Vous êtes sur la page 1sur 2

Season 1 Trailer

Paris va pouvoir profiter à son tour des


faveurs des poupées sexuelles réalistes. La maison close propose aussi de louer les
services d'une poupée directement chez soi (à partir de 250 €). Les élus communistes au
Conseil de Paris vont demander la fermeture d'une «maison close de nouvelle génération»
ouverte récemment dans la capitale française, avec des poupées qualifiées de «prostituées
en silicone».
Ces dernières ne mesurent que 1 mètre 45 et font donc penser à des enfants selon le PCF
et Xdolls ne serait qu'un moyen détourné de faire accepter progressivement le retour des
maisons closes classiques dans l'Hexagone. L'entrée est comparable aux maisons closes
"classiques" : lumière tamisée, néons rouges, décoration minimaliste.
Suite à l'ouverture à Barcelone d'un établissement distinctive en son genre qui propose des
« séances spéciales » avec des poupées sexuelles, c'est au tour de la capitale française
d'ouvrir un « bordel » digne de la série Westworld Située dans le 14ème arrodissement, X-
Dolls propose en toute légalité trois mannequins en silicone.
Certains taxis essayent de dévier nos customers vers d'autres maisons pour toucher une
commission. Il devrait ouvrir six autres maisons closes un peu partout en France dans les
prochains mois. Depuis peu, la société Xdolls propose à ses clients de profiter sexuellement
de poupées en silicone.
Mais paris vip escorts qui est une "maison close de place de poupées sexuelles pour adulte"
pour le gérant est "comme un lieu de prostitution avec un propriétaire pouvant être assimilé à
un proxénète" pour les élus communistes. C'est un endroit qui génère de l'argent et où on
simule le viol d'une femme".
Dans le dessin au lavis et à l'encre, Au salon, scène de maison close, Constantin Guys, le
« peintre de la vie moderne » comme le décrit Baudelaire, représente des femmes assises
sur un canapé et des chaises, entourées d'hommes bourgeois ou riches en costumes
sombres et chapeaux hauts de forme.
Même s'il n'en discute pas forcément avec eux, Joaquim émet des hypothèses sur le genre
de personnes qui pourraient avoir envie de tester ces poupées sexuelles : il y aurait les
timides, ceux qui crèvent d'envie d'aller voir une prostituée mais qui n'osent pas” - il voit son
entreprise comme une option à la prostitution, illégale en France - ceux qui ne sont pas à
l'aise avec leur corps, qui ont peur d'être jugés - et la poupée, elle, ne vous juge pas”, mais
aussi, tout simplement, des gens qui sont curieux, ouverts, et qui veulent s'amuser et tester
quelque chose de nouveau”.
Mais la pilule ne passe pas auprès du groupe communiste-Front de gauche au Conseil de
Paris : selon Le Parisien , les élus vont déposer mardi 20 mars un voeu pour faire fermer
l'établissement. Ce sont les nouvelles pensionnaires de la première maison close française
de poupées sexuelles en silicone.
Après Barcelone, Vienne et Dortmund en Allemagne, c'est donc à Paris que ce nouveau
notion a ouvert ses portes, proposant à sa clientèle de passer du bon temps avec trois
poupées de luxe baptisées "Lily", "Kim" et "Sofia". Les élus du groupe communiste - Front de
gauche au Conseil de Paris viennent de déposer un vœu au Conseil (qui débute ce mardi)
demandant l'interdiction de cette maison close de sex-toys géants.