Vous êtes sur la page 1sur 53

Communication financière

Résultats 2017
bmcebank.ma

BMCE BANK OF AFRICA


ETATS FINANCIERS CONSOLIDES
DE BMCE BANK EN NORMES IAS/IFRS
ET NOTES ANNEXES

31 décembre 2017

BMCE BANK
Adresse : 140 Avenue Hassan II, Casablanca
BP 20 039 Casa Principale
Tél : 05 22 20 04 92 / 96
Fax : 05 22 20 05 12
Capital : 1 794 633 900 dirhams
Swift : bmce ma mc
Télex : 21.931 - 24.004
Registre de Commerce : casa 27.129
CCP : Rabat 1030
CNSS : 10.2808.5
Numéro Identification Fiscale : 01085112
Patente : 35502790

Gouvernance et Développement Groupe - Communication Financière


Tél : 05 22 49 80 03 / 05 22 49 80 04
Fax : 05 22 26 49 65
E-mail : relationsinvestisseurs@bmcebank.co.ma

PORTAIL BMCE BANK : www.bmcebank.ma

SITE DU COMMERCE INTERNATIONAL : www.bmcetrade.com

PORTAIL BMCE CAPITAL : www.bmcecapital.com


Communicationfinancière
Communication financière
Résultats2017
Résultats 2017
bmcebank.ma

PERFORMANCE 2017 SOUTENUE PAR LE CORE BUSINESS

Le Conseil d'Administration de BMCE Bank Of Africa s'est réuni le vendredi 30 mars 2018, sous la Présidence de M. Othman BENJELLOUN, au Siège
Social de la Banque, à Casablanca. Il a examiné l'activité de la Banque et du Groupe au terme de l’année 2017 et arrêté les comptes y afférents.
Par ailleurs, le Conseil propose à la prochaine Assemblée Générale Ordinaire de nommer Messieurs Michel LUCAS et Abdou BENSOUDA
en tant qu’Administrateurs Intuitu Personae. De même, il a pris acte de la nomination de Monsieur Lucien MIARA, Président de la Fédération
du Crédit Mutuel Méditerranée, en tant qu’Administrateur de BMCE Bank, représentant la Banque Fédérative du Crédit Mutuel, Groupe
Crédit Mutuel-CIC.
Le Conseil d’Administration proposera à l’Assemblée Générale des Actionnaires le versement d’un dividende de 5 dirhams par action, lequel
sera mis en paiement en juillet 2018.
La brochure des états financiers annuels 2017 aux normes IAS/IFRS est publiée sur le site www.bmcebank.ma.

ACTIVITÉ SOCIALE ACTIVITÉ CONSOLIDÉE


au 31 Décembre 2017 au 31 Décembre 2017

Résultat Net Croissance soutenue de +12,3% du Résultat Net de BMCE Bank RNPG
+12,3% et stabilisation du Résultat Net Part du Groupe après une année
2016 exceptionnelle en termes d’opérations de marché Stable
1,5 milliard DH 2 milliards DH
PNB porté par les activités de banque commerciale, en hausse de
+6,4%, grâce aux progressions de la marge d’intérêt (+5%)
et des commissions (+14%)
PNB PNB
+1,2% Bank Of Africa, 2ème contributeur au résultat consolidé, avec une
croissance de +13% de son RNPG +3%
6,2 milliards DH 13,4 milliards DH
Rayonnement à l’international renforcé avec l’ouverture en cours
de la première succursale d’une banque marocaine à Shanghai,
le Maroc figurant désormais sur l’itinéraire de la ‘’Route de la Soie’’ -
Dépôts de la Clientèle - large programme de développement d’infrastructures, de services Dépôts de la Clientèle
Activité Maroc- et d’échanges entre la Chine et près de soixante-dix pays –

+5,4% BMCE Bank of Africa un des fondateurs du Positive Impact Finance,


promu par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement,
+5%
128,9 milliards DH et ce parmi 20 institutions de par le monde
195,2 milliards DH

COMMUNICATION FINANCIÈRE
Tél. : +212 522 49 80 03/+212 522 46 28 06 - Fax : +212 520 20 50 54 - E-mail : relationsinvestisseurs@bmcebank.co.ma
Communication financière
Résultats 2017
bmcebank.ma

UN CORE BUSINESS SOLIDE

RESULTATS CONSOLIDES : MAINTIEN DE LA RESULTATS SOCIAUX : UNE ASSISE Comptes Consolidés


CAPACITE BENEFICAIRE DU GROUPE CONFORTEE PAR LE SOCLE DES REVENUS
EMANANT DU CŒUR DE METIER du Groupe BMCE Bank
Stabilisation du Résultat Net Part du Groupe au titre de l’exercice En MDH
2017 à 2 milliards DH, lesté par la performance exceptionnelle et Evolution à deux chiffres du Résultat Net social de +12,3%,
non récurrente des activités de marché enregistrée en 2016. s’établissant à 1,5 milliard DH.
Diversification des revenus et des bénéfices avec le maintien de la Progression de +1,2% du PNB à fin décembre 2017, freinée par la
contribution de l’International dans le RNPG et dans le PNB du non-récurrence du résultat des opérations de marché du fait des
+2,9%
Groupe à près de 40% et 48% respectivement, confirmant ainsi la performances exceptionnelles enregistrées en 2016.
portée internationale et continentale du Groupe, désormais 2ème
Evolution satisfaisante de la marge d’intérêts de +11% et de la marge
groupe panafricain en termes de présence géographique. Produit Net Bancaire
sur commissions de +5% à fin décembre 2017.
Appréciation du Produit Net Bancaire de près de +3%, s’élevant à
13,4 milliards DH.
Maitrise des charges générales d’exploitation avec une 12 990 13 368
augmentation limitée de +3,7% - soit le niveau de croissance le plus 2016 2017
Bonne tenue du Core business comme en témoignent : bas depuis 10 ans-, confirmant ainsi l’engagement de la Banque en
faveur de sa politique d’efficacité opérationnelle.
- La progression du PNB issu de l’acivité commerciale de
+6,4% en consolidé Coefficient d’exploitation de 58,3% justifié par des spécificités

- Le poids significatif des marges d’intérêts et de


inhérentes à BMCE Bank SA en termes (i) d’investissements Stable
considérables pour la structuration du Groupe, (ii) de poursuite du
commissions à hauteur de 90,5% dans le PNB consolidé développement du réseau d’agences (+37 agences au Maroc en
du Groupe. 2 ans) et (iii) de déploiement de projets structurants liés à
l’exploitation au profit de la productivité. Résultat Net Part du Groupe
Forte volonté de rationalisation des coûts d’exploitation avec une
décélération continue depuis 2014 du rythme de croissance des Quasi-stagnation du Résultat Brut d’Exploitation de +0,5% à
2 036 2 036
Charges Générales d’Exploitation, passant de +9% à +5% en 2017. 2,7 milliards DH.
2016 2017
Efficacité opérationnelle du Groupe BMCE Bank plus agile à travers Baisse du coût du risque social de -25% à 612 millions DH contre
le lancement acté du programme d’optimisation durable du 821 millions DH en 2016.
coefficient d'exploitation sur 3 ans consistant en l’identification et Effort de recouvrement de plus en plus accentué matérialisé par la
la mise en œuvre de gisements de rationalisation de charges et hausse significative des reprises de provisions de+42% à +2%
d’accélération du PNB. 544 millions DH en 2017.
Hausse du coût du risque de +11% en 2017 s’établissant à Evolution des dépôts globaux de la Banque de +6,4%, vs +5% pour
1,8 milliard DH dans un contexte de stabilisation des encours en le secteur hors BMCE, s’établissant à 143 milliards DH engendrant
souffrance. Total Bilan
ainsi une part de marché ressources de 15,09%, soit un gain de
Poursuite du renforcement du taux de couverture des créances en
+16 points de base sur l’année 2017. 305 923 313 344
souffrance, passant de 54% en 2015 à 60% en 2016 et à 63,5% en 2016 2017
2017.

Hausse de +2% du Total Bilan consolidé, passant de 306 milliards DH


à 313 milliards DH à fin décembre 2017.

Renforcement de la solidité financière du Groupe avec des Indicateurs de Résultat du Groupe


Capitaux Propres consolidés en croissance de +4,7%, s’établissant A fin décembre 2017 par zone géographique
à 24,7 milliards DH.
7% 4%

Prochain Rendez-Vous Maroc


Lundi 2 Avril 2018 32% 61% Afrique 44% 52%
à 15h30 Europe

Rencontre avec les Représentants de la Communauté


des Analystes et des Médias : présentation des résultats
annuels 2017 du Groupe BMCE Bank Of Africa.
RNPG PNB
UNE DYNAMIQUE D’INNOVATION AU SERVICE DU CLIENT

BANQUE DES PARTICULIERS SERVICES FINANCIERS SPECIALISES : RESPONSABILITE SOCIETALE D’ENTREPRISE :


/PROFESSIONNELS : UNE OFFRE PLUS DE NOUVEAUX RELAIS DE CROISSANCE UN FORT ENGAGEMENT A IMPACT POSITIF
ATTRACTIVE AVEC DE NOUVEAUX Poursuite des efforts de développement des compétences de
SALAFIN l’équipe pédagogique de la Fondation BMCE Bank à travers le
PRODUITS ET SERVICES déploiement d’un large programme de formation en faveur
Réalisation en cours d’une opération de fusion-absorption de Taslif notamment des éducateurs, des superviseurs et des enseignants.
Mise en place d’une offre avantageuse au profit des Jeunes Actifs par Salafin qui s’accompagnera d’une augmentation de capital de
portant sur le pack premium avec notamment une réduction de 30% Salafin réservée aux actionnaires de Taslif, un rapprochement Organisation d’un colloque International sur l’enseignement
les trois premières années, un crédit immédiat Jeunes Actifs stratégique qui représente un potentiel significatif de création de préscolaire en collaboration avec le Ministère de l’Education
conventionné et non conventionné et une offre de crédit immobilier. valeur pour le nouvel ensemble. Nationale qui a connu un large succès de par la qualité de ses
intervenants et l’organisation de ses assises.
Hausse du chiffre d’affaires Bancassurance au titre de l’année 2017 Progression de +2,9%, du Produit Net Bancaire de Salafin s’établissant à
de +11,8% s’élevant à 2,37 milliards DH. 382 millions DH et de +1,2% du Résultat Net social à 140 millions DH. Extension du Réseau de Medersat.com à l’international avec
l’ouverture prochaine d’une école au Rwanda dans la province de
Appréciation du stock de cartes monétiques de +2%, à 1,156 Kigali, au Sénégal, au Congo-Brazzaville et au Mali.
million de cartes à fin décembre 2017, et croissance à deux chiffres MAGHREBAIL
du volume de paiement par carte sur le marché domestique de Développement de l’enseignement du mandarin dans une école
+19,5%, ainsi que sur le volume monétique cross-border des Création d’une succursale à Tanger Free Zone afin de proposer un Medersat.com à Bouskoura en présentiel et dans 3 écoles de
transactions en devises, en hausse de +29,5%. financement leasing en devises et hors taxes aux opérateurs Nador par visioconférence dans le cadre du partenariat avec
économiques de cette zone. l’Institut Confucius et l’Université Hassan II de Casablanca.
Conception pour les jeunes Professionnels/Entrepreneurs d’une offre
de banque gratuite pendant 1 an pour les moins de 35 ans. Progression du Résultat Net de Maghrebail de +7% à Obtention du label « éco-école » par 3 nouvelles écoles -Moulay
93,3 millions DH, et accroissement des immobilisations données Yacoub, Ouazzane et Nador- décerné chaque année par la
Renforcement du portefeuille de la clientèle privée de +44% avec en crédit-bail de +9% atteignant 11,8 milliards DH, positionnant Fondation Mohammed VI pour l’Environnement aux écoles
une amélioration de l’offre dédiée à cette clientèle - carte Maghrebail en 2ème opérateur du secteur avec une part de marché publiques qui répondent aux critères définis par le cahier des
internationale Mastercard World, offre BMCE Exclusive, cartes de 25,88% à fin 2017.
BMCE Visa Infinite, et ventes exclusives en partenariat avec des charges établi à cette fin, portant ainsi à 16 le nombre des écoles
groupes immobiliers de renom-. Medersat.com ayant obtenu ce label.
Progression des dépôts des Migrants de +5,2%, tirés
MAROC FACTORING Adhésion en janvier 2017 - en tant que membre fondateur - aux
essentiellement par les dépôts en comptes chèques (+7,2%) et Renforcement du dispositif de gestion des risques de crédit, et « Principles for Positive Impact Finance »,régissant un nouveau modèle de
les comptes sur carnets (+9,8%), ainsi que des évolutions à deux opérationnels au sein de Maroc Factoring et amélioration de la financement basé sur une méthodologie d’identification, d’évaluation, de
chiffres sur les ouvertures de comptes, les Packages et les produits qualité des dossiers de crédit. transparence et de reporting des Financements à Impact Positif (FIP).
de bancassurance entre les Campagnes MRE 2016 et 2017. Mise en oeuvre de l’approche Financements à Impact Positif (FIP)
Baisse de -35% du Résultat Net de Maroc Factoring s’établissant
Mise en place d’une offre packagée et adaptée, « MRE First » au à 9,8 millions DH en décembre 2017, suite au changement du mode dans la gestion des risques environnementaux et sociaux (E&S)
profit des MRE Jeunes Actifs et lancement du programme de opératoire de la gestion d’affacturage entre BMCE Bank et sa filiale. des financements, ainsi que pour le suivi des performances des
Fidélité « BMCE FIDELIOS » afin de renforcer la satisfaction des Maroc Factoring, désormais érigée en Centre d’Expertise Métiers produits Verts de la Banque et du Green Bond.
clients MRE, offrant des avantages pour toutes les opérations de d’affacturage pour les entités du Groupe BMCE Bank of Africa.
transfert, de change manuel et de transfert par carte. Contribution de BMCE Bank au 1er lancement en Afrique des
Principes de FIP co-organisé par le CFC et UNEP FI.
Extension du réseau de BMCE Euroservices en Europe avec RM EXPERTS
l’ouverture de trois nouvelles agences en Espagne, et une agence Développement en cours avec la Banque Européenne d’Investissement
en cours d’ouverture à Nice. Amélioration de l’ensemble des processus régissant l’activité de d’une ligne « Efficacité des Ressources » - énergie, eau, déchets et
RM Experts grâce à la combinaison des dispositifs de relance amiable transport - sur le marché africain.
Consolidation des services de l’Agence Directe avec l’ouverture en et procédures de recouvrement forcé, au réalisme des équipes, ainsi
ligne des comptes MRE en 2017 et l’élargissement à 5 langues des qu’à l’affirmation d’une gestion rigoureuse et responsable. Signature d’un contrat de prêt de 20 millions d’euros en faveur de la
canaux de distribution mis en place par BMCE Bank. protection de la ressource en eau et de l’adaptation au changement
Performances appréciables au titre de l’année 2017 avec un niveau climatique du Maroc, ciblant les industriels privés et les opérateurs publics
de 402 millions DH de récupérations en capitaux, une reprise de d’eau potable et d’assainissement.
provisions globale de plus de 306 millions DH en trend haussier.
BANQUE DE L’ENTREPRISE : Signature d’un MOU pour la mise en place d’une ligne de financements
« Women In Business » dédiée aux femmes entrepreneures, incluant
UN POSITIONNEMENT CONFIRME ACTIVITES A L’INTERNATIONAL : financement, accompagnement et formation.
Maintien du positionnement de la Banque occupant la 2ème place Formalisation d’une Charte de Responsabilité Sociétale.
en termes de collecte des dépôts et la 3ème place en termes de UN DEVELOPPEMENT DIVERSIFIE AFFIRME
distribution des crédits. 1ère Banque marocaine adhérant aux United Nations Global Compact et
partenaire leader du réseau Maroc du Pacte Mondial.
Hausse des dépôts de la Banque de l’Entreprise de +7,5% à près GROUPE BANK OF AFRICA
de 35 milliards DH à fin décembre 2017, surperformant le secteur Attribution par le « African Entrepreuneurship Award » - AEA -, depuis
bancaire qui a augmenté de +2,1%. Croissance de +13% du Résultat Net Part du Groupe consolidé du son lancement en 2015, d’un total de 3 millions $ à 33 entrepreneurs
Groupe BOA s’élevant à 76 millions € à fin décembre 2017. issus de 13 pays africains -Afrique du Sud, Cameroun, Ethiopie, Ghana,
Croissance de +9,7% et de +7,5% des flux à l’export et des flux à Ouganda, Kenya, Libéria, Maroc, Mozambique, Nigéria, Sénégal,
l’Import, respectivement, contre des progressions de +9,3% et +6,3% Renforcement du fonds de commerce de BOA Group, en atteste
la hausse de +13% du nombre total de comptes à 3,5 millions de Tanzanie et Rwanda-. En 2018, lancement de la 4ème édition avec
au niveau national. l’introduction de deux catégories : Sport et Innovation.
comptes, et de +11% de la productivité des banques en termes de
Enrichissement de l’offre produits des PMEs par le lancement (i) d’un nombre moyen de comptes par agence. Impact positif des gagnants des deux premières éditions 2015 et 2016
Pack Business Entreprise Maîtrisé et (ii) deux nouvelles solutions de du programme AEA créant un total de 2 281 emplois, atteignant
Packages Entreprise, notamment, le Pack Casablanca Finance City, Bonne activité commerciale comme en témoignent la hausse de
+3% de l’encours des crédits à 3,9 milliards € ainsi que la 264 000 clients et évoluant de 4 fois les revenus grâce au financement
dédié à la Clientèle Entreprise bénéficiant du Statut CFC, et le Pack du prix et de l’accompagnement en conseil et mentorat.
CM-CIC, destiné à la Clientèle PME commune avec le Crédit Mutuel- croissance de +3% de l’encours des dépôts à 5,2 milliards €.
CIC, partenaire et actionnaire étranger de référence de BMCE Bank. Extension du réseau d’agences, avec l’ouverture d’une dizaine d’agences
Promotion des solutions de financements responsables avec le pré portant la taille du réseau du Groupe Bank of Africa à plus de 560 agences. CERTIFICATIONS & DISTINCTIONS :
lancement d’une nouvelle ligne relative à la valorisation des
matières résiduelles et ce, dans le cadre de la stratégie de LCB BANK UNE RECONNAISSANCE CONTINUE
BMCE Bank de Banque socialement engagée.
Lancement par LCB Bank, filiale congolaise du Groupe, du projet Digital- BMCE Bank of Africa désignée, pour la 8 ème fois, depuis l’année
Lancement officiel du Centre d’Expertise et de l’Entrepreneuriat Banking en collaboration avec GNS Technologies sur le modèle réussi 2000, « Best Bank in Morocco - Banque Marocaine de l’Année »
pour la TPME prévu en 2018 afin d’assurer l’accompagnement, le au Maroc avec DAMANE Cash. La commercialisation des premiers par le prestigieux Magazine The Banker – Groupe de presse
conseil et l’assistance de cette clientèle ayant un projet de création produits et services offerts est en cours sous la marque LCB Cash. britannique Financial Times.
d’entreprise ou de développement de l’activité.
Progression sensible de la part de marché dépôts de LCB Bank de Certification Top Employeur au Maroc par « Top Employers Institute »,
Promotion des femmes entrepreneurs, à travers l’organisation par +52 points de base passant de 12,64% à fin décembre 2016 à organisme international de certification de l’excellence des conditions
le Club PME d’une édition spéciale dédiée aux Femmes réunissant 13,06% à fin novembre 2017. Stabilisation de la part de marché de travail proposées par les employeurs à leurs salariés.
une trentaine de Femmes Cadres, Responsables Financiers, crédits entre les deux périodes à 14,56% à fin novembre 2017.
Administratifs ou Dirigeantes de sociétés. Première banque au Maroc certifiée OHSAS 18001 pour la
BANQUE DE DEVELOPPEMENT DU MALI prévention des risques Santé, Sécurité et Bien-être au travail par le
Bureau Veritas.
BANQUE D’AFFAIRES : UNE ANNEE SOUS Hausse de +4,3% des crédits clientèle de la Banque de
Développement du Mali –banque leader au Mali - s’établissant à Obtention du prix « Elu Service Client 2018 » et une nette amélioration du taux
LE SIGNE DU DEVELOPPEMENT 353 milliards FCFA à fin Décembre 2017, et de +4,7% des de satisfaction des clients qui atteint 94% en 2017 versus 81% en 2016.
ressources clientèle à 463,8 milliards FCFA en 2017.
Performance louable pour BMCE Capital Markets, malgré un contexte Prix « 2017 Sustainable Energy Gold Award » décerné par la BERD dans le
de marché difficile, affichant des revenus de gestion de l’ordre de Lancement du produit « BDM Diaspo Transfert » en partenariat avec cadre de sa 26ème Réunion Annuelle et de son Business Forum, sous la
600 millions DH à fin décembre 2017. BMCE Euroservices concernant les transferts des Maliens de l’Extérieur. thématique « Cibler la Croissance Verte et Inclusive ».
Clôture sur une note honorable pour BMCE Capital Bourse avec un « Most Active Partner in Morocco » par la BERD dans le cadre de
volume enregistré en hausse de +17,8% atteignant 18,3 millions DH, BMCE BANK INTERNATIONAL LONDRES & PARIS son programme d’aide aux échanges commerciaux.
lui permettant de consolider son positionnement avec une part de Poursuite par BBI UK de l’intensification de son activité dans le
marché de 14,4% à fin 2017. cadre de ses métiers coeurs et consécration d’efforts importants Certificat d’Excellence pour la zone Afrique du Nord du Gold Sabre
Renforcement des performances de BMCE Capital Titres avec une pour la mise à niveau de son Système d’Information. Award pour la campagne Social Media du programme « African
hausse des actifs en conservation de +2% et une part de marché Entreprenuership Award ».
Résultat Net s’élevant à 5,7 millions £ à fin 2017, impacté par un ensemble
de 25% sur les OPCVM. d’éléments exceptionnels liés, notamment, à l’impact de change, au coût Trophée bronze dans la catégorie « Best Integral Phygital Campaign »
de l’investissement informatique et aux contraintes réglementaires pour le programme de communication « Banque Connectée » qui
Consolidation du positionnement de BMCE Capital Gestion en tant fiscales qui ont pesé sur les bénéfices de la filiale londonienne.
qu’acteur majeur sur le marché de la gestion d’actifs au Maroc -en dépit valorise et médiatise l’ensemble des solutions et services innovants
d’un contexte d’accroissement de la concurrence- en accumulant plus de de la Banque.
61 milliards DH d’encours sous gestion, soit une part de marché de 15%. BMCE BANK INTERNATIONAL MADRID Distinction pour LCB Bank par le Comité international Socrates,
Finalisation par BMCE Capital Gestion Privée de projets Résultats favorables au terme de l’exercice 2017 avec un résultat prestigieux organisme britannique European Business Assembly
structurants relatifs au développement de l’activité, notamment, net en croissance de +30,7% à 5,4 millions € en raison (EBA), avec deux prix internationaux « Best Regional Entreprise » et
le développement d’un outil de diagnostic patrimonial ainsi que le principalement de l’amélioration sensible du coût du risque de « Best Manager of the Year ».
renouvellement de la certification ISO 9001 version 2015. -40%. L’année 2016 a été marquée par un durcissement de la
Accomplissement de la première opération de titrisation par réglementation espagnole relative au provisionnement des
BMCE Capital Titrisation, en faveur d’une importante société de la place. créances au titre de Risque Pays.
Réalisation de performances probantes pour BMCE Capital Mise en œuvre d’une stratégie fructueuse articulée autour de 4 piliers :
Solutions, pionnière des outsourceurs des opérations post trade (i) renforcement des relations de Correpondent Banking, (ii)
des activités de marchés au Maroc avec une hausse de +20% du consolidation de l’avantage compétitif sur l’activité Trade Finance, (iii)
volume de traitement des opérations, de +28% du nombre de diversification géographique des engagements, outre (iv) l’élargissement
dossiers et de +13% du périmètre traité avec la Salle des Marchés. des opérations commerciales dans différentes monnaies.
Créée en 1959 et privatisée en 1995, BMCE Bank Of Africa est une banque universelle qui offre une palette de produits et services diversifiés à travers un réseau
national de près de 733 agences. BMCE Bank Of Africa, troisième banque au Maroc en termes de parts de marché dépôts et crédits, est présente aujourd’hui dans
une trentaine de pays en Afrique subsaharienne, en Europe et en Asie.
Les activités du Groupe BMCE Bank Of Africa s’articulent principalement autour des activités de banque commerciale, des services financiers spécialisés, des
activités de gestion d’actifs et autres activités de banque d’affaires de même que sur les activités à l’international.

Le Groupe BMCE Bank Of Africa au Maroc


Les activités du Groupe BMCE Bank Of Africa au Maroc intègrent :
- La Banque des Particuliers & Professionnels qui reunit un pool de compétences Marketing, spécialisé par marché - particuliers, professionnels, clientèle privée,
migrants.
- La Banque de l’Entreprise qui fédère les PME et les Grandes Entreprises
Il est à préciser que BMCE Bank Of Africa s’est engagée dans un programme de régionalisation visant le rapprochement du centre de décision du client et
l’amélioration de l’efficacité commerciale de la Banque. Ainsi, le réseau de distribution de la Banque est désormais organisé par région, fédérant deux filières, à
savoir les Particuliers/Professionnels et les Entreprises et disposant d’une large autonomie.
- La Banque d’Affaires, BMCE Capital, est organisée en plusieurs lignes métiers intégrées, à savoir la gestion d’actifs et de patrimoine, l’intermédiation boursière, les
activités de marché ainsi que le conseil et l’ingénierie financière.
- Les Filiales Financières Spécialisées dans le but de promouvoir les synergies commerciales et fonctionnelles intra-groupe, les produits desdites filiales ayant
vocation à être, pour l’essentiel, commercialisés à travers le Réseau : le crédit à la consommation, le leasing, la bancassurance, le factoring, la location longue
durée. Une filiale en charge du recouvrement, RM Experts, a été instituée en 2010.

Le Groupe BMCE Bank Of Africa à l’international


La dimension internationale du Groupe BMCE Bank Of Africa trouve son origine dans la vocation historique tournée vers le commerce extérieur. La Banque s’est
très tôt ouverte sur le marché international avec une présence renforcée en Europe. En effet, elle a été la première banque marocaine à ouvrir une Agence à Paris
en 1972. Les activités européennes du Groupe sont dirigées par BMCE Bank International Holding (B.I.H) à Londres, Paris et Madrid, constituant la plate-forme du
Groupe en Europe au service des investissements en Afrique.
En outre, la Banque dispose d’une vingtaine de bureaux de représentation dédiés notamment à l’activité des Marocains Résidant à l’Etranger. A cet effet, la Banque
a créé BMCE Euroservices, une entité en charge de cette activité en synergie avec le Réseau Maroc et ce dans le cadre de la réorganisation de la plateforme
Europe.
Le Groupe BMCE Bank Of Africa s’est également orienté vers le marché Africain dès la fin des années 80, suite à la contribution au redressement de la Banque de
Développement du Mali, la première banque du pays, détenue à hauteur de 32,4%.
Pareillement, au Congo Brazzaville, le Groupe BMCE Bank Of Africa a pris, en 2003, une participation de 37% dans La Congolaise de Banque qu’elle a restructurée
et positionnée en leader incontesté dans son secteur.
Le développement du Groupe BMCE Bank Of Africa s’est accéléré en 2008, suite à l’acquisition d’une participation de 35% dans le capital du Groupe Bank of Africa
présent dans une quinzaine de pays. Cette participation est ramenée aujourd’hui à près de 72.85% du Groupe bancaire panafricain.

5
Sommaire

I. Bilan consolide, compte de resultat consolide, etat du resultat net, variation des capitaux propres et tableau de flux de tresorerie et
resume des normes comptables 8
1.1. Bilan consolidé 8
1.2. Compte de résultat consolidé 9
1.3. État du résultat net et des gains et pertes comptabilisés directement en capitaux propres 9
1.4. Variation des capitaux propres 10
1.5. Tableaux des flux de trésorerie au 31 décembre 2017 11
1.6. Résumé des principes comptables appliqués par le Groupe 12

Ii. Notes relatives au compte de resultat au 31 décembre 2017 20


2.1. Marge d'intérêts 20
2.2. Commissions nettes 20
2.3. Gains nets sur instruments financiers évalués en valeur de marché par résultat 21
2.4. Gains nets sur actifs financiers disponibles à la vente 21
2.5. Produits et charges des autres activités 21
2.6. Coût du risque 22
2.7. Gains et pertes nets sur les autres actifs 23
2.8. Impôt sur les bénéfices 23
2.9. Charges générales d'exploitation 23

Iii. Informations sectorielles 24


3.1. Résultat par secteur opérationnel 24
3.2. Actifs et passifs par secteur opérationnel 24
3.3. Informations par secteur géographique 25

V. Notes relatives au bilan au 31 décembre 2017 26


4.1. Valeurs en caisse, banques centrales, trésor public, service des chèques postaux 26
4.2. Actifs et passifs financiers à la juste valeur par résultat 26
4.3. Actifs financiers disponible à la vente 27
4.4. Opérations interbancaires, créances et dettes sur établissements de crédit 27
4.5. Prêts, créances et dettes sur la clientèle 27
4.6. Dettes representées par un titre et dettes subordonnées et fonds spéciaux de garantie 28
4.7. Actifs financiers détenus jusqu’à l’échéance 29
4.8. Impots courants et différés 29
4.9. Comptes de régularisation, actifs et passifs divers 29
4.10. Participations dans les sociétés mises en équivalence 30
4.11. Immobilisations de placement et d’exploitation 30
4.12. Ecarts d'acquisition 31
4.13. Provision pour risques et charges 32
4.14. Transferts d’actifs financiers 33
4.15. Juste valeur 33

V. engagements de financement et de garantie 36


5.1. Engagements de financement 36
5.2. Engagements de garantie 36

VI. remunerations et avantages consentis au personnel 36


6.1. Descriptif de la méthode d'évaluation 36
6.2. Synthèse des provisions et description des regimes existants 36

Vii. informations complementaires 37


7.1. Evolution du capital et résultat par action 37
7.2. Périmètre de consolidation 37
7.3. Rémuneration et avantages accordés aux principaux dirigeants 37
7.4. Relations avec les autres parties liées 38
7.5. Contrats de location 38

Viii. note sur les risques 41


8.1. Dispositif de gestion des risques 41
8.2. Risque de crédit 41
8.3. Dispositif de notation 42
8.5. Dispositif de contrôle et de surveillance des risques de crédit 47
8.6. Descriptif du dispositif de gestion des risques de liquidité et de taux d’intérêt 48
8.7. Risque de marché 49
8.8. Risque operationnel 51

6
comptes
consolidés

37, Bd Abdellatif Benkaddour 11, Avenue Bir Kacem


20050 Casablanca Souissi - Rabat
Maroc

RAPPORT D’AUDIT SUR LES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES


EXERCICE DU 1er JANVIER AU 31 DECEMBRE 2017
Nous avons effectué l’audit des états financiers consolidés ci-joints de BMCE Bank of Africa et ses filiales (Groupe BMCE Bank of Africa), comprenant
l’état de la situation financière, le compte de résultat consolidé, l’état du résultat global consolidé, le tableau des flux de trésorerie consolidé, l’état de
variation des capitaux propres consolidé et des notes contenant un résumé des principales méthodes comptables et d’autres notes explicatives au terme
de la période du 1er janvier au 31 décembre 2017. Ces états financiers font ressortir un montant de capitaux propres consolidés de KMAD 24.684.424 dont
un bénéfice net consolidé de KMAD 2.843.781.
Responsabilité de la Direction
La direction est responsable de l’établissement et de la présentation sincère de ces états financiers, conformément aux Normes Internationales
d’Information Financière (IFRS). Cette responsabilité comprend la conception, la mise en place et le suivi d’un contrôle interne relatif à l’établissement et
la présentation des états financiers ne comportant pas d’anomalie significative, que celles-ci résultent de fraudes ou d’erreurs, ainsi que la détermination
d’estimations comptables raisonnables au regard des circonstances.
Responsabilité des auditeurs
Notre responsabilité est d’exprimer une opinion sur ces états financiers sur la base de notre audit. Nous avons effectué notre audit selon les Normes de
la Profession applicables au Maroc. Ces normes requièrent de notre part de nous conformer aux règles d’éthique, de planifier et de réaliser l’audit pour
obtenir une assurance raisonnable que les états de synthèse ne comportent pas d’anomalie significative.
Un audit implique la mise en œuvre de procédures en vue de recueillir des éléments probants concernant les montants et les informations fournis dans
les états de synthèse. Le choix des procédures relève du jugement de l’auditeur, de même que l’évaluation du risque que les états financiers contiennent
des anomalies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d’erreurs.
En procédant à ces évaluations du risque, l’auditeur prend en compte le contrôle interne en vigueur dans l’entité relatif à l’établissement et la présentation
des états financiers afin de définir des procédures d’audit appropriées en la circonstance, et non dans le but d’exprimer une opinion sur l’efficacité de
celui-ci. Un audit comporte également l’appréciation du caractère approprié des méthodes comptables retenues et le caractère raisonnable des
estimations comptables faites par la direction, de même que l’appréciation de la présentation d’ensemble des états financiers.
Nous estimons que les éléments probants recueillis sont suffisants et appropriés pour fonder notre opinion.
Opinion sur les états financiers
BMCE Bank of Africa dispose d’un stock d’actifs immobiliers hors exploitation, acquis par voie de dations, pour un montant total de 5,5 milliards de dirhams
au 31 décembre 2017. Compte tenu des risques inhérents à ces actifs immobiliers, et notamment des incertitudes liées à leurs valeurs de réalisation et
à leurs délais d’écoulement, nous ne sommes pas en mesure de nous prononcer sur la valeur de ces actifs au 31 décembre 2017.
Sous réserve de l’incidence de la situation décrite ci-dessus, les états financiers consolidés cités au premier paragraphe ci-dessus donnent, dans tous
leurs aspects significatifs, une image fidèle de la situation financière du Groupe BMCE Bank of Africa constitué par les personnes et entités comprises
dans la consolidation au 31 décembre 2017, ainsi que de la performance financière et des flux de trésorerie pour l’exercice clos à cette date, conformément
aux Normes Internationales d’Information Financière (IFRS).
Casablanca, le 20 avril 2018
Les Commissaires aux Comptes

7
I. BILAN CONSOLIDE, COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE, ETAT DU RESULTAT NET, VARIATION DES CAPITAUX PROPRES ET TABLEAU DES FLUX
DE TRESORERIE ET RESUME DES NORMES COMPTABLES
1.1. BILAN CONSOLIDE
Les états financiers consolidés au 31 décembre 2017 ont été approuvés par le Conseil d’Administration tenu en date du 30 mars 2018.
ACTIF IFRS NOTES déc-17 déc-16
Valeurs en caisse, Banques Centrales, Trésor public, Service des chèques postaux 4.1 15 497 685 12 155 637
Actifs financiers à la juste valeur par résultat 4.2 34 002 616 38 890 923
Instruments dérivés de couverture - 2  938
Actifs financiers disponibles à la vente 4.3 10 531 128 8 317 725
Prêts et créances sur les Etablissements de crédit et assimilés 4.4 25 177 051 21 221 229
Prêts et créances sur la clientèle 4.5 183 814 990 179 774 222
Ecart de réévaluation actif des portefeuilles couverts en taux - -
Placements détenus jusqu'à leur échéance 4.7 23 016 078 25 136 170
Actifs d'impôt exigible 4.8 855  725 414  191
Actifs d'impôt différé 4.8 793  123 521  548
Comptes de régularisation et autres actifs 4.9 6 095 077 6 440 776
Actifs non courants destinés à être cédés - -
Participations dans des entreprises mises en équivalence 4.10 643  037 631  268
Immeubles de placement 4.11 3 824 439 3 746 146
Immobilisations corporelles 4.11 7 302 800 6 988 825
Immobilisations incorporelles 4.11 937  808 828  970
Ecarts d'acquisition 4.12 852  310 852  310
TOTAL ACTIF IFRS 313 343 867 305 922 878
(En milliers de DH)

PASSIF IFRS NOTES déc.-17 déc-16


Banques centrales, Trésor public, Service des chèques postaux - -
Passifs financiers à la juste valeur par résultat 4.2 1 768 686 2 098 276
Instruments dérivés de couverture 6  008 -
Dettes envers les Etablissements de crédit et assimilés 4.4 44 958 940 49 708 268
Dettes envers la clientèle 4.5 198 783 598 190 050 335
Titres de créance émis 4.6 15 101 490 13 186 303
Ecart de réévaluation passif des portefeuilles couverts en taux - -
Passifs d'impôt courant 4.8 740  856 641  287
Passifs d'impôt différé 4.8 1 598 944 1 198 242
Comptes de régularisation et autres passifs 4.9 13 419 677 14 278 900
Dettes liées aux actifs non courants destinés à être cédés - -
Provisions techniques des contrats d'assurance - -
Provisions pour risques et charges 4.13 832  490 685  204
Subventions, fonds publics affectés et fonds spéciaux de garantie - -
Dettes subordonnées 4.6 11 448 754 10 493 376
TOTAL DETTES 288 659 443 282 340 191
Capital et réserves liées 13 748 403 13 299 090
Réserves consolidées - -
- Part du Groupe 2 427 415 2 934 250
- Part des minoritaires 4 625 624 4 520 991
Gains ou pertes latents ou différés, part du Groupe 495  942 -9  794
Gains ou pertes latents ou différés, part des minoritaires 543  259 3  323
Résultat net de l’exercice - -
- Part du Groupe 2 036 321 2 036 186
- Part des minoritaires 807  460 798  641
TOTAL CAPITAUX PROPRES CONSOLIDES 24 684 424 23 582 687
TOTAL PASSIF IFRS 313 343 867 305 922 878
(En milliers de DH)

8
1.2. COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE
NOTES déc-17 déc-16
Intérêts et produits assimilés 14 895 644 14 505 242
Intérêts et charges assimilés -5  220  279 -5  259  644
MARGE D' INTERÊTS 2.1 9 675 365 9 245 598
Commissions perçues 2 732 308 2 572 675
Commissions servies -315  612 -455  730
MARGE SUR COMMISSIONS 2.2 2 416 696 2 116 945
Gains ou pertes nets sur instruments financiers à la juste valeur par résultat 2.3 506  845 982  990
Gains ou pertes nets sur actifs financiers disponibles à la vente 2.4 228  257 229  923
RESULTAT DES ACTIVITES DE MARCHE 735  102 1 212 913
Produits des autres activités 2.5 1 036 084 884  515
Charges des autres activités 2.5 -495  692 -469  956
PRODUIT NET BANCAIRE 13 367 555 12 990 015
Charges générales d'exploitation 2,9 -7  015  278 -6  678  453
Dotations aux amortissements et aux dépréciations des immobilisations incorporelles et
2,9 -747  408 -696  947
corporelles
RESULTAT BRUT D'EXPLOITATION 5 604 869 5 614 615
Coût du risque 2.6 -1  794  180 -1  616  531
RESULTAT D'EXPLOITATION 3 810 689 3 998 084
Quote-part du résultat net des entreprises mises en équivalence 12  827 103  652
Gains ou pertes nets sur autres actifs 2.7 14  815 -111  741
Variations de valeurs des écarts d'acquisition - -31  514
RESULTAT AVANT IMPÔTS 3 838 331 3 958 481
Impôts sur les bénéfices 2.8 -994  550 -1  123  654
RESULTAT NET 2 843 781 2 834 827
Résultat hors groupe 807  460 798  641
RESULTAT NET PART DU GROUPE 2 036 321 2 036 186
Résultat par Action (EN MAD) 11,35 11,35
Résultat dilué par Action (EN MAD) 11,35 11,35
(En milliers de DH)

1.3. ÉTAT DU RESULTAT NET ET DES GAINS ET PERTES COMPTABILISES DIRECTEMENT EN CAPITAUX PROPRES
déc-17 déc-16
Résultat net 2 843 781 2 834 827
Gains et pertes comptabilisés directement en capitaux propres et qui seront reclassés ultérieurement en résultat 1 098 161 -79 054
Écarts de conversion -31 826 -4 909
Actifs financiers diposnibles à la vente 1 129 987 -74 145
Ecarts de réévaluation 1 129 987 -74 145
Gains et pertes comptabilisés directement en capitaux propres et qui ne seront pas reclassés ultérieurement en résultat -49 166 0
Écarts actuariels sur les régimes à prestations définis -49 166 0
Quote part des gains et pertes comptabilisés directement en capitaux propres sur entreprises MEE
Total des gains et pertes comptabilisés directement en capitaux propres 1 048 995 -79 054
Résultat net et gains et pertes comptabilisés directement en capitaux propres 3 892 776 2 755 773
Part du groupe 2 542 057 1 960 805
Part des intérêts minoritaires 1 350 719 794 968
(En milliers de DH)

9
1.4. VARIATION DES CAPITAUX PROPRES
Total d'actifs
Réserves et passifs Capitaux
Réserves liées Actions comptabilisés Intérêts
Capital et résultats directement propres part Total
au capital propres minoritaires
consolidés en capitaux Groupe
propres
Capitaux propres clôture 31.12.2015 corrigés 1 794 634 11 104 784 0 4 057 036 65 587 17 022 041 5 087 511 22 109 552
Changement de méthodes comptables 0 0
Capitaux propres clôture 31.12.2015 corrigés 1 794 634 11 104 784 0 4 057 036 65 587 17 022 041 5 087 511 22 109 552
Opérations sur capital 399 672 -399 672 0 0
Paiements fondés sur des actions 0 0
Opérations sur actions propres 0 0
Dividendes -947 308 -947 308 -455 689 -1 402 997
Résultat de l’exercice 2 036 186 2 036 186 798 641 2 834 827
Variations d'actifs et passifs comptabilisées directement
-70 472 -70 472 -3 673 -74 145
en capitaux propres
Ecarts de conversion -4 909 -4 909 -4 909
Gains ou pertes latents ou différés 0 0 0 0 -75 381 -75 381 -3 673 -79 054
Variation de périmètre 94 400 94 400 -68 140 26 260
Autres variations 129 794 129 794 -35 695 94 099
Capitaux propres clôture 31.12.2016 corrigés 1 794 634 11 504 456 0 4 970 436 -9 794 18 259 732 5 322 955 23 582 687
Changement de méthodes comptables 0 0
Capitaux propres clôture 31.12.2016 1 794 634 11 504 456 0 4 970 436 -9 794 18 259 732 5 322 955 23 582 687
Opérations sur capital 449 313 -449 313 0 0
Paiements fondés sur des actions 0 0
Opérations sur actions propres 0 0
Dividendes -897 317 -897 317 -523 494 -1 420 811
Résultat de l’exercice 2 036 321 2 036 321 807 460 2 843 781
Variations d'actifs et passifs comptabilisées directement
-408 252 -408 252 442 957 34 705
en capitaux propres
Ecarts de conversion -31 826 -31 826 -31 826
Gains ou pertes latents ou différés 0 0 0 0 -440 078 -440 078 442 957 2 879
Variation de périmètre -92 449 -92 449 25 910 -66 539
Autres variations -158 128 -158 128 -99 445 -257 573
Capitaux propres clôture 31.12.2017 1 794 634 11 953 769 0 5 409 550 -449 872 18 708 081 5 976 343 24 684 424
(En milliers de DH)

10
1.5. TABLEAUX DES FLUX DE TRESORERIE AU 31 DECEMBRE 2017
1.5.1. Tableau des flux de trésorerie
Notes déc-17 déc-16
Résultat avant impôts 3 838 331 3 958 481
+/- Dotations nettes aux amortissements des immobilisations corporelles et incorporelles 2,9 747  408 696  947
+/- Dotations nettes pour dépréciation des écarts d’acquisition et des autres immobilisations - 31  514
+/- Dotations nettes pour dépréciation des actifs financiers -16  898 -39  470
+/- Dotations nettes aux provisions 2,6 561  456 1 633 772
+/- Quote-part de résultat liée aux sociétés mises en équivalence 4.10 -12  827 -103  652
+/- Perte nette/(gain net) des activités d’investissement -930  281 -1  061  663
+/- Perte nette/(gain net) des activités de financement - -
+/- Autres mouvements -1  406  990 -541  722
Total des éléments non monétaires inclus dans le résultat net avant impôts et des autres ajustements -1  058  132 615  726
+/- Flux liés aux opérations avec les établissements de crédit et assimilés 2 079 434 59  915
+/- Flux liés aux opérations avec la clientèle 2 736 592 -1  497  240
+/- Flux liés aux autres opérations affectant des actifs ou passifs financiers 9 438 124 -3  358  590
Dont Flux liés aux autres opérations affectant Actifs financiers à la juste valeur par résultat et Placements
5 563 288 -2  216  271
détenus jusqu'à leur échéance
+/- Flux liés aux autres opérations affectant des actifs ou passifs non financiers -1  645  793 701  528
- Impôts versés -1  401  950 -560  317
Diminution/(augmentation) nette des actifs et des passifs provenant des activités opérationnelles 11 206 408 -4  654  704
Flux net de trésorerie généré par l’activité opérationnelle 13 986 607 -80  497
+/- Flux liés aux Actifs Financiers Disponible à la Vente -1  166  373 -1  425  337
+/- Flux liés aux immeubles de placement 4,11 -81  056 -728  257
+/- Flux liés aux immobilisations corporelles et incorporelles 4,11 -372  909 -1  003  781
Flux net de trésorerie lié aux opérations d’investissement -1  620  338 -3  157  375
+/- Flux de trésorerie provenant ou à destination des actionnaires -1  425  511 -1  088  198
+/- Autres flux de trésorerie nets provenant des activités de financement 2 950 430 6 291 591
Flux net de trésorerie lié aux opérations de financement 1 524 919 5 203 393
Effet de la variation des taux de change sur la trésorerie et équivalent de trésorerie 434  796 -233  206
Augmentation/(diminution) nette de la trésorerie et des équivalents de trésorerie 14 325 984 1 732 315
Trésorerie et équivalents de trésorerie à l’ouverture 7 689 262 5 956 947
Caisse, Banques centrales, CCP (actif & passif) 4,1 12 155 637 10 403 196
Comptes (actif & passif) et prêts/emprunts à vue auprès des établissements de crédit -4  466  375 -4  446  249
Dont Prêt et Emprunt de tresorerie JJ -1  153  270 -2  877  349
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture 22 015 246 7 689 262
Caisse, Banques centrales, CCP (actif & passif) 4,1 15 497 685 12 155 637
Comptes (actif & passif) et prêts/emprunts à vue auprès des établissements de crédit 6 517 561 -4  466  375
Dont Prêt et Emprunt de tresorerie JJ 3 016 602 -1  153  270
Variation de la trésorerie nette 14 325 984 1 732 315
(En milliers de DH)

Notes déc-17 déc-16


Dividendes reçus 2,4 228  662 240  014
Dividendes versés 1,5 -1  420  811 -1  402  997
Intérêts perçus 12 337 665 12 532 242
Intérêts payés -3  878  943 -3  771  219
(En milliers de DH)

11
1.6. RÉSUMÉ DES PRINCIPES COMPTABLES APPLIQUÉS PAR LE GROUPE Conversion des comptes en devises étrangères
1.6.1. Normes comptables applicables Les comptes consolidés du Groupe BMCE Bank Of Africa sont établis
en dirham. La conversion des comptes des entités dont la monnaie
Le Groupe BMCE Bank Of Africa a adopté les normes internationales fonctionnelle est différente du dirham est effectuée par application de
d’information financière IFRS depuis l’arrêté des comptes consolidés au la méthode du cours de clôture. Selon cette méthode, tous les éléments
30 juin 2008, avec un bilan d’ouverture au 1er janvier 2007. d’actif et de passif, monétaires ou non monétaires, sont convertis au cours
Les comptes consolidés du Groupe BMCE Bank Of Africa sont établis de change en vigueur à la date de clôture de l’exercice. Les produits et les
conformément aux normes comptables internationales (International charges sont convertis au cours moyen de la période.
Financial Reporting Standards – IFRS), telles qu’elles ont été approuvées d. Regroupement d’entreprises et évaluation des écarts d’acquisition
au sein de l’IASB.
Coût d’un regroupement d’entreprise
Le groupe n’a pas anticipé l’application des nouvelles normes,
amendements et interprétations adoptés par l’IASB lorsque l’application Le coût d’un regroupement d’entreprises est évalué comme le total des
rétrospective est autorisée. justes valeurs des actifs remis, des passifs encourus ou assumés, et des
instruments de capitaux propres émis par l’acquéreur, en échange du
1.6.2. Principes de consolidation contrôle de l’entreprise acquise. Les frais connexes à l’acquisition sont
comptabilisés en charges.
a. Périmètre de consolidation
Affectation du coût de regroupement d’entreprises aux actifs acquis et
Le périmètre de consolidation intègre toutes les entités étrangères et aux passifs et passifs éventuels assumés
nationales, dont le groupe détient des participations directes ou indirectes.
Le Groupe affecte, à la date d’acquisition, le coût d’un regroupement
Le Groupe BMCE Bank Of Africa intègre dans son périmètre de d’entreprises en comptabilisant les actifs, les passifs et les passifs
consolidation les entités, quelles que soient leurs activités, dont il détient éventuels identifiables de l’entreprise acquise qui satisfont aux critères de
au moins 20% de ses droits de vote existants et potentiels. comptabilisation à leur juste valeur respective à cette date.
Par ailleurs, il intègre les entités dont les montants consolidés remplissent Toute différence positive entre le coût du regroupement d’entreprises et la
les conditions suivantes : part d’intérêt du Groupe dans la juste valeur nette des actifs, passifs et passifs
éventuels identifiables est constatée au niveau de l’écart d’acquisition.
• Le total du bilan de la filiale est supérieur à 0.5% du total du bilan de
l’entité mère ; Ecart d’acquisition
• La situation nette de la filiale est supérieure à 0.5% de la situation nette A la date d’acquisition, l’écart d’acquisition est comptabilisé à l’actif. Il est
de l’entité mère ; initialement évalué à son coût, c’est-à-dire l’excédent du coût du regroupement
d’entreprises sur la part d’intérêt du Groupe dans la juste valeur nette des
• Les produits bancaires de la filiale sont supérieurs à 0.5% des produits actifs, passifs et passifs éventuels identifiables.
bancaires de l’entité mère.
Le Groupe pratique, à partir de 2012, la méthode du « Goodwill complet »
• Seuils « cumulatifs » qui permettent de s’assurer que le total combiné pour les nouvelles acquisitions. Cette méthode consiste à déterminer l’écart
des entités exclues de la consolidation ne dépasse pas 5% de l’agrégat d’acquisition sur la base de l’excédent du prix du regroupement d’entreprises
en consolidé. et du montant des intérêts minoritaires sur la juste valeur des actifs, passifs et
b. Les méthodes de consolidation passifs éventuels indentifiables.

Le niveau d’intégration, (une intégration globale ou une mise en Il est à noter que le Groupe n’a pas retraité les regroupements d’entreprises
intervenus antérieurement au 01/01/2008, date de la première transition,
équivalence) varie respectivement selon que le groupe exerce un contrôle
selon la norme IFRS 3 et ce en application de l’exemption offerte par l’IFRS 1.
exclusif, conjoint ou une influence notable.
Evaluation de l’écart d’acquisition
Au 31 décembre 2017, aucune filiale du Groupe n’est contrôlée de manière
conjointe. Après sa comptabilisation initiale, l’écart d’acquisition est évalué à son
coût diminué du cumul des pertes de valeur.
c. Les règles de consolidation
Conformément aux dispositions de la norme IAS 36, des tests de
Les États financiers consolidés sont établis en utilisant des méthodes dépréciation doivent être réalisés lorsqu’apparait un risque de dépréciation
comptables uniformes pour des transactions et autres événements durable, et en tout état de cause une fois par an, pour vérifier que les écarts
semblables dans des circonstances similaires. d’acquisition constatés pour chaque UGT n’ont pas lieu d’être dépréciés.
Élimination des opérations réciproques Au 31 décembre 2017, le groupe a effectué des tests de dépréciation pour
Les soldes réciproques résultant d’opérations réalisées entre sociétés s’assurer que la valeur comptable des unités génératrices de trésorerie est
consolidées du Groupe ainsi que les opérations elles-mêmes, y compris toujours inférieure à la valeur recouvrable.
les produits, les charges et les dividendes, sont éliminés. Les profits et les La valeur recouvrable d’une unité génératrice de trésorerie est définie
pertes réalisés du fait de cessions d’actifs à l’intérieur du Groupe sont comme la valeur la plus élevée entre sa juste valeur nette des coûts de
éliminés, sauf dans l’hypothèse où l’actif cédé est considéré comme vente et sa valeur d’utilité, la juste valeur étant le prix de vente d’une UGT
durablement déprécié. à des conditions normales de marché.
12
La valeur d’utilité est basée sur une estimation des cash flows actualisés de la période dans la rubrique « Gains ou pertes nets sur instruments
générés par l’activité dans le cadre de son exploitation par la banque : financiers à la juste valeur par résultat.
• Si la valeur recouvrable de la filiale est supérieure à celle comptable, Un instrument est désigné à la juste valeur par résultat uniquement quand
alors il n’y a pas lieu de constater d’impairment ; ces conditions sont respectées :
• Dans le cas contraire, la différence est constatée en charge d’impairment. - La désignation élimine ou réduit significativement une incohérence
Elle sera en priorité allouée à l’écart d’acquisition, puis aux autres actifs sur d’évaluation ou de comptabilisation qui surviendrait s’il en était autrement
la base d’un prorata.
- Un groupe d’actifs financiers, de passifs financiers ou les deux est géré,
La banque a utilisé différentes méthodes pour la valorisation de la valeur et sa performance évaluée, sur la base de la juste valeur conformément
d’utilité des UGT, selon les critères de chaque filiale. Ces méthodes se sont à une stratégie documentée de gestion de risques ou d’investissement.
basées sur des hypothèses et estimations :
- Les caractéristiques économiques et les risques du dérivé incorporé ne
• L’approche par les revenus, communément appelée « Discounted sont pas étroitement liés aux caractéristiques économiques et aux risques
Dividend Model », qui est une méthode classique dans le secteur bancaire. du contrat hôte (voir appendice A, paragraphes AG30 et AG33);
La mise en œuvre de cette méthode repose sur le business plan de la filiale
et valorise ainsi cette dernière par le biais de la valeur actuelle des flux de Les actifs financiers et les passifs financiers à la juste valeur par le
dividendes futurs. Ces flux seront actualisés au coût des fonds propres. compte de résultat sont comptabilisés dans le bilan à leur juste valeur.
Les variations de juste valeur sur les actifs et passifs financiers désignés
• La méthode des « Discounted Cash flows » est une méthode traditionnelle à la juste valeur sont comptabilisées en pertes ou gains dans le compte
pour l’évaluation des firmes dans le secteur des services. Elle se base sur de résultat.
l’actualisation des flux de trésorerie disponibles au coût moyen pondéré
du capital. Les intérêts sont comptabilisés dans les produits d’intérêts et charges
d’intérêts tandis que les dividendes sont comptabilisés dans les autres
Acquisitions successives
produits d’exploitation quand le droit au paiement est établi.
Conformément aux dispositions de la norme IFRS 3 Révisée, le Groupe
Il est à signaler que le Groupe n’a pas désigné dès l’origine des actifs et
ne calcule pas un écart d’acquisition complémentaire sur les acquisitions
passifs financiers non dérivés à la juste valeur en contrepartie du compte
successives après la prise de contrôle initiale.
de résultat conformément à l’option offerte par l’IAS 39.
En particulier, en cas d’augmentation du pourcentage d’intérêt dans
une entité déjà consolidée par intégration globale, l’écart entre le coût En 2013, la banque a émis un emprunt à l’international de 300 millions
d’acquisition de la quote-part supplémentaire d’intérêts et la quote- de dollars à taux fixe. Cet emprunt est couvert par un swap de même
part acquise de l’actif net de l’entité à cette date est enregistré dans les caractéristiques que ceux de l’emprunt (un taux fixe contre un taux
réserves consolidées part du groupe. variable). Cette opération est qualifiée de couverture de juste valeur.
L’emprunt et le swap sont ainsi valorisés à la juste valeur par résultat.
1.6.3. Actifs et passifs financiers
Actifs financiers détenus jusqu’à l’échéance
a. Prêts et créances
La catégorie des « Actifs financiers détenus jusqu’à l’échéance » comprend
La catégorie « Prêts et créances » inclut les crédits consentis par le Groupe. les titres à revenu fixe ou déterminable, et assortis d’une maturité fixe, que le
Les prêts et créances sont comptabilisés initialement à leur juste valeur , Groupe a l’intention et la capacité de détenir jusqu’à leur échéance.
qui est, en règle générale, le montant net décaissé à l’origine, et comprend Ils sont évalués après leur acquisition au coût amorti selon la méthode du
les coûts d’origine directement imputables à l’opération ainsi que certaines taux d’intérêt effectif, qui intègre l’amortissement des primes et décotes
commissions perçues (commissions de participation et d’engagement, correspondant à la différence entre la valeur d’acquisition et la valeur de
frais de dossier), analysées comme un ajustement du rendement effectif remboursement de ces titres ainsi que les frais d’acquisition des titres s’ils sont
du prêt. significatifs. Ils peuvent faire l’objet, le cas échéant, de dépréciations en cas de
Les prêts et créances sont évalués ultérieurement au coût amorti, et les défaillance de l’émetteur. Les revenus perçus sur ces titres sont présentés sous
intérêts, ainsi que les coûts de transaction et commissions inclus dans la rubrique « Intérêts et produits assimilés » du compte de résultat..
la valeur initiale des crédits concourent à la formation du résultat de Actifs financiers disponibles à la vente
ces opérations sur la durée du crédit calculé selon la méthode du taux
d’intérêt effectif. La catégorie des « Actifs financiers disponibles à la vente » comprend
les titres à revenu fixe ou à revenu variable qui ne relèvent pas des deux
b. Titres
catégories précédentes.
Catégories de titres
Les titres classés dans cette catégorie sont initialement comptabilisés
Les titres détenus par le Groupe peuvent être classés en trois catégories. à leur valeur de marché, frais de transaction inclus lorsque ces derniers
sont significatifs. En date d’arrêté, ils sont évalués à leur valeur de marché
Actifs financiers à la valeur de marché par résultat
et les variations de celle-ci, présentées sous une rubrique spécifique
Cette catégorie regroupe les actifs et passifs financiers détenus à des fins des capitaux propres. Lors de la cession des titres, ces gains ou pertes
de transaction. Ils sont évalués à leur juste valeur en date de clôture et latents précédemment comptabilisés en capitaux propres sont constatés
portés au bilan dans la rubrique « actifs ou passifs à la juste valeur par en compte de résultat sous la rubrique « Gains ou pertes nets sur actifs
résultat ». Les variations de juste valeur sont enregistrées dans le résultat financiers disponibles à la vente ». Il en est de même en cas de dépréciation.
13
Les revenus comptabilisés selon la méthode du taux d’intérêt effectif sur Le groupe apprécie en premier lieu si des indications objectives de
les titres à revenu fixe de cette catégorie sont présentés dans l’agrégat dépréciation existent individuellement, pour des actifs individuellement
« Intérêts et produits assimilés » du compte de résultat. significatifs, de même que individuellement ou collectivement, pour des
actifs financiers qui ne sont pas individuellement significatifs.
Les dividendes perçus sur les titres à revenu variable sont présentés dans
l’agrégat « Gains ou pertes nets sur actifs financiers disponibles à la vente » Si le Groupe détermine qu’il n’existe pas d’indications objectives de
lorsque le droit du Groupe à les recevoir est établi. dépréciation pour un actif financier considéré individuellement, significatif
ou non, il inclut cet actif dans un Groupe d’actifs financiers représentant des
Acquisitions et cessions temporaires caractéristiques de risque de crédit similaires et les soumet collectivement
Opérations de pension à un test de dépréciation.

Les titres faisant l’objet d’une mise en pension restent comptabilisés au Au niveau individuel, constitue notamment une indication objective de
bilan du Groupe dans leur poste d’origine. perte de valeur toute donnée observable afférente aux événements
suivants :
L’obligation de restituer les sommes encaissées est inscrite en Dettes au
passif du Bilan. • L’existence d’impayés ;

Les titres acquis temporairement dans le cas d’une prise en pension ne sont • La connaissance ou l’observation de difficultés financières significatives
pas comptabilisés au bilan du Groupe. Le droit à restitution des sommes de la contrepartie telles qu’il est possible de conclure à l’existence d’un
délivrées par le Groupe est inscrit à l’actif du bilan en « prêts et créances ». risque avéré, qu’un impayé ait été ou non constaté ;

Opérations de prêts et emprunts de titres • Les concessions consenties aux termes des crédits, qui ne l’auraient pas
été en l’absence de difficultés financières de l’emprunteur.
Les opérations de prêts de titres ne donnent pas lieu à la décomptabilisation
des titres prêtés et les opérations d’emprunts de titres donnent lieu à la La dépréciation est mesurée comme la différence entre la valeur comptable
comptabilisation au bilan des titres empruntés en contrepartie d’une dette et la valeur actualisée au taux d’intérêt effectif d’origine de l’actif des
au passif. composantes jugées recouvrables (principal, intérêts, garanties…).

Date de comptabilisation des opérations sur titres Le Groupe répartit le portefeuille des créances douteuses comme suit :

Les titres en valeur de marché par résultat ou classés en actifs financiers Créances individuellement significatives : Revue individuelle de chacun des
dossiers pour estimer les flux de recouvrement et les positionner dans le
détenus jusqu’à l’échéance ou en actifs financiers disponibles à la vente
temps. La dépréciation en IFRS correspond à la différence entre l’encours
sont comptabilisés en date de négociation.
débiteur et la somme des recouvrements attendus actualisés
Les opérations de cession temporaire de titres (qu’elles soient comptabilisées
Les créances non individuellement significatives : La population non
en prêts et créances ou en dettes) ainsi que les ventes de titres empruntés
couverte de manière individuelle fait l’objet d’une segmentation en classes
sont comptabilisées initialement en date de règlement livraison.
homogènes de risque et fait l’objet d’un traitement suivant un modèle
Ces opérations sont maintenues au bilan jusqu’à l’extinction des droits statistique, fondé sur des données historiques, des flux de recouvrement
du Groupe à recevoir les flux qui leur sont attachés ou jusqu’à ce que le par année de déclassement approprié à chaque classe homogène des
Groupe ait transféré substantiellement tous les risques et avantages qui risques.
leur sont liés. Les contreparties ne représentant pas des indicateurs de dépréciation
c. Opérations en devises Ces créances font l’objet d’une analyse du risque par portefeuilles
Actifs et passifs monétaires libellés en devises homogènes, fondé sur des données historiques, ajustées si nécessaire
pour tenir compte des circonstances prévalant à la date de l’arrêté. Cette
Les actifs et passifs monétaires libellés en devises sont convertis dans analyse permet d’identifier les groupes de contreparties qui, compte tenu
la monnaie fonctionnelle de l’entité concernée du Groupe au cours de d’événements survenus depuis la mise en place des crédits, ont atteint
clôture. Les écarts de change sont comptabilisés en résultat, à l’exception collectivement une probabilité de défaut à maturité qui fournit une
des écarts de change relatifs à des instruments financiers désignés indication objective de perte de valeur sur l’ensemble du portefeuille, sans
comme instruments de couverture de résultats futurs ou de couverture que cette perte de valeur puisse être à ce stade allouée individuellement
d’investissement net en devises qui sont, dans ce cas, comptabilisés en aux différentes contreparties composant le portefeuille.
capitaux propres.
Cette analyse fournit également une estimation des pertes afférentes
d. Dépréciation et restructuration des actifs financiers aux portefeuilles concernés en tenant compte de l’évolution du cycle
économique sur la période analysée.
Dépréciations sur prêts et créances et sur actifs financiers détenus
jusqu’à l’échéance, dépréciations sur engagements de financement et de L’exercice du jugement expérimenté des métiers ou du Pôle Risques
garantie Groupe peut conduire le Groupe à constater des dépréciations
collectives additionnelles au titre d’un secteur économique ou d’une zone
A chaque date de clôture, le Groupe détermine s’il existe une indication
géographique affectés par des événements économiques exceptionnels,
objective de dépréciation d’un actif financier ou d’un groupe d’actifs
le Groupe établit dans ce sens des watch list qui représentent la liste des
financiers résultant d’un ou de plusieurs événements survenus après la
comptes à risque.
comptabilisation initiale, que cet événement affecte les flux de trésorerie
futurs dans leur valeur ou leur échéancier et que ses conséquences Les dotations et reprises des dépréciations de valeur des actifs sont
peuvent être estimées de façon fiable. enregistrées dans le compte de résultat, dans la rubrique « Coût du risque
14
» tandis que la reprise dans le temps des effets de l’actualisation constitue Au moment de la restructuration, l’actif restructuré fait l’objet d’une décote
la rémunération comptable des créances dépréciées et est enregistrée en pour amener sa valeur comptable au montant actualisé au taux d’intérêt
intérêts et produits assimilés au compte de résultat. effectif d’origine de l’actif des nouveaux flux futurs attendus.
Renégociations de prêts dans les comptes des prêteurs (« forbearance ») La modification à la baisse de valeur de l’actif est enregistrée dans le
La Banque respecte les exigences des normes IFRS en matière compte de résultat, dans la rubrique « Coût du risque ».
de traitement des « forbearance » et notamment pour les crédits Pour chaque dossier, la décote à la date de renégociation a été recalculée
restructurés. Les flux futurs sont actualisés au Taux d’Intérêt Effectif sur la base des échéanciers d’origine et des conditions de renégociation.
d’origine et la différence entre ce montant et la valeur comptable
est enregistrée immédiatement en coût du risque. Cette décote est La décote est calculée comme la différence entre :
réintégrée sur la durée de vie du crédit dans la marge d’intérêt. • La somme, à la date, de renégociation des flux contractuels initiaux
Dépréciation des actifs financiers disponibles à la vente actualisés au taux d’intérêt effectif.
Les « Actifs financiers disponibles à la vente », essentiellement composés • La somme, à la date, de renégociation des flux contractuels renégociés
d’instruments de capitaux propres, sont dépréciés par contrepartie du actualisés au taux d’intérêt effectif La décote nette d’amortissement est
compte de résultat lorsqu’existe une indication objective de dépréciation comptabilisée en diminution de l’encours du crédit en contrepartie du résultat,
résultant d’un ou plusieurs événements intervenus depuis l’acquisition. les amortissements seront ensuite comptabilisés en produits en PNB.
Le Groupe a défini deux critères de dépréciation non cumulatifs pour les e. Dettes émises représentées par un titre
instruments de capitaux propres inscrits au niveau des actifs financiers
disponibles à la vente, l’un fondé sur la baisse significative du cours du titre Les instruments financiers émis par le Groupe sont qualifiés d’instruments
en considérant comme significative une baisse du cours supérieure à 40 de dettes s’il existe une obligation contractuelle pour la société du Groupe
% de la valeur d’acquisition, un autre fondé sur la baisse durable à travers émettrice de ces instruments de délivrer du numéraire ou un actif financier
l’observation d’une moins-value latente sur une année. au détenteur des titres. Il en est de même dans les cas où le Groupe peut
être contraint à échanger des actifs ou des passifs financiers avec une
Pour les instruments cotés sur un marché actif, la dépréciation est autre entité à des conditions potentiellement défavorables, ou de livrer un
déterminée sur la base du cours coté, pour les instruments non cotés sur nombre variable de ses propres actions.
la base de la valeur de modèle.
Il s’agit pour le Groupe des certificats de dépôts émis par les banques du
Pour les instruments de capitaux propres non cotés, les critères de Groupe notamment BMCE BANK et BANK OF AFRICA ainsi que les bons
dépréciation retenus se déclinent comme suit : de sociétés de financement émis par MAGHREBAIL et SALAFIN.
- La probabilité croissante de faillite ou autre restructuration financière du titre
f. Actions propres
- La disparition d’un marché actif pour cet actif financier, à la suite de difficultés
Le terme « actions propres » désigne les actions de la société mère BMCE
financières des données observables indiquant une diminution évaluable des
BANK SA et de ses filiales consolidées par intégration globale.
flux de trésorerie futurs estimés provenant d’un groupe d’actifs financiers
depuis la comptabilisation initiale de ces actifs, bien que la diminution ne puisse Les actions propres détenues par le Groupe sont portées en déduction des
pas encore être rattachée à chaque actif financier du groupe. capitaux propres consolidés quel que soit l’objectif de leur détention et les
La dépréciation des instruments de capitaux propres est enregistrée au résultats afférents sont éliminés du compte de résultat consolidé.
sein du produit net bancaire sous la rubrique « Gains ou pertes nets sur Au 31 décembre 2017, le Groupe ne détient pas d’actions propres.
actifs financiers disponibles à la vente » et ne peut être reprise en compte
de résultat, le cas échéant, qu’à la date de cession du titre. En outre, g. Instruments dérivés
toute baisse ultérieure de la valeur de marché constitue une dépréciation Tous les instruments dérivés sont comptabilisés au bilan en date de
reconnue en résultat.
négociation pour leur prix de transaction. En date d’arrêté, ils sont
Pour les instruments de dettes, la dépréciation se fait de la même manière réévalués à leur valeur de marché.
que les prêts et créances, soit une dépréciation sur base individuelle en
Ces dérivés sont comptabilisés au bilan dans le poste « Actifs et passifs
cas d’indices de dépréciation durable et sur base collective en l’absence
d’indices de dépréciation. financiers à la valeur de marché par résultat ». Ils sont comptabilisés
en actifs financiers lorsque la valeur de marché est positive, en passifs
Compte tenu de la nature du portefeuille, le Groupe n’est pas concerné financiers lorsqu’elle est négative.
par la dépréciation des instruments de dette.
Les gains et pertes réalisés et latents sont comptabilisés au compte de
Restructuration des actifs classés dans la catégorie « Prêts et créances » résultat en « Gains et pertes nets sur instruments financiers à la valeur de
Une restructuration pour cause de difficultés financières de l’emprunteur marché par résultat».
d’un actif classé dans la catégorie « Prêts et créances » se définit comme h. Evaluation de la « juste valeur » Risque de crédit propre « DVA » /
une modification des termes et conditions de la transaction initiale que Risque de contrepartie « CVA ».
le Groupe n’envisage que pour des raisons économiques ou juridiques
liées aux difficultés financières de l’emprunteur, et telle qu’il en résulte La valeur des produits dérivés n’étant pas significative à ce jour, la banque
une moindre obligation du client, mesurée en valeur actuelle, à l’égard continuerait à surveiller le seuil de signification de cette rubrique pour
du Groupe par rapport aux termes et conditions de la transaction avant prendre en compte les ajustements de la juste valeur liés au calcul du
restructuration. Risque de crédit propre « DVA » / Risque de contrepartie « CVA ».
15
i. Détermination de la juste valeur des instruments financiers Le coût d’entrée des immobilisations intègre les frais d’emprunt supportés
à l’occasion en respect de la norme IAS 23.
La juste valeur est le montant pour lequel un actif pourrait être échangé
ou un passif éteint, entre parties bien informées, consentantes et agissant Dès qu’elles sont aptes à être utilisées, les immobilisations corporelles
dans des conditions de concurrence normale. sont amorties sur leur durée d’utilité.
Sont évalués à la juste valeur les actifs financiers des catégories « actifs Compte tenu de la nature des immobilisations du Groupe BMCE Bank Of
financiers à la juste valeur par résultat » et « actifs financiers disponibles Africa, le Groupe n’a retenu aucune valeur résiduelle sauf pour le matériel
à la vente » de transport détenu par la filiale LOCASOM.
La juste valeur retenue dans un premier temps correspond au prix coté En effet, les autres actifs du Groupe ne font pas l’objet d’un marché
lorsque l’instrument financier est coté sur un marché actif. suffisamment actif ou d’une politique de renouvellement sur une durée
pratique nettement inférieure à la durée d’utilisation possible pour qu’une
En l’absence d’un marché actif, la juste valeur est déterminée à l’aide des
valeur résiduelle puisse être retenue.
techniques d’évaluation (modèles internes d’évaluation présentés dans la
note 4.15 sur la juste valeur). Cette valeur résiduelle vient en déduction de la base amortissable.
Celles-ci, intègrent, en fonction de l’instrument financier, l’utilisation de données Compte tenu de l’activité du Groupe, l’approche par composants a été
issues de transactions récentes effectuées dans des conditions de concurrence appliquée essentiellement pour les immeubles. L’option retenue par le
normale, de juste valeur d’instruments substantiellement similaires, de modèles Groupe est la reconstitution du coût historique amorti par composants en
d’actualisation des flux ou de valeur comptables réévaluées. appliquant une matrice de décomposition en fonction des caractéristiques
propres aux constructions du Groupe BMCE Bank Of Africa.
Le caractère actif d’un marché s’apprécie par la disponibilité régulière
des cours des instruments financiers et l’existence de transactions réelles Matrice de décomposition retenue par BMCE BANK
intervenant dans des conditions de concurrence normale.
Immeubles autres
L’appréciation du caractère inactif d’un marché s’appuie sur des indicateurs tels Immeubles : Sièges
que sièges
que la baisse significative du volume des transactions et du niveau d’activité sur le Durée QP Durée QP
marché, de la forte dispersion des prix disponibles entre les différents intervenants Structure, gros œuvres 80 55% 80 65%
de marché ou l’ancienneté des prix provenant de transactions observées. Façade 30 15%
j. Revenus et charges relatifs aux actifs et passifs financiers Installations générales
20 20% 20 15%
techniques
La méthode du taux d’intérêt effectif est utilisée pour la comptabilisation des Agencements 10 10% 10 20%
revenus et charges relatifs aux instruments financiers évalués au coût amorti.
Pertes de valeur
Le taux d’intérêt effectif est le taux d’actualisation qui assure l’identité
Le Groupe a jugé que la notion de perte de valeur ne sera applicable qu’aux
entre la valeur actualisée des flux de trésorerie futurs sur la durée de vie
constructions et qu’en conséquence le prix de marché (valeur d’expertise)
de l’instrument financier, ou selon le cas sur une durée de vie plus courte,
comme indicateur de dépréciation.
et le montant inscrit au bilan. Le calcul de ce taux tient compte des
commissions reçues ou payées et faisant par nature partie intégrante du b. Immeubles de placement
taux effectif du contrat, des coûts de transaction et des primes et décotes.
La norme IAS 40 définit un immeuble de placement comme étant un bien
k. Coût du risque immobilier détenu pour retirer des loyers et/ou valoriser le capital. Un immeuble
de placement génère donc des flux de trésorerie largement indépendants des
La rubrique Coût du risque comprend les dotations nettes des reprises aux
autres actifs de l’entreprise contrairement aux biens immobiliers dont l’objet
dépréciations et provisions pour risque de crédit, les pertes sur créances
principal est la production ou la fourniture de biens ou de services.
irrécouvrables et les récupérations sur créances amorties ainsi que des
dotations et reprises de provisions pour autres risques notamment les Le Groupe qualifie en immeuble de placement, toute immobilisation classée
risques opérationnels. socialement en hors exploitation.
l. Compensation des actifs et passifs financiers Le Groupe BMCE Bank Of Africa a opté pour la méthode du coût pour la
valorisation de ses immeubles de placement. Le traitement en matière de
Un actif financier et un passif financier sont compensés et un solde net
valorisation est identique à celui retenu pour la valorisation des immeubles
est présenté au bilan si et seulement si le Groupe a un droit juridiquement
d’exploitation.
exécutoire de compenser les montants comptabilisés et s’il a l’intention soit de
régler le montant net soit de réaliser l’actif et de régler le passif simultanément. Conformément aux exigences du paragraphe 79.e) de la norme IAS40, le
Groupe procède à la valorisation de ses immeubles de placement dont le coût
1.6.4. Immobilisations
d’acquisition est jugé substantiellement significatif à l’occasion de chaque
a. Immobilisations Corporelles arrêté par le biais de cabinets externes (4.15 sur la juste valeur).
Le Groupe a opté pour la méthode du coût pour l’évaluation des immobilisations. c. Immobilisations incorporelles
Il est à signaler, qu’en application de l’option accordée par IFRS 1, le L’évaluation initiale d’une immobilisation incorporelle se fait au coût qui
Groupe a choisi d’évaluer certaines immobilisations corporelles à la date est égal au montant de trésorerie ou d’équivalent de trésorerie payé ou à
de transition à leur juste valeur et utiliser cette juste valeur en tant que la juste valeur de toute autre contrepartie donnée pour acquérir un actif
coût présumé à cette date. au moment de son acquisition ou de sa construction.
16
L’évaluation postérieure se fait au coût amorti, l’immobilisation est alors Contrats de location financement
comptabilisée à son coût diminué du cumul des amortissements et des
Un contrat de location-financement est considéré comme un bien acquis
pertes de valeur.
par le preneur et financé par emprunt. L’actif loué est comptabilisé pour sa
Le mode d’amortissement retenu traduit le rythme de consommation des valeur de marché à l’actif du bilan du preneur ou si celle-ci est inférieure,
avantages économiques futurs. pour la valeur actualisée des paiements minimaux au titre du contrat de
location déterminée au taux d’intérêt implicite du contrat.
Les pertes de valeurs sont constatées dès lors que des indices de perte de
valeur (internes ou externes) sont présents. Les indices de perte de valeur En contrepartie, une dette financière d’un montant égal à la valeur de
sont appréciés à chaque clôture. marché de l’immobilisation ou à la valeur actualisée des paiements
minimaux est constatée au passif du preneur. Le bien est amorti selon la
Compte tenu de la nature des immobilisations incorporelles détenues, le même méthode que celle applicable aux immobilisations détenues pour
groupe considère que la notion de valeur résiduelle n’est pas pertinente compte propre, après avoir déduit de son prix d’acquisition l’estimation de
pour les immobilisations incorporelles. En conséquence aucune valeur sa valeur résiduelle. La durée d’utilisation retenue est la durée de vie utile
résiduelle n’est retenue. de l’actif. La dette financière est comptabilisée au coût amorti.
1.6.5. Contrats de location Contrats de location simple
Les différentes sociétés du Groupe peuvent être le preneur ou le bailleur Le bien n’est pas comptabilisé à l’actif du preneur. Les paiements effectués
de contrats de location. au titre des contrats de location simple sont enregistrés dans le compte
de résultat linéairement sur la période de location.
Les contrats de location consentis par le Groupe sont analysés en
contrats de location-financement (crédit-bail et autres) ou en contrats 1.6.6. Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées
de location simple. Un actif est classé comme détenu en vue de la vente si sa valeur comptable
a. La société du Groupe est le bailleur du contrat de location est recouvrée principalement par le biais d’une transaction de vente que
par l’utilisation continue.
Contrats de location-financement
Le Groupe ne dispose pas au 31 décembre 2017 d’actifs détenus en vue de
Dans un contrat de location-financement, le bailleur transfère au preneur la vente ou des activités abandonnées.
l’essentiel des risques et avantages de l’actif. Il s’analyse comme un
financement accordé au preneur pour l’achat d’un bien. 1.6.7. Avantages au personnel

La valeur actuelle des paiements dus au titre du contrat, augmentée le Classification des avantages au personnel
cas échéant de la valeur résiduelle, est enregistrée comme une créance. a. Avantages à court terme
Le revenu net de l’opération pour le bailleur ou le loueur correspond au Avantages dus les 12 mois suivant la fin de l’exercice pendant lequel les
montant d’intérêts du prêt et est enregistré au compte de résultat sous la membres du personnel ont rendu les services correspondants. Ils sont à
rubrique « Intérêts et produits assimilés ». Les loyers perçus sont répartis comptabiliser en charges de l’année.
sur la durée du contrat de location-financement en les imputant en
amortissement du capital et en intérêts de façon à ce que le revenu net b. Postérieurs à l’emploi à cotisations définies
représente un taux de rentabilité constant sur l’encours résiduel. Le taux L’employeur paye un montant fixe de cotisations à un fonds externe et n’a
d’intérêt utilisé est le taux d’intérêt implicite du contrat. aucune autre obligation. Les prestations reçues sont déterminées par le
cumul des cotisations versées augmentées des éventuels intérêts, ils sont
Les dépréciations constatées sur ces prêts et créances, qu’il s’agisse de
comptabilisés en charges de l’année.
dépréciations individuelles ou de dépréciations de portefeuille, suivent les
mêmes règles que celles décrites pour les prêts et créances. c. Postérieurs à l’emploi à prestations définies
Contrats de location simple Avantages désignant les avantages postérieurs à l’emploi autres que ceux
des régimes à cotisations définies. L’employeur s’engage à verser après
Est un contrat de location simple, un contrat par lequel l’essentiel des risques le départ des salariés un certain montant d’avantages, quelle que soit la
et avantages de l’actif mis en location n’est pas transféré au preneur. couverture de l’engagement. On comptabilise les provisions constituées.
Le bien est comptabilisé à l’actif du bailleur en immobilisations et amorti Pour le groupe, l’indemnité de fin de carrière rentre dans la catégorie
linéairement sur la période de location. L’amortissement du bien s’effectue des avantages postérieurs à l’emploi à prestations définies : il s’agit d’une
hors valeur résiduelle tandis que les loyers sont comptabilisés en résultat pour prime octroyée lors du départ en retraite et qui dépend de l’ancienneté.
leur totalité de manière linéaire sur la durée du contrat de location.
d. Avantages à long terme
Ces loyers et ces dotations aux amortissements sont enregistrés au compte
de résultat sur les lignes « Produits des autres activités » et« Charges des Avantages qui ne sont pas dus intégralement dans les douze mois suivant
autres activités ». la fin de l’exercice pendant lequel les membres du personnel ont rendu les
services correspondants. Les provisions sont comptabilisées si l’avantage
b. La société du Groupe est le preneur du contrat de location dépend de l’ancienneté.
Les contrats de location conclus par le Groupe sont analysés en contrats Pour le Groupe, la médaille du travail rentre dans la catégorie des
de location-financement (crédit-bail et autres) ou en contrats de location avantages à long terme : il s’agit d’indemnités versées aux salariés
simple. lorsqu’ils atteignent 6 niveaux d’anciennetés compris entre 15 et 40 ans.
17
e. Indemnités de fin de contrat de travail La charge afférente aux plans attribués est étalée sur la période
d’acquisition des droits, dans la mesure où l’obtention de l’avantage est
Indemnités de rupture de contrat de travail versées en cas de licenciement soumise à une condition de présence.
ou de plan de départ volontaire. L’entreprise peut constituer des provisions si
elle est manifestement engagée à mettre fin au contrat de travail des salariés. Cette charge, inscrite dans les frais de personnel, dont la contrepartie
figure en capitaux propres, est calculée sur la base de la valeur globale
Principes d’évaluation et de comptabilisation des avantages postérieurs du plan, déterminée à la date d’attribution par le Conseil d’administration.
à l’emploi à prestations définies et des autres avantages à long terme
En l’absence de marché pour ces instruments, des modèles financiers
a. Méthode d’évaluation de valorisation prenant en compte le cas échéant les conditions de
L’évaluation de l’engagement est réalisée en suivant la méthode des unités performance relative de l’action BMCE BANK sont utilisés. La charge totale
de crédit projetées « projected unit credit » préconisée par la norme IAS du plan est déterminée en multipliant la valeur unitaire de l’option ou de
19. Le calcul se fait individu par individu. L’engagement de la société est l’action gratuite attribuée par le nombre estimé d’options ou d’actions
constitué de la somme des engagements individuels. gratuites acquises en fin de période d’acquisition des droits compte tenu
des conditions de présence des bénéficiaires.
Selon cette méthode, la valeur actuarielle des prestations futures est
déterminée en calculant le montant des prestations dues à la date du départ 1.6.9. Provisions de passif
à la retraite en tenant compte d’une projection des salaires et de l’ancienneté Les provisions enregistrées au passif du bilan du Groupe, autres que
à cette date, en prenant en compte les facteurs d’actualisation et de la celles relatives aux instruments financiers, aux engagements sociaux,
probabilité de présence et de survie jusqu’à la date de départ à la retraite. concernent principalement les provisions pour restructuration, pour litiges,
L’engagement représente la valeur actuarielle des prestations futures qui pour amendes, pénalités et risques fiscaux.
est considérée comme relative aux services passés dans l’entreprise avant Une provision est constituée lorsqu’il est probable qu’une sortie de
la date d’évaluation. Cet engagement est déterminé en appliquant à la ressources représentative d’avantages économiques sera nécessaire pour
valeur actuarielle des prestations futures le ratio de l’ancienneté à la date éteindre une obligation née d’un événement passé et lorsque le montant
d’évaluation sur l’ancienneté à la date du départ à la retraite. de l’obligation peut être estimé de manière fiable. Le montant de cette
Le coût annuel du régime attribuable au coût d’une année de service obligation est actualisé pour déterminer le montant de la provision, dès
additionnelle pour chacun des participants est déterminé par le rapport lors que cette actualisation présente un caractère significatif.
de la valeur actuarielle des prestations futures sur l’ancienneté projetée Une provision pour risques et charges est un passif dont l’échéance ou le
au moment du départ à la retraite. montant sont incertains.
b. Principes de comptabilisation 3 critères sont prévus par la norme pour la constitution de la provision
Une provision est comptabilisée au passif du bilan en provision pour pour risques et charges :
couvrir l’intégralité des engagements. • obligation actuelle envers un tiers.
Les différences liées aux changements d’hypothèses de calcul (départs • Probabilité de sortie de ressources pour éteindre l’obligation.
anticipés, taux d’actualisation…) ou constatées entre les hypothèses
actuarielles et la réalité (rendement des actifs de couverture…) constituent • fiabilité de l’évaluation de cette sortie de ressource.
des écarts actuariels (gains ou pertes). 1.6.10. Impôt exigible et différé
En application de l’amendement de la norme IAS 19R, ces écarts actuariels L’impôt exigible est calculé sur la base des règles et taux appliqués dans
ne sont plus amortis et sont comptabilisés directement dans les gains et les pays d’implantation du Groupe.
pertes latents.
L’impôt différé est comptabilisé lorsqu’existent des différences temporelles
Le coût des services passés est étalé sur la durée résiduelle d’acquisition entre les valeurs comptables des actifs et passifs du bilan et leurs valeurs
des droits. fiscales.
La charge annuelle comptabilisée en Frais de personnel au titre des Un impôt différé passif correspond à un impôt différé à payer. Il est reconnu
régimes à prestations définies comprend : pour toutes les différences temporelles taxables à l’exception des différences
• les droits supplémentaires acquis par chaque salarié (coût des services rendus) ; temporelles taxables générées par la comptabilisation initiale d’un écart
d’acquisition ou la comptabilisation initiale d’un actif ou d’un passif dans une
• le coût financier correspondant à l’effet de la désactualisation ; transaction qui n’est pas un regroupement d’entreprises et qui au moment de
• le produit attendu des placements dans les fonds de couverture la transaction, n’affecte ni le bénéfice comptable ni le bénéfice imposable.
(rendement brut) ; Un impôt différé actif correspond à un impôt à récupérer dans le futur.
• l’effet des réductions et liquidations de régimes Il est constaté pour toutes les différences temporelles déductibles et les
pertes fiscales reportables dans la mesure où il est probable que l’entité
1.6.8. Paiement à base d’actions concernée disposera de bénéfices imposables futurs sur lesquels ces
différences temporelles et ces pertes fiscales pourront être imputées.
Le Groupe offre à ses salariés la possibilité de participer à des
augmentations de capital dans le cadre de plans d’attribution d’actions. Le Groupe a opté pour l’appréciation de la probabilité de récupération des
actifs d’impôt différé.
Des actions nouvelles sont alors proposées avec une décote liée à une
période d’incessibilité des actions souscrites. Les impôts différés dont la probabilité de recouvrement est incertaine ne
18
sont pas activés. La probabilité de recouvrement est appréhendée par les
business plan des sociétés concernées.
1.6.11. Tableau des flux de trésorerie
Le solde des comptes de trésorerie et assimilés est constitué des soldes nets
des comptes de caisse, banques centrales ainsi que les soldes nets des prêts
et emprunts à vue auprès des établissements de crédit.
Les variations de la trésorerie générée par l’activité opérationnelle enregistrent
les flux de trésorerie générés par les activités du Groupe, y compris ceux
relatifs aux immeubles de placement, aux actifs financiers détenus jusqu’à
l’échéance et titres de créances négociables.
Les variations de la trésorerie liées aux opérations d’investissement résultent
des flux de trésorerie liés aux acquisitions et aux cessions de filiales, entreprises
associées ou coentreprises consolidées ainsi que ceux liés aux acquisitions et
aux cessions d’immobilisations, hors immeubles de placement et immeubles
donnés en location simple.
Les variations de la trésorerie liées aux opérations de financement
comprennent les encaissements et décaissements provenant des opérations
avec les actionnaires et les flux liés aux dettes subordonnées et obligataires, et
dettes représentées par un titre (hors titres de créances négociables).
1.6.12. Utilisation d’estimations dans la préparation des états financiers
La préparation des États financiers du Groupe exige des responsables des
métiers la formulation d’hypothèses et la réalisation d’estimations qui se
traduisent dans la détermination des produits et des charges du compte
de résultat comme dans l’évaluation des actifs et passifs du bilan et dans la
confection des notes annexes qui leur sont relatives.
Cet exercice suppose que les gestionnaires fassent appel à l’exercice de leur
jugement et utilisent les informations disponibles à la date d’élaboration des
États financiers pour procéder aux estimations nécessaires.
Les résultats futurs définitifs des opérations pour lesquelles les gestionnaires
ont recouru à des estimations peuvent à l’évidence s’avérer sensiblement
différents de celles-ci notamment en fonction de conditions de marché
différentes et avoir un effet significatif sur les États financiers.
Les estimations ayant un effet significatif sur les comptes concernent
principalement :
• Les dépréciations (individuelles et collectives) opérées pour couvrir les
risques de crédit inhérents aux activités d’intermédiation bancaire;
Par ailleurs, d’autres estimations sont effectuées par le management et
concernent essentiellement :
• Les tests de dépréciation effectués sur les écarts d’acquisition ;
• Les provisions pour les avantages au personnel ;
• La détermination des provisions destinées à couvrir les risques de pertes et
charges.

19
II. NOTES RELATIVES AU COMPTE DE RESULTAT AU 31 décembre 2017
2.1. MARGE D’INTERETS
Le poste « Marge d’intérêts » comprend les produits (charges) d’intérêts nets liés aux opérations avec la clientèle, aux opérations interbancaires, aux titres
de créance émis par le Groupe, au portefeuille de négoce (titres à revenu fixe, opérations de pension, opérations de prêts/emprunts et dettes représentées
par un titre), aux actifs disponibles à la vente et aux actifs détenus jusqu’à l’échéance.
déc-17 déc-16
Produits Charges Net Produits Charges Net
Opérations avec la clientèle 10 861 834 2 829 142 8 032 692 10 346 197 3 163 407 7 182 790
Comptes et prêts/emprunts 10 168 896 2 698 581 7 470 315 9 688 738 3 062 214 6 626 524
Opérations de pensions 130 561 -130 561 101 193 -101 193
Opérations de location-financement 692 938 692 938 657 459 657 459
Opérations interbancaires 915 842 1 320 489 -404 647 825 329 1 292 729 -467 400
Comptes et prêts/emprunts 682 078 1 257 872 -575 794 606 763 1 172 157 -565 394
Opérations de pensions 233 764 62 617 171 147 218 566 120 572 97 994
Emprunts émis par le Groupe 0 0 0 0 0 0
Instruments de couverture de résultats futurs 0 0 0 0 0 0
Instruments de couverture des portefeuilles couverts en taux 0 0 0 0 0 0
Portefeuille de transactions 1 469 297 1 070 648 398 649 1 908 668 803 508 1 105 160
Titres à revenu fixe 1 469 297 664 645 804 652 1 908 668 463 711 1 444 957
Opérations de pensions 0 0
Prêts/emprunts 0 0
Dettes représentées par un titre 0 406 003 -406 003 0 339 797 -339 797
Actifs disponibles à la vente 0 0
Actifs détenus jusqu’à échéance 1 648 671 1 648 671 1 425 048 1 425 048
TOTAL 14 895 644 5 220 279 9 675 365 14 505 242 5 259 644 9 245 598
(En milliers de DH)

2.2. COMMISSIONS NETTES


déc-17 déc-16
Produits Charges Net Produits Charges Net
Commissions nettes sur opérations 1  999  586 121  990 1  877  596 1  900  141 242  909 1  657  232
avec les établissements de crédit - -
avec la clientèle 1  534  862 1  534  862 1  336  588 1  336  588
sur titres 219  209 43  129 176  080 267  138 112  548 154  590
de change 245  515 78  861 166  654 296  415 130  361 166  054
sur instruments financiers à terme et autres opérations hors - -
bilan
Prestation de services bancaires et financiers 732  722 193  622 539  100 672  534 212  821 459  713
Produits nets de gestion d’OPCVM - -
Produits nets sur moyen de paiement 355  604 72  706 282  898 365  244 55  540 309  704
Assurance - -
Autres 377  118 120  916 256  202 307  290 157  281 150  009
Produits nets de commissions 2  732  308 315  612 2  416  696 2  572  675 455  730 2  116  945
(En milliers de DH)

La marge sur commissions recouvre les commissions sur les opérations sur le marché interbancaire et le marché monétaire, les opérations avec la
clientèle, les opérations sur titres, les opérations de change, les engagements sur titres, les instruments financiers à terme et les services financiers.

20
2.3. GAINS NETS SUR INSTRUMENTS FINANCIERS EVALUES EN VALEUR DE MARCHE PAR RESULTAT
déc-17 déc-16
Portefeuille évalué Portefeuille évalué
Portefeuille de Portefeuille de
en valeur de marché Total en valeur de marché Total
transactions transactions
sur option sur option
Titres à revenu fixe et variable 499 400 499 400 976 350 976 350
Instruments financiers dérivés 7 098 347 7 445 6 746 -106 6 640
Opérations de pension
Prêts
Emprunts
Réévaluation des portefeuilles couverts en taux
Réévaluation des positions de change
TOTAL 506 498 347 506 845 983 096 -106 982 990
(En milliers de DH)

Ce poste regroupe tous les éléments de résultat (à l’exception des produits et charges d’intérêts, qui apparaissent dans la rubrique « Marge d’intérêts »,
ainsi qu’il est décrit ci-dessus) afférents aux instruments financiers gérés au sein du portefeuille de négoce.
Ceci recouvre les plus-values et moins-values de cessions, les plus-values et moins-values liées à l’évaluation à la valeur de marché, ainsi que les
dividendes des titres à revenu variable.
2.4. GAINS NETS SUR ACTIFS FINANCIERS DISPONIBLES A LA VENTE
Ce poste comprend notamment :
- les dividendes et autres revenus provenant des actions et autres titres à revenu variable classés dans la catégorie des actifs financiers disponibles à la
vente ;
- les plus et moins-values de cession réalisées sur des titres à revenu fixe et à revenu variable classés dans la catégorie des actifs financiers disponibles
à la vente ;
- les dotations pour dépréciation liées à la perte de valeur des titres à revenu variable, classés dans la catégorie des actifs financiers disponibles à la vente.
déc-17 déc-16
Titres à revenu fixe 0 0
plus ou moins values de cession
Actions et autres titres à revenu variable 228 257 229 923
Produits de dividendes 228 662 240 014
Charges de dépréciation 0 -10 091
Plus-values nettes de cession -405 0
TOTAL 228 257 229 923
(En milliers de DH)

2.5. PRODUITS ET CHARGES DES AUTRES ACTIVITES


déc-17 déc-16
Produits Charges Net Produits Charges Net
Produits nets de l'activité d'assurance - -
Produits nets des immeubles de placement - - - - - -
Produits nets des immobilisations en location simple 284  277 120  712 163  565 270  114 111  298 158  816
Produits nets de l'activité de promotion immobilière - - - - - -
Divers autres produits et charges bancaires 269  334 294  523 -25  189 258  049 96  299 161  750
Autres produits d'exploitation non bancaires 482  473 80  457 402  016 356  352 262  359 93  993
TOTAL NET DES PRODUITS ET CHARGES DES AUTRES ACTIVITES 1 036 084 495  692 540  392 884  515 469  956 414  559
(En milliers de DH)

21
2.6. COUT DU RISQUE
La rubrique « Coût du risque » comprend les charges résultant de la manifestation de risques de crédit et de contrepartie et litiges inhérents à l’activité
bancaire réalisée avec des tiers. Les dotations nettes aux dépréciations ne relevant pas de tels risques sont classées dans les rubriques du compte de
résultat correspondant à leur nature.
Coût du risque de la période
déc-17 déc-16
Dotations aux provisions -2 964 249 -2 355 213
Provisions pour dépréciation des prêts et créances -2 778 762 -2 310 117
Provisions pour dépréciations des titres détenus jusqu'à l'échéance (hors risque de taux)
Provisions engagements par signature -38 106 -8 643
Autres provisions pour risques et charges -147 381 -36 453
Reprises de provisions 2 402 843 721 441
Reprises de provisions pour dépréciation des prêts et créances 2 231 922 669 887
Reprises de provisions pour dépréciations des titres détenus jusqu'à l'échéance (hors risque de taux)
Reprises de provisions engagements par signature 0 0
Reprises des autres provisions pour risques et charges 170 921 51 554
Variation des provisions -1 232 774 17 241
Pertes pour risque de contrepartie des actifs financiers disponibles à la vente (titres à revenus fixes)
Pertes pour risque de contrepartie des actifs financiers détenus jusqu'à l'échéance
Pertes sur prêts et créances irrécouvrables non provisionnées
Pertes sur prêts et créances irrécouvrables provisionnées -1 268 763 -11 102
Décote sur les produits restructurés
Récupérations sur prêts et créances amorties 35 989 28 343
Pertes sur engagement par signature
Autres pertes
Coût du risque -1 794 180 -1 616 531
(En milliers de DH)

Coût du risque de la période


déc-17 déc-16
Dotations nettes aux dépréciations -561 406 -1 633 772
Récupérations sur créances amorties 35 989 28 343
Créances irrécouvrables provisionnées -1 268 763 -11 102
TOTAL DU COÛT DU RISQUE DE LA PÉRIODE -1 794 180 -1 616 531
(En milliers de DH)

Coût du risque de la période par nature d’actifs


déc-17 déc-16
Prêts et créances sur les établissements de crédit
Prêts et créances sur la clientèle -1 779 614 -1 622 989
Actifs financiers disponibles à la vente
Actifs financiers détenus jusqu’à l’échéance
Instruments financiers des activités de marché
Autres actifs
Engagements par signature et divers -14 566 6 458
TOTAL DU COÛT DU RISQUE DE LA PÉRIODE -1 794 180 -1 616 531
(En milliers de DH)

22
2.7. GAINS ET PERTES NETS SUR LES AUTRES ACTIFS
déc-17 déc-16
Immobilisations corporelles et incorporelles d’exploitation 0 0
Plus-values de cession
Moins-value de cession
Titres de capitaux propres consolidés 0 0
Plus-values de cession 0
Moins-value de cession 0 0
Autres 14 815 -111 741
Gains ou pertes sur autres actifs 14 815 -111 741
(En milliers de DH)

2.8. IMPOTS SUR LES BENEFICES


2.8.1. Impôts courants et impôts différés
déc-17 déc-16
Impôts courants 855 725 414 191
Impôts différés 793 123 521 548
Actifs d’impôts courants et différés 1 648 848 935 739
Impôts courants 740 856 641 287
Impôts différés 1 598 944 1 198 242
Passifs d’impôts courants et différés 2 339 800 1 839 529
(En milliers de DH)

2.8.2. Charge nette de l’impôts sur les bénéfices


déc-17 déc-16
Charge d'impôts courants -1 063 443 -1 078 191
Charge nette d'impôts différés de l'exercice 68 893 -45 463
Charges nette de l’impôt sur les bénéfices -994 550 -1 123 654
(En milliers de DH)

2.8.3. Le taux effectif d’impôt


déc-17 déc-16
Résultat net 2 843 782 2 834 827
Charges d’impôt sur les bénéfices -994 550 -1 123 654
Taux d'impôt effectif moyen 35,0% 39,6%
(En milliers de DH)

Analyse du taux effectif d’impôt


déc-17 déc-16
Taux d'impôt en vigueur 37,0% 37,0%
Différentiel de taux d'imposition des entités étrangères
Imposition forfaitaire
Différences permanentes
Changement de taux
Déficit reportable
Autres éléments -2,0% 2,6%
Taux d'impôt effectif moyen 35,0% 39,6%
(En milliers de DH)

2.9 - CHARGES GeNeRALES D’EXPLOITATION


déc-17 déc-16
Charges de personnel 3 698 510 3 511 125
Impôts et taxes 122 816 120 407
Charges externes 1 616 331 1 585 442
Autres charges générales d'exploitation 1 577 621 1 461 479
Dotation aux amortissements et aux provisions des immobilisations incorporelles et corporelles 747 408 696 947
Charges générales d'exploitation 7 762 686 7 375 400
(En milliers de DH)

23
III. INFORMATIONS SECTORIELLES
L’information comptable et financière au sein du Groupe BMCE Bank Of Africa est déclinée en quatre pôles d’activité :
- Banque au Maroc : ce domaine regroupe BMCE Bank Activité Maroc.
- Gestion d’actifs et Banque d’affaires (GABA) : ce domaine regroupe la banque d’affaires (BMCE Capital), la société de bourse (BMCE Capital Bourse),
et la société de gestion d’actifs (BMCE Capital Gestion).
- Services Financiers Spécialisés : ce domaine regroupe la société de crédit à la consommation (Salafin), la société de crédit-bail (Maghrébail), la société
d’affacturage (Maroc Factoring), la société de recouvrement, (RM Experts) et la société d’assurance-crédit (Acmar),
- Activités à l’international : ce domaine regroupe BMCE Bank International Holding, Bank Of Africa, LCB Bank et la Banque de Développement du Mali.
3.1. Résultat par secteur opérationnel
déc-17
SERVICES
BANQUE AU Gestion d'actifs et ACTIVITES
FINANCIERS AUTRES ACTIVITES TOTAL
MAROC Banque d'affaires INTERNATIONALES
SPECIALISES
Marge d'Intérêts 4 196 358 45 549 723 380 -17 713 4 727 791 9 675 365
Marge sur commissions 1 108 878 169 119 15 322 0 1 123 377 2 416 696
Produits nets bancaires 5 704 128 364 293 752 916 146 951 6 399 267 13 367 555
Charges générales d'exploitation et dotations aux
-3 366 046 -281 741 -227 367 -89 695 -3 797 837 (7 762 686)
amortissements
Résultat Brut d'exploitation 2 338 082 82 552 525 549 57 256 2 601 430 5 604 869
Charge ou Produit d’impôt sur le résultat -556 552 -51 216 -162 388 -16 732 -207 662 ( 994 550)
Résultat Part du groupe 973 512 121 063 179 094 -28 253 790 905 2 036 321
(En milliers de DH)

déc-16
SERVICES
Gestion d'actifs et ACTIVITES INTERNA-
BANQUE AU MAROC FINANCIERS AUTRES ACTIVITES TOTAL
Banque d'affaires TIONALES
SPECIALISES
Marge d'Intérêt 3 645 136 69 037 761 297 -16 351 4 786 479 9 245 598
Marges sur commissions 1 030 566 169 988 12 501 0 903 890 2 116 945
Produits nets bancaires 5 525 326 393 864 784 994 142 682 6 143 149 12 990 015
Charges générales d'exploitation et dotations aux amortisse-
-3 260 377 -288 018 -231 504 -77 796 -3 517 705 (7 375 400)
ments
Résultat Brut d'exploitation 2 264 949 105 846 553 490 64 886 2 625 444 5 614 615
Charge ou Produit d’impôt sur le résultat -605 905 -47 661 -181 653 -17 920 -270 515 (1 123 654)
Résultat Part du Groupe 814 518 141 073 188 023 48 758 843 814 2 036 186
(En milliers de DH)

3.2. Actifs et passifs par secteur opérationnel


déc-17
SERVICES
Gestion d'actifs et ACTIVITES
BANQUE AU MAROC FINANCIERS AUTRES ACTIVITES TOTAL
Banque d'affaires INTERNATIONALES
SPECIALISES
TOTAL BILAN 205 255 697 693 752 11 259 161 ( 415 344) 96 550 601 313 343 867
ELELMENTS D'ACTIF
ACTIFS DISPONIBLES A LA VENTE 3 498 038 97 719 20 398 21 517 6 893 456 10 531 128
PRETS ET CREANCES SUR LA CLIENTELE 118 209 182 96 14 713 386 0 50 892 326 183 814 990
Actifs financiers évalués à la juste valeur 33 809 849 192 764 3 0 0 34 002 616
PLACEMENTS DETENUS JUSQU'À ECHEANCE 3 289 659 0 0 0 19 726 419 23 016 078
ELEMENTS DU PASSIF
DETTES ENVERS LA CLIENTELE 135 672 596 17 076 739 090 0 62 354 836 198 783 598
FONDS PROPRES 15 121 735 358 467 1 470 727 ( 639 611) 8 373 106 24 684 424
(En milliers de DH)

24
déc-16
SERVICES
BANQUE AU Gestion d'actifs et ACTIVITES INTER-
FINANCIERS AUTRES ACTIVITES TOTAL
MAROC Banque d'affaires NATIONALES
SPECIALISES
TOTAL BILAN 205 383 601 979 684 9 234 390 183 128 90 142 075 305 922 878
ELEMENTS D'ACTIF
ACTIFS DISPONIBLES A LA VENTE 2 249 497 101 026 19 718 20 464 5 927 020 8 317 725
PRETS ET CREANCES SUR LA CLIENTELE 117 079 106 121 14 702 011 0 47 992 984 179 774 222
Actifs financiers évalués à la juste valeur 38 499 389 208 390 207 0 182 937 38 890 923
PLACEMENTS DETENUS JUSQU'À ECHEANCE 4 188 468 0 0 0 20 947 702 25 136 170
ELEMENTS DU PASSIF
DETTES ENVERS LA CLIENTELE 131 000 917 17 908 600 0 58 140 801 190 050 335
FONDS PROPRES 15 463 646 315 561 1 478 662 ( 32 906) 6 357 724 23 582 687
(En milliers de DH)

3.3. VENTILATION DES PRETS ET CREANCES


Ventilation des prêts et créances sur les établissements de crédit par zone géographique
déc-17 déc-16
Encours sains Encours en souffrance Provisions Encours sains Encours en souffrance Provisions
Maroc 16 374 543 58 620 58 615 13 781 032 58 620 58 620
Europe 4 898 673 0 0 3 145 671 0 0
Afrique 3 860 055 53 911 10 136 4 275 686 27 760 8 920
Total en principal 25 133 271 112 531 68 751 21 202 389 86 380 67 540
Créances rattachées
Provisions
Valeurs nettes au bilan 25 133 271 112 531 68 751 21 202 389 86 380 67 540
(En milliers de DH)

Ventilation des prêts et créances envers la clientèle par zone géographique


déc-17 déc-16
Encours sains Encours en Provisions Provisions Encours sains Encours en Provisions Provisions
souffrance individuelles collectives souffrance individuelles collectives
Maroc 129 391 653 9 326 713 3 535 604 2 260 098 128 534 813 9 353 560 4 358 705 1 748 430
Europe 4 172 269 151 978 75 869 0 3 885 045 205 958 85 332 0
Afrique 44 872 553 5 277 709 3 248 939 257 375 41 432 888 5 150 768 2 424 641 171 702
Valeurs nettes au bilan 178 436 475 14 756 400 6 860 412 2 517 473 173 852 746 14 710 286 6 868 678 1 920 132
(En milliers de DH)

Variation au cours de la période des dépréciations constituées sur la clientèle


déc-17 déc-16
TOTAL DES PROVISIONS CONSTITUÉES EN DÉBUT DE PÉRIODE 8 788 810 7 363 756
Dotations aux provisions 3 018 123 2 369 128
Reprises de provisions -2 304 862 -708 909
Utilisation des provisions 0 -174 476
Variation des parités monétaires et divers -124 186 -60 689
TOTAL DES PROVISIONS CONSTITUÉES EN FIN DE PÉRIODE 9 377 885 8 788 810
(En milliers de DH)

Variation au cours de la période des dépréciations constituées sur les établissements de crédits
déc-17 déc-16
TOTAL DES PROVISIONS CONSTITUÉES EN DÉBUT DE PÉRIODE 67  540 66  267
Dotations aux provisions 1  211 1  273
Reprises de provisions
Utilisation des provisions - -
Variation des parités monétaires et divers
TOTAL DES PROVISIONS CONSTITUÉES EN FIN DE PÉRIODE 68  751 67  540
(En milliers de DH)

25
IV. NOTES RELATIVES AU BILAN AU 31 decembre 2017
4.1. VALEURS EN CAISSE, BANQUES CENTRALES, TRESOR PUBLIC, SERVICE DES CHEQUES POSTAUX
déc-17 déc-16
Valeurs en caisse 3 645 258 3 391 893
Banques centrales 10 561 672 7 922 511
Tresor public 1 006 777 836 575
Service des cheques postaux 283 978 4 658
Banques centrales, tresor public, service des chèques postaux 11 852 427 8 763 744
Valeurs en caisse, banques centrales, trésor public, service des chèques postaux 15 497 685 12 155 637
(En milliers de DH)

4.2. ACTIFS ET PASSIFS FINANCIERS A LA JUSTE VALEUR PAR RESULTAT


Les actifs et passifs financiers enregistrés en valeur de marché par résultat sont constitués des opérations négociées à des fins de transaction
déc-17 déc-16
Portefeuille évalué Portefeuille évalué
Portefeuille de Portefeuille de
en valeur de Total en valeur de Total
transactions transactions
marché sur option marché sur option
ACTIFS FINANCIERS EN VALEUR DE MARCHE PAR RESULTAT
Titres de créances négociables 13 997 669 0 13 997 669 16 099 331 0 16 099 331
Bons du trésor et autres effets mobilisables auprès des ban-
13 486 149 13 486 149 14 101 323 14 101 323
ques centrales
Autres titres de créances négociables 511 520 511 520 1 998 008 1 998 008
Obligations 1 133 601 0 1 133 601 3 231 539 0 3 231 539
Obligations d'Etat 475 893 475 893 881 003 881 003
Autres obligations 657 708 657 708 2 350 536 2 350 536
Actions et autres titres à revenu variable 18 854 122 0 18 854 122 19 533 271 0 19 533 271
Opérations de pension 0 0 0 0 0 0
Prêts 0 0 0 0 0 0
aux établissements de crédit
à la clientèle entreprises
à la clientèle particuliers
Instruments financiers dérivés de transaction 17 224 0 17 224 26 782 0 26 782
Instruments dérivés de cours de change 16 647 16 647 26 205 26 205
Instruments dérivés de taux d'intérêt 577 577 577 577
Instruments dérivés sur actions
Instruments dérivés de crédit
Autres instruments dérivés
TOTAL DES ACTIFS FINANCIERS EN VALEUR DE MARCHE
34 002 616 0 34 002 616 38 890 923 0 38 890 923
PAR RESULTAT
dont titres prêtés
hors actions et autres titres à revenu variable
PASSIFS FINANCIERS EN VALEUR DE MARCHE PAR RESULTAT
Emprunts de titres et ventes à découvert
Opérations de pension
Emprunts 0 1 731 592 1 731 592 0 2 037 621 2 037 621
Etablissements de crédit 1 731 592 1 731 592 2 037 621 2 037 621
Clientèle Entreprises
Dettes représentées par un titre
Instruments financiers dérivés de transactions 37 094 0 37 094 60 655 0 60 655
Instruments dérivés de cours de change 37 094 37 094 60 655 60 655
Instruments dérivés de taux d'intérêt 0 0
Instruments dérivés sur actions 0 0
Instruments dérivés de crédit
Autres instruments dérivés
TOTAL DES PASSIFS FINANCIERS EN VALEUR DE MARCHE
37 094 1 731 592 1 768 686 60 655 2 037 621 2 098 276
PAR RESULTAT
(En milliers de DH)

26
4.3. ACTIFS FINANCIERS DISPONIBLE A LA VENTE
Les actifs financiers disponibles à la vente sont les actifs financiers non dérivés qui sont désignés comme étant disponibles à la vente ou ne sont pas
classés comme :
a) des prêts et des créances;
b) des placements détenus jusqu’à leur échéance; ou
c) des actifs financiers à la juste valeur par le biais du compte de résultat.
31-déc-17 31-déc-16
Titres de créances négociables 0 0
Bons du Trésor et autres effets mobilisables auprès de la Banque Centrale
Autres titres de créance négociables
Obligations 5 193 149 5 501 553
Obligations d'Etat 3 950 352 3 970 101
Autres obligations 1 242 797 1 531 452
Actions et autres titres à revenu variable 5 769 164 3 251 983
dont titres cotés 332 931 316 103
dont titres non cotés 5 436 233 2 935 880
TOTAL DES ACTIFS DISPONIBLES A LA VENTE AVANT DEPRECIATION 10 962 313 8 753 536
Provisions pour dépréciation des actifs disponibles à la vente -431 185 -435 811
Titres à revenu fixe
Titres à revenu variable -431 185 -435 811
TOTAL DES ACTIFS DISPONIBLES A LA VENTE, NETS DE DEPRECIATIONS 10 531 128 8 317 725
dont titres à revenu fixe, nets de dépréciations
(En milliers de DH)

4.4. OPERATIONS INTERBANCAIRES, CREANCES ET DETTES SUR ETABLISSEMENTS DE CREDIT


Prêts consentis et créances sur les établissements de crédit
31-déc-17 31-déc-16
Comptes à vue 8 291 678 4 992 941
Prêts 13 523 250 13 446 232
Dont prêts de tresorerie JJ 186 045 24 826
Opérations de pension 3 430 874 2 846 445
TOTAL DES PRÊTS CONSENTIS ET CREANCES SUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDITS AVANT DEPRECIATION 25 245 802 21 285 618
Dépréciation des prêts et créances émis sur les établissements de crédit -68 751 -64 389
TOTAL DES PRÊTS CONSENTIS ET CREANCES SUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDITS NETS DE DEPRECIATION 25 177 051 21 221 229
(En milliers de DH)

Dettes envers les établissements de crédit


31-déc-17 31-déc-16
Comptes à vue 4 874 113 2 801 428
Emprunts 30 481 573 32 330 639
Dont emprunt de tresorerie JJ 168 500 1 153 270
opérations de pension 9 603 254 14 576 201
TOTAL DES DETTES ENVERS LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT 44 958 940 49 708 268
(En milliers de DH)

27
4.5. PRÊTS,CREANCES ET DETTES SUR LA CLIENTELE
Prêts consentis et créances sur la clientèle
31-déc-17 31-déc-16
Comptes ordinaires débiteurs 24 743 400 24 688 644
Prêts consentis à la clientèle 142 472 636 138 932 342
Opérations de pension 12 203 716 11 561 531
Opérations de location-financement 13 773 123 13 380 515
TOTAL DES PRÊTS CONSENTIS ET CREANCES SUR LA CLIENTELE AVANT DEPRECIATION 193 192 875 188 563 032
Dépréciation des prêts et créances sur la clientèle -9 377 885 -8 788 810
TOTAL DES PRÊTS CONSENTIS ET CREANCES SUR LA CLIENTELE NETS DE DEPRECIATION 183 814 990 179 774 222
(En milliers de DH)

Ventilation des créances envers la clientèle par agent économique


31-déc-17 31-déc-16
Banque au Maroc 118 209 182 117 079 106
Services Financiers Spécialisés 14 713 386 14 702 011
Activités à l'international 50 892 326 47 992 984
Gestion d'actifs 96 121
Autres activités 0 0
Total en principal 183 814 990 179 774 222
Dettes rattachées
Valeur au bilan 183 814 990 179 774 222
(En milliers de DH)

Ventilation des créances sur la clientèle par zone géographique


31-déc-17 31-déc-16
Maroc 132 922 664 131 781 238
Afrique 46 643 948 43 987 312
Europe 4 248 378 4 005 672
Total en principal 183 814 990 179 774 222
Dettes rattachées
Valeur au bilan 183 814 990 179 774 222
(En milliers de DH)

Dettes envers la clientèle


31-déc-17 31-déc-16
Comptes ordinaires créditeurs 119 258 376 108 326 940
Comptes à terme 40 101 156 40 965 156
Comptes d'épargne 23 497 437 22 391 034
Bons de caisse 5 210 624 5 085 322
Opérations de pension 3 592 561 4 218 496
Autres comptes crediteurs 7 123 444 9 063 387
TOTAL DES DETTES ENVERS LA CLIENTELE 198 783 598 190 050 335
(En milliers de DH)

Ventilation des dettes envers la clientèle par agent économique


31-déc-17 31-déc-16
Banque au Maroc 135 672 596 131 000 907
Services Financiers Spécialisés 739 090 908 610
Activités à l'international 62 354 836 58 140 801
Gsetion d'actifs 17 076 17
Autres activités 0 0
Total en principal 198 783 598 190 050 335
Dettes rattachées
Valeur au bilan 198 783 598 190 050 335
(En milliers de DH)

Ventilation des dettes sur la clientèle par zone géographique


31-déc-17 31-déc-16
Maroc 136 428 762 131 909 534
Afrique 60 741 686 56 390 289
Europe 1 613 150 1 750 512
Total en principal 198 783 598 190 050 335
Dettes rattachées
Valewur au bilan 198 783 598 190 050 335
(En milliers de DH)

28
4.6. DETTES REPRESENTEES PAR UN TITRE ET DETTES SUBORDONNEES ET FONDS SPECIAUX DE GARANTIE
31-déc-17 31-déc-16
Autres dettes représentées par un titre 15 101 490 13 186 303
Titres de créances négociables 14 601 490 12 686 303
Emprunts obligataires 500 000 500 000
Dettes subordonnées 11 446 992 10 183 703
Emprunt subordonnés 11 446 992 10 183 703
à durée déterminée 9 446 992 8 183 703
à durée indéterminée 2 000 000 2 000 000
Titres subordonnés 0 0
à durée déterminée
à durée indéterminée 0 0
Fonds publics affectés et fonds spéciaux de garantie 1 762 309 673
Total 26 550 244 23 679 679
(En milliers de DH)

4.7. ACTIFS FINANCIERS DETENUS JUSQU’A L’ECHEANCE


31-déc-17 31-déc-16
Titres de créances négociables 4 525 696 5 669 715
Bons du trésor et autres effets mobilisables auprès des Banques Centrales 4 525 696 5 669 715
Autres titres de créance négociables
Obligations 18 490 382 19 466 455
Obligations d'Etat 13 902 825 14 331 242
Autres obligations 4 587 557 5 135 213
TOTAL 23 016 078 25 136 170
(En milliers de DH)

4.8. IMPÔTS COURANTS ET DIFFERES


31-déc-17 31-déc-16
Impôts courants 855 725 414 191
impôts différés 793 123 521 548
Actifs d'impôts courants et différés 1 648 848 935 739
Impôts courants 740 856 641 287
impôts différés 1 598 944 1 198 242
Passifs d'impôts courants et différés 2 339 800 1 839 529
(En milliers de DH)

Impôts Différés par Catégorie


déc-17 déc-16
Actifs d'impôt Passifs ID / Impact ID / Impact Actifs d'impôt Passifs ID / Impact ID / Impact
différé d'impôt G&PL Résultat différé d'impôt G&PL Résultat
différé différé
Actifs Financiers Disponible à la Vente 6  763 -428  562 -373  118 -0 3  917 -72  580 -25  077 404
Immobilisations Corporelles& Incorporelles et Immeuble de 108  649 -607  294 - -7  231 112  226 -596  010 -11  613
placement
Crédits 470  374 -532  105 - 29  290 240  147 -489  953 -153  950
Avantage pour Personnel 157  185 - 51  122 6  332 119  748 24  417 1  992
Autres - -30  983 - -5  043 -1  953 -39  699 -5  156
Impôts diffrérés relatifs aux retraitements de consolidation 742  971 -1  598  944 -321  996 23  347 474  085 -1  198  242 -660 -168  323
et retraitrement IFRS
Deficit Reportable 50  152 47  463
(En milliers de DH)

29
4.9. COMPTES DE REGULARISATION, ACTIFS ET PASSIFS DIVERS
déc-17 déc-16
Dépôts de garantie versés et cautionnements constitués 45  921 40  950
Comptes de règlement relatifs aux opérations sur titres 113  893 71  213
Comptes d'encaissement 473  609 397  441
Part des réassureurs dans les provisions techniques
Produits à recevoir et charges comptabilisées d'avance 573  641 517  122
Débiteurs Divers 4 560 301 5 087 235
Comptes de liaision 327  712 326  815
TOTAL DES COMPTES DE REGULARISATION ET ACTIFS DIVERS 6 095 077 6 440 776
Dépôts de garantie reçus 32  333 20  247
Comptes de règlement relatifs aux opérations sur titres 5 524 109 7 261 686
Comptes d'encaissement 1 242 262 1 304 298
Charges à payer et produits constatés d'avance 481  157 1 154 763
Autres créditeurs et passifs divers 6 139 816 4 537 906
TOTAL DES COMPTES DE REGULARISATION ET PASSIFS DIVERS 13 419 677 14 278 900
(En milliers de DH)

4.10. PARTICIPATIONS DANS LES SOCIETES MISES EN EQUIVALENCE


déc-17 déc-16
Acmar 20 215 19 447
Banque de Développement du Mali 403 094 387 973
Eurafric -14 273 -12 202
Africa Morocco Links -4 607
Société Conseil Ingenierie et Développement 152 052 148 585
Participations dans Sociétés Mises en Équivalences chez Boa 86 556 87 465
Participations dans les Societes Mises en Equivalence 643 037 631 268
(En milliers de DH)

Données financières des principales sociétés mises en équivalence au décembre 2017


Produit net bancaire- chiffre Contribution dans le Résultat
Total du bilan Résultat de la filiale
d'affaires net part du groupe Déc 2017
Acmar 496 359 175 352 21 838 4 368
Banque de Développement du Mali 12 071 085 580 853 200 216 63 538
Africa Morocco Links 276 356 -95 247 -147 834 -75 395
Eurafric 158 804 294 200 337 -1 658
Société Conseil Ingenierie et Développement 689 449 226 304 28 800 11 203
(En milliers de DH)

30
4.11. IMMOBILISATIONS DE PLACEMENT ET D’EXPLOITATION
déc-17 déc-16
Cumul des am- Cumul des am-
Valeur brute Valeur nette Valeur brute Valeur nette
ortissements et ortissements et
comptable comptable comptable comptable
pertes de valeur pertes de valeur
Immobilisations corporelles 13 109 310 5 806 510 7 302 800 12 320 654 5 331 829 6 988 825
Terrains et constructions 4 031 041 423 811 3 607 230 3 797 644 380 388 3 417 256
Equipement, Mobilier, Installations 4 018 645 2 497 926 1 520 719 3 837 324 2 357 522 1 479 802
Biens mobiliers donnés en location 0 0 0 0 0 0
Autres immobilisations 5 059 624 2 884 773 2 174 851 4 685 686 2 593 919 2 091 767
Immobilisations Incorporelles 2 078 628 1 140 820 937 808 2 162 892 1 333 922 828 970
Logiciels informatiques acquis 1 463 476 874 855 588 621 1 684 757 1 096 920 587 837
Logiciels informatiques produits par l'entreprise 0 0 0 0 0 0
Autres immobilisations incorporelles 615 152 265 965 349 187 478 135 237 002 241 133
Immeubles de placements 3 906 376 81 937 3 824 439 3 841 315 95 169 3 746 146
(En milliers de DH)

Tableau de variation des immobilisations corporelles


déc-17 déc-16
VALEUR NETTE AU 1er janvier 6 988 824 6 521 829
Acquisition de l'exercice 827 768 859 988
Entrées de périmètre - -
Dotations aux amortissements (511 081) (470 711)
Cession de l'exercice (199 179) (328 668)
Reclassements 196 468 406 387
VALEUR NETTE EN FIN D'EXERCICE 7 302 800 6 988 825
(En milliers de DH)
Tableau de variation des immobilisations incorporelles
déc-17 déc-16
VALEUR NETTE AU 1er janvier 828 970 703 525
Acquisition de l'exercice 288 055 324 337
Entrées de périmètre - -
Dotations aux amortissements (205 450) (173 905)
Cession de l'exercice (16 550) (13 633)
Reclassement 42 783 (11 354)
VALEUR NETTE EN FIN D'EXERCICE 937 808 828 970
(En milliers de DH)

Tableau de variation des immeubles de placement


déc-17 déc-16
VALEUR NETTE AU 1er janvier 3 746 146 3 035 131
Acquisition de l'exercice 188 529 744 004
Entrées de périmètre -
Dotations aux amortissements (8 769) (18 306)
Cession de l'exercice (101 467) (13 643)
Reclassements - (1 040)
VALEUR NETTE EN FIN D'EXERCICE 3 824 439 3 746 146
(En milliers de DH)

4.12. ECARTS D’ACQUISITION


déc-17 déc-16
Valeur brute comptable en début de période 852 310 852 310
Cumul des dépréciations enregistrées en début de période
Valeur nette comptable en début de période 852 310 852 310
Acquisitions
Cessions
Dépréciations comptabilisées pendant la période
Écarts de conversion
Filiales précédemment mises en équivalence
Autres mouvements 0 0
Valeur brute comptable en fin de période 852 310 852 310
Cumul des dépréciations enregistrées en fin de période
VALEUR NETTE COMPTABLE EN FIN DE PÉRIODE 852 310 852 310
(En milliers de DH)

31
Les écarts d’acquisition se répartissent de la manière suivante : référence (la France) d’un facteur de risque pays reflétant spécifiquement
Valeur nette comptable Valeur nette comptable
les risques liés aux conditions économiques, politiques, institutionnelles et
déc-17 déc-16 financières du pays de la société évaluée.
Maghrébail 10 617 10 617
Banque de développement du 3 588 3 588 Il a été établi pour la BOA Group sur la base de la moyenne pondérée
Mali par le PNB des taux d’actualisation observés dans chacun des pays dans
SALAFIN 5 174 5 174 lesquels BOA Group opère. La fourchette du taux d’actualisation pour BOA
Maroc Factoring 1 703 1 703 Group se situe entre 16% et 18% et pour Locasom entre 6.5% et 8.5%.
Bmce Capital Bourse 2 618 2 618
Bmce International (Madrid) 3 354 3 354 Le taux de croissance
Bank Of Africa 711 976 711 976
LOCASOM 98 725 98 725 Le business plan de BOA Group a été construit en Franc CFA. Le Franc CFA
CID 14 555 14 555 est garanti en euro par le Trésor Français à parité fixe. Par conséquent, le
TOTAL GROUPE 852 310 852 310
taux de croissance à long terme retenu pour BOA Group est de 2% en
- Test de dépréciation de l’écart d’acquisition : ligne avec les prévisions à long terme d’inflation en France.

La valeur recouvrable de l’unité génératrice de trésorerie a été déterminée Le taux de croissance de Locasom a été fixé à 3% en ligne avec les
sur la base de la valeur d’utilité. hypothèses de taux croissance à long terme pour ce secteur au Maroc.

L’approche intrinsèque utilisée pour déterminer la valeur d’utilité de BOA Exigence en fonds propres réglementaires
et de Locasom se présente comme suit : Sur la durée du business plan de BOA Group, les fonds propres
- Pour BOA Group, cette approche nécessite la mise en œuvre de la méthode réglementaires (RWA) doivent satisfaire la contrainte Core Tier One.
du « Discounted Dividend model » (ci-après « DDM »), méthode classique Le produit net bancaire
dans le secteur bancaire, qui indique la valeur d’une activité par référence à la
valeur actuelle des dividendes que l’activité pourrait générer dans le futur. La La projection du produit net bancaire a été fondée sur la croissance élevée
valeur ainsi calculée correspond à une valeur des capitaux propres. du taux de bancarisation en Afrique.
L’EBITDA
- Pour Locasom, cette approche nécessite la mise en œuvre de la méthode
des « Discounted Cash Flows » (ci-après « DCF »), méthode classique dans La projection de l’EBIDTA et de la marge opérationnelle a été effectuée sur
le secteur des services, qui permet d’évaluer une activité par référence à la base des données observées historiquement.
la valeur actuelle des flux de trésorerie disponibles que l’activité pourrait
Le coefficient d’exploitation
générer dans le futur. La valeur ainsi calculée correspond à une valeur
d’entreprise. La projection du coefficient d’exploitation est en forte corrélation avec
la croissance des charges spécialement celles relatives à l’ouverture
Les projections des flux de trésoreries sur la base des prévisions financières
d’agences pour accompagner la conquête de nouveaux clients.
approuvées par le management couvrent une période de trois ans.
Sensibilité au changement des hypothèses
Bank of Africa Locasom
% %   BANK OF AFRICA
Taux d’actualisation 18% 8.5% Coût de capital 18%
Taux de croissance 2% 3% Variation défavorable de 200 points de base -1 236 269
La détermination de la valeur recouvrable selon la méthode « DDM » Variation favorable de 200 points de base 1 592 527
  LOCASOM
repose sur un certain nombre d’hypothèses relatives aux projections du
Coût de capital 8,5%
produit net bancaire, du coefficient d’exploitation, du coût du risque et Variation défavorable de 200 points de base -184 361
des actifs pondérés par les risques (ci-après « RWA ») fondées sur des Variation favorable de 200 points de base 395 773
plans à moyen terme (3 ans) représentant la durée du cycle économique
Pour les unités génératrices de trésorerie retenues, il n’y aurait pas lieu
auquel l’industrie bancaire est sensible, puis à l’infini sur la base de taux de
de déprécier les écarts d’acquisition même en retenant, pour le test de
croissance soutenables pour l’estimation de la valeur terminale.
dépréciation, les variations les plus défavorables du coût du capital
Dans le cadre de la mise en œuvre de l’approche DCF, méthode classique considéré par le management comme l’hypothèse la plus sensible à un
dans le secteur des services qui permet d’évaluer une activité par référence changement raisonnable.
à la valeur actuelle des flux de trésorerie disponibles que l’activité pourrait
4.13. PROVISION POUR RISQUES ET CHARGES
générer dans le futur, les flux futurs clés projetés sont : l’EBITDA et la
marge opérationnelle. La valeur ainsi calculée correspond à une valeur déc-17 déc-16
TOTAL DES PROVISIONS CONSTITUÉES EN
de l’entreprise. DÉBUT DE PÉRIODE
685 204 650 913
Dotations aux provisions 279 774 51 674
Le taux d’actualisation Reprises de provisions -170 869 -51 024
Autres mouvements 38 381 33 641
Le coût du capital a été estimé selon une approche indirecte. L’approche TOTAL DES PROVISIONS CONSTITUÉES EN
832 490 685 204
indirecte consiste à ajuster le coût du capital calculé pour un pays de FIN DE PÉRIODE

32
Obligations Engage- 4.15. JUSTE VALEUR
Risques au titre des ments de Contrats Valeur
Autres 4.15.1. Valeur de marché des actifs et passifs comptabilisés au coût amorti
légaux et avantages prêts et défici- comptable
provisions
fiscaux postérieurs garanties taires totale
à l'emploi (Les EPS) Les éléments d’information mentionnés dans cette note doivent être
Solde d'ouver- utilisés et interprétés avec la plus grande précaution car ces valeurs
20 695 329 668 16 126 0 318 715 685  204
ture de marché représentent une estimation de la valeur instantanée des
Dotations 16 339 95 156 38 106 0 130 173 279  774 instruments concernés au 31 décembre 2017. Elles sont appelées à
Montants
utilisés
-16 031 0 0 0 -154 838 -170 869 fluctuer d’un jour à l’autre du fait des variations de plusieurs paramètres,
Autres mouve- dont les taux d’intérêt et la qualité des crédits des contreparties.
422 0 -29 883 0 67 842 38  381
ments
Solde de En particulier, elles peuvent être significativement différentes des montants
21 425 424 824 24 349 0 361 892 832  490 effectivement reçus ou payés à l’échéance des instruments. Dans la
clôture
plupart des cas, cette valeur de marché réévaluée n’est pas destinée à
4.14. TRANSFERTS D’ACTIFS FINANCIERS être immédiatement réalisée, et ne pourrait en pratique pas l’être. Elle
Les actifs financiers que le Groupe a transférés sont essentiellement ne représente donc pas la valeur effective des instruments dans une
constitués de titres cédés dans le cadre d’une mise en pension ou d’un perspective de continuité de l’activité du groupe BMCE BANK OF AFRICA.
prêt. La valeur de marché d’un instrument financier est le montant pour lequel
Les passifs associés aux titres mis en pension sont les dettes un actif pourrait être échangé, ou un passif éteint, entre parties bien
comptabilisées sous le libellé « Opérations de pension » au niveau des informées, consentantes, et agissant dans des conditions de concurrence
dettes sur établissements de crédits et clientèle. normales.

Transferts d’actifs non décomptabilisés Les techniques de valorisation utilisées et les hypothèses retenues
assurent une mesure homogène de la valeur de marché des instruments
Il s’agit dans ce cas des opérations de pension et de prêts qui donnent financiers actifs et passifs au sein du Groupe BMCE BANK OF AFRICA.
lieu à un transfert de titres sans pour autant qu’ils soient décomptabilisés.
Lorsque les prix cotés sur un marché actif sont disponibles, ils sont retenus
Les actifs transférés par le Groupe sont pour la détermination de la valeur de marché. A défaut, la valeur de marché
est déterminée à l’aide de techniques de valorisation communément
» Les bons de trésor
utilisées.
» Les certificats de dépôts
Les justes valeurs des actifs et passifs financiers du Groupe au 31 décembre
» Les obligations
2017 se présentent comme suit :
Transferts d’actifs décomptabilisés
Déc-17 Déc-16
Il s’agit dans ce cas des opérations sur titres lesquelles donnent lieu à un Valeur au
Valeur de
Valeur au
Valeur de
transfert de titres avec une décomptabilisation de ces derniers. marché marché
bilan bilan
estimée estimée
Le Groupe n’a pas réalisé des transferts de titres décomptabilisés au ACTIFS FINANCIERS
Prêts et créances sur les établisse-
cours des exercices 2017 et 2016. ments de crédit
25 177 051 25 181 726 21 221 229 21 235 707

Déc-17 Prêts et créances sur la clientèle 183 814 990 184 590 561 179 774 222 180 516 425


Valeur comptable Valeur comptable des Placements détenus jusqu'à leur
23 016 078 23 098 261 25 136 170 25 438 896
des actifs transférés passifs associés échéance
Prêts de titres Immeubles de placement 3 824 439 3 894 079 3 746 146 3 807 973
PASSIFS FINANCIERS
Titres en valeur de marché par résultat
Dettes envers les établissements
Opérations de pensions 44 958 940 44 958 940 49 708 268 49 708 268
de crédit
Titres en valeur de marché par résultat 12 799 712 12 807 778
Dettes envers la clientèle 198 783 598 198 783 598 190 050 335 190 050 335
Titres classés en prêts et créances 0 0 Dettes représentées par un titre 15 101 490 15 101 490 13 186 303 13 186 303
Actifs financiers disponibles à la vente 392 721 394 181 Dettes Subordonnées 11 448 754 11 448 754 10 493 376 10 493 376
Total 13 192 433 13 201 959
Les modalités de détermination des justes valeurs de chacune des
Déc-16 catégories sont décrites, ci-après :
Valeur comptable Valeur comptable des
des actifs transférés passifs associés Les prêts et créances
Prêts de titres
Titres en valeur de marché par résultat La juste valeur des créances est déterminée à travers une approximation
Opérations de pensions de la valeur de marché des actifs détenus grâce à une analyse de
Titres en valeur de marché par résultat 14 338 028 14 329 475 sensibilité de chaque classe d’actifs en fonction de la duration de chaque
Titres classés en prêts et créances 0 0
instrument et du delta taux observé entre le rendement historique de la
Actifs financiers disponibles à la vente 460 221 459 843
Total 14 798 249 14 789 318 créance par rapport aux nouvelles conditions de marché.
A défaut d’existence d’une courbe des taux de marché traduisant les
rendements actuels des différents segments de crédit, il a été retenu les

33
rendements moyens observés sur la production de l’exercice concerné présentent une duration moyenne inférieure à un an du fait de la
comme étant les niveaux indicatifs des taux de marché actuels. prépondérance des maturités 3 mois, 6 mois et 12 mois.
La valeur de marché retenue pour les prêts et créances dont la duration est La valeur de marché ainsi retenue pour les Dépôts à Terme de la clientèle
inférieure à un an, les créances à vue, ou dont les conditions se réfèrent à un est la valeur comptabilisée.
taux variable, est la valeur comptabilisée en raison de leur faible sensibilité
Les dettes représentées par un titre
à une variation des taux ou par le simple fait qu’elles sont octroyées aux
conditions actuelles de marché. L’encours des dettes représentées par un titre s’élève à 15.1 milliards de
dirhams, constitué principalement des certificats de dépôts émis par la
Les prêts aux établissements de crédits
banque essentiellement pour des maturités de 3 mois, 6 mois et 1 an.
Les prêts aux établissements de crédits s’élèvent à 25.2 milliards de dirhams, et
La valeur de marché ainsi retenue pour les dettes représentées par un titre
présentent une valeur de marché proche à la valeur comptable en raison de la
est la valeur comptabilisée.
prédominance des opérations de placements monétaires à court terme (sous
forme de prêts de trésorerie, d’interbancaire et des prises en pension). Les dettes subordonnées
Les crédits aux Sociétés de Financement à taux fixe représentent un encours Les dettes subordonnées dont l’encours s’élève à 11.5 milliards de dirhams sont
de 7.1 milliards de dirhams, amortissables à faible duration, présentant une valorisées à la valeur comptable du fait de la prépondérance des émissions à
juste valeur supérieure de 4.7 millions de dirhams par rapport à la valeur taux variable et des encours de dettes à durée non déterminée (perpétuelle).
comptable.
4.15.2. Répartition par méthode de valorisation des instruments
Les créances à la clientèle financiers comptabilisés en valeur de marché présentée conformément
aux prescriptions de la norme IFRS 7
L’encours des créances à la clientèle s’élève au 31 décembre 2017 à 183.7
milliards de dirhams, avec une forte prépondérance des crédits de trésorerie et déc-17
niveau 1 niveau 2 niveau 3 Total
des comptes courants débiteurs, ainsi que des crédits à taux variables. ACTIFS FINANCIERS
Instruments financiers en valeur de
L’encours des crédits à taux fixe est principalement alimenté par les crédits marché par résultat détenus à des fins de
34  002  616
- -
34  002  616
à la consommation amortissables à faible duration 2.3 ans, et les crédits transaction
dont actifs financiers en valeur de marché
immobiliers à taux fixes également amortissables à duration moyenne de par résultat 34  002  616 34  002  616
près de 7.2 ans. dont instruments dérivés -
Instruments financiers en valeur de
-
L’analyse de sensibilité sur le portefeuille à taux fixe de la banque fait marché par résultat sur option
Instruments financiers dérivés de
ressortir une juste valeur supérieure de 776 millions de dirhams par rapport -
couverture
à la valeur comptable. Actifs fi nanciers disponibles à la
vente 10  531  128 10  531  128
PASSIFS FINANCIERS
Les passifs financiers Instruments financiers en valeur de
marché par résultat détenus à des - 1 768 686 - 1 768 686
La valeur de marché retenue pour les passifs financiers dont la duration fins de transaction
est inférieure à un an (y compris exigibles à vue), ou dont les conditions se dont passifs financiers en valeur de
1 731 592 1 731 592
marché par résultat
réfèrent à un taux variable, ou lorsque la durée est non déterminée (cas des dont instruments dérivés 37  094 37  094
dettes subordonnées perpétuelles) ainsi que pour la plupart des produits Instruments financiers en valeur de
marché par résultat sur option
d’épargne réglementée, est la valeur comptabilisée. Instruments financiers dérivés de
couverture
Les dettes envers les établissements de crédits
déc-16
Les dettes envers les établissements de crédits qui s’élèvent à 44.9 milliards niveau 1 niveau 2 niveau 3 Total
de dirhams, sont valorisées à leur valeur comptable en raison de la ACTIFS FINANCIERS
Instruments financiers en valeur de marché par
prédominance des opérations d’emprunts de trésorerie à court terme (sous 38 890 923 - - 38 890 923
résultat détenus à des fins de transaction
forme d’avances à 7 jours de la banque centrale, d’emprunts interbancaires dont actifs financiers en valeur de marché par
38 890 923 38 890 923
résultat
et de trésoreries auprès de banques locales ou de correspondants dont instruments dérivés -
étrangers, en plus des opérations de mises en pensions). Instruments financiers en valeur de marché
-
par résultat sur option
Instruments financiers dérivés de couverture -
Les dettes envers la clientèle
Actifs fi nanciers disponibles à la vente 8 317 725 8 317 725
Les dettes envers la clientèle s’élevant à 199 milliards de dirhams sont PASSIFS FINANCIERS
Instruments financiers en valeur de marché par
constituées essentiellement de ressources à vue non rémunérées sous - 2 098 276 - 2 098 276
résultat détenus à des fins de transaction
forme de comptes chèques et de comptes courants créditeurs ainsi que dont passifs financiers en valeur de marché
2 037 621 2 037 621
par résultat
des comptes sur carnets réglementés à vue. dont instruments dérivés 60 655 60  655
Instruments financiers en valeur de marché par
Les opérations de mises en pension avec la clientèle, notamment les résultat sur option
OPCVM, sont également logées avec les dettes envers la clientèle. Instruments financiers dérivés de couverture

Les dépôts à terme dont l’encours est limité à 40 milliards de dirhams

34
Les actifs financiers disponibles à la vente non cotés classés au Niveau 3 déc-16
de Juste Valeur, sont évalués en se basant sur les méthodes d’évaluation niveau 1 niveau 2 niveau 3 Total
ACTIFS
suivantes : Prêts et créances sur les établisse-
21 235 707 21 235 707
ments de crédit
• Valeur Nette Comptable Prêts et créances sur la clientèle 180 516 425 180 516 425
• Actif Net Comptable Réévalué ; Placements détenus jusqu'à leur
5 456 267 19  982  629 25  438  896
échéance
• Actif Net Comptable ; PASSIFS
Dettes envers les établisse-
49 708 268 49 708 268
• Prix Opération sur Capital. ments de crédit
Dettes envers la clientèle 190 050 335 190 050 335
Les techniques de valorisation qui sont utilisées par le Groupe demeurent Dettes représentées par un
13 186 303 13 186 303
titre
principalement l’ANC et la VNC. Dettes Subordonnées 10 493 376 10 493 376
Celles-ci sont privilégiées en raison de l’absence de liquidité de ces titres, Mesure de la valeur de marché des instruments financiers :
et de l’inexistence de transactions comparables.
Il existe trois niveaux de juste valeur des instruments financiers,
En ce qui concerne les titres à revenu variables, ils sont évalués selon conformément à ce qui a été défini par la norme IFRS 7.
différentes méthodes avec notamment :
» Niveau 1 :
67 % du portefeuille fait l’objet d’une évaluation selon la méthode de l’Actif
Net Comptable et 21% selon le modèle des comparables (opérations sur Des prix cotés sur des marchés actifs pour des actifs ou des passifs identiques.
le capital similaire)
Ce niveau regroupe les instruments financiers faisant l’objet de cotations sur
Tableau de variation des actifs financiers disponible à la vente classés un marché actif, directement utilisables.
en Niveau 3 :
Il comprend pour le Groupe BMCE Bank Of Africa les actions cotées, les OPCVM,
déc-17 les obligations et les bons de trésor ainsi que les actifs financiers détenus jusqu’à
Dettes Equity l’échéance cotés sur des marchés actifs et suffisamment liquides.
VALEUR NETTE AU 1er janvier 5 501 553 2 816 172 8 317 725
Profits et pertes par résultat - » Niveau 2 :
Profits et pertes par OCI -29  165 1 433 432 1 404 267
Achats 746  527 1 140 092 1 886 619 Des données autres que les prix cotés visés au Niveau 1, qui sont observables
Cessions -1  079  547 -61  007 -1  140  554
Transferts - - - pour l’actif ou le passif concerné, soit directement (à savoir des prix) ou
Change 53  781 9  290 63  071 indirectement (à savoir des données dérivées de prix).
Reclassement - - -
VALEUR EN FIN D'EXERCICE 5 193 149 5 337 979 10 531 128 Les instruments financiers cotés sur des marchés considérés comme insuffisamment
déc-16 actifs ainsi que ceux négociés sur des marchés de gré à gré sont présentés dans ce
Dettes Equity niveau. Les prix publiés par une source externe, dérivés de l’évaluation d’instruments
VALEUR NETTE AU 1er janvier 4 112 359 2 734 213 6 846 572 similaires, sont considérés comme des données dérivées de prix ;
Profits et pertes par résultat - 16  656 16  656
Profits et pertes par OCI - 13  334 13  334 Le Groupe ne dispose pas d’instruments financiers évalués selon le niveau 2.
Achats 1 753 241 116  854 1 870 095
Cessions -336  055 -63  613 -399  668 » Niveau 3 :
Transferts - - -
Change -27  992 -1  272 -29  264 Des données relatives à l’actif ou au passif qui ne sont pas basées sur
Reclassement - - - des données observables de marché (données non observables). Compte
VALEUR EN FIN D'EXERCICE 5 501 553 2 816 172 8 317 725
tenu de la diversité des instruments et des raisons de leur inclusion dans
4.15.3. Hiérarchie de la Juste valeur des actifs et des passifs cette catégorie, le calcul de la sensibilité de la juste valeur à la variation
comptabilisés au cout amorti des paramètres fournirait une information peu pertinente.
déc-17 Les valeurs de marché des actifs financiers détenus jusqu’à l’échéance
niveau 1 niveau 2 niveau 3 Total sont déterminées avec des techniques de valorisation dont les paramètres
ACTIFS
Prêts et créances sur les établisse- significatifs utilisés sont non observables ou ne peuvent être corroborés par
25 181 726 25 181 726
ments de crédit des données de marché, par exemple en raison de l’absence de liquidité de
Prêts et créances sur la clientèle 184 590 561 184 590 561 l’instrument ou d’un risque de modèle significatif. Un paramètre non observable
Placements détenus jusqu'à leur est une donnée pour laquelle aucune information de marché n’est disponible.
4 452 911 18  645  350 23 098 261
échéance
PASSIFS Il provient donc d’hypothèses internes sur les données qui seraient utilisées
Dettes envers les établisse- par les autres participants de marché. L’évaluation de l’absence de liquidité ou
44  958  940 44  958  940
ments de crédit l’identification d’un risque de modèle suppose l’exercice du jugement.
Dettes envers la clientèle 198 783 598 198 783 598
Dettes représentées par un Les actifs financiers détenus jusqu’à l’échéance classés en niveau 3
15 101 490 15 101 490
titre
Dettes Subordonnées 11 448 754 11 448 754 proviennent essentiellement des obligations détenues les banques en
Afrique Subsaharienne.

35
V / ENGAGEMENTS DE FINANCEMENT ET DE GARANTIE VI. REMUNERATIONS ET AVANTAGES CONSENTIS AU PERSONNEL
5.1. ENGAGEMENTS DE FINANCEMENT 6.1. DESCRIPTIF DE LA METHODE D’EVALUATION
déc-17 déc-16
Engagements de financements donnés 13  008  783 13 452 970 Les avantages aux personnels comptabilisés correspondent à la médaille
Aux établissements de crédit 1 349 684 de travail et à l’indemnité de fin de carrière.
A la clientèle 11 659 099 13 452 970
Ouverture de crédit L’évaluation de l’engagement relatif à ces deux avantages précités a été
Autre engagements en faveur de la
clientèle réalisée en suivant la méthode des unités de crédit projetées, préconisée
Engagements de financement reçus 1  906  864 2  181  683 par IAS 19.
des établissements de crédit 1 906 864 2 181 683
de la clientèle - - » Régime de la caisse mutualiste interprofessionnelle marocaine

» Engagements de financement donnés en faveur d’établissements de La Caisse Mutualiste Interprofessionnelle Marocaine (CMIM) est une
crédit et assimilés. mutuelle privée. Cette mutuelle assure aux salariés un certain niveau de
Cette rubrique enregistre les engagements de mettre à la disposition d’un remboursement des frais médicaux, pharmaceutiques, d’hospitalisation
autre établissement de crédit des concours de trésorerie, tels les accords de ou chirurgicaux. Il s’agit d’un régime de couverture médicale postérieur à
refinancement et les engagements de substitution sur émission de titres. l’emploi car ouvert aux retraités.

» Engagements de financement donnés en faveur de la clientèle.


La CMIM est un régime multi employeur. Ne pouvant pas déterminer la quote-
part d’engagement revenant à BMCE Bank (au même titre que l’ensemble
Cette rubrique enregistre les engagements de mettre à la disposition des autres adhérents à la CMIM), en IFRS, les charges sont enregistrées sur
de la clientèle des concours de trésorerie, tels les ouvertures de crédits l’exercice. Aucune provision n’est à constater au titre de ce régime.
confirmés et les engagements de substitution sur émission de titres.
6.2. SYNTHESE DES PROVISIONS ET DESCRIPTION DES REGIMES
» Engagements de financement reçus d’établissements de crédit et assimilés. EXISTANTS
Cette rubrique enregistre les engagements de financement reçus des 6.2.1. Provisions au titre des avantages postérieurs à l’emploi et des
autres établissements de crédit, tels les accords de refinancement et les autres avantages à long terme accordés aux salariés
engagements de substitution sur émission de titres.
déc-17 déc-16
5.2. ENGAGEMENTS DE GARANTIE Provision pour indemnités de retraite et 424  824 329  668
assimilées
31-déc-17 31-déc-16 Provision pour prime spéciale d'ancienneté
Engagements de garantie donnés 31 435 965 31 627 218 Autres provisions
D’ordre des établissements de crédit 10 577 462 11 933 231 TOTAL 424 824 329 668
D’ordre de la clientèle 20 858 503 19 693 988
Cautions administratives et fiscales et autres cautions
Autres garanties d’ordre à la clientèle 6.2.2. Evolution de la valeur actualisée des obligations
Engagements de garantie reçus 97 117 142 75 147 878
des établissements de crédit 95 421 642 73 902 914 L’analyse de sensibilité appliquée sur les deux principales hypothèses
de l'état et d'autres organismes de garantie 1 695 500 1 244 964 actuarielles retenues pour les régimes de prestations (indemnités de fin
de carrière, Médailles du travail) au 31 Décembre 2016 ressort comme
» Engagements de garantie d’ordre d’établissements de crédit et assimilés.
suit :
Cette rubrique enregistre les engagements d’assurer la charge d’une Indemnité de fin de carrirèe Variation Taux Variation Taux
obligation souscrite par un établissement de crédit si ce dernier n’y -50 pb +50 pb
satisfait pas lui-même. Cette rubrique recouvre les cautions, avals et Taux d'actualisation -10  410 9  454
autres garanties d’ordre d’établissements de crédit et assimilés. taux de croissance des salaires 9  525 -10  389
Médaille du travail Variation Taux Variation Taux
» Engagements de garantie d’ordre de la clientèle -50 pb +50 pb
Taux d'actualisation -12  791 11  860
Cette rubrique enregistre les engagements d’assurer la charge d’une taux de croissance des salaires 13  191 -14  127
obligation souscrite par un client, si ce dernier n’y satisfait pas lui-même.
Cette rubrique recouvre les cautions en faveur de l’administration publique, Hypothèses économiques 31/12/17
Taux d'actualisation 3,30%
les cautions immobilières, etc. Taux de croissance des salaires long terme (inflation Incluse) 3%
Taux de charges sociales patronales 10,61%-10,96%
» Engagements de garantie reçus d’établissements de crédit et assimilés.
Hypothèses démographiques
Cette rubrique recense les cautions, avals et autres garanties reçues Modalités de départ en retraite Départ Volontaire
d’établissements de crédit. Age de Départ en retraite 60 ans
Table de mortalité PM 60/64 - PF 60/64
» Engagements de garantie reçus de l’Etat et d’organismes de garantie divers

Cette rubrique enregistre les garanties reçues de l’Etat et d’organismes Le taux d’actualisation se base sur le taux de référence du marché
de garantie divers. secondaire des Bons du trésor (courbe des taux) – Duration : 22 ans
environ.

36
6.2.3. Coût des régimes postérieurs a l’emploi 7.2. PERIMETRE DE CONSOLIDATION
déc-17 déc-16 Méthode
Charge normal de l'exercice 4  893 25  161 % du % d'in-
Dénomination Secteur d'activité de consoli-
Charge d'intérêt 12  220 11  626 contrôle
térêts
dation
Rendements attendus des fonds BMCE BANK Banque Mère
Indemnités supplémentaires BMCE CAPITAL Banque d'Affaires 100,00% 100,00% I.G.
Autre BMCE CAPITAL GESTION Gestion d'actifs 100,00% 100,00% I.G.
Coût net de la période 17  112 36  787 Intermédiation
Dont coût relatif aux indemnités de retraite et assimilées BMCE CAPITAL BOURSE 100,00% 100,00% I.G.
boursière
Dont autres… MAROC FACTORING Factoring 100,00% 100,00% I.G.
MAGHREBAIL Crédit-Bail 52,47% 52,47% I.G.
6.2.4. Evolution de la provision inscrite au bilan Crédit à la
SALAFIN 74,76% 74,76% I.G.
consommation
déc-17 déc-16 BMCE EUROSERVICES Ets financier 100,00% 100,00% I.G.
Dette actuarielle d'ouverture 329  668 323  091 LCB Bank Banque 37,00% 37,00% I.G.
Charge normale de l'exercice 26  105 25  161 BMCE BANK INTERNATIONAL
Banque 100,00% 100,00% I.G.
Charge d'intérêt 12  220 11  626 HOLDING
Pertes / Gains actuariels 72  177 - BOA GROUP Holding Bancaire 72,85% 72,85% I.G.
Autres écarts actuariels - Location de
LOCASOM 100,00% 97,39% I.G.
Amortissement des gains et pertes nettes voiture
Prestations versées -21  212 -30  210 RM EXPERTS Recouvrement 100,00% 100,00% I.G.
Indemnités supplémentaires BANQUE DE DEVELOPPEMENT
Banque 32,38% 32,38% MEE
Autre 5  866 DU MALI
Dette actuarielle de clôture 424  824 329  668 EULER HERMES ACMAR Assurance 20,00% 20,00% MEE
Dont coût relatif aux indemnités de retraite et assimilées EURAFRIC INFORMATION Informatique 41,00% 41,00% MEE
Dont autres… CONSEIL INGENIERIE ET
Bureau d'études 38,90% 38,90% MEE
DEVELOPPEMENT
VII. INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES AFRICA MOROCCO LINKS Transport 51,00% 51,00% MEE
Maritime
7.1. ÉVOLUTION DU CAPITAL ET RESULTAT PAR ACTION
BMCE Bank Of Africa détient 37% des droits de vote de LCB Bank, et
7.1.1. Opérations réalisées sur le capital exerce un contrôle sur cette filiale répondant aux critères énoncés dans
la norme IFRS 10.
Valeur
Opérations sur le capital En nombre En MAD
unitaire Le pouvoir : BMCE Bank Of Africa puise ses droits effectifs à partir du mandat
Nombres d'actions émises au 31 décembre 2015 179  463  390 10 1 794 633 900
Nombres d'actions émises au 31 décembre 2016 179  463  390 10 1 794 633 900
de gestion qui lui a été confié par les autres actionnaires. Elle dispose de la
Nombres d'actions émises au 31 décembre 2017 179  463  390 10 1 794 633 900 majorité au sein du conseil d’administration avec 3 administrateurs, suivie
de l’Etat congolais qui dispose de deux administrateurs.
7.1.2. Résultat par action
Les rendements : BMCE Bank of Africa est exposé ou a droit aux bénéfices
Le résultat de base par action ordinaire correspond au résultat attribuable générés par LCB Bank à hauteur des actions dont elle dispose.
aux porteurs d’actions ordinaires divisé par le nombre d’actions ordinaires
en circulation au cours de la période. Lien entre pouvoir et rendements : BMCE Bank of Africa a la charge
de nommer le sénior management de LCB Bank, ainsi elle a la capacité
déc-17 déc-16 d’influer sur les rendements de cette entité.
CAPITAL (EN MAD) 1 794 633 900 1 794 633 900
Nombre d'actions ordinaires en circulation au cours de l'année 179 463 390 179 463 390
Résultat Part groupe (EN MAD) 2 036 321 801 2 036 185 656 7.3. REMUNERATION ET AVANTAGES ACCORDES AUX PRINCIPAUX
Résultat par Action (EN MAD) 11,35 11,35 DIRIGEANTS
Résultat dilué par Action (EN MAD) 11,35 11,35
Rémunération des principaux dirigeants
La banque n’a pas d’instruments dilutifs en actions ordinaires. Par conséquent,
le résultat dilué par action est égal au résultat de base par action ; Le Groupe BMCE entend par les principaux dirigeants les membres de la
Direction Générale de la banque.
déc-17 déc-16
Avantages à court terme 20  278 14  342
Avantages postérieurs à l'emploi 634 631
Autres avantages à long terme 4  846 5  298

A noter que les avantages du personnel à court terme représentent la


Rémunération fixe charges patronales comprises des Dirigeants perçue
au titre de l’année 2017.
Les avantages postérieurs à l’emploi représentent les reliquats de congés
à rembourser en cas de départ, tandis que les Indemnités de fin de contrat
de travail englobent les primes de fin de carrières et les médailles de
travail à verser aux concernés à leur départ.

37
Jetons de présence versés aux membres du Conseil d’Administration Société Mère
Entreprises Entreprises
Sociétés consolidées consolidées
31/12/17 31/12/16 (FINANCE
Soeurs par mise en par intégra-
Impôt Montant Montant Impôt Montant COM)
Montant Retenue équivalence tion gobale
BRUT la sourceà net versé BRUT Retenue à
la source net versé Intérêts et produits as-
-34  657 -1  433 -343  418
Personnes physiques et similés
morales Résidentes au Maroc 3  353 503 2  850 2  985 735 2  250 Intérêts et charges as-
439  909
Personnes physiques et similées
morales non Résidentes au 2  092 692 1  400 588 88 500 Commissions (produits) -48  413 -363  728
Maroc Commissions (charges) 71  565
TOTAL 5  445 1  195 4  250 3  573 823 2  750 Prestations de services
données
Eléments d’Endettement des Dirigeants Prestations de services reçues 39  500
Loyers reçus -70  587 -7  091 -174  307
déc-17 déc-16 Autres 83  498 369  964
A. Encours crédits à court terme 18  087 19  765
B. Encours crédits immobiliers 9  331 12  393 7.5. CONTRATS DE LOCATION
TOTAL DES ENCOURS 27  418 32  158
Informations sur les contrats de location financement
7.4. RELATIONS AVEC LES AUTRES PARTIES LIEES Valeur actualisée des
Valeurs résiduelles
“Investissement paiements minimaux
Relation entre BMCE BANK et les Sociétés faisant Partie du Périmètre de non garanties
brut total” à recevoir au titre de
revenant au bailleur
Consolidation et la Société Mère. la location
≤ 1 an 2  982  197 525  926 88  619
Les opérations réalisées avec les sociétés consolidées par intégration > 1 an ≤ 5 ans 9  946  983 5  888  696 320  481
> 5 ans 5  323  246 4  363  988 637  665
globale sont totalement éliminées des encours de fin de période. Les TOTAL 18  252  426 10  778  610 1  046  765
encours de fin de période relevant des transactions avec les sociétés
consolidées par mise en équivalence et la Société Mère sont maintenus Informations sur les contrats de location simple
au niveau des états consolidés. Valeur actualisée des
Loyers conditionnels totaux
paiements minimaux à
Eléments relatifs au bilan recevoir au titre de la
comptabilisés dans les
produits de la période
Entrepris- Entrepris- location
Société es con- es con- ≤ 1 an 250  000
Mère Sociétés solidées solidées
(FINANCE Soeurs par mise par > 1 an ≤ 5 ans 1  000  000
COM) en équiva- intégration > 5 ans
lence gobale TOTAL 1  250  000 -
Actif
Prêts, avances et titres - 3 383 713 215 683 10 704 492
Comptes ordinaires 2 063 672 189 691 9 724 541 La quote-part de la valeur résiduelle dans le total des montants de
Prêts 761 872 25 992 608 632 financement est de 59.95%.
Titres 558 170 371 318
Opération de location financement
Actif divers 27 099
Total - 3 383 713 65 063 10 731 591
Passif
Dépôts 357 092 1 914 051 9 250 10 140 252
Comptes ordinaires 357 092 1 914 051 9  250 9 985 984
Autres emprunts 154 268
Dettes représentées par un titre 347 615
Passif divers 243 724
Total 357 092 1 914 051 9 250 10 731 591
Engagements de financement et
de garantie
Engagements donnés 2 055 967
Engagements reçus 2 055 967

Eléments de résultat relatifs aux opérations réalisées avec les parties


liées

38
VIII - NOTE SUR LES RISQUES • La mise en place d’un système de contrôle des risques liés aux crédits,
aux opérations de marché et aux risques opérationnels ;
8.1. DISPOSITIF DE GESTION DES RISQUES
Le Pôle Risques Groupe est composé de six entités :
8.1.1. Typologie des risques
- Management des Risques Groupe
8.1.1.1. Risque de crédit
- Surveillance des engagements
Inhérent à l’activité bancaire, le risque de crédit est le risque de non
remboursement par des clients de leurs obligations envers la Banque en - Analyse des Engagements
intégralité et dans les délais impartis, et qui pourrait entraîner une perte
- Convergence Risques Groupe
financière pour la Banque. C’est la catégorie de risque la plus large et qui
peut-être corrélée à d’autres catégories de risques. - Consolidation & Pilotage Risques Groupe
8.1.1.2. Risque de marché - Pilotage Projets Risques Groupe
Le risque de marché est le risque de perte de valeur d’instruments
financiers, résultant des variations de paramètres de marché, de leur
volatilité et des corrélations entre eux. Les paramètres concernés sont
notamment les taux de change, les taux d’intérêt, ainsi que les prix des
titres (actions, obligations) et des matières premières, des dérivés et de
tous les autres actifs.
8.1.1.3. Risque global de liquidité et de taux d’intérêt
Le risque de taux d’intérêt réside dans la vulnérabilité de la situation
financière d’un établissement à une évolution défavorable des taux 8.1.2.2. Les instances de Gouvernance
d’intérêt.
• Comité Risques Groupe
Le risque de liquidité est défini comme étant le risque pour l’établissement
de ne pas pouvoir faire face à ses flux de trésorerie ou ses besoins de Le Comité des Risques du Groupe BMCE Bank of Africa est une instance
collatéral au moment où ils sont dus et à un coût raisonnable. émanant du Conseil d’Administration de BMCE Bank, dont les prérogatives
sont élargies aux filiales directes et indirectes intégrées dans le périmètre
8.1.1.4. Risques opérationnels de consolidation du Groupe.
Le risque opérationnel est défini comme étant le risque de pertes résultant Ce Comité assiste le Conseil d’Administration en matière de stratégie et
de carences ou de défauts attribuables à des procédures, personnels et de gestion des risques, notamment en veillant à ce que la stratégie globale
systèmes internes ou à des événements extérieurs. Cette définition inclut des risques soit adaptée au profil de risque de la banque et du Groupe, au
le risque juridique, mais exclut les risques stratégiques et de réputation. degré d’aversion aux risques, à son importance systémique, à sa taille et
8.1.1.5. Risque pays à son assise financière.

Le risque pays comprend le risque politique ainsi que le risque de transfert. • Comités d’Audit et de Contrôle Interne Groupe
Le risque politique provient généralement d’une action du gouvernement Le Comité d’Audit et de Contrôle Interne du Groupe BMCE Bank of Africa
d’un pays, telle que la nationalisation ou l’expropriation, ou d’évènements est une instance émanant du Conseil d’Administration de BMCE Bank,
indépendants tels qu’une guerre ou une révolution, qui affectent la dont les prérogatives sont élargies aux filiales et autres entités intégrées
capacité des clients à honorer leurs obligations. dans le périmètre de consolidation du Groupe.
Le risque de transfert se définit comme le risque qu’un client résident ne Le Comité d’Audit et de Contrôle Interne du Groupe assiste le Conseil
puisse pas acquérir des devises dans son pays afin qu’il puisse honorer ses d’Administration en matière de contrôle interne, notamment en veillant à
engagements à l’étranger. ce que le système de contrôle interne et les moyens mis en place soient :
8.1.2. Organisation de la gestion des risques - Cohérents et compatibles de manière à permettre la surveillance
8.1.2.1. Les Instances relevant du Dispositif de Contrôle et la maîtrise des risques au niveau de la banque et de ses filiales et la
production des informations requises par le Régulateur dans le cadre de
• Le Pôle Risques Groupe la surveillance consolidée du Groupe ;
L’une des missions attribuée au Pôle Risques Groupe est le renforcement - Adaptés à l’organisation du Groupe ainsi qu’aux activités des entités
de la surveillance et la maîtrise des risques de crédit, de marché, pays et contrôlées ;
opérationnels. Le Pôle prend ainsi en charge :
- Les informations financières destinées au Conseil d’Administration et aux
• La définition de la politique des risques du Groupe ; tiers soient fiables et exactes, de nature à ce que les intérêts légitimes
• La définition et la gestion des processus de prise et de suivi des des actionnaires, des déposants et des autres parties prenantes soient
engagements ; préservés ;

39
- L’examen des comptes sociaux et consolidés soit réalisé avant leur 8.2.1. Circuit de décision de crédit
soumission au Conseil d’Administration.
8.2.1.1. Principes généraux
• Comité de Direction Générale
Le processus d’octroi au niveau de l’ensemble du Groupe BMCE Bank of
Le Comité de Direction Générale Groupe est en charge de la déclinaison Africa répond au principe de la Troïka et repose sur les principes suivants :
en actions et mesures opérationnelles des orientations stratégiques du • L’ensemble des demandes de crédit suit le même processus d’octroi
Groupe et de leur suivi. consistant à assurer le principe de la Troïka (à minima). Ainsi, au moins
Ce Comité, dont la périodicité est hebdomadaire, a pour principales 3 personnes, dont impérativement une de la Filière Risques, doivent
missions le pilotage de l’activité de la Banque, la conduite des dispositifs de approuver toute demande de crédit sauf dans certains cas exceptionnels
contrôle interne et de gestion des risques, le suivi du volet RH, la politique définis.
de communication commerciale, institutionnelle et financière. • La prise de décision, conjointe aux Filières Risques et Commerciale –
avec au préalable une analyse contradictoire – s’exerce sur les dossiers
• Comité de Pilotage & Gestion des Risques Groupe
accordés dans la délégation de pouvoirs aussi bien en local qu’en central,
Issue du Comité de Direction Générale du Groupe BMCE Bank of Africa, et ce dans une structure pyramidale à plusieurs niveaux, dont le niveau
le Comité de Pilotage et Gestion des Risques BMCE Bank l’assiste en hiérarchique supérieur assure le rôle d’arbitre éventuel en l’absence de
matière de gestion et suivi effectifs et opérationnels du (de la) : consensus

- Dispositif de pilotage des risques du Groupe ; • Recours à la procédure d’escalade (n+1) en cas de désaccord entre la
filière Risque et la Filière Commerciale
- Cohérence des activités du Groupe avec les Politiques des risques et
limites fixées. 8.2.1.2. Les structures

Le Comité s’assure de l’efficience du dispositif de pilotage des risques et La vision globale du processus d’octroi de crédit est schématisée comme
de son adéquation avec la politique de gestion des risques définie sur les suit :
volets risques de Crédit, Marché, Pays et Opérationnels.
8.1.2.3. Les Comités de crédit
• Comité de Crédit Sénior
Il est présidé par le Président Directeur Général de la Banque et vice
présidé par l’ADG Exécutif Groupe. Il est spécialisé par marchés, l’un en
charge de l’Entreprise et la Grande Entreprise et l’autre des Particuliers & • Le montage du dossier de crédit incombe à la Filière Commerciale,
Professionnels. chargée de la relation commerciale avec le client ;
Ces comités se réunissent deux fois par semaine et regroupent les Seniors • L’analyse contradictoire du dossier de crédit est réalisée par les Analystes
Managers de la Banque. crédit faisant partie de la Filière Risques de l’entité ;
• Comité de Crédit Régional • La prise de décision est conjointe aux Filières Risques et Commerciale,
Le Comité de Crédit Régional (CCR) est tenu une fois par semaine. Les selon leurs niveaux de délégations respectifs ;
dates de tenue du CCR sont décidées par le Directeur Régional de chaque • La mise en place du crédit est effectuée par un back-office, structure
Région et communiquées à l’ensemble des membres. indépendante des Filières Risques et Commerciale.
8.1.2.4. Le Comité de surveillance des comptes sensibles 8.2.1.3. La prise de décision et le choix des circuits
Dans le cadre du suivi du portefeuille, le comité de surveillance des Afin de faciliter l’exercice de notification, le principe d’une seule décision
comptes sensibles (central et restreint) se réunit mensuellement afin de pour chaque proposition de crédit présentée doit être respecté.
suivre l’assainissement des comptes à risques et comptes en anomalie. Les décisions de crédit sont prises soit par circulation de dossier, soit par
8.2. RISQUE DE CREDIT tenue d’un Comité de Crédit, via un processus manuel ou électronique.

L’activité de crédit de la Banque s’inscrit dans le cadre de la politique 8.2.1.4. La délégation


générale de crédit approuvée par les hautes instances de la Banque. Le dispositif de décision en matière de crédit repose sur un système
Parmi les principes directeurs énoncés figurent les exigences du Groupe de délégation qui prend sa source dans les pouvoirs conférés par le
en matière de déontologie, d’attribution des responsabilités, d’existence et Conseil d’Administration d’une entité à des collaborateurs ou groupes de
de respect des procédures et de rigueur dans l’analyse du risque. collaborateurs, dans les limites qu’il estime opportunes.
Cette politique générale est déclinée en politiques et en procédures La délégation peut faire l’objet d’une subdélégation en fonction de
spécifiques adaptées à la nature des activités et des contreparties. l’organisation, des volumes, des produits et des risques.
40
La délégation de pouvoir aux collaborateurs est intuitu personae sur 8.3.1.2. Intégrité de la notation
la base de leurs capacités de jugement, expériences, compétences
Selon les principes réglementaires, les attributions de notations et leurs
personnelles et professionnelles et formations.
révisions périodiques doivent être réalisées ou approuvées par une
8.2.1.5. Les règles d’approbation partie qui ne bénéficie pas directement de l’octroi du crédit. Cette notion
d’intégrité de la note est un élément central de la charte de gestion
La décision d’octroi de crédit est soumise à l’appréciation de la Troïka ou
des risques de crédit qui doit permettre de renforcer et d’encourager
des Comités de crédit selon les niveaux d’approbation.
l’indépendance du processus de notation.
Le système des délégations de crédit en vigueur définit le nombre de
niveaux de décision suivants: 8.3.1.3. Singularité de la notation

• Un premier niveau local au sein de chaque filiale ; Pour chaque tiers de la Banque, un type de contrepartie est codifié. La
notation de chacun des tiers est ainsi réalisée à partir du modèle associé
• Un niveau de HUB (BOA Groupe et Banque à l’International) ; à la contrepartie de référence de telle sorte que pour chaque tiers (dont
• Un niveau Central au niveau de BMCE Bank. le type de contrepartie est singulier et donc unique) l’évaluation soit
réalisée à l’aide d’un seul modèle de notation, mais avec les données
Le niveau local au sein de l’entité peut faire l’objet d’une subdélégation caractéristiques propres à la contrepartie concernée. Ainsi, BMCE Bank
en fonction de l’organisation de l’entité, des volumes, des produits et des s’assure de la singularité de la note pour chaque contrepartie.
risques.
8.3.2. Échelle de notation
8.2.1.6. La composition d’un dossier de crédit
Selon l’échelle de notation adoptée par le Groupe BMCE Bank of Africa, la
Toute demande de mise en place d’une ligne de crédit doit satisfaire aux note finale de la contrepartie s’échelonne sur 11 niveaux :
conditions d’éligibilité du produit conformément aux fiches signalétiques
de chaque produit de crédit. Toute décision de crédit est prise sur la base
d’un dossier de crédit standard dont le format est défini en liaison avec la
Filière Commerciale et la Filière Risques concernées et en coordination
avec le Pôle Risques Groupe.
Un dossier de crédit est préparé pour chaque contrepartie ou transaction
sur laquelle l’entité souhaite s’engager, ou sur laquelle l’entité est engagée
dans le cas d’une revue annuelle ou d’un renouvellement et ce, sur la base
des documents communiqués par le client tels que précisés dans les
check-lists produits.
La check-list des documents à communiquer par le client et le canevas
d’analyse sont homogènes au niveau du groupe et ils sont cadrés selon
la nature des crédits. Le contenu d’un dossier de crédit doit fournir aux
décisionnaires les informations et analyses qualitatives et quantitatives
requises pour permettre la décision de crédit.
La Filière Commerciale en charge de la préparation du dossier de crédit
est responsable de son contenu. Ainsi au 31 Décembre 2017, la répartition du portefeuille par classe d’actif
Le dossier de crédit reste le seul document de référence à toute prise se présente comme suit :
de décision de crédit ; il doit être revêtu de toutes les signatures ou visas
garantissant la qualité de son instruction au niveau voulu de la chaîne des
responsabilités.
8.3. DISPOSITIF DE NOTATION
BMCE Bank dispose d’un outil de notation interne couvrant plusieurs
segments de clientèle.
8.3.1. Principes directeurs de la notation
8.3.1.1. Unicité de la notation
La notation est établie pour chaque client, chaque client étant entendu
comme un code tiers Groupe. Le processus de notation est ainsi réalisé
pour chaque code tiers Groupe de telle manière à ce qu’un tiers ait une,
et une seule note. Ainsi, BMCE Bank s’assure de l’unicité de la note pour
chaque contrepartie évaluée.
41
8.3.3. Scoring des particuliers • Conduire des stress tests ;
Le Scoring pour le segment clientèle Retail, consiste en la modélisation • Établir les reportings réglementaires et de pilotage interne.
statistique du défaut et des comportements à risque. 8.4.1. Contrôle à priori
Une grille de score comportemental – Cotation Bâle 2 pour les clients Les contrôles à priori comprennent l’ensemble des contrôles de conformité
salariés est en production depuis 2013. La cotation est affichée au niveau mis en œuvre avant la 1ère autorisation et utilisation d’une ligne de crédit.
de la GRC avec des commentaires explicatifs de la cotation. La fréquence Ces contrôles viennent en complément des contrôles automatisés et de
d’actualisation de la cotation est quotidienne. ceux effectués par la Filière Commerciale, le Back Office, le Département
Une grille de score d’octroi pour les particuliers détenteurs d’un crédit Juridique….
immédiat conventionné a été modélisée. La jonction entre la notation La mise en œuvre de ces contrôles est assurée par le Pôle Risques Groupe.
Entreprise et le Scoring Retail est réalisée à travers la notation des Ces contrôles concernent principalement :
conventions.
- Les données de la proposition de crédit ;
Un système décisionnel d’octroi de crédit à la consommation est en cours
de mise en place. - Le respect du niveau de délégation ;
Une grille de score pour les MRE a été modélisée, validée et mise en - La conformité de la documentation juridique ;
production courant 2017.
- Des conditions et réserves émises avant la 1ère utilisation des fonds ou
Un modèle de Scoring comportemental des professionnels a été finalisé de la facilité ;
et développé au cours de l’année 2014. Le déploiement a été réalisé au
- Les données saisies dans le système d’information.
cours de l’année 2015. Un backesting et recalibrage du modèle a été
réalisé en 2017. 8.4.2. Contrôles à posteriori
Un modèle de scoring comportemental de la TPE a été mis en place et A l’instar des contrôles à priori, les contrôles à posteriori sont assurés par
déployé fin 2017 avec un affichage d’une cotation de A à K au niveau de le Pôle Risque Groupe.
la GRC.
L’objectif de ces contrôles est d’assurer la mesure, la maîtrise et la surveillance
8.4. DISPOSITIF DE CONTROLE ET DE SURVEILLANCE DES RISQUES DE des risques de crédit avec une vision portefeuille et non seulement contrepartie.
CREDIT Une attention particulière est ainsi portée sur la qualité du crédit, l’anticipation
Le dispositif de contrôle et surveillance des risques de crédit permet et la prévention des irrégularités et des risques d’une part, et au contrôle et
d’assurer les contrôles de deuxième niveau, distincts de la surveillance à la surveillance du suivi des risques par la Filière Commerciale d’autre part.
quotidienne assurée par la Filière Commerciale. 8.4.2.1. Pilotage du portefeuille des engagements
L’application de ce dispositif est adaptable selon l’organisation propre des Le pilotage du portefeuille des engagements du Groupe et de ses entités
filiales du Groupe concernées en concertation avec le Pôle Risques Groupe. est opéré à travers plusieurs indicateurs, tant sur les risques à l’octroi que
L’objectif principal des contrôles du Pôle Risques Groupe est d’assurer sur les risques en cours de vie des dossiers.
l’efficience du système d’alerte précoce permettant, tant la gestion des risques Les analyses multicritères du portefeuille des engagements sont un contrôle à
que l’anticipation par la Filière Commerciale de risques potentiels pour une postériori qui consiste à identifier et à suivre tous les engagements du Groupe
gestion appropriée du portefeuille de la Banque. Le Pôle Risques Groupe, à et de ses entités selon plusieurs axes d’analyse dont notamment : produits,
travers la Direction Surveillance des engagements, s’assure aussi que la maturités, clients, groupes d’affaires, segments de clientèle, notations de
surveillance de la Filière Commerciale est effectuée convenablement et alerte contrepartie, catégories de créances (saines et souffrance), secteurs d’activité,
sur les défaillances notoires. agences, zones géographiques, types de sûreté, … Les analyses multicritères
Les principales missions opérationnelles du Pôle Risques Groupe, dans le sont un outil de pilotage des risques de crédit.
cadre du dispositif de contrôle et de surveillance des risques de crédit, La production des analyses multicritères du portefeuille des engagements
peuvent être synthétisées comme suit : est de la responsabilité de la Filière Risques de crédit qui assure par ailleurs
• Assurer les contrôles à priori ; le reporting des risques de crédit, tant en interne, vis-à-vis des Comités
• Assurer les contrôles à postériori ; des Risques et du management, qu’en externe, Vis-à-vis des régulateurs.
• Identifier et suivre le portefeuille engagement selon plusieurs axes 8.4.2.2. Limites de concentration
d’analyses : produits, maturités, bénéficiaires, secteurs d’activité, agences,
La gestion des risques de crédit s’appuie sur un dispositif selon lequel
zones géographiques, … ;
les stratégies des métiers, y compris en cas de lancement de nouvelles
• Fixer et suivre les limites de concentration ; activités ou de nouveaux produits, font l’objet d’un avis risques et de limites
• Détecter et assurer le suivi des comptes à risques ; de risques formalisées. Pour le Groupe BMCE Bank of Africa, le risque de
concentration de crédit peut découler de l’exposition envers :
• Classer le portefeuille des créances en souffrance selon les critères
réglementaires et procéder à son provisionnement ; Des contreparties individuelles ;
42
Des groupes d’intérêt ; modèle par rapport au contexte économique.
Des contreparties appartenant à un même secteur d’activité ou à un même pays. La répartition des engagements du Groupe sur la clientèle par secteurs
8.4.2.2.1. Contreparties individuelles d’activités se présente comme suit à fin Décembre 2017 :
8,70%
Le Groupe procède mensuellement au suivi des concentrations
individuelles, sur base sociale et consolidée, et assure une surveillance
rapprochée des engagements de ses 10, 20 et 100 premiers clients ayant
32,57%
les plus grands engagements.
10,64%
A fin Décembre 2017, les engagements envers ces principaux débiteurs se
présentent comme suit :
  Décembre 2017
  Décaissement % dans le total 8,50%
ENGAGEMENTS DES 10 PREMIERS CLIENTS 11 302 6%
ENGAGEMENTS DES 20 PREMIERS CLIENTS 18 065 10%
ENGAGEMENTS DES 100 PREMIERS CLIENTS 41 079 22% 2,86%
8.4.2.2.2. Groupes d’intérêt 13,15%
5,10%
La diversification par contrepartie du portefeuille fait l’objet d’un suivi 0,09%
2,26%
0,02%
régulier, notamment dans le cadre des politiques de concentration 0,22% 3,63%
individuelle du Groupe. Ainsi, les risques de crédit encourus sur des 0,44% 2,33% 6,27%
1,30% 1,10%
contreparties ou groupe de contreparties bénéficiant de concours 0,80%
relativement importants, supérieurs à 5% des fonds propres, font l’objet
¢ Activités financières ¢ Hôtels et restaurants
d’une surveillance particulière, tant sur base individuelle que consolidée. ¢ Promotion immobilière ¢ Industries textiles, de l'habillement
De plus, le contrôle des grands risques s’assure également que le montant ¢ Commerces, réparations et du cuir
automobiles et d'articles ¢ Industries chimiques et para
total des risques encourus sur chaque bénéficiaire ne dépasse pas 20%
domestiques chimiques
des fonds propres nets consolidés du Groupe comme exigé par la ¢ Production et distribution ¢ Industries manufacturières
réglementation bancaire marocaine. Le Groupe BMCE Bank of Africa veille d'électricité, de gaz et d'eau diverses
au respect des seuils de concentration de la directive de Bank Al Maghrib. ¢ Transport et Communications ¢ Industries extractives
¢ Industries alimentaires et du tabac ¢ Agriculture, chasse, sylviculture
8.4.2.2.3. Contreparties appartenant à un même secteur d’activité ¢ Bâtiments et travaux publics ¢ Administrations publiques
La méthodologie de fixation des limites sectorielles mise en place est ¢ Industries métallurgiques, ¢ Pêche, Aquaculture
mécaniques, électriques et ¢ Autres sections
fondée sur un modèle statistique se basant sur le taux de défaillance
électroniques ¢ Retail
historique et le nombre de contreparties par secteur d’activité et par
classe de risque (rating). 8.4.2.2.4. Contreparties appartenant à un même pays
L’objectif étant la modélisation du risque de défaut par des techniques Par risque pays on entend la possibilité qu’une contrepartie souveraine
économétriques appropriées, en utilisant une variable aléatoire d’un pays donné ne soit pas en mesure ou refuse, et que les autres
dépendante dont la valeur est le résultat du dénombrement des contreparties de ce pays ne soient pas en mesure, de remplir leurs
réalisations des événements de défaut. obligations à l’égard de l’étranger pour des considérations d’ordre
sociopolitique, économique ou financier.
La démarche est basée sur les hypothèses de l’indépendance des
contreparties et la non corrélation des défauts. Ainsi, la notion clé de cette Le risque pays peut aussi résulter de la limitation de la libre circulation
approche méthodologique est la probabilité de défaut d’une contrepartie des capitaux ou d’autres facteurs politiques ou économiques, il est alors
donnée. Cette probabilité est mesurée par le biais de l’exploitation du taux qualifié de risque de transfert. Il peut également découler d’autres risques
de défaillance du couple rating /secteurs d’activité. en liaison avec la survenance d’événements impactant la valeur des
engagements sur le pays concerné (désastres naturels, chocs extérieurs).
Le modèle permet aussi de calibrer les enveloppes à allouer à chaque
secteur d’activité compte tenu notamment du plan de développement de La politique risque pays du Groupe a comme principal objectif la mise en
la banque et de la sinistralité sectorielle. Cette démarche adoptée par le place d’un système qui permet d’évaluer, limiter, réduire et si nécessaire
Pôle Risques Groupe est complétée par la mise en œuvre de back Testing suspendre de manière prudente ses engagements sur les pays à haut
du modèle semestriellement. risque et ce, d’une manière synchronisée à l’échelle du Groupe.
La revue des limites sectorielles est réalisée semestriellement en La politique risque pays comprend outre la stratégie de prise en charge
concertation avec la filière commerciale et le Centre d’Intelligence du risque pays, les principes de recensement, de gestion et de contrôle
Économique de la banque qui apportent leur vision métier et chiffrage des de ces risques ainsi que les structures organisationnelles responsables.
perspectives macroéconomiques et sectorielles. Les avis de ces entités L’élément central de ce dispositif de gestion permettant la prévention du
permettent ainsi de challenger et de conforter davantage la pertinence du risque est le système de délégation et de limitation des engagements.

43
Ce système a été conçu de manière à être de plus en plus limitatif au fur 8.4.2.3. Contrôle des comptes en anomalie et des comptes à risques
et à mesure que le risque pays augmente. Ainsi, le niveau d’engagement
8.4.2.3.1. Contrôle des comptes en anomalie
est calibré en fonction du niveau du risque pays, reflété par la notation
attribuée à chaque pays, et du pourcentage de fonds propres de chaque Ce contrôle à posteriori a pour objectif de détecter les utilisations
entité du groupe. irrégulières de comptes et d’identifier les anomalies récurrentes afin
d’en exiger la régularisation par la Filière Commerciale ou a minima la
Les engagements de BMCE Bank sont pour la plus grande partie
justification de leur irrégularité.
domestiqués au Maroc. Les engagements sur les contreparties étrangères
de BMCE Bank concernent les établissements de crédit étrangers. Ces Ce contrôle est donc réalisé indépendamment de la gestion quotidienne
engagements font l’objet : assurée par la Filière Commerciale. Les comptes en anomalies les plus
importants se rapportent aux dossiers de crédits dont :
• d’une autorisation après une notation et analyse des fondamentaux de
chaque contrepartie ; • les autorisations de crédits sont échues ;
• d’un suivi mensuel, et sont communiquées à la banque centrale à travers • les garanties ne sont pas constituées ;
un état réglementaire.
• les lignes de crédits ne sont pas utilisées pendant plus de 6 mois.
Les reportings réalisés offrent une vue d’ensemble de l’engagement global
Ces critères constituent des conditions minimales de dossiers présentant
du Groupe BMCE Bank of Africa à l’égard des contreparties bancaires
des anomalies qui font l’objet d’une détection, automatisée, et d’un suivi
étrangères. Ils reflètent l’engagement par pays qui comprend l’ensemble
conjoint avec la Filière Commerciale.
des actifs inscrits au bilan et en Hors bilan représentant des créances sur
les résidents des pays étrangers. 8.4.2.3.2. Contrôle des comptes à risques
En complément de ces états, le Management des Risques Groupe élabore Les comptes à risques représentent un risque susceptible de s’aggraver
mensuellement un rapport analytique sur les expositions étrangères du ultérieurement engendrant ainsi un coût pour la Banque. Ils sont
Groupe BMCE Bank of Africa. Ce rapport permet d’apprécier le niveau des constitués des engagements qui présentent, soit une dégradation avérée
expositions étrangères du Groupe BMCE Bank of Africa et constitue un de la qualité des risques identifiée par des critères quantitatifs, soit une
tableau de bord pour le suivi de l’évolution du Risque inhérent à chaque dégradation potentielle des risques identifiée par des critères qualitatifs.
pays. Le dispositif risque pays du Groupe se présente comme suit :
Les comptes à risques sont constitués des comptes qui :
• Sont gelés : La notion de comptes gelés signifie des comptes à vue qui,
après fusion si prévue, n’enregistrent pas de mouvements créditeurs
réels sur une durée de 30 jours (hors déblocage de crédit…) couvrant au
moins le montant des agios imputés à ces comptes ainsi qu’une partie
significative (12% du solde débiteur) desdits soldes débiteurs
• Enregistrent des impayés tels que :
- les encours des crédits amortissables dont une échéance n’est pas
réglée 30 jours après son terme ;
- les encours des crédits remboursables en un sont pas honorés 30 jours
après leur terme ;
- les créances commerciales escomptés par la Banque et retournées impayées,
• Enregistrent des dépassements persistants, au-delà d’un mois, par
rapport aux autorisations accordées. Toutefois, afin d’éviter d’éventuels
risques opérationnels, les entités contrôlent sur base hebdomadaire, les
dépassements autorisés d’un certain niveau (discrétion locale de chaque
entité).
• Enregistrent des expositions dont le remboursement est susceptible
d’être incertain en raison de considérations liées à d’autres informations
quantitatives ou qualitatives négatives sur le client telles : une notation en
risque élevé, événements et litiges concernant les principaux actionnaires
Le Management des Risques Groupe a entamé des travaux pour étendre (décès, redressement judiciaire…).
le dispositif de gestion du risque pays à toutes ses filiales en Afrique et ce
Ces critères constituent des conditions minimales de détection des
dans le cadre du projet de déploiement du dispositif de Contrôle Interne
comptes à risques.
et de Maitrise des Risques Groupe.
La Filière Commerciale, qui de par sa connaissance et son suivi quotidien

44
de ses relations, et le Pôle Risques Groupe font ressortir et présenter 2016
comme compte à risques tout autre compte, si ils le jugent nécessaire.
L’appréciation, l’intervention et la complémentarité entre les Filières Echéancier des encours non provi-
sionnés ayant des impayés Actifs
Commerciale et Risques demeurent déterminantes dans l’identification dépré-
des critères nécessitant une inscription parmi les comptes à risques. >90 >180
< 90 jours jours ciés
Total (CES)
La responsabilité du suivi, au jour le jour, de ces risques incombe à la jours < 180
< 1 an
En millions de dirhams jours
Filière Commerciale. Toutefois, la détection de ces comptes à risques sur Grande Entreprise 940 0 0 940 1 934
base mensuelle est de la responsabilité de la Filière Risques. La détection Réseau Entreprises 44 271 42 357 2 591
est effectuée, pour les critères quantitatifs, par le biais d’extractions Réseaux Particuliers et Professionnels 511 126 28 664 3 185
informatiques des applications et systèmes opérants. Total 1 495 397 70 1 961 7 710

Dès la constatation de ces risques caractérisés et certains, la Filière Risques 8.4.4. Garanties
demande des explications à la Filière Commerciale. Cette dernière met en œuvre Le Groupe reçoit différentes catégories de garanties en contreparties de
tous les moyens à sa disposition afin d’assurer la récupération de la créance. ces concours de crédit. En règle générale, les garanties exigées sont en
8.4.2.3.3. Revue annuelle des dossiers fonction de deux éléments : la nature des crédits demandés et la qualité
des contreparties.
Tout client particulier ou entreprise ayant un engagement à l’égard d’une
entité du groupe fait l’objet d’une revue annuelle par le Comité de crédit Ainsi, le Groupe dispose systématiquement pour tous les crédits
compétent, qu’il y ait ou non besoin d’approbation ou de renouvellement immobiliers (crédits à l’habitat et crédits à la promotion immobilière) des
d’une facilité. hypothèques sur les biens financés ainsi que des délégations d’assurance.

Le Pôle Risques Groupe à la responsabilité de tenir à jour en permanence De même, le financement des marchés publics, des marchandises, du
le calendrier prévisionnel des revues annuelles, en liaison avec la Filière matériel d’équipement et des fonds de commerces est systématiquement
Commerciale. garantie par des nantissements des éléments financés ainsi que par des
délégations d’assurance.
8.4.2.3.4. Contrôles thématiques
En plus de ces garanties, le Groupe conforte généralement sa position
Contrairement aux contrôles précités, les contrôles thématiques n’ont par des cautions personnelles des contreparties chaque fois qu’il estime
pas un caractère systématique, ils concernent un point ou un risque nécessaire en fonction de la qualité de ces derniers.
spécifique selon les besoins. Ils sont réalisés par Le Pôle Risques Groupe à
la demande de la Direction Générale ou autres instances de gouvernance. 8.4.5. Conduite de stress-tests

8.4.3. Classification des crédits Le Groupe BMCE Bank of Africa effectue semestriellement des simulations
de crise (stress tests) pour évaluer la vulnérabilité de son portefeuille de
Après la revue mensuelle du portefeuille de la Banque et l’analyse des dossiers crédits en cas de retournement de conjoncture ou de détérioration de la
à risques, chaque filiale procède à la revue de sa classification réglementaire qualité des contreparties.
des crédits en s’alignant sur les exigences réglementaires locales.
Les stress-tests sont conduits afin d’apprécier la capacité de la Banque à
Cette revue est actée dans le cadre des comités de surveillance des résister en cas d’événements extrêmes inattendus. Opérationnellement, ils
comptes en anomalie et comités de déclassement et ce sur proposition consistent en des simulations de scénarii de défaut d’un pourcentage de
de la fonction Risques de chaque entité. Les décisions de ces comités sont contreparties dont la finalité est d’en mesurer l’impact sur les provisions et
mises en œuvre à travers l’exécution et le suivi du transfert des comptes par conséquence sur la rentabilité et les fonds propres prudentiels.
sains à la catégorie de créances en souffrance correspondantes ainsi que
de leur provisionnement. La pertinence des différents scénarii fait objet d’un examen régulier deux
fois par an. Cet examen est effectué en fonction d’objectifs escomptés de
Le tableau présente la valeur nette comptable des encours de créances la réalisation des stress tests et chaque fois que les conditions du marché
non dépréciées présentant des impayés (par antériorité d’impayés) et des laissent entrevoir une évolution potentiellement défavorable susceptible
encours dépréciés de l’activité au Maroc : d’impacter sérieusement la capacité du Groupe à y faire face.

2017 Les résultats des stress test sont portés à la connaissance du Comité de Pilotage
et de Gestion des risques Groupe ainsi qu’au Comité des Risques Groupe.
Echéancier des encours non provi-
sionnés ayant des impayés Actifs 8.4.6. Reporting Risques de crédit
>90 >180 dépré-
< 90 jours jours ciés Dans le cadre du suivi des risques de crédit, Risques Groupe a mis en
Total (CES) place une procédure spécifique pour l’élaboration de reporting risques
jours < 180
< 1 an
En millions de dirhams jours crédit afin d’améliorer et d’harmoniser le pilotage du risque de crédit au
Grande Entreprise 215 32 0 247 523 niveau de l’ensemble du Groupe. Ces reportings visent à répondre aux
Réseau Entreprises 225 46 2 273 1 395
besoins des interlocuteurs dédiés, à des fins de surveillance, de pilotage
Réseaux Particuliers et Professionnels 647 28 23 698 5 676
Total 1087 106 25 1218 7 593 ou réglementaire. Ils servent également de support à la communication
financière du Groupe BMCE Bank of Africa.

45
Ces reportings viennent ainsi compléter les différents reportings cadre du plan de continuité d’activité de la BEG pour ces 2 filiales.
réglementaires que doit élaborer le Pôle Risques Groupe pour répondre
- Cette solution sera déployée au niveau des autres filiales BOA à partir
aux exigences réglementaires Groupe et locales d’une part, et les états
de Mars 2018
de reportings comptables et autres à caractère risques élaborés par les
autres fonctions de l’entité d’autre part. Le principe d’élaboration de ces Lot 2 : Stress tests et limites de concentration (Lot 2)
reportings consiste à présenter une synthèse de la gestion des risques
Des travaux ont été menés au cours de 2017 et ont permis d’élaborer un
des différentes entités.
nouveau modèle plus simplifié pour la gestion des limites de concentration.
Le reporting des risques de crédit concerne l’ensemble des risques de
Les premiers résultats concernant les limites de concentration et les
crédit induits par les activités sur l’ensemble des entités du Groupe
stress tests pour le site pilote « BOA Bénin » ont été présentés lors du
BMCE Bank of Africa. Chaque entité s’organise selon ses spécificités pour
« Séminaire Risque » tenu en Mai 2017.
répondre aux besoins de ces reportings.
Un calendrier de déploiement a été validé pour l’accompagnement des
8.4.7. Déploiement du dispositif de maîtrise des risques au niveau des
filiales en 2018. Un kit de déploiement  sera mis en place et diffusé auprès
filiales à l’international
du Groupe BOA comprenant la présentation de la méthodologie, les
La phase de l’opérationnalisation du Programme Convergence, en ligne outils de calcul et les procédures relatives aux stress tests et limites de
avec les ambitions du Groupe, a bien avancée au cours de l’exercice 2017, concentration. Le déploiement au sein des 7 filiales de la Zone UEMOA
qui a été marqué par la poursuite du déploiement des dispositifs au sein sera réalisé d’ici Juin 2018 et le reste des filiales avant fin 2018.
de nouvelles filiales afin de couvrir l’ensemble du périmètre géographique
Le déploiement au sein de la filiale Maroc factoring a été finalisé fin 2017 et les
du Groupe.
autres filiales marocaines sont prévues pour le second semestre 2018.
Dispositif Risque de crédit
Dispositif Risques opérationnels
Lot 1 : Organisation, schéma délégataire, pilotage et reporting
Lot 1 : Moyens de paiement, Gestion des comptes clients, Crédit,
Le déploiement du dispositif Risques de Crédit a été finalisé pour 15 filiales International et Comptabilité
BOA (Burkina Faso, Bénin, Côte d’Ivoire, Sénégal, Niger, Madagascar,
Le déploiement du dispositif Risques Opérationnels a été finalisé pour les 15
Mali, Kenya, Uganda, Tanzanie, Mer Rouge, Ghana, RDC, Togo et France)
filiales BOA (Burkina Faso, Bénin, Côte d’Ivoire, Sénégal, Niger, Madagascar,
ainsi que pour les filiales marocaines (SALAFIN, MAGREBAIL, et MAROC
Mali, Kenya, Uganda, Tanzanie, Mer Rouge, Ghana, RDC, Togo et France) ainsi
FACTORING), la LCB et BBI Londres.
que pour les filiales marocaines (Salafin, Maghrebail, Maroc Factoring, Bmce
Des actions fortes de conduite de changement ont été menées tout au Capital), la BMCE Euroservices, la LCB, BBI Madrid et BBI Londres.
long de l’année 2017 pour l’ensemble des filiales.
L’élaboration de la cartographie RO du Lot 1 auprès de BOA Rwanda est
Le déploiement au niveau de la BCB sera réalisé au premier semestre prévu pour le premier semestre 2018.
2018.
Lot 2 : RH, IT, Moyens généraux, Epargne, Banque à distance, Gestion
La finalisation du déploiement pour BBI Madrid est prévue pour le premier financière, Juridique, Marketing & communication, Trésorerie, Recouvrement,
semestre 2018. Sécurité & Assurances
Le Reengineering des processus du domaine « crédit » est finalisé au niveau de En 2017, la cartographie des risques opérationnels a été élargie à
14 filiales BOA (Bénin, Burkina-Faso, Côte d’Ivoire, Niger, Sénégal, Madagascar, l’ensemble des autres domaines restants du Lot 2 et finalisé pour
Togo, Mer rouge, Kenya, Ouganda, RDC, Mali, Tanzanie et Ghana). l’ensemble des filiales BOA francophones et anglophones à l’exception de
BOA RDC et Rwanda. Le déploiement de la cartographie RO lot 2 pour ces
Le lancement du déploiement du lot 1 au niveau de BOA Rwanda et BCB
dernières est prévu courant premier semestre 2018.
est prévu courant 2018.
Le déploiement des domaines non couverts par BMCE BANK, les filiales
Parallèlement, les développements informatiques de la Base Tiers et
marocaines et BBI Londres sont à finaliser en début 2018.
Engagements Groupe par les équipes IT BMCE sont finalisés. Cette Base
Groupe est un outil incontournable pour le pilotage et le monitoring des Communauté Risques Groupe
risques de crédit à un niveau consolidé : La Communauté Risque Groupe a atteint un niveau de maturité
- Les données Tiers et Engagements des 23 filiales du Groupe BMCE perceptible grâce à des politiques et pratiques Risques communes. Les
(BMCE Bank, 16 filiales BOA, 3 filiales marocaines, la LCB, BBI Madrid et principales réalisations de la communauté Risques Groupe au titre de
BBI Londres) sont intégrés dans la Base Engagements Groupe, couvrant l’exercice du premier semestre de 2017 sont les suivantes :
ainsi plus de 98% des engagements du Groupe. - La formation Certifiante ARM (Associate in Risk Management) de la
Communauté Risques Groupe délivrée par la Business Risk Academy :
- De plus, afin de répondre aux exigences réglementaires de Bank Al Maghrib,
aux exigences règlementaires Bâle II / Bâle III pour la zone UEMOA et aux - 51 collaborateurs (francophones & anglophones) de la communauté
besoins de pilotage interne du Groupe BMCE Bank Of Africa, le Pôle Risque Risques Groupe sont certifiés ARM 54*
Groupe a mis en place, en collaboration avec les équipes IT et Risques des - 18 collaborateurs (francophones) de la communauté Risques Groupe
deux pilotes BOA Burkina Faso et BOA Bénin, une solution de back up dans le sont certifiés ARM 54* et ARM 56*

46
- La tenue de la 3ème édition du Séminaire annuel de la Communauté bilancielle par rapport au plan et signale tout écart dans le cadre du
Risques Groupe à Casablanca en Mai 2017 pour le renforcement de la comité ALCO ou toutes les entités sont représentées pour prendre les
communauté Risques Groupe dispositions correctrices nécessaires.
8.5. DESCRIPTIF DU DISPOSITIF DE GESTION DES RISQUES DE Risque de Liquidité
LIQUIDITE ET DE TAUX D’INTERET La stratégie de la Banque en matière de gestion du risque de liquidité a
BMCE Bank a mis en place un dispositif de pilotage des risques bilanciels pour but, d’adapter la structure de ses ressources afin de permettre à la
tels que les risques de liquidité et de taux d’intérêts, de telle sorte à pouvoir Banque de poursuivre de manière harmonieuse l’expansion de son activité.
suivre leur évolution de manière continue en fonction de la tendance des Le risque de liquidité se traduit pour la Banque à travers l’impossibilité de
marches financiers, et de l’activité de la Banque. satisfaire ses engagements, lorsque des besoins inattendus sont subis, et
Afin de préserver les équilibres du bilan dans un horizon moyen long qu’elle ne peut y faire face à partir de ses actifs liquides.
terme, le dispositif de gestion des risques de liquidité et de taux d’intérêt Une telle éventualité peut trouver son origine dans d’autres causes que la
mis en place veille a : liquidité. Par exemple des pertes importantes qui résultent des défaillances
Assurer la stabilité des résultats contre les variations des taux d’intérêts, des contreparties, ou d’évolutions adverses du marché.
en préservant la marge d’intérêt et en optimisant la valeur Economique Deux sources majeures peuvent générer un risque de liquidité :
des Fonds propres ;
L’incapacité de l’établissement de lever les fonds nécessaires pour faire
Assurer un niveau de liquidité suffisant, permettant à la Banque de faire face face à des situations inattendues à court terme, notamment un retrait
à ses obligations à tout moment en la mettant à l’abri d’une crise éventuelle ; massif des dépôts ou un tirage maximal des engagements en hors bilan.
S’assurer que le risque inhérent aux positions de change ne vienne Le non adossement des actifs et passifs ou le financement des actifs
diminuer la marge bénéficiaire de la Banque moyens et longs termes par des passifs à court terme.
Orienter la stratégie de la Banque de telle sorte à pouvoir saisir pleinement Un niveau de liquidité acceptable est un niveau qui permet à la Banque
les opportunités de croissance qui se présentent. à la fois de financer l’évolution de ses actifs, et de faire face à ses
La Banque a institué un Comité ALCO, afin de suivre la réalisation de ces engagements des qu’ils sont exigibles, en mettant ainsi la Banque à l’abri
objectifs, avec comme principales missions : d’une crise éventuelle.
Formuler la politique actif – passif ; Deux indicateurs permettent d’apprécier le profil de liquidité de la Banque :
Organiser et animer les sous comites actif-passif ; Le Coefficient LCR (Liquidity Coverage Ratio), affiche 179% sur base
Avoir une connaissance approfondie des types de risques inhérents aux consolidée au 31 décembre 2017 au-dessus de la limite réglementaire de
activités de la Banque et rester informe de l’évolution de ces risques en 80% fixée par Bank Al Maghrib pour l’année 2017.
fonction de la tendance des marches financiers, des pratiques de gestion Le profil des impasses cumulées : la technique des impasses / Gap périodiques
de risques, et de l’activité de la Banque ; ou cumulées en dirhams et en devises, permet d’évaluer le niveau de risque de
Revoir et approuver les procédures destinées a limiter les risques inhérents liquidité encouru par la Banque a court, moyen et long terme.
aux activités de la Banque en matière d’octroi de crédits, d’investissements, Cette technique permet d’estimer les besoins nets de refinancement sur
de trading et autres activités et produits significatifs ; différents horizons et arrêter les modalités adéquates de couverture.
Maitriser les systèmes de reportant qui mesurent et contrôlent Echéancier par maturité
quotidiennement les principales sources de risque ;
• Le tableau suivant présente les soldes au bilan des actifs et passifs
Revoir et approuver périodiquement les limites de risque en fonction de financiers par date d’échéance contractuelle.
changement éventuels dans la stratégie de l’institution, approuver les nouveaux
produits et réagir a des changements importants des conditions de marche ; • L’échéance des actifs et passifs financiers évalues en valeur de marche
relevant du portefeuille de négoce et du portefeuille des actifs financiers
S’assurer que les différentes lignes de business sont convenablement
disponibles à la vente est réputée ≪ non déterminée ≫ dans la mesure où ces
gérées, par les RH ayant un niveau de connaissance, d’expérience et
instruments financiers sont liquides, destines à être cèdes ou rembourses
d’expertise homogène avec la nature des activités supervisées.
ou mis en pension avant la date de leur maturité contractuelle.
Responsabilités des différents intervenants dans la gestion du risque de
taux et de liquidité Risque de Taux d’intérêts
Le maintien de l’équilibre bilanciel à court et moyen terme, suppose Le risque de taux d’intérêt est le risque que l’évolution future des taux
l’implication de l’ensemble des intervenants au niveau de la Banque, et la d’intérêts vienne réduire les marges prévisionnelles de la banque.
définition des responsabilités de chacun dans la gestion du risque de liquidité.
La variation des taux d’intérêt impacte également la valeur actualisée des
C’est ainsi que chaque entité de la Banque dispose d’un budget / objectifs flux futurs attendus. Le degré d’impact sur la valeur Economique des actifs
valides au Comité de Direction General sur un horizon moyen terme, et des passifs dépend de la sensibilité des différentes composantes du
permettant ainsi aux instances appropriées de suivre et de contrôler de bilan à une variation des taux.
manière ordonnée la réalisation du plan triennal de manière globale dans
le respect des grands équilibres de la Banque et des ratios règlementaires. L’appréciation du risque de taux peut s’effectuer au travers un ensemble
de simulations de stress testing, dans le cadre d’un scenario de variation
Le département ALM suit sur une base régulière l’évolution de la structure
des taux de 200 pbs tel que préconise par le Comité de Bâle.
47
déc 17 déc 16
de J/J de 3 Échéance
de 1 à 5 Plus de de J/J à 3 de 3 mois à Plus de 5 Échéance non
A Vue à3 mois à non Total A Vue de 1 à 5 ans Total
ans 5 ans mois 1 an ans déterminée
mois 1 an déterminée
Valeurs en caisse, Banques Centrales,
Trésor public, Service des chèques 15 498 15 498 12 156 12 156
postaux
Actifs financiers évalués à la juste
34 003 34 003 38 894 38 894
valeur
Actifs financiers disponibles à la vente 10 531 10 531 8 318 8 318
Prêts et créances sur les
12 696 3 460 2 153 5 012 773 1 083 25 177 6 379 2 747 1 284 6 946 3 848 17 21 221
établissements de crédit et assimilés
Prêts et créances sur la clientèle 24 882 30 953 24 581 43 736 43 921 15 742 183 815 25 764 39 645 35 349 30 049 32 153 16 815 179 774
Placements détenus jusqu›à leur
1 552 2 999 11 968 6 498 23 017 2 063 3 014 12 155 7 904 25 136
échéance
Actif d›impôt exigible 856 856 414 414
Actif d›impôt différé 793 793 522 522
Comptes de régularisation et autres
6 095 6 095 6 441 6 441
actifs
Participations dans des entreprises
643 643 631 631
mises en équivalence
Immeubles de placement 3 824 3 824 3 746 3 746
Immobilisations corporelles 7 303 7 303 6 989 6 989
Immobilisations incorporelles 938 938 829 829
Ecarts d›acquisition 852 852 852 852
TOTAL ACTIFS 53 076 35 965 29 733 60 716 51 192 82 663 313 345 44 298 44 454 39 647 49 150 43 905 84 468 305 923
Banques centrales, Trésor public,
0 0
Service des chèques postaux
Passifs financiers à la juste valeur par
1 769 6 1 775 2 098 2 098
résultat
Dettes envers les établissements de
6 383 26 699 5 263 6 101 502 11 44 959 10 642 27 913 5 220 5 666 249 18 49 708
crédit et assimilés
Dettes envers la clientèle 151 630 27 789 15 973 2 729 0 664 198 785 142 662 27 200 15 089 5 099 0 0 190 050
Titres de créance émis 1 620 5 353 8 128 0 0 15 101 1 268 5 518 5 900 500 0 13 186
Passif d›impôt exigible 741 741 641 641
Passif d›impôt différé 1 599 1 599 1 198 1 198
Comptes de régularisation et autres
13 420 13 420 14 279 14 279
passifs
Provisions 832 832 685 685
Dettes subordonnées et fonds
1 783 56 0 9 610 0 11 449 286 1 897 8 193 116 10 493
spéciaux de garantie
Capitaux Propres 24 684 24 684 23 583 23 583
TOTAL PASSIFS 158 013 57 891 28 414 16 958 10 112 41 957 313 345 153 303 56 382 26 114 20 661 8 942 40 521 305 923
GAPS DE LIQUIDITE -104 937 -21 926 1 319 43 758 41 080 40 706 0 -109 005 -11 928 13 533 28 490 34 963 43 947 0

La stratégie de la Banque en matière de gestion du risque de taux Sensibilité de la valeur du portefeuille bancaire
d’intérêt, veille à assurer la stabilité des résultats contre les variations des
Des simulations de stress testing sont effectuées afin d’évaluer l’impact
taux d’intérêts, en préservant la marge d’intérêt et en optimisant la valeur d’une variation des taux sur la marge d’intérêt ainsi que sur la valeur
Economique des fonds propres. Economique des Fonds Propres.
Les variations des taux d’intérêts peuvent avoir des répercussions néfastes A fin décembre 2017, l’impact d’une variation des taux d’intérêt de 200 pbs
sur la marge d’intérêt de la Banque, et par conséquent causer de sérieuses sur la marge d’intérêt est estimé à 91 MDH, soit 1,5% du PNB prévisionnel
déviations par rapport au plan initial. 2017, inférieur à la limite ALCO fixée à 5%.
Afin de neutraliser ces risques de déviation, le département ALM oriente La variation de la valeur économique des Fonds Propres face à un choc
régulièrement la stratégie de la Banque en fixant des règles d’adossement de taux de 200pbs, est estimé à 1 153MDH soit 6,8% des Fonds Propres
des emplois a des ressources de même nature, et en définissant un seuil réglementaires, inférieure à la limite ALCO fixée à 20%.
de tolérance maximum de déviation de la marge d’intérêt par rapport au 8.6. RISQUE DE MARCHE
PNB prévisionnel.
La gestion des risques de marché au sein du Groupe BMCE Bank of Africa
La technique des impasses / Gap périodiques ou cumulées en dirhams s’inscrit dans le cadre du respect des normes réglementaires telles que
et en devises, permet d’évaluer le niveau de risque de taux encouru par la définies par les autorités de tutelle et l’application des saines pratiques de
Banque à court terme et a moyen long termes. gestion définies au niveau international notamment par les accords de Bâle.
Cette technique permet d’estimer les décalages d’adossements actif / passif Les risques sur les opérations de marché sont définis comme les risques
sur différents horizons afin d’arrêter les modalités adéquates de couverture. de pertes sur des positions de bilan et de hors bilan à la suite de variations
48
des prix du marché, ils recouvrent pour le Groupe BMCE Bank of Africa • Le Département Risques de Marché Groupe qui centralise la gestion des
notamment : risques de marché du Groupe BMCE Bank of Africa en tant que fonction
indépendante des FrontOffice du Groupe, ce qui lui confère une objectivité
- Le Risque de taux d’intérêt ;
optimale dans le pilotage des risques de marché et l’arbitrage entre les
- Le Risque de change ; différentes activités sur opérations de marché ;
- Le risque de crédit sur opérations de marché. • Les Risk Mangements Units des entités du Groupe BMCE Bank of Africa qui
assurent un contrôle de premier niveau des activités de marché au sein leur entité
Cartographie des instruments.
et adressent des reporting récurrents au Management des Risques Groupe ;
La cartographie des produits traités au niveau du portefeuille de
• L’Audit Interne qui s’assure de la mise en oeuvre du dispositif de gestion
négociation du Groupe BMCE Bank of Africa se répartit par facteur de
des risques de marché ainsi que du respect des procédures en rigueur.
risque comme suit :
8.7.1.2. Description du Dispositif de Gestion des Risques de Marché
Change cache
Change au comptant Le dispositif de gestion des risques de marché du Groupe BMCE Bank of
Produits de change Change à terme
Dérivés de change Africa s’articule autour de trois axes principaux:
Swap de change
Titres de proprièté • Limites ;
Produits sur titres de propriété Dérivés sur actions/indices
OPCVM Actions • Indicateurs de risques ;
I- Prêts/Emprunts corporate et interbancaires
Taux fixe (MAD et devises) • Exigences en fonds propres ;
Taux variable (MAD et Devises)
II- Titres de créances négociables et tires
8.7.1.2.1. Limites
obligatoires
II-1 Titres souverains (inclus : titres émis par le • Limites de Contrepartie sur opérations de marché :
Royaume du Maroc)
Taux fixe (MAD) Le processus d’octroi des limites par contrepartie et des demandes de
Taux Variable (MAD et Devises)
II-2 Titres émis par des établissements de crédit et dépassement sur opérations de marché est régi au sein du Groupe BMCE
Produits de taux
entreprises Bank of Africa via un système de délégation des pouvoirs encadré par des
Taux fixe (MAD) procédures différenciées suivant le type de contrepartie.
Taux Variable (MAD et Devises)
III- Prêts/Emprunts de titres
Prêts/Emprunts de titres Les transactions de marché font l’objet d’une fixation de limites à priori,
Repo/reserves repo selon un schéma délégataire s’appuyant sur le principe de la Troïka.
IV- Dérivés de taux
Swaps de taux • Limites de marché
Future de taux
Forward Rate Agreement
V- OPCVM de taux Afin de maîtriser la prise de risques de marché au sein du Groupe BMCE
OPCVM Monétaire Bank of Africa et la diversification du portefeuille de négociation, un set de
OPCVM Obligataire limites de marché a été instauré. Ces limites reflètent le profil de risque du
Futures sur matières
Produits sur matières Options sur futures sur matières premières Groupe et permettent un pilotage optimal des risques de marché à travers
premières dérivés de crédit Crédit default Swaps (CDS) l’arbitrage entre les différentes activités de marché. Le set des limites de
Crédit Linked Note (CLN)
marché du Groupe BMCE Bank of Africa se décline comme suit:
8.7.1. Dispositif de Gestion des Risques de Marché
Les limites de stop/loss par activité sur différents horizons ;
8.7.1.1. Gouvernance
Les limites de positions;
Les principaux acteurs du dispositif de gestion des risques de marché au
sein du Groupe BMCE Bank of Africa sont : Les limites de transaction.

• La Direction Générale qui met en œuvre les stratégies et politiques en Les limites de marché sont définies en VaR. Ainsi, le dispositif de gestion
matière de gestion des risques de marché approuvées par le Conseil des limites est dynamique prenant en compte les fluctuations des
d’Administration ; différents facteurs de risque ainsi que les corrélations existantes afin de
mieux apprécier la diversification du portefeuille.
• Le Comité Risques Groupe qui définit la politique de gestion des risques
de marché Groupe et valide toute modification inhérente au pilotage des • Limites réglementaires
risques sur opérations de marché mise en œuvre au sein des différentes En complément des limites mises en place en interne, le Groupe BMCE
entités du périmètre; Bank of Africa s’assure du respect des limites réglementaires définies par
• Le Comité Risques de Marché Groupe qui s’assure de l’efficience du Bank Al- Maghrib telles que :
dispositif de pilotage des Risques de Marché du Groupe BMCE Bank Of La limite sur la position en devise qui ne doit pas excéder 10% des fonds propres ;
Africa et de son adéquation avec la politique de gestion des risques de
Marché Groupe; La limite sur la position de change globale qui ne doit pas excéder 20%
des fonds propres.

49
8.7.1.2.2. Indicateurs de risque portefeuille de négociation à travers la simulation de l’ensemble des
facteurs de risque impactant le portefeuille. Les résultats des stress tests
Différents indicateurs de risque reflétant le niveau d’exposition aux risques
du risque de taux d’intérêt et du risque de change du portefeuille de
de marché sont utilisés au sein du Groupe BMCE Bank of Africa et se
négociation se présentent comme suit :
déclinent comme suit :
Au 31 Décembre 2017, les résultats des stress test se présentent comme
suit :
Portefeuille Taux
1ère hypothèse : Translation parallèle de la courbe des taux de 25 bps
Ce scénario ressort avec un impact de 73 MMAD sur le P&L.
2ème hypothèse : Translation parallèle de la courbe des taux de 50 bps
Ce scénario ressort avec un impact de 145 MMAD sur le P&L.
• Valeur en risque (VaR) globale et par classe d’actif Portefeuilles Actions
1ère hypothèse : Dépréciation de 15% de la valeur du portefeuille des actions.
La Value-at-Risk est une mesure globale et probabilisée du risque de
marché. Elle permet de résumer le risque encouru à travers le calcul de Ce scénario ressort avec un impact de 8 MMAD sur le P&L.
la perte potentielle éventuelle sur un horizon de temps et un degré de 2ème hypothèse : Dépréciation de 25% de la valeur du portefeuille des
probabilité donnés. actions.
Contrairement aux indicateurs de risques traditionnels, la valeur en risque Ce scénario ressort avec un impact de 13 MMAD sur le P&L.
combine plusieurs facteurs de risque et mesure leur interaction, prenant Change
ainsi en compte la diversification des portefeuilles. 1ère hypothèse : Appréciation ou dépréciation de 5% de la valeur du
Un calcul quotidien de la Value-at-Risk globale et par classe d’actifs est Dirham.
assuré au niveau du Groupe BMCE Bank of Africa ainsi que son Backtesting. Ce scénario ressort avec un impact de 4 MMAD sur le P&L.
• VaR stressée 2ème hypothèse : Appréciation ou dépréciation de 10% de la valeur du
Dirham.
Le Groupe a mis en place des scénarios pour le calcul de la Stressed VaR.
Ce scénario ressort avec un impact de 7 MMAD sur le P&L.
Le choix du Groupe s’est porté sur la période allant du 01-09-2008 au
Les résultats des stress test menés montrent que le Groupe dispose d’un niveau de
01-09-2009. En effet pendant cette période nous avons pu assister à des
fonds propres suffisant pour résister à des scenarii de stress défavorables et pour
événements créant une volatilité importante sur les marchés financiers.
se conformer aux normes réglementaires même en cas de crise.
Ces événements sont :
• La faillite de « Lehman Brothers » qui n’a pas pu faire face à la crise du «
Subprime » ;
• Le creusement de déficit budgétaire américain de 1.000 Milliards $ pour
soutenir les marchés financiers ;
• La crise grecque et la contagion aux « PIIGS ».
Cependant, les marchés financiers marocains n’ont que très faiblement
réagi à ces événements. Il a donc été considéré des scénarios simulés tel
que réalisés sur le marché marocain :
• Fluctuation de la place de Casablanca à l’identique de celle des Etats-
Unis,
• Fluctuation de la courbe des taux Dirham à l’identique de celle du $us
• Répercussion de la volatilité Eur/usd sur les cours eur /mad et usd /mad
• Répercussion de la volatilité Eur/usd sur la volatilité eur /mad et la
volatilité usd /mad.
• Stress Testing par facteur de risque
Le Groupe BMCE Bank of Africa réalise des tests de résistance afin
d’évaluer la vulnérabilité du portefeuille de négociation du groupe à des
scenarii extrêmes. Les stress tests couvrent toutes les composantes du
50
8.8. RISQUES OPERATIONNELS • Les Filiales.
Le risque opérationnel se définit comme étant le risque de pertes résultant Des interlocuteurs risques opérationnels ont été désignés au niveau des
de l’inadéquation ou la défaillance attribuables à des procédures, moyens entités précitées. Il s’agit des :
humains, systèmes internes ou à des évènements extérieurs, susceptibles • Correspondants Risques Opérationnels (CRO);
d’impacter le bon déroulement de l’activité.
• Coordinateurs Risques Opérationnels (CORO);
8.8.1. Politique de gestion des risques opérationnels
• Relais Risques Opérationnels (RRO).
8.8.1.1. Objectif de la gestion des risques opérationnels Le périmètre de gestion des risques opérationnels concerne également
Le dispositif de gestion des risques opérationnels a pour ambition de différentes filiales du Groupe.
répondre à un triple objectif : 8.8.1.2.3. Gouvernance de la gestion des risques opérationnels
L’identification, l’analyse et l’évaluation des risques opérationnels ; La gouvernance des risques opérationnels au sein du Groupe BMCE Bank
L’évaluation des contrôles internes ; of Africa est structurée en trois Comités Risques Opérationnels :
• Le Comité Risques Opérationnels Groupe qui se tient dans le cadre du
Le suivi des risques opérationnels via des indicateurs d’alerte ;
Comité des Risques Groupe ;
La maîtrise des risques opérationnels via la mise en place d’actions • Le Comité de Suivi des Risques Opérationnels Métiers ;
préventives et/ou correctives face aux risques majeurs identifiés.
• Le Comité Risques Opérationnels Filiale ;
Le dispositif de gestion des risques est revu et surveillé régulièrement,
permettant une amélioration continue du dit dispositif. Les missions de ces Comités portent sur la revue périodique de :
• L’évolution de l’exposition aux risques opérationnels et de l’environnement
8.8.1.2. Classification
de contrôle de ces risques,
Les risques opérationnels peuvent être analysés, classifiés et hiérarchisés • L’identification des principales zones de risque, en termes d’activités et
selon les principaux axes suivants : les causes, les conséquences (en de type de risques,
termes d’impact financier ou autre), le score, la qualification et le niveau
de maitrise et qui sont classés par type d’événement bâlois. • L’état d’avancement des plans d’action préventifs/correctifs définis en
vue de couvrir et traiter les risques opérationnels majeurs,
8.8.1.2.1. Liens avec les autres types de risque (risque de marché /
risque de crédit) • Le montant de fonds propres à allouer aux risques opérationnels, le coût
des actions de prévention à mettre en œuvre ainsi que le coût lié aux
La gestion des risques opérationnels est potentiellement liée à la gestion assurances à mettre en place.
des autres risques (marché / crédit), et ce à deux niveaux :
8.8.1.4. Principes méthodologiques fondamentaux
• Au niveau global, la réflexion sur le niveau global d’aversion au risque
de la Banque (et à terme sur l’allocation de fonds propres) se doit d’être Les objectifs stratégiques prioritaires du Groupe BMCE Bank of Africa au
analysée et suivie « trans-risques » ; travers de son dispositif de gestion des risques opérationnels sont de deux
types :
• Au niveau détaillé, certains risques opérationnels peuvent être
générateurs de risque de marché / de risque de crédit. • Réduction de l’exposition aux risques opérationnels ;
8.8.1.2.2. Organisation de gestion des risques opérationnels • Optimisation des exigences en fonds propres relatives aux risques
opérationnels.
Le cadre permettant la gestion des risques opérationnels au sein du
Groupe BMCE Bank of Africa est structuré autour de trois principes Le système interne de mesure du risque opérationnel est étroitement associé
directeurs : à la gestion quotidienne des risques de l’établissement au travers de :
• Définir un dispositif cible en cohérence avec l’organisation Business du • La Collecte des évènements,
Groupe BMCE Bank of Africa et inspiré des meilleures pratiques ; • La Cartographie des risques opérationnels,
• Impliquer et responsabiliser les métiers et filiales dans la gestion au • Les Indicateurs clés de risques opérationnels (Key Risk Indicators).
quotidien des Risques Opérationnels ;
Les données produites font partie intégrante de ces processus de
• Veiller à la séparation des fonctions d’Audit/Contrôle et de Gestion des surveillance et de contrôle du profil de risque opérationnel.
Risques Opérationnels.
L’exposition au risque opérationnel et les pertes subies sont régulièrement
La gestion des Risques Opérationnels Groupe BMCE Bank of Africa notifiées à la direction de l’unité concernée, à la direction générale et au
implique quatre entités majeures : conseil d’administration. Le système de gestion est correctement documenté,
• Le Département Risques Opérationnels Groupe en central BMCE Bank ; permettant d’assurer le respect d’un ensemble formalisé de contrôles, de
procédures internes et de mesures correctives en cas de non-conformité.
• Le Réseau BMCE Bank ;
Les auditeurs internes et/ou externes sont appelés à examiner
• Les Directions Métiers BMCE Bank ; périodiquement les processus de gestion et les systèmes de mesure du

51
risque opérationnel. Ces examens portent sur les activités des unités et • BMCE Bank entend maintenir sa crédibilité internationale et garantir en
sur la fonction indépendante de gestion du risque opérationnel. priorité ses engagements vis-à-vis des correspondants étrangers ;
La gestion des risques opérationnels au sein du Groupe BMCE Bank of • Les clients du Groupe BMCE Bank of Africa sont prioritaires par rapport
Africa est complètement automatisée au travers d’un outil dédié à savoir aux autres bénéficiaires de ses services ;
MEGA GRC. Ainsi, la collecte des évènements de risques, la cartographie • Les services sont pris en compte dans leur réalisation « Front to Back »
des risques opérationnels et les indicateurs clés de risques sont aujourd’hui (par exemple, de l’agence jusqu’à la comptabilisation).
gérés au niveau de cet outil qui a été déployé au niveau de la Banque et
des filiales marocaines et européennes. 8.7.3. Measurement of capital adequacy
8.8.1.5. Maîtrise et atténuation des risques opérationnels Le Groupe BMCE Bank of Africa a opté pour l’approche standard telle que
présentée dans les circulaires de Bank Al-Maghrib, exigeant le respect du
Plusieurs types d’attitudes peuvent être envisagés pour la gestion des ratio des fonds propres de base de 9% et celui global de solvabilité de 12%,
risques opérationnels : aussi bien sur base sociale que consolidée.
• Renforcer les contrôles ; Ces seuils calculés pour le Groupe BMCE Bank of Africa respectent les
• Couvrir les risques, en particulier via la mise en place d’assurances ; prérogatives réglementaires établies par Bank Al-Maghrib.
• Éviter les risques, via notamment le redéploiement d’activités ; Social déc-17 juin-18 déc-18 juin-19
Fonds propres Tier One 12 124 12 271 12 403 13 138
• Élaborer des plans de continuité d’activité ; Total Fonds propres 17 532 17 880 18 413 19 389
• Assurer une surveillance étroite du respect des limites de risque ou des Actifs pondérés 127 923 128 514 128 930 132 089
Ratio Tier I 9,50% 9,50% 9,60% 9,90%
seuils assignés. Ratio de Solvabilité 13,70% 13,90% 14,30% 14,70%
Le Groupe BMCE Bank of Africa dispose d’un très fort dispositif de contrôle conso déc-17 juin-18 déc-18 juin-19
permettant une forte réduction des risques opérationnels. Cependant, en Fonds propres Tier One 21 055 21 629 21 945 23 738
termes de gestion des risques opérationnels et via son dispositif dédié, elle Total Fonds propres 28 368 28 775 29 492 31 119
conserve toute latitude pour identifier au cas par cas le comportement Actifs pondérés 226 447 232 197 237 947 247 341
Ratio Tier I 9,30% 9,30% 9,20% 9,60%
optimal, en fonction des différents types de risque explicités au préalable. Ratio de Solvabilité 12,50% 12,40% 12,40% 12,60%
Par ailleurs, le Groupe dispose de polices d’assurances permettant Niveau d’exposition relatif au risque de contrepartie conformément aux
d’atténuer les risques encourus relatifs aux dommages des locaux, des méthodes appliquées sur les éléments hors bilan
fraudes, des vols de valeurs et de responsabilité civile…`
ACTIFS PONDERES AU TITRE DU RISQUE DE CREDIT 31/12/2017
8.8.2. Plan de continuité de l’activité Types d'expositions Actifs pondérés
Le plan de continuité répond à une importance croissante accordée après ARC
Eléments du bilan 151 492 990
à la minimisation des effets des interruptions des activités, du fait des
Eléments de Hors - bilan : Engagements de 5 633 606
interdépendances qui existent entre elles et les ressources sur lesquelles
financement
elles reposent, notamment humaines, informatiques ou encore logistiques. Eléments de Hors - bilan : Engagements de 10 404 375
Il s’agit d’un ensemble de mesures et procédures visant à assurer, selon divers garantie
scénarios de crise, y compris face à des chocs extrêmes, le maintien, le cas Risque de contrepartie : Cessions temporaires de -
échéant de façon temporaire selon un mode dégradé, des prestations de titre relevant du portefeuille de Bancaire
services essentielles de la Banque puis la reprise planifiée des activités. Risque de contrepartie : Cessions temporaires de 289 940
titre relevant du portefeuille de négociation
Une organisation de secours cible est mise sur pied, en même temps que Risque de contrepartie : produits dérivés relevant -
des lieux et des systèmes de backup alternatifs. Un projet spécifique est
du portefeuille bancaire
en cours de réalisation au niveau du groupe avec en priorité des plans de Risque de contrepartie : produits dérivés relevant 269 457
contournement de sinistre. du portefeuille de négociation
Les principes stratégiques transverses de la continuité des activités sont Autres Actifs / Autres Eléments 26 453 633
les suivants : Risque règlement / livraison 250 736
Total 194 544 001
• BMCE Bank a la responsabilité sociale de permettre à sa clientèle de
disposer des liquidités qu’elle lui a confiées. Le non-respect de cette
obligation en temps de crise pourrait avoir un impact sur l’ordre public.
Ce principe prévaut sur tous les autres ;
• BMCE Bank doit garantir ses engagements envers le système de
compensation interbancaire sur la place marocaine ;
• BMCE Bank entend respecter en priorité les engagements juridiques et
contractuels (relatifs aux domaines Crédits et Engagements) qu’elle a
souscrits, avant de prendre d’autres engagements ;

52
COMPOSITION ET ADÉQUATION DES FONDS PROPRES Exigences en FP par type des risques Déc. 2017
Principales Caractéristiques des Eléments Constituant les Fonds Risques de crédit pondérés 194 544 001
Propres Risques de marché pondérés 9 304 885
Risques opérationnels pondérés 22 597 721
BMCE Bank est dotée d’un capital social de DH 1 794 633 900, compose Total des actifs pondérés 226 446 607
de 179 463 390 actions ordinaires d’une valeur nominale de 10 DH, Fonds propres Tier 1 21 054 734
entièrement libéré. Chaque action ordinaire donne un droit de vote. Ratio de fonds Tier 1 9,3%
Total des fonds propres admissibles 28 367 982
A fin décembre 2017, le total des dettes subordonnées à durée déterminée
Ratio de Solvabilité 12.5%
s’élève à près de DH 6,6 milliards.
8.8.3. Responsabilité sociale et environnementale
Evaluation de l’Adéquation des Fonds Propres
Les enjeux RSE font partie intégrante du dispositif de gestion des risques
Le Groupe BMCE Bank of Africa a opté pour l’approche standard pour le opérationnels,  à travers une démarche de gestion d’identification,
calcul des actifs pondérés à risque telle que présentée par les circulaires d’analyse et d’évaluation et de suivi des risques.
de Bank Al Maghrib (BAM).
Les systèmes d’identification, de mesure d’analyses internes des risques
Depuis le 30 Juin 2014, les déclarations de solvabilité s’effectuent selon RSE est désormais étroitement lié à la gestion quotidienne des risques
les standards réglementaires de Bâle III définis par BAM. opérationnels.
Ainsi, le mode de calcul des fonds propres a été revu à la lumière de cette
nouvelle réglementation et des mesures transitoires ont été mises en
place sur une période courant jusqu’à 2019.
Les circulaires régissant ces déclarations sont les suivantes :
• Circulaire n° 26/G/2006 relative au calcul des exigences en fonds
propres selon l’approche standard pour la couverture des risques de
crédit, de marché et opérationnels des établissements de crédit ;
• Circulaire n° 8/G/2010 relative aux exigences en fonds propres pour la
couverture des risques de crédit, de marché et opérationnels selon les
approches internes aux établissements de crédit ;
• Circulaire n° 14/G/13 relative aux exigences en fonds propres
établissements de crédit
Composition des Fonds Propres et ratio de solvabilité
Fonds propres de base 19 045 920
Eléments à inclure dans les fonds propres de base 22 295 260
Capital social ou dotation 1 794 634
Réserves consolidés y compris les primes liées au capital et
14 772 499
non compris les réserves latentes
Report à nouveau créditeur
Résultat net bénéficiaire du dernier exercice comptable 1 139 005
Intérêts minoritaires 4 589 122
Eléments à déduire des fonds propres de base 3 249 340
Good will 852 310
Autres ajustements des CET1 1 609 535
Immobilisations 573 559
Autres déductions 213 936
Fonds propres additionnels 2 200 000
Dettes subordonnées à durée indéterminée 2 200 000
Eléments à déduire des fonds propres 191 186
Immobilisations 191 186
Fonds propres complémentaires 7 533 434
Dettes subordonnées à durée déterminée 6 580 888
Ecart de réévaluation 748 058
Réserves latentes 204 488
Eléments à déduire des fonds propres 220 186
Immobilisations 191 186
Autres déductions 29 000
Total 28 367 982

53

Vous aimerez peut-être aussi