Vous êtes sur la page 1sur 5

1.

Introduction
Un sol est un matériau, il peut être rocheux ou sableux ou argileux ou de toute autre
composition. Dans le cadre de la construction, on va utiliser ce matériau pour appuyer
l'ouvrage. Il supportera les charges appliquées par le bâtiment par l'intermédiaire des
fondations. L'objet de l'étude de sol est précisément de fournir aux constructeurs les
caractéristiques des sols dans l'emprise du projet et dans la zone intéressée par celui-
ci,afin de permettre le calcul des éléments du bâtiment par application des lois de la
mécanique des sols
2. Les caractéristiques de résistance au cisaillement des sols
sont des paramètres très importants dans l’analyse des problèmes de stabilité des
constructions ,problèmes de capacité portante des fondations et des pieux, stabilité des
pentes et des talus, et la pressions des terres sur les structures.
Le comportement des sols au cisaillement est affecté par des facteurs tel que :

 la structure sol
 taille des grains,
 forme des grains
 texture de surface des grains
 la minéralogie,
 la cimentation ou la liaison entre grains, ,
 le comportement du grain
 la densité

La détermination des paramètres de résistance des sols est effectuée soit en laboratoire en
utilisant des essais appropriés, soit par des essais in-situ. Les essais les plus couramment
utilisés en laboratoire sont l’essai de cisaillement direct et l’essai triaxial. Les essais les
plus utilisés in-situ sont le pénétromètre, le préssiomètre, et le scissomètre.

Notre essai sera réalisé au niveau de laboratoire ,Il s’agit de l’essai tiaxial

1
3. Essai Triaxial
L’essai triaxial a été développé par A. Casagrande, vers les années 1930, pour réduire les
inconvénients constatés lors de l’essai de cisaillement direct. C‘est un essai qui s’effectue sur
une éprouvette cylindrique de rapport hauteur/diamètre d’environ deux. Les conditions aux
limites relatives aux drainages peuvent être imposées. Les directions principales sont
"connues" durant l’essai. En outre l’essai "peut permettre" un contrôle du chemin des
contraintes

Les conditions de drainage et le chemin des contraintes suivi lors d’un essai triaxial sont
supposés reproduire les conditions critiques d’un problème pratique de stabilité. Le type
d’essai est désigné le plus souvent par un symbole à deux lettres; la première lettre est relative
à la phase avant le début du cisaillement – cette lettre reflète l’existence ou la non-existence de
la phase de consolidation, et la seconde lettre est relative aux conditions de drainage lors du
cisaillement.

4. Les trois types d’essais sont :


UU (Unconsildated Udrained)
CU (Consolidated Undrained)
CD (Consolidated Drained)
Lors de l’essai triaxial on mesure la déformation axiale Delta H, la pression de
confinement σ3, la force appliquée par le piston Fpiston, et la pression interstitielle u lors
d’un essai non drainé ou le changement de volume Delta v lors d’un essai drainé.

5. CRITERE DE RUPTURE
Mohr a définit un critère de rupture pour les matériaux. Le critère s’énonce comme suit :
La rupture se produit lorsque la contrainte de cisaillement et la contrainte normale dans le
plan de rupture à l’état de rupture vérifient une fonction unique.
Cet énoncé permet de définir une fonctionnelle qui caractérise l’enveloppe de
rupture de Mohr.
Coulomb dans sa théorie des pressions des terres avait besoin des caractéristiques de
frottement entre matériaux. Ces observations expérimentales lui en permis de constater que
la résistance au glissement est formée d’une composante proportionnelle à la contrainte
normale qu’il a dénommé frottement similitude au frottement newtonien dans les
solides, et d’une composante indépendante de la contrainte normale qu’il a dénommé
cohésion (c). L'expression de la résistance au glissement selon Coulomb s'écrit comme suit
:

2
Ce critère permet d’estimer l’état de contrainte dans le plan de rupture, et permet de localiser le
plan à potentiel de rupture relativement à une direction principale.

Les résultats d’un essai triaxial permettent de tracer les courbes suivantes

6. essai consolidé drainer


L’essai consolidé drainé (CD) s’effectue sur des échantillons saturés. La phase de
consolidation et la technique employée pour évaluée la vitesse de cisaillement sont similaires à
celles décrites pour l’essai non consolidé non drainé. Lors du cisaillement les voies de drainage
sont maintenues ouvertes. Le changement de volume lors de la phase de cisaillement est
enregistré. L’essai fournit, pour une définition de la rupture, les caractéristiques mécaniques de
Coulomb-Mohr en contraintes effectives.

3
Courbe effort -déformation

la densité a une influence sur la courbe


intrinsèque
• relation entre τ et σ s’écrit :
tan 
• relation entre σ1 et σ3 s’écrit :
σ1 = σ3 Tan 2 ()

• essai répété plusieurs fois, pour différentes contraintes de consolidation σo

Courbe intrinsèque d’un sol cohésif

4
7. Conclusion
Pour les calculs de stabilité des ouvrages en géotechnique, la résistance au cisaillement des sols est
classiquement représentée par la relation suivante entre les contraintes normale et tangentielle sur
la
surface de rupture :
c tan 
avec τ résistance au cisaillement (contrainte tangentielle limite),
σ contrainte normale,
c cohésion,
angle de frottement interne.
Cette équation est celle de l’enveloppe des cercles de Mohr, dont on admet qu’elle est une droite

Pour les calculs dans lesquels l’état de rupture est atteint dans la masse du sol sans formation de
surface de glissement, on utilise plutôt une formulation en contraintes principales, généralement
exprimée
en fonction des contraintes principales majeure et mineure :

avec σ1 contrainte principale majeure,


σ3 contrainte principale mineure,