Vous êtes sur la page 1sur 6

Travail à faire :

Comparaison entre l’étude portant sur « la pratique du contrôle de gestion des


entreprises du MASI » faite par le Dr. Rachid BOUTTI, et l’étude française
d’Hugues JORDAN.

Préparé par : HMIDANE ANAS

Encadré par : Dr. Rachid BOUTTI


Introduction :

Ce travail consiste à la base de mener une étude comparative entre la recherche « La pratique du
contrôle de gestion dans les entreprises cotées à la bourse des valeurs de Casablanca BVC » et une
autre étude française semblable : « Planification et contrôle de gestion en France » Faite en 1998 par
Hugues JORDAN.

La première recherche marocaine essaye d’aboutir et réaliser son objectif au moyen d’un
questionnaire auprès de 45 grandes capitalisations boursières qui couvrent presque tout les
secteurs d’activité.

L’échantillon est constitué d’entreprises cotées en bourse de valeurs de Casablanca 74


sociétés cotées, dont 44 sur le marché principal, et représentant 22 secteurs d’activités.

L’étude comparative est faite sous forme des tableaux afin de faciliter la compréhension des
données dans les différents axes traités et elle est représentée comme suit :

Axe 1 : Diagnostic de la situation économique de l’entreprise :

Eléments E/ses MASI E/ses Françaises Constat


Rentabilité 63% : rentabilité forte 55% : rentabilité Majoritairement, les
et faible risque financier forte et faible risque entreprises françaises et
financier marocaines sont très
attractives au niveau
d’investissement.

Axe 2 : Planification à plus d’un an :

Eléments E/ses MASI E/ses Françaises Constat


Objectifs à LT 90% oui 77% oui Pas de grandes différences à
ce stade. En effet, la
majorité des entreprises du
Planification stratégique 85% oui 83% oui MASI et celle françaises
considèrent la planification
stratégique comme un outil
prioritaire pour cadrer et
maîtriser le futur.
Diffusion du plan 60% : aux 57% : aux Pas de différence.
stratégique principaux principaux
responsables responsables
Plan opérationnel 52,5% : des 45% : le L’intention à ce niveau est
e/ses le considèrent différente, la planification
considèrent comme une est un aspect primordial
comme un orientation rigide. pour la majorité des e/ses
engagement de MASI, contrairement aux
ferme. e/ses françaises.

Axe 3 : Planification et budgétisation :

Eléments E/ses MASI E/ses Françaises


Constat
Existence de budget 92,5% oui 100% oui La détermination du
budget est
primordiale.
Longueur procédure 15% oui 40% oui Cette différence peut
budgétaire être due à
l’évolution des outils
de détermination de
budget (aujourd’hui
c’est certain que
cette procédure
n’est plus longue
pour la majorité des
e/ses française).
Clôture budget N 82,5% oui 50% oui Cette différence est
avant fin N-1 due à la longueur de
la procédure de
budgétisation pour
les e/ses françaises à
l’époque.
Signification du 73,20% : des e/ses le 80% (en 1989) : des L’intention à ce
Budget considèrent comme e/ses le considèrent niveau est unique.
engagement ferme comme engagement
ferme
Axe 4 : Suivi des résultats et tableaux de bord de performance:

Eléments E/ses MASI E/ses Françaises Constat


Niveaux équipé et 92,5% : à la direction 100% : à la direction La destination des
destination des générale et une générale tableaux de bords dans
tableaux de bord minorité à des 97% : aux responsables les e/ses de MASI se
responsables n-1 et n- n-1 limite à la DG. En
2 (7,25%) 67% : aux responsables revanche, les e/ses
n-2 françaises étendent
leurs tableaux pour la
majorité des
responsables.
Suivi et réactualisation 40% : 90% : mensuellement On peut conclure que
des budgets trimestriellement les e/ses françaises ont
un système de
budgétisation
largement performant
à celui des marocain
(révision budgétaire
dans une période
courte assure la
performance)

Analyse des résultats 52,3% : implication des 78% : implication des On constate que la
et écarts contrôleurs de gestion contrôleurs de gestion coordination entre les
24,6% : implication des 34% : implication des contrôleurs de gestion
opérationnels opérationnels qui assurent la mission
de l’analyse des
résultats et écarts dans
les e/ses françaises est
très élevée par rapport
aux e/ses marocaines.

Compte-rendu et 45,5% : implication des 86% : implication des Même constat que
explication des écarts contrôleurs de gestion contrôleurs de gestion l’analyse des résultats
40,9% : implication des 57% : implication des et des écarts.
opérationnels opérationnels

Proposition d'actions 32,9% : implication des 60% : implication des La prise en


correctives contrôleurs de gestion contrôleurs de gestion considération des
38,2% : implication des 90% : implication des recommandations des
opérationnels opérationnels opérationnels lors de
l’élaboration des
actions correctives est
très importante dans
les e/ses françaises
que dans celles
marocaines.
Axe 5 : Comptabilité Analytique :

Eléments E/ses MASI E/ses Françaises Constat


suivi et maîtrise des 70% : Prioritaire 74% : Prioritaire Pas de différences.
coûts
valorisation des 40% : Prioritaire 34% : Important Les e/ses utilise
stocks prioritairement la
comptabilité de
gestion pour
valoriser les stocks,
plus que celles
françaises.
calcul et analyse des 47,5% : Prioritaire 66% : Prioritaire Pas de différences.
écarts
repérage des 40% : Importante 39% : Importante Identiques.
produits et clients
les plus -et
les moins- rentables

Axe 6 : Comptabilité Générale :

Eléments E/ses MASI E/ses Françaises Constat


manuel de 85% : oui 76% : oui La mise en place
procédures d’un manuel de
administratives procédures
administratives est
primordiale que ce
soit pour les e/ses de
MASI ou les e/ses
françaises.
Respect de manuel 80% : oui 83% : oui Identiques.
de procédures
Primes projets et 21,5% : pour chaque 77% :pour chaque La grande dispersion
objectifs globaux responsable responsable entre les
opérationnel opérationnel pourcentages des
25,3% : pour le 79% :pour le e/ses françaises et
dirigeant de l’e/se dirigeant de l’e/se celles de MASI dans
21,5% : pour le 54% : pour le ce volet, montre que
contrôleur de contrôleur de la mise en place d’un
gestion gestion système de primes
par objectifs dans les
e/ses de MASI est
très médiocre
Conclusion :

Pour conclure, on constate qu’il n’y a pas de grandes différences dans les deux premiers
axes, concernant le diagnostic de la situation économique de l’entreprise et la planification
à plus d’un an, mais par contre dans la planification et la budgétisation et le suivi des
résultats les entreprises françaises accordent une priorité primordiale aux aspects de
contrôle de gestion et la gestion budgétaire prévisionnelle, et par rapport comptabilités
historiques les deux accordent la même importance à la comptabilité générale et analytique,
la différence se réside au niveau des primes des projets et objectifs globaux qui sont
minimisés par les entreprises marocaines au contraire des entreprises françaises qui
accordent une grande importance à cet axe.