Vous êtes sur la page 1sur 3

Synthèse : L’art-thérapie

 
 
Document 1

Qu’est ce que l’art-thérapie ?


http://www.unmondeimagin-art.fr/2.html

Avant de définir ce qu’est l’art-thérapie, il est important de savoir ce qu’elle n’est pas.
Premièrement, il ne faut pas confondre Art-thérapie et Art. En effet, il faut entendre ici Art-
thérapie comme mode d’expression humaine à des fins utilitaires. Il faut la comprendre comme
activités qui vont permettre l’activation du potentiel psychomoteur et expressif de l’homme. Or la
finalité de l’Art en tant que tel, est totalement différente. L’Artiste recherchera souvent un idéal
artistique, il recherchera souvent « le beau ».

L’art-thérapie ne forme pas des artistes. Elle n’est pas là pour apprendre à peindre, à jouer d’un
instrument… ; l’art-thérapie est un média permettant l’éveil des sens et ainsi de la conscience.
Elle peut permettre à l’être humain de devenir acteur et non plus spectateur de sa vie et de la vie
en générale.

D’une manière plus simple, l’art-thérapie est une technique de soin qui va s’appuyer sur des
outils artistiques (dessin, collage, musicothérapie, peinture, poterie, chant, théâtre, marionnettes,
mandala…) et par là même faisant donc appel à la créativité, à l’imagination et qui va permettre à
l’individu d’exprimer un ressenti, une émotion, une souffrance, une angoisse, une joie, une envie.
L’originalité de cette technique de soin est qu’elle n’oblige pas l’individu à s’exprimer oralement
contrairement à la cure classique. La communication verbale n’est pas nécessaire. Le support
artistique entre dans une relation à trois où l’individu se sent moins seul devant le thérapeute. Il
ressent ainsi moins l’intrusion de l’autre dans son intimité. L’outil artistique lui permet
progressivement de se dévoiler.

Si l’art en tant que mode d’expression va jouer le rôle de médiateur et de moteur de la


communication, la thérapie par l’art va permettre à l’individu de soigner son âme et son corps,
que celui-ci soit blessé, vieilli, malade ou handicapé, en mettant des couleurs, des formes, un air
de musique, un mot, une histoire, un conte…sur ce qui le tourmente ou le réjouit.

www.lafleiste.com - 2015
Document 2

E-mail


L'art-thérapie hors les murs de l'hôpital


FRANCE 3 AUVERGNE , Par Céline Pauilhac, Publié le 12/09/2014 | 11:44, mis à jour le
12/09/2014 | 11:44

Depuis trente ans, les patients de l'hôpital psychiatrique Sainte-Marie à Clermont-


Ferrand peignent leurs angoisses ou leurs délires sur des toiles. Deux cents tableaux issus de cet
atelier d'art-thérapie s'exposent au Conseil général du Puy-de-Dôme, jusqu'au 21 septembre.

L'art a-t-il des vertus thérapeutiques? Jugez-en par vous même en découvrant l'exposition
"Bariol". Les 200 peintures qui sont exposées en ce moment dans le hall du conseil général du
Puy-de-Dôme témoignent à la fois des souffrances psychiques et du potentiel artistique des
patients. Ceux qui ont fréquenté l'atelier d'art-thérapie de l'hôpital Sainte-Marie à Clermont-
Ferrand ont voulu raconter leur histoire, leurs histoires, parfois avec quelques mots, souvent avec
une explosion de couleurs. Claire Valadou, l'une de ces artistes-patients, a ainsi pu trouver un
exutoire à son mal-être : "ça me défoule énormément, ça m'apporte une possibilité de trouver les
mots et de pouvoir parler. Avant, je n'aurais jamais pu...", confie-t-elle.

Depuis trente ans, la peinture, le théâtre et la musique permettent aux malades de Sainte-Marie
de mettre des mots sur ce qui les torture et les empêche, pour certains, de se faire mal. Le
psychiatre Jean-Philippe Mangeon est convaincu de l'effet thérapeutique de cet atelier : "tous
ces travaux racontent l'histoire intime de chaque patient. C'est quelque chose d'extrêmement
authentique, c'est quelque chose qui vient du plus profond, du plus déconstruit, du plus
archaïque des patients qui ensuite, par le biais de leur pratique artistique, arrivent à en faire une
langue, un discours".

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
www.lafleiste.com - 2015
Document 3

De l'art en prison pour libérer la tête


LE MONDE | 23.04.2013 à 16h35 • Mis à jour le 25.04.2013 à 17h16 | Par Emmanuel Lequeux

Ne pas oublier ceux qui n'ont pas accès à l'art. C'est une des missions essentielles des FRAC,
qui multiplient les projets à destination des personnes hospitalisées ou des publics en situation
de handicap.

Depuis quatre ans, le FRAC PACA a lancé plusieurs projets dans les prisons de la région, aux
Baumettes (à Marseille) et à la maison d'arrêt d'Aix-Luynes. Différents ateliers sont proposés aux
détenus volontaires, selon des modalités réinventées en permanence en fonction de l'expérience.

L'art, une thérapie pour ces personnalités souvent brisées ? "Je ne pourrais pas dire que nous les
aidons vraiment à retrouver l'estime d'eux-mêmes, tempère Céline Robert, médiatrice chargée du
projet aux Baumettes. Mais nous les aidons à être ensemble et à rester en contact avec le monde
extérieur. L'un d'eux nous a parlé du "plaisir de rencontrer des gens qui ne sont pas marqués du
sceau judiciaire""...

Ces moments sont, aussi, l'occasion de libérer la parole : "Quand nous avons fait visiter le FRAC
à des détenues en permission, elles sont parties vers l'imaginaire et des choses très personnelles,
se souvient Céline Robert. La prison est un temps de réflexion sur soi, mais aussi sur le monde.
Ces femmes étaient heureuses de prendre conscience, lors de leur détention, de toutes ces
choses auxquelles elles n'avaient pas accès auparavant. Elles ont aimé découvrir que les artistes
se permettent de telles choses, et sont si libres dans leur tête."

www.lafleiste.com - 2015