Vous êtes sur la page 1sur 36

RÉPUBLIQUE DU MALI

Un peuple – Un but – Une foi

FORMATION CONTINUE DES MAÎTRES

Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)

Module de formation

Techniques de pédagogie active


C-TPA 01-3G2

Juin 2005

Ministère de l’Éducation Nationale


Direction Nationale de l'Éducation de Base
Division de l'Enseignement Normal
République du Mali
Ministère de l’Éducation Nationale

AVANT-PROPOS

Dans la perspective d’offrir une éducation de qualité pour tous, le Programme Décennal
de Développement de l’Éducation (PRODEC) inscrit la formation des enseignants parmi les
axes prioritaires de la politique éducative.

Dans ce contexte, le Ministère de l’Éducation Nationale a développé différents


programmes et modules de formation initiale et continue s’adressant spécifiquement aux
différentes catégories d’enseignants : les enseignants issus des Instituts de Formation des
maîtres (IFM) ; les enseignants contractuels de la Stratégie Alternative de Recrutement du
Personnel enseignant (SARPE) ; et les enseignants des écoles communautaires (ÉCOM).

Le présent document est destiné à tous les agents impliqués dans la formation des
enseignants des écoles communautaires (ÉCOM). Il se veut un outil de référence pour
planifier et mettre en œuvre des actions de formation de qualité. Il témoigne en somme d’une
volonté concertée de rehausser les compétences des enseignants et, par conséquent, de
contribuer à l‘amélioration de la qualité de l’éducation.

La réalisation de ce document a été rendue possible grâce à l’appui financier de


l’Agence canadienne de développement international (ACDI) et l’apport technique de Tecsult
Éduplus Inc.

Souleymane Koné
Directeur National de l’Éducation de Base

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali
Ministère de l’Éducation Nationale

Programme de formation continue des enseignants des ÉCOM — Généralistes


FORMATION « INITIALE » FORMATION CONTINUE
M-FRC 02-3G1 Français 42 h M-FRC 01-3G2 Français 36 h
1 M-MAT 02-3G1 Mathématiques 42 h M-MAT 01-3G2 Mathématiques 36 h
MATIÈRES
SCOLAIRES M-SOB 01-3G1 Sciences d’observation 10 h M-SNA 01-3G2 Sciences naturelles 10 h
(CULTURE
GÉNÉRALE) M-HIS 02-3G1 Histoire 8h M-HIS 01-3G2 Histoire 8h
M-GEO 02-3G1 Géographie 6h M-GEO 01-3G2 Géographie 6h
C-GEC 01-3G2 Gestion de l’école 14 h
C-GEN 01-3G2 Approche genre 17 h
C-ECP 01-3G2 Éducation à la culture de la paix, aux droits humains et à la démocratie 8h
C-LEG 01-3G1 Législation scolaire 13 h C-EDE 01-3G2 Éducation environnementale 13 h
CONNAISSANCES DE BASE

C-MOP 01-3G1 Morale professionnelle 11 h C-SAN 01-3G2 Santé à l’école 13 h


C-PSY 01-3G1 Psychologie 18 h C-APC 02-3G2 Curriculum niveau 1 72 h
C-OPO 01-3G1 Objectifs pédagogiques opérationnels 14 h C-EVA 01-3G2 Évaluation des apprentissages 7h
2

C-PEG 01-3G1 Pédagogie générale 18 h C-TPA 01-3G2 Techniques de pédagogie active 15 h


C-PCO 01-3G1 Pédagogie convergente 37 h C-PGG 01-3G2 Pédagogie des grands groupes 15 h
C-APC 03-3G1 Le Curriculum de l’Enseignement Fondamental 72 h C-CMD 01-3G2 Classe à multiples divisions 16 h
C-CDV 01-3G2 Classe à double vacation 8h
C-TCO 01-3G2 Techniques de communication 15 h
C-FUM 01-3G2 Guide de fabrication et d’utilisation du matériel didactique 36 h
D-LNA 01-3G2 Didactique des langues nationales 42 h
er
D-LNA 01-3G1 Didactique des langues nationales 36 h D-FRC 01-3G2 Didactique du français (1 cycle) 84 h
er er
D-FRC 01-3G1 Didactique du français (1 cycle) 84 h D-MAT 01-3G2 Didactique des mathématiques (1 cycle) 44 h
er er
D-MAT 01-3G1 Didactique des mathématiques (1 cycle) 44 h D-SOB 01-3G2 Didactique des sciences d’observation (1 cycle) 24 h
DIDACTIQUE DES DISCIPLINES

er er
D-SOB 01-3G1 Didactique des sciences d’observation (1 cycle) 24 h D-EFA 01-3G2 Didactique de l’économie familiale (1 cycle) 27 h
er er
D-EFA 01-3G1 Didactique de l’économie familiale (1 cycle) 27 h D-TCH 01-3G2 Didactique de la technologie (1 cycle) 17 h
er er
D-TCH 01-3G1 Didactique de la technologie (1 cycle) 17 h D-ECM 01-3G2 Didactique de l’éducation civique et morale (1 cycle) 8h
3

er er
D-ECM 01-3G1 Didactique de l’éducation civique et morale (1 cycle) 8h D-EPS 01-3G2 Didactique de l’éducation physique et sportive (1 cycle) 12 h
er er
D-EPS 01-3G1 Didactique de l’éducation physique et sportive (1 cycle) 12 h D-APL 01-3G2 Didactique du dessin (1 cycle) 6h
er er
D-APL 01-3G1 Didactique du dessin (1 cycle) 6h D-MUS 01-3G2 Didactique de la musique (1 cycle) 6h
er
D-MUS 01-3G1 Didactique de la musique (1 cycle) 6h D-DAN 01-3G2 Didactique de la danse 6h
er
D-HIS 01-3G1 Didactique de l’histoire (1 cycle) 6h D-ADR 01-3G2 Didactique des arts dramatiques 6h
er er
D-GEO 01-3G1 Didactique de la géographie (1 cycle) 6h D-HIS 01-3G2 Didactique de l’histoire (1 cycle) 6h
er
D-GEO 01-3G2 Didactique de la géographie (1 cycle) 6h
4 S-SPR 01-3G1 Stages pratiques. Guide du stagiaire 72 h
STA.PRA./ S-ANI 01-3G2 Animation pédagogique 72 h
LEÇ. D’ES. S-SPR 02-3G1 Stages pratiques. Guide de l’encadreur

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali
Ministère de l’Éducation Nationale

APERÇU DU MODULE

TECHNIQUES DE PÉDAGOGIE ACTIVE


C-TPA 01-3G2
Durée : 15 heures

Compétence : s’approprier quelques techniques de pédagogie active.

Contenu :

1. CLARIFICATION DES CONCEPTS


- La pédagogie active
- Les techniques

2. QUELQUES TECHNIQUES DE PÉDAGOGIE ACTIVE


- L’enquête - Le blason
- La résolution des problèmes - Les intergroupes
- La visite de site - La technique du scintillement
- Les jeux de rôles - Le langage gestuel
- Les études de cas - La simulation
- Le travail par équipe - Le laboratoire
- La recherche collective des idées - L’enseignement par les pairs
- L’élaboration progressive - L’apprentissage coopératif
- La leçon débat - Le Phillips 6 X 6
- Le projet d’activités - Le travail de groupe
- Le photo langage - La médiation pédagogique

3. AVANTAGES ET LIMITES DE L’APPLICATION DES TECHNIQUES


DE PÉDAGOGIE ACTIVE
- Les avantages
- Les limites

4. FICHES D’APPLICATION DES TECHNIQUES DE PÉDAGOGIE


ACTIVE
- Photo langage
- Recherche collective d’idées
- Projet d’activités

Activités :
1. Clarification des concepts
2. Appropriation de quelques techniques de pédagogie active I
3. Appropriation de quelques techniques de pédagogie active II
4. Identification des avantages et difficultés d’application des
techniques de pédagogie active
5. Élaboration de fiches de préparation

Évaluation : Formative et sommative.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 1
Ministère de l’Éducation Nationale

1 CLARIFICATION DES CONCEPTS

1.1 La pédagogie active

La pédagogie active est celle qui met l’apprenant au centre du processus


d’apprentissage. Ceci signifie qu’il construit ses propres représentations ou concepts en
fonction de ses interactions avec le milieu ambiant (qui en l’occurrence peut être l’école ou la
salle de classe, mais aussi l’environnement social ou physique). L’enseignement actif doit
incorporer les expériences de vie de l’apprenant, ses motivations et ainsi rendre
l’apprentissage pertinent, lui donner du sens.

1.2 Les techniques

La technique est un ensemble de moyens, de procédés mis en œuvre dans la pratique


d’un métier, d’un art, d’une activité quelconque.

ACTIVITÉ 1

CLARIFICATION DES CONCEPTS

Objectifs : Définir la pédagogie active, la technique.

Durée : 1 heure

Déroulement :

1. Former des groupes de travail de 6 à 8 personnes.


2. Donner la consigne suivante : Définis la pédagogie active, la technique.
3. En sous groupe avec la technique du brainstorming, inviter chaque participant
à réfléchir sur la consigne pendant 10 mn.
4. Puis, envoyer un volontaire au tableau pour recueillir les réponses des
participants.
5. Après discussion, retenir les meilleures réponses pour la plénière.
6. Plénière - Synthèse

Évaluation :

Poser la question suivante à tout le groupe :

- Définis la pédagogie active, la technique.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 2
Ministère de l’Éducation Nationale

2 QUELQUES TECHNIQUES DE PÉDAGOGIE ACTIVE

2.1

L’enquête
L’enquête est une activité de recherche et de traitement d’informations
recueillies par voie de questionnaire, d’interviews ou d’observations directes.
Par exemple, les enfants peuvent aller interroger les anciens du village pour
recueillir des informations sur les fondateurs du village et sur ses origines.

On voit par cet exemple que l’enquête sur le terrain doit être précédée de
l’élaboration d’un questionnaire ou d’une grille qui guidera l’observation des
enquêteurs.
Description

Il est important qu’une ou des périodes de synthèse prévoient l’objectivation


des connaissances acquises à l’occasion de l’enquête. L’enquête permet
aux élèves de voir leur environnement d’une façon scientifique.

Elle les habitue ainsi aux exigences de la démarche scientifique. Elle


participe aussi au développement de compétences en communication, en
relations interpersonnelles.
L’enquête permet de :
- Développer la communication interpersonnelle et l’esprit de
camaraderie ;
- Favoriser l’acquisition d’une méthode de travail ;
Intérêts - Développer l’esprit de recherche ;
pédagogiques - Développer le sens de la responsabilité ;
- Favoriser l’acquisition des connaissances ;
- Développer l’autonomie ;
- Vaincre la timidité en libérant l’esprit
- Permettre la liaison école-milieu et l’ouverture de l’école à la vie
Réalisation collective, tout comme le projet collectif, l’enquête demande le
partage et la planification des tâches entre les membres de l’équipe. Elle
exige aussi des échanges entre les participants pour le choix, l’énonciation
Préparation et des questions ou des points à observer. Ces activités participent au
organisation
développement de compétences sociales, de la pensée critique et de la
communication chez chacun.
Exécution des consignes -- compte-rendu -- évaluation
Elle comprend 3 étapes :
1) Préparation de l’enquête (négociation des objectifs, choix des techniques
de collecte des données, élaboration des instruments etc.)
Procédure 2) Enquête proprement dite (il s’agit de recueillir les informations, les avis
les témoignages, au moyen des instruments et du matériel mis à
disposition)
3) Exploitation des résultats de l’enquête.
Les sciences humaines, la géographie, l’histoire, l’éducation à
Application
l’environnement.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 3
Ministère de l’Éducation Nationale

2.2

La résolution des problèmes


Le problème peut être proposé par l’enseignant ou par les élèves.
La méthode de résolution de problème suit une procédure comprenant les
étapes suivantes :

- identification et description du problème, de ses composantes et causes ;


- identification des moyens, méthodes ou procédés utilisés jusqu’à
Description maintenant pour résoudre le problème.
- projet des procédés qui ont été infructueux.
- recherche de procédés autres ; choix du procédé à tester.
- mise à l’essai du procédé choisi.
- observation des résultats.
- si les résultats sont infructueux, application d’un autre procédé jusqu’à ce
que le problème soit résolu.

La méthode de résolution de problèmes est une démarche qui forme l’esprit


Intérêts
pédagogiques
des élèves à voir les manières différentes qui peuvent exister pour aborder
les problèmes et trouver des solutions nouvelles.

La méthode de résolutions de problèmes adopte la démarche collective et


demande la participation de tous les membres à la résolution du problème.
Elle exige ainsi des échanges entre les participants pour le choix et
l’énonciation des solutions nouvelles. Ces activités participent au
Préparation et
développement de compétences sociales, de la pensée critique et de la
organisation
communication chez chacun.
Elle exige aussi la pensée critique pour l’analyse du problème et des
solutions essayées antérieurement. Le suivi des nouvelles solutions fait
appel à l’observation et à la notation, éléments de la démarche scientifique.

La méthode de résolution de problèmes est une activité de recherche qui


exige de l’esprit d’observation pour bien identifier les causes du problème et
le sens de la créativité pour générer de nouvelles solutions pouvant conduire
à la solution.
Procédure
Par exemple, les enfants pourraient travailler sur le problème d’un manque
d’eau dans le village. Ils auraient d’abord à analyser le problème et les
solutions qui se sont révélées infructueuses. Ils ont à imaginer ensuite les
solutions nouvelles et à les appliquer.

Application Les sciences et la technologie, l’éducation à l’environnement.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 4
Ministère de l’Éducation Nationale

2.3

La visite de site
La visite de site (ou classe exploration) consiste à conduire les apprenants
Description hors de la classe afin de les amener à observer et à noter les éléments de
la nature.

La visite de site s’inscrit dans la démarche observationnelle. Elle présente


l’avantage de :
Intérêts
pédagogiques
- Favoriser la connaissance du milieu
- Développer le sens de l’observation et de l’analyse
- Faire acquérir l’esprit d’organisation, de méthode et de synthèse.

Avant l’exploration le maître doit :

- Identifier le site
Préparation et
organisation - Faire la préparation matérielle
- Élaborer les instruments
- Se fixer des objectifs

- Préparation de la visite par le Maître


- Préparation de la visite avec les élèves (amorces négociation des objectifs
Procédure
et des modalités, organisation de la classe)
- Visite proprement dite.

Application La géographie, l’histoire, éducation à l’environnement.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 5
Ministère de l’Éducation Nationale

2.4

Les jeux de rôles


Dans le jeu de rôle, les protagonistes adoptent (selon leur propre vision) les
rôles des personnages qui ont à produire des échanges verbaux et les
expressions non verbales (gestes, mimiques, ton de la voix).

Il y a 2 sortes de jeux de rôle :


- dans la première sorte, les élèves reçoivent un script et se voient assigner
un rôle ;
- dans la deuxième, une situation sert de déclencheur, les élèves se font
assigner un rôle. Un thème sert de déclencheur. Les acteurs sont libres
d’interpréter leur rôle et de produire le dialogue à leur guise.

Le jeu de rôle permet aux enfants de s’exprimer librement et d’apprendre à


faire preuve d’imagination dans leurs productions verbales et non verbales.
Description C’est l’occasion rêvée de pratiquer les techniques d’expression et de
développer des compétences touchant la communication.

Par exemple les élèves peuvent reproduire une discussion entre un vendeur
et un acheteur. Le vendeur essaie de vendre au client un bracelet. Il affirme
que le bracelet est en ivoire. L’acheteur le met à l’épreuve en vérifiant la
qualité de l’objet offert.

Par exemple, un jeu de rôle pourrait servir à renforcer une compétence de


vie telle que « Je ne vais pas commencer à fumer ». Dans le jeu de rôle, un
des protagonistes pourra jouer le rôle « essayer de persuader son
camarade qu’on a du plaisir à fumer, qu’on est comme les grands, etc.
L’autre élève pourra jouer le rôle de celui qui refuse. Le script, (préparé par
les élèves en petits groupes) serait joué par deux élèves.
Les jeux de rôle développent :
- La créativité ;
- La communication interpersonnelle ;
Intérêts - L’esprit de synthèse ;
pédagogiques - Les capacités artistiques des élèves.
Ils aident à :
- La gestion de l’espace ;
- Vaincre la timidité.
- Préparation de la situation de communication (thème, lieu, personnage,
Préparation et décors etc.)
organisation - Concertation pour établissement d’un scénario, distribution des rôles
(clarifier les rôles et faire comprendre les situations de communication.
Elle comprend 3 phases :
- préparation
Procédure
- exécution
- évaluation (auto-évaluation et évaluation par les pairs et l’animateur)

Application Étude de langue, arts, etc.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 6
Ministère de l’Éducation Nationale

2.5

Les études de cas


Dans l’étude de cas, la description détaillée d’un problème réel ou fictif (mais
se rapprochant de ce qui se passe dans la réalité) sert de point de départ.
Les élèves doivent proposer des solutions et choisir des règles ou principes
s’appliquant à un tel problème.

Durée ou importance de l’étude de cas : elle peut s’étaler sur plusieurs


heures ou jours.

Contexte de réalisation (individuel / social)


Description
L’étude de cas se réalise en groupes ou équipes de travail. Il peut aussi
constituer un exercice individuel.

Domaines de formation pouvant utiliser la méthode d’enquête

L’éducation à l’environnement peut être un excellent terrain d’essai pour


cette stratégie pédagogique. Le maître peut s’y faire la main et l’utiliser
ensuite dans différents domaines de formation.

L’élaboration d’une étude de cas constitue un excellent exercice


d’apprentissage car il oblige le rédacteur à rassembler les données
essentielles pertinentes. Il doit conséquemment exercer son jugement
critique tout en situant le problème dans sa relation à une discipline ou à un
Intérêts domaine de formation dans lequel on peut trouver des formules ou
pédagogiques principes de solution.

Un autre aspect très important, c’est que le cas à l’étude est lié à la vie, fait
appel aux expériences de vie. Il développe dans ce sens des compétences
de vie.

- Identifier le cas ;
- Monter le cas à étudier
Préparation et
organisation - Organiser les participants en groupes ou équipes de travail
- Fixer les objectifs

- Information des apprenants sur la pertinence du cas à étudier


- Présentation du cas par le formateur ou par le ou les participants
Procédure
- Analyse du cas (en groupe ou par équipe).
- Conclusion

Application Environnement, disciplines d’éveil, morale etc.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 7
Ministère de l’Éducation Nationale

2.6

Le travail par équipe


C’est une technique qui consiste à diviser les apprenants en sous –groupes
Description
de travail chaque sous groupe exécute une tâche spécifique.

Le travail par équipe permet de :

Intérêts - Développer l’esprit de recherche ;


pédagogiques - Développer le sens de la responsabilité ;
- Développer l’autonomie ;
- Développer l’esprit d’équipe.

La préparation et l’organisation consistent à :

Préparation et - Identifier les tâches à exécuter;


organisation - Constituer les équipes de travail (par affinités sur imposition ou suggestion
faite par le maître, par hasard par sociodrame etc.)
- Fixer les objectifs et les échéances.

- Information des apprenants sur la pertinence des tâches et les exigences


de leur exécution
- Répartition des tâches : le travail peut être :

- Choisi librement par les élèves ;


Procédure - Imposé par le maître ;
- Déterminé après discussion et accord entre maître et élèves

- Exécution des tâches


- Présentation des résultats
- Plénière – Synthèse

Application Le travail par équipe est une technique pluridisciplinaire.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 8
Ministère de l’Éducation Nationale

2.7

La recherche collective des idées


C’est une méthode collective de recherche d’idées où les participants
doivent mettre en commun de façon aussi rapide et aussi peu critique que
possible, toutes les idées qu’un problème leur inspire.
Description
Elle s’appuie sur l’imagination des participants et la spontanéité des
productions. Elle peut servir dans toutes les disciplines où les apprenants
sont devant une situation problème et où ils doivent émettre une hypothèse.

- Associer les apprenants à la construction du savoir ;


Intérêts - faciliter l’émission spontanée des idées ;
pédagogiques - trouver le plus grand nombre d’idées sur un sujet donné ;
- faciliter la créativité en mettant les élèves en confiance.

Cette technique doit être utilisée à un moment où les élèves sont frais,
détendus et dispos. Le sujet à traiter peut être une question ouverte ; au
Préparation et
moment de la préparation de son cours, le maître ou l’animateur fera une
organisation
analyse du problème et élaborera des consignes claires, facilitant ainsi la
progression des idées.

Cette technique se déroule en trois phases :

a) Phase d’analyse
Le travail commence par l’analyse d’un problème ou d’un sujet pour
permettre à l’ensemble des élèves ou des participants de bien
cerner la question. Ensuite l’animateur présente la procédure.

b) Phase de collecte d’idées


L’animateur reprend une à une les consignes qu’il a élaborées,
ordonnées, de manière à ce que les élèves puissent exprimer
toutes les idées qui leur viennent en tête soit dans le groupe classe,
soit dans les sous-groupes. C’est la véritable phase de la recherche
Procédure collective d’idées. Les idées émises sont notées par le ou les
rapporteurs.

c) Phase de classement et de sélection


Une fois que toutes les consignes sont données et que toutes les
idées sont émises et notées dans l’ordre suivant lequel elles ont été
émises sans aucune censure, le groupe classe ou les sous-
groupes procèdent au classement, puis à la sélection des idées en
vue d’une exploitation.

Si le travail a eu lieu en sous-groupes, chaque rapporteur fait la


liste des idées retenues pour les présenter à l’ensemble de la
classe.

Cette technique peut être utilisée dans l’enseignement du français, des


Application
sciences d’observation, des mathématiques

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 9
Ministère de l’Éducation Nationale

2.8

L’élaboration progressive
Il s’agit d’une technique de mise en sous-groupe qui peut servir à l’étude et à
l’analyse d’un thème large donné. Son intérêt est de permettre, comme le nom
Description l’indique, une élaboration par étape de la connaissance. Il s’agit de partir de sous-
groupes minimaux (2 ou 3 élèves) et de passer progressivement à la constitution de
sous-groupes plus importants.

Cette technique peut être utilisée quand on vise les objectifs suivants :
a) Faire apprendre
- Étudier de façon approfondie un thème en vue d’une appropriation de
connaissances par les élèves ;
- analyser ou commenter un document, une image, un tableau, etc. ;
- reconstituer un texte (présenté préalablement aux élèves) ;
Intérêts
- réagir à une situation problème.
pédagogiques
b) Socialiser et mettre en communication
- Rompre l’atmosphère de méfiance réciproque entre les élèves ;
- favoriser la communication entre élèves ;
- favoriser l’organisation du grand groupe en sous-groupes de travail;
- favoriser la participation et l’expression des élèves dans le grand groupe
classe.

- L’enseignant prépare soigneusement les consignes à donner pendant les


différentes phases de l’activité ;
Préparation et - il expose aux élèves en classe les objectifs par rapport à l’activité à mener. Il
organisation précise le thème et l’activité ;
- il explique la procédure et les règles du jeu aux élèves. Il vérifie par sondage
qu’elles ont été comprises.

Cette technique peut se dérouler en plusieurs phases selon l’importance du groupe,


les consignes à donner aux élèves et le thème à étudier. Elle se déroule
généralement en quatre ou cinq phases :
a) Première phase
Répartir le groupe-classe en groupe de 2 ou 3, l’essentiel étant d’avoir des
sous-groupes de départ aussi petits que possible. L’expérience a montré
que dans une classe à effectif important, la solution la plus commode
consiste à faire travailler les élèves par voisinage, ce qui réduit les
déplacements. Donner la consigne correspondant à cette phase.
b) Deuxième phase
Un sous-groupe de 2 rencontre un autre sous-groupe de 2 élèves ou bien
Procédure un sous-groupe de 3 rencontre un autre sous-groupe de 3 (selon la taille
du groupe initial).Ils confrontent les acquis en vue d’élaborer une synthèse
partielle.
N.B : Il est bon, ici de désigner un secrétaire de groupe pour conserver
des traces écrites de la tâche dès qu’elle a atteint un certain degré de
complexité.
c) Troisième phase
Un sous-groupe de 4 rejoint un autre sous-groupe de 4 ou un sous-groupe
de 6 un autre sous-groupe de 6… On multiplie ainsi les phases jusqu’à
l’épuisement des questions étudiées ou du sujet à traiter.
d) Quatrième phase
C’est la plénière : moment de bilan, de confrontation des résultats.

Application Elle peut s’appliquer à beaucoup de disciplines.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 10
Ministère de l’Éducation Nationale

2.9

La leçon débat
C’est la technique par laquelle des élèves constitués en sous groupes
travaillent à la résolution d’un problème posé en français, en mathématiques
ou en activités d’éveil.

Chaque élève réfléchit individuellement sur le sujet ; puis des échanges ont
Description
lieu à l’intérieur des sous groupes; un rapporteur est désigné dans chaque
sous-groupe et est chargé de rendre compte du travail effectué. Les
différents sous groupes se retrouvent pour discuter et échanger des
informations sur le sujet. Ce travail de mise en commun est dirigé par le
maître

- Habituer chaque élève à l’effort personnel de recherche et d’expression


Intérêts des idées
pédagogiques - développer les habitudes personnelles des élèves dans une philosophie
de travail d’équipe.

Le maître réunit une documentation suffisante pour le travail à faire ou il


Préparation et monte une opération de recherche de documents (matériel) à partir des
organisation possibilités offertes par l’environnement immédiat des élèves. Il élabore en
fonction des objectifs à atteindre des consignes claires.

a) Première phase
Travail individuel :
Après explication de la procédure et les consignes
données, chaque élève, à l’intérieur du sous-groupe,
réfléchit sur une voie de solution au problème posé. Il
cherche des informations, trouve des arguments en faveur
de la solution qu’il aura à proposer au sous-groupe.
Débat au sein des sous groupes :
Les membres d’un même sous-groupe mettent en
commun leurs réflexions. Les débats s’instaurent. Un
Procédure
rapporteur fait la synthèse en vue d’une réponse à
proposer au groupe-classe.

b) Deuxième Phase
C’est la phase de mise en commun. Le groupe classe se retrouve.
On peut désigner un animateur ou alors le maître lui-même se
charge de cette tâche.

Les rapporteurs présentent les résultats des travaux des sous-


groupes. Les débats s’instaurent.

Des utilisations sont possibles en français, en mathématiques, en histoire, en


Application géographie, en morale, en instruction civique… à tous les niveaux
d’enseignement, de l’école fondamentale au lycée.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 11
Ministère de l’Éducation Nationale

2.10

Le projet d’activités
C’est une technique qui permet une planification et une organisation précises
de l’enseignement par lesquelles diverses situations d’apprentissage
peuvent être exploitées en prenant appui sur diverses disciplines. Les élèves
Description
constitués en sous-groupes travailleront à la réalisation de tâches différentes
et complémentaires qui auront été identifiées et négociées. Le projet
d’activités peut aboutir à une approche pluridisciplinaire.

- Organiser les apprentissages autour de situations plutôt qu’à partir de


découpages disciplinaires ;
- préparer les élèves à leur propre prise en charge dans la recherche
d’informations en développant en chacun l’autonomie et le sens de la
responsabilité ;
Intérêts
pédagogiques
- alléger la charge au maître ;
- faire prendre conscience aux élèves, à la collectivité du lien entre les
connaissances solaires et la vie quotidienne ;
- intégrer l’enfant dans son milieu et dans sa culture ;
- mettre l’école au service du développement ;
- cette technique est utilisable à tous les niveaux.
Le maître identifie les secteurs d’intérêt en fonction des besoins des élèves
pour un apprentissage donné à un moment donné et les planifie.

Il trouve ou fait chercher par les élèves dans l’environnement immédiat les
ressources documentaires en rapport avec le thème central lui permettant de
mener les diverses activités (illustrations, textes, situations créées,
questionnaires d’enquête, sources d’informations).

Il met au point un mécanisme dévaluation lui permettant de savoir si les


Préparation et tâches poursuivies sont réalisées ou non. Pour ce dernier cas, il prévoit un
organisation ensemble de moyens de rattrapage ou de prolongement.

A partir du thème central, il identifie autant de sous thèmes que de sous-


groupes constitués de manière à ce que chaque sous-groupe mène une
activité bien précise et que la synthèse finale permette de faire progresser
les apprentissages dans diverses disciplines considérées.

Il élabore des consignes claires pour chaque cas et trouve les différents
déclencheurs qui vont permettre à chaque sous-groupe de démarrer son
activité.
a) Présentation de la procédure et annonce des objectifs spécifiques à
poursuivre en terme de tâches à accomplir ;
b) répartition des tâches entre les sous-groupes ;
Procédure
c) mise en commun : chaque rapporteur présente les conclusions de son
sous-groupe. Les débats s’instaurent. Le maître fait la synthèse, apporte
les compléments nécessaires.
Le projet d’activités est plus qu’une simple technique. Il serait souhaitable
Application que l’on puisse proposer aux élèves des situations d’approche
interdisciplinaire.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 12
Ministère de l’Éducation Nationale

ACTIVITÉ 2

APPROPRIATION DE QUELQUES TECHNIQUES DE PÉDAGOGIE ACTIVE I

Objectifs : Maîtriser quelques techniques de pédagogie active.

Durée : 6 heures

Déroulement :

1. Le facilitateur invite les participants à se constituer en groupes de travail.


2. Il repartit les 12 premières techniques entre les groupes :
a. Le projet d’activités
b. L’enquête
c. La résolution des problèmes
d. L’exploitation des ressources du milieu
e. Les jeux de rôle
f. La recherche guidée
g. Les études de cas
h. Les groupes de discussion
i. Le travail en équipe
j. La recherche collective des idées
k. L’élaboration progressive.
l. La leçon débat.

3. Chaque groupe analyse les éléments de sa technique selon les étapes


suivantes :
a. lire le texte ;
b. dégager les idées maîtresses ;
c. commenter ces idées dans vos propres termes.

4. En plénière chaque groupe expose son travail suivi d’un débat.


5. Le facilitateur fait la synthèse de ces présentations.

Évaluation :

Le groupe classe évalue oralement la présentation de chaque groupe.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 13
Ministère de l’Éducation Nationale

2.11

Le photo langage
C’est une technique qui consiste à faire choisir par les élèves une ou plusieurs
images parmi un grand nombre aussi disparates que possible afin d’exprimer
ensuite dans un échange avec les autres membres de sous-groupe, leurs
Description appréciations, leurs idées, leurs visions des choses; la collecte des images peut se
faire selon un thème précis ou au hasard.

N.B : Même des photos de journaux qu’on a sous la main peuvent être utilisées.
- Faciliter dans un grand groupe, l’expression de chacun par l’intermédiaire d’un
support concret sur un thème, un sujet ;
Intérêts
- développer le sens de l’observation, de la comparaison des cultures et des
pédagogiques
civilisations ;
- on peut aussi viser la présentation ou l’étude d’un personnage.

Collecte d’images par l’enseignant aidé par les élèves à partir d’un thème choisi.
- Disposer d’une ou plusieurs tables en classe ;
Préparation et
- disposer les images de sorte qu’elles soient toutes bien visibles ;
organisation
- bien exposer ses objectifs aux élèves ;
- bien expliquer la procédure et les règles du jeu.

Les élèves circulent de table en table et regardent les images.


a) Chacun choisit sans emporter d’images (minutage selon l’enseignant) ;
Procédure b) présentation en groupe du choix de chacun : explications, impressions,
commentaires, échanges (minutage selon enseignant) ;
c) synthèse en grand groupe.

En formation des adultes


Dans une session de formation, il est utile de faire réfléchir les
enseignants sur les possibilités d’utilisation du photo langage dans les
différentes disciplines.
En situation scolaire
Toute photo peut donner lieu à :
- une description, un récit ;
- un dialogue (bulles : ce que les personnages sur la photo sont entrain
de penser ou de dire) ;
- un montage (comme la bande dessinée – B.D.), un commentaire ;
- une création poétique (toute poésie peut être étudiée à partir de
photos bien choisies).
Toute photo peut être prétexte à :
Application
- un jeu de questions ;
- un jeu de langage ;
- un choix d’une illustration pour un texte ;
- une initiation aux arts plastiques.

Applications possibles en :
- En histoire - géographie
- Expression orale
- Présentation de personnage historique
- Études des milieux et de la population
- Commentaire des documents (images)
- Comparaison de milieux géographiques
- Histoire événementielle

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 14
Ministère de l’Éducation Nationale

2.12

Le blason
En forme de bouclier, le blason est l’ensemble des signes distinctifs, des emblèmes,
devises et ornements d’une famille, d’une ville ou d’un état.
Pédagogiquement, le blason est une technique qui consiste à faire remplir par des
élèves ou des adultes en situation de travail individuel ou en sous-groupes, les
cases d’un tableau en vue de dégager l’essentiel d’un thème donné.
La technique du blason se prête à diverses utilisations pédagogiques :
Description
- étude d’un personnage littéraire ou historique ;
- analyse d’un thème d’histoire ou de géographie ;
- analyse d’un problème ;
- évaluation d’une activité.
Chaque panneau fait ensuite l’objet d’échanges pour un commentaire, complément
ou enrichissement des cases déjà remplies.

La technique du blason peut :


- favoriser l’effort de réflexion, la rédaction de réponses denses et précises ;
Intérêts
- aider à la cohésion du groupe ;
pédagogiques
- faciliter la perception réciproque des individus dans un sous-groupe ;
- rendre possible une communication entre les individus de cultures différentes.

Préparation et
Choisir les panneaux avant la classe et préparer les consignes.
organisation
a) Organisation du groupe classe :
- constitution des sous-groupes (de 2 à 7 élèves) ;
- distribution des panneaux (blason) ;
- consignes proposées pour remplir les diverses cases du blason de chaque
Procédure sous-groupe ;
- réalisation (de 20 minutes à une heure) à l’intérieur de chaque sous-groupe.
b) Communication
- Entre sous-groupe et synthèse en grand groupe d’où la nécessité du choix d’un
rapporteur.

Schéma : Exemples de panneaux de la technique du blason.


Histoire
6e année
Sciences naturelles
6e année
Les grandes découvertes
maritimes et leurs
L’appareil circulatoire : le sang conséquences

Application Les causes des


grandes découvertes maritimes
Définition de
La petite
l’appareil
circulation Les principaux navigateurs
circulatoire
européens
La des XVème et XVIème siècles
La grande composition
Conséquences des grandes
circulation du sang
découvertes maritimes

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 15
Ministère de l’Éducation Nationale

2.13

Les intergroupes
C’est une technique qui permet, d’une part, un renouvellement des sous-groupes
Description après l’achèvement d’une phase de travail complexe et, d’autre part, une
intercommunication entre sous-groupe sans recourir à un rapport unique.

Éviter la monopolisation de la fonction de rapporteur ou de leadership dans un sous-


groupe, ce qui permet :
Intérêts - d’accroître l’intercommunication (circulation de l’information de sous-groupes en
pédagogiques sous-groupes) et l’implication des membres des sous-groupes ;
- d’accroître la souplesse nécessaire à la progression du travail en sous-groupes;
- de faire l’économie d’une séance plénière.

Préparation et Bien prévoir, avant de venir en classe, les différents schémas possibles de
organisation renouvellement des sous groupes.
Exemple avec une classe de 60 élèves
1re phase
a) Le professeur donne une consigne de travail aux élèves qui sont repartis en 6
groupes de 10. Le professeur demande au préalable que les élèves de chaque
sous-groupe s’attribuent un numéro de 1 à 10.

1, 2, 3, 1, 2, 3, 1, 2, 3, 1, 2, 3, 1, 2, 3, 1, 2, 3,
4, 5, 6, 4, 5, 6, 4, 5, 6, 4, 5, 6, 4, 5, 6, 4, 5, 6,
7, 8, 9, 7, 8, 9, 7, 8, 9, 7, 8, 9, 7, 8, 9, 7, 8, 9,
10 10 10 10 10 10

2e phase 6 sous-groupes de 10
b) Quand les élèves ont fini de travailler en sous-groupe dans le temps imparti, les
sous-groupes de la 1ère phase se disloquent et on constitue de nouveaux sous-
groupes en réunissant ?
(Regroupement des numéros de la 1ère phase)

Tous les Tous les Tous les Tous les Tous les
n°1 et 2 n°3 et 4 n°5 et 6 n°7 et 8 n°9 et 10

5 sous-groupes de 12
On aura donc cinq sous-groupes de 12 à l’intérieur desquels les échanges se
développeront sur le travail déjà fait dans les sous-groupes initiaux. La présence des
deux membres des groupes précédents permet une complémentarité dans les
échanges d’informations.
3e phase
c) Après échanges, les sous-groupes de départ se reconstituent pour faire le bilan
Procédure des avis recueillis par rapport au travail déjà fait mais aussi pour information
mutuelle sur ce qui est fait dans les autres sous-groupes.
(Retour aux sous-groupes de la 1ère phase)

1, 2, 3, 1, 2, 3, 1, 2, 3, 1, 2, 3, 1, 2, 3, 1, 2, 3,
4, 5, 6, 4, 5, 6, 4, 5, 6, 4, 5, 6, 4, 5, 6, 4, 5, 6,
7, 8, 9, 7, 8, 9, 7, 8, 9, 7, 8, 9, 7, 8, 9, 7, 8, 9,
10 10 10 10 10 10

6 sous-groupes de 10
N.B : Chaque enseignant sera libre d’imaginer d’autres combinaisons possibles en
fonction des situations qui s’offrent à lui.
Cette technique constitue une variante des procédures de mise en commun chaque
Application
fois qu’un enseignant fait travailler des élèves en sous-groupes.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 16
Ministère de l’Éducation Nationale

2.14

La technique du scintillement
Dans un grand groupe, la mise en commun peut être source de lassitude. En effet la
lecture successive des rapports de nombreux sous-groupes est souvent ennuyeuse
Description et sans grand profit. D’où la nécessité d’une variation des modalités de mise en
commun. Celle ci se fait par une succession de messages brefs (1-3) et denses sur
les aspects les plus significatifs des travaux de chaque sous-groupe.
Obtenir :
- l’attention soutenue de tous durant la mise en commun ;
Intérêts
- une synthèse dense résumant l’essentiel des travaux des sous-groupes ;
pédagogiques
- totaliser les connaissances acquises ;
- entraîner à l’expression d’une pensée concise.
La mise en œuvre de cette technique ne nécessite pas une préparation particulière,
sinon que l’enseignant doit :
Préparation et
- s’imprégner des modalités de la technique
organisation
- bien l’exposer aux élèves avant le démarrage des travaux des sous-groupes
- désigner un chronométreur dont les décisions ne doivent jamais être contestées.
Procédure de référence.
a) Première phase
- Le rapporteur de chaque sous-groupe lira un message dense (durée 1à 3
minutes) ;
- chaque message sera suivi de commentaires brefs des membres du grand
groupe d’une durée totale limitée à 5minutes.
b) Deuxième phase
- On écoute une 2e série de messages complémentaires lus par d’autres
rapporteurs ;
- la même procédure que la phase 1 sera suivie : lecture du message et
commentaire dans une durée limitée.
Les phases se succèderont ainsi autant de fois qu’il le faudra dans le cadre horaire
qu’aura fixé l’animateur.
Des variantes de mise en commun :
Procédure • À la fin des travaux chaque sous-groupe synthétise sur un panneau les
résultats de ses travaux. Le groupe classe les passe en revue et les discute.
C’est la mise en commun par examen discussion.
• On peut utiliser des symboles pour qualifier le travail effectué dans chaque
groupe.
• Par exemple, l’enseignant demande au grand groupe de représenter le
travail effectué dans un sous-groupe :
- Par une couleur ;
- Par un instrument de musique qui symbolise le travail des sous- groupes ;
- Par le nom d’un fruit ou d’une plante.
• Chacun de ces éléments est porteur d’une valeur.
• Technique du voisinage : après les travaux, les sous-groupes sont mêlés,
chacun s’informe auprès du voisin qui communique à son tour au voisin. Elle
permet une participation active de chaque élève au travail.
- En formation continue d’adultes
- En situation scolaire
Application Cette procédure peut être utilisée pour la mise en commun de travaux de sous-
groupes pour des activités de type sujet d’étude en histoire, enquêtes sur
l’environnement ou comptes rendus divers.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 17
Ministère de l’Éducation Nationale

2.15

Le langage gestuel
Il s’agit d’une technique de sondage et d’évaluation qui permet une
Description consultation rapide du groupe, généralement par des questions simples ne
nécessitant pas de réponses écrites ou orales.

Avec un groupe d’adultes


Cette technique permet d’avoir un aperçu sur l’identité du groupe, son
expérience professionnelle, ses réactions par rapport à une expérience
vécue.
Intérêts
pédagogiques
Avec un groupe d’élèves
- Consultation rapide du groupe sur une question donnée ;
- évaluation (de la compréhension, de la sensibilité et ou des attentes) du
groupe-classe sur une question donnée.
N.B : le côté ludique de la technique est à prendre en considération.

Préparer très soigneusement les questions qui doivent être absolument


fermées, n’autorisant qu’une réponse unique simple directe symbolisée par
un geste.

Bien prévoir le code des réponses, c’est à dire les gestes utilisés et leur
Préparation et
organisation
signification.

Exemples :
- Deux bras levés : réponse positive
- Un bras levé : réponse indécise
- Bras croisés : réponse négative

a) Bien expliquer la technique et le code.

b) Avant le démarrage, il importe que le public ait bien compris ces objectifs
et le code utilisé. En contexte scolaire il est souhaitable que le même code
soit utilisé tout au long de l’année. L’enseignant veillera à ce que les gestes
Procédure utilisés ne soient pas en contradiction avec la signification qu’ils pourraient
avoir dans le contexte social.

c) La consigne : demande au public (adulte ou élèves) de répondre aux


questions en utilisant le code. Faire un essai sur les questions pour s’assurer
que le code est bien compris.

L’animateur peut être secondé par des assistants chargés de comptabiliser


les réponses. Par exemple s’il s’agit d’évaluer une action de formation ou de
recueillir des renseignements précis, il peut y avoir trois personnes chargées
de comptabiliser les réponses : une pour les deux bras levés, une pour un
Application seul levé, une pour des bras croisés, une personne faisant office de
secrétaire de séance.

Exemple : procéder à un sondage sur des opérations d’enseignement


vécues ou observées par les participants durant leur carrière.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 18
Ministère de l’Éducation Nationale

2.16

La simulation
Activité pédagogique inscrite dans le cadre d’un modèle qui reproduit une
situation réelle aussi fidèlement que possible dans le but de permettre une étude
ou une confrontation avec les divers aspects de cette situation sans qu’il soit
nécessaire d’entrer directement en contact avec le monde réel.

La simulation se caractérise par l’interaction de l’apprenant avec un modèle qui


représente, avec un souci de justesse, une réalité définie comme un système.
Description
Une bonne simulation présente la réalité dépouillée de ses éléments non
essentiels. Bien sûr, de cette manière, une partie de la réalité est sacrifiée au
profit des lignes de force de la situation étudiée.

L’objectif premier de la simulation est de permettre une compréhension objective


de la réalité, ce qui la distingue nettement du jeu de rôle où c’est la subjectivité
qui domine.

Les avantages :
- est très motivante pour l’apprenant
- permet l’implication et l’engagement de l’apprenant dans son apprentissage
- fournit à l’apprenant une occasion de performer dans un contexte où il jouit
d’une certaine liberté et où il exerce son jugement
- fournit une rétroaction immédiate à l’apprenant et lui offre la possibilité d’un
réajustement rapide ; les conséquences de décisions prises par l’apprenant
Intérêts
sont illustrées de manière dynamique et lui permettent d’établir des liens de
pédagogiques
cause à effet
- permet de mieux saisir l’essentiel du phénomène à l’étude, celui-ci étant
dépouillé des attributs secondaires
- fait en sorte que l’apprenant retient mieux et plus longtemps ce qu’il apprend ;
de plus, l’apprenant valorise habituellement plus ce type d’apprentissage que
celui qu’il réalise par des moyens plus théoriques.
- permet de réduire les coûts.
- Les objectifs pédagogiques poursuivis doivent être clairs et de préférence
connus des participants à l’avance ou, à tout le moins, révélés par la suite.
- Un horaire précis et réaliste doit être élaboré, à l’intérieur du quel environ le
quart du temps sera réservé au débriefing- discussion qui suit immédiatement
la simulation et dont le but est de ramener dans le sens des objectifs ; voir
Préparation et « exploitation de la simulation ». Il faut noter que simulation et débriefing vont
organisation de pair et que la portée pédagogique de la simulation est sérieusement
compromise s’il n’y a pas de débriefing.
- La planification de l’activité doit être faite suffisamment à l’avance, en
particulier si la simulation nécessite la réservation de locaux, d’équipements
ou d’animateurs. Une liste de préparatifs de dernière minute aidera
grandement l’animateur.
- Présentation de la situation de communication
- Concertation pour établissement d’un scénario, distribution des rôles
Procédure
- Exécution
- Auto - évaluation et évaluation
Application Langue, mathématiques, disciplines d’éveil/étude du milieu

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 19
Ministère de l’Éducation Nationale

2.17

Le laboratoire
Le laboratoire est une technique qui place les apprenants en position de
chercheur pour étudier, sous le contrôle de l’enseignant, un objet ou un
Description
phénomène afin d’en déterminer les causes, les effets ou les propriétés par
la manipulation et l’expérimentation.
Le laboratoire est une technique individualisée ou socio-centrée, motivante
pour les apprenants.
- Il aide à acquérir des méthodes d’apprentissage et à simuler l’autonomie
dans les apprentissages.
- Il favorise le développement de l’esprit scientifique en faisant passer par
des stades suivants :
Intérêts
pédagogiques
- Observation,
- Formulation et vérification d’hypothèses,
- Enregistrement, analyse et interprétation des données ;
- il développe le sens de l’observation et l’esprit d’analyse,
- il aide à observer et à généraliser ;
- il rend plus disponible l’enseignant et lui permet ainsi d’assister les
apprenants qui en ont besoin.
Organisation de la classe :
Préparation et
organisation
- aménagement de l’environnement,
- mise en place du matériel – support,
- présentation du support,
- explication de la méthode de travail,
- communication et clarification des consignes et objectifs,
Procédure - constitution de sous-groupes, si nécessaire,
- exécution : observation, manipulation, expérimentation*.
- Présentation et mise au tableau des résultats/groupe.
- Synthèse des résultats : Apport complémentaire du maître (au besoin).

- Sciences naturelles, Géographie, Technologie, Économie familiale.


Conseils pratiques et recommandations
- Le support doit être simple, stimulant, adapté au niveau de la classe et en
rapport avec les réalités du milieu.
- Élaborer des consignes claires et précises pour éviter toute ambiguïté
d’interprétation.
- Monter un dispositif approprié à la nature et aux objectifs de l’activité.
- Faciliter la mobilité des apprenants tout en veillant au respect de l’ordre et
du temps imparti.
Application - Chaque élève ou groupe d’élèves note au fur et à mesure (par écrit) ses
constatations.
- Inviter les apprenants à utiliser avec précaution et entretenir le matériel
utilisé.
- Veiller au respect des précautions élémentaires pendant la manipulation
de certains produits ou objets.
- Suivre attentivement l’évolution des élèves pour éviter les égarements.
- Être prêt à répondre aux sollicitations.
- Accorder à la technique un temps plus ou moins long. Une
expérimentation peut durer une ou plusieurs semaines.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 20
Ministère de l’Éducation Nationale

2.18

L’enseignement par les pairs


C’est le jumelage d’un apprenant (tuteur) à un ou quelques autres
apprenants (tuteuré « s »), pour clarifier, approfondir des notions apprises
Description collectivement et pour lesquelles subsistent des ombres pour quelques
élèves. Cette technique permet aussi aux élèves de s’aider mutuellement à
analyser leur situation de travail ou un problème qu’ils choisissent d’étudier.
L’enseignement par les pairs :
- Permet au tuteuré de recevoir un enseignement individualisé, donc mieux
adapté à ses besoins et à son rythme d’apprentissage ;
- Permet aux apprenants qui éprouvent des difficultés de se rattraper sans
provoquer l’ennui de ceux qui ont déjà maîtrisé la matière ;
- Facilite la communication du contenu par le fait que le tuteur et le tuteuré
Intérêts ont le même âge ;
pédagogiques - Favorise les contacts apprenant – apprenant ;
- Crée un climat de saine émulation dans la classe ;
- Est une formule peu coûteuse ;
- Convient bien à une pédagogie de la réussite ;
- Développe l’esprit de groupe (progrès commun), l’esprit de solidarité ;
- Favorise les efforts collectifs et la confiance entre élèves ;
- Apprend aux élèves à se prendre en charge.
- Sensibiliser les parents à la mise en œuvre de la technique
- S’assurer des domaines de compétence dans le choix des aides (tuteurs).
- Identifier avec précision les éléments du cours sur lesquels s’applique
l’aide
Préparation et
organisation
- Ne pas utiliser la technique si l’enseignement donné est peu efficient
- Prendre des mesures de sécurité bien appropriées
- Ne pas imposer un tuteur au tuteuré
- Faire en sorte qu’un même apprenant puisse aider et se faire aider
- Laisser le libre choix au tuteur quant aux procédures de travail.
- Identification des situations nécessitant une intervention d’un tuteur.
- Identification du tuteuré et du tuteur
- Fourniture de matériel nécessaire
Procédure - Mise en confiance du tueur et du tuteuré
- Mise en activité du tuteur et du tuteuré
- Auto-évaluation du tuteur et du tuteuré
- Évaluation différée du maître.
Tous les domaines d’apprentissage

Remarques
Le monitorat est une variante de l’enseignement par les pairs qui repère
dans des sous-groupes un élève plus éveillé que les autres qui servira de
Application moniteur, après un enseignement collectif pour faire répéter à chacun ce qui
a été vu ensemble dans le groupe classe.

Le conseil mutuel est une forme d’enseignement par les pairs où


l’intervention porte sur l’analyse d’une situation de travail ou un problème
librement choisi par le groupe.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 21
Ministère de l’Éducation Nationale

2.19

L’apprentissage coopératif
« Approche interactive de l’organisation du travail en classe selon laquelle
les élèves apprennent les uns des autres, ainsi que de l’enseignante ou
l’enseignant et du monde qui les entoure » (Clarke, Wideman et Eadie, 1992,
p.3).

Les principes fondamentaux de l’apprentissage coopératif sont :


« l’interdépendance positive, la responsabilité individuelle envers le groupe,
l’enseignement des habiletés de coopération et l’évaluation par les élèves du
fonctionnement en groupe » (Ibidem, p. 127).

Dans une situation d’apprentissage coopératif, on a affaire à un groupe


centré sur une tâche à réaliser où la compétition et l’individualisme n’ont pas
leur place. Ici, l’implication de chacun est capitale, car « tous sont là pour
apprendre, et tous ont pour tâche d’enseigner à leurs coéquipiers » (Ibidem).
Description Bref, dans l’apprentissage coopératif, le groupe est organisé de manière à
assurer la participation de chacun et l’objectif de la réussite personnelle est
fondu dans l’objectif de la réussite collective.

Nous présentons ici les étapes à respecter pour favoriser le déroulement de


l’activité en groupe.

Quant aux méthodes à privilégier en apprentissage coopératif, nous


retenons celles identifiées par Doyon (1991) à savoir : la méthode structurée
et les méthodes par équipes d’élèves. La méthode structurée permet à
l’enseignant d’utiliser différents moyens et différentes stratégies selon les
contenus et les contextes. Ces moyens et ces stratégies peuvent ainsi être
utilisés en tout temps sur des contenus variés. Les méthodes par équipes
d’élèves sont, par ailleurs, à contenu spécifique ; ainsi, elles varient selon les
domaines d’application et leur fonctionnement.

L’apprentissage coopératif :
- oblige chaque apprenant à être actif
- offre à chacun la même chance de réussir
- améliore les relations interpersonnelles
- favorise la motivation
- aide à développer l’estime de soi
Intérêts
pédagogiques
- améliore le rendement scolaire
- sert « d’issue aux programmes spéciaux pour doués, comme moyen de
faciliter l’adaptation de l’enseignement, l’intégration d’élèves handicapés,
en difficulté d’apprentissage ou de comportement, ou encore de favoriser
l’harmonie entre élèves dans les classes à forte concentration ethnique »
(Doyon, 1991, p. 143).
- Favorise l’apprentissage de compétences sociales.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 22
Ministère de l’Éducation Nationale

L’apprentissage coopératif
(suite)

- Les apprenants doivent, de préférence, travailler en groupes hétérogènes


restreints.

- On doit faire en sorte que les apprenants puissent travailler dans un


contexte d’interdépendance positive, c’est-à-dire où chacun travaille à la
réalisation de l’objectif commun en assumant ses propres responsabilités.

- L’enseignant doit faire en sorte que les apprenants soient responsables à


la fois en tant qu’individus et en tant que membres d’un groupe
Préparation et
organisation
(responsabilité individuelle et collective).

- Les apprenants doivent avoir la possibilité de verbaliser de façon


significative lors de l’exploration et de la clarification des idées.

- L’enseignant doit s’assurer que les apprenants développent des habiletés


de coopération par « (…) un travail de groupe, une réflexion sur
l’expérience vécue, une certaine compréhension du travail en équipe et la
mise en pratique de cet apprentissage dans les activités de groupe
subséquentes » (Clarke, Wideman et Eadie, 1992, p. 12).

- Intéresser les élèves à l’apprentissage coopératif

- Définir les objectifs scolaires et de fonctionnement en groupe

- Prendre les décisions concernant les comportements attendus et le type


d’évaluation qui sera utilisé

- Fixer les critères de réussite (pour le calcul des points bonis par exemple).

- Prendre les décisions concernant l’organisation physique de la classe,


l’assignation des groupes et le matériel à utiliser.
Procédure
- Donner la leçon

- Assigner les rôles, informer les élèves des décisions prises précédemment

- Observer, superviser et intervenir au besoin pour donner du feed-back,


pour fournir l’assistance nécessaire sur l’aspect scolaire ou pour enseigner
les habiletés de coopération

- Évaluer la performance des élèves et les aider lors de l’évaluation du


fonctionnement en groupe.

Cette technique peut être utilisée dans la mise en œuvre de toutes les
Application
activités d’apprentissage.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 23
Ministère de l’Éducation Nationale

2.20

Le Phillips 6 X 6
Inventée par J. Donald Phillips, c’est une technique de recherche par petits
groupes en temps limité. Les élèves sont organisés en groupes de 6 et
Description
discutent pendant 6 minutes, problème après problème. Une mise en
commun est faite à chaque étape.

- Favorise la recherche collective d’idées


- Aide à la gestion du temps
Intérêts
- Développe l’esprit d’initiative
pédagogiques
- Développe la spontanéité
- Favorise la compréhension d’autrui,

- Le maître met à disposition le matériel


Préparation et - Évalue les pré requis
organisation - Négocie/annonce les objectifs
- Constitue les sous-groupes de travail

Le maître présente clairement le premier thème. Les élèves en groupes de 6


pendant 6 minutes éclatent le thème en sous-thèmes.

En plénière, les élèves retiennent les sous-thèmes les plus pertinents à


étudier. Chaque sous-thème est traité de la même manière : étude du sous-
thème en groupes de 6 pendant 6 minutes, restitution suivie de synthèse en
Procédure
plénière.

A la fin de l’étude de tous les thèmes, le maître fait une synthèse générale.

En fonction du degré de complexité du problème la durée peut être


augmentée ou diminuée d’une à deux minutes.

- Étude du milieu / disciplines d’éveil


- Mathématiques
- Étude de la langue

Conseils pratiques/recommandations

- Choisir les problèmes simples et stimulants mais en tenant compte du


Application
temps (6min)
- Préparer matériellement la séance / prévoir les consignes claires et
précises.
- Fixer des critères de formation des groupes (cf. travail de groupe)
- Veiller à une bonne gestion du temps
- Envisager la poursuite des recherches en fonction des résultats
(prolongement).

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 24
Ministère de l’Éducation Nationale

2.21

Le travail de groupe
Le travail de groupe est le fait de faire exécuter une même tâche visant un
même objectif à tous les groupes d’apprenants constitués à cet effet. C’est
Description
une forme d’organisation du travail qui met en activité plusieurs groupes
d’apprenants autour d’une tâche donnée à réaliser en un temps déterminé.

- Développe la communication interpersonnelle et l’esprit de camaraderie


- Favorise l’acquisition d’une méthode de travail
- Développe le sens du travail en groupe
Intérêts - Développe l’esprit de recherche
pédagogiques - Développe le sens de l’écoute
- Initie à l’organisation du travail
- Favorise la compréhension du sujet et acquisition de connaissance
- Développe le sens de la responsabilité.

- Présentation générale de la tâche


- Négociation des objectifs et détermination du résultat attendu
Préparation et
organisation
- Formation des groupes (taille idéale de 4 à 8, ce qui n’exclut pas la
possibilité d’aller au delà en fonction des réalités
- Présentation claire des consignes.

- Structuration du groupe (désignation de l’animateur, rapporteur, élève


chrono).
- Vérification de la compréhension des consignes
- Activité proprement dite :
Travail individuel,
- Mise en commun à l’intérieur du groupe (confrontation,
Procédure
synthèse).
Plénière
- Compte rendu des groupes
- Débat
- Synthèse
- Évaluation/remédiation

Cette technique peut être utilisée dans l’enseignement de toutes les


disciplines

Conseils pratiques/recommandations
- Former les groupes en fonction de la tâche à accomplir et des contraintes
- Faire en sorte que la taille idéale du groupe soit de 4 à 8 apprenants
- Pendant le travail au sein des groupes, n’intervenir que pour réguler et
Application faciliter la production
- Valoriser la production des élèves
- S’assurer que le travail de groupe est aussi au service du progrès
individuel.
- Noter les comportements des élèves, les difficultés rencontrées et les
erreurs commises en vue de les analyser et d’apporter les correctifs
nécessaires.
- Le maître contrôle le niveau d’exécution des travaux avant la plénière.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 25
Ministère de l’Éducation Nationale

2.22

La médiation pédagogique
La médiation pédagogique est une technique, un mode d’intervention centré sur
Description l’alternance de lieu (intra/extra muros), d’intervenants (maîtres /personnes-
ressources) et d’activités (théorie/pratique).
- Donne du sens aux apprentissages par la liaison théorie – pratique
- Ouvre l’école à la vie et au milieu
- Diversifie les lieux et les sources de connaissances
- Consolide et enrichit les apprentissages
Intérêts
- Rompt la monotonie et la routine dans les situations d’apprentissage
pédagogiques
- Développe le partenariat entre l’école et la communauté
- Allège le travail du maître dans ses tâches de recherches documentaires
- Rend l’enseignement plus réel, plus vivant, et plus actuel
- Participe à la socialisation de l’enfant.
- Avec le maître et les élèves
- Définition des objectifs
- Identification des contraintes et des ressources
- Détermination du type d’alternance
- Prise de contact avec les personnes-ressources, les responsables des structures
Préparation et
et institutions ou personnes privées à impliquer.
organisation
Préparation de l’activité avec la personne-ressource
- Mise à niveau des informations entre le maître et la personne-ressource
- Négociation des objectifs, des contenus et des modalités pratiques de mise en
œuvre de l’activité et des consignes de travail
- Détermination des procédures de l’alternance.
- Présentation de la personne-ressource
- Explication de la procédure d’alternance (lieu-intervention et activités)
Procédure - Énonciation et clarification des consignes
- Exécution de l’activité (mise en œuvre de l’alternance)
- Synthèse du maître (immédiate ou différée).
- Étude du milieu (disciplines d’éveil, économie familiale, éducation artistique, etc.).
- Activités pratiques (formation pratique, activités pratiques et productives, activités
pratiques et dirigées, travail manuel).
Conseils pratiques et recommandations
- Impliquer les élèves dans la préparation matérielle de l’activité et dans la
mobilisation des personnes – ressources
- Au moment de la préparation, aider le technicien ou la personne-ressource à
traduire en langage simple et accessible aux élèves les informations et les
consignes qu’il aura à donner
- Arrêter un code de communication qui permet un appel discret d’un des
partenaires (maître, personne- ressource) au moment de la prestation
- Informer l’administration et les partenaires de l’école sur l’existence de la pratique
Application
de la médiation pédagogique afin de susciter leur participation
- Au cours de la prestation du technicien ou de la personne-ressource, le maître
relèvera sur une feuille les points sur lesquels il aura à revenir
- Veiller particulièrement à l’ordre, à la sécurité et à la discipline ainsi qu’à la
gestion du temps, surtout au moment des activités extra-muros
- Évaluer avec la personne – ressource le déroulement et les résultats de l’activité
en vue d’améliorer les interventions futures
- Saisir toute opportunité de renforcer le couple théorie/pratique dans le sens du
renforcement et de la consolidation des acquisitions
- L’étude du milieu et la meilleure connaissance des élèves (lieu d’habitation –
activités des parents) peuvent faciliter l’identification et la mobilisation des
ressources locales (humaines et matérielles).

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 26
Ministère de l’Éducation Nationale

ACTIVITÉ 3

APPROPRIATION DE QUELQUES TECHNIQUES DE PÉDAGOGIE ACTIVE II

Objectifs : Maîtriser quelques techniques de pédagogie active.

Durée : 6 heures

Déroulement :

1. Le facilitateur invite les participants à se constituer en groupes de travail.


2. Il repartit les 12 dernières techniques entre les groupes :
1) Le photo langage
2) Le blason
3) Les intergroupes
4) La technique du scintillement
5) Le langage gestuel
6) La simulation
7) Le laboratoire
8) L’enseignement par les pairs
9) L’apprentissage coopératif
10) Le Philips 6 x 6
11) Le travail de groupe
12) La médiation pédagogique.

3. Chaque groupe analyse les éléments de sa technique selon les étapes


suivantes :
a) lire le texte ;
b) dégager les idées maîtresses ;
c) commenter ces idées dans vos propres termes.

4. En plénière chaque groupe expose son travail suivi d’un débat.

5. Le facilitateur fait la synthèse de ces présentations

Évaluation :

Le groupe classe évalue oralement la production de chaque groupe.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 27
Ministère de l’Éducation Nationale

3 AVANTAGES ET LIMITES DE L’APPLICATION DES TECHNIQUES DE PÉDAGOGIE


ACTIVE

3.1 Les avantages

Les techniques de pédagogie active favorisent l’épanouissement de l’enfant, créent dans la


classe un climat de confiance, de liberté et de joie favorable au travail.
Elles favorisent l’expression chez l’enfant, l’amenant à présenter ses propres idées sans
timidité, correctement et intelligemment. Ceci est un des buts recherchés par
l’enseignement.
Elles développent, enfin l’esprit d’initiative de l’enfant qui devient l’artisan de sa propre
éducation et de sa réussite.

3.2 Les limites

Les techniques de pédagogie active constituent une innovation. Leur mise en œuvre
suppose des modifications profondes à tous les niveaux de fonctionnement de l’activité
pédagogique ; rôle du maître, statut de l’élève, conditions matérielles, etc.

Ces modifications ne peuvent se faire sans difficultés dans l’application de ces méthodes.

Par exemple, avec les techniques de pédagogie active, le rôle du maître change : il doit
mettre ses élèves dans des conditions psychologiques, relationnelles, matérielles telles qu’ils
puissent produire par eux-mêmes. Il devient un conseiller.

Il doit gérer l’activité des élèves c’est-à-dire veiller à l’organisation, la progression de ces
activités et aussi à l’utilisation du matériel et de la documentation. Il joue donc un rôle
d’animateur.

Enfin il doit veiller à la cohésion du groupe-classe, il est alors un médiateur.

Le statut de l’élève change avec les techniques de pédagogie active. Celui-ci devient un
apprenant. C’est l’élément dominant de la situation pédagogique ; il acquiert une grande
autonomie qui risque d’entraîner un effacement du maître.

Une pédagogie active suppose la réunion d’un certain nombre de conditions parmi lesquelles
on peut ranger des effectifs réduits, des salles de classe transformables (pour les travaux de
groupe), une organisation adaptée de l’emploi du temps (il est difficile pour les élèves de
pratiquer les méthodes actives pendant deux heures puis de revenir à un fonctionnement
traditionnel.)

Ce constat ne signifie pas qu’il faille renoncer à des démarches actives (il est possible de
proposer des techniques de travail qui font appel à l’activité des élèves travail par groupes,
pédagogie des grands groupes, sorties scolaires…) mais il impose aux concepteurs de
manuels et aux conseillers pédagogiques la prise en compte des conditions spécifiques
d’enseignement au Mali et notamment des traditions pédagogiques.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 28
Ministère de l’Éducation Nationale

ACTIVITÉ 4

IDENTIFICATION DES AVANTAGES ET DIFFICULTÉS D’APPLICATION DES


TECHNIQUES DE PÉDAGOGIE ACTIVE

Objectifs : Identifier les avantages et les limites d’application des techniques de


pédagogie active.

Durée : 2 heures

Déroulement :

1. Le facilitateur invite les participants à se constituer en groupes de travail.

2. A partir de leurs expériences personnelles, il demande aux participants :


d’identifier les avantages et les difficultés d’application des techniques de
pédagogie active

3. En sous groupe avec la technique du brainstorming, inviter chaque participant à


réfléchir sur la consigne donnée pendant 10 mn.

4. Après discussion, les meilleures réponses sont retenues pour la plénière.

5. Plénière - Synthèse.

Évaluation :

Pose oralement les questions suivantes à tout le groupe :

- Cite les avantages et les limites d’application des techniques de pédagogie.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 29
Ministère de l’Éducation Nationale

4 FICHES D’APPLICATION DES TECHNIQUES DE PÉDAGOGIE ACTIVE

ACTIVITÉ 5

ÉLABORATION DE FICHES DE PRÉPARATION

Objectifs : s’approprier l’élaboration de fiches de préparation des techniques de la


pédagogie active.

Durée : 3 heures

Déroulement :

1. L’animateur invite les participants à se constituer en groupes de travail.

2. Il distribue les exemples de fiches de leçons.

3. Après la lecture des exemples, la consigne suivante est donnée :

- Consigne : Élabore une fiche de leçon en utilisant la technique sur laquelle tu


as travaillé.

4. Les groupes sont en atelier.

5. En plénière, on examine les différentes productions.

6. Après discussion et amendements la fiche est adoptée.

Évaluation :

Élabore une fiche de leçon en utilisant la technique de ton choix. Voir les fiches
suivantes :

- Photo langage
- Recherche collective d’idées
- Projet d’activités

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 30
Ministère de l’Éducation Nationale

FICHE DE PRÉPARATION No 1 : PHOTO LANGAGE

Discipline : Exercices sensoriels Classe : 1ère année Effectif : 90 élèves Durée : 30 min

Thème Contenu O.P.O. Pré évaluation Stratégies Évaluation


Matériel : collection d’images de
Noir, blanc, rouge
Noir - Identification A la fin des activités, - Présentation couleur verte. - Montre des
Blanc d’images de chaque élève doit d’une image de images de couleur
couleur être capable : couleurs Maître Élèves blanche dans un
blanche variées aux lot.
- d’identifier des élèves. Présente des images noires et observent
images de couleur blanches aux élèves. - Identifie les objets
- Identification blanche dans un - Demander aux noirs des objets
d’image de lot d’images de élèves de les Invite les élèves à former des groupes forment des blancs en les
couleur noire. couleur variées, citer (on peut de 9 ou 10 élèves. groupes séparant.
faire appel à la
- d’identifier des langue Distribue du matériel aux sous- - Montre des
- Classement images de couleur maternelle). groupes. Reçoivent et images de couleur
des couleurs noire dans un lot suivent noire dans un lot.
identiques en d’images de Invite chaque groupe à extraire de son attentivement
série couleur variées en lot les images blanches et noires. - Classe en séries
d’images les montrant; Les groupes se alternées, selon le
Invite chaque groupe à séparer les mettent à la tâche schéma noir-
- de classer les images blanches et noires après blanc, les images.
couleurs en série concertation.
d’images de Chaque groupe
couleurs alternée Invite les groupes à classer les sépare
selon le schéma couleurs noires des couleurs blanches
noir blanc. et à les commenter.

Invite le rapporteur de chaque groupe Les groupes font le


à présenter le travail de son équipe. classement.

Chaque groupe
présente son travail

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 31
Ministère de l’Éducation Nationale

FICHE DE PRÉPARATION No 2 : RECHERCHE COLLECTIVE D’IDÉES

Discipline : Géographie Classe : 5ème année Effectif : 60 élèves Durée : 30 min

Thème Contenu O.P.O. Pré évaluation Stratégies Évaluation


Matériel : carte agricole de la région. Cite les cultures les
Ma région : Agriculture À la fin de la leçon l’élève Cite tous les Maître Élèves plus répandues dans
doit être capable : cercles de ta - Demande aux élèves de former 6 Ils se répartissent ta région.
Agriculture, région. sous groupes de 10 élèves entre les 6 sous-
élevage, Élevage - de citer les cultures les - Donne les consignes suivantes : groupes. Cite les espèces
pêche plus répandues dans animales les plus
sa région ; Pour les deux premiers sous- Les sous-groupes nombreuses de ta
Pêche groupes : s’organisent région.
- de citer les espèces - Cite les cultures les plus répandues
animales les plus dans ta région. Écoutent et Fais le classement
nombreuses ; suivent des quatre premiers
Pour les deux sous-groupes suivants : attentivement cercles de ta région
- de donner le - Cite les espèces animales les plus posent au besoin sur le plan :
classement des quatre nombreuses de ta région. des questions
premiers cercles de sa - production
région dans le domaine Pour les deux derniers sous-groupes : On accepte toutes - agricole
de : - Classe les 4 cercles de ta région sur les réponses au - élevage
le plan : production agricole, départ. - pêche.
- la pêche élevage, pêche.
- l’élevage - Explique les modalités de la Le rapporteur note
- l’agriculture technique aux différents sous- au fur et à mesure
groupes puis leur demande d’aller les réponses.
travailler pendant 15min.
Dans un second
En plénière temps chaque
- Chaque sous-groupe présente son sous-groupe
travail suivi de débat discute ses
- Correction des erreurs éventuelles réponses et retient
- Compléments d’informations celles qui lui
- Exploitation de la carte au besoin paraissent bonnes
Synthèse et qui seront lues
en plénière

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005
République du Mali 32
Ministère de l’Éducation Nationale

FICHE DE PRÉPARATION No 3 : PROJET D’ACTIVITÉS

Discipline : Exercices sensoriels Classe : 1ère année Effectif : 60 élèves Durée : 30 min Date :

Thème Contenu O.P.O. Pré évaluation Stratégies Évaluation

Le goût Identification À la fin de la Qu’est-ce que Matériel : sel, pot, eau, sucre et miel Bonbon
salé, sucré. du goût salé. leçon l ‘élève maman met dans la
doit être sauce pour qu’elle
Maître Élèves
capable : soit bonne ?
Identification
- Divise la classe en sous-groupes de - Forment des
du goût - d’identifier
10 élèves devant accomplir des sous-groupes
sucré. le goût salé Qu’est-ce que
tâches différentes mais
en maman met dans la Identifie le
complémentaires.
savourant. bouillie pour qu’elle goût salé et
soit bonne ? le goût sucré
- Mélange sel et eau dans certains - N’assistent
- d’identifier en goûtant
pots, sucre et eau dans d’autres et pas.
le goût ces solutions
met de l’eau simplement dans
sucré en variées.
d’autres pots.
savourant.
- Met les pots d’eau salée devant 3 - Goûtent les
sous-groupes, les pots d’eau sucrée pots et
devant 3 autres sous-groupes. apprécient

- Invite en plénière chaque sous- - Livrent les


groupe à présenter aux autres les résultats de
résultats de son activité. leur
dégustation.
- Invite les élèves à goûter les pots
des différents sous-groupes à tour - S’exécutent
de rôle.

Formation Continue des Maîtres


Programme de Formation des Enseignants des Écoles Communautaires (ÉCOM)
Module de formation : Techniques de pédagogie active – C-TPA 01-3G2 Juin 2005