Vous êtes sur la page 1sur 24

L’architecture au siècle des

lumières

Dr.Arch. Samia CHERGUI


Lab. ETAP/IAU- Université Blida 1
La place de Saint pierre à Rome, construite par Bernini
(1675-1677) représente une démonstration de théâtre.
L’obélisque matérialise le point de rencontre de toutes les directions qui sont
aussi connectées à l’axe longitudinal qui mène vers l’église. Le mouvement
trouve sa motivation ultime à l’intérieur de l’église à travers sa fusion avec
l’axe vertical de la coupole céleste. Bernini a réussi à concrétiser, avec une
simplicité singulière, l’essence de l’âge baroque.
1. La perte d’identité des anciennes implantations intégrées ;
2. La création de nombreuses tâches nouvelles de construction ;
3. L’utilisation arbitraire de formes architecturales empruntées
aux styles du passé.
Peu après 1750, le théoricien français, Laugier, se référa à la hutte primitive, pour
redécouvrir les éléments vrais et naturels de l’architecture : la colonne, l’entablement
et le fronton. De son côté, Fournay, avait souhaité que l’architecture soit régénérée au
moyen de la géométrie. De fait, l’architecture de l’époque fait appel au cube, à la
pyramide, au cône, au cylindre et à la sphère.

Etienne-Louis Boullée: Projet pour


le cénotaphe de Newton
Le jardin à l’anglaise très proche de la nature a été préféré
au jardin princier baroque.
Halles centrales de Paris: Victor
Baltard (1853-1858)
•L’utilisation des styles
historiques s’est limitée à
un simple masque jeté sur
les structures réelles de
l’édifice. Les formes du
passé réservées à des
édifices emblématique
furent généralisées à de
nouveaux types de
bâtiment : gare, halle de
marché;
•Les œuvres véritablement
créatrices de cette époque
sont les grandes structures
utilitaires de fer et de
verre qui donnent une
nouvelle interprétation du
concept baroque ouvert et
dynamique.
I/ Paysage et implantation
I. L’ingénieur Soria y Mata, fit un projet pour une ville linéaire autour de
Madrid (1882), basée sur l’idée d’une croissance linéaire ouverte, mais
ordonnée, et sur une nouvelle relation active de l’agglomération et de la
nature. D’après Soria y Mata : « L’idée médiévale d’une ville à mur
d’enceinte devrait être remplacée par l’idée d’une ville ouverte et rurale ».
II. Ebenezer Howard a mis en place le concept de la ville-jardin (1898). Ses réflexions
abordent le problème de donner identité et structure à la ville ouverte et introduisent
les idées de partage en zones, de rues différenciées et de centre urbain. Ce dernier est
conçu comme un parc central qui comprend l’hôtel de ville, le théâtre, la salle de
concert, la bibliothèque, le musée et l’hôpital. L’image générale de la ville jardin dérive
du rêve d’un retour à la nature et à un mode de vie naturel, représenté à l’origine par
le jardin à l’anglaise.
III. Tony Garnier concrétise des idées similaires pour la cité industrielle (1901).
II/ Les édifices

1. Le monument représentait le désir d’un retour vers les formes et


typologies du passé.
2. Le musée est conçu comme une église esthétique où les œuvres de
l’homme sont exposées.
3. L’habitat offre l’espace petite et confortable de l’existence privée.
4. Le théâtre représente les manifestations dramatiques des
sentiments humains.
5. Le palais d’exposition exhibe enfin les valeurs économiques de la
nouvelle société capitaliste, et l’usine et l’immeuble de bureaux ses
forces de production. .
Galerie des machines à l’exposition de
Paris 1889 (œuvre de Contamin et Dutert)
Grand Palais pour l’exposition
universelle de 1900: les
architectes Henri Deglane, Albert
Louvet, Albert-Félix-Théophile
Thomas et Charles Girault 1897.
Home insurance Building de Chicago, William le Baron Jenney (1884)
Frank LIoyd Wright : Maison
Isabel Roberts (1908)
III/ L’articulation
•Les églises furent construites dans le style gothique
•L’université et les musées (en tant que musées des savoirs) dans le style classique

Université de la Sorbonne Abbaye de westminster


IV/ Conception de l’espace et évolution historique
•L’espace ouvert fut concrétisé de diverses manières : dans les halls de fer et
de verre, il apparait comme un milieu total transparent et lumineux.
•Les hauts immeubles de bureaux donnent au
concept d’espace ouvert une interprétation
concrète au niveau urbain.
•Frank LIoyd Wright parvient à définir dans la maison moderne des zones
qualitativement différentes à l’intérieur d’une continuité spatiale générale,
grâce à une nouvelle interprétation du toit, du mur et des ouvertures.
Conclusion
L’architecture éclectique du 19e siècle prit pour point de départ le motif
particulier et essaya d’organiser des formes empruntées au moyen de
règles de composition abstraites et académiques.
L’architecture du 19e siècle fut une collection de motifs connus venant du
passé. Ce qui mène vers une confusion de styles.
La nouvelle architecture du 19e siècle donna une importance primordiale
aux tâches de construction liées au travail et à l’habitat.

Centres d'intérêt liés