Vous êtes sur la page 1sur 8

Les groupements phraséologiques

(2 h)

Plan
I. L’objet d’études de la phraséologie.
II. Les principes de classification des locutions phraséologiques.
III. Les combinaisons phraséologiques.
IV. Les idiomes.
V. Les variantes phraséologiques.

I. L’objet d’études de la phraséologie.


Elle étudie des agencements de mots particuliers. Le premier examen de la
phraséologie française a été entrepris par Ch. Bally, Albert Sechehay [se⌠e]
et J. Marouzeau. Parmi les linguistes russes : В.В. Виноградов, А.Г. Назарян.
Les types essentiels d’agencements des mots :
1) Les groupements de mots individuels, passagers et instables. Les liens entre
les mots se rompent sitôt après leur formation et les mots retrouvent leur
liberté
Ex. un bon camarade

un bon de séjour

2) Les groupements de mots dont les composants ont pardu leur liberté et sont
plus stables
Ex. gravement malade

grièvement blessé

3) Les locutions phraséologiques qui diffèrent des autres par leur stabilité et
leur cohésion. Ch. Bally distingue 2 types de locutions phraséologiques:
 les unités dont la cohésion est absolue
 les unités dont la cohésion est relative
В.В. Виноградов a fait une autre classification des locutions phraséologiques:
 les locutions soudées
 les ensembles phraséologiques
 les combinaisons phraséologiques
A l’heure actuelle l’intérêt à la phraséologie augmente. Il existe un problème qui
n’est pas encore résolu – c’est le problème de limites entre les types de
phraséologismes. On propose des critères suivants pour la définition du
phraséologisme :
1) l’intégrité nominative
2) l’équivalence au mot
3) la valeur imagée
4) le caractère idiomatique
5) la stabilité
6) la reproductivité intégrale dans la parole.

En utilisant l’un ou l’autre de ces principes on diminue ou bien on élargie les


frontières de la phraséologie.

II. Les principes de classification des locutions phraséologiques.


D’après la motivation (la sémantique) on distingue les locutions suivantes :
1) les locutions immotivées
Ex. ne pas avoir froid aux yeux – « avoir de l’énergie, du courage »

2) les locutions sémantiquement motivées


Ex. rire du bout des lèvres – « sans en avoir envie »

3) les locutions à sens littéral (буквальный)


Ex. se rompre le cou – «se casser le cou»

D’après leurs fonctions communicatives on distingue les locutions suivantes :


1) les locutions à valeur intellectuelle

2
Ex. salle à manger

2) les locutions à valeur logico-émotionnelle


Ex. ses cheveux frisent comme des chandelles

3) les locutions à valeur affective


Ex. flûte alors! qui marque le dépit

D’après le fonctionnement syntaxique on distingue les locutions suivantes :


1) les équivalents de mots
Ex. pomme de terre, sans cesse

2) les équivalents de groupement de mots


Ex. courir un danger

3) les équivalents de phrases


Ex. c’est une autre paire de manches

Des phraséologismes peuvent être classés à partir de leur structure grammaticale,


leur appartenance à un style.

III. Les combinaisons phraséologiques.


Elles sont caractérisées par la cohésion (спаянность) des composants relativement
faibles. Les composants conservent leur indépendance et s’isolent facilement par
leur sens. Elles se rapprochent des agencements des mots libres par leur
individualité, mais elles s’en distinguent par le fait que les mots composants restent
limités dans leur emploi. Souvent un des composants est pris dans un sens lié
tandis que l’autre s’emploie librement en dehors de cette locution.

3
Ex. désirer ardemment les adverbes ne sont pas interchangeables

aimer éperdument

Certaines combinaisons phraséologiques sont le résultat de l’emploi restreint des


mots monosémiques.
Ex. des jours ouvrables

le nez aquilin
chercher noise (придираться)
rester coi (сидеть тихо)

La plupart des combinaisons phraséologiques sont créées à la base de l’emploi


imagé d’un des composants :

Ex. sauter sur l’occasion Parfois on peut substituer un des termes:

être noyé de dettes = être cousu de dettes


être criblé de dettes

Les combinaisons phraséologiques sont caractérisées par l’autonomie syntaxique


de leurs composants, les rapports syntaxiques entre ces composants étant
conformes (соответствуют) aux normes du français moderne.
La variabilité des phraséologismes est une particularité du français. Les
combinaisons phraséologiques ne sont point des équivalents des mots. C’est
pourquoi elles n’entrent pas dans le vocabulaire comme des unités lexicales.

IV. Les idiomes.


Les idiomes sont des locutions phraséologiques dont le sens global ne coïncide pas
avec le sens de leurs composants. Les idiomes présentent un tout indivisible dont
les éléments ont pardu leur autonomie sémantique. Ils peuvent être équivalents aux
mots, aux termes de la proposition :
Ex. enveleppe mortelle – «саван»

4
Ils peuvent jouer le rôle d’une proposition :
Ex. il n’y a pas de roses sans épines

D’après le degré de leur motivation on distingue :


1) les locutions soudées (=les soudures) (спаянный);
2) les ensembles phraséologiques.
Les locutions soudées sont les plus stables et les moins indépendentes. Elles ne se
laissent pas décomposer et leurs sens ne découle pas de leurs structures lexicales.
Le sens est conventionnel tout comme le sens d’un mot immotivé.
Ex. jour marqué d’une pierre blanche – «знаменательный день»

ne pas être dans son assiette – «быть не в своей тарелке»


aller à la queue leu leu – «идти гуськом»

Le sens général ne peut être expliqué que dans la diacronie et seul l’analyse
étymologique permet de rétablir le lien sémantique. Les soudures comportent
souvent des archaïsmes :
Ex. avoir maille à partir avec qn - «нечего делить с кем-то»

Souvent les idiomes sont le résultat ou bien une mention (упоминание) d’un fait
historique.
Ex. faire la conduite de Grenoble – «отправить с позором»

Certaines locutions soudées contiennent des archaïsmes grammaticaux. C’est


surtout l’absence de l’article qui indique que le phraséologisme a été formé à
l’époque quand l’article n’était pas obligatoire. Certaines soudures sont tirées des
oeuvres littéraires :
Ex. Tu l’as voulu, Georges Dendin – «так тебе и надо»

Revenons à nos moutons – «вернемся к нашим баранам»


5
Les ensembles phraséologiques se laissent plus ou moins révéler à travers le sens
de leurs composants (à l’encontre des soudures) :
Ex. avoir la langue liée – «avoir un motif qui ne permet pas de dire qch»

La plupart des ensembles phraséologiques se comprennent d’eux-mêmes :


Ex. conte à dormir debout

laver son linge sale en famille


lire entre les lignes
Parmi les ensembles phraséologiques se classent des comparaisons imagées qui
sont bien typiques pour le français :
Ex. manger comme quatre

marcher comme une tortue


rester muet comme un poisson

Leur sens se laisse facilement comprendre. A l’encontre des groupements soudés,


les ensembles phraséologiques sont formés d’après les normes syntaxiques du
français moderne et ne contiennent pas des archaïsmes. De plus ils admettent
parfois la substitution des éléments :
Ex. dormir comme une marmotte

dormir comme un loir


dormir comme une souche
dormir comme un sonneur
dormir comme un sabot

V. Les variantes phraséologiques.


Un des traits particuliers de la phraséologie française est la variabilité de ses unités.
Il faut distinguer entre les variantes et les synonymes phraséologiques. Il y a la
synonymie si les distinctions formelles sont accompagnées d’une différenciation de
sens. S’il n’y a pas de distinction de sens nous sommes en présence des variantes
phraséologiques :

6
Ex. ne pas bouger de petit doigt Variantes phraséologiques

ne pas remuer de petit doigt

Ex. tirer profit de qch (извлечь выгоду) Synonymes phraséologiques

tirer parti de qch (извлечь пользу)

Très souvent c’est la composition lexicale qui varie :


Ex. avoir la mine de Carême – «постная мина»

la face
le visage

Parfois c’est le changement de l’ordre des mots-composants qui peut créer la


variabilité :
Ex. mettre du noir sur blanc – «черным по белому»

mettre du blanc sur noir

Les variantes peuvent être aussi une conséquence de la coexistence de la locution


phraséologique pleine et elliptique :
Ex. sortir blanc [comme neige] – «выйти сухим из воды»

manger sa fortune [ par les 2 bouts] – «промотать состояние»


se laisser tondre [la laine sur le dos] – «позволить себя одурачить»

Le vocabulaire français abonde en locutions phraséologiques. Cette richesse de la


phraséologie rend la langue française concrète, expressive et imagée malgré
l’opinion de certains linguistes qui se référant aux phénomènes de la formation des
mots insistent sur son caractère abstrait.

7
8