Vous êtes sur la page 1sur 41

Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)

Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

3.1.5 Méthodologie de réalisation des ouvrages et des aménagements et travaux annexes

Est décrite ci-après la méthodologie de réalisation des ouvrages et des aménagements et travaux annexes, par
type d’ouvrages et/ou de travaux :
 le bassin des Antiquailles qu’il faut creuser pour aménager pour l’intégrer dans le paysage et le raccorder
à la topographie,
 les ouvrages hydrauliques de collecte, de transfert et de restitution qu’il faut creuser,
 la piste à créer et son raccordement au réseau routier à aménager.

L’opération de défrichement concernant la plupart de ces travaux, elle est décrite à part en préalable, d’autant
qu’elle se déroulera de la même manière quel que soit l’ouvrage considéré.

3.1.5.1 Défrichement

Les terrains concernés par le projet sont constitués de pelouses et friches pâturées et de boisements de chênes
verts et pins d’Alep. Ces terrains devront donc être en partie défrichés avant de procéder au creusement du bassin
et des ouvrages hydrauliques et à la création de la piste d’accès.

Les travaux de défrichement nécessaires à la réalisation du projet seront réalisés par étapes successives au fur et
à mesure de l’avancée de l’extraction, selon un échéancier précis. Ces travaux seront effectués obligatoirement a
minima durant la période hivernale (entre novembre et mars) précédent l’année d’exploitation de la zone en
question pour des raisons écologiques (cf. mesure de réduction R1 du chapitre 5.5.2 de l’étude d’impact), et
accompagnés d’un pré-décapage d’une épaisseur de 10 cm minimum.

Les surfaces à défricher sont de 9,57 ha environ. Le projet nécessite le dépôt d’une demande d’autorisation de
défrichement, conformément aux dispositions de l’article R. 341-1 du nouveau Code Forestier, et le maître
d’ouvrage a pris l’initiative, par souci de gain de temps, de considérer d’emblée le dossier de défrichement comme
étant soumis à étude d’impact. Cette demande d’autorisation de défrichement a été déposée auprès des services
de la Préfecture du Gard concomitamment à la présente demande.

Les surfaces à défricher portent donc sur 9,57 ha environ, qui se répartissent comme suit :
 4,64 ha environ dans la zone de creusement du bassin,
 0,41 ha environ dans la zone d’aménagement de l’accès au bassin,
 4,52 ha environ dans les zones où seront créés les ouvrages hydrauliques.

Les travaux de défrichement nécessaires à l’avancée du creusement du bassin des Antiquailles seront réalisés de
manière progressive. Ces travaux intéressant 4,64 ha environ, ils vont se dérouler en 3 ou 4 campagnes annuelles
globalement comme suit :

ère
1,71 ha environ la 1 année au Sud pour démarrer le creusement du bassin ;
 1,17 ha environ la 2 ème
année au Nord de l’excavation ouverte l’année précédente pour poursuivre le
creusement du bassin ;
 0,50 ha environ la 3ème année au Nord de l’excavation étendue l’année précédente pour poursuivre le
creusement du bassin ; les 2 années suivantes sont consacrées à l’approfondissement du bassin et ne
nécessitent pas de défrichement ;

ème
1,26 ha environ la 6 année au Nord de l’excavation étendue pour poursuivre le creusement du bassin ;
à cette issue tous les terrains d’emprise du bassin auront été défrichés et seront en cours de creusement.

Les travaux de défrichement nécessaires à l’aménagement de l’accès au chantier portant sur une emprise de
0,41 ha seront réalisés entièrement durant les premiers mois du chantier.

ATDx 48
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

Les travaux de défrichement nécessaires à la création des ouvrages hydrauliques de collecte et de transfert,
seront, eux, réalisés plus tard, de manière à être opérationnels lorsque le bassin des Antiquailles disposera des
capacités de rétention effectives visées :
 les travaux de défrichement pour la création des OH Nord, Ouest et de transfert qui concernent une
emprise d’environ 1,33 ha seront entièrement réalisés la 3ème année, juste avant les travaux de création
de ces OH qui durent 1 à 2 ans et qui doivent être achevés dans la 5ème année dès lors que le bassin a
une capacité utile de 500 000 m3 ;
 les travaux de défrichement pour la création de l’OH Est qui concernent une emprise d’environ 3,19 ha
seront entièrement réalisés la 11ème année, juste avant les travaux de création de cet OH qui doivent être
achevés dans la 12ème année dès lors que le bassin a une capacité utile de 1 800 000 m3.

Le défrichement sera donc globalement progressif et s’effectuera en plusieurs campagnes, suivant l’échéancier
prévisionnel reporté ci-dessous et selon le phasage reporté sur le plan de la page suivante. Il sera réalisé durant
les périodes présentant le moins d’inconvénients pour l’environnement, c’est-à-dire durant la "période hivernale"
allant du 1er novembre au 31 mars.

Echéancier des surfaces à défricher


(selon l’article R.311-1-6° du Code forestier)

Surface à Surface à Surface à


défricher défricher défricher
Année 1 28 050 m2 Année 6 9 386 m2 Année 11 31 876 m2
2 2 2
Année 2 11 661 m Année 7 0m Année 12 0m
Année 3 14 755 m2 Année 8 0 m2 Année 13 0 m2
Année 4 0 m2 Année 9 0 m2 Année 14 0 m2
2 2 2
Année 5 0m Année 10 0m Année 15 0m

Le défrichement sera exécuté par l’exploitant ou pourra être confié à une entreprise sous-traitante spécialisée. Il
sera effectué au moyen de la pelle mécanique, voire d’un bouteur et/ou de machines forestières (de
débroussaillage, de coupe et d’abattage).

Le produit du défrichement (bois et broussailles) sera évacué, autant que possible vers des établissements de
valorisation du bois et des déchets verts, ou à défaut vers des centres habilités à leur élimination. Il ne sera
aucunement éliminé par brulage sur site.

 Voir plan de phasage du défrichement (en page suivante)

3.1.5.2 Creusement et aménagement du bassin

Rappelons que le bassin des Antiquailles sera creusé suivant la méthodologie et les règles d’exploitation
appliquées pour les carrières prescrites par l’arrêté ministériel du 22 septembre 1994 relatif aux exploitations de
carrières et aux installations de premier traitement des matériaux de carrières. C’est cette méthodologie que l’on
trouvera décrite dans la suite de ce chapitre.

3.1.5.2.1 Décapage

La découverte, d’une épaisseur moyenne de 2,5 m, est constituée par des graves limoneuses en surface, et par
une épaisseur de calcaires très altérés avec des passages argileux en dessous. Le décapage du sol se fera lors de
campagnes de découverte, au fur et à mesure de l’avancée de l’extraction, à la pelle mécanique et au bulldozer, et,
en cas de besoin, à l’aide de tirs de mine, de préférence après une période humide pour éviter l'envol de
poussières. Durant la première phase quinquennale, et tant que le stockage dans l’excavation ne sera pas possible
par manque de place, les terres de découverte seront évacuées. Autrement, elles seront temporairement stockées
sur les fronts finaux dans l’attente d’être mises en place dans le cadre du réaménagement.

ATDx 49
Bassin des Antiquailles
Nîmes (30)
Service pluvial de Ville de Nîmes PLAN DE PHASAGE DES SURFACES A DEFRICHER

108
7

8 46
9
221

222 16
10
44 AB
65
164 223 43
11 15 45 64
224 17
227 68 41
14
105 63 62
225 198
80
106 67
226 107
18 199 28 30
217
228 69 79
13 61

81
66
70
165 218 57 78
27 82
113 58 60
AT
194 71
76
219 56

220 84
59 77
75
163 31 85
166 195 32 72
74
122 73
149 33

182 3 AS 86
4 151
147
34 150
125 25
633
146 87
634 148 150 39 35 149
2
1 151 152 165 88 148
604 593
5 176 177 216
153 55
164
605 38
595 36
144 167 166 86
7 213 214 206 185 89
211
BV 8 87
207
188 184
143 212
BT 459 37 203 208 90
458
463 12 9 395
245
135
178 210209
80
AR 88
635 249 170
661 204
460 11 414 85
681 10 140 48
456 91 89
203 171 49 97
461 601 200
462 13 210 364 142 47
662 209 365
682 526 421 116 84
660 527 369 603 251 172 115 174 46 93 92
664 529 528 15 382 368
663 426 383 367 476 44 92 94

Légende
Limite DUP Surface à défricher par année Surface à défricher du domaine publique Limite parcellaire

²
Année 1 Section cadastrale
Année 2
Année 3
Année 6
Année 11
0 50 100 200
1:4 000 Mètres
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

La découverte sera autant que possible couplée (sauf pour la première phase) aux travaux de réaménagement,
afin de coordonner le réaménagement aux travaux de l’exploitation, et de ne pas créer de stocks supplémentaires
sur le site.

3.1.5.2.2 Excavation/minage

L’excavation de la roche calcaire massive sera réalisée par abattage à l’explosif. Les plans de chargement des tirs
respecteront strictement les recommandations d’EGIDE, en fonction de la localisation et de l’éloignement aux plus
proches habitations.

 Voir étude EGIDE sur les risques de projections et de vibrations (en annexe 13)

Le tout-venant abattu représentera environ 9,25 millions de tonnes (environ 3 700 000 m3) sur 12 ans, à raison de
750 000 t/an. Les tirs se feront à une fréquence de 2 par semaine environ.

Le plan de chaque tir sera adapté en fonction :


 de la distance aux habitations,
 du niveau de vibrations à respecter,
 des fréquences d’évacuation et des possibilités de stockage.

Les tirs auront lieu impérativement de jour, à des horaires permettant de minimiser l’impact sur les activités
voisines (en milieu de journée). Le respect, autant que possible, d’un horaire voire d’un jour habituel pour la
réalisation des tirs de mine permet en effet d’éviter les effets de surprise. Les techniques de minage utilisées
répondront à un objectif de sécurité du personnel, de limitation des bruits et vibrations et d’optimisation des
explosifs, dans le respect du plan de tir défini par un personnel qualifié. Des mesures seront prises pour réaliser
ces tirs en toute sécurité par rapport aux risques de projection (circulation interrompue sur la RD 418 pour certains
tirs, adaptation de l’orientation des fronts – vers le Nord / Nord-Est – pour les tirs les plus proches des habitations,
interdiction de réaliser des tirs à moins d’une cinquantaine de mètres de la RN 106). Un suivi régulier des vibrations
par sismographes permettra une amélioration continue du plan de tir et des techniques mises en œuvre.

Les opérations de foration seront effectuées par un foreur qualifié et le minage par un bouteur expérimenté selon
un plan de tirs déterminé. Les explosifs seront utilisés dès réception, et aucun stockage ne sera fait sur l’emprise
du site. Les explosifs seront livrés en quantité déterminée selon le plan de tirs et mis en œuvre et utilisés dès
réception par ladite société sous-traitante qualifiée en minage. Les éventuels explosifs non utilisés sont évacués le
jour même par cette même société.

Les fronts de taille présenteront les caractéristiques suivantes :


 hauteur maximum des gradins : H = 15 m
 largeur minimale des banquettes : L = 20 m en exploitation et 15 à 7 m en résiduel
 fruit maximum : α ≈ 10°.

Cette configuration des fronts de taille garantit dans ce type de calcaire massif la stabilité des terrains. Au début de
l’exploitation, un suivi de l’état de fracturation de la roche sera réalisé et la géométrie des fronts de taille sera
adaptée en conséquence.

ATDx 51
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

Entre chaque front en cours d’extraction, il est conservé une banquette de 20 m de largeur minimum pour
permettre l’accès de la pelle mécanique et des tombereaux et/ou des semi-remorques. L’ensemble des fronts
avance avec ce décalage minimum de largeur. Etant donné la hauteur maximale du gisement établie à 70 m (entre
les cotes 135-145 et 75 m NGF), et pour faciliter la réinsertion paysagère du bassin, le profil d’exploitation optimum
comportera 2 fronts supérieurs de 10 m de hauteur (en réalité le front le plus hauteur aura une hauteur qui va
évoluer entre 5 et 15 m pour compenser la variation de topographie du terrain naturel entre les cotes 135 et 145 m
NGF), puis 3 fronts de 15 m de hauteur. Ces fronts seront séparés par 4 banquettes établies aux cotes
approximatives : 90, 105, 120 et 130 m NGF. Les 5 fronts d’exploitation seront exploités de manière simultanée
dès que possible pour pouvoir au plus vite ouvrir l’excavation et disposer d’une capacité effective de rétention.

A chaque fois que la limite d’exploitation sera atteinte (en périphérie du site à 10 m au moins des limites du
périmètre autorisé), les banquettes dites résiduelles auront une largeur moindre (15 à 7 m) et suffisante car les
engins n’auront plus à y venir et parce qu’elles seront recouvertes de modelés paysagers pour les deux fronts
supérieurs et de petits talus végétalisés sur les fronts inférieurs, réalisés avec les stériles d’exploitation non
valorisables et des terres de découverte du site, ou seront en partie talutées pour favoriser l’intégration paysagère
du bassin. Ainsi, les banquettes résiduelles auront une largeur de :
 15 m pour celle établie à la cote 130 m NGF au pied du front supérieur,
 10 m pour celle établie à la cote 120 m NGF au pied du 2ème front,
 7 m pour celles établies aux cotes 105 et 90 m NGF entre les trois fronts inférieurs.

 Voir coupe schématique d’exploitation des gradins réaménagés (en 2ème page suivante)

Les matériaux abattus suite aux tirs de mines (tout-venant) seront repris à la pelle hydraulique (ou à la chargeuse)
en pied des fronts de taille. L’engin de reprise chargera directement les matériaux dans des semi-remorques pour
les évacuer hors site à destination d’une ou plusieurs installations de traitement de matériaux (implantées dans des
carrières ou plates-formes dument autorisées) pour y être traités, et/ou dans des tombereaux qui alimenteront les
groupes primaires mobiles sur place (cf. chapitre suivant).

3.1.5.2.3 Scalpage-concassage

Les matériaux calcaires abattus par tirs de mines subiront un traitement primaire sur place à l’aide d’une installation
mobile de scalpage et/ou concassage, afin d’optimiser le chargement des camions. Dans tous les cas, l’évacuation
des matériaux se fera autant que possible au fil de l’eau, afin de minimiser les stocks de matériaux présents sur le
site, et de fluidifier le trafic induit.

La capacité de production de cette installation et les produits sortants seront fonction des besoins de l’entreprise
exploitante.

Cette installation comprendra au maximum deux groupes mobiles de scalpage-concassage mobiles pourvus
chacun d’une trémie d’alimentation, d’un scalpeur, d’un concasseur (à percussions ou à mâchoires) et d’un tapis
bandes. Il s’agit de machines totalement autonomes, puisque pourvues de chenilles pour se déplacer et d’un
moteur thermique au gasoil non routier pour fonctionner.

A préciser que lorsque ces machines seront utilisées sur le site, elles seront équipées chacune d’un bac souple
étanche placé sous l’ensemble moteur (dont la capacité de rétention est au moins égale à la capacité du réservoir
à carburant) de sorte qu’elles ne puissent être à l’origine d’aucune pollution en cas d’accident ou de défaillance.

Les machines qui pourront être utilisées sur le site sont à l’image de celle présentée sur la fiche technique jointe en
annexe 14. Elles auront chacune une puissance maximale installée de 450 kW.

 Voir fiche technique du groupe mobile de scalpage-concassage (en annexe 14)

Rappelons que le rôle de ces unités de traitement mobiles est de réduire le nombre de camions sur la route :
 par enlèvement de la part non valorisable (= stériles) contenue dans le tout-venant brut d’abattage grâce à
l’installation mobile de scalpage ;
 par réduction de la granulométrie des matériaux qui se répartissent mieux alors dans la benne des
camions et optimisent donc leur chargement.

Elles n’ont pas pour objet de valoriser les matériaux en vue d’une commercialisation directe.

ATDx 52
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

Ces installations vont donc produire d’une part une fraction terreuse de stériles qui sera autant que possible
réemployée sur le site (à la remise en état des lieux principalement) et un tout-venant scalpé de granulométrie
étalée : 0/300 mm par exemple.

Elles vont très certainement intervenir de manière continue toute l’année sur le site, pour limiter les transports.

3.1.5.2.4 Stockage temporaire

Les stériles produits (installation primaire, découverte) seront évacués du site, ou bien utilisés sur place dans le
cadre du réaménagement. Ils seront alors stockés temporairement sur les fronts résiduels en attente d’être
réaménagés, ou bien en fond de fouille en attendant d’être compactés. Durant les premières années, avant
l’ouverture complète de l’excavation, une zone de stockage de faible hauteur (moins de 4 m) pourra également être
aménagée sur le terrain non encore excavé au Nord du bassin en cours de creusement.

On se reportera au chapitre 3.1.4.3 « Gestion des stériles d’exploitation et des terres de découverte » pour prendre
connaissance des principes de gestion des stériles et terres de découverte prévus étant donné les importants
volumes attendus et parce qu’ils ne pourront pas tous être réemployés à la remise en état du site.

A noter aussi que des stocks de matériaux valorisables pourront être constitués auprès des fronts d’excavation ou
dans les endroits précités. Il s’agira de petits stocks volontairement en attente d’évacuation, toujours pour de
courtes durées, afin d’étaler les départs et ainsi limiter autant que possible l’impact du projet sur le trafic routier.

Quoiqu’il en soit, la capacité maximale de stockage sur le site sera de 80 000 m3 sur 35 000 m2.

3.1.5.2.5 Remise en état

La vocation première de ce projet consiste en la création d’un bassin de rétention des eaux de pluie. Le
réaménagement prévu doit être compatible avec cette utilité première. Mais il doit également permettre d’intégrer
l’ouvrage dans l’environnement actuel, et dans l’environnement urbain futur de la Zone d’Aménagement Différé de
Porte Nord.

Les travaux de remise en état seront coordonnés à l’avancement de l’exploitation. Ces travaux permettront un
réaménagement progressif des gradins et du fond de fouille, délaissés au fur et à mesure de la progression de
l'exploitation. Ils visent la remise en état paysagère des lieux la mieux intégrée dans l’environnement.
Conformément aux dispositions générales du Plan Local d’Urbanisme de Nîmes (article 13.7), le bassin aura une
pente permettant de s’intégrer au mieux au paysage et de faciliter son entretien. Il fera l’objet d’un aménagement
paysager périphérique.

Les travaux de remise en état du bassin des Antiquailles consisteront donc en la confection de modelés et talus
d’intégration topographique par recouvrement des gradins résiduels d’exploitation sur les deux fronts supérieurs
visibles situés en limite Nord et Est du bassin. Ces fronts seront recouverts de stériles issus du site, talutés en
pente douce et végétalisés d’une garrigue pour favoriser leur intégration paysagère. Ces talus faits de stériles
auront une surface volontairement modulée pour éviter l’effet géométrique et ainsi donner à l’ensemble un modelé
irrégulier plus naturel. Des terres de découverte seront régalées en recouvrement de façon homogène sur les
stériles (sur une épaisseur moyenne de 50 cm). La végétalisation sera faite avec des espèces végétales locales,
en majorité issues du site même (par semis de graines obtenues par broyage de branches prélevées sur les arbres
et arbustes autochtones et/ou naturellement présentes dans les terres de découverte du site et par plantation de
sujets prélevés sur site pendant les opérations de défrichement). La végétalisation sera différente et ciblée en
fonction des espaces recréés (bosquets boisés et arbustifs, prairies sèches).

 Voir coupe schématique d’exploitation des gradins réaménagés (en page suivante)

Les autres fronts, non visibles, seront réaménagés par simple purge pour ceux concernés par la piste d’accès au
fond du bassin et ceux utiles à l’accessibilité d’inspection, et par création de petits talus végétalisés avec les
mêmes espèces végétales locales que cité ci-dessus pour les autres.
3
La réalisation de ces modelés va nécessiter environ 90 000 m de remblais.

Le fond de fouille du bassin des Antiquailles a été remblayé sur une épaisseur de 10 m avec une partie des stériles
3
d’exploitation non valorisables du site, pour un volume d’environ 285 000 m . La surface du fond remblayé sera en
légère dépression pour favoriser le développement d’une zone humide. Un sol y sera créé dessus avec les terres
de découverte du site et elle sera ensemencée d’une végétation de type prairie sèche avec quelques bosquets.

ATDx 53
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

Les abords de la voie d’accès et de l’ouvrage hydraulique de transfert seront aussi végétalisés de garrigue pour
permettre l’insertion paysagère de cet espace et pour fermer la vue vers le bassin depuis la RN 106.

3.1.5.3 Creusement et aménagement des ouvrages hydrauliques

Les travaux qui seront entrepris pour réaliser les ouvrages hydrauliques comprennent avant tout des opérations de
terrassement, au besoin précédées par du défrichement tel que décrit au chapitre 3.1.5.1 en page 48.

Les opérations de terrassement vont consister au creusement direct au bon gabarit des tronçons de fossés aériens
non revêtus (directement taillés dans le sol alors non recouvert ou seulement ponctuellement enrochés), à savoir
les tronçons O1 de l’OH Ouest, N1 de l’OH Nord et E1, E2, E4 et E5 de l’OH Est.

Les ouvrages hydrauliques en béton (cadres, convergents et confluents) seront coulés en place. L’épaisseur des
piédroits sera de 30 à 50 cm et celle des radiers et dalles de couverture de 35 à 45 cm en fonction de la densité
des aciers et la qualité du béton utilisé. Le mode de soutènement des terres sera fonction de la nature du sol, des
choix techniques de l’entreprise ainsi que des contraintes de chantier (emprise et circulation notamment). Il en sera
de même pour les opérations de creusement préalables qui induiront des tranchées plus ou moins ouvertes selon
la technique mise en œuvre (blindage-coffrage, coffrage traditionnel, etc.). Elles pourront être :
 creusement direct au bon gabarit des tronçons de fossés sur la paroi desquels sera coulé un voile béton
armé pour former les confluents et convergents U béton aux dimensions spécifiques, à savoir les tronçons
O2 de l’OH Ouest, N2 de l’OH Nord et T1 de l’OH de transfert ;
 concernant les terrassements préalables à la pose des cadres hydrauliques, la fouille de terrassement est,
selon la technique retenue, plus large que la dimension extérieure des cadres. Les terrassements
couramment pratiqués dans ce cas sont une fouille trapézoïdale de largeur égale à la largeur intérieure du
cadre + 2 m, et de fruit 1H / 2V. En cas de recours à la technique "blindage-coffrage", la fouille est ouverte
au juste gabarit de l’ouvrage coulé en place. Selon la technique employée, c’est l’un ou l’autre type de
terrassement qui sera opéré pour les tronçons O3 et O4 de l’OH Ouest, N3 et N4 de l’OH Nord, T2 de
l’OH de transfert et E3 de l’OH Est.

A noter que ces terrassements sont faits dans les terres de découverte dans la majorité des cas car les ouvrages
hydrauliques de collecte sont souvent peu profonds. Ils seront alors réalisés à l’aide d’une pelle mécanique munie
d’un godet, ou quand la roche est proche du sol, la pelle sera équipée d’une dent dérocteuse voire d’un BRH
(brise-roche hydraulique) à la place du godet. Pour les ouvrages profonds, et tout particulièrement pour l’ouvrage
hydraulique de transfert (tronçon T2), la fouille sera creusée en partie directement dans la roche dure et il sera
utilisé pour cela les tirs de mines et les explosifs. Les plans de chargement des tirs respecteront strictement les
recommandations d’EGIDE, en fonction de la localisation et de l’éloignement aux plus proches habitations. Ces tirs
seront aussi faits par une entreprise spécialisée (cf. chapitre 3.1.5.2.2 en page 51).

 Voir étude EGIDE sur les risques de projections et de vibrations (en annexe 13 du chapitre 7)

Une fois la fouille réalisée avec la pente requise pour respecter le fil d’eau, les cadres seront directement
ferraillés/coulés en place.

La fouille est ensuite soigneusement remblayée avec les stériles d’exploitation pré-traités au besoin et les terres de
3
découverte extraites du site. Dans le cas présent, environ 50 000 m de terres de découverte seront produites par
3
le creusement de l’ensemble des ouvrages hydrauliques et près de 30 000 m de matériaux valorisables seront
3
dégagés de la tranchée de l’ouvrage hydraulique de transfert ; et 20 000 m environ de stériles d’exploitation seront
utilisés pour remblayer la tranchée de l’ouvrage hydraulique de transfert et environ 20 000 m 3 de terres de
découverte seront réemployées au comblement des tranchées des autres cadres.

Il faut préciser que la fouille sera soigneusement compactée afin de retrouver une densité de terrain sensiblement
identique à la situation avant travaux sur les parties non circulées et compatible avec les exigences de voirie sur
les parties circulées. Aussi, il pourra être fait recours à davantage de stériles d’exploitation (pré-traités au besoin
avec l’installation de scalpage-concassage du site pour améliorer leur aptitude au compactage et leur portance) et
moins de terres de découverte. Il sera même très vraisemblablement utilisé les matériaux valorisables extraits de la
fouille de l’OH de transfert pour assurer une bonne portance au droit des parties circulées du projet des Antiquailles
et des parties circulées au sein du site par le futur projet de ZAD Porte Nord (prises en compte après concertation
avec les aménageurs du projet de ZAD Porte Nord). Le remblaiement sur les ouvrages hydrauliques devra donc
faire l’objet d’un compactage soigné pour éviter des désordres géotechniques ultérieurs (tassements différentiels
pouvant survenir des années après la création de l’ouvrage) et, par conséquent, le réemploi des stériles et autres
terres de découverte devra obligatoirement répondre à ces exigences de compactage.

ATDx 55
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

Concernant les travaux de pose de cadres pour le franchissement de la RN 106 par l’OH Ouest, les travaux de
réalisation de l’aménagement du carrefour RN 106 / RD 907 seront mis à profit pour le faire en même temps de
sorte à ne pas davantage perturber la circulation. La circulation sera gérée par feux de circulation provisoires et
sera certainement alternée le temps de ces travaux : tout le trafic est reporté en alternance sur la voie 1 de la RN le
temps que les travaux de pose de cadre et d’aménagement routier sont faits sur la voie 2, puis tout le trafic est
basculé pour être reporté en alternance sur la voie 2 de la RN le temps que les travaux de pose de cadre et
d’aménagement routier sont faits sur la voie 1. Quoiqu’il en soit, ce sont les prescriptions de l’autorité de gestion de
la RN 106 (la DIR) en matière de circulation qui seront mises en œuvre en phase d’aménagement du carrefour.

Pour les travaux de pose de cadres pour le franchissement de la RD 418 par l’OH Est, la circulation sur la RD 418
sera aussi entièrement reportée sur une voie (à circulation par alternance d’un sens puis de l’autre sens) le temps
de pose des cadres sur l’autre voie. A noter que cette circulation pourra même être stoppée et déviée si ces
travaux sont de courte durée, car elle supporte une très faible circulation (à définir ultérieurement, en phase travaux
prévue dans la 11ème année après le début du projet, avec le service gestionnaire de cette route départementale).

Le long des parties aériennes des OH Est, Ouest et Nord, des pistes seront réalisées pour permettre l’accès aux
zones de travaux et elles seront conservées une fois le chantier fini comme pistes de service (pour le contrôle et
l’entretien des ouvrages). Ces pistes auront une largeur de 3 m et seront réalisées par simple terrassement qui
consiste au décapage de la formation superficielle terreuse et non porteuse (sur une 30 aine à une 50aine de cm) et
d’y mettre à la place une grave 0/80 soigneusement compactée.

Concernant la piste Sud de l’OH Ouest et la partie Sud de la piste Ouest de l’OH Nord, elles reposeront non pas
directement sur le sol d’origine mais sur un sol légèrement remblayé (sur une cinquantaine de centimètres en
moyenne) avec des agrégats durs compactés du fait du reprofilage topographique des terrains aux abords du futur
carrefour RN 106 / RD 907 (cf. chapitre suivant). Ainsi, tout autour du carrefour RN 106 / RD 907 et le long de la
RD 907 également reprofilée sur une centaine de mètres, la formation terreuse et non porteuse superficielle sera
décaissée et une grave 0/80 soigneusement compactée sera mise à la place jusqu’à la cote voulue.

Le muret, placé au sud immédiat de l’OH de collecte Ouest sur une longueur de 160 m environ et une hauteur
moyenne de 0,75 m pour une hauteur maximale de 0,9 m, sera constitué en béton armé coulé en place sur une
épaisseur suffisante et avec une fondation suffisamment profonde pour résister à la poussée des ruissellements
qui vont venir prendre appui dessus (épaisseur et fondations calculées par un bureau d’études géotechniques).

3.1.5.4 Réalisation de l’accès au chantier et aménagement de son raccordement à la voirie

Pour accéder au chantier de creusement du bassin des Antiquailles, une voie enrobée au gabarit routier de 10 m
de large environ sera créée sur un linéaire de 280 m environ.

Elle sera constituée de la manière suivante :


 défrichement préalable aux endroits nécessaires (cf. chapitre 3.1.5.1 en page 48) ;
 terrassement sur 1,0 m de profondeur pour enlever la couche de terre superficielle et une partie du sous-
sol altéré pour se retrouver sur un niveau porteur ;
 pose d’une couche de forme de 40-50 cm de grave GNT 0/80 soigneusement compactée ;
 pose d’une couche de réglage de 10 cm de grave GNT 0/20 soigneusement compactée ;
 pose d’une couche de fondation de 8 cm de grave bitumineuse GB3 0/14 soigneusement compactée ;
 pose d’une couche de base de 8 cm de grave bitumineuse GB 0/14 soigneusement compactée ;
 pose du tapis d’enrobés (béton bitumineux semi-grenu BBSG 0/10) sur une épaisseur de 6 cm ;
 pose de la signalisation verticale et horizontale.

Comme il est montré sur le plan d’ensemble joint dans le chapitre 6, elle sera complétée d’un fossé de collecte des
3
eaux pluviales et d’un bassin d’orage d’une capacité de 280 m (volume dimensionné par application de la règle
2
des 100 l/m de superficie imperméabilisée) et avec une vanne de vidange en fond de bassin qui sera rejettera
dans l’ouvrage hydraulique de restitution. Le débit de la vanne de vidange sera de 2 l/s maximum (débit
dimensionné par application de la règle des 7 l/s par hectare imperméabilisé de sorte que le rejet au milieu naturel
soit du même ordre de grandeur que celui actuellement induit par la surface concernée par cet aménagement).

ATDx 56
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

Au droit de l’aménagement du carrefour RN 106 / RD 907, il sera réalisé pour la variante 2 – carrefour giratoire :
 travaux préparatoires : démolitions des voiries et trottoirs et îlots et dégagements d’emprises, dépose des
bordures, pose des signalisations de chantier, chaussées provisoires, éclairages provisoires, barrières
provisoires, signalisations tricolores provisoires avec matériel de régulation des feux, etc. ;
 reprise complète des structures et confection de la chaussée :

RN 106 RD 907
(période de dimensionnement : 30 ans) (période de dimensionnement : 20 ans)
Couche Epaisseur Couche Epaisseur
2 cm BBTM +
CS CS 6 cm BBSG 0/10
6 cm BBSG 0/10
Base 13 cm GB 0/14 Base 8 cm GB 0/14
Fondation 13 cm GB3 0/14 Fondation 8 cm GB3 0/14
Réglage 10 cm GNT 0/20 Réglage 10 cm GNT 0/20
Forme 40 cm GNT 0/80 Forme 40 cm GNT 0/80

 construction des nouveaux îlots et bordures ;


 pose des nouvelles signalisations horizontales, verticales et de jalonnement pour la circulation routière ;
 aménagement paysager du centre du giratoire.

Pour la variante 1 – carrefour à feux tricolores, les travaux sont globalement les mêmes, si ce n’est l’aménagement
paysager en moins et la pose de signalisations tricolores permanentes et leurs réseaux d’électrification.

Pour des raisons de sécurité routière à l’approche du carrefour RN 106 / RD 907 ainsi aménagé, le profil en long
de la RD 907 sera reprofilé sur un linéaire d’une centaine de mètres : à son point le plus bas actuel, il sera surélevé
de 40 cm pour être porté à 131,1 m NGF. Ces travaux de reprise complète des structures et de confection de la
chaussée se feront comme cité ci-dessus.

En revanche, et pour les mêmes raisons, celui de la RN 106 sera conservé ; ainsi le carrefour aménagé sera à la
cote 132,3 m NGF.

Ces travaux seront confiés à des entreprises spécialisées dans les travaux de voirie, à moins que l’exploitant n’ait
ces compétences. Ils seront réalisés avec du matériel spécialisé (raboteuse, niveleuse, dameuse, répandeuse,
etc.).

A préciser que ces différents aménagements et travaux seront conformes aux exigences des services
gestionnaires des voiries concernées et seront réalisés avec leur accord.

ATDx 57
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

3.1.6 Moyens employés pour réaliser ces ouvrages et ces aménagements et travaux annexes

3.1.6.1 Moyens matériels

Les engins et machines utilisés régulièrement sur le site d’exploitation, pour toute la durée du projet car intervenant
au creusement du bassin des Antiquailles, seront :
 1 pelle mécanique sur chenilles (entrainée par un moteur thermique fonctionnant au gazole non routier) et
munie d’un godet pour effectuer les travaux de découverte, de reprise des matériaux abattus, de tri des
stériles, de chargement des tombereaux et/ou des camions et de modelage des talus de réaménagement,
 1 ou 2 tombereaux (entraînés par un moteur thermique fonctionnant au gazole non routier), en fonction de
la distance à l’installation de scalpage-criblage mobile, pour assurer le transport des matériaux du front
d’extraction à l’installation dans le cas d’un pré-traitement sur place, et pour amener les stériles et terres
de découverte sur la zone de stockage temporaire ou sur les fronts résiduels et en fond de fouille où ils
seront ensuite talutés,
 1 chargeuse sur pneus (entrainée par un moteur thermique fonctionnant au gazole non routier) pour le
chargement des camions évacuant les matériaux, la gestion des stocks et éventuellement le
réaménagement,
 1 bouteur sur chenilles (entrainé par un moteur thermique fonctionnant au gazole non routier) pour les
travaux de régalage des remblais en fond de fouille et de régalage des terres de découverte en surface
des stériles sur les talus de réaménagement,
 1 foreuse sur chenilles (entrainée par un moteur thermique fonctionnant au gazole non routier) pour la
réalisation des mines dans les gradins de calcaires massifs à abattre par tirs de mines,
 1 citerne arroseuse (entrainée par un moteur thermique fonctionnant au gazole non routier) pour
l’arrosage des pistes non revêtues pour la lutte contre les émissions de poussières,
 des camions (semi-remorques exclusivement, ou presque) pour expédier le tout-venant vers les sites
extérieurs de valorisation et les chantiers éventuels et pour évacuer les excédents de stériles et de terres
de découverte vers des sites extérieurs de mise en dépôt définitif.

Sur le site d’exploitation, interviendront aussi régulièrement les deux groupes mobiles de scalpage-concassage
mobiles (machines totalement autonomes, puisque pourvues de chenilles pour se déplacer et d’un moteur
thermique au gasoil non routier pour fonctionner) employées pour pré-traiter les matériaux extraits, comme
présenté dans le chapitre 3.1.5.2.3 en page 52. Les 2 machines de scalpage-concassage qui pourront être utilisées
sur le site sont à l’image de celle présentée sur la fiche technique jointe en annexe 14. Elles auront chacune une
puissance maximale installée de 450 kW.

 Voir fiche technique du groupe mobile de scalpage-concassage (en annexe 14)

D’autres engins et machines interviendront quelques mois durant (le temps nécessaire des travaux) pour creuser
les ouvrages hydrauliques :
 1 pelle mécanique sur chenilles (entrainée par un moteur thermique fonctionnant au gazole non routier) et
munie d’un godet (ou au besoin d’une dent dérocteuse ou d’un BRH) pour effectuer les travaux de
terrassement des pistes longeant les ouvrages hydrauliques, de creusement des ouvrages hydrauliques
et de comblement des tranchées suite à la pose des cadres et pour charger les camions des excédents
de terres,
 1 foreuse sur chenilles (la même que celle qui interviendra sur le bassin des Antiquailles) pour la
réalisation des mines dans les gradins de calcaires massifs à abattre par tirs de mines au droit de
l’ouvrage hydraulique de transfert,
 1 ou 2 tombereaux (les mêmes que ceux qui interviendront sur le bassin des Antiquailles) pour acheminer
les stériles utilisés au comblement de la tranchée sur l’ouvrage hydraulique de transfert,
 1 compacteur (type compacteur pied de mouton) pour compacter les matériaux de remblai de la tranchée
de l’ouvrage hydraulique de transfert,
 des camions (semi-remorques exclusivement, ou presque) pour apporter depuis le bassin des Antiquailles
les stériles nécessaires au remblaiement de la tranchée de l’ouvrage hydraulique de transfert et pour
évacuer les excédents de terres de découverte issus du creusement des ouvrages hydrauliques vers la
zone de remblai du bassin des Antiquailles.

Ces différents engins de chantier seront fournis par la société exploitante. Les camions qui évacueront les
matériaux (matériaux valorisables, stériles d’exploitation et terres de découverte) seront affrétés par des
transporteurs spécialisés à la demande de la société exploitante.

ATDx 58
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

D’autres engins et machines spécifiques aux travaux de voirie (raboteuse, niveleuse, dameuse, répandeuse, etc.),
interviendront les premiers mois du projet pour créer la voie d’accès au site et l’aménagement du carrefour
RN 106 / RD 907, en plus des engins de terrassement classiques (pelle mécanique, bouteur, compacteur) pour
excaver les terres de surface et dégager le niveau support de chaussée. Ces engins et machines spécifiques
seront fournis par l’entreprise spécialisée dans les travaux de voirie à qui la société exploitante aura sous-traité ces
travaux (à moins que la société exploitante n’ait cette compétence et fasse ces travaux elle-même).

3.1.6.2 Moyens humains

Le personnel travaillant sur le site pour toute la durée du projet sera le suivant :
 1 conducteur d’engin de décapage et de reprise des matériaux abattus (pelle mécanique) pour le
creusement du bassin,
 1 conducteur de bouteur pendant les campagnes de décapage/ réaménagement,
 le personnel d’encadrement dont dispose l’entreprise exploitante, présent ponctuellement sur le site, à
savoir : 1 directeur d’exploitation, 1 chef de carrière, 1 animateur QSE.

Et, en fonction de l’organisation du chantier (place disponible, cadencements journalier et hebdomadaire, pré-
traitement ou non, …), également pour toute la durée du projet :
 2 conducteurs de tombereaux pour l’alimentation de l’installation de scalpage-concassage mobile et
l’acheminement des stériles et terres de découverte sur l’espace de stockage temporaire ou sur les zones
de remblai définitif,
 1 chargeuse de reprise pour le chargement des camions d’expédition.

Le personnel en charge du forage-minage sera du personnel sous-traitant (cette activité sera confiée à une
entreprise extérieure spécialisée) représenté en général par 2 personnes.

Le pesage du chargement des camions sera effectué par le conducteur de l’engin qui les chargera, qui sera équipé
d’un peson hydraulique.

Du personnel supplémentaire (ou le même que celui intervenant sur le bassin des Antiquailles pour les tâches non
continues à l’année) interviendra le temps des travaux de creusement des ouvrages hydrauliques et de création de
la voie d’accès au site et de l’aménagement du carrefour RN 106 / RD 907 :
 1 conducteur d’engin d’excavation et de reprise des matériaux (pelle mécanique) pour le creusement des
ouvrages hydrauliques,
 1 conducteur de bouteur pendant les campagnes de décapage de sol / étalement de remblai,
 des conducteurs de raboteuse, niveleuse, dameuse, répandeuse, etc. durant la campagne de confection
de la voie d’accès au site et de l’aménagement du carrefour RN 106 / RD 907.

3.1.6.3 Installations annexes

Les installations annexes pour les besoins du personnel et l’entretien courant des engins seront situées dans
l’emprise du projet (autour de la zone de creusement du bassin des Antiquailles), Elles comprendront :
 un local du personnel, type algéco, avec réfectoire, coin cuisine et vestiaires et avec douche et lavabo ; le
remplissage du réservoir d’eau potable et la vidange de la cuve d’eaux usées seront confiés à une
entreprise agréée ;
 une cabine de WC de chantier autonome, dont le remplissage du réservoir d’eau potable et la vidange de
la cuve d’eaux usées seront confiés à une entreprise agréée ;
 un local container pour le stockage du matériel d’entretien courant4 des engins. Y seront stockés quatre à
cinq bidons d’appoint en lubrifiant de 50 à 100 litres sur un bac de rétention règlementairement
dimensionné, des cartouches de graisse, le petit matériel nécessaire.

4
L’entretien poussé et les réparations seront faits hors site, dans les ateliers d’entreprises spécialisées.

ATDx 59
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

En plus de ces locaux, sur la voie d’accès à l’emprise du bassin des Antiquailles sera positionné un laveur de roues
semi-mobile autonome afin de ne pas salir la voie en dehors du site. Cette voie étant enrobée pour éviter l’envol de
poussière, un bassin de compensation à l’imperméabilisation du sol de 280 m 3 devra être créé, en aval de la voie
d’accès.

Pour la pesée des chargements de matériaux expédiés par la route, il est prévu de recourir à un peson installé sur
le godet de l’engin de chargement des camions. Aussi, il n’est pas envisagé d’implanter de pont-bascule sur le site.

Une réserve d’eau de 120 m 3 sera créée près du bassin des Antiquailles. Elle sera mise à disposition des services
d’incendie et de secours (SDIS) et ses abords seront aménagés pour en faciliter l’accès aux véhicules du SDIS.

Un appoint en eau sera nécessaire pour l’abattage des poussières (alimentation de la citerne arroseuse et du
laveur de roues) et la lutte contre l’incendie (remplissage de la réserve d’eau). Pour cela, un forage d’eau
souterraine d’un débit de 4 m3/h sera creusé dans la bande de 10 mètres laissée en place, dans le Nord-Ouest de
l’emprise du bassin des Antiquailles. Les dimensions envisagées pour ce forage sont :
 100 m de profondeur,
 150 mm de diamètre,
 tubé sur toute sa hauteur et crépiné entre 70 et 100 m de profondeur ;
 tubage en PVC de la totalité de la colonne captante (les tubes
métalliques rouillent à la longue) ;
 tubage métallique de la partie supérieure pour protéger le tubage PVC
cassant en cas de choc. Ce tubage dépassera le niveau du sol de
0,5 m minimum ;
 cimentation de la tête de forage sur 1 m de profondeur compté à partir
du niveau du terrain naturel pour empêcher les infiltrations d'eau de
surface. Cette cimentation sera réalisée par injection sous pression par
le bas durant l'exécution du forage ;
 margelle bétonnée, conçue de manière à éloigner les eaux de
2
ruissellement superficiel de la tête. Cette margelle sera de 3 m au
minimum autour de la tête et 0,30 m de hauteur au-dessus du niveau
du sol ;
 fermeture du forage avec un dalot de béton couvert d'une dalle en
béton avec joint d’étanchéité ou avec un capot métallique cadenassé
avec joint d’étanchéité pour empêcher toute pénétration d’eau ou
pollution de surface et pour éviter les malveillances ; Coupe schématique
 Equipement du forage d’un dispositif de mesure de débit (compteur). de principe
du forage d’eau

Ce forage sera réalisé suivant la norme AFNOR FD-X-31-614 et dans le respect de l’arrêté interministériel du
11 septembre 2003 portant application du décret no 96-102 du 2 février 1996 et fixant les prescriptions générales
applicables aux sondage, forage, création de puits ou d'ouvrage souterrain soumis à déclaration en application des
articles L. 214-1 à L. 214-3 du code de l'environnement et relevant de la rubrique 1.1.1.0 de la nomenclature
o
annexée au décret n 93-743 du 29 mars 1993 modifié.

L’eau extraite de ce forage sera utilisée pour l’abattage des poussières et la lutte contre les incendies, voire pour
les besoins domestiques du personnel si sa qualité le permet (des analyses préalables et une demande auprès de
l’ARS seront effectuées) de sorte à limiter les interventions de l’entreprise extérieure en charge de l’entretien des
installations sanitaires. Le débit unitaire maximum de la pompe de prélèvement sera de 4 m³/h.

Deux autres piézomètres seront également créés aux abords immédiats du bassin, un à l’ouest, et l’autre au sud
de celui-ci, afin de pouvoir suivre le niveau et la qualité des eaux souterraines. Ces piézomètres auront une
profondeur de 100 m. Ils seront réalisés dans les règles de l’art, tel que décrit ci-dessus. Le forage et les deux
piézomètres seront réalisés avant le démarrage des travaux de creusement du bassin.

Deux autres pompes (de type pompe immergée pour exhaure d’eaux de surface) seront installées au fond du
bassin des Antiquailles. Munies d’un système de démarrage automatique, elles permettront d’évacuer les eaux
accumulées au fond de l’excavation avec un débit unitaire de 600 l/s. Elles ont pour rôle d’évacuer les
ruissellements pluvio-orageux qui viendront dans le bassin, et donc seront maintenues en permanence dans celui-
ci, même une fois le creusement du bassin terminé. Elles seront aussi utiles en phase travaux pour évacuer les
eaux d’accumulation (ruissellements pluvieux collectés par l’excavation et/ou suintements par les fronts de nappes
perchées temporaires créées par l’infiltration de ces ruissellements dans le massif calcaire autour de l’excavation)
et permettre la poursuite des travaux de creusement.

ATDx 60
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

Le site sera relié au réseau électrique basse tension pour le fonctionnement des installations annexes pour les
besoins du personnel, du forage d’eau pour l’abattage des poussières et des 2 pompes d’évacuation des eaux.

L’implantation de ces installations annexes est reportée sur le plan d’ensemble joint dans le chapitre 6.

 Voir plan de masse général du projet (dans le chapitre 6)

Le personnel travaillant sur le site disposera de téléphones portables. L’eau potable pour le personnel sera fournie
en bombonnes.

Il est à noter qu’il n’y aura pas, sur le site, et ce durant la totalité du chantier, d’installation fixe de concassage-
criblage pour le traitement complet des matériaux, ni de stockage de carburant. L’installation mobile de pré-
traitement sera réduite au minimum, afin de réduire les nuisances associées (bruit). Les engins seront ravitaillés en
carburant en bord à bord, par un camion-citerne ravitailleur spécialisé extérieur, en prenant toutes les dispositions
nécessaires pour éviter toute pollution accidentelle du sol (cf. étude d’impact).

3.1.6.4 Périodes et horaires de fonctionnement

Périodes de fonctionnement

La réalisation des travaux (creusement du bassin des Antiquailles, creusement des ouvrages hydrauliques) et le
recours à l’installation de traitement mobile primaire se feront de manière quasi continue à l’année, les jours ouvrés
courants : du lundi au vendredi sauf jours fériés.

Concernant le réaménagement, les opérations de remblaiement du fond de fouille et de modelage des talus
pourront avoir lieu quelle que soit la période de l’année. Elles se dérouleront certainement par campagnes.

Les opérations de défrichement et de décapage se feront elles aussi par campagnes. Elles auront lieu durant les
périodes les plus favorables pour l’environnement, soit entre novembre et mars.

Horaires de fonctionnement

Les horaires possibles de travail sur le site seront :


 7h00-18h00 du lundi au vendredi sauf jours fériés pour la réalisation des travaux (creusement du bassin
des Antiquailles, creusement des ouvrages hydrauliques) et la préparation des matériaux valorisables à
l’expédition (scalpage-concassage par l’installation de traitement primaire),
 4h00-20h00 pour l’activité d’évacuation des matériaux par camions (si nécessaire, pour allonger la
période journalière d’expédition et réduire le trafic horaire, et ainsi limiter l’impact du projet sur la
circulation).

3.1.7 Projet compatible avec l’aménagement de la ZAD "Porte Nord"

Le projet des Antiquailles a été développé en tenant compte de l’aménagement futur envisagé pour ce secteur, à
savoir un développement urbain à caractères résidentiels et d’activités porté par une Zone d’Aménagement Différé.
La ZAD "Porte Nord", portée par la Communauté d'Agglomération Nîmes Métropole, a été créée dans l'idée de
réguler et d'harmoniser l'étalement urbain sur ce secteur, en construisant notamment des habitations (projet d'éco-
cité, de 20 à 100 logements par hectare), des activités (commerces, services, PME) et des infrastructures de
communication (pôle multimodal, en lien avec les projets de doublement de l'axe Alès-Nîmes, de contournement
Ouest et Nord, de modernisation de la liaison ferroviaire Alès-Nîmes).

La ZAD est en grande partie dans le bassin versant intercepté par le projet (cf. carte de la page 13) et le projet des
Antiquailles majoritairement inscrit dans le périmètre de la ZAD.

De par ses choix d’aménagement, le projet des Antiquailles empiète au minimum sur l’emprise de la ZAD :
 le bassin des Antiquailles est situé en périphérie de l’emprise de la ZAD de sorte qu’il évite le mitage du
foncier et ses possibilités d’aménagement ;
 l’ouvrage hydraulique de transfert enterré permet de libérer l’espace en surface au futur aménagement de
la ZAD ;
 les ouvrages hydrauliques de collecte Ouest et Nord dimensionnés au plus court (dimensions suffisantes
pour collecter tout le BV visé car implantés aux points de concentration des ruissellements) permettent au
futur aménageur de la ZAD de conserver un maximum d’espace pour ses projets.

ATDx 61
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

Ces mêmes aménagements ont été étudiés pour être compatibles et utilisables par la ZAD pour viabiliser ses
terrains et positionner ses futurs ouvrages hydrauliques de gestion des eaux pluviales à sa guise en fonction de
l’agencement de ses quartiers résidentiels et pôles d’activités. Les ouvrages hydrauliques de collecte et le bassin
du projet des Antiquailles ont été largement dimensionnés pour capter l’événement 1988, et ils ont été positionnés
de telle manière que les ouvrages hydrauliques propres à la ZAD puissent s’inscrire dans leur continuité.

Pour exemple, il est proposé sur la carte ci-dessous extraite de l’étude hydraulique d’ISL une proposition
d’implantation possible pour les OH « Porte Nord » à la charge de l’aménageur de la ZAD, figurés en jaune, et dont
le pré-dimensionnement est joint dans l’étude ISL, qui pourront être implantés dans le prolongement des OH
« Antiquailles » Ouest et Nord réalisés dans le cadre du présent projet (figurés en vert sur la carte ci-dessous).

 Voir carte des OH facultatifs « Porte Nord » et des OH obligatoires « Antiquailles » (ci-dessous)
 Voir étude de faisabilité du projet de bassin-carrière faite par ISL (en annexe 11 du chapitre 7)

Carte des OH obligatoires « Antiquailles » réalisés dans le cadre du présent projet (figurés en vert) et
des OH facultatifs « Porte Nord » réalisés au besoin par le futur aménageur de la ZAD (figurés en jaune)

L’étude ISL propose 2 variantes :



er
la variante D avec un 1 OH Nord « Porte Nord » qui passe dans le talweg de Bigue de Galoubet et de
Terres de Grenon et un 2ème OH Nord « Porte Nord » qui suit le bord Est de la RN 106 pour rejoindre tous
deux l’OH Nord « Antiquailles », et avec un 1er OH Ouest « Porte Nord » qui passe dans le talweg de
ème
Villerverte et Mas de Granon et un 2 OH Nord « Porte Nord » qui suit le bord Ouest de la RN 106 pour
rejoindre l’OH Ouest « Antiquailles » ;
 et la variante E avec un OH Nord « Porte Nord » qui suit la topographie et rejoint directement le bassin
des Antiquailles et deux OH Ouest « Porte Nord » identiques à ceux de la variante D.

ATDx 62
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

La variante D présente l’avantage de respecter l’écoulement naturel des eaux et de faciliter l’urbanisation des
terrains tout en prenant bien en compte la gestion des ruissellements. Placés de la sorte, ils sont facilement
intégrables à l’urbanisation, voire même couvrables/canalisables si les projets et principes d’urbanisation retenus
l’exigent. La variante E offre l’avantage de dévier une partie des ruissellements en périphérie de la future ZAD et
donc qui n’auront plus à être intégrés dans l’aménagement urbain projeté ; en revanche, l’ouvrage de collecte
fonctionnant par recoupement des écoulements ne peut être couvert et oblige à l’intégrer visuellement dans
l’aménagement urbain périphérique. A noter que toutes variantes intermédiaires sont possibles, selon les besoins
d’urbanisation de la ZAD.

Le projet des Antiquailles a retenu la variante D pour ses ouvrages hydrauliques « Antiquailles » et cette dernière
présente l’avantage d’être compatible avec les ouvrages hydrauliques « Porte Nord » de la variante E. En effet, les
OH « Antiquailles » de la variante D ont de plus grosses capacités que pour la variante E ; ils collecteraient donc
sans encombre les débits apportés par les OH « Porte Nord » de la variante E. Et raccorder l’OH Nord « Porte
Nord » de la variante E au bassin des Antiquailles ne pose aucune contrainte technique car de simples travaux de
terrassement sur une profondeur modeste (3 m environ) suffisent.

Le projet des Antiquailles est donc compatible avec le projet de ZAD, et il anticipe même l’obligation de la ZAD de
gérer les eaux de ruissellement qui va traverser son périmètre. En revanche, la ZAD devra produire les études et
réaliser les travaux nécessaires pour disposer et correctement dimensionner ses ouvrages de collecte des eaux de
ruissellement pluvio-orageux pour rendre son territoire non inondable (les points bas de son territoire sont
concernés par les aléas moyen et fort du PPRi de Nîmes) et pour compenser son empiètement sur des espaces
inondables et l’imperméabilisation d’une partie de son sol.

3.2 Rubriques de nomenclature concernées

Au regard des ouvrages et travaux envisagés, et de la nomenclature « Loi sur l’Eau » codifiée à l’article R 214-1 du
code de l’environnement, les rubriques de la nomenclature concernées par le projet sont les suivantes :

RUBRIQUE ACTIVITE DIMENSIONS REGIME

Création de 1 forage et
Sondage, forage, y compris les essais de pompage, de 3 piézomètres
création de puits ou d'ouvrage souterrain, non destiné à un
usage domestique, exécuté en vue de la recherche ou de (1 forage à créer qui
1.1.1.0. la surveillance d'eaux souterraines ou en vue d'effectuer servira aussi de D
un prélèvement temporaire ou permanent dans les eaux piézomètre, 2
souterraines, y compris dans les nappes piézomètres à créer et
d'accompagnement de cours d'eau (D) 1 piézomètre déjà
réalisé)
Prélèvements permanents ou temporaires issus d'un
forage, puits ou ouvrage souterrain dans un système
aquifère, à l'exclusion de nappes d'accompagnement de Prélèvement dans
cours d'eau, par pompage, drainage, dérivation ou tout l’aquifère pour l’abattage
Non
1.1.2.0. autre procédé, le volume total prélevé étant : des poussières et la
classé
3 lutte contre l’incendie :
1° Supérieur ou égal à 200 000 m /an (A)
3 8 000 m3/an maximum
2° Supérieur à 10 000 m /an mais inférieur à
3
200 000 m /an (D)
Rejet d'eaux pluviales dans les eaux douces superficielles
ou sur le sol ou dans le sous-sol, la surface totale du
projet, augmentée de la surface correspondant à la partie
2.1.5.0. du bassin naturel dont les écoulements sont interceptés 460 ha A
par le projet, étant :
1° Supérieure ou égale à 20 ha (A)
2° Supérieure à 1 ha mais inférieure à 20 ha (D).

ATDx 63
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

RUBRIQUE ACTIVITE DIMENSIONS REGIME

Installations, ouvrages, travaux ou activités conduisant à Création de 3 OH


modifier le profil en long ou le profil en travers du lit mineur (ouvrages hydrauliques)
d'un cours d'eau, à l'exclusion de ceux visés à la rubrique de collecte des
3.1.2.0. 3.1.4.0, ou conduisant à la dérivation d'un cours d'eau : ruissellements pluvio- A
1° Sur une longueur de cours d'eau supérieure ou égale à orageux et de 1 OH de
100 m restitution d’un linéaire
2° Sur une longueur de cours d'eau inférieure à 100 m (D) total d’environ 2 000 m
Bassin de rétention de
Plans d'eau, permanent ou non : ruissellements pluvio-
1° Dont la superficie est supérieure ou égale à 3 ha (A) orageux d’une superficie
3.2.3.0. A
2° Dont la superficie est supérieure à 0,1 ha mais de 6,4 ha pour une
inférieure à 3 ha (D) capacité de
3
1 800 000 m
1° Vidanges de plans d'eau issus de barrages de retenue,
dont la hauteur est supérieure à 10 m ou dont le volume
3
de la retenue est supérieur à 5 000 000 m (A)
2° Autres vidanges de plans d'eau, dont la superficie est Vidange
supérieure à 0,1 ha, hors opération de chômage des voies du bassin de rétention
3.2.4.0. D
navigables, hors piscicultures mentionnées à l'article des ruissellements
L.431-6, hors plans d'eau mentionnés à l'article L.431-7 pluvio-orageux
(D).
Les vidanges périodiques des plans d’eau visés au 2° font
l’objet d’une déclaration unique.
Muret de l’OH Ouest et
Barrages de retenue et digues de canaux : modelé de terrain de
Non
3.2.5.0. 1° De classe A, B ou C (A) l’OH Nord d’une hauteur
classé
2° De classe D (D) de moins de 1 m
(< classe D)
Digues à l’exception de celles visées à la rubrique Muret de l’OH Ouest et
3.2.5.0. : modelé de terrain de
3.2.6.0. l’OH Nord d’une hauteur A
1° De protection contre les inondations et submersions (A)
de moins de 1 m
2° De rivières canalisées (D) (= classe D)

Nota :

Le muret de l’ouvrage hydraulique Ouest et le modelé de terrain bordant l’ouvrage hydraulique Nord auront une
hauteur moyenne de 75 cm pour le muret et de 50 cm pour le modelé. Tous deux auront, aux endroits
topographiques respectifs les plus bas, une hauteur maximale de 90 cm.

Ils sont donc non classés pour la rubrique 3.2.5.0 car non concernés par les 4 classes A à D définies pour ce type
d’ouvrage dans l’article R. 214-112 du code de l’environnement rappelé ci-dessous. En effet, ces 4 classes
supposent une hauteur d’ouvrage H supérieure à 2 m, ce qui n’est pas le cas ici.

Avec :

ATDx 64
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

Ils sont soumis à autorisation pour la rubrique 3.2.6.0 car concernés par le 1° de cette rubrique, et ils sont de
classe D définie pour ce type d’ouvrage dans l’article R. 214-113 du code de l’environnement rappelé ci-dessous.
En effet, les ouvrages prévus auront une hauteur d’ouvrage H inférieure à 1 m correspondant à la classe D. Pour
les autres classes A, B et C, la hauteur H est supérieure ou égale à 1 m.

Avec :

Rappel :

On rappellera par ailleurs que la réalisation du bassin des Antiquailles est soumise à autorisation au titre des
Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE). En effet, l’opération de creusement du bassin
est concernée par la sous-rubrique 2510-3 « Affouillements du sol (à l'exception des affouillements rendus
nécessaires pour l'implantation des constructions bénéficiant d'un permis de construire et des affouillements
réalisés sur l'emprise des voies de circulation), lorsque les matériaux prélevés sont utilisés à des fins autres que la
réalisation de l'ouvrage sur l'emprise duquel ils ont été extraits et lorsque la superficie d'affouillement est supérieure
2
à 1 000 m ou lorsque la quantité de matériaux à extraire est supérieure à 2 000 t » de la rubrique 2510 intitulée
« Carrières (exploitation de) »de la nomenclature des ICPE.

Aussi, une demande d’autorisation au titre des ICPE a été élaborée et déposée en parallèle de la présente
demande d’autorisation au titre de la « Loi sur l’Eau ». Elles seront instruites de manière conjointe.

ATDx 65
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL
ATDx ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR
L’EAU

VOLUME 2 : DOSSIER DE DEMANDE


D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU

BP 33 Bassin des Antiquailles


30132 CAISSARGUES Mairie de Nîmes
Tél. : 04.66.38.61.58 Commune de Nîmes (30) Place de l’Hôtel de Ville
Fax : 04.66.38.61.59 30033 NIMES cedex 9
Lieu-dit principal « Ville Verte »

ETUDE D’IMPACT VALANT ETUDE D’INCIDENCE


AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
&
RESUME NON TECHNIQUE DE L’ETUDE D’IMPACT

ATDx
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

4 ETUDE D’IMPACT VALANT ETUDE D’INCIDENCE AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU

Le projet de collecte et de rétention des ruissellements pluviaux en amont du cadereau d’Alès (= projet dit « des
Antiquailles ») étant concernés par plusieurs procédures d’autorisation et de déclaration exigeant toutes une étude
d’impact sur l’environnement :
 une autorisation au titre de la loi sur l’eau, de par la nature du projet (création d’un bassin de rétention
avec ouvrages hydrauliques de collecte et dispositif de vidange),
 une autorisation d’exploiter au titre des ICPE (rubrique principale 2510-3) car les volumes extraits ne
peuvent être tous réutilisés par le projet et car la faisabilité économique du projet nécessite la revente de
ces matériaux,
 une autorisation de défrichement, car l’affouillement de sol et la création d’ouvrages hydrauliques
impliquent le défrichement de 9,6 ha environ,
 une Déclaration d’Utilité Publique peut être nécessaire à des fins d’expropriation en cas de désaccord
des propriétaires fonciers afin d’assurer la maîtrise foncière de l’emprise du projet,
 une Déclaration d’Intérêt Général au titre de la loi sur l’Eau, procédure spécifique à la réalisation
d’ouvrages nécessaires à la lutte contre les inondations et qui aboutit, au vu d’un dossier au titre de la loi
sur l’Eau et d’un dossier de DUP, à un arrêté préfectoral unique,
et afin de garantir une coordination globale, le maître d’ouvrage (la Ville de Nîmes) a fait le choix délibéré de
réaliser toutes les demandes nécessaires sur un périmètre d’autorisation unique (excepté l’ICPE limitée au bassin
des Antiquailles) et sur une zone d’influence englobant toutes les zones d’influence différentes propres à chaque
procédure, afin d’analyser dans une étude d’impact unique et globale tous les impacts du projet et sur tous les
secteurs concernés.

Cette étude d’impact globale est présentée dans le classeur 3, ainsi que son résumé non technique.

ATDx 67
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL
ATDx ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR
L’EAU

VOLUME 2 : DOSSIER DE DEMANDE


D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU

BP 33 Bassin des Antiquailles


30132 CAISSARGUES Mairie de Nîmes
Tél. : 04.66.38.61.58 Commune de Nîmes (30) Place de l’Hôtel de Ville
Fax : 04.66.38.61.59 30033 NIMES cedex 9
Lieu-dit principal « Ville Verte »

MOYENS DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION


PREVUS

ATDx
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

5 MOYENS DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION PREVUS

5.1 Moyens de surveillance et d’intervention prévus en phase chantier

5.1.1 Plan de surveillance et d’intervention

Les moyens de surveillance et d'intervention prévus lors du déroulement du chantier relèvent des règles générales
de conduite des chantiers.

La société exploitante élaborera en collaboration avec le maître d'ouvrage, préalablement au démarrage des
travaux, un plan d'intervention en cas de pollution accidentelle, avec les services techniques compétents. Celui-ci
définira :
 les modalités de récupération et d'évacuation des substances polluantes, ainsi que le matériel nécessaire
au bon déroulement de l'intervention (kits de dépollution adaptés aux pollutions de sol et d’eau, sacs de
sable, pompe, bacs de stockage séparé d’eaux et de sols pollués…),
 un plan d'accès au site, permettant d'intervenir rapidement,
 la liste des personnes et organismes à prévenir en priorité (services de la Police des eaux et des
Installations classées, Protection civile, maître d'ouvrage…),
 les modalités d'identification de l'incident (nature, volume des matières concernées).

Ce plan d’intervention sera remis aux services instructeurs du projet (DDTM du Gard, DREAL UT Gard-Lozère) au
plus tard 15 jours avant le début des travaux.

La société exploitante élaborera aussi un manuel de sécurité regroupant l’ensemble des consignes de sécurité
pour son personnel et pour toute personne intervenant sur le site. Ces consignes seront affichées dans les endroits
appropriés. Le manuel comprendra des consignes générales :
 Règlement intérieur,
 Règlement général d'hygiène et de sécurité,
 Consignes en cas d'incendie,
 Consignes en cas de chute,
 Consignes en cas de noyade,
 Consignes relative à la conduite à tenir en cas d'accident (secourisme),
 Consignes relatives aux entreprises extérieures,
 Consignes en cas de pollution,
 Consignes sensibilisant au respect de l’environnement.

C’est le responsable du site qui possèdera une connaissance spécifique en matière de sécurité, d’hygiène et de
protection de l’environnement et qui veillera à la bonne information/formation/application des consignes.

Des dossiers de prescriptions seront également distribués au personnel.

Un membre du personnel formé comme Sauveteur Secouriste du Travail ou équivalent sera toujours présent sur le
site.

5.1.2 Modalités d’intervention en cas d’accident

Modalités d’intervention en cas de pollution

Dans l'hypothèse d'un déversement accidentel de matières polluantes, le confinement et la récupération des
polluants devront se faire au maximum, avant diffusion dans le réseau d’ouvrages hydrauliques pluviaux du
cadereau d’Alès (et a fortiori dans le Vistre) ; pour cela l’une des premières actions engagées sera la mise à l’arrêt
de la pompe d’exhaure du bassin. Ensuite, la récupération doit être entreprise au plus vite, par écopage ou
pompage si elle a touché l’eau ou par excavation du sol pollué si elle s’est répandue sur le sol, avant d'éliminer les
polluants dans les conditions conformes aux réglementations en vigueur.

Tous les matériaux contaminés sur le dispositif de collecte et de rétention et les dispositifs de prévention de la
pollution accidentelle seront soigneusement évacués.

ATDx 69
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

Les ouvrages hydrauliques, à savoir bassin de rétention et OH de collecte, de transfert et de restitution, seront
inspectés afin de vérifier qu'ils n'ont pas été altérés par la pollution, et nettoyés si besoin.

Autres moyens d’intervention

Prévus pour les cas de blessures de personnes, d’incendie :


 Moyens de secours corporels : une trousse de première urgence sera présente sur le site, dans le local du
personnel. Elle est à disposition des secouristes du travail. Un registre de soin se trouvera à proximité de
la trousse et permettra l’enregistrement de tous les soins. Sur le site, sera toujours présent au moins un
Sauveteur Secouriste du Travail. En cas de travail isolé, chaque salarié disposera d’un téléphone portable
en permanence sur lui, ou d’un DATI (Dispositif d’Alerte pour Travailleur Isolé). Une procédure d’appel
fréquent sera de plus mise en place.
 Moyens d’extinction d’incendie : des extincteurs en nombre suffisant et contrôlés annuellement seront
présents dans les engins et dans les locaux (local de rangement du matériel et locaux du personnel), et
adaptés au type d’incendie (eau, poudre, CO2), pour combattre tout éventuel début d’incendie et
empêcher sa propagation.
 Réserve d’eau d’extinction d’incendie : un bassin de 120 m2 sera créé, et sera à disposition des services
d’incendie et de secours. Ces abords seront aménagés pour permettre son accès aisé aux véhicules
d’intervention.

Moyens d’alerte et d’accès des secours publics

 Alerte

Sur le site seront présents un ou plusieurs téléphones portables. Les coordonnées des personnes à alerter et les
consignes à suivre en cas d’incendie, d’accident, de noyade ou de pollution seront affichées en caractère lisible
dans le local du personnel.

Un plan d’urgence et d’évacuation sera affiché dans le local du personnel. Le volet incendie de ce plan sera défini
en collaboration avec les pompiers du Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) du Gard.

 Accès

L’accès au site des secours publics se fera par l’entrée principale du site.

 Traitement de l’alerte

Les secours extérieurs seront avertis par téléphone. Les coordonnées des moyens de sécurité privés ou publics
auxquels il peut être fait appel seront affichées en permanence aux endroits appropriés.

Le centre d’intervention du Service Départemental d’Incendie et de Secours le plus proche du site est celui de
l’avenue Kennedy, à Nîmes. Ce centre est situé à moins de 7 km du site.

Le temps d’intervention entre le déclenchement d’une alarme et l’arrivée sur le site est très court (inférieur à
15 minutes).

En cas d’épandage de produits (hydrocarbures) sur ou à proximité du site, les autorités compétentes en matière de
police de l’eau et d’installations classées (Préfecture, DREAL et DDTM) seront alertées dans les meilleurs délais.

5.2 Moyens de surveillance et d’intervention en phase exploitation

5.2.1 Mesures d’ordre général

De manière à maintenir l'efficacité des aménagements, on procédera à la réalisation périodique d'un certain
nombre d'opérations de maintenance et d'entretien. En effet, une bonne gestion des ruissellements pluviaux, visant
la mise en sécurité des lieux habités et des infrastructures, est conditionnée par des opérations régulières de
maintenance et d'entretien des ouvrages. Ces dernières sont décrites dans les chapitres suivants, pour chaque
type d’ouvrage.

ATDx 70
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

Un carnet sur le suivi d’entretien des ouvrages sera tenu, par le Maître d’Ouvrage, à la disposition du service de la
police de l’eau.

La fréquence des interventions devra être modulée en fonction des épisodes pluvieux : une inspection visuelle sera
réalisée après chaque épisode pluvieux intense. De plus, une inspection visuelle de surveillance du bon état des
aménagements sera réalisée chaque année en début d’été, peu avant la période des "épisodes cévenols".

La surveillance et l’entretien des aménagements relèveront de la responsabilité de la Ville de Nîmes.

La surveillance sera réalisée par le personnel qualifié de la Ville de Nîmes. Les travaux d’entretien seront, selon
leur importance et leur nature, effectués par le personnel qualifié de la Ville de Nîmes ou sous-traités à des
entreprises spécialisées et expérimentées en la matière.

A signaler que les interventions d’entretien prévues sur le bassin et les ouvrages hydrauliques des Antiquailles sont
identiques aux interventions d’entretien réalisées couramment par les services techniques municipaux sur les
bassins de rétention amont déjà en place et sur l’ensemble des ouvrages réalisés dans le cadre du PPCI –
Programme CADEREAU.

Le coût de ces interventions est parfaitement connu des services techniques. Pour les bassins de rétention, le coût
moyen annuel de l’entretien est estimé à 3 000 euros par bassin. Pour les cadereaux amont et les cadereaux en
ZUD (zone urbaine dense), qu’ils soient de type fossé en terrain nu ou en béton ou de type cadre béton enterré, le
cout d’entretien est de 1% de la valeur du réseau, valeur également recommandée par le Guide Technique de
l’Assainissement.

A préciser par ailleurs qu’en cas de dégradation ou de pollution volontaire (par vandalisme, incendie, abandon de
déchets ou d’épaves…), les services publics concernés seront alertés et les travaux de nettoyage/réparation
rapidement effectués.

5.2.2 Moyens spécifiques au bassin des Antiquailles

Le bassin de rétention sera régulièrement inspecté et entretenu afin de conserver toute son efficacité. Il s’agit
principalement de contrôler :
 que les structures de l’ouvrage ne sont pas altérées (déversoirs des ouvrages hydrauliques de transfert et
de collecte Est, flancs du bassin, fosse de dissipation dans laquelle est installée la pompe d’exhaure…),
 que la pompe d’exhaure est en bon état et fonctionne correctement (absence de corrosion, état de bon
fonctionnement vérifié trimestriellement, installations électriques vérifiées annuellement),
 que les tuyaux de refoulement de la pompe et l’ouvrage hydraulique de restitution ne sont pas altérés ou
obturés,
 qu’il n’y a pas d’engravement ou d’ensablement (curage),
 que la végétation n’a pas proliféré en fond de bassin (faucardage).

5.2.3 Moyens spécifiques aux ouvrages hydrauliques

Les fossés, cadres et U béton, de collecte et de transfert des eaux de ruissellement nécessiteront une analyse
visuelle afin de vérifier que les structures des ouvrages ne sont pas altérées (flancs des fossés trapézoïdaux, muret
d’épaulement de l’OH Ouest, modelé topographique d’épaulement de l’OH Nord, béton des cadres et convergents,
etc.) et afin d’évacuer les débris et macros déchets. Il pourra localement être indispensable de curer ces réseaux et
faucher la végétation les colonisant… En outre, les éléments de sécurité (garde-corps antichute de personnes et
de véhicules dans les fossés aériens, grilles anti-encastrement de véhicules aux entrée et sortie des cadres, etc.)
seront inspectés.

5.2.4 Moyens spécifiques à l’ouvrage hydraulique de transfert

Des trappes d’accès (au nombre minimum de deux) seront positionnées le long du tracé de cet ouvrage afin
d’assurer son entretien. Ces trappes doivent permettre la descente d’engins mécanisés motorisés ; pour ce faire,
leurs dimensions minimales seront de 3 m par 2 m.

ATDx 71
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

5.2.5 Moyens et mesures spécifiques au muret et au modelé de terrain d’épaulement des


ouvrages hydrauliques de collecte Nord et Ouest

Le muret de l’ouvrage hydraulique Ouest et le modelé de terrain bordant l’ouvrage hydraulique Nord auront une
hauteur moyenne de 75 cm pour le muret et de 50 cm pour le modelé. Tous deux auront, aux endroits
topographiques respectifs les plus bas, une hauteur maximale de 90 cm. Comme précisé dans le chapitre 3.2 en
page 63, ils sont soumis à autorisation pour la rubrique 3.2.6.0 car concernés par le 1° de cette rubrique, et ils sont
de classe D définie pour ce type d’ouvrage dans l’article R. 214-113 du code de l’environnement. En effet, les
ouvrages prévus auront une hauteur d’ouvrage H inférieure à 1 m correspondant à la classe D. Pour les autres
classes A, B et C, la hauteur H est supérieure ou égale à 1 m.

Conformément au décret n° 2007-1735 du 11 décembre 2007 relatif à la sécurité des ouvrages hydrauliques
soumis à autorisation au titre des rubriques 3.2.5.0 et 3.2.6.0, le muret de l’ouvrage hydraulique Ouest et le modelé
de terrain bordant l’ouvrage hydraulique Nord respecteront les règles relatives à l'exploitation et à la surveillance
des ouvrages listées dans la sous-section 2 de la section 9 de ce décret :
 Ville de Nîmes tiendra à jour un dossier qui contiendra :
- tous les documents relatifs à l'ouvrage, permettant d'avoir une connaissance la plus complète
possible de sa configuration exacte, de sa fondation, de ses ouvrages annexes, de son
environnement hydrologique, géomorphologique et géologique ainsi que de son exploitation depuis
sa mise en service,
- une description de l'organisation mise en place pour assurer l'exploitation et la surveillance de
l'ouvrage en toutes circonstances,
- des consignes écrites dans lesquelles sont fixées les instructions de surveillance de l'ouvrage en
toutes circonstances ainsi que celles concernant son exploitation en période de crue ; ces consignes
précisent le contenu des visites techniques approfondies mentionnées à l'article R. 214-123 ainsi
que, le cas échéant, du rapport de surveillance et du rapport d'auscultation ou du rapport de contrôle
équivalent transmis périodiquement au préfet.
 Ville de Nîmes tiendra à jour un registre sur lequel sont inscrits les principaux renseignements relatifs aux
travaux, à l'exploitation, à la surveillance, à l'entretien de l'ouvrage et de son dispositif d'auscultation, aux
conditions météorologiques et hydrologiques et à l'environnement de l'ouvrage. Ce dossier et ce registre
sont conservés dans un endroit permettant leur accès et leur utilisation en toutes circonstances et tenus à
la disposition du service chargé du contrôle.
 Ville de Nîmes surveillera et entretiendra l'ouvrage et ses dépendances (comme précisé au chapitre 5.2.3
en page précédente). Elle procèdera notamment à des vérifications du bon fonctionnement des organes
de sécurité et à des visites techniques approfondies du muret de l’ouvrage hydraulique Ouest et du
modelé de terrain bordant l’ouvrage hydraulique Nord. Pour les digues de classe D comme c’est le cas
pour le muret de l’ouvrage hydraulique Ouest et le modelé de terrain bordant l’ouvrage hydraulique Nord,
les visites techniques approfondies seront réalisées au moins une fois tous les cinq ans.
 Ville de Nîmes déclarera au Préfet dans les meilleurs délais tout événement ou évolution concernant le
muret de l’ouvrage hydraulique Ouest et/ou le modelé de terrain bordant l’ouvrage hydraulique Nord ou
leur exploitation et mettant en cause ou susceptible de mettre en cause, y compris dans des circonstances
différentes de celles de leur occurrence, la sécurité des personnes ou des biens.

5.2.6 Dispositions concernant le risque inondation

La réduction du risque inondation dans l’emprise de la carrière en cas de fortes précipitations est prise en compte
lors de la conception des ouvrages hydrauliques, par des systèmes d’alerte et par des précautions vis-à-vis du
personnel ainsi qu’en matière de remisage des matériels et engins de chantier.

 Protection passive grâce au shunt de 2m3/s

L’ouvrage de collecte prévu au droit du carrefour entre la RN 106 et la RD 907 qui renvoie le ruissellement dans le
bassin sera doté d’un by-pass d’une capacité de 2 m3/s. Ainsi les premières eaux de ruissellement seront
renvoyées vers l’aval sans atteindre le bassin jusqu’à concurrence d’un débit de 2 m3/s.

Compte tenu que le karst devra avoir été saturé par les pluies avant que le ruissellement ne commence à se
produire, cela veut dire que le personnel et le matériel auront tout le temps nécessaire pour rejoindre les niveaux
supérieurs avant que le débit ne dépasse 2 m 3/s et ne se déverse dans le bassin-carrière.

ATDx 72
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

Il faut rappeler que le by-pass est donc d’intérêt multiple. Il permet :


 d’éviter le renvoi des premières eaux de crue dans le bassin, évitant ainsi d’y déverser les eaux
potentiellement souillées (lixiviats de voirie notamment),
 de protéger le bassin d’un éventuel déversement accidentel de polluants en provenance de la RN 106,
 de ne pas mobiliser le bassin pour les petits évènements pluvieux, ce qui permet d’en préserver la
capacité, mais aussi, en phase chantier de ne pas en interrompre le creusement,
 de sécuriser les personnes et les matériels lors de la phase travaux, puisque les premiers écoulements
n’atteindront pas la carrière, mais déclencheront l’alarme (cf. paragraphe suivant) et l’évacuation du site.

 Systèmes d’alerte

Plusieurs modes d’alerte se superposeront :


Préalerte : La carrière-bassin sera intégrée, en tant qu’établissement sensible, au système d’alerte inondation
ESPADA de la Ville de Nîmes. Elle sera référencée dans l’automate d’appel afin que ses responsables soient
informés du niveau de risque (4 appels possibles en fonction de 4 niveau de crise potentiels, le 1er indiquant
notamment la venue d’orages susceptibles d’engendrer des pluies torrentielles).
Alerte : 2 capteurs piézométriques alimentés électriquement avec un dispositif d’alimentation de secours par
accumulateurs seront installées juste au droit du by-pass.
Ces capteurs, qui feront l’objet d’un contrat d’entretien avec visite trimestrielle à la charge de l’entreprise, seront
reliés à un système d’alerte dans locaux de l’entreprise et intégrés au système ESPADA.
L’alerte pourra ainsi être calibrée et déclenchée dès les premiers écoulements (par exemple : 20 cm d’eau dans le
by-pass). L’entreprise mettra en place un système d’alerte par sirènes, appels téléphoniques, ...

 Responsables sécurité inondation

A noter que l’entreprise devra nommer un responsable sécurité inondation ainsi que son suppléant, parmi le
personnel d’encadrement de la carrière. Les téléphones portables de ces derniers seront pris en compte par
l’automate d’appel du système ESPADA pour la pré-alerte. Leur rôle ne sera toutefois pleinement effectif que
quand les ouvrages de transfert, renvoyant le cadereau d’Alès dans la carrière, seront réalisés.

Ces derniers auront en charge :


1. le suivi météorologique et la veille inondation. L’entreprise pourra contracter avec une société l’alertant du
risque d’orage violent. Plus effectivement, les responsables inondations devront suivre la météo et définir
le niveau de risque de pluie violente voire d’inondation de la carrière.
2. la sensibilisation des personnels au risque de crue rapide. A cet effet, une réunion annuelle, en présence
de l’ensemble des personnels susceptibles d’intervenir dans la carrière, sera organisée afin de rappeler le
risque et les consignes d’évacuation qui en découlent. De plus des indicateurs de niveau de risque
inondation seront mis en place au droit de la rampe d’accès à l’intérieur de la carrière (vert, orange, rouge)
permettant de d’informer, d’un simple coup d’œil les personnels.
3. l’entretien des capteurs et des systèmes d’alerte (sirènes et système d’appel téléphonique ou radio pour
les personnels), sous la responsabilité de la Ville de Nîmes, conformément à l’arrêté d’autorisation,
4. le déclenchement et le suivi des évacuations préventives, ainsi que la vérification que la totalité des
personnels et engins auront été évacués de la zone inondable.

 Précautions en matière de retrait des personnels et remisage des matériels

Les engins à pneus (chargeurs) stationneront, pendant les périodes de fermeture du site (week ends, jours fériés)
au-dessus de la cote de remplissage maximum (131,7 NGF).

Pendant la période de l’année présentant le plus de risques d’inondation, c’est –à-dire du 1er Septembre au 30
novembre, les installations mobiles de pré-traitement (pré-concassage de la roche pour réduire les vides et donc
optimiser le transport) seront placées de manière préventive au-dessus de la cote de remplissage maximum (131,7
NGF).

ATDx 73
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

D’une manière générale, lors de la phase chantier, les dispositions particulières qui seront mises en place sur le
site dépendront du raccordement de la carrière au cadereau d’Alès :

Cas 1 : Bassin non raccordé au cadereau d’Alès (capacité de stockage hydraulique inférieure à
500 000 m3)

Tant que le bassin ne sera pas relié aux ouvrages de transfert, son impluvium sera réduit au bassin lui-même. A
noter que le seul impluvium du bassin ne peut pas générer d’apport d’eau rapide et massif, ce qui laisse le temps
au personnel de mettre le matériel en sécurité. Le niveau de l’eau collectée sur le fond de fouille sera fonction du
rapport des surfaces entre l’entrée en terre et le carreau, sans que cela ne puisse dépasser quelques mètres.

Du 1er Septembre au 30 Novembre, les engins de chantier susceptibles de se trouver sur le carreau seront remisés
en fin de journée de travail (heures non ouvrables), sur la piste permettant d’accéder au front supérieur, à 5 m au
moins au-dessus du niveau du fond de fouille.

De manière générale, si des pluies importantes se produisent en heures ouvrables et susceptibles de provoquer
l’inondation du fond de fouille, l’automate ESPADA enverra un message de pré-alerte (cf. § « Systèmes d’alerte »
précédent). Les engins évacueront alors le fond de fouille. Le travail sera alors limité aux plateformes et fronts
d’exploitation au-dessus du fond de fouille. Le travail ne pourra reprendre au niveau du fond de fouille que lorsqu’il
n’y aura plus d’eau.

Hors période automnale, où les cumuls de pluie sont les plus importants, le stationnement des engins de chantier
de fera pas l’objet de prescriptions particulières.

Cas 2 : Bassin raccordé au cadereau d’Alès (raccordé aux ouvrages hydrauliques ouest et nord)

Dès lors que le bassin sera raccordé aux ouvrages de transfert, il pourra se remplir plus rapidement et ceci
jusqu’au niveau 131,7 NGF. Les dispositions mises en place seront alors différentes.
er
Du 1 Septembre au 30 Novembre, les engins de chantier travaillant en fond de fouille seront stationnés, en fin de
journée (hors heures ouvrables), au-dessus du niveau de la cote de remplissage maximum du bassin. Les engins
sur chenilles remonteront dès lors qu’il y aura une alerte météo.

En heure ouvrable, dès que les capteurs placés au droit du by pass indiquent que le cadereau se met à couler, les
engins de chantier devront évacuer le fond de fouille.

En fonction de la configuration des fronts de fouilles et des prévisions météo, l’exploitation du bassin-carrière
pourra être maintenue sur les fronts supérieurs. Il est à noter que si le cadereau se met à couler, cela signifie qu’il
pleut abondamment (orage d’été ou épisode cévenol) et que les conditions d’exploitation du bassin-carrière sont
telles que celle-ci doit être interrompue, ceci indépendamment du risque inondation.

Le responsable sécurité inondation et/ou son suppléant seront chargés de veiller à l’évacuation des personnels et
des matériels.

Le retour au travail sera fonction du niveau de remplissage du bassin-carrière, des conditions et prévisions
météorologiques, des informations fournies par le système d’information ESPADA et de la vérification de la sécurité
globale du site au regard du risque de chute de pierre ou tout autre désordre issu de pluies importantes.

Cas 3 : Bassin raccordé au cadereau d’Alès et au fossé de collecte est

Le fossé de collecte est sera réalisé dans les dernières années de creusement du bassin car son arrivée dans la
carrière se situe à proximité du bas de la rampe d’accès au fond de fouille.
Sa mise en eau n’apporte pas de risque supplémentaire notoire par rapport à la situation précédente car son
fonctionnement est identique à celui du cadereau d’Alès. En effet, il ne coule que lors des épisodes pluvio-orageux
importants en collectant le ruissellement de la colline.
Contrairement au cadereau d’Alès, les premiers débits ne seront pas shuntés par un by-pass, ce qui peut supposer
une réactivité plus importante du fossé. Toutefois, l’impluvium qu’il intercepte étant 8 fois plus petit que celui du
cadereau d’Alès, les débits attendus et donc le danger seront d’autant plus faibles.

ATDx 74
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

Influence de l’aquifère sur le risque d’inondation du bassin-carrière

Comme le précise le rapport hydrogéologique Berga-Sud, les apports attendus provenant de l’épikasrt ou l’aquifère
profond sont 2 à 3 fois plus faibles que les apports issus des seules précipitations sur l’impluvium du bassin-
carrière. Il est prévu de boucher les failles et autres cavités rencontrées tant sur les fronts de taille (dans leur
position définitive) que sur le fond de fouille afin de réduire l’interconnexion entre l’aquifère et le bassin-carrière
pour minimiser le risque d’inondation et de pollution.

A noter que ces apports ne surviennent qu’après que l’épisode pluvieux violent ait débuté. A ce moment, le
cadereau aura déjà commencé à couler et le bassin-carrière sera évacué. Ainsi, les apports de l’aquifère ne
constituent pas un risque supplémentaire pour les personnels et matériels.

 Prise en compte des stocks de matériaux dans le dimensionnement du bassin

Les stocks de matériaux (inertes et stériles à utiliser pour le réaménagement) seront transparents hydrauliquement
dans la mesure où les volumes utiles de rétention du bassin ont été calculés en prenant en compte les volumes
maximum de matériaux présents sur les fronts et dans le fond du bassin pour le réaménagement.

5.2.7 Dispositions concernant les pompes d’exhaure du bassin

Dès que la carrière aura une capacité permettant de stocker un évènement type 2005 centré et que les ouvrages
hydrauliques de collecte seront reliés au bassin, le système de pompage définitif sera mis en place. Avant, dans
les premières années dès le début de la phase d’exploitation, ce système pourra déjà être mis en place ou il pourra
lui être préféré un système de pompage provisoire juste dimensionné pour permettre la vidange des eaux
météoritiques et provenant de l’épikarst.

Le système de pompage définitif devra disposer d’un système d’alimentation électrique de secours. Ainsi un
groupe électrogène, pouvant se substituer à l’alimentation électrique en cas de défaillance ou de panne de courant,
sera positionné sur le site.

La totalité de l’installation : armoires électriques, pompes et groupe électrogène de secours, sera disposée dans un
local fermé équipé d’un système de fermeture à clef et d’un système d’alarme en cas d’effraction.

Un contrat d’entretien comportant à minima une visite trimestrielle sera mis en place pour l’ensemble du système :
pompes et groupe électrogène.

Les 2 capteurs piézométriques prévus au niveau du by-pass (disposé en amont immédiat de la mise en vitesse
préalable à la convergence des ouvrages de collecte nord et ouest), disposeront d’une alimentation de secours par
batteries couplées à des capteurs solaires ou à l’éclairage public. Ils seront reliés par radio au système ESPADA
de la Ville ainsi qu’au local du site et à un système d’alerte en phase exploitation. Ils bénéficieront d’un contrat
d’entretien avec contrôle trimestriel.

L’entretien des pompes, de la sonde et du groupe électrogène sera organisé et programmé par l’entreprise
chargée du creusement du bassin pendant toute la phase travaux, cela sous la supervision de la Ville de Nîmes,
qui vérifiera la réalisation de ces contrôles trimestriels. A l’issue de la phase travaux, la Ville prendra à son compte
cet entretien ; à ce moment, un contrat d’entretien avec vérification trimestrielle du bon fonctionnement sera mis en
place entre la commune et une entreprise spécialisée.

ATDx 75
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL
ATDx ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR
L’EAU

VOLUME 2 : DOSSIER DE DEMANDE


D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU

BP 33 Bassin des Antiquailles


30132 CAISSARGUES Mairie de Nîmes
Tél. : 04.66.38.61.58 Commune de Nîmes (30) Place de l’Hôtel de Ville
Fax : 04.66.38.61.59 30033 NIMES cedex 9
Lieu-dit principal « Ville Verte »

ELEMENTS GRAPHIQUES UTILES


A LA COMPREHENSION DU PROJET

ATDx
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

6 ELEMENTS GRAPHIQUES UTILES A LA COMPREHENSION DU PROJET

Table des plans

6.1 Plan de masse général du projet (plan d’ensemble)

6.2 Profil en long des ouvrages hydrauliques Ouest et de transfert

6.3 Profil en long de l’ouvrage hydraulique Nord

6.4 Profil en long de l’ouvrage hydraulique Est

6.5 Plans de phasage (situations à 5 ans, à 10 ans et finale)

Table des autres documents utiles à la compréhension du projet

6.6 Documents relatifs à la maîtrise foncière (= extraits du dossier DUP)

ATDx 77
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

6.1 Plan de masse général du projet (plan d’ensemble)

ATDx 78
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

6.2 Profil en long des ouvrages hydrauliques Ouest et de transfert

ATDx 79
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

6.3 Profil en long de l’ouvrage hydraulique Nord

ATDx 80
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

6.4 Profil en long de l’ouvrage hydraulique Est

ATDx 81
Ville de Nîmes - Lieu-dit principal « Ville Verte » - Commune de Nîmes (30)
Projet de création d’un bassin de rétention à l’amont du cadereau d’Ales (dit « bassin des Antiquailles »)
DOSSIER DE DECLARATION D’INTERET GENERAL ET D’AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L’EAU
Volume 2 : Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau

6.5 Plans de phasage (situations à 5 ans, à 10 ans et finale)

ATDx 82
Projet de bassin des Antiquailles

Bassin des Antiquailles


Plan phase d'exploitation
LEGENDE

Echelle 1/4000 09 novembre 2012 Limite DUP,Loi sur l'eau


Limite ICPE

Emprise du futur bassin


Emprise des ouvrages
hydrauliques

Forage d'eau et piezometre

BASSIN DES
ANTIQUAILLES

Pompe de
relevage vers Niveau ligne d'eau 130 m
exutoire
Cote de fond 75 m
Ouvrage
hydraulique
Local personnel
de collecte Nord
Ouvrage Volume de stockage 1 800 000 m3
hydraulique
de restitution Volume total extrait 3 700 000 m3
Portail

Confluent
Laveur de roues
Ouvrage
hydraulique
de collecte Ouest

Confluent
Ouvrage
Confluent hydraulique
de transfert

Muret

Piezometre aval
existant
Projet de bassin des Antiquailles

Bassin des Antiquailles


Plan phase d'exploitation
LEGENDE
Limite DUP,Loi sur l'eau
Echelle 1/4000 09 novembre 2012
Limite ICPE

Emprise du futur bassin


Emprise des ouvrages
hydrauliques

Forage d'eau et piezometre


DEVIEE

Pompe de Niveau ligne d'eau 130 m


relevage vers
exutoire
Cote de fond 75 m
Ouvrage
hydraulique
Local personnel BASSIN DES Volume de stockage 1 800 000 m3
de collecte Nord ANTIQUAILLES
Ouvrage
Volume total extrait 3 700 000 m3
hydraulique
de restitution Portail

Confluent IER Laveur de roues


Ouvrage
ANT
hydraulique CH
de collecte Ouest C ES
AC

Confluent
Confluent Ouvrage
hydraulique
de transfert

Muret

Piezometre aval
existant