Vous êtes sur la page 1sur 2

RÉSUMÉ

La maîtrise de la corrosion en ce qui concerne les équipements de l'industrie pétrolière


et gazière est primordiale pour offrir une réponse adaptée aux besoins sociétaux en
carburants et en composés chimiques de base. Afin d'assurer une fiabilité accrue dans
sa production, l'industrie pétrolière se doit de développer et d'optimiser des méthodes
de suivi, de contrôle et de management de la corrosion. Dans ce cadre, cet article
propose une description des différentes formes de corrosion au sein de
l'environnement spécifique de l'industrie pétrolière. Il expose d'autre part les remèdes
couramment employés pour s'affranchir de la corrosion ainsi que les méthodes pour la
contrôler. Sont également décrites les différentes dégradations dues à l'utilisation des
solvants chimiques utilisés pour éliminer les gaz acides (CO2, H2S) associés au
pétrole brut lors de sa production, ainsi que celles dues à la présence des sels et des
bactéries dans les effluents aqueux pétroliers. Enfin, sont abordés les procédés de
raffinage du pétrole pour lesquels les conditions opératoires peuvent être fortement
corrosives.

ABSTRACT

Corrosion of matrials in the petroleum industry


Corrosion control concerning equipment of the gas and petroleum industries is
essential in order to address societal needs for fuels and basic chemical compounds.
In order to ensure an increased reliability in its production, the petroleum industry must
develop and optimize methods for the follow-up, control and management of corrosion.
Within this framework, this article offers a description of the various forms of corrosion
within the specific environment of the petroleum industry. It also presents the means
commonly used in order to avoid corrosion and the methods to control it. It also
describes the various degradations caused by the use of chemical solvents in order to
eliminate acidic gases (CO2, H2S) associated to crude oil during its production, as well
as those induced by the presence of salts and bacteria in the aqueous oil effluents. To
conclude, highly corrosive operational conditions of petroleum refining processes are
presented.

INTRODUCTION

Les objectifs de l'industrie pétrolière sont d'extraire, transporter, raffiner des pétroles
en très grandes quantités dans les conditions économiques les plus performantes et
pour des conditions de sécurité et de fiabilité des équipements optimales. En 2008,
88,7 millions de barils de pétrole ont été raffinés par jour dans le monde. Le coût de la
corrosion dans cette industrie correspond à environ 3,7 % du coût global de la
corrosion. Pour l'industrie pétrolière mondiale, un coût de 35 milliards de dollars par an
a été estimé du fait des impacts directs et indirects ainsi que du fait des mesures de
contrôle et de prévention. Par baril de pétrole produit, ce coût de la corrosion est
d'environ 0,3 à 0,6 $ par baril. Ces chiffres n'incluent pas les événements non prévus.
Par exemple, en 2006 des fuites provoquées par une corrosion bactérienne furent à
l'origine de l'arrêt pendant quelques jours de la production pétrolière de l'Alaska et de
vives tensions sur le marché pétrolier. Les impacts environnementaux de tels accidents
peuvent être également considérables.

L'industrie pétrolière est traditionnellement divisée en deux grands domaines: l'amont


pétrolier (qui correspond aux opérations de forage, production puis transport du pétrole
brut), l'aval pétrolier (où le pétrole est raffiné en kérosène, essence, gasoil, fiouls,
naphta, composés de base de la chimie...). Cette industrie est également amenée à
éliminer tout au long de sa chaîne les gaz acides (CO 2 et/ou H 2 S) associés aux bruts.

Les différentes étapes de la production, du raffinage et du traitement des gaz acides


sont réalisées sous certains environnements chimiques usuels (que l'on peut
rencontrer pour d'autres industries) ou spécifiques. Par exemple en production offshore
la corrosion marine est un paramètre important de sélection des matériaux. Cet aspect
ne sera pas développé dans cet article, le lecteur étant invité à consulter les articles
des Techniques de l'Ingénieur dédiés à ce milieu. Il en est de même pour l'oxydation à
haute température.

En présence d'eau liquide, les gaz acides (CO 2 et/ou H 2 S) peuvent fortement corroder
les équipements de production pétrolière mais également en raffineries ainsi que dans
les unités de traitement de ces gaz. Ces gaz acides sont éliminés par des procédés
mettant en œuvre des solvants chimiques (à base d'amine) qui peuvent fortement
attaquer certains aciers. Des bactéries présentes dans les effluents aqueux pétrolier s
peuvent être également responsables de phénomènes de corrosion très rapides (avec
des vitesses pouvant atteindre 15 mm/an).

Les opérations de raffinage du pétrole font appel à des procédés dont les conditions
opératoires peuvent être fortement corrosives du fait de la nature chimique des
environnements ainsi que des pressions et températures élevées mises en jeu : des
phénomènes de formation d'acide chlorhydrique par hydrolyse des sels, d'attaque par
des acides carboxyliques (naphténiques) présents dans c ertains bruts, de corrosion
haute température par les composés soufrés, par l'hydrogène ou par les atmosphères
carbonées, y sont entre autre rencontrés.

De plus, les maintiens prolongés (souvent plus de 10 000 h) à haute température dans
les conditions du raffinage peuvent être à l'origine du vieillissement des matériaux
métalliques, les rendant plus sensibles à certaines formes de corrosion et affectant
leurs propriétés mécaniques.

Afin d'assurer une fiabilité accrue de ses équipements, l'industrie pétroli ère a
développé et optimisé des méthodes de suivi, contrôle et management de la corrosion.
Par exemple, pour contrôler les milliers de kilomètres de pipelines des réseaux de
transport de gaz, pétrole ou produits raffinés, des racleurs instrumentés de plusi eurs
technologies de contrôle ont été mis au point. Également la planification des
inspections fondée sur une approche par le risque (RBI : Risk Based Inspection) a été
largement implantée afin d'accroître la fiabilité et d'optimiser le ratio coût -efficacité (et
coût-sécurité) pour la surveillance des installations.

1 baril de pétrole = 159 litres.