Vous êtes sur la page 1sur 13

Simulateur ODFM par Matlab

The ferrite material


is yttrium iron garnet (YIC), which has a relative permittivity
E, = 14, a saturation magnetization 45;1W5 = 1500 G; and a
resonance line width AH = 48 Oe
Laboratoire de recherche d’antennes intelligent

Faculté Advisor: Dr. Mary Ann Ingram

Guillermo Acosta

Aout, 2000

Simulateur OFDM par Matlab


Figures ET Tableaux

Figure 1.1 Transmetteur DVB-T

Figure 2.1 Schémas synoptique du simulateur OFDM

Figure 2.2 Réponse temporel du signal de la porteuse en (B)

Figure 2.3 Réponse fréquentiel du signal temporel en (B)

Figure 2.4 Forme de l’impulsion g(t)

Figure 2.5 Réponse du filtre D/A

Figure 2.6 Réponse temporel du signal U en (C)

Figure 2.7 Réponse fréquentiel du signal U en (C)

Figure 2.8 Réponse temporel du signal UOFT en (D)

Figure. 2.9 Réponse fréquentiel du signal UOFT en (D)

Figure 2.10 Réponse fréquentiel de uoftI(t)cos(2πfct)

Figure 2.11 Réponse fréquentiel de uoftQ(t)sin(2πfct)

Figure 2.12 Réponse temporel du signal s(t) en (E)

Figure 2.13 Réponse fréquentiel du signal s(t) en (E)

Figure 2.14 Réponse temporel de la simulation directe de (2.1.4) et IFFT

Figure 2.15 Réponse fréquentiel de la simulation directe de (2.1.4) et IFFT

Figure 3.1 Simulation de la réception OFDM


Résumé

L’OFDM (Orthogonal Frequency Division Multiplexing) est devenue le choix de la technique


de modulation pour les communications sans fil. L’OFDM peut fournir un taux de
données important, avec une résistance suffisante aux dégradations radio du canal. De
nombreux centres de recherche dans le monde ont des équipes spécialisées travaillant dans
l'optimisation de l'OFDM pour d'innombrables applications. Ici, à l’institut Technologie
de Georgia, une des équipes du Dr MA Ingram Laboratoire de recherche des Antenne
intelligent (SARL), qui fait partie du Centre de télécommunications et de technologie
avancée en Géorgie (GCATT). Le but de ce rapport est de fournir un simulateur en
Matlab faisant un traitement de base impliqué dans la génération et la réception d'un signal
OFDM dans canal physique pour fournir une description détaillée de différentes étapes. A cet
effet, nous allons utiliser, à titre d'exemple, l'un des signaux OFDM proposées par l’émission
de vidéo numérique (DVB) standard pour la télévision numérique terrestre européenne de
service (DTV).

1- Introduction

Dans un système OFDM, un grand nombre d’orthogonale, qui se chevauchent, à bande étroite
sous-canaux ou sous-porteuses, transmises en parallèle, qui divise la bande passante
disponibles pour la transmission. La séparation des sous-porteuses est théoriquement minimal
tel que il ya une utilisation spectrale très compact. L'attraction de l'OFDM est principalement
due à la manière dont le système traite les interférences par trajets multiples au niveau du
récepteur. Multi-trajet génère deux effets: évanouissements sélectifs en fréquence et
l'interférence entre symboles (ISI).
La «platitude» perçue par un canal à bande étroite surmonte l'ancienne, et moduler à une
fréquence de symboles très faible, ce qui rend les symboles beaucoup plus longue que la
réponse impulsionnelle du canal, celui-ci diminue. L’utilisation puissante de la correction
d'erreur de codes avec le temps et l'entrelacement de fréquence donne encore plus de
robustesse contre la décoloration sélectif en fréquence, et l'insertion d'intervalle de
garde supplémentaire une entre les symboles OFDM consécutifs peut réduire les effets de
l'ISI encore plus. Ainsi, un égaliseur dans le récepteur n'est pas nécessaire.
Il ya deux principaux inconvénients de l’OFDM, la large gamme dynamique du signal
(aussi appelée rapport crête à la moyenne [PAR] et sa sensibilité à l’erreur de
fréquence. Se sont les principaux thèmes de recherche de l'OFDM dans de nombreux centres
de recherche par tout dans le monde, y compris la SARL.
Un schéma synoptique de l'Union européenne norme DVB-T est montré dans la figure
1.1. La plus part des procédés décrits dans ce schéma sont effectuées au sein d'un traitement
de signal numérique (DSP), mais les inconvénients précités se produire dans le canal
physique; à savoir, le signal de sortie de ce système. Par conséquent, il est l'objet de ce projet
de fournir une description de chacune des étapes de la génération de ce signal et le simulateur
sur Matlab. Nous nous attendons à ce que les résultats obtenus peuvent fournir un
matériau de référence utile pour de futurs projets de l'équipe de la SARL de. En d'autres
mots, ce projet se concentrera uniquement dans les blocs marqués OFDM, D / A, et Front
End de la figure 1.1.
Figure 1.1 transmetteur DVB-T

Nous avons seulement des règlements de transport dans la norme DVB-T parce que
la réception réseau doit être ouverte afin de promouvoir la concurrence entre les fabricants
des récepteurs. Nous allons essayer de décrire un système receveur général pour avoir un
système de description complet.

2 -Transmission OFDM

2.1 Exemple de la DVB-T

Une description détaillé de l’OFDM peut être trouvé dans [2] dans la quelle on peut trouver
l’expression de la représentation symbolique de l’OFDM, en commençant par t=ts.

Où les di sont des symboles de modulation complexes, Ns est le nombre de sous-porteuse, T


le symbole de durée, fc la fréquence de la porteuse, une version spécifique de l’équation
(2.1.1) de la DVB-T du signal émis s’écrit sous la forme :

Ou,

Ou,

K signifie le nombre de porteuse ;


I signifie le nombre du symbole d’OFDM ;
m signifie le nombre de structure transmis ;
K est le nombre de porteuse transmis ;
Ts est le symbole de durée (intervalle de garde) ;
Tu est l’inverse d’espacement des porteuses ;
∆ est l’intervalle de durée de garde ;
fc est la fréquence centrale du signal radio fréquence ;
k’ est l’index relative à la fréquence centrale

Il est important de remarquer (2.1.2) décrit le fonctionnement du système, c.à.d. un système


qui à été utilisé et testé depuis Mars 1997. Notre simulation va concentrer sur le mode 2k de la
DVB-T standard, ce mode particulier est consacré à la réception mobile de la définition
standard DTV. Le signal OFDM transmis est organisé en structure, chaque structure à une
durée Tf, et consistera sur 68 symbole OFDM, quatre structure constitueront une super –
structure. Chaque symbole est constitué par un ensemble de K = 1.705 en mode 2k transmis
avec une durée de Ts, une partie utilisable Tu, et un intervalle de garde ∆ composant Ts.
Les valeurs numériques spécifiques aux paramètres de l’OFDM pour le mode 2k sont données
au tableau 1.

La prochaine étape à faire est l’implémentation de (2.1.2). L’implémentation pratique de


l’OFDM devient une réalité en 1990 due à la disponibilité des DSP qui fait réaliser la FFT [3].
Pour cela on va concentrer sur le reste du rapport de cette implémentation les valeurs et
références de l’exemple de la DVB-T. si l’on considéra (2.1.2) pour la période t=0 à t= Ts, on
obtient :

Tableau 1 Les valeurs numériques spécifiques aux paramètres de l’OFDM pour le mode 2k

Paramètres Mode 2k
Période élémentaire T 7/64
Nombre de porteuse K 1.705
La valeur du nombre de porteuse Kmin 0
La valeur du nombre de porteuse Kmax 1.704
Durée Tu 224us
Espacement de porteuse 4.464 Hz
Espacement entre porteuse 7.61MHz

Il ya une ressemblance claire entre (2.1.4) et la transformé discrète de Fourier (IDFT)

Parce qu’il existe une variété de d’algorithme FFT efficace qui performe la DFT et son
inverse, la forme d’implémentation la plus convenable est de générer N échantillon xn, qui
correspondent à la partie utilisable, Tu long, pour chaque symbole, L’intervalle de garde est
additionné en faisant une copie du dernier N ∆ /Tu de ces échantillons puis les ajouter en
premier, par la suite une conversion aboutit au signal s(t) centré sur la fréquence fc.

2.2 Implémentation du FFT

La première chose à en prendre en compte est que le spectre est centré sur fc cela veux dire
que la sous porteuse 1 est 7.61/2 MHz à gauche de la porteuse et la sous-porteuse 1.705 est
7.61/2 MHz à droite. Une façon plus simple de terminer le centrage est d’utiliser la 2N IFFT
[2] et T/2 comme la période élémentaire. Comme on peu le voir sur le tableau 1, le symbole
de durée Tu de l’OFDM est spécifie en considérant 2.048-IFFT (N=2.048). Donc on devra
utiliser 4.096-IFFT. Un bloque diagramme présentant la génération du symbole OFDM est
illustré par la figure 2.1. Où on a indiqué les différents variables contenus dans le programme
de Matlab. La prochaine étape est la simulation de la période appropriée. T est défini comme
la période élémentaire pour un signal à simple bande, mais comme on est entrain de simuler
un signal passe bande on devra le relié à la période temporel, 1/Rs, qui considère au moins
deux fois la fréquence de porteuse, pour question de simplicité on utilise une relation en
entier, Rs= 40/T, cette relation donne à la porteuse une fréquence proche de 90 MHz, qui en
fait dans la gamme du VHF canal cinq, un canal vulgaire dans n’importe que ville. On
maintenant commencer à la description des différents étapes en cerclé par des lettres dans la
figure 2.1

Figure 2.1 simulateur du générateur de symbole OFDM

Figure 2.2 Réponse temporel du signal porteuse en (B) Figure 2.3 Réponse fréquentiel du
signal porteuse en (B)

Comme suggérer dans [2] on additionne 4.096-1.705=2.391 zéros au signal info en (A) pour
terminer le dépassement d’échantillonnage, 2X, et pour centrer le spectre. En figure 2.2 et
figure 2.3, on peut observer les résultats de cette opération et le signal de porteuses utilise T/2
comme ca période temporelle. On peut remarquer que les porteuses sont la discrétion
temporelle du signal à bande simple. On peut utiliser ce signal en bande simple dans le
domaine de discrétion temporelle comme simulation, mais on devra rappelez les
inconvénients principales de l’OFDM qui apparaissent dans le domaine temporelle, c’est pour
cette raison on devra utiliser un outil de simulation pour cette dernière. La première étape
pour produire une simulation dans le domaine temporelle continue, on applique le filtre de
transmission, g(t), au signal complexe des porteuses, la réponse impulsionnelle ou la forme de
l’impulsion g(t) est donné par la figure 2.4

Figure 2.4 forme de l’impulsion de g(t) figure 2.5 Réponse du filtre


D/A

La sortie de ce filtre transmetteur est présentée par la figure 2.6 dans le domaine temporelle
et en figure 2.7 dans le domaine fréquentielle. La réponse fréquentielle de la figure 2.7 est
périodique comme exigé par le system temporellement discret [4]. Et La bande passante de ce
spectre présenté par la figure est donné par Rs. La période de U(t) est 2/T, et nous avons
(2/T= 18.286)-7.61= 10.675 MHz pour la bande passante de transition du filtre construit. Si
on avait utilisé N-IFFT, on aurait seulement utilisé (1/T=9.143)-7.61=1.533 MHz pour
bande passante de transition. Donc on aura besoin d’un filtre très aigue, par conséquent très
complexe, pour éviter l’alèsement.

La réponse du filtre proposé, D/A reconstruit est donné par la figure 2.5. C’est filtre
Butterworth d’ordre 13 et une fréquence de coupure de 1/T. La sortie du filtre est donnée par
la figure 2.8et figure 2.9. La première chose à remarquer et le temps de retard produit de 2.10-
7. En plus de retard, les performances du filtre sont comme prévu, parce que on utiliser le
spectre à bande simple. On doit rappeler que les sous porteuses 853 à 1.705 sont situé à droite
de 0Hz, et les sous porteuses 1 à 852 sont à gauche de 4 fc Hz.
Figure 2.6 Réponse temporelle du signal U en (C) Figure 2.7 Réponse fréquentielle du
signal U en C

Figure 2.8 Réponse temporelle du signal UOFT Figure 2.9 Réponse fréquentielle du signal
UOFT
En D En D
L’étape suivante est de faire la modulation d’amplitude en quadrature à band latérale
double de Uoft (t). Dans cette modulation un signal en phase mi(t) et un autre en quadrature
mq(t) sont modulé par la relation suivante :

L’équation (2.14) peut être exprimée comme suite :

Ou on peut définir les signaux en phase et en quadrature comme la partie réelle et imaginaire
respectivement de Cm,i,k et les symboles de 4 QAM .

Figure 2.10 uofti(t) Figure 2.11 uoftq(t)


Figure 2.12 Réponse temporelle Figure 2.13 Réponse
fréquentielle

L’opération correspondante du processus de l’IFFT est illustré par :

La réponse fréquentielle de chaque partie de (2.2.3) est présentée par la figure 2.10 et figure
2.11 respectivement. La réponse temporelle et fréquentiel du signal complet s(t) sont
présentés par la figure 2.12 et figure 2.13, on peu remarque la large valeur de PAR
mentionnée au préalable dans la réponse temporelle figure 2.12.

Finalement, la réponse temporelle en utilisant la simulation directe de (2.14) est


présentée par la figure (2.14), et la réponse fréquentielle de la simulation directe et
l’implémentation 2N-IFFT est présentée par la figure 2.15. La simulation directe exige un
temps considérable (10 minute dans un PC Sun Ultra 5.33MHz vitesse de processeur). Donc
pour une application pratique on doit utiliser l’approche IFFT/FFT. Une comparaison directe
des figure 2.12 et figure 2.14 montre des différences importantes dans l’alignement en temps
et en amplitude, l’étude de la réponse en fréquence en figure 2.15, montre une variation
d’amplitude mais relié fortement au spectre. On n’attend pas un tel signal identique parce que
on a obtenus des résultats différent de 1,705-IFFT contre 4,096-IFFT en utilisant les mêmes
donnés à l’entrée.
3 Réception OFDM
Comme mentionné au par avant, la conception de l’OFDM est ouvert, c’est adire, il ya
seulement la transmission standards. Avec une conception de récepteur ouvert, la plus part des
recherches et innovation sont effectués dans le récepteur. Par exemple l’inconvénient de la
sensibilité est principalement dans le canal de transmission, presque les mêmes éléments
qu’au transmetteur. Pour cela on présentera ici la structure la plus simple, généralement c’est
l’opération inverse de la transmission donné par la figure 3.1.

Figure 3.1 Simulation de la réception OFDM

L’OFDM est très sensible aux décalages temporels et fréquentielles [2]. Même dans cet
environnement de simulation idéal, on doit considérer le retard de temps produit par
l’opération de filtrage. Dans notre simulation le retard produit par la reconstitution et le filtre
de démodulation est environ td = 64/Rs. Ce retard est suffisant pour gêner la réception. C’est
la raison pour la quelle on remarque une différence légère entre le signal émis et le signal reçu
figure 2.3 et figure 3.7 (par exemple). Avec le retard pris en soin, le reste de la réception est
simple. Comme dans le cas de la transmission on a mentionné le nom des variables de
simulation les signaux de sorties dans la figure 3.1. Le résultat de simulation est donné par les
figures 3.2 à 3.9.

Conclusion

On peut trouver beaucoup d’avantages dans l’OFDM, mais il reste beaucoup de problème
complexe à résoudre, le groupe de recherche dans le laboratoire SARL est entrain de travailler
sur ces problèmes. Le but de ce projet est de donner un outil de simulation simple qui servira
comme point de départ dans leurs projets. On espère que par l’utilisation de la DVB-T comme
exemple, on pourra donner beaucoup plus d’explication des principes de l’OFDM.
MATLAB code used for simulation

Programme Matlab
clear all;
clc;
close all;
%*********************The 2k DVB-T parameters************************************
Tu=224e-6; %useful OFDM symbol period
T=Tu/2048; %baseband elementary period
G=0; %choice of 1/4, 1/8, 1/15 and 1/32
delta=G*Tu; %guard band duration
Ts=Tu+delta; %total OFDM symbol period
Kmax=1705; %number of subcarriers
Kmin=0;
FS=4096; %IFFT/FFT length
q=10; %carrier period to elementary period ratio
fc=q*1/T; %carrier frequency
Rs=4*fc; %simulation period
t=0:1/Rs:Tu;
tt=0:T/2:Tu;
%*******************************************************************************
repeat=68; % one OFDM frame( 68 OFDM symbols) is sent, symbol by symbol
SNR_dB = 0:2:16 ; %Signal-to-noise ratio in dB
error = zeros(1,length(SNR_dB));
%OFDM TRANSMISSION
%DATA GENERATOR
for z=1:repeat
for w=1:length(SNR_dB)
sM=2;
[x,y]=meshgrid((-sM+1):2:(sM-1),(-sM+1):2:(sM-1));
alphabet=x(:) + 1i*y(:);
N=Kmax+1;
rand('state',0);
a=-1+2*round(rand(N,1)).'+i*(-1+2*round(rand(N,1)).');
A=length(a);
info=zeros(FS,1);
info(1:(A/2))= [ a(1:(A/2)).'];
info((FS-((A/2)-1)):FS)= [ a(((A/2)+1):A).'];
carriers=FS.*ifft(info,FS);
%UPCONVERTER
L=length(carriers);
chips=[carriers.';zeros((2*q)-1,L)];
p=1/Rs:1/Rs:T/2;
g=ones(length(p),1);
dummy=conv(g,chips(:));
u=[dummy;zeros(46,1)];
[b,aa]=butter(13,1/20);
uoft=filter(b,aa,u);
delay=64; % Reconstruction filter delay
s_tilde=(uoft(delay+(1:length(t))).').*exp(1i*2*pi*fc*t);
s=real(s_tilde);
%***********************************************************
% Here based on the power of the received signal plus the
% desired SNR we generate and add the AWGN noise to create
% the corrupt signal
noisedst = awgn(s,SNR_dB(w),'measured');
%***********************************************************
%OFDM RECEPTION
%DOWNCONVERTER
r_tilde=exp(-1i*2*pi*fc*t).*noisedst; % (F)
%CARRIER SUPPRESSION
[B,AA]=butter(3,1/2);
r_info=2*filter(B,AA,r_tilde); %Baseband signal continous-time (G)
%SAMPLING
r_data=real(r_info(1:(2*q):length(t)))+1i*imag(r_info(1:(2*q):length(t)));
%Baseband signal discrete-time (H)
%FFT
info_2N=(1/FS).*fft(r_data,FS); % (I)
info_h=[info_2N(1:A/2) info_2N((FS-((A/2)-1)):FS)];
%SLICING
for k=1:N,
a_hat(k)=alphabet((info_h(k)-alphabet)==min(info_h(k)-alphabet)); % (J)
end;
figure(1);
plot(info_h((1:A)),'.k');
title('info_h Received Constellation');
axis square;
axis equal;
grid on;
figure(2);
plot(a_hat((1:A)),'or');
title('a_hat 4-QAM');
axis square;
axis equal;
grid on;
axis([-1.5 1.5 -1.5 1.5]);
error(w)= error(w) + length(find(a_hat~=a));
end
end
figure(3);
semilogy(SNR_dB,error/(repeat*N),'b<-');
grid on;
ylabel('Symbol Error Rate');
xlabel('SNR/bit in dB')
save result error SNR_dB N repeat
% error,SNR ,N and repeat variables are saved for possible future use
% and to avoid re-runing the simulation