Vous êtes sur la page 1sur 34

LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009

1
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009

Sommaire

I. Introduction

1. Problématique

2. Les Matériaux isolants

II. Comment isoler son bâtiment ?

1. Isolation des murs


1.1. Isolation intérieur

1.2. Isolation extérieur

2. Isolation des toits

3. Isolation des plancher

4. Isolation des ouvertures : fenêtres

5. Isolation sans éléments rapportés

2
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009

I. Introduction :

La consommation d’énergie d’un bâtiment dépend de nombreux paramètres. Les


principaux sont la volumétrie du bâtiment et son orientation, l’étanchéité à l’air et la
performance thermique des parois, la qualité de l’installation de chauffage et de
ventilation hygiénique.
L’isolation thermique permet à la fois de réduire vos consommations d’énergie de
chauffage et / ou de climatisation et d’accroître votre confort.
Mais ce n’est pas tout : l’isolation est également bénéfique pour l’environnement car,
en réduisant les consommations, elle permet de préserver les ressources énergétiques
et de limiter les émissions de gaz à effet de serre.
Les transferts thermiques à travers des milieux poreux se font par :
conduction dans la masse solide et dans les gaz (air au repos dans les pores) .
convection du gaz dans les pores (réduite au minimum par réduction de la taille
des pores).
rayonnement entre éléments de parois du solide qui délimitent un pore.
Le caractère isolant d’une paroi dépend de l’épaisseur et de la nature des matériaux
mis en œuvre.
L'isolant n'existe jamais seul et il est le plus souvent associé à une étanchéité, un
bardage.

Quelques études donnent la répartition des pertes de l’énergie dans les maisons non
isolé thermiquement :

3
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009

1. Problématique :

L’isolation dans une habitation est un point essentiel de la thermique d’une maison.
L’isolation permet de diminuer les échanges de chaleur entre l’intérieur du bâtiment et
l’environnement extérieur, et ainsi diminuer les besoins de chauffage et, le cas échéant,
de climatisation. Cette isolation doit être pensée en fonction des contraintes
climatiques du lieu où se situe le
bâtiment. L’isolation thermique est le principe de base de la maison passive. Elle
emprisonne la chaleur à l’intérieur en hiver et garde la maison fraîche en été.
La lutte contre le gaspillage d’énergie passe par l’isolation thermique des bâtiments
chauffés, elle fait l’objet d’une réglementation précise datant de plus d’une trentaine
d’années. L’isolation des nouveaux logements est obligatoire mais c’est aussi un
moyen efficace de réduire les dépenses de chauffage et de climatisation (elle
fonctionne aussi en été !) tout en améliorant le confort.
Un autre enjeu à mener c’est comment isoler en dépensant le moins possible d’argent.

4
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
On peut considérer une maison comme un récipient percé de différentes sortes de
trous :
 Murs
 Toitures
 Plancher
 Ouvertures : Portes et fenêtres.
 combles plafonds

2. Les Matériaux isolants :

Ce sont des matériaux poreux qui comportent des espaces d'air non ventilés (ou autre
gaz) en leur sein.
La résistance thermique d’un matériau isolant est d’autant plus élevée que son
épaisseur est grande et que son coefficient de conductivité (lambda) est faible.
La résistance thermique, exprimée en m2.K/W, s’obtient par le rapport de l’épaisseur
(en mètres) sur la conductivité thermique du matériau considéré.
Pour choisir un produit isolant ou d’isolation, on prendra en compte sa résistance
thermique R. Plus R est important, plus le produit est isolant.
On parle de matériau isolant si sa valeur lambda est inférieure à 0.075 W/mK.
L'objectif est en effet de diminuer la conductivité thermique de l'ensemble (l’isolant)
grâce à la faible conductivité thermique de l'air sec au repos devant celle des autres
matières.
Car la Conductivité de l'air sec au repos est l = 0,023 W.m-1.K-1.
Cette valeur est inférieure à celle de tous les matériaux solides et inférieure à celles des
la plupart des matériaux isolants existent. Un matériau sera donc d'autant plus isolant
thermiquement qu'il comportera plus de vide. Il y a donc une relation directe entre le
pouvoir isolant et la masse volumique global r du matériau, qui tient compte de sa
porosité p.
p est définie par p =(r'-r)/r'
Avec r' la masse volumique du matériau sans les vides d'air.

5
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
Pour maintenir les caractéristiques d'isolation, il faut que l'air emprisonné reste le plus
sec possible et éviter à tout prix les phénomènes de condensation dans la masse de
l'isolant car, la conductivité augmente très vite avec l’humidité.
Exemple :

* Si on remplit 40% des pores de la mousse de polyuréthanne avec de l'eau, l


augmente de 150%.
* Si on double la quantité d'eau contenue dans le béton cellulaire (de 0,02 à 0,04
kgeau/kgbéton) alors l augmente de 50%.
D'où l'importance des pare-vapeurs qui limitent considérablement la migration de
vapeur d'eau dans les murs extérieurs.
Les critères des isolants thermiques :
 Les isolants utilisés en toiture doivent être peu compressibles et stables

dimensionnellement pour ne pas engendrer d’efforts dans l'étanchéité due aux


dilatations.

Matières Lambda caractéristiques


en W.m-1.K-1
Verre cellulaire 0.044  Excellente résistance à la compression répartie
 Excellent comportement à l'eau.
 Produit cassant à manipuler avec soin.
 Bonne compatibilité avec les revêtements
d'étanchéité collés à chaud.
 Emploi optimal en isolation des toitures de bâtiments
à forte hygrométrie (piscine, papeterie...).

Laine de roche 0.037  Fabriquée à partir de roches volcaniques,


caractérisée par une meilleure résistance au feu que
la laine de verre.
 Faible résistance à la compression, emploi limité aux
toitures inaccessibles.
 Bonne compatibilité avec tout revêtement
d'étanchéité. Excellente tenue au feu.
 Emploi optimal sur toiture acier

 Leur comportement vis à vis de l'eau, de la vapeur d'eau, du feu, des

phénomènes acoustiques sera aussi à considérer.


 Ils devront être faciles à poser, et compatibles avec les revêtements d'étanchéité

(posés à la flamme, par exemple).

Classification des matériels isolants :

 Produits naturels :

6
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
Matières Lambda en W.m-1.K-1
Le liège 0.03-0.05
Paille et déchet de bois aggloméré 0.044-0.053

 Produits minéraux.

 Matières plastiques :

Matières Lambda en W.m-1.K-1 caractéristiques


 Assez bonne résistance à la
compression et bon
comportement à I’ humidité.
 Très léger, il est facile à
poser et à découper
 Variations dimensionnelles
importantes.
 Il n'accepte aucun
Polystyrène expansé 0.03-0.045 revêtement adhérent collé au
bitume chaud ou à la flamme.
 Mauvaise tenue au feu
excluant son emploi sur bac
acier.
 Emploi optimal en isolation
par l'intérieur ou en vêture.

 Un des meilleurs pouvoirs


isolants.
 Assez bonne résistance à la
compression et bon
comportement à l'humidité.
Mousse de polyuréthanne 0.024-0.029  Très léger, il est facile à
poser et à découper.
 L'emploi le plus important est
en support d'étanchéité
indépendant sous protection
lourde.
Définition : Résines
PVC expansé ou cellulaire 0.03 thermoplastiques avec petites
cellules vides occlues
 un meilleur pouvoir isolant.
 Bonne résistance à la
compression et faible
comportement à l'humidité
 Très léger, excellente facilité
de pose.
 Variations dimensionnelles
Mousse Résole Inférieur à 0.022 moyennes.
 Offre une bonne compatibilité
avec les revêtements
d'étanchéité,
 la seule mousse organique
comparable aux isolants
minéraux sur le plan de la
tenue au feu.
Bétons cellulaires 0.08-0.3 Ils sont obtenus par dégagement
de gaz dans le mélange, ce qui
crée de petits pores au cours de

7
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
la prise du béton. La réaction
peut se faire à froid où à chaud
(en autoclave) pour l'accélérer.

o Ponce : 0.145
Bétons légers o Argile expansé : 0.2 à 0.7
o Pouzzolane : 0.25
De nombreuses petites alvéoles
Briques creuses multi sont séparées par les parois de
alvéolaires terres cuites.

II. Comment isoler son bâtiment ?


1. Isolation des murs
1.1. Isolation intérieur :
Elle est intéressante lorsque le ravalement extérieur est en bon état.

Les avantages immédiats sont :


 l’absence de modification de l’aspect extérieur de la maison ;
8
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
 un coût relativement peu élevé, mais entraînant une réduction de la surface des
pièces, des gênes possibles par exemple pour l’ouverture des fenêtres du fait de
l’épaisseur additionnelle, une mise en œuvre qui peut être contraignante dans le
cas de prises, canalisations ou autres équipements à démonter.
Deux cas peuvent utiliser dans cette catégorie :
Soit l’isolant est derrière une contre-cloison maçonnée ou sur ossature.
L’isolant est le plus souvent collé ou fixé mécaniquement au support. La contre-
cloison est en briques plâtrières ou en carreaux de plâtre ou encore en plaques de plâtre
vissées sur des ossatures.
Cette technique est adaptée pour l’isolation des murs irréguliers en permettant de
rattraper les inégalités de surface. En dissociant l’isolant du parement, on peut
contrôler la bonne mise en œuvre de l’isolation. Ce système permet d’insérer, sans
détériorer l’isolation, les câbles et prises électriques.

Les panneaux composites ou complexes de doublage :


Ils se composent d’un panneau isolant (polystyrène expansé, polystyrène extrudé,
polyuréthane ou laine minérale) revêtu d’un parement en plâtre (qui évite la contre
cloison). Les panneaux sont fixés contre le mur, par collage (paroi sèche et plane) ou
par vissage sur tasseaux (fixés préalablement au mur, ils permettent de ménager une
lame d’air entre l’isolant et la paroi).
Cette solution offre l’avantage que la pose s’effectue à l’aide d’un seul produit.

9
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009

On utilise le plus souvent des panneaux isolants collés sur la partie du mur qui assure
la résistance mécanique. On ajoutera un pare-vapeur du coté intérieur (en général entre
l'isolant et l'enduit plâtre qui sert de support aux peintures et tapisseries).

1.2. Isolation extérieur :


L’isolation par l’extérieur est la meilleure lorsque les enduits extérieurs sont
défectueux.
L’isolation par cette méthode intègre : l’isolant, enduit, joint. On ne parlera donc pas
de l'isolant seul, mais de vêtures, de mur manteau.
Elle permet de faire deux opérations en même temps : l’isolation et le ravalement.

10
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009

Les avantages :
o traiter un plus grand nombre de ponts thermiques ;
o ne pas modifier les surfaces habitables ;
o protéger les murs des variations climatiques.
1.3 .Bardage :
Le bardage est un système préfabriqué, dérivé des techniques de couverture, constitué
d'éléments fixés mécaniquement sur l'ossature. Des panneaux isolants sont insérés
entre ossature et bardage. Le choix du bardage est affaire d'esthétique et de coût.
Récemment sont apparus de nombreux matériaux:
pierres reconstituées avec des résines, béton, polyester, terres cuites, stratifiés, acier,
aluminium, céramiques, ardoises, PVC...
Les avantages du bardage: entretien inexistant ou très espacé, durabilité, résistance aux
actions climatiques, stabilité, étanchéité à l'eau, résistance au feu, simplicité de pose.
2. Isolation des toits
L’isolation des toitures est la plus rentable et la première étape à réaliser car le
potentiel d’économies d’énergie est important.

11
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009

C’est souvent la partie la plus facile à traiter. En effet, l’air chaud, plus léger, s’élève
naturellement et vient en grande partie se loger sous les toits.

 Les combles perdus :

Ce sont des locaux situés sous des toitures inclinées.


Ils ne sont pas chauffés et doivent être séparés du
logement chauffé par une barrière isolante.
L’isolation de cette partie est d’autant plus nécessaire
que les déperditions de chaleur sont importantes.

Dans les combles perdus, deux possibilités :


 Isolation sur le plancher :
L’isolant est disposé sur le plancher, en une ou deux couches, selon les cas. Les
produits peuvent être :
o les laines minérales (de verre ou de roche) en rouleaux ou en panneaux,
surfacés ou non d’un pare-vapeur.
o la laine minérale en vrac qui est soufflée à l’aide d’un appareillage approprié.
o les isolants en panneaux (polystyrène expansé, polystyrène extrudé,
polyuréthane) disposés bord à bord sur le plancher.

 Isolation entre les solives

12
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009

 Les combles habitables / aménageables :

Les combles habitables sont la partie d’une construction située sous une toiture
inclinée et dont l’utilisation nécessite le chauffage puisqu’on y habite.

Deux techniques d’isolation existent :

 L’isolation sous rampants, avec parement de finition (plâtre, bois). La pose de


l’isolant peut être effectuée en une seule couche sous la charpente ou en deux
couches : la première entre les chevrons, la seconde sous les chevrons.
La ventilation de la couverture est indispensable. Il faut ménager une lame d’air
d’au moins 3 cm entre l’isolant et la couverture, sur toute la sous-face de la
toiture. Celle-ci doit être portée à 6 cm en cas de couverture étanche à l’air
(tôle, zinc) et doit être ventilée.
 l’isolation sur toiture, réalisée au moyen de panneaux de toiture porteurs qui
comprennent le support ventilé de couverture, l’isolation et le cas échéant le
parement de sous-face. Cette technique augmente le volume habitable, assure
une isolation continue et durable, préserve la charpente des variations de
température et d’humidité et garantit la ventilation de la couverture.
Lorsqu’un pare-vapeur est nécessaire, il doit être impérativement placé du côté
chaud, c’est à dire côté intérieur au logement. Ce pare-vapeur peut être indépendant
ou associé à l’isolant.

3. Isolation des plancher :


Des techniques d’isolation adaptées :

13
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009

Les techniques d’isolation consistent à utiliser :


 des planchers béton à
poutrelles et entrevous PSE
(polystyrène expansé)
certifiés à languettes ;
 des planchers béton à
poutrelles avec isolation
sous dalle flottante
 des planchers en dalles de béton cellulaire ;

Les planchers sur terre-plein :


Au stade de la construction, on peut choisir plusieurs techniques :
 l’isolation doit être intégrée sur toute la sous-face du plancher ;
 la dalle peut être constituée d’entrevous isolants à languettes certifiés ;
 l’isolation peut être réalisée par un isolant sous dalle flottante (dans ce cas,
pensez à inclure le système de chauffage dans la dalle).
Dans le cas des planchers sur terre-plein ancien, le seul moyen est de rapporter un
isolant sous dalle flottante.
Les isolants (laines minérales ou mousses alvéolaires) utilisables pour cette isolation
doivent impérativement être qualifiés pour cette application.

4. Isolation des ouvertures : portes et fenêtres :


La qualité de la fenêtre :

14
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
Les fenêtres modernes sont toutes munies de garnitures d’étanchéité qui leur confèrent
d’excellentes performances en termes de perméabilité à l’air et d’étanchéité à l’eau.
Des solutions performantes existent en menuiseries bois, PVC, et aluminium à rupture
de pont thermique. Les menuiseries en aluminium sans rupture de pont thermique sont
à proscrire en raison de la forte conductivité thermique de ce matériau (source de
déperditions thermiques et d’inconfort).
Afin d’apporter toutes garanties à l’utilisateur et de ne pas provoquer de désordres
dans la maçonnerie, il est conseillé de faire appel à une entreprise qualifiée.
L’amélioration de l’étanchéité à l’air d’un logement permet de supprimer les courants
d’air mais nécessite la mise en place d’une ventilation contrôlée, capable de faire «
respirer » votre logement.

La qualité du vitrage :
Le double vitrage classique (deux verres emprisonnant une lame d’air) est plus
performant que le simple vitrage :
 il réduit l’effet de paroi froide ;
 il diminue les condensations et les déperditions thermiques à travers les
fenêtres.
Le double Vitrage à Isolation Renforcée (VIR) constitue la nouvelle génération de
doubles vitrages. Une fine couche transparente peu émissive (généralement à base
d’argent) est déposée sur une des faces du verre (coté lame d’air). Cette couche agit
comme un bouclier invisible pour empêcher en hiver la chaleur intérieure de fuir à
l’extérieur. Le double Vitrage à Isolation Renforcée (VIR) a un pouvoir isolant deux à
trois fois supérieur à celui d’un double vitrage ordinaire, et plus de quatre fois
supérieur à celui d’un vitrage simple.
Il peut permettre des économies de chauffage de l’ordre de 10 % et améliore fortement
les conditions de confort. En effet, il fait disparaître
l’effet de paroi froide.
Associé à un système de gestion des apports solaires
(occultation extérieure), il peut contribuer à limiter les
effets de surchauffe en été.

Le rôle des protections solaires :

15
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
Les protections solaires s’apprécient l’été dans la gestion des apports de chaleur par le
soleil.
Mais leur rôle est également important l’hiver sur le plan thermique. La nuit, des
volets pleins fermés limitent sensiblement les déperditions de chaleur. De plus, les
fermetures, volets et persiennes participent à la sécurité vis-à-vis des risques
d’intrusion.
 Quatre techniques d’isolation d’une paroi vitrée :
Vos menuiseries sont en bon état mais encore équipées de simple vitrage :
Le survitrage :
Il consiste à poser sur la fenêtre existante une vitre rapportée à l’aide de profilés
spécifiques. Il convient alors de renforcer l’étanchéité de la fenêtre à l’aide de joints
appropriés. Trois types de systèmes existent : ouvrants, démontables et fixes.
Avantage : c’est une solution peu onéreuse, mais d’une efficacité relative.
Inconvénient : le vitrage rapporté peut alourdir l’ouvrant et provoquer son affaissement
puisque ni sa structure ni sa quincaillerie ne sont prévues pour supporter cette
surcharge. Pour éviter tout problème, avant de choisir cette technique, il faut faire un
diagnostic des menuiseries existantes.
Le double vitrage de rénovation :
Il consiste à remplacer sur la fenêtre existante le simple vitrage par un double vitrage
dit de « rénovation ». Il s’agit de doubles vitrages équipés en atelier de minces profilés
permettant de les fixer dans les feuillures
existantes. Le choix des profilés en aluminium ou en PVC se fait en fonction de
l’esthétique recherchée et du mode de pose souhaité.
Comme pour la technique précédente, le vitrage de rénovation peut alourdir l’ouvrant
et provoquer son affaissement puisque ni sa structure ni sa quincaillerie ne sont
prévues pour supporter le doublement du poids du vitrage. Il est important également
de renforcer l’étanchéité de la fenêtre.
Vos menuiseries ne sont pas en bon état : le remplacement des fenêtres s’impose.
Il doit être réalisé par des professionnels qualifiés, car il nécessite un véritable savoir-
faire afin d’éviter tous dégâts occasionnés par des défauts d’étanchéité.

16
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
Deux méthodes éprouvées permettent la mise en œuvre de fenêtres équipées de double
vitrage :

Changement de fenêtre avec conservation du dormant existant :


Rapide et sans dommage pour l’environnement immédiat de la baie (enduit, papier
peint, baguette de finition, etc.), il nécessite toutefois un bon état sanitaire du dormant
de l’ancienne fenêtre.
Il est réalisé en mettant en œuvre par recouvrement sur ce dormant une nouvelle
fenêtre complète (dormant + ouvrant), en PVC, en aluminium ou en bois. Avec cette
méthode, il est essentiel d’éviter le confinement du dormant existant en s’assurant de
sa bonne ventilation. De nombreuses sociétés proposent un catalogue important de
fenêtres dites de rénovation.
Remplacement total de l’ancienne fenêtre :
Opération plus lourde que la précédente, elle nécessite souvent des travaux de
maçonnerie plus importants qui ne pourront préserver la décoration autour des baies.
Cette méthode est généralement retenue quand des contraintes d’ordre architectural
existent, telles que le respect des lignes des cadres menuisées et des surfaces vitrées.
Le remplacement de la fenêtre complète (ouvrant et dormant) est la solution à retenir
dans tous les cas où la fenêtre existante est en mauvais état. Elle apporte une isolation
thermique et acoustique supérieure.
Économiquement, c’est la solution la plus performante. Il est recommandé de choisir
des fenêtres équipées d’un double Vitrage à Isolation Renforcée (VIR).

5. Isolation sans éléments rapportés :


Cette solution permet d’isoler et de construire avec un seul produit porteur et isolant. Utilisée
en construction neuve, elle est aussi intéressante dans le cas d’une réhabilitation lourde :
extension ou surélévation.
L'isolation est répartie dans la masse de la paroi. Pour avoir une épaisseur raisonnable, il faut
utiliser un matériau alliant d'assez bonnes caractéristiques mécaniques et d'isolation
thermique.
Ce compromis peut être difficile à trouver en raison de la nature même des matériaux isolants,
ce qui explique pourquoi on sépare le plus souvent les 2 fonctions : résistances mécanique et
thermique.

17
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
Deux grandes familles sont proposées:
 Les mono murs de terre cuite.
 Les blocs et panneaux hauteur d’étage en béton cellulaire.
Les avantages de cette méthode sont :
 gagner du temps pour la mise en œuvre : structure porteuse et isolation thermique en
un seul produit.
 faciliter la mise en œuvre des menuiseries, plomberies et réseau électrique.
 réduire les ponts thermiques.
 améliorer le confort thermique (bon compromis entre l’inertie thermique et
l’isolation).

Matériaux à changement de phase


Enjeu :
 En hiver, l’isolation thermique réduit les pertes de chaleur.
 En été, le confort thermique doit encore être amélioré.
Solution  Matériaux à changement de phase
Prince du produit à changement de phase :
-Température reste constante pendant le changement de phase
-Importante quantité d’énergie absorbée
Grâce à la microencapsulation les Micronal PCM peuvent être incorporés dans les
matériaux de construction

Les Micronal PCM sont indestructibles et non toxiques.


Ils sont disponibles sous forme liquide ou poudre.

18
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009

Conclusion :

L’isolation thermique est un moyen efficace pour diminuer la facture de chauffage et


accroître le confort de la maison. Il existe des produits d’isolation adaptés à chaque
situation : pour les murs, les planchers ou les plafonds, pour les fenêtres, pour
l’intérieur ou l’extérieur. Des solutions techniques diversifiées permettent de traiter
chaque cas avec efficacité. Les travaux d’isolation thermique peuvent donner droit à
des aides financières, accessibles aux propriétaires ou aux locataires, qui permettent
d’alléger sensiblement les dépenses.

19
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009

20
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009

Sommaire
Introduction
I. Les principes de l’isolation acoustique

1.1 Les bases de l’acoustique d’une pièce


A) Temps de réverbération RT

B) L’indice d’affaiblissement acoustique d’une paroi « R »

1.2 L’isolation acoustique et phonique

II. Les différents types de bruits

2.1 Bruits extérieurs au bâtiment


2.2 Bruits intérieurs au bâtiment

III. Les solutions

3.1 Solutions architecturales

3.2 Solutions adéquates au différent élément du bâtimen

Conclusion

21
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009

Introduction

Nous allons vous parler dans ce dossier de l’isolation acoustique et du bruit qui

est de plus en plus courant dans notre société. Comment reconnaître les différents types

de bruits et les analyser pour mieux trouver l’isolation qu’il faut pour réduire la

nuisance occasionner. C’est pourquoi nous verrons dans un premier chapitre les

principes de l’isolation acoustique, puis dans un deuxième les différents types de bruits

et enfin dans un troisième les solution à ces types de bruits.

I- LES PRINCIPES DE L’ISOLATION ACOUSTIQUE

1.1 Les bases de l’acoustique d’une pièce :

22
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
Il faut bien distinguer « isolation » acoustique » et « correction » acoustique. En effet,
« isoler » acoustiquement un bâtiment, c’est minimiser le niveau du bruit produit dans une
pièce vers l’extérieur, tandis que « corriger » acoustiquement, c’est modifier le rendu sonore
de la pièce (notamment le temps de réverbération, réduire les résonances, améliorer la réponse
à certaines fréquences…) pour l’adapter au besoin.

Principes de la transmission des sons

Le signal sonore étant une vibration de l’air, il se transmet par tout ce qui peut entrer en
vibration. Toutes les fréquences ne se transmettent pas de la même manière : les aiguës sont
absorbés très facilement par un simple tissu mural. Les médiums et les graves sont plus
délicats car ils se transmettent par les portes et les cloisons minces. Les fréquences d'extrême
grave sont très difficiles à arrêter car leurs très grandes longueurs d’onde et leur grande
énergie se propagent même dans des structures assez lourdes.

Principes de l’isolation
Pour isoler un local de l’environnement extérieur, il faut que les ondes soient absorbées ou
réfléchies, avant de traverser la paroi. Suivant la nature de cette paroi, le coefficient
d’absorption déterminera la part de signal qui traverse. Le système le plus courant pour isoler
consiste à doubler la paroi avec un vide d’air. Cet espace sera rempli de panneaux
amortissants (laine de verre) pour éviter les réflexions internes (qui ne feraient qu’ajouter des
fréquences de résonance dans les bas médium). La laine de verre absorbe aussi toutes les
fréquences médium et aiguës.
Cette double cloison ne fonctionne que si les 2 parois sont posées sur des supports
amortissants pour que les vibrations ne se transmettent pas, par le sol ou le plafond

A. Temps de réverbération RT

Le temps de réverbération RT caractérise véritablement l’acoustique d’une salle. Il se


définit comme la durée que met un son pour diminuer. Le temps de réverbération est
déterminant pour " l'ambiance acoustique" d'une pièce.

Exemple :
Cas n° 1 : murs, plafond et sol en béton brut : RT = 4,9 s
(1000 Hz)

23
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
Il s’agit du cas classique de la pièce brute dans un sous-sol. : Ce local sera très
réverbérant.

Cas n° 2 : murs en papier peint, plafond en plâtre peint, sol


en carrelage : RT = 1,7 s ( 1000 Hz) .

Il s’agit d’une typique salle de séjour domestique. le


carrelage reste très réverbérant (0,02). Cependant, le temps
de réverbération chute quasiment d’un facteur 4. C’est
évidemment beaucoup mieux que la pièce « brute de
béton » niveau réverbération.

Cas n° 3 : mur avant recouvert de 50mm de laine de roche forte densité (100 kg/ m3), sol
recouvert de moquette épaisse, murs latéraux et arrière en papier peint, plafond en
plâtre peint. RT = 0.4 s (1000 Hz)

Nous disposons de matériaux acoustiquement très


absorbants. Lorsqu’ils sont mis en œuvre dans notre pièce
de test, le temps de réverbération chute de manière
spectaculaire, et cela en traitant simplement le mur avant et
le sol. La pièce est devenue calme, tranquille et feutrée.
Lorsqu’on claque sans ses mains, il ne se produit plus aucun
écho. Et lorsqu’une personne parle, même à l’autre bout de
la pièce, on comprend distinctement ses propos, sans qu’elle
n’ait besoin de hausser la voix.

B. L’indice d’affaiblissement acoustique d’une paroi « R »

Ce chiffre caractérise l’affaiblissement acoustique d’une paroi et s’exprime en dB(A). Plus


« R » est grand, plus l’isolation phonique du local sera élevée. On considère qu’une pièce est

24
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
véritablement « isolée phoniquement » si l’indice d’affaiblissement R des murs la séparant
des pièces voisines atteint, au minimum, 45 à 50 dB(A) .

1.2 L'isolation acoustique et phonique


Après avoir vu en détail le traitement et la correction acoustique d’une pièce nous abordons
maintenant le délicat problème de l’isolation acoustique. Pour réduire les réflexions primaires,
le traitement acoustique a pour fonction de diminuer la part d’énergie réfléchie dans la pièce,
par l’utilisation de matériaux fibreux du genre laine minérale. En aucun cas, le traitement
acoustique ne permet de réduire l’énergie transmise (voir figures 1 et 2). Une correction
acoustique ne constitue donc pas une solution efficace pour isoler phoniquement une pièce
vis-à-vis des locaux adjacents.

Figures 1 et 2 : 1 énergie sonore incidente, 2 énergie transmise, 3 énergie réfléchie, 4a et


4 b énergie absorbée dans le matériau acoustique

II/ LES DIFFERENTS TYPES DE BRUITS

2.1 Bruits intérieurs aux bâtiments

25
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
Les bruits qui assaillent l’habitant ou l’occupant d’un bâtiment sont de plus en plus
nombreux, et très divers en nature et en intensité. Il faut tout d’abord distinguer les
bruits intérieurs des bruits extérieurs. Chaque catégorie requiert un type de protection
particulier. Ce sont essentiellement les murs et les closions intérieurs, les planchers,
qui nous protégeront des bruits intérieurs, les façades et toitures des bruits extérieurs.

2.2 Bruits extérieurs aux bâtiments

Ils sont produits principalement par les véhicules de toutes sortes circulant dans les
rues et sur les routes. Dans les zones voisines des aérodromes s’y ajoutent les bruits
des avions. Chacun de ces types de bruits a malheureusement un mode d’évaluation
qui lui est particuliers.

Bruit aux abords de la circulation

Bruit des trains

Bruit des avions au voisinage des aérodromes

On distingue aussi :
1° Ceux dont la plupart de l'énergie est rayonnée directement dans l'air autour la source
sonore : cas du véhicule automobile circulant dans la rue ;
2° Ceux produits à l'origine par la vibration d'un corps transmise directement à la
matière des solides qui le prolongent ou qui sont à son contact : cas de la vibration d'un
moteur transmise par son socle, ou de la vibration d'un rail au passage d'un train,
transmise à un bâtiment voisin par le sol.

A) Bruits aériens

Dans les bâtiments à usage d'habitation les principaux bruits sont ceux de l'occupant :
conservations, cris, chants, et ceux des postes récepteurs de radio- diffusion et de
télévision et électrophone. Il s'y ajoute parfois le son des instruments de musique que
possède l'habitant.

B) Bruits de chocs

26
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
Ces bruits sont aussi très divers dans le bâtiment. On retient essentiellement ceux qui
sont de meubles, produits par les chutes d'objets sur les planchers, les déplacements de
meubles, les circulations des habitants (bruits de pas).

C) Equipements collectifs et individuels


Au titre des équipements collectifs on doit examiner :
-le bruit dû au chaulage collectif, essentiellement celui qui vient de la chaufferie
-le bruit créé par l'ascenseur, venant de la machinerie, de la cage dans son
déplacement, de l'ouverture et de la fermeture des portes
-le bruit provenant de la ventilation mécanique
-le bruit créé par le vide-ordures chute des objets et claquements des vidoirs.

III/ LES SOLUTIONS

3.1 Solution architecturale :

a. Entre garages et logements :

L'entrée du garage collectif situé en sous-sol


d'un immeuble doit être éloignée, si possible,
des logements, car le bruit émis par les voitures
en montée ainsi que celui produit par la porte
du garage peuvent être importants.
On situe de préférence, l'entrée près du hall de
l'immeuble ou des commerces ou sous des
locaux craignant peu les nuisances sonores.
A défaut, on prévoit au-dessus de l'entrée du
garage une << casquette >> formant un
écran.

b. Entre circulations communes (escalier) et pièces principale :

27
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
L'incorporation des entrées d'appartement, la présence de couloirs, rangements..., séparant les
pièces principales des circulations communes de l'immeuble, permettent d'assurer un bon
isolement aux bruits aériens.

On évitera de rendre mitoyens une cage d’escalier et une pièce principale

Ecrans en dur: ces écrans peuvent être réalisés en différents matériaux, tels que béton, verre,
bois, matières plastiques, métal, mousses d'argile.
Il est à noter que la forme de l'écran est importante. En effet pour une même protection
acoustique, un écran peut plus ou moins dégager l'espace visuel

28
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
Bruits de plomberie

Le système de tuyauterie d'un bâtiment est le pire ennemi car les canalisations et les radiateurs
propagent le son dans tout l'édifice. Il faudra donc penser à isoler toutes les fixations murales
en remplaçant les colliers d'origine par des colliers d'un diamètre supérieur.

Eviter les coudes dans les pièces principales

Protection immeuble-immeuble :

Ainsi les cours d'immeubles sont protégées des bruits de la circulation automobile par les
écrans que constituent les immeubles qui les entourent. Les pièces principales des bâtiments
d'habitation, et notamment les pièces de sommeil, seront, de préférence, côté cour intérieure.
La disposition du plan de masse peut donc permettre de se protéger des bruits de circulation,
mais il faut étudier la disposition des bâtiments, sans oublier qu'une façade est susceptible de
réfléchir les ondes sonores.

29
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009

3.2 Solutions adéquates au différent élément du bâtiment

a. double cloison :

Les parois double sont constitués de deux parois


simple sépare par un vide d’aire ; ce vide d’aire peut
comble par un matériaux l’indice d’affaiblissement
acoustique R de ces parois est fonction des
caractéristiques suivant :
la masse de chaque parement

L’épaisseur de vide d’aire


L’épaisseur et la nature des matériaux isolants dans le vide d’aire
En sus de la solution de remplir le creux d’une cloison légère de laine minérale ;
il est également possible d’obtenir une isolation acoustique encore plus performante
par l’utilisation de panneaux.

30
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009

b. Panneau isolant directement coller au mur:

-Répartir la colle (mortier adhésif) par


plots espacés de 30 à 35 cm.

-Plaquer le panneau contre le mur en le


posant sur des cales de niveau.

-Appuyer fortement et uniformément sur le


panneau pour une bonne adhérence et
vérifier la planéité à l’aide d’une règle.

Les parois séparatives ne


doivent jamais s’arrêter au nu
d’un plafond léger

L’affaiblissement des vibrations peut être obtenu par la création d’une tranchée ou
sont incorporés des matériaux élastiques.

31
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
La fenêtre
C'est en grande partie à travers la vitre que le bruit passe, car :
- sa masse est moindre que celle des autres parois
- plus la surface vitrée est grande, plus le bruit passe
Les solutions :
- vitrage très épais
- double vitrage acoustique
- remplacement des joints d'étanchéité
-doublage du châssis

La porte extérieure :

C'est également un point faible. Il faut veiller aux joints d'étanchéité, ou par exemple,
remplacer votre porte simple par une porte isolante.

Le coffre des volets roulants


Dans certains cas, une bonne isolation acoustique des parois vitrées n'apportera pas
l'amélioration escomptée si le coffre des volets roulants n'est par parfaitement isolé et
étanche. C'est le cas notamment, des coffres et volets roulants situés à l'intérieur du
logement.

32
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
Les entrées/sorties d'air de la ventilation :
Des bouches d'air spécialement conçues sont nécessaires pour assurer à la fois une
bonne étanchéité au bruit et un renouvellement d'air neuf dans le logement. En effet,
un logement mal ventilé peut subir des dégradations et induire des risques sanitaires
sur ses occupants.

Sols, planchers
Un confort acoustique suffisant à l’intérieur d’une habitation s’avère très important.
C’est ainsi qu’un sol se doit de présenter une bonne isolation acoustique contre les
bruits aériens et de contact.

Sol flottant :

Les bruits qui sont transmis par le sol sont principalement des bruits de contact (pas,
chutes d’objets etc..), qui se transforment en énergie acoustique transmise dans toute la
structure du bâtiment.
En raison de leur masse élevée, les sols en béton constituent une bonne isolation contre
les bruits aériens; mais ne satisfont pas aux exigences en ce qui concerne ces bruits de
contact.
La solution peut être la mise en place d’un sol flottant.
Les sols en bois, pour leur part, offrent de mauvaises performances dans les deux cas.
L’ajout d’un faux-plafond sous le plancher résoudra les deux désagréments; mais la
pose d’un sol flottant résoudra efficacement le problème des bruits transmis par
contact, tout en améliorant l’isolation des bruits aériens.

33
LP-TMBTP Isolation thermique & acoustique 2008/2009
Le principe du sol flottant est d’intercaler une couche intermédiaire souple entre la
chape et la structure porteuse. Toutefois, le résultat ne sera atteint que si tout contact
avec les murs et le plancher a été éliminé : une bande périphérique sera utilisée contre
les murs et autour des conduites.
Le matériau utilisé peut être soit des panneaux de laine minérale (combinant ainsi
isolation thermique et acoustique), soit une sous-couche de mousse polyéthylène.

34

Vous aimerez peut-être aussi