Vous êtes sur la page 1sur 34

CHEC 2015 – 2016

STRUCTURES MIXTES – CONTRÔLE

CORRIGÉ

Durée: 3 heures
Documents autorisés: tous documents de cours (notes et polycopié), applications, Eurocodes
Matériel autorisé: calculatrice

1. QUESTIONS DE COURS

1.1. Sur un plancher, le poids du revêtement de sol est-il pris en compte


avec un coefficient d’équivalence court terme ou long terme ? Qu’en
est-il pour la charge d’exploitation ?
Le revêtement de la dalle est une action « long terme ». La charge d’exploitation une action « court
terme ».

1.2. Comment calculer le cisaillement longitudinal entre une poutre acier et


une dalle béton dans le domaine élastique ?
Le cisaillement est proportionnel à l’effort tranchant.
VEd  Sh
Vl 
I

• Effort tranchant sollicitant : Ved


• Moment statique par rapport à l’axe neutre élastique de la section de la dalle ou de la section
de la poutre acier : Sh = b x B/n = a x A
• Moment d’inertie de la section : I

1.3. Dans une poutre mixte continue, pourquoi la largeur participante est-
elle différente sur appui et en travée ?
A cause de traînage de cisaillement.

1.4. Dans un poteau mixte, à quoi correspond le coefficient  qui vient


pondérer l’effort normal plastique résistant dans la vérification sous
effort normal centré ?
C’est le coefficient de flambement de l’eurocode 3. Il traduit la sensibilité au flambement.

1.5. Comment la connexion est-elle assurée entre un bac acier qualifié de


collaborant et une dalle béton ?
Par des indentations, ou des connexions aux extrémités au minimum (queue d’aronde, goujons…).

Version : 1 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 1 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
2. ETUDE D’UNE POUTRE MIXTE ACIER-BETON
Pour un plancher technique soumis à des charges importantes, on a été amené à utiliser un plancher
mixte acier-béton. La hauteur du plancher était limitée à 740mm.
L’objet de l’exercice est d’étudier ce plancher constitué d’une dalle en béton de 0,15 m d’épaisseur
connectée à des poutrelles métalliques W530-315-300 espacées de 7,90 m et dont la portée
isostatique est de 12,20 m. Les profilés W sont des profilés américains. Les caractéristiques sont
données ci-après.

12,20m

Coupe transversale du plancher

3,95m 7,90m 3,95m

Version : 1 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 2 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
3. CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX

3.1. Acier de structure


La poutrelle W530 est en acier S355.
Au regard de l’épaisseur des semelles, on utilise : fy = 335 MPa .

Le module d’élasticité longitudinal de l’acier est : Ea  210 000 MPa


Le coefficient de dilatation thermique de l’acier est :   1,2  10 5 / C . Dans le cas d’une structure
mixte, on considère   1,0  105 / C
Les dimensions et caractéristiques mécaniques du profilé W530 sont :

Dimensions : Caractéristiques :
h = 585 mm Section : S = 381,59 cm²
b = 319 mm Fibre sup : v = 0,2925 m
tw = 23,1 mm Fibre inf : v’ = 0,2925 m
tf = 41,4 mm Inertie : Iy = 220780,70 cm4
r = 13 mm Poids au ml : p = 2,94 kN/ml

3.2. Béton
Le béton a une classe de résistance C30/37.
Le coefficient de dilatation thermique du béton est :   1,0  105 / C

3.3. Armatures
Les armatures sont de type Fe E 500 MPa.

3.4. Connecteurs
Les connecteurs sont des goujons Nelson en acier de résistance ultime f u = 450 MPa.
Les caractéristiques géométriques sont les suivantes :
hsc  125mm d  19mm D  38mm

Version : 1 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 3 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
4. CHARGEMENT

4.1. Poids propre


La charge permanente est évaluée à partir du poids volumique des matériaux. On considère un poids
volumique de 25 kN/m3 pour le béton. Pour la poutre W530, on considère le poids linéique indiqué
dans le catalogue.
On ne considère pas de poids de coffrage. La dalle est coulée en une seule phase.

4.2. Superstructures
Les charges de superstructures (équipements lourds permanents des locaux techniques) sont
évaluées à 5 kN/m². Elles sont considérées comme des charges permanentes.

4.3. Charges d’exploitation


Les charges d’exploitation sont de 3,5 kN/m².

4.4. Retrait
On suppose une déformation de  r  3,25  104 m/m

5. LIMITATION DES DEFORMATIONS

La flèche sous charge d’exploitation et charges de superstructures sera limitée à 1/600. La poutre
sera contrefléchée sous le poids propre du profilé et de la dalle, et sous l’effet du retrait seulement.

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 4 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
6. DIMENSIONNEMENT DE LA POUTRE MIXTE

6.1. Conception
Rappeler les hypothèses de la conception :
 Isoler l’élément à étudier,
 Rappeler les conditions d’appui aux extrémités,
 Rappeler les caractéristiques géométriques de la dalle (épaisseur, largeur), de la poutre (type
de profilé), et des goujons (diamètre et hauteur),
 Rappeler la nuance d’acier, la classe de béton, la classe des armatures et la résistance des
connecteurs,
 Indiquer les critères à respecter à l’ELU et à l’ELS pour le dimensionnement de la poutre mixte.

a) Isoler
L’étude porte sur une poutre de 12,20m de portée.

L=12,20m

b) Conditions d’appui
Elle est sur appuis simples.

c) Description des éléments constitutifs


La dalle a une largeur de 7,90 m et une hauteur de 0,15 m. Le profilé est un W530. Les connecteurs
sont des goujons Nelson de 19 mm de diamètre et 125 mm de hauteur.

d) Matériaux
L’acier est de nuance S355. La qualité est J0 au minimum compte tenu de la présence des goujons
soudés.
Le béton est de classe C30/37.
Les armatures sont de type Fe E 500 MPa.
Les connecteurs ont une résistance ultime fu=450 MPa.

e) Critères à respecter
A l’état limite ultime, au milieu de la travée, on doit vérifier que :
 Pour une section de classe 1 ou 2 (NF EN 1994-1-1 chap 6.2.1.2) :
Le moment plastique Mpl,Rd est supérieur au moment de calcul maximal en travée MEd :
M pl, Rd  M Ed
L’effort tranchant admissible VRd est supérieur à l’effort tranchant maximal de calcul VEd :
VRd  VEd
 Pour une section de classe 3 ou 4 (NF EN 1994-1-1 chap 6.2.1.5) :
Les contraintes élastiques sont inférieures à :
f yd  f yk pour la section métallique,
f ck
f cd 
1,5 pour la dalle en béton.

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 5 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
A l’état limite de service, pour ce projet, on doit également vérifier le critère de flèche sous charges
d’exploitation et charges de superstructures : f/L < 1/600. La poutre est contrefléchée sous poids
propre.
Il n’y a pas de critère à respecter sur les contraintes à l’ELS pour le bâtiment (NF EN 1994-1-1 chap
7.2.2).

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 6 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
6.2. Caractéristiques de la poutre
6.2.1. Largeur efficace
Calculer la largeur participante de la dalle à mi-travée et sur appuis.

a) Milieu de la travée :
Au milieu de la travée (section comprise entre L/4 et 3L/4), la largeur participante est égale à (NF
EN 1994-1-1 chap 5.4.1.2 (5)) :
beff  b0  bei  b0  be1  be 2

Nous considérons, en première approche, b0 = 0


(selon l’hypothèse proposée par l’EN 1994 5.4.1.2 (9))

L’écartement des poutrelles étant égal à 7,90 m : b1  b2  3,95 m


La travée étant isostatique : Le  L  12,20 m
La valeur de la largeur efficace de la semelle de chaque côté de l’âme :
 L   12,20 
be1  be 2  min  bi ; e   min  3,95;   1,525 m
 8  8 
La largeur participante est donc égale à :
beff  0  2  1,525  3,05 m

b) Au niveau des appuis d’extrémité :


La largeur participante au niveau des appuis d’extrémité est égale à (NF EN 1994-1-1 chap 5.4.1.2
(6)] :
beff  b0  i bei  b0  1be1   2be 2
Nous considérons, en première approche, b0 = 0
La valeur de la largeur efficace de la semelle de chaque côté de l’âme est la même que pour le milieu
de la travée : be1  be 2  1,525 m
Le coefficient  vaut :
Le 12,20
1   2  0,55  0,025  0,55  0,025  0,75
bei 1,525
La largeur participante est donc égale à :
beff  0  2  0,75  1,525  2,29 m

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 7 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
6.2.2. Caractéristiques du profilé métallique seul
Déterminer les caractéristiques mécaniques de la section du profilé métallique seul (section, position
du centre de gravité, inertie) à mi-travée.
Le profilé W530 sera assimilé à un profilé simplifié sans prendre en compte les congés. On n’utilisera
pas les caractéristiques du profilé pour les calculs.
Comparer les caractéristiques avec celles du profilé du commerce à titre de contrôle.

Les dimensions et caractéristiques mécaniques du profilé W530 sont :


Dimensions :
h = 585 mm
b = 319 mm
tw = 23,1 mm
tf = 41,4 mm

En négligeant les congés de raccordement aux jonctions âme-semelle du profilé, on peut l’assimiler à
une poutre reconstituée soudée (PRS) dont les caractéristiques sont égales à :

Elément b (m) h (m) S (m²) zGi (m) S*zGi Iy (m4) S*(zGi-zG)²


Semelle supérieure 0.319 0.0414 0.01321 0.5643 0.007452 189E-08 97564E-08
Ame 0.0231 0.5022 0.01160 0.2925 0.003393 24382E-08 0
Semelle inférieure 0.319 0.0414 0.01321 0.0207 0.000273 189E-08 97564E-08
4
Poutre acier S = 0.0380 m² zG = 0.2925 m Iy = 219 887E-08 m
Les valeurs sont proches de celles du profilé du commerce réel.

6.2.3. Caractéristiques de la section mixte homogénéisée


Déterminer les caractéristiques mécaniques de la section mixte (section, position du centre de gravité,
inertie) à mi-travée.
On prendra en compte un coefficient d’équivalence moyen neq de 13.
Le W530 sera assimilé à un profilé simplifié sans prendre en compte les congés. On n’utilisera pas les
caractéristiques du profilé pour les calculs.

Nous considérons dans ce calcul la section simplifiée (ignorant les congés de raccordement âme-
semelle).
Caractéristiques mécaniques de la section mixte sont (neq = 13) :

Elément neq b (m) h (m) S (m²) zGi (m) S*zGi Iy (m4) S*(zGi-zG)²
Dalle béton 13 3.0500 0.150 0.03519 0.66 0.023227 6599E-08 128160E-08
Semelle supérieure - 0.319 0.0414 0.01321 0.5643 0.007452 189E-08 11947E-08
Ame - 0.0231 0.5022 0.01160 0.2925 0.003393 24382E-08 36219E-08
Semelle inférieure - 0.319 0.0414 0.01321 0.0207 0.000273 189E-08 265722E-08
4
Section mixte S = 0.0732 m² zG = 0.469 m Iy = 473 293E-08 m

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 8 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
6.3. Bilan des actions extérieures
Faire le bilan des actions extérieures qui s’exercent sur la poutre.

a) Charges permanentes :
Poids propre du profilé = charge linéique sur la longueur du profilé = 2.94 kN/ml
Poids propre de la dalle = poids volumique ramené à une charge linéique sur la longueur du profilé
Superstructures = charge surfacique ramenée à une charge linéique sur la longueur du profilé

b) Charges variables :
Exploitation = charge surfacique ramenée à une charge linéique sur la longueur du profilé

Largeur Epaisseur Poids Poids Poids


chargée volumique surfacique linéique
m m kN/m3 kN/m² kN/ml
Charges permanentes
Poutre 2,94
Dalle 7,90 0,15 25 29,625
Sous-total poids propre 32,565
Superstructures 7,90 5 39,5
Sous-total superstructures 39,5
Charges variables
Exploitation 7,90 3.5 27,65
Sous-total charges variables 27,65

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 9 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
6.4. Calcul des sollicitations
6.4.1. Sollicitations sous cas unitaires
Calculer les sollicitations maximales pour chaque cas de charge élémentaire en considérant que la
poutre n’est pas étayée au bétonnage :
 Sollicitations sous l’effet du poids propre du profilé,
 Sollicitations sous l’effet du poids propre de la dalle,
 Sollicitations sous l’effet des superstructures,
 Sollicitations sous l’effet de la charge d’exploitation,
 Sollicitations sous l’effet de retrait.

L’étude sera menée pour les sections situées à mi-travée et sur appuis.

La poutre est isostatique de portée L  12,20 m


Nous étudierons deux sections particulières :
- La section à mi portée (point B) à l’abscisse xB  6,10 m (moment fléchissant maximal)
- La section sur appui (point A) à l’abscisse x A = 0 ,00 m (effort tranchant maximal)

A B

12,20m

a) Poids propre au coulage du béton


Le poids propre de la structure (profilé métallique + dalle) est assimilable à une charge uniformément
répartie sur toute la longueur de la poutre et dont l’intensité est égale à : p1  32,565 kN / m .
p1 L2 32,5654  12,20 2
M 1,B    605,9 kN.m
8 8
p L 32,565  12,20
V1, A  1   198,6 kN
2 2
b) Pose des superstructures
Le poids des superstructures est assimilable à une charge uniformément répartie sur toute la longueur
de la poutre et dont l’intensité est égale à : p2  39,5 kN / m
p2 L2 39,5  12,20 2
M 2, B    734,9 kN.m
8 8
p L 39,5  12,20
V2, A  2   240,95 kN
2 2
c) Charges d’exploitation
Les charges d’exploitation sont assimilables à une charge uniformément répartie sur toute la longueur
de la poutre et dont l’intensité est égale à : p3  27,65 kN / m
p3 L2 27,65  12,20 2
M 3,B    514,5 kN.m
8 8
p3 L 27,65  12,20
V3, A    168,7 kN
2 2

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 10 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
d) Retrait
La déformation uniforme de la section de béton est égale à :  r  3,25  104 m/m
Pour le calcul des sollicitations, nous considérons une largeur de dalle agissant sur la poutre de
3,05 m. On prend donc seulement en compte la largeur participante dans ce calcul (cf applications).

La section mixte est calculée avec une largeur participante de dalle égale à 3,05 m et un coefficient
d’équivalence acier-béton : neq  13
Effort normal de traction dans le béton :
Ea 210000MPa
Nr   r AC   3,25  10 4  0,15m  3,05m  1000  2402 kN
neq 13
Moment fléchissant s’appliquant sur la section mixte
M r  Nr  e
e étant la distance entre la fibre neutre de la dalle et le centre de gravité de la section mixte
M r  2402  (0,2658  0,075)  458 kN.m

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 11 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
6.4.2. Sollicitations à l’ELU et à l’ELS
Calculer les sollicitations à ELU et à ELS.

Les combinaisons à considérer sont :


Etat Limite Ultime : 1,35 G + ( 1,00 ou 0 ) S + 1,50 Q
Etat Limite de Service : G + ( 1,00 ou 0 ) S + Q

Le récapitulatif des actions extérieures et sollicitations de la poutre isostatique est le suivant :

Pond. MB VA Pond. MB VA
poids linéaire ELS (pond ELS) (pond ELS) ELU (pond ELU) (pond ELU)
Poids propre 32,565 KN/m 1.00 605,9 KN.m 198,6 KN 1.35 818,0 KN.m 268,1 KN
Superstructures 39,5 KN/m 1.00 734,9 kN.m 240,95 KN 1.35 992,1 kN.m 325,3 KN
Exploitation 27,65KN/m 1.00 514,5 KN.m 168,7 KN 1.50 771,8 KN.m 253,1 KN

Les sollicitations aux combinaisons ELS et ELU valent :

MB VA
Combinaison ELS 1855,3 KN.m 608,25 KN
Combinaison ELU 2581,9 KN.m 846,5 KN

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 12 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
6.5. Vérifications à l’ELU
On rappelle que fy = 335 Mpa pour toutes les vérifications qui suivent pour le profilé métallique.

6.5.1. Détermination de la classe de la section


Déterminez la classe de la section métallique seule et la classe de la section mixte. Le profilé sera
toujours assimilé à un PRS sans arrondis (congés).

On rappelle les caractéristiques de la section métallique seule :


Largeur (m) Epaisseur (m)
Dalle 3.05 0.15
Semelle supérieure 0.319 0.0414
Ame 0.5022 0.0231
Semelle inférieure 0.319 0.0414

235
Le profilé est en acier S355 ainsi : f y  335 Mpa et    0,84
fy
a) semelle comprimée
En se référant au tableau 5.2 de la NF EN 1993-1-1 feuille 2/3 (page 42) : Paroi en console

En négligeant les congés de raccordement âme-semelle ( r  13 mm ), et même l’épaisseur de l’âme (


t w  23,1 mm ), la largeur de la semelle en console est de 159,5 mm .
L’épaisseur de la semelle est de 41,4 mm .
c bs 159,5
L’élancement de la paroi comprimée est alors de : ≈   3,8
t 2 t s 41,4
c
(En toute rigueur c  134,95 mm et  3,3 )
t
c
La semelle comprimée est de classe 1 car : ≈3,8 ≤ 9   7,5
t
b) âme
En se référant au tableau 5.2 de la NF EN 1993-1-1 feuille 1/3 (page 41) : Paroi comprimée interne
simplement fléchie

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 13 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
En négligeant les congés de raccordement âme-semelle ( r  13 mm ), la hauteur d’âme est égale à
502,2 mm .
L’épaisseur de l’âme est égale à 23,1mm .
c bw 502,2
L’élancement de l’âme est alors égal à :    21,7
t tw 23,1
c
(En toute rigueur c  476,2 mm et  20,6 )
t
c
L’âme est de classe 1 car :  21,7 ≤ 72   60,5
t
En toute rigueur, il faudrait calculer la position de l’axe neutre plastique avant de déterminer la
classe pour regarder les zones comprimées uniquement. L’hypothèse sur l’âme sera validée au
chapitre suivant.

c) Semelle tendue
La semelle tendue est de classe 1 car elle ne risque pas de voiler.

d) Conclusion
La classe de la section est la classe la plus élevée de chacune de ses composantes. Dans notre cas,
la section est de classe 1 et peut donc être justifiée par un calcul plastique.

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 14 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
6.5.2. Approche plastique
6.5.2.1 Vérification vis-à-vis du moment
Calculer le moment plastique de la section à mi-travée et vérifier la section pour ce critère.
L’utilisation du moment plastique pour vérifier la section est-elle légitime ? Pourquoi ?

Avec tf = 41,4mm, on a f y  335MPa


Calcul de la position de l’Axe Neutre Plastique (ANP)
Ce calcul peut être mené au chapitre 6.5.1 pour déterminer la classe de la section.
On calcule l’effort résistant plastique de chaque élément de la section :

Elément b (m) h (m) Fpl (MN)


Dalle béton 3,05 0,150 Fc = 0,85 Sc fck / c = 0,85 x 3,05 x 0,15 x 30 / 1,5 = 7,778

Semelle supérieure 0,319 0,0414 Ffsup = Sfsup fy / M0 = 0,319 x 0,0414 x 335 = 4,424
Ame 0,0231 0,5022 Fw = Sw fy / M0 = 0,5022 x 0,0231 x 335 = 3,886
Semelle inférieure 0,319 0,0414 Ffinf = Sfinf fy / M0 = 0,319 x 0,0414 x 335 = 4,424
Fa = 12,735

L’ANP se situe dans la poutre, car : Fc  7,778MN  Fa  Ff sup  Fw  Ff inf  12,735MN


On vérifie alors :
Fa  Fc  4,957MN  2  b f  t f  f y  2  0,319  0,0414  335  8,848MN
On en déduit que l’ANP est dans la semelle supérieure de la poutre.
L’épaisseur de semelle comprimée est égale à z  hc

hc zz

A la limite : l’effort dans la semelle vaut Fa  Fc  2  b f  ( z  hc )  f y


Donc la position de l’ANP par rapport à la fibre supérieure de la dalle béton vaut :
z  ( Fa  Fc ) /( 2  b f  f y )  hc  4,957 /( 2  0,319  335)  0,15  0,1732m

Remarque : l’âme est toujours tendue. Il n’était donc pas nécessaire de déterminer sa classe.

Calcul des efforts des moments résistants de chaque composant et du moment plastique résistant de
la section mixte :
z/fib sup
Elément b (m) h (m) Fpl (MN) (m) Mpl (MN.m)
Dalle béton 3,05 0,150 -7,778 0,075 -0,583
Semelle supérieure 0,319 0,0232 -2,478 0,162 -0,401
Semelle supérieure 0,319 0,0182 1,944 0,182 0,354
Ame 0,0231 0,5022 3,886 0,443 1,721
Semelle inférieure 0,319 0,0414 4,424 0,714 3,159
MPl,Rd = 4,25 MN.m

Le critère de comparaison au moment plastique est valide, car la section est de classe 1.

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 15 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
Vérification du moment ELU (NF EN 1994-1-1 chap 6.2.1.2) :
La section d’étude est vérifiée car : M Pl ,Rd  4,25MN .m  M Ed  2,58MN .m

Nota :
1°) Ces calculs ont toujours ignoré la présence d’un ferraillage passif dans la dalle.
2°) Les calculs approchés (ignorant les congés de raccordement âme-semelles) sont à moins de 5%
du résultat exact, du côté de la sécurité : voir applications.

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 16 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
6.5.2.2 Vérification vis-à-vis de l’effort tranchant
Vérifier la section pour le critère d’effort tranchant sur appui.
hw t w f yw
La résistance maximale à l’effort tranchant d’une solive vaut : V Pl , Rd 
3 M 0
Calcul des efforts de l’effort tranchant approché résistant de la section mixte :
Elément b (m) h (m) VRd (MN) VRd (MN)
Ame 0,0231 0,5022 0,0231 x 0,502 x 335 / √3 2,24

Vérification de l’effort tranchant ELU (NF EN 1994-1-1 chap 6.2.2) :


La section d’étude est vérifiée car : VRd  2,24MN  VEd  0,85MN

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 17 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
6.5.3. Approche élastique
6.5.3.1 Contraintes dues au retrait
Calculer les contraintes dues au retrait au niveau de la fibre supérieure de la dalle, de la fibre
inférieure de la dalle, de la fibre supérieure du profilé et de la fibre inférieure du profilé.

On commence par appliquer la force de traction -Nr sur le béton (étape 1). Pour équilibrer cet effort,
on doit appliquer la force de compression Nr sur la section mixte (étape 2) et le moment Mr sur la
section mixte (étape 3).
On considère seulement la largeur de béton participante pour ces calculs.

Etape 1 : appliquer la force de traction sur le béton seul et calculer les contraintes dans le béton
b = - Nr/Ab

Etape 2 : appliquer la force de compression sur la section mixte (section S) et calculer les contraintes
dans la section mixte
b = Nr / (S x neq)
a = Nr / S

Etape 3 : appliquer le moment fléchissant sur la section mixte (inertie I et position / axe neutre y) et
calculer les contraintes dans la section mixte
b = Mr y / (I x neq)
a = Mr y/ I

Avec Nr = 2402 kN et Mr = 458 kN.m

Etape 1 Etape 2 Etape 3


Position Total
Nr sur béton Nr sur mixte Mr sur mixte
Fibre 4
Sb = 0,4575m² S = 0.0732 m² Iy = 473 293E-08 m
m MPa MPa MPa MPa
Béton sup 0,735 +0,266 -5,25 2,5 2,0 -0,75
Béton inf 0.585 +0,116 -5,25 2,5 0,85 -1,9
Acier sup 0.585 +0,116 0.00 32,8 11,2 44,0
Acier inf 0 -0,469 0.00 32,8 -45,4 -12,6

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 18 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
6.5.3.2 Contraintes normales à l’ELU
Calculer les contraintes normales à l’ELU au niveau de la fibre supérieure de la dalle, de la fibre
inférieure de la dalle, de la fibre supérieure du profilé et de la fibre inférieure du profilé.
Dans l’hypothèse d’une section de classe 3, la section serait-elle validée ?

Les formules pour calculer les contraintes dans une section d’inertie I, au niveau d’une fibre située à
une distance y de la fibre neutre sous un moment M sont :
b = M y / (I x neq)
a = M y/ I

On rappelle donc les caractéristiques de la section :


Superstructures
Poids propre Exploitation
Retrait
Type acier mixte mixte
Section (m²) 0,0380 m² 0,0732 m² 0,0732 m²
4 4 4 4
Inertie (m ) 219 887E-08 m 473 293E-08 m 473 293E-08 m
Axe neutre / fib inf (m) 0,293 0,469 0,469
Point 1 (fibre sup dalle) +0,266 +0,266
Point 2 (fibre inf dalle) +0,116 +0,116
Point 3 (fibre sup profilé) 0,293 +0,116 +0,116
Point 4 (fibre inf profilé) -0,293 -0,469 -0,469

Les contraintes sont :


Limite
Position Contraintes (MPa)
Fibre (MPa)
(m) Retrait Superstruct Cumul
Poids propre Exploitation
605,9 KN.m 734,9 kN.m 514,5 KN.m
1,35 1,0 1,35 1,5
Point 1 (fibre
0,735 0.00 -0,75 4,3 3,3 6,8 fck / c = 20
sup dalle)
Point 2 (fibre
0,585 0.00 -1,9 1,9 1,5 1,5 fck / c = 20
inf dalle)
Point 3 (fibre
sup profilé)
0,585 108,8 44,0 24,3 18,9 196 fy / M0 = 335
Point 4 (fibre
inf profilé)
0 -108,8 -12,6 -98,3 -76,5 -296 fy / M0 = 335

La section est justifiée vis-à-vis du calcul élastique (NF EN 1994-1-1 chap 6.2.1.5).

Cette vérification élastique peut être faite quelle que soit la classe de la section. Elle place en sécurité.
Cependant, avec une section de classe 1, elle n’est pas nécessaire.

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 19 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
6.5.3.3 Contraintes tangentes à l’ELU
Calculer les contraintes tangentes à l’ELU au niveau de l’appui.
Dans l’hypothèse d’une section de classe 3, la section serait-elle validée ?

Dans une section mixte, on considère que l’ensemble du cisaillement est repris par l’âme du profilé.
La formule pour calculer les contraintes de cisaillement dans une section dont la section d’âme est Avz
est (formule approchée) :
a = V / Avz

On rappelle donc les caractéristiques de la section :


Superstructures
Poids propre Exploitation
Retrait
Type acier mixte mixte
Section âme Avz (m²) m² m² m²
Point 5 (âme) +135E-4 +135E-4 +135E-4
La section Avz est approchée en prenant en compte la hauteur totale du profilé et la section d’âme.

Les contraintes sont :


Limite
Position Contraintes (MPa)
Fibre (MPa)
(m) Retrait Superstruct Cumul
Poids propre Exploitation
198,6 KN 240,95 kN 168,7 KN
1,35 1,0 1,35 1,5
fy / (√3 x M0)
Point 5 (âme) 0,293 19,9 0 24,1 18,7 63
= 193

La section est justifiée vis-à-vis du calcul élastique (NF EN 1994-1-1 chap 6.2.2).

Cette vérification élastique peut être faite quelle que soit la classe de la section. Elle place en sécurité.
Cependant, avec une section de classe 1, elle n’est pas nécessaire.

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 20 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
6.6. Vérifications à l’ELS
6.6.1. Déformation maximale
Calculer les déformations à mi-portée sous les cas suivants :
 flèche sous poids propre du profilé + poids de la dalle,
 flèche sous les charges de superstructures,
 flèche sous l’effet du retrait,
 flèche sous les charges d’exploitation.

Déterminer la valeur maximale de la contreflèche. Dessiner l’allure de la contreflèche.


Rappeler le critère de déformation à respecter. La section est-elle validée pour le critère de flèche ?

Les conditions sur les déformations sont traitées dans la NF EN 1994-1-1 chap 7.3.1.
Cette vérification se fait à l’Etat Limite de Service : G + ( 1,00 ou 0 ) S + Q
Au coulage du béton : pas de critère d’admissibilité, mais prise en compte du poids supplémentaire de
béton si la flèche f est supérieure ou égale à 20 mm : psup  0,7 f     béton , à moins que l’on ait
réalisé une contreflèche.

1°) Flèche au coulage de la dalle


5 p L4 5  32,565.10 3  12,20 4
f1   8
 103  20,3 mm  20mm
384 Ea I a 384  210000  219887.10
Mais il y a une contreflèche.

2°) Flèche à la pose des superstructures


5 p L4 5  39,5.10 3  12,20 4
f2   8
 103  11,5 mm
384 Ea I n 384  210000  473293.10

3°) Flèche due au retrait


M r L2 458.103  12,202
f3   8
 103  8,6 mm
8 Ea I nr 8  210000  473293.10

4°) Flèche sous charge d’exploitation


5 p L4 5  27,65.10 3  12,20 4
f4   8
 103  7,9 mm
384 Ea I n 384  210000  473297.10

5°) Conclusion
Sous poids propre, poids de la dalle et retrait = contreflèche : f  f1  f3  20,3  8,6  28,9 mm
Sous charges de superstructures et d’exploitation :
L 12200
f  f 2  f 4  11,5  7,9  19,4 mm    20,3 mm
600 600

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 21 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
6.7. Conclusion sur l’étude de la poutre
Calculer le moment plastique de la section métallique seule.

Comparer le moment à l’ELU avec :


 le moment plastique de la section mixte,
 le moment plastique de la poutre métallique seule.
Que vous inspire ce résultat ? Quelle est la justification du recours à la mixité selon vous ?

Le moment plastique de la poutre acier seule Mpl,a,Rd est :


Elément b (m) h (m) Fpl (MN) z/cdg (m) Mpl (MN.m)
Semelle supérieure 0,319 0,0414 4,424 0,272 1,20
Ame 0,0231 0,2511 1,943 0,126 0,24
0,0231 0,2511 1,943 0,126 0,24
Semelle inférieure 0,319 0,0414 4,424 0,272 1,20
MPl,Rd = 2,89 MN.m

Le moment ELU est M Ed  2,58MN .m


La section est de classe 1, qu’elle soit mixte ou non.
Le moment plastique de la section mixte est M Pl , Rd  4,25MN .m
Le moment plastique de la section métallique seule est M Pl , Rd  2,89MN .m
Vis-à-vis du critère de résistance, le profilé métallique suffit, indépendamment du critère de
déversement.

Le recours à la mixité se justifie pour le respect du critère de flèche avec une hauteur limitée et pour le
maintien au déversement de la semelle comprimée.

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 22 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
7. ETUDE DE LA DALLE ET DE LA CONNEXION ACIER-BETON

7.1. Choix de l’approche


Justifier le recours à un calcul plastique pour la connexion.
La connexion partielle peut-elle être utilisée ici ? Pourquoi ?

La section est de classe 1. Comme en flexion, pour une section de classe 1, on utilise un calcul
plastique pour déterminer la connexion. Le recours à la connexion partielle est possible dans ce cas
(NF EN 1994-1-1 chap 6.6.1.2 et chap 6.2.1.3).

7.2. Détermination des sections et longueurs critiques


Déterminer les sections critiques et les longueurs critiques pour la poutre.

Les sections critiques sont les sections sur appui et la section à mi-travée pour une poutre
isostatique :
 Sur appuis (A et C) : x = 0 m et x = 12,2 m
 A mi-travée (B), au point de moment maximal : x = 6,1 m
La longueur critique est donc : Lcr = 6,1 m

A B C

12,20m

7.3. Détermination de la capacité des connecteurs


Vérifier les conditions de ductilité.
Déterminer la résistance d’un connecteur.

Les critères de ductilité à vérifier sont (NF EN 1992-1 chap 6.6.1.2 (1)) :
hs ,c h
 4 soit s ,c  125 / 19  6,6  4
d d
16mm  d  25mm avec d  19mm
fu  500MPa

La résistance au cisaillement d’un goujon est la plus petite des valeurs suivantes (NF EN 1992-1 chap
6.6.3.1) :

Cisaillement du connecteur :
0,8  f u   d² 0,8  450   0,019²
PRd      8,16.10 2 MN  81,6kN
v 4 1,25 4
Ecrasement du béton :
0,29    d ²  Ecm  f ck 0,29  1  0,019²  32800  30
PRd    8,3.10 2 MN  83kN
v 1,25
On retient : PRd  81,6kN

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 23 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
7.4. Connexion complète
7.4.1. Détermination de l’effort de glissement maximal
Déterminer le flux de cisaillement longitudinal maximal de calcul à l’ELU.

Dans le cas de l’utilisation d’un calcul plastique, le cisaillement longitudinal total est la différence entre
efforts normaux exercés dans le béton ou dans le profilé acier sur la longueur critique (NF EN 1992-1
chap 6.6.2.2).

Dans notre cas, l’effort longitudinal ultime vaut :


V1, Rd  min( Nc, f ; N pl, a )  7,78MN
Avec :
Nc, f  Ac  0,85  fcd  3,05  0,15  0,85  30 1,5  7,78MN
N pl,a  Aa  f y  0,0380  335  12,73MN

7.4.2. Détermination de la connexion complète


Calculer le nombre de connecteurs en connexion complète.

Le nombre de connecteurs sur la longueur critique est :


V1, Rd 7,78MN
Nf    95,3 soient 96 connecteurs à répartir sur la longueur critique de 6,10m
PRd 0,0816MN

7.4.3. Dispositions constructives


Vérifier les espacements longitudinal et transversal.

Les dispositions constructives sont les suivantes :


 Espacement transversal :
On place 3 connecteurs sur la largeur de la semelle.
Le critère à vérifier est : st  2,5  d  2,5  19  47,5mm
On retient st  100mm .
La largeur de la semelle est de 319 mm. La distance transversale entre le connecteur et la rive de la
semelle respecte :
b f  (n  1)  st 319  (3  1)  100
e0    59,5mm  20mm
2 2
 Espacement longitudinal :
On dispose de 3 rangées de 32 goujons soient 96 connecteurs.
Lcr 6100
L’espacement longitudinal est : sl    190mm
N rangée 32
Le critère à vérifier est : 5  d  5  19  95mm  st  190mm  800mm
12200
( sl   193mm en toute rigueur)
64  1
La condition de pénétration du goujon dans le béton comprimé est respectée ici.

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 24 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
7.5. Connexion partielle
7.5.1. Utilisation de la connexion partielle
Justifier la possibilité d’utiliser la connexion partielle pour cette structure.

La section est de classe 1. Donc le recours à la connexion partielle est possible.

7.5.2. Connexion minimale


Déterminer le degré de connexion partielle minimale.
Vérifier qu’elle respecte les conditions sur le degré de connexion minimale.
Déterminer le moment résistant avec la connexion partielle.
Déterminer le nombre de connecteurs à mettre en place sur la longueur critique.

Avec une connexion partielle, le moment résistant MRd devient, en sécurité (NF EN 1992-1 chap
6.2.1.3) :
Nc
M Rd  M pl,a ,Rd  ( M pl,Rd  M pl,a ,Rd )   M pl,a ,Rd  ( M pl,Rd  M pl,a ,Rd )  
N cf
Le degré de connexion minimal est alors, en considérant que le moment résistant MRd est au moins
égal au moment maximum sollicitant MEd :
M Ed  M pl,a ,Rd

M pl,Rd  M pl,a ,Rd
Le moment plastique de la section mixte est déjà calculé au chapitre précédent :
M pl,Rd  4,25MN .m
Le moment plastique de la poutre acier seule Mpl,a,Rd est :
M pl, Rd  2,89MN .m
2,58  2,89
 0
4,25  2,89
Il n’y aurait donc pas besoin de connecteurs avec ce critère ! C’est cohérent avec la conclusion de
l’étude de la poutre (profilé métallique seul suffisant pour le critère de résistance).

Les conditions à respecter sont, pour les profilés à ailes égales, de portée inférieure à 25m et pour
des goujons dont le diamètre est compris entre 16 et 25mm (NF EN 1992-1 chap 6.6.1.2) :
355 355
 1 ( )  (0,75  0,03  Le )  1  ( )  (0,75  0,03  12,2)  0,59
fy 335
Et   0,4
On peut donc mettre en place la connexion partielle minimale. Le moment résistant est alors :
M Rd  M pl,a,Rd  (M pl,Rd  M pl,a,Rd )   2,89  (4,25  2,89)  0,59  3,69MN.m  2,58MN.m

L’effort capable réduit pour la dalle en béton vaut :


Ncf    Nc    Ac  0,85  f cd  0,59  7,78MN  4,6MN
L’effort capable réduit pour l’acier vaut toujours :
N pl,a  Aa  f y  0,038  335  12,73MN

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 25 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
Le nombre de connecteurs sur la longueur critique est :
V1, Rd min( N cf ; N pl, a ) 4,6MN
Nf     56,4 soient 57 connecteurs à répartir sur la longueur
PRd PRd 0,0816MN
critique de 6,10m, soient
 3 rangées de 19 connecteurs (1 tous les 32 cm) : 57 connecteurs
 ou 2 rangées de 29 connecteurs (1 tous les 21 cm) = 58 connecteurs.

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 26 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
7.6. Armatures transversales (couture)
On considère le cas de connexion partielle déterminée précédemment.
7.6.1. Effort de glissement à l’interface acier-béton
Déterminer les surfaces de rupture et l’effort de glissement longitudinal par unité de longueur à
coudre.

L’effort de glissement longitudinal par unité de longueur est proportionnel au nombre de goujons
réellement mis en place :
Fd  FEd  PRd  n
Où PRd est la résistance d’un goujon (81,6kN)
n est le nombre de goujons au ml (connecteurs/ml).
2  29
n  9,5connecteur s / ml
6,10
Le calcul est fait avec deux files de connecteurs. Il peut aussi être fait avec les trois files.
D’où :
Fd  FEd  PRd  n  0,0816  9,5  0,78MN / ml

Les plans de glissement à étudier sont les surfaces a-a et b-b (NF EN 1994-1-1 chap 6.6.6.4).

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 27 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
7.6.2. Etude du plan de glissement autour des goujons (plan b-b)
Déterminer les armatures transversales nécessaires pour le plan de cisaillement situé à proximité des
goujons.

Le plan est le plan b-b.


La longueur de la surface de cisaillement est :
h f  2  hsc  2  s1  D  2  125  2  100  38  488mm
L’effort de cisaillement par unité de longueur est :
Fd  FEd  0,78MN / ml
La contrainte de cisaillement longitudinale est donc :
Fd 0,78 f 30 2
 Ed    1,6MPa  0,6  (1  ck )  f cd  sin  f  cos  f  0,6  (1  )  20  ( ) 2  5,3MPa
h f 0,488 250 250 2

La section d’armatures transversales sera égale telle que :


2  Ab  f s  Fd  0,78MN / ml (On croise 2x les armatures selon le plan de cisaillement b-b).
Fd 0,78
Soit Ab    104  9cm² / ml de poutre
2  f s 2  500 1,15
Donc, on dispose de 1 HA14 tous les 17 cm (13,3cm²/ml) ou 2 HA12 tous les 21 cm, pour être
cohérent avec l’espacement des goujons.

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 28 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
7.6.3. Etude du plan de glissement au bord de la semelle (plan a-a)
Déterminer les armatures transversales nécessaires pour le plan de cisaillement situé au bord de la
semelle du profilé.

Le plan est le plan a-a.


La longueur de la surface de cisaillement est :
h f  tc  150mm
L’effort de cisaillement par unité de longueur est :
FEd
Fd   0,39MN / ml
2
La contrainte de cisaillement longitudinale est donc :
Fd 0,39
 Ed    2,6MPa  6,0MPa
h f 0,15

La section d’armatures transversales sera égale telle que :


( Aa  Ab )  f s  Fd  0,575MN / ml
FEd 0,39
Soit Aa  Ab    104  9cm² / ml de poutre
fs 500 1,15
Comme Ab  9cm² / ml , alors Aa  0cm² / ml de poutre

7.6.4. Armatures transversales minimales réglementaires et conclusion


Déterminer le pourcentage minimal réglementaire d’armatures transversales.
Conclure sur les armatures transversales de couture à mettre en place.

Le pourcentage d’armatures minimal est défini dans la NFEN 1994-1-1 chap 6 ;6 ;6 ;3 (1) qui renvoie
à la NF EN 1992-1-1 chap 9-2-2(5).
Le pourcentage à respecter est :
f ck 30
 w,min  0,08   0,08  10 4  0,09%
fs 500
Soit : Aa  Ab  0,09%  100  15  1,35cm² / ml de poutre. C’est inférieur aux sections déjà
précédemment calculées.
Fd 0,78
Donc on retient : Aa  Ab    104  9cm² / ml de poutre
2  f s 2  500 1,15
Donc, on dispose de 1 HA14 tous les 17 cm ou 2 HA12 tous les 21 cm pour être cohérent avec
l’espacement des connecteurs.

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 29 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
8. ANNEXES

8.1. Coefficients partiels de sécurité des matériaux


Pour l’ELU :
Situation du projet γc (béton) γs (acier passif) γM (charpente)
γM0 = 1.0 Plastification, instabilité locale
Durable transitoire 1.5 1.15 γM1 = 1.0 Instabilité d’élément (bâtiment)
γM = 1.25 Ruine de section nette tendue
γM0 = 1.0 Plastification, instabilité locale
ELU accidentel 1.2 1 γM1 = 1.0 Instabilité d’élément
γM = 1.0 Ruine de section nette tendue
Référence EN 1992-1-1, § 2.4.2.4 EN 1993-2, 6.1 et tableau 6.2

Pour l’ELS :
γc (béton) γs (armatures passives) γM (charpente)
1 1 1
EN 1192-1-1, 2.4.2.4 EN 1993-2, 7.3(1)

8.2. Calcul du coefficient d’équivalence (pour mémoire)


On ne demande pas le calcul des coefficients d’équivalence ici. Le coefficient à prendre en
compte est donné dans l’énoncé. Le calcul est rappelé pour mémoire.

8.2.1. Calcul du coefficient d’équivalence à court terme


Le coefficient d’équivalence à court terme vaut :
EA
n0 =
Ecm
Ea : Module d’élasticité longitudinal de l’acier Ea  210 000 MPa
Ecm : Module sécant d’élasticité du béton pour un chargement à court terme selon l’EN1992-1.1
tableau 3.1

8.2.2. Calcul du coefficient d’équivalence à long terme


Le coefficient d’équivalence pour les calculs de la structure à long terme est noté nL . Il dépend du
type de charge appliqué sur la poutre, par l’intermédiaire du coefficient ψ L , et du fluage du béton à
l’instant considéré (par l’intermédiaire de la fonction de fluage  t ,t 0  ).
nL  n0 1  L  (t , t0 ) (EN 1994-1-1 Equation (5.6))

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 30 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
Le coefficient multiplicateur du fluage ψ L traduit la dépendance du coefficient d’équivalence au type
de charge appliquée. Il vaut (EN 1994-1-1 5.4.2.2 (2)):
 1,10 pour les charges permanentes (poids propre de la dalle et superstructures)
 0,55 pour le retrait du béton
 1,50 pour les déformations imposées

La fonction de fluage  t ,t 0  est définie par l’EN1992-1-1 annexe B (informative).


 , t0   1 
1  RH   1  16,8 1
(Lorsque fcm>35MPa et t=∞)
 0,10 3 h0  2
f cm 0,1  t0
0, 2
 
Avec :
 RH est l’humidité relative (en %)
o RH  80 % pour les structures en extérieur (pont)
o RH  50 % pour les structures en intérieur (plancher bâtiment)
2  Ac
 h0 est le rayon de fluage (en mm) h0 
u
o Ac : Section transversale du béton
o u : Périmètre en contact avec l’air
 fcm la résistance moyenne du béton à la compression f cm MPa   f ck  8
0, 7 0, 2
 35   35 
 1    ,  2   
 cm 
f  cm 
f
 t 0 est l’âge moyen du béton (exprimé en jours) lorsque le cas de charge considéré est appliqué
sur la structure. Pour le retrait du béton, il est supposé commencer dès la mise en œuvre du béton
et se poursuit pendant toute la durée de vie de l’ouvrage. On considère alors une valeur t 0 égale à
1 jour pour le calcul du coefficient d’équivalence correspondant. (EN 1994-1-1 5.4.2.2 (4))

8.2.3. Calcul du coefficient d’équivalence : méthode simplifiée


L’EN 1994-1-1 § 5.4.2.2 (11) prescrit :
Par simplification pour les structures de bâtiment pour lesquels αcr ≥10 , qui ne sont pas
principalement destinées au stockage le facteur qui satisfont et ne sont pas précontrainte par des
déformations imposées contrôlées, les effets du fluage dans les poutres mixtes peuvent être pris en
compte en remplaçant les aires de béton Ac par des aires d’acier équivalentes Ac n à la fois pour
les chargements à court terme et à long terme, où n est un coefficient d’équivalence nominal
correspondant à un module d’élasticité efficace pour le béton Ec ,eff = Ecm 2 .
Ainsi : n = 2 n0

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 31 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
8.3. Calcul de la déformation due au retrait
On ne demande pas la détermination des déformations dues au retrait ici. La valeur est donnée
dans l’énoncé. Le calcul est rappelé pour mémoire.

Extrait de 1992-1-1 3.1.4 (6) :


La déformation totale de retrait :  cs   cd   ca
 cd : déformation due au retrait de dessiccation : elle évolue lentement, car elle est fonction de la
migration de l'eau au travers du béton durci
 ca : déformation due au retrait endogène : elle se développe au cours du durcissement du béton :
elle se produit par conséquent en majeure partie aux cours des premiers jours suivant le coulage.
8.3.1. Retrait de dessication
 cd (t )   ds (t , t s )  kh   cd ,0

(t  t s )
 ds (t , t s ) 
(t  t s )  0.04 h03
Avec ts l’âge du béton à la fin de la cure.
8.3.2. Retrait endogène
 ca ()  2.5  ( f ck  10).106

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 32 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
8.4. Calcul de la largeur participante de la dalle
c) Milieu de la travée :

Au milieu de la travée (section comprise entre L/4 et 3L/4), la largeur participante est égale à
[EN 1994-1-1 § 5.4.1.2 (5)] :
beff  b0  bei  b0  be1  be 2
La valeur de la largeur efficace de la semelle de chaque côté de l’âme :
 L 
be1  be 2  min  bi ; e 
 8

d) Au niveau des appuis d’extrémité :

La largeur participante au niveau des appuis d’extrémité est égale à [EN 1994-1-1 § 5.4.1.2 (6)] :
beff  b0  i bei  b0  1be1   2be 2
Le coefficient  vaut :
Le
1   2  0,55  0,025
bei
be1 et be2 sont donnés ci-dessus.

8.5. Action du retrait


Le retrait du béton dans une section mixte s’étude en trois pas, comme suit :
1) On étudie la déformation due au retrait du béton si celui-ci n’était pas connecté à la section
métallique :
l = l x r

2) Ensuite, on détermine la force de traction nécessaire pour ramener la section en béton à sa


position d’origine (cette force agit uniquement sur la dalle en béton, créant un état de
contraintes en traction du béton) :

Nr = Eb x Ab x r
b = Eb x cr = 1/neq x Ea x r

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 33 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle
3) Finalement, on équilibre la force de traction agissant sur la dalle en béton par une force de
compression et son moment associé au niveau de l’axe neutre de la section mixte :

Mr = Nr x e
Nr 

Le retrait du béton dans une configuration isostatique crée un état de contraintes au niveau de la
section mixte, mais la section n’est soumise à aucune sollicitation (équilibre des efforts).

8.6. Plans de glissement pour le calcul des armatures transversales


Les plans de glissement à étudier sont les surfaces a-a et b-b (NF EN 1994-1-1 chap 6.6.6.4).

Version : 0 Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 34 / 34


Date : 03/04/2016 Structures mixtes acier-béton - Contrôle