Vous êtes sur la page 1sur 146

Initiation à la

méthodologie de
la recherche et
aux recherches
bibliographiques
AURAIX-JONCHIERE PASCALE,
Professeur de littérature française
XIX° siècle
(pascale.auraix.jonchiere@neuf.fr)
CALAS FREDERIC, Professeur de
langue française, stylistique et
analyse du discours
(frederic.calas@univ-bpclermont.fr)

DESCOTES DOMINIQUE, Professeur


de littérature française du XVII° siècle
(dominique.descotes@univ-
bpclermont.fr)
MESNARD PHILIPPE, Professeur de
littérature comparée
(philippe.mesard@univ-bpclermont.fr)
Adresse postale : Département de
Français, UFR Lettres, Langues et
Sciences Humaines,
29, Bd Gergovia 63037 Clermont-
Ferrand Cedex 1
Ainsi que
AUMONIER Marie-Aude, BCU
BENBAHOUCHE Mélanie, BCU
CreaTICE
2
Table des matières

Objectifs 7

Introduction 9

I - Présentation du cursus 11

A.Master 1.....................................................................................................11
1.Objectifs....................................................................................................................11
2.Nature du TER............................................................................................................12
3.Présentation de l'Unité d'Enseignement Professionnel (UEP)..............................................12
4.Présentation du Semestre Universitaire Européen (SUE)...................................................14

B.Master 2.....................................................................................................14

II - Le choix du sujet 17

A.Recommandations pratiques..........................................................................17
1.Démarche..................................................................................................................17
2.Choisir son sujet.........................................................................................................18

B.Préciser un sujet..........................................................................................18
1.Premières recherches..................................................................................................18
2.Problématique............................................................................................................19
3.Exercice d'application...................................................................................................19

III - Faire une recherche bibliographique 21

A.Généralités..................................................................................................21

B.Guide des ressources....................................................................................21


1.Les étapes de la recherche documentaire.......................................................................22
2.Les documents d'une bibliothèque.................................................................................22
3.Les outils de recherche................................................................................................25
4.Les ressources virtuelles : la recherche sur Internet.........................................................26
5.L'accès au document...................................................................................................32
6.Conseils pratiques.......................................................................................................32

C.Évaluer les ressources..................................................................................32


1.Évaluer des documents................................................................................................32
2.Évaluer l'information sur Internet..................................................................................33

D.Exercices d'application..................................................................................36
1.Les généralités de la recherche documentaire.................................................................36
2.Les notices des catalogues...........................................................................................40
3.Le portail et le catalogue de la BCU...............................................................................47
4.Les catalogues collectifs : le SUDOC et le KVK.................................................................48
5.Les bases de données en ligne......................................................................................49
6.Les revues électroniques..............................................................................................51
7.Les Bibliothèques numériques.......................................................................................51
8.La littérature grise.......................................................................................................52

3
IV - Exploiter sa bibliographie 55

A.La lecture d'étude........................................................................................55

B.Les notes de lecture.....................................................................................55

C.Les fiches de lecture.....................................................................................56

D.Exercice d'application...................................................................................56

V - Mise en œuvre du mémoire 57

A.Problématique.............................................................................................57

B.Introduction................................................................................................57
1.Méthode de l'introduction du mémoire de recherche.........................................................57
2.Exercice d'application...................................................................................................58

C.Établir un plan.............................................................................................59
1.Un premier bilan.........................................................................................................59
2.Structure du travail.....................................................................................................59
3.Titres et sous-titres.....................................................................................................59

D.Présentation des citations.............................................................................60


1.Définition, variations....................................................................................................60
2.Pourquoi recourir (ou pas) à la citation ?........................................................................61
3.Les modalités de la citation..........................................................................................63
4.Note explicative..........................................................................................................68
5.Exercices d'application.................................................................................................68

E.Exercice d'application...................................................................................70

VI - Rédiger le travail de recherche 73

A.Préambule...................................................................................................73

B.Préconisations concernant la présentation du TER............................................73


1.Format de saisie..........................................................................................................74
2.L'usage d'un modèle de document.................................................................................74
3.Structure du T.E.R.......................................................................................................74
4.Règles de présentation générale....................................................................................75

C.Dépôt, diffusion et archivage du T.E.R............................................................79


1.Le dépôt du T.E.R........................................................................................................79

D.Exercices d'application..................................................................................80
1.Mise en forme d'une bibliographie.................................................................................80
2.Exercice rédactionnel...................................................................................................81
3.Exercice rédactionnel...................................................................................................89

VII - Préparer la soutenance 105

A.Préparation de la soutenance.......................................................................105

B.Propos liminaire.........................................................................................105

C.Déroulement de la soutenance.....................................................................105

VIII - Annexes 107

4
A.Modèle de Document..................................................................................107
1.Installation du modèle de document............................................................................107
2.Création d'un document de type « Thèse »...................................................................107
3.Utilisation des styles prédéfinis...................................................................................108
4.Création de nouveaux styles.......................................................................................110

B.Exemples de présentation de la bibliographie.................................................111


1.Classement en rubriques............................................................................................111
2.Classement des références à l'intérieur d'une rubrique...................................................111
3.Rédaction des références............................................................................................111
4.Présentation des références bibliographiques pour des documents sur support papier........112
5.Présentation des références bibliographiques pour des documents électroniques................113

C.Cas particulier des livres anciens..................................................................115

D.Modèle de présentation de page de titre.......................................................116

E.Autorisation de diffusion de l'auteur..............................................................117

Conclusion 119

Solution des exercices rédactionnels 121

Solution des exercices 155

Glossaire 161

Signification des abréviations 163

Références 165

Bibliographie 167

5
Objectifs

Ce module se propose d'aborder les questions suivantes :


 Elaboration d'une problématique
 Elaboration du plan d'un mémoire de recherche
 Eléments liés à la rédaction des mémoires : traitement des
citations, propriété intellectuelle, plagiat, traitement des sources
 Traitement, élaboration et présentation des corpus
 Présentation de l'état de la recherche dans les champs
disciplinaires des masters
 Elaboration de fiches de lecture
 Traitement des éditions et des éditions originales
 Etablissement d'une bibliographie de recherche
 Présentation des catalogues des bibliothèques, du SUDOC, de la
BNF, et des ressources électroniques : bases de données (MLA,
CD-RAP, Francis), bibliothèques numériques (Gallica), revues en
ligne (Persée, Fabula, CNRTL, Frantext).
Les objectifs sont les suivants :
 Proposer un guide méthodologique de la recherche
 Aider les étudiants à une utilisation spécialisée des outils et
ressources documentaires (notamment via internet), à la
préparation et à la mise en forme normalisée de leur travail,
conformément aux instructions ministérielles relatives à la
numérisation des travaux de recherche.
Il ne s'agit pas d'un cours traditionnel « à contenu », mais d'une aide
méthodologique à la recherche. Elle présente les possibilités du cursus
des étudiants en Master 1 et 2 de Lettres et suit, de manière
chronologique, l'évolution du travail d'un mémoire, depuis la
conception du sujet jusqu'à la réalisation matérielle et la soutenance,
en passant par toutes les étapes de la recherche documentaire. Elle
comporte deux niveaux : un niveau d'« initiation » (Master 1-Maîtrise),
un niveau d'« approfondissement » (Master 2). Elle est également utile
dans la perspective de la préparation d'une thèse de Doctorat.

7
Introduction

Ce module de méthodologie a été réalisé à l'initiative du Département de Français de


l'Université Blaise Pascal-Clermont II, à l'attention des étudiants de Master 1 et de Master 2
des Masters « Renaissance et âge classique », « Littératures modernes et contemporaines »,
« Enseignement des Lettres », en collaboration avec le Centre d'enseignement à distance de
l'Université Blaise Pascal (CEAD, http://www.univ-bpclermont.fr/CEAD/) et la Bibliothèque
Communautaire et Inter-Universitaire de Clermont-Ferrand (B.C. U.,
http://bibliotheque.clermont-universite.fr ). Il s'intègre à un programme de réflexion et de
mise à disposition de ressources documentaires via internet élaboré par un consortium
d'universités dans le cadre du campus numérique français réseaux.doc1.
Ce guide suit la chronologie de votre travail de recherche, en Master 1 et 2 : présentation
générale des objectifs, exigences et choix offerts par ces formations, prise de contact avec les
enseignants, démarches de recherche jusqu'à la réalisation et la soutenance du mémoire.
Mais attention ! Vous devez impérativement vous familiariser, dès le début de votre travail de
recherche, avec des normes de présentation (typographie, bibliographie), qui apparaissent
seulement dans la rubrique « rédiger le travail de recherche » et dans l'annexe « présentation
bibliographie » de ce guide.
Il est donc essentiel de lire attentivement l'ensemble des informations qui vous sont fournies
avant de commencer votre travail, quitte à revenir, au moment voulu, sur des aspects
techniques précis, (par exemple en téléchargeant le « guide de rédaction » édicté par le
Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche.
Ce guide général ne peut totalement rendre compte des spécificités du travail de recherche
des champs disciplinaires offerts dans le cadre d'un mémoire de Lettres (Littérature française,
grecque, latine, comparée, Ancien Français, Occitan, Linguistique...). Il ne peut en outre se
substituer aux indications particulières données, dans le cadre d'un mémoire précis, par votre
directeur de recherche (voir la liste des directeurs de recherche et des thèmes, en annexe).
N'hésitez pas à poser à ce dernier toutes questions utiles concernant la recherche spécifique
que vous menez sous sa direction.
Ce guide a été élaboré en relation étroite avec les normes édictées par le Ministère de
l'Enseignement Supérieur et de la Recherche en matière de présentation des travaux de
recherche. Il prépare dès l'année de Maîtrise à la normalisation propre à la thèse de Doctorat,
permettant ultérieurement, le cas échéant, la numérisation de ces travaux de recherche.
Mais, pour des raisons pédagogiques, il nous est apparu utile de distinguer parfois deux
niveaux :
- celui du Master 1 (pouvant donner lieu à la délivrance d'une Maîtrise, si l'étudiant en fait la
demande), où ces normes sont présentées de manière simplifiée ;
- celui du Master 2, où les préconisations du Ministère sont données de manière exhaustive,
en vue de préparer les étudiants à la présentation de la thèse de Doctorat. Les rubriques
concernant plus spécifiquement le Master 2 vous seront alors présentées dans une rubrique
"Complément" avec la mention : Master 2.

1 - http://www.reseauxdoc.org

9
Présentation du
I -
I
cursus

Master 1 11
Master 2 14

A.Master 1

1.Objectifs

Dans sa version standard, le Master 1 conduit l'étudiant à s'initier à la recherche en


composant un T.E.R. répondant à un certain nombre de critères à la fois
scientifiques (définis par le directeur de recherche) et matériels. Le T.E.R. est dirigé
soit par un enseignant du Département, soit, selon les accords conclus avec
l'Université, par un enseignant d'une université de l'Union Européenne ou par un
enseignant du Département et un enseignant étranger. La soutenance du T.E.R. se
passe devant un jury nécessairement composé de deux enseignants-chercheurs au
moins.
L'étudiant peut demander, à l'issue de son année de Master 1 et après avoir validé
son T.E.R. et ses U.E., l'attribution du diplôme de Maitrise de Lettres.
Dans le cas où l'étudiant poursuive son cursus en Master 2, le T.E.R de Master 1 peut
se limiter à une partie du travail de T.E.R. de Master 2, qui fera l'objet d'une
soutenance et d'une évaluation par un jury d'enseignants-chercheurs.
Des Unités d'Enseignement (U.E.) complètent la formation et font l'objet d'une
évaluation spécifique.
Les enseignements théoriques peuvent être suivis dans une université étrangère de
l'Union Européenne ou dans une université d'un autre pays avec laquelle l'Université
a signé une convention (Semestre Universitaire Européen, SUE). Ce choix, qui
implique une maîtrise suffisante de la langue du pays, doit en principe être prévu dès
l'année de licence.
Le T.E.R. peut être remplacé par une U.E.P. Les étudiants doivent savoir qu'une
maîtrise sans T.E.R. a toutes chances de les empêcher d'accéder aux troisièmes
cycles de recherche.
Un SUE peut également être intégré dans le cursus de Maîtrise pour la réalisation
du T.E.R. (2e semestre).

2.Nature du TER

11
Présentation du cursus

Définition : Le TER
Le TER en Sciences humaines est :
 une étude qui se fonde sur de nombreuses lectures et une observation
approfondie de son objet (œuvre, corpus, etc.) ; elle suppose en tant que
telle l'élaboration et la lecture d'une bibliographie complète et pertinente par
rapport au sujet choisi, préliminaire indispensable de tout travail de recherche
; cependant, cette étude ne peut se réduire à un « patchwork » de citations
issues de cette lecture critique, encore moins à une reprise littérale d'une
étude déjà existante, publiée ou non (plagiat) ; les citations devront dès lors
toujours être clairement attribuées à leur auteur. Les problèmes de
terminologie devront être clairement résolus, par des définitions préliminaires
informées et justifiées, en particulier dans les études de type « conceptuel »
pour lesquelles l'activité de définition est essentielle
 une argumentation qui émet des hypothèses personnelles et comporte
des analyses critiques originales sur une œuvre, un auteur, une notion, un
corpus... Au terme d'hypothèse, un peu ambitieux pour désigner l'objet d'un
TER, on peut préférer celui d'« idée de départ » (cf. choisir (cf. 'Choisir son
sujet' p 18) et préciser son sujet (cf. 'Premières recherches' p 19)), plus
modeste : il est évident qu'on ne peut choisir l'argumentation exacte qui sera
développée à partir de son sujet de mémoire avant d'avoir examiné avec
précision son objet d'étude. L'argumentation découlera donc de la «
compréhension » (au sens concret et intellectuel) de l'objet d'étude.
 un exercice académique validé, qui se conforme en tant que tel à des
conventions établies (type de discours, composition, bibliographie,
présentation, soutenance...).

Complément : MASTER 2
Dans la perspective d'un éventuel prolongement dans le cadre d'un Master 2 et d'une
thèse de Doctorat, le TER constitue en particulier un apprentissage de la rédaction et
de la présentation d'un travail de recherche. Il doit en outre pouvoir être conservé
dans de bonnes conditions (sur support papier et électronique).

L'évolution des technologies et des pratiques conduit aujourd'hui à privilégier la


diffusion électronique sur Internet, sans exclure bien entendu, d'autres modes de
diffusion. Cette diffusion suppose une validation scientifique du T.E.R par le jury, à
l'issue de la soutenance.

3.Présentation de l'Unité d'Enseignement Professionnel


(UEP)

(source : document de présentation du Bureau des stages de l'Université Blaise-


Pascal-Clermont II)

Définition : Unité d'Enseignement Professionnel


Selon le texte de référence ministériel (BO n°16, 17 avril 1997, article 7-8),
l'organisation des études en Master 1 (Maîtrise) permet la validation d'une « Unité
d'Expérience Professionnelle » (UEP) : « L'unité d'expérience professionnelle est
intégrée dans le parcours pédagogique et destinée, en cohérence avec la formation
suivie, à faire bénéficier les étudiants d'une meilleure connaissance du monde du
travail et à faciliter leur insertion professionnelle. Elle se déroule dans un cadre
tripartite entre l'étudiant, l'entreprise ou l'organisme d'accueil et l'université.
L'organisation, le suivi pédagogique et l'évaluation de l'Unité d'Expérience
Professionnelle sont placés sous la double responsabilité de l'université et de

12
Présentation du cursus

l'entreprise ou organisme d'accueil. »


Les objectifs de la « Maîtrise mention UEP » sont différents de ceux de la Maîtrise
sans mention. Il ne s'agit pas de devenir enseignant ou chercheur, mais :
 de se familiariser avec le monde de l'entreprise, de l'administration, les
structures associatives ;
 d'acquérir des compétences et des savoir-faire en vue d'une insertion
professionnelle ;
 de se construire un itinéraire professionnel (une première expérience à mettre
sur un CV) ;
 de se tester par rapport à un projet professionnel.

La recherche d'un stage


Le bureau des stages propose aux étudiants intéressés par l'UEP une formation aux
techniques de la recherche de stage. L'étudiant doit chercher et trouver son stage
lui-même, poser sa candidature auprès de la structure d'accueil et se faire recruter
par elle.

La nature du stage
Le stage IUP n'est ni un stage d'observation, ni un stage de simple découverte : il
doit comporter nécessairement une mission, négociée et clairement définie d'abord
entre l'étudiant et la structure d'accueil, puis entre le bureau des stages de
l'Université et la structure d'accueil. Le bureau des stages fait un bref compte-rendu
écrit.
Il est souhaitable que la mission ait un lien avec la discipline d'origine de l'étudiant,
pour lui permettre d'utiliser ou d'approfondir des connaissances.
Qu'il s'agisse d'une seule mission ou d'une mission principale complétée par une ou
plusieurs missions secondaires, il faut que le travail demandé :
 apprenne quelque chose au stagiaire ;
 apporte quelque chose à l'entreprise ;
 recoure aux compétences du stagiaire et les développe ;
 soit l'objet d'une réflexion qui suppose une recherche documentaire ;
 aboutisse, dans la mesure du possible (problème de temps) à un produit fini.

Le mémoire
L'étudiant doit réaliser un mémoire UEP pour lequel il doit se conformer, pour
l'essentiel, aux indications de présentation en usage pour les mémoires
universitaires. Il peut être très utile de se reporter aux conseils de présentation
donnés pour les TER...

Définition : Le mémoire UEP


Le mémoire UEP comporte, de manière plus spécifique, une partie rapport de stage
(plan classique du rapport de stage) et une partie recherche (plan spécifique au
sujet). Le mémoire est rédigé sous la direction du tuteur universitaire que l'étudiant
doit rencontrer aussi souvent que nécessaire. L'étudiant bénéficie aussi des conseils
du tuteur de l'entreprise. Le mémoire n'est imprimé qu'après accord du tuteur
universitaire.

Le tuteur dans l'entreprise évalue le stage et le note (intégration, initiatives,


curiosité, discrétion, ponctualité, absentéisme, pertinence et qualité du travail et du

13
Présentation du cursus

produit fini...). Le tuteur universitaire corrige le mémoire et le note. La qualité du


mémoire ne s'évalue pas à la longueur ; le délayage n'a aucun intérêt, mais
l'approfondissement suppose une certaine longueur. L'étudiant soutient son mémoire
devant un jury composé de deux universitaires, dont le tuteur, et le tuteur en
entreprise. La note globale prend en compte le mémoire, le stage, la qualité de la
soutenance. Un exemplaire du mémoire accompagné des fiches d'évaluation est
remis au bureau des stages.

4.Présentation du Semestre Universitaire Européen


(SUE)

(source : document administratif de présentation de l'Université Blaise-Pascal-


Clermont II)

Définition : Semestre Universitaire Européen


Selon le texte ministériel de référence (BO n°16, 17 avril 1997, article 7-8),
l'organisation des études en Master 1 permet la validation d'un Semestre
Universitaire Européen (SUE) : « Le semestre universitaire européen permet à
l'étudiant de valider un semestre d'études dans une université ou un établissement
d'enseignement supérieur de l'Union européenne liés par une convention avec
l'université habilitée. »
L'intégration de ce semestre universitaire européen peut se faire à différents
niveaux :
 il peut s'agir d'un semestre d'enseignement (S1 de M1) ;
 il peut également s'agir d'un semestre de recherche (S2 de M1 au cours
duquel l'étudiant prépare à l'étranger son TER ;
 il peut enfin s'agir – sous certaines conditions et avec l'accord explicite du
directeur de département de Français et du responsable du Master de Lettres
– d'un semestre « d'enseignement spécialisé » (S2) qui peut tenir lieu de
T.E.R.

Dans tous les cas de figure, l'étudiant concerné doit agir avec l'accord explicite de
son responsable de Maîtrise (ou de T.E.R.) et du directeur de département, en
particulier pour tout ce qui constitue le contenu pédagogique de ce semestre
européen, contenu dont dépendra la validation de son séjour à l'étranger.

Dans le cas d'un SUE durant lequel l'étudiant prépare son TER, les règles concernant
l'élaboration de son travail de recherche restent les mêmes !

B.Master 2

Comme le Master 1, le Master 2, qui permet l'obtention du diplôme de Master,


dépend des écoles doctorales des Universités, qui proposent, en fonction de leurs
axes de recherche, des parcours très spécifiques.

Pour obtenir des renseignements sur les possibilités de chaque université, il convient
de prendre contact avec les équipes doctorales (par l'intermédiaire, dans un premier
temps, des sites internet des universités).

Complément
Pour toute information sur les Masters proposés par l'Université Blaise Pascal de

14
Présentation du cursus

Clermont-Ferrand et la Maison de la Recherche, consulter les pages du site de


l'Université Blaise Pascal consacrées à la recherche2.
et les deux centres de recherche en littérature :
- CELIS : www.univ-bpclermont.fr/celis3
- CERHAC : http://odalix.univ-bpclermont.fr/

Complément
Autres liens utiles :
- Guilde des doctorants : http://guilde.jeunes-chercheurs.org/
- Charte des thèses de l'Université Blaise Pascal4 (adoptée par le Conseil
d'Administration de l'Université le 15/12/1998)

2 - http://www.univ-bpclermont.fr/formation/master/masterRech.html
3 - http://www.univ-bpclermont.fr/celis/
4 - http://www.univ-bpclermont.fr/EDLSHS/IMG/File/Charte_1998.pdf

15
II - Le choix du sujet II
Recommandations pratiques 17
Préciser un sujet 18

A.Recommandations pratiques

1.Démarche

Les étudiants sont invités à prendre contact au plus tôt avec les enseignants (avant
les vacances universitaires si possible), en tenant compte des domaines de spécialité
de chacun (voir en annexe la liste des enseignants-chercheurs et des thèmes
d'encadrement possibles). Il est toujours préférable d'avoir une démarche active à
propos du choix du sujet avant de rencontrer les enseignants (lecture des œuvres
pressenties, recherche bibliographique sommaire, propositions de sujet). La
discussion préliminaire avec le directeur de recherche permet d'établir le sujet, en
principe définitif, du travail de recherche.
Une fois ce sujet déterminé, un formulaire de « dépôt de sujet » du TER est rempli
avec le directeur de recherche et remis au service de la scolarité. Ce document doit
être établi au plus tard au mois de novembre.

Complément : Master 1-Master 2


La formule de TER dépend de la volonté ou non de l'étudiant de poursuivre son
cursus en Master 2. Les différentes possibilités sont à étudier avec le directeur de
mémoire. Pour les étudiants désirant valider l'ensemble du Master, le sujet de
recherche de Master 2 prolonge la réflexion menée au niveau du Master 1. Il convient
de prendre rendez-vous avec le directeur de mémoire, en fonction de son domaine
de spécialité, pour déterminer dès le Master 1 l'orientation de ce travail.

Après le dépôt du sujet, le calendrier précis d'avancement du travail sera établi pour
chaque étudiant avec son directeur. À titre indicatif, un TER soutenu avant les
vacances universitaires doit approximativement suivre les étapes suivantes
(calendrier indicatif à vérifier auprès du directeur de recherche) :
 plan et bibliographie soumis avant les vacances de Noël,
 première partie avant les vacances d'hiver,
 travail finalisé début mai pour lecture d'ensemble,
 version définitive reliée (en trois exemplaires) au moins trois semaines avant
la soutenance (fin mai au plus tard) Attention, les nouvelles dates des
concours de l'enseignement secondaire, peuvent, pour les étudiants qui
souhaitent passer ces concours avoir des conséquences sur le calendrier de
soutenance des T.E.R.

17
Le choix du sujet

2.Choisir son sujet

Le choix du sujet suppose une réflexion personnelle préliminaire. En fonction de ses


goûts, de ses projets, des cours suivis les années précédents, qui ont pu susciter un
intérêt particulier, des matières où ses résultats ont été les plus probants, et des
domaines de compétences des enseignants, l'étudiant doit faire un inventaire de ses
domaines d'intérêt -discipline du mémoire, thématique, genre, auteur(s)-, afin de
dégager des premières idées de sujet.
Quand la première idée est fixée, et avant le rendez-vous avec l'enseignant dont les
domaines de spécialité semblent concorder avec ce projet, l'étudiant doit commencer
à constituer une première (et rapide) bibliographie : œuvres du ou des auteurs,
réflexion sur le corpus, bibliographie secondaire sommaire, pour vérifier que le sujet
pressenti n'a pas déjà été traité dans une étude déjà publiée.
Après cette phase de recherche personnelle, le choix du sujet du mémoire pourra
alors être déterminé avec précision lors du rendez-vous avec le directeur de
recherche.

B.Préciser un sujet

1.Premières recherches

Pour préciser un sujet de recherche quel qu'il soit, il convient de le situer d'abord
dans son contexte général : la période, le domaine disciplinaire, l'auteur, les thèmes
concernés. Ces éléments permettront de sélectionner les dictionnaires et
encyclopédies utiles. Les premiers outils de recherches seront les dictionnaires et
encyclopédies, ouvrages de référence dont la consultation constitue le point de
départ de la recherche. Cette première recherche d'informations et de définition
permet de clarifier les notions impliquées par le sujet (termes utilisés, domaines
concernés, notions associées...). Elle va aussi faire apparaître des éléments de
recherche qui en seront des « mots-clés ». Les informations doivent être classées en
fonction de leur importance et de leur relation avec le sujet.
Ces premières informations doivent être approfondies par des lectures critiques,
grâce aux outils (articles, études...) signalés souvent en bibliographie des
encyclopédies consultées. Sélectionnez parmi eux les ouvrages qui vous seront le
plus utiles. Cette première phase de recherche permet d'entrevoir des pistes de
réflexion plurielles sur le sujet, des liens, des causes, et suscite des interrogations.
Elle permet de cerner le sujet, d'en dégager les points forts et les aspects
secondaires, et permet d'établir une première hiérarchie dans les aspects du sujet
(voir cerner son sujet (cf. 'Les documents d'une bibliothèque' p 24)).

Fondamental
Il est important de distinguer dès le début du travail de prise de notes :
 les sources, c'est-à-dire les textes et données que vous allez analyser et qui
seront la base de votre travail ;
 les commentaires, c'est-à-dire les études et ouvrages qui proposent des
synthèses, des critiques, des analyses, des interprétations de ces textes et
données ;
 vos opinions personnelles et vos propres commentaires sont également à
distinguer des sources et des études utilisées.

Tous les ouvrages n'auront pas forcément la même qualité ni le même intérêt pour

18
Le choix du sujet

vous. Les manuels et autres ouvrages d'introduction à un domaine d'étude, peuvent


vous apporter des connaissances de base pour démarrer votre travail.
Des éléments figurants sur la page de titre (auteur, éditeur, collection..) ou sur la
notice du catalogue de la bibliothèque (mots-clés..) peuvent vous aider à évaluer le
contenu et le niveau d'un livre. La collection est un bon indice du public visé et le
personnel de la bibliothèque saura vous indiquer celle qui correspond à votre niveau
d'étude. Soyez aussi attentifs à la date de publication qui vous permet de repérer les
informations les plus récentes.
Si vous consultez un ouvrage assez général pour y trouver de l'information sur un
sujet bien précis, vous n'êtes pas obligé de le lire intégralement. Utilisez la table des
matières et l'index pour repérer les pages qui vous intéressent.

2.Problématique

Fondamental
L'originalité de l'argumentation développée dans un mémoire est toujours relative ;
mais il est important de choisir un point de vue personnel.
 Formulez la/les questions qui vous semblent se poser à partir de l'ensemble
des données : c'est votre problématique. Elle vous permet de poser une/des
hypothèse(s) et de dessiner les étapes de la démonstration. Le sujet que l'on
vous propose formule parfois cette problématique. Dans tous les cas vous
devez déterminer vous-même votre point de vue et le défendre jusqu'à la
conclusion.
 Approfondissez vos informations en fonction de vos hypothèses de départ,
pour les vérifier et les justifier. Vous aurez besoin de vous rendre en
bibliothèque pour faire des recherches bibliographiques et consulter des
documents.
 Prenez en note les informations (textes, citations, faits, dates...) que vous
pourrez utiliser dans votre démonstration (avec références précises pour les
citations).
 Hiérarchisez et classez ces informations en fonction de la problématique.
3.Exercice d'application
RÉSUMÉ
Etudier le discours de l'intime dans les lettres de Mme de Sévigné implique l'étude
des modalités de la relation interpersonnelle entre Mme de Sévigné et sa fille et de
ne pas limiter le propos à une étude de l'intersubjectivité, de ses indices stylistiques
et de son fonctionnement pragmatique. Le sujet nous invite à affronter une
interdisciplinarité appelée par la richesse d'une problématique qui ne saurait faire
l'économie ni des analyses d'histoire littéraire, ni des perspectives historiques sur le
for privé et les notions d'intimité ou de privé, ni des approches sociologiques sur les «
sémantiques amoureuses » et les effets dialectiques qui s'établissent entre la vie
affective de l'individu et les représentations collectives, entre les échanges
interpersonnels et les praxis sociales. L'intimité qui s'élabore entre l'épistolière et son
destinataire s'inscrit en effet dans un moment charnière des relations
interpersonnelles en général et amoureuses en particulier, notamment sous
l'influence du climat galant, qui préside à l'émergence de l'amitié tendre comme
mode de relation inédit. En dernière instance, il apparait que c'est dans cette
catégorie de la tendresse qu'il faut chercher l'unité d'un style soucieux d'intimité
épistolaire. La définition de cette intimité revient à explorer les différentes opérations
énonciatives propres à produire un type de communication épistolaire et un lien
interpersonnel inédits. Ces opérations énonciatives peuvent être rapportées à trois

19
Le choix du sujet

types de stratégies discursives. Il s'agit en fait de voir comment la lettre devient


l'espace privilégié d'une intimité affective qui se dote d'une manière propre, d'un
ethos et d'un style appelés par un art d'aimer, de vivre et de ressentir qui est celui
de la tendresse. Telles sont les pistes de recherches que nous proposons.

Question 1
[Solution n°1 p 111]
Pourriez-vous résumer en une phrase le projet de recherche de cette étudiante ?

Question 2
[Solution n°2 p 111]
Quel est le corpus retenu ?

Question 3
[Solution n°3 p 111]
Quel est le cadre d'analyse retenu ?

Question 4
[Solution n°4 p 111]
Qu'est-ce qui est novateur dans ce projet ?

Question 5
[Solution n°5 p 111]
Qu'est-ce que le « climat galant » mentionné dans le résumé ?

Question 6
[Solution n°6 p 111]
Comment jugez-vous le résumé sur le plan rédactionnel ?

20
Faire une recherche
III -
III
bibliographique

Généralités 21
Guide des ressources 21
Évaluer les ressources 32
Exercices d'application 36

A.Généralités

À partir des pistes dégagées et des différents aspects de sa problématique,


l'étudiant-chercheur constitue une bibliographie qui sera modifiée, enrichie tout au
long du travail. La recherche doit se faire à partir de l'auteur, des œuvres du corpus,
mais aussi de l'époque, du genre, et évidemment des différentes notions contenues
dans le sujet ou impliquées par le sujet. Il faut travailler dès le début en saisissant
toutes les informations sur ordinateur (gain de temps), et en notant les coordonnées
complètes de chaque ouvrage ou article. La bibliographie qui figure dans le TER sera
saisie au fur et à mesure de l'avancée du travail.

Méthode
Le guide suivant propose un inventaire des types de ressources – avec un lien sur un
commentaire technique, le cas échéant - : monographies, périodiques, thèses,
ressources internet (moteurs, signets,...). Il vous permet d'identifier, de localiser et
de trouver les ressources nécessaires à votre travail. Le classement proposé va du
local (BCU) aux ressources distantes (que vous pouvez dans certains cas obtenir par
le prêt inter-bibliothèques), et aux ressources disponibles par le web.
B.Guide des ressources

L'objectif de cette rubrique est de savoir identifier et localiser les différents types de
documents (ouvrages, thèses, périodiques, sites Web) qui vous serviront à élaborer votre
bibliographie). Une bibliographie doit servir à constituer un corpus d'informations pour l'étude
du sujet et permettre à tout lecteur de retrouver précisément ces informations en utilisant les
références citées.
Toute recherche documentaire repose sur le principe suivant : on commence toujours par
chercher les documents « sur place » pour ensuite élargir la recherche aux documents
disponibles dans d'autres lieux. Ainsi, vous trouverez dans cette rubrique une présentation de
quelques ouvrages de référence utiles pour délimiter votre sujet, les outils permettant l'accès

21
Faire une recherche bibliographique

aux ressources locales, puis ceux permettant les accès aux ressources distantes (nationales
ou internationales) et enfin un certain nombre de liens, sélection de ressources virtuelles
(portails, moteurs de recherche, sites spécialisés en littérature).

1.Les étapes de la recherche documentaire

CERNER C'est à dire chercher à comprendre et à préciser votre sujet


VOTRE SUJET Délimiter le contexte général (période, zone géographique,
domaines disciplinaires, auteurs et thèmes concernés) à l'aide
de dictionnaires, encyclopédies, atlas, chronologies,...

DÉTERMINER En fonction de la nature du travail préparé :


VOTRE Information ponctuelle, exposé, mémoire,...
OBJECTIF

EXPLORER Consultation « l'OPAC »


LES Le catalogue informatisé de la bibliothèque
RESSOURCES
LOCALES

SÉLECTIONNE Choisir des critères de pertinence


R VOS Effectuer un tri parmi les références obtenues
RÉSULTATS

APPROFONDIR Compléter sa démarche en utilisant d'autres ressources :


SA  Les bibliographies des ouvrages sélectionnés
RECHERCHE
 Les autres bibliothèques du réseau
 Bibliographies imprimées ou informatisées
 CD-Rom et Internet
 Les ressources des autres organismes de documentation
de la région.

PRÉSENTER Rédiger une bibliographie.


SES
RÉSULTATS

2.Les documents d'une bibliothèque

Méthode
L'utilisation des ouvrages de référence vous permettra de clarifier les notions
impliquées par votre sujet ainsi que ses limites (voir choisir (cf. 'Choisir son sujet' p
18) et préciser son sujet (cf. 'Premières recherches' p 19).) Ce sont les quelques
mots clés que vous aurez sélectionnés grâce aux ouvrages de référence que vous
utiliserez pour commencer à rechercher les documents et informations dans les outils
qui vous sont présentés dans la rubrique suivante.
Les bibliothèques possèdent principalement les types de documents suivants :

a)Les usuels et les livres

Définition : Les usuels


Ouvrages dans lesquels on trouve des informations immédiates, un aperçu bref sur
un sujet et qui ne sont pas destinés à une lecture de bout en bout. Ces usuels
sont pour la plupart exclus du prêt, mais pas systématiquement.

22
Faire une recherche bibliographique

INFORMATION TYPE EXEMPLE


RECHERCHÉE D'OUVRAGE A
UTILISER

Date, événement Chronologie, L'année 2005 dans Le Monde,


annuaire Chronologie de l'histoire de France (PUF)
d'événements

Carte Atlas Grand atlas Larousse

Sens d'un mot Dictionnaire de Petit Robert, Petit Larousse


langue

Vie d'un Dictionnaire Dictionnaire biographique des auteurs


personnage biographique (Laffont-Bompiani)

Synthèse sur un Encyclopédies Encyclopédia Universalis, ...


sujet

Parmi les livres d'étude, vous apprendrez à distinguer les manuels, qui aident les
débutants à construire leurs connaissances, les ouvrages de synthèse, qui offrent
une vue d'ensemble sur un sujet, les précis et mémentos qui exposent ou
rappellent brièvement les points principaux d'une question, les ouvrages de
vulgarisation, qui abordent des questions scientifiques dans des termes accessibles
aux non-spécialistes, et les ouvrages spécialisés, destinés aux recherches
avancées.
i Pour commencer
Pour commencer, vous pouvez bien entendu utiliser les dictionnaires et
encyclopédies généralistes comme :
 Dictionnaires Robert
 L'Encyclopaedia Universalis : http://www.universalis-edu.com5 (accès réservé
aux postes informatiques de l'université),
 L'Encyclopaedia Britannica
 Webencyclo : http://www.webencyclo.com
ii Seconde étape
La seconde étape vous mène à l'utilisation d'ouvrages de références spécialisés :
1 Dictionnaires généraux de langue française

 Trésor de la langue française (Dictionnaire de la langue du 19e et 20e siècle).


Version en ligne : http://atilf.inalf.fr/tlfv3.htm
 Dictionnaire Universel Francophone :
http://www.lexilogos.com/francophonie_dictionnaires.htm
 Grand Dictionnaire terminologique, qui rassemble un fonds terminologique
d'envergure de 3 millions de termes français et anglais dans 200 domaines
d'activité : http://www.granddictionnaire.com/_fs_global_01.htm
2 Dictionnaire et répertoires spécialisés

 Dictionnaire des Synonymes : http://crisco.unicaen.fr/cgi-bin/cherches.cgi


 Répertoire des procédés littéraires : http://cafe.edu/cle/
 Liste des Dictionnaires, Lexiques, Glossaires, Répertoires de L'Université de
5 - http://www.universalis-edu.com/

23
Faire une recherche bibliographique

Sherbrooke : http://www.biblio.usherb.ca/internet/dictext.htm
iii Étude de la langue, linguistique
 AQUIEN, Michèle, MOLINIÉ, Georges. Dictionnaire de rhétorique et de
poétique. Paris : Librairie générale française, 1999, 753 p.
 CALAS, Frédéric, Méthodologie du commentaire stylistique, Paris, Nathan-
Colin, 2000.
 CALAS Frédéric, Introduction à la stylistique, Paris, Hachette, 2007.
 FROMILHAGUE, Catherine, SANCIER-CHÂTEAU, Anne. Introduction à l'analyse
stylistique. Nouvelle éd. revue et corrigée. Paris : Dunod, coll. « Lettres
supérieures », 1996, 270 p.
 MORIER, Henri. Dictionnaire de poétique et de rhétorique. 5e éd. augmentée
et refondue. Paris : PuF, 1998, 1210 p.
 RIEGEL, Martin, PELLAT, Jean-Christophe, RIOUL, René. Grammaire
méthodique du français. 5e éd. mise à jour. Paris : PuF, 1999, 646 p.
iv Littérature
 LAFFONT, Robert, BOMPIANI, Valentino. Dictionnaire encyclopédique de la
littérature française. Paris : Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1997, 1125 p.
 CHEVALIER, Jean, GHEERBRANT, Alain. Dictionnaire des symboles. 11ème
Edition. Paris : Robert Laffont et Jupiter, 1990, 1060 p.
 Dictionnaire des mythes littéraires. Ed. par Pierre BRUNEL. Paris : Éditions du
Rocher, 1988, 1436 p.
 Lexique des termes littéraires. Ed. par Michel JARRETY. Paris : Librairie
générale française, 2001, 475 p.

b)Les périodiques
Le périodique est une publication en série d'un titre dont les livraisons se succèdent
chronologiquement à des intervalles plus ou moins réguliers. Un périodique est
identifié internationalement par un n° d'ISSN visible sur la couverture.
C'est le support documentaire le plus en phase avec l'actualité (presse) et la
recherche (revues scientifiques et littéraires). On ne trouve dans le catalogue des
bibliothèques que le titre général du périodique mais pas les articles eux-mêmes
(au même titre qu'on n'y trouve pas le détail des chapitres d'un livre, mais seulement
son titre). Il faut donc, pour trouver des articles de périodiques qui traitent d'un sujet
en particulier utiliser d'autres ressources :
Tables des articles ou index publiés par le périodique : Les tables des articles
donnent la liste alphabétique des titres d'articles, les index renvoient aux articles par
mots-clés, en indiquant les numéros et pages correspondantes. Ces index sont
parfois cumulés tous les cinq ou dix ans.
Bibliographies : La bibliographie répertorie les documents publiés sur un sujet ou
concernant un domaine ; les classe par thèmes et en donne les références précises.
Une bibliographie se présente sous forme imprimée ou sous forme de banque de
données bibliographiques : CDRom, Internet.

Exemple
Par exemple CD-RAP (Répertoire d'Articles de Périodiques) dépouille et répertorie
les articles de plus de 200 revues grand public. Les critères de recherche dans les
bibliographies en ligne ou sur CDRom sont plus nombreux que dans les tables.
3.Les outils de recherche

Les outils de recherche qui vous sont présentés vous permettront d'identifier et de

24
Faire une recherche bibliographique

localiser les documents qui concernent votre sujet de recherche. Selon le type de
document, on utilise des outils différents. Il existe cependant des outils communs aux
différents documents et certains outils permettent à la fois de décrire et de localiser
le document.
Les outils ci-dessous vous sont présentés en fonction du type de documents que vous
recherchez, en commençant par les livres, puis en poursuivant par les thèses, les
revues et enfin les sites internet.

Attention
Dans les catalogues de bibliothèques et les bases de données, vous ne trouverez que
les références des documents. Vous devrez ensuite localiser le document recherché
pour avoir directement accès à son contenu. Une rubrique spécifique est consacrée
aux moyens de se procurer un document qui n'est pas dans les bibliothèques
clermontoises. (Voir PEB (cf. 'L'accès au document' p 32))

a)Chercher des livres (monographies)


i Catalogues de bibliothèques
 Catalogue de la BCU : http://bibliotheque.clermont-universite.fr
 Catalogue de la BNF : http://www.bnf.fr
 Répertoire des bibliothèques françaises : http://www.ccfr.bnf.fr
ii Catalogues collectifs
 SUDOC : http://www.sudoc.abes.fr
Le système universitaire de documentation (SUDOC) permet l'accès aux références
de tous les types de documents (livres, périodiques, thèses...) des bibliothèques
universitaires françaises (et établissements de l'enseignement supérieur). Il permet
également de localiser ces documents en donnant des informations pratiques sur les
accès des différents centres de ressources.
 CCFr : http://www.ccfr.bnf.fr
Le Catalogue collectif de France regroupe les catalogues de la BNF, le SUDOC ainsi
que les catalogues de certaines bibliothèques municipales françaises. La Base
patrimoine : catalogue des fonds anciens et/ou locaux de 60 bibliothèques
municipales et spécialisées.
 Méta-Catalogues de BN étrangères ou de bibliothèques spécialisées :
- le KVK : http://www.ubka.uni-karlsruhe.de/kvk_en.html
- Worldcat : http://www.worldcat.org/?lang=fr
iii Livres disponibles
Vous pouvez aussi avoir des informations sur la disponibilité des livres à la vente en
utilisant les sites des librairies en ligne :
 Alapage http://www.alapage.com
 Amazone France : http://www.amazon.fr

b)Chercher des thèses


Une version papier ou électronique de chaque thèse soutenue est conservée dans la
bibliothèque de l'université du doctorant.
Le SUDOC permet l'identification et localisation des thèses. Attention, il faut bien
isoler la sous-base des thèses avant d'effectuer la recherche

25
Faire une recherche bibliographique

Le fichier central des thèses : http://www.fct.abes.fr/FCT-APP/index.jsp/ vous


permet de connaître les sujets des thèses en préparation.
La plateforme TEL donne accès à un certain nombre de thèses électroniques toutes
disciplines confondues : http://tel.archives-ouvertes.fr

c)Chercher des articles de périodiques


Pour trouver des articles de périodique sur votre sujet, vous pouvez utiliser les bases
de données accessibles depuis les postes universitaires. Pour cela, il faut vous
connecter au site d'une bibliothèque universitaire, choisir la rubrique documentation
électronique, puis bases de données. (il s'agit d'utiliser des bases de données offrant
des références bibliographiques)
 FRANCIS : lettres et sciences humaines, depuis 1984. Recense aussi quelques
monographies et thèses.
 JSTOR : Base de données donnant accès au texte intégral d'archives de 394
titres de revues en lettres et sciences humaines
 MLA : Moderne Langage Association : 500 000 références d'articles issus de
3000 périodiques dans le domaine suivants : littérature, linguistique, langues
modernes.
 FRANTEXT : base textuelle. Le corpus est constitué d'environ 3700 œuvres
intégrales ou partie d'œuvres. Les œuvres numérisées vont du XVI ou XXe
siècle.
Une fois recensés les articles sur votre sujet, il vous faut pouvoir trouver les revues
dans lesquelles les articles ont été publiés.
Pour rechercher les revues auxquelles la BCU est abonnée, il vous faut aller dans le
catalogue général de la BCU (http://bibliotheque.clermont-universite.fr) et faire une
recherche « Périodiques ».
Vous pouvez aussi accéder à des revues en texte intégral sur internet : par la
rubrique "documentation électronique/Portail des revues électroniques" du site de la
BCU.

4.Les ressources virtuelles : la recherche sur Internet

La recherche sur Internet n'est pas chose aisée et ce pour de multiples raisons :
abondance de l'information, hétérogénéité et fragmentation des sources et des
contenus, renouvellement permanent (caractère volatile de l'information),
multilinguisme, fiabilité de l'information... L'enjeu majeur sur le web est de capter et
de garder l'attention des usagers : en quelque sorte, les internautes paient avec le
temps qu'ils passent sur les contenus, c'est de ce temps que veulent les annonceurs.
Il convient alors de faire la différence entre les liens naturels et les liens sponsorisés.
Derrière Internet, il y a d'énormes enjeux économiques, culturels, cognitifs,
politiques, sociétaux... liés aux outils et aux pratiques de recherche.

a)Méthodologie de la recherche sur Internet


Quelques règles à suivre et intégrer dans sa démarche de recherche :
MAITRISER LES  maîtriser l'interrogation avancée,
OUTILS DE  utiliser différents outils.
NAVIGATION

SAVOIR  identifier l'objet de la recherche,


QUESTIONNER  bien cerner le sujet,
 traduire les concepts en mots-clefs,

26
Faire une recherche bibliographique

 connaître les opérateurs de recherche (guillemets pour


rechercher une expression, opérateurs booléens,
filetype : pour trouver les pages créées dans un format
de fichier particulier...)
 identifier les sources pertinentes.

CHOISIR LES
BONS MOTS-
CLEFS

CHERCHER  trouver les sites de référence,


L'INFORMATIO  privilégier les sources primaires.
N A LA SOURCE

TOUJOURS  recouper,
ANALYSER  critiquer,
L'INFORMATIO
 comparer.
N

GARDER LES  historique,


TRACES  outils de gestion des signets (Delicious).

MAITRISER LE  faire un plan de recherche,


TEMPS  ne pas vouloir atteindre l'exhaustivité.

RESTER CLAIR
SUR SES
OBJECTIFS

UTILISER moteurs, métamoteurs, annuaires...


DIFFERENTS
TYPES
D'OUTILS

ÊTRE « AGILE  lecture rapide,


»  rebondir d'un document à l'autre... sans non plus passer
trop vite (zapping).

Méthode
Si vous n'êtes pas familiarisés avec la recherche dans internet, voici quelques
conseils méthodologiques pour la recherche sur internet :
Le mode d'interrogation simple : il suffit de taper un mot de recherche dans le
cadre prévu à cet effet pour obtenir des réponses.
Le mode d'interrogation avancée : la difficulté relève souvent du fait que chaque
moteur de recherche propose des outils d'interrogation différents. Avant toute
recherche, il est donc important de consulter leur mode d'utilisation. Néanmoins,
dans la plupart, on retrouve les mêmes opérateurs. En voici quelques-uns. Ici, les
exemples s'appliquent spécifiquement aux moteurs de recherche Google et Altavista :
 Les guillemets : lorsque vous cherchez une expression précise, il faut mettre
des guillemets autour de celle-ci. (ex : "affinités électives"). Sinon un moteur
de recherche tel que Google cherchera non pas sur le groupe de mots
désignés mais sur chaque mot. Ainsi, vous obtiendrez des sites comportant le
mot " affinités " et qui n'ont rien à voir avec le roman de Goethe sur lequel
vous souhaitez obtenir des informations.

27
Faire une recherche bibliographique

 Le + et le - : Si vous recherches des sites comprenant plusieurs mots mais


pas dans la même expression, il faut utiliser le signe " + ". Attention : il faut
mettre le signe + également devant le premier mot. ex : +Sand+Musset si
vous voulez par exemple obtenir des informations sur les correspondances
entre George Sand et Musset. En revanche si vous voulez exclure un mot, il
faut utiliser le signe "-" . Ainsi, si vous voulez consulter des pages qui parlent
de George Sand sans ce qui concerne Musset, il faudra indiquer : +Sand-
Musset. Il est inutile d'indiquer des mots vides " le " " la " " les " " il " mais
utiliser uniquement les termes significatifs sauf si ces mots font partie d'une
expression. On utilisera alors les guillemets. Par exemple, si l'on veut poser
une requête sur un titre de roman (ex : " Les nourritures terrestres ").
 Les opérateurs booléens : en général, les opérateurs booléens ou appelés
également opérateurs de logique, au nombre de trois, s'inscrivent de cette
manière : AND, OR et NOT. Revenons à notre interrogation " Musset " et "
Sand "
* Utilisez AND (et) pour relier deux termes qui doivent tous deux figurer dans le
résultat final.
* Utilisez OR (ou) pour relier deux termes dont l'un au moins doit figurer dans le
résultat final.
* Utilisez NOT (sauf) pour exclure un terme.
Google n'utilise qu'un opérateur " and " et celui-ci est implicite dès que l'interrogation
porte sur deux termes. Il est donc inutile de l'indiquer. Par contre un moteur tel
qu'Altavista utilise les opérateurs booléens. Il est alors important d'utiliser les
parenthèses pour construire une requête.
 Les opérateurs de proximité : NEAR. Certains moteurs utilisent un
opérateur de proximité, comme altavista. Ainsi, NEAR (proche de) permet de
repérer des documents contenant deux termes distants l'un de l'autre mais
séparés au plus par dix mots.
 Troncature : souvent symbolisé par l'astérisque. Permet de remplacer les
lettres ou les mots manquants dans une requête. Il permet par exemple
d'interroger les mots d'une même famille ou de trouver les sites comprenant
le terme à la fois au singulier et au pluriel. Ex : urba* pour urbanisme,
urbanismes, urbanisation. Ex : ville* pour ville, villes

b)Panorama des outils disponibles


Il existe plusieurs catégories d'outils : annuaires thématiques, moteurs de recherche,
métamoteurs, outils de veille, portails et sites de référence, signets...
Ces outils se répertorient suivant deux principales typologies :
 en fonction du mode de collecte et d'indexation des ressources, on distingue
les outils « humains » (annuaires, sélections de signets, plates-formes de
partage de signets, portails de fils RSS) des outils automatisés (moteurs de
recherche, métamoteurs).
 en fonction des ressources recensées, on distingue les outils généralistes qui
renvoient à l'ensemble d'Internet des outils spécialisés qui renvoient à un
sous-ensemble d'Internet.
On peut repérer aussi trois grands critères de spécialisation de ces outils :
 selon les supports internet : moteurs de blogs, de forums, de listes de
diffusion, de FAQ, de wikis, de fils RSS...
 selon la nature du contenu : moteurs scientifiques, d'actualité, de personnes,
de produits...
 selon la nature du média : moteurs d'images, de vidéos, de podcasts, de
photos...

28
Faire une recherche bibliographique

Les outils spécialisés sont donc très importants pour faire des recherches précises.
i Les annuaires thématiques

Définition : Les annuaires thématiques


Outil de recherche (appelé aussi index ou répertoire), qui classe un ensemble de sites
web suivant une thématique arborescente. Les annuaires sont les premiers outils du
web : Virtual Library en 1991, Yahoo en 1994. Il existe plusieurs types d'annuaires :
 des annuaires généralistes (Yahoo) ou spécialisés (UREC),
 des annuaires privés (Yahoo) ou publics (Virtual Library),
 des annuaires collectifs (Open Directory) ou individuels (Quartier Français...).

Quel que soit le type d'annuaires, ils s'appuient sur des principes communs :
 Sélection humaine de ressources,
 Recensement de sites web (et non de pages web),
 Pré-catégorisation des ressources,
 Arborescence,
 Description manuelle des sites,
 Moteur de recherche interne à l'annuaire.
Ce type d'outil pose le problème important du classement des sites, de la
représentation des connaissances et des ressources. Depuis leur apparition, on peut
noter un certain déclin des annuaires généralistes au profit du développement des
annuaires spécialisés.
Utilité des annuaires: recherche d'information sur un sujet large, permet une
première approche d'un domaine, permet de rechercher des sites de référence
(Signets de la BNF).

Fondamental
Pour résumer les annuaires sont utiles pour défricher un domaine, pour
effectuer les premières recherches sur un sujet. Ces outils sont
complémentaires avec les moteurs de recherche.

ii Les moteurs de recherche

Définition
Outil automatisé d'indexation et de recherche des ressources du web. Ils fonctionnent
grâce à trois modules autonomes : un robot collecteur qui collecte des données, un
module d'indexation (base de données du moteur) et un module de requête (gestion
des requêtes et des résultats).

Ces moteurs proposent :


 différentes fonctionnalités de recherché: mode simple et mode avancé
 différentes syntaxes de recherche : opérateurs de recherche (booléens,
parenthèses), options linguistiques (casse, troncature, recherche d'une
expression)
 des options de filtrage des requêtes.

29
Faire une recherche bibliographique

Attention
Il est important de faire attention à la manière dont sont classés les résultats. Il
existe deux grandes méthodes de classement :
 un tri par indice de pertinence : calculs statistiques sur la fréquence des
termes...
 un tri par popularité qui s'appuie sur l'indice de popularité (calculé en
fonction du nombre de liens qui pointent vers le site sélectionné). C'est de
cette manière que Google présente ses résultats.
Il faut aussi signaler que cette question du classement des sites l'est aussi pour les
annonceurs et les entreprises qui souhaitent être classée à la meilleure position
possible. Il existe donc de plus en plus de liens sponsorisés.
Ces outils proposent aussi différentes présentations des résultats : affichage des
résultats, description des documents, exploitation qui peut en être faite...

Exemple
Exemples de moteurs de recherche généralistes :
 Google, Google France (http://www.google.fr)
 Yahoo Search, Yahoo France (http://fr.yahoo.com)
 Bing,
 AltaVista (http://fr.altavista.com)
 AOL,
 Orange,
 Exalead...

Exemple
Exemples de moteurs de recherche spécialisés :
 In-Extenso (sciences humaines et sociales)
 Spinoo (ressources éducatives)
 Truveo (moteur de recherche vidéos)
 ...

iii Les métamoteurs

Définition
Un métamoteur est un outil de recherche qui interroge en parallèle plusieurs
outils (moteurs et annuaires), rapatrie leurs réponses et les organise, selon des
méthodes de classement spécifiques, pour fournir aux utilisateurs une
présentation structurée des résultats.

Leur intérêt principal est de simplifier la recherché en faisant une seule requête pour
plusieurs outils. Ils permettent en outre un élargissement de la recherche, ils offrent
la possibilité d'interroger plusieurs sources (d'une dizaine à un millier avec Copernic).
La pertinence des résultats s'en trouve ainsi renforcée car la sélection des
documents plus poussée (calcul de pertinence opéré sur plusieurs outils).
Les métamoteurs sont très utiles pour faire le panorama des ressources sur un
thème, ils permettent une exploitation parfois sophistiquée des résultats. A signaler
aussi, ce sont des outils qui peuvent être paramétrables et personnalisables

30
Faire une recherche bibliographique

Exemple
Exemples de métamoteurs :
 Ixquick,
 Kartoo,
 Seek

iv Les outils de syndication de contenus

Définition
Ces outils permettent d'agréger des contenus divers sur un même navigateur, ils
offrent la possibilité de publier automatiquement sur un site web des informations
issues d‘autres sites web.

Les fils RSS  ont plusieurs fonctions :


-Suivre l'actualité d'un site : réception de toutes les nouveautés,
-Se tenir informé : sur l'actualité (tous les journaux proposent des fils RSS), sur un
domaine (suivi de blogs et de sites spécialisés).
Il est aussi possible de créer des pages personnalisables qui offrent la possibilité
de gérer et d'organiser soi-même ses flux. Ces pages web sont organisées en onglets
et boîtes, leur utilisation est gratuite.

Exemple
Exemples :Netvibes, PagesFlakes...
v Compléments

Textes numérisés
 ABU (http://abu.cnam.fr) base de l'Association des Bibliophiles Universels,
hébergée par le CEDRIC, Centre de Recherche en Informatique du CNAM. 203
textes de 100 auteurs ; moteur de recherche par mot.
 Athena (http://un2sg4.unige.ch/athena/html/fran_fr.html) : textes d'auteurs
d'expression française.
 BM de Lisieux (http://www.bmlisieux.com): textes numérisés du domaine
public ; bibliothèque électronique maintenue par la bibliothèque municipale de
Lisieux.
 Gallica (http://gallica.bnf.fr/) : bibliothèque multimédia du Moyen-Age au
début du XXe siècle ; collaboration entre la BNF et de nombreuses institutions
publiques et privées. Moteur de recherche. Tous supports : périodiques,
documents sonores, livres en mode texte et image...

Littératures spécialisées
 Fabula : http://www.fabula.org/
 LIMAG : http://www.limag.refer.org. Site consacré aux littératures du
Maghreb comportant des bibliographies, des documents en texte intégral, des
informations sur l'actualité littéraire maghrébine, sur les travaux des équipes
de chercheurs.

Site de théorie littéraire


SatorBase : http://www.satorbase.org Société d'analyse de la topique romanesque

31
Faire une recherche bibliographique

Presse
Le Monde : http://www.lemonde.fr/
Le Magazine littéraire : http://www.magazine-litteraire.com/
La Quinzaine littéraire : http://www.quinzaine-litteraire.net/

5.L'accès au document

Pour les documents qui se trouvent dans les bibliothèques de Clermont-Ferrand : le


site de la BCU (http://bibliotheque.clermont-universite.fr) vous donne toutes les
informations sur les conditions d'accès et d'emprunt. Pensez à utiliser la
documentation en ligne proposée dans la rubrique documentation électronique.
Le PEB permet à tout lecteur inscrit d'avoir accès à des documents ne se trouvant
pas en local. Les démarches s'effectuent auprès du service du PEB de la bibliothèque
universitaire.

6.Conseils pratiques

Au fur et à mesure de votre recherche documentaire, pensez à bien noter d'emblée


toutes les références des documents que vous consultez pour éviter de recommencer
vos recherches lors de la rédaction de votre bibliographie (voir rédiger le TER (cf.
'Structure du T.E.R.' p 71)). Pensez aussi à bien distinguer les sources : c'est-à-
dire le matériau brut que l'on étudie (textes, archives) des textes et études
critiques : c'est-à-dire des documents qui analysent et interprètent les sources.

C.Évaluer les ressources

1.Évaluer des documents

Comment évaluer les documents et sélectionner l'information utile ?


Plusieurs éléments déterminent vos choix. En premier lieu, la qualité des documents
trouvés et la pertinence par rapport au travail demandé.
Repérez des indices de qualité et de pertinence :
Le document est-il validé par une instance scientifique ?

a)Pour les livres


Voir la 1ère et la 4ème de couverture, le sommaire ou la table des matières, vérifier
que l'ouvrage entre dans le thème de recherche. Repérer le titre, l'auteur et le nom
de l'éditeur, pour voir si l'ouvrage est signalé par d'autres sources. Noter le type de
collection dont le livre fait partie, pour la caution scientifique. Vérifier la date
d'édition, pour l'actualité des informations. La présence d'index, à la fin du livre,
permettant de se reporter à des informations très précises dans l'ouvrage, d'une
bibliographie ou des sources consultées peuvent être un plus.

b)Pour les articles de périodiques


Évaluer la valeur scientifique de la revue (a-t-elle un comité scientifique?) et son
niveau (recherche, vulgarisation..). Noter l'ensemble des thèmes abordés, les titres
et signatures, ainsi que le vocabulaire utilisé. Identifier les fonctions et qualités des

32
Faire une recherche bibliographique

auteurs, vérifier que les sources d'information sont mentionnées.

c)Conclusion
Organisez votre recherche selon le temps disponible et l'objectif à atteindre :
d'abord consulter une encyclopédie, puis des petits ouvrages de synthèse, type "Que
sais-je". Vous pourrez entreprendre une lecture de longue haleine pour un thème qui
constitue pour vous un centre d'intérêt durable, en prévoyant de l'étaler dans le
temps et en l'accompagnant, bien sur, de prises de notes. N'oubliez pas de
consulter la bibliographie pour trouver d'autres pistes.

2.Évaluer l'information sur Internet

L'information sur Internet se caractérise en particulier par la surabondance, la liberté totale


de publication, l'absence de validation préalable. Beaucoup de fausses nouvelles, chaînes,
pétitions, alertes aux virus ou promesses d'argent circulent aussi par messagerie. Divers sites
répertorient ces "hoax". Par exemple, Hoaxbuster (http://www.hoaxbuster.com). Il importe
donc de bien vérifier la validité et la qualité d'une information, avant de la citer ou de la
diffuser.
Démarche en deux temps :
 identification de la ressource,
 évaluation de la ressource.

a)L'identification d'une ressource électronique


Il faut repérer, décrire et analyser les différents éléments constitutifs du
document. L'identification porte sur les caractéristiques extérieures, objectives de la
ressource :
ORGANISATION  nom de l'organisation?
RESPONSABLE,  "nationalité" du site?
ÉDITEUR DU SITE
 nature du site? Universitaire, institutionnel,
commercial, personnel...
 statut ? Public ou privé, gratuit ou payant ?
 objectifs ? Production-diffusion d'information,
expression littéraire personnelle, vente...
 public visé ? Tous publics, spécialisé...
 notoriété du site, de l'organisation ? Quels sites
"pointent" vers le site observé ?.

AUTEUR DU  auteur du document ? Est-il joignable ?


DOCUMENT  son statut, son domaine de compétence ?
 sa notoriété ? Est-il cité par d'autres ? Si oui,
par qui ?
 A quels auteurs, à quels documents fait-il
référence ?
 Quel est son "point de vue" ? S'exprime-t-il en
son nom propre ou au nom de l'organisation qui
l'héberge ?

33
Faire une recherche bibliographique

DOCUMENT  "l'étendue" du document ? Un site entier, une


partie d'un site, un document autonome...
 type de support documentaire ? Site web, base
de données, revue, forum...
 dates du document ? Date de création, de mise
à jour
 nature du document ? Scientifique, de
vulgarisation, d'expression...
 domaine de connaissance, ou la discipline ?

b)L'évaluation d'une ressource électronique


Elle consiste à attribuer une valeur (faible, moyen, bien, très bien) aux différents
éléments de la ressource, selon des critères prédéfinis. On peut distinguer au moins
cinq parties différentes, comportant chacune plusieurs critères :
SOURCE, AUTEUR  Clarté, facilité d'identification de
l'organisation, de l'auteur
 Sérieux, fiabilité de l'organisation, de
l'auteur
 Degré de compétence dans le domaine
 Notoriété

CONTENU  Degré de fiabilité de l'information


 Niveau de précision, d'exhaustivité,
d'exactitude
 Degré de nouveauté, d'originalité
 "Fraîcheur" de l'information, actualisation
 Clarté d'indication et accessibilité des
sources d'information
 Pertinence, richesse des liens externes
 Qualité de la langue (expression écrite,
traduction)
 Clarté de présentation de l'information
 Utilité, pertinence des illustrations
(schémas, images...)

STRUCTURATION DU  Logique de l'organisation : cohérence,


DOCUMENT clarté de la structure
 Facilité d'orientation : sommaire, plan du
site...
 Facilité de navigation : aller-retour, retour
page d'accueil, ascenseur...
 Facilité de lecture des pages intérieures :
sommaires internes, boutons de retour...
 Qualité et efficacité du moteur de
recherche interne

MISE EN FORME  Design du site, choix des couleurs


 Homogénéité de la mise en forme
 Lisibilité du texte
 Qualité des illustrations

34
Faire une recherche bibliographique

ACCESSIBILITÉ, ASPECTS  Rapidité de chargement du site et des


TECHNIQUES pages, des illustrations
 Accessibilité du site (référencement dans
les outils de recherche)
A chaque étape de l'évaluation, on vérifie la pertinence de la ressource, c'est-à-dire
la correspondance entre le document et la requête : l'information trouvée
correspond-elle au sujet de recherche ?

c)Quelques conseils

Conseil : Déchiffrer l'adresse


Déchiffrer l'adresse de la ressource repérée : la structure d'une adresse Internet
ou URL (Uniform Resource Locator) est souvent source de renseignement.
URL d'une page d'accueil : Ministère de la culture : <http://www.culture.gouv.fr>
http : protocole technique de communication propre au web (HyperText Transfert
Protocol)
www : Indicatif qui précise que le site est placé dans le World Wide Web
culture : nom de sous-domaine
gouv : nom de sous-domaine (organisme gouvernemental français)
fr : domaine - abréviation du nom du pays (France)
URL d'un document particulier : <
http://www.culture.gouv.fr/culture/bdd/index.html
http://www.culture.gouv.fr/ : adresse du site
culture/ : nom d'un répertoire
bbd/ : nom d'un sous-répertoire dédié aux bases de données
index : nom du document
.htm : extension du fichier qui renseigne sur le format du document page en langage
htm
Les différents éléments de l'URL, tels que les noms de domaines et sous-
domaines, peuvent contribuer à l'identification d'un site. En voici quelques uns :
 .fr, .ca, .de, .it... abréviation du nom de pays (France, Canada, Allemagne,
Italie...
 .edu université américaine - ex : http://www.georgetown.edu/
 .com site commercial - ex: http://www.lesbelleslettres.com/
 .gov organisme gouvernemental américain -ex: http://catalog.loc.gov/
 .univ- ... .fr université française - ex: http://www.mshs.univ-poitiers.fr
 .asso.fr association française - ex: http://www.societes-savantes-
toulouse.asso.fr/

Conseil : Croiser ses sources


Croiser ses sources : consulter plusieurs sources documentaires, en les comparant,
en identifiant leur positionnement idéologique ou politique.

Conseil : Utiliser les signets sélectionnés par des


professionnels
Utiliser les signets sélectionnés par des professionnels (bibliothèques
universitaires, Bibliothèque Nationale, institutions de recherche, etc ...) afin d'éviter

35
Faire une recherche bibliographique

des sites dépourvus de toutes garanties.


D.Exercices d'application

Ce module fait l'objet, en M1 et en M2. de Lettres, d'une évaluation spécifique au moment de


la soutenance : l'évaluation des compétences se fait à travers la réalisation du T.E.R. ou du
mémoire de M2, après remise du travail et au moment de la soutenance. Un QCM et un
exercice vous permettent cependant d'évaluer vos compétences dans le domaine de la
bibliographie (recherche et présentation).

1.Les généralités de la recherche documentaire

a)La recherche bibliographique


i Exercice
[Solution n°1 p 143]
Le catalogue de la Bibliothèque Clermont Université est consultable en ligne :

pas du tout

à la BCU seulement

à la BCU et sur Internet

ii Exercice
[Solution n°2 p 143]
Pour obtenir un corpus de références d'articles de revues sur un sujet donné, quelle
base de données spécifiques utilisez-vous ?

Francis

Alapage

Bol

iii Exercice
[Solution n°3 p 143]
Identifiez-vous ci-après un site spécialisé dans la recherche en lettres

36
Faire une recherche bibliographique

Cerise

Fabula

Alapage

Bol

iv Exercice
[Solution n°4 p 143]
Identifiez-vous ci-après un moteur de recherche spécialisé en littérature

Lycos

Ari@ne

Aleph

v Exercice
[Solution n°5 p 144]
A quelle banque de données faites-vous appel pour obtenir des textes intégraux
d'œuvres littéraires ?

Dissert abstracts online

Frantext

Diss

BN Opaline

vi Exercice
[Solution n°6 p 144]
"And" est :

Un opérateur de proximité

Un opérateur boléen

Une troncature

37
Faire une recherche bibliographique

b)Les mots clefs


i Extraire des mots clefs
Vous avez à traiter le sujet suivant:

La littérature du XIXe siècle accorde une place de choix à la


figure de la courtisane, figure féminine marginale, qui acquiert
un nouveau statut dans l'esthétique romantique, en se trouvant
au coeur d'un processus de rédemption. Entre romantisme,
naturalisme et symbolisme, quelles différentes métamorphoses
romanesque ce statut social subit-il au long du siècle?

Question
[Solution n°7 p 112]
Quels sont les mots-clefs importants?
 Littérature, figure, statut, romantisme, métamorphoses.
 Siècle, courtisane, marginale, esthétique romantique, rédemption.
 XIXe siècle, place courtisane, esthétique romantique, rédemption,
métamorphoses romanesques.
 Littérature, place, figure, statut, romantisme, naturalisme, symbolisme,
social.
ii Exercice : Classer des mots clefs
[Solution n°7 p 144]
« Le Théâtre classique en France »
Face à ce sujet, quelles questions peut-on se poser?
Faire correspondre questions et réponses
i - Cour de Versailles
ii - Corneille, Racine, Molière
iii - XVIIe siècle
iv - Tragédies et comédies
v - Ordre, unité, équilibre
Quand? Qui? Où? Quoi? Comment?

c)Les différents types de documents


i Exercice : Question 1
[Solution n°8 p 144]

38
Faire une recherche bibliographique

L'index d'un livre est:

une liste alphabétique de termes qui permet de retrouver une information

une liste de termes employés dans l'ouvrage en question

une conclusion

une liste d'abréviations

ii Exercice : Question 2
[Solution n°9 p 145]
Un périodique est:

une revue publiée à intervalles réguliers

un livre récent

un journal

un magazine

une revue scientifique

iii Exercice : Question 3


[Solution n°10 p 145]
Quels ouvrages font partie des usuels?

39
Faire une recherche bibliographique

les romans

les manuels

les journaux

les encyclopédies

les dictionnaires spécialisés

les atlas

les grammaires

les annuaires

les essais

iv Exercice : Question 4
[Solution n°11 p 146]
J'utilise un usuel pour:

situer un lieu

trouver une date

avoir une vue d'ensemble sur un sujet

trouver la biographie d'un individu

40
Faire une recherche bibliographique

2.Les notices des catalogues

a)Exercice : Classer des notices


[Solution n°12 p 146]
Classer ces documents du général au particulier.

Notice 1

Notice 2

Notice 3

41
Faire une recherche bibliographique

Notice 4

Notice 5
1. Notice 4
2. Notice 2
3. Notice 5
4. Notice 1
5. Notice 3
Réponse : ___ ___ ___ ___ ___

b)Exercice : Sélectionner des notices


[Solution n°13 p 147]
Quels documents peuvent me donner d'autres pistes de lecture pour aller plus loin ?

42
Faire une recherche bibliographique

Réseau Lettres

43
Faire une recherche bibliographique

Site spécialisé réseau Lettres

Catalogue BCU

44
Faire une recherche bibliographique

45
Faire une recherche bibliographique

Catalogue complet

Recherche auteur

46
Faire une recherche bibliographique

Notice 1

Notice 2

Notice 3

Notice 4

Notice 5

3.Le portail et le catalogue de la BCU

a)Le site
Aller sur le site: http://bibliotheque.clermont-universite.fr/

Question 1
[Solution n°8 p 112]
Combien le réseau Lettres compte-il de bibliothèques?

Question 2
[Solution n°9 p 112]
Comment arriver sur le site spécialisé du réseau Lettres?

Question 3
[Solution n°10 p 113]
Comment atteindre le catalogue en ligne?

b)Le catalogue
Répondez aux questions suivantes en faisant des recherches sur le catalogue de la
BCU : http://catalogue.clermont-universite.fr

Question 1
[Solution n°11 p 114]
Combien d'ouvrage de Jean-Luc Lagarce la bibliothèque conserve t-elle?

Question 2
[Solution n°12 p 116]
Le « Dictionnaire de critique littéraire », Joëlle Gardes-Tamine, 2004 est-il conservé à
la bibliothèque Lafayette?

Question 3
[Solution n°13 p 117]
Qui est l'auteur de « Littérature de jeunesse et presse des jeunes au début du XXIe
siècle », paru en 2007?
Combien d'exemplaire trouve-ton sur Clermont-Ferrand?

Question 4
[Solution n°14 p 118]
Quel est l'ouvrage critique le plus récent que propose la bibliothèque de Lafayette sur

47
Faire une recherche bibliographique

Andréï Makine?

Question 5
[Solution n°15 p 118]
Trouver le périodique « Magazine Littéraire ».

Question 6
[Solution n°16 p 119]
De quand date le premier numéro paru?
De quand date le premier numéro conservé à la bibliothèque de Lafayette?
Puis-je consulter le numéro 53 de 1971?
L'année 1984 est-elle complète?
Quelles années trouve t-on à la bibliothèque de Gergovia?

4.Les catalogues collectifs : le SUDOC et le KVK

a)Le SUDOC
Aller sur le site : http://www.sudoc.abes.fr/

Question 1
[Solution n°17 p 120]
Recherchez les thèses sur Emile Zola : (date de soutenance entre 1999 et 2010).
Combien en trouvez-vous ?
Notez le nom de l'auteur, le nom du directeur de thèse de celles datant de 2003.

Question 2
[Solution n°18 p 120]
Recherchez les thèses soutenues à l'Université de Paris 3. Combien en trouvez-vous ?
Comment avez-vous procédé pour trouver ces thèses ?

b)Le KVK
Aller sur le site : http://www.ubka.uni-karlsruhe.de/kvk_en.html678

Question 1
[Solution n°19 p 121]
Recherchez la correspondance de Balzac dans le catalogue de la British Library.
Combien trouvez-vous de références ?
Combien de pages comporte l'édition de 1923 ?

Question 2
[Solution n°20 p 122]
Pouvez-vous accéder au catalogue de la bibliothèque nationale de Grèce ?

Question 3
[Solution n°21 p 122]
Le formulaire de recherche permet-il de trouver des documents par collection ?

6 - http://www.sudoc.abes.fr/
7 - http://www.ubka.uni-karlsruhe.de/kvk_en.html
8 - http://www.sudoc.abes.fr/

48
Faire une recherche bibliographique

5.Les bases de données en ligne

a)MLA
Passer par le site de la BCU pour faire les recherches dans la base de données MLA.

Base de données site BCU

Accès à MLA

49
Faire une recherche bibliographique

Accès UBP

Question 1
[Solution n°22 p 123]
Recherchez des livres sur George Sand écrits en anglais et publiés entre 1980 et
1981.
Combien en trouvez-vous ?

Question 2
[Solution n°23 p 123]
Quels genres littéraires pouvez-vous trouver par le biais du formulaire de recherche ?

b)J-Stor
Passer par le site de la BCU pour faire les recherches dans la base de données J-Stor.

Question 1
[Solution n°24 p 124]
Recherchez un article en italien sur Guy de Maupassant.
Notez le nom de l'auteur, l'année d'édition, et le titre du périodique.

Question 2
[Solution n°25 p 126]
Pouvez-vous trouver des articles dans la Revue d'histoire littéraire de la France ?

6.Les revues électroniques


Aller sur le portail: http://www.revues.org/

Question 1
[Solution n°26 p 127]
Comment trouver une revue en ligne consacrée à la littérature?

Question 2
[Solution n°27 p 128]
Trouver la revue "Fééries".
Quelles sont les thématiques abordées par cette revue?
Quel en est l'éditeur?
De quand date le dernier numéro paru?
Est-il en texte intégral?

50
Faire une recherche bibliographique

Question 3
[Solution n°28 p 129]
Faire une recherche sur Flaubert et l'orientalisme

7.Les Bibliothèques numériques


Gallica
Aller sur le site : http://gallica.bnf.fr/

Question 1
[Solution n°29 p 130]
Recherchez : La religieuse de Diderot édité par les éditions Buisson.
Notez la date d'édition, le nombre de pages et le format ainsi que les caractéristiques
du papier utilisé.

Question 2
[Solution n°30 p 132]
Chercher une affiche datant de la guerre de 1914-1918.

Question 3
[Solution n°31 p 132]
Chercher la partition d'un opéra de Massenet.

Question 4
[Solution n°32 p 133]
Chercher des manuscrits de Proust.

Question 5
[Solution n°33 p 133]
Explorer le dossier "Gallica Classique".
Qu'y trouve t-on?

Question 6
[Solution n°34 p 133]
Via les Signets de la BNF trouvez le site de l'association des éditeurs belges.
Comment avez-vous procédé ?

8.La littérature grise

a)HAL
Aller sur le site : http://hal.archives-ouvertes.fr/

Question 1
[Solution n°35 p 135]
Identifier les différents moyens de consulter la base de données HAL.

Question 2
[Solution n°36 p 136]
Combien y a t-il de documents qui émanent de l'Université Blaise Pascal?

Question 3
[Solution n°37 p 136]
Chercher les publications qui émanent du CELIS (Centre de Recherches sur les

51
Faire une recherche bibliographique

Littératures et la Sociopoétique).

b)TEL
Aller sur le site : http://tel.archives-ouvertes.fr/

Question 1
[Solution n°38 p 137]
Combien de thèses soutenues à l'UBP ont été déposées sur TEL?

Question 2
[Solution n°39 p 138]
Rechercher des thèses sur le roman courtois.
Combien en trouvez-vous?
Choisissez en une, télécharger le fichier.
Repérer l'auteur, l'université de soutenance, les membres du jury, les résumés en
français et en anglais, le sommaire, les annexes, la bibliographie.

* *
*

Pour aller plus loin :


M. A. Berttrand Baschwitz, Comment me documenter ?, De Boeck, 2009.
V. Mesguich et A. Thomas, Net recherche 2009, ADBS, 2009.
L'évaluation de l'information sur Internet. Guide de méthodologie documentaire
destiné aux étudiants de 1ère année du cursus Licence [en ligne]. Rennes : SCD de
l'université Rennes 2. [réf. du 30 juin 2008]. Disponible sur : <
http://www.sites.univ-rennes2.fr/scd/methodoc/ >
Évaluer des sites Internet. CERISE [en ligne]. Paris : URFIST de Paris. [réf. du 30
juin 2008].Disponible sur : <
http://urfist.enc.sorbonne.fr/anciensite/cerise/index.htm >

52
Exploiter sa
IV -
IV
bibliographie

La lecture d'étude 55
Les notes de lecture 55
Les fiches de lecture 56
Exercice d'application 56

A.La lecture d'étude

Dans le cadre d'un travail de recherches, la lecture d'œuvres, d'articles, d'études


critiques se distingue de la lecture courante : méthodique, elle doit repérer les
éléments qui seront utilisés dans le TER. La lecture doit concerner :
 l'œuvre ou les œuvres du corpus, à partir desquelles, selon le sujet, sont
réalisées des fiches de lecture précises ;
 les ouvrages critiques choisis en fonction du sujet (sur l'auteur, le thème, la
méthode d'analyse, le contexte,...), sur lesquels l'étudiant doit également
prendre des notes.
Ces deux axes, en quelque sorte l'abscisse et l'ordonnée, orientent la recherche et
constituent la spécificité du TER. C'est par le croisement des deux que se constitue la
réflexion personnelle sur le sujet choisi.
La première lecture sera généralement globale. S'il s'agit d'un ouvrage, il convient de
se référer à la table des matières, à l'introduction et à la conclusion pour avoir une
vue globale du contenu. Il faut ensuite parcourir l'ensemble de l'ouvrage en repérant
thèmes et arguments.
La lecture approfondie des ouvrages retenus pour leur intérêt dans le cadre de la
recherche poursuivie fera l'objet d'une prise de note. La photocopie des documents
retenus et le surlignage ne peuvent se substituer à la prise de note, et permettent
simplement la conservation du document et la mise en évidence de passages
pouvant faire l'objet de citations.

B.Les notes de lecture

Les notes relatives à un travail de recherches ne sont ni vite prises, ni cursives, mais
demandent au contraire de la méthode, de la réflexion et du temps. Vouées à une
utilisation durable, jusqu'à la phase ultime de rédaction, elles peuvent être de deux
natures : d'une part, elles enregistrent des informations collectées au fur et à mesure

53
Exploiter sa bibliographie

des lectures (dont la forme élémentaire est la citation) ; d'autre part, elles
consignent des réflexions personnelles issues de ces lectures. Les deux types de
notes doivent être soigneusement distingués, de manière à ne pas confondre, dans la
suite du travail, citations d'ouvrages critiques et analyse personnelle.
Quel que soit l'usage ultérieur des notes de lecture, il convient toujours de noter avec
précision l'ensemble des références exactes du document d'origine, ainsi que le
numéro de page si vous faites une citation.
Les notes de lecture doivent être relues pour constituer, selon leur objet, des fiches
de lecture, plus élaborées et directement articulés avec l'objet de la recherche.

C.Les fiches de lecture

Mémoire du travail dans sa phase d'élaboration, elles doivent comporter les


références bibliographiques complètes de l'ouvrage, le plan du livre, les idées
majeures, les données à retenir, les citations qui pourront être utilisées
ultérieurement. Elles doivent être concises et lisibles, et écrites en « langage efficace
», balisant la construction du travail de « signaux » qui sont autant d'éléments
utilisables lors. Le classement de ces fiches, qui doit pouvoir évoluer, doit permettre
de retrouver et de mobiliser à tout instant les informations classées.

D.Exercice d'application
Accéder à la bibliographie : Corpus (cf. Corpus)

Question
[Solution n°40 p 138]
Vous repérerez les anomalies d'ordre typographique et les problèmes de classement
et de présentation dans cette bibliographie. Vous expliquerez en quoi consistent les
problèmes de classement et quels défauts méthodologiques ils reflètent.

54
Mise en œuvre du
V -
V
mémoire

Problématique 57
Introduction 57
Établir un plan 59
Présentation des citations 60
Exercice d'application 70

A.Problématique

Vous trouverez dans le fichier audio ci-dessous la partie concernant la définition de la


problématique.

B.Introduction

1.Méthode de l'introduction du mémoire de recherche

Méthode
L'introduction se rédige à la fin du travail, mais ce sera le premier contact que vos
évaluateurs auront avec votre mémoire. C'est donc elle qui sera lue en premier. Il
faut en soigner la rédaction, mais aussi veiller à ce qu'elle réponde aux attentes
suivantes.

Définition : Introduction
Le rôle de l'introduction est de présenter le sujet, le corpus, la problématique et
d'annoncer le plan. Elle constitue donc un moment réflexif particulièrement dense.
Elle peut se composer des sous-parties suivantes, qui ne seront pas présentées par
des titres apparents, mais qui doivent se trouver en elle :
 Une présentation large du sujet, notamment une contextualisation historique,
d'histoire littéraire, ou diachronique du sujet choisi. (Un ou deux paragraphes,
1 à 2 pages selon les sujets).
 Une présentation de la méthode choisie (du cadre d'analyse) pour traiter ou
aborder ce sujet, qui peut être un sujet maintes fois traité, mais que le cadre
d'analyse retenu, s'il est novateur, permettra d'explorer sous un jour

55
Mise en œuvre du mémoire

nouveau. Cette méthode doit aussi être présentée, notamment les outils
d'analyse qui la constituent.
 Une présentation du projet du mémoire, resserré en une problématique très
nettement formulée. C'est la partie la plus importante de l'introduction, mais
aussi du mémoire car elle donne les fondements mêmes de votre travail.
Savoir problématiser, c'est savoir organiser votre pensée autour d'un faisceau
d'interrogations autour d'un questionnement majeur
 Une annonce du plan qui sera suivi dans le mémoire, c'est-à-dire livrer une
présentation des grandes étapes de votre raisonnement.
2.Exercice d'application
Questions sur la méthodologie de l'introduction (mémoire de
linguistique textuelle)
Accéder au mémoire : Mémoire de linguistique textuelle (cf. Mémoire de linguistique
textuelle)

Question 1
[Solution n°41 p 138]
Donnez les mots-clés de ce travail (5 mots)

Question 2
[Solution n°42 p 138]
Résumez ce projet en 5 lignes.

Question 3
[Solution n°43 p 138]
Faites le plan de l'introduction en disant quelles parties la constituent.

Question 4
[Solution n°44 p 139]
Que pensez-vous de la présentation et de la justification du corpus ?

Question 5
[Solution n°45 p 139]
Que pensez-vous de la présentation de l'auteur et de la contextualisation historique ?

Question 6
[Solution n°46 p 139]
Comment jugez-vous la présentation des références théoriques ?

Question 7
[Solution n°47 p 139]
Ce passage a-t-il sa place dans une introduction ? oui ? non ? pourquoi ?
Indice :
Pour décrire notre démarche, nous signalerons que nous avons procédé, dans un
premier temps, à une catégorisation des formes de dénomination initiale des
personnages à partir de la première phrase de chaque fable tout en sachant que
certains personnages sont introduits ultérieurement. Dans Le Chat et un vieux Rat
(III, 8), par exemple, qui compte 53 vers, le personnage du Rat intervient au vers
42.

Question 8
[Solution n°48 p 139]
Diriez-vous que c'est une bonne introduction ou non ? Vous a-t-elle permis de
comprendre le projet de l'étudiante ?

56
Mise en œuvre du mémoire

C.Établir un plan

1.Un premier bilan

Un premier bilan de l'avancée du travail est en principe présenté au directeur de


recherche au moment de la remise du plan. Cette étape nécessite évidemment que
l'étudiant ait élaboré une conception d'ensemble du sujet, et puisse présenter un
résumé problématique (une ébauche d'introduction), ainsi que les articulations du
TER en deux-trois pages : parties, sous-parties, et, pour chacune, un bref résumé de
l'idée directrice. Le plan suppose qu'à l'issue d'une phase de recherches, l'étudiant ait
pu dégager un ordre signifiant.

2.Structure du travail

Définition : Le plan
Selon le Dictionnaire Robert (premier sens figuré), le plan est défini comme« tout
projet élaboré, comportant une suite ordonnée d'opérations destinées à atteindre un
but ». Il doit conduire, de manière logique, cohérente et organisée, à l'interprétation
de l'objet d'étude à l'issue de la première phase de recherches et d'analyse. Il se
construit en fonction de l'objet de la démonstration (« thèse » défendue par
l'étudiant), sous forme argumentative. Le plan n'est pas, malgré sa présentation
linéaire, une juxtaposition de parties disjointes, mais une tentative d'organisation de
la démarche. Il rend compte d'une gestation organique
3.Titres et sous-titres

Il est important d'accorder une grande attention aux titres et sous-titres d'un TER :
ils doivent en effet rendre un compte exact et précis du contenu de la partie. On
tentera d'uniformiser, dans la mesure du possible, la syntaxe des titres de même
niveau (choix d'une forme soit nominale, soit verbale, choix de l'article, défini-
indéfini, ou non, etc.).

D.Présentation des citations

1.Définition, variations

a)La citation

Définition
Le mot « citation » vient du latin citatio, formé sur le supin de citare au sens de
« proclamation », « action de convoquer en justice ». Le mot fait donc d'abord partie
du langage juridique avec le sens d'« assignation » (1567). Il s'est répandu dans la
rhétorique et dans l'usage courant au sens de « passage rapporté d'un auteur ». (Le
Robert. Dictionnaire historique de la langue française sous la dir. d'Alain Rey).

Dans le texte de la thèse (ou du mémoire), la citation est un passage, une idée ou un
commentaire emprunté à un auteur pour illustrer ou appuyer le travail de recherche.

57
Mise en œuvre du mémoire

Elle doit être immédiatement suivie d'un élément qui renvoie vers la bibliographie.
Les extraits de texte sont placés sans modification entre guillemets et sont suivis
d'un élément de renvoi vers la référence (appel de note). Il est impératif que la
citation reste fidèle à la source utilisée et surtout que les références appropriées
accompagnent toujours une citation.

On inclut la référence à une source :


1. lorsqu'on rapporte mot à mot ce que quelqu'un d'autre à dit ou écrit
2. lorsqu'on paraphrase, c'est-à-dire met dans nos propres mots, ce que
quelqu'un d'autre a dit ou écrit
3. lorsqu'on intègre des photographies, images, données, statistiques,
graphiques dans un document
 que la source utilisée soit un document publié ou non publié
 que la source utilisée soit un document imprimé ou disponible sur Internet

Exemple
Auteur, « titre », <adresse>, date de la dernière mise à jour au moment de
la consultation.
Gingras, François-Pierre, « Comment citer des sources sur Internet dans un travail
scientifique », <http://aix1.uottawa.ca/~fgingras/metho/citation.html>, 21 mars
2005.

 que la source utilisée soit protégée par le droit d'auteur ou du domaine public.
On peut invoquer un auteur textuellement (citation) ou indirectement (paraphrase).

b)La paraphrase

Définition
On appelle « paraphrase » une phrase ou une expression qui reformule ou explique
un texte. Paraphraser un texte, c'est dire essentiellement la même chose en d'autres
mots au lieu de le citer textuellement. On peut ne pas citer textuellement un auteur
mais donner la substance de l'une de ses démonstrations ou idées.

Exemple
Comparer la citation :
Comme le remarque Umberto Eco, « l'espace blanc, le jeu typographique, la mise en
page du texte poétique contribuent à créer un halo d'indétermination autour du mot,
à le charger de suggestions diverses. » ( U. Eco, L'œuvre ouverte, Paris, Seuil,
Points, 1962, p. 22).
avec la paraphrase :
Umberto Eco considère que les éléments typographiques sont primordiaux et ont une
influence sur la signification (voir U. Eco, L'œuvre ouverte, Paris, Seuil, Points, 1962,
p. 22).

Quand on paraphrase un texte, il faut fournir la référence à ce texte, comme si on


avait affaire à une citation. La prudence s'impose dans l'usage des paraphrases parce
qu'elles éliminent la touche personnelle de l'auteur cité dans l'expression de sa
pensée et qu'on s'expose toujours au risque de déformer son intention. Il est donc
particulièrement important que le lecteur puisse se référer au texte-source. Dire
simplement qu'un critique considère ceci ou cela n'est pas acceptable car pas
vérifiable.

58
Mise en œuvre du mémoire

2.Pourquoi recourir (ou pas) à la citation ?

Les raisons d'être des citations sont multiples.

a)Raisons d'ordre éthique


Il faut respecter le droit de propriété intellectuelle, même s'il ne s'agit pas d'un
ouvrage publié. Vous pouvez citer un mémoire ou une thèse non publiés, ou des
articles provenant du web, mais ces idées ou expressions ne sont pas les vôtres. Il
faut donc les faire apparaître comme tels et indiquer les sources exactes. Vous
pouvez avoir accès à un document qui sera publié mais ne l'est pas encore : avec
l'autorisation expresse de son auteur, vous pouvez le citer en donnant en référence
toutes les informations dont vous disposez (le nom de l'auteur, évidemment !) et
vous précisez : à paraître.

b)Raisons de communication et de transmission des savoirs


 Il faut faciliter la compréhension du texte pour le lecteur (évaluateur ou non).
Il doit pouvoir distinguer vos idées de celles des personnes mentionnées dans
votre texte et mieux comprendre votre argumentation. Le but est d'éclairer le
lecteur, pas de le tromper.
 Il faut aussi permettre au lecteur qui voudrait en savoir davantage sur un
texte ou un auteur mentionné de retracer les sources que vous aurez
utilisées. C'est pourquoi les références complètes doivent être données dans
le document, y compris la page de l'édition de référence.
 Il faut aussi favoriser la réflexion du lecteur : lui permettre de vérifier
l'exactitude de la citation ou encore de voir la citation en contexte. C'est un
principe de base de la communication scientifique. Les informations qui
nourrissent votre travail doivent pouvoir être utile à d'autres.
i Les restrictions, les écueils
En revanche, il n'est pas nécessaire de citer une source lorsqu'on rapporte un fait ou
une donnée qui sont de notoriété publique ou appartiennent au « savoir commun ».

Exemple
Si on écrit que l'univers de Sade est un univers de la clôture, il n'est pas nécessaire
de citer la provenance de l'information. L'idée est connue et tout lecteur constate
aisément cette caractéristique. Votre capacité à déterminer le « lieu commun » ou le
constat d'évidence montre vos compétences culturelles et votre discernement.

Mais si vous entrez dans un degré de précision supérieur, il est normal de citer
l'analyse d'Annie Le Brun.

Exemple
« [...] le système de fermeture social [...] se conjugue au système de fermeture
lyrique [...] pour parachever le système de fermeture libertin [...] » (A. Le Brun, Les
châteaux de la subversion, Paris, Gallimard, Folio essais, 1982, p. 61).

D'autre part, on distingue deux compétences dans un TER : celle qui résulte du
travail de « recherche » (elle suppose des lectures, des relevés de citations du corpus

59
Mise en œuvre du mémoire

ou critiques, en relation avec la problématique) ; celle qui correspond à l'« étude »,


c'est-à-dire aux compétences rédactionnelles et analytiques. Le travail de recherche
est important : on situe sa propre pensée par rapport à celle d'autrui, que l'on doit
connaître, maîtriser, évaluer (dans le sens où on prend position). C'est la dimension
ouvertement dialogique du travail. Mais il faut que l'on entende votre propre voix.
Elle est sensible dans l'écriture, dans l'analyse textuelle, dans la démonstration, qui
doit être le développement d'une thèse, c'est-à-dire d'un point de vue neuf sur la
question.
La citation, elle, témoigne de la connaissance des « sources ». Elle peut confirmer un
point de vue ou être matière à discussion. Elle ne doit jamais étouffer votre propre
pensée.
Le TER que vous devez rédiger vise les objectifs suivants : vérifier votre
compréhension d'un sujet, votre capacité à expliquer, résumer, analyser celui-ci, à
comparer différents points de vue, ou encore à articuler votre pensée de façon claire
et précise. Pour favoriser ces apprentissages, il est donc préférable d'éviter d'inclure
un très grand nombre de citations. Les citations doivent être utilisées de façon
raisonnable pour :
 Etayer ses propos ou son hypothèse,
 Contextualiser ses propos en les situant par rapport à d'autres réflexions sur
le même sujet et présenter une position que l'on va ensuite commenter ou
critiquer,
 Reprendre une formulation particulièrement heureuse ou intéressante dont
l'essence serait perdue si on la paraphrasait.
ii Le contexte
Une citation ne doit pas être tirée hors de son contexte de manière à détourner le
sens voulu par l'auteur original.

Exemple
André Breton préconise de « descendre dans la rue et [de] tirer au hasard, tant qu'on
peut, dans la foule ».
La citation tronquée et décontextualisée perd tout son sens.
« L'acte surréaliste le plus simple consiste, revolvers aux poings, à descendre dans la
rue et à tirer au hasard, tant qu'on peut, dans la foule ». ( A. Breton, Second
manifeste du surréalisme, Paris, idées/Gallimard, 1973, p. 78). La citation prend
place au centre de propos théoriques qui posent l'anti-conformisme radical du
surréalisme comme fondamental. Il est important de connaître ce qui précède : «
[...] on conçoit que le surréalisme n'ait pas craint de se faire un dogme de la révolte
absolue, de l'insoumission totale, du sabotage en règle, et qu'il n'attende encore rien
que de la violence ».
Et ce qui suit : « Qui n'a pas eu, au moins une fois, envie d'en finir de la sorte avec le
petit système d'avilissement et de crétinisation en vigueur a sa place toute marquée
dans cette foule, ventre à hauteur de canon. » (ibid.)
Il est intéressant aussi de connaître la note de l'auteur qui accompagne cette citation
délicate : « cet acte que je dis le plus simple, il est clair que mon intention n'est pas
de le recommander entre tous parce qu'il est simple et me chercher querelle à ce
propos revient à demander bourgeoisement à tout non-conformiste pourquoi il ne se
suicide pas, à tout révolutionnaire pourquoi il ne va pas vivre en U.R.S.S. » (ibid., p.
79).

iii Les modifications


Dans le cas des citations, il faut reproduire le texte sans en changer l'ordre des mots,
l'orthographe, la ponctuation ou toute autre particularité typographique, à moins de

60
Mise en œuvre du mémoire

l'indiquer clairement.
Il est possible de mettre en évidence des passages d'une citation, mais il faut
indiquer que vous êtes responsable de cette mise en évidence, car il arrive que
certains auteurs le fassent eux-mêmes.

Exemple
« Une fonction à peu près inévitablement réservée aux œuvres de fiction, et
particulièrement de fiction romanesque, consiste en ce que j'appellerai (avec la
nuance de soupçon qui s'attache à ce terme) une protestation de fictivité. » (G.
Genette, Seuils, Paris, éd. du Seuil, Points, 2002, p. 219).
Gérard Genette déclare dans Seuils qu'« une fonction à peu près inévitablement
réservée aux œuvres de fiction, et particulièrement de fiction romanesque, consiste
en ce qu' [ il appelle ...] une protestation de fictivité ».
3.Les modalités de la citation

Comment insérer une citation


L'usage des guillemets pour encadrer un texte que l'on reprend mot à mot est obligatoire,
ainsi que l'ajout de la référence complète à la source d'où provient le texte. Une citation
courte peut être insérée directement dans un paragraphe alors qu'une citation plus longue (3
lignes et plus) doit être présentée dans un paragraphe distinct, en retrait de la marge.

a)La citation de moins de deux lignes complètes


Une citation de moins de deux lignes complètes doit normalement être intégrée dans
le texte et se retrouver entre des guillemets français [« citation »]. Selon Rolande
Causse (CAUSSE, Rolande (1995), Je suis amoureux d'une virgule. Petit manuel de
ponctuation, 1995, Paris, Seuil, p. 91-92), les guillemets auraient été inventés au
XVIIe siècle par Guillaume Guillemet, un imprimeur-libraire parisien, dans le but de
réduire le coût de la composition des ouvrages renfermant de nombreuses citations
ou de passages en langue étrangère : il aurait fait remplacer les italiques (plus
coûteuses) par ce signe de ponctuation de son invention.
Les guillemets « français » se présentent comme de doubles chevrons horizontaux
ouvrant et fermant une citation. Les guillemets “anglais” se présentent plutôt comme
des doubles virgules inversées : elles ont comme origine la pratique médiévale
d'écrire entre deux doubles virgules « tout passage de référence, toute idée sur
laquelle on voulait attirer l'importance » (Causse, p. 94).
Dans les travaux universitaires rédigés en français à l'ordinateur, on utilise les
guillemets français. Mais on utilise les guillemets anglais dans le cas d'une citation à
l'intérieur d'une citation.

Exemple
« [...] en filigrane de l'idéale Madame Arnoux avec “la splendeur de sa peau brune”,
en filigrane de celle que Frédéric Moreau “supposait d'origine andalouse”, il y a une
danseuse orientale. La référence andalouse dit d'ailleurs ici bien plus qu'une couleur
de peau ; l'Andalousie, c'est l'Arabie espagnole, et surtout la patrie – réelle ou
imaginaire – des danseuses de la littérature : la Esmeralda, la Carmencita ou la
Fanfarlo. » (B. Marchal, Salomé entre vers et prose. Baudelaire, Mallarmé, Flaubert,
Huysmans, Paris, José Corti, Les Essais, 2005, pp. 124-5).

En français, on doit mettre une espace après le guillemet ouvrant [« ] et une espace

61
Mise en œuvre du mémoire

avant le guillemet fermant [ »]. Pour éviter que le guillemet ne se trouve isolé sur
une ligne, le logiciel Microsoft Word insère automatiquement une espace insécable
aux endroits appropriés ; on peut le faire manuellement avec les touches [alt +
espacement].
Si l'on souhaite intégrer dans le corps d'un paragraphe le début d'une phrase citée, il
peut être nécessaire de remplacer la majuscule en tête de cette phrase par une
minuscule au début de la citation ; on met alors la minuscule entre crochets . Soit «
La nouveauté est qu'en quelques années la ruine est devenue autonome » (A. Le
Brun, op. cit., p. 127). Et : La critique affirme que « [l]a nouveauté est qu'en
quelques années la ruine est devenue autonome ».

b)La citation de plus de deux lignes


La citation de plus de deux lignes doit être sortie du texte, disposée à simple
interligne avec un alinéa plus grand que celui du texte normal.

Exemple
(P. Auraix-Jonchière, « L'absinthe et l'harmonica : La Bague d'Annibal de Jules
Barbey d'Aurevilly, une “ ironie à facettes ” », Revue des Lettres modernes, série «
Barbey d'Aurevilly », Caen, Minard, n°19, pp. 97-109) :
Mme d'Alcy s'avère une piètre « syrène » ; la voix enchanteresse des au-delà
poétiques dont Maurice Blanchot souligne la puissance17 se dégrade chez elle en
simple mécanique :

Elle parlait beaucoup, d'une voix vibrante ; le rose lui montant


bientôt aux joues et s'y fonçant jusqu'à l'écarlate, qui tranchait
brusquement dans le mat de la peau. Elle parlait beaucoup, des
heures entières en regardant ses petites mains déliées, et dont
les poignets étaient d'une telle délicatesse qu'on eût pu trembler
de les voir se détacher avec ses bracelets, quand elle les ôtait.
(XIII, 19).

Lorsque, en 1843, Barbey se réjouit à l'idée d'un article d'Auguste Charma sur sa
nouvelle, il confie à Trebutien : « Je tiens beaucoup à de certains noms au bas de
mon brevet d'homme d'esprit, et le sien est un de ces noms-là. Lui qui a l'ironie
socratique, toutes les ironies sont de son ressort. La Bague lui incombe donc un peu.
» (CG, I, 137).
17 Les sirènes, explique-t-il, « rendaient le chant si insolite qu'elles faisaient naître
en celui qui l'entendait le soupçon de l'inhumanité de tout chant humain ». Maurice
Blanchot, Le Livre à venir, Paris, Gallimard, Folio, 1986, p. 10.
c)La citation en vers
Pour les citations en vers, on doit scrupuleusement respecter toutes les particularités
de présentation, de ponctuation, d'orthographe, etc. Par conséquent, toute citation
d'au moins un vers complet doit être sortie du texte, disposée à simple interligne
avec un alinéa plus grand que celui du texte normal.
Il est souvent plus utile de fournir la référence au numéro du vers que la page d'un
ouvrage. Pour les citations en vers de plus de 15 lignes, les lignes sont numérotées
de manière à les identifier, habituellement de 5 en 5.

62
Mise en œuvre du mémoire

d)L'accompagnement de la citation
i L'élucidation, la précision
Le passage cité, surtout s'il est court, peut contenir des mots ou des expressions qui
exigent une clarification parce qu'ils sont extraits du développement qu'en fait
l'auteur original, mais dont votre lecteur n'a pas nécessairement connaissance.
Il est alors conseillé de compléter la citation afin d'en clarifier le contenu .
L'élucidation est nécessairement courte (jamais plus d'une ligne). On peut l'intégrer
dans le texte, entre crochets, comme tout élément ne provenant pas spécifiquement
de la citation.

Exemple
« Et l'hypertextualité ?[s'interroge Gérard Genette, qui a défini l'hypertexte comme
tout texte dérivé d'un texte antérieur par transformation simple.] Elle aussi est
évidemment un aspect universel (au degré près) de la littérarité » (G. Genette,
Palimpsestes, Paris éd. du Seuil, Points, 1992, p. 18).

Exemple
« Vous n'êtes guère occupée, ma petite fille, qu'il lui dit ; et trois moutons pour une
pastoure [une bergère], ce n'est guère » (G. Sand, La Mare au diable, Paris,
Gallimard, Folio, 2003, p. 64).

Si l'élucidation est trop complexe et trop longue, il vaut mieux la placer en note de
bas de page.
Une forme particulière de commentaire inclus est [sic] pour attirer l'attention sur le
fait que l'on cite textuellement un mot ou une expression qui contient une faute, ou
un néologisme. On utilise les italiques puisque sic est un mot latin qui signifie « ainsi
».
ii L'ellipse
Elle permet de supprimer certains éléments jugés secondaires d'une phrase qui
détourneraient l'attention de ce qu'on veut faire ressortir dans un extrait. Mais elle ne
doit pas détourner le sens d'une citation. On insère trois points entre deux crochets
[...] à l'endroit où des éléments ont été enlevés.

Exemple
« C'est au héros moderne, celui du XXe siècle, qu'il faut aller pour retrouver quelque
chose du grand baroque des origines [...] ; contre-héros plutôt que héros, qui joue,
sans trop y croire, sa propre légende. » (J. Rousset, Le Mythe de Don Juan, Paris,
Armand Colin, 1987, p. 93).
Supprimé : « , du Protée qui multiplie les fausses identités et ne se donne qu'en se
travestissant ».

On utilise aussi l'ellipse pour indiquer qu'on a supprimé toutes les phrases qui
figuraient entre deux extraits assez rapprochés.
iii L'incise
L'incise est un bref commentaire inséré à l'intérieur même d'une citation, encadré de
virgules. Elle ne doit pas semer de doute quant au fait qu'elle ne fait pas partie du
texte cité. On utilise en particulier l'incise pour préciser l'auteur d'une citation. On

63
Mise en œuvre du mémoire

peut aussi fermer les guillemets avant l'incise et les rouvrir ensuite.

Exemple
« Le père Maurice ne fut donc nullement inquiet de lui voir prendre en croupe cette
jolie fille », conclut le narrateur, « la Guillette eût cru lui faire injure si elle lui eût
recommandé de la respecter comme sa sœur » (La Mare au diable, op. cit., p. 67).

iv La mise en évidence
Pour attirer l'attention, il est possible de mettre en évidence certains mots en
utilisant des caractères gras ou l'italique. Il faut indiquer dans une note en bas de
page que c'est vous qui effectuez cette mise en évidence (1. Je souligne. 1. C'est moi
qui souligne).
Si l'auteur de la citation a lui-même mis en évidence un ou plusieurs mots en
utilisant des caractères gras, italiques, soulignés ou majuscules, il faut simplement
respecter cette particularité typographique.
v La citation d'un passage lui-même déjà cité par un auteur
Lorsqu'on désire citer un passage trouvé dans une source secondaire et donc cité par
un autre auteur, il faut tâcher de retrouver la source originale pour vérifier. Il arrive
parfois que la source secondaire ne rapporte pas fidèlement le passage original. Si
toutefois vous ne retrouvez pas l'original, il faut préciser : « cité par .... » avec les
références.

Exemple
Pour Jean-Pierre Richard, « Hérodiade » est une « tragédie du regard » (appel de
note).
(Note) J.-P. Richard, L'Univers imaginaire de Mallarmé, Paris, Seuil, 1961, p. 96. Cité
par B. Marchal, Salomé entre vers et prose, Paris, Corti, 2005, p. 46.
4.Note explicative

Sources utilisées et citées


http://www.bibliotheques.uqam.ca/recherche/plagiat/citer.html
http://a.pdc.free.fr/spip.php?article418
http://aix1.uottawa.ca/~fgingras/metho/citation.html

5.Exercices d'application

a)Exercice 1
(cf. Article de recherche)Accéder au document : Article de recherche (cf. Article de
recherche) (cf. Article de recherche)

Question 1
[Solution n°49 p 139]
Commentez la fonction de l'italique dans les citations

Question 2
[Solution n°50 p 139]
Commentez la fonction des crochets dans les citations

Question 3
[Solution n°51 p 140]
Commentez l'exploitation qui est faite des citations : leur fonction, leur utilité

64
Mise en œuvre du mémoire

b)Exercice 2
(cf. Texte de critique littéraire)Accéder au document : Texte de critique littéraire (cf.
Texte de critique littéraire)

Question 1
[Solution n°52 p 140]
Citez un passage de votre choix en recourant à l'ellipse.

Question 2
[Solution n°53 p 140]
Citez un passage qui contient lui-même une citation.

Question 3
[Solution n°54 p 140]
Citez une citation incluse dont vous indiquerez les références complètes.

Question 4
[Solution n°55 p 140]
A l'intérieur d'une citation, ou d'un paragraphe qui contient une citation, procédez à
l'élucidation d'une expression ou d'une notion qui vous semblent mériter un
éclairage.

Question 5
[Solution n°56 p 140]
Faites le même travail pour une expression (ou un mot) que le texte lui-même
explique dans un autre passage. Proposez deux façons de faire cette élucidation «
interne ».

Question 6
[Solution n°57 p 140]
Rédigez un paragraphe dans lequel vous paraphrasez un extrait de votre choix

Question 7
[Solution n°58 p 140]
Choisissez deux passages qui vous semblent importants et qui mériteraient selon
vous d'être cités dans un TER

c)Exercice 3
(cf. Eclairage d'un texte littéraire par un choix de citations critiques)Accéder au
document : Eclairage d'un texte littéraire par un choix de citations critiques (cf.
Eclairage d'un texte littéraire par un choix de citations critiques)

Question
[Solution n°59 p 141]
Rédiger un paragraphe éclairant un aspect du texte de Balzac par une citation de l'un
ou l'autre (ou de l'un ET l'autre) de ces textes).

d)Exercice 4
Consigne générale
Vous apprécierez le degré de correction des énoncés proposés en relation avec les
textes critiques suivants du point de vue des règles de rédaction et de déontologie, et
vous proposerez le cas échéant les modifications qui s'imposent.
Le plagiat consiste à copier un modèle, que l'on omet délibérément de désigner. Il

65
Mise en œuvre du mémoire

est assimilé à un délit ou une contrefaçon dans le domaine littéraire.


Textes n°1
(cf. Le plagiat - Textes 1)Accéder au document : Le plagiat - Textes 1 (cf. Le plagiat -
Textes 1)

Question 1
[Solution n°60 p 141]
1. Julia Kristeva considère que le sujet lyrique souffre d'un manque que l'on ne
saurait assimiler à un objet matériel.
2. C'est l'absence d'une « mère archaïque » qui désespère le sujet.
3. Chez Nerval, la quête de la femme et la multiplicité des figures mythiques
féminines témoignent du côté insaisissable de ce qu'il a perdu.
4. L'écriture a valeur cathartique pour le poète.
5. Le poète est infortuné, mais l'écriture est pour lui le moyen de dominer cette
infortune.
6. L'artifice est le terrain du « je », d'après Julia Kristeva dans Soleil noir.
7. Pour J. Kristeva, l'absence pose un véritable dilemme dans « El Desdichado
» : le sujet sera-t-il dominé par ce qui lui manque – et qu'elle nomme « la
Chose » - ou au contraire parviendra-t-il à en « incorporer [les traces] dans
son discours devenu chant » ?18
18 Soleil noir, Paris, Gallimard, 1997, p. 157.
Textes n°2
Accéder au document : Le plagiat - Textes 2 (cf. Le plagiat - Textes 2)

Question 2
[Solution n°61 p 141]
1. Le titre Sarrasine est énigmatique.
2. Sarrasine est-il un nom commun ou un nom propre ? un homme ou une
femme ?
3. Sarrasine, qu'est-ce que c'est que ça ? se demande Roland Barthes dans S/Z.
4. Le « code herméneutique » est défini par R. Barthes comme « l'ensemble des
unités qui ont pour fonction [...] de formuler une énigme et d'amener son
déchiffrement » 19.
19 S/Z, Paris, Seuil, 1976.
1. L'une des connotations majeures du nom Sarrasine est la féminité.
2. La féminité est un élément susceptible de se disséminer dans le texte, estime
Roland Barthes dans S/Z 20.
20 Paris, Seuil, 1976, p. 24.
Textes n°3
Accéder au document : Le plagiat - Textes 3 (cf. Le plagiat - Textes 3)

Question 3
[Solution n°62 p 141]
1. Pour Charles Perrault, les majuscules sont un « incommode ornement »
(Mnsc. Cahiers de Mézeray, 1673).
2. Dans Textualité et intertextualité des contes, J.-M. Adam considère que les
majuscules sont d'autant plus signifiantes chez Perrault que celui-ci prétendait
les disqualifier.
3. Chez Perrault, un même syntagme peut ou non comporter une majuscule en
fonction de la valorisation qui leur est affectée.
4. Les biens des puissants prennent toujours une majuscule chez Perrault.
5. La tendance de Charles Perrault à « multiplie[r] » les majuscules « dans ses
contes en vers et en prose » a été mise en évidence par Jean-Michel Adam
21.
21 Textualité et intertextualité des contes, Paris, Garnier, 2010, p. 174.
1. Le recours aux majuscules est très fréquent au XVIIe siècle.

66
Mise en œuvre du mémoire

2. Pour Jean-Michel Adam, le recours aux majuscules est stratégique dans les
textes de Charles Perrault.
3. Dans les contes de Perrault, « les majuscules distinguent [parfois] deux
énoncés » 22
22 J. M. Adam, Textualité et intertextualité des contes, Paris, Editions classiques
Garnier, 2010, p. 174.

E.Exercice d'application
Problématique
Accéder au document : Argumentaire (cf. Argumentaire)

Question 1
[Solution n°63 p 141]
Vous lirez cet argumentaire afin de pouvoir évaluer le plan (EXERCICE.2). La
présentation du sujet est-elle assez compréhensible ? La formulation de la
problématique est-elle cohérente ?
Plan
Accéder au document : Plan (cf. Plan)

Question 2
[Solution n°64 p 141]
Vous évaluerez ce plan (en fonction des informations contenues dans le document
Argumentaire (cf. Argumentaire)).
Peut-on facilement comprendre quelle méthode suit l'auteur de cette étude ? Si oui,
laquelle ? Que retenez-vous du travail effectué sur le corpus ? Y perçoit-on une
problématique ? Le plan est-il équilibré ? Comporte-t-il des redites ? L'auriez-vous
élaboré autrement ?

67
Rédiger le travail de
VI -
VI
recherche

Préambule 73
Préconisations concernant la présentation du TER 73
Dépôt, diffusion et archivage du T.E.R. 79
Exercices d'application 80

A.Préambule

Méthode
Cette partie du guide de la recherche a été élaborée à partir d'un document officiel,
le « Guide pour la rédaction et la présentation des thèses » élaboré par le Ministère
de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche (2001), en vue du projet de
numérisation des travaux de recherche. Les normes préconisées ont été résumées et
parfois simplifiées à destination des étudiants de Master 1 et 2. Il est en effet
important de se familiariser avec ces normes dès l'année de Maîtrise-Master 1.

Complément : Master 2
Vous pouvez consulter et télécharger, en vue de la thèse, la version édictée par le
Ministère :
http://www.sup.adc.education.fr/bib/Acti/these/theses.htm
B.Préconisations concernant la présentation du TER

Le T.E.R. constitue un apprentissage de la rédaction et de la présentation d'un travail de


recherche. Il doit pouvoir être :
 facilement repéré, c'est-à-dire signalé dans différents catalogues ou bases de
données : le catalogue de la bibliothèque universitaire, le catalogue collectif de
l'enseignement supérieur (SUDOC) et des outils de signalement spécialisés ;
 facilement accessible, tant à la bibliothèque universitaire que sur Internet ou encore
par l'intermédiaire, le cas échéant, de substituts ou produits dérivés ;
 conservé dans de bonnes conditions (sur support papier et électronique).
L'évolution des technologies et des pratiques conduit aujourd'hui à privilégier la diffusion
électronique sur Internet, sans exclure bien entendu, d'autres modes de diffusion. Cette
diffusion suppose une validation scientifique du T.E.R par le jury, à l'issue de la soutenance.

69
Rédiger le travail de recherche

Dans cette perspective, le présent guide de rédaction a pour objet d'aider les étudiants de
Maîtrise de Lettres pendant la phase de rédaction et de saisie de leur T.E.R., tant pour leur
faciliter la tâche que pour permettre une meilleure valorisation de leur travail. À ce titre, ils
trouveront ci-après des recommandations relatives à la structuration logique et à la
présentation de leur T.E.R., qui leur seront également utiles, le cas échéant, pour les
mémoires de Master et la thèse de Doctorat.

1.Format de saisie

Le texte est saisi sur ordinateur. Il est préconisé d'utiliser un logiciel largement
diffusé, et en tout état de cause compatible avec les formats RTF ou TeX. L'usage du
logiciel « Word » est le plus courant en Lettres.

2.L'usage d'un modèle de document

Comme aide à la structuration est proposé un modèle de document, qui permet


d'identifier les différents éléments syntaxiques d'un document. Son usage présente
des avantages non négligeables :
 il offre une aide à la rédaction, en permettant de visualiser et de manipuler
directement le plan du T.E.R. ;
 il favorise l'édition d'un document homogène, par manipulation simple des
attributs typographiques du T.E.R. ;
 il facilite le traitement ultérieur et la diffusion du document.
Consulter un modèle de document en Annexe (cf. 'Modèle de Document' p 103).

3.Structure du T.E.R.

La structure du T.E.R. doit être la suivante :

a)PAGE DE TITRE
Elle doit mentionner :
 le nom de l'établissement (par exemple « Université Blaise Pascal-Clermont II
») accompagné de celui de la composante (par exemple « U.F.R. Lettres,
Langues et Sciences Humaines ») qui délivre la Maîtrise ;
 le nom de l'auteur ;
 le titre du T.E.R ;
 la discipline dans laquelle est soutenu le T.E.R : « T.E.R. de Lettres
Classiques/Lettres Modernes » ;
 le nom du directeur de recherches ;
 l'année de soutenance.
Consulter un modèle de page de titre en Annexe (cf. Modèle de page de titre).

Si le T.E.R. fait l'objet d'une reliure avec page de titre cartonnée (type « volume »),
la page de titre doit être reproduite à l'intérieur du volume, après une page blanche.
Une nouvelle page blanche doit être insérée en fin de volume, avant la feuille
cartonnée (quatrième de couverture).

b)PAGES LIMINAIRES
Celles-ci peuvent comporter une dédicace, une épigraphe, des remerciements.

70
Rédiger le travail de recherche

c)TABLE DES MATIERES


La table des matières est la liste des titres de chapitres (divisions et subdivisions
avec leur numéro) accompagnés de leurs numéros de page. Elle est placée de
préférence en début de document, après la page de titre et les remerciements. La
liste des documents placés en annexe à la thèse doit être donnée à la fin de la table
des matières. La table des matières peut être suivie de tables particulières : figures,
illustrations, etc.

d)CORPS DU T.E.R.
Le T.E.R. est divisé en ensembles hiérarchisés. Par exemple : parties subdivisées en
chapitres, chapitres composés de sous-chapitres, eux-mêmes composés de
paragraphes. Les notes sont générées de manière automatique.

e)BIBLIOGRAPHIE
La bibliographie comprend, de manière ordonnée :
 les œuvres qui sont l'objet du T.E.R. ;
 les sources secondaires : documents donnés comme information
bibliographique supplémentaire, et énumérés de manière raisonnée.
Consulter des propositions de présentation en Annexe (cf. 'Exemples de
présentation de la bibliographie' p 106).

f)ANNEXES
Des documents utilisés pour la rédaction peuvent être proposés en annexes, tels une
édition de texte, un protocole d'enquête, un entretien avec un écrivain, un résumé
d'expérience... En faire une liste en table des matières (voir ci-dessus).

g)INDEX
Un index général ou des index thématiques (de noms propres ...) peuvent être
élaborés. Leur usage, préconisé pour les thèses, ne s'impose pas au stade du Master,
mais est préconisé pour les thèses. Ils doivent en tout état de cause être générés de
façon automatique. Mais au stade du Master de Lettres, l'index n'est pas une
nécessité. L'étudiant doit prendre conseil auprès de son directeur de T.E.R.

4.Règles de présentation générale

Les recommandations de présentation qui suivent ont pour but de favoriser la


lisibilité du TER. Elles suivent et résument les directives de la norme AFNOR Z 41-006
pour la présentation des thèses (lisibilité, identification et diffusion). Comme les
thèses, les T.E.R. sont diffusés tels qu'ils sont reçus : il n'y a ni mise en page ni
nouvelle saisie. C'est pourquoi il est nécessaire de veiller à la bonne présentation
comme à la correction orthographique. À l'issue de la soutenance, des modifications
et corrections peuvent être demandées par le jury de soutenance pour améliorer la
qualité du travail. Celles-ci doivent être impérativement réalisées par l'étudiant avant
remise de l'exemplaire destiné à la Bibliothèque.

71
Rédiger le travail de recherche

Conseil
Afin d'assurer une bonne impression du T.E.R., il est recommandé de :
 justifier le texte à droite et à gauche ;
 choisir un caractère de bonne lisibilité d'une taille suffisante : 12 points en
moyenne (times new roman par exemple);
 taper le texte avec un interligne simple ; il peut être agrandi à 1,5 ;
 laisser une marge de 2,5 cm à gauche et à droite, 1,5 cm minimum en haut, 2
cm minimum en bas ;
 intégrer environ 25 lignes par page ;
 numéroter les pages (en haut et à droite de préférence) ;
 limiter l'ensemble à une centaine de pages.

a)Page de titre
Consulter les recommandations en annexe (cf. Modèle de page de titre)

b)Texte, notes, citations, références


i Notes
Les notes de bas de page servent à éclairer le texte de l'étude, essentiellement en
précisant les références. Elles sont signalées dans le texte par un appel de note (en
chiffre arabe) qui suit immédiatement l'expression à préciser ou à éclairer ; ce chiffre
est repris au bas de la page. Il est souhaitable que la numérotation des notes reparte
de 1. au bas à chaque page. Les notes sont présentées en interligne simple, en
caractères plus petits que le corps de l'étude.
ii Citations
Les citations, lorsqu'elles sont courtes (quelques mots), sont intégrées à la phrase de
l'étude, entre guillemets. Elles peuvent être en italique. Les citations en langue
étrangère doivent être traduites en français. Lorsqu'elles sont longues, les citations
doivent être présentées dans un paragraphe spécifique, décalé par rapport au corps
de l'étude, sans guillemets, et en italique. Elles ne doivent pas être altérées en quoi
que ce soit, pas même pour être raccordées à la phrase qui précède. Toute
suppression, même d'un mot ou d'un article, faite dans le corps d'une citation, doit
être signalée par des points entre crochets : [...]. Tout mot ou membre de phrase
ajouté à une citation à titre de commentaire ou pour respecter la cohérence
syntaxique du texte doit être entre crochets, jamais entre parenthèses. Toute
anomalie constatée dans un texte cité doit être signalée par la mention [sic] placée
juste après.
iii Références
Les références accompagnent toute citation, toute mention d'un texte, d'un ouvrage
ou d'un document. Les références ne se bornent pas à indiquer le titre d'un ouvrage.
Elles doivent faire connaître l'édition consultée, la page de cette édition, et dans les
ouvrages où ils sont numérotés, le chapitre et le paragraphe.
Dans le cas d'un ouvrage, le titre doit être en italique ; le prénom de l'auteur est en
minuscules, le nom de l'auteur en petites capitales ; dans les références d'ouvrages
renvoyées en notes de bas de page, on doit mentionner dans l'ordre le prénom, le
nom de l'auteur, le titre de l'ouvrage, le lieu d'édition, le nom de la maison d'édition,
la collection, la série ou le tome éventuel, la date d'édition (et, le cas échéant, entre
crochets, la date de la première édition), la page ou les pages utilisées.
Dans le cas d'un article de périodique ou d'une contribution à un ouvrage collectif, le
titre de l'article ou de la contribution est placé entre guillemets ; le titre de l'ouvrage

72
Rédiger le travail de recherche

collectif ou du périodique est en italique. On doit mentionner le tome, le numéro, la


date, les pages.
Dans tous les cas, faites attention à la cohérence du système de présentation choisi,
en particulier pour les majuscules.

Exemple : Exemples de référence à des ouvrages


Jean-Luc DOMENACH, Philippe RICHER. La Chine, 1949-1985. Paris : Imprimerie
nationale, coll. « Notre Siècle », 1987, p. 34.
André MOTTE. Prairies et jardins de la Grèce antique. Bruxelles : Mémoires de la
classe de Lettres de l'Académie royale de Belgique, 2e série, t. LXI, fasc. 5, 1973, p.
50-56.

Exemple : Exemple de référence à un article de périodique


Rodolphe WALTER. « Le parc de Monsieur Zola ». L'Œil, n° 272, mars 1978, p. 18-
25.

Exemple : Exemple de référence à une contribution à un


ouvrage collectif
François ROTH. « Les Luxembourgeois en Lorraine annexée, 1871-1918 ». In R.
POIDEVIN, G. TRAUSCH. Les Relations franco-luxembourgeoises au début du XXe
siècle. Metz : Centre de recherches Relations Internationales, 1978, t. II, p. 175-183.

c)Graphiques, tableaux, cartes, photographies, documents


multimédias
Les graphiques, tableaux, cartes, etc. sont soit créés à partir d'un logiciel spécifique,
soit numérisés par les services de l'établissement (BCU) pour créer la copie
numérique du T.E.R. Dans toute la mesure du possible, les documents
photographiques doivent être nettement contrastés. Les photographies en couleurs
doivent être de bonne qualité. Si elles ne sont pas prises par un appareil
photographique numérique, elles doivent être numérisées. Concernant les documents
multimédias fournis avec le T.E.R, il est fortement recommandé d'utiliser des formats
normalisés et ouverts tels que :
 JPEG, PNG ou VML pour les graphiques
 MP-3 pour les documents sonores
 MPEG pour les vidéos.

d)Bibliographie
Le mémoire doit comporter, à la suite de l'étude et avant la table des matières, une
bibliographie. L'étudiant présentera les différentes sources auxquelles il a eu recours
d'une manière claire, cohérente, ordonnée, conforme aux normes en vigueur dans la
discipline, qui peuvent varier en fonction du champ disciplinaire (littérature française,
littérature comparée, linguistique...). Il doit prendre conseil auprès de son directeur
de T.E.R. et des bibliothécaires de la BCU.
En règle générale, la bibliographie comprend la liste des ouvrages du corpus (les
œuvres étudiées), celle des ouvrages cités en référence, et celle des ouvrages et
articles utilisés au cours de la recherche, même s'ils ne sont pas cités directement
dans le texte de l'étude. Cette bibliographie doit être classée en fonction de critères
clairement définis et mentionnés (titres des rubriques). Elle peut être commentée

73
Rédiger le travail de recherche

Consulter des propositions de présentation en Annexe (cf. 'Exemples de


présentation de la bibliographie' p 106).
Consulter le cas particulier des livres anciens en Annexe (cf. 'Cas particulier des
livres anciens' p 108).

e)Numérotation des pages


La pagination doit commencer dès la page de titre, être continue et englober
annexes, illustrations, tableaux, bibliographie...

f)Rappel de quelques normes typographiques


i Titres d'œuvres
Les titres d'œuvres, de recueils, de périodiques, dans le texte comme dans les notes,
sont en italique.
Dans une liste (bibliographie, notes), si l'article fait partie du titre, il est en italique et
prend une majuscule. Si l'adjectif précède le substantif, ils prennent l'un et l'autre
une majuscule. Exemples : La Quotidienne, La Comédie humaine, Cinq Grandes
Odes, Un Cœur simple.
Dans le corps du texte, les titres (à l'exception de ceux qui comportent des noms
propres) ne portent normalement qu'une seule majuscule, au premier mot. Si le
premier mot est un article défini, le substantif qui suit peut prendre une majuscule ;
si le premier mot est un article indéfini, c'est obligatoirement lui qui porte la
majuscule. Pour intégrer le titre à une phrase, on peut choisir d'affecter la majuscule
non à l'article (s'il s'agit d'un article défini), mais au substantif qui le suit. Exemples :
Le pont aux trois arches fut traduit en dix langues. Une page d'amour fait suite aux
deux premiers romans... Dans le Pont aux trois arches.... Ou Dans Le Pont aux trois
arches... Dans Le Bon Usage ou Dans le Bon Usage... Dans Une page d'amour
d'Émile Zola....
ii Abréviations
Les abréviations sont à proscrire dans la partie rédigée du travail. Toutefois, pour les
titres des ouvrages ou des revues le plus souvent cités dans le corps du texte, on
pourra indiquer, à part, une liste des abréviations, permettant de réduire au
minimum les références données dans les notes ; les abréviations doivent être assez
explicites pour ne pas risquer d'être confondues l'une avec l'autre ; il ne faut donc
pas les réduire à un simple numéro ou une date.

Exemple
Dans les références, on utilisera les abréviations suivantes :
 t. = tome
 ch. = chapitre
 p. = page ou pages
 id. = pour renvoyer au nom d'un auteur déjà cité
 op. cit. = pour renvoyer à un ouvrage déjà cité
 ibid. = seulement dans le cas où deux références au même ouvrage se
suivent immédiatement.
 cf. = demande au lecteur de faire une comparaison ; on ne le confondra pas
avec « voir ».

iii Conventions diverses


 Les majuscules doivent être accentuées si le mot tout entier est accentué.

74
Rédiger le travail de recherche

 Siècle ne prend le pluriel que dans le cas où l'article qui le précède est au
pluriel : du XIe au XVe siècle, les XVIIe et XVIIIe siècles, IX-XVe siècle.
 Dates : 1960-1961 et non pas 1960-61.
 Ponctuation : tous les signes dits doubles (? ; : !) ainsi que les tirets d'incise
sont suivis d'un espace blanc, et précédés d'un espace blanc insécable.
 Virgules et point sont suivis d'un espace blanc, mais collés au mot qui les
précède.

C.Dépôt, diffusion et archivage du T.E.R.

1.Le dépôt du T.E.R

Durant la période de transition entre le dispositif ancien (conservation exclusivement


en version papier) et le dispositif nouveau (conservation électronique), deux types de
dépôts sont prévus :
 Le dépôt papier (un exemplaire du T.E.R. remis à la bibliothèque universitaire)
;
 Le dépôt électronique (disquette ou Cédérom).

a)Le dépôt papier


Au moins un mois avant la soutenance, l'étudiant remet à son directeur de T.E.R.
deux exemplaires de son travail, destinés aux membres du jury. Après la
soutenance, il remet à son directeur de T.E.R. un troisième exemplaire, destiné à la
B.C.U. Cet exemplaire doit avoir été corrigé, le cas échéant, en fonction des
indications des membres du jury.

b)Le dépôt électronique


Après la soutenance, et à la demande du jury, l'étudiant remet à son directeur un
exemplaire de son travail sous forme électronique. Ce dépôt est effectué suivant les
modalités définies en concertation avec le directeur de T.E.R. (cédérom, envoi d'un
fichier par ftp ou par messagerie électronique). Il convient de procéder au dépôt de
tous les fichiers composant le T.E.R. : fichiers de texte, fichiers d'illustrations (image,
vidéo, son), polices particulières de caractères, logiciels développés. Les éventuelles
modifications apportées au modèle de document doivent être indiquées.
L'étudiant doit s'engager sur la conformité des versions électronique et papier, à
charge pour son directeur de T.E.R. et la bibliothèque universitaire de vérifier la
lisibilité des documents déposés.
Ce dépôt électronique permettra, après validation scientifique par le jury de
soutenance, une éventuelle diffusion ultérieure du T.E.R. via internet. Pour ce faire,
l'étudiant devra signer une autorisation (formulaire). Cependant, en tant qu'auteur, il
conserve le droit de ne pas autoriser cette diffusion intégrale. L'autorisation de
diffusion, qui ne confère à l'établissement aucune exclusivité, est révocable.
Consulter le modèle de ce formulaire en Annexe (cf. 'Autorisation de diffusion de
l'auteur' p 108)

75
Rédiger le travail de recherche

c)Consultation
Sauf clause exceptionnelle de confidentialité, tout T.E.R soutenu dans le cadre du
Master de Lettres doit au minimum pouvoir être consultée sous forme papier à la
bibliothèque universitiaire ou par l'intermédiaire du prêt entre bibliothèques. Par
ailleurs, les T.E.R. déposés dans les conditions ci-dessus et dont la qualité aura
retenu l'attention du jury seront, sous réserve de l'accord de l'auteur, accessible sur
Internet. Cette procédure est déclenchée à l'initiative du jury de soutenance. Un lien
sera créé entre la notice catalographique et le document en texte intégral.

D.Exercices d'application

1.Mise en forme d'une bibliographie


L'exercice suivant permet de s'entraîner au classement et la mise en forme de la
bibliographie. Il part de la bibliographie d'un mémoire fictif intitulé : Le Discours de la
guerre dans Belle du Seigneur d'Albert Cohen.
Albert Cohen. Actes du colloque international du Centenaire, Éd. par Alain Schaffner,
Université de Picardie Jules Verne. Villeneuve d'Ascq, Roman 20/50, collection «
actes », 1997.
ATTALI, Jean, « La guerre, l'image, la comédie ». Ecrivains dans la guerre. Éd. Par
Pierre YANA. Lille, Revue des Sciences Humaines, n° 204, 1986, p. 23-39.
AUROY, Carole, Albert Cohen, une quête solaire. Paris, Presses Universitaires de
Paris-Sorbonne, 1996.
BLANCHOT, Maurice, Les Intellectuels en question. Ebauche d'une réflexion. Paris,
Fourbis, 1996.
BLOT, Jean, Albert Cohen. Paris, Balland, 1986.
Cahiers Albert Cohen, n°1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8. Paris : Atelier Albert Cohen, 1991-
1998.
COHEN, Albert, Belle du Seigneur, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, 1986.
COHEN, Albert, Œuvres, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, 1993.
DUPREY, Véronique. Albert Cohen, au nom du père et de la mère. Paris, SEDES,
1999.
FERRARIS, Denis, « La guerre en ses atours. Esthétique du charivari ». Ecrivains
dans la guerre. Éd. Par Pierre YANA. Lille : Revue des Sciences Humaines, n° 204,
1986, p. 5-21.
FINKIELKRAUT, Alain, L'Humanité perdue, Essai sur le XXe siècle. Paris, Seuil, 1996.
FOURTINA, Hervé, La guerre comme métaphore du conflit interne, Guerre et
littérature dans le monde anglophone. Le Mans, Ed. M. Bodin, Presses de l'Université
du Maine, 1989.
GLUCKSMANN, André, Le Discours de la guerre. Paris, L'Herne, 1967.
GOITEIN-GALPERIN, Denise Rachel, Visage de mon peuple, essai sur Albert Cohen.
Paris, Nizet, 1982.
HYTIER, Adrienne, La Guerre. Paris, Bordas, 1985.
LEVY, Clara, Ecritures de l'identité. Les écrivains juifs après la Shoah. Paris, PUF, « Le
lien social », 1998.
MARTINOIR, de, Francine, La Littérature occupée. Paris, Hatier, « Brèves-Littérature
», 1995.
NYSSEN, Hubert, Lecture d'Albert Cohen. Avignon, Actes-Sud, 1986.

76
Rédiger le travail de recherche

RIEGEL, Léon, Guerre et Littérature. Paris, Klincksieck, 1978.


SCHAFFNER, Alain, Le goût de l'absolu : l'enjeu sacré de la littérature dans l'oeuvre
d'Albert Cohen. Paris, Champion, 1999.
STOLZ, Claire, La Polyphonie dans Belle du Seigneur d'Albert Cohen : pour une
approche sémiostylistique. Paris, Champion, 1998.
ZARD, Philippe, La Fiction de l'Occident : Thomas Mann, Franz Kafka, Albert Cohen.
Paris, PUF, 1999.

Question
[Solution n°65 p 141]
Mettre en forme et classer la bibliographie suivante en des rubriques raisonnées

2.Exercice rédactionnel

77
Rédiger le travail de recherche

Page de titre

78
Rédiger le travail de recherche

79
Rédiger le travail de recherche

Page de titre

80
Rédiger le travail de recherche

81
Rédiger le travail de recherche

Page de titre

82
Rédiger le travail de recherche

83
Rédiger le travail de recherche

Page de titre

Question
[Solution n°66 p 142]
Que pouvez-vous tirer des pages de titres suivantes sur le livre qu'elles introduisent ?

84
Rédiger le travail de recherche

3.Exercice rédactionnel

Page de titre

85
Rédiger le travail de recherche

Page de titre

86
Rédiger le travail de recherche

87
Rédiger le travail de recherche

Page de titre

88
Rédiger le travail de recherche

89
Rédiger le travail de recherche

Page de titre

90
Rédiger le travail de recherche

91
Rédiger le travail de recherche

Page de titre

92
Rédiger le travail de recherche

93
Rédiger le travail de recherche

Page de titre

94
Rédiger le travail de recherche

95
Rédiger le travail de recherche

Page de titre

Question
[Solution n°67 p 142]
Faites la présentation bibliographique des livres dont les pages de titre sont
présentées ci-dessus.

96
Préparer la
VII -
VI
soutenance
I
Préparation de la soutenance 105
Propos liminaire 105
Déroulement de la soutenance 105

A.Préparation de la soutenance

Le T.E.R. doit être remis en trois exemplaires : deux sont destinés aux membres du
jury, le troisième sera remis à la bibliothèque universitaire, après la soutenance. Un
quatrième exemplaire est réalisé à l'usage propre de l'étudiant. Ce dépôt doit être
effectué dans un délai suffisant, soit entre quinze jours et un mois avant la
soutenance, selon accord avec le directeur du T.E.R.

B.Propos liminaire

Le candidat doit préparer, en vue de la soutenance, un propos liminaire d'une


vingtaine de minutes, qui présente le travail et le bilan du T.E.R. De manière assez
libre, le candidat pourra y évoquer les raisons de son choix (auteur, sujet, œuvre(s),
limites chronologiques, perspective critique...), et l'élaboration de son travail (choix
du sujet, difficultés éprouvées, questions méthodologiques). Il pourra également
présenter quelques perspectives de travaux ultérieurs, le cas échéant, et dresser un
bilan de l'année de recherches. Cette présentation doit évidemment être personnelle,
et peut par exemple replacer le travail effectué dans un projet professionnel futur.
Pour les étudiants se destinant à la préparation d'un Master 2: lors de la soutenance,
le projet de recherche de M2 devra être précisément exposé et les choix faits dans le
cadre du M1 commentés.

C.Déroulement de la soutenance

La soutenance se déroule devant un jury en principe composé de deux membres : le


directeur du T.E.R. et un autre membre choisi par ce dernier en fonction du domaine
de spécialité du T.E.R.
Le candidat présente son propos liminaire, puis chaque membre du jury intervient
pour analyser le travail et poser quelques questions complémentaires. À l'issue de cet

97
Préparer la soutenance

échange, une note est attribuée lors d'une courte délibération ; elle entre en
composition avec les notes obtenues aux différentes UE, selon leurs coefficients
respectifs, pour l'attribution d'une mention.

98
VIII - Annexes VI
II
Modèle de Document 107
Exemples de présentation de la bibliographie 111
Cas particulier des livres anciens 115
Modèle de présentation de page de titre 116
Autorisation de diffusion de l'auteur 117

A.Modèle de Document

Méthode
Nous vous proposons de travailler sur un modèle de document « Thesgene » élaboré
par le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche à l'usage des
étudiants de thèse, qui vous permettra de prendre contact avec les normes en
vigueur dans la présentation d'un travail de recherches. Le modèle de document est
très élaboré : ses rubriques sont informées dans le cadre de la thèse de doctorat. Au
niveau du Master, vous pouvez n'en utiliser que les rubriques principales.

1.Installation du modèle de document

Le modèle de document est accessible à l'adresse suivante :


http://www.sup.adc.education.fr/bib/Acti/these/theses.htm, rubrique « Activités et
projets », « Thèses ». En raison de sa taille, il a dû être compressé. Vous devez
utiliser un logiciel de décompression (WinZip) pour y accéder. Il sera alors téléchargé
sur votre ordinateur. Sous Windows 95, Windows 98 ou Windows NT, il suffit de
copier le fichier.dot correspondant à la version de Word que vous utilisez (Word 4,
Word 6, Word 95 à 2000) dans le répertoire où sont stockés les modèles de
documents de Microsoft.
Lorsque l'ensemble de la suite MsOffice est installé, le répertoire par défaut est :
C:\Program Files\Microsoft Office\Modèles

2.Création d'un document de type « Thèse »

a)Création d'un nouveau document


Cliquez sur le Menu Fichier, Nouveau ; dans la fenêtre qui apparaît, sélectionnez «
These.dot », vérifiez que c'est bien l'option document (et non modèle) qui est

99
Annexes

sélectionnée dans la zone “ créer un nouveau... ”, puis validez. Vous devez voir
apparaître, en plus des barres d'outils prédéfinies de Word, la barre d'outils propre
aux thèses. Si elle n'apparaît pas, cliquez sur le menu Affichage, Barre d'outils
et cochez le choix Thèses.

b)Application de la feuille de style à un document préexistant


Cliquez sur le menu Format, Style automatique. Dans la fenêtre qui s'affiche,
sélectionnez le modèle « These », puis validez. Pour faire apparaître la barre d'outils
propre aux thèses, cliquez sur le menu Affichage, Barre d'outils et cochez le
choix Thèses.

3.Utilisation des styles prédéfinis

a)Appliquer un style
Par défaut, les styles sont appliqués à l'ensemble d'un paragraphe (texte, même très
court, compris entre deux retours chariot). Il est donc inutile de sélectionner tout un
paragraphe pour le styler ; il suffit de placer votre curseur n'importe où dans le
paragraphe et de cliquer sur le style désiré.
Le style citation en ligne fait exception, il ne s'applique qu'à un extrait de texte situé
dans un paragraphe normal, une liste, etc. Il est nécessaire de sélectionner
l'ensemble de la citation avant de lui appliquer ce style.
Le style courant est affiché dans la barre d'outils de mise en forme (barre d'outils
présente par défaut).
De plus, il existe un mode d'affichage qui permet de visualiser tous les styles
appliqués au texte dans la marge gauche de la fenêtre (il s'agit d'un mode d'affichage
seulement, les noms des styles n'apparaissent pas lors de l'impression). Pour obtenir
un tel mode d'affichage, cliquez sur le menu Affichage, Normal, puis sur le menu
Outils, Options.... Dans la fenêtre qui apparaît, sélectionnez l'onglet Affichage.
Dans la dernière rubrique de cet onglet, consacrée à la fenêtre d'affichage, spécifiez
la largeur de la zone de style (en général, 2 cm suffisent).

b)Description des menus


i Menu « Page Titre »
Il regroupe tous les styles utilisés pour marquer les éléments de la première de
couverture de la thèse ou du mémoire
ii Menu « Pages liminaires »
Les styles Dédicace et Épigraphe sont particuliers et alignés sur la droite de la page.
Les autres types de parties liminaires tels qu'avant-propos, avertissement,
remerciements, etc., seront annoncés par l'utilisation du style Titre de partie
liminaire et leur contenu sera stylé comme du texte normal.

Complément : Thèse de doctorat


Uniquement dans le cas des thèses (le TER DE Maîtrise-Master 1 et le mémoire de
Master 2 ne font pas l'objet d'une telle procédure) : le style Titre de partie liminaire
sera également utilisé pour rédiger les éléments de signalement suivants : résumé
en français, titre en anglais, résumé en anglais, mots clés en français, mots clés en
anglais, intitulé et adresse de l'unité où a été préparée la thèse (ou laboratoire de
rattachement).

10
0
Annexes

Le style Table des matières et liste est à utiliser pour les listes d'abréviations, de
figures, de tableaux,... (uniquement si elles sont situées dans les parties liminaires).
iii Menu « Corps de la thèse »
Ce menu regroupe tous les types de titres que vous pourrez utiliser. Deux cas
peuvent se présenter :
 Votre mémoire est divisé en parties. Il faudra alors toujours utiliser le style
Partie pour votre premier niveau de division, y compris pour l'introduction et
la conclusion.
 Votre mémoire n'est pas organisé en parties mais en chapitres. Vous utiliserez
alors les styles Introduction, Titre 1 (Chapitre) et Conclusion pour styler
votre premier niveau de division.
Chacun des autres styles Titre X est à utiliser en respectant les niveaux de division.
iv Menu « Listes »
Plusieurs types de listes sont prévus : les listes à puces, les listes numérotées, qui
seront précédées d'un label (tiret, petit rond, lettre, numéro, etc.), les listes simples
(sans label) qui correspondent à une simple énumération d'items et les « lexiques »
qui devront être utilisés pour les listes d'abréviations, d'index ou toute autre type de
liste dont le label est un texte. Chaque fois qu'un élément de liste sera composé d'un
label et d'un item (et non d'un item seul comme dans le cas des listes simples), ces
deux éléments devront être séparés par une tabulation.
Dans le cas des listes à puces et des listes numérotées, la possibilité d'imbriquer
deux listes est prévue. Les styles Liste à puces 1 et Liste numérotée 1 devront
être utilisés pour les listes à un seul niveau ou pour les éléments d'une liste de
premier niveau. Les styles Liste à puces 2 et Liste numérotée 2 sont eux prévus
pour les éléments des listes de second niveau.
Le style Liste – Titre permet d'associer un titre à chaque liste de niveau 1.
v Menu « Citations »
Trois styles de citations ont été définis :
 Le style Citation en ligne permet de marquer un extrait de texte plongé
dans un paragraphe. C'est le seul style qui ne s'applique pas à un paragraphe,
mais uniquement au texte sélectionné.
 Le style Citation en bloc simple permet de styler un paragraphe de
citation en prose. Lorsque la citation est composée de plusieurs paragraphes,
il ne faut pas utiliser de retour chariot (touche ENTREE), mais le retour à la
ligne (combinaison de touche MAJ+ENTREE). En effet, l'utilisation d'un retour
chariot normal entraînerait la scission de la citation en deux citations
distinctes.
 Le style Citation en bloc en vers est lui dédié aux citations en vers.
Chaque strophe est séparée par un retour à la ligne normal, et, à l'intérieur
d'une strophe, les vers sont séparés par la combinaison de touche
MAJ+ENTREE.
vi Menu « Illustrations »
Les légendes sont utilisées pour tous les types d'illustrations ou de tableaux. La
nature de l'illustration est donnée par le premier mot de la légende ; par exemple «
Carte 5 : Carte de la région Rhône-Alpes ». Plusieurs mots clés sont prévus : figure,
carte, schéma, planche, formule et tableau.

10
1
Annexes

Différents styles sont prévus pour marquer la légende d'une illustration :


 Le style Légende (normal) est à utiliser dans les cas les plus simples où il n'y
a pas d'ambiguïté : un tableau, une illustration composée d'une unique image
insérée dans le texte.
 Le style Légende de Figure (cas critique) permet de marquer les
éléments qui ont la valeur logique de figure mais qui ne sont pas constitués
d'une simple image. Ce style peut par exemple servir pour les figures
composées de plusieurs images éventuellement placées dans un tableau...
 Le style Légende de Tableau (cas critique) permet par exemple de traiter
les copies d'écran de tableaux réalisées avec d'autres logiciels que votre
traitement de texte. Le premier mot de ce type de légende sera
obligatoirement « tableau ».
 Le style Figure doit être appliqué à toute image insérée dans le texte.
Lorsqu'il est utilisé en association avec un style légende, la figure apparaîtra
dans la liste des figures. Utilisé seul, ce style permet simplement d'ajouter
une image dans le texte (cas de caractères spéciaux, de formules
mathématiques...).
 Le style Source permet d'associer à une image ou un tableau son origine en
cas d'utilisation de matériel préexistant (source INSEE, IGN, etc.).
vii Menu « Pages annexes »
Deux types d'annexes ont été prévus : l'un permet de marquer la bibliographie,
l'autre sert pour toutes les autres annexes.
 Le style Bibliographie - Titre 1 correspond au titre de la partie
bibliographie et ne peut apparaître qu'une seule fois ; les styles
Bibliographie –Titre 2 à 4 vous permettront de hiérarchiser votre
bibliographie ; enfin, le style Entrée bibliographique est dédié aux
éléments de la bibliographie.
 Chaque nouvelle annexe sera identifiée par l'utilisation d'un style Annexe –
Titre 1 ; les styles Annexe Titre 2 et 3 permettent de hiérarchiser les
annexes ; les annexes à proprement parler seront constituées de texte,
images, tableaux ou autres et ne seront pas marquées par l'utilisation de
styles propres.

c)Modification des styles


La feuille de style proposée est volontairement très sobre. Elle constitue pour vous
une aide pour la structuration de votre document et non un frein à votre liberté de
mise en page. Vous avez la possibilité de modifier à volonté les paramètres de mise
en page tels que marges, hauts et pieds de page, ainsi que les caractéristiques
typographiques de chaque style. Pour modifier un style, il vous suffit de cliquer sur le
bouton style (ou bien sur le menu Format, Style...). La fenêtre suivante
apparaît. Pour modifier un style, sélectionnez-le dans la zone Styles de la fenêtre.
Le bouton Modifier... vous donne accès à une seconde fenêtre dans laquelle vous
pourrez spécifier tous les paramètres propres à chaque style (police, taille, retraits,
espacement des lignes, etc.).
Notez qu'une modification apportée à un style se répercutera sur tous les éléments
de texte portant ce style. La seule contrainte fixée porte sur le nom des styles. Nous
vous prions de ne pas les modifier.

4.Création de nouveaux styles

Vous avez aussi la possibilité de créer, si besoin est, de nouveaux styles. Nous vous

10
2
Annexes

demandons cependant de nous communiquer les noms de ces styles afin que nous
puissions en tenir compte lors de la conversion éventuelle de votre TER, mémoire ou
thèse en SGML, HTML et autres.
La création de style se fait par la même commande que la modification (bouton
style ou menu Format, Styles...). La même fenêtre de gestion des styles
apparaît, il suffit de cliquer sur le bouton Nouveau... pour définir tous les
paramètres de votre nouveau style. Nous vous conseillons de choisir autant que
possible des noms de styles explicites.

B.Exemples de présentation de la bibliographie

La description de la bibliographie doit permettre au lecteur de retrouver le document


signalé. La présentation et la ponctuation peuvent varier selon les disciplines, mais
l'ensemble doit être cohérent, précis, lisible. La bibliographie doit être raisonnée, et
classée par rubriques. À l'intérieur d'une rubrique, chaque élément doit être
nettement séparé de l'élément suivant (par un point ou un tiret...). La même
présentation doit être suivie tout au long de la publication.

1.Classement en rubriques

La bibliographie doit faire apparaître différentes rubriques, par exemple :


 sources bibliographiques du travail
 œuvres du corpus, (précisant la publication utilisée dans le travail)
 travaux critiques sur l'auteur, classés par types :
 études
 travaux universitaires
 articles de périodiques
 publications en ligne
 ouvrages critiques généraux
 ouvrages de référence

2.Classement des références à l'intérieur d'une rubrique

On peut classer les références :


 par date de publication (par exemple pour les différentes œuvres d'un même
auteur constituant le corpus étudié)
 par ordre alphabétique des noms d'auteur, ou du titre lorsque la publication
est anonyme, pour les articles, ouvrages généraux...
Les publications anonymes seront placées en début ou en fin de liste.

3.Rédaction des références

Les indications données ci-après pour la rédaction des références ont pour but de
rappeler les éléments importants d'une citation et proposent un ordre cohérent. Elles
ne constituent pas une norme. De plus en plus fréquemment, les documents utilisés
pour la rédaction d'un T.E.R. peuvent se trouver sur des supports différents : papier
mais aussi électronique (cédérom, base de données, en ligne sur l'Internet). Il

10
3
Annexes

convient de distinguer ces deux cas pour la présentation des références.

4.Présentation des références bibliographiques pour des


documents sur support papier

Voici quelques exemples types donnés à titre indicatif. Pour les cas complexes, se
référer à la norme AFNOR Z 44-005, Références bibliographiques, contenu, forme et
structure.

a)Articles de périodiques
Ordre des éléments de la citation : NOM, Prénom. « Titre de l'article ». Titre de la
revue, Année, tome, n° du fasc. (facultatif mais recommandé), pages.

Exemple
POLITIS, Daisy. « Figure et rôle de l'étranger chez Albert Cohen », Cahiers Albert
Cohen, n°1, 1991, p. 45-49.

b)Ouvrages, chapitre d'un ouvrage collectif


Ordre des éléments de la citation : NOM, Prénom. Titre de l'ouvrage. Nième Edition.
Ville d'édition : éditeur, année d'édition, nombre de vol., nombre de pages. (Nom de
la collection ; n° de la collection)

Exemple
 ouvrage ayant plusieurs auteurs
CHEVALIER, Jean, GHEERBRANT, Alain. Dictionnaire des symboles. 11ème Edition.
Paris : Robert Laffont et Jupiter, 1990, 1060 p.
 ouvrage collectif
Dictionnaire des mythes littéraires. Ed. par Pierre BRUNEL. Paris : Éditions du Rocher,
1989, 1436 p.
 citation d'un chapitre d'un ouvrage collectif
THIBAUD, Paul. « L'événement qui nous tourmentait ». La Guerre d'Algérie et les
intellectuels français. Ed. par Jean-Pierre RIOUX et Jean-François SIRINELLI. Paris :
Complexe, 1991, p. 377-385.

c)Actes de colloques
Ordre des éléments de la citation : Intitulé du colloque (Lieu du colloque, année du
colloque). Titre des actes. Ed. par. Ville d'édition : éditeur, année d'édition, nombre
de volumes, pages.

Exemple
Association mondiale de psychiatrie et de psychologie légale.Congrès international
(Paris, 1988). Psychiatrie et psychologie légale. Ed. par Jean Gerhaart. Paris :
Expansion scientifique française, 1991, 432 p.

d)Thèses
Ordre des éléments de la citation : NOM, Prénom. Titre de la thèse. Nombre de
pages. Ville : Année, pages.

10
4
Annexes

5.Présentation des références bibliographiques pour des


documents électroniques

Plusieurs types de documents électroniques peuvent être utilisés : ouvrages, articles


de périodiques, pré-publications, thèses, messages électroniques. Les messages
électroniques, personnels ou issus de listes et de forums de discussions doivent
pouvoir être produits. Il est essentiel pour signaler des documents électroniques de
respecter la ponctuation, surtout lorsque ces documents ont une adresse électronique
(Internet ou e-mail), afin de toujours pouvoir s'y référer. Pour davantage de
précisions, on pourra se reporter à la norme AFNOR Z 44-005-2 Information et
documentation. Références bibliographiques. Partie 2 : Documents électroniques,
documents complets ou parties de documents. (hors prépublications). Voici quelques
exemples donnés à titre indicatif.

a)Articles de périodiques
Ordre des éléments de la citation : NOM, Prénom. « Titre de l'article ». Titre du
périodique [type de support]. Année, tome, n° du fascicule [date de mise à jour de la
référence]. Pages. Disponibilité et accès : adresse électronique du document.

Exemple
CARRIERE, Laurent. « Hypertextes et hyperliens au regard du droit d'auteur :
quelques éléments de réflexion ». Les Cahiers de propriété intellectuelle [en ligne].
Septembre 1997 [réf. du 19 octobre 1998], p. 467-490. Disponible sur :
 Cas d'un article tiré d'une base de données :
McNAMARA, Paul. « Messaging Leadership Debated ». Network World [en ligne]. 31
août 1998, vol. 15, n° 35, [réf. du 11 décembre 1998], p. 23-24. Disponible sur
ProQuest Direct (Periodical Abstracts Research II)
 Cas d'un article original :
Le titre du périodique est remplacé par le titre du site. L'adresse citée est celle de
l'article.
HOEMANN, George H. « Electronic style – elements of citation ». In Electronic
style ... the final frontier [en ligne]. 1995, [réf. du 28 février 1999]. Disponible sur :

b)Ouvrages, bases de données, thèses


Ordre des éléments de la citation :
NOM, Prénom. Titre de l'ouvrage [type de support]. Lieu de publication, éditeur, date
de publication [date de mise à jour]. Format de publication. Disponibilité et accès.

Exemple
 Ouvrage :
MAUGHAM, Somerset. Moon and Sixpence [monographie en ligne]. Projet Gutenberg,
février 1995. [réf. du 3 mars 1999]. Format ASCII. Disponible sur : http://www......
 Thèse :
CARBONNEAU, Xavier. Etude des propriétés thermomécaniques de mullite zircone et
de zircon [thèse en ligne]. Lyon : Institut national des sciences appliquées, 27 avril
1998. [réf. du 26 juin 1998]. Format PDF. Disponible sur : http://www....
 Chapitre d'ouvrage :
CARROLL, Lewis. Alice's Adventures in Wonderland [en ligne]. Texinfo ed. 2.2.

10
5
Annexes

Dortmund, Germany : WindSpiel, novembre 1994 [réf. du 30 mars 1995]. Chapter


VII. A Mad Tea-Party. Disponible sur : http://www...
 Bases de données :
IBISCUS, Système d'information pour le développement [base de données en ligne].
Paris (France) : Réseau IBISCUS, [1983- ]. [réf. du 3 mars 1999]. Format World
Wide Web. Disponible sur : http://www....
World Factbook 1998 [en ligne]. [Washington, D.C.] : Central Intelligence Agency,
1998. [réf. du 4 mars 1999]. France. Disponible sur : http://www...

c)Messages électroniques
Message issu d'un forum de discussion :
Ordre des éléments de la citation : NOM, Prénom de l'auteur du message. Titre du
message. Nom du forum de discussion [type de support]. lieu de publication, éditeur
du forum : Date d'émission du message. Disponibilité et accès

Exemple
BOYD, Gerald E. Re : Hotmail. In NETTRAIN (Internet / BITNET Network Trainers)
[en ligne]. Buffalo (N.Y.) : 9 février 1998. Disponible sur : http://www...

Message personnel
Ordre des éléments de la citation : NOM, Prénom de l'auteur du message.Titre du
message [type de support]. Nom du destinataire. Date d'émission du message.
Mention “ Communication personnelle ”

Exemple
PRITCHARD, Sarah. Your Request for Information about ISO Standards [courrier
électronique]. Destinataire : Margaret MORRISON. 18 février 1995. Communication
personnelle.

d)Remarque générale
Il importe de donner une référence aussi complète que possible, mais tous les
éléments de la description ne peuvent pas toujours être renseignés.

C.Cas particulier des livres anciens

Sauf exigence particulière (se renseigner auprès de son directeur), il n'est pas
nécessaire de retenir l'orthographe d'époque. On peut moderniser l'orthographe dans
les titres de la bibliographie. Si vous décidez de conserver les graphies anciennes,
faites-le pour tous les titres de l'époque considérée : il est désagréable pour le
lecteur de trouver un méli-mélo de titres modernes et anciens, et cela introduit un
facteur de doute sur vos références.
Reproduire le nom de l'auteur comme dans le cas général. Quand le livre est
anonyme,
 si l'auteur est connu, on peut mettre son nom entre crochets,
 si l'auteur n'est pas connu, indiquer entre crochets [ANONYME].

Exemple
[Arnauld Antoine et Nicole Pierre], De l'hérésie et du schisme que causerait dans

10
6
Annexes

l'Église de France la signature du Formulaire, sans souffrir la distinction du fait et du


droit, et en tenant pour hérétiques et traitant comme tels les refusants de le signer
quand au seul fait de Jansénius qui y est enfermé, sl, 6 juin 1661.

S'il y a plusieurs auteurs, sans qu'aucun soit indiqué en première page (cela arrive),
indiquer entre crochets [COLLECTIF].
Reproduire le titre en entier dans la bibliographie finale. Au cours du mémoire, vous
pouvez le réduire à sa partie essentielle, en indiquant par des points de suspension
entre parenthèses ou entre crochets qu'il manque une partie, que l'on peut trouver
dans la bibliographie générale.

Exemple
Le titre complet qui figure en bibliographie,
[ARNAULD Antoine et NICOLE Pierre], Défense des professeurs en théologie de
l'Université de Bordeaux contre un écrit intitulé: Lettre d'un théologien à un officier
du Parlement touchant la question si le livre intitulé Ludovici Montaltii literae etc., est
hérétique, sl., 1660.
peut être réduit, dans les notes, à
[ARNAULD Antoine et NICOLE Pierre], Défense des professeurs en théologie de
l'Université de Bordeaux [...], 1660, p. 51-52.
ou même, s'il n'y a qu'une impression de l'ouvrage, à
[ARNAULD Antoine et NICOLE Pierre], Défense des professeurs en théologie de
l'Université de Bordeaux [...], p. 51-52.

Si le lieu d'édition n'est pas indiqué, mettre sl.


Si la date n'est pas indiquée, mettre sd.
Si ni le lieu ni la date ne sont indiqués, mettre slnd.
Pensez à exploiter les extraits du privilège et l'achevé d'imprimer, qui vous
fournissent souvent des indications utiles notamment sur la date à laquelle a été
prise le privilège, qui n'est pas, dans le cas général, celle de l'achevé d'imprimer.

Exemple

Dans cet exemple, on peut remarquer :


1. que c'est une deuxième édition,
puisqu'on mentionne une
première impression (voir le
verbe rimprimer) ;
2. qu'il y a eu des corrections, et
surtout des augmentations,
autrement dit des modifications
du texte original qui peuvent
importer aux analyses que vous Privilège
proposez dans votre mémoire ;
vous n'avez pas le droit de supposer que ce qui se trouve dans la seconde
édition était nécessairement déjà dans la première.

Dans le cas de livres étrangers...


Les règles demeurent les mêmes, mais il est nécessaire de faire attention aux
indications relatives aux éditions, qui sont souvent assez complexes lorsqu'il s'agit

10
7
Annexes

d'éditeurs anglo-saxons, ou d'éditeurs qui ont plusieurs lieux d'édition.

D.Modèle de présentation de page de titre

Consulter un modèle de page de titre (cf. Modèle de page de titre)

E.Autorisation de diffusion de l'auteur

L'auteur autorise la diffusion, sous la responsabilité de l'établissement de


soutenance, du T.E.R. en texte intégral sur le réseau Internet
OUI NON
Date de l'autorisation (JJMMAAAA) :
Signature :
Conformément aux textes en vigueur, et notamment la loi n°78-17 du 6 janvier 1978
“Informatique et Libertés ”, ainsi que de la Directive européenne n°95-46 du 24
octobre 1995 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement
des données à caractère personnel et à la libre circulation des données, le droit
d'accès et de rectification peut s'exercer auprès de l'administrateur du site :

10
8
Conclusion

Vous trouverez les domaines de recherche et la liste des enseignants-chercheurs du


département de Lettres Modernes à l'adresse suivante : http://www.lettres.univ-
bpclermont.fr/spip.php?article796

10
9
Solution des
exercices
rédactionnels

> Solution n°1 (exercice p. 20)


Cette étudiante cherche à redéfinir l'intimité par l'étude des relations
interpersonnelles entre Mme de Sévigné et ses destinataires.

> Solution n°2 (exercice p. 20)


Les lettres de Mme de Sévigné. Mais aucune précision n'est donnée sur les lettres,
toutes les lettres, les lettres à sa fille uniquement ? à d'autres destinataires ?

> Solution n°3 (exercice p. 20)


Il est question de la théorie des opérations énonciatives, qui normalement est une
théorie linguistique due à Culioli, dont le nom n'est pas mentionné. Il ne semble pas
qu'il y ait de véritable cadre d'analyse, d'autres concepts mentionnés font état
d'approches d'histoire littéraire. L'approche demeure floue.

> Solution n°4 (exercice p. 20)


Redéfinir les catégories de l'intime (du privé et du public) par celles des théories de
l'énonciation (opérations énonciatives, ethos, modalités) est novateur. La question
est de savoir quelle serait la bibliographie de cette approche.

> Solution n°5 (exercice p. 20)


C'est une allusion à la mode des romans précieux et de la préciosité en général. On
voit mal le lien entre ce moment historique qui a abondamment nourri la littérature
(romanesque ou la production poétique) et les lettres de la Marquise. On ne sait si le
« climat galant » sera un modèle informant la nature de la relation épistolaire de
Mme de Sévigné.

> Solution n°6 (exercice p. 20)


Il est assez clair, malgré une tendance à utiliser des termes techniques, qui ne sont
pas définis (sémantique amoureuse, discours galant, praxis sociales, etc.).

> Solution n°7 (exercice p. 38)

11
1
Solution des exercices rédactionnels

 XIXe siècle
 place courtisane
 esthétique romantique
 rédemption
 métamorphoses romanesques

> Solution n°8 (exercice p. 47)


Le réseau Lettres compte 18 bibliothèques.
Bandeau central: Bibliothèques>Répertoire des
bibliothèques>Bibliothèques de Lettres.

Réseau Lettres

> Solution n°9 (exercice p. 47)


Bandeau central: Bibliothèques>Lettres, langues, SHS.
Cliquer: vous tomber sur le site http://bibliotheque.clermont-universite.fr/bulettres/

11
2
Solution des exercices rédactionnels

Site spécialisé réseau Lettres

> Solution n°10 (exercice p. 47)


Bandeau central: Catalogues > Catalogue de la BCU.
http://catalogue.clermont-universite.fr

11
3
Solution des exercices rédactionnels

Catalogue BCU

> Solution n°11 (exercice p. 47)


La bibliothèque conserve 12 ouvrages
"Chercher dans le catalogue complet"
auteur: Jean Luc Lagarce

11
4
Solution des exercices rédactionnels

11
5
Solution des exercices rédactionnels

Catalogue complet

Recherche auteur

> Solution n°12 (exercice p. 47)


Oui
"Chercher dans le catalogue complet"

11
6
Solution des exercices rédactionnels

auteur: Joëlle Gardes-Tamine


titre: dictionnaire critique littéraire
publié: 2004
Tombe sur la notice descriptive
Cliquer sur l'onglet "où le trouver": 3 exemplaires sont conservés à
Lafayette.

Recherche

Notice

Lieu

> Solution n°13 (exercice p. 47)


L'auteur est Raymond Perrin et il existe 4 exemplaires.
"Chercher dans le catalogue complet"
titre: Littérature de jeunesse et presse des jeunes

11
7
Solution des exercices rédactionnels

publié: 2007
Deux notices: la deuxième correspond à l'édition de 2007.
Cliquer sur le titre, voir l'onglet "où le trouver".

Notice

> Solution n°14 (exercice p. 47)


L'ouvrage le plus récent date de 2010, il s'agit de Andreï Makine : l'identité
problématique de Agata Sylwestrzak-Wszelaki.
"Chercher dans le catalogue complet"
titre: Andréï Makine.
23 résultats.

Recherche

> Solution n°15 (exercice p. 48)


"Chercher dans le catalogue des périodiques"
titre : Magazine littéraire
Cliquer sur la deuxième notice.

Catalogue des périodiques

11
8
Solution des exercices rédactionnels

Recherche catalogue des périodiques

Résultat de la recherche

> Solution n°16 (exercice p. 48)


Le premier numéro date de 1966.
Information dans "Edition"

Edition
Le premier numéro conservé à la bibliothèque de Lafayette date de 1969.
Information dans "numéros disponibles"

Numéros disponibles
Oui, le numéro 53 de 1971 est consultable.
Non, l'année 1984 n'est pas complète.
Il manque le numéro 203.
On trouve l'année en cours (2011) et les deux années antérieures (2010 et
2009).

11
9
Solution des exercices rédactionnels

> Solution n°17 (exercice p. 48)


Recherche avancée
Mot du titre : Emile Zola
Année de publication : 1999-2010
Type de publication : cocher : thèses
Résultats : 42
Même recherche en mettant 2003
Résultats : 5

Recherche avancée

Recherche SUDOC

> Solution n°18 (exercice p. 48)


Il y a 5 thèses qui ont été soutenues à l'université de Paris 3.
1. Emile Zola - Alfred Bruneau [Texte imprimé] : pour un théâtre lyrique
naturaliste / Jean-Sébastien Macke ; sous la dir. de Alain Pagès
2. Les opéras d'Alfred Bruneau, la collaboration d'Emile Zola et le naturalisme
musical [Texte imprimé] / Anne-Catherine Maire-Varupenne ; sous la direction
de Anne Penesco
3. Les Spectres du texte ou le Calcul poétique de la prose [Texte imprimé] : A
rebours (Huysmans), Le horla (Maupassant), La jongleuse (Rachilde), Le rêve
(Zola) / Stéphanie Dupont ; sous la dir. de Mireille Calle-Gruber
4. La Bible de Zola [Texte imprimé] : mythocritique des Rougon-Macquart /
Clélia Anfray ; sous la dir. de Jean-Yves Tadié

12
0
Solution des exercices rédactionnels

5. Réalisme critique et utopie romanesque [Texte imprimé] : l'oeuvre de Zola


postérieure aux Rougon-Macquart / Akiko Miyagawa ; sous la dir. de Madame
Lise Dumasy
La notice de chaque thèse comprend la mention "université de soutenance". Il faut
donc examiner les résultats un à un afin de sélectionner les thèses soutenues à
l'Université de Paris 3.

> Solution n°19 (exercice p. 48)


Il y a 8 références (les autres références ne concernent pas la correspondance de
Balzac)

Recherche KVK
L'édition de 1923 comporte 36 pages.
Edition de 1923 : X-36 p.

12
1
Solution des exercices rédactionnels

Notice KVK

> Solution n°20 (exercice p. 48)


Non le catalogue de la bibliothèque nationale de Grèce n'est pas (encore) disponible
via le KVK.

Catalogues KVK

> Solution n°21 (exercice p. 48)


Non le catalogue ne permet pas (encore) de faire des recherches par collection.

12
2
Solution des exercices rédactionnels

Formulaire de recherche - KVK

> Solution n°22 (exercice p. 50)


On trouve 2 résultats.
SU Subjects All : George Sand
DT date : 1980-1981
Language of publication : english

Recherche MLA

> Solution n°23 (exercice p. 50)


Les différents genres sont : autobiographie, biographie, drame, fiction, lettres,
roman, périodiques, poésie, prose, saga et nouvelle.
Formulaire de recherche avancée.

12
3
Solution des exercices rédactionnels

Recherche avancée MLA

> Solution n°24 (exercice p. 50)


Advanced search : Guy de Maupassant
Guy de Maupassant in Federigo Tozzi
Marco Codebò
MLN, Vol. 113, No. 1, Italian Issue (Jan., 1998), pp. 213-230

12
4
Solution des exercices rédactionnels

12
5
Solution des exercices rédactionnels

Recherche J-Stor

Notice J-Stor

> Solution n°25 (exercice p. 50)


Non.
Chercher par disciplines > Language and Literature > Revue d'histoire
littéraire de la France
Il n'y a pas accès au texte intégral via JStor, mais simplement aux références des

12
6
Solution des exercices rédactionnels

articles parus dans cette revue.

Recherche

Language and litterature

Revue d'histoire littéraire de la France

> Solution n°26 (exercice p. 50)


Cliquer sur "304 revues" (en haut à droite de l'écran)
Cliquer sur "Search Keys, Subject, subjets in french" (à droite), on
tombe sur le catalogue des revues et collections
Onglets "esprit et langage>Langage>Littérature"
Trouve 33 revues

Recherche Revues.org

12
7
Solution des exercices rédactionnels

Search keys

Esprit et Langage

> Solution n°27 (exercice p. 50)


On peut lire sur la notice :
-la thématique de la revue "Revue consacrée aux contes merveilleux de la
langue française du XVIIe au XIXe siècle. ".
-l'éditeur: Ellug.
-la date du dernier n° paru: 7, 2010.
Texte intégral: oui. Précision "en ligne".
Si on clique sur le titre du n°, on tombe sur le sommaire avec les précisions "texte
intégral".
Cliquer sur "304 revues" (en haut à droite de l'écran): liste
alphabétique des revues.
Cliquer sur "Fééries". Tombe sur la page descriptive de la revue.

12
8
Solution des exercices rédactionnels

Fééries

> Solution n°28 (exercice p. 51)


Revenir sur la page d'accueil de revues.org.
"Recherche": Flaubert orientalisme.
Trouve 17 résultats.

12
9
Solution des exercices rédactionnels

Recherche Revues.org

> Solution n°29 (exercice p. 51)


La Religieuse . Par Diderot -A Paris, chez Buisson, imprimeur-libraire, rue
Haute-Feuille, n° 20. An cinquième de la République-1796
Informations détaillées
Notice complète
Titre : La Religieuse . Par Diderot
Auteur : Diderot, Denis (1713-1784) Ne voir que les résultats de cet auteur
Éditeur : A Paris, chez Buisson, imprimeur-libraire, rue Haute-Feuille, n° 20. An
cinquième de la République
Date d'édition : 1796
Type : monographie imprimée
Langue : Français
Format : I[4]-411 p. ; in-8
Format : application/pdf
Droits : domaine public
Identifiant : ark:/12148/btv1b86133602
Source : Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares,
RESP-Y2-2275
Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb303407804
Provenance : bnf.fr
Livre en mode image seul
· Auteur :Diderot, Denis (1713-1784) Éditeur :A Paris, chez Buisson, imprimeur-
libraire, rue Haute-Feuille, n° 20. An cinquième de la République
Voir page 11 sur 439 pour :
Papier carré fin.

Recherche Gallica

Recherche avancée Gallica

13
0
Solution des exercices rédactionnels

Notice Gallica

13
1
Solution des exercices rédactionnels

Notice détaillée Gallica

> Solution n°30 (exercice p. 51)


Recherche dans "images": affiche guerre 1914-1918. 113 résultats.

Affiche 14-18

> Solution n°31 (exercice p. 51)

13
2
Solution des exercices rédactionnels

Rechercher dans "partitions": opéra Massenet. 11 résultats.

> Solution n°32 (exercice p. 51)


Rechercher dans "manuscrits": Marcel Proust. 75 résultats.

> Solution n°33 (exercice p. 51)


Revenir sur la page d'accueil>Parcourir>Les dossiers>Gallica Classique.
Accès direct aux écrivains fondateurs de la littérature française.

Dossiers Gallica

Gallica Classique

> Solution n°34 (exercice p. 51)


Aller sur le site de la BNF, http://www.bnf.fr/
Rubrique en bas de la page d'accueil : Collections et services, Les signets de la BNF
http://signets.bnf.fr/

13
3
Solution des exercices rédactionnels

Généralités : éditeurs
Répertoires d'éditeurs français ou francophones
2e réponse : ADEB : Association des éditeurs belges.

BNF

Les signets de la BNF

Généralités Signets BNF

Editeurs français ou francophones

13
4
Solution des exercices rédactionnels

ADEB

> Solution n°35 (exercice p. 51)


Onglet "consultation":
 par domaine
 les 30 derniers dépôts
 par année de publication, rédaction, dépôt
 par type de publication
 par collection
 par portail
 par établissement.

13
5
Solution des exercices rédactionnels

HAL

> Solution n°36 (exercice p. 51)


Onglet "consultation": établissement, Université, Université Blaise
Pascal
Il y a 9696 documents.

HAL - UBP

Nb documents HAL UBP

> Solution n°37 (exercice p. 51)


Page d'accueil: recherche avancée.
Nom du laboratoire: CELIS.
20 documents.

13
6
Solution des exercices rédactionnels

Recherche HAL CELIS

> Solution n°38 (exercice p. 52)


Consulter >Par organisme de délivance> Université Blaise Pascal
Clermont-Ferrand 2: 205 documents.

TEL UBP

13
7
Solution des exercices rédactionnels

> Solution n°39 (exercice p. 52)


Recherche simple: roman courtois, 3 résultats.

Recherche TEL

> Solution n°40 (exercice p. 54)


Correction à venir

> Solution n°41 (exercice p. 56)


Mots-clés : analyse du discours, anaphoriques, dénomination, polyphonie, référence.

> Solution n°42 (exercice p. 56)


Etudier les phénomènes de référence à partir d'un corpus de Fables de Jean de La
Fontaine, tel est l'objet de ce travail qui se réfère aux apports récents des sciences
du langage, en particulier l'analyse du discours. La réflexion porte sur les
dénominations initiales et les anaphoriques ainsi que sur les déterminants afin de
faire émerger leur fonction structurante dans le récit et leur intérêt en tant que
marqueurs de positionnement énonciatif et de polyphonie.

> Solution n°43 (exercice p. 56)


On trouve dans l'ordre :
 La présentation de l'auteur
 La contextualisation historique de l'auteur et du texte
 La justification du corpus
 La présentation des prérequis linguistiques sur la question retenue
(dénomination et référence)

13
8
Solution des exercices rédactionnels

 Le choix de l'approche finalement retenue et la problématique


 L'annonce du plan.

> Solution n°44 (exercice p. 56)


C'est le seul point faible de cette introduction. On ne peut avoir un corpus de 9 fables
seulement. Rien ne permet non plus de restreindre la question de la dénomination
aux fables animalières (les autres sont aussi concernées). Le corpus est trop restreint
pour une recherche de master.

> Solution n°45 (exercice p. 56)


Elle est rapide, mais suffisante pour un travail qui s'inscrit en linguistique. Elle donne
les informations suffisantes, sans être originale.

> Solution n°46 (exercice p. 56)


Elle est excellente, précise, documentée, les notes de bas de page apportent tous les
compléments nécessaires. Les bonnes références sont convoquées.

> Solution n°47 (exercice p. 56)


Non, on ne doit pas donner des exemples dans une introduction, et surtout pas citer
des passages aussi précis que le numéro du vers, alors que les textes n'ont pas été
travaillés ni présentés.

> Solution n°48 (exercice p. 56)


C'est une bonne introduction, où les qualités et les points positifs l'emportent sur les
points négatifs (la justification du corpus pose des problèmes). Les enjeux
linguistiques sont très clairement posés et le projet est très pertinent.

> Solution n°49 (exercice p. 64)


 En italique ds le texte :
P. 2 ; p. 4 (219 et 151) ; p. 4 (n. 6)
 Mise en relief personnelle :
P. 4 (218) ; p. 6 (141)

> Solution n°50 (exercice p. 64)


P. 4 : la citation ne mentionne pas le début de la phrase. Les crochets signalent
ensuite des ellipses.
P. 5 : ellipses
P. 6 : adaptations syntaxiques (sauf 177 décalé et 141).
P. 7 : adaptations
P. 8 (179) précision, élucidation.
P. 10: ellipses.

13
9
Solution des exercices rédactionnels

> Solution n°51 (exercice p. 64)


Citer le texte du corpus que l'on analyse : p. 3, 4 (sauf citation n. 6), p. 5 (sauf n. 7
et 8), p. 6 (sauf n. 9), p. 7, p. 8 (sauf n. 13), p. 9 (sauf bas de page), p. 10 (sauf n.
15, 16, 17).
Citer des critiques pour soutenir l'analyse : p. 4 n. 6, p. 5 n. 7 et 8, p. 6 (n. 9), p. 8
n. 13, p. 10 (n. 15 et n. 16/17 : citations de Sand sur son texte))
Citer des termes spécifiques redevables à tel ou tel critique : p. 8 (« métaphore vive
»), p. 9 (« vive »).

> Solution n°52 (exercice p. 65)


« Le titre est mieux qu'un signal ; il est un signe sous lequel le livre ou le texte est
placé. [...] Il peut arriver aussi qu'une épigraphe mette sur la voie » (p. 82).

> Solution n°53 (exercice p. 65)


p. 82 §3 ; p. 83 61 ...etc.

> Solution n°54 (exercice p. 65)


« l'article défini et le pluriel [...] la spiritualisation des chats sera plus frappante » (p.
83) : M. Riffaterre, Essais de stylistique générale, Paris, Flammarion, 1971, p. 329,
cité in P. Brunel, Mythocritique. Théorie et parcours, Paris, Puf, 1992, p. 83.

> Solution n°55 (exercice p. 65)


« ..., l'hippos chloros [l'un des quatre cavaliers de l'Apocalypse, qui incarne la mort]
»

> Solution n°56 (exercice p. 65)


Pour Pierre Brunel, « [l'] élément mythique, même s'il est ténu, même s'il est latent,
doit avoir un pouvoir d'irradiation »
 (APPEL DE NOTE). NOTE : P. Brunel définit « l'irradiation » comme la faculté
d'un mot ou d'une image mythique à se développer dans un autre texte du
même auteur ou à activer la mémoire du récit mythique chez le même auteur.
 Elucidation incluse (plus lourd) : « Citation...un pouvoir d'irradiation [défni
comme la faculté qu'a un mot à convoquer le mythe] ».
 Elucidation dans le texte mais en dehors de la citation.

> Solution n°57 (exercice p. 65)


Pierre Brunel considère que tout motif mythique est signifiant dans un texte, en vertu
de sa faculté évocatoire (+ NOTE avec références exactes). Pour « L'hypothèse
fondamentale »... (p ; 82, §1).

> Solution n°58 (exercice p. 65)


« La présence d'un élément mythique [...] pouvoir d'irradiation ». (61, p. 82).
« Le titre est mieux qu'un signal [...] est placé » (§2)
« J'imaginerais donc volontiers [...] explicite » (p. 84, §2).

14
0
Solution des exercices rédactionnels

> Solution n°59 (exercice p. 65)


Accéder à un exemple de solution : Exemple de corrigé (cf. Exemple de corrigé)

> Solution n°60 (exercice p. 66)


1. Ajouter la référence bibliographique
2. Manque le renvoi à l'auteur (+ réf.).
3. Plagiat ou lieu commun ? Très limite. Mieux vaut citer.
4. Lieu commun ou tout au moins, idée très répandue. Inutile de citer.
5. Plagiat caractérisé .
6. Référence incomplète.
7. C'est bon.

> Solution n°61 (exercice p. 66)


1. Relève de l'évidence.
2. Plagiat
3. D'accord. Mais manquent ponctuation et référence.
4. Juste. Ajouter la page, cependant.
5. Relève du bon sens.
6. Oui.

> Solution n°62 (exercice p. 66)


1. Problématique : un chercheur chevronné pourrait faire cette remarque. Mais
c'est une citation non avouée, donc plagiat.
2. Oui, mais ajouter les références.
3. Limite entre plagiat et remarque de bon sens. Mieux vaut citer.
4. Même remarque
5. Oui.
6. Fait partie de la culture générale.
7. Donner les références complètes.
8. Oui. Ajouter le deuxième auteur.

> Solution n°63 (exercice p. 67)


Correction à venir

> Solution n°64 (exercice p. 67)


Correction à venir

> Solution n°65 (exercice p. 77)


1. ŒUVRE DU CORPUS
COHEN, Albert. Belle du Seigneur. Paris : Bibliothèque de la Pléiade. 1986.
2. ŒUVRES D'ALBERT COHEN
COHEN, Albert. Œuvres. Paris : Bibliothèque de la Pléiade, 1993.
3. BIBLIOGRAPHIE CRITIQUE
 ETUDES SUR ALBERT COHEN

14
1
Solution des exercices rédactionnels

Albert Cohen. Actes du colloque international du Centenaire. Éd. par Alain Schaffner.
Université de Picardie Jules Verne. Villeneuve d'Ascq : Roman 20/50, collection «
actes », 1997.
AUROY, Carole. Albert Cohen, une quête solaire. Paris : Presses Universitaires de
Paris-Sorbonne, 1996.
BLOT, Jean. Albert Cohen. Paris : Balland, 1986.
DUPREY, Véronique. Albert Cohen, au nom du père et de la mère. Paris : SEDES,
1999.
GOITEIN-GALPERIN, Denise Rachel. Visage de mon peuple. Essai sur Albert Cohen.
Paris : Nizet, 1982.
LEVY, Clara. Ecritures de l'identité. Les écrivains juifs après la Shoah. Paris : PuF, «
Le lien social », 1998.
NYSSEN, Hubert. Lecture d'Albert Cohen. Avignon : Actes Sud, 1986.
SCHAFFNER, Alain. Le Goût de l'absolu : l'enjeu sacré de la littérature dans l'oeuvre
d'Albert Cohen. Paris : Champion, 1999.
STOLZ, Claire. La Polyphonie dans Belle du Seigneur d'Albert Cohen : pour une
approche sémiostylistique. Paris : Champion, 1998.
ZARD, Philippe. La Fiction de l'Occident : Thomas Mann, Franz Kafka, Albert Cohen.
Paris : PuF, 1999.
Cahiers Albert Cohen, n°1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8. Paris : Atelier Albert Cohen, 1991-
1998.
 ETUDES CRITIQUES GÉNÉRALES
ARTICLES
ATTALI, Jean. « La guerre, l'image, la comédie ». Ecrivains dans la guerre. Éd. par
Pierre YANA. Lille : Revue des Sciences Humaines, n° 204, 1986, p. 23-39.
FERRARIS, Denis. « La guerre en ses atours. Esthétique du charivari ». Ecrivains
dans la guerre. Éd. par Pierre YANA. Lille : Revue des Sciences Humaines, n° 204,
1986, p. 5-21.
MONOGRAPHIES
BLANCHOT, Maurice. Les Intellectuels en question. Ebauche d'une réflexion. Paris :
Fourbis, 1996.
FINKIELKRAUT, Alain. L'Humanité perdue. Essai sur le XXe siècle. Paris : Seuil, 1996.
FOURTINA, Hervé. La guerre comme métaphore du conflit interne. Guerre et
littérature dans le monde anglophone. Le Mans : Ed. M. Bodin, Presses de l'Université
du Maine, 1989.
GLUCKSMANN, André. Le Discours de la guerre. Paris : L'Herne, 1967.
HYTIER, Adrienne. La Guerre. Paris : Bordas, 1985.
MARTINOIR, de, Francine. La Littérature occupée. Paris : Hatier, « Brèves-Littérature
», 1995.
RIEGEL, Léon. Guerre et Littérature. Paris : Klincksieck, 1978.

> Solution n°66 (exercice p. 84)


Correction à venir

> Solution n°67 (exercice p. 96)


Correction à venir

14
2
Solution des
exercices

> Solution n°1 (exercice p. 36)

pas du tout

à la BCU seulement

à la BCU et sur Internet

> Solution n°2 (exercice p. 36)

Francis

Alapage

Bol

> Solution n°3 (exercice p. 36)

Cerise

Fabula

Alapage

Bol

> Solution n°4 (exercice p. 37)

14
3
Solution des exercices

Lycos

Ari@ne

Aleph

> Solution n°5 (exercice p. 37)

Dissert abstracts online

Frantext

Diss

BN Opaline

> Solution n°6 (exercice p. 37)

Un opérateur de proximité

Un opérateur boléen

Une troncature

> Solution n°7 (exercice p. 38)

Quand? XVIIe siècle


Qui? Corneille, Racine, Molière
Où? Cour de Versailles
Quoi? Tragédies et comédies
Comment? Ordre, unité, équilibre

> Solution n°8 (exercice p. 38)

14
4
Solution des exercices

une liste alphabétique de termes qui permet de retrouver une information

une liste de termes employés dans l'ouvrage en question

une conclusion

une liste d'abréviations

> Solution n°9 (exercice p. 39)

une revue publiée à intervalles réguliers

un livre récent

un journal

un magazine

une revue scientifique

> Solution n°10 (exercice p. 39)

14
5
Solution des exercices

les romans

les manuels

les journaux

les encyclopédies

les dictionnaires spécialisés

les atlas

les grammaires

les annuaires

les essais

> Solution n°11 (exercice p. 40)

situer un lieu

trouver une date

avoir une vue d'ensemble sur un sujet

trouver la biographie d'un individu

> Solution n°12 (exercice p. 41)


1. Notice 5
2. Notice 2
3. Notice 3
4. Notice 1
5. Notice 4
La 5e notice décrit un manuel de base.
Indices: le titre, le nom de l'éditeur (Ellipses: editeur universitaire), le nom de la
collection (Thèmes et études), le nombre de pages: 256.
Un ouvrage pas trop important, aborsant toutes les notions de base sur le siècle des
Lumières.

14
6
Solution des exercices

La 2e notice: une synthèse complète sur la période.


Indices: le titre, l'auteur (un des grands spécialistes de cette période), le nombre de
pages: 637.
la 3e notice: un article de périodique.
Indices: titre de l'article et de la revue, numéro précis indiqué, résumé.
Un article qui évoque un point particulier: la philosophie des Lumières et les réformes
politiques.
1ere et 4e notice: deux ouvrages de recherche sur des points particuliers.
Indices: éditeurs (Fondation Voltaire, Presses universitaire de Laval), titres, sujets.
La 4e notice décrit un recueil de textes ayant une même thématique.

> Solution n°13 (exercice p. 42)

Notice 1
"Notes bibliogr.": des références éparses émaillent le texte.

Notice 2
"Bibliogr. p. 571-617 et dispersée": des références émaillent le texte, on
retrouve en fin d 'ouvrage une grosse bibliographie de presque 50 pages, de
quoi rebondir sur d'autres documents...

Notice 3

Notice 4
"Bibliogr. en fin de contributions. Notes bibliogr.": des références
bibliographiques émaillent le texte, à la fin de chaque contribution on
retrouvera une ou deux pages de références rassemblées.

Notice 5

14
7
Glossaire

Le mémoire UEP
Le mémoire UEP comporte, de manière plus spécifique, une partie rapport de stage
(plan classique du rapport de stage) et une partie recherche (plan spécifique au
sujet). Le mémoire est rédigé sous la direction du tuteur universitaire que l'étudiant
doit rencontrer aussi souvent que nécessaire. L'étudiant bénéficie aussi des conseils
du tuteur de l'entreprise. Le mémoire n'est imprimé qu'après accord du tuteur
universitaire.

Semestre Universitaire Européen


Selon le texte ministériel de référence (BO n°16, 17 avril 1997, article 7-8),
l'organisation des études en Master 1 permet la validation d'un "Semestre
Universitaire Européen » (SUE) : Le semestre universitaire européen permet à
l'étudiant de valider un semestre d'études dans une université ou un établissement
d'enseignement supérieur de l'Union européenne liés par une convention avec
l'université habilitée.
L'intégration de ce semestre universitaire européen peut se faire à différents
niveaux :
 il peut s'agir d'un semestre d'enseignement (S1 de M1) ;
 il peut également s'agir d'un semestre de recherche (S2 de M1 au cours
duquel l'étudiant prépare à l'étranger son TER ;
 il peut enfin s'agir – sous certaines conditions et avec l'accord explicite du
directeur de département de Français et du responsable du Master de Lettres
– d'un semestre « d'enseignement spécialisé » (S2) qui peut tenir lieu de
T.E.R.

Travail d'Études et de Recherches


Le TER en Sciences humaines est :
 une étude qui se fonde sur de nombreuses lectures et une observation
approfondie de son objet (œuvre, corpus, etc.) ; elle suppose en tant que
telle l'élaboration et la lecture d'une bibliographie complète et pertinente par
rapport au sujet choisi, préliminaire indispensable de tout travail de recherche
; cependant, cette étude ne peut se réduire à un « patchwork » de citations
issues de cette lecture critique, encore moins à une reprise littérale d'une
étude déjà existante, publiée ou non (plagiat) ; les citations devront dès lors
toujours être clairement attribuées à leur auteur. Les problèmes de
terminologie devront être clairement résolus, par des définitions préliminaires
informées et justifiées, en particulier dans les études de type « conceptuel »
pour lesquelles l'activité de définition est essentielle
 une argumentation qui émet des hypothèses personnelles et comporte
des analyses critiques originales sur une œuvre, un auteur, une notion, un
corpus... Au terme d'hypothèse, un peu ambitieux pour désigner l'objet d'un
TER, on peut préférer celui d'« idée de départ » (cf. choisir et préciser son
sujet), plus modeste : il est évident qu'on ne peut choisir l'argumentation

14
9
Glossaire

exacte qui sera développée à partir de son sujet de mémoire avant d'avoir
examiné avec précision son objet d'étude. L'argumentation découlera donc de
la « compréhension » (au sens concret et intellectuel) de l'objet d'étude.
 un exercice académique validé, qui se conforme en tant que tel à des
conventions établies (type de discours, composition, bibliographie,
présentation, soutenance...).

Unité d'Enseignement Professionnel


Selon le texte de référence ministériel (BO n°16, 17 avril 1997, article 7-8),
l'organisation des études en Master 1 (Maîtrise) permet la validation d'une « Unité
d'Expérience Professionnelle » (UEP) : L'unité d'expérience professionnelle est
intégrée dans le parcours pédagogique et destinée, en cohérence avec la formation
suivie, à faire bénéficier les étudiants d'une meilleure connaissance du monde du
travail et à faciliter leur insertion professionnelle. Elle se déroule dans un cadre
tripartite entre l'étudiant, l'entreprise ou l'organisme d'accueil et l'université.
L'organisation, le suivi pédagogique et l'évaluation de l'Unité d'Expérience
Professionnelle sont placés sous la double responsabilité de l'université et de
l'entreprise ou organisme d'accueil.
Les objectifs de la « Maîtrise mention UEP » sont différents de ceux de la Maîtrise
sans mention. Il ne s'agit pas de devenir enseignant ou chercheur, mais :
 de se familiariser avec le monde de l'entreprise, de l'administration, les
structures associatives ;
 d'acquérir des compétences et des savoir-faire en vue d'une insertion
professionnelle ;
 de se construire un itinéraire professionnel (une première expérience à mettre
sur un CV) ;
 de se tester par rapport à un projet professionnel.

15
0
Signification des
abréviations

- PEB Prêt entre bibliothèques


- RSS Rich Site Summary ou Really Simple Syndication
- SUE Semestre Universitaire Européen
- T.E.R. Travail d'Études et de Recherches
- TEL Thèses en ligne
- U.E. Unités d'Enseignement
- U.E.P. Unité d'Expérience Professionnelle

15
1
Références

[Catalogue collectif de http://www.ccfr.bnf.fr


France (CCFr)]

[Catalogue de la http://bibliotheque.clermont-universite.fr
Bibliothèque Clermont
Université]

[Charte des thèses] http://www.education.gouv.fr/bo/1998/36/sup.htm

[Charte des thèses de http://www.univ-bpclermont.fr/EDLSHS/IMG/File/Charte_1998.pdf


l'UBP]

[Conseils aux Étudiants http://urfist.enc.sorbonne.fr/anciensite/cerise/index.htm


pour une Recherche
d'Information
Spécialisée Efficace
(CERISE)]

[Formation à http://www.enssib.fr/formist
l'information
(FORMIST)]

[Guide de rédaction] http://www.sup.adc.education.fr/bib/Acti/these/theses.htm

[Maison des Sciences http://www.msh-clermont.fr/


de l'Homme (Université
Blaise Pascal-Clermont
II)]

[Système universitaire http://www.sudoc.abes.fr


de documentation
(SUDOC)]

15
3
Bibliographie

[Ouv r a ge de r éfér enc e]


BEAUD, MICHEL. L'Art de la thèse : comment préparer et rédiger une thèse de
doctorat, un mémoire de DEA ou de maîtrise ou tout autre travail universitaire. Paris :
La Découverte, collection « Guides Repères », 2003

15
5