Vous êtes sur la page 1sur 72

Département de Génie Civil

Rapport de stage ingénieur

Etude structurelle d’un mur


de soutènement et d’un dalot triple

Elaboré par :
Mohamed Amin BRADAI

Encadré par :
Samir JMAL

Période du stage :
Du 1er au 30 Juin 2013
Remerciement

A Mr Samir JMAL, mon encadreur, pour leur aide précieuse et ses conseils utiles qu’ils
m’ont prodigués.

J’ai l’honneur et le privilège de travailler sous leur direction et de profiter de leur qualité
humaine, professionnelle et de leur grande expérience.

Je vous remercie sincèrement de votre grande disponibilité à mon égard ainsi que de vos
précieux conseils lors de la rédaction de ce rapport.

J’exprime aussi ma plus vive gratitude aux membres de jury qui a évalué ce modeste projet, je
suis très sensible à l’honneur que vous m’avez accordé en acceptant de soutenir ce travail.

i
Rapport de stage ingénieur

Sommaire

Introduction ............................................................................................................................ 1

Présentation de l’entreprise ................................................................................................... 2

Partie A :................................................................................................................................. 4

Etude structurelle d’un mur de soutènement .......................................................................... 4

I. Présentation du projet : ....................................................................................................... 5

II. Hypothèse de base .............................................................................................................. 7

1. Norme ...................................................................................................................... 7

2. Caractéristiques des matériaux ................................................................................ 7

3. Paramètres et données .............................................................................................. 8

III. Bilan des forces appliquées à la murette: ........................................................................ 9

1. Etude de la poussée et de la butée du sol selon la théorie de Rankine .................. 9

a. Hypothèse………………………………………………………………………….9

b. Méthode Rankine..……………………………………………………………….10

c. Expression des forces de butée et de poussée du sol…………………………….10

d. Calcul des forces de butée et de poussée du sol…………………………….…....13

2. Etude de la force due à la surcharge semi infinie ‘q’ ............................................. 14

3. Poids propre : ......................................................................................................... 15

4. Force de résistance au glissement .......................................................................... 16

IV. Vérification de stabilité du mur de soutènement .......................................................... 17

1. Un remblai totalement sec .................................................................................... 17

ii
Rapport de stage ingénieur

a. Vérification de non-renversement…………………………………………………….17

b.Vérification de non-glissement………………………………………………………..20

c.Vérification de non-poinçonnement…………………………………………………...22

2. Un remblai avec une partie saturée ....................................................................... 25

a. Vérification de non-renversement…………………………………………………….25

b.Vérification de non-glissement………………………………………………………..26

c.Vérification de non-poinçonnement…………………………………………………...27

V. Ferraillage du mur de soutènement: ................................................................................. 29

1. Etude de voile (fût) ....................................................................................................... 29

a. Calcul des sollicitations maximales…………………………………………………..29

b.Calcul de la section d'acier principale…………………………………………………30

c.Calcul d'acier de répartition……………………………………………………………31

2. Etude de la semelle : .............................................................................................. 31

a. Calcul des sollicitations maximales…………………………………………………..31

b.Calcul de la section d'acier principale…………………………………………………33

c.Calcul d'acier de répartition……………………………………………………………33

Partie B : ............................................................................................................................... 35

Etude structurelle d’un dalot triple ....................................................................................... 35

I. Présentation du projet ....................................................................................................... 36

II. Hypothèse de base ............................................................................................................ 38

1. Norme .................................................................................................................... 38

2. Caractéristiques des matériaux .............................................................................. 38

3. Paramètres et données ............................................................................................ 39

III. Calcul des chargements ................................................................................................. 41

iii
Rapport de stage ingénieur

1. Charges permanentes : ................................................................................................. 41

2.Charges d’exploitation : ................................................................................................ 42

a. Système de charge A………………………………………………………………….42

b. Système de charge B……………………………………..…………………………...43

c. Convoie militaire Mc120…………………………….……………………………….46

d. diffusion des charges localisé ………………………………………………………..48

e . Calcul des charges d'exploitation……………………………………………………49

IV. Calcul des sollicitations ................................................................................................. 53

1. Saisie de la géométrie ............................................................................................ 53

2. Chargements .......................................................................................................... 54

3. Sollicitations .......................................................................................................... 56

V. Ferraillage......................................................................................................................... 59

1. Ferraillage principale.................................................................................................... 59

2. Calcul d’acier de répartition ......................................................................................... 61

Conclusion ............................................................................................................................ 62

Références bibliographiques ................................................................................................ 63

ANNEXES ........................................................................................................................... 64

iv
Rapport de stage ingénieur

Liste des figures

Figure1 : Emplacement de Madagascar[1]…………………………………………………….5

Figure2 : Emplacement de quai Ilot Madame[1]………………………………………………6

Figure 3 : Schéma du mur de soutènement …………………………………………………... 8

Figure4 : Diagramme des contraintes selon la méthode de Rankine…………………………10

Figure5 : Répartition des contraintes sur l’écran due au surcharge ………………………….14

Figure6 : Schéma des forces appliquées au mur [2]………………………………………….17

Figure7 :Emplacement des moments de calcul sur le mur de soutènement [2]………………23

Figure8 :Schéma montre l’emplacement les sollicitations maximales [2]…………………...29

Figure 9 : Schéma montre les notations du moment [2]……………………………………...32

Figure 10 : Ferraillage principale de la murette ……………………………………………..34

Figure11 : Emplacement de Burkina Fasou[1]……………………………………………….36

Figure 12 :Emplacement de la route Sabou-Koudougou ( RN13) [1]………………………..37

Figure13 : Schéma du dalot avec les dimensions en cm………………………..…………….40

Figure 14: Poussées des terres………………………………………………………………..42

Figure 15: Schéma du convoi Bc longitudinalement[4]……………………………………...44

Figure16: Schéma du convoi Bc transversalement[4]……………………………….………..44

Figure 1: Schéma du convoi Bt longitudinalement [4]………………………………..…......45

Figure 18 ; Schéma du convoi Bt transversalement[4]……………………………….………45

Figure 19: Schéma du convoi Br longitudinalement[4]………………………………..……..45

Figure 20 : Schéma du convoi Mc 120 longitudinalement[4]……………………….…….…46

Figure 21: Schéma du convoi Mc 120 transversale[4]…………………………………….…46

v
Rapport de stage ingénieur

Figure 22: Diffusion de la charge d’une roue. [7]…………………………………………………48

Figure23 : Modélisation du dalot……………………………………………………………..53

Figure24 : Description des cas de charge……………………………………………………..54

Figure 25: Diagramme des charges …………………………………………………………..54

Figure26 : Description des combinaisons des charges………………………………………..55

Figure27 : Modélisation du cas d’exécution………………………………………………….56

Figure28 : Courbe enveloppe des moments en KN.m à l’ELS……………………………….57

Figure29 : Courbe enveloppe des moments en KN.m à l’ELU……………………………..57

Figure30 : Diagramme du moment en phase de construction à ELS………………………..58

Figure31 : Diagramme du moment en phase de construction à ELU……………………….58

Figure32 : Les sections d’acier nécessaires par mètre dans les différentes sections du dalot.59

Figure 33: Le ferraillage principal du dalot par mètre linéaire……………………………… 60

vi
Rapport de stage ingénieur

Liste des tableaux

Tableau1 : Force de butée et de poussé du sol à ELS………………………...………………13

Tableau 2 :Force de poussée pour le remblai en partie saturée..……………………………..14

Tableau 3 : Poids propre de la murette……………………………………………………… 15

Tableau4 : Moment due à la poussée des terres……..………………………………………..18

Tableau5 : moment due aux efforts verticaux...……………………………………………... 18

Tableau 6 : moment due aux efforts de surcharge……………….……...……………………18

Tableau7 : force horizontale appliquée à la murette…………………………………………20

Tableau8 : Contraintes en A et B……………………………………………………………..23

Tableau9 :Les moments appliquées par la force de poussée…………………………………25

Tableau 10 : Les forces appliquées à la murette ………………………………….…………26

Tableau 11 : Moment par rapport au pied du fut …………………………………………….30

Tableau 12 : Les efforts normaux ascendants ………………………………………………. 32

Tableau 13 : Les contraintes finales en Det B………………………………………………..33

Tableaux 14 : Moment maximale pour la semelle……………………………………………33

Tableau 15 : Les valeurs des paramètres de chargement……………………….…………….47

Tableau16: Les résultats de calcul de la diffusion des charges………………...……………49

Tableau 17: Tableaux récapitulatif des surcharges routières ………………………………...54

Tableau 18: Tableaux récapitulatif des surcharges du remblai ……………………………....52

Tableau 19 : les combinaisons de calcul……………………………………………………...55

vii
Introduction

Au cours de nos études à l’Ecole Nationale des Ingénieurs de Tunis nous étions amenés
à faire un stage ingénieur afin d’élargir nos connaissances acquises et les mettre en œuvre
dans le domaine du génie civil. Ce stage nous permettrait d’acquérir des nouvelles
compétences pratiques telles que la conception et le dimensionnement.

Le présent travail s’inscrit dans le cadre d’un stage ingénieur, proposé par le bureau
d’étude SCET-TUNISIE et consacré à l’étude structurelle d’un mur de soutènement et d’un
dalot triple .

Ainsi, dans le cadre de ce projet, je me suis ramené :

Dans une première partie, à présenter l’étude structurelle d’une murette de protection en béton
armé.

Dans une deuxième partie, à présenter l’étude structurelle d’un dalot triple en béton armé.

La première partie de ce travail est consacrée à présenter le projet de la construction de


la murette de protection en béton armé à Madagascar ,à calculer les forces appliquées à la
murette .Ensuite la vérification de la stabilité de l’ouvrage étudié et enfin le ferraillage adopté
.

La deuxième partie comporte une présentation du projet de construction d’un dalot


triple en béton armé à Burkina Faso ,un calcul des chargements et des sollicitations
appliquées à l’ouvrage et enfin le ferraillage adopté .

1
Rapport de stage ingénieur

Présentation de l’entreprise [6]

Société Centrale pour l’Equipement du Territoire-TUNISIE est une société anonyme


créée en 1972, SCET-TUNSIE fait aujourd'hui partie des premières sociétés africaines dans
le domaine de l'ingénierie. Ces clients appartient aux secteurs public (administrations, sociétés
nationales, offices) et privé (banques, entreprises de travaux, promoteurs).

Consultant pluridisciplinaire, SCET-TUNISIE a développé, dès sa création, une stratégie


reposant sur la diversification et l'intégration des compétences afin de répondre aux
spécificités de conception et à la nécessité d'optimiser des projets complexes.

Contact :
 Adresse :2 rue Sahab Ibn Abbad, Cité Jardins-1002Tunis Belvédére-BP 16,
1002 Tunis
 Tél : 00216 71 80 00 33
 Email : directions @ scet-tunisie.com.tn
 Fax : 00216 71 78 19 56

Secteur d’activité :
Les secteur d’activités de SCET-TUNISIE sont récapitulés ci-dessous :

Le transport , l’eau , le développement agro et rural , l’environnement , l’économie ,


l’urbanisme , population, éducation , santé , appuis institutionnel et renforcement des
capacités .

Capacité :
-La conception

-La maitrise d’œuvre d’exécution

-L’assistance technique et l’appuis

2
Rapport de stage ingénieur

Organisation :
SCET-Tunisie emploie plus de 200 personnes dont plus de 70 ingénieurs et cadre.

 Président Directeur Général :


Slaheddine BENSAID –Ingénieur INA
 Directeur General Délégué :
Saïd DRIRA- Ingénieur X et ENPC
 Directeur du Département Bâtiment :
Boubaker SAIDANE –Ingénieur ENPC
 Directeur du Département Etude Immobilière :
Lotfi REBAI-Architecte U.C BERKELEY
 Directeur du Département Environnement ,Hydraulique et Agriculture
Néjib SAADOUN –Ingénieur ORSTOM
 Directeur Du département Infrastructure et Transport
Radhouan BEN AYED – Ingénieur ENPC
 Directeur du Département Economie Développement social et
Aménagement :
Kamel TALBI –Ingénieur ENPC

Activité international :
L’aire géographique d'intervention

de SCET-Tunisie couvre plus

de trente pays du Maghreb,

d'Afrique subsaharienne et d'Europe.

Environ 70% de chiffre d'affaires

de la société est réalisé à l'international.

3
Rapport de stage ingénieur

Partie A :
Etude structurelle d’un mur de
soutènement

4
Rapport de stage ingénieur

I. Présentation du projet :
Le présent marché est les travaux d’infrastructure et portuaires sur l’ile de Sainte Marie à
Madagascar.

Le projet a pour objectifs l’accessibilité à un réseau de transport adéquat de toutes les régions

clés à forte potentialité de croissance économique et la construction d’un nouveau réseau de

transport avec les infrastructures routières, portuaires connectant toutes les régions à forte

potentialité de croissance économique ainsi que le désenclavement de l’île par la

réhabilitation des infrastructures de transport maritimes et routières, la contribution au

développement économique et social de la zone du projet ainsi que l’amélioration du cadre de

vie et la réduction de la pauvreté des populations de la zone du projet.

Madagascar est une île située au Sud-Est du continent africain. Elle s’ouvre sur l’océan

Indien. Elle est entourée par d’autres îles telles que l’archipel des Comores au nord-ouest, l’île

de la Réunion à l’est, les Seychelles et les îles de Maurice au nord et le canal du Mozambique

à l’ouest. Sa superficie est de 592 040 km² et elle est connue par son tourisme[7].

Figure1 : Emplacement de Madagascar [1]

5
Rapport de stage ingénieur

Le projet à étudier dans cette partie du rapport : Dimensionnement d’une murette de


protection contre le remblai se situe à coté du quais Ilot Madame ( fig.2) dans l’ilot Saint-
Marie (autour de Madagascar ) dans la zone d’Ambodifototra.

La figure ci-après, montre l’emplacement du quai Ilot Madame ou on trouve l’emplacement


de la murette de protection.

Figure2 : Emplacement de quai Ilot Madame [1]

6
Rapport de stage ingénieur

II. Hypothèse de base


1. Norme
Les calculs de ferraillage étaient menés suivant les règles techniques de conception et de
calcul des ouvrages et construction en béton armé suivant la méthode des états limites
dites règles B.A.E.L 91.

2. Caractéristiques des matériaux


Acier
 Le ferraillage de la structure est obtenu par des aciers à haute adhérence (HA) avec

Fe = 500MPa.

 La fissuration est considérée très préjudiciable pour tous les éléments de l’ouvrage.
 Fed= 500/1.15=434.7 Mpa
 La contrainte de traction à l’ELS :

 Le module d’élasticité : E = 200 GPa

Béton
 Le béton destiné à cet ouvrage est dosé à 350 kg de ciment par mètre cube.
 La résistance caractéristique à la compression à 28 jours : fc28 = 25 MPa.
 La résistance caractéristique à la traction à 28 jours :

ft28 = 0.6 + 0.06 fc28 = 2.1 MPa.

 Le poids spécifique du béton armé : γba = 2.5 t/m3.


 L’enrobage des armatures : c = 5 cm.
 La contrainte limite du béton à L’ELS :

Remblai :
 Le poids spécifique du terre γr = 2 t/m3.
 Cohésion du sol = 0
 L’angle de frottement interne du remblai : φ = 30°.
7
Rapport de stage ingénieur

 Le coefficient interne de poussée des terres :

Surcharge semi infinie :

q=45KN/m2

3. Paramètres et données
 Hauteur du mur H : 1.59m
 Epaisseur du mur en haut e1= 0.3.m
 Epaisseur du mur en bas e2 =0.3m
 Epaisseur de la semelle e= 0.30m
 Largeur du talon (sous remblai), b =1.7m
 Largeur du patin est nulle
 Largeur total de la semelle B=2m

Le schéma suivant montre la forme géométrique de la murette ainsi que leur dimension
en cm .

Figure 3 : Schéma du mur de soutènement


8
Rapport de stage ingénieur

III. Bilan des forces appliqué à la murette:


La murette est étudiée comme étant un mur de soutènement
sans semelle avant (Patin).

Les sollicitations qui s’exercent sur un mur en béton retenant un


massif de sol :

W : poids du mur .
Force de poussée Fp: Sur la face amont du mur : force
exercée par le massif de sol sur le mur ayant tendance soit à le déplacer
horizontalement soit à le renverser.
Force de butée Fb : Sur la face aval du mur dont la partie enterrée est souvent
négligeable, le sol exerce des efforts qui ont tendance à retenir le mur .
Force portante N : Force vertical sur la base du mur .
Force de résistance au glissement T : Force horizontale qui s’oppose au glissement du
mur sur la base sous l’action de la force de poussée.
Surcharge semi-infinie uniformément répartie.

1. Etude de la poussée et de la butée du sol selon la théorie de


Rankine [3]

a. Hypothèse :

Présence de l’ouvrage de soutènement ne modifie pas la répartition initiale des


contraintes dans le sol
Inconvénient de cette hypothèse : Ne pas tenir compte du frottement se produisant
entre l’ouvrage de soutènement et le sol .Contrainte appliquée sur le mur de
soutènement supposée horizontale

Contrainte appliquée sur le mur de soutènement supposée horizontale

9
Rapport de stage ingénieur

b. Méthode de Rankine :

La méthode de Rankine suppose que :

Une répartition triangulaire des contraintes de poussée ou de butée sur l’écran.


La force correspondante est horizontale.

Figure4 : Diagramme des contraintes selon la méthode de Rankine

c. Expression des forces de poussée et de butée du sol

On définit les paramètres géotechniques suivant :

- C : la cohésion du sol
- φ : angle de frottement interne du sol
- Kp :coefficient de poussée tel que :

Kp =

10
Rapport de stage ingénieur

- Kb : coefficient de butée tel que :


2
Kb= =

A partir de ces paramètres, on calcul les contraintes effectives de poussée et de butée on


utilisant les expressions suivants :

contrainte effective de poussée :



= - 2*C*
contrainte effective de butée :

= + 2*C*

Avec :
: contrainte effective vertical tel que , = -u
: Pression interstitielle .

Finalement , la contrainte horizontale se calcul de la manière suivante :

= +u

Donc , les expressions des forces de poussée et butée sont définit de la manière suivante :

Fp = et Fb =

Avec :

- H : la hauteur du sol compté du surface inférieure de la semelle.


- Z : l’axe vertical du problème.

Les forces de butée et de poussé sont appliquées à une distance de H/3 compté de la surface
inférieure de la semelle.

11
Rapport de stage ingénieur

Pour le calcul des contraintes, on trouve deux cas :

A long terme : Les caractéristiques du sol (cohésion, angle de frottement) qu'on


utilisera comme paramètres de calcul sont supposées drainées (C',φ').
A court terme : Les caractéristiques du sol (cohésion, angle de frottement) qu'on
utilisera comme paramètres de calcul sont supposées non drainées (Cu,φu).

Revenant au problème étudié, le sol est pulvérulent( C=0, φ =/= 0) . On trouve deux
situations :

 Situation 1 :Le niveau d’eau reste inférieure du mur .


Le sol est sec avec une épaisseur H du couche de remblai égale à 1.59 m .

Les forces de poussée et de butée s’écrivent alors de la manière suivante :

Fp = γ * et Fb = γ *

Avec : γ Poids volumique du sol .

 Situation 2 : Le niveau d’eau atteint le plan haut mer de vive eau .

On trouve un sol saturé avec une épaisseur du sol saturé égale à 0.66 m située au
dessous d’une couche de remblai sec qui a une épaisseur de 0.93 m .
Pour un sol saturé d’épaisseur H , la force de butée et de poussée s’écrivent de la
manière suivante :

Kp + γw Kb + γw

12
Rapport de stage ingénieur

Avec :

γ’ : Poids volumique du sol déjaugé = γ –γw

γw : Poids volumique de l’eau = 10 KN/m3

d. Calcul des forces de poussée et de butée du sol

Le calcul est fait à L’ELS puisque les fissurations sont considéré comme très préjudiciables.

Situation 1 :Un remblai totalement sec


-Hauteur du remblai : 1.59 m

-Poids volumique du sol : 20 KN/m3

-Coefficient de poussé : 0.33

-La force du butée est négligeable

Le tableau suivant récapitule les valeurs des force de poussé et de buté calculé à l’ELS :

Poussée Butée

Force ( KN) 8.42 0

Tableau1 : Force de butée et de poussé du sol à ELS

 Situation 2 : un remblai avec une partie saturée

-Hauteur total du remblai : 1.59m

-Hauteur du remblai sec : 0.93 m

-Hauteur du remblai saturé : 0.66 m

13
Rapport de stage ingénieur

On note

Fp1 : Force de poussée au niveau du remblai sec

Fp2 : Force de poussée au niveau du remblai saturé

Le tableau 2 montre les valeurs des forces de poussée :

Fp1 Fp2

Force (KN) 2.85 7

Tableau 2 : Force de poussée pour le remblai en partie saturé

2. Etude de la force due à la surcharge semi infinie ‘q’ [3]:


La surcharge appliquée aux parois est considérée comme surcharge semi infini appliquée à
une distance nulle du mur de soutènement.

La surcharge q=45KN agit comme si elle était parfaitement uniforme comme elle est
montrée dans la figure suivante:

Figure5 : Répartition des contraintes sur l’écran due au surcharge

On a q1= q*Kp

14
Rapport de stage ingénieur

Avec Kp : coefficient de poussée cité précédemment

La résultante de la contrainte due au surcharge est appliqué horizontalement à une distance


H/2 du surface du terre , elle est égale à :

Q=

Le calcul de la force due aux surcharges est fait à ELS , donc on la pondère par un coefficient
égale à 1.2 puisque la surcharge est considéré comme une charge routier .

Donc , après tout calcul fait :

Q= 28.58 KN

3. Poids propre :
Le poids propre du mur est calculé en tenant compte de poids du mur et des terres situé au
dessus des deux semelles , semelle avant appelée patin et l’autre appelée talon .

En se basant sur les dimensions de la murette étudiée et en adoptant un poids volumique du


sol , γsol = 20KN/m3 et un poids volumique du béton , γbéton =25 KN/m2

Le tableau suivant montre les valeurs du poids propres de chaque constituant de la murette
étudiée :

ELS Effort vertical KN

Poids du rideau 9,675

Poids de la semelle 15

Poids des terres sur le patin 0

Poids des terres sur le talon 43,86

Total ( Force portante ) 68,535

Tableau 3 : Poids propre de la murette

15
Rapport de stage ingénieur

4. Force de résistance au glissement [3]

La force de résistance au glissement est une force horizontale qui s’oppose au glissement
du mur sur la base sous l’action de la force de poussée. Leur expression s’écrit de la
manière suivante :

T= = 58.33KN

Avec :

φ : angle de frottement interne du sol

N : Force portante qui est égale à la somme des forces vertical calculées dans le tableau 3.

Qt :Résultante de la surcharge semi infini sur le talon

16
Rapport de stage ingénieur

IV. Vérification de stabilité du mur de soutènement [2]:


Les vérifications sont conduites à l’état-limite de service. Elles sont au nombre de trois :

Non renversement
Non glissement
Non poinçonnement

1. Un remblai totalement sec


Dans cette partie on traite la situation ou le niveau d’eau reste inférieure à la murette.

a. Vérification de non- renversement

Sur le terrain naturel, le mur tend à basculer autour de son arrête A (voir figure 6 ) sous
l’effet du moment de renversement dû à la résultante des forces de poussées .La résultante des
forces verticales développe un moment stabilisateur .

Figure6 : Schéma des forces appliquées au mur [2]

17
Rapport de stage ingénieur

Les valeurs des moments % A , dus aux forces appliqués sur le mur sont récapitulés dans les
tableaux suivant :

ELS Poussée (KN) Moment (KN.m)

Terre 8,42 4,46

Surcharge 28,58 22,73

TOTAL 37,00 27,19

Tableau4 : Moment due à la poussée des terres

ELS Effort vertical KN Moment KN.m

Poids du rideau 9,67 1,5

Poids de la semelle 15 15

Poids des terres sur semelle à gauche 0 0

Poids des terres sur semelle à droite 43,86 50,44

Total 68,535 66,89

Tableau5 : moment due aux efforts verticaux

ELS Force (KN) Moment (KN.m)

Surcharge au dessus du talon 91.8 105.57

Tableau 6 : moment due aux efforts de surcharge

18
Rapport de stage ingénieur

Pour la vérification au renversement, il faux assurer que :

Avec Fr= Coefficient de sécurité de renversement = 1.5

Pour cela on traite les cas les plus défavorables à court terme et à long terme :

Combinaison 1 :

Ce cas correspond au cas le plus défavorable dans la phase de construction ( à court terme ) .

On s’intéresse seulement aux force suivant :

Sollicitation de renversement : Poussée des terres


Sollicitation de stabilisation : Poids du mur et poids du sol sur le talon

Vérification :

Combinaison 2 :

Ce cas correspond au cas le plus défavorable à long terme

On s’interesse seulement aux force suivant :

Sollicitation de renversement : Poussée des terres et de surcharge


Sollicitation de stabilisation : Poids du mur , poids du sol sur le talon et la résultante
de la surcharge au dessus du talon .

Vérification :

19
Rapport de stage ingénieur

Interprétation :

Puisque .

b. Vérification de non-glissement :

Pour simplifier, on admet que la cohésion du sol d’assise est nulle(sens de la sécurité).

Si φ désigne l’angle de frottement interne du sol d’assise, la condition de non-glissement


s’écrit :

Avec Fg = Coefficient de sécurité de glissement=1.2

Les valeurs des forces appliquées sur le mur sont récapitulées dans le tableau suivant :

ELS Poussée du Poussée du Butée Frottement Frottement


sol surcharge sans avec
surcharge surcharge

Force (KN) 8.42 28.58 0 24.93 58.33

Tableau7 : force horizontale appliquée à la murette

20
Rapport de stage ingénieur

Pour cela on traite les cas les plus défavorables à court terme et à long terme :

Combinaison 1 :

Ce cas correspond au cas le plus défavorable dans la phase de construction ( à court terme ) .

On s’intéresse seulement aux forces suivant :

Force moteur : Poussée des terres


Force résistante : frottement sans surcharge

Vérification :

Combinaison 2 :

Ce cas correspond au cas le plus défavorable à long terme

On s’intéresse seulement aux forces suivant :

Force moteur : Poussée des terres et de surcharge


Force résistant :La force de butée et frottement avec surcharge .

Vérification :

Interprétation :

Puisque

21
Rapport de stage ingénieur

c. Vérification de non- poinçonnement:

Le système des forces ( force vertical et force horizontale) est équivalent à une seul force
appliqué au centre de pression C défini par :

=eser

Avec G : centre de gravité de toute la semelle.

On peut calculer eser de la manière suivante :

-On calcul la distance entre A et le centre de pression C :

-On calcul eser :

eser = 0.5* B – AC = 0.5*2-0.9 = 0.1m

La valeur des contraintes sur le sol en A et B (voir figure7) est déterminée a partir de
la relation suivante :

Avec :
N : Force vertical appliqué sur le sol
S : Surface de la semelle
e : excentricité % G

22
Rapport de stage ingénieur

Donc :

en Kpa

Figure7 : Emplacement des moments de calcul sur le mur de soutènement [2]

Le tableau suivant montre les valeurs du contrainte en A et B , pour le cas de la


murette , A est confondue avec C :

A B

0.05758
σ(Mpa) 0.10276

Tableau8 : Contraintes en A et B

On définit la contrainte de référence[5] :


σréf /4 =0.09146 Mpa

23
Rapport de stage ingénieur

Il faut vérifier :

σréf < [5]

Avec :
γq prend une valeur 2 .
q’u : la contrainte de rupture du sol sous charge vertical centrée
q’0 : la contrainte verticale effective
iδβ : coefficient minorateur tenant compte de l’inclinaison de la charge et de la
géométrie du sol de fondation

On se basant sur le rapport géotechnique (LNTPB ) :

= 1.39 Mpa

q’0 = 0.03 Mpa

γq = 2

=1

Donc = 0.725 Mpa

Conclusion : σréf =0.09146 < 0.725 Mpa vérifiée

24
Rapport de stage ingénieur

2. Un remblai avec une partie saturée


Dans cette partie on traite la situation ou le niveau d’eau atteint le plan haut mer vive eau.

a. Vérification de non-renversement

Dans le cas où on a différentes couches de remblai, la résultante des contraintes des poussées
pour chaque couche de remblai exerce un moment de renversement.

Les valeurs des moments % A(voir fig7) , dus aux forces appliqués sur le mur sont
récapitulés dans le tableau suivant :

ELS Poussée (KN) Moment (KN.m)

Fp1 2.85 2.76

Fp2 7 2

TOTAL 9.85 4.76

Tableau9 :Les moments appliquées par la force de poussée

Pour la vérification au renversement .Il faux assurer que :

Avec Fr= Coefficient de sécurité de renversement = 1.5

On se basant sur deux combinaisons (expliquées dans IV.1.a) pour la vérification :

Combinaison 1 :

Vérification :

25
Rapport de stage ingénieur

Combinaison 2 :

Vérification :

Interprétation :

Puisque .

b. Vérification de non-glissement

Pour simplifier, on admet que la cohésion du sol d’assise est nulle(sens de la sécurité).

Si φ’ désigne l’angle de frottement interne effective du sol d’assise qui est égale à φ , la
condition de non-glissement s’écrit :

Avec Fg = Coefficient de sécurité de glissement=1.2

Les valeurs des forces appliquées sur le mur sont affichées dans le tableau suivant :

ELS Poussée du Poussée du Butée Frottement Frottement


sol surcharge sans avec
surcharge surcharge

Force (KN) 9.85 28.58 0 24.93 58.33

Tableau 10 : Les force appliquées à la murette

26
Rapport de stage ingénieur

On se basant sur les deux combinaisons expliquées dans (IV.1.b) pour la vérification :

Combinaison 1 :

Vérification :

Combinaison 2 :

Vérification :

Interprétation :

Puisque

c. Vérification de non- poinçonnement :

Le système des forces ( force vertical et force horizontale) est équivalent à une seul force
appliqué au centre de pression C défini par :

=eser

Avec G : centre de gravité de toute la semelle .

On peut calculer eser de la manière suivante :

- on calcul la distance entre A et le centre de pression C :

27
Rapport de stage ingénieur

-On calcul eser :


eser = 0.5* B – AC = 0.5*2-0.9 = 0.1m = l’excentricité calculé précédemment pour la
situation du remblai sec. donc , σréf =0.09146 < 0.725 Mpa vérifiée

28
Rapport de stage ingénieur

V. Ferraillage du mur de soutènement:


1. Etude de voile (fût)
a. Calcul des sollicitations maximales[2]

Pour simplifier, on suppose que la poussée active des terres et celle due aux charges
d’exploitation sur le terre-plein s’exercent directement sur le parement interne du mur, avec
un angle d’inclinaison nul sur la normale à ce parement.

Les armatures, et leurs arrêts, se déterminent à partir des diagrammes du moment de flexion
et de l’effort tranchant.

Figure8 :Schéma montre l’emplacement les sollicitations maximales [2]

Le calcul se fait à l’ELS ,on note :

-QHmax : la force de poussée du surcharge

-PHmax : la force maximal du poussée de terre calculé dans le cas où le niveau de l’eau est
maximal

Le fut est de hauteur 1.29m , le tableau suivant montre les valeurs des force horizontale
exercées sur le voile pour une hauteur de remblai égale au hauteur du voile .Ainsi les valeurs
des moments des forces de poussées par rapport au pied du fut , c.à .dire une profondeur de
1.29m .

29
Rapport de stage ingénieur

Poussé Fp1 Poussée Fp2 Poussée du Total


surcharge

Force (KN) 2.85 3.06 23.19 29.1

Moment(KN.m) 1.9 0.6 14.96 17.46

Tableau 11 : Moment par rapport au pied du fut

b. Calcul des sections d’acier principale (armatures verticales)

On a Mser = 17.46 KN.m

Aser=

d=H-(enrobage+1cm)=30-(5+1)=24 cm donc Z=0.9*d =21.6 cm

Aser= =4.04 cm2 p.m

Remarque : calcul de la section minimale :

avec : d=0.3-(0.05+0.01)=0.24m

b=1m

*104 =2.77 cm2< Aser

donc A=4.04cm2

si on choisit ϕ12 , il nous faut 4 barres

30
Rapport de stage ingénieur

-Section pratique A= 4.52 cm2

-Espacement e = (100-20)/3=26.66 cm don e = 27 cm

c.Calcul d’acier de répartition

La section des aciers de répartition sera à l’ordre de :

Avec :

est la section des aciers principaux calculée.

donc :

cm2

On adoptera donc pour les aciers de répartition 5 barres HA 6 répartie sur l’hauteur du fut
avec un espacement e=20cm

donc cm2

2. Etude de la semelle :
a. Calcul des sollicitations maximales [2]

La semelle dans son ensemble est soumise à :

- Des actions verticales descendantes : poids des terres , du béton et la surcharge variable .

- Des actions verticales ascendantes, constituées par les réactions du sol supposées distribuées
selon Meyerhof à partir de l’arête O .

- Des contraintes tangentes à la partie inférieure (frottement sur le sol).Ces contraintes


induisent des efforts normaux dans la semelle,mais ceux-ci ont des effets de peu
d’importance, et sont souvent négligés.

31
Rapport de stage ingénieur

Les armatures sont déterminées en considérant le patin et le talon comme encastrés sur le
voile.

On a :

Poids du béton + Poids du terre + 1.2*surcharge = 0.09 Mpa

Figure 9 : Schéma montre les notations du moment [2]

Le tableau suivant montre les valeurs des effort normaux ascendant

σA (Mpa) 0,10276

σB (Mpa) 0,05758

σc (Mpa) 0,10276

σD (Mpa) 0,09598

Tableau 12 : Les efforts normaux ascendants

32
Rapport de stage ingénieur

La résultante en D et B (tableau 13) égale aux actions ascendantes – action descendantes

Contraites résultantes en D en B
(Mpa)
0,00598 -0,02972

Tableau 13 : Les contraintes finales en Det B

Finalement la sollicitation est récapitulée dans le tableau suivant :

Force résultante (KN) Distance % D (m) M3


(KN.m)

25,26 1,13 28,63

Tableaux 14 : Moment maximale pour la semelle

b. Calcul de la section d’aciers principale( armature horizontale dans la semelle)

On a Mser = 28.63 KN.m

Aser=

d=H-(enrobage+1cm)=30-(5+1)=24 cm donc Z=0.9*d =21.6 cm

Aser= =6.62 cm2 p.m >Amin

si on choisit ϕ16 , il nous faut 4 barres

-Section pratique A= 8.04 cm2

-Espacement e = (100-20)/3=26.66 cm don e = 27 cm

c. Calcul d’acier de répartition

La section des aciers de répartition sera à l’ordre de :

33
Rapport de stage ingénieur

Avec :

est la section des aciers principaux calculée.

donc :

cm2

On adoptera donc pour les aciers de répartition 6 barres HA 8 répartie sur la longueur de la
semelle avec un espacement e=25cm

donc cm2

Figure 10 : Ferraillage principale de la murette

34
Rapport de stage ingénieur

Partie B :
Etude structurelle d’un dalot triple

35
Rapport de stage ingénieur

I. Présentation du projet
Le présent projet est ‘Travaux de construction et de bitumage de la route Sabou-
Koudougou-Didyr-Tougan ‘ à Burkina Faso.

Burkina Faso, est un pays d'Afrique de l'Ouest sans accès à la mer, entouré du Mali au nord,
du Niger à l’est, du Bénin au sud-est, du Togo et du Ghana au sud et de la Côte d'Ivoire au
sud-ouest. La capitale est Ouagadougou, située au centre du pays. Burkina Faso est membre
de l’Union africaine (UA) et de la Communauté économique des États de l'Afrique de
l'Ouest (CEDEAO). C'est l'un des 10 pays les moins développés du monde [7].

Figure11 : Emplacement de Burkina Fasou[1]

La route objet de la présente étude Sabou-Koudougou-Didyr-Tougan d’une longueur total de


160.45 Km est une route qui se présente comme suit :

-Une première section reliant Sabou-Koudougou de longueur 27.9 Km : c’est le RN13

36
Rapport de stage ingénieur

-Une deuxième section reliant Koudougou-Didyr-Tougan de longueur 132.55 Km , C’est la


RN21

Le projet étudié dans cette partie du rapport est le dimensionnement d’un

Dalot 3 X 3 X 2 situé dans le tronçon de la route Sabou-Koudougou au PK 9+403.

Figure 12 :Emplacement de la route Sabou-Koudougou ( RN13) [1]

37
Rapport de stage ingénieur

II. Hypothèse de base


1. Norme
Les calculs de ferraillage étaient menés suivant les règles techniques de conception et de
calcul des ouvrages et construction en béton armé suivant la méthode des états limites
dites règles B.A.E.L 91.

Les structures routières étaient définies conformément aux prescriptions du titre II du


fascicule 61 du cahier des prescriptions communes (C.P.C).

Les ouvrages étaient calculés par rapport aux systèmes de charges AL, B (Bc, Bt et Br)

et Mc 120.

2. Caractéristiques des matériaux


Acier
 Le ferraillage de la structure est obtenu par des aciers à haute adhérence (HA) avec Fe
= 500MPa.

 Fed= 500/1.15=434.7 Mpa

 La fissuration est considérée préjudiciable pour tous les éléments de l’ouvrage.


 La contrainte de traction à l’ELS :

 Le module d’élasticité : E = 200 GPa

Béton
 Le béton destiné à cet ouvrage est dosé à 350 kg de ciment par mètre cube.
 La résistance caractéristique à la compression à 28 jours : fc28 = 25 MPa.
 La résistance caractéristique à la traction à 28 jours :

ft28 = 0.6 + 0.06 fc28 = 2.1 MPa.

 Le poids spécifique du béton armé : γba = 2.5 t/m3.


 L’enrobage des armatures : c = 4 cm.
 La contrainte limite du béton à L’ELS :

38
Rapport de stage ingénieur

Remblai :
 Le poids spécifique du remblai : γr = 2 t/m3.
 L’angle de frottement interne du remblai : φ = 30°.
 Le coefficient interne de poussée des terres :

 Valeur minimale du coefficient du poussée active : Kmin =0.25


 Valeur maximale du coefficient du poussée active :Kmax =0.50
Revêtement :
 Masse volumique : γe =2.2t/m2
 Epaisseur : Er =0.05 m

3. Paramètres et données
 Hauteur d’une cellule H : 2.00m
 Largeur d’une cellule L :3.00m
 Nombre des cellules , n: 3
 Epaisseur de piédroits , radier et traverse E : 0.30m
 Largeur de calcul entre fibres moyennes de deux piédroits consécutifs, Lc : 3.30m
 Hauteur de calcul entre fibres moyennes du radier et de la traverse, Hc : 2.30 m
 Hauteur du remblai à l’axe , Hra : 1.50m
 Hauteur moyen du remblai :
Hr=(hauteur du remblai à l’axe+ hauteur du remblai à l’extrémité)/2
=(1.5+1.34)/2=1.41 m
 Surcharge sur remblai Sr : 10KN
 Largeur total du dalot, Lt : 10.2m

39
Rapport de stage ingénieur

Figure13 : Schéma du dalot avec les dimensions en cm

40
Rapport de stage ingénieur

III. Calcul des chargements [4]


Pour toute structure monolithique, l’application d’une charge influera sur toute la
structure. Les différentes charges appliquées sur la série de dalots sont :

Les charges permanentes :


 Le poids de la structure (tablier, radier et piédroits)
 Le poids de la structure de la chaussée et du remblai surmontant l’ouvrage
 La poussée des terres
Les charges d’exploitation :
 Les charges routières :
-charge AL
-charge B (Bc ,Bt ,Br)
-charge Mc 120

1. Charges permanentes :
 Poids propre de l’ouvrage :
 Poids propre de la traverse Pt =E* γba = 0,3 x 25 = 7.5 kPa
 Poids mort des piédroits :Pp= 4*E*H/Lt=4* 0,3 * 2 * 25/10.2 = 5.88 kN/ml
 Poids propre du radier : Pr =E* γba = 0,3 x 25 = 7.5 kPa
 charges permanentes appliquées sur l’ouvrage :
 Poids du remblai et du revêtements = γr * Hr + Er * γe
=20*1.41+0.05*22 = 29.3 kPa
 Poussée des terres :

La poussée des terres s’exerce sur les piédroits extrêmes sous la forme suivante (voir
figure 14).

41
Rapport de stage ingénieur

Figure 14: Poussées des terres.

Avec :

-Poussée minimale :

P1min = Kmin x γr x h1= 0.25 *20*(1.41 + 0,3/2) = 7.8 Kpa

P2min = P1min + Kmin x γr x h2 = 7.8 + 0..25 x 20 x 2.3 = 19.3 Kpa

- Poussée maximale :

P1max = Kmax x γr x h1= 0.5 *20*(1.41 + 0,3/2) = 15.6 Kpa

P2min = P1min + Kmin x γr x h2 = 15.6 + 0.5 x 20 x 2.3 = 38.6 Kpa

2.Charges d’exploitation :

Surcharge routières
L’ouvrage doit supporter des charges routières normales (de type A et B) et des charges
exceptionnelles (de type Mc 120).

a. Système de charge A :

Ce système correspond à un embouteillage ou à un stationnement ou bien à une


circulation continue à une vitesse à peu près uniforme d’un flot de véhicules composé de
voitures légères et de poids lourds. Théoriquement, ce système correspond à une surcharge AL

42
Rapport de stage ingénieur

uniformément répartie et dépendant de la longueur chargée.

La valeur de AL exprimée en t/m² est donnée par la formule:


36
A  0.23 
L L  12
Avec : L est la longueur chargée (en m).

Afin de tenir compte des efforts dynamiques, cette surcharge est pondérée par deux
coefficients a1 et a2 tels que :
A  a a  A
1 2 L
Avec :

a1 : coefficient dépendant du nombre des voies chargées ainsi que la classe de l’ouvrage ;

a2 : Coefficient dépendant de la classe de l’ouvrage ainsi que la largeur d’une voie.

b. Système de charge B :

Les charges de type B sont composées de trois systèmes distincts (Bc, Br, Bt).

 Le système Bc se compose de 2 camions de 30 tonnes disposés en file avec autant de fils


que de voies.
 le système Bt est une charge composée de 1 ou 2 tandems chaque tandem comprend 2
essieux de 16 tonnes.
 le système Br est une roue isolée de 10 tonnes disposée normalement à l’axe longitudinal
de la chaussée.

 Système de charge Bc :
Le convoi Bc se compose d’un ou au maximum de deux camions types par file. Dans
le sens transversal, le nombre de files est inférieur où égal au nombre de voies, une distance
minimale de 0.25 m est exigée entre l’axe de la file des roues la plus excentrée et le bord de la
largeur chargeable. Longitudinalement, le nombre de camions est limité à deux par file,
orientés dans la même direction .Transversalement, le nombre de files de camions ne doit pas
dépasser le nombre de voies (voir figures 15 et 16).

43
Rapport de stage ingénieur

Figure 15: Schéma du convoi Bc longitudinalement[4]

Figure16: Schéma du convoi Bc transversalement[4]

Les valeurs des charges du système Bc à prendre sont multipliées par deux coefficients
pondération bc et le coefficient de majoration dynamique δb.

0,4 0,6
δ 1 
b 1  0,2  L G
1 4
S

Avec :

 L : largeur de l’élément.
 G : charge permanente.
 S : poids total le plus élevé des essieux du système Bc susceptible d’être placer sur le
tablier en respectant les règles d’application.

 Système de charge Bt :
Il s’agit d’un tandem qui se compose de 2 essieux munis de roues simples
pneumatiques. Suivant la classe de l’ouvrage, les valeurs des charges du système Bt à prendre

44
Rapport de stage ingénieur

en compte sont multipliées par un coefficient bt = 1 tout en respectant les règlements


suivants :

 Dans le sens longitudinal, un seul tandem est disposé par file.

 Dans le sens transversal, un seul tandem est supposé circuler sur les ouvrages à une
voie. Alors que pour les ouvrages supportant deux voies ou plus, on ne peut placer que 2
tandems au plus sur la chaussée, côte à côte ou non, de manière à obtenir l'effet le plus
défavorable (voir figures 17et 18).

Figure 2: Schéma du convoi Bt longitudinalement [4].

Figure 18 ; Schéma du convoi Bt transversalement[4]

 Système de charge Br :
Il s’agit d’une roue isolée de 100 kN disposée normalement à l'axe longitudinal de la
chaussée comme le montre la figure 19.

Figure 19: Schéma du convoi Br longitudinalement[4]

45
Rapport de stage ingénieur

c. Convoie militaire Mc l20 :

Nous avons supposé que des convoies militaires peuvent être supportés par l’ouvrage,
donc nous avons considéré des charges routières militaires de type Mc120. Ce convoi se
compose de deux chenilles, de masse totale de 110 t uniformément répartie sur deux chenilles
séparées de 2.3 m et de longueur 6.1 m (voir figures 20 et 21).

Figure 20 : Schéma du convoi Mc 120 longitudinalement[4]

Figure 21: Schéma du convoi Mc 120 transversale[4]

Dans le sens transversal, un seul convoi de Mc 120 est supposé circuler quelque soit la
largeur de la chaussée. Dans le sens longitudinal, le nombre des véhicules du convoi n´est pas
limité et la distance de deux véhicules successifs est déterminée pour produire l´effet le plus
défavorable. La distance libre entre leurs points de contact avec la chaussée doit être au moins
égale à 30,50 m. Les impacts des chenilles sur la chaussée sont dirigés parallèlement à l´axe
de celle-ci et peuvent être disposés sur toute la largeur chargeable sans pouvoir empiéter sur
les bandes de 0,5 m réservées le long des dispositifs de sécurité.

Les charges militaires doivent être multipliées par un coefficient de majoration


dynamique dM qui est calculé par la même formule suivante :

0,4 0,6
δ 1 
M 1  0,2  L G
1 4
S

46
Rapport de stage ingénieur

Avec :
 L : longueur de l’élément considéré en m
 G : charge permanente de la travée
 S : La surcharge Mc maximale susceptible d’être placée sur le tablier de cette travée
en respectant les règles d’application.
Le tableau suivant regroupe les différent paramètres et coefficients:

Paramètres Expressions Valeurs

Nombre de voies (Nv) E(Lch/3) 3

Largeur d’une voie(m) Lch/Nv 3.4

Classe - 1

Largeur du voie standard V0(m) - 3.5

a1 - 0.9

a2 V0/ V 1.03

Largeur chargeable Lch (m) - 10.2

Largeur roulable Lr (m) - 10.2

Coefficient de pondération ,bc - 0.95

Coefficient de pondération , br - 1

Coefficient de pondération , bt - 1

Coefficient de majoration - 1.26


dynamique ,δb

Coefficient de majoration - 1.29


dynamique, δm

Tableau 15 : Les valeurs des paramètres de chargement

47
Rapport de stage ingénieur

d. Diffusion des charges localisées :

Selon le règlement du béton armé, on admet que les charges localisées appliquées à la
surface de la dalle se diffusent suivant un angle de 45 ° jusqu’au plan moyen de la dalle.

En ce qui concerne la structure de la chaussée et le remblai surmontant la série de


dalots, l’angle de diffusion des charges localisées égale à 30 °.

La charge localisée P s’applique suivant une aire rectangulaire appelée rectangle


d’impact de dimensions (U0, V0). Elle se répartie au niveau du plan moyen de la dalle, sur une
aire rectangulaire de dimensions (U, V), appelée rectangle de répartition. La dimension de la
roue parallèlement à l’axe xx (direction perpendiculaire à la direction du déplacement des
véhicules) est notée U, et celle parallèlement à l’axe yy (même direction que le déplacement
des véhicules) est notée V.

Donc :
UU  2  h  tg 30   h  tg 45 
0 1 2

Avec :
- h1= 146 cm : Epaisseur de remblai plus revêtement .
- h2 = 30 cm : Épaisseur de la dalle.

Pour les surfaces carrées : U = V

La diffusion de la charge se fait comme le montre la figure 22.

Figure 22: Diffusion de la charge d’une roue. [7]

48
Rapport de stage ingénieur

Les résultats du calcul de la diffusion des différentes charges sont regroupés dans le
tableau 16:

Roue Roue Chenille


Charge Roue 25x25
30x60 25x60 100x610

U (cm) 208 213 208 283

V (cm) 208 243 243 793

Tableau16: Les résultats de calcul de la diffusion des charges.

e. Calcul des charges d’exploitation :

 Charges roulantes Bc :
D’après le tableau 16, les valeurs de rectangle de répartition (UxV) sont
respectivement U= 2.08et V= 2.08m.

La densité de charges non pondérée pour le cas de Bc est définie par :

Q  60  δ b  AB
Bc B c
Avec :

A = 2/ (1.5 + u) si u 1.5 et B=4/ (4.5 + v) si v 2

A= 1/u sinon B=2/ (0.5+v) si 0.5 v 2

B=1/v sinon

Alors :

 Pour l’essieu de 6t : QBc= = 24.39 kPa.

 Charges roulantes Bt :

49
Rapport de stage ingénieur

D’après le tableau 15, les valeurs de rectangle de répartition (UxV) sont


respectivement U= 2.08 et V=2.43m.

La densité de charges non pondérée pour le cas de Bt est définie par :

Q  80  δ b  AB
Bt B t
Avec :

A = 2/ (1.35 + u) si u 1.35 et B=4/ (5 + v) si v 2

A= 1/u sinon B=2/ (1+v) si 1 v 2

B=1/v sinon

Alors : QBt= = 31.64 kPa.

 Charges roulantes Br :
D’après le tableau 15, les valeurs de rectangle de répartition (UxV) sont
respectivement U= 2.13m et V=2.43m.

La densité de charge non pondérées pour le cas de Br est définie par :

QBR  100  δ b AB


B r
Avec :

A = 2/ (1.35 + u) si u 1.35 et B=4/ (5 + v) si v 2

A= 1/u sinon B=2/ (1+v) si 1 v 2

B=1/v sinon

Alors : QBR= = 38.98 kPa.

 Charges roulantes Mc120 :

50
Rapport de stage ingénieur

D’après le tableau 16, les valeurs de rectangle de répartition (UxV) sont


respectivement U= 2,83m et V=7,93m.

La densité de charges non pondérée pour le cas de Mc 120 est définie par :

Q  550 δ  AB
Mc120 M

A= 1/u et B=2/ (3,3 + v) si v 3.3

B=1/v sinon

Alors : QMc120= = 44.64 kPa.

 Charge uniforme AL :

360 360
On a : A  sup(2.3  = 2.3  =18.5 ; 4-0.002*10.2=3.97)=18.5 KN/m2
L L  12 10.2  12

A= a1*a2*AL=0.9*1.03*18.5=17.14KN/m2

Le tableau17 montre les surcharges majorées et pondérées à l’ELS et à


l’ELU(exprimées en kPa).

Charge QAl QBc QBt QBr QMc120

Coefficient de
1.2 1.2 1.2 1.2 1
pondération(ELS)

Charges pondérées à
20.56 29.29 37.96 46.77 44.64
ELS(KN/m2)

Coefficient de 1.6 1.6 1.6 1.6 1.35


pondération(ELU)

Charges pondérées à 27.42 39.02 50.62 63.96 60.26


ELU(KN/m2)

Tableau 17: Tableaux récapitulatif des surcharges routières

51
Rapport de stage ingénieur

On remarque que Qbr> QAl ,QBc,QBt et QMc120 ; Donc le systéme Br est prépondérant .

Surcharge de remblai
Une poussée des terres due aux surcharges de remblai et agissant sur les piédroits , Qr = 10
KN/m2

Sr = Kmax*q =0.5*10 =5 KN/m2

Charge QAl

Coefficient de
1.2
pondération(ELS)

Charges pondérées à
6
ELS(KN/m2)

Coefficient de 1.6
pondération(ELU)

Charges pondérées à 8
ELU(KN/m2)

Tableau 18: Tableaux récapitulatif des surcharges du remblai .

52
Rapport de stage ingénieur

IV. Calcul des sollicitations


Afin de déterminer les sollicitations dans la structure étudiée, une modélisation a été
effectuée à l’aide de logiciel Arche Effel 2007-Structure-16.6 utilisé pour un mètre linéaire
de longueur du dalot.

Toutes les combinaisons ont été envisagées pour le calcul des sollicitations maximales
et minimales dans les différentes sections.

Dans cette partie on cherche à élaborer les diagrammes des moments pour le dalot
triple.

1. Saisie de la géométrie
La modélisation de la géométrie de la série de dalots commence d’abord par l’introduction
des contours au moyen de polylignes de construction.

Cette série est ensuite modélisée en deux dimensions ,2D (tablier, radier et piédroits). Ces
derniers, introduits suivant des lignes de construction avec des épaisseurs bien définies (0.3
m), sont liés les uns aux autres par des liaisons rigides à fin de former une structure
monolithique.

Figure23 : Modélisation du dalot

53
Rapport de stage ingénieur

2. Chargements
Dans la phase d’introduction des charges, on a commencé d’abord par introduire les cas
charges pondérés à l’ELS et à l’ELU .

Figure24 : Description des cas de charge

La figure qui suit montre les diagrammes des différentes charges appliquées sur la structure :

Figure 25: Diagramme des charges

Ensuite on introduit tous les combinaisons pour calculer des sollicitations maximales et
minimales dans les différentes sections du dalot.
54
Rapport de stage ingénieur

Figure26 : Description des combinaisons des charges

Le tableau suivant montre les combinaisons des charges pour calculer les moments
enveloppes :

Combinaisons Pt+Pr+Pp Q(3T) Q(Td) Q(Tm) Q(Tg) Sr P1min P1max P2min P2max

1 1 1 0 0 0 1 0 1 0 1

2 1 0 1 0 0 1 0 1 0 1

3 1 0 1 1 0 1 0 1 0 1

4 1 0 1 0 1 1 0 1 0 1

5 1 0 1 0 1 0 1 0 1 0

6 1 0 0 1 0 1 0 1 0 1

7 1 0 0 1 0 0 1 0 1 0

8 1 0 0 1 1 1 0 1 0 1

9 1 0 0 1 1 0 1 0 1 0

10 1 0 0 0 1 1 0 1 0 1

Tableau 19 : les combinaisons de calcul

55
Rapport de stage ingénieur

Pour le cas ou le dalot est en phase d’exécution ou on un seulement le radier et les piédroits .
On a introduit le modèle sur le logiciel RDM6

Figure27 : Modélisation du cas d’exécution

3. Sollicitations
Le logiciel Arche Effel nous a fourni une courbe enveloppe pour les moments. Par ailleurs,
pour uniformiser la répartition des aciers, on a choisi les moments maximaux et les moments
minimaux correspondants à chaque élément de la série de dalots. Ces moments servent à
calculer le ferraillage principal de la structure étudiée.

56
Rapport de stage ingénieur

Figure28 : Courbe enveloppe des moments en KN.m à l’ELS

Figure29 :Courbe enveloppe des moments en KN.m à l’ELU


57
Rapport de stage ingénieur

Figure30 : Diagramme du moment en phase de construction à ELS

Figure31 : Diagramme du moment en phase de construction à ELU

58
Rapport de stage ingénieur

V. Ferraillage[2]
La fissuration est considéré comme préjudiciable, donc le calcul est fait à l’ELS.

1. Ferraillage principale
On utilise la formule ci-dessous pour déterminer la section d’acier nécessaire pour un
mètre de longueur.

La figure suivante récapitule les sections d’acier nécessaire :

Figure32 : Les sections d’acier nécessaires par mètre dans les différentes sections du dalot

Remarque : calcul de la section minimale :

59
Rapport de stage ingénieur

avec : d=0.3-(0.06+0.01)=0.23m

b=1m

*104 =2.65cm2< Aser

Les résultats ci-dessus représentent le ferraillage qu’il faut mettre transversalement pour un
mètre de longueur. Donc, ces sections seront répartir en des barres de fers transversaux
espacés de 13.4 cm. Donc, les barres de fers transversaux sont de diamètres :

Figure 33: Le ferraillage principal du dalot par mètre linéaire

60
Rapport de stage ingénieur

2. Calcul d’acier de répartition


La section des aciers de répartition sera à l’ordre de :

Avec :

est la section des aciers principaux calculée.

Par exemple pour le piédroit à gauche , on a 6 HA16 donc A réelle= 12.06 cm2

cm2

On adoptera donc pour les aciers de répartition 5 barres HA10 répartie sur l’hauteur du
piédroit avec un espacement e=30cm

61
Rapport de stage ingénieur

Conclusion

Au sein du bureau d’étude SCET-TUNISIE et pendant une durée de 1 mois j’ai dû


améliorer ma culture d’entreprise aussi de développer mes capacités d’analyse et de synthèse
dans la conduite d’un travail défini et proposé par l’entreprise ; j’ai utilisé pour cela les
méthodes et les moyens scientifiques et techniques mis à ma disposition.

On spécifiant l’objet du stage « ouvrage d’Art », j’ai amélioré mes capacités à analyser les
plans de coffrage et à faire une analyse d’exécution de ces projets.

62
Rapport de stage ingénieur

Références bibliographiques

[1] : Google earth

[2] : Règle BAEL 91- Ouvrages particulières

[3] :M.BOUASSIDA,2009, Cours des mécanique des sols ENIT

[4] : Cahier des Prescriptions Communes, "Conception, Calcul et Epreuves des Ouvrages
d'Art", Bulletin Officiel du Ministère de l'Equipement et du Logement et du Ministère
des Transports, Fascicule N° 61-titre II, 1971.

[5] :Cahier des Clauses Techniques Générales applicables aux marchés publics des travaux ,
Fascicule N°62 -titre V

[6] : www.scet-tunisie.com

[7] : www.google.com

63
Rapport de stage ingénieur

ANNEXES

64