Vous êtes sur la page 1sur 26

‫المدرسة الوطنية للمهندسين بتونس‬

Ecole nationale d’ingénieurs de Tunis

Département Génie Civil

Rapport de stage ouvrier

Réalisé par :
MASMOUDI MOHAMED
Classe :2AGC1

Encadré par :
Mr LOUHICHI Ammar

Période : du 1er au 30 juin 2014

Année universitaire 2014/2015


Remerciements
Au terme de ce rapport de stage ouvrier, je tiens tout d’abord, à remercier tous ceux
qui m’ont aidé à élaborer ce stage dans les bonnes conditions.

En premier lieu, je voudrais remercier monsieur LOUHICHI Ammar pour son


encadrement et ses précieux conseils qu’il m’a offerts durant la période du stage.

Egalement, je remercie le staff de la société NEIFFAR de bâtiment SONEB et tout le


personnel de l’équipe de travail de la société pour sa générosité et son ambiance qui m’ont
permise de s’intégrer facilement. Aussi, je remercie tout le personnel administratif et
technique de la société pour son accueil chaleureux.

Je présente ma reconnaissance surtout à l’ENIT, mon école, pour l’occasion qu’elle


m’a offerte pour effectuer ce stage ouvrier.

2
Sommaire
I. Présentation du projet ......................................................................................................... 6
1. Présentation de l’immobilière ......................................................................................... 6
2. Description du projet ....................................................................................................... 6
a. Implantation ................................................................................................................. 6
b. Composition................................................................................................................. 6
3. Les intervenants du projet ............................................................................................... 9
II. Déroulement des travaux .................................................................................................... 9
1. Travaux de terrassement .................................................................................................. 9
a. Réalisation de la fouille ............................................................................................... 9
b. Rabattement de la nappe phréatique .......................................................................... 10
c. Les différentes variantes de soutènement utilisées .................................................... 11
2. Mise en place du radier ................................................................................................. 14
a. Béton de propreté ....................................................................................................... 15
b. Ferraillage du radier ................................................................................................... 15
c. Bétonnage de radier générale ................................................................................... 18
3. Voiles ............................................................................................................................ 19
a. Le voile périphérique ................................................................................................. 19
b. Voiles pour cage d’ascenseur .................................................................................... 20
4. Les poteaux ................................................................................................................... 21
a. Traçage ...................................................................................................................... 21
b. Ferraillage .................................................................................................................. 22
c. Coffrage ..................................................................................................................... 23
d. Bétonnage .................................................................................................................. 23
5. Dalle pleine ................................................................................................................... 23
a. Coffrage ..................................................................................................................... 24
b. Ferraillage de la dalle ................................................................................................ 24
c. Coulage de la dalle .................................................................................................... 25

3
Liste des figures

Figure 1: Emplacement du projet ............................................................................................... 6


Figure 2: Façade de l'hôtel ......................................................................................................... 7
Figure 3: Réalisation de la fouille ............................................................................................ 10
Figure 4: Rabattement de la nappe phréatique par des aiguilles filtrantes ............................... 11
Figure 5: Photo aérienne du terrain du projet ........................................................................... 12
Figure 6: Réalisation de la paroi micro-berlinoise ................................................................... 12
Figure 7: Implantation des rideaux de palplanches .................................................................. 13
Figure 8: Implantation des pieux sécants ................................................................................. 14
Figure 9: Coulage du béton de propreté ................................................................................... 15
Figure 10: Découpage des armatures ....................................................................................... 16
Figure 11: Façonnage des armatures ........................................................................................ 16
Figure 12: Pose du 1er lit d'armatures ...................................................................................... 17
Figure 13: Fixation des chaises et des prés poteaux ................................................................. 17
Figure 14: Pose du 2eme lit d’armatures .................................................................................. 18
Figure 15: Coulage du radier générale ..................................................................................... 18
Figure 16: Coffrage du voile périphérique ............................................................................... 19
Figure 17: L’étanchement de la voile par une couche de flinckote.......................................... 20
Figure 18: Coffrage de la cage d’ascenseur ............................................................................. 21
Figure 19: Serrage des panneaux de coffrage .......................................................................... 21
Figure 20: Traçage des axes sur une petite couche de mortier ................................................. 22
Figure 21: Ferraillage des poteaux ........................................................................................... 22
Figure 22: Coffrage des poteaux .............................................................................................. 23
Figure 23: Coffrage de la dalle ................................................................................................. 24
Figure 24: Ferraillage de la dalle .............................................................................................. 25
Figure 25: Coulage de la dalle.................................................................................................. 25

4
Introduction
Pour la plupart des étudiants, le stage ouvrier sera le premier contact avec une
entreprise industrielle et la meilleure opportunité pour vivre dans le cadre d'une équipe de
travail constituée par un personnel d'exécution.
Ce stage a pour but de mettre l’étudiant au champ du travail, pour pratiquer les
diverses étapes et lui donner l’occasion d’enrichir ses informations à propos de tout
l’environnement d’un ingénieur génie civil. Il nous permet, entre autre, de vivre réellement les
problèmes rencontrés dans l’exécution des travaux ainsi que les solutions apportées.
Pour moi, ce stage est la première expérience professionnelle et là j’ai pu voir
comment se gère un chantier et comment s’exécute les travaux de bâtiment et aussi j’ai appris
les différents mots techniques.
Dans le corps de ce rapport, j’ai essayé de mentionner les différentes connaissances et
techniques que j’ai reçu durant la période du stage chez la société NEIFFAR de bâtiment
SONEB qui m’a donné l’opportunité d’assisté à la réalisation de l’hôtel IMPERIAL
PALACE.

5
I. Présentation du projet

1. Présentation de l’immobilière
Le Groupe Neifar de Construction (GNC), parti avec la société Neifar de Bâtiment «
SONEB » en Tunisie, a réalisé en Tunisie des projets clé en main de grandes envergures
notamment des hôtels de catégories 5 étoiles, des complexes résidentiels et bureautiques haut
standing et des centres commerciaux.

2. Description du projet

a. Implantation
Le terrain destiné à la construction de l’hôtel «IMPERIAL PALACE» est implanté dans
la zone du Lotissement el Khalij aux berges du lac de Tunis, s’étend sur une superficie de
13 215 m2. Il est limité côté Nord, Est et Sud par trois voies accessibles aux engins de la protection
civile. La partie ouest est limitée par un voisin.

Figure 1: Emplacement du projet

b. Composition
Le projet concerne la construction totale de l’hôtel Impérial Palace (de catégorie 5-
étoiles).

6
Figure 2: Façade de l'hôtel
Ce projet comprend un sous-sol (S.S), un rez-de-chaussée (RDC), une mezzanine et
trois étages identiques d’hébergements divisés en 11 blocs séparés par des joints de
dilatations. Ces joints débutent à partir du sous -sol.

L’hôtel est composé de :

 Sous- Sol :

7
 Parking de 159 places de voiture
 Buanderie +lingerie
 dépôts
 locaux techniques
 Chaufferie
 Vestiaires
 Des sanitaires hommes et femmes.
 Vestiaire personnel.
 Restaurant personnel.
 Bureaux administration
 SPA
 Economat
 Cuisine
 Cour de services
 2 Bâche à eau piscine
 Bâche à eau +local suppresseur

 Rez de chaussée :

 Parking de 15 places de voiture


 Hall d’accueil, réception.
 Lobby
 Buvette clientèle extérieur.
 Caféterie.
 Offices
 Bureaux administration.
 Des sanitaires hommes et femmes.
 Vestiaire personnel.
 Locaux technique.
 Grand cuisine
 3 Restaurant
 Salon de coiffure et esthétique
 Lounge de business centre
 Cuisine de finition
 Local groupe électrogène
 Local poste de transformation
 piscine
 solarium
 Café Maure
 3 Multipurpose room

 Mezzanine :

8
 Hébergement (4 chambres).
 Hébergement (1 suites)
 Locaux technique.
 SPA

 1er étage :

 Hébergement (55chambres).
 Hébergement (7 suites)
 Locaux technique.

 2 ème étage :

 Hébergement (55 chambres).


 Hébergement (7 suites)
 Locaux technique.

 3 ème étage :

 Hébergement (55chambres).
 Hébergement (6 suites)
 Locaux technique.

3. Les intervenants du projet


 Le Maître d’ouvrage : Mr. FATHI NEIFFAR
 Entreprise : SONEB
 Architect : Mr. SLIM JEBIR
 Bureau d’études sécurité : EL AMRI MOHAMED
 Bureau de contrôle : SOCIETE TUNISIENNE DE CONTROLE VERITAS

II. Déroulement des travaux

1. Travaux de terrassement

a. Réalisation de la fouille
L’exécution des travaux commence par des terrassements qui représentent l’ensemble des
travaux visant à modifier le relief du terrain.

Dans ce projet, nous avons réalisé une fouille de profondeur -4 m/T.N à l’aide d’une pelle
hydraulique sur chenilles. La terre extraite était évacuée à l’aide d’une benne.

9
Figure 3: Réalisation de la fouille

b. Rabattement de la nappe phréatique


Le rabattement de nappes consiste à abaisser temporairement le niveau de la nappe
phréatique pendant la construction des infrastructures d'un bâtiment.

Dans ce projet, Le fond de fouille est situé à la profondeur -4 m/T.N. La nappe phréatique
est affleurante, elle est située à la profondeur -1 m/T.N. Un rabattement de la nappe jusqu’ à
la profondeur -4,5 m/T.N est nécessaire en utilisant un pompage par pointes filtrantes.

Cette méthode consiste à exécuter des mini forages de Ø 114 mm sur la périphérie de la
fouille à une équidistance de 1m permettant la mise en place des pointes filtrantes de hauteur
6m reliées à un réseau d'aspiration sous vide.

10
Figure 4: Rabattement de la nappe phréatique par des aiguilles filtrantes

c. Les différentes variantes de soutènement utilisées


Trois différents modes de soutènements sont à envisager en fonction de la proximité
immédiate ou non de la fouille du lac (toutes les zones périphériques, nécessitant des
éventuels soutènements, ont été repérées par des lettres majuscules allant de A à I sur la photo
aérienne de la figure 5) :

11
Figure 5: Photo aérienne du terrain du projet

 Loin du lac : une paroi micro-berlinoise sur une profondeur de 6 m est réalisée pour
garantir la stabilité des parois de la fouille et assurer la sécurité des bâtiments
avoisinants lors des travaux d’excavation. Cette solution concerne les zones
périphériques A, B, C, D, E, H et I.

Figure 6: Réalisation de la paroi micro-berlinoise

 A la proximité immédiate du lac : prévoir un rideau de palplanches sur une


profondeur de 9 m pour soutenir les terres sur 4 m de profondeur, assurer la stabilité
du fond de la fouille (éviter le phénomène de renard hydraulique) et jouer le rôle
d’une barrière étanche. Cette solution concerne les zones périphériques F et G.

12
Figure 7: Implantation des rideaux de palplanches

 A la limite du bâtiment avoisinant : Puisque l’excavation descend au-dessous du


niveau de nappe phréatique on a exécuté une paroi de soutènement à la limite du
bâtiment avoisinant (à 1 m de distance) pour assurer la stabilité et l’intégrité de ce
13
bâtiment voisin. Une paroi de soutènements en pieux sécants est composée de
pieux primaires et secondaires, de diamètre 600, de longueur 8 m, coulés sur place
s’emboitant les uns dans les autres. Les pieux primaires sont exécutés en premier
lieu. Seulement les pieux secondaires sont armés (dans ce projet, les armatures sont
des profilés métalliques en HEB 200).

Figure 8: Implantation des pieux sécants

2. Mise en place du radier


Dans le contexte de ce projet, la solution de fondations profondes sur pieux a été encartée
par le maitre de l’ouvrage car elle est onéreuse. La seule solution en fondations superficielles,
techniquement envisageable pour ce projet, est le radier général. Ce mode de fondation
s’impose pour les raison suivantes :
 le sol support est de faible moyenne portance
 la nappe est affleurante à cause de la proximité immédiate du lac
 l’ouvrage comporte un sous-sol (nécessité d’étanchement)
 la descente de charges montre que les charges sont importantes et le nombre
d’appuis est assez élevé

14
Le niveau d’assise du radier, de 0,9 m d’épaisseur, sera à -4,0 m/T.N. les joints de
rupture ne seront pas nécessaires (pas d’effets thermiques à une telle profondeur).
L’exécution du radier sans joints permettra d’éviter les problèmes liés à l’infiltration des eaux
souterraines et garantira un bon étanchement du sous-sol.

a. Béton de propreté

Apres la Réalisation de la fouille on effectué le coulage de béton de propreté sur tout


la surface du fond de fouille. Le coulage du béton de propreté, effectué sur une épaisseur
de 20 cm: il a pour objectif l'isolation des armatures et permet de travailler « au propre »
d'où son nom. Il est faiblement dosé (250 kg de ciment pour un mètre cube).

Figure 9: Coulage du béton de propreté

b. Ferraillage du radier
Le ferraillage est un ensemble des armatures placé à l’intérieur d’une pièce en béton pour
en garantir une bonne résistance à la traction.
Le terme ferraillage désigne aussi l’ensemble des opérations nécessaires pour la mise en place
des armatures comme l’indiquent les plans de ferraillage préparés à l’avance.
 Coupe :
Les armatures sont coupées aux longueurs définies par les dessins.
Pour une grande quantité d’armatures ayant la même longueur, le ferrailleur prend
uniquement la mesure de la première barre qui va être utilisé comme un repère pour les autres.

15
La découpe des armatures est souvent réalisée à l’aide d’un bordereau de coupe (coupe
manuelle) mais dans certains cas : quantité importante, diamètre de l’acier important, gain du
temps, plus de précision ; on coupe les armatures en utilisant une codeuse électrique.

Figure 10: Découpage des armatures

 Façonnage :
Cette opération consiste à donner aux armatures découpées les formes imposées par les
dessins.
Le façonnage est effectué souvent, sauf dans le cas où le diamètre de l’acier est important,
manuellement par pliage (griffes de différentes tailles) ou par cintrage (tablier en bois sur
lequel sont fixés des mandrins).

Figure 11: Façonnage des armatures

 L’espacement des armatures

16
Les armatures doivent être placées conformément aux dessins et fixées pour résister sans
déplacements aux efforts subis lors de la mise en place du béton.
Autrement dit, il faut respecter les tolérances et les espacements imposés entre les armatures
en marquant à chaque fois leur position sur le support (coffrage dans le cas d’une dalle pleine
et gros béton dans le cas du radier, semelles…).

Pour assembler les armatures, on utilise un fil d’attache afin de réaliser des nœuds simples ou
doubles au lieu de croisement.

Remarque: Dans le ferraillage du radier, on a posé un 1er lit d’armatures. Ensuite on a fixé
les prés poteaux et les chaises suivant les positions données par le plan de coffrage et puis on
a ajouté un 2eme lit d’armatures.

Figure 12: Pose du 1er lit d'armatures

Figure 13: Fixation des chaises et des prés poteaux

17
Figure 14: Pose du 2eme lit d’armatures

c. Bétonnage de radier générale


Le radier a été construit avec un béton dosé à 400kg/m3 qui provenait d’une centrale à
béton et était transporté par un camion toupie. Le coulage est accompagné d’une vibration qui
permet d’améliorer la compacité.
On doit réduire les interruptions de travail pendant le bétonnage.
 Tous les bétons doivent être vibrés au moment du coulage.
 Avant le coulage du béton, il faut mouiller le fond du radier pour qu’il ne dissipe pas,
par la suite, l’eau du béton.
 Pour éviter le phénomène de ségrégation, le coulage du béton ne doit pas se faire avec
une chute qui dépasse 2.5 m.

Figure 15: Coulage du radier générale


18
3. Voiles
Un voile de béton désigne toute paroi verticale pleine en béton armé ou banché .

a. Le voile périphérique
C’est un élément de structure qui joue le role d’un mur de soutènement pour le sous sol
ainsi de supporter la charge de la dalle.

Pour exécuter une voile, il faudra procéder comme suit :

 Traçage de voile
 Ferraillage de la double nappe.
 Coffrage en bois.
 Coulage du béton et vibration
 Décoffrage.

Figure 16: Coffrage du voile périphérique


19
Remarque : Les faces cachées de la voile (par le remblais) doivent être peintes par une
couche du flinckote, pour assurer l’étanchéité.

Figure 17: L’étanchement de la voile par une couche de flinckote

b. Voiles pour cage d’ascenseur


La cage d’ascenseur est un voile en béton armé. Il joue trois rôles dans l’immeuble :
 Faciliter la montée et la descente des habitants.
 Considérer comme ceinture de la construction.
 Etre comme élément de contreventement.

La construction des voiles obéit à l’exécution des séquences suivantes :


 Confection et mise en place des armatures suivant le cahier de ferraillage. Il faut
respecter la longueur de recouvrement entre les barres d’attente de voile précédent et
les armatures du voile à ferrailler.
 La mise en place des armatures longitudinales et transversales en gardant l’espacement
entre les armatures suivant les cahiers de ferraillage.
 Fixation des cales accrochées aux armatures, qui servent à garantir une épaisseur
d’enrobage minimale.
 On étanche les éléments de coffrage de la face intérieure par l’huile pour faciliter le
décoffrage des voiles.
 Mise en place des éléments de coffrage.

20
Figure 18: Coffrage de la cage d’ascenseur
Remarque : il faut bien serrer les panneaux de coffrage avec les éléments de serrage.

Figure 19: Serrage des panneaux de coffrage

4. Les poteaux
Un poteau est un élément de structure d’un ouvrage sur lequel se concentrent de façon
ponctuelle les charges de la superstructure.

a. Traçage
Avant le coffrage, il faut tracer autour des barres d’attente les axes longitudinaux et les
axes transversaux.

21
Figure 20: Traçage des axes sur une petite couche de mortier

b. Ferraillage
Le ferraillage disposé à l’intérieur du poteau permet de résoudre l’ensemble des efforts
autres que ceux de compression.

Ce rôle exige une importante résistance qui s’exerce à l’aide d’aciers :

 Les aciers verticaux aident le béton en compression et s’opposent au moment de


flexion dans les zones tendues.
 Les aciers transversaux participent à la résistance des poteaux et augmentent sa force
portante

On doit respecter les détails dans le cahier de ferraillage (diamètre d’acier et les distances
entre les cadres) préparés par l’ingénieur.

Figure 21: Ferraillage des poteaux


22
c. Coffrage
Généralement en fait le coffrage des quartes joues des poteaux en bois à l’aide des
madriers et des planches. Lors du coffrage il faut tenir compte de l’enrobage du béton qui est
assuré à l’aide des cales fixer sur les armatures transversales (cadres). Il faut fixer le coffrage
très bien pour s’opposer à la pression du béton spécialement en bas du coffrage.

Figure 22: Coffrage des poteaux

d. Bétonnage
Pour le coulage on utilise un béton prêt à l’emploi qui provenait d’une centrale à béton et
était transporté par un camion toupie. Pour ne pas risquer la ségrégation du béton , la chute de
celui-ci ne doit pas dépasser 2,2 m . La vibration mécanique est indispensable pour éliminer
les bulles d’air du béton.

5. Dalle pleine
Une dalle pleine est une plaque horizontale porteuse en béton armé qui repose sur les
appuis constitués par des poutres.

Dans une structure en béton armé, les aciers principaux sont positionnés dans les parties
tendues du béton pour compenser la mauvaise résistance du béton en traction.

23
Ce type de plancher est très courant car, il permet une grande souplesse dans les portées et les
formes, en particulier la facilité des divers percements.

a. Coffrage
La dalle pleine nécessite un coffrage sur toute sa surface, les planches de coffrage sont
posées les unes prés des autres pour empêcher les fuites lors du bétonnage, ce qui provoque
une consommation importante de bois qui présente un désavantage.

Figure 23: Coffrage de la dalle

b. Ferraillage de la dalle

La plupart des dalles pleines sont en double nappes pour résister aux charges
d’exploitation appliquées sur les planchers. Pour cela les barres porteuses sont placées dans le
sens de la petite portée. Les barres de répartition sont placées orthogonalement aux barres
porteuses.

Il faut toujours assurer un enrobage constant de 2.5cm entre les armatures et le coffrage,
l'enrobage est assuré par les calles d'enrobages comme elle montre la figure a gauche au
dessus.

Pour les dalles en doubles nappes il faut assurer un espacement constant entre les deux
nappes d'armatures et celle ci assurer par les chaises comme elle montre la figure droite au
dessus, l'espacement entre les deux nappes est calculé selon l'épaisseur de la dalle pleine.

24
Figure 24: Ferraillage de la dalle

c. Coulage de la dalle
Pour le coulage on utilise un béton prêt à l’emploi de dosage 400 kg/m3 qui provenait
d’une centrale à béton et était transporté par un camion toupie. Le coulage est accompagné
d’une vibration qui permet d’améliorer la compacité.

Figure 25: Coulage de la dalle

25
Conclusion
J’ai découvert durant ce stage, de nombreux aspects pratiques du métier D’ingénieur
en Génie civil.

En plus, durant ce stage j’ai eu l’occasion de participer aux réalisations sur le chantier
et de mettre en œuvre des notions théoriques déjà vues durant mes années d’études ainsi que
de nouvelles techniques du travail.

A ce titre, je peux affirmer que j’ai beaucoup appris concernant les techniques de
construction des radiers généraux et que j’ai satisfait en grande partie les objectifs visés par ce
stage.

Enfin je suis convaincu que le savoir acquis durant ces quatre semaines me sera d’une
immense utilité dans la suite de notre formation ainsi que dans la vie professionnelle.

26