Vous êtes sur la page 1sur 45

25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

Article | OUVRIR

Preuve que le Great Pacific Garbage Patch


accumule rapidement du plastique
L. Lebreton , B. Slat ,F. Ferrari ,B. Sainte-Rose, J. Aitken ,R. Marthouse ,S. Hajbane ,S. Cunsolo ,A. Schwarz ,A. Levivier
,K. Noble ,P. Debeljak ,H. Maral ,R. Schoeneich-Argent ,R. Brambini &J. Reisser

Scientific Reports  8 , numéro d'article:  4666 ( 2018 ) Reçu: 17 octobre 2017


doi : 10.1038 / s41598-018-22939-w Accepté: 05 mars 2018
Science computationnelle Publié: 22 mars 2018

Sciences environnementales Sciences de l'océan

Abstrait

Le plastique des océans peut persister dans les eaux de surface et finit par s'accumuler
dans les zones reculées des océans du monde. Ici, nous caractérisons et quantifions
une importante zone d'accumulation de plastique océanique formée dans les eaux
subtropicales entre la Californie et Hawaï: le Great Garbage Patch du Pacifique (GPGP).
Notre modèle, calibré avec des données provenant d'études multi-navires et avions,
prédit au moins 79 (45-129) milliers de tonnes de plastique océanique flottant dans une
zone de 1,6 million de km 2; un chiffre quatre à seize fois plus élevé que précédemment
rapporté. Nous expliquons cette différence par l'utilisation de méthodes plus robustes
pour quantifier les plus gros débris. Plus des trois quarts de la masse de GPGP étaient
transportés par des débris de plus de 5 cm et au moins 46% étaient constitués de filets
de pêche. Les microplastiques représentaient 8% de la masse totale, mais 94% des 1,8
milliards de pièces (1,1-3,6) estimées flottaient dans la région. Le plastique recueilli au
cours de notre étude a des caractéristiques spécifiques, comme un faible rapport
entre la surface et le volume, ce qui indique que seuls certains types de débris ont la
capacité de persister et de s'accumuler à la surface du GPGP. Finalement, nos résultats
suggèrent que la pollution plastique océanique dans le GPGP augmente de façon
exponentielle et à un rythme plus rapide que dans les eaux environnantes.

i d i
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 1/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

introduction
Translated to:  French Show original Options ▼

La consommation mondiale annuelle de plastique a dépassé les 320 millions de tonnes,


avec plus de plastique produit au cours de la dernière décennie que jamais 1 . Une
quantité importante de la matière produite sert un but éphémère et est rapidement
transformée en déchets. Une petite partie peut être recyclée ou incinérée tandis que
la majorité sera rejetée dans un site d'enfouissement ou jetée dans des
environnements naturels, y compris les océans du monde 2 . Tandis que l'introduction
de fibres synthétiques dans les engins de pêche et d'aquaculture représentait une
avancée technologique importante en raison de sa persistance dans le milieu marin,
les pertes accidentelles et délibérées d'engins sont devenues une source majeure de
pollution par les océans 3. Les filets de pêche perdus ou jetés, connus sous le nom de
filets fantômes, sont particulièrement préoccupants car ils ont des impacts négatifs
directs sur l'économie 4 , 5 , 6 , 7 et les habitats marins du monde entier 8 , 9 .

Environ 60% du plastique produit est moins dense que l'eau de mer 10 . Lorsqu'ils sont
introduits dans l'environnement marin, les plastiques flottants peuvent être
transportés par les courants de surface et les vents 11 , recapturés par les côtes 12 , 13 ,
dégradés en plus petits 14 par l'action du soleil, variations de température, vagues et
vie marine 10 ou perte de flottabilité. couler 15 . Cependant, une partie de ces
plastiques flottants est transportée au large et pénètre dans les gyres océaniques 16 .
Une zone d'accumulation considérable de plastique flottant a été identifiée dans la
partie orientale du tourbillon subtropical du Pacifique Nord .. Cette zone a été décrite
comme «un gyre à l'intérieur d'un gyre» 18 et communément appelée «Great Pacific
Garbage Patch» (GPGP 19 , 20 ). Les concentrations relativement élevées de plastique
océanique dans cette région 21 , 22 sont principalement attribuées à un lien avec
d'importantes sources de plastique océanique en Asie 23 , 24 grâce au système Kuroshio
Extension (KE) 25 et à l'intensification de l'activité de pêche dans l'océan Pacifique 26 .

La plupart des données disponibles sur les quantités et les caractéristiques du


plastique océanique flottant proviennent d'échantillons recueillis à l'aide de petits
chaluts de surface conçus initialement pour recueillir le plancton neustonique 27 . En
raison de leur petite ouverture (0,5-1 m de largeur, 0,15-1 m de profondeur) et de leur
superficie limitée, ils pourraient sous-estimer les charges d'objets en plastique plus
rares et plus grands comme les bouteilles, les bouées et les filets de pêche. Pour tenter
de surmonter cette fausse déclaration, une équipe de recherche 21les données
combinées de remorquage net avec des informations tirées d'études d'observation
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 2/45
25/05/2018 qPreuvegque le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques
visuelle à bord des navires.
Translated to:  Ils ontShow original
French constaté que, bien que les petites piècesOptions ▼
de

millimètre (<4,75 mm) comptent en billions à l'échelle mondiale, elles ne représentent


qu'une petite portion de masse (13%) de la matière flottante totale disponible.
Néanmoins, les données d'observations basées sur les navires ont donné de grandes
incertitudes en raison des différences dans les protocoles d'enquête entre les groupes
de recherche et des difficultés dans l'estimation de la masse des objets observés. Les
ensembles de données historiques sur le plastique océanique flottant sont également
rares dans l'espace et dans le temps 28 . Pour contourner ces limitations, des études
récentes ont couplé des ensembles de données 21 , 22 , 29 avec des modèles de
dispersion 30 , 31 , 32prédire les niveaux de pollution des plastiques océaniques dans le
monde entier. Les extrants du modèle de transport des océans en plastique sont
généralement intégrés sur plusieurs années et calibrés par rapport aux ensembles de
données collectés au cours de différentes saisons, années et décennies. Cependant,
une telle méthode peut fausser le transport et l'accumulation de plastique dans
l'océan, car ces processus sont étroitement associés à la variabilité saisonnière et
interannuelle 18 , 25 .

Dans cette étude, nous avons caractérisé et quantifié les plastiques océaniques
flottants à l'intérieur du GPGP. Entre juillet et septembre 2015, nous avons mené une
expédition multi-navires pour recueillir des échantillons de chalut de surface à
l'intérieur et autour de la région GPGP et obtenir une répartition représentative des
concentrations de matières plastiques flottantes dans cette région. En octobre 2016,
nous avons effectué un levé aérien pour obtenir des images géoréférencées qui
échantillonnaient une plus grande surface de la mer et des estimations améliorées
pour les débris de plus de 0,5 m. Notre dernier ensemble de données, contenant des
concentrations mesurées de plastique océanique de différentes tailles et types, a été
utilisé pour calibrer un modèle de transport de plastique océanique multi-sources et
multi-forçage. Nous avons calibré notre modèle numérique en utilisant des moyennes
mensuelles des concentrations prévues qui reflètent les changements saisonniers et
inter-annuels de la position GPGP. En tant que tel, cette étude est une première
tentative d'introduction d'un modèle dynamique cohérent de l'accumulation de débris
flottants dans le GPGP. Cela nous a permis de comparer nos résultats avec des
observations historiques (des années 1970 à aujourd'hui) et d'évaluer l'évolution à long
terme des concentrations de plastique océanique à l'intérieur et autour du GPGP.

https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 3/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

Méthodes

Échantillonnage
Du 27 Juillet e au 19 Septembre ème 2015, un total de 652 remorquages nets de surface
ont été réalisées entre 25 ° N-41 ° N et 129-156 ° W par 18 navires participant. En
Octobre 2016, nous avons réexaminé notre zone d'étude en effectuant deux vols avec
un Hercules C-130 qui a collecté des images aériennes ( n mosaïques = single-frame
7,298) pour mieux quantifier les plus grandes et plus rares> 50 cm des objets en
plastique (Fig.  1 ) .

https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 4/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

Figure 1

Effort de surveillance sur le terrain. Navires (lignes bleues et grises) et pistes d'aéronefs (lignes bleu clair) et
emplacements où des données sur les concentrations de matières plastiques océaniques flottantes ont été
recueillies (cercles). Les cercles gris ( n = 350) représentent les zones échantillonnées avec un seul filet de Manta
par 17 navires participants, entre juillet et septembre 2015. Les cercles bleu foncé ( n = 76) représentent les
zones échantillonnées avec des paires Manta jumelées par RV Ocean Starr , entre juillet et août 2015. Les cercles
en bleu clair ( n = 31) montrent les emplacements des mosaïques géoréférencées RGB collectées à partir d'un
avion C-130 Hercules , en octobre 2016. Cette carte a été créée en utilisant la version 2.18.1 de QGIS ( www.qgis
.org ).

Les navires ont effectué des remorques au filet d'une durée de 0,35 à 4 heures, tout en
naviguant entre 0,7 et 6,8 noeuds. Tous les chaluts ont été conçus pour s'éloigner du
navire afin d'éviter les effets de sillage sur l'efficacité de capture des dispositifs. Tous
les équipages des navires ont été formés avec du matériel en ligne et des ateliers
individuels qui avaient été organisés avant le départ. Pendant le remorquage du chalut,
le marin le plus expérimenté à bord du navire a estimé l'état de la mer (échelle de
Beaufort) en mesurant la vitesse du vent et en observant la hauteur des vagues. Ces
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 5/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

données ontTranslated to: 
été enregistrées
French dans les fiches techniques standard fournies,
Show original avec la
Options ▼

date, la durée, ainsi que les coordonnées initiales et finales de chaque trait.
L'emplacement et la longueur de tous les traits de filet ont été confirmés pendant la
phase de post-traitement en inspectant les données de position provenant des
trajectographes GPS installés sur tous les navires participants.n = 350 stations
d'échantillonnage) utilisant un chalut Manta (maille carrée de 0,5 mm, bouche de 90
cm x 15 cm), qui est l'un des dispositifs standard pour quantifier les niveaux de
pollution plastique. Avec le plus grand navire participant ( RV Ocean Starr ), nous
avons simultanément remorqué deux chaluts Manta, ainsi que deux grands chaluts
Neuston (mailles carrées de 1,5 cm, 6 m × 1,5 m de bouche, dont 0,5 m au-dessus de la
ligne d'eau). ') à chaque lieu d'échantillonnage ( n = 76 stations). Après chaque étirage
de filet de Manta, le filet a été rincé de l'extérieur avec de l'eau de mer et son
extrémité de morue à usage unique a été retirée, fermée avec des agrafes et placée
dans un sac individuel à fermeture à glissière. Après chaque méga trait de chalut, le
filet a également été rincé de l'extérieur avec de l'eau de mer et son gros cul de chalut
a été ouvert dans une boîte remplie d'eau de mer. Tous les plastiques flottants ont
ensuite été retirés, enveloppés dans de l'aluminium et placés dans des sacs en
plastique étiquetés. L'ensemble du contenu capturé par les chaluts Manta a été stocké,
tandis que les organismes capturés par les chaluts Mega (principalement vivants) ont
été relâchés dans l'océan. Tous les échantillons ont été conservés dans un
réfrigérateur ou un congélateur en mer et dans une glacière FedEx (2-8 ° C) ou
réfrigérée (-2 ° C) pendant leur expédition au laboratoire. Même si nous avons été
prudents lors de la manipulation des échantillons, certains débris peuvent avoir été
brisés pendant le transport, conduisant à un certain biais dans notre répartition de la
taille des débris. Des informations détaillées sur ces remorques (coordonnées,
conditions météorologiques, durées d'échantillonnage et durées) sont fournies dans
Figshare33 .

Les relevés aériens ont échantillonné une zone beaucoup plus grande (311,0 km 2 ) que
les relevés au chalut décrits ci-dessus (3,9 km 2 et 13,6 km 2 , respectivement pour les
filets Manta et Mega net), permettant ainsi une quantification plus fiable des débris de
plus de 50 cm , qui sont relativement rares. Les deux vols ont commencé et se sont
terminés à Moffett Airfield près de Mountain View, en Californie. La première étude
aérienne a été effectuée le 2 Octobre nd 2016 échantillonnage 18h56-à-21h14 temps
UTC, à une latitude constante de 33,5 ° N et longitudes variant de 141,4 ° W à 134,9 ° W.
La deuxième enquête a commencé le 6 Octobre e2016 échantillonnage de 22h14 à 0:37
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 6/45
La deuxième enquêtePreuve
25/05/2018
a commencé le 6 Octobre 2016 échantillonnage de 22h14 à 0:37
que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

UTC, de 30,1Translated to: 
° N, 143,7 °French
W à 32,9 °Show original Options ▼
N, 138,1 ° W. En mode relevé, l'avion a volé à une
altitude d'environ 400 m et à une vitesse sol de 140 noeuds. Les transects
d'échantillonnage ciblent les zones où les conditions de mer étaient les plus basses, en
fonction des prévisions météorologiques, notamment la pression atmosphérique à la
surface de la mer, la couverture nuageuse, la vitesse du vent à 10 m au-dessus du
niveau de la mer. comme des données significatives sur la hauteur des vagues et les
périodes de pointe distribuées par les sorties du modèle WaveWatch3 de la NOAA.
Même si nous avons étudié des débris flottants à l'aide d'observateurs formés et de
trois types de capteurs (Lidar, caméra SWIR et caméra RVB),

Trawl d'échantillons
Les échantillons de chalut ont été lavés séparément dans une tour de tamis (cinq tamis
de Glenammer Engineering Ltd, avec des ouvertures carrées de 0,05 cm, 0,15 cm, 0,5
cm, 1,5 cm et 5 cm) qui divisent le matériau en classes de taille suivantes: 0,05-0,15 cm,
0,15-0,5 cm, 0,5-1,5 cm, 1,5-5 cm et> 5 cm. Les objets de débris> 5 cm ont ensuite été
triés manuellement en classes de 5-10 cm, 10-50 cm et> 50 cm en mesurant la
longueur des objets (dimension la plus large de l'objet) avec une règle. Les débris
flottants ont été séparés de la biomasse en plaçant le matériau dans chaque tamis dans
de l'eau salée filtrée (salinité de 3,5%, température de 19 à 23 ° C). Le personnel de
laboratoire a remué le matériau plusieurs fois pour s'assurer que les particules
flottantes étaient détachées du matériau de la biomasse. Les objets flottants identifiés
comme des débris flottants ont été extraits manuellement de la surface de l'eau à
l'aide d'une pince, séparés en types et comptés. Les débris flottants ont été classés en
types de matériaux (plastique, verre, paraffine, goudron, caoutchouc, bois, ponce,
graine ou inconnue), les plastiques étant subdivisés en catégories suivantes: (1) Type
«H» - fragments et objets en plastique dur, feuille de plastique ou film; (2) Type «N» -
lignes en plastique, cordes et filets de pêche; 3) «P» - des pellets de plastique en pré-
production ayant la forme d'un cylindre, d'un disque ou d'une sphère; et (4) de type
«F» - fragments ou objets en mousse (par exemple en polystyrène expansé). Une fois
comptés et catégorisés, les morceaux ont été lavés avec de l'eau distillée, transférés
dans des boîtes en aluminium, séchés pendant une nuit à 60 ° C et pesés avec un
OHAUS Explorer EX324M (0,0001 g) pour les objets <5 cm et un OHAUS Explorer
EX12001M (0,1 g lisibilité) pour les objets> 5 cm.

Pour mieux caractériser l'accumulation de plastique océanique dans le GPGP nous


https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 7/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques
Pour mieux caractériser l accumulation de plastique océanique dans le GPGP, nous
Translated to:  French Show original Options ▼
avons effectué des analyses supplémentaires avec le matériel recueilli. Tout d'abord, 10
pièces dans chaque catégorie de taille / type de plastique ( n = 220 pièces) ont été
sélectionnées pour l'analyse de la composition de polymère par spectroscopie
infrarouge à transformée de Fourier (FT-IR). Les lectures ont été effectuées à l'aide
d'un Perkin Elmer Spectrum 100 FT-IR équipé d'un accessoire ATR universel (plage =
600-4000 cm -1).). Le type de polymère respectif a été déterminé en comparant les
spectres FT-IR de l'échantillon par rapport à des spectres connus provenant d'une
base de données (Perkin-Elmer ATR de Polymers Library). Deuxièmement, nous avons
examiné tous les débris de plastique collectés pour les dates de production, ainsi que
toutes les déclarations écrites donnant des informations sur son origine (c.-à-d. Le
langage et les déclarations «faites»). Enfin, nous avons classé les articles en plastique
des types «H» et «L» recueillis dans 30 stations RV Ocean Starr en types d'objets (p.
Ex. Couvercles de bouteilles, sacs, bouteilles, etc.). Comme les objets 'H' de plus de 50
cm étaient relativement rares, nous avons analysé 10 extra RV Ocean Starrstations
pour ce type / catégorie de taille. Si le type d'objet d'un fragment n'a pas pu être
déterminé, nous avons classé la pièce comme un fragment de plastique dur ou un
fragment de film en fonction de son épaisseur et de sa flexibilité 34 . Nous avons utilisé
des échantillons de chalut Manta pour caractériser les objets dans les classes de taille
de 0,15-0,5 cm, 0,5-1,5 cm et 1,5-5 cm, et des échantillons de chalut Mega pour
caractériser les objets dans les classes de taille 5-10 cm, 10-50 cm et> 50 cm. Les
plastiques de notre classe de taille la plus petite (0,05-0,15 cm) n'ont pas été pris en
compte dans cette analyse du type d'objet en raison de la difficulté de manipuler et
d'identifier de petits fragments.

Les concentrations numériques / en masse des articles en plastique flottants (nombre


/ kg de plastique par km 2 de surface de la mer) mesurées par chaque trait de filet ont
été calculées séparément pour toutes les catégories de taille / type de plastique. Pour
ce faire, nous avons divisé le nombre et le poids des objets en plastique dans chaque
catégorie par la surface remorquée de l'échantillon. Nous avons calculé la surface
remorquée en multipliant la largeur de la bouche nette (90 cm pour le chalut Manta, 6
m pour le chalut Méga) par la longueur de remorquage (déterminée à partir des
données de position GPS). La superficie moyenne couverte par les câbles de Manta
était de 0,008 km 2 (SD = 0,004, min-max: 0,001-0,018 km 2 ), alors que la superficie
moyenne couverte par les câbles de méga-fil était de 0,090 km 2 (SD = 0,013, min-max
: 0,046-0,125 km 2). Comme les chaluts de surface peuvent rattraper les flotteurs en
raison du mélange entraîné par le vent, nous avons ensuite estimé les concentrations
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 8/45
raison du mélange entraîné
25/05/2018
par le vent, nous avons ensuite estimé les concentrations
Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

de masse et Translated to: 
de plastique French Show original
numérique Options ▼
( Ci ) «profondeur intégrée» pour toutes les
catégories de types / tailles à chacun des emplacements d'échantillonnage au chalut
en utilisant les équations décrites. en réf. 35 . Les méthodes supplémentaires 1
fournissent des détails sur la façon dont Ci a été calculé en fonction de la vitesse
ascendante terminale ( Wb ), de la profondeur échantillonnée par le chalut et de l'état
de la mer. Il décrit également comment nous avons mesuré Wb pour chacune des
catégories de type / taille de cette étude. Après avoir comparé les résultats de
concentration en plastique obtenus par paires de filets Manta et Mega ( n = 76
emplacements), nous avons décidé d'utiliser des échantillons de chalut Manta et Mega
pour quantifier les débris de 0,05-5 cm et 5-50 cm, respectivement. Les résultats de la
comparaison et le raisonnement derrière cette décision sont fournis dans les
Méthodes supplémentaires 2.

Traitement d'imagerie aérienne


Toutes les images RVB prises lors de nos vols d'étude ( n = 7 298) ont été géoréférencés
en utilisant des données précises sur la position et l'altitude des aéronefs recueillies
au cours des relevés. Ils ont ensuite été inspectés par deux observateurs formés et un
algorithme de détection. Les observateurs ont inspecté toutes les images en plein
écran sur un moniteur Samsung HD (LU28E590DS / XY) et les mosaïques à une image
contenant des débris ont été téléchargées dans le logiciel QGIS (Version 2.18.3-Las
Palmas) pour enregistrer leur position et leurs caractéristiques. Nous croyons que
nous avons eu un très petit nombre de faux positifs et un nombre élevé de faux
négatifs. C'est parce que les observateurs ont adopté une approche conservatrice: ils
ont seulement enregistré les caractéristiques comme des débris quand ils étaient très
confiants avec leur identification. En tant que tel, de nombreuses caractéristiques qui
pourraient être des débris, mais qui ressemblaient à d'autres caractéristiques
naturelles, telles que le reflet du soleil et les vagues déferlantes, n'ont pas été
enregistrées dans notre jeu de données sur les océans en plastique. Une fois ce travail
terminé, nous avons utilisé un algorithme expérimental capable de détecter les débris
potentiels dans toutes nos mosaïques RGB comme une étape de contrôle de la qualité.
Pour éviter les faux positifs, toutes les caractéristiques détectées par l'algorithme ont
également été inspectées visuellement par un observateur et seuls ceux qui ont été
visuellement identifiés comme des débris ont été enregistrés dans notre base de
données QGIS. Pour chaque observation, nous avons enregistré la position (latitude,
longitude) la longueur (dimension
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w la plus large de l'objet) la largeur et le type d'objet:9/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques
longitude), la longueur (dimension la plus large de l objet), la largeur et le type d objet:
Translated to:  French Show original Options ▼

(1) «filet groupé» - un groupe de filets de pêche étroitement groupés; ils sont
généralement colorés et de forme arrondie; 2) «filet libre» - un seul filet de pêche; ils
étaient généralement assez translucides et de forme rectangulaire; 3) «conteneur»:
des objets rectangulaires et brillants, tels que des caisses de pêche et des fûts; 4)
«corde» - objets cylindriques longs d'environ 15 cm d'épaisseur; 5) «bouée /
couvercle», objets brillants arrondis qui pourraient être soit un grand couvercle ou
une bouée; (6) "inconnu" - objets qui sont clairement des débris mais dont le type
d'objet n'a pas été identifié, ils étaient pour la plupart des objets de forme irrégulière
ressemblant à des fragments de plastique; et (7) Autre - un seul objet a été identifié
avec succès mais n'appartenait à aucune catégorie ci-dessus: une bouée de sauvetage.
Nous avons enregistré 1 595 articles de débris (403 et 1 192 dans les vols 1 et 2
respectivement); 626 mesuraient 10-50 cm et 969 mesuraient> 50 cm de long. La
plupart d'entre eux ont été classés comme «inconnus» (78% pour 10-50 cm, 32% pour>
50 cm), suivis de «bouée ou couvercle» (20%) et «filet combiné» (1%) pour 10-50 des
débris cm, et par «filet» (29%), «conteneur» (18%), «bouée ou couvercle» (9%), «corde»
(6%), et «perdre net» (4%) pour > 50 cm de débris. Pour calculer les concentrations de
plastique océanique, nous avons regroupé les images géoréférencées en 31 ~ 10 km2
mosaïques. Pour les concentrations numériques, nous avons simplement divisé le
nombre de débris de 10 à 50 cm et de plus de 50 cm dans chaque mosaïque par la
surface couverte. Pour estimer les concentrations massiques, nous avons d'abord
estimé la masse de chaque objet tacheté, puis nous avons additionné séparément la
masse de débris de 10-50 cm et de plus de 50 cm dans chaque mosaïque par la surface
couverte. Plus d'informations sur la façon dont nous avons estimé la masse de chaque
objet repéré est fournie dans Méthodes supplémentaires 3.

Formulation de modèle numérique


Les voies plastiques océaniques peuvent être représentées par des trajectoires de
particules lagrangiennes 31. Dans notre cadre, les particules environnementales ont été
favorisées par les facteurs environnementaux suivants: les courants de surface de la
mer, la dérive de Stokes induite par les vagues et les vents. À partir de rejets de
particules identiques, nous avons produit une série de scénarios de forçage pour
représenter la diversité dans la forme et la composition des plastiques océaniques. À
partir de l'utilisation du courant de surface de la mer seulement, nous avons
progressivement ajouté des termes de forçage représentant les actions de la traînée
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 10/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques
progressivement ajouté des termes de forçage représentant les actions de la traînée
Translated to:  French Show original Options ▼

atmosphérique et des ondes de vent sur les débris flottants. L'action du vent a été
simulée en considérant le déplacement des particules comme une fraction de la
vitesse du vent à 10 m au-dessus du niveau de la mer. C'est ce qu'on appelle le
«coefficient de dérive». Nous avons évalué différents scénarios de coefficient de vent,
y compris 0%, 0,1%, 0,5%, 1%, 2% et 3%. Nous avons utilisé les courants globaux de la
surface de la mer (1993 à 2012) issus de la réanalyse globale 1/12 ° de HYCOM + NCODA
(expériences 19.0 et 19.136 , 37 , 38 ), et les données de vitesse et de direction du vent (10
m au-dessus du niveau de la mer) (1993 à 2012) provenant de la réanalyse globale du
NCEP / NCAR 39 . L 'amplitude de la dérive de Stokes induite par les vagues a été
calculée à l' aide des coefficients de masse du spectre des ondes (hauteur significative
des vagues, période des vagues et direction) à partir des sorties du modèle
Wavewatch3 40 .

Pour chaque scénario de forçage, des particules ont été relâchées de façon identique
et continue de 1993 à 2012 à la suite de distributions spatiales et d'amplitudes de
sources océaniques significatives sur terre (zones côtières 23 et rivières majeures 24 ) et
en mer (pêche 26 , 41 , aquaculture 42 et industries maritimes 43). Les scénarios sources
ont été combinés en utilisant la contribution source relative ainsi que la distribution
géographique présentée dans les Méthodes Supplémentaires 4. Nous avons avancé les
particules globales dans le temps en utilisant les scénarios de forçage décrits ci-
dessus et reproduisons avec succès la formation des corrosions océaniques. ces zones
diffèrent entre les scénarios de forçage. Nous avons calculé des visites quotidiennes
de particules sur des grilles de résolution de 0,2 ° correspondant à notre domaine
d'observation et s'étendant de 160 ° W à 120 ° W de longitude et de 20 ° N à 45 ° N de
latitude. Le nombre de visites quotidiennes de particules a été uniformisé sur le
nombre total de particules présentes dans le modèle global à un moment donné. La
concentration non-dimensionnelle prédite par le modèle δ i de la cellule i , a été
calculé comme suit:

dje = un
s dje , s (1)
s

où α s est le poids non dimensionnel par rapport à la contribution de la source s et δ i ,


s est le pourcentage de particules globales de la source s dans la cellule i . δ i , s est
calculé avec le nombre de particules n i , s de la source s dans la cellule i sur le nombre
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 11/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

total de particules globales Σ n sShow original


Translated to:  French i
de la source s : Options ▼
n je
dje =
, s
, s
(2)
Σ ns
je

Calibration numérique du modèle


Nous avons collecté des mesures en mer en 2015 et 2016, mais notre modèle
numérique utilise la réanalyse de la circulation océanique couvrant la période de 1993
à 2012. Les données modélisées sur la circulation océanique post-2012 sont
disponibles chez HYCOM mais pas comme produit de réanalyse. En tant que tel, nous
avons décidé de ne pas l'utiliser dans cette étude. Comme les particules modèles
initiales libérées en 1993 commencent à s'accumuler dans la région après environ 7
ans, nous avons uniformisé les visites quotidiennes de particules sur 12 ans, de 2000 à
2012. Nous avons regroupé les classes de taille des débris dans quatre catégories:
microplastiques (0,05-0,5 cm ), mésoplastiques (0,5-5 cm), macroplastiques (5-50 cm)
et mégaplastiques (> 50 cm). Nous avons comparé les prédictions du modèle avec les
concentrations microplastiques intégrées en profondeur, car cet ensemble de données
collectées par les chaluts Manta avait la plus grande couverture spatiale. Les
concentrations massiques dérivées des mesures au chalut ont été regroupées dans des
cellules à résolution de 0,2 degré et comparées à la concentration non-dimensionnelle
prédite par le modèle δ pour les cinq scénarios de forçage différents. Le meilleur
ajustement de modèle a été trouvé pour le scénario de forçage avec le courant de
surface de la mer seulement (R 2 = 0,52, n = 277 cellules). Le coefficient de régression
a diminué à mesure que nous avons augmenté le terme de traînée atmosphérique ( R 2
= 0,39 à 0,21 selon le coefficient de dérive).

Comme nous avons analysé l'accumulation de particules modèles dans la région GPGP,
nous avons remarqué des variations saisonnières et interannuelles significatives de la
position GPGP. Les dimensions de GPGP modélisées étaient relativement constantes
tout au long de nos 12 années d'analyse, mais la position relative de cette zone
d'accumulation variait selon les années et les saisons. Nous avons d'abord décidé de
tester notre modèle de variation saisonnière en comparant nos concentrations de
microplastiques (mesurées en juillet-septembre 2015) aux moyennes modélisées pour
les périodes de juillet à septembre de 2000 à 2012. Cette comparaison a donné de
moins bons résultats ( R 2 = 0,46 à 0,21 , selon le scénario de forçage) qu'avec la
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 12/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

solution moyenne de 12 ans (R 2 = 0,52), la position GPGP de juillet à septembre variant


considérablement entre les années.

La relation entre l'accumulation de débris marins dans le Pacifique Nord et les


événements climatiques tels que l'oscillation australe El Niño (ENSO) et l'oscillation
décennale du Pacifique (ODP) a déjà été évoquée 18 . Ainsi, pour tenir compte de la
variation interannuelle, nous avons comparé la position latitudinale et longitudinale du
GPGP par rapport à ces deux indices climatiques: ENSO et PDO. Nous avons constaté
que 2002 et 2004 étaient similaires aux conditions rencontrées lors de notre
expédition multi-navires. Ainsi, nous avons comparé nos mesures aux moyennes de
visites de particules de juillet-septembre 2002 et 2004 combinées. Cette deuxième
tentative a montré de meilleurs résultats ( R 2 = 0,58 à 0,41, selon le scénario de
forçage), suggérant que les événements climatiques tels que ENSO ou PDO influencent
la position moyenne du GPGP. Par conséquent, nous avons décidé d'utiliser la
moyenne de juillet-septembre pour 2002 et 2004, ce qui explique mieux les variations
interannuelles de la position de GPGP. Plus d' informations sur la sélection des années
pour l' étalonnage du modèle par rapport aux données du chalut et des relevés aériens
sont fournies dans les méthodes complémentaires 5. Le meilleur ajustement entre les
prévisions du modèle et les observations microplastiques a été trouvé une fois de plus
pour le scénario de forçage avec un courant de surface de la mer seulement ( R 2 =
0,58, n = 277). Le meilleur ajustement de régression entre les concentrations mesurées
et modélisées microplastiques avait un = -8,3068 et b = 0,6770 dans la formulation
paramétrique:

(3)
bûche̅ - a
dix

cm o d= dix b

A partir de cette formulation, nous avons calculé la concentration massique de


microplastiques modélisée dans notre domaine et extrait les niveaux de contour par
ordre de grandeur, de 0,01 g km -2 à 10 kg km -2 . Le GPGP tel que défini dans cette
étude correspond au niveau de concentration massique microplastique de 1 kg km -2
couvrant une superficie de 1,6 million de km 2 et représenté par une ligne en gras sur
la figure  2a . À titre de validation, nous avons classé les mesures de microplastiques à
l'intérieur et à l'extérieur de la ligne de contour de 1 kg km -2 (figure  2b ). Pour les
stations à l'intérieur du GPGP prévu par le modèle, la concentration médiane de
microplastique mesurée était de 1 8 kg km -2 (25 e -75 epercentiles = 3 5-0 9 kg km -2 13/45
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w
)
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques
microplastique mesurée était de 1,8 kg km (25 -75 percentiles = 3,5-0,9 kg km )
Translated to:  French Show original Options ▼

tandis que pour les stations extérieures, la médiane était de 0,3 kg km -2 (25 e -75 e
percentiles = 0,2-0,7 kg km -2 ). En utilisant notre distribution de microplastiques
calibrés, nous avons calculé la concentration numérique et en masse pour différentes
classes de taille à partir des concentrations modélisées par le rapport entre la
distribution moyenne des microplastiques modélisés dans le GPGP et les
concentrations moyennes mesurées par classe de taille des stations à l'intérieur du
patch. Une comparaison entre les concentrations massiques / numériques mesurées
et modélisées pour toutes les classes de tailles de plastique océanique est donnée aux
Fig.  2c et d .

https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 14/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

Figure 2

Calibration numérique du modèle. ( a ) La limite GPGP (ligne bleue) est estimée en comparant les mesures de
concentration de microplastiques (cercles) pour modéliser les moyennes de visite des particules qui tiennent
compte des variations saisonnières et interannuelles. Cette carte a été créée en utilisant la version 2.18.1 de
QGIS ( www.qgis.org ). ( b ) Validation du modèle montrant la concentration massique médiane mesurée pour
les microplastiques des stations à l'extérieur et à l'intérieur de la limite prévue de 1 kg km -2 GPGP. Bars
étendent à partir de 25 ème au 75 ème percentile tandis que whiskers étendent à la non-valeur aberrante
minimale et maximale. Les valeurs aberrantes sont représentées comme des croix. ( c) Concentrations
massiques mesurées par rapport aux concentrations massiques modélisées pour les microplastiques,
mésoplastiques, macroplastiques et mégaplastiques. ( d ) Identique à ( c ) mais avec des concentrations
numériques.
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 15/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

Nos intervalles de confiance ont été formulés pour tenir compte des incertitudes dans
l'échantillonnage et la modélisation. Pour la collection de chaluts (micro-, méso- et
macroplastiques), nous avons considéré les incertitudes liées aux corrections de
mélange vertical appliquées aux concentrations de surface en utilisant l'état de la mer
et les vitesses croissantes du plastique (voir Méthodes supplémentaires 1). Pour les
mosaïques aériennes, nous avons tenu compte des incertitudes liées à l'estimation de
la masse des objets observés en fonction des corrélations entre la zone de la vue de
dessus et le poids sec des objets collectés dans les chaluts (voir Méthodes
supplémentaires 3). Enfin, pour tenir compte des incertitudes de modélisation, nous
avons ajouté (soustrait respectivement) l'erreur-type de concentration mesurée à (ou à
partir de) la concentration massique moyenne supérieure (ou inférieure) lors de la
mise à l'échelle de la distribution microplastique à des classes de taille individuelles.

Caractérisation par types, sources et scénarios de forçage


La charge totale estimée de plastique océanique dans le GPGP par classes de taille a
été divisée par types. Nous avons calculé la fraction moyenne en masse des différents
types de plastique océanique par événement d'échantillonnage pour les stations à
l'intérieur du patch (tableau supplémentaire  1).) et a dérivé la contribution des types
«H», «N», «F» et «P». De plus, comme nous avons principalement observé des débris
provenant de sources marines, nous avons étudié la contribution de la source prédite
par notre distribution modélisée calibrée. Pour les cellules modèles individuelles, nous
avons calculé le pourcentage de visites de particules lagrangiennes provenant de
sources individuelles. Comme les particules initiales ont été pondérées en fonction
des apports globaux estimés, les particules modèles provenant de sources marines
représentaient à l'origine 28,1% de la quantité totale de matériel avec pêche (17,9%),
aquaculture (1,3%) et expédition (8,9%). Nous avons calculé la différence de ce
pourcentage initial pour chaque cellule du modèle et l'avons rapporté à la
concentration de masse totale prévue. Ce faisant, nous avons défini des «anomalies»
dans la contribution des sources marines dans le Pacifique Nord et les avons
exprimées en unité de masse par surface. Enfin, bien que notre modèle calibré ne
considère que le courant de surface, nous avons comparé la prédominance des
scénarios de forçage en évaluant le nombre respectif de visites de particules pour
chaque cellule modèle. Nous avons calculé des contours autour du GPGP pour des
scénarios de forçage individuels de manière à ce que le matériau contenu dans chaque
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 16/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques
scénarios de forçage individuels de manière à ce que le matériau contenu dans chaque
Translated to:  French Show original Options ▼

contour soit égal à notre scénario initial de forçage (c'est-à-dire le courant de surface
de la mer uniquement).

La dépendance de la trajectoire des particules vis-à-vis du coefficient de dérive prédit


par notre modèle est en bon accord avec les observations et la modélisation des débris
provenant du tsunami de Tohoku au Japon en 2011 44 , 45. Les premiers éléments de
débris japonais identifiés qui sont arrivés après 10 à 12 mois sur les côtes nord-
américaines étaient des objets à fort taux de vent, tels que des bouées, des bateaux et
des quais flottants. Des débris sont également arrivés sur les îles hawaïennes 18 mois
après l'incident. L'heure d'arrivée était étroitement liée aux types d'objets, dès la
première année avec de grandes bouées ostréicoles et d'autres flotteurs, conteneurs
et cartouches. La deuxième année, plus de bouées, de bateaux à pointe, de
réfrigérateurs et de palettes sont arrivés, suivis plus tard par des poutres en bois et
des débris de bois. Notre modèle a prédit que seuls les objets ayant un coefficient de
vent supérieur à 3% pourraient arriver à Hawaï la deuxième année après le tsunami de
2011. Les objets ayant un coefficient de vent compris entre 1 et 2% atteindraient Hawaï
au cours de la troisième année, alors que les objets ne présentant pas de dérive
s'accumuleraient principalement dans le GPGP,

Analyse à long terme


La définition d'une frontière GPGP dynamique qui tient compte des variabilités
saisonnières et interannuelles nous a permis d'estimer quels points de données du
chalut de surface de la littérature se trouvent à l'intérieur ou à l'extérieur de la région
GPGP. Par conséquent, nous avons utilisé notre modèle calibré pour évaluer l'évolution
décennale des concentrations de masse microplastique (kg km -2 ) à l'intérieur et
autour du GPGP. Les données sur la concentration tirées de la littérature (tableau
supplémentaire  2 ) ont été obtenues à partir d'ensembles de données publiées ou
numérisées à partir de chiffres lorsqu'ils n'étaient pas disponibles numériquement 17 ,
46 , 47 . Lorsque les données ont été déclarées en unité de masse par volume d'eau 48,
nous avons utilisé la profondeur de remorquage nette pour calculer la concentration
par unité de surface. Lorsque seule la concentration numérique a été rapportée 22 , 48 ,
nous avons estimé la concentration massique en utilisant la masse moyenne de
plastique océanique des filets où les concentrations massique et numérique ont été
rapportées ( m = 3 53 mg SE : 0 10 mg n = 872)
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 17/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques
rapportées ( m 3,53 mg, SE : 0,10 mg, n 872).
Translated to:  French Show original Options ▼

Nous avons comparé la limite GPGP prédite par le modèle avec les emplacements des
échantillons collectés entre 1999 et 2012 21 , 22 , 48 , 49 . Échantillons prélevés avant 1999
17 , 46 , 47 , 48ont été comparés à la position GPGP estimée pour les mois et les années
échantillonnés sur la période 1999-2012 qui avaient des valeurs ENSO et PDO
similaires (voir Méthodes supplémentaires 6). En utilisant notre frontière de modèle
GPGP dynamique comme référence, nous avons classé chaque filet en 3 catégories: (1)
échantillonné dans la limite GPGP, (2) échantillonné en dehors de la limite GPGP, mais
au dessus de 20 ° N et en dessous de 45 ° N et (3) échantillonné dans le reste du
Pacifique Nord. Nous n'avons utilisé que des traits tirés des deux premières catégories
ci-dessus, de sorte que les mesures de concentration à l'extérieur du patch n'étaient
pas faussées par les mesures prises dans les eaux équatoriales et polaires, où les
concentrations étaient très faibles. Nous avons ensuite regroupé ces observations de
concentration de microplastiques à partir de chaluts à filet plancton par décennies, en
prenant des données enregistrées entre 1965-1974 ( n = 20 à l'intérieur et n = 58 hors 17
, 48 ), 1975-1984 ( n = 0 intérieur et n = 19 extérieur 46 ), 1985-1994 ( n = 4 intérieur et n
= 2 extérieur 47 ), 1995-2004 ( n = 2 intérieur et n = 252 en dehors de 22 , 49 ), 2005-
2014 ( n = 195 à l'intérieur et n = 861 en dehors de 21 , 22 , 48 ) et enfin 2015 ( n = 288 à
l'intérieur et n = 213 à l'extérieur; cette étude). Nous avons calculé la moyenne (±
erreur-type) de la concentration de masse microplastique mesurée par décennie à
l'intérieur et autour de la limite GPGP. Enfin, nous avons extrait les tendances
décennales en ajustant une fonction exponentielle ( R 2 = 0,94) en supposant des
concentrations nulles au début du XX e siècle. L'ajustement exponentiel a montré de
meilleurs résultats que les fonctions linéaires, quadratiques ou cubiques ( R 2 = 0,71, R
2 = 0,86 et R 2 = 0,91, respectivement).

Résultats

Charges et caractéristiques des plastiques océaniques


Les plastiques étaient de loin le type le plus répandu de déchets marins, représentant
plus de 99,9% des 1 136 145 pièces et 668 kg de débris flottants collectés par nos
chaluts. Nous avons estimé qu'une superficie de 1,6 million de km 2 contient des
concentrations de plastique océanique allant de 10 s à 100 s kg km -2 (figure 3) . ). Cette
zone, qui comprend ~ 87% de la matière plastique océanique présente dans notre
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 18/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

domaine modèle (120 ° French


Translated to:  W-160 ° W,Show original
20 ° N-45 ° N), définit la limite du GreatOptions ▼
Garbage

Patch (GPGP) pour cette étude. Nous avons prédit que le GPGP contient un total de 1,8
(billions de pièces en plastique, pesant: 1,1, haut: 3,6) milliards de tonnes, pesant 79 k
(129 k) tonnes, composé de débris classés en 4 catégories: microplastiques ( 0,05-0,5
cm), mésoplastiques (0,5-5 cm), macroplastiques (5-50 cm) et mégaplastiques (> 50
cm). Sur ce total, nous avons estimé que 1,7 (1,1-3,5) milliards de pièces et 6,4 k (4,1 k-12
k) tonnes de microplastiques, 56 (39-104) milliards de pièces et 10 k (6,9 k-19 k) tonnes
de mésoplastiques , 821 (754-908) millions de pièces et 20k (18 k-22 k) tonnes de
macroplastiques, et 3,2 (2,7-3,6) millions de pièces et 42 k (16 k-75 k) tonnes de
mégaplastiques (Tableau 1 ).

https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 19/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

figure 3

Concentration de masse modélisée et mesurée dans la plaque d'ordures Great Pacific (GPGP). ( a )
Concentrations massiques de plastique océanique pour août 2015, tel que prévu par notre modèle calé sur les
données. La ligne noire en gras représente notre limite établie pour le GPGP. ( b ) Concentrations massiques de
microplastiques (0,05-0,5 cm) telles que mesurées par chalutage Manta ( n = 501 chalutages nets, 3,8 km 2
relevés). ( c ) Mesoplastics (0,5-5 cm) concentrations en masse telles que mesurées par chalut Manta; d)
Concentrations massiques macroplastiques (5-50 cm) mesurées par chalut Mega ( n = 151 filets, 13,6 km 2
relevés); ( E ) Megaplastics (> 50 cm) concentrations de masse comme estimé à partir des images aériennes (n =
31 segments de mosaïque, 311,0 km 2 relevés). Toutes les cartes d'observation présentent des estimations de
concentration massique à mi-point ainsi que les limites GPGP prévues pour la période d'échantillonnage
correspondante: août 2015 pour les échantillons de remorquage net et octobre 2016 pour les mosaïques
éi L é é éé à l' id d l
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w i 2 8 d QGIS ( i ) 20/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques
aériennes. Les cartes ont été créées à l'aide de la version 2.18.1 de QGIS ( www.qgis.org ).
Translated to:  French Show original Options ▼

Tableau 1 Masse et charge numérique par type et taille de


plastique océanique dans le GPGP de 1,6 million de km 2 .

Plus des trois quarts de la masse plastique GPGP était contenue dans les classes
supérieures (> 5 cm), avec une contribution totale respective de 25% et 53% pour les
macroplastiques et les mégaplasiques (figure  4a ). Les plastiques 'H' (plastiques durs,
feuilles et films) et 'N' (filets, cordes et lignes) représentent respectivement 47% et 52%
de la masse totale de plastique GPGP, avec la plupart des masses micro, méso et
macroplastiques du type 'H', et mégaplastique du type 'N'. Deux autres types de
plastique, les granulés (type «P») et les mousses (type «F») ont également été observés
dans quelques classes de taille, mais leur contribution globale à la charge plastique
GPGP était minime. Pour les mégaplastiques, nous pourrions également évaluer les
contributions massives de différents types d'objets. Nous avons estimé que 86% de
leur contribution de 42 kt étaient transportés par des filets de pêche.

https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 21/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

Figure 4

Spectre de taille de plastique océanique dans le GPGP. ( a ) Distribution de masse plastique dans le GPGP entre
les classes de taille (barres) et de type (couleurs). Les plastiques de type H comprennent les morceaux de
plastique dur, de plastique et de film, les plastiques, les cordes et les filets de pêche de type N, les pellets de
plastique de type P et les pièces de mousse de type F. Les moustaches s'étendent des estimations inférieures à
supérieures par classe de taille, ce qui explique les incertitudes dans les méthodes de surveillance et de
modélisation. ( b ) La masse mesurée et les concentrations numériques des plastiques océaniques GPGP. Les
points représentent les concentrations moyennes, les moustaches et les nuances plus foncées représentent nos
intervalles de confiance, et les nuances plus claires s'étendent entre le 5 e et le 95 e percentile des
concentrations mesurées.

Les mégaplastiques ont généralement donné la concentration massique observée la


plus élevée avec des valeurs moyennes mesurées de 46,3 kg km -2 (min-max: 0,4-428,1
kg km -2 ), suivies des macroplastiques avec 16,8 kg km -2 (0,4-70,4 kg km -2 ),
mésoplastiques avec 3,9 kg km -2 (0,0003-88,4 kg km -2 ) et microplastiques avec 2,5 kg
km -2 (0,07-26,4 kg km -2 ). Concernant l'abondance cependant, les microplastiques et
les mésoplastes étaient de loin les plus nombreux, avec des concentrations moyennes
mesurées de 678 000 (min-max: 20.108-11.054.595) et 22.000 (261-321.712) pièces km -2

à l'intérieur du GPGP contre 690 (40-2.433) et 3,5 (0,5-11,6) pièces km -2pour les
macroplastiques et les mégaplastiques, respectivement (figure  4b , tableau  2 ).

Tableau 2 Concentrations massiques et numériques


moyennes observées dans les GPGP de 1,6 million de km 2
pour différentes tailles et types de plastiques océaniques.

https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 22/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

La composition de polymère de plastique océanique recueillie dans le GPGP a été


analysée par spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier. Le polyéthylène (PE)
et le polypropylène (PP) étaient de loin les types de polymères les plus courants
(tableau supplémentaire  3 ). Le type d'objet était rarement identifiable car la plupart
des particules étaient constituées de fragments. Les objets en plastique qui pourraient
être identifiés (soit entière ou à un stade précoce de la fragmentation) inclus des
récipients, des bouteilles, couvercles, capsules de bouteilles, des sangles d'emballage,
des cônes de piégeage de l' anguille, les entretoises d'huîtres, des cordes et des filets
de pêche (tableau complémentaire  4). Des preuves d'âge et d'origine géographique ont
été trouvées sur certains objets, avec 50 articles ayant une date de production lisible: 1
en 1977, 7 dans les années 1980, 17 dans les années 1990, 24 dans les années 2000 et 1 à
2010. Nous avons également trouvé 386 objets reconnaissables mots ou phrases écrits
en 9 langues différentes. Un tiers avait des inscriptions japonaises (115 objets) et un
autre tiers avait des chinois (113 objets). Le reste a été réparti entre neuf pays (tableau
complémentaire  5 ). En outre, un pays de production a été identifié sur 41 objets (label
«made in»), fabriqués dans 12 pays différents (voir Tableau supplémentaire  5 ).

Prévision de la source, de la formation et de l'évolution temporelle


Notre modèle global a simulé la libération de particules lagrangiennes provenant de
sources importantes de plastique océanique. Il a prédit que la contribution relative des
sources marines (industries de la pêche, de la navigation et de l'aquaculture) à la
charge plastique GPGP était supérieure à la moyenne mondiale (figure  5a ).

https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 23/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

Figure 5

Source modélisée et forçage des distributions. ( a ) Répartition des sources de plastique océanique utilisées
dans cette étude dans le Pacifique Nord (carrés, cercles et triangles bleus et orange) et anomalies des sources
marines (navigation, pêche et aquaculture) prévues par rapport à la distribution initiale des ressources marines
et terrestres. sources (centres urbains côtiers et rivières). ( b ) Distribution prévue du scénario de forçage
dominant dans le Pacifique Nord. Les valeurs du coefficient de vent correspondent aux contributions en
pourcentage du forçage dû au vent à 10 m au-dessus du niveau de la mer. Les cartes ont été créées à l'aide de la
version 2.18.1 de QGIS ( www.qgis.org ).

Model particles were transported under a series of environmental forcing scenarios


representing sea surface current (0–10 m), wave-induced Stokes drift, and 0.1%, 0.5%,
1%, 2% and 3% of wind velocities at 10 m above sea surface. The best model
representation (R2 = 0.58, n = 277) was established with a windage coefficient of 0%, as
this scenario best reproduced the several orders of magnitude differences between
concentrations within and around the GPGP region. When considering particles from
all forcing scenarios investigated in this study (Fig. 5b), our model predicted that the
GPGP is dominated by sea surface current-driven particles, with wind influence
increasing as the orbits around the patch become wider. Particles subject to greater
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 24/45
increasing as the orbits
25/05/2018
around the patch become wider. Particles subject to greater
Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

atmosphericTranslated to: 
drag wereFrench Show original
more likely Options ▼
to escape the GPGP, circling around the North
Pacific subtropical gyre if exiting from the south or, entering the North Pacific
subpolar gyre near Alaska if leaving from the north. We also noticed that the higher
the windage coefficient, the more likely a particle was to encounter landmass.

Notre modèle a résolu la variabilité temporelle de l'accumulation de plastique


océanique dans l'océan. Cela nous a permis de prédire où le GPGP est situé à des
intervalles mensuels. La position GPGP a montré des variations interannuelles
évidentes, avec une position latitudinale de son centre oscillant autour de 32 ° N et
quelques déplacements temporaires fréquents vers le sud (26 ° N à 30 ° N selon le
scénario de forçage). Il a également démontré une variation saisonnière nette dans la
position longitudinale, son centre prédictif oscillant autour de 145 ° W et semblant se
déplacer d'ouest en est entre l'hiver boréal et l'été. Les oscillations latitudinales et
longitudinales de GPGP se sont intensifiées avec des composantes de résistance à la
traînée atmosphériques plus élevées. La latitude et la longitude du centre ont montré
une corrélation statistiquement significative avec respectivement l'oscillation australe
El Niño (ENSO50 ; R = 0,26, p = 0,0011, n = 156) et les indices d'oscillation décennale
du Pacifique (PDO 51 , R = 0,71, p <0,001, n = 156). Une limite de modèle GPGP
dynamique nous a permis de déterminer si les remorques de filet de surface des
études précédentes 17 , 21 , 22 , 46 , 47 , 48 , 49 échantillonnaient à l'intérieur ou à l'extérieur
du GPGP. La concentration massique moyenne en plastique mesurée par des traits
nets à l'intérieur de la frontière GPGP a montré une augmentation exponentielle au
cours des dernières décennies, passant d'une moyenne de 0,4 (± 0,2 SE, n = 20) kg km
-2 dans les années 1970 à 1,23 (± 0,06 SE, n = 288) kg km -2 en 2015 (figure  6 ). Les
échantillons historiques collectés aux latitudes subtropicales (20 ° N-45 ° N) autour du
GPGP ont également montré une augmentation exponentielle pendant la même
période mais à un rythme plus lent qu'à l'intérieur de la zone d'accumulation.

https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 25/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

Figure 6

Évolution décennale de la concentration microplastique dans le GPGP. Moyenne (cercles) et erreur-type


(moustaches) des concentrations massiques microplastiques mesurées par des traits de filet de surface
effectués au cours de différentes décennies, à l'intérieur (bleu clair) et autour (gris foncé) du GPGP. Les pointillés
sont des ajustements exponentiels aux moyennes exprimées en g km -2 : f ( x ) = exp ( a * x ) + b , avec x exprimé
en nombre d'années après 1900, a = 0,06121, b = 151,3, R 2 = 0,92 pour au sein de GPGP et a = 0,04903, b =
-7,138, R 2 = 0,78 pour le GPGP.

Discussion

Cette étude fournit une quantification détaillée et une caractérisation du plastique


océanique au sein d'un important hotspot de pollution des océans: le GPGP.
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 26/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

L'environnement de la surface
Translated to:  French deShow original
la mer de cette région océanique est maintenant
Options ▼

dominé par des morceaux de polyéthylène (PE) et de polypropylène (PP), qui


l'emportent largement sur les autres débris flottants artificiels et naturels. Nos
données de relevés aériens, combinées à des observations in situ provenant de deux
dispositifs de chalutage différents, ont appuyé l'élaboration d'une évaluation complète
de tous les débris de GPGP de plus de 0,05 cm. Notre modèle estime que 1,6 million de
km 2 la zone d'accumulation contient actuellement environ 42 000 tonnes de
mégaplastiques (par exemple, filets de pêche représentant plus de 46% de la charge
GPGP), ~ 20 000 tonnes métriques de macroplastiques (caisses, pièges à anguille,
bouteilles), ~ 10 kt de mésoplastiques (par exemple bouchons de bouteilles, espaceurs
d'huîtres) et ~ 6,4 kt de tonnes de microplastiques (par exemple des fragments d'objets
en plastique rigide, des cordes et des filets de pêche).

Notre estimation de la masse plastique pour le GPGP (~ 79 kt) était près de seize fois
plus élevée que celle d'une étude précédente (~ 4,8 kt) qui n'utilisait que 29 fois le
chalutage net et quatre fois plus qu'une autre évaluation (~ 21 kt) Données de
chalutage net avec relevés visuels basés sur les navires 21. Nous suggérons que
l'augmentation de l'estimation s'explique principalement par l'utilisation de méthodes
plus robustes pour quantifier les macro- et mégaplasiques sur de plus grandes
surfaces. Par exemple, l'imagerie aérienne nous a permis de compter et de mesurer
avec plus de précision la taille des objets observés, ce qui a indéniablement réduit les
incertitudes dans les estimations de masse comparativement aux relevés visuels
fondés sur les navires. Néanmoins, les différences entre les estimations pourraient
aussi être attribuées à l'augmentation des niveaux de pollution des océans par les
plastiques dans la région, et en particulier aux apports de plastique provenant du
tsunami de Tohoku en 2011. Environ 4,5 millions de tonnes de débris ont été
immédiatement lavés en mer, dont 70% peuvent avoir coulé rapidement selon le
gouvernement japonais .. Cela laisse 1,4 million de tonnes de débris qui auraient pu
être transportés à la surface de la mer sur de plus longues distances 44 . La
contribution potentielle des débris tsunamis au GPGP est étayée par les preuves
d'origine observées sur certains des objets collectés: le Japon était le principal pays de
production (34%) des objets en plastique collectés ayant un label «made in» et le
japonais langage identifié sur les écritures d'objets (30%), suivi de près par le chinois
(29,8%). Compte tenu de nos apports globaux estimés des plastiques dans l'océan
(5.32-19.3 millions de tonnes y -1 , voir le tableau supplémentaire  6), et en supposant
que les débris du tsunami ont la même fraction d'objets à faible risque de vent que
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 27/45
q
25/05/2018
j q
Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques
q
Translated to:  French Show original Options ▼

pour les sources globales, notre modèle de dispersion suggère que la contribution du
tsunami du Tohoku 2011 serait d'environ 10-20% des débris dans le GPGP après 2011.

Malgré une augmentation de l'estimation de la masse de GPGP, il subsiste une grande


divergence entre les concentrations de plastique océanique prévues et observées.
Compte tenu des intrants plastiques actuellement acceptés provenant de sources
terrestres et marines, notre modèle mondial prévoyait des millions de tonnes de
plastique océanique dans la région GPGP, alors que nous n'avons trouvé que des
dizaines de milliers de tonnes. Cette différence de deux ordres de grandeur suggère
l'existence de mécanismes retirant la plus grande partie de la masse plastique de la
surface de la mer 16 et / ou fragmentant le plastique en morceaux plus petits que ceux
quantifiés ici (<0,5 mm 52 ). Le plastique flottant représente environ 60% de la
demande mondiale en plastique 10Ainsi, près de la moitié de l'apport de plastique dans
les océans devrait s'enfoncer rapidement dans le sol, s'accumulant dans les sédiments
53 et les canyons sous-marins 54 . Le reste peut s'échouer sur les côtes 13 , 55 , 56 , être
ingéré par la vie marine 57 ou retiré de la surface de la mer en raison de la perte de
flottabilité due à l'encrassement biologique 58 ou à l'agrégation 59 .

The specific characteristics of the GPGP debris suggest that only certain types of
plastic have the capacity to persist at the sea surface for extended periods of time and
accumulate in oceanic plastic pollution hotspots. Firstly, the vast majority of the
collected GPGP objects were made of PE and PP rigid plastics and bundled fishing nets
and ropes. Plastic films however, representing around 37% of PE and PP waste
generation34,60, were rarely found. We hypothesize that most buoyant plastic with
insufficient volume-to-surface ratios such as films may never reach the surface waters
of the GPGP as they may rapidly sink to the seafloor due to biofouling58 and/or
fragment into microscopic pieces that are removed from surface layers61.

Secondly, at least half of the collected GPGP plastics was composed of objects from
marine based sources, while the relative source amplitudes considered in our model
predicted that mass contributions from land-based plastics, even though lower than
global average, would still dominate in these offshore environments. This discrepancy
could be due to differences in the magnitude of certain removal processes between
land-based and marine-based plastics that were not accounted for in our models. We
trust that beaching is one of these processes as it may primarily remove plastics that
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 28/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

are discarded in coastalFrench


Translated to:  environments through wave, tidal and onshore winds
Show original Options ▼

transport. Nonetheless, the GPGP dominance of marine-sourced plastics could also be


attributed to their purposely engineered durability in the marine environment (e.g.
strong and thick-walled nets, traps, ropes, and floats used by marine industries) as
well as overestimations of land-based sources and/or underestimations of marine-
based sources. In this study, we considered fishing, aquaculture and shipping to be
responsible for 28.1% of the global plastic inputs into the oceans, based on coastal
clean-up data62; however, observations at sea may lead to much higher estimates of
plastic loads being lost or discarded at sea. As fishing, shipping and aquaculture
intensify globally42, it is crucial to better quantify and mitigate this significant source
of highly persistent ocean plastic.

Finally, it seems that most plastics accumulating in the GPGP region are hardly
transported by winds. Our model predicted that the GPGP is dominated by objects
with low or null windage coefficient, and it was the null windage forcing scenario that
best represented the GPGP plastic concentrations gradients measured in this study.
Furthermore, most objects captured in our trawls (e.g. broken fragments of hard
plastic objects, nets and ropes) exhibited no or very little air draft when placed in
seawater, and many objects sighted during the aerial expedition seemed fully
submerged. Ghostnets, which were the main contributors to the total mass of GPGP
plastic, generally have a draft of several metres, and therefore are unlikely to be
influenced by wind transport. Our model also suggests that debris items with higher
windage are transported over larger areas, with a higher likelihood of beaching, as well
as exiting oceanic ‘garbage patches’. For instance, North Pacific particles with 1% wind
forcing were spread over a large area around the GPGP that included the Hawaiian
archipelago and the North American coastline. The negligible amounts of foam
collected within the GPGP, together with the high abundance of foam removed from
Alaska during beach clean-ups63, and early sightings of highly buoyant debris
originated from the 2011 Tohoku tsunami along shorelines (i.e. floating docks, boats
and large buoys44,45) further suggest that high windage debris may not accumulate
within the GPGP region.

It is important to highlight here that our mass estimates are conservative. Most of our
sampling effort were conducted inside the GPGP boundary line defined in this study.
Although concentrations decreased by orders of magnitude as we moved away from
the GPGP centre, when considering the outer GPGP (0.1 kg km−2 microplastic contour
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 29/45
25/05/2018 gGarbage Patch accumule rapidement
Preuve que le Great Pacific ( du plastique
g p
| Rapports scientifiques

level, shownTranslated to: 
in Fig. 3), our model Show original
French predicted over 100k tonnes of ocean plastics.
Options ▼

Moreover, we improved our knowledge on the quantity of plastic contained inside the
GPGP over a brief period of time, but we underestimated amounts of higher windage
debris that may be passing through the GPGP, while circulating the North Pacific with
the subtropical gyre currents. On a monthly average, the concentration of high
windage debris within the GPGP may be minimal as it is spread over a larger area than
low windage debris. However, when considering debris that passes through the GPGP
over a longer period of time, the contribution of high windage debris may be more
substantial. Furthermore, some sample biases also made our estimates conservative.
Regarding trawl sampling, vessel wake effects were minimized as much as possible,
but it is likely that vessel-induced disturbance of the water flow affected the capture
efficiency of our nets. Also, both trawls were towed at an angle (so the net moved away
from vessel), which means that the width of the sampled area is likely smaller than the
net width dimensions used in our area estimations. Finally, megaplastic concentrations
estimated from the examination of our aerial mosaics are conservative as some
plastics are likely to have been missed by our observers and detection algorithm, or
not considered as we only logged features that were clearly recognised as floating
plastics.

Les données historiques des traits de surface (1970-2015) indiquent que les niveaux de
pollution plastique augmentent de façon exponentielle à l'intérieur du GPGP, et à un
rythme plus rapide que dans les eaux environnantes. Bien que cela ne signifie pas
nécessairement que le GPGP est le dernier lieu de repos pour le plastique océanique
atteignant cette région, il fournit des preuves que l'afflux massif de matière plastique
est supérieur au débit sortant. Le taux de dégradation des polymères synthétiques
dans l'environnement marin est mal compris 64 , mais on sait qu'il dépend des
conditions environnementales locales, des types de polymères, de la forme et du
revêtement des objets 10. La présence relativement importante de macroplastiques
avec des dates de production des années 70, 80 et 90 par rapport aux débris plus
récents suggère que certains types de plastiques (c.-à-d. Avec des rapports volume /
surface élevés et faible) persistent et s'accumulent Région GPGP 65 . La masse de
plastiques flottant dans le GPGP était principalement distribuée dans les macro et
mégaplastiques. Il est difficile d'estimer combien de temps il faudra pour que tout le
matériel présent dans la zone se dégrade en plus petits morceaux et finisse par
s'échapper des eaux de surface. Sur la base de nos résultats de modélisation, il semble
que la masse de matière actuellement présente dans le GPGP ne quittera
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 30/45
q
25/05/2018 p Patch accumule rapidement du plastique | Rapports
Preuve que le Great Pacific Garbage q scientifiques
probablement pas la zone
Translated to:  et pourrait
French se dégrader lentement en morceauxOptions ▼
Show original de plus en
plus petits qui pourraient finir par couler vers le fond marin ., ou se comporte comme
un traceur d'eau en raison de sa taille microscopique et de son faible nombre de
Reynolds 66 .

Notre étude fournit une évaluation complète des charges et caractéristiques


plastiques flottantes GPGP. Néanmoins, une quantification des entrées et des sorties
de plastique dans et à partir du GPGP est nécessaire pour mieux évaluer le temps de
séjour des plastiques qui s'accumulent dans cette zone. Davantage d'efforts de
recherche sont nécessaires pour quantifier les sources de plastique océanique, les
processus de transport et de perte, puis les mettre en œuvre dans des modèles de
transport de plastique océanique. Par exemple, aucune étude n'a récemment estimé
l'apport global des pertes d'engins de pêche en mer. En outre, le transport côtier des
plastiques et son interaction avec les côtes du monde entier sont mal compris et
doivent être mis en œuvre dans les modèles mondiaux actuels. Les niveaux de
pollution plastique dans les couches d'eau profonde et les fonds sous les GPGP restent
inconnus et pourraient être quantifiés par échantillonnage. Nous encourageons plus
d'échantillonnage à travers les océans du monde, ainsi que le suivi systématique du
GPGP car c'est l'une des rares régions marines avec un ensemble de données
historiques relativement bon qui nous permet de comprendre les tendances à long
terme de la pollution plastique océanique. Nous suggérons également de concentrer
les efforts de recherche sur le développement de méthodes de surveillance plus
rentables, avec une meilleure couverture spatio-temporelle67 et / ou la capacité de
suivre les mouvements des plastiques océaniques 68 . Les technologies de
télédétection aériennes et spatiales peuvent considérablement accroître nos
connaissances sur le transport des océans et représentent certainement une grande
perspective pour l'avenir du domaine de la recherche sur les océans. Les progrès
récents dans l'imagerie satellitaire commerciale, par exemple, pourraient déjà nous
permettre d'identifier des débris de la taille d'un mètre, tels que les grands spectres,
qui sont un contributeur majeur aux niveaux et impacts de la pollution plastique
océanique.

Disponibilité des données


Tous les jeux de données associés à ce manuscrit sont disponibles sur Figshare 33 .

https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 31/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

Information additionnelle

Note de l'éditeur: Springer Nature reste neutre en ce qui concerne les revendications
juridictionnelles dans les cartes publiées et les affiliations institutionnelles.

Les références

1. Plastics Europe. Plastiques - les faits 2016: une analyse de la production


européenne de plastiques, de la demande et des déchets. Preprint sur
http://www.plasticseurope.org (2016).

2. Geyer, R., Jambeck, JR et Law, KL Production, utilisation et destin de tous les


plastiques jamais fabriqués. Sci. Adv. 3 , e1700782,
https://doi.org/10.1126/sciadv.1700782 (2017).

3. O'Hara, K., Iudicello, S. & Bierce, R. Un Guide du citoyen pour les plastiques dans
l'océan: plus qu'un problème de litière . (Centre pour la conservation marine,
1988).

4. Arthur, C., Sutton-Grier, A. E., Murphy, P. & Bamford, H. Out of sight but not out
of mind: harmful effects of derelict traps in selected U.S. coastal waters. Mar.
Pollut. Bull. 86, 19–28 (2014).

5. Al-Masroori, H., Al-Oufi, H., Mcllwain, J. L. & McLean, E. Catches of lost fish
traps (ghost fishing) from fishing grounds near Muscat, Sultanate of Oman. Fish.
Res. 69, 407–414 (2004).

6. Sancho, G., Puente, E., Bilbao, A., Gomez, E. & Arregi, L. Catch rates of monkfish
(Lophius spp.) by lost tangle nets in the Cantabrian Sea (northern Spain). Fish.
Res. 64, 129–139 (2003).

7. Humborstad, O. B., Løkkeborg, S., Hareide, N. R. & Furevik, D. M. Catches of


Greenland halibut (Reinhardtius hippoglossoides) in deepwater ghost-fishing
ill h N
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w i i l l Fi h R 64 163 170 (2003) 32/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques
gillnets on the Norwegian continental slope. Fish. Res. 64, 163–170 (2003).
Translated to:  French Show original Options ▼

8. Weisskopf, M. Plastic reaps a grim harvest in the oceans of the world.


Smithsonian 18, 59 (1988).

9. Wilcox, C. et al. Understanding the sources and effects of abandoned, lost, and
discarded fishing gear on marine turtles in northern Australia. Conserv. Biol. 29,
198–206 (2015).

10. Andrady, A. L. Microplastics in the marine environment. Mar. Pollut. Bull. 62,
1596–1605 (2011).

11. Kako, S., Isobe, A., Seino, S. & Kojima, A. Inverse estimation of drifting-object
outflows using actual observation data. J. Oceanogr. 66, 291–297 (2010).

12. Kako, S., Isobe, A., Kataoka, T. & Hinata, H. A decadal prediction of the quantity
of plastic marine debris littered on beaches of the East Asian marginal seas. Mar.
Pollut. Bull. 81, 174–184 (2014).

13. Lavers, J. L. & Bond, A. L. Exceptional and rapid accumulation of anthropogenic


debris on one of the world’s most remote and pristine islands. PNAS 114, 6052–
6055 (2017).

14. Barnes, K. A., Galgani, F., Thompson, R. C. & Barlaz, M. Accumulation and
fragmentation of plastic debris in global environments. Philos. Trans. R. Soc. B.
364, 1985–1998 (2009).

15. Thompson, R. C. et al. Lost at sea: where is all the plastic? Science 304, 838
(2004).

16. Eriksen, M., Thiel, M. & Lebreton, L. Nature of Plastic Marine Pollution in the
Subtropical Gyres in The Handbook of Environmental Chemistry. (Springer, 2017).

17. Wong, C. S., Green, D. R. & Cretney, W. J. Quantitative tar and plastic waste
distributions in the Pacific Ocean. Nature 247, 30–32 (1974).

18. Howell, E. A., Bograd, S. J., Morishige, C., Seki, M. P. & Polovina, J. J. On North
Pacific circulation and associated marine debris concentration. Mar. Pollut. Bull.
65, 16–22 (2012).
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 33/45
25/05/2018
, ( )
Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

19. Chu, S. et al. Perfluoroalkyl sulfonates and carboxylic acids in liver, muscle and
adipose tissues of black-footed albatross (Phoebastria nigripes) from Midway
Island, North Pacific Ocean. Chemosphere 138, 60–66 (2015).

20. Young, L. C., Vanderlip, C., Duffy, D. C., Afanasyev, V. & Shaffer, S. A. Bringing
home the trash: do colony-based differences in foraging distribution lead to
increased plastic ingestion in Laysan albatrosses? PLoS One 4, e7623,
https://doi.org/10.1371/journal.pone.0007623 (2009).

21. Eriksen, M. et al. Plastic pollution in the world’s oceans: more than 5 trillion
plastic pieces weighing over 250,000 tons afloat at sea. PLoS One 9, e111913,
https://doi.org/10.1371/journal.pone.0111913 (2014).

22. Law, K. L. et al. Distribution of surface plastic debris in the eastern Pacific Ocean
from an 11-year dataset. Env. Sci. Technol. 48, 4732–4738 (2014).

23. Jambeck, J. R. et al. Plastic waste inputs from land into the ocean. Science 347,
768–771 (2015).

24. Lebreton, L. et al. River plastic emissions to the world’s oceans. Nat. Commun. 8,
15611, https://doi.org/10.1038/ncomms15611 (2017).

25. Qiu, B. & Chen, S. Variability of the Kuroshio extension jet, recirculation gyre,
and mesoscale eddies on decadal time scales. J. Phys. Oceanogr. 35, 2090–2103
(2005).

26. Watson, R. A. et al. Global marine yield halved as fishing intensity redoubles. Fish
Fish. 14, 493–503 (2013).

27. Brown, DM & Cheng, L. Nouveau filet pour l'échantillonnage de la surface de


l'océan. Mar. Ecol. Programme. Ser. 5 , 225-227 (1981).

28. Van Sebille, E. et al . Un inventaire mondial des petits débris flottants en


plastique. Environ. Res. Lett. 10 , 124006 (2015).

29. Cózar, A. et al . Débris de plastique dans l'océan ouvert. PNAS 111 , 10239-10244
(2014)
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 34/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques
(2014).
Translated to:  French Show original Options ▼

30 Maximenko, N., Hafner, J. et Niiler, P. Voies des débris marins dérivés des
trajectoires des bouées dérivantes lagrangiennes. Mar Pollut. Taureau. 65 , 51-62
(2012).

31 Lebreton, L., Greer, S. & Borrero, J. Modélisation numérique des débris flottants
dans les océans du monde. Mar Pollut. Taureau. 64 , 653-661 (2012).

32 Van Sebille, E., Angleterre, M. & Froyland, G. Origine, dynamique et évolution


des plaques d'ordures océaniques à partir de bouées de surface observées.
Environ. Res. Lett. 7 , 044040 (2012).

33 Lebreton, L. et al . Données supplémentaires pour «Preuve que la Grande


Poubelle du Pacifique accumule rapidement du plastique». Figshare
https://doi.org/10.6084/m9.figshare.5873142 (2018).

34 Conseil américain des plastiques. Comprendre le film plastique: ses utilisations,


ses avantages et ses options de gestion des déchets. Preprint à
https://plastics.americanchemistry.com/Understanding-Plastic-Film/ (1996).

35 Kukulka, T., Proskurowski, G., Morét-Ferguson, S., Meyer, D. et Law, K. L'effet du


vent se mélangeant sur la distribution verticale des débris en plastique flottants.
Geophys. Res. Lett. 39 , 1-6 (2012).

36 Cummings, JA & Smedstad, OM L'assimilation variationnelle des données pour


l'océan global dans l' assimilation de données pour des applications
atmosphériques , océaniques et hydrologiques vol . II (eds Park, SK et Xu, L.) 303-
34 (Springer, 2013).

37 Cummings, JA Assimilation opérationnelle de données océaniques multivariées.


Litre. J. Royal Met. Soc. 131 , 3583-3604 (2005).

38. Fox, DN, Teague, WJ, Barron, CN, Carnes, MR et Lee, CM Le système modulaire
d'assimilation des données océaniques (MODAS). J. Atmos. Océan. Technol. 19 ,
240-252 (2002).

39 Kalnay, E. et al . Le projet de réanalyse de 40 ans du NCEP / NCAR. B. Am.


Meteorol Soc 77 437-472 (1996)
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 35/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques
Meteorol. Soc. 77 , 437-472 (1996).
Translated to:  French Show original Options ▼

40 Tolman, HL Le modèle numérique WAVEWATCH: un modèle de troisième


génération pour la rétropolation des ondes de vent sur les marées dans les mers
du plateau continental. Communications sur le génie hydraulique et géotechnique,
Delft Univ. de Techn. 89 , 72 (1989).

41. Bell, JD, Watson, RA et Ye, Y. Capacité de pêche mondiale et effort de pêche de
1950 à 2012. Poissons de mer. 18 , 792-793 (2016).

42. FAO. La situation mondiale des pêches et de l'aquaculture 2014. Preprint à


http://www.fao.org/3/a-i3720e.pdf (2014).

43. Halpern, BS et al . Une carte mondiale de l'impact humain sur les écosystèmes
marins. Science 319 , 948 à 952 (2008).

44. Hafner, J., Maximenko, N. et Speidel, G. Transport des débris marins du tsunami
de 2011 au Japon: simulations de modèles et preuves observationnelles. Réunion
annuelle du PICES 2014, Yeosu, Corée du Sud (2014).

45 NOAA. Détection des débris marins du tsunami au Japon en mer: une synthèse
des efforts et des leçons apprises. Preprint à
https://marinedebris.noaa.gov/sites/default/files/JTMD_Detection_Report.pd
f (2015)

46 Shaw, DG & Mapes, GA Circulation de surface et distribution de goudron et de


plastique pélagiques. Mar Pollut. Taureau. 10 , 160-162 (1979).

47 Day, R. H. & Shaw, D. G. Patterns in the abundance of pelagic plastic and tar in
the north Pacific Ocean, 1976–1985. Mar. Pollut. Bull. 18, 311–316 (1987).

48. Goldstein, M. C., Rosenberg, M. & Cheng, L. Increased oceanic microplastic


debris enhances oviposition in an endemic pelagic insect. Biol. Lett. 8, 817–820
(2012).

49. Moore, C. J., Moore, S. L., Leecaster, M. K. & Weisberg, S. B. A comparison of


plastic and plankton in the North Pacific central gyre. Mar. Pollut. Bull. 42, 1297–
1300 (2001).

https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 36/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

50. NOAA. Historical El Nino/ La Nina episodes (1950-present). Oceanic Niño Index
(ONI). Retrieved on 31/03/2017 at
http://origin.cpc.ncep.noaa.gov/products/analysis_monitoring/ensostuff/ONI
_v4. shtml, (2017).

51. NOAA. Pacific Decadal Oscillation (PDO). Retrieved on 31/03/2017 at


https://www.ncdc.noaa.gov/teleconnections/pdo/ (2017).

52. Koelmans, A., Besseling, E. & Shim, W. J. Nanoplastics in the aquatic


environment. critical review in Marine Anthropogenic Litter (eds Bergmann, M.,
Gutow, L. & Klages, M.) 325–340 (Springer, 2015).

53. Woodall, L. C. et al. The deep sea is a major sink for microplastic debris. R Soc.
Open Sci. 1, 140317 (2000).

54 Galgani, F. et al . Déchets sur le fond de la mer le long des côtes européennes.


Mar Pollut. Taureau. 40 , 516-527 (2000).

55 Yoon, JH, Kawano, S. et Igawa, S. Modélisation de la dérive des déchets marins et


échouage dans la mer du Japon. Mar Pollut. Taureau. 60 , 448-463 (2010).

56. Carson, HS, Colbert, SL, Kaylor, MJ & McDermid, KJ Les petits débris de
plastique modifient le mouvement de l'eau et le transfert de chaleur à travers les
sédiments de la plage. Mar Pollut. Taureau. 62 , 1708-1713 (2011).

57 LAIST, DW impacts des débris marins: l' enchevêtrement de la vie marine dans
les débris marins , y compris une liste complète des espèces avec des dossiers
d'enchevêtrement et l' ingestion de débris marins , les sources , les impacts , et
des solutions (eds Coe JM & Rogers DB) 99-139 (Springer, 1997).

58. Fazey, FMC & Ryan, PG Biofouling sur des plastiques marins flottants: Une étude
expérimentale sur l'effet de la taille sur la longévité de la surface. Environ. Pollut.
210 , 354-360 (2016).

59. Long, M. et al . Interactions entre les microplastiques et les agrégats de


phytoplancton: impact sur leurs destins respectifs. Mar. Chem. 175 , 39-46 (2015).

https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 37/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

60 US EPA. Caractérisation des déchets solides municipaux aux États-Unis: mise à


jour de 1997. Preprint à
https://archive.epa.gov/epawaste/nonhaz/municipal/web/pdf/msw97rpt.pdf
(1998).

61 Kalogerakis, N. et al . Génération de microplastiques: début de la fragmentation


de films de polyéthylène dans des mésocosmes d'environnement marin. De face.
Mar. Sci. 4 , 84, https://doi.org/10.3389/fmars.2017.00084 (2017).

62 Nettoyage côtier international. Suivi des déchets - 25 ans d'action pour l'océan.
Preprint sur
http://act.oceanconservancy.org/pdf/Marine_Debris_2011_Report_OC.pdf
(2011).

63 Polasek, L. et al . Débris marins dans cinq parcs nationaux en Alaska. Mar Pollut.
Taureau. 117 , 371-379 (2017).

64. GESAMP. Sources, devenir et effets des microplastiques dans le milieu marin:
deuxième partie d'une évaluation globale (éd. Kershaw, PJ & Rochman, CM).
(Groupe mixte d'experts IMO / FAO / UNESCO-COI / ONUDI / OMM / AIEA /
ONU / PNUE / PNUD sur les aspects scientifiques de la protection de
l'environnement marin). Rep. Stud. GESAMP, 93 , 220 (2016).

65 Brandon, J., Goldstein, M. & Ohman, M. D. Long-term aging and degradation of


microplastic particles: Comparing in situ oceanic and experimental weathering
patterns. Mar. Pollut. Bull. 110, 299–308 (2016).

66. Berg, H. C. Random Walks in Biology. (Princeton University Press, 1993).

67. Maximenko, N. et al. Remote sensing of marine debris to study dynamics,


balances and trends. Preprint at
https://ecocast.arc.nasa.gov/las/Reports%20and%20Papers/Marine-Debris-
Workshop-2017.pdf (2017).

68. NASA. Satellite-respondent buoys identify ocean debris. Preprint at


https://www.nasa.gov/offices/oct/home/tech_life_buoy.html (2010).
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 38/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

Acknowledgements

The authors thank The Ocean Cleanup donors and specifically the people who
participated in the 2014 crowd funding campaign who helped fund this research. We
thank the volunteers and aircraft crew of the ‘Aerial Expedition’ project, the
volunteers, vessels owners and crews of the ‘Mega Expedition’ project, and the
Transpac 2015 staff, Stella Diamant and Rick Martini for assistance with logistics. We
also thank Rick Spinrad for reviewing this manuscript, Roger Hewitt and Marc
Rosenfeld for guidance on sampling design and set-up, Taylor Swift for assistance
during expeditions and Mega trawling leadership, Reg Watson for providing us with
data on fishing, and Igor Carneiro, Sana Rajkovic, Teresa Sollfrank, Lys-Anne Sirks, and
Merel Kooi for assistance with sample processing. We also acknowledge TU Delft and
Microsoft for providing access to computational power on Azure platform and Google
for the Moffett Field sponsorship.

Informations sur l'auteur

Affiliations
La Fondation pour le nettoyage des océans, Martinus Nijhofflaan 2, Delft, 2624 ES, Pays-
Bas
L. Lebreton, B. Slat, F. Ferrari, B. Sainte-Rose, S. Hajbane, S. Cunsolo, A. Schwarz, A.
Levivier, K. Noble, P. Debeljak, H. Maral, R. Schoeneich-Argent, R. Brambini & J. Reisser

La maison de modélisation, 66b Upper Wainui Road, Raglan, 3297, Nouvelle-Zélande


L. Lebreton

Teledyne Optech, Inc., 7225 chemin de l'aéroport de Stennis, Kiln, MS, 39556, USA
J. Aitken & R. Marthouse

École de génie civil et d'arpentage, Faculté de technologie, Université de Portsmouth,


Bâtiment Portland, Portland Street, Portsmouth, PO1 3AH, Royaume-Uni
S. Cunsolo

Département de biologie, biologie marine et sciences de l'environnement, Université


https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 39/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Roger Williams, 1 Old Ferry Road, Show original


Translated to:  French
Bristol, RI, 02809, États-Unis Options ▼

K. Noble

Sorbonne Universités, UPMC Univ Paris 06, CNRS, Laboratoire d’Océanographie


Microbienne (LOMIC), Observatoire Océanologique, F-66650, Banyuls/mer, France
P. Debeljak

Département de génie civil, géotechnique et environnemental, Université technique de


Munich, Arcisstraße 21, Munich, 80333, Allemagne
H. Maral

ICBM-Terramare, Université Carl von Ossietzky Oldenburg, Schleusenstr. 1,


Wilhelmshaven, 26382, Allemagne
R. Schoeneich-Argent

Département de génie civil, Université d'Aalborg, Fredrik Bajers Vei 5, Aalborg, 9100,
Danemark
R. Brambini

Contributions
LL, BS, FF, RM, JR ont conçu l'étude, FF, JA, SH, SC, AS, AL, KN, PD, HM, RS-A., RB,
échantillons traités par JR, LL, BS-R. développé le modèle, LL, JR a écrit le manuscrit,
LL, JA, SH, JR préparé des figures et des tableaux. Tous les auteurs ont examiné le
manuscrit.

Intérêts concurrents
Les auteurs ne déclarent aucun intérêt concurrent.

auteur correspondant
Correspondance avec L. Lebreton .

Matériel supplémentaire électronique

Matériel complémentaire - https://static-


content.springer.com/esm/art%3A10.1038%2Fs41598-018-22939-
w/MediaObjects/41598_2018_22939_MOESM1_ESM.pdf
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 40/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

commentaires

En soumettant un commentaire, vous acceptez de respecter nos conditions et notre


règlement de la communauté . Si vous trouvez quelque chose d'abusif ou qui n'est pas
conforme à nos termes ou lignes directrices, signalez-le comme inapproprié.

19 Comments Scientific Reports  Login

Sort by Newest
 Recommend 3 ⤤ Share

Join the discussion…

LOG IN WITH OR SIGN UP WITH DISQUS ?

Name
Email
Password
I agree to Disqus' Terms of Service
I agree to Disqus' processing of email and IP address, and the use of cookies,
to facilitate my authentication and posting of comments, explained further in
the Privacy Policy

Larry Longfinger • 17 days ago


I find this article far too abstract and obtuse to address this horrible problem. It is obvious how
hideous plastic is to our ecosystem and should not be tolerated. This article should have
condemned the unsustainable living leaders and corporations have levied on world populations.
Immediate recover or this plastic should be commenced and should be paid for by corporations
as they have provided no recycle path for what they produce. What's that? It's too hard, too
expensive? Nonsense! world is living unsustainably and has to change it's behavior or perish -
this is nothing less then a 'planet emergency'
△ ▽ • Reply • Share ›

Simon Wilson • a month ago


It is difficult and expensive to clean up - otherwise commercial interests would already be in
there recovering the plastics. Concentration per m3 of sea water is minimal and while filtering
may work for some macro plastics, effective filtration for micro particles is incredibly inefficient.
△ ▽ • Reply • Share ›
https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 41/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼


DemoD • 2 months ago
prove it! were are the pictures?

Also, novel idea, but instead of spending millions of dollars to study it why don't we spend that
to clean up? It is trash people. We can clean it up. It is not that difficult.
△ ▽ • Reply • Share ›

Hoplite99 • 2 months ago


In honor of our Great Capitalist-Consumerist-Materialistic Society, I propose that this floating
blob be called The Great Trump Swamp.
△ ▽ • Reply • Share ›

Bealzabub • 2 months ago


No pictures. You can't put 100's of 50,000 square mile blobs on a chart and say: "Look at all the
trash!" without even showing any. I wonder if the waves from the Japanese Tsunami pulling all
the stuff off the shore helped us realize that banning earthquakes is the only way to solve this.
1△ ▽ • Reply • Share ›

Juicy Contest • 2 months ago


I'm slow and need pictures. Why can I not find any pictures of this mass?
△ ▽ • Reply • Share ›

Simon Cowan • 2 months ago


would it be possible to put some kind of netting to cover and hold it together and seed it in some
way to make it user friendly for wildlife - a bit like the floating islands in Mexico City
△ ▽ • Reply • Share ›

Oliver St.John-Mollusc • 2 months ago


It's fine what it's doing, It will be all over Hawaii and the Eastern US soon - back to where it
came from.
△ ▽ • Reply • Share ›

yoheved • 2 months ago


all this gloom and doom is nothing without talk about solutions ..... such as:
when will the clean up begin and how will it happen ....? will cleaning up this mess be the next
major global industry? will this global plastic cleanup be the thing that launches hundreds of
millions and even billions out of poverty? can this mess actually save humanity? will there finally
be a ban on plastic manufacturing from this global threat? will plastic recycling become the
norm .....? we need to start thinking outside the box .... because this plastic invasion is seriously
outside the box .....
1△ ▽ • Reply • Share ›

Observer123 • 2 months ago


Flying from Fiji...32 years ago...about an hour away....I saw tons of plastic rubbish stretching for
miles floating in the Pacific Ocean...That's 32 years ago.!.. And, now you are showing concern?
△ ▽ • Reply • Share ›

Bealzabub > Observer123 • 2 months ago


https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 42/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques
Bealzabub > Observer123 • 2 months ago
Translated to: 
Tons, eh? How French Show original
many Pepsi Options ▼
bottles did you actually count from 36,000 feet?
△ ▽ • Reply • Share ›

Observer123 > Bealzabub • 2 months ago


There were 7 Coca Cola bottles in the steward's trolley when he stopped by my
seat to offer me a drink. Who in hell drinks Pepsi anyway?
△ ▽ • Reply • Share ›

Nathan Hale • 2 months ago


In the 1970's, the CIA conceived Project Azorian to covertly recover a Russian submarine wreck
3 miles down in the Pacific Ocean. The CIA Directorate of Science and Technology worked with
Howard Hughes and many leading U.S. technology companies to secretly recover the sub. It
seems that the current fascination with "virtual" computer technologies has left global industry
unable to solve pressing "hard science" problems. The article demonstrates over analysis to the
point of intellectual paralysis. Who will step up?
△ ▽ • Reply • Share ›

Julius513 • 2 months ago


you got to be kidding....so like who was the Moron who got the idea to dump into the Pacific
Ocean ...does he dump in his house until it fills up? ...you don't roll out a product until you know
how to recycle it correctly or make an alternative eco friendly product...it can be done! if people
spent as much time and energy on this problem as they do on building bombs it would have
already been done. ....so what are we doing in the mean time? ..using the money to clean
up?...no...we are.....building bombs, more bombs , bigger bombs , better bombs until some day
somebody pushes the nuclear button and we alllll go up in smoke waving the flag and singing the
star spangled banner
1△ ▽ • Reply • Share ›

Issis • 2 months ago


Perhaps I am reading too quickly, but the far less technical report, dated March 22, 2018,
reported in "Science News" from materials provided by Ocean Cleanup states:

Great Pacific Garbage Patch: Sixteen times more plastic than previously estimated: 1.8 trillion
pieces of plastic weighing 80,000 metric tons are currently afloat in an area known as the Great
Pacific Garbage Patch -- and it is rapidly getting worse. It also has a few images.
https://www.sciencedaily.co...

Ocean Cleanup also provides videos, cleanup technology, milestones, etc.


https://www.theoceancleanup...

Video explanation:


see more

https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 43/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

• Reply • Share
△ ▽Translated to:  ›
French Show original Options ▼

Issis • 2 months ago


Yes, there should be many more photos. Also, there should be a tax on plastics, especially fishing
nets, to help pay for future research and cleanup and, perhaps, a contest for innovative solutions
for capture and recycling of the various forms of debris.
△ ▽ • Reply • Share ›

Jesse • 2 months ago


So, where are the photos? I see graphs, analysis, and scientific mumbo jumbo. Where are the
photos mentioned in "Methods" paragraph 3, aerial survey. If there is so much floating garbage
that it's visible from space, where are the photos? They aren't here, and they aren't online.
Google maps has photos of every square yard of ground in the USA, from space, to the point you
can count people... but no one has released a photo of the largest floating mass of garbage in the
pacific, when you have now stated you have the exact coordinates of it's position in the ocean.
Either post the photos, or shut up
△ ▽ • Reply • Share ›

Gabriel > Jesse • 2 months ago


You can find example pictures of plastic seen from the aircraft in the Electronic
supplementary material (Supplementary figure 5). Also, it's important to remember, that
contrary to what news papers et al. usually write about the garbage patch being a plastic
"island", this is not true! The garbage patch is an area where plastic is highly abundant in
comparison to other areas...so pictures taken from space won't probably show much
plastic.
△ ▽ • Reply • Share ›

Avatar This comment was deleted.

Bealzabub > Guest • 2 months ago


So it says "just trust us, we just need more taxpayer funding to keep up the search
to see if this is really a problem, or just the redistribution of globally insignificant
amounts of matter around the planet that should remind us just to kindly pick up
our trash?"
△ ▽ • Reply • Share ›

✉ Subscribe d Add Disqus to your siteAdd DisqusAdd Disqus' Privacy PolicyPrivacy PolicyPrivacy

https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 44/45
25/05/2018 Preuve que le Great Pacific Garbage Patch accumule rapidement du plastique | Rapports scientifiques

Translated to:  French Show original Options ▼

Open Access Cet article est sous licence Creative Commons 4.0 International License, qui autorise l'utilisation,
le partage, l'adaptation, la distribution et la reproduction sur tout support ou format, à condition que vous
donniez un crédit approprié aux auteurs originaux et à la source, fournir un lien vers la licence Creative Commons et indiquer si
des modifications ont été apportées. Les images ou tout autre matériel de tiers dans cet article sont inclus dans la licence
Creative Commons de l'article, sauf indication contraire dans une ligne de crédit à l'article. Si le matériel n'est pas inclus dans la
licence Creative Commons de l'article et que votre utilisation prévue n'est pas permise par la loi ou dépasse l'utilisation
autorisée, vous devrez obtenir la permission directement du détenteur des droits d'auteur. Pour voir une copie de cette licence,
visitezhttp://creativecommons.org/licenses/by/4.0/ .

Rapports scientifiques ISSN 2045-2322 (en ligne)

© 2018 Macmillan Publishers Limited, filiale de Springer Nature. Tous les droits sont réservés.

https://www.nature.com/articles/s41598-018-22939-w 45/45