Vous êtes sur la page 1sur 22

Chapitre VI Etude de la précontrainte.

I- Généralités :
Le tracé des câbles de précontrainte résulte du mode de construction et des phases
successives rencontrées.

La précontrainte longitudinale d’un pont construit par encorbellement se compose de


deux familles de câbles : les câbles de fléau et les câbles de continuité.

I-1- Les câbles de fléau :


Les câbles de fléau sont dimensionnés :

- En construction, pour assembler les voussoirs successifs et pour reprendre les


moments négatifs dus au poids propre du fléau et aux surcharges de chantier.
- En service, pour participer ; avec les câbles de continuité, à la reprise des moments
négatifs dus aux charges permanentes et d’exploitation.

I-2- Les câbles de continuité :


Les câbles de continuité sont dimensionnés pour reprendre en service les moments
positifs.

II- Etude de la précontrainte de fléau :


Les câbles de fléau sont disposés au voisinage de la membrure supérieure des voussoirs
et mis en place au fur et à mesure de l’avancement de construction. La décroissance des
moments à partir de l’encastrement permet d’arrêter des câbles dans chaque voussoir.

II-1- Calcul de l’effort de précontrainte :


Les moments dus à l’exécution du fléau engendrent des contraintes au niveau des fibres
supérieures et inférieures. Ces contraintes sont données par les relations suivantes :
|M|
Fibres supérieures : σsup = - v.
I
|M|
Fibres inférieures : σinf = v' .
I

Ce sont des contraintes de traction en fibres supérieures, et des contraintes de


compression en fibres inférieures.

L’effort de précontrainte reprend le moment négatif maximal au niveau de


l’encastrement.

Les contraintes engendrées par l’effet du précontrainte sont écrites comme suit :
P Pev
Fibres supérieures : σp sup = + (Compression)
S I
P P e v'
Fibres inférieures : σp inf = - (Traction).
S I

Promotion 2010. 36
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

Afin de déterminer l’effort de précontrainte, il suffit d’équilibrer leurs contraintes avec


les contraintes dues aux efforts sur la console en cours de construction. Cela donne :

P Pev |M|
Fibres supérieures : + - v=0
S I I
P Pev |M|
Fibres inférieures : - + v' = 0
S I I

Avec : P: effort de précontrainte.


M: moment maximal dû aux poids propre et surcharge.
V: distance de CDG de la section à la fibre supérieure.
V’: distance de CDG de la section à la fibre inférieure.
e: distance de P au CDG de la section.
S: la section du voussoir sur l’axe de la pile.

A la limite on aura:
M.V
P= I
1 e.V
S+ I
On peut déterminer ainsi, pour chaque voussoir, le nombre de câbles arrêtés. L’effort
assuré par ces câbles sera nécessaire pour soutenir le voussoir Vi.

Chaque voussoir Vi doit supporter son poids propre ainsi que le poids propre du
voussoir Vi+1, avec l’équipage mobile et les surcharges du chantier et du vent.

Pour calculer l’effort « P », on doit fixer le « e ».

II-2- Détermination du nombre de câbles :


Le nombre des câbles est donné par la relation suivante :

P
N≥
0.8 P0

Avec : P0 : Effort de précontrainte limite qu’un câble de 1 T15s peut créer.


Avec: P0 = σP0 x S
Où : σP0 = Min (0.8 Fprg , 0.9 Fpeg ) = Min (1416, 1425) = 1416 MPa.

Et ; Fprg= 1770Mpa pour un câble de 1 T15 s.


Fpeg= 1583Mpa pour un câble de 1 T15 s.
La tension à l’origine est donnée selon le BPEL91 par la formule suivante :
Donc : P0 = 1416 x 1800 x 10-6 = 2,5488 MN
→P0 = 254.88 t
La détermination du nombre de câbles pour un demi fléau se fait au niveau de la section
d’encastrement ou les sollicitations sont maximales, elle a pour caractéristiques géométriques:

Promotion 2010. 37
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

- Section: S = 10.001 m²
4
- Inertie: I = 23.156 m
- Distance du centre de gravite à la fibre supérieure : V = 1.952 m
- e = V- d, On prend l’enrobage d = 0.125 m ⇒ e = 1.952 - 0.125 = 1.827 m

Grace à la symétrie des deux fléaux; on peut calculer le nombre de câbles pour l’un des
deux, gauche ou droit.

Le moment à l’encastrement est : M = 16947.328 t.m ⇒ P = 5624.662 t

On trouve N ≥ 27.585

Donc, désormais, le nombre de câbles est 28 câbles par voussoir. Mais, la détermination
de nombre de câbles pour chaque voussoir a révélé que les voussoirs numéro 11 et 14 n’ont
pas de câbles arrêtés. On doit alors soutenir ces deux voussoirs par un minimum de câbles,
étant égal à 2 pour chacun, d’une moyenne de 1 câble par âme. Donc le nombre total des
câbles devient 32, répartis à raison de 16 câbles par âme.

II-3- Répartition des câbles dans chaque voussoir :


La décroissance des moments fléchissant à partir de l’encastrement, considéré à la fin
du voussoir sur pile, permet d’arrêter au moins 2 câbles dans chaque voussoir. Pour éviter le
phénomène de torsion ; on doit arrêter la moitié du nombre de câbles dans chaque âme.
x M (t.m) I (m4) S (m2) e (m) v P (t) N N
0 -16947.328 23.156 10.001 1.827 1.952 5624.662 27.585 28
2.55 -14802.885 20.227 9.623 1.712 1.837 5183.041 25.419 26
5.1 -12823.260 17.710 9.272 1.605 1.730 4733.712 23.215 24
7.65 -11002.578 15.557 8.947 1.505 1.630 4278.003 20.980 22
10.2 -9335.347 13.722 8.648 1.414 1.539 3817.978 18.724 20
12.75 -7816.552 12.165 8.375 1.331 1.456 3356.615 16.462 18
15.3 -6441.653 10.853 8.127 1.256 1.381 2897.928 14.212 16
17.85 -5206.459 9.754 7.906 1.188 1.313 2446.997 12.001 14
20.4 -4107.207 8.842 7.711 1.129 1.254 2010.008 9.858 10
22.95 -3140.659 8.095 7.542 1.077 1.202 1594.216 7.818 8
25.5 -2303.995 7.494 7.399 1.034 1.159 1207.688 5.923 6
28.05 -1594.794 7.022 7.282 0.998 1.123 858.942 4.212 6
30.6 -1011.113 6.668 7.191 0.970 1.095 556.508 2.729 4
33.15 -551.433 6.422 7.126 0.950 1.075 308.337 1.512 2
35.7 -214.624 6.277 7.087 0.938 1.063 121.167 0.594 2
38.25 0.000 6.229 7.074 0.934 1.059 0.000 0.000 0
Tableau. VI-1. Câbles de fléau.

Promotion 2010. 38
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

N° de Voussoir 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 Total
Nombre de câbles
2 2 2 2 2 2 2 4 2 2 2 2 2 2 2 32
arrêtés par voussoir
Nombre de câbles
1 1 1 1 1 1 1 2 1 1 1 1 1 1 1 16
arrêtés par âme
Tableau. VI-2. Câbles de fléau gauche par âme.

II-4- Description des câbles :


Les câbles de fléau sont logés dans l’hourdis supérieur de voussoirs. Ils sont ancrés dans
l’âme au niveau du CDG.

18 Ø8

C16 C14 C12 C10 C2 C9 C11 C13 C15


30,5

C8 C6 C4 C1 C3 C5 C7

Fig.VI- 1. Disposition des câbles de fléau

II-5- Etude du tracé des câbles :


Pour descendre dans l’axe des âmes, la plupart des câbles de fléau doivent subir des
déviations (en plan et en élévation). Le grand principe à respecter est de ne pas dévier un
câble simultanément dans deux plans différents.

II-5-1- Etude de tracé en élévation :

Afin de réduire les contraintes de cisaillement, il est possible de faire descendre une
partie des câbles de fléau dans les âmes. Leurs points de départ étant les goussets supérieurs,
et leurs ancrages sont souvent situés sur la tranche des voussoirs, aux nœuds entre les âmes et
le hourdis supérieur.

Lorsqu’on arrête un seul câble au niveau de l’âme, son ancrage se fera au niveau du
centre de gravité de la section. S’il s’agit d’arrêter deux câbles par âme, ceux-ci seront ancrés
à 0,25m de part et d’autre du CDG de la section (la demi-longueur de la plaque d’ancrage).

Les câbles suivent une allure rectiligne jusqu’au dernier voussoir avant leur ancrage ou
le trace devient parabolique, son équation est :

X2
d(x) = d0 + (d1 - d0 )
L2

Promotion 2010. 39
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

L’équation du rayon de courbure à pour expression :


X2
R=
2Y
Rmin = 6 m pour 12 T15s
La tangente au point d’ancrage est donnée par formule suivante :
dY 2Y
tan α = =
dX X
d0

d1

Y
X

Fig.VI- 2. Câblage en élévation.

- Exemple : calcul du tracé en élévation pour le voussoir N° 01 :

Dans ce voussoir, on a arrêté deux câbles, celui-ci s’ancre au niveau du CDG :


X = 3.2m.
V = 1.837m.
d0 = 0,305m.
d1 = V = 1.837m (S’il y a deux câbles dans un même voussoir, on aura d1 = V- 0.25 pour
l’un, et d1 = V+ 0.25 pour l’autre. Donc en total, ce sera une distance de
50cm entre les axes des deux câbles)
y = d1 – d0 = 1.837 – 0.305 = 1.532 m

3.22
R= = 3.34 m
(2 x 1.532)
R = 3.34m < Rmin
Donc il faut que;

X2 3.22 3.22
R= ≥6m ⇒ ≥ 6m ⇒ y ≤ = 0.85m
2y 2y 12
On prend y = 0.8m
Alors : d1 = y + d0 = 0.8 + 0.485 = 1.285m.
R= 3.22/(2x0.8) = 6.4m.
Tan α = 1.6/3.2

Promotion 2010. 40
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

α = 26.56°
Alors, l’équation de la parabole devient :

X2
d(x) = d0 + (d1 - d0 )
L2
d (x) = 0.305 + 0.150 X2
Le tableau suivant donne les résultats obtenus pour chaque câble :

N° de N° de
x (m) V (m) d1 d0 Y (m) R (m) α° Eq. de la courbure (m)
vouss câble
1 1 3.2 1.837 1.837 0.305 0.800 6.400 26.565 0.305 + 0.150 x2
2 2 5.1 1.730 1.730 0.125 1.605 8.105 32.180 0.125 + 0.062 x2
3 3 5.1 1.630 1.630 0.305 1.325 9.812 27.465 0.305 + 0.051 x2
4 4 5.1 1.539 1.539 0.305 1.234 10.537 25.828 0.305 + 0.047 x2
5 5 5.1 1.456 1.456 0.305 1.151 11.299 24.293 0.305 + 0.044 x2
6 6 5.1 1.381 1.381 0.305 1.076 12.090 22.871 0.305 + 0.041 x2
7 7 5.1 1.313 1.313 0.305 1.008 12.899 21.573 0.305 + 0.039 x2
8 5.1 1.254 1.004 0.305 0.699 18.611 15.324 0.305 + 0.027 x2
8
9 5.1 1.254 1.504 0.125 1.379 9.432 28.400 0.125 + 0.053 x2
9 10 5.1 1.202 1.202 0.125 1.077 12.073 22.901 0.125 + 0.041 x2
10 11 5.1 1.159 1.159 0.125 1.034 12.582 22.065 0.125 + 0.040 x2
11 12 5.1 1.123 1.123 0.125 0.998 13.032 21.373 0.125 + 0.038 x2
12 13 5.1 1.095 1.095 0.125 0.970 13.405 20.830 0.125 + 0.037 x2
13 14 5.1 1.075 1.075 0.125 0.950 13.684 20.440 0.125 + 0.037 x2
14 15 5.1 1.063 1.063 0.125 0.938 13.858 20.205 0.125 + 0.036 x2
15 16 5.1 1.059 1.059 0.125 0.934 13.917 20.126 0.125 + 0.036 x2
Tableau. VI- 3. Tracé en élévation des câbles de fléau.

Promotion 2010. 41
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

Ce dessin représente une en élévation des câbles de fléau.

VSP

C6 C7 C8, 9 C10 C11 C12 C13 C14 C15 C16


C2 C3 C4 C5
C1
V10 V11 V12 V13 V14 V15
V5 V6 V7 V8 V9
V1 V2 V3 V4

Fig.VI- 3. Tracé de câbles en élévation.

Promotion 2010. 42
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

II-5-2- Etude de tracé en plan :

En plan, les câbles de précontrainte suivent un tracé parallèle à l’axe longitudinal de la


poutre caisson, puis, pour s’ancrer dans l’axe de l’âme, ils prennent une trajectoire en plan de
forme de ‘S’ sur toute la longueur du voussoir qui se trouve avant les deux voussoirs qui sont
lieu d’une déviation de câbles en élévation, après, ils reprennent un tracé rectiligne jusqu'à
leur ancrage.
Zi

Zi+1

Xi Xi+1

Fig.VI- 4. Câblage en plan.


Le tracé suit une équation parabolique de forme :
Z(x) = a x2 + b x + c
Avec les conditions aux limites, l’équation de la parabole devient :
x 2
Z(x) = Zi+1 + (Zi+1 + Zi ) ( )
L
Le rayon de courbure :
(Xi )2 (Xi+1 )2
Ri = et Ri+1 =
2 (Zi - Zi+1 ) 2 (Zi+1 - Zi+2 )

L’inclination :
2 (Zi - Zi+1 ) 2 Zi+1
Tan (βi ) = et Tan (βi+1 ) =
xi Xi+1

Avec :
βi : L’inclinaison dans la section intermédiaire.
βi+1 : L’inclinaison dans la section d’ancrage.
Ri : Le Rayon de courbure dans la première section.
Ri+1 : Le Rayon de courbure dans la deuxième section.

N.B : Les câbles 1 et 2 ne subissent aucune déviation en plan, le calcul du reste de câbles est
récapitulé dans le tableau suivant :

Promotion 2010. 43
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

Tableau récapitulatif du tracé des câbles :


N° de N° de Eq. de la 1ere Eq. de la 2eme
Zi (m) Zi+1 (m) Ri (m) Ri+1 (m) βi ° βi+1 °
vouss câble courbure (m) courbure (m)
3 3 0.18 0.090 36.125 36.125 4.038 4.038 0.090 - 0.014 x2 0.014 (x-2.55)2
4 4 -0.18 -0.090 -36.125 -36.125 -4.038 -4.038 -0.090 + 0.014 x2 -0.014 (x-2.55)2
5 5 0.36 0.180 18.063 18.063 8.036 8.036 0.180 - 0.028 x2 0.028 (x-2.55)2
6 6 -0.360 -0.180 -18.063 -18.063 -8.036 -8.036 -0.180 + 0.028 x2 -0.028 (x-2.55)2
7 7 0.540 0.270 12.042 12.042 11.957 11.957 0.270 - 0.042 x2 0.042 (x-2.55)2
8 -0.540 -0.270 -12.042 -12.042 -11.957 -11.957 -0.270 + 0.042 x2 -0.042 (x-2.55)2
8
9 0.180 0.090 36.125 36.125 4.038 4.038 0.090 - 0.014 x2 0.014 (x-2.55)2
9 10 -0.180 -0.090 -36.125 -36.125 -4.038 -4.038 -0.090 + 0.014 x2 -0.014 (x-2.55)2
10 11 0.360 0.180 18.063 18.063 8.036 8.036 0.180 - 0.028 x2 0.028 (x-2.55)2
11 12 -0.360 -0.180 -18.063 -18.063 -8.036 -8.036 -0.180 + 0.028 x2 -0.028 (x-2.55)2
12 13 0.540 0.270 12.042 12.042 11.957 11.957 0.270 - 0.042 x2 0.042 (x-2.55)2
13 14 -0.540 -0.270 -12.042 -12.042 -11.957 -11.957 -0.270 + 0.042 x2 -0.042 (x-2.55)2
14 15 0.720 0.360 9.031 9.031 15.767 15.767 0.360 - 0.055 x2 0.055 (x-2.55)2
15 16 -0.720 -0.360 -9.031 -9.031 -15.767 -15.767 -0.360 + 0.055 x2 -0.055 (x-2.55)2
Tableau. VI- 4. Tracé en élévation des câbles de fléau.

Promotion 2010. 44
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

VSP

C8 C16
C6 C14
C10 C12
C1 C2 C4
C3 C9
C5 C7 C11
C13 C15

V1 V2 V3 V4 V5 V6 V7 V8 V9 V 10 V 11 V 12 V 13 V 14 V 15
Fig.VI- 5. Tracé de câbles en plan.

Promotion 2010. 45
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

II- Etude de la précontrainte de continuité :


De façon générale, les câbles de continuité sont destinés à reprendre les actions
complémentaires appliquées à la structure après réalisation des fléaux.

Ces câbles qui s’opposent à des moments positifs, sont situés dans les goussets
inferieurs et sont ancrés dans des bossages situés à la jonction âme-hourdis inferieur.

II-1- Calcul du nombre de câbles de continuité dans chaque travée :


Les câbles de continuité seront dimensionnés avec les moments positifs dus à la
combinaison : PP + 1.2 (A(L) + ST) + 0.5 ∆T + FL.

Avec : PP ; poids propres du tablier.


A(L) ; surcharge routière dominante.
ST ; surcharges du trottoir.
∆T ; gradient thermique (10°).
FL ; effet du fluage.

A noter que les moments maximaux dus à la surcharge routière A(L) sont provoqués par
deux chargements différents :

- Le chargement des travées 1, 3 et 5 donne les moments max en ces mêmes travées.
- Le chargement des travées 3 et 4 donne les moments max en ces deux travées.

II-1-1- Effet thermique :

Le calcul automatique du moment du à l’effet de la température a donné le diagramme


suivant.

Fig. VI- 6. Diagramme des moments dus à la température.

II-1-2- Effet du fluage :

Les moments dus au fluage du béton sont calculés manuellement à l’aide de la


formule suivante :
I0
MFL = σ* ; Avec : I0 ; inertie du voussoir de clavage.
Vi
Vi ; distance du centre de gravité par rapport à la fibre
supérieure du voussoir concerné.
σ* : a une valeur de 1MPa pour les voussoirs préfabriqués et
1.5MPa pour les voussoir coulés en place. Et pour notre
ouvrage σ*= 1 MPa.

Promotion 2010. 46
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

Le moment du fluage a la même allure que la température.


N.B : Des tableaux récapitulatifs, en annexe, donnent des détails concernant le moment du
fluage et sa sommation avec le moment du au reste de la combinaison (PP + 1.2 (A(L) + ST)
+ 0.5 ∆T) en chaque abscisse X du pont.

II-1-3- Calcul de l’effort de précontrainte :

La détermination de l’effort de précontrainte se fera à l’aide de la formule suivante :


Mi .V'i
Ii
Pi =
1 ei .V'i
Si + Ii
Cette formule est une égalité entre la contrainte due à l’effort de précontrainte et la
contrainte due au moment fléchissant, aux fibres inférieures. Où :
Pi Pi .ei .V'i
σP, inf =+
Si Ii
Mi .V'i
σM, inf =
Ii
Tel que :
P : Effort de la précontrainte.
M : Le moment fléchissant du à la combinaison ci-dessus.
V’ : La distance du centre de gravité de la section considérée à la fibre inferieure.
I: Le moment d’inertie longitudinale de la section.
S : l’aire de la section.
e : l’excentricité des câbles par rapport au centre de gravité.
On établira un exemple de calcul concernant le moment à l’abscisse x = 13.2m :
M = 3620.829 t.m;
S = 7.191 m2;
I = 6.668m4;
V’ = 1.465m;
d = 0.125m;
e = V’ – d =1.340 m
3620.829 × 1.465
( )
P= 6.668 = 1835.309 t
1 1.340 × 1.465
(7.191) + ( )
6.668
P 1040.298
N= = = 9.001
0.8P0 0.8×254.88
N = 10 câbles

Promotion 2010. 47
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

Les deux tableaux suivants illustrent les résultats obtenus pour chaque voussoir de la
première travée de notre ouvrage :

Nombre
X (m) Mf (t.m) S (m2) I (m4) V' (m) e (m) P (t)
de câble
0 0 15.058 9.050 1.342 1.217 0.000 0.000
1.5 941.193 15.058 9.050 1.342 1.217 565.332 2.773
4.05 2072.408 7.074 6.229 1.441 1.316 1075.577 5.275
5.55 2532.594 7.074 6.229 1.441 1.316 1314.413 6.446
8.1 3089.049 7.087 6.277 1.443 1.318 1598.961 7.842
10.65 3452.017 7.126 6.422 1.451 1.326 1772.742 8.694
13.2 3620.829 7.191 6.668 1.465 1.340 1835.309 9.001
15.75 3594.393 7.282 7.022 1.484 1.359 1789.433 8.776
18.3 3371.235 7.399 7.494 1.508 1.383 1640.776 8.047
20.85 2949.464 7.542 8.095 1.538 1.413 1397.341 6.853
23.4 2326.730 7.711 8.842 1.573 1.448 1068.807 5.242
25.95 1500.298 7.906 9.754 1.613 1.488 665.885 3.266
28.5 467.021 8.127 10.853 1.659 1.534 199.658 0.979
Tableau. VI-5. Câbles de continuité.

Voussoirs 1 2 3 (clé) 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Nombre de
4 6 8 8 10 10 10 10 8 6 4 2
câbles retenus
Tableau. VI-6. Câbles de continuité par voussoir.
N.B : les résultats pour les autres travées sont illustrés aux annexes.

Ces câbles sont disposés et ancrés de façon à avoir en chaque section un nombre de
câbles n calculé précédemment, qui engendrent l’effort de précontrainte suffisant pour
reprendre les moments positifs dans ces sections.

III- Calcul des pertes de tension de précontrainte :


La contrainte de travail des aciers ne peut être déterminée de façon réglementaire
comme en béton par exemple, où la contrainte admissible des aciers est limitée à une fraction
de la limite élastique.

En effet, certains phénomènes qui n’ont pas d’action sur la contrainte de l’acier en béton
armé, interviennent de façon non négligeable, tels le frottement à la mise en tension des
câbles, le recul à l’ancrage, la non-simultanéité de mise en tension des différents
câbles(raccourcissement du béton), le retrait de béton, la relaxation des aciers, le fluage du
béton. Les trois premières pertes sont instantanées, les trois dernières sont des pertes différées,
c’est-à-dire qu’elles atteignent leur valeurs maximale au bout d’un certain nombre de mois,
voire d’années.

La mise en tension des câbles de précontrainte s’effectue grâce à l’action de vérins


hydrauliques. Au point le plus sollicité du câble, on évitera d’atteindre une valeur trop proche

Promotion 2010. 48
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

de la rupture de l’acier, c’est pourquoi on a fixé réglementairement une traction maximale de


mise en tension appelée tension à l’origine et notée σp0.

Dans le cas de post-tension ou de prés-tension, σp0 prend la valeur suivante :

σp0 = Min (0.8 fprg ; 0.9 fpeg )

Fprg : contrainte de rupture garantie.


Fpeg : limite conventionnelle d’élasticité.

III-1- Pertes instantanées :


III-1-1- Pertes de frottement :

Les pertes par frottement sont provoquées par le frottement de l’acier des câbles sur sa
gaine. Lors de la mise en tension, le câble est tiré du coté du vérin et fixé du coté opposé
(ancrage mort). Le déplacement du câble à l’intérieur de la gaine est gêné par sa courbure s’il
n’est pas rectiligne, il en est de même en ligne droite, ni la gaine ni le câble ne sont
rigoureusement rectilignes.

Les pertes par frottements sont évaluées par la formule suivante:


σp0 (x)= σp0 [1-(e-(fθ+ φx) )]

f: Coefficient de frottement en courbe,


φ: Coefficient de perte de tension par unité de longueur,
σp0 : Tension à l’origine,
x: Abscisse de la section considérée à partir de l’ancrage,
θ: La déviation angulaire totale du câble sur la distance x, indépendamment de leur
direction et de leur signe considérons son tracé dans l’espace. : θ = β + α.
e: La base des logarithmes népériens.

Le tableau suivant donne les valeurs de f et φ selon le BPEL :

f
Cas Nature des armatures φ
3 ≤ R ≤ 6 (en m) R ≥ 6 (en m)

I Fils tréfilés ronds 22-R


0.16
Câbles ne traversant et lisses 100
0.002
pas des joints ou 24-R
surfaces de reprise Torons 0.18
100
II Fils tréfilés ronds 24-R
0.18
Câbles traversant de et lisses 100
0.003
nombreux joints ou 26-R
reprise de bétonnage Torons 0.2
100
Tableau. VI- 7. Valeurs de f et φ.

Promotion 2010. 49
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

Le tableau suivant donne les valeurs des pertes pour chaque câble :
α en α en
N° de N° de
X (m) plan élévation α (rad) e-(0,2α + 0,003x) σp0(1-e-(0,2α + 0,003x) (MPa)
vouss câble
(rad) (rad)
1 1 3.2 0 0.464 0.464 0.903 137.731
2 2 5.75 0 0.562 0.562 0.878 172.093
3 3 8.3 0.070 0.479 0.550 0.874 178.650
4 4 10.85 0.070 0.451 0.521 0.872 181.044
5 5 13.4 0.140 0.424 0.564 0.858 200.946
6 6 15.95 0.140 0.399 0.539 0.856 204.207
7 7 18.5 0.209 0.377 0.585 0.842 224.403
8 21.05 0.209 0.267 0.476 0.854 207.406
8
9 21.05 0.070 0.496 0.566 0.838 228.966
9 10 23.6 0.070 0.400 0.470 0.848 215.184
10 11 26.15 0.140 0.385 0.525 0.832 237.413
11 12 28.7 0.140 0.373 0.513 0.828 243.566
12 13 31.25 0.209 0.364 0.572 0.812 266.140
13 14 33.8 0.209 0.357 0.565 0.807 273.348
14 15 36.35 0.275 0.353 0.628 0.791 296.121
15 16 38.9 0.275 0.351 0.626 0.785 304.351
ΣΔσP0 3571.569
Tableau. VI- 8. Pertes dues aux frottements.
Donc la somme des pertes dues aux frottements est : ΣΔσP0 = 3571.569 MPa.

III-1-2- Pertes dues au recul à l’ancrage :

Ces pertes correspondent à un glissement des torons ou fils dans les clavettes et des
clavettes dans les plaques d’ancrages lors de la détensions du vérin et du blocage des
clavettes.

d : longueur sur laquelle s’effectue le recul d’ancrage.


σp0 : contrainte initiale.
σp0’ : contrainte après recul d’ancrage.
Δσ0 : la perte de tension.
1
g : l’intensité du recul à l’ancrage, tel que : g = ∫ ∆σ0 dx
Ep

Ep : module d’élasticité des aciers = 190000MPa selon BPEL91.

En pratique, on admet le raisonnement suivant :

La qualité gEp représente l’aire du triangle compris entre les diagrammes des tensions
avant et après ancrage de l’armature compte tenu des frottements sur la longueur d, dans la
mesure où l’armature de longueur l est tendue par une seul extrémité et ou sa déviation
angulaire totale sur la longueur l est α, ce qui correspond à une déviation angulaire moyenne
αf
sur la longueur d, on trouve :
l

Promotion 2010. 50
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

d > x les pertes existent.


gEp
d= √σ =>
p0 k
d < x les pertes nulles.
αf
Tel que : K= +φ
l
g = 6mm.

σ'P0

d X
²
Fig. VI- 7. Diagramme des tensions avant et après ancrage
de l’armature sous effet de recul à l’ancrage.
Les pertes dues au recul à l’ancrage sont données par la formule suivante: ∆σ0 = 2dK
Les pertes de recul à l’ancrage sont résumées dans le tableau suivant:
N° de N° de
X (m) α (rad) l (m) K d (m) Δp0 (MPa)
vouss câble
1 1 3.2 0.464 3.200 0.032 5.018 0.321
2 2 5.75 0.562 5.750 0.023 5.977 0.269
3 3 8.3 0.550 8.437 0.016 7.086 0.227
4 4 10.85 0.521 13.674 0.011 8.705 0.185
5 5 13.4 0.564 13.875 0.011 8.504 0.189
6 6 15.95 0.539 16.425 0.010 9.173 0.176
7 7 18.5 0.585 19.447 0.009 9.448 0.170
8 21.05 0.476 21.997 0.007 10.481 0.154
8
9 21.05 0.566 21.187 0.008 9.823 0.164
9 10 23.6 0.470 23.737 0.007 10.754 0.150
10 11 26.15 0.525 26.625 0.007 10.766 0.150
11 12 28.7 0.513 29.175 0.007 11.113 0.145
12 13 31.25 0.572 32.197 0.007 11.083 0.145
13 14 33.8 0.565 34.747 0.006 11.345 0.142
14 15 36.35 0.628 37.938 0.006 11.296 0.143
15 16 38.9 0.626 40.488 0.006 11.493 0.140
ΣΔσ0(MPa) 2.869
Tableau. VI- 9. Pertes dues au recul à l’ancrage.
Les pertes dus aux reculs à l’ancrage sont égales à 3.869 MPa.

Promotion 2010. 51
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

III-1-3- Pertes par raccourcissement du béton :

Supposons qu’une pièce soit armée avec plusieurs câbles de précontrainte. La mise en
tension des câbles ne pouvant s’effectuant câble par câbles, la mise en tension du deuxième
câble va entrainer un raccourcissement de la pièce et du premier câble, de même la mise en
tension du troisième câble va entrainer un raccourcissement de la poutre et les deux premiers
câbles et ainsi de suite.

Selon le BPEL, la perte due au raccourcissement du béton est donnée par la formule
suivante :
k ∆σbj
∆σp = ∑
Eij

σbj : la variation de contrainte dans le béton agissant au niveau du centre de gravité des
armatures de précontrainte dans la section considérée sous l’effet des diverses action
permanentes appliquées au jour j.

En pratique, quand les variations de contrainte demeurent limitées, une approximation


suffisante de la perte par déformation instantanées du béton peut généralement être obtenue,
on la prend égale à 6kσb, tel que σb désignant la contrainte finale de béton.
(n - 1)
k=
2n
n : nombre de câbles.

Application : n = 32 câbles.
32 - 1
Ep = 6 × × 35 = 101.718 MPa
2 × 32
Alors, la somme des pertes instantanées est égale à :
3571.569 + 2.869 + 101.718 = 3676.158 MPa.

III-2- Pertes de tension différées :


III-2-1- Pertes de tension dues au retrait du béton :

Le retrait de béton est un phénomène de raccourcissement du béton dans le temps, du à


une évaporation de l’eau excédentaire contenue dans le béton et à des réactions chimiques. Ce
retrait a lieu dans les premiers mois après le coulage du béton.

Selon le règlement BPEL, la valeur de la perte de précontrainte due au retrait vaut :

∆σrt = εr . Ep
εr : étant le retrait total du béton, vaut en climat humide 2.10-4 (BPEL).
Ep : module d’élasticité de l’acier de précontrainte (Ep =190 KN/mm2
pour les torons).

Alors : Δσr = 190000x 2.10-4 = 38 MPa.

Promotion 2010. 52
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

III-2-2- Pertes par fluage :

Le fluage est caractérisé par une augmentation de la déformation du béton dans le


temps. Ainsi pour une pièce comprimée qui subit un raccourcissement instantané εi à la mise
en charge, on constate que la déformation totale augmente et peut atteindre 3 fois la
déformation instantanée.

Le fluage correspond à une déformation dans le temps à effort constant, la perte due au
fluage vaut selon le BPEL :

Ep
∆σfl = (σ + σ∞ )
Eij M
Avec :
σM : Contrainte maximale au niveau du centre de gravité des armatures de
précontrainte dans la section considérée.
σ∞ : Contrainte de compression du béton au niveau des câbles en phase finale.

σ∞ ≤ 1.5 σM
Donc :
Ep
∆σfl = 2.5 σ
Eij M
P P 2 M
σM = + e - e
S I I
Tableau donnant les pertes dues au fluage de béton dans chaque câble :
N° de N° de
X (m) P(t) S(m2) I(m4) e(m) M (t.m) σM(MPa) Ep/Eij Δσfl(MPa)
vouss câble
1 1 3.2 5624.662 10.001 23.156 1.712 16947.328 0.214 6 3.203
2 2 5.75 5183.041 9.623 20.227 1.605 14802.885 0.240 6 3.605
3 3 8.3 4733.712 9.623 20.227 1.505 12823.260 0.679 6 10.183
4 4 10.85 4278.003 9.272 17.710 1.414 11002.578 0.659 6 9.886
5 5 13.4 3817.978 9.272 17.710 1.331 9335.347 0.921 6 13.814
6 6 15.95 3356.615 8.947 15.557 1.256 7816.552 0.845 6 12.668
7 7 18.5 2897.928 8.648 13.722 1.188 6441.653 0.755 6 11.321
8 21.05 2446.997 8.648 13.722 1.129 5206.459 0.819 6 12.283
8
9 21.05 2446.997 8.375 12.165 1.129 5206.459 0.654 6 9.809
9 10 23.6 2010.008 8.127 10.853 1.077 4107.207 0.546 6 8.184
10 11 26.15 1594.216 8.127 10.853 1.034 3140.659 0.540 6 8.097
11 12 28.7 1207.688 7.906 9.754 0.998 2303.995 0.403 6 6.050
12 13 31.25 858.942 7.711 8.842 0.970 1594.794 0.278 6 4.176
13 14 33.8 556.508 7.711 8.842 0.950 1011.113 0.203 6 3.051
14 15 36.35 308.337 7.542 8.095 0.938 551.433 0.105 6 1.575
15 16 38.9 121.167 7.399 7.494 0.934 214.624 0.037 6 0.560
ΣΔσfl(MPa) 118.465
Tableau. VI- 10. Pertes de tension par fluage.
Les pertes dues au fluage sont égales à : 118.465 MPa.

Promotion 2010. 53
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

III-2-3- Perte par relaxation des câbles :

La relaxation de l’acier est un relâchement de tension à longueur constante. Elle


n'apparaît pour les aciers à haute limite élastique utilisés en béton précontraint que pour les
contraintes supérieures à 30 ou 40 % de leur contrainte de rupture garantie.
Elle dépend de la nature de l'acier de son traitement et l'on distingue des aciers:
- à la relaxation normale : RN
- à très base relaxation : TBR
Compte tenu de la faible différance de coût entre ces aciers, l'économie réalisée sur les
aciers par une perte par relaxation plus faible, fait choisir en général les aciers TBR.
Un acier est caractérisé par sa relaxation à 1000 heures exprimée en % (ρ1000)
En général : ρ1000 = 2.5% pour les aciers TBR.

Le BPEL propose pour le calcul de la perte finale par relaxation, la formule ci-dessous :
6 σpi
∆σrlx = ( -μ ) .σpi .ρ1000
100 fprg 0
σpi : étant la tension initiale de l’acier dans la section d’abscisse x : σpi= σp0 - Δσinst
μ0 : coefficient pris égal à :
- 0.43 pour les aciers TBR.
- 0.3 pour les aciers RN.
- 0.35 pour les autres aciers.
σp0 : tension à l’origine ; σp0 = 1416 MPa
ρ1000 : valeur garantie de la relaxation à 1000h.
Le tableau suivant donne les valeurs de la perte de précontrainte pour chaque câble :
N° de N° de
X (m) Δσinst (MPa) σ0 (MPa) σpi (x) (MPa) Δσp (x) (MPa)
vouss câble
1 1 3.2 0.321 1416 1415.679 121.020
2 2 5.75 0.269 1416 1415.731 121.028
3 3 8.3 0.227 1416 1415.773 121.034
4 4 10.85 0.185 1416 1415.815 121.040
5 5 13.4 0.189 1416 1415.811 121.040
6 6 15.95 0.176 1416 1415.824 121.042
7 7 18.5 0.170 1416 1415.830 121.042
8 21.05 0.154 1416 1415.846 121.045
8
9 21.05 0.164 1416 1415.836 121.043
9 10 23.6 0.150 1416 1415.850 121.046
10 11 26.15 0.150 1416 1415.850 121.046
11 12 28.7 0.145 1416 1415.855 121.046
12 13 31.25 0.145 1416 1415.855 121.046
13 14 33.8 0.142 1416 1415.858 121.047
14 15 36.35 0.143 1416 1415.857 121.047
15 16 38.9 0.140 1416 1415.860 121.047
ΣΔσp (MPa) 1936.658
Tableau. VI- 11. Pertes dues à la relaxation des aciers.
Les pertes dues à la relaxation des câbles sont égales à : 1936.658 MPa.

Promotion 2010. 54
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

III-2-4- Pertes différées totales :

La perte différée finale est prise, selon le BPEL, égale à :

5
∆σd = ∆σrt + ∆σfl + ∆σ
6 rlx
Le coefficient 5/6 tient compte de la non-indépendance des pertes. La perte par
relaxation diminue sous l’effet du retrait et du fluage du béton. Alors :

5
Δσd = 38 + 118.465 + 1936.658 = 1770.347 MPa
6

III-3- Conclusion:
La perte totale du aux pertes instantanées et pertes différées égale à :
3705.22 + 1770.626 = 5475.846 Mpa.
Donc on a un pourcentage de perte égal à :
5475.846
100 × = 12.085 %
32 × 1416
Donc, on gardera le nombre de câbles précédent 32 câbles 12T15s.

IV- Vérification des contraintes :


Cette étape a pour but de vérifier l’ensemble des contraintes engendrées par l’application
de l’effort de précontrainte. Les contraintes normales doivent rester inférieures aux valeurs
limites admissibles dans chaque section.

IV-1- Phase de construction : Dans cette phase on doit vérifier que


P Pev M
σSup = + - v = σ̅ bt
S I I
P P e v' M '
σInf = - + v ≤ σ̅ bc
S I I
Avec :
σsup : Contrainte créée dans la fibre supérieure de la section.
σinf : Contrainte créée dans la fibre inférieure de la section.
P: Effort de précontrainte.
S: Section transversale du voussoir.
M: Moment généré par application des charges.
v: Distance du centre de gravité à la fibre supérieure.
v’ : Distance du centre gravité à la fibre inférieure.
̅bt : Contrainte admissible de traction
σ
̅ bc : Contrainte admissible de compression.
σ
Avec : σ̅ bc = 0.6 fc28 →σ̅ bc = 21 MPa
Et : ( σ̅ bt = 0, car on est en classe I)

Donc on doit vérifier que : σInf ≤ 21 MPa. et σSup = 0 MPa.

Promotion 2010. 55
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

Ce tableau résulte les contraintes dans le demi-fléau :


σ sup σ inf
X (m) S (m2) P (t) M (t.m) v (m) v' (m) I (m4) e (m)
(MPa) (MPa)
0 10.001 5624.662 16947.328 1.952 2.048 23.156 1.827 0 11.527
2.55 9.623 5183.041 14802.885 1.837 1.970 20.227 1.712 0 11.163
5.1 9.272 4733.712 12823.260 1.730 1.897 17.710 1.605 0 10.705
7.65 8.947 4278.003 11002.578 1.630 1.830 15.557 1.505 0 10.147
10.2 8.648 3817.978 9335.347 1.539 1.767 13.722 1.414 0 9.484
12.75 8.375 3356.615 7816.552 1.456 1.711 12.165 1.331 0 8.717
15.3 8.127 2897.928 6441.653 1.381 1.659 10.853 1.256 0 7.851
17.85 7.906 2446.997 5206.459 1.313 1.613 9.754 1.188 0 6.897
20.4 7.711 2010.008 4107.207 1.254 1.573 8.842 1.129 0 5.877
22.95 7.542 1594.216 3140.659 1.202 1.538 8.095 1.077 0 4.818
25.5 7.399 1207.688 2303.995 1.159 1.508 7.494 1.034 0 3.757
28.05 7.282 858.942 1594.794 1.123 1.484 7.022 0.998 0 2.738
30.6 7.191 556.508 1011.113 1.095 1.465 6.668 0.970 0 1.809
33.15 7.126 308.337 551.433 1.075 1.451 6.422 0.950 0 1.017
35.7 7.087 121.167 214.624 1.063 1.443 6.277 0.938 0 0.403
38.25 7.074 0.000 0.000 1.059 1.441 6.229 0.934 0 0
Tableau. VI- 12. Vérification des contraintes de demi-fléau gauche.

Remarque : On remarque, d’après le tableau précédent que les contrainte en construction


sont largement inférieures aux contraintes admissibles, ce qui signifie que notre ouvrage
travaille dans la sécurité

IV-2- Phase d’exploitation :


P Pev M
σSup = - + v ≤ σ̅ bc
S I I
P P e v' M '
σInf = + - v = σ̅ bt
S I I
On doit vérifier que : σSup ≤ 21 MPa. et σInf = 0 MPa.

Promotion 2010. 56
Chapitre VI Etude de la précontrainte.

Ce tableau illustre les contraintes de continuité de la 1ère travée. (Les résultats des autres
travées sont précisés en annexes).
X (m) S (m2) P (t) M (t.m) v (m) v' (m) I (m4) e (m) σ sup (MPa) σ inf (MPa)
0 15.058 0.000 0.000 1.158 1.342 9.050 1.217 0.000 0
1.5 15.058 565.332 941.193 1.158 1.342 9.050 1.217 0.699 0
4.05 7.074 1075.577 2072.408 1.059 1.441 6.229 1.316 2.639 0
5.55 7.074 1314.413 2532.594 1.059 1.441 6.229 1.316 3.225 0
8.1 7.087 1598.961 3089.049 1.063 1.443 6.277 1.318 3.919 0
10.65 7.126 1772.742 3452.017 1.075 1.451 6.422 1.326 4.331 0
13.2 7.191 1835.309 3620.829 1.095 1.465 6.668 1.340 4.461 0
15.75 7.282 1789.433 3594.393 1.123 1.484 7.022 1.359 4.317 0
18.3 7.399 1640.776 3371.235 1.159 1.508 7.494 1.383 3.921 0
20.85 7.542 1397.341 2949.464 1.202 1.538 8.095 1.413 3.301 0
23.4 7.711 1068.807 2326.730 1.254 1.573 8.842 1.448 2.491 0
25.95 7.906 665.885 1500.298 1.313 1.613 9.754 1.488 1.528 0
28.5 8.127 199.658 467.021 1.381 1.659 10.853 1.534 0.450 0
Tableau. VI- 13. Vérification des contraintes de continuité.

D’après les tableaux 12 et 13, on constate que les contraintes à la phase de construction,
ainsi qu’à la phase d’exploitation, sont vérifiée. Alors notre ouvrage travaille en sécurité.

Promotion 2010. 57

Vous aimerez peut-être aussi