Vous êtes sur la page 1sur 149

‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬

‫وزارة التعليم العالي والبحث العلمي‬

UNIVERSITE LARBI TEBSSI –TEBESSA- ‫جامعة العربي التبسي تبسة‬


Faculté des Sciences et de la Technologie
Département de Génie des Mines
‫كلية العلوم و التكنولوجيا‬
‫قسم هندسة المناجم‬

MEMOIRE

Présenté en vue de l'obtention du diplôme de Master


Filière : Génie minier
Option : géotechnique minière

Thème

Contribution à la vérification de la stabilité

d’un barrage (cas du barrage de Soubella)

Par
ADJABI Ayyoub

Devant le jury :

Grade Etablissement
Présidente : Mme. AMRANI Dounia MAB Université Larbi Tébessi - Tébessa
Rapporteur : M. HAMDANE Ali MAA Université Larbi Tébessi - Tébessa
Co-encadreur : M. BENGHAZI Zied MAA Université Larbi Tébessi - Tébessa
Examinateur : M. DJELLALI Adel MAA Université Larbi Tébessi - Tébessa

Promotion 2015-2016
‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬
République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur ‫وزارة التعلين العالي و البحث العلوي‬


et de la recherche Scientifique
Université Larbi Tebessi – Tébessa
‫جاهعت العربي التبسي – تبست‬
Faculté des Sciences et de la Technologie ‫كليت العلوم و التكنولوجيا‬
Département de Génie des Mines ‫قسن هندست الوناجن‬

Année universitaire : 2015/2016 Tébessa le : 18/05/2016

Lettre de soutenabilité
Nom et prénom des étudiants :

1- ADJABI Ayoub

Niveau : 2ème Année Master Option : géotechnique minière

Thème : Contribution à la vérification de la stabilité d’un barrage

Nom et prénom du promoteur : M. HAMDANE Ali

Chapitres réalisés Signature de l’encadreur


Généralités sur les barrages

Analyse de la stabilité des barrages

Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

Contexte géologique et géotechnique du barrage de Soubella

Analyse de la stabilité du barrage de Soubella


Remerciements
Je remercie avant tout mon dieu qui m’a donné la force, la volonté et le courage et la
patience pour terminer ce travail de fin d’étude.

Ainsi je remercie du fond de mon cœur mes parents et toute ma famille pour leurs
sacrifices, leurs encouragements, leur soutien jusqu’à termine ce travail.

Je remercie mon promoteur M. HAMDANE Ali, Il m’a donné la possibilité de faire


un mémoire sur un sujet très intéressant, merci à vous, pour votre aide et pour
votre conseil avisé.

Je remercie profondément l’administration de l’agence nationale des barrages et


transferts (ANBT) de barrage de Soubella wilaya de m’sila pour leurs accueils
l’inoubliable et ça grâce à la gestion et l’organisation excellents du chef de projet
M. ZOUAOUI Daoud.

Ainsi je remercie fortement mes encadreurs les responsables de mon stage


pendant M. ZOUAOUI Daoud et M. MANSOURI Abdelhamid pour leurs
remarques pertinentes.

Je remercie particulièrement les gens qui me donnent la clé entre la théorique et


la pratique : M. NeboJsha (Bureau d’ingénieurs conseils), M. Khaled (Laboratoire
ANBT), M. Abdelraouf, M. Djamel et M. Rached (Laboratoire Cosider) pour leurs
explications, leurs expériences et leurs compétences.

Mes remerciements vont aux membres de jury d’avoir accepté d'examiner,


d'évaluer et d’enrichir ce travail.

Enfin, mes sincères reconnaissances et gratitudes à toute personne qui a contribué


de près ou de loin à la réalisation de ce modeste travail.
Dédicace

Je dédie ce modeste travail à ceux qui sont toujours

présents dans mon Cœur

A ma très chère mère, A mon très cher père

A mes sœurs

A toute ma famille

A tous mes professeurs

A tous mes collègues et mes amis sans exception

A ma promotion (2016)

Ayyoub

III
Table des matières
Remerciement.............................................................................................................................. I
Dédicace .................................................................................................................................... II
Table des matières .................................................................................................................... III
Liste des figures .................................................................................................................... VIII
Liste des tableaux ..................................................................................................................... XI
Résumé.................................................................................................................................. XIII
Introduction générale................................................................................................................ 02
Chapitre 01 Généralité sur les barrages
I-1- Introduction ....................................................................................................................... 04
I-2- Histoire et développement des barrages ............................................................................ 05
I-3- Différents types des barrages ............................................................................................ 05
I-3-1- Barrage en béton (maçonnerie) .................................................................................. 05
I-3-1-1-Barrage poids (gravité) ......................................................................................... 05
I-3-1-2-Barrage voûte ....................................................................................................... 06
I-3-1-3-Barrage contreforts (multi-voûtes) ....................................................................... 07
I-3-2- Barrage en remblai ..................................................................................................... 08
I-3-2-1- Barrage en terre (poids) ....................................................................................... 09
I-3-2-2- Barrage en enrochements .................................................................................... 10
I-3-3- Autre barrage (digue à stérile) .................................................................................... 11
I-3-3-1- Méthode amont .................................................................................................... 12
I-3-3-2- Méthode aval ....................................................................................................... 12
I-3-3-3- Méthode centrale ................................................................................................. 13
I-4- Ouvrages annexes .............................................................................................................. 14
I-4-1- Dérivation pendant les travaux de construction ......................................................... 14
I-4-2- Evacuateur de crues .................................................................................................... 15
I-4-3- Vidange de fond et Tour de prise ............................................................................... 16
I-4-4- Gabions (barrages cellulaires) .................................................................................... 17
I-5- Choix du site et du type de barrage ................................................................................... 17
I-5-1- Etudes topographiques ............................................................................................... 17
I-5-2- Quelques études géologiques et géotechniques et hydrauliques ................................ 18
I-5-2-1- Etudes géologiques et géotechniques d’APS (Avant-Projet Sommaire) ............ 19
I-5-2-2- Etudes géologiques et géotechniques d’APD (Avant-Projet Détaillée) .............. 21
I-5-2-3- Etudes hydrauliques ............................................................................................ 21
I-5-3- Matériaux disponibles ................................................................................................ 22
I-5-4- Crue et ouvrage hydraulique ...................................................................................... 22
I-5-5- Critère économique .................................................................................................... 22
I-6- Différentes étapes de construction d’un barrage ............................................................... 22
I-6-1- Réalisation des barrages ............................................................................................. 23
I-7- Durée de vie des barrages.................................................................................................. 25
I-8- Conclusion ......................................................................................................................... 25
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages
II-1- Introduction ...................................................................................................................... 27
II-2- Profil général du barrage .................................................................................................. 27
II-2-1- Hauteur du barrage .................................................................................................... 27
II-2-2- Largeur en crête du barrage ...................................................................................... 27
II-2-3- Revanche ................................................................................................................... 28
II-2-4- Pentes des talus ......................................................................................................... 28
II-3- Actions s’appliquent sur un barrage ................................................................................ 29
II-3-1- Actions permanentes ................................................................................................. 29
II-3-1-1- Poids propre G0 .................................................................................................. 29
II-3-1-2- Poussé des sédiments G1 .................................................................................... 29
II-3-1-3- Poussé d’une recharge aval G2 ........................................................................... 30
II-3-1-4- Action de tirant précontrainte G3 ....................................................................... 30
II-3-2- Actions variables ....................................................................................................... 31
II-3-2-1- Poussée hydrostatique amont Q1 ........................................................................ 31
II-3-2-2- Poussée hydrostatique aval Q3 ........................................................................... 32
II-3-2-3- Action des sous pressions Q2 ............................................................................. 32
II-3-2-4- Action de la glace Q4 ......................................................................................... 34
II-3-2-5- Variation de température .................................................................................... 34
II-3-3- Actions accidentelles ................................................................................................ 34
II-3-3-1- Forces d’inerties provoquées par la structure .................................................... 34
II-3-3-2- Forces hydrodynamiques dues à la vibration ..................................................... 35
II-4- Causes et types de rupture des barrages ........................................................................... 36
II-4-1- Principales origines de rupture.................................................................................. 36
II-4-1-1- Barrages en remblai ........................................................................................... 36
II-4-1-2- Barrages en béton ............................................................................................... 36
II-4-2- Types de ruptures ...................................................................................................... 37
II-4-3- Conséquences ............................................................................................................ 37
II-5- Prévision et moyens de secours ....................................................................................... 38
II-5-1- Information préventive et consignes ......................................................................... 38
II-5-1-1- Signal d’alerte .................................................................................................... 38
II-5-1-2- Consignes générales ........................................................................................... 39
II-6- Etude de stabilité d’un barrage en terre ........................................................................... 39
II-6-1- Glissement des terrains ............................................................................................. 40
II-6-1-1- Glissement plan .................................................................................................. 40
II-6-1-2- Glissement circulaire ......................................................................................... 42
II-6-2- Tassements ................................................................................................................ 47
II-6-3- Stabilité hydraulique ................................................................................................. 48
II-7- Etude de stabilité d’un barrage en béton .......................................................................... 49
II-7-1- Stabilité d’un barrage poids ...................................................................................... 49
II-7-1-1- Stabilité au glissement ....................................................................................... 49
II-7-1-2- Stabilité au renversement ................................................................................... 50
II-7-1-3- Stabilité au poinçonnement ................................................................................ 51
II-7-1-4- Tassement .......................................................................................................... 51
II-7-1-5- Problème des affouillements .............................................................................. 51
II-7-1-6- Stabilité interne des barrages poids .................................................................... 52
II-7-2- Stabilité d’un barrage voûte et contreforts ................................................................ 52
II-7-2-1- Stabilité au glissement ....................................................................................... 52
II-7-2-2- Stabilité au renversement ................................................................................... 53
II-7-2-3- Résistance à la compression............................................................................... 53
II-7-2-4- Stabilité interne .................................................................................................. 54
II-8- Amélioration de la stabilité des barrages ......................................................................... 55
II-9- Auscultation et entretien des barrages ............................................................................. 55
II-10- Conclusion ..................................................................................................................... 56
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie
III-1- Introduction .................................................................................................................... 58
III-2- Impact des rejets miniers ................................................................................................ 59
III-3- Production du cuivre ....................................................................................................... 60
III-4- Présentation de la retenue de la mine de cuivre Kastamonu-Kure ................................. 61
III-5- Essais géotechniques au laboratoire ............................................................................... 64
III-6- Méthode d’équilibre limite (MEL) ................................................................................. 71
III-6-1- Principales étapes de L’MEL .................................................................................. 71
III-7- Conclusion ...................................................................................................................... 72
Chapitre 04 Contexte géologique et géotechnique du barrage de Soubella
IV-1- Introduction .................................................................................................................... 74
IV-2- Situation géographique du barrage de Soubella ............................................................. 74
IV-3- Présentation du barrage de Soubella .............................................................................. 75
IV-3-1- Description du barrage de Soubella......................................................................... 77
IV-4- Géologie de la région ..................................................................................................... 79
IV-5- Tectonique ...................................................................................................................... 81
IV-6- Etude géologique de la retenue et du site du barrage ..................................................... 81
IV-6-1- Caractéristiques géomorphologiques ...................................................................... 81
IV-6-2- Terrains de couverture ............................................................................................. 82
IV-6-3- Substratum rocheux ................................................................................................. 82
IV-6-4- Fractures .................................................................................................................. 82
IV-7- Caractéristiques hydrogéologiques................................................................................. 82
IV-7-1- Analyse des niveaux piézométriques ...................................................................... 82
IV-7-2- Analyse des résultats des essais d’eau ..................................................................... 83
IV-8- Etude climatologique et hydrologique ........................................................................... 83
IV-8-1- Pluviométries ........................................................................................................... 83
IV-8-3- Températures ........................................................................................................... 84
IV-8-4- Apport solide ........................................................................................................... 85
IV-8-5- Autres paramètres du bassin versant ....................................................................... 85
IV-9- Séismicité de la région ................................................................................................... 87
IV-10- Etude géologique des matériaux de construction ......................................................... 88
IV-10-1- Matériaux argileux pour le noyau ......................................................................... 88
IV-10-2- Matériaux pour les recharges ................................................................................ 89
IV-11- Conclusion .................................................................................................................... 92
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella
V-1- Introduction...................................................................................................................... 94
V-2- Etude géotechnique de la stabilité du barrage de Soubella.............................................. 94
V-2-1- Essais géotechniques au laboratoire ......................................................................... 94
V-2-2- Essais in situ ............................................................................................................... 108
V-2-3- Analyse de la stabilité analytiquement ................................................................... 110
V-2-3-1- Calcul de la capacité portante de la fondation (méthode C et φ) ..................... 110
V-2-3-2- Calcul du tassement ......................................................................................... 110
V-2-3-2-1- Tassement de la fondation ........................................................................ 110
V-2-3-2-2- Tassement de la digue elle-même ............................................................. 111

V-2-3-3- Calcul de glissement des parements amont et aval…………………………..113

V-2-3-4- Etude des infiltrations dans le barrage de Soubella ......................................... 114


V-2-3-4-1- Réseau d’écoulement ................................................................................ 114
V-2-3-4-2- Calcul du gradient hydraulique critique ................................................... 115
V-2-3-4-3- Calcul du débit de fuite par l’infiltration .................................................. 115
V-2-3-4-4- Risque de renard……………………………………………………….116

V-2-4- Analyse de la stabilité par la modélisation numérique ........................................... 116


V-2-4-1- Analyse de la stabilité du barrage de Soubella par MEL................................ 117
V-2-4-2- Résultats de l’analyse de la stabilité par Géo-Slope ........................................ 119
V-2-4-2-1- Stabilité au glissement .............................................................................. 119
V-2-4-2-2- Etude des infiltrations à travers le barrage…………………...………….123

V-2-4-3- Méthode des éléments finis (MEF) .................................................................. 123


V-2-4-3-1- Principales étapes de L’MEF………………………………………..…...123

V-2-4-4- Résultats de l’analyse de la stabilité par Plaxis............................................ 124


V-2-4-4-1- Tassement de la fondation ........................................................................ 124
V-2-4-4-2- Stabilité au glissement .............................................................................. 124

V-3- Résultats du bureau d’étude…………………………………………………………....125

V-4- Conclusion ..................................................................................................................... 125


Conclusion générale ............................................................................................................... 128
Références bibliographiques
Liste des figures

Figure I.01 : Objectifs d’un barrage ......................................................................................... 04


Figure I.02 : Barrage poids ....................................................................................................... 06
Figure I.03 : Barrage voûte ...................................................................................................... 07
Figure I.04 : Barrage contreforts .............................................................................................. 08
Figure I.05 : Barrage en remblai .............................................................................................. 09
Figure I.06 : Barrage en terre (poids) ....................................................................................... 09
Figure I.07 : Barrage en terre zonée ......................................................................................... 10
Figure I.08 : Barrage en enrochements .................................................................................... 10
Figure I.09 : Schéma d’une digue à stérile minières. ............................................................... 11
Figure I.10 : Méthode amont .................................................................................................... 12
Figure I.11 : Méthode aval ....................................................................................................... 13
Figure I.12 : Méthode centrale ................................................................................................. 13
Figure I.13 : Classification des barrages. ................................................................................. 14
Figure I.14 : Types de dérivation ............................................................................................. 15
Figure I.15 : Evacuateur de crues ............................................................................................. 15
Figure I.16 : Vidange de fond .................................................................................................. 16
Figure I.17 : Tour de prise ........................................................................................................ 16
Figure I.18 : Gabion ................................................................................................................. 17
Figure I.19 : Schéma d’un bassin versant ................................................................................ 17
Figure I.20 : Caisses de carottes. .............................................................................................. 19
Figure I.21 : Granulométrie des matériaux constituée dans les barrages ................................. 20
Figure I.22 : Quelques engins nécessaires ............................................................................... 23
Figure I.23 : Etanchéité d’un barrage en terre .......................................................................... 24
Figure I.24 : Barrage en béton BCR ......................................................................................... 25
Figure II.01 : Schéma de réparation des hauteurs .................................................................... 27
Figure II.02 : Action de poids propre ....................................................................................... 29
Figure II.03 : Action de Poussé des sédiments......................................................................... 30
Figure II.04 : Poussé d’une recharge aval. ............................................................................... 30
Figure II.05 : Poussée hydrostatique amont ............................................................................. 31
Figure II.06 : Action de la poussée hydrostatique aval ............................................................ 32
Figure II.07 : Action des sous pressions .................................................................................. 32
Figure II.08 : Action des glaces. .............................................................................................. 34
Figure II.09 : Différentes actions sur le barrage. ...................................................................... 35
Liste des figures
Figure II.10 : Effet de rupture des barrages ............................................................................. 36
Figure II.11 : Critère de Coulomb ............................................................................................ 41
Figure II.12 : Types de glissement ........................................................................................... 42
Figure II.13 : Méthode des tranches ......................................................................................... 42
Figure II.14 : Méthode ordinaire .............................................................................................. 43
Figure II.15 : Méthode de Bishop ............................................................................................ 44
Figure II.16 : Méthode de Janbu .............................................................................................. 45
Figure II.17 : Tassement des fondations. ................................................................................. 47
Figure II.18 : Phénomène de renard ......................................................................................... 49
Figure II.19 : Stabilité au renversement (PNUD/OPE, 1987). ................................................. 50
Figure II.20 : Diagramme des pressions sur une voûte ............................................................ 54
Figure II.21 : a) Piézomètre et b) Inclinomètre. ..................................................................... 56
Figure III.01 : Rupture d’une digue à stérile ............................................................................ 58
Figure III.02 : Production minière européenne de cuivre en 1999. .......................................... 60
Figure III.03 : Etapes de l’obtention des stériles d’après Vick 1983. ...................................... 61
igure III.04 : Localisation de la mine du cuivre de Kastamonu-Kure en Turquie. ................ 61
Figure III.05 : Décharge des stériles ........................................................................................ 62
Figure III.06 : Retenue de la mine de cuivre de Kastamonu-Kure .......................................... 63
Figure III.07 : Schéma représentatif de la retenue de la mine du cuivre de Kastamonu-Kure. 63
Figure III.08 : (a) et (b) Particules du remblai, (c) Particules du stérile. ................................. 64
Figure III.09 : Différents états du sol. ...................................................................................... 66
Figure III.10 : Courbe de Proctor. ............................................................................................ 67
Figure III.11 : Relation de la contrainte normale et la contrainte de cisaillement ................... 69
Figure III.12 : Relation de la contrainte normale et la contrainte de cisaillement ................... 69
Figure III.13 : Courbe contrainte-déformation suivant plusieurs essais. ................................. 70
Figure III.14 : Modèle géométrique de la digue à stérile de Kastamonu Kure. ....................... 71
Figure III.15 : Disposition du plan de glissement. ................................................................... 72
Figure IV.01 : Localisation géographique du barrage de Soubella .......................................... 75
Figure IV.02 : Coupe transversale du barrage de Soubella. ..................................................... 76
igure IV.03 : Carte géologique de la zone du barrage (D’après M. J. Flandrin, 1951). ........ 80
Figure IV.04 : Pluviométries répartitions mensuelles .............................................................. 84
Figure IV.05 : Températures mensuelles moyennes ................................................................ 84
Figure IV.06 : Carte du bassin versant de Soubella ................................................................. 86
Figure IV.07 : Carte des zones sismique en Algérie version 2003 .......................................... 87
Liste des figures
Figure IV.08 : Zone d’emprunt C............................................................................................. 88
Figure IV.09 : Zone d’emprunt D. ........................................................................................... 90
Figure V.01 : Calcul le Vs par l’essai de pycnomètre. ............................................................. 95
Figure V.02 : Abaque de Casagrande....................................................................................... 98
Figure V.03 : Analyse granulométrique par tamisage. ............................................................. 99
Figure V.04 : Courbe granulométrique du filtre de la zone 02. ............................................. 100
Figure V.05 : Essai équivalent de sable. ................................................................................ 101
Figure V.06 : Essai de bleu de méthylène dans le sable. ....................................................... 102
Figure V.07 : Courbe de Proctor W opt = 15% et γd = 1.92 g/cm3. ......................................... 103
Figure V.08 : Essai de cisaillement direct CD. ...................................................................... 104
Figure V.09 : Courbe de contrainte normale-contrainte tangentielle. .................................... 105
Figure V.10 : Essai de compression uniaxial. ........................................................................ 106
Figure V.11 : Essai de fendage (traction indirecte). ............................................................... 107
Figure V.12 : Conservation des carottes dans la caisse.......................................................... 108
Figure V.13 : Essai de contrôle de compactage. .................................................................... 109
Figure V.14 : Augmentation du tassement en fonction de la hauteur du barrage. ................. 113
Figure V.15 : Ligne de saturation dans le barrage de Soubella. ............................................. 115
Figure V.16 : Stabilité du côté amont fin de construction FS = 2.193.................................... 119
Figure V.17 : Stabilité du côté aval fin de construction FS = 1.762. ...................................... 120
Figure V.18 : Stabilité du côté amont régime permanente FS = 2.395. .................................. 120
Figure V.19 : Stabilité du côté aval régime permanente FS = 1.945. ..................................... 121
Figure V.20 : Stabilité du côté amont vidange rapide FS = 1.383. ......................................... 121
Figure V.21 : Stabilité du côté amont cas d’un séisme FS = 0.96. ......................................... 122
Figure V.22 : Stabilité du côté aval cas d’un séisme S = 1.191. .......................................... 122
Figure V.23 : Ligne de saturation à travers le barrage, le débit q = 4.06×10-10 m3/s. ............ 123
Figure V.24 : Tassement de la fondation sous le poids du barrage S = 6.5 cm. .................... 124
Figure V.25 : Stabilité du côté aval régime permanente FS = 1.771. ..................................... 124
Liste des tableaux

Tableau I.01 : Epaisseur du rip-rap selon la hauteur des vagues. ............................................ 09


Tableau II.01 : Inclinaison de talus approximatifs ................................................................... 28
Tableau II.02 : Quatre classes de barrages. .............................................................................. 28
Tableau II.03 : Actions de l’eau classées d’après leur origine (Aubert, 1949) ........................ 33
Tableau II.04 : Statistiques sur les modes de rupture (d’après Foster et al, 1998 et 2000)...... 37
Tableau II.05 : Quelques accidents les plus graves dans le monde.......................................... 38
Tableau II.06 : Valeurs de FS en fonction de l’importance de l’ouvrage. ................................ 40
Tableau II.07 : Quelques différences entre divers méthodes de calcul de glissement ............. 46
Tableau II.08 : Tassements admissibles (d'après Costet et Sanglerat) ..................................... 48
Tableau II.09 : Relation de l’inclinaison m' et le poids des barrages w' et w........................... 53
Tableau II.10 : Instruments et moyens de mesure pour quelques barrages.............................. 56
Tableau III.01 : Effet de certains métaux sur l’homme l’animal et les plantes........................ 59
Tableau III.02 : Densité relative du stérile ............................................................................... 65
Tableau III.03 : Densité relative du sol .................................................................................... 65
Tableau III.04 : Calcul de l’indice des vides du stérile ............................................................ 65
Tableau III.05 : Limite de liquidité du stérile .......................................................................... 66
Tableau III.06 : Limite de liquidité du sol ............................................................................... 66
Tableau III.07 : Densité sec et teneur en eau du stérile............................................................ 67
Tableau III.08 : Résultat du cisaillement direct du stérile sec ................................................. 68
Tableau III.09 : Résultat du cisaillement direct du stérile saturé ............................................. 69
Tableau III.10 : Valeurs de coefficient de sécurité. ................................................................. 72
Tableau IV.01 : Estimation des volumes disponibles - Matériaux argileux ............................ 89
Tableau IV.02 : Estimation des volumes disponibles - Matériaux grossiers ........................... 90
Tableau IV.03 : Récapitulative des essais géotechniques des différentes zones d’emprunt .... 91
Tableau V.01 : Teneur en eau de l’argile de la zone C4. ......................................................... 94
Tableau V.02 : Masse volumique absolue de l’argile de la zone C4. ...................................... 95
Tableau V.03 : Limite de liquidité de l’argile de la zone C4. .................................................. 96
Tableau V.04 : Limite de plasticité de l’argile de la zone C4. ................................................. 97
Tableau V.05 : Indice de plasticité et de consistance de l’argile de la zone C4. .................... 97
Tableau V.06 : Analyse granulométrique du filtre de la zone 02. ........................................... 99
Tableau V.07 : Equivalent de sable pour le béton.................................................................. 101
Tableau V.08 : Valeur de MB de sable de fraction 0/2. ......................................................... 102
Liste des tableaux
Tableau V.09 : Taux d’impuretés. .......................................................................................... 102
Tableau V.10 : Densité sec et teneur en eau de la couche N° 60 du batardeau. .................... 103
Tableau V.11 : Résultat du cisaillement direct CD d’argile de la zone C4. ........................... 105
Tableau V.12 : Paramètre d’essai de Proctor en laboratoire. ................................................. 109
Tableau V.13 : Qualité de compactage du batardeau amont couche N°=64 .......................... 109
Tableau V.14 : Tassement de la digue en fonction de la hauteur. .......................................... 112
Tableau V.15 : Paramètres géométriques du barrage de Soubella. ........................................ 117
Tableau V.16 : Caractéristiques de la fondation. ................................................................... 118
Tableau V.17 : Caractéristiques des matériaux du barrage. ................................................... 118
Tableau V.18 : FS en fonction de différents cas de charge..................................................... 119
Tableau V.19 : Résultats du bureau d’étude spécialisé. ......................................................... 125
‫ملخص‬

‫ عزفذ هذِ انسذود أٌضب رطىرا كجٍزا‬,ِ‫رعزجز انسذود انززاثٍخ يٍ ألذو و أكثز انسذود رشٍٍذا يٍ طزف االَسبٌ نزخزٌٍ انًٍب‬
‫ نذا فبٌ رعزضهب نالَهٍبراد ٌهذد‬,‫فً انعشزٌٍ انسُخ االخٍزح فً يجبل انًُبجى كحىاجز نزخزٌٍ انُفبٌبد انًُجًٍخ انسبئهخ‬
.‫انجٍئخ وااللزصبد واالَسبٌ عهى حذ سىاء‬

ٍ‫نًُع هذِ االَهٍبراد أو انزمهٍم يُهب ٌسزىجت عهٍُب اسزخذاو وسبئم وثزايج حسبة جٍىرمٍُخ رلًٍخ أكثز رطىرا ودلخ ي‬
.‫انطزق انزمهٍذٌخ انزجزٌجٍخ وانزحهٍهٍخ‬

‫ ثبنطزق انزجزٌجٍخ وانطزق انزحهٍهٍخ‬,‫هذا انعًم ٌهذف انى دراسخ و رحهٍم اسزمزار انسذ انززاثً نسىثهخ والٌخ انًسٍهخ‬
‫ وانطزق انزلًٍخ ثىاسطخ انعُبصز انًُزهٍخ عٍ طزٌك‬Géo-Studio 2007 ‫ثىاسطخ االرزاٌ انحذي عٍ طزٌك ثزَبيج‬
ً‫ ورىافمب اٌضب يع انُزبئج انز‬,‫ انًمبرَخ ثٍٍ َزبئج هذِ انطزق اظهزد رىافمب جٍذا فًٍب ثٍُهب‬,PLAXIS 8.2 2D ‫ثزَبيج‬
.‫رحصم عهٍهب يكزت انذراسبد االجُجً انًزخصص‬

,‫ االرزاٌ انحذي‬,PLAXIS ,‫ انعُبصز انًُزهٍخ‬,‫ اسزمزار‬,‫ جٍىرمٍُخ‬,‫ انُفبٌبد انًُجًٍخ‬,‫ انسذود انززاثٍخ‬: ‫الكلمات المفتاحية‬
.Géo-Studio

Résumé

Les barrages en terre sont des barrages les plus anciens et les plus utilisés par l’homme, on
trouve ce type de barrage même dans le domaine minier comme des réservoirs de
déversement des stériles miniers liquides, donc leurs ruptures menacent l’environnement,
l’économie et l’homme sans exception.

Pour éviter ou réduire ces ruptures, des méthodes géotechniques numériques avancées et très
précises que les méthodes traditionnelles empiriques et analytiques doivent être utilisées.

Dans ce travail nous avons étudié et analysé la stabilité d’un barrage en terre de Soubella
Wilaya de M’sila, par les méthodes empiriques et la méthode analytique au moyen de la
méthode d’équilibre limite logiciel Géo-Studio 2007, et par la modélisation numérique en
utilisant la méthode des éléments finis au moyen du logiciel 2D PLAXIS 8.2, la confrontation
des résultats de ces méthodes montre une bonne concordance entre eux, et avec les résultats
obtenus par le bureau d’étude étranger spécialisé.

Les mots clés: barrages en terre, stériles miniers, géotechniques, stabilité, éléments finis,
PLAXIS, équilibre limite, Géo-Studio.
Abstract

The earth dams are the most ancient and most used dams by man, this type of dams is used
even in mining industry as tailing dams. Therefore, their failure threatens the environment, the
economy and man without exception.

In order to prevent or reduce these failures, advanced geotechnical numerical methods, which
are very accurate than the traditional empirical and analytical methods, must be used.

In this work, the stability of the earth dam of Soubella Wilaya of M'sila was studied and
analyzed, by empirical methods and the analytical method using limit equilibrium method by
means of Géo-Studio 2007 software, and by the numerical modeling using the of finite
elements method via PLAXIS 8.2 2D software. The confrontation of the results of these
methods shows a good concordance between them, and with the results found by the
specialized foreign office study.

Key words: earth dams, tailing dams, geotechnical, stability, finite elements, PLAXIS, limit
equilibrium, Géo-Studio.
Introduction
générale
Introduction générale
La nécessité de l’énergie et de l’eau potable pour différentes utilisations c’est la cause principale de
l’augmentation de la construction des différents types de barrages dans le monde entier, le type le
plus ancien et le plus utilisé c’est le barrage en terre, fabriqué par des matériaux naturels et moins
chère que les autres types de barrages en plus de la facilité de la mise en œuvre.

L’analyse de la stabilité d’un barrage (glissement, tassement, infiltrations…etc.) n’est pas une tâche
difficile en présence d’une compagne de reconnaissance géologique et géotechnique bien conduite.
Une étude géotechnique rigoureuse peut assurer la stabilité de notre ouvrage dans différentes
situations de chargements.

Quand on parle de la stabilité en géotechnique on ne peut pas négliger le coefficient de sécurité FS,
il faut le prendre en considération comme un facteur très important, le barrage est stable si le FS
supérieur à 1,5 (les forces résistants plus grand que les forces motrices).

L’étude de la stabilité ne s’arrête pas dans les points précédents, elle dépasse à l’analyse des
infiltrations au sien du barrage qui créent des problèmes menaçant son stabilité interne, pour
minimiser ces problèmes il faut étudier la ligne d’écoulement d’eau, le gradient hydraulique et le
débit des eaux écoulées à travers la digue.

La moindre perturbation dans le rapport des forces résistantes et les forces motrices peut mettre
notre barrage dans un nouvel état de déstabilisation, donc l’importance de ces ouvrages d’arts et
leur rôle stratégique dépend de leur durabilité, autrement dit c’est l’analyse de la stabilité, sans cet
étude notre ouvrage peut se détruire complètement produisant des conséquences indésirables et
terribles.

Le présent travail nous permet d’analyser la stabilité des barrages à partir de cinq chapitres comme
suite :

Le chapitre 01 Est consacré aux aspects généraux sur les barrages, leurs types, ainsi les paramètres
qui peuvent influencer le choix d’un barrage.

Le chapitre 02 Présente les différentes actions qui peuvent menacer la stabilité des barrages et
provoquer un risque, et présente aussi les méthodes d’analyse de la stabilité d’un barrage aux
glissements, tassements….etc.

Le chapitre 03 Contient une étude de la stabilité au glissement, par la méthode d’équilibre limite
au moyen du logiciel Géo-Studio, d’une digue à stérile de la mine de cuivre de Kastamonu-Kure en
Turquie.

Le chapitre 04 Présente le barrage de Soubella, sa situation géographique, une synthèse du


contexte géologique et hydrologique, la séismicité de la région, et les matériaux de construction
utilisés dans ce projet.

Le chapitre 05 Expose les résultats des essais géotechniques, l’analyse de la stabilité du barrage de
Soubella par méthodes empiriques, analytique et numérique. Une confrontation des résultats de ces
méthodes avec les résultats obtenus par le bureau d’étude étranger spécialisé chargé du projet a été
réalisée.
2
Chapitre 01
Généralités
sur les
barrages
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

I-1- Introduction
Dans le dictionnaire un barrage est une barrière ou obstacle qui ferme une rue, un passage ou
un chemin donc généralement on appelle barrage hydraulique tout ouvrage construit comme
un obstacle en travers d’un cours d’eau pour stocker les eaux d'une rivière.

Toutefois on ne peut pas trouver une définition uniforme du terme «barrage».


L’utilisation des barrages peut varié selon leurs types et leurs importances mais les principaux
objectifs sont :

- Production d’énergie hydroélectrique avec une production annuelle près de 20% de la


production électrique totale dans le monde.

- Alimenter les villes par l’eau potable et irrigue les terres cultivées.
- Alimenter les usines par l’eau.
- Protection contre le risque de l’inondation et l’incendie.
Les objectifs secondaires sont :
- L’augmentation de tourisme et loisirs.
- Les travaux de navigations, pêches et pisciculture (élevage des poissons). [01] [28] [26]

Figure I.01 : Objectifs d’un barrage. [01]

4
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

I-2- Histoire et développement des barrages


Si on prend en compte l’histoire seulement pour rester loin de toutes les autres considérations
il sera difficile de dire qu’est le premier barrage au monde, mais l’histoire indique que les plus
anciens barrages sont situés en :

Jordanie : situé à Jawa c’est l’un des anciens barrages en remblai 4000 ans avant JC avec une
hauteur de 5 m.

Egypte: construit pour dériver l’eau de Wadi Garawi afin de bâtir la ville de Memphis depuis
3000 ans avant JC, caractérisé par un volume de 500000 m3 et une hauteur près de 14 m.

Grèce : le besoin de grandes quantités d’eau à pousser Hercule à construire un barrage environ
1260 ans avant JC à travers une rivière pour nettoyer les écuries d’Augias.

À cause de la demande grossissante et le besoin urgent de l’énergie électrique, l’eau à


différentes utilisation et l’aide de l’apparition du ciment et les techniques avancées et les
engins on a construit des géants barrages en béton (1500 barrage) plus de 300 m de hauteur,
les barrages connaissaient un grand développement dans le monde entier (totalement 36500
barrage). [28] [29] [26] [05]

I-3- Différents types des barrages


Les catégories de barrages sont très variées, donc la classification est basée sur leurs
matériaux de construction et leur mode de résistance à la pression exercée par l’eau.

I-3-1- Barrage en béton

Un barrage en béton est une structure solide et rigide et réalisée selon l’importance du projet
par exemple :

- un besoin d’évacuateur de crues.

- production de l’énergie électrique.

- l’existence d’une fondation rocheuse de bonne qualité.

I-3-1-1-Barrage poids (gravité)


Il prend ce nom selon son mode de résistance puisqu’il résiste à la pression de l’eau par son
poids propre (Le poids propre s’applique au centre de gravité de l’ouvrage et dépend de la
forme de ce dernier et de la densité moyenne des matériaux de construction), sa forme est
simple basé sur une section triangulaire.
Pour calculer le poids d’un barrage par exemple nous avons cette équation :

Ou ………………. (I.1)
Où:
d : la densité moyenne des matériaux.
γ: le poids volumique des matériaux.
l : l’inclinaison du parement généralement compris entre 75% et 80%.
h : la hauteur totale du barrage.
γb : poids volumique du béton.
5
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

a- Avantages
- grande pression sur le béton.
- faibles contraintes transmises aux roches.
- évacuateur de crues peut facilement être intégré.
- le gradient hydraulique au niveau la fondation est faible.

b- Inconvénients
- grand volume d’excavation.
- utilisation du béton très élevée.
- refroidissement artificiel pendant la prise du béton.
- risque aux tassements et aux renversements, et au séisme si il n y a pas une injection entre
les blocs.
- la pression interstitielle (sous pression) au niveau de la fondation est importante.

Figure I.02 : Barrage poids. [02] [03]

I-3-1-2-Barrage voûte
Sa forme d’arc horizontale et parfois verticale permet de transmettre la pression de l’eau vers
les flancs de la vallée, cette technique nécessite une vallée étroite en V.
Ces barrages avec une hauteur peut atteindre plus de 200 m représentent 4,4% de tous les
barrages et 20% des barrages en béton.

6
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

a- Avantages
- le béton utilisé est faible.
- le volume de l’excavation n’est pas grand.
- grande résistance au séisme.
- la pression interstitielle (sous pression) au niveau de la fondation est faible à cause de
l’épaisseur de la fondation.

b- Inconvénients
- grande contrainte appliquée sur le béton et sur les roches.
- le tassement est moyen.
- l’incorporation de l’évacuateur de crue n’est pas facile.
- le gradient hydraulique au niveau de la fondation est important.

Figure I.03 : Barrage voûte. [03] [28]

I-3-1-3-Barrage contreforts (multi-voûtes)


Le principe est le même que le précédent mais avec plusieurs voutes (arcs) on l’utilise en cas
d’une vallée large en U, il reporte la pression de l’eau sur les fondations et sur les rives.

a- Avantages
- la contrainte supportée par la fondation rocher est moyenne.
- le béton utilisé est faible.
- le risque du tassement est moyen.
- stabilité latérale seulement aux séismes.
- faible pression interstitielle au niveau de fondation.

7
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

b- Inconvénients
- grand risque aux séismes.
- faible résistance à la gravité.
- le volume de l’excavation est important.
- le gradient hydraulique très élevé au niveau de la fondation.

Figure I.04 : Barrage contreforts. [04]

I-3-2- Barrage en remblai


La plupart de ces barrages ont une structure souple, ils sont construits par des matériaux
naturels comme l’argile, les roches, et les pierres, ses parties principales sont :
- le noyau : on utilise des sols fins pour assurer l’étanchéité du barrage et sa position est
variée, verticale, inclinée, centrée…etc.
- les recharges : on les construise par des sols différents que le sol du noyau (sols frottant
perméables) pour supporter et protéger le noyau.
- le drain : à partir de son nom, il assure l’écoulement de l’eau dans le sol et diminue la
pression interstitielle pour cela il doit contenir des sols très perméables.
- les filtres : ce sont des parties peu épaisses, on les place entre les différentes parties contre
l’infiltration des eaux et pour éviter le phénomène de renard (l’érosion interne).
- le rip-rap : couche superficielle constitué par des blocs d’enrochements sur les côtés du
remblai pour le protéger contre les vagues, la relation entre les dimensions des blocs et
l’épaisseur du rip-rap et les vagues sont présentées dans le tableau I.01.
Ce type des barrages distingué par sa base le plus grand que sa hauteur de 4 à 7 fois, et le
coûte de la construction moins chère par rapport aux autres barrages en béton.

8
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

Tableau I.01 : Epaisseur du rip-rap selon la hauteur des vagues. [21]

Hauteur des vagues Epaisseur minimum du rip - Dimensions des blocs


(m) rap(m) (m)
0 à 0,30 0,30 0,20
0,30 à 0,60 0,40 0,25
0,60 à 1,20 0,45 0,30
1,20 à 1,80 0,55 0,40
1,80 à 2,40 0,70 0,45
2,40 à 3,00 0,80 0,55

Figure I.05 : Barrage en remblai. [05]

I-3-2-1- Barrage en terre (poids)


Ces sont les plus anciens barrages au monde entier, on utilise pendant leur construction
l’argile comme un noyau (centré ou incliné) pour assurer l’étanchéité, mais il y a d’autres
familles appartenant aux barrages en terre qui utilisent un masque en béton armé, béton
bitumineux, membrane mince, ou bien l’asphalte pour l’étanchéité.
Les barrages en remblais représentent presque 70% des grands barrages au monde.

Figure I.06 : Barrage en terre (poids). [06]

9
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

I-3-2-1-1- Barrage en terre homogène


Il est complètement structuré par un seul matériau, le plus utilisé c’est l’argile puisque il est
imperméable donc garantit la stabilité du barrage, dont les matériaux les plus fins sont à
l’amont et les plus grossiers à l’aval (voir la figure 05).

I-3-2-1-2- Barrage en terre zonée


C’est un type compliqué, il est fabriqué par plusieurs matériaux à partir de leurs granularités,
chaque matériau placé dans une zone bien déterminée dans le corps du barrage pour protéger
le noyau, et la séparation entre les différentes zones est faite par des filtres de transition.

Figure I.07 : Barrage en terre zonée. [11]

I-3-2-2- Barrage en enrochements


Il est composé par un remblai de matériaux rocheux et son structure est complexe et presque
la même chose que les barrages zonés il représente 17% des barrages en remblai.

Figure I.08 : Barrage en enrochements. [07]

10
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

a- Avantages
- économique à cause des matériaux de la construction.

- on peut contrôler d’une façon efficace l’écoulement de l’eau dans le barrage.

- petite sensibilité aux tassements et aux séismes.

- exécution simple.

b- Inconvénients
- généralement ils ont une faible hauteur.

- leur utilisation est très limitée.

- il doit être un excellent compactage au noyau.

- grand possibilité au risque de glissement.

- garder un petit volume de l’eau. [25] [28] [01] [07] [10] [09] [16] [05] [20] [21]

I-3-3- Autre barrage (digue à stérile)

Tous ce qu’on a vu auparavant concerne les barrages hydrauliques, mais il y a d’autres


barrages qui n’ont aucune relation avec les eaux comme les barrages de stériles miniers, on
les trouve dans les travaux d’exploitation minières pour garder et stocker les stériles
notamment les résidus liquides (ce sont les déchets les plus dangereux), on peut les classer à
la catégorie des barrages en remblai.

Figure I.09 : Schéma d’une digue à stérile minières. [Traduit de 13]

11
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

Ce type de barrage est classé comme un type récent (1998) par rapport aux autres barrages, le
caractère principale dans les digues à stérile c’est la durée de vie de construction qui peut
atteindre jusqu’à 40 ans ou plus, et puis la hauteur où elle peut dépasser 30 mètre.
Aujourd’hui nous avons réellement deux types de structures géotechniques pour contenir les
stériles minières : les barrages de retentions et les digues à stérile, la seule différence entre les
deux structure c’est les étapes de construction.

On construire les barrages de rétention par une seule étape et le contraire avec les digues à
stérile (les plus économiques) on les construit par plusieurs étapes à partir de suivant ces
méthodes :

I-3-3-1- Méthode amont

C’est la méthode la plus économique, dans cette méthode les rejets placés comme des
fondations pour élever la digue, autrement dit un remblai initial et élever au-dessus dès que
les rejets minières accroissent dans le bassin de décharge donc ces rejets doivent-être
convenables pour prendre le rôle des fondations, l’inconvénient de cette méthode c’est le
risque de la liquéfaction et l’effondrement (généralement 2 à 5 des 3500 digue à stérile dans le
monde entier se détruisent chaque année).

Figure I.10 : Méthode amont. [14]

I-3-3-2- Méthode aval

Cette méthode est semblable au barrage traditionnel d’eau, elle nécessite un grand volume de
matériaux et un grand espace, l’avantage de ce procédé c’est la réduction du risque de
liquéfaction et de l’effondrement.

12
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

Figure I.11 : Méthode aval. [14]

I-3-3-3- Méthode centrale

On peut dire que cette méthode est un mélange des deux méthodes précédentes, elle assure la
stabilité de la méthode amont, et ne demande pas beaucoup de matériau comme la méthode
aval.

Figure I.12 : Méthode centrale. [14]

Les caractéristiques principales des digues à stérile sont représentées dans ces points :

- le bassin de la digue dérive des déchets miniers ou des déchets chimiques.

- les matériaux stériles sont libérés hydrauliquement sur la surface de la digue.

- la vase de stérile écoule vers le centre du bassin de décharge où le système de sortie d’eau, et
le niveau de ce système nous permet de destituer les particules fines.

- un réseau des conduits de drainage lié au principal conduit collecteur et installer souvent
derrière le bassin.

- on utilise parfois la vaporisation pour réduire l’eau accumulée dans le bassin de décharge.
13
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

- en empêchant la volatilisation des déchets qui peuvent polluer l’air, on utilise les conduits
d’eau (voir figure 09). [Traduit de 13 et 14] [32]

Les
barrages

barrage en
barrage en
béton
remblai
(BCR),(BCV)

barrage barrge barrage barrage barrage en


poids voûte contreforts en terre enrochement

barrage en barrage digue à


terre en terre stérile
homogène zonée

Figure I.13 : Classification des barrages.

Note :

BCR : béton compacté au rouleau.

BCV : béton conventionnel vibré.

I-4- Ouvrages annexes


On peut diviser le barrage en deux parties : ouvrage principal (le corps) et des ouvrages
annexes très importants.

I-4-1- Dérivation pendant les travaux de construction

Le rôle de cet ouvrage c’est protéger le chantier vis-à-vis le risque de l’inondation.

14
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

1-barrage en construction.

2-canal de dérivation.

3-batardeau amont.

4-batardeau aval.

Figure I.14 : Types de dérivation. [09]

I-4-2- Evacuateur de crues

On utilise l’évacuateur comme un déversoir libre des eaux (charge hydraulique) de l’amont
vers l’aval, pour assurer la sécurité au gel et le passage des corps flottants.

L’évacuateur est composé de trois éléments : ouvrage d’entré, ouvrage de transport et sortie.

Figure I.15 : Evacuateur de crues. [09]

15
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

I-4-3- Vidange de fond et Tour de prise

Ces ouvrages ont une grande importance dans les barrages car ils affirment :

- la vidange complète et rapide du barrage.

- alimenté l’aval par l’eau dans les cas exceptionnels.

- stabilité des talus amont et aval.

- éviter la crue du chantier et produire l’énergie hydroélectrique.

Figure I.16 : Vidange de fond. [10]

Figure I.17 : Tour de prise. [10]

16
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

I-4-4- Gabions (barrages cellulaires)

Ce sont des ouvrages flexibles et temporaire on les construit à partir de remplissage des cages
grillagées par les cailloux, le gabion joue un rôle de mur de soutènement protégeant la vallée
contre l’érosion fluviale et l’inondation. [09] [10] [29] [20]

Figure I.18 : Gabion. [11]

I-5- Choix du site et du type de barrage


Il faut prendre en considération dans le choix du site et du type de barrage ces études
principales (critères techniques) :

I-5-1- Etudes topographiques

Les données topographiques nécessaires concernent : le bassin versant, l’amont et l’aval du


barrage, les zones d’emprunt, le site du barrage.

La notion d’un bassin versant indique que toutes les eaux s’écoulent vers un même point
appelé exutoire du bassin versant, ou bien toutes les eaux (pluie, neige,…etc.) chutées et
écoulées pour alimenter le même exutoire du bassin versant.

Figure I.19 : Schéma d’un bassin versant. [11]

17
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

Pour le bassin versant on utilise des photographies aériennes et des cartes topographiques à
grande échelle, ces cartes doivent comprendre des courbes de niveau en nombre suffisant pour
définir avec assez de précisons les éléments du bassin : couverture végétale, réseau
hydrographique, les pentes,…etc.

L’étude topographique de la vallée de la rivière peut atteindre à l’aval du barrage quelques


kilomètres, pour étudier les conditions d’écoulements de crue et son influence sur les villes
près du barrage donc il faut déterminer la forme et la section de la vallée et le cours d’eau.

L’étude du site du barrage et des zones d’emprunt concerne à l’emplacement du barrage et les
ouvrages annexes, estimer le volume du barrage et définir la zone d’emprunt pour exploiter
les matériaux de constructions.

I-5-2- Quelques études géologiques et géotechniques et hydrauliques

Les études géologiques et géotechniques et hydrauliques sont composées par trois étapes :

1ére étape :

-Investigations et étude sur documents existants (études sur des projets antérieurs, cartes
géologiques…etc.)

- Visite approfondie du site pour étudier la structure géologique régionale.

- Enlever d’affleurement sur le site et la cuvette.

-Enlever les matériaux de recouvrement pour obtenir une carte des zones d’emprunt.

- Repérer des zones de carrière pour les agrégats.

- Définir la nature des matériaux transportés par le cours d’eau.

2e étape :

- Reconnaissance superficielle (tranchées à la pelle hydraulique 15 m, puits, décapage,…etc.).

- Prospections géophysiques.

- Sondage et prélèvement des échantillons.

- Les essais géotechniques simples au laboratoire (identification et classification des sols).

- Préparer un rapport contient les travaux de reconnaissances.

3e étape :

- Sondage complémentaire.

- Identification minéralogique en laboratoire (lame mince).

- Les essais géotechniques sur les roches.

18
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

- Avérer en fin le type d’ouvrage, sa section, son emplacement.

I-5-2-1- Etudes géologiques et géotechniques d’APS (Avant-Projet Sommaire)

Ces études sont réalisent pour étudier la faisabilité et pour décider le maitre d’ouvrage
l’engagement du projet.

Reconnaissances de terrain :

- Tranche à la pelle hydraulique tous les 15 à 20 m pour définir la nature des matériaux
disponible et le niveau de la nappe.

- Nombre et profondeur de sondage, on utilise le forage carotté en cas des barrages dont la
hauteur est supérieure de 20 m car son coût élevé.

- Faire une description lithologique des terrains pénétrés en fonction de la profondeur et


dessiner les coups géologiques.

Figure I.20 : Caisses de carottes.

- Quelques essais en laboratoire :

- Essais d’identification (poids volumique, teneur en eau, limite d’atterberg, bleu de


méthylène, analyse granulométrique, sédimentométrie….etc.)

19
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

Figure I.21 : Granulométrie des matériaux constituée dans les barrages. [08]

- Etude minéralogique.

- Essai de compactage : essai Proctor Normal.

- Essais mécaniques et hydrauliques : résistance à la compression simple, essai triaxial,


l’odomètre, perméabilité, essai los Angeles, essai micro deval.

- Quelques essais in situ :

- Le pénétromètre statique ou dynamique.

- Le pressiomètre : obtenir une relation entre contrainte-déformation.

- Le scissomètre : mesurer la cohésion du sol.

- RQD : Rock Quality Designation.

- Prospection géophysique: déterminer la succession et la profondeur des couches.

- Prélèvements des échantillons en fonction des changements de nature de terrain notamment


sous la nappe phréatique.

- Mesurer le pendage et la direction des discontinuités.

20
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

- Le géologue peut estimer le risque d’envasement à cause des apports solides dépendent
d’érosion des pentes et du couverte végétale de bassin versant.

- Etudier la fondation (substratum rocheux) :

- Fondations rocheuses :

- Sur les fondations rocheuses on peut construire tous types de barrages, exceptionnellement
les roches très fissurées c'est-à-dire très médiocres.

- Fondations graveleuses ou sablo-silteuses :

On rencontre ce type de fondation dans les rivières à grand débit, ce type est pour les barrages
en remblai (terre, enrochement) et en béton avec une hauteur très petite, mais il doit contrôler
les fuites sous les fondations (risque de renard et de tassement).

- Fondations argileuses :

Dans ce type de fondation on choisit automatiquement les barrages en remblai, mais la pente
des parements doit être compatible avec les caractéristiques des matériaux in situ.

I-5-2-2- Etudes géologiques et géotechniques d’APD (Avant-Projet Détaillée)

- Estimer le volume des matériaux disponibles dans la zone d’emprunt.

- Des essais géotechniques in situ et en laboratoire sur l’échantillon de la fondation.

- Des essais chimiques sur l’échantillon de la fondation et des matériaux d’emprunts.

- Choix définitif le type du barrage et les ouvrages annexes et ses matériaux de construction.

- Calculer la stabilité de l’ouvrage.

- Suivre les travaux de construction du barrage et contrôler l’ouvrager en service.

I-5-2-3- Etudes hydrauliques

L’objectif principal d’un barrage est de stocker un volume d’eau pour différentes utilisations,
donc il doit définir le volume de ce réserve qui constitue de :

Le volume mort : situé au-dessous du barrage et remplit par des apports solides, ce volume
peut réduire de volume total du barrage.

Le volume utile : représente le volume exploitable situé au-dessus le volume mort.

Tranche supérieure : représente la tranche d’évaporation et d’infiltration.

- Etude la perméabilité et l’infiltration à travers les fondations (tracer les lignes des courants
et équipotentielles).

- Etude les risques à la stabilité du barrage phénomène de renard par exemple.

21
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

I-5-3- Matériaux disponibles

La disponibilité des matériaux de constructions d’un barrage (zones d’emprunts) sur le site
peut influencer sur le choix du type de barrage, et minimise le temps et le coût de transport,
donc selon la quantité et la qualité des matériaux disponibles on peut choisir le type du
barrage :

Si on trouve de sols argileux ou limoneux de qualité et quantité suffisante (1,5 à 2 fois de


volume de remblai) on choisit un barrage en terre homogène, il sera plus économique.

Si on trouve de sols argileux ou limoneux de petite quantité avec des matériaux grossiers, on
utilise un barrage en terre zoné ou d’enrochements avec un noyau imperméable.

Si on ne trouve que les matériaux grossiers, on peut construire un remblai homogène et


affirmée l’étanchéité par un coulis au centre du remblai, ou par une étanchéité artificielle sur
le parement amont béton bitumineux, membrane, masque en béton.

Si on ne trouve que d’enrochements, on choisit un barrage en enrochements avec une


étanchéité artificielle, on peut aussi utiliser un barrage en béton BCR (béton compacté au
rouleau) si la roche de la fondation était bonne.

I-5-4- Crue et ouvrage hydraulique

Dans le cas où le risque de la crue menacée notre ouvrage l’évacuation de crues sera
nécessaire, donc le choix convenable c’est un barrage en béton BCR, par exemple nous avons
une fondation rocheuse et les matériaux meubles sont disponibles et proches mais prendre en
considération il y aura un grand débit de crue, alors on passe du barrage en terre au barrage en
béton.

I-5-5- Critère économique

Après tous ce qu’on a vu précédemment dans le choix du type de barrage : la forme de vallée,
les matériaux disponibles, l’étude géologique et géotechnique,…etc. On ne peut pas négliger
l’aspect économique car ce critère peut changer complètement le type du barrage, donc il faut
le prendre en considération, pour cela on dit que le choix d’un barrage basé sur le côté
technique et le côté économique (technico-économique). [10] [01] [16] [05] [30] [20]

I-6- Différentes étapes de construction d’un barrage


Après toutes les études topographiques, géologiques, géotechniques et hydrauliques et après
le choix du site et du type de barrage on passe directement à la réalisation des travaux de
construction.

22
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

I-6-1- Réalisation des barrages

Premièrement on organise le chantier oùon trouve les personnels compétents (le responsable,
les techniciens, les ingénieurs, la main œuvre) et les matériels et les engins nécessaires
comme une pelle hydraulique, chargeuse, niveleuse et compacteur…etc.

Protéger l’amont du chantier par un batardeau et une galerie de déviation contre le risque de
crue pendant les travaux de construction, la meilleure saison pour exécuter ces travaux est
entre le mois de mai et le mois d’octobre, autrement dit dans la période de sèche où le
rendement des engins est maximal et le risque de la crue est faible.

Figure I.22 : Quelques engins nécessaires. [10]

A partir des études préliminaires on peut déterminer les terrains superficiels de la fondation et
leur profondeur, on prend tous ces détails dans l’ouverture des fouilles, ces dernières doivent
être nettoyées et asséchées de toutes les eaux et de tous les débris de roche altéré, enlever les
roche mauvaises jusqu'à le substratum, puis construire un rideau d’injection pour réduire les
infiltrations, si nous avons une fondation en terre meuble on doit assurer l’homogénéité au
niveau du contact entre le remblai et la fondation, ensuite stopper le maximum d’infiltration
des eaux sous les fondations.

Dans les barrages en remblai on utilise la zone d’emprunt pour extraire la quantité et la qualité
suffisante des matériaux de construction, le mode d’extraction de ces matériaux dépend
d’hétérogénéité de la zone et la disposition des couches.

Le nombre et l’épaisseur des couches, et le nombre de fois de passe de compacteur est


déterminer expérimentalement selon la granulométrie et l’humidité des matériaux d’emprunts,
après le compactage il doit Contrôler chaque fois la qualité de la couche compactée si on est
atteint au poids volumique désiré ou non.

Ici on peut dire que l’essai de Proctor normal est une simulation de tous ce qu’on fait sur le
compactage du remblai.

23
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

Généralement on met les matériaux imperméables au cœur du barrage (noyau) pour assurer
l’étanchéité, les matériaux moins imperméables disposées sur un filtre aux cotés des
parements (30 à 50 cm d’épaisseur) pour protéger le barrage contre les batillages.

Figure I.23 : Etanchéité d’un barrage en terre. [10]

Les barrages en béton sont des structures rigides et doivent les construire sur une fondation
rocheuse saine et peu profonde pour supporter le poids, dans les barrages en béton poids on
utilise un béton non armé BCR (béton compacté au rouleau) c’est une solution économique,
ou bien un béton armé BCV (béton conventionnel vibré) avec des aiguilles vibrantes pour
éliminer les bulles d’air.

Dans ce type de barrage oùla température du béton est élevée due à la réaction chimique dans
le mélange ciment-sable-eau les adjuvants jouent un rôle très important.

Les adjuvants sont des substances chimiques mélangent en faibles quantités au béton frais
pour améliorer quelques propriétés, leurs poids représenté 1% à 3% du poids totale.

- Principaux types d’adjuvants sont :

- Les plastifiants et fluidifiants réducteurs d'eau : réduire la quantité d’eau utilisée, on obtient
un béton fluide et aussi liquide.

- Les retardateurs de prise du ciment : allonger la durée d’utilisation du béton par exemple
transport du béton sur grandes distances.

- Les accélérateurs de prise et de durcissement : réduire la durée pratique de prise du béton.

- Les entraîneurs d'air : augmenter la résistance aux actions gels et dégels. [10] [01] [20] [07] [35] [36]

24
Chapitre 01 Généralités sur les barrages

Figure I.24 : Barrage en béton BCR. [12]

I-7- Durée de vie des barrages


La durée de vie d’un barrage est déterminée à partir le rapport entre la capacité du barrage et
le volume d’envasement (volume mort), cette durée est variée d’un barrage à l’autre.

Le volume d’envasement dépend de plusieurs paramètres comme : la vitesse d’écoulement, la


taille et la nature du bassin versant, précipitations, la pente et l’altitude du relief,…etc. [31]

I-8- Conclusion
Malgré tout ce qu’est inventé par l’homme, les techniques avancées, les géants engins, on ne
peut pas dominer la nature, pour cela il doit la prendre en compte comme un facteur très
important ce qu’est représenté dans les études géologiques et géotechniques et hydrauliques, à
partir de ces études on peut déterminer le site et le type du barrage le plus convenable, donc
on peut dire que chaque projet de barrage sera et restera une histoire et une affaire unique.

25
Chapitre 02
Analyse de
la stabilité
des barrages
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

II-1- Introduction
La stabilité et la sécurité des différents types des barrages dépendent de l’étude des différentes
forces qui s’appliquent sur notre ouvrage, des forces motrices (poussée de l’eau et de
sédiments, séisme…etc.) et des forces résistants (poids du barrage…etc.). La mauvaise étude
de ces forces peut menacer la stabilité des barrages produisant des conséquences indésirables
et terribles.

II-2- Profil général du barrage

II-2-1- Hauteur du barrage

La hauteur totale HT est égale la hauteur normale des eaux maximales (voir figure II.01).

Où:

H1 : volume des dépôts solides.

H2 : volume utile.

H3 : volume perdu.

Figure II.01 : Schéma de réparation des hauteurs. [Modifiée de 15]

II-2-2- Largeur en crête du barrage

Généralement la largeur en crête d’un barrage doit être supérieure à 3 m, on peut calculer la
largeur L (m) à partir de ces formules :

a) T.KNAPPEN √ …..(II.1) ou b) ROLLEY √ …..(II.2)

Où:

H : la hauteur totale du barrage (m).


27
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

II-2-3- Revanche

C’est une épaisseur qui assurer la sécurité du barrage, d’après J.DUNGLAS on a cette
formule :

….. (II.3)

Avec :

h : hauteur des vagues.

V : vitesse des vagues d’après R.ROLLEY on a : …..(II.4)

g : accélération gravitationnelle. [01] [20] [30] [21]

II-2-4- Pentes des talus

À l’aide le tableau II.01, on peut déterminer l’inclinaison des pentes (amont-aval).

Tableau II.01 : Inclinaison de talus approximatifs. [09]

Hauteur du barrage type du barrage Pentes des talus


(m) Amont Aval
Inférieur à 5 m - homogène. 1/2,5 1/2
- à zones. 1/2 1/2
5 à 10 m - homogène, granularité étendue. 1/2 1/2
- homogène, à fort pourcentage 1/2,5 1/2,5
d’argile.
1/2 1/2,5
- à zones.
10 à 20 m - homogène, granularité étendue. 1/2,5 1/2,5
- homogène, à fort pourcentage 1/3 1/2,5
d’argile.
1/2 1/3
- à zones.

Tableau II.02 : Quatre classes de barrages. [20]

Ouvrage de Terrains d’assise Hauteur de l’ouvrage pour la classe


retenue IV III II I
* Rocheux 25 25-70 70-100 100
Barrages en terre * Sableux, de grosses 15 15-35 35-75 75
et en enrochement pierres, argileux compacts
* Argileux bien saturé en 15 15-25 25-50 50
état plastique
Barrages en * Rocheux 25 25-60 60-100 100
béton, béton armé * Sableux, de grosses 10 10-25 25-50 50
et ouvrages pierres, argileux compacts
annexes * Argileux bien saturé en 10 10-20 20-25 25
état plastique

28
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

II-3- Actions s’appliquent sur un barrage


Les actions s’appliquent sur un barrage peuvent influencer sur son stabilité, donc il faut
connaitre-elles pour comprendre son comportement et pour déterminer ses dimensions sous
ces forces, en fonction de leur variation avec le temps et leur mode d’application on peut
classer les actions en trois catégories comme suite :

II-3-1- Actions permanentes

Ces actions constante ou très peu variable avec le temps on les notés G.

II-3-1-1- Poids propre G0

Comme nous allons vu précédemment dans le chapitre 01, on peut calculer le poids propre à
partir les formules I.1 et I.2.

Figure II.02 : Action de poids propre. [16]

II-3-1-2- Poussé des sédiments G1

Au cours de temps les sédiments (l’envasement) exercent une pression latérale au niveau de
parement amont pour calculer cette pression nous avons :

……….. (II.5)

Où:

γ'sédiment : poids volumique déjaugé des sédiments.


h : l’épaisseur de la couche des sédiments.

φ:angle de frottement interne des sédiments.

29
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

Figure II.03 : Action de Poussé des sédiments. [16]

II-3-1-3- Poussé d’une recharge aval G2

Cette recharge est un remblai avec une petite dimension située au fond de fouille de fondation
et contribuée à la stabilité du barrage.

Figure II.04 : Poussé d’une recharge aval. [15]

II-3-1-4- Action de tirant précontrainte G3

Cette action est contribuée à la stabilité du barrage parce que la force d’ancrage apportée par
les tirants précontraints est augmentée de la traction de blocage, donc on peut considérer le
tirant précontrainte comme un soutènement.

On peut ajouter cette action même avec les barrages en service.

30
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

II-3-2- Actions variables

On note les actions variables Q.

II-3-2-1- Poussée hydrostatique amont Q1

Au niveau du parement amont l’eau toujours exercée une pression horizontale mais variable
en fonction de la hauteur du barrage on la calcule :

….….. (II.6) Sans déversement.

……..(II.7) Avec déversement.

Où:

γw : poids volumique de l’eau.


H : la hauteur de la retenue.

h : quand il y a une deversement.

Figure II.05 : Poussée hydrostatique amont. [16]

31
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

II-3-2-2- Poussée hydrostatique aval Q3

L’eau revient comme un résultat de la poussée hydrostatique amont est appliquée sur le
parement amont du barrage, sa valeur n’est pas importante par rapport Q1 mais il faut la
prendre en considération.

Figure II.06 : Action de la poussée hydrostatique aval. [16]

II-3-2-3- Action des sous pressions Q2

Le principe de calcul basé sur la détermination du diagramme de sous pressions appliquées


sur le barrage (entre barrage-fondation). La valeur de cette action liée aux plusieurs
paramètres, ces paramètres sont en fonction de pressions Q3, Q1, les propriétés du site et les
matériaux (stratification de la roche, perméabilité des matériaux, qualité du voile
d’injection….etc.). Cette action on peut la considérer comme une partie de la pression
hydrostatique.

………(II.8)

Figure II.07 : Action des sous pressions. [15]

32
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

[20]
Tableau II.03 : Actions de l’eau classées d’après leur origine (Aubert, 1949).

Origine des actions de l’eau Mécanisme des actions Conséquences dommageables pour la fonction du
de l’eau. barrage et pour sa conservation.
Les pressions exercées A1 Pressions exercées par l’eau sur les surfaces de
A. Pression exercée sur les faces amont et aval maçonnerie avec lesquelles elle est normalement en
sur la surface engendrent des efforts contact, pouvant entraîner la dislocation du barrage
du barrage. dans les diverses parties de ou le déplacement d’ensemble d’une portion
importante de celui-ci.
l’ouvrage.

Actions Du fait des pressions


statiques exercées sur la surface du B1 Perte d’eau
barrage, l’eau tend B2 Efforts dus à la pression statique d’amont à
B. Pénétration dans à s’infiltrer dans les l’intérieur des maçonneries et pouvant entraîner
le corps ou le maçonneries en la dislocation.
radier du barrage. cheminant soit dans les B3 Délavage des maçonneries amenant leur
pores de celles-ci, soit appauvrissement en liant (érosions internes des
dans les fissures (qui maçonneries) et pouvant entraîner leur
peuvent être destruction, par combinaison avec d’autres actions.
préexistantes ou résulter
du cheminement lui-
même)

C1 Perte d’eau
Tendance au C2 Pressions exercées par l’eau sur certaines faces
Contournement du du barrage en contact avec le sol, par suite de
barrage, au travers des l’infiltration et du cheminement de l’eau dans le
terrains environnants, terrain. Ces pressions peuvent contribuer à la
C. Pénétration dans soit par-dessous le
dislocation du barrage ou à son déplacement
le terrain corps ou le radier du
barrage, soit par derrière d’ensemble.
avoisinant. C3 Délavage du sol avoisinant par entraînement
ses ancrages latéraux
dans le terrain en place. progressif de matériaux (érosion interne), avec comme
conséquence ultime :
- soit une perte d’eau telle que le barrage ne
remplit plus sa fonction.
- soit la destruction du barrage par dislocation ou
déplacement d’ensemble, par suite de la
disparition partielle du terrain servant d’appui
aux maçonneries.

Si le bief amont est D1 Frottement sur les maçonneries de l’eau et des


alimentée en eau, matériaux entraînés par elle, exerçant une usure des
l’arrêt de l’écoulement maçonneries qui peut se prolonger jusqu’à
provoqué par le barrage la destruction du barrage
entraîne une D2 Efforts exercés par les masses d’eau en mouvement
accumulation sur sa face au contact du barrage, tels que pressions tant
amont. Le niveau des statique que dynamiques, dépressions
Actions D. Franchissement eaux s’élevant entraînant des effets de succion ou même des
dynamiques de l’obstacle. vibrations, ces diverses actions pouvant amener la
progressivement, elles
finissent par s’échapper dislocation ou le déplacement du barrage.
soit en submergeant la D3 Actions du courant d’eau sur le sol en amont et en
crête du barrage soit au aval ou sur les côtés du barrage pouvant provoquer un
travers d’orifice prévus entraînement de matériaux (érosion superficielle)
et aménagés à cet effet. susceptible de se traduire :
Un écoulement d’eau -soit par le contournement du barrage (perte d’eau),
se produit et entraîne un -soit par la destruction de celui-ci (dislocation ou
certain nombre déplacement d’ensemble) par disparition partielle du
terrain d’appui.
d’actions dynamiques.

33
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

II-3-2-4- Action de la glace Q4

Cette action liée aux changements climatiques et caractéristique de la glace et ne concerne


que les retenues située en altitude.

Figure II.08 : Action des glaces. [09]

II-3-2-5- Variation de température

Le retrait et le gonflement du béton, ou bien la diminution et l’augmentation de volume sont


des phénomènes liés aux variations de températures et la teneur en eau, elles peuvent créer
des contraintes thermiques locales complémentaires sur notre ouvrage représentant dans
l’élongation ou la contraction (l’apparition des fissures) des dimensions de la conception
notamment au côté amont.

II-3-3- Actions accidentelles

L’un des problèmes qui peuvent menacer la stabilité du barrage c’est le risque du séisme, lors
ce risque il y a deux types de sollicitations mécaniques :

II-3-3-1- Forces d’inerties provoquées par la structure

On utilise la méthode pseudo- statique :

……...(II.9)

Où:

α : le coefficient de sismique (l’accélération au sol multipliée par 0,67 pour la composante


horizontale et multipliée par 0,20 pour la composante verticale).

S : la section de l’ouvrage.

γb : le poids volumique de l’ouvrage.

34
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

II-3-3-2- Forces hydrodynamiques dues à la vibration

Ces forces s’appliquent sur le côté amont du barrage, on les calcule par la méthode de
westergaard :

……..(II.10)

Où:

α : le coefficient de sismique.

H : la hauteur du barrage.

Z : la profondeur de l’eau. [20] [01] [16] [15]

les actions

Les actions Les actions Les actions


permanentes variables accidentelles

Poids propre Poussée Les forces


hydrostatique d’inerties
amont

Poussé des
sédiments Action des sous Les forces
pressions hydrodynamiques

Poussé d’une Poussée


recharge aval hydrostatique
aval

Action de tirant
précontrainte Action de la glace

Variation de
température

Figure II.09 : Différentes actions sur les barrages.

35
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

II-4- Causes et Types de rupture des barrages


Quel que soit le type des actions ou des sollicitations sur un barrage, elles menacent son
sécurité et son stabilité et par la suite on aura un grand risque, autrement dit dommage de
l’ouvrage et des êtres vivants, donc on peut définir le risque comme un ensemble de l’aléa et
des enjeux (vulnérabilités).

Figure II.10 : Effet de rupture des barrages. [Modifiée de 17]

II-4-1- Principales origines de rupture

Selon le type de barrages en remblai ou en béton et à partir la C.I.G.B (commission


international des grands barrages) on a ces causes :

II-4-1-1- Barrages en remblai

- submersion du barrage par une crue à cause d’une mauvaise estimation de la crue, ou d’un
mauvais fonctionnement des vannes.

- le phénomène de renard au niveau du contact fondations-barrage ou fondation-ouvrages


annexes.

- glissement des talus du barrage.

- liquéfaction du remblai par un séisme.

- risque de tassement.

II-4-1-2- Barrages en béton

- les discontinuités au niveau des fondations.

- mauvais ou insuffisance de drainage (pression interstitielle).

- le phénomène de renard au niveau des fondations.

- risque de tassement.

- vices de conception et de construction.

- renversement ou glissement des plots.


36
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

Dans les deux types de barrages on ne peut pas négliger les erreurs humaines comme une
cause de rupture, ces erreurs peuvent être représentées par l’insuffisance des études
préliminaires, les défauts de construction, les erreurs de surveillance et de maintenance…etc.

Tableau II.04 : Statistiques sur les modes de rupture (d’après Foster et al, 1998 et 2000). [23]

Mode de rupture Le pourcentage de la ruine (%)

Phénomène de renard dans le corps du barrage. 31

Phénomène de renard dans la fondation. 15

Phénomène de renard depuis la digue à la fondation. 2

Stabilité des pentes. 4

Submersion. 46

Séismes. 2

II-4-2- Types de ruptures

On classe les types de ruptures en trois familles :

- la rupture au premier remplissage représentée 37%, elle prend beaucoup de temps selon la
capacité du barrage.

- la rupture par déversement (submersion) représentée 37%, cette cause a diminué pour les
barrages récents.

- la rupture pendant l’exploitation représentée 26%, la cause de cette rupture c’est le manque
ou l’insuffisance d’entretien et de surveillance, on remarque que cette rupture touchée
beaucoup plus les barrages en remblai.

II-4-3- Conséquences

Dans le cas de rupture d’un barrage l’eau stockée va libérer vers l’aval sous forme des
grandes vagues peuvent atteindre à 160 mètre, c'est-à-dire une forte inondation, on prend des
exemples pour expliquer ce risque (voir le tableau II.05) :

- en Italie (octobre 1963) le barrage voûte de vajont avec une hauteur de 261 mètre et une
longueur de 190 mètre a s’expose à un glissement de terrain massif, déclenchant une vague de
150 mètre de hauteur vers l’aval et laissant plus de 2000 victimes, noyés, blésées,
ensevelissement, démolition des ouvrages et des bâtiments, disparition du sol cultivable…etc.

37
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

Tableau II.05 : Quelques accidents les plus graves dans le monde. [24]

Nombre
Date de Hauteur du Volume
barrage pays rupture barrage (m) de
(hm3) victimes

Barrage en remblai, rupture durant la construction


Panshet Inde 1961 49 214 1 000
Sempor Indonésie 1967 60 56 200
Barrage en remblai, rupture lors de la première mise en eau
Dale Dyke Grande-Bretagne 1864 29 3,2 230
Barrage en remblai, rupture en service
Iruhaike Japon 1868 28 18 1 200
Mill River États-Unis 1874 13 Inconnu 140
South Fork États-Unis 1889 21 18 2 200
Walnut Grove États-Unis 1890 33 11 129
Hyogiri Corée du Sud 1961 15 0,2 139
Nanak Sagar Inde 1967 16 210 100
Machu Inde 1979 26 101 2 000
Gotvan Iran 1980 22 Inconnu 200
Kantale Sri Lanka 1986 27 135 127
Barrage poids, rupture lors de la première mise en eau
Puentes Espagne 1802 69 13 600
Saint Francis États-Unis 1928 62 47 450
Barrage poids, rupture en service

Fergoug I Algérie 1881 33 30 200


Tigra Inde 1917 25 124 1 000
Malpasset France 1959 60 49 423
Khadakwasla Inde 1961 33 137 1 000
Barrage à contreforts et voûtes multiples

Gleno Italie 1923 35 5 600


Vega de Terra Espagne 1959 33 7,3 140

II-5- Prévision et Moyens de secours

On ne peut pas estimer la date et le temps d’une rupture du barrage, mais la bonne prévision
représentant par la surveillance constante peut réduire l’intensité et les dégâts de ce risque.

II-5-1- Information préventive et consignes

II-5-1-1- Signal d’alerte

Le signal d’alerte basé sur la diffusion des autorités locales des trois alarmes successives
d’une minutes avec une séparation de cinq secondes entre eux, la diffusion fait par des sirènes
type corne de brume de différents niveaux, il doit aussi essayer ces sirènes une fois par

38
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

trimestre et pendant la période de l’essai on fait trois émissions de deux secondes séparée par
une espacement de trois secondes.

II-5-1-2- Consignes générales

S’il y a une risque et on entend l’alerte il faut suivre certains consignes indispensables :

* avant :

- eau potable.

- lampe de poche.

- radio portable.

- médicaments urgents.

- couvertures et vêtements.

- connaître les zones les plus hautes et les plus proches (colline, immeuble…etc.).

* pendant :

- écouter aux consignes de la radio et informer les autres.

- secourir et aider les personnes handicapées et les invalidées.

- monter rapidement aux étages supérieurs d’un immeuble solide.

- éviter l’ascenseur le maximum possible.

* après :

- informer les autorités de tout danger ou dégât remarqué.

- aider vos voisins et rester très loin de points dangereux. [34] [22] [24] [23] [17]

II-6- Etude de stabilité d’un barrage en terre


La forme d’un barrage en remblai caractérisée par une pente amont et une pente aval, ces
pentes peuvent provoquer un risque du glissement circulaire dans la digue et menacer la
stabilité de notre ouvrage.

Pour calculer la contrainte au cisaillement on découpe le terrain en tranches verticale tout au


long le plan du glissement.

……...(II.11)

39
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

Où:

τ : la contrainte au cisaillement.

C : la cohésion.

N : la contrainte normale.

U : pression interstitielle.

υ: angle de frottement interne.

Notion de coefficient de sécurité, en géotechnique on ne peut pas parler de la stabilité des


talus sans le facteur de sécurité FS.

Quand on dit FS on aura deux types de forces, des forces motrices (provoque le glissement) et
des forces résistent (empêcher le glissement) le rapport entre ces deux forces tout simplement
c’est le facteur de sécurité, par définition on a cette relation :

……....(II.12) Ou ……..(II.13)

On peut prendre des valeurs de facteur de sécurité élevées ou faibles selon l’importance de
l’ouvrage et s’il n’y a pas de grand risque.

Tableau II.06 : Valeurs de FS en fonction de l’importance de l’ouvrage. [18]

FS L’état de l’ouvrage
<1 Danger
1.00-1.25 Sécurité contestable.
Sécurité satisfaisante pour les ouvrages peu importants.
1.25-1.40
Sécurité contestable pour les barrages, ou bien quand la
rupture sera catastrophique.
>1.40 satisfaisante pour les barrages.

II-6-1- Glissement des terrains

On a deux types du glissement suivant la forme de plan de rupture.

II-6-1-1- Glissement plan

Il se produit suivant un plan, au niveau d’une surface de discontinuité géologique, zone entre
deux matériaux de nature différente. La ligne de rupture suive une couche mince de
mauvaises caractéristiques sur laquelle s’exerce souvent l’action de l’eau. Une telle couche est
appelée « couche savon », ce type de glissement est très rare dans les barrages.

40
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

a- Critère de rupture de Coulomb

Le plan de rupture se traduit par le glissement des grains du sol les uns aux autres, ne pas la
rupture des grains lui-même. Pour cela on utilise les contraintes effectives.

……....(II.14)

………(II.15)

Figure II.11 : Critère de Coulomb. [18]

Pour un matériau purement frottant :

- cas oùil n’y a pas d’eau c'est-à-dire C’ et γw et hw =0 la formule devient :

……...(II.16)

- cas oùla nappe affleure en surface hw=h:

( ) ……...(II.17)

41
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

Où:

C’ : la cohésion, élevée avec les sols fins et faible avec les sols grenus.

υ: angle de frottement interne.

II-6-1-2- Glissement circulaire

Dans le cas des ruptures plus ou moins circulaires, en distingue deux méthodes. La première
c’est la méthode globale, elle suppose que le milieu est homogène et que la masse est en
équilibre limite. La seconde c’est la méthode des tranches. Elle consiste à diviser la masse
instable en un certain nombre de tranches verticales.

Figure II.12 : Types de glissement. [11]

II-6-1-2-1- Méthodes de tranches

Basée sur le découpage de la pente à un nombre N des tranches voir la figure II.13.

Figure II.13 : Méthode des tranches. [11]

a- Méthode ordinaire ou conventionnelle 1936

L’une de méthodes la plus ancienne dans le glissement circulaire, le nombre de tranchée est
entre 30 à 50 au maximum et la résultante des forces inter-tranche est nulle.

42
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

Figure II.14 : Méthode ordinaire. [11]

On a : …..(II.18) et …..(II.19)

…..(II.20) Après la simplification on obtiendra cette équation :

…..(II.21)

D’où:

…..(II.22) et …..(II.23)

On utilise la même formule pour les autres tranches.

Avec:

w : poids propre d’une tranche.

b: largeur d’une tranche.

b- Méthode simplifiée de Bishop 1955

C’est la méthode la plus célèbre et la plus couramment utilisée, le FS de cette méthode est plus
grand que le FS de Fellenuis cet écart peut atteindre jusqu’à 10%.

43
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

Figure II.15 : Méthode de Bishop. [18]

Après la projection sur les axes on a la formule II.20 :

[ ] ( ) …..(II.24)

Après toutes les opérations de simplification on aura l’expression suivante :

( )

….….. (II.25)

Où:

La valeur initiale de F obtenue à partir la méthode de Fellenuis.

c- Méthode de Janbu 1968

Janbu suppose que chaque force inter-tranche a une position bien définie sur la ligne d’action,
on la utilise lorsque la forme de la plan du glissement écartée de la forme circulaire (plan de
glissement quelconque).

Cette méthode a un bon avantage par rapport aux autres méthodes, cet avantage représenté
dans la facilité et la rapidité du calcul le FS.

44
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

Figure II.16 : Méthode de Janbu. [18]

…………. (II.26)

Avec:

………… (II.27)

Où:

αi : la direction et la position de la ligne de poussée.

ΔVi : la différence des forces de deux tranches successives.

45
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

Tableau II.07 : Quelques différences entre divers méthodes de calcul de glissement. [Traduit de 40]

Méthode Equilibre Equilibre Equilibre Equilibre hypothèses remarques


de de la des forces des forces
l’ensemble tranche horizontales verticales
Le cercle -Surface de Uniquement
suédois Oui No No No glissement pour υ=0
circulaire.

Méthode des -Surface de Modeste et


tranches glissement très
ordinaire Oui No No No circulaire. imprécise
(Fellenuis -les forces pour grande
1927) latérales pression
parallèles à d’eau.
la base.

Méthode -Surface de Très


modifié de Oui No No Oui glissement imprécise
Bishop(1965) circulaire. pour grande
-les forces pression
latérales d’eau.
horizontales.

Méthode de -Surface de Beaucoup


Morgenstern glissement mesures
et Price(1965) Oui Oui Oui Oui quelconque. ingénieries
-les forces nécessitent
latérales divers
orientées. hypothèses
des forces
latérales.
-Surface de
Méthode glissement Faible
simplifié de quelconque. coefficient
Janbu(1954) No No Oui Oui -les forces de sécurité.
latérales
horizontales.

-Surface de
Méthode de glissement Méthode
Spencer(1967) quelconque. simple.
Oui Oui Oui Oui -les forces
latérales
parallèles.

46
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

II-6-2- Tassements

Dans les barrages en terre on a deux types du tassement, tassement du corps de la digue et
tassement de la fondation, on peut négliger le premier pour les petits barrages où la hauteur
moins de 20 à 30 m et où la digue est bien compactée, le deuxième il varie en fonction de la
nature de terrain (les couches au-dessous de la digue voir la figure II.17) et ses
caractéristiques qu’on peut les déterminer à l’aide de la courbe de l’essai œdométrique et de
cette formule :

…….. (II.28) ……. (II.29)

Où:

ΔH : tassement.

H0 : épaisseur initiale de la couche compressible.

Cc : indice de compression.

e0 : indice des vides initial.

Δσ’p : pression de pré-consolidation.

Δσ’z : contraintes dues aux surcharges.

Δσ’v0 : contrainte effective verticale naturelle.

Pour les petits barrages qui ne dépassent pas la hauteur de 20 m, on peut prendre le tassement
entre 0,5-1,5 % de la hauteur totale du barrage, ou bien par cette formule :

………. (II.30)

Avec :

Hb : la hauteur du barrage

Figure II.17 : Tassement des fondations.

47
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

Tableau II.08 : Tassements admissibles (d'après Costet et Sanglerat). [26]

Type de Condition Tassement maximal


mouvement
drainage correcte 15 à 30 cm
facilité d'accès 30 à 60 cm
Tassement total
Tas. uniforme sous mur en maçonnerie 2 à 5 cm
Tas. uniforme sous poutraison 5 à 10 cm
Tas. uniforme sous silos, cheminée, radier 8 à 30 cm
stabilité de cheminée et tour 0,004 B
circulation d'engin 0,01 L
Renversement stabilité d'empilage 0,01 L
stabilité de machine à tisser 0,003 L
stabilité de turbogénérateur 0,0002 L
Stabilité de grue sur rail 0,003 L
Ecoulement de l'eau dans les étages 0,01 à 0,02 L
parer à la fissuration de mur de brique 0,0005 à 0,001 L
parer à la fissuration de poutre en B.A. 0,0025 à 0,004 L
Tassement
parer à la fissuration de voile en B.A. 0,003 L
parer à la fissuration de poutre continue en 0,002 L
acier
parer à la fissuration de poutre simple en acier 0,005 L

II-6-3- Stabilité hydraulique

Les infiltrations des eaux dans le terrain peuvent déclencher le phénomène de renard, ces
dernières vont apporter les matériaux les plus fins de fondation vers l’aval et par la suite le
débit d’infiltration devient plus grand et plus rapide que le débit de la rivière provoquant la
vidange et des dégâts dans les barrages en terre particulièrement. En proposant que le sol soit
saturé :

………. (II.31) et ………. (II.32)

Où:

Vc : vitesse critique.

γ' : poids volumique déjaugé du matériau.

K : perméabilité.

Pour éviter ce problème il doit installer un tapis filtrant ou un drain au pied aval du remblai.

48
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

Figure II.18 : Phénomène de renard. [19]

II-7- Etude la stabilité d’un barrage en béton

Dans cette partie on va étudier la stabilité des barrages en béton selon leurs types :

II-7-1- Stabilité d’un barrage poids

II-7-1-1- Stabilité au glissement

Quel que soit les sollicitations horizontales exercées sur la section du barrage du amont vers
l’aval (Poussé des sédiments et poussée hydrostatique amont, pression interstitielle) elles
peuvent provoquer un glissement, donc il doit assurer la stabilité grâce à la cohésion et l’angle
de frottement pour éviter ce risque :

………. (II.33) On prend généralement F >1

avec:

W : les forces verticales poids du barrage.

U : pressions interstitielles.

P : les actions horizontales.

υ: angle de frottement compris entre 0,75 pour béton sur béton ou sur bonne roche et 0,6 pour
béton sur roche très tendre.

Dans les cas exceptionnels le coefficient de sécurité doit être supérieur à 2,5.

Si on prend la cohésion de la fondation en considération on aura cette formule :

49
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

………. (II.34)

Où:

C : la cohésion de la fondation, pour une roche de bonne qualité elle comprise entre 0,5 et 2
MPa.

S : surface de glissement.

II-7-1-2- Stabilité au renversement

La cause de renversement c’est la présence des forces horizontales agissant sur le barrage plus
grandes que les forces verticales, dans la pratique on calcule les contraintes de ces relations :

… (II.35) …. (II.36) …. (II.37)

Avec :

b : la surface de base.

I : le moment principal d’inertie où : ………. (II.38)

e : l’excentricité du point d’application au centre de gravité G.

Si le barrage est vide la contrainte maximale sera en A et quand le barrage est plein la
contrainte maximale sera en B.

Figure II.19 : Stabilité au renversement (PNUD/OPE, 1987). [20]

50
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

II-7-1-3- Stabilité au poinçonnement

Lorsqu’on construit un barrage sur une couche inferieure peu compact on va exercer une
charge croissante sur le sol de la fondation, si cette charge ne respecte pas les limites
admissibles de la fondation σlim, il arrive un moment oùle barrage poinçonne le terrain et ça
ce qu’on appelle le poinçonnement ou la rupture par flexion, donc il faut vérifier que cette
charge ne dépasse pas la charge limite de la fondation :

( ) ( ) ………. (II.39)

Où:

B et L : largeur et longueur moyennes du barrage ou de la fondation.

γs : poids volumique du sol.

D : profondeur d’encastrement.

C : cohésion du sol.

Nγ, Nq, Nc : termes en fonction de l’angle de frottement interne υ.

Si on trouve que la longueur est plus grande que la largeur l’équation précédente
devient d’après Terrzaghi comme suite :

………. (II.40)

La contrainte admissible est égale :

………. (II.41)

II-7-1-4- Tassement

La différence entre le tassement dans les barrages en béton (poids ou contreforts) et les
barrages en terre c’est que dans les barrages en béton on étudie le tassement de la fondation
seulement négligeant le tassement du corps du barrage, alors la formule du calcul reste la
même voir la page 47.

II-7-1-5- Problème des affouillements

L’affouillement est un phénomène peut provoquer la rupture des barrages qu’ont une grande
hauteur surtout pendant la crue oùcette phénomène sera très danger.

La vitesse des courants d’eau qui va creuser la berge et les pieds aval des barrages et le fond
du lit détruise notre ouvrage, la profondeur d’affouillement liée aux plusieurs paramètres

51
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

comme : la hauteur du barrage, la qualité des eaux, la section des cours d’eau, la présence
d’une pile de pont…etc.

II-7-1-6- Stabilité interne des barrages poids

a- Fatigue du béton

Il doit assurer que les forces normales ne dépassent pas les limites admissibles pour éviter les
effets négatives sur le sol de fondation :

| | ………. (II.42)

b : la surface de base.

e : l’excentricité du point d’application au centre de gravité G.

b- Condition de non écrasement

On trouve cette condition généralement dans les petits et moyens barrages concernant les
matériaux constituant le barrage, elle basée sur la vérification que les contraintes de
compression les plus élevées ne dépassent pas un certain pourcentage 30% habituellement de
la contrainte de rupture.

II-7-2- Stabilité d’un barrage voûte et contreforts

Dans cette partie on va étudier la stabilité de barrages voûtes et on les analyse comme un
ensemble des voûtes parfois, et parfois comme des parties indépendantes les unes aux autres.

II-7-2-1- Stabilité au glissement

On doit déterminer les forces horizontales ∑H, et les forces verticales ∑V, autrement dit les
forces résistantes et les forces motrices :

………. (II.43)

La valeur de l’angle de frottement υ est 0,75 généralement, dans des cas exceptionnelles et
peut être plus grande, mais sans dépasser 1.

∑H : poussée horizontale de l’eau est égale :

………. (II.44)

∑V : la somme des forces verticales est égale :

52
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

………. (II.45)

γw : poids volumique de l’eau 10000 N/m3.

γb : poids volumique du béton 24000 N/m3.

m' : fruit du parement amont.

w' et w : le poids de barrage voûte et barrage poids.

Tableau II.09 : Relation de l’inclinaison m' et le poids des barrages w' et w. [01]

m' 1 0,75 0,50 0,25 0

w'/w 0,17 0,30 0,43 0,56 0,69

II-7-2-2- Stabilité au renversement

Dans ce type de barrages où le fruit amont faible le renversement est très rare mais il est
possible, alors il faut le vérifier par la formule classique et la contrainte doit rester dans
l’intervalle admissible :

………. (II.46)

N : la résultante des forces normales.

S : la section de base d’une voûte.

M : le moment de flexion.

I : le moment principal d’inertie.

II-7-2-3- Résistance à la compression

Par définition un barrage voûte est une forme simple concave caractérisée par une double
courbure plus ou moins épaisse voir II.20 :

53
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

Figure II.20 : Diagramme des pressions sur une voûte. [Modifier de 01]

Sur la voûte nous avons la contrainte normale de compression seulement représentée par
l’équation de tube ou de tuyau:

………. (II.47)

P : la pression de l’eau.

R : le rayon de la courbure.

e : épaisseur de la voûte.

II-7-2-4- Stabilité interne

On peut étudier la stabilité interne des barrages voûtes à partir de trois façons différentes :

- considérant que les contreforts (l’ensemble des voûtes) est une voûte ou poutre verticale en
utilisant la formule suivante :

………. (II.48)

- pour trouver la contrainte principale maximale qu’est appliqué parallèlement au parement


amont de la voûte il y a cette équation :

………. (II.49)

S : la distance entre les axes des contreforts et leur épaisseur.

γw : poids volumique de l’eau.

H : la hauteur du barrage.

54
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

Cette contrainte peut atteindre aux fortes valeurs dans les barrages de grandes hauteurs.

- la troisième manière concerne la contrainte de cisaillement qui nous permet choisir s’il est
nécessaire d’armer les contreforts notamment oùces contraintes dépassent 10 bars on aura au
besoin des armatures dans l’ouvrage. [18] [01] [20] [25] [16] [37] [21] [26]

II-8- Amélioration de la stabilité des barrages

Lorsqu’on étudie la stabilité des barrages quelques soit leur type et on trouve une stabilité
insuffisante nous serons devant des grands problèmes, alors il faut améliorer leur stabilité et
comme nous avons vu antérieurement la plupart des études basées sur le calcul du coefficient
de sécurité, c'est-à-dire le rapport entre les forces motrices (forces horizontales) et les forces
résistants (forces verticales) et à partir de l’augmentation des forces résistants et la diminution
des forces motrices on peut assurer la stabilité des barrages :

- diminuer l’inclinaison des parements.

- diminuer les sous pressions.

- augmenter l’angle de frottement et la cohésion par l’injection.

- incliner le parement et la fondation vers l’amont. [16]

II-9- Auscultation et l’entretien des barrages

Le contrôle et la surveillance des barrages sont des étapes nécessaires avant toute opération
d’entretien, ils ont basé sur une bonne connaissance des instruments et des moyens de mesure
disponibles, on peut classer ces instruments et ces mesures en quatre groupes selon leurs
buts :

- les mesures de déplacements superficielles (topographie) : ils permettent de connaître tout


simplement les déformations des barrages et des fondations et du rocher avec une grande
précision, on utilise 4 repères géodésies en crête au minimum.

- les mesures de déplacements internes : on les trouve dans les tassements d’ouvrage et de
fondation en remblai, par exemple le tassement d’un barrage homogène sur une fondation
compacte est inférieur à 1% de la hauteur totale, si le barrage et la fondation sont d’argile le
tassement compris entre 1% et 3% de la hauteur totale, pour ces mesures on utilise de 2 à 6
tassomètres et des inclinomètres.

- les mesures de déformations locales : on les trouve dans les barrages en béton et les
fondations rocheuses, le contraire des mesures précédentes, c'est-à-dire ces mesures elles
n’ont aucune relation avec les barrages en remblai ou bien très rare.

- les mesures de phénomènes hydrauliques : ces mesures touchées tous ce qu’ont une relation
avec l’eau, la position et la profondeur de la nappe phréatique, les fuites, la pression
interstitielle, dans ce cas l’instrument le plus utilisée c’est le piézomètre de 3 à 8. [01] [10] [07]

55
Chapitre 02 Analyse de la stabilité des barrages

Tableau II.10 : Instruments et moyens de mesure pour quelques barrages. [25]

Type de mesure Les moyens de mesure


déformations verticales et déformations géodésie
horizontales (tassements) réseau extérieur
nivellement
polygonale
mesures d'angles
mesures de vecteurs (mesures
d'angles et de distance)
alignement
inclinomètre
tassomètres
repère de tassement hydraulique
ligne piézométrique piézomètre
pressions interstitielles manomètre
cellule de pression
débit de fuite et de drainage déversoir
mesure volumétrique
mesure du flux dans un tube
venturi
température de l'eau thermomètre
turbidité turbimètre
chimisme des eaux de fuites analyse en laboratoire
température dans le corps du remblai thermomètre électrique
fissures fissuromètre

a b

Figure II.21 : a) Piézomètre et b) Inclinomètre.

II-10- Conclusion

Apres les différentes études géologiques et géotechniques, la partie la plus difficile


commencera avec les travaux de construction (la réalisation de projet), puis avec les activités
de l’auscultation et d’entretien du barrage, parce que ces activités des surveillances peuvent
garantir la résistance et la stabilité du barrage à long terme.

56
Chapitre 03
Etude de cas
d’une digue à
stérile en
Turquie
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

III-1- Introduction
Quel que soit le type du barrage, barrage traditionnel ou digue à stérile la question qui se pose
c’est comment peut-on analyser et assurer la stabilité de ces ouvrages contre les risques
(glissement, renversement,….etc.) pour éviter les dégâts et les dommages qui menacent
l’environnement et la vie des gens.

Dans ce chapitre nous allons étudier la stabilité d’une digue à stérile de la mine de cuivre
Kastamonu-Kure en Turquie par la méthode analytique méthode d’équilibre limite qui basée
sur l’étude de propriétés des matériaux de construction à partir des essais géotechniques.

Ce type de digues c’est une solution économique et effective pour protéger l’environnement
et les êtres vivants de l’activité minière et leur effet nocifs.

Nous avons chaque année de 2 à 5 majors digues à stérile rencontrent des problèmes de
stabilité, la cause principale de ces problèmes c’est le glissement de talus.

Figure III.01 : Rupture d’une digue à stérile. [47]

Pour être en courant à l’importance de ces ouvrages il faut d’abord connaître le stérile et son
impact sur différents domaines. Le stérile minier c’est un déchet dangereux a deux définitions
selon le type de matériaux et l’étape de l’exploitation, parfois c’est les matériaux retirés pour
accéder au minerai (travaux de l’extraction) et parfois c’est les matériaux qui ont une faible
teneur ou sans utilisation (dans la phase de traitement).

58
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

III-2- Impact des rejets miniers


Quatre types de dangers peuvent provoquer par le stérile minier :

- l’exposition au rayonnement gamma.

- l’exhalaison de radon.

- l’émission dans l’environnement d’eaux chargées en substances radioactives ou chimiques.

- l’incorporation par ingestion ou inhalation de poussières radioactives.

Ces dangers montrent que les affluents de stérile peuvent menacer l’homme, l’animale et les
plantes par la pollution et la toxicité de divers domaines (air, eau, sol) sans exception.

Ces effluents représentent par les acides qui contiennent des métaux dissous ou des
composants organiques complexe, donc il faut prendre en considération les effets de ces
substances. [38] [traduit de 39] [40]

Tableau III.01 : Effet de certains métaux sur l’homme l’animal et les plantes. [38]

Métal Effet

Arsenic (As) Extrêmement toxique et potentiellement cancérigène pour l'homme.


L'intoxication à l'arsenic va de chronique à sévère et peut être cumulative et
mortelle.

Cadmium Le cadmium se concentre dans les tissus et l'homme peut être intoxiqué par
des aliments contaminés, notamment du poisson. Le cadmium peut être lié à
une hypertension artérielle rénale et provoquer de violentes nausées. Il
s'accumule dans le foie et le tissu rénal. Il inhibe la croissance de certaines
plantes et s'accumule dans les tissus végétaux.

Chrome Le Cr+6 est toxique pour l'homme et peut induire des irritations cutanées. La
(Cr) tolérance humaine au Cr+3 n'a pas été déterminée.

Cuivre (Cu) En faible quantité, il est considéré comme non toxique et nécessaire au
métabolisme de l'homme. En revanche, à haute dose il peut provoquer des
vomissements ou des lésions hépatiques. Toxique à faible taux pour les
poissons et la vie aquatique.

Fer (Fe) Essentiellement non toxique mais altère le goût de l'eau.

Manganèse Altère le goût de l'eau et peut tacher. A haute concentration, il est toxique pour
(Mn) les animaux.

Mercure Le mercure et ses composés sont extrêmement toxiques, notamment pour le


(Hg) développement du système nerveux. Sa toxicité pour l'homme et les autres
organismes dépend de sa forme chimique, de sa quantité, des modes
d'exposition et de la vulnérabilité des personnes exposées.

59
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

Plomb (Pb) Poison organique cumulatif pour l'homme et le bétail. L'homme peut souffrir
de sa toxicité aiguë ou chronique. Les jeunes enfants sont particulièrement
vulnérables.

Zinc (Zn) A haute dose, il peut altérer le goût de l'eau. Toxique pour certaines plantes et
pour les poissons.

III-3- Production du cuivre


En 1999, la production mondiale de cuivre était de 12,4 millions de tonnes. La production
minière européenne était de 890 000 tonnes, ce qui représente 7,2 % de la production
mondiale. La figure III.02 montre les principaux producteurs européens.

Les cours du cuivre ont commencé à récupérer de leurs récentes baisses, mais ils restent à des
niveaux bas. Cette situation est problématique pour les producteurs de cuivre, notamment
pour les exploitations de mines souterraines, leur coût d'extraction étant plus élevé que celui
des exploitations à ciel ouvert. Heureusement, ces dix dernières années, ces exploitations ont
réussi à réduire considérablement leurs coûts, au point qu'elles sont désormais en mesure de
réaliser des bénéfices, même aux cours actuels. [38]

Figure III.02 : Production minière européenne de cuivre en 1999. [Fait par l’Excel de 38]

60
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

Le cuivre comme tous les gisements, il passe par des étapes de traitement pour séparer le
mènerai de la stérile la figure III.03 illustre ça.

Figure III.03 : Etapes de l’obtention des stériles d’après Vick 1983. [Traduit et Modifie de 41]

III-4- Présentation de la retenue de la mine de cuivre Kastamonu-Kure


Les coordonnées de la mine de cuivre de Kastamonu-Kure sont 41°48’ au nord et 33°41’ à
l’Est de Turquie.

L’exploitation de cette mine est commencée en 1959 comme troisième grande réserve du
cuivre en Turquie, la production de mènerai de cuivre atteint jusqu'à 700, 000 tonne en 2003.

Figure III.04 : Localisation de la mine du cuivre de Kastamonu-Kure en Turquie. [Google earth]

61
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

Techniquement cette mine a une retenue pour stoker les stériles et les déchets, les matériaux
principales de cette retenue sont des matériaux naturelles sols et roches, l’évaluation de
l’étape de construction est continue suivant le stockage des nouveaux déchets.

Les déchets de la production de cuivre mélangent avec l’eau et pompent de la crête de la


digue par des robinets plantées dans un tuyau vers le bassin de décharge comme une boue et
propagent partout pour couvrir une surface de 0,1 Km2 (voir la figure III.05).

Figure III.05 : Décharge des stériles. [Traduit de 41]

La hauteur de la digue en septembre 2009 a touché la limite de 90 mètre à cause de la


production intensive où le taux d’accroissement était presque 3 mètre chaque année.

On a vu précédemment (chapitre 01) les méthodes de construction des digues à stérile, dans
notre cas la digue de la mine de Kastamonu-Kure a construit par la méthode amont.

La méthode de déchargement par pompage (voir figure III.05) c’est la cause principale de la
séparation physique entre les particules fins et grossières, donc on trouvera que les particules
grossières vont tasser en bas immédiatement près du point de décharge, tandis que les
particules fines se déplaceront loin du point de décharge et tasseront lointain, comme un
résultat de ce traînage, la densité, la résistance au cisaillement, la perméabilité, diminuent
avec l’augmentation de la distance au point de pompage.

62
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

Figure III.06 : Retenue de la mine de cuivre de Kastamonu-Kure. [40]

En effet cette séparation entre les particules, où les particules grossières restent près de la
digue vont jouer un rôle très importent dans la réduction de la pression de l’eau et par la suite
peut être l’un des causes qui assure la stabilité de talus. [Traduit de 40]

Figure III.07 : Schéma représentatif de la retenue de la mine du cuivre de Kastamonu-Kure.


[Traduit de 40]

63
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

III-5- Essais géotechniques au laboratoire


La stabilité de talus basée sur le calcul du coefficient de sécurité F S à partir des informations
bien détaillés obtenues par des essais géotechniques in situ ou bien au laboratoire, dans notre
cas on a fait des essais physiques et mécaniques au laboratoire.

La grande surface qui couvre par le stérile fait du prélèvement des échantillons une chose
difficile et couteuse, donc on prend des échantillons du remblai et du point de décharge
(homogénéité de stérile).

L’analyse visuelle montre que les particules de la digue divisées en deux parties, des
particules angulaires (cailloux et graviers) Dmax < 12 cm, et des particules sous-arrondies
(sable) Dmax< 2 mm, tandis que plus de 50% du stérile passe à travers le tamis no.200 (sols
fins). [Traduit de 40]

a b c

Figure III.08 : (a) et (b) Particules du remblai, (c) Particules du stérile. [Modifie de 40]

Densité relative

L’essai consiste à déterminer le rapport entre la masse des particules et la masse de l’eau
distillée dans une température de référence 28°C, cet essai prend plusieurs étapes avec le
stérile que le sol, pour définir ce rapport il existe pas mal des essais comme le pycnomètre,
Densitomètre Le Châtelier, méthode du ballon. [42] [43] [Traduit de 40]

……(III.01)

64
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

Tableau III.02 : Densité relative du stérile. [Traduit de 40]

échantillon N° d’essai Gs Gs moyen


1 3.646
Boue-1 2 3.706 3,706
3 3.766
1 3.610
2 3.717
Boue-2 3,706
3 3.742
4 3.754

Tableau III.03 : Densité relative du sol. [Traduit de 40]

échantillon N° d’essai Gs Gs moyen


1 2.926
2 2.998
Sol-1 2.957
3 2.939
4 2.965
1 2.949
2 3.049
Sol-2 2.965
3 2.883
4 2.980

Indice des vides

La détermination de cet indice est très simple basée sur des formules empiriques, il présente le
volume des vides à l’intérieur du stérile par rapport au volume des particules solides, il peut
nous donner une idée générale sur la perméabilité, la force de compactage, le tassement. [43]

Tableau III.04 : Calcul de l’indice des vides du stérile. [Traduit de 40]

masse de récipient (gr) 57.01 57.09 57.13 57.15 57.16


masse de récipient + sol humide (gr) 386.52 387.99 384.02 385.75 383.9

Densité humide (gr/cm3) 1.55 1.56 1.54 1.55 1.54

Densité sec (gr/cm3) 1.54 1.54 1.52 1.53 1.52


Indice des vides 1.41 1.40 1.43 1.42 1.43

65
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

Limites d’atterberg

L’essai consiste à déterminer la teneur en eau nécessaire qui nous permet le passage entre les
états du stérile et du sol de la digue à stérile de la mine du cuivre de Kastamonu-Kure.

Figure III.09 : Différents états du sol. [19]

La limite de liquidité (WL) se fait par l’appareille de Casagrande, la fermeture de la ruinure.

La limite de plasticité (WP) se fait par le roulage d’une boulle d’échantillon comme un
bâtonnet jusqu'à la rupture.

Les valeurs de ces limites utilisées dans l’abaque de Casagrande (IP en fonction de WL) pour
classer notre sol et avec quelque corrélation on peut avoir une idée générale sur la
consolidation et la résistance du sol.

Mais nous avons un problème avec la teneur en eau naturel due à la perturbation dans la
quantité de l’eau mélangée avec les déchets, la solution de ce problème est dans quelque
études empiriques qui nous permet estimer la teneur en eau naturelle. [43] [Traduit de 40]

Tableau III.05 : Limite de liquidité du stérile. [Traduit de 40]

Limite de liquidité Boue-1 Boue-2


WL (%) 22 22
WP (%) 21 21
IP (%) 1 1

Tableau III.06 : Limite de liquidité du sol. [Traduit de 40]

Limite de liquidité Sol-1 Sol-2


WL (%) 45 46
WP (%) 40 40
IP (%) 5 6

Après la projection des valeurs du tableau III.06 sur l’abaque de Casagrande on trouvera que
le sol et les stérile sont des limons peu plastique.
66
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

Proctor normal

L’essai consiste à humidifier le sol à plusieurs teneurs en eau différents et à le compacter,


pour chacune des teneurs en eau, selon un procédé et une énergie traditionnels. Pour chacune
des valeurs de teneur en eau considérées, on met dans le moule de Proctor 3 couches du sol,
chaque couche soumis à 25 coups par une dame.

On détermine la masse volumique sèche du sol et on trace la courbe des variations de la


masse volumique sèche en fonction de l’augmentation de la teneur en eau.
D'une façon générale cette courbe, appelée courbe Proctor, présente une valeur optimale de la
masse volumique du sol sec qui est obtenue pour une valeur particulière de la teneur en eau.
Ces deux valeurs qui sont appelées caractéristiques optimales de compactage Proctor normal.
[44]

Tableau III.07 : Densité sec et teneur en eau du stérile. [Traduit de 40]

Essai-1
Nombre des essais 1 2 3 4 5
Densité sec (gr/ml) 2.07 2.19 2.3 2.23 2.1
Teneur en eau (%) 5.32 7.61 10.5 13.6 17.1

𝜸𝒅

Figure III.10 : Courbe de Proctor. [Fait par l’Excel de 40]

Le lecteur de la courbe de Proctor montre que la densité maximale est 2,3gr/ml avec une
teneur en eau de 10,5%.
67
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

Essai de cisaillement direct

Dans les problèmes de stabilité fondation, talus, mur de soutènement,…etc. L’essai de


cisaillement ou l’essai à la boite de Casagrande est demandé et très utile, car cet essai nous
donne des paramètres mécaniques intrinsèques très importantes C la cohésion et φ angle de
frottement interne, selon eux on peut calculer la résistance au cisaillement (l’équation de
coulomb) :

……(III.02)

Cette formule valable aves les sols cohérents (argile, limon) mais avec les sols pulvérulents
(sable) oùC = 0, on aura la formule suivante :

……(III.03)

En fonction de l’échappement de l’eau et la consolidation on peut dire que nous avons trois
types de cet essai :

- Essai non consolidé non drainé (essai UU) à court terme.

- Essai consolidé non drainé(C.U) à moyen terme.

- Essai consolidé drainé(C.D) à long terme.

L’échantillon de stérile placé dans une boite de 60 mm2 est soumis à une contrainte normale et
cisaillé à vitesse de cisaillement de l’ordre 0,61 mm/min. [45] [Traduit de 40]

Tableau III.08 : Résultat du cisaillement direct du stérile sec. [Traduit de 40]

Angle de frottement (degré): 36.24 et la Cohésion (kPa): 14.7

Contrainte normale (kPa) 51.77 120.87 230.09 395.61

Contrainte de cisaillement 55.22 100.26 181.35 305.73


max (kPa)
Indice des vides 1.15 1.18 1.16 1.2

68
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

Figure III.11 : Relation de la contrainte normale et la contrainte de cisaillement. [Traduit de 40]

Tableau III.09 : Résultat du cisaillement direct du stérile saturé. [Traduit de 40]

Angle de frottement (degré): 30.35 et la Cohésion (kPa): 8


Contrainte normale (kPa) 48.85 120.187 230.03 395.68
Contrainte de 38.91 75.01 145.93 239.46
cisaillement max (kPa)
indice des vides 0.81 0.75 0.69 0
.
7
5

Figure III.12 : Relation de la contrainte normale et la contrainte de cisaillement. [Traduit de 40]

69
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

Les deux essais précédents nous montrent une mauvaise influence de la présence de l’eau sur
les paramètres mécaniques, l’angle de friction et la cohésion de l’échantillon du stérile, et ça
peut diminuer la résistance au cisaillement et par la suite la réduction du coefficient de
sécurité qui peut menacer la stabilité de l’ouvrage (risque du glissement).

Compression uniaxial

L’essai consiste à mesurer la déformation longitudinale causée par l’application des forces
axiales sur l’éprouvette, on place l’échantillon d= 5 cm et h= 10 cm verticalement entre deux
plateaux parallèles. Le calcul de la déformation en fonction des forces appliquées nous permet
tracer la courbe contrainte-déformation et puis on détermine le module d’élasticité (Young) de
stérile par le calcul de la tangente du domaine de déformation élastique ou bien par la formule
suivante (loi de Hooke) : [Traduit de 40] [46]

……(III.04)

Figure III.13 : Courbe contrainte-déformation suivant plusieurs essais. [Traduit de 40]

La figure III.13 nous montre l’influence de la variation de l’indice des vides, où


l’augmentation de cet indice va réduire la pente de la courbe, comme conséquence réduit le
module d’élasticité et d’autre côté on peut provoquer une grande déformation si on applique
des petites contraintes.

70
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

III-6- Méthode d’équilibre limite (MEL)


Dans cette méthode une estimation qualitative peut être obtenue par l’étude des conditions
d’équilibre et ça quand on suppose le plan de glissement et quand on compare la résistance de
cisaillement disponible avec la contrainte de cisaillement dans le sol.

Le résultat de l’analyse de la stabilité des talus par la méthode d’équilibre limite représenté
par le coefficient de sécurité, avant accepter ces résultats de FS ils doivent être précises et
raisonnables.

La tension des contraintes normales ne manifeste pas à travers la surface de glissement, et les
directions des contraintes de cisaillement se composent avec la direction du glissement,
néanmoins la magnitude de ces contraintes n’est pas la même dans la méthode des éléments
finis parce que la nature de la déformation des sols est négligée dans la méthode d’équilibre
limite. [Traduit de 48]

On utilise pour le calcul analytique par la méthode d’équilibre limite dans notre cas la digue à
stérile de la mine du cuivre Kastamonu Kure le logiciel de GéoStudio et certainement le
produit de Géo-Slope.

III-6-1- Principales étapes de L’MEL

- dessiner le modèle géométrique de la digue et introduire les propriétés de chaque matériau.

- insérer les données hydrauliques (la nappe phréatique).

- dessiner la surface du glissement tout au long le talus.

- lancer la procédure du calcul et examiner les résultats. [Traduit de 48]

Figure III.14 : Modèle géométrique de la digue à stérile de Kastamonu Kure.

71
Chapitre 03 Etude de cas d’une digue à stérile en Turquie

Plan de glissement

Figure III.15 : Disposition du plan de glissement.

Tableau III.10 : Valeurs de coefficient de sécurité.

Valeur minimale de
La méthode du calcul La valeur de FS
FS
méthode ordinaire de fellenuis 1.512
méthode de spencer 1.562
>1.40
méthode de Bishop 1.564 satisfaisante pour les
méthode de Janbu 1.525 barrages.
méthode de Morgenstern et
1.564
Price

III-7- Conclusion

A partir des essais géotechniques au laboratoire sur des échantillons du sol et du stérile de la
mine de cuivre de Kastamonu Kure, on a obtenu des caractéristiques géotechnique de notre
matériaux.

L’analyse de la stabilité de la digue à stérile de la mine de cuivre se fait par la méthode


analytique en utilisant le logiciel Géo-Slope, les valeurs de FS par différentes méthodes de
calcul nous donne des résultats acceptables et supérieur à la valeur minimale.

La différence entre les valeurs obtenues (petite différence) revient aux différentes hypothèses
de chaque méthode du calcul.

72
Chapitre 04
Contexte
géologique et
géotechnique
du barrage de
Soubella
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

IV-1- Introduction

Dans ce chapitre les études (géologique, hydrologique, JpRWHFKQLTXH«HWF G


site et de la
région de barrage de Soubella qui V¶RQWIDLWFRPPHVXLWH
:

Deux études de faisabilité la premier e en Septembre 1976 par DPRH (auteur BOYADGIEV)
et la seconde en 2003 / 2004 par Coyne et Bellier.

8QHpWXGHG¶DYDQW
-projet détaillé a été effectuée en 2008 par Coyne et Bellier.

IV-2- Situation géographique du barrage de Soubella

Ce barrage est situé dans la commune de Magra Wilaya de 0¶6LODjHQYLURQ


ODYLOOHGH0¶6LODHWjNPDXQRUGGHODY
de 67 m en altitude de 785 m NGA (nivellement géodésique algérien) , et un volume totale de
la retenue de 17,4 hm3.

Ce barrage HVW O¶XQ GHV EDUUDJHV HQ $OJpULH


zoné pour UpJ
O¶LUULJDWLRQHWO¶DOLPHQWDWLRQGHVYLOOHVSU

/D URXWHQDWLRQDOH51TXL OLpH0DJUD


du j6p
barrage de Soubella.

Les coordonnées du site du barrage de Soubella UTM sont :

X = 694 499 m.
Y = 3 952 558 m.
Z = 725 m (fond de vallée).

La morphologie est conditionnée par une succession de plis orientés OSO - ENE se traduisant
par une alternance de crêtes allongées suivant les rides anticlinales (djebels) et de cuvettes
synclinales.
Dans la région culminent Kef el Assa (1 745 m), Djebel bou Ich (1 702 m), Djebel Soubella
(1 543 m), Djebel Rekiba (1 304 m), Djebel El Menajel (1 140 m), Djebel Riba (1 159 m) et
Kef el Masmar (1 014 m).

/D]RQHG¶LQRQGDWLRQVLWXpHDXQLYHDXGH
a 785-725 = 6PHWDYHFO¶HQFDVWUHPHQWGHODIRQGD
aura la hauteur totale de la digue 785-718 = 67 m. [49]

74
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

IV-3- Présentation du barrage de Soubella

Le barrage de Soubella est composé par plusieurs matériaux à partir leurs granularités, chaque
matériau placé dans une zone bien déterminé dans le corps du barrage pour protéger le noyau,
la séparation entre les différentes zones se fait par les filtres de transition.[49]

On peut classer le barrage de Soubella selon la nature des matériaux de construction (argile
FRPSDFWHSLHUUHVFDVVpHV«HWF HWODKDXWHX -75 m) dans la classe II.

Barrage de
Soubella
N

Figure IV.01 : Localisation géographique du barrage de Soubella. [Google earth]

75
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

Notre barrage de Soubella constitue comme tous les barrages en terre par des matériaux
natureOVFRPPHO¶DUJLOHGHVURFKHV
des pierres, ses parties principales sont :

1- le noyau RQO¶XWLOLVHSDUGHVVROVILQVSRXUD
position est
centrée.

2- les recharges : on les construit par des sols différents que le sol du noyau (sols frottant
perméables) pour supporter et protéger le noyau.

3- le drain  j SDUWLU GH VRQ QRP LO DVVXUH la O¶pFR


pression interstitielle pour cela il doit contenir des sols très perméables.

4- les filtres : ce sont des parties peu épaisses, on les place entre les différentes parties contre
O¶LQILOWUDWLRQGHVHDX[HWSRXUpYLWHUOHSK interne).

5- le rip-rap  FRXFKH VXSHUILFLHOOH FRQVWLWXp SDU G


remblai pour le protégé contre les vagues, la relation entre les dimensions des blocs.

6- batardeau amont et aval : on le construit pour protéger notre chantier de travaux contre le
ULVTXHGHODFUXHSDUOHVHDX[DUULYpHVGHO

7- bermes: elles donnent la stabilité aux digues et réduisent la vitesse des eaux qui glissent sur
les surfaces du talus aval, en contribuant à éviter l'érosion. Ils servent a ussi d'appui aux
revêtements des talus en amont.

8- écran G¶LQMHFWLRQ : Elle permet de couper ou de diminuer le flux d'eau à travers la


IRQGDWLRQ,OHVWFRQVWUXLWHQLQMHFWDQWXQ
les fentes. (Dans notre cas on a trois profils avec un espacement de 2 m). [49] [21]

Figure IV.02 : Coupe transversale du barrage de Soubella.

76
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

Le type de ce barrage est un barrage en terre zoné, et ça selon le critère technico -économique :

Critère technique

La disponibilité GHV PDWpULDX[ GH FRQVWUXFWLRQV G¶XQ E


peut influencer sur le choix du type de barrage, minimise le temps et le coût de transport,
Donc selon la quantité et la qualité des matériaux disponibles on peut choisir le type du
barrage :

On trouve de sols argileux de petite quantité avec des matériaux grossiers on utilise un
barrage en terre zoné avec une fondation alluvionnaires marnes avec O¶ intercalaire des
calcaires, on rencontre ce type de fondation dans les rivières moyen débit, ce type est pour les
barrages en remblai, mais il doit contrôler les fuites sous les fondations risque de renard et de
tassement (notre cas). [49] [10]

Critère économique

Dans le choix du type de barrage : la forme de vallée, les matériaux GLVSRQLEOHV O


gpRORJLTXHHWJpRWHFKQLTXH«HWF2 QQHSHXWSDVQpJOLJHUO¶DVSH , O¶LPSRUWDQFH
du barrage de Soubella représent éH SDU O¶LUULJDWLRQ HW O¶DOLPHQ
SDU O¶HDX : Ain SRWDEOHV
El-Khedra, Belaïba, Berhoum, Dehahna, Ouled Addi Guebala et
[49] [10] [50]
Ouled Derradj.

IV-3-1- Description du barrage de Soubella

A. Situation

1. Cours d'eau Oued Soubella


2. Ville la plus proche Magra
3. Fonction du barrage Eau potable et Irrigation
4. Volume régularisé annuellement 3,5 hm3

B. Caractéristiques hydrologiques

1. Aire du bassin versant naturel 178 km2


2. Précipitations annuelles moyennes 390 mm
3 Apport annuel moyen 4,0 hm3
5 Débit de pointe de la crue de projet 544 m 3/s
6 Volume de la crue de projet 10,5 hm3

C. Caractéristiques principales de la retenue

1. Cote de Retenue Normale 780,00 m NGA


2. Cote des Plus Hautes Eaux 783,00 m NGA
3. Aire de la retenue à la cote de RN 91 ha
5. Capacité totale de la retenue sous RN 17,4 hm 3

77
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

D. Caractéristiques principales du barrage

1. Type Digue en remblais


2. Terrain de fondation Dépôts alluviaux, marnes et calcaires
3. Hauteur maximum sur fondation 67 m
4. Longueur en crête 265 m
5. Largeur en crête 10 m
6. Largeur maximale au niveau du terrain naturel 380 m
7. Fruit moyen du parement amont 3,1 H/1V
8. Fruit moyen du parement aval 2,7 H/1V

9. Altitude de la crête du barrage 785,00 m NGA

10. Altitude de la crête du déversoir 780,00 m NGA


11. Volume total du corps du barrage 1 385 000 m3
Dont : noyaux (y compris batardeau amont) 290 000 m3
Recharges 920 000 m3
Filtres, drains, transitions, 130 000 m3
Rip-rap et enrochements 45 000 m3

E. Ouvrages annexes

1. Evacuateur de crues

Type seuil déversant profilé avec coursier et saut de ski


Emplacement rive gauche
Longueur du seuil 40 m
Débit maximal évacué 418 m 3/s

2. Vidange de fond

Type galerie en rive droite


Vannes 1 vanne de garde 1,30m x 1,00m
PDQ°XYUpHGHSXLVOD
supérieure du puits vertical
1 vanne de réglage 1,00mx1, 00m
PDQ°XYUpHGHSXLVOD
Inférieure du puits vertical

Débit maximal 28 m 3/s sous RN

3. Ouvrage de prise

Type 3 galeries en rive droite reliées


à une conduite 1000 mm
Emplacement rive droite
Vannes 3 vannes papillon ø1000 m
Débit 1,2 m 3/s

78
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

IV-4- Géologie de la région


La lithologie de la région du bassin versant de Soubella caractérise par des roches
sédimentaires G¶kJHGHSXLVOHWULDVMXVTX
DXWHUWLDL :

Trias

,O\DXQYDVWHDIIOHXUHPHQWG¶DJLOHVWULDVL
du bassin, a passées bariolées. Ces argiles ne représentent aucune trace de stratification et
elles renferment quelques blocs de dolomie.

Jurassique

Sur le flanc sud du Djebel Soubella, on observe au-dessus des marnes du toarcien moyen un
gros banc de calcaires à silex puis une alternance de marnes et de calcaires gris, le jurassique
moyen débute par quelques gros bancs de calcaire à silice avec une al ternance de marne et de
calcaire gris plus ou moins siliceux.
Les bancs supérieurs renferment des Ammonites et des Bélemnites nous avons rattaché à ces
niveaux un petit affleurement de calcaire et du calcaire marneux Le Jurassique supérieur se
termine par des calcaires lités, souvent bréchique, qui alternent avec des marnes grises.

Crétacé

La base du Crétacé inférieur comporte une alternance de marnes grises et de calcaires, une
série puissante de marnes verdâtres et rougeâtres à lits de grès blanchâtres e t une alternance de
calcaires gréseux fossilifères, de couleur gris verdâtre, et de grès tendres.
Le Crétacé supérieur débute par une formation discordante détritique rougeâtre, composée de
FRQJORPpUDWV GH JUqV HW G¶DUJLOHV marins marneux, puisVXUPRQW
calcaires.

Miocène

Le Miocène terminal marin et lagunaire est représenté par des marnes silteuses brunes à
rougeâtres, finement litées, avec des lentilles de gypse. Vers le sommet, elles passent
progressivement à une série puissante détritique du Pliocène et Villafranchien continental.

Quaternaire

Le Quaternaire est représenté par des terrasses anciennes, des alluvions récentes Le matériel
détritique ainsi formé a été entrainé par les oueds vers la dépression du Chott el Honda
(sebkhas). Il y a aussi des limons de couleur grise avec des cristaux de gypse. [49] [51]

79
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella
Site du
Barrage
Figure IV.03 : Carte géologique de la zone du barrage ('¶DSUqV0-)ODQGULQ
[66]
80
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

IV-5- Tectonique
Le barrage de Soubella se situe à l'extrémité occidentale de l'anticlinal du Bou Taleb. Cette
structure est segmentée par des failles de décrochement dextre, orientées N NO-S SE, en trois
compartiments, de sorte que leur enchaînement décrit un fléchissement de E -O à SO-NE. Le
/LDVHWOH7ULDVIRUPHQWOHF°XUGHFHW anticlinal.
Les roches plus résistantes du Jurassique constituent les sommets caractéristiques de la
région, tandis que les dépressions se forment au contact avec les séries marneuses moins
résistantes du Crétacé inférieur.
L'histoire géologique ayant abouti à la structuration des Monts du Hodna comporte plusieurs
phases tectoniques. Les phases plus anciennes, emschérienne et atlasique, se sont manifestées
SDUO¶DSSDULWLRQGHFDVVXUHVLQMHFWpHVGH7U
de la région de Soubella, voire de la majeure partie des Monts du Hodna, et les plissements
des sédiments jurassiques et crétacés.
La transgression généralisée du Miocène marin et la mise en place des nappes pendant la
phase tellienne sont des événements majeur s pour cette région. L'édifice des Monts du Hodna
pPHUJH j QRXYHDX G¶DERUG SHQGDQW OD SKDVH
villafranchienne, probablement responsable de la plupart des plissements et failles affectant
les sédiments miocènes. Il e st vraisemblable que les fractures récentes se sont greffées en
majeure partie sur les failles préexistantes, réactivées. [49]

IV-6- Etude géologique de la retenue et du site du barrage

IV-6-1- Caractéristiques géomorphologiques

Avant de déboucher dans la SODLQHGH0DJUDO¶RXHG6RXEHOOD


TX¶LO D HQWDLOOpHV GDQV OHV FDOFDLUHV GX 0L
suivant une direction NNE-SSO.
Tout au long de ce tronçon, le fond de la vallée, large de 40 à 70 m, eVWUHFRXYHUWG¶D
GRQW O¶pSDLVVHXU YDULH HQWUH  HW  P 'HV
accumulés au pied des talus et des blocs détachés des falaises calcaires se retrouvent jusque
GDQVOHOLWGHO¶RXHG
Le profil transversal présente des talus à pendage variable selon la résistance des terrains.
Des falaises dominent les parties hautes des deux rives, où affleurent les calcaires miocènes,
tandis que les talus inférieurs, constitués de marnes du Crétacé et des terrains de couverture
présentent des pentes nettement plus douces (25°). On note également la dissymétrie du
profil, avec une rive gauche plus raide (60°).
$ O¶DPRQW GX VLWH GX EDUUDJH O¶RXHG 6RXEHO
O¶RXHG HQ iPHQDoDQW DLQV
la stabilité des formations superficielles de la rive droite où on
observe quelques loupes de glissements affectant les terrains de couverture. , l'impact sur
l'aménagement est considéré négligeable. [49]

81
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

IV-6-2- Terrains de couverture

Les terrains de couverture, d'âge Quaternaire, sont bien développés. Ils sont représentés par
GHVpERXOLVHWGHVVROVDUJLOHX[VXUOHVYHU
comprise entre 4 et 10 m.) actuelles dans le lit de l'oued et par une basse terrasse.
Les pentes douces typiques du substratum marneux sont recouvertes d'une couche peu épaisse
de dépôts de nature diluviale. L'écroulement des falaises calcaires alimente les éboulis de
pente. [49]

IV-6-3- Substratum rocheux

La majeure partie de la fondaWLRQ GX EDUUDJH HW XQH IUDQJH p


ORQJXHXUjO¶DPRQWHQULYHGURLWHGHODUHWH
Crétacé inférieur (Hauterivien, Barrémien, Aptien inf.). Ce sont des marnes finement litées, de
teinte gris - verdâtre et brun rougeâtre à rares intercalations de grès gris clair et de bancs de
calcaires gris et jaunâtre. [49]

IV-6-4- Fractures

La direction principale des fractures, N ±S, présente un pendage subvertical (87 o ±90o),
tantôt vers l'est, tantôt vers l'ouest.
Une deuxième famille de fracture est celle orientée NE ± SO, soit 342/68o (fort pendage NO) et
o
149/74 (fort pendage SE).
Les fractures subverticales NNO-SSE, soit 252/85-88° et 078/85-88°, sont moins bien
représentées.
Les failles E-O à ENE-OSO sont rarement visibles à l'affleurement dans la cuvette de la
UHWHQXH7RXWHIRLVO¶LQWHUSUpWDWLRQSKRWR-géologique suggère la présence d'une telle faille au
milieu de la zone de retenue (environ 1,5 km à l'amont du barrage). A cette même famille de
discontinuités appartient la zone de faille régionale qui traverse la retenue tout près de son
extrémité amont et la faille inverse (compression suivant la direction N -S) identifiée au sud du
EDUUDJHjODTXHOOHRQDVVRFLHODVRXUFHG¶HD el Hammam. [49]

IV-7- Caractéristiques hydrogéologiques

IV-7-1- Analyse des niveaux piézométriques

Notons d'abord que le niveau de l'oued au droit de l'axe est proche de la cote 726 m.

/HV FLUFXODWLRQV VRXWHUUDLQHV VH IRQW OH OR


visibles (limonite sur les parois des fractures) et de karstification. La karstification,
matérialisée par des cavités de dissolution développées le long des diacla ses majeures, se
manifeste dans l'ensemble de la série calcaire du Miocène inférieur et, en profondeur, dans les
FRXFKHV FDOFDLUHV GX &UpWDFp LQIpULHXU /HV
pendant la campagne de reconnaissances de faisabilité dans la période de mai à juin 2004
montrent de faibles oscillations de profondeur de la nappe souterraine. Cette période de
PHVXUHV HVW OLpH j OD SpULRGH VqFKH HW j O¶
VRXWHUUDLQH HVW SURFKH XHG FRWH GX QLYHDX
  DORUV GH O¶R TX¶j
82
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

remonte vers les rives. En rive gauche, il atteint la cote 732 (SF1), et sur la rive droite celle
756 (SF3). [49]

IV-7-2- $QDO\VHGHVUpVXOWDWVGHVHVVDLVG¶HDX

Lors des trois campagnes de reconnaissance, HVVDLVG¶HDXGXW\SH/


SDU SDVVHV GH  j  PqWUHV ,OV RQW GDQV E
pression en tête de forage.
2QQRWH pJDOHPHQWXQH IRUWHGLPLQXWLRQ GH
-GHOjG¶XQH
quarantaine de mètres,
Les perméabilités sont inférieures à 20 UL pour la rive gauche.

Pour la rive droite, les valeurs enregistrées pour tous les sondages sont inférieures à environ
15 UL excepté pour le S108 où on enregistre des valeurs très importantes. Ces valeurs
V¶H[SOLTXHQWSDUOHIDLWTXHFHVRQGDJHHVW
En fond de vallée, toutes les valeurs mesurées sont en général inférieures à 20 UL comme sur
la rive gauche.
/¶H[DPHQSDU]RQHV ULYHVGURLWHJDXFKHHW révèle de légères différences entre
celles-ci.
&RPSWH WHQX GHV UpVXOWDWV GHV HVVDLV G¶HDX
configuration du niveau de la nappe (section précédente) il est impératif de projeter un voile
[49]
G¶LQMHFWLRQTXLSHUPHWWH G¶DVVXUHUXQHIHUPHWXUHK\GUDXOLTX

IV-8- Etude climatologique et hydrologique


/HVSULQFLSDX[DIIOXHQWVGHO¶RXHG6RXEHOOD
SDUWLHFHQWUDOH HWO¶RXHG(O+DPPDP SDUWL

IV-8-1- Pluviométries

/DSOXYLRPpWULHVXUOD]RQHGHO¶pWXGHHVWF - juillet - août,


très marqué en juillet) et un régime bimodal, avec un premier maximum en automne ±hiver et
XQVHFRQGPD[LPXPDXSULQWHPSV&RPSWHWHQX irrégularité du climat, les mois les plus
pluvieux sont extrêmement variables en intensité et en époque.
/DSOXYLRPpWULHDQQXHOOHPR\HQQHHVWGH
le bassin versant (178 Km2), dont plus de 90 % sont enregistrés entre septembre et mai. [49]

83
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

[Modifié de 49]
Figure IV.04 : Pluviométries répartitions mensuelles.

IV-8-3- Températures

Les mois de juin à septembre sont les mois les plus chauds avec un pic de chaleur en
juillet/août (26 °C). Les mois de GpFHPEUHMDQYLHUHW IpYULHUV
avec une température moyenne inférieure à 7 °C. [49]

[Modifié de 49]
Figure IV.05 : Températures mensuelles moyennes.

84
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

IV-8-4- Apport solide

/¶DSSRUW DQQXHO PR\HQ VXU 4.0 hm3 OD


mais les SpULRGH
apports présententKLVWRUL
une grande variabilité. On note en particulier une période très humide au milieu des années
1980 (années hydrologiques 1985/86, 1986/87 et 1987/88) et deux années consécutives très
sèches au début des années 1990 (année VK\GURORJLTXHV HW
de ces deux années très sèches, les apports annuels observés ont été toujours été supérieurs à
environ 2 hm3, soit près de la moitié des apports annuels moyens.
Les apports solides ont été estimés à 200 t/ km2DQ/¶HQYDVHPHQWGHODU
3
6RXEHOOD DSUqV  DQQpHV G¶H[SORLWDWLRQ , pour une densité des D
[49]
sédiments de 1.4.

IV-8-5- Autres paramètres du bassin versant

Les autres paramètres climatologiques, cela est dû à la situation du bassin au nord du Hodna
et aux altitudes qui varient entre 720 m et 1886 m, soit une altitude moyenne de 1318.2 m.
/HV GpELWV G¶HDX PHVXUpV j OD VWDWLRQ K\GUR
bassin) sont très variables, sur toute la période de la présente étude 1973 -2000, le débit moyen
annuel est de 0.135 m3/s.
Les directions des vents dominants sont nord et nord-ouest. La vitesse moyenne maximum est
de 5.4 m/s.
¬ODEDVHGHVWDOXVG¶pERXOLVSURYHQDQWGHV raissent des sources de très
faible débit. Seules les sources liées à des failles offrent un débit plus important. Deux sources
fournissent des eaux thermales: l'Aïn Skhouna et l'Aïn el Hammam. La première, qui donne
QDLVVDQFHjO¶2XHGHO+DPPDPSURYLHQW des calcaires. Ses eaux très chaudes (65°C environ),
légèrement sulfureuses et ferrugineuses, ont été captées pour alimenter des bains primitifs.
/¶$wQHO+DPPDPGXIRXPGHO¶RXHG6RXEHOODS
affectés ici par une IDLOOH LQYHUVH D\DQW SHUPLV XQH UHP
sulfureuses.
Il convient enfin de signaler que des sources temporaires de faible débit apparaissent à la base
des éboulis issus des falaises calcaires. La source thermale et légèrement su lfureuse d'Ain el
+DPPDPDpWpFDSWpHjHQYLURQPjO¶DYD
inverse qui affecte les calcaires miocènes en rive droite. [49] [51]

85
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella
Figure IV.06 : Carte du bassin versant de Soubella. [49]
86
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

IV-9- Séismicité de la région


/¶$OJpULH VH VLWXH VXU XQH IURQWLqUH DFWLYH
O¶$IULTXHHWGHO¶(XUDVLHFHVSODTXHVVHUD
par an, ce qui génère une accumulation importante de contraintes, lorsque ces contraintes
deviennent trop fortes, certaines failles peuvent être mises en mouvement. Le déplacement
rapide des bords de la faille génère alors des ondes sismiques qui se propagent jusqu'à la
surface.

Les principales failles actives sont localisées a u niveau de la chaîne de montagne nord -
africaine (Atlas).

/D ZLOD\D GH 0¶VLOD VLWXpH GDQV OD ]RQH ,


frontière de deux zones sismiques différentes, dommages légères et fortes sans dommage
classés respectivement en zone IIa (sismicité moyenne) et en zone I (sismicité faible). [52]

2QWURXYHGDQVO¶KLVWRLUHGHFHWWHZLOD\D
03 séismes :

21 février 1960 magnitude 5.5, 47 morts.

1er janvier 1965 magnitude 5.5, 05 morts. [53]

14 mai 2010 magnitude 3.7, 02 morts et 43 blessés. [54]

Site du
Barrage

[52]
Figure IV.07 : Carte des zones sismique en Algérie version 2003.

87
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

IV-10- Etude géologique des matériaux de construction


Les différentes zones ont été dénommées :
- =RQH $  =RQH DUJLOHXVH HQ ULYHjJDXFKH
O¶DYDOdistance
GH
GHO¶RXHG
O¶D[H
approximative de l'ordre de 500 m.
- =RQH% =RQHG¶DOOXYLRQVJURVVLqUHV Soubella, jO¶DY
distance approximative de l'ordre de 500 ±1000 m.
- Zone C : %DVVHV WHUUDVVHV XHG j O¶DPRQW
GH O¶R GH O¶D[H
rives de GX EDU
O¶RXHGGLVWDQFHFRPSULVHHQWUHHWN
.
- Zone D : $OOXYLRQV JURVVLqUHV DFWXHOOHV GH O¶RXH
distance
[49]
comprise entre 0,5 et 2,5 km.

IV-10-1- Matériaux argileux pour le noyau

Les matériaux décrits dans cette partie concernent le noyau vertical de la digue principale
ainsi que le noyau incliné du batardeau amont.

Zone A - 0DWpULDX[DUJLOHX[jO¶DYDOGHO¶D[H

Cette zone dénommée « zone A » a été reconnue pa r 6 puits à la pelle mécanique lors de
O¶pWXGHGHIDLVDELOLWpHWSDUSXLWVORUV
La reconnaissance a été élargie vers le Sud au -delà de la route qui mène vers Bou Taleb, Dar
El Beida pour reconnaitre des étendues plus importantes. [49]

Zone C - 0DWpULDX[DUJLOHX[jO¶DPRQWGHO¶D[H

Cette zone dénommée C a été subdivisée en sept (7) sous zones numérotés C1 à C7.
Au total 19 puits ont été creusés dans cette zone. La terrasse dénommée C7, l'une des plus
étendues. [49]

Figure IV.08 : ZRQHG¶HPSUXQW&

88
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

[Modifie de 49]
Tableau IV.01 : Estimation des volumes disponibles - Matériaux argileux.

Zone Surface m2 Epaisseur m Volume m3

Zone A 67 300 2.4 161 520

Zone C1 6 100 3.2 19 520

Zone C2 20 600 2.4 49 440

Zone C3 31 400 2.5 78 500

Zone C4 14 000 2.2 30 800

Zone C5 10 700 1.0 10 700

Zone C6 35 300 2.2 77 660

Zone C7 35 400 2.0 70 800

Volume total 498 940

IV-10-2- Matériaux pour les recharges

&RPPH SRXU OHV ]RQHV G¶HPSUXQWV


été reconnues DUJLOHXVHV
pour les
emprunts de matériaux granulaires.

Zone B - $OOXYLRQVJURVVLqUHVjO¶DYDOGHO¶D[H

/RUVGHO¶H[SORUDWLRQGHOD]RQH$SRXUODU
au-delà de la route menant vers Bou Taleb (vers le Sud), les matériaux deviennent
franchement grossiers. Cette zone a donc été étudiée avec quelques puits réalisés de part et
G¶DXWUHGHODURXWHHWWURLVSXLWVFUHXVpVS
Cette zone est très entendue. Elle est limitée au nord par la route, au sud e WjO¶HVWELH
ORLQSDUO¶2XHG6RXEHOOD. [49]

Zone D - $OOXYLRQVJURVVLqUHVjO¶DPRQWGHO¶D[H

$O¶DPRQWGHO¶D[HGXEDUUDJHFHWWH]RQHV¶
O¶pWHQGXH GH OD FXYHWWH 506RQ
et 100 m.H[WHQVLRQ
Ces horizons se ODWp
prolongent sous la basse terrasse décrite précédemment. Cette zone a été reconnue par 13
[49]
SXLWVH[FDYpVMXVTX¶jHQYLURQP

89
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

Figure IV.09 : ZRQHG¶HPSUXQW'

[49]
Tableau IV.02 : Estimation des volumes disponibles - Matériaux grossiers.

Zone Surface m2 Epaisseur m Volume m3

Zone B 146 500 2.0 293 000

Zone D 157 800 4.0 631 200

Zone C 153 500 3.0 460 500

Volume total 1 384 700

90
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella
Tableau IV.03 : Récapitulative des essais géotechniques des différentes zones d’emprunt. [49]
zone Puits Profon- Granula - Limites d'Atterberg Proctor CACO3 Triaxial Œdomètre
deur (%) Normal CD

m < 80 µ W WL WP IP IC γd max W % C φ° Pc Cc
t/m3 opt bars bars %
% % % % -
%
Zone P 03 1.5-2.0 58 10.7 32 15.7 16.3 1.3 1.87 12.7 56.3 0.1 17 1.17 0.11
A
P 23 2.0-2.5 86 22.9 76 37.6 38.4 1.38 1.56 21.2 24.8 0.2 7 2.42 0.22
Zone P 01 1.2-1.8 14 - 34 15.6 18.5 - - - - - - 2.24 0.17
B
P 07 1.0-1.5 38 7.2 42 19.6 22.4 1.55 1.82 13.7 - 0.1 19 - -
Zone P 13 1.5-2.0 49 15.9 29.5 14 15.4 0.88 1.79 13.4 41.5 0.1 15 2.36 0.12
C
P 25 1.5-2.0 29 16.1 37.8 20.1 17.7 1.23 1.72 14.6 55.9 - - 2.04 0.11
Zone P 01 2.6-3.0 18 18.9 34 15.7 18.3 0.82 1.84 12.6 31 0.1 19 - -
D
P 30 2.5-3.0 15 17.8 31.4 17.4 14 0.97 1.84 12 - 0.1 16 1.37 0.12
91
Chapitre 04 contexte géologique et hydrologique du barrage de Soubella

IV-11- Conclusion

La région du Soubella est formée par des roches sédimentaires telles que les argiles, les
marnes et les calcaires avec des plissements et failles inverse (NO-SE) deviennent de la
compression de la plaque continentale au nord d’Algérie.

Les variations du régime pluviométrique et de la température du bassin de Soubella ont des


influences remarquables sur les débits annuels, qui varié entre 0.82 m3/s comme débit
maximum et 0.372 m3/s comme débit minimum, et sur les débits saisonniers 0.19 m3/s en
automne et 0.02 m3/s en été.

On constate que pour les matériaux argileux, les volumes disponibles sont très largement
suffisants pour satisfaire les besoins qui sont de l’ordre de 290 000 m3 (230 000 m3 pour le
noyau vertical de la digue principal et 60 000 m3 pour le noyau incliné du batardeau amont).

Pour les matériaux alluvionnaires grossiers, les volumes calculés sont de l’ordre de 1 400 000
m3, alors que la quantité nécessaire est proche de 1 000 000 m3 (900 000 m3 pour les
recharges et 100 000 m3 pour les filtres et drains).

Donc l’étude de la reconnaissance a permis de s’assurer de la disponibilité des matériaux de


construction nécessaires, en termes de qualité et de quantité, pour la réalisation du barrage de
Soubella.

92
Chapitre 05
Analyse de la
stabilité du
barrage de
Soubella
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

V-1- Introduction
Dans ce chapitre nous allons étudier par les méthodes empiriques et par la méthode analytique
en utilisant la méthode d’équilibre limite au moyen du logiciel Géo-Studio, et par la méthode
numérique (méthode des éléments finis au moyen du logiciel Plaxis), la stabilité statique des
talus du barrage de Soubella dans différents cas de chargement, et la stabilité dynamique cas
d’un séisme par la méthode de Janbu qui est basée sur l’étude de propriétés des matériaux de
construction et de la fondation à partir des essais géotechniques. On va étudier aussi le
tassement de la fondation et de la digue elle-même, et les infiltrations à travers la digue, on
confrontera ces résultats avec ceux fournis par le bureau d’étude étranger chargé du projet.

V-2- Etude géotechnique de la stabilité du barrage de Soubella


V-2-1- Essais géotechniques au laboratoire
Teneur en eau

L’échantillon de matériau en état naturelle est pesé et puis placé dans un étuve, une fois la
dessiccation réalisé l’échantillon est pesé à nouveau, la déférence entre ces masses c’est la
masse de l’eau évaporée. [55] [56]

Tableau V.01 : Teneur en eau de l’argile de la zone C4.

Echantillon N° 1 2

Tare N° M P

Masse de la tare : m1(g) 605 458.5

Masse sol humide + tare : m2(g) 1836.5 1600.5

Masse sol sec + tare : m3(g) 1709.5 1483.5

Masse d’eau : mw(g) = m2- m3 127 117

Masse du sol sec : mS(g) = m3- m1 1104.5 1025

Teneur en eau W(%)= mw/ mS 11.50 11.41

Teneur en eau moyenne Wm(%) 11.45

Masse volumique absolue

L’essai consiste à déterminer le rapport entre la masse des particules (Ms) solide et son
volume (Vs), pour définir ce rapport il existe pas mal des essais, l’un de ces essais c’est le
pycnomètre (voir la figure V.01). [43]
94
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Figure V.01 : Calcul le Vs par l’essai de pycnomètre.

Tableau V.02 : Masse volumique absolue de l’argile de la zone C4.

Essai N° 01

Pycnomètre N° I

Masse d’échantillon sec + Masse de pycnomètre (g) 561

Masse de pycnomètre (g) 334.5

Masse d’échantillon sec (g) 226.5

Masse pycnomètre + eau (g) 1474

Masse pycnomètre + eau + Masse d’échantillon sec (g) 1700.5

Masse pycnomètre + eau + Masse d’échantillon (g) 1619.5

Volume d’échantillon (cm3) 81

Masse volumique absolue (g/cm3) 2.8

95
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Limites d’atterberg

L’essai consiste à déterminer la teneur en eau nécessaire qui nous permet le passage entre les
états du sol de barrage de Soubella.

La limite de liquidité (WL) se fait par l’appareille de Casagrande, la fermeture de la ruinure


sous N nombre de coups.

La limite de plasticité (WP) se fait par le roulage d’une boulle d’échantillon comme un
bâtonnet jusqu'à l’apparition des fissures.

Les valeurs de ces limites utilisées dans l’abaque de Casagrande (IP en fonction de WL) pour
classer notre sol et avec quelque corrélation on peut avoir une idée générale sur la
consolidation et la résistance du sol. [43]

Tableau V.03 : Limite de liquidité de l’argile de la zone C4.

Nombre de coups 19 23 31

N° de la tare X D A 55 E B

Masse de la tare(g) 13.66 9.47 9.50 10.85 9.48 9.50

Masse totale 23.50 20.48 19.90 22.20 20.39 19.23


humide(g)

Masse totale sec(g) 20.93 17.59 17.24 19.30 17.67 16.81

Masse du sol sec(g) 7.27 8.12 7.74 8.45 8.19 7.31

Masse de l’eau(g) 2.57 2.89 2.65 2.90 2.72 2.42

Teneur en eau(%) 35.35 35.59 34.24 34.32 33.21 33.10

Moyenne 35.47 34.28 33.16

96
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Tableau V.04 : Limite de plasticité de l’argile de la zone C4.

N° de la tare C F

Masse de la tare(g) 9.45 9.49

Masse totale humide(g) 11.86 11.28

Masse totale sec(g) 11.47 10.99

Masse du sol sec(g) 2.02 1.50

Masse de l’eau(g) 0.39 0.29

Teneur en eau(%) 19.30 19.33

Moyenne 19.31

Tableau V.05 : Indice de plasticité et de consistance de l’argile de la zone C4.

Limite de liquidité (WL) 33.9

Limite de plasticité (WP) 19.30

Indice de plasticité (IP) 14.6

Indice de consistance (Ic) 1.54

Après la projection des valeurs au-dessus IP et WL sur l’abaque de Casagrande on trouve que
notre sol est une argile peu plastique (Ap) et d’après l’indice de consistance on a une argile
peu plastique très consistante.

Les valeurs du tableau V.05 montrent que cette argile est une kaolinite imperméable
insensible à l’eau, caractérisée par un faible indice de compressibilité ce qui conduit à une
petite valeur de tassement (faible espace entre les particules) et une faible aptitude au retrait
due au séchage. Ces valeurs indiquent aussi que l’énergie de compactage nécessaire pour
atteindre le poids volumique maximal sec est faible.

Les Kaolinites sont caractérisées par une faible surface spécifique par rapport aux autres types
d’argiles ce qui implique un besoin réduit en eau pour atteindre la teneur en eau optimale
durant les travaux de compactage.

97
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Figure V.02 : Abaque de Casagrande. [19]

Analyse granulométrique par tamisage

Elle est très nécessaire dans les barrages en terre, à partir de cet essai on peut vérifier que la
granulométrie de notre matériau (filtre, drain, Rip-Rap…etc.) situé dans le fuseau de
référence.

L’essai consiste à déterminer la distribution des grains selon leurs différentes dimensions à
travers d’une série des tamis. On prend une masse humide 400 DMax de matériau de filtre
mélange 75% gravier 0/8 et 25% sable 0/3.

On sèche le matériau de filtre et l’on pèse Ms = 3076 g, on le lave dans le tamis 0.080 mm et
après le séchage et la préparation de la série des tamis on exécute l’essai.

98
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Figure V.03 : Analyse granulométrique par tamisage.

Tableau V.06 : Analyse granulométrique du filtre de la zone 02.

Tamis (mm) Refus Pourcentage Pourcentage Fuseau de référence


cumulé (g) de Refus tamisât (%)
cumulés (%) Minimum Maximum

20 0 0 100 100 100

8 185 6.01 93.99 75 100

4 1166 37.91 62.09 56 100

2 1740 56.57 43.43 40 78

1 2005 65.18 34.82 27 60

0.5 2108.5 68.55 31.45 15 40

0.2 2827.5 91.92 8.08 0 20

0.125 2917.5 94.85 5.15 0 10

0.08 2930 95.25 4.75 0 5

99
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Figure V.04 : Courbe granulométrique du filtre de la zone 02.

L’analyse granulométrique du matériau de filtre nous montre un bon résultat de tamisât, il est
situé dans le fuseau de référence.

Equivalent de sable

L’essai de l’équivalent de sable consiste à déterminer le rapport de la propreté de matériaux.

On prend une quantité de 500 g de sable après le tamisage dans le tamis de 5 mm, on remplit
les éprouvettes d’essais de solution lavée jusqu’au première repère et on verse le sable dans
les éprouvettes et on attend 10 min.

Après 10 min boucher et placer l’éprouvette dans l’agitateur pendant 30 sec, prendre
l’éprouvette et à l’aide d’un tube laveur laver le sable jusqu’au deuxième repère et après 20
min de repos prendre les mesures. [57]

100
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Figure V.05 : Essai équivalent de sable.

Tableau V.07 : Equivalent de sable pour le béton.

N° Hauteur h1 Hauteur h2 Hauteur h’2 ES(%)=h2/h1 ESp(%)=h’2/h1


éprouvette (cm) (cm) (cm)

01 10.1 7.4 7.1 73.27 70.30

02 9.7 7.3 7.2 75.26 74.23

03 9.9 7.5 7.1 75.75 71.72

Moyenne des ES et ESp 74.76 72.08

Le résultat de l’équivalant de sable 70 < ES ou ESp > 80 donne une sable propre à faible
pourcentage de fines argileuses convenant parfaitement pour des bétons de qualité.

Bleu de méthylène de sable

L’essai consiste à déterminer la quantité des particules argileuses qui vont absorber le bleu de
méthylène dans le sable.

On prend 200.5 g de sable 0/3 séché et passé dans le tamis de 2 mm, placer cette masse de
sable dans un bécher de 0.5 L d’eau distillé et mis en agitation pendant 5 min à vitesse de
600tr/min.
101
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Après 5 min diminuer la vitesse à 400tr/min et ajouter une quantité du bleu de méthylène dans
le bécher, à l’aide d’une baguette on verse des gouttes du mélange sur un papier filtre, si on
remarque l’apparition de lauréole de 1 mm on arrête l’essai et on prend le volume du bleu de
méthylène absorbé, si le résultat négatif on répète les procédures précédentes. [58] [55]

Figure V.06 : Essai de bleu de méthylène dans le sable.

Tableau V.08 : Valeur de MB de sable de fraction 0/2.

Essai N° 01 Spécification

Masse sèche du sable 0/2 M (g) 200.5

Volume du bleu introduit V (cm3) 13.6 MB< 1.5 selon la norme XP P18-545

MB= (V/M) ×10 0.68

Essai de propreté superficielle (taux des impuretés)

Cet essai très important dans la fabrication de béton hydraulique, il nous donne la quantité des
éléments fins argileux en générale.

On prend une quantité brute sèche de M1= 1561 g, on la lave et on la sèche et pèse de
nouveau M2= 1547 g. [55]

Tableau V.09 : Taux d’impuretés.

Masse brute sèche (g) Masse après lavage et séchage (g) Taux d’impuretés (%)

1561 1547 0.90

102
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Proctor normal

L’essai consiste à humidifier le sol aux plusieurs teneurs en eau différents et à le compacter,
pour chacune des teneurs en eau, selon un procédé et une énergie traditionnels. Pour chacune
des valeurs de teneur en eau considérées, on met dans le moule de Proctor 3 couches du sol,
chaque couche soumis à 25 coups par une dame.

On détermine la masse volumique sèche du sol et on trace la courbe des variations de la


masse volumique sèche en fonction de l’augmentation de la teneur en eau.

D'une façon générale cette courbe, appelée courbe Proctor, présente une valeur optimale de la
masse volumique du sol sec qui est obtenue pour une valeur particulière de la teneur en eau.
Ces deux valeurs sont appelées : caractéristiques optimales de compactage Proctor normal. [44]

Tableau V.10 : Densité sec et teneur en eau de la couche N° 60 du batardeau.

Essai-1
Nombre des essais 1 2 3 4 5
Densité sec (g/cm3) 1.75 1.85 1.90 1.90 1.80

Teneur en eau (%) 10.21 12.13 14.05 16.06 17.46

Figure V.07 : Courbe de Proctor W opt = 15% et γd = 1.92 g/cm3.

103
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Essai de cisaillement direct

Dans les problèmes de stabilité fondation, talus, mur de soutènement,…etc. l’essai de


cisaillement ou l’essai à la boite de Casagrande est demandé et très utile car cet essai nous
donne des paramètres mécaniques intrinsèques très importantes C la cohésion et φ angle de
frottement interne, selon eux on peut calculer la résistance au cisaillement (l’équation de
coulomb) :

……(V.1)

En fonction de l’échappement de l’eau et la consolidation on peut dire que nous avons trois
types de cet essai :

- Essai non consolidé non drainé (essai UU) à court terme.

- Essai consolidé non drainé(C.U) à moyen terme.

- Essai consolidé drainé(C.D) à long terme.

Dans notre essai de cisaillement consolidé drainé (C.D) l’échantillon d’argile placé dans une
boite de 60 mm2 soumis à une contrainte normale et cisaillé avec une vitesse de cisaillement
de l’ordre 0,02 mm/min. [45] [Traduit de 40]

Figure V.08 : Essai de cisaillement direct CD.

104
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Tableau V.11 : Résultat du cisaillement direct CD d’argile de la zone C4.

Angle de frottement (degré): 25 et la Cohésion (kPa): 22.5

Contrainte normale (kPa) 100 200 300

Contrainte de cisaillement max (kPa) 72.7 127.7 172.2

Figure V.09 : Courbe de contrainte normale-contrainte tangentielle.

105
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Essai de compression uniaxial

L’essai se fait sur un échantillon de béton hydraulique de 7 jours et de 28 jour cylindrique


(H=2D) D=16cm et H=32cm.

L’éprouvette placée entre deux plateaux parallèles d’une presse, on impose une force verticale
croissante avec une vitesse constante jusqu’à la rupture. [59]

La valeur maximale de la force de la rupture divisée sur la surface de l’éprouvette c’est la


résistance de compression RC, dans cet essai on obtient une résistance de compression de
béton de 7 jours égale RC = 21.769 MPa.

Figure V.10 : Essai de compression uniaxial.

106
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Essai de fendage

L’essai se fait sur un échantillon de béton hydraulique de 7 jours et de 28 jour cylindrique


(D=2H) D=16 cm et H=8 cm.

Cet essai a les mêmes procédures de l’essai précédent, mais on impose une force sur la
surface latérale de l’éprouvette (traction indirecte), on obtenue dans cet essai une résistance
du béton de 7 jours au fendage ft =2.47 MPa, on peut prendre comme une remarque que RC =
10 ft. [60]

Figure V.11 : Essai de fendage (traction indirecte).

107
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

V-2-2- Essais in situ

Sondages carottés rotatifs

Le sondage carotté est un mode d'investigation et de reconnaissance qui permet de prélever un


échantillon de roche intacte. Ce prélèvement se fait par l’injection de l’eau pour refroidir
l’outil et évacuer les chapeaux.

Les carottes doivent être identifiées et conservées dans des caisses (voir la figure V.12) pour
déterminer les informations suivantes :

- Déterminer le type et la profondeur des couches souterraines (lithologie).

- Relever les discontinuités (joints, fissures…etc.).

- Mesurer le % de récupération (RQD).

- Faire des essais en laboratoire. [61] [62]

Figure V.12 : Conservation des carottes dans la caisse.

Contrôle de la qualité du compactage par la méthode du sable

Cet essai applicable avec les sols ni trop sec ni trop humide avec l’absence de la nappe
phréatique pour éviter la déformation de la cavité creusée.

L’essai consiste à déterminer le volume de la cavité creusée remplit avec une quantité de sable
mesurée, la masse volumique du sable donnée préalablement.

108
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

CR c’est le rapport entre la valeur de la masse volumique in situ (méthode au sable) et la


valeur de la masse volumique en laboratoire obtenue par l’essai de Proctor. [63]

Dans notre cas on a un bon compactage du batardeau amont si le rapport de la compacité


relative CR compris dans l’intervalle de 95% et 105%.

Figure V.13 : Essai de contrôle de compactage.

Tableau V.12 : Paramètre d’essai de Proctor en laboratoire.

γ d opt (g/cm3) W(%) opt γ d sable (g/cm3)

2.16 5.85 1.45

Tableau V.13 : Qualité de compactage du batardeau amont couche N°=64

Zone de Masse Masse Volume Résultats in situ CR(%)


mesure humide sèche (g) (cm3)
(g)
γh γd W(%) 101

B 54099 51405 23440 2.3 2.1 5.24

109
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

V-2-3- Analyse de la stabilité analytiquement

V-2-3-1- Calcul de la capacité portante de la fondation (méthode C et φ)

Le but de calcul de la capacité portante de la fondation est pour vérifier est ce que la fondation
peut supporter la charge de la structure construit sur le sol support.

On peut classer notre fondation selon ses caractéristiques géométriques L (265 m)>>>B (40
m) comme une semelle filante, et selon le rapport D (7 m) /B< 4 comme une fondation
superficielle, en utilisant la formule suivante on calcule la capacité portante :

……(V.2)

La contrainte admissible est égale :

( )

La contrainte verticale due à la charge de barrage ( =19×67=1,273 MPa) 1,3 MPa est
inférieur à la contrainte admissible, donc le résultat est acceptable et la fondation peut
supporter la charge du barrage.

La valeur de la contrainte admissible nous permet classer la fondation comme une roche peu
fissurée saine, non désagrégée et de stratification favorable.

V-2-3-2- Calcul du tassement

Le calcul de tassement se fait par deux phases, calcul du tassement de la fondation par l’essai
pressiométrique (in situ) et calcul du tassement de la digue elle-même par l’essai
œdométrique (au laboratoire).

V-2-3-2-1 Tassement de la fondation

Menard et Rousseau ont proposé le calcul de tassement par l’essai pressiométrique à partir de
cette formule :

……(V.4)

Sc : tassement sphérique.

Sd : tassement déviatorique.

110
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

……(V.5) et ( )α……(V.6)

Où:

α : coefficient rhéologique de structure du sol 2/3.

E : module pressiométrique 200 MPa.

λc : coefficient de forme 1,43.

λd : coefficient de forme 2,26.

q : contrainte appliquée par la digue 1,3 MPa.

B : largeur de la fondation 40 m.

B0 : largeur de référence 0,60 m.

Apres l’application numérique dans la formule précédente on aura :

0.66
( ) = 0, 00167 m = 0,17 cm

,17 = 2,89 cm

Le tassement vertical admissible est égale 1.25 m selon l’APD, donc on peut dire que le
tassement de la fondation est négligeable par rapport au tassement admissible.

V-2-3-2-2- Tassement de la digue elle-même

La cause principale du tassement de la digue revient à l’augmentation de la contrainte


effective verticale naturelle de matériau des remblais sur les couches d’argile pendant
l’élévation de la digue, autrement dit l’augmentation de la contrainte verticale va entraîner
l’augmentation des déformations verticales.

Le calcul du tassement par l’essai œdométrique se fait par ces formules :

( ) ……(V.7)

( ) ……(V.8)

( ) ……(V.9)

111
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Où:

ΔH : tassement.

H0 : épaisseur initiale de la chaque couche 5 m.

Cc : indice de compression 0,17.

e0 : indice des vides initial 0,65.

Δσ’p : pression de pré-consolidation 110 KN/m2.

Δσ’z : contraintes dues aux surcharges.

Δσ’v0 : contrainte effective verticale naturelle.

Tableau V.14 : Tassement de la digue en fonction de la hauteur.

Contrainte naturelle
Hauteur (m) Tassement ΔH (m)
Δσ’v0 (KN/m²)
0 0 0,0

5 50 0,0

10 150 0,07

15 250 0,18

20 350 0,26

25 450 0,32

30 550 0,36

35 650 0,40

40 750 0,43

45 850 0,46

50 950 0,48

55 1050 0,50

60 1150 0,53

67 1270 0,77

112
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Figure V.14 : Augmentation du tassement en fonction de la hauteur du barrage.

V-2-3-3- Calcul de glissement des parements amont et aval

On calcule le glissement des talus du barrage de Soubella par la méthode ordinaire de


Fellenuis qui basée sur l’équation suivante :

( ) ……(V.10)

C’ : la cohésion 10 KPa.

γ : poids volumique 20 KN/m3.

D : largeur des tranches variée entre 4 m et 11 m.

φ' : angle de frottement interne 33°.

β : angle de tranche variée entre 10° et 20° au côté amont et entre 15° et 29° au côté aval.

113
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Cas de fin de construction

Côté amont

Tranche N°= 05

( )

989

Côté aval

Tranche N°= 05

( )

V-2-3-4- Etude des infiltrations dans le barrage de Soubella

V-2-3-4-1- Réseau d’écoulement

Pour étudier les infiltrations à travers un barrage il y a plusieurs méthodes, on utilise la


méthode graphique pour dessiner la ligne de saturation qui sépare la partie humide ou sèche
de la partie saturé d’eau du barrage.

Cette méthode est la plus couramment utilisée et la plus simplifiée, elle donne généralement
des solutions approchées mais acceptables. [01]

KOZENY prouve et valide que la ligne des un barrage en terre a une forme parabolique où:

√ ……(V.11)

114
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

h : la hauteur des eaux dans le barrage h= 55m.

d : la largeur en bas du barrage diminuée de 0,7 b, d= 45m.

b : la projection horizontale de la partie mouillée du parement amont b= 13,5m.

La parabole coupe le plan d’eau amont en un point A= 0,3b = 4,05m.

Figure V.15 : Ligne de saturation dans le barrage de Soubella.

V-2-3-4-2- Calcul du gradient hydraulique critique

On calcule le gradient hydraulique critique par la formule suivante [01]:

( )

V-2-3-4-3- Calcul du débit de fuite par l’infiltration

Le débit de fuite par l’infiltration à travers le noyau argileux calculé par la formule suivante
[01]
:

( )

115
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

S : longueur mouillée du parement amont du barrage S = 156.1m.

K : la perméabilité bu noyau K = 7×10-12 m/s.

V-2-3-4-4- Risque de renard

La cause principale de ce risque c’est la circulation des eaux au sien du barrage qui va influer
négativement sur la contrainte effective, la cohésion, la perméabilité …etc. [01]

Pour éviter le risque de renard il faut vérifier la condition de la formule de LANE :

( )

Lv : longueur des cheminements verticaux Lv = 67 m.

Lh : longueur des cheminements horizontaux Lh = 170 m.

H : hauteur d’eau à l’amont du barrage H = 55 m au RN.

c : coefficient fonction du terrain c = 1.8.

La condition de la formule de LANE est vérifié, donc le sol est stable et n’est pas sensible au
renardage.

V-2-4- Analyse de la stabilité par la modélisation numérique

Les méthodes les plus courants et les plus utilisées pour analyser la stabilité des digues en
terre sont :

- la méthode d’équilibre limite.

- la méthode des éléments finis.

La méthode d’équilibre limite utilisée généralement pour analyser la stabilité des talus, tandis
que la méthode des éléments finis a plusieurs fonctions et utilisée pour compléter l’analyse
des contraintes et des déformations dans les digues. Les deux méthodes donnent des valeurs
moyennes similaires du coefficient de sécurité.

116
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

V-2-4-1- Analyse de la stabilité du barrage de Soubella par MEL

On fait les mêmes étapes et les mêmes procédures comme on a fait dans le chapitre 03.

Tableau V.15 : Paramètres géométriques du barrage de Soubella.

Fondation Pente (amont et aval) 0.21 -

Niveau TN 728 m NGA Filtre et drain

Niveau fondation 721 m NGA Largeur 5m

Pente d’excavation alluvion 2- Parement aval

Rip-Rap Pente 2.5 -

Epaisseur normale 1m Risberme aval 01

Pente 3- Largeur 5m

Risberme amont intermédiaire Niveau 755 m NGA

Largeur 10 m Risberme aval 02

Niveau 755 m NGA Largeur 10 m

Batardeau amont Niveau 735 m NGA

Pente amont 2.5 - Batardeau aval

Pente aval 2- Pente amont 2.5 -

Noyau externe du Batardeau amont Pente aval 2.5 -

Largeur 5m Niveau 728 m NGA

Pente amont 2.8 - largeur 5m

Pente aval 2.5 -

Surcharge amont

Largeur 30 m

Niveau 745 m NGA

Pente amont 3-

Crête du barrage (Noyau argileux)

Largeur 10 m

Niveau de la crête 785 m NGA


117
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Tableau V.16 : Caractéristiques de la fondation. [64]

N° C’(KPa) φ’(°) γ h (KN/m3) E (MPa) v


Fondation 1 30 25 22 7500 0.3
marneuse
Fondation 2 5000 45 25 6000 0.3
calcaire
Fondation 3 0.0 32 20 104 0.3
alluvionnaire

Tableau V.17 : Caractéristiques des matériaux du barrage. [64]

N° C’ (KPa) φ’(°) γ h (KN/m3) E (MPa) v


Surcharge 1 10 30 20 765 0.3
amont

Batardeau 2 10 30 20 765 0.3


amont

Noyau 3 25 21 19 216 0.4


externe
Rip-Rap 4 0 45 20 104 0.3
Recharge 5 10 33 20 765 0.3
amont

Noyau 6 25 21 19 216 0.4


argileux

Filtres et 7 0 40 19 770 0.3


drains

Recharge 8 10 33 20 765 0.3


aval
Batardeau 9 10 45 20 104 0.3
aval

V-2-4-1-1- Choix du plan de rupture d’un talus

Dans l’étude de la stabilité des talus on distingue trois plans de rupture circulaire selon la
nature du sol et la présence de la nappe phréatique, ces plans sont comme suites :

- Cercles de talus, généralement dans les sols hétérogènes.

- Cercles de pied, c’est le cas le plus courant dans les sols homogènes.

118
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

- Cercles profonds, où le sol situé sous une nappe phréatique qui influe sur la qualité du sol,
ou bien lorsqu’on a un risque de séisme (charge dynamique). [65]

Tableau V.18 : FS en fonction de différents cas de charge. [64]

Cas de charge du barrage La valeur minimale de FS

Fin de construction 1.3

Régime permanent 1.5

Vidange rapide 1.2

Régime permanent + séisme 1.0

V-2-4-2- Résultats de l’analyse de la stabilité par Géo-Slope

Les figures suivantes sont des résultats du calcul de stabilité des talus du barrage de Soubella
dans différents cas de charge (statique et dynamique) par MEL d’après la méthode de Janbu.

V-2-4-2-1- Stabilité au glissement

Cas de fin de construction

Plan de glissement

Figure V.16 : Stabilité du côté amont fin de construction FS = 2.193.

119
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Figure V.17 : Stabilité du côté aval fin de construction FS = 1.762.

Cas d’une charge permanente de RN

Figure V.18 : Stabilité du côté amont régime permanent FS = 2.395.

120
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Figure V.19 : Stabilité du côté aval régime permanent FS = 1.945.

Cas de vidange rapide

Figure V.20 : Stabilité du côté amont vidange rapide FS = 1.383.

121
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Cas d’une charge permanente de RN + Séisme (analyse pseudo-statique)

Figure V.21 : Stabilité du côté amont cas d’un séisme FS = 0.96.

Figure V.22 : Stabilité du côté aval cas d’un séisme FS = 1.191.

122
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

V-2-4-2-2- Etude des infiltrations à travers le barrage

Figure V.23 : Ligne de saturation à travers le barrage, le débit q = 4.06×10-10 m3/s.

V-2-4-3- Méthode des éléments finis (MEF)

Dans l’analyse statique (déformation et tassement) de la digue en terre le modèle élastique


linéaire et le modèle élasto-plastique sont le plus utilisées.

Les résultats de l’analyse par la méthode des éléments finis de la digue en terre et de sa
fondation introduisent les contraintes et les déformations de chaque élément étudié.

L’estimation des contraintes de cisaillement est comparée par les résistances de cisaillement
correspondant pour déterminer le coefficient de sécurité FS, ces informations sont utilisées
pour évaluer un coefficient de sécurité moyen tout au long le plan de glissement. [Traduit de 48]

On utilise pour la modélisation numérique géotechnique par la méthode des éléments finis
dans notre cas le barrage de Soubella le logiciel de Plaxis.

V-2-4-3-1- Principales étapes de L’MEF

- dessiner le modèle géométrique de la digue à stérile et introduire les propriétés de chaque


matériau.

- introduire aussi les paramètres nécessaires de la résistance et de contrainte-déformation de


chaque matériau (E, v).

- diviser la section transversale aux éléments finis par le maillage.

- insérer les données hydrauliques (la nappe phréatique).

- lancer la procédure du calcul à partir les phases et examiner les résultats. [Traduit de 48]

123
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

V-2-4-4- Résultats de l’analyse de la stabilité par Plaxis

V-2-4-4-1- Tassement de la fondation

Figure V.24 : Tassement de la fondation sous le poids du barrage S = 6.5 cm.

V-2-4-4-2- Stabilité au glissement

Figure V.25 : Stabilité du côté aval régime permanent FS = 1.771.

124
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

V-3- Résultats du bureau d’étude

Le tableau suivant contient les résultats de bureau d’étude étranger expert, l’étude d’avant-
projet détaillé réalisé en novembre 2008 par Coyne et Bellier Bureau d’ingénieurs conseils.

Tableau V.19 : Résultats du bureau d’étude spécialisé.

Cas de charge du barrage Les résultats

Côté amont Côté aval

Stabilité au Fin de construction FS = 1.8 FS = 1.52


glissement
Régime permanent FS = 2.47 FS = 2.00

Vidange rapide FS = 1.37 -

Régime permanent + séisme FS = 0.96 FS = 1.14

Tassement de la fondation 6 cm
Tassements
Tassement de la digue 0.80 m

V-4- Conclusion

Selon les études géologiques, hydrauliques et géotechniques approfondies (étude de faisabilité


et étude d’avant-projet détaillé) et selon le tableau n° V.18, on peut dire que les cas statiques
de la fin de construction et de la charge permanente et de la vidange rapide nous montrent des
résultats de FS supérieurs aux valeurs minimales, donc ces valeurs sont acceptables dans les
deux côtés du barrage amont et aval.

Ce calcul numérique est vérifié analytiquement par la méthode des tranches ordinaire
(Fellenuis, 1927), dont on a obtenu presque la même valeur de FS du cas de fin de
construction, donc le barrage de Soubella est stable.

Dans le cas du calcul dynamique (sollicitations extérieurs) on utilise une accélération


horizontale (a = 0.20 m2/s) plus grande que l’accélération verticale, on a obtenu une valeur de
FS au côté amont inférieure à la valeur minimale et au côté aval supérieure à la valeur
minimale, la première valeur n’est pas acceptables et ne garantit pas un fonctionnement
normale du barrage de Soubella après le séisme.

Les tassements de la fondation et de la digue sont des tassements admissibles inferieurs à la


valeur autorisée 1.24 m (selon l’APD).

La disposition du drain perpendiculaire à la direction d’écoulement d’eau assure un bon


ruissellement des eaux infiltrées à travers la digue vers le fond de la vallée non pas dans le
plan transversal du barrage.

125
Chapitre 05 Analyse de la stabilité du barrage de Soubella

Le gradient hydraulique critique est approximativement égale à 1, pour éviter l’érosion interne
du barrage il faut vérifier que le gradient hydraulique observé durant la période d’exploitation
du barrage est inférieur au gradient hydraulique critique (ic / iobservé > 1).

La valeur très petite de la perméabilité du noyau central (argile) nous donne un débit de
percolation de 4.06×10-10 m3/s.

La confrontation entre les résultats (glissement et tassement) montre une bonne concordance
entre les méthodes empiriques et analytique et la modélisation numérique, et une concordance
entre les résultats trouvés et les résultats du bureau étude étranger spécialisé.

126
Conclusion
générale
Conclusion générale
Malgré tout ce qu’est inventé par l’homme, les techniques avancées, les géants engins, on ne
peut pas dominer la nature, pour cela il doit la prendre en compte comme un facteur très
important ce qu’est représenté dans les études géologiques et géotechniques et hydrauliques, à
partir de ces études on peut déterminer le site et le type du barrage le plus convenable, donc
on peut dire que chaque projet de barrage sera et restera une histoire et une affaire unique.

Apres les différentes études géologiques et géotechniques, la partie la plus difficile


commencera avec les travaux de construction (la réalisation de projet) et puis avec les
activités de l’auscultation et d’entretien du barrage, parce que ces activités des surveillances
peuvent garantir la résistance et la stabilité du barrage à long terme.

A partir des essais géotechniques au laboratoire sur des échantillons du sol et du stérile de la
mine de cuivre de Kastamonu Kure, on a obtenu les caractéristiques géotechnique de notre
matériaux.

L’analyse de la stabilité de la digue à stérile de la mine de cuivre se fait par la méthode


analytique en utilisant le logiciel Géo-Slope, les valeurs de FS par différentes méthodes de
calcul nous donne des résultats acceptables et supérieur à la valeur minimale.

La différence entre les valeurs obtenues (petite différence) revient aux différentes hypothèses
de chaque méthode du calcul.

La région du Soubella est formée par des roches sédimentaires telles que les argiles, les
marnes et les calcaires avec des plissements et failles inverse (NO-SE) deviennent de la
compression de la plaque continentale au nord d’Algérie.

Les variations du régime pluviométrique et de la température du bassin de Soubella ont des


influences remarquables sur les débits annuels, qui varié entre 0.82 m3/s comme débit
maximum et 0.372 m3/s comme débit minimum, et sur les débits saisonniers 0.19 m3/s en
automne et 0.02 m3/s en été.

On constate que pour les matériaux argileux, les volumes disponibles sont très largement
suffisants pour satisfaire les besoins qui sont de l’ordre de 290 000 m3 (230 000 m3 pour le
noyau vertical de la digue principal et 60 000 m3 pour le noyau incliné du batardeau amont)
Pour les matériaux alluvionnaires grossiers, les volumes calculés sont de l’ordre de 1 400 000
m3, alors que la quantité nécessaire est proche de 1 000 000 m3 (900 000 m3 pour les
recharges et 100 000 m3 pour les filtres et drains).

Donc l’étude de la reconnaissance a permis de s’assurer de la disponibilité des matériaux de


construction nécessaires, en termes de qualité et de quantité, pour la réalisation du barrage de
Soubella.

Selon les études géologiques, hydrauliques et géotechniques approfondies (étude de faisabilité


et étude d’avant-projet détaillé) et selon le tableau n° V.18, on peut dire que les cas statiques
de la fin de construction et de la charge permanente et de la vidange rapide nous montrent des
résultats de FS supérieurs aux valeurs minimales, donc ces valeurs sont acceptables dans les
deux côtés du barrage amont et aval.
128
Conclusion générale
Ce calcul numérique est vérifié analytiquement par la méthode des tranches ordinaire
(Fellenuis, 1927), dont on a obtenu presque la même valeur de FS du cas de fin de
construction, donc le barrage de Soubella est stable.

Dans le cas du calcul dynamique (sollicitations extérieurs) on utilise une accélération


horizontale (a = 0.20 m2/s) plus grande que l’accélération verticale, on a obtenu une valeur de
FS au côté amont inférieure à la valeur minimale et au côté aval supérieure à la valeur
minimale, la première valeur n’est pas acceptables et ne garantit pas un fonctionnement
normale du barrage de Soubella après le séisme.

Les tassements de la fondation et de la digue sont des tassements admissibles inferieurs à la


valeur autorisée 1.24 m (selon l’APD).

La disposition du drain perpendiculaire à la direction d’écoulement d’eau assure un bon


ruissellement des eaux infiltrées à travers la digue vers le fond de la vallée non pas dans le
plan transversal du barrage.

Le gradient hydraulique critique est approximativement égale à 1, pour éviter l’érosion interne
du barrage il faut vérifier que le gradient hydraulique observé durant la période d’exploitation
du barrage est inférieur au gradient hydraulique critique (ic / iobservé > 1).

La valeur très petite de la perméabilité du noyau central (argile) nous donne un débit de
percolation de 4.06×10-10 m3/s.

La confrontation entre les résultats (glissement et tassement) montre une bonne concordance
entre les méthodes empiriques et analytique et la modélisation numérique, et une concordance
entre les résultats trouvés et les résultats du bureau étude étranger spécialisé.

129
Références bibliographiques

[01] Ministère de l’agriculture technique des barrages en aménagement rural.


[02] www.industerie.gouv.fr barrage de Bissorte.
[03] Dachoucha, B (2014/2015) contribution à l’analyse du comportement des barrages en terre et
de leur stabilité. univ-m’sila.
[04] Les barrages gramme 2006.
[05] Fiche professeur, les travaux publics et l’énergie hydraulique.
[06] www.industerie.gouv.fr barrage du Montcenis.
[07] Alain, C. directeur technique, bureau d’ingénieurs conseils coyne et bellier.
[08] Alain, M (1995) les barrages.
[09] Laboratoire de constructions hydrauliques, école polytechnique de Lausanne.
[10] Comité français des grands barrages, petits barrages.
[11] Google image.
[12] Barrage safsaf El-oussera Tébessa Algérie.
[13] Geotechnical risks related to tailing dam operation, proceedings tailings and mine waste 2011.
[14] Technical report design and evaluation of tailings dams US environmental protection agency
Washington 1994.
[15] Recommandation pour la justification de la stabilité des barrages poids janvier 2006.
[16] MOULAY ELBOUDKHILI, A (juin 2014) étude paramètre de la stabilité des barrages poids.
Université Abou Bekr Belkaid.
[17] Le risque rupture de barrage DIMENC 2012.
[18] Boubidi, S (23janvier 2012) étude de la stabilité d’un remblai cas de glissement de l’autoroute
EST-OUEST AU PK 210 (Constantine). Université de Tébessa.
[19] Institut national des sciences appliquées de Toulouse 2005/2006.
[20] Maalel, K et hafsia, Z (mai 2012) polycopié du cours ouvrages hydrauliques. Université de
Tunis el Manar.
[21] Rodriguez, Bernardo La Rosa, Santos (2003/2004) Manuel de conception et projets typiques
des digues en terre. Alger.
[22] Le risque rupture de barrage, 21 mai 2013.
[23] FEMMAM, H et BENMEBAREK, N (mars 2011) effets des drains sur la stabilité des barrages
en terre.
[24] www.hydrocoop.org
[25] Allout, n (2012/2013) Modélisation et simulation numérique de la stabilité des pentes dans les
barrages en terre. Université m’Hamed bougara-boumerdes.
[26] Berga, A (2003/2004) Eléments de Mécanique des Sols. Université de Béchar.
[27] Wikipédia barrage de Monteynard.
[28] Influence des caractéristiques de la base en roche sur la réponse dynamique non linéaire d’un
barrage réservoir, mémoire de magistère. Université de Batna, juin 2011.
[29] Kevin, B (Octobre 1998) Solutions de rechange aux sacs de sable pour une protection
temporaire contre les inondations. Canada.
[30] Etude et analyse géotechnique de construction d’un barrage de rétention d’eau a ambatovy.
Université d’Antananarivo, 2009.
[31] Kassoul, M (1999) Prédétermination de la durée de vie de barrages en Algérie. Université de
Caen.
[32] Mukoko, K (2014) Comportement des sols latéritiques compactés dans les remblais et digues
de retenue des rejets miniers du Katanga (RDC). Académie universitaire Louvain.
[33] DUNGLAS, M.J. la sécurité des barrages.
[34] Ministère de l’écologie et du développement durable (2004) les ruptures de barrages.
[35] Guide pratique du béton Concevoir et mettre en œuvre des bétons durables. Suisse.
[36] Les constituants des bétons et des mortiers, Les adjuvants.
[37] DURVILLE, J et SÈVE, G. stabilité des pentes.
[38] Gestion des résidus et stériles des activités minières, Commission européenne, Janvier 2009.
[39] Problématique des stériles miniers, CSS mines d’uranium de Haute-Vienne, 2 juin 2014.
[40] Sayit, E (June 2012) An Investigation Of Geotechnical Characteristics And Stability Of A
Tailings Dam. Middle East Technical University.
[41] Hamade, T (March 2013) Geotechnical Design of Tailings Dams -A Stochastic Analysis
Approach. McGill University, Montreal.
[42] Science des matériaux de construction, université Aboubekr BELKAID, 2007/2008.
[43] TREMBLAY, D et ROBITAILLE, V. (1997) Mécanique des sols théorie et pratique.
[44] Norme française, NF P 94-093, Octobre 1999.
[45] BLISSAG, B (2012) synthétique des travaux pratiques et de mécanique des sols. Université
d’Oran Mohammed Boudiaf.
[46] Norme française, NF P 94-077, Octobre 1999.
[47] Tailing dams risk analysis and management, November 2007.
[48] Ashok, K. Training aids for dam safety, evaluation of embankment dam stability and
deformation.
[49] Coyne et Bellier (mars 2009) avant-projet détaillé mémoire de synthèse rapport 12035-rp-
0501-b.
[50] Journal le soir d’Algérie, mercredi 25 janvier 2015.
[51] Bourenane, A. et Mechri, S (juin 2008) contribution à l’étude du transport solide dans le sous
bassin versant de Soubella (Hodna). Université Mohamed Boudiaf de M’sila.
[52] Laboratoire des études géotechnique GEO-LAB TOUABET.
[53] www.seisme.algerieautrefois.com Consulté le 20 février 2016.

[54] www.europe1.fr Consulté le 20 février 2016.

[55] Les granulats, chapitre 02.


[56] Norme française, NF P 94-050. Septembre 1995.
[57] Norme française, NF P 18-598. Octobre 1981.
[58] Norme française, NF EN 933-9. Août 1999.
[59] Norme française, NF P 94-077. Décembre 1997.
[60] Norme française, NF P 18-408. Décembre 1981.
[61] Norme française XP P 94-202. Décembre 1995.
[62] Chapitre II reconnaissance et exploration des sols.
[63] Norme française, NF P 94-061-3. Avril 1996.
[64] Coyne et Bellier (novembre 2008) avant-projet détaillé mémoire justificatif rapport 12035-rp-
0502-a.
[65] Tchouani nana, M (avril 1999). Cours de mécanique des sols tome II, fondations et ouvrages
en terre. École inter-états des techniciens supérieurs de l’hydraulique et de l’équipement rural
Burkina Faso.
[66] Akkouche, M. et Drouiche, A (2008) hydrogéologie des zones arides : exemple du sous bassin
de Soubella Chott el Hodna (Algérie). Université houari Boumediene.