Vous êtes sur la page 1sur 10

Classiques & Cie BTS • Infos méthode

Travailler la synthèse de documents étape par étape

Étape 1 : Identifier et caractériser les documents

N.B. On peut rappeler ici que la présentation des documents n’est plus à faire obligatoirement dans l’introduction. On peut cependant, à titre d’exercice, envisager son apprentissage.

Document 1. I. Quéval, Libération (18/04/2001), « le complexe d’Astérix »

Article de presse tiré d’un quotidien, Libération, daté du 18 avril 2001 / son auteur, ex sportive de haut niveau est philosophe / prenant pour référence le personnage de bande dessinée Astérix, bien connu de tous les Français, et même largement au-delà de l’hexagone, l’auteur dénonce l’impossibilité de vivre sans une aide (la potion magique), qui correspond à une forme de dopage pour lutter contre le stress de la vie en général et professionnelle en particulier / pour celle qui parle, le dopage n’a rien d’étonnant dans une société qui refuse les limites / le dopage sportif participe ainsi d’une démarche généralisée de recherche d’aide.

Document 2. P. Yonnet, Huit Leçons sur le sport (2004), leçon VII, « Le dopage » Extrait d’un essai sociologique, Huit Leçons sur le sport, du sociologue Paul Yonnet, publié en 2004 / l’auteur s’intéresse à ce que signifie le mot « dopage » sur différents plans et conclut sur la difficulté de conceptualiser cette notion / il constate que le dopage s’inscrit dans une recherche de dépassement qui est – c’est un paradoxe – assimilable au progrès et à la lutte contre la nature.

Document 3. P. Duret, Cahiers français, n° 320 (mai-juin 2004), « Sport et société, compétition et dopage » Texte du sociologue Pascal Duret, extrait d’une revue, Cahiers français dont un numéro a été consacré, en 2004, aux questions de relations entre le sport et la société / il est question du dopage par rapport aux efforts exigés des sportifs, de la manière dont ceux-ci deviennent des stars face à un public indulgent, mais aussi capable d’exiger d’eux des prouesses irréalisables sans d’importants risques pour la santé / le rôle du public est mis en cause dans la réflexion sur le dopage.

© éditions Hatier, 2011

Classiques & Cie BTS • Infos méthode

Document 4. Javier Soriano, photographie, « Dopez-vous au lait », première étape du Tour de France 2006 Document iconographique / photographie prise par le photographe Javier Soriano lors de la première étape du Tour de France 2006 à Strasbourg / l’image montre des coureurs qui passent, au premier plan et juste derrière, une vache servant de « panneau publicitaire » avec sur son dos une petite fille et à côté un agriculteur / l’une et l’autre lèvent un verre de lait. Sur le panneau publicitaire bricolé, on peut lire « Dopez-vous au lait ». La présence du verbe « doper » rend le message ambigu, ce que n’atténue pas nécessairement le fait qu’il s’agisse de lait.

Étape 2 : Analyser les documents et dégager les idées essentielles

Document 1. I. Quéval, Libération (18/04/2001), « le complexe d’Astérix »

A. Une caractéristique du monde moderne est le refus des limites (contrairement à l’idéologie

de nos ancêtres grecs), illustré par le culte de la performance : chacun est poussé à se dépasser, à faire plus et mieux dans une société « dopante » dont les sportifs de haut niveau sont les représentants les plus remarqués. (constat de départ, proche de l’idée G).

B. Nous sommes comme Astérix : nous avons sans cesse besoin de « potion magique » sous

forme alimentaire, pour affronter les difficultés de la vie : il s’agit là d’une aide ressentie

comme indispensable et que nous impose la publicité pour des produits « enrichis », de manière aussi pernicieuse qu’efficace, aussi bien aux enfants qu’aux adultes. Nous vivons dans une société « dopante ».

C. Il n’est pas étonnant que les sportifs de haut niveau, obsédés par la performance, soient

tentés de se doper comme Virenque.

D. Virenque apparaît comme un bouc émissaire d’une pratique largement répandue chez les

intellectuels et les artistes : il y a donc deux poids et deux mesures.

E. Le dopage relève de tout en ensemble d’améliorations et de progrès dont certains sont

techniques (le matériel) et d’autres alimentaires (intervention de la diététique). Il est logique de penser que dans des temps à venir, le dopage deviendra indécelable. Cela doit conduire à une réflexion.

F. Le dopage est un problème complexe : la sévérité actuelle demanderait des atténuations, de

même qu’il peut paraître non seulement utile mais indispensable – humainement et socialement – d’empêcher certains sportifs de se détruire.

© éditions Hatier, 2011

Classiques & Cie BTS • Infos méthode

G. Il serait utile que la publicité et la pression sociale, responsables du « complexe d’Astérix

(le besoin constant de potion magique) perdent de leur force.

Document 2. P. Yonnet, Huit Leçons sur le sport (2004), leçon VII, « Le dopage »

A. Affirmation (inattendue par son pessimisme) selon laquelle tous les sportifs sont dopés

(d’une manière ou d’une autre) parce que tout en eux est « artificiel ». L’auteur de l’article met l’accent sur l’absence de naturel. Une objection est que certains sportifs sont en contravention avec les règlements, mais pas tous.

B. La définition du dopage montre qu’il est une forme de préparation médicale, elle-même en

constante modification et amélioration.

C. Il est difficile de situer « objectivement » le dopage entre deux extrêmes : la rigueur

inapplicable du CIO et le laxisme de certaines fédérations sportives américaines (basket-ball et base-ball).

D. La lutte anti-dopage est nécessairement liée à un contrat, à une volonté. Elle présente

nécessairement un caractère arbitraire et incohérent donc peu satisfaisant sur le plan

intellectuel.

E. Le dopage, en tant que recherche et utilisation de produits et de techniques permettant de

repousser les limites du corps humain, est assimilable au progrès médical et, de manière générale, à l’activité humaine. Paradoxalement, en intervenant pour ne pas « laisser faire la nature », le dopage constitue une forme de progrès qui donne son sens à la vie humaine. Il paraît donc difficile de lutter contre.

Document 3. P. Duret, Cahiers français, n° 320 (mai-juin 2004), « Sport et société, compétition et dopage »

A. La compétition de haut niveau exige des sportifs des efforts qui vont bien au-delà de leurs

possibilités, et qui ont quelque chose de suicidaire, comme le dopage, qui semble inévitable.

B. Il est étonnant que le nombre de contrôles positifs diminue tandis que les exploits

augmentent : il y a là une hypocrisie.

C. L’évolution de la haute compétition entraîne, à propos du dopage, une première remarque :

la « starisation » des champions non seulement les rend moins soucieux de morale, mais excuse des comportements considérés comme « normaux » parce que représentatifs d’un

statut exceptionnel. Il y a là une forme de justification du dopage, du fait de l’indulgence du public.

D. Une seconde remarque est que le public exige toujours plus des sportifs (effort, souffrance,

attente du surhumain et de l’extraordinaire). On peut penser que si les sportifs sont conduits à

© éditions Hatier, 2011

Classiques & Cie BTS • Infos méthode

se doper, c’est, en quelque sorte, pour répondre aux attentes d’un public sans cesse plus avide d’exceptionnel.

Document 4. Javier Soriano, photographie, « Dopez-vous au lait », première étape du Tour de France 2006

A. La recommandation adressée aux coureurs, « Dopez-vous au lait », banalise l’action et

laisse penser qu’il est naturel, normal de se doper.

B. Le caractère bénéfique du lait (il s’agit d’une publicité faite par les producteurs de lait) est souligné par le visage souriant des deux personnages et le fait que l’un d’entre eux est un enfant.

C. l’image attire l’attention sur le caractère festif du dopage au lait. Le fait de lever les verres

suggère une célébration.

D. L’image suggère les bienfaits du lait et sa supériorité par rapport à tout ce qui est sous

entendu par le mot « dopez-vous », les produits interdits, les piqûres, les transfusions… le message pourrait être le suivant : quitte à se doper, autant le faire avec un produit efficace, naturel et qui ne fait pas de mal aux enfants… La grosse « machinerie » du tour (suggérée par l’allure des coureurs : casque, vélo moderne et perfectionné, uniforme publicitaire…) se trouve ramenée à une image familiale vantant le naturel.

Conclusion La recherche des idées dominantes des documents, leur reformulation, puis leur mise en parallèle (utilisation efficace du stabilo) pour faire apparaître les convergences et les divergences, conduisent à faire émerger plusieurs orientations à propos du dopage : sa présence inquiétante et menaçante, quasiment banalisée, les raisons qui peuvent expliquer son développement et enfin la difficulté rencontrée dans la lutte contre ce phénomène. Le tableau ci-dessous récapitule ces diverses composantes possibles de la synthèse. Le regroupement des idées dans un tableau est une étape importante : elle permet de confirmer les orientations mises en évidence par l’analyse des documents et d’organiser le plan. Dans le tableau ci- dessous, le titre des différentes orientations n’est pas donné parce que ces titres n’apparaissent pas tout de suite.

© éditions Hatier, 2011

Classiques & Cie BTS • Infos méthode

Étape 3 : Construire un tableau pour classer les idées

DOCUMENTS

ORIENTATION 1

 

ORIENTATION 2

ORIENTATION 3

Document 1 article de presse (Libération) de 2001 écrit par I. Quéval :

« Le complexe d’Astérix » : étude de la manière dont la société pèse sur les individus pour les conduire à différentes formes de dopage, à l’imitation des sportifs.

Constat de l’omniprésence du « dopage » dans une société « dopante ». Le dopage se situe à différents niveaux. Il est fréquent dans certaines professions et dans certains milieux En particulier, il prend la forme de médicaments et d’aliments. Un de ses vecteurs est la publicité visant les adultes et les enfants.

Le dopage s’explique

Il est difficile de lutter contre le dopage dans une société où il apparaît partout. – La lutte contre le

dopage est rendue difficile par le fait qu’il existe dans d’autres domaines que le sport (artistes, intellectuels), domaines où il n’est

par le culte de la performance, qui touche tous les domaines de la vie sociale : chacun – sportif ou non – est conduit par

l’environnement à faire plus et à se dépasser ou dépasser les autres.

Comme Astérix et sa

pas sanctionné.

 

potion magique, nous

avons besoin

Il faut lutter contre le dopage qui prend des formes diverses et fait de nous des assistés ayant constamment besoin de potion

constamment d’une aide qui prend la forme de nourritures enrichies.

 

Le dopage fait partie

d’un ensemble de recherches d’amélioration, sur le plan médical et sur le plan technique : à ce titre, il semble important, sous des formes diverses.

magique et qui conduit les sportifs à se détruire.

Une des difficultés

majeures de la lutte contre le dopage est le paradoxe selon lequel il permet de repousser la nature et qu’il s’assimile au progrès, qui est un des objectifs de l’être humain.

Document 2 Extrait d’essai sociologie de P. Yonnet, Huit Leçons sur le sport (2004). L’auteur souligne l’omniprésence du dopage, son caractère mal défini et son rapprochement possible avec le progrès médical, ce qui est paradoxal.

Constat de la généralisation du dopage du fait du caractère totalement artificiel des athlètes, de leur formation, de ce qui les aide et les fait progresser.

Le dopage permet de repousser les seuils d’aptitude et de capacités : le dopage permet de progresser

Il est difficile de lutter contre le dopage parce que les décisions le concernant sont parfois tout à fait opposées : le CIO est très rigoureux, certaines fédérations sont au contraire très laxistes.

En tant qu’activité de

progrès notamment médical, le dopage s’inscrit dans la finalité des activités humaines : lutter

 

contre ce qui permet de dominer la nature est difficile. Mais on peut craindre que, grâce à des progrès médicaux, le dopage devienne indécelable et que la lutte soit encore plus difficile.

© éditions Hatier, 2011

Classiques & Cie BTS • Infos méthode

Document 3 Extrait d’un article de revue sociologique de P. Duret, Cahiers français ; article consacré au dopage sous le titre

Le dopage est considéré comme inévitable et omniprésent : on ne peut à la fois constater la diminution des contrôles et

Le dopage se trouve

expliqué par la compétition de plus en plus difficile, qui exige des compétences de plus en plus développées. La nature des compétitions joue un rôle important dans le développement obligé du dopage.

Une des difficultés de lutter contre le dopage est le fait qu’il apparaisse comme

«

normal » au public

qui se révèle à la fois

indulgent à l’égard des

«

Compétition et

l’augmentation des performances. C’est là la preuve manifeste de la présence du dopage.

«

stars » et de plus en

dopage ». Analyse des effets de la starisation sur le dopage et du rôle joué par le public.

plus exigent en matière

d’exploits surhumains.

   

L’indulgence du

public à l’égard des « stars », ou sportifs exceptionnels, peut expliquer qu’on accepte le dopage et qu’on l’excuse. D’autre part les attentes du public sont telles, en ce qui concerne les athlètes, que le dopage devient quasiment obligatoire.

Document 4 Photographie prise par Javier Soriano, d’une scène se déroulant lors de la première étape du Tour de France

La formule « dopez- vous au lait » banalise le fait de se doper et le présente comme quelque chose de normal dans le sport et dans la vie courante. L’image conduit à penser que le dopage est habituel, quelque chose de naturel.

 

La banalisation du dopage, telle qu’elle apparaît sur l’image, laisse penser que son éradication risque d’être difficile : l’idée de dopage est « entrée dans les mœurs » au point d’y associer une publicité pour le lait.

2006. Un agriculteur et une petite fille trinquent en buvant du lait. Au passage des coureurs, une vache est porteuse d’une banderole recommandant :

«

Dopez-vous au lait ».

   

Étape 4 : Exploiter le tableau et élaborer un plan

Lecture du tableau

Le tableau fait apparaître les éléments suivants :

• L’existence de trois orientations – donc d’un plan en trois parties, qui pourraient être les suivantes : l’omniprésence du dopage, les raisons qui peuvent l’expliquer et les difficultés de la nécessaire lutte anti-dopage. • La présence de certaines idées semblables dans des colonnes différentes du tableau. On touche là à une des grandes difficultés de la synthèse de documents : certaines idées essentielles ne jouent pas le même rôle selon leur environnement textuel et leur position dans les documents. Par exemple, le fait que le dopage soit associé à des recherches scientifiques et

© éditions Hatier, 2011

Classiques & Cie BTS • Infos méthode

à une quête humaine de progrès constitue à la fois une explication de son développement (orientation 2) et une difficulté dans la lutte contre le dopage (orientation 3). C’est une caractéristique de la synthèse qu’il faut connaître, accepter et utiliser.

Suggestion de plan

[Introduction] Évoquer le sport, c’est penser immédiatement au dopage, dont il est question régulièrement dans différents scandales, affaire Festina pour le Tour de France, déclarations intempestives de Noah à propos du tennis, footballeurs soupçonnés, sportifs condamnés… Quatre documents ayant pour thème le sport abordent cette question. Les auteurs des trois premiers sont des spécialistes. Dans des articles de presse ou des extraits d’essais (citer éventuellement les auteurs, les titres et les dates), ils constatent la nature et l’importance prise par ces pratiques, ce qui peut expliquer (mais non justifier) pourquoi il est difficile de lutter contre ce qui semble parfois être devenu habituel et banal.

[Première partie : nature et omniprésence du dopage] De manière différente, les documents donnent une idée de ce qu’est le dopage et constatent qu’il est généralisé, omniprésent et banalisé. A. Nature du dopage : « potion magique » (documents 1 et 4), adjuvant, alimentation,

biscuits et barres chocolatées enrichies (document 1), amélioration du matériel (documents 1 et 2), médicalisation (documents 2 et 3). On voit dès cette récapitulation la diversité des formes prises par le dopage.

B. Le dopage partout dans le sport : constat fait par l’auteur du document 2 selon lequel

tous les sportifs sont dopés / le document 3 énonce l’idée que le sport de haut niveau implique

nécessairement le dopage compte tenu de la nature des efforts demandés / c’est à l’occasion du Tour de France qu’apparaît la publicité pour le lait comportant les mots « dopez-vous » associant clairement sport et dopage (document 4) / l’auteur du document 2 souligne des attitudes différentes vis-à-vis d’un dopage omniprésent dans le sport : les interventions du

CIO et le laxisme de certaines fédérations. Une preuve de l’omniprésence du dopage – voire du dopage indécelable – dans le sport est la contradiction entre le nombre de contrôlés positifs (qui diminue, document 3) et la difficulté croissante des épreuves sportives.

C. Une banalisation dans la vie courante : le document 4 « Dopez-vous au lait » montre une

banalisation du mot et donc de l’action : la notion de dopage fait partie désormais de la vie courante et on n’hésite pas à l’utiliser dans un domaine autre que celui du sport / l’auteur du

© éditions Hatier, 2011

Classiques & Cie BTS • Infos méthode

document 1 dénonce un besoin constant de « potion magique » et une utilisation du dopage par les artistes et les intellectuels : nous ne pouvons pas vivre sans aide (consommation excessive d’antidépresseurs en France) / elle insiste sur la nature « dopante » de la société qui impose une forme de dopage sous la forme alimentaire (document 1) en visant d’abord les enfants. À partir de la banalisation du dopage, le dossier proposé conduit à analyser les raisons de ce phénomène, ce qui peut l’expliquer et aider à le comprendre.

[Deuxième partie : raisons et explications du dopage] Le dossier aborde le problème des raisons du dopage : la généralisation du culte de la

performance, le besoin d’une aide, la volonté de vaincre la nature et l’attitude du public.

A. Culte de la performance et besoin d’aide qui en découle : performance omniprésente

dans la société et chez les sportifs, qui en sont obsédés (document 1) / dopage sous des formes diverses et insidieuses (l’alimentation des enfants) / persuasion par la publicité qu’il faut « se

surpasser », faire toujours plus, aller plus loin, plus vite et plus fort (document 1) / le dopage est un confort dans la vie quotidienne, et un adjuvant efficace (mais dangereux) pour les sportifs qui sont confrontés à des épreuves de plus en plus nombreuses et difficiles : idées présentes dans le document 1 et dans le document 3 qui donne l’exemple d’épreuves surhumaines de franchissement de cols dans le Tour de France.

B. La volonté de vaincre la nature, un idéal de progrès : comme le disent les auteurs des

documents 1 et 3, le dopage relève d’une recherche constante de progrès tant du côté des substances (médecine) que du côté des matériels (technique). Dans les ceux cas, il s’agit de repousser les capacités humaines. Comme l’affirme P. Yonnet, on peut comprendre que le dopage puisse être considéré comme une voie de progrès et qu’il s’inscrive dans la vocation de l’être humain, qui est de développer ses capacités, de progresser, et dominer la nature. C’est là un paradoxe qui permet de comprendre en quoi la lutte contre le dopage est difficile.

C. L’attitude du public : dans le document 3, P. Duret met en relief la responsabilité du

public dans le développement du dopage. Cette idée est sous-jacente dans la photo (document 4) et dans les documents 1 et 2. Le sociologue souligne l’importance de la starisation des sportifs, « dieux du stade » auxquels le public, admiratif, pardonne tout avec une indulgence coupable. L’auteur du document 3 développe aussi l’idée selon laquelle une exigence de résultats « exceptionnels » (attente exprimée par le public) pousse les sportifs à prendre des risques parfois mortels, en toute bonne conscience (document 1).

© éditions Hatier, 2011

Classiques & Cie BTS • Infos méthode

L’attitude dopante est objectivement explicable (tout en étant moralement condamnable) : les explications mettent en cause les sportifs, le public, mais aussi, de manière générale, une certaine idéologie sportive découlant d’une idéologie sociale et humaine. Cela permet de comprendre pourquoi il est difficile de lutter contre le dopage, question qui ressort des documents, sans être toujours explicite.

[Troisième partie : nécessité et difficultés de la lutte contre le dopage] La lecture du dossier montre en quoi il est à la fois indispensable et difficile de s’attaquer au

dopage sur différents plans. Il semble inscrit dans l’évolution sociale, il répond à des attentes du public et relève du progrès.

A. La nécessité de combattre le dopage : éviter les différentes atteintes (venues entre autres

avec force de la publicité) à la santé sous prétexte d’aide créant une accoutumance à la « potion magique » (document 1) / éviter les risques mortels d’un dopage dangereux (document 3) / refuser la tricherie qui consiste à faire appel à des produits interdits (document 1).

B. Mais un combat difficile : il consiste en une lutte (perdue d’avance ?) contre les publicités

alimentaires (document 1) qui banalisent le dopage, ce qui revient à une lutte nécessaire contre une idéologie de la performance extrême développée dans tous les aspects de la vie sociale (documents 1, 2, 3, 4) ; une lutte indirecte – et paradoxale – contre le progrès et contre une caractéristique de la nature humaine, qui est « de ne pas laisser faire la nature ». L’existence d’attitudes officielles contradictoires (document 2 : CIO et fédérations sportives ayant des prises de position différentes) et d’une politique de « deux poids deux mesures » par rapport au dopage non sportif (document 1) entraînent des difficultés dans la lutte contre le dopage et impliquent une volonté d’action et une harmonisation dans les positions. Les divergences soulignent des philosophies différentes. La lutte contre le dopage dépasse la question du « Comment ? » Le « Pourquoi ? » est fondamental parce qu’il met en cause tout un environnement social et ce que cet environnement a fait du sport (argent, spectacle, starisation, performances à tout prix). Manifestation de tricherie et de mensonge, mais aussi recherche médicale et, paradoxalement, progrès, le dopage fait naître des interrogations non seulement sur la société et ses choix sportifs, mais sur le destin humain.

© éditions Hatier, 2011

Classiques & Cie BTS • Infos méthode

[Conclusion] Les quatre documents posent la question du dopage en des termes et selon des orientations un peu différents mais proches et souvent convergents. Ils en donnent les causes, qui relèvent de la vie sociale et de la nature actuelle du sport, mais montrent aussi en quoi il est particulièrement nécessaire et difficile d’endiguer le phénomène. La réflexion qui naît de leur rapprochement se rattache en effet à la morale, à l’évolution sociale, aux modifications des pratiques sportives et de l’esprit du sport et à l’imbrication complexes de ces différents éléments. On touche alors à la sociologie, mais aussi à l’éthique et à la philosophie quand on aborde la question de la liberté : qui doit décider quelles sont et où se situent les limites du supportable ? Est-ce au sportif qu’il appartient de les déterminer, parfois au risque de sa propre vie ?

© éditions Hatier, 2011