Vous êtes sur la page 1sur 80

DOSSIER 03053/EH

SCHEMA DEPARTEMENTAL D'ELECTRIFICATION


DE LA GUYANE

Rapport n°1 final :


Etat des lieux de l'offre et de la demande électrique
Octobre 2003 – Version 1

Département de la Guyane
DDA / SAER
Centre Jean-Martial
97305 Cayenne Cedex – BP 5021

Marché n°70.06 S.U.

Groupement

TRANSENERGIE EMERAUDE

3d Allée Claude Debussy 26, avenue de la Liberté


69130 Ecully - FRANCE BP 865
Tel. + 33 (0) 4 72 86 04 04 97 339 Cayenne
Fax + 33 (0) 4 72 86 04 00 Guyane Française
www.transenergie.fr Tél : + 33 (0)5 94 31 37 88
EMERAUDE

SOMMAIRE
INDEX DES TABLES, FIGURES ET CARTES 5

ACRONYMES ET DEFINITION DES TERMES TECHNIQUES


UTILISES 7

SYNTHESE DE L'ETUDE 9
I - PRESENTATION DE L'ETUDE 9
1 - CONTEXTE ............................................................................................................... 9
2 - OBJECTIFS..............................................................................................................10
II - METHODOLOGIE 10
1 - PRINCIPALES TACHES REALISEES A CE JOUR .....................................................10
2 - PROBLEMES RENCONTRES ...................................................................................11
III - DIAGNOSTIC DE L'EXISTANT : PRINCIPAUX RESULTATS 12
1 - ANALYSE DU RESEAU INTERCONNECTE ...............................................................12
2 - ANALYSE DES SITES ISOLES .................................................................................14
3 - CONCLUSION GENERALE DU DIAGNOSTIC ...........................................................15
IV - ACTIONS A VENIR 15

CHAPITRE 1 : CONTEXTE GENERAL GUYANAIS ET


PRESENTATION DES ENJEUX 17
I - PRESENTATION DE LA GUYANE 17
1 - GEOGRAPHIE PHYSIQUE .......................................................................................17
2 - GEOGRAPHIE HUMAINE .........................................................................................18
II - CONTEXTE ET PRINCIPAUX ENJEUX DE L'ELECTRIFICATION 19
1 - BREF HISTORIQUE DE L'ELECTRIFICATION EN GUYANE ......................................19
2 - LES GRANDS ENJEUX DE L'ELECTRIFICATION ......................................................19

CHAPITRE 2 : LE SYSTEME ELECTRIQUE INTERCONNECTE


DE LA GUYANE : ANALYSE DE L'EXISTANT 21
I - PRESENTATION GEN ERALE DE LA ZONE INTERCONNECTEE 21
1 - COMMUNES DESSERV IES ET SITUATION GEOGRAPHIQUE ..................................21
2 - CARACTERISATION SOCIO-ECONOMIQUE DE LA ZONE ........................................21
3 - PRESENTATION GENERALE DU SYSTEME ELECTRIQUE INTERCONNECTE .........21
II - LA PRODUCTION ELECTRIQUE DU RESEAU INTERCONNECTE 23
1 - PRESENTATION GENERALE : ENERGIE ET PUISSANCE SUR LE RESEAU
INTERCONNECTE ........................................................................................................23
2 - LA PRODUCTION HY DROELECTRIQUE ..................................................................24
3 - LA PRODUCTION THERMIQUE ................................................................................25
4 - CONCLUSION PRELIMINAIRE SUR LES MOYENS DE PRODUCTION......................26
III - TRANSPORT ET DISTRIBUTION ELECTRIQUE SUR LE RESEAU
INTERCONNECTE 27
1 - CARACTERISTIQUES DES LIGNES DE TRANSPORT HTB 90KV .............................27
Page 3
EMERAUDE

2 - CARACTERISTIQUES DES TRANSFORMATEURS HTB/HTA ................................... 30


3 - CARACTERISTIQUES DES LIGNES HTA ................................................................. 31
IV - DEMANDE ELECTRIQUE SUR LA ZONE INTE RCONNECTÉE 33
1 - VISION HISTORIQUE GENERALE DE LA DEMANDE ET PROJECTION DES
POPULATIONS ET MENAGES A 2002........................................................................... 33
2 - RECONSTITUTION DE LA DEMANDE TOTALE EN 2002 .......................................... 36
3 - SITUATION 2002 EN BASSE TENSION .................................................................... 40
4 - CONSOMMATIONS MOYENNE TENSION EN 2002 .................................................. 42
5 - RESULTATS PAR GRANDES ZONES TERRITORIALES ........................................... 43
6 - RESULTATS SUR LA ZONE INTERCONNECTEE ..................................................... 45
7 - CONCLUSION DE LA DEMANDE ELECTRIQUE SUR LE RESEAU INTERCONNECTE
..................................................................................................................................... 47

CHAPITRE 3 : ELECTRIFICATION DES ZONES NON-


INTERCONNECTEES : ANALYSE DE L'EXISTANT 49
I - PRESENTATION DE LA ZONE NON-INTERCONNECTEE 49
1 - COMMUNES DESSERV IES ET SITUATION GEOGRAPHIQUE ................................. 49
2 - SPÉCIFICITÉ DU BASSIN VERSANT DU MARONI.................................................... 49
II - TYPOLOGIES ET EXAMEN DES SOLUTIONS D'ELECTRIFICATION
EXISTANTES 52
1 - INTRODUCTION : MOYENS DE PRODUCTION ET SCHEMA D'EXPLOITA TION ....... 52
2 - CENTRALE THERMIQUE ALIMENTANT UN RESEAU ISOLE .................................... 53
3 - CENTRALE HYDRAULIQUE ALIMENTANT UN RESEAU ISOLE ................................ 57
4 - CENTRALES HYBRIDES ALIMENTANT UN RESEAU ISOLE ..................................... 59
5 - SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES ISOLES............................................................... 63
6 - PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DES RESEAUX ISOLES ET ELEMENTS DE
CALCUL DES CONTRAINTES ....................................................................................... 69
III - CARACTERISATION DE LA DEMANDE ELECTRIQUE ACTUELLE DANS
LA ZONE NON-INTERCONNECTEE 71
1 - EVALUATION DE LA DEMANDE PAR LA PRODUCTION .......................................... 71
2 - EVALUATION DE LA DEMANDE PAR LES DONNEES DE CONSOMMATIONS ......... 73
3 - CONCLUSION DE LA DEMANDE ACTUELLE SUR LES COMMUNES DE L'INTERIEUR
..................................................................................................................................... 75
IV - PRESENTATION DES FICHES MONOGRAPHIQUES PAR COMMUNE 76

CHAPITRE IV : IDENTIFICATION DES SITUATIONS


D'URGENCE ET PRINCIPAUX PROJETS ENGAGES 77
I - SITUATIONS D'URGENCE 77
II - PRINCIPAUX PROJETS PREVUS A MOYEN TERME 78

ANNEXES 80

Page 4
EMERAUDE

INDEX DES TABLES, FIGURES ET CARTES

Index des figures :

Figure 1 : Variations annuelles des températures et de l'ensoleillement sur Cayenne17


Figure 2 : Localisation du réseau HTB, des postes sources et des principaux centres
de production .........................................................................................22
Figure 3 : Guyane - Réseau HTB 90kV – Schéma de principe – Sept. 2003 .............22
Figure 4: Historique d'évolution des consommations électriques de la Guyane de 1975
à 1999 (zone interconnectée, hors pertes) ...............................................34
Figure 5 : Populations et taux d'électrification de communes interconnectées et des
communes isolées (Insee99) ..................................................................36
Figure 6 : Méthodologie de reconstitution de la demande en BT ..............................37
Figure 7 : Méthodologie de reconstitution de la demande en MT..............................37
Figure 8 : Agrégation des analyses et établissement des bilans de consommation ...38
Figure 9 : répartition du nombre de clients EdF par zone géographique et par secteur
d'activité au 30/06/03..............................................................................40
Figure 10 : répartition des consommations électriques en BT par zone géographique
et par secteur d'activité...........................................................................41
Figure 11 : Puissance moyenne souscrite en BT par zone géographique et secteur
d'activité ................................................................................................41
Figure 12 : Facteur d'utilisation de l'électricité en BT par zone géographique et secteur
d'activité ................................................................................................42
Figure 13 : Consommations électriques annuelles en BT et MT par zone
géographique.........................................................................................44
Figure 14 : Reconstitution de la consommation par commune et secteur d'activité sur
la zone interconnectée (2002) .................................................................45
Figure 15 : Reconstitution de la courbe de charge par secteur d'activité...................47
Figure 16 : Récapitulatif des puissances installées et disponibles des centrales diesel
des communes de l'intérieur....................................................................57
Figure 17 : Schéma de principe d'un système hybride PV/GE avec production
centralisée et onduleur réversible............................................................60
Figure 18 : Schéma de principe d'un système hybride PV/GE avec production PV
partiellement centralisée et onduleur réversible........................................60
Figure 19 : Schéma de principe d'un système photovoltaïque isolé..........................63
Figure 20 : Historique des budgets FACE, tranche A/B et C depuis 1999 (Srce :
Conseil Général) ....................................................................................64
Figure 21 : Part de la production par centrale pour 9 sites instrumentés par EdF
(2003) ...................................................................................................72
Figure 22 : Historique de production de 9 centrales isolées (pédiode de janvier à
septembre 2003)....................................................................................73
Figure 23 : Répartition de la demande électrique reconstituée par secteur d'activité
dans les communes isolées ....................................................................75

Page 5
EMERAUDE

Index des tableaux :

Tabl. 1 : Historique de production électrique sur le réseau interconnecté 1994-2002


(Srce : EdF Guyane) .............................................................................. 23
Tabl. 2 : Historique de la puissance maximale appelée sur le réseau interconnecté
1997-2002 (Srce : EdF Guyane) ............................................................. 24
Tabl. 3 : Données démographiques 1999 et projection 2002 par commune ............. 35
Tabl. 4 : tableau des correspondances et typologie finale des consommateurs
d'électricité ............................................................................................ 39
Tabl. 5 : tableau d'affectation de profils d'appel de puissance par type de
consommateurs ..................................................................................... 40
Tabl. 6 : nombre de clients EdF par secteur d'activité et par zone géographique au
30/06/03 ................................................................................................ 40
Tabl. 7 : Tableau de synthèse des données disponibles en MT (période du 1 sept. 02
au 30 août 03) ....................................................................................... 43
Tabl. 8 : Synthèse des consommations électriques annuelles en BT et MT par
commune et zone géographique ............................................................. 44
Tabl. 9 : Evolution démographique des communes frontalières françaises. ............. 50
Tabl. 10 : tableau récapitulatif des principaux régimes de distribution en Guyane
(d'après Inestene 2002) .......................................................................... 53
Tabl. 11 : Programmation PRME 2003/2006 - Thèe ............................................... 65
Tabl. 12 : Récapitulatif des installations photovoltaïques par commune (installations
FACE et PRME seules) (Srce : Ademe, juin 03) ....................................... 67
Tabl. 13 : caractéristiques des câbles aériens torsadés (pour U=380V et Tambiante
30°C, avec échauffement max de 60°C) .................................................. 70
Tabl. 14 : exemple de calcul de chute de tension sur un réseau BT........................ 70
Tabl. 15 : caractéristiques des câbles HTA aériens nus en Almélec (U = 20kV, Tamb =
25°C, échauffement max admissible de 15°C) ......................................... 71
Tabl. 16 : Données de production sur 9 centrales de production isolées instrumentées
par EdF (2003) ...................................................................................... 72
Tabl. 17 : Reconstitution de la demande électrique par commune isolée et par secteur
d'activité ................................................................................................ 73
Tabl. 18 : Répartition de la demande électrique reconstituée par commune isolée et
par secteur d'activité .............................................................................. 75
Tabl. 19 : listes des principales situations d'urgence et travaux prévus à court terme 78
Tabl. 20 : liste des principaux travaux identifiés à moyen terme .............................. 79

Index des cartes :

Pour des questions de lisibilité, les cartes sont reportées en Annexe 4. Elles sont
élaborées pour une bonne lisibilité en format A3.

Carte 1 : Populations communales


Carte 2 : Production & distribution HTB
Carte 3 : Distribution HTA/BT
Carte 4 : Energies renouvelables

Page 6
EMERAUDE

ACRONYMES ET DEFINITION DES TERMES TECHNIQUES


UTILISES

Institutions & programmes publics :

ADEME Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie


CCCL Communauté de Communes du Centre Littoral
CCOG Communauté de Communes de l'Ouest Guyanais
CSPE Contribution au Service Public de l'Electricité
DAF Direction de l’Agriculture et de la Forêt
DDE Direction Départemental de l'Equipement
DGEMP Direction Générale de l'Energie & des Matières Premières
DIREN Direction régionale de l'Environnement
DRIRE Direction Régionale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement
FACE Fond d'Amortissement des Charges d'Electrification rurales
FNCCR Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies
IEDOM Institut d'Emission des Départements d'Outre-mer
INSEE Institut National de la Statistique et des Études Économiques
PNRG Parc Naturel Régional de la Guyane
PRME Programme Régional de Maîtrise de l'Energie

Acronymes réglementaires :

CCP Cahier des Clauses Particulières


DCE Documents de Consultation des Entreprises
DOM Département d'Outre Mer
PIBR Produit Intérieur Brut Régional
PLU Plan Local d'Urbanisme
POS Plan d'Occupation des Sols
SCOT Schéma de Cohérence Territoriale
SEM Société d'Economie Mixte
SRU Solidarité et Renouvellement Urbain

Acronymes et définition des termes techniques :

TBT Très Basse Tension (Un< 50 Vac et 120 Vcc)


BT Basse Tension
BTA Basse Tension A (50 < Un < 500 Veff en CA)
BTB Basse Tension B (500 < Un < 1 000 Veff en CA)
HTA Haute Tension A (1 000 < Un < 50 000 Veff en CA) (anciennement MT)
HTB Haute Tension B (Un > 50 000 Vac)

Coefficient de foisonnement :
Rapport entre la puissance maximale mesurée au niveau d'un ouvrage (par
exemple bornes avales d'un transformateur) et la somme des mesures
maximales effectuées sur les départs situés en aval. Ce coefficient permet
de calculer la contribution de chaque départ à la pointe générale de
l'ouvrage, les puissances des départs n'étant pas nécessairement
synchrones entre-elles)
Cos phi (ou facteur de puissance)
= Puissance active (kW) / Puissance Apparente (kVA)
Load Factor Lf
= Energie annuelle moyenne (kWh) / (Puissance de pointe(kW) x 8760h)
Loss factor (Lsf)
= Coefficient permettant de calculer les taux de perte annuelle en énergie à
partir des pertes à la pointe en puissance
Coefficient de pointe
= Pmax / Pmoyenne
Page 7
EMERAUDE

END Energie non distribuée


EnR Energies Renouvelables
FOD Fioul Oil Domestic
GDO Gestion Des Ouvrages
GE Groupe Electrogène
MDE Maîtrise de la Demande en Electricité
PV PhotoVoltaïque
SIG Système d'Information Géographique
VRD Voiries Réseaux Divers

Page 8
EMERAUDE

SYNTHESE DE L'ETUDE

I - PRESENTATION DE L'ETUDE

1 - CONTEXTE

Le département de la Guyane présente de forts déséquilibres territoriaux


économiques, d’aménagement et d’accès à l’électricité. La consommation électrique
est en forte progression depuis les années 80, ce que le contexte actuel permet
difficilement de résoudre. En effet, les configurations de concession et de distribution
d’électricité des communes de l’intérieur de la Guyane sont diverses, et il est
important de clarifier le cadre d’intervention de chacun des acteurs (communes,
département, DAF, EDF, …) dans l’électrification rurale. Le régime de l’électrification
rurale s’étend à l’ensemble des communes excepté la ville de Cayenne (régime
urbain).

Lors de la nationalisation de l'électricité dans les DOM, en 1975, seul le littoral


guyanais a été confié à l'opérateur public EDF. L'électrification reste encore inachevée
sur la majeure partie du département (87.000 km²).

On distingue 2 zones principales :

1. la zone littorale desservie par un réseau de transport interconnecté et


alimenté par des centrales de production thermique et le barrage de Petit-
Saut. Sur cette zone, la demande reste forte (augmentation +4%/an environ),
avec une croissance des zones habitées qui nécessite des extensions de
réseau électrique et la viabilisation des terrains difficiles à suivre.

2. La zone intérieure non interconnectée au réseau où la production électrique


(évaluée à environ 5,5 MW de puissance installée) est assurée par de petites
unités thermiques, des micro-centrales hydrauliques et des équipements
photovoltaïques. Cette zone correspond à l’ancien territoire de l’Inini, qui n’a
été rattaché au département de la Guyane qu’en 1969. Dans cette zone, un
grand nombre de foyers reste non connecté et les solutions d'électrification
existantes posent elles-mêmes de nombreux problèmes d'exploitation et de
maintenance.

Il faut noter que l’électrification de ces zones, peut influencer l’aménagement, le


développement économique et la fixation des populations, particulièrement l’intérieur
guyanais ou l’absence de continuité territoriale contribue à l’isolement des communes,
mais aussi sur la zone littorale où la croissance démographique est remarquable.

Dans ce contexte, et compte tenu du particularisme juridique de l’électrification rurale


en Guyane, les collectivités locales ont entrepris une démarche de planification et de
programmation des interventions :

§ Le Conseil Régional de la Guyane a initié une étude de planification


énergétique régionale, sur l'ensemble de la problématique énergétique
(électricité, gaz, transport…)
§ la Communauté de Commune de l’Ouest Guyanais a démarré son schéma
directeur d’électrification des communes de l’Ouest pour répondre à ses
besoins et projets de développements.

Le Conseil Général de la Guyane a souhaité à son tour construire un schéma


directeur d’électrification, notamment pour assister les communes de l’est et du centre
guyanais à planifier ses investissements.

Page 9
EMERAUDE

2 - OBJECTIFS

Le Schéma Départemental d’Electrification doit permettre de consolider le Schéma


Directeur d’Electrification de l’Ouest Guyanais et de l’étendre sur l’ensemble du
territoire, notamment :

§ de faire le point sur les besoins et les attentes à court et moyen terme en
matière d’aménagement et d’électrification de la zone interconnectée et des
villages isolés (demande électrique, offre électrique : production, transport et
distribution),
§ de faire le point sur le cadre d’intervention des différents acteurs de
l’électrification au niveau du territoire
§ de définir des stratégies d’électrification et d’aménagement concertées,
intégrant des actions de Maîtrise de la Demande Electrique et l’utilisation
d’énergie locale.

Un accent particulier sera mis sur :


§ les atouts et la nécessité d’une politique de Maîtrise de la Demande
d'Electricité notamment pour éviter ou différer le renforcement des réseaux et
des moyens de productions. Le contexte guyanais de fort accroissement
démographique, de progrès économique et d’augmentation du taux
d’équipement des ménages rend ce point incontournable dans les solutions à
mettre en place dans le cadre d’un schéma directeur d’électrification.
§ les atouts de l’utilisation des énergies locales dans la production d’électricité,
notamment vu la distance des bourgs au littoral et de la difficulté et du coût
élevé de l’approvisionnement en matière première et en combustible des
villages de l’intérieur.

II - METHODOLOGIE

1 - PRINCIPALES TACHES REALISEES A CE JOUR


Suite au rapport d'avancement présenté au Comité de pilotage le 18 septembre 2003,
et à la mission de Transénergie durant dette période, ce rapport s'attache à présenter
le diagnostic de la situation électrique existante en Guyane.

Chronologie à ce jour :

L’ordre de service permettant au groupement de démarrer l’étude a été obtenu le 26


mai 2003. Jusqu’à mi-juin, un travail de concertation et de validation avec les
différents experts qui composent l’équipe de travail pour cette étude a été menée, afin
de valider l’approche proposée, les besoins en terme de données à collecter pour
chacune des tâches et un premier planning de réalisation. Afin d’appréhender au
mieux le contexte local et d’optimiser les missions sur place, nous avons souhaité en
premier lieu lancer une première collecte de données localement sans réalisation de
mission grâce à l’appui de Emeraude, partenaire local de cette étude. La collecte des
données s’est effectuée sur la base des documents et questionnaires préparés par
chaque expert, auprès des principaux acteurs liés à la problématique de
l’électrification en Guyane, mais également via les sources de données présentes en
métropole (INSEE, CRE, etc…). Un premier rapport d'avancement a été envoyé pour
présentation le 18 septembre, lors de la mission de deux experts Transénergie du 14
au 22 septembre. Cette mission a permis de présenter les premiers résultats et
d'initier des discussions plus approfondies sur certains points avec différents
interlocuteurs (programme des rencontres en annexe). Des visites de sites sur les
communes de l'Est ont également été organisées afin de venir compléter ou préciser
un certain nombre de données et de mieux appréhender les réalités du terrain.

Page 10
EMERAUDE

2 - PROBLEMES RENCONTRES

Le groupement souhaite souligner ici les principales difficultés rencontrées dans cette
première étape des travaux :

1. Le calendrier de lancement de l’étude, début juin et très proche de la période de


juillet/août a limité fortement la possibilité de collecte de données localement et
n’a notamment pas permis l’organisation d’une mission avant le mois de
septembre
2. difficultés de collecte de données sur la zone interconnectée : le contexte de
l’électrification a très largement évolué depuis quelques années, et notamment
depuis 1995, date de réalisation du Plan Energétique de la Guyane, qui reste à ce
jour une source importante. Les nouvelles loi de décentralisation et la
libéralisation en cours du secteur électrique modifie considérablement la position
du principal acteur en Guyane qu’est EdF. Un certain nombre de données
auparavant disponibles deviennent aujourd’hui beaucoup plus difficiles à obtenir.
Par ailleurs, les données collectées ont été fournies avec des niveaux de
références différents : référence temporelle (année différente) ou niveau d'analyse
(puissance par poste, énergie par communes "regroupées", etc..), conduisant le
plus souvent à des impossibilités de recoupement pour enrichir le niveau
d'analyse.
3. difficultés de collecte de données pour les sites non-interconnectés : le contexte
des sites isolés est par nature complexe à appréhender. Les données disponibles
sont rares, diffuses, incomplètes voir contradictoires. Certaines sont rarement
mises à jour et il est difficile de faire une analyse pour une année de référence,
alors que les données existantes ont des origines temporelles différentes.
L'analyse de la demande en sites isolés est d'autant plus problématique que
l'évolution y est parfois très rapide et qu'elle doit analyser des contextes parfois à
la limite de la légalité (immigration ou activités clandestines par exemple). Au delà
des communes administratives, il n'existe pratiquement plus aucune source
d'information (écarts…)
4. Le retard dans la réalisation des 2 études de base qui étaient attendues et
considérées comme des éléments pré-requis pour la réalisation de cette présente
étude, à savoir (i) le Schéma directeur d’électrification de la Communauté de
Communes de l’Ouest Guyanais, qui devaient fournir l’ensemble des données sur
les communes de l’Ouest, et (ii) le Plan Energétique Régional (PER). A ce jour,
nous n’avons pu obtenir qu’un premier rapport sur le diagnostic de l’existant dans
le cadre de l’étude CCOG.

Dans ce cadre, ce travail synthétise les analyses qui ont pu être effectuées à ce jour
sur l'état de l'existant.
Certains points pourront encore être complétés avec l'avancée des autres études et
lors des travaux ultérieurs, mais également nous le souhaitons avec la participation de
l'ensemble des parties prenantes intéressées par les résultats, les questions posées
et les réponses attendues de ce Schéma Départemental d'Electrification.

Page 11
EMERAUDE

III - DIAGNOSTIC DE L'EXISTANT : PRINCIPAUX RESULTATS

1 - ANALYSE DU RESEAU INTERCONNECTE

1.a - Analyse de la production

Le tableau suivant récapitule les principales données de la production du réseau


interconnecté :

Puissance utilisable Part


Année 2002 Energie (MWh)
(MW) production
Hydraulique 104,0 500 700 77,5%
Thermique (total) 131,4 145 300 22,5%
- dont diesel 76,4 109 300 16,9%
- dont TAC 55,0 36 000 5,6%
TOTAL (MWh) 235,4 646 000 -

Avec Petit Saut, la part de l'hydraulique dans la production électrique reste


prépondérante, mais ne peut plus que diminuer, face à une croissance annuelle de la
demande qui s'élève à 4%/an.
Mise à part la zone de Saint Laurent du Maroni, pour laquelle une étude est en cours,
les usines de production hydroélectrique ou thermique assurent actuellement
l'alimentation du réseau interconnecté avec une marge qui paraît aujourd'hui plus que
satisfaisante. Ainsi, avec une puissance appelée de 98,5MW sur le réseau en 2002, le
taux de couverture définit par la Puissance disponible sur la Puissance maximale
appelée est de 2,4. C'est sans doute sur cette base que le rapport sur la PPI présenté
au Parlement en date du 29 janvier 2002 n'a pas prévu de besoins spécifiques de
production sur la Guyane à l'horizon 2010.

Pourtant, pour maintenir des conditions d'exploitation et un service convenable, et


compte tenu de la mise en application progressive de réglementation sur les rejets
des groupes diesel et des TAC ainsi que des changements climatiques observables
qui tendent à diminuer le productible de Petit Saut, des investissements s'avèreraient
nécessaires à partir de 2006, soit pour la mise en conformité des groupes thermiques,
soit pour leur remplacement. L'élaboration plus précise des scénarios d'évolution de la
demande lors de la deuxième phase de Schéma Départemental permettra d'évaluer
plus précisément les besoins.

1.b - Analyse du transport et de la distribution

Compte tenu des données à notre disposition, cette analyse a été conduite sur :
- l'analyse des lignes de transport HTB (état physique et électrique,
capacité et pertes Joules)
- l'analyse des transformateurs HTB/HTA (état physique et électrique,
capacité et coefficient d'utilisation, pertes constantes et variables en
puissance et en énergie)
- état physique des lignes HTA et évaluation globale de la charge du
réseau
- éléments d'évaluation des contraintes sur le réseau BT
Sur la base des données disponibles, le consultant a cherché à évaluer pour un
scénario "standard" et différents "scénarios sous contraintes" les capacités de
moyens de transport et de distribution pour répondre à la demande.

Page 12
EMERAUDE

Réseau de transport HTB :

Sur la base des éléments fournis, et compte tenu de l'age moyen, le réseau HTB
parait en bon état.
Au niveau des chutes de tension, les situations de simulations cas n°1 et 2
examinées ci-dessus, sont exceptionnelles. Même dans ces cas critiques, l'utilisation
des régleurs sur les postes sources permettraient une alimentation dans des
conditions acceptables de tension sur le réseau HTB. En régime normal, aucune
contrainte de tension n'est a déplorer.

D’autre part aucune contrainte d’intensité n’est également à déplorer, la capacité du


conducteur dont la section est la plus faible en 228mm² Aster étant d’environ 80%
de la puissance à la pointe du réseau interconnecté de la Guyane. Cette situation
s’explique par le fait qu’il s’agit de la plus faible section utilisée en 90 kV pour des
raisons économiques et mécaniques.

Dans ce contexte, et compte tenu des éléments en secours disponibles (capacités


installées, doublement des postes et des lignes, ainsi nous le verrons dans le
paragraphe que des reprises en secours potentiels grâce aux bouclages des départs
sur le réseau HTA), la défaillance de fourniture sur le réseau HTB est improbable en
cas de défaillance n-1 et plus. Une seule réserve concerne la zone de Saint-Laurent
et d'Organabo. En effet, cette antenne ne dispose plus que d’un secours partiel de
3,9 MW, alors que la puissance appelée à la pointe est de l’ordre de 10 MW. On
notera également que ce sont les seuls postes ne disposant pas de transformateur
de secours. Il serait souhaitable que les études engagées pour la desserte de cette
zone aboutissent rapidement.

Postes sources HTB/HTA :

En dehors des postes d'Organabo et de St Laurent pour lesquels un secours de


production est prévu, tous les postes sources sont garantis en contraintes n-1. Les
taux de perte d'environ 0,7% en puissance et 0,5% en énergie (légèrement
supérieurs aux taux admis sur les gros réseaux interconnectés) s'expliquent par un
dimensionnement prévu pour faire face à la demande rapide, mais également peut
on penser pour tenir compte des contraintes et délais en cas d'approvisionnement
de matériel depuis la métropole.
Sur cette base et au regard des éléments d'analyse sur les lignes HTB, l’ensemble
du réseau HTB dispose d’une forte capacité d’accueil et devrait pouvoir faire face à
l’accroissement des charges dans les dix prochaines années.

Réseau HTA :
Sur la base des éléments mis à notre disposition, nous retiendrons globalement au
niveau du réseau interconnecté :
- un réseau HTA souterrain globalement récent et qui représente aujourd'hui
un tiers du réseau HTA total. Il est constitué de départs courts et secourus
par des postes voisins ou à partir d’un autre départ du poste dont ils sont
eux mêmes issus ; tout laisse penser que dans ce dernier cas que les deux
départs sont raccordés à des demi-jeux de barres différents
- un réseau HTA aérosouterrain comportant également des départs courts, et
également secourus dans de bonnes conditions
- enfin, un réseau HTA aérien composé lui aussi de départs courts

Si les lignes d’ossature sont à minima de 75 ou 148 Alm ou d’impédance


équivalente et si le réseau souterrain est constitué de câble de 95 ou 150 mm²
aluminium ou d’impédance équivalente, tout laisse penser que les niveaux des
chutes de tension et des pertes joule sont comprises dans des limites acceptables et
que le réseau possède une bonne capacité d'accueil.

Notons également comme évoqué pour le réseau HTB que des secours HTA
semblent possibles entre les départs et les postes HTA/BT en cas de défaillance de
certains postes sources.

Page 13
EMERAUDE

1.c - Analyse de la demande

En dépit des difficultés rencontrées dans la collecte de données sur des références
cohérences, le travail de reconstitution de la demande a permis une approche
relativement détaillée, au niveau des communes, mais également des usages pour
l'année 2002.

On retiendra principalement les éléments suivants :


§ la prépondérance de Cayenne, qui représente à elle seule plus du tiers de la
consommation, et près de 60% si on inclut les communes limitrophes
fortement peuplées. Cayenne compte également 68% des abonnés
résidentiels.
§ l'importance de Kourou, avec un niveau de consommation électrique proche
de la ville de Cayenne, en grande partie due cette fois à la demande du
secteur industriel en MT (74% de la consommation sur la commune de
Kourou est due à la consommation en MT). Au niveau du Département,
Kourou représente 51% de la consommation totale en MT.
§ Les sites isolés représentent moins 1,5% de la consommation électrique des
usagers EdF
§ Au niveau des usages, la part prépondérante des usages domestiques en
BT (69% de la consommation en BT, et encore 36% de la consommation
totale), suivi des usages industrielles (24% de la consommation totale) puis
des bureaux et des administrations (15%)

Le taux d'électrification de 85% sur le littoral traduit néanmoins des disparités encore
importantes en terme d'accès au service électrique et implique d'importants efforts à
venir pour l'extension des réseaux et le raccordement de nouvelles zones de vie. Le
rapport suivant permettra d'analyser plus en détail la part de la demande des
ménages non électrifiés et d'évaluer les solutions possibles et leur coût.

Le travail de reconstitution pourrait être affiné notamment en identifiant plus


précisément les déterminants de la demande afin de pouvoir au mieux analyser les
besoins futurs. Compte tenu des contraintes liées au travail en cours en terme de
délai et de difficultés dans la collecte des données, ce travail pourrait être par la
suite précisé, dans le cas par exemple de la mission d'une entité dédiée, comme un
Observatoire de l'Energie.

2 - ANALYSE DES SITES ISOLES

2.a - Typologies et examen des solutions d'électrification existantes


Une évaluation du contexte institutionnel et les différents types de situation
d'exploitation a été menée. Au niveau technique, et à ce stade de l'étude, nous avons
essentiellement tenté de synthétiser les différents types d'électrification existants.
Pour chaque type, en présentant les principes et conditions d'exploitation de ces
centrale.
Les principales centrales de production thermique, hydraulique et hybride diesel/PV
font l'objet de fiche spécifique par village en Annexe 7.
On retiendra ici :
- environ 5 400 kVA installés en groupe diesel
- 900 kW installés en hydraulique, dont 840 kW pour la seule centrale de Saut
Maripa
- 2 générateurs hybrides PV/diesel à Saül et Kaw, sur la base de schémas
d'installation très différents
- environ 360 systèmes représentant 307 kWc de systèmes PV isolés (hors
installation défiscalisation)

Page 14
EMERAUDE

2.b - Analyse de la demande électrique

En gardant à l'esprit les limites du travail au regard des contraintes sur les données
disponibles, les résultats précédents permettent de confirmer :
§ la prépondérance des usages domestiques (80% de la consommation)
§ l'existence de 2 grands pôles de consommation que sont St Georges et
Maripasoula, représentant à eux seul plus de la moitié de la consommation.
Viennent ensuite pour 10% environ les bourgs de Papaïchton et Apatou.

La demande des sites isolés nécessiterait une analyse spécifique par site qui n'est
pas possible dans un travail à cette échelle, afin de réaliser les mêmes traitements
que pour le réseau interconnecté, notamment en terme de reconstitution des courbes
de charge, travail qui serait facilité par des données de calage rendues disponibles
par l'instrumentions des centrales exploitées par EdF.

3 - CONCLUSION GENERALE DU DIAGNOSTIC

Ce travail devrait permettre nous l'espérons d'avoir un regard plus précis sur l'état de
l'offre de la demande électrique en Guyane.

Il n'en reste pas moins qu'il soulève aussi un certain nombre de questions liées en
premier lieu à la disponibilité et à la fiabilité des données, pour une grande part liée au
contexte spécifique du Département et de l'intérieur notamment. La création d'un
Observatoire de l'Energie serait dans ce cadre un outil précieux pour préciser certains
points, et surtout s'engager dans une démarche de mise à jour permanente afin de
pouvoir au mieux anticiper dans les besoins futures.

Par ailleurs, au delà des aspects techniques et socio-économiques, le contexte


institutionnel en pleine évolution au niveau national, et les spécificités de la Guyane
suscitent de vraies interrogations. Le Schéma Départemental apportera autant que
possible les éléments de réflexion pour aider les décideurs, mais ne pourra apporter
de réponses aux problèmes institutionnelles ou d'aménagement du territoire qui sont
d'ores et déjà posés. Dans les phases suivantes de cette étude, nous chercherons à
évaluer en fonction de différents scénarios les grandes évolutions possibles au niveau
de l'offre et de la demande électrique sur le territoire et les impacts.

IV - ACTIONS A VENIR

Les principales actions à venir après cette première étape sont les suivantes :

Etape 2 : Rapport n°2 – Scénarios et proposition de solutions


§ Choix des hypothèses avec le comité de pilotage
§ Evolution tendancielle de la demande d’électricité : effets structurels,
comportementaux et démographiques.
§ Scénarios alternatifs : potentiels théoriques de MDE. Quelles technologies
disponibles pour quels besoins.
§ Choix de critères d’optimisation
§ Elaboration de scénarios de satisfaction de la demande en fonction des
ressources disponibles et des politiques énergétiques qui seront retenues
Dans cette étape, un important travail de concertation sera menée. Il conviendra
également de s'associer au mieux aux hypothèses et travaux retenus dans le cadre
du PER et de l'étude de la CCOG afin d'assurer une bonne cohérence territoriale.

Etape 3 : Rapport n°3 – Plan Départemental d'Electrification

Page 15
EMERAUDE

§ Scénario à court terme


§ Scénario à moyen terme
§ Plan d’actions :
- Délai, faisabilité, acteurs concernés
- Programmation budgétaire en adéquation avec les contraintes
budgétaires et suites aux orientations prises

Page 16
EMERAUDE

CHAPITRE 1 : CONTEXTE GENERAL GUYANAIS ET


PRESENTATION DES ENJEUX

I - PRESENTATION DE LA GUYANE

1 - GEOGRAPHIE PHYSIQUE

1.a - Localisation

La Guyane, département français d’Amérique du Sud, est comprise entre les latitudes
2° et 5° Nord et les longitudes 51° et 54° Ouest. Située entre le Brésil et le Surinam,
elle couvre 83 534 Km².

1.b - Météorologie
La Guyane présente un climat de type équatorial humide qui résulte principalement de
trois facteurs :
- L’Anticyclone des Açores qui exerce son influence de décembre à juillet et
donne des précipitations abondantes.
- L’anticyclone de Sainte Hélène prend la relève d’août à novembre et donne un
temps chaud et relativement sec.
- La Z.I.C., Zone Intertropicale de Convergence qui balaie la Guyane de
décembre à janvier en descendant vers le sud puis de mai à juin en remontant
vers le nord.
Les deux anticyclones commandent le régime des vents Alizés et donc les
basculements de la Z.I.C.

Les précipitations qui varient entre la zone côtière de 2000 à 3000 mm/an (plus faibles
sur l’extrême Nord Ouest) et l'intérieur du pays à plus de 3800 mm/an.
On peut identifier deux saisons sèches, la première d'août à novembre, la seconde
beaucoup plus courte appelée petit été de mars, et deux périodes pluvieuses par suite
du fléchissement des précipitations au mois de mars.
L’humidité est très forte et varie entre 70% et 90%.
Les températures moyennes annuelles varient entre 26°2C et 27°2C (valeur
mensuelles moyennes sur 24h).
Les durées d'ensoleillement sont comprises entre 1600 heures et 2300 heures,
variant en relation avec la saison des pluies qui s’étale de décembre à juin.

Variations climatiques

Irradiation plan horizontal


7000 T° exterieure 30 °C

6000 25
5000
20
4000
15
3000
10
2000

1000 5

0 0
r

juin
ai
r

ril
ars

ut
t
vie

rie

lle

bre

bre
re
m
av

bre
ao
fev

tob
jui
m
jan

m
m

oc

ve

ce
pte

no

de
se

Figure 1 : Variations annuelles des températures et de l'ensoleillement sur Cayenne


Page 17
EMERAUDE

2 - GEOGRAPHIE HUMAINE

1
Sur les 83.500 Km2 vivent environ 180 000 habitants d'origines ethniques très
2 3
variées (Créoles, Amérindiens, Bushi-nengues , Hmongs , Chinois, Européens...).
Environ 90 % de ces populations vivent sur la frange côtière. La Guyane fait l'objet
d'une forte immigration clandestine depuis les pays voisins tel que le Brésil, le
Surinam, le Guyana ou Haïti. La densité de population est d'un peu moins de 2
hab./km². La population urbaine est très localisée. 66% de la population totale vit dans
la région de Cayenne, soit aujourd’hui près de 100.000 habitants. Kourou regroupe
4 5
quant à elle 19 107 habitants, et Saint-Laurent du Maroni 19 211 . Plus de la moitié
de sa population a moins de 26 ans et le taux de croissance démographique annuel
moyen des dix dernières années a été de 3.6% !
Le département de la Guyane est composé de deux arrondissements et de 22
communes.

2.a - L'économie du département

Avec un produit intérieur brut régional (PIBR ) de 1 905 millions d’euros en 1999, la
Guyane en termes de création de richesses se situe très en dessous des autres DOM.
Le PIBR ramené par habitant avec 12 020 euros par an est aujourd’hui inférieur à
ceux de la Guadeloupe et de la Martinique. La part marchande du PIBR atteint 66,7%
et la part non marchande 33.3% constituée principalement des activités des
administrations.

Les transferts publics sont primordiaux pour l’économie locale en contribuant pour un
tiers à la formation du PIBR. En effet le déficit de l’Etat ( administrations et sécurité
sociale) atteignait la même année 3.5 milliards.

La structure de la valeur ajoutée régionale est caractérisée par un très fort secteur
tertiaire qui représente 76% de celle-ci. Le commerce est la première activité
marchande avec 23% du PIB marchand. Toutefois l’économie liée à l'activité spatiale
du centre de lancement de Kourou représente directement 18% du PIB marchand et
près de 45% avec les activités indirectes et induites.

La même année le secteur agricole, y compris la pêche et la sylviculture atteignait


5,5% du PIB marchand, le secteur industriel (constitué en partie par l’activité aurifère)
10% et le Bâtiment et Travaux publics 9%.
En ce qui concerne la balance commerciale, elle reflète, hors activité spatiale, la
faiblesse de l’économie de production. Le taux de couverture des exportations sur les
importations oscille autour des 20%.
6
Il convient de souligner qu’en 2000, les exportations en valeur étaient représentées
pour près de la moitié par la vente de la production aurifère.
En effet malgré un marché international déprimé, la production guyanaise a atteint 7
tonnes d’or la même année, affichant à la fois une forte progression en volume
(+37%) et en valeur par une meilleure rémunération des exportations dû à la faiblesse
de l’euro face au dollar.
Hors activité spatiale, le secteur aurifère apparaît comme le premier poste à l’export
devant la pêche.

Le taux de chômage officiel était de 20% en 2000, mais est en réalité beaucoup plus
élevé frôlant les 30% dés lors que l’on s’appuie sur le taux d’activité de la population.

1
Chiffres RGP de Mai 1999. Estimé à 180 000 hbts fin 2002…Encore s’agit ‘il de chiffres officiels ne pouvant prendre
en compte dans leur intégralité l’immigration clandestine et les phénomènes transfrontaliers.
2
…ou « noirs marrons », descendants des esclaves du Surinam qui dés le 18ème siècle se sont révoltés et enfuis
dans la forêt. Ils constituent plusieurs groupes : Bonis( Alukus), Djukas ( Boshs), Paramaca et Saramaca
3
Réfugiés politiques du Laos venus en Guyane à partir de 1977 et à l’origine du développement de l’agriculture
maraîchère en Guyane.
4
RGP 1999
5
Id
6
hors activités spatiales/ le lancement d’un satellite constitue une exportation !
Page 18
EMERAUDE

Sur le territoire d’étude, le taux d’inactivité est proche de 50% dans toutes les
communes fluviales.

Les chiffres officiels cachent de nombreuses disparités sociales, des pratiques


économiques et environnementales en dehors de toute réglementation. Il est
important de souligner que, pour une fraction importante de la population, le milieu
naturel constitue encore un moyen de subsistance et d'amélioration des conditions
d'existence , et parfois une unique possibilité de vie. Cette catégorie de population est
la première à s’insérer dans une économie informelle très active en Guyane et sur
ses frontières.

II - CONTEXTE ET PRINCIPAUX ENJEUX DE


L'ELECTRIFICATION

1 - BREF HISTORIQUE DE L'ELECTRIFICATION EN GUYANE

Rappelons ici les principales étapes de l'électrification en Guyane :

1946 / 1975 : Electrification partielle du littoral, exploitation dans le cadre d'un régime
de régies et de concessions diverses (la Guyane, comme les autres DOM
avaient été exclu de la loi de nationalisation du secteur électrique et du gaz)

1975 : Loi de nationalisation des réseaux électriques et suppression des régies et


des SEM dans les DOM. Mise en place progressive de la péréquation
tarifaire.

1976 : Prise en concession des réseaux par EdF, et contrat d'exploitation des sites
isolés

1982 : Construction de la centrale thermique de Degrad des Cannes (DDC)

1994 : Construction du barrage et de la centrale hydraulique de Petit Saut

La construction du réseau HTB a débuté en 1980, avec la construction de la première


ligne HTB entre Cayenne et Kourou, puis s'est poursuivie avec l'interconnexion
progressive des principales communes du littoral. Les derniers grands travaux sur le
réseau HTB sont intervenus en 1995, avec la reconstruction de la ligne HTB entre
Cayenne et Kourou et en 1998 la construction du poste source d'Organabo.

L'analyse de la demande électrique est présentée ci-après. Rappelons néanmoins


l'évolution spécifique de la demande électrique en Guyane à partir de 1976, avec une
croissance à 2 chiffres durant toutes les années 80, se poursuivant dans les années
90 à un rythme de 6 à 9% par an.

2 - LES GRANDS ENJEUX DE L'ELECTRIFICATION

Si la construction de la centrale de Petit Saut a pu contribuer à diminuer la


dépendance énergétique de la Guyane, sa disponibilité pour la production électrique
(notamment en année de sécheresse) a un impact très important sur les importations
d'hydrocarbures. Par ailleurs, la croissance prévisionnelle de la demande électrique
sur le réseau interconnecté est aujourd'hui prise en charge par un recours croissant
aux centrales thermiques. Cette situation aura dans les années à venir des impacts
tant sur les importations d'hydrocarbure que sur le coût de production de l'électricité
au niveau de l'interconnecté.

Page 19
EMERAUDE

La multiplication des centrales thermiques pour l'électrification des sites isolés


contribuera également - dans une moindre mesure compte tenu des niveaux de
puissance – à une augmentation des besoins en hydrocarbure. Pour ces sites
néanmoins, l'impact environnemental dû au transport et au stockage dans des
conditions souvent non satisfaisantes du FOD devient également un problème
récurrent.

Dans un contexte où les engagements internationaux et français entendent


développer les énergies renouvelables, une attention toute particulière devra être
portée à ces sources d'énergie, dont il conviendra d'évaluer les coûts réels, les
conditions d'exploitation et de maintenance ainsi que les impacts socio-économique et
environnemental) et ceci tant pour la production sur le réseau interconnecté que pour
les sites isolés.

En résumé, nous tenterons d'évaluer à la fin de cette étude les principaux enjeux, tant
sur la partie interconnectée que pour les sites isolés :
1. au niveau de la production : Dépendance énergétique et valorisation des
sources d'énergie renouvelables, conditions d'exploitation et de maintenance
des moyens de production
2. au niveau de la demande : poursuite du développement de l'offre d'un service
électrique pour répondre aux demandes et aux besoins de croissance
économique et démographique, tout en évaluant au mieux les potentiels
d'actions de maîtrise de la demande en électricité en fonction de différents
scénarios.

Sous-tendent déjà dans ce cadre un certain nombre de questions :


- faudra t- il électrifier toutes les zones et écarts existants dès qu'une demande
apparaîtra, ou garantir des zones d'électrification, en tentant d'y fixer les
populations (dans ce cadre, quelle est d'ailleurs l'influence de l'électrification
d'une zone pour attirer des populations avoisinantes ?)
- quel niveau de service pour quelle demande dans les sites isolés ?
- moyens disponibles et conditions d'investissement dans le cadre des
communes de l'intérieur
- moyens et conditions d'exploitation des sites de production de l'intérieur

Page 20
EMERAUDE

CHAPITRE 2 : LE SYSTEME ELECTRIQUE INTERCONNECTE


DE LA GUYANE : ANALYSE DE L'EXISTANT

I - PRESENTATION GENERALE DE LA ZONE


INTERCONNECTEE

1 - COMMUNES DESSERVIES ET SITUATION GEOGRAPHIQUE

ème
Cette zone correspond à la façade littorale , environ 1/5 de la Guyane, qui abrite
90% de la population. 13 communes la composent. Mais l’Ile de Cayenne
( 6 communes ) s’impose en concentrant plus de la moitié de la population.

2 - CARACTERISATION SOCIO-ECONOMIQUE DE LA ZONE

Le pole économique de l’Ile de Cayenne

D’importants travaux d’infrastructures (assainissement, voiries, nouveaux


équipements à vocation économiques et culturel, Z.A.C, Z.I ) permettront à l’Ile de
Cayenne d’améliorer son offre d’accueil pour les entreprises industrielles ou
artisanales, ainsi que la prise en charge d’une population jeune aux besoins
socioculturels croissants. La très forte demande en logements sociaux ( plus de 8000
en 1999 ) devrait se traduire par l’accélération des programmes d’habitat aidé qui
seront menés par les offices immobiliers aux capacités financières améliorées.

La croissance du PIB marchand de cette région sera celle :


§ du secteur tertiaire des commerces et des services.
§ du secteur secondaire, et principalement du BTP dans une première phase.
§ des productions du secteur agricole des communes rurales périphériques

Les communes de Roura, Montsinéy-Tonnégrande et Macouria s’exprimeront de plus


en plus comme la grande banlieue de l'île de Cayenne. Leur production agricole
continuera à croître alors que simultanément des entreprises de transformation agro-
alimentaire et industrielles devraient voir le jour. La vocation de Macouria comme
zone résidentielle devrait également se confirmer.

3 - PRESENTATION GENERALE DU SYSTEME ELECTRIQUE INTERCONNECTE

La carte suivante permet de localiser les principaux centre de production, les postes
sources et le tracé du réseau HTB.

Page 21
EMERAUDE

Figure 2 : Localisation du réseau HTB, des postes sources et des principaux centres de production

La figure suivante présente elle un synoptique précisant les principales


caractéristiques du réseau interconnecté HTB et des centrales de production :

TAC : 1x18 MW 4,1 km


ELA MALOUIN – 228 – SUZINI
P3 = 18 MW 78 MW
2x36 2x36 2x20

5,5 km 7 km
– 228 – – 228 –
78 MW 78 MW
KOUROU
52 km – 228 – 78 MW
18 km – 366 – 105 MW
2x36 2x20 9,5 km
2x20
16 km – 366 – 105 MW 44 km 22 km
– 228 –
ORGANABO – 228 – – 228 – BALATA 78 MW DDC
78 MW 78 MW
Diesel : 8x8 + 1x7,2(8) MW
1x20 30 km TAC : 2x18,5MW
57 Km – 228 –
2x20
P1 = 108 MW (109)
– 228 – 105 MW
__MW TDF
101 km – 228 – 78 MW Poste de
1x20 répartition
ETOILE

SAINT 2 x (23 km – 366 – 105 MW)


LAURENT PETIT
2x2
SAUT
Diesel : 4 x 1,3 MW
P4 = 5 MW env.
(en secours) Hydro : 4x26 MW (29) P1+P2+P3+P4 = 234 MW
P2 = 104 MW (116) (248 MW prévus en 2004)

Centrale de L(km) – S (mm²) – Pn (MW)


Poste HTB/HTA Poste HTB/HTA
production
Figure 3 : Guyane - Réseau HTB 90kV – Schéma de principe – Sept. 2003

Nous joignons également en annexe 4 les traitements cartographiques suivants :


§ Production & distribution HTB : localisation du réseau HTB et des centrales de
production électrique
§ Distribution HTA/BT : nombre de poste HTA/BT et longueur des réseaux HTA
et BT par commune
§ Energies renouvelables : cumul des installations photovoltaïques par
commune et centrale micro-hydraulique

Page 22
EMERAUDE

II - LA PRODUCTION ELECTRIQUE DU RESEAU


INTERCONNECTE

1 - PRESENTATION GENERALE : ENERGIE ET PUISSANCE SUR LE RESEAU


INTERCONNECTE

Energie :

En 2002, EDF a produit au total 655 GWh, dont 646,3 GWh sur le réseau
interconnecté.

La part de la production hydraulique sur le réseau interconnecté s'est élevée cette


même année à 500,7 GWh, soit 77,5 %.
Le reste de la production sur ce réseau interconnecté a été assuré par des moyens
thermiques Diesel fonctionnant essentiellement au Fuel Lourd FO2 (109,6 GWh, soit
17%), et thermiques TAC (Turbines à Combustion), fonctionnant au Fuel Oil
Domestique (FOD) (36 GWh, soit 5,5 %).

Le tableau suivant indique l'historique de la production sur le réseau interconnecté


depuis 1994 :

700

650
GWh/an

600

550

500

450
Années
400
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
Energie nette (GWh) 468 510 524 539,5 558,3 570,4 592,5 611,4 646,5
Croissance annuelle (%) 9,0% 2,7% 3,0% 3,5% 2,2% 3,9% 3,2% 5,7%

Tabl. 1 : Historique de production électrique sur le réseau interconnecté 1994-2002 (Srce : EdF Guyane)

Puissance :

La puissance maximale à la pointe sur le réseau EDF interconnecté s'est élevée à


98,5 MW en 2002.

Page 23
EMERAUDE

100
MW

95

90

85

Années
80
1997 1998 1999 2000 2001 2002

Puissance brute (MW) 83 86,7 90,3 94 95,2 98,5

Croissance annuelle (%) 4,5% 4,2% 4,1% 1,3% 3,5%

Tabl. 2 : Historique de la puissance maximale appelée sur le réseau interconnecté 1997-2002 (Srce : EdF
Guyane)

La puissance totale installée s'élevant à environ 240 MW (voir détails ci-dessous), le


rapport puissance installée / puissance de pointe de 2,4 semble présenter à priori une
marge confortable. Nous verrons qu'une analyse plus fine des différents types de
moyens de production et de leurs contraintes d'exploitation conduit cependant à
nuancer cette perception initiale, notamment à moyen terme.

La puissance moyenne fournie sur le réseau interconnecté en 2002 est de 74 MW,


d'où un «Load factor » Lf = 0,75. Ce facteur est relativement élevé, et peut être lié à
une courbe de charge relativement lisse. Ce point sera confirmé dans l'analyse de la
demande (cf. Chapitre II, paragraphe IV - 6.b - ).

2 - LA PRODUCTION HYDROELECTRIQUE

La production hydroélectrique est assurée par une usine située à Petit Saut
comportant 4 groupes de 29 MW chacun datant de 1994.

Afin de prendre en compte les phénomènes biologiques et les risques d'eutrophisation


dus à la mise en eau du lac sans déboisement, la mise en place d'un seuil
d'oxygénation de l'eau à l'aval du barrage s'était avéré nécessaire, limitant la
puissance de l'ouvrage (puissance encore limitée aujourd'hui à 104MW). La hauteur
de ce seuil a été progressivement abaissée, et son effacement total est prévu dès
l'année 2004.
Le productible du barrage de Petit Saut est évalué (sans seuil) à 560 GWh en année
moyenne de pluviométrie.
L'année 2002 correspond à une année moyenne si l'on tient compte des pertes dues
au seuil pour cette année là, et la production s'est élevée à 500,7 GWh.

Précisons que les écarts de productible annuel en fonction des conditions climatiques
peuvent varier dans des écarts de +/- 30%, avec un productible ne dépassant pas 420
GWh pour des années particulièrement "sèches". Précisément, le phénomène El Niño
qui affecte à nouveau la Guyane provoque une sécheresse importante depuis
plusieurs mois. Ses effets se font ressentir sur le débit du Sinnamary alimentant le
barrage, avec un abaissement conséquent du niveau d'eau dans la retenue. Sur la
base des analyses de Météo France, la production pourrait se maintenir à un niveau
faible pour de nombreux mois à venir.

Page 24
EMERAUDE

On constate donc que le barrage de Petit Saut ne peut subvenir seul à couvrir les
besoins du réseau interconnecté, par manque de productible, y compris en année
moyenne (il n'a couvert qu'environ 80% des besoins en 2002).

Par ailleurs, plusieurs aspects techniques conduisent à maintenir en permanence des


moyens de production complémentaires :
- la tenue en fréquence du réseau est généralement moins aisée avec des
groupes hydroélectriques qu'avec des moyens thermiques tels que groupes
Diesel ou TAC (ces derniers sont beaucoup plus réactifs face à une variation
de fréquence, avec une adaptation plus rapide de leur puissance, l'ajustement
au niveau des groupes hydroélectriques passant lui par des systèmes
mécaniques et hydrauliques plus longs à actionner),
- la centrale de Degrad des Cannes permet d'améliorer les performance de
tenue en tension du réseau, et de fournir de l'énergie réactive à proximité du
plus grand centre de consommation (île de Cayenne),
- une réserve primaire tournante doit pouvoir suppléer à tout moment à une
défaillance d'un groupe de production hydraulique, ou à un problème de
transport sur le réseau HTB depuis Petit Saut.

Ainsi, plusieurs groupes Diesel sont maintenus en production en permanence à la


centrale de Degrad des Cannes.

3 - LA PRODUCTION THERMIQUE

La production thermique connaît une progression ces dernières années. Rappelons


que les moyens de production thermique ont assuré en 2002 une production de 145,6
GWh, dont 109,6 GWh en Diesel, et 36 GWh en TAC. A partir de 2004 et de la
suppression du dernier seuil d'oxygénation sur le barrage de Petit Saut,
l'intégralité de la croissance de la demande se fera par une augmentation du
recours aux moyens de production thermique.

La production thermique est produite sur trois sites :

3.a - Centrale de Degrad des Cannes

Située à proximité de Cayenne, elle comporte 8 groupes semi-rapides de puissance


maximale 8 MW et un de 7,2 MW fonctionnant tous au fuel lourd, ainsi que 2 TAC
(Turbines à Combustion) de 18,5 MW chacune, fonctionnant au FOD (fioul
domestique).

Ces matériels ont été mis en service entre 1982 et 1986 pour les Diesel et en 1991 et
1992 pour les TAC. La puissance installée de l’ensemble s'élève donc à 108 MW.

La centrale de Degrad des Cannes fait l’objet d’un programme de réhabilitation


important échelonné depuis plusieurs années, ce qui a conduit temporairement à un
recours plus important aux TAC notamment en 2001.

L'arrêté du 11 août 1999 sur les polluants émis par les turbines et moteur risquent
néanmoins d'avoir des répercussions importantes. Ainsi, une mise en conformité
vis-à-vis de la protection de l'environnement des groupes Diesel devrait s'échelonner
entre 2006 (premier groupe), et 2011 (pour les 2 derniers groupes).

Précisons qu'à ce jour, il n'existe néanmoins pas de techniques validées à l'échelle


industrielle permettant d'amener ces équipements aux niveaux conformes aux
exigences de l'arrêté. Différents process sont en cours de test sur différentes tranches
pilotes. Celui de "humid air motor" mis en place sur groupe diesel réhabilité à
Lucciana en Corse semble aujourd'hui faire l'objet d'une attention toute particulière.
Page 25
EMERAUDE

Une étude technico-économique est en cours pour faire le choix entre mise en
conformité, ou arrêt à la date d'échéance, avec remplacement par de nouveaux
moyens de production.

En ce qui concerne les TAC, leur fonctionnement devrait être possible sans
modification technique, si leur fonctionnement annuel reste inférieur à 500 heures, ce
qui risque également de poser à terme des contraintes d'exploitation en cas
notamment d'indisponibilité de certaines groupes thermiques lors de panne ou
d'opération de maintenance.

3.b - Centrale de Kourou

Cette centrale est située à proximité du Centre Spatial. Elle comporte une TAC de
18 MW, mise en service en 1993 en remplacement d’une TAC de 11 MW.
Elle n'est pas dédiée au centre spatial, mais est principalement utilisée en cas de
secours ou pour passer une période de pointe du réseau interconnecté. Elle contribue
pour moins de 1% à la production annuelle totale de du réseau.

3.c - Saint Laurent du Maroni


Cette centrale est implantée dans la ville du même nom, siège d’un canton, situé à
l’extrémité Nord-Ouest du département à 183 km de l’usine de Petit Saut et à 232 km
de la Centrale thermique de Degrad des Cannes.
La centrale comporte 3 groupes Diesel de 1,2 MW datant de 1982 et 1986, 2 Diesel
de 1,5 MW installés en 1986 et 1 Diesel de 0,8 MW mis en service en 1996 soit au
total 7,4 MW. Néanmoins, ces groupes ne sont plus exploités aujourd'hui, notamment
pour des questions environnementales. Afin de palier au risque de défaillance sur le
réseau HTB alimentant cette zone (cf. paragraphe III - 1 - ), ils sont actuellement
remplacés par 4 groupes Diesel en conteneur, de puissance unitaire 1,3 MW.

Une étude est en cours pour déterminer la meilleure solution pour alimenter la zone
de Saint Laurent en secours de la source 90 kV d’Organabo et en prenant en compte
le développement qui sera induit par le projet de création d’une route de Saint Laurent
du Maroni en direction d’Apatou.

Notons que la puissance maximale appelée par Saint Laurent et Organabo a dépassé
10 MW en 2002.

4 - CONCLUSION PRELIMINAIRE SUR LES MOYENS DE PRODUCTION

Le tableau suivant récapitule les principales données de la production du réseau


interconnecté :

Puissance utilisable Part


Année 2002 Energie (MWh)
(MW) production
Hydraulique 104,0 500 700 77,5%
Thermique (total) 131,4 145 300 22,5%
- dont diesel 76,4 109 300 16,9%
- dont TAC 55,0 36 000 5,6%
TOTAL (MWh) 235,4 646 000 -

Avec Petit Saut, la part de l'hydraulique dans la production électrique reste


prépondérante, mais ne peut plus que diminuer, face à une croissance annuelle de la
demande qui s'élève à 4%/an.
Mise à part la zone de Saint Laurent du Maroni, pour laquelle une étude est en cours,
les usines de production hydroélectrique ou thermique assurent actuellement
l'alimentation du réseau interconnecté avec une marge qui paraît aujourd'hui plus que
Page 26
EMERAUDE

satisfaisante. Ainsi, avec une puissance appelée de 98,5MW sur le réseau en 2002, le
taux de couverture définit par la Puissance disponible sur la Puissance maximale
appelée est de 2,4. C'est sans doute sur cette base que le rapport sur la PPI présenté
au Parlement en date du 29 janvier 2002 n'a pas prévu de besoins spécifiques de
production sur la Guyane à l'horizon 2010.

Pourtant, pour maintenir des conditions d'exploitation et un service convenable, et


compte tenu de la mise en application progressive de réglementation sur les rejets
des groupes diesel et des TAC ainsi que des changements climatiques observables
qui tendent à diminuer le productible de Petit Saut, des investissements s'avèreraient
nécessaires à partir de 2006, soit pour la mise en conformité des groupes thermiques,
soit pour leur remplacement. L'élaboration plus précise des scénarios d'évolution de la
demande lors de la deuxième phase de Schéma Départemental permettra d'évaluer
plus précisément les besoins.

III - TRANSPORT ET DISTRIBUTION ELECTRIQUE SUR LE


RESEAU INTERCONNECTE

Nous avons reporté en Annexe 6 l'historique des données disponibles sur les réseaux
HTB, HTA et BT, ainsi que sur les postes sources et les postes de distribution
publique.

1 - CARACTERISTIQUES DES LIGNES DE TRANSPORT HTB 90KV

1.a - Etat physique des lignes HTB

L’état physique et mécanique des ouvrages peut être apprécié, en l’absence de visites
détaillées et montées, en fonction de leur âge et de la nature et section des
conducteurs.

En Guyane :
- 32 % des longueurs des lignes ont moins de 10 ans d’âge
- 58% des longueurs des lignes ont entre10 et 15 d’âge
- 10 % des longueurs des lignes ont une vingtaine d’années (20 et 21 ans )

Les conducteurs utilisés Aster 228 et 366mm² sont utilisés depuis une trentaine
d’années et sont réputés avoir une excellente fiabilité et tenue dans le temps.

En règle générale la durée de vie prise en compte pour l’amortissement de ces


ouvrages est de 45 ans, alors que 90% des lignes n’ont pas dépassé le tiers de leur
espérance de vie et que les 10% restant en sont à peine à la moitié. A ceci il faut
ajouter que les durées de vie retenues pour l’amortissement des ouvrages sont
généralement en deçà des durées de vie réelles constatées.

Toutes les lignes sont de la « génération d’après 1972 » année durant laquelle les
directives relatives aux températures admissibles pour les manchons et conducteurs,
les distances au sol et aux obstacles ainsi que les hypothèses de calcul mécaniques
ont été revues afin d’assurer une meilleure sécurité d’alimentation des réseaux.

1.b - Etat électrique et capacité des lignes HTB

Les lignes, équipées de conducteurs ASTER de 228 et 366 mm², admettent


respectivement des intensités de 495 A (78 MVA) et 670 A (105 MVA) la température
ambiante étant supposée à 30 °C et la température de fonctionnement de 60°C en
régime permanent.

Page 27
EMERAUDE

Normalement les surcharges ne sont pas admises pour les lignes 90 kV, ceci à cause
des dispositions constructives ( hauteur du conducteur par rapport au sol, distances
aux masses etc…)

Pour évaluer la capacité des ouvrages nous calculerons les chutes de tension et les
intensités maximales transitant à la pointe dans 3 cas (précisons que les 2 premiers
restent des cas extrêmes peu probables) :

Cas 1 : la centrale thermique de Degrad des Cannes alimente l’ensemble du


réseau (cf. Annexe 2.2)

Les chutes de tension atteignent 11% et 10,2% et les puissances sur les départs sont
respectivement de 65,4 et 33,0 MW.

Etant donné que la tension contractuelle acceptable se situe à + ou - 6% de la tension


nominale et qu’autour de cette valeur la tension de fourniture peut varier de + ou –
8%, la desserte de l’ensemble du réseau est possible en utilisant les régleurs en
charge des transformateurs dont les étendues des plages de réglage sont de + ou –
12% pour les appareils commercialisés avant 1986 et + ou – 14% après.

Cas 2 : la centrale Hydroélectrique du Petit Saut alimente l’ensemble du réseau


(cf. Annexe 2.3)

Cayenne et ses environs immédiats situés à 130 km de Petit Saut, consomment sur
quelques centaines de km² , les 2/3 de l’énergie et de la puissance de la Guyane
( postes de DDC, Suzini, Balata et Maloin ).
On remarquera que l’antenne desservant Saint Laurent du Maroni et Organabo est le
siège d’une chute de tension s’élevant à 5,3%.
Les chutes de tension s’élèvent sur les deux départs à 17,0 et 16,0%

Cas 3 : la centrale Hydroélectrique du Petit Saut alimente l’ensemble du réseau


sauf les charges de DDC et de Suzini (cf. Annexes 2.4.1et 2.4.2 )

Dans ces conditions la production hydraulique livre environ 79,6 MW et les chutes de
tension sont de l’ordre de 11,5 et 12,2%.

1.c - Les pertes joule dans les lignes HTB

Si l’on prend en compte que la production en énergie électrique est assurée à 77%
par l’hydraulique, on peut penser qu’à certaines périodes de l’année la production de
Petit Saut assure la totalité ou la presque des besoins de la Guyane, en dehors des
aspects de réserve tournante. Le consultant a étudié deux scénarios pour évaluer les
pertes joules dans les lignes HTB.

Scénario 1 (cf. Annexe 2.5):

Hypothèses :
- 41% de la production est assurée par le thermique de DDC ( soit Malouin,
Suzini et DDC représentant 40,5 MW sur 98,7 MW totale appelée)
- le reste de la production est assuré par l’énergie hydraulique soit 59% ou
58,2 MW
Ce schéma ne correspond pas à celui du coût minimal des pertes valorisées en Euro
(dû à un coût de production thermique élevé) mais il est proche de celui des pertes
minimales en puissance et en énergie (production proche des sites de
consommation).
Le taux des pertes à la pointe des lignes HTB desservies par le thermique est de
0,6% en puissance et de 0,5% en énergie et pour l’hydraulique de 3,06% en
puissance et de 2,5% en énergie. Pour l’ensemble des lignes HTB le taux global est
de 2,04% en puissance et de 1,65 % en énergie.
Page 28
EMERAUDE

Il est admis que la plage de ces résultats soit comprise entre 2 et 4% pour les réseaux
dont la tension est comprise entre 63 et 115 kV.(cf W.J. Ross « New Focus on
Distribution Losses » Transmission and Distribution).
Il est donc difficile d’obtenir de meilleurs résultats si l’on considère les pertes non
valorisées en Euro.

Scénario 2 (cf. Annexes 2.6.1 et 2.6.2 ):

Hypothèse :
La totalité de l’énergie est fournie par l’usine de Petit Saut.

Simulation :
Le taux des pertes en énergie est de 5,0 % ,c’est à dire supérieur à la limite maximale
de 4% généralement admise. Pour que le taux soit réduit à moins de 4 %, ce schéma
d’exploitation devrait être adopté pour une valeur de 80% de la puissance prise dans
l’étude soit environ 79 MW.
Malgré tout si la retenue du barrage ne permet de conserver les kWh non turbinés,
compte tenu des considérations économiques et environnementales déjà évoquées, il
n’y a pas lieu de respecter strictement cet indicateur de 4%.

Ce schéma n’est certes pas celui qui correspond à celui des pertes minimales en
puissance et en énergie mais c’est le plus proche de celui du coût minimal des pertes
valorisées en Euros et surtout voisin du coût de fonctionnement optimal.

1.d - Conclusion sur le réseau HTB

Sur la base des éléments fournis, et compte tenu de l'age moyen, le réseau HTB
parait en bon état.
Au niveau des chutes de tension, les situations de simulations cas n°1 et 2 examinées
ci-dessus, sont exceptionnelles. Même dans ces cas critiques, l'utilisation des régleurs
sur les postes sources permettraient une alimentation dans des conditions
acceptables de tension sur le réseau HTB. En régime normal, aucune contrainte de
tension n'est a déplorer.

D’autre part aucune contrainte d’intensité n’est également à déplorer, la capacité du


conducteur dont la section est la plus faible en 228mm² Aster étant d’environ 80% de
la puissance à la pointe du réseau interconnecté de la Guyane. Cette situation
s’explique par le fait qu’il s’agit de la plus faible section utilisée en 90 kV pour des
raisons économiques et mécaniques.

Dans ce contexte, et compte tenu des éléments en secours disponibles (capacités


installées, doublement des postes et des lignes, ainsi nous le verrons dans le
paragraphe que des reprises en secours potentiels grâce aux bouclages des départs
sur le réseau HTA), la défaillance de fourniture sur le réseau HTB est improbable en
cas de défaillance n-1 et plus. Une seule réserve concerne la zone de Saint-Laurent
et d'Organabo. En effet, cette antenne ne dispose plus que d’un secours partiel de 3,9
MW, alors que la puissance appelée à la pointe est de l’ordre de 10 MW. On notera
également que ce sont les seuls postes ne disposant pas de transformateur de
secours. Il serait souhaitable que les études engagées pour la desserte de cette zone
aboutissent rapidement.

Page 29
EMERAUDE

2 - CARACTERISTIQUES DES TRANSFORMATEURS HTB/HTA

Les caractéristiques techniques et les résultats des simulations effectuées sont


indiqués en Annexe 3

2.a - Etat physique des transformateurs HTB/HTA

Le parc de transformateurs du transport HTB / HTA est pour une grande partie
récent :
- 5 appareils ont moins ou 10 ans d’âge
- 7 appareils ont entre 11 et 20 ans
- 4 appareils ont 21 ou 22 ans

La durée de vie prise en compte dans les études économiques est de 40 ans mais
celle–ci est très souvent dépassée.

Avec la totalité du parc des appareils de moins de 22 ans en service, il est loin d’être
vieillissant.

2.b - Etat électrique et capacité des transformateurs HTB/HTA

Coefficient d’utilisation des transformateurs :

Compte tenu que nous ne disposons que des puissances actives maximales
mesurées sur les départs HTA nous avons admis pour calculer les puissances
apparentes que le facteur de puissance moyen était de 0,9. Pour obtenir la puissance
appelée au niveau d’un poste source nous avons adopté un coefficient de
foisonnement de 0,95.

Le consultant a également admis qu’à la pointe du réseau HTB, le coefficient de


foisonnement entre les différents postes source était de l’ordre de 0,95.
Le coefficient d’utilisation des transformateurs est au global de 30 %. Etant donné
qu’à l’exception de saint Laurent du Maroni (secours prévu par le thermique) et
Organabo, tous les appareils sont garantis en n-1 par un transformateur de
puissance identique, on en déduit que globalement la puissance appelée peut
pratiquement doubler sans que ces transformations soient à renforcer, tout en
conservant leur puissance garantie.

Cette situation peut s’expliquer par les considérations suivantes :


- La puissance de 10 MVA n’est pratiquement plus utilisée par les distributeurs ce
qui conduit pour les fabricants à une augmentation de leur coût unitaire
comparativement aux appareils de 20 MVA qui sont couramment utilisés.
- La mutation d’un appareil par un autre de puissance différente conduit à
reprendre le câblage des circuits des automatismes, protections et mesures et à
refaire des essais avant leur remise en service. Le coût de ces travaux réduit
d’autant le gain réalisé en choisissant un appareil de 10 MVA
- Les délais d’approvisionnement d’un appareil sont de plusieurs mois, à cela
s’ajoutent les délais de transport en bateau de l’usine jusqu’en Guyane et ceux de
sa mise en place.
- Enfin, contrairement à ce qui se passe dans l’hexagone les secours en n-1
possibles par le réseau HTA sont parfois limités en Guyane compte tenu des
distances inter-postes excessives conduisant à des chutes de tension trop
importantes ou à des problèmes de réglage des protections pas compatibles avec
la continuité de fourniture exigée.

Toutefois il y aurait lieu de veiller que les secours entre les postes HTB/HTA par
l’intermédiaire des départs HTA sont bien pris en compte.

Page 30
EMERAUDE

2.c - Les pertes dans les transformateurs HTB/HTA

Le détail des simulations est indiqué dans les Annexes 2.1 et 3.

Hypothèses :
Ne disposant pas des caractéristiques exactes des transformateurs, le consultant a
adopté les caractéristiques données par les constructeurs et précisées dans les
normes en vigueur à l’année de fabrication.

Simulations :

Les pertes totales dans les transformateurs HTB/HTA s’élèvent à 633kW à la pointe
dont 273 kW pour les pertes constantes (8760 heures) et 360 kW pour les pertes
variables. Le taux des pertes en puissance est de 0,66 %, et en énergie de 0,53%.

A noter que si les transformateurs en secours sont mis hors tension (ou stand by ), le
taux de pertes en énergie serait réduit à 0,44%, mais cette situation dégraderait la
continuité du service en n’autorisant pas les permutations automatiques des ½ jeu de
barres en cas de déclenchement du disjoncteur du transformateur normalement en
service. L’étude technico-économique montre que le gain réalisé de 117 kW de pertes
à la pointe par la mise hors tension d’un transformateur de secours ne compense pas
le coût de l’énergie non distribuée consécutive à la dégradation de la continuité de
fourniture qui en résulterait.
D’autre part le fonctionnement à charge répartie entre les deux transformateurs n’est
économiquement intéressante qu’à partir du moment où la puissance apparente
dépasse 85 % environ de la puissance nominale du transformateur, ce qui est
actuellement uniquement le cas de Balata en Guyane.

Il est admis que la plage de ces résultats soit comprise entre 0,25 et 0,50 % pour les
réseaux dont la tension est comprise entre 63 et 115 kV. ( cf W.J. Ross « New Focus
on Distribution Losses » Transmission and Distribution.)
.

2.d - Conclusion sur les postes HTB/HTA

En conclusion, en dehors des postes d'Organabo et de St Laurent pour lesquels un


secours de production est prévu, tous les postes sources sont garantis en contraintes
n-1. Les taux de perte d'environ 0,7% en puissance et 0,5% en énergie (légèrement
supérieurs aux taux admis sur les gros réseaux interconnectés) s'expliquent par un
dimensionnement prévu pour faire face à la demande rapide, mais également peut on
penser pour tenir compte des contraintes et délais en cas d'approvisionnement de
matériel depuis la métropole.
Sur cette base et au regard des éléments d'analyse sur les lignes HTB, l’ensemble du
réseau HTB dispose d’une forte capacité d’accueil et devrait pouvoir faire face à
l’accroissement des charges dans les dix prochaines années.

3 - CARACTERISTIQUES DES LIGNES HTA


N’ayant pu obtenir de renseignements précis sur le réseau HTA, le consultant a
cherché à définir à partir de différents recoupements, des départs type en aérien,
aéro-souterrain et souterrain. Ces estimations sont notamment basées sur une
analyse des cartes synoptiques du réseau HTA, sur lesquels il manque néanmoins la
nature et les longueur des ossatures. Certaines valeurs peuvent donc manquer de
précision, mais ce travail permet d’évaluer la qualité et la capacité d’accueil du
réseau HTA.

Page 31
EMERAUDE

3.a - Etat physique des lignes HTA

De 1994 à 2002, la longueur des lignes aériennes HTA est restée quasiment
inchangée (+2%), alors que celle des câbles souterrains progressaient dans le même
temps de 103% soit 165 km (cf. Annexe 6). En 2002, la longueur du réseau HTA était
de 972 km dont 325 km en souterrain (soit 33% environ).

La longueur moyenne des départs est réduite à 21,5 km y compris les dérivations et le
nombre de postes de transformation par départ reste faible, soit 25.

Parmi 42 départs des postes sources HTB/HTA analysés :


- 22 sont entièrement (ou presque) souterrains, ce qui permet de déduire que leur
longueur moyenne est de l’ordre de 13 km
- 14 sont aérosouterrains ,ce qui permet de penser que ce type de départ comporte
28 km de ligne aérienne et 2 km de câble souterrain
- 6 sont entièrement ou presque en technique aérienne et leur longueur développée
moyenne est voisine de 40 km.

Toujours sur les 42 départs étudiés


- 31 sont entièrement ou partiellement secourus par un ou deux postes voisins
- 7 départs sont secourus à partir du poste dont ils sont eux mêmes issus.
- 4 départs aériens sont en antenne donc non secourus

3.b - Etat électrique et capacité des lignes HTA

En 2002, 42 départs HTA étaient en service, la répartition des départs par palier de
puissance est la suivante :

Nombre de Puissance transitée


départ à la pointe (MW)
4 inférieure à 1 MW
6 entre 1,1 et 1,5 MW
13 1,6 et 2 MW
8 2,1 et 2,5 MW
5 2,6 et 3 MW
2 3,1 et 3,5 MW
3 3,6 et 4 MW
1 égale à 4,2 MW

La puissance maximale moyenne d’un départ HTA est de 2,60 MW.

A titre indicatif si nous considérons un départ aérien de 30 km d’ossature en


conducteurs de 75 mm² Aster dont la charge linéairement répartie est de 2,5 MW la
chute de tension serait de 5,7% et de 3,75% dans du 148 Aster (almélec)
Pour un départ souterrain de 13 km, une charge linéairement répartie de 4 MW
occasionnerait une chute de tension de 2,6% dans un câble aluminium de 95mm² et
de 1,8% dans un câble de 150mm² de même nature.

3.c - Conclusion sur le réseau HTA

Sur la base des éléments mis à notre disposition, nous retiendrons globalement au
niveau du réseau interconnecté :
§ un réseau HTA souterrain globalement récent et qui représente aujourd'hui un
tiers du réseau HTA total. Il est constitué de départs courts et secourus par
des postes voisins ou à partir d’un autre départ du poste dont ils sont eux
mêmes issus ; tout laisse penser que dans ce dernier cas que les deux
départs sont raccordés à des demi-jeux de barres différents

Page 32
EMERAUDE

§ un réseau HTA aérosouterrain comportant également des départs courts, et


également secourus dans de bonnes conditions
§ enfin, un réseau HTA aérien composé lui aussi de départs courts

Si les lignes d’ossature sont de à minima de 75 ou 148 Alm ou d’impédance


équivalente et si le réseau souterrain est constitué de câble de 95 ou 150 mm²
aluminium ou d’impédance équivalente, tout laisse penser que les niveaux des
chutes de tension et des pertes joule sont comprises dans des limites
acceptables et que le réseau possède une bonne capacité d'accueil.

Notons également comme évoqué pour le réseau HTB que des secours HTA
semblent possibles entre les départs et les postes HTA/BT en cas de défaillance de
certains postes sources.

Remarque :
Dans ces hypothèses, les éventuels problèmes de tension qui seraient observés par
la clientèle seraient davantage dues au flicker ou à coup de tension, qui résultent
d’une puissance de court-circuit faible. Ceci est le cas des réseaux ilotés ne disposant
pas de moyen de production de très forte puissance ou d’un réseau interconnecté
possédant lui-même une forte capacité de production. Précisons que les flickers ou à
coup de tension ne peuvent être repris par les régleurs en charge localisés au niveau
des postes sources, qui ne prennent en compte que des chute de tension observées
sur une durée plus longue. La nécessité de laisser tourner en permanence les
groupes diesel en réserve tournante confirme cette contrainte d'exploitation. Une
étude complémentaire pourrait être réalisée sur certaines zones spécifiques jugées
éventuellement problématiques afin d'évaluer ces contraintes et de proposer le cas
échéant des solutions (condensateur, action de maîtrise de la demande électrique,
démarrage étoile/triangle de moteurs triphasés pour limiter les appels de puissance,
etc..).

IV - DEMANDE ELECTRIQUE SUR LA ZONE INTERCONNECTÉE

1 - VISION HISTORIQUE GENERALE DE LA DEMANDE ET PROJECTION DES


POPULATIONS ET MENAGES A 2002

1.a - Evolution de la demande électrique entre 1984 et 1999

D’une manière générale, les données de consommation sont très difficiles à obtenir et
à interpréter. Afin d’appréhender l’historique des consommations électriques de
l’ensemble du territoire, la source la plus complète est constituée d’une thèse réalisée
par Lionel CAURET à ARMINE en 1999. Il s’agit d’un travail sur l’analyse globale de
l’impact financier d’actions de MDE pour l’ensemble des DOM dont un chapitre est
consacré à la Guyane.

Les sources sont essentiellement bibliographiques pour la période avant 88. Pour la
période suivante, les sources sont essentiellement issues des documents de EDF au
niveau national. Cet historique permet de reconstituer la demande par niveau de
tension et par type de clientèle. Un changement de nomenclature apparaît à partir de
l’année 1996 ne permettant plus de distinguer l’agriculture MT et l’industrie/artisanat
BT.

Page 33
EMERAUDE

En GWh

Total Guyane
indus/artisa
Résidentiel

indus/artis

Total MT
Total BT
Tertiaire

Tertiaire

Agri
MT

MT

MT
BT

BT

BT
1975 27,5 . . 31,0 . . 27,5 31,0 58,5
1976 29,0 27,2 29,0 27,2 56,2
1977 33,3 31,4 33,3 31,4 64,7
1978 24,0 11,1 4,9 35,6 2,2 2,8 40,0 40,6 80,6
1980 25,6 10,8 5,4 39,6 2,2 3,1 41,8 44,9 86,7
1981 31,5 13,0 6,3 41,9 2,7 3,5 50,8 48,1 98,9
1982 35,5 13,5 6,7 46,8 2,2 3,6 55,7 52,6 108,3
1983 40,2 14,3 6,7 47,7 2,2 4,6 61,2 54,5 115,7
1984 46,6 16,6 9,0 54,9 2,2 5,5 72,2 62,6 134,8
1985 51,0 14,9 10,8 67,5 3,1 5,7 76,7 76,3 153,0
1986 54,8 16,2 12,6 77,0 4,5 7,4 83,6 88,9 172,5
1987 58,5 17,4 13,5 84,2 4,9 7,8 89,4 96,9 186,3
1988 64,5 22,5 16,2 89,6 4,9 8,9 103,2 103,4 206,6
1989 74,0 28,0 20,0 104,0 6,0 10,0 122,0 120,0 242,0
1990 81,6 31,0 19,4 111,9 6,1 11,0 132,0 129,0 261,0
1991 93,3 39,0 25,0 121,2 7,2 12,0 157,3 140,4 297,7
1992 104,0 42,0 26,4 142,8 8,0 13,0 172,4 163,8 336,2
1993 119,0 46,6 26,9 153,0 8,0 14,0 192,5 175,0 367,5
1994 127,0 51,7 26,3 166,0 9,0 15,0 205,0 190,0 395,0
1995 131,0 57,4 17,6 190,0 11,0 16,0 206,0 217,0 423,0
1996 138,0 77,0 225,0 14,0 215,0 239,0 454,0
1997 139,0 86,0 217,0 14,0 225,0 231,0 456,0
1998 148,0 91,0 228,0 15,0 239,0 243,0 482,0
1999 174,0 86,0 237,0 13,0 260,0 250,0 510,0

Cette décomposition de la demande correspond à la zone interconnectée et ne


considère pas les pertes.

600,0

500,0

400,0
GWh

Total MT
300,0
Total BT

200,0

100,0

0,0
1975

1976

1977

1978

1980

1981

1982

1983

1984

1985

1986

1987

1988

1989

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

Figure 4: Historique d'évolution des consommations électriques de la Guyane de 1975 à 1999 (zone
interconnectée, hors pertes)

Page 34
EMERAUDE

1.b - Projection des populations et ménages à 2002

L’année de calage étant 2002, nous avons effectué une projection linéaire des
données de population à partir de la base réelle issue du recensement de 1999. Ce
travail a été effectué par communes. En considérant que la structure des ménages et
les taux d’électrification n’ont pas évolué fondamentalement en 3 ans, nous sommes
en mesure d’identifier les ménages électrifiés suivants par communes.

communes Habitant Estimation Taux Taille des Pop 2005 Ménages N°


_total 99 2002 d’élec ménages corr. 2002 élec. INSEE
Regina 765 1 352 82,6% 3,326 1 743 336 01
Cayenne 50 594 60 140 99,2% 2,991 66 504 19948 02
Iracoubo 1 430 2 736 64,9% 2,535 3 606 700 03
Kourou 19 107 22 184 98,9% 3,422 24 236 6412 04
Macouria 5 050 4 106 96,1% 3,564 3 476 1107 05
Mana 5 445 9 215 56,6% 4,370 11 728 1194 06
Matoury 18 032 20 413 92,6% 3,507 22 000 5389 07
St Georges 2 153 3 790 87,3% 4,093 4 882 808 08
Remire-Montjoly 15 555 17 813 98,6% 3,165 19 318 5550 09
Roura 1 791 2 161 81,1% 4,080 2 407 430 10
St Laurent 19 211 27 125 79,7% 4,248 32 401 5089 11
Sinnamary 2 783 4 676 93,4% 3,415 5 938 1279 12
Montsinéry 1 037 918 89,7% 3,434 838 240 13
Ouanary 92 190 90,0% 4,842 256 35 14
Saul 160 182 90,9% 2,909 196 57 52
Maripasoula 3 710 4 986 63,6% 4,131 5 836 767 53
Camopi 1 032 1 745 35,1% 5,578 2 220 110 56
Gd Santi 2 862 4 238 17,4% 3,155 5 156 234 57
St Elie 239 325 92,1% 2,366 382 126 58
Apatou 3 628 6 317 34,8% 3,931 8 109 559 60
Awala-Yalimapo 887 1 347 68,8% 5,040 1 653 184 61
Papaïchton 1 650 2 607 55,7% 3,675 3 245 395 62
Total 157 213 198 563 226 130 50948
Tabl. 3 : Données démographiques 1999 et projection 2002 par commune

Nous obtenons donc environ 51 000 clients résidentiels alors que la source EDF n’en
compte que 41 500. Cette différence peut s’expliquer par des phénomènes de
rétrocession de l’électricité au sein de certains ménages. Pour les calculs d'analyse
de la demande qui suivent, nous utiliserons à ce stade la référence abonnés EdF.

Page 35
EMERAUDE

160 000 90%


140 000 80%
120 000 70%
60%
100 000
50%
80 000
40%
60 000
30%
40 000 20%
20 000 10%
- 0%
Communes interconnectées Communes isolées
Population (1999) 140 922 16 291
Taux électrification moyen 85% 65%

Figure 5 : Populations et taux d'électrification de communes interconnectées et des communes isolées


(Insee99)

La Figure 5 permet de mettre en relief les enjeux en terme de population et


d'électrification au niveau du territoire, les communes de la zone interconnectée
représentant 90% de la population, avec un taux d'électrification de 85%, contre
respectivement 10% et 65% pour les communes de l'intérieur non interconnectées. En
première approche, on voit que sur les environs 30 000 personnes non électrifiées en
1999, près de 80% le sont également sur les communes du littoral.

2 - RECONSTITUTION DE LA DEMANDE TOTALE EN 2002

2.a - Méthodologie

La méthode globale de reconstitution de la demande est la suivante :

Basse tension :

• éléments disponibles :
Ø Consommations BT par grande zone et par nature de client de janvier 2003 à
juin 2003
Ø Répartition du nombre d’abonnements BT par commune

• traitements :
Ø Extrapolation à l’année 2002
Ø calcul de consommation unitaire par client et par grande zone
Ø calcul des consommations par nature de client par commune

Page 36
EMERAUDE

Traitement des clients BT


Ventes BT par grande zone et
par nature de client de janvier
2003 à juin 2003 Légende
Sources EDF
Extrapolation à l’année 2002 Calculs
(X2)
Sources biblio
Résultats
calcul de consommation unitaire
par client et par grande zone

Répartition du nombre
d’abonnement BT par commune

calcul des consommations par Consommation par nature de


nature de client par commune client par commune

Profils type par nature de client

calcul des courbes de charge


par nature de client par Courbes de charge par nature
commune de client par commune
Figure 6 : Méthodologie de reconstitution de la demande en BT

Moyenne tension

• éléments disponibles :
Ø Consommation MT et puissance souscrite par commune et par nature de
client de septembre 2002 à août 2003
Ø Nombre de clients MT pour les communes interconnectées
• Traitements :
Ø Le seul calcul à effectuer est une extrapolation à l’année 2002

Traitement des clients MT


Ventes MT par commune et par
nature de client de septembre
2002 à aout 2003 Légende
Sources EDF
Extrapolation à l’année 2002 Calculs
(X1)
Sources biblio
Résultats

Consommation par nature de


client par commune

Profils type par nature de client

calcul des courbes de charge


par nature de client par Courbes de charge par nature
commune de client par commune
Figure 7 : Méthodologie de reconstitution de la demande en MT

Page 37
EMERAUDE

Par la suite, des regroupements par communes ont été effectués, en distinguant les
communes interconnectées, sur lesquels les données plus précises ont permis d'aller
jusqu'à une reconstitution de la courbe de charge, tandis que l'analyse sur les
communes isolées a dû à ce stade se limiter à une recomposition des
consommations.

Agrégation

Consommation par nature de Consommation zone


client par commune par niveau interconnectée par nature de
de tension client par niveau de tension
Agrégation des
communes
interconnectées
Courbes de charge par nature Courbe de charge zone
de client par commune par interconnectée par nature de
niveau de tension client par niveau de tension

Consommation par nature de Agrégation des Consommation zone isolée par


client par commune par niveau communes nature de client par niveau de
de tension isolées tension
Figure 8 : Agrégation des analyses et établissement des bilans de consommation

2.b - Mise en cohérence générale des données

Toute la difficulté et les approximations résultent des différences de références


temporelles des données qui ont été mises à notre disposition, à défaut de bilans
annuels. Ainsi, nous nous basons sur les hypothèses suivantes :
Ø Basse tension 2002 = 2 * (BT du mois de janvier 2003 au mois de juin 2003)
Ø Moyenne tension 2002 = (MT du mois de septembre 2003 au mois de août
2003)

Ces hypothèses contribuent d'ores et déjà à expliquer la différence que l’on


constatera entre l’offre totale (interconnecté + sites isolés) estimée à 571 600 MWh
(bilan fourni par EdF pour l'année 2002) et la demande reconstituée à 590 416 MWh.
On observe en effet une différence de l’ordre de 3,5%, à priori proche de la croissance
probable au cours du premier semestre 2003. Une autre source d'écart et la prise en
compte dans notre analyse de communes électrifiées mais non comptabilisées par
EdF car en gestion autonome, comme notamment la commune de St Elie.

2.c - Typologies de consommateurs

Outre les spécificités locales qui transparaîtront à travers les différents taux (taux
d’équipement, puissances, temps d’utilisation et formes), il convient d’utiliser une
nomenclature des consommateurs homogène à l’ensemble du territoire.

Les sources utilisées ont chacune leur propre nomenclature et nous sommes dans
l’obligation d’effectuer des regroupements :

Page 38
EMERAUDE

Typologies initiales Regroupement Typologies finales


Agriculture BT Agriculture Agri, artisanat, PME
Agriculture HT Agriculture Agri, artisanat, PME
Artisanat -Petite Industrie BT Artisanat -Petite Industrie Agri, artisanat, PME
Bureaux et administrations BT Bureaux et administrations Bureaux
Bureaux et administrations HT Bureaux et administrations Bureaux
Commerce indépendant BT Commerce indépendant Commerces
Commerce intégré et Gros Stockage BT Commerce intégré et Gros Stockage Commerces
Commerce intégré et Gros Stockage HT Commerce intégré et Gros Stockage Commerces
Equipements collectifs BT Equipements collectifs Equts collectifs
Equipements collectifs HT Equipements collectifs Equts collectifs
Hôpitaux collectivités diverses BT Hôpitaux collectivités diverses Equts collectifs
Hôpitaux collectivités diverses HT Hôpitaux collectivités diverses Equts collectifs
Hôtellerie -restauration BT Hôtellerie -restauration Hôtels Restaurants
Hôtellerie-restauration HT Hôtellerie -restauration Hôtels Restaurants
Industrie HT Industrie Industrie
Locaux scolaires et universitaires BT Locaux scolaires et universitaires Equts collectifs
Locaux scolaires et universitaires HT Locaux scolaires et universitaires Equts collectifs
Usages domestiques BT Usages domestiques Domestiques
Tabl. 4 : tableau des correspondances et typologie finale des consommateurs d'électricité

2.d - Application de profils types pour les appels de puissance

Afin de reconstituer les appels de puissance par zones et par communes, nous
appliquons à chaque consommation par branche et par commune un profil de
déformation et un nombre de journées type. Ces profils types jugés représentatifs des
formes d’utilisation de l’énergie par grand secteur ont été obtenus à partir d’une
7
campagne de mesure réalisée en 1996 , soit 4 profils :
- Domestique
- BT professionnel
- MT
- Eclairage Public (EP)

Les hypothèses d’affectation des profils aux différents secteurs apparaissent dans le
tableau qui suit :

Typologies initiales Niveau de Nombre de Profils Typologies finales


tension journées
types
Agriculture BT 300 BT pro Agri, artisanat, PME
HT 300 MT Agri, artisanat, PME
Artisanat -Petite Industrie BT 300 BT pro Agri, artisanat, PME
Bureaux et administrations BT 250 BT pro Bureaux
HT 250 MT Bureaux
Commerce indépendant BT 300 BT pro Commerces
Commerce intégré et Gros BT 300 BT pro Commerces
Stockage
HT 300 MT Commerces
Equipements collectifs BT 300 BT pro + EP Equts collectifs
HT 300 MT Equts collectifs
Hôpitaux collectivités diverses BT 365 BT pro Equts collectifs
HT 365 MT Equts collectifs
Hôtellerie -restauration BT 365 BT pro Hôtels Restaurants
HT 365 MT Hôtels Restaurants

7
Instrumentation DIACE et étude sur l'interconnecté, 1996
Page 39
EMERAUDE

Industrie HT 250 MT Industrie


Locaux scolaires et BT 250 BT pro Equts collectifs
universitaires
HT 250 MT Equts collectifs
Usages domestiques BT 320 Domestiques Domestiques
Tabl. 5 : tableau d'affectation de profils d'appel de puissance par type de consommateurs

Ces profils peuvent être ajustés en fonction des différents contextes sociaux,
économiques et territoriaux (notamment en distinguant des profils sur l'interconnecté
et sur les sites isolés). Dans l’état actuel d’avancement de l’étude, les éléments dont
nous disposons ne nous permettent pas de préciser d’avantage ces profils.

3 - SITUATION 2002 EN BASSE TENSION

L’exploitation des informations concernant la BT permet de reconstituer les tableaux


suivants :

Nb de clients CAYENNE KOUROU ST Communes Total


LAURENT de l'intérieur
Agriculture 33 12 18 5 68
Artisanat -Petite Industrie 227 61 79 21 388
Commerce intégré et Gros 571 142 131 40 884
Stockage
Commerce indépendant 221 47 54 14 336
Hôtellerie-restauration 105 25 21 5 156
Bureaux Professions libérales 2041 488 190 80 2799
Hôpitaux collectivités diverses 16 1 4 6 27
Locaux scolaires et universitaires 19 4 19 4 46
Equipements collectifs 708 143 191 55 1097
Usages domestiques 28260 7237 4567 1373 41437
Total 32201 8160 5274 1603 47238
Tabl. 6 : nombre de clients EdF par secteur d'activité et par zone géographique au 30/06/03

Répartition des abonnements BT par zone et secteur

35000
Usages domestiques

30000 Equipemens collectifs

Locaux scolaires et universitaires


25000
nombre d'abonnements

Hopitaux collectivités diverses


20000
Bureaux Professions libérales

15000 Hotellerie-restauration

10000 Commerce indépendant

Commerce intégré et Gros


5000 Stockage
Artisanat -Petite Industrie
0
Agriculture
CAYENNE KOUROU ST LAURENT Communes de
l'intérieur

Figure 9 : répartition du nombre de clients EdF par zone géographique et par secteur d'activité au 30/06/03

En termes d’abonnements basse tension, on remarque une forte concentration de la


population électrifiée sur Cayenne. Au total, nous avons en 2003 environ 47 000

Page 40
EMERAUDE

abonnements basse tension dont 41 437 abonnements résidentiels. La zone de


Cayenne représente à elle seule plus de 68 % des abonnements résidentiels.

Répartition des consommation BT en 2003 par secteur et par zone

100%
Usages domestiques
90%
Equipemens collectifs
80%
Locaux scolaires et universitaires
70%
Hopitaux collectivités diverses
60%

50% Bureaux Professions libérales

40% Hotellerie-restauration

30% Commerce indépendant

20% Commerce intégré et Gros


Stockage
10% Artisanat -Petite Industrie
0%
Agriculture
CAYENNE KOUROU ST Communes Total
LAURENT de l'intérieur

Figure 10 : répartition des consommations électriques en BT par zone géographique et par secteur d'activité

Notons ici la prépondérance des usages domestiques, qui représentent 69% de la


consommation en basse tension au niveau du département, et jusqu'à 80% sur les
communes de l'intérieur.

A partir de ces données, nous sommes également en mesure de calculer la puissance


moyenne souscrite de ces consommateurs BT.

Puissance moyenne souscrite par zone et secteur (BT)

30,00

25,00

20,00
kVA

15,00

10,00

5,00

0,00
e

e
ur

nn
s
nt
ult

ue

ye
s
ie

da

ion

ctif
ric

Mo
tiq
str

rse
es
en

ole
rat
Ag

res

es
du

ral
e

ive
ép

tau
ag

sc

m
itai
n


I

sd
nd

do
ck

es

ers
te

en
s li
Sto

ei
eti

e-r

ité

em
ion

es
niv
erc
t -P

tiv
eri

ag
os

tu
ss

uip
ec
tel
m
na

ofe
Gr

Us
se

Eq
Ho
m

ol
tisa

et

Pr

ire
xc
Co

ola
ux
Ar

au
tég

rea

sc
pit
ein

ux
Bu

Ho
erc

ca
Lo
mm
Co

CAYENNE KOUROU ST LAURENT Communes de l'intérieur Guyane


Figure 11 : Puissance moyenne souscrite en BT par zone géographique et secteur d'activité

Ces premiers résultats sont riches en enseignements. Il nous montrent d’une part que
les puissances par nature d’activité s’étendent en moyenne de 20 kVA à 6 kVA avec
des contrastes en fonction de la localisation qui s’expliquent par les niveaux
d’équipement.
Page 41
EMERAUDE

Pour les abonnés domestiques, on constate que les villes de Kourou et St Laurent ont
une puissance moyenne de l’ordre de 6,8 kVA, supérieure à 7 kVA pour Cayenne et
inférieure à 4,5 kVA pour les communes de l’intérieur.

On constate par ailleurs que les communes de l’intérieur représentent environ 3,4
% des abonnements, 2,4 % des puissances souscrites et 2,3 % des
consommations. Cet écart devrait être creusé en ajoutant les consommations
HTA à ce premier bilan.

On notera pourtant certains résultats surprenants, comme des puissances moyennes souscrites des secteurs de la
santé ou de l'éducation supérieures pour les communes de l'intérieur que pour les communes du littoral. Ces
résultats, directement issus des données fournies par EdF, mériteraient une étude plus approfondie afin de
comprendre l'origine de tels écarts : contracts souscrits mal adaptés aux besoins réels, prise en compte dans les
catégories santé et éducation de types de clients distincts sur les 2 zones ?

Le dernier traitement que nous pouvons effectuer sur la base de ces données
concerne le temps d’utilisation de l’énergie à puissance souscrite. On remarque ici
que les activités tertiaires ont un facteur de fonctionnement très élevé (besoins de
base, climatisation principalement). Par ailleurs, on peut distinguer des écarts entre
zones. Par exemple, les facteurs de fonctionnement des communes de l’intérieur est
plus élevé que dans les zones denses. Ceci s’explique en partie par une dominante
de l’utilisation de l’électricité pour la production de froid.

Facteur d'utilisation de l'électricité


% de temps à puissance souscrite

30%

25%

20%

15%

10%

5%

0%
e
ure

nn
ye
s

es
ion
ult

nt

ctif
trie

Mo
tiqu
es
ric

es
da

rat

ole
us

e
Ag

ral

ers
en

res

es
tau
ag
Ind

sc
ibé
ép

m
div
ck

itai
es

en

do
sl
nd
te

Sto

ers
e-r

tés
ion
eti

em
ei

es
niv
eri
os
t -P

tivi
erc

ss

ag
uip
tu
tel
Gr

c
ofe
mm

Us
na

ole

se

Eq
Ho
et

Pr
tisa

xc

ire
Co
gré

ux

ola
Ar

au
nté

rea

sc
pit
ei

Bu

Ho

ux
erc

ca
m

Lo
m
Co

CAYENNE KOUROU ST LAURENT Communes de l'intérieur Guyane


Figure 12 : Facteur d'utilisation de l'électricité en BT par zone géographique et secteur d'activité

Notons ici en référence à la remarque précédente sur les puissances souscrites des secteurs de la santé et de
l'éducation que le facteur d'utilisation est lieu beaucoup plus faible sur les communes de l'intérieur, ce qui pourrait
indiquer éventuellement une inadéquation des contrats sur ces sites.

4 - CONSOMMATIONS MOYENNE TENSION EN 2002

L’exploitation des données transmises par EdF a été la suivante :

Page 42
EMERAUDE

code Commune Nombre Consommatio % conso Puissance Puissance Conso.


de n totale souscrite installée Unitaire
clients (kWh) (kW) (kW) par client
MT (kWh)
02 CAYENNE 182 71 855 898 25,73% 21 805 81 510 394 813
03 IRACOUBO 2 83 045 0,03% 105 150 41 523
04 KOUROU 76 142 705 121 51,10% 26 449 178 810 1 877 699
05 MACOURIA 13 1 574 257 0,56% 1 340 4 490 121 097
06 MANA 6 1 802 512 0,65% 900 2 200 300 419
07 MATOURY 44 14 832 509 5,31% 5 034 19 800 337 102
13 MONTSINERY 2 7 424 654 2,66% 2 090 42 660 3 712 327
09 REMIRE- 44 22 927 139 8,21% 7 904 23 190 521 071
MONTJOLY
10 ROURA 6 6 784 260 2,43% 1 385 3 390 1 130 710
11 SAINT- 20 7 564 123 2,71% 2 213 7 400 378 206
LAURENT
12 SINNAMARY 6 1 695 503 0,61% 785 2 290 282 584
Total 401 279249 021 100% 70 010 365 890 696 382
Tabl. 7 : Tableau de synthèse des données disponibles en MT (période du 1 sept. 02 au 30 août 03)

5 - RESULTATS PAR GRANDES ZONES TERRITORIALES

Après application de la méthodologie décrite précédemment, nous sommes en


mesure d’effectuer des bilan communaux qui apparaissent dans les résultats
présentés ci après.

5.a - Consommation 2002 par grande zone et niveau de tension

Page 43
EMERAUDE

Regroupement Code Commune BT HTA Total %


Cayenne 02 Cayenne 132 764 173 71 855 898 204 620 071 34,7%
05 Macouria 10 133 417 1 574 257 11 707 674 2,0%
07 Matoury 36 884 888 14 832 509 51 717 397 8,8%
09 Remire-Montjoly 32 974 001 22 927 139 55 901 140 9,5%
10 Roura 2 502 642 6 784 260 9 286 902 1,6%
13 Montsinéry- 1 730 380 7 424 654 9 155 034 1,6%
Tonnegrande
Total Cayenne 216 989 500 125 398 717 342 388 217 58,0%
Kourou 03 Irakoubo 2 354 644 83 045 2 437 689 0,4%
04 Kourou 47 994 067 142 705 121 190 699 188 32,3%
12 Sinnamary 5 664 128 1 695 503 7 359 631 1,2%
Total Kourou 56 012 840 144 483 669 200 496 509 34,0%
Saint Laurent 06 Mana 5 350 853 1 802 512 7 153 365 1,2%
11 Saint-Laurent-du- 24 807 487 7 564 123 32 371 610 5,5%
Maroni
61 Awala-Yalimapo 815 220 815 220 0,1%
Total Saint 30 973 560 9 366 635 40 340 195 6,8%
Laurent
Site isolé 01 Régina 774 207 774 207 0,1%
08 Saint-Georges 1 939 709 1 939 709 0,3%
14 Ouanary 92 166 92 166 0,0%
52 Saül 106 048 106 048 0,0%
53 Maripasoula 1 934 482 1 934 482 0,3%
56 Camopi 168 038 168 038 0,0%
57 Grand-Santi 483 208 483 208 0,1%
58 Saint-Élie 194 679 194 679 0,0%
60 Apatou 854 461 854 461 0,1%
62 Papaichton 647 842 647 842 0,1%
Total Site isolé 7 194 840 7 194 840 1,2%
Total 311 170 740 279 249 021 590 419 761 100,0%
% 52.7% 47.3% 100%
Tabl. 8 : Synthèse des consommations électriques annuelles en BT et MT par commune et zone
géographique

Consommation par grande zone et niveau de tension

Site isolé

Saint Laurent

BT
HT

Kourou

Cayenne

0 50 000 000 100 000 000 150 000 000 200 000 000 250 000 000 300 000 000 350 000 000 400 000 000

kWh

Figure 13 : Consommations électriques annuelles en BT et MT par zone géographique

Page 44
EMERAUDE

Ces données permettent clairement de mettre en relief la répartition respective de la


demande au niveau du territoire :
- Cayenne représente à elle seule plus du tiers de la consommation, et près de
60% si on inclut les communes limitrophes fortement peuplées
- Kourou représente un niveau de consommation électrique proche de la ville de
Cayenne, avec néanmoins une part prépondérante de consommation due aux
abonnées MT (74% de la consommation sur la commune de Kourou, et 51% de la
consommation totale en MT au niveau du Département).
- Les sites isolés représentent moins 1,5% de la consommation électrique totale

6 - RESULTATS SUR LA ZONE INTERCONNECTEE

6.a - Energie

Consommation de la zone interconnectée (kWh)

Agriculture
Awala-Yalimapo

Montsinéry-Tonnegrande Artisanat -Petite Industrie

Sinnamary Bureaux et administrations


Saint-Laurent-du-Maroni
Commerce indépendant
Roura
Commerce intégré et Gros
Remire-Montjoly Stockage
Equipements collectifs
Matoury
Hopitaux collectivités diverses
Mana

Macouria Hotellerie-restauration

Kourou Industrie
Irakoubo
Locaux scolaires et universitaires
Cayenne
Usages domestiques
0 50 000 000 100 000 000 150 000 000 200 000 000 250 000 000

Figure 14 : Reconstitution de la consommation par commune et secteur d'activité sur la zone interconnectée
(2002)

Page 45
EMERAUDE

Répartition des consommations sur le réseau interconnecté en


2002

Bureaux et
administrations
Artisanat -Petite 15%
Agriculture Industrie
1% 1% Commerce
indépendant
1%
Usages domestiques
36% Commerce intégré et
Gros Stockage
8%

Equipements collectifs
6%
Locaux scolaires et Hopitaux collectivités
universitaires Industrie
diverses
2% 24%
3%
Hotellerie-restauration
3%

Consommation de la zone interconnectée (kWh)

Usages domestiques

Locaux scolaires et universitaires

Industrie

Hotellerie-restauration

Hopitaux collectivités diverses


BT
Equipements collectifs
HT
Commerce intégré et Gros Stockage

Commerce indépendant

Bureaux et administrations

Artisanat -Petite Industrie

Agriculture

0 50 000 000 100 000 000 150 000 000 200 000 000 250 000 000

6.b - Puissance

L'application des profils d'appel de puissance cités précédemment permet dans une
première approche de reconstituer la courbe de charge appelée sur le réseau
interconnecté.

Page 46
EMERAUDE

Courbe de charge 2002

120 000

100 000

80 000 Domestiques
Industrie
Hôtels Restaurants
kW

60 000 Equts collectifs


Bureaux
Commerces
40 000 Agri, artisanat, PME

20 000

0
1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23

Figure 15 : Reconstitution de la courbe de charge par secteur d'activité

En première approche, cette reconstitution permet de mieux cerner les origines des
points. On notera comme principales caractéristiques de cette courbe de charge
établie pour une "journée type" sur le réseau interconnecté:
- 2 pointes de puissance (environ 90 à 95MW), l'une vers 11h due aux activités
professionnelles et notamment à l'industrie, et la seconde pointe entre 20h et 21h,
due uniquement aux usages domestiques
- une prédominance marquée des appels de puissance des usages domestiques
(en BT) et de l'industrie (en MT)
- une courbe relativement "plate", expliquant un facteur de charge élevé au niveau
de la production, dû à des usages en base prépondérants

Dans l’état actuel des choses, cette reconstitution reste très approximative du fait de
la méthodologie utilisée. Il n’est en effet pas possible de reconstituer d’une manière
ascendante ces courbes de charge car nous n’avons pas encore de connaissance
fine des déterminants de l’industrie. Ce travail pourra être réalisé lorsque nous aurons
la répartition des abonnements en haute tension par commune et par branche
(aujourd'hui, données disponibles uniquement par commune).

7 - CONCLUSION DE LA DEMANDE ELECTRIQUE SUR LE RESEAU INTERCONNECTE

En dépit des difficultés rencontrées dans la collecte de données sur des références
cohérences, le travail de reconstitution de la demande a permis une approche
relativement détaillée, au niveau des communes, mais également des usages pour
l'année 2002.

On retiendra principalement les éléments suivants :


§ la prépondérance de Cayenne, qui représente à elle seule plus du tiers de la
consommation, et près de 60% si on inclut les communes limitrophes fortement
peuplées. Cayenne compte également 68% des abonnés résidentiels.
§ l'importance de Kourou, avec un niveau de consommation électrique proche de
la ville de Cayenne, en grande partie due cette fois à la demande du secteur
industriel en MT (74% de la consommation sur la commune de Kourou est due
à la consommation en MT). Au niveau du Département, Kourou représente 51%
de la consommation totale en MT.
§ Les sites isolés représentent moins 1,5% de la consommation électrique des
usagers EdF
§ Au niveau des usages, la part prépondérante des usages domestiques en BT
(69% de la consommation en BT, et encore 36% de la consommation totale),
Page 47
EMERAUDE

suivi des usages industrielles (24% de la consommation totale) puis des


bureaux et des administrations (15%)

Le taux d'électrification de 85% sur le littoral traduit néanmoins des disparités encore
importantes en terme d'accès au service électrique et implique d'importants efforts à
venir pour l'extension des réseaux et le raccordement de nouvelles zones de vie. Le
rapport suivant permettra d'analyser plus en détail la part de la demande des
ménages non électrifiés et d'évaluer les solutions possibles et leur coût.

Page 48
EMERAUDE

CHAPITRE 3 : ELECTRIFICATION DES ZONES NON-


INTERCONNECTEES : ANALYSE DE L'EXISTANT

I - PRESENTATION DE LA ZONE NON-INTERCONNECTEE

1 - COMMUNES DESSERVIES ET SITUATION GEOGRAPHIQUE

La zone non interconnectée recouvre l’intérieur de la Guyane, soit hors la façade


ème
littorale, les 4/5 du territoire et correspond pour l’essentiel à neuf communes.
A l’inverse, cette zone abrite aujourd’hui moins de vingt mille habitants soit à peu près
le dixième de la population guyanaise. Cette population malgré la présence de bourgs
de plus en plus importants demeure en partie sur des petits hameaux isolés,
accessibles seulement par voie fluviale. Les spécificités socioculturelles très fortes de
communautés traditionnelles sont menacées par des mutations rapides induites par
l’expansion du mode de vie littoral. Aussi toute modernisation des bourgs et
l’apparition de nouveaux services impliquent une réflexion approfondie.

2 - SPÉCIFICITÉ DU BASSIN VERSANT DU MARONI

2.a - Présentation du territoire et géographie physique

Le Maroni, orienté sud-nord, draine un bassin versant de 65 830 km2, sur les
territoires français et surinamais. Sur le tronçon qui nous intéresse (St Laurent -
Maripasoula) il reçoit principalement, à l'aval immédiat de Grand Santi, l'apport de
l'affluent surinamais Tapanahoni de 18150 km2 .

2.b - Les dynamismes humains du bassin fluvial du Maroni

A / Les chiffres de la population :

La population de la rive française :


8
Nous reprendrons simplement les principales données démographiques françaises
qui expriment les mobilités géographiques et leur origine sur le bassin fluvial du
Maroni.

1 Les croissances démographiques spectaculaires des quinze dernières années


sur les rives françaises se sont faites à partir de translations de populations
bushinengués d’une rive à l’autre du fleuve, déclenchées à la faveur de la
guerre civile au Surinam. Ces translations appuyées par des taux de natalité
élevés (près de 4% de moyenne annuelle) et la forte identité culturelle des
9
Bushinengués , doivent être comprises comme une expansion spatiale dans la
mesure où sur le bassin fluvial, de part et d’autre, ces populations sont
ethniquement majoritaires
2 Le score très élevé de la nationalité surinamaise sur les rives françaises qui
signe les translations montre que l’expansion démographique des groupes
ethniques dans cette région n’est pas limitée par les frontières des états.
3 52% de cette population a moins de vingt ans

9
Pour mémoire : La terminologie générique Bushinengués ou « Noirs marrons » regroupe l’ensemble des ethnies
noires affranchies progressivement de l’esclavage hollandais au cours des 18èmes et 19èmes siécles.
Page 49
EMERAUDE

4 Plus de la moitié de la population est concentrée sur la commune de Saint


Laurent du Maroni, principalement dans la sous-préfecture.
5 La densité moyenne de population sur le bassin fluvial demeure très faible
oscillant autour de 1,3 ha/km2 pour sa rive française et pour l’ensemble du bassin
10
versant à 0.7 hab /km 2.

COMMUNES Population sans Taux de variation


doubles comptes annuel (%)
Superficie Dominante ethnique
(km²) 1999 90-99

Bushinengués majoritaires,
Créoles, Métropolitains,
St. Laurent-du-Maroni 19 211 3,91
4 830 Amérindiens,

Les pays Bonis


Maripasoula 18 360 A parir d’Elaé 3 699 8,70
Pays Amérindiens
Le pays Djuka à la confluence
Grand-Santi 2 112 du Tapanahoni et du Lawa 2 853 5,35
Mono ethnique
2 020 Bushinengués /Pluriethnique
Apatou 3 630 4,47
Bonis, Djukas, Paramakas
Awala-Yalimapo 187 Commune amérindienne 884 3,84
Papaichton 2 628 Les pays Bonis 1 645 9,14
Total communes Env
31 922 4,15
frontalières 30 000 km²
Bushinengués majoritaires
Mana 6 333 Créoles à Mana 5 443 1,07
Hmongs à Javouhey
Source : RGP 1982 corrigé, 1990 corrigé, 1999.
Tabl. 9 : Evolution démographique des communes frontalières françaises.

Les projections démographiques :

Celles ci sont effectuées sur la base d’un fort taux de croissance démographique qui
devrait prévaloir durant les quinze prochaines années de par la pyramide des ages
actuelles, un très faible contrôle des naissances ainsi que par les effets indirects des
revenus sociaux qui constituent parfois les seuls sources de revenus monétaires.

Projections démographiques à 2015


Estimations 1999 Estimations 2015/ Hyp à 3,75%
Bassin fluvial / Surinam 15 000 27 000
Bassin Fluvial/ France 37 000 67 000
TOTAL Transfrontalier 52 000 94 000

Saint Laurent du Maroni sera en 2015 une capitale sub-régionale avec plus de 35 000
personnes et sera sans doute le lieu de l’organisation culturelle, économique et
« administrative » des populations bushinengués du bassin fluvial.

B/ Le transport fluvial :

Le territoire de l’ouest guyanais est caractérisé d’une part par un réseau routier
cantonné au littoral et d’autre part le transport fluvial qui assure l’essentiel des
mouvements de marchandises et de personnes entre l’intérieur des pays riverains et
le littoral.

C/ Les principales activités économiques du bassin fluvial :

10
En intégrant les populations essentiellement amérindiennes ( environ 3 000) du Haut Tapanahony dont les
relations fonctionnelles se font avec le Centre Surinam.
Page 50
EMERAUDE

Les fondamentaux économiques de l’Ouest Guyanais sont les mêmes que pour le
reste de la Guyane, à savoir une économie de comptoir basée sur les transferts
publics. Nous reprendrons ici les caractéristiques spécifiques à cette région.

Les taux de chômage et d’inactivité sont particulièrement élevés (près de 50%


sur le fleuve) et les prestations sociales pour la fraction des populations naturalisées
constituent souvent la seule source de revenus monétaires officiels. Mais l’activité
économique informelle est vigoureuse de par la situation transfrontalière de la
région. Appuyée sur le transport fluvial, elles est constituée de l’importation
« clandestine » de marchandises agro-alimentaire, de matériaux et d’hydrocarbures. A
ce premier échelon de l’économie informelle s’adossent diverses activités de
commerce, de construction et d’artisanat réalisées hors de toute réglementation
sociale.
Le commerce à Saint-Laurent du Maroni et Maroni quoiqu’en concurrence avec la rive
Surinamaise joue un rôle important.
Par ailleurs l’Ouest Guyanais est une région agricole exportatrice vers les Antilles et
vers la France en ce qui concerne le riz industriel.
Enfin une large partie de l’activité aurifère guyanaise est située sur le bassin fluvial.
Tant la logistique qu’une partie de la main d’œuvre à l’exploitation sont assurés par
les Bushinengués.

Le poids de l’économie transfrontalière et la réalité aurifère.

L’économie du bassin du Maroni, hors la production de bauxite à Mongoe au Surinam,


le riz industriel à Mana et les agricultures maraîchère et traditionnelle, est basée sur le
commerce avec le centre littoral et le Surinam, les services, le transport fluvial de
marchandises et l’activité aurifère.
Il est difficile d’imaginer ce que serait aujourd’hui la sous région transfrontalière du
Maroni, sans l’activité aurifère. Ce nouveau cycle qui a démarré en 1988 a fortement
contribué à un nouvel équilibre social à deux niveaux . Elle a consolidé le retour à la
paix civile en offrant des revenus aux Bushinengués.
11
L’activité aurifère a permis un développement tout autant de l’économie formelle
qu’informelle du bassin fluvial. Simultanément, elle a permis une évolution significative
des capacités d’emport du transport fluvial et des savoir-faire nécessaires ! Celui-ci a
augmenté ses capacités et sa fiabilité ces quinze dernières années
Cette nouvelle offre couplée à des effets de seuil en matière de coûts de
marchandises a, à son tour, facilité la réalisation d’un minimum d’équipements publics
et l’introduction d’une économie monétaire sur le Maroni.
Les différences de prix entre Albina et Saint Laurent ont amplifié le caractère
transfrontalier de l’économie subrégionale. A St Laurent du Maroni, l’importance des
flux de marchandises et de matériaux initiés à partir de la base Albina-St Laurent a
également favorisé tout un tissu économique constitué de petits commerces,
revendeurs ou artisans.

L’agriculture.

La grande riziculture industrielle et les agricultures maraîchère et fruitière ont modifié


profondément le paysage sublittoral de l’ouest de la Guyane, plus particulièrement sur
la commune de Mana. Elles utilisent largement les engrais et les produits
phytosanitaires.
La riziculture très fortement mécanisée utilise peu de main d’œuvre.
Les agricultures maraîchères et fruitières sont les seules activités économiques de la
communauté Hmong qui comprend un peu plus de 1000 personnes.
A coté de ces agricultures modernes cantonnées sur la commune de Mana, nous
trouvons l’agriculture traditionnelle en pleine mutation sur le littoral et évoluant moins
vite sur l’axe fluvial.

11
Le chiffre d’affaires à l’exportation de l’économie aurifère a atteint les 220 millions de francs en 1999 et 396 MF
en 2000. Les retombées sur l’économie transfrontalière sont dés lors considérables bien qu’elles soient exprimées
en grande partie dans l’économie informelle du transport , de la logistique, et du travail clandestin.
Page 51
EMERAUDE

Elle concerne une dizaine de milliers de personnes et indirectement toutes les


populations bushinengué et amérindienne. Son avenir constitue un enjeu
socioéconomique et environnemental fondamental pour le bassin du Maroni.

II - TYPOLOGIES ET EXAMEN DES SOLUTIONS


D'ELECTRIFICATION EXISTANTES

1 - INTRODUCTION : MOYENS DE PRODUCTION ET SCHEMA D'EXPLOITATION

1.a - Solutions d'électrification identifiées

Compte tenu du nombre et de la diversité des cas existants pour l'électrification des
communes de l'intérieur non interconnectées au réseau du littoral, nous proposons ici
une synthèse des différents modes d'électrification identifiés, que l'on peut regrouper
sous 2 grandes catégories :

Catégorie 1 : production d'électricité centralisée et production via un réseau de


distribution

Nous avons identifiés dans cette catégorie trois types de solutions différentes :
1. Centrale thermique (en général, groupe électrogène diesel traditionnel) alimentant
un réseau isolé
2. Centrale micro-hydraulique alimentant un réseau isolé
3. Centrale hybride alimentant un réseau isolé. Précisons que l'on trouve dans cette
catégorie une solution à mi-chemin entre la catégorie 1 et la catégorie 2, avec un
réseau alimenté partiellement par plusieurs sources de production décentralisée
sur le réseau (cf. Cas du village de Saül).

Catégorie 2 : production d'électricité individuelle

4. Centrale photovoltaïque isolée, dans le cadre des programmes FACE, PRME et


défiscalisation

Nous détaillons les caractéristiques de ces 4 principales solutions d'électrification


dans les paragraphes qui suivent.

1.b - Rappel du cadre d'exploitation des centrales

Nous avons reporté en annexe 5 un résumé des principaux schémas de délégation


des réseaux d'électricité susceptibles d'être rencontrés en Guyane.

Nous indiquons ci-après un récapitulatif des principaux contrats sur la base des
travaux réalisés par INESTENE en 2002.

Page 52
EMERAUDE

Autorité Communes et villages Types de contrat Compagnies Date du dernier (?)


concédante concernés Signés initialement successives contrat
Compagnie Coloniale de
Convention de gérance 10 mars 1949
Département Ile de Cayenne Distribution d'Eau
de la Régie (décembre 1976)
Electricité
Départementale
Puis
(Conseil Général
Saint Laurent Maroni de l'Eau et Electricité Cie Centrale Distribution avenant n°6
depuis la
de l'Ile de Cayenne d'Eau Electricité 20 janvier 1956
décentralisation) Saint Jean Maroni

Iracoubo, Régina ? puis EDF avenant n°10


Matoury, Tonnegrande 21 février 1968
Etat Kourou SEM Sté Eau et Electricité août 1969
(Préfet) Sinnamary Convention de Guyane (août 2019)
Tonate de concession
Macouria ? puis EDF
Communes non Ouanary
connectées Kaw Convention EDF (exploitation) postérieure à 1985
Camopi (1987) d'exploitation
Papaïchton
Grand Santi (1985)
Saül
Saint Georges EDF (exploitation et
Maripasoula Aucun approvisionnement) -

Régina... Aucun EDF (exploitation) -


Saint Elie
Aucun Commune, village -
Antecume Pata
Divers Tampak (département)
Nouveau Wacapou groupes donnés à la bonne volonté générale ?
Grand Citron (privé) commune
Anacondé (privé) ...
* a priori inchangé depuis 1995
Tabl. 10 : tableau récapitulatif des principaux régimes de distribution en Guyane (d'après Inestene 2002)

Les communes de l'Ouest ont aujourd'hui transféré la compétence électrification à la


CCOG. Celle-ci négocie actuellement en leur nom un contrat de concession global sur
l'intercommunalité avec EdF. Ce contrat pourra être signé avant la fin de l'année
2003, en clarifiant les conditions d'exploitation d'une liste déterminée de sites, bourg
électrifiés et écarts structurés. Ce contrat, s'appuyant sur les contrats élaborés par la
FNCCR, se rapprocherait d'un contrat d'affermage, dans lequel les investissements et
les renforcements resteraient à la charge de l'autorité concédante, l'opérateur EdF
s'engageant à l'exploitation, la maintenance et le renouvellement des installations.

Au niveau des autres communes isolées du centre et de l'est, cette démarche ne


semble pas encore envisagée, la récente CCEG n'ayant pour le moment pas la
compétence électrification des communes qui la composent.

2 - CENTRALE THERMIQUE ALIMENTANT UN RESEAU ISOLE

2.a - Centrale Diesel à groupe(s) non couplable(s) (15 – 40 kVA)

Présentation, principe de fonctionnement d'un cas général :

L'électricité nécessaire au village est produite par un ou plusieurs groupe(s)


électrogène(s) non couplable(s) entre eux, de puissance comprise entre 15 et 40 kVA,
souvent de façon intermittente (environ 6 heures par jour).

L'ensemble du système est composé des matériels et installations suivants :


- un groupe électrogène Diesel et ses matériels annexes
- un abri, ou bâtiment d’exploitation plus conséquent suivant le contexte
- un réseau électrique avec ses protections

Page 53
EMERAUDE

Les caractéristiques techniques sont relativement figées par les fournisseurs, ce qui
leur permet de proposer des matériels de série à des prix relativement compétitifs.
De nombreuses options sont toutefois possibles.

Matériels annexes
Les matériels annexes consistent essentiellement en :
- un ou plusieurs réservoirs pour le stockage du gasoil
- fût pour huile de vidange,
- une tuyauterie de raccordement avec pompe manuelle ou électrique pour le
transfert de combustible vers le groupe,
- pièces de rechange et consommables,
- outillage.

Abri ou bâtiment d'exploitation


Le groupe électrogène est installé dans un abri de protection contre la pluie.
Cet abri comporte essentiellement une toiture, et doit être aussi aéré que possible,
pour éviter les risques d’asphyxie et permettre un bon refroidissement. Cet abri est
relativement éloigné des habitations, pour des raisons de nuisances sonores et de
gaz d’échappement.
L’abri peut éventuellement être constitué d’un mur en maçonnerie pleine sur le ou les
côtés donnant vers les habitations, pour limiter ces nuisances sonores.
Par ailleurs, un local comprenant un atelier est autant que possible prévu pour faciliter
les opérations de maintenance.

Consommation spécifique de combustible


Le combustible utilisé est le fioul domestique (FOD).
Les valeurs suivantes peuvent être prises en compte, dans des conditions normales
d'exploitation (maintenance conforme) :
- 0,29 à 0,33 l/kWh à pleine charge environ,
- 0,31 à 0,34 l/kWh à mi-charge environ.

Consommation spécifique d’huile :


La consommation spécifique d’huile concerne les vidanges, à effectuer généralement
toutes les 250 heures, auxquelles il convient d’additionner les appoints.
L’ensemble correspond à environ 2,5 ml/kWh.

Conditions d'exploitation
Les constructeurs optimisent la durée de vie des groupes pour un fonctionnement
sous une charge moyenne d'environ 75% de leur puissance nominale, et
recommandent d'éviter de descendre en dessous de 40 à 50 % de charge pendant
des temps de fonctionnement prolongés.
C'est une des raisons pour lesquelles un second (voire un troisième) groupe est
installé.
L'autre raison essentielle de l'installation d'un groupe supplémentaire étant le
remplacement d'un groupe défaillant ou en entretien.
Il est rappelé que dans le cas de groupes non couplables, 2 groupes ne peuvent
fonctionner simultanément sur la même portion de réseau.

Durée de vie
Les constructeurs ne donnent en général pas d’indication sur la durée de vie des
groupes. Cette durée de vie dépendent de nombreux critères, tels que :
- robustesse des composants du groupe, vitesse de rotation,...
- catégories d’utilisateurs et type de récepteurs (industriels, agricoles, privés,
domestiques, etc...),
- fréquence des démarrages,
- rapidité de prise de charge après démarrage,
- surveillance du bon fonctionnement dans la plage optimale de puissance,
- qualité et type d’entretien,
- conditions de site, (poussière, sable....),
- qualité du combustible (risque de présence d’eau en particulier),
- qualité de l’huile,

Page 54
EMERAUDE

- politique de l’exploitant au niveau du maintien en état de groupes relativement


âgés, par rapport à des critères économiques et de fiabilité,

En fonction des critères ci-dessus, du retour d’expérience observé, de valeurs


données oralement par des constructeurs, la durée de vie de groupes dans la gamme
considérée varie entre 15 000 et 30 000 heures, voire beaucoup plus (parfois en
fonction du choix du producteur, qui peut décider ou non d'effectuer des révisions
générales successives, plutôt qu'un remplacement complet du groupe).

Maintenance
L’entretien des groupes Diesel de la gamme considérée consiste en des opérations
de maintenance simples, des révisions plus importantes, et des dépannages
(maintenance curative)
Les opérations de maintenance simple sont autant que possible réalisées par
l'opérateur local (nettoyage, contrôles simples et remplacement d'huile, filtre,
courroies,...).
Les révisions plus importantes et les dépannages peuvent être réalisés par des
spécialistes déplacés sur site, ou en atelier après transport pour les révisions
générales (les révisions plus importantes concernent les "révisions culasses" autour
de 6000 à 12 000 heures, et les révisions générales, autour de 15 000 à 30 000
heures).

Coûts d'investissement
Les coûts de groupes électrogènes dans la gamme considérée, sortie usine, varient
de 150 à 220 EUR/kW.
Le coût total final est dépendant de frais moins liés à la puissance du groupe (études
préliminaires, ingénierie, génie civil tel abri, atelier, transport, équipements tels que
stockage de combustible,...).
Dans la gamme considérée, on peut constater des niveaux de prix compris entre 500
à plus de 1000 EUR/kW hors réseau de distribution.
Le montant de 500 EUR/kW peut se rencontrer pour des centrales neuves de type
"abri sommaire", ou pour des opérations d'extension de centrales existantes.
De plus, lorsqu'il s'agit de nouvelles implantations sur terrains vierges, on peut
constater d'importants montants pour des postes tels que :
- Installations de chantier (notamment transports d'engins de travaux publics)
- VRD (Voiries Réseaux Divers)
- Terrassements,...

Coûts d'exploitation hors combustible


Les coûts d'exploitation correspondent à des coûts fixes (personnel de conduite
essentiellement), et des coûts variables, (consommables, pièces de rechange,
maintenance spécialisée...).
Des niveaux de prix de l'ordre de 0,03 EUR/kWh pour cette part "variable" peuvent
être constatés, avec des écarts liés à l'accessibilité du site, aux conditions
atmosphériques locales, au soin apporté à la conduite et petit entretien du
groupe,....Concernant les frais fixes de personnel, et pour être homogène avec les
coûts de maintenance supposés ci-dessus, on peut estimer pour simplifier qu'un
agent soit affecté à la conduite d'une centrale de 4 petits groupes. (prévoir ¼ d'agent
pour une centrale à 1 groupe).

Coûts de combustible
Le coût du combustible FOD fournis par Total Guyane le 9-10-03 est :
0,42 EUR/l TTC, rendu Saint Laurent du Maroni (le coût du transport depuis le dépôt
SARA à Degrad des Cannes à ST Laurent, sensiblement égal à celui relatif à St
Georges de l'Oyapock, est estimé à 0,06 Euros/l).
Les seules taxes applicables au FOD s'élèvent à 6,5%, dont 4% d'octroi de mer.
Il convient de préciser, pour des analyses ultérieures, les conditions actuelles des prix
du pétrole et du dollar : baril de pétrole Brent 26 $, 1 Euros = 1,13 $.

Les coûts de transport varient par exemple de 0,19 Euros/l pour St Laurent – Apatou,
à 0,54 Euros/l pour St Laurent – Maripasoula (source : Maroni Transports et Liaisons).

Page 55
EMERAUDE

Une analyse plus détaillée est nécessaire pour déterminer les coûts de transport en
fonction de la situation exacte de la centrale.

Principaux sites équipés et retour d’expérience :

Les sites électrifiés de cette manière sont particulièrement difficiles à identifier et


caractériser. En effet, ce type d'électrification, très courant en Afrique ou en Asie, est
le plus souvent issue d'une démarche d'électrification communautaire voir individuelle
(investissement par un "privé"). Elle ne s'inscrit donc pas dans un schéma
institutionnel permettant un éventuel retour d'information.

Ont été clairement identifiés à ce stade les sites d'Antecume Pata sur l'Ouest, ainsi
que Trois Palétuviers et Tempak sur l'est. Un certain nombre d'écarts amérindiens
sont électrifié de cette façon dans la zone de Trois Sauts également.

Au niveau technique, et dans d'autres pays, le retour d’expérience dans la gamme est
très important dans le monde entier depuis des dizaines d’années, et sur des milliers
d’exemplaires. Des constructeurs réputés se partagent le marché mondial.
Correctement installée et exploitée, il s'agit donc bien d'une offre de service électrique
à part entière.

2.b - Centrale Diesel à plusieurs groupes de 40 – 1500 kVA

Présentation, principe de fonctionnement d'un cas général :

L'électricité est produite par plusieurs groupes électrogènes de puissance comprise


entre 40 et 1500 kVA, généralement en service continu (24 h/ 24).

Ces groupes peuvent être couplés entre eux, manuellement ou automatiquement.


Les avantages de l'option couplage sont :
- meilleure qualité de fourniture (continuité de service lors de la mise en
fonctionnement ou arrêt de groupe complémentaire),
- fonctionnement des groupes dans une plage de puissance adaptée.

Par ailleurs, la majeure partie du descriptif précédent reste valable, et peut être
transposé à une centrale à plusieurs groupes couplables, de puissance supérieure.
Les modifications suivantes sont toutefois à prendre en compte :
o investissement, prévoir les équipements complémentaires suivants :
- option couplage sur la régulation de vitesse des moteurs (en général
régulation électronique),
- disjoncteur motorisé,
- automate de couplage,
- régulateur de tension adapté.
Le montant des équipements complémentaires ci-dessus s'élève à environ 6 000 à
10 000 EUR, ce qui reste relativement important pour le cas des faibles puissances
(< 50 kVA).
Par ailleurs, pour les puissances plus importantes, un poste élévateur, et des
automatismes permettant un fonctionnement temporaire (la nuit par exemple), sans
personnel de conduite sont à prévoir, le cas échéant.
Ces matériels incluent :
- un automate permettant de déterminer le nombre de groupes à mettre en service
et les puissances unitaires,
- un automate permettant d'envoyer les consignations et alarmes à un exploitant
d'astreinte à distance,
- des protections complémentaires diverses, y compris vis-à-vis du risque
d'incendie,..
- un poste élévateur avec protections groupes et départs,

Le surcoût pour ces équipements peut atteindre 40 000 à 80 000 Euros, voire plus en
fonction du nombre de départs en HTA prévus.
Page 56
EMERAUDE

o exploitation
Au niveau de l'exploitation, les enjeux concernant l'alimentation d'un plus grand
nombre de clients, et les conséquences financières des risques de bris machine,
conduisent à la mise en place d'équipes de conduite et de maintenance performantes.
Les coûts d'exploitation ramenés au kWh tendent donc à augmenter en conséquence
de la mise en place de service de quart, mais aussi à diminuer par suite du
fonctionnement continu 24 h / 24 amortissement des investissements, meilleure
rentabilisation des interventions de spécialistes pour la maintenance,...).

Par ailleurs, les consommations spécifiques des groupes Diesel diminuent avec leur
vitesse de rotation.
Dans la gamme 1500 tr/mn, les consommations de combustible diminuent aussi avec
la taille des groupes, par suite de l'utilisation de technologie plus performante (turbo-
compresseurs et injection "common rail" notamment, conduisant à des réductions de
consommation de l'ordre de 20%).
Jusqu'à des puissances de groupes de l'ordre de 4 MW unitaire, le combustible utilisé
reste le fioul domestique, car l'utilisation de fioul lourd conduit à de fortes contraintes
d'exploitation (transport, traitement, environnement,....).

2.c - Principaux sites actuellement équipés

Antecume Pata
Puissance en fonctionnement (kVA)

Tempak Puissance installée (kVA)

Kaw

Ouanary

Papaichton bourg

Régina bourg

kVA
Saint-Georges bourg

0 500 1 000 1 500 2 000


Figure 16 : Récapitulatif des puissances installées et disponibles des centrales diesel des communes de
l'intérieur

Environ 5,4 MVA ont été répertoriés en centrale thermique diesel, dont 4,8 MVA de
centrales aujourd'hui exploitées par EdF.

La centrale de St Elie sur laquelle aucune information n'est disponible à ce jour n'est pas reportée ici.

3 - CENTRALE HYDRAULIQUE ALIMENTANT UN RESEAU ISOLE

3.a - Rappel sur la filière micro-hydraulique et principes généraux

Après avoir connu un grand succès, y compris en France, jusque dans les années 80,
les petites centrales hydrauliques semblent affectées par un relatif désintéressement
dans notre pays.
Page 57
EMERAUDE

La réglementation actuelle devrait pourtant permettre leur développement, aussi bien


en ce qui concerne la protection de l'environnement, que l'obligation d'achat par EDF.
Les coûts de production de l'énergie hydraulique sont essentiellement liés à
l'investissement initial (pour environ 60 à 80%).

Les prix au kW installé dépendent des travaux de génie civil caractéristiques du site,
et de son accès, infrastructures de barrage ou prise d'eau, adductions (galerie, canal,
conduite forcé), type et taille de turbine.
On constate les prix inférieurs pour les sites de haute chute (turbines Pelton), suivis
des moyennes chutes (par exemple turbines Francis), puis les basses chutes
(turbines Kaplan). Ce constat est lié au rapport masse/puissance des turbines, qui
augmente depuis la Pelton jusqu'à la Kaplan.

Par ailleurs, la taille des infrastructures de génie civil diminue avec le débit du cours
d'eau : une fois de plus, à puissance égale, la haute chute est favorisée.

Les coûts d'installation minimaux constatés en France métropolitaine sont de l'ordre


de 1 000 EUR/kW. Ils sont souvent de l'ordre de 1500 EU/kW, et peuvent
exceptionnellement atteindre 3 000 EUR/kW (au delà, de cette valeur, les montages
nécessitent généralement des subventions).

Concernant les risques, l'énergie hydraulique présente l'inconvénient d'un risque


relatif au niveau du montant d'investissement (aléas lors des travaux de génie civil en
particulier), ainsi qu' au niveau de l'hydrologie (déficit de pluviométrie par exemple,
avec des productions pouvant être fortement affectées).

3.b - Le contexte de la micro-hydraulique en Guyane

Plusieurs études ont été réalisées pour augmenter la petite production hydraulique en
Guyane, compte tenu de ses avantages :
- elle permet d'éviter ou de limiter les problèmes de transport de combustible pour
les sites isolés,
- elle est généralement plus fiable que d'autres moyens de production (pour une
hydrologie adaptée),
- elle nécessite généralement moins de personnel d'exploitation que par exemple
les centrales Diesel,
- elle doit permettre de contribuer à limiter les émissions de gaz à effet de serre

De façon générale, l'énergie hydro-électrique est le plus souvent compétitive par


rapport à des solutions thermiques pour des puissances supérieures à 100 kW,
lorsqu'un site adapté est disponible à proximité d'un centre de consommation. Pour
les puissances plus faibles, elle parvient souvent difficilement à concurrencer les
systèmes Diesel, ou photovoltaïques, suivant les cas, sauf installations sur adductions
d'eau potable de forte chute par exemple.

En Guyane, compte tenu des coûts élevés de production des centrales sur de
nombreux sites isolés (production diesel ou PV principalement), des micro-centrales
hydro-électriques pourraient se révéler compétitives pour des coûts supérieurs à
3 000 EU/kWh

Néanmoins, les données collectées jusqu'à maintenant sont peu nombreuses.


Précisons que certaines études semblent indiquer des coûts d'investissement initial
sur certains sites du Maroni de l'ordre de 20 000 EUR/kW, soit 10 fois certains ratios
évoqués pour la métropole, et également rencontré dans d'autres pays.

Mais ce niveau de prix n'est pas, à priori, incompatible avec une certaine rentabilité
relative : des analyses économiques plus précises comprenant un comparatif avec les
autres solutions d'électrification (Diesel, photovoltaïque,..) sont nécessaires.

Exemple de sites équipés en Guyane :


Page 58
EMERAUDE

- centrale micro-hydraulique de Saut Maripa, en complément de l'alimentation du


réseau de St Georges par groupes Diesel
- centrale pico-hydraulique du camps des Nouraghes
Des études préliminaires ont également été réalisées par l'Ademe afin d'identifier les
potentialités sur de nombreux sites.

4 - CENTRALES HYBRIDES ALIMENTANT UN RESEAU ISOLE

4.a - Présentation et principe de fonctionnement

Le générateur hybride PV/diesel est composé d’un champ photovoltaïque et d’un


groupe électrogène (GE) qui assure quotidiennement un complément de production et
une sécurité en cas de déficit de production solaire. Le groupe électrogène intervient
en appoint, avec un fonctionnement de plusieurs heures par jour dont la durée est
fonction du niveau de consommation et d'ensoleillement.
Compte tenu de l'importance de la consommation aussi bien en puissance qu'en
énergie, il est retenu le principe de distribuer l'énergie électrique en alternatif via un
onduleur réversible.

L’énergie est distribuée sur le réseau électrique sous une tension alternative
monophasé ou triphasé selon la puissance appelée sur le réseau et la longueur de
celui-ci. L’alimentation terminale chez les usagers se fait par dérivation sur
l’alimentation principale.

Durant la journée, le champ photovoltaïque produit du courant continu sous une


tension nominale de 48V à 240V selon la puissance.
La batterie accumule l’énergie produite par le champ photovoltaïque et la restitue sur
le réseau par l’intermédiaire d'un onduleur.
La consommation journalière étant inférieure à la production solaire, les modules
photovoltaïques fournissent intégralement leur énergie.

En cas de décharge partielle de la batterie (de l'ordre de 50%) ou en cas de


dépassement de puissance appelée supérieure à certain seuil prédéfini, le groupe
démarre automatiquement sur 3 critères :
- Sur ordre d'horloge (programmable)
- Sur consigne de tension batterie basse afin de préserver la batterie
- Sur dépassement d'un niveau de puissance appelée prédéfini

A partir de cet instant, le groupe intervient en parallèle avec l'onduleur pour alimenter
le réseau de distribution et/ou charger la batterie.
Le groupe s'arrête automatiquement lorsque la batterie a retrouvé une partie de sa
charge.
La durée de fonctionnement du groupe est directement fonction de l'ensoleillement de
la journée et de la consommation journalière.

Compte tenu de l'utilisation combinée de deux sources d'énergie indépendantes,


l'utilisation d'un deuxième groupe électrogène n'est pas nécessaire et la capacité de la
batterie est choisie de manière à pouvoir alimenter le réseau pendant deux jours sans
soleil ni utilisation du groupe électrogène.

Le champ photovoltaïque peut ici être dimensionné pour le mois où le ratio


consommation/ensoleillent est le plus faible, c'est à dire à consommation égale, le
mois où l'ensoleillement est le lus défavorable. Le déficit pendant les autres mois est
compensé par le fonctionnement du groupe électrogène.

Nous présentons ci-après 2 configurations possibles pour la mise en place d'un


système hybride (d'autres schémas sont possibles) :

Page 59
EMERAUDE

Champ photovoltaïque

Eclairage public
Pompage

Batteries

Onduleur
réversible

Groupe électrogène

Ecole Poste de Construction de Habitation Habitation


santé pirogues individuelle individuelle
Figure 17 : Schéma de principe d'un système hybride PV/GE avec production centralisée et onduleur
réversible

Batteries Groupe électrogène Champ photovoltaïque Eclairage public


Pompage

Onduleur Onduleur
réversible

Panneaux Panneaux
photovoltaïques photovoltaïques
Circuits non Circuits non
secourus secourus

Onduleur Circuits Onduleur Circuits


secourus réversible secourus

Batteries Batteries
Abonné, niveau de Abonné, niveau de Abonné, niveau de
service « Normal » service « Confort » service « Confort »
Figure 18 : Schéma de principe d'un système hybride PV/GE avec production PV partiellement centralisée et
onduleur réversible

Exemple : pour une solution hybride pouvant répondre à la demande d'un village isolé
faiblement équipés, comptant 650 habitants, soit environ et 180 foyers, et une
demande globale estimée à 180 MWh/an (consommation équivalente par foyer : 1000
kWh/an), la centrale de production pourrait être composée d'un GE de 60 kVA (l'un
fonctionnant en secours) et d'un champs PV de 100kWc.

Page 60
EMERAUDE

4.b - Mise en œuvre et conditions d'exploitation

La mise en œuvre de systèmes hybrides est relativement simple avec l'utilisation de


composants adaptés pour ce type d'applications :
- la mise en place du champ photovoltaïque suppose la réalisation d'un génie civil
permettant la fixation des structures support des modules photovoltaïques
- le local technique est réalisé avec les méthodes de construction locales.
- l'installation et le câblage des différents composants relèvent de compétences
d'électrotechnicien

Conditions d'exploitation :
L'exploitation du système se résume essentiellement aux taches suivantes :
- Au niveau du groupe électrogène : opérations de nettoyage (filtre à air, filtre à
gas-oil) et de remplacement (huile, filtres,...périodicité en fonction de la
puissance des groupes, environ tous les 250h pour les GE de quelques dizaines
de kVA), remplissage de la cuve à gas-oil
- Au niveau du champ photovoltaïque (tous les 3 mois) : nettoyage du panneau
solaire, contrôle du câblage
- Au niveau de la batterie (tous les 3 mois) : contrôle du niveau d'électrolyte de la
batterie et ajout d'eau distillée, charge éventuelle d'égalisation de la batterie

Si le système est correctement entretenu et bien utilisé, la durée de vie de la batterie


est estimée à 5 à 7 ans environ, alors que le groupe peut atteindre une durée de vie
de l'ordre de 25 000h (soit une dizaine d'années avec un fonctionnement moyen de
7h/jour).

4.c - Eléments préliminaires de coûts

Coûts d'investissement

Ils est très difficiles d'établir précisément les coûts d'investissement de telles solutions,
dont on a vu que plusieurs configurations étaient possibles (avec ou sans chargeur,
champs PV centralisé ou réparti sur le réseau, etc…). Il convient également de voir
quelles sont les éléments existants (investissement sur la base d'une centrale
thermique existante ou construction ex-nihilo). Il est intéressant de noter qu'en
Guyane, les investissements en moyen de production basé sur les énergies
renouvelables peuvent bénéficier d'aide à l'investissement ainsi que d'une
défiscalisation partielle.

Coûts d'exploitation & maintenance :

Les coûts d'exploitation sont essentiellement :


- le coût des consommables (gas-oil et huile) liés au fonctionnement du groupe
électrogène (réduits au minimum par une durée de fonctionnement limité du
groupe électrogène)
- le coût de personnel d’un employé à mi-temps susceptibles d’assurer les
interventions de contrôle du groupe électrogène et du générateur photovoltaïque
- le coût de remplacement des pièces défectueuses

Coûts de production :
De la même façon, les coûts de production seront très dépendants de la configuration
technique retenue, du site à électrifier, etc…

Page 61
EMERAUDE

4.d - Les principaux sites actuellement équipés et retour d'expérience en


Guyane

Deux villages sont équipés de systèmes photovoltaïques hybrides (Kaw et Saül) :

• Kaw dispose d’une centrale photovoltaïque villageoise de 35 kWc depuis 1982,


qui a donné satisfaction pendant de nombreuses années ce qui a permis de
réduire les coûts de fonctionnement notamment de gas-oil. A l’heure actuelle,
cette centrale donne des signes de faiblesse et fournit que 10 à 15% de la
consommation totale. Il est à noter que cette installation souffre, actuellement d’un
manque de maintenance, dû notamment à la méconnaissance de la technologie
photovoltaïque de la part des exploitants EDF.
Cette centrale hybride mériterait d’être entièrement remplacée et augmentée en
puissance compte tenu de la fin de vie de certains composants (ex : batterie) et
des nouveaux besoins énergétiques des habitants.
• Saül est équipé de systèmes photovoltaïques individuels pour chaque habitation
doublés d’une alimentation en provenance d’un groupe électrogène communal.
L’expérience de plusieurs années de fonctionnement montre l’intérêt de 2 sources
d’énergie complémentaire donnant satisfaction aux usagers.

Intérêts identifiés :

En termes de service :
• Garantie de service quels que soient la consommation ou l'ensoleillement
• Alimentation permanente (24h/24) en provenance de sources différentes
• Garantie d'alimentation électrique dans la plage de tension contractuelle
• Fonctionnement autonome avec gestion automatique du groupe électrogène dont
la durée de fonctionnement est fonction de l'ensoleillement et de la
consommation.
• Souplesse d'évolution de la consommation en énergie : le temps de
fonctionnement du groupe s'adapte à la consommation

En termes d'investissement :
• Coûts d'investissement réduits par rapport à la solution tout photovoltaïque
• Le recours à une énergie renouvelable permet dans certains cas d'obtenir des
aides financières de la part de collectivités locales
• Mutualisation de l'énergie photovoltaïque produite
• Utilisation d'un réseau classique de distribution (solution bien connue des
distributeurs d'électricité)
• Valorisation maximale de l'énergie photovoltaïque (pas de surdimensionnement)

En termes de fonctionnement :
• Coûts de fonctionnement réduits justifiant le surcoût d'investissement par rapport
à la solution tout groupe électrogène
• Centralisation de la maintenance
• Réduction de consommation de gas-oil et espacement de la maintenance (durée
de fonctionnement du groupe limité à quelques heures par jour)
• Augmentation de la durée de vie du groupe électrogène
• Fonctionnement du groupe électrogène à pleine charge durant sa période de
fonctionnement optimisant ainsi la consommation de gas-oil et la maintenance

En termes d'environnement :
• L'utilisation de l'énergie solaire, source d'énergie renouvelable et propre, réduit la
consommation de fuel et par conséquent contribue à la réduction d'émission de
gaz à effet de serre
• Valorisation d'une énergie renouvelable locale : énergie solaire souvent
abondante dans les sites isolés à électrifier

Page 62
EMERAUDE

En conclusion, les systèmes photovoltaïques hybrides (photovoltaïque + groupe


électrogène) pourraient offrir une solution bien adaptée à l’électrification villageoise en
site isolé avec un habitat regroupé et en nombre limité.

Remarque sur le type de sites potentiels :


Au regard des projets actuels, précisons que ce type de centrale reste limité à des
puissances totales installées de quelques dizaines équivalent kVA soit pour des
villages dont la demande se situe entre 30 et 500 MWh/an environ (soit des sites
comptant quelques dizaines à environ 300 foyers à électrifier).
Néanmoins, ce type de solutions a été également mis en œuvre dans de nombreux
autres pays. D'importants travaux de recherches depuis plusieurs années ainsi que
les différents retours d'expérience permettent aujourd'hui d'optimiser au mieux le
dimensionnement, et des centrales de tailles beaucoup plus conséquentes sont
aujourd'hui envisageables.

5 - SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES ISOLES

5.a - Présentation et principe de fonctionnement

On intègre ici les systèmes concernant l'électrification d'un seul "usager", sans réseau
de distribution électrique extérieur. On trouve des installations de types suivants :
- électrification d'habitations isolées (habitations privées ou habitations "de
fonction" comme celles d'instituteurs dans les villages de l'intérieur)
- électrification de commerces ou de sites d'hébergement touristiques :
- pompage solaire : pompage et traitement d'eau en site isolé
- électrification professionnelles spécifiques : relais télécom, etc…

Principe de fonctionnement d'un système photovoltaïque d'électrication :

Un panneau solaire constitué de plusieurs modules photovoltaïques standard


transforme directement la lumière en électricité courant continu et recharge une
batterie endant la journée. La distribution peut être assurée soit en courant continu
alimentant des récepteurs tels que lampes fluorescentes, matériel audiovisuel ou
appareils de froid, soit en courant alternatif, via un onduleur, pour alimenter des
récepteurs tels que téléviseurs ou petits appareils électroménagers.

Onduleur

230 V

Régulation &
Champ 24 V
acquisition de
PV données
Disjoncteur

Distribution CC
Distribution AC
Parc batterie (monophasé)
Figure 19 : Schéma de principe d'un système photovoltaïque isolé

Des systèmes associant un onduleur réversible ou un chargeur permettent d'associer


à la production PV une production de type groupe électrogène d'appoint, pour la
recharge des batteries en période de faible ensoleillement ou de consommation
électrique importante.
Page 63
EMERAUDE

Il existe aujourd'hui 3 grands cadres de développement de la filière photovoltaïque en


Guyane. Nous présenterons succinctement ces 3 cadres ainsi que l'organisation de la
filière, avant de faire un premier bilan des installations photovoltaïques sur le
Département.

5.b - Installation sur financement de type "FACE"

Nous entendons par là les installations bénéficiant du mécanisme de financement dit


du FACE (Fonds d'amortissement des charges d'électrification). Il s'agit d'un
programme spécifique, chargé de contribuer, par l'attribution de subventions en
capital, au financement de travaux d'électrification des communes rurales. Ce Fonds
est sous la double tutelle du Ministère de l'Agriculture et du Secrétariat d'Etat à
l'Industrie. Le financement du FACE est effectué par prélèvement sur les recettes
perçues par les distributeurs d'énergie basse tension. Les budgets alloués sont
décidés sur la base d'une programmation annuelle.

Les contributions du FACE au financement de programme de travaux obéissent,


depuis l'année 2000, au schéma suivant :

§ une tranche A/B vise à prendre en charge des travaux à hauteur de 65 % de


leur montant. L'enveloppe affectée à cette tranche se répartit entre un
programme principal et des programmes spéciaux ;
Ces programmes spéciaux tendant à financer :
- soit des travaux (dits « travaux DUP ») dans les communes traversées par
des lignes haute-tension ou des renforcements de ligne à la suite
d'intempéries (« travaux Int ») ;
- soit des actions de maîtrise de la demande en électricité faisant appel aux
énergies renouvelables (« travaux ENR/MDE»).

§ une tranche C, dite « environnement », qui finance à hauteur de 65 % les


actions destinées à améliorer l'insertion des réseaux ruraux dans le paysage
(enfouissement des lignes aériennes existantes principalement).

En 2002, l'enveloppe totale affectée au FACE en France a régressé de 3,2 %,


passant de 483,2 à 468 M€.

EUR/an
1 200 000
C
1 000 000 A/B

800 000

600 000

400 000

200 000

-
1999 2000 2001 2002 2003

C 86 437 90 965 17 160 47 404 88 920


A/B 922 548 772 917 772 917 768 300 401 743

Figure 20 : Historique des budgets FACE, tranche A/B et C depuis 1999 (Srce : Conseil Général)

En Guyane, le budget du FACE est géré par le Conseil Général, sur la base des
demandes et prévisions faites par les différents bénéficiaires. Il s'élève en 2003 à

Page 64
EMERAUDE

environ 500 kEUR, dont une grande part est prévue pour des travaux d'extension de
réseaux électrique.

Pour les installations photovoltaïques dites "FACE", les principales caractéristiques


sont les suivantes :
- installations en zone rurale non électrifiée ou dont le coût de l'électrification par
une extension à un réseau existant est jugé supérieur à celui d'une électrification
individuelle (aujourd'hui, la distance est de l'ordre de 300 mètres à un réseau
HTA).
- Propriété de l'installation : la collectivité locale
- Exploitation et maintenance de l'installation : EdF
- Financement des installations : 65% de l'investissement TTC pris en charge par
le FACE. Des aides complémentaires peuvent être apportées par le PRME
notamment.
- Financement de la maintenance : facturation annuelle EdF sur la base d’un
montant forfaitaire dépendant de la puissance du générateur photovoltaïque

De nombreuses installations photovoltaïques ont été réalisées en Guyane avec ce


type de financement (exemple : de l’ordre de 70 à Saül). Aujourd'hui néanmoins, les
projets FACE sont bloqués pour raisons administratives. En effet, il n’existe pas de
contrat de concession entre les communes de l’intérieur et EdF mais parfois
seulement des conventions d’exploitation. Tant que la situation n’est pas éclaircie sur
le plan institutionnel, EDF ne souhaite pas intervenir comme exploitant sur ce type
d’installation (à l’exception de Kaw et Saül, cas d'installation de type hybride
PV/diesel, avec une gestion centralisée).

5.c - Installations financées par le "PRME"

Le PRME (Programme Régional pour la Maîtrise de l'Energie) a été crée en 1982.


Etabli aujourd'hui sur la base d'une programmation de 4 ans (2003-2006), le
programme fait l'objet d'une contractualisation annuelle.
Le budget de base de ce programme est établi par le Conseil Régional, abondé par 3
autres partenaires de la façon suivante :
- Conseil Régional : 1 part
- Conseil Général : 1 part
- Ademe : 2 parts
- EdF : 2 parts
Sur la période 2003/2006, le tableau suivant indique les 4 grands thèmes retenus et
les budget alloués.

re
Régional
TOTAL 2003/2006 Communic de
EUR % ation l'Energie
Littoral raccordé au réseau 1 648 984 54,1%
10% 7%
URE 950 000 31,2%
EnR 698 984 22,9%
Intérieur non raccordé au réseau
900 000 29,5%
Littoral
URE 100 000 3,3%
EnR 800 000 26,2% Intérieur raccordé
Communication 300 000 9,8% non au réseau
Observatoire Régional de l'Energie
200 000 6,6% raccordé 53%
Total 3 048 984 ##### au réseau
Moyenne / an 762 246
30%
Tabl. 11 : Programmation PRME 2003/2006 - Thèe

Avec 3 millions d'euros sur 4 ans, ce programme offre un budget annuel moyen
d'environ 800 kEUR/an. La signature retardée de la convention bloque néanmoins le
lancement des projets prévus en 2003.

Page 65
EMERAUDE

Notons que l'électrification des sites isolés par photovoltaïque se retrouve en théorie
dans les budgets EnR sur le littoral (cas des installations en défiscalisation, mais sur
lequel aucune somme n'a été allouée dans ce budget), ainsi que dans la partie
intérieure non raccordée, à la rubrique alimentation des écarts soit environ
125 kEUR/an sur 4 ans à partager avec des projets de pico-hydraulique. Ce budget
est complété par les fonds du FEDER, mesures 11.7.1 (MDE et EnR pour un montant
de 2 850 kEUR sur la période 2003-2006) et 11.7.2 (Observatoire de l'Energie, pour
un montant de 150 kEUR).

Au niveau des installations photovoltaïques, ce programme semble offrir, une fois


opérationnel, un moyen d'action rapide et souple.

5.d - Installation de type "défiscalisation"

Ce montage financier a d'abord été proposé en Guyane par la société Solelec à partir
de 1997, suivi par BP Solar en 1999.

Ce type de projet s'inscrit à l'origine dans une démarche purement privée, entre un
client et un fournisseur, la défiscalisation permettant un montage financier dans lequel
le client localement peut bénéficier indirectement d'une subvention faite à un
investisseur en Guyane. Ce montage a été ensuite complété par des participations
externes, EdF et l'Ademe abondant chacun 25% de l'investissement initial.

Sans rentrée dans le détail de ce montage complexe, nous présentons ci-après les
grands principes de cette offre :
- équipements fournis : générateur PV de 1200 à 1800 Wc, incluant également un
onduleur (voir un onduleur réversible pour la recharge par groupe électrogène),
une quinzaine de lampes basse consommation ainsi qu'un réfrigérateur et un
congélateur (> 200l)
- contrat de service sur 15 ans, le client pouvant bénéficier au bout de 8 ans d'une
option d'achat et de clôture anticipée du contrat. Le transfert de propriété se fait
alors contre le montant du dépôt de garantie et d'un complément fixe. Ce rachat
inclut le renouvellement du parc batterie, provisionné dans le contrat de
maintenance pendant les 8 premières années.
- maintenance garantie sur la période du contrat, avec 72h de délai d'intervention
en cas de panne, et une visite annuelle de maintenance préventive contractuelle
- propriété du système : pendant toute la période d'amortissement, le système
reste la propriété du fournisseur (ou de son partenaire financier)
- éléments de coûts (variables en fonction de la taille des systèmes) : dépôt de
garantie de 1 000 à 1 200 EUR, mensualités de 80 à 120 EUR pendant 15 ans
ième
avec possibilité d'acquisition du générateur à la fin de la 8 année

On le voit, cette offre se positionne résolument dans une approche de service, avec
une maintenance contractuelle qui semble aujourd'hui réalisée dans des conditions
satisfaisantes. Avec une taille des installations proposées en défiscalisation (1 200Wc,
voir 1 800Wc, distribution en 220V, le chargeur étant également de plus en plus
proposé pour un appoint par groupe électrogène), les niveaux de service sont tout à
fait comparables à ceux d'un service fourni par un réseau électrique public.

Malgré ces aspects très positifs, les installations en défiscalisation restent pour le
moment limitées à des sites situés essentiellement sur le littoral, principalement
pour les raisons suivantes :
- le montant à la charge du client reste dissuasif pour bon nombre de personnes,
les bénéficiaires sont des personnes aux revenus conséquents (critère
également de solvabilité pour les fournisseurs)
- les contraintes en terme de maintenance (délai d'intervention, visite préventives,
etc..) et le nombre de systèmes ne permettent pas de mettre en place des
"antennes locales" de maintenance, et ces installations doivent donc rester
relativement proche et faciles d'accès
Page 66
EMERAUDE

Précisons que la loi sur la défiscalisation prévoit la fin de ce mécanisme dans sa


configuration actuelle fin 2003. Même si d'autres mécanismes similaires sont
attendus, ce flou est aujourd'hui très négatif pour le visibilité des opérateurs de la
filière PV.

5.e - Bilan sur les systèmes installée et évaluation de l'impact du photovoltaïque


en Guyane

Bilan des systèmes installés :

Nous joignons en annexe 4 la carte avec les principales centrales énergies


renouvelables installées.

Le tableau suivant reprend un bilan par commune du nombre de système installé, de


la puissance crête ainsi qu'une estimation du nombre de personnes desservies

Nb de
Commune Nb de systèmes Pinstallée (kWc) personnes
desservies
Awala-Yalimapo 2 1,1 5
Camopi 95 105,7 626
Cayenne 2 2,7 10
Grand-Santi 132 35,6 696
Kourou 1 0,1 300
Macouria 1 2,0 5
Maripasoula 25 20,8 590
Montsinéry-Tonnegrande 1 1,4 20
Régina 18 51,2 170
Roura 8 20,3 75
Saint-Laurent 1 0,1 5
Saül 74 63,7 100
Sinnamary 2 1,8 15
TOTAL 362 306,5 2 617
Tabl. 12 : Récapitulatif des installations photovoltaïques par commune (installations FACE et PRME seules)
(Srce : Ademe, juin 03)

A ce stade, précisons qu'il n'a pas été possible d'intégrer les installations réalisées
dans le cadre de la défiscalisation. Ces données ne sont en effet répertoriées de
façon complète qu'au niveau des installateurs. Nous n'avons pas pu obtenir à ce jour
les données de l'un des installateurs. L'ensemble des installations en défiscalisation
seront intégrées une fois ces données reçues, ce qui devrait augmenter notablement
le bilan ci-dessus.

Retour d'expérience en Guyane :

La base de données Isis qui permet aujourd'hui en métropole de suivre l'ensemble


des installations photovoltaïques FACE n'est pas opérationnelle en Guyane. De façon
générale, il est certain que la filière souffre encore des conséquences d'anciens
programmes d'électrification photovoltaïques installés dans les années 80 et jusqu'au
milieu des années 90, sans schéma de maintenance et d'exploitation en aval et dans
une approche de "service de base" (éclairage et audio-visuel). L'absence de
maintenance et de renouvellement des batteries, mais également une inadéquation
entre l'offre de service proposé et la demande réelle entraînent parfois encore
aujourd'hui des phénomènes de rejets (Trois Palétuviers ou Tempak par exemple).
Les améliorations technologiques et les nouveaux programmes tentent aujourd'hui de
remédier à cela, en proposant des installations sous contrat d'exploitation et de
Page 67
EMERAUDE

maintenance, avec des dimensionnements plus en adéquation avec la demande des


bénéficiaires (notamment en terme de "froid"), ou encore avec des systèmes hybrides,
individuels ou communautaires.

Certains audits partiels ont été effectués, dont un audit réalisé en 2000 par la société
Tecsol sur 10 sites isolés (habitations ou auberges d'accueil de touristes installées
entre 1997 et 2000 sur financement FACE, PRME et défiscalisation). Nous reprenons
ci-dessous les principales conclusions :
- problème sur la disponibilité de l'information : l'Ademe est le seul organisme
recoupant potentiellement les 3 modes de financement (FACE, PRME et
défiscalisation). La mise en place de la base de données Isis devrait permettre
de faciliter le retour d'expérience. Précisons néanmoins que dans le cadre de la
défiscalisation, les installateurs BP Solar et Solelec disposent de leur propre
base de données détaillées et mises à jour.
- la mécanique administrative ne fonctionne pas toujours correctement : les
installations FACE restent en attente des contrats d'abonné, la facturation et la
maintenance étant retardée d'autant
- la défiscalisation met le client seul face au fournisseur, alors que les contrats
restent relativement complexes à appréhender, avec des clauses parfois peu
favorables aux clients
- l'optimisation du dimensionnement des systèmes est nécessaire, afin de limiter
au mieux les coûts d'investissements, tout en répondant aux attentes des
usagers. Une prise en compte des évolutions à moyen terme est souhaitable,
éventuellement en favorisant les installations avec chargeur (pour appui
ponctuel par des groupes électrogènes par exemple)
- les coûts d'investissement (hors installations défiscalisation) évoluaient entre
16,5 et 22 €/Wc
- le suivi et la maintenance restait encore problématique : documentation de
suivie inadaptée, moyen de contrôle et des gestion des systèmes insuffisants,
régime de fonctionnement à risque pour les parcs batteries, pas ou peu de
visites réellement effectuées
En dépit de certains de ces aspects, les 10 usagers interrogés semblaient alors
globalement très satisfaits sur le service fourni.

Evaluation de l'impact du photovoltaïque en Guyane :

Emploi :

La filière s'organise aujourd'hui autour de 2 principaux fournisseurs : Solelec, filiale de


Total Energie, et présent en Guyane depuis de très nombreuses années, et BP Solar
Guyane, filiale de Apex-BP Solar, qui s'est installé en Guyane en 1999.
A elles deux, ces sociétés emploient environ 10 salariés à plein temps, et autant en
sous-traitance, soit une vingtaine d'équivalent plein temps. A cela, il convient d'ajouter
les fournisseurs de matériel électrique en Guyane, ainsi que les activités aux sièges
de ces 2 sociétés en France (étude, production et logistique, appui, etc).

Impact sur les émissions de CO2 évitées :

Une évaluation de l'impact des systèmes à énergie renouvelable en général sera


intégrée au rapport suivant, afin de prendre en compte notamment les émissions de
CO2 évitées par substitution sur les communes isolées de moyen de production
thermique à des moyens de production non émissifs.

Remarques :
- en dehors des centrales hybrides présentées précédemment pour
l'électrification de village isolé, il n'existe à ce jour aucune installation
photovoltaïque raccordée au réseau en Guyane. Ce type d'installation pourrait
pourtant trouver un intérêt en sécurisation sur le réseau dans des zones
sensibles, ou de valorisation des ressources en énergies renouvelables

Page 68
EMERAUDE

- Les tarifs de rachat (environ 0,30 EUR/kWh en 2003, mais qui pourraient
éventuellement être revus à la hausse si les propositions du rapport
parlementaire "Besson" présenté récemment étaient retenues) et les
subventions possibles sont des éléments qui peuvent permettre la mise en
place de projet intéressant, y compris sur la zone interconnectée
- l'approche "service" offre encore bien d'autres pistes pour le développement
du photovoltaïque dans les zones isolées, comme par exemple la mise en
gestion auprès de petits opérateurs privés de systèmes PV pour les activités
de maintenance, de suivi et de recouvrement.

6 - PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DES RESEAUX ISOLES ET ELEMENTS DE


CALCUL DES CONTRAINTES

Les éléments obtenus par le consultant sur les réseaux électriques des sites isolés
restent très partiels. Faute notamment d'éléments cartographiques et d'informations
techniques détaillées, nous indiquons ici des éléments qualitatifs illustrés de quelques
exemples de cas types sur les contraintes techniques des réseaux isolés. C'est sur la
base de ces éléments que pourront être basés par la suite les dimensionnements et
les évaluations de programmation budgétaire. Des études plus détaillées seraient
néanmoins nécessaires pour définir au plus près les vrais coûts d'extension de
réseau.

6.a - Généralités

Les besoins d’un site étant défini, il est indispensable d’évaluer le coût des ouvrages de
la production et de la distribution afin de déterminer sa rentabilité et sa faisabilité. Un
avant-projet sommaire doit contenir les quantités d’ouvrages en fonction de leur nature :
ligne aérienne HTA, souterraine HTA, postes de transformation HTA/BT et réseaux BT
aériens et souterrains.

Ces ouvrages projetés doivent prendre en compte à court et moyen terme :


- La puissance à transiter
- La chute de tension admissible

6.b - Evaluation simplifiée des contraintes sur réseaux aériens BT en


conducteurs isolés, torsadés et préassemblés

Deux contraintes sont à respecter dans l’avant projet sommaire :


o La capacité maximale en puissance ou en intensité (contrainte physique
des câbles)
o La chute de tension maximale admissible (contrainte de qualité de
service)

En première approche, on considèrera en effet que les pertes joule seront réduites si
l’on prend en compte de réserver une capacité d’accueil permettent le développement
à court terme.

Nous proposons d'indiquer ci-après des ordres de grandeur de caractéristiques de


lignes BT type afin de respecter contraintes précitées.

Les capacités maximales des câbles sont données pour chaque type de conducteur
habituellement rencontrés sur ce type de réseau (Imax et Pmax pour un cos phi
donnée et U = 380V), dont les principales valeurs sont indiquées dans le tableau
suivant.

Page 69
EMERAUDE

Pmax Pmax
I max Avec Avec
SECTION DU CABLE EN MM² A Cos phi Cos phi
0,9 0,8
3X25mm² Alu + 1x54,6 mm² Alm 112 A 66 59
3x35 mm² Alu + 1x54,6 mm² Alm 138 A 81 73
3x50 mm² Alu +1x54,6 168 A 99 89
3x70mm²Alu+1x54,6 ou 70 mm² Alm 213 A 125 112
3x150mm²Alu+1x70 mm² Alm 331 A 195 175
Tabl. 13 : caractéristiques des câbles aériens torsadés (pour U=380V et Tambiante 30°C, avec échauffement
max de 60°C)

Exemple de calcul de chute de tension :

Le calcul des chutes de tension est lui basée sur la méthode des moments
12
électriques .

Pour un cos phi= 0,9, et un réseau d'une longueur de 500m au départ d’un poste
HTA/BT ou d’un groupe de production. La chute de tension maximale en bout de ligne
sera la suivante :

Cas : Charge concentrée Charge uniformément


en bout de ligne répartie
Exemple : Artisan ou PME situé Zone de résidences, 10
sur un terrain isolé habitations branchées de façon
30 kW appelé uniforme le long d'une allée, et
appelant chacune 3kW, soit 30kW
Conducteur de 25 15% 7,5%
mm²
Conducteur de 70 5,8% 3%
mm²
Tabl. 14 : exemple de calcul de chute de tension sur un réseau BT

Remarque : Les règles imposées aux distributeurs ont évolué dans le temps.
Contractuellement la tension nominale du réseau était de 380 V, avec une tolérance de
distribution de +/- 10%. Depuis quelques années la tension nominale est de 400 V mais le
distributeur doit faire en sorte que la tension se trouve à l’intérieur d’une fourchette de plus 6
% et moins 10 %

Les réseaux aériens sont le plus souvent limités par la contrainte de tension et non d’intensité mais il n’en
reste pas moins vrai que les 2 aspects doivent être examinés à l’occasion de l’établissement de l’avant-projet, en
particulier dans le cas de départs courts.

6.c - Calcul simplifié des réseaux HTA aériens en conducteurs nus

Le cas des lignes aériennes peut être étudié au niveau de l’avant projet par la même
méthode que celle des réseaux aériens basse tension détaillée ci-dessus. Ne possédant
aucun élément relatif aux ossatures HTA, il conviendra de calculer uniquement la chute de
tension dans l’extension pour le raccordement de nouvelles zones non desservies
actuellement. Toutefois l’extension projetée devra s’intégrer dans le plan à moyen terme
étudié par le distributeur afin d’éviter que des ouvrages deviennent caducs avant leur
amortissement.

12
Ch. Lavanchy, "Etude et construction des lignes électriques aériennes", 1952
Page 70
EMERAUDE

SECTION DU CABLE I max P¨max MW P¨max MW


EN MM² A Avec Avec
Cos phi Cos phi
0,9 0,8
DERIVATIONS
Almélec 54,6mm² 145 4,5 4,0
Ossatures
Almélec 75,5mm² 180 5,6 5,0
Almélec 148 mm² 270 8,4 7,5
Tabl. 15 : caractéristiques des câbles HTA aériens nus en Almélec (U = 20kV, Tamb = 25°C, échauffement
max admissible de 15°C)

Exemple :

Prenons le cas d'un quartier isolé, situé à 40km d'un poste ou d'une centrale de production
et comptant environ 1100 ménages appelant chacun 2kW, soit 1,8 MW appelé en pointe
maximale (avec un foisonnement de 0,8). La chute de tension au bout de la ligne HTA de
20kV, sera en 75,5 mm² de 12,5%, et de 8,7% en 148mm².

III - CARACTERISATION DE LA DEMANDE ELECTRIQUE


ACTUELLE DANS LA ZONE NON-INTERCONNECTEE

1 - EVALUATION DE LA DEMANDE PAR LA PRODUCTION

Les données de productions des centrales des communes isolées posent problèmes.
Jusqu'à cette année, les données disponibles étaient toutes le fait de relevés partiels,
de reconstitution ou d'extrapolation à partir de paramètres divers (relevé sur une
phase, consommation, diesel, etc…). Si cette approche reste encore vraie pour
certains sites, EdF a néanmoins mis en place depuis plusieurs mois des centrales
d'acquisition de données sur les principales centrales des communes de l'intérieur
qu'elle exploite.

Nous indiquons ci-après les données mesurées sur les 9 centrales instrumentées,
er
entre le 1 janvier et le 30 septembre 2003, ainsi qu'une extrapolation au prorata du
nombre de mois restant pour une évaluation de la production sur l'année 2003.

Page 71
EMERAUDE

COMMUNES BILAN 9 mois Extrapolation 2003 (Transénergie)


kWh kWh/an %
SAUT MARIPA - -
SAUT MARIPA 821 591 1 095 455
SAUT MARIPA 241 300 321 733
Ss total St Maripa 1 062 891 1 417 188
ST GEORGES therm 1 508 548 2 011 397
Total St Georges 2 571 439 3 428 585 35,7%
(hydro+th)
CAMOPI 81 706 108 941 1,1%
OUANARY 59 405 79 207 0,8%
REGINA 662 133 882 844 9,2%
KAW 102 759 137 012 1,4%
APATOU 815 239 1 086 985 11,3%
GRAND SANTI 285 322 380 429 4,0%
PAPAICHTON 525 513 700 684 7,3%
MARIPA SOULA 2 097 063 2 796 084 29,1%
Ss total hydro 1 062 891 1 417 188 14,8%
Ss total thermique 6 137 689 8 183 585 85,2%
TOTAL 7 200 580 9 600 773 100,0%
Tabl. 16 : Données de production sur 9 centrales de production isolées instrumentées par EdF (2003)

La production estimée pour l'année 2003 s'élève alors à 9 600 kWh, contre 8 700 kWh
indiquée en 2002 par EdF, soit une croissance de l'ordre de 9,4% sur un an. La part
de la production hydraulique générée par la centrale de Saut Maripa est estimée sur
la tendance actuelle à environ 15% de la production totale de ces centrales. Cette part
pourrait néanmoins être bien supérieure compte tenu du fait que sur les 3 turbines
installées, l'une n'a pas du tout fonctionné durant l'année, que la seconde s'est arrêtée
en mai dernier suivi par la dernière depuis septembre 2003.

On note également la prépondérance des 2 communes St Georges et Maripasoula,


qui représentent à elles seules 64% de la production électrique.

MARIPA
SOULA Total St
28,9% Georges
(hydro+th)
36,4%

PAPAICHTON
7,2% CAMOPI
GRAND SANTI 1,1%
3,9% REGINA
KAW OUANARY
APATOU 9,0% 0,8%
1,5%
11,2%

Figure 21 : Part de la production par centrale pour 9 sites instrumentés par EdF (2003)

Le graphique suivant présente l'historique de production des différents centrales


instrumentées sur les 9 premiers mois de l'année 2003.
Page 72
EMERAUDE

350 000

300 000

Total St Georges (hydro+th)


250 000 MARIPA SOULA
APATOU
200 000 REGINA
PAPAICHTON
150 000 GRAND SANTI
KAW
100 000 CAMOPI
OUANARY
50 000

-
JANV FÉV MARS AVRIL MAI JUIN JUIL AOÛT SEP

Figure 22 : Historique de production de 9 centrales isolées (pédiode de janvier à septembre 2003)

2 - EVALUATION DE LA DEMANDE PAR LES DONNEES DE CONSOMMATIONS

Cette évaluation se fait selon la méthode présentée et utilisée pour le réseau


interconnecté. Il est donc important de noter que la reconstitution est basée sur les
communes électrifiées par EdF (base de calcul : nombre d'abonné) avec des
estimation de client sur St Elie. La reconstitution sur Régina inclue la demande
électrique de Régina bourg et de Kaw.

Consommation Total
collectivités diverses

en kWh
Locaux scolaires et
Commerce intégré
et Gros Stockage
Artisanat -Petite

administrations

universitaires
Equipements

domestiques
indépendant

restauration
Commerce
Bureaux et
Agriculture

Hotellerie-
Hopitaux
Industrie

Industrie
collectifs

Usages

Régina 0,2% 2,3% 3,8% 1,2% 0,7% 4,5% 2,6% 0,9% 0,0% 0,5% 83,3% 774 207
Saint-Georges 0,2% 2,3% 9,8% 1,2% 0,7% 2,5% 1,4% 0,9% 0,0% 0,3% 80,7% 1 939 709
Ouanary 0,2% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 11,6% 6,6% 0,0% 0,0% 1,3% 80,3% 92 166
Saül 0,3% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 99,7% 106 048
Maripasoula 0,2% 8,7% 3,8% 4,6% 2,5% 1,8% 1,0% 3,3% 0,0% 0,2% 74,0% 1 934 482
Camopi 0,2% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 3,2% 1,8% 0,0% 0,0% 0,4% 94,4% 168 038
Grand-Santi 0,2% 7,3% 3,0% 3,9% 2,1% 2,9% 1,6% 2,8% 0,0% 0,3% 75,9% 483 208
Saint-Élie 0,2% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 5,5% 3,1% 0,0% 0,0% 0,6% 90,6% 194 679
Apatou 0,2% 5,2% 1,7% 2,7% 1,5% 2,2% 1,3% 1,9% 0,0% 0,3% 82,9% 854 461
Papaichton 0,2% 0,0% 9,1% 0,0% 0,0% 3,8% 2,1% 0,0% 0,0% 0,4% 84,4% 647 842
Total 14 580 309 242 381 436 162 916 90 434 202 428 114 900 116 334 0 23 380 5 779 7 194 840
190
% 0,2% 4,3% 5,3% 2,3% 1,3% 2,8% 1,6% 1,6% 0,0% 0,3% 80,3%
Tabl. 17 : Reconstitution de la demande électrique par commune isolée et par secteur d'activité

Page 73
EMERAUDE

Cette reconstitution permet de retrouver les principaux centres de consommation, à


savoir St Georges, Maripasoula, puis Apatou. Ici, la commune de Régina inclue la
demande au niveau de Kaw. On observe néanmoins des écarts importants par
commune, notamment sur St Georges et Maripasoula où la reconstitution de la
demande est très inférieure à la production (même recalée à l'année 2002), tandis
qu'on observe la situation inverse sur Camopi et Grand Santi. Globalement, si l'on
compare les chiffres concernant les 9 sites exploités par EdF la production indiquée
est de 8 700 kWh, tandis que la reconstitution de la demande présentée dans le
tableau ci-dessus est évaluée à 6 894 kWh (à l'exclusion donc de Saül et St Elie).

Cette différence s’explique en partie par les éléments suivants :


• utilisation des chiffres de facturation fournis par EDF sur les sites isolés (incluant
uniquement les sites gérés par EDF) qui ont été répartis à l’image du nombre
d’abonnement
• pertes importantes au sein des plus grands sites
• différences importantes des consommations unitaires d’un site à l’autre en
fonction du niveau d’électrification
• références temporelles différentes entre l’offre et la demande. Ici encore ce
problème se pose et il est aggravé par les taux de croissances importants que l’on
observe sur les sites isolés
• Problèmes de fraude ou de non facturation sur ces sites

Tous ces problèmes de reconstitution montrent qu’il serait indispensable de travailler


site par site afin d’arriver à expliquer la réalité et la spécificité de la demande pour ces
villages.

Saül Camopi
Ouanary 1% 2% Saint-Élie
1%
3%
Grand-Santi
Saint-Georges
7%
27%
Papaichton
9%

Régina
11%

Maripasoula Apatou
27% 12%

Page 74
EMERAUDE

Consommation des sites isolés (kWh)

Agriculture
Papaichton
Artisanat -Petite Industrie
Apatou
Bureaux et administrations
Saint-Élie
Commerce indépendant
Grand-Santi
Commerce intégré et Gros
Camopi Stockage
Equipements collectifs
Maripasoula
Hopitaux collectivités diverses
Saül
Hotellerie-restauration
Ouanary
Industrie
Saint-Georges
Locaux scolaires et universitaires
Régina
Usages domestiques
0 500 000 1 000 000 1 500 000 2 000 000 2 500 000

Tabl. 18 : Répartition de la demande électrique reconstituée par commune isolée et par secteur d'activité

Consommation des sites isolés (kWh)

Usages domestiques

Locaux scolaires et universitaires

Industrie

Hotellerie-restauration

Hopitaux collectivités diverses


BT
Equipements collectifs
HT
Commerce intégré et Gros Stockage

Commerce indépendant

Bureaux et administrations

Artisanat -Petite Industrie

Agriculture

0 1 000 000 2 000 000 3 000 000 4 000 000 5 000 000 6 000 000 7 000 000

Figure 23 : Répartition de la demande électrique reconstituée par secteur d'activité dans les communes
isolées

3 - CONCLUSION DE LA DEMANDE ACTUELLE SUR LES COMMUNES DE L'INTERIEUR

En gardant à l'esprit les limites du travail au regard des contraintes sur les données
disponibles, les résultats précédents permettent de confirmer :
§ la prépondérance des usages domestiques (80% de la consommation)
§ l'existence de 2 grands pôles de consommation que sont St Georges et
Maripasoula, représentant à eux seul plus de la moitié de la consommation.
Viennent ensuite pour 10% environ les bourgs de Papaïchton et Apatou.

Par ailleurs, on notera aujourd'hui les difficultés a obtenir un bilan précis permettant
de faire une comparaison entre l'offre et la demande. La méthode de reconstitution
descendante de la demande électrique utilisée ici soulève un certain nombre de
Page 75
EMERAUDE

questions notamment en terme de niveaux de pertes éventuelles technique et non


technique. Un travail de reconstitution de type ascendant, basé sur des enquêtes de
terrain impossible à faire dans le cadre de cette étude générale, permettrait de mieux
comprendre la constitution de la demande.

IV - PRESENTATION DES FICHES MONOGRAPHIQUES PAR


COMMUNE

Compte-tenu de la diversité des données et du nombre potentiel de sites à considérer,


nous avons reporté en annexe 7 des "fiches par communes et principaux écarts",
indiquant pour chaque entité les principales informations collectées (démographiques,
réseaux de distribution isolés, caractéristiques des centrales, etc...)

Les données démographiques générales sont indiquées à l'échelle des 10 communes


de l'intérieur sur la base des données du recensement Insee de 1999. Ensuite, les 15
"villages" suivants font l'objet d'un récapitulatif des données collectées dans cette
première phase :
§ Grand-Santi bourg
§ Apatou bourg
§ Papaichton bourg
§ Saül
§ Maripasoula bourg
§ Antecume Pata
§ Saint Elie
§ Saint-Georges bourg
§ Tempak
§ Trois Palétuvier
§ Ouanary
§ Camopi bourg
§ Trois Sauts
§ Régina bourg
§ Kaw

Les données, quand elles sont disponibles concernent :


- les conditions d'accès
- des informations socio-économiques
- les projets d'électrification
- la description de l'électrification et les nombres et types de postes de distribution
le cas échéant
- les principales caractéristiques des centrales de production thermique ou
hydrauliques, ainsi que des données de production, pour lesquelles les sources
sont indiquées

Ces fiches pourront être complétées ou corrigées au fur et à mesure des nouvelles
informations et recoupements effectués.

Page 76
EMERAUDE

CHAPITRE IV : IDENTIFICATION DES SITUATIONS


D'URGENCE ET PRINCIPAUX PROJETS ENGAGES

I - SITUATIONS D'URGENCE

Les situations d’urgence se concentrent sur les communes de l'intérieur, mais


également sur certains écarts du littoral.

Nous citerons principalement :


§ la zone littorale comprise dans le triangle St Laurent, Organabo, Mana, où
l’installation des populations bushinengués (à la suite de la guerre au
Surinam) au cours des années 90 a conduit à la création de nombreux petits
hameaux, à proximité de la RN1 et des CD 8 et 9, qui ne sont pas desservis
aujourd'hui
§ le Maroni dans son ensemble où l'offre d'électrification ne parvient pas à
répondre à la demande : augmentation des capacités de production et
extension des réseaux existants, mais également électrification d'écarts
aujourd'hui non alimentés

Les principales actions d'urgence identifiées auprès des différents acteurs rencontrés
dans la première phase de cette étude sont présentées dans le tableau suivant. Les
budgets indiqués sont ceux estimés pour ces travaux par EdF ou la DAF
principalement.

Page 77
EMERAUDE

Commune Nature des travaux Budget


prévisionnel
Apatou - Renforcement de la centrale : remplacement - 197,5 kEUR
du GE n°2 par autre GE de puissance
équivalente (150kVA) et remplacement du
GE n°3 par un GE de 250kVA
- Travaux divers de sécurité - 32,5 kEUR

Grand Santi - création de la nouvelle centrale sur la zone


de Grand Citron et extension du réseau pour - 1 600,0 kEUR
l'alimentation des bourgs de Grand Santi,
Grand Citron et Anakondé (travaux en cours,
prévision de fin de travaux en 2004)
- renforcement de la production sur Apagui
(centre scolaire)
St Georges - Dépose et remplacement du GE n°4 - 230,0 kEUR
(400kVA, hors d'usage) par un GE de
650kVA (en remplacement du groupe en
container actuellement en place)
- remise en route de la centrale micro- - non chiffré
hydraulique de Saut Maripa
- Travaux divers de sécurité - 930,0 kEUR

Maripasoula - Dépose et remplacement du GE n°1 - 126,7 kEUR


(275kVA) par un GE de 250kVA
- Travaux divers de sécurité - 93,0 kEUR

Papaïchton - mise en place d'un groupe de secours de 250 - 90 kEUR


kVA
- mise en place d'un cuve de stockage FOD de - 58 kEUR
10 000 l
- Travaux divers de sécurité - 27,0 kEUR

Camopi - Installation d'un groupe électrogène de 70 - 40,0 kEUR


kVA
TOTAL estimé - 3 500 kEUR
Tabl. 19 : listes des principales situations d'urgence et travaux prévus à court terme

II - PRINCIPAUX PROJETS PREVUS A MOYEN TERME

Nous présentons dans le tableau suivant les principaux travaux pré-identifiés. Ce


tableau est basé sur les travaux de planification en cours, essentiellement sur la
CCOG. Il sera bien entendu complété et ajusté dans les rapports suivants de la
présente étude.

Page 78
EMERAUDE

Commune Nature des travaux Budget prévisionnel


St Laurent - Extension de réseau - 300 kEUR

Mana - Extension de réseau - 300 kEUR

Apatou - Mise en conformité des réseaux HTA - non chiffrée


- Renforcement du stockage combustible - 200 kEUR
- Dépollution - non chiffrée

Ouanary - Renforcement de la centrale (GE de - 30 kEUR


100kVA)
- Déplacement de la centrale - 800 kEUR
Maripasoula & - Interconnexion des 2 communes - 1 700 kEUR pour la
Papaïchton - Connexion du village d'Acapou ligne HTA 20kV
- Projet de centrale micro-hydraulique enterrée (40km
(étude préalable mais projet non planifié environ)
pour le moment)
Maripasoula - Réhabilitation de la centrale (reprise bâti, - 1,0 MEUR dont 0,4
traitement des égouttures, dépollution) dépollution
- Extension de réseau - 500 kEUR

Papaïchton - Dépollution du site actuel - 600 kEUR


- Extension de réseau
TOTAL estimé - 5 500 kEUR
Tabl. 20 : liste des principaux travaux identifiés à moyen terme

A long terme, on peut également d'ores et déjà évoquer la construction de la route


entre St Laurent et Apatou, qui devrait permettre la construction d'une ligne électrique
qui assurant l'interconnexion d'Apatou au réseau du littoral, mais également
l'électrification de nombreux écarts situés le long de cette route.

Page 79
EMERAUDE

ANNEXES

Annexe 0 : Bibliographie

Annexe 1 : Récapitulatif de la production sur le réseau


interconnecté

Annexe 2 : Réseau interconnecté : Eléments de calcul


postes et réseaux HTB/HTA

Annexe 3 : Réseau interconnecté : Evaluation des pertes


dans les transformateurs HTB/HTA

Annexe 4 : Traitements cartographiques


Populations communales, Production & distribution
HTB, Distribution HTA/BT, Energies renouvelables

Annexe 5 : Résumé des schémas contractuels de


délégation de gestion des réseaux de
distribution électrique

Annexe 6 : Historique des longueurs de réseaux HTAB,


HTA et BT, et historique du nombre de poste

Annexe 7 : Fiches monographiques par communes et


principaux écarts

Annexe 8 : Liste des personnes rencontrées lors de la


mission de Transénergie du 14 au 22 sept. 2003

Page 80