Vous êtes sur la page 1sur 22

AUTO ECOLE CESMI – fsjp – ucad

◊♦♦◊♦♦◊

Introduction générale au code de la route

a conduite est une activité très délicate. Le conducteur doit avoir un bon

L comportement sur la route. Dans la circulation routière les conducteurs


sont tenus de circuler en toute sécurité. Pour cela, ils doivent posséder
d’un permis de conduire et respecter la réglementation routier (code de la
route)

A- Le permis de conduire : permis B (poids léger)

C’est le permis réservé à la conduite des véhicules particuliers ou aux


camionnettes dont le PTAC est inférieur ou égal à 3,5 tonnes et affectés au
transport de marchandises ou de passagers ayant au maximum 9 places assises y
compris le chauffeur.

PTAC = poids total autorité en charge

Pour obtenir le permis B, il faut avoir au moins 18 ans

B- Les autres catégories de permis de conduire

Permis A1 : c’est pour les deux roux à moteurs dont le volume de la cylindrée
(VC) est inférieur ou égal à 125 cm3. Il est inclus dans le permis B

Permis A : c’est pour les 2 roux dont le VC est supérieur à 125cm3. Donc le fait
d’avoir le permis B ne permet pas de conduire toutes sortes de motos ;

Permis C : c’est pour les poids lourds dont le PTAC est supérieur à 3,5 T et
affectés au transport de marchandises ;

Permis C1 : c’est pour les super-lourds dont le PTAC fait plus de 18T et affectés
au transport de produits dangereux (ex : produits inflammables);

1
Permis D : c’est pour les véhicules affectés au transport de passagers. Le poids
n’est pas important ici mais l’affectation ;

Permis E : c’est un ensemble de véhicules dont le poids de la remorque dépasse


750 kg ;

Permis F : c’est un permis de conduire destiné aux personnes vivant avec un


handicap

Chapitre I- Le code de la route

our conduire en toute sécurité, il faut respecter la loi routière. Le permis

P de conduire délivré au Sénégal peut avoir un caractère international après


authentification (cf. convention de Vienne de 1968).

I- Définition du code de la route

C’est l’ensemble des signaux et des dispositions réglementés qui régissent


la circulation routière.

Le code la route mérite une attention particulière qui trouve son fondement dans
la convention de Vienne de 1968. Au Sénégal, le code la route a été mise en place
par la loi 2002-30 du 24 Déc. 2002, mis en application par le Décret 2004-13 du
19 Janv. 2004

II- Les règles générales du code de la route

D’une manière générale, le code de la route est divisé en 4 parties : la signalisation


verticale, la signalisation horizontale, la signalisation lumineuse et les règles de
conduite.

A- La signalisation verticale

2
C’est l’ensemble des panneaux de signalisation implantés le long de la

C route pour aider les conducteurs. D’après leur forme, on distingue trois
catégories de panneaux : les triangles, les ronds et les carrés ou les
rectangles.

Sur une route à sens unique, les panneaux peuvent être implantés à
gauche et à droit. Sur une voie à double sens, les panneaux sont toujours
implantés sur l’accotement de droite.

1- Les panneaux de forme triangulaire

Ce sont des signaux de danger annoncé environ à 50m en agglomération (ville) et


à 150m hors agglomération (campagne) avant le début de la zone dangereuse.

Exception : contrairement aux autres dangers suscités, le panneau indiquant une


circulation dans les deux sens est placé toujours en position (signaux de position)
c’est-à-dire la circulation commence ou s’applique à partir du panneau. Tous les
panneaux de danger sont des signaux avancés sauf le panneau de circulation à
deux sens.

La nature du danger signalé sera représentée par un signe ou un symbole inclus


dans le panneau.

Le danger signalé peut être permanent (triangle à fond blanc) ou temporaire


(triangle à fond jaune).

NB : A l’approche d’un danger, le conducteur doit toujours ralentir.

2- Les panneaux de forme ronde

3
n distingue deux types de ronds : les ronds rouges et les ronds bleus

O ♦ Les ronds rouges (cercle à contour rouge)

Ce sont des signaux d’interdiction. L’interdiction commence à partir


du panneau et s’applique jusqu’à la prochaine intersection ou à un
panneau de fin d’interdiction. Les panneaux de fin d’interdiction
sont signalés par des ronds blancs barrés de noire. La nature de
l’interdiction sera représentée par un signe ou un symbole inclus dans le panneau

♦ Les ronds bleus (cercle à fond bleu)

Ce sont des signaux d’obligation. L’obligation commence à partir du panneau et


s’applique jusqu’à la prochaine intersection ou à un panneau de fin d’obligation.
Les panneaux de fin d’obligation sont signalés par des ronds bleus barrés de
rouges.

La nature de l’obligation sera représentée par un signe, un symbole ou une


mention inclus dans le panneau.

NB : le conducteur doit toujours respecter les signaux d’interdiction et


d’obligation afin de diminuer les risques d’accident de la circulation.

♦ Les panneaux de forme carrée ou rectangle

Ce sont des signaux de simple indication, de localisation, de conseil ou de


renseignement. L’élément signalé s’applique à partir du panneau et s’étend
jusqu’à un panneau de fin d’indication représenté par un carré ou un rectangle
barré de rouge. La nature de l’élément signalé sera représentée par un signe, un
symbole ou une mention inclus dans le panneau.

NB : le conducteur doit toujours respecter les signaux d’indication pour éviter de


se tromper dans la circulation routière.

3- Les panonceaux et les balises

4
es panneaux sont souvent complétés ou accompagnés per des panonceaux

L et des balises.

♦ Les panonceaux

Ce sont de petits panneaux placés au-dessous du panneau principal, ils


complètent ou précisent l’information donnée par le panneau principal.
On distingue plusieurs. Par exemple les panonceaux de distances, d’étendus, de
catégorie, d’information diverses etc.

♦ Les balises

Ce sont des bornes implantées sur certains endroits dangereux de la route. On


distingue plusieurs types de balises. Par exemple les balises d’intersection, de
virage, de rétrécissement ou de déviation de la chaussée etc.

B- La signalisation horizontale

’est l’ensemble des marquages au sol permettant au conducteur de se

C guider dans la circulation routière. Elle est représentée en générale par 5


couleurs : les couleurs blanche, jaune, bleue, rouge et verte

1- Les marquages blancs

Ex : lignes continues, discontinues, flèches de rabattement, passage pour piéton


etc.

2- Les marquages jaunes

Ils sont permanents ou temporaires

♦ Ligne jaune continue

Ex : peinte en bordure du trottoir pour signaler une interdiction de s’arrêter ou de


stationner

♦ Jaune temporaire

5
Ex : ligne continue ou discontinue, peinte sur a chaussée pour signaler des travaux
sur la route

3- Le marquage bleu

Ex : emplacement peint en bleu pour signaler un parking à durée limitée

4- Le marquage rouge

Ex : damiers rouge-blancs peints à droite de la chaussée pour signaler une voie de


détresse.

5- Le marquage vert

Ex : bande verte peinte à droite de la chaussée pour signaler une voie réservée à la
circulation des cycles vélos (piste ou bande cyclable)

NB : la signalisation horizontale remplace ou complète la signalisation verticale.

C- La signalisation lumineuse

’est l’ensemble des feux de signalisation rencontrés dans la circulation

C routière. Ils organisent l’ordre de passage des usagers aux endroits où la


circulation se fait de manière alternée. On distingue plusieurs catégories
de feux:

Ex 1 : le feu tricolore

C’est un feu de trois couleurs implanté aux intersections pour organiser l’ordre de
passage des usagers de la route. Il peut être en forme de rond, de flèche ou de
symbole. Les trois feux s’allument alternativement dans l’ordre vert, jaune rouge.

Le vert équivaut à une autorisation de passer et le jaune et le rouge à une


obligation de s’arrêter.

Ex 2 : le feu jaune clignotant

6
C’est un feu implanté aux endroits dangereux de la route pour alerter les usagers
de la présence d’un danger non-identifié. Il peut être en forme de rond, de flèche
ou de symbole. Devant le feu jaune clignotant, le conducteur passe avec prudence
te à allure réduite en cédant le passage à droite.

NB : le conducteur doit toujours respecté les feux de signalisation et leur ordre de


fonctionnement.

D- Les règles de conduite ou de circulation sur la chaussée

’est l’ensemble des relatives au comportement du conducteur sur la route.

C Elles concernent les règles de priorité de passage, l’arrêt et le


stationnement, le dépassement et le croisement, la vitesse, l’usage des feu
du véhicule tec.

Chapitre II : Les priorités de passage

avoir conduire c’est aussi savoir appliquer les règles de priorité de

S passage.

Section 1 : Définition de la priorité de passage

C’est l’ordre de passage aux endroits où la circulation se fait de manière


alternée notamment aux intersections.

Section 2 : Les priorités de passage à l’intersection

I- Les types d’intersection

7
n distingue 4 types d’intersection : les intersections en forme de croix,

O en T, Y et d’étoile (rond-point). Les intersections sont des endroits


dangereux, c’est pourquoi l’ordre de passage sera organiser pour éviter
les accidents : ici la question est de savoir comment aborder une
intersection ?

Pour aborder une intersection en toute sécurité, le conducteur doit toujours


ralentir et appliquer les règles de priorité de passage.

II- Les ordres de passage

D
evant une intersection, quatre (4) cas de figure peuvent s’appliquer
au conducteur. L’ordre qu’il s’agit d’une intersection sans
signalisation, la priorité est toujours à droite.

1- Le cas où le conducteur est prioritaire par rapport aux


usagers de la droite et de la gauche

Le conducteur est prioritaire par rapport aux usagers de la droite et de la gauche


devant les signaux ou les situations suivantes :

- devant le panneau de route prioritaire ou à caractère prioritaire (priorité


absolue. Priorité à toutes les intersections de la route. losange à fond jaune)
- devant le panneau de route prioritaire à la prochaine intersection (priorité
ponctuelle ; la priorité ne s’applique qu’à la prochaine intersection)
- devant un feu tricolore qui passe au vert
- devant un agent de la circulation qui m’autorise à passer (agent vu de profil)
2- Le cas où le conducteur doit céder le passage à droite

C’est ce qu’on appelle la priorité à droite. Le conducteur doit céder le passage à


droit devant les signaux ou les situations suivantes :

- devant le panneau d’intersection de routes secondaires


- devant le rond-point obligatoire

8
- devant une intersection signalée par la balise d’intersection sans
signalisation
- devant le feu jaune clignotant
- devant une intersection sans signalisation

NB : si 4 véhicule arrivent en même tant sur une intersection, il n y a pas de règle


de priorité (chacun ayant à sa droite un autre). Cependant, la règle de la courtoisie
s’applique si les véhicules sont de même catégorie (ex : léger). S’il y a un véhicule
de poids supérieur aux autres (ex : poids lourd), il doit passer en dernier.

3- Le cas où le conducteur doit céder le passage à gauche

C’est la règle de la priorité à gauche. Le conducteur doit céder le passage à gauche


devant le signal suivant : panneau de rond-point ou carrefour giratoire (rond-point
avec des marquages au sol).

Rond-point obligatoire signalé par un panneau triangulaire rouge alors que le


rond-point giratoire est signalé par un panneau rond bleu.

NB : le rond-point obligatoire, la priorité est à droite. Par contre, le rond-point


giratoire la priorité est à gauche.

4- Le cas où le conducteur doit céder le passage à gauche et à droite

Le conducteur doit céder le passage à gauche et à droite devant les signaux ou les
situations suivantes :

- devant le panneau de STOP ou la bande blanche peinte à la limite de la


chaussée abordée
- devant le panneau de perte de priorité (céder le passage) ou les pointillés
peints à la limite de la chaussée abordée.
- devant un feu tricolore qui passe au jaune ou au rouge
- à la sortie d’un arrêt, stationnement, d’un parking et chemin de terre

9
- devant un agent de la circulation qui m’oblige à m’arrêter (agent vu de face
ou de dos).
5- Les autres cas de priorités de passage
a- La règle AFP

Devant une intersection, en présence d’un agent de la circulation, d’un feu


tricolore et d’un panneau, le conducteur doit appliquer la règle AFP (Agent-Feu-
Panneau).

La règle AFP signifie :

- L’agent est prioritaire par rapport au feu et au panneau


- A l’absence de l’agent le feu est prioritaire par rapport au panneau
- A l’absence de l’agente et du feu, le panneau s’applique
- A l’absence de signalisation (ni agent, ni feu, ni panneau, ni marquage au
sol) on applique la règle de priorité à droite.
b- Le cas de certains endroits de la route

Il est important de signaler que les règles de priorité de passage s’appliquent


également à d’autres endroits de la route comme dans les situations suivantes :

- Les usagers sortants d’un chemin de terre, d’un lieu de stationnement


(parking), d’un chemin privé ou voulant tourner de l’autre côté de la route
doivent toujours céder le passage aux usagers circulants sur la route
abordée.
- Le conducteur doit aussi céder le passage aux piétons qui s’engagent sur la
chaussée ainsi que les bus (transport en commun) qui reprennent la
circulation après un arrêt régulier
- Les usagers doivent également respecter les ordres des agents de la
circulation et à la priorité des véhicules d’intervention d’urgence (ex :
ambulance).
c- Les véhicules d’intervention d’urgence

10
Le cas des véhicules d’intervention d’urgence sont classés en véhicule prioritaire
et non prioritaire. Ils doivent mettre leurs gyrophares en alerte.

♦ Les véhicules d’intervention d’urgence prioritaire sont ceux de la Police, de la


Gendarmerie, des Sapeurs-pompiers et du SAMU. Ils sont chargés d’intervenir
en cas d’urgence. Ils sont prioritaires à toutes les intersections et ils ne sont pas
obliger de respecter la signalisation. Le conducteur doit toujours leur céder le
passage.

♦ Les Ambulances doivent respecter les règles de la circulation mais on doit leur
faciliter la circulation.

Un transport en commun qui quitte son arrêt est prioritaire.

♦ Les véhicules d’intervention d’urgence non prioritaire ne bénéficient pas d’une


priorité de passage mais le conducteur doit leur faciliter le passage.

Section 3 : L’arrêt et le stationnement

avoir conduire c’est aussi savoir comment s’arrêter et comment

S stationner.

I- Définition
A- L’arrêt

C’est l’immobilisation d’un véhicule sur la chaussée, sur le trottoir ou


accotement qui consiste à laisser le moteur en marche quelle que soit la
durée.

B- Le stationnement

C’est l’immobilisation d’un véhicule sur la chaussée, sur le trottoir ou accotement


qui consiste à couper le moteur quelle que soit la durée.

II- La réglementation de l’arrêt et du stationnement

11
’arrêt et le stationnement sont bien réglementés ; soit autorités ou

L interdits.

A- L’arrêt et le stationnement autorisés

L’arrêt et le stationnement sont autorités en agglomération et en


campagne et dépendent des rues à double sens ou à sens unique.

1- En agglomération dans les rues à double sens

Dans les rues à double sens sans signalisation, l’arrêt et le stationnement sont
autorisés sur le côté droit le long du trottoir (à cheval sur la chaussée et le trottoir)
dans le sens de la marche.

2- En agglomération dans les rues à sens unique

Dans les rues en sens unique, l’arrêt et le stationnement sont autorités en principe
sur le côté droit le long du trottoir. Il est cependant permis d’emprunter le côté
gauche si la chaussée est large (chaussée de plus de 2 voies) à condition de ne pas
couper une ligne continue pour aller sur le côté gauche.

3- Arrêt et stationnement hors agglomération (campagne)

Hors agglomération, l’arrêt et le stationnement sont autorisés sur l’accotement de


droite dans le sens de la marche. Il est permis d’emprunter l’accotement de
gauche si celui de droite est impraticable à condition de ne pas couper une ligne
continue pour aller vers l’accotement de gauche.

Rmq : l’arrêt et le stationnement sont également autorisés dans les emplacements


délimités et sécurisés (parking ou garage) et seront toujours signalés par un
panneau ou un aménagement.

On distingue plusieurs types de parking : les parkings publics, publics à durée


limitée et les parkings payants.

12
Dans les parkings ou les garages, les véhicules peuvent garer de trois manières
différentes ; soit en épi (de manière oblique au trottoir), soit en bataille (de
manière perpendiculaire au trottoir), soit en créneau (parallèle au trottoir).

NB : la nuit, pour s’arrêter ou stationner sur la chaussée des rues non éclairées, le
conducteur est tenu de signaler la présence de son véhicule pour le sécuriser à
travers ses feux de stationnement (feu de position ou feu rouge).

En dehors de la chaussée dans les parkings ou les garages, le conducteur n’est pas
obligé de signaler son véhicule, même en l’absence d’éclairage.

B- L’arrêt et le stationnement interdits

L’arrêt et le stationnement sont souvent interdits sur certains endroits de la route


et peuvent être considérés comme gênant, dangereux ou abusifs.

1- L’arrêt et le stationnement gênant

Sont considérés comme gênant l’arrêt et le stationnement qui se font aux endroits
suivants :

- Sur les emplacements ou les voies réservés aux autres catégories d’usagers.
Ex : passage pour piéton, voie de circulation réservée à un bus ;
- Entre le bord droit de la chaussée et une ligne continue si on gêne la
circulation ;
- A proximité ou devant les panneaux de signalisation
2- L’arrêt et le stationnement dangereux

Sont considérés comme dangereux, l’arrêt et le stationnement qui se font aux


endroits suivants :

- A proximité d’une intersection ;


- Dans un virage ;
- A proximité d’un passage à niveau (rencontre entre la route et la voie
ferrée) ;

13
- D’un sommet de côte (sommet d’une pente)
- Sur un pont
- Dans un tunnel
3- Stationnement abusif

Est considéré comme abusif, le stationnement qui se fait sur le même


emplacement de la voie publique ou sur une zone interdite pendant une durée de
plus de 7 jours.

Le stationnement abusif est sanctionné par une mise en fourrière accompagnée


d’une amende.

NB : l’interdiction de s’arrêter et de stationner est souvent signaler par des


panneaux.

Rmq : l’arrêt et le stationnement sont souvent tolérés sur certains endroits de la


route en cas d’urgence et de force majeure (panne ; accident ; malaise etc.).

- L’arrêt est toléré mais le stationnement reste interdit devant les garages, les
entrées ou sorties de propriété, à droite en double file pour faire monter ou
descendre un passager.
- L’arrêt et le stationnement sont tolérés, même sur la chaussée, en cas
d’urgence et de force majeure. Toutefois, le conducteur doit signaler la
présence de son véhicule pour sa sécurité.

Ex1 : en cas de panne

En cas de panne sur la chaussée, le conducteur peut s’arrêter ou stationner le


temps de dépanner mais il doit signaler la présence de son véhicule en
allumant ses feux de détresse et en plaçant un triangle de pré-signalisation en
amont et en aval à 30m du véhicule pour être vu à 100m.

Ex2 : en cas d’accident

14
En cas d’accident, le conducteur qui arrive en premier sur les lieux doit
s’arrêter et faire le PAS (Protéger, Alerter et Secourir) sous peine d’être
poursuivie pour délit de non-assistance à personne en danger

♦ Protéger : c’est sécuriser les lieux de l’accident,

♦ Alerter : c’est appeler les secours (sapeurs-pompiers 18 ; police 17 ;


gendarmerie 800 20 20)

♦ Secourir : c’est porter assistance aux victimes sans faire des manœuvres
dangereuses.

Section 4 : le dépassement et le croisement

avoir conduire c’est aussi savoir comment dépasser et comment croiser.

S I- Le dépassement
A- Définition

Le dépassement est la manœuvre consistant à doubler un véhicule. Il est


très délicat. Il obéit ainsi à des règles bien précises. Il est parfois autorisé
ou interdit dans certaines situations ou endroits.

B- La réglementation du dépassement
1- Les règles générales du dépassement

Le principe est que le dépassement d’un véhicule s’effectue par la gauche. Mais ce
principe souffre de 3 exceptions. On peut en effet, dépasser un véhicule par la
droite dans les 3 cas suivants :

♦ Si l’usager qui me précède à signaler son intention de tourner à gauche ;

♦ En double file, le dépassement se fait, par la droite ou par la gauche, sans


changer de file ;

15
♦ On dépasse un tramway par la gauche ou par la droite sauf à l’arrêt du côté de
la montée ou de la descente des passagers.

2- Les étapes du dépassement

La manœuvre de dépassement se fait en trois (3) étapes : avant, pendant et après.

● Avant le dépassement

Le conducteur doit vérifier et alerter.

- vérifier : s’assurer que la signalisation n’interdit pas le dépassement (voir


signalisation verticale, horizontale, lumineuse) et avoir une bonne visibilité (
position, intempéries etc.)

- alerter : avertir les autres usagers de son intention de dépasser en allumant le


clignotant gauche et klaxonner (le jour) ou faire un appel de phare (la nuit).

● Pendant le dépassement

Le conducteur doit déboiter c’est-à-dire prendre la voie de la gauche en laissant


un intervalle latéral suffisant pour dépasser les véhicules automobiles, 1m en
agglomération et 1,5m en campagne pour dépasser les piétons, les 2 roux, les
animaux etc.

Pendant le dépassement, le conducteur doit accélérer sans ralentir.

● Après le dépassement

Le conducteur doit se rabattre progressivement sans ralentir c’est-à-dire revenir à


sa position de droit en allumant le clignotant droit, lorsque le véhicule dépassé
commence à apparaitre dans son rétroviseur intérieur.

3- Le dépassement autorisé

Certaines situations ou endroits de la route sont dangereux mais le dépassement


peut malgré tout être permis. C’est les cas suivants :

16
- A hauteur des intersections prioritaires
- A hauteur des passages à niveau avec barrière
- A hauteur des virages à double sens avec 3 voies et si on est protégé au sens
inverse par une ligne continue.

Rmq : sur la route à sens unique et en ligne droite, il est permis de dépasser une
file ou une double file de véhicule en une seule manœuvre.

II- Le croisement
A- Définition

e croisement est la manœuvre qui consiste à circuler en sens inverse en

L passant par la droite. Dans les conditions normales de circulation, le


croisement peut se faire sans aucune difficulté. Mais il arrive des cas où,
l’état de la route ou la présence d’un obstacle peut rendre le croisement
difficile.

B- La réglementation du croisement difficile

L
e croisement difficile peut se faire à trois niveau : sur une route étroite,
sur une route en présence d’un obstacle et sur une route de pente (ou
de montagne).

1- Le croisement sur une route étroite

L’entrée d’une route étroite est signalée par un panneau de chaussée rétrécie (par
la droite ou par la gauche).

L’ordre de passage sera réglementé par les panneaux suivants :

- Si la chaussée est rétrécie de mon côté :

Un panneau rond rouge avec une flèche rouge et une flèche noire, mis en
position me signale de céder le passage aux usagers venant du sens inverse.

- Si la chaussée s’est rétrécie de l’autre côté de la route :

17
Un panneau carré bleu avec une flèche rouge et blanche m’indique que j’ai la
priorité de passage.

Rmq : quelle que soit la situation, je dois tenir compte de la position de la flèche
rouge. Si celle-ci est de mon côté, je dois céder le passage.

En l’absence de signalisation, le véhicule le plus encombrant (+7m de long et


+2m de large) doit garer pour faciliter le passage au véhicule le plus petit. Le
véhicule le moins encombrant a donc l’ordre de passage. En revanche, si les deux
véhicules sont de même catégorie, la règle de la courtoisie s’appliquera.

2- Le croisement sur une route en présence d’un obstacle

Les cas d’obstacle sont : un véhicule mal garé ou en panne, des travaux.

L’ordre de passage sera organisé par la règle suivante : En présence d’un obstacle,
le véhicule qui rencontre l’obstacle sur sa voie doit s’arrêter et céder le passage
aux usagers venant du sens inverse.

Le croisement sur une route étroite de montagne se fait de la manière suivante :

- Pour des véhicules de même catégorie, le véhicule descendant doit s’arrêter


et céder le passage à un véhicule montant ;
- Un véhicule léger doit s’arrêter et céder le passage au véhicule lourd ;
- Un camion (transport de marchandise) doit s’arrêter et céder le passage à
un bus (transport en commun) ;
- Un véhicule isolé (unique) doit s’arrêter et céder le passage à un ensemble
de véhicule (véhicules articulés : remorque ou semi-remorque).

Rmq : Le conducteur doit toujours s’arrêter pour faciliter le passage aux véhicules
d’intervention d’urgence.

NB : le dépassement c’est par la gauche et le croisement par la droite.

III- L’usage des feux la nuit

18
Un véhicule normal est équipé d’un système d’éclairage et de signalisation qu’on
appelle communément les feux. L’usage des feux dépend de la position et la
situation du conducteur.

♦ En principe, le conducteur doit allumer en temps normal ses feux de


croisement pour s’éclairer la nuit en agglomération.

♦ Il est interdit d’allumer les feux de route (ou phares) en agglomération pour
croiser ou poursuivre un usager. L’usage des feux de route est souvent autorisé en
agglomération et en campagne, dans une zone non éclairée si on ne croise pas ni
poursuit pas un usager.

Rmq : les feux de brouillards sont allumés pour compléter l’éclairage des feux de
croisement ou de route par temps d’intempérie (pluie, neige, bouillard). Mais il
est interdit d’allumer les feux de brouillard arrière par temps de pluie.

Les feux de position et les feux rouges sont toujours allumés la nuit en même
temps que les feux de croisement ou de route, ils servent à voir la position du
véhicule à 150m.

♦ Les clignotants sont allumés en cas de changement de direction.

♦ Les feux de détresse sont allumés en cas d’urgence ou de force majeure (panne,
accident).

♦ Les feux de stop sont allumés si le véhicule s’arrête brusquement.

NB : au Sénégal, les feux de brouillards sont obligatoires contrairement à la


France où ils sont facultatifs.

IV- La vitesse

L
a plus part des accidents de la circulation sont causés par un excès de
vitesse. C’est pourquoi le conducteur doit respecter de limitation de
vitesse. En général, la limitation de vitesse dépend des types de route,

19
leurs positions, le temps et le niveau du conducteur.

A- Type de route

Il y a trois types de route. Cependant, il faut distinguer les types routes avec les
catégories de routes (route nationale, départementale etc.).

1- L’autoroute

Elle est une voie rapide à sens unique. Son accès est interdit à tout véhicule dont
la vitesse n’atteint pas 40km/h. Vitesse maximale : 130km/h. Les véhicules lents (≤
60km/h) peuvent accéder à l’autoroute mais ils doivent rester sur la voie de droite.
Pour accéder à la voie de gauche, il faut rouler au moins à 80km/h. sur
l’autoroute il n’y a pas d’intersection, si de passage piéton, ni de ralentisseurs, ni
de dos d’âne contrairement à la route à chaussées séparées par terre-plein central.

2- Route à chaussées séparées par terre-plein central

Elle n’est pas une autoroute mais elle est composée de deux voies séparées par un
terre-plein central (ex : la VDN). Sur chaque voie la circulation est à sens unique.
La vitesse maximale sur cette voie est de 100km/h en temps normal.

3- Route avec une seule chaussée

C’est une route qui composée d’une seule voie qui peut être à sens unique ou à
double sens. On l’appelle route pour automobile. Elle est signalée par un
panneau carré à fond bleu avec un symbole de véhicule. La vitesse maximale sur
cette route est de 90km/h en temps normal.

B- La position et le temps

En agglomération, il est interdit de rouler à plus de 50km/h, de klaxonner sauf en


cas de danger immédiat, d’allumer les phares et on perd la priorité.

Il est interdit de rouler +50km/h si la visibilité est inférieure à 50m quelle que soit
la position du conducteur.

20
Le conducteur doit aussi ralentir face à un danger surtout à l’approche des
endroits suivants : intersections, des virages, passage à niveau, passage pour
piéton, sommets de côte et à l’entrée des agglomérations.

C- Le niveau du conducteur

Cette question ne se pose qu’en France. On distingue conducteur expérimenté


(avec un permis de conduire datant de plus de 2ans).

uestionnaires :

Q - stationnement abusif ;
- pièce du véhicule ;
- priorités de passage ;
- signalisation verticale ;
- signalisation horizontale ;
- panonceaux et balises ;
- différence entre arrêt et stationnement ;
- en cas de panne de votre véhicule, que faire ?
- s’arrêter en double file pour faire descendre ou monter un passager ?
- en cas d’urgence ou de force majeure ?
- les exceptions du dépassement ?
- quand t-est-ce que se fait le déboitement et le rabattement?
- L’équipement du véhicule (technique et de sécurité) ?

Quelques notions

◊ L’adhérence c’est le contact entre les roux du véhicule et la chaussée.

◊ Un véhicule a 3 freins : frein pédale (pieds), frein à main (main) et frein moteur
(clé de contact).

21
◊ Sur une route, les panneaux sont toujours implantés sur la droite.

◊ Sur un carrefour giratoire la priorité est à gauche par contre dans un rond-point
obligatoire la priorité est à droite.

◊ Dans une voie à sens unique, tous les panneaux de signalisation (de droite
comme de gauche) ne concernent.

◊ Un accès réglementé est un accès interdit pour certains usagers mais permis
pour d’autres. Cf. panneaux de longueur, de largueur, indiquant un PTAC etc.

◊ Sur une voie, la flèche droite sur l’extrême gauche de la chaussée indigne une
voie à sens unique.

◊ Un passage à niveau est la rencontre entre la chaussée et la voie ferrée. Il est


signalé par un triangle à contour rouge. Si ce triangle comporte un symbole de
train, cela signifie : passage à niveau sans barrière. Par contre si le triangle
comporte un signe de barrage, cela signifie : passage à niveau avec barrière. La
barrière est à demi-barrière s’il y a un panonceau d’indication (barrage
automatique). Elle est manuelle si c’est un barrage complet.

◊ Cédez le passage : il faut marquer un temps d’arrêt et laisser passer les usagers
venant de la droite. Il est signalé par le panneau de STOP.

◊ Les triangle à contour rouge signale un danger sauf le panneau signalant une
circulation à deux sens. Ce panneau est en position contrairement aux autres qui
sont avancés.

◊ Interdictions en agglomération : limitation de vitesse (50km/h) sauf indication


contraire), usage des feux de route (phares), usage des klaxons (sauf situation de
danger imminent), perte de la priorité.

♦♦♦♦♦ Fin du cours ♦♦♦♦♦

22