Vous êtes sur la page 1sur 8

Avis Technique 3/06-470

Mur industriel pour fosse


à lisier Fosse à lisier SRP
Titulaire : Société Redonnaise de Préfabrication
Route de l’Etang Aumée
F-44460 ST NICOLAS DE REDON

Tél. : 02 99 72 28 99
Fax : 02 99 72 35 91
Internet : www.s-r-p.fr
Email : s-r-p@s-r-p.fr

Usine : Société Redonnaise de Préfabrication


Route de l’Etang Aumée
F-44460 ST NICOLAS DE REDON

Tél. : 02 99 72 28 99
Fax : 02 99 72 35 91
Internet : www.s-r-p.fr
Email : s-r-p@s-r-p.fr

Commission chargée de formuler des Avis Techniques


(arrêté du 2 décembre 1969)
Groupe Spécialisé n° 3
Structures, planchers et autres composants structuraux

Vu pour enregistrement le 3 août 2007


Secrétariat de la commission des Avis Techniques
CSTB, 84 avenue Jean Jaurès, Champs sur Marne, F-77447 Marne la Vallée Cedex 2
Tél. : 01 64 68 82 82 - Fax : 01 60 05 70 37 - Internet : www.cstb.fr

Les Avis Techniques sont publiés par le Secrétariat des Avis Techniques, assuré par le CSTB. Les versions authentifiées sont disponibles gratuitement sur le site Internet du CSTB (http://www.cstb.fr)
© CSTB 2007
Le Groupe Spécialisé n° 3 de la Commission chargée de formuler les Avis Techniques a
examiné le 27 juin 2006, le procédé de Mur Industriel pour fosse à lisier SRP exploité par la
Société Redonnaise de Préfabrication. Il a formulé sur ce procédé l’Avis Technique ci-
après. Cet Avis annule et remplace l’Avis Technique 1/03-794. Cet Avis a été formulé pour
les utilisations en France européenne. Il ne vise que les caractéristiques qui dépendent de
l’organisation des ouvrages ; en ce qui concerne les dispositions complémentaires
nécessitées par la destination des ouvrages et par leur situation et, notamment, celles à
visée sanitaire et environnementale dont les principes sont définis dans les documents
émis par le Ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation (par exemple le
drainage périphérique, la protection des eaux souterraines etc...), il constate la
compatibilité du procédé avec leur mise en œuvre.

2.22 Durabilité - Entretien


1. Définition succincte
La durabilité d’ensemble des murs et de leurs liaisons peut être consi-
dérée comme équivalente à celle de murs traditionnels en béton cou-
1.1 Description succincte lés sur place.
Procédé de mur destiné à la réalisation de fosses à lisier enterrées,
semi-enterrées ou hors sol, d’une capacité allant de 10 à 2000 m3, 2.23 Fabrication
assemblées par juxtaposition de panneaux préfabriqués en béton
Effectuée en usine fixe, par le titulaire de l’Avis, elle fait appel aux
clavetés entre eux au moyen de cavaliers métalliques boulonnés.
mêmes méthodes que la fabrication des panneaux pour murs de bâti-
L’épaisseur des panneaux est de 15 cm. Leur hauteur est égale à 2,00 ments (voir Cahier des Prescriptions Techniques).
m, 2,50 m ou 3,00 m. Leur section horizontale est un arc de cercle
dont la corde est égale à 1,80 m environ. La fixation sur le 2.24 Mise en œuvre
soubassement en béton coulé en place s'effectue par reprise des
Effectuée par le titulaire de l’Avis, elle nécessite des précautions pour
aciers en attente dans la dalle.
assurer la bonne compacité du petit béton de clavage entre panneaux.

2. AVIS 2.3 Cahier des Prescriptions Techniques


2.1 Domaine d'emploi accepté 2.31 Prescriptions de conception
Murs de fosses à lisier, tels que visés au paragraphe I.1 de l’annexe II L’implantation d’une fosse à lisier ou d’une fumière doit être précédée
(Cahier des charges des ouvrages de stockage des lisiers et autres d’une étude de sol permettant notamment de s’assurer que le module
effluents liquides) de l’arrêté du 26 février 2002 relatif aux travaux de de réaction du sol satisfait aux hypothèses de calcul prises en compte.
maîtrise des pollutions liées aux effluents d’élevage. Les dispositifs de manutention et de maintien des panneaux doivent
satisfaire aux prescriptions du DTU 22.1 qui les concernent.
2.2 Appréciation sur le procédé • Le calcul et le dimensionnement des fosses à lisier doivent être
réalisés sur la base :
2.21 Satisfaction aux lois et règlements
- des règles de calcul BAEL ;
en vigueur et autres qualités d’aptitude
- du fascicule 74 : construction des réservoirs en béton – Ca-
à l’emploi hier des Clauses Techniques Générales – Edition du 22 juil-
* Stabilité let 1998 – Approuvé par le décret n° 98-28 du 8 janvier
1998 ;
La stabilité des ouvrages peut être normalement assurée moyennant
les vérifications de calcul propres aux cas d’utilisation (cf. Cahier des - De l’arrêté du 26 févier 2002 relatif aux travaux de maîtrise
Prescriptions Techniques). des pollutions liées aux effluents d’élevage et notamment à
son annexe 2 : Cahier des charges des ouvrages de stoc-
* Résistance aux chocs kage des lisiers et autres effluents liquides.
Les murs industriels des fosses SRP en élévation ne sont pas sensi-
bles aux chocs de corps dur et de corps mou résultant de l’activité
humaine à leur voisinage, à l’exclusion des chocs d’engins de travaux. • En ce qui concerne le schéma structural de fonctionnement on doit
justifier simultanément :
* Prévention des accidents lors de la mise en œuvre et de
- des anneaux horizontaux en traction et en compression ;
l’exploitation.
- des poutres verticales en flexion, encastrées dans le radier et ap-
Elle peut être normalement assurée moyennant, pour la phase de mise
puyées élastiquement sur les anneaux horizontaux.(réf : Supplé-
en place des panneaux l’application des dispositions correspondantes
ment aux Annales de l’I.T.B.T.P - n° 146 février 1960 - Titre IV)
définies dans le DTU 22-1 (voir Cahier des Prescriptions Techniques)
et pour la phase d’exploitation des ouvrages la mise en place, autour - le radier sous l’effet conjugué du poids du lisier et de la réaction
des fosses, d’une clôture grillagée de 2,00 m de hauteur pour suppri- du sol
mer les risques de chute des personnes, conformément au Cahier des • En ce qui concerne les actions à prendre en compte :
Prescriptions Techniques mentionné en 2.1.
- pour les fosses enterrées (ou semi-enterrées) on doit justifier à la
* Etanchéité des parois fois le cas de la fosse vide avec poussée des terres et le cas de la
Elle est normalement assurée, en partie courante des panneaux par le fosse pleine sans poussée des terres (ce dernier cas couvrant
béton armé et au droit des joints par l’organisation des clavetages par l’hypothèse d’une excavation pour réparation) ;
cavaliers et par les garnitures d’étanchéité complémentaires mises en - le poids volumique du lisier doit être pris égal à 13 kN/m3 à défaut
œuvre. d’une autre valeur précisée au CCTP de l’ouvrage à réaliser sans
* Finitions - Aspect qu’elle puisse être inférieure à 11 kN/m3 ;
Le parement extérieur des panneaux est susceptible de recevoir, si - pour prendre en compte le phénomène de fermentation du lisier,
nécessaire, une large gamme des traitements habituellement pratiqués le gradient thermique entre les faces intérieure et extérieure des
sur supports en béton. parois doit être pris égal à 30° C.
• En ce qui concerne le taux de travail des aciers et du béton à
l’E.L.S. (Etat Limite de Service) :

2 3/06-470
- La contrainte de traction à l’E.L.S. dans les armatures doit être
limitée à :

ηft28
σs = α (en MPa)
φ
α = 240
η = coefficient de fissuration Conclusions
(= 1 pour les ronds lisses et 1,6 pour les aciers H.A.)
Appréciation globale
φ = diamètre de l’acier exprimé en mm
L’utilisation du procédé dans le domaine d’emploi proposé est
ft28 = résistance caractéristique du béton en traction à 28 appréciée favorablement.
jours (en MPa).
Dans tous les cas, la contrainte σs doit être limitée à la plus petite Validité
des valeurs 0,5 fe et 90 ηft28 . Jusqu’au 31 juillet 2012.

- La contrainte de traction du béton calculée à l’E.L.S. en section


homogénéisée doit être limitée à : Pour le Président du GS3 et par délégation
σb = 1,1 ft28 Le Président de séance
ft28 ayant la même signification que ci-avant.
• En ce qui concerne les armatures des panneaux :
- L’enrobage de la nappe intérieure (c'est-à-dire celle proche du
parement exposé au lisier) doit être de 4 cm au moins. Une atten-
tion particulière doit être portée au respect de cet enrobage en mi-
lieu de panneau compte tenu du rayon de courbure.
- Les armatures de jonction du radier aux panneaux doivent être
disposées en deux nappes et calculées pour équilibrer les mo-
ments d’axe horizontal se développant à la jonction radier pan-
neaux ; elles doivent être ancrées dans le radier et dans les Sébastien BERNARDI
panneaux.
• En ce qui concerne les cavaliers de clavetage :
- l’effort de traction auxquels ils sont soumis calculé à l’ELU doit être
inférieur à 11.200 daN.

2.32 Prescriptions de fabrication


La fabrication des panneaux doit être conforme au titre I du Cahier des
charges du DTU 22.1 en ce qui concerne les matériaux et éléments
constitutifs des panneaux, la confection des bétons et les opérations
de fabrication des panneaux.
3. Remarques complémentaires
2.33 Prescriptions de stockage et de transport du Groupe Spécialisé
Les panneaux éventuellement fissurés doivent être mis au rebut et La non traditionnalité du procédé tient notamment à la nature de
remplacés par des panneaux non fissurés. l’assemblage des panneaux entre eux par clavetage mécanique au
moyen de cavaliers disposés avant coulage et permettant de serrer les
2.34 Prescriptions de mise en œuvre panneaux chant contre chant. Ces cavaliers et les boulons qui les
• Les aciers en attente en rive d’élément préfabriqué doivent être maintiennent sont destinés à reprendre l’effort de traction tendant à
correctement redressés avant bétonnage des liaisons. éloigner les panneaux les uns des autres sous la poussée du lisier. La
• La géométrie des cavaliers de clavetage doit permettre un serrage résistance à la traction à prendre en compte dans les calculs résulte
adéquat des boulons. Il convient notamment de s’assurer que l’appui des valeurs obtenues par voie expérimentale.
des rondelles métalliques n’est pas gêné par la proximité de l’arrondi
intérieur du cavalier. Le respect de cette prescription passe notam- Le Rapporteur du Groupe Spécialisé n° 3
ment par un positionnement précis des cavaliers lors de la fabrica- M.CHENAF
tion des panneaux et par une mise à niveau des panneaux sur site
assurant une bonne correspondance des trous oblongs des cava-
liers.
• Le remplissage par le mortier de scellement à retrait compensé du
vide laissé au pourtour des cavaliers doit être complet dans la me-
sure où il est garant non seulement d’une part de la protection
contre la corrosion, mais aussi du confinement de l’âme du cavalier
et donc de sa tenue sous l’effort de traction transmis par les pan-
neaux.

3/06-470 3
Dossier Technique
établi par le demandeur

A. Description Joint horizontal :


Le joint horizontal à la jonction entre le radier et les panneaux pré-
1. Destination et principe fabriqués est étanché par la mise en œuvre de deux couches
Procédé de mur destiné à la réalisation de fosses à lisier enterrées, PLASTIKOL UDM 2S, avec une armature de tissu de verre
semi-enterrées ou hors sol, d’une capacité allant de 10 à 2000 m3, MONTAPLAST B interposée.
assemblées par juxtaposition de panneaux préfabriqués en béton
clavetés entre eux au moyen de cavaliers métalliques boulonnés. 3. Eléments
L’épaisseur des panneaux est de 15 cm. Leur hauteur est égale à
2,00 m, 2,50 m ou 3,00 m. Leur section horizontale est un arc de
cercle dont la corde est égale à 1,80 m environ. La fixation sur le
soubassement en béton coulé en place s'effectue par reprise des
3.1 Panneaux préfabriqués béton
aciers en attente dans la dalle.
Il s’agit de panneaux pleins préfabriqués en béton armé dont les
2. Matériaux faces extérieures et intérieures sont en arc de cercle de rayon de
courbure égal à celui de la fosse de destination
2.1 Bétons Les panneaux ont une épaisseur de 15 cm, une corde de 1,80 m
environ et un rayon de courbure fonction du volume de la fosse à
• Pour les panneaux préfabriqués : réaliser dans la gamme suivante:
Le béton utilisé est un béton prêt à l’emploi (BPE) très plastique
B35 et de classe environnementale 5b (Norme NF P18-305).
Volume de la fosse Hauteur de la fosse Rayon de la fosse
Il est composé des matériaux suivants :
[m3] [m] [m]
- sable
18 / 495 2,00 3,43 / 17,77
- gravillons
- ciment CPJ-CEM II/A 42.5 PM-ES CP2 de l’usine LAFARGE 23 / 505 2,50 3,43 / 16,05
de Brest ou CLC-CEM V/A 32,5 PM-ES CP1 de L’usine 28 / 522 3,00 3,43 / 14,90
CALCIA de Ranville, dosé au minimum à 350 kg/m³.
505 / 1030 2,50 16,05 / 22,92
• Pour le radier (ou fond de cuve): béton très plastique C35/45 X
A2 suivant EN 206 522 / 1002 3,00 14,90 / 20,63
• Pour les semelles de fondation : béton B 25, avec armatures 1030 / 1547 2,50 22,92 / 28,08
mises en œuvre suivant les prescriptions du DTU 13-12. 1002 / 1497 3,00 20,63 / 25,22
2.2 Aciers 1497 / 2010 3,00 25,22 / 29,23
Armatures :
• Les armatures des éléments préfabriqués en béton armé sont du Les panneaux sont armés sur les deux faces (nappe intérieure et
type HA 500 MPa, conformes à la norme NF A 35-016. nappe extérieure, verticalement et horizontalement, de manière à
reprendre la poussée due au lisier et/ou la poussée des terres dans
• Les treillis soudés ST25C (7 x 7/150 x 150) sont de classe HA
le cas de fosses enterrées ou semi-enterrées.
500 MPa, conformes à la norme NF A 35-022.
Les aciers en attente destinés à réaliser la jonction entre les pan-
neaux préfabriqués et le radier coulé en place sont des aciers HA
Cavaliers de clavetage : 500 de Ø 10 mm munis d’un crochet à l’extrémité ancrée dans le
• Les cavaliers de clavetage sont en acier doux S235JRG2 5 radier et disposés à raison de 6 par mètre.
(1.0035 selon classification EN 10027.2 ou E 24-2 selon NF A 35- Les panneaux sont munis de deux ancrages destinés à la manuten-
501). tion.
En pied de panneaux une double nappe d’aciers assure
l’encastrement des panneaux dans le radier.
Boulons et écrous :
Les rives verticales sont munies d’un acier filant HA 500 de Ø 12
• Boulons 16 x 50 en acier de classe 8.8 mm passant dans les deux trous des ailes de chaque cavalier et sur
• Ecrous hexagonaux M16 de classe 8 selon ISO 4032 lesquels des aciers crossés sont repris perpendiculairement.

2.3 Etanchéité
Joints verticaux : 3.2 Cavaliers de clavetage
Un cordon cylindrique filant SIKA préboudiné de Ø 15 mm (mastic La jonction des panneaux entre eux est assurée par serrage de
SNJF plastique type « cordon préformé ») est collé sur le chant d’un cavaliers métalliques placés sur la rive verticale des panneaux. Les
des deux panneaux, dans le joint vertical entre panneaux, en arrière cavaliers sont en acier doux plié à froid. Ils ont une épaisseur de 7
des cavaliers et avant serrage des panneaux chant contre chant. mm et une géométrie conforme au dessin figurant ci-après. Ils sont
Les réservations des cavaliers, d’une largeur de 120 mm, sont percés d’un trou sur chaque aile destiné au passage de l’acier filant
remplies au moyen d’un mortier de clavage à retrait compensé. assurant l’ancrage du cavalier dans le panneau béton et de deux
trous oblongs sur l’âme destinés à la mise en œuvre des deux
La face extérieure du joint est calfeutrée au ciment souple de boulons M16 de serrage cavalier contre cavalier.
calfeutrement LANKO Black 202 sur une bande de 20 cm de lar-
geur.
L’étanchéité intérieure de la fosse est complétée par la mise en Les cavaliers de clavetage sont prépositionnés avant coulage le
œuvre de deux couches PLASTIKOL UDM 2S, avec une armature long des joints verticaux à raison de 4 cavaliers dans la hauteur
de tissu de verre MONTAPLAST B interposée, le tout sur une lar- pour les panneaux de hauteur 2,00 m, 5 cavaliers pour les pan-
geur de 20 cm. neaux de hauteur 2,50 m et 6 à 8 cavaliers pour les panneaux de
hauteur 3,00 m.
4 3/06-470
fond de ce regard est de niveau -0,50 m par rapport au niveau du
terrassement. Dans le cas où l’évacuation des eaux de drainage ne
peut pas se faire de manière gravitaire, une pompe de relevage et
d’évacuation doit être mise en œuvre avec alarme.
4. Fabrication 4. Réalisation de la semelle filante
La semelle filante périphérique est exécutée en pleine masse. Elle a
une largeur minimale de 0,50 m, une épaisseur de 0,15 m minimum
4.1 Etapes de la fabrication et une profondeur d’assise assurant le minimum hors gel de la
région. Elle est armée conformément aux prescriptions du DTU
13.12.
La fabrication est réalisée dans l’usine de la Société Redonnaise de
Préfabrication à SAINT-NICOLAS-DE-REDON sur des fonds de 5. Montage des panneaux
coffrage cintrables. Les panneaux sont livrés depuis le site de fabrication par camion
Les différentes phases de fabrication sont les suivantes : grue. La manutention ou le levage des panneaux est toujours effec-
tué au moyen des ancrages. Toutes les précautions sont prises
• Cintrage du coffrage au rayon de courbure voulu, pour protéger les intervenants d’une éventuelle fausse manœuvre
• ferraillage de l’élément dans le coffrage métallique, ou du basculement d’un ou plusieurs panneaux. Le cordon
• malaxage des granulats pendant une minute en moyenne, d’étanchéité est collé sur l’une des tranches du panneau.
Un soin particulier est porté à l’implantation des panneaux, la tolé-
• transfert et coulée dans le moule,
rance de pose étant de +0 / -10 mm.
• vibration par aiguille vibrante électrique de Ø 80,
6. Clavetage des panneaux
• séchage à l’extérieur à température ambiante pendant 12 h
7. Pose du polyane
minimum,
Un polyane d’épaisseur 200 microns est déroulé sur toute la surface
• décoffrage à H + 12 et nettoyage des moules, de l’empierrement avant ferraillage de celui-ci. Le recouvrement
• stockage à plat pendant un minimum de 8 jours, des lés doit être de 0,20 m minimum.
• chargement. 8. Réalisation du radier
Le radier a une épaisseur de 0,12 m minimum. Il est réalisé avec un
4.2 Contrôle de la fabrication béton B 35 TP de classe environnementale 5b. Il est coulé en une
La fabrication fait l’objet d’un contrôle interne dans le cadre d’un seule fois, sans reprise de bétonnage, avec un « slump » de 9 à 10
Plan d’Assurance Qualité dont le suivi externe est assuré par cm.
SOCOTEC Qualité Agence de Rennes. 9. Confection du regard de visite
Les principales étapes du contrôle interne sont : Un regard de visite est prévu à l’extrémité du réseau de drainage
• le contrôle sur les matières premières. afin de vérifier la présence éventuelle de fuites de lisier et /ou le
niveau de la nappe.
• Le contrôle en cours de fabrication.
10. Finitions
Les contrôles en cours de fabrication portent sur le coffrage (net-
toyage effectif, contrôle dimensionnel, application du décoffrant), le Les dispositifs complémentaires d’étanchéité des joints verticaux et
ferraillage (vérification des enrobages, section, sens porteur, posi- horizontaux, au préalable, les réservations laissées pour le serrage
tion des ancrages, position et nombre des cavaliers), la plasticité du des boulons sont calfeutrées au mortier de scellement.
béton en début de fabrication, le décoffrage (aspect des parements,
géométrie des panneaux), le stockage (conditions de stockage, 6. Dimensionnement
respect de la procédure de stockage), le chargement (contrôle
visuel des éléments chargés). Le dimensionnement est effectué par référence aux textes sui-
• Le contrôle post fabrication. vants :
Le contrôle de la résistance à la compression du béton est effectué • les Règles BAEL ;
sur cylindres 16 x 32 une fois par trimestre sur 12 éprouvettes. • l’arrêté du 26 février 2002 relatif aux travaux de maîtrise des
pollutions liées aux effluents d’élevage et notamment à son an-
nexe 2 : Cahier des charges des ouvrages de stockage des li-
siers et autres effluents liquides ;
5. Mise en œuvre • le Fascicule 74 : Construction des réservoirs en béton - Cahier
Les opérations de pose sont les suivantes : des Clauses Techniques Générales - Edition du 22 juillet 1998 -
1. Terrassement Approuvé par le décret n°98-28 du 8 janvier 1998).
Un décapage de la terre végétale est effectué pour atteindre la cote
minimale de 0,70 m pour les ouvrages hors sol. Une fois le terras-
sement terminé, un empierrement de 0,15 m d’épaisseur minimum B. Références
est réalisé en cailloux 20/40 sur toute la surface correspondant à la
fosse. A titre d’exemple, en 2002, fosses réalisées dans les départements
Dans le cas de sol de fondation hétérogène, une purge ou un ren- 35, 53 et 56, hauteurs 2,00 m à 3,00 m, volume jusqu’à
forcement de ferraillage du radier est à effectué pour éviter les 1635 m3, entre la période 2002-2006, plus de 130 fosses
tassements différentiels. Dans le cas de remblaiement ou de dé- ont été construites.
blaiement, pour la réalisation de fosses semi-enterrées ou enter-
rées, les règles générales du talutage sont respectées. Les
matériaux constitutifs du remblai sont de type grave 0/150. Le
remblai est réalisé par couches de 0,20 m compactées.
C. Résultats expérimentaux
Les cavaliers ont fait l’objet d’essais de traction directe en situation
2. Réalisation du hérisson de mise en œuvre dans les panneaux préfabriqués en
Le hérisson est confectionné en cailloux 20/40 sur une épaisseur de béton. Les résultats sont consignés dans le rapport CEBTP
0,15 m sur toute la surface du radier. Nantes D813.8.062/2 du 29 mai 1998 : efforts maximaux
obtenus à rupture : 17.976 daN et 18.635 daN.
3. Réalisation du drainage
Le drainage est effectué avec un drain de Ø 80 posé dans Le démontage d’une fosse à lisier exploitée depuis 15 années a
l’épaisseur du hérisson et en périphérie de la fosse. Dans le cas de permis en outre de constater l’absence de corrosion des
terrains argileux, le drain est entouré d’un non tissé. cavaliers de clavetage.
L’ensemble de ce drainage arrive dans un regard de prélèvement et
exutoire Ø 500 à 800 et de hauteur variable, avec couvercle. Le

3/06-470 5
Figures du Dossier Technique

6 3/06-470
3/06-470 7
Détail de la liaison entre le radier et les voiles préfabriqués.

8 3/06-470

Vous aimerez peut-être aussi