Vous êtes sur la page 1sur 11

57

INSTRUCTION N° 94­05 DU 16 AOUT 1994

RELATIVE A LA COMPTABILISATION ET AU PROVISIONNEMENT

DES ENGAGEMENTS EN SOUFFRANCE

MODIFIEE PAR L’INSTRUCTION N° 2001­01 DU ……. 2001

­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­

LA BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

VU  l'article   22   du   Traité   du   14   novembre   1973   constituant


l'Union Monétaire Ouest Africaine ;

VU  les   articles   24,   27,   34   et   38   des   Statuts   de   la   Banque


Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest annexés au Traité
du   14   novembre   1973   constituant   l'Union   Monétaire   Ouest
Africaine ;

VU  les   articles   39,   40,   41   et   42   de   la   loi   n°   9O­O18   du


27 juillet 199O portant réglementation bancaire en République
du Bénin ;

VU  les   articles   39,   40,   41   et   42   de   la   ZATU


n°   AN   VII   OO42/FP/PRES   du   12   juillet   199O   portant
réglementation bancaire au Burkina Faso ;

VU  les   articles   39,   40,   41   et   42   de   la   loi   n°   9O­589   du


25 juillet 199O portant réglementation bancaire en République
de Côte d'Ivoire ;

VU  les articles 39, 40, 41 et 42 de la loi n° 9O­74/AN­RM du
4 septembre 199O portant réglementation bancaire en République
du Mali ;

VU  les   articles   39,   40,   41   et   42   de   la   loi   n°   9O­18   du


6   août   199O   portant   réglementation   bancaire   en   République   du
Niger ;

VU  les   articles   39,   40,   41   et   42   de   la   loi   n°   9O­O6   du


26 juin 199O portant réglementation bancaire en République du
Sénégal ;
58

VU  les   articles   39,   40,   41   et   42   de   la   loi   n°   9O­17   du


5 novembre 199O portant réglementation bancaire en République
Togolaise.

VU  la décision du Conseil des Ministres de l’Union Monétaire
Ouest Africaine en sa session du 17 juin 1999 approuvant les
nouvelles   règles   prudentielles   applicables   aux   banques   et
établissements financiers.

D E C I D E

Article 1er

Les   banques   et   les   établissements   financiers,   ci­après


dénommés   établissements   assujettis,   comptabilisent   et
provisionnent   leurs   engagements   en   souffrance   dans   les
conditions prévues par la présente instruction.

Article 2

Les engagements en souffrance comprennent :

­ au bilan, les créances impayées ou immobilisées, les
créances   douteuses   ou   litigieuses,   les   créances
irrécouvrables et les risques­pays ;

­   au   hors   bilan,   les   engagements   douteux   et   les


risques­ pays.

Article 3
59

Les   créances   impayées   représentent   les   échéances   impayées


depuis   six   (6)   mois   au   plus   et   n'ayant   pas   fait   l'objet   de
prorogation de terme ou de renouvellement.

Article 4

Les créances immobilisées représentent les  échéances impayées
depuis   six   (6)   mois   au   plus   et   dont   le   remboursement,   sans
être   compromis,   ne   peut   être   effectué   par   le   débiteur   en
raison d'obstacles indépendants de sa volonté.

Les créances ayant fait l'objet d'un concordat préventif ou de
redressement,   dont   les   termes   de   règlement   sont   respectés,
figurent également parmi les créances immobilisées.

Article 5

Les   créances   douteuses   ou   litigieuses   sont   les   créances,


échues ou non, assorties ou non de garantie et, présentant un
risque   probable   ou   certain   de   non   recouvrement   partiel   ou
total. Elles sont notamment constituées par :

­ les crédits comportant au moins une échéance impayée
datant de plus de six (6) mois, que cette échéance ait
été préalablement classée ou non en créance impayée ou
immobilisée;

­ les loyers échus afférents aux opérations de crédit­
bail,   de   location   avec   option   d'achat   et   location­
vente, dont au moins un terme est impayé depuis plus de
six mois ;

­ les crédits comportant au moins une échéance impayée
et   concernant   des   débiteurs   ayant   une   mauvaise
situation financière (signatures exclues d'un accord de
60

classement par la Banque Centrale, structure financière
déséquilibrée) ;

­   les   créances   ayant   un   caractère   contentieux


(recouvrement confié au service contentieux, procédure
judiciaire ou arbitrale engagée, liquidation de biens,
règlement, redressement préventif judiciaire) ;

­   les   créances   ayant   fait   l'objet   d'un   concordat,


préventif   ou   de   redressement,   dont   les   termes   de
règlement ne sont pas respectés.

Sont présumés constituer également des créances douteuses :

­ les comptes ordinaires débiteurs (comptes courants ou
autres) sans aucun mouvement créditeur depuis plus de
trois (3) mois;

­ les comptes ordinaires débiteurs (comptes courants ou
autres) sans mouvements créditeurs significatifs depuis
plus   de   six   (6)   mois.   Sont   considérés   comme   des
mouvements créditeurs non significatifs, les mouvements
créditeurs dont le montant cumulé , sur une période de
six (6) mois, ne couvre pas les intérêts débiteurs dus
sur   cette   période   et   se   rapportant   exclusivement   au
compte ordinaire concerné.

Article 6

Les   créances   irrécouvrables   sont   les   créances   dont   le   non


recouvrement   est   estimé   certain   après   épuisement   de   tous   les
voies   et   moyens   amiables   ou   judiciaires   ou   pour   toute   autre
considération pertinente.

Article 7
61

Les risques­pays sont les créances et les engagements de hors
bilan   sur   des   débiteurs   privés   ou   publics   résidant   dans   des
Etats   hors   de   la   zone   franc,   ayant   obtenu   ou   sollicité   un
rééchelonnement   de   leur   dette   dans   un   cadre   multilatéral   ou
ayant interrompu les paiements au titre de leur endettement.

Sont   notamment   considérées   comme   engagements   de   hors   bilan,


les   garanties   de   remboursement   de   prêts   distribués   par
d'autres établissements de crédit, les acceptations à payer ou
les confirmations de crédits documentaires, lorsque la banque
émettrice est située dans un Etat à risque.

Les   engagements   relatifs   à   des   Etats   dont   la   situation


financière   a   justifié   la   constitution   de   provisions   sont
également considérés comme des risques­pays.

Les créances sur des débiteurs privés résidant hors de la zone
franc,   libellées   et   financées   en   monnaie   de   l’Etat   de
résidence de ces débiteurs, ne sont pas considérées comme des
risques­pays   mais   doivent   être   assimilées,   le   cas   échéant,   à
des   créances   douteuses   ou   litigieuses   dès   lors   qu'elles
répondent   aux   caractéristiques   définies   à   l'article   5   de   la
présente instruction.

Article 8

Les   engagements   douteux   sont   les   engagements   de   hors   bilan


qui, lors de leur réalisation, présenteront un risque probable
ou certain de défaillance partielle ou totale du bénéficiaire
ou du donneur d'ordre.

Article 9

Les   créances   en   souffrance   sont   comptabilisées   conformément


aux principes suivants :
62

­   les   créances   impayées   ou   immobilisées   sont


enregistrées aux comptes et sous ­ comptes prévus par
le   plan   comptable   bancaire.   Toutefois,   pour   tenir
compte   des   délais   techniques   de   recouvrement,   les
établissements   assujettis   ont   la   latitude   de
n'enregistrer les impayés dans les comptes prévus à cet
effet   qu'un   mois   après   l'échéance   des   créances
concernées;

­   l'enregistrement   des   créances   douteuses   ou


litigieuses   est   effectué   selon   l'une   ou   l'autre   des
méthodes suivantes:

. les créances sortent de leur compte d'origine dès
qu'elles   sont   considérées   comme   douteuses   ou
litigieuses; elles sont alors suivies dans le compte de
"créances   douteuses   ou   litigieuses"   relatif   à   chaque
classe;

.   les   créances   douteuses   ou   litigieuses,   dûment


identifiées   par   l'adjonction   de   l'attribut   approprié,
sont maintenues aux comptes d'origine. A chaque arrêté,
le  compte  général  "créances  douteuses  ou  litigieuses"
de la classe concernée est débité du montant global des
créances   douteuses   ou   litigieuses   par   le   crédit   des
comptes   généraux   d'origine;   après   l'arrêté,   cette
écriture est reprise en négatif;

­ les intérêts non réglés sur les créances douteuses ou
litigieuses sont, soit enregistrés en comptabilité aux
sous­comptes prévus à cet effet par le plan comptable
bancaire,   soit   simplement   calculés   de   manière   extra­
comptable;

­ les créances irrécouvrables doivent être passées en
pertes pour l'intégralité de leur montant. La totalité
63

des   provisions   antérieurement   constituées   sur   ces


créances devra être reprise, le cas échéant;

­   les   risques­pays   sont   maintenus   à   leurs   postes


d'origine. S'ils sont comptabilisés, les intérêts échus
afférents   aux   risques­pays   sont   capitalisés   avec   le
principal dans le compte d'origine;

­ les créances représentatives de risques­pays acquises
sur   le   marché   secondaire   sans   garantie,   sont
enregistrées en comptabilité en fonction de leur nature
en   distinguant,   pour   chaque   opération,   la   valeur
nominale de la créance et le montant de la dépréciation
­ ou décote ­ inscrit dans un compte de régularisation.
Les   établissements   assujettis   fusionnent   les   deux
comptes afin d'inscrire une valeur nette comptable sur
les   situations   destinées   aux   autorités   de   contrôle
ainsi que sur les états publiés;

­ les engagements de hors bilan sont extraits de leur
compte   d'origine   dès   qu'ils   sont   considérés   comme
douteux;   ils   sont   alors   suivis   dans   le   compte
d'"engagements douteux" de la classe 9.

Article 10

Les provisions sur les créances en souffrance sont constituées
conformément aux principes suivants :

­   pour   les   risques   directs   sur   l'Etat   et   ses


démembrements,   ainsi   que   pour   les   engagements   par
signature   sur   ces   mêmes   entités,   la   constitution   de
provisions est facultative. La notion d'Etat et de ses
démembrements concerne exclusivement :
64

.   l'Administration   publique   centrale   (ministères,


services centraux) ;

. Le Trésor Public et les comptables secondaires;

.   Les   établissements   et   organismes   publics   à


caractère   administratif   ou   social   exerçant   des
fonctions relevant du gouvernement central (gestion
de la dette publique, sécurité sociale....) ;

­   pour   les   risques   garantis   par   l'Etat   et   ses


démembrements,   il   est   recommandé   aux   établissements
assujettis,   sans   obligation   de   leur   part,   la
constitution progressive de provisions, à hauteur de la
créance garantie (capital et intérêts), sur une durée
ne pouvant excéder cinq ans, lorsqu'aucune inscription
correspondant au risque couvert n'est effectuée dans le
budget de l'Etat. Ces provisions pourront faire l'objet
d'une reprise dès qu'une inscription est effectuée au
budget de l'Etat pour couvrir sa garantie;

­  pour les  risques privés  non garantis  par l'Etat  et


répondant   à   la  définition   des   créances   impayées   ou
immobilisées,   la   constitution   de   provisions,   tant   au
titre   du   capital   que   des   intérêts,   n'est   pas
obligatoire;

­  pour les  risques privés  non garantis  par l'Etat  et


répondant   à   la   définition   des   créances   douteuses   ou
litigieuses et des engagements douteux, les provisions
sont constituées selon les modalités suivantes:

. les risques privés non couverts par des sûretés
réelles doivent être provisionnés à 100% au cours
de   l’exercice   pendant   lequel   les   créances   sont
déclassées en créances douteuses ou litigieuses ;
65

. pour les risques privés couverts par des sûretés
réelles   la   constitution   de   provisions   est
facultative   au   cours   de   deux   (2)   premiers
exercices. La provision doit couvrir au moins 50%
du total des risques au terme du troisième exercice
et 100% au terme du quatrième exercice ;

.   les   intérêts   non   réglés   portés   au   crédit   du


compte de résultat doivent être provisionnés à due
concurrence ;

­ les créances douteuses ou litigieuses relatives aux
loyers   afférents   aux   opérations   de   crédit­bail,   de
location avec option d'achat, de location­vente et de
location   simple   doivent   faire   l'objet   d'un
provisionnement à due concurrence;

. les intérêts non réglés depuis plus de trois (3)
mois et se rapportant aux risques ­ pays doivent faire
l’objet d’un provisionnement intégral ;

. les créances irrécouvrables ne font pas l’objet
de provision. Elles doivent être passées en pertes pour
l’intégralité de leur montant.

Article 11

Les   provisions   sur   créances   en   souffrance   sont   enregistrées


aux   comptes   et   sous­comptes   prévus   à   cet   effet   dans   les
classes 1, 2 et 4.

Les   provisions   pour   risques­pays   s'inscrivent   dans   le   "fonds


pour   risques   bancaires   généraux"   et   celles   relatives   aux
engagements   douteux   sont   enregistrées   dans   le   compte   de
66

"provisions   pour   risques   d'exécution   d'engagements   par


signature".

Article 12

Toutes   dispositions   contraires   à   celles   de   la   présente


instruction sont annulées.

Article 13

La présente instruction entre en application à compter du 1er
octobre 2000.

Pour la Banque Centrale des Etats
de l'Afrique de l'Ouest
Le Gouverneur,
Président du Conseil d'Administration

Charles Konan BANNY
67

Vous aimerez peut-être aussi