Vous êtes sur la page 1sur 3

Langue et terminologie juridique:

Introduction: Le droit n'aurait pas naître sans l'existence d'un langage spécifique qui lui donne vie
de continuité et il lui sert de moyen d'expression. L'enseignement de la terminologie juridique est
indispensable aux études de droit.

Pour accéder à la connaissance juridique dans les différentes branches de droit, il faut au préalable
posséder un minimum de culture juridique comprenant les notions fondamentales du droit.

La terminologie juridique représente le premier défi que l'étudiant en droit doit relever.

Henri Capitant (un grand juriste français): "le langage juridique est la première enveloppe du droit,
qu'il faut nécessairement traverser pour aborder l'étude de son contenu".

Les études de droit se caractérisent par la spécificité du vocabulaire juridique, composé de mots
qui ont une signification particulière.

La spécificité de l'enseignement de la terminologie juridique réside dans l'étude de ces différents


termes de droit; non pas comme de simples mots, mais en tant que notions juridiques spécifiques.

Les cours de terminologie juridique doivent fournir aux étudiants de droit le vocabulaire de base,
ce cours est élaboré sous forme de thèmes se rapportant aux principales matières dispensées aux
étudiants de droit.

Notre travail sera basé sur des séances d'initiation au langage juridique, et sur une définition
précise, linguistiquement et juridiquement, de chaque terme juridique dans son propre contexte.

Nous examinerons dans ce cours: l'obligation et contrat en tant que deux notions fondamentales
du droit civil dans le cadre du premier thème.

Nous étudierons également dans le cadre d'un deuxième thème les deux piliers du droit pénal, à
savoir: l'infraction et la peine.

Nous traiterons ensuite dans le troisième thème le phénomène de l'Etat; sa notion, ses éléments
constitutifs et ses formes, avant de s'intéresser au service public; les différents principes généraux
qui s'appliquent à lui et ses mots de gestion dans le quatrième thème.

Ainsi le présent cours sera divisé en quatre thèmes, classés comme suit:

Thème1: Notions relatives aux obligations et contrats.

Thème2: Infractions et peines.

Thème3: L'Etat.

Thème4: Le service public.

Thème 1: Notions relatives aux obligations et contrats.

Nous étudierons dans le cadre de ce thème, les deux champs notionnels fondamentaux sur
lesquels le droit civil est fondé; à savoir: l'obligation et le contrat.
Chapitre1: L'obligation

Il convient tout d'abord de définir le terme obligation pou ensuite procéder à ses différentes
classifications.

Section1: La définition de l'obligation:

Le terme obligation revêt plusieurs sens: un sens général qui la ramène à la notion de devoir
général, pesant sur une personne; Ex: Obligation pour un contribuable de payer ses impôts, pour
un père de déclarer la naissance de son fils...

Un sens particulier; ou la notion d'obligation se ramène à un rapport de droit en vertu duquel une
personne que l'on appelle: créancier, est en droit d'exiger de l'autre que l'on appelle: débiteur,
l'accomplissement d'une prestation. Par exemple: l'obligation qui pèse sur l'employeur de verser
un salaire à ses employés , sur le vendeur de livrer la marchandise, sur l'auteur d'un accident de
réparer dommage causé...

Dans les deux sens, la notion d'obligation implique celle du devoir, mais au sens du droit des
obligations, il s'agit d'un devoir intégré dans le cadre d'un rapport créancier/ débiteur.

Le dahir des obligations et contrats DOC, ne définie pas clairement la notion d'obligation, mais il
fournit néanmoins les éléments de cette définition (Il s'agit d'un rapport en vertu duquel une
personne (créancier) est en droit d'exiger d'une autre (débiteur) l'accomplissement d'une
prestation).

Du côté du bénéficiaire, l'obligation est appelée "créance", du côté de celui qui est tenu
d'accomplir la prestation, l'obligation est qualifiée de "dette"

Section2: Classifications des obligations

Les obligations sont très variées, néanmoins, elles peuvent être classées selon leur nature, leur
objet, leur intensité ou leur source.

-Classification fondée sur la nature d'obligation:

 L'obligation civile: est l'obligation qui confère au créancier le pouvoir d'en réclamer
exécution au débiteur. Elle est fondée sur notion de contrainte, c.-à-d.; que c'est une
obligation dont l'inexécution est sanctionnée par le droit.
 L'obligation dite civile par opposition à l'obligation naturelle ou morale: qui est une
obligation dont l'inexécution n'est pas juridiquement sanctionnée, le créancier ne peut
contraindre le débiteur à exécuter. Cette exécution ne constitue qu'une sorte de devoir de
conscience. Par exemple: entre frères et sœurs, l'obligation alimentaire est de nature
morale et non civile, l'obligation qui pèse sur le débiteur n'est plus que de nature morale.
Juridiquement le créancier ne dispose pas d'action pour le contraindre à l'exécution.
-Classification fondée sur l'objet de l'obligation:
L'objet de l'obligation désigne ce à quoi le débiteur est tenu envers le créancier. Ainsi, et à
titre d'exemple, celui qui a emprunté une somme d'argent est tenu de rembourser...
Généralement, on distingue: l'obligation de donner, de faire, et de ne pas faire.
 L'obligation de donner (obligation positive): C'est une obligation personnelle pour
un débiteur de transférer la propriété d'un bien ou d'une chose à son créancier.
 L'obligation de faire ( obligation d'exécution): C'est une obligation dont l'objet est
une prestation quelconque. Il y a donc obligation de faire lorsque le débiteur est
tenue de faire quelque chose ou d'accomplir un fait positif. Ex: transporter une
chose, accomplir un travail, réparer une machine...
 L'obligation de ne pas faire (obligation négative): c'est une obligation en vertu de
laquelle, le débiteur est tenu de s'abstenir de certains actes. C'est une obligation
par omission. Ex: L'obligation de non concurrence.
- Classification fondée sur la force de l'obligation
 L'obligation de résultat: C'est une obligation en vertu de laquelle, le
débiteur est tenu d'un résultat précis, il doit parvenir ainsi au résultat
promis au créancier et satisfaire celui-ci. A titre d'exemple: Le transporteur
de personne s'engage envers le voyageur à le déplacer d'un endroit à un
autre, ce qui est demandé c'est l'arrivée à la destination prévue. La
responsabilité du débiteur peut être engagée par la simple constatation
que le résultat promis n'a pas été atteint. Autre exemple est celui de
l'obligation de l'architecte et de l'entrepreneur qui sont tenus de réaliser
un résultat.
 L'obligation de moyens: C'est une obligation en vertu de laquelle , le
débiteur n'est pas tenu d'un résultat précis. Certains auteurs l'appellent
aussi obligation de prudence ou obligation de diligence. Ainsi, à titre
d'exemple: le médecin s'engage seulement à tout mettre en œuvre pour
obtenir la guérison du malade sans garantir cette dernière. La
responsabilité du débiteur peut être engagée que si il est prouvé que ce
dernier a commis une faute ou n'a pas utilisé tous les moyens promis.
Autre exemple: celui de l'obligation qui incombe au mandataire, qui est
tenu d'apporter à la gestion dont il est chargé, la diligence d'un homme
attentif et scrupuleux.

Vous aimerez peut-être aussi