Vous êtes sur la page 1sur 12

du

Lettre
SECTEUR  ENTREPRISES

ÉDITO AVRIL 2018

1 L
e temps est venu de la « Renaissance » du Parti. Les périodes
passées difficiles pour notre Parti n’ont pas manqué. Les divisions nous
ont tellement minés que le « bébé a été balancé avec l’eau du bain ».

Mais l’heure est désormais à un nouveau départ.

Depuis le congrès d’Aubervilliers, toutes les équipes sont en place ; Conseil


national, bureau national et secrétariat national ont été constitués. Olivier
Faure, Premier secrétaire, en assure la direction.

Réflexion, travail et propositions peuvent désormais se déployer dans ce


nouveau cadre. L’avenir n’est jamais écrit. Il peut même être favorable au
Parti socialiste si nous savons être utiles pour les français, pour notre pays
et pour l’Europe. La droitisation de la ligne politique du pouvoir actuel nous
ouvre un espace. À nous de le saisir.

La commission nationale entreprises essaiera de contribuer autant que


possible à cette remontée.

Un nouveau bureau s’est constitué toujours sur la base de ses 20 groupes


de travail sectoriels. Nos lettres de secteurs mensuelles, contributions,
communiqués, auditions continueront d’alimenter régulièrement notre
réflexion et le Parti sur tous les sujets liés aux entreprises ; et ils sont
nombreux !

L’ouverture sur l’Europe avec l’objectif de participer à la constitution d’une


« association européenne entreprises » de gauche est également dans notre
agenda. Notre ambition s’inscrit dans le cadre de la construction d’une
Europe sociale et politique.

Les sujets d’actualité concernant les entreprises se multiplient. La SNCF, Air


France, la Poste, Carrefour avec leurs conflits sociaux bien sûr, mais aussi la
fiscalisation des plateformes digitales, la protection des autoentrepreneurs,
réels ou obligés, la réforme de la formation professionnelle, celle des
retraites ou bien encore la redéfinition de l’objet social de l’entreprise et sa
gouvernance sont sur la table. Et cette liste est loin d’être exhaustive avec
par exemple la question du rôle de l’État dans sa fonction de stratège et de
régulateur. On voit bien que ce sujet est de plus en plus central dans tous les
domaines et notamment sur le plan territorial.

Le défi est grand. Sachons faire des propositions positives et responsables.


Par Patrick Ardoin,
Secrétaire du bureau de la CNE
© Mathieu Delmestre

1
Le droit à la seconde chance :
2 des établissements de formation pour les élèves « décrochés »

© D.R.
D ans une France fracturée, où il y a ceux et celles qui
suivent un chemin linéaire de la naissance jusqu’à
l’insertion durable dans l’emploi – la voie royale – et
de la Courneuve le 18 avril 2013, elle rajoutait : « Cette
seconde chance, si elle est banale dans de nombreux
pays développés, reste encore une culture à créer en
ceux et celles (25 %) qui suivent des chemins détournés France. Un bel objectif pour 2030 ! » Guillaume Balas,
pour une multitude de raisons souvent indépendantes alors Conseiller régional d’Île-de-France et auteur
de leur volonté. Édith Cresson, en son temps, a imaginé d’un ouvrage sur le décrochage, l’a rappelé aux Assises
des établissements de « rattrapage » qu’elle a nommés régionales le 22 septembre 2013 : «le décrochage n’est
les écoles de la seconde chance (E2c). Aujourd’hui pas seulement le combat de l’école mais celui de toute
elles couvrent une partie non négligeable du territoire la société ».
et ont fait des émules. Elles participent à redonner une
nouvelle chance aux jeunes d’accéder à l’entreprise. La En nommant George Pau Langevin ministre déléguée à la
commission nationale entreprise s’est interrogée quant Réussite éducative, le Gouvernement Ayrault en a fait une
à leur place dans le parcours d’insertion des jeunes, de ses priorités. La ministre a contribué à faire reculer
mais également sur la responsabilité des entreprises notablement le décrochage scolaire – 40 000 décrocheurs
en matière d’intégration des jeunes dans leur premier de moins en quatre ans – en faisant travailler ensemble
emploi durable. Pour trouver des réponses, nous avons des acteurs de terrain qu’elle a rassemblé lors des Assises
invité à la CNE lors d’une séance de travail Jean-Claude nationales : « Le rôle du ministère délégué à la réussite
Courteille qui œuvre avec l’ancienne Première ministre éducative est ainsi, dans l’intérêt des élèves, de renforcer
pour les E2c. la mise en réseau des acteurs de terrain et d’améliorer
un pilotage national de ces partenariats. (…) Les lignes de
On appelle « décrocheur » un élève qui quitte, ou risque fractures ne bougeront pas en un jour mais, pas à pas, il
de quitter, prématurément le système scolaire sans faut avancer vers cette réalité que l’École réussira mieux
avoir obtenu de diplôme minimum pour s’insérer dans par sa cohérence avec les autres acteurs.»
la vie active de façon durable – CAP (Certificat d’aptitude
professionnelle), bac pro, bac... Certains établissements Après avoir posé ce préalable, il convient de présenter
proposent des solutions adaptées innovantes et un aperçu de l’ensemble des dispositifs existants sur
personnalisées. Les acteurs « éducatifs » du territoire le territoire en matière de deuxième chance et de rac-
peuvent accompagner le jeune dans son projet personnel crochage. Leur multiplicité peut brouiller le paysage de
avec une pédagogie spécifique : remotivation, reprise l’offre, ou participer à la complémentarité, l’idéal étant
d’études, construction ou consolidation d’un projet que les jeunes ne décrochent pas de l’éducation initiale.
professionnel en vue d’un emploi, etc. Encore faut-il que Ce qui fait la différence réside dans la lisibilité de l’offre
la rencontre se fasse. et dans la cohérence des acteurs éducatifs sur le terrain.
L’ONISEP (office national d’information sur les enseigne-
Nous aurions tendance à nommer cet élève « décroché » ments et les professions) a intégré ce phénomène dans
du système plutôt que « décrocheur » qui implique une ses pratiques éditoriales et propose un nouveau service
volonté de la part du jeune qui est contestable. Des élus en ligne réservé à ce thème : http://masecondechance.
de gauche se sont emparés du problème : « On veut onisep.fr/#accueil. Nous détaillons les dispositifs les
changer le regard sur le décrochage scolaire (…) On veut plus implantés sur l’ensemble du territoire francilien,
arrêter la culpabilisation des jeunes et des familles. voire national, et en présentons quelques autres souvent
On veut soutenir directement les jeunes », annonçait restés au niveau de l’expérimentation locale, c’est-à-dire
Henriette Zoughébi, vice-présidente de la Région Île-de- qu’il n’y a pas eu généralisation sur l’ensemble du terri-
France en charge des lycées, en visitant le micro-lycée toire français.

2
1. La seconde chance : résultats concernant les sorties positives sont, certes
trois principaux dispositifs supérieurs à ceux d’autres dispositifs, mais sont, dans
les faits, inférieurs aux 60 % imposés généralement par
1.1 Les E2C les financeurs. Et de plus, cela pose le problème des
Les Écoles de la deuxième chance (E2C) ont pour deux cinquièmes sortants sans solution. Nous pouvons
objectif d’assurer l’insertion sociale et professionnelle relativiser ces résultats, puisqu’en 2009 les sorties
de jeunes adultes de 18 à 25 ans sans qualification et « durables » concernaient 630 jeunes quand elles en
sans emploi. Les E2C sont rassemblées autour d’une concernent 1938 en 2013, le chiffre a plus que triplé,
association : « Le Réseau des Écoles de la 2e Chance » mais que représentent ces quelque jeunes face au demi-
(Réseau E2C France) depuis juin 2004 autour d’une million de jeunes en invisibilité totale ?
Charte des principes fondamentaux. En 2013, les E2C
ont accueilli 14 150 jeunes, soit dix fois plus en dix ans. Le Il est très difficile de dire que les écoles de la deuxième
nombre de sites a dépassé la centaine (105 en 2013) et le chance sont la solution idoine, à moins de multiplier le
dispositif est présent dans 17 régions, 47 départements nombre de places disponibles (14 150) par plus de trente
et 4 DOM-TOM. Avec 58 % de sorties positives, le pour couvrir l’ensemble des besoins, cependant elles
dispositif confirme son rôle actif dans l’intégration peuvent faire partie d’une panoplie d’offres.
sociale et professionnelle des jeunes adultes sans
diplôme, ni qualification. En fort développement, le 1.2 Les EPIDE
Réseau E2C France s’inscrit dans un nouveau paysage L’EPIDE (Établissement Public d’Insertion de la Défense)
institutionnel et a mis en place les outils indispensables est une réponse singulière et adaptée aux besoins de
pour assurer la qualité du dispositif par un processus de jeunes désocialisés, en manque de repères et pour
labellisation. » lesquels le risque de marginalisation est important
– aujourd’hui l’acronyme est devenu Établissement
Cette présentation des E2C trouvée sur leur site est Pour l’Insertion Dans l’Emploi. Sa mission : insérer les
intéressante, c’est un début, mais si l’on se positionne du jeunes en difficulté. « Créé en août 2005, l’EPIDE est un
côté des 42 % de jeunes sans solution à la fin du cursus, établissement public d’insertion. Il est financé par le
c’est un désastre car ils se retrouvent une nouvelle fois ministère chargé de l’Emploi et le ministère chargé de
en échec, après avoir touché l’espoir d’une issue positive. la Ville, le financement est complété par une subvention
du Fonds Social Européen (FSE). L’établissement est
Les E2C possèdent un réseau d’entreprises qui permet placé sous triple tutelle des ministères chargés de
aux jeunes de trouver un stage plus facilement. La l’Emploi, de la Ville et de la Défense. Sa mission est
scolarité qui dure de 6 à 24 mois, est rémunérée au titre d’accompagner des jeunes femmes et hommes dans la
de la formation professionnelle. Les candidatures, qui réussite de leur projet social et professionnel, grâce à
reposent avant tout sur le volontariat, sont proposées un parcours adapté et individualisé. L’EPIDE accueille
par les Missions Locales, Pôle emploi et les structures des volontaires âgé(e)s de 18 à 25 ans révolus, sans
d’insertion. qualification professionnelle et sans emploi, en
situation de retard ou d’échec scolaire, voire en risque
Observons la place des écoles de la seconde chance de marginalisation, pour une durée de 8 à 10 mois » –
dans le monde de l’insertion. Les effectifs de jeunes aujourd’hui le ministère de la Défense s’est désengagé
accueillis par les E2C progressent depuis leur création, du projet mais l’esprit militaire demeure. Les EPIDE sont
et particulièrement de 8,5 % en 2013, mais le nombre de également ouverts depuis peu aux mineurs délinquants
sites a légèrement diminué en 2013. Comment doit-on de 16 à 18 ans sur prescription de la justice.
l’interpréter ? Les sites ont-ils été optimisés au niveau
de l’accueil ? La réorganisation des E2C a-t-elle eu un Ces jeunes sont issus pour un tiers des ZUS et quartiers
impact réel sur la gestion des jeunes sortis trop tôt de sensibles, ce qui donne une image syncrétique du public,
l’éducation initiale ? Tous les territoires possèdent-ils gage d’une mixité sociale. Les élèves sont accueillis en
une E2C accessible aux jeunes le nécessitant ? Autant de internat et perçoivent une allocation. Ils participent aux
questions auxquelles il faudra répondre. tâches quotidiennes relatives à la vie en communauté
et à des activités sportives. L’EPIDE met en œuvre une
Pour compléter ces informations, nous nous attachons offre globale de services qui s’articule autour de quatre
aux origines sociales des jeunes concernés, ainsi qu’à volets : la socialisation, l’orientation, la formation et
leurs difficultés véhiculées à leur entrée dans l’école. l’emploi. L’EPIDE dispose de 18 centres répartis sur le
Les bénéficiaires de l’E2C sont à plus de 80 % des jeunes territoire métropolitain – aujourd’hui 19. Les classes ont
issus de milieux urbains, n’ayant pas validé de niveau V des effectifs réduits (quinze personnes en moyenne).
et avec peu d’expérience professionnelle. Il faut se poser Les volontaires qui souhaitent s’inscrire dans un centre
la question de l’emplacement des E2C, du transport de l’EPIDE sont orientés par les Missions locales et par
pour y accéder, de leur capacité d’hébergement pour d’autres partenaires prescripteurs. Les candidatures
les jeunes domiciliés loin de l’école. Nous retrouvons spontanées constituent également une part importante
un cumul de handicaps qui n’est pas facile à gérer, les des demandes d’inscription. Ils sont environ 3 000 à être
écoles sont-elles outillées pour cela ? accueillis par an – aujourd’hui 3 500. Le tableau suivant
montre le rendement de ceux qui persistent, nous
Force est de constater que, malgré un travail important expliquerons ci-dessous la différence entre les entrées
des formateurs de l’école de la seconde chance, les et le nombre de places occupées :

3
Nombre de jeunes en EPIDE et rendement

Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011


Places occupées 152 522 1360 1570 1896 1992 2047
Sorties à l’emploi 0 293 579 884 943 1243 1408
Rendement 0 % 26 % 43 % 56 % 50 % 62 % 69 %

Les résultats paraissent plutôt décevants devant la profil des élèves. Cette solution nous agrée car elle est
mobilisation de moyens humains représentant 980 incluse dans les établissements scolaires classiques et
adultes pour 3 269 volontaires admis dans le programme de fait, marginalise moins les jeunes y ayant recours, et
en 2011. Le constat est rude devant la déperdition de plus, elle peut participer à la mixité sociale dans les
considérable pendant le parcours − près du tiers des établissements scolaires. Il y a matière à créer autant de
jeunes sortent avant terme plus ou moins rapidement − le micros lycées que de demande.
nombre de places occupées n’était en 2011 que de 2 047.
Ce qui modifie les résultats affichés puisque seulement Comparatif des trois plus grosses structures
44 % des entrants trouveront une sortie positive, ce qui Il est important de comparer ces trois premières
est proportionnellement peu en regard des écoles de structures pour bien en saisir l’apport dans une politique
la deuxième chance ou d’autres dispositifs ; même si de seconde chance.
l’on peut convenir que les jeunes qui sortent à la fin du
parcours ont retrouvé le goût de vivre et une place dans En effet, nous remarquons que les micro lycées recrutent
la société. Tous les jeunes ne s’intègrent pas en EPIDE. à 50 % par les médias ou le bouche à oreille. Cela confirme
La discipline y est très stricte et l’esprit militaire règnant la valorisation de cette solution par les jeunes eux-mêmes,
dans l’école ne correspond pas à tous les jeunes.Ce le retour à l’école ne leur fait pas peur. Par ailleurs, les
parcours peut être une solution choisie à la marge pour 80 % de réussite au baccalauréat sur les élèves présentés
les quelques jeunes volontaires, mais ne sera jamais (65 % des élèves inscrits) est une réussite en soit, que l’on
qu’un élément d’une offre globale. ne peut comparer aux 80 % des EPIDE puisqu’en réalité,
ils ne seront que 45 % des entrants à trouver une sortie
Nous serions tentée de dire que le rôle de socialisation positive du dispositif. De surcroît, ce rapport daté de mars
du cadre d’inspiration militaire pourrait se transposer 2014, confirme nos hypothèses, le nombre de places
dans une participation de la Défense à l’organisation disponibles pour les jeunes décrochés est largement
d’un Service civique obligatoire (SCO) plus adapté, à inférieur aux besoins réels.
notre sens, aux besoins de la société actuelle et qui
pourrait favoriser la mixité sociale. 2. La seconde chance : d’autres dispositifs

1.3 Les micros lycées 2.1 Les collèges lycées élitaires pour tous (CLEPT)
Trois micro-lycées (à fin 2014), un par département, Le CLEPT, structure de l’Éducation nationale, mène une
ont été créés dans l’académie de Créteil (sur 4 sites) et expérience innovante, depuis l’an 2000 à Grenoble. Cet
un quatrième dans l’académie de Nice. Ils accueillent établissement accueille des jeunes volontaires de 15 à
(après admission sur entretien) des jeunes entre 23 ans, décrochés et/ou décrocheurs du collège ou de
16 et 25 ans, ayant obtenu un passage en seconde tout type de lycée, ayant quitté le système scolaire depuis
mais ayant décroché d’un lycée depuis au moins plus de 6 mois, en vue d’une remise à niveau de fin de
6 mois, sans place dans un établissement scolaire collège ou d’une entrée en lycée. « L’objectif prioritaire
traditionnel et résidant à une heure de transport est de les réinscrire dans un processus d’apprentissage
maximum du lieu de cours. L’objectif est de les aider et de les réconcilier avec une trajectoire scolaire
à (re)préparer un bac L (littéraire), ES (économique et d’enseignement général qui pourrait les conduire
social) ou STG (sciences et technologies de la gestion), jusqu’à un baccalauréat » général littéraire, scientifique,
en 1 ou 2 ans et de les accompagner dans leur projet économique et social.
personnel de formation. Ils suivent des cours dans 1/ À l’entrée du dispositif, les jeunes sont accueillis dans
toutes les disciplines prévues pour chaque bac, mais un module de raccrochage ;
avec des horaires aménagés. Sans être qualifiés de 2/ Dans un deuxième temps, ils réintègrent un cursus
« micro-lycées », d’autres établissements implantés généraliste en fonction de leurs profils et acquis ;
dans d’autres académies, notamment, Aix-Marseille, 3/ En parallèle, une alternance culturelle et éducative
Caen, Grenoble, Nantes, Paris, Poitiers... peuvent leur est proposée. Il s’agit de temps d’apprentissage
être considérés comme s’inscrivant dans les buts de dans des champs moins classiques, au sein d’ateliers
« raccrochage » poursuivis par les « micro-lycées ». Ce co-animés par des professionnels et des enseignants.
dispositif a déjà fait ses preuves : celui de Sénart, un des Lieux de détour pédagogique, ils sont aussi ceux d’une
quatre micro-lycées que compte déjà la Région Île-de- véritable éducation à la citoyenneté.
France, a obtenu en 2013 un taux de réussite au bac de
60 %. Celui de la Courneuve atteignait déjà les 78 % en Nous pourrions faire un parallèle avec les ateliers ou
2011 : des scores plus qu’honorables compte tenu du classes relais du collège, mis à part que nous sommes

4
sur un temps long, bien mieux adapté au raccrochage souhaitent passer leur baccalauréat général littéraire,
scolaire après une rupture « consommée » ou en phase scientifique, économique et social. Les cours obligatoires
de l’être. C’est une expérience qui mérite une évaluation ont lieu le soir et le samedi matin hors temps de travail.
fine des résultats mais également des moyens humains
et financiers engendrés par un tel dispositif. 2.5 Les MFR (Maisons familiales et rurales)
Les MFR accueillent majoritairement en internat − dans
2.2 Les lycées de la nouvelle chance un cadre éducatif − des jeunes qui souhaitent passer un
Il existe plusieurs lycées de la nouvelle chance en diplôme professionnel de l’enseignement agricole de
France. Ce sont des projets locaux tentant de répondre la 4e à la licence pro. Elles favorisent l’insertion sociale
aux besoins spécifiques des territoires d’implantation. et professionnelle par le biais de l’alternance et de
Celui de Villeurbanne accueille des jeunes entre 18 et l’apprentissage à la citoyenneté.
25 ans, ayant quitté le système éducatif scolaire depuis
au moins un an, et cela dans l’objectif de les aider à Une multitude d’offre pour quelle efficacité ?
construire leur projet professionnel en préparant un En conclusion de cette rapide présentation, ces
bac professionnel en 2 ans. Celui de Versailles accueille quelques dispositifs forment une palette d’offre de
des jeunes entre 16 et 25 ans désirant reprendre une deuxième chance pour les jeunes en déshérence, mais
scolarité en vue de passer un bac général (L ou ES) ou ne constituent pas aujourd’hui un élément suffisant de
technique (STMG). Ses méthodes et objectifs rejoignent réponse aux problèmes des jeunes constituant le « flux »
ceux du CLEPT de Grenoble. des décrochés, et encore moins à ceux constituant le
« stock » des « invisibles ». En effet, les places disponibles
2.3 Les lycées expérimentaux ne sont pas suffisamment nombreuses et les territoires
Quatre lycées expérimentaux (CLE Hérouville, CEPMO ne sont pas maillés en regard des besoins réels de cette
Oléron, lycées autogérés de Paris et Saint-Nazaire) population spécifique. Mais l’inconvénient majeur réside
ont été créés en 1982 dans l’objectif de proposer une dans l’obligation pour les jeunes de rentrer dans des cases
formation répondant aux exigences du baccalauréat – âge, lieu d’habitation, niveau scolaire… – ce qui réduit
général littéraire, scientifique, économique et social. d’autant pour chacun l’offre de seconde chance. Et puis,
Les équipes pédagogiques proposent des méthodes certes, ces structures sont rendues plus lisibles pour
d’enseignement différentes à des jeunes de plus de les jeunes et leur famille par leur promotion sur le site
15 ans motivés et volontaires. Ils ont parfois quitté de l’ONISEP, sous l’onglet unique, « Seconde chance »,
le système éducatif depuis longtemps, rencontrent encore faut-il avoir l’idée de le visiter. Néanmoins, si les
des difficultés particulières ou viennent de la filière entreprises ne jouent pas leur rôle d’accueil des jeunes
professionnelle et ont besoin d’un appui spécifique. en insertion, rien ne sera possible.

2.4 Les LMA (lycée municipal d’adultes) –


Les LMA s’adressent en priorité aux personnes salariées Claire Bernot-Caboche,
de plus de 18 ans qui ont interrompu leur parcours Membre du bureau de la CNE
scolaire, parfois depuis de nombreuses années, et qui Docteure ès sciences de l’éducation

3 « Le fil d’Ariane » va-t-il résister aux turbulences européennes ?

L a société ArianeGroup conçoit et commence à


qualifier les éléments du lanceur Ariane 6 pour
entrer dans la grande compétition mondiale en 2020. Le
nouveau lanceur aura alors à faire face à de redoutables
concurrents déjà en lice depuis peu. Le concurrent
d’ArianeGroup le plus menaçant, pratiquant une
politique de prix très agressive se présente comme le
pur produit du libéralisme économique. Il s’agit de Space
X fabricant du lanceur Falcon, sous différentes versions
dont la version Heavy qui vient de mettre en orbite
extraterrestre, sous nos yeux ébahis, une voiture Tesla,
avec un mannequin au volant ! Comment l’Europe, via
l’Agence Spatiale Européenne, qui finance le projet avec
le CNES comme principal contributeur, peut-elle réagir
pour ne pas être victime de cette arrivée en force d’un
© D.R.

compétiteur hors norme ?

5
L’an dernier la fusée Ariane 5 a mis en orbite 12 satellites nécessité d’observer la solidarité européenne dans cette
géostationnaires contre 7 pour Space-X et négocié phase d’utilisation du lanceur Ariane 6 et pour cela de
neuf commandes, contre 8 pour Space X, pour de tels ne pas faire appel à des concurrents, comme le Falcon
satellites. ArianeGroup dispose donc actuellement de Space X, même s’il est moins cher à performances
d’un carnet de commandes de 10 milliards d’Euros. égales.
Son lanceur, Ariane 5, véritable cheval de bataille, est
très fiable et doit terminer sa mission opérationnelle Ces péripéties illustrent bien les difficultés de la
dans trois ans lorsqu’Ariane 6 arrivera sur le marché. construction européenne qui a toujours du mal à se
D’ici là il doit faire face à un effondrement progressif mettre en place et à donner la priorité à ses propres
des lancements des satellites géostationnaires de productions alors que le « Buy American Act » impose
télécommunication, alors que les constellations en aux organismes institutionnels américains de lancer
orbite basse, qui doivent prendre le relai prennent du leurs satellites sur des lanceurs nationaux.
retard dans leur mise en place : il y aura donc un creux
d’activité en 2022, alors qu’une course contre la montre Nous devons donner à l’Europe spatiale les moyens de
est engagée entre l’Europe, les États-Unis ainsi que la se construire comme l’Europe de l’aéronautique a pu le
Chine et l’Inde. ArianeGroup et sa filiale Arianespace en faire avec l’impulsion des États. Ceci doit se faire dans la
charge de la commercialisation des offres ont besoin transparence des coûts, pour que les citoyens européens
de lancer 5 fusées Ariane 6 en 2021 et 8 en 2022, alors ou leurs représentants puissent s’assurer que l’argent
qu’Ariane 5 sera retirée du service. public est bien employé, sans dépenses excessives.... ce
n’est pas la partie la plus facile de l’exercice... en tant
Ce scenario suppose que les États européens choisissent que socialistes, soucieux du bien commun, nous devons
ce nouveau lanceur avec un financement associé de avoir cette exigence et la faire connaître publiquement.
250 millions € pour cette phase transitoire, ce qui n’est
pas encore acquis. Par la suite 5 lancements par an –
en provenance des états européens sont nécessaires Par Yves Beguin,
pour garantir la viabilité économique de la filière Ariane GSE Espace
6, alors que les chamailleries existent encore sur la

4 La filière nucléaire, un moyen indispensable pour que l’Europe tienne

© D.R.

P our répondre aux engagements qu’elle prit lors


de la réunion de la COP 21 l’Europe doit se donner
les moyens de réduire ses émissions de gaz à effet de
De ce fait, le secteur ne dispose pas de la visibilité
suffisante lui permettant d’envisager le renouvellement
de son parc. Exclu des mécanismes d’aides d’État
serre. La production d’électricité est donc concernée et des garanties offertes par le Fonds européen pour
par le choix des moyens à mettre en œuvre pour les investissements stratégiques (plan Juncker), le
répondre à ces engagements. nucléaire européen, libéralisé, n’est pas reconnu
comme un bien public et d’intérêt commun et est
Ignorée par les instances européennes, la filière concurrencé par les nucléaires administrés (Russie,
nucléaire européenne représentant 800 000 emplois, Chine, etc). Dans les prochaines décennies, il risque de
pâtit de l’absence de politique industrielle ambitieuse perdre son leadership. La situation n’est cependant pas
et d’un cadre de marché incitatif pour les investisseurs. irréversible : des solutions existent.

6
Pour répondre à l’impératif climatique et satisfaire à DES CLIMATOLOGUES
ses engagements auprès de la COP 21, la Commission INTERPELLENT EMMANUEL MACRON
a privilégié unilatéralement les énergies renouvelables,
ce qui a entraîné des effets pervers allant à l’encontre Face à l’urgence climatique et à la nécessité de réduire
des objectifs de sécurité et de compétitivité, sans massivement les émissions de CO2, des dizaines de
parler de la lutte contre la précarité énergétique. climatologues, des écologistes et des scientifiques de
En effet, les discriminations positives accordées aux renom demandent dans une lettre ouverte au président
renouvelables pour favoriser leur développement ont de la république de soutenir l’ensemble des énergies
réduit les capacités d’utilisation gaz et nucléaire. Ce propres, dont l’énergie nucléaire.
dernier ne représente plus que 29 % de la production
d’électricité dans le mix européen, et selon les « Lancé dans les années 70 et 80, le programme nucléaire
prévisions de la Commission dans le PINC (programme français a démontré qu’il était possible de décarboner
indicatif nucléaire), il ne représentera plus que 20 % la production d’électricité d’un pays industrialisé. Pour
en 2050, contre 50 % pour les renouvelables alors lutter contre le changement climatique et améliorer la
que l’expérience de l’Australie du Sud a largement qualité de l’air, la France devra réduire massivement
démontré   l’impossibilité de maintenir l’équilibre du l’utilisation de combustibles fossiles dans le transport
système électrique dans de telles conditions. et le chauffage en utilisant l’ensemble des énergies bas
carbone. L’énergie nucléaire doit jouer un rôle central
Par ailleurs, la priorité accordée dans les réseaux aux dans l’atteinte de cet objectif » expliquent les signataires
sources éolienne et solaire, variables, a provoqué une dans leur communiqué.
volatilité des prix spot au jour le jour, alors que les
investissements nucléaires ont besoin de prix stables pour La France a démontré qu’il était possible de décarboner
inciter aux investissements de long terme dont font partie la production d’électricité.
les investissements en moyens de production d’électricité.
Ces choix dissuadent donc les investissements dans Dans leur lettre ouverte, disponible sur en anglais sur
le nucléaire, une énergie qui ne pollue pas et n’émet le site d’Environmental Progress et en français sur celui
pas de gaz à effet de serre, lequel apparait de ce fait de Sauvons le Climat, les scientifiques préviennent que
indispensable à la réalisation des objectifs climatiques « toute réduction de la production nucléaire en France
fixés à la COP21, et cela tant que les moyens de stockage aura pour effet d’augmenter la production d’électricité
de l’énergie pour pallier l’intermittence des productions par des combustibles fossiles, donc la pollution, au vu
éolienne et photovoltaïque n’ont pas été mis au point. des faibles facteurs de charge et de l’intermittence du
solaire et de l’éolien ».
Les prix
Comme nous l’avons fait dans deux précédentes
La qualité des études produites et des débats initiés publications les écologistes pointent les limites de la
par diverses associations dont Sauvons le Climat et transition énergétique allemande : « Les émissions de
la SFEN ont de plus permis de faire la clarté sur les CO2 de l’Allemagne n’ont pratiquement pas changé
coûts. La deuxième génération du nucléaire offre en depuis 2009 et ont, en fait, augmenté tant en 2015 qu’en
effet une électricité avec la meilleure compétitivité-prix. 2016, à cause des fermetures de centrales nucléaires.
Celle des renouvelables éolien off-shore et solaire − En dépit d’une augmentation de la puissance installée
bien qu’elle progresse rapidement comme l’a démontré solaire de 4 %, et de celle de l’éolien de 11 %, la production
une étude de Sauvons le Climat − voit sa compétitivité de ces deux sources a baissé de 3 et 2 % respectivement
mise en cause lorsque l’on prend en compte les « coûts du fait qu’il y a eu moins de soleil et de vent en 2016 qu’en
système ». En effet, l’intermittence de ces sources est 2015. Et là où la France a une électricité parmi les moins
énorme (et le solaire trouve sa meilleure extension chères et les plus propres d’Europe, celle de l’Allemagne
potentielle dans la zone intertropicale) : elles ne peuvent est une des plus chères et plus sales. L’Allemagne a
pas répondre seules à la demande et donc se développer dépensé près de 24 milliards € de plus que le prix de
sans l’existence de capacités de production en continu- marché en 2016 pour ses seuls prix garantis d’achat
nucléaire, et les turbines à gaz et centrales à flamme des renouvelables mais ses émissions ont stagné. Il est
(gaz et charbon) comme nous l’avions déjà signalé à prévoir que l’Allemagne n’atteindra pas ses objectifs
à diverses reprises dans le passé. LOCDE démontre de réduction d’émissions de 2020, et de loin. Malgré
que l’élévation excessive de la part des renouvelables des investissements énormes dans les renouvelables,
aurait pour conséquence un déplacement massif de la seulement 46 % de l’électricité allemande sont issus
demande vers des productions de base comme le gaz et de sources d’énergie propre, à comparer aux 93 % de la
le charbon. Il est par conséquent urgent de revaloriser France ».
le prix du carbone (aujourd’hui estimée à 5 €) afin de
dissuader la consommation en combustibles fossiles, Le modèle allemand si souvent avancé par des médias
et de réformer le marché d’émission des quotas de CO2 et des « écologistes » comme un modèle à suivre s’avère
établis par l’Union qui s’avère être un échec. Par ailleurs, − malgré des efforts importants vers une substitution
qui est souvent oublié, le coût des infrastructures de du nucléaire par des renouvelables − comme un échec
réseaux qui amène les flux des renouvelables vers tant du point de vue de la protection de l’environnement
les consommateurs, et les coûts sociaux dans les que du coût pour les consommateurs − à l’exception des
entreprises, liés au changement de leurs modèles industriels bénéficiaires de conditions particulières − car
économiques, ou sur les territoires. il leur en coûte près du double du prix moyen français.

7
L’intérêt d’inclure le nucléaire « Un remplacement du nucléaire par des combustibles
dans le mix énergétique fossiles et des renouvelables nuirait considérablement à
l’économie française de trois façons : augmentation des
Pour les signataires de la lettre ouverte au président, prix de l’électricité pour les ménages et l’industrie, la fin
le développement des énergies renouvelables doit des exportations lucratives d’électricité et − peut-être
permettre de réduire la part des énergies fossiles : « Les le plus important − la destruction de la filière nucléaire
renouvelables peuvent contribuer à une électrification française à l’export. Si le parc nucléaire français est
plus poussée des transports, celle-ci étant déjà bien contraint de fonctionner avec un facteur de charge
entamée avec le réseau ferré mais pouvant être réduit, la filière nucléaire française en sera paralysée
poursuivie avec les véhicules individuels ». par une augmentation de ses coûts et une réduction de
ses revenus ».
À l’inverse, substituer une énergie bas carbone
(nucléaire) par des énergies elles-aussi bas carbone –
(renouvelables) aurait un effet nul sur le climat mais Par Marc Leygonie,
des impacts importants sur le prix de l’électricité : secrétaire du GSNE EDF/GDF

Quand les décideurs politiques consentiront-ils


5 à écouter les exploitants du système électrique ?

P eut- être le feront ils lorsqu’ils auront compris


que ne pas le faire présente un risque sérieux de
déboucher sur des décisions inappropriées − ce qui déjà
est grave pour leur pays − mais…et à cela ils devraient
(malheureusement…) être bien plus sensibles, à leur
défaite politique, sanctionnés ainsi par leur peuple.

Nous l’avions évoqué dans un précédent texte l’Australie


du Sud constitue un remarquable laboratoire grandeur
réelle d’une expérience de pari − sanctionné par un
cuisant échec – sur une production électrique à 50 %
renouvelables de productions éolienne et photovoltaïque,
étape vers une version à 75 % d’ENR.

© D.R.
Nous l’avons expliqué, le plus simplement possible
à diverses reprises afin d’être compréhensibles par
tous. Les sources intermittentes d’électricité (éolien relatif et actuel isolement. Le Gouvernement travailliste
et solaire) modifient profondément les systèmes a mené une politique de développement rapide du solaire
électriques. Les études prospectives théoriques sont et éolien, qui produisent environ la moitié de l’électricité,
difficiles et il est absolument essentiel de recourir la proportion des ¾ étant visée. Il souhaitait que le petit
à l’observation pour se faire une idée du futur des secteur électrique local garde une certaine autonomie.
systèmes électriques comprenant une part importante Une de ces idées séduisantes sur le papier ou dans les
de ces énergies. discours de dirigeants mais souvent sanctionnées par la
confrontation au réel !
Ce qui s’est passé en Australie du Sud justifie la
nécessité de limiter le poids relatif des productions Dans le cas de l’Australie du Sud les conséquences de ce
« renouvelables » pour préserver l’équilibre d’un choix ont été pénalisantes pour la population.
système électrique. Pour n’avoir pas respecté cet
équilibre le Gouvernement d’Australie du Sud a exposé Les factures d’électricité bondirent. Une question anima
ses concitoyens à des coupures de courant à répétition la campagne électorale : l’État avait-il l’électricité la
dont une totale. Ce n’est sans doute pas la seule raison plus chère du monde développé ? Fin 2017, la Banque
mais il vient de payer cette erreur (et d’autres) d’un Alimentaire locale fit une enquête concernant le bond
échec lors des élections du week-end du 18 mars, lui qui des demandes d’aides de nourriture et conclut que
avait présenté ces élections comme « un référendum les pauvres se privaient de repas pour payer leur
sur sa politique énergétique ». électricité. Les trois États en tête pour l’importance
du « solaire+éolien », Australie du Sud, Allemagne et
L’Australie du Sud, petit État moderne de 1,6 millions Danemark ont des tarifs proches, les plus élevés du
d’âmes est un laboratoire inestimable, du fait de son monde industriel, doubles des prix français.

8
Durant l’été austral 2016-2017, l’État d’Australie du énergies renouvelables. Ils veulent des factures qui
Sud connut une demi-douzaine de coupures, dont l’une n’envoient pas les pauvres gens à la Banque Alimentaire
concerna tout le territoire. Ils souhaitent que leurs hôpitaux aient une alimentation
en électricité garantie. Les centrales nucléaires ont des
Devant la perspective des élections de mars 2018, le générateurs de secours foisonnants et soumis à des
Gouvernement mit sur pied un plan d’urgence dont le réglementations draconiennes. Etendre ces contraintes
coût peut être estimé à un peu plus de 220 euros/habitant aux établissements de soins, très nombreux, serait un
(payés par l’impôt). Un tiers des fonds servit à payer un autre problème. L’exemple australien montre qu’une
gigantesque parc de batteries amené en grande pompe alimentation importante en électricité intermittente
par Elon Musk, le patron médiatique de Tesla. La plus pose ce problème. »
grande partie de l’argent alla à un parc de centrales à (Lettre Géopoilitique de l’Électricité ,Brève d’actualité du
gaz dont le Gouvernement d’Australie du Sud se réserva 2 mars 2018)
l’utilisation en cas de risque de coupures.
CONCLUSION
L’été austral 2017-2018 se passa mieux. Néanmoins, des
alertes aux coupures furent lancées et certaines, limitées, Quand nos dirigeants accepteront − ils d’ouvrir enfin les
eurent lieu : quatre par exemple dans la soirée du 18 yeux, de voir les réalités au lieu de cultiver des rêves
janvier dans l’agglomération de la capitale, Adélaïde2. voués à l’échec ? Nous le redisons ici pour répondre à
Un incident fit la une de la presse durant la campagne ceux qui « gentiment » nous traitent d’irresponsables
électorale. Dans ce contexte, les groupes électrogènes voués au service d’un hypothétique « Lobby Nucléaire » :
de secours des hôpitaux doivent fonctionner. Or lors nous n’avons comme objectif que le seul intérêt général.
d’un essai dans le plus grand établissement de l’État, le 7
février, quarante salles d’opération se retrouvèrent dans Écoutez s’il vous plaît ceux qui savent, profitez des
le noir durant vingt minutes. Il n’y eut pas mort d’homme éléments qu’ils vous apportent pour fonder librement,
grâce au sang- froid du personnel médical. L’Association en pleine connaissance de cause et en conscience, vos
des Médecins d’Australie rappela sèchement au opinions et élaborer des politiques pertinentes.
Gouvernement local la nécessité d’une alimentation en
électricité fiable ! –
Par Marc Leygonie
« C’est ce qu’a promis le Parti Libéral désormais Citoyen et militant secrétaire du GSNE EDF,
au pouvoir. Les électeurs n’ont pas voté contre les membre du bureau de la CNE

6 ASSASSINONS LES POPULATIONS MAIS PROPREMENT S’IL VOUS PLAÎT …

L orsque l’actualité de la défense est riche en


événements, c’est hélas rarement de bon augure. Et
cette fois n’échappe malheureusement pas à la règle.
ressasser ces événements en permanence, les français
aimeraient oublier ou du moins que tout cela cesse mais
bon....

Je ne peux commencer cet article sans rendre un Cultiver le devoir de mémoire s’avère plus que jamais
hommage des plus respectueux à Arnaud BELTRAME, nécessaire et également, il faudrait une véritable
Officier supérieur de Gendarmerie, lequel a prise de conscience de la population et des pouvoirs
héroïquement sacrifié sa vie lors de l’attaque terroriste politiques...Au risque de choquer, nous ne traversons
le 23 mars dernier au magasin Super U de Trèbes. pas une simple crise mais avons une véritable guerre à
Hommage national, hommage unanime de toutes les livrer. Je citerais le Général Pierre DE VILLIERS, ex-Chef
instances, de toute la nation, personne n’oubliera le d’État-major des armées, lequel, a récemment affirmé
geste du Colonel BELTRAME. lors d’une conférence à laquelle j’ai assisté que nous
sommes bel et bien en guerre. Et si celle-ci n’est pas
Cependant, on a trop vu la population applaudir les officiellement déclarée, elle n’en est pas moins réelle.
forces de l’ordre pour leur action lors des dramatiques Mais chut…N’en parlons pas. En politique on n’aime pas
attentats de 2015 pour presque oublier oserais-je dire choquer. On laisse ce soin à certains médias. La guerre
quelques mois après et retomber dans leur habituel état justement parlons-en…
d’esprit de conflit, parfois de haîne envers policiers et
gendarmes. Force est de constater que l’hommage que Dans la nuit du 13 au 14 avril dernier, vers 03h00
l’on rend aujourd’hui au Colonel Arnaud BELTRAME du matin, des frappes aériennes visant des dépôts
a un goût amer de déjà vu, aujourd’hui un héros, d’ici d’armes chimiques ont été menées conjointement par
quelques temps un anonyme. Je ne dis pas qu’il faille les États-Unis, la France et le Royaume Uni en Syrie.

9
Ces bombardements seraient la sanction aux attaques Alors Monsieur Al Assad, je vous en prie… Assassinons
chimiques du pouvoir syrien dirigé par Bachar Al Assad les populations, mais proprement s’il vous plaît…
envers la population, et, le moyen d’empêcher que de
telles attaques ne se reproduisent. Quand cesserons- –
nous d’être hypocrites. Bachar Al Assad massacre ses Par Arnaud DELCOURTE
populations depuis des années et ce, dans l’impunité Membre de la CNE
la plus totale. Est-ce dire qu’aujourd’hui il a franchi la Secrétaire GSEN Sécurité Défense Nationale
ligne jaune en ayant recours aux armes chimiques ? Est-
ce dire qu’il existe une manière politiquement correcte
d’exterminer les populations ?

7 Chômage et santé

Pourquoi les pouvoirs publics ont-ils tant de difficultés


à reconnaître qu’un chômeur en mauvaise santé a plus
de difficultés à retrouver le chemin de l’emploi ? L’heure
n’est plus à dénoncer cette situation intolérable, elle est
à décider des mesures à prendre.

Détresse individuelle
et passivité collective

Le moment de la perte de l’emploi – suite à un


licenciement individuel, à un plan social, à un dépôt
de bilan pour l’artisan ou le commerçant ou suite à la
fermeture de l’exploitation pour l’agriculteur – provoque
un véritable choc psycho-traumatique générateur de
troubles de la santé parfois majeurs.
© D.R.

Comment comprendre que ces millions de Français


Tout pour les contrôles, sans emploi ne se mobilisent pas, ne se révoltent pas et
rien pour la santé ! qu’ils restent à ce point absents des médias ? Comment
expliquer qu’un « lobby des chômeurs » n’ait jamais pu

C inq millions de chômeurs en France, 27 millions en


Europe : le chômage est lourd de conséquences.
L’inactivité forcée constitue un risque pour la santé et
émerger ? La raison est presque ontologique : comment
une partie de la population dont toute l’énergie est
mobilisée par le seul souhait de retrouver du travail
la vie de chaque chômeur, elle est toujours une épreuve pourrait-elle s’investir pour défendre une situation
pour l’entourage. L’espérance de vie moyenne des et un statut dont elle souhaite se débarrasser au plus
chômeurs est réduite d’un an par rapport à celle des vite ? Cinq millions d’individus au chômage, ce sont cinq
travailleurs qui n’ont pas connu de période sans emploi. millions d’histoires et de trajectoires singulières, de
La surmortalité liée au chômage provoque plus de 15 000 situations disparates, de vécus différents : cela ne fait
morts chaque année en France, la mortalité par suicide pas un groupe social capable de peser directement sur
est plus élevée et le risque de passage à l’acte suicidaire les choix politiques et sociaux.
est multiplié par trois.
Bien plus, les chômeurs bénéficient de la couverture
Tous les chômeurs ne connaissent pas une période de assurance maladie, ils ont comme tous les salariés
dépression, le plus grand nombre d’entre eux traversent accès aux soins ambulatoires et hospitaliers, qu’ils
cette période sans troubles de santé et savent rebondir. soient médicaux, chirurgicaux, ou psychiatriques.
Les capacités personnelles, la qualité de l’entourage C’est pourquoi il est souvent admis que leur santé est
familial et social, l’accompagnement psychologique normalement prise en compte, ce que démentent
parfois nécessaire constituent les éléments clés de pourtant toutes les statistiques sanitaires.
leur résilience. En leur absence, c’est la spirale de la
dévalorisation, avec son cortège de réactions addictives, La médecine du travail existe (elle est en péril !) mais,
dépressives, parfois même jusqu’au désespoir. Les paradoxalement, elle s’arrête au moment même où
mesures économiques et financières destinées à le travailleur perd son emploi et devient sur le plan
favoriser l’emploi et à diminuer le nombre de chômeurs psychologique et relationnel, non pas fragile, mais
constituent la vraie réponse. fragilisé. Il faut constituer la médecine préventive des

10
chômeurs afin d’évaluer pour chacun d’entre eux l’état de La réponse consiste aussi à repenser la place du travail
santé au moment de la perte de l’emploi et l’importance dans le parcours de vie, de façon à ce que la perte d’emploi
du choc traumatique subi, de façon à mettre en place, si ne soit plus vécue comme un point de non retour, mais
nécessaire, un accompagnement médical, psychologique plus sereinement comme un moment particulier de sa
et social. propre histoire, comme le rendra possible le contrat
social universel.
À travers un tel dispositif, un message sera adressé à
l’ensemble des chômeurs : votre santé, c’est-à-dire votre –
bien-être, intéresse la société tout entière. Vous n’êtes Michel Debout
plus doublement abandonnés, d’abord par le travail, (extrait de la note « Travail et Santé »
ensuite par la santé publique. publiée par la Fondation Jean-Jaurès)

BRèVES 8
© Mathieu Delmestre

> SNCF
Du 14 au 21 mai, l’intersyndicale organise un référendum interne appelé une « vote-action » auprès
des 150 000 cheminots sur la question :
Êtes-vous pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement ?

La CFDT Cheminots a annoncé son intention d’assigner en justice la SNCF. Le syndicat reproche à
l’entreprise ferroviaire de ne pas payer les jours de repos pour dissuader les salariés de faire grève.
Cette procédure d’urgence sera lancée le mercredi 25 ou jeudi 26 avril devant le tribunal de grande
instance de Bobigny. Le secrétaire général ajdoint du syndicat, Rémi Aufrère-Privel précise que
cette procédure porte sur le paiement des jours de repos.

> Air France


4 mai 2018, résultat du référendum : Sur les 46 771 salariés d’Air France, la participation a été
de 80,33 %. Le Non l’emporte avec 55,44 % des suffrages exprimés. Comme annoncé en cas de rejet
de l’accord salarial proposé par la direction, le président Janaillac indique qu’il va démissionner
dans les jours à venir.

> BPI France


Activité 2017 : 14,4 Mds € de financements directs, 80 000 entreprises accompagnées, 8,9 Mds € de
prêts bancaires garantis. Renforcement de l’assurance export.

11
> Automobile
Le constructeur automobile PSA a publié ce mardi un chiffre d’affaires en hausse de 42,1 %
à 18,2 milliards d’euros pour le premier trimestre, dopé par l’intégration d’Opel Vauxhall. Mais
même sans cette opération (le rachat de Vauxhall a été bouclé l’été dernier), le chiffre d’affaires
de la division automobile, avec les trois marques Peugeot, Citroën et DS, affiche une solide
progression de 13,3 %, à 10,2 milliards d’euros.

> France- Loisirs


Restructuration : Le Pdg assume et s’explique « Ce que je fais là aurait dû être fait depuis 10 ans » ;
D’où suppression de 480 emplois sur 1 800. Voilà clairement un problème évident de gouvernance :
Une évolution trop tardive, une mise en discussion des difficultés absente, une formation
professionnelle faible ou inadaptée pour évoluer et se redéployer.
Et le personnel qui paie les pots cassés.

> Brexit
Les Lords ont voté pour que la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne soit
conservée dans la loi britannique ; un nouveau revers pour le gouvernement britannique après
celui sur l’union douanière.

OURS
LETTRE du SECTEUR ENTREPRISES LSE – Avril 2018 – CNE
▶ Comité de rédaction : les membres du bureau de la CNE.

NOUS CONTACTER VIA LE SIÈGE DU PARTI


Vous adresser à Pascal Jailloux
Téléphone 01 45 56 75 16 ou E-Mail : pascal.jailloux@parti-socialiste.fr

12