Vous êtes sur la page 1sur 37

Sommaire

Liste des figures...................................................................................................................................... 3


Liste des tableaux ................................................................................................................................. 4
Introduction ............................................................................................................................................ 5
Chapitre I : Les réseaux d’accès ......................................................................................................... 6
I.1. Introduction .................................................................................................................................. 6
I.2. Les réseaux ................................................................................................................................... 6
I.2.1. Les architectures de réseaux ...............................................................................................................6
I.2.2. Les constituants du réseau ...................................................................................................................6
I.3. Le réseau d’accès ...................................................................................................................... 7
I.3.1. Les accès hertziens ................................................................................................................................8
I.3.2. Les accès filaires .....................................................................................................................................9

I.4. Conclusion ..................................................................................................................................11


Chapitre II : Les réseaux d’accès optique ....................................................................................... 12
II.1. Introduction ................................................................................................................................12
II.2. Les fibres optiques .....................................................................................................................12
II.2.1. Le cœur ..................................................................................................................................................12
II.2.2. La gaine .................................................................................................................................................13
II.2.3. Le revêtement de plastique ...............................................................................................................13
II.2.4. Les types de fibre optique ..................................................................................................................13
II.2.5. Caractéristiques d’une fibre optique ...............................................................................................15
II.2.6. Les avantages et les inconvénients de la fibre optique ...............................................................16

II.3. Les réseaux optiques ................................................................................................................17


II.3.1. Introduction ...........................................................................................................................................17
II.3.2. Les différentes architectures FTTx.......................................................................................................17
II.3.3. Généralité du PON ...............................................................................................................................19
II.3.4. Avantages et inconvénients de PON ...............................................................................................22
II.3.5. Technologie PON .................................................................................................................................23

Chapitre III : Déploiement d’un réseau d’accès optiques ............................................................. 28


III.1. Introduction ................................................................................................................................28
III.2. Dimensionnement des nœuds ...............................................................................................28
III.2.1. Prise Terminale Optique (PTO) .......................................................................................................28
III.2.2. Point de branchement (PDB) ........................................................................................................28
III.2.3. Point d’éclatement du câble (PEC) ............................................................................................29
III.2.4. Sous répartiteur optique (SRO) ......................................................................................................29
III.2.5. Sous répartiteur optique d’immeuble (SRI) .................................................................................30
III.2.6. Boitier Pied de l’Immeuble (BPI) ....................................................................................................30
III.2.7. Nœud raccordement optique (NRO) .........................................................................................30

Chapitre IV : Déploiement de la fibre optique (FTTH) dans un immeuble ................................... 32

1
IV.1. Introduction ................................................................................................................................32
IV.2. Boîtiers « Pied d'immeuble ». ...................................................................................................33
IV.3. Boîtier d'étage (PB) ...................................................................................................................34
IV.4. Boîtier « Prise Terminale optique (PTO) » ...............................................................................35
IV.5. Schéma de l'installation ...........................................................................................................36
IV.6. Raccordement fibre prise .......................................................................................................36
IV.7. Conclusion ..................................................................................................................................37

2
Liste des figures

Figure 1 : Réseaux d’accès sans fils ....................................................................................................... 9


Figure 2: les réseaux d'accès xDSL ...................................................................................................... 10
Figure 3: Structure de la fibre optique. ................................................................................................. 12
Figure 4: Fibre à saut d’indice. ............................................................................................................. 13
Figure 5: Fibre à gradient d’indice. ...................................................................................................... 14
Figure 6: Fibre monomode. .................................................................................................................. 14
Figure 7 : Effet de la dispersion............................................................................................................ 16
Figure 8: Transmission PON ................................................................................................................ 20
Figure 9: Longueur d'onde séparer pour voix, donnée et vidéo. .......................................................... 20
Figure 10: fonctionnement du Splitter.................................................................................................. 22
Figure 11: les types FTTx dans APON ................................................................................................ 23
Figure 12: les longueurs d'onde en aval/amont .................................................................................... 25
Figure 13: Up/Downstream dans le GPON .......................................................................................... 26
Figure 14 : Réalisation câblage d’immeuble. .................................................................................... 32
Figure 15 : Travaux de génie civil pour passage fibre optique. ........................................................... 32
Figure 16 : Boitier de raccordement au niveau immeuble. .................................................................. 33
Figure 17 : Exemples de boitier de raccordement au niveau immeuble............................................... 33
Figure 18 : Gaine de la protection de fibre. .......................................................................................... 34
Figure 19 : Exemple de gaine technique. ............................................................................................. 34
Figure 20 : Passage de fibre. ................................................................................................................ 35
Figure 21 : Prise terminal de la fibre de fibre....................................................................................... 35
Figure 22 : Schéma d’installation......................................................................................................... 36
Figure 23 : Module SFP avec extrémité en fibre.................................................................................. 37
Figure 24 : Module SFP au niveau équipement d’abonné. .................................................................. 37

3
Liste des tableaux

Tableau 1 : Comparaison entre fibres monomodes et fibres multimodes. ........................................15


Tableau 2: Topologies des réseaux d'accès optiques ............................................................................22
Tableau 3: les débits de la norme APON ...............................................................................................24
Tableau 3: Comparaison normes PON ...................................................................................................27
Tableau 5:taille de PBO ...........................................................................................................................29
Tableau 5:Dimensionnement des SRO ...........................................................................................................30
Tableau 6:Taille des NRO..............................................................................................................................31

4
Introduction
Dans le cadre de mon projet de fin de formation nous étions amener à étudier les
réseaux d’accès optiques de type FTTH. L’évolution des besoins des utilisateurs vers le
multiservice a poussé les opérateurs au déploiement des nouvelles technologies. Les
technologies à déployer sont au niveau accès et cœur réseaux. L’apparition des fibres optiques
et la limitation des qualités des fils de cuivre ont poussé les industriels à développer et à
mettre en place les réseaux d’accès optiques offrant une meilleure qualité de service avec un
coût modéré.

Les services, tels que la vidéo, les jeux en ligne et la vidéosurveillance sont gourmand
en bande passante et temps réel. Dans ce contexte, la mise en place des réseaux d’accès
jusqu’aux locaux permettra de satisfaire et de remédier les inconvénients de fil de cuivre.
L’opérateur avec des exigences de coût de déploiement et satisfaction client tend à mettre une
solution d’accès optique basé sur une topologie point multipoint offrant une meilleure gestion
des ressources et moindre coût lors de travaux de génie civile. Les normes qui ont été
développer reposent sur la technologie Ethernet (EPON), ATM (APON), les réseaux hauts
débits (BPON) et le GPON. Ces normes offrent des débits variables dans le sens montant et
descendant. L’échange d’information et le multiplexage est de type TDM.

Notre projet de fin de formation est composée de 3 chapitres. Le primer chapitre sera
consacré à la présentation du réseau téléphonique commuté publique son évolution et surtout
la partie accès. On présentera lors de ce premier chapitre l’évolution des réseaux d’accès
allant du filaire au sans fils en aboutissant au réseau d’accès optique. Le deuxième chapitre
sera consacré à la présentation des réseaux d’accès optiques avec ces divers topologies et
normes. Le troisième chapitre sera consacré à la présentation du déploiement d’une solution :
câblage et équipements.

5
Chapitre I : Les réseaux d’accès

I.1. Introduction

Les réseaux d’accès ou last mile est la partie qui permet de relier l’abonné au
commutateur la plus proche. Depuis l’apparition de la téléphonie, cette partie représente la
plus grande partie d’investissement en termes de travaux de génie civile et câblage. La
satisfaction des clients éloigné du réseau dans des agglomération lointain et rural passe par le
déploiement des accès sans fils mais ne garantissant pas la qualité de service à ces abonnés.
L’arrivé de la fibre optique et les nouveaux technologies d’accès permettra de résoudre ces
problèmes en offrant aux clients la qualité de service avec un coût modéré.

I.2. Les réseaux

La description et l’analyse d’un réseau peuvent se faire à plusieurs niveaux :


l’architecture, les technologies, les services. Dans ce contexte on présentera le concept des
réseaux sous ses diverses notions.

I.2.1. Les architectures de réseaux

Un réseau quel qu’il soit est fondamentalement constitué de nœuds, chargés du


routage, de la commutation des informations et du pilotage du réseau, et de liens
interconnectant les nœuds entre eux et chargés du transport de l’information. L’agencement
de ces nœuds, leur organisation physique et logique, caractérise l’architecture du réseau. Il
faudra prendre soin de distinguer l’architecture physique (là où sont localisés les nœuds et les
liaisons, comment sont réalisées les connexions des câbles) de l’architecture logique, qui
décrit le cheminement des informations et les règles de routage.

I.2.2. Les constituants du réseau

L’évolution des réseaux tend à accentuer la distinction entre les trois grands sous-
ensembles suivants : le cœur du réseau (Core Network), le réseau d’accès (Access Network)
et l’équipement terminal d’usager (Customer Premises Equipment).

6
Le Core Network : on l’appelle aussi le backbone. Le cœur réseau est l’infrastructure
qui permet l’interconnexion de tous les usagers entre eux. Partagé entre tous les abonnés, il
fournit la possibilité de transfert d’informations à grande vitesse sur de longues distances.

L’AN (Access Network), ou « réseau d’accès » : c’est la partie du réseau qui permet la
connexion de l’usager au réseau cœur. Les réseaux d’accès sont partagés par un nombre limité
d’abonnés.

Le CPE (Customer Premises Equipment), ou équipement terminal d’usager : c’est


l’équipement que détient chez lui l’usager (téléphone, ordinateur, réseau local, etc.).

Du point de vue de l’utilisateur, on distingue les deux grandes composantes suivantes :


les services réseaux (Network services) et la gestion du réseau (Network management).

Ce sont ces deux grandes fonctions qui vont engendrer du trafic dans les éléments
physiques des réseaux.

I.2.2.1. Les services

La première fonction du réseau est bien sûr de supporter des services tels que le
téléphone, la vidéo-conférence, le transfert d’images, d’e-mails, de fichiers de données, etc.
La variété des services est très grande, et leurs exigences au niveau du transport (bande
passante, contraintes de temps réel) très différentes.

I.2.2.2. La gestion

La deuxième fonction associée au réseau est la fonction de gestion. Un réseau est en


perpétuelle évolution. En permanence, de nouveaux abonnés sont à raccorder, de nouveaux
matériels à installer et de nouveaux services à introduire. Il faut aussi bien sûr garantir le bon
fonctionnement du réseau par des opérations de maintenance, d’observation du trafic et de la
qualité de service. Ces opérations d’extensions, d’évolutions et d’observations du réseau
constituent généralement le rôle d’un exploitant.

I.3. Le réseau d’accès


Le réseau d’accès, ou la boucle locale, est une des parties les plus importantes du
réseau d’un opérateur qui distribue de l’information à des utilisateurs. Elle constitue son

7
capital de base en même temps que son lien direct avec le client. La boucle locale correspond
à la desserte de l’utilisateur. Ce sont les derniers mètres ou kilomètres avant d’atteindre le
poste client. Il existe des solutions extrêmement variées pour la réaliser. Pour les opérateurs
historiques, installés depuis longtemps et profitant d’un monopole, la solution la plus
répandue passe par l’utilisation d’un modem xDSL, qui permet le passage de plusieurs
mégabits par seconde sur les paires métalliques de la boucle locale.

I.3.1. Les accès hertziens

Les réseaux hertziens apportent une grande flexibilité de par leur interface, qui permet
à un utilisateur de changer de place tout en restant connecté. Les communications entre
équipements terminaux peuvent s’effectuer directement ou par le biais de station de base,
appelées encore points d’accès, ou AP (Access Point).
Les réseaux hertziens se décomposent en deux grandes catégories : les réseaux dits
sans fil et les réseaux de mobiles. A la différence des réseaux sans fil, les réseaux de mobiles
permettent de passer d’une cellule à une autre sans couper la communication. On peut
également regrouper les réseaux de mobiles dans la catégorie sans fil puisqu’ils n’utilisent pas
de connexions filaires.
La technologie hertzienne est facilement utilisable dans la boucle locale puisque les
techniques sans fil permettent, au prix d’infrastructures terrestres minimales, de relier un
opérateur à ses clients. La différence avec les réseaux de mobiles provient de l’immobilité du
client : il s’agit dans ce cadre de relier un domicile ou une entreprise au réseau de l’opérateur.
Il n’y a pas besoin de gérer la mobilité de l’utilisateur ce qui évidemment simplifie
considérablement le système.
Une boucle locale radio est illustrée à la figure suivante, elle est formée d’un ensemble
de cellules. Chaque cellule est raccordée à une station de base, qui dessert les utilisateurs
abonnés. La station de base est constituée d’une ou plusieurs antennes reliées aux utilisateurs
directement par un faisceau hertzien. Les stations de base sont interconnectées par un réseau
terrestre. L’accès à ce réseau terrestre s’effectue par le biais d’un commutateur.

8
Figure 1 : Réseaux d’accès sans fils
L’avantage de cette solution de réseau d’accès réside dans la simplicité de sa mise en
place. Il suffit de relier l’antenne de l’utilisateur à l’antenne de la station de base, évitant de la
sorte tous les travaux de génie civil que demande la pose de câbles. Cependant, il ne faut pas
négliger la mise en place de l’infrastructure à l’intérieur du ou des bâtiments de l’utilisateur
pour connecter toutes les machines à l’antenne, laquelle doit être généralement en vue directe
de l’antenne de l’operateur
Le réseau sans fil aussi contient des inconvénients tel que :
Sous certaines conditions météorologiques (forte pluie, nuages épais), les ondes radio
peuvent être ralenties causant une diminution du débit du réseau de 30% à 40%. [6]

I.3.2. Les accès filaires

Les paires métalliques sont le support physique le plus ancien et encore le plus utilisé
en raison de ses avantages de coût et de souplesse, même si les supports hertziens et en fibre
optique se développent énormément

I.3.2.1. La boucle locale métallique

Les paires métalliques sont très fortement utilisées sur la boucle locale, principalement
pour l’accès au réseau téléphonique. Lorsque l’accès se fait en commutation de circuits on
peut utiliser une paire en full-duplex. Il est évidemment possible d’émettre des données
binaires en utilisant un modem. La vitesse peut atteindre en ce cas quelques dizaines de
kilobits par seconde.
Comme la bande passante de la téléphonie est faible, on n’a pas besoin d’un médium
physique de bonne qualité. C’est la raison pour laquelle la paire métallique utilisée pour la
distribution téléphonique, avec son diamètre de 0.4 mm, est plutôt de qualité médiocre. De

9
plus, la distribution de la téléphonie depuis les locaux de l’opérateur s’effectue souvent par le
biais de câbles de 50 paires, qui sont assez mal protégés et peuvent être la source de
nombreux problèmes de distorsion de phase. Cela complique le passage d’une bande passante
importante permettant d’obtenir les débits proposés par les modems ADSL.

I.3.2.2. Les accès xDSL

Les modems xDSL permettent d’utiliser les paires métalliques du réseau d’accès pour
réaliser une boucle locale à haut débit. Le débit dépend fortement de la qualité du câble utilisé
et de la distance à parcourir. Plusieurs catégories de modems xDSL sont commercialisées, la
lettre x permettant de les différencies. Les modems ADSL (Asymmetric Digital Subscriber
Line) sont les plus répandus. Leurs vitesses sont dissymétriques. En règle générale, le sens
montant est au moins quatre fois moins rapide que le sens descendant. Les vitesses sur le sens
descendant peuvent atteindre 28 Mbit/s pour une distance courte de l’ordre du kilomètre et de
1 Mbit/s pour une distance de 5 km. [7]

Figure 2: les réseaux d'accès xDSL


Devant le succès rencontré par la technique ADSL, des dérivés en ont été développés,
notamment la technique consistant à faire varier le débit sur le câble, qui a donné naissance au
RADSL (Rate Adaptive DSL). Pour les hauts débits, les solutions HDSL (High Bit Rate
DSL) et VDSL (Very high bit rate DSL) peuvent être exploitées avec succès si le câblage le
permet. Les technologies xDSL présentent les avantages suivants :
 Réutilise le câblage existant, ce qui minimise les besoins d’ingénierie civile ;
 Technologie potentiellement « always-on ». Autrement dit, le client est
connecté en permanence ;
 Contrairement au câble et à la BLR, il n’y a pas de diffusion, donc moins de
problèmes de sécurité.

10
Elle présente également quelques inconvénients :
 Sensibilité à la qualité et la longueur des paires torsadées ;
 Débit maximum limité.

I.3.2.3. La boucle locale optique

Une première solution pour mettre en place une boucle locale puissante consiste à
recâbler complètement le réseau de distribution en fibre optique. Cette technique, dite FITL
(Fiber In-The-Loop), donne naissance à plusieurs techniques en fonction de l’emplacement de
l’extrémité de la fibre optique. La solution la plus classique est celle qui dessert directement le
domicile de l’utilisateur. Le câblage utilise dans la plupart des pays la solution FTTH (Fiber
To The Home), qui permet un débit de 50 Mbit/s jusqu’à plusieurs centaines de mégabits par
seconde. La boucle optique présente une solution normalisée par l’UIT-T consiste à multiplier
plusieurs utilisateurs sur la même fibre optique. Sa topologie est un arbre optique passif, ou
PON (Passive Optical Network). La tête de réseau se trouve derrière l’OLT (Optical Line
Termination). L’autre extrémité, l’ONU (Optical Network Unit), dessert directement le
domicile de l’utilisateur ou peut être poursuivi par un réseau métallique faisant la jonction
entre l’extrémité de la fibre et l’utilisateur.

I.4. Conclusion
L’apparition des fibres optiques à pousser les opérateurs à le déployer au niveau accès
pour profiter de ces caractéristiques qui est la non sensibilité au bruit et la bande passante
illimité. Dans le second chapitre on présentera la fibre optique et les différentes compositions
d’un réseau d’accès optique jusqu’à la maison.

11
Chapitre II : Les réseaux d’accès optique

II.1. Introduction
Les réseaux d’accès optique sont reposés sur l’utilisation des fibres optiques. Ils
remplaceront les fils de cuivre qui n’arrive pas à subvenir aux besoins des clients.
Dans ce qui suit on présentera la fibre optique ces caractéristiques ces inconvénients et
ces différents utilisation. Une fois présente on s’intéressera à présenter les différents normes
d’accès optique.

II.2. Les fibres optiques


La fibre optique est un fil transparent très fin, qui peut être utilisé pour conduire de la
lumière entre deux lieux distants. Le signal lumineux transmis est codé par une variation
d’intensité, il est capable de transmettre une grande quantité d’information.
La fibre optique est un support de transmission qui possède la propriété de faire
circuler une intensité de lumière entre deux points distants (quelques kilomètres). La fibre
optique est constituée d’un cœur de silice de haut d’indice de réfraction et une gaine avec un
indice de réfraction plus faible que celui du cœur, le tout enveloppé d’un revêtement
protecteur (une gaine en plastique).

Figure 3: Structure de la fibre optique.

II.2.1. Le cœur

Le cœur permet de transporter un signal optique, il est caractérisé par un indice de


réfraction noté n1.

12
II.2.2. La gaine

La gaine permet d’éviter que le signal optique sort du cœur (elle se comporte comme
un miroir), elle est caractérisée par indice de réfraction n2. Il faut que n1 soit supérieur n2 (n1
> n2) pour que la fonction de miroir soit valable.

II.2.3. Le revêtement de plastique

C’est une couche protectrice qui permet de couvrir la fibre optique contre les parasites
elle est de l’ordre de 230 μm.

II.2.4. Les types de fibre optique

On peut classifier les fibres optiques en deux catégories selon leurs diamètres et la
propagation de la longueur d’onde.

II.2.4.1. La fibre optique multimode MMF

La fibre optique multimode notée MMF (Multi Mode Fiber), elle a été la première
utilisée, elle permet de transporter plusieurs rayons lumineux simultanément, pour cela il faut
avoir un diamètre du cœur important (environ 50μm). Il existe deux types de fibre multimode:

 Fibre à saut d’indice

La propagation des trajets lumineux se fait par différents chemins avec la même
vitesse comme le montre la figure 4, ces rayons arrivent au récepteur avec des retards
différentiels, mais ils deviennent importants pour des grandes distances qui engendrent une
dispersion de l’énergie du signal.

Figure 4: Fibre à saut d’indice.

13
 Fibre à gradient d’indice

Elle est caractérisée par un faible diamètre du cœur, les rayons lumineux à l’intérieur
d’une fibre a gradient d’indice suivent un parcours sinusoïdal. La variation de l’indice de
réfraction du cœur est très faible autour d’une valeur n1 égal 1.48 μm, ce type de fibre permet
de minimiser la dispersion modale. La figure 5 montre les trajets sinusoïdaux de la fibre à
gradient d’indice.

Figure 5: Fibre à gradient d’indice.

II.2.4.2. La fibre monomode SMF

La fibre monomode notée SMF (Singal Mode Fiber) est caractérisée par un diamètre

du coeur inférieur à 10 μm. Un seul signal lumineux appelé fondamental se propage à

l’intérieur de cette fibre (figure 6), elle utilisée pour des services de télécommunication à
grande distance.
Elle possède une bande passante très large (infinie en théorie). Dans une fibre

monomode la transmission de données se fait à l’aide d’un laser dans la fenêtre [1300-1550]

μm.

Figure 6: Fibre monomode.

II.2.4.3. Comparaison entre la fibre monomode et multimode

Le tableau 1 est une comparaison entre les différents paramètres des fibres optiques
monomode et des fibres optiques multimode comme le diamètre du cœur et de la gaine, ainsi
que l’atténuation et la bande passante.

14
Fibre multimode
Désignation Fibre monomode Fibre à saut Fibre à gradient
d'indice d'indice

Diamètre du coeur (μm) 5 à 10 50 50


Diamètre de la gaine
125 125 125
(μm)
Atténuation (dB/Km) 0,1 à 0,5 3 1,5 à 3
De l’ordre de De l’ordre de
Bande passante < 60 MHz.Km
THz.Km GHz.km

Tableau 1 : Comparaison entre fibres monomodes et fibres multimodes.

D’après le tableau 1 on note que le diamètre du cœur d’une fibre monomode est
inférieur à celui de la fibre multimode car il y’a un seul signal qui se propage à l’intérieur de
la fibre monomode alors que la fibre multimode contient plusieurs signaux.
On constate aussi que l’atténuation de la fibre monomode est inférieur à celle de la
fibre multimode par contre la bande passante d’une fibre monomode est beaucoup plus élevé
que celle d’une fibre multimode.

II.2.5. Caractéristiques d’une fibre optique

La fibre optique est caractérisée par plusieurs paramètres tel que : l’atténuation, la
dispersion et les effets non linéaires, ces effets parasites, dégradent les performances du signal
lumineux quand les puissances deviennent élevées.

L’atténuation :
Un signal optique perd sa puissance lorsqu’il se propage dans une fibre optique c’est
le phénomène d’affaiblissement ou l’atténuation. Dans une fibre optique l’affaiblissement
dépend de la longueur d’onde utilisée et la distance parcourue.

La dispersion :
Le facteur qui limite la transmission des signaux a haut d débit sur de longues
distances est la dispersion, elle se manifeste par un élargissement des impulsions au cours de
leur propagation comme le montre la figure 7.

15
Figure 7 : Effet de la dispersion

La dispersion chromatique :
Les sources laser non idéaux n’émettent pas sur une seul longueur d’onde, elles

émettent dans plusieurs longueurs d’onde près de la nominale. Il y’a déjà une dispersion

initiale sur la fréquence optique. Chaque fréquence optique à une vitesse différente sur la
fibre.
Cette variation de la vitesse avec la fréquence va décomposer le signal dans le temps
selon la fréquence en augmentant la longueur temporelle de la sortie. Ce type de dispersion
apparait dans les fibres monomodes et multimodes.

II.2.6. Les avantages et les inconvénients de la fibre optique

Grâce à la fibre optique, la rapidité et la facilité de navigation sur le net sont


amplifiées. On voit utilité à travers les téléchargements de fichiers, la qualité d'image, la
visualisation de vidéos, la fluidité. Actuellement, elle est très utilisée dans les

télécommunications optiques, elle permet d’offrir des débits importants avec une faible

dégradation du signal.
Les avantages de la fibre optique sont :
 Le faible poids et taille réduite ;
 La perte de signal sur une longue distance est très faible ;
 Les débits sont très élevés et symétriques, le débit est identique pour le
téléchargement des données (download) et pour la transmission (upload) ;
 La résistance aux conditions environnementales ;
 L'entretien de la fibre est moins couteux que certains autres types de câblages ;
 La rentabilité de la fibre est un autre avantage, le réseau fibre optique à un cycle
de vie de 20 ans. Le seuil de rentabilité moyen est de 2 à 5 ans.

16
La fibre optique présente des avantages qui la rendent le support de transmission le
plus utilisés dans le domaine des télécommunications, mais elle présente certains points
négatives:
 La fibre optique ne peut pas être courbée car ses composants sont fragiles. De
plus, son coeur, fait de silice, casse facilement du fait de la corrosion créée par
l'humidité extérieure. Il faut donc protéger le coeur de la fibre ;
 L'atténuation du signal peut être importante sur des longs trajets, des courbures
peuvent entrainer des micros coupures. Cela réduit le débit délivré par la fibre ;
 La fibre est vendue au kilomètre, il arrive souvent, pendant les travaux, le
besoin de souder deux fibres entre elles. Pour cela, il faut une soudeuse à fibre
optique, un appareil volumineux et qui demande une forte alimentation en
électricité. C'est un appareil nécessaire car si la soudure est mal faite, le risque
de perte du signal est de suite amplifié.

II.3. Les réseaux optiques

II.3.1. Introduction

Les systèmes basés sur l’emploi de fibres optiques à haute capacité sont devenus très
fréquents dans les réseaux de transport, où le multiplexage et la concentration permettent un
partage de l’infrastructure parmi les nombreux utilisateurs. Dans les réseaux d’accès, leur
déploiement est d’autant plus difficile qu’il est absolument nécessaire de fournir une ligne
dédiée à chaque abonné.
Les réseaux optiques passifs constituent l’une des alternatives offertes aux opérateurs
de télécommunications leur permettant de délivrer des services interactifs à haut débit
jusqu’au domicile de leurs abonnés et ont été considérées comme étant la solution la plus
économique pour l’introduction de la fibre optique dans les réseaux d’accès.

II.3.2. Les différentes architectures FTTx

L’arrivé de la technologie Ethernet dans les réseaux d’accès a permis le déploiement à

grande échelle de raccordement optique résidentiels FTTx (Fiber To The…) qui permet des

débits de 10, 50 ou 100Mbit/s, puisque l'affaiblissement de la fibre est moins important que
celui du cuivre a très haut débit, la solution envisageable est d'amener la fibre plus près du

17
client d’où la nécessité d’ajouter un équipement actif entre le NRO (Noeud de Raccordement
Optique et le client.

Afin d’offrir 100Mb/s à chaque client, la méthode utilisée est de déployer la fibre

jusqu'à la maison (FTTH), donc des réseaux d'accès sont tout optique. Cette technique ne
nécessite plus d'équipement actif entre le NRO et le client, mais des composants
optoélectroniques chez le client, qui verra arriver la fibre dans son appartement ou sa maison.
En fonction de considérations économiques et historiques (type de réseaux d’accès déjà
installés), il existe plusieurs architectures :

II.3.2.1. FTTH (Fiber To The Home)

La fibre optique est déployée de bout en bout du réseau, jusqu'au domicile de l’usager.
C'est la technologie la plus intéressante en termes de débit pour l'abonné mais la plus onéreuse
en termes de coût de déploiement pour l'opérateur.
Dans ce cas (FTTH) deux options sont principalement utilisées qui ne différent que
par l'architecture de la liaison terminale en fibre optique.
 L’architecture Point à Point (P2P)

Dans cette architecture, chaque abonné est raccordé au répartiteur optique du réseau le
plus proche, avec une fibre dédiée (point à point). C’est un inconvénient pour les opérateurs,
chaque fibre étant dédiée à un abonné, il y a autant de fibres que d'abonnés donc un coût
élevé.
 L’architecture point à multipoint

Dans cette architecture, une fibre unique part du central optique dans le réseau et
dessert plusieurs habitations, sur lesquelles sont raccordées à cette fibre au niveau d’un
équipement passif (coupleur ou splitter) placé à proximité de la zone à desservir. Chaque site
reçoit toutes les informations envoyées par l’équipement central OLT (Optical Link
Terminal); et les reçoivent par l’équipement récepteur ONT (Optical Network Terminaison)
de chaque abonné, et assure la fonction du filtrage : chacun des ONT et OLT n’exploitent que
les données qui concerne l’usager qui y est raccordé.
Ce type de réseau est souvent désigné sous le terme de PON (Passive Optical Network
ou Réseau optique passif), le terme de passif s'appliquant au splitter qui ne comporte aucun
élément électronique.

18
II.3.2.2. Architectures mixtes

A l'opposé des architectures précédentes où la fibre optique était déployée d'un bout,
dans cette architecture la fibre optique est jusqu'à proximité du domicile du client final. Une
série d’acronymes est déclinée du réseau PON pour caractériser ce type d’architecture, ils
dépendent de l’implantation de la jonction :
 FTTB (fiber to the building), la fibre va au pied de l'immeuble, c’est une
technique visant à réutiliser les techniques xDSL (x Digital Subcriber Line) car
la terminaison étant ensuite effectuée via xDSL, cette technique repose sur
l’installation de la fibre optique plus près de l’abonné tout en utilisant la paire
de cuivre téléphonique, les réseaux de télévision câblés pour les derniers
mètres ;
 FTTN (fiber to the neighborhood), la fibre est déployée dans le quartier, elle
correspond à une installation dans laquelle la fibre arrive à un point de
distribution (sous-répartiteur) desservant un ensemble de bâtiments. Le
raccordement d’abonné s'effectue ensuite sur le réseau cuivre ou par liaison
radio (Wifi – Wimax) ;
 FTTC (fiber to the curb), fibre au niveau du trottoir, ou de la rue, la fibre va au
plusieurs maisons. FTTC a presque la même signification technique que FTTN,
cependant la zone desservie en FTTN est généralement plus large que celle
desservie en FTTC, le point de distribution est une armoire de rue, aussi bien
qu’un sous répartiteur ;
 FTTCab (fibrer to the cabinet), c’est-à-dire fibre va aux coffrets des répartiteurs
(sous répartiteurs) ;
 FTTP (fiber to the premises), la fibre va à un local technique de l’opérateur ou
entreprises.

II.3.3. Généralité du PON

Comme cela a été décrit dans la section précédente en termes généraux, un réseau
optique passif fonctionne toujours en transmission entre l'OLT et les différents ONT. Par
l'intermédiaire de diviseurs optiques, qui multiplexent ou dé-multiplexent des signaux basés
sur leur origine et leur destination.
Par conséquent, ils apparaissent trois dispositifs distincts dans le réseau : un OLT, un
ONT et un splitter, dont chacun a une fonction nécessaire et prioritaire sur le réseau optique

19
passif. Ci-dessous les détails sur les caractéristiques générales et les fonctions de chacun
d’eux.

II.3.3.1. Optical Line Terminaison (OLT)

L’OLT est localisé dans le central office et contrôle le flux bidirectionnel


d’information à travers l’ODN (Optical Distribution Network). Un OLT doit être capable de
supporter les distances de transmission à travers L’ODN jusqu’à 20 km. Dans le sens
descendant, la fonction d’un OLT est de prendre le trafic voix, data et vidéo d'un réseau long-
courrier et l'a transmis à tous les ONT et vice versa dans le sens montant. Pour la transmission
dans le sens descendant, PON utilise un 1490 nm longueur d'onde combinée pour le trafic
voix et données et 1550 nm longueur d’onde pour la diffusion vidéo. Dans le sens montant,
voix et data utilise 1310 nm comme langueur d’onde voir figure 8.

Figure 8: Transmission PON

Figure 9: Longueur d'onde séparer pour voix, donnée et vidéo.

20
II.3.3.2. Optical Network Unit (ONT/ONU)

L’unité optique du réseau (ONU) convertie les signaux optiques transmis à travers la
fibre en des signaux électriques. Ces signaux électriques sont ensuite envoyés aux abonnés
individuels. L’ONU assure les fonctions de conversion du signal optique en un signal
électrique et l’émission des données des abonnées. L’ONU assure une interface optique vers
l’ODN et implémente les interfaces coté usager de l’OAN. Les ONUs doivent être situées
dans les locaux des usagers (FTTH, FTTO et FTTB) ou à l’extérieur (FTTC).
Chaque ONT reçoit tous les signaux envoyés par son en-tête correspondant ONT
comme tous les autres ONTs de la même scène. L'information de l'OLT est transmise par
TDM de diffusion, et atteint tous les ONT de la même manière. Cependant, l'ONT a pour
tâche de filtrer les informations qui ne se dirigent que vers lui-même.

II.3.3.3. Les splitter/Coupleurs

Les splitters sont diviseurs de puissance passifs qui permettent la communication entre
l’OLT Et leurs ONT respectifs qui servent. Toutefois, non seulement sont dédiés à
multiplexer ou dé-multiplexer des signaux, mais aussi combiner puissance : Ils sont des
dispositifs de distribution optique bidirectionnels avec une entrée et des sorties multiples :
 Le signal qui entre par le port d'entrée (en aval), il provient du l’OLT et il est
divisé en plusieurs ports de sortie ;
 Les signaux qui entrent à partir des sorties (en amont), ils viennent de l'ONT Et
ils sont combinés à l'entrée.
Graphiquement, on peut exprimer le fonctionnement d'un splitter avec les éléments
suivants figure :

21
Figure 10: fonctionnement du Splitter

II.3.4. Avantages et inconvénients de PON

Pour comprendre pourquoi l'architecture FTTx est basée sur le réseau PON, il est
nécessaire faire une comparaison directe entre le point-à-point (P2P), passive point à
multipoint (PON) et des réseaux actifs point à multipoint (AON).
Ci-dessous un tableau comparatif montrant les avantages et les inconvénients des trois
types de configuration de réseau cités ci-dessus, qui justifient clairement l'utilisation de FTTx
PON par rapport aux autres configurations.

Type de réseau Avantages Inconvénients


Point-to-Point  Grande capacité  Coût élevé du déploiement
Active Point à  Coût élevé de fonctionnement
Multipoint  Grande capacité et maintenance
(AON)  Coût élevé du déploiement
 Grande capacité
Passive Point à  Utilisation d'éléments passifs
(Moindre investissement)  Méthodes de protection
Multipoint
 Faible coût d'exploitation et nécessaire contre sabotages
(PON)
Maintenance
 Tous les services dans une fibre

Tableau 2: Topologies des réseaux d'accès optiques

22
II.3.5. Technologie PON

Les réseaux optiques passifs sont une famille de réseaux (xPON), dont l'origine se
trouve dans un premier réseau défini par FSAN (Full Service Access Network), Un groupe de
7 opérateurs de télécommunications dans le but d'unifier les spécifications d'accès haut débit
aux ménages. Dans ce que suit on dressera les différentes normes de PON depuis sa création.

I.3.5.1. APON

C’est la première norme apparue suite aux travaux démarrés en 1995 dans l’initiative
du groupe FSAN (Full Service Access Network).
Dans le tronçon FTTH, la méthode de prédilection de nombreux opérateurs est le
réseau APON qu’ils ont normalisé. C’est simplement un système point-multipoint sur fibre
optique qui utilise l’ATM comme protocole de transmission. Ces normes sont définies par
l’ITU-T : G.983.1 et G.983.2. Avec l’APON les données à haut débit, la voix et la vidéo
peuvent être acheminées sur une seule fibre.

Figure 11: les types FTTx dans APON


Un système APON peut relier jusqu’à 32 abonnés au réseau PON et leur fournir un
système d’accès flexible et un débit de 622Mbit/s ou 155Mbit/s en aval et un débit de
155Mbit/s en amont.

I.3.5.2. La norme BPON

Le BPON (Broad PON) est l’extension de l’APON en vue de fournir d’autres services,
tels que l’Ethernet et la diffusion de la vidéo (Broadcast vidéo). C’est un réseau de
distribution en fibre optique en large bande.

23
En effet, les améliorations récentes de l’APON incluent une vitesse plus élevées, le
multiplexage en longueur d’onde(WDM), une meilleure sécurité des données et une OMCI
(ONU Management and control Interface) complète.
Dans sa première version, les réseaux BPON ont été définis sous un taux fixe de
transmission de 155 Mbps pour la liaison montante et la liaison descendante. Toutefois, plus
tard, il a été modifié pour admettre des canaux asymétriques :
 Lien descendent : 622 Mbps ;
 Lien montant : 155 Mbps.

En aval en amont
155 Mbps 155 Mbps
622 Mbps 155 Mbps
622 Mbps 622 Mbps
1,244 Gbps 155 Mbps
1,244 Gbps 622 Mbps

Tableau 3: les débits de la norme APON

D'autre part, et appart le support différentes vitesses de transmission permettant de


transmettre toutes les informations (amont et aval) sur 1 ou 2 fibres monomodes (comme
norme ITU-T G.652), avec une portée maximale de 20 km entre splitter et ONT, et entre les
ONT du même stage.
Les réseaux BPON prennent en charge un ratio maximal de 32 coupleurs par OLT et
chaque coupleur prend en charge jusqu'à 64 sorties pour les utilisateurs ONT.

I.3.5.3. La norme EPON

Parallèlement à l'évolution du PON, il existe une nouvelle spécification faite par le


groupe de travail EFM (Ethernet dans le premier mile), établi par l'IEEE. L'intention du FSM
en ce sens était de tirer profit des caractéristiques de la technologie de fibre optique dans PON
et de les appliquer à Ethernet. De cette façon, ils ont créé le standard EPON (Ethernet PON).
Cela permet de fournir EPON les avantages suivants par rapport aux normes APON et
BPON :
 Il permet de travailler directement à des vitesses Gbps en raison de son support
sur Ethernet. Ce flux n'est pas un utilisateur unique car il doit être partagé entre
plusieurs utilisateurs (ONT) comme le système l'a fait ;
 L'interconnexion entre les étapes de EPON est plus simple ;

24
 Certains coûts sont réduits en raison de la non utilisation des éléments ATM et
SDH.
La portée maximale est de 10 km entre le splitter et l'ONT, et entre ONTs du même
étage (il est prévu d'étendre la distance à 20 km dans les deux cas).
La norme EPON établit une longueur d'onde dédiée pour la diffusion vidéo de l'OLT
aux ONT en tant que norme BPON, étant différente de celles utilisées pour la transmission de
la voix et des données. Les longueurs d'onde sont :
 Canal en aval : 1480-1500 nm ;
 Canal en amont : 1260-1360 nm ;
 Vidéo : 1550-1560 nm.

Figure 12: les longueurs d'onde en aval/amont


EPON prend en charge un ratio maximal de 16 splitter par OLT et chaque splitter
supporte un maximum de 64 sorties pour les utilisateurs ONT

I.3.5.4. La norme GPON

Aujourd'hui, la norme plus avancée, c'est qui est né de l'évolution du BPON. Pour
mieux fonctionner avec les changements dans les technologies de communication et répondre
à la demande croissante, l'UIT-T a créé la série de normes UIT-T G.984.x pour la capacité
Gigabit PON, qui était à la base de la norme GPON (Gigabit PON).
Les améliorations que GPON offre respectant toutes ses normes précédentes est, en
général, l'augmentation de la bande passante dans la transmission et assurer la sécurité au
propre réseau par niveau de protocole.
Ainsi, GPON permet des vitesses de transmission variées dans la plage comprise entre
622 Mbps (comme son prédécesseur BPON) à 2 488 Gbps dans le canal aval (Downstream).
Comme BPON, cette norme permet la transmission de données à la fois symétrique et
asymétrique où les taux de transmission pour chacun sont :
 Transmission symétrique, débit compris entre 622 Mbps et 2 488 Gbps pour
les canaux aval et amont ;

25
 Transmission asymétrique : différents débits en aval et en amont :
 Canal en aval : Jusqu'à 2 488 Gbps ;
 Canal en amont : Jusqu’à 1,244 Gbps.
Les longueurs d'onde de travail qui définit la norme GPON varient selon que vous
utilisez 1 ou 2 fibres pour chaque ONT. Bien que pour les deux ensembles une longueur
d'onde dédiée pour la diffusion vidéo de l'OLT vers les ONT, étant différente de celles
utilisées dans la transmission de voix et de données. Les longueurs d'onde sont les suivantes :
 Pour 1 fibre par ONT, partagé pour transmission et réception :
 Canal en aval : λ=1480-1500 nm ;
 Canal en amont : λ=1260-1360 nm ;
 Vidéo : λ= 1550 nm.
 Pour 2 fibres pour chaque ON, une pour la transmission et une autre pour la
réception:
 Canal en aval : λ =1260-1360 nm
 Canal en amont : λ =1260-1360 nm
 Vidéo : λ =1550 nm

Figure 13: Up/Downstream dans le GPON


GPON prend en charge 128 ratio de fractionnement (splitting ratio) par OLT, et
chaque coupleur prend en charge un maximum de 64 sorties pour les utilisateurs ONT.

26
I.3.5.5. Synthèse comparative entre les standards xPON

Caractéristiques BPON EPON GPON

Standard ITU-T G.983.x IEEE 802.3ah ITU-T G.984.x


Aval : 1244, 2488
Aval: 155, 622, 1244 Aval : 1250 Amont: 155, 622, 1244,
Taux de transmission (Mbps)
Amont: 155, 622 Amont: 1250 2488

Single-mode (ITU-T Single-mode Single-mode (ITU-T


Type de fibre G.652)
G.652) (ITU-T G.652)
# de fibre par ONT 1 ou 2 1 1 ou 2

Pour 1 fibre : Pour 1 fibre :


Aval :1480-1500 nm Aval: 1480- Aval : 1480-1500 nm
Amont :1260-1360 nm 1500 nm Amont : 1260-1360 nm
Fonctionnement de la Video: 1550 nm amont: 1260- Video: 1550-1560 nm
longueur d’onde Pour 2 fibers: 1460 nm Pour 2 fibers:
Aval: 1260-1360 nm Video: 1550- Aval: 1260-1360 nm
Amont: 1260-1360 nm 560 nm Amont: 1260-1360 nm
Video: 1550-1560 nm Video: 1550-1560 nm

# max. du coupleur par ONT 32 16 128

Distance max (OLT-ONT) 20 km 10 km (20 km) 60 km

Distance max (entre ONTs) 20 km 10 km (20 km) 20 km

Perte d’insertion max. 0 dB 15/20 dB 15/20/25 dB


Mode de trafic entre OLT et ATM, Ethernet, TDM
ATM Ethernet
ONT
Symétrique, Symétrique, asymétrique
Architecture de transmission Symétrique
asymétrique
 Très
 Amélioration de
populaire
APON
 GEPON  Mise à jour de
Commentaire  Prise en charge
est un cas BPON
d'autres services que les
spécial du
services ATM
EPON

Tableau 4: Comparaison normes PON

27
Chapitre III : Déploiement d’un réseau d’accès
optiques

III.1. Introduction
Pour pouvoir offrir divers types de services à large bande, par exemple Data, vidéo et
IPTV, il est important de construire de façon économique et efficace des réseaux d'accès
optiques assurant une liaison par fibre optique jusqu'au domicile (FTTH, fibre to the home).

Un réseau optique passif (PON, passive optical network) est caractérisé par le fait
qu'un dispositif de branchement (appelé aussi coupleur) (à fibres optiques) est placé entre une
terminaison de ligne optique (OLT, optical line terminal) et plusieurs unités de réseau optique
(ONU, optical network unit). L'utilisation d'un PON est l'une des façons les plus rentables de
réaliser un réseau d'accès FTTH.

Un réseau d'accès optique est défini ici comme un réseau de fibres optiques FTTH
allant du central de l'opérateur aux maisons individuelles, immeubles d'habitation et locaux
professionnels.

Le dimensionnement des réseaux en fibre optique comprend le dimensionnement des


différents nœuds et des liaisons de transport et de distribution entre ces nœuds.
L’identification des catégories d’utilisateurs et le calcul des équivalents qui lui seront affectés
permettront de définir la capacité des câbles en termes de nombre de fibre optique et la taille
des nœuds à implanter pour couvrir toute la zone en services. [15]

III.2. Dimensionnement des nœuds


Cette partie présente les meilleures pratiques en matière de dimensionnement des
équipements passifs pour assurer une desserte en fibre optique de type FTTH.

III.2.1. Prise Terminale Optique (PTO)

La Prise Terminale Optique PTO relie l’abonné au point de branchement (BDP ou


BPI) par un câble de branchement mono-fibre ou bi-fibre en fonction de la catégorie de
l’abonné à desservir.

III.2.2. Point de branchement (PDB)

28
Le PDB est un coffret avec un câble multi-fibre en entrée permettant le piquage d’une
ou plusieurs vers le client. Le Point de branchement ou boitier d’étage est un équipement sur
lequel sont raccordés les câbles en fibre optique venant des sous répartiteurs optique. Dans le
cas d’un habitat individuel, le Point de Branchement est implanté sur la voie publique dans
une niche ou une chambre ou sur façade lorsque le réseau de distribution est réalisé en aérien.
Pour le cas des immeubles collectifs le point de branchement est situé dans les étages.

Type de zone Taille en FO


One urbaine très dense 12 et 24
Zone urbaine 4, 6 et 8
Zone rural 2 et 4
Zone économique 4, 6 et 8

Tableau 5: taille de PBO

III.2.3. Point d’éclatement du câble (PEC)

Le PEC a pour rôle d’optimiser et d’apporter de la flexibilité au réseau FTTH. Il est


placé dans une chambre et il permet d’éclater un ou plusieurs câbles pour desservir soit
plusieurs sous répartiteurs ou bien des points de branchement sans couplage.

Le PEC joue aussi le rôle d’un point d’interface entre la distribution de niveau 1 et la
distribution de niveau 2.

III.2.4. Sous répartiteur optique (SRO)

Le sous-répartiteur optique est un point de flexibilité entre le transport et la


distribution de niveau 1. L’SRO est une armoire de rue similaire aux sous-répartiteurs utilisés
au niveau des réseaux téléphoniques. Il regroupera un nombre entier de point d’éclatement de
câble (PEC) et il représente un point de convergence des infrastructures génie civil. Pour le
cas d’une desserte Point Multi Point ce point de flexibilité assurera une fonction de couplage.
Les tailles et les positions des SRO sont déterminées de manière à assurer un meilleur
compromis entre longueur de réseau SRO-Abonné et nombre des SRO à installer. La taille de
l’SRO varie de 300 à 1000 lignes FO en fonction du type de zone à desservir le tableau ci-
dessous donne les meilleures pratiques pour le dimensionnement :

29
Type de zone Taille en FO Distance maximale SRO-Abonné (km)

Zone urbain très dense 300 à 1000 0.1 à 0.5

Zone urbaine 300 à 600 0.1 à 1

Zone rurale 300 à 600 0.5 à 3

Zone économique 300 à 600 0.1 à 1

Tableau 6: Dimensionnement des SRO

III.2.5. Sous répartiteur optique d’immeuble (SRI)

Le sous répartiteur d’immeuble est équivalant à l’SRO décrit ci-dessus et il est placé
en pied d’immeuble. Le PRI est un point de brassage entre le câblage d’immeuble et les
réseaux d’adduction des différents opérateurs. Le PRI permet le brassage de chaque abonné
vers n’importe quel opérateur et il peut intégrer une fonction de couplage pour le cas des
technologies Point Multi Points. Les SRI sont utilisés pour les immeubles dont l’équivalent
strictement supérieur à 12 FO.

III.2.6. Boitier Pied de l’Immeuble (BPI)

Pour les immeubles de faible capacité dont l’équivalent est inférieur ou égale à 12 FO,
il n’aura besoin de mettre en place un répartiteur d’immeuble et les abonnés seront desservis à
directement à partir d’un boitier placé soit en sous-sol, en coffret ou en borne sur la voie
publique à l’extérieur de l’immeuble. Dans certain cas le BPI peut être installé dans une
chambre dont les dimensions et l’encombrement sont compatibles avec la protection
d’épissure utilisée. Il n'est pas permis d’installer des coupleurs dans les BPI et les PDB.

III.2.7. Nœud raccordement optique (NRO)

Le nœud de raccordement optique (NRO) est le point de départ des liens optique vers
les utilisateurs. Ce nœud doit être dimensionné pour héberger les répartiteurs optiques et les
baies permettant d’accueillir les équipements actifs des opérateurs en fonction de leurs choix
technologiques. L’NRO peut avoir une capacité de distribution jusqu’à 50000 FO, le tableau
ci-dessous récapitule la taille recommandée pour les NRO en fonction du type de zone à
desservir et précise la distance maximale de l’abonné le plus éloigné :

30
Type de zone Taille en FO Distance maximale NRO-Abonné (km)

Zone urbain très dense 4000 à 30000 1à2

Zone urbaine 5000 à 50000 1à5

Zone rurale 2000 à 10000 3 à 10

Zone économique 2000 à 10000 1à3

Tableau 7:Taille des NRO

La superficie nécessaire pour implanter un NRO dépend principalement de la


technologie à utiliser si elle est de type point à point ou point à-multipoints. La
recommandation est d’appliquer un dimensionnement compatible avec la technologie point-à-
point.

31
Chapitre IV : Déploiement de la fibre optique (FTTH)
dans un immeuble

IV.1. Introduction
Suite à une demande de raccordement aux réseaux FTTH à base de norme GPON
l’opérateur procédera à la réalisation du câblage du bâtiment verticalement et
horizontalement.

Figure 14 : Réalisation câblage d’immeuble.


Pour arriver jusqu’au trottoir la fibre passe dans les réseaux d’assainissement (égouts-
galeries), un fourreau existant sous terre (avec le téléphone) ou qui a été mis en place avec
travaux de voierie pour l’occasion.

Figure 15 : Travaux de génie civil pour passage fibre optique.

32
IV.2. Boîtiers « Pied d'immeuble ».
Dans l’immeuble, la fibre est conduite dans un local technique, sont installés des
boitiers de raccordements. Situé généralement en pied d’immeuble, ce boîtier permet le
raccordement des câbles venant de l’extérieur et ceux de la colonne montante où se trouvent
les points de branchement qui desservent ensuite chaque logement.

Figure 16 : Boitier de raccordement au niveau immeuble.

Figure 17 : Exemples de boitier de raccordement au niveau immeuble.

33
Les câbles de fibre optique cheminent dans les sous-sols jusqu’aux colonnes
montantes (cages d’escalier avec goulottes ou gaines techniques) par les chemins de câbles
existants dans les parties communes ou si les chemins de câble existants traversent une partie
privative ou sensible (cave, box de parking, chaufferie, …), la fibre optique est protégée par
une gaine.

Figure 18 : Gaine de la protection de fibre.

IV.3. Boîtier d'étage (PB)


L’opérateur déploie ensuite les câbles de fibre optique le long de la colonne montante
et installe un boîtier d’étage tous les 2 ou 3 étages en fonction de la configuration de
l’immeuble. Le boîtier d’étage est un boîtier de dérivation des fibres de la colonne montante
jusqu’au logement de l’abonné. La taille du boîtier d’étage varie selon la configuration et la
taille de l’immeuble : de l’ordre de 180x125x35 mm ou 200x157x52 mm

Figure 19 : Exemple de gaine technique.


Les logements sont alors raccordés: la fibre est tirée depuis un boiter d’étage jusqu’au
logement du client.

34
Figure 20 : Passage de fibre.

IV.4. Boîtier « Prise Terminale optique (PTO) »


A l’intérieur du logement la fibre est acheminée jusqu’à la prise terminale optique qui
est installée par un technicien à l’endroit souhaité par le résident.

Figure 21 : Prise terminal de la fibre de fibre.

35
IV.5. Schéma de l'installation

Figure 22 : Schéma d’installation

IV.6. Raccordement fibre prise


Pour relier la fibre à la prise on a besoin d’un module SFP. SFP, SFP+ et XFP sont
tous des termes qui qualifient un type de transceiver enfichable qui s’insère dans un port
spécifique de switch ou d’autre appareil réseau pour convertir le port en interface cuivre ou
fibre. Les choix de fibre incluent fibre multimode et monomode dans diverses longueurs
d’onde et couvrant des distances allant jusqu’à 120 km, ainsi que la fibre WDM, qui utilise

36
deux longueurs d’onde séparées afin d’émettre et de recevoir des données sur un unique brin
de fibre.

Les SFP acceptent des vitesses jusqu’à 4,25 Gbits/s et sont généralement utilisés dans
des applications Fast Ethernet ou Gigabit Ethernet.

Figure 23 : Module SFP avec extrémité en fibre.

Figure 24 : Module SFP au niveau équipement d’abonné.

IV.7. Conclusion

37