Vous êtes sur la page 1sur 10

L’entrée des marchandises sous le régime de l’admission temporaire donne lieu à la souscription

d’un acquis à caution établie sur le formulaire de la déclaration unique des marchandises.

La durée initiale de séjour des marchandises sous le régime de l’admission temporaire est de 6
mois. Des prolongations peuvent être accordées par l’Administration des Douanes sans toutefois que
les nouveaux délais dépassent 18 mois soit au total 2 ans maximum. Durant cette période, ces
marchandises peuvent faire l’objet d’un contrôle de la part de l’Administration des Douanes et
Impôts Indirectes.

L’importation et l’exportation des marchandises auxquelles le régime de l’admission temporaire


est appliqué peuvent avoir lieu par les bureaux douaniers cités ci-après :

• Casablanca - Casablanca Nouaceur

• Mohammedia - Rabat-Salé

• Kenitra - Tanger

• Meknès - Fès

• Oujda - El Jadida

• Safi - Agadir

• Marrakech

L’apurement des opérations réalisées sous le régime de l’admission temporaire, est effectué
sur la base des éléments déclarés par le soumissionnaire.

Toutefois, pour les marchandises figurant sur la liste fixée par le décret n° 2-77-862 du 7
octobre 1977 pris pour l’application du code des douanes, l’apurement peut se faire selon l’option du
soumissionnaire soit sur la base des éléments déclarés, soit selon les conditions fixées par le décret
précité.

Les éléments déclarés par le soumissionnaire sont contrôlés par l’administration des
douanes, dans les six mois à compter de la date d’enregistrement de la première déclaration
d’exportation effectuée en suite de l’admission temporaire considérée. Passé ce délai, les éléments
déclarés sont réputés admis.

Lorsque les contrôles révèlent des conditions d’apurement différentes de celles déclarées, les
résultats de ces contrôles se substituent automatiquement aux éléments déclarés, tant pour les
quantités restant à mettre en œuvre que pour celles déjà utilisées quel que soit le régime douanier
réservé aux produits compensateurs.

L’apurement d’une opération d’admission temporaire consiste notamment, en :

- l’exportation ou la mise en entrepôt des produits compensateurs : produits obtenus à partir des
marchandises importés en admission temporaire ayant subi une transformation ou une ouvraison ou
un complément de main d’œuvre. Ces produits doivent être constitués des mêmes marchandises
déclarées lors de l’importation sous le régime de l’admission temporaire.

- l’exportation ou la mise en entrepôt des marchandises, après autorisation de l’administration des


douanes : des marchandises en l’état ou elles ont été importées sous le régime de l’admission
temporaire qui, pour des raisons diverses, n’ont pas pu recevoir la transformation, l’ouvraison ou le
complément de main- d’œuvre.

- l’exportation des déchets : les déchets de fabrication peuvent être exportés ou mis à la
consommation. Ils peuvent être, après accord de l’administration des douanes, abandonnés au profit
de cette dernière ou détruits sous son contrôle.

Les marchandises admises sous le régime de l’admission temporaire peuvent être mises à la
consommation après autorisation de l’Administration des Douanes et Impôts Indirects.

Les entreprises industrielles exportatrices sont autorisées à mettre à la consommation en


suite du régime de l’admission temporaire, dans une proportion maximale de 15 % des quantités
exportées en régularisation d’un compte d’admission temporaire et ce sans application de prix de
référence (arrêté du ministre des finances et des investissements extérieurs n° 1836-96 du 20
Septembre 1996).

A l’expiration du délai et lorsque les marchandises placées sous le régime de l’admission


temporaire ne sont ni exportées, ni mises à la consommation après autorisation de l’administration,
ni constituées en entrepôt, les droits et taxes dont ces marchandises sont passibles à l’importation
deviennent immédiatement exigibles
Pour assurer une meilleure contribution à la promotion des exportations à travers les
régimes économiques en douane, il a été décidé l’adoption de systèmes de cautionnement souple
tels que ceux repris ci-après :

 Le cautionnement bancaire :

La caution bancaire est la garantie accordée par une banque qui s’engage conjointement et
solidairement avec le soumissionnaire à payer la totalité des droits et taxes exigibles au cas où celui-
ci ne respecterait pas ses engagements.

 Le cautionnement mixte :

Ce mode de cautionnement combine à la fois la caution de l’entreprise soumissionnaire elle-


même et celle d’une institution bancaire. Dans cette formule, le cautionnement bancaire
interviendra pour 20 % des droits et taxes, le reste des engagements étant couvert par le
soumissionnaire lui-même.

 Le cautionnement sur engagement des entreprises exportatrices ou caution personnelle


:

Ce mode de cautionnement est consenti, à leur demande, aux entreprises soumissionnaires


remplissant les conditions suivantes :

• Réalisant un chiffre d’affaires à l’exportation d’au moins 10 millions de dirhams y


compris la valeur des intrants.

• S’engageant à réexporter les produits compensateurs dans un délai maximum de 12


mois, à compter de la date de la souscription des comptes en cause et à couvrir par des
cautions mixtes les reliquats non régularisés au terme de ce délai.

• Tenant une comptabilité matière des opérations en régimes économiques.

Ces trois types de caution sont utilisées dans le cas où l’entreprise ne travail pas avec une
entreprise homologuée eu Maroc Contrairement à la caution donneur d’ordre.

De plus le choix d’une de ces cautions se fait en fonction du bilan de l’entreprise.


 Le cautionnement global :

Le cautionnement global consiste en une provision, avalisée par une banque caution, dont le
montant est arrêté d’un commun accord entre l’entreprise intéressée et l’administration. Ce
montant est fonction de la valeur des importations, pondérée par le cycle de rotation des stocks et la
fiscalité dont sont passibles les marchandises importées. Ce mode de cautionnement vise à couvrir,
de manière globale, toutes les opérations sous régimes suspensifs, évitant ainsi au soumissionnaire
de recourir, systématiquement et opération par opération, à l’accord préalable de sa banque
caution.

L’octroi de ce mode de cautionnement est subordonné à la conclusion d’une convention


entre l’entreprise intéressée et l’administration, assortie de la souscription d’une soumission
cautionnée.

1- Les étapes de l’ATPA :


L’admission temporaire avec perfectionnement actif se déroule en trois principales étapes :

Pour la phase d’importation :

Cette phase comporte à son tour de nombreuses étapes à savoir :

a)- La commande :

La commande est effectuée par un importateur marocain à un exportateur étranger.

Généralement, la commande porte sur des matières premières qui s’agit des tissus dans ce cadre
destinées à être transformées au Maroc pour être réexportées par la suite vers l’étranger.

Cette commande est concrétisée par une facture commerciale qui doit mentionner obligatoirement
qu’il s’agit d’une importation en A.T.P.A, permettant ainsi à l’importateur d’être exonéré de tous
droits et taxes exigibles.

La transaction peut se faire soit avec paiement soit sans paiement.

Cette transaction sans paiement a pour objectif que la facture ne comprenne que le coût de la main-
d’œuvre qui a été mobilisée pour la transformation des matières importées (qui servira alors de base
de calcul des droits et taxes à l’importation des matières transformées pour l’entreprise étrangère).
b)- L’envoi des documents :

L’exportateur établit et envoie à l’importateur marocain la facture commerciale, la liste de colisage,


le certificat d’origine ainsi que les autres documents nécessaires à l’accomplissement des formalités
douanières.

Une fois la marchandise arrivée aux frontières marocaines, le déclarant prend possession du
document de transport ainsi que les documents précités et vérifie par la suite leur compatibilité.

c)- Prise en charge de la déclaration en détail (DUM):

 L’enregistrement de la DUM :
Lorsque les données des dits documents sont compatibles, le déclarant établit la DUM, la
saisie et la valide (on parle alors d’enregistrement).

On distingue deux types d’enregistrement :

- Enregistrement par procédé informatique au niveau du SADOC :

Il intervient dès la transmission au service informatique de l’administration de la déclaration,


et sa validation par le déclarant.

Elle est assortie d’un numéro d’enregistrement.

- Enregistrement manuel :

La déclaration en détail peut être présentée au service et être immédiatement enregistrée;


elle est assortie d’un numéro d’enregistrement.

 Dépôt et vérification de la DUM :


Dépôt de la DUM ainsi que des documents annexes (les documents envoyés par l’exportateur
en plus des titres de change, des autorisations d’importation exigibles au titre du contrôle du
commerce extérieur et de l’attestation de la banque domiciliataire) au bureau de douane :
- Dans un délai de 60 jours à compter de la date du dépôt de la déclaration
sommaire (pour le transport par voie maritime ou aérienne)

- Dans les 24 h après sa validation.

Dès le dépôt physique, on parle donc de prise en charge de la DUM : ce qui constitue le
commencement de la procédure de dédouanement.

Par vérification de la déclaration en détail, on entend le contrôle documentaire et la visite


physique de toute ou partie des marchandises importées.

d)- Le cautionnement:

Vu que l’importateur est exonéré des droits et taxes exigibles, l’administration exige un
dépôt de garantie, et ce, dans le but de la faire valoir en cas de litige.

A cet effet, l’importateur, en parallèle de la préparation de la DUM, fera appel à une caution
qui peut être de différents types.

Cette caution portera alors, sur le montant des droits et taxes normalement applicables à la
dite opération.

C’est ainsi que la DUM elle-même devra être signée par le soumissionnaire, le déclarant et
également la caution tout en étant accompagnée d’un autre document nommé acquit-à-caution.

e)- L’apurement de la déclaration sommaire:

Une fois la vérification des documents ainsi que la visite physique effectuées, on procède à
l’apurement de la déclaration sommaire (pour la partie qui revient à l’importateur) établit par le
transporteur auprès du service de manifeste.

Ce service assure la gestion des marchandises depuis leur entrée sur le territoire assujetti
jusqu’à leur sortie de la douane, il se charge ainsi de vérifier la quantité importée, la nomenclature
du produit, l’origine... pour permettre la vérification lors de l’exportation des produits.
f)- Autorisation d’enlèvement :

L’importateur obtient alors la main levée sur la marchandise physique qui est concrétisée par
le «bon à enlever».

Celui-ci l’autorise à prendre possession de sa marchandise, ce qui ne constitue pas une main
levée sur les droits et taxes.

2.2- La phase de transformation ou de complément de main d’œuvre :

La marchandise entre sur le territoire marocain en suspension des droits et taxes dans le but
d’être transformée et réexportée.

L’A.T.P.A des marchandises importées, est valable pour une durée de 6 mois renouvelables
3 fois.

Après transformations l’importateur (qui deviendra dans ce cas exportateur) devra alors
procéder à leur réexportation.

2.3- La phase d’exportation :

Cette phase comporte à son tour de nombreuses étapes à savoir :

 La préparation des documents :


Cette étape consiste à préparer l’ensemble des documents indispensables à l’opération
d’exportation à savoir :

- La facture commerciale portant sur toute la marchandise dans le cas d’une AT avec
paiement ou juste sur la main d’œuvre dans le cas d’une AT sans paiement ;
- La liste de colisage ;
- Le certificat d’origine ;
- L’engagement de change utile pour le rapatriement de la devise et pour le contrôle
de l’office de change ;
- L’avis d’exportation utile pour la justification de l’exportation ainsi que pour la
déclaration de la TVA.
 La demande de décharge :
Cette étape consiste en l’accomplissement d’un certain nombre de tâches notamment :

Le Dépôt de la DUM :

• Même principe que lors de l’importation ;


• Dépôt de la DUM et des documents annexes ;
• Demande de décharge du compte correspondant à l’importation de la matière première
perfectionnée faisant l’objet de l’exportation.
Vérification de la DUM :

• L’administration des douanes procède à une double vérification ;


• Comparaison entre la prise en charge et la décharge ;
• Lorsqu’il y a incompatibilité on parle d’un abus de décharge passible d’une amende très
coûteuse ;
• Visite physique des marchandises, d’où une fiche d’imputation annexée à la DUM.
 Autorisation d’embarquement :
• Obtention par l’exportateur marocain de la main levée sur les produits compensateurs ;
• autorisation d’embarquement de ces derniers ;
• Main levée sur les droits et taxes exigibles lors de l’importation des matières premières ;
• Réexportation totale des produits ;
• Tirage du sommier du compte de l’opération d’importation ;
• Vérification du solde, entre les quantités importées et celles réexportées ;
• Attribution d’un numéro de main levée définitive ;
• Annulation de la caution.
Packing list c&a

Lettre de voiture

Dum

Exportation :

Licence d’exportation :

Nomenclature douanière

Avis d’exportation

DUM

IMPUTATION DES COMPTES

CAUTION BANCAIRE

MAIN LEVEE DE CAUTION

LETTRE DE VOITURE

DECLARATION D’expédition

Cutting report

Packing list
Dans la pratique, l’acquéreur dépose auprès du bureau compétent une déclaration en détail acquit-
à-caution d’admission temporaire pour perfectionnement actif auquel sont annexées les fiches
d’imputation prévues par l’article 107 décret ainsi qu’un acte de cession, sur papier libre établi par le
cédant. Les fiches d’imputation permettent l’apurement du compte d’admission temporaire pour
perfectionnement actif antérieur, souscrit par le cédant, tandis que l’acte de cession vaut déclaration
au service du transfert de propriété. Cette déclaration doit comporter, outre l’engagement du
soumissionnaire dûment cautionné, le cachet et la signature du cédant sur le corps de ladite
déclaration, au niveau de la case “autres renseignements”, avec mention “je déclare transférer la
propriété de la marchandise ci-dessus au soumissionnaire de la présente”.

Vous aimerez peut-être aussi