Vous êtes sur la page 1sur 2

Les différentes méthodes de recueil de données

La liste ci-dessous est loin d’être exhaustive mais elle reprend les méthodes les plus
fréquemment utilisées par les professionnels du sondage et de l’analyse de données.
D’autres méthodes sont tout à fait envisageables si vous les jugez plus appropriées au
contexte dans lequel vous travaillez. Tous ces outils particulièrement adaptés au recueil de
données quantitatives ont toutefois un important défaut : leur analyse génère un travail
complexe et parfois très long.

1. Questionnaire écrit auto-administré


Deux types de questions peuvent être proposés :
 Les questions fermées qui proposent un nombre limité et prédéfini de réponses ;
 Les questions ouvertes qui permettent à l’interviewé de s’exprimer librement sur
un sujet.
Les questions fermées sont plus simples à analyser mais présentent le risque de
suggérer des réponses. Elles conviennent bien à l’analyse des comportements (nature,
fréquence). Une des déclinaisons de ce type de question est les échelles d’opinion qui
permettent à l’interviewé de situer sa réponse parmi plusieurs niveaux.
Les questions ouvertes sont utiles pour recueillir des données plus nuancées
et personnelles (opinions, attitudes,…) mais sont plus difficiles à analyser et implique parfois
un taux de non réponse plus important. Les sondés peuvent se sentir mal à l’aise face à une
question trop personnelle, ne veulent, ni ne peuvent consacrer trop de temps à remplir le
questionnaire.

2. Interviews/ entretiens
Il s’agit d’interroger un individu ou u n groupe en face à face. Cette méthode est
préconisée pour le recueil de faits ayant trait au vécu des individus, à leur ressenti ou à leur
point de vue subjectif. Les entretiens varient selon le degré d’implication de l’enquêteur qui
peut guider la discussion à l’aide de consignes précise – au risque de faire dire à l’enquêté
ce qu’il a envie d’entendre – ou laisser l’interviewé s’exprimer librement sans intervenir.

3. Groupes focalisées
Cette méthode implique la création d’un groupe de discussion animé par un animateur
neutre chargé de collecter des infos sur un nombre de thèmes limités et définis à l’avance.
Lors de ces rencontres, les personnes s’exprimeront sur une perception sociale de la réalité
plus qu’elles ne donneront leur avis personnel sur un problème.
Quelques pistes peuvent vous aider dans la réussite d’un tel groupe :
 Choisir des participants représentatifs du public dans son ensemble ;
 Préparer à l’avance les questions ;
 Etre clair sur les enjeux du groupe avec les participants avant le d’initier la
discussion ;
 Etre attentif aux us et coutumes locaux (séparation hommes/femmes,…), consulter
les chefs de communautés pour s’assurer de leur appui ;
 Se réunir dans la mesure du possible un lieu neutre
 Prévoir des observateurs pour enregistrer ou prendre des notes
 Prévoir une à deux heures pour chaque réunion ;
 Se préparer aux questions susceptibles d’être soulevées en fin de débat pour être
capable d’y répondre

4. Observation
Il s’agit d’observer une réalité récurrente (habitudes de travail, fonctionnement d’une
communauté, rythmes de vie,…grâce à une grille d’observation construite au préalable.
Cette grille permettra de guider le travail. On peut par exemple retenir les questions comme :
 Que vais-je observer exactement ?
 Comment vais-je prendre note de mes observations ?(codes, termes retenus)
 Que vais-je en faire ?