Vous êtes sur la page 1sur 2

CALCUL DE LA CONDITION DE NYQUIST EN FREQUENCE

A. Hypothèses

On note r(t) la réponse impulsionnelle d'un filtre de Nyquist et T la durée du symbole. Dans ces
conditions, les échantillons de r(t) au rythme symbole T vérifient :

r(nT) = 1 pour n = 0 (1)

r(nT) = 0 pour n ≠ 0 (2)

B. Calcul de cette condition de Nyquist en fréquences

On note R(f) la transformée de Fourier de r(t). On écrit que r(t) est la Transformée de Fourier
inverse de R(f) :
+∞
r(t) = ∫ -∞ R(f) ej2πft df (3)

et on en déduit l'expression de r(nT) donnée par


+∞
r(nT) = ∫ -∞ R(f) ej2πfnT df (4)

On structure l'axe des fréquences en intervalles de largeur 1/T. On obtient donc

(2m+1)/2T
r(nT) = ∑ ∫(2m−1)/2T R(f) ej2πfnT df (5)
m

On opère le changement de variable u = f − m/T. On obtient donc

+1/2T
r(nT) = ∑ ∫−1/2T R(u + m/T) ej2πunT du (6)
m

ce qui peut aussi s'écrire

+1/2T
r(nT) = ∫−1/2T B(u) ej2πunT du (7)

où la fonction B(u) est définie par


B(u) = ∑ R(u + m/T) (8)
m

La fonction B(u) est une fonction périodique de période 1/T. Elle est donc décomposable en série de
Fourier avec les fréquences harmoniques kT, où k est entier relatif, et on obtient

B(u) = ∑ bk ej2πkTu (9)


k

où les bk sont les coefficients de Fourier donnés par:


+1/2T
bk = T ∫−1/2T B(u) e−j2πkTu du (10)

En comparant (7) et (10), on en déduit que

bn = T r(−nT) (11)

On déduit alors de (1) et (2) que

b0 = T r(0) = T (12)

bn = T r(−nT) = 0 pour n ≠ 0 (13)

En utilisant (12) et (13) dans (9), on en déduit que

B(u) = T (14)

ce qui donne, en utilisant (8), la condition de Nyquist en fréquence

∑ R(u + m/T) = T (15)


m

-1-