Vous êtes sur la page 1sur 4

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

2030. Le recours s’appuie sur l’article 263 du Traité


sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE)
Des familles victimes du climat engagent
qui stipule qu’un particulier peut former « un recours
une action inédite contre l’Europe contre les actes […] qui [le] concernent directement
PAR DOROTHÉE MOISAN
ARTICLE PUBLIÉ LE VENDREDI 25 MAI 2018 et individuellement ». Les demandeurs réclament
que ces textes soient déclarés nuls et remplacés
Une dizaine de familles affectées par le dérèglement
par des objectifs plus ambitieux de lutte contre le
climatique ont déposé jeudi devant le tribunal
changement climatique, afin que soient protégés leurs
de l’Union européenne un recours inédit : elles
droits fondamentaux à la vie, à la santé ou encore
somment Bruxelles de réduire de manière drastique ses
au travail. La requête se réfère également à l’article
émissions de gaz à effet de serre afin de respecter leurs
340 qui oblige l’Union à « réparer […] les dommages
droits à la vie, à la santé ou au travail.
causés par ses institutions ou par ses agents dans
« Cas Armando Ferrao Carvalho et autres. » Il y l’exercice de leurs fonctions ».
a encore quelques heures, ce patronyme était celui
Cela fait des mois que l’on s’est « battus sur ces trois
d’un inconnu. Pourtant dans les cinq ou dix prochaines
textes car on ne les juge pas cohérents avec l’Accord
années, le nom de cet exploitant forestier portugais
de Paris » qui ambitionne de maintenir sous la barre
qui a perdu ses trois plantations de chênes durant les
des 2 °C le réchauffement de la planète depuis la fin
feux de forêt de 2017 va désigner l’un des cas les
plus emblématiques de la justice climatique en Europe. du XIXe siècle, commente Neil Makaroff, spécialiste
Avec neuf autres familles et une association suédoise, Europe chez Réseau Action Climat (RAC). Et pour
il a déposé jeudi à Luxembourg le premier recours cause, puisque les objectifs européens de réduction des
climatique européen devant le Tribunal de l’Union. émissions de CO2 ont été fixés en 2014, soit avant
l’adoption le 12 décembre 2015 de l’Accord de Paris.
« Ces instruments et ces objectifs sont obsolètes »,
déplore le jeune homme, tout en rappelant que 2018
est « une année pivot » puisque lors de la prochaine
COP, fin 2018 en Pologne, les États devront réviser à
la hausse leurs engagements climatiques.
Le recours climat citoyen. Pour le militant, le recours déposé jeudi devant le
Les plaignants reprochent à l’UE d’avoir fixé un tribunal de l’UE montre que « les impacts ne sont
objectif « inadéquat » de réduction de ses gaz à effet pas limités aux pays du Sud et que l’UE – et les
de serre d’ici à 2030, en comparaison avec les niveaux États qui la composent – ne font pas leur travail
de 1990. En d’autres termes, ils jugent que la baisse de correctement ». Selon lui, Bruxelles ne devrait pas
40 % actuellement prévue ne suffira pas à lutter contre viser une baisse des émissions de CO2 de 40 % d’ici
le changement climatique et à protéger les citoyens de à 2030 mais d’au moins 55 %. Sous peine de terribles
ses impacts les plus désastreux. dégâts climatiques. D’après lui, des actions à court
Porté par plusieurs ONG dont le Climate Action terme sont envisageables, comme une négociation
Network (CAN) Europe et trois pointures du droit ambitieuse du « paquet énergie », cet ensemble de
de l’environnement, ce « recours climat citoyen » textes législatifs actuellement négocié par les États
cible à la fois les défaillances passées et les efforts à membres pour permettre à l’UE de maintenir ses
mener. Il vise ainsi à faire annuler trois législations objectifs en termes d’énergie et de lutte contre le
européennes en cours de publication pour la période changement climatique : y figurent des textes sur les
2021-2030 – une directive et deux règlements – qui ne énergies renouvelables, la rénovation des bâtiments,
permettraient pas d’atteindre les objectifs fixés pour l’efficacité énergétique ou encore les agro-carburants.

1/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

Bien ficelé, le « paquet mobilité » pourrait, lui, par l’association Notre affaire à tous (NAAT). Mais
constituer une occasion de fixer des normes sévères en espère-t-il, pas encore pour son fils, ni son petit-fils,
matière d’émissions pour les voitures et les camions, eux aussi parties au recours. C’est en 1969 à Grignan,
le transport routier représentant un cinquième des dans le nord de la Provence, que Maurice a commencé
émissions totales de l’UE. à cultiver la lavande, pour la quatrième génération
Qui pense changement climatique pense souvent consécutive. Et puis durant les cinquante dernières
cyclones tropicaux, sécheresses sahariennes, années, il a vu les températures grimper – de 0,5 °C
submersion des îles ou disparition des récifs de tous les dix ans, dit-il –, des pluies torrentielles ravager
corail. Cette action devant le tribunal de l’UE a le ses champs – jusqu'à 120 mm en deux heures – et sa
mérite de rappeler que le détraquement du climat plante fétiche se fragiliser.
est planétaire et qu’il frappe depuis plusieurs années « Quand j’ai débuté, j’ai cultivé des plants qui avaient
déjà le continent européen. Élévation du niveau de 23 ans d’âge. Et progressivement, on est tombés à 18,
la mer et ondes de tempête en mer du Nord, hausse 16, 14 ans… pour finir à trois-quatre ans. » Quand on
des températures, vagues de chaleur et sécheresses en sait qu’un plant de lavande ne produit pas la première
France ou en Roumanie, fonte des neiges en Suède qui année, que la deuxième année n’amène qu’une récolte
mettent en péril l’élevage des rennes, multiplication partielle et que c’est lors de la troisième que débute
et intensification des feux de forêt au Portugal… enfin la production, il est facile de comprendre que la
Chaque famille demanderesse témoigne avoir subi vie de Maurice, et surtout celle de son fils, est devenue
dans sa chair ou son activité l’impact du dérèglement survie : « En six ans, notre fils a perdu 44 % de ses
climatique. revenus à cause des aléas climatiques. » Les maladies,
plus virulentes sur des plants vulnérables, ont aggravé
les choses, tout comme les restrictions en eau visant
à préserver les nappes phréatiques. D’une année sur
l’autre, les épis mauves et odorants ont migré vers le
Nord, et bien souvent maintenant, « il s’en arrache
plus qu’il ne s’en plante ».

La famille Vlad vit dans les Carpates roumaines à 700 mètres d'altitude. © NAAT

En Roumanie, la famille Vlad vit dans les Carpates


à 700 mètres d’altitude. En raison de la hausse des
températures et du manque d’eau, l’herbe ne pousse
plus et Petru, le père, doit emmener ses bœufs « de
600 à 1 400 mètres d’altitude afin d’avoir de l’herbe
décente à brouter, mais surtout pour avoir de l’eau ». Maurice Feschet, devant un de ses champs de lavande dans la Drôme. © NAAT

« Je ne peux pas aller plus haut avec mes troupeaux, D’argent, Maurice ne parle pas. Car ce qu’il veut,
raconte-t-il désemparé, parce qu’après 2 000 mètres, « ce n’est pas un recours financier, mais lancer
il n’y a plus que le ciel… » un mouvement concernant ces aléas climatiques qui
De la lavande, « il s’en arrache plus qu’il ne sont préjudiciables à beaucoup de monde ». La
s’en plante » mobilisation citoyenne n’a-t-elle pas permis d’obtenir
des succès sur la couche d’ozone ou les produits
En France, c’est Maurice Feschet, un producteur de
phytosanitaires ? Alors s’interroge-t-il, « pourquoi ne
lavande à la retraite, qui a choisi de mener le combat.
pas aller plus loin ? ». Et tenter de sauver le climat à
« Pour moi, les dés sont jetés », a-t-il expliqué jeudi
la force du droit.
midi à Paris lors d’une conférence de presse organisée

2/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

Certains rient déjà sous cape, se gaussant d’une familles européennes (du Portugal, de France, Italie,
action qui va prendre des années pour, peut-être, Allemagne et Roumanie), une association suédoise,
accoucher d’une souris. Pourtant la voie choisie par mais aussi une famille kényane et une autre originaire
Maurice Feschet et ses comparses est loin d’être des îles Fidji. Ainsi, la famille Guyo, qui vit de
marginale. Elle s’inscrit dans un mouvement bien l’élevage des chèvres dans un village au nord du
plus large, lancé il y a une dizaine d’années, celui Kenya, se dit « inquiète pour la santé et la vie de ses
de la justice climatique. Des enfants américains, enfants sous des vagues de chaleur plus fréquentes et
portugais, ougandais ou colombiens, des grands-mères plus extrêmes : pendant les périodes les plus chaudes
suisses, un fermier péruvien, des citoyens néerlandais, où les températures montent jusqu’à 40 °C, les enfants
Greenpeace ou encore le maire de New York : tous souffrent d’éruptions cutanées sur la peau, de maux de
ont en commun d’avoir saisi des juges nationaux pour tête fréquents et de troubles du sommeil. Pendant la
protéger le climat. À tel point que le Sabin Center saison chaude en 2017, les enfants ne pouvaient plus
for Climate Change Law de l’université Columbia marcher et aller à l’école parce que la chaleur était
recense désormais plus d’un millier de poursuites devenue insupportable ».
dont les trois quarts aux États-Unis. L’idée soutenue par les demandeurs est que la
Loin d’être une ridicule turlutaine, ce mouvement responsabilité de l’UE en matière d’émissions de gaz
a commencé à porter ses fruits, et ce depuis 2015. à effet de serre ne se limite pas aux frontières de
Cette année-là à Lahore, un agriculteur pakistanais l’Europe. Car le CO2 ou le méthane émis à Paris
a obtenu de la justice la mise en place d’un conseil ou Varsovie contribuent au changement climatique
climatique pour contraindre le gouvernement à agir. mondial dont les effets se font ressentir à Nairobi ou
Huit mille kilomètres à l’est, dans un tribunal de ailleurs. « L’UE a la responsabilité de protéger les
La Haye, c’est la fondation Urgenda qui a fait droits humains sur son territoire au maximum de ses
condamner les Pays-Bas pour leurs efforts insuffisants capacités, mais aussi les droits des citoyens qui dans
contre le réchauffement climatique. L’appel de cette le monde souffrent du changement climatique », argue
dernière affaire sera d’ailleurs plaidé lundi aux Pays- ainsi Marie Toussaint, qui préside l’association
Bas. Ces succès inattendus ont donné des ailes, française Notre affaire à tous.
autant que des idées, aux associations de défense
du climat et aux juristes environnementaux. Forts de
leur tradition procédurière, les États-Unis remportent
la palme du nombre de recours – ils excèdent
les 800 cas –, alors que l’Union européenne avait
jusqu’ici échappé aux poursuites. Une telle requête
va contraindre le Parlement et le Conseil européens
à se justifier sur leurs contradictions : comment
expliqueront-ils le fossé entre le discours écologiste
extrêmement ambitieux porté à l’international et les
mesures insignifiantes décidées en interne ?
Maurice Feschet, un des demandeurs, et Marie
Cependant, avant de pouvoir même songer à se Toussaint, présidente de « Notre affaire à tous ». © DOM

battre dans l’arène judiciaire, les plaignants devront Mais la question pour le Tribunal sera de dire
passer le cap de la recevabilité. En d’autres termes, s’il peut se prononcer sur la situation de citoyens
le Tribunal devra dire si leur recours est dans les extérieurs à l’Union européenne. Si le symbole
clous. Or un point pourrait gêner les magistrats est séduisant, juridiquement, cette prise de risque
européens. En effet, le recours déposé jeudi à pourrait faire capoter l’ensemble du recours. « La
Luxembourg a une particularité : il concerne huit

3/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

question de la recevabilité est un enjeu certain », le changement climatique, puisqu’il s’agit d’une
analyse le juriste Laurent Neyret, spécialisé dans « réparation par une action renforcée pour la
les questions climatiques, d'autant qu'en Europe, les protection du climat ». Ce qui compte ici pour la
requêtes déposées par des citoyens sont rarissimes. société civile, c’est « de montrer qu’elle est vigilante
L'universitaire relève par ailleurs « le mode de et créancière des institutions en matière de protection
réparation original » choisi par les demandeurs : climatique ». À voir si les responsables européens
on est loin des compensations financières réclamées sauront entendre ce cri citoyen.
par exemple par la ville de New York aux Le cap de la recevabilité
compagnies pétrolières pour leur responsabilité dans

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Directeur éditorial : François Bonnet Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, Thierry Wilhelm. Actionnaires peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
directs et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Marie-Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Société des Amis de Mediapart. Paris.

4/4