Vous êtes sur la page 1sur 2

TP : TITRE ALCALIMETRIQUE (T.A.

) ET TITRE ALCALIMETRIQUE
COMPLET (T.A.C.) D’UNE EAU

La « dureté » d’une eau est un critère essentiel pour prévenir par exemple l’entartrage des
conduites d’eau dans l’industrie. La « dureté » de l’eau a deux origines :
-la dureté due aux espèces carbonatées (ions carbonate CO32-et ions hydrogénocarbonate
HCO3-) évaluée par le T.A. (titre alcalimétrique) et le T.A.C. (titre alcalimétrique complet)
-la dureté due aux ions calcium et magnésium évaluée par le T.H. (titre hydrotimétrique).
Ce TP sera fait en Terminale.

I- Définitions

• Par convention, le titre alcalimétrique, noté T.A. , d’une solution est exprimé par le
volume d’acide chlorhydrique à 0,02 mol.L-1 nécessaire pour doser 100 mL de solution en
présence de phénolphtaléine comme indicateur de fin de réaction (virage du rose-violet à
l’incolore).
Le T.A. correspond au dosage des ions HO- et CO32- présents dans l’eau.

• Par convention, le titre alcalimétrique complet, noté T.A.C., d’une solution est exprimé
par le volume d’acide chlorhydrique à 0,02 mol.L-1 nécessaire pour doser 100 mL de
solution en présence de vert de bromocrésol comme indicateur de fin de réaction (virage
du bleu au vert pâle puis au jaune)
Le T.A.C. correspond au dosage des ions HO-, HCO3- et CO32- présents dans l’eau, c'est-à-
dire de toutes les espèces basiques présentes.

II- Expériences

- Préparer 100 mL d’acide chlorhydrique de concentration molaire CA=0,02 mol.L-1 à partir


de la solution mère à 0,1 mol.L-1.
- Préparer deux erlemeyers contenant un volume V=50 mL d’eau minérale ou d’eau du
robinet et ajouter quelques gouttes de phénolphtaléine. Si la phénolphtaléine est
incolore, passer à l’étape suivante, sinon doser le contenu des erlenmeyers par la solution
d’acide chlorhydrique jusqu’au virage à l’incolore.
- Ajouter quelques gouttes de vert de bromocrésol et doser successivement le contenu des
deux erlenmeyers par l’acide chlorhydrique de concentration molaire CA=0,02 mol.L-1. Il
faut vous aider de la couleur de la solution non dosée pour repérer le virage.
- Faire deux autres essais pour des eaux différentes.

Eau 1 : Eau 2 : Eau 3 :

Essai n°1 V1= V2= V3=

Essai n°2 V1= V2= V3=

III- Exploitation

1- A partir des étiquettes des bouteilles, relever la valeur approximative du pH de l’eau.


Calculer [H3O+] et [HO-] et montrer que [HO-] est négligeable (Ke=10-14).

1 STL- JPF- LEGTA AURILLAC


2- Représenter sur un axe de pH, les zones de prédominance des couples acido-basiques mis
en jeu dans la détermination du T.A. et du T.A.C. : H2O,CO2/HCO3- : pKA1=6,4 et
HCO3-/CO32- : pKA2=10,3.
3- En déduire sur votre diagramme de prédominance l’espèce basique majoritaire dans les
eaux étudiées.
4- Justifier la valeur nulle du T.A. en vous aidant de sa définition.
5- Ecrire l’équation de dosage des ions hydrogénocarbonate par l’acide chlorhydrique.
6- Calculer le T.A.C. des eaux étudiées en vous aidant de la définition (prendre la moyenne
des volumes). Le T.A.C. (comme le T.A.) n’a pas d’unité.
7- Etablir la relation entre C, V, CA et VA où C représente la concentration molaire en ions
hydrogénocarbonate puis la relation de la concentration massique correspondante Q en
g.L-1 puis en mg.L-1.
8- Calculer Q pour chaque essai, appliquer l’algorithme de validité des résultats (écart type
de répétabilité donné en cours de séance) et faire éventuellement un troisième essai.
Renouveler ce travail pour chaque eau dosée. M(HCO3-)=61g.L-1)
9- Comparer à la valeur de l’étiquette.
10- Bilan:

EAU T.A. T.A.C. Q (HCO3-) mg.L-1 Q (HCO3-) mg.L-1


étiquette

M (g.mol-1) : H:1 C :12 O :16

1 STL- JPF- LEGTA AURILLAC