dieu. —- 2. Nous pardonnerons & ceux qui nous ont nui. — 3. Témoignez & vos parents une tendre affection ; gardez-leur une profonde reconnaissance. — 4. Par votre application vous me prouverez que vous avez compris les recommandations que je vous ai faites ; je ne douterai pas de votre succés. b) 1. Aux petits des oiseaux Dieu donne leur pature. — 2. Nos précepteurs ressemblaient & des hérauts d’armes. (Vigny.) — 3. A la psalmodie succédait un silence qui ne régne aussi complet qu'au désert et sur les cimes. (Fr. Jammes.) — 4. VoilA comment j'échappai Vobjection que me proposait implicitement T’Adversaire. (M. Barrés.) — 5. Gardes, qu'on ob¢isse aux ordres de ma mére ! (Racine.) — 6. L*hypocrisie est un hommage que Je vice rend & la vertu. (La Ro- chefoucauld.) — 7. Je songe a ce village assis au bord des bois. (J. Moréas.) — 8. Vos auménes la-haut vous font une richesse. (Hugo.) @ VERBES OBJETS INDIR. VERBES = OBJETS INDIR. a) donne au pauvre ) donne aux petits des oiseaux prite a Dieu ressemblaient 4 des hérauts d’armes pardonnerons a ceux... succédait 4 la psalmodie ‘ont nui nous échappai a Tobjection... témoignez vos parents proposait me gardez Jeur obtisse aux ordres de ma mére Prouverez = me rend a la vertu ai faites vous songe a ce village... douterai de votre succés font vous 98. - Remplacez les trois points par un complément d’objet indirect. a) 1. Nous compatirons 4 votre matheur. — 2. Faites du bien méme 4 vos enne- mis. — 3, Il faut se soumettre a la nécessité. — 4. Une mére se dévoue @ ses enfants. — 5. On ne pense jamais @ tout. COMPLEMENT D'OBJET INDIRECT 29 b) 1. Nous pouvons nous confier @ nos parents. — 2. Les pouvoirs publics sévissent contre les infractions au code de ta route. — 3, On doit préférer Phon- neur @ fa fortune. — 4, On accorde volontiers sa confiance @ l'homme droit. — 5. La vanité déplait @ rout le monde. — 6. Un bon maitre sait parfois user de sévérité. 99. -Joignez 8 chacun des infinitifs suivants un complément d’objet indirect : 1, Parler & sa mére. — 2. Jouir d'une bonne santé. — 3, Succéder a son pére. — 4, S'apercevoir de son erreur. — 5, Commander d ses passions. — 6. Résister 4 oppression. — 7. Médire de son prochain. — 8. Sourire d'une plaisanterie. — 9. Sopposer a un projet. — 10. Hériter d'une maison, 100. -Inventez de courtes phrases od vous emploierez, chacun avec un complé- ment d’objet indirect. ies verbes suivants : convenir préférer attribuer céder abuser comparer substituer preter @ 1. Nous sommes convenus du prix de cette propriété. — 2. N’abusons pas des bonnes choses. — 3. Je préfére Vutile a Fagréable, — 4. Le poéte compare les étoiles @ des diamants. — 5. Ne nous attribuons pas toutes les qualités, — 6, Substituez le terme propre au terme vague. — 7. Il faudea bien céder d ta né= cessité. — 8. En secourant les matheureux nous prétons @ Diew 101. - Distinguez pare lique les compléments d’objet directs et les compléments d’objet indirects. 1. Nous aimons les livres fobj. dir.] qui nous fobj. dit.] instruisent et nous {obj. ind.} ouvrent ‘esprit [obj. dir.]. — 2. Les paresseux ne doivent généralement imputer leurs échecs {obj. dir.] qu’a ewx-mémes (obj. ind.]. — 3. Il faut se fobj. dir,] soumettre d Nautorité légitime {obj. ind.]. — 4. Ce bloc enfariné ne me [obj. ind.] dit rien (obj. dir.) qui vaille, (La Fontaine.) — 5. Je vous fobj. dir.) exhorte 4 bien travailler {obj. ind.]. — 6, Je me [obj. dir.] convaines que vous réussirez {obj. ind.}. — 7. La mouche se plaignait qu'elle agissait seule [obj. ind.). 102. - VOCABULAIR: © léguer : donner par testament ; figurément : transmettre. implicitement : d'une maniére implicite, c’est-i-dire par qq.ch. qui est vir- tuellement contenu dans une proposition, un fait, sans étre formellement exprimé. 1. Quel est le sens de /guer ?— de implicitement ? 2. Quel est le verbe signifiant «amasser de I'argent» (lat. thesaurus, teésor) ? © Amasser de largent : shésauriser. 3. Comment appelie-t-on la transmission héréditaire de certains carac- téres, la ressemblance avec les aieux (lat. atavus, aieul ; atavi, les ancétres) ? © Crest l'atavisme. 103. - ORTHOGRAPHE : Notez dans le carnet d’orthographe : un /egs, thésauriser, pature. un héraut d’armes, cime (sans circonflexe), exhorter, il se convainc. 30 LA PROPOSITION 104. - PRONONCIATION : Nous vouerons [vo0-rons: ne pas CC un fegs {on prononce généralement : /é), je préférerai (la 2* syllabe, en dépit de accent aigu, se prononce ; /é]. 105.- LANGAGE : 1, On dit : « se souvenir de quelque chose », mais : « se rappeler quelque chose ».—- Dans les phrases suivantes, au lieu de se souvenir employez se rappeler: «Je me souviens des jours anciens » ; — « Les pre- miers livres dont je me souviens ». @ Je me rappelie /es jours anciens. — Les premicrs livres que je me rappelie. 2. Anglicisme (canadianisme) : « Se munir d'une Mashlight ». — L'ex- pression frangaise est /ampe de poche. — Employez-la dans une petite phrase. © Ma lampe de poche faisait dans le sentier un pile cercle de clarté. 106.- PHRASEOLOGIE : Au moyen de c'est... que mettez en relief les mots en ita- lique : «Je pars demain» ;—«A [euvre on connait \artisan»; —~ «Je demande un bien petit service». © C'est demain que je pars. — C'est & Veeuvre qu'on connalt Iartisan. — Crest un bien petit service que je demande. 107. - ANALYSE : Indiquez {a fonction des mots en italique: «ils se sont rendu compte de leur erreurs; — «Nous nous sommes donné des gages»; — «lls se sont félicités mutuellement ». @ se: objet indirect de sont rendu. nous : objet indirect de sommes donné. bjet direct de sont félicités. 3. COMPLEMENT CIRCONSTANCIEL La Halte des Bohémiens, La troupe errante vient de planter ses tentes sur la rive du fleuve. Entre les roues des chariots, derriére des lambeaux de tapis, on voit briller le feu. La horde alentour appréte son souper. Sur le gazon, les chevaux paissent 4 Yaventure. Un ours apprivoisé a pris son gite auprés d'une tente. On part demain 4 l'aube et chacun fait gaiement ses préparatifs. Les femmes chantent, les enfants crient, les marteaux font résonner l'en- clume de campagne. Mais bientét sur la bande vagabonde s‘étend le silence du sommeil et le calme du steppe n’est plus troublé que par le hurlement des chiens et le hennissement des chevaux. Tout repose: les feux s’éteignent, la lune brille seule dans le lointain des cieux, versant sa lumiére sur la horde en- dormie. Prosper MERIMEE. a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 32 LA PROPOSITION 110. - VOCABULAIRE : 1. A { steppe: manoir. je du dictionnaire, expliquez : horde; apprivoisé» © horde : tribu tartare ; peuplade errante ; troupe de gens indiscipiinés, mal- faisants, apprivoisé : (animal) rendu moins sauvay steppe : vaste plaine inculte, sans arbres, & la végétation pauvre et herbeuse. manoir : habitation d'une certaine importance, entourée de terres. 2. Que signifie : «en amont du pont»? — Quel est le contraire de en amont ? © En amont du pont : au-dessus du pont, par rapport au cours du fleuve ou de la riviére. Le contraire est : em aval. 3. Dessinez une clef et indiquez, a cOté de chacune de ses parties, le nom qui la désigne /tige, anneau, panneton). 411, -ORTHOGRAPHE : Notez dans le camet d'orthographe : if pait, galement (ou : gaiment), apprivoisé, gite, résonner, irascible, thoumaturge. 112. - PRONONCIATION : Briller (bri-yé, et non : bril-yé], ours [faire entendre I's], fa bande vagabonde (bien articuler la consonne finale), hennissement [6-nis-man}. 113. - LANGAGE : «Un voyageur est une espéce d’historien. » (Chateaubriand.) — Inventez deux courtes phrases od vous emploierez «une espéce de» suivi d'un nom masculin (et gardez-vous de dire: «un espece de ») © 1. Mon polichinelle, tout dépenaillé, borgne et manchot, était devenu une espéce de monstre. — 2. Ce personnage était coiffé d'une espéce de casque. 114. - PHRASEOLOGIE : « La troupe errante plante ses tentes sur {a rive du fleuve. » Mettez en inversion le complément circonstanciel, — Par quel autre moyen pourrait-on mettre en relief ce complément circonstanciel ? © Sur la rive du fleuve, la troupe errante plante ses tentes. — Autre tour met- tant en relief Je complément circonstanciel : C'est sur la rive du fleuve que la troupe errante plante ses tentes. 115. - Composez 2 phrases contenant chacune un complément circonstanciel de temps et un de lieu. © 1. I'sime A contempler, fe soir, de ma fenétre, Je ciel etoile. — 2. Chaque année, nous passons nos vacances dans le Valais. 116, - Discernez les compléments circonstanciels de temps et dites de chacun d’eux s'il marque : 1° I'époque ; 2° la durée 1. Tout renait aw printemps (époque]. — 2. Lors du déluge [époquel, il plat durant quarante jours [durée]. —- 3. Nuit et jour {durée}, toutes sortes de craintes assaillent lavare. — 4. Certains insectes ne vivent qu'un jour (durée]. — 5. Quand ‘il pleut {époque] a fa Saint-Médard (époquel, il pleut quarance jours (durée] plus tard (Epoque). — 6. Et je sais que de moi tu médis M'an passé [époque]. (La Fon- taine.) COMPLEMENT CIRCONSTANCIEL 33 117. - Inventez de courtes phrases contenant chacune un complément circonstan- ciel de temps répondant aux questions suivantes : 1, (En quelle année 7] La bataille de Waterloo s'est livrée en 1815, — 2. (En combien d’années 2} La croissance de Pétre humain s'accomplit en vingt-cing années environ, — 3, (Depuis combien de temps 2] Que de progrés la science a faits depuis cent ans ! — 4, (Pour quand 2} Les prévisions météorologiques an- noncent pour demain un ciel trés nuageux. — 5. [Combien de temps avant 2] La chanson dit de La Palisse qu'un quart d'heure avant sa mort, il était encore en vie, — 6, [Pour combien de temps 7] Nous n'avions des provisions que pour trois jours. 118. - Faites entrer dans une courte phrase chacun des compléments circonstan- els de temps que voi 1, A Wheure de midi, le soleil est haut dans le ciel. — 2. Certains animaux hibernants, comme la chauve-souris, Ia marmotte, le hérisson, tombent pendant Vhiver dans un état dengourdissement. — 3. Bravo ! dans un mois nous crierons : Vivent les vacances ! — 4, Le rossignol, dans Je jardin, a chanté durant toure fa nuit. — $. Demain, départ de bon matin : il faudra nous lever de bonne heure ! — 6. Quelle détente en perspective ! Nous serons, pour huit jours, sur la Cote d'Azur, 119. - Discernez les compléments circonstanciels de lieu et dites de chacun d’eux s'il marque : 1° la situation ; 2° la direction ; 3° origine ; 4° le passage. 1. Un pinson chante dans le feuillage [sit.]. ~ 2. Les Romains tiraient de la Sicile (orig.] beaucoup de blé. — 3. Le renard et le bouc descendirent dans un puits (dir.]. — 4. Une belette entra dans un grenier dir.) ; aprés s'étre repue, elle voulut sortit par fe trow de la porte [pass.], mais rebondie qu’elle était, elle ne put retourner dans son logis {dir.|. — $. De la forét (orig.| arrivent jusgu’é nous (dir.] des effluves pénétrants, — 6. Un incendie éclata dans ma rue [sit.) ; les pompiers arrivérent sur les liewx (dir.] ; d’énormes nuages de fumée sortaient par les fenétres [pass.] ; des cris d'effroi venaient du troisiéme étage lorig.], — 7. Le voile du matin sur les mionts {sit.) se déploie. (Hugo.) — 8, Quittez les bois, vous ferez bien : Vos pareils y [sit.] sont misérables. (La Fontaine.) 120, - Joignez & chacune des propositions suivantes un complément circonstan- selon lindication mise entre crochets : 1. Le corbeau tenait {View} dans son bec un fromage. — 2. Un loup affamé vint [liew : passage) par les fentes de Venceinte observer "état du troupeau. — 3. Ii faut manger [but] pour vivre. — 4, La grenouille voulait égaler le boeuf [point de vue] en grosseur. — $, Il ne faut pas faire "aumdne [cause] par vanité, — 6, La forét nous charme particuli¢rement [temps] en automne, — 7, Le maitre encourage Véléve [moyen] par ses félicitations. — 8. Le renard mourant presque [cause] de faim vit (lieu) au haut d'une treilte des raisins mors apparemment, 121. - Employez dans une courte phrase chacun des verbes suivants en y joignant chaque fois un complément circonstanciel appropri : ~ travailler parler monter semer s'instruire entrer attendre porter © 1. Jaime a voir un ouvrier travailler avec préctsion. — 2. On sinstruit pour Ia vie. ~- 3. Appliquons-nous & parler correctement, — 4. BientOt vous entrerez 34 LA PROPOSITION dans la vie active. — $, Quand I"homme est monté sur te faite, il aspire & des- cendre. — 6. Le vrai bonheur est peut-étre celui qu'on attend depuis longtemps. —7. Il faut semer pour récolter. — 8. Je porte dans mon ceur des souvenirs tes chers. 122. - VOCABULAIRE : 1. Quel est ie nom général désignant : celui qui peint des portraits ? — Vouvrier qui travaille le zinc ? — celui qui fait métier de prendre des oiseaux ? © Le portraitiste. — Le zingweur. — L'aiseleur. 2. Cherchez dans le dictionnaire le sens de treille; de éphémere; de effiuve. © treille : ceps de vigne élevés contre un mur ou contre un treillage. éphéméze : qui ne dure qu'un jour; de courte durée. effluve ; émanation qui se dégage des corps organisés ou de certaines sub- stances. [Le mot est masculin.} 123. -ORTHOGRAPHE : Notez dans le carnet d’orthographe : forét, mourit, nourrir, it plait, it clot, it git. 124, - PRONONCIATION ; Anticulez bien les consonnes finales: dé/uge [et non: dé-ldch’], insecte [et non : in-sdk’). feuillage (et non : feuil-léch’]. effluve {et non: ef-fl0f") 125. -LANGAGE : Ne dites pas : s‘entraider mutuellement (il y a piéonasme) ; — dites simplement : s‘entraider. inventez une courte phrase o8 vous em- ploierez ce dernier verbe. @ Il faut s'ensraider : c'est la une belle régie de charité. 126. -PHRASEOLOGIE : « C%était merveille de l'entendre. » — Imitez cette tournure dans une phrase. * Mon frére adore Ia natation ; c'est merveille de le voir nager ta brasse pa~ pillon. 127. - ANALYSE : Soulignez les compléments circonstanciels dans : Hier un incendie éclata subitement dans mon quartier. ‘© Compléments circonstanciels : hier, — subitement, — dans mon quartier. 4. COMPLEMENT D'AGENT Pour Ia paix. La paix! la paix! voild ce qu'il nous faut. C’est par la paix que les hommes sont incités 4 chercher la prospérité, c'est par elle que tous les @tres sont remis a leur place véritable. Par la guerre on voit les mauvais instincts prévaloir: Je meurtre, la rapine et le reste. Ainsi la guerre est COMPLEMENT D'AGENT 35 aimée des hommes de mauvaise vie, et c’est par elle qu’ils sont revétus d’une fausse grandeur. En temps de paix, ils ne seraient rien; on verrait trop facilement que leurs pensées, leurs inventions et leurs désirs, ne sont engendrés que par des génies détestables. L’homme a été créé par Dieu pour la paix, pour le travail, l'amour de la famille et de ses semblables. Or, puisque la guerre va contre tout cela, c’est un véritable fléau. On comprend que, de tout temps, elle ait été détestée des méres et condamnée par tous les gens de coeur. D'aprés ERCKMANN-CHATRIAN, Madame Thérése. (Hachette, éditeur). 128. -Ecrivez dans une 1° colonne les verbes passifs du texte ci-dessus (ils sont en italique), et faites correspondre 4 chacun d’eux, dans une 2° colonne, les compléments d’agent. © VERBES PASSIFS COMPL. D’AGENT sont incités par la paix sont remis par elle est aimée des hommes... sont revétus par elle sont engendrés par des génies détestables a &é re par Dieu ait &é détestée des méres (ait &€) condamnée par tous les gens de coeur 128. - Dans les phrases suivantes, relevez les compléments d’agent (en enca- drant le centre si ce complément forme un groupe de mots) et dites quel verbe passif ils complatent : © On a mis ici en gras tes centres des compléments d'agent. a) 1. Quoi que nous fassions, nous serons louds par ceux-ci, blimés par ceux-la, — 2. Nous oublions aisément nos fautes lorsqu'elles ne sont sues que de nous-mémes. — 3. L’homme fourbe n'est estimé de personne. — 4, Clovis fut baptisé a Reims par saint Remi. b) 1. Aucun juge par vous ne sera visité ? (Moliére.) — 2. Laissez-moi carpe devenir : Je serai par vous repéchée. (La Fontaine.) — 3. G flots, que vous savez de lugubres histoires ! Flots profonds redoutés des mires @ genoux ! (Hugo.) — 4. Ilest plus honteux de se défier de ses amis que d'en étre trompé. (La Roche- foucauld.) — $. Le pur enthousiasme est craint des foibles mes. (Vigny.) 130. - Tournez par ‘actif les phrases suivantes et observer bien que le complément agent devient le sujet du verbe actif : 1, Jerusalem a été prise par les croisés. / Les croisés ont pris Jérusalem. — 2. Honneur a ceux par qui ont été soulagés les maux de I'humanité ! / Honneur @ ceux qui ont soulagé tes maux de Uhumanité |! — 3, Le poste est charmé par les foréts. / Les foréts charment le poste. — 4. La boussole a été inventée par es Chinois. / Les Chinois ont inventé la boussole. — S. Les Géorgiques de Virgile ont été traduites en vers francais par Delille. / Delille a traduit en vers francais les Géorgiques de Virgile. 36 LA PROPOSITION 131. - Tournez par le passif les phrases suivantes et soulignez chaque fois le com- plément d’agent (dont vous encadrerez le centre s'il y a lieu) : # On a mis ici en gras les centres de groupes. 1. Personne nestime le menteur. / Le menteur n'est estimé de personne, — 2. Honte a celui qui a trahi la patrie ! / Honte & celui par qui la patrie a été trahie ! — 3, Tous ceux qui le connaissent l'aiment, / II est aimé de fous ceux de qui il est connu, — 4. Ce qui importe, c'est que notre conscience approuve notre con- duite, / Ce qui importe, c'est que notre conduite soit approuvée par notre con- science. — 5. Les vents de l’'automne agitent la forét. / La forét est agitée par les vents de lautomne. 132. -Inventez de courtes phrases 00 les verbes suivants seront complétés par un complément d’agent : est arros¢ par sera loué par est apprécié de fut surpris par fut écrasé par est redouté de @ I. Paris est arrosé par fa Seine. — 2. Ce voyageur fut surpris par wr violent orage. — 3. Pour un si beau dévouement, cet homme sera loué par fous les gens de bien. — 4. Souvent le faible fut écrast par le fort. — S. Le vrai talent est ap- précié de tous les gens de goat. — 6. En Sicile, un tremblement de terre est redouté de beaucoup d’habitants. 133, - Faites entrer dans de courtes phrases les compléments d’agent suivants : par la pluie par le soleil de tout le monde par le malheur Par mes parents de personne © [. Les chemins sont détrempés par Ja pluie. — 2. L’homme fort ne perd pas courage quand il est poursuivi par fe matheur. — 3. La plaine était brilée par fe soleil de midi, — 4. Vai 8 autorist par mes parents & faire ce voyage. — 5. Le fourbe n'est estimé de personne. 134, -VOCABULAIRE : 1. Rangez dans lordre alphabétique : Musset, Barrés, Cor- neille, Racine, Daudet, Lamartine, Hugo, Pascal, Maeterlinck. Remuz. ‘© Barrés, Corneille, Daudet, Hugo, Lamartine, Maeterlinck, Musset, Pascal, Racine, Ramuz. 2. Cherchez dans le dictionnaire le sens de: inciter, lugubre. — Em- ployez chacun de ces mots dans une expression. © Inciter : pousser a, engager vivement a. — Inciter A bien faire. lugubre : qui exprime ou inspire une sombre tristesse. — Voix fugubre, 3. Donnez 5 mots de la famille de se/ (lat. sa/, salis). © Saler, dessaler, salaison, salade, salaire. 135. -ORTHOGRAPHE : Quand le mot saint s‘écrit-it par a majuscule ? Donnez trois exemples. © Saint s‘écrit par ta majuscule quand il s'agit d'une localité, d'une féte, dune rue, d'une epoque, etc. (autrement dit > quand il ne sert pas & designer le saint lui-méme) : La ville de Sainf-Quentin, — Il a plu a la Saint-Médard, — La rue Saint-Honoré. 136.- LANGAGE : Ne dites pas: « Vous risquez de gagner»; — dites : « Vous avez des chances de gagner ». Inventez une courte phrase oi) vous em- ATTRIBUT 37 ploierez risquer de, — et une phrase od vous emploierez avoir des chances de. © En courant si vite, yous risquez de tomber, — Achetez-moi dix billets : vous aurez des chances de gagner le gros lot! 137. - PHRASEOLOGIE : Complétez par un terme de comparaison : béte comme triste comme ...; doux comme...; pauyre comme ...; muet comme .. frais comme sourd comme ... [Choisir : I'ceil, un bonnet de nuit, un pot, une oie, Job, un agneau, une carpe.) © Béte comme une oie ; — triste comme un bonnet de nuit ; —dowe comme un agneau ; — pauvre comme Job ; — muet comme une carpe ; — frais comme Veil; — sourd comme un pot. 138.-PONCTUATION : Mettez la ponctuation : « Vous sentez bien, mes fréres, reprit le bon abbé Martin, vous sentez bien que ceci ne peut pas durer.» ATTRIBUT 1, ATTRIBUT DU SUJET Grand-pére et Grand-mére, Le grand-pére, 4 la mode des compagnons, avait gardé ses longues boucles et sa barbe carrée: ses poils frisés étaient aussi drus qu’au temps lointain de sa jeunesse, mais ils étaient devenus blancs comme la neige, autour de son visage rapetissé. La grand-mére avait « forci ». Elle était épaisse et lourde, sous un petit chignon jaunatre. Mais son visage était resté frais, parce que la graisse ten- dait ses rides. Ses gros yeux ronds riaient sans cesse, Elle n’avait plus qu'une dent, qui soulevait sa lévre supérieure. Cette dent unique était remarquable par sa taille et son éclat: elle paraissait grossie, bombée, blanche comme une amande pelée et semblait admirable & mon frére Paul, qui avait parfois la permission de la toucher du bout du doigt. D'aprés Marcel PAGNOL, Le Temps des secrets. (Pastorelly, édit.). 139, - Relevez, dans le texte de Marcel Pagnol, les attributs des sujets en italique. © On a mis en gras, dans le texte de Pagnol, les attributs des sujets (et, quand il ¥ avait lieu, les groupes attributs de sujets). 140, - Distinguez les attributs du sujet (écrivez dans une 1’* colonne les sujets, et dans une 2° colonne, en face de chacun d’eux, son attribut). a) J. La patience est une grande force. — 2. La solitude est la patrie des forts, — 3. Prendre une résolution est facile, Vexécuter est parfois difficile. — 4. La parole est d'argent, mais le silence est d'or. — 5. Le temps est un grand maitre. — 6, Donnez, riches ! l'auméne est seeur de la priére. (Hugo.) a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book ATTRIBUT 39 la cuisine qui... maigre les livres délicieux rares I — que vous n’étes pas... exact vous matheureux votre cas inexcusable ces petits cadavres et... que ? cette langueur qui... quelle sa distraction dinspecter... le coup dil vit le geste et la parole plus vifs 142. - Discernez les attributs du sujet et analysez-les. Une Feuille tombe. Lair est froid et sec [2 adj. qualif.; masc. sing.; attrib. du suj. ’air); les branches paraissent poudrées [adj. qualif.; fém. plur.; attrib, du suj. les branches] de gelée blanche, mais les feuilles restent bien vertes [adj. qualif.; fém. plur.; attrib. du suj. /es feuilles] encore. Pourtant le feuillage des marronniers est, par places, un peu pdle [adj. qualif.; masc. sing attrib, du sujet /e feuillage...|. Le vent devient coupant (adj. qualif.; masc. sing.; attrib. du suj. /e vent]; la ramure est en émoi [loc. adject.; neutre sing.; attrib. du suj. /a ramure]. Une feuille se détache; elle est légére [adj. qualif.; fém. sing.; attrib. du suj. elle] dans les remous de l’air; elle tourne un instant, flotte, remonte, vire 4 droite, 4 gauche, se retourne; elle est pareille [adj. qualif.; fém. sing.; attrib. du suj. elle] & un oiseau blessé. Enfin elle semble si fatiguée [adj. qualif.; fém. sing.; attrib. du sujet elle] qu'elle s'abandonne et se pose avec un frottement léger comme un soupir sur le pavé. 143. - Remplacez les trois points par un attribut du sujet. 1. Tout homme est mortel. — 2. L'instruction est un trésor, — 3, Nos parents sont bons. — 4, Cette pice de monnaie parait fausse, — 5. Mon ami a été nom- mé directeur. — 6. Nous ne sommes que rarement contents de nous-mémes, — 7. Les apparences sont souvent trompeuses : tel personnage qui semblait sincere est en réalité hypocrite, 144. - Formez de courtes phrases en donnant un attribut aux mots suivants em- ployés comme sujets : mensonge instruction vivre tout qui (relatif) printemps _ soleil foret chacun ce (pronom) © 1. Le mensonge est odieux. — 2. Le printemps est une belle saison. — 3. Line ‘Struction est utile, — 4. Le soleil semble voilé. — 5. Vivre, c'est Intter. — 6. La forét parait pleine de mystére. — 7. Tout devient facile quand on est courageux. — 8. Chacun est artisan de sa fortune. — 9. Cette rose, qui était épanoiie le ma tin, a perdu maintenant ses pétales. — 10. Tenter cette entreprise ? ce serait folie. 40 LA PROPOSITION 145. - Formez de courtes phrases 0 les mots suivants seront employés comme 146. - attributs du sujet : aimable vice quel (interrog.) ce que (relat.) meilleur noble qui (relat.) roi a plaindre #1. La vertu est aimable. — 2. Quand nous sommes contents, notre entourage nous paralt meilleur. — 3. L’ivrognerie est un vice. — 4. Une ame noble reste noble dans V'adversité, — $. Quel est votre sport préfért ? — 6. Je resterai gui je suis, —- 7, Serez-vous plus tard ce que vous voulez étre ? — 8. L’homme est le roi de 1a création. — 9. Nous admirons le grand savant gue fut Pasteur. — 10. Ce malheureux est bien a plaindre. Composez trois phrases 06 ['attribut du sujet sera en téte. © 1. Grande fut ma déception, — 2. Tei sera votre sort. —- 3. Heurewx ceux qui ont faim et soif de la justice { 2. ATTRIBUT DU COMPLEMENT D’OBJET 147.- 148. - 149. - Dans les phrases suivantes, soulignez les attributs du complément d’objet et encadrez le mot auquel chacun d’eux se rapporte © On met ici en gras les mots auxquels les atéributs se rapportent. a) 1. Quand nous jugeons Voceasion favorable, saisissons-la. — 2. Votre vie vous Ia voulez noble ; yous la rendrez elle en vivant en gens d’honneur. — 3. Quand un danger est passé, souvent on le trouve ferrible. — 4, Des person- ages que leurs contemporains avaient crus grands, la postérité parfois tes juge médiocres. ~~ 5. Ma grand-mére usait d'une tisane comme reméde universel, b) 1. L’expérience nous fait sages en nous blessant. — 2. On n’aime pas ceux que leur grandeur rend dédaignewx. — 3. Bien des gens se jugent dignes des plus hauts emplois ; comme la nature ne fes en a pas rendus capables, on les voit contents dans Jes emplois médiocres. — 4. Certaines gens veuient garder intacts leurs instincts bons et mauvais ; on les trouverait meilleurs s'ils extir- paient leurs défauts et s‘ils développaient leurs qualités. — 5. Des prisonniers, se servant d'un canif comme outil, ont fabriqué des objets qui sont de vrais chefs-d'euvre. Remplacez les trois points par un attribut du compiément d’objet. 1, Nous garderons notre courage intact, — 2. Vous trouverez sans doute admirable \a vie de ceux qui travaillent & rendre meilleur te sort de "humanité, — 3. Une nation qui a produit beaucoup de grands hommes, nous la jugeons éminente. — 4. Je trouve les livres de Jules Verne passionnants. — 5. L'épreuve nous laisse parfois pantelants, mais elle peut nous rendre sages. Faites entrer dans une courte phrase chacun des verbes suivants et donnez-lui un compiément d’'objet direct avec un attribut de ce complément d’objet. juger croire appeler tenir pour trouver choisir pour proclamer considérer comme Quand quelqu’un nous flatte, nous le jugeons aimable. — 2. On trouve toujours courtes les heures de plaisir. — 3. Ne nous croyons pas infaillibles. — 4, Je n’étais pas peu fier ; on m'avait choisi pour arbitre du match. — 5. ATTRIBUT 41 Peut-on appeler sage une action si téméraire ? — 6, Vive Ia rose! Crest & juste titre qu'on I'a proclamée reine des fleurs. —.7. Si vous ne dites que la moiti¢ de la vérité, on vous tiendra pour demi-menteur. — 8. Considérez ma décision comme irrévocable. 150. - Inventez de courtes phrases 00 jes mots suivants soient employés comme compléments d’objet directs et donnez 4 chacun d’eux un attribut : mer — avenir — hiver — aveugle — lecture. © 1, On trouve effrayante la mer agitée par la tempéte. — 2. Une solide in- struction rend votre avenir mieux assuré. — 3. Les amateurs de ski estiment Vhiver plus agréable que 1'été. — 4. Louis Braille a inventé un systéme d’écri- ture qui rend l'aveugle capable de s‘instruire.— $. Tenons la lecture pour un excellent moyen d’étendre nos connaissances. 151. - Distinguez les attributs du sujet et | et dites de chacun d’eux 8 quel mot il attributs du complément d’objet rapporte. Feuillages d’automne. Les feuillages sont encore vigoureux [attrib. du suj. feuillages], mais on devine la séve déja moins généreuse [attr. du c. d’obj. séve]. Les arbres prennent des teintes qu’on croirait invraisemblables [attr, du c. d’obj. que], tant elles sont riches et variées [2 attr. du suj. elles]. Les feuilles des tilleuls deviennent blondes [attr. du suj. feuilles]; celles des chénes, on les voit d’abord cuivrées [attr. du c. d’obj. /es], puis elles paraissent rouillées [attr. du suj. elles} et elles restent elles [attr. du suj. el/es) durant tout l'hiver. Elles sont étrangement tenaces [attr. du suj. elles] et restent attachées [attr. du suj. elles] aux branches jusqu’a ce que la poussée de la séve nouvelle vienne, au printemps, les jeter bas. 152. - VOCABULAIRE : extirper. @ dru: épais, serré, touffu. postérité : suite de ceux qui descendent d'une méme souche. extirper : arracher avec la racine. 2. Donnez 4 mots de la méme famille que doigt (lat. digitus). © Digital, digitale (plante), digitigrade, prestidigitation. 3. Par quel mot général désigne-t-on les habitants: de Paris? — de Londres ? — de Milan ? — de Moscou ? — de Lidge ? — de Genéve ? — de Bordeaux ? — de Madrid ? — de Québec ? ‘© Parisiens, Londoniens, Milanais, Moscovites, Liégeois, Genevois, Bordelais, Madrilénes, Québécois. . Cherchez dans le dictionnaire le sens de : dru, postérité, 183. -ORTHOGRAPHE : Notez dans le carnet d’orthographe : marronnier, développer, enthousiasme, bicyclette a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 44 LA PROPOSITION 161.- Joignez une épithéte & chacune des expressions suivantes : Pabeille un fleuve les jours un courage un vent un fivre une ombre une patience #1. Labeitle alligeme. — 2. Un vent impérueux. — 3, Un fleuve cétier. — 4. Un livre iustré. — S. Les beaux jours. ~ 6. Une ombre épaisse, — 7. Un courage féroigue. — 8. Une longue patience. 162. -Joignez 4 un nom, comme épithéte, chacun des adjectifs suivants : fidéle heureux clair profond juste blamable blanc exotique © 1. Un intendant fidéte. — 2. Une cause juste. — 3. Un heureux événement. ~ 4. Une action bldmable. — 5. Un teint ciair. — 6, Du papier blanc. — 7. Un profond silence. — 8 Un fruit exotique, 163. - Remplacez par une épithate les mots en italique : a) 1. Des eaux claires comme le cristal {eristallines}. — 2. Les leurs du prin- temps [printaniéres]. — 3. Un bonheur qui fuit rapidement (fugace, passager, éphémére]. — 4, Un homme qui se contente de mets simples [frugal]. — 5. Une douleur qui pique, qui étreint (poignante]. — 6, Des régions fort éloignées du fiew ov Von est {lointaines}. — 7. Un travail qui procure un bénéfice suffisant (ré= munérateur). b) 1, Des aveux qu'on fait de soi-méme [spontanés}. — 2. Un homme dxé de soixante ans [sexagénaire]. — 3, Une douleur qui se fait {muete]. — 4, Un vent dont ta course est violente et rapide timpétucux]. — 5. Un visage qué semble jeter des rayons {radieux, rayonnant}. — 6. Un serpent qui a du venin [venimeux}. — 7. Une plante qui a du venin [vénéneuse]. — 8. Une riviére gui abonde en poisons [poissonneuse]. — 9. Un commerce qui apporte de gros bénéfices (lu- cratif]. — 10. Un juge qui est d'une probité parfaite {iatégre} 164, - Soulignez les épithétes détachées et marquez 4 quel nom (ou pronom) chacune d’elles se rapporte. Modéle : Les écoliers, joyewx, se mirent a applaudir. t + © On met ici en gras les mots auxquels les épithetes se rapportent. 1. Bientot le soleil se leva, radieux, derriére la colline. — 2. Dans Je crépus- cule, montcn:, indécises, de vagues rumeurs. — 3. Il allait muet, pétle et frémis- sant aux bruits. (Hugo.) — 4. Toujours souriante, ma mére fait rayonner au foyer une imperturbable bonne humeur. — 5. Nous partimes de grand matin, légers comme des hirondelles. —- 6. La premiére étoite brille au fond des cieux, pen- sive. — 7. Lamentable, s‘encadrait dans 1a porte une mendiante en guenilles. — 8 Le vent secoue les peupliers et crie, furieux, dans la cheminée. 165. - Joignez a chacun des noms en italique une épithéte détachée. 1, La lune monte, silencieuse, dans un ciel violacé. — 2. Coquettes, mille paquerettes déplient dans le gazon leurs fraiches collerettes. — 3. Tous les vi- sages se tournérent, étonnés, vers cet étrange visiteur. — 4. Tout guilleret, un inson, & la cime d'un prunier, répéte a plein gosier sa ritournelle. seau s'insinue, jaseur, dans le taillis. — 6, Pieuse & sa maniére, la vicille horloge, dans sa haute gaine de chéne ciré, égréne sa litanie. a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 48 LA PROPOSITION le charme de la religion et la délectable mé/ancolie des souvenirs de ma premiére enfance, Oh! quel coeur si mal fait n’a tressailli au bruit des cloches de son lieu natal, de ces cloches qui frémirent de joie sur son berceau, qui annoncérent son avénement a la vie, qui marquérent le premier battement de son catur, qui publiérent dans tous les /iewx d’alentour la sainte allégresse de son pére, les douleurs et les joies encore plus ineffables de sa mére! CHATEAUBRIAND. 181. - Dans le texte de Chateaubriand, relevez les compléments déterminatifs des mots en italique (écrivez chacun sur une ligne les mots en italique, et en face de chacun d'eux, son complément déterminatif) . COMPL. DETERMIN. | COMPL. DETERMIN. jours de fete bruit des cloches. sons de la cloche... cloches de son liew natal homme des champs | cloches qui frémirent... trone d'un ormeau | avénement a la vie frémissement de Vairain | battement de son ewur innocence des maeurs champétres dalentour calme de la solitude allégresse de son pére charme de Ia religion douleurs de sa mére mélancolie des souvenirs Joies de sa mére souvenirs de ma premiere enfance 182. -Soulignez les compléments déterminatifs ; encadrez le mot que chacun deux détermine. © On a mis ici en gras les mots que les compléments détermi fs déterminent. a) 1, L'amour du travail est un excellent remide contre ‘ennui. — 2. La multitude des étoiles étonne Vimagination. — 3. Un bon effet du devoir, c'est de diminuer les maux de la vie. — 4, L’art de vivre en homme d'honneur, n'est ce pas l'art d'étre heureux ? — 5. De nos ans passagers, dit le poete, le nombre est incertain, — 6. Les jeunes gens d’é présent aiment le sport ; ils en goitent les bienfaits. — 7. La vie des hommes est semblable & un chemin dont issue est un précipice. b) 1. Je voyais avec un plaisir indicible le retour de Ja saison | des tempétes. (Chateaubriand.) — 2. Vous étes le phénix des hétes | de ces bois, (La Fontaine.) — 3. Qui de nous n’a trouvé du charme a suivre des yeux les nuages du ciel ? (Vigny.) — 4. Et ce bras du royaume est le plus ferme appui. Corneille.) — 5, En vain il a des mers fovillé la profondeur. (Musset.) — 6. L’ardeur de vaincre céde A ia peur de mourir. (Corneille.) — 7. Nourri dans le sérail, j’en connais les détours. (Racine.) — 8, C’était un vieillard dont la barbe blanche couvrait Ja poitrine, (A. France.) a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 198. LA PROPOSITION a) 1, Notre mére a le coeur plein de tendresse ; elle est si contente de nos succes ! — 2, Sachez vous montrer dignes de la confiance que vos maitres “ous témoignent, — 3. Quiconque est oublieux de son devoir n'est pas un grand ceur. —- 4. Un homme droit est fidéle & ses promesses. —- 5. Soyons bons pour es animaux. ») 1. Un vieillard sur son Ane apercut en passant Un pré plein d’herbe et fleurissant. (La Font.) — 2. Borné dans sa nature, infimi dans ses veeux, Lthomme est un dieu tombé qui se souvient des cieux. (Lamartine.) — 3. Je veux que tous les curs soient Aeureux de ma joie. (Voltaire.) — 4. Pareils & des torches, les grands arbres brilaient lentement. (Maupassant.) — 5. Le bruit des eaux glissait, paralléle & celui du vent, dans les herbes. (A. Chamson.) — 6. Le mont tragique était debout comme un récif Dans la plaine jadis de tant de sang vermeille. (Hugo.) © ADJECTIFS COMPLEMENTS ADJECTIFS COMPLEMENTS a) plein de tendresse b) plein Wherbe contente de nos succes borne dans sa nature dignes de la confiance. infini dans ses veux oublieux de son devoir heureux de ma joie fidele ses promesses pareils a des torches bons pour les animaux paralléle & celui du vent vermeilie de tant de sang Discernez les compléments d’adjectif et analysez-ies. a) 1. Les succés dont je suis fier sont ceux qui m’ont coiité beaucoup d’ef= forts. — 2. Vos meilleures chances de succés sont en vous-mémes, soyez-en certains, — 3, Ne négligez pas es intéréts de votre patrie, auxquels les votres sont conformes, — 4, Bien des gens sont sévéres pour les autres et indulgents pour eux-mémes. — 5. Notre sidcle aura été fécond en inventicns de toutes sortes. b) 1, La mort a des rigueurs & nulle autre pareilles. (Malherbe.) — 2. Si je savais quelque chose utile A ma patrie et qui fat préjudiciable a l'Europe, ou bien qui fit utile & [Europe et préjudiciable au genre humain, je la regarderais comme un crime, (Monte: quieu.) — 3, Et quant au berger, l'on peut dire Qu’il Gtait digne de tous maux. (La Font.) — 4. Il était, quoique riche, & la justice enclin. (Hugo.) — 5, Les terres labourées, prétes pour la semence, dévelop- paicnt leurs larges carrés bruns au milieu de pidces jaunes. (Maupassant.) © a) 1. dont: pron. relat. ; antéced. : succes ; 3* pers. ; masc. plur. ; compl, de Vad}. fier. 2 en: pron. pers. ; 3° pers. ; neutre sing. ; compl, de Padj. certains, 3. auxquels : pron. relat. ; antécéd. : Untérérs ; 3* pers. ; mase. plur. ; compl. de l'adj. conformes. 4. les autres: pron. indéf. ; mase. plur. ; compl. de l'adj. sévéres. eux-mémes : pron. pers. ; 3* pers. ; masc. plur.; compl. de Iadj. indulgents. 5. inventions ; nom commun ; fém, plur.; compl. de ladj. fécond. ») 1. autre: pron, indéf. ; fam. sing. ; compl. de l'adj. pareilles. 2. patrie: nom commun ; fém. sing. ; compl. de fadj. utile. Europe : nom propre ; fém. sing. ; compl. de adj. préjudiciable. a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 56 LA PROPOSITION 211. - Relevez, dans les phrases suivantes, les mots mis en apostrophe et les mots ‘explétifs ; analysez-les. 1, Done, 6 pauvres, que vous étes riches, mais, 6 riches, que vous étes pauvres ! (Bossuet.) — 2. O Temps ! suspends ton vol ; et vous, heures propices ! sus- pendez votre cours. (Lamartine.) — 3. A ces mots, plein d'un juste courroux, Ii vous prend sa cognée, il vous tranche la béte, I fait trois serpents de deux coups. (La Font.) — 4. Prends-moi le bon parti ; laisse 1a tous les livres. (Boileau.) —- 3, Ames des chevaliers, revenez-vous encor ? Est-ce vous qui parlez avec la voix du cor ? (Vigny.) — 6, Poéte, prends ton luth ; la quit, sur Ja pelouse, Balance le zéphyr dans son voile odorant. (Musset.), © 1. pauvres : nom commun ; masc, plur, ; mis en apostr, riches : nom commun ; masc. plur. ; mis en apostr. om propre ; masc. sing. ; mis en apostr. vous : pron. pers. ; 2* pers. ; fém. plur. ; mis en apostr. heures : nom commun ; fém. plur. ; mis em apostr. ; appos. & vous. 3. vous : pron. pers. ; 2* pers. ; masc. plur. (sing. pour Je sens} ; mot expletir. yous ; méme analyse. 4. moi: pron. pers. ; I" pers. ; mase. sing. ; mot explétif. 5. mes : nom commun ; fém, phur. ; mis en apostr. 6 podte : nom commun ; masc. sing. ; mis en apostr. 212. -Transformez les phrases suivantes de telle sorte que les mots en italique soient mis en apostrophe : 1. La maison paternelle nous accueille avec une joie sereine. / Maison pater- neile, tu nous accucilles avec une joie sereine. — 2. Nous jurons tous que notre chére patrie vivra. | Chére patrie, nous le jurons tous, tu vivras. — 3. Nous nous souviendrors des tendres soins dont notr: mére a entouré notre enfance. / O mére, nous nous souviendrons des tendres soins dont tu as entouré notre en- fance. — 4. Le printemps renouvelle la physionomie des campagnes et des bois. / Tu renouvelles, 6 printemps, la physionomie des campagnes et des bois. — 5. Je me demande ce que la pale ésoile du soir regarde dans la plaine. / Pale étoile du soir, que regardes-tu dans la plaine ? ELLIPSE — PLEONASME 213. - Dites quels sont les mots omis par ellipse. 1, Fais ce que (ru) dois, advienne que pourra, — 2. Du cuir d’autrui [on fait une} large courroie. — 3. Homicide point (tu) ne seras. — 4. A chacun {soit} son métier. — 5, Heureux [sont] les humbles ! — 6. 1 écoutait cette voix comme un chien {écoute] celle de son maitre. —7. A petit mercier [convient] petit panier. — 8. On donne des otages : Les loups [donnent] leurs louveteaux ; et les brebis [donnent| leurs chiens. (La Font.) — 9, Bienheureuse [est] la cloche au gosier vigoureux. (Baudelaire.) 214, -Rendez chacune des phrases suivantes plus ramassée en recourant & l'ellipse : © On a mis ici entre crochets les mots ellipsés. 1. Il était, quoiqu'[i! fat] riche, économe de ses biens. — 2. Certaines gens a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 60 LA PROPOSITION 224. - Distinguez les propositions indépendantes, les principales et les subor- données, et marquez-les chacune d'un signe abréviatif. La Modestie. L’homme modeste ne nie pas ses mérites; il a une opinion exacte de sa valeur, mais il ne I’étale pas. Il connait ses défauts et il ne croit pas en étre excusé, quand il a apergu ces mémes défauts chez d'autres personnes. It reconnait les erreurs qu'il a faites. Quand on ne prend pas garde a lui, il ne s’en formalise pas; il s’estime peu, mais il estime beaucoup les autres. I ne cherche pas les louanges; il sait qu’elles sont souvent fausses et intéressées. © homme modeste ne nie pas ses mérites : prop. indép. il a une opinion modeste de sa valeur : prop. indép. mais il ne Vétale pas: prop. indép. Ui connait ses défants : prop. indép. ‘et il ne croit pas en @tre excusé : prop. princ. ‘quand il a apercu ces défauts chez d'autres personnes: prop. subord. Il reconnait les erreurs : prop. princ. il a faites : prop. subord. I ne s’en formalise pas : prop. princ. quand on ne prend pas garde & lui : prop. subord. it stestime peu: prop. indép. mais il estime beaucoup les autres: prop. indép. Il ne cherche pas les louanges : prop. indép. il sait : prop. princ. ‘elles sont souvent fausses et intéressées : prop. subord. 225.- Joignez & chaque proposition principale une proposition subordonnée. a) 1. Nos parents désirent gue nous soyons heureux. — 2. Pardonnez afin ‘qu'on vous pardonne. — 3, La mouche du coche se plaignait de ce qu'elle agissait seule. — 4, L’honneur est trop précieux pour que nous nous exposions 4 le perdre. — 5. Vous serez maitres de vous-mémes si vous formez bien votre caractére. b) L. L'eau qui tombe goutte a goutte finit par creuser le roc. — 2. II nous sera demandé compte de la maniére dont nous aurons rempli nos devoirs. — 3. Gardez le souvenir des bienfaits qu'on vous @ procurés. — 4, Aussitd: que le jour parait, les oiseaux commencent leurs concerts, — 5. Quand tout semble perdu, c'est Iheure des grandes ames. — 6, Les richesses, bien qu’elles procurent des commodités, ne font pas le bonheur. VOCABULAIRE : 1. Par queis noms exprimez-vous : l'action de décevoir? — Wabsoudre ? — de trahir ? — de tomber ? — d'interrompre. © La déception : — absolution :— ta trahison ; — ta chute ; 2. Cherchez dans le dictionnaire le sens de treille, — de jadis, — de na- guére, — de parasite. ‘© treille : ceps de vigne élevés contre un mur ou contre un treillage. Vinterruption. a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 64 LA PROPOSITION a peu prés quinze cents francs par an. Le métier est sain, honoré; la chasse fait toujours plaisir; les petites filles vont ramasser des sacs de faines, etc. Hippolyte Taine, Thomas Graindorge. (Hachette, éditeur). 244. - Dans le texte de Taine, soulignez d'un trait les propositions coordonnées {encadrez la conjonction de coordination), — et de deux traits les propositions juxtaposées. # a) Propositions coordonnées : L’an dernier, aux environs de Fontainebleau, je me suis trouvé dans la foret une aprés-midi, par un temps de pluie et j'ai causé trois heures avec un garde- chasse. La fumée montait toute bleue dans Mair grisitre, et on n'entendait que le’ grésillement des gouttes de pluie sur les feuilles. Cet homme était content de son état et voulait y faire entrer son garcon, b) Propositions juxtaposées : ‘On leur donne une maisonnette, un jardin ; / ils peuvent tuer du lapin a leur usage, méme en échanger chez le boucher contre une livre de vraie viande ; / ils ont tant par écureuil, fouine ov renard, en tout a peu prés quinze cents franes par an. Le métier est sain, honoré ; / la chasse fait toujours plaisir ; / les petites filles vont ramasser des sacs de faines, etc. 245.-Dans jes phrases suivantes, soulignez les conjonctions de coordination et indiquez entre parenthéses aprés chacune ce qu'elle marque (addition, alter- native, opposition, cause, conséquence, transition). 1, La colére est funeste ; done évitons-la [conséq.]. — 2. Tu sais vaincre, mais tu ne sais pas user de ta victoire [opposit.]. — 3. L’on espére vieillir, er l'on craint la vieillesse {addit. et opposit.]. (La Bruyére.) — 4. Mon verre n'est pas grand, mais je bois dans mon verre [opposit.]. (Musset.) — $. Prenez garde au feu, car it brale cause]. — 6, Je vous écrirai ou je vous téléphonerai alternative}. — 7. L’homme est mortel ; or je suis un homme [transition] ; done je suis mortel fconséq,}. 246. - Distinguez les propositions coordonnées et Jes propositions juxtaposées. 1. Le vice est odieux ; or le mensonge est un vice ; donc le mensonge est odieux. — 2. La faim regarde a la porte de l'ouvrier laborieux, mais elle n’ose pas entrer. — 3. Le printemps revenait : des souffles ti¢des circulaient et, dans les branches, passaient les caresses de la lumiére. — 4. La paresse rend tout difficile ; le travail rend tout aisé. — $. Ils demandent le chef ; je me nomme, ils se rendent. (Corneille.) — 6. Le chat vit que les souris étaient retirées dans Jeurs trous, qu’eiles n’osaient sortir ; il fit le mort et se suspendit A une poutre. ‘© a) Propositions coordonnées = 1. Le mensonge est un vice ; or le mensonge est un vice ; done le mensonge est odieux. 2. La faim regarde la porte de Mouvrier laborieux, mais elle n'ose pas entrer. a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book nR LE NOM b) 1. Les compagnous de mon pére. / Les compagnes de ma mére. — 2. Sacrifier un bélier, un boue et un taureau. / Sactifier une brebis, une chévre et une vache. — 3. Tuer un daim et un foup. / Tuer une daine (ou : une dine) et une louve. —~ 4. Un garcon tétu comme un mulet. / Une fille t8tue comme une mule. — 5, Bax sané comme un muldfre. / Basanée comme une muldtresse {parfois > une mi latre}|. — 6, Son mari est un Suisse. / Sa femme est une Suissesse (parfois : une Suisse]. —7. Un prophéte de malheur, / Une prophétesse de malheur. — 8. Mon- Sieur, je suis votse serviteur. | Madame, je suis votre servante. — 9, Une chevelare crépue comme celle d'un négre. / Une chevelure crépue comme celle d'une né- gresse. FEMININ DES NOMS; RECAPITULATION 274, -Mettez au féminin les noms en italique. a) 1. Lhistoire a &é appelée la sage conseillére des princes. — 2. Une sourde- muette méne une existence bien triste. — 3, Jaime a contempler Ie visage des vieilles paysannes, ces rudes travailleuses. — 4. La maison paternelle est la gar- dienne de traditions vénérables. — 5. Les oies sauvages, hardies voyageuses, passent dans I'air chargé de brouillard. — 6. L'imagination, cette enchanteresse, retrace le passé et devance l'avenir, b) I. La princesse Iwi fit sentir qu'elle était indignée que son frére Tui dépéchat une telle ambassadrice. (Voltaire.) — 2. Elle était dame patrowmesse de créches nombreuses. (Maupassant.) — 3. Il fit tant que l'enchanteresse Prit un poison peu différent du sien. (La Font.) — 4. Chez la recevewse de l'enregistrement, chez la pharmacienne et la perceptrice, M. d’Avricourt imposait ta couleur de ses cravates. (Colette) — $. Ces petites ogresses avaient le teint fort beau. (Ch. Perrault.) 275. -Méme exercice. Les Reines de Pair. Les tiédes journées de mai, exécutrices fidéles des volontés d’avril, ont ramené les ambassadrices de la belle saison: les hirondelles, ces voyageuses intrépides, ces messagéres ponctuelles, tracent sur l’'azur rafraichi leurs courbes savantes. Elles font un peu les coquettes et semblent avoir conscience qu’elles sont les porteuses de magnifiques promesses. Vraies reines de V’air, elles montent, descendent, virent, toujours mattresses de leur vol. 276. - VOCABULAIRE : 1. Donnez le plus possible de verbes compesés de venir. © Advenir, bienvenir, circonvenir, contrevenir, convenir, devenir, discon- venir, intervenir, parvenir, prévenir, provenir, ressouvenir, revenir, souvenir, subvenir, survenir. a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 76 ‘LE NOM 290. - VOCABULAIRE : 1. Qu’est-ce que La Fontaine désigne par /e gent maréca- geuse ? — par fa gent trotte-menu ? — pat Ja gent qui porte créte ? — par fa gent qui fend les airs ? © La gent marécageuse : les grenouilles. — La gent trotte-menu : les souris. — La gent qui porte créte ses cogs. — La gent qui fend les airs : les oiseaux. 2. Qu’est-ce que le Pirée ? (Voir le dictionnaire, partie histor.) — Que signifie expression prendre fe Pirde pour un homme ? @ Le Pirge : port d'Athenes. prendre le Pirée pour un homme : commettre une erreur grossire (allusion 4 fa fable de La Fomaine, Le Singe et te Dauphin : le singe y parle du Pirée comme étant un de ses amis). 291, - ORTHOGRAPHE : Notez dans le carnet d'orthographe : embonpoint, abhorrer, hypothése, synonyme, excepter, occurrence, un kilo. 292. - PRONONCIATION : Prononcez bien: chaos [ka-o], archange [at-kanj'], catéchuméne [ka-té-ku-mén'}, archéologie [ar-ké-o-lo-ji), chiromancie [ki-ro-man-si]. 293. - PHRASEOLOGIE : Imitez dans une courte phrase le tour « Grenouilles aussitdt de sauter dans les ondes. » (La Font.) ® Lorateur conclut par un vibrant appel @ l'union. Et toute Ja salle ators d’applaudir frénétiquement. 294. - LANGAGE : Ne dites pas : « On commémore l'anniversaire, le souvenir de cette victoire » (it y aurait pléonasme) ; — dites : « On commémore cette victoire » ou: «On célabre anniversaire de cette victoire », —Inventez une phrase 0% vous emploierez commémorer. © On a commémoré, le 6 juin, be débarquement des Alliés en Normandie. 295, - ANALYSE : Dites quelle est la fonction des mots en italique : «Le peuple croit éoquents ceux qui ont la facilité d’enfiler de belles phrases. » © Goquents : adj. qualif. ; mase, plur. ; attrib. de lobj. dir, ceux. ceux : pron, démonstr. ; mas. plur. ; compl. dobj. dir. de evoit. enfiler : verbe enfiler ; infin. prés. ; compl. déterm. de faciliré, PLURIEL DES NOMS 296. ~ Mettez au pluriel. a) 1. Le ficou du veau. / Les licous des veaux. — 2. L’essieu du tombereau. | Les essieux des tombereaux. — 3. Le chemineau a fait un aveu. / Les chemineaux ont fait des aveux, — 4. Le cheval du général. / Les chevaux des généraux, — 5. Le museau du putois. / Les museaux des putois. — 6. Un lambeau de sarrau, / Des lambeaux de sarraus, — 7. Ce travail est un jeu. / Ces travaux sont des jeux. — 8. Un pneu et un marteau, / Des pneus et des marteaux. — 9. La voix du coucou dans le taillis. / Les voix des coucous dans les taillis. — 10. Un hibou et un blaireau. / Des hiboux et des blaireaux. b) 1. Le gaz du fourneau, / Les gaz des fourneaux. — 2. Le joujou dans le berceau. / Les joujoux dans les berceaux. — 3, Un trou dans le vitrail. / Des trous a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 80 LE NOM 307.- Mame exercice. a) 1. De longs chapelets d’au/x pendent aux poutres du grenier. — 2. Un caractére énergique sait s'obliger & accomplir des travaux qui lui répugnent. — 3. Certains chevaux peureux refusent de s’engager dans les travails des ma- réchaux-ferrants. — 4. Le peintre frangais Joseph Vernet a peint des marines dont les ciels sont fort beaux. — 5. Les yeux sont le miroir de lame. — 6, On taille & deux yewx bien saillants la brindille du poirier. b) 1. Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux, Des yewx sans nombre ont vu Taurore. (Sully Prudhomme.) — 2. Je suis né dans la Médie et je puis comp- ter d'illustres afewx. (Montesquieu.) — 3. Je songe aux ciels marins, & leurs couchants si doux. (J. Moréas.) — 4. Nos bons afeux vivaient dans I'ignorance, Ne connaissant ni le « tien » ni le « mien ». Voltaire.) — $. Pour raconter son infortune A la forét de ses aleuwx, La biche brame au clair de lune, (M. Rollinat.) 308. - Faites entrer dans une courte phrase chacun des piuriels suivants : 1. Nos aieux. — 2. Les travaux, — 3, Les ciels. — 4, Les aulx. — 5. Mes aieuls. — 6, Plusieurs travails. — 7. Les cieux. © L. Certaines de nos traditions nous viennent de nos aiewx. — 2. Faisons avec soin et conscience les moindres travaux. — 3. Ce peintre fait bien les ciels. — 4. Hy a des auix cultivés et des aulx sauvages. — 5. Je ne manque jamais de souhaiter leur fete & mes aiewls. — 6. Des maréchaux-ferrants ont plusieurs travails, — 7. Les ciewx se peignent dans I'eil du moucheron, PLURIEL DES NOMS PROPRES 309. - Mettez, quand il y a lieu, la marque du pluriel aux noms propr en italique. a) 1, Cornélie, la mére des Gracques, disait en montrant ses enfants : « Voila mes joyaux, & moi !» — 2. Il y a chez nous une foule de Dumont et de Dupont. — 3. L’historien Jatin Suétone a écrit la vie des douze Césars. — 4, Tite-Live ‘a raconté le combat des trois Horaces ontre les trois Curiaces. — 5. Les Bos- suet, les Massillon, les Fléchier ont illustré la chaire chrétienne au XVII* siécle. b) 1. Les deux Van Eyck ont perfectionné, au XV°* siécle, la peinture & Thuile. — 2. Que de nobles jouissances on peut godter en admirant dans les musées les Rembrandt, les Corot, les Memling ! — 3. Le grand Condé était de la famille des Bourbons, — 4. De tous les peuples de la Gaule, a dit César, les Belges sont les plus braves. — 5. Il n'est pas rare que, dans une méme bibliothéque, on trouve plusieurs Moliére. — 6. Bibracte était la ville la plus industrieuse des Gaules. 310. - Méme exerci a) I. La famille des Capulets et celle des Mantaigus se sont livré,au XV*siécle, & Vérone, une lutte sans pitié. — 2. Hélas | tous les Césars et tous les Char- femagnes Ont deux versants ainsi que Jes hautes montagnes. (Hugo.) — 3. On voyait, tapissant le manteau de la cheminée, un arbre généalogique de la famille des Chateaubriand, — 4. Les Alexandre, les Napoléon ont fait beau- coup de bruit dans le monde. — 5, Existe-t-il encore des Aristides et des So- crates ? a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 84 LE NOM 321.-VOCABULAIRE : 1. Quel est le sens de trumeau ? — de batiste ? — d'itiné- raire? © trumean ; partie d'un mur entre deux fenétres ou deux baies ; pannean de glace au-dessus d'une cheminge ow entre deux fenétres. batiste ; toile de lin trés fine et trés serrée, utilisée en lingerie. itingraire : route & suivre dans un voyage. 2. Parmi les noms grincement, vrombissement, roulement, clapotis, cla~ meur, pétillement, choisissez celui qui convient pour chacun des complé- ments : la populace. une poulie, les vagues, les biches dans le feu, un tam- bour, un avion. © La ciameur de ia populace. — Le grincement d'une poutie. — Le claporis des vagues. — Le pétillement des baches dans le feu. — Le roulement d'un tambour, — Le rrombissement d'un avion. 322,- ORTHOGRAPHE : Notez dans le carnet d'erthographe : dahlia, gaine, guet- apens, authenticité, hypocrite. 323.- PHRASEOLOGIE : « Mon petit chat était mignon.» Exprimez cette idée par une phrase exclamative, ol mignon sera mis en vedette. ® Mignon, ab ! combien il était, mon petit chat ! 324,- LANGAGE : On peut dire : «Je souhaite de partir» ou «Je souhaite partir », —Inventez une phrase oi vous emploierez fa premiére construction, — et une autre od vous emploierez ta second: © 1. L’avare souhaite de posséder plus d'argent qu'il n’en a, — 2. Je sou- haiterais pouvoir vous rendre ce service. 326.- PONCTUATION : Mettez la ponctuation : Tandis que tout le monde était saisi deffroi et dhorreur, qu'on portait le roi dans son lit, qu'on cherchait les chirurgiens, qu’on ignorait si fe blessure était mortelle, si le couteay était empoisonné, le parricide répéta plusieurs fois : « Qu’on prenne garde a mon- seigneur le dauphin! quil ne sorte pas de Ia journée!» PLURIEL DES NOMS ETRANGERS —T DES NOMS ACCIDENTELS 326. - Cherchez dans le dictionnaire la signification des mots suivants, et mettez-les au pluriel. a) 1. Un cicerone: guide des touristes dans une ville, un musée, etc. Des cice- rones (ou ciceroni). — 2. Un factotum: personnage de second plan qui s‘occupe un peu de tout dans une maison. Des factotums. — 3. Un duplicata: double d'un acte, d'un écrit. Des duplicate, — 4, Une vendetta: en Corse, poursuite de la vengeance d'une offense ou d’un meurtre, qui se transmet & tous les parents de la victime, Des vendettas, — 5. Un lazarone (ou lazzarone): gueux du port de Naples. Des /azaroni (ou: lazzaroni). — 6. Un carbonaro: membre d'une société politique secréte formée au XIX* s. en Italie, pour le triomphe des idées libérales, Des carbonari. b) 1. Un sportsman : amateur de sports ; turfiste. Des sportsmen. — 2. Un a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 88 LE NOM de vieilles nippes. — \\. Prémices : premiers produits, premiers effets, commen- cements. Les prémices d’un talent. — 12, Sévices : mauvais traitements corporels exeroés sur qqn qu'on a sous son autorité, sous sa garde. Exercer des sévices sur un enfant. 338. - Faites entrer chacun des noms suivants dans deux phrases, en 'employant d'abord au sing puis au pluriel, avec des sens différents humanité attention or vacance lunette bonté impatience vue ¢ 1. Il faut traiter les prisonniers avec Aumanité. / Mon frére fait ses Aumanités gréco-latines. — 2 La luneste, instrament d’optique, augmente le diamétre apparent des objets. / Mettez vos Junertes, vous y verrez plus clair. — 3, Eeoutez- moi avec attention. | Nous entourons d’attentions nos grands-parents. — 4. Un grand merci de la bonté que vous m'avez témoignée. / Toutes vos bontés me touchent. — 5. Les alchimistes cherchaient le moyen de transformer en or les métaux inférieurs. / Il y a des ors de différentes couleurs. — 6. S'attends votre retour avec une grande impatience. | J'ai des impatiences dans les jambes : Cest trés génant. — 7. La vacance de ce fauteuil a été déclarée. / Nous passons os vacances en Suisse. — 8, L’aigle a une vue trés pergante, / On a procédé & un échange de vues. a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 92 L'ARTICLE 346. - Analysez les différents articles. a) 1. La plus belle parure est la modestic, — 2. La crainte du Seigneur est le commencement de la sagesse. — 3. Le temps est I'étoffe dont la vie est faite. — 4, Quand les chats sont partis, dit un proverbe, les souris dansent. — 5. Le sage ne se fie pas aux apparences. © 1 Ia: art. def. ; fem. sing. ; déterminatif de parare, tart, déf. ; fem. sing. ; détermin. de modestie. art, def. ; fem. sing. ; détermin. de crainte. art. déf., contracté (= de fe); masc. sing. ; détermin. de Seigneur, Fart, déf. ; masc. sing. ; détermin. de commencement. art. déf. ; fem. sing. ; détermin. de sagesse. art, déf. ; mase. sing. ; détermin. de temps. : art. déf., Glide ; fem. sing. ; détermin, de érofe. ta: art. déf. ; fém. sing ; détermin. de vie. 4. les: art, déf.; masc. plur. ; détermin, de chats. un: art. indéf. ; masc. sing. ; détermin, de proverbe, es : art, déf. ; fem. pur. ; détermin, de sowris, S. fe: art, def. ; mase. sing ; détermin. de sage. aux : art, déf., contracté (= a les); fém, plur. ; détermin, de apparences. b) I. Les hommes doivent compatir aux maux de leurs semblables. — 2. Les cosmonautes ont accompli, dans la grande aventure de espace, des exploits prodigieux. — 3. La soif des honneurs fait oublier & certains personages l'amour du vrai et de la justice. — 4. Prenons garde que Maise et 'abondance ne tarissent ‘en nous les sources de la compassion et ne nous rendent insensibles aux souf- frances du prochain. © 1. less art. déF. ; mase, plur. ; determin. de hommes. aux: art, déf., contracté (= 4 fes); masc. plur.; détermin, de maux. 2 les: art. déf. ; masc. plur. ; détermin, de cosmonautes, fém. sing ; détermin. de aventure. élidé ; masc, sing. ; determin. de espace. masc. plur, ; détermin. de exploits. 3, Ia art, déf. ; fem. sing, ; détermin, de soif, st. déf., contracté (= de les); masc. plur. ; détermin. de honnenrs. art. déf., élidé ; masc. sing. ; détermin. de amour, du: art. déf., contracté (= de le); détermin. de vrai. la: art, déf. ; fem. sing. ; détermin. de justice. 3 5 fem. sing. ; détermin. de aise. fem. sing. ; détermin. de abondance. fém. plur. ; détermin. de sources. ja: art. déf. ; fem. sing. ; détermin. de compassion. aux : art, déf, contracté (= @ /es); fem, plur. ; détermin, de souffrances, du: art. déf., contracté (= de Ze) ; masc. sing. ; détermin. de prochain, 347. - Exercice oral: Rendez raison de l'emploi des articles définis en italique. 1, La science la plus utile est la connaissance de soi-méme ; Ja maxime est judicieuse, — 2. Au sige de Frederikshall, en 1718, une balle atteignit Charles XII A fa tempe ; le roi avait encore eu la force, en expirant, de mettre fa main sur la garde de son épée. — 3. Musset a écrit sur /a Malibran des stances cé- a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 96 L’ARTICLE 1. La pluie, — 2. L'orage. — 3. Le brouillard. — 4, La neige. * 1. Nous aurons probablement de /a pluie cet aprés-midi, / J’observe, sur la vitre du compartiment, les petits traits obliques et pointillés de Ja pluie. — 2. Quelle chaleur ! il va y avoir de Forage. / Ecoutez les sourds grondements de Corage. — 3, Du brouillard couvre tout le paysage. / Les lourdes écharpes dy brouillard enveloppaient les arbres. — 4. Nous n’avions & boire que de la neige fondue. / Jaime la blancheur immaculte de fa neige. 359. - Analysez la préposition de servant d'article partitif. Modéle : «ll n'a pas de courage.» — De : préposition servant d'article partitif; se rapporte & courage. 1. Ces gens n'ont plus de vin, — 2. Vous n’aurez guére de mérite & vaincre la difficulté si vous n‘avez pas fait les efforts qu’elle requérait. — 3. Il n'y a pas de vraie grandeur sans dévouement & une noble cause, — 4, L’enfant n’éprouve plus de crainte quand il s'est jeté dans les bras de sa mére. — 5. Il ne tombe jamais de pluie dans ces régions, @ |, de: prépos. servant d'art. partitif ; se rapporte a vin. 2. de: id, ; se rapporte A mérite. ‘3, de: id. ; se rapporte & grandeur. 4. de: id. ; se rapporte & crainte. 5. de: id. ; se rapporte a plive. 360. - Remplacez les trois points par du, de la, de I’, des — ou par le simple de. 1. La paix du coeur procure de douces jouissances. — 2. J'ai commencé l'an- née scolaire avec de grandes espérances ; avec de fa bonne volonté et moyen- nant de grands efforts, j‘obtiendrai d’excellents résultats. — 3. Pour faire de (ou : de fa) bonne politique, il faut que les gouvernements sachent faire de bonnes finances. — 4, Si yous allez & la montagne, vous y trouverez du grand air, vous 'y verrez de larges paysages. — 5. Les cosmonautes ont accompli d’étonnantes prouesses. — 6. Il faut du bon sens dans les affaires. 361. - Exercice oral : Distinguez les cas of la négation est absolue et ceux od elle ne est pas. Modéle : Il n’a pas d’argent (= aucune quantité d'argent : négation absolve), I n’a pas de argent pour te gaspiller (= il a de l'argent, mais non...). 1, Cet deve n'a pas de courage : il court a un échec, — 2. Cet éléve n'a pas du courage, ila de l'acharnement : il aura un succés complet, — 3. Il y a dans Jes profondeurs de l'octan des poissons qui n'ont pas d’yeux. — 4, De quoi vous plaignez-vous ? N’avez-vous pas des yeux, qui peuvent jouir de la lumiére, et des oreilles, qui peuvent entendre ka voix de ceux que vous aimez ? — 5. Celui qui n’a pas de volonté est semblable 4 un vaisseau sans gouvernail. — 6. Niayons pas de /a volonté par a-coups, mais dans tout ce que nous entrepre- nons, © 1. pas de courage > aucune quantité de courage : négat, absolve, 2 pas du cowage : il a plus que du courage : négat. relative. 3. pas yeux » pas du tout d’yeux : négat. absolve. 4. pas des yeux : vous avez des yeux : négat. relative. pas des oreilles : vous avez des oreilles : négat. relative. 5. pas de volonté : aucune dose de volonté ; négat. absolue. 6. pas de la volonté : ayons de Ja volonté, mais non par a-coups : négat. relative. a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 100 L’ARTICLE 2. Canadianisme : « Tu viens encore me badrer ? » [pour : «... m'impor- tuner, ... me déranger, ... m'ennuyer »}, — Employez dans une petite phrase Vune des expressions francaises. © Allons ! c'est assez tambouriné ! Tu nous importunes. 378. - CONJUGAISON : Conjuguez au présent de lindicatit : vaincre la difficulté. © Je vaines la difficulté, tu vaines, il vaine, nous vainguons, vous vainquez, ils vainquent. 379, - ANALYSE : Soulignez les groupes du complément d'agent: Si un aveugle est conduit par un autre aveugle, i/s tomberont tous deux dans le fossé ; peut-étre seront-ils relevés par quelque bon Samaritain. a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 104 L’ADJECTIF inquiéte, inquiet ; rousse, roux ; secréte, secret ; tierce, tiers ; neuve, ive, plaintif ; andalouse, andalou. maigriot neuf ; pl 392. - Mettez & la forme convenable les adjectifs en italique. a) 1. De Meau claire. — 2. Une confiance mutuelle, — 3. La littérature fran- saise. — 4. Une pareille ardeur. — 5. Un nouvel ouvrage. — 6. Un fol orgueil. — 7. Une coutume palenne. — 8. Une voix plaintive. — 9. Une maison prin- ciére, — 10. Une demande expresse. b) 1. Une seeur jumelle, — 2. Une vieille chanson. — 3. Une folle entreprise. — 4, De la cire molle. — 5. Une figure vieillotte. — 6. Une solution boiteuse. — 7. Une bréve harangue. — 8 La nation frangue. — 9. Une physionomie Sranche. — 10. Une tumeur maligne. ©) 1. Une parole flatteuse. — 2. Une mélodie charmeuse. — 3. Une joie intérieure. — 4, Une attitude provocatrice. — 5. Une roue motrice. — 6. Une fée protectrice. — 7. Une réplique vengeresse. — 8. Une vallée enchanteresse. — 9. Une volonté dominatrice. — 10. Une personne grondeuse. 393. - Joignez chacun des adjectifs suivants 4 un nom féminin et faites l'accord : a) Une maladie mortelle. — Une pareille audace. — Une gentille lettre. — Une différence nulle. — Une tumeur bénigne. — Une nouvelle mode. — Une attaque aérienne. — Une béte gloutonne. — Une détente réparatrice. — La reli- gion musulmane, — Une bouche vermeille. — Une propriété contigué. — Une réussite complete. — Une joie nalve. — Une coutume juive. — Une longue attente. — Une panne séche. — Une déclaration publique. — Une vieille maison. — Une fée maligne. b) Une féte solennelle. — Une promenade quotidienne. — Une nouvelle fraiche. — La race lapone (ou : laponne). — Une belle histoire. — Une poire mole. — Une chatte persane. — Une couche douillette. — Une petite fille peureuse. — Une mine vieillotte. — Une réponse ambigué. — Une chambre basse. — Une sotte entreprise. — Une démarche discréte. — La langue turque. — Une feuille caduque. — Une parole vengeresse. — Une pente douce. — Une figure palotte. — Une voix aigué. 394, - Accordez les adjectifs en italique. a) 1. Une inquiétude continuelle rend Vhumeur ombrageuse. — 2. Une véri- table ceuvre de science est étrangére A toute passion partisane. — 3. La race lapone (ou : laponne) est simple et hospitaliére. — 4, Quand vous faites une communication secréte, ne la faites pas en présence d'une tierce personne : celle-ci pourrait étre indiscréte. — 5. Il faut savoir accomplir avec une joie discréte sa besogne quotidienne. — 6, Une humeur douce et bénigne vous conciliera les sympathies. b) 1. L’enfance est naive : elle éprouve une joie vive au récit des histoires merveilleuses. — 2. L'opinion publique est versatile : parfois, lasse de louer quel- qu'un, elle se prend a le blamer. — 3. La face de la nature n’est-elle pas expres- sive comme celle de 'homme ? — 4. Une parole indiscréte ou ambigué cause parfois de regrettables querelles. — 5. Cet enfant a la figure pélotte ; sa santé s'accommoderait fort du grand air et de la vie paysanne. — 6. Souvent les pa- roles moqueuses révélent une certaine indigence d’esprit. — 7. J'aime la fiere beauté des vallées valaisannes. a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 108 L'ADIECTIF DEGRES DES ADJECTIFS QUALIFICATIFS Le Guépard, Les plaines oi le Niger commence a prendre figure de grand [posit.] fleuve servent de champ de course tout d’abord a une béte bien sympathique {superl. abs.]: le guépard. Sympathique [posit.], parce qu'il n’est pas cruel [posit.] et que, de tout temps, il fut un animal fort facile [superl. abs.) & apprivoiser. A condition qu’on lui réserve de rés /arges [superl. abs.] espaces et qu’il puisse chasser avec I"homme, il accepte volontiers l'amitié du maitre de la nature. I] traduit méme ses sentiments par un ronronnement qui n'est pas moins significatif [comparat. dinfér.] que celui des chats. Car cet animal, qui est aussi rapide [comparat. d’égal.] que fe plus rapide {supert. relat.] des lévriers et qui a une téte de gros [posit.] chat ronronne comme ce dernier. Le guépard est /e meilleur (supert. relat.] coureur de la création. Sur un ou deux kilometres, il est imbartable [posit.]. It dédaigne les appats et les gibiers morts [posit.]. C’est un animal srés sportif {superl. abs.]. D’aprés André Demaison, La Vie privée des bétes sauvages. (Armand Colin, édit.). 407. - Dites si, dans le texte ci-dessus, les mots en italique marquent le positif. ou le comparatif (d’égalité, de supériorité, d'infériorité), ou le superlatif {absolu, relatif). inguez les positifs, les comparatifs (d'égalité, de supériorité, d'intério- rité), les supertatifs (absolus, relatifs) 1, Une bonne {posit.} conscience est fe plus dowx [superi. relat.] des oreillers. — 2. Une faute de frangais gate fe plus beau (superl. relat.j vers. — 3. Il est infiniment regrettable {superl. abs.) que certains hommes soient moins attentifs {comparat. d'infér.] & ieurs devoirs qu’a leurs intéréts. — 4. L’ceuvre d'un Pasteur n’est-elle pas aussi estimable [comparat. d’égal.] que celle des conquérants les plus illustres {superl, relat.) ? — $. La girafe a te cou tres fong {superi. abs.). — 6. La baleine est plus grosse [compar. de supér.} que léléphant ; c'est e plus gros (superl. relat,] des animaux. — 7. Rien n’est moins stable (compar. infer.) que la fortune. . 409. - Donnez, pour chacun des adjectifs suivants, les trois comparatifs : 1, Beau, — 2. Froid, — 3. Juste. — 4, Vieux. — 5, Modeste. © 1, Beau : aussi beau, plus beau, moins beau. — 2. Froid: aussi froid, plus froid, moins froid. — 3. Juste : aussi juste, plus juste, moins juste. — 4. Vieux : aussi vieux, plus vieux, moins vieux. — 5. Modeste ; aussi modeste, plus mo- deste, moins modeste, 410. - Remplacez les trois points par le comparatif de supériorité de ladjectif placé en téte de la phrase. a) 1. [Haut] Il n'est pas toujours bon d'occuper un emploi plus haut que celui qu'on occupe. — 2. [Précieux] Est-il un bien plus préciewx que Vhonneur ? — 3. [Attentif] Nous prétons une oreille plus attentive quand on parle de nos qua- 408. - Di a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 12 424, 425. - 426. - LADJECTIE campagnard : adj. qualific. ; masc. sing. ; épith. de univers. molles : adj. qualific. ; fém. plur. ;"épith. de avalanches, Ddruissantes : adj. qualific. ; fm. plur. ; épith. de avalanches. villageois : adj. qualific. ; masc. plur. ; €pith. de brats. beau : adj. qualific. ; masc. sing. ; épith. de semps. . sing. ; attrib. du suj. maréchal-ferrant. masc, sing. ; épith. de sol. - Justifiex accord des adjectifs en italique. 1, Défions-nous des belles paroles des gens qui se vantent d'étre vertueux. — 2, Le génie est une fongue patience. — 3. Ce chef a montré un courage et un zéle exemplaires. — 4, Evitez les paroles et les gestes violents. — 5. Le héron a les pieds et le cou trés longs. — 6. Voici des personnages dont la taille et l'air sinistre inspirent la terreur. — 7. A ce spectacle, j'ai été pris d’une inquiéude et d'un émoi profonds, — 8. Mon oncle et ma tante sont contents de moi. — 9. Armez-vous d’un courage et d'une foi nouvelle. (Racine.) 1, belles : se rapporte comme épithéte a paroles: fem. plur. vertueux : se rapporte comme attrib. & gui (antécéd. gens): masc. plur. 2. longue : se rapporte corme épithéte a patience : fem. sing. 3. exemplaires : se rapporte comme épithéte a courage et & zéle : mase. plur. 4. violents : se rapporte comme épithéte & paroles et a gestes, de genre différent : mase. plur. 5. longs : se rapporte comme attrib. 4 pieds et 4 cow: masc. plur. 6. sinistre : se rapporte comme épithéte. a taille et a air, de genre different : mase. plur. 7. profonds : se rapporte comme épithéte A inguidtude et A émoi, de genre different : mase. plur. 8. contents : se rapporte comme attrib. & oncle et a tante, de genre diffé- rent : masc. plur. 9. nouvelle : se rapporte comme épithéte & courage et & fol, mais s'accorde avec le nom le plus rapproché foi : fém. sing. Accordez les adjectifs en italique. a) 1. Suivez les bons conseils des personnes sages. — 2. Les petits ruisseaux font les grandes riviéres. — 3. Mes chers enfants, je vous sais droits et aimants. — 4, Innambrables sont ceux qui s‘ignorent eux-mémes. — $. Un échee peut laisser intacts notre force et notre talent. — 6, Nous trouvons belle la vie du docteur Schweitzer. — 7, Admirez la griice et la blancheur neigeuse du cygne. — 8, Bien mars, la poire et l'abricot sont délicieux, b) 1. Ta tombe et ton berceau sont couverts d'un nuage. (Lamartine, 2. Crest une chance d'avoir eu un pére et une mére excellents. (E. Henriot.) — 3. Elle s'était levée avec une résolution et une énergie effrayantes. (Maupas- sant.) — 4. Je priais la mer, je priais le vent d’étre ciéments & mon espérance, {E.-M. de Vogié.) -— 5. Son coeur et son intelligence étaient prézs & recueillir Je bon grain sans effort. (Fr. Jammes.) — 6, Le chiteau de Murol est d’une éten- due et d'une complication fantastiques. (G. Sand.) — 7. li tomba soudain dans un mutisme et une immobilité efrayants. (A. Maurois,) — 8, Ces laiti¢res ont une aisance, une sGreté et un aplomb admirables. (Th. Gautier.) 1es accord des adjectifs entre crochets. a) 1. Mon pére et ma mare sont bons. — 2, Une rose et un aeillet blancs. — a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 116 LADJECTIF MOTS DESIGNANT UNE COULEUR Les Nuages sous les Tropiques. Les nuages amoncellent leurs masses blanchdtres, ot une multitude de vallons incarnats ou roses s’étendent a V'infini. Les divers contours de ces vallons célestes présentent des teintes blondes, vieil ivoire, ventre de biche, mastic, beiges, qui fuient 4 perte de vue dans le blanc ou des ombres marron, feuille-morie, brique, qui se prolongent sur d'autres ombres. On voit ga et la sortir du flanc caverneux de ces montagnes des fleuves d'une lumiére argentée qui se précipitent en coulées gris jaundtre sur des récifs orange. Ici ce sont de avirs rochers qui se dressent sur l'étendue bleu sombre du firmament; 1a ce sont de longues gréves or ef cuivre, qui s’étendent sur des fonds de ciel bleus, ponceau, écarlates et vert émeraude. La réver- bération de ces couleurs se répand sur la mer dont elle glace les flots azu- rés de reflets safran et pourpres. D'aprés BERNARDIN DE SAINT-PIERRE. 442. - Dans le texte de Bernardin de Saint-Pierre, relevez les mots désignant une couleur, Rangez-les en trois catégories : 1° adjectifs simples ; 2° adjectits composés ; 3° noms, © ADJ. SIMPLES ADJ. COMPOSES | NOMS blanchatres eris jaunitre | viet ivoire incarnats bleu sombre ventre de biche roses vert émeraude mastic blondes blane beiges marron argentée feuille-morte noirs brique bleus ‘orange écarlates ‘or et cuivre azurés ponceau pourpres safran 443. - Justifiez accord des mots en italique, 1, Entre Jes nuages noirs [adj. simple : accord avec nuages}, le soleil glisse ses rayons jaune clair (adj. composé : invariable}. — 2. Les meubles dorment sous leurs housses de percale blanche {adj. simple : accord avec percale}, striées de raies rouge vif [adj. composé : invariable]. — 3. Oh ! les beaux chrysanthémes Jjaune foncé {ad}. composé : invariable] ! — 4. Aprés la partie de ski, nous ren- trons, les joues pourpres (adj. simple : accord avec joues]. — 5. La mer étale sa nappe vert émeraude [adj. composé ; invariable}. — 6, Son ceil avait des reflets lie de vin nom composé désignant la couleur : invariable]. — 7. Que d’uni- formes gros bleu {adj. composé : invariable] ! a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 120 L’ADJECTIF 459. - LANGAGE : « Dringuelle » est un germanisme (drinkge/d = argent pour boire) ; — dites : «un pourboire », « une gratification ». Employez ces derniers mots dans deux courtes phrases. © 1, L'usage est de donner un pourboire aux chauffeurs de taxi. — 2. Tu as donné au garcon livreur une généreuse gratification. 460. - PHRASEOLOGIE : « Je laisse & penser la vie Que firent ces deux amis. » (La Font.) —Inventez une phrase od vous emploierez le tour «laisser & penser... » @ Je laisse & penser I'émotion des parents quand ils apprirent la triste nou- velle de l'accident. 461. - ANALYSE : Discernez les différentes propositions ; dites quelle est la nature de chacune d’elles : MW est amer et doux pendant les nuits d'hiver D’écouter prés du feu qui palpite et qui fume Les souvenirs lointains lentement s‘élever Au bruit des carillons qui chantent dans /a brume. (Baudelaire.) © Tl est amer et doux pendant les nuits @hiver découter prés du feu : propos. principale. ‘qui palpite : propos. subord. relative. et qui fume : propos. subord. relative. es souvenirs lointains lentement s'élever au bruit des carillons : propos. subord. infinitive. qui chantent dans Ia brume : propos. subord. relative. ACCORD DE CERTAINS ADJECTIFS 462. - Accordez, s'il y a lieu, les adjectifs en italique (attention ! mettez bien, quand il le faut, le trait d'union 1). a) 1. Deux demi-douzaines. — 2. Une pomme et demie, — 3. Unc biche demi-morte. — 4, La mi-caréme. — S. Trois heures et demie. — 6. La mi-temps. — 7. A mi-hauteur. — 8. Les semi-voyelles. — 9. Une besogne a demi faite. — 10. Toutes les demti-heures. — 11. Parler & demi-mot. — 12. Deux jour- nées et demie. b) 1. Depuis deux heures et demie on était & table. (Flaubert.) — 2. Les demi- savants sont souvent prétentieux. — 3. La gloire de ce musée est une abondante collection de panneaux peints, mi-gothiques, mi-flamands. (M. Barrés.) — 4. Les demi-heures s’en vont l'une aprés l'autre, tranquilles. (P. Loti.) — $. Cer- taines horloges sonnent les heures, les demies et les quarts. — 6. Ah ! je suis demi-morte ! (E, Rostand.) — 7. Il y a des trains semi-directs. — 8. Ces avis sont semi-officiels. — 9. Quatre demis valent deux unités. — 10. Trois oranges pour nous deux : cela fait pour chacun une orange et demie ! — 11. Je révais, les paupiéres mi-closes. — 12. Des demi-efforts ne produiront que des demi-succés. a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 124 L’ADJECTIF calomnie]. — 3. Un écrivain méchant [qui a de la méchanceté] ; un méchant écrivain (qui ne vaut rien comme écrivain]. — 4. Une nouvelle vraie {présentant un caractére de vérité] ; du vrai marbre [qui est réellement du marbre}. — 5. Un repas maigre [ou I'on ne sert pas de viande] ; un maigre repas (oi il y a peu & manger}. — 6. Un enfant propre [dont le corps, les vétements sont nets, bien soignés] ; son propre enfant [qui est bien le sien]. — 7. Un visage triste [qui marque de la tristesse) ; un triste personage {méprisable, vil]. — 8. Une pomme verte [pas mare] ; une verte vieillesse {restée vigoureuse, en dépit de Page}. 476, -VOCABULAIRE : 1. Cherchez dans le dictionnaire (au mot vent) le sens de la locution avoir vent de quelque chose. Employez-ia dans une courte phrase. © Avoir vent de quelque chose : en étre informe. — Dés que cette intrigue, jai fait les démarches qu'il fallait. eu vent de 2. Donnez 8 verbes composés de -duire (lat. ducére, conduire) ; joignez @ chacun d’eux un complément d’objet direct. © Tradwire un auteur anglais ; — conduire une Chevrolet ; — produire un certificat ; — introduire un visiteur ; — éconduire un importun ; — réduire une fracture ; — déduire ses frais; — sédwire un homme simple. 477. -ORTHOGRAPHE : Notez dans le caret d’orthographe : exorbitant, exaiter, exéerer, exonérer ; — avec h : exhaler, exhumer, exhausser, exhib 478. -LANGAGE : Ne dites pas : « Cet enfant est amitieux » (wallonisme) «... affectueux». — Employez ce demier adjectif dans une courte phrase. © Cet enfant est aimé de tous : il est si affecrueux ! 479. -PONCTUATION : Mettez la ponctuation : Ma mére me tenait 4 plein bras et disait, air éperdu : «Je tachéterai le poisson rouge. mon chéri. Les oreilles, e’est si douloureux !» 480. ANALYSE : Analysez les mots en italique : « L'hirondelle quitte nos régions dés que s'annoncent les brouillards de Yautomne. » © nos : adj. possessif ; fém. plur. ; I** pers. ; détermin. de régions. dés que : locut. conjonet. de subordin. ; unit la prop. subord. s'annoncent les brouillards de Uautomne & \a base de la phrase quitte. brouillards : nom commun ; masc. plur. ; suj. de s'annoncent. de: préposit. ; unit le compl. détermin. awomne au nom browiliards, ADJECTIFS NUMERAUX Une Epitaphe. ‘est ici que repose celui qui ne s'est jamais reposé. I! s'est promené & cing cent trente enterrements. Il s’est réjoui de la naissance de deux mille six cent quatre-vingts enfants. Les pensions dont il a fél ses amis, a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 128 L’ADJECTIF time ; — cent unigme ; — cing cent quatre-vingt-troisitme ; — six cent soixante-dix-neuvieme ; — mille uniéme ; — deux mille deux cent quatre-vingt- neuviéme. 491.-Relevez les adjectifs numéraux (cardinaux et ordinaux) et analysez-tes. # On a mis ici en italique les adjectifs numéraux. Une Légende arabe. Une légende arabe rapporte que le brahmane qui avait imaginé le jeu des échecs ne demanda a son prince pour récompense rien d’autre que des grains de blé: un grain sur la premiere case, deux sur la deuxiéme, quatre sur la troisiéme, huit sur la quatriéme, et ainsi de suite, toujours en doublant, jusqu’a la soixante-quatriéme case. La demande parut modeste et le prince y acquiesca volontiers. Mais le calcul fait, on s’apergut avec horreur que toutes les réserves de Inde, et méme la production de la terre entiére, seraient de loin insuffi- santes pour constituer la quantité de blé demandée. Le nombre de grains correspondant a l'ensemble des soixante-quatre cases de l’échiquier s‘élevait, en effet, a plus de dix-huit milliards de milliards [18 suivi de 18 zéros}! Pour produire cette étonnante quantité de blé, il efit fallu ensemencer soixante- seize fois les continents du monde entier. © un: adj. numér. cardin, ; mase. sing. ; détermin. de grain. premiére : adj. numér. ordin. ; fem. sing. ; détermin. de case. deux : adj. numér. cardin. ; masc. plur. ; détermin. de grains, sous-entendu. deuxiéme : adj. numér. ordin. ; fém. sing. ; détermin. de case, sous-entendu. quatre : adj. numér. cardin. ; mase. plur. ; détermin, de grains, sous-entenda. troisiéme : adj. numér, ordin. ; fém. sing. ; détermin. de case, sous- entendu. fwit : adj. numér. cardin. ; mase. plur. ; détermin. de grains, sous-entendu. ‘quatrime : adj. numér, ordin, ; fém, sing. ; détermin. de case, sous-entendu. soixante-quatriéme : adj. numér. ordin. ; fém. sing. ; détermin. de case. soixante-quatre : adj. numér, cardin. ; fém. plur.; détermin. de cases. |. ¢ masc. plur; détermin, de milliards. adj. numér. cardin. ; fem. plur. ; détermin. de fois. 492. - VOCABULAIRE : 1. Cherchez dans le dictionnaire le sens de épitaphe, — de apophtegme, — de brahmane, — de acquiescer. © épitaphe : inscription sur un tombeau, apophtegme : parole mémorable ; pensée ayant une valeur de maxime, brahmane : membre de la caste sacerdotale, la premiére des grandes castes de "Inde. wequiescer : consentir, céder. 2. Le grec a/gos signifie «douleur». Quels sont les mots francais en -algie ou |'on trouve en composition les racines grecques : neuron = nerf ; a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 132 LVADIECTIF 6. som: adj. poss. ; fém. sing. ; 3* pers, ; déterm. de enfance ; concerne un 3° pers. ; déterm. de godt; concerne un possesseur, un obj. possédé. saz adj, poss. ; fém. sing. ; 3° pers. ; déterm. de sistesse ; concerne un Possesseur, un obj. possédé. son : adj. poss. ; masc. sing. ; 3* pers. ; déterm. de sériewx ; concerne un possesseur, un obj. possédé. ses: adj. poss. ; masc. plur. ; 3* pers; déterm. de livres ; concerne un possesseur, plus. obj. possédés. 7. mien : adj. poss. ; mase. sing. Possesseur, un obj. possédé. 8. son: adj. poss. ; mase. sing. ; 3* pers. ; déterm. de feutre ; concerne un possesseur, un obj. possédé. son : adj. poss. ; masc. sing. ; * pers. ; déterm, de veston ; concere un possesseur, un obj. possédé. son: adj, poss. ; mase. sing. ; 3* pers. ; déterm, de pantalon ; concerne un possesseur, un obj. possédé. son : adj. poss. ; masc. sing. ; 3© pers. ; déterm. de busre ; concerne un possesseur, un obj. possédé, ses: adj. poss. ; mase. pur. ; possesseur, plus. obj. possédés. J pers. ; déterm. de article ; concerne un pers. ; déterm. de gestes ; concerne un 500. - Conjuguez au présent de lindicatif : 1, Je prends mon livre, ma régle et mes cahiers. — 2. Je retrouve ma ville, mon quarticr, mes parents. @ 1. Je prends mon livre, ma régle et mes cahiers ; tu prends ton livre, ta régle et tes cahiers ; il prend son livre, sa régle et ses cabiers ; nous prenons notre livre, notre régle et nos cahiers ; vous prenez votre livre, votre régle et vos cahiers ils prennent leur livre, leur régle et leurs cahiers. 2. Je retrouve ma ville, mon quartier, mes parents ; ta retrouves ta ville, ton quartier, tes parents ; il retrouve sa ville, son quartier, ses parents ; nous re trouvons notre ville, notre quartier, nos parents ; vous retrouvez votre ville, votre quartier, vos parents ; ils retrouvent leur ville, leur quartier, leurs parents, 501. -Donnez deux expressions of mon sera joint & un nom masculin, puis deux expressions 09 il sera joint & un nom féminin,—De méme avec ton, et avec son. © 1. Mon dictionnaire, mon vélo; — mon image, mon histoire. — 2. Ton pére, fon courage ; — ton ardeur, ron espérance. — 3, Son voisin, son desir ; — gon origine, son église, 502. - Remplacez les trois points par l'adjectif possessit convenable. a) 1. Nous devons prendre nos amis avec /eurs défauts. — 2. J'admire les lis et leur riche parure, — 3, Je retrouve ma maison natale et son accueillante dou- ceur. — 4, Chacun est fils de ses cuvres. — 5. Heureux l'homme des champs s'il connaissait son bonheur ! — 6. C'est une ingratitude odieuse que celle des enfants envers leurs parents. b) 1. Notre condition jamais ne nous contente, (La Font.) — 2. Quand mes amis sont borgnes, je les regarde de profil. Joubert.) — 3. Le cazur a ses raisons que la raison ne connait point. (Pascal.) — 4. Un riche laboureur sentant sa a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 136 LADJECTIF 518. -LANGAGE : 1. On peut dire : 1° faire connaissance avec quelqu'un ; 2° faire connaissance de quelqu’un ; 3° faire /e connaissance de quelqu'un. — Em- ployez chacun de ces tours dans une courte phrase. ‘# 1. Yaurai le grand plaisir de faire connaissance avec vous. — 2. Je suis heu- reux d'avoir fait connaissance de vos parents. — 3. Je suis content d’avoir fait Ja connaissance de votre ai 2. Provincialismes : « Cet homme est un taiseux » (wallonisme) [pour : «... un facitume 9). — « Faire cuire la viande dans un grand vaisseau » (cana- dianisme) (pour : «... une marmite », «... une casserole », «... un chaudron »). — Employez, chacune dans une phrase, les expressions frangaises. © 1. Le roi Albert, dit-on, était plutdt taciturne. — 2. La cuisine était rus- tique ; un grand quartier de viande de beeuf mijotait dans une grande marmite. 519. -CONJUGAISON : Conjuguez au passé simple : sourire. © Je souris, tu souris, il sourit, nous sourimes, vous sourites, ils sourirent. 520. -PONCTUATION : Mettez la ponctuation : Dans fe silence. jentendis tout & coup la voix de ma mére qui criait du haut de I'escalier : « Eh bien | qu’est- ce que c'est? Qui est-ce ?» ADJECTIFS DEMONSTRATIFS Soir tranquille. Aricie goitait alors une impression délicieuse de détente. Devant ce large paysage de ciel et d’eau, sur ce fond de ville A demi voilée par la brume, elle laissait voler sa pensée loin des soucis du jour, elle oubliait ses taches. Elle aspirait profondément l'espace et cette odeur marine, son ceeur en était tout gonflé. Son regard allait se poser sur le clocher de Saint- Michel, c’était la direction de sa maison natale, ot tous les siens avaient vécu... Puis, rabaissant les yeux sur les eaux, mesurant la distance qu’elles mettaient entre la ville et elle, elle lui comparait, par un jeu enfantin de Vesprit, cette autre distance idéale qui la séparait de la vie. Elle songeait a cet autre fleuve de chagrins, de renoncements, d’amertumes, dont le flot chaque jour accru I’éloignait sans cesse davantage du bonheur. Emile Henrior, Aricie Brun. Librairie Plon, tous droits réservés. 521. - Relevez, dans le texte d'Emile Henriot, les adjectifs démonstratifs ot a lysez chacun d’eux. © Ona mis, dans le texte d’Emile Henriot, les adjectifs démonstratifs en italique. ce: adj. démonstr. ; masc. sing. ; détermin. de paysage. ce : adj. démonstr. ; masc. sing. ; détermin, de fond. a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 140 L’ADJECTIF quatre minutes. (A. France.) —- 7. Certain paien chez lui gardait un dieu de bois. (La Font.) — 8. Rome avait accordé aux peuples d'ltalie, en différents temps, divers privileges. — 9. Les fous souffrent dans leur chair, comme les autres hommes. (G. Duhamel.) © 1. nulle : adj. indéf. ; fom. sing. ; détermin. de place. 2. tous : adj. détermin. de hommes. 3. quelque : adj. indéf. ; masc. sing. ; détermin. de bien. 4. plus dune : adj. indéf. ; fem. sing. ; détermin. de dme. 5. je ue sais quelle : adj. indéf. ; fem. sing. ; détermin, de considération. 6, chaque : adj. indéf. ; masc. sing. ; détermin. de accusé. masc. sing. ; détermin. de pafen. mase, plur. ; détermin. de temps. vase. plur. ; détermin. de priviléges. 9. autres : adj. indéf. ; masc. plur. ; détermin. de hommes. 533, - Dites si, dans les phrases suivantes, les adjectits indéfinis marquent une idée: 1° de qualité ; 2° de quantité ; 3° d’identité, de resemblance ou de différence 1, Aucun chemin [quantité] de fleurs ne conduit a la gloire. (La Font.) — 2, On éprouve je ne sais quelle joie [qualité] aprés avoir admiré un chef-d'ceuvre. — 3. Elle posa sur le comptoir un tiroir qui contenait des bobines de différentes couleurs [quantité]. (J. Green.) — 4. Maintes gens [quantité} croient que le bon- heur est dans la richesse. — 5. J’écoute si d’en haut il tombe quelgue bruit [qua- lite]. (Hugo.) — 6. Pas un chat (quantité] dans Jes rues du village. (A. Daudet.) — 7. Queiques crimes [quantité] toujours précédent les grands crimes. (Racine.) — 8. Autres temps [différence}, autres mocurs [différence]. — 9. Les Frontenac se retrouvérent tous [quantité], dans le méme compartiment, (Fr, Mauriac.) — 10. Tel homme [identité] parfois est récompensé qui méritait d’étre puni. 534. - Dites si les mots en italique sont adjectifs indéfinis ou adjectifs qualificatifs. 1. Le devoir de cet éléve est aul (quali — 2. Dés que les chévres ont brouté, Certain [indét.} esprit de liberté Leur fait chercher fortune. (La Font.) — 3. Toute Iqualif,j sa vie est pareille & une journée d'orage. (R. Rolland.) — 4. Toute findéf.] vie est un mélange de biens et de maux. — 5. Votre succés est certain [qualif.] si vous étes courageux et méthodique ; nulle [indéf.] difficulté ne vous arrétera. — 6. L'abeille se pose sur différentes {indéf.} fleurs. — 7. Nous avons sur cette question des avis différents [qualif.] ; vous avez votre opinion ; la mienne est autre [qualif.|. — 8. Tetle {qualif.] est ma décision. — 9. Revenez un autre (qualif.] jour. — 10. Tel {indéf.] probléme semble difficile & résoudre qui devient simple quand on en analyse les données. 535. - Exercice oral : Expliquez remploi ou le sens des adjectifs en italique. 1, Est-il aucun moment [un certain moment, quelque moment] Qui vous puisse assurer d'un second seulement ? (La Font.) — 2. Pour un naturaliste, aucunes meeurs [aueunes au plur. devant un nom qui ne s‘emploie pas au sing.] ne sont plus intéressantes que celles des abeilles, — 3. Nuls pépiements [on envisage Ia pluralité des pépiements] d’oiseaux n’égayaient cette solitude. (H. Lavedan.) — 4, Cest une générosité muile {sans valeur] que celle qui s'exerce en vue de re- cueillir des approbations. — 5. Je ne crois pas qu’aucun homme [valeur positive a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 144 L’ADJECTIF nous, nous en attendons volontiers de plus grands encore. — 4. Quelque puis- sants personnages que soient vos protecteurs, c'est votre honnéteté qui vous protégera le mieux. — 5, Que/ques grandes difficultés que vous rencontriez, ne perdez pas courage. — 6. Quelques merveilleuses explorations qu’aient faites Jes grands voyageurs des siécles derniers, les cosmonautes de notre temps en ont fait de plus étonnantes. 548. - Inventez sur chacun des thémes suivants une phrase contenant les mots quel que ou quelque — et faites accord, 1. Les plaisirs de 'hiver. — 2. La difficulté de nos travaux. — 3, Les charmes de la musique. — 4. Les exploits des cosmonautes. — 5. Les agréments de la télévision. © 1. Quelque agréables que soient les plaisirs de Mhiver, je préfére ceux de la belle saison, — 2. Quetle que soit Ia difficulté de nos travaux, nous prétendons la vaincre. — 3. Quels quils soient, les charmes de 1a musique m'enchantent. — 4 Quelques beaux exploits qu’aient accomplis les cosmonautes de notre temps, ceux de Tavenir en accompliront de plus beaux encore. — 5. Quelque beaux agréments que soient ceux de la télévision, ils fatiguent parfois ta vue. 549.- Inventez quatre phrases ot quelque sera invariable comme adverbe. #1. Mes tantes étaient quelque peu musiciennes. — 2. Quelaue séduisantes que soient vos raisons, elles ne me convainquent pas. — 3. Quelle étape! nous avons fait & pied guelgue quarante kilomatres. — 4. Quelque durement qu'on le traite, le chien reste fidéle & son maitre, 550. - VOCABULAIRE : 1. Quel est le nom général désignant les habitants de "Inde ? —de file de Madagascar ?—de I'ile de Chypre ? —de lle de Cuba? — du Berry ? — du Guatemala ? — de Monaco ? ‘@ Les habitants de I'Inde : Jes Indiens ; — de Vile de Madagascar : les Mal- gaches ; — de Vile de Chypre: les Cypriores (ou: Chypriores); — de Tile de Cuba : les Cubains ; — du Berry : les Berrichons ; — du Guatemala : les Guatémalteques ; — de Monaco : les Monégasques. 2. Donnez 8 mots ayant le préfixe inter-. ‘© Interdire, intercaler, intercéder, intercepter, interpeller, interposer, inter- venir, interjeter. 551.-ORTHOGRAPHE: Notez dans le carnet d’orthographe : maréchal-ferrant, au-dela, au-dedans, au-dehors, voirie, pélerin. 552. -LANGAGE : On peut dire : 1° «Je vous renvoie ce colis» ; 2° «Je vous re- tourne ce colis ». — Inventez une phrase 00 vous emploierez retourner au sens de renvoyer. © Veuillez me retourner sans retard les documents ci-joints. 553. -CONJUGAISON : Conjuguez au passé composé, forme pronominale : /ever. © Je me suis levé, tu tes levé, il s'est levé, nous nous sommes levés, vous vous tes levés, ils se sont levés, a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 148 L’ADJECTIF lages ont ici une tout autre apparence. (Chateaubriand.) — 10, Toute autre histoire est mutilée, la ndtre seule est complete. (Michelet.) 562. - Faites entrer dans une phrase chacune des expressions suivantes : 1, Toute autre, — 2, Tout autres, — 3, Tout entiére. — 4, Tout entiers, — 5. Tout agréables que sont ... — 6. Tout émues, — 7. Toutes honteuses, — 8, Etre tout ardeur, — 9, Plusieurs touts. © 1. Towte autre solution me plairait mieux. — 2. Nous devenons out autres quand un grand bonheur nous arrive. — 3. La ville rout entiére assistait & la cérémonie. — 4, Les hommes d'action se donnent fouf entiers a leurs entreprises, — 5. Tout agréables que sont les vacances, il faut bien qu’elles prennent fin. — 6. Nos méres nous attendaient, rout émues, sur le quai de la gare. — 7. Elles furent routes hooteuses quand on leur fit voir leur erreur. — 8. I! s‘agissait de dresser notre tente ; nous étions tout ardeur a la dresser rapidement. — 9. Notre formation physique, notre formation intellectuelie, notre formation morale : cela fait plusieurs fouts qui constitueront notre personnalité. 563. - VOCABULAIRE : 1. Expliquez, par le sens du grec monos = seul, la signifi- cation de: monolithe, monotone, monologue, monosyllabe, monomanie. © monolithe : qui est d'un seul bloc de pierre. monotone : qui est presque toujours sur un seul ton. monologue ; discours d'une personne qui parle seule. monosyllabe : mot qui n’a qu'une seule syllabe. monomanie : aliénation mentale dans laquelle une seule idée absorbe les facultés de lame. 2. Quel est le sens de : « ouvrage préparé de /ongue main» ; — de « mettre Ja derniére main & un travail » ? © ouvrage préparé de longue main; préparé depuis longtemps, par un long travail mettre la derniére main & un travail: le finir, le terminer. 564. - ORTHOGRAPHE : Notez dans le carnet d'orthographe : profession, concurrent, S‘entraider, avoir du bagou, printanier. 565. - PRONONCIATION : Prononcez bien : déliquescence [d6- fatéral [6-kwi...], équidistent [&-kwi équité (6-ki...]. 6quivalent [6-ki’..}, équivoque [6-Ki...). 6quitation [6 séquence [s6-kans']. kwa-sans’], équi- 566. - LANGAGE : On peut dire : « partir en voyage, en vacances, en mission, etc. ». —Inventez deux phrases 00 vous emploierez cette construction. # 1. Crest généralement un plaisir de partir en voyage ; c’en est un aussi de retrouver son chez-soi. — 2. Nous partirons en vacances la veille de Noél. 867. - PHRASEOLOGIE : une phrase of vous emploierez de méme des ii phrase et résumés par voila... ‘© Labourer, semer, moissonner : Naitre, vivre et mourir : voila notre destin ». — Inventez ifs placés en téte de la ila les grands travaux de Iagriculteur. a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book a You have elther reached a page that is unavailable for viewing or reached your viewing lil far this book 152 LADJECTIF 578. - LANGAGE : On peut dire : « C'est un professeur hors de pair» ou bien : « ... hors pair», — Inventez deux phrases od apparaitront l'une et l'autre construction. © 1. Cest une grande chance d’avoir eu, pour ses études primaires, un insti- tuteur hors de pair. — 2. Nous avons, dans notre équipe, un gardien de but hors pair. 579. -PHRASEOLOGIE : « Les pauvres morts abandonnés doivent avoir froid dans leur tombe de hasard. » — Modifiez la tournure en commencant la phrase par: «Ah! comme ils doivent... », © Ah! comme ils doivent avoir froid dans leurs tombes de hasard, tes Pauvres morts absndonnés 580. - ANALYSE ; Dans « C'est un trésor que la santé», prenez en bloc c'est ... que et dites ce qu'il est, pour Ianalyse. — Quelle est la fonction de santé ? © Cest...que : gallicisme. santé : sujet de ess. SUR LE MOT «TEL» 681. - Analysez le mot tel. a) 1. Voici toutes les verdures nouvelles. Une telle variété de tons charme Je regard. — 2, Te/ camarade peut vous inciter & étre sincére, mais prenez garde : tel soi-disant ami est peut-étre un hypocrite. — 3. Tef qui rit vendredi dimanche pleurera. — 4, La persévérance et la méthode : selles sont jes meilleures con- ditions de votre succés, — 5. Ce sont les paroles, telles que je les ai entendues. — 6. Tel fait des libéralités, qui ne paie pas ses dettes. @ 1. telle : adj. qualific. ; fem. sing. ; épithéte de varided. masc. sing, ; détermin. de camarade. détermin, de ami. attrib, du suj. conditions, 5, telles : adj. qualific. ; fém. plur. ; attrib. de Vobj. dir. les. 6. tel: pron. indéf. ; masc. sing. ; suj. de fait. d) 1. Telles gens n'ont pas fait la moitié de leur course Qu’ils sont au bout de leurs écus. (La Font.) — 2. I sort de sels bruits du fond des foréts, il se passe de relles choses aux yeux que j'essayerais en vain de les décrire. (Chateaubriand.) —3. Tels que la haute mer contre les durs rivages A la grande tuerie ils s¢ sont tous rués. (Leconte de Lisle.) — 4. Veuillez faire arréter et conduire en pri- son wat tel de tel endroit, (P.-L. Courier.) — 5, Quelques-uns avaient servi dans Tancienne armée, sels que Louis Davout. (Heredia.) — 6. La voila ‘elle que la mort nous I'a faite. (Bossuet.) © 1, telles: adj. indéf. ; fém. plur. ; détermin. de gens. 2. tels : adj. qualific. ; masc. plur. ; épithéte de bruits. telles : adj. qualific. ; fém. plur. ; épithéte de choses. 3. tels : adj. qualific. ; masc. plur. ; épithéte de ils. 4, um tel : pron. indéf, ; masc. sing. ; obj. dir, de faire arréter et de conduire. tel : adj. indéf. ; masc. sing. ; détermin. de endroit.