Vous êtes sur la page 1sur 67

SYSTÈMES DE DÉTECTION INCENDIE

S.D.I. - Implantation des détecteurs ponctuels de chaleur

DISTANCE ENTRE TOUT DÉTECTEUR ET TOUT POINT AU PLAFOND


(NORME NF S61-970 § 11.5.2.2)

En plus de la surface couverte par le détecteur, il est impératif de tenir


compte de la distance horizontale maxi (D) entre tous détecteurs et tous
points du plafond ou de la toiture.

Distance horizontale maximale entre tout point du plafond et un détecteur


Type de détecteur Surface du local Hauteur du local
i ≤ 20° 20° < i ≤ 45° i > 45°
S ≤ 40 m² h≤7m 5,7 m 5,7 m 6,3 m
Chaleur classe A1R
S > 40 m² h≤7m 4,4 m 5,7 m 7,1 m
Chaleur classe A1 ou A1S ou A2 S ≤ 40 m² h≤4m 4,6 m 4,6 m 4,6
ou A2S ou A2R ou B ou Br ou BS S > 40 m² h≤4m 3,6 m 4,6 m 5,7

EXEMPLE D'IMPLANTATION DANS UN LOCAL

74 L'intégrale de la sécurité
SYSTÈMES DE DÉTECTION INCENDIE
S.D.I. - Implantation des détecteurs ponctuels de fumée ou de chaleur

DÉTECTEURS AUTOMATIQUES D'INCENDIE


(NORME NF S61-970 § 11.5.1)

Si pour une raison technique ou liée à une configuration particulière du bâtiment, la principes définis dans le présent chapitre, son niveau de performance doit être validé
détection automatique d'incendie d'un volume n'est pas installée conformément aux par un essai d'efficacité .

IMPLANTATION DES DÉTECTEURS PONCTUELS DE FUMÉE OU DE CHALEUR


(NORME NF S61-970 § 11.5.2.4 ET 11.5.2.5)

Implantation des détecteurs ponctuels par rapport aux murs ou autres éléments verticaux
La distance horizontale entre les détecteurs et les éléments verticaux (cloisons, de ces particularités si, par ailleurs, il n'existe pas d'obstacle entre le plafond
murs, poutre ou conduit de hauteur supérieure à 15 cm) ne doit pas être et un plan fictif distant de 0,15 m. Lorsque cette dernière condition n'est pas
inférieure à 0,5 m, exception faite des couloirs, gaines techniques et parties de respectée, la distance horizontale séparant les détecteurs de ces éléments
bâtiments similaires de moins de 1 m de largeur. suspendus ou de ces cloisons ne doit pas être inférieure à 0,50 m, exception
Si le plafond comporte des éléments suspendus ou s'il subsiste un espace entre faite des couloirs, gaines techniques et parties de bâtiments similaires de moins
le sommet des cloisons et le plafond lui-même, il ne sera pas tenu compte de 1 m de largeur.

Implantation des détecteurs ponctuels par rapport aux obstacles

Implantation des détecteurs ponctuels sous un plafond incliné

SSI 75
SYSTÈMES DE DÉTECTION INCENDIE
S.D.I. - Implantation des détecteurs ponctuels de fumée ou de chaleur

IMPLANTATION DES DÉTECTEURS PONCTUELS DE FUMÉE OU DE CHALEUR


(NORME NF S61-970 § 11.5.2)

Plafond comportant des alvéoles (§ 11.5.2.5)
Si le plafond comporte des éléments, des solives, ou des retombées
formant des alvéoles, la prise en considération de celles-ci dépend
de leur hauteur comparée à celle du local.

Dans tous les cas, les détecteurs doivent être installés dans l'alvéole.
- u < 800 mm
S ≤ An : le tableau ci-dessous donne le nombre d'alvéoles surveillées
par détecteur

Nombre d'alvéoles
Surface de l'alvéole =S
surveillées par détecteur
S/An ≤ 0,2 5
0,2 < S/An ≤ 0,3 4
0,3 < S/An ≤ 0,4 3
0,4 < S/An ≤ 0,6 2
0,6 < S/An ≤ 1 1

S > An : les alvéoles sont assimilées à des locaux distincts.


- u > 800 mm = chaque alvéole est assimilée à un local distinct

Plafonds suspendus perforés (§ 11.5.2.7)


Il peut être admis de ne pas installer de détecteurs sous le plafond suspendu si - les dimensions de chaque perforation excèdent 10 mm x 10 mm, et
toutes les conditions suivantes sont réunies : - l'épaisseur du plafond suspendu ne dépasse pas 3 fois la dimension minimale
- les perforations représentent plus de 40 % de toute section du plafond de de la perforation.
1 m x 1 m,

76 L'intégrale de la sécurité
SYSTÈMES DE DÉTECTION INCENDIE
S.D.I. - Implantation des détecteurs ponctuels de fumée ou de chaleur

IMPLANTATION DES DÉTECTEURS PONCTUELS DE FUMÉE OU DE CHALEUR


(NORME NF S61-970 § 11.5.2.6)

Local ou volume avec renouvellement d'air important


Dans les locaux ou volumes ou le renouvellement d'air est supérieur à 8 Pour des renouvellements d'air compris entre 4 et 8 volumes par heure, une
volumes par heure, des détecteurs de conduit (dénommé également détecteurs analyse doit être réalisée afin de déterminer la nécessité ou pas d'installer de
de gaine) ou des détecteurs par aspiration doivent être utilisés en complément tels détecteurs.
des détecteurs d'ambiance.

Détection de fumée pour conduit d'air


Les détecteurs de fumée équipés de tubes de prélèvement peuvent être installés Condition d'installation :
pour la détection de fumée dans les conduits d'air. Ils sont adaptés à des - Pour éviter les phénomènes de turbulence après ou avant un coude ou un
vitesses de passage d'air > 5 m/s. piquage, il convient d'installer le dispositif de prélèvement des détecteurs, à
une distance de l'élément perturbateur, au moins égale à trois fois la largeur
du conduit.
- Les détecteurs de fumée pour conduit d'air constituent une surveillance
spécifique qui ne dispense en aucun cas de la surveillance de l'ambiance.

SSI 77
SYSTÈMES DE DÉTECTION INCENDIE
S.D.I. - Implantation des détecteurs par aspiration de fumée

PERFORMANCES DES DÉTECTEURS EN FONCTION DE LA COURBE DU FEU

Détecteur par aspiration

DOMAINES D'UTILISATION

En règle générale, le détecteur de fumée par aspiration doit être utilisé toutes l'ambiance à protéger (difficulté d'accès, perturbations électromagnétiques,
les fois que le risque nécessite une détection précoce (application haute contraintes esthétiques etc.).
sensibilité) ou lorsque un détecteur ponctuel ne peut pas être installé dans

CONTRAINTES CONTRAINTES
QUELQUES EXEMPLES LES SOLUTIONS PAR ASPIRATION
ENVIRONNEMENTALES DU SYSTÈME DE DÉTECTION
Monument historique, Réseaux d'aspiration masqués,
Détection invisible Détecteurs invisibles et/ou difficiles d'accès
Etablissement pénitentier ... captation avec capilaires d'aspiration
Stratification des fumées : Réseaux d'aspiration des fumées avec capilaires
Volume important Hall de stockage, Atrium, Théatre ...
détection impossible en plafond d'aspiration à différentes hauteurs
Volume restreint / Chemin de câble, Faux plafond, Faux plancher, Cheminement difficile des fumées : Aspiration des fumées à l'intérieur des volumes,
Ambiance confinée Armoire électrique, ... détection tardive réglage optimum des seuils de déclenchement
Incinérateur, Tunnel routier, Atelier d'usinage, Empoussièrage des détecteurs : détection Filtration des poussières et adaptation
Ambiance empoussiérée
Combles ... impossible ou déclenchements intempestifs automatique à l'environnement
Salle blanche, Laboratoire, Nécessité d'une détection très précoce Plage de sensibilité très étendue
Ambiance très propre
Fabrication de composants électroniques, ... Difficulté d'accès aux détecteurs Détecteur en dehors du volume
Filtration des poussières et adaptation
Ambiance enfumée Cuisine, Parking, ... Risques de déclenchements intempestifs
automatique à l'environnement
Détérioration des détecteurs installés en ambiance Possibilité de déshumidifier l'air entrant
Ambiance humide Chambre froide, Tunnel de lavage, ...
et risques de déclenchements intempestifs dans le détecteur
Local informatique, Tunnel de congélation, Vitesse de l'air sur le détecteur trop importante : Captation de l'air par prélèvement à basse
Ambiance très ventilée
Salle blanche, Conduit de ventilation, ... détection difficile ou déclenchements intempestifs vitesse et basse pression
Détérioration des détecteurs installés en ambiance Possibilité de refroidir l'air entrant
Températures élevées Four ; Tunnel de séchage ...
et risques de déclenchements intempestifs dans le détecteur
Chamfre froide ou de congélation, Combles, Détérioration des détecteurs installés en ambiance Possibilité de réchauffer l'air entrant
Températures faibles
Local non chauffé, ... et risques de déclenchements intempestifs dans le détecteur

78 L'intégrale de la sécurité
SYSTÈMES DE DÉTECTION INCENDIE
S.D.I. - Implantation des détecteurs par aspiration de fumée

SURFACES COUVERTES PAR DÉTECTEUR

Surface maximale couverte


1600 m2
par un électro-aspirateur

Surface maximale couverte


800 m2
par une tubulure

Surface maximale "Amax" couverte


35 m2
par une orifice de prélèvement

Distance horizontales maximales "D"


entre tout point du plafond 5,9 m
et un orifice de prélèvement Détecteur par aspiration

Sur un même tubulure, toute perte de point de captation entraînant la perte de Lorsque la hauteur du local est supérieure à 12 m l'analyse du risque peut conduire
plus de 400 m² doit être signalée en tant que dérangememt sur l'E.C.S. à installer deux niveaux de détection.

CONDITIONS D'INSTALLATION (NORME NF S61-970 § 9.5 )

Respect des conditions d'installation des constructeurs notamment :


- configurations du réseau de prélèvement ;
- caractéristiques des tubulures, des déports d'orifice et des raccords
(matière, diamètres, etc.) ;
- implantation, diamètre et repérage des orifices.
Conditions d'installation relatives aux tubulures
- canalisation utilisée pour la distribution des fluides (interdiction
d'utilisation de canalisation électrique) ;
- utilisation de raccords d'étanchéité vissés ou collés ;
- fixées par des dispositifs distants de 1,5 m au maximum
horizontalement ;
- toute perte de points de captation, d'une même tubulure,
entraînant la perte de plus de 400 m² doit être signalée en tant
que dérangement sur l'e.c.s.
Conditions d'installation relatives aux orifices de prélèvement
- orifices accessibles ; Détecteur
par aspiration
Une information d'alarme feu spécifique, permettant d'identifier la ou
les tubulure(s) concernée(s) (par voyant ou par afficheur par exemple),
une information d’alarme spécifique
doit être signalée sur l'e.c.s. au moins pour chaque ensemble de 5
locaux ou volumes surveillé par le détecteur par aspiration. pour 5 locaux ou volumes
Pour assurer la vérification de la cassure et l'entretien du réseau,
il doit être prévu un dispositif (par exemple raccord union) par e.c.s.
tubulure.
Si les tubulures traversent un mur ou une cloison résistante au feu,
des dispositions doivent être prises pour éviter d'altérer la résistance
au feu de ce mur ou de cette cloison.

SSI 79
SYSTÈMES DE DÉTECTION INCENDIE
S.D.I. - Implantation des détecteurs linéaires de fumée

SURFACE COUVERTE PAR LES DÉTECTEURS LINÉAIRES DE FUMÉE (NORME NF S61-970 § 11.5.2.2)

La surface surveillée par détecteur se présente sous la forme d'un


rectangle d'une surface au sol variant avec la hauteur du local (la
hauteur du local est mesurée au point le plus haut).

Hauteur recommandée Largeur maximale


Hauteur du local
d'installation sous plafond de surveillance
h1 en mètre
h2 en mètre l1 ou l2 en m
0 ≤ h1 ≤ 0,3 ≤ h2 ≤ 0,5 4
55 ≤ h1 ≤ 12 0,5 < h2 ≤ 2 5
12 ≤ h1 ≤ 15 0,5 < h2 ≤ 3 5
(pour le niveau supérieur)

IMPLANTATION DES DÉTECTEURS PAR RAPPORT À LA HAUTEUR DU LOCAL

Dans l'hypothèse d'un feu prenant naissance au sol, la fumée


produite refroidit en montant et se stratifie. Plus le local est haut,
moins la fumée monte sous le plafond.
Ce phénomène est encore plus important lors de feux à combustion
lente avec peu de dégagement calorifique.
Lorsque la hauteur du local est supérieure à 12 m, l'analyse du
risque peut conduire à installer un second niveau de détection.

RISQUES DE PERTURBATIONS DES DÉTECTEURS

Les détecteurs doivent être implantés de façon que le récepteur


ne risque pas de recevoir les faisceaux infrarouges du soleil ou de
toute autre source.
Le faisceau ne doit jamais pouvoir être interrompu (mouvement
de chariot élévateur, stockage de grande hauteur par exemple) ;
Tous les risques de masques (retombée de poutre, conduit de
ventilation, stockages, utilisation des locaux...) doivent être pris
en considération dans l'installation et l'exploitation des détecteurs
linéaires.

MONTAGE ET EXPLOITATION DES DÉTECTEURS

Les détecteurs linéaires doivent être montés sur des supports


stables.
Ils ne doivent pas être montés directement sur des éléments ou
des bardages métalliques ;
Lorsque le voyant du détecteur n'est pas visible depuis le sol,
un report d'alarme visible depuis le sol doit être installé.

80 L'intégrale de la sécurité
SYSTÈMES DE DÉTECTION INCENDIE
S.D.I. - Implantation des détecteurs ponctuels de flamme

IMPLANTATION DES DÉTECTEURS PONCTUELS DE FLAMME


(NORME NF S61-970 § 11.5.3)

Conditions d'installation caractéristiques du détecteur, à savoir la classe 1, 2 ou 3 (respectivement 25,


17 ou 12 mètres) et l'angle maximum de réception précisé par le constructeur ;
- les détecteurs de flamme ne sont pas obligatoirement installés sous plafond,
ils peuvent être installés en applique contre les murs et les parois verticales ; - le rayonnement UV ne traversant pas la fumée épaisse, les détecteurs de flamme
sensibles aux UV ne doivent être utilisés si l'incendie produit une fumée importante,
- l'espace entre le détecteur et le risque doit être dégagée en permanence ;
avant l'apparition des flammes. Si les détecteurs ultraviolets sont utilisés dans
- les détecteurs de flamme sensibles aux UV ne doivent pas être installés dans les des locaux où les matériaux sont susceptibles de brûler lentement, on doit leur
zones poussiéreuses, enfumées ou brumeuses ; adjoindre d'autres types de détecteurs ;
- la distance entre tout point de la zone à surveiller et le détecteur le plus proche - prendre des précautions lorsqu'une activité de production ou d'autres procédés
doit répondre aux prescriptions de la norme NF EN 54-10 en fonction des émettent une radiation (soudure, four à flamme nue, torchère, ...)

Classe du détecteur
Portées maxi
suivant la norme NF EN 54-10
1 25 m
2 17 m
3 12 m

L'implantation de ce type de détecteurs doit notamment prendre en compte la présence d'éléments pouvant
constituer des obstacles s'opposant aux rayonnements émis par l'incendie. Leur mise en place sur
les parois verticales peut être utilement envisagée.

SSI 81
SYSTÈMES DE DÉTECTION INCENDIE
S.D.I. - Implantation des déclencheurs manuels

IMPLANTATION DES DÉCLENCHEURS MANUELS

Généralités
Les déclencheurs manuels d'alarme doivent être implantés au niveau d'accès 0 au Les déclencheurs manuels d'alarme doivent être visibles et facilement accessibles.
sens de la norme NF S 61.931, dans les circulations à chaque niveau à proximité De plus, ils ne doivent pas présenter une saillie supérieure à 0,10 m.
immédiate de chaque escalier et au rez-de-chaussée à proximité des sorties.
Les déclencheurs manuels d'alarme doivent être installés à une hauteur d'environ
Des textes d'applications peuvent imposer l'installation de déclencheurs manuels 1,3 m.
d'alarme complémentaires, par exemple près de risques particuliers.

Implantation des déclencheurs manuels


DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS PARTICULIÈRES
Article MS 65 §1 Article J 37
Les déclencheurs manuels doivent être disposés dans les circulations, à chaque [...] Exceptionnellement, après avis de la commission de sécurité, et dans des
niveau, à proximité immédiate de chaque escalier, au rez-de-chaussée à proximité zones accueillant des personnes désorientées, les déclencheurs manuels d'alarme
des sorties. peuvent être uniquement installés dans les locaux accessibles au personnel seul.
Ils doivent être placés à une hauteur d'environ 1,30 mètre au-dessus du niveau Article U 45
du sol et ne pas être dissimulés par le vantail d'une porte lorsque celui-ci est
maintenu ouvert. De plus, ils ne doivent pas présenter une saillie supérieure à [...] Par ailleurs, dans les services psychiatriques, les commandes manuelles ne
0,10 mètre. doivent être installées que dans les locaux accessibles au personnel seul.

82 L'intégrale de la sécurité
SYSTÈMES DE DÉTECTION INCENDIE
S.D.I. - Implantation de l'E.C.S.

Article MS 50 - Poste de sécurité


§ 1 - Un poste de sécurité doit être mis à la disposition exclusive des personnels § 4 - Le poste de sécurité doit notamment recevoir les alarmes restreintes
chargés de la sécurité incendie. transmises par postes téléphoniques, avertisseurs manuels, installations de
§ 2 - Ce poste, d'accès aisé et si possible au niveau d'arrivée des secours extérieurs, détection et/ou d'extinction automatique. De plus, des commandes manuelles
doit être, sauf cas particulier, relié au centre de secours des sapeurs-pompiers par des dispositifs d'alarme, de désenfumage mécanique, de conditionnement, etc.,
un moyen de transmission rapide et sûr. doivent être installées à l'intérieur de celui-ci.
§ 5 - Le poste de sécurité et ses accès doivent être convenablement protégés contre
§ 3 - Lorsque le service est assuré par des agents de sécurité incendie, le poste doit
un feu survenant dans l'établissement
être occupé en permanence par une personne au moins.
§ 6 - Ce poste doit être en mesure d'établir une liaison avec les espaces d'attente sécurisés.
Article MS 66 - Règles spécifiques applicables aux équipements d'alarme des types 1 et 2
§ 1. Le tableau de signalisation de l'équipement d'alarme des types 1 et 2 doit S'il existe un report de l'alarme restreinte, ce report doit être limité à une distance
être installé à un emplacement non accessible au public et surveillé pendant permettant au personnel de surveillance de se rendre rapidement au tableau de
les heures d'exploitation de l'établissement. Il doit être visible du personnel de signalisation afin d'être en mesure d'exploiter l'alarme restreinte.
surveillance et ses organes de commande et de signalisation doivent demeurer
aisément accessibles. Il doit être fixé aux éléments stables de la construction.

IMPLANTATION DES MATÉRIELS CENTRAL ET DÉPORTÉS DE L'ECS (NF S61-970 §11-1)

Conditions d'implantation du matériel central de l'E.C.S. et éléments à placer à proximité de l'E.C.S. et accès à l'E.C.S.

Signalisations et commandes placées entre


0,70 m et 1,80 m masquées si non utilisées.
Les signalisation visuelles sont facilement visibles
et lisibles, et les informations sonores sont audibles.

Conditions d'implantation du matériel déporté de l'ECS :


- être situé dans un emplacement équipé d'un détecteur
ou
- être situé dans un V.T.P.

Cas où le matériel central de l'ECS n'est pas sous surveillance humaine permanente

SSI 83
SYSTÈMES DE DÉTECTION INCENDIE
S.D.I. - Conception de l'installation

LIMITES DE CAPACITÉ D'UN E.C.S. (NF S61-970 § 9.1)

Lorsque le contrôle et la signalisation d'un équipement de contrôle et signalisation Cette limitation de capacité ou l'organisation du câblage peuvent nécessiter la
(E.C.S.) sont gérés par des unités de traitement séparées : présence de plusieurs équipements de contrôle et de signalisation (E.C.S.) sur un
- la capacité est limitée à un maximum de 1024 points par unité de traitement, même site.
- si plus de 1024 points sont traités par l'équipement de signalisation
celui-ci doit être doublé de sorte que la défaillance de l'un des
équipements n'entraîne pas la défaillance de l'autre. Ce second
équipement doit être implanté dans le même local que le premier.
Un même équipement d'alimentation électrique (E.A.E.) ne peut
pas être utilisé pour le traitement de plus de 1024 points. Lorsque le
contrôle et la signalisation d'un E.C.S. sont gérés par une même unité
de traitement, cet équipement ne doit pas gérer plus de 1024 points.

LIMITES DE L'E.C.S. D'UN E.C.S/C.M.S.I. (NF S61-970 § 9.2)

Un E.C.S./C.M.S.I. ne doit gérer plus de 1024 points maximum pour la partie C.M.S.I. est limitée à la fonction évacuation (E.C.S. avec U.G.A.) qui peut être
E.C.S. L'association avec d'autres E.C.S./C.M.S.I. ou d'autres C.M.S.I. ou d'autres associé à un C.M.S.I. et/ou E.C.S. dans les conditions décrites en 11.2 du présent
E.C.S. n'est pas autorisée, exceptée pour un E.C.S./C.M.S.I. dont la fonction document.

LIMITES LIÉES AUX DÉFAUTS SURVENANT SUR LES CÂBLES OU LES RACCORDEMENTS
(NF S61-970 § 7.3.2)

Les exigences suivantes doivent être respectées : - faire perdre plus de 1600 m² de surveillance pour tous les détecteurs,
a) un défaut (coupure, court-circuit, mise à la terre) sur un circuit de détection - faire perdre plus d'un scénario de mise en sécurité.
incendie ne doit pas : b) u n circuit de détection ne doit pas comporter plus de 128 points,
- faire perdre plus d'un seul type de fonction (détection automatique ou manuelle), ni couvrir plus de 6000 m2.
- faire perdre plus de 32 points répartis sur 32 ZD maxi,
ne pas perdre plus d’un seul type de fonction :
séparation des ZDM et ZDA ne pas perdre plus de 32 points
et 1600 m2 maxi pour les détecteurs

c) u n défaut sur un câble d'interconnexion entre ECS en réseau ne doit affecter le fonctionnement d'aucun ECS.

LIMITES RELATIVES AUX LIAISONS HERTZIENNES (NF S61-970 § 9.3)

La défaillance d'une liaison hertzienne ne doit pas engendrer la perte de plus de Un organe intermédiaire ne doit pas pouvoir gérer plus de 32 points en liaison
32 points de détection. hertzienne (soit des détecteurs, soit des déclencheurs manuels).
Un circuit de détection rebouclé ne doit pas comporter plus de 128 points de Un E.C.S. n'utilisant pas d'organe intermédiaire pour liaisons hertziennes ne doit
détection à liaison filaire et/ou à liaison hertzienne. pas pouvoir gérer plus de 32 points en liaison hertzienne.

84 L'intégrale de la sécurité
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Généralités

Établissements concernés
2e GR. 1er GROUPE (1ère à 4e catégorie)
5e cat. J L M N O P R S T U V W X Y
ALARME : mode de diffusion
son diffusé à partir de diffuseurs sonores non
- son NF S 32.001
autonomes ou de blocs autonomes d'alarme sonore
- message pré-enregistré voir les cas d'application page suivante
la diffusion phonique de l'alarme ne remplace pas la
- diffusion phonique de l'alarme
diffusion du son NF S 32.001
l'alarme générale sélective doit être sonore et
FONCTION ÉVACUATION

- alarme générale sélective PU éventuellement visuelle


les tableaux répétiteurs doivent reporter
- tableau répétiteur PO synthétiquement l'alarme feu du SDI
- alarme générale immédiate la temporisation de l'alarme générale est interdite

- alarme générale visuelle signalisation visuelle par diffuseurs ou panneaux lumineux


le verrouillage des portes des sorties de secours
DÉVERROUILLAGE doit recevoir l'avis de la commission de sécurité,le
DES ISSUES DE SECOURS déverrouillage simultané de toutes les issues de la ZA
doit être asservi à l'alarme.
blocs autonomes asservis au déclenchement du
ÉCLAIRAGE DE SÉCURITÉ processus d'alarme des établissements avec locaux à
sommeil
5e cat. J L M N O P R S T U V W X Y
commande automatique des portes résistantes au feu
PORTES DE CIRCULATION
de recoupement des circulations maintenues ouvertes
FONCTION COMPARTIMENTAGE

commande automatique des portes résistantes au feu


PORTES D'ESCALIER
de recoupement des escaliers maintenues ouvertes
commande automatique des clapets coupe-feu installés
CLAPET COUPE FEU DE en limite de zone de compartimentage (SSI A et B)
VENTILATION DE CONFORT option
(hors VMC) commande automatique des clapets coupe-feu
installés en limite des locaux à risques importants
non arrêt dans la zone sinistrée des ascenseurs ou
NON ARRÊT ASCENSEUR
monte-malades
5e cat. J L M N O P R S T U V W X Y
commande uniquement manuelle du désenfumage ou
DÉSENFUMAGE ESCALIERS
de la mise à l'abri des fumées
DÉSENFUMAGE CIRCULATIONS commande du désenfumage pas obligatoirement
- circulations de longueur total automatique
> 30 m ; commande par détection automatique du désenfumage
- circulations desservies par des des circulations horizontales si SSI de cat A
FONCTION DÉSENFUMAGE

escaliers mis en surpression ;


- circulations desservant des
locaux à sommeil ; commande par détection automatique du
- circulations situées en désenfumage des circulations desservant les chambres
sous-sol
DÉSENFUMAGE LOCAUX commande du désenfumage pas obligatoirement
- > 300 m2 en étage ou RdC ; automatique
- > 100 m2 en sous-sol ; commande par détection automatique du
- > 100 m2 aveugle ; désenfumage des locaux si SSI de cat A
arrêt des ventilations mécaniques qui ne participent
ARRÊT VENTILATION pas au désenfumage des circulations désenfumées,
hors VMC.
* Établissements avec locaux à sommeil

SSI 85
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Fonction évacuation - Types et modes de diffusion d'alarme

Alarme Alarme générale (2)


restreinte (1)
Type de diffusion Mode de diffusion Temporisation
possible de
son message diffusion générale DSNA tableau l'alarme
NF S 32.001 pré-enregistré phonique sélective SSS (4) sono (5)
ou BAAS report générale (3)
J J 37 tous établissements et non
avec EA 1
L 16 ou sonorisation et ou oui
L
L 16 § 2 autres sans objet (6)
1ère catégorie
M 32 et/ou sonorisation et et oui
M
M32 § 3 autres oui/sans objet (6)
N N 18 tous établissements oui/sans objet (6)
O O 19 tous établissements oui
EA 1, 2 ou 3 et ou oui/sans objet (6)
P P 22 § 3
EA 4 oui
R R 31 tous établissements oui/sans objet (6)
S S 16 tous établissements oui/sans objet (6)
avec sonorisation et ou oui/sans objet (6)
T T 50
sans sonorisation oui/sans objet (6)
U 45 niveaux avec sommeil et non
U
U 50 niveaux sans sommeil et sans objet (6)
V V 10 tous établissements sans objet (6)
W W 14 tous établissements sans objet (6)
X X 26 tous établissements sans objet (6)
1ère catégorie et et oui
Y Y 20
autres oui
CTS CTS 28 tous établissements oui
EF EF 16 tous établissements oui
1ère et 2e catégorie (7)
effectif important ou ou
GA GA 9
autres ou ou (7)

OA OA 25 tous établissements oui


PA tous établissements
REF REF 18 tous établissements sans objet (6)
tous établissements
PE 32 sauf PU non
5e cat.
PU 6 PU ou ou non
(1) Alarme restreinte : signal sonore et visuel distinct du signal d'alarme générale ayant (4) SSS : Systèmes de sonorisation utilisés pour générer et diffuser le signal sonore
pour but d'avertir soit le poste de sécurité incendie de l'établissement, soit le personnel de l'alarme générale dans une ou plusieurs Zones d'Alarme dans le cadre
désigné à cet effet, de l'existence d'un sinistre et de sa localisation. (art. MS 61). d'Équipements d'Alarme de type 1 ou 2a comportant, par définition, une U.G.A.
(2) A larme générale : signal sonore ayant pour but de prévenir les occupants Le S.S.S. doit respecter les dispositions de la norme NF EN 60949 visant les
d'avoir à évacuer les lieux. (art. MS 61). systèmes électroacoustiques pour services de secours.
(3) Temporisation de l'alarme générale : la temporisation ne doit être admise que (5) sono : système de sonorisation de l'établissement.
lorsque l'établissement dispose, pendant la présence du public, d'un personnel (6) sans objet : la temporisation de l'alarme générale est impossible avec les
qualifié pour exploiter l'alarme restreinte... (art MS 66 §5). équipements d'alarme de type 3 et 4.
(7) La diffusion de l'alarme générale est réalisée sans temporisation en l'absence
de personnel qualifié pour exploiter immédiatement l'alarme restreinte.

86 L'intégrale de la sécurité
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Fonction évacuation - Modes de diffusion d'alarme

Article MS 61 - Terminologie
a) Alarme générale : signal sonore ayant pour but de prévenir les occupants b) Alarme restreinte : signal sonore et visuel distinct du signal d'alarme générale
d'avoir à évacuer les lieux. Ce signal sonore peut être complété, dans certains cas, ayant pour but d'avertir soit le poste de sécurité incendie de l'établissement, soit
par un signal visuel. L'alarme générale peut être immédiate ou temporisée. la direction ou le gardien, soit le personnel désigné à cet effet, de l'existence d'un
Alarme générale sélective : alarme générale limitée à l'information de certaines sinistre et de sa localisation ;
catégories de personnel, selon les dispositions prévues par le présent règlement
pour certains établissements ;
Article MS 64 - Principes généraux d'alarme
§ 1 - En principe, l'alarme générale doit être donnée par bâtiment. § 3. (Arrêté du 24 septembre 2009) Un signal sonore doit être complété par un
§ 2. ... la diffusion de l'alarme générale doit englober, au minimum, la zone de dispositif destiné à rendre l'alarme perceptible en tenant compte de la spécificité
mise en sécurité laquelle doit englober la zone de détection. des locaux et des différentes situations de handicap des personnes amenées à les
fréquenter isolément.

D'après la norme NF S61-932 § 9.6 relatif aux Équipements d'Alarme (E.A.) :


- Les câbles d'alimentation des Diffuseurs Sonores Non Autonomes (D.S.N.A.) et des Diffuseurs Lumineux (D.L.) doivent être
de catégorie CR1 avec dispositifs de dérivation ou de jonction résistant à l'essai au fil incandescent et indépendants des
autres canalisations électriques.
- Les limites applicables aux diffuseurs d'alarme sont :
a) un défaut sur une ligne de diffuseurs (diffuseur sonore, diffuseur sonore ou lumineux, haut-parleur) d'une U.G.A. ne doit
pas faire perdre plus de 32 diffuseurs ou un seul Système de Sonorisation de Sécurité ;
b) un court circuit sur une ligne de commande issue du contact auxiliaire d'une U.G.A., ne doit pas faire perdre plus de 16
B.A.A.S. ou 32 B.A.A.S. si cette ligne est surveillée par l'U.G.A. ;
c) un défaut sur une ligne de diffuseurs sonores d'un Système de Sonorisation de Sécurité celle-ci ne doit pas perdre plus de
32 Diffuseurs Sonores Non Autonomes (D.S.N.A.) ;

SSI 87
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Fonction évacuation - Évacuation par message préenregistré

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Article MS 67 - Conditions d'exploitation


[...] conforme à la norme visant les équipements d'alarme soit entrecoupée ou
§ 4. Il peut être admis, selon les dispositions particulières ou après avis de la interrompue par des messages préenregistrées prescrivant clairement l'évacuation
commission de sécurité, que la diffusion du signal sonore d'alarme générale du public.

DISPOSITIONS PARTICULIÈRES AUX E.R.P. DE TYPE L

[...] Article L 16 - Équipement d'alarme


§ 2. Dans le cas d'un équipement d'alarme du type 1 (système de sécurité En outre, le fonctionnement de l'alarme générale doit être précédé
incendie de catégorie A) ou dans les établissements équipés d'une sonorisation, automatiquement :
l'alarme générale doit être interrompue par diffusion d'un message préenregistré - de la mise en fonctionnement de l'éclairage normal des salles plongées dans
prescrivant en clair l'ordre d'évacuation. Dans ce dernier cas, les équipements l'obscurité pour des raisons d'exploitation ;
nécessaires à la diffusion de ce message doivent également être alimentés au - de l'arrêt du programme en cours afin que le message d'évacuation soit audible.
moyen d'une alimentation électrique de sécurité (AES) conforme à sa norme.

DISPOSITIONS PARTICULIÈRES AUX E.R.P. DE TYPE P

[...] Article P 22 - Système de sécurité incendie, système d'alarme


§ 3. Dans le cas d'équipement d'alarme du type 1, 2 ou 3, l'alarme générale En outre, le fonctionnement de l'alarme générale doit être précédé
doit être interrompue par diffusion d'un message préenregistré prescrivant en automatiquement :
clair l'ordre d'évacuation. Dans ce dernier cas, les équipements nécessaires à - de l'arrêt du programme en cours ;
la diffusion de ce message doivent également être alimentés au moyen d'une - de la mise en fonctionnement de l'éclairage normal des salles plongées dans
alimentation électrique de sécurité (A.E.S.) conforme à sa norme. l'obscurité pour des raisons d'exploitation.

SYSTÈME DE SONORISATION DE SÉCURITÉ (S.S.S.)

D'après la norme NF S61-932 § 9.5


Il est possible de mettre en œuvre un Système de Sonorisation de Sécurité (S.S.S.) Le S.S.S. permet, soit de diffuser un signal sonore conforme à la norme NF S 32-
dans le cadre d'un Équipement d'Alarme de type 1 ou de type 2a. 001, soit une combinaison de ce signal avec un message d'alarme.
Message d'alarme
Le signal sonore doit être audible et le message doit être intelligible en tout
point de toute Z.A.
Les messages doivent être clairs, courts, non ambigus et compréhensibles.
Lorsque l'alarme est donnée par un signal sonore et un message d'alarme
préenregistré, il y a lieu de respecter la séquence suivante :
Signal sonore / silence / message d'alarme / silence / traduction du message
d'alarme (si nécessaire) / silence.
Cette séquence est diffusée au moins deux fois et dans tous les cas jusqu'à la
fin de la diffusion de l'alarme générale.
Signal sonore : conforme à la norme NF S 32-001. Durée entre 4 et 10s.
Silence : durée entre 2s et 5s.
Implantation du S.S.S.
Le matériel principal de sonorisation doit être placé soit dans le même volume(s) technique(s) protégé(s), à l'exception des atténuateurs qui, lorsqu'ils
emplacement que le matériel central du C.M.S.I., soit dans un ou plusieurs existent, sont mis à disposition des utilisateurs au niveau d'accès 0.

E.C.S.A.V.

88 L'intégrale de la sécurité
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Fonction évacuation - Gestion des issues de secours

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Article CO 46 - Portes des sorties de secours 1er principe : Dispositif de Commande Manuelle (DCM)
§ 2 Le verrouillage des portes des sorties de secours peut être autorisé après avis
de la commission de sécurité et sous réserve du respect des mesures énoncées dans
la suite du présent article.
a) Chaque porte doit être équipée d'un dispositif de verrouillage électromagnétique
conforme à la norme en vigueur pour cette application ;
b) Les portes équipées ne peuvent être commandées que selon l'un des deux
principes suivants :
- Par un dispositif de commande manuelle (boîtier à bris de glace, par exemple)
à fonction d'interrupteur intercalé sur la ligne de télécommande et situé près de
l'issue équipée ;
- Par un dispositif de contrôle d'issues de secours conforme aux dispositions de la
2e principe : Unité de Gestion Centralisée des Issues de Secours
norme le concernant (visant également les conditions de mise en œuvre), avec
comme durées de temporisation : T1 max = 8 s et T2 max = 3 mn.
La temporisation T2 n'est cependant admise que si l'établissement dispose d'un
service de sécurité assuré par des agents de sécurité incendie dans les conditions
définies à l'article MS 46.
c) Le déverrouillage automatique des issues de secours doit être obtenu dans les
conditions prévues à l'article MS 60.
§ 3 - Tout dispositif de dissuasion d'emprunter les portes de secours verrouillées
ou non verrouillées peut être autorisé après avis de la commission de sécurité.
Article MS 60 - Automatismes
§ 2 - En complément des dispositions imposées à l'article CO 46 (§ 2), le déverrouillage
automatique des issues de secours doit être obtenu dès le déclenchement du
processus de l'alarme générale. Cependant, s'il existe un équipement d'alarme de
type 1, ce déverrouillage doit être obtenu automatiquement et sans temporisation
en cas de détection incendie.

D'après la norme NF S61-932 § 9.3.3


2e principe : Unité de Gestion Centralisée des Issues de Secours
Les dispositifs de verrouillage électromagnétique sont des D.A.S de la fonction
évacuation associés à une Z.A..
Le déverrouillage des issues de secours ne doit pas être commandé à partir de
U.C.M.C d'un C.M.S.I. mais à partir de l'U.G.A..
La temporisation du déverrouillage n'est possible que si toutes les issues de secours
sont visibles depuis le poste de sécurité où se trouve l'U.S. de l'U.G.C.I.S., soit
directement, soit par l'intermédiaire d'un équipement de vidéosurveillance.
Dans le cas où il existe une temporisation du déverrouillage, une signalisation
sonore et visuelle installée près de chaque issue de secours verrouillée, doit
informer l'utilisateur que sa demande d'ouverture est prise en compte. Cette
signalisation doit être associée à un affichage informatif précisant l'existence
d'une temporisation à l'ouverture.

DISPOSITIONS PARTICULIÈRES AUX ÉTABLISSEMENTS DE TYPE J ET U

Article J 21 - Verrouillage des portes Article U 21 - Verrouillage des portes


§ 1. Pour des contraintes impératives d'exploitation, le § 1. Dans les hôpitaux ou les services nécessitant une surveillance particulière des patients, les portes
verrouillage des portes de sortie de secours, de recoupement des locaux ou unités de soins peuvent être maintenues exceptionnellement verrouillées, à condition
de circulation ou d'isolement des zones est autorisé dans d'être placées chacune sous la responsabilité d'un préposé à leur ouverture.
les conditions définies aux articles CO 46 et MS 60 (§ 2). Ce verrouillage peut être réalisé selon l'un des deux principes suivants :
§ 2. La fermeture à clé des portes de chambre ou appartement a) par un verrouillage par clés. [...]
est admise dans la mesure où chaque personne affectée à la
b) par un dispositif de verrouillage électromagnétique conforme aux dispositions de l'article CO 46
surveillance de l'établissement est dotée d'une clé permettant
(§ 2), à l'exception du dispositif de commande manuelle de déverrouillage qui peut être, par dérogation, situé
l'ouverture de toutes ces portes.
dans un local réservé exclusivement au personnel et situé dans chaque service concerné par cette dérogation...

SSI 89
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Fonction de compartimentage - Commandes et signalisations

Article MS 60 - Automatismes
§ 1 - ...Dans les cas où le présent règlement prévoit que le fonctionnement de la détection § 4 - Au moment de leur mise en œuvre, les mécanismes de commande des
automatique entraîne le déclenchement des dispositifs actionnés de sécurité (système de dispositifs actionnés de sécurité doivent avoir fait l'objet d'un procès-verbal en
sécurité incendie de catégorie A), ce déclenchement doit s'effectuer sans temporisation. cours de validité délivré par un laboratoire agréé. Ce procès-verbal est délivré à la
§ 3 - Les seuls dispositifs actionnés de sécurité pouvant être télécommandés par suite d'un essai de contrôle de l'aptitude à l'emploi de ces mécanismes.
l'alarme d'un système de sécurité incendie de catégorie D ou E sont les portes De plus, en complément des matériels visés à l'article DF 4, les portes résistant au
résistant au feu à fermeture automatique (au sens de l'article CO 47) et le feu et les clapets télécommandés doivent être admis à la marque NF.
déverrouillage des portes d'issue de secours (visées à l'article CO 46 § 2).

Instruction Technique N° 247 relative aux mécanismes de déclenchement des dispositifs de fermeture résistant au feu et de désenfumage
5.4. Commande par dispositif électromagnétique Le contrôle de la ligne électrique de commande doit être assuré en permanence.
Deux types de commande sont possibles : la commande par manque de courant, la La force de collage résiduelle de la ventouse doit être inférieure à 15 % de sa force
commande par émission de courant. d'attraction maximale.
Dans ce dernier cas, lorsqu'il s'agit d'une commande par impulsion, celle-ci doit se faire Le réarmement du système asservi ne doit pas pouvoir se réaliser par erreur tant que la
par un train de trois impulsions minimum. cause qui a provoqué le déclenchement n'a pas disparu....

- Les clapets coupe feu télécommandés de ventilation peuvent être commandés par émission ou par rupture de courant.
- Les portes à fermeture automatique sont généralement commandées par rupture de courant.
D'après la norme NF S61-932 § 9.3.2.1 :
- Seuls DAS de compartimentage (clapets, portes, trappes ...) installés entre deux ZC sont contrôlées en position de sécurité.
- Le contrôle de position des clapets auto commandés n'est pas obligatoire, si la signalisation de position est demandée, elle
doit apparaître comme un défaut de position d'attente sur une US spécifique.
D'après la norme NF S61-932 § 7.1 :
- Les lignes de télécommande par émission de courant ainsi que les lignes de contrôle doivent être réalisées en câbles CR1
ou en câbles C2 et placés dans des Cheminements Techniques Protégés. Elles peuvent être réalisées en câbles C2 et sans
protection contre l'incendie dès qu'elles pénètrent dans la zone de mise en sécurité (Z.S.) correspondant aux D.A.S. qu'elles
desservent.
- Les lignes de télécommande par rupture de courant doivent être réalisées, au minimum, en câbles C2.

90 L'intégrale de la sécurité
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Fonction de compartimentage - Commandes et signalisations

Fonctions des boutons de commande de l'UCMC Non arrêt ascenseurs :


7 Vérification de l'état de tous DAS (clapets,portes ...) équipés de contrôle La fonction "non arrêt du ou des ascenseur(s)" ne doit pas posséder de commande
de position. ou de signalisation spécifique, la commande doit être associée à la ZC desservie
8 Commande manuelle forcée de l'ensemble de DAS et DCT de la ZC
par l'ascenseur ou le groupe d'ascenseur. Cette fonction est imposée dans les
établissements de type J (art. J 31) et de type U (art. U 36).
concernée et commande du "non arrêt du ou des ascenseur(s)" de la zone
desservie par cet ou ces ascenseur(s). D'après la norme NF S61-932 § 9.4 relatif au non arrêt des ascenseurs
Pour chaque ZC, un relais fournissant un contact inverseur libre de tout
potentiel doit être installé en machinerie d'ascenseur.
La ligne de télécommande du non-arrêt des cabines d'ascenseurs entre
le C.M.S.I. et le relais, doit présenter les caractéristiques d'une ligne de
télécommande par émission de courant.
Lorsque la commande est réalisée à partir d'un matériel déporté installé dans
la machinerie, la surveillance de la ligne de commande n'est pas demandée.

Signalisations de position des DAS de compartimentage :


Voyants VERT FIXE : après action sur le bouton bilan : vérification de la
position d'attente de tous les clapets et portes installés en limite de ZC ou
équipés de contrôle de position.
Voyant JAUNE FIXE : la ligne de commande des DAS commandés par
émission de courant et/ou la ligne de contrôle de position des DAS communs
est en dérangement.
Voyant JAUNE CLIGNOTANT : un ou des DAS a (ont) quitté(s) la position
d'attente sans ordre de commande (fonction optionnelle).
Voyant ROUGE FIXE : tous les DAS de la ZC sont en position de sécurité.
Voyant ROUGE CLIGNOTANT : un ou des DAS de la ZC n'est (ne sont) pas
en position de sécurité malgré un ordre de commande.

SSI 91
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Fonction compartimentage - Dispositions générales et particulières

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Article CO 24 - Caractéristiques des parois verticales et des portes


§1 - c) Les circulations horizontales de grande longueur encloisonnées doivent être recoupées tous les vingt-cinq à trente mètres par des parois et blocs-portes PF
de degré une demi-heure munis d'un ferme-porte.
Article CO 47 - Portes à fermeture automatique
§1. Les portes résistantes au feu et qui pour des raisons d'exploitation sont - il existe des portes d'isolement à fermeture automatique, telles que prévues à
maintenues ouvertes doivent être conformes à la norme visant les portes à l'article CO 10 (§1)
fermeture automatique.
§2. Ces portes doivent comporter sur la face apparente, en position d'ouverture,
une plaque signalétique bien visible portant en lettres blanches sur fond rouge, ou
vice-versa, la mention "Porte coupe feu. - Ne mettez pas d'obstacle à la fermeture".
§3. La fermeture de chaque porte doit être obtenue dans les conditions prévues
à l'article MS 60.
§4. La fermeture simultanée de ces portes, dans l'ensemble du bâtiment, doit en
outre être asservie à des dispositifs de détection automatique lorsque :
- l'établissement comporte, par destination, des locaux réservés au sommeil au-
dessus du premier étage ;

DISPOSITIONS PARTICULIÈRES AUX ÉTABLISSEMENTS DE TYPE J


Article J 10 - Conception de la distribution intérieure. Zones
§ 2. En aggravation des dispositions des articles CO 24, paragraphe 1, et CO 25, constituées doivent avoir chacune une capacité d'accueil équivalente. Les portes
tous les niveaux recevant du public, à l'exception de ceux donnant de plain-pied entre zones doivent être à fermeture automatique asservie à la détection incendie.
sur l'extérieur, doivent être recoupés au moins une fois, quelles que soient leur Leur fermeture doit être assurée dans les conditions précisées à l'article J 36.
longueur et leur surface, par une cloison CF, de façade à façade. Les zones ainsi
Article J 12 - Cloisonnement traditionnel
§ 1. En application de l'article CO 1, paragraphe 2, seul le cloisonnement cloison CF de degré une heure, de façade à façade. Les portes de communication
traditionnel est autorisé dans les zones comportant des locaux à sommeil. Les entre ces zones doivent être à fermeture automatique et pare-flammes de degré
zones traitées en cloisonnement traditionnel doivent être isolées entre elles par une une demi-heure.
Article J 19 - Portes de recoupement
Dans les niveaux recevant du public, les éventuelles portes de recoupement des la fermeture simultanée de ces portes peut s'effectuer uniquement dans la zone
circulations horizontales communes doivent être à fermeture automatique. En sinistrée. La fermeture de ces portes doit être asservie à la détection automatique
dérogation à l'article CO 47 (§ 4), et quel que soit le nombre de niveaux du bâtiment, d'incendie et être assurée selon les modalités précisées à l'article J 36.
Article J 20 - Escaliers
§ 6. Les portes des escaliers peuvent être à fermeture automatique. Dans ce cas, par bâtiment, la fermeture de ces portes doit être asservie à la détection incendie et
assurée dans les conditions précisées à l'article J 36.

DISPOSITIONS PARTICULIÈRES AUX ÉTABLISSEMENTS DE TYPE U


Article U 20 - Fonctionnement des portes de recoupement
§ 1. En dérogation à l'article CO 47 (§ 4), la fermeture simultanée des portes § 2. Les portes de recoupement des circulations horizontales des zones doivent être
à fermeture automatique de recoupement des circulations horizontales doit à fermeture automatique. ...
s'effectuer dans la zone protégée et être asservie à des dispositifs de détection
automatique d'incendie sensibles aux fumées et aux gaz de combustion.
Article U 27 - Règles d'utilisation
§ 3. En aggravation des dispositions de l'article CH 32 (§ 5) les conduits sauf si ces parois délimitent une des zones mentionnées à l'alinéa précédent. En
aérauliques de ventilation de confort doivent être munis de clapets, au droit des aggravation des dispositions de l'article CH 32 (§ 6), les clapets, placés au droit
cloisons délimitant les zones protégées et de mise à l'abri prévues à l'article U 10 des parois délimitant les zones protégées, de mise à l'abri et des locaux à risques
(§ 1 et § 2). En atténuation des dispositions de l'article CH 32 (§ 5, 4e tiret), les importants, doivent être télécommandés par la détection automatique d'incendie
conduits franchissant les parois des locaux à sommeil sont dispensés de clapets dans les conditions prévues à l'article U 44 (§ 3).
Article U 44 - Système de sécurité incendie
§ 2. Dans les établissements abritant des locaux à sommeil, l'implantation des zones § 3. a) La détection automatique incendie des locaux doit mettre en oeuvre,
telles que définies par l'article MS 55 doit être réalisée de la façon suivante : ... automatiquement : ...
- les zones de compartimentage (ZC) correspondent aux zones protégées telles que définies - l'ensemble des DAS de compartimentage de la zone protégée ;...
à l'article U 10 (§ 1). Les zones de compartimentage des espaces visés à l'article U 10 b) La détection incendie des circulations horizontales doit mettre en oeuvre,
(§ 3 et § 4), ainsi que des ensembles de locaux non visés par l'article U 10 doivent être automatiquement : ...
définies au cas par cas et proposées dans le cadre des articles GE 2 (§ 1) et MS 55 ;.... - l'ensemble des DAS de compartimentage de la zone protégée ;

92 L'intégrale de la sécurité
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Fonction compartimentage - Installation de ventilation

COMPARTIMENTAGE DES INSTALLATIONS DE VENTILATION

Ventilation mécanique Ventilation mécanique contrôlée (V.M.C.)


Réseaux de ventilation générale qui assurent le soufflage et la reprise d'air Réseaux de ventilation mécanique contrôlée (VMC) qui assurent, sans recyclage,
destiné à assurer la ventilation de confort (renouvellement d'air, chauffage, l'extraction mécanique de l'air vicié dans les locaux à pollution spécifique (salle
rafraîchissement, contrôle de l'humidité). d'eau, WC, offices,....) avec des bouches à fortes pertes de charges, pour des débits
n'excédant pas 200 m3/h et par local. L'amenée d'air, naturelle ou mécanique, est
réalisée dans les locaux à pollution non spécifique.
Articles CH 29 à CH 40 Articles CH 41 à CH 43
CH 32 CH 42
§5. Dans l'établissement, les
conduits aérauliques doivent, quel § 1. Pour les conduits verticaux :
que soit leur diamètre, être équipés - soit chaque piquage est muni d'un
de clapets coupe-feu d'un degré dispositif pare-flammes de degré
égal au degré coupe-feu des parois une demi-heure placé au droit de
franchies. Ces clapets rétablissent la paroi assurant le coupe-feu de
les caractéristiques de résistance au traversée du conduit ;
feu des parois suivantes : - soit un clapet coupe-feu est placé
- parois délimitant les zones de mise au droit de chaque plancher et
en sécurité (compartimentage) ; restitue le degré coupe-feu de ce
- parois d'isolement entre niveaux, dernier.
secteurs et compartiments ;
- parois des locaux à risques
importants ; § 2. Les conduits horizontaux
- parois des locaux à sommeil. doivent être équipés de clapets
Lorsque le volume limité par ces coupe-feu une demi-heure au
parois est desservi par le conduit, droit des parois d'isolement entre
ces clapets sont placés : secteurs, compartiments et des
- soit au droit de la paroi traversée parois délimitant les zones de mise
- soit au droit de la paroi assurant le en sécurité (compartimentage).
coupe-feu de traversée du conduit.
Lorsque le volume limité par ces § 3. Dans le cas où l'extraction
parois n'est pas desservi par le est réalisée de telle sorte que l'air
conduit, ces clapets ne sont pas circule de haut en bas dans les
exigibles si le conduit, avec sa conduits collectifs (VMC inversée),
gaine éventuelle, présente un degré il est interdit de placer des clapets
coupe-feu de traversée équivalent dans ces conduits collectifs. Seuls
au degré coupe-feu des parois les dispositifs sur les piquages sont
franchies. admis.

§ 6. Le fonctionnement des clapets est autocommandé par un déclencheur


thermique taré à 70°C. Les clapets sont conformes à la norme NF S61-937. § 4. Les dispositifs pare-flammes et les clapets coupe-feu sont facilement
Lorsqu'un système de sécurité incendie de catégorie A ou B est exigé par les contrôlables et remplaçables, ils sont autocommandés par un déclencheur
dispositions particulières, les clapets, placés au droit des parois délimitant les thermique fonctionnant à 70°C placé dans le flux d'air extrait. Les clapets sont
zones de mise en sécurité, doivent être télécommandés à partir du centraliseur de conformes à la norme NF S61-937.
mise en sécurité incendie (CMSI).

Article CH 34 - Dispositifs de sécurité


§ 2. En dehors des dispositifs "marche/arrêt des ventilateurs, l'arrêt de ceux- - un seul emplacement directement et facilement accessible de l'extérieur du
ci doit pouvoir être obtenu manuellement, en cas d'urgence, depuis l'une des bâtiment ou du hall d'accès à l'établissement.
localisations suivantes : Cette commande d'arrêt d'urgence doit être clairement identifiée et indépendante
- le poste de sécurité ; de la gestion technique centralisée.

Article DF 3 - Principes de désenfumage


§ 5. En cas de mise en fonctionnement du désenfumage, la ventilation mécanique, à - à partir d'une commande, placée à proximité de la commande locale de
l'exception de la ventilation mécanique contrôlée (VMC), doit être interrompue dans désenfumage ou confondue avec celle-ci, dans le cas d'un SSI de catégorie C,
le volume concerné, à moins qu'elle ne participe au désenfumage. Cette interruption D ou E.
s'effectue par arrêt des ventilateurs. L'arrêt des ventilateurs est obtenu depuis le CMSI : Dans le cas où la ventilation de confort doit être maintenue, cette interruption
- à partir de la commande de désenfumage de la zone de désenfumage concernée, s'effectue par fermeture des clapets télécommandés de la zone de compartimentage.
dans le cas d'un SSI de catégorie A ou B ;

SSI 93
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Fonction de désenfumage - Commandes et signalisations

Article MS 60 - Automatismes
§ 1 - Les dispositifs de désenfumage doivent être commandés par la détection fonctionnement de la détection automatique entraîne le déclenchement des dispositifs
automatique d'incendie, lorsque les dispositions particulières l'imposent. Cette actionnés de sécurité (système de sécurité incendie de catégorie A), ce déclenchement
disposition ne s'applique pas au désenfumage des cages d'escaliers dont la commande doit s'effectuer sans temporisation.
doit être uniquement manuelle. Dans les cas où le présent règlement prévoit que le
Instruction Technique N° 247 relative aux mécanismes de déclenchement des dispositifs de fermeture résistant au feu et de désenfumage
5.4. Commande par dispositif électromagnétique La force de collage résiduelle de la ventouse doit être inférieure à 15 % de sa force
Deux types de commande sont possibles : la commande par manque de courant, d'attraction maximale.
la commande par émission de courant. Le réarmement du système asservi ne doit pas pouvoir se réaliser par erreur tant
Dans ce dernier cas, lorsqu'il s'agit d'une commande par impulsion, celle-ci doit se que la cause qui a provoqué le déclenchement n'a pas disparu....
faire par un train de trois impulsions minimum. Lorsqu'il s'agit de désenfumage, la commande par manque de courant n'est
Le contrôle de la ligne électrique de commande doit être assuré en permanence. possible que si les conduits utilisés ne desservent qu'un compartiment.

- Les volets de désenfumage installés sur des conduits collectifs desservant donc plusieurs ZF, doivent être commandés par
émission de courant.
- Les volets de désenfumage installés sur des conduits unitaires ne desservant qu'une ZF, les exutoires, les ouvants de
désenfumage en façade, peuvent être commandés par émission de courant ou par rupture de courant.
D'après la norme NF S61-932 § 7.1 :
- Les lignes de télécommande par émission de courant ainsi que les lignes de contrôle doivent être réalisées en câbles CR1 ou en
câbles C2 et placés dans des Cheminements Techniques Protégés. Elles peuvent être réalisées en câbles C2 et sans protection contre
l'incendie dès qu'elles pénètrent dans la zone de mise en sécurité (Z.S.) correspondant aux D.A.S. qu'elles desservent.
- Les lignes de télécommande par rupture de courant doivent être réalisées, au minimum, en câbles C2 .

94 L'intégrale de la sécurité
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Fonction de désenfumage - Commandes et signalisations

Instruction Technique 246 § 3.6.2. Les commandes manuelles doivent assurer


Fonctions des boutons de commande de l'UCMC l'ouverture des exutoires, ouvrants ou volets dans la zone de désenfumage
1 Vérification de l'état de tous les volets et ventilateurs équipés de contrôle concernée (niveau, local, canton, compartiment, circulation ou portion de circulation
de position. recoupée). Dans le cas d'évacuation de fumée et d'amenées d'air réalisées au moyen
2 Commande manuelle forcée (annulation de l'interdiction de commande de dispositif actionné de sécurité, leur ouverture doit être obtenue simultanément à
automatique) des volets de désenfumage de la ZF concernée et commande partir du même organe à manipuler du dispositif de commande. ...
des ventilateurs de désenfumage correspondants (IT 246 § 3.6.2). 3.6.3. Lorsque les dispositions réglementaires l'imposent, le désenfumage de la
3 Les ventilateurs de désenfumage ne doivent pas posséder de commande zone de désenfumage (ZF) doit être commandé automatiquement par la détection
manuelle forcée à partir de l'UCMC, la commande, pour essais, est placée incendie installée dans le volume correspondant. Cette commande automatique est
sur le coffret de chaque ventilateur. doublée par la commande manuelle de l'unité de commande manuelle centralisée
4 Commande d'arrêt forcé (Arrêt POMPIER) des ventilateurs d'extraction ou
(UCMC) du CMSI. La commande automatique des dispositifs de désenfumage des
autres parties du bâtiment desservies par le même réseau de désenfumage est
des ventilateurs de soufflage (NF S61-932 § 9.3.2.2). neutralisée tant que n'a pas disparu la cause ayant provoqué la mise en route
5 Commande du réarmement d'un ou de plusieurs coffrets de relayage des
initiale. Toutefois, le désenfumage des autres parties du bâtiment doit pouvoir être
ventilateurs de désenfumage (NF S61-932 § 9.3.2.3). commandé manuellement à partir de l'UCMC.
Signalisations de position des volets de compartimentage :
Voyants VERT FIXE : après action sur le bouton bilan : vérification de la position d'attente
de tous les volets des ZF.
Voyant JAUNE FIXE : la ligne de commande et/ou de contrôle de position des volets est
en dérangement.
Voyant JAUNE CLIGNOTANT : un ou des volets a (ont) quittés la position d'attente sans
ordre de commande.
Voyant ROUGE FIXE : tous les volets de la ZF sont en position de sécurité.
Voyant ROUGE CLIGNOTANT : un ou des volets de la ZF n'est (ne sont) pas en position
de sécurité malgré un ordre de commande.
Signalisations de position des coffrets de relayage de désenfumage :
Voyants VERT FIXE : après action sur le bouton bilan : vérification de la position d'attente
de tous les coffrets de relayage.
Voyant JAUNE FIXE : la ligne de commande et/ou de contrôle de position des coffrets de
soufflage ou d'extraction est en dérangement.
Voyant JAUNE CLIGNOTANT : sans ordre de commande, un ou des coffret(s) n'est (ne
sont) pas en position d'attente.
Voyant ROUGE FIXE : tous les ventilateurs d'extraction ou de soufflage sont en position
de sécurité (le débit d'air est satisfaisant).
Voyant ROUGE CLIGNOTANT : le débit d'air dans au moins des conduits de désenfumage
n'est pas satisfaisant.

SSI 95
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Exemple de câblage dans un établissement de type O

96 L'intégrale de la sécurité
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Exemple de câblage dans un établissement de type R avec sommeil

SSI 97
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Exemple de câblage dans un établissement de type J

98 L'intégrale de la sécurité
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Exemple de câblage dans un établissement de type U

SSI 99
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Fonction désenfumage - Ventilateur de désenfumage

Commande Alimentation électrique


Instruction Technique 247 § 4.8. Article DF 3
Les dispositifs de commande ... doivent en outre Principes de désenfumage
assurer la mise en route des ventilateurs, avec § 3. Les installations de désenfumage mécanique
une temporisation maximale de 30 secondes doivent être alimentées par une alimentation
afin de permettre le fonctionnement des DAS électrique de sécurité (AES) conforme à la norme
(volets et portes) assurant le désenfumage et le NF S 61-940.
compartimentage de la zone de désenfumage. Toutefois, dans le cas où les dispositions particulières
propres à chaque type d'établissement n'imposent
par un groupe électrogène, les installations suivantes
peuvent être alimentées, dans les conditions de
l'article EL 14, par une dérivation issue directement du
tableau principal du bâtiment ou de l'établissement :
- installations de désenfumage mécanique des
Réarmement établissements de 1ère et 2e catégorie dont la
D'après la norme NF S61-932 § 9.3.2.3 : puissance totale des moteurs des ventilateurs
Le réarmement des coffrets de relayage pour d'extraction des deux zones de désenfumage les
conduits collectifs peut être situé à proximité du plus contraignantes est inférieure à 10 kW
C.M.S.I. ou du D.C.S., ou intégré dans le C.M.S.I.. - installations de désenfumage mécanique des
L'énergie électrique nécessaire au réarmement établissements de 3e et 4e catégorie.
peut être commune avec l'énergie de sécurité du Lorsqu'un groupe électrogène est imposé ou prévu,
C.M.S.I., du dispositif de commande et de l'E.C.S. la puissance nécessaire au désenfumage doit
Il est possible d'assurer le réarmement de tous permettre l'alimentation des moteurs d'extraction et
les coffrets de relayage de l'établissement ou de soufflage des deux zones de désenfumage les
du bâtiment à partir d'un organe à manipuler plus contraignantes.
commun à tous ces coffrets de relayage.
D'après la norme NF S61-932 § 9.3.2.2
Arrêt pompier
L'alimentation, le contrôle et la commande d'un
Instruction Technique 246 § 4.9.
En application de la norme NF S 61-932, § ou plusieurs ventilateur(s) de désenfumage
..., chaque ventilateur de désenfumage doit doivent s'effectuer au moyen d'un ou plusieurs
pouvoir être mis à l'arrêt depuis l'endroit où coffret(s) de relayage pour ventilateur de
se trouve sa commande manuelle de mise en désenfumage.
sécurité. Cette fonction ne doit pouvoir être Les canalisations électriques d'alimentation
obtenue qu'au niveau d'accès II .
depuis l'Alimentation Électrique de Sécurité
D'après la norme NF S61-932 § 9.3.2.2 : (A.E.S ou E.A.E.S.) jusqu'au moteur ne doivent
Les commandes de mise à l'arrêt des ventilateurs
de soufflage et d'extraction d'une même ZF pas comporter de protection contre les surcharges
doivent séparées. Les dispositifs de mise à l'arrêt mais seulement contre les courts-circuits les
doivent être situés à proximité du matériel central protections électriques doivent être dimensionnées
du C.M.S.I ou du D.C.S., ou intégré dans celui ci. en fonction des plus fortes surcharges que peuvent
Ils doivent être repérée "Arrêt pompiers" et ne pas supporter les moteurs.
être confondu avec le réarmement.
Coffret de relayage
Contrôleur permanent d'isolement
D'après la norme NF S61-932 § 9.3.2.2
Article EL 16 Un coffret de relayage pour ventilateur de
§ 4. ... si l'équipement de sécurité concerné
ne fonctionne qu'en cas de sinistre (cas des désenfumage doit être installé en dehors de la
ventilateurs de désenfumage), son isolement par (ou des) Zone(s) de mise en Sécurité desservie(s)
rapport à la terre doit être surveillé en permanence par le (ou les) ventilateur(s) qu'il commande.
pendant les périodes de non-utilisation, par un La commande manuelle placée sur le coffret de
contrôleur permanent d'isolement associé à un relayage permet de faire fonctionner localement
dispositif de signalisation. le ventilateur lors des essais.
Ventilateur d'extraction Sectionneur de proximité
Instruction Technique 247 § 4.7.5. Instruction Technique 246 § 4.7.3.
Les ventilateurs d'extraction doivent être installés L'état ouvert ou fermé du sectionneur des
soit à l'extérieur du bâtiment, soit dans un local ventilateurs doit être reporté au poste de sécurité
technique séparé des volumes adjacents par des
parois CF de degré 1 heure. La porte d'accès sera CF ou en un endroit habituellement surveillé. Cette
de degré 1/2 heure et équipée d'un ferme-porte. ... exigence est assurée par le coffret de relayage.

100 L'intégrale de la sécurité


SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Signalisations de position des D.A.S. et des D.C.T.

SIGNALISATIONS DE POSITION DES D.A.S. ET DES D.C.T.

DISPOSITIONS NORMATIVES DES SIGNALISATIONS DE POSITION DES DAS ET DCT


(NF S61-932 § 9.3.2.1)
Les D.A.S. ou D.C.T. devant faire l'objet d'un report de signalisations de positions Signalisation de Position Signalisation de Position Pas d'imposition de
des S.S.I. des catégories A, B ou C sont : d'Attente (PA) de Sécurité (PS) signalisation de position
D.A.S. ou D.C.T. commandés par la fonction évacuation
1 Dispositif de verrouillage pour issue de secours

2 Éclairage de sécurité

Arrêt sonorisation et mise en lumière


D.A.S. ou D.C.T. commandés par la fonction compartimentage
3 Clapet télécommandé installé en D.A.S. commun

Clapet télécommandé installé à l'intérieur d'une ZC


Clapet ou porte autocommandés *
4 Porte et rideau à fermeture automatique installé en D.A.S. communs

5 Non arrêt ascenseur

D.A.S. ou D.C.T. commandés par la fonction désenfumage


6 Volet de désenfumage pour conduit collectif

7 Volet de désenfumage pour conduit unitaire

Ouvrant télécommandé en façade ou exutoire de désenfumage


8 Coffret de relayage pour ventilateur de désenfumage pour conduit collectif

9 Coffret de relayage pour ventilateur de désenfumage sur conduit unitaire

Exutoire pour cage d'escalier à l'abri des fumées par surpression mécanique
10 Exutoire pour cage d'escalier à l'abri des fumées par surpression mécanique (I.G.H.)

11 Ventilateur de mise en pression d'escalier

12 Volet de transfert entre sas et circulation (I.G.H) **

13 Arrêt ventilation mécanique de confort

* D.A.S. auto commandés : Lorsque le contrôle de position des D.A.S. auto commandés est demandé, la signalisation doit apparaître en tant que défaut de position d'attente sur une
fonction spécifique sur l'U.S. Si plusieurs D.A.S. commandés de la même Z.S. sont signalés, ils peuvent être synthétisés sur la même U.S. spécifique.
** Volet de transfert : ce volets est autocommandé , si il quitte sa position d'attente alors qu'un ordre de mise en sécurité de la Z.S. correspondante est en cours, la signalisation de la
fonction désenfumage relative à ce D.A.S. doit indiquer un défaut de position de sécurité.

SSI 101
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Conception de l'installation

LIMITES DE CAPACITÉ D'UN C.M.S.I. (NORME NF S61-932 § 8.2)

D'après la norme NF S61-932 § 8.2 :


les limitations de capacité d'un C.M.S.I.
peut amener l'emploi de plusieurs
C.M.S.I. sur un même site.
D'après la norme NF S61-932 § 3.6 : les
D.C.T. sont :
- les D.A.S. au sens de la norme NF S61-
937, éventuellement les normes de la
série NF EN 12101 ;
- les Diffuseurs Sonores (D.S.) et/ou les
Diffuseurs Lumineux (D.L. ) ;
-les dispositifs commandés par les
D.A.S. de type coffret de relayage pour
ventilateurs de désenfumage;
- les équipements techniques qui
participent directement à la sécurité
incendie (tels que non-arrêt ascenseur,
arrêt centrales de traitement d'air,
rétablissement d'éclairage, arrêt
sonorisation d'ambiance,...).

LIMITES DE CAPACITÉ D'UN E.C.S./C.M.S.I. (NORME NF S61-932 § 8.2 ET NF S61-970. § 9.2)


Un E.C.S./C.M.S.I. qui ne gère que la seule fonction d'évacuation n'est pas limité Un E.C.S./C.M.S.I. peut gérer au maximum 5 Zones de mise en Sécurité (Z.S.),
en nombre de Z.A. dont 1 seule Zone de diffusion d'Alarme (Z.A.)
Conditions supplémentaires :
- pas de VT rebouclées ou redondantes équipées de MD ;
- pas de fonction supplémentaire permettant des interactions
avec d'autres E.C.S., C.M.S.I. ou E.C.S./C.M.S.I.

L'association avec d'autres E.C.S./C.M.S.I. ou d'autres C.M.S.I. ou d'autres E.C.S. n'est pas autorisée, excepté pour un E.C.S./C.M.S.I. dont la fonction est limitée à la
fonction évacuation (E.C.S. avec U.G.A.) qui peut être associé à un C.M.S.I. et/ou à un E.C.S dans les conditions décrites en 11.2 du précédent document.

LIMITES DE CAPACITÉ DES VOIES DE TRANSMISSION (NORME NF S61-932 § 8.3A)

32 D.A.S*. maxi. commandés par émission de courant/


VT unique 1024 D.C.T*. maxi. dont 512 D.A.S*. pour un
C.M.S.I. de type B, une V.T. ne doit pas gérer des D.M. et
des D.C.T.

* Les exigences applicables aux voies de transmission sont également applicables aux câbles d'alimentation des matériels déportés, les voies de transmission affectées
uniquement à la gestion des issues de secours peuvent être au minimum de la catégorie C2.

102 L'intégrale de la sécurité


SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Voies de Transmission et Matériel Déporté

MATÉRIEL CENTRAL / MATÉRIEL DÉPORTÉ

Matériel central : version complète Matériel déporté


Équipements regroupés dans un emplacement réservé Matériel du Centralisateur de Mise en Sécurité Incendie
au service de sécurité incendie : (C.M.S.I.) ne faisant pas partie du matériel central et
- Unité de Gestion d'Alarme relié à celui-ci au moyen de voies de transmission. On
- Unité de Commande Manuelle Centralisée distingue deux classes :
- Unité de Signalisation - classe AC1 (essais définis par la NF EN 54-2) : matériel
déporté implanté dans le même type d'ambiance
- Unité de Gestion Centralisée des Issues de Secours et climatique que le matériel principal (emplacement
autres équipements nécessaires au fonctionnement de réservé au service de sécurité incendie par exemple) ;
l'ensemble du C.M.S.I., (ou alimentations électriques
de sécurité à batterie d'accumulateurs par exemple) - classe AC2 (essais définis par la NF EN 54-7) :
matériel déporté implanté dans tout type d'ambiance
- Alimentation Électrique de Sécurité
climatique (galerie technique par exemple).
- Équipement d'Alimentation en Énergie de Sécurité

IMPLANTATION DES MATÉRIELS DÉPORTÉS (NORME NF S61-932 § 8.3B)

Les matériels déportés installés sur une voie de transmission unique non
rebouclée, correspondant à une seule fonction dans une seule Z.S. doivent être
placés dans la Z.S. concernée.

Les matériels déportés installés sur une voie de transmission redondante doivent
être placés en V.T.P.

Les matériels déportés installés sur une voie de transmission rebouclée doivent
être implantés de manière à se situer au sein de chacune des Z.S. concernées, si
non ils doivent être placés en V.T.P.

Un matériel déporté qui gère sur une de ses lignes de télécommande et de contrôle
un ou plusieurs D.A.S. communs entre deux Zones de mise en Sécurité (Z.S.) peut
être placé indifféremment dans l'une ou l'autre de ces Z.S. sans obligation d'être
placé en V.T.P.

Lorsqu'une voie de transmission rebouclée passe 2 fois dans la même Zone de


mise en Sécurité (Z.S.), les matériels déportés doivent être implantés que sur un
seul de ces deux cheminements.

Un matériel déporté gérant un ou plusieurs coffrets de relayage pour ventilateur


de désenfumage doit être implanté dans le même local que ces coffrets ou en
extérieur, sinon il doit être placé dans un Volume Technique Protégé (V.T.P.).

SSI 103
SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Installation et câblage du Matériel Déporté

Implantation des matériels déportés d'après la norme NF S61-932 § 8.3 Implantation des Dispositif de Commande et Dispositif Adaptateur
Un matériel déporté installé en dehors des zones concernées et gérant un ou de Commande (D.A.C.) d'après la norme NF S61-932 § 9.1
plusieurs types de fonction de mise en sécurité (compartimentage, désenfumage Les dispositifs de commande dont l'organe de sécurité à manipuler est de niveau
ou/et évacuation) doit être placé dans un Volume technique Protégé (V.T.P.) . d'accès 0 doivent être placés près de l'accès principal du ou des volume(s)
Lorsqu'un local comprend plusieurs Z.F., il n'est pas nécessaire de placer le matériel concerné(s) et être facilement accessibles.
déporté en V.T.P. lorsque qu'il gère un ou plusieurs D.A.C. de même nature et est L'organe de sécurité à manipuler doit être placé à une hauteur comprise entre
implanté dans ce local. 0,90 m et 1,30 m du sol.
Un matériel déporté gérant un ou plusieurs coffrets de relayage pour ventilateur Entre l'émetteur d'ordres (C.M.S.I. ou dispositif de commande) et le D.A.S., on ne
de désenfumage doit être implanté dans le même local que ces coffrets ou en doit pas intercaler plus de deux D.A.C.
extérieur, sinon il doit être placé dans un Volume Technique Protégé (V.T.P.). Une sortie de télécommande par câble d'acier ne doit commander qu'un seul
Un matériel déporté qui gère sur une de ses lignes de télécommande et de contrôle un dispositif aval, hormis le cas de deux ouvrants alignés côte à côte en façade,
ou plusieurs D.A.S. communs entre deux Zones de mise en Sécurité (Z.S.) peut être placé télécommandés par "tirer-lâcher".
indifféremment dans l'une ou l'autre de ces Z.S. sans obligation d'être placé en V.T.P.

SCHÉMAS D'INSTALLATION ET DE CÂBLAGE DE D.C.T. DANS UN LOCAL COMPORTANT


PLUSIEURS Z.F.

104 L'intégrale de la sécurité


SYSTÈMES DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE
S.M.S.I. - Installation et câblage du Matériel Déporté

SCHÉMA AVEC 1 ZA, 3 ZC, 3 ZF ET UN MATÉRIEL DÉPORTÉ PAR ZC ET/OU ZF

SCHÉMA AVEC 1 ZA, 2 ZC, 3 ZF ET UN MATÉRIEL DÉPORTÉ PAR ZF

SCHÉMA AVEC 1 ZA, 2 ZC, 3 ZF ET UN MATÉRIEL DÉPORTÉ DANS L'UNE DES ZF

SSI 105
SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE
S.S.I. - Reprise, échange ou délivrance d'information

REPRISE SUR L'E.C.S. D'INFORMATIONS LIÉES À LA SÉCURITÉ INCENDIE

D'après la norme NF S61-970 § 4.5.1


Pour réaliser ces reprises d’informations de matériels ayant un rapport avec la sécurité incendie on
doit utiliser les entrées de l’E.C.S. ou celles des organes intermédiaires et des interfaces d’entrées
placés sur les circuits de détection.
Si l’interface se trouve à l'extérieur du coffret d'où proviennent les informations à reprendre, la
liaison électrique entre l'interface et le coffret devra être surveillée depuis l’E.C.S. pour les défauts
de coupure, de court-circuit et, le cas échéant, de mise à la terre.
Il est admis de reprendre en particulier :
- des informations émanant d’une installation de système(s) de détection de gaz et d'explosion;
- des informations émanant de système(s) d'extinction automatique de type sprinkleur, ... Si ces
informations sont reprises sur l’E.C.S., il n’est pas nécessaire d’avoir un E.C.S. dédié à cette
reprise d’informations ;
- des informations émanant de système(s) d’extinction automatique à gaz, uniquement lorsque le
S.S.I. ne comporte pas de C.M.S.I., dans le cas contraire les exigences de la NF S61-932 doivent
être appliquées ;
- des informations émanant d’E.C.S. et/ou de tableau(x) de signalisation ;
- des informations émanant de capteurs d’incendie non couverts par une norme ;
- des informations émanant des alarmes techniques liées à la sécurité incendie.

RACCORDEMENT À D’AUTRES SYSTÈMES / ÉCHANGE D’INFORMATION

D'après la norme NF S61-970 § 4.5.4


L’associativité du SDI doit être prononcée avec les systèmes suivants :
- SMSI ;
- système intégrant un DECT si la commande n’est pas par contact sec ;
- UAE.
Le raccordement d’autres systèmes (par exemple GTB/GTC, etc.) sur le système de détection
incendie (SDI) :
- ne doit pas perturber le fonctionnement du SDI ;
- ne nécessite pas d’associativité.
La sortie utilisée pour le raccordement à ces autres systèmes doit être déclarée par le constructeur
en tant que fonction supplémentaire.
D'après la norme NF S61-932 § 4.2
Le S.M.S.I peut échanger des informations avec les équipements suivants :
- des systèmes d'extinction automatique ;
- des Unités d'Aide à l'Exploitation (U.A.E.) ;
- un Système de Détection Incendie (S.D.I.).

DÉLIVRANCE D'INFORMATION

D'après la norme NF S61-970 § 4.5.2


Le système de détection incendie (SDI) peut être utilisé pour délivrer des informations vers
des gestions techniques du bâtiment (GTB), des gestions techniques centralisées (GTC), ou des
équipements techniques (arrêt d’installation techniques, synoptiques, etc.).

D'après la norme NF S61-932 § 4.2


Le S.M.S.I. peut délivrer des informations vers :
- des équipements de Gestion Technique du Bâtiment (G.T.B.) ou de Gestion Technique Centralisée
(G.T.C.), couramment appelé "supervision technique".

106 L'intégrale de la sécurité


SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE
S.S.I. - Équipement de répétition

Les équipements de répétition qui peuvent compléter le Système de Sécurité - les Tableaux Répétiteurs (T.R.) ;
Incendie (S.S.I.) sont de deux types : - les Unités d'Aide à l'Exploitation (U.A.E.).
TABLEAUX RÉPÉTITEURS

- Tableau Répétiteur d'Exploitation (T.R.E.) : le T.R.E. est utilisé sur les sites où Un T.R.E. peut, le cas échéant, permettre une identification plus précise (zones de
la surveillance humaine (ou télésurveillance) est assurée alternativement à partir de détection, points de détection), il peut remplacer un T.R.C.
l'E.C.S. ou du(des) tableau(x) répétiteur(s). Lorsque ce tableau répétiteur n'assure Les liaisons entre les T.R.E. et le matériel central du S.S.I. doivent être surveillées
que le report des signalisations générales d'alarme feu et de dérangement (par pour signaler les coupures et les courts circuits.
exemple pour le report de l'alarme restreinte, au sens du règlement E.R.P.), il est
considéré comme un Tableau Répétiteur d'Alarme restreinte.

- Tableau Répétiteur de Confort (T.R.C.) : le T.R.C. est utilisé sur les sites où l'E.C.S. constitue exclusivement une source complémentaire d'information, il ne doit pas être
est sous surveillance humaine (ou télésurveillance) permanente, le tableau répétiteur utilisé à des fins d'exploitation. Un T.R.C. ne peut pas remplacer un T.R.E.

UNITÉ D'AIDE À L'EXPLOITATION

Norme NF S61-970 § 4.6 1 heure en veille ou par un EAES au sens de la norme NF EN 12101-10, permettant
Le SDI doit être conçu pour être exploité à partir : une autonomie de 1 heure en veille. Un défaut de l’alimentation de l’UAE doit
- d’une face avant d’ECS ; être signalé sur au moins un des équipements suivants : matériel central ; TRE ;
- et/ou du TRE ; face avant déportée ; UAE.
- et/ou d’une unité d’aide à l’exploitation (UAE). Les fonctionnalités attendues de l’unité d’aide à l’exploitation (UAE) doivent être
L’UAE peut être commune à celle du SMSI. décrites par le coordinateur SSI dans le cahier des charges fonctionnel. Les installations
Une UAE doit respecter les exigences suivantes : étendues ou importantes placées sous une responsabilité unique et comprenant
- niveaux d’accès identiques aux produits associés ; plusieurs ECS et/ou CMSI peuvent comporter une UAE commune à ces équipements.
- respect de la priorité des signalisations d’événements (feu, défaut, etc.) au sens
de la norme NF EN 54-2 ;
- l'UAE doit toujours être installée dans l'emplacement réservé au personnel
chargé de l’exploitation du SSI.
Dans cet emplacement, l'UAE doit être accompagnée pour chaque ECS soit :
- des matériels centraux ;
- de tableau(x) répétiteur d’exploitation (TRE) ;
- de face(s) avant déportée(s). Il est possible d’avoir un seul TRE ou une seule
face avant déportée pour plusieurs ECS sous réserve que le TRE ou la face avant
déportée permette d’identifier le ECS concerné ;
Les liaisons entre l’UAE et les matériels centraux doivent être réalisées :
- soit en câble de la catégorie CR1 au sens de la norme NF C 32-070 ;
- soit en liaison en fibre optique assurant un niveau équivalent à celui du CR1 au
sens de la norme NF C 32-070 ;
- soit en fibre optique n’assurant pas de niveau équivalent à celui du CR1 et
cheminant dans des cheminements techniques protégés (CTP) ou des volumes
techniques protégés (VTP).
L’UAE et ses interfaces de communication, doivent être alimentées par un EAE au sens
de la norme NF EN 54-4 ou par une AES au sens de la norme NF S61-940 (la réserve
de 50 % de la capacité des batteries n’est pas requise) permettant une autonomie de
Norme NF S61-932 § 4.3
A un S.M.S.I. peut être raccordée une U.A.E. Cette dernière peut être commune à celle du S.D.I. Ce matériel est entièrement dédié au S.S.I. et ne peut en aucun cas
remplacer tout ou partie des constituants du S.M.S.I. tels que prévus par leurs normes respectives.

SSI 107
SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE
S.S.I. - Sources d'alimentation

SOURCES DES ALIMENTATIONS DE SÉCURITÉ

Article EL 3 - Définitions
Pour l'application du présent règlement, on appelle :... ci-après afin de leur permettre d'assurer leur fonction aussi bien en marche
- alimentation électrique de sécurité (AES) : dispositif qui fournit l'énergie normale, lorsque l'énergie provient de la source normal-remplacement, qu'en
électrique nécessaire au fonctionnement des installations de sécurité définies marche en sécurité lorsque l'énergie provient de la source de sécurité ;

Source normale Source remplacement Source de sécurité


Réseau de Alimentation Électrique
Groupe électrogène
distribution publique de Sécurité

Source normale/remplacement Source de sécurité Installations de sécurité du SSI :


- Équipements d'Alimentation Électrique (E.A.E.) : NF EN 54-4
Installations de sécurité, mises ou maintenues en service pour assurer - Alimentations Pneumatiques de Sécurité (A.P.S.) ; NF S 61-939
l'évacuation du public et faciliter l'intervention des secours : - Équipements d'Alimentation en Énergie de Sécurité (E.A.E.S) : NF EN12101-10
- Système de sécurité incendie (SSI) - Alimentations Électriques de Sécurité (A.E.S.) : NF S 61-940
- Éclairage de sécurité
- Ascenseurs utilisés en cas d'incendie Énergies de sécurité d'après la norme NF S61-932 § 3.7 :
- Secours en eau (suppresseurs d'incendie, ...) - l'énergie de télécommande : nécessaire au passage en position de sécurité ;
- Pompes d'exhaure - l'énergie de fonctionnement : nécessaire au fonctionnement des équipements ;
- Autres équipements de sécurité spécifiques de l'établissement - l'énergie de contrôle : nécessaire à la transmission des positions des D.A.S.
- Moyens de communication destinés à donner l'alerte L'énergie nécessaire au réarmement n'est pas une énergie de sécurité.
D'après les normes NF S61-970 § 6.1 et NF S61-932 § 6.1
La source principale du matériel central du S.D.I. et/ou du C.M.S.I doit être L'alimentation peut-être commune avec l'alimentation d'autres équipements du
issue directement du tableau principal ou du tableau électrique de sécurité S.S.I. (C.M.S.I., E.A.E., A.E.S., U.A.E....).
du bâtiment ou de l'établissement, celle du matériel déporté et de certains Les alimentations de sécurité doivent être réservées à l'usage exclusif des
équipements du Système de Sécurité Incendie peut également être issue d'un fonctions de mise en sécurité incendie (énergies de sécurité) et éventuellement
tableau électrique «normal» du bâtiment ou de l'établissement. à la fourniture de l'énergie nécessaire aux fonctions d'arrêt ou/et de réarmement
Le câble d'alimentation du matériel central ou déporté doit être réalisé en câble des coffrets de relayage pour ventilateur de désenfumage lorsque celles-ci sont
de la catégorie C2, sélectivement protégé et étiqueté. intégrées au C.M.S.I. ou au D.C.S.

IMPLANTATION DES BATTERIES D'ACCUMULATEURS

Article EL 8 - Batteries d'accumulateurs et matériels associés (chargeurs, onduleurs)


§ 1. Les batteries d'accumulateurs et les matériels associés qui alimentent des § 2. Les batteries d'accumulateurs et les matériels associés qui alimentent les
équipements autres que ceux des installations de sécurité doivent être installés installations de sécurité doivent être installés dans un local de service électrique
dans un local de service électrique qui peut être ordinaire. Toutefois : répondant aux dispositions de l'article EL 5 et isolé dans les conditions du § 3 (b) de
- ils peuvent être placés dans un local non accessible au public si le produit CU cet article. Ce local doit être réservé à l'installation de batteries d'accumulateurs et de
de la capacité en ampères-heures par la tension de décharge en volts est inférieur leurs matériels associés. Une batterie d'accumulateurs, n'alimentant qu'un matériel
ou égal à 1 000, et, pour les batteries dont le produit CU est supérieur à 1 000, du système de sécurité incendie (SSI) et dont le produit CU est inférieur ou égal à
si celles-ci sont placées dans une enveloppe dont l'ouverture n'est autorisée qu'au 1 000, peut être soit implantée dans ce matériel, soit installée dans le même local.
personnel chargé de leur entretien et de leur surveillance ; § 3. Le local ainsi que l'enveloppe éventuelle contenant les batteries
- ils peuvent être placés dans un local quelconque si le produit CU des batteries est d'accumulateurs doivent être ventilés dans les conditions définies dans l'article
inférieur ou égal à 1 000 et si celles-ci sont placées dans une enveloppe répondant 554-2 de la norme NF C 15-100. Lorsque les batteries d'accumulateurs alimentent
à la condition précédente ; les alimentations sans interruption (ASI) d'une puissance des installations de sécurité, la coupure de l'alimentation des dispositifs de charge
inférieure ou égale à 3,5 kVA peuvent être installées dans les mêmes conditions. doit être signalée au tableau de sécurité concerné visé à l'article EL 15.
§ 4. Les batteries de démarrage des groupes électrogènes ainsi que leur dispositif
de charge peuvent être installés dans le même local que le groupe.

108 L'intégrale de la sécurité


SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE
S.S.I. - Sources d'alimentation

IMPLANTATION DES BATTERIES D'ACCUMULATEURS

D'après la norme NF S61-932 § 8.3c longueur maximale de 1 mètre. Pour les Dispositifs Commandés Terminaux (D.C.T.)
Les alimentations de sécurité (A.E.S./E.A.E.S.) doivent être implantées soit dans à émission, en cas de défaut sur un circuit subdivisé, les matériels alimentés par ce
l'emplacement réservé au service de sécurité incendie, soit en Volumes Techniques circuit doivent engendrer une information de dérangement sur l'U.S. des fonctions
Protégés. affectées. Un défaut sur un câble d'alimentation en énergie de sécurité de D.C.T. à
émission ne doit pas faire perdre plus d'une fonction dans une seule Zone de mise
D'après la norme NF S61-932 § 6.2 - Surveillance des alimentations de
en Sécurité (Z.S.); cette exigence n'est pas applicable à la liaison entre le tableau
sécurité du S.S.I.
de répartition et l'A.E.S.
Il est admis d'avoir sur l'U.S. ou sur un T.R.E. une signalisation de surveillance
Les câbles d'alimentation en énergie électrique de sécurité provenant d'une
commune pour les alimentations spécifiques et non spécifiques (Les alimentations
Alimentation Électrique de Sécurité physiquement séparée du dispositif alimenté
Electriques de Sécurité (A.E.S./E.A.E.S.) du matériel central et des éventuels
doivent satisfaire aux dispositions suivantes :
matériels déportés sont des A.E.S. ou des E.A.E.S. spécifiques).
- leur installation doit être conforme à la norme NF C15-100 ;
La signalisation de surveillance d'une Alimentation Électrique de Sécurité (A.E.S./
- ils doivent être soit de catégorie C2 et placés dans un CTP ou un VTP, soit
E.A.E.S.) spécifique à un D.A.C. ou à un D.A.S. peut être synthétisée sur l'U.S. au
de catégorie CR1. Dans ce cas, les dispositifs de dérivation ou de jonction
travers du voyant jaune fixe de la fonction concernée.
correspondants et leurs enveloppes doivent satisfaire à l'essai au fil incandescent
La liaison de report des signalisations d'état des A.E.S. ou des E.A.E.S. doit être au défini dans la norme NF EN 60695-2-11, la température du fil incandescent
minimum de la catégorie C2. étant de 960 oC ;
D'après la norme NF S61-932 § 6.3 - Alimentations électriques - ils doivent être indépendants des canalisations électriques autres que les
Les Alimentations Électrique de Sécurité susceptibles de commander plusieurs canalisations de sécurité du S.S.I. ;
équipements du SMSI doivent alimenter ces équipements par l'intermédiaire de - chaque circuit divisionnaire doit être protégé et la défaillance affectant un de
tableaux électriques de sécurité placés dans des V.T.P. Le câble entre l'A.E.S ou ces circuits ne doit pas pouvoir entraîner une perte supérieure à celle d'une seule
l'E.A.E.S. et le tableau de répartition doit être mécaniquement protégé et d'une fonction dans une seule Zone de mise en Sécurité (Z.S.).

RÉARMEMENT DES D.A.S. HORS COFFRET DE RELAYAGE DE DÉSENFUMAGE

D'après la norme NF S61-932 § 9.3.2.3 La ou les commandes manuelles de réarmement à distance des D.A.S. ne doivent
L'éventuelle commande manuelle de réarmement à distance doit être installée pas être au niveau d'accès 0 (au sens de la norme 61.931). Cette disposition peut
dans la Zone de mise en Sécurité (Z.S.) ou dans le local lorsque celui ci est être obtenue soit par construction (dispositif de commande conçu avec organe à
découpé en cantons, correspondant au(x) D.A.S. commandé(s). manipuler de réarmement intégré), soit par installation dans un coffret à clef ou
dans un local ou emplacement réservé au seul personnel habilité.
Il est possible de regrouper plusieurs organes à manipuler dans la même Zone de
mise en Sécurité (Z.S.) pour un ensemble de D.A.S. de cette même zone ou dans L'énergie électrique nécessaire au réarmement doit être distincte de l'énergie de
le local précité. sécurité du C.M.S.I., du dispositif de commande et de l'E.C.S.

Nota : Lorsqu'un bâtiment ne comporte qu'une seule zone de compartimentage (ZC), comme par exemple les hôtels, l'organe commun de réarmement des portes peut être
implanté à proximité du C.M.S.I.

SSI 109
SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE
S.S.I. - Sources d'alimentation

ARTICLE EL11

Article EL 11 - Définitions
§ 1. Les dispositifs nécessaires pour permettre la mise hors tension générale de installations de sécurité. Les produits tels que les blocs autonomes d'éclairage de
l'installation électrique de l'établissement sont inaccessibles au public et faciles à sécurité (BAES) et les blocs autonomes d'alarme sonore (BAAS) de types Sa ou Ma
atteindre par les services de secours. Ils ne coupent pas l'alimentation normale des ne sont pas concernés par cette disposition.

SOURCES D'ALIMENTATION DU SYSTÈME DE DÉTECTION INCENDIE

Règles générales (NF S61-970 § 6.1) L’énergie nécessaire au fonctionnement du système de détection incendie (SDI)
Seule la source principale (normal/remplacement) du matériel central du SDI doit doit être fournie par un Équipement d’alimentation électrique (EAE) conforme à
être réalisée au moyen d'une dérivation issue directement du tableau principal ou la norme NF EN 54-4.
L’équipement d’alimentation électrique d’une installation peut être constitué de
du tableau électrique de sécurité du bâtiment ou de l'établissement. plusieurs Équipements d’alimentation électrique (EAE). De plus, l’emplacement de
Cette dérivation doit être sélectivement protégée, correctement étiquetée, réservée à chacune des EAE, hors matériel central, doit respecter l’une des conditions suivantes :
l'usage exclusif du SSI, réalisée en câble de la catégorie C2 au sens de la norme NF C - l’EAE est situé dans un emplacement surveillé par un détecteur automatique d’incendie ;
32-070. Elle peut-être commune pour l’alimentation d’autres équipements du SSI. - l’EAE est situé dans un VTP.

Limites liées aux défauts survenant sur un câble d’alimentation en énergie - faire perdre plus de 32 points répartis sur 32 ZD maxi ;
Un défaut sur un câble de d'alimentation en énergie (hors circuit de détection - faire perdre plus d'un seul type de fonction (détection automatique ou manuelle) ;
incendie) ne doit pas : - faire perdre plus d'un scénario de mise en sécurité ;
- faire perdre plus de 1600 m² de surveillance pour tous les détecteurs.

ne pas perdre plus de 32 points


et 1600 m2 maximum

Surveillance des Equipements d'Alimentation Electrique (E.A.E.)


(NF S61-970 § 6.2) - la rendre commune sur le matériel central de l'E.C.S. ;
Lorsque le S.D.I. est alimenté au moyen de plusieurs E.A.E., il y a lieu de gérer la - la reporter en synthèse sur un T.R.E. placé à proximité de l'E.C.S. ;
signalisation des défauts de source d'alimentation par au moins une des solutions - la reporter sur l'E.C.S. via le dérangement d'un point ;
suivantes : - la reporter via un dispositif entrée / sortie.

Autonomie de la source de sécurité (NF S61-970 § 6.3) Cette capacité doit être calculée pour l'installation.
La capacité de la source de sécurité de chaque E.A.E. doit assurée le fonctionnement La batterie choisie suite à ce calcul doit respecter les spécifications du
des composants alimentés pendant une durée de 12 h en veille plus 10 minutes en constructeur et en particulier la possibilité de l'E.A.E. à recharger la source de
alarme feu. sécurité choisie.

110 L'intégrale de la sécurité


SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE
S.S.I. - Câblage du S.D.I.

Norme NF S61-932 § 7
7.1 - Mise en œuvre Le repérage des câbles doit faciliter les interventions dans un cadre de
Il convient de prendre en considération la proximité d’émetteur/récepteur radio, maintenance (préventive et/ou corrective) et/ou de modification d'installation lors
relais téléphonique, transformateur HT, etc., qui peuvent générer des interférences d'une adaptation de celle-ci. Ainsi les câbles du SDI doivent être repérés au niveau
électromagnétiques et perturber le fonctionnement de l’installation. des bornes :
Les câbles courants faibles doivent être séparés des câbles courants forts. - de l’E.C.S ;
... - des équipements d’alimentation électrique (EAE) ;
- des boites de jonctions et/ou de dérivation.
Lorsqu’exceptionnellement aucun support de canalisation électrique (chemin de
câbles, goulottes ou conduits) n’est mis en œuvre (cas des faux-plafonds, par Le repérage doit résister dans le temps. Sa mise en place doit être telle qu'il soit
exemple) les câbles doivent être fixés à un élément stable de la construction (en lisible après connexion aux équipements.
aucun cas, un câblage dit "volant" n’est acceptable). Chaque fois que possible, ils Chaque détecteur et chaque déclencheur manuel doivent au moins comporter
doivent être placés en torons, ces torons ne doivent être constitués que de câbles l'indication de la zone dont ils relèvent. Cette indication doit être visible et être
courants faibles appartenant au système de sécurité incendie (SSI) ... placée sur le socle ou à proximité immédiate. Le repérage doit être en accord avec
l'indication fournie par l'ECS.

7.2 - Raccord et terminaison des câbles du SDI Dans tous les cas, un même câble ne doit pas être utilisé pour la réalisation de
Toutes jonctions sur les câbles, autres que celles situées à l’intérieur des enveloppes plus d’un circuit de détection.
des composants du système (détecteurs, interface d’entrée sortie (I/O), DM, ...) De plus, tous les câbles reliant directement l’ECS au premier point (sur l’aller et
doivent être évitées autant que possible... le retour en cas de circuit de détection rebouclé) doivent être en catégorie CR1 au
sens de la norme homologuée NF C 32-070.
7.3 - Protection contre l’incendie et les dommages mécaniques
Lorsque l’ECS est constitué de différentes enveloppes (par exemple, gestion
7.3.1 - Exigences générales déportée de lignes), alors les voies de transmission entre ces enveloppes doivent
La topologie du câblage doit être conforme aux spécifications du constructeur des être réalisées en câble de catégorie CR1 au sens de la norme homologuée
matériels. Un câble multipaires n’est autorisé que si cela est clairement précisé NF C 2-070. Un défaut sur une liaison entre deux enveloppes ne doit pas entraîner
dans les notices du constructeur. Les caractéristiques (telles que section, écran, etc.) la perte de plus de 32 points.
des câbles de l’installation doivent respecter les prescriptions des constructeurs de Les liaisons entre matériels centraux du SDI ou entre matériels centraux du SDI et
matériels centraux, cependant le diamètre ou la section minimale est définie dans UAE, installés dans le même local d’exploitation peuvent être réalisées en câble de
le Tableau 1 ci-après : la catégorie C2 au sens de la norme homologuée NF C 32-070.
Diamètre Section minimale Section minimale Lorsque le domaine de surveillance comporte des locaux ou circulations non
Type de liaison surveillés (cas de la surveillance partielle ou locale) à l'exception de ceux qui
minimal (mm) en souple (mm2) en rigide (mm2)
Circuit de détection 0,8 peuvent être exclus au paragraphe 5.2.6 du présent document, alors :
Liaison TRE/UAE 0,8 - dans la traversée de ces locaux, les voies de transmission non rebouclées, y compris les
Liaisons d’alimentation circuits de détection et les voies de transmission redondantes, doivent être réalisées
1 1,5 en câble de la catégorie CR1 au sens de la norme homologuée NF C 32-070 ;
électrique en énergie
Autres liaisons sans énergie 0,8 - les voies de transmission rebouclées, y compris les circuits de détection, peuvent
Liaison Éthernet/IP 0,8 être réalisées en câbles de la catégorie C2 au sens de la norme homologuée
NF C 32-070 si elles ne traversent qu'une seule fois le même local non surveillé
Ces valeurs minimales n’excluent pas les calculs nécessaires au dimensionnement et si ce local est isolé en court-circuit de part et d’autre, sinon elles doivent être réalisées
des câbles de l’installation. en câbles de la catégorie CR1 au sens de la norme homologuée NF C 32-070 dans
Chaque conducteur (hors écran éventuel) des circuits de détection (comprenant les la traversée de ce local.
liaisons avec les indicateurs d’action externes) à liaison de type galvanique doit - Un local protégé par un système d’extinction automatique de type sprinkleur
être de type rigide. n’est pas considéré comme un local surveillé au sens du présent document.

SSI 111
SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE
S.S.I. - Câblage du S.D.I.

7.3.2 - Défauts survenant sur les câbles ou les raccordements - soit en liaison en fibre optique assurant un niveau équivalent à celui du CR1 au
Le système doit être conçu de manière à limiter les conséquences d’un défaut sens de la norme NF C 32-070 ;
(court- circuit ou coupure ou mise à la terre) survenant sur les câbles ou les - soit en fibre optique n’assurant pas de niveau équivalent à celui du CR1 et
raccordements que le système soit en état de veille ou lors d’un incendie. En cheminant dans des cheminements techniques protégés (CTP) ou des volumes
particulier, les exigences suivantes doivent être respectées : techniques protégés (VTP).
- Un seul défaut sur un circuit de détection au sens de la norme NF EN 54-2 ne Dans le cas d’utilisation de TRE sur un circuit de détection, la fibre optique n’est
doit pas faire perdre : pas admise et les exigences complémentaires au circuit de détection suivantes
• plus d’un seul type de fonction (détection automatique ou détection manuelle) ; s’appliquent :
• plus de 32 points répartis sur un maximum de 32 zones de détection (ZD) ; - des TRE peuvent être installés en complément d’autres points (DAI, DM, I/O etc.) ;
• plus d’un scénario de mise en sécurité ; - ils doivent être exclusivement dédiés au report de la détection incendie ;
• plus de 1 600 m2 de surveillance pour tous les détecteurs (y compris les - ils doivent être raccordés sur des circuits rebouclés et encadrés par des isolateurs
systèmes avec des détecteurs linéaires ou à aspiration) ; court-circuit.
- un circuit de détection, au sens de la norme NF EN 54-2, ne doit pas comporter 7.3.4 - Câblages des systèmes en réseau
plus de 128 points ni couvrir plus de 6 000 m2 ; Les liaisons entre les ECS d’un réseau doivent être réalisées :
- un seul défaut sur un câble d’interconnexion entre ECS en réseau ne doit affecter - soit en câble de la catégorie CR1 au sens de la norme NF C 32-070 ;
le fonctionnement d’aucun ECS. - soit en liaison en fibre optique assurant un niveau équivalent à celui du CR1 au
sens de la norme NF C 32-070 ;
7.3.3 - Câblage des tableaux répétiteurs d’exploitation (TRE)/face avant déportée - soit en fibre optique n’assurant pas de niveau équivalent à celui du CR1 et
Ces liaisons doivent être réalisées : cheminant dans des cheminements techniques protégés (CTP) ou des volumes
- soit en câble de la catégorie CR1 au sens de la norme NF C 32-070 ; techniques protégés (VTP).

112 L'intégrale de la sécurité


SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE
S.S.I. - Câblage du S.D.I.

Câble CR1 ou fibre optique*

Câble CR1
Câble CR1 ou fibre optique*

Câble CR1

Câble CR1 ou fibre optique*


Câble CR1 ou fibre optique*
Câble CR1 ou fibre optique*
Câble CR1 ou fibre optique*

*Soit la fibre optique assure un niveau équivalent à celui du CR1, soit elle chemine dans des cheminements techniques protégés (CTP) ou des volumes techniques protégés (VTP).

SSI 113
SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE
S.S.I. - Alimentations et câblage

Ligne Catégorie Câble


Liaison Teste de référence Mode de liaison
surveillée câble mini(3)
1 Ligne de détection NF S61-970 § 7.3 Tension permanente oui C2(1) 8/10
2 Ligne de détection NF S61-970 § 7.3 Tension permanente oui CR1 8/10
3 Voie transmission rebouclée NF S61-970 § 7.3 Tension permanente oui CR1 8/10
4 Liaison indicateur d'action Émission de courant non C2 8/10
5 Alimentation matériel déporté NF S61-970 § 6.4 Tension permanente sans objet C2(2) 1,5²
6 Voie transmission T.R.E. ou F.A.D. NF S61-970 § 7.3 Émission de courant oui CR1 8/10
7 Voies transmssion U.A.E. NF S61-970 § 7.3 Émission de courant oui CR1 8/10
8 Alimentation E.C.S. NF S61-970 § 6.1 Tension permanente sans objet C2
9 Alimentation E.A.E. NF S61-970 § 6.1 Tension permanente sans objet C2 1,5²
(1) Câble CR1 dans la traversée de locaux non surveillés avec des lignes de détection non rebouclées ou avec des lignes rebouclées
traversant deux fois ces locaux.
(2) Câble CR1 lorsque l'EAE et l'élément alimenté sont dans des volumes distincts.
Ligne Catégorie Câble
Liaison Teste de référence Mode de liaison surveillée câble mini(3)
1 Liaison S.D.I. / C.M.S.I. Liaison permanente oui C2 8/10
2 Alimentation C.M.S.I. NF S61-932 § 6.3 Tension permanente sans objet C2
3 Liaison U.G.A. / D.S.-D.L . NF S61-932 § 9.6 Émission de courant oui CR1 1,5²
4 Liaison U.G.A. / B.A.A.S. Rupture de courant non C2 8/10
5 Liaison U.G.A. / S.S.S NF S61-932 § 9.5 Tension permanente oui CR1 1,5²
6 Liaison U.G.A. / U.G.C.I.S. NF S61-932 § 7.1 Rupture de courant non C2 8/10
7 Liaison U.G.A. / verrou issue NF S61-932 § 7.1 Rupture de courant non C2 8/10
8 Liaison U.G.A. / B.A.E.S. NF S61-932 § 9.7 Rupture de courant (4) non (4)
C2 (4) 1,5²
9 Liaison U.G.A. / arrêt sono NF S61-932 § 7.1 Rupture de courant (4) non (4) C2 (4) 1,5²
10 Liaison C.M.S.I. / T.R.E., U.A.E. NF S61-932 § 9.2 Émission de courant oui CR1 8/10
11 Voie de transmission NF S61-932 § 8.3a Émission de courant non CR1 (5) 1,5²
12 Alimentation depuis une A.E.S. NF S61-932 § 8.3c Tension permanente sans objet CR1 1,5²
13 Signalisation d'état des AES NF S61-932 § 6.2 Émission de courant non C2 (8) 1,5²
14 Contrôle de DAS NF S61-932 § 7.1 Tension permanente oui (7) CR1 8/10
15 Télécommande de DAS à émission NF S61-932 § 7.1 Émission de courant oui (7)
CR1 1,5²
16 Contrôle de DAS NF S61-932 § 7.1 Tension permanente oui (7)
C2 (6) 8/10
17 Télécommande de DAS à émission NF S61-932 § 7.1 Émission de courant oui (7)
C2 (6) 1,5²
18 Contrôle de DAS NF S61-932 § 7.1 Tension permanente oui (7) CR1 8/10
19 Télécommande de DAS à rupture NF S61-932 § 7.1 Rupture de courant non C2 1,5²
20 Contrôle du coffret de relayage NF S61-932 § 7.1 Tension permanente oui (7) CR1 8/10
21 Télécommande du coffret NF S61-932 § 7.1 Émission de courant oui (7) CR1 1,5²
22 Télécommande "Arrét pompier" NF S61-932 § 9.3 Émission de courant non CR1 1,5²
23 Télécommande de réarmement NF S61-932 § 9.3.2 Émission de courant oui C2 1,5²
24 Télécommande Non arrêt ascenseur NF S61-932 § 9.4 Émission de courant oui CR1 1,5²
25 Télécommande Arrêt ventilation NF S61-932 § 7.1 Rupture de courant (4) non (4)
C2 (4) 1,5²
(3) Les sections (1,5² pour le câble rigide par ex) ou diamètres des conducteurs sont définis dans la norme NF S61-932 § 10
(4) Télécommande à rupture ou à émission de courant, dans ce dernier cas, le câble doit être CR1 et la ligne surveillée.
(5) Le câble peut être C2 si la VT est affectée uniquement à la gestion des issues de secours.
(6) Le câble peut être C2 dès qu'il pénètre dans la ZS correspondant aux DAS desservis.
(7) Les lignes de télécommande à émission et de contrôle peuvent ne pas être surveillées si :
- chaque ligne possède une longueur inférieure à 3m et est facilement visitable (examen visuel sur toute sa longueur ) ;
- la totalité des lignes, le matériel déporté et le D.A.S. télécommandé sont dans le même local ou la même circulation y
compris les placards, les faux-planchers et faux-plafonds à condition que ces derniers soient démontables ;
- les lignes sont sous protection mécanique (sous conduit rigide continu par exemple).
(8) Le câble peut être C2 mais sans dérivation.

114 L'intégrale de la sécurité


SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE
S.S.I. - Vérification et réception de l'installation (NF S61-970)

ESSAIS PAR AUTOCONTRÔLE (NF S61-970 §4.3 ET ANNEXE A.1)

Préalablement à la réception technique, l’installateur réalise, pour chaque chacun des matériels. Ce document doit être fourni, notamment au coordinateur
matériel qui le concerne, l’ensemble des essais fonctionnels et doit établir un SSI, et annexé au dossier d’identité.
document indiquant les résultats obtenus et attestant du bon fonctionnement de Les essais fonctionnels sont décrit dans l’annexe A.1

RÉCEPTION TECHNIQUE DU S.D.I.

Toute installation (y compris extension ou modification d’installation) doit faire - à réaliser des essais d’efficacité selon A.2 de l’annexe A, dans le cas où
l’objet d’une réception technique. Cette réception technique doit être conduite ils sont exigés ou rendus nécessaire lorsque l’obligation de moyen n’est
en présence d’un représentant technique de l'installateur. pas respectée. Les détecteurs ne doivent être peints que par les fabricants,
La réception technique consiste : sauf cas très particulier (ex: intégration dans une fresque de monument
historique). Dans ce cas, ils doivent faire l'objet d'une vérification du niveau
- à vérifier la conformité du système installé en regard des spécifications
de performance au moyen d'un foyer-type de site ;
figurant dans le cahier des charges fonctionnel. Le dossier d’identité (voir
Article 12) devra être en adéquation avec l’installation ; - à délivrer un rapport de réception technique établi par le coordinateur S.S.I.
- à vérifier à partir du listing de programmation du S.D.I. et des plans S.D.I.,
l'ensemble des détecteurs (Intitulé, Z.D., Adresse, localisation, etc.) ; NOTE : Il est recommandé de procéder à la réception technique de l'installation
- à réaliser des essais fonctionnels d'alarme feu d'un détecteur automatique ou après une période de fonctionnement préliminaire pendant laquelle la stabilité
d’un déclencheur manuel par Z.D. ; du système installé, dans les conditions normales de fonctionnement, sera
observée au travers des événements enregistrés.
- à réaliser par sondage, des essais fonctionnels de dérangement du système
choisi parmi ceux décrits en A.1 de l'Annexe A ;

DOCUMENTATIONS RELATIVES AUX PHASES DE CONCEPTION, D'EXÉCUTION


ET DE RÉCEPTION

Documentation relative à la phase de conception Documentation relative à la phase exécution


Elle se compose : Elle se compose :
- d e la liste des documents fournis ; - de la liste des plans d'exécution (implantation, cheminement de câbles,...) ;
- du plan de découpage du site en zones de détection (Z.D.) avec identification - des plans d'implantation des composants du S.D.I. ;
des détecteurs automatiques d'incendie (D.A.I.) ou/et des déclencheurs manuels - des détails de câblage des borniers de l'équipement de contrôle et de signalisation
(D.M.) correspondants ; (E.C.S.) ;
- du plan accompagné de la justification du choix des types de détecteurs (analyse - d u carnet de câbles, comprenant la nature des câbles et leur repère ;
du risque) ;
- de la configuration des réseaux par aspiration (diamètre des orifices, raccords,
- du diagramme de principe de l'installation sous la forme d'un synoptique longueurs,...) ;
général d'interconnexion jusqu'aux dispositifs de raccordement des installations
- du synoptique de câblage et précisant lorsqu'ils sont utilisés, les dispositifs de
techniques concernées et de schémas de principe de câblage des différents
dérivation et de jonction.
matériels utilisés ;
- d e(s) plan(s) d'implantation des matériels centraux ; Documentation relative à la phase réception
- de la nomenclature des matériels du S.D.I. et des documentations indiquant Dans les limites du domaine d'application de cette présente norme, cette
leurs caractéristiques principales et les principes de raccordement ; documentation se compose :
- des documents d'associativité de l'E.C.S. ; - des documents nécessaires à la composition du dossier d'identité du S.S.I. ;
- des notes de calcul utilisées à la définition des alimentations et de leurs batteries - des documents relatifs à la réception technique ;
sauf si celles-ci figurent déjà dans les notices du constructeur ; - des plans de recollement ;
- des données d'entrée du système si cela est nécessaire (durée assignée de - des enregistrements de résultats d'essais ;
fonctionnement par exemple). - de l'engagement de l'installateur attestant le respect des exigences d'installations
mentionnées dans la documentation des constructeurs.

SSI 115
SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE
S.S.I. - Vérification et réception de l'installation (NF S61-970)

VÉRIFICATION DU NIVEAU DE PERFORMANCE

Exigences réglementaires Vérification du niveau de performance de l'installation


Suivant l'article MS 56, l'installation de détection automatique d'incendie doit La vérification du niveau de performance est faite au moyen de foyers-types de
déceler et signaler tout début d'incendie dans les meilleurs délais, cette exigence est site (FTS) ou tout autre dispositif reconnu équivalent par le prescripteur, tel que
réputée satisfaite lorsqu'une installation remplit sa fonction lors de la combustion par exemple un générateur d'aérosol.
d'un foyer type adapté à la nature du risque rencontré dans l'établissement (ou Le FTS étant le moyen utilisé pour vérifier que le niveau de performance requis
lors de l'utilisation d'un dispositif reconnu équivalent par le ministre de l'Intérieur) pour l'installation est atteint, il est nécessaire que l'alarme feu de la zone de
dans le cas de la première vérification d'une installation neuve ou modifiée ou détection considérée soit déclenchée, dans les conditions d'essai propres à chaque
dans le cas d'un changement de la nature des risques de l'établissement. FTS, quel que soit l’emplacement du FTS dans le volume surveillé.

FOYERS-TYPES DE RÉFÉRENCE

Choix du foyer-type de référence Phénomènes perceptibles lors d'un incendie Foyer Type de Référence
Fumées Chaleur Flammes Courant ascensionnel n° du FTR Nature du combustible
Ce choix est proposé par l'installateur et soumis à
Aucune Élevée Oui Très élevé 1 Alcool éthylique
l'approbation du vérificateur de la conformité.
Sombre, dispersion élevée Faible Oui Très élevé 2 Mousse de polyuréthane
Claire, dispersion élevée Négligeable Non Moyen 3 Hêtre
Claire, dispersion élevée Très faible Oui (*) Moyen (*) 5A Carton
Élevé (*) 5B

FOYERS-TYPES DE SITE

Détermination et implantation des foyers-types de site Matériel indispensable pour les foyers no 1, 2 et 5 :
Le foyer-type de site dérive du foyer-type de référence par l'application à la - Un dispositif d'allumage à flamme vive (briquet, allumettes).
quantité de combustible de ce dernier, de coefficients correctifs. Sanction de la vérification du niveau de performance
Le ou les endroits où seront placés le ou les FTS doivent être choisis en fonction des Lors de la vérification du niveau de performance, l'alarme doit être déclenchée
conditions d'environnement les moins favorables. pour toute position du F.T.S. à l'intérieur de la surface surveillée et avant la fin
Pour un volume comportant des risques différents il sera procédé à une série de sa combustion complète ou dans le temps requis pour le générateur d'aérosol.
Le demandeur de la vérification garde la faculté de choisir les endroits où seront
d'essais par type de risque avec le FTS correspondant.
placés les F.T.S., en fonction des conditions d'environnement les moins favorables.
Matériel indispensable pour tous les foyers : D'après la norme NF S 61.970, la fin de combustion des FTR est définie dans le
- Un chronomètre. tableau suivant :
n° du F.T.R. Nature du combustible Fin de combustion
1 Alcool éthylique Arrêt de génération de flammes
2 Mousse de polyuréthane 3 min (+ 30 s) à compter de l'allumage
3 Hêtre 11 min (+ 2 min) à compter de la mise en place des bûchettes
5A Carton 5 min 30 s (+ 1 min) par rouleau à compter de la mise en place des rouleaux
5B Carton Absence d'émission de la fumée en sortie de tromblon

Conditions EHS de mise en œuvre des foyers-types - Éloigner les combustibles ou produits inflammables non utilisés après la préparation
- Informer l'exploitant de l'établissement de la campagne d'essai avec feu réel. du FTS.
Vérifier auprès de l'exploitant de l'établissement de la nécessité de posséder un - Vérifier la présence d'un extincteur approprié à la nature du combustible du foyer
"permis feu". Consulter le plan de prévention, PPSPS, les consignes de sécurité, et disposer d'une couverture ignifugée.
la fiche d'analyse de risque EHS, les FDS,… - Inviter les occupants à sortir de la zone pendant les essais et le temps nécessaire
- S'équiper des EPI nécessaires à l'intervention. à l'évacuation des fumées consécutif aux essais (ou de porter des EPI adéquats).
- Baliser la zone d'intervention. Prendre toutes les précautions pour éviter les dégâts
consécutifs à l'utilisation des F.T.S. (protection du site et des ses occupants et de
l'opérateur. Implanter le FTS éloigné des matériaux combustibles environnant.

116 L'intégrale de la sécurité


SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE
S.S.I. - Vérification et réception de l'installation (NF S61-970)

FOYER-TYPE NO 1 (FOYER À L'ALCOOL ÉTHYLIQUE)

Foyer-type de référence 2. Mise en œuvre du foyer : le combustible liquide est versé dans un bac en tôle
1. Combustible : alcool éthylique dénaturé du commerce ou alcool à brûler pour d'acier de forme carrée de 500 X 500 X 50 mm, disposé sur une plaque assurant
usages domestiques. la protection thermique.

Foyer-type de site h (m) k k ≤ 0,3 0,3 < k ≤ 0,6 k > 0,6


1. Quantité de combustible : h≤3 0,5 1 1
Nombre de litre d'alcool en fonction du facteur de risque k et de la hauteur h de 3<h≤5 0,75 1,5 1,5
fixation au-dessus du sol des détecteurs hauteur du local. h>5 1 2 2
2. Modalités de l'essai
4. Critères E.H.S. de l'essai
- Enflammer l'alcool avec toutes les précautions d'usage.
- Les EPI nécessaires devant équiper l(es) opérateur(s) pour la mise en en œuvre de
3. Sanction de l'essai cet essai sont des chaussures de sécurité, un casque , des gants et vêtements de
Lorsque le déclenchement de l'alarme a eu lieu avant la fin de la combustion, le travail adaptés, des lunettes de sécurité, un masque de protection type FFP3.
foyer peut être aussitôt éteint au moyen d'un couvercle en tôle spécialement prévu - Après les essais, laisser l'appareil à l'air libre le temps nécessaire à son
pour être placé facilement sur le bac sans danger pour l'opérateur. refroidissement avant de le ranger ou le transporter.

FOYER-TYPE NO 2 (FOYER À LA MOUSSE POLYURÉTHANE)

Foyer-type de référence 2. Mise en œuvre du foyer : les plaques de mousse sont empilées les unes sur
1. Combustible : Plaques de mousse souple de polyuréthanne de densité les autres sur une feuille d'aluminium ménager, placée elle-même sur une plaque
comprise entre 17 et 20 kg/m3, sans adjuvant d'ignifugation et de dimensions assurant la protection thermique.
égales à 500 X 500 X 20 mm.

Foyer-type de site h (m) k k ≤ 0,2 0,2 < k ≤ 0,3 0,3 < k ≤ 0,6 k > 0,6
1. Quantité de combustible : Nombre de plaques de mousse en fonction du h≤3 1/2 1 1 + 1/2 2
3<h≤5 1 1 + 1/2 2 2 + 1/2
facteur de risque k et de la hauteur h de fixation des détecteurs au-dessus du sol. 5<h≤7 1 2 2 + 1/2 3
2. Modalités de l'essai 7<h≤9 1 + 1/2 2 + 1/2 3 4
h>9 2 3 4 5
- Empiler les plaques de mousse sur la feuille d'aluminium
- Allumer la ou les plaques à laide dune flamme vive (allumette par exemple) à essais soient préalablement invités à évacuer le local le temps nécessaire aux
l'emplacement du point d'allumage définit dans les schémas ci-dessus. essais et à la ventilation complète des locaux.
- Les EPI nécessaires devant équiper l(es) opérateur(s) pour la mise en en œuvre
3. Sanction de l'essai : La fin de la combustion correspond à la disparition totale de la
de cet essai sont: chaussures de sécurité, casque (ou casquette de sécurité si non
mousse (suivant règle R7) Lorsque le déclenchement de l'alarme a eu lieu avant la fin
exigée), gants adaptés et combinaison de travail en coton, lunettes de sécurité,
de la combustion, le foyer peut être aussitôt éteint par un couvercle en tôle spécialement
masque de protection type FFP3).
prévu pour être placé facilement sur le bac sans danger pour l'opérateur.
- Surveiller les résidus de combustion et le matériel d'essai le temps nécessaire au
4. Critères E.H.S. de l'essai refroidissement. S'assurer q'uil ne subsiste pas de cendres chaudes et les vider
- S'assurer que le local dispose de moyens d'évacuer rapidement les fumées de les résidus du foyer dans une poubelle métallique avec couvercle ou un container
combustion, que le personnel séjournant dans les espaces ou seront réalisés les adapté (pour éviter les réinflammations).

SSI 117
SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE
S.S.I. - Vérification et réception de l'installation (NF S61-970)

FOYER-TYPE NO 3 (FOYER AU HÊTRE)

Foyer-type de référence 2. Mise en œuvre du foyer : Les bâtonnets de hêtre sont disposés en étoile, à
1. Combustible : Bâtonnets de hêtre de dimensions : 10 X 20 X 50 mm dont la plat sur leur grande surface, sur une plaque chauffante électrique de 250 cm2
teneur en humidité du bois : < 10 % environ. La température à la surface de la plaque doit être de 400-500 OC.

Foyer-type de site h (m) k k ≤ 0,2 0,2 < k ≤ 0,3 0,3 < k ≤ 0,6 k > 0,6
1. Quantité de combustible h≤3 3 4 7 9
Nombre de bâtonnets en fonction du facteur de risque k et de hauteur h de fixation 3<h≤5 4 5 9 12
des détecteurs au-dessus du sol. 5<h≤7 5 7 11 16
2. Modalités de l'essai
5. Critères E.H.S. de l'essai
Lorsque la température de surface de la plaque chauffante électrique a atteint
400 - 500 oC, disposer avec précaution en étoile les bâtonnets sur la plaque (gants - Les EPI nécessaires devant équiper l(es) opérateur(s) pour la mise en en œuvre
adaptés requis). de cet essai sont : Chaussures de sécurité, casque (ou casquette de sécurité si non
exigée), gants et vêtements de travail adaptés, lunettes de sécurité, masque de
3. Sanction de l'essai
protection type FFP3 si nécessaire)
La fin de la combustion correspond à la fin de la production de fumée (suivant règle
R7). Avant de connecter la plaque chauffante, il convient de vérifier la puissance - Surveiller les résidus de combustion et le matériel d'essai le temps nécessaire
absorbée par la plaque et celle disponible, et que la prise de raccordement est au refroidissement.
adaptée (10/16 A) et connectée à un réseau protégé à 16 Ampères. - S'assurer qu'il ne subsiste pas de cendres chaudes et les vider les résidus du
Il convient également d'évaluer l'absence de risque de dommage en perte foyer dans une poubelle métallique avec couvercle ou un container adapté (pour
d'exploitation par suite d'une disjonction du réseau d'alimentation (ne pas se éviter les réinflammations).
connecter à des prises dédiées à des alimentations d'automatismes par exemple).

FOYERS-TYPE NO 5A ET NO 5B (FOYER AU CARTON)

Remarque : Les foyers de référence no 5 A et no 5 B ne se différencient que par 210 X 100 mm (A), 354 X 354 X 150 mm (B). Les faces latérales comportent
les dimensions des divers éléments constituant le matériel d'essai. Dans la suite, chacune 5 orifices de diamètre 10 mm (A), 9 orifices de diamètre 9,5 mm (B).
l'indice A représentera le foyer no 5 A appelé "petit tromblon", et l'indice B le foyer La partie basse de la cheminée comporte un brochage. Le fond est démontable
no 5 B appelé "grand tromblon". pour récupérer les résidus de combustion. Le dispositif comporte également
1. Combustible : plaque de carton, ondulée sur une face, de longueur 1100 mm un bouchon percé qui se place à la partie supérieure de la cheminée, et
(A), 2700 mm (B). éventuellement une poigne 9e pour assurer son transport.
2. Mise en œuvre du foyer - disposition du combustible : La plaque est enroulée face ondulée vers
-m  atériel d'essai : Dispositif en forme de cheminée de diamètre 90 mm (A), l'intérieur afin de former un cylindre de hauteur fixée ci-dessous.
140 mm (B), de hauteur 380 mm (A), 747 mm (B) et d'épaisseur 2 mm,
dont la partie basse est constituée d'un parallélépipède de dimensions 210 X

118 L'intégrale de la sécurité


SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE
S.S.I. - Vérification et réception de l'installation (NF S61-970)

FOYERS-TYPE NO 5A ET NO 5B (FOYER AU CARTON)

Foyers-types de site
h (m) k k ≤ 0,2 0,2 < k ≤ 0,3 0,3 < k ≤ 0,6 k > 0,6
1. Quantité de combustible : Hauteurs en mm du(des) h≤3 130 2 x 95 3 x 95 4 x 95 Petit tromblon
rouleau(x) de carton en fonction du facteur de risque k et 3 < h ≤ 5 2 x 95 3 x 95 + 50 220 320
de hauteur h de fixation des détecteurs au-dessus du sol. 5<h≤7 3 x 95 180 260 370 Grand tromblon
7<h≤9 180 260 420 530
2. Modalités de l'essai h>9 220 320 510 2 x 310
- Après avoir trempé la base de chaque rouleau dans un récipient contenant 1 cm
d'alcool, enflammer le rouleau et l'insérer dans la cheminée du coté enflammé. 4. Critères E.H.S. de l'essai
- Coiffer la cheminée avec le bouchon et déclencher le chronomètre. - Les EPI nécessaires devant équiper l(es) opérateur(s) pour la mise en en œuvre
de cet essai sont : chaussures de sécurité, casque (ou casquette de sécurité si non
- Enlever le bouchon quatre minutes après le début de la combustion.
exigée), gants et vêtements de travail adaptés, lunettes de sécurité, masque de
3. Sanction de l'essai protection type FFP3 si nécessaire).
La fin de la combustion correspond à la fin de production de fumée en sortie de la - Surveiller les résidus de combustion et le matériel d'essai le temps nécessaire
cheminée (suivant règle R7). au refroidissement.
Lorsque le déclenchement de l'alarme a lieu avant la fin de la combustion du - S'assurer qu'il ne subsiste pas de cendres chaudes et les vider les résidus du
foyer, celui-ci peut être aussitôt éteint (à l'aide par exemple d'un récipient d'eau foyer dans une poubelle métallique avec couvercle ou un container adapté (pour
ou d'un extincteur à eau pulvérisée). éviter les réinflammations).

FOYERS DE SUBSTITUTION - GÉNÉRATEUR D'AÉROSOLS

Un générateur d'aérosols peut être utilisé comme foyer de substitution aux Chaque modèle de générateur devra faire l'objet d'une attestation délivrée par le
foyers types relatifs aux détecteurs de fumée (foyers no 3 et no 5) et doit être CNPP selon la "procédure de validation" en vigueur. Cette attestation précisera que
utilisé comme foyer de substitution aux foyer types relatifs aux détecteurs ce générateur peut être utilisé pour vérifier la performance d'une installation de
de fumée (foyer no 2) pour la vérification de performance d'une installation détection d'incendie réalisée selon la règle APSAD R7 en lieu et place des foyers-
lorsque, par exemple, les conditions d'environnement du site ne permettent pas la types relatifs aux détecteurs de fumée.
réalisation des foyers définis précédemment (volumes réduits ou sites interdisant
2. Sanction de l'essai
l'utilisation de flammes vives par exemple).
La détection doit avoir lieu avant l'expiration d'un temps équivalent au temps de
Le générateur doit être utilisé pour remplacer l'essai à la bobine électrique
fonctionnement majoré de 50 %.
mentionné dans certains textes.
La mise en œuvre de l'essai est spécifiée sur la fiche descriptive de l'appareil
1. Modalités de l'essai utilisé.
La méthode de substitution ne doit s'appliquer qu'après calcul du FTS réel, c'est à Après les essais, laisser l'appareil à l'air libre le temps nécessaire à son
dire avec la prise en compte du coefficient de risque (k). refroidissement avant de le ranger ou le transporter.
Chaque générateur devra porter une plaque signalétique sur laquelle devront 3. Critères E.H.S. de l'essai
être gravés la référence commerciale, les caractéristiques ainsi que le numéro
Les EPI nécessaires devant équiper l(es) opérateur(s) pour la mise en en œuvre
de série de l'appareil. Il devra être porteur d'une date indiquant la validation
de cet essai sont : chaussures de sécurité, casque (ou casquette de sécurité si non
d'utilisation et être accompagné des conditions d'utilisation (fiche type du modèle
exigée), gants et vêtements de travail adaptés, lunettes de sécurité.
de générateur).

SSI 119
SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE
S.S.I. - Vérification et réception de l'installation (NF S61-932)

ESSAI PAR AUTOCONTRÔLE

Préalablement à la réception technique, l’installateur réalise, pour chaque chacun de ces matériels.
matériel qui le concerne, l’ensemble des essais par autocontrôle et doit établir un Ce document doit être fourni, notamment, au coordinateur S.S.I.. Le résultat de
document indiquant les résultats obtenus et attestant du bon fonctionnement de chaque essai est enregistré et annexé au dossier d’identité

RÉCEPTION TECHNIQUE

Toute installation (y compris extension ou modification d’installation) doit faire - en des contrôles visuels permettant de vérifier la conformité du système installé,
l’objet d’une réception technique. Elle est menée le coordinateur S.S.I. en présence au regard des spécifications figurant dans le cahier des charges fonctionnel ;
d’un représentant des installateurs. - en des essais de réception technique selon l’Annexe A ;
Au sens du présent document, la notion d’installateur correspond au titulaire du - en la vérification des documents techniques contenus dans le dossier d’identité
marché. conformément aux articles 14 et 15 du présent document ;
La réception technique doit prendre en compte la constitution complète du S.S.I. - en la fourniture d’un rapport de réception technique. Ce document comportera
comprenant le S.M.S.I. et éventuellement le S.D.I. une conclusion qui donne une synthèse des éventuelles remarques.
La réception technique consiste en complément du paragraphe 5.3 "phase de
réalisation" de la norme NF S 61931 :

Norme NF S61-932
Annexe A (normative) - Essais de réception technique du S.M.S.I.
Les essais suivants sont réalisés indépendamment sur source normale/ - vérification de la signalisation sur l'U.S. du (des) défaut(s) de la source de
remplacement ou sur source de sécurité : sécurité (défaut batterie) ;
1) Fonctions de mise de Sécurité - en cas de présence d'un ou plusieurs TRE :
Essais des commandes manuelles, quelles soient locales ou centralisées : • vérification de la signalisation des défauts ci-dessus
- évacuation par Z.A. : déverrouillage issues de secours, U.G.C.I.S., S.S.S., • vérification de la signalisation du défaut de liaison du CMSI au T.R.E.
audibilité, visibilité, temporisation, et équipements techniques (arrêt du • vérification de la signalisation du défaut d'alimentation du T.R.E.
programme en cours, etc.) ; - Groupe Électrogène de Sécurité (G.E.S.) :
- compartimentage par Z.C. : positions d'attente et de sécurité, équipements
• s imulation d'un défaut de nature à provoquer un dérangement sur une U.S.
techniques (non-arrêt ascenseurs, etc.), et dispositifs de réarmement à distance ;
et vérification que ce défaut provoque l'arrêt du G.E.S.
- désenfumage par Z.F. : positions d'attente et de sécurité, équipements techniques
• s imulation d'un défaut de nature à provoquer un dérangement sur une U.S. et
(arrêt C.T.A., etc.), dispositifs de réarmement à distance et arrêts pompiers.
utilisation de la télécommande permettant de neutraliser le fonctionnement
2) Corrélation Z.D./Z.S. (scénarios) des sécurités du G.E.S.; vérification que le G.E.S. reste en fonctionnement
- Z.D.A./Z.D.M. : vérification de la séquence des Z.S. par Z.D. et de la remontée • e ssais fonctionnels de l'U.S. pour chaque paramètre devant faire l'objet
des informations sur les tableaux T.R.E. et sur l'U.A.E. d'une télésignalisation.
- vérification du blocage des automatismes (inter verrouillage) lorsqu'il existe.
4) Énergie Pneumatique
3) Énergie Électrique - alimentation pneumatique à usage permanent : vérification des remontées des
- vérification de la signalisation sur l'U.S. du (des) défaut(s) de la source normale/ défauts sur l'US du dispositif de commande (C.M.S.I. ou D.C.S.) ;
remplacement (défaut secteur) ; - vérification de l'étanchéité du réseau et des pressions de service.

120 L'intégrale de la sécurité


ASSURANCE DE LA QUALITÉ
Certification et association des matériels

Article MS 58 - Obligations de l'installateur et de l'exploitant


§ 1. Les matériels de détection automatique d'incendie doivent être admis à détection d'incendie, notamment en ce qui concerne l'intervention d'une tierce
la marque NF Matériel de détection d'incendie et être estampillés comme tels, partie indépendante et les performances prévues dans les normes correspondantes.
ou faire l'objet de toute autre certification de qualité en vigueur dans un État-
membre de la Communauté économique européenne. Cette certification devra § 2. L'installation des systèmes de détection d'incendie doit être réalisée par
alors présenter des garanties équivalentes à celles de la marque NF Matériel de des entreprises spécialisées et dûment qualifiées.
Normes de Marquages Règles de la Associations
Matériel Commentaires
référence NF / CE marque NF
Indicateur d'action Organe non certifiable
Détecteur neuf NF EN 54-.. NF 508/FT ...* Le marquage CE ne s'applique pas à
Détecteur reconditionné NF EN 54-.. NF 508/FT ...* tous les détecteurs
Isolateur de court-circuit NF EN 54-17 NF 508/FT 14bis*  
Déclencheur manuel d'alarme NF EN 54-11 NF 508/FT 7*  
Boîtier de commande manuelle NF S 61.961 NF 508/FT 21*  
Dispositif d'entrée/sortie NF EN 54-18 NF 508/FT 11bis*  
Détecteur autonome déclencheur NF S 61.961 NF 508/FT 12*
Équipement de contrôle et de NF EN 54-2 NF 508/FT 1bis*
signalisation
Équipement d'alimentation NF EN 54-4 NF 508/FT 3*
Dans un E.C.S. ou un C.M.S.I. avec E.A.E,
  l'estampille E.A.E n'est pas obligatoire
électrique
Tableau répétiteur d'exploitation NF 508/FT 18*  
E.CS. / C.M.S.I. NF EN 54-2 NF 508/FT 15*
Centralisateur de mise en
sécurité incendie NF S 61.934 NF 508/FT 16*
Dans un E.C.S. ou un C.M.S.I. avec U.G.A,
Unité de gestion d'alarme NF S 61.936   l'estampille NF de l'UGA n'est pas obligatoire
Alimentation électrique de NF S 61.940
NF 508/FT 3*  
sécurité NF EN 54-4
Équipement d'alimentation en NF EN 12101-10  
énergie de Sécurité
Diffuseur sonore non autonome NF S 61.936 NF 508/FT 2bis*   Son conforme à la norme NF S
32.001 et/ou message
Diffuseur lumineux prEN 54-23 NF 508/FT 20*  
Dispositif sonore d'alarme feu NF EN 54-3 NF 508/FT 2quarto*   Son conforme à la norme NF S
32.001 et/ou message
Diffuseur d'alarme générale sélective NF S 61.936 NF 508/FT 19*  
Bloc autonome d'alarme sonore NF C 48.150   Les B.A.A.S. Pr et Ma sont également
certifiables selon la norme NF C 48.150
Systèmes de sonorisation de sécurité  
Matériel déporté NF S 61.934   Organe faisant partie du C.M.S.I.
Porte Coupe Feu NF S61-937 NF 277
Clapet Coupe Feu NF S61-937 NF 264
Volet Coupe Feu NF S61-937 NF 264
Coffret de relayage pour NF S61-937 278
ventilateur de désenfumage
Exutoire de désenfumage NF S 61.938
Déclencheur Manuel NF EN 54.3
Dispositif de demande NF S 61.934
d'ouverture
Unité centralisée de gestion NF S61-937  
d'issues de secours
nota : * FT : fiches techniques des règles de certification NF-508

SSI 121
ASSURANCE DE LA QUALITÉ
Certification des entreprises

RÈGLEMENT APSAD I 7 - RÈGLEMENT DE CERTIFICATION DE SERVICE D'INSTALLATION

La certification "APSAD de service d'installation des systèmes de détection incendie - Étude d'exécution et installation électrique.
et centralisateurs de mise en sécurité incendie" est décernée aux entreprises dont il a - Mise en service et essais de l'installation.
été vérifié qu'elles offraient toute compétence pour assurer, pour chaque installation,
- Réception de l'installation comprenant la vérification de conformité initiale.
l'ensemble des prestations suivantes (Règlement de certification I7 - Annexe 1) :
- Formation de l'exploitant et remise des dossiers techniques nécessaires à
- Analyse du risque.
l'exploitation et à la maintenance de l'installation.
- Conception de l'installation.

La certification APSAD de service d'installation concerne les entreprises capables Le certificat d'installation ne peut cependant être délivré que dans le cas où le
d'exécuter les prestations précitées conformément aux réglementations officielles certifié est titulaire (seul ou en groupement) de la commande ou du marché.
de sécurité contre l'incendie, en particulier : Ce certificat doit être remis au client.
- le C.C.T.G. applicable aux marchés publics d'installation de détection d'incendie
REPÉRAGE DES INSTALLATIONS
(brochure des J.O. n° 5655) ;
Une étiquette du modèle ci-contre
- la règle APSAD R7 ;
doit être apposée sur l'Équipement
- la norme NF S 61-932 "SSI - Règles d'installation". de Contrôle et de Signalisation ou sur
La certification couvre donc autant les marchés publics que les marchés privés. le Centralisateur de Mise en Sécurité
Incendie dès lors qu'un certificat
CERTIFICAT D'INSTALLATION d'installation a été délivré.
Toute installation réalisée par une ETA (Entité Technique Autonome)ou une ILR
(Implantation Locale Reconnue) doit faire l'objet d'un certificat d'installation,
établi selon le modèle.

RÈGLEMENT APSAD F 7 - RÈGLEMENT DE CERTIFICATION SERVICE DE MAINTENANCE

La certification "APSAD de service de maintenance des systèmes de détection - Analyse de l'adaptation de l'installation au risque surveillé.
incendie et centralisateurs de mise en sécurité incendie" est décernée aux - Vérifications périodiques, maintenance préventive et corrective.
entreprises dont il a été vérifié qu'elles offraient toute compétence pour assurer, - Vérification de conformité.
pour chaque installation, l'ensemble des prestations suivantes (Règlement de
- Mise à jour des dossiers techniques nécessaires à l'exploitation et à la
certification I7- Annexe 1) : maintenance de l'installation et complément de formation à l'exploitant.

La certification APSAD de service de maintenance concerne les entreprises capables REPÉRAGE DES INSTALLATIONS MAINTENUES
d'exécuter les prestations précitées conformément aux réglementations officielles Que l'installation ait ou non fait
de sécurité contre l'incendie, en particulier : l'objet d'un certificat d'installation,
- le C.C.T.P. Type de la Commission Centrale des Marchés " Maintenance des le mainteneur certifié doit apposer
installations de détection d'incendie" (brochure des J.O. n° 5659) ; sur le Equipement de Contrôle et de
- la règle APSAD R7 ; Signalisation ou sur le Centralisateur
de Mise en Sécurité Incendie une
- la norme NF S 61-933 "SSI - Règles d'exploitation et de maintenance" ; étiquette du modèle ci-contre portant
- la partie de la norme NF S61-932 applicable à l'exécution de certains travaux le millésime de l'année de la dernière
ou modifications d'installations entrant dans le cadre de la maintenance des visite de maintenance qu'il a effectuée
installations. (une seule étiquette par an quel que
soit le nombre d'interventions).

122 L'intégrale de la sécurité


ASSURANCE DE LA QUALITÉ
Registre de sécurité et coordination S.S.I.

Article MS 55 - Conception des zones


§ 2. ...il appartient au concepteur ou à l'exploitant de proposer, à la la division de l'établissement en zones de détection et en zones de mise en
conception (dans le cadre de l'article GE2), à la commission de sécurité, sécurité incendie.

CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION


R 123.51 Registre de sécurité
Dans les établissements soumis aux prescriptions du présent chapitre, il doit être tenu un registre de
sécurité sur lequel sont reportés les renseignements indispensables à la bonne marche du service et,
en particulier :
- l'état du personnel chargé du service d'incendie ;
- les diverses consignes (générales et particulières) établies en cas d'incendie ;
- les dates des divers contrôles et vérifications ainsi que les observations auxquelles ceux-ci ont donné lieu ;
- les dates et travaux d'aménagement et de transformation, leur nature, les noms du ou des
entrepreneurs et, s'il y a lieu, de l'architecte ou du technicien chargé de surveiller les travaux.

Le modèle de ce registre n'est pas imposé.

SSI 123
ASSURANCE DE LA QUALITÉ
Registre de sécurité et coordination S.S.I.

NORME NF S 61.931
Article 5.3 Coordination S.S.I.
Une mission de coordination doit nécessairement présider à l'analyse des besoins de sécurité et à la
conception du S.S.I. Cette mission doit également exister lors de la réalisation et lors de modifications
ou extensions éventuelles. Elle implique la réalisation des tâches énumérées ci-après.
5.3.1 - Phase conception
Le coordinateur SSI définit les fonctionnalités du SSI.
La conception du SSI implique de la part du coordinateur SSI l’élaboration des pièces écrites et
graphiques ci-après :
1°) Le concept de mise en sécurité
Ce document permet de répondre aux besoins exprimés, décrit les principes de mise en sécurité et
l'organisation du SSI prévus pour le bâtiment en fonction :
- de la réglementation en vigueur ;
- du respect des normes ;
- des demandes spécifiques du maître d'ouvrage et de celles liées à l'exploitation du bâtiment ;
- des matériels utilisés.
2°) Le cahier des charges fonctionnel SSI reprenant le concept de mise en sécurité et comprenant,
au minimum :
- la catégorie du SSI et le type d’équipement d’alarme pour l’évacuation (EA) ;
- le niveau de surveillance au sens de la norme NF S 61-970 ;
- la définition des zones de détection et des zones de mise en sécurité (ZD et ZS) ;
- les scénarios types de mise en sécurité ;
- le tableau définissant la corrélation entre chaque ZD et les ZS ;
- le positionnement des matériels centraux et d'exploitation ainsi que leurs conditions d’implantation ;
- les fonctionnalités de l’UAE conformément aux normes NF S 61-932 et NF S 61-970 ;
- les modalités d'exploitation définies par le maître d’ouvrage et la définition des moyens techniques
mis en œuvre en conséquence (alarme restreinte, générale et/ou générale sélective, temporisation,
tableaux répétiteurs...) ;
- la définition des modes de fonctionnement des DCT, des options de sécurité des DAS et des
réarmements pour tous les différents constituants du SSI ;
- les éventuelles particularités d’exploitation du site ;
- la procédure de réception technique du SSI.
Le cahier des charges fonctionnel doit préciser explicitement les dispositions retenues dans le cadre
du projet concerné, y compris celles concernant les éventuels ensembles indépendants tels que prévus
au paragraphe 5.2.2 de la présente norme.
3°) Les plans définissant les limites géographiques des zones de mise en sécurité (ZS).
4°) L’avis portant sur l’examen de la cohérence des descriptifs techniques (hors quantitatifs) et des
pièces graphiques relatifs aux équipements du SSI établis pour la consultation des entreprises de
travaux
5.3.2.2 - Phase réalisation
Le coordinateur SSI veille au respect des exigences définies pendant la phase conception lors de la
mise en œuvre des équipements.
- Suivi de la cohérence entre les différents équipements du SSI
- Création ou mise à jour du dossier d'identité SSI
- Création ou mise à jour des tableaux de corrélations précisant pour chaque zone de mise en sécurité
(ZS) la liste exhaustive des dispositifs commandés terminaux (DCT) qui la compose.
- Examen de la cohérence des éventuelles particularités d'exploitation du site avec les conditions
ayant présidé à l'élaboration du concept de mise en sécurité

NORME NF S61-932
Article 4.1 et 14 Coordination et dossier d'identité du S.S.I.
Les principes de coordination doivent présider l'analyse des besoins de sécurité, la conception et la réalisation du S.S.I.
Le "Dossier d'Identité du S.S.I." doit être constitué par le coordinateur S.S.I. et doit comporter, au minimum, les informations classées selon un répertoire prédéfini.

124 L'intégrale de la sécurité


ASSURANCE DE LA QUALITÉ
Dossier d'identité du S.S.I.

Répertoire du dossier d'identité du SSI selon la norme NF S61-932 § 14 :


A - DOCUMENTS D'EXPLOITATION

1 Liste des documents figurant dans le dossier d'exploitation (Intitulé, Référence, - des Diffuseurs Sonores et/ou des Blocs Autonomes d'Alarme Sonore
date, indice) (B.A.A.S.), des éléments du Système de Sonorisation de Sécurité (S.S.S.) ;
2 Notice pour l'exploitation du S.S.I. (SDI et CMSI) comprenant les consignes - des organes de réarmement ;
simplifiées d'exploitation des matériels principaux. - des alimentations, E.A.E. et A.E.S. ;
3 Présentation générale du S.S.I. installé comprenant : - des Volumes Techniques Protégés (V.T.P.).
- le plan d'implantation des matériels centraux du S.S.I., différents équipements 6 Tableau des corrélations entre Z.D. et Z.S. avec la liste des fonctions de mise
de reports et Unité d'Aide à l'Exploitation (U.A.E.),de l'établissement ; en sécurité, principes généraux des scénarii,
- les particularités éventuelles liées au site ;  Description détaillée de chaque scénario, précisant les particularités
- le plan des faces avant de l'E.C.S. et C.M.S.I. éventuelles, telles que les temporisations.
4 Plans des Zones de Détection (Z.D.) avec localisation (Z.D.A. et Z.D.M.) 7 Schéma de principe Ventilation avec identification des Z.C., C.T.A. et C.C.F.
Plans et/ou schémas des réseaux électriques du S.D.I tels qu'exécutés, avec 8 Schéma de principe Désenfumage avec identification ZF, des Volets et Moteurs
indication des Cheminements Techniques Protégés si requis. de désenfumage.
Plans précisant la localisation et l'identification des Détecteurs d'Incendie 9 Listing de programmation et paramétrage S.D.I. et C.M.S.I.
(D.I.), des Déclencheurs Manuels (D.M.), des orifices de prélèvement et des
indicateurs d'Action (I.A.), et D.A.D. 10 Schéma unifilaire du système installé.
Plans des Zones de mise en Sécurité (Z.S.) avec localisation (Z.A., Z.C. et Z.F.). - synoptique S.D.I. ;
Plans et/ou schémas des réseaux électriques du C.M.S.I tels qu'exécutés, avec - synoptique C.M.S.I.
indication des Cheminements Techniques Protégés si requis. 11 Plans et/ou schémas des réseaux aérauliques et pneumatiques du S.S.I. tels
5 Plans précisant la localisation : qu'exécutés.
- des dispositifs de commande ; 12 Contrat de maintenance le cas échéant et Notice de maintenance selon la
 -des Dispositifs Commandés Terminaux (D.C.T.) y compris les D.A.S. norme NF S 61-933.
autocommandés ;

B - DOCUMENTS D'INSTALLATION

1 Liste des documents figurant dans la partie B (Intitulé, Référence, date, 5 Certificats de conformité aux normes des matériels (P.V., certificat ou
indice). attestation) et Document attestant l'associativité entre les différents
constituants (rapport d'associativité).
2 Historique des travaux réalisés.
6 Listes des matériels du S.S.I. installé (désignations, références et quantités).
3 Notice de sécurité.
7 Plan de câblage des baies le cas échéant.
4 Attestation de formation des exploitants.
8 Documentations techniques (mise en service, maintenance, etc.) des matériels
du S.S.I. donnant leurs caractéristiques.

C - DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

1 Liste des documents figurant dans la partie C (Intitulé, Référence, date, indice). 4 Rapport d'essais par autocontrôle réalisés par les installateurs.
2 Cahier des charges fonctionnel. 5 Rapport de réception avec le rapport d'essais fonctionnels et de bon
3 Attendus administratifs. fonctionnement du système établi par le coordonnateur S.S.I.

SSI 125
EXPLOITATION
Vérification et maintenance des S.S.I.

CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION ET ARRÊTÉ DU 25 JUIN 1980


Article R 123-43
Les constructeurs, installateurs et exploitants sont tenus, chacun en ce qui les concerne, en conformité avec les dispositions de la présente réglementation...
de s'assurer que les installations ou équipement sont établis, maintenus et entretenus
Article MS 58 - Obligations de l'installateur et de l'exploitant
§ 3. Toute installation de détection doit faire l'objet d'un contrat d'entretien avec un § 4. Ce contrat d'entretien ainsi que la notice descriptive des conditions d'entretien et
installateur qualifié. Ce contrat doit inclure les essais fonctionnels prévus à l'articles MS 56, de fonctionnement doivent être annexés au registre de sécurité.
paragraphe 3, deuxième tiret.
Article MS 68 - Entretien
Le système de sécurité incendie doit être maintenu en bon état de fonctionnement. Cet Toutefois, les systèmes de sécurité incendie de catégorie A et B doivent toujours
entretien doit être assuré : faire l'objet d'un contrat d'entretien. Dans tous les cas, le contrat passé avec les
- soit par un technicien compétent habilité par l'établissement ; personnes physiques ou morales, ou les consignes données au technicien attaché à
l'établissement, doivent préciser la périodicité des interventions et prévoir la réparation
- soit par l'installateur de chaque équipement ou son représentant habilité. rapide des éléments défaillants. La preuve de l'existence de ce contrat ou des consignes
écrites doit pouvoir être fournie et être transcrite sur le registre de sécurité.
Article MS 69 - Consignes d'exploitation
Le personnel de l'établissement doit être initié au fonctionnement du système d'alarme. L'exploitant doit faire effectuer sous sa responsabilité les remises en état le plus
L'exploitant ou son représentant doit s'assurer, une fois par semaine au moins, du bon rapidement possible. L'exploitant doit disposer en permanence d'un stock de petites
fonctionnement de l'installation et de l'aptitude des alimentations électriques et/ou fournitures de rechange des modèles utilisés tels que lampes, fusibles, vitres pour
pneumatiques de sécurité à satisfaire aux exigences du présent règlement. déclencheurs manuels à bris de glace, cartouche de gaz inerte comprimé, etc.
Article MS 72 - Entretien et signalisation
§ 1. Tous les appareils ou dispositifs d'extinction et d'alerte doivent être soigneusement de l'établissement doit être initié à leur mise en oeuvre. Cette information doit être
entretenus et maintenus en permanence en bon état de fonctionnement. Le personnel maintenue dans le temps.
Article MS 73 - Vérifications techniques
§ 1. Avant leur mise en service, les appareils et installations fixes doivent faire l'objet prévues à la section II précitée. De plus, les systèmes de sécurité incendie de catégories
d'une vérification, fonctionnement compris, dans les conditions prévues à la section II A et B et les systèmes d'extinction automatique du type sprinkleur doivent être vérifiés
du chapitre Ier du présent titre. De plus, les systèmes de sécurité incendie de catégories tous les trois ans par une personne ou un organisme agréé.
A et B ainsi que les systèmes d'extinction automatique du type sprinkleur doivent § 3. Pour les systèmes de sécurité incendie, les vérifications doivent être conformes aux
toujours être vérifiés par une personne ou un organisme agréé. modalités prévues par la norme en vigueur correspondante.
§ 2. En cours d'exploitation, ces mêmes appareils ou installations ainsi que les Pour les systèmes de détection d'incendie, les vérifications doivent comporter les essais
appareils mobiles doivent être vérifiés, au moins une fois par an, dans les conditions fonctionnels prévus à l'article MS 56 (§ 3, deuxième tiret)...
Article MS 74 - Contrôles
Lors des visites périodiques effectuées par les commissions de sécurité, toutes des moyens de secours. A cet effet, la direction doit mettre en place le personnel
dispositions doivent être prises par l'exploitant pour permettre le contrôle efficace compétent et le matériel nécessaire aux essais de fonctionnement.
Article MS 75 - Autres obligations de l'exploitant
L'exploitant est tenu de : - produire, à l'occasion de la visite de réception des - classer ensuite dans ce registre tous les documents, rapports, attestations qui doivent
installations visées aux sections II (sous-sections 1 à 8) et V du présent chapitre, le être rédigés et lui être remis après tout examen ou intervention quelconque sur
dossier technique des installations annexé au registre de sécurité de l'établissement et l'installation.
comportant un exemplaire du rapport des examens et essais avant la mise en service ;

NORME NF S 61-933 - RÈGLES DE MAINTENANCE

7.4 Personnels de maintenance 7.8 Fournitures de rechanges


Les personnels chargés d'exécuter les opérations de maintenance du SSI doivent être L'entité titulaire du contrat de maintenance doit, au moins, disposer d'un stock
formés pour : d'éléments constitutifs et /ou pièces détachées et des outils nécessaires à l'exécution
-intervenir en conformité avec les opérations de maintenance préventives et/ou de sa mission.
correctives prévues par le fabricant de chaque équipement, 7.11 Traçabilité des interventions correctives
-réaliser l'ensemble des essais fonctionnels nécessaires pour assurer que le système Au départ du technicien spécialisé, à la suite d'une intervention corrective, un bulletin
objet du contrat est " en bon état de fonctionnement ". signé conjointement par le représentant du chef d'établissement et le technicien doit
Les opérations de maintenance corrective doivent être réalisées par un technicien donner au minimum les informations suivantes :
spécialisé pour intervenir sur les éléments constitutifs du SSI au niveau d'accès III ou IV. - état du système (ou sous-système) à l'arrivée du technicien,
Ce personnel doit en outre posséder la compétence pour apprécier les conséquences de - descriptif de la panne constatée,
ses actions sur le système et son exploitation.
- cause probable / supposée de la panne,
7.5 Informations au chef d'établissement - équipement(s) échangé(s),
En préalable à toute opération de maintenance du SSI, le chef d'établissement doit - état fonctionnel du système au départ du technicien,
être informé des conséquences de ces opérations, afin de lui permettre d'apprécier, en
liaison avec le mainteneur, les mesures compensatoires éventuellement nécessaires. - le cas échéant, les délais de remise en service.
Il ne pourra pas être déclaré en " bon état de fonctionnel " si un seul des éléments
7.6 Enregistrements des actions de maintenance constitutifs et/ou fonctions ne présente pas cet état. Ainsi, un SSI contenant une zone
Chaque action de maintenance doit faire l'objet d'un enregistrement précisant le type mise " en hors service " pour raison de travaux ne sera pas déclaré fonctionnellement
d'essai, le dispositif testé et le résultat de l'essai. " bon ". Dans ce dernier cas, la cause sera précisée sur le bulletin d'intervention
Les comptes rendus détaillés des opérations de maintenance, signés au minimum par laissé par le technicien compétent à l'issue de l'intervention. Par ailleurs, la (les)
le technicien compétent, doivent être conservés pendant 3 ans par le mainteneur et, le fonction(s) non opérationnelle(s) sera (seront) clairement notifiée(s) dans un langage
cas échéant, présentés à la demande du donneur d'ordre. compréhensible par l'exploitant et l'invitant, le cas échéant, à mettre en œuvre les
mesures compensatoires adaptées à son exploitation.

126 L'intégrale de la sécurité


EXPLOITATION
Visites périodiques des E.R.P. et des S.S.I.

VISITES DES COMMISSIONS DE SÉCURITÉ

Article GE 4 - Visites périodiques


§ 1. Les établissements des 1 , 2 , 3 et 4 catégories doivent être visités § 3. Lorsqu'un établissement ne comportant pas de locaux d'hébergement fait
ère e e e

périodiquement par les commissions de sécurité selon la fréquence fixée au l'objet d'une visite périodique conclue par un avis favorable à la poursuite de son
tableau suivant en fonction de leur type et de leur catégorie. exploitation et que la visite précédente, effectuée dans les délais réglementaires,
avait conduit à la même conclusion, le délai fixé pour sa prochaine visite par le
§ 2. Dans le cas particulier prévu à l'article GN 3, où l'établissement comprend
tableau ci-dessus peut être prolongé dans la limite de quatre ans, s'il était de
plusieurs bâtiments isolés entre eux, la détermination de la catégorie et
deux ans et dans la limite de cinq ans s'il était de trois ans. Sur proposition de
l'application du règlement doivent se faire séparément pour chaque bâtiment,
la commission de sécurité compétente, cette modification est inscrite au procès-
les visites périodiques étant faites pour l'ensemble de l'établissement avec la
verbal de la visite.
périodicité la plus courte de celles qui correspondent aux catégories des bâtiments.
§ 4. La fréquence des contrôles peut être modifiée, s'il est jugé nécessaire, par
arrêté du maire ou du préfet après avis de la commission de sécurité.

Article PE 37 - Contrôle des établissements de 5e catégorie comportant des locaux à sommeil


...Ces établissements doivent être visités tous les cinq ans par la commission s'il est jugé nécessaire, par arrêté du maire ou du préfet, après avis de la
de sécurité compétente ; la fréquence de ces visites peut être augmentée, commission."

VÉRIFICATIONS PÉRIODIQUES DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ INCENDIE

Normes NF S 61.933
7.7 Périodicité des opérations de maintenance - et/ou (des) état(s) de dégradation ;
La nature et la périodicité des opérations de maintenance préventive et des essais - et/ou des seuils prédéterminés significatifs de dégradation, propres à déclencher
fonctionnels, figurent dans les notices élaborées par les fabricants pour chacun des une (des) action(s).
constituants du SSI. A défaut de définition de la périodicité, les essais fonctionnels doivent être réalisés
En sus de ces opération et en fonction des conditions d'exploitation et/ou de au minimum une fois par an. Ces essais peuvent être répartis sur deux visites.
particularités du système, des opérations complémentaires peuvent être édictées par Pour les SSI de catégorie A comportant plus de deux ZS, les essais fonctionnels
l'installateur ou le mainteneur. Ces éléments sont à annexer dans le dossier d'identité. doivent être réalisés en deux visites. Pour chaque scénario, lors d'une de ces visites
Les critères déterminés par le constructeur et/ou l'installateur, prenant en compte les essais seront effectués en mode manuel depuis l'UCMC, et lors de l'autre visite,
la nature de l'exploitation, doivent permettre d'établir : en mode automatique à partir du déclenchement d'un des éléments choisis de
- un échéancier ; façon aléatoire dans la ZD concernée.

DÉMANTÈLEMENT DES DÉTECTEURS IONIQUES (ARRÊTÉ DU 18 NOVEMBRE 2011)

État des lieux :


• A rrêté du 18 novembre 2011 : J.O. le 3 décembre 2011 - Application le 4 décembre 2011.
• A rrêtés du 6 mars 2012 (ASN) : J.O. le 15 mars 2012.

4 décembre 4 décembre 31 décembre 4 décembre 4 décembre 4 décembre


2011 2013 2014 2015 2017 2021

L'utilisateur doit avoir Retrait Les ioniques doivent Les ioniques doivent
transmis sa fiche de des détecteurs être démantelés être démantelés
Publication Extensions recensement initiale
non conformes en l'absence en présence
de l'arrêté sur site à un installateur,
mainteneur à l'Annexe II d'un plan de dépose d'un plan de dépose
ou déposeur du 18 novembre ou de migration ou de migration

SSI 127
EXPLOITATION
Niveaux d'accès aux S.S.I.

NORME NF S 61-931
4 - Niveaux d'accès : Il s'agit des niveaux d'accès à l'exploitation et à la maintenance Ils sont rendus nécessaires afin d'éviter qu'une utilisation mal comprise d'un S.S.I.
du Système de Sécurité Incendie installé. puisse être source de danger pour les personnes ou des dégradations.
Ils correspondent à la compétence de l'intervenant.

Niveaux de
NORME NF EN 54-2 (Annexe A) compétence NORME NF S 61-931
(INFORMATIVE) de l'intervenant
Personnel formé et habilité par le constructeur 4 Personnel autorisé par le constructeur
Personnel formé et habilité à faire de la maintenance ou du contrôle 3 Personnel habilité à faire de la maintenance
Personnel ayant une responsabilité particulière de sécurité 2 Personnel ayant une responsabilité particulière de sécurité
Utilisable par le public ou personnel exerçant une responsabilité générale de surveillance 1 Personnel exerçant une responsabilité générale de surveillance
0 A disposition du public

EXEMPLE

Nota :
- Le niveau d'accès 2 donne également accès aux fonctions du niveau d'accès 1. Le niveau d'accès 3 donne également accès aux fonctions des niveaux d'accès 1 et 2.
- Dans certains cas, il peut s'avérer souhaitable de doter l'E.C..S. de niveaux d'accès supplémentaires au sein des niveaux d'accès 2 ou 3.

128 L'intégrale de la sécurité


EXPLOITATION
Consignes d'exploitation d'un dérangement sur un S.D.I.

SSI 129
EXPLOITATION
Consignes générales d'exploitation d'une alarme incendie

130 L'intégrale de la sécurité


EXPLOITATION
Organisation de la sécurité en E.R.P.

SURVEILLANCE HUMAINE PERMANENTE

Article MS 45 - Généralités
En application de l'article R. 123-11 du code la construction et de l'habitation, la par un service de sécurité incendie tel que défini à l'article MS 46.
surveillance des établissements doit être assurée pendant la présence du public

Article MS 52 - Présence de la direction


Pendant la présence du public, l'exploitant ou son représentant doit se § 2. Lorsque les conditions d'exploitation le justifient, il peut être admis par
trouver dans l'établissement pour : la commission de sécurité compétente que l'exploitant ou son représentant
- décider des éventuelles premières mesures de sécurité ; ne soit pas en permanence dans l'établissement sous réserve :
- assurer l'accès à tous les locaux communs ou recevant du public aux membres - d'être joignable en permanence et en mesure de rejoindre l'établissement
de la commission de sécurité lors des visites de sécurité en application de dans les délais les plus courts ;
l'article R. 123-49 du code la construction et de l'habitation ; - que des consignes claires soient données au service de sécurité incendie
- assurer la mise à jour du registre de sécurité prévu à l'article R. 123-51 du présent sur le site.
code de la construction et de l'habitation.

ORGANISATION MATÉRIELLE DU SERVICE DE SÉCURITÉ (DISPOSITIONS GÉNÉRALES)

Article MS 50 - Poste de sécurité


§ 1. Un poste de sécurité doit être mis à la disposition exclusive des personnels § 4. Le poste de sécurité doit notamment recevoir les alarmes restreintes transmises
chargés de la sécurité incendie. par postes téléphoniques, avertisseurs manuels, installations de détection et/
§ 2. Ce poste, d'accès aisé et si possible au niveau d'arrivée des secours extérieurs, ou d'extinction automatique. De plus, des commandes manuelles des dispositifs
doit être, sauf cas particulier, relié au centre de secours des sapeurs-pompiers par d'alarme, de désenfumage mécanique, de conditionnement, etc., doivent être
un moyen de transmission rapide et sûr. installées à l'intérieur de celui-ci.
§ 3. Lorsque le service est assuré par des agents de sécurité incendie, le poste doit § 5. Le poste de sécurité et ses accès doivent être convenablement protégés contre
être occupé en permanence par une personne au moins. un feu survenant dans l'établissement.
§ 6. Ce poste doit être en mesure d'établir une liaison avec les espaces d'attente sécurisés.

ORGANISATION HUMAINE DU SERVICE DE SÉCURITÉ (DISPOSITIONS GÉNÉRALES)

Article MS 46 - Composition et missions du service


§ 1. Pendant la présence du public, le service de sécurité incendie est composé direction d'un chef de service de sécurité-incendie spécifiquement affecté à cette
selon le type, la catégorie et les caractéristiques des établissements de l'une tâche.
des façons suivantes : § 2. Ce service assure la sécurité générale dans l'établissement et a notamment
a) Par des personnes désignées par l'exploitant et entraînées à la manœuvre pour mission :
des moyens de secours contre l'incendie et à l'évacuation du public ; a) De connaître et de faire appliquer les consignes en cas d'incendie, notamment
b) Par des agents de sécurité-incendie dont la qualification est définie à l'article pour ce qui concerne les dispositions mises en œuvre pour l'évacuation des
MS 48 ; personnes en situation de handicap ;
c) Par des sapeurs-pompiers d'un service public de secours et de lutte contre b) De prendre éventuellement, sous l'autorité de l'exploitant, les premières
l'incendie ; mesures de sécurité ;
d) Par la combinaison de ces différentes possibilités, déterminée après avis de c) D'assurer la vacuité et la permanence des cheminements d'évacuation
la commission compétente. jusqu'à la voie publique ;
Lorsque le service est assuré par des agents de sécurité incendie, l'effectif d) De diriger les secours en attendant l'arrivée des sapeurs-pompiers, puis de
doit être de trois personnes au moins présentes simultanément, dont un chef se mettre à la disposition du chef de détachement d'intervention des sapeurs-
d'équipe. Cet effectif doit être adapté à l'importance de l'établissement. pompiers ;
En outre, le chef d'équipe et un agent de sécurité au moins ne doivent pas être e) De veiller au bon fonctionnement du matériel et des équipements de
distraits de leurs missions spécifiques. protection contre l'incendie, d'en effectuer ou de faire effectuer les essais et
Les autres agents de sécurité-incendie peuvent être employés à des tâches de l'entretien (moyens de secours du présent chapitre, dispositif de fermeture des
maintenance technique dans l'établissement. Ils doivent se trouver en liaison portes, de désenfumage, d'éclairage de sécurité, groupes moteurs thermiques-
permanente avec le poste de sécurité. générateurs, etc.) ;
Le service de sécurité-incendie, dont la qualification est fixée à l'article MS f) D'organiser des rondes pour prévenir et détecter les risques d'incendie et de
48, doit être placé, lorsque les dispositions particulières le prévoient, sous la panique, y compris dans les locaux non occupés.

SSI 131
EXPLOITATION
Organisation de la sécurité en I.G.H.

Article GH 62 - Service de sécurité incendie et d’assistance à personnes


§ 1. La composition et les missions particulières du service de sécurité incendie - de diriger les secours en attendant l’arrivée des services publics de secours
et d’assistance à personnes, prévues par l’article R. 122-17 du code de la et de lutte contre l’incendie ; le chef d’équipe du service de sécurité incendie
construction et de l’habitation et l’article GH 60 ci-dessus sont précisées par les et d’assistance à personnes ou son remplaçant se met ensuite aux ordres du
dispositions propres à chaque classe d’immeuble. Le service de sécurité incendie et commandant des opérations de secours ;
d’assistance à personnes est placé sous la direction d’un chef de service de sécurité - de faire appliquer les consignes en cas d’incendie ;
incendie ; celui-ci ne peut avoir la responsabilité que d’un seul poste central de - d’organiser des rondes pour prévenir et détecter les risques d’incendie, y compris
sécurité incendie. dans les locaux non occupés ;
Un arrêté du ministre de l’intérieur définit les modalités de qualification du - de veiller au bon fonctionnement de tout le matériel de protection contre l’incendie,
personnel permanent du service de sécurité incendie et d’assistance à personnes. d’en effectuer ou faire effectuer l’entretien et de tenir à jour le registre de sécurité
§ 2. Le chef d’équipe et les agents permanents de ce service ne sont jamais distraits prévu à l’article R. 122-29 du code de la construction et de l’habitation ;
de leur fonction spécifique de sécurité incendie, d’assistance à personnes et de - d’instruire, d’entraîner et de diriger le personnel chargé dans certaines classes
maintenance technique liée aux installations de sécurité incendie. Ils ont reçu une d’immeuble de grande hauteur de l’application des consignes d’évacuation et
instruction technique spécialisée concernant les systèmes de sécurité incendie et de l’utilisation des moyens de premiers secours dans chaque compartiment ;
les domaines relevant de la sécurité incendie et de l’assistance à personnes. - de surveiller les travaux visés à l’article GH 65 et, le cas échéant, de délivrer les
Ils se trouvent en liaison permanente avec le poste central de sécurité incendie et permis de feu ;
sont rassemblés dans les meilleurs délais. - d’assurer aux membres de la commission de sécurité en visite de contrôle l’accès
§ 3. Ce service est chargé de l’organisation générale de la sécurité incendie dans à tous les locaux communs de l’immeuble ;
l’immeuble. Il a notamment pour missions : - d’être en mesure de recevoir les informations relatives au fonctionnement des
- d’assurer une permanence au poste central de sécurité incendie ; ascenseurs et de faire appliquer les consignes lors du blocage d’un ascenseur.

132 L'intégrale de la sécurité


EXPLOITATION
Organisation de la sécurité

ORGANISATION HUMAINE DU SERVICE DE SÉCURITÉ (DISPOSITIONS PARTICULIÈRES)


Le service de sécurité incendie doit être organisé suivant la type, la catégorie et les caractéristiques des établissements.
ÉTABLISSEMENTS OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES

J Maisons de retraite Toutes catégories Employés désignés, entraînés à la mise en oeuvre des moyens de
secours.
Salles de Organisation du service de sécurité dans les salles de spectacle Voir tableau Article L14 § 1
spectacles,de Organisation du service de sécurité dans les salles de projection Voir tableau Article L14 § 2
L conférences,de
réunions ... Organisation du service de sécurité dans les autres établissements
de type L Voir tableau Article L14 § 3
1 ou 2 niv. y compris rdc et >6000 personnes ou plus de 2 niv. et 3 agents de sécurité incendie, nombre d'agents majoré d'une unité
Magasins,centres plus de 4000 personnes par fraction de 3000 personnes à partir de 6000 personnes .
M commerciaux
Établissements de plus de 300 personnes Employés désignés, instruits et entraînés.
N Restaurants, Toutes catégories Employés désignés, entraînés à la mise en oeuvre des moyens de
débits de boissons secours.
O Hôtels Toutes catégories Employés désignés, entraînés à la mise en oeuvre des moyens de
secours.
1ère cat. et complexes importants de loisirs multiples où la danse
constitue l'une des activités principales 3 agents de sécurité incendie.
Salles de danse,
P de jeux Employés désignés, entraînés à la mise en oeuvre des moyens de
Autres établissements secours.
Enseignement, Exercices pratiques d'évacuation au cours de l'année scolaire ou
R colonies de vacances. Toutes catégories universitaire. Le premier exercice doit se dérouler durant le mois
qui suit la rentrée.
1ère cat. (plus de 3000 personnes) 3 agents de sécurité incendie.
Bibliothèques,centres
de documentation, 1ère cat. (moins de 3000 personnes) 3 agents de sécurité incendie pouvant être employés à des tâches
S techniques.
de consultation
d'archives 2e cat. 3 employés désignés parmi les techniciens avec formation de
sécurité incendie.
1 ou 2 niv. accès public et > 6000 personnes 4 agents de sécurité incendie.
1 ou 2 niv. accés public et > 10000 personnes 5 agents de sécurité incendie.
> 2 niv. accès public et > 4000 personnes 4 agents de sécurité incendie, nombre d'agents majoré d'une unité
T Salles d'expositions par fraction de 3000 personnes au delà de 6000 personnes.
Bâtiments indépendants et isolés 2 agents de sécurité incendie/bâtiment ou niveau ou 3 agents au
PC avec véhicule de liaison.
Établissements de plus de 30000 personnes Avis de la commission de sécurité.
1ère cat.
3 agents de sécurité incendie dont 2 pouvant être employés à des
tâches techniques.
Hôpitaux, Employés désignés, entraînés à la mise en oeuvre des moyens de
U maisons de retraite 2e cat. secours ou agents de sécurité suivant avis de la commission de
sécurité.
3e et 4e cat. Employés désignés, entraînés à la mise en oeuvre des moyens de
secours.
W Bureaux, Toutes catégories Employés désignés, entraînés à la mise en oeuvre des moyens de
administrations secours.
1ère cat. (plus de 4000 personnes) 3 agents de sécurité incendie.
Y Musées Employés désignés, entraînés à la mise en oeuvre des moyens de
Autres établissements secours.
OA Hôtels, restaurants Toutes catégories Tous les employés doivent être entraînés à la mise en oeuvre des
d'altitude moyens de secours.
PA Établissements Établissements importants présentant des risques particuliers Avis de la commission de sécurité.
de plein air d'incendie ou de panique
immeubles
IGH de Grande Hauteur 1 SSIAP 3 ; 1 SSIAP 2 ;
X SSIAP 1 selon les dispositions propres à chaque classe.

SSI 133
EXPLOITATION
Organisation de la sécurité

FORMATION DU PERSONNEL, INFORMATION DU PUBLIC (DISPOSITIONS GÉNÉRALES)

Article MS 47 - Consignes
Des consignes précises, conformes à la norme NF S 60-303 du 20 septembre - les dispositions à prendre pour assurer la sécurité du public et du personnel ;
1987 relative aux plans et consignes de protection contre l'incendie, destinées aux - les dispositions à prendre pour favoriser l'évacuation des personnes en situation
personnels de l'établissement, constamment mises à jour, et affichées sur supports de handicap ou leur évacuation différée si celle-ci est rendue nécessaire ;
fixes et inaltérables doivent indiquer : - la mise en oeuvre des moyens de secours de l'établissement ;
- les modalités d'alerte des sapeurs-pompiers ; - l'accueil et le guidage des sapeurs-pompiers.
Article MS 48 - Formation et qualification du personnel du service de sécurité incendie
§ 1. Les personnes désignées par l'exploitant, mentionnées au paragraphe 1.a de § 2. La qualification professionnelle des agents de sécurité incendie (chef du
l'article MS 46 pour assurer la sécurité contre l'incendie, doivent avoir reçu une service, chef d'équipe et agents de sécurité) mentionnés au paragraphe 1b de
formation conduite à l'initiative et sous la responsabilité de l'exploitant. l'article MS 46, doit être vérifiée dans les conditions définies par arrêté ministériel.
§ 3. Le contrôle de l'instruction du service de sécurité incendie est assuré par les
commissions de sécurité lors des visites qu'elles effectuent dans les établissements.
Article MS 51 - Exercices d'instruction
Des exercices d'instruction du personnel doivent être organisés sous la
responsabilité de l'exploitant. La date de ceux-ci doit être portée sur le registre de
sécurité de l'établissement.

FORMATION DU PERSONNEL, INFORMATION DU PUBLIC (DISPOSITIONS PARTICULIÈRES)

Article J 39 - Exercices
§ 1. Tout le personnel de l'établissement doit être mis en garde contre les dangers § 2. Des exercices pratiques, ayant pour objet d'instruire le personnel sur la conduite
que présente un incendie et être informé des consignes très précises en vue de à tenir en cas d'incendie, doivent avoir lieu au moins une fois par semestre.
limiter l'action du feu et d'assurer l'évacuation du public.

Article J 40 - Consignes et affichage


§ 1. Des consignes relatives à la conduite à tenir en cas d'incendie doivent être : § 2. Les locaux ou espaces destinés aux fumeurs doivent être signalés et dotés de
- remises à chacun des résidents ; cendriers.
- portées à la connaissance du personnel ;
- affichées dans les parties collectives.
Article M 14 - Visibilité des signalisations
§ 1. En aucun cas, les panneaux de décoration, de publicité, etc., ne doivent § 2. Lorsque la disposition des lieux où doivent être implantés les panneaux
diminuer la visibilité des panneaux de signalisation des sorties et des sorties de de signalisation ne permet pas de respecter les dimensions normalisées de
secours. pictogrammes, notamment dans le cas des panneaux verticaux, des dérogations à
l'article CO 42 (§ 2) peuvent être accordées après avis de la commission de sécurité.

Article M 44 - Défense de fumer


Il est formellement interdit de fumer dans les locaux de vente. Cette prescription
doit être affichée bien en évidence.
Article N 20 - Précautions d'exploitation
Des consignes spéciales, portées fréquemment à la connaissance du personnel, de l'huile dans les foyers pour y provoquer des "coups de feu", entreposer des
doivent lui rappeler les interdictions suivantes : faire sécher près des appareils emballages vides (même momentanément) dans un local ouvert au public, etc.
de cuisson des chiffons, des torchons et des serviettes, projeter de la graisse ou

Article O 21 - Consignes et affichage


§ 1. Il est rappelé qu'il est formellement interdit de fumer dans les réserves, Cette consigne attire l'attention du public sur l'interdiction d'utiliser les ascenseurs en
lingeries, etc. et, en général, dans les locaux présentant des risques particuliers cas d'incendie, à l'exception de ceux conformes aux dispositions de l'article AS 4 du
d'incendie. Cette interdiction doit être affichée bien en évidence. règlement de sécurité qui sont réservés à l'évacuation des personnes handicapées.
§ 2. Une consigne d'incendie, du modèle joint en annexe, est affichée dans chaque Un plan d'évacuation dont les caractéristiques correspondent à celles des plans
chambre ou appartement. Elle est rédigée en français et complétée par une bande d'évacuation de la norme NF S 60-303 septembre 1987) relative aux plans et
dessinée illustrant les consignes. Sa rédaction en langue française peut être consignes de protection contre l'incendie est apposé à chaque niveau à proximité
complétée par sa traduction dans les langues parlées par les usagers habituels. du cheminement habituel.

134 L'intégrale de la sécurité


EXPLOITATION
Organisation de la sécurité

FORMATION DU PERSONNEL, INFORMATION DU PUBLIC (DISPOSITIONS PARTICULIÈRES)

Annexe II - Conduite à tenir en cas d'incendie relative à l'application de l'article O 21


En cas d'incendie dans votre chambre ou appartement : Si la fumée rend le couloir ou l'escalier impraticable :
Si vous ne pouvez pas maîtriser le feu : - restez dans votre chambre ou dans votre appartement ;
- gagnez la sortie en refermant bien la porte de votre chambre ou appartement et - manifestez votre présence à la fenêtre en attendant l'arrivée des sapeurs-
en suivant le balisage ; pompiers.
- prévenez la réception.
En cas d'audition du signal d'alarme : Nota : Une porte fermée et mouillée, rendue étanche par des moyens de fortune
Si les dégagements sont praticables : (serviette, draps humides par exemple), protège plus longtemps. Au niveau du sol,
- gagnez la sortie en refermant bien la porte de votre chambre ou appartement et la fumée est moins dense et la température plus supportable.
en suivant le balisage.

Article P 24 - Consignes d'exploitation


§ 1. Des cendriers, en nombre suffisant, doivent être judicieusement répartis dans § 2. Il est formellement interdit de fumer dans les réserves, les resserres, les lingeries
les salles et les dégagements accessibles au public. et en général, dans tous les locaux présentant des risques particuliers d'incendie.
Les locaux où le personnel est autorisé à fumer doivent être équipés de cendriers.
Article R 33 - Exercices d'évacuation
Des exercices pratiques d'évacuation doivent avoir lieu au cours de l'année scolaire Pour cela, ils doivent être représentatifs d'une situation réaliste préparée à l'avance
ou universitaire ; lorsque l'établissement comporte des locaux réservés au sommeil, et être l'occasion d'une information des élèves et du personnel.
des exercices de nuit doivent également être organisés ; le premier exercice doit se Les conditions de leur déroulement et le temps d'évacuation doivent être consignés
dérouler durant le mois qui suit la rentrée. sur le registre de sécurité. Des exercices pratiques, ayant pour objet d'entraîner les
Ces exercices ont pour objectif d'entraîner les élèves et le personnel sur la conduite élèves et le personnel sur la conduite à tenir en cas d'incendie, doivent avoir lieu
à tenir en cas d'incendie. au moins trimestriellement. Le premier exercice doit obligatoirement se dérouler
au cours du premier mois de l'année scolaire.
Article T 52 - Consignes d'exploitation
§ 1. Il est interdit de constituer dans les surfaces d'expositions, dans les stands et du balayage doivent être enlevés chaque jour, avant l'heure d'ouverture au
et dans les dégagements des dépôts de caisses, de bois, de paille, de carton, etc. public, et transportés hors de l'établissement.
§ 2. Un nettoyage régulier (quotidien) doit débarrasser les locaux des poussières et § 3. Dans les locaux à risques particuliers, visés à l'article T 13, l'interdiction de
des déchets de toute nature. Tous les déchets et les détritus provenant du nettoyage fumer doit être affichée bien en évidence.

Article U 47 - Formation
§ 1. Tout le personnel de l'établissement doit être mis en garde contre les dangers ou l'évacuation et doivent être entraînés à la manoeuvre des moyens d'extinction.
que présente un incendie dans un hôpital, être formé à l'exécution de consignes § 2. Des exercices d'évacuation simulée doivent être organisés périodiquement afin
très précises en vue de limiter l'action du feu et d'assurer le transfert horizontal de maintenir le niveau de connaissance du personnel conformément à l'article U 41.
Article U 48 - Consignes et affichage
Des consignes, affichées bien en évidence, doivent indiquer la conduite à tenir par les occupants en cas d'incendie.

Article W 16 - Défense de fumer


Il est interdit de fumer dans les locaux à risques particuliers. Cette prescription doit être affichée bien en évidence.

Article GH 60 - Surveillance, exercices, information des locataires


Le propriétaire : l’immeuble est établie par le propriétaire et tenue à la disposition de la commission
[…] de sécurité. Les modalités précisant la prise en charge des personnes en situation
2. Organise au moins une fois chaque année dans les immeubles visés à l’article de handicap figurent dans cette note. De la même façon, une note définissant les
R. 122-17 du code de la construction et de l’habitation, un exercice d’évacuation modalités de la réalisation d’une évacuation générale de l’immeuble est établie.
de chaque compartiment avec mise en œuvre des fonctions de sécurité après 4. Établit et affiche les consignes d’incendie et les plans d’évacuation dans les
sensibilisation d’un détecteur automatique d’incendie dans une circulation circulations horizontales communes près des accès aux escaliers et aux ascenseurs.
horizontale commune. 5. Informe les occupants des conditions dans lesquelles est assurée la protection
3. Prévoit l’évacuation de première et deuxième phase de l’immeuble et de contre l’incendie de l’immeuble et de leur rappeler l’importance du respect des
procéder à des exercices. Une note définissant l’organisation de l’évacuation de diverses dispositions de sécurité.

SSI 135
EXPLOITATION
Organisation de la sécurité

Article GH R 9 - Service de sécurité incendie et d’assistance à personnes


[…]
Des exercices d’évacuations périodiques sont organisés dans les conditions prévues
à l’article GH 60 ; les occupants sont tenus d’y participer.

Article GH U 18 - Organisation de la sécurité en cas d’incendie


§ 3. Des exercices d’évacuation simulée sont organisés périodiquement afin de sont invités à s’associer à un tel exercice. Ces exercices font l’objet d’une inscription
maintenir le niveau d’entraînement des personnels. Une fois par an, les pompiers sur le registre de sécurité de l’IGH U

RÈGLES D'EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ


NORME NF S 61-933

5.2 - Règles d'exploitation


Le respect des règles d'exploitation et de maintenance d'un S.S.I. doit permettre - les personnels chargés de l'exploitation du S.S.I. et de la maintenance doivent
de conserver dans le temps les spécifications figurant dans le dossier d'identité tel avoir le niveau requis pour les tâches qui leurs sont attribuées ;
que défini dans la norme NF S 61-932. - des consignes écrites pour le personnel chargé de l’exploitation du S.S.I. et des
Pour ce faire, les conditions suivantes doivent être réunies : opérations de maintenance, de niveaux d’accès I et II, doivent être établies.
Elles doivent :
- le dossier d'identité, qui fixe les caractéristiques fonctionnelles des éléments
• respecter les instructions des constructeurs et/ou installateurs du S.S.I.,
constitutifs du S.S.I., doit être tenu à jour et prendre en compte les évolutions
• définir les actions d'exploitation et de maintenance,
du S.S.I. ;
• préciser les actions qui donnent lieu à enregistrements.
- le dossier d'identité doit être connu des personnels chargés de l'exploitation et
de la maintenance du S.S.I. ;

136 L'intégrale de la sécurité


EXPLOITATION
Mise en conformité des établissements existants

CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION - PARTIE RÉGLEMENTAIRE


Livre 1 er : Dispositions générales. - Titre 1 er : Construction des bâtiments - Chapitre 1 er : Règles générales
Article L111-8
Les travaux qui conduisent à la création, l'aménagement ou la modification d'un Lorsque ces travaux sont soumis à permis de construire, celui-ci tient lieu de
établissement recevant du public ne peuvent être exécutés qu'après autorisation cette autorisation dès lors que sa délivrance a fait l'objet d'un accord de l'autorité
délivrée par l'autorité administrative qui vérifie leur conformité aux règles prévues administrative compétente mentionnée à l'alinéa précédent.
aux articles L. 111-7, L. 123-1 et L. 123-2.
CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION - PARTIE LÉGISLATIVE
Chapitre III : Protection contre les risques d'incendie et de panique dans les immeubles recevant du public.
Article L 123-1
Les travaux qui conduisent à la création, l'aménagement ou la modification sécurité fixées par décret en Conseil d'État.
d'un établissement recevant du public doivent être conformes aux règles de
Article L 123-3
Lorsqu'il a été prescrit à l'exploitant d'un immeuble recevant du public à usage Lorsque la commune procède d'office aux travaux, elle agit en lieu et place des
total ou partiel d'hébergement de faire cesser la situation d'insécurité constatée propriétaires, pour leur compte et à leurs frais. Sa créance est recouvrée comme
par la commission de sécurité et, le cas échéant, de réaliser des aménagements et en matière de contributions directes. Le maire peut également prononcer une
travaux dans un délai fixé, le maire peut, à défaut d'exécution volontaire, et après interdiction temporaire d'habiter ou d'utiliser les lieux applicable jusqu'à
mise en demeure demeurée infructueuse, procéder d'office aux travaux nécessaires la réalisation des mesures prescrites. Si une interdiction temporaire d'habiter
pour mettre fin à la situation d'insécurité manifeste, et voir condamner l'exploitant ou d'utiliser les lieux est décidée ou si l'état des locaux impose une fermeture
à lui verser une provision à valoir sur le coût des travaux. En cas de litige sur les définitive de l'établissement, l'hébergement ou le relogement des occupants est
conditions d'entrée dans l'immeuble, le juge des référés statue. assuré dans les conditions fixées aux articles L. 521-1 et suivants du présent code.

CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION - PARTIE RÉGLEMENTAIRE


Chapitre III : Protection contre les risques d'incendie et de panique dans les immeubles recevant du public.
Section 1 : Définition et application des règles de sécurité.
Article R123-12
Le ministre de l'intérieur précise dans un règlement de sécurité pris après avis de la établissements et d'autres particulières à chaque type d'établissement. Il précise les
commission centrale de sécurité prévue à l'article R. 123-29 les conditions d'application cas dans lesquels les obligations qu'il définit s'imposent à la fois aux constructeurs,
des règles définies au présent chapitre. Il indique notamment les conditions dans propriétaires, installateurs et exploitants ou à certains de ceux-ci seulement.
lesquelles il doit être procédé à l'essai des matériaux, à l'entretien et à la vérification La modification du règlement de sécurité est décidée dans les formes définies au premier
des installations, à l'emploi et à la surveillance des personnes, à l'exécution des travaux. alinéa du présent article. Le ministre détermine dans quelles limites et sous quelles conditions
Le règlement de sécurité comprend des prescriptions générales communes à tous les les prescriptions nouvelles sont appliquées aux établissements en cours d'exploitation.
Section 3 : Dossier permettant de vérifier la conformité d'un établissement recevant le public avec les règles de sécurité.
Article R123-22 (Décret du 16 septembre 2009)
Le dossier permettant de vérifier la conformité d'un établissement recevant b) L'emplacement des compteurs de gaz et le cheminement des canalisations
le public avec les règles de sécurité, prévu par le b de l'article R. 111-19-17, générales d'alimentation ;
comprend les pièces suivantes : c) L'emplacement des chaufferies, leurs dimensions, leurs caractéristiques principales
1° Une notice descriptive précisant les matériaux utilisés tant pour le gros oeuvre compte tenu de l'encombrement des chaudières ; l'emplacement des conduits
que pour la décoration et les aménagements intérieurs ; d'évacuation des produits de combustion, d'amenée de l'air frais, d'évacuation des
2° Un ou plusieurs plans indiquant les largeurs des passages affectés à la circulation gaz viciés ; l'emplacement et les dimensions des locaux destinés au stockage du
du public, tels que dégagements, escaliers, sorties, la ou les solutions retenues combustible et le cheminement de ce combustible depuis la voie publique ;
pour l’évacuation de chaque niveau de la construction en tenant compte d) Les moyens particuliers de défense et de secours contre l'incendie.
des différents types et situations de handicap ainsi que les caractéristiques Ces plans et tracés de même que leur présentation doivent être conformes aux
des éventuels espaces d’attente sécurisés. Ce ou ces plans comportent des normes en vigueur.
renseignements sommaires ou des tracés schématiques concernant : Un arrêté du ministre chargé de la sécurité civile précise, en tant que de besoin,
a) Les organes généraux de production et de distribution d'électricité haute et le contenu des documents.
basse tension ;
Règlement de sécurité des ERP - Arrêté du 25 juin 1980
Article GN 10 (Arrêté du 24 septembre 2009) - Application du règlement aux établissements existants
§ 1 - A l'exception des dispositions à caractère administratif, de celles du présent règlement sont applicables aux seules parties de la construction
relatives aux contrôles et aux vérifications techniques, ainsi qu'à l'entretien, ou des installations modifiées.
le présent règlement ne s'applique pas aux établissements existants. Toutefois, si ces modifications ont pour effet d'accroître le risque de l'ensemble
de l'établissement, notamment si une évacuation différée est rendue
§ 2 - Lorsque des travaux de remplacement d'installation, d'aménagement nécessaire, des mesures de sécurité complémentaires peuvent être imposées
ou d'agrandissement sont entrepris dans ces établissements, les dispositions après avis de la commission de sécurité.

SSI 137
NOTES

138 L'intégrale de la sécurité


Terminologie Abréviations
A.E.S. Alimentation Électrique de Sécurité
A.D.A. Aire Distincte Acoustiquement
A.G.S. Alarme Générale Sélective
A.P.S. Alimentation Pneumatique de Sécurité
B.A.A.S. Bloc Autonome d'Alarme Sonore
B.A.A.S. Ma Bloc Autonome d'Alarme Sonore Manuel
B.A.A.S. Pr Bloc Autonome d'Alarme Sonore Principal
B.A.A.S. Sa Bloc Autonome d'Alarme Sonore Satellite
B.C.M. Boîtier de Commande Manuelle
C.C.F. Clapet Coupe Feu
C.F. Coupe Feu
C.M.S.I. Centralisateur de Mise en Sécurité Incendie
C.T.P. Cheminement Technique Protégé
D.A.C. Dispositif Adaptateur de Commande
D.A.D. Détecteur Autonome Déclencheur
D.A.G.S. Diffuseur d'Alarme Générale Sélective
D.A.S. Dispositif Actionné de Sécurité
D.C.M. Dispositif de Commande Manuelle
D.C.M.R. Dispositif de Commandes Manuelles Regroupées
D.C.S. Dispositif de Commande et de Signalisation
D.C.T. Dispositif Commandé Terminal
D.E.C.T. Dispositif Électrique de Commande et de Temporisation
D E/S Dispositif d’Entrée/Sortie
D.I. Détecteur Incendie
D.L. Diffuseur Lumineux
D.M. Déclencheur Manuel d'alarme
D.M.A. Déclencheur Manuel d'Alarme
D.S. Diffuseur Sonore
D.S.A.F. Déclencheur Sonore d'Alarme Feu
D.S.N.A. Diffuseur Sonore Non Autonome
D.V.A.F. Dispositif Visuel d’Alarme Feu
E.A. Équipement d'Alarme
E.A.E. Équipement d'Alimentation Électrique
E.A.E.S. Équipement d'Alimentation en Énergie de Sécurité
E.C.S. Équipement de Contrôle et de Signalisation
Équipement de Contrôle et de Signalisation
E.C.S. / C.M.S.I.
et Centralisateur de Mise en Sécurité Incendie
E.C.S.A.V. Élément Central du Système d’Alarme incendie Vocale
E.R.P. Établissement Recevant du Public
F.T.R. Foyer-Type de Référence
F.T.S. Foyer-Type de Site
I.A. Indicateur d'Action
I.C.C. Isolateur de Court Circuit
I.G.H. Immeuble de Grande Hauteur
M.C.O. Matériel Central Optionnel
M.D. Matériel Déporté
M.P. Détecteur de fumée par aspiration
O.I. Organe Intermédiaire
P.A. Position d'Attente
P.C.F. Porte Coupe Feu
P.F. Pare Flamme
P.S. Position de Sécurité
S.D.A.D. Systèmes Détecteurs Autonomes Déclencheurs
S.D.I. Système de Détection Incendie
S.F. Stable au Feu
S.M.S.I. Système de Mise en Sécurité Incendie
Classification des matériaux S.P.I. Système de Protection contre l'Incendie
S.S.I. Système de Sécurité Incendie
S.S.S. Système de Sonorisation de Sécurité
T.R. Tableau Répétiteur
T.R.C. Tableau de Répétition de Confort
T.R.E. Tableau de Répétition d’Exploitation
T.S.I. Tableau de Signalisation Incendie
T.T. Dispositif de transmission de l’alarme feu et du signal de dérangement
U.A.E. Unité d'Aide à l'Exploitation
U.C.M.C. Unité de Commandes Manuelles Centralisées
U.G.A. Unité de Gestion d'Alarme
U.G.C.I.S. Unité de Gestion Centralisée des Issues de Secours
U.S. Unité de Signalisation
V.M.C. Ventilation Mécanique Contrôlée
V.T. Voie de Transmission
Symboles normalisés (norme NF ISO 6790) V.T.P. Volume Technique Protégé
Z.A. Zone de diffusion d’Alarme pour l’évacuation
Z.C. Zone de Compartimentage
Z.D. Zone de Détection
Z.D.A Zone de Détection Automatique
Z.D.M Zone de Détection Manuelle
Z.F. Zone de Désenfumage
Z.S. Zone de Mise en Sécurité
SSI 139
GUIDES
"L'INTÉGRALE DE L A SÉCURITÉ"
Chubb France

Guide des Systèmes d'Extinction Automatique


(Réf. 9001114CS)

Guide maintenance
(Réf. 9001094CS)

Guide S.S.I.
(Réf. 9001071CS)

Guide Extinction manuelle


(Réf. 9001277)

Réf. : 9001071 • Rév. 9 (Kobalt Communication - 06/14)

Chubb France
Parc Saint Christophe
10 avenue de l'Entreprise
95865 Cergy-Pontoise Cedex
Capital Social 32 302 720 €
RCS Pontoise 702 000 522 www.chubbsecurite.com www.sicli.com

AVERTISSEMENT : Soucieux de l’amélioration constante de nos produits qui doivent être mis en oeuvre en respectant les réglementations en vigueur, nous nous réservons le droit de modifier à tous moments les informations contenues dans ce document. Le non-respect
ou la mauvaise utilisation des informations contenues dans ce document ne peut en aucun cas impliquer notre société. Dans la mesure où les textes, dessins et modèles, graphiques, base de données reproduits dans ce document seraient susceptibles de protection
au titre de la propriété intellectuelle et dès lors que le Code de la Propriété Intellectuelle n’autorise, au terme de l’article L122-5 2° et 3° a), d’une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation
collective, et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l’auteur et la source, toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement
des auteurs ou de leurs ayants droit ou ayants cause est illicite (article L122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle.