Vous êtes sur la page 1sur 282

Otto Rahn

Table des matières

1 Otto Rahn 1
1.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.1.1 Enfance et études . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.1.2 Voyages d'étude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.3 Films . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.4 Livres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.5 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.6 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2

2 Troubadour 3
2.1 Aire géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2.2 Thèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2.3 Poète et musicien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2.4 Étymologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2.5 La langue des troubadours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.6 La fin' amor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.7 Origines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.8 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.9 Les genres lyriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.9.1 Définition des genres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.9.2 Genres aristocratisants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.9.3 Genres popularisants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.10 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.11 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.11.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.11.2 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2.11.3 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

3 Trouvère 10
3.1 Origine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
3.2 Étymologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
3.3 Genres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

i
ii TABLE DES MATIÈRES

3.4 Quelques trouvères célèbres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10


3.5 Trouveresses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
3.6 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
3.7 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
3.7.1 Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
3.7.2 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
3.8 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

4 Minnesang 12
4.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4.2 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4.3 Lien externe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

5 Wolfram von Eschenbach 13


5.1 Vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
5.2 Œuvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
5.2.1 Œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
5.3 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
5.4 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
5.5 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
5.5.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
5.5.2 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

6 Parzival 15
6.1 Aperçu de l’action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
6.1.1 « Prologue » de Wolfram (livre I, vers 1,1 à 4,26) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
6.1.2 Introduction : Gahmuret, chevalier errant (livres I-II) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
6.1.3 La jeunesse et l’éducation chevaleresque de Parzival (livres III-IV) . . . . . . . . . . . . . 16
6.1.4 La trop grande discrétion de Parzival au château du Graal (livres V-VI) . . . . . . . . . . . 17
6.1.5 Les aventures de Gauvain à Bearosche et à Schanpfanzun (livres VII-VIII) . . . . . . . . . 18
6.1.6 Parzival à Trevrizent - instruction religieuse et illumination (livre IX) . . . . . . . . . . . . 18
6.1.7 Gauvain et Orgeluse - la libération du Château Merveille (livres X-XIII) . . . . . . . . . . 19
6.2 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
6.2.1 Sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
6.2.2 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
6.2.3 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

7 Stefan George 22
7.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
7.2 Œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
7.3 Études sur Stefan George . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
7.4 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
7.4.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
TABLE DES MATIÈRES iii

7.4.2 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

8 Friedrich Gundolf 24
8.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
8.2 Prix Friedrich-Gundolf . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
8.3 Œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
8.4 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
8.5 Sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

9 Antonin Gadal 26
9.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
9.2 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
9.2.1 Publications d'Antonin Gadal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
9.2.2 Études sur Antonin Gadal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
9.3 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
9.3.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
9.3.2 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
9.4 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

10 Jan van Rijckenborgh 28


10.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
e
10.2 De la Rose-Croix du XVII siècle à nos jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
10.3 Œuvres de Jan van Rijckenborgh . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
10.4 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
10.5 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

11 Catharose de Petri 30
11.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
11.2 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
11.2.1 Ouvrages de Catharose de Petri . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
11.2.2 Ouvrages de Catharose de Petri et de Jan van Rijckenborgh . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
11.3 Lien externe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

12 Graal 31
12.1 Origine et évolution de la figure du Graal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
12.1.1 Chez Chrétien de Troyes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
12.1.2 Chez les continuateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
12.2 La légende du « Saint Graal » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
12.3 Les interprétations au Graal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
12.3.1 La symbolique traditionnelle du Graal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
12.3.2 Le Graal face à la science . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
12.3.3 Sens figuré du mot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
12.3.4 Sangreal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
iv TABLE DES MATIÈRES

12.4 Le Graal et la quête du Graal dans la culture contemporaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35


12.4.1 La thématique du Graal dans les nouveaux mouvements religieux . . . . . . . . . . . . . . 35
12.4.2 Adaptations artistiques ou médiatiques du Graal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
12.5 Lieux rattachés au Graal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
12.5.1 Reliques du Saint Calice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
12.5.2 Autres Graals célèbres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
12.5.3 Remarque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
12.5.4 Lieux en rapport avec Munsalwäsche et le château du Graal . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
12.5.5 Autres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
12.6 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
12.6.1 Textes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
12.6.2 Études . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
12.7 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
12.7.1 Rabelais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
12.7.2 Autres références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
12.8 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
12.8.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
12.8.2 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

13 Galaad (légende arthurienne) 41


13.1 La légende . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
13.1.1 Le Châtel aux pucelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
13.1.2 La Nef merveilleuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
13.1.3 L'écu de Galaad . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
13.2 Galaad dans les œuvres culturelles hors littérature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
13.3 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

14 Maurice Magre 43
14.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
14.2 Œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
14.3 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
14.4 Études sur Maurice Magre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
14.5 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
14.5.1 Maurice Magre en musique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

15 Napoléon Peyrat 46
15.1 Éléments biographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
15.2 Publications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
15.3 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

16 Francis Rolt-Wheeler 47
16.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
16.2 Œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
TABLE DES MATIÈRES v

16.3 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

17 Déodat Roché 49
17.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
17.2 Institutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
17.3 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
17.3.1 Œuvres principales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
17.3.2 Études sur Déodat Roché . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
17.4 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
17.4.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
17.4.2 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
17.4.3 Vidéo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

18 Simone Hannedouche 52
18.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
18.2 Quelques œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

19 Église gnostique de France 53


19.1 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
19.1.1 Patriarcat de Valentin II (Doinel) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
19.1.2 Patriarcat de Synésius (Fabre des Essarts) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
19.1.3 Après 1917 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
19.2 Membres notables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
19.3 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
19.4 Sources bibliographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

20 Jules Doinel 56
20.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
20.2 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
20.3 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
20.3.1 Publications de Jules Doinel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
20.4 Études sur Jules Doinel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
20.5 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
20.5.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
20.5.2 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

21 Karl Wolff 59
21.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
21.2 Première Guerre mondiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
21.3 Seconde Guerre mondiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
21.4 Après guerre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
21.5 Controverses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
21.6 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
vi TABLE DES MATIÈRES

22 Wewelsburg 61
22.1 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
22.1.1 Himmler à Wewelsburg . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
22.2 Après la guerre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
22.3 Galerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
22.4 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
22.5 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
22.6 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
22.7 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

23 Rudolf Rahn 64
23.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
23.2 Récompenses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
23.3 Articles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
23.4 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
23.5 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

24 Karl Maria Wiligut 66


24.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
24.1.1 Le soldat idéaliste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
24.1.2 L’ésotériste incompris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
24.1.3 Le maître à penser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
24.1.4 Disgrâce et mort . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
24.2 Thèses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
24.2.1 Filiation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
24.2.2 Doctrine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
24.2.3 Conceptions de l'Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
24.3 Distinctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
24.4 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
24.4.1 Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
24.4.2 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
24.4.3 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
24.5 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
24.5.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
24.5.2 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

25 Mysticisme nazi 70
25.1 Vue d’ensemble . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
25.1.1 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
25.1.2 Croyances centrales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
25.2 Les racines occultistes du nazisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
e
25.2.1 La mythique Société du Vril (fin XIX siècle) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
TABLE DES MATIÈRES vii

25.2.2 L'armanisme de Guido List (1902) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71


25.2.3 L'ariosophie de Lanz-Liebenfels (1905) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
25.2.4 Le général Karl Haushofer (1869-1946) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
25.2.5 La Société de Thulé (1918-1925) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
25.2.6 Les organisations de Gorsleben (années 1920) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
25.2.7 L'Irminisme de Wiligut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
25.3 L'ésotérisme et le régime nazi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
25.3.1 Hitler et l'occultisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
25.3.2 L'occultisme au sein du régime nazi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
25.3.3 La répression des sociétés occultistes par les nazis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
25.4 Mysticisme et nazisme après 1945 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
25.4.1 Aspect religieux : l’hitlérisme ésotérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
25.4.2 Aspect politique : le mysticisme dans le néo-nazisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
25.4.3 Mysticisme nazi et pseudoscience moderne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
25.5 Enjeux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
25.5.1 Le débat entre historiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
25.5.2 Littérature grand public et littérature scientifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
25.5.3 Autour de la position catholique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
25.6 Mysticisme et nazisme dans la fiction après 1945 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
25.6.1 Littérature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
25.6.2 Bande dessinée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
25.6.3 Cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
25.6.4 Documentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
25.6.5 Jeux vidéo et jeux de rôle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
25.6.6 Autre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
25.7 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
25.8 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
25.8.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
25.8.2 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
25.8.3 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82

26 Malbork 83
26.1 Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
26.2 Jumelages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
26.3 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
26.3.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
26.4 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

27 René Nelli 84
27.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
27.2 Vers un futur musée Nelli ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
27.3 L'Association d'études du catharisme - René Nelli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
viii TABLE DES MATIÈRES

27.4 Citations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
27.5 Œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
27.6 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
27.7 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
27.7.1 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

28 Amour courtois 86
28.1 Origines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
28.2 Interprétations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
28.3 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
28.3.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
28.3.2 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
28.3.3 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
28.4 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88

29 Joë Bousquet 89
29.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
29.2 Œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
29.2.1 Poésies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
29.2.2 Romans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
29.2.3 Recueils de nouvelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
29.2.4 Œuvres érotiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
29.2.5 Essais critiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
29.2.6 Correspondance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
29.2.7 Autobiographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
29.2.8 Œuvres posthumes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
29.3 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
29.3.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
29.3.2 Études et articles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
29.4 Filmographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
29.5 Inspirations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
29.6 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
29.7 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91

30 Les Cahiers du Sud 92


30.1 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
30.2 Auteurs publiés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
30.3 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
30.4 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93

31 Jean Cassou 94
31.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
31.2 L'occupation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
TABLE DES MATIÈRES ix

31.3 Après la guerre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95


31.4 Œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
31.5 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
31.6 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
31.6.1 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96

32 Fernand Niel 97
32.1 Œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
32.2 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

33 Occitanie (région culturelle) 98


33.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
33.2 Désignations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
33.3 Historiographie du concept d'Occitanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
33.3.1 Un objet d'étude unique : la culture d'oc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
33.3.2 Différents noms de l'Occitanie ou de ses régions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
33.3.3 L'apparition du concept moderne d'Occitanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
33.4 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
33.5 Géographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
33.5.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
33.5.2 Régions culturelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
33.5.3 Régions administratives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
33.5.4 Délimitations géographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
33.5.5 Grandes villes d'Occitanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
33.5.6 Régions et population détaillées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
33.5.7 Dynamiques du territoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
33.6 Mouvements culturels et politiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
33.6.1 Culture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
33.6.2 Politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
33.7 Patrimoine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
33.7.1 Architecture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
33.7.2 Festivités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
33.7.3 Gastronomie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
33.7.4 Jeux et sports . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
33.7.5 Langue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
33.7.6 Littérature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
33.7.7 Monuments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
33.7.8 Musées et lieux historiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
33.7.9 Musique et danse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
33.7.10 Patrimoine naturel et paysager . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
33.7.11 Pratiques rituelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
33.7.12 Savoir-faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
x TABLE DES MATIÈRES

33.8 Personnalités notoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114


33.9 Débats autour de l'Occitanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
33.9.1 Standardisation de l'écriture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
33.9.2 Symboles communs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
33.9.3 Identité commune . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
33.9.4 Une culture ignorée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
33.9.5 Une histoire occultée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
33.9.6 Un État inabouti . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
33.9.7 Unité politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
33.9.8 Mythes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
33.9.9 Un pays dépendant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
33.10Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
33.10.1 Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
33.10.2 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
33.11Orientations bibliographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
33.11.1 Bibliographie en français . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
33.11.2 Bibliographie en occitan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
33.11.3 Bibliographie en catalan et castillan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
33.12Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
33.12.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
33.12.2 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129

34 Occitan 130
34.1 Étymologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
34.2 Origines de l’occitan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
34.3 Nombre de locuteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
34.4 Noms de l’occitan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
34.4.1 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
34.5 Distribution géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
34.5.1 Le domaine occitan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
34.5.2 L’occitan dans le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
34.6 Famille linguistique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
34.6.1 Les liens entre l’occitan, le gascon et le catalan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
34.6.2 Caractérisation structurelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
34.7 Codification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
34.7.1 Normes graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
34.7.2 Normes littéraires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
34.7.3 Standardisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
34.8 Unité ou négation historique de la langue d'oc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
34.8.1 Gaston Paris et le continuum linguistique roman . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
34.8.2 Une langue d'oc ou plusieurs ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
34.8.3 Langue littéraire unifiée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
TABLE DES MATIÈRES xi

34.8.4 La place du catalan et du gascon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144


34.9 Classification des parlers occitans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
34.9.1 Dialectes de l'occitan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
34.9.2 Classifications supradialectales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
34.10Anciens dialectes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
34.10.1 Occitan de l'Aguiaine † . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
34.10.2 Occitan cispyrénéen † . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
34.10.3 Judéo-provençal † . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
34.10.4 Calò occitan † . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
34.10.5 Langue sifflée pyrénéenne † . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
34.11Zones interférentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
34.11.1 Zones interférentielles intra-occitan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
34.11.2 Interférences ou transitions avec d'autres langues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
34.11.3 Enclaves linguistiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
34.12La langue et ses atouts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
34.12.1 Syntaxe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
34.12.2 Lexique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
34.12.3 Large bande de fréquence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
34.12.4 Pont linguistique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
34.12.5 Influences de l'occitan sur d'autres langues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
34.12.6 Langue évolutive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
34.13Repères chronologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
34.13.1 Du latin à l'occitan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
34.13.2 L'âge d'or médiéval (Xe – XIIe siècle) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
34.13.3 Après la croisade des albigeois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
34.13.4 Première diglossie : une relative stabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
34.13.5 Deuxième diglossie : la substitution linguistique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
34.13.6 Les renaissances de la langue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
34.13.7 Période récente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
34.13.8 L'avenir de la langue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
34.14Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
34.15Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
34.15.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
34.15.2 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
34.15.3 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190

35 Histoire de l'Occitanie 191


35.1 Préambule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
35.2 Préhistoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
35.2.1 Paléolithique inférieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
35.2.2 Paléolithique moyen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
35.2.3 Paléolithique supérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
xii TABLE DES MATIÈRES

35.2.4 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193


35.3 Protohistoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
35.3.1 Populations asianiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
35.3.2 Naissance de peuples autochtones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
35.3.3 Populations indo-européennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
35.3.4 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
35.4 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
35.4.1 Antiquité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
35.4.2 Haut Moyen Âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
35.4.3 Moyen Âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210
35.4.4 Époque moderne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
35.4.5 Époque contemporaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219
35.4.6 Religions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
35.4.7 Historique des rattachements territoriaux actuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223
35.5 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223
35.6 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
35.6.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
35.6.2 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226
35.6.3 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226

36 Languedoc 227
36.1 Étymologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228
36.2 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228
36.2.1 Préhistoire et Antiquité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228
36.2.2 Le Royaume wisigothique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228
36.2.3 Formation du Languedoc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229
36.2.4 L'hérésie cathare et l'annexion au domaine royal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229
36.2.5 Époque moderne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230
36.3 Citations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230
36.4 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231
36.4.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231
36.4.2 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231
36.4.3 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232
36.5 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232

37 Croisade des albigeois 233


37.1 Déroulement de la croisade . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
37.1.1 La lutte contre le catharisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
37.1.2 La croisade des barons (1209) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234
37.1.3 La conquête du Languedoc (1209-1213) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235
37.1.4 La paix et le concile de Latran (1214-1215) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238
37.1.5 La révolte languedocienne (1216-1223) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238
TABLE DES MATIÈRES xiii

37.1.6 L'intervention royale (1226-1229) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239


37.1.7 La fin de l'indépendance du comté de Toulouse (1233-1255) . . . . . . . . . . . . . . . . 240
37.2 Bilan des croisades . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241
37.3 Relectures contemporaines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242
37.4 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
37.5 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244
37.5.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244
37.5.2 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
37.5.3 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
37.6 Sources, contributeurs et licences du texte et de l’image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246
37.6.1 Texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246
37.6.2 Images . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250
37.6.3 Licence du contenu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268
Chapitre 1

Otto Rahn

Pour les articles homonymes, voir Rahn. cercle littéraire et, en 1928, complète ses études univer-
Otto Rahn sitaires en littérature et philologie. Il fait alors la connais-
sance du poète et écrivain Albert H. Rausch[1],[2] .
Otto Rahn (1904-1939), écrivain et archéologue alle-
mand, est né le 18 février 1904 de Charles et Clara Rahn, 1.1.2 Voyages d'étude
à Michelstadt dans l'Odenwald. Il est l'auteur de deux ou-
vrages consacrés à la légende du Graal et à la croisade Rahn mena plusieurs expéditions dans l'Ariège français
contre les Albigeois, Croisade contre le Graal (1933) et où il espérait prouver la véracité historique de la légende
La Cour de Lucifer (1937). de Parzival de Wolfram von Eschenbach et ainsi trouver
le Graal qu'il croyait être un symbole païen. Il y rencon-
tra entre autres Antonin Gadal, Maurice Magre, Déodat
Roché et la comtesse de Pujol-Murat.
1.1 Biographie
Malgré l'insuccès de son premier ouvrage, il attire
l'attention de Heinrich Himmler, qui s’intéressait aux
1.1.1 Enfance et études thèmes ésotériques ; à tel point qu'Himmler a choisi
d'offrir La Cour de Lucifer à Hitler pour son anniversaire,
Otto Rahn est né en 1904 à Michelstadt dans le 20 avril 1937. Rahn entra dans la Schutzstaffel (SS)
l'arrondissement d'Odenwald (Hesse), fils aîné d'un comme archéologue en 1935 pour pouvoir effectuer ses
juriste allemand, Charles Rahn, et de sa femme Clara recherches sur le catharisme.
(née à Hambourg).
Incorporé à l'état-major de Himmler, il y rencontre Karl
En 1910, les Rahn s’installent dans la ville de Bingen am Wolff et entretient des relations avec le mystérieux Karl
Rhein dont le jeune Otto fréquente le Gymnasium jus- Maria Wiligut, surnommé “le Raspoutine de Himmler”.
qu'à l'éclatement de la Première Guerre mondiale. Otto Sa progression rapide dans la hiérarchie SS l'amène au
Rahn se passionne pour les mythes et épopées germa- grade de Obersturmführer.
niques, comme celle de Siegfried « le tueur de dragons ».
Il développe aussi une incompréhension du christianisme En 1939, il fut dénoncé pour son homosexualité et dé-
dans lequel il grandit, et se rapproche des traditions missionna de l'organisation. Il fut retrouvé mort conge-
païennes, ce qui lui vaudra de dire plus tard : « Mes an- lé le 13 mars 1939 sur le glacier de l'Empereur sauvage.
cêtres étaient païens et mes aïeux hérétiques ». Il pour- Toutefois, dans son étude biographique sur Otto Rahn,
suit ses études à Giessen et y décroche son Abitur (le Christian Bernadac réfute le scénario de sa mort. Otto
baccalauréat allemand) en 1922. C'est là que naît, sous Rahn n'aurait pas été radié de la SS pour homosexuali-
la conduite de Freiherr von Gall, son professeur de reli- té mais pour judaisme. Il ne serait pas mort mais aurait
gion, sa fascination pour les Cathares. Il s’intéresse aus- continué sa carrière au service du III ème Reich, sous le
si aux troubadours ; aux trouvères, tel Guiot de Provins ; nom de Rudolf Rahn, qui ne ferait qu'un seul personnage
mais également aux Minnesänger tel Wolfram von Es- avec Otto Rahn.
chenbach.
« La thèse d'Otto Rahn consistait pour
Rahn commence alors des études de droit, d'abord à
l'essentiel à assimiler le château de Montségur
Giessen, puis à l'université de Fribourg-en-Brisgau et en-
à Montsalvage, le légendaire château du Graal,
fin à l'université de Heidelberg. Durant celles-ci, il se met
pour des raisons étymologiques. »
à fréquenter le cercle constitué autour du poète Stefan
George, notamment son professeur d'histoire littéraire,
Friedrich Gundolf. En 1925, il interrompt ses études pour — René Nelli, préface de Croisade contre le Graal
travailler comme voyageur représentant placier pour di- On admet généralement qu'Otto Rahn a inspiré l'intrigue
vers éditeurs. Il garde néanmoins des contacts avec son du premier et du troisième films de la série Indiana Jones

1
2 CHAPITRE 1. OTTO RAHN

de Steven Spielberg[3] . Le personnage figure également [2] Franz Wegener : Alfred Schuler, der letzte deutsche Katha-
dans le complot imaginé par Philip Kerr dans le deuxième rer. Gnosis, Nationalsozialismus und mystische Blutleuchte.
tome de sa “Trilogie berlinoise”. Gladbeck 2003, ISBN 3-931300-11-0, pp. 67–69.

[3] [vidéo] Un film, une histoire “Indiana Jones”, un documen-


taire de David Hickman (en), 46', Blink Films, 2008.
1.2 Bibliographie
• Otto Rahn, Croisade contre le Graal (Kreuzzug gegen • Portail de la littérature
den Gral, die Geschichte der Albigenser, 1933), pré-
facé par René Nelli, Éd. Philippe Schrauben, 1985 • Portail de l’archéologie
• Otto Rahn, La Cour de Lucifer (Luzifers Hofgesind,
eine Reise zu den guten Geistern Europas, 1937) • Portail de l’Allemagne

• Portail de la Seconde Guerre mondiale


1.3 Films
• The Secret Glory, reportage de Richard Stanley

1.4 Livres
• Jacques Bergier et Louis Pauwels, Le Matin des ma-
giciens, Gallimard, Paris, 1960

• Christian Bernadac, Le mystère Otto Rahn, du catha-


risme au nazisme, France-Empire, Paris, 1978

• Mario Baudino, Otto Rahn - Faux cathare et vrai na-


zi, Privat, Toulouse, 2007

• Kate Mosse, Citadelles, éditions Jean-Claude Lattes,


2012

• Goulven Peron, Dictionnaire des lieux arthuriens, Ar


Strobineller, Argelès-sur-Mer, 2014
• Saint-Loup, Nouveaux cathares pour Montségur (ro-
man), Presses de la Cité, Paris, 1969

1.5 Liens externes


• Notices d'autorité : Fichier d'autorité international
virtuel • International Standard Name Identifier
• Bibliothèque nationale de France (données)
• Système universitaire de documentation •
Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei
• WorldCat

• Site dédié à Otto Rahn, Otto-rahn.com, tous les pro-


pos d'Rahn

1.6 Notes et références


[1] Victor Trimondi : Hitler, Buddha, Krishna – eine unheilige
Allianz vom Dritten Reich bis heute. Ueberreuter 2002, pp.
264–265
Chapitre 2

Troubadour

Pour l’article homonyme, voir Troubadour (homony-


mie).

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.

(avril 2009).
Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou
si vous connaissez des sites web de qualité traitant du
thème abordé ici, merci de compléter l'article en don-
nant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant
à la section « Notes et références » (modifier l'article,
comment ajouter mes sources ?).
Un troubadour (de l'occitan trobador : « trouveur »)
est un compositeur, poète, et musicien médiéval de
langue d'oc, qui interprétait ou faisait interpréter par des
jongleurs ou des ménestrels ses œuvres poétiques. Les
femmes qui pratiquent l'art du trobar, sont appelées des
trobairitz.
Le mouvement troubadour a commencé vers la fin du XIe
siècle en Occitanie, au sein de la haute noblesse occitane. Bernart de Ventadorn, troubadoure
médiéval occitan - manuscrit
Puis, il s’est répandu par la suite dans d'autres couches de musique troubadour du XIII siècle
sociales et s’est étendu au nord de l'Italie et de l'Espagne.
Les troubadours ont participé activement à la vie sociale,

3
4 CHAPITRE 2. TROUBADOUR

politique et religieuse de la société de l'époque. Sous 2.2 Thèmes


l'influence des troubadours, des mouvements du même
type se sont levés partout en Europe. Après la période Les thèmes les plus connus sont épiques, avec la vie des
« classique » vers le XIIIe siècle et d'une résurgence au chevaliers, et lyriques avec la poésie courtoise.
milieu de ce siècle, l'art des troubadours a décliné au
XIVe siècle puis a finalement disparu à l'époque de la Ils sont aussi très souvent satiriques et comiques, moraux
Peste noire (1347-1352). ou religieux, et même juridiques ou politiques comme
l'Histoire de la guerre de Navarre de Guillaume Anelier.
Les thèmes abordés dans les chansons des troubadours
portent principalement sur la chevalerie et l'amour cour-
tois. Les œuvres peuvent être groupés en trois styles : le
trobar leu (léger), le trobar ric (riche) et le trobar clus (fer- 2.3 Poète et musicien
mé). Il y avait beaucoup de genres, le plus populaire étant
les canso. Les sirventes et les tensos étaient surtout popu- La poésie des troubadours est une littérature poétique en
laires dans la période post-classique, en Italie et parmi les vers réguliers, destinée à être chantée, voire mise en dia-
trobairitz. logues et en saynètes.
L’œuvre elle-même des troubadours est conservée dans Le troubadour est défini comme celui qui sait trouver des
plusieurs manuscrits et codex en France, Espagne ou Ita- vers et composer les musiques, il correspond à l'idée ac-
lie, et a été analysée par les philologues, et les musico- tuelle d'inventeur ou de créateur. Par exemple la vida de
logues à partir du XIXe siècle. Bernart de Ventadour indique qu'il savait trouver les bons
L'image d'Épinal du frivole poète courtisan ou du baladin mots et les belles musiques, « aveia sotilessa et art de tro-
à grelot n'a qu'un très lointain rapport avec la réalité. Le bar bos motz e gai sons »[1] . Les deux éléments sont indis-
baladin à grelots était plutôt le rôle des bateleurs et jon- sociables, la poésie est faite d'abord pour être chantée et
gleurs qui accompagnent le troubadour et parfois chantent non récitée[1] . Le troubadour était à la fois celui qui mai-
leur composition à leur place. trisait l'art poétique, et qui composait des mélodies pour
accompagner le texte. Le mot troubadour, au sens strict,
désigne les poètes du Moyen Âge s’exprimant en langue
occitane.

2.4 Étymologie
2.1 Aire géographique
Le terme occitan trobador « poète, compositeur » est
attesté au XIIe siècle chez Peire d'Alvernhe[2] . Les lin-
Les troubadours apparaissent à partir du XIe siècle guistes estiment que le radical du mot est semblable à
dans les cours des comtes de Barcelone (à partir de celui de trobar qui, en ancien occitan signifie « compo-
Raimond-Bérenger III) et des ducs d'Aquitaine (à par- ser », « inventer », ou « deviser » (voir les dictionnaires
tir de Guillaume IX le Troubadour) où se pratique Académie française, Larousse, Robert). Le mot trouba-
la langue occitane, et se diffusent sur tout le terri- dour n'a pas été emprunté par le français avant le XVIe
toire de leurs possessions, c'est-à-dire la moitié sud de siècle, en effet, il n'est mentionné qu'en 1575 au sens de
la France, en Aquitaine, Périgord, et Saintonge, ain- « poète lyrique courtois de langue d'oc aux XIIe et XIIIe
si que, pour les possessions des Comtes de Barcelone, siècle » (J. de Nostre Dame, Vies des anciens poetes pro-
en Catalogne, Aragon, Roussillon, Languedoc, Toulouse, vençaux, p. 14 ds Gdf. Compl.)[2] .
Albigeois, Velay, Limousin, Carladès, Quercy, Rouergue, Le mot trobador se superpose exactement au mot français
Provence, puis aussi en Lombardie, Toscane, République trouveur[3] . Quant à trouvère attesté également au XIIe
de Gênes[réf. nécessaire] . Cette aire correspond à celle qu'on siècle, il représente l'ancien cas sujet du mot d'oïl troveor
appelle aujourd'hui l'Occitanie. « trouveur » (cas régime)[4] . Ces derniers sont basés sur
Leurs poésies se diffusent dans tout le royaume de le même étymon que « trouver », qui apparaît en fran-
France, ainsi que dans le royaume d'Angleterre à la çais dès le Xe siècle dans un sens proche de celui du fran-
cour d'Aliénor d'Aquitaine, au Portugal, en Hongrie et çais actuel « découvrir, rencontrer par hasard » (Vie de
beaucoup plus tardivement, jusqu'en Transcaucasie avec saint Léger, édition J. Linskill, 100) ; puis vers 1050 au
Sayat-Nova. sens de « découvrir quelque chose ou quelqu'un que l'on
Les trouvères et trouveresses sont leurs équivalents de cherche » (Vie de saint Alexis, édition Chr. Storey, 114,
langue d'oïl au nord de la France. Les Minnesängers sont 315). C'est seulement au XIIe siècle qu'il est donné avec
leur équivalent germanique. Le trobadorismo est le mou- la signification de « composer quelque chose en vers »
vement lyrique galicien, et le trovadorismo son équivalent (Wace, Roman de Brut, édition I. Arnold, 3342)[5],[6] .
portugais. Selon la plupart des linguistes l'occitan trobar et le fran-
2.5. LA LANGUE DES TROUBADOURS 5

çais trouver remontent à un terme du latin populaire non 2.5 La langue des troubadours
attesté *tropare « composer, inventer un air » d'où « com-
poser un poème », puis « inventer, découvrir », dérivé
de tropus « figure de rhétorique »[7],[8],[9],[10] (cf. latin Article détaillé : Ancien occitan.
contropare, voir controuver[11] ).
Cependant des historiens, des spécialistes de la littéra- La langue des troubadours était la lenga romana, langue
ture ou des musicologues considérant une possible origine romane, terme toujours utilisé par les chartistes pour dé-
arabe de l'art des troubadours proposent aussi un étymon signer la langue des textes profanes du Moyen Âge de
arabe au terme de trobar : dès 1928, l'arabiste espagnol ces régions, qu'ils soient poétiques ou non. On lui pré-
Julián Ribera y Tarragó a émis l'hypothèse d'une origine fère actuellement l'appellation d'ancien occitan. Le mot
arabe au mot trobar et ses proches parents, du moins dans occitanien est apparu pour la première fois dans l'Essai
son usage spécialisé de « composer des vers, chanter, de glossaire occitanien publié en 1819 par Henri de Ro-
etc. ». Ribera a identifié l'arabe tʕaraba « chanson » (issu chegude à partir d'un mélange d’œuvres des différents
de la racine trilatérale Tʕ-R-B « susciter une émotion, une troubadours. Son introduction fait état du débat, déjà très
excitation, une agitation ; faire de la musique, distraire par vif à l'époque, sur les deux questions de l'unicité linguis-
la chanson ») comme une origine probable[12] . Ce lexème tique du Sud de la France, et du nom qu'il faut donner à
aurait été emprunté par les dialectes romans parlés en An- la langue des troubadours. Il fait l'hypothèse de l'unicité,
dalousie, lors de l'occupation de l'Espagne par les arabes, rejette les appellations concurrentes de provençal, de li-
puis en catalan et en occitan. Une proposition similaire a mousin et de catalan, pour adopter celle d'occitanien, afin
été faite, mais sur la base d'un étymon différent, c'est-à- de ne pas la confondre avec le dialecte languedocien en-
dire Dʕ-R-B « émettre un son, frapper une touche », par core très parlé à son époque. Reprenant l’Histoire générale
extension « jouer d'un instrument de musique »[13] . Ainsi, de la Provence de Jean-Pierre Papon, il explique cette uni-
l'homophonie entre le terme indigène trobar « trouver » cité linguistique originelle par la création et la diffusion
et le mot arabe Dʕ-R-B a pu contribuer au sens spécifique d'un beau parler depuis les vicomtés de Gévaudan et de
pris par le verbe trobar au Moyen Âge[14],[15],[10] . Carlat (la cour de l'épervier au Puy restera le foyer du
chant d'amour) dans une aire comprenant la Provence, le
Le verbe trouver en français avec la signification de « dé-
Languedoc, la Catalogne et le Limousin, qui commence
couvrir, rencontrer par hasard » est attesté antérieure-
à partir du mariage en 1112 de Douce de Gévaudan,
ment à ses équivalents dans toutes les langues romanes
comtesse de Gévaudan, de Carlat, comtesse de Provence,
(y compris l'occitan trobar), ce qui ne permet pas de vé-
avec Raymond Bérenger III le Grand, comte de Barce-
rifier cette théorie. Cependant, la signification « compo-
lone. La cour de Blanche de Carlat-Gévaudan-Lodève-
ser quelque chose en vers » apparue plus tardivement en
Provence, dont le siège passera d'une région à l'autre, sera
français et de manière contemporaine à celle de l'occitan
effectivement le foyer d'une cour littéraire qui se perpé-
trobar au sens de « composer, inventer, deviser » justi-
tuera plusieurs siècles, et fera école dans les grands li-
fie peut-être une influence arabe sur le plan sémantique.
gnages seigneuriaux apparentés comme les vicomtes de
On doit préalablement supposer que le sens « composer
Rodez, de Narbonne, ou de Ventadour.
quelque chose en vers » pris par le mot français a été in-
fluencé par celui pris par l'occitan. Au XIIIe siècle Raimon Vidal de Bezaudun nomme
sa langue lemosi (limousin), tandis que les Italiens la
Le radical latin trop- est suivi du suffixe latin d'agent -
[16] nomment proensal (provençal), appellation qui fut reprise
ātor, -atōris, ainsi le gallo-roman *TROPĀTOR aboutit
par certains romanistes du XIXe siècle et du début du XXe
parallèlement au français trouvère et à l'occitan trobaire
siècle, sous le terme « d'ancien provençal ». Au XIVe
(cas sujet) et *TROPATŌRE[17] à troveor, troveeur « trou-
siècle, Dante dans son De vulgari eloquentia la nomme
veur » et trobador « troubadour » (cas régime) (voir aussi
lingua d'oco (langue d'oc)[18] . Depuis le milieu du XXe
PISCĀTOR > ancien français peschiere / occitan pescaire
siècle, elle tend à être désignée comme ancien occitan.
(> peuchère) et PISCATŌRE > ancien français pescheeur,
pêcheur / occitan pescador ). [17] Les plus anciens témoignages écrits en langue d'oc au XIe
siècle sont la Chanson de sainte Foy d'Agen et le Poème
Par ailleurs, en français contemporain, un « trope » est
sur Boèce. Avec la langue religieuse et la langue de chan-
une figure de mots, c'est-à-dire une partie du discours
cellerie, la langue littéraire fait partie de la scripta occi-
dans laquelle les mots sont utilisés dans un sens différent
tane qui constitue l'ensemble des textes écrits en ancien
de leur sens propre, un sens figuré, comme dans la créa-
occitan au Moyen Âge.
tion de métaphores ou de métonymies ; un sens particulier
existe en musique : invention d'un nouveau texte sur une Quelle que soit leur région d'origine, qu'ils soient gascons,
mélodie pré-existante. Le mots latin est issu lui-même du provençaux, catalans ou italiens, les textes des trouba-
e
grec τρόπος, qui signifie « manière », « tournure ». Les dours copiés dans les chansonniers à partir du XIII siècle,
premiers “tropes” étaient des textes poétiques “trouvés” et sont écrits dans une langue commune, une koinê, avec peu
ajoutés sur les mélodies pré-existantes du chant grégorien de caractères dialectaux différenciés. Cette forme nor-
(point de départ de l'invention poétique médiévale). malisée définissait une langue littéraire spécifique au do-
maine poétique qui s’est diffusée avec les premiers trou-
6 CHAPITRE 2. TROUBADOUR

badours classiques, tandis que dans le nord à la même 1950 après la publication par Clovis Félix Brunel
époque la langue d'oïl était spécifiquement adaptée au du recueil des Plus anciennes chartes en langue pro-
genre épique[19] . Cette langue poétique ne connaît pas de vençale (1926-1952). Elle comprend l'origine de la
variations dans le temps, entre le XIe et le XIIIe siècle elle langue des troubadours dans l'ensemble plus général
demeure immuable[20] . de la scripta occitane. Selon ses principaux défen-
Il est difficile de localiser l'origine de l'ancien occitan qui seurs, les philologues John Orr, Ruprecht Rohr et
partage des analogies avec le limousin et le languedocien. Max Pfister, la koinê des troubadours est une langue
Raynouard en faisait à tort l'origine de toutes les langues déjà fixée dans une forme classique standardisée,
qui témoigne de l'évolution d'une langue véhiculaire
romanes[21] . Quatre hypothèses ont été avancées pour
l'origine de la koinê des troubadours : les origines limou- dont l'origine est la scripta administrative plus mar-
quée dialectalement, et localisé autour de Toulouse
sine, poitevine, narbonnaise, et centraliste.
dans le domaine de l'occitan central, région où sont
conservées les plus anciennes chartes en langue d'oc
1. L'origine limousine. L'hypothèse qui présente la koi- datant du XIe siècle[25] .
nê comme puisant ses origines dans le dialecte li-
mousin est apparue en 1876 dans la Grammaire
limousine de Camille Chabaneau, elle la faisait
concorder avec l'apparition de la poésie troubadou- 2.6 La fin' amor
resque qui s’est localisée le long de la bordure lin-
guistique qui sépare la langue d'oc de la langue d'oil, Article détaillé : Amour courtois.
en Gascogne, Périgord et Limousin[22] , et devait
son influence aux tropes de l'abbaye Saint-Martial
de Limoges qui était le centre de la poésie médio- La fin’ amor est une conception des relations amoureuses
latine[21] . La nature limousine de la koinê a été long- et courtoises entre le poète et la dame (la domna comme
temps défendue par les romanistes, du fait qu'elle elle est nommée par les troubadours) dont le rang social
partageait plusieurs caractères graphiques avec le li- souvent plus élevé que celui du poète en fait un objet
mousin, notamment des phonèmes en cha et en d'idéalisation et de désir inaccessible. C'est aussi un jeu
ja présent dans chantar et jauzir par exemple. galant codifié qui devait éprouver la fidélité du prétendant
Mais Pierre Bec remarque que ces traits sont aus- pour sa dame.
si présents dans d'autres dialectes nord-occitans du Empreint de valeurs héroïques propres à la chevalerie, la
Dauphiné, Vivarais, Auvergne et le Velay, et sont fin amor n'écarte pas l’adultère, mais évoque aussi des
probablement des caractères stylistiques plutôt que sentiments fins (délicats).
phonétiques[23] .
L’amour courtois se développa pour répondre à des règles
2. L'origine poitevine s’établit à partir de la figure de très précises, finalement codifiées par plusieurs arrêts pris
Guillaume IX le premier troubadour qui était de à la cour d’Aliénor d'Aquitaine qui joua un rôle considé-
Poitiers. Elle part de l'hypothèse qu'au XIe siècle rable dans la diffusion de l’idéologie de l'amour courtois
[réf. nécessaire]
le dialecte poitevin qui était parlé à la cour et par .
ses sujets, faisait partie de l'occitan et était proche
du limousin. Les textes de Guillaume IX auraient
transmis ce dialecte dans cette forme avant qu'il
n'évolue vers la francisation, déjà effective au XIIIe
2.7 Origines
siècle. Cette langue se serait ensuite répartie dans
tout l'espace troubadouresque à cause du prestige Les anciennes recherches sur l'histoire des troubadours se
du duc d'Aquitaine, et aurait été adoptée par les focalisaient sur la détermination de leur origine. Aucune
poètes qui lui succédèrent en devenant la langue lit- thèse n'a jamais fait consensus dans ce domaine.
téraire commune[24] . Plusieurs arguments mettent à La thèse de l'influence arabe sur la genèse de l'œuvre ly-
mal cette hypothèse, en premier que l'on ne peut rique des troubadours a été très discutée aux XIXe et
vraiment démontrer que le poitevin ait pu être à XXe siècles[26] . Les spécialistes actuels tendent à ne plus
l'origine un dialecte d'oc qui se serait francisé en un croire à cette hypothèse d'une influence des thématiques
temps aussi court (de 1150 à 1250)[24] . de la poésie arabe sur celle des troubadours[27] ; si cer-
3. L'origine narbonnaise. Les philologues Heinrich tains thèmes ou images poétiques sont identiques ce se-
Morf et Giulio Bertoni, furent les principaux pro- rait en raison d'une thématique « universelle et polygé-
moteurs de la thèse selon laquelle l'occitan des trou- nétique » : baisers dans le vent, séparation des amou-
badours était originaire de la région du bas Langue- reux, rendez-vous secrets, etc. De même, si des contacts
doc et plus précisément de Narbonne. Cette thèse a culturels sont attestés entre les troubadours et la tradition
depuis été abandonnée[23] . lyrique hispano-arabe, des thématiques semblables pou-
vaient autant exister dans la tradition lyrique romane an-
4. L'origine centraliste. Thèse apparue dans les années térieure aux troubadours[27] . Certains spécialistes jugent
2.10. NOTES ET RÉFÉRENCES 7

néanmoins possible la transmission de la forme stro- • la pastourelle dépeint l'amour pour une bergère ;
phique de la poésie arabe vers la forme des poèmes et
chants troubadours[27] . • la ballade, destinée à être dansée.

D'autres thèses proposent d'expliquer l'émergence • La chanson de croisade, représente un genre hy-
des troubadours ou la singularité de leurs œuvres : bride : elle relève d'une part de l'idéologie de la croi-
l'influence de la doctrine du catharisme, du christia- sade, exaltant la prouesse guerrière au service de la
nisme (mariologie, liturgie), la survivance de coutumes foi ; mais d'autre part, elle représente une requête
païennes ou matriarcales (celtiques, germaniques...), les d'amour déguisée, que le danger de l'expédition rend
styles du latin médiéval, le folklore et la tradition orale, plus urgente.
la littérature classique latine (Ovide, Cicéron, Platon),
le néoplatonisme, et à partir du XXe siècle l'analyse des
facteurs politiques et sociaux. 2.9.3 Genres popularisants
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
2.8 Histoire
Les troubadours apparaissent au moment de la première
croisade, et leur déclin s’amorce avec la croisade des Al-
bigeois. Plusieurs d'entre eux participeront aux croisades
2.10 Notes et références
à commencer par Guilaume IX qui fait partie des cheva-
[1] Marrou 1971, p. 79
liers qui accompagnent Godefroi de Bouillon lors de la
première Croisade et plus tard à la Reconquista. [2] Site du CNRTL : étymologie de “troubadour”
La première période de la lyrique troubadouresque com- [3] Albert Dauzat, Henri Mitterand, Jean Dubois, Nouveau
mence avec Guillaume IX d'Aquitaine, le plus ancien dictionnaire étymologique Larousse, éditions Larousse
troubadour identifié, et est ensuite représenté par quatre 1980, p. 770a.
autres poètes : Cercamon, Marcabru, Jaufré Rudel et Eble
de Ventadour. [4] Site du CNRTL : étymologie de “trouvère”

[5] Albert Dauzat, Henri Mitterand, Jean Dubois, Op. cité, p.


770b.
2.9 Les genres lyriques
[6] Site du CNRTL : étymologie de “trouver”

2.9.1 Définition des genres [7] voir les dictionnaires Académie française, Larousse,
Robert
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou [8] Albert Dauzat, Henri Mitterand, Jean Dubois, Op. cité, p.
incomplète. Votre aide est la bienvenue ! 770a.

[9] Walther von Wartburg, Französisches Etymologisches


Wörterbuch
2.9.2 Genres aristocratisants
[10] The etymology of “trouver” (anglais) pp. 13–18
• la canso (la chanson) est la forme la plus courante : [11] Site du CNRTL : étymologie de “controuver”
cinq ou six couplets bâtis sur les mêmes rimes ;
[12] María Rosa Menocal, The Arabic role in medieval literary
• l'aube (l'aubade ?) décrit avec brièveté le réveil des history : a forgotten heritage, 1990, préface p. X-XII
deux amants par le cri d'un guetteur et leur tristesse
de devoir se séparer à la pointe du jour ; [13] Richard Lemay, « À propos de l'origine arabe de l'art des
troubadours », Annales. Économies, sociétés, civilisations,
• la serena (sérénade en langue d'oïl), dépeint les la- vol. 21, n°5, 1966, p. 991
mentations du chevalier amoureux ;
[14] Richard Lemay, op. cit.
• les sirventès sont des satires plus politiques et mo-
[15] María Rosa Menocal, op. cit., 1990, préface p. X-XII
rales ;
[16] Jacques Allières, La formation de la langue française, coll.
• le planh est un chant de deuil ;
Que sais-je ?, éditions PUF, 1982, p. 49. 2) Imparisylla-
• le partimen ou joc-partit (jeu parti en langue d'oïl) biques β) Mots en -OR -ŌRE.
et la tenso (tenson en langue d'oïl) permettent [17] Jacques Allières, op. cit.
à plusieurs troubadours de débattre des questions
d'amour ; [18] Bec 1986, p. 63-64
8 CHAPITRE 2. TROUBADOUR

[19] Bec 1986, p. 66-67 • La Grammaire des troubadours, 1816


[20] Jacquette Luquet Juillet (2000) Occitanie terre de fatalité : • Des troubadours et les cours d’amour, 1817
tome III Troubadours et spiritualités p. 7 • Grammaire comparée des langues de l’Europe
latine dans leurs rapports avec la langue des
[21] Bec 1992, p. 258 chapitre 1 Constitution d'un occitan litté-
troubadours, 1821
raire et véhiculaire
• Choix des poésies originales des troubadours, 6
[22] Marrou 1971, p. 67 vol., 1816-1821
[23] Bec 1992, p. 259 chapitre 1 Constitution d'un occitan litté- • Lexique de la langue des troubadours, 1824
raire et véhiculaire
• Duc de La Salle de Rochemaure, Les Troubadours
[24] Bec 1992, p. 261-264 chapitre 1 Constitution d'un occitan cantaliens XII-XXe siècle, 1910, Bloud et Gay, 2 in-
littéraire et véhiculaire 12°, 645 et 577 p.
[25] Bec 1992, p. 265-268 chapitre 1 Constitution d'un occitan
littéraire et véhiculaire Histoire
[26] Par exemple, Pierre-Louis Ginguen, Histoire littéraire
d'Italie (1811) • Henri-Irénée Marrou, Les Troubadours, Paris, Le
Seuil, 1971 (ISBN 2-02-000650-2)
[27] Le rayonnement des troubadours, actes du colloque de
l'Association Internationale d'Études Occitanes, 1995. p. • Geneviève Brunel-Lobrichon et Claudie Duhamel-
133-136 Aperçu en ligne Amado, Au temps des troubadours, Paris, Ha-
chette, coll. « La Vie quotidienne », 1997 (ISBN
2012355250)
2.11 Annexes • Linda M. Paterson, Le monde des troubadours,
Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1999 (ISBN
2.11.1 Bibliographie 2-85998-193-4)

• Michel Zink, Les troubadours : une histoire poé-


Anthologies tique, Librairie Académique Perrin, 2013 (ISBN
978-2262028985)
• René Nelli et René Lavaud, Les troubadours : Le
trésor poétique de l'Occitanie, vol. 1 : L'œuvre • Henri Davenson, Les Troubadours, Éditions du Seuil
épique, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « biblio- (collection « Le temps qui court »), 1961, 183 p.
thèque européenne », 1966 (ISBN 2-220-02192-0)
• René Nelli et René Lavaud, Les troubadours : Le Études littéraires
trésor poétique de l'Occitanie, vol. 2 : L'œuvre poé-
tique, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « biblio- • René Nelli, L'Érotique des Troubadours, Toulouse,
thèque européenne », 1966 (ISBN 2-220-02192-0) Privat, 1963 (ISBN 2000025730)

• Jacques Roubaud, Les troubadours : anthologie bi- • Ezra Pound, Sur les pas des troubadours en
lingue, Paris, Seghers, 1971 (ISBN 2-221-50188-8) pays d'Oc, Paris, éditions du Rocher, 2005 (ISBN
2268054594)
• Pierre Bec, Anthologie des troubadours, Paris,
Union générale d'édition, coll. « 10/18 », 1979 • Pierre Bec, Écrits sur les troubadours et la lyrique
(ISBN 2-264-00242-5) médiévale, Caen, Paradigme, coll. « Medievalia »,
1992 (ISBN 2868780679)
• PaulFabre, Anthologie des troubadours, XIIe-XIVe
siècle (ISBN 978-2-86878-282-3, notice BnF no • Joséphin Peladan, Le Secret des troubadours, Paris,
FRBNF42347751) E. Sansot, 1906 (Texte en ligne sur Wikisource)

• Pierre Bec, Florilège en mineur : jongleurs et trou-


badours mal connus (ISBN 9782868782427) Langue

• Pierre Bec, La langue occitane, Paris, Presses uni-


Études historiques versitaires de France, coll. « Que Sais-je ? », 1986
(ISBN 2-13-039639-9)
• Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye, His-
toire littéraire des troubadours, Paris, Durand neveu, • Maurice Romieu, André Bianchi, La lenga del tro-
1774, 2 volumes. (1967, Slatkine reprint) bar : Precís de grammatica d'occitan ancian, Paris,
Presses universitaires de Bordeaux, 1986 (ISBN 2-
• François-Juste-Marie Raynouard 86-781393-X)
2.11. ANNEXES 9

Musique

• Ismael Fernandez de la Cuesta et Robert Lafont, Las


cançons dels trobadors, Toulouse, Institut d'Estudis
Occitans, coll. « Opera omnia », 1979 (ISBN
2012355250)

• Claude Riot, Chants et instruments : Trouveurs et


jongleurs au Moyen Âge, Paris, Desclée de Brouwer,
coll. « R.E.M.P.A.R.T », 1996 (ISBN 2-200-03681-
7)

• Jean Maillard et Jacques Chailley (préface), Antho-


logie de Chants de Troubadours, Nice, Georges Del-
rieu et Cie éditeurs, 1967.

2.11.2 Articles connexes


• Liste de troubadours et trobairitz

• Trobairitz
• Ancien occitan

• Trouvère

• Trouveresse
• Goliard

• Skomorokh

2.11.3 Liens externes


• Jongleurs et troubadours in L'occitan, une histoire

• Portail de la musique

• Portail de la poésie

• Portail du Moyen Âge

• Portail de l’Occitanie
Chapitre 3

Trouvère

Pour les articles homonymes, voir Trouvère (homo- chez Benoît de Sainte-Maure dans son Roman de Troie au
nymie). sens de « compositeur, auteur »[4] . En effet, les trouvères,
comme les troubadours, sont des poètes-compositeurs.
Les trouvères sont des poètes et compositeurs de langue
d'oïl au Moyen Âge. Les trouveresses sont les femmes
trouvères. 3.3 Genres
Les trouvères utilisent plusieurs genres de poésie. Ce
3.1 Origine sont entre autres le rotrouenge, chanson à refrain, le
serventois, chanson badine, le rondeau, le tenson ou dé-
bat, le jeu-parti, discussion poétique ou amoureuse, la
Les trouvères composaient des chants qu'ils pouvaient
pastourelle, dialogue champêtre. C'est toujours d'amour
interpréter ou faire jouer. Un musicien qui chante
courtois qu'il s’agit. Mais il y a également le lyrisme sati-
des poésies, s’accompagnant d'une vièle, est appelé un
rique de Rutebeuf[5] .
jongleur[1] . Des ménestriers ou ménestrels sont formés
dans des écoles spécialisées de ménestrandie. De culture
d'oïl, dans le Nord de la France, pendant le Moyen Âge,
cet essor correspond à l'œuvre des troubadours, de langue 3.4 Quelques trouvères célèbres
d'oc, dans le sud de la France[2] . Les trouvères utilisent la
langue d'oïl au lieu du latin, qui commence à se perdre • Adam de la Halle
dans le domaine de la poésie, et contribuent par là à
la création d'une poésie en langue française. Les trou- • Baudouin de Condé
vères inventent leurs mélodies et les accompagnent de • Blondel de Nesle
ritournelles instrumentales. Ils écrivent, sur le thème de
l'amour courtois (qui décrit la façon de se tenir en pré- • Jean Bodel
sence d'une femme), des pièces chantées le plus souvent
par des chevaliers liés par le serment de l'hommage à leur • Gace Brulé
femme mais aussi des exploits chevaleresques.
• Charles d'Orléans

• Conon de Béthune
3.2 Étymologie
• Le Châtelain de Coucy
Le mot « trouvère » partage la même étymologie que • Gautier de Coincy
troubadour, à savoir un hypothétique verbe latin popu-
laire *tropāre « composer, inventer un air » d'où « com- • Huon de Villeneuve
poser un poème », puis « inventer, découvrir », déri-
• Jacques de Cysoing
vé de tropus « figure de rhétorique » (cf. latin contro-
pare, voir « controuver »). Le radical trop- a été asso- • Jehannot de Lescurel
cié en gallo-roman au suffixe d'agent -ātor, atōris, d'où
les formes gallo-romanes *TROPĀTOR > trovere en an- • Othon de Grandson
cien français (cas sujet) « trouvère » et *TROPATŌRE >
trovee « trouver » (cas régime)[3] . Le terme est attesté • Pierre Mauclerc
de manière contemporaine par les mots trobaire et troba- • Robert de Blois
dor en langue d'oc, ce qui n'implique pas d'emprunt d'une
langue à l'autre. La première mention du terme se trouve • Rutebeuf

10
3.8. LIENS EXTERNES 11

• Thibaut IV de Champagne 3.7.2 Références


• Wace de Jersey • Émile Abry, Charles Audic et Paul Crouzet, His-
toire illustrée de la littérature française : précis mé-
• Watriquet de Couvin
thodique, Paris - Toulouse, Henri Didier et Édouard
• Richard Cœur de Lion Privat, 1931, XII+746 p..

• Jacques Allières, La formation de la langue fran-


çaise, éditions PUF, coll. « Que sais-je ? », 1982.
3.5 Trouveresses
• Alfred Binet, Le style de la lyrique courtoise en
France aux XIIe e XIIIe siecles, Émile Bouillon Édi-
• Marie de France
teur, 1891.
• Doete de Troyes

3.8 Liens externes


3.6 Voir aussi
• Base de données sur les trouvères par Paolo Canet-
• Troubadour tieri

• Trobairitz • Bibliographie

• Trouveresse • Jongleurs, troubadours, trouvères

• Le Minnesang des « maîtres-chanteurs » (Meister- • Goliards, troubadours et trouvères


singer) d'Outre-Rhin • Chants de trouvères, XIIIe et XIVe siècles
• Meistersinger

• Léoutars • Portail de la poésie

• Goliard
• Portail de la musique
• Poésie chantée
• Portail du Moyen Âge
• Il Trovatore (Le Trouvère), opéra de Giuseppe Verdi

• Rhapsode

• Skomorokh

3.7 Notes et références

3.7.1 Notes
[1] Abry, Audic et Crouzet 1931.

[2] « À l'origine, le lyrisme français est indépendant du ly-


risme provençal. Dans le midi (...) la poésie se développa
rapidement. Les troubadours étaient fêtés dans les châ-
teaux, où ils chantaient leurs chansons, leurs sirventès,
leurs tensons. Mais au XIIe siècle, les poètes du Nord
semblent avoir emprunté aux poètes du Midi la peinture
de l'amour et certaines formes de poésie. » Abry, Audic
et Crouzet 1931, chapitre VII, Note.

[3] Allières 1982, p. 49. 2) Imparisyllabiques β) Mots en -OR


-ŌRE.

[4] Site du CNRTL : étymologie de “trouvère”

[5] Abry, Audic et Crouzet 1931, p. 53.


Chapitre 4

Minnesang

• Littérature médiévale
Cet article est une ébauche concernant la
poésie et la musique classique.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant
4.3 Lien externe
(comment ?) selon les recommandations des projets cor-
respondants. Chansons des Minnesänger

Le Minnesang (« chant d'amour ») est un style de poé-


sie lyrique dans les pays de langue allemande qui s’est • Portail de la poésie
épanoui du XIIe siècle jusqu'au XIVe siècle. Ceux qui
écrivent et chantent le Minnesang sont connus comme
chanteurs de Minne (« Minnesänger »). • Portail de la musique classique
Le Minnesang a des points communs avec la tradition des
troubadours et des trouvères en France. Il provient pro- • Portail de l’Allemagne
bablement de cette tradition, bien qu'il ait développé ses
propres formes. Comme eux, les Minnesänger chantaient
principalement la « Minne » (l'amour courtois). Plusieurs
des Minnesänger les plus connus sont également célèbres
pour leur poésie épique. Il faut citer avant tout Wolfram
von Eschenbach et Hartmann von Aue. D'autres Min-
nesänger remarquables sont Walther von der Vogelweide,
Heinrich Frauenlob, Neidhart von Reuental et Heinrich
von Morungen.
« Elle (Mayence) a été la métropole des minnesaenger,
c’est-à-dire de la poésie gothique ; elle a été le berceau de
l’imprimerie, c’est-à-dire de la pensée moderne. » Victor
Hugo, Le Rhin

4.1 Bibliographie
• Jean Christophe Wagenseil, De l'Art sublime et divin
des maîtres-chanteurs
• 1949 : André Moret Anthologie du Minnesang,
Introduction, textes, notes et glossaire, Aubier-
Montaigne, coll. Bibliothèque de Philologie Germa-
nique, tome XIII, 305 p.

4.2 Articles connexes


• (de) Liste en rapport avec Minnesang et Minnesän-
ger (109 références)

12
Chapitre 5

Wolfram von Eschenbach

version inachevée de Chrétien de Troyes, et déclare que sa


Cet article est une ébauche concer- source était un poète appelé Kyot qui vivait en Provence.
nant un écrivain allemand et un poète. Quelques spécialistes croient que Wolfram a fait allusion
à Guiot de Provins. Cependant, aucun des derniers tra-
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant vaux sur sa vie ne se relie aux thèmes de Perceval. Tou-
(comment ?) selon les recommandations des projets cor- tefois, d'autres croient que Kyot était simplement un dis-
respondants. positif littéraire inventé par Wolfram pour expliquer ses
Pour les articles homonymes, voir Eschenbach. déviations de la version de Chrétien de Troyes.
Wolfram von Eschenbach Sa version de la quête du Graal, Parzival, puis son Titurel
donnent au mythe une sonorité ésotérique beaucoup plus
Représentation de Wolfram von Eschenbach, Codex Ma- prononcée que chez Chrétien de Troyes : le Graal est gar-
nesse, 1305-1315. dé par des Templiers, et il est réservé à quelques « élus »
de s’en approcher, élus liés par une lignée commune. De
Œuvres principales nombreuses sociétés secrètes du XIXe siècle s’inspirèrent
Parzival ou furent influencées par cette idée.
Wolfram von Eschenbach (né autour de 1170 dans le Le Parzival de Wolfram était la source principale de
village de Eschenbach en Bavière - mort autour de 1220) Richard Wagner lorsqu'il a conçu le livret de son opé-
était un poète allemand du Moyen Âge. Il est considéré ra, Parsifal. Par ailleurs, Parzifal est le père de Lohen-
comme l'un des plus grands poètes épiques de son temps grin, autre personnage wagnérien. Wolfram lui-même ap-
et l'un des représentants majeurs de la littérature cour- paraît comme personnage dans Tannhäuser, autre opéra
toise en moyen haut-allemand. Comme Minnesänger, de Wagner.
l'équivalent germanique des troubadours, il a également
écrit de la poésie lyrique.
5.2.1 Œuvres
• Parzival
5.1 Vie
• Éditions Aubier Montaigne, Paris 1977 - tra-
On ne connaît pas grand-chose de la vie de Wolfram, duction de Ernest Tonnelat
sinon ce qu'on peut déduire de ses œuvres. D'après • Éditions anthroposophiques romandes, Ge-
son nom, il est né à Eschenbach (maintenant appelé nève 2004 - traduction d'Alphonse Grandmont
Wolframs-Eschenbach) en Bavière, près d'Ansbach. De
plus, on sait qu'il a suivi comme courtisan un certain • Willehalm, non traduit
nombre de cours dans sa vie[1] . • Titurel

• Chants[1] :
5.2 Œuvre
1. Den morgenblic bî wahtaeres sange erkôs
Aujourd'hui, Wolfram est avant tout connu pour son 2. Ez ist nu tac !
Parzival, qu'on considère parfois comme la plus grande
de toutes les épopées allemandes de ce temps. Basé sur 3. Sîne klâwenv
Perceval de Chrétien de Troyes, c'est le premier travail
en allemand dont le sujet est le Saint-Graal. 4. Von der zinnen

Dans son Parzival, Wolfram exprime le dédain pour la 5. Der helnden minne ir klage

13
14 CHAPITRE 5. WOLFRAM VON ESCHENBACH

6. Ein wîp mac wol erlouben mir

7. Ursprinc bluomen, loup ûzdringen


8. Guot wîp, ich bitte dich minne

5.3 Bibliographie
• La Quête du Graal, Wolfram von Eschenbach et la
réalité historique, Werner Greub, Éditions anthropo-
sophiques romandes, Genève 2002

• Aminta Dupuis, L'Initiation de Faust et de Par-


zival. La quête du Graal, une voie moderne de
connaissance et d'amour (préface de Martin Gray),
L'Harmattan, 2005, 183 p. (ISBN 2-7475-8330-9)

• “Sippe une geslehte” Verwandschaft als Deutungs-


muster im Willehalm Wolframs von Eschenbach,
Martin Przybilski, Reichert Verlag, Wiesbaden,
2000 (Imagines Medii Aevi Band 4)

5.4 Notes et références


[1] (de) Fiche sur Bibliotheca Augustana.

5.5 Voir aussi

5.5.1 Articles connexes


• Minnesang

• Parzival

5.5.2 Liens externes


• Poème

• Notices d'autorité : Fichier d'autorité international


virtuel • International Standard Name Identifier
• Bibliothèque nationale de France (données)
• Système universitaire de documentation •
Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei
• Bibliothèque nationale de la Diète • Bibliothèque
nationale d'Espagne • WorldCat

• Portail de la poésie

• Portail de la légende arthurienne


Chapitre 6

Parzival

l’épopée arthurienne, même si l'admission de Parzival à


la Table Ronde du mythique roi breton n'est qu’une étape
dans sa quête du Graal.
La matière a été source d’inspiration non seulement pour
les écrivains, mais aussi pour les artistes et les musi-
ciens ; la réalisation la plus remarquable étant probable-
ment l'adaptation en drame musical (Musiktheater) de
Richard Wagner avec son opéra sacré (Bühnenweihfest-
spiel) Parsifal dont la première représentation eut lieu en
en 1882.

6.1 Aperçu de l’action


L’éducation de Parzival à la chevalerie et sa recherche
du Graal est — comme l’auteur le souligne à différentes
reprises — le sujet principal de l'action. En contrepoint
nous trouvons cependant les aventures chevaleresques de
Gauvain, qui prennent presque une égale importance.
Tandis que Gauvain incarne la chevalerie laïque et sort
toujours victorieux de ses multiples aventures, dans les-
quelles il affronte les responsables des désordres dans le
monde et remet les choses dans le droit chemin, Parzi-
val est plongé dans des situations extrêmes de conflit per-
sonnel qui le rendent lui-même coupable — parce que ce
n’est qu'au fil du récit qu’il prend conscience de son de-
Wolfram, Parzival 1,1ff (prologue)
voir. Mais c’est précisément lui qui, après avoir dû pen-
Première ligne : Ist zwiffel hertzen noch gebur… (Bibliothèque dant de longues années supporter les conséquences de ses
universitaire de Heidelberg, Codex Palatinus Germanicus 339, fautes, finira par accéder au Graal. L'Épopée se termine
fol. 6r) avec une évocation de l'histoire de Lohengrin, le fils de
Parzival.
Le Parzival de Wolfram von Eschenbach est un roman en L’aperçu qu’on trouvera ici suit la répartition du texte en
vers de la littérature courtoise en moyen haut-allemand, ce qu'on appelle « livres », en se conformant à l’ordre
dont on pense qu’il a été composé au cours de la première établi par Karl Lachmann, le premier éditeur « critique »
décennie du XIIIe siècle. L'œuvre comporte environ 25 de Parzival.
000 vers.
Les différents épisodes, reliés entre eux avec beaucoup
d’art, nous content les aventures de deux chevaliers qui
6.1.1 « Prologue » de Wolfram (livre I, vers
en sont les héros principaux : le héros éponyme (Parzival, 1,1 à 4,26)
c'est-à-dire Perceval) dont on suit l’évolution, partant du
guerrier ignorant portant le vêtement des fous pour arri- 6.1.2 Introduction : Gahmuret, chevalier
ver jusqu’au roi du Graal, d'autre part Gawain (Gauvain), errant (livres I-II)
chevalier du roi Arthur qui doit affronter les épreuves les
plus dangereuses. Par son thème le roman appartient à Wolfram commence son roman avec l'histoire détaillée

15
16 CHAPITRE 6. PARZIVAL

de Gahmuret, le père de Parzival. En tant que cadet, Gah- qu’il apprendra son nom et son origine de la bouche de sa
muret reste sans héritage à la mort de son père, le roi cousine Sigune, peu avant d’arriver pour la première fois
d’Anjou, et il va en Orient chercher fortune et renommée. à la cour du roi Arthur. Délibérément, sa mère lui fait tout
D'abord au service du Calife de Bagdad, il aide ensuite la ignorer du monde et de la vie en dehors de la forêt, elle ne
reine noire Bélacane contre ses assiégeants. Il triomphe le prépare en particulier à rien de ce que réclamerait, sur
et épouse Bélacane, devenant ainsi roi de Zazamanc et le plan social, éthique et guerrier, son statut de chevalier et
d’Azagouc ; malgré tout il la quitte bientôt pour chercher de seigneur. Si par la suite Parzival est pourtant reconnu
d'autres aventures. De retour en Europe, Gahmuret par- comme tel dans le monde courtois, il le doit d’abord à
ticipe à un tournoi à Kanvoleis, où il gagne la main de la son apparence extérieure : à plusieurs reprises le conteur
reine Herzeloyde et le pouvoir sur ses terres de Waleis et souligne son étonnante beauté, sa force et sa souplesse
de Norgals. Gahmuret n’en reprend pas moins sa vie aven- surprenante, et il nous dit quelle impression font sur son
turière ; il part, entre de nouveau au service du Calife, et entourage de telles qualités.
meurt finalement, tué par une lance empoisonnée.
Herzeloyde essaie donc de protéger son fils des dangers
Gahmuret quitte si rapidement ses deux épouses qu'il
de la chevalerie, et même d’être tenté par elle, mais elle
n’apprend pas la naissance de ses deux fils : Feirefiz, le fils
n'y réussira pas. Quand, pour la première fois, Parzival
de Bélacane, dont tout le corps est noir et blanc comme
rencontre par hasard des chevaliers, Herzeloyde ne peut
une pie, et de Parzival le fils d’Herzeloydes.l'empêcher de partir pour la cour du roi Arthur afin d’y
devenir chevalier. Dans l'espoir que son fils lui revien-
dra après avoir fait dans le monde assez de mauvaises ex-
6.1.3 La jeunesse et l’éducation chevale- périences, elle l’habille comme on habille les fous et elle
resque de Parzival (livres III-IV) lui donne sur la façon de se conduire des instructions ab-
surdes qui, observées à la lettre et jointes à son habit de
fou, ne peuvent manquer de le rendre ridicule. (C’est ainsi
qu’elle lui conseille de saluer aimablement tout le monde,
ce qu’il fait en exagérant et en ajoutant : « C’est ce que
ma mère m’a dit de faire. »)
Après que Parzival a quitté Soltane, l’ignorance dans la-
quelle on l’a laissé provoque toute une série de catas-
trophes sans qu’à ce moment-là il ait le moins du monde
conscience d’y être pour quelque chose. D’abord c’est sa
mère qui meurt de douleur de l’avoir vu partir, ensuite
c’est Parzival qui, comprenant de travers la doctrine cour-
toise, tombe sur Jeschute, la première femme qu’il ren-
contre, et lui vole ses bijoux. Sa rencontre avec Parzival
devient un drame pour la pauvre femme, car son époux
Orilus refuse de croire qu’elle n’y est pour rien, il la mal-
traite et la voue comme adultère au mépris de la société.
Enfin, à peine arrivé à la cour du roi Arthur, Parzival tue
le « chevalier rouge » Ither (dont plus tard il apprendra
que c’était un proche parent) pour lui prendre ses armes
et son cheval. Dans son esprit les armes qu’il a volées font
de lui maintenant un chevalier. Cependant (et c’est carac-
téristique), il continue à porter ses vêtements de fou sous
son armure.
Il ne les enlèvera qu’à l’étape suivante de son voyage, chez
Gurnemanz de Graharz, qui lui enseigne les règles de vie
et la façon de combattre des chevaliers ; c’est seulement à
ce moment-là que Parzival apprend vraiment ce qu’est le
comportement courtois (qui doit être également humain) :
Herzeloyde et Parzival dans la forêt de Soltane (Bibliothèque
il apprend à avoir honte et il quitte ses vêtements de fou, il
Universitaire de Heidelberg, Codex Palatinus Germanicus. 339, apprend le rituel de la messe et les règles de la courtoisie.
fol. 87r) Ainsi est-il mis exactement au courant de tout ce qu’il doit
savoir pour tenir son rang dans le monde comme seigneur
Quand elle apprend la mort de Gahmuret, Herzeloyde, et comme futur époux. Quand il quitte Graharz au bout
désespérée, se retire avec Parzival dans un lieu désert, la de 14 jours, il est devenu un chevalier parfait dans le sens
forêt de Soltane. Là elle élève son fils dans une innocence du monde arthurien. Malheureusement, en le mettant en
et une ignorance quasi paradisiaque ; ce n’est que plus tard garde contre les questions inutiles, Gurnemanz est à l’ori-
6.1. APERÇU DE L’ACTION 17

gine d’une grave mésaventure que connaîtra plus tard Par- mettent sur la table des couverts précieux, enfin le Graal
zival (voir plus bas). est apporté par la reine Repanse de Schoye, d'après Wol-
Dans la ville de Pelrapeire, Parzival fait ses preuves de fram c'est une pierre qui, à la manière de « Petite-table-
chevalier en libérant la reine Condwiramurs des préten- couvre-toi » fait surgir de manière mystérieuse nourri-
dants dont la cour l’importune ; il obtient la main de la tures et boissons. À la fin, le maître des lieux remet à Par-
reine et par là devient le maître du royaume dont il met zival sa propre épée, d'une grande valeur, c'est la dernière
en ordre les affaires. Cependant, comme son père l’avait tentative pour amener le chevalier, muet jusque là, à po-
fait avant l’accouchement de sa femme, il quitte Condwi- ser une question qui, à ce que nous dit le conteur, aurait pu
guérir le roi valétudinaire. Parzival cependant, suivant les
ramurs pour rendre visite à sa mère dont il ignore encore
qu’elle est morte. instructions de Gurnemanz et croyant faire preuve d'une
conduite courtoise et sage, réprime sa curiosité, ne de-
mandant pas plus en quoi consiste la maladie de son hôte
que la signification de tout ce cérémonial singulier.
6.1.4 La trop grande discrétion de Parzival
au château du Graal (livres V-VI) Quand Parzival se réveille, le lendemain matin, le château
est complètement vide ; il essaie de suivre les chevaliers à
la trace des sabots de leurs chevaux mais il la perd. Au lieu
de cela, il rencontre Sigune pour la deuxième fois dans le
bois et elle lui apprend le nom du château, lui parle du
seigneur qui y habite et lui révèle que lui-même, Parzi-
val, serait maintenant un roi puissant et respecté s’il avait
demandé au châtelain de quoi il souffrait : non seulement
le malheureux mais tout son entourage aurait été délivré.
Quand il est forcé d'avouer à Sigune qu'il n'a même pas
été capable de dire une simple parole de consolation, elle
le maudit et refuse d'avoir affaire à lui désormais. Im-
médiatement après, Parzival rencontre une autre femme
pour la deuxième fois : c'est Jeschute. En jurant à Ori-
lus qu'il n'a jamais eu de relations avec elle, il rachète le
comportement maladroit de sa première rencontre et son
mari la rétablit en tout point dans son honneur.
Enfin, un de ces nouveaux changements dans le com-
portement qui sont récurrents : Parzival arrive pour la
deuxième fois à la cour du roi Arthur. Arthur s’était spé-
cialement mis en route afin de trouver le « chevalier
rouge » devenu célèbre entre-temps, et cette fois Parzi-
val est accueilli à la Table Ronde avec tous les honneurs
de la cour ; il est ainsi monté jusqu'au sommet de la hié-
rarchie des chevaliers. La Table Ronde se réunit pour le
repas pris en commun ; il semble que là toutes les oppo-
sitions, toutes les fautes, toutes les rivalités internes sont
pardonnées et effacées. Ici abandonnant provisoirement
Parzival, c'est de Gauvain, le neveu d'Arthur, que nous
parle le conteur, un autre héros de chevalerie dont il sou-
Parzival ayant vaincu Segramor affronte Keye (Bibliothèque ligne le respect des valeurs courtoises, le courage dans la
Universitaire de Heidelberg, Codex Palatinus Germanicus 339, lutte et la valeur de sa noblesse.
fol. 208v)
Mais c'est justement à ce moment, où se manifeste la
Parzival cherche un gîte pour la nuit, un pêcheur lui in- splendeur et la sûreté de soi de la société noble la plus ty-
dique un château et le jeune chevalier y sera témoin de pique, que se présentent deux personnages qui détruisent
toute une série d'événements mystérieux. On se réjouit totalement cette atmosphère de gaîté, en proférant ma-
manifestement de son arrivée et, en même temps, tout le lédictions et reproches amers contre l'honneur chevale-
monde agit comme si l'on était plongé dans la plus grande resque de Gauvain et de Parzival, ce qui met fin immédia-
tristesse. Dans la salle des fêtes il retrouve le pêcheur tement à la fête : l'affreuse sorcière Cundrie, la messagère
et se rend compte que c'est lui le châtelain, Anfortas, du Graal, maudit Parzival et son silence au château du roi-
qui souffre d'une grave maladie. Avant le repas, on porte pêcheur, et elle qualifie sa présence à la cour du roi Ar-
dans la salle une lance ensanglantée dont la vue arrache thur de honte pour la société chevaleresque. Par ailleurs,
des plaintes lugubres aux assistants. C'est alors que vingt- elle attire l'attention de la Table Ronde sur le fait que,
quatre jeunes femmes nobles, dans un rituel compliqué, dans le monde des chevaliers, tout ne se passe pas aussi
18 CHAPITRE 6. PARZIVAL

bien que pourrait le faire croire l'atmosphère joyeuse de nier, a repoussé sa déclaration d'amour. La situation se
la compagnie. Elle parle de la captivité de plusieurs cen- complique du fait qu'Obie accuse à tort son soupirant
taines de femmes et de filles nobles dans le château de d'être un vaurien et demande au nouvel arrivant son se-
Schastel Marveile, et certaines parmi elles sont apparen- cours chevaleresque. L'honneur de Gauvain lui ordonne
tées à Gauvain ou à Arthur. Gauvain, enfin, est accusé par de répondre à cette requête, mais il ne veut pas être im-
Kingrimursel, landgrave de Schanpfanzun, d'avoir tué par pliqué dans une bataille parce qu'il est obligé d'arriver à
traîtrise le roi d'Ascalon et il est provoqué en duel judi- temps et sans blessures à Ascalun. Obilot, la petite sœur
ciaire. d'Obie, use de son charme enfantin pour convaincre Gau-
vain d'intervenir comme son chevalier dans la bataille ;
C'est là que se révèle l'idée superficielle de Parzival au
sujet de Dieu : il s’explique son refus de parler au châ- Gauvain alors entre dans le combat et fait prisonnier Mel-
janz. Il agit ensuite en intermédiaire habile quand il livre
teau du Graal par le fait que Dieu a refusé de s’occuper
de lui, alors qu'il aurait pu manifester sa toute-puissance à Obilot le prisonnier et réussit à réconcilier Meljanz et
Obie.
en guérissant Anfortas et en préservant ainsi Parzival,
son serviteur fidèle, de l'imprécation déshonorante lan- Le passage central du texte, la déclaration d'amour
cée par Cundrie. Comme dans un rapport de vassal à su- d'Obilot à Gauvain après qu'il l'a secourue de façon
zerain, Parzival dénonce sa soumission à Dieu ; à cette er- chevaleresque, présente un aspect comique du fait de
reur d'appréciation du rapport entre Dieu et les hommes la grande différence d'âge entre eux deux ; Gauvain se
s’ajoutera plus tard une haine envers Dieu conforme aux contente de répondre à ces avances en badinant, dans
règles de la chevalerie. le cadre de l'amour courtois. C'est tout le contraire
Le héros éponyme quitte immédiatement la Table Ronde avec l'aventure amoureuse suivante. Il s’agit maintenant
et part pour une recherche solitaire du Graal qui durera d'Antikonie, la sœur du roi d'Ascalun, une femme sédui-
plusieurs années, il devient par cela même un personnage sante cette fois-ci. Mais un danger sérieux vient mena-
secondaire dans les récits des livres suivants ; au premier cer la vie du héros. Gauvain rencontre le roi Vergulaht
plan apparaissent les aventures de Gauvain. dont on raconte qu'il a tué le père à la chasse, et le roi lui
conseille d'aller loger chez sa sœur à Schampfanzun. Gau-
vain cache à peine à Antikonie son désir auquel elle laisse
voir qu'elle répond et cela les met tous les deux dans une
6.1.5 Les aventures de Gauvain à Bea- situation compromettante ; quand ils sont découverts, la
rosche et à Schanpfanzun (livres VII- population de la ville prend naturellement les armes pen-
VIII) sant que Gauvain avait l'intention de violer la jeune fille.
Comme Gauvain n'est pas armé, il leur est bien difficile
L'action de Parzival et celle de Gauvain varient suivant la de se défendre, quand le roi Vergulaht entre dans le com-
même problématique mais dans des perspectives diffé- bat contre lui.
rentes : les deux protagonistes sont toujours mis en de- Kingrimursel cependant avait donné à Gauvain
meure en tant que héros de la chevalerie de restaurer l'assurance qu'il pourrait se rendre librement au duel
l'ordre perdu du monde courtois. Dans cette tâche Par- judiciaire et il n'hésite pas à protéger le chevalier, même
zival échoue régulièrement parce qu'il n'a appris que peu contre son propre roi. Après des discussions animées
à peu ce qu'il faut savoir sur la chevalerie et, à cause de parmi les conseillers du roi on arrive à un compromis
cette éducation insuffisante, chaque fois qu'il rencontre qui permet à Gauvain de sauver la face et de quitter
une nouvelle tâche, toujours plus difficile que la précé- librement la ville : le duel judiciaire est remis à plus tard
dente, il n'y arrive pas. Le comportement fautif du héros et de fait il n'aura pas lieu puisque finalement l'innocence
éponyme vient toujours des défauts de la société cour- de Gauvain sera prouvée. Mais Gauvain reçoit la tâche
toise. de partir à la place du roi à la recherche du Graal.
Gauvain au contraire est dès son apparition l'incarnation
de la chevalerie idéale. Lui aussi doit affronter des tâches
de plus en plus difficiles en raison des défauts de la 6.1.6 Parzival à Trevrizent - instruction re-
société courtoise ; mais tous les conflits auxquels il est ligieuse et illumination (livre IX)
confronté tirent leur origine du fait qu'il comprend mal
ce qu'est l'amour (c'est la problématique de l'amour cour- Si le conteur reprend l’histoire de Parzival, plus de quatre
tois). Gauvain cependant se montre capable de résoudre ans se sont passés depuis la dernière scène du « Chevalier
les problèmes qui en découlent, même si au cours des ans Rouge » pendant qu’on racontait les aventures de Gau-
il est incapable de garder sa fidélité à son épouse — ce en vain. Rien n'a changé dans l’attitude fondamentale de Par-
quoi il s’oppose encore à Perceval. zival : selon lui, Dieu était en devoir de lui donner son aide
Alors qu'il se rend à son duel judiciaire, Gauvain passe au moment décisif quand il était au château du Graal et,
devant la ville de Bearosche et il est témoin de prépa- comme il l’a refusée, Parzival continue à le haïr ; cepen-
ratifs de guerre : le roi Meljanz de Liz assiège la ville dant il est toujours occupé dans sa recherche solitaire du
de son propre vassal parce qu'Obie, la fille de ce der- Graal.
6.1. APERÇU DE L’ACTION 19

Pour la troisième fois Parzival rencontre sa cousine Si- zeloyde est morte de douleur après le départ de son fils ;
gune, plongée douloureusement dans le deuil de son bien- quant à Ither, que Parzival a tué et dont il porte toujours
aimé Schianatulander : elle s’est enfermée avec le cercueil l'armure, c'était encore un autre parent. Tous ces péchés
dans une cellule. Du château du Graal on lui fournit la pèsent maintenant sur lui.
stricte nourriture indispensable. Que cependant elle soit Les jours passés auprès de Trevrizent dans sa caverne,
disposée maintenant à communiquer à nouveau avec Par- pendant lesquels il est logé misérablement et mange mal,
zival et à se réconcilier avec lui, c’est le premier signe quesont pour Parzival l'occasion de trouver le réconfort dans
le destin du personnage éponyme peut changer : il lui est la pénitence ; et quand il quitte son maître, celui-ci lui
possible de se tourner vers le bien. Cependant il ne peut
donne tout naturellement une sorte d'absolution de laïc.
toujours pas retrouver le château du Graal, même si évi- Maintenant il est certain que Parzival est libéré des pé-
demment il n’est pas loin.
chés d'autrefois, en tout cas dans le cours du récit ils ne
Et voici que quelques semaines plus tard, un Vendredi seront plus regardés comme une charge qui pèse sur le
saint, en synchronisme avec le cycle liturgique, Parzival héros. Mais surtout il est libéré de sa haine contre Dieu.
rencontre un groupe de pénitents ; ils lui font honte d'avoir
endossé les armes un tel jour et de s’être détourné de Dieu
et ils lui conseillent d'aller consulter un saint homme qui 6.1.7 Gauvain et Orgeluse - la libération
habite une caverne dans les environs : c'est lui qui sera du Château Merveille (livres X-XIII)
capable de l'aider et de lui faire obtenir le pardon de ses
péchés. Et c'est cette rencontre avec l'ermite Trevrizent, Le combat de Gauvain contre Lischoys Gwelljus
un frère de sa mère, comme il le découvre, qui mène à
bonne fin le développement personnel du héros, c'est-à- D'abord, Gauvain aperçoit le château qui se trouve sur le
dire son éducation chevaleresque ; c'est seulement main- bord d'une rivière et il remarque aux fenêtres les femmes
tenant qu'il est en état de partir de nouveau à la quête du qui l'habitent. La raison qu'il a d'y séjourner est son
Graal. Les longues conversations qu'il a au cours des deux amour inachevé pour Orgeluse. C'est là qu'il doit acqué-
semaines suivantes avec Trevrizent n'ont rien à voir avec rir, comme elle le souhaite, le droit de la revoir en luttant
les enseignements précédents de Herzeloyde ou de Gur- contre le chevalier Lischoys Gwelljus pendant qu'elle se
nemanz car elles sont plus vastes et plus profondes. Dans trouve déjà sur l'embarcation qui doit la conduire vers
un dialogue presque maïeutique avec Parzival, l'ermite va Terre Merveille. Pour cela Orgeluse se sert d'une ré-
au fond du problème et donne à son neveu des lumières primande lancée aux spectatrices pour inciter Gauvain
décisives sur les vraies raisons de la désolation de son à agir. Cette réprimande permet déjà de supposer que
âme. l'action va se déplacer dans cette direction.
Trevrizent pose clairement le problème et il l'explique :
il fait comprendre qu'il est impossible de forcer Dieu à
accorder son aide, ce que Parzival croyait pouvoir exiger, Chez le passeur Plippalinot
mais que Dieu l'accorde, par sa bonté et son amour envers
les hommes, à celui qui se soumet humblement à sa volon- La victoire que Gauvain remporte sur Lischoys se fait,
té. Continuant son enseignement, l'ermite explique en dé- certes, sous l'œil des jeunes filles du château bien qu'elle
tail ce qu'est le Graal et à quoi il sert ; c'est en résumé une ait lieu dans le monde normal. En traversant la rivière,
pierre d'une valeur incalculable qui renferme une force de Gauvain transgresse la ligne de séparation entre le Monde
vie et de jeunesse qui se trouve renouvelée chaque année, d'Arthur et Terre Merveille. Le passeur qui le conduit
au Vendredi saint, par une hostie venue directement du s’appelle Plippalinot et par la suite il parle à Gauvain de
ciel ; parfois sur la pierre apparaît un message qui porte Terre Merveille après l'avoir invité chez lui ; il la décrit
des instructions, disant par exemple qui doit être accep- comme un lieu d'aventure incomparable. Comme Gau-
té parmi les chevaliers du Graal. Mais il est impossible, vain très intéressé interroge le passeur sur Château Mer-
Trevrizent le dit nettement, d'obtenir le Graal par des ac- veille, celui-ci commence par refuser de lui en parler car
tions chevaleresques et des combats, comme essaient de il a peur de le mener à sa perte.
le faire Parzival et en même temps que lui Gauvain. Ne Le parallèle est manifeste entre l'obstination de Gauvain
pourra devenir roi du Graal que celui que le Graal lui- et la conduite de Parzival. Celui-ci n'a pas posé la question
même appellera pour cela, et la communauté attend le qu'il aurait dû poser, celui-là interroge là où il aurait dû
cœur brisé ce message de la pierre pour qu'Anfortas soit se taire.
enfin guéri de son mal. Trevrizent insiste sur l'histoire de
la Chute, et en particulier sur le meurtre d'Abel par son Quand Gauvain obtient enfin la réponse, Plippalinot lui
frère Caïn, car c'est l'exemple du caractère profondément apprend qu'en fin de compte il devra se battre. Alors,
pécheur de l'humanité et de son éloignement de Dieu. En- il fournit au chevalier un vieux bouclier pesant puis lui
fin il révèle à Parzival l'histoire de sa famille : Anfortas, donne le nom du pays dont il décrit les grands dangers.
qui doit continuer à souffrir à cause de Parzival qui n'a pas Alors il détaille les miracles du Lit Merveille, c'est-à-dire
voulu l'interroger, est lui aussi le frère de sa mère ; Her- du lit magique. Outre le bouclier Plippalinot donne en-
core à Gauvain de sages conseils qui se révèleront très
20 CHAPITRE 6. PARZIVAL

utiles par la suite : Gauvain doit acheter quelque chose au Ce qu'elles symbolisent maintenant, c'est la puissance de
marchand qui se tient devant les portes et lui donner son la magie de Klingsor. Contre de tels adversaires le lourd
cheval en garde, au château il devra toujours porter ses équipement des chevaliers ne fait que gêner, il est fait
armes sur lui et se coucher sur le Lit Merveille de façon pour les combats ordinaires, et est manifestement impuis-
à pouvoir rester sur ses gardes. sant quand il s’agit de l'Amour courtois. Et c'est à présent
Par la suite, c'est exactement ce que Gauvain fera. un géant, enveloppé dans une peau de poisson, qui vient
dans la salle, et insulte Gauvain dans les termes les plus
violents et en profite pour attirer son attention sur le dan-
Gauvain chez le marchand ger à venir. Puisque ce géant sans armes ne paraît pas un
adversaire digne d'un chevalier du roi Arthur, cet épisode
Arrivé au château Gauvain se rend compte qu'il n'a pas de vise peut-être à introduire un répit au milieu de toutes ces
quoi payer la marchandise qu'on lui propose. Au moins le attaques.
marchand lui propose-t-il de veiller sur son cheval pour C'est maintenant un lion qui s’élance brutalement sur
qu'il tente sa chance. Alors, Gauvain entre par la porte et Gauvain et le bouscule avec force, mais le chevalier réus-
pénètre dans le château sans que personne ne l'en em- sit à lui trancher une patte et finalement à le tuer d'un coup
pêche. L'immense cour intérieure est déserte, comme d'épée dans la poitrine. Ce combat contre le roi des ani-
aussi le reste du château. Les dames qui se trouvent au maux symbolise ici, peut-être, la lutte du caractère cour-
château n'ont pas le droit de se tenir auprès de lui pour le tois contre lui-même. À présent Gauvain s’écroule, blessé
combat ; c'est pourquoi il ne peut pas comme c'était le cas et inconscient, sur son bouclier.
le plus souvent dans les combats précédents, chercher sa
force dans l'amour courtois. Comme par exemple dans la Mais justement, c'est le fait de s’écrouler sur son bou-
bataille devant Bearosche il s’était servi de l'amour cour- clier qui signifie que les dangers sont finis. Le château
tois d'Obilot. Alors un tel amour était sa protection et son est conquis, le pouvoir magique est brisé. Le bouclier
bouclier, ce qu'il exprimait symboliquement en attachant qu'utilise Gauvain dans son combat contre le lion sym-
une manche du vêtement de la dame sur l'un de ses bou- bolise à la fois l'incarnation de la société courtoise et
cliers de combat. On est frappé d'ailleurs de voir qu'un tel l'amour courtois. Dans la lutte contre le Lit Merveille, au
usage joue dans les aventures d'amour courtois de Gau- contraire, les rôles sont échangés : le lit magique qui in-
vain un rôle essentiel. carne l'amour courtois est ici le danger, et c'est l'esprit
chevaleresque de Gauvain qui le protège.

Les aventures
Pourquoi Gauvain ?
La première embûche que doit surmonter Gauvain au
château est le parquet, aussi lisse qu'un miroir, qui a été Pourquoi est-ce justement Gauvain qui a réussi à sortir
conçu par Klingsor en personne, mais ensuite, et surtout, indemne de tous les dangers du château au contraire d'un
c'est le Lit Merveille ensorcelé. grand nombre d'autres chevaliers, on peut l'expliquer très
simplement : dans tous les combats il disposait de ce qui
Ce parquet lisse semble symboliser le chemin particuliè- lui était nécessaire : l'expérience dans l'amour courtois et
rement dangereux qui mène à l'amour courtois, qui est l'habileté tactique. En outre, il disposait des aides appro-
symbolisé comme il se doit par le lit. La première fois priées : le lourd bouclier de chêne et la prière qu'il fallait
que Gauvain essaie d'y accéder, c'est un échec lamen- dire au bon moment.
table. C'est finalement par un saut assez téméraire qu'il
y arrive. On ne peut refuser à cette scène un certain co- Nous passons maintenant à la vie de Klingsor que le livre
mique, mais c'est qu'elle symbolise, et cela peut être en nous révèle par des récits courts mais nombreux.
partie amusant, les efforts que font bien des hommes qui
se démènent autour de l'amour courtois.
Klingsor (duc de la Terre de Labour)
Voici à présent que le lit, comme s’il était devenu enragé,
se met à la poursuite de Gauvain à travers la chambre, le C'est la première fois que Plippalinot appelle de son nom
chevalier se protège avec le bouclier et adresse une prière Klinschor (ou Klingsor) comme seigneur du pays, pays
à Dieu. Maintenant Gauvain se trouve dans une situation voué à « l'aventure ». Jusqu'à la conquête du château le
qui apparaîtrait désespérée pour quelqu'un d'ordinaire, châtelain de Château Merveille utilisera sa magie. On ap-
car il ne peut rien dans une telle situation. Cet épisode at- prend déjà quelques détails importants sur le roi Kramo-
tire peut-être l'attention sur le caractère humiliant et dan- flanz. Ainsi, celui-ci pour gagner l'amour de la duchesse
gereux de l'Amour courtois. Cependant, comme Gauvain (Orgeluse), a tué celui qu'elle aimait, Zidegast. Après une
en a déjà expérimenté toutes les manifestations, il arrive telle action la duchesse n'aspire qu'à le tuer à son tour.
à maîtriser le lit. Les dangers malgré tout ne sont pas en- Elle avait beaucoup de mercenaires et chevaliers à son
core surmontés. Une fois qu'il en a fini avec le lit, Gau- service, elle les a envoyés pour tuer Kramoflanz. Parmi
vain doit encore triompher de deux assauts, le premier eux se trouvait le chevalier Anfortas et c'est là, à son ser-
de cinq cents frondes, le second de cinq cents arbalètes. vice, qu'il a reçu sa blessure. Il a offert à Orgeluse aussi
6.2. VOIR AUSSI 21

son magnifique étal de marchand (lequel maintenant se monde » ce qui explique qu'en nous coexistent tout le bien
trouve devant Château Merveille). Par crainte de la puis- et tout le mal. La personnalité contradictoire de Klingsor
sante magie de Klingsor, elle lui a remis le précieux étal en est un autre exemple. De plus, Klingsor et Anfortas
de marchand sous la condition que son amour et l'étal sont confrontés un problème très voisin puisque l'amour
soient proposés publiquement comme le prix que rece- courtois les a fait tomber dans une détresse semblable :
vrait le vainqueur des aventures. Par ce moyen Orgeluse tous les deux ont perdu la possibilité d'avoir une descen-
voulait attirer Kramoflanz et l'envoyer à la mort. dance.
Cependant, Kramoflanz n'est absolument pas en mau- Mais tandis que Klingsor s’est égaré sur le chemin du mal
vaises relations avec Klingsor, puisque son père Irot a et a commencé à mettre en œuvre sa vengeance contre
offert à ce dernier la montagne et les huit milles de ter- l'amour courtois en faisant appel à la magie noire, An-
rain pour l'édification de Château Merveille. C'est pour- fortas au contraire se tourne vers le Graal et emprunte la
quoi Kramoflanz ne voyait aucune raison de s’emparer de voie de la pénitence.
Château Merveille. Jusqu'à maintenant, on apprend aussi
que Klingsor doit avoir bénéficié d'un enseignement de la
magie noire, mais que d'un autre côté c'est un seigneur 6.2 Voir aussi
souverain à qui le savoir-vivre et la courtoisie ne sont pas
étrangers.
6.2.1 Sources
Comme Gauvain pouvait maintenant gagner la faveur
d'Orgeluse, il revint à Château Merveille pour interro- • Wolfram d'Eschenbach, Parzival, Morceaux choisis
ger la sage Arnive au sujet de Klingsor. Il voulait savoir avec introduction, notes et glossaire par André Mo-
comment il viendrait à bout d'une telle tâche. Par Arnive, ret, Aubier-Montaigne, 1953, coll. Bibliothèque de
Gauvain apprend que Terre Merveille n'est pas la seule Philologie Germanique, tome III, 295 p.
région sur laquelle Klingsor règne ou a régné. Son pays
est la Terre de Labour et il est de la famille du duc de • (de) Cet article est partiellement ou en totalité is-
Naples. Elle ajoute que Klingsor est duc et qu'il jouissait su de l’article de Wikipédia en allemand intitulé
d'une grande estime dans sa ville de Capoue, mais par un « Parzival » (voir la liste des auteurs).
amour adultère envers la reine Ibilis de Sicile lui a cau-
sé beaucoup de tort et l'a poussé finalement à pratiquer
la magie. Il était surpris par le roi Ilbert en flagrant délit 6.2.2 Bibliographie
avec sa femme et sue celui-ci n'a rien vu d'autre à faire
qu'à le castrer. • Jean-Marc Pastré, Structures littéraires et tripartition
À la suite de cet outrage qu'on lui avait fait, Klingsor se fonctionnelle dans le Parzival de Wolfram von Es-
mit en route vers le pays de Persida, là où la magie était chenbach, éditions Klincksieck, collection Sapience,
plus ou moins née. Il y fit son apprentissage jusqu'à ce 1993, 446 pages (ISBN 2-252-02804-1)
qu'il fût devenu un grand maître dans la magie. La raison
pour laquelle il avait construit Château Merveille était la
6.2.3 Articles connexes
vengeance. Il voulait par là, détruire le bonheur de tous
les membres de la société courtoise pour se venger ainsi • Légende arthurienne
de son émasculation. Pour cette vengeance il emploie tous
les moyens que son art de la magie met à sa disposition. • Parsifal
À l'image de sa propre mutilation et de son échec au ser-
vice de l'amour courtois, il reproduit dans les aventures
du château les mêmes dangers. Malgré sa vie consacrée • Portail de la littérature
à la magie noire, il reste toujours jusqu'à un certain de-
gré quelqu'un de courtois et on peut le voir, quand il s’agit • Portail du monde celtique
d'abandonner Terre Merveille à Gauvain. Quand celui-ci
devient seigneur du château et maître du pays et de ses
richesses, Klingsor disparaît de la région et également du • Portail de la légende arthurienne
livre.
• Portail du Moyen Âge central
L as t eyr i e du S ai l l ant

Comparaison entre Schastelmarveile et Mun-


salwäsche

Munsalwäsche dans le livre c'est le château de Dieu et


ainsi le château du Graal. Schastelmarveile au contraire,
c'est le mal à l'état pur. Tous les deux existent dans « notre
Chapitre 7

Stefan George

Stefan George Traductions françaises :

Stefan George (1910) • Dichtungen/Poèmes, traduction bilingue par Mau-


rice Boucher, éditions Aubier Flammarion, Paris,
signature
1969.
Stefan Anton George, né le 12 juillet 1868 à Bingen am
Rhein et mort le 4 décembre 1933 à Minusio, est un poète • Maximim, précédé de Poèmes à Gundolf, traduc-
et traducteur allemand. tion par Dominique Le Buhan et Eryck de Rubercy,
éditions Bibliothèque Artistique et Littéraire (Fata
Morgana), Montpellier, 1981.
7.1 Biographie
• Effigies, des poètes et de la poésie, traduction par Do-
minique Le Buhan et Eryck de Rubercy, éditions Bi-
La poésie de George est caractérisée par un ethos distant
bliothèque Artistique et Littéraire (Fata Morgana),
et aristocratique ; son vers est formel par le style, lyrique
Fontfroide, 2004.
par la tonalité et souvent mystérieux par la langue : il s’ins-
pire en effet des formes classiques grecques, en réaction • L'Étoile de l'Alliance, traduction et postface par Lud-
à la tendance réaliste de la littérature allemande de son wig Lehnen, éditions de La Différence, Paris, 2005.
temps. Convaincu que le but de la poésie est la distance
au monde, ardent défenseur de l'art pour l'art et influencé • Poésies complètes, édition bilingue, traduction par
par Nietzsche, Stefan George peut être rattaché par son Ludwig Lehnen, 830 pages, éditions de La Diffé-
écriture au mouvement symboliste français de Stéphane rence, Paris, 2009.
Mallarmé.
George est un pont important entre le XIXe siècle et le • Feuilles pour l'art, 1892-1919 et autres textes du
Modernisme allemand, quoiqu'il ait été un sévère cri- Cercle de George, traduits et présentés par Ludwig
tique de l'ère moderne. Il expérimente, avec divers mètres Lehnen, éditions Les Belles Lettres, Paris, 2012.
poétiques, ponctuation, allusions obscures et typographie.
La meilleure production poétique de George est Algabal
(1892). Le titre est une référence à l'empereur romain 7.3 Études sur Stefan George
Elagabal.
George est également un traducteur important ; il a traduit • Ludwig Lehnen, Mallarmé et Stefan George : po-
Dante, Shakespeare et Baudelaire en allemand. litique de la poésie à l'époque du symbolisme, édi-
tions des Presses universitaires de Paris-Sorbonne
Le Georgekreis (cercle de George) a influencé Hugo von
(PUPS), 704 pages, Paris, 2010.
Hofmannsthal, un des modernistes littéraires les plus im-
portants de l'Autriche (qui devait plus tard rompre avec
• Enid Lowry Duthie, L'Influence du symbolisme fran-
George), ainsi que les travaux de l'historien Ernst Kan-
çais dans le renouveau poétique de l'Allemagne : Les
torowicz ou encore certains membres du complot visant
“Blätter fur die Kunst” de 1892 à 1900, thèse de doc-
à assassiner Hitler en juillet 1944, dont Claus von Stauf-
torat en Lettres, réédition, Slatkine Reprints, Ge-
fenberg. Hostile au nazisme, George s’installe en Suisse.
nève, 1974.

• Stefan George et les symbolistes français, Numé-


7.2 Œuvres ro spécial de La Revue d'Allemagne et des pays de
langue allemande, Paris, Emile Paul, Novembre -
• 1928 - Das neue Reich Décembre 1928.

22
7.4. ANNEXES 23

• Claude David, Stefan George, son œuvre poétique,


thèse, Bibliothèque de la Société des Etudes Ger-
maniques, Lyon, 1952, 409 pages.

• Thomas Karlauf, Stefan George : Die Entdeckung des


Charisma, München, Blessing, 2007 ; réédition : Ta-
schenbuchausgabe, München, Pantheon, 2008.
• Robert E. Norton, Secret Germany : Stefan George
and His Circle, Ithaca and London, Cornell Unievr-
sity Press, 847 pages, 2002.

• Luc-Olivier D'Algange, Stefan George ou la politique


de l'essentiel, in, revue Eléments No 138, Janvier -
Mars 2011, pp 54 - 57.

7.4 Annexes

7.4.1 Articles connexes


• Littérature germanique

• Friedrich Gundolf
• Paul Gérardy

• Blätter für die Kunst

7.4.2 Liens externes


• Notices d'autorité : Fichier d'autorité international
virtuel • International Standard Name Identifier
• Bibliothèque nationale de France (données)
• Système universitaire de documentation •
Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei
• Bibliothèque nationale de la Diète • Bibliothèque
nationale d'Espagne • WorldCat

• poèmes à Gutenberg.de
• Linksammlung de la FU Berlin

• Stefan-George-Gesellschaft Bingen
• George-Archiv à Württembergische Landesbiblio-
thek Stuttgart
• Stefan-George-Homepage de Martin Rector

• Portail de la poésie

• Portail de la République de Weimar


Chapitre 8

Friedrich Gundolf

Friedrich Gundolf du Troisième Reich, Joseph Goebbels, qui voulut passer


le doctorat sous sa direction ; s’il n'y réussit pas, ce ne fut
Friedrich Gundolf pas pour être antisémite car à l'époque il n'avait pas cette
réputation.
Friedrich Gundolf, de son vrai nom Friedrich Leopold
Gundelfinger (né le 20 juin 1880 à Darmstadt ; décédé le En 1927, Gundolf tomba malade du cancer qui devait
12 juillet 1931 à Heidelberg), est un poète allemand et un l'emporter en 1931.
spécialiste de la littérature. En 1930, il fut le premier lauréat du Lessing-Preis
der Freien und Hansestadt Hamburg (prix Lessing de
Hambourg, ville libre et ville de la Hanse).
8.1 Biographie Ses œuvres furent interdites dès 1933 par le régime nazi.

Fils d'un mathématicien juif, il étudia la germanistique


et l'histoire de l'art sous la direction d'Eric Schmidt et 8.2 Prix Friedrich-Gundolf
de Gustav Roethe aux universités de Munich, Berlin
et Heidelberg ; il obtint son doctorat en 1903 et son
Article détaillé : Prix Friedrich-Gundolf.
habilitation en 1911 avec une thèse dont le sujet était Sha-
kespeare et l'esprit allemand. Dès 1916 il fut professeur de
germanistique à l'université de Heidelberg, d'abord à titre La Deutsche Akademie für Sprache und Dichtung (Aca-
provisoire puis, en 1920, comme professeur titulaire. démie allemande pour la langue et la poésie) a fondé en
1964 le prix Friedrich-Gundolf décerné chaque année
En 1899 il rejoignit le cercle constitué autour de Stefan
pour récompenser la diffusion de la germanistique et de
George et fit paraître ses premières œuvres dans les Blätter
la culture allemande à l'étranger.
für die Kunst publiées par Stefan George. En 1910-1911,
il publia avec Friedrich Wolters le Jahrbuch für geistige
Bewegung (Annuaire pour le mouvement intellectuel) qui
faisait connaître les pensées politiques et culturelles du 8.3 Œuvres
cercle de George. Dans son travail scientifique sur la litté-
rature, Gundolf représentait une nouvelle façon de consi- • Shakespeare und der deutsche Geist (mémoire
dérer la littérature, orientée vers l'histoire des idées et d'habilitation, 1911)
centrée sur l'étude de la philosophie des auteurs. Il regar-
dait les grands créateurs (comme Shakespeare, Goethe ou • Goethe (1916) (13. Aufl. 1930) Kap. : Neue Lyrik
Heinrich von Kleist) comme des figures symboliques de
• Hölderlins Archipelagus (1916)
leur époque ; le but de sa recherche était d'analyser non
seulement l'artiste en lui-même mais aussi l'influence de • George (1920)
son œuvre. C'est dans sa monographie sur Goethe qu'il
développa ces principes. • Heinrich von Kleist (1922) (3. Aufl. 1932)- (Traduc-
tion en Français par Alexandre Vialatte, Heinrich
Sa sensibilité lui permettait une profonde connaissance de
von Kleist, éditions du Félin, 2011)
Shakespeare. Sa façon de le traduire et de le comprendre
a acquis une importance durable, qui dépasse celle de ses • Martin Opitz (1923)
travaux scientifiques purement littéraires.
• Caesar. Geschichte seines Ruhms (1924)
Admirateur de Goethe, Gundolf comptait parmi les éru-
dits les plus célèbres de la république de Weimar. Ses • Hutten, Klopstock, Arndt (1924)
livres étaient maintes fois réédités. Au nombre de ses au-
diteurs figurait en 1920 le futur ministre de la Propagande • Andreas Gryphius (1927)

24
8.5. SOURCES 25

• Shakespeare (1928) 8.5 Sources


• Paracelsus (1928) • (de) Cet article est partiellement ou en totalité is-
su de l’article de Wikipédia en allemand intitulé
• Lessing (1929) « Friedrich Gundolf » (voir la liste des auteurs).

• Gedichte (1930)
• Portail de l’Allemagne
• Romantiker (1931)

• Rede zu Goethes 100. Todestag (1931/1932, publi- • Portail de la poésie


cation posthume)

• Shakespeares Werke in deutscher Sprache (Traduc-


tion, 10 vol., 1908-1923)

• Briefe

• Die deutsche Literärgeschicht / reimweis kurz fasslich


hergericht. Hrsg. v. E. Osterkamp. Heidelberg 2002
(Histoire en vers de la littérature, écrite avec humour
et qu'à vrai dire il ne comptait pas publier)

8.4 Bibliographie

• Notices d'autorité : Fichier d'autorité international


virtuel • International Standard Name Identifier
• Bibliothèque nationale de France (données)
• Système universitaire de documentation •
Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei
• Bibliothèque nationale de la Diète • WorldCat

• Jürgen Große : Phänomen-Erkenntnis. Goethisches


bei Geschichtsdenkern des 19. und 20. Jahrhun-
derts. Heiz, Stuttgart 2001 (= Stuttgarter Arbeiten
zur Germanistik ; 391) (ISBN 3-88099-396-3)

• Otto Heuschele : Friedrich Gundolf. Werk und Wir-


ken. Drei-Säulen-Verlag, Bad Wörishofen 1947 (=
De humanitate ; 2 )

• Clemens Neutjens : Friedrich Gundolf. Ein biblio-


graphischer Apparat. Bouvier, Bonn 1969 (= Bon-
ner Beiträge zur Bibliotheks- und Bücherkunde ; 20)

• Ernst Osterkamp : Friedrich Gundolf (1880-1931).


In : Wissenschaftsgeschichte der Germanistik in Por-
träts. édité par Christoph König. de Gruyter, Berlin
2000, S. 162-175. (ISBN 3-11-016157-5)

• Victor A. Schmitz : Gundolf. Eine Einführung in


sein Werk. Küpper, Düsseldorf 1965

• Michael Thimann : Caesars Schatten. Die Bibliothek


von Friedrich Gundolf. Rekonstruktion und Wis-
senschaftsgeschichte. Manutius-Verlag, Heidelberg
2003 (ISBN 3-934877-25-7)
Chapitre 9

Antonin Gadal

Antonin Gadal gine de l'antique gnose chrétienne. De nombreux cher-


cheurs et occultistes furent attirés par sa démarche. Ce
Antonin Gadal, (né en 1877 à Tarascon-sur-Ariège et fut notamment le cas de l'archéologue allemand Otto
Rahn qui lui exprimera d'ailleurs ses remerciements dans
mort en 1962), est un mystique français et un historien
qui dédia son existence à l'étude des Cathares du sud de l'avertissement[1]
figurant au début de son livre La Croisade
contre le Graal . Il fonda un cercle d'études « La Frater-
la France, à leur spiritualité, croyances et idéaux.
nité du Saint Graal et des Cathares » qui était surtout un
cercle d'amis disposés à le seconder dans ses recherches
historiques et gnostiques sur le catharisme.
9.1 Biographie
En 1954[2] , alors qu'il était âgé de 77 ans, il fut contac-
té par deux rosicruciens hollandais appartenant à la
La terre natale d'Antonin Gadal, l'Ariège, est une région
Rose-Croix d'Or de Hollande Jan van Rijckenborgh et
de France qui fut le centre du catharisme, mouvement
e e Catharose de Petri. Il vit en eux des continuateurs de
gnostique chrétien qui s’est manifesté du XI au XIII
l'œuvre gnostique et estima pouvoir leur transmettre son
siècle. La citadelle de Montségur fut un des derniers bas-
héritage spirituel qu'il assimilait à celui du Saint-Graal.
tions de la résistance cathare aux troupes de l'inquisition.
Antonin Gadal voyait en Catharose de Petri, la
À proximité de chez lui vivait l'historien Adolphe Gar-
réincarnation d'Esclarmonde de Foix. Dès lors il la
rigou (1802-1897), que l'on surnommait souvent dans la
considéra comme la représentante du courant cathare.
région « Le patriarche du Sabarthez ». Adolphe Garri-
Lui-même se considérait comme le représentant du
gou, tout comme Napoléon Peyrat, était convaincu que
courant du Graal. Quant à Jan van Rijckenborgh il
l'histoire des Cathares avait été falsifiée, et ses travaux
estima qu'il représentait la fraternité des Rose-Croix.
visaient à restaurer la vérité sur la foi chrétienne et le
Ces trois personnes estimèrent que leur rencontre initiait
martyre des Cathares. Le jeune Antonin Gadal trouva en
la réunification des trois courants spirituels en question.
Adolphe Garrigou un père spirituel qui l'initia au catha-
Antonin Gadal était persuadé, tout comme Otto Rahn
risme et lui infusa sa passion pour les fouilles et les re-
et d'autres chercheurs de l'époque que le Graal avait
cherches dans les grottes et les vestiges de l'époque où les
été détenu par les Cathares. Il se considérait comme
Cathares furent persécutés et anéantis par l'Église catho-
le serviteur et le gardien du Graal, en lequel il voyait
lique.
l'héritage spirituel ayant survécu à la chute de Montségur
Antonin Gadal devint instituteur, mais sa fascination pour du 16 mars 1244 et à l'éradication de la spiritualité
les Cathares le poussa à effectuer des recherches archéo- cathare qui s’ensuivit.
logiques dans ces lieux empreints d'un riche et lourd pas-
Un monument à Ussat, dans l'Ariège, nommé Galaad
sé, tant préhistorique que médiéval.
symbolise cette réunification. Sur l'une des faces, une ins-
Travaillant comme guide pour le syndicat d'initiative cription fut gravée : Graal, Cathares et Croix aux Roses
d'Ussat-Ornolac, il put ainsi créer un musée qui porte son - La Triple Alliance de la Lumière. Plus prosaïquement,
nom à Tarascon-sur-Ariège. Antonin Gadal devint le premier président du Lectorium
M. Gadal découvrit que dans le Sabarthez existaient des Rosicrucianum en France.
grottes et des lieux qui furent occupés par les Cathares. Il Tous les cinq ans, en souvenir de ce moment et de ce qu'ils
était persuadé que ces derniers avaient utilisé ces grottes à appellent la « Fraternité Précédente », des rosicruciens de
des fins initiatiques, et que certaines de ces grottes corres- la Rose-Croix d'Or se réunissent à Ussat tout en visitant
pondaient aux initiations successives que devait parcou- les sites cathares, les grottes, ou le château de Montségur.
rir le futur « parfait ». C'était le « chemin des étoiles ».
Ses patientes recherches sur les sites archéologiques et
dans les archives de l'Inquisition l'amenèrent à reconsti-
tuer les mystères cathares estimant qu'ils tirent leur ori-

26
9.4. NOTES ET RÉFÉRENCES 27

9.3.2 Liens externes


• Notices d'autorité : Fichier d'autorité international
virtuel • International Standard Name Identifier •
Bibliothèque nationale de France (données)
• Pour que justice soit enfin rendue à Antonin Gadal

• Antonin Gadal. L'œuvre d'un homme inspiré par


l'Esprit

• Rencontre avec Antonin Gadal

Monument Galaad à Ussat-les-Bains 9.4 Notes et références


9.2 Bibliographie [1] Otto Rahn, Croisade contre le Graal, Ed. Philippe Schrau-
ben, 1985

9.2.1 Publications d'Antonin Gadal [2] Gadal, Antonin, Le triomphe de la Gnose Universelle, In
de Pelikaan, Amsterdam, 2006
• L'Ariège et les Sotiates, Foix, Imprimerie Gadrat aî-
né, 1939, 31 p.
• Portail de l’historiographie
• “Le Graal pyrénéen”, in Bernard Luc, Henri Sabar-
thez, Francis Rolt-Wheeler, Antonin Gadal, Y. Be-
laz, Marcel Cannac, René Nelli, A. M. Octobon, • Portail de la France
Alex Emmanuel, Olive Harcourt, Philippe Deleuil,
Thomas N. Wild, Le Graal pyrénéen, Nice, éditions
Astrosophie, 1938, 145 p., p. 35-46.
• Sur le Chemin du Saint-Graal. Les anciens mystères
cathares, Rozekruis-Pers (Ecole internationale de
la Rose-Croix, “Lectorium Rosicrucianum”), Haar-
lem, 1960, X-147 p. (www.septenaire.com)
• De l'héritage des Cathares, Rozekruis- Pers, Haar-
lem, 1988, rééd. 1994.
• Le Druidisme, Rozekruis-Pers, Harlem, rééd. 1994.
• Montréal de Sos, château du Graal, Rozekruis-Pers,
Haarlem, 1980.
• Le triomphe de la Gnose Universelle, Ed. In de Peli-
kaan, 232 p. Textes, autographes et rituels d'Antonin
Gadal, mais aussi de Jan van Rijckenborgh et Catha-
rose de Petri. (www.septenaire.com)

9.2.2 Études sur Antonin Gadal


• De Gadal à Galaad, Association des Amis du Sa-
barthez. Biographie.

9.3 Voir aussi

9.3.1 Articles connexes


• catharisme
• École de la Rose-Croix d'Or
Chapitre 10

Jan van Rijckenborgh

une force originelle se tenant derrière tout ce qui existait,


concept emprunté à l'« Ungrund » de Boehme, le non-
être. Dans sa trentième année, van Rijckenborgh traduira
et éditera Aurora de Boehme.
Sa quête l'avait mis en contact avec le mouvement rosi-
crucien de Max Heindel, la pensée christocentrique des
Rose-Croix, et l'Hermétisme.
L'enseignement ésotérique qui montre la réalité présente
derrière l'apparence des choses, la naissance du cosmos,
les causes de la “chute”, les secrets de l'initiation l'attirent
fortement. Sa recherche lui fait également découvrir
Paracelse, Comenius, Van Helmont, Robert Fludd, et en-
fin, les Manifestes de la Rose-Croix...
Jan et son frère, Zwier Willem (Wim) Leene, adhérèrent
à la Rosicrucian Fellowship de Max Heindel en 1924, et
devinrent les responsables de la branche néerlandaise.
Jan van Rijckenborgh fait d'ailleurs remonter la naissance
de ce qui deviendrait plus tard le Lectorium Rosicrucia-
num, dans sa mission spécifique à une réunion qui eut lieu
le 24 août 1924.
Jan van Ricjkenborgh lors d'une allocution.
Henriette Stok-Huizer (1902-1990), qui prendra plus tard
le nom de Catharose de Petri, se joignit aux frères Leene
Jan van Rijckenborgh (16 octobre 1896-17 juillet en 1930. En 1938 eut lieu le décès de Wim Leene (né en
1968) était un rosicrucien néerlandais, fondateur avec 1892).
Catharose de Petri de l'École de la Rose-Croix d'Or.
Les querelles de succession consécutives à la mort de
Max Heindel (1919) affectèrent le fonctionnement de la
Rosicrucian Fellowship, et permirent l'indépendance du
10.1 Biographie centre de Haarlem qui prit le nom de Fondation Max
Heindel, jusqu'à la rupture totale et officielle qui eut lieu
Jan Leene, connu sous son pseudonyme de Jan van Rij- en 1935.
ckenborgh, naquit à Haarlem en 1896. Il grandit dans un Jan van Rijckenborgh découvre en 1936, à Londres, au
milieu protestant sévère dont l'hypocrisie l'éloigna. British Museum, la première édition d'un ouvrage peu
Encore jeune, Jan van Rijckenborgh fut fortement in- connu de Johann Valentin Andreae de 1619, Reipublicae
fluencé par un théologien, le professeur A.H de Hartog Christianopolitae Descriptio, qu'il fait traduire et impri-
(1869-1938). Ce dernier prêchait une « théologie réa- mer en 1939 sous le nom de Christianopolis, ainsi qu'une
édition de la Fama Fraternitatis, de la Confessio Fraterni-
liste », et insistait sur une foi raisonnable et un culte rai-
tatis et de Chymische Hochzeit (respectivement l'Appel de
sonnable. Il fut ainsi l'un des fondateurs de l' École Inter-
nationale de Philosophie, institut spécialisé dans l'étude la Fraternité de la Rose-Croix, le Témoignage de la Fra-
comparée des religions et des cultures. Il ouvrit le dia- ternité, Les Noces Chymiques de Christian Rosenkreutz.
logue avec les responsables du “parti des travailleurs” de Il publiera des commentaires de ces œuvres entre 1937 et
l'époque. Par de Hartog, van Rijckenborgh découvrit les 1939. La Seconde Guerre mondiale vit les activités de la
œuvres de Jacob Boehme. De Hartog avait une foi en

28
10.4. NOTES ET RÉFÉRENCES 29

“société rosicrucienne” interdites et ses temples détruits. • Philosophie élémentaire de la Rose-Croix moderne
Jan van Rijckenborgh et Catharose de Petri, durant ces (1950), Éditions du Septénaire.
années de guerre, en remontant aux sources de la Rose-
Croix historique, mirent par écrit ce qui donnera nais- • Un homme nouveau vient (1953), Éditions du Sep-
sance au Lectorium Rosicrucianum en 1945. ténaire.

Les deux fondateurs rencontrèrent, en France, en 1948, • La Gnose des temps présents (1955), Éditions du
Antonin Gadal (1871-1962), qui fut l'un des instigateurs Septénaire.
du renouveau cathare en Occitanie et qui vivait à Ussat-
• La Gnose originelle égyptienne et son appel dans
Ornolac dans la région de Montségur.
l'éternel présent (1960) (4 volumes), Rose-croix
Jan van Rijckenborgh écrivit : « Christian Rose-Croix d'or, 1991.
est l'une des grandes figures derrière laquelle se tient le
Chaine de la Fraternité universelle entière. Chacun peut • Le Nycthéméron - Apollonius de Tyane (commen-
entrer dans sa Maison, édifiée pour toute l'humanité, la taires) (1968), Éditions du Septénaire.
véritable Demeure de l'Esprit-Saint ; tel est le message
• La Gnose chinoise (commentaires du Tao Te King)
dans toute sa force... Le dernier mot dans ce monde est à
et les Manifestes de la Rose-Croix (1987), Éditions
Christian-Rose-Croix. »
de la Rozekruis Pers, 1992,.
Avant sa mort en 1968, Jan van Rijckenborgh désigne son
fils Henk Leene comme son successeur[1] . • Le Témoignage de la Fraternité de la Rose-Croix -
Confessio Fraternitatis (commentaires), Éditions du
Septénaire.
10.2 De la Rose-Croix du XVIIe • L'Appel de la Fraternité. Analyse ésotérique de la
'Fama Fraternitatis Rosae Crucis’ , Rose-croix d'or,
siècle à nos jours 2001, 361 p..

Dans ses analyses des « Manifestes de la Rose-Croix », • Les Noces alchimiques de Christian Rose-Croix
qui sont les textes fondateurs du rosicrucianisme, il (commentaires des 6 premiers jours) (1967-1969),
évoque l'influence déterminante de Uranus (Verseau), Rose-Croix d'or, 1996, 2 t.
Neptune et Pluton dans les bouleversements de notre
• Le témoignage de la Fraternité de la Rose-Croix,
époque et signale dans d'autres livres l'émergence de nou-
Rose-Croix d'or, 1996.
velles planètes au sein du système solaire, prélude à des
découvertes, mais aussi à des mutations de l'expérience • Le remède universel, Rozenkruis Pers, diffusion Ed.
humaine et de la conscience. du Septénaire, 2010, 56 p.
Sa réflexion touche tous les domaines spirituels où l'on re-
lève l'influence de la Gnose et comprend 400 publications
dont certaines traduites en 15 langues. 10.4 Notes et références
Elle embrasse tant la gnose hermétique, que chinoise
(commentaires du Tao Te King) que les Évangiles re- [1] (de) Harald Lamprecht, Neue Rosenkreuzer : ein Hand-
trouvés à Nag Hammadi, et particulièrement celui de la buch, Vandenhoeck & Ruprecht, 1er janvier 2004 (ISBN
9783525565490, lire en ligne)
Pistis sophia, qui firent l'objet de conférences. Ces pu-
blications reprennent des extraits de milliers de rituels et
d'allocutions transmis au cours de « Services » donnés
dans les temples de la Rose-Croix d'Or. 10.5 Liens externes
• Notices d'autorité : Fichier d'autorité internatio-
10.3 Œuvres de Jan van Rijcken- nal virtuel • International Standard Name Identi-
fier • Bibliothèque nationale de France (données) •
borgh Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei
• WorldCat
Œuvres traduites du néerlandais
• Site officiel du Lectorium Rosicrucianum

• Dei Gloria Intacta. Le mystère d'initiation christique


de la Rose-Croix pour l'ère nouvelle (1946), Rozkruis • Portail de la spiritualité
Pers, diffusion Éditions du Septénaire, 1958, 243 p.
• Portail des Pays-Bas
• La Gnose Universelle (1950), Éditions du Septé-
naire.
Chapitre 11

Catharose de Petri

Catharose de Petri 11.2.2 Ouvrages de Catharose de Petri et


de Jan van Rijckenborgh
Catharose de Petri
• La Fraternité de Shamballa
Catharose de Petri (1902-1990) était une rosicrucienne
néerlandaise, cofondatrice avec Jan van Rijckenborgh de • La grande Révolution
l'École de la Rose-Croix d'Or.
• La Gnose Universelle

• La Gnose Chinoise
11.1 Biographie • Cinq conférences de Renouvellement, dites « Aqua-
rius » :
Catharose de Petri est le nom d'écrivain de Henriette
Stok-Huizer, laquelle assura, après le décès de Jan van
1. Le vêtement de lumière de l'homme nouveau (Biltho-
Rijckenborgh en 1968, la direction de l'École spirituelle
ven 1963)
de la Rose-Croix d'Or, Lectorium Rosicrucianum. Son
nom spirituel exprime la triple unité : Cathare-Rose- 2. La Fraternité mondiale de la Rose-Croix (Calw
Croix-Graal, qui se manifeste sur la pierre inébranlable 1964)
(Petra).
3. Les signes puissants du Conseil de Dieu (Bad Mûnder
Les textes de Catharose de Petri sont principalement des
1965)
ouvrages d'initiation, consacrés à la vie intérieure du can-
didat à l'état de « Rose-Croix ». 4. Le Chemin Libérateur de la Rose-Croix (Bâle 1965)
5. Le Nouveau Caducée de Mercure (Toulouse 1967)
11.2 Bibliographie
• Notices d'autorité : Fichier d'autorité international
11.3 Lien externe
virtuel • International Standard Name Identifier •
Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Site officiel du Lectorium Rosicrucianum
• Bibliothèque nationale d'Espagne • WorldCat
• Portail de la spiritualité
11.2.1 Ouvrages de Catharose de Petri
• Transfiguration

• Le Sceau du Renouvellement

• Sept Voix parlent

• La Rose Croix d'Or

• La triple Alliance de la Lumière

• Lettres

• La Parole vivante

30
Chapitre 12

Graal

Pour les articles homonymes, voir Graal (homony- qui se renouvelle chaque jour[1] se présente comme un
mie). souvenir des vases et récipients d'abondance au contenu
Le Graal est un objet mythique de la légende arthu- inépuisable, fournisseurs de mets et de boisson, dont la
mythologie celtique et les légendes d'autres cultures indo-
européennes font souvent mention (le motif de la corne
d'abondance par exemple, dans la mythologie grecque).
Sa conservation chez le roi et son exhibition dans la fête
assurent à la société la reconduction des richesses d'année
en année[2] .
On suppose que le « Graal » désigne un plat large et
peu profond, un récipient creux aux larges bords : le mot
« Graal » viendrait du latin médiéval cratella, « vase » qui
désigne, en ancien français, une coupe ou un plat creux
doté de larges bords. Chrétien de Troyes considère qu'il
s’agit d'un plat à poisson (symbole chrétien, cette dénomi-
nation de mobilier est retrouvée dans les inventaires après
décès). Pour d'autres, le mot « graal » ou « grasal » dé-
signe un plat creux particulier destiné à servir les viandes
riches en jus ou désigne plus généralement un plat servi
dans les dîners d'apparat[3] . Mario Roques en a découvert
plus d'une cinquantaine de formes, toutes issues du latin
Le roi Arthur, les chevaliers de la Table ronde et le Graal. Mi- gradalis, dans les parlers locaux des pays d'oïl, comme
niature d'Évrard d'Espinques tirée d'un manucrit du Lancelot en greal, greau, gruau, griau, grial, grélot, graduc, guerlaud,
prose, vers 1470, BNF. etc. Le Languedoc a conservé grazal ou grésal, qui, par
métathèse, est devenu, de gradal, le mot gardale, dans le
rienne, objet de la quête des chevaliers de la Table ronde. Sud-Ouest[4] . Tous ces mots désignent un récipient creux
À partir du XIIIe siècle, il est assimilé au Saint Calice aux usages divers. Le mot gradal était utilisé avec ce sens
(la coupe utilisée par Jésus-Christ et ses douze disciples en 1150, comme le montre Michel Roquebert. Le mot
au cours de la Cène, et qui a recueilli le sang du Christ) graal est aussi trouvé avec ce sens en 1204[5] .
et prend le nom de Saint Graal. La nature du Graal et Chrétien de Troyes mourut avant d'avoir pu terminer
la thématique de la quête qui lui est associée ont donné son ouvrage, que lui avait commandé Philippe d'Alsace,
lieu à de nombreuses interprétations symboliques ou éso- comte de Flandres. Plusieurs auteurs reprirent et conti-
tériques, ainsi qu'à de multiples illustrations artistiques. nuèrent l'histoire de Perceval : Wauchier de Denain, Ma-
nessier, Gerbert[6] . Au début du XIIIe siècle, paraissent
Perlesvaus ou Haut livre du Graal, le Parzival de Wolfram
12.1 Origine et évolution de la fi- von Eschenbach, et Joseph d'Arimathie ou l'Estoire dou
Graal, de Robert de Boron qui en fait une relique chré-
gure du Graal tienne dans le sens d'un christianisme ascétique, devenant
le véritable Saint Graal[7] . Il est à noter que chez Wol-
L'objet légendaire du Graal apparaît pour la première fram von Eschenbach, le plat du Graal est transformé en
fois à la fin du XIIe siècle (au Moyen Âge) dans le ro- pierre à caractère sacré[8] . Après 1230, le thème du Graal
man Perceval ou le Conte du Graal (chapitres 8, 15 et ne donnera plus lieu à de nouveaux développements litté-
19), de Chrétien de Troyes, comme avatar du chaudron raires.
d'immortalité du Dagda – talisman de la mythologie cel-
tique. Ce Graal qui produit une nourriture miraculeuse Pour Michel Roquebert, tous les développements au-

31
32 CHAPITRE 12. GRAAL

tour de la quête du Graal coïncident avec la croisade « un valet d'une chambre vint, qui une blanche
contre les Cathares du Languedoc[9] et constituent de la lance tint … la lance blanche et le fer blanc,
sorte une machine de guerre idéologique[10] . Ces déve- s’assoit une goutte de sang … I. graal antre ses
loppements sont aussi le résultat d'une rivalité franco- .ii. mains une dameisele tenoit… »
anglaise : la dynastie des Plantagenêts veut faire concur-
rence à l'ancienneté de Charlemagne et aux mythes fon- Il relate ensuite cet épisode à la cour du roi Arthur :
dateurs des Capétiens (notamment la légende de l'origine
troyenne des Francs). Ainsi, à la suggestion d'Henri II,
« Chiés le Roi Pescheor alas, si veïs la lance qui
les moines de l'abbaye de Glastonbury entreprennent
sainne, et si te fu lors si grant painne d'ovrir ta
des fouilles en 1191 et exhument une certaine quantité
boche et de parler que tu ne poïs demander por
d'ossements ainsi qu'une croix en plomb identifiant les
coi cele gote de sanc saut par la pointe del fer
restes supposés du Roi Arthur et de la Reine Guenièvre.
blanc ! Et le graal que tu veïs, ne demandas ne
anqueïs quel riche home l'an an servoit. »
12.1.1 Chez Chrétien de Troyes
puis chez un ermite :

« Sire, chiés le Roi Pescheor fui une fois, et vi


la lance don li fers sainne sanz dotance, et del
graal que ge i vi ge ne sai cui l'an an servi. »

12.1.2 Chez les continuateurs


Une continuation du texte de Chrétien de Troyes, la
Rédaction courte de Wauchier de Denain, explique que
le Graal donne à chacun les nourritures qu'il désire, et
l'associe avec la Sainte Lance, qui a percé le flanc du
Christ sur la Croix (dont li fius Diu fu voirement ferus tres
parmi le costé). Pour Wolfram von Eschenbach, comme
il le présente dans son Parzival, le Graal est une pierre
dont le nom ne se traduit pas : « Lapsit Exillis ». Certains
auteurs ont voulu le traduire par « Lapis Exilis » ou « La-
pis Ex Coelis » : émeraude tombée, selon la légende, du
front de Lucifer, et qui, creusée en vase, recueillit le sang
du Christ s’écoulant des cinq plaies.
Au début du XIIIe siècle, Robert de Boron explique dans
L'Estoire dou Graal que le Graal n'est autre que le Saint
Calice, c'est-à-dire la coupe avec laquelle Jésus a célé-
Le Graal peint par Dante Gabriel Rossetti (1860). bré la Cène et dans laquelle a ensuite été recueilli son
sang. Emporté en terres lointaines (sur l'île de Bretagne ?)
Dans Perceval ou le Conte du Graal, Perceval voit, au châ- par Joseph d'Arimathie, le « Saint Graal » (le Graal en
teau du Roi pêcheur, un jeune homme tenant dans sa main tant que Saint Calice) devient le centre d'un mystère (car
une lance d'un blanc éclatant de la pointe de fer de la- l'objet est d'abord caché, puis perdu), auquel certains élus
quelle perlent des gouttes de sang, deux jeunes hommes participent autour d'une table ronde — d'où l'intégration
tenant des chandeliers d'or et une demoiselle tenant un dans les récits de la Table ronde. Cette christianisation
graal (qui répand une telle clarté que les chandelles en de la légende du Graal est parachevée par la Queste del
perdent leur éclat) enchâssé de rubis rouge sang[11] . Per- Saint-Graal, roman anonyme écrit vers 1220, probable-
ceval échoue à cette « épreuve du Graal », puisqu'il garde ment par un moine, qui fait du Graal la Grâce divine. Se-
le silence devant cette apparition, au lieu de demander lon la légende, celui qui boit dans cette coupe accède à la
pourquoi la lance saigne et à qui on apporte ce récipient vie éternelle.
(voir texte en ancien français, ci-dessous). Aucune signi-
fication de cette énigme symbolique n'est avancée par
Chrétien de Troyes. Ses continuateurs interpréteront cha- 12.2 La légende du « Saint Graal »
cun à leur façon, en rattachant généralement ce récipient
au sacré chrétien. D'après Robert de Boron, le Graal est le « Saint Graal » :
Dans ce conte, lorsque Perceval se rend au château du Roi le calice contenant le sang de Jésus-Christ, recueilli par
pêcheur : Joseph d'Arimathie quand le Christ fut descendu de sa
12.2. LA LÉGENDE DU « SAINT GRAAL » 33

Il existe d'autres légendes :

• selon les légendes du Saint Sang, dont on trouve une


supposée relique à l'Abbaye de la Trinité de Fécamp,
le sang du Christ fut recueilli par Nicodème dans un
gant qu'il confia à un proche ;

Vision du Saint Graal • dans d'autres légendes encore, le sang du Christ fut
Galahad, Bohort et Perceval découvrant le Graal, ici clairement recueilli à l'aide de la Sainte Éponge.
identifié au Saint Calice. Peinture de William Morris (1890).
Selon l’Évangile de Nicodème, Joseph d'Arimathée est
ensuite capturé et mis au cachot (généralement, le soir
même (Vendredi saint), vers la dixième heure). Certaines
versions de la légende situent toutefois son arrestation
trois jours après, après la découverte du tombeau vide.
Il est raconté que Jésus est apparu à Joseph d'Arimathée
(le vendredi soir à minuit, précisent l’Évangile selon Ni-
codème ainsi que certaines légendes).
Dans certaines légendes, Jésus lui remet le Saint Calice
(soit il le lui rend à nouveau, soit il le lui donne pour la
première fois).
Tandis que dans l’Évangile selon Nicodème, Jésus « télé-
porte » Joseph d'Arimathée chez lui en lui demandant de
ne pas bouger de là pendant quarante jours. Dans la lé-
gende, il reste enfermé dans son cachot, pendant trente à
Le Christ sur la croix recevant un coup de lance, et un ange tenant quarante ans (dans certaines légendes, une colombe vient
une coupe. déposer tous les jours une galette dans la coupe).
La légende vient généralement se rattacher à une autre
Croix. Ce calice est par ailleurs présenté comme étant ce- légende, celle de la maladie de l'empereur romain
lui dont Jésus s’est servi lors de la Cène, dernier repas avec Vespasien.
les apôtres. Cette forme achevée de la légende du Graal, Un pèlerin (dans certaines légendes, il s’agit de l'ange Ga-
construite autour du personnage de Joseph d'Arimathie, a briel déguisé), raconte à Vespasien qu'il a vu en Judée un
été écrite en vers par Robert de Boron à partir d'un texte prophète ayant accompli de nombreux miracles. Bien que
grec apocryphe du IVe siècle : l’Évangile selon Nicodème. ce prophète, Jésus, soit mort, Vespasien peut être guéri
Ce dernier texte a inspiré de nombreuses légendes. s’il touche quelque chose lui ayant appartenu de son vi-
Selon ces légendes, un juif (ou bien un homme de Ponce vant. Il envoie ses hommes à la recherche d'un tel objet à
Pilate) aurait dérobé le Saint Calice au Cénacle, puis Jérusalem. Sainte Véronique l'apprend (ou est prévenue
l'aurait remis à Pilate. Certaines légendes ajoutent même par Gabriel) et se rend chez Vespasien pour lui apporter
que Pilate y aurait puisé l'eau avec laquelle il s’est lavé les son voile.
mains. Dans la légende de Joseph de Boron, Joseph d'Arimathée
transmet le Saint Calice à son beau-frère (Hébron, ou
« Uns Juis le veissel trouva Bron), époux de sa sœur (Enygeus), qui le transmet
à son tour à son fils, Alain, qui le transporte aux
chiés Symon, se l' prist et garda
“Vaux d'Avaron”, un endroit inconnu que certains inter-
car Jhesus fu d'ilec menez prètent comme étant l'île d'Avalon, elle-même identifiée
et devant Pilate livrez. » à Glastonbury.
Robert de Boron
« A son veissel et si l'a pris,
Dans toutes les légendes inspirées par l’Évangile de Nico- Et lau li sans couloit l'a mis,
dème, Joseph d'Arimathie recueille dans le Saint Calice Qu'avis li fu que mieuz seroient
(que Ponce Pilate lui a remis ou qu'il est allé chercher Les goutes ki dedenz cherroient
au Cénacle) quelques gouttes du sang émanant de la plaie
faite aux côtes de Jésus par un coup de la Sainte Lance :
le Saint Sang. L’Évangile de Nicodème donne le nom du Qu'ès vaus d'Avaron s’en ira
soldat qui infligea le coup de lance : Longin. Et en ce païs demourra
34 CHAPITRE 12. GRAAL

Enygeus par non l'apeloit ; de le trouver, selon Wolfram. On peut ainsi donner plu-
Et sen serourge par droit non, sieurs interprétations à la quête des chevaliers :
Quant vouloit, apeloit Hebron. »
• l'énergie dépensée et les épreuves rencontrées font
Robert de Boron grandir ou révèlent les qualités des chevaliers, éven-
tuellement leur permettent d'en acquérir de nou-
Dans d'autres légendes, Joseph d'Arimathée transmet le velles. Il s’agit donc d'une quête initiatique.
Saint Calice à son propre fils, Josephé (Josephus).
• la recherche d'un objet sacré comme but dans la vie,
et même au risque de sa vie, montre que la finalité
peut être plus importante que sa propre existence :
12.3 Les interprétations au Graal vision chrétienne de la vie terrestre, vécue comme
un passage avant un monde meilleur.
12.3.1 La symbolique traditionnelle du
• le Saint Graal déposé au centre de la Table
Graal
Ronde, lieu de rencontre des puissants, marque sym-
boliquement l'instauration du christianisme grâce
aux pouvoirs temporels (politiques ou militaires).
Il montre aussi la primauté du religieux sur le
temporel, puisqu'il justifie les efforts accomplis par
les chevaliers.
• l'ancienne civilisation celtique druidique puis
médiévale païenne, chaotique, faite de magie, de
sorcellerie et de superstition, se termine pour laisser
place à la civilisation chrétienne.

12.3.2 Le Graal face à la science


Le Graal vu comme un récipient contenant le sang du
Christ serait ainsi une invention de la toute fin du XIIe
siècle. La légende générale du Graal elle-même serait une
invention de Chrétien de Troyes et daterait des années
1180. Goulven Péron a d'ailleurs montré que l'apparition
du Graal au château du Roi Pêcheur est un emprunt direct
aux Métamorphoses d'Ovide, le “livre préféré" de Chré-
tien de Troyes[12] .

12.3.3 Sens figuré du mot


La quête du Graal a un sens moderne concret : il décrit
un objectif difficilement réalisable, mais qui apportera au
Arthur Rackham, « How at the Castle of Corbin a Maiden Bare monde des nouvelles connaissances ou permettra une ap-
in the Sangreal and Foretold the Achievements of Galahad », plication originale sur la matière. Ainsi, en physique, on
dans Le Roman du Roi Arthur et des Chevaliers de la Table qualifie la théorie de grande unification (théorie du tout)
ronde d'Alfred W Pollard (1917). de « Graal des physiciens ». De même, la compréhension
du mécanisme par lequel les gènes contrôlent la physio-
Le Graal est un objet mystérieux : nomie des organes serait le « Graal des généticiens ».

• c'est un objet sacré aux pouvoirs puissants : seul un


être pur pourra le trouver et en prendre possession ; 12.3.4 Sangreal
• selon certaines légendes, sa découverte annonce la On retrouve dans « Pantagruel », le livre de François Ra-
fin des Temps Aventureux. belais publié en 1532, par deux fois l'utilisation de « San-
greal »[R 1] que le médecin Rabelais écornerait au pas-
Pourtant, tous les chevaliers le cherchent, et le monde sage, mais qu'il utiliserait ici pour railler une croyance
n'aura de paix qu'après sa découverte, mais, paradoxale- répandue à l'époque en France et en Angleterre, que les
ment, c'est à celui qui ne le cherchait pas qu'il sera donné rois (Le vent miraculeux que le roi de l'île « guardoit
12.4. LE GRAAL ET LA QUÊTE DU GRAAL DANS LA CULTURE CONTEMPORAINE 35

religieusement comme ung aultre Sangreal et en guaris- une métaphore pour désigner une descendance cachée
soit plusieurs enormes maladies ») posséderaient le don qu'aurait eue Jésus, du fait d'une union supposée avec
de guérir miraculeusement les écrouelles[R 2] . Le terme Marie-Madeleine. Saint-Graal serait ici aussi une défor-
Sangreal ferait référence à la coupe qui aurait recueilli mation de Sangréal signifiant “sang royal”, et désignerait
le sang du Christ, « cette partie du sang de Jésus-Christ la lignée du Christ. Ce pourrait être aussi, par métonymie,
laquelle on dit qui court le monde qui opère un grand Marie-Madeleine elle-même en sa qualité de “porteuse”
nombre de guérisons miraculeuses mais qui n'est visible de cette descendance (la fonction du Graal étant de “re-
qu à des yeux bien chastes », la tradition du Saint Graal cueillir le sang du Christ”). Cette interprétation sera re-
initiée dans le Perceval ou le Conte du Graal de Chrétien prise par Lynn Picknett et Clive Prince dans leur essai
de Troyes vers 1182[R 1] . « Sangreal » est utilisé dans une La Révélation des Templiers, et par Dan Brown dans son
autre locution[R 3] où il est question d'andouille, au sens roman Da Vinci Code (où il exprime un hommage caché
allégorique de « messer priapus »[R 4] - « la moutarde étoit à Michael Baigent et Richard Leigh à travers le person-
le sangreal des andouilles »(au même titre que Henri V nage de Sir Leigh Teabing, Leigh étant le nom de l'un et
d'Angleterre dira dans le même sens que « guerre sans feu Teabing une anagramme de Baigent). En 1996, Laurence
ne valait rien non plus qu'andouilles sans moutarde[R 4] »). Gardner avait publié Le Graal et la lignée royale du Christ
Rabelais comme médecin a fort bien pu dans ce passage dans lequel il soutient la thèse d'une descendance cachée
où il donne la moutarde comme le grand baume des « an- avec Marie-Madeleine.
douilles navrées » faire allusion à la graine de moutarde
employée comme aphrodisiaque externe[R 4] .
Sangreal, signifie « sainte Jatte[R 3] », au sens que donne 12.4 Le Graal et la quête du Graal
l’étymologie classique du graal, mais par ce nom les « an-
ciens romans » entendaient, tantôt le saint vase où était le
dans la culture contemporaine
sang de Jésus-Christ (Le « Saint Gréal »), tantôt le sang
lui-même (Le « Sang réal » pour « Sang Royal »)[R 3] . Il 12.4.1 La thématique du Graal dans les
confondaient aussi allègrement d'une part, la relique du nouveaux mouvements religieux
Précieux Sang, conservée dans l'Abbaye de la Trinité de
Fécamp, confiée selon la légende à la mer par Isaac, fils Les nouveaux mouvements religieux profitent de la fas-
de Joseph d'Arimathie, et venue s’échouer miraculeuse- cination suscitée par le mystère du Graal. L'aspect ma-
ment sur les plages du Pays de Caux, et le Sacro Cati- gique et symbolique du Graal favorise l'interprétation
no, exposé à la cathédrale Saint-Laurent de Gênes, dé- ésotérique (voir la pléthore de forums sur Internet ac-
robée par les Génois qui la choisirent comme butin lors tuellement consacrés au Graal et à son interprétation “vé-
du sac de Césarée par les croisés en 1101[13] , relique en ritable”). Voir à ce sujet le premier rapport (paru en
vogue supposée être un plat utilisé lors de la dernière 1995) de la "Commission parlementaire sur les sectes en
Cène, mais pas la coupe ayant servi à recueillir le sang du France".
Christ[R 3] . Cette confusion fut entérinée par les étymolo-
gistes du XVIIe siècle tels Pierre Borel (1620-1677)[14] .
À cette époque, l’étymologie en était à ses balbutiements. 12.4.2 Adaptations artistiques ou média-
Et Pierre Borel de conclure, de manière ingénue aux yeux tiques du Graal
de l’étymologiste moderne[15] (sans savoir ce qu'en dira le
phénoménologue) : « J'ai voulu mettre tous ces passages Le thème du Graal se retrouve dans la pièce Le Roi Pê-
pour débrouiller la confusion qui était en la connaissance cheur de Julien Gracq (1948), dans les romans de T.H.
de ce mot et pour en remarquer les diverses significa- White “The Once and Future king” et “The Sword in
tions ». the Stone”, et par Boris Vian le Chevalier de neige re-
présenté par Jo Tréhard en 1945, à Caen et à Strasbourg
dans une version “opér” sur un livret de Georges Dele-
Interprétations pseudo-historiques
rue. Montsalvat, de l'académicien Pierre Benoit (1957)
Le terme médiéval Sangréal peut se lire “San gréal” (Saint reprend la thématique de l'exode du Graal présente chez
Graal, la lecture habituelle) mais aussi “Sang réal” (sang Wolfram jointe à des références cathares.
réel ou sang royal). Si c'est un sang royal, de quel roi Plus récemment : Michel Rio, Merlin, Barjavel,
pourrait-il s’agir ? Dans une perspective catholique, ce- L'Enchanteur (1984), Jean-Pierre Le Dantec, Graal-
la ne pouvait être que le Christ, qui a offert son sang à ses Romance (1985), Florence Trystram, La Nuit du motard
disciples, lors de la dernière cène. L'interprétation a été (1986), Lancelot (1987), Marion Zimmer Bradley, Les
reprise par Jean Markale, qui pense plutôt qu'elle ferait Dames du lac, Les Brumes d'Avalon, Le Secret d'Avalon
allusion à la dynastie de Pellès, le “Roi Pêcheur”. proches du légendaire celtique, Gilles Nadin, Le Retour
Dans les années 1980, Henry Lincoln, Michael Baigent d'Avalon (1993). Le Graal est également évoqué dans Le
et Richard Leigh reprennent à nouveau cette interpré- Pendule de Foucault d'Umberto Eco (1988).
tation dans leur essai L'Énigme sacrée : le Graal serait On retrouve également ce thème sur le plan cinémato-
36 CHAPITRE 12. GRAAL

graphique, de Richard Thorpe Les Chevaliers de la Table • 2006 : Stargate SG-1 (série TV) (le Graal apparaît
ronde (1953) à Jerry Zucker (1995) en passant par Robert comme une arme construite par Merlin afin de dé-
Bresson, Éric Rohmer, Les Monthy Python, Walt Disney, truire les Ori).
John Boorman Excalibur, Hans-Jürgen Syberberg Parsi-
fal (1981) et Steven Spielberg Indiana Jones et la Der- • 2006 : L'Apprenti de Merlin téléfilm de David Wu
nière Croisade. concentre son intrigue autour de la quête du Saint
Graal par les descendants des chevaliers de la Table
Ronde afin de redorer le blason de Camelot
• 1882 : Parsifal de Richard Wagner
• 2007-2012 : Tétralogie du Livre sans nom (roman)
• 1974 : Lancelot du Lac de Robert Bresson (film) - le Graal est présenté comme un calice permettant
de purifier les humains dénaturés (vampires et loup-
• 1975 : Monty Python : Sacré Graal ! de Terry Jones
garous)
et Terry Gilliam (film parodique comique de la quête
des chevaliers de la Table Ronde). • 2011 : Jack Chaboud, Sœurs lumineuses, roman,
Terre de Brume (un templier y découvre le château
• 1978 : Perceval le Gallois d'Eric Rohmer (film) du Graal en Terre sainte).
• 1981 : Excalibur de John Boorman (film) • 2012 : Fate/zero (série animée), préquelle de
Fate/stay night où le Saint-Graal joue un rôle cen-
• 1984 : L'Enchanteur de René Barjavel (roman)
tral.
• 1989 : Indiana Jones et la Dernière Croisade de
• 2013 : Les Conquérants, film de Xabi Molia. Réécri-
Steven Spielberg (film)
ture d'une quête à l'envers où deux frères doivent re-
• 1991 : Le Roi Pêcheur de Terry Gilliam (film) (ex- tourner le Graal à sa place pour conjurer une malé-
membre des Monty Python) diction familiale.

• 1994 : Sailor Moon de Naoko Takeuchi (man- • 2015-2016 : Once Upon a Time, série télévisé dans
ga et anime) le Saint Graal intervient au cours laquelle le Graal apparaît lors de la cinquième sai-
du troisième arc comme benjo objet clé dans son : la coupe est à l'origine de l'immortalité et des
l'affrontement contre les forces du Mal pouvoirs magiques de Merlin l'enchanteur et du Té-
nébreux.
• 2003 : Da Vinci Code de Dan Brown (roman) dont
• 2016 : L'empire du Graal de Eric Giacometti et
les héros cherchent à percer le secret du Graal, en
Jacques Ravenne (roman), onzième aventure du
Angleterre et à Paris, et qui reprend l'interprétation
Commissaire Marcas.
de L'Énigme sacrée : le Graal serait une métaphore
pour désigner Marie-Madeleine, qui aurait été la
femme de Jésus et la mère de sa descendance.
12.5 Lieux rattachés au Graal
• 2004 : Bernard Cornwell : La Quête du Graal (ro-
man)
12.5.1 Reliques du Saint Calice
• 2004 : Fate/stay night de TYPE-MOON (jeu vidéo)
- Sept magiciens se livrent une guerre aux côtés de • Santo Caliz de la cathédrale de Valence, en Espagne :
leur gardien afin d'obtenir la relique qui permettra Saint Laurent, diacre du pape Sixte II, l'aurait fait
de réaliser leur vœu le plus cher. envoyer dans son village natal de Huesca. Lors de
la conquête musulmane, il aurait été caché dans les
• 2004 : Le Sang des Templiers de Florian Baxmeyer Pyrénées du Sud. Vers 1070, le Saint Calice est pla-
(film allemand) - Les Templiers et les Sainclairs, cé au monastère de Saint Jean de la Peña. En 1399, le
deux clans ennemis, sont à la recherche du Saint roi Martin Ier d'Aragon le fait transporter au palais
Graal depuis des millénaires. de la Aljafería de Saragosse puis à Barcelone. En
1416, son petit-fils Alphonse V de Portugal le trans-
• 2005 : Labyrinthe de Kate Mosse roman racontant la fère dans son palais royal de Valence (Espagne). Son
quète de manuscrits renfermant le secret du Graal, frère Jean II de Portugal, qui lui succède, le redonne
en pays cathare. à l'Église catholique romaine, qui le conserve depuis
à la cathédrale de Valence.
• 2006 : Da Vinci Code de Ron Howard (film) tiré du
roman du même nom précédent. • Sacro Catino de Gênes en Italie.
• 2006 : Kaamelott (série TV de M6) (la quête du • Calice d'argent d'Antioche, conservé au
Graal y est présentée sous forme de parodie co- Metropolitan Museum of Art à New York ;
mique). cet objet était présenté comme le Saint Calice. Il
12.5. LIEUX RATTACHÉS AU GRAAL 37

12.5.3 Remarque

La cruche dont se serait personnellement servi le Christ


lors des noces de Cana fit quant à elle partie du trésor
des rois de France en la basilique Saint-Denis jusqu'au
11 septembre 1793, date à laquelle ce trésor fut en grande
partie dispersé et ensuite perdu[18] .

Château de Montségur
Le calice d'Antioche.

date du VIe siècle et aujourd'hui on pense plutôt 12.5.4 Lieux en rapport avec Mun-
que cet objet servait de lampe. salwäsche et le château du Graal

• Saint Vase, rapporté par les croisés de la basilique Château de Montségur


Sainte-Sophie de Constantinople à Troyes.
En 1931-1932, l'écrivain et archéologue allemand Otto
• Calice de Doña Urraca, actuellement dans le musée Rahn (1904-1939) a exploré de manière approfondie la
de la Collégiale de San Isidoro de León, en Espagne région de Montségur. En 1934, il a publié un ouvrage
intitulé : Kreuzzug gegen den Graal (Croisade contre le
Graal), incitant Heinrich Himmler à envoyer le capitaine
Günter Alquen et une vingtaine de soldats SS au château
12.5.2 Autres Graals célèbres de Montségur et à Montserrat, en 1940, pour y chercher
(en vain) cette coupe mythique. L'association de Mont-
• La coupe Nanteos : située au Pays de Galles dans ségur (bastion cathare) au Graal est en fait due à une
un monastère, il s’agit d'un fragment de bol taillé confusion étymologique : dans son Parzival, Wolfram von
dans du bois d'olivier, usé par les pèlerins venus y Eschenbach place le château du roi Pellès sur le Mun-
boire. Réputée pour les vertus curatives de l'eau à salwäsche, et les Allemands croyaient à tort que Mont-
son contact. ségur en était la signification et le lieu. La traduction pré-
cise de Munsalwäsche est « mont sauvage » ou « mont du
• La coupe d'onyx de Victoria Palmer, anciennement salut », et non « Montségur ».
des souverains du Pays de Galles, découverte par
l'historien britannique Graham Phillips, et présen-
tée à la presse en août 1995[16] . 12.5.5 Autres

• La coupe de l'Ordre des templiers d'Italie, donnée à • Pétra dans le film Indiana Jones et la Dernière Croi-
ce dernier en 1976 par l'un de ses membres, Anto- sade
nio Ambrosini, et présentée à la presse par le grand • Le fort de Las Grutas, dans la province argentine du
maître Rocco Zingaro di San Fernandino en août Río Negro (département de San Salvador).
1995[16] .
• Église Sainte-Onenne à Tréhorenteuc, en pays de
• La cuvette en or d'origine celtique repêchée dans le Brocéliande (Ille-et-Vilaine), dite chapelle du Graal,
lac de Chiemsee (Munich) en 2001[17] et dont les vitraux, fresques et peintures mêlent
38 CHAPITRE 12. GRAAL

la tradition chrétienne et le mythe arthurien (table 675-687 et celui de Pierre-François Kaempf, « Par-
ronde, apparition du Graal, fresque au cerf blanc...) sifal », p. 1150-1154.

• Saint-Affrique (Aveyron), où Natalis Flaugergues • Lumière du Graal, René Nelli éd., Paris, Les Cahiers
pensait l'avoir localisé dans la seconde moitié du du Sud, 1951.
XIXe siècle.
• Georges Bertin, La quête du saint Graal et
• Une étymologie populaire fait du Portugal le Porto l'Imaginaire, Corlet, 1997, et La Pierre et le Graal,
Graal (« port du Graal »), lieu d'accueil du vase my- Vega, 2006.
thique. Dans la même veine, une légende veut que
Christophe Colomb ait emporté dans ses vaisseaux • Jean Frappier, Autour du Graal, Genève, Droz,
le calice du Christ vers le Nouveau Monde où la 1977.
quête du Graal est toujours active au XXIe siècle[19] . • Jean Marx, La Légende arthurienne et le Graal, Pa-
ris, PUF, 1952.

12.6 Bibliographie • Goulven Péron, Le Graal, La naissance d'un mythe,


Rennes, Ar Strobineller, 2014.

12.6.1 Textes • Claude Lévi-Strauss, De Chrétien de Troyes à Ri-


chard Wagner, dans Parsifal, L'Avant-Scène Opéra
• Chrétien de Troyes, Le conte du Graal ou le Roman no 213.
de Perceval, nombreuses éditions.
• Jean-Jacques Vincensini, Pensée mythique et narra-
• Robert de Boron, Le Roman du Graal (édition de tions médiévales, Paris, Champion, 1996.
Bernard Cerquiglini, Union générale d'édition, col-
lection 10/18, 1981). • Werner Greub, La Quête du Graal, Wolfram von Es-
chenbach et la réalité historique, Éditions Anthropo-
• Le Haut Livre du Graal ou Perlesvaus. Texte établi, sophiques Romandes, Genève 2002
présenté et traduit par Armand Strubel (Paris : Li-
• Wolfram von Eschenbach, Parzival, deux tomes,
brairie générale française, Le Livre de Poche, col-
Éditions Aubier Montaigne, Paris 1977
lection “Lettres gothiques” dirigée par Michel Zink,
2007). • Chrétien de Troyes, Perceval ou le Roman du Graal,
Éditions Gallimard Folio, Paris 1974
• Wolfram d'Eschenbach, Parzival, plusieurs traduc-
tions françaises. • Otto Rahn, Croisade contre le Graal, (1933), Édi-
tions Philippe Schrauben, 1985
• Le Livre du Graal, Gallimard, “Bibliothèque de la
Pléiade” • Jean-Paul Bourre, La Quête de Graal, du paganisme
indo-européen à La Chevalerie chrétienne, Ed. Der-
• t. I : Joseph d'Arimathie, Les premiers faits du
vy, 1993.
roi Arthur, 2000 p.
• t. II : Lancelot : La marche de Gaule, Gale- • Antonin Gadal, Sur le Chemin du Saint-Graal,
haut, La première partie de la quête de Lance- Rozekruis-Pers, Haarlem
lot, 1984 p.
• Michel Roquebert, Les Cathares et le Graal, Éditions
• t. III : Lancelot (suite) : La seconde partie de la Privat, Toulouse 1994
quête de Lancelot, La quête du saint Graal, La
mort du roi Arthur, 1728 p. (malheureusement, • Jean Markale, L'Énigme du Saint Graal, Éditions du
ce 3e volume ne renferme pas l'index des noms Rocher, 2005
annoncé dans le 1er ).
• Au-delà du Code Da Vinci, Marie Madeleine et ses
• La Quête du Graal, édition présentée et établie par descendants, le grand secret des Templiers, le Saint
Albert Béguin et Yves Bonnefoy (Paris : éditions du Graal, René Chandelle, Ed. Exclusif (2006) (ISBN
Seuil, collection Points “Sagesse”, 1982 et réimpres- 2-84891-055-0)
sions). • Marie Madeleine et le Saint Graal, Margaret Star-
bird, Ed. Exclusif (2006) (ISBN 2-84891-051-8)
12.6.2 Études • Dernières révélations sur le Graal, Pascal le Char-
pentier, Ed. Exclusif (2006) (ISBN 978-2-84891-061-
• Dictionnaire des mythes littéraires, sous la direction 1)
de Pierre Brunel, Éditions du Rocher, 1998. Notam-
ment l'article de Jean-Louis Backes « Le Graal », p. • L'Enchanteur, René Barjavel, Éd. Denoël (1984)
12.8. VOIR AUSSI 39

• L'Islam et le Graal, Pierre Ponsoye, Éd. Denoël [12] La Publication de l'Observatoire Zététique, n°76, sep-
(1957) tembre 2012. Lire en ligne

• Le livre du Graal, en 3 tomes, collection Biblio- [13] Antoine Claude Pasquin Valéry. Voyages historiques et
thèque de la Pléiade (tome 1 en 2001, tome 2 en littéraires en Italie, pendant les années 1826, 1827 et
2003, tome 3 en 2009) 1828 ; ou l'indicateur italien, Volume 5. Le Normant, 1833
(Consulter en ligne)
• Patrick Rivière, Les Mystères du Graal, éd. de Vec-
[14] Gilles Menage, Claude Chastelain, Pierre de Caseneuve,
chi, 1990
Pierre Besnier, Pierre I Borel. Dictionnaire étymologique
• La révélation du 3e Temple et l'ésotérisme de de la langue francoise.Consulter en ligne
Parsifal, Jacob de Kilwinning, Ed. Grands Loin- [15] Gégou Fabienne. Un dictionnaire d'ancien français au
tains(2016) (ISBN 979-10-94592-03-8) XVIIe siècle : le « Trésor de recherches » de Pierre Bo-
rel. In : Cahiers de l'Association internationale des études
françaises, 1983, N°35. pp. 23-39. (Consulter en ligne)
12.7 Notes et références [16] Querelle autour du Saint-Graal, Le Figaro, 19 août 1995

12.7.1 Rabelais [17] Le Matin, 27 février 2007

[18] Énigmes inexpliquées de l'Histoire de France, Didier Au-


François Rabelais, Esmangart et Éloi Johanneau, Œuvres dinot, éd. Grancher, 2005
de Rabelais, Dalibon, 1823 (lire en ligne)
[19] (pt) Vitor Manuel Adrião, As forças secretas da civiliza-
[1] p. 410 ção : Portugal, mitos e deuses, Madras, 2003, p. 38

[2] p. 402

[3] p. 398 12.8 Voir aussi


[4] p. 356
12.8.1 Articles connexes

12.7.2 Autres références • Saint Calice

[1] Jean Frappier, Le Graal et l'hostie, In Les romans du Graal • Lancelot du Lac
dans la littérature des XIIe et XIIIe siècles, Paris, 1956, p.
70-71
• Lancelot-Graal

[2] Jean-Marc Pastré, Structures littéraires et tripartition fonc- • Liste des œuvres concernant le cycle arthurien
tionnelle dans le Parzival de Wolfram von Eschenbach,
éditions Klincksieck, collection Sapience, 1993, p. 270
• Perceval ou le conte du Graal
(ISBN 2-252-02804-1))
• Table d'émeraude
[3] Jean Frappier, Autour du Graal, Librairie Droz, 1977 (lire
en ligne), p. 144
• Le Triangle Secret : bande-dessinée

[4] Las Romans du Graal aux XIIe et XIIIe siècles, Éditions • Blason de Galice
du C.N.R.S, 1956, p. 8
• Liste d'objets légendaires
[5] Michel Roquebert, Les Cathares et le Graal, Éditions Pri-
vat Toulouse, 1994, p. 70.
12.8.2 Liens externes
[6] Le nom des continuateurs n'est pas certifié, les textes ont
été étiquetés par commodité. Articles et essais
[7] Jean Frappier, op. cité, p. 44
• Estoire del saint Graal manuscrit du XVe siècle,
[8] Jean-Marc Pastré, op. citée p. 255-299
BNF fr. 113 Bibliothèque Nationale de France. Sé-
[9] Michel Roquebert, Les Cathares et le Graal, Éditions Pri- lection de textes, traductions, commentaires.
vat.
• La Quête du saint Graal et l'imaginaire. Es-
[10] Catharisme et Chrétienté, José Dupré, La Clavellerie. sai d'anthropologie de l'Imaginaire arthurien, par
Georges Bertin. 1995
[11] ( « Traduction en français moderne du
passage concernant le cortège du Graal »
(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?)
, sur unibuc.ro Cours à écouter
40 CHAPITRE 12. GRAAL

• « La Quête du Graal » Enregistrement du


cours dispensé par Michel Zink au Collège Belgique
(2009).

• « Que cherchaient les quêteurs du Graal ? » En-


registrements de la série de cours donnés par Michel
Zink au Collège de France (2008-2009).

• Portail de la littérature

• Portail du christianisme

• Portail de la légende arthurienne

• L as t eyr i e du S ai l l ant
Portail du Moyen Âge central

• Portail de l’archéologie
Chapitre 13

Galaad (légende arthurienne)

Pour les articles homonymes, voir Galaad.

Cet article est une ébauche concernant la légende


arthurienne.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant
(comment ?) selon les recommandations des projets cor-
respondants.
Galaad, Galahad, ou Galaaç est le fils du chevalier
Lancelot du Lac et d'Ellan, fille du roi Pellès, le roi Pê-
cheur, qui détient le Graal. Son nom vient du gallois
Gwalchaved : « faucon d'été[1] ». Il est le plus jeune che-
valier de la Table ronde. Il est le bon chevalier, le seul qui
puisse s’asseoir à la droite d'Arthur sur le siège périlleux,
comme prédit par Merlin qui l'avait présenté à la cour du
roi Arthur. Il accomplit la quête du Saint-Graal accom-
pagné de Perceval et de Bohort (le jeune cousin de Lan-
celot) qui sera celui qui versera le sang du Christ qui se
trouvait sur la lance du soldat romain l'ayant blessé au cô-
té (la Sainte Lance ou la Lance qui saigne). Galaad sera le
seul, au terme de la quête, à pouvoir regarder à l'intérieur
du Graal. Il mourut d'ailleurs juste après car avec ce qu'il
avait vu, il ne pouvait plus vivre. Son père Lancelot était
lui aussi à l'origine destiné à la quête du Graal mais il en
fut détourné par l'amour qu'il portait à Guenièvre.

13.1 La légende

13.1.1 Le Châtel aux pucelles

Les exploits de Galaad ne sont pas relatés, on ne connaît


presque aucune de ses aventures, si ce n’est celle du
« Châtel aux pucelles » où Galaad vainc les sept frères
qui gardaient prisonnières toutes les dames qui avaient le
malheur de s’approcher du châtel et de s’y déshabiller, ne Représentation romantique de Galaad
voulant que frustrer le jeune homme et le détourner de Tableau de George Frederic Watts (1888).
sa noble quête. Il les libère toutes en soufflant dans un
cor en ivoire. De curieux enfants lui apprennent plus tard
que les sept chevaliers représentaient les sept péchés ca-
pitaux, le château l’enfer, et les pucelles les bonnes âmes
enfermées à tort dans les enfers avant la venue du sauveur.
Cet épisode est revisité par les Monty Python qui, dans
Sacré Graal, présentent les pucelles comme des nonnes frustrées qui s’attaquent à la vertu de Galaad.

41
42 CHAPITRE 13. GALAAD (LÉGENDE ARTHURIENNE)

13.1.2 La Nef merveilleuse • Dans la série, Flynn Carson et les nouveaux


aventuriers, le personnage de Jenkins s’avère être
La seconde aventure qui nous est racontée est celle de la Galaad[2] .
« Nef merveilleuse » dans laquelle il voyage dans un pre-
mier temps en compagnie de Celle-qui-jamais-ne-mentit,
Bohort et Perceval. Il trouve au cours de ce voyage l'épée 13.3 Notes et références
que Salomon avait fabriquée pour lui-même. La Nef les
guide vers un royaume où Celle-qui-jamais-ne-mentit sa- [1] (en) Thomas William Rolleston, Myths & Legends of the
crifie sa vie pour une reine lépreuse malgré la résis- Celtic Race, 1911.
tance farouche des trois chevaliers. Suivant la volonté de
Celle-qui-jamais-ne-mentit, bien que mortifiés, Galaad, [2] Saison 1 de Flynn Carson et les Nouveaux Aventuriers
Perceval et Bohort, déposent le cadavre de la jeune fille
dans la Nef, qui s’en va comme un tombeau flottant. Plus
tard, Galaad retrouve la Nef et a la surprise de trouver à • Portail du monde celtique
bord son père, Lancelot du Lac. Père et fils passent six
mois entiers à naviguer sur la Nef jusqu'à ce que Galaad • Portail de la légende arthurienne
débarque pour trouver le Graal et accomplir son destin.

13.1.3 L'écu de Galaad


Galaad arrive quelques jours après son départ dans un
monastère où se trouve une relique, l'écu donné par le fils
de Joseph d'Arimathie au roi Evalach, alors en guerre,
quelques années après la Passion. L'écu est, à l'image du
Siège Périlleux, d'un danger mortel pour quiconque le
porte sans être l'élu. L'écu se voit prendre par le roi de
Gorre Baudemagus, mais, blessé par un étrange cheva-
lier angélique, l'écu se voit retourner à l'abbaye pour être
donc confié à Galaad qui l'emportera et l'utilisera, après
avoir parlé à l'étrange chevalier.

13.2 Galaad dans les œuvres cultu-


relles hors littérature
• George Reeves interprète Sir Galahad en 1949 dans
le film The Adventures of Sir Galahad.
• Galaad est un des personnages principaux dans la
comédie Monty Python : Sacré Graal ! où il est in-
terprété par Michael Palin.
• Dans le film Le Roi Arthur sorti en 2004, Hugh Dan-
cy joue le rôle de Galaad.
• Dans le jeu vidéo Sonic et le Chevalier noir, Silver de
la série Sonic incarne Galaad (appelé Galahad dans
le jeu) jouable dans le mode multijoueur.
• Dans le jeu vidéo The Order : 1886, le joueur in-
carne notamment Galahad, dans une uchronie dans
laquelle les chevaliers de la table ronde ont survécu
au fil des siècles.
• Dans le film Kingsman : Services secrets sorti en
2015, Colin Firth joue le rôle de Harry Hart aka
Galahad. Les membres de l'agence secrète portent
les noms de personnages de la légende arthurienne -
Arthur, Merlin, Lancelot notamment.
Chapitre 14

Maurice Magre

Pour les articles homonymes, voir Magre. jeure de Mme Blavatsky, la cofondatrice de la Société
théosophique.
Cet article est une ébauche concernant un En 1935, bien qu'il fût malade, il entreprit un voyage
écrivain français. vers les Indes afin de rencontrer Sri Aurobindo dans son
ashram de Pondichéry : L'Ashram de Pondichéry. À la
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant
poursuite de la sagesse.
(comment ?) selon les recommandations des projets cor-
respondants. Il fonda le 26 juillet 1937, avec Francis Rolt-Wheeler, la
« Société des Amis de Montségur et du Saint-Graal ». Il
Maurice Magre
repose au cimetière de Terre-Cabade à Toulouse où l'on
peut voir sa tombe.
Maurice Magre (2 mars 1877 à Toulouse - 11 décembre
Il est le frère d’André Magre (1873-1949), qui a été secré-
1941 à Nice) est un écrivain, poète et dramaturge
taire général de la présidence de la République pendant
français[1] .
toute la mandature d’Albert Lebrun.
Il est un défenseur ardent de l'Occitanie, et contribua
grandement à faire connaître le martyre des Cathares
du XIIIe siècle. Pour ses romans historiques sur le 14.2 Œuvres
catharisme, Maurice Magre s’inscrit surtout dans la lignée
de l'historien Napoléon Peyrat, dans le sens où l'auteur
préfère souvent les légendes et l'épopée romanesque à la Poésies
vérité historique.
• La Chanson des hommes, Bibliothèque Charpentier,
1898.
14.1 Biographie • Le Poème de la jeunesse, 1901.

• Les Lèvres et le secret, 1905-1906


Il composa ses premiers poèmes à l'âge de quatorze ans.
Ses premiers recueils de vers furent publiés en 1895. • Les Belles de Nuit, 1913 ; Éditions d'Art Devambez,
À partir de 1898, il fait publier à Paris successivement 1927, 18 eaux-fortes par Édouard Chimot.
quatre recueils de poésies.
Durant la première partie de sa vie, il mena une vie de • La Montée aux enfers. Poésies, 1918 ; Bibliobazaar,
bohème et de débauche et devint même opiomane. Il ex- 2009, 334 p.
périmenta toutes les jouissances, rechercha toutes les ex- • La Porte du mystère, Fasquelle, 1924, 284 p.
tases. Malgré une réputation sulfureuse, il devint cepen-
dant un auteur célèbre et apprécié. À l'occasion de la pa- • Le Parc des Rossignols, Fasquelle, 1940, 183 p.
rution d'un de ses livres en 1924, Le Figaro écrit : « Magre
est un anarchiste, un individualiste, un sadique, un opio- Théâtre
mane. Il a tous les défauts, c'est un très grand écrivain. Il
faut lire son œuvre. »
• Le Dernier Rêve, pièce en un acte, Fasquelle, 1903.
Dans la seconde partie de sa vie, il s’intéresse à
l'ésotérisme et mène une quête spirituelle, mais ne cesse • Le Vieil Ami, 1904.
pas pour autant de publier de nombreux ouvrages, comme
en témoigne la liste de ses œuvres. • Les Deux Belles de Cadix.

En 1919, il découvrit La Doctrine Secrète, l'œuvre ma- • L'Ingrate.

43
44 CHAPITRE 14. MAURICE MAGRE

• Le Sortilège.

• Le Cœur du moulin.

• L'An mille.

Romans

• L'Appel de la bête, Albin Michel, 1920.

• Les Colombes poignardées, Jean Fort, 1917.

• La Tendre Camarade, Jean Fort, 1918 ; Dire édi-


tions, 1999, 200 p.

• Priscilla d'Alexandrie, illustrations d'Édith Follet,


Albin Michel, 1925.

• La Vie amoureuse de Messaline, Flammarion, 1925.

• La Vie des Courtisanes, Ed. Nouvelle, 1925.

• La Luxure de Grenade, 1926.

• Le Mystère du Tigre, Albin Michel (Paris), 1927


disponible sur Gallica ; rééd. Kailaish, 1997.

• Lucifer, Albin Michel, 1929.

• La Nuit de haschich et d'opium, Ernest Flamma-


rion, 1929 ; Kailash, 2009, 120 p. [Il était une fois à
Pondichéry, trois messieurs qui firent un pari : obli-
ger à danser la belle qui les avait éconduits…].

Maurice Magre : L’Œuvre amoureuse et sentimentale [compre- • La Lumière de la Chine. Le Roman de Confucius,
nant Les Belles Nuits, Les soirs d'opium, La rose arrachée, Les 1927 ; rééd. Dire éditions, 2000.
lèvres et le secret, Soirs de Paris et d'ailleurs], Bibliothèque des
curieux (Paris), 1922. • Le Sang de Toulouse. Histoire albigeoise du XIIe
siècle, Fasquelle Éditeurs, 1931 ; Éditions du Ro-
cher, 2003, 262 p. De la tuerie de Béziers, où Dieu
• Velléda. n'a pas reconnu les siens, jusqu'à la chute de Minerve
et l'attentat d'Avignon et où deux inquisiteurs et leur
• La Fille du Soleil[2] , avec une musique d'André Gail- suite furent massacrés par des hommes venus de
hard (ancien directeur de l'Opéra) créée en 1909 au Montségur, nous suivons le parcours initiatique du
Théâtre des Arènes, à Béziers. jeune écuyer du comte de Toulouse.
• Le Marchand de passions, La Belle Édition, 1911. • Le Trésor des Albigeois, Fasquelle Éditeurs, 1938 ;
• Comédiante. Philippe Schrauben éditeur, 1985, 221 p. ; Éditions
du Rocher, 222 p. Le Graal, le trésor sacré des Al-
• La Mort enchaînée, Albin Michel, 1920. Pièce dra- bigeois, emporté par quatre chevaliers juste avant la
matique en trois actes et en vers représentée pour la chute de Montségur en 1244.
première fois à la Comédie-Française le 8 septembre
1920. • Un Français à la cour de l'empereur Akbar. Jean
de Fodoas, Gallimard, 1939, 270 p. ; Kailash, 2009,
• Annabella, opérette en trois actes de Maurice 320 p. Aventures d'un Français chez l'empereur mo-
Magre, musique de Charles Cuvillier, représen- ghol des Indes au XIe siècle.
tée pour la première fois au Théâtre Femina le 8
novembre 1922. • Histoire merveilleuse de Claire d'Amour.

• Arlequin, 1927. • L'Art de séduire les femmes, J. Fort, 1929, 221 p.

• Sin. • Le Poison de Goa, Albin Michel (Paris),


1928,disponible sur Gallica ; rééd. Kailash,
• Le Soldat de plomb et la danseuse de papier. 1997, 309 p.
14.3. RÉFÉRENCES 45

Spiritualité et ésotérisme • Les Aventuriers de l'Amérique du Sud, Grasset, 1935.

• Confessions : sur les femmes, l'amour, l'opium,


• Pourquoi je suis bouddhiste, Éditions de France, l'idéal, etc., Fasquelle, 1930, 233 p. ; Dire éditions,
1928, 96 p. ; Dire Éditions, 2000 225 p.
• Le Livre des Lotus entr'ouverts, Fasquelle, 1926 • Les Frères de l'or vierge, Éditions des Deux Rives,
• Magiciens et Illuminés. Apollonius de Tyane. Le 1949.
Maître inconnu des Albigeois. Les Rose-Croix. Le
Mystère des Templiers. Nicolas Flamel et la Pierre
philosophale. Saint-Germain l'immortel. Cagliostro 14.3 Références
le charlatan. Mme Blavatsky et les Théosophes, Fas-
quelle, 1930, 302 p. [1] Robert Aribaut, Maurice Magre, un méridional universel,
Editions Midia, 1987, 121 p.
• La Mort et la vie future, Éd. Charpentier, 1932
[2] Le Gaulois du 30 août 1909, “Les premières - Arènes de
• L'Amour et la haine, Éd. La Garde Béziers” disponible sur Gallica.

• La Clé des choses cachées, 1935 ; P. Schrauben,


1986. “La sagesse des druides, le svastika, l'héritage
des Albigeois, Merlin l'Enchanteur, la légende du
14.4 Études sur Maurice Magre
Graal, le mystère des tarots, l'arche d'alliance des
Juifs, la mission des Bohémiens, le secret du Boud- • Jean-Jacques Bedu, Maurice Magre. Le lotus perdu,
dha et celui de Jésus”. Dire éditions, 1999, 340 p.

• L'Ashram de Pondichéry. À la poursuite de la sa-


gesse, 1936, 190 p. ; Dire éditions, 2000, 116 p. Sri 14.5 Liens externes
Aurobindo.

• La Beauté invisible, 1937 • Notices d'autorité : Fichier d'autorité international


virtuel • International Standard Name Identifier
• Les Interventions surnaturelles. Bonnes et mauvaises • Bibliothèque nationale de France (données)
étoiles. Providence. Anges et dévas. Présences invi- • Système universitaire de documentation •
sibles. Maîtres et guides. Génies intérieurs, Fasquelle, Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei
1939, 253 p. • Bibliothèque nationale d'Espagne • WorldCat
• Inde. Magie, tigres, forêts vierges..., Gallimard, 1936,
262 p. ; Kailah, 2008 14.5.1 Maurice Magre en musique
• Le Livre des Certitudes admirables, Édouard Auba-
• Le Cœur du moulin, Édition Mutuelle, 1909, 205
nel, 1940
p., pièce lyrique en deux actes, poème de Maurice
• Mélusine ou le secret de la solitude, Aubanel, 1941 Magre, partition de Déodat de Séverac

• Le Livre des visions divines, Édouard Aubanel, 1943, • Chanson de Blaisine, musique de Déodat de Séverac
270 p. Universalité de la croyance aux êtres invi- • Je ne t'aime pas, musique de Kurt Weill
sibles - Les plantes à esprit : le café et le pavot -
Rapports du feu et des plantes à esprit - La vie surna- • Complainte de la Seine (1934), musique de Kurt
turelle - L'expérience de Plotin - Le cas de William Weill
Blake - Le cas de Swedenborg - L'échelle de Jacob -
De l'intervention d'êtres supérieurs dans les affaires
humaines. • Portail de la littérature française

Autres œuvres • Portail du théâtre

• Conseils à un Jeune Homme pauvre qui vient faire de • Portail de la poésie


la littérature à Paris, Grasset, 1908,

• La conquête des femmes : conseils à un jeune homme,


E. Fasquelle (Paris), 1908, disponible sur Gallica.

• Pirates et Flibustiers, Grasset, 1934.


Chapitre 15

Napoléon Peyrat

Pour les articles homonymes, voir Napoléon (homo- 15.2 Publications


nymie).
Napoléon Peyrat • Histoire des pasteurs du désert : depuis la révocation
de l'Édit de Nantes jusqu'à la révolution, M. Aurel :
Napoléon Peyrat (1809 - 1881) a été un pasteur des Paris, 1842. (tome premier)
Églises réformées, un historien du catharisme et de la Ré- • Histoire des pasteurs du désert : depuis la révocation
forme et un poète. de l'Édit de Nantes jusqu'à la révolution, M. Aurel :
Paris, 1842. (tome deuxième)
• Les réformateurs de la France et de l'Italie au dou-
zième siècle, Meyrueis : Paris, 1860.
• Béranger et Lamennais : correspondance, entretiens
15.1 Éléments biographiques et souvenirs, Ch. Meyrueis : Paris, 1861.
• Histoire des Albigeois : les Albigeois et l'Inquisition,
Il est né aux Bordes-sur-Arize, un petit village de l'Ariège, Librairie Internationale : Paris, 1872. (tome pre-
le 20 janvier 1809 et est mort le 4 avril 1881 à Saint- mier)
Germain-en-Laye dans les Yvelines.
• Histoire des Albigeois : les Albigeois et l'Inquisition,
Il était le fils de Jean-Eusèbe Peyrat et de Marguerite Gar- Librairie Internationale : Paris, 1872. (tome troi-
del. sième)
On lui doit notamment une Histoire des Albigeois en cinq • La Grotte d'Azil, précédée d'une Notice sur Siméon
volumes, rééditée chez Lacour-Ollé, une biographie de Pécontal, Grassart : Paris, 1874.
Béranger et de Lammenais ainsi que trois recueils de poé-
sies, et encore une Histoire des pasteurs du Désert depuis la
révocation de l'édit de Nantes jusqu'à la Révolution fran-
çaise, 1685 - 1789. 15.3 Liens externes
Bien que montrant, à propos du catharisme, une intui- • Notices d'autorité : Fichier d'autorité international
tion théologique étonnante pour son époque, Peyrat, par virtuel • International Standard Name Identifier
son imagination lyrique, est largement à l'origine de la • Bibliothèque nationale de France (données)
mystification moderne de Montségur et des cathares. Par • Système universitaire de documentation •
exemple, il a abusivement vu en Esclarmonde de Foix une Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei
diaconesse cathare, fondatrice et protectrice de la cita- • WorldCat
delle de Montségur où elle reposerait toujours dans une
vaste crypte creusée au sein du pog. Il crée une vision élo- • Biographie de Napoléon Peyrat(fr)
gieuse et largement romantique des cathares, présentés
comme les prédécesseurs des camisards, les uns comme
les autres s’opposant à un catholicisme toujours intolé- • Portail du protestantisme
rant et lié aux « massacreurs ». Il invente une opposi-
tion idéalisée entre les doux cathares et la répression ve-
• Portail de l’historiographie
nant du pape, du roi de France et de la noblesse du Nord.
L'imagerie qu'il met en place alimentera le régionalisme
occitan et un certain hermétisme catharisant qui connaî-
tra un succès durable.

46
Chapitre 16

Francis Rolt-Wheeler

Le fond de cette biographie est à vérifier. • The Wonder of War Series, quatre volumes, Lothrop,
Lee & Shepard Company, New York, entre 1917 et
Améliorez-le, ou discuter des points à vérifier. Si vous ve- 1919.
nez d'apposer le bandeau, merci d'indiquer ici les points à
vérifier. • Round the World with the Boy Journalists Series, cinq
volumes, George H. Doran Company, New York,
Pour les articles homonymes, voir Wheeler.
entre 1921 et 1924.
Francis Rolt-Wheeler
• Romance History of America Series, quatre volumes,
Francis Rolt-Wheeler est un écrivain, astrologue, George H. Doran Company, New York, entre 1921
occultiste et ésotériste anglais (Londres 16 décembre et 1925.
1876 - Nice 21 août 1960).
• History of Literature - English Poetry (The Outline of
Knowledge, Volume XI), James A. Richards, Fran-
cis Rolt-Wheeler, Edward J. Wheeler, Geoffrey
16.1 Biographie Chaucer, Robyn Hode, Richard Rowlands, Thomas
Nashe, Edmund Spenser, Michael Drayton, John
Après s’être enfui de sa maison à l'âge de 12 ans, Lyle ; J. A. Richards, The Kingsport Press.
il embarque pour les États-Unis comme matelot sur
un voilier[1] . Aux États-Unis, il étudie la théologie à • In the Days Before Columbus, George H. Doran
l'université de Chicago. Il y obtient un doctorat[2] . Or- company, 1921 environ.
donné prêtre anglican en 1903, il exerce pendant 20 ans
• The Quest of the Western World, G.H. Doran Co.,
comme aumônier hospitalier à New York. En 1923, il en-
New York, 1921.
treprend des voyages : en Tunisie à Carthage. Il y fonde
l'Institut Scathologique de Carthage. Il se fixe à Nice- • The Magic-Makers of Morocco, Doran, New York,
Cimiez (Alpes-Maritimes) et épouse Yvonne Bélaz. Il se 1924.
consacre à l'écriture d'ouvrages d'ésotérisme et de vulga-
risation (astrologie et occultisme). Il est l'auteur du terme • In The Time of Attila, Lothrop, Lee & Shepard, New
astrosophie[3] et fonde L'Astrosophie, revue d'ésotérisme. York, 1928.
Le nombre de ses écrits dans le domaine de l'ésotérisme
l'ont fait comparer à Paracelse. Son épouse a entrepris de • The Pyramid Builder D. Appleton and Company,
classer les notes laissées par son mari en vue d'une publi- 1929.
cation future.
• Mystic Gleams from the Holy Grail, London, Rider
& Co[4] .
16.2 Œuvres • Summa astrologiae, en trois volumes. Édition Astro-
sophie, Nice, 1936.
• The science-history of the universe (1909) Ouvrage
collectif, chapitres Anthropology et Ethics • Le Cabbalisme Initiatique en trois volumes, édition
Astrosophie, Nice, 1940.
• The U.S. Service Series, 20 volumes, Lothrop, Lee &
Shepard Company, New York, entre 1909 et 1929. • Le Jour de Brahm en deux tomes, Éditions Adonais,
Nice, 1947.
• The Museum Series, neuf volumes, Lothrop, Lee &
Shepard Company, New York, entre 1916 et 1927. • Le christianisme Ésotérique en deux volumes

• The Aztec-Hunters, Boston, Lothrop Lee, 1918. • et d'autres ouvrages très rares (en français)

47
48 CHAPITRE 16. FRANCIS ROLT-WHEELER

16.3 Notes et références


[1] Nouveau Dictionnaire National des Contemporains, Paris,
1963, tome II, p. 593

[2] Tommaso Palamidessi, La voie des symboles et la transmu-


tation spirituelle in Archeosofia, Vol. II, Roma : Archeo-
sofica, 1989, p. 138

[3] François Brousse, L'Astrosophie, La Licorne ailée, 1994

[4] The Johannine Celtic Church

• Portail du christianisme

• Portail du protestantisme

• Portail des religions et croyances

• Portail du Royaume-Uni
Chapitre 17

Déodat Roché

Pour les articles homonymes, voir Roché. d'Olivet, Papus, Édouard Schuré, Paul Sédir, Allan Kar-
dec, Fabre des Essarts, etc. À l'âge de quatorze ans il prit
conscience de la tragédie qui s’était déroulée dans sa ré-
Des informations de cet article ou section de-
gion au XIIIe siècle résultant de la Croisade catholique
contre les Albigeois. De là son intérêt pour l'histoire et
les doctrines des Cathares.
En 1896 il s’affilia au « Groupe indépendant d'études
ésotériques » de Papus et entretint une correspondance
avec Sédir. Puis en 1899 il s’affilia à l'Église gnostique
de France de Jules Doinel et, en 1901 en sera ordonné
diacre, finalement en 1903, le diacre Theodotos est or-
donné évêque gnostique de Carcassonne, « Sa Grandeur
Tau Theodotos », mais peu de temps après, il prit ses dis-
tances de l'Église gnostique dont il trouvait les enseigne-
ments figés. Après une licence en Droit, il obtint une li-
cence en philosophie avec un travail de fin d'études intitu-
lé Plotin a-t-il simplifié le système des Valentiniens ? qu'il
présenta en 1903.
Alors qu'il était encore étudiant à Toulouse, en 1900, avec
le Dr Louis Sophrone Fugairon, également membre de
l'Église gnostique, il fonda la revue « Le Réveil des Albi-
geois », qui devint en 1901, « La Gnose moderne », dont
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres. la publication fut stoppée avant 1904, après avoir réalisé
quelques échanges avec la revue viennoise « Die Gnosis »
vraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans de M. Rappaport. Devenu avocat en 1901, puis magistrat
la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date en 1906, d'abord à Limoux, puis à Carcassonne, il res-
de pose grâce au paramètre date). ta pourtant branché sur la philosophie en participant à
des revues et des associations ayant trait à la spiritualité,
Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des réfé-
comme la « Société de culture morale et de recherches
rences à l'aide d'appels de notes.
psychiques ». À Carcassonne, il sera initié, au Grand
Déodat Roché Orient de France, dans la Loge maçonnique “Les Vrais
amis réunis”. Il en deviendra le « Vénérable Maître » et
Déodat Roché (Arques (Aude), 13 décembre 1877 - en restera membre pendant toute sa vie. En 1923, il entra
Arques (Aude), 12 janvier 1978) est surtout connu pour au Tribunal de Castelnaudary, dont il fut nommé Vice-
ses travaux sur le catharisme. Il fut à la fois magistrat, Président en 1935, puis Président en 1939. Sa carrière de
philosophe, anthroposophe, franc-maçon et historien du magistrat fut interrompue par le régime de Vichy, à cause
catharisme. de son appartenance maçonnique (mais comme il n'était
plus actif, on prit comme prétexte fallacieux qu'il s’oc-
cupait d'histoire des religions et de spiritisme). Il fut ainsi
radié de la Magistrature par le gouvernement de Vichy en
17.1 Biographie 1941, il demeurera cependant à Béziers jusqu'en 1943, où
il fut mis à la retraite d'office. Il fut élu maire d'Arques en
Il fut très jeune préoccupé par les questions spirituelles 1925, mais démissionna en 1935 et aussi élu conseiller gé-
et ésotériques. Depuis 1890, il étudiait avec son père néral du canton de Couiza, après la Libération, en 1945,
les auteurs occultistes de son époque, entre autres, Fabre

49
50 CHAPITRE 17. DÉODAT ROCHÉ

mais en 1946, il quitta définitivement la scène politique. 17.2 Institutions


À partir de ce moment, il put se consacrer pleinement à
ses recherches et activités liées au catharisme. • “Congrès d'études cathares” (ou Congrès de la “So-
En 1921, il découvrit l'œuvre de Rudolf Steiner. Il écrivit ciété du Souvenir et des Études cathares”), fondé en
à Steiner en novembre 1921, il le rencontra en septembre 1948, présidé par Déodat Roché, assisté de René
1922 à Dornach. Il devint membre de la Société anthro- Nelli et Fanita de Pierrefeu.
posophique et, en 1924 membre de l'Université libre de
la science de l'esprit. • Cahiers d'études cathares (1949) (CEC), revue tri-
mestrielle, Arques (Aude).
En automne 1948, Déodat Roché fit paraître le premier
numéro des « Cahiers d'études cathares » et en avril • Éditions des Cahiers d'études cathares (1951), Nar-
1950, il fonda la « Société du souvenir et des études bonne (Aude).
cathares » dont Lucienne Julien devint la secrétaire gé-
nérale et ensuite la présidente après la mort de Déodat • “Société du Souvenir et des Études Cathares”, fon-
Roché. Simone Hannedouche fut une active collabora- dée en 1950 par Déodat Roché.
trice de Déodat Roché aux Études cathares dès 1949 jus-
qu'en 1971. Déodat Roché, soulignons-le, obtint princi- • Camp d'été de l'Estagnol (1956) : lieu de réunion,
palement la collaboration de Lucienne Julien, héroïne de sobre, au-dessus du Col du Paradis, avec médita-
la résistance, qui fut institutrice à Arques et devait conti- tions, conférences, lever du soleil.
nuer à assurer la continuité de l'association du “Souvenir
et des Études Cathares” transformée plus tardivement en • Stèle du Souvenir (1960) : copie d'un monument ca-
“Spiritualité cathare” dont elle demeura secrétaire géné- thare du Lauragais, édifiée au pied du pog de Mont-
rale puis présidente jusqu'à son propre décès. ségur, plus haut que le Pré des brûlés de 1244, avec
l'inscription en occitan Als Catars, als martirs del pur
De nombreux auteurs et chercheurs de toutes tendances, amor crestian.
dont René Nelli dont il fut l'ami, entourèrent Déodat Ro-
ché. • Maison Déodat Roché (1996) : sa maison, organi-
Chaque année à partir de 1956, Déodat Roché et Lu- sée en musée et lieu d'exposition-vente, à Arques
cienne Julien ainsi que Simone Hannedouche organi- (Aude).
saient et animaient les camps d'été de l'Estagnol dans la
vallée du Rialsès dans les Hautes-Corbières. Le séjour
d'été de la “Société du souvenir et d'études cathares” était 17.3 Bibliographie
un lieu de rencontres, d'échanges, de vie communautaire
et de conférences. Les journées commençaient par une
méditation avant le lever du soleil. On y faisait aussi de la 17.3.1 Œuvres principales
musique, du chant, de la paneurythmie (Peter Deunov),
des cours de peinture, etc. Ces camps d'été ont rassemblé • Gnose antique et pensée moderne (1904-1906), Ca-
quantité de personnes motivées par une recherche spiri- hiers d'études cathares, Société du Souvenir et des
tuelle. Déodat Roché ou Simone Hannedouche faisaient Études cathares, Narbonne, no 93, printemps 1982,
des exposés. Déodat Roché se référait souvent à Rudolf p. 5-41.
Steiner et à Peter Deunov, des cours de peinture, etc.
• Contes et légendes du catharisme, 1949, Éditions des
Lucienne Julien conservait l'amitié de Fanita de Pierre- Cahiers d'études cathares, Arques (Aude) ; 2° éd.
feu, autour de laquelle “les fins esprits” de la recherche 1951, 40 p. ; 3° éd. augmentée 1966 79 p.
historique et philosophique se retrouvaient à l'Hestia de
Montségur comme plus tard à Auzat en Ariège à l'ombre • Études manichéennes et cathares, 1952, Éditions des
de Montréal de Sos sous Sem. Cahiers d'études cathares, 268 p.
Déodat Roché et la Société du souvenir et des études ca- • Mission future de la Russie. Mission actuelle de
thares firent placer la stèle commémorative qui se trouve l'Occitanie (brochure), Cahiers d'études cathares,
au pied du pog de Montségur. Elle fut inaugurée le 21 mai 1953, 22 p.
1961.
Depuis 1996, la maison de Déodat Roché au cœur du vil- • Catharisme et science spirituelle (brochure), Éditions
lage d'Arques a été transformée en une exposition consa- des Cahiers d'études cathares, I, no 22, 1955, p. 91-
crée au catharisme. 108.

• Survivance et immortalité de l'âme. Fantômes des vi-


vants et des morts, vies successives, corps lumineux de
résurrection, 1955 ; 2° éd. augmentée 1962, Cahiers
d'études cathares, 270 p.
17.4. VOIR AUSSI 51

• Évolution individuelle et harmonie sociale (bro- 17.4.2 Liens externes


chure), Éditions des Cahiers d'études cathares,
conférence de 1956, 16 pages • Arques
• Yves Maris : Témoignage - Lettre de Simone Weil à
• Le Catharisme, tome I, Éditions des Cahiers d'études
Déodat Roché
cathares, Carcassonne, 1957, 225 p. (comprend des
parties des Études manichéennes et cathares [1952], • Biographie de Déodat Roché sur le Site “Réflexions
une partie du Catharisme [1947], Spiritualité de sur trois points”.
l'hérésie : le catharisme [1954], divers articles)
• Déodat Roché et l'Église Gnostique, Dossier paru
• Le Catharisme, tome II, Cahiers d'études cathares, dans les Cahiers d'Études Cathares, [PDF]
numéro hors série, 1976, 145 p. (comprend des par-
ties du Catharisme, diverses communications)
17.4.3 Vidéo
• L'Église romaine et les Cathares albigeois, Éditions • Pays cathare : Déodat Roché sur ina.fr
des Cahiers d'études cathares, 1957, 206 p. ; 3° éd.
augmentée 1969, 327 p.
• Portail de l’Aude
• Résurgence du manichéisme : Ismaéliens, Cathares,
Rose-Croix, “Société du souvenir et des études ca- • Portail de la politique française
thares”, 1981, 68 p.

• Saint Augustin et les manichéens de son temps, in Ca- • Portail de l’histoire


hiers d'études cathares, printemps 1989, XLe année,
no 121, p. 3-33. • Portail de la philosophie

• Portail de la spiritualité
17.3.2 Études sur Déodat Roché
• Portail de la franc-maçonnerie
• Lucienne Julien, “Hommage à Déodat Roché", in :
Renaissance Traditionnelle, N. 36, octobre 1978, p.
276-279.

• Jean-Pierre Bonnerot, “Déodat Roché et l'Église


gnostique”, in : Cahiers d'études cathares, numéro
spécial, 11190 Arques (Aude), 1982.

• Lucienne Julien, Cathares et Catharismes, Ed.


Dangles, Paris, 1990.

• Jean-Philippe Audouy, Déodat Roché « Le Tisse-


rand des catharismes », Impressions du pays cathare,
1997, 254 p.

• José Dupré, Un Cathare au XXe siècle : Déodat Ro-


ché (1877-1978), La Clavellerie, 24650 Chancelade
(Dordogne), 2001, 415 p.

17.4 Voir aussi

17.4.1 Articles connexes

• Catharisme

• Château de Montségur
Chapitre 18

Simone Hannedouche

• Portail de la philosophie
Cet article est une ébauche concernant une
personnalité française.
• Portail de la spiritualité
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant
(comment ?) selon les recommandations des projets cor-
respondants.
Simone Hannedouche (Douai 1888 - 1985) est une
agrégée ès Lettres, professeur, auteure, traductrice,
anthroposophe. Elle fut dès 1949 une des principales col-
laboratrice de Déodat Roché en ce qui concerne les Ca-
hiers d'Études Cathares.

18.1 Biographie
Née Simone Piettre, elle épousa Louis Hannedouche qui
était également agrégé ès Lettres. Elle découvrit l'œuvre
de Rudolf Steiner à la devanture d'une librairie ésotérique
de Nice aux alentours de 1930. Après la mort de son mari,
vers la fin des années 1940, elle se rendit au Goetheanum
à Dornach où elle fit la connaissance de Déodat Roché.
Elle collabora à partir de 1949 aux « Études Cathares »
jusqu'en 1971. Elle fut très proche du mouvement de ré-
surgence du catharisme. Elle traduisit également de nom-
breuses conférences de Rudolf Steiner en français.

18.2 Quelques œuvres


• Manichéisme et Catharisme, Éditions des Cahiers
d'Études Cathares.

• Le Faust de Goethe au Goetheanum

• Traduction en français moderne de Floire et Blan-


cheflore. (un roman provençal anonyme qui se rat-
tache à l'initiation des Chevaliers du Graal.)

• Un commentaire pour Le Roman spirituel de Bar-


laam et de Josaphat paru aux Éditions Devenir, en
1983.

• Portail de l’histoire

52
Chapitre 19

Église gnostique de France

L'Église gnostique de France est une secte chrétienne la Gnose »[1] . Autoproclamé évêque de Montségur (sa-
néo-gnostique française fondée en 1890 et déclarée en cerdoce qu'il prétend avoir reçu de l’Éon Jésus)[1] , Doinel
tant qu'association cultuelle en 1906. ouvre une chapelle dans une annexe de la librairie pari-
sienne Chamuel, rue de Trévise[2] . Transféré en 1896 au
no 17 de la rue des Martyrs, ce lieu de culte changera plu-
19.1 Histoire sieurs fois d'adresse[3] .
En tant que patriarche de la nouvelle Église, Doinel prend
le nom mystique de Valentin II et nomme onze évêques
19.1.1 Patriarcat de Valentin II (Doinel)
titulaires, dont une sophia (femme évêque), ainsi que
des diacres et des diaconesses. Le poète spiritualiste et
fouriériste Léonce Fabre des Essarts est ainsi nommé
évêque de Bordeaux[1] . La tenue des évêques gnostiques
est caractérisée par des gants violets et par le port du Tau
(le double tau étant réservé au patriarche), lettre grecque
qu'ils écrivent également en tête de leur nom[4] . Consa-
crée à la quête du saint Plérôme, l’Église gnostique est spi-
rituellement élitiste mais d'esprit progressiste et ouverte
aux nouvelles théories scientifiques[5] .
Le 8 septembre 1891, dans son exhortation apostolique
Parta Humano Generi relative à la consécration de la
basilique Notre-Dame-du-Rosaire de Lourdes, le pape
Léon XIII dénonce « la vieille hérésie albigeoise [qui],
sous un nom différent et sous le patronage d’autres sectes,
renaît d’une manière étonnante »[3] . Les néo-gnostiques
français se sentent visés par cette attaque, qu'ils consi-
dèrent comme une forme de reconnaissance de leur ac-
tion.
Réunis en Saint-Synode en septembre 1893, les évêques
gnostiques confèrent la primatie à Valentin II et accordent
le Consolamentum à l'abbé Paul Roca, un prêtre défroqué
récemment décédé auquel l'Église catholique romaine
vient de refuser des funérailles religieuses. Quelques
jours plus tard, l'Ordre martiniste de l'occultiste Papus
est admis au sein du synode. Un « ordre de la Colombe
du Paraclet », dont le primat est le grand maître, est créé
en mémoire des albigeois[1] .
Converti au catholicisme dans le sillage du revirement
Jules Doinel, fondateur de l’Église.
de Taxil, Doinel abjure son gnosticisme entre les mains
de Monseigneur Touchet, évêque catholique d'Orléans[6] ,
Franc-maçon ésotérique influencé par les documents prend le pseudonyme de « Jean Kostka » (en référence à
cathares et par la théologie de gnostiques antiques tels Saint Stanislas Kostka) et quitte l’Église gnostique à la fin
que Simon le Magicien et Valentin, l'archiviste Jules Doi- de l'année 1894. Il reviendra au gnosticisme cinq ans plus
nel fonde l’Église gnostique en 1890, date qui ouvre, tard (sous le nom mystique de Simon et le titre, schisma-
pour lui et ses adeptes, « l'an Ier de la Restauration de

53
54 CHAPITRE 19. ÉGLISE GNOSTIQUE DE FRANCE

tique, de « primat de Samarie ») avant d'être réintégré par tant qu'association cultuelle conforme à l'article 4 de la loi
son successeur avec le rang d'évêque d'Alet (ou Aleth) et de 1905[8] . Elle revendique alors 300 membres à Paris et
de Mirepoix[7] . quelques autres en province[12] . Son organe officiel est La
Voie[13] puis La Gnose.
Peu de temps après la création de l'association, un
19.1.2 Patriarcat de Synésius (Fabre des schisme survient quand l'évêque gnostique de Lyon, Jean
Essarts) (dit Johannès) Bricaud, fonde une Église catholique gnos-
tique, rebaptisée Église gnostique universelle en 1908.
Patriarche sous le nom mystique de Jean II, Bricaud
revendique l'héritage spirituel de Jean de Patmos[14] .
L'Église de Bricaud, dont l'organe officiel est le Réveil
gnostique puis L'Initiation, s’allie en 1911 avec l'ordre
martiniste de Papus[15] .
En juillet 1913, Fabre des Essarts assiste au sixième
Congrès du progrès religieux, auquel participent surtout
des modernistes et des protestants, dont le gallican Paul
Hyacinthe Loyson. Le patriarche n'y obtient la parole
que pendant cinq minutes pour défendre ses conceptions
religieuses[16] .

19.1.3 Après 1917

Après la mort de Synésius, en 1917, le patriarcat échoit à


Léon Champrenaud (Théophane) puis, en 1921, à Patrice
Genty (Basilide), qui met finalement l’Église gnostique de
France en sommeil en 1926[17] .
Elle laisse ainsi la place libre à l’Église gnostique uni-
verselle fondée par Bricaud. Celle-ci est dirigée en 1960
par Robert Ambelain (Jean III), fondateur de l'Église
gnostique apostolique dans les années 1950[17] . Ces deux
organisations disparaissent à leur tour à la fin des an-
nées 1970[17] . En 2004-2005, des néo-gnostiques fondent
l'Église gnostique chaote[18] , qui existe toujours dix ans
plus tard.
Le patriarche Synésius en 1905, avec le pallium, le Tau et une
mitre violette ornée d'une croix ansée.

Le siège primatial de Montségur est alors repris le 3 19.2 Membres notables


janvier 1896 par Fabre des Essarts, qui prend le nom
mystique de Synésius en hommage à Synésios de Cy-
• Henri Austruy (romancier et directeur de La Nou-
rène. Sous son patriarcat, des efforts de réorganisation
velle Revue), évêque Peilhagor des Batignolles et de
sont lancés avec l'aide de Fugairon (évêque de Béziers
Clichy[19] .
sous le nom Sophronius), créateur du mensuel toulousain
Le Réveil albigeois[3] . Le synode est porté de onze à • Pietro Bornia, évêque de Milan.
quinze membres[1] et l’Église reconnaît deux églises
sœurs, l’Église gnostique de Belgique, établie à La Hulpe- • Jean Bricaud, évêque Johannès de Lyon.
Malaise, et l’Église gnostique de Bohême, dont le pa-
triarche réside à Prague[8] . L'Eglise gnostique de France • Léon Champrenaud, évêque Théophane de
aurait connu quelques défections en 1900, un mystifica- Versailles, patriarche (1917).
teur du nom de Karl ayant déclaré au Matin que le pa-
triarche « Cynésius » [sic][9] avait été son complice lors • Jules Doinel, évêque de Montségur et patriarche
de l'enlèvement de Gyp[10] . Valentin II (1893), puis évêque Jules d'Alet et de
Mirepoix (1900).
En 1903, les néo-gnostiques français rendent à nouveau
hommage aux cathares lors des assises de la Gnose, qui • Léonce Fabre des Essarts, diacre puis évêque de
ont lieu à Toulouse[11] . Bordeaux (1893) puis patriarche Synésius, évêque
Le 7 décembre 1906, Fabre des Essarts déclare l’Église en de Montségur (1896) et archevêque de Paris (1903).
19.4. SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES 55

• Louis-Sophrone Fugairon (docteur en médecine), 19.4 Sources bibliographiques


évêque Sophronius de Béziers.
• Jules Bois, Les Petites religions de Paris, Paris,
• Patrice Genty, évêque Basilide, patriarche (1921).
Chailley, 1894, p. 173-182.
• René Guénon, évêque Palingénius d'Alexandrie. • Jean Kostka, Lucifer démasqué, Paris, 1895 (re-
• Lucien Mauchel, dit Chamuel (éditeur), évêque Bar- print avec une introduction par Robert Amadou, Ge-
desane de La Rochelle et Saintes. nève/Paris, Slatkine, 1983), chapitre XIII.

• Papus, évêque Vincent de Toulouse. • Synésius (Fabre des Essarts), L'Arbre gnostique, Pa-
ris, Chamuel, 1899.
• Déodat Roché, diacre puis évêque Théodotos de
• Jordan, « Les gnostiques modernes », La Nouvelle
Carcassonne.
Revue, 1er juin 1900, p. 388-407.
• Sédir, évêque Paul de Concorezzo.
• Fabre des Essarts, Les Hiérophantes : études sur les
fondateurs de religions depuis la Révolution jusqu'à
ce jour, Paris, Chacornac, 1905, p. 289-305.
19.3 Références
• Synésius, Manuel préparatoire, Paris, Maison fran-
[1] Arbre gnostique, p. 67-69. çaise d'éditions, 1913.

[2] Jacques Bonnet, « Jules Doinel à la recherche d'une


Église », Bulletin de la Société archéologique et historique • Portail des religions et croyances
de l'Orléanais, t. 9, no 75, janvier 1987, p. 80.

[3] Hiérophantes, p. 296. • Portail du christianisme


[4] Lucifer démasqué, p. 139-141.
• Portail de la France au XIXe siècle
[5] Hiérophantes, p. 305.

[6] L’Écho du merveilleux, no 400, 1er septembre 1913, p. • Portail des années 1890
257.
• Portail des années 1900
[7] Lucifer démasqué, p. XIII-XIV.

[8] Manuel préparatoire, p. 13. • Portail de la théologie


[9] Le Matin, 16 juin 1900, p. 1.

[10] L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, 30 janvier 1902,


col. 141-142.

[11] Hiérophantes, p. 302.

[12] Armand Charpentier, « L’Église gnostique de France »,


Le Journal, 31 décembre 1906, p. 1.

[13] Mercure de France, 15 novembre 1907, p. 321-322.

[14] Le Matin, 8 novembre 1910, p. 1-2.

[15] France d'hier et France de demain, 30 septembre 1911, p.


5-6.

[16] Fabre des Essarts, « La Gnose au congrès des religions »,


La Nouvelle Revue, 15 août 1913, p. 493-498.

[17] T. Apyrion, History of the Gnostic Catholic Church, Ordo


Templi Orientis, 1995 (consultable en ligne sur Herme-
tic.com).

[18] Spartakus FreeMann, Bref historique de l’Église gnostique,


2008 (consultable en ligne sur Academia.edu).

[19] Gil Blas, 13 juillet 1913, p. 1.


Chapitre 20

Jules Doinel

Pour les articles homonymes, voir Doinel. Stany Doinel, Jules Doinel Du Val-Michel).
Jules Doinel nait à Moulins (Allier), le 8 décembre 1842,
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources de Louis Honoré Doinel et de Marie Passant dans une
famille très catholique. En 1853, il entre au Petit Sé-
minaire des Jésuites d'Yzeure, à proximité de Moulins,
mais, vers la fin de 1860, il change d'idée et quitte le no-
viciat qu'il a commencé en 1859. Il achève ses études
secondaires au collège Stanislas à Paris, puis il est ad-
mis à l'École des chartes. Il en sort en 1866, après avoir
rédigé une thèse intitulée Essai sur la vie et les princi-
pales œuvres de Pierre de la Palu, patriarche de Jérusa-
lem, 1275 ou 1280-1342. Durant les années 1860-70,
parallèlement à son travail d'archiviste, il publie diffé-
rents ouvrages sur l'histoire médiévale, notamment, sur
Jeanne d'Arc, Blanche de Castille, Hugues Le Bouteiller
et les Croisades. Il a notamment été archiviste du Cantal
(1871), du Loiret (1875), de l'Aude (1900).
Franc-maçon, Doinel est reçu apprenti dans la loge
orléanaise Les émules de Montyon, du Grand Orient de
France, le 5 novembre en 1884, et sera reçu maître en
avril 1885, puis orateur en 1886, la loge, sous son impul-
sion, ayant changé son titre distinctif en Les Adeptes d'Isis-
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres. Montyon. Le 11 septembre 1890, il est élu archiviste du
Grand Orient de France et bibliothécaire-conservateur du
(janvier 2017). musée maçonnique. En 1892 il devient vénérable maître
Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou de sa loge, entre 1890 et 1893, il est membre du conseil de
si vous connaissez des sites web de qualité traitant du l'ordre du Grand Orient de France, et, le 29 mars 1893, il
thème abordé ici, merci de compléter l'article en don- est reçu membre du chapitre rose-croix L'étoile polaire de
nant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant Paris. Le 14 août 1895 il est exclu de sa loge pour avoir
à la section « Notes et références » (modifier l'article, versé dans l'occultisme et les pratiques mystiques[1] . Il est
comment ajouter mes sources ?). aussi membre de l'ordre Martiniste.

Jules Doinel À la fin du XIXe siècle, Doinel travaille comme archi-


viste pour les Archives départementales du Loiret. Ayant
trouvé des documents d'époque, fasciné par le martyre
Jules Doinel (Jules-Benoît Stanislas Doinel du Val- des Cathares, il se met à étudier leurs doctrines ainsi
Michel) (Moulins, 8 décembre 1842 - Carcassonne, mars que celles de ceux dont ils s’étaient inspirés, notamment
1902) est un archiviste et occultiste français. Il est le fon- les Bogomiles, les Pauliciens, les Manichéens et surtout
dateur en 1890 de l'Église gnostique de France. les Gnostiques. Tellement imprégné de cette littérature,
une nuit de 1888, il a la vision de l'« éon Jésus » qui le
charge de fonder une nouvelle église. Par la suite Doi-
20.1 Biographie nel tente d'utiliser le spiritisme pour entrer en contact
avec des esprits cathares et gnostiques au cours de séances
On lui connaît de nombreux pseudonymes (Jean Kostka, dans les salons de Lady Caithness (Maria de Mariategui,
Nova-lis, Kostka de Borgia, Jules-Stanislas Doinel, Jules- duchesse de Medina Pomar (en)), une riche théosophe,

56
20.4. ÉTUDES SUR JULES DOINEL 57

disciple d'Anna Kingsford. Les manifestations spirites le • Première Homélie. Sur la Sainte Gnose (1890).
confortent dans sa mission.
• Études gnostiques : La gnose de Valentin (extrait
Jules Doinel fonde, en 1890, l'Église gnostique de France, du Traité méthodique de science occulte de Papus),
et décrète 1890, « l'an 1 de la Restauration de la Gnose ». 1891, t. II, p. 627-634)
Lors d'un synode, tenu le 12 septembre 1893, il est élu
Patriarche sous le nom mystique de Valentin II, en hom- • Études gnostiques (février 1890-mars 1893) : “La
mage à Valentin, le plus grand des gnostiques. Cependant, Gnose et l'Inquisition”, Revue L'Initiation, août
en 1894, il démissionne de sa fonction. Sous le pseudo- 1891. Recueil : Études gnostiques, Cariscript, 1983.
nyme de Jean Kostka, Doinel publie Lucifer démasqué
en 1895, dirigé contre les occultistes et certains franc- • Études gnostiques : “Les Philosophumena”, Revue
maçons. Léonce Fabre des Essarts devient Patriarche sous L'Initiation, août 1892
le nom de Tau Synésius le 3 janvier 1896. Plus tard en • Études gnostiques : “La Gnose Ophite ou Naassé-
1896, Jules Doinel réintègre l'Église gnostique en tant nienne”, Revue L'Initiation, août 1892
qu'évêque d'Alet et de Mirepoix, après avoir déménagé
à Carcassonne, où il a été nommé bibliothécaire. • Études gnostiques : “La Gnose d'Amour”, Revue
e
À la fin du XIX siècle, il y a des sièges de l'Église gnos- L'Initiation, juin 1893
tique dans seize villes de France, dont Paris, mais d'autres • Études gnostiques : “Rituel gnostique de
aussi en Pologne (Varsovie), en Belgique, en Bohème, et l'appareillamentum”, Revue L'Initiation, juin
en Italie (Milan, Concorezzo). 1894.
Des occultistes connus ont adhéré à l'Église gnostique.
On peut citer, entre autres, Papus, Sédir, Lucien Cha-
muel, Louis-Sophrone Fugairon, Jean Bricaud, Déodat 20.4 Études sur Jules Doinel
Roché. René Guénon, qui s’est fait consacrer évêque
d'Alexandrie sous le nom de Tau Palingenius, fait un pas- • Jean Pierre Bonnerot, « Un aventurier de la gnose
sage éphémère dans l'Église gnostique de Doinel, cette occidental : Jules Doinel », in Le monde Inconnu,
église, selon lui, ne bénéficiant d'aucune transmission au- décembre 1979
thentique.
Doinel meurt subitement dans la nuit du 16 au 17 mars • Robert Amadou, « L'Église Gnostique - histoire,
1902. doctrine, rites », in : L'Autre Monde, mai 1982

• Robert Amadou, « Vers la Gnose Restaurée : Jules


Doinel de Niort à Orléans », in : L'Autre Monde, n.
20.2 Notes et références 63, septembre 1982, p. 24.

[1] Christian Doumergue, Franc-Maçonnerie & histoire de • Robert Amadou, « Jules Doinel franc-maçon et res-
France, Paris, 2016, Ed. de l'Opportun, p. 293-296. tauratur de la Gnose », in : L'Autre Monde, n. 66,
décembre 1982, p. 16.

• Robert Amadou, préface à Lucifer démasqué, Slat-


20.3 Bibliographie kine, 1983.

• René Le Forestier (1868-1951), L'occultisme en


20.3.1 Publications de Jules Doinel France au XIXe et XXe siècle : l'Église Gnostique,
1990, Archè, Milan.
• Histoire de Blanche de Castille (1870)

• Discours sur l'histoire de la Franc-Maçonnerie orléa-


naise (1887), 23 p. 20.5 Voir aussi
• Jeanne d'Arc telle qu'elle est (1892)
20.5.1 Articles connexes
• Lucifer démasqué (1895), 394 p. (ISBN 2-914354-00-
2). Signé Jean Kostka. Édition Dualpha, 2009, 408 • L'Antimaçon
p. Il s’agirait selon l'auteur de dénoncer un endoc-
trinement programmé visant à asseoir une forme de • Église gnostique apostolique
gouvernance occulte néo-luciférienne. • Ésotérisme
• Hymnarium gnosticum oratorii Electensis et Mirapis- • Jean Bricaud
cencis dioceseos, editum jusu (“sic”) illustrissimi et ho-
noratissimi D. D., episcopi (1901), 16 p. • Jules Guérin
58 CHAPITRE 20. JULES DOINEL

20.5.2 Liens externes


• Notices d'autorité : Fichier d'autorité internatio-
nal virtuel • Bibliothèque nationale de France
(données) • Système universitaire de documentation
• Bibliothèque du Congrès • WorldCat

• Histoire de l'Église Gnostique


• Jules Doinel et l'Église Gnostique de France

• Portail de l’histoire

• Portail des religions et croyances

• Portail de la France au XIXe siècle

• Portail de la franc-maçonnerie
Chapitre 21

Karl Wolff

Pour les articles homonymes, voir Wolff. 21.2 Première Guerre mondiale
Karl Wolff
Après son Abitur, obtenu en avril 1917, le jeune Karl de-
Karl Wolff. vance l'appel. Il fait quatre mois de classe et, en septembre
1917, se porte volontaire pour combattre sur le front. Il se
Karl Friedrich Otto Wolff (13 mai 1900 à Darmstadt bat sur le front occidental. À la fin de la guerre, il quitte
- 17 juillet 1984 à Rosenheim) est un général allemand. l'armée avec le grade de lieutenant.
Obergruppenführer et général des Waffen-SS, il fut chef
d'état major de Heinrich Himmler, et officier de liaison En 1931, Karl Wolff rejoint le parti nazi et en 1932, les
de la SS auprès d'Hitler. SS. Il gravit les échelons pour devenir chef d’état-major
du Reichsführer SS en 1933.

21.3 Seconde Guerre mondiale


21.1 Biographie Karl Wolff participe à l'entrevue d'Hendaye d'octobre
1940, une entrevue diplomatique à laquelle participent
le chancelier Hitler et Franco. Du 12 au 15 juin 1941,
au château de Wewelsburg, il participe à la réunion des
gruppenführer SS, organisée par Himmler et Heydrich.
Himmler y expose sa vision de l'avenir de l'Allemagne,
où la campagne de Russie joue un rôle décisif, avec pour
objectifs, une fois la conquête à l'Est terminée, de chas-
ser hors d'Europe tous les Juifs du continent et de mettre à
mort entre 20 et 30 millions de slaves[1] . À cette époque,
Karl Wolff est en compétition constante avec Heydrich,
les deux hommes se considérant comme les héritiers de
Himmler, qui, de son côté, alimentait secrètement cette
compétition[2] . De février à octobre 1943, Wolff assure
la fonction de gouverneur militaire et de chef supérieur
de la police SS, du nord de l'Italie. En mai 1945, Wolff
négocie la reddition de l'ensemble des troupes allemandes
restant en Italie, lors de l’opération Sunrise.
De gauche à droite : le général Karl Wolff, Himmler, Franco et le
ministre des Affaires étrangères Ramón Serrano Súñer. Derrière
Franco, le général José Moscardó. Photographie du 25 octobre
1940 lors de l'entrevue d'Hendaye. 21.4 Après guerre
Arrêté le 13 mai 1945, peu après la capitulation du Troi-
Karl Wolff voit le jour le 13 mai 1900, à Darmstadt, sième Reich, Wolff est jugé par la justice. Il est condamné
en Allemagne. Il suit sa scolarité à Darmstadt et à à quatre ans de prison. Wolff ne purge que quelques se-
Schwerte en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. À côté de maines, mais en 1962, il est de nouveau jugé et reconnu
l'enseignement général du Ludwig-Georgs-Gymnasium, il coupable de la déportation de 300 000 Juifs vers le camp
suit une formation militaire donnée par la Jugendwehr. d’extermination de Treblinka. Il est alors condamné à 15
Il est affecté au 115e Leibgarde-Infanterie-Regiment, ans de prison et, encore une fois, ne purge qu’une partie
comme Fahnenjunker. de sa sentence, étant relâché en 1971.

59
60 CHAPITRE 21. KARL WOLFF

Karl Wolff s’éteignit le 17 juillet 1984 à Rosenheim, en


Haute-Bavière. Par sa sœur, Karl Wolff était le beau-
frère du comte Klaus von Baudissin, commissaire de
l'exposition sur l'Art dégénéré en 1937[3] .

21.5 Controverses
Wolff est un personnage controversé. Certains pensent
qu’il était parfaitement informé du fonctionnement in-
terne des SS et de ses activités d’extermination, contrai-
rement à ce qu’il admettait. Il prétendait en effet ne rien
savoir des camps d’extermination nazis, alors qu'il était
un officier de haut rang dans les SS. Dans un documen-
taire intitulé « The World At War », il a toutefois admis
qu’il avait été le témoin de l'exécution de prisonniers juifs
avec Himmler, allant jusqu’à décrire les jets de cervelles
sur la veste du Reichsführer-SS.
Par ailleurs, il aurait reçu la mission d'enlever le pape Pie
XII. Il se serait toutefois désisté[4] .

21.6 Notes et références


• (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu
de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Karl
Wolff » (voir la liste des auteurs).

[1] Saul Friedländer les années d'extermination


Points/Histoire éd. du Seuil 2007 p.192 (ISBN 978-2-
7578-2630-0)

[2] Cf. Dererichs Heydrich p.87

[3] Ernst Klee : Das Kulturlexikon zum Dritten Reich. Wer war
was vor und nach 1945 ?, S. Fischer, Frankfurt am Main,
2007.

[4] CNS STORY : New book details Hitler plot to kidnap


pope, foiled by Nazi general

• Portail de l’histoire militaire

• Portail du nazisme

• Portail de la Seconde Guerre mondiale

• Portail de l’Allemagne
Chapitre 22

Wewelsburg

Wewelsburg (prononcer [ˈveːvəlsˌbʊɐ̯k]) est un château le lieu dans lequel auraient lieu les prestations de serment
Renaissance situé en Westphalie dans le nord-est de des Gruppenführer[2] , le château étant destiné non seule-
la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, en Allemagne. Il se ment à accueillir les blasons des Gruppenführer défunts
trouve dans le village de Wewelsburg, qui dépend de (ce qui pose d'ailleurs problème, la plupart n'ayant pas
la municipalité de la ville de Büren dans le district de d'armoiries) mais aussi à les accueillir une fois par an
Paderborn et la vallée d'Alme. dans une salle prévue à cet effet : dans les faits, une seule
réunion eut lieu, en juin 1941[2] .
Le château est bâti selon un plan en triangle. Il est connu
pour avoir été le quartier général de la SS à partir de 1934 En 1934, Heinrich Himmler, Reichsführer de la SS, avait
sous la direction de Heinrich Himmler. signé pour un bail centenaire pour 100 Reichsmark par
an avec le district de Paderborn pour la location du châ-
teau, qu'il avait l'intention non seulement de rénover et
de remodeler afin d'en faire une école de cadre de la
22.1 Histoire SS (Reichsführerschule SS), mais aussi d'en faire le quar-
tier général de la SS[3] . Centre d'études et de forma-
Le Wewelsburg a été construit de 1603 à 1609 en tion spirituelle des SS, le château est aussi un musée,
tant que résidence de campagne des princes-évêques de consacré à l'art et à l'archéologie germaniques, chers
Paderborn. Il est restauré par le prince-évêque Dietrich à Himmler, alimenté par les résultats des fouilles de
Adolf, après les dévastations de la Guerre de Trente Ans. l'Ahnenerbe[4] ; y sont également exposées des reproduc-
En 1802, le château devient la propriété de la couronne tions des regalia, c'est-à-dire la couronne, le globe et le
de Prusse. sceptre, de l'empereur germanique, ainsi que la Lance de
Saint Longin[4] . Organisé comme un lieu d'études, le châ-
teau contient aussi une bibliothèque de 12 000 volumes,
22.1.1 Himmler à Wewelsburg tous consacrés à l'histoire germanique[4] .
Des cours pour les officiers sur la mythologie,
En novembre 1933, Heinrich Himmler, Reichsführer de
l'archéologie et l'art y étaient enseignés. Les domaines
la SS, en quête d'un bâtiment pour l'école SS qu'il compte
d'activité ont été :
mettre en place, visite le château[1] . Son emplacement à
50 km des Externsteine, qui seront une des bases “scien-
tifiques” de la propagande nazie sur le patrimoine ger- • la préhistoire
manique de l'Allemagne, est idéal. À l'issue de travaux
de rénovation effectués par des prisonniers venant d'un • histoire médiévale et études folkloriques
camp spécialement créé aux alentours du château (Camp
• mise en place de la “Bibliothèque de la Schutzstaffel
de concentration de Niederhagen), il se voit remettre les
à Wewelsburg”
clés du château par la municipalité, le 22 septembre 1934,
au cours d'une cérémonie. Pour la gestion quotidienne • le renforcement de l'idéologie nationale socialiste
de l'endroit, Himmler nomme un capitaine du château, dans le village de Wewelsburg
Manfred von Knobelsdorff, responsable de l'école des
cadres de la SS et beau-frère de Walter Darré, qui or-
ganise le transfert de cette structure de formation dans Lieu de recherche, le château est aussi un lieu de culte.
le château[1] . Au fil des années, Himmler fait élaborer Des cérémonies néopaïennes sont organisées ; dans la
des plans de transformations du château afin d'en faire crypte, aménagée sous la tour Nord, doit brûler en per-
un lieu de cérémonies et de représentations, dans lequel manence la flamme éternelle de la SS[4] .
il se rend plusieurs fois par an[2] : ainsi, il organise une Dès 1936, Himmler voulait en faire un centre idéologique
rencontre au plus haut niveau de la SS en mai 1938, et représentatif des activités de la SS. Selon ses plans,
puis, en novembre, il souhaite que le château devienne le château devait être le « Centre du Monde nouveau »

61
62 CHAPITRE 22. WEWELSBURG

(Zentrum der neuen Welt) après la “victoire finale”. Ain-


si, le château, situé sur éperon rocheux, devait être le
centre d'un ensemble architectural en arc de cercle do-
té de vastes bâtiments monumentaux, propres à accueillir
le centre intellectuel et spirituel de l'empire SS[4] . Centre
névralgique de la SS, le château doit être tenu à l'écart de
la curiosité de la presse, interdisant toute publication sur
le château médiéval[2] . • Façade est avec le
L'architecte désigné pour le projet était Hermann Bartels. pont d'accès
Peu de temps avant la fin du conflit, Himmler donne son
accord pour un projet de rénovation grandiose du châ-
teau, mais les multiples directives qu'il laisse laissent pen-
ser qu'il n'avait pas d'idées claires sur ce que devait de-
venir le château[5] . Il souhaite néanmoins disposer d'une
chambre dans laquelle on trouverait un gobelin et une
vierge, doter le château à la fois d'un planétarium et d'un
trésor sous la forme de métaux précieux, pour les temps
difficiles[2] . • Cour intérieure
Entre 1939 et 1943, le Reichsarbeitsdienst (« Service du
travail du Reich ») effectue alors les travaux nécessaires
en employant des prisonniers des camps de concentration
de Sachsenhausen et Niederhagen.
Deux chambres ont été construites dans la tour nord
du château. Celles-ci peuvent encore être visitées au-
jourd'hui :
• Cour intérieure. À gauche : la tour
• une chambre représentative, le Obergruppenführer- nord
saal (« salle des Obergruppenführer » c’est-à-dire
littéralement : « salle des généraux »). Sur le sol en
marbre a été installé un ornement vert foncé, une
mosaïque circulaire, au milieu duquel se trouve un
disque d'or. Le terme de "Soleil noir", désignant la
roue solaire de Wewelsburg, a été utilisée après la
Seconde Guerre mondiale.

• Au sous-sol : une chambre pour la prière des morts • Cour intérieure


(inachevée). Peu avant la fin de la guerre, la SS a fait
exploser la pièce qui a été partiellement détruite.

22.4 Notes et références


22.2 Après la guerre
[1] Peter Longerich, Himmler, p. 288.
De nos jours, depuis 2010, une auberge de jeunesse et un
[2] Peter Longerich, Himmler, p. 289.
musée se trouvent dans le château.
[3] Laurent Olivier, Nos Ancêtres les Germains, p. 86.
[4] Laurent Olivier, Nos Ancêtres les Germains, p. 87.
22.3 Galerie [5] Peter Longerich, Himmler, p. 290.

22.5 Bibliographie
• (fr) Peter Longerich, Heinrich Himmler. Biographie,
München (Siedler) 2008, Trad. française, Himmler.
L'éclosion quotidienne d'un monstre ordinaire, édi-
• “Obergruppenführersaal” tions Héloise d'Ormesson, Paris, 2010, (ISBN 978-2-
35087-137-0).
22.7. LIENS EXTERNES 63

• (fr) Laurent Olivier, Nos ancêtres les Germains, Les


archéologues au services du nazisme, Paris, Tallan-
dier, 2012, 314 pages, (ISBN 978-2-84734-960-3).

22.6 Articles connexes


• Ahnenerbe

• Mysticisme nazi

22.7 Liens externes


• Le site web officiel de Wewelsburg (allemand)

http://www.wewelsburg.de/ Le site du musée du château


de Wewelsburg

• Information pour visiteurs (en)


• Wewelsburg from 1933 to 1945, place of cult and
terror (en)
• The North Tower of Wewelsburg Castle (en)

• http://www.heresie.com/wewelsburg.htm

• Portail des châteaux

• Portail de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie

• Portail de la protection du patrimoine


Chapitre 23

Rudolf Rahn

Pour les articles homonymes, voir Rahn. • Maria Keipert, ed., Biographisches Handbuch des
Rudolf Rahn deutschen Auswärtigen Dienstes 1871–1945, vol. 3
L–R Modèle :De icon (Auswärtigen Amt, Histori-
scher Dienst, 2008, ISBN 978-3-506-71842-6), pp.
Rudolf Rahn (16 mars 1900 – 7 janvier 1975,
557–559
Düsseldorf) est un diplomate allemand, durant la
République de Weimar et sous les Nazis, à Ankara, Lis-
bonne, Paris, en Syrie, en Tunisie et en Italie qui fut jugé
au Procès de Nuremberg mais relaché en 1949. 23.4 Bibliographie
• Eckart Conze, Norbert Frei, Peter Hayes, Moshe
23.1 Biographie Zimmermann : Das Amt und die Vergangenheit.
Deutsche Diplomaten im Dritten Reich und in der
Bundesrepublik (Munich : Karl Blessing, 2010,
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
ISBN 978-3-89667-430-2)
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
• Ernst Klee, Das Personenlexikon zum Dritten Reich.
Wer war was vor und nach 1945 ? (Frankfurt : S.
Fischer, 2003, ISBN 3-596-16048-0)
23.2 Récompenses
• Bernd Philipp Schröder, Deutschland und der Mit-
tlere Osten im Zweiten Weltkrieg. Reihe : Studien und
• Croix du Mérite de guerre (22 juin 1943) Dokumente zur Geschichte des 2. WK #16 (Göttin-
• Croix de fer, 1939, 1e classe gen : Arbeitskreis für Wehrforschung, 1975, ISBN
3-7881-1416-9)

• Martin Seckendorf, Die Okkupationspolitik des deut-


23.3 Articles schen Faschismus in Jugoslawien, Griechenland, Al-
banien, Italien und Ungarn : (1941–1945) (Bunde-
• Das Reich in der Verfassungsidee von 1848 und 1919 sarchiv, Europa unterm Hakenkreuz vol. 6) (Berlin
["The Reich in the Constitutional Idea of 1848 and & Heidelberg : Hüthig, 1992, ISBN 3-8226-1892-
1919"] (Heidelberg : 1924, thesis) 6)

• Ruheloses Leben : Aufzeichnungen und Erinnerungen


["A Restless Life : notes and recollections"] (Düssel-
dorf : Diederichs Verlag, 1949)
23.5 Liens externes
• Talleyrand. Portrait und Dokumente ["Talleyrand : a • Rudolf Rahn fr. Diplomat at munzinger.de, accessed
portrait and documents"] (Tübingen : H. Laupp’sche 6 January 2013
Buchhandlung, 1949)
• The Destruction of the Jews of Hungary at holocaus-
• Ambasciatore di Hitler a Vichy e a Saló ["Hitler’s tresearchproject.org, accessed 13 January 2013
Ambassador to Vichy and to Salo"] (Milan : Gar-
zanti, 1950) • Akten zur deutschen Auswärtigen Politik, Serie E :
1941-45, vol. VI for 1 May - 30 September 1943
• Anker im Bosporus und spätere Gedichte ["Anchor (Göttingen, 1979), pp. 533-534 : A Führer Order
in the Bosphorus and later poems"] (Düsseldorf : dated 10 September 1943 appointed Rahn, Wolff,
1973) and Kesserling to their new posts.*Tim Cooke,

64
23.5. LIENS EXTERNES 65

Adrian Gilbert, Robert Stewart, et al., History of


World War II (Marshall Cavendish Corporation,
2004, ISBN 076147482X), p. 560

• Richard J. Evans, David Irving, Hitler and Holocaust


Denial, Background online at hdot.org, accessed 13
January 2013
• Arrigo Petacco, La seconda guerra mondiale – I pro-
tagonisti vol. 8, Rome : Armando Curcio ù
• Clyde Haberman, Magazine Says Hitler Planned to
Abduct Pope in The New York Times dated July 21,
1991

• Portail de la politique

• Portail de l’Allemagne
Chapitre 24

Karl Maria Wiligut

Karl Maria Wiligut, connu aussi sous les pseudonymes sonniers, près de Lviv, en Galicie. Il est démobilisé le 1er
Karl Maria Weisthor et Jarl Widar[1] (10 décembre janvier 1919[6]
1866 à Vienne - 3 janvier 1946 à Arolsen) est un intel-
lectuel ésotériste autrichien. Colonel dans l'armée austro-
hongroise, puis SS-Brigadeführer, il est surtout connu 24.1.2 L’ésotériste incompris
pour avoir été un chantre de l'idéologie mystique na-
zie[I 1] . En janvier 1919, le colonel Wiligut fait valoir ses droits
à la retraite et quitte le service actif. Il s’installe alors à
Morzg, non loin de Salzbourg, où il s’adonne à ses ré-
flexions. Karl Maria Wiligut reçoit Theodor Czepl de
24.1 Biographie l'Ordo Novi Templi, l'"Ordre nouveau du Temple”, en
1921, et se rapproche de ce groupuscule, influencé par
Karl Maria Wiligut naît le 10 décembre 1866 à Vienne son fondateur[7] .
(Autriche), dans une famille catholique. Fils aîné dans
Au début des années 1920, il commence à être célèbre
une famille à forte tradition militaire, il rejoint, à l'âge
[2] parmi les nationalistes friants d'occultisme[8] , par ses
de 14 ans, l'école des cadets de Vienne-Breitensee .
multiples écrits liant nationalisme extrême et occultisme
germanique[7] .
24.1.1 Le soldat idéaliste Il est déclaré schizophrène et mégalomane par un tribu-
nal de Salzbourg, saisi à la demande de son épouse[9] . En
À 17 ans, Wiligut s’engage dans l'armée impériale austro- 1924, Wiligut est hospitalisé, puis interné dans un asile
[10]
hongroise. Affecté dans le régiment d'infanterie Milan Ier psychiatrique, pour paranoïa ; il reste interné jusqu'en
de Serbie, il est promu lieutenant en 1888[3] . En 1884, 1927. Sa schizophrénie trouve son origine dans la mort en
il est affecté à Mostar, en Bosnie-Herzégovine occupée bas âge de son unique fils, interrompant la filiation et la
[11]
par la double monarchie, puis, au fil de ses promotions, transmission des savoirs dont il s’estime le dépositaire .
sous-lieutenant en 1888, lieutenant en 1892, capitaine en
1903, puis major en 1912, il est amené à servir dans tout
l'empire austro-hongrois[4] 24.1.3 Le maître à penser
L'année suivante, il rejoint la loge para-maçonnique En 1932, Wiligut quitte famille et amis pour s’installer
Schlaraffia. En 1903, Karl Maria Wiligut publie Sey-
à Munich. Dans cette ville, sous le nom de Weisthor[9] ,
frieds Runen[5] . il y bénéficie d'une certaine notoriété notamment auprès
En 1906, il épouse Malwine Leuts von Teuringen of des membres de la société de l'Edda, fondée en 1925 par
Bozen[3] , de qui lui naissent deux filles, Gertrude et Char- Rudolf John Gorsleben[12] . Il côtoie Frieda Dorenberg,
lotte. En 1908, il publie Neun Gebote Gots, où il prétend Ernst Rüdiger Starhemberg et rencontre le Reichsführer-
être l'héritier d'une ancienne tradition irministe[N 1] . SS Heinrich Himmler à une conférence de la Nordische
Pendant la Première Guerre mondiale, Wiligut sert Gesellschaft, une association culturelle exaltant les valeurs
comme lieutenant-colonel, commandant, sur les fronts du germano-scandinaves. Ses théories sur les valeurs germa-
Sud et de l'Est. En 1915, nommé lieutenant-colonel, il re- niques archaïques lui valent un accueil enthousiaste parmi
çoit la mission de réorganiser deux unités de réserve, puis les membres du NSDAP.
est dépéché sur le front italien ; en juin 1916, il reçoit la Il est présenté à Himmler durant le mois de septembre
charge d'organiser la réserve dans la région de Salzbourg. 1933[7] , par l'un de ses proches, Richard Anders, alors
Le 1er août 1917, le commandant Wiligut est promu au officier SS ; il intègre rapidement le cercle des proches
grade de Oberst. En mai 1918, le colonel Wiligut quitte le de Himmler, impressionné par ses dons[2],[13] . Puis, en
front pour prendre le commandement d'un camp de pri- 1934, promu au grade de SS-standartenführer, colonel

66
24.2. THÈSES 67

SS, puis général[7] , par Himmler en personne, Wiligut re- SS le 28 août 1939. De plus la révélation de son passé
joint alors l' Ahnenerbe et se voit confier des recherches médical, ainsi que le traitement imposé par Himmler le
sur la préhistoire des peuples germaniques[12] . Pour ce rendent alcoolique et dépressif[21] .
dernier, il prépare un certain nombre de textes, articles Rapidement écarté, confié à une gouvernante membre
à ambition scientifique ou poèmes personnels, publiant du cabinet personnel de Himmler[21] , Wiligut séjourne
des textes du clan Asa-Uana Ulligotis, dont il s’affirme alors à Aufkirchen, dans un appartement attribué par
dépositaire de la tradition orale[8] . Non content de pro- la SS, puis, à partir de 1940, à Goslar, à sa demande ,
poser à Himmler ses conceptions toutes personnelles de près du lac de Wörthersee en 1943, et enfin à Arolsen,
l'antiquité germanique, il lui assure la présence d'une ci-
dans la Hesse ; il en est expulsé en 1945 par les unités
vilisation d'origine atlante, donc nordique, en Asie cen- d'occupation britanniques[20] .
trale[N 2],[14] . Wiligut fait ainsi parvenir à Himmler ses
articles dédicacés publiés dans des revues païennes, des Il décède à Arolsen, le 3 janvier 1946, dans l'anonymat, sa
poèmes ou rédige des notes de lectures destinées à Himm- santé, affaiblie par les médications ordonnées par Himm-
ler pour la préparation d'un ouvrage consacré au père du ler, ne résistant pas aux multiples déménagements qui lui
Reichsführer-SS[15] . sont imposés entre 1943 et 1945[22] .
Devenu référent mythologique du Reichsführer-SS, Wi- Présenté comme le "Raspoutine d'Himmler”[5] , il est cré-
ligut intègre durant le printemps 1935 l'état-major parti- dité par ces derniers d'une grande influence sur la SS[16] .
culier de Himmler ; il est promu SS-Brigadeführer, géné- En réalité, Wiligut n'a jamais joué qu'un rôle mineur au
ral de brigade SS, en 1936. Il conseille le port du SS- sein de la SS[7] . La légende de l'importance de Wiligut au
Ehrenring, l'anneau à tête de mort à motifs runiques, sein de la SS se développe grâce à l'un de ses disciples dde
pour tous les membres des SS[12] , dont il a élaboré le Wiligut, Rudolf Mund, compilateur de notes et témoi-
dessin en 1931[16] (après sa disgrâce, Himmler conserve gnages d'admirateurs de Wiligut[23] , et ancien membre
l'anneau SS de Wiligut dans son propre coffre-fort[17] ) ; de des SS, selon Christian Bouchet[7] .
même, il propose l'association de symboles devant orner
les tombes des SS tués au combat, suggérant de substi-
tuer à la Croix chrétienne une croix à branches égales[17] .
Il élabore également un certain nombre de rituels utili- 24.2 Thèses
sés par la SS, dont le rituel du mariage[16] . Concepteur
de cérémonies païennes mises en œuvre au sein de la SS,
Dans ces écrits, Wiligut développe une vision parti-
il officie lors de la cérémonie de bénédiction du nom du
culière de l'humanité, issue de ses soi-disant capacités
troisième enfant de Karl Wolff, présidée par Himmler en
médiumniques et de secrets immémoriaux qui lui auraient
personne[18] .
transmis oralement.
Expert mythologique de Himmler, rédacteur du culte
dont ce dernier s’entoure, il choisit également les lieux de
ce culte. Ainsi, il choisit, pour le compte de Himmler, le
château de Wewelsburg, comme place centrale pour la SS, 24.2.1 Filiation
sur le modèle du château de Marienbourg, place forte cen-
trale des chevaliers teutoniques[10] : selon lui, le château S'affirmant dépositaire d'une tradition orale, qu'Himmler
aurait été au centre d'une « bataille du Bouleau », au cours tente d'obtenir en le droguant, Wiligut propose à ce der-
de laquelle une armée venue de l'Est aurait été défaite par nier le retour à une religion germanique originelle, dis-
une armée occidentale, et constituerait un môle de résis- parue depuis 1200, date à laquelle les textes qui la défi-
tance face à une nouvelle invasion venue de l'Est[19] . De nissent auraient été brûlés sur l'ordre de Louis le Pieux,
plus, il participe à son aménagement, afin de le rendre roi ou empereur non nommé plus précisément[8] .
propice, selon lui, à la célébration de cultes germaniques Il affirme en 1919 être un mage, dont l'ascendance comp-
ancestraux[20] . terait des magiciens et être doté de dons psychiques[9] , un
[14]
De même, il oriente un certain nombre de fouilles de la descendant de Thor , d'un clan Goth issu des Ases, et
[8]
SS sur les Externsteine, lieu spectaculaire sculptée par d'une lignée secrète des rois de Germanie : le secret de
l'érosion et petite résidence aristocratique médiévale . cette ascendance lui aurait été transmise par son grand-
[10]

père, puis son père[24]


La lignée des Wiligoten peut être remontée grâce à la
24.1.4 Disgrâce et mort généalogie sur 78 000 ans[réf. souhaitée] , mais il a cepen-
dant prétendu être en mesure de remonter sur 225 000
Mais en 1939, le passé salzbourgeois de Wiligut ayant ans[10] . Cette affirmation, à la base de sa célébrité dans
refait surface, il tombe dans une relative disgrâce, d'abord les milieux völkisch, ne peut être datée avec précision,
en raison de la découverte de son passé psychiatrique, puis les sources étant rares ; il affirme d'ailleurs à ses corres-
en raison des réserves formulées par Hitler au sujet de pondants que sa couronne serait à Goslar et son épée à
l'occultisme[17] . Il est alors obligé de démissionner de la Steinamanger[24] .
68 CHAPITRE 24. KARL MARIA WILIGUT

24.2.2 Doctrine 24.4 Notes et références


Célèbre dans les miieux , Karl Maria Wiligut expose sa
24.4.1 Notes
doctrine dès le début des années 1920[25] .
[1] Irmin était le dieu de la guerre du peuple saxon
24.2.3 Conceptions de l'Histoire [2] Himmler soutient, devant un anthropologue allemand,
cette thèse, affirmant que Staline, comme Attila, seraient
Dans son ouvrage, Présentation du développement de d'origine nordique.
l'Humanité, tiré, selon l'auteur des récits transmis secrè-
tement par le clan Asa-Uana-Ulligotis, Wiligut divise
l'Histoire de l'humanité en sept périodes, dont quatre se 24.4.2 Liens externes
seraient déjà écoulées et se seraient achevées par un ca-
taclysme à l'échelle planétaire : lors de ce cataclysme, la [1] Notice d'autorité sur Katalog der Deutschen Nationalbi-
bliothek
Terre et un autre astre s’unissent, les populations de ces
deux objets célestes constituant de nouvelles races sur la
planète[8] . 24.4.3 Références
De plus, selon lui, le début de l'Histoire se situe en
228000 avant J-C ; jusqu'en 78000 avant J-C, cette His- [1] Mohler, 1989, pp. 90-92.
toire est rythmée par des conflits entre géants et nains, [2] Goodrick-Clarke, 2010, p. 320
entre autres[25] . En 78000, la fondation de la ville de
Goslar matérialise une courte période de paix, interrom- [3] Lange, 1998
pue par le renouveau des conflits entre les tenants de la
[4] Goodrick-Clarke, 2010, p. 321
religion irministe et les partisans du schisme wotaniste,
ces derniers ayant rapidement le dessus, d'abord en 9600 [5] Longerich, 2010, p. 277
avant J-C, lors de la crucifixion du prophète irministe
Baldur-Chrestos, puis en 1200 avant J-C, lors de la des- [6] Goodrick-Clarke, 2010, p. 323
truction du sanctuaire de Goslar[26] . [7] François, 2016, p. 101

[8] Longerich, 2010, p. 278


24.3 Distinctions [9] François, 2015, p. 51

• Österreichisches Militärverdienstkreuz mit Krieg- [10] Demoule, 2015, p. 196


sdekoration und Schwertern, IIIe classe. [11] Goodrick-Clarke, 2010, p. 328
• Österreichisches Militärverdienstmedaille, en ar- [12] Bouchet, 2007, p. 27 et 28
gent.
[13] Goodrick-Clarke, 2010, p. 330
• Österreichisches Militärverdienstmedaille, en
bronze. [14] Breitman, 2005, p. 58

• Militär-Jubiläumskreuz. [15] Longerich, 2010, p. 795, note 155

• Jubiläumserinnerungsmedaille [16] François, 2015, p. 52


• Erinnerungskreuz 1912/13. [17] Longerich, 2010, p. 279
• Karl-Truppenkreuz. [18] Longerich, 2010, p. 283
• Verwundetenmedaille. [19] Goodrick-Clarke, 2010, p. 336
• Österreichische Kriegserinnerungsmedaille, mit [20] Goodrick-Clarke, 2010, p. 334
Schwertern.
[21] Goodrick-Clarke, 2010, p. 342
• Medaille zur Erinnerung an den 13. März 1938.
[22] Goodrick-Clarke, 2010, p. 343
• Medaille zur Erinnerung an den 1. Oktober 1938.
[23] Longerich, 2010, p. 795, note 153
• Kriegsverdienstkreuz mit Schwertern (1939), IIe et
Ire classes. [24] Goodrick-Clarke, 2010, p. 324

• SS-Ehrenring [25] Goodrick-Clarke, 2010, p. 325

• SS-Ehrendegen [26] Goodrick-Clarke, 2010, p. 326


24.5. ANNEXES 69

24.5 Annexes

24.5.1 Bibliographie
• Christian Bouchet, Karl Maria Wiligut le Raspou-
tine d'Himmler, Avatar Éditions, 2007
• Richard Breitman, Himmler et la solution finale :
L'architecte du génocide, Paris, Calmann-Lévy,
2005 (ISBN 978-2-7021-4020-8)
• Jean-Paul Demoule, Mais où sont passés les Indo-
Européens ? : Le mythe d'origine de l'Occident, Pa-
ris, Seuil, coll. « La bibrairie du XXIe siècle », 2015,
742 p. (ISBN 978-2-02-029691-5)
• Stéphane François, Les Mystères du nazisme : Au
sources d'un fantasme contemporain, Paris, Presses
Universitaires de France, 2015 (ISBN 978-2-13-
062457-8)

• Stéphane François, Extrême-droite et ésotérisme :


Retour sur un couple toxique, Paris, 2016, 9-169 p.
(ISSN 2271-278X)

• Nicholas Goodrick-Clarke, Les racine occultes du


nazisme : Les sectes secrètes aryennes & leur in-
fluence sur l'idéologie du IIIe Reiche, Camion Noir,
2010, 508 p. (ISBN 978-2-35779-054-4)
• Hans-Jürgen Lange : Weisthor - Karl-Maria Wiligut
- Himmlers Rasputin und seine Erben, 1998.
• Peter Longerich, Himmler : L'éclosion quotidienne
d'un monstre ordinaire [« Heinrich Himmler. Biogra-
phie »], Paris, éditions Héloise d'Ormesson, 2010,
917 p. (ISBN 978-2-35087-137-0)
• Armin Mohler : Die Konservative Revolution in
Deutschland 1918–1932. Ein Handbuch. Ergän-
zungsband. Mit Korrigenda zum Hauptband. Darm-
stadt, 1989.
• Rudolf J. Mund : Der Rasputin Himmlers, Vienne,
1982
• Wiligut, Karl Maria : The Secret King : Karl Ma-
ria Wiligut, Himmler’s Lord of the Runes. Dominion,
2001.

24.5.2 Voir aussi


• Ariosophie

• Portail de la littérature

• Portail de la République de Weimar

• Portail du nazisme
Chapitre 25

Mysticisme nazi

Des informations de cet article ou section de-

Soleil noir.

vel âge, ou de l’âge du verseau) développés à la fin du


Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
XIXe siècle et au début XXe siècle. Il permettra à Adolf
Hitler d'attribuer une signification religieuse, celle d'un
vraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans médiateur, d'un prophète ou d'un messie, à sa personna-
la bibliographie, sources ou liens externes (février 2009). lité et à sa doctrine.
Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des réfé- L'établissement du lien entre ésotérisme et nazisme peut
rences à l'aide d'appels de notes. se faire sur plusieurs plans :
Le mysticisme nazi (ou l'ésotérisme nazi) est une ap-
pellation qui sert à désigner de manière globale un en-
semble de doctrines florissantes en Allemagne avant ou • Celui de l'histoire, bien que ces aspects idéologiques
pendant le régime nazi et mêlant le pangermanisme et aient longtemps été considérés comme secondaires
l'aryanisme à des doctrines ésotériques. Elles s’inspirent par rapport aux aspects politiques du nazisme.
de théories développées en Allemagne à partir du début
du XIXe siècle (Ariosophie, l'Armanisme, l'Armanen- • Celui de la religion et de l'histoire des mouvements
Orden, l'Artgemeinschaft, etc.). religieux, en particulier pour savoir si le nazisme
Ce courant quasi-religieux consiste en fait en la com- participe ou s’oppose au christianisme[1] .
binaison du pangermanisme et racisme allemand avec
l'occultisme, l'ésotérisme, et le paranormal et une • Celui des arts et de la littérature, dans la mesure
philosophie de l'histoire qui est un messianisme sécula- où le mélange du nazisme et de l'ésotérisme a une
risé. Le nazisme ne se veut pas seulement une idéologie forte charge émotionnelle (fascination du mal, goût
politique, mais aussi une vision globale du monde. Ses du mystère révélé, goût pour le paranormal) et un
racines plongent en effet pour une bonne part sur un en- fort potentiel romanesque dont les thèmes sont em-
semble de mythes raciaux et occultistes (mythes du Nou- pruntés couramment dans des œuvres de fiction.

70
25.2. LES RACINES OCCULTISTES DU NAZISME 71

25.1 Vue d’ensemble voient comme des untermensch ou races inférieures.

25.1.1 Histoire
25.2 Les racines occultistes du na-
Le mysticisme nazi est un mouvement initiatique völkisch
qui plonge ses racines tant dans les doctrines de la Société zisme
Thulé et de la Société théosophique que dans les idées
d'Arthur de Gobineau. Guido von List et Jörg Lanz von Une floraison de théories et organisations mêlant occul-
Liebenfels en furent d’importantes figures précoces, et tisme et racisme germanique “aryen” ont préparé la voie
des événements signifiants après la Seconde Guerre mon- au nazisme au début du XXe siècle. Les théories déve-
diale furent la fondation de l'Artgemeinschaft par Jürgen loppées seront au cœur de l'idéologie nazie, en particu-
Rieger et celle de l’Armanen-Orden en 1976 par Adolf lier chez Alfred Rosenberg (le “philosophe” du parti) et
Schleipfer. Daniel Gasman montre l'influence qu'exerça Himmler et la SS.
le monisme d'Ernst Haeckel sur le nazisme.
Selon certains, Hitler lui-même semble avoir porté un cer-
tain intérêt pour l'occultisme nazi. Pour d'autres, Hitler 25.2.1 La mythique Société du Vril (fin
n’avait que mépris pour les occultistes et préférait l’acti- XIXe siècle)
visme politique auprès des masses. Cependant, les théo-
ries occultistes vont directement et fortement influencer Article détaillé : Société du Vril.
le cercle intérieur des idéologues nazis. En particulier,
Heinrich Himmler et la SS, Alfred Rosenberg (le « phi-
Dans son livre Monsieur Gurdjieff, Louis Pauwels préten-
losophe » officiel du nazisme), Rudolf Hess (dauphin
dit qu’une certaine Société du Vril (ou grande loge lumi-
d'Hitler avant sa fuite de 1941), Richard Walther Dar-
neuse) avait été fondée à Berlin à la fin XIXe siècle par des
ré (théoricien du nazisme rural), sont connus pour s’être
rosicruciens, dont le général Karl Haushofer. Néanmoins,
intéressés au mysticisme et au paranormal.
Pauwels se dédit plus tard concernant plusieurs points de
L’hitlérisme ésotérique est centré sur les mythologies son livre[réf. nécessaire] .
« païennes » (nordique notamment) pré-chrétiennes sup-
La Société du Vril s’inspirerait des idées de Louis Jacol-
posément propres à des races données, et l'inclusion d'une
liot (ésotérisme, indianisme, occultisme) et de Edward
figure mythifiée d'Adolf Hitler dans l'écheveau de ces my-
Bulwer-Lytton pour son ouvrage « La race qui nous sup-
thologies.
plantera » (1873), qui aurait été lu par Hitler. Le “Vril”
Le rôle joué par le mysticisme dans le développement serait l’énergie cachée en soi qui permet de devenir un
du nazisme et ses idéaux fut identifié par des étrangers surhomme.
au moins dès 1940, avec la publication des Occult Causes
La plupart des historiens avancent que la Société du Vril
of the Present War (« Causes Occultes de la Guerre Ac-
n’a pas existé, ou du moins qu’une telle société, si tant est
tuelle ») de Lewis Spence. À ce propos, Spence identifia
qu’elle existât, n’eut pas d’impact sur le nazisme : elle n’est
précisément un sous-courant païen dans le nazisme (qu’il
en effet pas mentionnée dans la vaste biographie d’Hitler
imputait en grande partie à Alfred Rosenberg), bien que
par Ian Kershaw ni dans celle faite par Alan Bullock, pas
certaines de ses autres conclusions - tel que la connexion
plus que dans la biographie d’Hermann Göring par Wer-
du nazisme avec les Illuminati, et automatiquement l’assi-
ner Maser ou dans le livre sur l’histoire de la Schutzstaffel
milation du paganisme au « satanisme » - soient peut-être
(SS) par Heinz Hoehne.
moins crédibles.

25.1.2 Croyances centrales 25.2.2 L'armanisme de Guido List (1902)

Des thèmes comme l’origine de la race aryenne, les L’armanisme est une théorie développée par le
Teutons en général, et les peuples germaniques en par- pangermaniste Guido List, dit “Guido von List”
ticulier, ainsi que la présumée supériorité des soi-disant (1848-1919), écrivain occultiste (à partir de 1902)
Aryens sur les autres races, et ce que ces derniers préten- soutenu par les théosophes viennois, qui réalise pour la
daient au sujet de leurs racines, sont autant de concepts première fois la fusion de l’occultisme et de l’idéologie
clés. pangermaniste. Les théosophes apportent en particulier
l’idée de la succession de 5 races dans l’histoire mon-
Diverses localisations, tel que l’Atlantide, Thulé, diale : races astrale, hyperboréenne (ayant vécu aux
l’Hyperborée, Shambhala et d’autres sont suggérées pôles et disparue), lémurienne (ayant vécu sur une île
comme le foyer de la société originelle des surhommes. disparue dans l’Océan indien), atlante et aryenne. Des
Une autre croyance clé est que cette Herrenrasse (race traditions racontent qu'Helena Blavatsky, fondatrice de
supérieure) a été affaiblie par le métissage avec ce qu’ils la théosophie en 1875, aurait été initiée en Gobi par
72 CHAPITRE 25. MYSTICISME NAZI

l’élite sacerdotale cachée d’anciennes races (la SS enverra Flammarion 1999, page 218). C’est la Société de
plus tard une mission à leur recherche en Gobi). Thulé qui préside en 1919 à la formation du Parti
ouvrier allemand DAP, le parti nazi. La société
de Thulé sera la pépinière des futurs chefs du
La théorie mouvement puis du régime nazi (Ian Kershaw cite
Gottfried Feder, Dietrich Eckart, Karl Harrer, Hans
L’armanisme postule que l’Allemagne antique était une Frank, Rudolf Hess, Alfred Rosenberg, mais pas
civilisation supérieure dont la religion originelle, compre- Hitler lui-même)[2] .
nant renaissance et déterminisme karmiques, s’exprimait
sous deux formes : une forme exotérique (accessible à • Dietrich Eckart, qui a beaucoup influencé Hitler à
tous) qui était le wotanisme et une forme ésotérique (ré- ses débuts, est proche de l’éditeur Tarnhari, lui-
servée à des initiés) qui était l’armanisme. Les “Arma- même très influencé par Guido List.
nen” étaient, dans cette théorie, un légendaire groupe de
prêtres-rois de l’ancienne nation ario-germanique, adora- • Sous le régime nazi, les organisations de Guido List
teurs du dieu-soleil. seront cependant interdites (en 1942), probablement
pour ne pas interférer avec le doctrine occultiste “of-
La romanisation et la christianisation de l’Allemagne (par ficielle” de la SS[réf. nécessaire] .
Charlemagne en particulier) auraient obligé l’Armanisme
à se cacher pour se perpétuer à travers des organisations
Les historiens américains Jackson Spielvogel and David
(guildes, sainte-Vehme, templiers, rose-croix et franc-
Redles, pourtant plutôt partisans d'accorder une place
maçonnerie…), textes et légendes (Edda, Graal..), sym-
aux théories occultistes dans la formation du nazisme,
boles architecturaux et héraldiques, etc.
“Qu'Hitler ait eu une relation directe et personnelle avec
List réclame donc en 1911 le retour à l’âge d’or tradition- la Société Guido von List durant ses années à Vienne en
nel de l’Allemagne, soit la formation d’un empire germa- 1907-1913 n'a pas été définitivement établi”[3] .
nique, racialement « pur » de religion armaniste.
D’après l’épisode de la série "Decoding the Past" intitulé
25.2.3 L'ariosophie de Lanz-Liebenfels
“The Nazi Prophecies”, de The History Channel, Guido
von List est le fondateur de l’Ariosophie. Mais il semble (1905)
qu'il s’agisse d'une confusion avec la théorie de Lanz.
L'ariosophie (ou théozoologie ou aryo-christianisme) est
une théorie développée par Jörg Lanz-Liebenfels (dit
Organisations et influences armanistes “Jörg Lanz von Liebenfels”) (1874-1954), moine cister-
cien défroqué (en 1893) qui a quitté l’église (en 1899).
• Guido List fonde la Société List (1908) puis l’Ordre L'ariosophie constitue une fusion du christianisme et du
supérieur des Armanen (1911), qui se veut l’élite de racisme germanique. La théorie est publiée en 1905,
la Société List. dans le manifeste Theozoologie oder die Kunde von den
Sodoms-Äfflingen und dem Götter-Elektron (« Théozoolo-
L’armanisme influencera des organisations politiques gie ou la Tradition des Singes Sodomites et des Électrons
pangermanistes, en particulier : des Dieux »). Lanz appela d'abord sa doctrine théozoo-
logie (insistant sur son caractère “scientifique”) et aryo-
christianisme (sur son caractère religieux), avant d'opter
• Le journal Hammer (1902), puis les Groupes dans les années 1920 pour le label d'ariosophie (connais-
de la renaissance germanique (1908), puis le sance ésotérique au sujet des Aryens), forgé en 1915, que
Reichshammerbund (1912). la postérité retiendra.
• Le Germanen Orden (1912), issu de la « Loge Wo- Certains auteurs, en particulier le spécialiste Nicholas
tan » d’un groupe Hammer et dirigé par Hermann Goodrick-Clarke (en 1985), utilisent le terme “arioso-
Pohl. phie” de manière assez générique pour décrire toutes
les théories occulto-aryanistes, y compris l'armanisme de
• Rudolf Glauer, dit Rudolf von Sebottendorf Guido List.
(1875-1945), aventurier passionné d’ésotérisme
et d’astrologie, ayant notamment vécu en Orient,
devient le chef du Germanen Orden en Bavière, La théorie
qu’il transforme en 1918 en Société de Thulé
(« Créée à Munich au tournant de l’année 1917, L’ariosophie postule que la « race aryenne pure » des-
1918, (la Société de Thulé) était l’incarnation du cendrait d’entités divines interstellaires s’engendrant par
Germanen Orden fondé à Leipzig en 1912 afin l'électricité. Mais les aryens auraient « fauté » avec des
de regrouper divers petits groupes et organisations singes, donnant naissance à des races humaines plus ou
antisémites » explique l'historien de référence du moins « pures » ayant perdu leurs pouvoirs originels (il
nazisme Ian Kershaw, in Hitler 1889-1936 : Hubris, s’agit d'une reprise raciste de l'histoire biblique de la chute
25.2. LES RACINES OCCULTISTES DU NAZISME 73

originelle). Comme une grande partie de la propagande contenait un livre de Lanz et un livre portant la dédicace :
mystique nazie, le livre de Lanz-Lienbenfels s’appuie sur “An Adolf Hitler, meinem lieben Armanenbruder.”[5]
quelques images racoleuses dénonçant le viol de femmes Certains historiens de référence reprennent l'idée que Hit-
blanches par des hommes ethniquement « inférieurs » ler lisait Ostara, tel l'historien allemand Joachim Fest[6] .
et sexuellement actifs. Selon cette théorie, l’église catho-
lique aurait ensuite trahi sa mission de rappeler la « gnose D'autres historiens relativisent cependant l'influence de
sexo-raciste » du Christ. Le mythe du Graal est réinter- Lanz sur Hitler telle que mise en avant par Wilfried
prété comme la quête du sang pur des aryens. Lanz an- Daim : l'historien américain Richard Weikart (Califor-
nonce la résurrection de la gnose sexo-raciste : les aryens nia State Univ) rapporte ainsi en 2001 la position de
retrouvant, par la sélection, leur « pureté » raciale et donc l'historienne autrichienne Brigitte Hamann (université de
leur pouvoirs divins qui leur permettront d’établir un État Vienne) : “L'approche de Hamann est de bon sens, admet-
aryen mondial (le « troisième âge »). Lanz prônait la cas- tant qu'Hitler est susceptible d'avoir lu la revue de Lanz
tration massive des « singoïdes » et autres mâles « infé- Ostara, mais estimant que le racisme aryen de Hitler porte
rieurs ». encore plus la marque de Guido von List”[7] .

Organisations et influences de l'ariosophie 25.2.4 Le général Karl Haushofer (1869-


1946)
L’ariosophie s’est directement exprimée à travers :
Article détaillé : Karl Haushofer.
• La revue Ostara (1905-1913), qui connut un grand
succès. Elle utilisait le symbole de la croix gammée.
Le général Karl Haushofer a fondé et dirigé l’Institut de
• L'Ordre du nouveau temple ou Ordre des nou- géopolitique de Munich. L'influence la plus sûre de Hau-
veaux templiers (1907-1942), qui aurait compté 300 shofer sur le nazisme est son amitié avec Rudolf Hess, qui
membres dont Guido List et le musicien Strindberg. fut son élève.
Il est dissous en 1942. Beaucoup de rumeurs ont couru à son égard. Selon cer-
tains, il aurait été un fanatique des idées du mage et
• Le Lumen Club (Vienne, 1932-1942), qui sera une
métaphysicien russe Georges Gurdjieff. Il passe pour
pépinière pour le parti nazi en Autriche jusqu’en
avoir étudié le bouddhisme zen et pour avoir été initié par
1938. Il est dissous en 1942.
des lamas tibétains. Haushofer aurait prétendu avoir été
• Un groupe à Berlin parfois appelé Cercle Swasti- en contact avec des Loges Tibétaines secrètes possédant
ka. L'éditeur de Lanz, Herbert Reichstein, le trans- le secret du “Surhomme”, une idée qui deviendra centrale
forme en institut (1925), puis Société Ariosophique dans la politique eugénique du parti Nazi[réf. nécessaire] .
(1926). En 1928, elle est rebaptisée Neue Kaland- Les historiens (l'historien allemand Hans-Adolf Jacob-
sgesellschaft ou NKG (Guido List utilisait le terme sen (université de Bonn) et le géopolitologue français
Kaland pour désigner une loge secrète) pour unir Jean Klein) reconnaissent « les similitudes entre la pen-
la Société aryosophique issue des idées de Lanz et sée et l'action du géopoliticien de Munich et certaines dé-
les armanistes de List. Elle devient l'Ariosophische marches nazies » (dont la notion d'espace vital), ses liens
Kulturzentrale (1931). Elle ouvre une école ario- avec Rudolf Hess et la tentative d'influer la politique ex-
sophique à Pressbaum (cours sur les runes, les térieure nazie via son fils Albrecht Haushofer (professeur
biorythmes, le yoga et la Cabbale. La Société aryo- et éminence grise dans certaines négociations diploma-
sophique comptait parmi ses membres Schwartz- tiques, exécuté par la Gestapo en 1945). En revanche,
Bostunicht (anthroposophe proche de Rudolf Stei- ils estiment qu'« il n'eut aucune part à la rédaction de
ner, le chef de la théosophie-anthroposophie en Al- Mein Kampf » et que son influence fut limitée : il fut pour
lemagne, puis proche d'Alfred Rosenberg, profes- quelque chose dans l'alliance avec le Japon mais échoua
seur et colonel SS), Wehrmann (astrologue, fonda- dans ses vues d'alliance avec les États danubiens et anglo-
teur de la SA de Pforzheim). saxons[8] .

Le psychologue autrichien catholique antinazi Wilfried


Daim[4] a mis en avant dès 1957 une influence de Lanz sur 25.2.5 La Société de Thulé (1918-1925)
Hitler (Der Mann, der Hitler die Ideen gab, 1957). Daim
affirme que Lanz a rencontré Hitler en juillet 1909 (sur Article détaillé : Société Thulé.
la foi d'un témoignage de Lanz à Daim en 1951) et qu'il
lisait (en 1910), la revue Ostara (revue) (sur la foi d'un té-
En 1915, Pohl fut rejoint par Rudolf Glauer. Glauer, aus-
moignage de Josef Greiner, un ami d'Hitler à l'époque). si connu sous le nom de Rudolf von Sebottendorf, vint en
Lanz a affirmé plusieurs fois qu'Hitler était influencé par Allemagne avec un passeport turc et était un adepte de
son mouvement[3] . La bibliothèque personnelle de Hitler la méditation soufie et de l’astrologie. Glauer est connu
74 CHAPITRE 25. MYSTICISME NAZI

pour avoir été un admirateur du pangermaniste Guido von C. pour adorer le dieu germanique "Krist". Le christia-
List et du farouchement antisémite Lanz von Liebenfels nisme actuel n'aurait été qu'un vol de cette tradition ger-
(admirateur de Emanuel Swedenborg et de Jakob Lor- manique. L'Irminisme aurait été battu par une religion
ber). Glauer était un homme riche (la source de cette for- schismatique, le Wotanisme. L'église catholique, les juifs,
tune est inconnue) et il devint en 1918 le grand maître la franc-maçonnerie n'auraient cessé à leur tour d'étouffer
de la branche bavaroise du germanen orden (inspiré par la tradition irministe.
l'armanisme de Guido List), qu'il transforma la même an-
née en Société Thulé avec l’aval de Pohl.
Influence sur le nazisme
Si un certain nombre des adeptes de la Société Thulé
étaient des membres hauts placés du parti Nazi, Hitler Karl Maria Wiligut aura une grande influence sur
lui-même n’en devint jamais membre. Toutefois, c’est un Himmler. Il sera responsable de la section d'Histoire an-
membre de la Société Thulé, le dentiste Dr. Friedrich cienne de l'institut de recherche de la SS, le RuSHA (à ne
Krohn, qui choisit le symbole du svastika pour le parti pas confondre avec le RSHA).
Nazi.
Il est probable que c’est de Dietrich Eckart que vint la plus
significative influence de Thulé sur Hitler. Eckart était un 25.3 L'ésotérisme et le régime nazi
riche patron de presse éditeur du journal Auf gut Deutsch.
C’était un occultiste engagé et un membre du cercle in-
térieur de la Société Thulé. Il passe pour avoir appris à 25.3.1 Hitler et l'occultisme
Hitler des techniques de suggestion et de persuasion (dont
certaines possiblement de nature mystique). Fût-ce cette L'avis des historiens
influence profonde, le livre Mein Kampf d’Hitler fut dé-
dicacé à Eckart. Si Adolf Hitler a globalement eu une attitude relativement
prudente, voire distante, avec les théories occultistes, il
allégua cependant avoir vécu un « éveil spirituel » sur le
25.2.6 Les organisations de Gorsleben (an- front pendant la Première Guerre mondiale, en particu-
nées 1920) lier lorsqu’il fut temporairement rendu aveugle par une
attaque ennemie au gaz.
Rudolf John Gorsleben (mort en 1930) était membre de L'historien américain Richard Weikart (California State
la Société de Thulé, de la Société ariosophique (1928) university) synthétise en 2001 la position de plusieurs his-
et de l’Ordre du nouveau temple (Ordo novi templi). Il toriens de référence concernant l'attitude de Hitler face à
était aussi responsable du grand rival du parti nazi en Al- l'occultisme[9] .
lemagne du sud, le Deutsch Völkiser S&T. Il promeut les
L'idée d'un Hitler occultiste vient en partie des conversa-
idées d’aryo-christianisme.
tions prêtées à Hitler par Hermann Rauschning et publiés
Rudolf John Gorselben va fonder : en 1939 (Hermann Rauschning, Hitler Speaks, London,
1939). Les écrits de Rauschning ont été très critiqués par
• Le journal Liberté allemande (1920), auquel a par- les historiens qui estiment impossible de démêler le faux
ticipé l’anthropologue raciste Hans Friedrich Karl du vrai.
Günther.

• La Société Edda ou Eddagesellschaft (1925) et son 25.3.2 L'occultisme au sein du régime nazi
journal Hagal qui fait la promotion d’une religion
arienne, de la mythologie païenne, de l’astrologie La SS
et de l’occultisme. Parmi les membres de la Socié-
té Edda se trouve l’épouse du général Ludendorff. Himmler et les rites SS Le fondateur de l’hitlérisme
La Société Edda est également proche du groupe ésotérique fut Heinrich Himmler, qui était fasciné plus
occultiste de Karl Maria Wiligut (1866-1946), qui que n’importe quel autre officiel du Troisième Reich
avait développé sa propre théorie occulto-raciste et (dont Hitler) par le racialisme Aryen (et pas seulement
influencera Himmler. germanique) et par l’Odinisme germanique[réf. nécessaire] .
Himmler a prétendu s’être considéré lui-même comme le
successeur spirituel ou même la réincarnation de Heinrich
25.2.7 L'Irminisme de Wiligut (ou Henri) Ier dit l’Oiseleur, duc de Saxe et roi germa-
nique au Xe siècle. Il mit au point des rites SS en l’hon-
La “théorie” neur du vieux roi et rapporta les ossements de ce dernier
dans la crypte de la cathédrale de Quedlinburg. Himmler
Karl Maria Wiligut proclamait que la religion germa- eut même ses quartiers personnels aménagés au château
nique de l'Irminisme, avait été révélée en 12 500 av. J.- de Wewelsburg, décoré en l’honneur de celui-ci.
25.3. L'ÉSOTÉRISME ET LE RÉGIME NAZI 75

mande finalement refondée artificiellement, appuyée sur


la “pureté naturelle du sang” et sur une “renaissance
germanico-nordique.""[12] .
Selon Lionel Richard, “Sous le Troisième Reich, à
l'instigation de Rosenberg et d'autres dirigeants, comme
le ministre de l'agriculture Walter Darré ou le chef SS
Heinrich Himmler, les nazis se sont essayés à cette “re-
ligion nouvelle”."[12] Elle s’est notamment exprimée à
travers un calendrier de cérémonies (prise du pouvoir
le 30 janvier, mémorial des Héros en mars, anniver-
saire du chef et “communion” ou “confirmation” des
jeunesses hitlériennes le 20 avril, fête du Travail le pre-
mier mai, solstice d'été le 21 juin, fête des moissons
en octobre, commémoration des “martyrs” du putsch de
1923, solstice d'hiver à Noël), tonalité prophétiques de
discours de Hitler, diffusion de la photo du Führer et de
Mein Kampf aux nouveaux mariés, salut Heil Hitler.
Cependant Hitler lui-même ne se serait jamais déclaré
lui-même publiquement en faveur de ce culte, “trop pré-
occupé de ne pas liguer contre lui l'ensemble des chré-
tiens.” selon l'historien Lionel Richard[13] . Et Lionel Ri-
chard d'estimer que, au total, le néopaganisme n'a joué
Bruno Beger en train de prendre des mensurations faciales
qu'un rôle marginal au sein du régime nazi.
L'Ahnenerbe L'Ahnenerbe, branche d'études « scien- Dans le nazisme, Adolf Hitler est quelquefois comparé au
tifiques » des SS, aussi appelée par certains le Bureau oc- Christ, ou vénéré comme un sauveur messianique envoyé
culte nazi, avait pour vocation l’étude et la conservation par Dieu.
de l’héritage ancestral. Elle était originellement consa-
Une des prières récitées dans les orphelinats du Troisième
crée à la recherche de preuves de la supériorité de la
Reich : Führer, mein Führer, von Gott mir gegeben, bes-
race aryenne, mais fut aussi versée dans des pratiques oc-
chütz und erhalte noch lange mein Leben. Du hast Deut-
cultes. Fondée en 1935 par Himmler, les buts poursuivis
schland errettet aus tiefster Not, Dir verdank ich mein tä-
par l’Ahnenerbe furent notamment la quête de lieux et
glich Brot. Führer, mein Führer, mein Glaube, mein Licht.
d’objets mythiques comme l’Atlantide et le Graal (buts
Führer mein Führer, verlasse mich nicht [réf. nécessaire] Ce
qui passent notamment pour la base de l’archéologie na-
qui se traduit approximativement par : Guide, mon Guide,
zie dans les films d’Indiana Jones)[10] .
qui m’est donné par Dieu, protège moi et maintiens ma
Beaucoup de temps et de ressources furent consacrés à la vie pour longtemps, Tu as sauvé l’Allemagne de la plus
recherche ou à la création d’un paradigme “historique”, profonde misère, à toi je dois mon pain quotidien, Guide,
“culturel” et “scientifique” qui, populairement accepté, mon Guide, ma Foi, ma Lumière, Guide, mon Guide, ne
ancrerait les idées à propos de la race aryenne “supé- m’abandonne pas.
rieure” dans la société allemande de l’époque. Des orga-
nisations mystiques telles que la Société Thulé, Schwarze
Sonne, et d’autres furent créées, reliées à l’élite SS, et Citations
adoptant des rites, des initiations et des croyances spé-
cifiques. • « Le Führer est profondément religieux, bien que
totalement anti-chrétien ; il voit le christianisme
En 1938, une expédition fut envoyée au Tibet sous la hou- comme un symptôme de décadence. Et pour cause,
lette d'Ernst Schäfer, en quête du foyer originel de la race c’est une branche de la race Juive. » — Joseph Goeb-
aryenne selon Édouard Conte et Cornelia Essner. À cette bels, dans son journal, 28 décembre 1939.
fin, l'anthropologue Bruno Beger fit des moulages de vi-
sages et effectua des mesures de crâne et de nez[11] . • « Le christianisme est le prototype du Bolchévisme :
la mobilisation des masses d’esclaves par les Juifs
avec pour objectif d’ébranler la société. » —Adolf
Alfred Rosenberg et la tentation d'une religion Hitler, 1941
païenne
• « Le peuple allemand, en particulier la jeunesse, a
Le principal théoricien nazi se situant dans une ligne appris une fois encore à évaluer racialement les gens.
mystique est le philosophe Alfred Rosenberg. Selon Il s’est une fois encore détourné des théories chré-
l'historien Lionel Richard, “il prône la constitution d'une tiennes, de l’enseignement chrétien qui a régi l’Alle-
religion nouvelle articulée sur une identité collective alle- magne depuis plus de mille ans et qui a causé le dé-
76 CHAPITRE 25. MYSTICISME NAZI

clin racial de l’identité allemande, et presque sa mort premier porte-drapeau de l’hitlérisme ésotérique d’après-
raciale. » — Heinrich Himmler, le 22 mai 1936 lors guerre (voir son Hitlerian Esotericism and the Tradi-
d’un discours à Brocken, Allemagne. tion, « l’Ésotérisme Hitlérien et la Tradition »), et relia
l’idéologie aryenne d’Hitler de celle des indépendantistes
de l’Inde (en particulier des Hindous) tels que Subhash
25.3.3 La répression des sociétés occul- Chandra Bose. Pour elle, le svastika était un symbole par-
tistes par les nazis ticulièrement important, dans la mesure où il représen-
tait l’unité aryenne entre les Hindous et les Germains (et
L'attitude du régime nazi présente quelques ambiguïtés également la bonne fortune pour les Tibétains). Devi in-
dans ses relations avec les théories occulto-aryennes, tolé- tégra le nazisme dans un élargissement de la vision cy-
rées chez certains (Himmler et la SS) et non chez d'autres. clique Hindoue de l’histoire, en présentant Hitler comme
un avatar de Vishnu (Balarama) et l’« Homme contre le
Temps », poursuivant le projet utopique de ramener son
Le cas Artur Dinter (1927) peuple aryen à une ère primordiale plus parfaite, et ayant
également les moyens pratiques de combattre les forces
Article détaillé : Artur Dinter. destructives faisant obstacle à la réalisation de ce but –
une combinaison des meilleurs traits d’Akhénaton (vi-
sionnaire mais infructueux) et de Genghis Khan (déter-
En 1927, Hitler révoqua de sa fonction au sein du parti miné mais égoïste).
nazi le Gauleiter de Thuringe, Artur Dinter, parce que
ce dernier voulait trop ériger en religion la pureté raciale
aryenne. En 1928, Dinter fut finalement chassé du parti Miguel Serrano
lorsqu’il s’opposa publiquement à Hitler au sujet de cette
décision.[réf. nécessaire] ) Article détaillé : Miguel Serrano.

Suppression de sociétés occultistes (1942) La figure majeure suivante de l’hitlérisme ésotérique


est Miguel Serrano, un diplomate chilien. Il écrivit The
Le parti Nazi découragea activement certaines socié- Golden Ribbon--Esoteric Hitlerism (“Le Ruban doré—
tés secrètes ésotériques, voire interna et parfois exécu- Ésotérisme hitlérien”) et Adolf Hitler, the Last Avatar
ta un certain nombre de mystiques de haut rang en Eu- (“Adolf Hitler, le Dernier Avatar”).
rope, franc-maçons surtout. Hitler voudra plus tard reje- Il croyait qu’Hitler se trouvait à Shambhala, un centre sou-
ter et tourner ouvertement en ridicule nombre de mys- terrain en Antarctique (jadis localisé au pôle Nord puis au
tiques allemands, en particulier les adeptes de la franc- Tibet), où il était en contact avec les dieux Hyperboréens
maçonnerie, de la théosophie et de l’anthroposophie[14] . et d’où il ressurgirait un jour à la tête d’une flotte d’OVNIs
pour mener les forces de la lumière (les Hyperboréens,
parfois associés au Vril) contre les forces des ténèbres (in-
25.4 Mysticisme et nazisme après cluant inévitablement, pour Serrano, les Juifs) dans une
ultime bataille, avant d’inaugurer un Quatrième Reich.
1945
Il lia également les Aryens et leur dieux Hyperboréens
au Soleil et les Alliés et les Juifs à la Lune, et réserva
25.4.1 Aspect religieux : l’hitlérisme ésoté- aussi dans son idéologie une certaine place aux SS, qui, de
rique par leur volonté de recréer l’ancienne race des hommes-
dieux Aryens, lui semblaient alors d’une haute morale et
L'hitlérisme ésotérique est un courant voulant faire justifiés en dépit de l’apparente cruauté de leurs actes.
d'Hitler et du nazisme une religion et non un simple cou-
rant politique. Il tirerait son origine du mysticisme déve-
loppé par Himmler et la SS (lire plus haut). 25.4.2 Aspect politique : le mysticisme
dans le néo-nazisme
Savitri Devi
Le néonazisme moderne a des liens avec l’Ásatrú, autant
qu’avec le National Socialist Black Metal. Des influences
Article détaillé : Savitri Devi. mystiques apparaissent souvent dans la musique nazie
moderne, en particulier à travers des références aux arte-
Avec la chute du Troisième Reich, l’hitlérisme ésotérique facts comme la Sainte Lance. D’autre part, des groupes et
considéra que Hitler, mort à la fin de la guerre, devait organisations néopaïennes du nord de l’Europe ont clai-
maintenant être déifié. Savitri Devi, une écrivaine franco- rement déclaré que d’éventuels liens de l’Ásatrú avec le
britannique qui avait longtemps résidé en Inde, fut le Néonazisme ne doivent certainement pas être considérés
25.5. ENJEUX 77

comme une caractéristique de leurs adhérents. Des or- • Ils citent aussi (en note) le psychologue catholique
ganisations telles que les Theods, l’Ásatrúarfélagið, et le antinazi Wilfried Daim (Der Mann, der Hitler die
Viðartrúar sont connues pour leur refus formel d’une telle Ideen gab, Munich, 1958).
étiquette.

La position de l'histoire « académique »


25.4.3 Mysticisme nazi et pseudoscience
moderne Les historiens américains Jackson Spielvogel and David
Redles estiment que la voie ouverte par Joachim Besser et
Les écrits de Miguel Serrano, Julius Evola, Savitri Devi, George Mosse “n'a pas couramment été poursuivie par les
et d’autres partisans du Mysticisme Nazi ont servi de base historiens académiques.” et que “les histoires standards
pour nombre de travaux tardifs reliant la race aryenne du Troisième Reich semble se contenter de répéter une
supposée supérieure et différents scénarios d’exfiltration litanie bien établie de personnes et de mouvements qui
de Nazis avec de fréquentes théories du complot au sujet auraient influencé la pensée d'Hitler.” Ils estiment notam-
des humanoïdes reptiliens, des civilisations de la Terre ment, en note de leur article de 1997, que la grande pro-
Creuse, ainsi que du nouvel ordre mondial et ses gouver- duction d'ouvrages peu argumentés à destination du grand
nements de l’ombre. Dans son livre[Où ?] Arktos : The Po- public sur le sujet a pu faire fuir les historiens reconnus[3] .
lar Myth in Science, Symbolism, and Nazi Survival (« Ark- Les historiens appuient traditionnellement la naissance
tos : le Mythe Polaire en Science, le Symbolisme et la du nazisme sur des éléments d'ordre politique ou socio-
Survivance Nazie »), Joscelyn Godwin avance des théo- économiques. L'historien britannique de référence du na-
ries pseudo-scientifiques au sujet d’une survivance Nazie zisme Ian Kershaw (British Academy) accorde ainsi dans
en Antarctique. Arktos est notable pour son approche éru- ses ouvrages une place très limitée aux questions de
dite et son examen de nombreuses sources actuellement l'occultisme.
introuvables ailleurs qu’en traduction anglaise.
L'historien français Pierre Ayçoberry (université de
D’autres auteurs, dont Nicholas Goodrick-Clarke, se Strasbourg) résume (dans la critique d'un livre de
sont également penchés sur les prétendus compagnons l'historien Robert A. Pois, La religion de la nature et le
reptiliens d’Hitler en Antarctique (lesquels sont parfois national-socialisme.) la position majoritaire de l'histoire
vus comme étant des Hyperboréens) autant que sur les scientifique pour qui ces éléments sont “des élucubrations
liens entre le mysticisme nazi et l’énergie Vril, les civili- sans conséquences, le paravent d'ambitions personnelles
sations cachées de Shambhala et de l’Agartha, et de sup- ou des impostures.”[15]
posées bases d’OVNIs souterraines.

Thèses plus récentes en faveur de l'interprétation oc-


25.5 Enjeux cultiste

Spielvogel et Redles notent en 1997 que quelques his-


25.5.1 Le débat entre historiens
toriens plus récents - Jeffrey Goldstein (On Racism and
Les précurseurs de l'interprétation occultiste (années Anti-Semitism in Occultism and Nazism, Yad Vashem Stu-
1950-1960) dies 13, 1979) et James Webb (The Occult Establishment,
LaSalle, IL, 1976) - “ont mis l'accent sur l'importance
Les historiens américains Jackson Spielvogel (Pennsylva- de l'occultisme
[3]
en général dans l'émergence de l'idéologie
nia State University) et David Redles (Cuyahoga Com- nazie.” .
munity College in Cleveland, Ohio) font remonter, à la Spielvoel et Redles soutiennent pour leur part en 1997
date de 1997, les recherches sur les sources occultistes du que “la philosophie raciale occulte ou ésotérique peut, en
nazisme aux auteurs suivants[3] : effet, avoir été l'une des sources majeure de l'idéologie
raciale de Hitler”[3] .
• Joachim Besser dans les années 1950 (Joachim
Besser, Der Okkultismus stand Pate, in Archiv der
unabhängigen Gesellschaft zur Pflege junger Wissen- 25.5.2 Littérature grand public et littéra-
schaft und Kunst, Peine, 1949, et Die Vorgeschichte ture scientifique
des National-sozialismus im neuem Licht, in Die
Pforte 2, 1950) Article connexe : en:Nazi occultism.
• l'historien germano-américain George L. Mosse au
début des années 1960 (The Mystical Origins of Na- L'historien britannique Nicholas Goodrick-Clarke (uni-
tional Socialism, in Journal of the History of Ideas versité d'Exeter), rare spécialiste de la question, (The Oc-
no 22, janvier-mars 1961, et The Crisis of German cult Roots of Nazism, 1985 ; Black Sun : Aryan Cults,
Ideology, New York, 1964). Esoteric Nazism, and the Politics of Identity) souligne
78 CHAPITRE 25. MYSTICISME NAZI

l'importante littérature concernant l'ésotérisme nazi, qui • Les méchants du livre de Clive Cussler Atlantis
relève souvent d'une fascination postérieure et de la re- Found sont des nazis modernes qui opèrent depuis
cherche d'importantes ventes par des auteurs à sensations. une base secrète en Antarctique, reliée à la culture
Il met en avant des caractéristiques de cette littérature : atlante.
(1) une ignorance complète des sources primaires, (2) la
répétition d'affirmations inexactes et d'"affirmations sau-
vages”, sans essai de confirmer les faits, même les plus au- 25.6.2 Bande dessinée
dacieux. Dans son livre Les Racines occultes du nazisme,
il démonte ainsi les ouvrages suivants : • Dans les années 1980, le scénariste Roy Thomas des
éditions DC Comics élabora un scénario pour ex-
pliquer pourquoi Superman, le Spectre et la Justice
• Louis Pauwels et Jacques Bergier, Le Matin des ma- Society of America avaient été incapables de vaincre
giciens, 1960, les nazis : Hitler aurait eu en sa possession la Sainte
Lance, également appelée “Lance de Longinus”, qui
• Dietrich Bronder, Bevor Hitler kam, 1964,
lui aurait assuré un contrôle magique sur n'importe
• Trevor Ravenscroft, The Spear of Destiny, 1972, quel super-héros qui tentait de s’aventurer sur son
territoire.
• Michel-Jean Angbert, Les mystiques du soleil, 1971,
• Dans la série de bandes dessinées The Invaders, pu-
• J.H. Brennan, Occult Reich, 1974. bliée par Marvel Comics, Hitler demande à Thor de
combattre le groupe de super-héros de la série. Ce-
Parmi tous les livres traitant de l'occultisme du national- pendant, Thor réalise rapidement qu'il est manipulé
socialisme, il mentionne comme seuls ouvrages sérieux à et retourne à Asgard.
l'époque de parution Urania’s children de Ellic Howe et
• La bande dessinée Hellboy (ainsi que le film épo-
The Occult Establishment de James Webb.
nyme) décrit également la Société Thulé comme une
puissantes organisation occulte. Dans cet univers,
Hitler vit jusqu'en 1958 et mène une guerre secrète
25.5.3 Autour de la position catholique
à partir de l'Amérique du Sud, à la suite de la chute
du IIIe Reich.
Pour l'historien français Lionel Richard, si l'église recon-
naît une responsabilité dans l'antijudaïsme d'une mino-
• La bande dessinée The Life Eaters est basée sur
rité de chrétiens, elle utilise le paganisme du national-
le thème d'une guerre secrète nazie à partir de
socialisme (“le génocide serait “le fruit d'un régime
l'Amérique du Sud, après 1945.
tout à fait néo-païen"") pour récuser toute responsabili-
té dans l'antisémitisme ayant cours officiel sous le Troi- • La bande dessinée de Tif et Tondu “Swastika”
sième Reich, qui aurait eu ses racines “en dehors du (1983) reprend le thème d'un élixir de jouvence ra-
christianisme.”[16] .La mise en avant du paganisme au sein jeunissant l'élite nazie cachée en Amérique latine.
du nazisme permettrait ainsi de réduire la part de respon-
sabilité des églises chrétiennes. • Dans la bande-dessinée Danger Girl, les méchants
sont un groupe néo-nazi appelé “Le Marteau”, qui
souhaite utiliser des artefacts en provenance de
25.6 Mysticisme et nazisme dans la l'Atlantide pour établir un IVe Reich sur la Terre.
fiction après 1945 • La bande dessinée de Yves Swolfs Le Prince de la
Nuit parle des connexions entre nazisme et mysti-
(Demande de traduction) cisme, en particulier dans le tome 6, “Retour à Nu-
remberg”, où Himmler apparaît en personne.

25.6.1 Littérature • Les mangas Hellsing parlent du “Millenium”, une or-


ganisation nazie qui se serait cachée en Amérique du
• La nouvelle de David Brin de Thor Meets Captain Sud, après la chute du IIIe Reich. Cette organisation
America est basée sur le thème d'une “guerre se- regroupe une armée de mille vampires dirigés par
crète” nazie à partir de l'Amérique du Sud, après un ancien officier SS.
1945.
• Le Tome 1 de la série Mens Magna de Sorel et Froi-
• Le roman de Katherine Kurtz Lammas Night pré- deval, “Les Loups de Kiev”, ainsi que la série Je
sente les nazis comme de puissants magiciens qui suis légion, sont des fictions inspirées de projets de
doivent être vaincus par les sorcières britanniques. l'Ahnenerbe.
25.6. MYSTICISME ET NAZISME DANS LA FICTION APRÈS 1945 79

• Dans les bandes dessinées Prisoner of Ice, inspirées Alors qu'un détachement de soldats allemands s’ins-
du jeu vidéo du même nom ainsi que des écrits talle dans la forteresse, la créature est malencontreu-
d'Howard Phillips Lovecraft, les nazis ont trouvé sement libérée. Ce film est tiré d'un roman du même
le moyen de faire revenir les Grands Anciens sur nom.
Terre. Ils s’en servent afin d'établir la suprématie
du nazisme sur la planète. Ils découvrent également • Le film suédois Frostbiten traite d'un scientifique et
comment voyager dans le temps afin de changer le ancien nazi obsédé par la création d'une race pure
cours de l'Histoire à leur avantage. formée à partir du sang d'une jeune vampire.
• La Société Thulé (y compris certains de ses
• les tomes 19 et 20 de la série Blake et Mortimer, “La
membres les plus célèbres) joue un rôle prépondé-
malédiction des trente deniers” mettent en scène un
rant dans le film d'animation Fullmetal Alchemist :
officier SS qui cherchent à réunir les trente deniers
Conqueror of Shamballa.
de Judas, afin d'utiliser la malédiction divine conte-
nue dans ces pièces, pour faire triompher sa propre • Dans Le Gardien du manuscrit sacré, un officier nazi
cause politique. cherche à s’emparer d'un manuscrit tibétain renfer-
mant les secrets permettant d'accéder à une grande
• dans la BD D.Day : Le Jour du Désastre de Da- puissance.
vid Brin (Dessins), Hampton (Scenario), les dieux
nordiques, Odin en tête, se joignent aux nazis et • Dans Hellboy, adaptation des comics du même nom,
changent le cours de la Seconde guerre Mondiale. le personnage principal est un démon arrivé dans
notre dimension à la suite d'une expérience des na-
zis.
25.6.3 Cinéma
• Le film Invincible met en scène un mystique et es-
• Des spécialistes nazis en sciences occultes appa- croc du nom de Hanussen qui cherche à gagner les
raissent dans Les Aventuriers de l'arche perdue et faveurs des hauts dignitaires nazis en misant sur leur
Indiana Jones et la Dernière Croisade. Dans ces intérêt pour l'occulte. Le personnage de Hanussen a
films, ils sont respectivement à la recherche de été inspiré par le voyant Erik Jan Hanussen qui fut
l'Arche d'alliance et du Graal. un contemporain d'Hitler.
• Dans Outpost, un groupe de mercenaires est chargé
• Le film Blood Creek traite d'un universitaire nazi en-
d'escorter un scientifique jusqu'à un vieux bunker si-
voyé en Virginie en 1936 pour y étudier les secrets
tué en Europe de l'Est. Sur place, l'équipe découvre
d'une pierre couverte de runes vikings.
que des expériences y furent menées par les SS pen-
• Dans BloodRayne : The Third Reich, troisième adap- dant la guerre dans le but de créer des soldats invin-
tation du jeu vidéo, Rayne affronte un groupe de na- cibles. Dans la suite, intitulée Outpost : Black Sun,
zis qui cherche à utiliser son sang afin de transfor- un ancien officier nazi au seuil de la mort cherche
mer Hitler en dhampire, le rendant ainsi immortel. à acquérir la machine qui garantit l'immortalité à
Le film Blubberella, également réalisé par Uwe Boll, ses anciens alliés tandis que les soldats de l'OTAN
parodie ce troisième opus, remplaçant au passage le tentent de repousser la progression d'un bataillon de
personnage principal par une héroïne obèse. zombies.
• Dans Puppet Master, Puppet Master III, Puppet Mas-
• Dans Captain America : First Avenger, le héros Steve
ter : Axis of Evil et Puppet Master X : Axis Rising, le
Rogers (alias Captain America) fait face au Crâne
secret d'André Toulon qui permet de donner vie à
Rouge et à sa division HYDRA, une unité de re-
ses marionnettes éveille la curiosité des nazis.
cherche secrète du IIIe Reich dont les expériences
mêlent technologie de pointe et occultisme. • La veille du débarquement en Normandie, deux
commandos alliés chargés d'une mission de sabo-
• Dans Constantine, adaptation de la série de comics tage tombent sur une expérience occulte des nazis
Hellblazer, la Lance de la destinée (ou Lance de dans le film néo-zélandais The Devil’s Rock.
Longinus, du nom du centurion romain) est retrou-
vée au Mexique enveloppée dans un drapeau nazi. • Dans le film Unborn, des expériences menées à
Auschwitz sur des jumeaux ont provoqué la venue
• Le film d'animation First Squad met en scène une d'un démon dibbouk dans notre monde.
bande d'adolescents russes dotés de pouvoirs extra-
ordinaires affrontant une armée de croisés ramenés
à la vie par un officier de la SS. 25.6.4 Documentaires
• La Forteresse noire traite d'une citadelle roumaine • Nazis : The Occult Conspiracy (1998), Tracy Atkin-
dans laquelle est enfermée une entité maléfique. son et Joan Barron, Malcolm McDowell.
80 CHAPITRE 25. MYSTICISME NAZI

25.6.5 Jeux vidéo et jeux de rôle parties : Le Graal ; Un rêve « Allemand » ; La fin des
contes hivernaux ; Nous, les Enfants de l'enfer. Le
• Dans le jeu vidéo Wolfenstein 3D et dans ses réalisation a utilisé des clips documentaires, arrière-
suites Return to Castle Wolfenstein et Wolfenstein, plans photographiques, poupées, scènes de théâtres
on trouve dans les niveaux des endroits se rappor- et autres éléments venant de nombre d'arts visuels,
tant à la fascination des nazis pour l'occulte. On y les “acteurs” s’adressant directement à l'audience ou
retrouve notamment Himmler et son adoration pour à la caméra.
le roi saxon Henri Ier . Une autre référence concerne
la sorcière Blavatsky, l'une des nazies les plus en vue
du jeu, dont le nom rappelle celui d'Helena Blavats- 25.7 Notes et références
ky, occultiste russe du XIXe siècle ayant fondé le
théosophisme. De plus, le château Wewelsburg, où
[1] Lire par exemple Marie-France James, Les Précurseurs de
avaient lieu des rituels SS, semble avoir servi de mo-
l'Ere du Verseau, Montréal-Paris, Ed Paulines et Medias-
dèle pour Wolfenstein. paul, 1985 191p, qui lie ésotérisme, nazisme et New Age.
• Le jeu vidéo BloodRayne comprend des éléments [2] Ian Kershaw, ouvrage à préciser.
scénaristiques sur la Société Thulé et ses membres,
le jeu étant rempli de références iconographiques au [3] Jackson Spielvogel (Pennsylvania State University) and
mysticisme nazi. David Redles (Cuyahoga Community College in Cleve-
land, Ohio), Hitler’s Racial Ideology : Content and Occult
• L'île de Thulé est une location importante dans le Sources, Museum of tolerance online-The Simon Wiesen-
jeu de rôle The Silver Age Sentinels et les collections thal Center, annual 3, chapitre 9, 1997
de nouvelles basées sur le jeu. Elle est dirigée depuis
l'Océan Atlantique par “Kreuzritter” (“Le Croisé"), [4] Lire Wilfried Daim sur Wikipedia en anglais et Wilfried
Daim sur Wikipedia en allemand
un surhomme nazi qui porte une armure mystique
fabriquée par une civilisation aryenne disparue il y [5] Robert G. L. Waite, Adolf Hitler’s Anti-Sernitism : A Study
a longtemps. in History and Psychoanalysis in The Psychoanalytic Inter-
pretation of History, ed. Benjamin Wolsman, New York,
• Une division fictive de l'Ahnenerbe, la « Karote- 1971), p. 197 cité par Spielvogel et Redles.
chia », occupe une place importante dans le cadre
du contexte Delta Green développé pour le jeu de [6] Joachim Fest, Les Maîtres du IIIe Reich, 1963 et Grasset,
rôle L'Appel de Cthulhu. Fondée sous le IIIe Reich, la 1965. Fest écrit : “Cette confusion entre “livres” et “bro-
Karotechia est un groupe d'études conduisant des re- chures” est caractéristique, car il s’agissait en fait, selon
cherches ésotériques, notamment en pillant les pays toute vraisemblance, de brochures de bas étage, fort ré-
européens occupés par l'Allemagne nazie. Après la pandues, que le fondateur de l'"aryosophie”, Jörg Lanz von
Liebenfels, intitulait : Ostara.”
fin de la Seconde Guerre mondiale, les survivants
de la Karotechia se terrent en Amérique du Sud, [7] Richard Weikart (California state university), The Roots
où ils forment un groupuscule de sorciers et de of Hitler’s Evil, in Books and Culture : A Christian Review,
prêtres rêvant d'édifier un IVe Reich influencé par mars-avril 2001, pages 18-21. Weikart écrit : Because it
le pseudo-fantôme d'Hitler, en réalité l'un des ava- was so widespread it’s impossible to point to any one racial
tars de Nyarlathotep. thinker, such as Adolf Lanz von Liebenfels, as The Man
Who Gave Hitler His Ideas, as Wilfried Daim has argued.
• Dans le jeu vidéo Prisoner of Ice, basé sur l'œuvre Hamann’s approach is commonsensical, admitting that Hit-
de Howard Phillips Lovecraft, les nazis possèdent ler likely read Lanz’s periodical, Ostara, but asserting that
une base secrète en Antarctique nommée Schossad- Hitler’s Aryan racism bears even more the stamp of Guido
ler. La base fut construite à la fin des années trente, von List, the mystical writer who first introduced the swas-
juste avant le début du conflit mondial, à proximi- tika into Aryan racist circles.
té d'anciennes ruines. Les nazis y effectuent des ex- [8] Jean Klein (université Paris-I ?), Karl Haushofer ou les in-
périences étranges afin de faire revenir les Grands fortunes de la géopolitique, in revue Francia n°9, 1981,
Anciens du mythe de Cthulhu. Qui plus est, certains Deutschen Historischen Institut Paris, citant le professeur
hauts dignitaires nazis du jeu sont membres de clubs allemand Hans-Adolf Jacobsen (de)
d'ésotérisme et de spiritisme.
[9] Richard Weikart, 'The Roots of Hitler’s Evil, in Books and
Culture : A Christian Review, mars-avril 2001, pages 18-
25.6.6 Autre 21

[10] Laurent Olivier, Nos ancêtres les Germains, Tallandier,


• Hans-Jürgen Syberberg’s Hitler - Ein Film aus Deut- 2012, 313 p. (ISBN 978-2-84734-960-3, lire en ligne)
schland (Hitler, A Film From Germany), 1977. Pré-
senté à l'origine à la télévision ouest-allemande, c'est [11] Cf. Édouard Conte et Cornelia Essner, La Quête de la
une œuvre longue de sept heures divisée en quatre race, Hachette, 1995, cité in Charlie Buffet, Polémique
25.8. VOIR AUSSI 81

autour du héros du film de Jean-Jacques Annaud. Un na- • Michel Meurger, « Le Nazisme, « revanche des
zi au Tibet. Heinrich Harrer, l'alpiniste autrichien incar- mondes perdus » ? », Nous les Martiens, INFINI, no
né par Brad Pitt dans « Sept Ans au Tibet », fut un SS, 19, avril 1991, p. 30-39.
non pas de circonstance, comme il s’en défend, mais de
conviction. Enquête, Libération, 20 octobre 1997 : « À • Ernesto Milà, Nazisme et ésotérisme, Pardès, 1990.
deux reprises, poursuit l'historien, l'Ahnenerbe SS envoie
des expéditions en Asie centrale. Objectif officiel : re- • Theo Paijmans, « La société du Vril, apocryphe et
cherches botaniques. En réalité, il s’agit de trouver par des ténébreuse », La Gazette fortéenne, Paris, les édi-
recherches anthropologiques, des descendants d'Aryens tions de l'Œil du Sphinx, vol. II, 2002 (ISSN 1636-
sur les hauts plateaux afghans, puis au Tibet ». 466X).
[12] Lionel Richard, Nazisme et Barbarie, page 158

[13] Idem, page 160. En anglais


[14] Arnaud De la Croix, Hitler et la Franc-Maçonnerie, Paris,
• Monica Black et Eric Kurlander (dir.), Revisiting the
Tallandier, 2014.
“Nazi Occult" : Histories, Realities, Legacies, Boydell
[15] Pierre Ayçoberry in Annales d'Histoire, 1995, volume 50, & Brewer / Camden House, coll. « German History
n°3, cité in Revue Persée in Context », 2015, 306 p.
[16] Lionel Richard, Nazisme et Barbarie, Ed. Complexe, • Stephen Cook, Heinrich Himmler’s Camelot : Picto-
2006, chapitre VI, page 145.
rial/documentary : The Wewelsburg Ideological Cen-
ter of the SS, 1934-1945, Kressmann-Backmeyer,
1. ↑ Erich Halik (Claude Schweikhart) - 'Um Krone und 1999.
Gipfel der Welt”, Mensch und Schicksal 6, no. 10 (1 Au-
gust 1952) p. 3–5 • (en) James R. Dow, « In Search of All Things
Nordic, in South Tyrol (Italy) : The SS Ancestral In-
heritance’s Cultural Commission 1940-1943 », The
25.8 Voir aussi Journal of American Folklore, University of Illinois
Press, vol. 127, no 506, automne 2014, p. 365-399
(lire en ligne).
25.8.1 Bibliographie
• Daniel Gasman, The Scientific Origins of National
En français Socialism, London, Macdonald, 1971, (ISBN 0-7658-
0581-2)
• Louis Pauwels, Jacques Bergier, Le Matin des magi-
ciens, 1960. • Joscelyn Godwin, Arktos : The Polar Myth in
Science, Symbolism, and Nazi Survival, 1996, (ISBN
• Stéphane François, Le nazisme revisité :
0-932813-35-6).
L'occultisme contre l'Histoire, Paris, Berg, 2008
(ISBN 978-2-91-719108-8) • Nicholas Goodrick-Clarke, Hitler’s Priestess : Savitri
• Stéphane François, Les Mystères du nazisme : Au Devi, the Hindu-Aryan Myth and Neo-Nazism, 1998.
sources d'un fantasme contemporain, Paris, PUF, (ISBN 0-8147-3110-4).
2015 (ISBN 978-2-13-062457-8)
• Nicholas Goodrick-Clarke, Black Sun : Aryan Cults,
• Kathleen Harvill-Burton, Le nazisme comme reli- Esoteric Nazism and the Politics of Identity, 2001,
gion. Quatre théologiens déchiffrent le code religieux (ISBN 0-8147-3155-4).
nazi (1932-1945), 2006, (ISBN 2-7637-8336-8)
• Christopher Hale, Himmler’s Crusade : The Nazi Ex-
• Marie-France James, Les précurseurs de l'ère du Ver- pedition to Find the Origins of the Aryan Race, Wiley
seau, Éditions Paulines, Montréal, 1985 (Thèse ca- 2003. (ISBN 0-471-26292-7).
tholique rapprochant nazisme, paganisme et New
Age). • Sidney D. Kirkpatrick : Hitler’s Holy Relics : A
True Story of Nazi Plunder and the Race to Reco-
• Nicholas Goodrick-Clarke Les racines occultes du ver the Crown Jewels of the Holy Roman Empire
nazisme, Éditions du Camion noir, février 2010. (pub. 2010), (ISBN 978-1-4165-9062-0). Un récit ba-
• Peter Levenda, L'Alliance infernale, Une histoire de sé sur les faits réels de l'enquête, effectuée aux len-
l'implication nazie dans l'occulte, Éditions du Ca- demains immédiats du conflit, de l'historien de l'art
mion noir, (ISBN 978-2-910196-77-6) Walter Horn sur les pillages des nazis en Europe
et le mysticisme germanique. Traduit en français en
• Pierre Lunel, Les magiciens fous de Hitler, First, 2012, (ISBN 978-2-266-23026-1), Le Cherche midi /
2015, 480 p. Presses Pocket.
82 CHAPITRE 25. MYSTICISME NAZI

• Peter Levenda, Unholy Alliance : History of the Nazi • Nazisme


Involvement With the Occult, 1er mai 2002, (ISBN 0-
8264-1409-5) • Théosophie

• (en) Manfred Nagl, « SF, Occult Sciences, and Nazi


Myths », Science Fiction Studies, Greencastle (India- 25.8.3 Liens externes
na), SF-TH Inc, vol. 1, no 3, printemps 1974, p. 185-
197 (lire en ligne). • Thèse à l'Université Paris IV Sorbonne, “Ceci est ton
sang”, ou l’anthropologie nationale-socialiste entre
• Wulf Schwarzwaller, The Unknown Hitler : His Pri- mysticisme et sciences aryennes, 2005 ().
vate Life and Fortune, National Press Books, 1st edi-
tion, 1988, (ISBN 0-915765-63-2) ; Berkeley Books, • Jackson Spielvogel (Pennsylvania State University)
1990. and David Redles(Cuyahoga Community College in
Cleveland, Ohio), Hitler’s Racial Ideology : Content
• Lewis Spence : Occult Causes of the Present War, and Occult Sources
1940, Rider and Co, London.
• Nicholas Goodrick-Clarke (université d'Exeter),
• (en) Eric Kurlander, « Hitler’s Monsters : The Oc- The occult roots of nazisme, 1985. Extraits de cet
cult Roots of Nazism and the Emergence of the Nazi ouvrage de référence sur le sujet.
« Supernatural Imaginary » », German History, vol.
30, no 4, décembre 2012, p. 528-549 (ISSN 0266- • Richard Weikart (California state university), The
3554, DOI 10.1093/gerhis/ghs073, lire en ligne). Roots of Hitler’s Evil, in Books and Culture : A
Christian Review, mars-avril 2001, pages 18-21. Le
contexte de la formation intellectuelle de Hitler, pas-
En allemand sage sur l'occultisme.
• Julian Strube, « Die Erfindung des esoterischen
Nationalsozialismus im Zeichen der Schwarzen • Portail du nazisme
Sonne », in Zeitschrift für Religionswissenschaft, n°
20, volume 2, p. 223-268.
• Rüdiger Sünner, Schwarze Sonne. Entfesselung und
Missbrauch der Mythen in Nationalsozialismus und
rechter Esoterik, Herder Spektrum, 1999.

Le nazisme et les OVNIs

• Henry Stevens, Hitler’s Flying Saucers : A Guide to


German Flying Discs of the Second World War, 1er
février 2003, (ISBN 1-931882-13-4).
• “Branton”, The Omega Files ; Secret Nazi UFO Bases
Revealed, Branton, 15 avril 2000 (ISBN 1-892062-09-
7).

• Commander X, Underground Alien Bases, 1er juin


1990, (ISBN 0-938294-92-X).
• Joseph Altairac, « La légende du V7 », in Scienti-
fictions, la revue de l'Imaginaire scientifique, no 1,
volume 2, Amiens, Encrage Éditions, 1997, p. 29-
134.

25.8.2 Articles connexes


• Aryanisme
• Indogermains
• Monisme
• Mysticisme
Chapitre 26

Malbork

Malbork (Marienburg en allemand) est une ville de 39 1871.


000 habitants (1998) du nord de la Pologne. Proche de
Gdańsk, elle relève de la voïvodie de Poméranie depuis la
réforme administrative du pays en 1998. Précédemment,
elle se situait dans la voïvodie d'Elbląg. 26.2 Jumelages
• Nordhorn (Allemagne)
26.1 Historique
• Trakai (Lituanie)
La ville en elle-même, construite autour de la forteresse • Sölvesborg (Suède)
de Marienbourg (Malbork en polonais), a été fondée en
1274 sur la rive droite de la rivière Nogat, bras de la • Margny-lès-Compiègne (France)
Vistule, par les chevaliers teutoniques. Le château fortifié
devint le siège de l'ordre des chevaliers teutoniques et la
plus grande forteresse gothique d'Europe. La rivière et le 26.3 Voir aussi
terrain plat permettant un accès aisé aux barges à une cen-
taine de kilomètres de la mer, les chevaliers teutoniques
l'intégrèrent à leur État, y collectèrent des péages et im- 26.3.1 Articles connexes
posèrent un monopole sur le commerce de l'ambre. La
ville devint plus tard membre de la ligue hanséatique et • Forteresse teutonique de Marienbourg
de nombreuses réunions de la Hanse s’y tinrent. • Histoire de la communauté juive et de la synagogue
Durant la Seconde Guerre mondiale, le stalag XX B y fut de Marienburg
implanté.
En 1945, la ville fut cédée à la Pologne. Elle abrite une
base aérienne. 26.4 Liens externes
• (fr) Site de la ville de Malbork

• (pl)} Site de Malbork


• (en)(de)(pl) forum de Malbork

• L'usine Focke-Wulf bom-


bardée par l'aviation américaine durant la Deuxième • Portail de la Pologne
Guerre Mondiale.

• Marienburg en 1881, dans la


province prussienne de Prusse occidentale avant

83
Chapitre 27

René Nelli

René Nelli grande instance a prononcé la liquidation le mardi 11 jan-


vier 2011, faute de moyens pécuniaires suffisants après
trente ans d'activité.
René Nelli, né le 20 février 1906 à Carcassonne et mort
le 11 mars 1982 à Carcassonne, inhumé au cimetière de Comme Fernand Niel, et beaucoup d'autres, il fit ses
Saint-Vincent dans cette même ville, est un poète occitan, premiers pas dans l'étude du catharisme en fréquentant
philosophe et historien du catharisme[1] . Il fut le spécia- Déodat Roché.
liste du Moyen Âge occitan, de sa métaphysique, de sa Sa maison, située dans le quartier du Palais à Carcas-
poétique et de l’amour courtois[2] . sonne, léguée au Conseil général de l'Aude par sa veuve
Suzanne Ramon, décédée le 24 août 2007, doit devenir le
musée René Nelli, musée du catharisme, pour présenter
27.1 Biographie l'ensemble de son œuvre.

Docteur ès lettres, professeur de lettres et de philosophie


au lycée de Carcassonne puis d'ethnographie méridionale
à la faculté des lettres de l'Université de Toulouse, poète[3]
essayiste, hermétiste, René Nelli est surtout connu pour 27.2 Vers un futur musée Nelli ?
ses travaux sur la culture occitane et sur le catharisme.
René Nelli aimait à dire qu'il était descendant d'une fa- Les archives départementales de l'Aude poursuivent
mille de sculpteurs florentins installés dans l'Aude au l'analyse et le classement du fonds Nelli, issu de la mai-
XVIe siècle. En fait, son grand-père, Isidore Nelli, sculp- son de l'écrivain à Carcassonne et légué au conseil général
teur et architecte venu de la région de Carrare, avait par- depuis le début de l'année 2008. « Parmi les plus belles
ticipé à la construction du Palais de Justice de Carcas- découvertes, il faut citer des manuscrits non édités de Re-
sonne, puis fait bâtir en 1889 la maison au 24 de la rue né Nelli et des originaux de Joë Bousquet », signale Sylvie
du Palais[4] . Le père de René Nelli, Léon, architecte éga- Caucanas, la directrice. Quant à la muséographie du site,
lement, érudit, possédait une collection de manuscrits et elle n'a pas encore été décidée, et la reconversion de la
une bibliothèque importante, vendue au Conseil général maison Nelli en musée pourrait donc tarder trois ans[5] .
de l'Aude en 1926.
Dans les années 1928-1930, et jusqu'en 1950, René Nelli
a été très lié avec le poète Joë Bousquet et a pris à ses côtés
une part active à l'élaboration du « surréalisme méditer-
ranéen ». Ce mouvement se développait alors, un peu en 27.3 L'Association d'études du ca-
marge du surréalisme parisien, à Marseille dans Les Ca- tharisme - René Nelli
hiers du Sud, et à Carcassonne autour de la revue Chan-
tiers.
À la suite de la disparition du Centre d'études cathares,
Il a participé très activement à la revue d'ethnologie méri-
fondé par René Nelli, l'Association d'études du catha-
dionale Folklore, fondée par Fernand Cros-Mayrevieille, risme - René Nelli, fondée en 2011, s’est donné pour but
et a joué un rôle important en ce qui concerne la connais- de poursuivre les travaux de Nelli et de faire connaître son
sance de la culture occitane, notamment en participant à œuvre. « Elle a pour objet de recueillir, diffuser, parta-
la fondation avec Jean Cassou en 1945, à Toulouse, de ger et vulgariser les connaissances scientifiques pluridis-
l’Institut d'études occitanes. ciplinaires sur le catharisme et les dissidences médiévales
Il a consacré de nombreux ouvrages au catharisme. Il fon- dans leurs contextes, afin de concourir à la valorisation
da aussi en 1981 le Centre national d'études cathares, de- des patrimoines et des territoires ». Elle est présidée par
venu ensuite Centre d'études cathares, dont le tribunal de Philippe Ramon, neveu de René Nelli.

84
27.6. RÉFÉRENCES 85

27.4 Citations • Histoire secrète du Languedoc, Albin Michel, coll.


“Histoire secrète des provinces françaises”, 1978.
• « C'est à la civilisation musulmane d'Espagne que la
• Mais enfin, qu'est-ce que l'occitanie ?, Toulouse, Pri-
sensibilité occitane doit de s’être éveillée si tôt. »[6]
vat, 1978.
• Du jeu subtil à l'amour fou. Raimon de Miraval.
27.5 Œuvres Textes et traductions de René Nelli, Verdier, 1979.
Texte en ancien provençal et trad. fr. en regard.
• Le Languedoc et le Comté de Foix, le Roussillon, Pa- • Troubadours et trouvères, Hachette, 1979.
ris, Gallimard, 1958
• Les grands arcanes de l'hermétisme occidental, Mo-
• Écritures cathares. La Cène secrète : Le Livre des naco, éd. du Rocher, 1991.
deux principes : Traité cathare : Le Rituel occitan :
Le Rituel latin : textes précathares et cathares présen- • Le livre des deux principes, par Jean de Lugio ou son
tés, traduits et commentés avec une introduction sur entourage, Le Grand livre du mois, coll. “Les tré-
les origines et l'esprit du catharisme (1959) (Monaco, sors de la littérature”, 1998. Traduction du Liber de
éd. du Rocher, 1994). Recueil des textes cathares. duobus principiis.

• L'érotique des troubadours, Toulouse, Privat, 1963


(rééd. dans 10/18 - 2 tomes - 1974 ; Privat, 1984) 27.6 Références
• Le Phénomène cathare - perspectives philosophiques,
morales et iconographqiues (1964), Toulouse, Privat, [1] Nicolas Gouzy, Histoire du catharisme, extrait en ligne sur
1988. le site du CEC-René Nelli.

[2] [PDF]Franc Bardou, « Qui était René Nelli ?], », sur


• Le Roman de Flamenca, un art d'aimer occitanien
Centre d'études cathares-René Nelli, 2008.
au XIIIe siècle, Toulouse, Institut d'études occitanes,
1966 [3] « René Nelli, La poésie et l'imagination, » [PDF], sur
CEC-René Nelli, 2009 (consulté en 13 mai 2010.)
• Le musée du Catharisme, Toulouse, Privat, 1966
[4] [PDF]« Chronique Nellienne n°4, », sur CEC-René Nelli,
• Les troubadours, texte et traduction par René Nelli 2009.
et René Lavaud, Desclée de Brouwer, 2 vol., 1960-
[5] Pyrénées histoire, N° 1, p. 94.
1965.
[6] L'érotique des troubadours (1963), Union générale
• Dictionnaire des hérésies et des mouvements hétéro- d'éditions, 1974, p. 103
doxes ou indépendants apparus dans le Midi de la
France depuis l'établissement du christianisme, Tou-
louse, Privat, 1968.
27.7 Voir aussi
• La vie quotidienne des Cathares du Languedoc au
XIIIe siècle, Paris, Hachette, 1969. 27.7.1 Liens externes
• Des Cathares du Languedoc au XIII siècle, Paris,
e
• Notices d'autorité : Fichier d'autorité international
Hachette, 1969.
virtuel • International Standard Name Identifier
• Journal spirituel d'un cathare d'aujourd'hui, Resma, • Bibliothèque nationale de France (données)
1970. • Système universitaire de documentation •
Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei
• La poésie occitane, des origines à nos jours. Édition • Bibliothèque nationale de la Diète • WorldCat
bilingue, Seghers, 1972.
• Portrait de René Nelli
• Les Cathares (1972), Marabout université, 1981.

• Histoire du Languedoc, Hachette, 1974. • Portail de l’Occitanie


• La philosophie du catharisme : le dualisme radical
au XIIIe siècle, Paris, Payot, 1975. • Portail du christianisme

• Écrivains anticonformistes du Moyen Âge occitan. • Portail de la poésie


textes traduits et présentés par René Nelli, Domaine
d'oc, 1977.
Chapitre 28

Amour courtois

Pour les articles homonymes, voir Courtois.


L’amour courtois ou fin'amor d'après l'occitan, est la

Cour d'amour en Provence, Manuscrit du XIVe siècle, Biblio-


thèque nationale de Paris.

Valve de miroir : scènes courtoises, musée du Louvre.


de Chrétien de Troyes (cf. Lancelot ou le Chevalier de la
façon ritualisée de tenter de séduire une femme de qua- charrette), et dans toute l'Europe.
lité sans l'offenser et en lui dédiant des poésies, dont on
L'amour courtois puise peut-être ses origines au Levant
retrouve des traces dans les lettres[1] du Moyen Âge, no-
et dans la littérature arabo-andalouse, notamment chez le
tamment la lyrique courtoise.
poète arabe du IXe siècle Ibn Dawoud, qualifié de « Boi-
leau des Arabes » et considéré comme le « théoricien
de l'amour courtois » ou chez Ibn Hazm[5] . En effet, un
28.1 Origines des précurseurs de l'amour courtois des troubadours est
Guillaume IX d'Aquitaine, duc d'Aquitaine (1071-1127)
et grand-père d'Aliénor d'Aquitaine. Son activité poé-
L’expression « amour courtois » a été forgée par Gaston tique naquit après la croisade qu'il mena en Orient et son
Paris, historien de la poésie médiévale[2] en 1883. L’ex- séjour à Antioche (1101-1102). Il est le premier trouba-
pression médiévale occitane est celle de fin’amor[3] . Elle dour et le premier poète à écrire en langue d'oc qui pour-
désigne de façon générale l’attitude à tenir en présence rait être inspirée des poètes arabes. Henri-Irénée Marrou
d’une femme de la bonne société, l’amour courtois étant (Les troubadours, Paris, Seuil, 1971) s’est cependant op-
ni plus ni moins qu’une relation vassalique entre homme posé à cette thèse, autant ailleurs qu'à celle de l'origine
et femme[4] . cathare (idée défendue par Denis de Rougemont dans
La tradition de l'amour courtois a été florissante dans son célèbre essai L'Amour et l'Occident). L'influence de
l'Europe médiévale, d'abord en Occitanie puis dans le la prosodie sacrée de l'Église semble en effet attestée par
Nord de la France à partir du XIIe siècle grâce à la métrique. Mais, de façon plus générale, la recherche
l'influence de protectrices comme Aliénor d'Aquitaine et des origines, pour utile qu'elle soit, risque de faire perdre
Marie de France, la comtesse de Champagne et mécène de vue l'originalité du phénomène qui émerge alors.

86
28.3. VOIR AUSSI 87

28.2 Interprétations cible de l’amour courtois des jeunes est souvent l’épouse
du suzerain, qui la donne en enjeu. Les jeunes cherchent
à séduire la dame pour mieux plaire à leur seigneur, mais
Il existe différentes écoles quant à l’interprétation de
aussi pour mieux se différencier du peuple vulgaire, et des
l’amour courtois. Il désigne l’amour profond et véritable
bourgeois, qui peuvent les concurrencer financièrement,
que l’on retrouve entre un prétendant et sa dame. Au
mais pas culturellement[9] .
Moyen Âge, on lui attribuait certaines particularités cou-
rantes : l'homme doit être au service de sa dame, à l'affût
de ses désirs, et lui rester inébranlable de fidélité. C'est
un amour hors mariage, prude sinon chaste et totalement 28.3 Voir aussi
désintéressé, mais non platonique et ancré dans les sens
et le corps autant que l'esprit et l'âme. L’amoureux, dé- 28.3.1 Bibliographie
voué à sa Dame était, normalement, d’un rang social in-
férieur, il était un noble de première génération en passe • Sébastien Nadot, Le Spectacle des joutes, Sport et
de conquérir ses titres de chevalerie. courtoisie à la fin du Moyen Âge, P.U. Rennes, 2012.
Le sentiment de l'amant est censé s’amplifier, son désir
• Mohammed Abbassa, Les Sources de l'amour
grandir et rester pourtant en partie inassouvi. Il s’adresse
courtois des troubadours, Annales du patrimoine,
souvent à une femme inaccessible, lointaine ou d’un ni-
08/2008.
veau social différent de celui du chevalier[6] . Elle peut
feindre l'indifférence. On nommait ce tourment, à la fois • Charles Baladier, Aventure et discours dans l'amour
plaisant et douloureux, joï [7] (à ne pas confondre avec courtois, Éditions Hermann, 2010, (ISBN 978 2 7056
« joie »). 7022 1)
Ce nouveau concept entra souvent en conflit avec la loyau- • Reto Bezzola, La Société courtoise. Littérature de
té envers le suzerain et difficilement conciliable avec la cour et littérature courtoise, Slatkine, 2000 (ISBN
courtoisie au sens de galanterie, et même avec la vaillance 2051005435),
que le chevalier devait continuer à entretenir. Apparem-
ment, la vision de l’amour courtois s’imposa progressi- • Reto Bezzola, Les Origines et la Formation de la lit-
vement dans les cœurs et permit de laisser une place à térature courtoise en Occident, 5 vol. , Champion,
l’amour dans la vie quotidienne. L’amour courtois prime 1958-1963
en effet sur le mariage : une femme mariée peut ainsi lais-
ser parler son cœur si elle est courtisée selon les règles • Estelle Doudet, L'Amour courtois et la chevalerie
précises de l’amour courtois. (Des troubadours à Chrétien de Troyes) Librio,
2004
Cette ritualisation du jeu amoureux peut être vue comme
liée à la codification de la chevalerie, tout en lui étant an- • Michel Clouscard, Traité de l'amour fou, genèse
tagoniste. Au XIIe siècle, l'idéal chevaleresque est perçu de l'Occident, Paris, Scandéditions-Éditions sociales,
par les contemporains comme déclinant. La période pré- 1993, (ISBN 978-2209068623)
cédente est idéalisée, comme ses héros qui sont transfor-
més pour incarner des modèles de chevalerie. Un grand • Emmanuel-Juste Duits, L'Autre désir (du sadoma-
nombre de romans liés à la légende arthurienne sont écrits sochisme à l'amour courtois), coll. « L'Attrappe-
à cette période dans cette optique, et expriment alors corps », La Musardine, 2000
un fantasme de chevalerie et d'amour courtois tels que • Matfre Ermengau, Le Breviari d'amor, introd. et
l'imaginent les auteurs du XIIe siècle. Parallèlement, de glossaire, par G. Azaïs, Béziers, Paris, 1862
grands ordres de chevalerie sont créés, et codifient les at-
titudes de ses membres, « pour faire revivre l'idéal che- • Michel Larroque, Esquisse d'une philosophie de
valeresque de l'ancien temps ». l'amour, L'Harmattan 2006.
L’assag, mot occitan désigne un rite attribué à l'amour • Céline et Pierre Lassalle, L'Héroïsme de l'amour, de
courtois, qui était une épreuve qui consistait à s’assurer l'amour courtois à l'amour vertueux, De Mortagne,
de l'amour réel de l'amant. 2009.
Pour Georges Duby, il ne faut cependant pas voir dans
l’amour courtois une promotion de la femme : c’est un • Jean Markale, L'Amour courtois, ou le couple infer-
jeu masculin, éducatif, où les jeunes hommes, pas encore nal, Paris, Imago, 1987
mariés (les jovenes, les jeunes, comme Henri le Jeune, • Henri-Irénée Marrou, Les Troubadours, Seuil, coll.
pas encore établis), maîtrisent leurs pulsions et leurs sen- « Points Histoire », 1971
timents, comme ils apprennent à maîtriser leur corps dans
un tournoi (ce qui n’exclut pas qu’ils laissent libre cours à • Sébastien Nadot, Rompez les lances ! Chevaliers et
leur libido avec des femmes de rang inférieur[8] ). De plus, tournois au Moyen Âge, éditions Autrement, Paris,
la femme est considérée comme une proie ; celle qui est la 2010.
88 CHAPITRE 28. AMOUR COURTOIS

• René Nelli, L'Érotique des troubadours, Toulouse,


Privat, 1963
• René Nelli, Flamenca, un art d'aimer occitanien du
XIIIe siècle, Toulouse, Institut d'études occitanes,
1966
• Denis de Rougemont, L'Amour et l'Occident, édi-
tions 10/18, 2001 (réédition) (ISBN 2264033134)
• Jean-Claude Vadet, L'Esprit courtois en Orient dans
les cinq premiers siècles de l'Hégire, Maisonneuve et
Larose, Paris, 1968.

28.3.2 Articles connexes


• Littérature française du Moyen Âge, Littérature mé-
diévale, Poésie médiévale française

28.3.3 Liens externes


• Rachel Ariélien, « Ibn Hazm et l'amour courtois »,
Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée,
1985, vol. 40, p. 75-89

28.4 Notes et références


[1] « courtois », de l'ancien français « court », « résidence
d'un souverain et de son entourage » (CNTRL).

[2] (en) David Hult, Gaston Paris and the invention of courtly
love, in R. Howard Bloch et Stephen G. Nichols (éd.), Me-
dievalism and the Modernist Temper, Baltimore, 1996, p.
192-224.

[3] Laure Verdon, Le Moyen Âge, Paris, Le Cavalier Bleu édi-


tions, 2003, coll. « Idées reçues », p. 96, 128 p. (ISBN
2-84670-089-3).

[4] Laure Verdon, op. cit., p. 97.

[5] Benjamin Péret, Anthologie de l'amour sublime, Albin


Michel, 1988, p. 77.

[6] Laure Verdon, op. cit., p. 96-97.

[7] Anne Berthelot, Françoise Laurent, Histoire de la litté-


rature française du Moyen Âge, Presses universitaires de
Rennes, 2006, p. 51 : « Quand bien même le troubadour
obtient le don de merci, ce n'est jamais qu'un instant fugi-
tif, le joï, l'extase de jouissance, ne peut jamais s’installer
dans le temps »

[8] Comme le montrent les Pastourelles.

[9] Laure Verdon, op. cit., p. 97-99.

• Portail du Moyen Âge

• Portail de l’Occitanie
Chapitre 29

Joë Bousquet

Pour les articles homonymes, voir Bousquet. (Aude), où il aimait passer des vacances chez ses grands-
Joë Bousquet parents[2] . Une place porte également son nom à Villalier
(Aude).
Joë Bousquet, né à Narbonne (Aude) le 19 mars 1897 et Il repose dans le cimetière de Villalier.
mort à Carcassonne (Aude) le 28 septembre 1950, est un Fin 2008 est éditée une correspondance amoureuse (20
poète et écrivain français. janvier 1946 - 17 février 1949) de Joe Bousquet avec une
jeune femme, « Linette ».

29.1 Biographie
29.2 Œuvres
Pendant la Première Guerre mondiale, le 27 mai 1918,
âgé de 21 ans, il est grièvement blessé lors du combat
29.2.1 Poésies
de Vailly : il est atteint à la colonne vertébrale par une
balle allemande. Paralysé à hauteur des pectoraux, il perd • La Fiancée du vent, Chantiers, 1928
l'usage de ses membres inférieurs. Il demeurera alité le
reste de sa vie, au 53 rue de Verdun à Carcassonne, dans • Il ne fait pas assez noir, R. Debresse, 1932
une chambre dont les volets seront fermés en perma-
nence. Il écrira à propos de sa blessure : • Le Mal d'enfance, Denoël, 1939, illustré par René
Iché

« Ma blessure existait avant moi, je suis né • Mon frère l'ombre, Cahiers de l'École de Rochefort,
pour l'incarner. »[1] 1943
• La Connaissance du soir, Éditions du Raisin, 1945
Conservée en l'état, la Maison des Mémoires abrite une
exposition permanente, ainsi que le Centre Joë Bousquet • L'Œuvre de la nuit, Éditions Montbrun, 1946
et son temps. Ce dernier organise de nombreuses manifes-
• Chantelaine, Les Bibliophiles alésiens, 1947
tations autour de l'œuvre du poète.
Avec ses amis François-Paul Alibert, Ferdinand Alquié,
Claude-Louis Estève et René Nelli, il fonde en 1928 la 29.2.2 Romans
revue Chantiers.
• Le Rendez-vous d'un soir d'hiver, 1933
Dans les années 1940, la revue Les Cahiers du Sud le
charge d'un Cabinet de lectures, dont il s’occupe avec • Une passante bleue et blonde, Éditions René De-
Francine Bloch, premier chroniqueur principal de la re- bresse, 1934
vue.
• La Tisane de sarments, Denoël, 1936
Il est en relation épistolaire avec de nombreux écrivains
et artistes dont Paul Éluard, Max Ernst et Jean Paulhan. • Le passeur s’est endormi, Denoël, 1939
Il écrit constamment son prénom « Joe », sans tréma. De
• Iris et la Petite Fumée, 1939
ce point de vue, la forme imprimée « Joë », avec tréma,
qui est devenue usuelle du vivant de l'auteur, n'en est pas • Le Médisant par bonté, Gallimard, 1945
moins fautive. Joe Bousquet laisse une œuvre poétique
considérable. • Le Meneur de lune, Éditions Albin Michel, 1946
Une rue porte son nom à Carcassonne et à Narbonne, • Œuvre romanesque complète, 4 volumes, Éditions
ainsi qu'à Labastide-Saint-Georges (Tarn) et à La Palme Albin Michel, 1979 à 1984

89
90 CHAPITRE 29. JOË BOUSQUET

29.2.3 Recueils de nouvelles • D'une autre vie, 1970

• Le Fruit dont l'ombre est la saveur, Éditions de Mi- • L'Homme dont je mourrai, Rougerie, 1974
nuit, 1947
• La Romance du Seuil, Rougerie, 1976

• Le Bréviaire Bleu, Rougerie, 1977


29.2.4 Œuvres érotiques
• Le Roi du sel, suivi de Le Conte des sept robes et de
• Le Cahier noir, Éditions Albin Michel, (1989) 2006 Le Cahier C1, Albin Michel, 1977

• Isel, Rougerie, 1978


29.2.5 Essais critiques
• Papillon de neige : journal 1939-1942, Verdier,
• Les Capitales : ou de Jean Duns Scott à Jean Paulhan, 1990
1955
• Langage entier, Rougerie, 1981
• Lumière, infranchissable pourriture et autres essais
sur Pierre Jean Jouve, Fata Morgana, 1987 • Note-book, Rougerie, 1983

• La Beauté dans les choses, Éditions Unes, 1983


29.2.6 Correspondance • La Nacre de sel, J.M. Savary, 1988
• Lettres à Poisson d'Or, Gallimard, 1967 • Exploration de mon médecin, Sables, 1988
• Lettres à Jean Cassou, Rougerie, 1971 • D'un regard l'autre, Verdier, 1990
• Lettres à Carlo Suarès, Rougerie, 1973 • Le Galant de neige, Fata Mogana, 1994
• Lettres à Stéphane et à Jean, Éditions Albin Michel, • René Daumal, Éditions Unes, 1996
1975
• L'Œuvre de la nuit, Éditions Unes, 1996
• À Max-Philippe Delatte, 1981
• L'Archimûr à l'x orange, Les Librairies entre les
• Lettres à Magritte, Talus d'approche, 1981 lignes, 1999
• Un amour couleur de thé, Verdier, 1984 • Amarante et Muette, conte, ables, 2005
• Lettres à une jeune fille, Grasset, 2008 • Le Soleil souterrain, Sables, 2008

29.2.7 Autobiographie
29.3 Bibliographie
• Traduit du silence, Gallimard, 1941
• Mystique, Préface par Xavier Bordes, 1972, Éditions 29.3.1 Biographie
Gallimard, (1973)
• Guillaume de Fonclare, Joë, Stock, 2014

29.2.8 Œuvres posthumes • Édith de la Héronnière, Joë Bousquet, Une vie à


corps perdu, Albin Michel, 2006
• Fumerolle, 1951
• Pierre Cabanne, La Chambre de Joë Bouquet, En-
• La Neige d'un autre âge, Cercle du livre, 1952 quête et écrits sur une collection, André Dimanche
Éditeur, 2005.
• Le Mal du soir, Bordas, 1953
• Joe Bousquet présenté par Michel Maurette. Lettres
• Langage entier, Rougerie, 1966 inédites. Une bibliographie. Visages de ce temps. Col-
lection dirigée par Jean Digot, Editions Subervie,
• Notes d'inconnaissance, Rougerie, 1967
1963, Rodez. in-12 de 127 pages
• Le Sème-Chemins, Rougerie, 1968
• Suzanne André, Hubert Juin, Gaston Massat, Joë
• Le Salut d'une parole, Gaston Puel, 1968 Bousquet, Seghers, Poètes d'aujourd'hui, 1972.

• Le Pays des armes rouillées : mémoires, Rougerie, • René Nelli, Joë Bousquet, sa vie, son œuvre, Albin
1969 Michel, 1975.
29.6. RÉFÉRENCES 91

• Dans La route des étangs (Grasset, 1971), son 29.6 Références


ami Jean Mistler évoque longuement leur amitié.
L'intrigue du roman est d'ailleurs empruntée à un [1] Gilles Deleuze, Logique du sens, Paris, Les Editions de
souvenir que Joë Bousquet avait raconté à Jean Mist- Minuit, coll. « Critique », 1969, 393 p., chap. 21 (« de
ler, et qui figure dans l'un des derniers livres de l'événement »), p. 174
Bousquet (Le Médisant par bonté, “L'imaginaire”,
[2] Voir : La Route des Étangs, de Jean Mistler (Grasset 1971)
Gallimard, p. 154)
[3] L'Humanité du samedi 10 mai 1980, page 2 de Télévision
/ Radio / Presse, Bernard Weisz
29.3.2 Études et articles
• François Berquin, Hypocrisies de Joë Bousquet,
Presses Universitaires du Septentrion (Villeneuve
29.7 Liens externes
d'Ascq), 2000, 317 p.
• Notices d'autorité : Fichier d'autorité international
• Gilles Deleuze, « Vingt-et-unième série, de virtuel • International Standard Name Identifier
l'événement », dans Logique du sens, Les Éditions • Bibliothèque nationale de France (données)
de Minuit (Paris), Collection « Critique », 1969, p. • Système universitaire de documentation •
174-189 Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei
• WorldCat
• Maurice Blanchot, Alain Robbe-Grillet (ont écrit
sur Joë Bousquet) • Joë Bousquet sur le site des Éditions Verdier

• Joë Bousquet, le poète à Villalier

29.4 Filmographie • Joë Bousquet ou la Poésie faite corps

• L'énigme Joë Bousquet ou fragments de l'être cou-


Seul un long-métrage produit pour la télévision (France ché.
3) a été adapté de l'œuvre de Joë Bousquet et diffusé en
1980 : La Tisane de sarments, réalisé par Jean-Claude • Joë Bousquet. Il est couché le poète, la douleur à ses
Morin, adapté du roman éponyme et de Traduit du silence pieds.
par le réalisateur et la scénariste et écrivain Marie-France
• Joë Bousquet sur le Petit Narbonnais
Briselance, avec notamment Philippe Léotard dans le rôle
du poète. La très forte charge émotionnelle du comédien
(ancien professeur de français et connaisseur du poète), • Portail de l’Aude
alors en complète déroute affective, compense largement
le manque de ressemblance physique avec Joë Bousquet,
le personnage principal de La Tisane de sarments étant • Portail de la littérature française
de toute façon un personnage fictif bien qu'empruntant
beaucoup à la vie de son auteur. Bernard Weisz, dans • Portail de la poésie
L’Humanité, souligne que « C’est un film de communion
avec Bousquet, d’une facture rare à la télévision. Ce ro-
man onirique, cette histoire d’amour fou est devenue un
film qui donne le goût très fort de connaître Bousquet et
ses livres »[3] . Ce film de long-métrage avait été précé-
dé par un court-métrage de 13 minutes, toujours pour
France 3 et du même réalisateur, Joë Bousquet, ou le
mouvement paradoxal, une évocation des actions de ré-
sistance (paradoxales pour un infirme, imaginables pour
un chantre de la liberté) du poète face à l'Occupation alle-
mande et à la rafle des juifs en France. Ces films sont dis-
ponibles à l'INA (www.institut-national-audiovisuel.fr).

29.5 Inspirations
• Un poème explicitement attribué à Joë Bousquet est
récité dans l'épisode 4 de la série d'animation japo-
naise Ergo Proxy
Chapitre 30

Les Cahiers du Sud

Les Cahiers du Sud est une revue littéraire fon- • Roger Caillois
dée par Jean Ballard qui publia nombre d'écrivains et
d'intellectuels du XXe siècle. • André Chastel
• Jacques Chessex*
• Georges-Emmanuel Clancier
30.1 Histoire
• Robert Crégut
À l'origine, cette revue s’appelait « Fortunio » (et non
• René Crevel
« Fantasio » comme on le trouve écrit souvent) et avait
été créée par Marcel Pagnol en 1914. • René Daumal
En 1925, elle fut renommée les Cahiers du Sud et prise en • Robert Desnos
main par Jean Ballard. Ce fut une grande revue à la fois
littéraire et d'études, faisant appel à des écrivains et intel- • Paul Éluard
lectuels confirmés ou montants, comme Roger Caillois,
Gaston Baissette et André Chastel. Ses principaux chro- • Benjamin Fondane
niqueurs furent Jean Tortel et Léon-Gabriel Gros. • André Fraigneau
Parmi les collaborateurs de la période de guerre 1940-
• René Guénon
1945 : Francine Bloch, Émile Danoën ou Simone Weil.
La parution de la revue prit fin en 1966. • Armel Guerne

Les locaux de cette revue marseillaise furent établis dans • Pierre Jean Jouve
une avenue qui porte aujourd'hui le nom de son directeur :
• Jean-Francis Laglenne
le cours Jean-Ballard.
• Michel Leiris
• André Masson
30.2 Auteurs publiés
• Henri Michaux
• Antonin Artaud
• Gérard Murail
• Roger Bastide • René Nelli
• Gaston Baissette • Gérald Neveu
• Albert Béguin • Benjamin Péret
• Marc Bernard • Pierre Reverdy

• Alain Borne • Robert Rovini

• Joë Bousquet • Alexandre Toursky

• Louis Brauquier • Simone Weil

• Marcel Brion • Marguerite Yourcenar

• Joseph Delteil ...

92
30.4. ARTICLES CONNEXES 93

30.3 Bibliographie
• Léon-Gabriel Gros, Poètes contemporains, Cahiers
du Sud, Première série 1944, Deuxième série 1951.
• Rivages des Origines (Archives des Cahiers du Sud),
préface de Jean Tortel, Archives de la Ville de Mar-
seille, 1981. (ISBN 2-902904-09-6)

• Alain Paire, Chronique des Cahiers du Sud, 1914-


1966, IMEC éditions, 1993
• Jean Ballard & les Cahiers du Sud, commissariat
Michèle Coulet et Olivier Cousinou, Centre de la
Vieille Charité, Marseille, 1993, Jean-Michel Place
/ Ulysse Diffusion, 320 pages (ISBN 2-900298-36-9)

30.4 Articles connexes


• Fortunio (revue)

• Portail de la poésie
Chapitre 31

Jean Cassou

Pour les articles homonymes, voir Jean Cassou populaire. Il est alors favorable à l'aide à la République
(homonymie) et Cassou. espagnole, se rapproche du Parti communiste avec le-
Jean Cassou quel il rompt en 1939 lors du pacte germano-soviétique.
En avril 1940 il est affecté au Musée national d'art mo-
derne dont il devient conservateur adjoint, puis conserva-
Jean Cassou à Belgrade en 1963.
teur en chef durant quelques semaines avant d'être desti-
Jean Cassou, né le 9 juillet 1897 à Deusto et mort le 16 tué en septembre 1940. Tandis qu'approchent les armées
janvier 1986 (à 88 ans) à Paris, est un écrivain, résistant, allemandes, il est envoyé au château de Compiègne et se
critique d'art, traducteur, et poète français. Il est égale- consacre à la sauvegarde du patrimoine national.
ment le directeur-fondateur du Musée national d'art mo-
derne de Paris et le premier président de l'Institut d'études
occitanes.
31.2 L'occupation
Révoqué de son poste de conservateur du Musée d'art mo-
31.1 Biographie derne par le régime de Vichy, il entre dans la Résistance
dès septembre 1940, rédigeant ses premiers tracts. Il pro-
Son père, ingénieur des Arts et manufactures, meurt alors tège Wilhelm Uhde. Retrouvant certains de ses amis qui
que Cassou n'a que seize ans. Il effectue ses études secon- partagent ses opinions, Claude Aveline, Agnès Humbert,
daires au lycée Charlemagne en subvenant aux besoins il rencontre le groupe clandestin du Musée de l'homme,
de sa famille, puis commence une licence d'espagnol à Boris Vildé, Anatole Lewitsky et Paul Rivet. Avec Ave-
la Faculté des Lettres de la Sorbonne à Paris. Il la pour- line, Agnès Humbert, Simone Martin-Chauffier, Marcel
suit en 1917 et 1918 en étant maître d'études au lycée de Abraham et Pierre Brossolette, il assure la rédaction du
Bayonne et, ajourné plusieurs fois, n'est pas mobilisé pour journal du groupe Résistance (six numéros de décembre
la Grande Guerre. Secrétaire de Pierre Louÿs, il tient à 1940 à mars 1941). Tandis que de nombreux membres
partir de 1921 la chronique Lettres espagnoles dans la re- du groupe du musée de l'Homme sont arrêtés, il échappe
vue Le Mercure de France, époque où il devient l'ami du à la Gestapo et se réfugie à Toulouse. Agent du « réseau
poète espagnol Jorge Guillén avec lequel il entretient une Bertaux » à partir d'août 1941. Il est arrêté en décembre
correspondance fournie[1] . Il réussit en 1923 le concours 1941[3] pour ses activités au musée de l'Homme et em-
de rédacteur au ministère de l'Instruction publique et pu- prisonné à la prison militaire de Furgol à Toulouse où
blie en 1926 son premier roman. De 1929 à 1931, il est il compose de tête, sans la possibilité de les écrire, ses
conseiller littéraire des Éditions J.-O. Fourcade[2] , aux cô- Trente-trois sonnets composés au secret, publiés clandesti-
tés de Henri Michaux. nement au printemps 1944 sous le pseudonyme de Jean
Noir[4] . Grâce au Front national des musiciens, Henri Du-
Devenu inspecteur des Monuments historiques en 1932, tilleux en prend connaissance, et met l'un des poèmes, La
Jean Cassou est en 1934 membre du Comité de vigi- Geôle, en musique. Darius Milhaud compose aussi pour
lance des intellectuels antifascistes et directeur de la revue voix mixtes, sur 6 de ses sonnets, dont La Barque funé-
Europe de 1936 à 1939. raire.
En 1936, il reçoit le prix La Renaissance pour ses dif- Libéré après un an de prison, il est envoyé par la ST au
férents ouvrages d'où ressortent “sa sensibilité d'artiste et
camp d'internement de Saint-Sulpice-la-Pointe. Sur in-
de poète, sa vision colorée, émouvante et prenante” (Mme jonction de la Résistance au directeur de la ST, il est
Ch. Pomaret, directrice de La Renaissance de l'art fran- libéré en juin 1943 et reprend ses activités de résistant
çais et des industries de luxe). comme inspecteur de la zone Sud. Il est également rédac-
La même année, il participe au cabinet de Jean Zay, mi- teur des Cahiers de la Libération et Président du Comi-
nistre de l'Éducation nationale et des Beaux-arts du Front té régional de Libération de Toulouse. Le Gouvernement

94
31.4. ŒUVRES 95

provisoire de la République française le nomme en juin • Grandeur et infamie de Tolstoï, essai, Paris, Bernard
1944 commissaire de la République de la région de Tou- Grasset, 1932
louse ; il y côtoie Serge Ravanel, chef régional des FFI. En
août, au moment de la libération de la ville, sa voiture ren- • Les Inconnus dans la cave, roman, Paris, Gallimard,
contre une colonne allemande : deux de ses compagnons 1933
sont tués et il est laissé pour mort. Transporté à l'hôpital • Les Massacres de Paris, roman, Paris, Gallimard,
dans le coma il est remplacé mais maintenu dans son titre, 1935
dont il démissionne après un an de convalescence.
• Pour la poésie, essai, Paris, Corréa, 1935
• Tempête sur l'Espagne, Paris, L'Homme réel, 1936
31.3 Après la guerre
• La Querelle du réalisme, Paris, ESI, 1936
En 1945 Jean Cassou retrouve sa fonction de conservateur • Cervantes, Paris, ESI, 1936
en chef des Musées nationaux et est nommé conservateur
en chef du Musée national d'art moderne, poste qu'il oc- • Légion, Paris, Gallimard, 1939
cupe jusqu'en 1965. Il enseigne également à l’École du • Quarante-huit, essai, Paris, Gallimard, 1939
Louvre de 1961 à 1963. En 1971 il reçoit le grand prix
national des Lettres et en 1983 le grand prix de littéra- • Trente-trois sonnets composés au secret (initialement
ture de la SGDL pour l'ensemble de son œuvre. Il meurt publié clandestinement durant l'Occupation, sous le
le 16 janvier 1986 et est enterré au cimetière parisien de pseudonyme de Jean Noir[4] ), Paris, Éditions de
Thiais. Il est un militant actif du Mouvement de la Paix Minuit, 1944 ; rééd. Poésie/Gallimard, 1995
et est le beau-frère du philosophe Vladimir Jankélévitch
(1903-1985), dont il a épousé la sœur, Ida Jankélévitch, • Le Centre du monde, roman, Paris, Le Sagittaire,
née le 25 décembre 1898 à Bourges et décédée le 16 mars 1945
1982 à Paris. • L'heure du choix (coll.), Paris, Éditions de Minuit,
Il est le premier président de l'Institut d'études occitanes 1947
de 1945 à 1952.
• Le quarante-huitard, Paris, PUF, 1948
En 1983, il reçoit la Médaille d'or du mérite des beaux-
arts par le Ministère de l'Éducation, de la Culture et des • Situation de l'Art Moderne, Paris, Éditions de Minuit,
Sports[5] . 1950
• La folie d'Amadis et autres poèmes, Paris, 1950

31.4 Œuvres • Le bel automne, roman, Paris, Julliard, 1950


• La Voie Libre, Paris, Flammarion, 1951
• Éloge de la Folie, 1925
• La Rose et le vin : Poèmes suivis d'un commentaire.
• Les Harmonies viennoises, roman, Paris, Émile Paul, Hors-texte de Lancelot Ney, Paris, 1952
1926
• Le nu dans la peinture européenne, Paris, Braun,
• Le Pays qui n'est à personne, roman, Paris, Émile 1952
Paul, 1927 • La Mémoire courte, essai, Paris, Éditions de Minuit,
1954 ; rééd. Mille et une Nuits, 2001
• La Clef des songes, roman, 1928
• Parti pris, essai, Paris, Albin Michel, 1961
• Vie de Philippe II, Paris, Gallimard, 1929. 12. Ed.
(Orig. 1927. Vies des hommes illustres. Nr. 29 ) • Dernières pensées d'un amoureux, roman, Paris, Al-
bin Michel, 1962
• Panorama de la littérature espagnole contemporaine,
Paris, Kra, 1929 (éd.augm. 1931) • Le Voisinage des cavernes, roman, Paris, Albin Mi-
chel, 1971
• Comme une grande image, roman. Éditions Emile-
Paul frères, 1931 • La Création des mondes, essai, Paris, Éditions Ou-
vrières, 1971
• Les Nuits de Musset, essai, Paris, Émile Paul, 1931
• Une Vie pour la liberté, essai, Paris, Robert Laffont,
• Bayonne, Paris, Émile Paul. 1981

• Frédégonde, Trémois. Critique d'art


96 CHAPITRE 31. JEAN CASSOU

• Gromaire, NRF. 31.5 Notes et références


• Marcoussis, NRF.
[1] (es) J. Cremades Gomez-Pablos, La Espana contempora-
• Le Gréco, Rieder. nea en la vida, la obra y la amistad de Jean Cassou, UvA-
DARE, the institutional repository of the University of
• Les œuvres récentes de Guillemette Morand, Éditions Amsterdam, 2003, 101 p. (lire en ligne)
Galerie des beaux-arts, Genève, 1951.
[2] Cité in Florence de Lussy (dir.), Jean Cassou, 1897-1986.
• Panorama des arts plastiques contemporains, Paris, Un musée imaginé (catalogue d'exposition du Musée na-
Gallimard, 1960. tional d'art moderne), Bibliothèque nationale de France,
1995, ISBN 978-2-7177-1935-2, p. 25 (« [Chronologie,
• Sylvain Vigny, Éditions Jean Pizzo, Nice, 1961.
1929.] Olivier Fourcade fait appel à lui pour recruter des
• Raymonde Heudebert - Peintures, dessins, coécrit auteurs. ») et p. 76 (« Devenu en 1929 conseiller littéraire
avec Émile Henriot et Claude Roger-Marx, Éditions chez Fourcade, Jean Cassou contactait des auteurs et re-
Galerie du Cercle, Paris, 1979. cevait des manuscrits. »).

[3] « Il est arrêté le 13 décembre 1941 » sur le site de l'Ordre


Traductions et adaptations de la Libération

• Ramón Gómez de la Serna, La Veuve blanche et [4] A propos du livre, sur le site du CRDP de Créteil.
noire, roman, Paris, Champ Libre, 1986.
[5] (es) « Real Decreto 1727/1983, de 22 de junio, por el que
• Ramón Gómez de la Serna, Gustave l'Incongru, ro- se concede la Medalla al Mérito en las Bellas Artes, en su
man, éditions Kra. categoría de oro, a don Fernando Zóbel », Boletin Oficial
del Estado, Madrid, no 150, 24 juin 1983, p. 17774 (lire
• Ramón Gómez de la Serna, Seins, Les Cahiers en ligne).
d'Aujourd'hui, Crès.
• Miguel de Unamuno, Trois Nouvelles Exemplaires et
un Prologue, éditions Kra. 31.6 Annexes
• Miguel de Unamuno, L'Agonie du christianisme, es-
sai, Paris, F. Rieder, 1925. 31.6.1 Liens externes
• Eugenio d'Ors, Almanach de la Vie brève, Léon Pi- • Notices d'autorité : Fichier d'autorité international
chon. virtuel • International Standard Name Identifier
• Eugenio d'Ors, Jardin des plantes, Paris, Fourcade, • Bibliothèque nationale de France (données)
1930. • Système universitaire de documentation •
Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei
• Miguel de Cervantes, Nouvelles Exemplaires, Schif- • Service bibliothécaire national • Bibliothèque
frin. nationale de la Diète • Bibliothèque nationale
• Ramón Pérez de Ayala, A.M.D.G., roman, La d'Espagne • WorldCat
Connaissance. • Biographie de Jean Cassou sur le site de l'Ordre de
• Lope de Vega, Font-aux-cabres, fresque dramatique la Libération
en trois actes, Paris, Les Ordres de Chevalerie, 1949,
avec Jean Camp, lithographies de Carlos Fontsere.
• Portail de la littérature française
• Nouvelles espagnoles présentées par Jean Cassou ;
préface de Henri Barbusse ; traduites de l'espagnol
• Portail de la poésie
par Jean Cassou et Hélène Pomiès, Paris, Gallimard,
1937, 217 p. ; 19 cm, Collection : La Renaissance de
la nouvelle. • Portail de la Résistance française

Préface

• Víctor Alba, Insomnie espagnole, 1946. Préface de


Jean Cassou.
• Federico García Lorca, Poésies 1921-1927 : Chan-
sons, Poème du Cante Jondo, Romancero gitan,
1968, Préface Jean Cassou ; traduit de l'espagnol par
A. Belamich, P. Darmangeat, J. Supervielle et J.
Prévost ; Edition Gallimard ; Collection poésie
Chapitre 32

Fernand Niel

• Albigeois et Cathares, PUF, coll. « Que sais-je ? »,


Cet article est une ébauche concernant un 1955, rééd. 2010, 128 pages.
historien français. • Dolmens et menhirs, PUF, coll. « Que sais-je ? »,
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant 128 pages, 1958.
(comment ?) selon les recommandations des projets cor-
• Quéribus : la dernière forteresse cathare
respondants.
Pour les articles homonymes, voir Niel. • Les Cathares de Montségur, Éditions Robert Laffont,
Fernand Niel 1976 ; Seghers, 1978

• La Civilisation des mégalithes, Éditions Plon, 1970


Fernand Niel (Béziers, le 4 septembre 1903 - Paris,
le 15 décembre 1985) est un écrivain français spéciali-
sé dans l'ésotérisme, qui s’est intéressé en particulier au 32.2 Références
catharisme.
Comme René Nelli, Fernand Niel fit ses premiers pas [1] Voir par exemple la recension de son livre Albigeois et
dans l'étude du catharisme en fréquentant Déodat Ro- cathares par Etienne Delaruelle, qui souligne notamment
ché. En effet, Déodat Roché organisa dès 1948 les pre- que F. Niel s’est dispensé de lire les travaux des historiens
pour rédiger son livre.
miers Congrès d'études cathares, où Fernand Niel expo-
sa en 1949, sa thèse sur « Le Pog de Montségur ». Cette
thèse fut publiée la même année par l'Institut d'études oc-
• Portail de l’historiographie
citanes de Toulouse.
Alpiniste et montagnard audacieux, il explora minutieu-
• Portail de la France
sement le Pog de Montségur en escaladant même les en-
droits les plus périlleux. Il étudia consciencieusement les
volumes du fonds Doat de la Bibliothèque nationale pour
en extraire les témoignages relatifs à Montségur.
Ses thèses sur le catharisme sont considérées comme fan-
taisistes par les historiens[1] . À titre d'exemple, Fernand
Niel considère Montségur comme le dernier temple so-
laire, thèse qu'il ne fonde jamais par l'étude sérieuse de
documents historiques. Il considère également les Ca-
thares comme les héritiers des religions manichéennes
de la perse ancienne. Les travaux historiques récents
montrent au contraire que le Catharisme s’inscrit dans
un mouvement évangélique populaire plus global présent
dans toute l'Europe à partir du XIe siècle.

32.1 Œuvres

• Le Pog de Montségur, Toulouse, Institut d'études oc-


citanes, 1949, 69 p.

97
Chapitre 33

Occitanie (région culturelle)

Pour les articles homonymes, voir Occitanie, en Espagne et à Monaco[26] . Elle est présentée et re-
Occitanie (région administrative) et Langue d'oc. connue sur des sites institutionnels de collectivités fran-
çaises, comme ceux du Conseil départemental de Lot-et-
Garonne[27] ou de la ville d’Agen[28] .

33.1 Définition
Les dimensions de la région désignée comme Occitanie
peut varier selon les critères retenues :

• En se basant sur une définition géo-linguistique,


l'Occitanie coïncide avec l'aire actuelle où l'on parle
l'occitan[29],[30] . Les régions anciennement occita-
nophones n'y sont pas incluses[31] , par contre on
parle toujours l'occitan dans le Pays basque fran-
çais[32],[33] et dans les Pays catalans (l'Aran et les
Fenouillèdes). On distingue deux approches : soit
la prise en compte des enclaves linguistiques oc-
citanophones externes (la Gàrdia en Calabre, Sant
Occitanie dans un texte imprimé en 1644. Estròpi en Angoumois, Pigüé en Argentine, Val-
dese aux États-Unis, divers villages occitans du sud
de l’Allemagne,...) et des enclaves allophones in-
ternes (la Petite Gavacharie de la langue aguianaise,
d'anciennes enclaves ligures de Provence orientale,
la quasi-enclave liguro-occitane de Monaco, ...) ; soit
la prise en compte de la masse de terres où l'on parle
occitan, sans tenir compte des petites enclaves inté-
rieures ou extérieures[34] . Cette dernière définition
Occitanie dans un texte imprimé en 1647. d'un territoire contigu et compact est la plus répan-
due actuellement.
L’Occitanie[16] (Occitània[17] ou Óucitanìo[18] en occi-
tan) est une région historique[19],[20],[21],[22] du sud-ouest • En élargissant l'appellation linguistique d'occitan
de l’Europe de langue et de culture occitane. Ce ter- à tout le diasystème occitano-roman contempo-
ritoire était déjà uni à l'époque romaine sous le nom rain, les pays catalans sont ajoutés à la région ci-
de Viennoise puis des Sept Provinces (latin : Septem dessus[35],[36] . Plusieurs intellectuels catalans ont
Provinciæ[23] ) et d’Aquitaine au début du Moyen Âge[24] participé au Félibrige, à l'origine du renaissantisme
(Aquitanica, royaume wisigoth de Toulouse[25] ), avant la occitan. Le premier congrès de la langue cata-
conquête franque. Puis le territoire occitan réapparaitra lane en 1906 puis surtout la déclaration en 1934,
uni à l'époque carolingienne sous le nom de royaume d'indépendance du catalan par rapport à l'occitan[37]
d'Aquitaine. L'Occitanie a connu différents noms au cours ont mis un frein à cette vision panoccitaniste[38],[39] .
de son histoire. • Les Occitans se sont d'abord définis par rap-
L’Occitanie représente le second versant de la culture ro- port à leur civilisation, avant même leur langue.
mane en France et dans une moindre mesure en Italie, L'Occitanie a fait naître en Europe le mouvement

98
33.2. DÉSIGNATIONS 99

troubadour, l'idée d'égalité en droit des hommes, 1000 à la fois les provinces désoccitanisées du nord (au-
la tolérance raciale et religieuse, et une culture jourd'hui principalement en Poitou-Charentes) et la Ca-
nouvelle de l'amour qui permit la première pro- talogne historique (sans les Baléares et le pays Valencien)
motion morale et sociale de la femme[40] . Se- - p.484[21] . L’étoile à sept branches, adoptée comme em-
lon cette définition reprise par des historiens et blème par le Félibrige symbolisait les sept provinces de
des anthropologues[41] , le domaine est élargi au l’Occitanie, dont l’une était catalane[72] . L’Occitanie est
nord jusqu'à la Loire en incluant d'anciennes en effet divisée par cette association en sept maintenances
régions occitanophones[19] (Aguiaine, Boischaut, (sections) dont une était celle de Catalogne-Roussillon.
Bourbonnais, etc.). Le nord de l'Italie et la Catalogne
En 2016, le nom d'Occitanie est repris pour la ré-
historique ont aussi été des foyers de troubadours gion administrative française Languedoc-Roussillon-
utilisant la koinè littéraire occitane. De même
Midi-Pyrénées qui est située sur une partie de l'Occitanie
le Pays basque et l'Aragon ont bénéficié de traditionnelle et comprend le Roussillon.
peuplements occitans anciens ou plus récents qui
sont notamment à l'origine de l'apparition d'un
dialecte occitan au sud des Pyrénées. On peut y no-
ter aussi l'utilisation historique d'une scripta occi- 33.2 Désignations
tane comme langue officielle[42],[43],[44] .

Le nom d’Occitanie est apparu au Moyen Âge sur la base


d’un concept géographique, linguistique et culturel, pour
désigner la partie du domaine royal français parlant la
langue d’oc[45] .
Sa définition actuelle est variable. Dans l’usage le plus
courant, l’Occitanie désigne le territoire où l’occitan est
resté usité jusqu’à aujourd'hui[46],[47],[48] , dans les li-
mites définies entre 1876[49] et le XXe siècle[50] . Si la
langue et la culture occitane y sont presque toujours
associées[46],[47],[48],[51] , on trouve aussi des références
à une histoire commune[51],[52] , une ethnie[51],[52] , une
patrie[53],[54] , à un peuple[55],[56],[57],[58],[59] ou à une
nation[60],[61],[62],[63] . La première étude sociologique en
langue occitane pour savoir comment les occitans se
définissent eux-mêmes a été commencée en 1976[64] .
L'enquête montre que la réalité occitane est définie par
la langue pour 95 % des personnes, la culture (94 %),
Testament de Lancelot d'Orgemont, 1286. Premier président du
la caractérisation par une histoire commune (69 %), une Parlement de Langue de Oc, il déclare faire son testament selon
ethnie (50 %), une nation (20 %)[51] . L’Occitanie, telle la coutume de l'Occitanie, mores patriae occitanae.
que définie par le territoire linguistique moderne de l’oc-
citan, couvre la majeure partie du sud de la France ac-
tuelle, les vallées alpines de l’Ouest du Piémont, en Italie,
le Val d'Aran en Espagne et Monaco[65],[66] soit une su-
perficie d'environ 190 000 km2 . Elle comptait environ
quinze millions d'habitants en 1999[67],[68] dont environ
20 % d'habitants nés en dehors du territoire[69] et en-
viron 20 % des natifs l'ayant quitté[70] . En revanche, Mention de l'Occitanie regroupant Toulousain, Agenais et Sain-
en l’absence de recensement linguistique, on ne connaît tonge en 1756
qu'imparfaitement le nombre de locuteurs de l'occitan[71] .
Si les précédentes notions sont en général circonscrites Occitanie provient du latin médiéval Occitania. La pre-
aux frontières linguistiques modernes de l'occitan, ce mière partie du nom, Occ-, vient de l'occitan òc et de
terme peut être aussi utilisé pour désigner un terri- l'expression langue d'oc, en italien lingua d'oc. C'est une
toire plus vaste. Le terme “Occitanie” se banalise de appellation promue par Dante de l'occitan par la manière
plus en plus dans le vocabulaire des scientifiques[41] . Il de dire de “oui” en occitan-catalan ancien ; par opposition
est utilisé particulièrement dans un sens historique et a la langue de si (l'italien) et à la langue d'oïl (« oui » en
anthropologique en désignant une région s’étendant au ancien français). La terminaison -itania est probablement
nord jusqu'à la Loire, faisant fi des frontières linguistiques une imitation du nom [Aqu]itania (Aquitaine).
contemporaines[19] . Dans un ouvrage écrit par des experts La première attestation de l’emploi d’Occitanie en
en histoire médiévale, il est inclus dans l'Occitanie de l'an français date de 1556[73],[74],[75] . La première attestation
100 CHAPITRE 33. OCCITANIE (RÉGION CULTURELLE)

La conscience d'une culture commune

Robert Lafont développe cette idée dans l'introduction


de l'Histoire et anthologie de la littérature occitane[80] . La
référence aux troubadours est essentielle. Cet argument
socio-linguistique est modulé selon les auteurs mais il
est accepté par tous les courants, y compris chez les au-
teurs qui parlent de “domaine d'oc” puisque par défini-
tion, leur étude du domaine d'oc repose sur la conscience
de l'existence d'une culture commune.

Entrée oucitanìo dans le trésor du Félibrige de Frédéric Mistral L'intercompréhension

Les différents locuteurs de la langue partagent de nom-


d'Occitania en italien date de 1549[76] . En allemand, on breux traits communs (l'accentuation tonique, un voca-
trouve le mot Occitania en 1572[77] . bulaire proche, l'emploi fréquent du subjonctif, etc.) qui
L’ensemble des pays de langue d’oc a connu diverses dési- permettent une compréhension mutuelle. Pour les occi-
gnations au cours de l'histoire, voir : Noms de l'Occitanie. tanistes, cette intercompréhension signifie que l'Occitan
est une seule langue, pour les autres, elle signifie que ces
Le mot Occitanie a fait l'objet d'étymologies fantaisistes,
langues sont très proches mais tous acceptent que les lo-
tout comme Languedoc anciennement compris comme
[78] cuteurs de cet espace se comprennent.
« lande de Goth » ou « langue de Goth ») aux côtés
du rapprochement à la langue d'Oc retenue aujourd'hui
pour les mots Languedoc et Occitanie. Ainsi, dans La Mi-
Des caractéristiques sociales communes
nerve Française, ouvrage collectif paru à Paris en 1818,
on trouve une histoire des changements de nom des pro-
Les caractéristiques sociales de l'Occitanie ne sont pas
vinces qui fait du mot Occitanie un doublet du mot Oc-
éternelles et intangibles car des facteurs de mutations
cident formé au Bas-Empire, en lui donnant pour origine
endogènes[81] et le jeu des influences européennes, no-
le sens de “régions située à l'Ouest[79] ", et non de région
tamment avec le Nord de la France, peut estomper ces
où l'on parle la langue d'Oc.
particularités sociales[82] .
L'exemple le mieux étudié est celui du droit romain qui
se maintient mieux dans la société alto-médiévale occi-
33.3 Historiographie du concept tane que dans le Nord de la France grâce aux promulga-
d'Occitanie tions de lois wisigothes et burgondes[83] . Dès le milieu du
XIe siècle, l'enseignement du Digeste repris peu après Bo-
logne dans les universités de Toulouse, Montpellier, Avi-
La langue d'oc est une langue territorialisée, c'est-à-dire gnon, Perpignan… favorisera une renaissance massive du
parlée principalement sur un territoire dont on peut dé- droit romain en Occitanie.
crire les frontières. Cette partie s’attache à décrire les fon-
dements du concept d'Occitanie, les différents noms qu'a En ce qui concerne l'éducation : Pierre Goubert et Daniel
pu prendre ce territoire et la création du concept moderne Roche écrivent, pour expliquere
la faible alphabétisation
d'Occitanie. en Occitanie au XVIII siècle, qu'il existe sur ces terri-
toires une confiance maintenue dans les vieux langages
vulgaires[84] . Les rapports à l'éducation sont aujourd'hui
complètement inversés entre le nord et le sud de la
33.3.1 Un objet d'étude unique : la culture France grâce à l'empreinte anthropologique de la famille
d'oc souche[85],[86] .

Les locuteurs de la langue d'oc n'emploient pas une seule D'un point de vue démographique, l'influence de la fa-
acception de leur langue car l'occitan n'est pas une langue mille souche se ressent toujours en 2007 par la faible pré-
monolithique avec par exemple un seul dictionnaire où sence des familles avec de nombreux enfants[87] .
chacun des locuteurs retrouve exactement son vocabu- En politique, de nombreux débats ont eu lieu aussi
laire, mais une juxtaposition de dialectes. Aussi, de nom- autour de l'expression Midi rouge forgée par Maurice
breuses études se sont focalisées sur les différences entre Agulhon[88] pour savoir si le “pays d'oc” avait été plus
les provençaux, les languedociens, etc. Il faut aussi rap- "républicain" que la moitié nord de la France. Emmanuel
peler les nombreuses caractéristiques communes de Todd en analysant les régions ayant voté pour Jean-Luc
l'espace culturel occitan et qui ne sont généralement Mélenchon, se qualifiant lui-même de républicain, lors
considérées comme partisanes. des élections présidentielles de 2012, déclare que « ce
33.3. HISTORIOGRAPHIE DU CONCEPT D'OCCITANIE 101

qui saute aux yeux, c'est son inscription générale dans ment dite (région entre Garonne et Loire et le Mas-
l'espace de la famille souche occitane [...] qui aime les sif central) ainsi que la Vasconie. En 806, Charle-
structures verticales, l'État ou l'Église. »[89] magne partage son empire. Louis reçoit en plus de
Enfin, pour André Armengaud[90] , ces caractéristiques l'Aquitaine la Marche d'Espagne, la Septimanie et la
sociales communes permettent d'écrire une synthèse Provence.
historique. Mais depuis 1979, aucune autre Histoire • Proensa/Proença (anciennes formes occitanes de
d'Occitanie n'a été entreprise. Provence) et Prouvènço/Provença (formes occi-
tanes modernes de Provence), du latin Provincia qui
désignait initialement la Province Romaine[94] est
33.3.2 Différents noms de l'Occitanie ou de utilisé dès le XIe siècle : ensemble des pays de langue
ses régions d'oc (aussi appelée langue provençale) du sud de la
Loire. Le terme de Provence est encore usité dans
son sens général par les félibres.

• Patria romana[95] .

• Lingua Occitana (Langue d'oc) ou Pars occitana


(Partie d'oc) pour désigner les nouveaux territoires
royaux conquis au sud de la Loire. Occitania
fut créée en latin par l'administration capétienne
avec la combinaison de la particule 'Oc/òc' [ɔk]
(oui, en occitan) et de l''Aquitania/Aquitània
'[ɑkiˈtanjɑ](Aquitaine)[96] . Apparu au XIIIe
siècle[97] , ce terme servit, après l'annexion de la
quasi-totalité des pays du Midi par la France, à
désigner uniquement le Languedoc.

• Respublica Occitania au cours du XIVe siècle[98] .

• Romania (Roumanío), en référence à l'usage mé-


diéval d'appeler l'occitan le roman[99] .

• Patrie de langue d'oc (latin patria linguae occita-


nae), dans les textes officiels du Royaume de France
à partir du XIVe siècle[94] .

• Provinces de l'Union ou Provinces-Unies du Mi-


Pars occitana dans un livre imprimé en latin en 1530. di : en février 1573 les huguenots et les catholiques
modérés créent une république fédérative où chaque
Tout comme la langue d'Oc, l'Occitanie a été désignée province jouit d'une grande autonomie face au pou-
sous diverses appellations successives[91] . Les termes ne voir central[100] .
sont pas exclusifs : on peut, à une même période, trouver
des auteurs qui emploient des termes différents. Occita- • Gascogne après l'édit de Villers-Cotterêts, « on ap-
nie ou Pays d'Oc sont les termes les plus fréquemment pelle du nom général de Gascogne ou de Gascons,
employés aujourd'hui. Toutefois le terme de Provence est les pays et les peuples situés à gauche de la Loire
encore usité quand les félibres chantent la Coupo Santo où on parle encore l'ancien provençal[101] ». Uti-
par exemple lors de la fête annuelle de l'Estello. lisé essentiellement à partir de l'accès au trône de
France d'Henri IV (1589) et jusqu'à la Révolution
• Dioecesis Viennensis (Diocèse de Vienne) et Dioe- française[102] .
cesis Septem Provinciarum (Diocèse des Sept • Provinces réputées étrangères du sud de la France
Provinces), sous Dioclétien et Constantin lors d'une depuis le milieu du XVIIe siècle à la fin du XVIIIe
division de l'Empire romain, la Gaule est divisée siècle (voir : Traites)
en diocèses et celui de Vienne a sa frontière sur la
Loire, contourne le Massif central et passe le Rhône • Occitania dans l'Encyclopédie de Diderot[103] .
entre Lyon et Vienne[92] . C'est le début de la bi-
partition entre langue d'oc et langue d'oil[93] . • Occitanie (au sens de l'ensemble des parlers
d'oc) : en 1732 dans le recueil des lois capétiennes
• Aquitaine : en 781, Charlemagne crée un nouveau de Secousse[104] , en 1878, dans le Trésor du fé-
royaume d'Aquitaine et nomme son fils Louis à sa librige, en 1911 dans les Statuts du félibrige[105] ;
tête. Ce nouvel État comprenait l'Aquitaine propre- en 1927, Estieu et Salvat fondent le Collège
102 CHAPITRE 33. OCCITANIE (RÉGION CULTURELLE)

d'Occitanie[106] . Pour Nicolas Quint, « l'adjectif oc-


citan est couramment utilisé par l'ensemble de la po-
pulation pour désigner des concepts et objets mais
pas des êtres humains[107] ».

• Midi : est une notion géographique vague indiquant


d'une manière assez imprécise les régions de parlers
occitans du Sud de la France.

• France méridionale : est une autre appellation géo-


graphique vague indiquant d'une manière assez im-
précise les régions de parlers occitans du Sud de la
France.

• Pays d'Oc : est apparu au XIXe siècle sous


l'impulsion de Frédéric Mistral[108] , repris par
Antonin Perbosc quatre ans plus tard. Occitania dans un livre imprimé en latin en 1575.
• Domaine d'oc : néologisme apparu à la fin du
XXe siècle chez les partisans de plusieurs « langues
d'oc. »

Le terme Occitanie recouvre aujourd'hui une région lin-


guistique. Ce sens était utilisé à l'époque médiévale attes-
tée depuis 1290[109] . Le 29 mai 1308, lors du consistoire sa volonté d'adapter la norme classique au provençal,
de Poitiers, il ressort que le roi de France règne sur deux marquent une rupture avec une fraction importante du
nations : l'une de lingua gallica et l'autre de lingua occita- Félibrige[114] . François Fontan crée le premier parti ou-
na. Cette partition entre langue d'oc et langue d'oïl dans vertement nationaliste occitan en 1959.
l'espace gallo-roman est fort ancienne puisqu'elle débu-
ta avec la romanisation elle-même[93] . En 1381, le roi En France, l’Occitanie est confrontée à un problème
Charles VI considère que son royaume comprend deux de reconnaissance de l'occitan puisque depuis 1992, le
parties : les pays de langue d'oc ou Occitanie et les pays de français est la seule « langue de la République ». En
langue d'oil ou Ouytanie « Quas in nostro Regno occupare 1994, elle est rendue obligatoire dans l'espace public
solebar tam in linguae Occitanae quam Ouytanae[110] ». (lieux de commerce et de travail, transports en com-
Occitanie reste en vigueur dans l'administration jusqu'à mun…) et dans l'administration (lois, règlements, docu-
la Révolution française de 1789. Il est repris au XIXe ments, jugements...)[115] .
siècle par l'association littéraire du Félibrige[105] puis il Article détaillé : Occitanie (région administrative).
est à nouveau revendiqué depuis le XXe siècle, notam-
ment depuis la fin des années 1960.
En 2015 avec la perspective de la création d'une grande
région regroupant "Midi-Pyrénées" et "Languedoc-
Roussillon"[116] , le nom “Occitanie” est arrivé en tête d'un
33.3.3 L'apparition du concept moderne
sondage en ligne organisé par la presse régionale (23 %
d'Occitanie des 200 000 votants, devant “Occitanie-Pays catalan” 20
%). À noter toutefois, un taux de soutien variable se-
Si le terme Occitanie apparaît en français dès le milieu lon l'origine géographique des votants[117] . Dans le cadre
du XVIIe siècle[111],[112] , puis en 1732 dans un recueil de de la réforme territoriale, une consultation, le nom de
lois de l'ancien régime[113] , il ne devient courant qu'au dé- ma région, organisée par le conseil régional Languedoc-
but du XXe siècle. Dans l'entre-deux-guerres, une école Roussillon-Midi-Pyrénées a lieu au printemps 2016 pour
félibréenne, l'Escòla Occitana est créée en 1919 en Lan- donner un nom à la nouvelle région regroupant Midi-
guedoc toulousain. La Societat d'estudis occitans voit le Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Occitanie est placé
jour en 1930. Ces initiatives (ainsi que d'autres) restent en tête (44,90 % des suffrages), soit par 91 598 vo-
très liées, notamment par la double appartenance de leurs tants. Derrière, arrive Languedoc-Pyrénées avec 17,81
principaux animateurs, au Félibrige, dont les statuts de % des suffrages, puis Pyrénées-Méditerranée (15,31 %),
1911 mentionnaient d'ailleurs l'Occitanie. Occitanie-Pays Catalan (12,15 %) et enfin Languedoc
Après la Seconde Guerre mondiale, la création de (10,01 %). Cette nouvelle région devrait s’appeler Occi-
l'Institut d'études occitanes, présidé par un résistant (à tanie (avec le sous-titre Pyrénées-Méditerranée), selon le
une époque où le Félibrige comme la SEO étaient enta- vote des conseillers régionaux le 24 juin 2016, et après
chés par des procès de collaboration), mais surtout son validation définitive par le Gouvernement et le Conseil
action en matière de réforme linguistique, notamment d'État
33.4. HISTOIRE 103

33.4 Histoire rains nominaux. Les ducs d'Aquitaine, les comtes de Foix,
les comtes de Toulouse et les rois aragonais ont rivali-
Article détaillé : Histoire de l'Occitanie. sé dans leurs tentatives de contrôler les différents pays
de l'Occitanie[120] . Plusieurs tentatives d'unification poli-
tique ont eu lieu, surtout entre le XIe et le XIIIe siècles.
Sous la domination romaine tardive (après 355 EC), la L'Occitanie est restée unie par une culture commune qui
majeure partie de l'Occitanie était connue comme Aqui- se jouait des frontières politiques, en perpétuels mouve-
tania (Aquitaine)[118] . Elle-même faisant partie des Sept ments. Les noms “Occitania”[121] et « occitan » ( langue
Provinces représentant une grande Provincia (Provence). occitane ) sont apparues dans les textes latins dès 1242-
Tandis que les provinces septentrionales de ce qui est 1254[122] à 1290. Au cours des années suivantes du début
maintenant la France ont été appelés Gallia (Gaule). Gal- du XIVe siècle, plusieurs textes existent dans lesquels il
lia Aquitania ou Aquitanica est un nom utilisé depuis est fait indirectement référence au territoire comme « le
l'époque médiévale pour désigner l'Occitanie (c'est-à-dire pays de la langue occitane » ( Patria Linguae Occitanae
le Limousin, l'Auvergne, le Languedoc et la Gascogne), )[123] . Depuis le Moyen Âge, l'Occitanie a une certaine
incluant aussi la Provence au début du VIe siècle. conscience de son unité[124] comme le montre l'important
développement de la littérature de langue occitane au
XIIe et XIIIe siècles. Cette unité se retrouve maintenant
sous la dénomination de Midi. La littérature occitane était
glorieuse et prospère, les troubadours ont inventé l'amour
courtois ( fin'amor ). La langue d'Oc était utilisée dans
tous les milieux cultivés européens.

Le royaume d'Aquitaine après le partage de 806 L'expulsion des habitants de la ville de Carcassonne en 1209
royaume d'Aquitaine et ses pays tributaires (bordures jaunes)

Mais à partir du XIIIe au XVIIe siècles, les rois de


L'Occitanie a été souvent politiquement unie pendant le France ont conquis progressivement l'Occitanie, parfois
haut Moyen Âge, lors du royaume wisigoth et sous plu- par la guerre et l'extermination de la population, par-
sieurs souverains mérovingiens ou carolingiens. À Thion- fois en usant d'intrigues politiques subtiles. Dès la fin du
ville, neuf ans avant sa mort (805), Charlemagne a pro- XVe siècle, la noblesse et la bourgeoisie ont commen-
mis que son empire serait divisée en trois territoires auto- cé à apprendre le français alors que le peuple conservait
nomes en fonction des nationalités et des langues verna- l'occitan (ce processus a commencé au XIIIe siècle dans
culaires : un territoire franco-allemand autour des francs, deux régions les plus septentrionales, dans le nord du Li-
un territoire nord-italien autour des lombards et un ter- mousin et dans le Bourbonnais). En 1539, François Ier
ritoire qui est à peu près l'Occitanie moderne, issue de a émis le décret de Villers-Cotterêts qui impose l'usage
la réunion d'une grande Provence et de l'Aquitaine[119] . du français dans l'administration. Mais en dépit de me-
Mais les choses ne se passèrent pas comme prévu. À la sures comme celle-ci, un fort sentiment d'identité natio-
division de l' Empire franc (IXe siècle), l'Occitanie fut nale contre l'occupant français est resté. Jean Racine a
divisée en différents comtés, duchés, royaumes, évêchés écrit lors d'un voyage à Uzès en 1662 : « Nous appelons
et diocèses, ainsi qu'en communes fortifiées autonomes. ici la France tout le pays qui est au-delà de la Loire. Celui-
Depuis lors, le pays n'a jamais été politiquement uni à ci passe comme une province étrangère. »[125] .
nouveau. En 1789, les comités révolutionnaires ont essayé de réta-
Du IXe au XIIIe siècles, l'Occitanie a subi un enche- blir l'autonomie des régions du “Midi”. Ils ont utilisé la
vêtrement de différentes allégeances envers des souve- langue occitane mais le pouvoir jacobin les neutralisera.
104 CHAPITRE 33. OCCITANIE (RÉGION CULTURELLE)

L'Aquitaine historique ne doit pas être confondue avec la


région française moderne qui a porté le même nom : c'est
la principale raison pour laquelle le terme Occitanie a été
relancé dans le milieu du XIXe siècle.
Depuis le XIXe siècle, plusieurs mouvements ont essayé
d'améliorer l'utilisation sociale de l'occitan et d'obtenir la
reconnaissance publique de la culture occitane. Le XIXe
siècle a connu une forte reprise de la littérature occitane et
l'écrivain Frédéric Mistral a reçu le prix Nobel de littéra-
ture en 1904. Mais à partir de 1881, les enfants qui par-
laient occitan à l'école ont été punis conformément aux
recommandations du ministre Jules Ferry. Cela a conduit
à une dévalorisation de la langue appelée la vergonha (la Topographie de l'Occitanie.
honte). L'ensemble des quatorze millions d'habitants de
la région parlaient occitan en 1914[126] , mais le français Pyrénées.
a pris le dessus au cours du XXe siècle.
Dans l'ensemble, ce qui caractérise ces pays d'oc est leur
ossature montagneuse avec trois refuges « quasi inexpug-
nables » (les Pyrénées, le Massif central et les Alpes)[129]
entrecoupée de nombreuses vallées et plateaux, bordés
d'un paysage de type collinaire. Seul le cœur du bassin
aquitain (littéralement « terre des eaux »), les plaines cô-
tières de la Méditerranée et la vallée du Rhône contrastent
par des paysages de plaines de faible altitude.
Les plus grandes villes sont, d'ouest en est : Bor-
deaux, Toulouse, Clermont-Ferrand, Montpellier, Mar-
seille, Aix-en-Provence, Toulon et Nice.

Manifestation occitaniste à Carcassonne en 2005

La situation a empiré avec l'exclusion de la langue d'oc


Menton, en Provence, la ville la plus orientale du littoral occitan.
des médias. En dépit de cette baisse d'usage, la langue
occitane est toujours vivante et va gagner un nouvel élan.
Une partie du mouvement occitaniste exprime des re-
vendications politiques allant de l'autonomie régionale à
l'indépendance complète. En 1990, l'occitan a été recon-
nu comme une langue officielle du Val d'Aran[127] (Es-
pagne) puis dans toute la Catalogne en 2006. En 1999,
c'est devenu une langue protégée dans une grande par-
tie des vallées occitanes[128] (Italie). En 2007 la région Les Monts d'Auvergne.
Midi-Pyrénées et le département des Pyrénées-Orientales
(France) ont adopté des dispositions en faveur de la
langue et de la culture occitanes. En 2009, c'est le cas
de la région Rhône-Alpes (France).

33.5 Géographie
Le palais princier de Monaco.
33.5.1 Généralités
L'Occitanie s’étend sur quatre États :
L'Occitanie forme un grand isthme entre la péninsule ibé-
rique et le reste de l'Europe, en s’étendant entre deux • En France : l'Occitanie correspond à peu près à la
mers : la mer Méditerranée et l'océan Atlantique et trois notion vague de « Midi », à savoir l'essentiel du
massifs montagneux : les Alpes, le Massif central et les Massif central et presque toutes les régions du sud,
33.5. GÉOGRAPHIE 105

du Fenouillèdes, au Nord-Ouest du département, soit


de langue et de culture occitane), Nouvelle-Aquitaine
(sauf les périphéries où l'on parle basque et saintongeais),
Auvergne-Rhône-Alpes (dans la moitié sud, à savoir
presque toute la Drôme et l'Ardèche, le sud de l'Isère
et quelques franges de la Loire) et Provence-Alpes-Côte
d'Azur. Dans le Centre-Val de Loire l'occitan est parlé
dans quelques communes au sud du Cher et de l’Indre.

Parc national des Pyrénées. • A.B : Nouvelle-Aquitaine (Bordeaux)


• C.D : Auvergne-Rhône-Alpes (Lyon)
• E : Provence-Alpes-Côte d'Azur (Marseille)
• F.G : Occitanie (Toulouse)

33.5.4 Délimitations géographiques


La délimitation géographique de l'Occitanie la plus cou-
ramment acceptée a été précisée entre 1876 - début des
recherches sur les frontières linguistiques[130] - et le XXe
siècle[131] . L'Occitanie couvre en gros un tiers sud de la
France (appelé couramment Midi, incluant Monaco), les
Pont médiéval de Cahors. Vallées occitanes et Guardia Piemontese, en Italie, ainsi
que le Val d'Aran, en Espagne.
sauf la Corse, le Roussillon (où l'on parle catalan) et La pratique de l'occitan n'est pas la même uniformément
le Pays basque. sur tout le territoire. En outre, il existe une zone de transi-
tion linguistique au nord appelée Croissant où les parlers
• En Italie : les Vallées Occitanes, dans les Alpes (rat-
d'oil et d'oc interfèrent fortement (voir Croissant). A con-
tachées aux régions Piémont et Ligurie).
trario, certains territoires ne sont pas en général considé-
• En Espagne : le Val d'Aran. rés comme faisant partie de l'Occitanie selon la définition
moderne[132] :
• À Monaco : qui est un cas particulier puisque le li-
gure y est aussi largement présent. • plusieurs zones ont été désoccitanisées plus ou
moins précocement telles que le Poitou, puis les
Charentes, le pays Gabay et la petite Gavache-
33.5.2 Régions culturelles rie (remplacement par des parlers d'oil après la
guerre de Cent Ans), les zones intermédiaires avec
Les régions d'Ancien Régime qui composent l'Occitanie
le franco-provençal en Rhône-Alpes, les basses val-
sont les suivantes : Auvergne, Forez (frange ouest et
lées des Alpes concurrencées par le piémontais et le
sud), Bourbonnais (moitié sud), Couserans, Dauphiné
ligure (Italie).
(moitié sud), Comté de Foix, Comté de Nice, Périgord,
Gascogne, Guyenne, Languedoc, Angoumois (extrémité • la zone “charnègue” (“métis” en gascon) est in-
orientale), Limousin, Poitou (extrémité sud-est), Marche, fluencée par le Pays basque car plusieurs com-
Provence, Comtat Venaissin, Velay, Vivarais. munes gasconnes faisaient partie de l'ancienne pro-
vince essentiellement bascophone du Labourd et
sont maintenant situées dans l'ouest du département
33.5.3 Régions administratives des Pyrénées-Atlantiques : Bidache, Guiche, Came,
Urt, Bassussarry, Montory, Mouguerre[133] . C'est
Cette section doit être actualisée. Des passages de une région où les deux cultures basques et occitanes
cette section sont obsolètes ou annoncent des événements gasconnes cohabitent depuis longtemps tout comme
désormais passés. Améliorez-le ou discutez des points à les familles issues de mariages mixtes[134] .
vérifier. • bien qu'originellement occitans, les pays catalans
sont en général exclus de l'Occitanie depuis 1934 car
Les régions administratives couvrant l'Occitanie sont les ils ont revendiqué leur différence nationale[135] . Les
suivantes : Occitanie (sauf les Pyrénées-Orientales où catalans clamant que leur langue étant une langue
l'on parle majoritairement le catalan bien que la région par élaboration.
106 CHAPITRE 33. OCCITANIE (RÉGION CULTURELLE)

• dans plusieurs régions du monde on rencontre des


locuteurs historiques de l'occitan. Ces régions ne
sont pas considérées comme occitanes, à l'exception
de Guardia Piemontese qui est une enclave linguis-
tique en Italie du sud.
• Montpellier, en Languedoc
• la zone du parler royasque est généralement exclue
de l'occitan malgré les demandes de ses locuteurs
qui ont permis de le faire classer comme de l'occitan
en Italie. Cela permet à ses locuteurs de bénéfi-
cier des effets de la loi no 482/1999 en matière
de minorités historiques, dont sont exclus les par-
lers nord-italiens. Dans le passé, et notamment peu • La place du Capitole à
après la cession de Brigue et de Tende à la France, Toulouse avec la croix occitane en son centre.
en 1947, a été défendue l'attribution, plus ou moins
exclusive, du royasque et du brigasque au système
des dialectes vivaro-alpins[136],[137] , tandis que plus
• Valence, dans le Dauphiné,
récemment, les linguistes spécialistes du domaine
souvent désignée comme « la porte du Midi de la
reconnaissent la prévalence de traits phonétiques,
France ».
lexicaux et morpholigiques liguriens (Werner For-
ner[138] , Jean-Philippe Dalbera[139] et Giulia Petrac-
co Sicardi[140] ). Le brigasque est une variante du
royasque présentant le plus de traits occitans[141] .

33.5.5 Grandes villes d'Occitanie

• Vichy, en Bourbonnais, célèbre


pour ses thermes.

Le tableau ci-dessous donne le classement des grandes


villes occitanes selon la population de leur aire urbaine
(recensement de 1999). Il inclut toutes les communes et
aires urbaines de plus de 100 000 habitants.
L'aire urbaine englobe l'agglomération (pôle urbain)
ainsi que les communes de la couronne périurbaine dont
au moins 40 % de la population résidente ayant un em-
ploi travaille dans l'agglomération ou dans des communes
Carte représentant la plupart des villes importantes de l'Occitanie attirées par celle-ci (définition INSEE).
Les chiffres indiqués sont ceux de la population to-
tale (avec doubles comptes) pour les communes, et sans
doubles comptes pour les agglomérations et aires ur-
• Miroir d'eau de Bordeaux, baines.
en Gascogne.
Les principales villes d'Occitanie

33.5.6 Régions et population détaillées


Régions et population

• Le Grand Escalier et le boule- Fonts :


vard d'Athènes à Marseille, la plus grande ville
d'Occitanie. 1. per França, populacion legala 2006 segond
l'INSEE[145]
33.6. MOUVEMENTS CULTURELS ET POLITIQUES 107

2. per Itàlia, populacion en setembre de 2008 segond • Calandretas, écoles associatives occitanes de statut
l'ISTAT[146] privé
3. per la Val d'Aran, populacion en 2008 segond • Plusieurs associations ou organismes sont regrou-
l'IDESCAT[147] pées autour du Félibrige, de l'IEO et des Calendre-
tas.

33.5.7 Dynamiques du territoire • Conselh de la Lenga Occitana (CLO), organisme


scientifique de codification de l'occitan dans la
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
norme classique
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
• Federacion dels Ensenhaires de Lenga e Cultura
d'Òc (FELCO), ensemble d'enseignants et de pa-
rents d'élèves liés à l'enseignement de l'occitan dans
33.6 Mouvements culturels et poli- le secteur public
tiques • Parlaren mouvement mistralien en Provence

• Académie des arts, lettres et sciences de Languedoc


Il y a une distinction fondamentale entre les mouvements
dont la vocation est culturelle et les mouvements stric- • Marpoc association Loi 1901 : cours d’occitan, uni-
tement politiques qui se présentent aux élections. Les versité occitane d’été, un café occitan, des colloques,
associations culturelles comme le Félibrige et l'Institut des conférences, des spectacles et des concerts, des
d’Études Occitanes ont toujours voulu être hors des par- expositions peinture et édition de la collection “Mar
tis politiques pour mieux rassembler l'ensemble des lo- e Mont”.
cuteurs de l'occitan. Contrairement à d'autres doctrines
régionalistes ou nationalistes (p.ex. Bretagne, Espagne, • Òc-Bi, association de parents d'écoliers pour
Italie, Pays basque…), il n'existe pas de revendications l'enseignement bilingue public.
d'une identité occitane historique. Ceci exclut tout
• Centre de Formacion Professionala d'Occitània-
irrédentisme politique ou culturel sur les territoires non
Miègjorn-Pirenèus, organisme professionnel au ser-
occitanophones telles que les régions désoccitanisés pré-
vice de la transmission de la langue et la culture oc-
cocement (Poitou, Saintonge…) et les parties non occi-
citanes aux adultes.
tanophones d'anciennes Provinces ou d'anciens États oc-
citans (royaume de Navarre, Dauphiné…). Cependant, il • Collège d'Occitanie fondé en 1927, enseignement de
peut y avoir des conflits entre le point de vue occitaniste la langue et de la culture occitanes.
défendant l'unité d'une langue occitane composée par
l'ensemble de ses dialectes et les points de vue minori- • CIRDÒC-Mediatèca occitana, médiathèque numé-
taires défendant soit la promotion de dialectes occitans rique collaborative autour de la culture et de la
au niveau de langues, soit la considération globale du langue occitanes.
diasystème occitano-roman.
• CIEL d'Oc - Centre International de l'Écrit en
langue d'Oc : centralisation par mémorisation infor-
33.6.1 Culture matique tous les documents écrits en langue d'Oc,
documents éparpillés dans les bibliothèques et mu-
Associations ou organismes occitanistes sées, publics ou privés, de Provence, d'Europe et du
monde entier.
La plus ancienne association est le Félibrige, fondé en
• COMDT - Centre occitan des musiques et danses
1854. Une partie de ses membres a fondé en 1945 un
traditionnelles : centre de ressources pour la culture
mouvement distinct sous le nom d'institut d'études occi-
occitane de tradition orale, la transmission et la dif-
tanes après la Seconde Guerre mondiale.
fusion des musiques et danses traditionnelles.
Les principaux mouvements en France sont les suivants.
Ils affirment l'unité de l'occitan-langue d'oc dans sa di- • Collectiu Dètz, professionnels de l'audiovisuel au-
versité dialectale : tour de la langue et de la culture occitanes.

• CORDAE/La Talvera, Centre occitan de recherche,


• Félibrige mouvement historique mistralien, littéraire de documentation et d'animation ethnographiques.
et linguistique.
• Institut d'études occitanes (IEO), maintien et déve- En Italie, les principaux mouvements sont :
loppement de la langue et de la culture occitane dans
son ensemble. • Associazione Culturale Occitano – Guardiola
108 CHAPITRE 33. OCCITANIE (RÉGION CULTURELLE)

• Chambra d’òc Certaines associations n'ont pas d'affiliation avec d'autres


pays d'oc :
• Coumboscuro Cèntre Prouvençal
• Espaci occitan, association d'administration pu- • Association prônant une langue niçoise distincte :
blique du territoire occitan alpin qui a pour objec- Acadèmia Nissarda.
tif la promotion linguistique, culturelle et touristique
• Associations prônant une langue provençale dis-
des Vallées occitanes italiennes.
tincte : l'Astrado Prouvençalo.
• La Valaddo
• Movimento Autonomista Occitano Associations pan-occitanistes

• Ousitanìo Vivo À l'inverse, certains groupes revendiquent une identi-


té occitano-romane incluant les pays catalans (France-
• Soulestrelh
Espagne).
• Valados Usitanos
• Groupes participants activement à l'Eurocongrès
• Renaissença Occitana, association culturelle qui pu-
2000 : Fédération Occitano-Catalane, Fundacion
blie la revue d'histoire et de langue locale La Rafan-
Occitano-Catalane, Cercle d'Afrairament Occitano-
haudaa
catalan, Comitat d'Afrairament Occitano-Catalan,
Association Euroccat, Association Espaci Occitan,
En Espagne :
• Autres groupes :Oc Valéncia Centre Internacional de
• Institut d'Estudis Aranesi - Acadèmia aranesa dera Recerca i Documentació Científica
lengua occitana (IEA) (oc)
• Bureau de promotion et d'enseignement de l'aranais 33.6.2 Politique
(oc)
Espagne
• Gouvernement autonome du Val d'Aran (oc)
En Espagne, les partis politiques aranais dirigent en al-
• Musée du Val d'Aran (ca)
ternance le Conseil général d'Aran (oc), institution prin-
• Archives générales d'Aran (ca) cipale du gouvernement du Val d’Aran. Ils ont aussi des
élus dans les municipalités aranaises, au Parlement de Ca-
talogne et au Sénat espagnol. Ils sont proches de partis
Associations anti-occitanistes catalans à l'exception du parti localiste Partit Renovador
d'Arties-Garòs (oc) qui a toutefois passé des alliances
Article connexe : Sécessionnisme linguistique. avec Unitat d'Aran. Unitat d'Aran - Partit Nacionalis-
ta Aranès (oc) (UA-PNA) est un parti social-démocrate
Quelques associations adhérentes au Félibrige et à et régionaliste-autonomiste affilié au Parti socialiste ca-
Parlaren revendiquent une langue provençale distincte de talan, tandis que Convergència Democràtica Aranesa -
l'occitan. Partit Nacionalista Aranès (oc) (CDA-PNA), actuelle-
ment au pouvoir, est un parti centriste et autonomiste lié
D'autres associations revendiquent des “langues d'oc” dis-
à la Convergence démocratique de Catalogne. Esquèrra
tinctes, même si paradoxalement elles se sont pour cer-
Republicana Occitana (oc) (ÈRO) fondé en 2008, de
taines regroupées dans une Alliance des langues d'Oc :
gauche/social-démocratie et indépendantiste, est une sec-
tion locale d'Esquerra Republicana de Catalunya (ERC).
• Association prônant une identité auvergnate dis- Corròp est un mouvement citoyen né en février 2015
tincte : Cercle terre d'Auvergne. qui entend rompre avec le bipartisme aranais et s’ins-
• Association prônant une langue béarnaise et gas- pire du mouvement indépendantiste catalan Candidatura
conne distincte :Institut béarnais et Gascon. d'Unitat Popular (CUP), mais dans une optique tournée
vers l'Occitanie[148] .
• Association prônant une langue cévenole distincte :
Lou Clu en Ceveno.
France
• Associations prônant une langue provençale dis-
tincte : l'Unioun Prouvençalo et son équivalent En France, les partis ou mouvement politiques s’ins-
pour l'Italie l'Unioun Prouvençalo Transaupino, crivant dans le cadre de l'Occitanie (Parti de la na-
le Collectif Prouvènço et son équivalent italien tion occitane, Partit occitan, Libertat !,...) avaient du
Consulta provenzale. mal à gagner une audience importante et à obtenir
33.6. MOUVEMENTS CULTURELS ET POLITIQUES 109

des élus. Ils n'ont jamais eu d'élus dans les institu-


tions nationales ou européennes, ni dans les conseils
généraux. Toutefois aux élections régionales françaises
de 2010, le Partit occitan, dans le cadre de la parti-
cipation de la fédération Régions et peuples solidaires
à Europe Écologie, fait son entrée dans cinq conseils
régionaux. David Grosclaude est élu en Aquitaine[149] ,
Guilhem Latrubesse en Midi-Pyrénées, Gustave Alirol
en Auvergne, Anne-Marie Hautant et Hervé Guerrera
en Provence-Alpes-Côte d'Azur[150] . Ce dernier est aussi
élu au conseil municipal d'Aix-en-Provence et conseiller
de la Communauté d'agglomération du pays d'Aix[151] .
Le mouvement Bastir ! s’est présenté pour la première
fois aux élections municipales de 2014 et a obtenu 55
élus[152],[153] . D'autre part, le président du Partit occitan, Logo du PNO.
Gustave Alirol est actuellement aussi président du parti
Régions et peuples solidaires et vice-président de l’Alliance
libre européenne qui participe à un groupe de 50 députés
au sein du Parlement européen[154] .

Logo du Partit occitan.

• Ligue pour la restauration des libertés niçoises :


conteste le rattachement du comté de Nice à l'État
français en 1860.

Affiche de Libertat ! : La Résistance est une question de dignité ! • Nissa Rebela : Parti autonomiste niçois, proche du
bloc identitaire.

• Gardarem la Tèrra : altermondialiste • Ligne Imaginot : altermondialiste

• Movement Régionalista Lengadocian : coalition


• Iniciativa Per Occitània, laboratoire politique, cultu-
électorale proche du PNO
rel et social : mouvement indépendantiste.
• Occitània Libertària : anarcho-communiste
• Libertat ! esquèrra revolucionària occitana est un
mouvement panoccitan d'extrême gauche qui a rem- • País Nòstre : régionaliste, implanté en Languedoc.
placé “Anaram au patac”, “Combat d'Òc” et “Hartè-
ra” lors du congrès de refondation du 19 septembre • Parti de la nation occitane (PNO) : indépendantiste
2009. modéré.
110 CHAPITRE 33. OCCITANIE (RÉGION CULTURELLE)

• Partit occitan (PÒC) : autonomiste, gauche/centre- • Farem tot petar


gauche. Le PÒC adhère à des entités plus larges :
• Federacion Anarquista-Comunista d'Occitània (FA-
• Depuis 2009, il s’insère en France dans les CO) : indépendantiste, communiste libertaire
listes d'Europe Écologie en tant que partici-
pant à Régions et peuples solidaires (RPS). • Hartèra, mouvement de la jeunesse révolutionnaire
d'Occitanie : extrême gauche
• Alliance libre européenne/Parti démocratique
des peuples d'Europe (ALE/PDPE) : le PÒC • Lucha Occitana : groupe d'intellectuels, d'étudiants
est membre de ce parti européen. et de syndicalistes agricoles, idéologiquement de
• Groupe des Verts/Alliance libre européenne gauche révolutionnaire, autonomiste et socialiste.
(groupe Verts/ALE) : groupe politique du
• Movement Socialista e Autonomista Occitan
parlement européen.
• Partit Provençau : autonomiste
• Unitat d'Òc : fédère des militants politiques
d'horizons différentes (PNO, PÒC et indépendants) • Pòble d'Òc : indépendantiste et libertaire
• Bastir ! : mouvement social revendiquant un atta- • Le mouvement Volèm Viure al País (VVAP)
chement à l'Occitanie (culture, histoire, environne- (es) : mouvement socialiste composé de différents
ment...) groupes locaux autogestionnaires. Il n'existe plus
mais le slogan qu'il a en fait repris reste souvent em-
ployé. Il a été dissous en 1987 pour faire place au
Italie
Partit occitan[156] .
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
33.7 Patrimoine
• Paratge : laboratoire d'idées politiques. Sa principale 33.7.1 Architecture
section se trouve dans les Vallées occitanes (Italie).
Sa section provençale s’appelle Para(t)ge Mar, Ròse Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
e Monts. incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Article détaillé : Architecture en Occitanie.
• Movimento Autonomista Occitano (MAO) : branche
du Parti nationaliste occitan dans le Piémont occitan
italien. Seul son journal Ousitanio Vivo continue de
paraître. 33.7.2 Festivités

Monaco Parmi les fêtes remarquables :

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou • Fêtes locales de Bayonne, Dax, Luzech, Mont-de-
incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Marsan, Vic-Fezensac, Orthez, Arzacq, Garlin
• Ferias de Bayonne, Dax, Mont-de-Marsan, Nîmes,
Béziers et Arles.
Anciens mouvements
• Le carnaval de Limoux, de Nice, d'Aix-en-Provence
Parmi les anciens mouvements politiques, on peut citer : de Cadenet et de Pézenas. Le carnaval de Brantôme,
listé au patrimoine immatériel.
• Anaram Au Patac : extrême gauche, a participé au • Hestiv'Oc à Pau, plus grand festival de l'Occitanie
CRÒC
• Le Corso d'Apt
• Comitat Occitan d'Estudis e d'Accion (COEA) : au-
tonomiste de gauche. Il fut créé en 1965[155] . • Les Paillasses de Cournonterral.

• Comitats d'Accion Occitana (CAO) : gauche • La Félibrée ou Felibrejada coorganisée par le Bour-
nat du Périgord se tient chaque année dans une ville
• Corrent Revolucionari Occitan (CRÒC) : indépen- différente de la Dordogne.
dantiste lié à l'extrême gauche révolutionnaire.
• L'estivada de Rodez
• Entau País : autonomiste de gauche implanté en
Gascogne • La Fèsta d'Oc (Béziers, mi-juillet)
33.7. PATRIMOINE 111

• La Baìo : festival traditionnel tous les cinq ans dans


la commune de Sampeyre dans la vallée de la Varaita
(Val Varacha), Province de Coni (Cuneo), Piémont,
Italie

33.7.3 Gastronomie
Article détaillé : Cuisine occitane.
La gastronomie méridionale est réputée.

Course camargaise

La confrérie du cassoulet

0 (km) 250
51° 30'

41°

Présence des clubs de rugby dans le Top 14 et frontières de


l'Occitanie.
Le Foie Gras, plat traditionnel de Gascogne.

ce sport. À une époque, les syndicats d'ouvriers et


33.7.4 Jeux et sports même les regroupements étaient interdits. Le rug-
by a permis le développement des luttes sociales.
• Jeu de quilles de 9 En effet, les vestiaires du rugby étaient le seul lieu
pour échanger des idées politiques entre de petits
• La course landaise, qui est la version actuelle des an- groupes. Les rencontres entre équipes originaires
ciennes courses de taureaux lâchés dans les rues. de différentes régions ont permis une propagation
d'idéaux sociaux. L'entraide et le soutien mutuel
• La course camarguaise, pratiquée le Gard, les entre rugbymans liés à cette époque ont aussi contri-
Bouches-du-Rhône (région de la Camargue) et dans bué à mêler sport, social et identité commune. Le
une moindre mesure l'Hérault et le Vaucluse, et dont rugby à XIII est solidement ancré dans l'Aude, en
le but est d'aller chercher des attributs placés sur les Provence, Lot-et-Garonne et dans la région toulou-
cornes du taureau. saine. On trouve aussi le rugby à XV (les équipes
• La pelote basque. Malgré les interdictions de jouer de Brive, de Toulouse, de Béziers, de Narbonne,
en France[réf. nécessaire] , ce jeu est resté pratiqué tra- de Tarbes, de Pau, d'Agen, de Toulon, d'Auch, de
ditionnellement au Pays basque et en sud-Gascogne. Montauban et de Montferrand comptent parmi les
plus réputées).

• Le rugby possède en Occitanie un fort côté iden- • En football l'Associacion Occitana de Fotbòl a fon-
titaire qui est lié aux origines de l'implantation de dé l'équipe d'Occitanie non reconnue par la FIFA, la
112 CHAPITRE 33. OCCITANIE (RÉGION CULTURELLE)

sélection participe aux compétitions du NF Board, • catalan : langue ausbau très proche de l'occitan, par-
dont la Viva World Cup.Elle a disputé son premier fois incluse dans celui-ci.
match en février 2005 à Béziers contre l'équipe de
Monaco (score 0-0), également une sélection locale La Chambra d'Òc lança un appel en 2008 pour que
participant au NF Board. La sélection a organisé l'occitan soit considéré comme "Patrimoine culturel im-
la première Viva World Cup où elle termine troi- matériel de l'humanité"[161] . Il fût soutenu par les régions
sième sur quatre équipes participantes. En 2008, du Languedoc-Rousillon et du Piémont. Une traversée à
elle est éliminée en quart de finale du second tour pieds de l'Occitanie ("Occitània a Pè") fût organisée pour
de l'Europeada, une compétition ayant réuni vingt défendre l'appel, elle dura 70 jours. Ce projet continua
équipes de minorités européennes. Elle a participé à sous le nom de "Chaminem per òc”.
la troisième édition en 2009, organisée par l'équipe
de Padanie, où elle termine cinquième sur six. La langue occitane possède divers médias et principale-
ment dans la presse écrite. On ne dénombre par contre
• La pétanque (de “pe” signifiant “pied”, et de “tanca” aucune chaîne de télévision spécifique mais des émissions
signifiant « pieu, attache » en occitan provençal) en occitan existent, principalement dans des décrochages
régionaux sur France 3 et TV3. Une chaîne diffusée sur
• Le pilou, lo pilo sur la côte niçoise (pièce trouée avec Internet existe depuis 2013, Oc télé[162] .
un floc servant de guide)

• La balle au tambourin joué dans la région de Mont-


pellier 33.7.6 Littérature

• La joute nautique (joutes languedociennes prati- Article détaillé : Littérature occitane.


quées de Béziers au Grau-du-Roi, joutes proven- Articles connexes : Liste de poètes de langue occitane et
çales pratiquées en Provence et sur la Côte d'Azur). Catégorie :Écrivain de langue d'oc.
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
• Les jeux béarnais sont issus des défis traditionnels incomplète. Votre aide est la bienvenue !
que se portaient les paysans afin de prouver leur
force, leur agilité ou encore leur adresse. On re-
trouve sous diverses appellations des jeux similaires
dans différentes régions occitanes. 33.7.7 Monuments

Quelques monuments historiques


33.7.5 Langue
Articles détaillés : Ancien occitan et Occitan.
• Abbaye de Sénanque

C'est au Moyen Âge qu'apparaît une langue littéraire, • Abbaye du Thoronet


sous le nom de langue limousine, depuis désignée
comme la koinê (langue commune) des troubadours[157] . • Abbaye Saint-Pierre de Moissac, inscrite en 1998
L'importance qu'elle prit dans toute l'Europe occidentale au patrimoine mondial de l'Unesco au titre de
fut rendue possible par la création d'un état occitano- l'inscription des chemins de Saint-Jacques-de-
catalan puissant ayant pour suzerains les comtes de Compostelle
Toulouse et de Barcelone[158] . Cette langue désignée aus-
• Abbaye de Fontfroide
si sous le terme de proensal (provençal) fut nommée pour
la première fois comme « langue d'oc » par Dante dans • Basilique Notre-Dame du Port Notre-Dame du
ses ouvrages De Vulgaris Eloquentia (I, chap. VIII) et La Port est une basilique romane située à Clermont-
vita nuova (XXV)[96] . Ferrand dans le quartier du Port situé entre la
L'occitan et le français ont non seulement une même place Delille et la cathédrale. Elle a été inscrite en
origine latine mais elles s’entre-interfèrent au niveau 1998 au patrimoine mondial de l'Unesco au titre
culturel[159] . Selon certains linguistes, l'occitan se com- de l'inscription des chemins de Saint-Jacques-de-
pose de quatre groupes dialectaux[160] : Compostelle

• Le Capitole, l'Hôtel Dieu, la cathédrale Saint-


• gascon, en dépit de ses différences linguistiques im- Étienne, monument complexe présentant toutes les
portantes. évolutions du gothique, et la basilique Saint-Sernin,
• occitan moyen ou méridional ou encore sud-occitan : plus grande église romane conservée au monde et
languedocien et provençal (niçois inclus). inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco au titre
de l'inscription des chemins de Saint-Jacques-de-
• nord-occitan : limousin, auvergnat, vivaro-alpin. Compostelle, à Toulouse
33.7. PATRIMOINE 113

• La cité de Saint-Bertrand-de-Comminges : site 33.7.8 Musées et lieux historiques


gallo-romain et cathédrale Sainte-Marie (clocher ro-
man et vaisseau gothique méridional), inscrite en Liste des musées de Occitanie
1998 au patrimoine mondial de l'Unesco au titre
de l'inscription des chemins de Saint-Jacques-de-
Compostelle 33.7.9 Musique et danse
• Cathédrale Sainte-Cécile d'Albi, plus grand bâti-
ment du monde construit en brique et chef-d'œuvre Article détaillé : Musique occitane.
du gothique méridional
• Cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay La culture en langue d'oc comprend de nombreux chants
traditionnels et une création diversifiée.
• Cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur de Narbonne
• Cathédrale Saint-Front de Périgueux
33.7.10 Patrimoine naturel et paysager
• Cathédrale Saint-Caprais d'Agen
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
• Cathédrale Saint-Étienne de Cahors et le pont Va-
incomplète. Votre aide est la bienvenue pour l !
lentré
• Cathédrale Sainte-Marie d'Auch
• Circulade
33.7.11 Pratiques rituelles
• Château de Budos
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incom-
• Château de Montaigne
plète. Votre aide est la bienvenue !
• Château de Peyrepertuse
• Château de Puilaurens
• Château de Quéribus
• Château de Roquetaillade
• Château de Villandraut
• Ganagobie
• Glanum
• Hôtel Fenasse à Albi
• Montségur
• Les monuments romains et romans d'Arles
• Le Mur de la peste Un Santon, une figurine en bois traditionnelle de Noël en
Provence.
• Musée de la Vieille Charité de Marseille
• Palais des Papes, le pont Saint-Bénezet et le centre
historique d'Avignon • Ostensions limousines
• Place de la Comédie et jardins du Peyrou de
Montpellier
33.7.12 Savoir-faire
• Le Pont du Gard est une portion d'aqueduc romain
aménagée en pont à trois niveaux situé dans la com- Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
mune de Vers-Pont-du-Gard, près de Remoulins, incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Nîmes et Uzès, dans le département du Gard. Il en-
jambe le Gardon, ou Gard, et assure la continuité
de l'aqueduc romain qui conduisait l'eau d'Uzès à
Nîmes. • La renaissance de la fauconnerie est due, à la fin de
la Seconde Guerre mondiale, au périgourdin Abel
• Théâtre antique d'Orange et l'arc de triomphe. Boyer.
114 CHAPITRE 33. OCCITANIE (RÉGION CULTURELLE)

33.8 Personnalités notoires


Article détaillé : Occitans.

33.9 Débats autour de l'Occitanie

33.9.1 Standardisation de l'écriture

Au XIXe siècle, l'effort d'unification a surtout porté à uni-


fier le « pays d'oc » (comme on disait alors) autour de
la graphie et de la forme de langue utilisées par Frédé-
ric Mistral (un provençal rhodanien expurgé de formes
trop locales et de certains francismes, appelé provençal
mistralien). Dès la fin du XIXe siècle, une tendance du
Félibrige prône le retour à un système plus proche de celui
de l'ancien occitan (Joseph Roux, limousin, Prosper Es-
tieu, Antonin Perbosc, languedociens). Au XXe siècle, la
graphie classique devient majoritaire, mais elle coexiste Croix occitane.
avec des graphies globalement minoritaires, mais parfois
majoritaires dans une région (ex : la graphie mistralienne
en Provence).
Gui Martin et Bernard Moulin, dans leur Grammaire
provençale, établissent le parallèle entre la graphie clas-
sique et l'occitanisme culturel[163] .
Il existe - comme en français - une palatisation du CA et
du GA latins en CHA et en JA. Elle est toujours vérifiable
dans la partie septentrionale de l'Occitanie et définit ce
que les linguistes ont dénommé le « nord-occitan ». À titre
d'exemple, canta devient chanta, castel, chastel et plaga,
plaja[160] .

33.9.2 Symboles communs

Articles détaillés : Croix occitane et Étoile à sept


branches. Étoile à sept branches.
Deux symboles sont généralement employés pour dési-
gner l'Occitanie : l'étoile à sept branches (astrada en gra-
phie classique, astrado en graphie mistralienne) et la croix Marseille signale cependant l'antériorité de cette croix
occitane (crotz occitana, crous óucitano), parfois aussi ap- dans les armes des seigneurs provençaux, ajoutant qu'elle
pelée croix de Toulouse. Ces deux symboles sont souvent n'est devenue l'emblème des comtes de Toulouse qu'après
utilisés seuls[164] et ils entrent alors en concurrence entre mariage du Comte de Toulouse avec la fille du Comte de
eux. Mais ces symboles sont aussi plus souvent associés Forcalquier[165] .
pour symboliser l'unité du pays d'oc. Pour le moment, les documents ne permettent pas de dé-
La croix occitane est de gueules à la croix vidée, cléchée terminer une origine unique incontestable.
(ou pattée) et pommetée d'or. Il en existe plusieurs es-
pèces : dans certains cas, les pommetées forment un rond
(ci-contre), dans d'autres un carré. 33.9.3 Identité commune
La première apparition de la croix, concernant le Comté En 1979, paraît l'Histoire d'Occitanie coédité par l'Institut
de Toulouse, date du règne de Raymond V. Il existe no- d'études occitanes et les éditions Hachette. Le titre fait
tamment une description du sceau de ce comte datée de penser à l'histoire d'un pays. L'ouvrage est paru sous
1165. la direction de Robert Lafont et défend la thèse qu'on
Louis Antoine de Ruffi dans son Histoire de la Ville de peut écrire l'histoire du peuple occitan comme celle de
33.9. DÉBATS AUTOUR DE L'OCCITANIE 115

n'importe quel autre peuple. Il n'est pas rare de trou- — Zoé Oldenbourg (1916-2002)
ver sous la plume des occitanistes des références à la Les observateurs sont frappés de la concentration en Oc-
colonisation française[166] ou au peuple occitan[167] . Un citanie de soulèvements populaires, de jacqueries pay-
certain nombre d'intellectuels et de mouvements cultu- sannes et de révoltes urbaines ainsi que certaines formes
rels ou politiques aspirent à une renaissance littéraire en d'anti-militarisme qui dénote de formes de résistances et
langue d'oc, et parfois, à une autonomie, voire une indé- de dissidences voire d'un refus d'intégration face à la pé-
pendance totale (politique, culturelle et économique) des nétration étatique dont les instruments sont souvent la fis-
zones qu'ils considèrent comme occitanes. calité et l'armée. La sociabilité populaire est un autre trait
L'historien Fernand Braudel souligne des différences de de résistance et de sauvegarde des libertés et autonomies
civilisation entre le France du nord et l'Occitanie. « D’or- locales.
dinaire ce qui se passe au Nord ne se passera pas de la
même manière au Sud et vice versa : la civilisation, (fa- « l'autonomie culturelle du peuple, sa ca-
çon de naître, de vivre, d’aimer, de se marier, de penser, pacité d'affirmer symboliquement son identité
de croire, de rire, de se nourrir, de se vêtir, de bâtir ses (sa particularité, sa différence) culturelle col-
maisons et de grouper ses champs, de se comporter les lective. »
uns vis-à-vis des autres) n’est presque jamais la même du
oui nordique au oui méridional, de l’oil à l’oc. Il y a eu, il
y a encore, il y aura toujours, vers le Sud, une « autre » — P. Vieille Formes de production et culture en Provence :
France »[168] la rupture de la première moitié du XIXe siècle, Revue
L'Homme et la société, N°s 39-40, 1976, p.96.
Quant au géographe Xavier de Planhol, il met en évi-
dence des différences internes Nord-Sud de l’espace fran-
çais, parmi lesquelles la linguistique : langue d'oc (occi- 33.9.4 Une culture ignorée
tan)/langue d’oïl (français), le type d’habitat : concentré
ou dispersé, le type de structures familiales : famille élar- Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
gie ou nucléaire, les usages agraires : usage de l'araire ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
de la charrue et assolement biennal ou triennal, la forme
des toits : plats à tuile creuse ou pentus avec d’autres
modes de couverture[169] . Dans l'éducation scolaire française telle que reçue par
de nombreuses générations, il semble que le génie de la
Certains scientifiques, tels que Christian Coulon, cher- France n'a trouvé un terrain favorable qu'au nord.
cheur en sciences politiques au CNRS, considèrent que
l'on ne peut pas réduire l'Occitanie au territoire d'une
langue, qui serait en sorte le marqueur essentiel d'une « Mistral, Jasmin, Gelu, Goudoulî ?
nation. Cette façon de voir les choses ne permettrait pas Connais pas... Même à l'Université. A Paris,
de saisir la société occitane dans ses structures spatiales bien sûr, mais à Aix ou à Toulouse aussi, à
et culturelles. Rejetant les frontières linguistiques pour Clermont, comme à Bordeaux ou à Nice, on
aborder un espace de civilisation ou une aire culturelle peut faire des études littéraires à un degré
qui porte une culture politique dans un projet de socié- supérieur, acquérir tous les grades universi-
té plus ou moins confus, en dehors de toute construc- taires et même devenir professeur de Lettres
tion étatique [170],[171]
. Ce projet politique intemporel se- en ignorant tout de l'œuvre de Goudouli, de
rait caractérisé par le refus de l'un, organisé autour du Jasmin, de Victor Gelu et de Mistral. Quel
polycentrisme et de l'autonomie locale, au lieu de l'être scandale ce serait si un professeur de Lettres
autour du prince ou de l'État. ignorait du Bartas, Malherbe, Mademoiselle
de Scudéry ou Lefranc de Pom-pignan ! Mais
quelle que soit la « carrure » des écrivains
« Ces hommes qui ne parlent jamais de occitans, — ils n'ont pas écrit en français —
liberté agissent le plus souvent comme s’ils on les ignore... »
n'avaient d'autre idéal et d'autre bien à défendre
que leur liberté. On voit des villes se révol-
ter contre leur seigneur légitime par peur de — George Mesplède, Réalités de l'Occitanie, BT2, Mar-
voir restreindre leur liberté de se gouverner seille, n°101, Septembre 1978
elles-mêmes, les évêques tenir tête aux rois,
voire aux papes, les seigneurs faire la guerre « Quand nous sortions de Paris, c'était pour
aux évêques, tous semblent mettre leur point aller à Rouen avec Flaubert ou à Strasbourg
d'honneur dans le refus de toute contrainte. avec Hugo, peut-être à Orléans, mais on ne des-
Dans le Midi de la France, cet état d'esprit avait cendait jamais plus bas... Dès que nous met-
atteint son apogée, car le pays était de civilisa- tions le nez dans un livre de classe, nous ne
tion ancienne, riche, orgueilleux de son passé quittions pas beaucoup la moitié nord de la
et avide de progrès. » France. »
116 CHAPITRE 33. OCCITANIE (RÉGION CULTURELLE)

— Claude Duneton , “Parler Croquant”, Paris, Stock, Mais, en s’interrogeant sur le fait occitan à travers l’ana-
1973. lyse de similitudes et de liens entre différentes zones géo-
graphiques et différentes époques, il est devenu possible
« La France s’est créée en détruisant cinq d’entrevoir les dynamiques sociales, économiques, hu-
cultures – la bretonne, l’occitane, l’alsacienne, maines à l’œuvre. D'autre part, un historien voit main-
la corse et la flamande. Nous sommes la seule tenant mieux l'intérêt de connaitre l'occitan alors qu’une
nation européenne qui soit la création militaire partie de la documentation historique disponible est dans
d’un État non homogène. Cela rend la France cette langue. C'est ainsi que l’histoire « régionale » du
difficile à gouverner à ce jour. Cela explique Midi, cesse d’être secondaire et abandonnée aux érudits
notre difficulté à réformer, notre lenteur. » locaux pour aborder des sujets d'histoire générale.

— Michel Rocard, Premier Ministre, Ministre de l’amé- « Les études des historiens du XIXe siècle
nagement du territoire, Ministre de l’agriculture, dépu- qui avaient dénoncé la destruction du système
té, sénateur , Entretien classé confidentiel avec Craig démocratique dans le Sud de la France et
Roberts Stapleton, ambassadeur des États-Unis à Paris, l'extrême brutalité de la Croisade contre les Al-
WikiLeaks, 27 octobre 2005. bigeois, ont permis d'entreprendre une réécri-
ture de l'Histoire et de saper les fondations de
la propagande dont on gavait les Occitans, Bre-
33.9.5 Une histoire occultée tons, Corses et Basques par l'intermédiaire de
l'Éducation Nationale - qu'à bien des égards
Suite aux évènements de mai 68, plusieurs ouvrages pa- certains considèrent comme une éducation co-
raissent sur l'histoire de l'Occitanie. Ce sont des actes de loniale. »
militantisme dont les auteurs reprochent aux historiens
professionnels leur mutisme voir leur complaisance en- — Henri Jeanjean, “La décolonisation française et le
vers une histoire de France mythifiée qui ignore le fait oc- mouvement occitaniste” Mots pluriels n°16 - Décembre
citan. L'historiographie occitane présente des problèmes 2000, en ligne.
particuliers. L’Occitanie n'est pas une province d’Ancien
Régime, identifiable sur une carte et légitimée par une « Les peuples soumis n'ont que l'histoire
longue existence institutionnelle. Ce n'est pas non plus des vaincus, et qui se souvient encore de la
une région administrative, d'autant plus qu'elle est parta- cour des Raymond, d'Aliénor d'Aquitaine, ou
gée entre quatre États. Au contraire, c'est une entité lin- de l'université de Cahors, florissante au temps
guistique qui englobe des territoires historiques aux des- de la splendeur de Tombouctou ? »
tins très divers. C'est pourquoi la plupart des auteurs sou-
haitent proposer une contre-histoire, celle d'une réalité — Pierre Maclouf , “L'Anti-France ?" dans “Occitanie
occitane occultée par le discours officiel de l’histoire na- entre deux mers et trois montagnes [...]" p38.
tionale française. L’histoire locale n’étant prise en compte
que dans la mesure où elle peut entrer dans le cadre géné- « Faire apprendre par cœur aux citoyens en
ral de l’espace occitan. L’histoire occitane ainsi présentée herbe que : “Nos ancêtres les Gaulois étaient
révèle une cohérence profonde, celle d'un cycle long qui grands et blonds” semble aussi ridicule en
s’organise autour de l’alternance de phases de libération Corse ou en Occitanie que dans n'importe quel
et de phases de répression venue du Nord[172] . pays d'Afrique. »
L'amateurisme radical de la première moitié des années
1970 se ressent dans plusieurs ouvrages dont les auteurs — Henri Jeanjean, “La décolonisation française et le
n'ont rien de scientifiques. En général les historiens pro- mouvement occitaniste” Mots pluriels n°16 - Décembre
fessionnels ignorent ces publications. Et lorsqu'ils s’y in- 2000, en ligne.
téressent, il ne leur est pas difficile d'y trouver des failles
remettant ainsi en cause l’occitanisme militant. Cepen- « Les Wisigoths font partie de ces peuples
dant, la parution en 1979 de l'« Histoire d'Occitanie » totalement occultés par l’histoire car leur exis-
sous la direction de Robert Lafont et d'André Armengaud tence ne cadre pas avec le point de vue offi-
rompt avec cet amateurisme en s’entourant d'une équipe ciel. »
de scientifiques. Toutefois, cela n’a pas permis de susci-
ter un débat dans le milieu scientifique tel qu'espéré, les — Georges Labouysse, historien, écrivain, “L’Histoire de
historiens ayant perçu avec méfiance cet ouvrage consi- France, l’imposture” Éditions IEO, 2007.
déré comme militant. D'autant plus qu'il dépasse le cadre
normal d’une recherche universitaire d’histoire régionale, « Effacement des Wisigoths au bénéfice
l'Occitanie étant un espace nettement plus vaste qu'une des Francs, effacement de la Croisade des Al-
région. Quant aux occitanistes, ils ne l’ont pas forcément bigeois, Guerre de Cent ans sans autres réfé-
aimé, le livre ayant été perçu comme trop universitaire. rences qu’anglaises et françaises, effacement
33.9. DÉBATS AUTOUR DE L'OCCITANIE 117

de toutes révoltes régionales… Encore aujour- réaction à la parution du livre de Robert Lafont Lettre
d’hui, une certaine incrédulité règne à propos ouverte aux Français d'un Occitan. Marrou répondit :
de l’histoire de l’espace occitan. » « l'Occitanie n'existe pas »[176] . Ce fait est minimisé par le
linguiste Patrick Sauzet (oc) : « C'est parce qu'il n'y a ja-
— Thierry Offre, écrivain, producteur télé, PEN Interna- mais eu d'Occitanie qu'il est intéressant de la faire »[177] .
tional, septembre 2012 On peut noter que le regroupement, dans le cadre des
eurorégions qui dépassent le cadre régional de 1956, de
33.9.6 Un État inabouti collectivités territoriales, n'a pas permis de constituer une
eurorégion « Occitanie » : Midi-Pyrénées, le Languedoc-
Des auteurs considèrent que l’Occitanie est un État man- Roussillon, la Catalogne et l'Aragon se sont associés de
qué ou avorté[173],[174] . leur côté alors que Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte
d'Azur, la Ligurie, le Piémont et le Val d'Aoste se sont as-
e
« C'est entre le milieu du XI siècle et sociés du leur ; et l'Aquitaine s’est associée avec l'Euskadi
e
la fin du XII siècle que se dessinent en Eu- et la Navarre).
rope les premières ébauches des États natio- Dans le cadre de la réforme territoriale, une consultation,
naux [...] Que dans ce concert ne soit pas appa- le nom de ma région, organisée par le conseil régional
ru un État occitan, semble à première vue dé- Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées a eu lieu au prin-
concertant : les pays d'oc en effet possédaient temps 2016 pour donner un nom à la nouvelle région re-
sur leurs voisins une avance certaine tant sur le groupant Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Occi-
plan économique que sur le plan culturel. Le tanie est arrivé largement en tête des 204 000 votants avec
renouveau des échanges y avait été plus pré- 45% devant quatre autres propositions.
coce, l'infrastructure urbaine y était plus so-
lide ; quant à la langue d'oc, illustrée dès les
dernières années du XIe siècle par la poésie 33.9.8 Mythes
des troubadours, elle se haussait au cours du
siècle suivant, au rang de langue de culture dans Certaines personnes considèrent que l’Occitanie n'a ja-
toutes les cours européennes. L'espace occitan mais été une réalité[51],[178] . Lors de l'enquête réalisé au-
en l'an 1000. Il n'était pas inscrit dans le ciel près d'occitans en 1976, 10 % des personnes ont esti-
qu'un État occitan dût obligatoirement avorter. mé que l'Occitanie n'est qu'un mythe[51] . C'est un chiffre
En fait, plusieurs figurations s’en esquissèrent très inférieur à ce qu'affirma auparavant un journaliste du
entre l'an 1000 environ et le début de la croi- Monde :
sade albigeoise (1208) [...]. »
« L'Occitanie, pour neuf Français sur dix
— Pierre Bonnassié, Les sociétés de l'an mil : Un monde et même parmi les Méridionaux, n'existe pas.
entre deux âges.[175] C'est au mieux un aimable mythe, au pire une
bonne plaisanterie, à la rigueur une machine
« Bénéficiant d'une civilisation originale, de guerre politique. Tout sauf un pays, encore
héritée des Grecs et des Romains mais sans moins une nation, même pas une province. Du
cesse enrichie par les contacts avec les popu- moins est-ce ainsi qu'elle est ressentie, et pas
lations les plus policées, proches ou lointaines ; seulement dans ce Nord d'où est venu, pour le
d'une langue devenue la langue de la poésie Midi tout le mal. »
par excellence ; d'une population très dense ; de
seigneurs brillants et entreprenants ; jouissant, — Pierre Viansson-Ponté (1920-1979), Le Monde, 16-
enfin, d'un cadre privilégié : des terres riches 17 sept. 1973
et bien cultivées, des villes anciennes, puis-
En réponse, c'est le mythe hexagonal qui est attaqué par
santes, opulentes, un climat particulièrement
un membre de l'Académie Française :
doux ; l'Occitanie paraissait devoir, très vite,
s’unifier et devenir une des premières, en date
et en puissance, des nations européennes. » « La plupart des Français [...] ne
conçoivent la France qu'unie, hexagonale,
— Réalités de l'Occitanie, p. 27 figure parfaite dont le centre de gravité est
Paris. L'histoire scolaire leur montre un
peuple préexistant à lui-même, déjà, du temps
33.9.7 Unité politique des Gaulois. Elle leur enseigne la logique
d'une unité progressant, comme vers sa cause
L’absence d’unité politique de l’Occitanie (passée ou pré- finale, vers son équilibre organique présent.
sente) a été évoquée dans plusieurs débats. Ce fut no- Cela, c'est le mythe. La réalité est moins
tamment le fait de l’historien Henri-Irénée Marrou, en simple. Notre histoire peut s’écrire soit comme
118 CHAPITRE 33. OCCITANIE (RÉGION CULTURELLE)

une succession de guerres civiles contre un décisions économiques et dont les classes dirigeantes lo-
principe unitaire, soit comme l'imposition cales n'assuraient pas leur rôle d'agent de développement.
croissante d'une volonté centralisatrice à des La dépendance ne se réduit jamais à un simple méca-
unités ethniques et culturelles plus petites, à nisme économique ; elle suppose des agents idéologiques
des populations qui étaient parfois des peuples, et sociaux. »[183]
ayant leurs coutumes, leurs droits, leurs fors, En 1866, les dix départements les plus défavorisés de
et progressivement ou brutalement privés France étaient tous situés en Occitanie. Un économiste a
d'eux. » montré qu'ils avaient reçu un total de 51 millions de francs
de l'État, tandis que le département de la Seine, situé en
— Pierre Emmanuel (1916-1984), Les Langues de région parisienne, a reçu à lui seul 877 millions. Cha-
France « Le Figaro », 13 février 1974 cun de ces départements occitans ont reçu moins d'argent
[184]
L'idée que toutes les personnes qui parlent occitan ap- qu'ils ne contribuaient aux caisses de l’État .
[179]
partiennent à un « espace culturel commun » a sou- L’universitaire Henri Jeanjean explique qu'un siècle plus
levé et soulève encore des oppositions chez ceux qui y tard, le fossé séparant Paris et la province s’est encore
voyaient soit une menace à l'unité nationale française[180] , élargi et qu'il ne pouvait plus être expliqué par un dé-
soit la négation d'une identité régionale (notamment en terminisme historique et géographique mais par les po-
Auvergne, Béarn et Provence). Parallèlement au terme litiques économiques successives. Pour lui, ce scénario
langues d'oc, ces militants ont récemment introduit la no- rappelle les schémas d'exploitation appliqués en Afrique
tion de Domaine d'Oc[181] . par la colonisation économique[185]
Certains auteurs affirment l'ignorance systématique du Les références au colonialisme sont encore présentent
fait occitan : bien après la période d'éclatement des empires colo-
niaux. Voici une définition de la colonisation donnée
« tous les éléments d'une connaissance de en 1980 :« Installation dans un pays soumis, d'un pou-
l'Occitanie sont actuellement ordonnés par une voir étranger qui en pille les ressources naturelles et hu-
perspective qui l'ignore, la rend illisible dans maines. C'est bien le cas de l’Occitanie, dont la main-
les faits ou ne présente d'elle que des concré- d’œuvre va grossir la banlieue parisienne, et dont les ma-
tions événementielles fugitives, partielles, pro- tières premières sont exploitées ailleurs. L'Occitanie était
vinciales. » jusqu'à présent une colonie d'exploitation ; elle tend à de-
venir une colonie de peuplement, vouée au tourisme et aux
loisirs. »[186] .
— Robert Lafont (1923-2009), Clefs pour l'Occitanie, éd.
Seghers, Paris, 1971, p. 8

« Mais l'Occitanie existe. Elle existe lin-


Évolution socio-démographique
guistiquement, culturellement, sa démogra-
phie, sa vie économique présentent des carac-
téristiques de plus en plus nettes qui contri- La société occitane fait preuve d'une dégradation sur le
plan socio-démographique : à la fois quantitative et struc-
buent à lui donner, malgré les contrastes de ré-
turelle. La population occitane vieillit à cause de la baisse
gion à région, un visage particulier, celui d'un
ensemble appauvri, défiguré. » de la natalité, mais aussi de mécanismes liés selon Jean-
Claude Lugan à l'état de dépendance de l'Occitanie : le jeu
des soldes migratoires et l'émigration des jeunes occitans
— Aimé Serre (1922-1993), Décoloniser la géographie,
en âge d'être actifs, avec des incidences sur la natalité.
“Temps modernes”, août 1973, p. 391
L'importance relative de la société occitane par rapport à
l'ensemble de la société française diminue[187] .
33.9.9 Un pays dépendant L'Occitanie est décrite comme une société stagnante, au
déclin démographique déjà ancien[188] :
Le thème de la dépendance de l'Occitanie envers l'État Tandis que le solde migratoire (arrivées-départs) est net-
français a été décrite par des militants occitanistes tement excédentaire dans l'après-guerre, essentiellement
en termes de colonialisme interne. Celui-ci se mani- dû à des flux d'immigration. Ceux-ci sont constitués
festerait par trois handicaps : le sous-développement, essentiellement de rapatriés de l'Afrique Française du
un développement (humain, territorial, économique Nord ; de travailleurs algériens, marocains, portugais, et
et social) non maitrisé ainsi qu'une faible capacité dans une moindre mesure d'italiens et d'espagnols ; de
d'entrepreneuriat[182] . retraités qui reviennent au pays ou qui sont attirés par
François Dubet analyse que « dans sa plus grande part, le climat ; et de divers européens en recherche d'affaires
le discours occitan des années 70 a parlé de l'Occitanie et qui sont de plus en plus nombreux à s’installer quasi-
comme d'une ethnie dépendante qui ne maîtrisait pas ses définitivement[188] .
33.9. DÉBATS AUTOUR DE L'OCCITANIE 119

Évolution socio-économique Accessibilité aux autres régions européennes

L'accessibilité potentielle décrit avec quelle facilité les


gens peuvent atteindre des personnes d'autres régions eu-
ropéennes en utilisant la route, le rail et l'air. Cet indi-
cateur est calculé par l'ESPON sur la base de deux élé-
ments : la population de la région et le temps minimum
Par ailleurs, l'Occitanie présente des particularités dans nécessaire aux trajets. En général, les régions ayant une
sa structure socio-professionnelle : les agriculteurs y re- haute accessibilité aux produits de base, aux fournisseurs
présentent une part importante de la population active, et aux marchés réussissent économiquement bien et amé-
malgré une récession sensible. Les artisans et les petits liorent leur position compétitive dans le marché global.
commerçants occitans voient une augmentation de leur
La quasi-totalité de l'Occitanie est classée dans les régions
part relative de +1,0 % à + 2,5 % comparé aux autres
les moins accessibles et avec un revenu par habitant infé-
régions françaises, certains considèrent que c'est l'indice
rieur à la moyenne, seuls cinq départements sont à la fois
d'une évolution économico-sociale anachronique. Les ou-
accessibles et ont un revenu supérieur à la moyenne : Gi-
vriers sont plus faiblement représentés qu'ailleurs, signe
ronde, Haute-Garonne, Puy de Dôme, Bouche-du-Rhône
de la faiblesse de l'industrie occitane qui n'est pas capable
et Alpes Maritimes[191] .
d'absorber la main-d’œuvre libérée par l'accroissement de
la productivité agricole et par la liquidation technocra- L'Occitanie connaît une forte attractivité migratoire mal-
tique de certains pans de l'agriculture[188] . gré une accessibilité et un bien-être économique inférieur
à la moyenne[192] . On peut noter que les régions euro-
Lorsqu'on regarde la répartition de la population ac-
péennes qui bordent l'Occitanie au Sud et à l'Est ont aussi
tive employée suivant les secteurs d'activité, on note
une forte attractivité migratoire mais elles ont un reve-
l'importance de l'agriculture en Occitanie. Mais l'écart le
nu par habitant supérieur à la moyenne, même dans les
plus important est dans le secteur industriel qui emploie
régions à moindre accessibilité[193] .
1 personne sur 5 en Occitanie contre 1 personne sur 3
dans le reste de la France. Cela pose la question de sa-
voir si cette situation est dû à une sous-industrialisation Place dans la mondialisation
causée par le manque de ressources naturelles et le ha-
sard de la géographie ou à une industrialisation avortée La présence de métropoles dans un territoire est souvent
liée aux modalités d'insertion de l'Occitanie dans l'espace associée à la capacité de tirer parti de la mondialisation.
français[187] . Des questions se posent sur l'attractivité territoriale de
Le secteur industriel est peu développé mais en plus deux l'Occitanie :
autres facteurs inquiétants l'aggravent. D'une part, la pré-
dominance d'industries agissant sur des marchés stag- • Dans quelle mesure l'Occitanie peut-elle profiter de
nants ou très aléatoires et d'autre part des structures in- la dynamique de mise en réseau des économies et
dustrielles à la fois très dispersées et dépendantes de des sociétés du monde ?
centres extérieurs à la région[189] .
L'industrie occitane est plutôt développée dans les biens • Peut-elle peser dans la recomposition en cours des
de consommation au sens large ; tandis que les biens cartes de la mondialisation ?
d'équipement, marchés en croissance et à forte valeur
ajoutée, sont atrophiés. On peut même, en rentrant dans Même si la population résidente est importante,
les détails mettre en évidence l'absence de la sidérurgie l'Occitanie ne possède aucune métropole européenne
et de la métallurgie qui ont joué un rôle essentiel dans majeure, principale ou à fort rayonnement scientifique
l'industrialisation et le développement des pays occiden- (type 1 à 5)[194] . Plusieurs villes importantes sont situées
taux aux XIXe et XXe siècles[189] . en Occitanie mais aucune ne peut prétendre à un statut
On peut mesurer l'important degré de dépendance de de capitale[195] . L'ensemble des métropoles occitanes
l'Occitanie à l'égard de centres extérieurs de décision n'est pas en mesure de contrebalancer le poids de Paris,
et d'accumulation du capital. Cinq des six régions oc- l'une des deux métropoles européennes majeures, afin de
citanes sont très fortement contrôlés par des entreprises rééquilibrer le territoire français[195] .
implantées en dehors de la région. Cette dépendance est Trois métropoles occitanes sont de type 6 “aires ur-
moyenne en Auvergne qui fait figure d'exception grâce à baines fonctionnelles (AUF) diversifiées à dominante
l'implantation du groupe Michelin, mais celui-ci poursuit « affaires »"[194] : Marseille, Nice et Toulouse. Ce type
une stratégie mondiale qui va estomper son intérêt pour catégorise des métropoles européennes de taille moyenne
cette région. Alors que seulement 2 à 3 % des régions avec un niveau de revenu par habitant relativement élevé.
non-occitanes de France sont contrôlées par des entre- Elles bénéficient d’une bonne accessibilité aérienne réelle
prises siégeant en Occitanie, 54 % des effectifs occitans ou potentielle. Leur économie est fortement tertiarisée,
sont employés par des groupes extra-régionaux[189],[190] . sans pour autant être dépourvue d’industrie. Les services
120 CHAPITRE 33. OCCITANIE (RÉGION CULTURELLE)

« avancés » y sont bien présents, mais sans qu'elles soient vignerons, les chefs de file occitans que sont le profes-
des places financières. Ces villes bénéficient de finance- seur Robert Lafont et l’écrivain Yves Rouquette, fon-
ments européens pour la recherche, mais parmi les trois, dateurs de la revue Viure, sont du défilé. Dans le cor-
seule Toulouse est réellement estudiantine. tège, L’Internationale se mêle [à] Volem viure al païs... ».
(Pierre-Marie Terral, 2011, Larzac : de la lutte paysanne à
Tandis qu'une dizaine d'autres métropoles sont de type 8 l’altermondialisme, Toulouse, éd. Privat, p. 42). Trois ans
“AUF diversifiées à dominante « services »"[194] . Ce sont après sera fondé le mouvement socialiste et autonomiste
des aires urbaines de taille moyenne ou plus modestes ; à « Volem viure al païs ». Un article du Figaro Magazine
l'exception de Bordeaux qui est une AUF de grande taille de décembre 1978 note aussi son utilisation : « quittant
démographique mais qui n’a pas de fonction suffisam- la Resse, je me suis tourné. Un panneau écrit en occitan
ment remarquable lui permettant d’entrer dans un profil était cloué à l’entrée de la ferme : Volem viure à la Resse.
plus métropolitain. Elles sont peu spécialisées mais tout La terra e nostra. Sabes plan » (Alexander Alland, 1995,
Le Larzac et après : l’étude d’un mouvement social inno-
de même capables de créer un certain niveau de richesse.
vateur, Paris, Editions L’Harmattan, p. 112). En 2003 les
L’industrie y est encore bien présente tandis que les ser- habitants de Saint-Affrique se mobilisèrent pour sauver
vices collectifs sont surreprésentés dans leur économie, l’hôpital avec comme message : « Gardarem l’espital, per
les services « avancés » y sont secondaires. Cependant, viure al païs » (« Nous garderons l’hôpital, pour vivre au
elles ont des accessibilités potentielles ou réelles relati- pays »). En 2007, un documentaire sur la décroissance, est
vement faibles et sont relativement peu insérées dans les intitulé Volem rien foutre al païs.
réseaux économiques, scientifiques, culturels et politiques
européens. [10] Plusieurs variantes existent basées sur les idéaux de la so-
ciété des troubadours.

[11] Christian-Pierre Bedel : Peiralèu, 1999 : Se Canta, l'hymne


Difficultés sociales et économiques : chômage, pau- national occitan.
vreté, désertification rurale et exode
[12] Elisabeth Cestor : Les musiques particularistes : chanter
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou la langue d'oc en Provence à la fin du XXe siècle, 2005, p.
112 : Parmi les airs les plus connus, il y a Se Canta, l'hymne
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
des félibres.

[13] Francisco J. Oroz Arizcuren & Gerhard Rohlfs : Romania


cantat : Lieder in alten und neuen Chorsätzen mit sprachli-
chen, literarischen und musikwissenschaftlichen Interpre-
33.10 Notes et références tationen, 1980, p. 364 : [...] l'air et certains versets de cette
chanson qui connaît de très nombreuses variantes, sont en-
33.10.1 Notes core assez universellement connus. [...] La connaissance
de cette chanson est reconnue sans gêne, on la chante sou-
vent avec une certaine fierté. [...] L'intérêt particulier de la
33.10.2 Références chanson Aquelas Montanhas [...] provient avant tout du
fait qu'elle est à peu près la seule chanson occitane répan-
[1] “Remise du drapeau occitan à la mairie d’Agen”, sur le site due à travers plusieurs dialectes d'oc qui soit encore connue
du maire d’Agen Jean Dionis du Séjour d'un grand public.
[2] “Remise du drapeau occitan à la mairie d’Agen”, sur le site [14] INNO OCCITANO-Communication de la Province de
du maire d’Agen Jean Dionis du Séjour Turin

[3] occitans sur Larousse.fr. [15] Era Val d’Aran celèbre era sua hèsta(oc)

[4] Occitan sur le Dictionnaire de l’Académie française, neu- [16] “Définition de l’Occitanie”, site internet de la ville d’Agen.
vième édition en ligne. [17] Occitània avec un accent grave sur à selon la norme clas-
sique. La variante Occitania* — sans accent — est consi-
[5] INSEE
dérée comme incorrecte. Voir la grammaire normative
d'Alibert (p. viii) et les préconisations du Conseil de la
[6] ISTAT
langue occitane (p. 101).
[7] IDESCAT [18] Écriture selon la graphie mistralienne.
[8] IMSEE [19] L'Origine des systèmes familiaux : Tome 1 L'Eurasie,
Emmanuel Todd, éd. Gallimard, col. « NRF Essais »,
[9] À l'origine, c'était un slogan qui fut employé pour la pre- 2011 (ISBN 9782070758425), 768 pages
mière fois dans un tract le 6 novembre 1971, à l’occa-
sion d’une manifestation de paysans sur le Larzac mais [20] Le terme Occitanie n'est pas le seul à être utilisé pour dé-
il fût utilisé dès la manifestation du 9 mai 1971 « plu- signer cette région historique. Dans les bibliothèques uni-
sieurs centaines de militants occitans et d’extrême gauche versitaires, on va trouver des ouvrages scientifiques uti-
[...] se sont déplacés. Alors que bouillonne la révolte des lisant aussi les termes de sud de la France, de Midi ou
33.10. NOTES ET RÉFÉRENCES 121

de Gaule méridionale. Voici quelques exemples de livres bassin stéphanois, Firminy est frôlé au sud
appartenant à la bibliothèque de l'école polytechnique de par la ligne qui atteint les grandes Alpes en
Zürich révélés par le mot-clé “Südfrankreich" : coupant le Dauphiné en deux. Grenoble est
limitrophe de l'Occitanie, qui commence à
• la préhistoire Southern France : an Oxford archaeo- La Mure. Enfin, de La Mure à Besançon,
logical guide, Atlas préhistorique du Midi méditer- et de Saint-Étienne à Fribourg en Suisse,
ranéen, L’Aurignacien entre mer et océan : réflexion se trouve une zone intermédiaire entre Oc
sur l’unité des phases anciennes de l’Aurignacien et Oïl ; la zone du franco-provençal. Ainsi,
dans le sud de la France l'occitan est parlé dans dix provinces histo-
• les Étrusques Zeugnisse etruskischer Kultur im riques : Guyenne, Gascogne, comté de Foix,
Nordwesten Italiens und in Südfrankreich Béarn, Limousin, Auvergne, Languedoc,
Provence, Dauphiné (du sud) et pays niçois.
• la Gaule Aux origines de la paroisse rurale en Gaule
Il faut y ajouter le val d'Aran, dans les
méridionale, IVe-IXe siècles
Pyrénées espagnoles, et les vallées vaudoises
• les romains :The Roman remains of southern du Piémont, dans les Alpes italiennes. »
France
• Les enfants dans la société protohistorique : — Jean-Pierre Richardot (1929- ), Les Bacheliers de
l’exemple du sud de la France Montsêgur, « Le Monde de l'Education », Septembre 1976

[21] Michel Zimmermann (dir.), Les sociétés méridionales au- [31] « On peut penser qu'au XIIe siècle, [l'Occitanie] mor-
tour de l'an mil , répertoire des sources et documents dait encore sur la Saintonge et le Poitou. Un processus
commentés, Paris, CNRS éditions, 1992, 477 p. (ISBN de septentrionalisation a laissé lire l'occitan en transpa-
2222047153) rence des parlers de cette région » Robert Lafont,Clefs
pour l'Occitanie, Seghers, 1971 ; p. 13
[22] Collectif dirigé par André Armengaud et Robert Lafont
(dir.), Histoire d'Occitanie - par une équipe d'historiens, [32] (oc) L’occitan a l’onor a la television basca Jornalet 2 dé-
Paris, Hachette, 1979, 949 p. (ISBN 2010060393) cembre 2014

[23] Carte de l'Empire romain vers 400 EC [33] (eu) Okzitanierak bizi duen egoeraz EiTB 23 novembre
2014
[24] Julien Bellarbre, “La « nation » aquitaine dans l’histo-
riographie monastique du sud de la Loire (VIIIe-XIIe [34] (oc) Las enclavas lingüisticas, Domergue Sumien (oc),
siècles)", Revue de l’Institut Français d’Histoire en Alle- Jornalet, 29.8.2016
magne [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 31 décembre
2014, consulté le 19 octobre 2015. [35] Josep Carbonell i Gener “imagine un avenir commun (pa-
noccitanisme) culturel et, à plus long terme, politique”
[25] Carte du royaume wisigoth entre “entre les deux cultures, catalane et occitane”. Josep
Maria Batista i Roca “illustre la culture catalane et déve-
[26] Pierre Bec, La Langue occitane, Éd. Presses universitaires loppe inlassablement la conviction d'un avenir commun
de France, Paris, 1986, p. 3. occitano-catalan dans une Europe démocratique et fédé-
rale.” Trois Catalans au service de la cause occitane.
[27] “Occitanie”, site du Conseil départemental de Lot et Ga-
ronne [sans trait d'union] [36] Anne Charlon et Phryné Pigenet,Les exils catalans en
France, Presses Paris Sorbonne, Numéro 6 de Iberica : Es-
[28] “Définition de l’Occitanie”, site de la Ville d’Agen
sais, 2005, 388 pages, (ISBN 2840503867) - L'autonomie
[29] « Par Occitanie nous entendons l'ensemble des régions où de la Catalogne et le panoccitanisme, p.170 et s., “La
l'on parle un dialecte de la langue romane dite « langue construction d'une communauté de destin entre Catalogne
d'oc ». L'Occitanie sera donc définie sur la carte par et Occitanie, jusques et y compris dans le domaine poli-
des frontières linguistiques. » Robert Lafont,Clefs pour tique, objectif des panoccitanistes serait envisageable.”
l'Occitanie, Seghers, 1971 ; p. 11
[37] Desviacions en els conceptes de llengua i de pàtria
[30] « L'Occitanie est partout où l'on a, en Manifest, maig del 1934
France, « l'accent du Midi », à l'exception
[38] Los catalanes sí que son secesionistas de verdad, Levante-
du département des Pyrénées-Orientales, qui
El Mercantil Valenciano
est catalan, de la Corse et du Pays basque.
Les deux millions d'occitanophones et les [39] Occitanisme Antoni Senent i Micó, Paraula d’Oc (1ª èpo-
huit millions de « bilingues potentiels » sont ca), n°7, mai 2004.
répartis dans une trentaine de départements
situés au sud d'une ligne qui va de l'estuaire [40] « Ainsi les grands points de l'idéal de la civilisation oc-
de la Gironde aux Alpes. Elle passe au citane médiévale furent : le « paratge » ou sentiment
nord de Libourne, à l'est d'Angoulême, d'égalité, la tolérance religieuse et raciale, l'amour cour-
au nord de Confolens (Charente), à Bellac tois, l'art roman et l'apparition de la conscience de classe. »
(Haute-Vienne), au nord de Limoges, entre Joan-Pere Pujol, 'Théorie de l’aliénation et émancipation
Guéret et Aubusson (Creuse), entre Vichy ethnique Suivi de Pour en finir avec le Mammouth', Cercle
(Allier) et Riom (Puy-de-Dôme). Dans le Alfons Mias, 2014, (ISBN 1470961687)
122 CHAPITRE 33. OCCITANIE (RÉGION CULTURELLE)

[41] On peut citer notamment le démographe Hervé Le Bras et [52] Encyclopédie Universalis - Langue et littérature occitanes
l'historien Emmanuel Todd qui y ont souvent recours dans « Langue d'une ethnie qui n'a pu se constituer en na-
plusieurs de leurs ouvrages. tion, son histoire est la quête constante d'une prise de
conscience que les impératifs les plus divers ont constam-
[42] [(es) http://www.degruyter.com/dg/viewarticle/j\protect\ ment remise en cause. »
char"0024\relax002fzrph.1989.105.issue-3-4\protect\
char"0024\relax002fzrph.1989.105.3-4.276\protect\ [53] Jean Jaurès dans : Jean Jaurès cahiers trimestriels, Is-
char"0024\relax002fzrph.1989.105.3-4.276.xml La sues 151-154, Société d'études jaurésiennes, édit. Société
scripta administrativa en la Navarra medieval en lengua d'études jaurésiennes, 2000
occitana : comentario lingüístico] Ricardo Cierbide
[54] Simone Weil et la patrie occitane. Juifs et source juive
Martinena, in Zeitschrift für romanische Philologie
en Occitanie, Blanc Jòrdi, Vent Terral, Enèrgas, 1988, p.
(ZrP). Volume 105, Issue 3-4, Pages 276–312, ISSN
123-137
(Online) 1865-9063, ISSN (Print) 0049-8661, DOI :
10.1515/zrph.1989.105.3-4.276, November 2009 [55] Mistral et le peuple occitan, Sylvain Toulze, Société
d'Éditions Occitanes, 1931
[43] (en) An occitan scripta in the kingdom of Navarre in the
Middle Ages (XIII-XVI siècles) (formation and functio- [56] Le peuple occitan veut prendre la rue pour ses droits - La
ning) Louis Grange, 2012 Dépêche du Midi

[44] (es) Scripta medieval occitana en Euskal Herria (texte [57] Peuple occitan - Festival de cinéma de Douarnenez
complet) Ricardo Cierbide Martinena Fontes linguae vas-
conum : Studia et documenta, ISSN 0046-435X, Año nº [58] Manifeste PNO, version française
25, Nº 62, 1993, págs. 43-60
[59] Eurominority.eu, association pour la Promotion des
Peuples Minorisés Européens - Occitanie
[45] “Le pouvoir royal et la lingua de hoc, alias Occitania” :
“C'est l'irruption du pouvoir capétien loin au sud de son [60] « Lou Felibrige es establi pèr garda
domaine originel qui entraîne la fabrication du nom des longo-mai à la nacioun óucitano sa lengo,
contrées qu'il intègre désormais à ce domaine. On ne peut sis us, soun gàubi e tout ço que coustituïs
plus les appeler « comté de Toulouse », ou « vicomté soun eime naciounau. (Le Félibrige est établi
d’Albi, Béziers, Carcassonne », puisqu'il n'y a plus de vi- pour conserver la langue, les traditions, les
comtes depuis feu Montfort, ni de comtes après la mort caractères et tout ce qui constitue l'esprit
d'Alphonse en 1271. Il faut pourtant bien leur trouver une national de la Nation Occitane). »
désignation claire, ce qui est fait dès la fin du XIIIe siècle.
Ce sera donc la partie du domaine royal où l'on parle une
langue qui n'est pas celle de l'autre partie, là-bas au nord : — Coll., Estatut dóu Felibritge (Statuts du Félibrige adop-
la Langue d'oc, en latin Occitania. Ce qui peut englober, tés en 1911)
au hasard des conquêtes, d'autres zones où justement se . Cartabeu de Santo-Estello, n°14, Avignon : 1924-1925.
parle la même langue...”
[61] « Toutes les caractéristiques d'une
[46] Robert Lafont (1971, 1977, 1987), Clefs pour l'Occitanie, nation, autres que la langue, se retrouvent
Paris : Seghers, 1987 : (ISBN 2-232-11190-3). en Occitanie et l'on peut constater ici aussi
à quel point la langue est l'indice synthé-
[47] Histoire d'Occitanie sous la direction d'André Armengaud tique de la nation. L'originalité occitane
et Robert Lafont. Paris : Hachette, 1979 (ISBN 2-01- est bien marquée par rapport aux ethnies
006039-3) voisines, et cela à tous les points de vue :
racial (composé racial où le sang O est
[48] Robèrt Lafont (2003). Petita istòria europèa d'Occitània, plus fréquent qu'en France, qu'en Italie ou
Canet : El Trabucaire (ISBN 2-912966-73-6) qu'en Catalogne, moins prédominant qu'en
Euzkadi), origine du peuplement (Ligures,
[49] Début des recherches sur les frontières linguistiques avec Ibères et Gaulois, fort contingent latin, faible
notamment Charles de Tourtoulon et Octavien Bringuier, apport Wisigoth) ; ethnopsychologique ;
Étude sur la limite géographique de la langue d’oc et de la politique (soulèvements aquitains sous les
langue d’oïl (avec une carte), 1876, Paris : Imprimerie na- Carolingiens, État national des comtes de
tionale [rééd. 2004, Masseret-Meuzac : Institut d’Estudis Toulouse, union de tous « les gens de notre
Occitans de Lemosin/Lo Chamin de Sent Jaume]. langue » contre l'invasion française, puis
constants soulèvements paysans dans toutes
[50] Ouvrages de Pierre Bec et Jules Ronjat en bibliographie les provinces, États indépendants lors des
dans l'article occitan et de Gaston Tuaillon dans l'article guerres de religion : Marseille, Montauban
francoprovençal. et surtout Béarn, guerre des Camisards,
autonomisme des Girondins, enfin depuis
[51] Yvon Bourdet. Maria Clara Viguier Occitans sens o saber le XIXe siècle, vote oppositionnel constant
(Occitans sans le savoir), Langage et société, 1980, vol. donnant des majorités dites “de gauche”
11, no 1, p. 90-93. Maria Clara Viguier Occitans sens o ou assurant le succès de ce qui est apparu
saber (Occitans sans le savoir) momentanément comme le plus protestataire
33.10. NOTES ET RÉFÉRENCES 123

(poujadisme, Mitterrand) ; culturel (de la nouveaux venus sont majoritairement le français et ensuite
civilisation des troubadours, appelée par les langues de l'immigration (arabe, berbère, etc.). » in
Engels une pré-Renaissance jusqu'à Mistral L'étude Euromosaic-L'occitan en France.
et à notre littérature contemporaine) ; enfin
(et certains diront surtout) démographique, [70] « Environ 20 % de la population née dans le territoire l'a
économique et social : faible natalité, quitté pour aller travailler ailleurs, surtout entre 1963 et
dépeuplement et immigration étrangère, 1975. Les causes les plus importantes sont : le manque de
sous-développement et régression relative possibilités d'embauche, la crise industrielle et la mécani-
face aux ethnies voisines (Italie, Catalogne, sation des travaux du secteur agricole. » European Com-
Euzkadi et surtout France), autrefois évasion mission européenne>Langues>Euromosaic - L'occitan en
de capitaux et maintenant non-utilisation France
ou pillage de nos ressources par la France,
[71] Philippe Martel admet : “disons le nous ne savons pas
prédominance numérique de la classe des
combien il y a d’occitanophones dans ce pays” Martel Phi-
petits-propriétaires. »
lippe, « Qui parle occitan ? », Langues et cité, 10, Paris,
DGLFLF, 12/2007.
— François Fontan, La nation occitane, ses frontières, ses
régions [72] Robert Sabatier, Histoire de la poésie française du
XIXè -, Volume 2, Albin Michel, 1977, 656 p. (ISBN
. François Fontan (extraits de : La nation occitane, ses
2226222782), p. 472
frontières, ses régions, 1969).

[62] Voir le Parti de la nation occitane. [73] “Il meit le feu à Narbonne, Aigueſmortess, Nymes &
Beſiers, colonie & uille neuſue de grand nom, habitee iadis
[63] Texte de loi pour la reconnaissance de la réalité nationale par les ſoldatz de la ſeptieme legion de Rome, dont celle
occitane du Val d'Aran en Catalogne, Espagne : Le Val cõntree peult ſembler auoir prins ſon nom, eſtant alors
d'Aran veut plus d'autonomie nommee Septimanie, & de preſent Ocitane & Languedo,
au lieu qu'on la nõmoit Gotthicane, ſelon que nous auons
[64] Occitans sens o saber ? ; Maria Clara Viguièr ; Vent Terral, dict deuant.”. Deux liures de Paul Aemyle de l'histoire de
1979, Documents, broché 190 p – Essai sociologique – France, nouuellement traduicts de latin en françois, par Si-
mon de Monthiers, A Paris, De l'imprimerie de Michel de
[65] Il existe aussi une variante d'occitan monégasque autoch- Vaſcoſan, demourant en la Rue S.Iaques, à l'enſeigne de la
tone (quartier du Port à la Condamine et de Saint Roman) - Fontaine. M. D. LVI. (1556.) p.92 Lire en ligne
dite patois - qui est appelée moneguier. (René ANFOSSO,
locuteur de moneguier p. 51 in REVEST Laurenç Nissa [74] Voir aussi, plus tard, “Arade, genti-homme de ceste
e Occitània per Garibaldi. Anthologie garibaldienne d'Oc, Prouince Occitanie…", in Les récits historiques ou histoires
Serre éd., Nice, 212 p.). divertissantes, entremeslées de plusieurs agreables ren-
contres & belles reparties. Par Iean-Pierre Camus, Evesque
[66] « 15 % de la population de Monaco parle le niçard/ nis- de Belley. À Paris, chez Gervais Clousier, au Palais, sur les
sart (niçois) variété de provençal, qui influence fortement degrez de la Saincte Chapelle. MDCXLIV en linha.
le français du territoire monégasque. En fait, les personnes
parlant niçard sont principalement les personnes âgées de [75] Jean Pierre Camus, Les récits historiques ou histoires di-
plus de 50 ans, mais le provençal accroît son statut de vertissantes entremeslées de plusieurs agréables rencontres
langue littéraire (traduit de : « A further 15 % of the & belles réparties, Edicions Talvera, 2010, (ISBN 979-1-
population of Monaco speaks the Niçard (Niçois) variety 09-069605-1).
of Provençal, which greatly influences the French of the
Monegasque region. In fact, the Niçard speaking com- [76] “Egli tutto pien d'ira Carlo attacò il fuoco, e spianò Nar-
munity comprises mainly individuals of over 50 years of bona, Agate, Nemauso, e Biterra nobile Colonia de' Settu-
age, but Provençal is increasingly gaining status as a liter- mani, onde pare che hauesse tutta quella contrada il nome,
ary language ») « Monaco : Language Situation », in En- che alhora si chiamava Settimania, & hora (come s’è gia
cyclopedia of Language & Linguistics (Second Edition), detto) in uece di Gotticana, è chiamata Ocitania.” His-
2006, p. 230 . toria delle cose di Francia, raccolte fedelmente da Paolo
Emilio da Verona, e recata hora a punto dalla Latina in
[67] Sur la base du recensement français de 1999, la population questa nostra lingua Volgare, Venezia : Michele Tramez-
a été estimée à 14 millions d'habitants, voir : ALCOUFFE zino ; 1549. en ligne (images 144-145) et également.
Alan (2001) Cultura occitana e devolopament economic,
361-382 [13 de desembre de 2000], Treballs de la Societat [77] Frantzösischer und anderer Nationen mit einlauffender
catalana de geografia, vol. XVI, 2001, núm. 52 Societat Historien warhaffte Beschreibung : biß auff Henricum den
catalana de geografia 1 et Societat catalana de geografia 2. Anderen ... in Neunthehen Bücher verfasset ... Sampt aller
Königen Bildtnussen, Volum 2 p. 740
[68] Plus de détails dans l’article (oc) w :oc:Geografia_d'
Occitània#Populacion_detalhada. [78] Gilles Ménage, Dictionnaire étymologique de la langue
française, 1750.
[69] « Environ 20 % de la population actuelle est née en dehors
du territoire (de 30 à 35 % en Provence, moins de 20 % [79] “Cette province fut longtemps connue sous le nom de
à l'ouest du territoire). Cette immigration s’est produite "Gaule narbonnaise", puis de Septimanie. Quand on divisa
surtout entre 1975 et 1993. Les langues parlées par les de nouveau l'Empire romain, on donna le nom d'Occitanie
124 CHAPITRE 33. OCCITANIE (RÉGION CULTURELLE)

aux régions situées vers l'Ouest (de la Provence), et de [103] “OCCITANIA (Géog. anc.) c'est le nom que quelques au-
Novempopulanie à la province de Bordeaux.”. teurs du Moyen Âge ont donné à la province du Langue-
doc ; mais ce nom était commun à tous les peuples qui
[80] Robert Lafont, L'âge classique, tome I de l'Histoire et an- disaient oc pour oui, c'est-à-dire, aux habitants de la Gas-
thologie de la littérature occitane, Montpellier, Les Presses cogne, de la Provence, du Dauphiné, ainsi que du Langue-
du Languedoc, 1997. doc, dont le nom moderne a été formé.”.

[81] Voir L'Invention de l'Europe d'Emmanuel Todd. [104] Explication en ligne.

[82] voir sur ce sujet les chapitres 2, 3 et 5 du présent ouvrage. [105] Article Óucitanìo (en norme mistralienne, pour Occitània
Jean-François Gerkens, Ibid, pages 74-75. en norme classique) dans : Frédéric Mistral (1879-1886)
Lou Tresor dóu Felibrige, Dictionnaire provençal-français,
[83] Droit privé comparé Par Jean-François Gerkens. Aix-en-Provence : Remondet-Aubin [rééd. 1979, Aix-en-
Provence : Edisud, 2 vol.] [consultable en ligne à http://
[84] Goubert et Roche. gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7486f]. Voir aussi les sta-
tuts du Félibrige adoptés en 1911, à l'article 11 : Tóuti li
[85] Démographie : en trente ans, comme vous avez changé ! Felibre majourau o manteneire soun coumparti dins de sei-
cioun terrenalo dicho mantenènço e courrespoundènto, tant
[86] Le niveau d'éducation en Europe en 2010
que se pòu, is anciano prouvinço de l'Óucitanìo o i grand
dialèite de La Lengo d'O. « Tous les félibres majoraux ou
[87] INSEE-Part des familles nombreuses
mainteneurs sont répartis dans des sections territoriales
[88] « Le Midi rouge » est - il bien une réalité ? Entretien avec dites maintenances et correspondant, autant que possible,
Jean-Jacques Becker et Gilles Candar, parution dans la re- aux anciennes provinces de l'Occitanie ou aux grands dia-
vue Arkheia no 17-18. lectes de la langue d'oc ».

[89] Emmanuel Todd (1951- ), Qui est Charlie ? Sociologie [106] Pierre Pasquini, Le pays des parlers perdus, préface de Ro-
d'une crise religieuse, Baume-Les-Dames, Éditions du bert Lafont, Montpellier, Presses du Languedoc, 1994, voir
Seuil, 2015, (ISBN 978-2-02-127909-2), p. 176, carte p. la page 160 pour plus de précisions.
177 [107] Nicolas Quint, Le Languedocien ou Occitan central de
poche, Assimil, 2007, citation de la page 86.
[90] André Armengaud et Robert Lafont (dir.), Histoire
d'Occitanie, Paris, Hachette, 1979, 949 pages. [108] Frédéric Mistral, artice Oucitanìo, Le Trésor du félibrige,
1878.
[91] Revista tolsana Infòc, no 265, Genièr 2008.
[109] Robèrt Lafont (1986) La nominacion indirècta dels païses,
[92] Pierre Bec, op. cit., p. 20. Revue des langues romanes no 2, tome XC, p. 161-171.

[93] Pierre Bec, op. cit., p. 21. [110] André Dupuy, Marcel Carrières et André Nouvel, Histoire
de l'Occitanie, Éd. Connaissance de l'Occitanie, Montpel-
[94] Pierre Bec, La langue occitane, Paris, PUF, 1979. lier, 1976 p. 58.

[95] Trobadors, Martial Peyrouny, CRDP d'Aquitaine, 2009, [111] « Arade, genti-homme de ceste Prouince Occitanie » in
p. 14. (ISBN 9 782866 175399) Jean-Pierre Camus, Les Récits historiques ou histoires di-
vertissantes, entremeslées de plusieurs agreables rencontres
[96] Pierre Bec, op. cit., p. 64. & belles reparties, 1644.
[97] Louis-Étienne Arcère, Histoire de la Ville de la Rochelle [112] « Raimond I comte de Tholose ou de l'Occitanie » in Jean
et du Pays d'Aulnis, 1756, p. 40 en ligne. Besly, Histoire des comtes de Poitou et des ducs de Guyenne
depuis 811 à Louis le Jeune, 1647.
[98] Pierre Bec, op. cit., p. 65.
[113] Ordonnances des roys de France de la troisième race….
[99] http://www.lexilogos.com/provencal/felibrige.php?q= Troisième volume, Contenant les ordonnances du roy Jean
roumanio depuis le commencement de l'année 1355 jusqu'à sa mort
arrivée le 8 avril 1364 / par M. Secousse, Imprimerie
[100] Les provinces-Unies du Midi, notice publiée sur le Musée Royale, Paris, 1732, en ligne sur Gallica.
virtuel du protestantisme
[114] Simon Calamel et Dominique Javel, La Langue d'oc pour
[101] Dom Vaissette. étendard, p. 203 : IEO… organisme concurrent mais pas
forcément ennemi… créé en 1945.
[102] Alain Viaut cite le dictionnaire languedocien de l'Abbé de
Sauvages (1785) : D'où il résulte que non seulement le pro- [115] Loi n° 94-665 du 4 août 1994 relative à l'emploi de la
vençal, mais tous les idiomes gascons des provinces méri- langue française « Toute inscription ou annonce apposée
dionales sont du ressort de notre dictionnaire. Alain Viaut, ou faite sur la voie publique, dans un lieu ouvert au public
“Pratiques et représentations de l'occitan en Aquitaine”, in ou dans un moyen de transport en commun et destinée à
Variable territoriale et promotion des langues minoritaires, l'information du public doit être formulée en langue fran-
MSHA, 2007, p. 146 en ligne. çaise. »
33.10. NOTES ET RÉFÉRENCES 125

[116] Qu’est ce que la région Occitanie ? [132] Voir par exemple la carte dans Occitània i l'occità, ouvrage
de vulgarisation sur l'Occitanie et l'occitan publié par le
[117] Sondage pour le nouveau nom de la grande région regrou- gouvernement autonome de Catalogne (en catalan).
pant “Midi-Pyrénées” et “Languedoc-Roussillon”
[133] Guiche, Came, Urt, Bidache, Bassussarry, Montory, Mou-
[118] Jean-Pierre Juge (2001) Petit précis - Chronologie occi- guerre… sont-ils vraiment gascons ?.
tane - Histoire & civilisation, p. 14
[134] Sharnègos.
[119] Jean-Pierre JUGE (2001) Petit précis - Chronologie occi-
tane - Histoire & civilisation, p. 19
[135] Date où des intellectuels catalans ont proclamé solennel-
[120] BONASSIÉ Pierre (1979) L'Occitanie, un État manqué ?, lement que le catalan contemporain était une langue dis-
L’Histoire 14 : 31-40. tincte de l’occitan dans le manifeste Desviacions en els
conceptes de llengua i de pàtria Manifest, maig del 1934
[121] Joseph Anglade, Grammaire de l'ancien provençal ou an-
cienne langue d'oc, 1921, Part I, Chap. 1, p. 9 : Le mot [136] « De fait, la communauté de la Brigue trouve ses plus loin-
Langue d'Oc a d'abord désigné le pays où se parlait cette taines origines dans les émigrations du XIIe siècle après
langue ; c'était une expression géographique. Le pays de la conquête du Languedoc et de la Provence par les “ba-
langue d'oc s’appelait en latin Occitania (formé sans doute rons du Nord”, conquête suivie de persécutions religieuses
sur Aquitania)' (note 10). Ainsi, sa langue est un parler provençal avec un
ancien substratum ligurien dans lequel se mélangèrent des
[122] Frédéric Mistral, Lo Tresor dóu Felibrige (1878-1886), mots venant du français.
vol. II, p. 1171 : “Les textes abondent qui montrent (Note 10) On trouve des traces de la civilisation proven-
l'origine française ou ecclésiastique des expressions lingua çale dans quelques vallées alpines du Piémont […] En
occitana et Occitania. Le pape Innocent IV (1242-1254), Ligurie on peut reconnaître des traces plus minimes en
un des premiers parle de Occitania dans ses lettres ; les Basse-Roya (Olivetta San Michele, Airole, Libri) et dans
commissaires de Philippe le Bel qui rédigèrent l'arrêt sanè les communes de Rochetta Nervina, Pigna et Triora. »
des coutumes de Toulouse se déclarent Ad partes linguae Guido Lucarno, « Le traité de paix de 1947 entre l'Italie et
occitanae pro reformatione patriae designati et stipulent la France. Conséquences sur la frontière et sur le dévelop-
que leur règlement est valable in tota lingua occitaniae. pement de la vallée de la Roya », p. 121 in André-Louis
Sanguin, Mare Nostrum : dynamiques et mutations géopo-
[123] Robèrt LAFONT (1986) “La nominacion indirècta dels litiques de la Méditerranée, Paris : L'Harmattan, 2000.
païses”, Revue des langues romanes no 2, tome XC, p. 161-
171 [137] Werner Forner, « La fumée et le feu. À propos des tenta-
tives de délimitation de l’aire occitane sud-orientale. Pre-
[124] LAFONT Robèrt (2003) Petita istòria europèa d’Occità-
mière partie : De 1850 à 1950 », in P. Fabre (éd.), Mé-
nia, coll. Istòria, Canet : Trabucaire.
langes dédiés à la mémoire du Prof. Paul Roux, La Farlède
[125] Frédéric Mistral, Lou Tresor dóu Felibrige ou Dictionnaire (Association varoise pour l’enseignement du provençal),
provençal-français embrassant les divers dialectes de la 1995, p. 155-180.
langue d'oc moderne (1878–1886), vol. I, p. 1182.
[138] Werner Forner, « À propos du ligurien intémélien. La
[126] Joseph Anglade, Grammaire de l'ancien provençal ou an- côte, l’arrière-pays », in Travaux du Cercle Linguistique de
cienne langue d'oc, 1921 : La Langue d'Oc est parlée ac- Nice, 7-8 (1985-1986), p. 29-61 ; Werner Forner, « Areal-
tuellement par douze ou quatorze millions de Français linguistik I : Ligurien », in Lexikon der Romanistischen
Linguistik (LRL), IV, Tübingen 1988, p. 453-469 ; Wer-
[127] Act no. 16 of 1990 (Regim especiau dera Val d'Aran / ner Forner, « Géographie linguistique et reconstruction,
Special Regime of Aran Valley) and Act no. 1 of 1998 à l’exemple du ligurien intémélien », in Actes du I Col-
(Lei de politica linguistica / Language Policy Act), both in loque international sur l’ancien provençal, l’ancien fran-
the autonomous region of Catalonia ; Legalitat : oficialitat. çais et l’ancien ligurien, Nice septembre 1986 (« Bulletin
du Centre de Romanistique et de Latinité Tardive »), Nice
[128] Act no. 482 of 1999 in Italy (Norme in materia di tutela
1989, p. 125-140 ; Werner Forner, « Fra Costa Azurra e
delle minoranze linguistiche storiche / Norms Concerning
Riviera : tre lingue in contatto », in V. Orioles, Fiorenzo
the Protection of Historical Language Minorities) Norme
Toso (éd.), Circolazioni linguistiche e culturali nello spazio
in materia di tutela delle minoranze linguistiche storiche.
mediterraneo. Miscellanea di studi, Recco 2008, p. 65-90.
[129] Pierre Bec, op. cit., p. 12-13.
[139] Jean-Philippe Dalbera, Les parlers des Alpes-Maritimes.
[130] Notamment Charles de Tourtoulon, & Octavien Brin- Étude comparative. Essai de reconstruction. Londres 1994,
guier, Étude sur la limite géographique de la langue d’oc publication de l’Association internationale d’études occi-
et de la langue d’oïl (avec une carte), 1876, Paris : Im- tanes.
primerie Nationale [rééd. 2004, Masseret-Meuzac : Ins-
titut d’Estudis Occitans de Lemosin/Lo Chamin de Sent [140] Giulia Petracco Sicardi, E. Azaretti, « Studi linguistici
Jaume]. sull’anfizona Liguria-Provenza », in Dizionario Etimologi-
co Storico Ligure, Alessandria 1989, a p. 11-62, di Giulia
[131] Ouvrages de Bec, Ronjat, Tuaillon en bibliographie dans Petracco Sicardi, “Contributo alla definizione dell’anfizo-
l'article occitan. na Liguria-Provenza.
126 CHAPITRE 33. OCCITANIE (RÉGION CULTURELLE)

[141] « Le Brigasque présente une composante occitane qui dé- [165] Louis Antoine de Ruffi, Histoire de la VIlle de Marseille,
ment la conviction de quelques personnes selon laquelle Henri Martel éd., Marseille, 1696 PP55 à 57.
ce parler ferait partie des dialectes ligures. Le sentiment
d’appartenir à la culture occitane est suffisamment partagé [166] Maryse ROUY : une langue restée vivante après huit siècles
par les habitants » sur le site d'A Vaštéra. de colonisation française.

[142] Comptam pas las comunas de lenga padana [167] Il existe un peuple occitan.

[143] Comptam pas las 8 comunas de la Petita gavacheria [168] Fernand Braudel (1902-1985),Identité de la France, Paris,
éd. Arthaud, 1986, T. 1 Espace et Histoire, p. 73
[144] Amb lo Baish Ador
[169] Xavier de Planhol et Paul Claval, Géographie histo-
[145] http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/ rique de la France, Paris, Fayard, 1988, 635 p. (ISBN
recensement/populations-legales/ 2213021546), pp. 149 sqq
[146] http://www.demo.istat.it/bilmens2008gen/index03.html [170] Christain Coulon, Le contr'un occitan, 1980, dans “Occi-
[147] http://www.idescat.cat/territ/BasicTerr?TC=3&V0=2& tanie entre deux mers et trois montagnes[...]"
V1=39
[171] On peut citer notamment le démographe Hervé Le Bras
[148] (oc) Ferriòl Macip, « Val d’Aran : la fin del et l'historien Emmanuel Todd qui ont aussi l'approche de
er
bipartidisme ? », La Setmana / Jornalet, 1 mai l'Occitanie comme un espace différencié dans plusieurs de
2015 (lire en ligne) leurs ouvrages.

[149] Résultats des élections régionales 2010 en Aquitaine et [172] Philippe Martel, “Histoires d'Occitanie”
Section départementale : PYRENEES ATLANTIQUES
(64). [173] Pierre Bonnassié, « L'Occitanie un État manqué ? »,
L'Histoire, no 14, 1979, p. 31 (lire en ligne)
[150] L’Occitanie présente au Conseil régional.
[174] Hélène Débax, « L'échec de l'Etat occitan. Sur les diver-
[151] « Les élu-e-s, fonctions et bios > Hervé GUERRERA » gences de l'évolution entre Occitanie et Catalogne (IXe-
(consulté le 22 avril 2015) XIIIe siècles) », HAL-SHS (Sciences de l’Homme et de la
Société), 2003 (lire en ligne)
[152] « Résultats du second tour », 2014 (consulté le 1er mai
2015) [175] Pierre Bonnassié, Les sociétés de l'an mil : Un monde entre
deux âges, De Boeck Supérieur, 2001, 517 pages, (ISBN
[153] (oc+fr) « Lista dels elegits municipals », 2014 (consulté le
er 2804134792), passage = L'Occitanie un État manqué ? p
1 mai 2015)
143
[154] « Les députés Le Groupe des Verts/Alliance Libre Euro-
[176] Henri Marrou, « Il n'y a jamais eu d’Occitanie », Esprit,
péenne » (consulté le 22 avril 2015)
janvier 1975
[155] Chemins d'occitanie-Camins d'occitania : Politique Oc-
[177] Patrick Sauzet, Institut occitan : bulletin mensuel
citane 1974-2000,Gérard Tautil, Éditions L'Harmattan,
d'information de l'Institut occitan, Pau, octobre 1998.
1998, p. 20.
(numéro à préciser)
[156] Chemins d'occitanie-Camins d'occitania : Politique Oc-
citane 1974-2000, Gérard Tautil, Éditions L'Harmattan, [178] Renée Mussot-Goulard, Les Occitans : un mythe ?, Paris :
1998, p. 17. A. Michel, 1978, 250 pages, Série “L'Aventure humaine”,
(ISBN 2226006982), (ISBN 978-2226006981)
[157] Pierre Bec, op. cit., p. 38.
[179] Un autre point de vue, défendu d'une certaine manière par
[158] Pierre Bec, op. cit., p. 22. ce site, dépasse la notion d'espace culturel uni et parle
de nation..
[159] Pierre Bec, op. cit., p. 4.
[180] Par exemple, Henri-Irénée Marrou, historien et musico-
[160] Pierre Bec, op. cit., p. 34.
logue né à Marseille, écrivit dans la revue Esprit lors de la
[161] (oc+it) « Occitània a Pè - Apèl de la Chambra sortie de l'Histoire d'Occitanie dirigée par Robert Lafont :
d’Òc - LENGA D'ÒC PATRIMÒNI MONDIAL DE Il n'y a jamais eu d'Occitanie !. Marrou se revendiquait
L'UMANITAT » français et voyait dans la notion d'Occitanie une atteinte à
l'unité nationale.
[162] France 3 Aquitaine, « Oc télé », 21 décembre 2013
(consulté le 1er février 2015) [181] Philippe Blanchet, directeur de la revue France Latine.

[163] Gui Martin et Bernard Moulin, Grammaire provençale [182] Treize millions d'Occitans, Pierre Maclouf, Occitanie
et cartes linguistiques, Aix-en-Provence, Comitat Sestian entre deux mers et trois montagnes, peuple vivant, terre
d'Estudis Occitans, C.R.E.O.Provença, p. 5. d'archaïsmes..., p. 8

[164] L'astrada est utilisée seule sur la carte de membre du [183] François Dubet (1946- ),Après le populisme dans Occitanie
Félibrige, la croix est utilisée seule sur le sigle de l'IEO. deux mers [...]
33.11. ORIENTATIONS BIBLIOGRAPHIQUES 127

[184] André Dupuy, Petite encyclopédie occitane, Montpellier, • Jean LAFITTE et Guilhem PEPIN, “Langue d'oc,
Saber, 1972 princesse d'ambiguïté. Mistral, la langue d'oc et ses
dialectes”, in La France latine, no 145-2007, “En-
[185] Henri Jeanjean, “De l'Utopie au Pragmatisme ? Le mou-
jeux de recherches interdisciplinaires sur le domaine
vement occitan 1976 −1990”, Llibres del Trabucaire,
d'oc”, pages 49-130 (ISSN 0222-0326).
Perpignan, 1992, pp.35-40.

[186] Rémi Pach et Joan Biret-Chaussat|"A boire et à man- • Collectif, Langues d'oc, langues de France. Aspects
ger...des mots et des images” dans “Occitanie entre deux politiques et juridiques, linguistiques et sociolin-
mers et trois montagnes[...]", 1980 guistiques, Princi Negue Editour, 2006, 118 pages
(ISBN 2-84618-320-1).
[187] Alain Alcouffe, Une industrie dominée, dans “Occitanie
entre deux mers et trois montagnes[...]", 1980 • Hervé TERRAL, La langue d'oc devant l'école,
1789-1951 : entre lutte et répression, la place accor-
[188] Jean-Claude Lugan, La société occitane : archaïsmes et
dépendances, dans “Occitanie entre deux mers et trois
dée à l'occitan dans l'enseignement / textes choisis,
montagnes[...]", 1980 Puylaurens, Institut d'études occitanes, 2005, 347
pages (ISBN 2-85910-383-X).
[189] Alain Alcouffe, Une industrie dominée, dans “Occitanie
entre deux mers et trois montagnes[...]", 1980 • Pierre LAVELLE, L'Occitanie, histoire politique
et culturelle, Puylaurens, Institut d'études occitanes,
[190] Enquête “Implantation industrielle et emploi régional en 2004, 587 pages (ISBN 2-85910-350-3).
France” de l'INSEE, coll. E ; n° 40, juillet 1976.
• Michel BANNIARD (dir.), Langages et peuples
[191] Carte du revenu par habitant en 2006 en fonction de
l'accessibilité potentielle(en) d'Europe : cristallisation des identités romanes et
germaniques, VIIe-XIe siècle : colloque internatio-
[192] Performance des régions les moins accessibles, 2006(en) nal / organisé par le Centre européen d'art et ci-
vilisation médiévale de Conques et l'université de
[193] Carte accessibilité-revenu par habitant-migration, Toulouse-Le Mirail, juillet 1997, Toulouse : CNRS,
2006(en) université de Toulouse-Le Mirail, 2002, 269 pages
[194] Ludovic Halbert, Patricia Cicille,Denise Pumain, Cé- (ISBN 2-912025-09-5).
line Rozenblat, “Quelles métropoles en Europe ? Analyse
comparée Synthèse”, DATAR, 2011, en ligne • Philippe BLANCHET et Paul PONS (dir.), Les
langues et cultures régionales ou minoritaires de
[195] Yves Rouquette, “Governem-nos !", dans “Occitanie l'Arc alpin : actes du colloque international, Gap, les
Entre deux mers et trois montagnes[...]", p.248. 12 et 13 juillet 2002, Gréoux-les-Bains, Les Isles,
Unioun prouvençalo, 2003, 95 pages (ISBN 2-7449-
0493-7).
33.11 Orientations bibliogra-
• Laurent ABRATE, Occitanie 1900-1968, des idées
phiques et des hommes : l'émergence et l'histoire de la reven-
dication occitane, Puylaurens, Institut d'études occi-
La bibliographie sur l'Occitanie a un caractère très dis- tanes, 2001, 622 pages (ISBN 2-85910-280-9).
parate. Elle comporte plusieurs aspects remarquables :
D'abord, les nombreuses publications sur le sujet (qui ne • Pierre PASQUINI, Le pays des parlers perdus,
peuvent d'ailleurs pas toutes trouver leur place ici) sont Montpellier, Presses du Languedoc, 1994, 190
souvent des textes engagés en faveur ou en opposition à pages, préface de Robert Lafont.
l'idée d'Occitanie. De plus, le champ d'étude étant à che-
• Gilles REBULL, Nationalité et régionalisme en
val sur plusieurs pays, la bibliographie a un caractère for-
Provence de 1859 à 1893 : une interprétation de
tement transnational et plurilingue. Enfin, le classement
l'évolution felibréenne au regard de l'expérience ca-
proposé ici suit l'ordre chronologique décroissant des an-
talane, Lou Félibrige - La revisto, no 222, premier
nées de publication.
trimestre 1997.
: document utilisé comme source pour la rédaction
de cet article. • Henriette WALTER, L'aventure des langues en Oc-
cident, 1994 (ISBN 2-221-05918-2).

33.11.1 Bibliographie en français • René MERLE, Une mort qui n'en finit pas ?
L'écriture de l'idiome natal de la fin de l'Ancien
• Henriette WALTER, Aventures et mésaventures des régime à la naissance du Félibrige, Nîmes, MAR-
langues en France, Nantes, Éditions du temps, 2008, POC ; Montpellier, CNRS-Montpellier III, 1990,
288 pages. 215 pages (ISBN 2-907690-02-7).
128 CHAPITRE 33. OCCITANIE (RÉGION CULTURELLE)

• Eliza Miruna GHIL, L'Âge de parage : essai sur le 33.11.2 Bibliographie en occitan
poétique et le politique en Occitanie au XIIIe siècle,
New York-Bern-Paris, P. Lang, 1989, 407 pages, • Joan FOURIÉ, La premsa d'oc pendent la darrièra
Collection “University studies in medieval and Re- guerra : l'exemple de Terra d'Oc, Lo Gai Saber.
naissance literature”, trad. de l'américain (ISBN 0-
8204-1072-1). • Pierrette BERENGIER, Li discours di Capoulié
à la Santo-Estello : 1941-1982, Bras (les Terres
• Yves ROUQUETTE, Occitanie, Centre internatio-
blanches, 93149), Parlaren, 1994, 291 pages (ISBN
nal de documentation occitane, 1984, 260 pages
2-284-00024-X).
(ISBN 2901191207).

• Isabelle LABORIE, La vie occitane dans l’Hérault


au - travers de la production picturale de 1900 à
33.11.3 Bibliographie en catalan et cas-
1950. Mémoire de Maîtrise. Université Paul Valé- tillan
ry. Montpellier III, 1993.
• Felip GARDY, Occitània : un enjòc, IV Jornades
• Daniel BORZEIX, René PAUTAL et Jacques SER- del CIEMEN del 16 al 23 d'agost del 1979 « Fet
BAT, Révoltes populaires en Occitanie : Moyen Âge nacional : llengua, territori i migracions, publicada a
et Ancien Régime, Le Loubanel, les Monédières, Nationalia V.
1983, 394 pages (ISBN 2-903438-29-3).
• Alain ROCH, Occitània : ensenhament e mass-
• Alain ALCOUFFE, Pierre LAGARDE, Robert media, V Jornades del CIEMEN del 24 al 28 d'agost
LAFONT avec la collaboration de Jean-Claude Lu- del 1980 Ensenyament de la llengua i mitjans de co-
gan, Pour l'Occitanie, Toulouse, Privat, 1979, 210 municació social, publicat a Nationalia VI.
pages (ISBN 2-7089-4604-8).
• Pèire LAGARDA, Occitania e Occitanisme, I Jor-
• René NELLI, Mais enfin, qu'est-ce que nades del CIEMEN del 22 al 29 d'agost del 1976 in
l'Occitanie ?, Toulouse, Privat, 1978, 202 pages. Relacions lingüístiques Occitània-Catalunya.

• Joan-Pèire BALDIT, Occitània, Barcelone, La Ma-


• Michel BANNIARD, Langue et culture occitanes en grana, Collecció Alliberament, 1982, traduction en
Limousin aujourd'hui, Limoges : CRDP, 1977, 19 Catalan de Jordi Bolòs et Maria Dolors Duran.
pages.
• Imma TUBELLA et Carles VINYAMATA, Les na-
• Gaston BALZAGUES, “Les Organisations occi- cions de l'Europa capitalista, Barcelone, La Magra-
tanes”, Paris, revue Les Temps modernes, num. 324- na, 1978.
326 août-septembre 1973.
• Jesús MESTRE i GODES, Els càtars. Problema re-
• François FONTAN, “La Nation Occitane : ses fron- ligiós, pretexte polític, Barcelone, Col. A l'Abast,
tières, ses régions”, Bagnols sur Cèze, revue Lo lu- 1994.
garn / Lou Lugar, 1969, dernière édition en 2002
• Xosé Lois GARCIA, Naciones colonizadas de Eu-
(ISSN 0399-192X).
ropa Occidental, Cruña, Follas Novas, 1978.
• Pierre Maclouf ; Yves Rouquette ; Bernard Man- • Jordi VENTURA, Les cultures minoritàries euro-
ciet ; Robert Escarpit ; Pierre Guidoni ; Daniel pees, Barcelone, Selecta, 1963.
Fabre ; Marceau Esquieu ; Michel Chadeuil ; Fulbert
Cant ; Rémi Pach, “Occitanie entre deux mers et • Joan GROSCLAUDE, Pèire LAGARDA, AL-
trois montagnes, peuple vivant, terre d'archaïsmes : COUFFE Alem, Jordi VENTURA et Alem
vers quel type de société ?", Paris, revue Autrement, SURRE-GARCIA, « Occitània. L'última oportuni-
1980, 250 pages (ISBN 2-862600-25-3). tat », El Temps, 15 février 1999.
• Philippe Martel, “Histoires d’Occitanie”, Revue • Xavier LAMUELA, Català, occità i friül : llengües
d’Alsace En ligne mis en ligne le 30 octobre 2011, subordinades i planificació lingüística, Barcelone,
consulté le 01 août 2015 , n°133 , 2007. Quaderns Crema, coll. « Assaig Minor », 1987.

• Zoé Oldenbourg, “Le Bûcher de Montségur”, 16 • Xosé Manoel Núñez Seixas, Movimientos naciona-
mars 1244”, Folio, coll. Folio histoire, 1989, 608 listas en Europa en el siglo XX, Madrid, 1998.
pages (ISBN 2070325075).
• (ca) Jordi VENTURA, « La revolució francesa i les
• George Mesplède, BT2, Marseille, Septembre 1978, llengües no oficials de l'Estat francès », Revista de
n° 101, ""Réalité de l'Occitanie”. Catalunya, no 38, février 1990.
33.12. ANNEXES 129

• (ca) Jordi VENTURA, « L'edicte de Villiers- • Josiane Ubaud, Usage des mots oc, occitan, Occitanie
Cottêrets », Revista de Catalunya, no 58, décembre à travers les âges, fichier en ligne
1991.

• (ca) Figueres i Trull, « Ieu conessi un païs. Occità- • Portail de l’Occitanie


nia i l'occità del 1945 als nostres dies », Revista de
Catalunya, no 125, janvier 1998.
• Portail des minorités
• Aureli ARGEMí et Ricard Vargas Golarons, « Dos-
sier Occitània », Altres Nacions, no 2, 1981. • Portail des langues

• Portail de la mer Méditerranée


33.12 Annexes

33.12.1 Articles connexes


Articles historiques et politiques

• Politique linguistique de la France

• Croisade des Albigeois

• Cathares

• Catharisme

• Languedoc

• Comtat Venaissin

• Eurorégion Pyrénées-Méditerranée

• Occitanie jusqu'aux années 1970

Articles linguistiques et culturels

• Ancien occitan

• Francitan

• Langues romanes

• Toponymie occitane

• Équipe d'Occitanie de football

• Le béret : tradition artisanale.

• Liste de poètes de langue occitane

• Architecture en Occitanie

33.12.2 Liens externes


• L'Agonie d'une civilisation, Simone Weil, Le génie
d'Oc, 1943

• IEO

• Félibrige

• Comitat d'Afrairament Occitanò-Catalan (oc)


Chapitre 34

Occitan

« Oc » redirige ici. Pour les autres significations, occitanes et Guardia Piemontese en Italie, le Val d'Aran
voir OC. en Espagne et à Monaco[1] . L'aire linguistique et cultu-
relle de l'occitan est appelée l’Occitanie ou Pays d'Oc.
Les estimations du nombre de locuteurs d'occitan sont ex-
trêmement divergentes selon les sources, toutefois l’occi-
tan ressort comme la langue régionale la plus parlée en
France[17] .
L’occitan fut très tôt, dès le Moyen âge classique,
une langue administrative et juridique concurrente du
latin[18] . La langue occitane est connue pour sa riche lit-
térature à partir du XIIe siècle, époque où les troubadours
vont commencer à la rendre illustre dans toutes les cours
d'Europe. Dès le XIIIe siècle, l’occitan est utilisé comme
langue scientifique[19] (traités de médecine, de chirurgie,
d’arithmétique...[20] ). Elle fut aussi une langue utilisée
pour les échanges commerciaux internationaux[21],[22] .
Carte de l’Occitanie contemporaine. L'occitan est à l’origine d’une importante production
culturelle[23] et d'une littérature qui s’étend de façon in-
interrompue sur plus de mille ans depuis les trobairitz
et troubadours jusqu'à aujourd'hui, couvrant un grand
nombre de genres littéraires (romans en vers ou en prose,
arts poétiques -Las razos de trobar, Las leys d’amor…-
, théâtre baroque, livret d’opéra, roman philosophique,
chroniques, biographies des troubadours -les vidas-, vies
de saints, textes épiques -la Chanson de la Croisade
notamment-, grammaires…). Un des points culminants
de l'histoire littéraire de l'occitan a été l'attribution du prix
Nobel de littérature à Frédéric Mistral en 1904. Depuis
le XIXe siècle elle est, sur le plan international, un sujet
d'études académiques assez répandu. L'occitan peut être
considéré comme une des grandes langues de culture de
l'Europe[24],[25],[26],[27],[28],[29] .
Au cours de son histoire, l'occitan a connu différentes ap-
pellations générales, notamment provençal[30],[31] , limou-
sin, gascon, catalan, languedocien, roman[32] .
Dans l’approche sociolinguistique, il existe des interpré-
tations différentes concernant le glossonyme occitan :
d'un côté l’existence de langues d'oc structurellement
Officialité de l’occitan en Europe. proches, de l’autre une unité linguistique formée par
l'ensemble des dialectes de la langue occitane [33],[34] .
Quel que soit le point de vue adopté, tous reconnaissent
L’occitan ou langue d’oc[15] (en occitan : occitan , que les différents locuteurs de l’occitan partagent de nom-
lenga d'òc ou óucitan, lengo d’o) est une langue ro- breux traits communs qui permettent une compréhension
mane[16] parlée dans le tiers sud de la France, les Vallées

130
34.1. ÉTYMOLOGIE 131

mutuelle. d'Aran (Espagne), statut qui a été étendu à toute la com-


Les appellations d’anciennes provinces ont servi à dési- munauté autonome de Catalogne en 2006, puis renfor-
gner des variantes de l’occitan, bien que les aires géo- cé par une loi catalane en 2010[62] . À partir des années
graphiques ne correspondent qu’approximativement[35] . 2000, des revendications pour l'occitan sont portées au-
Leur délimitation géographique et leur caractérisa- près d'instances internationales (CIO, UNESCO, Union
tion peuvent varier selon les auteurs : l’auvergnat, le européenne, …). En novembre 2014, l'occitan devient
dauphinois, le gascon, le languedocien (séparé parfois une des langues officielles de l'Eurorégion Pyrénées-
du guyennais au nord), le limousin, le provençal[36] . Méditerranée[63],[64] .
L'inclusion ou l'exclusion du catalan et du gascon dans
l'occitan sont débattus.
L'occitan présente une certaine variabilité. Chaque auteur
34.1 Étymologie
moderne adapte plus ou moins un système graphique[37]
et littéraire[38] . La graphie classique de l’occitan est la
seule à être utilisée sur l’ensemble de l’espace occitan[39] .
Il n’existe plus de langue occitane standard depuis le
XVIe siècle[40] . L’occitan a été la première langue ro-
mane en voie de standardisation[41],[42],[43],[44] , notam-
ment grâce à la koinè littéraire occitane. C'était une forme
supradialectale de l’occitan qui n’a pas survécu pour des
raisons politiques et historiques. Par la suite, plusieurs
formes dialectales ont connu des destinées prestigieuses
mais aucune n’a réussi à supplanter les autres. A partir
du XIXe siècle, il y a eu des tentatives non abouties de
créer un occitan standard à partir d'un des dialectes de
l'occitan[45] . À l'heure actuelle, plusieurs standards régio-
naux sont à un stade avancé d'élaboration[46] . Dans une
vision pluricentrique de la langue, une convergence de ces
standards régionaux pourrait aboutir à un occitan géné-
ral standard[46] .
Langue d'écrits officiels en Occitanie et dans des ré- Carte des langues d'Europe selon le marquis d’Argenson (1859).
gions voisines[47],[48] parfois jusqu’à l’époque contempo-
raine, elle fut remplacée progressivement par le français, Le terme « langue d'oc » et son équivalent latin lingua oc-
l'espagnol ou l’italien. Le recul de l’écrit officiel[49] a citana sont attestés à la fin du XIIIe siècle[65] . De ce terme
précédé celui de l’usage oral, lié à une politique de latin est issu le mot occitain (attesté en 1628[66] , 1644[67]
dévalorisation[50] et de répression[51] , qui met la langue et 1655[68] ) qui est une forme d'oïl, le suffixe -anum y
en danger d’extinction[52],[53] . ayant régulièrement abouti à -ain (exemple foranus > fo-
rain), alors qu'il donne régulièrement -an en langue d'oc,
Comme toutes les langues, l'occitan est composé de
d'où « occitan » qui s’est imposé chez les romanistes dans
dialectes[37] . La négation de l'existence de la langue oc-
la seconde moitié du XXe siècle[69] .
citane par la mise en avant systématique de son caractère
dialectal, et l'utilisation du terme équivoque de patois, ont « Langue d'oc », « occitan » et « provençal » (ce dernier
conduit les occitans à avoir honte de parler leur langue. Ce terme étant vieilli et renvoyant aujourd'hui plus précisé-
phénomène est appelé de manière populaire « la vergon- ment au dialecte occitan parlé en Provence[70] ) sont syno-
ha », et de manière scientifique schizoglossie (en)[54] . En- nymes dans la linguistique romane. La totalité du mouve-
core aujourd'hui, de nombreux locuteurs naturels consi- ment culturel depuis le XIXe siècle parle d'occitan et de
dèrent qu'ils ne parlent pas le bon occitan ou que l'occitan langue d'oc. Ces deux termes sont synonymes et sont em-
n'est pas une langue[55],[56],[57] . ployés conjointement dans les textes administratifs fran-
çais récents[71] . Les textes administratifs espagnols et ita-
Toutefois, la situation de l'occitan est en train de chan-
liens n'utilisent que le mot occitano.
ger tant du point de vue de sa reconnaissance par les
autorités que de la revalorisation de la langue par les
populations[58] . En France en 2008, une loi a été in-
troduite indiquant que « les langues régionales appar- 34.2 Origines de l’occitan
tiennent au patrimoine de la France ». Plusieurs collec-
tivités locales ont développé des mesures en faveur de la À la suite de la domination romaine, les populations lo-
langue[59],[60],[61] . Depuis 1999, l'occitan fait partie des cales adoptent un latin vernacularisé. Ce processus prend
langues protégées par la loi sur les minorités linguistiques plusieurs siècles, il est fort complexe dans son déroule-
en Italie. L'occitan est officiel depuis 1990 dans le Val ment. Cette langue évolue en se superposant aux parlers
132 CHAPITRE 34. OCCITAN

Brive Le Puy-en-Velay
Grenoble
Bordeaux
Valence
Cahors
Rodez Mende
Agen
Millau
Albi
Dax
Toulouse Montpellier
Auch
Béziers
Royaume Carcassonne Marseille
de Narbonne
Navarre Foix
Perpignan

Couronne d'Aragon et vassaux

Vicomté de Béarn

Saragosse Comté de Cominges

Comté de Gévaudan

Comté de Provence
Barcelone Protectorat de Pierre II:
Comté de Toulouse et de Foix
Anciens domaines de Trencavel,
fiefs de Simon de Montfort

Expansion celtique :
Cœur de la civilisation celte avant 500 AEC Couronne d'Aragon (maison de Barcelone) et dépendances occi-
Expansion celtique maximum au IIIe siècle AEC tanes de Pierre II d'Aragon en 1213.

• la structure orographique. L’espace occitan se ca-


ractérise par son emplacement au sein de barrières
naturelles que sont la mer Méditerranée et l’océan
Atlantique ainsi que les remparts naturels des mon-
tagnes : Massif central, Pyrénées, Alpes[72] ;

• la présence de « marches séparantes » entre les po-


pulations : zones ultra-sèches[72] , forêts épaisses sé-
parant le Nord du Sud de la France sauf aux abords
de l’océan (la Brenne, la Sologne, le Bourbonnais,
le Nivernais, la Bresse, le Jura central…), marais
ou landes impropres à l’agriculture et rebelles à
toutes colonisations étrangères (régions entre Loire
L'Empire romain avec les diocèses créés par l'empereur Dioclé-
et Garonne, plateau désertique aragonais) ;
tien.
• la fixité des peuples préhistoriques et
Le diocèse de Vienne, env. 300 ap. J.-C.
protohistoriques[72] ;

• leur moindre celtisation. « L’apport gaulois […] n’a


modifié le peuplement de [ la France ] que dans le
nord, l’est, le centre, Celtica-Belgica. » (Pierre Bec,
La Langue occitane, Q. S. J. ? Presses universitaires
de France). Pour linguiste A. Lebrun, l’Occitanie au-
rait acquis une spécificité ethnique avant l’invasion
celte au VIe siècle av. J.-C. et elle aurait été faible-
ment celtisée, par la suite elle fût fortement romani-
sée à partir du IIe siècle av. J.-C.[73] Les populations
celtes furent peu importantes mais la celtisation s’est
implantée plus durablement dans le Massif central
et les Alpes. Plusieurs mots dont le sens a parfois
Le périple et les royaumes des Ostrogoths et des Wisigoths en évolué proviennent cependant du gaulois alors qu'ils
Europe, Ier-Ve siècles. sont absents dans le français moderne, ex : còbra
Le royaume wisigoth au Ve siècle EC
(cobro), regon (rica), vibre (bebros), balma (balma),
etc.

• une longue et profonde romanisation. Selon M. Mül-


autochtones qui finiront par être absorbés et assimilés. ler, « la bi-partition linguistique de la France com-
La chute de l'Empire romain, au Ve siècle, et les inva- mence avec la romanisation même »[74] .
sions barbares aboutissent à la transformation du latin en
un certain nombre de parlers nouveaux dont l'occitan. La • un lexique original : bien que celui de l’occitan se
formation de la langue d'oc a été favorisée par certaines situe à mi-chemin entre le gallo-roman et l’ibéro-
circonstances qui ont donné à l’occitan son originalité : roman[75] , il « possède […] quelque 550 mots hé-
34.4. NOMS DE L’OCCITAN 133

rités du latin qui n’existent ni dans les parlers d’oïl la méthodologie employée pour le calculer ainsi que de
ni en francoprovençal » ; l'étendue de la zone géographique retenue. Les évalua-
tions du nombre d'occitanophones vont de 0,2 à 10 mil-
• une faible germanisation (contrairement au gallo- lions, avec une majorité d'estimations se situant entre 1
roman)[74] : « le lexique francique » et son influence et 4 millions d'occitanophones.
phonétique « s’arrête […] assez souvent » au sud
de la ligne oc/oïl[74] . Selon le romaniste Walther En France et à Monaco, la diglossie au profit du français
von Wartburg, le superstrat gotique de l'occitan est est constante et menace l'occitan. En Italie, la diglossie
déterminant[76] . au profit de l'italien reste forte. En Catalogne, malgré la
récente officialité de l'occitan, la diglossie en faveur du
• une longue et précoce période de convergence poli- catalan d'une part et du castillan (la langue avec le plus
tique et sociale durant cinq siècles au Moyen Âge, du de poids en Espagne) d'autre part est toujours présente.
VIIIe au XIIIe siècle. Plusieurs familles régnantes de Dans tous les pays les locuteurs d'occitan sont au mini-
ces territoires se sont affrontées ou soutenues dans mum bilingues, bien que l'on trouve parfois encore des
le but d'une unification[77],[78] . Les familles les plus locuteurs monolingues.
puissantes furent celles d'Aquitaine, de Toulouse, de
Provence et de la Catalogne.
• une certaine unité politique du XIe au XIIIe siècle, 34.4 Noms de l’occitan
dans la mesure où la plupart des pays de langue
d'oc ont été sous l'autorité ou sous l'influence des À partir du XIIIe siècle et jusqu'au début du XXe
comtes de Barcelone, branche cadette des ducs siècle[82] , on rencontre fréquemment le terme de
d'Aquitaine. Ils ont réuni dans leurs mains, la Ca- provençal pour désigner l'occitan. Le terme, originaire
talogne, le Languedoc, le Roussillon, le Rouergue, d'Italie, fait référence à la provincia romaine et on trouve
le Velay, le Carladez, la Provence, tout en étant al- encore parfois ce terme en anglais pour toute la langue
liés très proches des comtes de Toulouse et des vi- d'oc (provençal).
comtes de Limousin. En particulier depuis l'époque
de Raimond-Béranger III, comte de Barcelone, de
Provence, de Gévaudan, de Rodez, de Millau, et de
Carlat (1082-1131) où s’épanouit la littérature cour-
toise et des troubadours occitans, jusqu'à l'époque
de Alphonse II d'Aragon, comte de Barcelone, de
Roussillon, de Provence, de Rodez, de Gévaudan, Entrée oucitan dans le Trésor du Félibrige de Frédéric Mistral
vicomte de Millau, et de Carlat (1157-1196), avec
des cours littéraires toujours très brillantes qui ont L’appellation « provençal » présente des ambiguïtés
fait émerger et diffusé une langue occitane poétique car elle désigne également le dialecte provençal, que
et savante[79] . par ailleurs certains considèrent comme une langue
distincte[83] . D’autre part l’expression de « langue d’oc »
• le développement de nombreux échanges commer- fait penser d’emblée au dialecte languedocien (occitan
ciaux en Occitanie dès le début du Moyen Âge[80] . central). Peut-être pour ces raisons le terme généralement
• une mobilité hâtive des populations due au dévelop- considéré comme le plus clair est « occitan ». Il arrive
pement économique ainsi qu'à l'expansion démogra- aussi parfois que l'on nomme occitan l’ensemble occitano-
phique ayant pour conséquence la création de nou- roman (catalan et occitan[84],[85],[86] ).
velles agglomérations rurales ou urbaines dès le XIe L’occitan fut appelé autrefois :
et XIIe siècles[81] (sauvetés, castelnaus, bastides et
villes franches).
• lenga romana ou romans[87] aux XIIIe et XIVe
siècles. Certains auteurs médiévaux ont employé le
terme de « lenga romana » afin d'accentuer le pres-
34.3 Nombre de locuteurs tige de l'occitan, langue écrite comme le latin. « Ro-
man » a souligné la conscience claire de l'origine la-
Il n'existe pas de données statistiques valables qui per- tine de l'occitan. Ce terme fut utilisé au XIXe siècle
mettent réellement de connaître les compétences des pour désigner l’ancien occitan.
locuteurs en occitan, celles-ci pouvant aller d'une simple
compréhension passive à un usage solide, tant à l'oral qu'à • limousin apparu entre 1190 et 1213[88] . Utilisé sur-
l'écrit. De plus, la connaissance par la population de no- tout pendant le XIIIe siècle parce que certains trou-
tions plus ou moins importantes d'occitan est largement badours étaient réputés être originaires du Limou-
ignorée, l'usage répandu du francitan dans le Sud de la sin. Pendant le XVIIIe siècle et le XIXe siècle, le
France n'étant presque jamais pris en compte. De ce fait, nom de llemosí a été utilisé pour désigner l'occitan
le nombre de ses locuteurs varie fortement en fonction de médiéval qui est à l'origine de la littérature catalane.
134 CHAPITRE 34. OCCITAN

• mondin ou raimondin. 34.4.1 Voir aussi

• gascon au XVIe siècle, XVIIe siècle et XVIIIe


• Josiane Ubaud, Usage des mots oc, occitan, Occitanie
siècle[89] . À cette époque, la Gascogne était un
à travers les âges, fichier en ligne
centre important de la littérature occitane [90] et les
Gascons ont eu l'habitude de représenter la « France
du Sud » (Pays d'oc) aux yeux des Français du Nord.
D'autant plus que Henri IV, roi de France de 1589
à 1610 et de Navarre depuis 1572, était par sa mère 34.5 Distribution géographique
Jeanne d'Albret d'origine gasconne.
Article détaillé : Répartition géographique de l'occitan.
• catalan utilisé parallèlement au terme de langue li-
mousine.

• provençal aux XIIIe et XIXe siècles.


34.5.1 Le domaine occitan
• lingua occitana au XIVe siècle et langue d’oc. « L’ap-
parition du terme « occitan » est datée de 1286, sous Articles détaillés : Frontière entre langue d'oc et langue
le règne de Philippe le Hardi,dans le testament de d'oïl et Occitanie (région historique).
Lancelot d’Orgemont « Premier et grand maitre du L'aire d’expansion géographique de l'occitan couvre 33
Parlement de Langue de Oc » qui déclare tester « se-
lon l’usage de la patrie occitane », « more patriae
occitanae. » Le dit « Parlement » s’étant réuni en
1273 sous la présidence de Lancelot d’Orgemont on
peut supposer qu’il portait dès cette date l’appella-
tion que revendique celui qui le présida (puis reprise
par Dante en 1304. On trouve l’expression lingua
occitana (langue occitane) peu après dans certains
textes administratifs en latin[91] ».

• languedocien[92] .

• occitanique et occitanien.

Les Occitans eux-mêmes disaient lo romans (roman), lo


lemozi(n) (limousin) ou lo proensal (provençal) au XIIIe
siècle.
Les Occitans ont utilisé et utilisent toujours d’autres for-
mules pour désigner leur langue, comme « la lenga nòs-
tra » (notre langue) « parlam a nòstra mòda » (nous par- L'occitan en France.
lons à notre manière) ou encore en Gascogne « Que parli »
(je parle). départements du sud de la France (39 en comptant les
Dans certaines régions, les locuteurs les plus âgés uti- départements minoritairement occitans), 14 vallées occi-
lisent le terme de patois (Larousse : parler local, rural et tanes (dans les Alpes piémontaises) et Guardia Piemon-
d’extension restreinte) pour désigner leur langue mais ce tese en Italie, le Val d’Aran en Espagne, et Monaco.
terme est également rejeté de nos jours pour ses conno-
tations dépréciatives.
Ailleurs, dans les régions à forte identité, le nom de la 34.5.2 L’occitan dans le monde
province sert à désigner la langue, parfois en discordance
avec les variations de celle-ci[93] . On dit : « l’auvergnat, le
Des communautés de langue occitane ont existé ailleurs
rouergat, le limousin, le gascon, le béarnais, le provençal,
dans le monde. Leur présence peut être liée au départ
le nissart... ». des protestants de France, à la colonisation française,
On peut trouver des appellations selon la variété locale à l'immigration vers le Nouveau monde ou même aux
de la langue (neugue), un terme géographique (aspois, croisades. Il peut arriver que certaines personnes parlent
médocain), ou encore une délimitation administrative encore aujourd’hui l’occitan ou plus sûrement ont conser-
(girondin). vé quelques mots mêlés à la langue locale[94] .
34.6. FAMILLE LINGUISTIQUE 135

distinctifs qui le différencient nettement plus que le ca-


talan au sein de l’ensemble occitano-roman, principale-
ment à cause de la forte influence du substrat aquitain
et du superstrat vascon. Certains linguistes le consi-
dèrent parfois comme une langue à part[100],[101],[102] .
Toutefois, le gascon est généralement considéré comme
un dialecte de l'occitan[103],[104],[105],[106],[107] . Le lin-
guiste Domergue Sumien défend l'inclusion du gas-
con dans l'occitan et l'exclusion du catalan du fait de
l'existence de deux espaces sociolinguistiques aux dyna-
miques différentes[108],[109] .

Carte des dialectes occitans et des régions administratives ac- Évolution


tuelles
À un stade ancien, comme pour toutes les langues ro-
manes, le catalan et la langue d'oc ne pouvaient être
différenciés. Le catalan fait son apparition au sein de
l'ensemble occitan[110] . Le fait qu’on écrivît quasi exclu-
sivement en latin durant le haut Moyen Âge rend très
délicate toute catégorisation formelle. En tout cas, les
premiers textes en langues vulgaires, bien que très sem-
blables montrent déjà quelques différences, lesquelles
se sont accentuées à la moitié du XIIe siècle[111] . Le
majorquin Ramon Llull (1232 −1315), premier philo-
sophe dans une langue néolatine est également considé-
ré comme le premier auteur majeur en catalan. S'il écri-
vit également des poèmes en occitan à partir de 1274,
Le groupe occitano-roman au sein des langues romanes[95] .
il apporta avec son œuvre imposante un grand nombre
de traits et de néologismes qui différencient les deux
langues.
34.6 Famille linguistique Les poètes catalans écrivirent en occitan jusqu’au XIVe
siècle, époque où le Valencien Ausiàs March marqua le
L’occitan, gascon compris, constitue avec le catalan le début du Siècle d'Or de la langue catalane[112] . Le catalan
groupe occitano-roman des langues romanes occiden- reçoit à partir du XVe siècle une forte influence ibéro-
tales : il fait la transition entre le gallo-roman et l'ibéro- romane accrue pour des raisons politiques (union de la
roman, d’après le linguiste Pierre Bec[96] . Couronne de Castille et de la Couronne d'Aragon).
L’occitan « général » et le catalan sont proches linguisti- En 1934, des intellectuels catalans proclamèrent solen-
quement et permettent l’intercompréhension[97] . Certains nellement que le catalan contemporain était une langue
romanistes comme A. Sanfeld incluent ces deux langues distincte de l’occitan[113] dans le manifeste Desviacions
sous la même dénomination linguistique d’occitan[85],[86] . en els conceptes de llengua i de pàtria[114] rejetant ainsi
Le célèbre grammairien catalan Pompeu Fabra, contribu- l'idée d'une nation panoccitane incluant les pays catalans.
teur important à la normalisation du catalan moderne, en-L’aspect politique, culturel et religieux est important aus-
visage la possibilité d'une unification orthographique dessi. La Catalogne, contrairement à l’Occitanie a bénéfi-
deux langues si un processus de normalisation est mené cié longtemps d’une moindre dépendance étatique alliée
à terme dans le domaine d'oc[98] . Le terme de langue li-à un fort développement économique. De plus, l’espace
mousine a été utilisé par les Catalans pour désigner soitoccitan est globalement défini par son appartenance à la
le catalan, soit la langue des troubadours, soit l'occitan ou
France, le catalan est majoritairement défini par son ap-
soit encore l'ensemble des langues occitano-romanes. partenance à l’Espagne. Encore récemment les langues
continuent d’évoluer séparément : le catalan est un en-
semble de dialectes qui ont tendance à s’hispaniser au
34.6.1 Les liens entre l’occitan, le gascon et contact du castillan ; l’occitan, lui, a tendance à se gallici-
le catalan ser au contact du français. Le poids important des langues
espagnole et française dans le monde pèse lourdement
Le catalan est parfois considéré comme une variante oc- sur les rapports de domination linguistique au sein de la
citane de type ausbau[99] . Le gascon possède des traits France et de l’Espagne.
136 CHAPITRE 34. OCCITAN

Classification inDÚstria (cat) indusTRIa (oc)…). Seuls le niçois


et le vivaro-alpin des vallées Occitanes ont mainte-
Le gascon a été souvent considéré comme un dialecte oc- nu l'accentuation latine, conservée en catalan et de
citan ; tandis que le catalan, plus proche du languedocien façon générale dans les langues ibéro-romanes.
d’un point de vue linguistique que d’autres, a été considé-
ré comme une langue différente. Dans l’œuvre du philo-
Pour les catalanophones, la graphie classique de l'occitan
logue du XIXe siècle Friedrich Christian Diez, le catalan
présente l’avantage d'être proche de la catalane. Ceci s’ex-
est considéré comme partie intégrante de l’occitan (appe-
plique par le fait que les travaux d’actualisation et de fixa-
lé « provençal ») ; cependant il en signale les différences.
tion de cette graphie, conduits par Loís Alibèrt dans le
Dans Gramàtica del català contemporani (2002)[115] , le
premier tiers du XXe siècle, sont basés sur la graphie mé-
catalan est classé dans les langues romanes occiden-
diévale et sont grandement inspirés des travaux menés
tales, comme un intermédiaire entre les groupes gallo-
par Pompeu Fabra pour le catalan. Au Moyen Âge, les
roman et ibéro-roman, comme tout le groupe occitano-
deux langues étaient plus proches de leur origine com-
roman. D'autres études récentes classent le catalan dans
mune et les contacts étaient alors plus intenses (la poésie
le diasystème occitan.
en Catalogne a été écrite presqu'exclusivement en occitan
Certaines positions, en particulier au sein de l'école lin- jusqu'au XIVe siècle). L'influence de la norme catalane
guistique occitane, tendent à inclure le catalan comme dans les travaux d'Alibert est parfois critiquée car jugée
dialecte de l'occitan, sur la base d'une similitude gé- excessive[120] .
nérale et d'une tradition littéraire communes. Certains
Malgré tout, il y a entre Catalan et Occitan quelques dif-
pères de la romanistique, comme Wilhelm Meyer-Lübke
férences dont il faut tenir compte pour lire avec facilité
ou Friedrich Christian Diez, incluaient ainsi le catalan
les textes occitans :
comme élément de l'ensemble occitan[116],[117],[118],[119] .

• On conserve le « n » final des mots, bien que, dans la


Graphies et prononciation plupart des dialectes occitans, il ne se prononce plus
(les exceptions sont le provençal, et le gascon, qui
L’occitan et le catalan se distinguent par la manière inclut l’aranais). Exemples : « occitan », « concep-
d’écrire la langue (graphie). Les Occitans d’aujourd’hui cion ».
ont majoritairement choisi d’utiliser une graphie qui es-
saye de rassembler des héritages de la langue médiévale • Le « h » muet n'existe pas (les « h » étymologiques
avec des ajouts contemporains importants. Les choix opé- sont souvent maintenus en catalan) : i a un òme
rés en Catalogne ont conduit les locuteurs à écrire avec (cat : hi ha un home). Le « h » note en gascon une
une graphie centrée à la fois sur les manières de pronon- consonne aspirée ; dans bien des cas il correspond au
cer (pas de n final à català par exemple), mais aussi à « f » latin, maintenu dans les autres dialectes ainsi
conserver des origines latines, par exemple en ajoutant le qu'en catalan. Exemple : en gascon « hèsta », dans
-r final qui est « caduc » dans certains dialectes. les autres dialectes « fèsta », en catalan « festa ».
La prononciation varie entre catalan et occitan, par
exemple : • Les digrammes « lh », « nh » (tous deux inspirés de
la graphie classique traditionnelle) et « sh » corres-
• á, qu'on trouve uniquement en position finale, ainsi pondent en catalan à « ll », « ny » et « x ».
graphié pour des raisons étymologiques, est pronon-
cé [ɔ] en languedocien et [e] en provençal (le niçois
maintient l'accentuation étymologique paroxytone, Comparaison de textes
comme en catalan).
Il ne faut toutefois pas en conclure que l’occitan et le cata-
• Dans différentes combinaisons consonantiques, la lan soient très différents. Il existe une assez bonne inter-
première consonne est assimilée à la suivante, là où compréhension entre catalanophones et occitanophones.
le catalan maintient la prononciation étymologique
(abdicar > [addi’ka] ; « cc » ou « ks », prononcés Voici un texte dans sa version languedocienne (occitan
[ks] étymologiquement, est neutralisé en [ʦ] en lan- méridional-ouest), catalane majorquine (catalan baléare)
guedocien ; occitan se prononce [uʦiˈta] ou [usiˈta] et catalane barcelonaise.
dans ce dialecte).
• En occitan, la syllabe tonique des mots s’est rappro- Espace occitano-roman
chée du français avec le temps, sous l’influence de ce
dernier[réf. nécessaire] . Les anciens proparoxytons de- L’ensemble géographique occitano-roman représente en-
viennent paroxytons dans la plus grande partie du viron 23 millions de personnes sur un espace de 259
domaine occitan (MÚsica (cat) muSIca (oc), PÀgi- 000 km2 . Les régions ne sont pas égales face au pour-
na (cat) paGIna (oc), boTÀnica (cat) botaNIca (oc), centage de locuteurs de la langue. La France ne compte
34.6. FAMILLE LINGUISTIQUE 137

plus dans certaines régions qu’un quart de la popula- La distinction entre /v/ et /b/ est générale en provençal,
tion qui soit vraiment occitanophone (50 % de la po- vivaroalpin, auvergnat et en limousin. Par contre, en
pulation comprend la langue, sans pouvoir la parler languedocien et en gascon, les phonèmes /b/ et /v/ sont
couramment)[réf. insuffisante][121],[122] . À l’inverse, la com- neutralisés en /b/.
munauté autonome de Catalogne bat des records du
nombre de locuteurs. Selon les enquêtes réalisées par la
Communauté de Catalogne en 1993, les habitants du Val Évolution phonétique
d’Aran (dont 72 % sont originaires) parlent : aranais (gas-
con) à 64 % ; castillan (espagnol) à 28 % ; catalan à 8 %. 1°) Absence ou rareté des voyelles arrondies [ɒ, o, ø] ;
type français : pâte, rose, yeux... Ces voyelles peuvent
exister en occitan mais n'y jouent, en général, aucun
34.6.2 Caractérisation structurelle rôle phonologique. Le Méridional parlant français ouvre
spontanément ces voyelles, ce qui est une des caractéris-
Jules Ronjat a cherché à caractériser l’occitan[123] en s’ap- tiques les plus saillantes de son accent.
puyant sur 19 critères principaux et parmi les plus gé- 2°) Présence de la voyelle /y/. La palatalisation de u latin
néralisés. Onze critères sont phonétiques, cinq morpho- [u] passa au son [y] (régionalement [œ]). C'est un trait
logiques, un syntaxique, et deux lexicaux. On peut ainsi général de l'ensemble du gallo-roman, des dialectes de
noter la moindre fréquence des voyelles semi-fermées (en l'Italie du Nord et d'une partie des idiomes rhétiques ain-
français standard : rose, jeûne). C’est une caractéristique si que du catalan capcinois. Par exemple : LUNA>Luna
des occitanophones grâce à laquelle on reconnaît leur ac- (Lune).
cent « méridional » même quand ils parlent en français.
Il existe aussi la non-utilisation du pronom personnel su- 3°) Voyelles nasales conservant le timbre de la voyelle
jet (exemple : canti/cante/chante/chanto je chante ; can- orale correspondante. La nasalité de la voyelle n'est que
tas/chantas tu chantes). On peut trouver encore d’autres partielle et toujours suivie d'une résonance consonan-
traits discriminants. Sur les dix-neuf critères principaux, tique. C'est un point commun avec la majorité des langues
il existe sept différences avec l’espagnol, huit avec l’ita- romanes à l'exception du français, du francoprovençal et
lien, douze avec le francoprovençal et seize avec le fran- du portugais. Par exemple : la prononciation méridionale
çais. des mots français tels que : pain, brun, bon, banc est en-
core là un trait caractéristique de l'accent du midi.
4°Diphtongaison des voyelles latines e, o uniquement
Phonologie conditionnée par la séquence d'un yod [j] ou d'un [w] : è
est devenu iè (ie) ; ò est devenu uò (uè, ue). Par exemple :
Article détaillé : Caractéristiques phonétiques de
l'occitan.
• VETULU>vielh (vieux)

L'accent tonique a une mobilité limitée, il peut tomber • NOCTE>nueit/nuech/nuòch (nuit)


seulement :
• DEU>dieu... (dieu)

• sur la dernière syllabe (mots oxytons ou aigus) ;


Dans tous les autres cas, les voyelles du latin vulgaire sont
• l'avant-dernière syllabe (mots paroxytons ou plans) ; solidement conservées : e>è (è ouvert du français : tête),
o>o (o ouvert du français : botte). Par exemple :
• en niçard, et plus rarement en cisalpin (vivaroalpin
des vallées occitanes), l'accent tonique peut porter • DECEM>dètz (dix)
sur l'antépénultième (mots proparoxytons).
• CELU (classique CAELUM)>cèl (ciel)
Les phonèmes principaux sont : /i/, /y/, /u/, /e/, /ɛ/, /ɔ/
• CULTELLU>cotèl (couteau)
er /a/. Régionalement, il existe les phonèmes /œ/, /ə/, /ä/,
/ɒ/, /ɪ/ et /ʏ/ • MEL>mèl
Il faut signaler le phénomène d'alternance vocalique. En • OPERA>obra
position atone, certaines oppositions vocaliques sont neu-
tralisées : • PORTA>porta

• La voyelle tonique /ɛ/ devient /e/. Du point de vue vocalique, l'occitan est une langue ro-
mane très conservatrice et s’oppose radicalement au fran-
• La voyelle tonique /ɔ/ devient /u/. çais qui, sous l'influence probablement germanique, a
considérablement allongé puis diphtongué ses voyelles en
Régionalement, il existe aussi les phonèmes /ʀ/, /h/ et /ʒ/. position libre.
138 CHAPITRE 34. OCCITAN

5°) Pas de diphtongaison des voyelles du latin vulgaire La solidité du -a final atone (quelle que soit sa prononcia-
[e,o] fermées=latin classique e,i ;o,u. Même remarque tion actuelle), qui est passé à /ə/ et a été effacé en français.
que pour 4°). Par exemple : Par exemple :

• TRES>tres (trois) • CATENA>cadena (chaîne, phonétiquement : [ʃɛn])


• DEBERE>dever (devoir) • PORTA>pòrta (porte, phonétiquement : [pɔrt])
• FIDE>fe (foi)
D'où la fréquence en occitan des paroxytons (mots accen-
• FLORE>flor>[flur] (fleur) tués sur l'avant-dernière syllabe), et le rythme nettement
« méridional » de la phrase occitane, s’opposant au fran-
6°) Fermeture jusqu'à [u] de latin vulgaire [o]. Par çais qui a perdu tout accent de mot (autre qu'expressif) et
exemple : ne connaît plus qu'un accent de phrase.
Dans le même sens va la variété des autres voyelles
• DOLORE>vx. dolor>mod. [dulur] (douleur) atones : [-e,-u,-i]. Par exemple : piuse, carrosco, canti.

• FLORE>vx. flor>[flur]. 9°) Solidité des voyelles prétoniques [a, e]. L'occitan
ignore absolument les syncopes françaises (type e muet).
Comparer le français « petite », phonétiquement : [ptit] et
Cette fermeture, qui a dû se généraliser en occitan au
l'occitan « petita » > [peˈtito]. Cette tendance du français
cours du XIVe siècle, atteint également une partie impor-
rejoint d'ailleurs celle qui figure au n° 8 ; si bien qu'une
tante du catalan et de certains dialectes nord-italiens, mais
phrase du type : « Une petite femme sur la fenêtre », pho-
c'est une différence avec la majorité des langues romanes.
nétiquement : [yn ptit fam syʁ la fnɛtʁ] avec ses sept syl-
7°) Maintien, hors cas particulier, de a accentué latin, labes sans accent de mot, a un schéma rythmique tout à
quelles que soient les précessions. Certains parlers occi- fait différent de l'occitan : « una petita femna sus la fi-
tans peu étendus peuvent connaître une palatalisation lé- nèstra », avec ses douze syllabes d'intensité inégale mais
gère de [a] vers [æ] ou [ɛ], mais c'est un phénomène su- toutes clairement articulées. C'est ce rythme conservateur
perficiel (palatalisation conditionnée de a + yod en gascon qu'on retrouvera en français méridional qui rend si parti-
et en ibéro-roman). Ce conservatisme de [a] en occitan culier l'accent des Méridionaux.
est commun avec la majorité des langues romanes. C'est
10°) Les proparoxytons (mots accentués sur
une différence avec les évolutions radicales du français
l'antépénultième) ont disparu dans la grande majo-
et du francoprovençal qui palatalisent et diphtonguent [a]
rité des dialectes occitans sauf en niçois et en cisalpin :
de manière systématique vers [ɛ, jɛ].
arma, pagina (niçois et cisalpin : ànima, pàgina). Sous
Par exemple : cet aspect, c'est un point commun avec le catalan rous-
sillonais, l'aragonais, le francoprovençal et le français ;
• PRATU>prat (fr. pré, fpr. pra) mais c'est une différence avec la majorité des autres
langues romanes.
• CAPRA>cabra/chabra (vx. fr. chievre>chèvre, fpr.
11°) Fermeture de [o] atone jusqu'à [u] comme en catalan
chievre).
oriental (hormis en majorquin), dans le nord-italien et le
portugais, ainsi que dans certains mots du français : portar
L'occitan s’oppose au français ; le franco-provençal, [purˈta], cigarro [siˈɣarru].
qui palatalise les /a/ seulement derrière palatale (CA-
PRA>chievre), occupe donc une position intermédiaire.
Morphologie
8°) Les voyelles postoniques sont solides et variées : -a
(prononcé [ɔ, a, ə] selon les régions) ; -e ; -i ; -o (pro-
1°) Conservation d'une flexion verbale restée assez
noncé [u]) ; et aussi en niçard -u (prononcé [y]). C'est
proche du latin permettant comme dans ce dernier un
un point commun avec la majorité des langues romanes,
usage facultatif des pronoms personnels sujet, excepté
mais une différence avec le français, qui élimine toutes
dans une frange étroite tout au nord du domaine occi-
les voyelles postoniques ou les neutralise en [ə] et tend à
tan. C'est un point commun avec la majorité des langues
perdre l'accent tonique.
romanes excepté le français, le francoprovençal, le nord-
Per exemple : italien et le rhéto-roman. Par exemple : parli, parlas ⇒ je
parle, tu parles.
• occitan : pòrta [ˈpɔrtɔ], astre [ˈastre], òli [ˈɔli], cigar- 2°) Système verbal original dont l'essentiel est commun
ro [siˈɣarru] (et en niçard aquelu [aˈkely]), avec le catalan.
• à comparer avec le français : porte [pɔʀt], astre 3°) Usage systématique du prétérit et de l'imparfait du
[astʀ], huile [ɥil], cigare [sigaʀ]. subjonctif surtout pour exprimer l'irréel comme dans la
34.7. CODIFICATION 139

majorité des langues romanes, mais à la différence du Par la suite, toutes les graphies de l'occitan (classique,
français. Le nord-italien, l'italien et le roumain ont ten- mistralienne, bonnaudienne, de l'École du Pô) ont été
dance à abandonner le prétérit de manière variée. Par conçues d'abord en notant les parlers, sans fixer une va-
exemple : S'aguèssi un ostal, seria content ⇒ si j'avais une riété standard de l'occitan. Cependant la norme mistra-
maison, je serais content. lienne a entraîné depuis la fin du XIXe siècle l'apparition
4°) Maintien du subjonctif dans les interdictions (impé- de trois normes littéraires régionales : une en provençal
ratif négatif), alors qu'il s’est perdu en français, en fran- général, une en niçard et une en gascon (béarnais). On
coprovençal et en italien : Par exemple : (non) cantes pas peut dire en outre que la norme provençale mistralienne
est une langue standard (avis des partisans de la norme
⇒ ne chante pas. (non) fagas pas aquo ⇒ ne fais pas cela.
(non) parles pas ⇒ ne parle pas. dite moderne) ou préfigure une langue standard (avis des
partisans de la norme classique).
5°) Emploi, concurremment avec « om », de la troisième e
personne du pluriel et du réfléchi dans les expressions in- La norme classique, à partir du XX siècle, a poursuivi le
déterminées, alors que le français n'emploie guère que développement de ces trois formes littéraires mais a fa-
« on »[pas clair] . Par exemple : disons que, se ditz que ⇒ vorisé également des formes régionales supplémentaires
on dit que. en limousin et en languedocien. Depuis l'officialisation de
l'occitan dans le Val d'Aran en 1990 puis dans toute la
Catalogne en 2006, la norme classique favorise également
Lexique une variété codifiée de gascon aranais[124] . La norme clas-
sique a vocation à écrire l'ensemble des dialectes de la
1°) Affinité lexicale de l'occitan avec les langues latines langue occitane. Cette norme se base sur la tradition mé-
méridionales : surtout avec le catalan, mais aussi avec diévale des troubadours et lui ajoute un processus de co-
l'aragonais et le nord-italien. Il existe aussi des racines dification des mots modernes.
communes avec le basque qui n'est pas une langue ro-
mane. En effet, dans le lexique occitan, il existe des vieux
fonds spécifiques tels que le fond méditerranéen, ibé- 34.7.1 Normes graphiques
rique, pyrénéen... qui donnent au vocabulaire de l'occitan
(surtout du Sud) une couleur particulière. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incom-
plète. Votre aide est la bienvenue !
2°) Le lexique d'oc diffère fortement du lexique français
et francoprovençal à cause de contingences culturelles et
historiques[pas clair] .
Graphie bonnaudienne

Syntaxe Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou


incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Il existe notamment trois caractères généraux de cette Article détaillé : norme bonnaudienne.
syntaxe qui diffèrent toutes du français :

• l'absence du souci de logique formelle[pas clair] , ce qui


évite la rigidité syntaxique que connaît le français ; Graphie de l'Escòla dau Pò

• le souci de l'expressivité[pas clair] (« logique psycho- Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
logique ») ; incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Article détaillé : norme de l'école du Pô.
• la souplesse de la langue occitane, qui oppose
l'occitan au franco-provençal et au français mo-
derne. En effet, il existe en occitan des temps,
aspects, modes et voix au niveau des verbes qui Graphie fébusienne
n'existent pas dans les autres langues. Par exemple,
en occitan il existe le parfait de l'action antérieure in- Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
déterminée qui est absolument inconnu en français. incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Article détaillé : norme fébusienne.

34.7 Codification
Graphie mistralienne
À l'époque des troubadours (entre le XIe et le XIIIe
siècle), l'occitan a vraisemblablement connu une norme Article détaillé : norme mistralienne.
littéraire unifiée appelée koinè. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
140 CHAPITRE 34. OCCITAN

Graphie classique

Article détaillé : norme classique de l'occitan.


Cette norme basée sur l'écriture médiévale de l'occitan

Antonin Perbòsc

Frédéric Mistral a donné son nom à la norme mistralienne.

Joseph Roumanille, le concepteur de la norme mistralienne

Prospèr Estieu
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
ajoute un processus de codification des mots modernes.
34.7. CODIFICATION 141

Elle a vocation à écrire l'ensemble des dialectes de la • -a et á final se prononcent [ɔ], ou [a] (selon les
langue occitane. C'est pourquoi cette graphie est la seule dialectes) de même que -as et -an : a atone. Il
à être utilisée sur l'ensemble de l'espace occitan[39] . La peut exceptionnellement se prononcer [u] pour
graphie classique de l'occitan a été mise au point au XIXe la terminaison du présent de l'indicatif du pre-
et au XXe siècle par Simon-Jude Honnorat[126] , Joseph mier groupe : cantan [kantun]
Roux[127] , Prosper Estieu, Antonin Perbosc, Louis Ali-
bert[128] et Joseph Salvat[129] . Elle a été stabilisée et éten- • e:
due à l'ensemble des dialectes occitans entre 1950[130] et • e ou é se prononcent [e]
1969[131],[132],[133] . Elle a plus particulièrement été adap-
tée à l'aranais[134] , au gardiol[135] et au vivaro-alpin parlé • è se prononce [ɛ]
dans le Piémont[136] . • i ou í se prononcent [i] (i > [j] dans une diphtongue)
Article connexe : alphabet occitan.
• o
• o ou ó se prononcent [u] ou [w]

Exemples de graphie occitane classique Lecture et • ò se prononce [ɔ]


prononciation de la graphie découlant de la norme clas- • u se prononce [u], [y] ou [ɥ] en position semi-
sique de l'occitan : vocalique, excepté quand il est après une voyelle [w].
Ex : lo capeu [kapeu] : le chapeau (Provençal)
• « a » final atone : le plus souvent [o], [oe] mais est
maintenu [a] à Nice, Montpellier, Saurat, Orange, Consonnes
Pontacq et dans les Alpes (exemple : Niça) ; [e] près
de Lunel ; [ə] à Bessan[137] . • b : [b]/[β] ; [p] en position finale (comme en cata-
lan).
• « o » > [u], « ou » français (exemple : lo solèu >[lu
suˈlɛw]) • c : [k]. [s] devant « e » et « i ». Quand il est double
cc : [ts]
• « ò » = o ouvert français ([ɔ]), diphtongue de façon
plus ou moins systématique en [we], [wɔ] (fréquente • ch : [tʃ]
notamment en provençal ; [wa] en niçois et proven-
çal alpin) selon les régions et les termes concernés • ç : [s]
• d : [d]/[ð] ; [t] en position finale (comme en catalan).
• « nh » > [ɲ], « gn » français (exemple : la montanha
> [la munˈtaɲo]) • f : [f]

• « lh » > [ʎ] (ll castillan et catalan ; gli italien ; lh por- • g : [g]/[ɣ] devant « a », « o », « u ». [dʒ] devant « e »
tugais) (exemple : la filha > [la ˈfiʎo]), neutralisé en et « i ». Quand il est final, il se prononce [tʃ] (freg,
[j] dans une bonne partie du domaine provençal ensag, mièg > [ˈfretʃ], [enˈsatʃ], [ˈmjɛtʃ]), parfois [k]
(sociològ > [susiuˈlɔk]). gu devant « e » et « i » se
prononce [g]/[ɣ]
Prononciations de l'occitan selon la norme classique
Article détaillé : Prononciation de l'occitan. • h : muet
• j : [dʒ]
Il n'y a pas une prononciation unique de l’occitan puisque,
par définition, la norme classique permet de lire les dif- • k : [k]
férents dialectes. Elle se fait selon des règles de lecture • l : [l]. Un double ll, se prononce [ll]. (lo capel en
propres à chaque dialecte, et il existe donc de nombreuses dialecte languedocien : le chapeau)
exceptions. À partir de lettres de base, l’occitan utilise
des symboles modificateurs qui changent la prononciation • lh : [ʎ], en final : [l]
de certaines lettres, ou simplement marquent une tonicité
dans le langage comme : l’accent fermé ('), l’accent ou- • m : [m], final [m] (en Gascon) ou [n] (en dialecte
vert (`) et la diérèse (¨), ou le point de séparation entre s languedocien). En double mm, [mm]
et h ou n et h (s∙h ; n∙h) en gascon. • n : [n]. Muet en final. [m] devant « p », « b » et
Voyelles « m ». [ŋ] devant c/qu et g/gu. [ɱ] devant « f ». nd
et nt [n]
• a: • nh : [ɲ]. En position finale [n]
• -a-, a- et à se prononcent [a] • n∙h : [nh] : eth con∙hòrt (le confort)
142 CHAPITRE 34. OCCITAN

• p : [p] A l'heure actuelle, le concept d'occitan large est encore


mal compris. Des occitanistes y sont opposés car ils
• qu : [k] devant « e » et « i » ; [kw] autrement croient que celui-ci est basé seulement sur le dialecte
• qü : [kw] languedocien alors que les spécialistes de la standardi-
sation de l'occitan acceptent le principe d'une solution
• r : [r] et [ɾ]. En position finale, il est muet dans la pluricentrique avec des adaptations régionales. De cette
majorité de mots. rn, rm > [ɾ] manière, tous les grands types régionaux de l'occitan res-
tent égaux en valeur et en dignité[138] .
• s : [s]. [z] entre voyelles. ss donne [s]
Dans l'unique territoire où l'occitan est pleinement re-
• sh : [ʃ] connu comme langue officielle, la Catalogne, deux varié-
tés codifiées de l'occitan sont soutenues : l' aranais (gas-
• s∙h : [sh] : l'es∙hlor (la fleur) con local du Val d'Aran) et l'occitan général basé sur le
[139],[140]
• t : [t]. ts : [ts] ; tg/tj : [tʃ]. tl : [ll]. tn : [nn]. tm : languedocien .
[mm]. tz : [ts] th : [tt] (eth/lo capèth : le chapeau en
gascon) ou [s] (capvath)
Standards régionaux
• v : [b]/[β]
Plusieurs standards littéraires régionaux de l'occitan dé-
• w : [w], [b]/[β]
veloppés au cours des XIXe et XXe siècles sont parve-
• x : [ts], [s] devant une consonne nus à un niveau plus ou moins avancé de standardisation :
l'auvergnat (standard embryonnaire), le gascon (standard
• y : [i]/[j] avancé), le languedocien (avancé), le limousin (avancé),
le nissard (moyennement avancé), le provençal général
• z : [z], [s] en position finale
(avancé), et le vivaroalpin (embryonnaire)[141],[142] . On
assiste depuis 1990 à la standardisation de sous-dialectes :
34.7.2 Normes littéraires l'aranais, forme locale du gascon d'Espagne ; et le cisal-
pin (ou alpin oriental) qui est un ensemble hétérogène du
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou vivaroalpin d'Italie incluant aussi le dialecte transitionnel
incomplète. Votre aide est la bienvenue ! royasque[46] .

34.7.3 Standardisation 34.8 Unité ou négation historique


de la langue d'oc
L'occitan large

Outre ces expériences de normes littéraires, du côté de la 34.8.1 Gaston Paris et le continuum lin-
norme classique, la volonté consciente de fixer une variété guistique roman
standard en occitan est apparue dans les années 1970 avec
les recherches des linguistes Pierre Bec, Robert Lafont,
Roger Teulat, Jacme Taupiac, suivis dans les années 1980
par Patrick Sauzet. La variété standard est appelée selon
les auteurs occitan référentiel, occitan standard ou plus
récemment occitan large (occitan larg, P. Sauzet). Selon
le consensus de la majorité des spécialistes qui travaillent
sur ce projet, l'occitan large se compose :

• d'une variété générale qui se base sur le dialecte lan-


guedocien, considéré comme dialecte intermédiaire,
sans aucune notion de supériorité,

• d'adaptations régionales du standard, prenant en


compte certains traits dialectaux typiques, tout en
conservant une grande convergence et une concep-
tion unitaire. C'est une manière de fédérer dans
l'occitan large les différentes normes littéraires ré- L'occitano-roman est au cœur du continuum linguistique des
gionales qui se sont développées au cours du XIXe langues romanes tandis que le français est exclu du continuum
et du XXe siècles. principal[réf. souhaitée] .
34.8. UNITÉ OU NÉGATION HISTORIQUE DE LA LANGUE D'OC 143

La délimitation des langues romanes[143] , aux XIXe et en rappelant :


XXe siècles, a fait l'objet de débats, essentiellement en
France, sur l'appartenance ou non de l'espace d'oc au • que l'IEO ne préconise aucune langue unifiée, mais
français. Alors que les premières grammaires des langues s’appuie au contraire sur l'enseignement des variétés
romanes[144] séparèrent nettement le provençal (au sens locales ;
large de langue d'oc) du français, tout un courant au-
tour de Gaston Paris s’attacha à présenter l'unité des dia- • que les partisans des « langues » au pluriel font la
lectes gallo-romans (français, francoprovençal, occitan) confusion entre la langue objet de description (et de
en développant la théorie du continuum des parlers ro- prescription) linguistique et la langue comme moyen
mans (l'enquête de Charles de Tourtoulon et d'Octavien de communication.
Bringuier, en 1876[145] , est lancée par le Félibrige pour
contredire cette théorie). Cette négation de l'occitan, de Cette utilisation officielle de « langues d'oc » au pluriel
son existence en tant que langue indépendante, se tradui- (par ailleurs sans suite) soulève des protestations d'autant
sit par des appellations diverses : qu'elle est assortie, en Provence, à l'interdiction de toute
graphie autre que mistralienne[164] (alors qu'au contraire,
• premièrement, l'insistance sur la dichotomie langue en Auvergne, les partisans de P. Bonnaud et de la graphie
d'oc et langue d'oïl : le français ancien aurait connu classique finissent par se « partager » le terrain[165] ). À la
deux modalités, qui auraient en quelque sorte fusion- suite du changement de majorité politique en France, en
né dans le français moderne[146] 1981, la pluralité des graphies est rétablie.
• secondement, des appellations purement géogra- Les tensions s’apaisent un temps pour aboutir à la créa-
phiques : dialectes romans du Midi de la France, tion, fin 1991, du CAPES d'occitan-langue d'oc (il porte
langue romane du Midi de la France, français les deux noms, et le premier jury est composé d'un pa-
du Midi[147] , littérature méridionale[148] ; ce dé- nel d'occitanistes tel Gérard Gouirand et de provença-
ni va se poursuivre jusque dans les publications listes comme Claude Mauron). Dans la même période,
récentes[149] . Philippe Blanchet propose une nouvelle théorie sociolin-
guistique pour expliquer la séparation du provençal de
[166]
Aujourd'hui, l'existence d'une frontière linguistique entre l'occitan .
[145]
l'occitan et le français est largement reconnue . Alors Néanmoins, les partisans des « langues d'oc » au plu-
que la délimitation de l'occitan par rapport aux langues riel (l'Astrado a rejoint une association appelée « Col-
romanes voisines est moins évidente. lectif Provence[167] ») se font de nouveau entendre dans
les années 2000 avec d'une part l'émergence d'un Ens-
titut Biarnés e Gascoûn, en Béarn[168] , et d'autre part
34.8.2 Une langue d'oc ou plusieurs ? Aigo Vivo, en Cévennes[169] . Les manifestations bisan-
nuelles pour l'occitan, organisées par l'Institut d'études
Alors que cette dichotomie a fait place, dans la plupart des
occitanes, le Félibrige, la FELCO, la Confédération des
ouvrages sur les langues romanes[150],[151],[152] à une re-
calandretas et Oc-Bi (Carcassonne, 2005, Béziers, 2007,
connaissance assez large de l'occitan comme langue dis-
Carcassonne, 2009[170] , 13 000 personnes selon la po-
tincte du français, c'est l'unité de la langue qui a été remise
lice) sont assorties de contre-manifestations « pour les
en cause à partir de la fin des années 1960 par un certain
langues d'oc ». La dernière en date, qui s’est déroulée
nombre de mouvements régionalistes.
le 3 octobre 2009 entre Beaucaire et Tarascon[171],[172] ,
Louis Bayle, écrivain et linguiste provençal[153] , anime a regroupé 500 personnes. En parallèle, certains hommes
l'Astrado, association et maison d'édition provençale. politiques, dont Michel Vauzelle[réf. nécessaire] , Jean-Claude
Après avoir critiqué l'adaptation de la graphie classique Gaudin[réf. nécessaire] , Michel Charasse[173] ou Christian
au provençal[154],[155] , il multiplie les publications hostiles Estrosi[174] soutiennent publiquement cette revendica-
à l'occitanisme[156],[157] et même au Félibrige avec lequel tion.
il finira par rompre[158] . En 1975, l'Astrado publie, en col-
Article connexe : Sécessionnisme linguistique.
laboration avec Pierre Bonnaud[159] , un document sous la
signature de la CACEO (Confédération des associations
culturelles et enseignants d'oc), qui remet en cause l'unité
de la langue d'oc[160] . Cela se traduit, début 1976, par une
34.8.3 Langue littéraire unifiée
circulaire du ministère de l'éducation (René Haby) utili-
sant pour la première fois le terme au pluriel « langues Entre le XIe siècle et le XIIIe siècle, il existe une langue
d'oc ». L'Astrado publiera par la suite, en 1980, un ou- littéraire nommée par les troubadours du nom générique
vrage de Jean-Claude Rivière[161] , Langues et pays d'oc,de « langue romane » ou « roman » pour la différencier
qui développe le concept de langues d'oc au pluriel[162] .
du latin. Les auteurs modernes l’ont nommée koinè sur le
Dès 1976[163] , le Secteur de linguistique de l'Institut modèle de la koinê grecque, qui était une forme de grec
d'études occitanes a rejeté l'ensemble de ces arguments relativement unifié sous la période hellénistique (300 av.
144 CHAPITRE 34. OCCITAN

J.-C. - 300 ap. J.-C.). À partir du XIXe siècle, l’hypothèse • Voir aussi les liens entre l'occitan, le gascon et le ca-
dominante lancée par Camille Chabanneau en 1876 fut talan.
que la « langue romane » utilisée par les troubadours avait
pour base le dialecte limousin. La présence de certains
des premiers troubadours originaires du Limousin et de la 34.9 Classification des parlers occi-
Gascogne à la cour de Guillaume X (1126-1137), fils du
premier troubadour Guillaume IX, explique la diffusion tans
de cette langue littéraire au sein du duché d'Aquitaine.
Le futur Languedoc et la Provence ne connurent les trou- L'occitan forme un continuum linguistique. Cependant,
badours que par la suite dans la seconde moitié du XIIe pour des raisons de catégorisation linguistique, des
siècle. L’autre hypothèse avancée d'une origine poitevine dialectes ont été définis. Selon Ronjat[177] , le gascon
s’appuie sur l'idée que le dialecte poitevin parlé à la cour constitue le seul dialecte clairement différencié, les li-
de Guillaume IX d'Aquitaine faisait partie de la langue mites entre les autres dialectes restant floues. En dehors
d’oc et que le prestige du