Vous êtes sur la page 1sur 105

Sommaire

Introduction

Objectifs

Population et Méthode

I- Type de l’étude ....................................................................................................................... 6


II- Population de l’étude ............................................................................................................. 6
III- L’échantillonnage ................................................................................................................ 8
IV- Critères d’exclusion ............................................................................................................. 9
V- Déroulement de l’étude ......................................................................................................... 9
VI- Recueil des données ........................................................................................................... 10
1- La fiche préétablie ............................................................................................................ 10
2- L’échelle de dépression de Beck ...................................................................................... 10
3- The Suicidal Behaviors Questionnaire-Revised (SBQ-R) ............................................... 11
4- L’échelle de l’estime de soi de Rosenberg....................................................................... 12
VII- Autorisations administratives ........................................................................................... 12
VIII- Aspect éthique ................................................................................................................. 13
IV- Analyse statistique ............................................................................................................. 13
PARTIE DESCRIPTIVE ................................................................................................. 14
I- Caractéristiques de la population d’étude ............................................................................. 14
1- Caractéristiques sociodémographiques ............................................................................ 14
1-1- Genre ........................................................................................................................ 14
1-2- Age............................................................................................................................ 14
1-3- Répartition selon l’établissement d’origine .............................................................. 15
1-4- Répartition selon la section....................................................................................... 15
1-5- Niveau socio-économique ........................................................................................ 16
2- Caractéristiques familiales ............................................................................................... 16
2-1- Situation des parents ................................................................................................. 16
2-2- Type de la famille ..................................................................................................... 16
2-3- Adoption ................................................................................................................... 17

i
2-4- Relation avec les parents .......................................................................................... 17
2-5- Relation avec le reste de la famille ........................................................................... 18
3- Relation avec les amis ...................................................................................................... 18
4- Résultats scolaires ............................................................................................................ 19
5- Antécédents ...................................................................................................................... 19
5-1- Antécédents pathologiques familiaux ....................................................................... 19
5-2- Antécédents pathologiques personnels ..................................................................... 20
5-3- Antécédents de maltraitance ..................................................................................... 20
5-4- Antécédents d’automutilation ................................................................................... 21
6- Habitudes de vie ............................................................................................................... 21
7- Caractéristiques psychologiques ...................................................................................... 21
7-1- Symptômes dépressifs .............................................................................................. 21
7-2- Symptômes anxieux .................................................................................................. 22
7-3- Estime de soi ............................................................................................................. 22
II- Prévalence des conduites suicidaires ................................................................................... 23
1- Étude qualitative du SBQ-R ............................................................................................. 23
1-1- Question n°1 : Avez-vous jamais pensé au suicide ou tenter de vous suicider ? ..... 23
1-2- Question n°2 : Combien de fois avez-vous pensé au suicide au cours de 12 derniers
mois ? ............................................................................................................................... 24
1-3- Question n°3 : Avez-vous jamais dit à quelqu'un que vous alliez vous suicider, ou
que vous pourriez le faire ? .............................................................................................. 25
1-4- Question n°4 : Pourriez-vous un jour faire une tentative de suicide? ...................... 26
2- Étude quantitative de la SBQ-R ....................................................................................... 27
2-1- Répartition selon le sexe ........................................................................................... 27
2-2- Classification selon les scores du SBQ-R................................................................. 28
III- Facteurs protecteurs de suicide .......................................................................................... 29
PARTIE ANALYTIQUE ................................................................................................. 30
I-Relation entre le sexe et les conduites suicidaires ................................................................. 30
II- Relation entre les caractéristiques familiales et les conduites suicidaires......................... 31
1- Caractéristiques sociodémographiques et conduites suicidaires ...................................... 31
2- Relations intra-familiales et conduites suicidaires ........................................................... 32
III- Relation avec les pairs et conduites suicidaires ................................................................. 33
IV- Relation entre résultats scolaires et conduites suicidaires ................................................. 33
V- Antécédents de l’adolescent et conduites suicidaires.......................................................... 34
1- Antécédents familiaux et conduites suicidaires ............................................................... 34
2- Antécédents personnels et conduites suicidaires ............................................................. 35
3- Antécédents de maltraitance et conduites suicidaires ...................................................... 36
4- Antécédents d’automutilation et conduites suicidaires .................................................... 37
ii
VI-Relation entre les habitudes de vie et les conduites suicidaires .......................................... 38
VI-Relation entre les caractéristiques psychologiques et les conduites suicidaires ................. 38
1- Symptomatologie dépressive et conduites suicidaires ..................................................... 38
2- Anxiété et conduites suicidaires ........................................................................................... 39
3- Relation entre estime de soi et conduites suicidaires ....................................................... 40
I- Prévalence des conduites suicidaires chez les adolescents ................................................... 44
I-1- Le suicide ...................................................................................................................... 44
I-2- Les tentatives de suicide et les idées suicidaires ........................................................... 45
I-2-1- Prévalence des idées suicidaires et des tentatives de suicide chez les adolescents
dans le monde ................................................................................................................... 45
I-2-2- La situation en Tunisie ........................................................................................... 53
II- Facteurs liés aux conduites suicidaires ................................................................................ 54
II-1-Lien entre conduites suicidaires et genre ...................................................................... 54
II-2- Liens entre caractéristiques socio-familiales et conduites suicidaires ......................... 57
II-2-1- Liens entre niveau socio-économique et conduites suicidaires ............................ 57
II-2-2- Liens entre situation familiale et conduites suicidaires ........................................ 58
II-2-3- Liens entre relation avec les pairs et conduites suicidaires .................................. 59
II-3- Liens entre scolarité et conduites suicidaires ............................................................... 59
II-4- Liens entre caractéristiques médico-psychologiques et conduites suicidaires............. 60
II-4-1- Lien entre antécédents familiaux et conduites suicidaires .................................... 60
II-4-2- Liens entre antécédents personnels et conduites suicidaires ............................... 61
II-4-3- Liens entre antécédents de maltraitance et conduites suicidaires ......................... 62
II-4-4- Liens entre antécédents d’automutilations et conduites suicidaires ..................... 65
II-4-5- Liens entre symptômes dépressifs et conduites suicidaires .................................. 67
II-4-6- Liens entre habitudes de vie et conduites suicidaires ........................................... 71
II-4-7- Liens entre estime de soi et conduites suicidaires ................................................ 72
III- Facteurs de protection contre le suicide ............................................................................. 74
III-1- La religion ................................................................................................................... 74
III-2- La famille .................................................................................................................... 75
III-3- La société .................................................................................................................... 76
III-4- Amis et relations amoureuses ..................................................................................... 76
IV- Stratégies de prévention du risque suicidaire chez les adolescents ................................... 77
IV-1- Prévention primaire (universelle) ............................................................................... 77
IV-2- Prévention secondaire ..................................................................................................... 79
IV-3- Prévention tertiaire ..................................................................................................... 80
IV-4- Nos Propositions......................................................................................................... 82
IV- 4- 1-Information......................................................................................................... 82

iii
IV-4-2- Services ............................................................................................................... 82
IV-4- 3- Formation ........................................................................................................... 83
IV-4- 4-Études et recherches ............................................................................................ 84

Annexes

iv
Liste des tableaux
Tableau I: Répartition des élèves de la 3ème année secondaire dans les différents lycées du
gouvernorat de Monastir (2011-2012) ....................................................................................... 7
Tableau II: Répartition des élèves de la population d’étude selon l’âge .................................. 15
Tableau III: Répartition des élèves de la population d’étude selon l’établissement d’origine 15
Tableau IV: Répartition des élèves de la population d’étude selon la section ......................... 15
Tableau V: Répartition des élèves de la population d’étude selon le type de famille .............. 17
Tableau VI: Relation des élèves de la population d’étude avec leurs parents ........................ 17
Tableau VII: Relation des adolescents de la population d’étude avec les membres de la
famille, autres que les parents .................................................................................................. 18
Tableau VIII: Relation des élèves de la population d’étude avec leurs pairs .......................... 18
Tableau IX: Répartition des élèves de la population d’étude selon les résultats scolaires ...... 19
Tableau X: Répartition des élèves de la population d’étude selon les différents types de
maltraitance .............................................................................................................................. 20
Tableau XI: Antécédents et fréquence des conduites d’automutilation chez les lycéens de
l’étude ....................................................................................................................................... 21
Tableau XII: Habitudes de vie des élèves de la population d’étude ........................................ 21
Tableau XIII: Répartition des élèves de la population d’étude selon l’intensité de la
symptomatologie dépressive .................................................................................................... 22
Tableau XIV: Répartition des adolescents de l’étude selon l’intensité des manifestations
anxieuses .................................................................................................................................. 22
Tableau XV: Niveau d’estime de soi des adolescents de l’étude ............................................. 22
Tableau XVI: Répartition des adolescents de l’étude selon les différentes conduites suicidaires
rapportées ................................................................................................................................. 23
Tableau XVII: Fréquence des idées suicidaires pendant les 12 derniers mois chez les
adolescents de l’étude............................................................................................................... 25
Tableau XVIII: Confession de la conduite suicidaire par les lycéens de l’étude ..................... 25
Tableau XIX: Répartition des adolescents de l’échantillon selon la personne confidente des
conduites suicidaires ................................................................................................................ 26
Tableau XX: Intentionnalité des adolescents de la population d’étude par apport à des futures
tentatives de suicide ................................................................................................................. 26
Tableau XXI: Classification selon le premier item du SBQ-R des élèves de la population
d’étude ...................................................................................................................................... 28
Tableau XXII: Classification selon le score totale de SBQ-R des élèves de la population
d’étude ...................................................................................................................................... 28
Tableau XXIII: Facteurs protecteurs contre le suicide rapportés par les adolescents de l’étude
.................................................................................................................................................. 29
Tableau XXIV: Relation entre le sexe et les conduites suicidaires dans la population d'étude
(Monastir, 2012) ....................................................................................................................... 30
Tableau XXV: Relation entre le sexe et les idées suicidaires dans la population d'étude
(Monastir, 2012) ....................................................................................................................... 31
Tableau XXVI: Relation entre le sexe et les tentatives de suicide dans la population d'étude
(Monastir, 2012) ....................................................................................................................... 31
Tableau XXVII: Relation entre les caractéristiques sociodémographiques et les conduites
suicidaires dans la population d'étude (Monastir, 2012) .......................................................... 32
Tableau XXVIII: Association entre la relation avec les parents et le reste de la famille et les
conduites suicidaires dans la population d'étude (Monastir, 2012) .......................................... 33
Tableau XXIX: Association entre la relation avec les pairs et les conduites suicidaires dans la
population d'étude (Monastir, 2012) ........................................................................................ 33
Tableau XXX: Relation entre les résultats scolaires et les conduites suicidaires dans la
population d'étude (Monastir, 2012) ........................................................................................ 34
Tableau XXXI: Relation entre les antécédents familiaux et les conduites suicidaires dans la
population d'étude (Monastir, 2012) ........................................................................................ 35
Tableau XXXII: Relation entre les antécédents personnels et les conduites suicidaires dans la
population d'étude (Monastir, 2012) ........................................................................................ 36
Tableau XXXIII: Relation entre les antécédents de maltraitance et les conduites suicidaires
dans la population d'étude (Monastir, 2012) ............................................................................ 37
Tableau XXXIV: Relation entre les antécédents d’automutilation et les conduites suicidaires
dans la population d'étude (Monastir, 2012) ............................................................................ 37
Tableau XXXV: Relation entre les habitudes de vie et les conduites suicidaires dans la
population d'étude (Monastir, 2012) ........................................................................................ 38
Tableau XXXVI: Relation entre la symptomatologie dépressive actuelle et les conduites
suicidaires dans la population d'étude (Monastir, 2012) .......................................................... 39
Tableau XXXVII: Association entre la symptomatologie anxieuse et les conduites suicidaires
dans la population d'étude (Monastir, 2012) ............................................................................ 39
Tableau XXXVIII: Relation entre le niveau d’estime de soi et les conduites suicidaires dans la
population d'étude (Monastir, 2012) ........................................................................................ 40
Tableau XXXIX: Étude multi-variée des facteurs déterminants des conduites suicidaires chez
les lycéens du gouvernorat de Monastir ................................................................................... 41
Tableau XL: Quelques études concernant la prévalence des conduites suicidaires chez les
adolescents en population générale en Amérique du nord ....................................................... 47
Tableau XLI: Quelques études concernant la prévalence des conduites suicidaires chez les
adolescents en Europe ............................................................................................................. 49
Tableau XLII: Quelques études concernant les conduites suicidaires chez les adolescents dans
les pays asiatiques .................................................................................................................... 51
Liste des figures

Figure 1: Répartition des lycéens de la population d’étude selon le sexe ......... 14

Figure 2: Situation parentale des adolescents de l’étude ................................... 16

Figure 3: Antécédents familiaux des lycéens de la population d’étude ............. 19

Figure 4: Antécédents personnels des élèves de l’étude .................................... 20

Figure 5: Conduites suicidaires rapportées par les adolescents de l’échantillon 24

Figure 6 : Diagramme en secteurs montrant la répartition des conduites


suicidaires selon le sexe des adolescents de l’échantillon .................................. 27

Figure 7: Diagramme en secteurs montrant la répartition des idées suicidaires


selon le sexe des adolescents de l’échantillon..................................................... 28
Liste des Abréviations
SBQ-R : The Suicidal Behaviors Questionnaire-Revised

G : Garçons

F : Filles

OR: Odds Ratio

IC 95% : Intervalle de confiance à 95%

IS=idées suicidaires

PS=plans suicidaires

TS=tentatives de suicide

12dm=Durant les 12 derniers mois


Introduction

Le suicide, terme d’origine latine, est employé pour la première fois en 1737 par
L’abbé Des Fontaines. Il signifie étymologiquement, le meurtre de soi (sui : soi,
et cide de la racine cid de coedère =tuer). Il est définit par Durkheim comme
étant « Tout cas de mort qui résulte directement ou indirectement d’un acte
positif ou négatif accompli par la victime elle-même et qu’elle savait devoir
produire le résultat »(1)

Le suicide a toujours existé, mais il a été considéré différemment au fil


des siècles et selon les cultures. Ainsi, pour les anciens Égyptiens, le suicide
n'était pas une violation de code, qu’elle soit spirituelle ou morale.

Chez les Grecs, la première personne à débattre de la moralité du suicide


était Socrate, qui postulait que l’être humain était la propriété des Dieux, et
n'avait pas le droit d'emporter quelque chose qui ne lui appartenait pas, à savoir
la vie. Le philosophe grec Epicure, lui, encourageait ses disciples à mourir par
suicide quand leurs vies ne leur apportaient plus le bonheur.
Sous l'empire Romain, le suicide était plus toléré, mais il devait obéir à des
critères compatibles avec la morale stoïcienne.

C’est avec l’arrivée des religions monothéiques que le suicide va être le


plus désapprouvé. Ainsi, aussi bien l’Islam que le Christianisme et le Judaïsme
interdisent le meurtre de tout être humain, et donc par extension le suicide,
l’Islam allant jusqu’à le considérer comme l’un des péchés capitaux (‫)الكبائر‬.(2)
Progressivement, au fils des décennies, le suicide, est devenu un sujet d'intérêt
social et d’études scientifiques, et non plus seulement de réprobation morale ou
de répression.

Le suicide constitue l’aboutissement de tout un processus suicidaire. Ce


processus se déroule plus ou moins rapidement dans le temps. Ainsi, au début
apparaissent des idées suicidaires, définies comme la conceptualisation mentale
de la tendance mortifère. Le sujet qui a des idées suicidaires est décrit comme
suicidaire(3). Généralement, ces idées sont, au début, intermittentes puis
1
Introduction

s'intensifient par la suite pour devenir permanentes ou envahissantes. Ces idées


débouchent sur la planification d’un plan suicidaire. L’exécution de ce plan peut
conduire au suicide. Le sujet s’appelle alors suicidé. Si l’issue du passage à
l’acte n’est pas fatale, on parle d’une tentative de suicide, qui représente tout
acte réalisé dans les mêmes conditions que le suicide mais qui n’aboutit pas au
décès du sujet. La personne ayant fait une tentative de suicide s’appelle
suicidant (4-5) .

Chez les jeunes, ce processus suicidaire peut se dérouler très rapidement


dans le temps lui conférant ainsi un caractère impulsif (6) .

D’autres fois, le suicide peut survenir de façon brutale, sans passer par un
processus antérieur d’élaboration. On parle alors d’un raptus suicidaire, qui est
une impulsion suicidaire au sein de paroxysme anxieux.(7)

La problématique du suicide revêt le plus d’importance chez l’adolescent.


En effet, l’adolescence constitue une période de transition, caractérisée par des
transformations à la fois corporelles et psychiques, source d’une grande
souffrance psychologique. Elle constitue une période de vulnérabilité
particulière à l’apparition de difficultés psychologiques responsables parfois de
conduites impulsives ou imprévisibles, entre autres, les conduites suicidaires.
Ces conduites suicidaires sont définies comme étant l’ensemble des conduites
qui concourent consciemment ou inconsciemment vers le suicide, que celui-ci
réussisse ou non, et associent : suicide, tentatives de suicide, idées suicidaires et
équivalents suicidaires. Les équivalents suicidaires peuvent être définis comme
tout comportement mettant en jeu la vie du sujet chez qui le désir de mourir
n’est pas exprimé. (8)

Bien que les conduites suicidaires soient particulièrement fréquentes dans


les pathologies mentales (dépression, schizophrénie, troubles bipolaires, abus de
substance..), à l’adolescence, ce comportement ne serait pas forcément rattaché à
une pathologie sous-jacente et un réel désir de mort n’est souvent pas retrouvé.

2
Introduction

Sur le plan psychopathologique, pour expliquer le suicide chez


l’adolescent, trois concepts sont à évoquer.

Le premier concept, élaboré par Haim A., considère le suicide comme


résultant de la crise de l’adolescence. L’auteur souligne le fait que les
remaniements identitaires propres à l’adolescence sont particulièrement
problématiques chez ceux qui recourent au geste suicidaire .(9)

Le deuxième, proposé par Ladame F.et les Laufer, considère le suicide


comme résultant d’un trouble psychopathologique grave en lien avec la
psychose. Ils expliquent les tentatives de suicide à l’adolescence comme
l’expression d’une violence, d’une haine dirigée contre le corps sexué de
l’adulte et considèrent tout passage à l’acte suicidaire comme un moment
psychotique signant une impasse dans le processus de développement. (10-11)

Le dernier concept, fondé par Jammet P. et Birot E. , prend une position


intermédiaire entre les deux. Selon eux, l’adolescent suicidaire se caractérise
par l’absence de certains facteurs de protection ou de résilience et par
l’altération de mécanisme de défense du registre obsessionnel.(12)

A côté de cette vulnérabilité interne propre aux adolescents ayant des


conduites suicidaires, tous les auteurs mettent l’accent sur la présence, d’une
défaillance de l’environnement familial, scolaire ou social. Cette dimension
externe semble prendre davantage d’importance aux yeux des auteurs plus
récents. (13)

Au cours des dernières décennies, la prévalence du suicide des


adolescents n’a pas cessé d’augmenter, faisant de cette cause de mortalité un
problème majeur de santé publique, tant par les pertes en vies humaines qu’il
provoque, que par les problèmes psychologiques et sociaux dont il témoigne. En
effet, pour beaucoup de pays industrialisés, le suicide est la deuxième cause de
mortalité des jeunes âgés de 15 à 24 ans, après les accidents de la circulation.
(14)
3
Introduction

Quant aux conduites suicidaires, leur prévalence chez cette tranche d’âge,
est diversement appréciée selon les études. Ainsi, la prévalence des tentatives de
suicide est aux alentours de 10% (15) alors que la prévalence des idées
suicidaires peut aller jusqu’à 50%. (16)

En Tunisie, malgré l’attention particulière qu’il a suscité depuis quelques


années, le sujet du suicide reste encore un sujet tabou. En témoigne le nombre
réduit d’études s’intéressant au suicide, particulièrement chez les adolescents, et
l’absence de chiffres nationaux sur le sujet.

En contrepartie, les soignants et les travailleurs sociaux en contact avec


les adolescents témoignent de la fréquence élevée des conduites suicidaires chez
ces jeunes.

C’est cette rareté des études sur le suicide en Tunisie qui nous a poussés à
mener cette étude sur les conduites suicidaires chez les adolescents tunisiens.

4
Objectifs

Les objectifs de cette étude sont de :

-Evaluer la prévalence des conduites suicidaires dans une population


de lycéens du gouvernorat de Monastir.

-Déterminer les caractéristiques familiales, sociales, scolaires et


psychologiques des adolescents ayant des conduites suicidaires

-Rechercher les facteurs de risque des conduites suicidaires.

-Aider à l’élaboration de stratégies nationales préventives du risque


suicidaire chez les adolescents tunisiens.

5
Population et Méthode

I- Type de l’étude

Il s’agit d’une étude transversale, analytique et populationnelle


(community based).

II- Population de l’étude

La population de l’étude était composée par tous les lycéens de la 3ème


année secondaire scolarisés au niveau de tous les établissements secondaires
étatiques et privés du gouvernorat de Monastir, au cours de l’année scolaire
2011-2012.

Notre choix a porté sur la 3ème année car elle correspond à une période
relativement stable sur le plan scolaire (pas d’orientation ni de changement
d’établissement), donc avec moins de risque de biais pour certaines échelles telle
que l’échelle de l’anxiété.

Cette population est représentée dans le tableau I.

6
Population et Méthode

Tableau I: Répartition des élèves de la 3ème année secondaire dans les différents lycées du
gouvernorat de Monastir (2011-2012)

Lycée Nombre de classes Garçons Filles Effectif


de 3éme année total
Lycée Fatouma Bourguiba 15 196 218 414
Monastir
Lycée Habib Bourguiba 16 231 227 458
Monastir
Lycée HediKefachaMonasir 5 24 83 107
Lycée pilote Monastir 6 41 87 128
Lycée Khnis 5 37 80 117
Lycée Ksibet El Mediouni 8 68 105 173
Lycée BenaneBodher 8 66 115 181
Lycée Wardanine 8 34 145 179
Lycée Sahline 10 96 169 265
Lycée Menzel Hayet 5 33 69 102
Lycée Zarmedine 8 75 104 179
Lycée Beni Hassen 5 39 46 85
Lycée Jemmel 1 18 53 112 165
Lycée Jemmel 2 9 346 217 563
Lycée Ali Bourguiba Bembla 11 100 161 261
Lycée Said AbiBakrMoknine 14 140 267 407
Lycée Moknine 7 37 129 166
Lycée Amiret El Hojej 6 47 108 155
Lycée Bekalta 7 40 112 152
Lycée Teboulba 11 125 186 311
Lycée SokrineTeboulba 5 28 69 97
Lycée 2 Mars 1934 Ksar 12 171 162 333
Helal
Lycée Riadh 2 Ksar Helal 4 26 74 100
Lycée Lamta 5 24 73 97
Lycée Sayada 7 75 109 184
Lycée privé Mezria 2 31 6 37
Monastir
Lycée privé Ibn 2 13 14 27
KhouldounJemmel
Lycée privé El Feth Ksar 2 19 25 44
Helal
Lycée privé RoukiyMonatir 3 25 10 35
Lycée privé Al Ahd Al 3 17 13 30
JadidJemmel
Lycée privé El 3 34 16 50
ImtiyezMoknine
Lycée privé Al AfekMoknine 4 26 10 36
Lycée privé El AfekMonastir 2 22 14 36
Total 215 2023 3356 5674

7
Population et Méthode

III- L’échantillonnage

Dans le gouvernorat de Monastir, la population des lycéens de la 3 ème


année renferme 5674 élèves, répartis sur 25 lycées étatiques (215 classes) et 8
établissements privés (21 classes).

La détermination du l’échantillon s’est faite en se référant à la formule


suivante(17), pour un risque d’erreur de 0,05 et une précision de 0,02 :

N=P*Q*4/(0,02) 2
P : étant la prévalence du phénomène étudié antérieurement.

Dans notre étude, nous avons utilisé la valeur de 7,7%, qui correspond à la
prévalence des tentatives de suicide chez les lycéens de la ville de Sousse dans
une étude de 2005.(18)

Q=1-P

L’échantillon calculé a été d’au moins 710 élèves.

Afin de remédier aux éventuels refus de l’étude et au risque


d’absentéisme, une majoration de 10% a été faite, et le chiffre a été arrondi à
900.

Nous avons opté pour un échantillonnage en grappe en regroupant les


différents établissements du gouvernorat en trois groupes de lycées : lycées à
haut, à moyen et à petit effectif, selon le nombre total des lycéens de la 3ème
année dans chaque établissement. Par la suite, nous avons procédé à un tirage au
sort d’un lycée de haut effectif, deux lycées de moyen effectif et 4 lycées de
petit effectif.

Ceci a permis de retenir les lycées suivants : Lycée Jemmel 2, Lycée Hedi
Kefecha Monastir, Lycée Moknine, Lycée pilote Monastir, Lycée ElAfek
Monastir, Lycée El Emtiyez Moknine, Lycée Ibn Khaldoun Moknine

8
Population et Méthode

IV- Critères d’exclusion

Nous avons exclu de l’étude les lycéens absents le jour de l’enquête.

Nous n’avons pas noté de refus de participation.

V- Déroulement de l’étude

Notre étude a eu lieu durant la période allant du 12 Mars jusqu’au 30


Avril 2012. Nous avons choisi de faire notre passage en dehors des périodes
d’examen et de révision, tout en évitant les heures de matières principales, en
fonction de la disponibilité des classes.

Un enquêteur formé s’est déplacé aux différentes classes, accompagné à


chaque fois d’un personnel administratif (conseiller pédagogique, surveillant,
personnel de la cellule d’écoute…), et ce pour assister au déroulement de la
passation et répondre aux questionnements des adolescents autours des
questions proposées.

La passation des questionnaires s'est effectuée dans les classes, en


présence de l’enseignant et après son accord. Quelques fois, les questionnaires
ont été distribués pendant les heures creuses. Le questionnaire a été proposé aux
élèves après une présentation de l’étude, et la participation était volontaire et
anonyme. Les lycéens ont rempli le questionnaire auto-administré en répondant
directement sur les fiches distribuées, et le questionnaire nous a été remis
directement après le remplissage.

A la fin de l’entretien nous avons fourni nos coordonnées aux participants


afin de pouvoir nous contacter en cas de besoin.

La plupart des adolescents étaient coopérants et ont rapporté leur


satisfaction après avoir répondu aux questionnaires.

9
Population et Méthode

VI- Recueil des données

Le recueil des données était réalisé à partir d’un auto-questionnaire qui


comportait 4 parties : une fiche préétablie, l’échelle de Dépression de Beck, the
Suicidal Behaviors Questionnaire-Revised (SBQ-R) et l’échelle de l’estime de
soi de Rosenberg.

1- La fiche préétablie

Elle comporte :

 14 questions portant sur les données sociodémographiques, la relation


avec la famille et les pairs, l’existence ou non d’une maltraitance actuelle
ou passée, l'état de santé de l’adolescent et des membres de sa famille
ainsi que sur ses habitudes de vie.

 5 questions destinées à la recherche de manifestations anxieuses chez ces


adolescents, en se référant à l’échelle de l’anxiété de Hamilton (1959),
traduite en arabe par Dr Fatim L. (Egypte). (19)

Ces questions permettent d’évaluer la présence d’une humeur anxieuse,


d’une tension nerveuse, de manifestations de crainte, d’une insomnie et de
symptômes somatiques. Chaque item est coté de 0 à 4 pour déterminer la
sévérité de la symptomatologie anxieuse.

2- L’échelle de dépression de Beck

Nous avons utilisé une version traduite en arabe (20). Cette échelle est
composée de 21 items mesurant le niveau actuel de la symptomatologie
dépressive en cotant chaque item de 0 à 3. En cas de présence de manifestations
dépressives, l’échelle permet de classer le sujet en dépression légère, moyenne,
sévère ou très sévère.

10
Population et Méthode

3- The Suicidal Behaviors Questionnaire-Revised (SBQ-R)

Le SBQ-R est un questionnaire qui permet le dépistage des adolescents à


tendances suicidaires. Il a été élaboré par Osman et ses collaborateurs en 1999,
et il est validé en population adolescente générale.

Le SBQ-R contient quatre items qui explorent plusieurs aspects de


l'expérience suicidaire de l’interrogé :

 Le premier item s’intéresse aux idées suicidaires et aux tentatives de


suicide, tout en évaluant l’intention de mourir chez l’adolescent.

Il permet de classer l’individu dans l’un des quatre groupes suivants :

-Groupe de sujets sans risque suicidaire

-Groupe de sujets à risque d’idéations suicidaires

-Groupe de sujets avec plan suicidaire (avec deux sous-groupes : avec


intention ou sans intention de mourir)

-Groupe de sujets ayant fait une tentative de suicide (avec deux sous-
groupes : avec ou sans désir de mort).

 Le deuxième item explore si la personne interrogée a une histoire d’idées


suicidaires. Il évalue combien de fois l'année passée l’adolescent a pensé
au suicide.

 Le troisième item sert à explorer si le sujet avait parlé à quelqu’un de ses


pensées suicidaires ou de ses intentions d’essayer de se suicider.

Une question a été rajoutée à cet item, pour déterminer la personne


confidente en cas de réponse positive.

 Le dernier aspect explore la probabilité de la survenue d'une tentative de


suicide dans l'avenir.

11
Population et Méthode

La sommation des différents items donne un score total qui va de 3 à 18,


selon le niveau de risque suicidaire.

Les travaux faits auprès d’adolescents sains scolarisés ont conclut à une
moyenne de 7 , ainsi les adolescents ayant un score supérieur ou égale à 7 sont à
risque suicidaire.(21)

Après accord de l’auteur, nous avons procédé à la traduction du SBQ-R


en arabe puis nous l’avons retraduit en anglais pour avoir la version finale que
nous avons utilisée.

Deux autres questions ont été rajoutées à la fin de la SBQ-R. La première,


à choix simples, recherchant des antécédents d’automutilation et la deuxième, à
choix multiples, explorant les facteurs protecteurs contre le suicide.

4- L’échelle de l’estime de soi de Rosenberg

Elle permet l'évaluation le niveau d’estime de soi. Cette échelle, conçue


par Morris Rosenberg en 1965, reste parmi les échelles les plus utilisées dans le
cadre de l’évaluation de l’estime de soi, notamment chez l’adolescent. Elle est
formée de 10 items dont la réponse va de 0 à 3, soit un score total qui varie de 0
à 30. Le score total permet de classer les sujets en 3 groupes : avec faible estime
de soi, avec une estime de soi dans la moyenne et avec forte estime de soi.

Nous avons eu recours à la forme traduite en dialecte tunisien et adaptée


par Ouali Uta et al. en 2010. (22)

VII- Autorisations administratives

Des autorisations écrites pour la pratique de l’enquête et la passation du


questionnaire ont été préalablement prises auprès des autorités nationales et
régionales.

Nous avons obtenu une autorisation orale de la part des directeurs des
établissements.

12
Population et Méthode

VIII- Aspect éthique

Conscients du problème éthique que pose notre étude, à savoir le fait de


diagnostiquer des états dépressifs et/ou de retrouver des adolescents avec des
idées suicidaires actuelles et ne pas les traiter, nous avons fourni, lors de nos
passages dans les différentes classes, nos coordonnées professionnelles, et nous
avons expliqué que nous sommes disposés pour toute demande de soins.

IV- Analyse statistique

La saisie des données ainsi que leur exploitation statistique ont été
effectuées par le logiciel SPSS (version 17.0). L’analyse descriptive comporte le
calcul de fréquences pour les variables qualitatives, calcul de moyenne et écart-
type pour les variables quantitatives qui ont une distribution normale (calcul de
la médiane et les intervalles interquartiles pour les autres variables
quantitatives).

Dans un deuxième temps, l’association entre les conduites suicidaires


(variable dépendante binaire) et diverses variables recueillies à travers cette
étude, a été jugée par la régression logistique univariée. La relation entre les
différents scores évalués était basée sur l’utilisation de la régression linéaire
univariée.

Au terme de l’analyse univariée, un modèle multivarié de régression


logistique binaire a été effectué afin d’identifier les facteurs associés aux
conduites suicidaires. Les variables introduites dans le modèle sont celles
significatives au seuil de 25 %. Pour les besoins de l’analyse, les variables
quantitatives ont été transformées en variables catégorielles. Les variables
retenues finalement dans les modèles sont celles significatives au seuil de 5 %.

13
Résultats

PARTIE DESCRIPTIVE
I- Caractéristiques de la population d’étude

1- Caractéristiques sociodémographiques

1-1- Genre
Notre étude a porté sur 821 adolescents dont 560 (68,2%) filles et
261(31,8%) garçons, soit un Sexe Ratio de 0,46. (Figure1).

31.79%

adolescentes
adolescents

68.20%

Figure 1: Répartition des lycéens de la population d’étude selon le sexe

1-2- Age

L’âge moyen de notre échantillon était de 17,7 ±1ans avec des extrêmes
allant de 16 ans à 27 ans (un seul lycéen avait cet âgé et il était inséré dans un
lycée privé).

Le tableau II montre que plus que la moitié de notre échantillon avaient


l’âge de 17 ans suivi de 30,9% ayant l’âge de 18 ans.

14
Résultats

Tableau II: Répartition des élèves de la population d’étude selon l’âge

Age nombre %
16 ans 5 0,6
17 ans 425 51,8
18 ans 254 30,9
19 ans 84 10,2
20 ans 41 5
21 ans 3 0,4
22 ans 3 0,4
27 ans 1 0,1
Total 816 99,4

1-3- Répartition selon l’établissement d’origine


Les lycéens de notre échantillon étaient répartis sur 43 classes,
appartenant à 7 lycées différents, comme montré dans le tableau III.
Tableau III: Répartition des élèves de la population d’étude selon l’établissement d’origine

Lycée Nombre Effectif %


de classes
Lycée Jemmel2 18 417 50,79
Lycée pilote Monastir 6 117 14,25
Lycée Moknine 7 113 13,67
Lycée HediKefachaMonasir 5 98 11,93
Lycée privé El Afek Monastir 2 31 3,77
Lycée privé El ImtiyezMoknine 3 25 3,04
Lycée privé Ibn KhouldounJemmel 2 20 24,36
Total 43 821 100
1-4- Répartition selon la section

Les lycéens étaient répartis dans les différentes sections, les adolescents
de la section sciences naturelles étant les plus représentés (Tableau IV).

Tableau IV: Répartition des élèves de la population d’étude selon la section

Section Nombre %

Lettres 162 19,9


Sciences Mathématiques 139 17,15
Economie-gestion 161 19,8
Sciences naturelles 171 21
Sciences techniques 149 18,3
Sciences informatiques 32 3,9

15
Résultats

1-5- Niveau socio-économique

Les adolescents appartenaient à des familles de bon niveau socio-


économique dans 32,3% des cas, d’un niveau moyen dans 44,6% des cas et d’un
niveau modeste dans 22% des cas.

2- Caractéristiques familiales

2-1- Situation des parents

L’étude de la situation familiale de nos adolescents a montré que la


majorité des jeunes (87,3%) vivait dans des familles biparentales (Figure 2).

4.50% 8.20%

parents divorcés

parents mariés,vivants
ensemble
87.30% un des parent décédé

Figure 2: Situation parentale des adolescents de l’étude

2-2- Type de la famille

Le tableau V montre que pour la majorité des adolescents interrogés


(90,5%), le jeune vivait dans une famille nucléaire, il vivait avec la mère et la
fratrie dans 6,1% de cas et avec le père et la fratrie dans 1% des cas.

16
Résultats

Tableau V: Répartition des élèves de la population d’étude selon le type de famille

Type de famille Nombre %


Les deux parents 142 17,3
Les parents et la fratrie 599 73,2
La mère et la fratrie 50 6,1
Le père et la fratrie 8 1
La mère seule 5 0,6
La famille nucléaire et 8 1
grande famille paternelle
En institution 0 0
Autres(*) 6 0,7
Total 818 100

(*) Il s’agit soit d’un grand parent, des deux grands parents, d’un frère ou d’une sœur
ainé(e) ou d’un oncle ou d’une tante,

2-3- Adoption

Dans notre échantillon, 16 adolescents soit 2% rapportaient être adoptés


par leur famille actuelle.

2-4- Relation avec les parents

Du tableau VI, il ressort que la relation qui lie l’adolescent à ses parents a été
décrite par le jeune comme étant très bonne dans 40,1% des cas et bonne dans
32,2% des cas. Seuls 5,2% des jeunes et 2,1% d’entre eux ont décrit leur relation
avec leurs parents comme étant, respectivement, perturbée et très perturbée.
Tableau VI: Relation des élèves de la population d’étude avec leurs parents

nombre %
Très bonne 328 40,1
Bonne 263 32,2
Moyenne 167 20,4
Perturbée 43 5,2
Très conflictuelle 17 2,1
Total 818 100

17
Résultats

2-5- Relation avec le reste de la famille

Le tableau VII montre que 72,6% des adolescents de notre population


d’étude ont décrit leur relation avec les membres de leurs familles, autres que les
parents, comme étant bonne à très bonne, 23,1% l’ont décrite comme moyenne.
Seuls 2,9% et 1,2% des adolescents ont décrit cette relation comme,
respectivement, perturbée et très conflictuelle.

Tableau VII: Relation des adolescents de la population d’étude avec les membres de la
famille, autres que les parents

nombre %
Très bonne 296 36,3%
Bonne
296 36,3%
Moyenne 188 23,1%
Perturbée 24 2,9%
Très conflictuelle 10 1,2%

Total 814 99,8%

3- Relation avec les amis

Dans notre étude, 94,8% (n=778) des adolescents rapportaient avoir des
amis avec une qualité de relation décrite par le jeune comme étant bonne à très
bonne pour 78,1% des adolescents, moyenne pour 17% d’eux et perturbée à très
conflictuelle pour 4,7% (Tableau VIII).

Tableau VIII: Relation des élèves de la population d’étude avec leurs pairs

Relation avec les pairs Nombre %

Très bonne 314 38,5


Bonne 323 39,6
Moyenne 139 17,0
Perturbée 17 2,1
Très perturbée 21 2,6
Total 814 100

18
Résultats

4- Résultats scolaires

Le tableau IX ressort que le rendement scolaire de nos lycéens, selon leur


dernière moyenne générale, était bon à très bon pour 50,7%. Des résultats
faibles étaient rapportés par 9,3% d’eux.

Tableau IX: Répartition des élèves de la population d’étude selon les résultats scolaires

Résultats scolaires Nombre %


Très bons 218 26,6
(moyenne >ou =14)

Bons (entre 14 et 12) 198 24,1


Moyens 329 40,1
(10 à12 de moyenne)
Faibles (<10) 76 9,3

Total 821 100

5- Antécédents

5-1- Antécédents pathologiques familiaux

Nous avons trouvé chez 240 de nos adolescents, soit 29,3% d’entre eux,
des antécédents familiaux pathologiques, repartis en : 184 cas (22,5%) de
maladies organiques et 61 cas (6%) de maladies psychiatriques (figure 3).

22.50%

2.50% 1.70% 1.70%


0.10%

Maladie Dépression Abus de suicide Autre trouble


organique substance psychiatrique

Figure 3: Antécédents familiaux des lycéens de la population d’étude

19
Résultats

5-2- Antécédents pathologiques personnels


Des antécédents personnels ont été rapportés par 23,6% de notre
population d’étude : une maladie organique chronique a été retrouvée dans 7,3
% (n=60) des cas et une maladie psychiatrique dans 16,3% (n=134) des cas
(figure 4).

14.40%

7.30%

1.20%
0.60% 0.10%

Maladie Dépression Anxiété Conversion Autre trouble


organique psychiatrique

Figure 4: Antécédents personnels des élèves de l’étude

5-3- Antécédents de maltraitance

Des antécédents de maltraitance ont été rapportés par 19 % (n=146) de


nos adolescents.

Le tableau X résume les différents types de maltraitance rapportée. Ainsi,


une maltraitance physique a été rapportée par 10,3% des adolescents et un abus
sexuel par 1,8% d’entre eux.

Tableau X: Répartition des élèves de la population d’étude selon les différents types de
maltraitance

Type de maltraitance Nombre %


Négligence 42 5,1
Violence physique 84 10,3
Abus sexuel 15 1,8
abandon 1 0,1
Négligence et violence 4 0,5
Total 146 100

20
Résultats

5-4- Antécédents d’automutilation

Concernant les conduites d’automutilation, le tableau XI montre que des


antécédents d’automutilation ont été rapportés par 25,5% des adolescents, avec
une fréquence variable.
Tableau XI: Antécédents et fréquence des conduites d’automutilation chez les lycéens de
l’étude

Automutilation Nombre %

Jamais 611 74,5


Une fois 156 19
Deux à quatre fois 39 4,8
Cinq à dix fois 8 1,0
Plus que dix fois 6 0,7

6- Habitudes de vie

La recherche d’usage régulier des toxiques chez les adolescents de notre


échantillon, a objectivé comme le montre le tableau XII, que 10,9% des élèves
interrogés étaient tabagiques, 9,4% buvaient de l’alcool et 5,3% utilisaient
d’autres substances, dont la plus fréquente était le cannabis (1,4%).

Tableau XII: Habitudes de vie des élèves de la population d’étude

Nombre %totale Nombre des Nombre des


filles (%) garçons (%)
Tabagisme 88 10,9 12 (1,5) 76(9,4)
Consommation de 76 9,4 8 (0,99) 68(8,42)
boissons alcoolisées
Autres substances(*) 43 5,3 7 (0,87) 36(4,48)

7- Caractéristiques psychologiques

7-1- Symptômes dépressifs

D’après le tableau XIII, 71,8% (n=585) des adolescents interrogés ont


rapporté des manifestations dépressives d’intensité variable, dont 25,3% (n=206)
de dépression sévère à très sévère.

21
Résultats

Tableau XIII: Répartition des élèves de la population d’étude selon l’intensité de la


symptomatologie dépressive

Score de Beck Nombre %


Score <ou=9 (pas de dépression) 230 28,2
Entre 10 et 15 (dépression légère) 177 21,7
Entre 16 et 23 (dépression modérée) 202 24,8
Entre 24 et 36 (dépression sévère) 166 20,4
>ou= 37 (dépression très sévère) 40 4,9

7-2- Symptômes anxieux

Le tableau XIV montre que plus de la moitié de notre échantillon (55%,


soit n=431) avait des manifestations anxieuses de degré variable, dont 17,5%
d’anxiété importante.

Tableau XIV: Répartition des adolescents de l’étude selon l’intensité des manifestations
anxieuses

Score d’anxiété Nombre %


Score <ou=5 (pas d’anxiété) 352 45
Entre 6 et 10 (anxiété légère) 295 37,5
Plus que 10 (anxiété importante) 136 17,5

7-3- Estime de soi

Le niveau d’estime de soi, évalué par le score de Rosenberg, était faible


chez 17,3% (n=134) des adolescents de notre échantillon, moyen chez 75,3%
(n=582) d’entre eux et élevé chez 7,4% (n=57). (Tableau XV)

Tableau XV: Niveau d’estime de soi des adolescents de l’étude

Score de Rosenberg Nombre %


Score <15 (faible estime de soi) 134 17,3
Entre 15 et 25(estime de soi moyenne) 582 75,3
Plus que 25(forte estime de soi) 57 7,4

22
Résultats

II- Prévalence des conduites suicidaires

1- Étude qualitative du SBQ-R

1-1- Question n°1 : Avez-vous jamais pensé au suicide ou


tenter de vous suicider ?

Il ressort du tableau XVI que 56,2% des lycéens n’ont jamais pensé au
suicide, 26,9% d’entre eux ont rapporté des idées suicidaires passagères, et 9,6%
ont rapporté des idées suicidaires sérieuses avec planification d’un plan
suicidaire. Parmi ces derniers, 6,3% n’avaient pas un vrai désir de mort et 3,3%
avaient un vrai désir de mort.

Concernant les tentatives de suicide, elles ont été rapportées par 7,35%
des adolescents de notre échantillon : 3,5% sans vrai désir de mort et 3,8% avec
un vrai désir de mort.

Tableau XVI: Répartition des adolescents de l’étude selon les différentes conduites
suicidaires rapportées

Garçons Filles Total


(n=261) (n=560) (N=821)
n % n % n %
Jamais 175 67 286 51,1 461 56.2
Idées passagères 61 23,4 160 28,6 221 26.9
plan suicidaire 9 3,4 43 7,7 52 6.3
sans
vrai désir de mort

plan suicidaire 2 0,8 25 4,5 27 3.3


avec vrai désir de
mort

TS sans vrai désir 12 4,6% 17 3 29 3.5


de mort

TS avec désir de 2 0,8% 29 5,2 31 3.8


mort

23
Résultats

La figure 5 illustre les différentes conduites suicidaires présentées par les


adolescents réparties en idées suicidaires passagères et conduites suicidaires
sérieuses :

26.90%

Idées suicidaires passagères


Conduites suicidaires sérieuses

6.30%
3.30% 3.50% 3.80%

Idées passagère plan suicidaire plan suicidaire TS sans vrai désirTs avec vrai désir
sans désir de avec désir de de mort de mort
mort mort

Figure 5: Conduites suicidaires rapportées par les adolescents de l’échantillon

1-2- Question n°2 : Combien de fois avez-vous pensé au


suicide au cours de 12 derniers mois ?

Selon le deuxième item du score du SBQ-R, la fréquence d’idées


suicidaires durant les 12 derniers mois était : une seule fois chez 18,5%(n=152)
des adolescents et plus qu’une fois pour 12,5% (n=101) d’entre eux (tableau
XVII), alors que 68% des jeunes n’ont pas rapportés d’idées suicidaires durant
les 12 derniers mois.

24
Résultats

Tableau XVII: Fréquence des idées suicidaires pendant les 12 derniers mois chez les
adolescents de l’étude

Garçons Filles Total


(n=261) (n=560) (N=821)
n % n % n %
jamais 207 79,3 351 62,7 558 68.0
Une fois (rare) 37 14,2 115 20,5 152 18.5
Deux fois 7 2,7 54 9,6 61 7.4
(parfois)
Trois à quatre 7 2,7 30 5,4 37 4.5
fois (plusieurs)
Plus que cinq fois 3 1,1 10 1,8 13 1.6
(nombreuses)

1-3- Question n°3 : Avez-vous jamais dit à quelqu'un que


vous alliez vous suicider, ou que vous pourriez le faire ?

Le tableau XVIII montre que parmi la totalité de nos lycéens 25% des
adolescents ont confié à une personne de leur entourage leurs idéations
suicidaires alors que 75% n’ont jamais parlé de ces idéations.

Tableau XVIII: Confession de la conduite suicidaire par les lycéens de l’étude

Garçons Filles Total


(n=43) (n=162) (n=205)
n % n % n %
Une fois 36 13,9 123 22 159 19,4
Plus qu’une fois 7 2,9 39 7 46 5,6

Il ressort du tableau XIX que pour les 49 adolescents qui ont évoqué
l’identité de la personne à qui ils ont confié leur idéations suicidaires, cette
personne était dans la moitié des cas un ami, et dans un quart des cas, la mère.

25
Résultats

Tableau XIX: Répartition des adolescents de l’échantillon selon la personne confidente des
conduites suicidaires

Garçons Filles Total


(n=10) (n=39) (N=49)
n % n % n %
La mère 3 30 8 21,1 12 24,5
Un ou une amie 4 40 20 52,6 24 49
Autre membre de 1 10 4 10,5 5 10,2
la famille
Un médecin 2 20 2 5,3 4 8,2
psychiatre
L’amoureux 2 20 3 7,9 5 10

1-4- Question n°4 : Pourriez-vous un jour faire une tentative


de suicide?

La dernière question du SBQ-R recherche l’intentionnalité des


adolescents concernant de futures tentatives de suicide. Le résultat, comme
illustrés par le tableau XX, montre que 7,8% (n=64) des adolescents interrogés
rapportent la possibilité de faire une tentative de suicide dans le futur.

Tableau XX: Intentionnalité des adolescents de la population d’étude par apport à des
futures tentatives de suicide

Garçons Filles Total


(n=261) (n=560) (N=821)
n % n % n %
Jamais 171 65,5 343 61,3 514 62,6
Aucune chance de 66 25,3 117 20,9 183 22,3
tout

Plutôt peu 8 23,1 29 5,2 37 4,5


probable

Peu probable 3 1,1 19 3,4 22 2,7

Probable 7 2,7 32 5,7 39 4,8

Plutôt probable 3 1,1 11 2 14 1,7

26
Résultats

Très probable 3 1,1 8 1,4 11 1,3

2- Étude quantitative de la SBQ-R

2-1- Répartition selon le sexe


Sur l’ensemble des lycéens ayant des conduites suicidaires, seulement
18% (n= 25) étaient de sexe masculin (Figure 6). Ainsi, les idées suicidaires
sérieuses, étudiées séparément, étaient observées dans 14% des cas chez les
garçons et dans 86% des cas chez des filles (figure 7). De même, les filles
prédominaient aussi pour les tentatives de suicide avec un taux de 77% (n=46)
(figure 8).

18%

masculin
feminin
82%

Figure 6 : Diagramme en secteurs montrant la répartition des conduites suicidaires selon


le sexe des adolescents de l’échantillon

14%

masculin
feminin
86%

27
Résultats

Figure 7: Diagramme en secteurs montrant la répartition des idées suicidaires selon le sexe
des adolescents de l’échantillon

2-2- Classification selon les scores du SBQ-R

D’après le tableau XXI, nous constatons que 43,8% (n=360) des


adolescents avaient, au premier item du SBQ-R, un score ≥2 et donc ils sont
considérés comme des sujets à risque d’idéations suicidaires

Tableau XXI: Classification selon le premier item du SBQ-R des élèves de la population
d’étude

Garçons Filles Total


(n=260) (n=558) (N=821)
n % n % n %
Groupe : Sans risque 175 67 286 51,1 461 56,2
suicidaire

Groupe : A risque 86 33 274 48,9 360 43,8


d’idéations suicidaires

Le tableau XXII montre que 24,1% (n=198) des adolescents avaient un


score total de SBQ-R supérieur ou égale à 7, ce qui permet de les classer dans le
groupe à risque suicidaire.

Tableau XXII: Classification selon le score totale de SBQ-R des élèves de la population
d’étude

Garçons Filles Total


(n=261) (n=560) (N=821)
n % n % n %
Score <7 : Pas de 218 83,5 405 72,3 623 75,9
risque suicidaire
Score ≥7 : A 43 16,5 155 27,7 198 24,1
risque suicidaire

28
Résultats

III- Facteurs protecteurs de suicide


Le tableau XXIII montre que 99.4%(n=809) des adolescents de l’étude
rapportaient qu’ils existent des facteurs qui protègent du suicide. Les facteurs
protecteurs rapportés étaient multiples dans 72% (n=592) de cas. La religion
était le facteur le plus rapporté (76% de cas).

Tableau XXIII: Facteurs protecteurs contre le suicide rapportés par les adolescents de
l’étude

Facteur protecteur Nombre %


Conviction personnelle 460 56,6
La famille 354 43,5
Désir de vie 328 40,3
La société 88 10,7
La religion 622 76,5
Les amis 6 0,7
Une relation amoureuse 37 4,5
autres 3 0,4

29
Résultats

PARTIE ANALYTIQUE
Nous avons inclus dans notre étude analytique les adolescents avec idées
suicidaires sérieuses et ceux avec tentatives de suicide.

Les adolescents avec idées passagères étaient exclus, devant la grande


fréquence de ces idées chez les adolescents. En effet, des telles idées suicidaires
ne sont souvent pas en relation avec des troubles psychologiques, ne reflètent
généralement pas un réel désir de mort et ne sont souvent pas corrélés à des
passages à l’acte suicidaires.

A-Etude Uni-variée
I-Relation entre le sexe et les conduites suicidaires

La présence des conduites suicidaires était significativement corrélée au


sexe féminin (p<10-3). Ainsi, 82% des adolescents présentant des conduites
suicidaires étaient des filles et 18% étaient des garçons, ce qui revient à dire que
9,6% des lycéens et 20,4% des lycéennes de l’échantillon avaient des conduites
suicidaires (Tableau XXIV).

Tableau XXIV: Relation entre le sexe et les conduites suicidaires dans la population
d'étude (Monastir, 2012)

Conduites suicidaires Oui Non


Sexe
Nombre (%) Nombre (%) Total

Masculin 25(18) 235(34,6) 260(31,8)


Féminin 114(82) 444(65,4) 558(68,2)
Total 139 679 818

En étudiant séparément les idées suicidaires, comme présenté dans le


tableau XXV, nous constatons que la relation entre sexe et idées suicidaires
était statistiquement significative (p<10-3). En effet, 12,2% des filles de notre

30
Résultats

échantillon avaient des idées suicidaires alors que seulement 4,2% des garçons
pensaient au suicide.

Tableau XXV: Relation entre le sexe et les idées suicidaires dans la population d'étude
(Monastir, 2012)

Idées suicidaires Oui Non


Sexe Nombre (%) Nombre (%) Total

Masculin 11(14) 249(33,7) 260


Féminin 68(86) 60(66,3) 128
Total 79 309 818

p <10-3
Ceci n’a pas été retrouvé pour les tentatives de suicide. Ainsi, 8,2% des
filles et 5,4% des garçons avaient des antécédents de tentatives de suicide, mais
la différence n’était pas statistiquement significative (p=0,144) (tableau XXVI).

Tableau XXVI: Relation entre le sexe et les tentatives de suicide dans la population d'étude
(Monastir, 2012)

Conduites suicidaires Oui Non


Sexe Nombre (%) Nombre (%) Total

Masculin 14(23,3) 246(32,5) 260


Féminin 46(76,7) 512(67,5) 558
Total 60 758 818

P=0,092

II- Relation entre les caractéristiques familiales et les

conduites suicidaires

1- Caractéristiques sociodémographiques et conduites


suicidaires

Le tableau XXVII résume la relation entre les conduites suicidaires et


certaines caractéristiques sociodémographiques. Il montre que la présence des

31
Résultats

conduites suicidaires n’a pas été corrélée aux caractéristiques familiales, à savoir
le niveau socioéconomique avec p=0,351, la situation des parents avec p=0,183
et le type de famille avec p=0,071.

Tableau XXVII: Relation entre les caractéristiques sociodémographiques et les conduites


suicidaires dans la population d'étude (Monastir, 2012)

Conduites suicidaires
Oui Non Total (%) P
Nombre (%) Nombre (%)
Niveau socio-économique
Bon 108 (79,4) 518 (77,4) 626 (77,8) 0,351
Mauvais 28 (20,8) 151 (22,6) 179 (22,2)
Situation des parents
Parents mariés 118 (85,5) 598 (87,7) 716 (87,3)
vivants ensemble
16 (11,6) 51 (7,5) 67 (8,2) 0,183
Parents divorcés
ou séparés

Un parent décédé 4 (2,9) 33 (4,8) 37 (4,5)


Type de la famille
Famille nucléaire 118(86,8) 621(91,3) 739(90,6) 0,071
Autre 18(13,2) 59(8,7) 77(9,4)

2- Relations intra-familiales et conduites suicidaires

Il ressort du tableau XXVIII que la qualité de la relation avec les parents


et avec le reste de la famille influence la présence des conduites suicidaires :
plus la relation était perturbée plus les collégiens ont rapporté des conduites
suicidaires (p<10-3).

32
Résultats

Tableau XXVIII: Association entre la relation avec les parents et le reste de la famille et les
conduites suicidaires dans la population d'étude (Monastir, 2012)

Conduites suicidaires
Oui Non Total (%) P
Nombre (%) Nombre (%)
Relation avec les parents
Bonne 111(80,4) 647(95,1) 758(92,7)
Perturbée 27(19,6) 33(4,9) 60(7,3) p<10-3
Relation avec le reste de la famille
Bonne 123(98,8) 657(97) 780(95,8) p =10-3
Perturbée 14(10,2) 20(3) 34(4,2)

III- Relation avec les pairs et conduites suicidaires

Le tableau XXIX montre que les adolescents ayant des relations


perturbées avec leurs pairs avaient un risque plus important de conduites
suicidaires (p=0,003).

Tableau XXIX: Association entre la relation avec les pairs et les conduites suicidaires dans
la population d'étude (Monastir, 2012)

Conduites suicidaires Oui Non


Nombre (%) Nombre (%) Total

Relation avec
les pairs
Bonne 125(91,2) 651(96,2) 776(95,3)
Perturbée 12(8,8) 26(3,8) 38(4,7)
Total 137 677 814

p =0,003

IV- Relation entre résultats scolaires et conduites

suicidaires

D’après le tableau XXX, nous n’avons pas objectivé une relation


statistiquement significative entre conduites suicidaires et résultats scolaires
(p=0,915).

33
Résultats

Tableau XXX: Relation entre les résultats scolaires et les conduites suicidaires dans la
population d'étude (Monastir, 2012)

Conduites suicidaires Oui Non


Nombre (%) Nombre (%) Total
Résultats scolaires
Très bons 37(26,6) 181(26,5) 218(26,6)
Bons 32(23) 166(24,3) 198(24,1)
Moyens 55(39,6) 274(40,2) 329(40,1)
Faibles 15(10,8) 61(8,9) 76(9,3)
Total 139 682 821

p =0,915

V- Antécédents de l’adolescent et conduites suicidaires

1- Antécédents familiaux et conduites suicidaires

Le tableau XXXI résume la relation entre les conduites suicidaires et les


antécédents familiaux. Ainsi, les antécédents pathologiques familiaux plus
chargés étaient retrouvés chez les adolescents avec conduites suicidaires
(p=0,015).

Concernant les maladies organiques, nous n’avons pas objectivé de liaison


entre ce type d’antécédents familiaux et les conduites suicidaires (p=0,337).

Alors que les adolescents avec antécédents de dépression (p=0,028) et


d’autres troubles psychiatriques dans les familles (p=10-3) présentaient plus de
conduites suicidaires que les adolescents sans antécédents psychiatriques
familiaux.

34
Résultats

Tableau XXXI: Relation entre les antécédents familiaux et les conduites suicidaires dans
la population d'étude (Monastir, 2012)

Conduites suicidaires
Oui Non Total (%) P
Nombre (%) Nombre (%)
Antécédents familiaux
Oui 87(62,6) 492(72,4) 579(70,7)
0,015
Non 52(37,4) 188(27,6) 240(29,3)
Maladie organique
Oui 33(23,7) 151(22,1) 184(22,4) 0,377
637(77,6)
Non 106(76,3) 531(77,9)

Dépression
Oui 8(5,8) 15(2,2) 23(2,8)
Non 0,028
131(94,2) 667(97,8) 798(97,2)
Autres maladies psychiatriques
Oui 12(8,7) 17(2,5) 29(3,6) 10-3
Non 126(91,3) 660(97,5) 786(96,4)

2- Antécédents personnels et conduites suicidaires

Le tableau XXXII illustre la relation entre les conduites suicidaires et les


antécédents personnels.

En étudiant la relation entre les antécédents de dépression et les conduites


suicidaires, on constate que les adolescents qui avaient des antécédents de
dépression sont plus à risque de développer des conduites suicidaires (p<10-3).

Cette corrélation a été aussi vraie pour les autres maladies psychiatriques
autres que la dépression (p=0,009).

Ainsi, la présence des conduites suicidaires était corrélée à la présence


d’antécédents personnels psychiatriques, alors que ceci n’a pas été démontré
pour les antécédents organiques (p=0,250).

35
Résultats

Tableau XXXII: Relation entre les antécédents personnels et les conduites suicidaires dans
la population d'étude (Monastir, 2012)

Conduites suicidaires
Oui Non Total (%) P
Nombre (%) Nombre (%)
Antécédents personnels
Oui 62(44,9) 138(20,3) 200(24,5)
<10-3
Non 76(55,1) 541(79,7) 617(75,5)
Maladie organique
Oui 13(9,4) 50(7,4) 63(7,7)
755(92,3) 0,250
Non 125(90,6) 630(92,6)

Dépression
Oui
46(33,1) 72(10,6) 118(14,4)
<10-3
Non
93(66,9) 610(89,4) 703(85,6)
Autres maladies psychiatriques
Oui 7(5,1) 9(1,3) 16(2)

Non 0,009
129(95,9) 670(98,7) 799(98)

3- Antécédents de maltraitance et conduites suicidaires

D’après le tableau XXXIII, les adolescents avec des antécédents d’abus


sexuel étaient significativement plus à risque de conduites suicidaires (p<10-3).

Alors que l’association entre maltraitance physique et conduites


suicidaires n’était pas significative (P=0,056).

36
Résultats

Tableau XXXIII: Relation entre les antécédents de maltraitance et les conduites


suicidaires dans la population d'étude (Monastir, 2012)

Conduites suicidaires
Oui Non Total (%) P
Nombre (%) Nombre (%)
Maltraitance
Oui
51(37,2) 107(15,7) 158(19,3)
Non
86(62,8) 575(84,3) 661(80,7) <10-3
Maltraitance physique
Oui
20(14,4) 64(9,4) 84(10,2)
Non 0,056
119(85,6) 618(90,6) 737(89,8)
Abus sexuel
Oui 9(6,5) 6(0,9) 15(1,8)
Non <10-3
130(93,5) 676(99,1) 806(98,2)

4- Antécédents d’automutilation et conduites suicidaires

Le tableau XXXIV montre que les adolescents ayant des antécédents


d’automutilation avaient plus de risque de conduites suicidaires (p<10-3).

Tableau XXXIV: Relation entre les antécédents d’automutilation et les conduites


suicidaires dans la population d'étude (Monastir, 2012)

Conduites suicidaires Oui Non


Total
Automutilation Nombre (%) Nombre (%)
Oui 76(54,7) 133(19,5) 209(25,5)
Non 63(45,3) 548(80,5) 611(74,5)
Total 139 681 820

p<10-3

37
Résultats

VI-Relation entre les habitudes de vie et les conduites


suicidaires
Il ressort du tableau XXXV qu’il n’ ya pas de corrélation entre conduites
suicidaires et habitudes de vie. Ainsi ni le tabagisme (p=0,095), ni la
consommation de boissons alcoolisées (p=0,211), ni la consommation de
produits toxiques (p=0,547) n’avaient une liaison significative avec les conduits
suicidaires.

Tableau XXXV: Relation entre les habitudes de vie et les conduites suicidaires dans la
population d'étude (Monastir, 2012)

Conduites suicidaires
Oui Non Total (%) P
Nombre (%) Nombre (%)
Tabagisme
Oui 20(14,4) 68(10,1) 88(10,9)
Non 119(85,6) 604(89,9) 723(89,1) 0,095
Alcoolisme
Oui
10(7,2) 66(9,8) 76(9,4)
Non 0,211
129(92,8) 605(90,2) 734(90,6)
Autres substance
Oui 7(5,1) 36(5,4%) 43(5,3)
Non 130(94,9) 632(94,6) 762(94,7) 0,547

VI-Relation entre les caractéristiques psychologiques et


les conduites suicidaires
1- Symptomatologie dépressive et conduites suicidaires
D’après le tableau XXXVI, nous avons constaté que la présence d’une
dépression, selon le score de Beck, était significativement corrélée aux conduites
suicidaires (p<10-3).

38
Résultats

Tableau XXXVI: Relation entre la symptomatologie dépressive actuelle et les conduites


suicidaires dans la population d'étude (Monastir, 2012)

Conduites suicidaires Oui Non


Nombre (%) Nombre (%) Total
Dépression

<=9 : Pas de dépression 6(4,3) 224(33,1) 230(28,2)


De 10 à 15 : D. légère 20(14,5) 157(23,2) 177(21,7)
De 16 à 23 : D .moyenne 31(22,5) 171(25,3) 202(24,8)
De 24à 36 : D. sévère 52(37,7) 114(16,8) 166(20,4)
Plus que 37 : D. très 29(21) 11(1,6) 40(4,9)
sévère
Total
138 677 815

p<10-3
Par ailleurs, nous avons remarqué que la relation entre le score de Beck et
le score du SBQ-R était statistiquement significative avec (R2= 0,28 ; p<10-3).

2- Anxiété et conduites suicidaires

Il ressort du tableau XXXVII que la présence de symptômes anxieux avait


une relation statistiquement significative avec les conduites suicidaires. Ainsi,
les sujets ayant des manifestations anxieuses présentaient plus de conduites
suicidaires avec (p<10-3).

Tableau XXXVII: Association entre la symptomatologie anxieuse et les conduites


suicidaires dans la population d'étude (Monastir, 2012)

Conduites suicidaires Oui Non


Nombre (%) Nombre (%) Total
Anxiété

Pas d’anxiété 30(22,2) 322(49,7) 352(45)


Anxiété légère 53(39,3) 242(37,3) 295(37,7)
Anxiété importante 52(38,5) 84(13) 136(17,4)
Total 135 648 783

p<10-3
39
Résultats

3- Relation entre estime de soi et conduites suicidaires

Il ressort du tableau XXXVIII que l’étude de la relation entre estime de


soi et conduites suicidaires a révélé une relation statistiquement significative. En
effet, une faible estime de soi était corrélée à un risque plus important de
conduites suicidaires (p<10-3).

Tableau XXXVIII: Relation entre le niveau d’estime de soi et les conduites suicidaires dans
la population d'étude (Monastir, 2012)

Conduites suicidaires Oui Non


Nombre (%) Nombre (%) Total
Estime de soi/
score de Rosenberg
Faible estime de soi : 52(40,3) 82(12,7) 134(17,3)
score<15
Estime de soi dans la 74(57,4) 508(78,9) 582 (75,3)
moyenne : score entre 15
et 25
Forte estime de soi : 3(2,3) 54(8,4) 57(7,4)
score>25
Total 129 644 773

p<10-3
B-Etude Multi-variée
Le modèle multi-variée conduit pour déterminer les variables
indépendamment associées aux conduites suicidaires, a ressorti les six facteurs
déterminants suivants : le sexe féminin (OR=2,56 [1,32-4,95] ; p=0,005), les
antécédents personnels de dépression (OR=2,29 [1,38-3,80] ; P=0,001), le
tabagisme (OR=3,59[1,61-8,01] ; P=0,002), la présence d’une dépression
(OR=5,50[2,14-14,11] ;p<10-3), les antécédents d’automutilation (OR=3,16
[2,05-4,86] ;p<10-3), et la faible estime de soi (OR=2,74 [1,71-4,38] ;p<10-3 ).
(Tableau XXXIX).

40
Résultats

Tableau XXXIX: Étude multi-variée des facteurs déterminants des conduites suicidaires
chez les lycéens du gouvernorat de Monastir

Variables Catégorie Catégorie OR IC 95% p


à risque de
référence
Genre Féminin Masculin 2,563 1,327-4,951 0,005

Antécédent Oui Non 3,160 2,052-4,868 <10-3


d’automutilation

Tabagisme Oui Non 3,596 1,614-8,015 0,002

Antécédent Oui Non 2,297 1,389-3,800 0,001


personnel de
dépression

Présence d’une Oui Non 5,501 2,145- <10-3


dépression 14,110

Estime de soi Faible Bonne 2,741 1,714-4,384 <10-3

OR: Odds Ratio , IC 95% : Intervalle de confiance à 95%

41
Résultats

Limites de l’étude

Les principales limites de ce travail sont :

Biais de sélection:

 Nous nous sommes limités aux adolescents scolarisés et donc nos


résultats ne peuvent pas être généralisés à l’ensemble de la
population adolescente tunisienne.

 Par ailleurs, nous avons choisi de passer notre questionnaire avec


les lycéens de la 3ème année seulement. Ce qui fait que notre
échantillon n’est pas représentatif de tous les lycéens du
gouvernorat de Monastir.

Biais d’information :

 L’utilisation d’échelles non validées dans le contexte culturel


tunisien. En effet, ni le SBQ-R, ni l’échelle de dépression de Beck,
ni l’échelle de l’estime de soi de Rosenberg ne sont validés en
Tunisie

 L’utilisation d’un auto-questionnaire est toujours une source de


biais. En effet, la part de subjectivité dans les réponses peut être
importante.

 Au sein des conduites suicidaires, nous nous sommes limités à


l’étude des tentatives de suicide et des idées suicidaires et nous
n’avons pas recherché les équivalents suicidaires, lesquels
constituent un aspect non négligeable des conduites suicidaires de
l’adolescent. Nous n’avons pas recherché ces équivalents

42
Résultats

suicidaires, vue la difficulté de définir ces conduites et de les


interpréter chez l’adolescent.

43
Discussion

I- Prévalence des conduites suicidaires chez les

adolescents

I-1- Le suicide

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, le taux mondial moyen de


suicide, en 2004, pour les adolescents âgés de 15-19 ans, était de
7.4/100,000.(23)

Aux Etats Unis, prés de 1.000 adolescents âgés entre 12 et 17 ans se


suicident chaque année.(24-25)

En France, le suicide constitue la cause de 650 décès par an, chez les
moins de 24 ans. C’est la deuxième cause de décès dans cette tranche d’âge,
après les accidents de la voie publique.(26)

Pour les pays arabes, un rapport, publié par le Centre Dubaï des
Recherches et des Rapports en 2012, a révélé que plus de 2000 personnes, tout
âge confondu, se suicident chaque jour dans l’ensemble des pays arabes. Le taux
de suicide varie d’un pays arabe à l’autre : Le Maroc est en tête de liste, suivi
par l’Egypte, la Tunisie et l’Algérie, tandis que le taux diminue au Liban, en
Syrie, et dans les autres États arabes du Golfe. (27)

En Tunisie, les premiers travaux sur le suicide datent des années soixante
dix : Ammar S, cité par Elhechmi Z, a rapporté un taux de 25,5 suicides pour
100 000 habitants pour l’année 1978, et 31,5 suicides pour 100 000 habitants en
1979. (28)

Une étude plus récente, faite dans un service de Médecine Légale du


centre tunisien en 1992, rapporte 105 cas de décès par suicide, sur une période
de 5 ans. (29)

44
Discussion

Une autre étude, faite également dans un service de Médecine Légale du


Grand Tunis, sur une période de 9 ans (1995- 2003), a recensé 761 cas de décès
par suicide, soit un taux de 85 cas de suicide par an.(30)

Le lien entre suicide et pathologie mentale a également fait l’objet


d’études. Ainsi, dans une étude rétrospective sur une période de 12 ans (1994-
2005), incluant tous les suicidés recensés dans le service médico-légal de Tunis,
soit 918 suicidés, Ghachem R. et ses collaborateurs ont recensé 38 cas de
suicidés ayant été suivis et/ou hospitalisés à l’Hôpital psychiatrique Razi. (31)

Depuis la Révolution Tunisienne, le sujet du suicide focalise l’intérêt, et


fait de plus en plus l’objet d’études. Ce regain d’intérêt peut être expliqué par
l’augmentation des tentatives de suicide, notamment celles par immolation,
constatée au cours de la période suivant l’immolation de Mohamed Bouazizi.
(32)

Malgré ces quelques études sur le sujet du suicide en Tunisie, nous


remarquons que la plupart des études émanent de services de médecine légale, et
nous notons l’absence d’étude portant sur la population adolescente en
particulier.

I-2- Les tentatives de suicide et les idées suicidaires

I-2-1- Prévalence des idées suicidaires et des tentatives de


suicide chez les adolescents dans le monde

Les études s’intéressent de plus en plus au sujet des conduites suicidaires,


chez les adolescents en population générale, vue l’intérêt de tels travaux dans la
prévention du suicide dans cette tranche d’âge.

Les données de la littérature sont variables à ce sujet.

Dans une méta-analyse qui a inclu128 études ayant intéressé un total de


513.188 adolescents, Evans E. et ses collaborateurs ont rapporté que la
proportion des adolescents ayant fait une tentative de suicide au moins une fois

45
Discussion

dans leur vie était de 9.7%, alors que 29.9% d’entre eux ont déclaré avoir déjà
pensé au suicide.

Selon cette méta-analyse, la fréquence du suicide variait d’une étude à une


autre, selon la terminologie utilisée et le moyen d’investigation. Elle était plus
importante dans les études employant des questionnaires anonymes que dans les
études utilisant des moyens non anonymes, comme les interviews. Toutefois, la
plupart des différences n’étaient pas statistiquement significatives.

La prévalence des conduites suicidaires varie entre les pays, selon la


culture, l’ethnie, les caractéristiques sociales, économiques et religieuses de la
population. (33-34)

A-Prévalence des idées suicidaires et


tentatives de suicide chez les adolescents en
Amérique du nord (tableau XL)

Plusieurs études ont été menées sur les conduites suicidaires des jeunes
aux Etats-Unis et au Canada. Ces études sont de plus en plus fréquentes ces
dernières années.

Selon une enquête américaine qui a intéressé 15425 jeunes, faite en 2011,
15.8% des adolescents scolarisés ont pensé sérieusement au suicide durant les 12
derniers mois. Durant la même période, 12.8% ont planifié à se suicider et 7.8%
ont fait au moins une tentative de suicide. (35)

Une enquête québéquoise, réalisée en 2008, a montré que le taux de


québécois âgés de 15 à 24 ans ayant songé sérieusement au suicide au cours de
l’année précédente, était de 3,3% pour les sujets de sexe masculin et 2,45% de
sexe féminin. (36)

Le tableau XL récapitule les données de quelques études nord-américaines


sur les conduites suicidaires chez les adolescents.

46
Discussion

Tableau XL: Quelques études concernant la prévalence des conduites suicidaires chez les
adolescents en population générale en Amérique du nord

Etude Année Population Outil Prévalence


de l’étude (Effectif – âge) IS(%) PS(%) TS(%)
USA
Wright LS. 207 (17–18 ans) Questionnaire 10,6
(37) 6 dm
(1985)
Grossman DC. 7241(11 à 18 Questionnaire 15
et al. (38) ans)
(1991)
Bensley LS. et 4790(13à18 ans) Questionnaire 7,4 4 1,4
al. (1999) (39) 12dm 12dm 12dm

Borowsky IW. 11666 (12à18 Questionnaire 17


et al.(1999) (40) ans)

Olshen E. et 2005 8080scolarisés the NYC YRBS F=19.9 F=11.7


al(41) (14 ans et plus) questionnaire G=10.3 G=7.2
(2007) (9ème12èmeannée) 12dm 12dm
Shimshock 2007 817 Questionnaire 13%
CM. et al (42) (17 et 19 ans )
(2011)
Eaton DK. 2011 15,425scolarisés Questionnaire 15,8 12,8 7,8
et al(35) (9ème à la 12 12dm F=15 F=9,8
(2012) ème année) G=10,8 G=5,8
12 dm 12dm
Canada(Québec)
Coté L. et al 1989 2850 scolarisés Questionnaire 4 7,2 3,5
(6) (12 à 19 ans)
(1990)
l’Institut de la 2008 La Population Questionnaire G=3,3
statistique du quebequoise F=2,4
Québec (36) entre 15 et 24ans 12dm
(2012)

IS=idées suicidaires, PS=plans suicidaires, TS=tentatives de suicide ,12dm=Durant les 12 derniers


mois, G=garçons, F=filles

47
Discussion

B-Prévalence des idées suicidaires et des


tentatives de suicide chez les adolescents en
Europe: (tableau XLI)

En France, chaque année, 40 000 jeunes du moins de 24 ans font une


tentative de suicide. (26)

Dans une revue des études épidémiologiques concernant les tentatives de


suicide, Choquet M. a déploré la rareté des enquêtes menées en population
générale. Celles-ci ont permis, cependant, de mettre en évidence que 7 % des
jeunes scolarisés, âgés entre 11 et 19 ans, déclarent avoir déjà fait une tentative
de suicide.(43)

En Suisse, les études sont multiples. Le tableau XLI montre que la


prévalence des idées suicidaires, dans ce pays, est dans les 25% alors que celle
des tentatives de suicide est de l’ordre de 3%.

48
Discussion

Tableau XLI: Quelques études concernant la prévalence des conduites suicidaires chez les
adolescents en Europe

Etude Année de Population Outil Prévalence


l’étude (Effectif – âge) IS(%) PS(%) TS(%)
France
Guilbert P. l’enquête 2670 (15 à19 Questionnaire 10,3 1,3 3,6
Choquet M. Baromètre ans) 12 dm
(44) (2001) Santé
Jeunes
97/98
Choquet M. 1601(13à16 Questionnaire 18
et Menke H. ans)
(45)
(1989)
Choquet M. 1993 12391scolarisés Questionnaire G=8 6,5
et Ledoux S. (11 à 19 ans) F= 13
(46) (1994)
Chabrol H. 2006 1547scolarisés L’échelle F=14
et al (47) (2008) (14 à 22 ans) d’idéation G=13
suicidaire de
Garrison et al
Fedorowicz VJ. 1106 Questionnaire 47.2 14.8 5,7
et Fombonne (15 à26 ans)
E.(48)
(2007)
Suisse
Rey C et al (49) 1992-1993 9268 scolarisés Questionnaire 25,6 14,7 3
(1997) (15 à 20ans) G=25 F=20 F>G
F= 33 G=10 12dm
12dm 12dm

Buddeberg C. 1937(14à19 Questionnaire 22,7 2,3


et al. (50) ans)
(1996)
Rey Gex C. et 9268 (15à Questionnaire 31,6 23,4 3
al. (51) 20ans) 12dm 12dm 12dm
(1998)
Allemagne
Plener PL. 665 scolarisés The Self Harm 35,94 15,63 6, 47
et al(52) (14 à17 ans) Behavior
(2009) Questionnaire
(SHBQ)
Espagne
Kirchner T et 1171 scolarisés the Youth
al (53) (12 à 16 ans) Self Report 12,5
(2011) (YSR) 12dm

IS=idées suicidaires, PS=plans suicidaires, TS=tentatives de suicide ,12dm=Durant les 12


derniers mois, G=garçons, F=filles

49
Discussion

C-Prévalence des idées suicidaires et des


tentatives de suicide chez les adolescents en
Asie (Tableau XLII)

Une étude menée en Chine (2011) a rapporté que 18,6% des étudiants
âgés entre 12 et 19 ans avaient des idéations suicidaires. (54)

Dans une autre étude plus récente (2012), faite à Hong Kong,13.7% des
adolescents ont rapporté des idéations suicidaires, 4.9% avaient un plan de
suicide et 4.7% ont déjà essayer de se suicide.(55)

Un chiffre très bas concernant la prévalence des tentatives de suicide a été


rapporté par une étude récente; celle d’Arun P et Chavan BS. en Inde, en 2009
(56), avec une prévalence de 0,39%, ce qui rejoint les constations de Evans E. et
ses collaborateurs dans leur méta-analyse de 2005, qui avaient remarqué des
prévalences des conduites suicidaires plus basses en Asie. Toutefois, les
résultats étaient très variables selon les études.(15)

50
Discussion

Tableau XLII: Quelques études concernant les conduites suicidaires chez les adolescents
dans les pays asiatiques

Etude Année de Population Outil Prévalence


l’étude (Effectif – âge) IS(%) PS(%) TS(%)
Chine
Pan X. et al 2005 23 976 scolarisés 18,6
(54) (12 à 19 ans)
(2011)
Tang J. et 2007 2013 scolarisés Questionnaire 8,8 3,5
al(57)(57) (10 à24 ans) F=10.1 F=0.5
(2011) G=8.8 G=3.5
12dm 12dm
Corée
Shin YM. et 2006 1,857 (14 à 16 Questionnaire F=32,87 F>G
al(58) ans) G=17,50
(2009)
Vietnam, Chine et Taiwan
Blum R. et 2006 17,109scolarisés Questionnaire 8, 4 2,5
al(59) et non scolarisés 12dm 12 dm
(2012) (15–24)

Taiwan
Chang HJ. et De 2005 à 2341 scolarisés the Positive and 51
al(16) 2007 (12 à 18 ans ) Negative
(2008) Suicide Ideation
Inde
Arun P. et 2402 scolarisés Suicide risk 6 0,39
Chavan BS. (12 à 19 ans) eleven (SRE) F=G G=F
(56)
(2009)
Hong kong
Shek DT.et 2009-2010 3,328 scolarisés Suicidal 13,7 4,9 4,75
Yu L. (55) (10 à 18 ans ) Behavior Scale
(2012) (SBS).
Cambodge
Jegannathan 320 scolarisés Attitude G=17.3 G=0.6
B. et al (60) (15à18 ans) Towards F=5.6 F=7.8
(2011) Suicide (ATTS) 12dm 12dm

IS=idées suicidaires, PS=plans suicidaires ,TS=tentatives de suicide ,12dm=Durant les 12 derniers


mois, G=garçons, F=filles

51
Discussion

D- Prévalence des idées suicidaires et des


tentatives de suicide chez les adolescents En
Afrique

La fréquence des conduites suicidaires chez les adolescents en Afrique est


mal connue, vue la rareté des études.

Une étude réalisée en Uganda en 2003 et publiée en 2007, ayant intéressé


1506 adolescents scolarisés âgés de 11 à 17 ans, a révélé que 21.6% des
adolescents scolarisés ont pensé au suicide pendant les 12 derniers mois. Ces
pensées suicidaires étaient présentes chez 21.3% des garçons et 23,5% des filles
de l’étude. (61)

E- Prévalence des idées suicidaires et des


tentatives de suicide chez les adolescents dans
les pays arabo-musulmans

En Turquie, plusieurs études se sont intéressées aux conduites suicidaires


chez les adolescents.

En 2007, Eskin M. et ses collaborateurs ont rapporté, dans une étude qui
a intéressé 805 adolescents scolarisés âgés entre 13 et 18 ans et qui a utilisé le
Suicide Probability Scale (SPS), que 2,5% des adolescents ont essayé de
suicider, au moins une fois dans leurs vie, et 23% ont pensé, au moins une fois, à
se suicider durant les douze derniers mois.(62)

Selon une autre étude faite également en Turquie, publiée en 2011, la


prévalence des idées suicidaires était de 11.4%, et celle des tentatives de suicide
de 7.1%.(63)

La fréquence des conduites suicidaires dans les pays arabes est mal
connue, vue la rareté des publications sur ce sujet. Ceci peut être du au fait que
le sujet du suicide reste encore, bien que moins qu’avant, un sujet tabou,

52
Discussion

comme il peut être aussi dû aux politiques de santé et de recherche dans ces
pays, qui n’accorderaient pas suffisamment d’importance à de tels sujets.

Les statistiques maghrébines montrent que les tentatives de suicide


seraient 10 fois plus fréquentes que les suicides accomplis, et qu’elles seraient
surtout l’œuvre d’adolescents ( 76%). (64)

En Algérie, une enquête menée par les chercheurs en psychologie du


Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC)
(2002/2004), sur les suicides et les tentatives de suicide chez les jeunes de 15 à
25 ans dans la wilaya d’Oran, a permis de montrer que cette tranche d’âge
représentait à elle seule 66% des cas de conduites suicidaires.(65)

I-2-2- La situation en Tunisie

En Tunisie, peu nombreuses sont les études sur le suicide menées en


population générale, et encore plus rares celles s’intéressants aux adolescents.

Trois études sont, toutefois, à mentionner :

Une étude qui a intéressé un échantillon de 685 élèves d’âge supérieur ou


égal à 15 ans, scolarisés dans les établissements secondaires publiques de la ville
de Sousse au cours de l’année 1998-1999, qui s’est intéressée aux
« Comportements et besoins de santé des adolescents scolarisés », a objectivé
que 23,3% des adolescents de l’échantillon avaient des idées suicidaires, et que
7,7% avait déjà fait une tentative de suicide.(18)

L’enquête nationale de médecine scolaire sur la santé des adolescents


scolarisés, publiée en 2004, et ayant porté sur 4172 jeunes âgés de 12 à 20 ans,
a montré que 6,4% des adolescents avaient rapporté des idées suicidaires
sérieuses (5,2% des garçons et 7,5% des filles). (66)

Enfin, dans une étude plus récente, menée auprès d'un échantillon de 277
adolescents, âgés de 17 à 19 ans et scolarisés dans les établissements étatiques
de la ville de Sousse, Bannour A. et ses collaborateurs ont rapporté une

53
Discussion

prévalence des tentatives de suicide de 7,6% et une prévalence des idées


suicidaires de 40,1%.(67)

Nos résultats rejoignent ceux de ces précédentes études, notamment celle


de Bannour A. et ses collaborateurs. En effet, 36,5% des adolescents de notre
échantillon ont déjà pensé au suicide : 26,9% de façon passagère, alors que
9,6% avaient des idées suicidaires sérieuses avec plan suicidaire. Parmi ces
derniers, 6,3% ont planifié de se suicider sans vrai désir de mort, alors que
3,3% avaient planifié leur suicide avec un vrai désir de mort.

Pour ce qui est des tentatives de suicide, nos résultats rejoignent


sensiblement ceux des deux études ci-dessus. En effet, 7,35% des adolescents
de notre échantillon ont déjà tenté de se suicider : 3,5% ne voulaient pas
vraiment mourir alors que 3,8% avaient un vrai désir de mort.

II- Facteurs liés aux conduites suicidaires

II-1-Lien entre conduites suicidaires et genre

Pour l’ensemble de conduites suicidaire, nous avons objectivé une


prédominance féminine. En effet, le pourcentage des filles ayant des conduites
suicidaires était plus de deux fois supérieur à celui des garçons (20,4% versus
9,6%), avec une différence statistiquement significative (p=10-3).

En étudiant chaque type de conduite suicidaire séparément, nous avons


relevé que des idées suicidaires sérieuses ont été rapportées par près de trois fois
plus de filles que de garçons (12,14% des filles versus 4,21% des garçons)
(p=10-3).

Les tentatives de suicide, elles, étaient également plus fréquentes chez les
filles (8,21% des filles versus 5,36% des garçons), mais la différence n’était pas
significative (P=ns).

54
Discussion

Enfin, concernant la présence d’idées suicidaires durant les 12 derniers


mois, les filles ont été aussi majoritaires (37,3% des filles versus 20,7% des
garçons).

Le score de SBQ-R permet aussi de classer les sujets en deux groupes :


groupe à risque suicidaire et groupe sans risque suicidaire. Dans notre étude, les
filles étaient plus représentées dans le groupe à risque suicidaire que les garçons.
En effet, 27,7% des filles étaient classées dans le groupe à risque suicidaire,
contre, seulement, 16,5% des garçons.

L’analyse multivariée a montré que le sexe féminin était un facteur


déterminant indépendamment significatif des conduites suicidaires. Ainsi, les
adolescents de sexe féminin avaient 2,563 fois plus de conduites suicidaires que
les sujets de sexe masculin. (OR=2,56 [1,32-4,95] ; P=0,005)

Nos résultats vont dans le sens des données de la majorité des études
internationales sur les conduites suicidaires chez les adolescents, qui rapportent
une prédominance du sexe féminin.

Selon Choquet M. et Walter M., le sex-ratio pour le suicide est d’environ


trois garçons pour une fille. Ceci peut être expliqué par le recours plus fréquent
des garçons aux moyens violents, alors que les filles utilisent souvent des
moyens moins agressifs, surtout l’intoxication médicamenteuse volontaire.

A l’inverse, pour ce même auteur, le sex-ratio pour les tentatives de


suicide est de trois filles pour un garçon (8 % des garçons et 13 % des
filles).(68-69)

Evans E. et ses collaborateurs, dans leur méta-analyse publiée en 2005,


ont affirmé cette prédominance féminine pour les conduites suicidaires en
population générale. (15)

Cette constatation a également été notée par la majorité des travaux


récents.(35, 41, 44, 46-47, 49, 53, 55, 57-59, 61, 70-71)

55
Discussion

Toutefois, certains travaux n’ont pas retrouvé cette prédominance


féminine dans les conduites suicidaires. Ainsi, en Turquie, Eskin M. et ses
collaborateurs en 2007, dans une étude sur 805 étudiants âgés de 13 à 18 ans,
n’ont pas objectivé de différence de sexe pour les tentatives de suicide , alors
que pour les idées suicidaires les filles étaient majoritaires.(62)

Une autre étude, en Turquie aussi, portant sur 636 jeunes âgés de 16 à 22
ans, n’a pas objectivé de différence entre les filles et les garçons, ni pour les
tentatives de suicide ni pour les idées suicidaires. (63)

En 2008, dans une étude de l’Institut de la statistique du Québec, une


prédominance masculine a été objectivée pour les idées suicidaires (3,3% pour
les garçons et 2,45% des filles). (36)

En Inde, Arun P. et Chavan BS., en 2009, dans une étude qui a porté sur
2402 adolescents scolarisés, âgés de 12 à 19 ans, n’ont pas objectivé de
différence de sexe pour les différentes conduites suicidaires. (56)

Dans une étude Cambodgienne récente, qui a intéressé 320 adolescents


scolarisés, âgés de 15 à 18 ans, les garçons ont rapporté plus de plans suicidaires
(G = 17.3%, F = 5.6%), alors que les filles avaient plus de tentatives de suicide
(G = 0.6%, F = 7.8%).(60)

Dans les pays arabes, les chiffres sont rares. En Algérie, Moutassem-
Mimouni F. et ses collaborateurs (2002-2004) ont affirmé que près des trois
quart des tentatives de suicide dans la tranche d’âge 15 à 25 ans, touchent les
sujets de sexe féminin. (65)

En Tunisie, dans leur étude de 2011, Bannour A. et ses collaborateurs


avaient trouvé un sexe ratio de 0,54 en faveur du sexe féminin.(67)

Par contre, Lazreg F. et ses collaborateur, dans leur enquête


« Comportements et besoins de santé des adolescents scolarisés », n’ont pas

56
Discussion

objectivé de différence significative entre les filles et les garçons, aussi bien
pour les idées suicidaires que pour les tentatives de suicide. (18)

II-2- Liens entre caractéristiques socio-familiales et


conduites suicidaires

II-2-1- Liens entre niveau socio-économique et conduites


suicidaires

Dans notre échantillon, l’étude multi-variée n’a pas ressorti une relation
significative entre le niveau socio-économique et les conduites suicidaires des
adolescents, alors que beaucoup d’études, comme celle de Toprak S. et ses
collaborateurs (2011), ont objectivé une corrélation positive entre le bas niveau
socio-économique et les conduites suicidaires.(63, 72-73)

Généralement, le bas niveau socioéconomique est un facteur de risque


pour le stress et les symptômes dépressifs, mais aussi pour la faible estime de
soi et pour les difficultés relationnelles familiales, ce qui peut expliquer son rôle
dans les conduites suicidaires. Il s’agirait ainsi d’une relation indirecte.

D’autres études, tout comme la notre, n’ont pas objectivé de lien entre les
conduites suicidaires et le niveau socio-économique. C’est le cas, par exemple,
de l’étude de Shek DT.et Yu L. (2012) à Hong Kong, où l’étude multi-variée n’a
pas confirmé le rôle du niveau socioéconomique dans les conduites suicidaires
des adolescents (55). De même, Evans E. et ses collaborateurs dans leur revue
de la littérature sur les facteurs associés aux conduites suicidaires des
adolescents, ont conclu qu’ il y avait peu d’évidence sur le rôle du niveau
socioéconomique de la famille dans les conduites suicidaires des adolescents
.(74)

57
Discussion

II-2-2- Liens entre situation familiale et conduites


suicidaires

Dans notre étude la situation familiale et le type de la famille (nucléaire


ou autre) n’étaient pas corrélées aux conduites suicidaires.

Concernant ce constat, les données de la littérature sont variables.

Certains travaux ont montré que la séparation ou le divorce parental


constituait un facteur de risque des tentatives de suicide et des idées suicidaires
chez les adolescents.(16, 75)

Ainsi Coté L. et ses collaborateurs, ont montré que, comparativement aux


adolescents non suicidaires, les jeunes avec conduites suicidaires vivaient plus
fréquemment dans des familles monoparentales, ou dans une autre situation telle
qu’une famille ou un foyer d'accueil, chez les grands-parents, etc. (6). Ce
résultat a été également retrouvé par d’autres auteurs.(51, 76)

Contrairement à ces données, Evans E. et ses collaborateurs, dans leur


méta-analyse suscitée (74), ont conclu que l’étude du rôle de la structure de la
famille dans les conduites suicidaires chez les adolescents n’était pas
concluante, et les résultats étaient contradictoires.

Selon la majorité des études, c’est plutôt la qualité de la dynamique


familiale qui constitue un facteur déterminant dans les conduites suicidaires des
adolescents. Ainsi, une dynamique familiale perturbée et une absence de soutien
familial étaient en rapport avec un risque plus important de conduites
suicidaires chez les jeunes.(74, 77)

Dans notre étude, le lien entre conduites suicidaires et relations


intrafamiliales n’a pas été confirmé par l’étude multi-variée, malgré la présence
d’une corrélation en analyse uni-variée.

58
Discussion

II-2-3- Liens entre relation avec les pairs et conduites


suicidaires

L’analyse uni-variée de notre étude, en concordance avec la majorité des


publications, a montré que de bonnes relations avec les pairs étaient
négativement corrélées avec les conduites suicidaires. Toutefois, l’étude multi-
variée n’a pas confirmé cette relation.

Plusieurs études sont en faveur d’une association significative entre


conduites suicidaires et le fait de ne pas avoir d’amis.(38, 50-51, 78)

Engin E. et collaborateurs, dans une étude de 2012, ont montré que les
adolescents ayant de bonnes relations avec les amis ont des scores de suicidalité
beaucoup plus bas que ceux ayant des relations perturbées avec leurs amis.(75)

La relation entre conduites suicidaires et amitié serait, toutefois, plus


importante en ce qui concerne les idéations suicidaires, moins nette pour les
tentatives de suicide.(78-79)

Enfin, des études montrent que le lien entre relations amicales et


conduites suicidaires dépend du type d’amis. Ainsi, une étude publiée en 2011
par Logan JE. et ses collaborateurs a montré une association positive entre le fait
d’avoir des amis délinquants et le fait d’avoir des idées suicidaires.(80)

II-3- Liens entre scolarité et conduites suicidaires

En contradiction avec la plupart des travaux publiés, dans notre étude,


nous n’avons pas objectivé de corrélation entre les résultats scolaires et la
présence de conduites suicidaires.

Selon une étude québequoise (1990), les problèmes scolaires viennent au


troisième rang chez les jeunes qui ont fait des tentatives de suicide et au
quatrième rang chez les suicidaires et chez ceux ayant élaboré des moyens de
suicide. (6)

59
Discussion

Dans leur étude publiée en 2012, Engin E. et collaborateurs ont objectivé


que les lycéens ayant des problèmes scolaires ont rapporté un plus haut risque
suicidaire que ceux n’ayant pas des difficultés scolaires(75) , ce qui rejoint les
résultats de plusieurs autres travaux.

Chang H.J. (2008) rapporte que, les adolescents ayant un sentiment de


non- satisfaction de leur performances scolaires rapportent plus d’idées
suicidaires que ceux satisfaits de leur niveau. (16)

Une association positive entre conduites suicidaires et échec scolaire a été


aussi rapportée par plusieurs auteurs.(38, 40, 51, 81)

L’absence de lien significatif entre les conduites suicidaires et le faible


rendement scolaire dans notre échantillon peut être expliquée par le fait que
seulement 9,3% des adolescents ont rapporté de faibles résultats scolaires
(moyenne inférieure à 10), alors que plus de la moitié d’entre eux décrivent leurs
résultats comme bons à très bons (moyenne supérieure à 12). Ceci peut
s’expliquer par le fait que l’échantillon inclut 128 élèves du lycée pilote, qui ont
généralement tous de bons résultats scolaires. Une autre explication pourrait être
le fait que certains élèves auraient surestimé leurs résultats scolaires. Donc le
nombre d’élèves avec difficultés scolaires pourrait être plus important.

II-4- Liens entre caractéristiques médico-psychologiques et


conduites suicidaires

II-4-1- Lien entre antécédents familiaux et conduites


suicidaires

Les antécédents familiaux de suicide constituent, selon les études, un


facteur de risque certain pour les conduites suicidaires (38, 40, 51, 82). Ceci n’a
pas été objectivé dans notre étude, puisque un seul adolescent a rapporté des
antécédents familiaux de suicide. Ceci peut être expliqué par le fait que,
souvent, le suicide d’une personne reste un secret entre certains membres de sa

60
Discussion

famille, et l’adolescent peut ne pas être au courant d’un tel antécédent.


L’adolescent peut aussi éviter de révéler un tel acte de la part d’un membre de sa
famille, car le suicide reste encore, pour certains, un sujet tabou.

A côté des comportements suicidaires, beaucoup d’auteurs rapportent une


histoire familiale de maladie mentale chez les suicidés. En effet, Shimshock
CM. et ses collaborateurs, dans une étude qui a porté sur 817 adolescents âgés
de 17 à 19 ans, ont rapporté une corrélation positive entre la présence d’une
histoire familiale de troubles mentaux et les idées suicidaires chez les jeunes. Ce
résultat apparait déjà dans des études plus anciennes. (42, 83-84)

Ceci est aussi bien vrai pour les idées suicidaires que pour les tentatives
de suicide. (85-88)

Dans notre étude, l’étude uni-variée a objectivé une corrélation positive


entre les antécédents familiaux psychiatriques et les conduites suicidaires (p<10-
3), mais cet aspect n’a pas été retrouvé comme facteur déterminant dans l’étude
multi-variée.

Nos résultats rejoignent ceux d’Engin E. et ses collaborateurs qui n’ont


pas objectivé de différence significative, en ce qui concerne le risque suicidaire,
entre l’existence et l’absence d’antécédents psychiatriques familiaux.(75)

II-4-2- Liens entre antécédents personnels et conduites


suicidaires

L’association entre comportements suicidaires et antécédents


psychiatriques personnels a été démontrée par la majorité des études (89) .
Ainsi, Gould MS. et ses collaborateurs dans leur étude qui a porté sur 1285
enfants et adolescents âgés de 9 à 17 ans ont objectivé que l’existence
d’antécédents personnels de maladies psychiatriques a été liée à la présence de
tentatives de suicide et d’idées suicidaires.(90)

61
Discussion

Plus récemment, Shimshock CM. et ses collaborateurs , dans une étude de


2011, ont fait ressortir l’histoire personnelle de troubles mentaux comme facteur
déterminant des idées suicidaires (42) indépendamment du sexe. (91-92)

Selon plusieurs études, cette relation entre maladie psychiatrique et


conduites suicidaires serait directe.(92-93)

Selon Walter M, un antécédent de soins psychiatriques multiplierait par


30 le risque de comportements suicidaires, de même que la présence d’un et
surtout de plusieurs diagnostics psychiatriques, quels qu’ils soient. Toutefois, cet
auteur considère que l’existence d’un antécédent personnel de tentatives de
suicide constitue le facteur de risque le plus prédictif d’un geste suicidaire chez
l’adolescent. (94)

Parmi les troubles psychiatriques les plus pourvoyeurs de conduites


suicidaires, les troubles affectifs, notamment la dépression, sont au premier plan.
(26, 95)

Ceci est surtout vrai en cas de comorbidite avec un trouble anxieux. (96)
ou un trouble de la personnalité, surtout de type borderline.(95)

Notre étude corrobore ces résultats, puisque les antécédents personnels de


dépression figurent parmi les facteurs de risque indépendants des conduites
suicidaires chez les adolescents (OR=2,29 [1,38-3,80] ; P=0,001).

II-4-3- Liens entre antécédents de maltraitance et conduites


suicidaires

La définition de la maltraitance varie selon les études, ce que rend difficile


la comparaison entre celles-ci.(97-98)

La recherche dans ce domaine s’intéresse surtout aux conséquences de


l’abus au jeune âge à l’âge adulte.(99-100)

a- Maltraitance physique

62
Discussion

La maltraitance physique est associée, selon la plupart des études, à un


risque plus important de conduites suicidaires (38, 101), ceci étant vrai pour les
deux sexes étudiés séparément, et vrai pour tous les groupes ethniques et
raciaux.(40, 102)La relation entre maltraitance et conduites suicidaires serait
directe.(40, 103)

Wright L. S. (1985) a rapporté que 16,7% des adolescents de son étude,


ayant rapporté une maltraitance physique, avaient des idées suicidaires
sérieuses, contre 10% de ceux sans histoire de maltraitance physique (OR=1,67).
(37)

Borowsky I W. et ses collaborateurs (1999) ont objectivé que 41,5% des


filles et 27,3% des garçons ayant une histoire d’abus physique ont rapporté des
tentatives de suicides contre, respectivement, 16,7% des filles et 10,3% des
garçons parmi ceux sans histoire d’abus physique (OR respectivement 3,5 et
3,26).(40)

Dans notre étude, nous n’avons pas trouvé de lien significatif entre la
maltraitance physique et les conduites suicidaires.

b- Abus Sexuel

Toutes les études confirment l’association positive entre conduites


suicidaires et abus sexuel chez l’adolescent.

Connor J. RM. a objectivé cette corrélation dans son étude, publiée en


2006, et qui a porté sur 451 familles.(101)

De même, Shimshock CM. et ses collaborateurs en 2011, ont trouvé la


même corrélation positive, et ont affirmé que ce facteur constitue un facteur
déterminant des conduites suicidaires des adolescents. (42)

Beaucoup d’études ont montré que cette relation entre abus sexuel et
phénomènes suicidaires serait directe.(38, 104)

63
Discussion

La maltraitance sexuelle peut agir aussi indirectement sur les conduites


suicidaires, essentiellement par l’intermédiaire de la dépression, des
manifestations anxieuses(81) ou de la faible estime de soi.(105)

Ce lien entre abus sexuel et conduites suicidaires a été retrouvé pour les
deux sexes étudiés séparément (40). Toutefois, selon plusieurs auteurs, les
garçons victimes d’abus sexuel seraient plus que les filles à risque de tentatives
de suicide (106). Ainsi, Olshen E. et ses collaborateurs (2007), dans son étude
portant sur 8080 adolescents, a dégagé, dans son analyse multi-variée, l’abus
sexuel comme facteur déterminant des conduites suicidaires chez les garçons,
mais pas chez les filles.(41)

Bensley LS. et ses collaborateurs (1999) ont montré que l’association


entre abus sexuel et maltraitance physique est plus corrélée à une augmentation
des conduites suicidaires qu’en cas de violence physique seule. (116)

Fergusson DM. et se collaborateurs (1996) (107) ont étudié la relation


entre conduites suicidaires et sévérité de l’exposition à l’abus sexuel, et ont
objectivé que plus l’exposition était sérieuse (allant d’attouchement à un abus
avec pénétration) plus le risque de tentatives de suicide était important. Le
risque était aussi plus important en cas de répétition de l’abus et lorsque
l’abuseur était un parent immédiat. (108)

Dans notre étude, l’analyse uni-variée a objectivé une relation


statistiquement significative (p<10-3) entre les antécédents d’abus sexuel et les
conduites suicidaires, mais l’étude multi-variée n’a pas permis de retenir ce
facteur comme facteur déterminant dans les conduites suicidaires des
adolescents.

Ceci peut être expliqué par un biais d’information. En effet, il est probable
que le nombre d’adolescents ayant subi un abus sexuel pendant leur enfance soit
plus important dans notre échantillon. Nous pensons que certains jeunes n’ont
pas voulu rapporter un tel évènement, malgré l’aspect anonyme du
64
Discussion

questionnaire. En faveur de cette explication les résultats de l’enquête nationale


de médecine scolaire de 2004 qui avait trouvé des antécédents d’abus sexuel
chez 4,1% des adolescents enquêtés (66), soit plus que le double du taux
retrouvé dans notre étude. Ceci vient souligner l’ampleur du tabou qui couvre
l’abus sexuel dans notre société, surtout à une période de fragilité narcissique
qu’est l’adolescence.

Il est aussi possible que le fait que l’abus sexuel ne soit pas ressorti
comme facteur déterminant des conduites suicidaires chez l’adolescent, soit du
au choix de la population d’étude. En effet, notre étude a intéressé la population
scolarisée uniquement, où la maltraitance, tout genre confondu, serait
probablement moins fréquente que chez les adolescents déscolarisés.

II-4-4- Liens entre antécédents d’automutilations et


conduites suicidaires

Herpertz S. définit l’automutilation comme : un comportement qui


consiste à « se faire mal de façon délibérée, répétée, de manière directement
physique, sans intention consciente de se suicider et qui ne conduit pas à des
blessures pouvant menacer le pronostic vital ». (109)

L'approche dominante dans la littérature est de distinguer entre les


tentatives de suicide et l'automutilation sans intention de mourir. (110)

D’autres auteurs considèrent les automutilations et les suicides aboutis


comme les deux extrêmes d'un même spectre(111). Il y aurait, ainsi, un
continuum entre le comportement d'automutilation et le suicide, puisque, selon
ces auteurs, ils partagent un élément essentiel qui est celui d'auto-infliction de
mal et ils diffèrent seulement dans le sérieux du mal causé.
De plus, l'automutilation et les tentatives de suicide ont en commun beaucoup
de facteurs de risque familiaux et externes, comme la psychopathologie
parentale, la négligence, la toxicomanie et l'abus dans le contexte de relations
familiales pathologiques.(112-114)
65
Discussion

Plusieurs études ont montré qu'il y avait une corrélation forte entre les
comportements suicidaires et les conduites d’automutilation (115-117), et que
plus ces conduites s’aggravaient plus, la gravité des comportements suicidaires
augmentait aussi. (118)

Nos résultats vont dans ce sens, puisque nous avons objectivé, dans notre
étude multi-variée, que les antécédents d’automutilation constituaient un facteur
déterminant des conduites suicidaires chez les adolescents (OR=3,16 [2,05-
4,86] ; p<10-3). Ainsi, les jeunes de notre échantillon ayant des antécédents
d’automutilation avaient 3 fois plus de risque de présenter des conduites
suicidaires que ceux sans automutilations.

Dans son étude « Association between Non-Suicidal Self-Injuries and


Suicide Attempts in Chinese Adolescents and CollegeStudents: A Cross-Section
Study » , Tang J. et ses collaborateurs (2011) ont montré que les conduites
d’automutilation étaient significativement associées aux tentatives de suicide,
même chez les adolescents qui n’avaient pas rapporté d’idées suicidaires. Ainsi,
22% des adolescents ayant des conduites d’automutilation modérées à sévères,
et 5.6 % de ceux ayant des conduites d’automutilation "mineures" ont rapporté
des tentatives de suicide l'année précédente, alors que ce taux était seulement de
2,1% chez ceux n’ayant pas d’antécédent d’automutilation. Après contrôle des
autres facteurs de risque, les automutilations étaient en rapport avec une
augmentation de 135% de risque de tentatives de suicide.(57)

Les auteurs ont suggéré que l’automutilation peut aggraver l’impulsivité


et l'agressivité, menant aux tentatives de suicide et au suicide parmi les non
suicidaires. (57)

Dans l’étude plus récente de Toprak S. et ses collaborateurs (2011), ces


données ont été confirmées, et les conduites d’automutilations étaient relevées
comme facteur prédicteur des idées suicidaires et des tentatives de suicide ,
après contrôle des autres variables.(63)

66
Discussion

Dans la littérature, plusieurs fonctions ont été attribuées aux conduites


d’automutilations : libération des affects négatifs comme l’anxiété, la
culpabilité, la solitude ; lutte contre les idées et les sentiments désagréables
(colère, tension, douleur émotionnelle) ; sentiment de sécurité, de contrôle ; lutte
contre la dépersonnalisation ou la déréalisation. (119)

Solomon RL. a avancé une théorie, qu’il a appelée « The opponent-


process theory » ou « Théorie de processus d'opposition » pour expliquer la
relation entre les comportements d’automutilation et le suicide. Selon cette
théorie, avec l'exposition répétée à un stimulus affectif, la réaction à ce stimulus
change au fil du temps : le stimulus perd sa capacité de mettre à jour la réponse
originale et la réponse opposée sera renforcée. Ainsi, l’automutilation peut être
vue comme une progression de l’habituation ou la tolérance à la douleur et le
sens de l'intrépidité face à la mort. (120)

II-4-5- Liens entre symptômes dépressifs et conduites


suicidaires

Les symptômes dépressifs sont fréquents à l’adolescence. Ils peuvent faire


partie du développement normal à cet âge, sous-tendus par les changements
développemental, hormonal, affectif, cognitif et psychosocial de la période
pubertaire. On parle, ainsi, de dépressivité ou d’ambiance dépressive dont la
fréquence va, selon Choquet M., de 28 à 44 % de la population générale. (46)

Dans d’autres cas, cette symptomatologie dépressive peut rentrer dans le


cadre d’un véritable tableau dépressif.

Ainsi, devant des symptômes dépressifs à l’adolescence, l’élément le plus


important est de distinguer les sentiments dépressifs modérés et transitoires,
inhérents au processus adolescent, d’une véritable dépression.

Dans une étude de Rodrigo C. et ses collaborateurs, publiée en 2010 et


portant sur 445 étudiants âgés de 14 à 18 ans, 36% ont rapporté une

67
Discussion

symptomatologie dépressive (17% d’intensité moyenne et 19% d’intensité


sévère). (121)

En Tunisie, dans l’enquête nationale de médecine scolaire de 2004, 2/ 3


des adolescents scolarisés ont rapporté la présence répétée d’un à quatre
symptômes dépressifs, et 17,2% d’entre eux avaient rapporté 5 symptômes
dépressifs, avec une prédominance féminine.(66)

Dans notre étude, 71,8% des adolescents de notre échantillon ont rapporté
des symptômes dépressifs, dont 25,3% des symptômes d’intensité sévère à très
sévère.

La relation entre dépression et conduites suicidaires à l’adolescence est


attestée par de nombreuses études.(12, 122-124)

Dans notre échantillon, les conduites suicidaires étaient corrélées


positivement à la présence d’une dépression dans les antécédents de
l’adolescent, ainsi qu’à la présence de symptômes dépressifs actuels, mesurés
par le score de Beck (p<10-3).

L’étude multi-variée a montré que la dépression constituait un facteur de


risque indépendant des conduites suicidaires chez nos adolescents
(OR=5,50[2,14-14,11] ; p<10-3)

Nos résultats rejoignent ceux de la littérature. En effet, selon plusieurs


études, les idées suicidaires sont corrélées positivement aux symptômes
dépressifs.(125)

Ainsi, dans une étude publiée en 2009, se rapportant à la relation entre


symptomatologie dépressive, désespoir et idées de suicide chez 1547 lycéens,
Chabrol H. et Choquet M. ont rapporté que19% des garçons et 34 % des filles
de l’échantillon avaient des symptômes dépressifs modérés à sévères, et ont
confirmé la relation positive entre symptomatologie dépressive et idées
suicidaires, puisque 34 % des sujets dépressifs de leur échantillon avaient

68
Discussion

rapporté une envie, au moins occasionnelle, de suicide contre seulement 6 % des


jeunes sans symptomatologie dépressive.(47)

La dépression est également un facteur important lié au passage à l’acte


suicidaire chez les adolescents. (126-127)

Le risque relatif entre dépression et tentatives de suicide est variable


selon les études : il est de quatre à cinq selon Walter M. (94), et va jusqu’au 27
selon Gould, qui rapporte que la présence d’un trouble dépressif multiplie d’un
facteur de 11 à 27 le risque de tentatives de suicide par rapport à la population
générale.(128)

Ce facteur de risque serait le plus important pour les filles, suivi par les
antécédents des tentatives de suicide, alors que chez les garçons, les
antécédents de tentatives de suicide viennent en premier, suivis par la
dépression. (129-130)

Selon la majorité des études, ce lien positif entre conduites suicidaires et


symptômes dépressifs dépend du degré de la dépression et de l’intensité de la
symptomatologie dépressive.(16, 46, 131-132)

Dans notre étude, cette relation a été confirmée par la présence d’une
corrélation positive entre le score de Beck, donc le degré de la dépression, et le
score de SBQ-R pour les conduites suicidaires (R2= 0,28 ; p<10-3).

Pour étayer ce lien entre la dépression et les conduites suicidaires chez les
adolescents, certaines autres études se sont rattachées à rechercher les
symptômes dépressifs chez les adolescents ayant des conduites suicidaires.
Ainsi, Coté L. et ses collaborateurs (1990) ont objectivé des éléments dépressifs
chez 65,4 % des adolescents à tendance suicidaire, contre 15,9 % seulement
chez les non-suicidaires. Les auteurs ont aussi rapporté une augmentation de la
présence de ces éléments entre les différentes catégories. Ainsi, 56% parmi les
jeunes présentant uniquement des idéations suicidaires, 65% de ceux avec

69
Discussion

projet suicidaire et 76,3 % de ceux ayant fait une tentative de suicide avaient une
symptomatologie dépressive.(6)

Selon Belloc et al. l’intensité de la symptomatologie dépressive est le


principal prédicteur de l’intensité de l’idéation suicidaire et de la fréquence des
idées de suicide.(133)

La relation entre dépression et conduites suicidaires est évidente, et elle a


été jugée directe par beaucoup d’auteurs. (74)

Toutefois, il ne faut pas en déduire que la dépression constitue en soi la «


cause » du comportement suicidaire, puisque les corrélations ne sont pas aussi
simples. Tout d’abord, il existe beaucoup de différences méthodologiques entre
ces différentes études. Ainsi, le mot dépression est employé différemment d’une
étude à l’autre, tantôt pour designer un affect, tantôt un symptôme et tantôt une
maladie. (11)

Ensuite, même si les symptômes dépressifs sont un bon prédicteur des


idées suicidaires, les adolescents pensant au suicide ne passent pas tous à l’acte,
et donc ces symptômes ne suffisent pas à eux seuls pour faire une tentative de
suicide , ce qui met en évidence la présence d’autres aspects de la psychologie
normale ou de la pathologie mentale de l’adolescent, autre que la dépression, qui
doivent être pris en considération.(11)

Enfin, la dépression constitue un facteur de risque des conduites


suicidaires, mais aussi d’abus de substances, d’échec scolaire, de troubles du
comportement y compris les comportements sexuels (134-136), qui, eux même,
constituent des facteurs de risque suicidaire, ce qui accentue d’avantage la
complexité de la relation entre dépression et conduites suicidaires ( cause
directe, précurseur , intermédiaire).

70
Discussion

II-4-6- Liens entre habitudes de vie et conduites suicidaires

Le tabagisme, l’utilisation d'alcool et les autres toxicomanies constituent,


selon plusieurs études, des facteurs associés aux tentatives de suicide. (93, 137)

Pour les idées suicidaires, les résultats sont plus divergents. Certaines
études sont en faveur d’une relation positive (138-139), alors que d’autre n’ont
pas montré de corrélation.(93, 140)

Ce facteur serait plus important chez les garçons que les filles.(130, 141)

En France, Choquet M. a trouvé les liens suivants entre consommation


de toxique et tentatives de suicide : la consommation régulière de drogue
augmente le risque de tentatives de suicide par 3,3 (odds ratio : 3,3), la
consommation quotidienne de tabac l’augmente par 1,9 (odds ratio : 1,9), et la
consommation régulière d’alcool par 1,4, alors que l’ivresse solitaire le
multiplie par 4.(69)

La consommation de tabac et les comportements suicidaires partagent des


facteurs de vulnérabilité communs: histoire d'abus pendant l'enfance, dimensions
génétiques comme l’impulsivité et les pathologies psychiatriques, telles que la
dépression et les troubles anxieux.(142)

Selon certaines études la relation entre conduites suicidaires et tabagisme


est dose dépendante (143-145)

Ainsi, Riala K. et ses collaborateurs (2007) ont objectivé que le fait de


fumer plus que 15 cigarettes par jour double le risque des tentatives de suicide,
et que si l’adolescent fume la première cigarette immédiatement après le réveil,
ce risque est multiplié par 3. Les idées suicidaires n'ont pas été associées au
tabagisme dans cette étude. (140)

Conformément aux données de la littérature (144-145), dans notre étude,


le tabagisme a été parmi les facteurs déterminants des conduites suicidaires,

71
Discussion

avec 3,5 plus de conduites suicidaires chez les adolescents tabagiques que chez
ceux ne consommant pas de tabac. (OR=3,59 [1,61-8,01] ; P=0,002).

Toutefois, il faut signaler que seulement 10,9% de nos adolescents ont


rapporté des habitudes de tabagisme, 9,4% de consommation d’alcool et 5,3%
de consommation d’autres substances, ce qui est inférieur aux chiffres
nationaux. Nous pensons que les taux de consommation de ces différentes
substances sont probablement plus importants dans notre population d’étude que
les chiffres rapportés. En effet, beaucoup d’adolescents pratiquent ces habitudes
en cachette et trouvent des difficultés de les communiquer surtout, en milieu
scolaire. Ainsi, selon les données nationales, collectées à partir d’une étude en
médecine scolaire, datant de 2004, 12 à 37,5% des adolescents étaient
tabagiques, et 20% d’entre eux buvaient de l’alcool.(66)

II-4-7- Liens entre estime de soi et conduites suicidaires

Chacun a une image idéale de lui-même qu’il essaye d’atteindre. Si cette


image est inaccessible, la personne peut devenir malheureuse et perdre son
estime de soi, alors que, les personnes avec bonne estime de soi arrivent à gérer
leurs impulsions inconscientes et leurs passions.

Cette question est particulièrement importante chez l’adolescent, dont la


personnalité est en développement. Lorsqu’il a une bonne estime de soi,
l’adolescent est satisfait de lui, il a une perception positive de lui-même et de
son corps, il est productif et peut établir de bonnes relations sociales. (75)

Au contraire, avoir une mauvaise estime de soi, peut entrainer, chez


l’adolescent, le développement d’affects dépressifs et d’un sentiment de
désespoir, qui peuvent se compliquer de pensées et d’actes suicidaires. Ces
actes sont considérés comme des actes agressifs contre un soi-même inapprécié.

Une mauvaise estime de soi serait, ainsi, associée à un risque suicidaire


plus important chez les adolescents.

72
Discussion

Overholser JC. et ses collaborateurs (1995) ont montré, dans leur étude
qui a porté sur 254 adolescents ayant des pathologies psychiatriques et 288
adolescents scolarisés en population générale , que la faible estime de soi était
associée à des taux plus importants de conduites suicidaires.(146)

Ceci été confirmé par la majorité des travaux (75, 124), aussi bien pour les
idées suicidaires (93, 146), que pour les tentatives de suicide (137, 146-147)

Cette relation entre faible estime de soi et phénomènes suicidaires a été


jugée indépendante et significative. (148)

Nos résultats rejoignent ceux de la littérature. En effet, l’étude multi-


variée a montré que la faible estime de soi était un facteur de risque indépendant
des conduites suicidaires (OR=2,74 [1,71-4,38] ; p<10-3 ). Ainsi, les adolescents
de notre échantillon ayant une faible estime de soi avaient 2,7 fois plus de risque
de développer des conduites suicidaires que ceux avec une bonne estime de soi.

Selon certaines études, cette association entre faible estime de soi et


conduites suicidaires serait plus importante pour le sexe féminin. C’est ce qu’a
été retrouvé par Reinherz HZ. et ses collaborateurs (1995), dans leur étude qui a
porté sur 5876 adolescents (93), ainsi que par des études ultérieures.(146, 149)

Certains auteurs ont expliqué la fréquence de ce facteur chez les filles par
la non satisfaction de l’image du corps et les troubles alimentaires qui sont plus
fréquents chez les filles et qui entrainent une faible estime de soi.(148)

Par ailleurs, le rôle de la faible estime de soi dans les conduites suicidaires
pourrait être indirect, par l’association fréquente avec la dépression, dont la
faible estime de soi est à la fois un symptôme et un facteur de vulnérabilité
(148), or la dépression est un des plus important facteurs de risque
suicidaire.(74)

73
Discussion

De même, une faible estime de soi s’associe à d’autres facteurs de risque


suicidaires, tels que les troubles du comportement, les difficultés financières, la
violence familiale(69), l’homosexualité (150) l’abus sexuel . (105)

Ceci a amené certains auteurs à parler d’un rôle de médiateur pour


l’estime de soi dans les conduites suicidaires, alors que d’autres l’ont classé
parmi les facteurs de vulnérabilité et les facteurs de risque suicidaire.(74)

III- Facteurs de protection contre le suicide

III-1- La religion

Dans notre échantillon, une grande majorité des adolescents (76,5%)


considérait que la religion constitue un facteur protecteur contre le suicide.

Les études sur ce sujet rapportent un rôle contradictoire, ou peu évident et


clair de la religiosité sur les pensées et les actes suicidaires chez les
adolescents. (74, 79)

Ainsi, de nombreuses études ont montré qu’une religiosité ou une


spiritualité importante a été associée à une diminution du taux de dépression,
de toxicomanie, de troubles anxieux (151-152), qui constituent des facteurs de
risque des conduites suicidaires.

D’autres études ont rapporté un effet direct de la religiosité, qui réduirait


le risque de comportements suicidaires et améliorait l’état de santé psychique
par le renforcement de l’autocontrôle et l’autorégulation (153-154), et
l’amélioration de l'estime de soi et du contrôle social.(153, 155)

Dans leur étude publiée en 2012, Nkansah-Amankra S. et ses


collaborateurs ont montré que les adolescents qui allaient à l'église
quotidiennement et qui considéraient la religion comme l'aspect le plus
important dans leurs vies avaient moins de risque de rapporter d’idées
suicidaires que ceux qui assistaient au service religieux une fois par semaine et
considéraient la religion comme assez importante, alors que ceux qui ni ne
74
Discussion

prient, ni considèrent la religion comme importante avaient un risque diminué


d'idées suicidaires, mais un risque plus important de tentatives suicidaires.(154)

Dans les pays musulmans, le suicide a traditionnellement été mal étudié


(156)et beaucoup de ces pays n’ont pas de statistiques nationales sur le suicide,
ou ils ne rapportent pas des telles statistiques à l'Organisation Mondiale de la
Santé (157-158) .Toutefois, les taux de suicide rapportés parmi les musulmans
immigrés dans les pays européens, étaient bas. (159)

Récemment, Shah A. et collaborateurs ( 2010), dans une étude qui a porté


sur la relation entre le suicide et l’Islam, en se référant aux données de
l'Organisation Mondiale de la Santé et des Nations Unies, ont montré l’existence
d’une corrélation négative significative entre le taux de suicide en population
générale et le pourcentage de sujets adhérant à l'Islam mâles et femelles, après
contrôle des conditions sociales et économiques.(160)

Toutefois, le taux de suicide serait en augmentation dans certains pays


musulmans, ces dernières années. C’est le cas du Pakistan, où, selon une revue
récemment publiée par Shahid M. et ses collaborateurs en 2008, l'automutilation
délibérée et le suicide seraient en augmentation dans ce pays. (161)

III-2- La famille

Selon la majorité des études, le support social et les relations familiales


peuvent diminuer le risque de conduites suicidaires.(162)

Dans notre échantillon 43,5% des adolescents estiment que la famille


protège contre les conduites suicidaires. En plus, les adolescents avec conduites
suicidaires de notre échantillon ont confié leur conduite à un membre de la
famille dans 36,7% des cas, essentiellement la mère.

Une bonne relation intra familiale et une disponibilité des parents


constitueraient des facteurs protecteurs contre les conduites suicidaires des
adolescents.(163)

75
Discussion

Ainsi, Fleming TM. et ses collaborateurs (2007), dans une étude qui a
porté sur 9570 sujets âgés de 9 à 13 ans, ont objectivé que ces deux facteurs
étaient associés à des taux plus faibles de tentatives de suicide. (74, 79, 130)

D’autres études ont rapporté que le support et la communication avec la


famille(40), la cohésion des différents membres(164), le partage et les activités
familiales (163) protègent les adolescents contre les conduites suicidaires.

Par ailleurs, il a été démontré qu’un environnement familial positif était


associé à des taux bas de dépression et d'autres problèmes connus comme
facteurs de risque du suicide. (165)

Ainsi, un environnement familial de bonne qualité pourrait agir sur les


comportements suicidaires soit indirectement, en réduisant la dépression et les
autres facteurs de risque, soit directement, en réduisant le risque de passer à
l’acte en cas de situations stressantes.(79)

III-3- La société

Dans notre étude, 10,7% des lycéens considéraient que la société protège
contre le suicide, puisque cet acte est sujet à une réprobation sociétale.

La société peut avoir un effet protecteur contre les conduites suicidaires


des adolescents. Ainsi, un environnement social, et particulièrement scolaire,
positif aide à réduire les comportements suicidaires chez l’adolescent. (165)

Par ailleurs, de bonnes compétences sociales et une bonne assistance


sociale protègent contre différents problèmes comme la toxicomanie, la violence
et la dépression chez les adolescents, et par conséquent diminuent le risque
suicidaire.(162)

III-4- Amis et relations amoureuses

Seulement 0,7% de nos adolescents trouvaient que la présence d’amis


dans leur vie les protège contre le suicide, et pour 4,5% la présence d’une petite

76
Discussion

ou petit ami(e) les empêche de penser au suicide. De plus, les amis


représentaient les personnes à qui les adolescents ont le plus confié leur
conduites suicidaires (49%).

Des relations perturbées avec les pairs constitueraient un facteur de risque


suicidaire. Par contre, de bonnes relations avec les amis constitueraient un
facteur protecteur contre les conduites suicidaires.(75, 78, 86)

Selon certains auteurs, cette influence serait plus évidente pour les idées
suicidaires(74), moins significative pour les tentatives de suicide. (79)

Toprak S. et ses collaborateurs, dans son étude publiée en 2011(63), ont


trouvé que le fait d’avoir un petit ami ou une petite amie constituait un facteur
protecteur contre les conduites suicidaires chez les adolescents.

IV- Stratégies de prévention du risque suicidaire chez les

adolescents

Selon Caplan G. (1964), le travail de prévention du suicide peut se faire


sur trois niveaux successifs (166) :

Prévention primaire ou universelle : basée sur l’élaboration de


stratégies agissant sur les facteurs prédisposant aux conduites suicidaires.

Prévention secondaire : qui cible les individus qui ont été identifiés
comme étant à risque suicidaire, mais qui n’ont pas encore passé à l’acte.

Prévention tertiaire : agit au niveau des individus qui ont fait une
tentative de suicide et essaie de limiter la récidive et l'impact des comportements
suicidaires.

IV-1- Prévention primaire (universelle)

Dans ce type de prévention, les interventions peuvent s’adresser à


l’ensemble des jeunes, sans faire forcément référence au suicide.

77
Discussion

L’observation des adolescents et l’attention portée à leur santé mentale ne


sont plus alors seulement l’affaire des professionnels de la santé, mais elles
deviennent l’affaire de tout adulte en contact avec des adolescents, notamment
les professionnels du milieu scolaire.(167)

Il s’agit d’interventions de formes diverses auprès des jeunes, avec


éventuellement la formation de jeunes-relai : création de lieux d’écoute
(physique ou téléphonique), formation des soignants et des professionnels en
contact avec des adolescents, au repérage et à l’orientation vers le système de
soins, une mise en réseau des intervenants locaux...(167)

Ce large champ de la prévention primaire permet de différencier, selon le


Professeur Jean-Pierre Deschamps, deux types de prévention primaire :

Une prévention primaire non spécifique, qui s’inscrit dans une approche
de promotion de la santé mentale. Elle vise à renforcer les compétences
psychosociales des jeunes, et leur capacité de résistance dans les moments de
vulnérabilité ou de crise, appelée encore capacité de résilience. Elle est basée sur
l’apprentissage de la résolution des conflits, la valorisation de l’estime de soi,
l’apprentissage de la gestion du stress et des émotions et la prise de décision.

C’est dans ce cadre que s’intègrent certains programmes scolaires de


promotion de la santé mentale qui ont montré un effet positif.(168)

• une prévention primaire spécifique, destinée à éviter les tentatives de


suicide, et qui s’adresse à des jeunes en situation de vulnérabilité, ou de
souffrance psychique.

Dans ces programmes de prévention primaire ou universelle, une attention


particulière a été accordée aux média, vu que les adolescents semblent être les
plus vulnérables à l'influence de contagions. D’ailleurs, plusieurs études ont
trouvé des liens entre l'exposition médiatique au suicide et des phénomènes de
suicide chez les adolescents (169-170), ce qui a poussé l’OMS à proposer des

78
Discussion

recommandations aux professionnels de media afin de réduire l’impact de ce


phénomène sur les adolescents.(171)

IV-2- Prévention secondaire

Ce type de prévention doit principalement viser les lycéens, étant donné


que la majorité des adolescents sont scolarisés.

La prévention secondaire implique, d'abord, l'identification des


adolescents à risque suicidaire et, ensuite, l’élaboration de stratégies pour
empêcher ces individus de passer à l’acte, ainsi que la détermination de
structures de soins susceptibles de prendre en charge les jeunes
suicidaires,.(167)

L'identification initiale des sujets à risque peut se faire de plusieurs


façons : l'auto-identification, l'identification par les pairs, par les professeurs, ou
en ayant recours au dépistage. Pour pouvoir faire cette identification, des
programmes éducatifs sont nécessaires pour former les intervenants à
l’identification des facteurs de risque.

Quelques facteurs spécifiques peuvent être particulièrement utiles dans


l'identification des sujets à risque de conduites suicidaires : les problèmes de
santé mentale (particulièrement la dépression), une histoire d’abus (sexuel ou
physique), des antécédents suicidaires chez le jeune lui-même, chez un membre
de la famille ou chez un ami, un contact récent avec des pairs ayant des
comportements suicidaires, difficultés relationnels avec les parents et diminution
du rendement scolaire.

Une fois les sujets à risque identifiés, plusieurs conduites peuvent être
adoptées :

les professeurs peuvent contrôler l’adolescent, un personnel soignant de


l’établissement (infirmière scolaire, psychologue, personnel de la cellule
d’écoute) peut entrer en contact avec l’adolescent pour assurer le suivi, le jeune

79
Discussion

à risque peut être adressé vers une prise en charge psychiatrique, les parents
peuvent être sollicités pour intervenir dans la résolution des difficultés de
l’adolescent, ils peuvent eux-mêmes être orientés vers des structures
d’intervention psycho-sociales . (74)

IV-3- Prévention tertiaire

Ce type de prévention, désigné aussi sous le terme de « postvention » ,


intervient après le passage à l’acte suicidaire.

La prévention tertiaire englobe des mesures destinées au suicidant, et


d’autres destinées à l’entourage.

Pour le suicidant, cette prévention a pour objectif de prévenir la récidive.


En effet, environ un tiers des suicidants récidivent, le plus souvent au cours de la
première année qui suit la tentative de suicide, et 1 % à 2 % des suicidants
décèdent par suicide dans ce délai. (172)

Après le passage à l’acte, le suicidant est généralement orienté d’emblé


vers une structure de soins, avec prise en charge psychiatrique. Selon la
situation, il peut aussi bénéficier de services sociaux (Délégué à la protection de
l’enfance, assistante sociale…), comme il peut être orienté vers des structures de
prise en charge sociale (Centre intégré pour la jeunesse et l’enfance, centre de
défense sociale…). (173)

Pour les mesures destinées à l’entourage, il s’agit de mesures de soutien


offertes aux membres de la famille, aux amis, et surtout aux pairs et aux
intervenants du milieu scolaire, à la suite d’une tentative de suicide ou d’un
décès par suicide. (167). Il peut s’agir du classique « débriefing », ou de groupe
de parole afin d’expliquer la difficulté de prévoir le suicide, pour soulager la
culpabilité.(174) Il peut s’agir aussi d’orientation vers des prises en charge
individuelle pour les plus vulnérables.

80
Discussion

Exemple de programme de prévention : Recommandations de l’OMS


pour la prévention du suicide en milieu scolaire

Dans le cadre de la prévention du suicide, l’OMS a publié en 2002 un


ensemble de recommandations pour la prévention du suicide en milieu scolaire,
qui fait partie d’une série de recommandations à l’intention de différents
groupes professionnels et sociaux. Il s’agit des « Indications pour le personnel
enseignant et le milieu scolaire » et qui se résument dans les points suivants :

 Renforcer les liens avec les jeunes par le dialogue et en faisant


l’effort de les comprendre et de les aider.

 Aider les étudiants moins brillants dans leur travail scolaire ;

 S’inquiéter de l’absentéisme ;

 Procurer au personnel enseignant et au personnel scolaire présent


des moyens leur permettant d’alléger le stress au travail.

 Repérer les étudiants souffrant d’un trouble de la personnalité et


leur offrir un soutien psychologique

 Soulager la détresse mentale ;

 Dédramatiser la maladie mentale et aider à mettre fin à un abus


d’alcool et de drogues ;

 Orienter les étudiants souffrant d’un désordre mental et d’une


dépendance toxique ;

 Être attentif et formé au repérage précoce d’un message suicidaire


qu’il soit verbal et/ou caractérisé par des changements du
comportement ;

 Limiter au maximum tout accès à une méthode de suicide –


produits toxiques et médicaments dangereux, pesticides, armes à
feu et autres armes, etc… (175)
81
Discussion

IV-4- Nos Propositions

Notre étude a mis en évidence l’ampleur des conduites suicidaires chez les
adolescents tunisiens, et nous avons pu révéler un ensemble de facteurs
déterminants dont la prévention peut diminuer la prévalence de ce problème de
santé publique.

En Tunisie, nous disposons de peu de données sur le sujet (nombre


d’adolescents décédés par suicide par an, prévalence des tentatives de suicide
chez les adolescents…) et nous n’avons pas un plan national de lutte contre le
suicide.

Des études comme la notre attirent l’attention des intervenants sur


l’intérêt du sujet, mais aussi s’attendent à inciter une action concernant les
conduites suicidaires chez les adolescents.

Comme mentionné plus haut, agir contre le suicide ne se limite pas aux
sujets suicidants et suicidaires, mais c’est une intervention plus globale, qui
commence beaucoup en amont de l’acte et intéresse toute la communauté.

Schématiquement, quatre axes d’action peuvent être individualisés :

IV- 4- 1-Information

 Sensibilisation et information sur le suicide et les ressources de


prévention disponibles, chez tous les sujets en contact avec les
adolescents : parents, enseignants et toute la communauté.

 Sensibilisation des adolescents au sujet du suicide, par des journées


de sensibilisation, programme scolaires, les clubs de santé, médias,
surtout internet via les réseaux sociaux…

IV-4-2- Services

 Mettre en place des plans d’actions pour promouvoir la santé


mentale, surtout en milieu scolaire, dans le but de renforcer les

82
Discussion

compétences psychosociales des adolescents (capacités


d’expression, fonctionnement relationnel, affirmation de soi,
résolution de problème…)

 Elaborer un programme national de prévention du suicide.

Les facteurs de risque des conduites suicidaires retrouvés dans cette


étude pourraient être utilisés pour orienter les actions de prévention,
notamment, la prévention secondaire, s’adressant aux sujets à
risque de conduites suicidaires. De même, le SBQ-R pourrait être
utilisé pour identifier les groupes à risque d’idéations suicidaires et
les groupes à risque suicidaire et va permettre ainsi de cibler les
actions préventives.

 Généraliser les cellules d’écoute à tous les établissements scolaires.


En effet, au cours de la collecte de données, nous avons constaté
que parmi tous les lycées que nous avons visités, un seul lycée
contient une cellule d’écoute pour les jeunes

 Faciliter l’accès aux structures de soins, y compris les services de


soins mentaux

 Créer des structures de soins intermédiaires, dédiées aux


adolescents. En effet, au cours de notre travail, nous avons reçu des
demandes de consultations. Toutefois, plusieurs adolescents qui
nous ont contactés par téléphone ont demandé des visites aux lycées
et ont déclaré avoir de difficultés à se déplacer à la consultation de
« psychiatrie ».

 Limiter l’accès aux moyens létaux.

IV-4- 3- Formation

 Améliorer la formation des médecins scolaires et des médecins de


première ligne et des autres professionnels de la santé dans le
83
Discussion

dépistage de troubles mentaux de l’adolescent y compris les


conduites suicidaires.

 Former le personnel scolaire en contact avec les adolescents


(enseignants, surveillants, personnel administratifs..) au repérage
des adolescents « vulnérables » ou à risque de conduites suicidaires.

 Former régulièrement, dans chaque établissement, des groupes de


pairs au repérage de jeunes en difficultés, susceptibles d’avoir des
conduites suicidaires, avec focalisation sur les filles, puisque le
sexe féminin a été retrouvé comme facteur déterminant des
conduites suicidaires dans notre étude

 Instaurer une visite médicale systématique au collège avec


dépistage des conduites suicidaires

IV-4- 4-Études et recherches


 Valider des outils de dépistage, tels que SBQ-R, en population
tunisienne

 Généraliser l’étude à tous les gouvernorats afin de pouvoir estimer


la prévalence à l’échelle nationale

 Mener de nouvelles études et recherches pour améliorer l’état des


connaissances sur les conduites suicidaires

84
Discussion

85
Conclusion

Le suicide est un phénomène complexe, où interagissent plusieurs


facteurs. L’acte suicidaire résulte habituellement d’une période plus ou moins
longue de souffrance et de désespoir, comme il peut survenir de façon brutale,
lors d’acmé de l’anxiété. Les scientifiques offrent deux regards sur les facteurs
responsables du suicide : certains soulignent l’importance du contexte social et
des conditions de vie difficiles, alors que d’autres avancent que les vulnérabilités
biologiques et les troubles psychiatriques sont plus déterminants. En réalité, les
deux approches se complètent.

Pendant les dernières décennies, le problème de suicide s’est aggravé et


est devenu un problème de santé publique sur le plan international.

Toutefois, les taux de prévalence varient considérablement d’un pays à un


autre. Les taux de suicide les plus bas se situeraient en Amérique Latine, dans
les pays Musulmans et dans quelques pays asiatiques, alors que les taux les plus
élevés s’observeraient en Europe orientale. Il n’y a cependant pas de statistiques
pour de nombreux pays, y compris la Tunisie.

Récemment, un accroissement alarmant des conduites suicidaires chez les


adolescents a été constaté. En effet, le suicide constitue, actuellement, dans
beaucoup de pays européenns, la deuxième cause de mortalité parmi les
adolescents. (176)

L’adolescence est une période de transformations psychologiques


importantes, qui font de l’adolescent un sujet vulnérable à divers
comportements déviants tels que les comportements violents, les addictions, les
conduites auto -destructrices et suicidaires.

L’importance du sujet et la rareté de données tunisiennes nous ont amenés


à mener cette étude, afin d’évaluer la prévalence des conduites suicidaires chez
nos adolescents, déterminer les caractéristiques familiales, sociales, scolaires et

86
Conclusion

psychologiques des adolescents ayant des conduites suicidaires et rechercher les


facteurs associés à ces conduites.

Notre étude a porté sur 821 lycéens scolarisés en 3ème année secondaires
: 560 (68,2%) filles et 261(31,8%) garçons, répartis sur 7 lycées du gouvernorat
de Monastir, soit 43 classes de toutes les sections. Les élèves étaient invités à
remplir un questionnaire anonyme composé d’une fiche de renseignement
concernant les caractéristiques sociodémographiques de l’adolescent, cinq
questions extraites de l’échelle de Hamilton de l’anxiété, l’échelle de Beck de
dépression, l’échelle de Rosenberg de l’estime de soi et le « Suicidal Behaviors
questionnaire ».

La saisie et l’analyse des données ont été réalisées sur le logiciel SPSS
version 17.

Des analyses uni et multi-variée ont été pratiquées.

La prévalence des idées suicidaires dans notre échantillon a été de 36,5%,


dont 9,6% d’idées suicidaires sérieuses et 26,9% d’idées suicidaires passagères.

La prévalence des tentatives de suicide a été de 7,35%.

L’ensemble des conduites suicidaires étaient plus fréquentes chez les


filles : ¾ des adolescents avec conduites suicidaires étaient de sexe féminin.

Selon le score de SBQ-R, 24,1% des adolescents avaient un score total


supérieur ou égal à 7 et appartenaient donc au groupe à risque suicidaire.

L’étude multi-variée par régression logistique binaire nous a permis


d’identifier six facteurs indépendants significativement associés aux conduites
suicidaires : le sexe féminin (OR=2,56 [1,32-4,95] ;p=0,005), les antécédents
personnels de dépression (OR=2,29 [1,38-3,80] ;p=0,001), le tabagisme
(OR=3,59 [1,61-8,01] ;p=0,002), la présence d’une dépression(OR=5,50 [2,14-
14,11] ;p<10-3), les antécédents d’automutilation(OR=3,16 [2,05-4,86] ;p<10-
3), et la faible estime de soi(OR=2,74 [1,71-4,38] ;p<10-3).

87
Conclusion

Certains facteurs constituent selon nos adolescents des facteurs de


protection contre le suicide, essentiellement la religion et l’entourage familial.

Ainsi, les conduites suicidaires sont assez fréquentes parmi la population


adolescente tunisienne.

L’identification de facteurs de risque rend ces comportements, en grande


partie, évitables, à condition qu’un dépistage et une prévention soient mis en
place. C’est un sujet qui mérite plus d’attention de la part des responsables et
des chercheurs tunisiens afin de déterminer, d’une part, l’ampleur de ce
phénomène sur le plan national et d’établir, d’autre part, des stratégies de
prévention et de prise en charge adaptées.

88
Références

1. Durkheim. Le suicide : étude de sociologie . Alcan edit , paris;1897.


2. Vedrine J, Sorel P, Weber D. Sémiologie des conduites suicidaires. EM( Elsevier.
SAs, Paris) psychiatrie.37-114A80;1996.
3. Caroli F, Vidon G. Sémiologie des conduites suicidaires.EMC Elsevier psychiatrie .
37 -114 A -30,2,1984;1984.
4. Ferrari P, Epelbaum C. Suicide et tentative de suicide.Psychiatrie de l’enfant et de
l’adolescent.Flammarion. Paris; 1994.
5. Bonner RL, Rich AR. Toward a predictive model of suicidal ideation and behavior:
some preliminary data in college students. Suicide Life Threat Behav. 1987;17(1):50-63.
6. Côté L, Jocelyne P, Ross C. Étude des tendances suicidaires chez des adolescents de
niveau secondaire. Santé mentale au Québec 1990;15(1):29-45.
7. Quidu M. Semiologie des conduites suicidaires.Encycl Méd Chir( Paris), Psychiatrie
:37-140G-10,1977.
8. Mazet P, Benoit M, Archambeaud MP, Rennes P, Cannamela A, Dosquet P, et al.
Prise en charge hospitalière des adolescents après une tentative de suicide. Neuropsychiatr
Enfance Adolesc 1999;47(7-8):352-7.
9. Haim.A. Les suicides d’adolescents.Paris Payot ;1969.
10. Laufer M, Laufer E. Adolescence et rupture de développement:Une perspective
psychanalytique.Paris PUF-Le fil rouge ;1989.
11. Ladame F. Les tentatives de suicide des adolescents. Masson:Paris; 1981.
12. Jeammet P, Birot E. Étude psychopathologique des tentatives de suicide chez
l’adolescent et le jeune adulte. PUF Paris, editor1994.
13. De Kernier N, Canouï P, Golse B. Prise en charge des adolescents hospitalisés à la
suite d’un geste suicidaire ou d’une menace suicidaire Archives pédiatr. 2010;17(4):435–41.
14. Stheneur C. Tentative de suicide : comment repérer un adolescent en danger ? . J
pédiatr puéric. 2006;19(6):218–22.
15. Evans E, Hawton K, Rodham K, Deeks J. The prevalence of suicidal phenomena in
adolescents: a systematic review of population-based studies. Suicide Life Threat Behav.
2005;35(3):239-50.
16. Chang HJ, Yang CY, Lin CR, Ku YL, Lee MB. Determinants of suicidal ideation in
Taiwanese urban adolescents. J Formos Med Assoc. 2008;107(2):156-64.
17. Olsen C, Marie D. Cross-Sectional Study Design and Data Analysis.
http://www.collegeboard.com/prod_downloads/yes/4297_MODULE_05.pdf (Consulté le
27/02/2013). .
18. Lazreg F, Ben Abdelaziz A, Gaha R, Ghedira A, Boussaadia A, Ghannem H.
[Behaviours and needs for health of secondary-school-adolescents in Sousse (Tunisia)]. Tunis
Med. 2005;83(12):731-8.
19. Fatim L. Hamilton Anxiety Rating Scale (HAM-A). CBT Arabia.
http://www.cbtarabia.com14janvier2013. .
20. Abdelkhalek A, Alhoussine A. Beck depression scale . CBT Arabia.
http://www.cbtarabia.com.14-janvier-2013.
21. Osman A, Bagge CL, Gutierrez PM, Konick LC, Kopper BA, Barrios FX. The
Suicidal Behaviors Questionnaire-Revised (SBQ-R): validation with clinical and nonclinical
samples. Assessment. 2001;8(4):443-54.
22. Rosenberg M. Rosenberg’s Self-Esteem scale (traduite et adaptée au dialecte tunisien
par Ouali U. et al . Hop Razi) .The Morris Rosenberg Foundation. University of Maryland;
1965.
23. Wasserman D, Cheng Q, Jiang GX. Global suicide rates among young people aged 15-
19. World Psychiatry. 2005;4(2):114-20.

I
Références

24. Administration Saamhs. The dawn report: Emergency department visits for drug-
related suicide attempts by adolescents: 2008.Drug Abuse Warning Network.
. 2010.
25. Mallett C, Derigne LA, Quinn L, Stoddard-Dare P. Discerning Reported Suicide
Attempts Within a Youthful Offender Population Suicide Life Threat Behav 2012; 42 (1):67-
77.
26. Périsse D. Conduites suicidaires à l’adolescence. EMC 7-0352. 2009.
27. Centre Dubaï des Recherches et des Rapports Centre Dubaï des Recherches et des
Rapports.Huspress info. Les Marocains en tête de la liste des peuples arabes qui pensent au
suicide. http://www.huspress.com/les-marocains-en-tete-de-la-liste-des-peuples-arabes-qui-
pensent-au-suicide/, 24 février 2013
28. El Hechmi Z. La prévention du suicide. Ministère de Santé publique,Tunis;2002
29. M’Hatheb A. Le suicide dans le centre tunisien : étude épidémiologique et médico-
légale à propos de 105 cas. Th D M éd . Sousse ;1993. .
30. Gloulou F, Allouch M, Benzarti A, Banasr A, Hamdoun A. Le suicide dans l’activité
thanatologique de médecine légale de Tunis. XVI Journées internationales de médecine
légale,Seville;2004.
31. Ghachem R, Boussetta A, Benasr A, Oumaya N. Suicide et pathologie mentale à
Tunis : Étude rétrospective sur 12 ans à l’hôpital Razi. L’Information psychiatrique.
2009;85(3):281-95.
32. khanfir A, Zalila H, Arfaoui S, Zouari O, Hechmi S, Ghacham R, et al. Effet de
contagion du suicide et révolution tunisienne. Encéphale. 2012; 38(suppl 1):31-2.
33. Nock MK. Suicidal behavior among adolescents: correlates, confounds, and (the
search for) causal mechanisms. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry. 2009;48(3):237-9.
34. Coskun M, Zoroglu S, Ghaziuddin N. Suicide rates among Turkish and American
youth: a cross-cultural comparison. Arch Suicide Res. 2012;16(1):59-72.
35. Eaton DK, Kann L, Kinchen S, Shanklin S, Flint KH, Hawkins J, et al. Youth risk
behavior surveillance - United States, 2011. MMWR Surveill Summ. 2012;61(4):1-162.
36. Institut de la statistique du Québec .Enquête québécoise sur la santé de la
population(2008):Idées suicidaires et tentatives de suicide au Québec. Bibliothèque et
Archives nationales du Québec. 2012.
37. Wright LS. Suicidal thoughts and their relationship to family stress and personal
problems among high school seniors and college undergraduates. Adolescence.
1985;20(79):575-80.
38. Grossman DC, Milligan BC, Deyo RA. Risk factors for suicide attempts among
Navajo adolescents. Am J Public Health. 1991;81(7):870-4.
39. Bensley LS, Van Eenwyk J, Spieker SJ, Schoder J. Self-reported abuse history and
adolescent problem behaviors.I. Antisocial and suicidal behaviors. Journal of Adolescent
Health. 1999;24(3):163-72.
40. Borowsky IW, Resnick MD, Ireland M, Blum RW. Suicide attempts among American
Indian and Alaska Native youth: risk and protective factors. Arch Pediatr Adolesc Med.
1999;153(6):573-80.
41. Olshen E, McVeigh KH, Wunsch-Hitzig RA, Rickert VI. Dating violence, sexual
assault, and suicide attempts among urban teenagers. Arch Pediatr Adolesc Med.
2007;161(6):539-45.
42. Shimshock CM, Williams RA, Sullivan BJ. Suicidal thought in the adolescent:
exploring the relationship between known risk factors and the presence of suicidal thought. J
Child Adolesc Psychiatr Nurs. 2011;24(4):237-44.
43. Choquet M. Panorama du suicide. In: Braconnier A, Chiland C, ChoquetM, editors.
Ide´es de vie, ide´es de mort. Paris: Masson; 2004.

II
Références

44. Guilbert P, Choquet M. Conduites alimentaires perturbées et pensées suicidaires chez


les adolescents : résultats d’une enquête nationale par téléphone: Santé publique;
2001;13(2):113-23.
45. Choquet M, Menke H. Suicidal thoughts during early adolescence: Prevalence,
associated troubles and help-seeking behavior. Acta Psychiatr Scand. 1989;81(2):170-77.
46. Choquet M, Ledoux S. Adolescents : enquête nationale.Paris. INSERM. 1994.
47. Chabrol H, Choquet M. Relations entre symptomatologie dépressive, désespoir et
idées de suicide chez 1547 lycéens. L’Encéphale. 2009;35:443-47.
48. Fedorowicz VJ, Fombonne E. Suicidal behaviours in a population-based sample of
French youth. Can J Psychiatry. 2007;52(12):772-9.
49. Rey C, Michaud P, Narring F, Ferron C. Les conduites suicidaires chez les adolescents
en Suisse : le rôle des médecins Arch Pediatr. 1997;4:784-92.
50. Buddeberg C, Buddeburg FB, Gnam G, Schmid J, Christen S. Suicidal behaviors in
Swiss students: An 18-month follow-up survey
Crisis 1996;17(2):78-86.
51. Rey Gex C, Narring F, Ferron C, Michaud PA. Suicide attempts among adolescents in
Switzerland: Prevalence,associated factors and comorbidity. Acta Psychiatr Scand.
1998;98:28-33.
52. Plener PL, Kapusta ND, Kölch M, Ludolph AG, Keller F. Frequency of suicidal
ideation and suicide attempts in German adolescents from a school sample. European
Psychiatry. 2009;24(suppl 1): S810.
53. Kirchner T, Ferrer L, Forns M, Zanini D. Self-harm behavior and suicidal ideation
among high school students. Gender differences and relationship with coping strategies. Actas
Esp Psiquiatr. 2011;39(4):226-35.
54. Pan X, Zhang C, Shi Z. Soft drink and sweet food consumption and suicidal
behaviours among Chinese adolescents. Acta Paediatr. 2011;100(11):e215-22.
55. Shek DT, Yu L. Self-harm and suicidal behaviors in Hong Kong adolescents:
prevalence and psychosocial correlates. ScientificWorldJournal. 2012;2012:932540.
56. Arun P, Chavan BS. Stress and suicidal ideas in adolescent students in Chandigarh.
Indian J Med Sci. 2009;63(7):281-7.
57. Tang J, Yu Y, Wu Y, Du Y, Ma Y, Zhu H, et al. Association between non-suicidal
self-injuries and suicide attempts in Chinese adolescents and college students: a cross-section
study. PLoS One. 2011;6(4):e17977.
58. Shin YM, Chung YK, Lim KY, Lee YM, Oh EY, Cho SM. Childhood predictors of
deliberate self-harm behavior and suicide ideation in korean adolescents: a prospective
population-based follow-up study. J Korean Med Sci. 2009;24(2):215-22.
59. Blum R, Sudhinaraset M, Emerson MR. Youth at risk: suicidal thoughts and attempts
in Vietnam, China, and Taiwan. J Adolesc Health. 2012;50(3 Suppl):S37-44.
60. Jegannathan B, Kullgren G. Gender differences in suicidal expressions and their
determinants among young people in Cambodia, a post-conflict country. BMC Psychiatry.
2011;11:47.
61. Rudatsikira E, Muula AS, Siziya S, Twa-Twa J. Suicidal ideation and associated
factors among school-going adolescents in rural Uganda. BMC Psychiatry. 2007;7:67.
62. Eskin M, Ertekin K, Dereboy C, Demirkiran F. Risk factors for and protective factors
against adolescent suicidal behavior in Turkey. Crisis. 2007;28(3):131-9.
63. Toprak S, Cetin I, Guven T, Can G, Demircan C. Self-harm, suicidal ideation and
suicide attempts among college students. Psychiatry Res. 2011;187(1-2):140-4.
64. Douki S, Kacha F, Moussaoui D. Conduites suicidaires. Masson ; Paris;1987.
65. Moutassem-Mimouni F, Sebaa FZ, Mimouni M, Djaoui B. Centre de recherche en
anthropologie sociale et culturelle en Algerie. Les tentatives de suicide des jeunes de 15 à 25

III
Références

ans à Oran. Sfapsy.


http://www.sfapsy.com/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=45
&Itemid=126 (24 Fevrier 2013).
66. Direction de la Médecine Scolaire et Universitaire. Enquête nationale sur la santé des
adolescents scolarisés-tunis. Ministère de la santé publique.Tunis;2004.p104-6. .
67. Bannour A, Chhoumi M, Touzi M, Ben Nasr S, Ben Hadj Ali B. Prévalence des
conduites suicidaires à l'adolescence : étude auprès de 277 adolescents scolarisés de la ville de
Sousse. 30ème Congrès de l’Association Franco-Maghrébine de Psychiatrie; Novembre 17-
19; Palais des Congrès Acropolis, Nice2011.
68. Walter M. . Quels sont les facteurs de risque précédant la crise suicidaire? Le point de
vue du clinicien. In: La crise suicidaire. Reconnaître et prendre en charge. (Conférence de
consensus, sous la direction de P. Mazet et G. Darcourt). Paris: John Libbey Eurotext; 2001.
69. Choquet M. Suicide et adolescence : acquis épidémiologiques. In: La crise suicidaire.
Reconnaître et prendre en charge. (Conférence de
consensus, sous la direction de P. Mazet et G. Darcourt) .Paris: John Libbey Eurotext;
2001.IN EMC.
70. Fiedorowicz JG, Leon AC, Keller MB, Solomon DA, Rice JP, Coryell WH. Do risk
factors for suicidal behavior differ by affective disorder polarity? Psychol Med.
2009;39(5):763-71.
71. Roberts, R. E., Chen, Y. R., & Roberts, C. R. Ethnocultural differences in prevalence
of adolescent suicidal behaviors.Suicide Life-Threat Behav.1997 ; 27:208–217.
72. Ayton A, Rasool H, Cottrell D. Deliberate self-harm in children and adolescents:
association with social deprivation. Eur Child Adolesc Psychiatry. 2003;12(6):303-7.
73. Kokkevi A, Rotsika V, Arapaki A, Richardson C. Adolescents' self-reported suicide
attempts, self-harm thoughts and their correlates across 17 European countries. J Child
Psychol Psychiatry. 2012;53(4):381-9.
74. Evans E, Hawton K, Rodham K. Factors associated with suicidal phenomena in
adolescents: a systematic review of population-based studies. Clin Psychol Rev.
2004;24(8):957-79.
75. Engin E, Cuhadar D, Ozturk E. Healthy life behaviors and suicide probability in
university students. Arch Psychiatr Nurs. 2012;26(1):43-53.
76. Kaltiala-Heino R, Rimpela M, Marttunen M, Rimpela A, Rantanen P. Bullying,
depression, and suicidal ideation in Finnish adolescents: school survey. BMJ.
1999;319(7206):348-51.
77. Lai KW, McBride-Chang C. Suicidal ideation, parenting style, and family climate
among Hong Kong adolescents. International J Psychol. 2001;36:81-7.
78. Bearman PS, Moody J. Suicide and friendships among American adolescents. Am J
Public Health. 2004;94(1):89-95.
79. Fleming TM, Merry SN, Robinson EM, Denny SJ, Watson PD. Self-reported suicide
attempts and associated risk and protective factors among secondary school students in New
Zealand. Aust N Z J Psychiatry. 2007;41(3):213-21.
80. Logan JE, Crosby AE, Hamburger ME. Suicidal ideation, friendships with
delinquents, social and parental connectedness, and differential associations by sex: findings
among high-risk pre/early adolescent population. Crisis. 2011;32(6):299-309.
81. Evans E, Hawton K, Rodham K. Suicidal phenomena and abuse in adolescents : a
review of epidemiological studies Child Abuse Negl. 2005;29(1):45-58.
82. Bridge JA, Goldstein TR, Brent DA. Adolescent suicide and suicidal behavior. J Child
Psychol Psychiatry. 2006;47(3-4):372-94.
83. Brent D. In search of endophenotypes for suicidal behavior. Am J Psychiatry.
2009;166(10):1087-9.

IV
Références

84. Agerbo E, Nordentoft M, Mortensen PB. Familial, psychiatric, and socioeconomic risk
factors for suicide in young people: nested case-control study. BMJ. 2002;325(7355):74.
85. Joffe RT, Offord DR, Boyle MH. Ontario Child Health Study: suicidal behavior in
youth age 12-16 years. Am J Psychiatry. 1988;145(11):1420-3.
86. Rubenstein JL, Heeren T, Housman D, Rubin C, Stechler G. Suicidal behavior in
"normal" adolescents: risk and protective factors. Am J Orthopsychiatry. 1989;59(1):59-71.
87. Eskin M. Suicidal behavior as related to social support and assertiveness among
Swedish and Turkish high school students: a cross-cultural investigation. J Clin Psychol.
1995;51(2):158-72.
88. Madianos MG, Madianou-Gefou D, Stefanis CN. Changes in suicidal behavior among
nation-wide general population samples across Greece. Eur Arch Psychiatry Clin Neurosci.
1993;243(3-4):171-8.
89. Pfeffer CR. Diagnosis of childhood and adolescent suicidal behavior: unmet needs for
suicide prevention. Biol Psychiatry. 2001;49(12):1055-61.
90. Gould MS, King R, Greenwald S, Fisher P, Schwab-Stone M, Kramer R, et al.
Psychopathology associated with suicidal ideation and attempts among children and
adolescents. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry. 1998;37(9):915-23.
91. Andrews JA, Lewinsohn PM. Suicidal attempts among older adolescents: prevalence
and co-occurrence with psychiatric disorders. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry.
1992;31(4):655-62.
92. Patton GC, Harris R, Carlin JB, Hibbert ME, Coffey C, Schwartz M, et al. Adolescent
suicidal behaviours: a population-based study of risk. Psychol Med. 1997;27(3):715-24.
93. Reinherz HZ, Giaconia RM, Silverman AB, Friedman A, Pakiz B, Frost AK, et al.
Early psychosocial risks for adolescent suicidal ideation and attempts. J Am Acad Child
Adolesc Psychiatry. 1995;34(5):599-611.
94. Walter M. Quels sont les facteurs de risque précédant la crise suicidaire? Le point de
vue du clinicien. In: La crise suicidaire. Reconnaître et prendre en charge.(Conférence de
consensus, sous la direction de P. Mazet et G. Darcourt). Paris John Libbey ;2002.
95. Brent DA, Johnson B, Bartle S, Bridge J, Rather C, Matta J, et al. Personality disorder,
tendency to impulsive violence, and suicidal behavior in adolescents. J Am Acad Child
Adolesc Psychiatry. 1993;32(1):69-75.
96. Laederach J, Fischer W, Bowen P, Ladame F. Common risk factors of adolescent
suicide attempters revisited. Crisis. 1999;20(4):15-22.
97. Besharov DJ. Toward better research on child abuse and neglect: Making definitional
issues an explicit methodological concern. Child Abuse & Neglect. 1981;5(4):383–90.
98. Rogers JR. Sexual abuse and suicide: Why we may not know what we think we know.
Arch Suicide Res. 2003;7(1):83–91.
99. Santa Mina EE, Gallop RM. Childhood sexual and physical abuse and adult self-harm
and suicidal behaviour: a literature review. Can J Psychiatry. 1998;43(8):793-800.
100. Zlotnick C, Mattia J, Zimmerman M. Clinical features of survivors of sexual abuse
with major depression. Child Abuse Negl. 2001;25(3):357-67.
101. Connor J RM. Parent-child relationships as systems of support orrisk for adolescent
suicidality. J Fam Psychol. 2006;20(1):143-55.
102. Brodsky BS, Mann JJ, Stanley B, Tin A, Oquendo M, Birmaher B, et al. Familial
transmission of suicidal behavior: factors mediating the relationship between childhood abuse
and offspring suicide attempts. J Clin Psychiatry. 2008;69(4):584-96.
103. Blum RW, Harmon B, Harris L, Bergeisen L, Resnick MD. American Indian--Alaska
Native youth health. JAMA. 1992;267(12):1637-44.

V
Références

104. Bensley LS, Spieker SJ, Van Eenwyk J, Schoder J. Self-reported abuse history and
adolescent problem behaviors. II. Alcohol and drug use. J Adolesc Health. 1999;24(3):173-
80.
105. Romans S, Martin J, Mullen P. Women's self-esteem: a community study of women
who report and do not report childhood sexual abuse. Br J Psychiatry. 1996;169(6):696-704.
106. Garnefski N, Arends E. Sexual abuse and adolescent maladjustment: differences
between male and female victims. J Adolesc. 1998;21(1):99-107.
107. Fergusson DM, John horwood L, Lynskey MT. Childhood sexual abuse and
psychiatric disorder in young adulthood :II. Psychiatric outcomes of childhood sexual abuse. J
Am Acad Child Adolesc Psychiatry. 1996;35(10):1365-74.
108. Brezo J, Paris J, Vitaro F, Hebert M, Tremblay RE, Turecki G. Predicting suicide
attempts in young adults with histories of childhood abuse. Br J Psychiatry. 2008;193(2):134-
9.
109. Herpertz S. Self-injurious behaviour. Psychopathological and nosological
characteristics in subtypes of self-injurers. Acta Psychiatr Scand. 1995;91(1):57-68.
110. Messer JM, Fremouw WJ. A critical review of explanatory models for self-mutilating
behaviors in adolescents. Clin Psychol Rev. 2008;28(1):162-78.
111. Sinclair J, Green J. Understanding resolution of deliberate self harm: qualitative
interview study of patients' experiences. BMJ. 2005;330(7500):1112.
112. Gratz KL. Risk factors for and functions of deliberate self-harm: an emprical and conceptual review.
Clin Psychol Sci and Pract. 2003;10(2):192-205.
113. Ystgaard M, Hestetun I, Loeb M, Mehlum L. Is there a specific relationship between
childhood sexual and physical abuse and repeated suicidal behavior? Child Abuse Negl.
2004;28(8):863-75.
114. Ilomäki E, Räsänen P, Viilo K, Hakko H. STUDY-70 Workgroup.Suicidal behavior among
adolescents with conduct disorder-the role of alcohol dependence. Psychiatry Res. 2006;150(10):305-11.
115. Klonsky ED, Olino TM. Identifying clinically distinct subgroups of self-injurers
among young adults: a latent class analysis. J Consult Clin Psychol. 2008;76(1):22-7.
116. Bergen H, Hawton K, Waters K, Cooper J, Kapur N. Epidemiology and trends in non-
fatal self-harm in three centres in England: 2000-2007. Br J Psychiatry. 2010;197(6):493-8.
117. Evren C, Evren B. Self-mutilation in substance-dependent patients and relationship
with childhood abuse and neglect, alexithymia and temperament and character dimensions of
personality. Drug Alcohol Depend. 2005;80(1):15-22.
118. Simeon D, Hollander E DC. Self-injurious behaviors: assessment and treatment.
Washington. American Psychiatric Publishing:25-37.
119. Gratz K. Risk factors for and functions of deliberate self-harm: an empirical and
conceptual review. Clin Psychol Sci Pract 2003;108(2):192–205.
120. Solomon RL. The opponent-process theory of acquired motivation: the costs of
pleasure and the benefits of pain. Am Psychol. 1980;35(8):691-712.
121. Rodrigo C, Welgama S, Gurusinghe J, Wijeratne T, Jayananda G, Rajapakse S.
Symptoms of anxiety and depression in adolescent students; a perspective from Sri Lanka.
Child Adolesc Psychiatry Ment Health. 2010;4:10.
122. Ladame F, Ottino J, Pawlak C. Adolescence et suicide. Des aspects épidémiologiques
et psychopathologiques aux perspectives thérapeutiques. Masson P, editor1995.
123. Marcelli D. Dépression et tentative de suicide à l’adolescence. . Paris Masson ;2001.
124. Tang TC, Ko CH, Yen JY, Lin HC, Liu SC, Huang CF, et al. Suicide and its
association with individual, family, peer, and school factors in an adolescent population in
southern Taiwan. Suicide Life Threat Behav. 2009;39(1):91-102.
125. Stewart MED, C. Deary, IJ. Ebmeier, KP. . Suicidal thoughts in young people: Their
frequency and relationships with personality factors. Pers Indiv Dif 200844(4):809-20.

VI
Références

126. Brent DA, Perper JA. Research in adolescent suicide: implications for training, service
delivery, and public policy. Suicide Life Threat Behav. 1995;25(2):222-30.
127. Hollis C. Depression, family environment, and adolescent suicidal behavior. J Am
Acad Child Adolesc Psychiatry. 1996;35(5):622-30.
128. Gould MS, Greenberg T, Velting DM, Shaffer D. Youth suicide risk and preventive
interventions: a review of the past 10 years. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry.
2003;42(4):386-405.
129. Pompili M, Mancinelli I, Girardi P, Ruberto A, Tatarelli R. Childhood suicide: a major
issue in pediatric health care. Issues Compr Pediatr Nurs. 2005;28(1):63-8.
130. Amitai M, Apter A. Social aspects of suicidal behavior and prevention in early life: a
review. Int J Environ Res Public Health. 2012;9(3):985-94.
131. Abramson LY, Alloy LB, Hogan ME, Whitehouse WG, Cornette M, Akhavan S, et al.
Suicidality and cognitive vulnerability to depression among college students: a prospective
study. J Adolesc. 1998;21(4):473-87.
132. Olvera RL. Suicidal ideation in Hispanic and mixed-ancestry adolescents. Suicide Life
Threat Behav. 2001;31(4):416-27.
133. Belloc V, Leichsenring F, Chabrol H. Relations entre les symptomatologies
dépressives et limite et les idées suicidaires dans un échantillon de lycéens. Neuropsychiatr
Enfance Adolesc. 2004;52(4):219–24.
134. Eisenberg D, Gollust SE, Golberstein E, Hefner JL. Prevalence and correlates of
depression, anxiety, and suicidality among university students. Am J Orthopsychiatry.
2007;77(4):534-42.
135. Kisch J, Leino EV, Silverman MM. Aspects of suicidal behavior, depression, and
treatment in college students: results from the spring 2000 national college health assessment
survey. Suicide Life Threat Behav. 2005;35(1):3-13.
136. Mackenzie S, Wiegel JR, Mundt M, Brown D, Saewyc E, Heiligenstein E, et al.
Depression and suicide ideation among students accessing campus health care. Am J
Orthopsychiatry. 2011;81(1):101-7.
137. Fergusson DM, Lynskey MT. Childhood circumstances, adolescent adjustment, and
suicide attempts in a New Zealand birth cohort. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry.
1995;34(5):612-22.
138. Lam TH, Stewart SM, Yip PS, Leung GM, Ho LM, Ho SY, et al. Suicidality and
cultural values among Hong Kong adolescents. Soc Sci Med. 2004;58(3):487-98.
139. Ali A, Maharajh HD. Social predictors of suicidal behaviour in adolescents in Trinidad
and Tobago. Soc Psychiatry Psychiatr Epidemiol. 2005;40(3):186-91.
140. Riala K, Viilo K, Hakko H, Rasanen P. Heavy daily smoking among under 18-year-
old psychiatric inpatients is associated with increased risk for suicide attempts. Eur
Psychiatry. 2007;22(4):219-22.
141. Schneider B, Schnabel A, Weber B, Frolich L, Maurer K, Wetterling T. Nicotine use
in suicides: a case-control study. Eur Psychiatry. 2005;20(2):129-36.
142. Werner N, Kahn J-P. Suicidology and substance abuse in adolescence. In: La crise
suicidaire. Reconnaître et prendre en charge.(Conférence de consensus, sous la direction de P.
Mazet et G. Darcourt).Paris,John Libbey; Eurotext PJL, 2002.
143. Iwasaki M, Akechi T, Uchitomi Y, Tsugane S. Cigarette smoking and completed
suicide among middle-aged men: a population-based cohort study in Japan. Ann Epidemiol.
2005;15(4):286-92.
144. Miller M, Hemenway D, Rimm E. Cigarettes and suicide: a prospective study of
50,000 men. Am J Public Health. 2000;90(5):768-73.

VII
Références

145. Breslau N, Schultz LR, Johnson EO, Peterson EL, Davis GC. Smoking and the risk of
suicidal behavior: a prospective study of a community sample. Arch Gen Psychiatry.
2005;62(3):328-34.
146. Overholser JC, Adams DM, Lehnert KL, Brinkman DC. Self-esteem deficits and
suicidal tendencies among adolescents. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry.
1995;34(7):919-28.
147. Whetstone LM, Morrissey SL, Cummings DM. Children at risk: the association
between perceived weight status and suicidal thoughts and attempts in middle school youth. J
Sch Health. 2007;77(2):59-66; quiz 98-9.
148. McGee R, Williams S. Does low self-esteem predict health compromising behaviours
among adolescents? J Adolesc. 2000;23(5):569-82.
149. Marcenko MO, Fishman G, Friedman J. Reexamining adolescent suicidal ideation: A developmental
perspective applied to a diverse population. J Youth Adolesc. 1999;28(1):121-38.
150. van Heeringen C, Vincke J. Suicidal acts and ideation in homosexual and bisexual
young people: a study of prevalence and risk factors. Soc Psychiatry Psychiatr Epidemiol.
2000;35(11):494-9.
151. Baetz M, Griffin R, Bowen R, Marcoux G. Spirituality and psychiatry in Canada:
psychiatric practice compared with patient expectations. Can J Psychiatry. 2004;49(4):265-71.
152. Moreira-Almeida A, Neto FL, Koenig HG. Religiousness and mental health: a review.
Rev Bras Psiquiatr. 2006;28(3):242-50.
153. McCullough ME, Willoughby BL. Religion, self-regulation, and self-control:
Associations, explanations, and implications. Psychol Bull. 2009;135(1):69-93.
154. Nkansah-Amankra S, Diedhiou A, Agbanu SK, Agbanu HL, Opoku-Adomako NS,
Twumasi-Ankrah P. A longitudinal evaluation of religiosity and psychosocial determinants of
suicidal behaviors among a population-based sample in the United States. J Affect Disord.
2012;139(1):40-51.
155. Umberson D, Crosnoe R, Reczek C. Social Relationships and Health Behavior Across
Life Course. Annu Rev Sociol. 2010;36:139-57.
156. Lester D. Women and suicide in Islamic sub-Saharan Africa. Psychol Rep.
2008;102(3):734-8.
157. Khan MM. Suicide and attempted suicide in Pakistan. Crisis. 1998;19(4):172-6.
158. Pritchard C, Amanullah S. An analysis of suicide and undetermined deaths in 17
predominantly Islamic countries contrasted with the UK. Psychol Med. 2007;37(3):421-30.
159. Soni Raleigh V, Bulusu L, Balarajan R. Suicides among immigrants from the Indian
subcontinent. Br J Psychiatry. 1990;156(Janv):46-50.
160. Shah A, Chandia M. The relationship between suicide and Islam: a cross-national
study. J Inj Violence Res. 2010;2(2):93-7.
161. Shahid M, Hyder AA. Deliberate self-harm and suicide: a review from Pakistan. Int J
Inj Contr Saf Promot. 2008;15(4):233-41.
162. Apter A. Commentary: preventing adolescent suicide: is proactive screening for
mental disorders the answer? - Reflections on Christiansen and Larsen (2011). J Child
Psychol Psychiatry. 2012;53(1):26-7.
163. Borowsky IW, Ireland M, Resnick MD. Adolescent suicide attempts: risks and
protectors. Pediatrics. 2001;107(3):485-93.
164. McKeown RE, Garrison CZ, Cuffe SP, Waller JL, Jackson KL, Addy CL. Incidence
and predictors of suicidal behaviors in a longitudinal sample of young adolescents. J Am
Acad Child Adolesc Psychiatry. 1998;37(6):612-9.
165. Denny S, Clark TC, Fleming T, Wall M. Emotional resilience: risk and protective
factors for depression among alternative education students in New Zealand. Am J
Orthopsychiatry. 2004;74(2):137-49.

VIII
Références

166. Caplan G. Principles of Preventive Psychiatry. Basic Books: New York;1964.


.
167. La Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS), le
Comité français d’éducation pour la santé (CFES) et la Fédération nationale de la mutualité
française (FNMF).Prévention primaire du suicide des jeunes Recommandations pour les
actions régionales et locales. http://www.inpes.sante.fr/CFESBases/catalogue/pdf/508.pdf , 25
Fevrier 2013.
168. Barlow J. Systematic review of the effectiveness of parent-training in improving
problems in children aged 3–10 years. Oxford: University of Oxford, Health Services
Research Unit. 1999;(2nd Ed).
169. Hawton K, Williams K. The connection between media and suicidal behavior warrants
serious attention. Crisis. 2001;22(4):137-40.
170. Pirkis J, Blood RW. Suicide and the media. Part I: Reportage in nonfictional media.
Crisis. 2001;22(4):146-54.
171. OMS.Prévention de suicide. http://www.who.int/mental_health/media/en/626.pdf, 25
Fevrier 2013.
172. Laurent A, Foussard N, David M, Boucharlat J, Bost M. A 5-year follow-up study of
suicide attempts among French adolescents. J Adolesc Health. 1998;22(5):424-30.
173. Le ministère de la Santé et des Services sociaux.Stratégie québécoise d ’action face au
suicide. Quebec : Ministère de la santé public; 1998.
174. Hazell P. Postvention after teenage suicide: an Australian experience. J Adolesc.
1991;14(4):335-42.
175. OMS.Prévention de suicide. http://www.who.int/mental_health/media/en/679.pdf, 25
Fevrier 2013.
176. Périsse D. Conduites suicidaires à l’adolescence. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris),
Traité de Médecine Akos, 7-0352, 2009.
.

IX