Vous êtes sur la page 1sur 30

‫َلِل وس ََلم علَى ِعب ِاد ِه الهِ‬‫ِ‬ ‫ِ‬

‫َلِل‬
‫طفَى َآ ُه‬
‫اص َ‬
‫َ ْ‬‫ين‬‫ذ‬ ‫َ‬ ‫﴿ ُق ِل ا ْل َح ْم ُد َ َ ٌ َ‬
‫ه‬
‫ون﴾‬ ‫َخ ْيٌر أَ هما ُي ْش ِرُك َ‬
‫)‪ (27‬سورة النمل‬

‫‪1‬‬
REMERCIEMENTS
Tout d’abord je remercie Allah Le Tout Puissant Qui m’a donné la volonté, la
force et la patience pour élaborer ce travail ainsi que tous les projets personnels et
professionnels durant toute ma vie

Particulièrement, et avant d’entamer à l’écriture de ce modeste travail,


Je voudrais témoigner ma reconnaissance envers Mme F. Bouchra, pour ces précieux
conseils, son encadrement, son aide à l’aboutissement de ce rapport, et avec qui j’ai
eu de fructueuse discussion durant toute ma période de stage, et qui n’a pas cessée de
répondre à mes multiples questions.

Aussi, je tiens à remercier mes parents qui m’ont apporté tout le soutien
nécessaire dans tous aspects

J’adresse mes remerciements les plus sincères à tous les gens aimables
autour de moi, qui ont participé ou donné un coup de grâce avec des petits beaux
mots pour m’encourager.

2
Tables de matières

REMERCIEMENTS ............................................................................................................................................. 2
Tables de matières ........................................................................................................................................ 3
Liste des Abréviations : ................................................................................................................................. 4
Introduction .................................................................................................................................................. 5
Première partie : organisation, mission et vision stratégique de la DGI ...................................................... 6
Chapitre 1 : organisation de la direction .................................................................................................. 6
Section 1 : organigramme central ......................................................................................................... 6
Section 2 : organigramme régional : ..................................................................................................... 7
Chapitre 2 : bref historique et mission de la direction générale des impôts............................................ 9
Section 1 : bref rappel historique de la DGI .......................................................................................... 9
Section 2 : mission de la direction générale des impôts..................................................................... 10
Chapitre 3 : Vision stratégique et valeur de la direction régionale des impôts...................................... 12
Section 1 : Vision stratégique de la direction régionale des impôts .................................................. 12
Section 2 : Valeur de la direction régionale des impôts ..................................................................... 13
Deuxième partie : Aperçu sur le traitement des réclamation, déroulement de stage et tâches effectuées
.................................................................................................................................................................... 14
Chapitre 1 : Traitement des réclamations .............................................................................................. 14
Section 1 : Objet de la procédure et son domaine d’application : ..................................................... 14
Sous-section 1 : Objet de la procédure ........................................................................................... 14
Sous-section 2 : Domaine d’application.......................................................................................... 15
Section 2 : Description détaillée de la procédure : Cas pratique ........................................................ 16
Chapitre 2 : déroulement de stage ......................................................................................................... 22
Chapitre 3 : Tâches effectuées ................................................................................................................ 24
Conclusion ................................................................................................................................................... 29
Sources ........................................................................................................................................................ 30

3
Liste des Abréviations :

BAC : Bureau d’accueil et de coordination.


DIP : Directeur inter préfectoral.
DP : Directeur préfectoral ou provincial.
DR : Directeur régional.
IF : Identifiant fiscal.
RAF : Receveur / recette de l’administration fiscale.
SI : Système d’information.
SIT : Système intégré de taxation.
TD : Titre de dépense.
DRI : Direction Régionale des impôts.

4
Introduction

Le stage est une période pratique au cours de laquelle l'étudiant(e) confronte les
connaissances acquises aux réalités professionnelles sur terrain

Ce modeste travail, est le fruit d’un stage de formation effectué à la Direction Régionale
des Impôts de Oujda.

Lors du stage j’ai été affecté à la subdivision de la fiscalité des personnes morales, service
d’assiette, l’objectif était d’acquérir des connaissances fiscales et d’apprendre sur le terrain les
différentes fonctions qu’exerce le personnel des impôts, et précisément, les administrateurs.

L’impôt est un prélèvement obligatoire « librement consenti », effectué par voie d’autorité
par l’État ou ses organes, sur les ressources de toute personne, morale ou physique, vivant sur son
territoire, sous forme de contribution ou de cotisation sociale, pour être affecté aux services
d’utilité générale. L’impôt est sous-tendu, donc, par les principes de l’obligation et de la solidarité
sociale. C’est pour cela que ces personnes sont appelées « contribuables ».

En effet, l’élaboration de ce rapport a pour principale source les différents enseignements


tirés de la pratique journalière de certaines tâches, des documents internes de la DRI et enfin, les
nombreux entretiens que j’ai pu avoir avec l’ensemble du personnel des services de la DRI et qui
m’ont permis de donner une cohérence à ce présent rapport.

Il reste à signaler la problématique de mon thème sous-intitulée, traitement des


réclamations :

Quel objet de traiter une réclamation ? et quel est son domaine d’application ? et
enfin quelles procédures à suivre ?

5
Première partie : organisation, mission et vision stratégique de la DGI
Chapitre 1 : organisation de la direction
Section 1 : organigramme central

Comme ledit annexe explique, L’administration centrale comprend cinq Directions :

6
• Direction de la législation, des études et de la coopération internationale ;

• Direction de l'animation du réseau ;

• Direction du contrôle ;

• Direction de la facilitation, du système d'information et de la stratégie ;

• Direction des ressources et de l'audit.

Section 2 : organigramme régional :


Au niveau territorial, la DGI est organisée par type et par taille de contribuable. Ses services
sont spécialisés pour gérer distinctement les dossiers des particuliers, des professionnels, des
personnes morales et des grandes entreprises, dans le but de fournir un service de proximité adapté
à chaque profil. Chaque contribuable s’adresse ainsi à un interlocuteur unique polyvalent qui traite
son dossier au titre de ses différents impôts.

Globalement, les Directions Régionales, Inter Préfectorales et Préfectorales sont organisées autour
de trois fonctions principales :

• L’assiette de l’impôt qui est gérée au niveau des subdivisions d’assiette spécialisées par
type de contribuables ;

• Le recouvrement des impôts effectué au niveau des recettes de l’administration fiscale ;

• Le contrôle fiscal accompli par les brigades de vérification.

La Direction Générale des Impôts s’appuie sur une organisation territoriale déconcentrée
regroupant 8 directions régionales des impôts : Agadir, Béni Mellal, Casablanca, Er-Rachidia,
Fès, Marrakech, Oujda.

7
Organigramme de la DRI Oujda

8
Chapitre 2 : bref historique et mission de la direction générale des impôts
Des différentes stratégies de réforme ont conduit aux nombreuses restructurations de ce
service public. Donc, plusieurs périodes marquent l'histoire de l'administration fiscale dans notre
pays.

Section 1 : bref rappel historique de la DGI


Période avant 1988, sous l'appellation de la direction des contributions.
Période allant de 1988 à 20003, sous l'appellation de la direction générale des contributions
(DGC), afin de redynamiser l'administration fiscale, la DGC fut créée sur le cadre de
l'ancienne direction des contributions qui elle était l'une des directions du ministère des
finances rattachées au secrétaire général des finances.

Cette tutelle présenta par la suite des déficits en termes d'une bonne administration de la fiscalité

Ainsi, pour remédier à cette situation, la direction des contributions avec le concours de la
coopération française, la banque mondiale et le Fond monétaire internationale(FMI) a proposé au
gouvernement de l'époque de créer une structure nationale pyramidale et déconcentrée appelée,
« Direction Générale des Impôts (DGI) ». Elle fut créé par l'ordonnance-loi n°088/039 du 10 Mars
1988, modifié et complétée par l'ordonnance-loi n°089/01 du 12 Mai 1989.

Cette nouvelle institution, à la différence de la direction générale des contributions, sera dirigé par
un directeur général ayant le rang du secrétaire général et dotée d'une autonomie financière et
administrative limitée qui lui permettra de disposer d'un budget de fonctionnement conséquent,
d'effectifs qualifiés et compétents, de bénéficier d'une rémunération conséquente et des services
de base efficaces en l'occurrence des ressorts fiscaux.

Période allant de 2003 à nos jours : sous l'appellation de direction générale des
impôts(DGI) créée par le décret n°17/2003 du 02 Mars 2003. La direction générale des
impôts est un service public placé sous l'autorité directe du ministère des finances et est
dotée d'une autonomie administrative et financière. Ce décret fut modifié et complété par
le décret n° 04/099 du 30 décembre 2004 et n°08/14 du 28 juin 2008.

Considérant la nécessité de poursuivre le programme de modernisation de la direction générale


des impôts en vue d'une grande efficacité dans la mobilisation des recettes, les dispositions

9
relatives à l'organisation des services de la DGI, telles que prévues par le présent décret, seront
mises en œuvre avec l'implication progressive des centres des impôts et centres d'impôts
synthétiques.

La direction générale des impôts, l'administration spécialisée de l'état relevant du ministère


des finances a, en charge, la collecte et gestion de l'impôt. Elle n'a d'autre ressources pour son
fonctionnement, que celle lui rétrocéder à la mesure des recettes, par elle, mobilisées.

La mobilisation toujours accrue des recettes au profit du trésor, et par ricochet au bénéfice
des services, apparait ici comme un impératif fonctionnel et vital.

L'administration des impôts qui depuis plusieurs années, est engagée sur la voie des
réformes, se trouve aujourd'hui dans un processus de transformation, de modernisation et des
conquêtes de nouveaux horizons, des nouvelles performances.

Section 2 : mission de la direction générale des impôts


La Direction Générale des Impôts fait partie du Ministère de l’Economie et des Finances. Sa
principale mission consiste à assurer les recettes fiscales. Elle est ainsi chargée de :

Asseoir et recouvrer les impôts d'Etat :

La Direction Générale des impôts détermine les bases sur lesquelles sont prélevés :

Les impôts d’Etat (impôt sur les sociétés, impôt sur le revenu, taxe sur la valeur ajoutée,
droits d’enregistrement et de timbre) ;

Certains impôts locaux gérés pour le compte des collectivités locales (taxe d’habitation,
taxe des services communaux et taxe professionnelle).

Les recettes de l’administration fiscales se chargent de l’encaissement des recettes des


impôts, droits et taxes.

S’assurer du respect de la loi fiscale et lutter contre la fraude fiscale :

Le système fiscal marocain est globalement déclaratif. La mission de contrôle occupe donc
une dimension très importante.

10
Le contrôle fiscal s’opère dans le cadre d’une procédure stricte observant les garanties
offertes aux assujettis. Il a un rôle dissuasif et pédagogique.

Fournir au gouvernement une expertise fiscale notamment dans le cadre de l’élaboration des lois
de finances et de la négociation des conventions de non double imposition avec les etats étrangers

La Direction Générale des Impôts est ainsi chargée d'étudier et d'élaborer les projets de
textes législatifs et réglementaires à caractère fiscal.

Elle élabore également, en concertation avec les différents opérateurs économiques, les
circulaires d'application relatives aux textes fiscaux.

L’administration fiscale étudie en outre les questions d'interprétation des dispositions


fiscales et informe sur les réponses apportées.

11
Chapitre 3 : Vision stratégique et valeur de la direction régionale des impôts
Le mode de gestion fiscale suivi par la Direction Générale des Impôts repose sur le postulat
de base suivant : plus les règles du jeu sont claires, plus les démarches sont facilitées, plus le
périmètre de concertation est élargi, plus les droits des contribuables sont respectés, plus la
confiance et le dialogue sont privilégiés … et mieux nous pouvons, dans l’acceptation, élargir
l’assiette et mobiliser les recettes.

Section 1 : Vision stratégique de la direction régionale des impôts


La Direction Générale des Impôts s’inscrit dans une stratégie de performance et
d’innovation pour assurer la mobilisation des ressources avec équité et garantir un service de
qualité au citoyen.

La Vision stratégique de la DGI exprime la détermination des femmes et des hommes qui
la composent, à relever de nouveaux défis. Elle dresse la feuille de route qui guide leurs priorités
et leurs actions.

Elle consolide leur vocation de service au citoyen et les recentre sur les impératifs de
performance dans la collecte des ressources budgétaires.

La vision stratégique de la DGI repose sur quatre orientations :

Construire une relation de partenariat et de confiance avec le contribuable :

Faciliter les différentes démarches et procédures liées au contribuable ;

Garantir au contribuable ses droits ;

Communiquer et favoriser l’adhésion à l’Impôt et le civisme fiscal ;

Renforcer l’éthique.

Devenir une administration numérique :

Développer et généraliser des télé-procédures sécurisées.

Renforcer l’action de l’administration en matière de contrôle :

12
Disposer d’informations pertinentes, fiables et exploitables ;

Mettre en place les ressources et outils nécessaires à l’analyse des risques et au ciblage de
la fraude.

Développer une parfaite maitrise du métier du recouvrement :

Renforcer les structures et les ressources dédiées au recouvrement ;

Optimiser le recouvrement spontané ;

Améliorer le recouvrement forcé ;

Section 2 : Valeur de la direction régionale des impôts


Cinq valeurs essentielles sont portées et partagées par les fonctionnaires de la Direction
Générale des Impôts, dans le cadre de l’exercice quotidien de leurs fonctions et de leurs relations
avec les usagers.

Intégrité

❖ Rigueur, probité, transparence, éthique, discrétion

Professionnalisme

❖ Efficacité, fiabilité, célérité, assistance, service, réactivité, proximité

Respect

❖ Disponibilité, écoute, courtoisie, considération

Neutralité

❖ Equité

Innovation

❖ Ouverture, créativité, initiative

13
Deuxième partie : Aperçu sur le traitement des réclamation,
déroulement de stage et tâches effectuées
Chapitre 1 : Traitement des réclamations
La DGI souligne dans sa note que les services fiscaux doivent faire preuve de plus de
réactivité envers les demandes et les réclamations des contribuables. Elle demande à ses
fonctionnaires de veiller au respect des procédures notamment celles liées aux délais légaux,
réglementaires et de gestion. A titre d’exemple, la DGI rappelle que le traitement des dossiers des
auto-entrepreneurs ainsi que la délivrance des attestations justifiant les impôts et taxes grevant
l’immeuble ne doivent pas excéder 48 heures.

Pour les garanties légales du contribuable, elles doivent être observées au niveau de
l’ensemble des procédures. C’est le cas pour les déclarations rectificatives, de demandes de
remboursements et restitutions, de contrôle fiscal, etc.

Section 1 : Objet de la procédure et son domaine d’application :


Sous-section 1 : Objet de la procédure
Cette procédure décrit le traitement des réclamations déposées par les contribuables en vue
de contester partiellement ou totalement les impositions à leur charge.

Elle décrit également les modalités de régularisation des erreurs matérielles constatées par
les gestionnaires suite à l’émission d’une imposition ou à un paiement spontané.

Les contribuables qui contestent tout ou partie du montant des impôts, droits et taxes mis à
leur charge doivent adresser, au directeur général des impôts ou à la personne déléguée par lui à
cet effet, leurs réclamations : 1

a) en cas de paiement spontané de l'impôt, dans les six (6) mois qui suivent l'expiration des
délais prescrits ;

b) en cas d'imposition par voie de rôle, état de produits ou ordre de recettes dans les six (6)
mois suivant celui de la date de leur mise en recouvrement.

1
Article 235.- Droit et délai de réclamation code général des impôts 2018

14
Après instruction par le service compétent, il est statué sur la réclamation par le ministre
chargé des finances ou la personne déléguée par lui à cet effet. Si le contribuable n'accepte pas la
décision rendue par l’administration ou à défaut de réponse de celle-ci dans le délai de trois (3)
mois suivant la date de la réclamation, la procédure est poursuivie conformément aux dispositions
de l’article 243 ci-après. La réclamation ne fait pas obstacle au recouvrement immédiat des
sommes exigibles et, s’il y a lieu, à l’engagement de la procédure de recouvrement forcé, sous
réserve de restitution totale ou partielle desdites sommes après décision ou jugement.

Sous-section 2 : Domaine d’application


Cette procédure s’applique aux :

Réclamations ayant pour objet la contestation de tout ou partie du montant des


impôts, droits et taxes mis à la charge du contribuable ;
Dégrèvements d’office des impositions reconnues former surtaxe, double ou faux
emploi, même en l’absence de réclamation du contribuable.

Les réclamations sont déposées physiquement ou par procédé électronique.

Il est statué sur la réclamation par le Ministre chargé des finances ou la personne déléguée par lui
à cet effet.

La décision est rendue par l’administration dans le délai :

De 10 jours pour les cas courants (erreurs matérielles, faux ou double emploi) ;
D’un mois pour les réclamations émanant du Médiateur du Royaume ;
De 3 mois suivant la date de la réclamation et ouvre le droit pour le contribuable de la
contester par voie judiciaire conformément aux dispositions de l’article 243.

‘Le dépôt de la réclamation ne fait pas obstacle au recouvrement immédiat des sommes exigibles
et, s’il y a lieu, à l’engagement de la procédure de recouvrement forcé, sous réserve de la
restitution totale ou partielle desdites sommes après décision ou jugement.’2

2
Code général des impôts institué par l’article 5 de la loi de finances n° 43-06 pour l’année budgétaire 2007, promulguée par le
dahir n° 1-06-232 du 31 décembre 2006 (B.O n° 5487 bis du 1er janvier 2007), tel qu’il a été modifié et complété : articles 235,
236 et 243.

15
Section 2 : Description détaillée de la procédure : Cas pratique
1- Vérifier la recevabilité de la réclamation

Les réclamations sont adressées au directeur général des impôts ou à la personne déléguée
par lui à cet effet. Elles sont formulées par :

Le contribuable ou son mandataire ou son représentant fiscal (sociétés étrangères);


L’institut du médiateur du royaume ;
Autres organismes publics ou privés.

A la présentation du contribuable au BAC pour déposer sa réclamation, le chargé d’accueil :

Vérifie que le formulaire de réclamation modèle AJC200 est dûment renseigné, cacheté et
daté ou que la réclamation formulée est complète ;
Analyse l'objet de la réclamation et explique au contribuable le bien-fondé de l'imposition
le cas échéant, afin de prévenir le dépôt des réclamations non fondées ;
S’assure du dépôt des pièces justificatives.

Si le chargé d’accueil constate une insuffisance de pièces permettant de statuer sur la


réclamation, il informe le contribuable des renseignements et pièces complémentaires nécessaires
pour le traitement. Si la réclamation est recevable, le chargé d’accueil :

Saisit les données de la réclamation sur SIT contentieux administratif, notamment les
données d’identification, les impôts et les années contestés, l’unité de gestion à laquelle
sera affectée la réclamation, la forme du dépôt ;
Vérifie les données saisies et confirme le dépôt sur SIT ;
Génère et délivre au contribuable un récépissé après apposition du cachet de
l’administration et l’informe du délai de traitement ;
Annote la réclamation du n° de réclamation attribuée par le SIT ;
Transmet au chef du BAC les réclamations physiques pour affectation.

Ultérieurement, et en cas de dépôt de complément de pièces justificatives de la réclamation,


le chargé de l’accueil complète la réclamation initiale sur SIT, puis génère et délivre au
contribuable un récépissé après apposition du cachet de l’administration et l’informe du délai de
traitement.

16
Dans le cas où la réclamation porte sur des impôts et taxes relevant d’entités différentes
(subdivision, RAF, etc.), le chargé de l’accueil crée sur SIT autant de réclamations que d’unités de
gestion et génère les récépissés de dépôt.

2- Affecter et acheminer les réclamations

Le chef du BAC :

Affecte sur SIT les réclamations relevant de la compétence du BAC au chargé du


contentieux du BAC et lui transmet les réclamations physiques ;
Transmet les autres réclamations physiques aux entités (subdivision ; RAF ; bureau
de contrôle, etc.) concernées.

Le chef de l’entité en question effectue le tri et procède à la réaffectation des réclamations


physiques à l’unité de gestion compétente.

Le chef de l’unité de gestion réaffecte sur SIT la réclamation au gestionnaire.

Lorsque le chef de l’unité de gestion reçoit par erreur une réclamation ne relevant pas de
sa compétence, il la remet immédiatement au chef de l’entité qui procède à la réaffectation de la
réclamation physique ainsi que sur SIT.

3- Instruire la réclamation ou l’erreur constatée

Cas des réclamations traitées au niveau du BAC

Dès réception de la réclamation, le chargé du contentieux au niveau du BAC instruit la réclamation


en analysant les arguments avancés par le contribuable au vu des :

Pièces justificatives présentées tout en vérifiant leur authenticité ;


Dispositions légales ;
Données du SI

Le chargé du contentieux :

Saisit sur SIT :

- l'instruction de la réclamation ;

- en cas de rejet : les motifs de rejet ;

17
- en cas de dégrèvement : les droits dus (reliquat par rubrique après dégrèvement).

Le système restitue automatiquement le montant du dégrèvement par rubrique.

Confirme l’instruction sur SIT ;


Envoie l’instruction sur SIT au chef du BAC pour validation ;
Transmet le dossier physique du contentieux au chef du BAC. Le dossier comprend la
réclamation et les pièces justificatives.

Cas des réclamations traitées au niveau des unités de gestion

En cas de constatation, par le gestionnaire, d’une erreur au titre d’une imposition émise, ce
dernier crée une réclamation sur SIT contentieux administratif et saisit les données y afférentes :
les données d’identification, les impôts et les années concernés, etc.

A la réception de la réclamation, le gestionnaire complète ou corrige les données de la réclamation


sur SIT, le cas échéant.

Le gestionnaire instruit la réclamation en analysant les arguments avancés par le contribuable au


vu :

Des pièces justificatives tout en vérifiant leur authenticité ;


Des dispositions légales ;
Des données du si et celles du dossier physique.

Si les dispositions légales ne fournissent pas une réponse suffisamment claire à l’égard de
certaines réclamations, le gestionnaire peut, après concertation avec son chef hiérarchique,
demander la réponse sur une question de principe par e-mail au service de la législation compétent,
sous couvert de la hiérarchie, en l’informant du délai restant pour le traitement.

S’il y a besoin d'un complément d'information, le gestionnaire :

Etablit l’inventaire des points nécessitant des explications ou des pièces complémentaires
et valide le besoin en information avec son chef hiérarchique ;
Invite le contribuable, par tout moyen, à produire les éléments nécessaires pour le
traitement ; suspend le traitement en attendant la présentation des pièces requises.

Si toutefois une enquête sur place est nécessaire, la procédure « Enquêtes fiscales »., sera engagée.

18
Lorsque le gestionnaire a rassemblé les informations lui permettant de statuer sur la réclamation,
il :

Saisit sur SIT :


o L'instruction de la réclamation et peut joindre sur SIT un fichier détaillé de l’instruction
o En cas de rejet : les motifs de rejet ;
o En cas de dégrèvement : les droits dus (reliquat par rubrique après dégrèvement). Le
système restitue automatiquement le montant du dégrèvement par rubrique.
Confirme l’instruction sur SIT ;
Envoie l’instruction sur SIT au responsable compétent pour validation ;
Transmet le dossier physique du contentieux au chef de l’unité de gestion pour contrôle et
envoie au chef de l’entité. Le dossier comprend la réclamation et les pièces justificatives.
4- Valider le dossier contentieux

Cas des réclamations traitées au niveau du BAC

Le chef du BAC :

Contrôle les dossiers traités ;


Procède sur SIT à la validation ou au renvoi motivé de l’instruction ;
Valide sur SIT la décision ;
o En cas de rejet : il édite en double exemplaire la lettre d’information au contribuable et
la signe.
o En cas de dégrèvement total ou partiel, il édite en double exemplaire la décision à
envoyer au raf et la lettre d’information à envoyer au contribuable et les signe.

La lettre d’information au contribuable est établie en arabe ou en français selon la langue de


rédaction de la demande.

Cas des réclamations traitées au niveau des unités de gestion

Le chef de l’entité contrôle le dossier et procède sur SIT à la validation ou au renvoi motivé
de l’instruction. En fonction du seuil de compétence, le chef de l’entité, le chef de service ou le
DP/DIP/DRI renvoie l’instruction ou valide la décision sur SIT :

19
En cas de rejet
o Editer la lettre d’information au contribuable, la signer et en établir une
copie
o Acheminer le dossier au gestionnaire.
En cas de dégrèvement total ou partiel :
o Editer la décision à envoyer au RAF/percepteur et la lettre d’information à
envoyer au contribuable et les signer.
En cas de plusieurs côtes, la validation de l’ensemble des décisions est
opérée par le responsable dont relève la côte la plus élevée.
o Etablir une copie de la lettre signée à garder dans le dossier ;
o Transmettre le dossier à l’entité concernée pour envoi à la section de
comptabilité.

La lettre d’information au contribuable est établie en arabe ou en français selon la langue de


rédaction de la demande.

5- Acheminer le dossier contentieux vers la section de comptabilité

Le chef de l’entité concernée ou le chef du BAC transmet le dossier complet du


dégrèvement partiel ou total (réclamation, décision, lettre d’information) à la section de
comptabilité par bordereau d’envoi ou « cahier navette ».

6- Enregistrer et transmettre les décisions

Au vu du dossier contentieux, la section de comptabilité :

Enregistre les décisions sur un registre et annote les références d’envoi, notamment,
le n° d’ordre chronologique et la date de transmission à la RAF ou la perception,
etc. Et ce pour les besoins des statistiques ;
Transmet les décisions par bordereau d’envoi à la RAF ou la perception concernée
Retourne le dossier contentieux annoté des références de transmission (n° et date
d’envoi) :
o Au chef de l’entité pour les dossiers traités au niveau des unités de gestion.
o Au bac pour les dossiers traités au bac.

20
A la fin de chaque mois, la section de comptabilité établit un bordereau d’émission en
double exemplaire récapitulant les dépenses engagées du mois et le transmet au directeur
compétent pour signature.

Un exemplaire dudit bordereau est envoyé au RAF/Trésorier, le deuxième est gardé au


niveau de la section de comptabilité.

7- Envoyer la lettre d’information au contribuable

Selon le cas, le chef du BAC ou le chef d’entité :

Envoie la lettre d’information au contribuable, par voie postale, dans un délai de 48 heures,
et enregistre les références d'envoi.

8- Mettre à jour les données du contribuable sur le SI

Le chef du BAC transmet mensuellement aux entités concernées la liste des réclamations
traitées au BAC. Dès réception du dossier contentieux de la section comptabilité ou de la liste des
réclamations traitées au BAC, le gestionnaire met à jour les données du contribuable sur le SI, pour
éviter la reconduction de l'erreur.

9- Classer le dossier contentieux

Une fois la mise à jour effectuée sur le SI, le gestionnaire classe le dossier contentieux.

Le gestionnaire identifie les informations pouvant conduire à une régularisation s'il y a


lieu et les transmet aux collègues concernés pour recoupement.

Le gestionnaire peut également proposer le dossier pour vérification, le cas échéant.

21
Chapitre 2 : déroulement de stage

Mon stage s’est déroulé dans la subdivision des personnes morales, service assiette, et plus
précisément dans le secteur trois, il est à signaler qu’il existe trois secteurs, le premier concerne le
remboursement de la tva, et le deuxième concerne la déclaration de l’IR.

En attendant l’accord de stage par le responsable des ressources humaines, j’ai joint toutes
les pièces à fournir pour la demande de celui-ci. Mon accueil et mon séjour a été très chaleureux
et très instructifs, dès la première rencontre.

Mon encadrant professionnel, dynamique et ouvert n'a ménagé aucun effort pour me
permettre d'accéder aux informations relatives à la connaissance générale de la direction générale
des impôts, ce qui m’a facilité les choses pour l’élaboration de dit rapport.

En revanche, dans la quête d’informations utiles à l’élaboration de ce travail, les difficultés


n’ont pas manqué bien qu’elles soient partiellement résolues par le fruit de mes recherches.
Comme l’a dit Saint-Exupéry « l’homme se découvre devant l’obstacle » car j’ai été confronté à
des diverses contraintes aussi bien internes qu’externes pour la recherche des informations
nouvelles. Et vue que, chaque année le ministère de la finance élabore soit des nouvelles lois, soit
des modifications de procédures ou bien autre chose qui s’y rattaches.

Le secteur trois, où j’ai effectué, bien entendu, mon stage pratique, le personnel devrait
travailler chaque jour sur des courriers venant du BAC, contenant des créations de nouvelles
entreprises ou bien des lettres d’information pour répondre à des messages envoyés par
l’inspecteur ou des lettres d’informations servants à la porte de connaissance de la DGI que le
siège d’une société a été transféré, modification du raison social, gérant…ainsi de suite.

22
En effet, l'atmosphère au sein de la direction régionale des impôts -Oujda- était très
chaleureuse. A titre d'exemple, j'ai constaté qu'un air familial régnait au sein de la DRI, il y avait
une absence des rapports de force entre dirigeant est subordonnés, et une présence de l'entraide
entre les différents employés.

En fin pour ce qui est des tâches effectuées dans ce service, je vais les aborder dans le
dernier chapitre, qui constituent pour moi une deuxième expérience professionnelle avec laquelle
j’ai vu ce qu’on a étudié dans notre école de la théorie à la pratique et le monde professionnel.

23
Chapitre 3 : Tâches effectuées

1. Enregistrement des documents dans un registre :

Le registre de suivi des documents attribués par les gestionnaires, permet de constater tous
les documents sortis.

En effet, le chef de subdivision affecte le courrier chaque jour dans un secteur déterminé,
à un gestionnaire chargé de le réaliser, pour répondre aux demandes des contribuables pour de
leurs questions soit pour leur donner des attestations d’inscriptions à la taxe professionnelle,
bulletin de l’identifiant fiscal, des bilans certifiés ou bien des lettres de rejets.

Donc l’enregistrement des documents est considéré comme moyen de preuve au cas où un
contribuable fait une réclamation de ne pas avoir réceptionné le document voulu.

2. Traitement des demandes de certifications des bilans

Cette demande serve à donner aux contribuables des données certifiées de leurs états de
synthèses : bilan, CPC, passage de résultat fiscal, état des immobilisations, ESG…etc.

La tâche de ce traitement que je faisais plusieurs fois, se résume en deux choses, la


première, est de tirer les états d’une entreprise depuis le site SIMPL-IS, anglet déclaration et les
imprimer, puis, la deuxième est vérifier est ce que ces états donnés par cette entreprise pour
certification, sont conforme aux états déposés en télédéclaration ou non, si oui la certification sera
acceptée et signer par le gestionnaire et le chef de subdivision. Pour servir à des buts des archivages
par les entreprises ou bien de les donner aux banques pour que celle-ci sache bien est ce que cette
entreprise est à jour ou non en vu de l’accorder un crédit. (le bilan non certifié donné à la banque
par une entreprise n’est jamais le même déposé à la Direction des Impôts).

De plus, ces états certifiés sont à conserver pendant 10 ans, dans un cabinet de comptabilité
si l’entreprise emploi un comptable externe, ou dans son entité si elle se dote d’un comptable
interne.

3. Octroie des avantages fiscaux (achat en exonération)

24
Cette tâche consiste à étudier le dossier de la demande d’achats en exonération avec droit
à déduction. Pour ce faire, il faut des pièces à fournir afin de valider cette demande, qui sont :

➢ Demande manuscrite par un comptable, expert-comptable, commissaires aux comptes ou


autres.
➢ Engagement de la demande d’acquisition en exonération de la tva des biens
d’investissement immobilier

Cette demande est prévue par les dispositions de l’article 4 du décret n°2-06-574 du 10
hijria 1427 (31decembre 2006) pris pour l’application de la TVA tel que complété :

▪ Un état disposition selon le modèle AAC202 en triple exemplaire


▪ Une facture proforma ou devis de travaux en triples exemplaires
▪ Demande d’attestation de régularité fiscale
▪ Etat descriptif -annexe à la demande d’achat en exonération

Il est à signaler qu’il faut vérifier est ce que les achats mentionnés dans l’annexe sont
conformes avec le catalogue que le fournisseur a donné à son client. Ainsi que la chose la plus
importante : justification du mode de financement

4. Fiabilisation des taxes professionnelles

A défaut, le système intégré de taxation commit parfois des erreurs techniques à savoir,
donner un seul identifiant fiscal à deux entreprises, générer un faux IF, doublement de la taxe
professionnelle, n° de registre de commerce non saisie…etc.

D’où la nécessité de faire un assainissement manuel de la correction de ces données, depuis


le SIT, avec justification saisie dans ce site interne.

5. Création d'une société:

la création de nouvelles entreprises est parmi l'une des tâches routinières dans tous
services de subdivision des personnes morales,et pour ce faire, il faut suivre des règles strictes
ainsi qu'apporter des pièces à joindre auprès des différentes administrations publiques à savoir:

❖ Une copie de contrat de bail légalisé et enregistré;

❖ Ou une copie de rçcu de loyer légalisée par le propriétaire;

25
❖ Ou une comie du titre de propriété (immeublen, droit au bail ou fond de commerce);

❖ Un copie des status enregistrés qui doit être légalisé et signé par tous les gérant et les co-
gérant

❖ Une copie de l'acte de domiciliation: pour les entreprises qui n'ont pas leurs propres
adresses d'où la nécessité de faire recourir une domicilisation au nom d'une autre société

❖ Une copie de la CIN, de la carte séjour, du passeport ou de registre dez commerce de


l'administrateur ou l'équivalent du RC traduit le cas échéant pour les personnes morales
non résidant

❖ Une copie de l'autorisation nécessaire à l'exercice de l'activité (si l'activité est


réglementée)

❖ Certificat négatif

On peut créer une nouvelle société dans le système de taxation intégré,facilement, en


allant à attestation, puis attestation à l'inscritpion de TP, et entrant les informations de celle-ci avec

26
précaution -(l'adresse de la société, sa profession, ses activités principales, son adresse, son
gérant...etc),

A defaut, s'il y avait lieu d'une erreur des saisie commit par le gestionnaire, la société doit
envoyer une lettre d'information en demandant la rectification dudit problème.

Il est à signaler que les créations venant du centre regional d'investissement ont la priorité
et doivent être créee lors de leurs récéptions par l'administrateur chargé de réaliser le courrier du
jour.

6. Traitement des demandes de régularités fiscales

Parfois, il arrive qu'une société, soit nouvellement créee ou déja existante, demande une
RF preuvant sa situation régulière vis-à-vis au réglement des ses impôts et taxes, et aux délais
exactes.

C'est pourquoi, la direction régionale des impôts exige un contrôl rigoureux de ces societés, afin
de servir des informations fiabes aux entités qui ont besoin de cette RF, bien entendu pour savoir
la sitution et la santé financière celles-ci.

Le traitement se fait d'une manière simpple auprès toujours du SIT par consultation des
déclaration de l'IR sur salaire, IS, TVA, dans le cas où la société est à jour l'attesation est signée et
cachée par le gestionnaire et le chef de subdivision. Dans le cas échéant, çad l'entreprise n'est pas
à jour et n'a pas payée ou déclarée un exercice on fait recourir forcément à la taxation de cette
société.

7. Archivage des dossiers :

L’archivage est l’action d’archiver. C’est l’ensemble des techniques et moyens employés
pour recueillir, classer, conserver et exploiter des documents jusqu’à leur destruction éventuelle.

D’après cette définition il est clair que l’archivage est le classement et la conservation des
dossiers juridique ou autres pendant 10 ans dans des boxes numérotés pas ordre pour faciliter la
manipulation au cas où la direction aura besoin d’un dossier spécifique.

- Parmi les dossiers que j’ai classés :


o Achat en exonération

27
o Gestion des recoupements
o Dossiers juridiques des sociétés nouvellement créées
o Réclamations et lettres d’informations…etc.

28
Conclusion

Au terme de ce stage de fin d’étude, que j’ai eu l’occasion de l’effectuer au sein de la


direction régionale des impôts à Oujda. J’ai pu confronter le monde du travail et ses difficultés
réelles pour la deuxième fois, et donc mettre en œuvre mes connaissances théoriques acquises
étudiées dans la matière de la fiscalité.

Le thème intitulé « le traitement des réclamations », est considéré comme une étape
primordiale à la gestion du portefeuille de la DGI, ainsi, la réponse aux réclamations exige un
esprit de patience vu le nombre réceptionné chaque jour.

Après ma rapide intégration avec le personnel de la subdivision des personnes morales, j’ai
pu effectuer des tâches qui ont constituées des missions sérieuses. De même, grâce aux
compétences et aux atouts de mon encadrant professionnel polyvalent, j’ai beaucoup bénéficié de
ce stage en termes des informations utiles et pratiques du terrain.

A titre de conclusion, il semble intéressant de mettre en évidence les questions actuelles


qui se posent sur l’avenir de l’organisation et le développement de la direction générale des impôts
à savoir, des obligations déclaratives et de versement en ligne à l’ensemble des entreprises, mais
aussi la chose la plus importantes est que la DGI prépare un service de traitement des réclamations
et la réponse aux lettres en ligne, donc le futur sera l’enjeu de rendre tout traitement informatisé.

29
Sources

Webographie :

https://tax.gov.ma

https://mémoireonline.com

Bibliographie :

Rapport d’activité 2017 DGI


Code général des impôts 2018 : Section I. Dispositions générales
relatives aux réclamations, dégrèvements et compensation, article 235.

30