Vous êtes sur la page 1sur 5

Madame Bovary

de Gustave Flaubert
Gustave Flaubert est un écrivain français du XIXe siècle. Il a
marqué la littérature universelle par la profondeur de ses
analyses psychologiques, son souci de réalisme, son regard
lucide sur les comportements des individus et de la société, et par
la force de son style dans de grands romans comme Madame
Bovary, Salammbô, L'Éducation sentimentale.
En ce qui concerne le roman Madame Bovary, il a été inspiré
d’un fait divers normand. Alors, cette œuvre a des particularités
réalistes. Comme vous le saviez déjà, le réalisme est un
mouvement littéraire de la seconde moitié du XIXème siècle qui
vise à représenter le réelle de la façon la plus fidèle possible..
Après avoir déjà exercé sa plume sur plusieurs ouvrages qui ne le
satisfont pas et qu'il ne publie pas, Flaubert concentre sa
puissance créatrice sur ce roman dont l'idée lui est donnée par la
mort d'un ancien élève de son père, médecin normand, dont la
femme, infidèle, s'était suicidée. La rédaction dure cinq ans, tant
les exigences esthétiques de l'auteur sont fortes. Le livre donne
lieu à un procès retentissant : Flaubert est accusé d'avoir porté
atteinte aux bonnes mœurs en peignant la femme adultère. Le
procès sera gagné et le succès de librairie est énorme.
Résumé
En Normandie, Emma, fille d'un riche fermier, épouse Charles
Bovary, « officier de santé ». Éduquée au couvent, elle a un
tempérament romanesque qui est très influencé par ses lectures.
Elle s'ennuie auprès d'un mari falot, d'autant plus qu'un bal au
château lui révèle la possibilité d'une vie mondaine passionnante.
N'ayant trouvé aucun bonheur dans la naissance de sa fille,
confiée à une nourrice, elle trouve un dérivatif dans la
fréquentation de Léon, un jeune clerc de notaire à l'allure
romantique. Après son départ, Mme Bovary se jette dans une
liaison passionnée avec Rodolphe, un hobereau des environs, qui
n'est en fait qu'un séducteur et rompt assez vite, la laissant dans
un désespoir qui se transforme temporairement en crise de
mysticisme. C'est alors qu'au cours d'une sortie à Rouen, Emma
retrouve Léon et noue avec lui une liaison . Après elle se tuera en
avalant de l’arsenic.
Personnages
Ce livre ne compte pas moins de quinze personnages qui ont
tous un rôle particulier. Tout d’abord, la famille Bovary , elle se
compose de la mère et père de Charles, Emma Bovary, qui est le
personnage principal de l’histoire. Charles Bovary, son mari et
leur fille Berthe. Ensuite, on a la bonne d’Emma Bovary,
Félicité. Ses amants , Léon Dupuis et Rodolphe Boulanger.
Les personnages de Yonville :
Mme LeFrançois, propriétaire de « l’auberge du Lion d’Or », et
veuve.
Hippolyte, le garçon d’écurie de cette auberge.
Homais, le pharmacien. Justin est son commis.
Binet, percepteur et Capitaine des Pompiers.
Notons aussi :
M. Lheureux, commerçant qui jouera un grand rôle dans les
finances d’Emma. Le prêtre, Bournisien et Canivet, médecin à
grande renommée, de Neufchâtel.
Maintenant, je veux vous presenter l’analyse du passage
que j’ai eu à commenter. Dans ce fragment, Flaubert introduit
l’un des personnages principaux, Charles Bovary, celui qui
deviendra l’epoux d’Emma.
Ce personnage est présenté d’une manière détaillée, le narrateur
nous offre des éléments de son aspect physique et morale. Il est
présenté dès la première phrase du chapitre 1 « un nouveau
habillé en bourgeois » et il sera le centre d’attention tout au long
du passage. C’est «un gars de la campagne» qui a «une
quinzaine d’année environ ». D’ailleurs, le narrateur donne de
nombreuses descriptions de l’aspect physique du nouveau. Il est
« habillé en bourgeois» mais c’est «un gars de la campagne » : cet
habit donc lui ne coressponde pas, il est d’ailleurs trop petit « son
habit-veste de drap vert à boutons noirs devait le gêner aux
entournures».
Ce portrait physique comporte de nombreuses conatations
pejoratives : il est comparé à un « chantre de village» qui est plus
grand que les autres «plus haute de taille qu’aucun d’entre nous»,
on insiste sur ses origines modestes «gars de la campagne». Tout
ce fragment donne l’image d’un adolescent paysant qui a cherché
à soigner son apparence mais qui continue à avoir un aspect
neglige. Il est evident qu’il est si different par raport aux autres.
Le nouveau apparait comme un garcon timide, qui ne connait pas
le fontionnement d’une salle de classe malgré son âge ( il n’est
d’ailleurs pas encore au niveau qui lui correspond, comme le fait
reamarquer le Proviseur : «il passera dans les grands,
où l’appelle son âge»).
Bien qu’il soit plus âgé que ses camarades, a apparait mal à l’aise
dans quelques moments: «l’air…fort embarrassé», «n’osant
meme croiser les cuisses, ni s’appuyer sur le coude». Son excès
de serieux étonne et fait rire ses camarades, comme le montre la
comparaison : « Il les ecouta, de toutes ses oreilles, attentif
comme au sermon».
Ces éléments descriptifs créent un portrait peu flatteur de
Charles Bovary, qui apparait inadapte physiquement et du point
de vue sociale, devenant une source de moquerie pour ses
camarades. Il ne connait pas le coutumes des écoliers, et se
couvre ridicule, en ne se conformant pas au « genre», l’habitude
qui consiste à lancer sa casquette sous le banc. Mais le
Professeur, figure d’autorité, se montre également très cruel
envers le nouveau, encourageant ainsi les moqueries dont il est
victime au lieu de l’aide. Par exemple, il s’adresse à lui de manière
extremement autoritaire par l’imperatif « Levez-vous» et en
criant. Je crois que cette attitude sera une thème très présente
tout au long du roman, qui décrit une société provinciale
hypocrite qui sera remplacée par d’autres personnages(Rudolphe
par eexmple) et mesquine(Homais, le pharmacien).
Charles Bovary apparait borne et fait prevue de peu d’initiatives
: il ne comprend pas que la classe est terminé quand la cloche
sonne, si bien que le professeur soit «oblige de l’avertir».
Un élément très importante dans ce passage représente la
casquette. Cet objet pressente l’interet de dévoile certains
caracteristiques de Charles. Tout comme Charles, la casquette
est «composite» : elle rassemble nombreux éléments qui ne vont
pas ensemble.
Probablement, en ce moment vous etes un peu déroutes et vous
vous demandez pourquoi j’insiste tant sur le portrait de Charles
Bovary. Alors je vais vous offrir un explication. Ce portrait ne
reside pas simplement dans la caracterisation du personage mais
aussi ou la description du monde de Charles Bovary. Le portrait
de Charles, nous offre quelques informations sur
l’environnement dans lequel evoluera sa future epouse, Emma
Bovary.
Je ne peux pas terminer ma présentation sans parler un peu
d’Emma, l’héroïne de ce roman. On sait très peu de choses du
physique d’Emma, elle a des longs cheveux noirs, nez droit,
mains pas très belles, dents blanches au bout nacré. Ainsi on a
donc toute la liberté de l’imaginer. Le roman nous offre beaucoup
de détails de son portrait moral et les détails de son caractère.
Elle est une incorrigible rêveuse et ses rêves sont alimentés par
ses lectures et notamment par ses lectures romantiques. Pour
comprendre mieux la personnalité d’Emma il faut suivre
attentivement son parcours dès le début. La jeune Emma passe
son enfance dans un couvent. Pour tromper son ennui, elle se
réfugie dans la lecture, rêvant d’une vie aventureuse et
romanesque. Plus tard, elle épousera Charles et donnera
naissance à une fille. En apparence, Emma a tout pour être
heureuse. Pourtant, elle s’ennuie, elle est déçue car sa vie
amoureuse ne correspond en rien à ses rêves de petite fille. Elle
va alors dépenser sans compter et entretenir plusieurs liaisons
adultères.
En conclusion, je crois que cette thème est toujours actuelle
de nos jours. On rencontre des personnes hypersensibles,
rêveuses et peu satisfaites de sa vie, comme Emma qui trouve le
refuge dans la lecture et s’identifie aux personnages de ses
romans préférés. Il s’agit aussi d’un état dans lequel certaines
personnes ont tendance se complaire si elles se sentent
insatisfaites et n’ont pas l’espoir d’une vie meilleure. Le décalage
entre la réalité et leur monde imaginaire conduit ces personnes à
d’incessantes désillusions.

Botnari Lucia
LMA, IIème année