Vous êtes sur la page 1sur 50

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

WILAYA DE BATNA

PROJET :
ACHEVEMENT DE 18/50/520/6500 Logements Publics
Locatifs à TILATOU
Programme Quinquennal2010-2014 2EME Tranche2011
SITE 02- BLOC : B1-B2-B3
En lot Tout Corps D’Etat Sans VRD
ETP : RAHMANI AMMAR

MARCHE

N°…../2018 DU …/…/2016

0
ENTRE : MONSIEUR LE DIRECTEUR GENERAL DE L’OFFICE DE PROMOTION ET DE GESTION
IMMOBILIERE DE LA WILAYA DE BATNA
DESIGNE CI-APRES PAR LE TERME LE CONTRACTANT.

D'UNE PART

ET

L’ENTREPRISE RAHMANI AMMAR DONT LE SIEGE SOCIAL ST AIN FOULIS-AIN TOUTA-BATNA


REPRESENTEE PAR MONSIEUR RAHMANI AMMAR DESIGNE DANS TOUT QUI SUIT PAR LE TERME
LE CO-CONTRACTANT.

D'AUTRE PART

IL A ETE CONVENU ET ARRETE CE QUI SUIT

‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬

1
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

OFFICE DE PROMOTION ET DE GESTION IMMOBILIERE DE BATNA

LETTRE DE SOUMISSION

1/Identification du service contractant :


Désignation du service contractant :
Office De Promotion Et De Gestion Immobilière De Batna.
Nom, prénom, qualité du signataire du marché public : BOUSBOULA MOHAMED EL HADI, Directeur Général
De L’Office De Promotion Et De Gestion Immobilière De Batna.

2/Présentation du soumissionnaire :
Désignation du soumissionnaire (reprendre la dénomination de la société telle que figurant dans la déclaration de
candidature):
Soumissionnaire seul.
Dénomination de la société : E.T.P RAHMANI AMMAR
Soumissionnaire groupement momentané d’entreprises :
Conjoint ou Solidaire

Dénomination de chaque société :


1/………………………………………………//…………………………………………………………………….
2/………………………………………………//………………………………………………………………………
3/………………………………………………//………………………………………………………………………
4/………………………………………………//………………………………………………………………………
Dénomination du groupement : …………… //……………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………...

3/Objet de la lettre de soumission :


Objet du marché public :
ACHEVEMENT DE 18/50/520/610/6500 Logements Publics Locatifs à TILATOU
Programme Quinquennal 2010-2014 2EME Tranche 2011. SITE 2- Bloc B1-B2-B3
En lot Tout Corps D’Etat Sans VRD
Wilaya(s) où seront exécutées les prestations, BATNA

La présente lettre de soumission est présentée dans le cadre d’un marché public alloti :
Non ou Oui
Dans l’affirmative :
Préciser les numéros des lots ainsi que leurs intitulés : ………………………….…………..…..
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……….……………..
4/Engagement du soumissionnaire :
Le signataire
S’engage, sur la base de son offre et pour son propre compte ;
Dénomination de la société:……………………………………………………………………………………….
………..
Adresse du siège social : ……………………………………………………….
……………………………………………..
Forme juridique de la société : …………………………………………………………..
……………………………….
Montant du capital social : ………………………………………………………………….…………………………...

Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers ou autre (à préciser)
(barrer la mention inutile) :…………………………………………...
…………………………………………………………………………………………………...
Nom, Prénom, nationalité, date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager la société à l’occasion
du marché public:……………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………..…...
Engage la société, sur la base de son offre ;
2
Dénomination de la société : ETP RAHMANI AMMAR
Adresse du siège social : AIN TOUTA - BATNA
Forme juridique de la société : Privé
Montant du capital social : ……………………………………………………………………...
Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers ou autre (à préciser)
(barrer la mention inutile) :…………………………………………...
…………………………………………………………………………………………………...
Nom, Prénom, nationalité, date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager la société à l’occasion
du marché public :…………………………………………….…………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
………………..…………..
L’ensemble des membres du groupement s’engagent, sur la base de l’offre du groupement Présentation des
membres du groupement (chaque membre du groupement doit renseigner cette rubrique. Les autres membres du
groupement doivent remplir cette rubrique dans une feuille jointe en annexe, en donnant un numéro d’ordre à chaque
membre) :
1/Dénomination de la société : ………………………………………………………………….
Adresse du siège social : ………………………………………………………………………..
Forme juridique de la société : ………………………………………………………………….
Montant du capital social : ……………………………………………………………………...
Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers ou autre (à préciser)
(barrer la mention inutile) :…………………………………………...
…………………………………………………………………………………………………...
Nom, Prénom, nationalité, date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager la société à l’occasion
du marché public:…………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………..
Après avoir pris connaissance des pièces du projet de marché public et après avoir apprécié, à mon point de vue et
sous ma responsabilité, la nature et la difficulté des prestations à exécuter :
-remets, revêtus de ma signature, un bordereau des prix et un détail estimatif, établis conformément aux cadres
figurant au dossier du projet de marche.
-me soumets et m’engage envers OPGI BATNA (indiquer le nom du service contractant) à exécuter les prestations
conformément aux conditions du cahier des prescriptions spéciales et moyennant la somme de
-Le Montant Du Marché en hors taxes
-En chiffres HT :16 526 248,00 DA
En lettres HT : Seize Million cinq cent vingt-six Mille Deux Cent quarante-huit Dinars Algériens

-Le Montant Du Marché en toutes taxes


En chiffres TTC : 18 013 610,32 DA
En lettres TTC : Dix-Huit Million Treize Mille Six Cent Dix Dinars Algériens et Trente-Deux Centimes

Imputation budgétaire : …………………………//………………………………………….


Le service contractant se libère des sommes dues, par lui, en faisant donner crédit au compte bancaire
N° 00342 101094 300 0 35 00 auprès : BADR-AINTOUTA
Adresse : ……………………………………………………………………...............................

5/Signature de l’offre par le soumissionnaire :


Affirme, sous peine de résiliation de plein droit du marché public ou de sa mise en régie aux torts exclusifs de la
société, que ladite société ne tombe pas sous le coup des interdictions édictées par la législation et la réglementation
en vigueur.

Certifie, sous peine de l’application des sanctions prévues par l’article 216 de l’ordonnance n° 66-156 du 18 Safar
1386 correspondant au 8 juin 1966 portant code pénal que les renseignements fournis ci-dessus sont exacts.

Nom, prénom et qualité du signataire Lieu et date de signature Signature

RAHMANI AMMAR BATNA 29/03/2018 …………………………………


3
…………………………………

…………………………………

6/Décision du service contractant :


La présente offre est acceptée

N.B :
-Cocher les cases correspondant à votre choix.
-Les cases correspondantes doivent obligatoirement être remplies.
-En cas de groupement, remplir une seule déclaration.
-En cas d’allotissement chaque lot doit faire l’objet d’une déclaration.
-Pour chaque variante remplir une déclaration.
-Pour les prix en option remplir une déclaration à part.
-Lorsque le soumissionnaire est une personne physique, il doit adapter les rubriques spécifiques aux
sociétés, aux entreprises individuelles.

‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬


REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

OFFICE DE PROMOTION ET DE GESTION IMMOBILIERE DE BATNA

DECLARATION DE PROBITE

1/Identification du service contractant :

4
Désignation du service contractant : Office De Promotion Et De Gestion Immobilière De Batna.

2/Objet du marché public :


ACHEVEMENT DE 18/50/520/610/6500 Logements Publics Locatifs à TILATOU
Programme Quinquennal 2010-2014 2EME Tranche 2011. SITE 2- Bloc B1-B2-B3
En lot Tout Corps D’Etat Sans VRD

3/Présentation du candidat ou soumissionnaire :


-Nom, Prénom, nationalité, date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager la société à l’occasion
du marché public :
RAHMANI AMMAR ; Algérienne ; 1970 à Ouled-Aouf.

Agissant :
En son nom et pour son compte.
Au nom et pour le compte de la société qu’il représente.

Dénomination de la société : ETP RAHMANI AMMAR


Adresse de la société : AIN FOULIS – AIN TOUTA-BATNA.

Forme juridique de la société : Privé

Montant du capital social : ……………......


…………………………………………………………………………………………………………

Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers ou autre (à préciser)
(barrer la mention inutile) : 01/A/30005 -29/12/2002

4/Déclaration du candidat ou soumissionnaire :


Je déclare que ni moi, ni l’un de mes employés ou représentants, n’avons fait l’objet de poursuites judiciaires pour
corruption ou tentative de corruption d’agents publics.
Oui non

Dans l’affirmative :(préciser la nature de ces poursuites, la décision rendue et joindre une copie du jugement).
M’engage à ne recourir à aucun acte ou manœuvre dans le but de faciliter ou de privilégier le traitement de mon offre
au détriment de la concurrence loyale.

M’engage à ne pas m’adonner à des actes ou à des manœuvres tendant à promettre d’offrir ou d’accorder à un agent
public, directement ou indirectement, soit pour lui-même ou pour une autre entité, une rémunération ou un avantage
de quelque nature que ce soit, à l’occasion de la préparation, de la négociation, de la passation, de l’exécution ou de
contrôle d’un marché public ou d’un avenant.

Déclare avoir pris connaissance que la découverte d’indices concordants de partialité ou de corruption avant, pendant
ou après la procédure de passation d’un marché public ou d’un avenant, sans préjudice des poursuites judiciaires,
constituerait un motif suffisant pour prendre toute mesure coercitive, notamment de résilier ou d’annuler le marché
public ou l’avenant concerné et d’inscrire l’entreprise sur la liste des opérateurs économiques interdits
de participer aux marchés publics.

Certifie, sous peine de l’application des sanctions prévues par l’article 216 de l’ordonnance n° 66-156 du 18 Safar
1386 correspondant au 8 juin 1966 portant code pénal que les renseignements fournis ci-dessus sont exacts.

Fait à Batna, le……………………….

LE CO-CONTRACTANT
(Nom, qualité du signataire et cachet)

5
N.B :
-Cocher les cases correspondant à votre choix.
-Toutes les rubriques doivent obligatoirement être remplies.
-En cas de groupement, chaque membre doit présenter sa propre déclaration.
-En cas de sous-traitance, chaque sous-traitant doit présenter sa propre déclaration.
-En cas d’allotissement, une déclaration suffit pour tous les lots. Le(s) numéro(s) de lot(s) doit (vent) être
mentionné(s) dans la rubrique n° 2 de la présente déclaration.
-Lorsque le candidat ou soumissionnaire est une personne physique, il doit adapter les rubriques spécifiques aux
sociétés, aux entreprises individuelles.

‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬


REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

OFFICE DE PROMOTION ET DE GESTION IMMOBILIERE DE BATNA

DECLARATION DE CANDIDATURE

1/Identification du service contractant :


6
Désignation du service contractant : Office De Promotion Et De Gestion Immobilière De Batna.

2/Objet du marché public :


ACHEVEMENT DE 18/50/520/610/6500 Logements Publics Locatifs à TILATOU
Programme Quinquennal 2010-2014 2EME Tranche 2011. SITE 2- Bloc B1-B2-B3
En lot Tout Corps D’Etat Sans VRD

3/Objet de la candidature :
La présente déclaration de candidature est présentée dans le cadre d’un marché public alloti :
Non ou Oui
Dans l’affirmative :
Préciser les numéros des lots ainsi que leurs intitulés : ………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………..
4/Présentation du candidat ou soumissionnaire :

Nom, Prénom, nationalité, date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager
la société à l’occasion du marché public:…….............................................................................
……………………………………………………………………………………………………………………………
, agissant :
En son nom et pour son compte.
Au nom et pour le compte de la société qu’il représente.

4-1/ candidat ou soumissionnaire seul :

Dénomination de la société : ETP RAHMANI AMMAR


Adresse de la société : AIN FOULIS – AIN TOUTA-BATNA.
Forme juridique de la société : Privé
Montant du capital social :
Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers ou autre (à préciser)
(barrer la mention inutile) : 01/A/30005 -29/12/2002

4-2/ Candidat ou soumissionnaire groupement momentané d’entreprises :


Le groupement est Conjoint ou Solidaire
Nombre de membres dans le groupement (en chiffres et en lettres): ………………………
Nom du groupement :…………………………………………………………………………..
Présentation des membres du groupement (chaque membre du groupement doit renseigner cette rubrique. Les autres
membres du groupement doivent remplir cette rubrique dans une feuille jointe en annexe, en donnant un numéro
d’ordre à chaque membre) :
1-Dénomination de la société : ………………………………………………………………….
Adresse du siège social : ……………………………………………………………………….
Forme juridique de la société : …………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
Montant du capital social : ………………………………………………………………….....
Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers ou autre (à préciser)
(barrer la mention inutile) : …………………………………...
La société est mandataire du groupement Non ou Oui

Les membres du groupement :


Signent individuellement l’offre du groupement et toutes modifications du
marché public qui pourraient intervenir ultérieurement.
Donnent mandat à un membre du groupement, désigné en qualité de
mandataire, conformément à la convention de groupement qui accompagne
l’offre, pour signer, en leur nom et pour leur compte, l’offre du groupement
et toutes modifications du marché public qui pourraient intervenir
ultérieurement;
Dans le cas d’un groupement conjoint préciser les prestations exécutées par chaque membre
du groupement, en précisant le numéro du lot ou des lots concerné(s), le cas échéant:..............
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
7
……………………………………………………………………………………………………………………………

5/Déclaration du candidat ou soumissionnaire :


Le candidat ou soumissionnaire déclare qu’il n’est pas exclu ou interdit de participer aux marchés publics :
- pour avoir refusé de compléter son offre ou du fait qu’il s’est désisté de l’exécution d’un marché public ;
- du fait qu’il soit en état de faillite, de liquidation de cessation d’activité ou qu’il fait l’objet d’une procédure relative
à l’une de ces situations ;
- pour avoir fait l’objet d’un jugement ayant autorité de la chose jugée constatant un délit affectant sa probité
professionnelle ;
- pour avoir fait une fausse déclaration ;
- du fait qu’il soit inscrit sur la liste des entreprises défaillantes ;
- du fait qu’il soit inscrit sur la liste des opérateurs économiques interdits de participer aux marchés publics ;
- du fait qu’il soit inscrit au fichier national des fraudeurs, auteurs d’infractions graves aux législations et
réglementations fiscales, douanières et commerciales ;
- pour avoir fait l’objet d’une condamnation par la justice pour infraction grave à la législation du travail ;
- du fait qu’il n’a pas honoré son engagement d’investir ;
-du fait qu’il ne soit pas en règle avec ses obligations fiscales, parafiscales et envers l’organisme en charge des
congés payés et du chômage intempéries des secteurs du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique, le cas
échéant, pour les entreprises de droit algérien et les entreprises étrangères ayant déjà exercé en Algérie ;
- pour n’avoir pas effectué le dépôt légal des comptes sociaux, pour les sociétés de droit algérien ;
Non ou Oui
Dans la négative (à préciser) : …………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………...
Le candidat ou soumissionnaire déclare qu’il :
-n’est pas en règlement judiciaire et que son casier judiciaire datant de moins de trois mois porte la mention« néant ».
Dans le cas contraire, il doit joindre le jugement et le casier judiciaire. Dans le cas ou l’entreprise fait l’objet d’un
règlement judiciaire ou de concordat le candidat ou soumissionnaire déclare qu’il est autorisé à poursuivre son
activité.
-est inscrit au registre de commerce ou au registre de l’artisanat et des métiers, pour les artisans d’art ou détenir la
carte professionnelle d’artisan, en relation avec l’objet du marché public, sous le N° 01/A/1130005 du 29/12/2002,
délivré par CNRN BATNA.
-détient le numéro d’identification fiscale suivant :7 987 0540 01010, délivré
par ………//……………..….le……………//……………., pour les entreprises de droit algérien et les entreprises
étrangères ayant déjà exercé en Algérie.
Le candidat ou soumissionnaire déclare qu’il n’existe pas des privilèges, des nantissements,
des gages et/ou des hypothèques inscrits à l’encontre de l’entreprise.
Non ou Oui
Dans l’affirmative :(préciser la nature de ces privilèges, nantissements, gages et/ou hypothèques et joindre à la
présente déclaration copie de leurs états, délivrés par une autorité compétente).
Le candidat ou soumissionnaire déclare que la société n’a pas été condamnée en application de l’ordonnance n°03-03
du 19 Joumada 1424 correspondant au 19 juillet 2003, modifiée et complétée, relative à la concurrence ou en
application de tout autre dispositif équivalent:
Non ou Oui
Dans l’affirmative : (préciser la cause de la condamnation, la sanction et la date de la décision)
…………………………………………………………………………………………
.……………………………………………………………………………………………….....
Le candidat ou soumissionnaire seul ou en groupement déclare avoir les capacités nécessaires à l’exécution du
marché public et produit à cet effet, les documents demandés par le service contractant dans le cahier des charges
(lister ci-après les documents joints) :
……………………………………………………………………………………………..………………………... ;
-………………………………………………………………………………………………………………….…... ;
-………………………………………………………………………………………………………….…... ;
-………………………………………………………………………………………………….…………... ;
-…………………………………………………………………………………………..……………………... ;

Le candidat ou soumissionnaire déclare que :


- la société est qualifiée et/ou agréée par une administration publique ou un organisme spécialisé à cet effet, lorsque
cela est prévu par un texte réglementaire :
Non ou Oui
Dans l’affirmative : (indiquer l’administration publique ou l’organisme qui a délivré le document, son numéro, sa
date de délivrance et sa date
d’expiration)
8
DLEP- BATNA . 000332/TP/2015 délivrée le17/11/2015 valable jusqu’à le 16/11/2020.
……………………………………………………………………………………………………………………………
- la société a réalisé pendant ………………….……………………………
(Indiquer la période considérée) un chiffre d’affaires annuel moyen de (indiquer le montant du chiffre d’affaires en
chiffres, en lettres et en hors taxes) :……………………….…………………………………
.…………………………………………………………………………………………………., dont ……………%
sont en relation avec l’objet du marché public ou du lot (barrer la mention inutile).
-Le candidat ou soumissionnaire compte présenter dans son offre un sous-traitant :
Non ou Oui
Dans l’affirmative remplir le formulaire joint en annexe V du présent arrêté.

6/Signature du candidat ou soumissionnaire seul ou de chaque membre du groupement


J’affirme, sous peine de résiliation de plein droit du marché public ou de sa mise en régie aux torts exclusifs de la
société, que ladite société ne tombe pas sous le coup des interdictions édictées par la législation et la réglementation
en vigueur. Certifie, sous peine de l’application des sanctions prévues par l’article 216 de l’ordonnance
n° 66-156 du 18 Safar 1386 correspondant au 8 juin 1966 portant code pénal que les renseignements fournis ci-
dessus sont exacts.

Nom, prénom, qualité du signataire Lieu et date de signature Signature

…………………………………………… ………………………………… ……………………………………


…………………. ……………….. ……………….
…………………………………………… ………………………………… ……………………………………
……………….. ………………… ……………….
…………………………………………… ………………………………… ……………………………………
……………………. ………………. ………………..

N.B :
-Cocher les cases correspondant à votre choix.
-Les cases correspondantes doivent obligatoirement être remplies.
-En cas de groupement, une déclaration suffit pour le groupement.
-En cas d’allotissement chaque lot doit faire l’objet d’une déclaration.
-Lorsque le candidat ou soumissionnaire est une personne physique, il doit adapter les
rubriques spécifiques aux sociétés, aux entreprises individuelles.

‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬


REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

OFFICE DE PROMOTION ET DE GESTION IMMOBILIERE DE BATNA

DECLARATION A SOUSCRIRE

1/Identification du service contractant :


Désignation du service contractant :
Office De Promotion Et De Gestion Immobilière De Batna.

9
Nom, prénom, qualité du signataire du marché public : BOUSBOULA MOHAMED EL HADI, Directeur Général
De L’Office De Promotion Et De Gestion Immobilière De Batna.
2/Présentation du soumissionnaire et désignation du mandataire, dans le cas d’un groupement :
Désignation du soumissionnaire (reprendre la dénomination de la société telle que figurant dans la déclaration de
candidature):
Soumissionnaire seul. Dénomination de la société : ETP RAHMANI AMMAR
………………………………………………………………………………………………………..….
Soumissionnaire groupement momentané d’entreprises : Conjoint ou Solidaire
Dénomination de chaque société :
1/………………………………………………//………………………………………………………………………
2/………………………………………………//………………………………………………………………………
3/………………………………………………//………………………………………………………………………
4/……………………………………………… //………………………………………………………………………
Dénomination du groupement : ………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………...
-Désignation du mandataire :
Les membres du groupement désignent le mandataire suivant : ………………………………...
…………………………………………………………………………………………………...
3/Objet de la déclaration à souscrire :
Objet du marché public :
ACHEVEMENT DE 18/50/520/610/6500 Logements Publics Locatifs à TILATOU Programme Quinquennal
2010-2014 2EME Tranche 2011. SITE 2- Bloc B1-B2-B3
En lot Tout Corps D’Etat Sans VRD
Wilaya(s) où seront exécutées les prestations, objet du marché public : BATNA
......................................................................................................................................................
La présente déclaration à souscrire est présentée dans le cadre d’un marché public alloti :
Non ou Oui
Dans l’affirmative :
Préciser les numéros des lots ainsi que leurs intitulés : ……………………………….…..
…………………………………………………//……………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………..
Offre de base
Variante(s) suivante(s) (décrire les variantes sans mentionner leurs montants) :………….
……………………………………………………………//
……………………………………………………………………………………………….
prix en option(s) suivant(s) (décrire les prestations, objet des prix en options, sans Mentionner leurs montants) :
…………………………………………………………//………..……………………...….
………………………………………………………………...…………………………………………………………
4/Engagement du soumissionnaire :
Après avoir pris connaissance des pièces constitutives du marché public prévues dans le cahier des charges, et
conformément à leurs clauses et stipulations,
Le signataire
S’engage, sur la base de son offre et pour son propre compte ;
Dénomination de la société : ETP RAHMANI AMMAR
Adresse du siège social : AIN TOUTA - BATNA
Forme juridique de la société : Privé
Montant du capital social : ……………………………………………………………………...
Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers ou autre (à préciser)
(barrer la mention inutile) : 01/A/30005 -29/12/2002

Nom, Prénom, nationalité, date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager
la société à l’occasion du marché public :
RAHMANI AMMAR ; Algérienne ; 1970 à Ouled-Aouf.
…………………………………………………………………………………………………..
Engage la société, sur la base de son offre ;
Dénomination de la société:… …………………………………………………………………………………………..
Adresse du siège social : ……………………………………………………………………….……..
Forme juridique de la société :
…………………………………………………………………………………………………………….
Montant du capital social : ……………………………………………………………………...
Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers
10
ou autre (à préciser) (barrer la mention inutile) :…………………………………………...
…………………………………………………………………………………………………...
Nom, Prénom, nationalité, date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager
la société à l’occasion du marché public :………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………..
L’ensemble des membres du groupement s’engagent, sur la base de l’offre du groupement Présentation des
membres du groupement (chaque membre du groupement doit renseigner cette rubrique. Les autres membres du
groupement doivent remplir cette rubrique dans une feuille jointe en annexe, en donnant un numéro d’ordre à chaque
membre) :
1/Dénomination de la société: ……………………………………………/
……………………………………………………..….
Adresse du siège social : ………………………………………………………/
…………………………………………………….…..
Forme juridique de la société : ………………………………………………………/
……………………………………………….
Montant du capital social : ………………………………………………………/
……………………………………………………...
Numéro et date d’inscription au registre du commerce, au registre de l’artisanat et des métiers ou autre (à préciser)
(barrer la mention inutile) :…………………………………………...
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………..………………...
Nom, Prénom, nationalité, date et lieu de naissance du signataire, ayant qualité pour engager la société à l’occasion
du marché public :…………………………………………………………………..……………….
……………………………………………………………………………………………………………………………
………………………..……..
Dans le cas d’un groupement conjoint préciser les prestations exécutées par chaque membre
du groupement, en précisant le numéro du lot ou des lots concerné(s), le cas échéant:

Désignation des membres Nature des prestations Montant HT des Prestations

……………………………………… …………………………………… ………………………………………


…………………. ………………. ………………….

/ / /
……………………………………… …………………………………… ………………………………………
………………. …………….. …………………..

à livrer les fournitures demandées ou à exécuter les prestations demandées aux prix cités à la lettre de soumission
prévue à l’annexe IV du présent arrêté, et dans un délai de (en chiffres et en lettres) trois mois (03), à compter de la
date d’entrée en vigueur du marché public, dans les conditions fixées dans le cahier des charges. Le présent
engagement me lie pour le délai de validité des offres.

5/Signature de l’offre par le soumissionnaire :


J’affirme, sous peine de résiliation de plein droit du marché public ou de sa mise en régie aux
torts exclusifs de la société, que ladite société ne tombe pas sous le coup des interdictions
édictées par la législation et la réglementation en vigueur.
Certifie, sous peine de l’application des sanctions prévues par l’article 216 de l’ordonnance
n° 66-156 du 18 Safar 1386 correspondant au 8 juin 1966 portant code pénal que les renseignements fournis ci-
dessus sont exacts.

11
Nom, prénom et qualité du signataire Lieu et date de signature Signature

ETP RAHMANI AMMAR BATNA- 29/03/2018 ……………………………………

……………………………………

……………………………………

6/décision du service contractant :


La présente offre est acceptée

N.B :
-Cocher les cases correspondant à votre choix.
-Les cases correspondantes doivent obligatoirement être remplies.
-En cas de groupement, présenter une seule déclaration.
-En cas d’allotissement chaque lot doit faire l’objet d’une déclaration.
-Pour chaque variante présenter une déclaration.
-Pour les prix en option remplir une déclaration à part.
-Lorsque le soumissionnaire est une personne physique, il doit adapter les rubriques spécifiques aux sociétés,
aux entreprises individuelles.

MEMOIRE TECHNIQUE

1-Moyens humains, matérielles affectés au chantier :

Il s’agit de permettre au maitre d’ouvrage (et maitre de l’œuvre) de connaitre les dispositions prises par
l’entreprise pour gérer la qualité générale de ces travaux. Il ya donc lieu de préciser, les moyens humains et matériels
affectés à ce projet et leur organisation (selon le système de notation).
* 1-1 Moyens humains :
1-1-1- Organigramme fonctionnel de l’entreprise affectée à l’opération avec les coordonnées de chacun (réalisation)
- Entrepreneur - interlocuteur
-Un chef de chantier
-Ouvriers selon besoin.

1-1-2- Nombre de personnes affectés au chantier (selon planning).

12
Planning des travaux

Moyens humains
Délai 03 mois

05 manœuvres DESIGNATION DES TRAVAUX 1ER MOIS 2EME MOIS 3EME MOIS

1 DEMOLITION

2 BÉTON ET BÉTON ARME EN SUPERSTRUCTURE

3 MAÇONNERIE - ENDUIT - REVETEMENT

4 ETANCHEITE

5 MENUISERIE BOIS ET MÉTALLIQUE

6 PLOMBERIE SANITAIRE

7 ELECTRICITE

8 PEINTURE ET VITRERIE

9 DIVERS

1-2 Moyens en matériel utilisé sur chantier :


1-2-1-Description du matériel :
*camion.
*01 retro-chargeur
*01 dumper.
*01 grue-fixe

1-2-2-Matériels les plus adaptés au chantier :


*lot de petit outillage

1-3-Les produit proposés sur le chantier :


*produits locaux

1-4-Moyens apportés par les sous-traitants (le cas échéant) :


…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………

2-Contraintes d’exécution des travaux et solutions proposées


*2-1–Contrainte (de site) identifies par l’entreprise comme étant susceptible d’affectés l’exécution des
travaux :
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………
2-2 -dispositions envisagées pour traiter la contrainte :
..........................................................................................................................................................................................
…………………………………………………………………………………………………………………………

3-Moyens mis en œuvre par l’entreprise pour garantir la santé et la sécurité du chantier :
*3-1-Installation de chantier : description, bureaux, moyens de liaison, ateliers, aire de stockage des matériaux.
…………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………

*3-2-Hygiène et sécurité sur le chantier : principales mesures prévues pour les assurer
(En l’absence du plan général de coordination)
13
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………..

4-Dispositions arrêtées par l’entreprise pour garantir la qualité des prestations à réaliser
et le respect des délais d’exécution :
*4-1-Indication sur le programme d’exécution, phasage et durée de chaque phase :
......................................................................................................................................................................
…………………………………………………………………………………………………………………………
4-2-Procédés d’exécution envisagés :
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………..

4-3-Autres :
…………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………….

*5-Variantes :
5-1-Justification : procédés d’exécution, plans et notes de calcul nécessaires
…………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………….
5-1-Analyse de l’incidence financière :
...........................................................................................................................................................................
…………………………………………………………………………………………………………………………
*6-Responsabilité à préciser par la maitrise d’œuvre en raison d’un conflit technique identifié :
..........................................................................................................................................................................................
…………………………………………………………………………………………………………………………

Fait à Batna, le……………………….

LE CO-CONTRACTANT
Date, signature et Cachet

14
CAHIER DES PRESCRIPTIONS

SPECIALS

15
ARTICLE -1 - PARTIE CONTRACTANTES :
Les parties contractantes au marché sont :
– L’Office de Promotion et de Gestion Immobilière de La Wilaya de Batna, Désigné ci-après par la
Dénomination :
LE CONTRACTANT
D’une part,
Et
Mr RAHMANI AMMAR. Agissant en qualité d’entrepreneur au nom et pour le compte de l’entreprise
Désigné ci-après la dénomination :
LE CO- CONTRACTANT

ARTICLE 2/ IDENDITE ET QUALITE DESPERSONNES DÛMENT HABILITEES A SIGNER LE


MARCHE
Les parties habilitées à signer le marché sont :
Monsieur : BOUSBOULA MOHAMED EL HADI Directeur Général de L’Office de Promotion et de Gestion
Immobilière de la wilaya de Batna, Désigné ci-après par la Dénomination :
LE CONTRACTANT
Et
Mr RAHMANI AMMAR Agissant en qualité d’entrepreneur au nom et pour le compte de l’entreprise Désigné ci-
après la dénomination : LE CO- CONTRACTANT

ARTICLE -3/- OBJET DU MARCHE : le marché concerne le projet


ACHEVEMENT DE 18/50/520/610/6500 Logements Publics Locatifs à TILATOU
Programme Quinquennal 2010-2014 2EME Tranche 2011. SITE 2- Bloc B1-B2-B3
En lot Tout Corps D’Etat Sans VRD

ARTICLE -4/ MONTANT DU MARCHE


Le montant, toutes taxes comprises, de la présente convention s’élève à la somme de :

En chiffres TTC : 18 013 610,32 DA


En lettres TTC : Dix-Huit Million Treize Mille Six Cent Dix Dinars Algériens et Trente-Deux Centimes

ARTICLE 5/ CONDITIONS DE REGLEMENT DES TRAVAUX


Conformément à l’article 108 et 120 du décret présidentiel N° 15-247 du 16/09/2015 portant réglementation des
marchés publics et des délégations de service publics
Les prestations seront réglées a l’entreprise sur présentation des situations en dix exemplaires et adresser au
maître de l’œuvre le 25 de chaque mois, tout les travaux doivent être justifies à base d’attachement contradictoire
signé par le maître de l’œuvre et accepter par l’entrepreneur.

5.1 / Travaux
Les travaux faisant objet du présent marché seront réglés comme suit :
Travaux en superstructure : aux forfaits Sont considérés comme travaux à prix globale et forfaitaire
(Travaux au Forfait) : « Longrines, Hérisson-nage, plateforme, assainissement intérieur, poteaux, voile,
Poutres et chainages, dalles pleines et escaliers, Corniche et éléments décoratifs maçonnerie et enduits,
Revêtements. Etanchéité, Menuiserie bois et métallique Plomberie Sanitaire. Électricité, peinture, divers et
vitrerie »

5.2 / Caractère Définitif Des Prix


L’Entrepreneur ne peut sous aucun prétexte, revenir sur les prix du marché qui ont été consentis par lui.

ARTICLE -6/ DELAI D’EXECUTION


Le délai d’exécution est fixé à (03) TROIS Mois ce délai commence à courir du lendemain du jour de la notification
de l’ordre de service invitant l’entrepreneur à commencer les travaux.

ARTICLE -7/ DOMICILIATION BANCAIRE


16
L’état se libérera des sommes dues par lui en faisant donner au crédit au compte :
N° 00342 101094 300 0 35 00 Agence BADR-AINTOUTA Au nom de MRAHMANI AMMAR (Entrepreneur).
ARTICLE -8/ RESILIATION :
Conformément aux articles 149, 150, 151,152 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant
réglementation des marchés publics. Le présent marché sera résilie de plein droit et sans indemnité de part et d’autre
dans le cas et aux conditions prévues aux articles n°9 ,11 , 34 et 37 du CCAG et avec indemnité s’il y a lieu dans le
cas prévue a l’article 34 en cas d’augmentation ou de diminution dans la masse des travaux au délai de la limite de
20 % l’entrepreneur pourra obtenir la résiliation de son marché , sans indemnités aux conditions prévues aux articles
30 et 31 du CCAG.

La résiliation pourra être valablement prononcée dans les cas ci-après :

1/ A la demande du maître de l’ouvrage, sans indemnité de part et d’autre, lorsque l’entrepreneur ne pourra pas
justifier de l’une ou plusieurs obligations découlant du présent contrat en particulier
Assurance des ouvriers contre les accidents, régularité de sa situation envers les caisses de sécurité sociale, congés
payes etc. …
2/ A la demande du maître de l’ouvrage en cas de force majeur excepte si l’entrepreneur dépasse de plus de deux
mois de délai d’exécution fixe par la soumission et si malgré les mises en demeures, il n’a pas achevé les travaux
dans un délai supplémentaire, la résiliation est prononcée sous préjudice de l’application de pénalités de retards
prévues au présent marché.
3/ A la demande du maître de l’ouvrage, si l’entrepreneur par négligence, incapacité, mauvaise fois ou toutes autres
causes ne se conforme pas aux dispositions du projet et du marché ainsi qu’aux ordres écrits après mise en
demeure d’y satisfaire dans un délai déterminé sauf en cas d’urgence ne sera inférieur a dix jours.
4/ A la demande du maître de l’ouvrage en cas de force majeur excepte, lorsque l’entrepreneur aura abandonne les
travaux pendant huit 08 jours constatés et après mise en demeure, de reprise des travaux, n’aura pas repris les dits
travaux ou les poursuivra qu’avec lenteur manifeste toute mise en demeure ou notification de résiliation sera
valablement faite lettre recommandée avec accusé de réception

ARTICLE -9/ - MODE DE PASSATION DU MARCHE :


Le présent marché est passé après appel d’offres ouvert avec exigence de capacités minimales conformément
à l’article 44 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation des marchés publics

ARTICLE 10/ TEXTES DE REFERENCES


Le présent marché sera soumis aux textes généraux d’application suivants :
1-Au cahier des clauses administratives générales approuve par arrête du 11/12/1964 (cf. Détail CCAG 64).
2-loi N° 02/09 du 08/05/2002 relative à la protection et la promotion des personnes handicapées.
3-Loi N° 04-19 du 25.12.2004 relative au placement des travailleurs et contrôle de l’emploi
4-Ordonnance N° 03-03 du 19/07/2003 relative à la concurrence.
5-Ordonnance N° 07-95 du 25/01/1995 relative aux assurances.
6- décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation des marchés publics
7- Ordonnance N° 229-96 du 21/09/1990 relative aux garanties des biens et services.
8- les clauses relatives de travail garantissant le respect de la législation du travail.
9- les clauses relatives à la protection de l’environnement.
10- les clauses relatives à la main d’œuvre locale
Toute clause se référant au présent marché qui serait contraire aux textes sus mentionnes sera nulle et non avenue.
ARTICLE 11/ SOUS TRAITANCE
Conformément aux article 140-141-142-143-144 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015
portant réglementation des marchés publics. Le partenaire cocontractant du service contractant peut confier à un
sous-traitant l’exécution d’une partie du marché, par un contrat de sous-traitance, dans les conditions prévues dans le
présent décret. En tout état de cause, la sous-traitance ne peut dépasser quarante pour cent (40 %) du montant total du
marché
1- L’entrepreneur ne peut céder à des sous-traitant une ou plusieurs parties de son entreprise, ni en faire apport à
une société ou à un groupement, sans autorisation expresse de l’administration.

17
2- Dans tous les cas, il demeure personnellement responsable, tant envers l’administration qu’envers les
ouvriers et les tiers.
3- Si, sans autorisation, l’entrepreneur a passé un sous-traité, ou fait apport du marché à une société ou à un
groupement, il peut être fait application, sans mise en demeure préalable, des mesures prévues à l’article 35
ci-après.
4- Le marchandage est interdit. N’est pas considérée comme marchandage une sous-entreprise portant
essentiellement sur la main-d’œuvre, dans laquelle le sous-registre du commerce ou au registre des métiers et
propriétaire d’un fonds de commerce.

Le contrat de sous-traitance doit obligatoirement comporter les informations suivantes :


- . Nom, prénom et nationalité de la personne qui engage l’entreprise de sous-traitance ;
- . Siège et dénomination de l’entreprise de sous-traitance, le cas échéant ;
- . Objet et montant des prestations sous-traitées ;
- . Délai et planning de réalisation des prestations sous-traitées ainsi que les modalités d’application des
pénalités financières, le cas échéant ;
- . Nature des prix, modalités de paiement, d’actualisation et de révision des prix, le cas échéant ;
- . Modalités de réception des prestations ;
- . Présentation des cautions, responsabilités et assurances ;
- . Règlement des litiges.

ARTICLE -12/ FLUCTUATION DES PRIX

ARTICLE 12-1/ ACTUALISATION DES PRIX


Il n’est pas prévu d’actualisation des prix au titre du présent marché.

ARTICLE 12-2/ REVISION DE PRIX


Il n’est pas prévu la révision de prix au titre du présent marché.

ARTICLE 13/ NANTISSEMENT


Conformément à l’article 145 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation
de marches publiques, il est stipule que :
Le comptable charge du paiement est : Monsieur le Directeur de la caisse national du logement C.N.L.
Fonctionnaire compétent pour fournir des renseignements, Monsieur : le Directeur général de l’office de
promotion et de gestion immobilière de la wilaya de Batna.

ARTICLE -14/ PENALITE DE RETARD :


Conformément aux articles 147 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation des
marchés publics et le C.C.A.G du 21/11/64.
A défaut par l’entrepreneur de ne pas avoir terminé les travaux dans le délai inscrit au présent cahier des
charges, il lui sera fait application d’une pénalité de retard journalière calculée.
P = MONTANT DU MARCHE
7D
P= pénalité de retard journalière
D= délai contractuel (exprime en jour calendaires)
Cette retenue sera appliquée de plein droit sur simple constatation par le maître de l’œuvre que la date contractuelle
d’achèvement des travaux a été dépasse sans la mise en demeure au préalable de l’entrepreneur,

ARTICLE 15/ SANCTION:


Conformément aux dispositions de l’article 25 du décret exécutif 93-289 du 28/11/1993, toute entreprises coupables
de faits répréhensible dans l’exercice de ces activités, en cours des sanctions allant de l’avertissement au retrait
définitive de certificat de qualification et de classification professionnels des entreprises.

La commission de wilaya, après avoir la gravité de la faute, prononce la sanction

ARTICLE 16/ CAS DE FORCE MAJEURE


L’entrepreneur ne peut se prévaloir ni pour éluder les obligations de son marché ni pour n’élever aucune
réclamation, des sujétions qui peuvent être occasionnées.
18
a) Par exploitation normale du domaine publics et des services publics et notamment par la présence et le maintien
de canalisation, conduites, câbles de toutes natures ainsi que par les chantiers nécessaires au déplacement ou à la
transformation de ces installations sauf les exceptions expressément énumérées dans le cahier des prescriptions
spéciales.
b) Ne peuvent être considérés comme cas de force majeure que les événements échappant à la volonté des parties et
présentant un caractère imprévisible, irrésistible et insurmontable
c) Par l’exécution simultanée des autres travaux expressément désignés dans le (CPS).
d) Il n’est alloué à l’entrepreneur aucune indemnité à raison des pertes, avaries ou dommage occasionnés par
négligence, imprévoyance, défauts de moyens ou fausses manœuvres.
L’entrepreneur doit notamment prendre à ses risques, les dispositions nécessaires pour que ses approvisionnements
son matière et ses installations de chantier ne puissent être enlevés ou endommagés par les tempêtes, les crues et tous
les phénomènes atmosphériques, ne sont pas compris toute fois , dans les dispositions qui précèdent les cas de force
majeure qui dans un délai de 10 jours au plus après l’événement, on été signales par écrit par l’entrepreneur, dans
ce cas néanmoins, il ne peut être alloue qu’avec approbation du maître de l’ouvrage passe le délai de dix jours
l’entrepreneur, n’est pas admis à réclamer.
e) Le co-contractant sera exonéré de ses obligations sous réserve qu'il informe par écrit le service contractant du cas
de force majeure dans un délai de sept ( 07 ) jours à compter de l’acte de l'événement
f) En cas de force majeure, les délais sont suspendus et les retards ne donnent pas lieu à l’application des pénalités
de retard dans les limites fixées par les ordres d’arrêt et de reprise de services pris en conséquence par le service
contractant.
g) En tout état de cause, en cas de force majeure, il sera fait application de l’article 27 du C.C.A.G approuvé par
arrêté du 21/11/64 .

ARTICLE 17/ MISE EN VIGUEUR DU MARCHE


Conformément à l’article 04 du décret présidentiel N° 15-247 du16/09/2015 portants réglementation des marchés
publics et des délégations de service publics Le présent marché est mis en vigueur qu’une fois les formalités ci-
dessous auront été remplies.
1- Visa du marché par la commission des marchés publics.
2- Signature du marché par les parties contractantes
3- Approbation du marché par l’autorité compétente à savoir (le directeur général de l’office de promotion et
de gestion immobilière de BATNA).
4- Notification à l’entreprise de l’ordre de service de démarrages des travaux.

ARTICLE 18/ CONDITION DE RECEPTION DU MARCHE


ARTICLE -18-1/ RECEPTION PROVISOIRE
La réception provisoire est subordonnée à la constatation sur P.V de réception de l’exécution selon les règles
de l’art des ouvrages et de leur bon fonctionnement après tout essaies et testes nécessaires. Lorsque la
réception provisoire est prononcée avec réserves.
L’entrepreneur dispose de 15 jours pour leur levée, lorsque les réserves sont importantes, la réception est reportée ;
les éventuels retards engendres sont à la charge de l’entreprise.
Quoi qu’il en soit le délai de garantie ne prend cours que de la date mentionnée sur le procès verbal de réception
provisoire sans réserve.

ARTICLE -18-2/ RECEPTION DEFINITIVE


La réception définitive est prononcée à l’expiration du délai de garantie, soit 12 mois après la réception
provisoire sans réserve, il ne peut y avoir de réserves à la réception définitive.
Dans le cas ou l’entrepreneur ne remédier pas aux défauts constatés durant la réception définitive, le maître de
l’ouvrage aura le droit de faire exécuter immédiatement, au frais de risque et périls de l’entrepreneur les réparations
nécessaires.
La réception définitive marque la fin de l’exécution du marché et libère les contractants sans réserve de droit autres
que ceux énoncées dans le marché.
ARTICLE 19/ REGLEMENT DES LITIGES
Conformément à l’article 153 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation
des marchés publics, Les litiges nés à l’occasion de l’exécution du marché sont réglés dans le cadre des prescriptions
législatives et réglementaires en vigueurs.
Sans préjudice de l’application de ces dispositions l’opérateur public néanmoins rechercher une solution amiable aux
litiges nés de l’exécution de ces marchés chaque fois que cette solution permet de :
- Trouver un équilibre des charges incombant a chacune des parties.
- Aboutir à une réalisation plus rapide de l’objet du marché.
- Obtenir un règlement définitif plus rapide et moins onéreux.
 En cas d'accord des deux parties, celui-ci fera l'objet d'une décision du Wali de la Wilaya.
19
 Le partenaire cocontractant peut introduire avant toute action en justice (TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE
BATNA), un recours auprès de la commission des marchés compétente. Qui donne lieu dans les trente(30)
jours à compter de son introduction à une décision.

ARTICLE 20/LES CLAUSES DE SECRET ET CONFIDENTIALITE:


Conformément aux articles 95 et 107 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation
des marchés publics et l’article n°18 du C.C.A.G du 21/11/64.

a) Lorsque le marché présente en tout ou en partie un caractère secret ou lorsque les travaux doivent être
exécutés en des lieux où des précautions particulières sont prises en permanence en vue de la protection
du secret ou de la permanence de points sensibles, l’administration invite les candidats à prendre
connaissance dans les bureaux du service, des instructions en vigueur relatives à la protection du secret
dans les entreprises privées travaillant pour la défense. En tout état de cause, tout soumissionnaire ainsi
avisé. Est réputé avoir pris connaissance de ces instructions.
b) L’administration notifie au titulaire du marché les éléments de celui-ci considérés comme secrets, et les
mesures de précautions particulières à adopter.
c) L’entrepreneur et ses sous-traitants doivent prendre toutes dispositions pour assurer la conservation et la
protection des documents secrets qui leur sont confiés et avises, sans délai le maitre d’ouvrage, de toute
disparition et de tout incident. Ils doivent maintenir secrets tous renseignements d’ordre militaire dont ils
peuvent avoir connaissance à l’occasion du marché.
d) L’entrepreneur est soumis à toutes les obligations prévues par les instructions relatives au contrôle du
personnel et à la protection du secret et des points sensibles, ou résultants des mesures de précautions
prescrites. Il est tenu de faire respecter par ses sous-traitants ces instructions et prescriptions. Il ne peut
s’en prévaloir pour réclamer une indemnité à un titre quelconque.
e) Au cas où l’entrepreneur et ses sous-traitants viendraient à méconnaitre les obligations prévues par les
alinéas B, 2, a, à B, 2, d, ci-dessus, il serait fait application des sanctions contractuelles prévues à l’alinéa
B, 1, b, ci-dessus.
f) Les agents chargés du contrôle sont astreints au secret professionnel.

ARTICLE 21/ ASSURANCE :


L’Entrepreneur doit contracter une assurance garantissant la responsabilité qui incombe aux entreprises du fait et de
l’effondrement de tout ou partie de l’édifice en construction et contre les risques de la responsabilité décennale que
leur impose l’article 554 et 557 du code civil. Le délai de dix (10) ans débutera à partir de la réception définitive.

L’entrepreneur s’engage à souscrire une assurance de chantier dont il est le seul responsable des accidents corporels
ou matériels survenus lors de l’exécution des travaux objet de l’avis d’appel

ARTICLE 22 : LEGISLATION ET DE LA REGLEMENTATION DU TRAVAIL : DE LA LEGISLATION ET


DE LA REGLEMENTATION SOCIALE AU PERSONNEL DE L’ENTREPRISE-PAIEMENT DES
OUVRIERS Conformément au Décret N° 64-219 du 06.08.1964 portant l’application de la législation du travail
1) La charge entière de l’application au personnel de l’entreprise de l’ensemble de la législation et de la
réglementation du travail, notamment en ce qui concerne l’hygiène et la sécurité des travailleurs, comme de la
législation et de la réglementation sociales incombe à l’entrepreneur, et l’administration pourra, en cas
d’infraction, appliquer les mesures coercitives prévues à l’article 35 du CCAG 1964.
2) Le salaire payé aux ouvriers ne doit pas être inférieur pour chaque profession et, dans chaque profession, pour
chaque catégorie d’ouvriers aux prix qui figure au bordereau du taux normal et courant les salaires. Les heures
supplémentaires de travail faites par les ouvriers au-delà de la durée légale seront majorées dans les conditions
prévues par la législation en vigueur ou par les conventions collectives de travail applicables dans la profession
et dans la région, si celles-ci prévoient des taux supérieurs.
3) Toutefois, l’employeur peut, exceptionnellement, appliquer un salaire moindre aux ouvriers que leurs aptitudes
physiques mettent dans une condition d’infériorité notoire sur les ouvriers de la même catégorie. La proportion
maximum de ces ouvriers par rapport au total des ouvriers de la catégorie, et le maximum de réduction possible
de leur salaire, seront fixés par le cahier des prescriptions spéciales dans les limites permises par la législation en
vigueur.
4) Les bordereaux du taux normale et courant des salaires, est affiché par les soins aux frais de l’entrepreneur dans
les chantiers et ateliers ou sont exécutés les travaux.
5) Indépendamment des obligations prescrites par les règlements en vigueur en ce qui concerne l’inspection du
travail, l’entrepreneur est tenue de donné communication à l’ingénieur d’arrondissement ou à l’architecte sur la
demande de celui-ci, de tous les documents nécessaires pour vérifier que le salaire payé au ouvriers n’a pas été
inférieur au salaire porté à ce bordereau. Un agent de l’administration peut assister au paiement des ouvriers,
toutes les fois que celle-ci le juge utile.

20
6) Si l’administration constate une différence, elle indemnise directement les ouvriers lésés au moyen de retenues
opérés sur les sommes dues à l’entrepreneur, ou à défaut, sur son cautionnement et elle en avise l’inspecteur de
travail et la commission centrale des marchés.
7) Le bordereau de taux normal et courant des salaires reste en vigueur, tant qu’un nouveau bordereau, établi dans
les conditions règlementaires, n’a pas été notifié à l’entrepreneur. Si un nouveau bordereau est notifié à
l’entrepreneur, il remplace le bordereau primitif et devient applicable au jour de sa notification.
8) L’entrepreneur devra assurer le transport de tout ouvrier malade blessé, soit à l’établissement de soins le plus
proche du lieu des travaux, soit à domicile, suivant la gravité de son état.
10- Outre les conditions de travail expressément stipulés par le cahier des charges des prescriptions spéciales ou par
les présentes clauses administratives générales, l’entrepreneur soit assuré à son personnel les autres conditions de
travail qui peuvent être fixés par la règlementation locale, les conventions collectives ou les usages pour chaque
profession et, dans chaque profession, pour chaque catégorie d’ouvriers, dans la localité ou la région où le travail
est exécuté.
11- L’entrepreneur doit faire apposer dans le chantier et ateliers, une fiche indiquant l’administration ou le service
pour le compte duquel les travaux sont exécutés, les nom, qualité et adresse du représentant de cette
administration ou de ce service, ainsi que les noms, et adresse de l’inspecteur du travail chargé du contrôle de
l’établissement.
12- Dans le cas où l’entrepreneur est autorisé à sous-traiter une partie de son entreprise, il demeure responsable du
respect une partie de son entreprise, il demeure responsable du respect des obligations mises à sa charge en vertu
du présent article, qui doivent être portées par lui à la connaissance de ses sous-traitants.

ARTICLE 23/ PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT


- Loi N° 03-10 du 19.07.2003 relative à la protection de l’environnement
ARTICLE 24/ PLACEMENT ET CONTROLE DE L’EMPLOI
- Loi N° 04-19 du 25.12.2004 relative au placement des travailleurs et contrôle de l’emploi.
- En application du l’article 95 tiret 27 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant
réglementation des marchés publics relative à l’utilisation de la main d’œuvre locale, à l’insertion professionnelle
des personnes exclues du marché du travail et des handicapés conformément à la loi N° 02/09 du 08/05/2002
notamment l’article 23.
ARTICLE 25/ CONDITION DE REGLEMENT

- Le montant des travaux sera déterminé en application au prix figurant au bordereau des prix unitaires les
quantités réellement exécutées est justifies par attachement contradictoire entre le maître de l’ouvrage et
l’entrepreneur, le montant du présent marche sera réajusté en fonction des travaux effectivement exécutés.

- Néanmoins il y a lieu de noter que pour tout les travaux supplémentaires ou non prévues devront au préalable
faire l’objet d’attachement écrit ou figure, établie par le maître de l’œuvre, a défaut de justification dûment
approuvé par le maître de l’ouvrage l’entrepreneur ne pourra obtenir de règlement des travaux supplémentaires
correspondants.

- ARTICLE -26 /- NATURE DES PRIX :


Les prix définis par le bordereau des prix unitaires sont en hors TVA et comprennent toutes les charges
y compris celles relatives à l’installation de chantier, sujétions et frais nécessaires à la bonne exécution
de l'ouvrage.

- ARTICLE -27 / - PIECES CONTRACTUELLES ET ORDRE DE PREEMINENCE :


Les pièces contractuelles constituant le présent Marché sont dans l’ordre suivant :
1- La soumission.
2- La déclaration de probités.
3- La déclaration de candidature.
4- La déclaration à souscrire
5- La déclaration sous-traitante
6- Le cahier des prescriptions techniques spéciales et ses annexes.
7- Le descriptif des travaux - Le bordereau des prix unitaires.
8- Le détail quantitatif et estimatif.
9- Planning d’exécution des travaux.
10- La série de documents graphiques.
En cas de contradiction entre elles, les pièces contractuelles prévalent les unes contre les autres dans l’ordre ci-
dessus.

21
- ARTICLE -28/ AVANCES
28 – 1 AVANCE FORFAITAIRE
Aucune avance forfaitaire n’est accordée dans le cadre du présent marché.

28 -2 AVANCES SUR APPROVISIONNEMENT


Aucune avance sur approvisionnement n’est accordée dans le cadre du présent marché.
ARTICLE 29/ GARANTIE
29.1 / CAUTION DE BONNE EXECUTION
Conformément à l’article 131, 133 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation des
marchés publics. Lorsqu’un délai de garantie est prévu dans le marché, la caution de bonne exécution visée à l’article
130 est substituée par des retenues de bonne exécution de 5% de chaque situation présentée.

29.2 / DELAI DE GARANTIE


Le délai de garantie de bon fonctionnement et de la stabilité des ouvrages est fixé à 12 (douze) mois à
dater de la réception provisoire sans réserves.
Il est expressément spécifié que durant ce délai, l'entreprise demeure responsable des ouvrages réalisés et
équipements fournis et qu’elle s’engage à l’entretenir en parfait état jusqu’à la réception définitive, et ce
conformément aux dispositions de l’ordonnance N° 229/96 du 21/09/1990 relative aux garanties des biens et
services.

29.3 / CAUTION DE GARANTIE


Conformément à l’article 134 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation
des marchés publics. La caution de garantie visée à l’article 131 ci-dessus, ou les retenues de garantie visées aux
articles 132 et 133 ci-dessus sont totalement restituées dans un délai d’un mois à compter de la date de réception
définitive du marché.
29.4 / RESTITUTION DE LA CAUTION DE GARANTIE
Conformément à l’article 134 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation
des marchés publics, les retenues de garantie, seront restituées dans un délai d’un mois à compter de la date de
réception définitive du marché.

ARTICLE -30 /- MODE D'EVALUATION DES OUVRAGES :


Tous les travaux ci-dessus décrits et définis par les plans d’exécution seront payés après mètre aux prix du
bordereau
Les prix du bordereau comprennent toutes les fournitures et main d’œuvre nécessaires à la complète
exécution des ouvrages, en particulier, toutes celles stipulées au présent marché. Ils tiennent compte, en particulier de
l'amortissement de tout le matériel de toutes les charges et taxes fiscales à la date de la signature du marché.
Il est expressément spécifié que les quantités d'ouvrages portées au détail estimatif ne sont données qu'à titre indicatif
et que les différences qui pourraient exister ne pourront donner lieu à aucun changement dans les prix unitaires.
Les travaux nécessaires à la livraison des ouvrages en parfaite état d’utilisation, objet du présent
marché
Toutefois, si des modifications s’avèrent nécessaires pour des raisons imprévisibles (substitution de
matériaux ou équipements, changement de programme, etc.…) celles – ci seront ordonnées par ordre de
service (O-D-S) du maître de l’ouvrage et pourront éventuellement modifier le Montant initial en plus ou
en moins
ARTICLE 31/ CONTENU DES PRIX UNITAIRES
Les prix du présent Marché comprennent le bénéfice ainsi que tous les frais, impôts, taxes, frais généraux, faux frais
et d’une façon générale toutes les dépenses qui sont la conséquence nécessaire et direct des travaux. Ainsi que
l’installation de chantier

ARTICLE 32/ CONSTATATION DES METRES


Les attachements sont établis à partir des constatations des métrés sur chantier, des éléments qualitatifs et quantitatifs
relatifs aux travaux exécutés et des approvisionnements réalisés d’après les calculs effectués en partant de ces
éléments pour déterminer les quantités directement utilisables pour l’établissement des décomptes.

ARTICLE 33 / L’AVENANT

22
ARTICLE 33-1 / TRAVAUX EN AUGMENTATION OU EN DIMINUTION
Les travaux en augmentation ou en diminution ne seront pris en compte que dans la mesure ou ils auront fait l’objet
d’un ordre de service délivré par le maître de l’ouvrage leurs évaluation se fera a la réglementation en vigueur
(29.30.31.32 du C.C.A.G du 11/12/1964).
Les travaux en augmentation ou en diminution doivent faire l’objet de passation d’un avenant conformément aux
articles N° 136, 137, 138 et 139 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation des
marchés publics

ARTICLE 33-2/ TRAVAUX IMPREVUS


Les travaux non prévus au présent marché ne seront exécutés que sur ordre de service et seront réglés sur la
base des prix qui auront été déterminés avant leurs exécution conjointement par les parties contractantes et
seront réalisés par l’entrepreneur après notification par ordre de service et approbation du bordereau des prix
unitaires. Le règlement des prix des ouvrages non prévus au marché initial se fera conformément aux articles
(29 .30 . 31. 32 et 51 du CCAG du 11/12/1964).

ARTICLE 34/ VERSEMENT DES ACOMPTES


1- Conformément à l’article 118 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation
des marchés publics. Le versement des acomptes est mensuel Toutefois, le marché peut prévoir une période plus
longue, compatible avec la nature des prestations. Ce versement est subordonné à la présentation, selon le cas, des
documents prévus par le cahier des charges.
2- Conformément à l’article 119 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation
des marchés publics. Le règlement pour solde provisoire a pour objet, lorsqu.il est prévu dans le marché, le versement
au cocontractant des sommes dues au titre de l’exécution normale des prestations contractuelles, déduction faite :
- de la retenue de garantie éventuelle ;
- des pénalités financières restant à la charge du partenaire, le cas échéant ;
- des versements à titre d’avances et acomptes de toute nature non encore récupérés par le service contractant.
3- Conformément à l’article 120 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation
des marchés publics. Le règlement pour solde définitif entraîne la restitution des retenues de garantie et, le cas échéant,
la mainlevée des cautions constituées par le partenaire cocontractant.
4- Conformément à l’article 121 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation
des marchés publics. Le marché doit préciser les délais ouverts au service contractant pour procéder aux constatations
ouvrant droit à paiement. Les délais courent à partir de la demande du titulaire du marché public, appuyée des
justifications nécessaires.

ARTICLE 35/ DELAIS DE MANDATEMENT.


Les délais ouverts à l’administration contractante pour procédé au paiement des travaux sont de 30 (trente)
jours Conformément à l’article 122 du décret présidentiel N° 15-247 du 16/09/2015 portant réglementation des
marchés publics et des délégations de service publics, en cas de non paiement, l’entreprise est avisée des motifs pour
les quelles les prestations accomplis n’ont pas fait l’objet de paiement au moins partiel.

ARTICLE 36/ DELAIS DE CONSTATATION.


Le délai ouvert pour procéder aux constatations ouvrant droit au paiement est fixé à 60 jours, conformément à
l'article 49 alinéas B2 du CCAG du 11/12/1964.

ARTICLE 37/ RENDEZ –VOUS SUR CHANTIER


37.1- L’entrepreneur s’oblige expressément à assister personnellement aux rendez-vous sur chantier fixés par
l’architecte ou a y faire représenter par les mandataires habilites par lui et agrées par le maître de l’œuvre.

37.2- TRAVAIL EN DOUBLE BRIGADE


L'entreprise titulaire du marché doit prendre toutes les dispositions nécessaires pour traduire dans la pratique le
travail en double brigades au niveau du projet, cette exigence repose sur la nécessité indéniable d'écourter les délais
de réalisation des projets en cours dont la non maîtrise constitue un facteur de surcroît économique et social évident.

ARTICLE 38/ DOMICILIATION DE L’ENTREPRENEUR


Conformément à l’article 10 du C.C.A.G. L’entrepreneur est tenu a élire domicile à proximité des travaux ou de
faire connaître le lieu domicile au maître de l’œuvre et au maître de l’ouvrage, faute par lui de ne pas satisfaire a
cette obligation dans un délai de 15 jours a dater de la notification de la signature du marché, toutes les notifications
qui se rapportent a son entreprise sont valables lorsqu’elles ont été faites de L’APC lieu des travaux.

23
ARTICLE 39/ TIMBRE ET ENREGISTREMENT
Le présent marché est dispensé des droits du timbre et d’enregistrement.

Fait à BATNA le ……………………………


Lu et Accepté Vu et Approuvé
LE CO-CONTRACTANT LE CONTRACTANT
(Signature et cachet) (Signature et cachet)

24
Cahier des clauses
Administratives générales

DIPOSITIONS GENERALES

Article 01 : DISPOSITION GENERALES


A- Conditions à remplir pour prendre part aux marchés
1. L’exécution des marchés ne peut être confiée qu’a une entreprise ayant les capacités juridique, technique
et financière nécessaires. L’administration apprécie souverainement ces capacités
2. Pour pouvoir présenter des offres, les personnes ou sociétés en état de règlement judiciaire, doivent avoir
été préalablement autorisé par l’administration.
B- Demande d’admission et justification à fournir
1.- Chaque candidat est tenu de présenter :
a) Une déclaration indiquant son intention de soumissionner et faisant connaitre ses nom, prénom, qualité
et domicile et, s’il agit au nom d’une société, la raison, l’adresse du siège social, la qualité en laquelle il
agit et les pouvoirs qui lui sont conférés
b) une note indiquant ses moyens techniques (1) le lieu, la date la nature et l’importance des travaux qu’il
a exécutés ou à l’exécution desquels il a concouru l’emploi qu’il occupait dans chacune des entreprises

25
auxquelles il a collaboré, ainsi que les noms, qualités et domiciles des hommes de l’art sous la direction
desquels ces travaux ont été exécutés. Les certificats délivrés par ces hommes de l’art sont joints à la note.
Ils peuvent être remplacés par des certificats délivrés par un organisme de qualification et classification
agrée par l’administration.
c) les renseignements ou pièces d’ordre technique, concernant l’entreprise et dont la production peut être
exigée, le cas échéant, par d’appel d’offres.
d) une déclaration conforme à un des modèles fixés par arrêté du ministre de l’économie nationale,
justifiant notamment qu’il ne tombe pas sous le coup des sanctions prévues par la loi n° 47-1635 du 30 aout
1947 ou par le dernier alinéa de l’article 37 de l’ordonnance n° 45-1483 du 30 juin 1945 modifiée par le
décret n° 58-545 du 24 juin 1958 et justifiant en outre, dans les conditions fixées par décret, de sa situation
à l’égard de la sécurité sociale et des recouvrements fiscaux.
Article 02 : PIECES A DELIVRER A L’ENTREPRENEUR
Frais de passation des marchés
1- Aussitôt après la signature du marché, le maitre d’ouvrage délivre sans frais, à l’entrepreneur, sur son récépissé,
une expédition vérifiée et certifiée conforme de la soumission, du cahier des prescriptions spéciales et des autres
pièces particulières expressément désignées comme constitutions du marché.
2- En cas de nantissement du marché, le maitre d’ouvrage délivre également sans frais, à l’entrepreneur, un
exemplaire spécial ou un extrait officiel du marché portant la mention «exemplaire unique», et destiné à former
titre.
3- Les exemplaires supplémentaires demander par l’entrepreneur lui sont délivrés à titre onéreux. les sommes dues
par lui à l’administration et arrêtées par le maitre d’ouvrage, sont déduites du montant des décomptes des
travaux.
4- L’entrepreneur peut d’ailleurs faire prendre copie dans les bureaux des ingénieurs, des autres pièces qui ont
figuré s au dossier public d’adjudication.
5- L’entrepreneur acquitte les droits auxquels peuvent donner lieu le timbre et l’enregistrement du marché, tels que
des droits résultent des lois et règlements en vigueur.

TITRE II
Exécution des travaux
Article 03 : DOMICILE DE L’ENTREPRENEUR PRESENCE DE L’ENTREPRENEUR SUR LES LIEUX
DES TRAVAUX
1- L’entrepreneur est tenu d’élire domicile à proximité des travaux et de faire connaitre le lieu de ce domicile, à le
maitre d’ouvrage. Faute par lui d’avoir à satisfait à cette obligation dans un délai de quinze jours à dater de la
notification de la signature du marché, toutes les notifications qui se rapportent à son entreprise sont valables
lorsqu’elles ont été faites à la mairie de la commune désignée à cet effet par le cahier des prescriptions spéciales.
Si les travaux sont exécuté sur le territoire d’une seule commune et si aucune mairie n’a été désignée par le
cahier des prescriptions spéciales, les notifications sont valables lorsqu’elles ont été faites à la mairie de
commune du lieu des travaux.
2- Après la réception définitive des travaux l’entrepreneur est relevé de l’obligation d’avoir un domicile à proximité
des travaux s’il ne fait pas connaitre son nouveau domicile à le maitre d’ouvrage, les notifications relatives à son
entreprise, sont valablement faites à la mairie ci-dessus désignée.
3- pendant la durée des travaux, l’entrepreneur ne peut s’éloigner du chantier qu’après avoir fait agréer par
l’ingénieur d’arrondissement ou par l’architecte, un représentant capable de le remplacer, de manière qu’aucune
opération ne puisse être retardée ou suspendue à raison de son absence.
4- l’entrepreneur se rend dans les bureaux le maitre d’ouvrage et il les accompagne dans leurs tournées toutes les fois
qu’il en est requis.
ARTICLE 04/ SOUS TRAITANCE
Conformément à l’article 140 du décret présidentiel n° 15-247 du 16 septembre 2015 portant réglementation des
marchés publics .Le partenaire cocontractant du service contractant peut confier à un sous-traitant l’exécution d’une
partie du marché, par un contrat de sous-traitance,
dans les conditions prévues dans le présent décret. En tout état de cause, la sous-traitance ne peut dépasser quarante
pour cent (40 %) du montant total du marché
1- L’entrepreneur ne peut céder à des sous-traitant une ou plusieurs parties de son entreprise, ni en faire apport à
une société ou à un groupement, sans autorisation expresse de l’administration.
2- Dans tous les cas, il demeure personnellement responsable, tant envers l’administration qu’envers les
ouvriers et les tiers.
3- Si, sans autorisation, l’entrepreneur a passé un sous-traité, ou fait apport du marché à une société ou à un
groupement, il peut être fait application, sans mise en demeure préalable, des mesures prévues à l’article 35
ci-après.
4- Le marchandage est interdit. N’est pas considérée comme marchandage une sous-entreprise portant
essentiellement sur la main-d’œuvre, dans laquelle le sous-registre du commerce ou au registre des métiers et
propriétaire d’un fonds de commerce.
26
Article 05 : PREPARATION ET EXECUTION DES TRAVAUX
1- L’entrepreneur doit commencer les travaux dans des délais fixés par l’ordre de service du maitre d’ouvrage.
2- Le cahier des prescriptions techniques communes ou de cahier des prescriptions spéciales, peut définir les
délais dans lesquels l’entrepreneur doit, à compter de la date de notification de la signature du marché,
présenter à l’approbation de l’ingénieur d’arrondissement ou de l’architecte d’une part, le calendrier
d’exécution des travaux et les mesures générales qu’il entend prendre à cet effet, d’autre part, le dessins dont
l’établissement lui incombe, assortis de toutes justifications utiles. Le cahier des prescriptions communes ou
le cahier des prescriptions spéciales, peut subordonner le commencement des travaux à la présentation ou à
l’approbation de tout ou partie de ces documents.
3- L’entrepreneur reçoit gratuitement le maitre d’ouvrage au cours de l’entreprise, une copie certifiée de
chacun des dessins relatifs aux dispositions imposées par le projet et des autres documents nécessaires à
l’exécution des travaux.
4- Il se conforme strictement aux ordres de service qui lui sont notifiés.
5- Il se conforme aux changements qui lui sont prescrits pendant le cours du travail, mais seulement lorsque le
maitre d’ouvrage le a ordonnée par ordre de service et sous sa responsabilité. Il ne lui est tenu compte des
changements qu’autant qu’il justifie de cet ordre de l’ingénieur d’arrondissement ou de l’architecte.
6- l’entrepreneur a toutefois l’obligation de vérifier les documents visés aux alinéas 3, 4 et 5 du présent article et
de signaler à l’ingénieur d’arrondissement ou à l’architecte, avant toute exécution, les erreurs, omissions ou
contradictions qu’ils peuvent comporter et qui sont facilement décelables pour un homme de l’art.
7- lorsque l’entrepreneur estime que les prescriptions d’un ordre de service dépassent les obligations de son
marché, il doit sous peine de forclusion, en présenter l’observation écrite et motivée, à l’ingénieur
d’arrondissement ou à l’architecte dans un délai de dix jours. La réclamation ne suspend pas l’exécution de
l’ordre de service, à moins qu’il n’en soit ordonné autrement par l’ingénieur d’arrondissement ou à l’architecte.
8- les ordres de services sont obligatoirement écrits. Ils sont datés, numérotés et enregistrés.
Article 06 : CHOIX DES COMMIS CHEFS DE CHANTIERS OU D’ATELIERS ET OUVRIERS
1- L’entrepreneur ne peut prendre pour commis et chefs de chantiers ou d’ateliers que des personnes capables
de l’aider et de le remplacer au besoin, dans la conduite et le métrage des travaux.
2- L’ingénieur chargé du suivi a le droit d’exiger le changement des agents et ouvriers de l’entrepreneur pour
insubordination, incapacité ou défaut de probité.
3- L’entrepreneur demeure responsables des fraudes ou malfaçons qui seraient commises par des agents et
ouvriers dans la fourniture et l’emploi des matériaux.
Article 07 : AMBAUCHAGE DES OUVRIERS (1)
1- L’entrepreneur doit faire connaitre huit jours aux moins avant l’ouverture des chantiers ou ateliers, au service
de la wilaya de la main-d’œuvre compétent, pour le lieu où s’exécuteront les travaux, ses besoins de main-
d’œuvre, par profession, avec toutes indications utiles concernant les conditions de travail, de salaire et
généralement , tous renseignements de nature à intéresser les chômeurs en quête d’emploi. Il doit renouveler
ces indications, en temps opportun ; toutes les fois qu’il se trouve dans l’obligation de procéder à de
nouveaux embauchages, notamment par suite de l’extension des travaux.
Il doit accueillir les candidats présentés par le service départemental de la main d’œuvre. Toutefois, sa liberté
d’embauchage reste entière et il n’est pas tenu d’engager les ouvriers qui ne se présenteraient pas les
aptitudes requises. Il devra, en cas de refus, en indiquer le motif sur le coupon de réponse de la carte de
présentation par le service. Le coupon est renvoyé ensuite à ce dernier par l’entrepreneur.
2- Pour l’application des prescriptions du présent article, il est précisé que les besoins de main-d’œuvre
s’étendent à tout le personnel nécessaire des chantiers ou ateliers, en dehors des ouvriers déjà attachés à
l’entreprise avant l’ouverture des travaux.

Article 08 : LISTE NOMINATIVE DES OUVRIERS – OUVRIERS ETRANGERS


1- Le nombre des ouvriers de chaque profession doit toujours être suffisant pour permettre l’exécution des
travaux dans les délais impartis.
2- Le nombre des ouvriers étrangers ne peut dépasser la proportion fixée par le cahier des prescriptions
spéciales.
3- Pour mettre l’ingénieur ou l’architecte à même de contrôler l’accomplissement de ces conditions,
l’entrepreneur remet périodiquement à l’ingénieur ou à l’architecte, aux époques fixées par celui-ci, la
liste nominative des ouvriers mentionnant la nationalité de chacun d’eux, sa qualification
professionnelle, son mode de recrutement et la date de son affectation à l’entreprise.

Article 09 : APPLICATION DE LA LEGISLATION ET DE LA REGLEMENTATION DU TRAVAIL, DE LA


LEGISLATION ET DE LA REGLEMENTATION SOCIALE AU PERSONNEL DE L’ENTREPRISE-
PAIEMENT DES OUVRIERS
1) Décret N° 64-219 du 06.08.1964 portant application de la législation du travail
2) La charge entière de l’application au personnel de l’entreprise de l’ensemble de la législation et de la
réglementation du travail, notamment en ce qui concerne l’hygiène et la sécurité des travailleurs, comme de la
27
législation et de la réglementation sociales incombe à l’entrepreneur, et l’administration pourra, en cas
d’infraction, appliquer les mesures coercitives prévues à l’article 35 du CCAG 1964.
3) Le salaire payé aux ouvriers ne doit pas être inférieur pour chaque profession et, dans chaque profession, pour
chaque catégorie d’ouvriers aux prix qui figure au bordereau du taux normal et courant les salaires. Les heures
supplémentaires de travail faites par les ouvriers au-delà de la durée légale seront majorées dans les conditions
prévues par la législation en vigueur ou par les conventions collectives de travail applicables dans la profession
et dans la région, si celles-ci prévoient des taux supérieurs.
4) Toutefois, l’employeur peut, exceptionnellement, appliquer un salaire moindre aux ouvriers que leurs aptitudes
physiques mettent dans une condition d’infériorité notoire sur les ouvriers de la même catégorie. La proportion
maximum de ces ouvriers par rapport au total des ouvriers de la catégorie, et le maximum de réduction possible
de leur salaire, seront fixés par le cahier des prescriptions spéciales dans les limites permises par la législation en
vigueur.
5) Les bordereaux du taux normale et courant des salaires, est affiché par les soins aux frais de l’entrepreneur dans
les chantiers et ateliers ou sont exécutés les travaux.
6) Indépendamment des obligations prescrites par les règlements en vigueur en ce qui concerne l’inspection du
travail, l’entrepreneur est tenue de donné communication à l’ingénieur d’arrondissement ou à l’architecte sur la
demande de ce lui ci, de tous les documents nécessaires pour vérifier que le salaire payé au ouvriers n’a pas été
inférieur au salaire porté à ce bordereau. Un agent de l’administration peut assister au paiement des ouvriers,
toutes les fois que celle-ci le juge utile.
7) Si l’administration constate une différence, elle indemnise directement les ouvriers lésés au moyen de retenues
opérés sur les sommes dues à l’entrepreneur, ou à défaut, sur son cautionnement et elle en avise l’inspecteur de
travail et la commission centrale des marchés.
8) Le bordereau de taux normal et courant des salaires reste en vigueur, tant qu’un nouveau bordereau, établi dans
les conditions règlementaires, n’a pas été notifié à l’entrepreneur. Si un nouveau bordereau est notifié à
l’entrepreneur, il remplace le bordereau primitif et devient applicable au jour de sa notification.
9) En cas de retard dûment constaté dans le paiement des salaires, l’administration se réserve la faculté de payer
d’office les salaires arriérés sur les sommes dues à l’entrepreneur ou, à défaut, sur son cautionnement.
10) L’entrepreneur devra assurer le transport de tout ouvrier malade blessé, soit à l’établissement de soins le plus
proche du lieu des travaux, soit à domicile, suivant la gravité de son état.
13- Outre les conditions de travail expressément stipulés par le cahier des charges des prescriptions spéciales ou par
les présentes clauses administratives générales, l’entrepreneur soit assurer à son personnel les autres conditions
de travail qui peuvent être fixés par la règlementation locale, les conventions collectives ou les usages pour
chaque profession et, dans chaque profession, pour chaque catégorie d’ouvriers, dans la localité ou la région où
le travail est exécuté.
14- Le maitre d’ouvrage peut, s’il le juge utile, dans l’intérêt public, prescrire à l’entrepreneur de demander et
d’utiliser, après les avoir obtenues, les dérogations aux lois et règlements prévus par ces textes en ce qui
concerne la durée de travail et le repos hebdomadaire.
15- L’entrepreneur doit faire apposer dans le chantier et ateliers, une fiche indiquant l’administration ou le service
pour le compte duquel les travaux sont exécutés, les nom, qualité et adresse du représentant de cette
administration ou de ce service, ainsi que les noms, et adresse de l’inspecteur du travail chargé du contrôle de
l’établissement.
16- Dans le cas où l’entrepreneur est autorisé à sous-traiter une partie de son entreprise, il demeure responsable du
respect une partie de son entreprise, il demeure responsable du respect des obligations mises à sa charge en vertu
du présent article, qui doivent être portées par lui à la connaissance de ses sous-traitants.
Article 10 : ORGANISATION ET POLICE DES CHANTIERS RELATIONS ENTRE LES
DIVERS ENTREPRENEURS
A- Clauses applicables à tous les travaux
1- L’entrepreneur doit reconnaitre les emplacements réservés aux chantiers ainsi que les moyens d’accès, et
s’informer de tous les règlements administratifs auxquels il doit se conformer, pour l’exécution des
travaux.
2- L’entrepreneur est tenu d’observer tous les règlements et consignes de l’autorité compétence, ainsi que,
le cas échéant, les consignes spéciales fixées par le chef de l’établissement dans lequel sont exécutés les
travaux.
3-L’entrepreneur doit contracter une assurance garantissant sa responsabilité à l’égard des tiers en cas
d’accidents ou de dommages causés aux tiers par la conduite ou des modalités d’exécution des travaux. Il
demeure, en tout état de cause responsable.
1- Police des chantiers :
a) Lorsqu’il l’estime nécessaire, l’ingénieur d’arrondissement ou l’architecte peut exiger, le renvoi du
chantier, d’ouvriers ou de préposés de l’entrepreneur, sans que l’Etat puisse être rendu responsable des
conséquences de ces renvois.
b) Lorsque l’entrepreneur et ses sous-traitants ont découvert un acte de malveillance caractérisé, ils sont
tenus d’alerter immédiatement le maitre d’ouvrage, sous peine de poursuites éventuelles, en application
28
de l’article 100 du code pénal, sans préjudice, soit de la résiliation pure et simple du marché , soit de la
passation, suivant telle procédure que jugera utile l’administration, d’un nouveau marché à leurs risques
et périls. Dans tous les cas, l’application de ces sanctions contractuelles est décidée par le ministre.
c) Si, à la suite d’un acte de malveillance caractérisé, l’administration estime que des mesures de sécurité
doivent être prises visant notamment le personnel, le titulaire du marché et ses sous-traitants s’engagent
à les appliquer, sans délai. Ils ne peuvent s’en prévaloir pour réclamer une indemnité.
d) Le titulaire du marché doit aviser ses sous-traitants, sous sa propre responsabilité des obligations qui
résultent des dispositions des alinéas B, 1, a, B, 1 b, et B, 1, c, ci-dessus.
2- Protection du secret :
g) Lorsque le marché présente en tout ou en partie un caractère secret ou lorsque les travaux doivent être
exécutés en des lieux où des précautions particulières sont prises en permanence en vue de la protection
du secret ou de la permanence de points sensibles, l’administration invite les candidats à prendre
connaissance dans les bureaux du service, des instructions en vigueur relatives à la protection du secret
dans les entreprises privées travaillant pour la défense. En tout état de cause, tout soumissionnaire ainsi
avisé. Est réputé avoir pris connaissance de ces instructions.
h) L’administration notifie au titulaire du marché les éléments de celui-ci considérés comme secrets, et les
mesures de précautions particulières à adopter.
i) L’entrepreneur et ses sous-traitants doivent prendre toutes dispositions pour assurer la conservation et la
protection des documents secrets qui leur sont confiés et avises, sans délai le maitre d’ouvrage, de toute
disparition et de tout incident. Ils doivent maintenir secrets tous renseignements d’ordre militaire dont ils
peuvent avoir connaissance à l’occasion du marché.
j) L’entrepreneur est soumis à toutes les obligations prévues par les instructions relatives au contrôle du
personnel et à la protection du secret et des points sensibles, ou résultants des mesures de précautions
prescrites. Il est tenu de faire respecter par ses sous-traitants ces instructions et prescriptions. Il ne peut
s’en prévaloir pour réclamer une indemnité à un titre quelconque.
k) Au cas où l’entrepreneur et ses sous-traitants viendraient à méconnaitre les obligations prévues par les
alinéas B, 2, a, à B, 2, d, ci-dessus, il serait fait application des sanctions contractuelles prévues à l’alinéa
B, 1, b, ci-dessus.
Article 11 : TRANSPORTS RESERVES
L’entrepreneur est soumis, pour les transports exécutés en vue de pouvoir à l’exécution du marché, aux obligations
résultant des lots et règlements en vigueur.
Article 12 : PROPRIETE INDUSTRIELLE OU COMMERCIALE
1- Du seul fait de la signature du marché, l’entrepreneur garantit l’Etat contre toutes les revendications concernant
les fournitures et matériaux, procédés et moyens utilisés pour l’exécution des travaux et émanant des titulaires de
brevets, licences, dessins modèles, marques de fabrique ou de commerce. Il lui appartient, le cas échéant,
d’obtenir les cessions, licences ou autorisations nécessaires et de supporter la charge des droits, redevances ou
indemnités y afférant.
2- En cas d’action, dirigée contre l’Etat par des tiers détenteurs de brevets, licences, modèles, dessins, marques de
fabrique ou de commerce utilisés par l’entrepreneur pour l’exécution des travaux, l’entrepreneur doit intervenir à
l’instance et indemniser l’Etat de tous dommages et intérêts prononcés à son encontre, ainsi que des frais
supportés par lui.
3- Sous réserve des droits des tiers, l’administration a la possibilité de réparer elle-même, ou de faire réparer les
appareils brevetés utilisés ou incorporés dans les travaux au mieux de ses intérêts, par qui bon lui semble, et de
se procurer comme elle l’entend, les pièces nécessaires à cette réparation.
Article 13 : ORIGINE, QUALITE ET MISE EN ŒUVRE DES MATERIAUX
1- Sauf exceptions prévues au cahier des prescriptions technique spéciales, les matériaux doivent être conformes
aux dispositions du cahier des prescriptions communes.
2- Dans chaque espèce, catégorie ou choix, ils doivent être de la meilleure qualité, travaillés et mis en œuvre
conformément aux règles de l’art.
3- Ils ne peuvent être employés qu’après avoir été vérifiés et provisoirement acceptés par l’ingénieur
d’arrondissement ou par leurs préposés, à la diligence de l’entrepreneur.
4- Nonobstant cette acceptation et jusqu’à la réception définitive des travaux, ils peuvent en cas de surprise, de
mauvaise qualité ou de malfaçon, être rebutés par l’ingénieur d’arrondissement, et ils sont alors remplacés par
l’entrepreneur et à ses frais.
5- Sous réserve, le cas échéant, des dispositions résultant des traités ou accords internationaux, tous matériaux,
matériels, machines, appareils, outillages et fournitures employés pour l’exécution des travaux, doivent être
d’origine algérienne.
Article 14 : DIMENSIONS ET DISPOSITIONS DES MATERIAUX
1- L’entrepreneur ne peut, de lui-même, apporter aucun changement au projet.
2- Sur l’ordre de service de l’ingénieur d’arrondissement ou de l’architecte qui fixe un délai d’exécution, il est tenu
de faire remplacer les matériaux ou reconstruire les ouvrages qui ne sont pas conformes au cahier des
prescriptions spéciales ou aux ordres de service.
29
3- Toutefois, si les ingénieurs ou l’architecte reconnaissent que les changements faits par l’entrepreneur ne sont
contraires ni aux règles de l’art, ni au bon goût, les nouvelles dispositions peuvent être maintenues ; dans ce cas,
l’entrepreneur n’a droit à aucune augmentation de prix, à raison des dimensions plus fortes ou de la valeur plus
élevés que peuvent avoir les matériaux ou les ouvrages. Dans ces cas, métrés sont basés sur les dimensions
prescrites par le cahier des prescriptions spéciales ou par les ordres de service. Si, au contraire, les dimensions
sont plus faibles ou la valeur des matériaux moindre, les métrés et les prix sont réduits en conséquence.
Article 15 : ENLEVEMENT DU MATERIEL ET DES MATERIAUX SANS EMPLOI
1- Au fur et à mesure de l’avancement des travaux, l’entrepreneur doit procéder, à ses frais, au dégagement, au
nettoiement et à la remise en état des emplacements mis à sa disposition par l’administration, pour
l’exécution des travaux. Il se conforme pour ce dégagement, ce nettoiement et cette remise en état à
l’échelonnement et aux délais fixés par le cahier des prescriptions spéciales ou par les ordres de service.
2- A défaut d’exécution de tout ou partie de ces opérations, dans les conditions prescrites, les matériels,
installations, matériaux, décombres et déchets non enlevés peuvent après mise en demeure par le maitre
d’ouvrage et, à l’expiration d’un délai de trente jours après cette mise en demeure, être transportés d’office
suivant leur nature, soit à la décharge publique aux frai, risques et périls de l’entrepreneur, ou vendus aux
enchères par le ministère d’un officier public. Toutefois, lorsqu’une vente aux enchères est envisagée par le
maitre d’ouvrage, celui-ci en réfère au ministre avant la mise en demeure.
3- Les sanctions définies à l’alinéa 2 du présent article, sont appliquées sans préjudice des pénalités
particulières qui peuvent avoir été prévues contre l’entrepreneur dans le cahier des prescriptions spéciales.
4- En cas de vente aux enchères, le produit de la vente est versé au nom de l’entrepreneur, à la caisse des dépôts
et consignations déduction faite des frais et, s’il en a été prévu, des pénalités visées à l’alinéa 3 du présent
article.
Article 16 : OBJETS TROUVES DANS LES FOUILLES
1- L’Etat se réserve la propriété des matériaux qui se trouvent dans les fouilles et démolitions faites dans les
terrains lui appartenant ; sauf à indemniser l’entrepreneur de ses soins particuliers.
2- Il se réserve également les objets de toute nature et en particulier les objets d’art qui pourraient s’y trouver
sauf indemnité à qui de droit. Leur découverte doit être immédiatement signalée par l’entrepreneur à
l’intérieur d’arrondissement ou à l’architecte.
3- L’entrepreneur est tenu d’informer son personnel du droit que se réserve ainsi l’Etat.
Article 17 : EMPLOI DES MATERIAUX NEUFS OU DE DEMOLITION APPARTENANT A L’ETAT
Lorsque, en dehors des prévisions du marché, les ingénieurs jugent à propos d’employer des matériaux neufs ou de
démolition appartenant à l’Etat, l’entrepreneur n’est payé que des frais de main-d’œuvre et l’emploi, réglés
conformément aux indications de l’article 29 ci-après.
Article 18 : VICES DE CONSTRUCTION
1- Lorsque le maitre d’ouvrage présume qu’il existe dans les ouvrages des vices de construction, il peut
prescrire par ordre de service, soit en cours d’exécution, soit avant la réception définitive, la démolition et la
reconstruction des ouvrages ou parties d’ouvrages présumés vicieux.
2- Lorsque cette opération n’est pas faite par l’entrepreneur, il y est procédé en sa présence ou lui dument
convoquer.
3- Les dépenses résultant de cette opération sont à la charge de l’entrepreneur lorsque les vices de construction
sont constatés et reconnus sans préjudice de l’indemnité à laquelle l’état peut prétendre de ce fait.

Article 19 : CESSATION ABSOLUE OU AJOURNEMENT DES TRAVAUX

1 – Lorsque l’administration ordonne la cessation absolue des travaux, l’entreprise est immédiatement
résiliée.

2 - Lorsque l’administration prescrit leur ajournement pour plus d’une année soit avant, soit après un
commencement d’exécution, l’entrepreneur adroit à la résiliation de son marché, s’il le demande par écrit
sans préjudice de l’indemnité, qui dans un cas comme dans l’autre, peut lui être allouée, s’il ya lieu.

3 – La demande de l’entrepreneur n’est recevable que si elle est présentée dans le délai de quatre mois à
partir de la date de notification de l’ordre de service prescrivant l’ajournement des travaux.

4 – Il en est de même dans le cas d’ajournement successifs dont la durée totale dépasse un an, même dans la
cas où les travaux ont été repris entre temps.

5 – Si les travaux ont reçu un commencement d’exécution, l’entrepreneur peut requérir qu’il soit procédé
immédiatement à la réception provisoire des ouvrages exécutés, puis à leur réception définitive, après
l’expiration du délai de garantie.
6 - Lorsque l’administration prescrit l’ajournement des travaux pour moins d’une année, l’entrepreneur n’a
pas droit à la résiliation, mais seulement à une indemnité en cas de préjudice dûment constaté.
30
Article 20 : MESURES COERCITIVES

1- Lorsque l’entrepreneur ne se conforme pas, soit aux dispositions du marché, soit aux ordres de service qui lui
sont donnés par l’ingénieur d’arrondissent ou l’architecte, le maitre d’ouvrage le met en demeure d’y
satisfaire, dans un délai déterminé, par une décision qui lui est notifiée par un ordre de service.
1- Ce délai, sauf le cas d’urgence, n’est pas inférieur à dix jours à dater de la notification de la mise en
demeure.
2- Passé ce délai, si l’entrepreneur n’a pas exécuté les dispositions prescrites, le maitre d’ouvrage après en
avoir, sauf cas d’urgence, référé au ministre, peut ordonner l’établissement d’une régie aux frais de
l’entrepreneur. Cette régie peut n’être que partielle.
3- Il est alors procédé, immédiatement, en présence de l’entrepreneur ou lui dûment appelé, à la constatation
des ouvrages exécutés, des matériaux approvisionnés, ainsi qu’à l’inventaire descriptif du matériel de
l’entrepreneur et à la remise entre les mains de celui-ci de la partie de ce matériel qui n’est pas utilisée par
l’administration pour l’achèvement des travaux.
- Dans le cas des travaux exécutés suivant les pratiques du bâtiment, l’entrepreneur est invité, par un ordre
de service, à fournir le métré des ouvrages exécutés dans le délai fixé par cet ordre de service ; si
l’entrepreneur n’a pas satisfait à cet ordre de service dans un délai prescrit, métré est dressé à la diligence
de l’administration aux frais de l’entrepreneur.
4- De toute manière, il est rendu compte des opérations au ministre qui peut, selon les circonstances, soit
ordonner une adjudication à la folle enchère de l’entrepreneur, soit prononcer la résiliation pure et simple du
marché, soit prescrire la continuation de la régie.
5- Dans le cas de la régie et pendant sa durée, l’entrepreneur est autorisé à en suivre les opérations, sans qu’il
puisse toutefois entraver l’exécution des ordres des ingénieurs. Il peut être relevé de la régie s’il justifie des
moyens nécessaires pour prendre les travaux et les mener à bonne fin.
6- Les excédents de dépenses qui résultent de la régie ou du nouveau marché sont prélevés sur les sommes qui
peuvent être dues à l’entrepreneur ou, à défaut, sur son cautionnement, sans préjudice des droits à exercer
contre lui en cas d’insuffisance.
7- Si la régie ou le nouveau marché entraîne, au contraire, une diminution dans les dépenses, l’entrepreneur ne
peut réclamer aucune part de ce bénéfice, qui reste acquis à l’Etat.
8- Pour les marchés intéressant la défense, l’administration peut substituer à la procédure de l’adjudication à la
folle enchère, la passation d’un marché sur appel d’offres ou d’un marché de gré à gré, avec ou sans
concurrence, suivant telle forme qu’elle estime devoir suivre en l’espèce et sans que l’entrepreneur puisse
élever aucune protestation sur la procédure choisie à raison des sommes dont il sera, en définitive, constitué
débiteur envers l’Etat.
9- Le ministre peut, même si le marché n’intéresse pas la défense, décider qu’en raison de l’urgence de
l’achèvement des travaux, il sera procédé comme il est dit à l’alinéa précédent.
10- Lorsque des actes frauduleux, des infractions réitérées aux conditions de travail ou des manquements graves
aux engagements pris, ont été relevés à la charge de l’entrepreneur, le ministre peut, sans préjudice des
poursuites judiciaires et des sanctions dont l’entrepreneur est passible, l’exclure pour un temps déterminé ou
définitivement des marchés de son administration. L’entrepreneur est invité préalablement, à présenter ses
moyens de défense dans un délai imparti par l’administration.

Article 21 : REPRISE DU MATERIEL ET DES MATERIAUX EN CAS DE RESILIATION


A) – Dans les cas de résiliation prévus par les articles 9,11,18,30,34,35 et 37 du présent texte.

1- Il est procédé avec l’entrepreneur ou ses ayants-droit présents ou dûment convoqués, à la constatation des
ouvrages exécutés, à l’inventaire descriptif du matériel et des installations de chantier de l’entreprise.

2- L’état de la faculté, mais non l’obligation, de racheter en totalité ou en partie

a- Les ouvrages provisoires dont les dispositions ont été agrées parles ingénieurs ou l’architecte.

b- Le matériel spécialement construit pour l’exécution des travaux de l’entreprise et non susceptible d’être
réemployé de manière courante sur les chantiers de travaux publics.

31
3- Le prix de rachat des ouvrages provisoires et du matériel susvisés est égal à la partie non amortie des dépenses
exposées par l’entrepreneur ; ces dépenses étant limitées, s’il en est besoin, à celles correspondant à une
exécution normale.

B) – Dans les cas de résiliation prévus par l’article 33 du présent texte.

1 – L’état rachète à l’entrepreneur dans les conditions fixés à l’alinéa A 3 du présent article.

a- Les ouvrages provisoires dont les dispositions ont été agrées parles ingénieurs ou l’architecte.

b- Le matériel spécialement construit pour l’exécution des travaux de l’entreprise et non susceptible d’être
réemployé de manière courante sur les chantiers de travaux publics.

C) – Dans tout les cas de résiliation, l’entrepreneur est tenu d’évacuer les chantiers, magasins, et emplacements utiles
à l’exécution des travaux dans le délai qui est fixé par le maitre d’ouvrage.

D) – Les matériaux approvisionnés par ordre, s’ils remplissent les conditions fixées par le cahier des prescriptions
spéciales, sont acquis par l’état aux prix du marché ou à ceux résultant de l’application de l’article 29 ci-dessus à
moins de stipulations contraires du cahier des prescriptions spéciales.

Fait à BATNA le ……………………………


Lu et Accepté Vu et Approuvé
LE CO-CONTRACTANT LE CONTRACTANT
(Signature et cachet) (Signature et cachet)

CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES

32
COMMUNES

C H A P I T R E II

CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES COMMUNES


GENERALITES

1-1 CONNAISSANCE DU LIEU


L'Entreprise qui soumissionne est censée, réputée avoir une entière connaissance de l'importance du projet et de
la situation des ouvrages à exécuter, de la nature et de l'état du terrain, des voies et les moyens
d'accès, des possibilités d'approvisionnement en eau industrielle ainsi que les conditions climatiques de la
région.
L'Entreprise devra tenir compte dans ses prix ainsi que dans son planning, les retards qui peuvent être
causés par les intempéries prévisibles dans la région et du fait desquelles elle ne pourra invoquer la force
majeure et demander une prolongation de délai.

1.2 - PHASES PREPARATOIRES


L'Entreprise sera responsable de l'organisation et le bon ordre de ses travaux, elle doit observer les
prescriptions du Maître de l'œuvre concernant les règlements et consignes à appliquer à cet effet.
Dans la phase préparatoire le Maître de l'œuvre et l'Entreprise élaboreront
et coordonneront leur organigramme respectif fixant les limites de compétence de leurs représentants et de leurs
relations notamment la procédure de transmission des ordres.

1-3 - INSTALLATION DU CHANTIER


L'Entreprise est chargée de l'organisation de chantier, de surveillance, de l'hygiène et de la sécurité du chantier
conformément à la législation en vigueur.

33
1-4 - PROGRAMME D'EXECUTION DES TRAVAUX
L'Entreprise qui soumissionne doit adresser un programme d'exécution ainsi qu'un planning détaillé sur les
travaux qu'elle compte réaliser.
Elle doit particulièrement préciser comment et par quels moyens considère t -'elle être en mesure de respecter le
délai fixé dans sa soumission.

1.5- QUALITE DES MATERIAUX


Les matériaux utilisés pour la réalisation du projet doivent être conformes aux stipulations et spécifications
techniques.
Les essais sont à la charge de l'Entreprise

1.6- CONTROLE ET RECEPTION DES TRAVAUX


Le contrôle, le suivi et la réception sont à la charge des 03 partenaires (l’entreprise, le maitre de l’œuvre et le maître
de l’ouvrage).

1-7 - PANNEAUX PUBLICITAIRES


Pendant la période des travaux aucun panneau publicitaire ne pourra être posé sur le chantier sans la permission
du Maître de l'ouvrage, à l'exception des enseignes portant la raison sociale dont le libellé et les dimensions
seront à l'approbation préalable du Maître de l’ouvrage Aucun renseignement relatif aux travaux ne pourra
être donné à une personne étrangère au chantier.
1-8 - NETTOYAGE DU CHANTIER
Après achèvement des travaux l'Entreprise devra procéder au nettoyage du chantier et à l'enlèvement de tout
le matériel, matériaux excédentaires et que le site devra être en bon état de propreté.

MODE D'EVALUATION DES OUVRAGES

ARTICLE 1 SUJETIONS COMPRISES DANS LES PRIX


Les travaux seront règles moyennant l'application des prix unitaire du bordereau aux quantités de travaux
réellement exécutées.
Les prix du bordereau comprenant les faux , frais généraux d'assurances , taxe et impôts ainsi que le bénéfices de
l'entreprise pourra être amenée a faire pour respecter les délais contractuels . Aucune sujétion n'est exclue du
bordereau, à l'exception des cas de majeur.

ARTICLE 2 REGLEMENT DES PRIX DES TRAVAUX NON PREVUS


S'il est juge nécessaire d'exécuter des travaux dont les éléments de règlement ne figurant pas au bordereau des
prix ou ne pouvant être assimilés à des prix y figurant l'entreprise se conformer immédiatement aux ordres de
services qu'il sera préparé de nouveau prix d'après ceux du contrat ou par assimilation aux prix analogues du bordereau.
Dans le cas d'une impassibilité absolue d'assimilation en prendra pour terme de comparaison les prix courant en
ALGERIE .Après avoir été débattus par le maître de l'ouvrage avec l'entreprise ils seront soumis a l'approbation du
maître de l'ouvrage et notifier à l'entreprise par ordre de service avant exécution des travaux. A défaut d'accord il fait
application de procédure preuve aux articles 152 a 160 de l'ordonnance 67.90 du 17/06/1997 portant code des contrats
publics (titre VI: règlement des constructions).

ARTICLE 3 DEFINITION DES PRIX UNITAIRE


Les volumes de chaque prix sont évalués au métré il est obligatoire des faire des métrés pour chaque prix
immédiatement après l'exécution des travaux qu'ils rémunèrent.

Fait A BATNA le ……………..


LE CO-CONTRACTANT
Lu et approuvé
(Nom, qualité du signature et cachet)

34
DEVIS DESCRIPTIF
LOTS : GROS ŒUVRES + C.E.S
LOTS : GROS ŒUVRES + C.E.S

PROJET : 40/100/700 logements à BENTALHA
PROJET : 40/100/700 logements à BENTALHA
LOT UNIQUE : 40 logements Bts  04 et 05
LOT UNIQUE : 40 logements Bts  04 et 05

A/ GROS ŒUVRES
35
CHAPITRE I
PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX

PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX


I- Provenance – échantillon :
I-1- Provenance : Tous les matériaux nécessaires à l’exécution des travaux devront provenir de
carrières ou d’usines, agrées par l’ingénieur Conseil.
L’agrément devra être demandé par l’entrepreneur en temps utile et la demande, sera appuyée de procès-
verbaux et d’essais. D’échantillon, référence justifiant que la qualité des matériaux est conforme aux descriptions
techniques et normes en vigueur.
I-2- Echantillon : L’entrepreneur est tenu de soumettre à l’approbation de l’ingénieur conseil des
échantillons de chaque matériau qu’il compte utiliser.
Les échantillons, une fois acceptés et agrées, seront gardés par l’ingénieur conseil et serviront de témoin pour
la réception des travaux de même nature au cours de l’exécution.

II- Qualité : Tous les matériaux et produit entrant dans l’exécution de l’ouvrage seront de premier choix, ils
pourront en aucun cas présenter des défauts susceptibles de compromettre la bonne exécution des ouvrages
.
III- Spécification des matériaux utilisés :
1- Agrégats : Les sables et graviers proviendront des carrières de concassage agrées de la région. Leur
rugosité devra être suffisante pour favoriser l’adhérence aux liants.
Les agrégats seront durs, propres exempts de fines argileuses, l’emploi d’agrégat de mer est interdit.
1.1- Sables : Le sable devra être débarrassé des éléments fins en se rapprochant au maximum des
valeurs suivantes en pourcentage :

36
-
Moins de 5% d’élément très fin inférieur à 0,2mm
-
De 25% à 35% d’élément fin inférieur à 07mm
-
De 50% à 70% d’élément inférieur à 2,5mm
1.2- Gravier : Pour le béton armé : 5/15 et 15/25Le cubage des agrégats devra être réalisé de telle
sorte que pour chaque classe, la somme des poids des éléments hors catégorie (plus gros ou plus fin que
les dimensions extrêmes définissant la classe ne dépasse pas 10%.
2- Ciment : Le ciment devra être livré au chantier en sacs de papier ou plastique ou en vrac à condition
que la méthode d’approvisionnement y soit approuvée par l’ingénieur conseil, les ciments seront de qualité
PORTLAND artificiel, classe de résistance 250 325.
3- Eau de gâchage : L’eau utilisée à la fabrication des mortiers et béton, devra être claire et exempte de
sels minéraux et de matières organiques pouvant nuire à leurs qualités.
L’entrepreneur devra effectuer avant le démarrage des travaux, l’analyse des eaux de gâchages des bétons,
une copie sera transmise à l’ingénieur conseil.
4- Acier : Elles seront constituées essentiellement par des fers à béton répondant aux normes AFNOR.
La surface des barres ne devra pas présenter d’aspérités susceptibles de blesser les ouvriers et seront exemptes
de failles, fentes, criques, gerçures, soufflures et autres défauts préjudiciables à leur résistance. Ils devront
remplir les caractéristiques mécaniques suivantes :
- Limite d’élasticité :
-
Acier doux 3400 kg.f cm²
-
Acier TOR 4200 Kg.f cm²
- Résistance à la rupture :
-
Acier doux 3700 Kg.f cm²
-
Acier TOR 4850 Kg.f cm²
5- Maçonnerie :
5.1- Briques : Elles seront de première qualité, elles devront être bien cuites, non gélives, leurs
arrêtes seront vives et les surfaces planes.

CHAPITRE II
MODE D’EXECUTION DES TRAVAUX

1- Disposition générale de chantier :


1.1- L’aménagement, des accès au chantier de bureau, de magasins, et de toute installation nécessaire à
l’exécution des travaux, sera effectué par l’entreprise à sa charge et sous sa responsabilité.
1.2- Pendant toute la durée des travaux, le chantier devra être gardé en bon ordre et en bon état de propreté, les
déchets et débris de toutes sortes devront être enlevés au jour le jour.
1.3- Enfin, avant les réceptions provisoires, l’entrepreneur prendra toutes mesures finales voulues pour donner
à l’ensemble de son entreprise un parfait état de propreté à défaut de quoi, les réceptions seront ajournées.
2-Implantation :
2.1- L’entrepreneur effectuera l’implantation du bâtiment à ses frais et sous sa responsabilité. Tous les repères
feront l’objet de procès-verbaux signés par les deux parties. L’entrepreneur est tenu de veiller à la conservation
des piquets et repères.
2.2- Le Maître de l’ouvrage ou son représentant se réserve le droit de procéder à des vérifications périodiques
des différents éléments d’implantation. En cas d’erreur dans l’implantation ou le nivellement, l’entrepreneur
sera tenu d’exécuter à ses frais et quelle que soit leur importance. Tous les travaux nécessaires au
rétablissement de l’implantation des cotes exactes prévues.
3- Mode d’exécution des terrassements :
3.1- L’appellation «terrassement » désigne tous les travaux impliquant des mouvements de terre résultant des
déblais et des remblais, et dont l’objet est de réaliser des plates-formes bien nivelées pour édification ultérieure
du bâtiment.

37
3.2- Les terrassements s’entendent pour toutes natures de sol susceptible d’être rencontrées, y compris le
rocher compact ou fissuré, l’argile , sols instable, etc… Ils s’entendent aussi pour toutes profondeurs, précisées
dans le devis quantitatif.
3.3- Déblais :
a)- Tous les déblais seront jusqu’aux côtes prescrites par le plans et profils de terrassement à 5cm de près.
b)-Ces côtes correspondent :
- Aux côtes exactes et définitives des plates-formes devant recevoir le bâtiment.
3-4- Remblais :
Ils proviennent des terres de déblais et de fouilles.
3.4.1- Avant d’être utilisées en remblais, les terres seront au préalable, expurgées de tous débris végétaux et
organiques pouvant s’y trouver encore ainsi que des pierres de dimensions supérieures à 10 cm, les débris végétaux
devant être transportés hors du terrain.
3.4.2- Les terres de remblais, quelle que soit leur destination, seront répondues par couches successives de 25cm,
chaque couche sera soigneusement compacté par un moyen adéquat à faire agréer par l’ingénieur conseil.
Pendant le compactage, les terres seront maintenues humides par arrosage, l’eau étant à la charge de
l’entrepreneur.
En aucun cas, il ne sera admis que les terres de remblai soient poussées et mises en places sur de grandes
hauteurs par engins mécaniques Bulldozers ou autres.
En tout cas, l’entrepreneur est seul responsable de tout tassement ou avarie d’ouvrage consécutif à une
mauvaise exécution du compactage.

4- Mode d’exécution des fouilles en fondation :


4.1- Les fouilles concernent les travaux de fondation de tous les ouvrages, elles s’entendent pour sols de toutes
natures y compris le rocher et seront exécutées à la profondeur prescrite dans le plan ou convenues d’un commun
accord en cours d’exécution.
4.2- Les fouilles seront exécutées par tranchée comme pour les murs de soutènement et uniquement et
obligatoirement par puits isolés pour les semelles de fondation du bâtiment (selon plans).
4.3- Le fond des fouilles sera maintenu à sec pendant la durée d’exécution des fondations et toutes les précautions
devront être prises pour prévenir les glissements et éboulements des terres dans les puits.
4.4- Les terrassements pour radier général seront exécutés à la pelle ou bulldozer, à la côte désignée. Un nivellement
précis sera effectué, le fond des fouilles sera réceptionné conjointement entre l’entrepreneur, l’ingénieur conseil, le
CTC et le laboratoire.
5- Mode d’exécution des bétons :
5.1- Les bétons seront fabriqués mécaniquement dans les installations permettant de faire varier, à volonté, les
compositions et de doser de façon rigoureuse les composants au moyen d’appareils appropriés et agréés par
l’ingénieur conseil. Les bétons seront transportés à pied d’œuvre par tous procédés permettant d’éviter toute
ségrégation, tout commencement de prise et toute dessiccation prématurée. Si malgré les précautions prises, une
ségrégation s’est produite dans les bennes, en cas de commencement de prise, le béton sera rejeté. Le béton ne devra
pas tomber librement d’une hauteur supérieure à 1,50m à moins d’autorisation écrite par l’ingénieur conseil .
5.2- Adjuvant : L’incorporation au béton des produits d’addition (plastifiant, entraîneurs d’air, retardataire ou
accélérateurs de prise ou augmentateurs de résistance) sera soumise à l’autorisation de l’ingénieur conseil.
5.3- Essais de béton : Le Maître de l’ouvrage se réservera le droit de faire procéder aux essais suivants :
-
Analyse du béton frais pour vérification de la composition granulométrie.
-
Essais et mesures de l’ouvrabilité «essai d’affaissement au cône d’ABRAMS » (ouvrabilité).
-
Prélèvement pour essais de résistance à la compression et à la traction (essai à 7 à 28 jours).
-
Prélèvement des éprouvettes dans le béton en œuvre selon les essais normalisés.
Pour les essais sur le béton frais, il sera prélevé pour chaque bétonnage important, 6cylindres de 200cm² de
section dont la hauteur est le double du diamètre, soit 16x32.
L’entrepreneur devra faciliter par toues instructions et dispositions nécessaires, la réalisation des
prélèvements des éprouvettes (cylindres) soit par les agents de l’ingénieur conseil, soit par ceux du laboratoire de
contrôle.
5.4- Dosage du béton : La composition granulométrique des agrégats sera définie par pourcentage en poids des
diverses catégories d’agrégats secs, le liant sera défini par le poids entrant dans un mètre cube de béton en œuvre, le

38
dosage en eau sera défini par la quantité d’eau à ajoutera u mélange sec et nécessaire pour obtenir un mètre cube de
béton en œuvre.
* Béton type maigre de propreté :
-
Ciment PORTLAND CPA 325 150 Kg
-
Sable 03 à 05 0,400m 3
-
Graviers (5/15 et 15/25) 0,800m 3

* Béton type II béton armé :


-
Ciment PORTLAND CPA 325 350 Kg
-
Sable 03 à 05 0,400m 3
-
Graviers (5/15 et 15/25) 0,800m 3

* Béton type III béton pour élément préfabriqué :


-
Ciment PORTLAND CPA 325 400 Kg
-
Sable 03 à 05 0,400m 3
-
Graviers (5/15 et 15/25) 0,800m 3
Tous les essais, y compris toutes les dépenses afférentes au prélèvement des éprouvettes à leur fabrication à leur
conservation et à leur transport jusqu’au laboratoire, seront à la charge de l’entrepreneur.
Le Maître de l’ouvrage pourra exiger la démolition des parties d’ouvrages qui auraient été exécutées avec un béton
ne remplissant pas les conditions et qualités requises : les frais de démolitions et la remise en œuvre du béton seront à
la charge de l’entrepreneur.
5.5- Résistance du béton : La composition des bétons donnée ci-dessus, n’a qu’une valeur indicative en ce qui
concerne les proportions du sable, gravier et eau, ces proportions seront déterminées en fonction de la granulométrie
des matériaux approvisionnés de façon à obtenir une optimale des résistances nominales à la compression sur
cylindre 16x32 cube 20x20x20 seront celles consignées dans le tableau suivant :

Résistance à l’écrasement Age du béton

Sur cylindre diam 16cm Hauteur 32cm Sur cube 20 20 20cm

190 Kg cm² 240 Kg cm² 7 jours

270 Kg cm² 350 Kg cm² 28 jours

Cependant la résistance minimale à 28j ne devra jamais être inférieure à :


-
230 bars sur cylindre
-
300 bars sur cube.
5.6- Mise en œuvre du béton : Le béton devra être soigneusement serré par vibration de manière à expulser l’air, à
assurer le remplissage complet des vides, à écarter les gros éléments des coffrages et à enrober parfaitement les
armatures.
Les pervibrateurs devront présenter les dimensions telles qu’ils puissent pénétrer dans les moules de façon que
compte tenu de leur rayon d’action, ils puissent agir sur la totalité du béton.
L’épaisseur des couches à pervibrer sera comprise dans les limites fixées ou agrées par l’ingénieur conseil et ne
dépassera pas 50cm. Il conviendra en vibrant une nouvelle couche, de faire pénétrer les vibrateurs dans la couche
39
inférieure à condition que cette couche n’ait pas commencé sa prise ; la vibration du béton devra se poursuivre
jusqu’à ce que l’eau reflue légèrement en surface.

En aucun cas, le béton armé, ne sera vibré par ses armatures ou par les coffrages. Pour le coulage des dalles, des
gabarits spéciaux en bois ou en métal, approuvés préalablement par Maître de l’ouvrage, seront nécessaires pour
s’assurer que le bétonnage sera fait aux niveaux et épaisseurs requis.
Le surfaçage du béton devra se faire avec une règle parfaitement rectiligne et de façon qu’aucun joint de bétonnage
entre les bétons, n’ait plus au moins fait prise, ne puisse être visible.
5.7- Coffrage : Les coffrages présenteront une rigidité suffisante pour résister aux déformations sensibles et aux
chocs auquel ils sont exposés pendant l’exécution des travaux et compte tenu des forces engendrées par le séchage
du béton.
Ils seront suffisamment étanches pour éviter les pertes de laitance lors de la mise en œuvre et de la vibration
du béton. L’entrepreneur devra racler et nettoyer et huiler le coffrage, enlever les clous des planches avant de
l’employer de nouveau et bien les arroser avant le coulage du béton.
Les étais de coffrage devront être disposés de telle sorte qu’ils ne donnent sur les surfaces d’appui inférieures
que les efforts compatibles avec leur résistance et tels qu’ils ne provoquent notamment aucun enfoncement ou
déformation, qui entraîneront par voie de conséquence une déformation du coffrage. Le nombre des supports et les
surfaces de semelles d’appui seront déterminés en conséquence.
L’entrepreneur devra exécuter les contreventements efficaces pour les coffrages et leur support pour éviter
tout flambement et déversement. L’enlèvement des coffrages se fera progressivement, sans choc et par efforts
purement statiques.
Ce décoffrage commencera quand le béton aura acquis un durcissement suffisant pour pouvoir supporter les
contraintes auxquelles il sera soumis immédiatement après, sans déformation successive et dans les conditions de
sécurité suffisante.
Les délais normaux pour le décoffrage sont à titre indicatif comme suit :
a)- Coffrage traditionnel :
-
Piliers 03 jours
-
Dalle 14 jours
-
Poutres 20 jours
6- Exécution et pose des armatures :
6.1- L’entrepreneur ne pourra mettre en place les armatures qu’après vérification du coffrage fait contradictoirement
avec l’ingénieur conseil. Les barres doivent strictement avoir les diamètres prévus et seront placées conformément au
plan. La distance minimale des
armatures aux parois des coffrages étant de 25cm selon plan de béton armé. L’écart toléré dans la position de chaque
armature ne dépassera pas la moitié de son diamètre et ne devra en aucun cas être supérieur à 1cm.
6.2- Le cintrage des barres là où il est prévu, se fera mécaniquement et jamais à chaud, à l’aide de mandrins ou par
un autre procédé permettant d’obtenir les rayons de courbure indiqués ou admis et une courbure régulière de
l’armature. En dehors des courbes, les barres devront être parfaitement droites, la soudure de deux barres entre elles
étant strictement interdite.

6.3- Les barres seront arrimées et reliées entre elles par des ligaments en fils de fer en tout point de rencontre et en
tout point indiqué, afin d’empêcher leur déplacement durant le coulage, le damage ou le vibrage du béton.
6.4- Toutes les barres placées dans les parties supérieures des dalles (dans les portes à faux ou autres) seront
maintenues au niveau requis à l’aide de supports métalliques, ces derniers devront être assez rigides, stables et
arrimés aux armatures pour éviter tout déplacement déformation de celle-ci aussi bien avant et pendant la mise en
œuvre du béton.
6.5- Les barres longitudinales dans les ouvrages en béton devront être redressées et maintenues parallèlement au
coffrage et parallèle entre elles.
6.6- Les cadres, étriers et épingles reliant les armatures, devront être tendus de telle sorte que le système devient
indéformable.
7- Conservation et cure :
La cure du béton est destinée à le maintenir dans l’état d’humidité et de température nécessaire à un
durcissement suffisant, le béton fraîchement coulé devra être protégé contre les hausses de température et les vents :
les coffrages en bois seront maintenus humides si le Maître de l’œuvre le juge nécessaire.

40
A mois qu’il ne soit prévu un enduit spécial de protection par le Maître d’œuvre, le béton frais devra être
continuellement et abondamment arrosé durant les 7 premiers jours après son coulage en période sèche.
8- Parement du béton :
Les parements du béton devront avoir en chaque point, les positions et orientations prévues de manière à
réaliser avec précision les formes des ouvrages. Pour le béton destiné à rester brut de décoffrage, il ne sera toléré
aucun défaut, ni gravier apparent, ni parties cassées, ni lignes de séparation entre deux bétons coulés séparément.
L’entrepreneur devra prévoir et installer dans le coffrage et avant la mise en œuvre du béton, les réservations,
les gaines pour fils électriques ou autres, pour qu’ils ne soient pas susceptibles de casser le béton et d’abîmer son
apparence.
Après décoffrage, les parements du béton doivent présenter une surface lisse et continue. Si nécessaire, ils
seront ébavurés et meulés. Tout béton dont l’aspect ne sera pas satisfaisant sera traité convenablement, il pourrait
même être démoli et coulé de nouveau si le Maître d’œuvre le juge nécessaire.
Dans le cas où la démolition des parties non acceptées, sera jugée dangereuse pour la bonne tenue des
ouvrages, l’ingénieur conseil se réserve le droit d’exiger de l’entrepreneur tous travaux de finition qu’il jugera
nécessaire et cela aux frais risques et responsabilités de l’entrepreneur.
9- Prescriptions spéciales pour les bétons bruts de décoffrage :
Outre les dispositions générales d’exécution stipulées à l’article 9, les prescriptions et précautions spéciales suivantes
seront en ce qui concerne les bétons en élévation bruts de décoffrage.
9.1- Coffrage la mise en œuvre du coffrage traditionnel, y compris toutes opération de pose et dépose , calage et
réglage , mise en place des abouts et mannequins de réservations y compris décoffrage nettoyage, produit de
démontage, ainsi que toute sujétion de bonne exécution
En outre, la reprise du bétonnage doit être réalisée de manière à ne pas avoir des bosses ou cavités au niveau
des dés. Toutes déformations ou ségrégations engendrées dans cette zone ou ailleurs par un mauvais réglage ou
utilisation de l’outil sera rectifiée par l’entrepreneur avec l’avis de l’ingénieur conseil.
9.2- Béton : La composition du béton doit être particulièrement soignée, le dosage et la composition
granulométrique ne doivent pas varier ainsi que la quantité d’eau de gâchage, afin d’obtenir une consistance et une
texture homogène. Il y a lieu à cet effet, de prévoir des aires de stockage séparées pour les divers agrégats à utiliser et
de veiller au transport correct du béton jusqu’au point de mise en œuvre.
9.3- Façades : Les façades seront réalisées en brique de 10cm d’épaisseur en double parois avec lame d’air de 5cm.
 Les maçonneries devront présenter des aplombs satisfaisants, les surplombs ne seront pas admis, ils seront
posés à bain de mortier de ciment, les linteaux, appuis et arrêtés de fenêtres devront avoir leurs faces sensiblement
horizontales et verticales, les lames d’air.
 Ne devront pas contenir de corps étranger (gravats, chute de mortier, brique etc…). Les murs en béton au droit
de la jonction voile brique, devront être piqués suffisamment pour assurer une meilleure adhérence. Les motifs de
façades seront réalisés conformément au choix de l’ingénieur conseil et au Maître de l’ouvrage.
9.4- Acrotère traditionnel : Ce type de panneau en béton armé est destiné à être installé au niveau des terrasses, ils
seront solidaires aux planchers avec un système de fixation adéquat et approuvé par l’ingénieur conseil, les joints
entre éléments d’acrotère seront traités de la même manière que les panneaux de façades.
10- Maçonnerie :
10.a/ Prescription commune à toutes les maçonneries :
Toutes les maçonneries devront être exécutées suivant les règles de l’art de manière à répondre à leur
destination. L’ingénieur conseil pourra décider de faire suspendre l’exécution des maçonneries chaque fois que la
température ou l’état hydrométrique le nécessitera.
L’entrepreneur devra s’efforcer de montrer toutes les parties d’un ouvrage en même temps afin d’éviter les
raccords et les fissures qui peuvent s’en suivre. En cas d’impossibilité, il fera ménager des gradins à l’extrémité des
maçonneries et au moment de la reprise les mortiers desséchés seront enlevés et remplacés par du portier frais.
A la fin du travail journalier, les surfaces des maçonneries seront protégées des intempéries soit de la chaleur, soit de
l’eau de pluie de façon à ne pas être dégradées. La liaison avec une autre cloison ou murette se fera par pénétration
alternée. Le nombre des briques de liaison ne devra pas être inférieur à trois par mètre linéaire de hauteur.
10.b/ Mise en œuvre des maçonneries :
Ils seront posés à bain de mortier, les joints devront être pleins du premier coup sans nécessité de garniture
ultérieure. L’épaisseur des joints sera de 5 à 15mm (cinq à quinze millimètres) ils seront exécutés bien
horizontalement.

41
Les maçonneries devront présenter des aplombs satisfaisant, les surplombs ne seront pas admis. Les linteaux,
appuis et tableaux devront avoir leurs faces bien horizontales ou verticales. Pour les doubles parois, les vides
intérieurs ne devront pas contenir de corps étrangers (gravât, chute mortier…).

Les liaisons entre parois seront parfaitement assurées par éléments en boutisse judicieusement placées en
mesures indiquées : Tous les travaux de maçonnerie seront exécutés suivant le cahier des charges en vigueur.

Les murs en béton devront être piqués sur toute la hauteur au droit de la jonction brique béton.
11- Enduits :
11.1- Enduit au mortier : Les enduits au mortier de ciment, ne devront pas être exécutés pendant les grandes
chaleurs sans précautions spéciales, les surfaces à enduire devront être humidifiées et débarrassées de tous corps
étrangers. Les mortiers de remplissage des trous de boudin ou d’échafaudage devront être placés en temps voulu
pour qu’ils ne puissent pas faire de tâches dans les enduits généraux.
Les enduits, seront traités en 02 couches, la première sous couche de 1cm d’épaisseur devra être à surface
rigoureuse accentuée par des stries à la truelle, les enduits ordinaires ne devront pas présenter sous le passage de
règle de 3m de long, des flèches de plus de 1cm de profondeur, la deuxième de 0,5mm d’épaisseur, sera réalisée au
mortier à base de sable fin de granulométrie inférieure à 03.
11.2- Enduit au plâtre : Les surfaces supports devront être bien nettoyées pour ne pas présenter des flèches
apparentes afin d’obtenir des enduits sans fissures, gerçures ou taches de reprise.
Ils seront exécutés en deux couches, la première de 10mm et la deuxième couche de 5mm avec un mélange
de plâtre de Ghardaïa et d’Oran. Les arrêtés en angles soigneusement dressés sur repères sous une règle de deux
mètres, on ne devra observer aucune flèche supérieure à 5mm.
11.3- Enduit à la Tyrolienne au Poudre de Marbre: Ce type de revêtement est prévu pour embellir les surfaces
arrêtées par le Maître de l’ouvrage ou l’ingénieur conseil. Ils ne peuvent en aucun cas être utilisées pour camoufler
les défauts des parements provenant d’un défaut de coffrage.
11.4- Enduit floche : Ce type de revêtement est prévu pour traitement des surfaces, relatives à la cage d’escalier, les
motifs, textures et couler seront arrêtées par l’ingénieur conseil, mais en aucun cas les parements verticaux ou
horizontaux présentant des malfaçons ne pourront recevoir de traitement avant leur rectification par l’entrepreneur.
12- Revêtement sols et murs :
-
Les sols seront revêtus en carrelage granito 1er choix posé sur un lit de sable, coulage des joints au ciment blanc.
-
Revêtement des marches et contre marches en granito préfabriqué 1 er choix.
-
Plinthe droite en terre cuite vernissée bord arrondis de 7cm de hauteur, les plinthes pour les marches d’escalier
seront biseautées en crémaillère.
-
Un placage de faïence sera prévu sur le potager de cuisine et au-dessus de l’évier sur une hauteur de 0,60m. Les
dimensions et la couleur seront approuvées par l’ingénieur conseil. Le placage de la SDB se réalisera suivant les
orientations de l’ingénieur conseil, les fenêtres seront plaquées au mortier de ciment joint coulés au ciment blanc
dont les faïences de rives auront 1 ou 2 arrondis.
13- Divers :
- Potager :
Construction du potager du cuisine, cet article comprend :
-
Les jambages en maçonnerie de briques.
-
Paillasses en béton armé.
-
Pose de l’évier.
-
Placage en faïence sur certaines surfaces, vue et prolongées sur trois rangées sur les parois verticales au-dessus
de ce potager.
-
Enduits au mortier de ciment sur les parois intérieures et extérieures du passager.
-
Exécution de forme en béton maigre dosé à 200 Kg CPA pour surélévation des placards d’une épaisseur de
20cm par rapport au niveau planché.
-
Exécution de trois rangées de tasseaux au plâtre pour placard.
-
Pose de cadre de menuiserie en bois y compris trois rangées des clous à bateaux (broches de 120) pour chaque
montant.
-
Construction de gaine de fumée à boisseaux type SHUNT.
14- Etanchéité terrasse :
a)- L’entrepreneur devra faire la fourniture et la pose de tous les matériaux nécessaires à l’exécution de l’étanchéité
des terrasses.
Ces travaux comprennent :
-
La préparation des surfaces à étancher, décrottage et nettoyage.
42
-
Chape lisse ciment épaisseur variable 1à 3cm.
-
L’isolation thermique composée de panneaux de liège de 4cm d’épaisseur ou produits similaires agrées.
-
Le pare vapeur constitué de (EAC-EIF-36S-EAC).
-
Les formes de pentes de 4cm d’épaisseur au point bas.
-
La pose des entrées d’eau (gargouilles) à se raccorder sur les chutes.
-
L’application des complexes d’étanchéité, procédé multicouche.
-
Les relevés d’étanchéité PAX ALUMIN.
-
La protection lourde par gravillon roulé lavé 15/ 25 de 4cm d’épaisseur.
b)- Etanchéité multicouche : comprenant :
Le pontage de tous les joints de forme par bandes de feutres surfaces, collé aux bords par induction à chaud.
-
Une couche d’imprégnation à froid (EIF).
-
Une couche de E.A.C
-
Un feutre bitume surface 36S
-
Une couche de E.A.C (1,5 kg/m²)
-
Un feutre bitume surface 36S
-
Une couche E.A.C (1,5 kg/m²)
-
Un feutre bitume surface 36S
-
Une couche E.A.C (1,5 kg/m²)
c)- Relevé d’étanchéité : comprenant :
-
Une couche d’imprégnation à froid
-
Un E.A.C
-
Une chape 40 auto protégée métallique (PAX ALUMIN)
-
Solin en zinc

d)- Réception de l’étanchéité :


Après achèvement de l’étanchéité, on procédera aux épreuves d’étanchéité. A cet effet on mondera les
terrasses jusqu’à la hauteur des seuils et dans les limites des surcharges prévues. L’inondation sera maintenue
pendant 24 heures.
L’entrepreneur devra s’engager à garantir les travaux pendant 10 ans (décennale).
15- Etanchéité légère sous carrelage :
L’entrepreneur devra faire la fourniture et la pose de tous les matériaux nécessaires à l’exécution de l’étanchéité
légère sous carrelage pour les salles d’eau.
Ces travaux comprennent :
-
La préparation des surfaces à étancher, décrottage et nettoyage.
-
Chape lisse ciment épaisseur variable 1à 3cm.
-
Le pare vapeur constitué de (01 EIF - 01 EAC – 01 feutre 36S).

B/ PLOMBERIE SANITAIRE

Programme :
1- Généralité
2- Appareils sanitaires
3- Alimentation Eau – Réseaux Intérieur
4- Evacuation Eau – Réseaux Intérieur
5- Alimentation Gaz – Réseaux Intérieur
/ PLOMBERIE SANITAIRE :

1- Généralités :
-
Le présent devis descriptif a pour but de définir d’une manière aussi précise que possible, la nature et la
description de toutes les opérations du présent lot.
-
Le mode d’exécution et de mise en œuvre répondant aux prescriptions techniques figurant dans le présent
contrat. DTU et DIN applicables aux travaux de plomberie sanitaire.
-
Tout équipement sanitaire, appareils, matériels et matériaux dont sera doté le projet devront répondre aux
normes de qualité d’hygiène et de sécurité.
-
Le programme des travaux contenus dans le présent lot sera exécuté selon les règles de l’art.
-

2- Appareils Sanitaires :
43
-
Les appareils et tout équipement confondu devront être choisis dans la gamme du présent devis descriptif, tout
autre produit devra obligatoirement être soumis à l’agrément de l’ingénieur conseil.
-
Les caractéristiques, telles que dimensions etc., des appareils sanitaires et tous autres produit en céramique,
acier inox, fonte etc… seront celles contenu dans le descriptif.
-
Receveur de douche avec tringle, support, anneau et rideau en plastique.
-
Lavabo en porcelaine.
-
Evier en inox.
-
Baignoire tôle émaillée.
-
Siège à l’Anglaise en porcelaine.
-
Les robinetteries d’arrêt et de réglage, utilisées jusqu’au diamètre 40 seront en alliage léger bronze, laiton et
autres, avec raccordements manchons femelles, les modèles à installer seront de fabrication locale ou importée,
ils seront obligatoirement soumis à l’approbation de l’ingénieur conseil.
-

3- Alimentation eau réseau intérieur :


- Principe :
-
A partir de la prise en charge et d’une commande à passage directe (lot VRD) des séries de branchements
alimenteront des colonnes montantes.
-
Depuis les colonnes montantes par l’intermédiaire de vanne d’arrêt et compteur une conduite alimentera chaque
logement.
-
La production d’eau chaude sera assurée par un chauffe-eau instantané alimenté au gaz.
-
Les appareils sanitaires sont alimentés par une série de conduite dont les caractéristiques sont contenues dans les
plans, que les travaux devront obligatoirement respecter.
- Mode d’exécution :
-
Les diverses conduites devront être disposées de telles sortes qu’elles se trouvent distantes les unes des autres de
30mm, leurs croisements soigneusement exécutés.
-
Les conduites devront être fixées aux murs et parois par des colliers scellés de diamètre approprié et à distance
convenable.
-
Dans le cas des traverses des murs ou plancher les conduites devront être placées sous fourreaux en PVC ou
acier, le diamètre intérieur devra excéder d’environ 10mm celui de la conduite à protéger leur longueur devra
déborder de 20mm au-dessus des planchers ou voiles.
-
L’étanchéité entre fourreau et conduite devra être assurée par mastic ou silicone.
-
La tuyauterie d’alimentation en eau sera en acier galvanisé ou en cuivre.
-
La tuyauterie de raccordement aux appareils sanitaires sera en cuivre.

4- Evacuation des eaux, réseau intérieur :


- Principe :
-
Les effluents produits dans les appareils sanitaires seront conduit et évacués vers des descentes par les
collecteurs.
-
Les eaux pluviales sur les terrasses seront collectées par forme de pente et canalisées vers les descentes d’eau.
- Mode d’exécution :
-
Les collecteurs et descentes devront être fixés aux murs et parois par des colliers de diamètres appropriés et à
distance convenable.
-
Les descentes E.P seront pourvues obligatoirement de crapaudines en acier inox à fixation rigide et de
gargouilles en plomb laminé au niveau des terrasses.
-
Tous les collecteurs d’effluents des appareils sanitaires seront munis d’un bouchon de dégorgement.
-
En terrasse, un prolongement dit «ventilation » sera exécuté jusqu’à 0,80m, de hauteur, les ventilations seront
munies de «chapeaux chinois ».
-
Dans le cas des traverses de planchers par les descentes, la protection se fera par fourreau en PVC de diamètre
intérieur approprié, excédent chaque niveau supérieur des planchers de 30mm.
-
Les indications et détails des travaux à exécuter sont contenus dans les plans qui devront être obligatoirement
respectés.
-
Tous les réseaux d’évacuation des eaux seront exécutés en tuyaux PVC série évacuation, ils seront étanches à
l’eau et à l’air.
5- Alimentation Gaz - Réseau intérieur :
- Principe :
-
Les travaux qui devront être réalisés répondront aux prescriptions contenues dans le présent contrat, document
technique unifié et D.U.N.
-
Sur la base des indications portées sur les plans et à partir du compteur installé dans la gaine.

44
-
Tous les travaux de pose et raccordement des conduites de gaz devront être soumis à l’approbation de Sonelgaz,
seule habilitée à l’agrément de la conformité d’exécution.
-
La pose et les raccordements des conduites extérieures, les postes de détente en façades, des colonnes
montantes, la pose des compteurs, devront être exécutées par Sonelgaz sauf dans le cas ou l’entreprise est agrée par
Sonelgaz.
- Mode d’exécution :
-
A partir du compteur, le cheminement du réseau gaz sera exécuté suivant les données contenues dans les plans
d’exécution visés par Sonelgaz.
-
La fixation de la tuyauterie se fera par les colliers scellés et de diamètre approprié.
-
Lors des traverses des murs et parois par la tuyauterie un fourreau de diamètre approprié en PVC ou en acier
assurera la protection, avec une étanchéité produit adéquate.
-
Les changements de direction seront réalisés par cintrage de la tuyauterie conforme à la direction afin d’éviter la
multiplication de soudures des raccords.
-
Le raccordement des tuyauteries en cuivre, tés manchons conique etc…, doivent être agrée, ils seront exécutés
par soudure à l’argent.
-
Les attentes (robinets porte caoutchouc, raccords chauffe-eau et poile à gaz) seront à écrou tournant femelle,
l’évasement de la tuyauterie soigneusement exécuté.
-
L’installation des chauffe-eaux, sera munie de gaine d’évacuation en zinc, vers la conduite SHUNT (gaine
d’évacuation gaz brûlé).

Devis Descriptif
- Définition des installations :
Les installations à réaliser comprennent essentiellement :
-
Les circuits de terre.
-
Les colonnes montantes énergie.
-
Les dérivations individuelles des logements.
-
Les installations intérieures des logements.
-
Les alimentations lumières des surfaces communes.
-
La télévision.
-
Le téléphone.
- Prescription et règlements à observer :
Toutes les installations seront exécutées conformément aux règles de l’art. Elles devront satisfaire :
-
Les prescriptions des arrêtés ministériels.
-
Les normes d’installations Sonelgaz et PTT.
-
Les décrets et normes de l’union technique de l’électricité et en particulier les normes NFC13-100, C14-100 et
C15-100.
- Spécification du matériel :
Pour la soumission de base, l’entrepreneur s’engage à mettre en œuvre le matériel dont les marques, types et
références figurant dans le présent devis descriptif pouvant figurer au cahier des clauses techniques.
- Canalisations collectives de terre :

45
Chaque prise de terre générale sera constituée par un câble cuivre nu en acier noyé dans le béton de propreté
des fondations et intéressant le périmètre du bâtiment. Une sortie en boucle ceinturage sera exécutée à l’aplomb de
chaque gaine de colonne montante.
Ces raccordements sur le ceinturage seront exécutés comme pour les colonnes et aboutiront sur une barrette
de coupure, fournie et posée par l’entreprise du présent lot, la valeur de la résistance de la prise de terre devra être
inférieure à 50 ohms.
En cas de non-respect de cette valeur, l’entreprise devra améliorer le circuit en raccordant des piquets de
terre en acier galvanisé.
- Colonnes montantes énergies :
Dans chaque gaine électrique réserves, il sera installé une colonne prenant son origine sur le coupe circuit
(pied de colonne) incorporé aux coffrets de distribution au R.D.C.
Chaque colonne énergique est constituée par :
-
Une colonne montante (du C C pied de colonne au dernier niveau du bâtiment).
-
Elles seront calculées pour assurer le transport d’une puissance donnée par type d’appartement, en tenant
compte des coefficients de simultanéité réservé aux colonnes.
- Blocs compteurs des logements et services communs :
Ils seront du type préfabriqué comprenant l’ensemble des appareils nécessaires à l’alimentation et au comptage et
plus particulièrement :
-
Les distributeurs d’étage.
-
Les coupes circuit d’abonnés.
-
Les tableaux de compteurs.
- Colonne montante en terre :
Chaque colonne de terre prendra son origine au pied de la gaine sur barrette de coupure de terre qui sera raccordé au
réseau général.
Chaque colonne sera constituée par un câble de section donnée en cuivre isolé et posé sur support à l’extérieur de la
colonne montante dans la gaine. Aux étages, les dérivations seront effectuées au moyen de bornes isolées.
- Dérivations individuelles des logements :
Prévues en 220V et exécutées-en :
-
2 câbles H 07V-6 mm², posés sous conduit du type ICD pour les dérivations énergie entre le compteur et le
disjoncteur.
-
1 câble H 07V-6 mm², posé sous conduit du type ICD pour la dérivation terre entre la colonne terre et le tableau
de distribution.
- Installation intérieure des logements :
a)- Généralité :
L’installation intérieure des logements comprend :
-
La filerie.
-
Le tableau disjoncteur 103 30 A.
-
Tableau SKS.
-
Le tableau de protection.
-
L’installation des points lumineux.
L’installation de la sonnerie d’entrée.
-
L’installation des prises de courant.
-
L’installation électrique «cage d’escalier ».
-
La colonne montante.
b)- Installation des circuits :
Les circuits seront exécutés en :
-
Fil U 500 V pour les circuits.
-
Fil U 500 V 2,5mm² pour les prises de courant.
-
Fil U 500 V 4mm² pour le circuit prise de courant machine à laver et chaudière murale.
-
Fil U 500 V de 6mm².
-
Fil U 500 V de 4 x 1,5mm².
Les fils seront posés dans les conduites ICD N°9,11 et 13.
c)- Appareillage :
Interrupteurs, bouton poussoir, bouton sonnerie, série 10 A, recouvrement moulé ivoire.
-
Prises de courant : 10 16A – 20A Idem interrupteurs.
-
Boite dérivation : Idem interrupteurs.
-
Douille 22.

46
Les points de centre seront couverts et équipés de piton pour fixation de lustre.
-
Sonnerie : modulaire 220V.
d)- Tableau de disjoncteur et de protection : (SKS) :
-
Pouvant recevoir les disjoncteurs unipolaires différentiels 10 30 A.
-
Tableau équipé de protection des circuits éclairages, prises de courants avec terre, prises de courant sans terre.
-
Protection : 10 A pour les circuits en conducteurs 1,5mm².
-
Protection : 15 A // // // 2,5mm².
-
Protection : 20 A // // // 4mm².
- Installation lumière des services communs :
-
Elle assure les installations lumière des services communs d’éclairage de toutes les parties.
-
Tous les circuits prendront leur origine sur le tableau de distribution des services commun, seront exécutés en
fils cuivre H07V, section appropriée à la puissance à desservir.
a)- Appareillage :
-
Bouton minuterie (cage d’escaliers, palier) : encastré mural, plaque de recouvrement moulé ivoire.
-
Minuterie : monophasé 220V 10A.
-
Douille : type E 27 démontable.
-
Protections par disjoncteurs.
-
Hublots diamètre 250 douille E 27.
b)- Répartition des installations :
L’armoire des services généraux lumière et force est placée au RDC et comprend :
-
Les protections par mini-disjoncteurs des différents circuits.
-
L’alimentation de l’amplificateur T.C.
-
L’alimentation des circuits lumières des circulations.
-
Les minuteries, leurs commandes, leurs protections (1 minuterie pour 5 niveaux).
-
Une borne de mise à la terre.
c)- Télévision :
Les installations à réaliser comprennent la fourniture et la pose :
-
Des mâts.
-
Des antennes.
-
Des amplificateurs, alimentation.
-
Des répartiteurs collectifs.
-
Des dérivations logements avec prises.
d)- Téléphone :
Des conduites du type ICD seront noyées dans le béton entre l’emplacement de la prise téléphone et la gaine
téléphone pour faciliter le passage des câbles téléphoniques.

D/ MENUISERIE
BOIS / METALLIQUE

Devis Descriptif
I/ OBJET :
Le présent devis descriptif à pour objet de définir les travaux de menuiserie bois métallique, ferronnerie.
- Lot Menuiserie Bois :
- Nature du bois :
Les bois employés en menuiserie servent du 1 er choix en sapin rouge du Nord ou en contreplaqué
«OKOUME » pour les portes iso planes.
Le façonnage et l’assemblage des différentes parties d’ouvrages seront exécutées selon les règles de l’art
livré avec application de 02 couches de peinture à l’huile de lin toutes les menuiseries recevront en atelier les bois
secs. Le stockage sur site doit s’effectuer soigneusement à l’abri dans des locaux secs.
Toutes les menuiseries seront équipées de serrureries et quincailleries adéquates. Avant leur pose, les
menuiseries seront soumises à l’approbation de l’ingénieur conseil. Les types de menuiseries sont définis sur les
schémas fournis par l’ingénieur conseil.
Lot : Menuiserie Métallique Ferronnerie :

47
- Menuiserie Métallique :
Le présent lot concerne les travaux de menuiserie métallique ci-dessous :
-
Porte métallique pour entrée bâtiments.
-
Fenêtre métallique.
-
Trappe d’accès (terrasse).
La description détaillée est donnée sur les schémas avant leur pose, elles recevront une couche d’imprégnation au
minimum de plomb ou anti–rouille.
- Ferronnerie :
Le présent chapitre concerne les travaux de ferronnerie ci-dessous :
-
Garde-corps des étages supérieurs et RDC.
-
Les rampes d’escaliers.
-
Les mains courantes.
-
Eléments barreaudés de remplissage.
-
Les détails d’exécution seront fournis sur schémas avant leur pose et recevront une couche de peinture
antirouille en chantier.

E/ PEINTURE -VITRERIE

Devis Descriptif

I/ OBJET :
L’exécution des peintures comprend les peintures au vinyle sue murs et plafonds à l’extérieur et à l’intérieur,
les peintures glycérophtaliques nuance mâte de préférence sur les murs et plafonds des locaux sanitaires et cuisines et
nuance brillante sur les éléments de menuiserie et ferronnerie.
Les peintures au vinyle et glycérophtaliques seront exécutées en 02 couches dont une couche d’impression à
la peinture anti-béton ou anti-ciment. Avant application, les surfaces seront préparées soit égrenage, brossage,
époussetage, etc.…
Les peintures sur menuiseries et ferronneries seront exécutées en 02 couches dont une couche d’impression.
Avant application les surfaces seront préparées soit rebouchage au mastic, ponçage et brossage.
Les peintures seront exécutées en règle générale sur des surfaces parfaitement sèches, qui seront égrenées,
nettoyées à vif, époussetées, grattées, de manière à en faire disparaître toutes traces de poussières, rouille, matières
étrangères etc.…Les bois seront mastiqués et rebouchés, leurs nœuds seront neutralisés.

48
Les tous seront fixés par le Maître de l’œuvre d’entente avec l’ingénieur conseil. Après achèvement des
peintures, l’entrepreneur devra nettoyer toutes les ferrures, faire disparaître les traces de peinture qui gêneraient le
jeu des ouvertures, le fonctionnement des serrures.
Les peintures employées, devront répondre aux caractéristiques définies dans les fiches techniques du
fabricant, les peintures devront être inattaquables aux produits de nettoyage et de lavage courant.
Les surfaces sur mur et plafonds, seront comptées au mètre carré vides déduits, les embrasures seront prises
par leurs surfaces développées.
Les menuiseries comptées au mètre carré, les parties comportant des vides pour vitrage seront déduites, une
bourde de 10cm de chaque côté du vide prise comme peinte, les barreaudages et tuyauterie de moins de 20cm de
développement seront comptés comme ayant 20cm de développement, ceux de plus de 20cm de développement
seront comptés pour leur développement réel.
- Vitrerie :
-
Verre à vitre martelé destiné aux oculus des portes et chassais.
-
Verre à vitre semi-double clair pour les fenêtres.
-
Mise en place des vitres bain de mastic ou par close selon nécessité.
Fait à BATNA le ……………

LE CO-CONTRACTANT
Lu et Approuvé
(Signataire et cachet)

49

Centres d'intérêt liés