Vous êtes sur la page 1sur 8

Accouplement, Limiteur de couple, et Embrayage

I. ACCOUPLEMENT
1. La fonction d’un accouplement :

Un accouplement est un élément de liaison entre un arbre moteur et un arbre récepteur. Ces
deux arbres dans le cas générale ne sont pas parfaitement alignés, et pour lesquels, il peut exister
quelques défauts, tel que :
 Un désalignement angulaire : défaut de parallélisme entre les arbres.

 Un désalignement radial : défaut de coaxialité entre les arbres.

 Un désalignement axial : défaut d'alignement des extrémités des arbres.

Par ailleurs, les joints d'accouplement remplissent des fonctions secondaires, telles que :
 l'augmentation de la durée de vie (réduction des vibrations),
 l'amortissement des couples transmis lors des accélérations ou des freinages,
 l'encaissement de certains déplacements axiaux pendant le fonctionnement,
 l'augmentation de la sécurité en fixant un seuil de déformation acceptable.

Fig.1 : Exemple d’implantation d’un accouplement

Il peut y avoir plusieurs critères de classification entre les accouplements. On distingue entre
les accouplements, ceux qui sont Permanents et les Non permanents.
On distingue aussi, 3 familles de joint d'accouplement :
 Rigides : qui assurent un encastrement entre les arbres, les rendant coaxiaux,
 Elastiques : qui acceptent une relative élasticité en torsion,
 Positifs : qui n'acceptent pas d'élasticité en torsion.
Parmi les critères on trouve l’homocinétique. Un joint d'accouplement est considéré
homocinétique quand les vitesses angulaires d'entrée et de sortie sont égales quel que soit le
désalignement angulaire.
2. Joints d'accouplements rigides.

a. Entraînement par adhérence.


On relie les 2 arbres avec un manchon ajusté "serré".

b. Entraînement par collage ou soudure.


La liaison entre les 2 arbres est obtenue avec un manchon rendu
solidaire par un cordon de soudure ou une couche de colle.

c. Entraînement par obstacle.


Afin d'assurer l'entraînement en rotation, en plus de la mise en position, on place un obstacle
(clavette, goupille). La mise en position peut s'effectuer avec un manchon ou un plateau.

3. Joints d'accouplements élastiques.

D'une manière générale, ces composants sont constitués de deux éléments rigides reliés par un
ou plusieurs éléments intermédiaires élastiques (élastomère ou métal), qui permettent la compensation
des défauts et l'absorption des chocs.

a. Elastomères
Dans ce type de joint, la sollicitation de l'élément élastique peut être :

 En compression :
1,2 : Arbre à accoupler
3,4 : Plateaux à obstacles
5 : Eléments élastiques
 En cisaillement ou en flexion :
1,2 : Arbres à accoupler
3,4 : Plateaux
5 : Eléments élastiques

 En torsion

1,2 : Arbres à accoupler


3,4 : Flasques solidaires de l’élément élastique 5
5 : Elément élastique

b. Métalliques :
On utilise principalement des profilés hélicoïdaux, générés par usinage d'une gorge en hélice
débouchant dans un tube cylindrique.

1,2 :Arbres à accoupler


3 : Profilé métallique

4. Joints d’accouplements positifs (flexibles)

Ces joints, proches des accouplements élastiques, ont une rigidité en torsion importante.
a. Accouplement à soufflet

Elément élastique Soufflet métallique 2.


b. Accouplement à denture interne
Les deux plateaux sont des roues dentées à denture bombée qui engrènent avec la denture
interne d’un manchon.

c. Accouplement à plateaux rainurés : Joint d’ OLDHAM


Permet la transmission du mouvement circulaire entre arbres ayant un léger décalage (les axes
des arbres restent parallèles). Cet accouplement n’est pas homocinétique et accepte un écart radial.

+Ecart Angulaire

5. Joints d'accouplements homocinétiques

a. Le joint de CARDAN
Le joint de cardan permet aux arbres d’avoir une liberté angulaire variable et relativement
importante au cours du fonctionnement. Ce type de joint n'est homocinétique qu'en configuration
"double". Les cardans sont largement utilisés dans les machines agricoles, transmissions de poids
lourds, ou autres applications de très grandes puissances.
Cadran pour couple faible Cadran pour couple élevé

b. Joint Tripode
Très utilisé dans la transmission automobile, en
particulier en sortie de boîte de vitesses. Il se compose :
 d'une tulipe (1) comportant 3 gorges parallèles décalées de 120°
 d'un triaxe (2), comportant 3 axes à 120°
 de 3 galets sphériques (3)

c. Joint à plan bissecteur


Afin d'assurer l'homocinétisme, on place le point de contact dans le plan bissecteur des 2 axes
d'entrée et de sortie.

Les symboles normalisés :


II. LES LIMITEURS DE COUPLE (OU MANCHON DE SECURITE)
Problème : Que se passe t-il si l’arbre récepteur se trouve accidentellement bloqué ?
Réponse : L’un des organes de liaison sera endommagé.
Remède : Remplacer l’accouplement par un dispositif nommé : limiteur de couple.

Le symbole normalisé :

1. Limiteurs de couple à FRICTION


C’est un dispositif de sécurité qui évite toute surcharge ou blocage d’une machine. La
transmission ce fait par adhérence.

Le réglage du couple est en général obtenu


par un système presseur à ressort (Rondelles
Belleville) (4)).en serrant ou en desserrant les
écrous (5).

Une fois le couple maxi atteint, il y a désaccouplement : le limiteur patine. Il faut veiller à ce
qu’il n’y ait pas surchauffe, par exemple en prévoyant une coupure électrique du moteur.

2. Limiteurs de couple à déclenchement et réarmement


Les billes étant poussées par un ressort, elles ne peuvent transmettre, via des rampes
inclinées, qu’un couple limité.
Une fois le couple maxi atteint, il y a désaccouplement entrée/sortie. Le couple devient nul.
Le limiteur doit alors être réarmé manuellement, électriquement, etc, pour transmettre à nouveau.
III. LES EMBRAYAGES
1. Fonction globale
Transmettre une puissance entre 2 arbres sans modification du couple ni de la vitesse, avec
possibilité de rendre les 2 arbres solidaires (embrayés) ou indépendants (débrayés).

Le symbole normalisé :

2. Classification
Les embrayages peuvent être classés par le principe d'entraînement :
 Embrayages instantanés. Par obstacle,
 Embrayages progressifs Par adhérence
Le critère de classification peut être la nature de la commande extérieure :
Mécanique ; hydraulique ; Pneumatique ou électromagnétique.

a. Embrayages instantanés :
Le but est de permettre l’accouplement et le désaccouplement à la demande, entre deux arbres,
en utilisant des obstacles (griffes). C’est en quelque sorte un
embrayage tout ou rien.
L’accouplement devra donc se faire de préférence avec de
faibles différences de vitesses, voire à l’arrêt.

Obstacles

Crabots à tenons

Crabots à cannelures

b. Embrayages progressifs
Comme les crabots, ils permettent d’accoupler ou désaccoupler deux arbres à la demande,
mais en utilisant des surfaces de friction, ce qui rend la transition progressive quelle que soit la
différence de vitesse entre les deux arbres. Ce type d’embrayage a l’avantage d’une manœuvre en
marche.

Un embrayage progressif comprend:


 Un plateau 1 en liaison encastrement avec l’un des arbres à relier,
 Un plateau 2 en liaison glissière avec l'autre arbre
 Un dispositif presseur, par exemple un ressort
 Un dispositif de commande.

 Embrayage progressif à friction plane mono-disque


La transmission est assurée par l’adhérence des surfaces de friction du disque récepteur et du
plateau de pression lié à l’arbre moteur.

A commande mécanique
 Embrayage à friction plane multi disque
Afin d'augmenter le couple transmissible, on peut aussi augmenter le nombre de surfaces en
contact, on réalise ainsi un embrayage multidisque.

A commande mécanique
Le déplacement axial du coulisseau (8) agit sur les leviers coudés (4) qui de leur côté transmettent les
efforts sur le jeu de disques (5_6).