Vous êtes sur la page 1sur 4

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

SESSION 2018
_______

HISTOIRE - GÉOGRAPHIE

Séries : L - ES
_______

DURÉE DE L'ÉPREUVE : 4 heures


_______

SÉRIE L : coefficient 4

SÉRIE ES : coefficient 5

L’usage de la calculatrice et de tout dictionnaire est interdit.

La candidate ou le candidat traite

au choix UN des deux sujets de composition de la première partie

ET le sujet de la seconde partie.

Dès la remise du dossier, assurez-vous qu’il est complet.


Ce sujet comporte 4 pages numérotées de 1/4 à 4/4.

18HGELAN1 Page 1/4


PREMIÈRE PARTIE

Composition de géographie

La candidate ou le candidat traite UN des deux sujets suivants :

Sujet 1

La mondialisation : mobilités, flux et réseaux.

OU

Sujet 2

États-Unis, Brésil : rôle mondial, dynamiques territoriales.

18HGELAN1 Page 2/4


DEUXIÈME PARTIE

Étude critique de deux documents en histoire

Thème – La Chine et le monde depuis 1949.

Consigne :
En vous appuyant sur les deux documents, montrez que la République populaire de
Chine cherche à s’affirmer progressivement sur la scène internationale, de 1949 à la
mort de Mao.

DOCUMENT 1 : affiche chinoise (1953)

Traduction du texte en bas de l’affiche :


« Avec l’immense soutien de l’URSS et notre très grande force, nous réaliserons
l’industrialisation de notre nation, pas à pas ! ».

Source : affiche du parti communiste chinois, décembre 1953, Shanghai

18HGELAN1 Page 3/4


DOCUMENT 2 : Deng Xiaoping et les 3 mondes.

Le monde d’aujourd’hui est en fait constitué de trois parties, ou trois mondes, qui sont
à la fois reliés entre eux et en contradiction les uns avec les autres. Les États-Unis et
l’URSS constituent le premier monde. Les pays en développement d’Asie, d’Afrique,
d’Amérique latine et d’autres régions constituent le troisième monde. Les pays
développés entre les deux représentent le deuxième monde. Les deux
superpuissances, les États-Unis et l’URSS, cherchent en vain l’hégémonie mondiale.
Chacun, à sa manière, tente d’amener les pays en développement d’Asie, d’Afrique
et d’Amérique latine sous son contrôle et, dans le même temps, tente d’intimider les
pays développés qui n’ont pas une puissance égale à la leur […].
La Chine est un pays socialiste et en même temps un pays en voie de
développement. La Chine appartient au troisième monde. Constamment, en suivant
les enseignements du président Mao, le gouvernement et le peuple chinois
soutiennent fermement tous les peuples et les nations opprimés dans leur lutte pour
gagner ou défendre l’indépendance nationale, ou développer l’économie nationale et
combattre le colonialisme, l’impérialisme et l’hégémonisme. […] La Chine n’est pas
une superpuissance et jamais elle ne cherchera à en être une.

Source : extrait du discours prononcé par Deng Xiaoping*, devant l’Assemblée générale de l’ONU,
10 avril 1974.

* En 1974 Deng Xiaoping (1904-1997) est membre du comité central du Parti communiste chinois et
chef de la délégation chinoise à l’ONU. Il devient, après la mort de Mao en 1976, le principal dirigeant
de la République populaire de Chine.

18HGELAN1 Page 4/4