Vous êtes sur la page 1sur 9

Elimination des

gènes marqueurs
Rappels: Génétique du transgène
Dans un croisement entre une plante
transgénique et une plante standard, le
transgène se comporte comme un gène
dominant puisque son « allèle » correspond à
l’absence du transgène.
Une plante transformée avec un seul site
d’insertion est dite hémizygote.
Pour avoir une plante homozygote pour le
transgène il suffit de l’autoféconder et identifier
dans la descendance les plantes porteuses du
génotype intéressant.
Rappels: Gènes marqueurs
Deux types de gènes marqueurs sont utilisés au
cours de la transgénèse:
- Un marqueur pour le clonage: utilisé pour
multiplier spécifiquement des bactéries dans
lesquelles a été introduit le gène d’intérêt afin de
disposer d’une quantité suffisante pour la
transformation.
- Un marqueur pour le repérage et la sélection
des plantes transformées.
1- Elimination du gène marqueur
utilisé pour le clonage:
1er cas: Transformation par Agrobacterium:

Placer le gène marqueur en dehors des


bordures droite et gauche de l’ADN-T.

2eme cas: Transformation par méthode directe:

Eliminer le gène marqueur avant transformation.


2- Elimination du gène marqueur utilisé
pour la sélection de plantes transformées:
1) L’utilisation du système Cre/Lox du
bactériophage P1:
Le gène marqueur est placé entre deux bordures
Lox spécifiques d’une enzyme : une recombinase
Cre.
Après la transformation avec cette construction,
la plante transgénique est croisée avec une
plante porteuse du gène Cre codant la
recombinase.

La recombinaison aura pour conséquence


l’excision du gène marqueur.
Le gène Cre est éliminé dès la F2 (sélection des
plantes qui ne le portent pas).
2) Utilisation d’un système binaire:
Utiliser deux vecteurs:
Un plasmide assistant: Plasmide Ti désarmé qui va
conféré les fonctions de virulence.
Un plasmide avec deux zones T: une contenant le
gène d’intérêt, l’autre le marqueur de sélection.
Les fonctions de virulence du plasmide assistant
permettent le transfert des deux ADN-T dans la
cellule.
L’insertion se fait de façon indépendante avec dans
la majorité des cas sur des chromosomes différents.
N.B: Avec le transfert par méthode directe, deux
fragments sont préparés, l’un avec le gène marqueur
et l’autre avec le gène d’intérêt.
Après sélection, on obtient une plante double
hémizygote (pour le gène d’intérêt et le gène
de sélection).
S’il n’y a qu’un seul gène marqueur et un seul
gène d’intérêt, l’autofécondation d’une telle
plante donnera des proportions semblables à un
croisement en cas de deux gènes
indépendants:
• 9/16 Des plantes porteuses des deux gènes.
• 3/16 Des plantes porteuses du gène d’intérêt.
• 3/16 Des plantes porteuses du gène de
sélection.
• 1/16 Des plantes ne portent aucun des deux
gènes.