Vous êtes sur la page 1sur 15

2.

Les externalités
Une externalité est une influence exercée par un agent économique sur un ou plusieurs autres
agents mais non prise en compte par le système des prix et des coûts. Une externalité apparaît
quand le coût pour la société d’une action (par exemple une production), c’est-à-dire son coût social,
n’est pas assumé totalement par celui qui entreprend cette action : ce dernier n’assume que le coût
privé de son action, ce qu’il doit débourser. L’externalité est caractérisée par une divergence entre
coût social et coût privé – ce dernier étant plus faible en cas d’externalité négative.
La pollution de l’air ou d’une rivière par une entreprise est un exemple classique d’externalité :
l’entreprise subit les coûts normaux de production, constitués de l’achat des ressources qu’elle
achète ; ces coûts privés font partie du coût social, puisque des ressources sont détruites. Mais la
destruction de l’environnement ne figure pas parmi ces coûts privés, alors qu’elle fait partie du coût
social. Cette divergence fausse le calcul économique du producteur, puisqu’il produit sans tenir
compte de tous ses coûts.
Dans le cas d’une externalité positive, le bénéfice privé d’une action est inférieur à son bénéfice
public : par exemple un pianiste de génie qui répète dans sa maison ignore que ses voisins l’écoutent
et en tirent une grande satisfaction ; il s’arrête de jouer dès que son propre programme de répétition
est rempli alors que le bénéfice social pourrait être accru, parce qu’il ne tient pas compte de la
satisfaction éprouvée par ses voisins.
Comme on le voit, les externalités s’opposent à la pleine efficacité économique. La solution classique
au problème des externalités a été proposée par A. C. Pigou au début du XXème siècle, à travers une
intervention de la politique économique qui serait destinée à diminuer les émissions d’externalités
négatives et à encourager les émissions d’externalités positives. Dans le premier cas on taxerait les
émissions d’externalités et dans le second on les subventionnerait. Cette mesure, si elle est bien
calculée, permettra aux agents d’opérer leur calcul économique en tenant compte de l’externalité. La
divergence entre coût social et coût privé disparaîtrait ainsi : on parle alors d’internalisation des
externalités.
Dans les années 1960-70, une remise en cause de cette approche a été proposée par Ronald Coase.
Coase considère que cette opposition entre coût social et coût privé n’a de sens qu’à certaines
conditions ; dans le cas d’une pollution par exemple, la divergence coût social - coût privé ne se
présente que s’il existe un vide juridique à propos de la propreté du bien pollué.
Prenons l’exemple d’une rivière qui est polluée par une usine déversant des rejets toxiques qui tuent
le poisson et rendent impossible la baignade. Le voisin en aval de l’usine ne peut donc plus ni pêcher
ni se baigner, encore moins boire l’eau de cette rivière : il subit une externalité négative. Pour Coase,
il faut se demander si le droit du lieu où se déroule cette triste histoire protège le voisin, ou s’il
autorise l’usine à polluer à son gré, ou encore s’il est muet, ignorant le problème.
Si l’un des protagonistes dispose d’un droit sur la rivière (droit de la polluer ou droit de la conserver
propre), le raisonnement de Coase aboutit à montrer que la négociation entre les agents concernés
est parfaitement suffisante pour régler la question en éliminant la dissociation entre coût social et
coût privé. Il montre aussi que l’optimum sera atteint dans ces conditions, quel que soit le titulaire du
droit (le pollueur ou le pollué). Comme beaucoup de résultats économiques, ce théorème n’a de
validité empirique qu’autant que ses hypothèses s’appliquent. Une hypothèse importante ici est que
les agents ont la possibilité de négocier sans difficulté, sans coût. Le théorème de Coase repose donc
sur l’absence de coûts de transaction.
D’autre part, les cas d’externalité avec un émetteur et de nombreux récepteurs
– c’est le cas généralement de la pollution des rivières ou de la pollution atmosphérique
– ne se prêtent pas facilement à la mécanique du théorème, puisqu’on imagine mal un pollueur
traiter avec une multitude de pollués pour obtenir leur autorisation.
Une autre approche récente, qui a été mise en œuvre par les autorités publiques dans certains cas,
est la création d’un marché des droits à polluer.
Jean Magnan de Bornier, Université Aix-Marseille III
Lectures complémentaires :

 N. G. MANKIW : Chapitres 4, 6, 7, 10, 11, 15, 16


 J. STIGLITZ : Chapitres 7, 13, 14, 15, 21

A- Les externalités

1°– Définition des externalités

Document 1 : Le concept d’externalité dans la littérature économique : quelques exemples


fondateurs
Source : Marie-France Jarret, Maître de Conférences en Sciences Economiques, Université du Maine,
Fonds pour la Recherche en Ethique Economique http://www.ethique-economique.fr
1. A l’origine : Arthur Pigou (1932, 4ème édition, The economics of welfare, 1ère édition, 1920)
Une externalité correspond à une situation où : « une personne A, en même temps qu’elle fournit à
une personne B un service déterminé pour lequel elle reçoit un paiement, procure par la même
occasion à d’autres personnes, des avantages ou des inconvénients d’une nature telle qu’un
paiement ne puisse être imposé à ceux qui en bénéficient, ni une compensation pour ceux qui en
souffrent ». Définition qui insiste sur le caractère hors marché de l’effet externe (extérieur à
l’échange marchand) qui peut être positif ou négatif.
L’exemple initialement donné par Pigou est celui - externalité négative- de la locomotive à vapeur (le
train servant au transport des voyageurs et des marchandises) qui déclenche sur son passage des
incendies détruisant les récoltes ou les forêts ; d’où un préjudice pour des personnes ne participant
pas à l’échange du service ferroviaire.
Cette externalité négative est bien illustrée aujourd’hui par la pollution : si A est une usine fabriquant
des produits chimiques pour B, et si, lors de l’activité de production, les émanations des cheminées
de A sont susceptibles de rendre les cultures de l’agriculteur riverain impropres à la consommation.
2. James Meade, 1952, The theory of economic externalities : the control of environnemental
pollution and similar costs : les externalités pécuniaires
Est surtout connu pour sa « fable » de l’apiculteur : un apiculteur profite de sa proximité avec un
arboriculteur, et réciproquement. Les abeilles de l'apiculteur pollinisent les arbres de l'arboriculteur
qui font des fruits et les arbres de l'arboriculteur nourrissent les abeilles avec le nectar et le pollen. Il
s'agit d'un effet bénéfique croisé involontaire entre les deux activités.
Sa définition : « une économie (ou déséconomie) externe est un phénomène qui apporte un bénéfice
appréciable (ou inflige un préjudice significatif) à une ou plusieurs personnes qui n’ont pas été
parties prenantes du processus de décision qui a abouti directement ou indirectement à l’effet
produit ».

Document 2.
On dit qu'existe un effet externe (ou externalité) lorsque l'activité d'un agent économique affecte le
bien-être ou le profit d'autres agents, sans qu'il n’y ait de transactions sur le marché. Par exemple, on
analysera économiquement la pollution due à l'activité productive d'une entreprise comme un effet
externe que celle-ci impose aux autres agents économiques, réduisant le bien-être des
consommateurs ou les possibilités de production d'autres producteurs. L'externalité peut aussi être
interprétée comme l'écart entre le coût social, c'est-à-dire pour l'ensemble de la société, de l'activité
de l'entreprise et son coût privé ; chaque fois qu'une partie du coût social de son activité (comme le
coût de la pollution) n'est pas supportée par l'entreprise au titre de ses coûts privés, il existera un
effet externe. Une externalité empêche le marché de conduire à une situation optimale.
S. Faucheux et J.-F. Noël, Les Menaces globales sur l'environnement, éd. La Découverte, 1990

Exercice : Les situations suivantes engendrent-elles des externalités positives, négatives ou nulles ?
externalités externalités
positives négatives
A- L’existence d’un aéroport pour les riverains ?
B- Le dégazage au large des côtes par des bateaux ?
C- Le bruit produit par ses voisins ?
D- La diffusion des connaissances scientifiques dans l’économie ?
E- Une campagne de vaccination contre la grippe
Fiche d’évaluation des externalités

Exercice 1 : Complétez le texte à trous à l’aide des termes suivants :


monétaire – avantage – prix – marché – négatives – coût – positives –
externalité – effets externes – dommage – coût social

Un agent économique provoque une ……………..…..……….. Quand son action a un effet économique sur
des tiers sans que cet effet soit pleinement reflété dans les ….……………..… du marché. En effet, les
externalités ou ……………...……………… regroupent les effets créés par un agent économique qui
procurent à autrui un avantage gratuit ou un ………………..…..……… sans compensation
…………………..…...
L’effet est dit « externe » car il n’est pas pris en compte par le ….…………………… et son système de
prix. Ainsi, quand une entreprise pollue l’environnement sans payer le …………….…………… de cette
pollution, c’est-à-dire le coût de cette pollution pour la collectivité, le coût du produit pour
l’entreprise et son prix de vente ne reflètent pas l’ensemble des coûts.

On distingue :
- des externalités …………….…..……….. quand un acteur de la vie économique subit un ………………..….…
qu’il n’a pas librement accepté ;

- des externalités ………………….…..….…quand un acteur de la vie économique bénéficie d’un


…………….……..…… qu’il n’a pas eu à payer directement.

Exercice 2 : Classez les externalités suivantes dans le tableau :


Gaz d’échappement des automobiles – Vaccination – Recherche de nouvelles technologies – Pétrolier
vidangeant ses cuves en haute mer – Fumée de cigarettes dans une voiture – Stage de formation –
Métro dans une ville

Externalités positives Externalités négatives

……………………………………..……………. ………………………………………………….
Externalités de
…………………………..………………………. …………………………………….………….
consommation
………………………………..…………………. ……………………….……………………….

………………………………..……………………. ………………………………….…………….
Externalités de production
………………………………….…………………. ………………………………….…………….
…………………………………………..…………. ………………………………….…………….

Exercice 3. Résumons-nous …. une externalité produite par A (auteur) et qui impacte B


Complétez le tableau en utilisant les notions suivantes : « N'est pas compensé » et « N'a pas à
payer »

Externalité négative Externalité positive


A (auteur) ………………………………………………. ……………………………………………….
B (affecté par l'action de A) ………………………………………………. ……………………………………………….
2° – Comment gérer les externalités ?
a) – La solution de PIGOU : l’internalisation des effets externes

Document 1.
Les externalités sont les effets (principalement négatifs dans le cadre de l’économie de
l’environnement) d’une action sur d’autres parties lorsque ces effets n’ont pas été pris en compte
par l’auteur de l’action. Ces effets n’ont pas donné lieu à échange ou à compensation monétaire.
Comment les prendre en compte ?
En internalisant les effets externes = faisant émerger un signal-prix incitant les agents à modifier leur
comportement.
L’internalisation des effets externes passe, d’un point de vue économique par deux grandes
possibilités :
- soit, comme le préconise A. Pigou, « on » instaure une taxe administrative (1) Arthur C. PIGOU
- soit, comme le préconise R. Coase ou Dales « on » crée les conditions d’une négociation bilatérale
entre émetteur et victime de l’externalité.
Pour Pigou, l’externalité, positive ou négative, est analysable en termes de divergence entre le coût
privé et le coût pour la collectivité ou coût social ; cet écart fait que l’on ne se trouve pas dans une
situation Pareto-optimale.
L’ensemble des coûts imposés par une activité à la collectivité constitue le coût social.
Une partie ou peut-être l’ensemble de ce coût social est compensé par les paiements effectués par
l’agent à l’origine de l’activité (coût des matières premières, du capital, coût du facteur travail) : ce
sont les coûts privés.
D’autres coûts peuvent être imposés à d’autres agents sans qu’un paiement serve de compensation
(le feu aux récoltes, les émanations de fumées toxiques, la rivière polluée,… autant d’évènements qui
entraînent toute une série de coûts = perte de récoltes, impossibilité de consommer les produits
agricoles, impossibilité de consommer l’eau, problèmes de santé, épuisement des ressources
naturelles...)
Ces coûts sans compensation pécuniaire peuvent néanmoins être évalués monétairement.
Dès lors, si ces coûts sont pris en compte dans la somme des coûts qui déterminent le coût social,
celui ci se révèle être bien supérieur au coût privé.
(1) C’est le mode d’internalisation développé par Pigou (1920) qui sert de fondement théorique au principe
pollueur-payeur énoncé par l’OCDE en 1972 et repris en France 2008
Source : Marie-France Jarret, Maître de Conférences en Sciences Economiques, Université du Maine,
Fonds pour la Recherche en Ethique Economique http://www.ethique-economique.fr

Exercice 1. Effets d’une taxe décidée par l’État suite à une pollution liée à la production de coton

1. Situation du marché sans externalités 2. Situation du marché avec externalités


Offre 2
Prix
Equilibre Offre
du
Offre 1
marché P1

P* = prix P*
d’équilibre

Demande
Demande

Q* Quantités
Q1 Q* Quantités

1. Quel est l’effet de la mise en place d’une taxe, pour réduire la pollution, sur le prix payé par le
consommateur?
2. Quelle est la conséquence de cette taxe sur les quantités d’équilibre ?
Exercice 2. Effets d’une subvention accordée par l’État pour encourager une production

L'Etat peut internaliser les effets externes positifs. Prenons l'exemple d'un parc d'attractions qui
attire des touristes dont profitent les commerçants d'une commune. Sans intervention des pouvoirs
publics, le parc d'attraction ne tient compte que de son coût marginal privé (Offre 1).
En réalité, son activité crée un avantage social qu'il faudrait prendre en compte. Ici, le coût social
(offre 2) est plus faible que le coût privé. Donc, sans intervention des pouvoirs publics, la production
est trop faible par rapport à l'optimum. Cette fois-ci, la force publique doit subventionner l'entreprise
de façon à augmenter ses recettes pour égaliser la recette marginale privée et l'avantage marginal
social.

Prix
Offre 1
Offre 2
Subvention
P* = prix
d’équilibre
P1

Demande

Q* Q1 Quantités

1. Quel est l’effet de la mise en place d’une subvention par l’Etat sur le prix payé par le
consommateur?
2. Quelle est la conséquence de cette subvention sur les quantités d’équilibre ?

Exercice 3. Internaliser une externalité de consommation

Partie 1.
Fumer provoque une externalité négative en imposant un risque pour la santé de ce que l'on appelle
les fumeurs passifs. La consommation de cigarettes entraîne également des pertes de productivité
pour l'économie à cause de l'espérance de vie plus faible des fumeurs. Le centre américain pour le
contrôle des maladies a estimé le coût social moyen de la consommation d'un paquet de cigarettes
dans différents États en prenant en considération ces externalités négatives. Le tableau suivant
indique le prix des cigarettes et le Coût social moyen estimé dans cinq États.

Prix des cigarettes taxe Estimation du coût de la consommation


États comprise (par paquet) de cigarettes en2006 (par paquet)
Californie 4,40$ 15,10$
New-York 5,82$ 21,91$
Floride 3,80$ 10,14$
Texas 4,76$ 9,94$
Ohio 4,60$ 9,19$
Paul Krugman, Microéconomie, 1ère éd. De Boeck université. 2009. Bruxelles.

1. Pourquoi le coût sociétal de la consommation d’un paquet de cigarettes est-il systématiquement


supérieur au coût privé (prix de vente) d’un paquet de cigarette ?
2. Pourquoi la mise en place d’une taxe plus élevée sur la consommation est-elle une solution
économique efficace afin que le coût sociétal soit effectivement pris en compte ?
3. Vous produirez un schéma de marché des cigarettes (offre, demande, prix, quantité) et
représenterez l’effet graphique d’une telle mesure.
4. D’autres solutions non économiques sont elles possibles ?
Partie 2.
Le transport routier engendre des
effets de congestion et surtout de
pollution atmosphérique, qui
entraînent un coût marginal social
que l’on estime au double du coût
marginal privé.
1°- Où se trouverait sur le
graphique l’équilibre
correspondant à un optimum
social ?
2°- Montrer la tendance à la
surproduction par le marché des
biens ou services engendrant des
externalités négatives.

Exemple : La Directive Eurovignette


Document 2.
Les députés ont voté hier le compromis trouvé avec le Conseil concernant la révision de la Directive
Eurovignette. Les Etats membres pourront majorer en 2013 les tarifs des péages pour la pollution et
la congestion générées par les poids lourds.
Les députés européens ont approuvé le 7 juin en seconde lecture par 505 voix contre 141 et 17
abstentions le texte présenté par l'eurodéputé Saïd El Khadraoui (S&D, BE) révisant la Directive
Eurovignette datant de 1999. Le Parlement a voté en plénière l'accord trouvé le 23 mai dernier avec
les ministres européens. Le nouveau texte permet désormais aux Etats membres qui le souhaitent
d'imposer des frais de péage supplémentaires aux poids lourds pour la pollution atmosphérique et
les nuisances sonores qu'ils génèrent. Il introduit le principe du pollueur-payeur au sein de l'UE en
internalisant ''ces coûts externes" causés par les poids lourds utilisant les infrastructures routières.
Des tarifs de péage majorés…
La Directive concernera donc les axes transeuropéens élargis désormais aux autoroutes (soit 30.000
km) et s'appliquera aux poids lourds de plus de 3,5 tonnes. [Si les péages actuels coûtent entre 15 et
25 centimes par kilomètre en moyenne pour les poids lourds,] le texte prévoit une augmentation des
redevances au péage comprise entre 3 et 4 centimes d'euros par véhicule et par kilomètre. Le
paiement s'effectuera par des systèmes électroniques qui devront être opérationnels au niveau de
l'UE d'ici 2012.
Les Etats membres pourront en période de congestion, moduler les tarifs des péages en les majorant
jusqu'à 175% aux heures de pointe mais seulement durant 5 heures par jour. Dans les zones
sensibles et montagneuses, une majoration pourra aussi être appliquée jusqu'à 25 % pour les
véhicules aux classes d'émissions les plus polluantes (EURO 0 à II), et sera étendue le 1er janvier 2015
à la classe EURO III.
…et des exonérations
Des dérogations peuvent toutefois être obtenues par les pays membres pour les poids lourds jusqu'à
12 tonnes. Les demandes d'exceptions seront examinées par la Commission européenne. Des
exonérations sont prévues pour les poids lourds ''aux moteurs les plus propres'' de la classe
d'émission EURO VI (en vigueur en 2014) jusqu'au 1er janvier 2018. Tandis que les véhicules aux
normes EURO V (effectives depuis octobre 2009) le seront jusqu'au 1er janvier 2014.
Les recettes de la taxe devront donc être investies à hauteur de 15% dans l'amélioration des réseaux
de transport transeuropéens (RTE-T). Les sommes restantes ''devraient servir à atténuer les
nuisances et à développer l'ensemble des systèmes de transport de façon durable'', selon les
eurodéputés. La Directive oblige en revanche les États membres à ''faire rapport régulièrement et de
manière transparente'' sur la façon dont ils utilisent les recettes totales des péages.
Le Conseil des ministres des transports devrait définitivement à son tour approuver le texte ''avant
l'été''. Les Etats membres auront deux ans pour transposer la Directive qui s'appliquera d'ici 2013.
Une "occasion manquée" d'écologisation des transports routiers ?
Si la fédération France Nature Environnement a notamment salué l'accord, Europe Ecologie Les Verts
- qui a tout de même voté le texte - a toutefois regretté une ''occasion manquée'' d'intégrer tous les
coûts externes (sociaux, sanitaires, environnementaux et économiques) dans la Directive.
"Bien que les coûts du bruit et de la pollution atmosphérique seront inclus dans la taxe, d'autres
«coûts externes» du transport routier ont totalement été laissés de côté. Il est déconcertant que les
coûts des accidents de la route seront exclus de la taxation. L'environnement obtient également peu
de cas, avec les coûts du paysage et de dommages à la biodiversité et au changement climatique qui
ont également été ignorés'', a dénoncé le député Michael Cramer en charge des transports au sein du
parti. ''Coquille vidée de ses ambitions par les Etats-Membres, l'Eurovignette est une petite étape vers
le principe pollueur-payeur (…) La route est encore longue vers un avenir durable des transports'', a
ajouté l'eurodéputé Jean-Paul Besset, membre d'EELV.
Rachida Boughriet, actu-environnement.com, du 08 Juin 2011

Document 3 : Explication du mécanisme de la taxe carbone ?


http://developpementdurable.com/economie/2011/04/A5921/leurope-veut-mettre-en-place-une-taxe-carbone-des-
2013.html

b) – La solution de COASE et de DALES


 Ronald Coase, John Dales : droits de propriété, marchandage et marché de droits à polluer 1

Document 4. (suite document 1)


R. Coase (1960), négociation bilatérale (marchandage), droits de propriété : pour Coase, qui
critique la solution de Pigou car elle est unilatérale, l’internalisation d’effets externes ne peut être
effectuée que lors d’une négociation (un marchandage) entre émetteur et victime2 donc a priori, pas
d’intervention étatique. Une condition essentielle est néanmoins la nullité des coûts de transaction
(en l’occurrence, d’organisation de la négociation) ; ce qui est peu probable.
Pour Coase, la négociation bilatérale aboutit à deux variantes symétriques : Ronald COASE
- variante 1 : l’émetteur de l’externalité négative verse une indemnité compensatoire à la
victime pour les dommages subis du fait du maintient de son activité.
- variante 2 : la victime potentielle verse une somme susceptible de dissuader l’émetteur de se livrer
à cette activité nuisible […]
Du point de vue de la recherche du niveau optimal de pollution, ces deux solutions sont équivalentes.
Comment s’établit le choix de l’une ou l’autre des variantes au cours de la négociation ?
Selon Coase, cela dépend de l’allocation initiale des droits de propriété.
Dans le cas d’une pollution issue de A et touchant B si A possède les droits de propriété sur
l’environnement, alors B, la victime, doit le dédommager pour l’empêcher de continuer son activité
polluante mais si B possède ces droits, A doit compenser les dommages subis par B.
Cette solution n’implique, a priori, aucune intervention de l’État, si ce n’est la dévolution des droits de
propriété.
Dales (1968), l’échange de droits de propriété : pour Dales, les externalités sont essentiellement
dues à l’absence ou à la mauvaise définition des droits de propriété sur les biens. En particulier les «
biens environnementaux » (l’air, l’eau..) sont souvent considérés comme des biens « libres », non

1
Le marché des droits à polluer est à attribuer à Dales (1968).
2Une des principales critiques à l’idée du marchandage a été émise par Hans Jonas et son principe responsabilité : un
marchandage est-il possible avec les générations que nous ne connaitrons pas ?
appropriés et donc non économiques. Pour d’autres biens, les droits de propriété sont « atténués» :
particulièrement les biens publics, consommés par tous sans « rivalité » et sans « exclusion ».
Si des droits de propriété exclusifs3 et transférables4 peuvent être définis sur les biens
environnementaux, les problèmes d’environnement peuvent être réglés par une négociation
bilatérale directe, un marchandage (Coase) entre détenteurs de droits de propriété. Si ce n’est pas le
cas, Dales propose d’établir des droits de propriété exclusifs et transférables chaque fois qu’il est
nécessaire sur des biens jugés jusque là comme non appropriables et comme tels, sources
d’externalités. La constitution des droits de propriété et leur échange marchand aboutit à la fixation
d’un prix d’équilibre (qui est un optimum au sens de Pareto). A ce prix l’externalité est réintégrée
dans le calcul économique des agents (elle est internalisée) et disparaît en tant que phénomène hors
marché Si des droits sont créés et peuvent s’échanger, l’incitation financière à préserver la ressource
est retrouvée.
Le système conduit à définir le prix optimal du droit à polluer par le jeu des offres et des demandes
de droits.
Le prix de la pollution n’est plus administré comme chez Pigou. Ces droits à polluer fournissent une
incitation permanente pour les agents pollueurs à adopter des procédés moins polluants et
permettent une répartition efficace des efforts de dépollution, puisque l’on minimise le coût global
de réalisation d’un niveau global d’émission. Ceux qui ont les coûts de dépollution les plus faibles
peuvent vendre leurs droits à ceux qui ont les coûts les plus élevés.
L’instauration d’un marché de droits à polluer nécessite l’intervention de la puissance publique au
stade de la conception du dispositif et s’effectue en trois étapes :
– la fixation d’un plafond global de pollution ;
– la répartition des droits entre les acteurs concernés par l’externalité ;
– l’autorisation d’échange des droits.
Marie-France Jarret http://www.ethique-economique.fr

 Le théorème de COASE : les vertus magiques de l’échange

Document 5.
L'idée développée par Coase qu'en l'absence de coûts de transaction la négociation permettait
d'atteindre un optimum a conduit à la formulation du théorème éponyme.
Coase part de l'idée que l'échange ne porte pas tant sur un bien que sur le droit d'utiliser ce bien,
c'est-à-dire sur les droits de propriété, que cette utilisation provoque des effets externes ou non.
Il écrit : « J'ai expliqué dans « Le problème du coût collectif » que ce qui est échangé sur le marché,
ce n'est pas, comme il est souvent supposé par les économistes, des entités physiques, mais les
droits d'exercer certaines actions, et que les droits que les individus possèdent sont établis par le
système légal».
Il avance l'idée qu'une allocation optimale dos ressources peut être atteinte grâce au mécanisme des
prix, même en présence de nuisances, c'est-à-dire d'extemalités négatives5. Quelle que soit
l'allocation initiale des droits, ici de nuire ou d'être protégé des nuisances, des négociations directes
entre les parties concernées portant sur ces droits vont se poursuivre, jusqu'à ce que soient épuisées
toutes les possibilités d'échanges mutuellement avantageux. On atteint alors par définition une
situation Pareto-optimale. Cette solution ne fait intervenir l'État que pour définir et attribuer
initialement les droits et elle permet de parvenir à une allocation optimale par la négociation
directe. En outre, cette allocation des ressources est dans les exemples de Coase, indépendante de
l'attribution initiale des droits ; peu importe qui en est le bénéficiaire, ce qui est nécessaire c'est que

3 Droits de propriété exclusifs : tous les coûts et tous les bénéfices liés à la possession et à l’usage de la ressource doivent
être à la charge du propriétaire ou lui revenir, soit directement, soit indirectement par l’échange marchand
4 Droits de propriété transférables : tous les droits sont librement transférables par échange volontaire
5Même si le problème que se pose Coase ne concerne pas les externalités positives, on peut considérer que le raisonnement coasien reste
valable dans ce cas, ainsi que les critiques qui lui sont adressées
les droits soient attribués à l'un ou l'autre dos partenaires de la négociation (à celui qui provoque la
nuisance ou à celui qui la subit).
Dans les exemples qu'il développe, Coase pose deux hypothèses explicites. La première est que
l'objet de la négociation, c'est-à-dire le droit de propriété, est clairement défini. Par exemple, une
entreprise qui achète un procédé de fabrication polluant doit posséder le droit d'utiliser ce procédé
même s'il provoque l'émission de fumées polluantes, que ce droit lui soit attribué initialement ou
qu'elle l'achète. Il ajoute une deuxième hypothèse ; les transactions épuisent les gains de l'échange à
condition qu'elles soient sans coût. En d'autres termes, les « coûts de transaction » (découvrir qui
souhaite échanger, informer les partenaires potentiels que l'on souhaite échanger et en quels
termes, conduire les négociations qui mènent à un accord, rédiger le contrat, entreprendre les
contrôles nécessaires pour s'assurer que les termes du contrat sont suivis, etc.) sont nuls.
L'idée générale que l'échange conduit à une allocation optimale, et que cette allocation est
indépendante de l'attribution initiale de droits, dans un monde où les droits de propriété sont
clairement définis et où les coûts de transaction sont nuls, est appelée « théorème de Coase ». Bien
que Coase ne l'ait pas énoncé lui-même, il ne le réfute pas. Le premier à utiliser ce terme est Stigler6
en 1966 : « Peu importe qui, aux yeux de la loi, est responsable des dommages […] le théorème de
Coase affirme qu'en régime de concurrence parfaite, les coûts collectifs sont égaux aux coûts privés
».
Le « théorème de Coase, une réflexion sur les fondements micro-économiques de l’intervention
publique », E. Bertrand et C. Destais, De Boeck Université, Reflets et perspectives de la vie
économique, 2002 pages 111 à 124

Document 6. Exemple de R. Coase : externalités entre le confiseur et le médecin


Les nuisances occasionnées par les activités d’une entreprise peuvent présenter une grande variété
de formes. Pour clarifier la nature de mon raisonnement et démontrer son applicabilité générale, je
propose de l'illustrer par la référence à un cas réel.
Reconsidérons d'abord l'affaire Sturgens c. Btidgman, que j'ai utilisée, à titre d'illustration du
problème général. Dans ce cas précis, un confiseur (situé dans Wigmore Street) utilisait pour son
activité deux mortiers et pilons (l'un avait fonctionné de la sorte pendant plus de soixante ans et
l'autre pendant plus de vingt-six ans). Un médecin vint alors occuper des locaux voisins (situés dans
Wimpole Street). Les machines du confiseur ne causèrent aucune nuisance au médecin jusqu'à ce
que, huit ans après qu'il eut occupé les locaux, il construisît un cabinet de consultation au bout de
son jardin, jouxtant ainsi la cuisine du confiseur. On constata alors que le bruit et les vibrations
provoquées par les machines du confiseur rendaient difficile pour le médecin l'usage de son nouveau
cabinet de consultation. [...],
Le médecin entreprit donc une action en justice pour obliger le confiseur à arrêter ses machines. Le
tribunal eut peu de difficulté à accorder au médecin l'injonction qu'il réclamait. « Des cas individuels
difficiles pourraient apparaître si l'on se tient à une stricte application du principe sur lequel nous
avons établi notre jugement, mais la négation même de ce principe conduirait bien davantage encore
à des difficultés individuelles tout en produisant un effet préjudiciable sur l'occupation des sols à titre
d'habitation. »
La décision du tribunal établissait le droit qu'avait le médecin d'empêcher le confiseur d'utiliser ses
machines. Mais, bien entendu, il aurait été possible de modifier les dispositions envisagées dans la
décision judiciaire au moyen d'un accord conclu entre les parties. Le médecin aurait très bien pu
accepter de se désister de son droit et ainsi permettre au confiseur de continuer à faire fonctionner
ses machines si ce dernier lui avait versé une somme d'argent supérieure à la perte de revenus qu'il

6George J. Stigler (1911-1991), prix Nobel d'économie en 1982, a consacré l'essentiel de ses travaux à l'intégration des coûts d'information
dans le raisonnement économique et à l'analyse du phénomène de captation des régulateurs par les intérêts privés auxquels la règle
s'applique.
aurait subie soit en devant déménager dans un emplacement plus coûteux ou moins commode, soit
en devant restreindre ses activités à cet endroit, ou encore (comme il a été suggéré dans l'affaire) en
étant dans l'obligation de construire un mur de séparation qui aurait amorti les bruits et les
vibrations. Le confiseur aurait pu accepter de le faire si la somme à verser au médecin était inférieure
à la perte de revenu subie s'il avait dû changer son matériel, abandonner son activité ou déplacer son
affaire de confiserie vers quelque autre lieu.
La solution du problème dépend essentiellement de savoir si l'utilisation des machines du
confiseur ajoute au revenu du confiseur plus qu'elle ne soustrait à celui du médecin.
Mais considérons maintenant la situation où le confiseur aurait gagné son procès. Le confiseur aurait
alors eu le droit de continuer à faire fonctionner ses machines génératrices de bruits et de vibrations,
sans avoir à payer quoi que ce soit au médecin. Les rôles auraient été inversés ; le médecin aurait dû
indemniser le confiseur pour l'amener à stopper l'utilisation de ses machines. Si, parce que le
confiseur continuait d'utiliser ses machines, la perte de revenus du médecin avait été supérieure au
profit qu'en tirait le confiseur, un accord de marché par lequel le médecin indemniserait le confiseur
pour qu'il cesse d'utiliser ses machines aurait certainement été possible. C'est-à-dire que les
circonstances où il ne serait pas rentable pour le confiseur de continuer à utiliser ses machines et de
dédommager le médecin pour les pertes que cela lui occasionnerait (si le médecin avait le droit
d'empêcher le confiseur d'employer les machines), sont identiques à celles où il serait dans l'intérêt
du médecin d'indemniser le confiseur pour l'inciter à cesser d'utiliser ses machines (si le confiseur
avait toujours le droit de faire fonctionner ses machines).
R Coase, l’entreprise, le marché et le droit, traduit par B Aliouat, Editions d’Organisation 2005, p. 128
Exemple : Le marché des droits à polluer

Document 7.
Un marché de droits à polluer, encore appelé marché de permis négociables, est un instrument
économique de politique environnementale qui vise à limiter le niveau global de rejets polluants en
répartissant les coûts à supporter pour respecter cette contrainte de manière efficace.
L'idée de marché de permis négociables est née à la fin des années 1960, à la suite des travaux de
Ronald Coase (Prix Nobel d'économie en 1991) sur les effets externes et de John Dales sur les droits
de propriété pour l'usage de biens environnementaux. Cette idée fut partiellement expérimentée
quelques années plus tard, aux États-Unis, sous la forme de dispositifs permettant la réaffectation
entre entreprises de limites d'émissions de gaz polluants. Mais ce n'est qu'à partir de la fin des
années 1980 que de véritables marchés de permis négociables sont mis en place, dans le cadre de la
politique américaine de lutte contre la pollution atmosphérique. Le plus important a été développé à
partir de 1995, dans le cadre du programme concernant les pluies acides (Acid Rain Program), pour
réduire les émissions de dioxyde de soufre (SO2) des centrales de production d'électricité. Ce polluant
atmosphérique acidifie les eaux de pluies, ce qui entraîne le dépérissement des forêts, l'érosion des
matériaux et l'acidification des sols et des eaux douces. L'objectif de ce marché était de parvenir à
limiter les émissions de SO2 des centrales électriques situées sur le territoire américain à
8,95 millions de tonnes par an à partir de 2010, ce qui correspond à une baisse de 50 p. 100 des
rejets par rapport à 1980.
Ce marché a été bientôt dépassé en taille par le système communautaire d'échange de permis
d'émissions de gaz à effet de serre que l'Union européenne a mis en œuvre à partir de 2005, dans le
cadre de son programme de lutte contre le changement climatique. Le marché européen couvre plus
de 12 000 installations d'industries grandes consommatrices d'énergie (cimenterie, papeterie,
production d'électricité, etc.) localisées dans les pays membres de l'Union. Il a devancé de quelques
années le marché international de permis d'émissions de gaz à effet de serre qui a vu le jour à partir
de 2008, une fois acquise la ratification du protocole de Kyōto, négocié en 1997.
Dans un premier temps, les autorités publiques choisissent la quantité globale de rejets polluants
qu'elles autorisent sur un territoire et une période donnés, et créent une quantité équivalente de
permis qu'elles distribuent, gratuitement ou non, aux entités polluantes implantées sur ce territoire.
Ces dernières ont alors l'obligation de posséder une quantité de permis suffisante pour couvrir leurs
rejets polluants.
L'originalité du dispositif, le marché proprement dit, vient de la possibilité pour les acteurs concernés
de s'échanger les permis. De ces échanges résulte un prix de marché qui confère à la pollution un
coût d'opportunité (manque à gagner) ou un coût direct, selon que les permis ont été distribués
gratuitement ou non : dans le premier cas, lorsqu'une entreprise utilise ses permis pour couvrir ses
rejets polluants, elle se prive de la possibilité de les vendre sur le marché ; dans le second, elle
supporte directement un coût en devant acheter des permis lorsqu'elle pollue. Les entreprises
comparent alors les coûts qu'elles supporteraient si elles diminuaient leur pollution (en développant
ou en adoptant de nouvelles technologies moins polluantes, en réduisant leur production, etc.) aux
revenus qu'elles percevraient si elles vendaient les permis que la baisse des rejets a libérés ou aux
économies qu'elles réaliseraient en évitant de devoir acheter de nouveaux permis. Pour les
entreprises dont les coûts de dépollution sont faibles, il est intéressant de réduire les rejets polluants
et de vendre les permis non utilisés. À l'inverse, celles qui supportent des coûts élevés préfèrent
acheter sur le marché les permis qui leur manquent. Ainsi, chaque entreprise choisit
individuellement le moyen le moins coûteux de respecter la contrainte environnementale qui lui est
imposée.
Stéphanie MONJON, http://www.universalis.fr/encyclopedie/marches-de-droits-a-polluer/
Document 8. Présentation du marché des droits à polluer
http://savoir.neopodia.com/20100907-economie-finances-macro-eco-protocole-kyoto-emission-co2-gaz-effet-
serre-pollution-credit-carbone?t=294

Fiche d’exercices d’application

Exercice 1.
Une compagnie ferroviaire peut faire passer de 0 à 2 trains par jour sur une voie ferrée traversant le
champ d’un fermier. En notant q le nombre de trains, le profit de la compagnie ferroviaire est de 2

Le fermier peut cultiver chacune des parcelles situées de part et d’autre de la voie ferrée. Cependant,
en raison d’étincelles résultant du passage d’un train et susceptibles de mettre le feu à la récolte, son
profit dépend non seulement du nombre q 1 de parcelles cultivées mais aussi du nombre de trains
traversant son champ. Le profit du fermier est déterminé dans le tableau suivant :

Questions :
1- Déterminer la meilleure solution du point de vue de l’optimum social
2- On suppose qu’aucune réglementation n’oblige la compagnie ferroviaire à indemniser le fermier.
Déterminer la solution résultante. Montrer qu’un arrangement privé entre les deux agents
économiques est cependant susceptible de conduire à la solution la meilleure du point de vue de
l’optimum social. On suppose que la réglementation existante oblige la compagnie
ferroviaire à indemniser totalement le fermier.
3- Déterminer la solution résultante et montrer également qu’un arrangement privé entre les deux
agents économiques est susceptible de conduire à la solution la meilleure du point de vue de
l’optimum social. Comparer les deux arrangements en termes des profits réalisés.

Exercice 2.
Un apiculteur vit à côté d’un verger de pommes. Le propriétaire du verger bénéficie d’externalités
positives des abeilles parce qu’une ruche pollénise à peu près 1 acre de pommiers. Le propriétaire du
verger ne paie cependant rien en contrepartie pour ce service parce que les abeilles viennent dans le
verger sans qu’il n’y ait rien à faire. Parce qu’il n’y a pas assez d’abeilles pour polléniser le verger en
entier, le propriétaire du verger doit compléter la pollinisation par des moyens artificiels, à un coût
de 10 € par acre d’arbres.
L’apiculteur a un coût marginal Cm = 10 + 5 Q, avec Q le nombre de ruches. Chaque ruche lui
rapporte un miel d’une valeur de 40 €.
1. Combien de ruches l’apiculteur va t’il conserver ?
2. Est-ce le nombre économiquement efficace de ruches ?
3. Quels changements vont conduire à un fonctionnement plus efficace ?

Exercice 3. Application pollution et coût social

Une usine (A) produisant de la peinture est installée le long d'une rivière dans laquelle elle rejette ses
déchets. Une fabrique d'eau minérale (B) située en aval de l'usine subit un dommage (ou coût) : elle
doit accroître ses dépenses de dépollution de l'eau contaminée à mesure que la quantité de déchets
rejetés dans la rivière par l'usine augmente. Les coûts de A et B sont résumés dans le tableau ci-
dessous.

RAPPEL : À l'équilibre sur un marché concurrentiel, le prix est égal au coût marginal et à la recette
marginale.

Questions :

1. Dans cette situation de pollution, pourquoi peut-on parler d'externalité négative ?


2. Rappelez ce qu'est le coût marginal et mettez les chiffres entourés dans une phrase.
3. Reproduisez et complétez le tableau.
4. Sachant que le prix de marché d'une tonne de peinture est de 100 euros, quelle quantité de
peinture l'entreprise a-t-elle produire à l'équilibre sur le marché ?
5. Pour cette quantité produite, l'usine A pourrait-elle compenser les dommages qu'elle fait subir à
B ? Qu'en est-il pour des productions plus élevées ?
6. Quel est le niveau de production qui permet à l'entreprise A de faire le plus de profits tout en
indemnisant l'entreprise B (niveau socialement optimal) » ?

Quantité de peinture Coût marginal de Coût marginal de dépollution Coût social par tonne de
(tonnes) production de A (€) de B (€) peinture
1 50 20
2 60 40
3 100 120
4 120 150
On définit le coût social (Cs) comme étant la somme des coûts marginaux de production et des coûts marginaux de
dépollution pour tous les agents économiques. Ici nous n'avons que deux entreprises, A et B, donc le coût marginal d'une
tonne de peinture est : Cs = Cm A + Cm B.

Exercice 4. Théorème de Coase


Une industrie chimique rejette des déchets toxiques dans une rivière et réduit le profit d’une
compagnie de pêche de 150 000$ par an.
L’entreprise peut éliminer ces déchets à un coût de 100 000$ par an. La compagnie de pêche est une
coopérative qui syndique de nombreux pêcheurs.

1. Appliquer le théorème de Coase pour expliquer comment une négociation sans coût peut aboutir
à un résultat socialement optimal, peu importe à qui les droits de propriété sont assignés.
2. Vérifier le théorème de Coase si le coût d’éliminer les déchets est doublé et porté à 200 000$
(avec un bénéfice de la compagnie de pêche inchangé de 150 000$).
3. Pourquoi la négociation sans coût est illusoire et quelles sont les conséquences des coûts de
négociation ?