Vous êtes sur la page 1sur 2

Peut on parler de conscience sociale dans l'organisation Haitienne?

Donnez un cas d'exemple

Parler de conscience sociale dans l’organisation haitienne revient tout d’aabord a definir ce qu’est
une coscience sociale et de comprendre de quoi est constituee l’organisation politico socio economique de
la societe haitienne puis enfin, par la comprehension de ces deux concepts de voir si l’on peut parler de
cette conscience dans cette organisation.

 C’est quoi la conscience sociale ?


Le mot conscience provient du latin conscientĭa, qui veut dire « savoir/avoir connaissance ». Il s’agit
de l’acte psychique qui permet à une personne de se percevoir dans le monde, c’est-à-dire, de se rendre
compte par elle-même de sa position. La conscience est la connaissance réflexive des choses.
La conscience sociale, par ailleurs, peut être définie comme étant la connaissance qu’une personne a
sur l’état des autres membres de sa communauté. L’individu dotée d’une conscience sociale est justement
conscient d’à quel point l’environnement peut être favorable ou nuisible au développement des personnes.

 L’organisation Haïtienne
L’organisation de la société haïtienne est repartie en trois grandes classes sociales quoi sont la bourgeoisie,
la classe moyenne et le gros peuple.
Les classes sociales sont un phénomène planétaire qui caractérise l’humanité dans ses formes historiques
changeantes, au cours de son développement.
La bourgeoisie est cette classe qui détient la grande partie de la richesse du pays, composée de mulâtre et
d’étrangers pour la plupart des syro-libanais venus se mêler aux mulâtres pour former une grande
bourgeoisie de grandes familles, de grands propriétaires terriens qui vivent dans le luxe.
La classe moyenne constitue pour la plupart d’intellectuels pouvant donner la force de travail a cette
bourgeoisie en retour de compensation salariale et le gros peuple vivant dans des bidonvilles, sous des
tentes qui eux même est les plus bas de la société.
Cette bourgeoisie qui detient plus de deux tiers des richesses d’Haiti détient tout a sa disposition. Sa facon
d’accaparer les richesses fait exister une fosse entre la couche possédante et le reste du peuple qui crée une
tendance à l’existence d’une couche bourgeoise et le reste.
De ce tableau de cette société, peut-on parler actuellement de la conscience sociale ?
La conscience sociale part du principe que l’homme comprend les besoins d’autrui et souhaite coopérer au
moyen de plusieurs mécanismes sociaux. L’action sociale qui a pour but d’aider peut avoir lieu par les dons,
l’apport en aliments et en vêtements, les activités de volontariat ou tout autre type d’aide.
Categoriquement cette conscience au besoin des la masse des plus faible est quasi inexistant de
l’organisation actuelle d’Haiti. Il y a certaince organisation qui se donne pour objectif de vouloir palier ce
besoin en apportant des aides, en creant des projets d’integration, en apportant des assistances sociales aux
couches defavorisees. Cependant, cette demarche est jonchee d’intentions politiques et qui, au lieu de
favorise les plus demunies mais ne fait que créer et alimenter des rivalites au sein meme des couches
defavoirisees.
On peut citer a titre d’exemple, FAES, CAS, et tant d’autres groupes non gouvernementale, financee
respectivement par les caisses des apport de citoyens. Ces institutions intervienne dans la creation et la
gestion de restaurent communautaires, d’implantation d’infrastructure de latrines, de terrain de jeu, de
distribution de kits, etc…
Somme toute, toutes ces acions n’ont pas un impact sur la totalite des besois des faibles. Le fossé entre la
classe bourgeoise et le peuple qui git dans les besoins les plus primaires est encore plus profond que
toujours. le constat actuel des manque de loisir, le constat de la faim extreme des masse defavorisee sont la
preuve que cette conscience n’est vraiment pas prise dans notre organisation.
Toujours reste t il au la classe proletaire, au gouvernement de prendre cettre conscience. C’est cer appet
que M. Rouzier a fait dans sa lettre recemment publier dans les actualites. Conscience qui reste a prendre
!

Vous aimerez peut-être aussi