Vous êtes sur la page 1sur 11

1

Corrigé Contrôle Continu SE


Exercice 1
On considère une ligne de transmission d’impédance caractéristique réelle,

exposant de propagation   , longueur
  cm qui est terminée en cir-
cuit ouvert. En  on connecte cette ligne à un générateur de tension (qui a
une impédance interne nulle) produisant une tension constante de V (pile).
Quelle sera l’évolution en fonction du temps de

PSfrag replacements 


 
  



F IG . 1: Circuit considéré.
PSfrag replacements

1. la tension mesurée à l’entrée de la ligne   ?

2. la tension mesurée à la sortie de la ligne  
 ?

3. le courant mesurée à l’entrée de la ligne !   ?

4. le courant mesurée à la sortie de la ligne !  
 ?
Solution :
Une façon (pas la seule !) de résoudre le problème est de construire les dia-
grammes espace-temps (#"  ). On sait que $%
&(' .



/10 /130 /  /140 /13

/102/  /130 /13 /140 /14
$ )*$ +,$ -*$ .*$ 
F IG . 2: Propagation d’une onde qui est réfléchie au niveau de la charge et du
générateur.

Comme le générateur reste enclenché (  step function) les ondes se

Les paramètres
  
cumulent (voir Fig. 3 et 4).
 et 0 65 (circuit ouvert) donnent des facteurs de
réflexion suivants :
/   "  0 " 
  8 7 9 " et /10  0 7 9 (0.1)
2

7
PSfrag replacements  7 /17 02/ 

7 /17 02/  /17 30 /13


/102/  /130 /13 /140 /14
)*$ +,$ -*$ .*$ 
F IG . 3: Cumulation des ondes progressives.

7/10
 7 /10 /17 30 / 

 /10 /130 /  /104 /13

$ )*$ +,$ -*$ .*$ 


PSfrag replacements
F IG . 4: Cumulation des ondes rétrogrades.

 
 
)*$ +,$ -*$ .*$ 
PSfrag replacements
F IG . 5: Onde progressive totale.

 
 
)*$ +,$ -*$ .*$ 
F IG . 6: Onde rétrograde totale.
PSfrag replacements 3

L’introduction des valeurs numeriques des facteurs de réflexion donne l’onde



progressive

et l’onde rétrograde totale (voir Fig. 5 et 6).
est la somme des ondes et ! est la différence (voir Fig. 7 et 8).

 )  )
PSfrag replacements

)*$ +,$ -*$ .*$ 


F IG . 7: Tension.

PSfrag replacements
   
" "

)*$ +,$ -*$ .*$ 


F IG . 8: Courant.

Avec ces informations on peut dessiner la tension et le courant au niveau


du générateur (  ) et de la charge ( 
) (voir Fig. 9 et 10).


)  


 

$ *$ *$ 
F IG . 9: Tension au niveau du génerateur et de la «charge».

Ou en formules :
   
   Logique !  (0.2)
       $    *$  *$    $   $   


 
 )      $  *$    *$   $     $  $   

 (0.3)
            


 !   
       )*$  +, $ -*$  *
.  $

 "    )*$  +,$   -*$  .*$    $  )*$   

$  (0.4)
 !   

 Logique !  (0.5)
4

PSfrag replacements


 !   


)*$ +,$ -*$ 
"  !   

F IG . 10: Courant au niveau du génerateur et de la «charge».


5

Exercice 2



PSfrag replacements 




F IG . 11: Circuit équivalent.

  ou conditions mathématiques à imposer à ces


Trouver le circuit équivalent d’un tronçon de ligne de transmission de longuer
infinitésimale (valeurs de ,
valeurs) pour avoir à toute fréquence :
1. une vitesse de groupe nulle.
2. un affaiblissement linéique nul,   .

Solution : 7   
1. '   . On a      
 ! .
 

  
 65 (0.6)
 
Pour une fonction     la condition (0.6) n’est pas possible  . On peut

PSfrag replacements



F IG . 12:  en fonction de .
    
 '   pour 
arriver à avoir si  a une dérivée infinie en  . Ceci
arrive en   dans le cas d’une ligne qui peut être représentée par un
circuit équivalent avec des paramètres
   et     
• 
 !   "! #%$'3 &)(*& où
 ,+  .-   + 0
•   et
2 

  
!  - 
 "
 ! %
# *
/ 3 & &
2.   . On a  
1
 0 .
10      


doit être purement imaginaire (0.7)

 doit être réel négatif. (0.8)
6

7 7
En général on a     et   . -  . Donc
    7  7  7  7
  -     - "      
 - 
 (0.9)

Afin que
  , il faut exiger
 - "     et   7 -    (0.10)

La solution simple est


1 .-  (cas sans pertes).
7

Exercice 3

sion de paramètres
  ,  et de longuer
On souhaite simuler une capacité avec un tronçon de ligne de transmis-

terminée par une impédance de
charge 0 .

PSfrag replacements
 





F IG . 13: Circuit équivalent pour simuler une capacité.

1. Quel est le choix le plus convenable pour l’impédance qui charge la


ligne ?
2. Quelle est alors la plage de valeurs acceptables pour
?
3. Quelle est la loi donnant en fonction de
8 ,
et  ?
Solution :
1. Pour simuler un composant réactif, il faut avoir
  
 
. L’impédance
d’entrée du circuit se calcule d’après la formule
7 
    0 7    

 0 
 (0.11)

Donc, 0 doit être à son tour imaginaire et les possibilités les plus simples sont
(a) 0 , (court circuit)
(b) 0 15 (circuit ouvert)
     

car elles donnent
(a)
(b)
    !#"
2./3. De toute évidence (b) est bon pour simuler des capacités ; il suffit que
 
  . Donc, 
%$  & &*)('*)

%$  ,+ &*)(' permet de simuler %$   5-'
avec la loi
 
    
    
 (0.12)
  

8

Exercice 4

+

PSfrag replacements 0


 
F IG . 14: Réseau d’adaption dans le cas inductance série et ligne.

0 
On souhaite adapter une impédance    " * à un générateur d’im-
pédance interne
  )  au moyen d’une ligne de transmission d’impédance
caractéristique  * et d’une inductance.
Parmi les 4 configurations possibles (décrites en commençant depuis la
charge)
1. inductance série et ligne
2. inductance parallèle et ligne
3. ligne et inductance série
4. ligne et inductance parallèle
lesquelles sont possibles et laquelle utilise une longuer minimale de ligne ?

Solution :
L’abaque de Smith va être utilisé pour determiner dans les cas particuliers si
l’adaption générateur–charge est possible. Dans les cas 1. et 3. on travaille
avec des impédances normalisées
0  
 
 0    ) "      (0.13)

dans les autres cas (2. et 4.) on utilise des admittances normalisées
7 
  0  + , )      )
,0    (0.14)

Les dessins dans l’abaque de Smith montrent qu’avec un réseau consistant


en

+ &(+ . Avec une inductance série


1. inductance série et ligne : l’adaptation est possible avec une induc-
tance série et une ligne de longueur 
0
(impédance réactive  ) on bouge sur l’abaque  de Smith de  jusqu’au
point A (voir Fig. 15). Après on peut arriver à  avec la ligne.
9

2. inductance parallèle et ligne : l’adaptation est impossible. Avec une in-



ductance parallèlle (admittance réactive  ) on ne réussit pas à adapter
la charge, comme on peut observer dans la Fig. 16.
3. ligne et inductance série : l’adaptation est possible avec la ligne de
longueur minimale par rapport aux autres cas. Comme on peut voir
0
dans la Fig. 17, avec une ligne on peut aller depuis  au point A et
après remonter jusqu’à  avec une inductance série.
4. ligne et inductance parallèle : l’adaptation est possible. On peut se
 0 jusqu’au point A avec la ligne
déplacer sur l’abaque de Smith depuis
 
(voir Fig. 18) et après on arrive a avec l’inductance parallèle.

0.5j 2j

0.2j 5j

0.2 0.5 Zg 1 2 A 5
0 ∞

ZL
−0.2j −5j

−0.5j −2j

−j

F IG . 15: Abaque de Smith pour le cas inductance série et ligne.


10

0.5j 2j

0.2j 5j

Y
L

0.2 0.5 1
Y 2 5
0 g

Zg

ZL
−0.2j −5j

−0.5j −2j

−j

F IG . 16: Abaque de Smith pour le cas inductance parallèlle et ligne.

0.5j 2j

0.2j 5j

0.2 0.5 1 2 5
0 ∞
Zg

Z
L
−0.2j −5j
A

−0.5j −2j

−j

F IG . 17: Abaque de Smith pour le cas ligne et inductance série.


11

0.5j 2j

0.2j 5j
A
YL

0.2 0.5 1
Y 2 5
0 g

Zg

ZL
−0.2j −5j

−0.5j −2j

−j

F IG . 18: Abaque de Smith pour le cas ligne et inductance parallèle.